Accueil
Confidences
Allocutions
Courrier

 

 

 

 

 

 

Avez-vous le goût de rêver ?

 

 Ayez un autre regard sur l'actualité que celui qu'on vous donne ailleurs !

Lisez votre éditorial quotidien sur le journal de Tahiti Today.

 

Elles l'aiment et ils sont joyeux, leur parti se porte de mieux en mieux.

 

 

 

Mercredi 22 mars 2017

Décidément François Fillon nous étonnera toujours :Pour "payer le solde de ses impôts en fin d'année 2016", il emprunte l'argent à sa fille pour un montant de 30.000 euros .

 

 Editorial

"L'orero" de Macron , flambée orange pour bleu marine, requiem final

Il y a cent façons de se débarrasser d'un rival. Ou bien on l'abat disait François Mitterrand, ou bien on l'enjôle pour le neutraliser. A moins,  osons-nous ajouter, que comme le Néron de Britannicus, on ne se décide à l'embrasser pour l'étouffer. Et comme en Polynésie on s'embrasse beaucoup, méfions-nous.

Tout le plaisir de la politique réside dans le changement. Le changement de personnalité. D'où le succès de Emmanuel Macron le Woody woodpeker de la politique aujourd'hui, jeune, intelligent, bien formaté par des communicants talentueux, il pique et repique le bois de la branche sur laquelle il est installé, sans véritablement faire son trou. Les fuyards du PS sont-ils de bonnes prises ? Non pas du tout. Peu d'électeurs voteront pour eux. Ils ont une indigestion des gens de gauche mais ils voient peu à peu que l'élite socialiste, telle les rois maudits se retrouvent dans Macron, l'économiste suicidaire de François Hollande, ne l'oublions pas.  C'est dans la tradition. D'autres beaucoup plus malins savent que sous les mots sont le vide ou que "trop de mots tuent les mots" Et ceux-là se taisent dans les rancunes et les aigreurs.  Il a ses fans qui ne voient que l'homme, jeune, par rapport aux autres, pas mal, sans être un apollon,  déclamant son "orero"  sur une scène de théâtre. C'est nouveau. Ils aiment.

La politique n'est ni une logique ni une morale. Il lui faut juste un responsable. Certes les commentateurs peuvent faire la fine bouche et donner des sondages de second tour qui ne veulent strictement rien dire sinon tenter de faire basculer le pékin dans un autre camp que celui de Marine le Pen dont je ne trouve pas les propos révolutionnaires ou "nausébonds".On peut ne pas être d'accord avec tout son programme,bien sûr.

 Elle n'est pas la seule à vouloir faire cesser le diktat de l'Europe. "Le système" que tout le monde d'ailleurs condamne. Les Anglais sont les premiers à l'avoir compris avant toute l'Europe. Mais Marine traine derrière elle le lourd passé de son père et ce n'est pas juste. Changer le nom du FN est presque devenu une impérieuse nécessité tant il est entaché de xénophobie, de racisme et de tous les adjectifs en "isme" que vous pourrez trouver. Hier soir au Radisson, la majorité du Tahoeraa a opté pour ce bleu là. Ils n'attendent pas d'elle, qu'elle se distingue par le brio de  ses paroles ou ses colères, mais par l'efficacité de son action si elle est élue. Le pouvoir fournit la chance de soumettre les anciennes formules à l'épreuve des faits. Et c'est drôle on la croit plus qu'un autre, selon les sondages. Quelle formidable occasion de voir la réalité trancher enfin un débat jusqu'alors  aussi glauque qu'une mare africaine.

 Nous ne croyons pas en Macron qui parle trop et nous entraine sans bouées dans un vide sidéral, se soustrayant à toute critique, puisque vide mais curieusement pendant le débat abondant dans le sens de ces trois interlocuteurs ! A croire leurs programmes identiques. Nous ne croyons pas dans celui irréalisable par bien des côtés de Hamon qui sombre dans un océan de déficits, celui de Mélenchon a du bon et du moins bon tout en étant  beaucoup plus pragmatique et d'un rouge qui plait,  quant à celui  de Fillon, austère et rigoureux pour le peuple, il a sombré dans les costards d'un homme qui aurait pu être président.

 Et puis il y a une femme. Et qu'elle femme, Marine Le Pen. Son programme au plan national ne nous satisfait pas pleinement comme ceux des autres d'ailleurs. Pour la Polynésie, il est alléchant et réaliste pour la jeunesse notamment sur laquelle elle met l'accent avec une université de la mer et sur les adultes qu'elle croit capables de faire face à un statut de pays associés. C'est presque un projet culturel qui paraît au service du projet politique. Ou dans tous les cas elle mêle, en ce qui concerne celui qu'elle destine à l'Hexagone, une autonomie propre et originale d'improvisations en flagellations ou  réquisitoires, une idéologie qui entre en collision avec la réalité pour mieux la dominer. Et alors ?

Oui le Tahoeraa a opté hier soir pour cette femme là. Celle qui sourit aux sondages n'en déplaise à ses adversaires intellectuellement limités dans la presse locale et connus pour être passés maitre dans des réflexions grossières et surtout stupides. Ils sont inexistants intellectuellement. Et vont surtout à contresens de l'histoire. Le Grand Conseil du Tahoeraa donc, a suivi le conseil politique et Gaston Flosse dont on peut relever, que pour être resté près de quarante ans sur le devant d'une scène minée, il faut être un  dinosaure résistant , riche de talent, un vrai professionnel . Il y en a très peu  en dehors d'Oscar Temaru dans son propre créneau. A Paris Fillon est l'un de ceux-là.

 Hier soir au Radisson où se tenait le Grand conseil, l'instance maitresse de ce parti, nous avons eu la preuve de la confiance que lui portait "son" Tahoeraa. En fait pour suivre les commentaires du "journaliste" de la Dépêche qui écrit " dans sa course effrénée pour continuer à exister et à faire parler de lui malgré les condamnations..." nous pensions qu'il évoquait la candidature écornée de François Fillon ! Quelle erreur pas un mot sur la bérézina parisienne à droite comme à gauche. Les petits esprits se focalisent évidemment sur un périmètre aussi limité que le leur, répètent, s'empêtrent, se dépêtrent, s'étalent sans grand talent, sinon celui de manier la gâchette maladroitement vers le plus proche. La cible facile.

 Etre d'un bord opposé à celui-là  n'est pas une raison pour injurier celui que vous voulez abattre sans grand succès depuis tant de temps Prenez modèle sur le commentaire du journaliste de Radio 1. Mais il est vrai que vous devez apprendre un métier qui vous échappe, qui vous fuit, et qui vous fait adopter la partie la plus facile, la brume de la méchanceté, sans réelle réflexion politique, pour vous servir uniquement de la bêtise et de la confusion qui déforme les jugements. Vive le Tahoeraa, vive Marine Le Pen. Ca vous ennuie ?Tant pis...

 

 

Voici avec quels mots le président du Tahoeraa a convaincu le Grand Conseil de voter en faveur de Marine Le Pen à l'unanimité. Il n'a rien laissé au hasard de la démocratie pure.

 

 

Chers compagnons, mes chers amis

L’évolution de la politique nous contraint une fois de plus à nous adapter.

Il est clair à présent, que rien n’est plus tout à fait comme avant, et pas seulement pour le Tahoera’a Huiraatira.

Ce qui fait la force de notre parti, c’est que nous avons toujours su nous adapter, nous avons toujours anticipé les situations, tout en restant fidèles à nos valeurs et à nos convictions. Nous avons toujours su agir et réagir.

Nous sommes réunis ce soir parce que nous devons prendre une décision importante dans le cadre des élections présidentielles à venir. Cette décision impactera durablement le Tahoera’a Huiraatira. Et comme souvent en politique, c’est un peu un engagement sur l’avenir qui nous est demandé. Il doit être réfléchi et analysé à la lumière de l’intérêt de notre Pays


Nous allons décider ensemble ce soir si nous apportons, oui ou non, notre
soutien à Marine Le Pen, ou à François FILLON, à la Présidence de la République.



* * *
                      
Campagne présidentielle ahurissante

Nous savons que Marine Le Pen n’est pas une candidate comme une autre. Elle est idéologiquement très marquée et son parti, le Front National, est situé à l’extrême droite. Marine le Pen fait tout pour rompre avec cette image passée. Elle a impulsé une nouvelle dynamique. Elle est allé jusqu’à exclure son propre père, Jean Marie Le Pen, afin de donner de son mouvement une dimension plus respectable, moins polémique, plus rassembleuse. Elle est en passe de gagner son pari. Elle est aujourd’hui en tête des sondages pour le premier tour et un nombre important de français lui fait confiance.

Il faut dire que nous sommes confrontés à une campagne présidentielle totalement inédite, pour ne pas dire ahurissante.


Pour la première fois les ténors de la droite comme de la gauche ont été exclus lors des primaires. A gauche le président de la République lui-même François Hollande a été écarté, et son Premier ministre Emmanuel Valls a été mis en minorité à la primaire. A droite l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy et l’ancien Premier ministre Alain Juppé pourtant donnés favoris ont été éliminés.

Nous voyons aussi que ce sont des candidats de second plan qui ont été préférés et qui sont à présent dans la course : François Fillon à droite, sur lequel personne ne pariait à l’époque, ou Benoit Hamon à gauche sur lequel personne ne pariait davantage. Ils sont contre toute attente les gagnants des élections primaires de la droite et de la gauche.

Et puis, il y a deux candidats hors système : Marine Le Pen à droite et Emmanuel Macron à gauche qui sortent du lot. Et nous observons que ce sont ces deux outsiders qui sont aujourd’hui favoris des sondages. Pour la première fois nous risquons d’avoir un second tour sans les ténors et sans les grands partis, que sont les Républicains et le PS. C’est inédit.
* * *
Si je fais ce rappel, c’est parce que c’est dans ce contexte très particulier que se place la décision que nous devons prendre. Celle-ci est née du fait que le parti avec lequel nous avons toujours cheminé depuis près de cinquante ans, le grand parti gaulliste qu’a été le RPR, dont je suis l’un des membres fondateurs, puis l’UMP et à présent les Républicains, a décidé de nous tourner le dos et de préférer le Tapura d’Edouard Fritch. Ca ne date pas d’aujourd’hui. Tout est parti du fait que lorsque Jacques Chirac s’est retiré Nicolas Sarkozy a décidé d’écarter tous les chiraquiens, dont je fais partie.

Les dissensions sont apparues dès février 2008 lorsque j’avais été exclu de l’UMP par Nicolas Sarkozy au motif que nous aurions trahis nos engagements républicains en nous alliant avec Oscar Temaru lors du 7/7/7. L’UMP a parlé à l époque : « d’alliance contre nature ».

On sait que c’est un faux prétexte, puisqu’un peu plus tard, en 2009, cette même UMP a demandé à Gaston Tong Sang de s’allier avec Oscar Temaru pour conserver la majorité et empêcher le retour de Gaston Flosse au pouvoir. En réalité, ils voulaient m écarter tout simplement. Pourtant, et beaucoup ici s’en souviennent encore, nous avions apportés un soutien sans faille à Nicolas Sarkozy et nous lui avions apporté un très beau score puisqu’il avait gagné l’élection en Polynésie française avec 52.825 voix, contre 46.733 à François Hollande. Mais c’est comme si tout cela n’avait jamais compté. Nous nous sommes ensuite inscrits à l’UDI.

Lors de notre grand congrès avec plus de 8000 participants qui s’est tenu à Vaitupa le 28 novembre 2015, nous avons apporté un soutien fort et clair à la future candidature d’Alain Juppé. Jacques Chirac nous avait dit : « C’est lui mon successeur, c’est lui qu’il faut soutenir, c’est le meilleur d’entre nous ».

Et je le connaissais bien, c’était un ami, puisque c’est avec lui, lorsqu’il était Premier ministre, que j’ai signé le Fond de reconversion, les fameux 18 milliards par an de la dette nucléaire.

Curieusement lorsque nous avons décidé de le soutenir, Alain Juppé s’est vraiment fait prier. Tearii Alpha était passé par là entretemps et s’était fait nommer mandataire. Lorsque Juppé est venu ici en visite en juillet 2016, qu’elle ne fut pas notre déception de l’entendre déclarer à sa descente d’avion, qu’il ne voulait pas de nous, qu’il n’avait pas besoin de nous. Voici ce qu’il disait précisément au micro de TNTV à son arrivée : « Je ne m’appuierai pas à l’avenir sur Gaston Flosse, pour mon action politique ici en Polynésie, même si j’ai entretenu des relations d’amitiés et de travail avec lui. Ses initiatives ont contribué à l’instabilité qui a affaibli la Polynésie. Par ailleurs il a ses démêlés judiciaires, donc je pense qu’il eut été de bon sens qu’il les mette en marge de la vie politique active ». Ce sont vraiment des propos inamicaux et maladroits. Ca n’a pas été facile à encaisser! C’est quelqu’un de très orgueilleux, nous connaissons la suite de son histoire.

Parmi les Républicains, des amis, notamment François BAROUIN, nous ont alors proposé de renouer avec Nicolas Sarkozy. Nicolas Sarkozy sait ce que nous représentons. Vous imaginez que cette décision n’a pas été facile à prendre non plus. Mais je me suis dit, il faut savoir tourner la page et ne pas garder rancœur du passé, si tel est l’intérêt de la Polynésie et du Tahoera’a Huiraatira.

J’ai donc rencontré Nicolas Sarkozy en octobre l’année dernière à Paris. Nous avons fait la paix, pour ainsi dire, et il s’est engagé à nos côtés. Il s’est engagé clairement, comme Marine Le Pen d’ailleurs, sur les grands points du programme du Tahoera’a Huiraatira. Nicolas Sarkozy était désireux de corriger certaines de ses décisions prises à l’époque. Il était sincère.

Nous lui avons apporté notre soutien à l’élection primaire. Malheureusement pour nous, il n’est pas passé. Alain Juppé non plus d’ailleurs. Contre toute attente c’est François Fillon qui est arrivé en tête.

Au second tour de la primaire, nous avons décidé de soutenir FILLON. Grâce à la mobilisation du Tahoera’a Huiraatira, nous avons pu multiplier par dix le score de François Fillon entre les deux tours, puisqu’il est passé de 653 voix à 6399 en Polynésie française. On se souvient des conditions mafieuses de vote de ces primaires organisées par le Tapura, dans des communes du Tapura. En dépit de cela aux IDV, nous étions à égalité avec Alain Juppé soutenu par le Tapura. Je me suis dit, c’est bon pour nous, Fillon va peut-être nous regarder autrement. Rien n‘y a fait. Je n’ai reçu aucune réponse à mes demandes de rendez-vous, pas même un accusé de réception à ma lettre que je lui ai envoyée dès le lendemain du second tour de la primaire pour le féliciter. Vous croyez sincèrement que ce sont des manières de faire entre gens qui se respectent ? Entre gens d’une même famille ?

Après un long silence de sa part, nous avons finalement appris dans la presse, que François Fillon avait accordé son soutien à Edouard Fritch et au Tapura lors de leur rencontre à Paris le 10 février dernier, sans que nous ayons été informé de quoi que ce soit.

 



* * *
 

Je ne conçois pas que le Tahoeraa puisse s'abstenir


Vous voyez donc très clairement, que ce n’est pas nous qui avons tourné le dos aux Républicains, mais bien les nouveaux responsables des Républicains qui nous ont tournés le dos. C’est leur choix.

Comme je l’ai déjà dit, en choisissant le Tapura, François Fillon nous a du même coup redonné notre liberté. La question est de savoir comment nous allons utiliser cette liberté ?

Je ne conçois pas que le Tahoera’a Huiraatira puisse s’abstenir, voter blanc ou donner la liberté de vote. Nous n’avons jamais abandonné un combat politique, nous avons toujours cherché à défendre nos convictions et nos valeurs à chaque occasion, même si autour de nous les alliés changeaient. Nous, nous n’avons jamais changé. Nous irons donc à la bataille de l’élection présidentielle et à celle des législatives, défendre avec conviction et panache notre programme.

Nous sommes un parti de droite. Nous avons toujours soutenu des candidats de droite. Il n’est donc pas question pour nous de soutenir un candidat de gauche.

A droite, il reste François Fillon et Marine Le Pen. J’ai donc envoyé le même jour aux deux candidats de droite notre profession de foi en vue des élections législatives, en leur demandant de se prononcer sur nos engagements. Vous voyez, François Fillon nous a tourné le dos, et en dépit de son attitude, je lui ai quand même envoyé notre profession de foi. J’ai tout fait pour maintenir le contact.

Marine le Pen a été la première à nous répondre. Elle m’a d’abord appelé pour me dire qu’elle avait bien reçu notre profession de foi et qu’elle allait nous apporter ses réponses point par point. C’est ce qu’elle a fait. Elle s’est engagée publiquement et par écrit. J’ai reçu sa lettre le lundi 13 mars. Elle soutient tout notre programme. Surtout elle soutient notre projet de statut de : PAYS ASSOCIE A LA REPUBLIQUE.

Puis est arrivée la semaine dernière, jeudi soir, le 16 mars, la réponse de François Fillon. Je ne pensais pas qu’il allait répondre. Sa lettre est évasive.

Il adopte des postures de principe, mais rien de bien précis. Vous en jugerez par vous-même dans un instant.

Je lui ai aussi demandé ce qu’il en est des engagements pris par Monsieur Laurent Wauquiez, lorsqu’il était Président des Républicains.

Lors de notre rencontre à Paris au mois d’octobre 2016, il avait promis de nous envoyer un protocole d’accord accordant au Tahoera’a Huiraatira l’exclusivité de la représentation des Républicains en Polynésie française et l’investiture pour nos candidats aux législatives. Nous n’avons rien reçu depuis. Entre temps, j’ai lu comme vous dans la presse locale, à son retour de Paris, qu’Edouard Fritch a annoncé qu’il avait obtenu les investitures et l’exclusivité de la représentation des Républicains pour le Tapura Huiraatira.

Il est donc important pour nous de savoir si les engagements pris en octobre dernier par Monsieur Laurent Wauquiez sont toujours d’actualité
? Pour l’heure je n’ai pas encore reçu de réponse.

Si nous décidons de soutenir François Fillon malgré tout, sa victoire en Polynésie française sera récupérée par Edouard Fritch qui dira : c’est le score du Tapura ! Et personne ne saura ce que nous représentons, et lui non plus d’ailleurs, alors que nous devrons ensuite affronter les législatives. Pour savoir où nous en sommes, nous devons nous démarquer du Tapura.

Comme d’habitude, Edouard Fritch a choisi un perdant. Il avait choisi Juppé, et nous Fillon à la primaire. Juppé a perdu, Fillon a gagné. Il a ensuite obtenu le soutien de Fillon, mais chacun sait qu’il sera battu lui aussi après toute la polémique judiciaire et sa mise en examen. Comme le disait Nicolas Sarkozy, la semaine dernière : « Fillon est mort de chez mort » ! En tahitien on dirait « Fillon ua pohe roa, Fillon est mort tout à fait »

 

Personne ici n'a envie de finir cocu !



Que reste-t-il ?

Soutenir Macron ? Mais Macron est de gauche. Emmanuel Macron n’a pas de programme pour l’outre-mer. Il n’a rien apporté à la Polynésie, bien au contraire.

De plus, son représentant outremer, Monsieur Max Dubois, n’a pas voulu me rencontrer lors de son passage en Polynésie au début du mois de mars. Lorsque les journalistes lui ont demandé s’il allait me rencontrer, il a répondu au micro de Radio 1 : « Vous n‘avez pas une autre question à me poser ? » C’est méprisant, vous ne trouvez pas ? Ce n’est pas la peine de chercher à s’allier avec des gens qui ne veulent pas de nous. Nous ne voulons pas d’eux non plus.

Et puis, même si Macron s’en défend, parce qu’il veut sans doute ratisser le plus largement possible, à gauche, au centre et à droite, il reste un homme de gauche. Il a été ministre de François Hollande qui a été le pire de tous les Présidents pour la Polynésie française dans un gouvernement socialiste pour mettre en œuvre une politique socialiste! Macron était cependant ministre de l’Economie ; un grand ministère, Macron, je pense qu’il aura vis à vis de nous les mêmes états d’âme qu’un Juppé.

Vous connaissez peut-être Jean d’Ormesson, un fameux académicien de l’Académie française, un grand écrivain qui est aussi journaliste. Voici ce qu’il dit : « Macron c’est le grand flou. Entre l’électeur de gauche et l’électeur de droite qui votent pour Macron, l’un des deux, forcément, sera cocu ! Mais toute l’intelligence de Macron est de faire croire à l’un que ce sera l’autre, et inversement ».

Je crois que tout est dit. Personne ici, j’en suis sûr, n’a envie de finir cocu !

Quant au candidat officiel du PS, Benoit Hamon, ce n’est même pas la peine d’y penser. Ne parlons pas non plus de Jean Luc Mélenchon.

Marine LE PEN est la seule qui veut de nous, elle l’a écrit. Elle nous soutien, en plus, elle s’engage clairement sur notre programme pour la Polynésie française.

Elle n’est pas une candidate de seconde zone, loin de là. Elle est la favorite des sondages, en tout cas du premier tour de la présidentielle. Et puis, il ne faut rien sous estimer : dans ce contexte électoral totalement chamboulé, elle conserve ses chances au second tour car les français veulent réellement du changement.

Après avoir fait l’inventaire des possibilités qui existent, je ne vois pas d’autres solutions. La seule alternative serait de s’abstenir, de voter blanc ou de laisser libre vote à nos militants et sympathisants. Ce serait pire et que ce serait une erreur politique qui bénéficierait à nos adversaires.

Je voudrais d’ailleurs réagir aux propos d’Edouard Fritch sur TNTV dimanche soir. Interrogé sur le soutien que nous apportons à Marine le Pen, il a parlé de trahison. Voici exactement ce qu’il a dit : « Je suis attristé, car pour moi le soutien à Marine Le Pen est une trahison de Jacques Chirac et du Gaullisme ».

Avouez qu’entendre le chef des traîtres nous accuser de traîtrise, ça vaut son pesant d’or. Mais c’est encore pire quand on se souvient des propos qu’il a lui-même tenu dans son bureau de la présidence, lorsqu’il a reçu Eric Minardi et son équipe du « Te Nati » le 15 novembre 2016. Nous étions à quelques jours de primaires et Edouard Fritch n’avait pas encore obtenu le soutien des Républicains. Sarkozy était candidat à la primaire et nous le soutenions. Edouard Fritch a alors déclaré à ce moment là et c’est dans un mail que Eric Minardi a envoyé à ses militants et qu’Edouard Fritch n’a jamais démenti : « le président Edouard Fritch m’a assuré qu’en cas de victoire de Sarkozy aux primaires LR il appellerait à voter Marine Le Pen ».

Et aujourd’hui, ce même homme ose venir nous accuser de traitrise. C’est lui le traître, le HOO AIA au Tahoeraa Huiraatira qui l’a élu. Je suis triste pour lui. Mais c’est Edouard, que voulez vous, capable de dire tout et son contraire.

Je viens de vous rappeler que c’est les LR qui ne veulent plus de nous et non l’inverse.


* * *

Les engagements de Marine Le Pen


Plus sérieusement à présent, je voudrais que l’on s’arrête un instant sur les principaux engagements de Marine le Pen pour la Polynésie.

Mais si je vous propose de voter pour Marine LE PEN c’est surtout parce qu’elle est la seule qui s’engage clairement pour nous, pour notre statut de Pays Associé, pour la Polynésie française.

• Elle s’est engagée à créer un grand ministère de l’Outremer en y rattachant la Mer, afin d’affirmer la vocation maritime de l’outremer. Ce grand ministère de l’Outre-mer et de la Mer sera directement rattaché au Président de la République. Ca ne s’est jamais fait dans le passé.
• Elle s’engage à respecter le statut d'autonomie de la Polynésie française et à faire évoluer nos institutions. Elle est favorable au statut de Pays Associé, sous réserve que les Polynésiens l’approuvent lors d’un référendum, que nous restions français, que l’Etat conserve ses compétences régaliennes. Nous sommes tout à fait en accord avec elle sur tous ces points.
• Elle entend développer une grande politique de la Mer, et développer les moyens de surveillance de l'espace maritime, avec le retour de la marine nationale en Polynésie française puisque c’est chez nous que la France a la plus grande superficie maritime.
• Elle s’engage à assurer l'indemnisation effective des victimes des essais nucléaires pour que nous puissions enfin tourner cette page.
• Elle s’engage à sanctuariser la dotation globale à hauteur de ce que Jacques Chirac nous avait promis, à savoir 18 milliards par an.
• Elle est d’accord pour investir massivement dans les infrastructures de Santé pour rattraper notre retard et les amener à la moyenne nationale.
• Elle est favorable à investir dans le logement social intermédiaire et à nous aider à résorber le manque de logements.
• Elle est d’accord à la création de l’Université de la mer, tournée vers les métiers de la mer qui conforterait la vocation océanique de la Polynésie française.

Pour compléter ces engagements, je voudrais projeter la lettre que Marine Le Pen m’a écrite et qui a été publiée dans la presse. C’est une lettre importante. Si vous en êtes d’accord, je voudrais que nous puissions la lire ensemble.
• * *
Arrêtons-nous un instant à présent sur la réponse de François Fillon.

• Il fait le constat que ça ne va pas.
• Il propose de revoir les relations entre l’Etat et la Polynésie française, et de ramener le niveau d’engagement de l’Etat à ce qu’il était en 2011 avant la fin des conventions, c’est-à-dire : la DGDE à 9.2 Milliards, le RST à 0 francs, la santé-solidarité à 0 francs, les constructions et les grosses rénovations à 0 francs.
• Il parle d’un meilleur accompagnement de l’Etat, notamment dans les secteurs de la santé et de l’éducation et de donner la priorité au développement économique sans autre précision.
• S’agissant de la question statutaire, il propose le maintien de la Loi organique du 27 février 2004 et il ne fait pas du tout référence au projet de statut de Pays Associé. On voit clairement qu’il n’est pas favorable à une évolution statutaire sauf si elle fait consensus. Or, on sait que Fritch n’en veut pas et l’Etat non plus.

Comme pour Marine Le Pen, si vous en êtes d’accord, nous allons lire ensemble la lettre de François Fillon.

• * * *Voilà, vous avez à présent connaissance de tous les éléments d’appréciation. Et vous pouvez comparer les offres. Entre quelques promesses de principe chez l’un, et des engagements clairs et précis, chez l’autre, faut-il hésiter ?

Encore une fois, je peux comprendre votre hésitation, mais regardons notre intérêt, et celui de la Polynésie. Nous faisons un pari sur l’avenir, j’en suis pleinement conscient. Croyez-vous sincèrement que les Républicains veulent encore de nous ? Assurément non.

En ce qui me concerne, le choix est fait.

Je voudrais préciser que soutenir Marine Le Pen ne signifie pas adhérer au Front national. Il s’agit pour l’instant de soutenir Marine Le Pen pour l’élection présidentielle. Son représentant en Polynésie, Eric Minardi, a déjà fait savoir dans la presse, que pour les législatives, son parti « Te Nati », présentera ses propres candidats, et nous les nôtres. Ainsi pour les élections législatives, nous sommes libres de nos engagements.

Marine Le Pen disait elle-même dans la presse nationale le 13 mars : « On est soutenu par un parti politique, mais on n’est pas la candidate du parti politique (…) Je suis présentée par le FN et soutenue par le FN (…) Je suis la candidate de tous les français »

Chers compagnons, nous serons amenés à nous revoir en fonction des résultats des présidentielles, pour les commenter ensemble et prendre de nouvelles décisions, mais surtout en fonction des résultats des législatives.
Mais ce soir, comme d’habitude, c'est-à-dire à la quasi unanimité je vous demande de soutenir la candidature de Marine Le Pen.

Nous pouvons à présent ouvrir le débat. Je vous remercie.

 

 

Au conseil des ministres nous avons sélectionné :

La Polynésie française est désormais invitée à participer à la Conférence des Nations Unies sur les Océans, co-présidée par les Iles Fidji et la Suède, aura lieu au siège des Nations Unies à New York du 5 au 9 juin prochains

 Organisée dans le cadre de l’agenda des objectifs de développement durable 2015-2030, cette conférence aura pour objectif d’appuyer la mise en œuvre et de faciliter le modus operandi de l’objectif de développement durable 14 portant sur la protection et la gestion durable de la mer et des ressources marines.

 La participation de la Polynésie à ce rendez-vous international paraît importante afin de confirmer notre implication régionale en tant que nouveau membre à part entière du Forum des Iles du Pacifique et de participer à l’effort régional et international de conservation des mers et de meilleur usage des ressources marines. La délégation aux affaires internationales, européennes et du Pacifique coordonnera la préparation et l’organisation du Pays à cette manifestation.

 La Polynésie française est désormais invitée à participer à la Conférence des Nations Unies sur les Océans, co-présidée par les Iles Fidji et la Suède, aura lieu au siège des Nations Unies à New York du 5 au 9 juin prochains. Organisée dns le cadre de l’agenda des objectifs de développement durable 2015-2030, cette conférence aura pour objectif d’appuyer la mise en œuvre et de faciliter le modus operandi de l’objectif de développement durable 14 portant sur la protection et la gestion durable de la mer et des ressources marines.


 

Programme des vols internationaux

 

Les compagnies internationales desservant la Polynésie française ont déposé, pour approbation, leurs programmes de vols pour la saison IATA Eté 2017, courant du 25 mars au 28 octobre 2017.

Les programmes de vols, similaires à ceux de la précédente saison Eté, s’articulent comme suit :

-          Air Tahiti Nui opérera 10 à 15 fréquences hebdomadaires à destination de Los Angeles, 3 fréquences hebdomadaires à destination d’Auckland, et 2 fréquences hebdomadaires à destination de Tokyo, au moyen d’un A340 de 296 sièges ;

La compagnie poursuit l’extension de son réseau en développant ses divers partenariats de partage de codes. Ainsi depuis décembre 2016, le partenariat avec American Airlines a été étendu aux escales de Charlotte, Portland, Philadelphia, Seattle et Toronto. Le code d’Air Tahiti Nui est également présent sur certains vols d’Air New Zealand, Air France, Qantas, Korean Air, et Air Calédonie International.

-          3 vols hebdomadaires de la compagnie Air France entre Papeete et Los Angeles au moyen d’un B777-200 de 280 à 312 sièges (suivant les périodes) ;

-          2 à 3 fréquences hebdomadaires d’Air New Zealand à destination d’Auckland au moyen d’un B787-9 de 302 sièges ;

-          1 fréquence hebdomadaire de la compagnie Hawaiian Airlines à destination de Honolulu, au moyen d’un A330-200 de 290 sièges ;

-          1 fréquence hebdomadaire de la compagnie Latam à destination de Santiago du Chili via l’Ile de Pâques, au moyen d’un B787-9 de 279 sièges offerts ;

-          1 à 2 vols hebdomadaires de la compagnie Air Tahiti à destination de Rarotonga, en partenariat avec Air Rarotonga, au moyen d’un ATR 42 de 38 sièges offerts (ou d’un ATR72 en cas de forte demande).

La compagnie Qantas conserve son partenariat avec Air Tahiti Nui et appose son code sur les vols à destination de Los Angeles et Auckland.

 

Répartition des sièges entre les organisations syndicales d’employeurs et de salariés au conseil d’administration de la Caisse de Prévoyance Sociale

 Le Conseil des ministres a approuvé en séance, la répartition des sièges entre les organisations syndicales d'employeurs et de salariés au conseil d'administration de la Caisse de prévoyance sociale (CPS) de la Polynésie française.

 La répartition des sièges en faveur des organisations syndicales d’employeurs est la suivante :

- Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) : un titulaire et un suppléant ;

- Fédération générale du commerce (FGC) : un titulaire et un suppléant ;

- Union patronale de Polynésie française (UPPF) : un titulaire et un suppléant ;

- MEDEF de Polynésie française : un titulaire et un suppléant ;

- Syndicat industriel de Polynésie française (SIPOF) : un titulaire et un suppléant ;

- Conseil des professionnels de l’hôtellerie (CPH) : un titulaire et un suppléant ;

- Chambre syndicale des métiers du génie civil et des travaux publics (CSMGCTP) : un titulaire et un suppléant ;

- Association française des banques / comité de Polynésie française (AFP/CPF) : un titulaire et un suppléant ;

- Association des transporteurs aériens locaux de Polynésie française (ATAL) : un titulaire et un suppléant ;

- Syndicat polynésien des entreprises et prestataires de services (SPEPS) : un  titulaire et un suppléant.

 

La répartition des sièges en faveur des organisations syndicales de salariés est la suivante :

- Confédération des syndicats des travailleurs de Polynésie Force ouvrière (CSTP/FO) : cinq titulaires et cinq suppléants ;

- Confédération A Tia I Mua : trois titulaires et trois suppléants ;

- Confédération des syndicats indépendants de Polynésie (CSIP) : deux titulaires et deux suppléants ;

- Confédération Otahi : deux titulaires et deux suppléants ;

- Confédération O Oe To Oe Rima : deux titulaires et deux suppléants.

 

 Courrier : ‌‌

Marine sera au second! Tous les medias français de gauche (pléonasme !) et les forces maçonniques en rêve, pour que Macron soit élu !
On ne peut pas ne pas voter pour François Fillon dès le 1er tour !
Il faut éliminer définitivement la gauche bo-bo incarnée par ce Macron crypto-ploutocrate adoubé par Soros et les autres requins de la finance internationale et du mondialisme qui veulent, pour prospérer et  renforcer l'hégémonie américaine, entretenir in fine la crise en France et en Europe !
Macron l'a dit lui-même : il est pour la "discrimination positive;"

Si Fillon ne passe pas, ce sera, à terme, la fin de la France !
Ce n'est pas de la politique fiction ! D.

 

Mais Oscar Temaru qui n'a pas eu le parrainage des élus orange ronge son frein. Il assure que le Tahoeraa vote Marine juste pour pour « sauver sa tête » en demandant la grâce présidentielle. C'est trop drôle !

Oscar Temaru a également révélé que le président du Tahoeraa lui avait proposé de le soutenir pour la présidentielle, en échange d’un « retrait aux législatives » du Tavini en faveur des candidats du parti orange. Une offre décliné par Oscar Temaru : « Nous ne sommes pas à vendre ». Là encore on sourit, cela s'appelle une "négociation" "je te donne ça si tu me donnes un poste de ministre ou une commission" C'est ce que font, en ce moment tous les leaders politiques en métropole et qu'Oscar, l'angelot ne nous dise pas qu'il est généreux à ce point de ne jamais rien négocier....!!Notamment pour passer de son côté à l'Assemblée à une époque pas si lointaine. Rappelez-vous le St Esprit....Même si Flosse pousse parfois le cochonnet un peu loin.


‌‌

Deux hommes, un tailleur et de deux !.

 Pierre Moscovici s’est fait offrir des costumes de luxe chez le même tailleur du 7e arrondissement parisien que François Fillon, révèle le Canard Enchaîné mercredi. Le commissaire européen, qui confirme l’information, se dit « pas du tout embarrassé »par cela, dès lors que ce sont de vrais cadeaux par de vrais amis, dans un vrai cadre privé », a répondu l'ancien ministre de l'Economie, assurant, « cela va de soi », que ces dons avaient été faits sans contrepartie.

Dans l’article du Canard enchaîné, le commissaire européen explique s’être fait offrir des costumes par un « vrai ami », négociant en vins fournisseur de l'Elysée et de Matignon. « En quarante ans d’amitié, leur nombre se compte sur les doigts d’une main. Et surtout, il n’y a pas de relation d’intérêt entre nous », affirme-t-il. On y voit comme un air connu avec le cadeau par des amis politiques de la vaisselle à Gaston Flosse !

 

Macron lors du grand débat sur TF1/LCI, OUPS !!!

 

Questions à Philippe Pascot. Auteur de « Pilleurs d’État » et ancien élu de la ville d’Évry (Essonne)

A
vez-vous été surpris par les affaires Fillon puis Le Roux ?

Pas du tout. Et aujourd’hui, on parle des enfants et des épouses, mais il y a aussi les maîtresses, les copains, les enfants des amis…


Ces affaires trouvent un fort écho dans l’opinion, est-ce le début du changement ?

Après l’affaire Fillon, la gauche a finalement peu réagi. Souvenez-vous, quand un enfant s’est fait mordre par un pitbull : dans la semaine, un texte de loi était voté. Pourquoi aucune loi n’a été déposée dans la foulée de l’affaire Fillon, alors qu’il n’y avait rien de plus facile ? C’est bien parce que tout le monde en profite. Mais les gens commencent à reprendre leur citoyenneté. Il faut utiliser le pouvoir du peuple, des médias, des réseaux sociaux, faire pression.


Pensez-vous qu’il faille interdire l’embauche de ses proches à l’Assemblée et au Sénat ?

Non, mais il faut définir le statut d’assistant parlementaire. C’est un boulot qui nécessite 5 ans d’études. Des filles d’élus qui n’ont même pas un BEP n’ont pas à faire ce boulot…


Êtes-vous un adepte du « tous pourris » ?

Je n’ai jamais dit tous pourris. C’est une grosse minorité. Le problème, c’est qu’il y a aussi une grosse majorité qui ferme les yeux. Pourquoi les lois ne sont-elles pas valables pour eux ? Le salarié doit pointer au travail, présenter un casier judiciaire vierge pour travailler… C’est notre argent qui paie les élus, ils sont nos employés.


Faut-il s’attendre à d’autres affaires ?


« Il y en a plein. Au total, j’ai cité 1 400 personnes dans mes livres, j’ai eu une seule plainte à propos d’une erreur que j’ai effectivement commise. J’ai découvert des élus qui ont monté une association avec leur femme pour récupérer leur enveloppe parlementaire, par exemple… Je milite pour une transparence totale de la vie politique.




Attaque à Londres : « Nous exprimons tout notre soutien au peuple britannique »

 



Ce que l'on sait de l'attaque à 19 h 30
 

Le Monde :
Le chef de l'antiterrorisme, Mark Rowley, a communiqué un premier bilan humain : trois personnes ont été tuées dont un policier.L'assaillant est également mort.
M. Rowley a également fait savoir qu'il y avait une vingtaine de blessés. Parmi eux, trois lycéens français originaires de Concarneau (Finistère).
Selon le chef de l'antiterrorisme qui vient de s'exprimer, les deux attaques, celle sur le pont de Westminster et celle à Old Palace Yard, l’entrée principale du Parlement britannique, ont été perpétrées par un seul assaillant, celui qui a été abattu par la police.
La police estime que l'attaque est de nature terroriste.




 

Les bonnes œuvres du Rotary

Le Rotary Papeete Tahiti va procéder Mercredi 22 Mars 2017 à 9h à une grande livraison de divers produits alimentaires aux sinistrés qui sont hébergés au Foyer Thabor à Pirae à côté du Restaurant Tehoa.
Cette livraison sera faite en présence des responsables du foyer, de la DAS et des services sociaux du territoire.
C’est la première des 3 actions programmées par le Rotary Club Papeete Tahiti durant le mois de Mars 2017 pour venir en aide aux sinistrés des dernières inondations.
Veuillez nous contacter au N° de téléphone Tel : +689 40 42 90 11
Tel : +689 40 56 31 37  pour plus d’information.

La volonté d'hommes nantis pour ceux qui le sont beaucoup moins. Merci pour eux..


 

 

 

Mardi 21 mars 2017

 

C'est au Radisson que le Tahoeraa Huiraatira doit tenir son Grand conseil ce soir  afin de connaitre la position sur le soutien à la candidature de Marine Le Pen du parti

Excellent dessin de Munoz (et bulles) dans le Tahiti infos aujourd'hui. Mieux qu'un édito.

 

Après les révélations ( lire ci-dessous) Bruno Le Roux quitte le gouvernement !

 

Une réunion de soutien à Marine Le Pen pour les présidentielles 2017, se tiendra le mercredi 22 mars à partir de 18 h à Paea route de la vallée d’Orofero (coté montagne face snack Bébé, plan en pièce jointe).
Des drapeaux polynésiens et français en bord de route vous en indiqueront l’emplacement exact
 

 

L’ex-ministre et président PS de l’Assemblée nationale Henri Emmanuelli est décédé à l’âge de 71 ans des suites d’une longue maladie, a annoncé ce mardi sa famille à l’AFP.

 Nous l'avions bien connu  lorsqu'il était Secrétaire d'Etat aux Dom/Tom ( devenu un ministère avec Jacques Chirac) et avions des conversations "musclées" intéressantes avec lui. Sous son air bourru c'était un homme sensible et attachant maniant un humour froid redoutable, balançant une dernière pique pour clore la conversation, à laquelle il ne vous laissait pas répondre. Un sourire narquois se dessinait alors sur son visage, l'air de dire : "Allez à la prochaine !"  C'était l'époque où l'on pouvait être de bords opposés, ferrailler dans des sortes d' épizooties bénignes, chacun dans son camp sans tomber dans une tambouille infecte.

Elu pour la première fois député des Landes en 1978, cet homme aux sourcils épais et à la voix rocailleuse, doté d’une très forte personnalité, avait été, entre 1981 et 1986, secrétaire d’Etat aux DOM-TOM puis au Budget du président François Mitterrand.

Trésorier du PS en 1987, il avait présidé l’Assemblée nationale de
1992 à 1993 avant d’être brièvement premier secrétaire du PS entre 1994-1995. Il avait alors été battu par Lionel Jospin pour porter les couleurs socialistes à l’élection présidentielle de 1995. Il était le père spirituel de Benoît Hamon

Rattrapé par les affaires, Henri Emmanuelli avait été condamné en 1997 à deux ans de privation de ses droits civiques dans l’affaire Urba de financement illégal du PS en tant que trésorier du parti avant de retrouver en 2000 ses mandats de député et président du Conseil général des Landes. Encore un départ définitif celui-là.

 

 

Affaire Fillon : L’enquête élargie à « des soupçons d’escroquerie aggravée » et « faux et usage du faux »aujourd'hui.

 

Les observateurs au débat d'hier auraient donné Emmanuel Macron gagnant face aux critiques de Marine Le Pen notamment concernant les grands groupes qui soutiennent le candidat EM. Et vous ?

Mais le grand gagnant du sondage étant pour les Français, Mélenchon Quant à Marine Le Pen, elle a loupé le coche en ne dévoilant pas les financiers  qui soutiennent financièrement et médiatiquement Emmanuel Macron lorsque celui-ci a accusé la candidate du FN de le diffamer.

Les Outre-mer évoqués à la dernière minute par le seul Hamon pour dire "on en a peu parlé". Ils ne sont pas vraiment intéressés, là-bas à Paris. 2° débat attendu.

 

C'est la Polynésie française qui a donné le plus de parrainages à la candidate Marine Le Pen près de 45 pour tout le territoire

 

Courrier : Pour ma part, j'ai trouvé Marine Le Pen assez percutante sauf pour se défendre de faire de la diffamation. Dommage! C'était le moment de coincer le beau parleur. V.

 

Mélenchon me plait. Il est clair, la grandiloquence de Macron  dont au final on ne retient rien. il manie l'ironie et les bons mots sans excès, et je trouve dommage qu'Hamon n'ait pas accepté une alliance avec lui. Fillon ne fait plus le matamore et Marine est dans son créneau S.P

 

Je ne comprends pas pourquoi on dit que les propos de Marine le Pen sont excessifs. Elle est contre le diktat européen et elle a raison. Il est anormal que les lois françaises sont soumises aux lois de l'Europe. On se demande à quoi sert l'assemblée nationale dans ce cas là. J'approuve Marine Le Pen quand elle explique qu'elle demandera la réduction du nombre de députés et de sénateurs qui s'engraissent sur notre dos, avec nos impôts. Un métropolitain en colère.P.

 

Merci à Moetai Brotherson, le mammouth gardien de la parole oscardinne d'avoir dit  avec sa suffisance habituelle sur Polynésie première qu'il fallait être "imbécile ou métropolitain" pour... je ne sais plus quoi. Il veut qu'on le respecte après ça ??????? Quant à la journaliste, qui a reçu l'affront en pleine figure elle n'a même pas sursauté voire ironisé. Mais ils savent bien ces indépendantistes aller à Paris demander l'aide " des imbéciles métros" pour les soutenir à L'ONU. Ils peuvent toujours courir !!! RS

 

RÉFLEXION DU JOUR :

Lorsque Dieu créa le monde, il décida d'octroyer deux vertus à chaque nation afin qu'elle prospère.
Ainsi il fit :
Les Suisses précis et pacifiques,
 Les Espagnols accueillants et festifs,
 Les Anglais flegmatiques et ironiques,
Les Japonais travailleurs et réalistes,
Les Italiens joyeux et mélomanes,
Quant aux Polynésiens, il décida :
 "Les Polynésiens seront intelligents, honnêtes et socialistes."


Lorsque le monde fut achevé, l'ange qui avait été chargé de la répartition des vertus demanda à Dieu :
 "Seigneur, tu as dit que tu octroyais deux vertus à chaque nation, mais les Polynésiens en ont trois... Est-ce pour cela qu'ils se croient toujours au-dessus des autres ?"
Mais Dieu lui répondit :

- En vérité, je te le dis, chaque peuple aura deux vertus, y compris les Polynésiens car chacun d'entre eux ne pourra en posséder que deux à la fois.

Cela signifie que :
si un Polynésien est socialiste et honnête, il ne sera pas intelligent,
s'il est socialiste et intelligent, il ne sera pas honnête,
s'il est intelligent et honnête, il ne peut pas être socialiste...

E
t voilà pourquoi Edouard Fritch soutient François Fillon tout en faisant la cour à François Hollande

 

 

 

Nouveau coup dur pour Fillon.

Une nouvelle affaire embarrassante pour François Fillon?
Dans son édition du mercredi 22 mars, le Canard enchaîné rapporte que l'ancien premier ministre a perçu la somme de 50.000 dollars pour avoir joué les entremetteurs entre Vladimir Poutine, le PDG de Total Patrick Pouyanné et un milliardaire libanais, Fouad Makhzoumi.

C'est en marge d'un déplacement au Liban pour aller rendre visite aux Chrétiens d'Orient, en décembre 2014, que l'ex-premier ministre croise une vieille connaissance, Fouad Makhzoumi, "l'un des leaders mondiaux du pipeline". Selon le palmipède, c'est à ce moment que François Fillon propose à ce dernier de le mettre en relation avec le numéro un du pétrole français et le chef du Kremlin.

Sept mois plus tard, en juin 2015, tout ce petit monde se retrouve à Saint-Petersbourg, au forum économique international. "Simple avant goût d'une plus longue rencontre, qui aura lieu, cette fois, à Paris", détaille le "Canard". C'est via sa société 2F Conseil que François Fillon a facturé cette prestation de "go-between" à la société "Future Pipe Industries". Le palmipède publie
une partie du contrat sur lequel figure la signature du député de Paris.

Interrogé par l'hebdomadaire satirique en février sur les activités de son entreprise, François Fillon avait assuré que celle-ci n'avait jamais conclu un contrat avec Total. Idem concernant la Russie, le candidat de la droite a toujours répété qu'il n'avait jamais touché le moindre dollar provenant "d'une entreprise russe, du gouvernement russe ou d'un organisme russe". En revanche, ce sont bien ses liens privilégiés avec le chef du Kremlin qui lui ont permis de signer ce contrat à 50.000 dollars.

 

Et vlan  voilà un autre petit Brunogate ! Au tour d'un ministre de gauche et non des moindres Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur qui a embauché ses filles, alors mineures, comme assistantes parlementaires

 JDD

 L'émission Quotidien, présentée par Yann Barthès sur TMC, a révélé lundi soir que le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux, lorsqu’il était député, a employé ses deux filles comme collaboratrices parlementaires, alors qu’elles étaient lycéennes puis étudiantes.

 Après l'affaire Fillon, une affaire Le Roux?

 Polémique après l'affaire Théo, soutien à Valls malgré la demande de Cazeneuve de rester neutre... Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur le temps de la campagne présidentielle, est à la peine depuis son arrivée à Place Beauvau. Les révélations de Quotidien, lundi soir sur TMC, risquent de lui compliquer un peu plus la tâche. L'émission de Yann Barthès indique en effet que le ministre, quand il était député, a employé ses deux filles comme collaboratrices parlementaires...alors qu'elles étaient lycéennes puis étudiantes.

 Interrogé par Quotidien, Bruno Le Roux n'a pas démenti : "Bien entendu, j’ai mes filles qui ont travaillé avec moi sur des étés, notamment, ou des périodes de vacances scolaires, mais jamais en permanence." Dans le détail, les filles de Bruno Le Roux, aujourd’hui âgées de 23 et 20 ans, ont, tout au long de leur cursus au lycée et pendant leurs études supérieures, bénéficié de CDD à l’Assemblée nationale comme collaboratrices parlementaires auprès de leur père, alors député PS de Seine-Saint-Denis. Au total, elles ont cumulé chacune 14 et 10 CDD, effectués pendant les vacances scolaires, entre 2009 et 2016.

 Des soupçons d'emplois fictifs?

 Les deux filles ont donc toutes deux commencé à travailler pour leur père quand elles étaient mineures, respectivement à l'âge de 15 et 16 ans. Rien d'illégal toutefois : si l'âge légal minimum pour travailler en France est de 16 ans, il est toutefois possible d'obtenir une dérogation si l'employeur est un parent proche. Sur le plan moral, Bruno Le Roux a par ailleurs rejeté toute accusation de népotisme en pleine affaire Fillon : "On parle d’un boulot d’été auprès d’un parlementaire. Et quand il faut faire du classement, quand il faut faire un certain nombre de tâches parlementaires, je trouve que c’est une bonne école de faire ça."

 Quotidien soulève toutefois un lièvre. Du 10 juin au 9 septembre 2013, la fille aînée de Bruno Le Roux a donc travaillé à l'Assemblée nationale... alors qu'elle effectuait un stage à plein temps pour un magasin Yves Rocher à Tournai, en Belgique. Comment a-t-elle pu assurer les deux postes en même temps? "Chaque contrat faisait l'objet de missions qui ont été honorées […], puisque ces missions ont pu être effectuées en horaires renforcés avant et après le stage, et en travail à distance durant le stage (travail de rédaction, mise à jour de fichiers, recherches, etc) et durant plusieurs jours supplémentaires à l'automne", a répondu à l'émission de TMC le cabinet de Bruno Le Roux.

 Un autre contrat, concernant la fille benjamine cette fois, poserait problème : elle était embauchée pendant un mois à temps plein du 20 avril au 20 mai 2015... alors qu'elle était scolarisée dans le même temps en classe préparatoire d'un lycée parisien. Là encore, le cabinet du ministre apporte une réponse : "La mission a pu être effectuée en horaires renforcés les premières semaines puis s'est poursuivie en plus du temps universitaire les semaines qui ont suivi jusqu'à ce que la mission confiée ait été réalisée."

  "Le Parquet National Financier va se saisir de l'affaire?".  concernant les contrats passés entre Bruno Le Roux et ses filles, embauchées comme collaboratrices parlementaires alors qu'elles étaient encore lycéennes, la droite soupçonnait qu'il y ait "deux poids, deux mesures", au regard du délai qu'il y avait eu entre l'éclatement du "Penelope Gate" et la saisine du parquet national financier (moins de24 heures).

 Si à l'époque plusieurs ténors de la droite dénonçaient la "célérité de la justice", ils sont nombreux aujourd'hui à souhaiter que le PNF se montre tout autant réactif. "Je constate que le PNF ne s'est toujours pas saisi quand il lui a fallu moins de 24 heures lors des révélations du 'Canard'", a déclaré sur BFM TV Hervé Morin.

 Sur Twitter, plusieurs membres du camp Fillon ont réclamé une enquête rapide sur le dossier, dont Thierry Mariani et Lionel Tardy.

 Pour l'heure, Bruno Le Roux a été convoqué par le premier ministre Bernard Cazeneuve pour apporter des explications sur ce dossier, et il n'est pas exclu qu'il soit contraint de démissionner dans la journée.Ce qui devrait arriver après la décision du PNF.

 

 Le PNF ouvre une enquête

 Après avoir "étudié les éléments révélés par la presse", le PNF a décidé d'ouvrir une en "une enquête préliminaire". "Elle a été confiée à l'Office central de luttre contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF)", indiquent les magistrats dans un communiqué (ci-dessous).

 Au-delà de l'aspect moral, il y a plusieurs éléments qui auraient pu expliquer une différence de traitement entre les deux affaires.

D'abord, le préjudice est estimé à 900.000 euros (brut) dans le cas de Fillon alors qu'il s'agit de 50.000 euros (toujours en brut) pour Bruno Le Roux. Ainsi, le caractère fictif de ces emplois n'a pas été pour l'instant dénoncé par Quotidien.

 Enfin, il y avait urgence dans le cas de Fillon puisque si d'aventure il était élu, les procédures auraient dû être mises en pause durant au moins 5 ans. Ce qui n'est pas le cas de Bruno le Roux, qui ne devrait plus être protégé par l'immunité au lendemain de l'élection. Pour autant, le PNF a tout de même décidé d'ouvrir une enquête.

 Au-delà de l'aspect moral, il y a plusieurs éléments qui auraient pu expliquer une différence de traitement entre les deux affaires.

D'abord, le préjudice est estimé à 900.000 euros (brut) dans le cas de Fillon alors qu'il s'agit de 50.000 euros (toujours en brut) pour Bruno Le Roux. Ainsi, le caractère fictif de ces emplois n'a pas été pour l'instant dénoncé par Quotidien.

 Enfin, il y avait urgence dans le cas de Fillon puisque si d'aventure il était élu, les procédures auraient dû être mises en pause durant au moins 5 ans. Ce qui n'est pas le cas de Bruno le Roux, qui ne devrait plus être protégé par l'immunité au lendemain de l'élection. Pour autant, le PNF a tout de même décidé d'ouvrir une enquête.

 

Polynésie

L’homme d’affaires Pierre Chanut, bien connu de la justice locale, souhaiterait implanter une banque « offshore » au Vanuatu : « Vanuatu Utlramarine Bank LTD ».Coucou le revoilà...

 Polynésie première.

 Après des mois de silence, l’homme d’affaires refait aujourd’hui surface. Domicilié au Pic rouge, mais actuellement à l’étranger, Pierre Chanut semble bien décidé à implanter une banque offshore au Vanuatu.

 En effet, il serait déjà à la recherche de partenaires pour assurer les services bancaires aux particuliers, les opérations bancaires d’investissements, et enfin, les activités bancaires marchandes. Le capital nécessaire à la création de cette nouvelle banque serait estimé, selon l’intéressé, à 20 millions de dollars US soit un peu plus de 2 milliards cfp.

 Selon l’intéressé, cet investissement pourrait rapporter un bénéfice net de l’ordre de 6 à 9% dès la quatrième année. D'autant que la fiscalité au Vanuatu est très avantageuse. 

Pierre Chanut aurait même déjà trouvé les locaux de cette future banque : 1500 m², près d’un centre commercial, au centre-ville de la capitale Port-Vila.

Mais voilà, au Vanuatu, on n’aurait pas entendu parler de cette banque, la Vanuatu Utlramarine Bank LTD. De même, aucun dossier de constitution d’une banque offshore n’a été déposé par Pierre Chanut aux dernières nouvelles. En clair, l’homme d’affaires souhaiterait surtout attirer les investisseurs pour créer cette banque.

 Un passé judiciaire

 Pierre Chanut est bien connu sur le territoire, notamment pour ses affaires judiciaires. En mars 2011, il a été mis en examen pour abus de confiance, escroquerie, et blanchiment. Ce qu’on lui reprochait à l’époque : avoir fait miroiter à des investisseurs polynésiens, entre2008 et 2011, de faux placements financiers à forts rendements pour un montant total de 500 millions cfp. Pierre Chanut avait passé près d'un an en détention provisoire.

 En novembre 2015, le tribunal correctionnel qui devait juger le dossier en première instance avait été contraint de renvoyer l'affaire en raison d'une erreur procédurale soulevée par l'avocat de Pierre Chanut, Me Smaïn Bennouar. Le conseil avait en effet soulevé que le greffe du juge d’instruction avait omis de lui transmettre la copie du réquisitoire définitif du parquet. Cette affaire devrait donc être prochainement audiencée.

  Des amis très bien implantés

 En attendant, pour mener à bien l’implantation de la Vanuatu Utlramarine Bank LTD, l’homme d’affaires s’est entouré de personnes bien connues en Polynésie.

Il se serait rapproché de l’agent consulaire des Etats-Unis, Christopher Kozely. C’est lui qui a payé la caution de 5 millions cfp de Pierre Chanut alors qu’il était en détention provisoire en 2011.(!)

Joint par téléphone, Christopher Kozely affirme n’avoir « jamais entendu parler de ce projet. Je ne suis pas du tout au courant. Je n’ai aucune participation dans cette banque ».

 La deuxième personne l’entourant serait un ressortissant français d’origine coréenne, Mr Soo Il Lee. C’est lui qui aurait rédigé les modalités de création de cette banque offshore. Ancien trader en bourse, il a été licencié en 2011 par la SNC BNP Paribas Arbitrage avant de rejoindre la Polynésie française.

 M. Sool Il Lee est arrivé à Bora Bora en novembre 2011. Il serait resté seulement trois mois afin d’échapper aux impositions fiscales sur la fortune. Mais, à son arrivée sur l’île de beauté, l’homme aurait fourni un certificat de résidence irrégulier, basé sur une fausse déclaration.  En effet, l’homme aurait volontairement changé sa date d’arrivée sur Bora Bora afin d’atteindre les 6 mois de résidence requis pour obtenir un certificat. Après une enquête révélant les faits, le maire de Bora Bora, Gaston Tong Sang, a donc annulé en 2012 ce certificat.

 Les autorités judiciaires s'interrogent

 Les autorités judiciaires surveilleraient de près les agissements de Pierre Chanut. D’autant que son nom est déjà apparu par le passé sur la liste des "Panama Papers" divulgué par le consortium international des journalistes d’investigation « The International consortium of investigation journalists ». Il a en effet été actionnaire d’une société offshore basée aux îles Cook.

ndlr : Les escrocs ne meurent jamais !

 

Dans le domaine du foncier dont le ministre de la Justice a dévoilé la plaque il faut rappeler, a précisé Edouard Fritch dans son allocution, que ce projet de tribunal foncier était prévu dans le statut de la Polynésie française mais était resté lettre morte jusqu’à ce que la Ministre qui vous a précédé, Christiane TAUBIRA, ne reprenne le dossier en 2014 et que vous poursuiviez à partir de votre nomination au ministère de la justice début 2016.

 (ndlr le Tapura en remerciement pourrait soutenir le candidat du PS mais point du tout il milite pour François Fillon. La droite dure.)

C’est ainsi, successivement :
- qu’une mission d’experts de la chancellerie a été diligentée en 2014,
- que la loi sur la justice du 16 février 2015 a conféré une organisation au futur tribunal foncier,
- qu’une mission de la commission des lois de l’Assemblée Nationale, que vous conduisiez, a évalué les problématiques foncières polynésiennes,
- qu’un contrat d’objectif a été signé entre la chancellerie et la cour d’appel de Papeete pour la mise en place de moyens supplémentaires destinés à réduire le stock des affaires pendantes en matière de contentieux foncier,
- que la délégation sénatoriale à l’outre-mer a rendu un rapport d’information sur la sécurisation des droits fonciers dans les outre-mer,
- et qu’un groupe de travail présidé par un universitaire a examiné les modifications envisagées du droit des successions.


Pour abriter le tribunal foncier, l’Etat et le Pays ont convenu l’année dernière d’un échange foncier. Cela a permis l’ouverture d’un chantier de réhabilitation d’un bâtiment existant, pour un montant de 1,290 millions d’euros, qui devrait s’achever en octobre prochain.

Pour parfaire ce grand projet, il conviendra encore d’envisager les modifications du droit des successions et de préciser, par un décret à venir, le régime des assesseurs du tribunal foncier.


Edouard Fritch se veut optimiste en espérant que le tribunal foncier sera opérationnel fin 2017.

 


Lundi 20 mars 2017

 

Une réunion de soutien à Marine Le Pen pour les présidentielles 2017, se tiendra le mercredi 22 mars à partir de 18 h à Paea route de la vallée d’Orofero (coté montagne face snack Bébé, plan en pièce jointe).Des drapeaux polynésiens et français en bord de route vous en indiqueront l’emplacement exact. (communiqué)
 

Le ministre des Solidarités, Jacques Raynal, a procédé lundi après-midi, à la signature de deux conventions avec respectivement des représentants de la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) et la Direction des Affaires Sociales, portant sur l’aide à la construction d’un espace senior et sur une subvention aux épiceries solidaires « Fare Hotu ».


Editorial

Le complexe de la tortue

Tahiti Today ne partage pas les programmes des candidats de gauche comme Mélenchon et Hamon mais au moins nous les croyons sincères à l'inverse de Fillon et Macron.

Fillon pour commencer notre semaine avec lui, emberlificoté dans une liste de soupçons incroyables est un grand malade. Certains sont accros au sexe, aux officines de massages érotiques, à l'alcool, à la cigarette, au chocolat, au sucre, que sais-je encore mais Fillon est atteint d'une maladie plus grave dans sa position, l'addiction à l'argent et à tout ce qu'il peut obtenir ou prendre gratuitement. Cette maladie, est-elle reconnue par le corps médical ? Il faudra poser la question à un médecin. Mais imaginez un instant qu'il soit élu contre vents et marées au " château". Ce sont les portes de la caverne d'Ali Baba, entendez de l'Elysée qui s'ouvriraient toutes grandes devant lui. Le Nirvana où tout, tout, est gratuit et où tout peut-être pris même les couverts en argents subrepticement  . De quoi nager dans un bonheur parfait avec en plus "le pouvoir"  doublé d'une immunité totale ! Non, il n'est pas un simple voleur. Mais il est atteint d'une pulsion qu'il ne peut pas réfréner.

Imaginez-vous, vous faire rembourser les frais de mariage d'un de vos enfants, ou leur piquer une bonne partie des salaires qu'ils pouvaient avoir grâce à vous ? Non ? Et bien "Monsieur" Fillon, oui. Et on ne sait pas tout. Mais on a compris au fil de ces dernières semaines que peu lui importe les commentaires de presse, auxquels il répond avec ironie " Et alors..." Il aurait pu ajouter à la tête des journalistes : "Vous êtes jaloux de mes costumes" ? En fait il s'est confectionné au fil du temps un parachute doré en cas d'atterrissage forcé ! Et on y est presque.

 Libération va plus loin encore dans son commentaire sur cet homme que nous découvrons  : "En réalité, peu lui importe que les montants soient petits ou mirobolants, que ce soient des cadeaux ou des abus de pouvoir : ce qui compte pour lui, c’est d’en prendre. De fait, les boulimiques s’empiffrent avec n’importe quoi, les alcooliques peuvent boire du kérosène, les dépendants au sexe coucher avec la première personne qui croise leur chemin.

 Peut-être François Fillon prenait-il des pièces de monnaie dans la tirelire de ses enfants? Ou l’aumône des aveugles qui attendaient devant les églises? Les pourboires que d’autres laissaient sur la table d’un restaurant? L’argent des sacs à main de ses collaboratrices quand, imprudentes, elles se rendaient aux toilettes? C’est difficile à comprendre, bien sûr. On ne traite pas l’addiction à l’argent comme une maladie. On se dit, c’est un voleur, c’est un immoral et plein d’autres épithètes désagréables alors qu’il est victime d’une pulsion morbide qu’il faudrait traiter. On dira que cette maladie est bien répertoriée et l’on parlera de «kleptomanie».

 (...)Il cède à une pulsion momentanée pour quelque chose qu’il voit et qui l’attire. Il ne se fait pas offrir des costumes aux montants extravagants à la seule fin de ne pas débourser cette somme de son compte chèques. Le kleptomane prend directement le costume du magasin et fuit sans se faire repérer. Il faut donc donner un autre nom à la maladie de Monsieur le candidat de Les Républicains. Il souffre du complexe de la tortue ( lire ci-dessous)

 

La proposition ou la réponse est venue de Thaïlande raconte Libération.' Le 6 mars, une tortue verte de 25 ans qui faisait office de mascotte avec ses congénères dans un parc de l’île de Koh-Loy fut opérée d’urgence. Elle avait avalé 915 pièces de monnaie, soit 5 kilos de métal… Le magot provenait des visiteurs superstitieux qui jetaient des pièces dans l’étang des tortues vertes. Ils imaginaient que par ce don, ils allaient vivre plus longtemps que ces animaux, c’est-à-dire environ jusqu’à 80 ans.

 Mais voilà, cette bête curieuse, baptisée depuis Om Sin («tirelire» en thaïlandais), s’est fait un festin de ces pièces, qu’elle mangeait à l’insu des gardiens et de ses congénères. A force, sa carapace fracturée, elle a fini par ne plus pouvoir nager. L’opération dura sept heures. On réussit à la sauver, mais il semblerait qu’elle se soit sentie dépouillée. Le labeur de toute une vie qui consiste à récolter de l’argent sur le dos des superstitieux tomba à l’eau du jour au lendemain. Pour augmenter son déshonneur, on la photographia en train de se reposer après l’intervention chirurgicale, magot sur la tête, comme pour signaler au monde entier son terrible larcin.

 Les juges qui auront affaire à François Fillon devraient peut-être tenir compte de l’histoire d’Om Sin avant de prendre toute décision.

Car François Fillon semble atteint de la même maladie que cette pauvre tortue. On pourrait l’appeler le complexe de la «tirelire» ou celui de la tortue verte qui voulait thésauriser, s’empiffrer d’argent, de n’importe quel argent, pourvu que celui-ci ne lui soit pas honnêtement destiné. Car Om Sin n’était pas honnête non plus. L’argent qu’elle a avalé avait pour but d’exaucer des vœux. Si au lieu de mettre en examen François Fillon les juges demandaient qu’on l’opère, peut-être que l’histoire judiciaire s’arrêterait là. On ne parlerait dorénavant que des trésors incongrus qu’on trouverait dans son estomac."

 

Et Macron ?

A force de marcher, d'arpenter la scène, de réciter son programme, il nous  submerge, nous noie, nous étouffe et nous force à régurgiter tous les mots qu'il nous balance "sans modération" d'autant plus que les zones d'incertitudes quand on peut reprendre son souffle sont importantes pour les électeurs métropolitains comme l'augmentation de la CSG sans contrepartie, la réorientation des provisions constituées par les Caisses de retraite vers les risques d'entreprise sans plus d'explications, la sur-taxation de l'assurance-vie, le blocage des pensions dont les retraités sont les principaux perdants en France. Fort heureusement nous ne dépendons pas de ces mesures car par chance nous  sommes autonomes mais sait-on jamais ?

 

 

 

La pédophilie chez les prêtres

L'enquête a duré un an. Le site Mediapart et l'émission Cash Investigation dévoilent ce lundi sur Internet et demain mardi, sur France 2, une enquête conjointe inédite sur 32 prêtres pédophiles au sein de l'Eglise catholique et la manière dont celle-ci les a couverts.

Une enquête au long cours qui révèle comment, en France, "plusieurs dizaines de prêtres auteurs de violences sexuelles ont été méthodiquement couverts, en connaissance de cause, par 25 évêques, sans que la justice n’en soit jamais informée", écrit le site d'investigation. Une omerta dont ont été victimes 339 personnes.


 

-Take a good way for your life !

Christian Vanizette de " Make Sense" et Jean Romain Micot de "French Tech" ont été excellents lors de leur conférence au Digital Festival Tahiti en ouvrant à tous ceux  ayant la volonté d'aller de l'avant l'accès à tout l'écosystème de Make Sense et French Tech ainsi que leurs hubs internationaux.. Ils ont  par ailleurs annoncé et officialisé le lancement de l'incubateur de Start-up à la CCISM en  enthousiasmant leurs auditeurs. La base du succès est de fédérer tous les gens porteurs d'une vraie volonté de réussite entrepreneuriale par le biais de l'économie numérique.

Les deux conférenciers n'ont pas faits que stimuler les entrepreneurs ils ont aussi annoncé le lancement de PRISM, nom temporaire pour le nouvel incubateur de start-up hébergé par la Chambre de commerce. Deux salariés de la CCISM  suivent déja une formation dans les incubateurs parisiens et américains de Make Sense. Deux gros concurrents à Steeve Hamblin qui jusque là occupait le terrain du "comment réussir."

 

Petite extrait de l'interview par Polynésie première de Moetai Brotherson, le plus futé  et le plus ironique des indépendantistes, conseiller d'Oscar Temaru, président du Tavini.

Journaliste : ...on parle des législatives, est-ce qu’au quotidien, au Tavini, vous profitez de la division des autonomistes ? Vous pouvez jouer sur les deux tableaux : Tapura et Tahoera, est-ce que cela fait vos affaires finalement ?

Moetai Brotherson : On n’est pas opportunistes au Tavini, je pense que les polynésiens regardent eux même la situation politique, regardent les gens qui changent de camp comme ils changent de vestes. Ils ont déjà beaucoup de mal à savoir qui est du Tahoera, Tapura, ils confondent. Ce sont les polynésiens eux même qui sont dans cette confusion et qui regardent à l’opposé le Tavini garder le cap.

Journaliste : Vous défendrez quelle idée, si vous devenez député, par exemple s’agissant du code général des communes dans son application avec tout ce que cela implique, traitement des déchets, le traitements des eaux usées a été reporté en 2025, vous êtes loin d’être prêts à Faa’a comme dans d’autres communes, vous avez encore vous une décharge à ciel ouvert. Est-ce que vous militerez pour reporter encore une nouvelle fois l’application des règles élémentaires, sanitaires, je dirais, faute de répondre aux critères ?

Moetai Brotherson : C’est une bonne question et je vous remercie de me la poser puisque Faa’a était la seule commune à l’époque oû le CGCT a été annoncé à prévenir des dangers du CGCT. A l’époque tout le monde nous avez dit : « mais non ça va être merveilleux, ça va être Disney land » aujourd’hui tout le monde se mord les doigts et donc nous nous avions dit à l’époque et nous n’avons pas changé de position, nous sommes des gens constants, que le CGCT est inadapté ici. Imaginer appliquer un document qui fait 900 pages à la mairie de Takume, mais il faut être fou ou métropolitain (ndlr la journaliste s'est bien gardé de relever l'ironie de l'insulte. Elle aurait pu, étant elle-même métropolitaine lui dire " merci" ! )pour pondre des âneries pareilles ! Nous avons demandé à ce que le code des communes qui existait, qui fonctionnait soit adapté comme ça été fait en nouvelle Calédonie et ça se passe très bien

Journaliste : Vous soutiendrez de nouveau cette idée, votre avis sur l’accord pour le développement de la Polynésie française qui vient d’être signé par Edouard Fritch et François Hollande à Paris

Moetai Brotherson : oui, c’est Kinder sans surprise ! On a fait un amalgame de mesurettes qui existaient déjà, qui avaient déjà été mises en place, la DGA, des conventions de sites et hop on a fait un papier cadeau, une espèce d’opération marketing.

Au début ils ont appelés ça les accords de Papeete maintenant c’est signé à l’Elysée, on ne sait plus trop, faudrait que ça soit signé à Papeete que ça soit les accords de Papeete... pour moi ça n’a pas d’assise parlementaire en France, ce n’est pas un document qui a une valeur devant le Sénat, qui a une valeur devant l’Assemblée nationale, ça n’a aucune valeur.

Pan la claque !
 

 

Dimanche 19 mars 2017

 

 

 

             Editorial en images prises sur le vif

 

 

Le ministre de la justice terminera son dernier voyage en Polynésie, avec rang de ministre,   en prison ! Oups non ! "Par"  la prison de Papeari ultra moderne, chambre individuelle, télé, salle de gym, masseur pour muscles endoloris, enfin tout pour passer un séjour agréable. Sauf pour les femmes qui n'y ont pas droit et pourtant l'Etat n'est pas musulman ! A moins qu'il ne se soit converti, sait-on jamais...

 Relevé sur Polynésie première : Tauhiti Nena a pris la décision de soutenir le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron .

Relevé sur TNTV : Tauhiti Nena devrait recevoir l'onction du parti EM pour les législatives dans la première circonscription.

C'est mardi 21 mars, le jour de l'arrivée du printemps, que le Haut conseil du Tahoeraa annoncera son soutien à l'un des candidats en lice !
 

 

Samedi 18 mars 2017

 

 

 

 

Mélenchon avait des accents gaulliens en faisant son discours " révolutionnaire" pour la 6° République devant 130.000 personnes place de la République ...Impressionnant. Il est certainement l'un des plus sincères des bonimenteurs d'aujourd'hui.

 

Lundi à 16 h 10 sur Radio Polynésie 1ère un débat en français opposera les divers représentants des candidats à la présidentielle.

 

s

 

Des policiers et pompiers sécurisent l'aéroport d'Orly le 18 mars, après qu'un homme a été abattu par les forces de sécurité de l'aéroport.

 PARIS - Un homme s'est emparé de l'arme d'un militaire en faction à l'aéroport d'Orly Sud près de Paris, dans le Val-de-Marne, ce samedi

18 mars, selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur interrogé par l'AFP. Il a été abattu par les forces de sécurité de l'aéroport.

 Vers 8h30 samedi dans le hall 1 de l'aéroport d'Orly Sud, "un homme a dérobé une arme à un militaire de Sentinelle puis s'est réfugié dans un commerce de l'aéroport à proximité avant d'être abattu par les forces de sécurité", a raconté à l'AFP le porte-parole du ministère de l'Intérieur Pierre-Henry Brandet. Il n'y a pas eu de blessé ni d'interpellation, a-t-il précisé.

  Les deux terminaux de l'aéroport d'Orly ont été fermés après les coups de feu. Près de 3000 personnes ont été évacuées du terminal Sud, et les passagers qui se trouvaient dans le terminal Ouest ont été confinées. Les autorités appellent à ne pas se rendre à l'aéroport.

 

Parrainages, c'est fini.

Oscar Temaru en a obtenu 55 ou un peu plus Il a perdu son pari, Marine Le Pen fait un bon score en Polynésie avec 35 élus qui lui ont donné leur soutien et François Fillon en obtient malgré tout 23 du Tapura. Alain Juppé n'étant pas candidat n'en a pas sollicité.

 

Courrier d'un lecteur de TTD :

Pseudologia fantastica.

« Pour mentir, il faut de l’imagination qui construit la fable » [sic] (1)
Oscar mythomane ? Pensez-vous !!!
And the looser is ? Le couperet est tombé : 109 parrainages, il en fallait 500…
Que sont-elles devenues ces 500 - voire 1000 - promesses de signatures fièrement annoncées sur la 1ère ??

Oscar pensait faire le buzz national. Pensez-donc, interviewé par le très indépendant Mediapart (le 13/2), quel flop national, « cela m’en touche une sans faire bouger l’autre ! » comme aurait dit Chirac.
Alors, il a remis le couvert au plan local sur Polynésie 1ère (le 26/2) et tout le monde a bien rigolé…
Dans l’émission « C dans l’air » du 9/3 consacrée aux « petits candidats », son nom n’a même pas été cité.

On regarde Oscar à la télé comme on regardait Georges Marchais dans les années 70/80, pas pour son message idéologique mais parce que l’on sait que l’on va passer un bon moment de télévision.
Avec Oscar, en moins théâtral que Georges, on a aussi notre compte de tartarinades, de mensonges éhontés, de formules à l’emporte-pièce, de postulats et de mimiques « syndrome Gilles de la Tourette »…


« Mentir est le talent de ceux qui n’en ont pas » [sic] (2)
Oscar n’est sans doute ni surpris ni déçu, il connaissait le résultat d’avance… Mais qu’importe, il a fait son show en Polynésie, il n’y a que cela qui l’intéressait. Il a roulé encore une fois dans la farine ceux qui croient en lui comme en la parole de Dieu…
Il va falloir qu’il attende pour sa fantasmatique déclaration de souveraineté mais, tel le Perceval des temps modernes, il poursuivra infatigablement et inlassablement sa quête du graal : son rêve indépendantiste.

Ce n’est pas parce que l’on ne croit plus en quelque chose, qu’il ne faut pas continuer à faire croire qu’on y croit encore surtout, quand cela vous rend légitime au regard des autres.
Tout flatteur ne vit-il pas aux dépens de celui qui l’écoute ??

On n’est pas rendu…Claude B
(1) Emmanuel Carrère
(2) Marie-Joseph Chénier (1764-1811)


 

Courrier de la Réunion

 Devant la foule de supporters hypnotisés venus l' applaudir , Macron lance cette phrase  en ouvrant les bras "je vous aime farouchement"
Si l' on en croit les unes déchaînées des médias Macron a le vent en poupe.


Nous assistons à la plus grande campagne de désinformation de tous les temps !
Remplacer F. Hollande par celui qui fut son conseiller économique avant d' en être le ministre , pour le pire fiasco économique qu' ait connu un quinquennat . ! !  Faut le faire. !
Macron est un sous produit qu'on veut nous refourguer comme un article neuf alors qu' il vient du fin fond de la boutique socialiste ; et paradoxalement c' est le candidat de la bourgeoisie branchée pur produit de la caste.

Son programme est un véritable leurre le changement dans la continuité , le même que l' "ex ennemi de la finance" hollande bis repentiras en pire . Des mesures ultra libérales même pas masquées  :
- baisse des dépenses publiques :  soit baisse des dépenses maladies de 42 milliards et baisse de l' assurance chômage de 28 milliards
Moins de fonctionnaires ( comme Fillon)
- réduction des budgets d' état  
- transfert des des pouvoirs à Bruxelles . Il offre sur un plateau les réformes exigées par le oligarques européens . En clair transformer la France en champ de bataille à la grecque . Plus aucune possibilité de décision politique nationale souveraine
- moins de pensions , des cadeaux pour le patronat
Application de la loi El  Khomry dont il est l'auteur
Augmentation de la C S G qui va frappé durement les retraités : c' est la poursuite du pack de responsabilité de hollande par d' autres moyens
- supprimer l' I S F pour pressurer les classes moyennes et supérieures dont les biens immobiliers constituent précisément la plus grande partie de leur richesse : c ' est ce qu'a fait plus vicieusement le moi président pendant cinq ans

Donc nous avons droit à une resucée du hollandisme en pire


En clair
Les jeunes à la mine . Les vieux au dépotoir . Les malades au mouroir . Les services publics réserves à ceux qui ont du pognon pour ne pas en avoir besoin
C' est un cauchemar Orwellien  mitonné à la sauce Huxley
Coluche disait : les hommes politiques , on devrait les faire souffler dans le ballon pour savoir s' ils ont le droit de conduire la France au désastre .
Les français seront ils toujours des veaux couillonnés ?


 Nicole  Dubarry

 

 

 

 

Vendredi 17 mars 2017

 

Marcel Tuihani accueille Jean-Jacques Urvoas


Le président de l’Assemblée, Marcel Tuihani, a reçu  vendredi en fin d’après midi, le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas.

 

Parrainages c'es

.

 

Présidentielle

Editorial

Que vous soyez puissant ou misérable , on vous reconnaitra à vos costards!

Il n'y a pas de fumée sans feu, surtout dans le milieu branché parisien ! C'est bien l’avocat Robert Bourgi  qui a réglé les costumes Arnys de François Fillon. Mais  deux costumes, ce n'était pas suffisant pour le député Fillon qui a aspiré goulument la générosité de l'avocat. Car, en effet, aux deux costumes s'ajouteraient, selon les révélations du tailleur, près de 35.000 euros réglés en liquide depuis 2012. Que voulez-vous ce n'est pas de la faute de l'ex premier ministre s'il doit conserver l'élégance que requiert sa vie politique. Du coup, l'avocat qui avait payé une fois, lâchera plusieurs fois des milliers d'euros pour payer deux vestes forestières, il faut bien penser à la décontraction coquette, de bon ton du week end, un blazer, deux pantalons et deux pulls en "mohair et soie". " Et alors".... a dit en haussant les épaules avec mépris face aux journalistes, ces manants qui l'interrogeaient, qu'il devait  considérer comme des loqueteux.

 Mais les cadeaux de ce montant doivent être déclarés au-delà de 150 euros au bureau de l'Assemblée nationale. On en est loin. Et du coup l'enquête des juges s'élargit à des soupçons de trafic d'influence L'avocat en question ayant bénéficié en 2012 du carnet d'adresses du député de droite, riche de nombreux dignitaires africains... Les charges qui pèsent aujourd'hui sur Fillon  sont lourdes. Très lourdes.

 Ce n'est pas tout.... Dans sa fuite en avant François Fillon devant 4.500 personnes survoltés à Caen, les Français sont impayables, dans un discours très  trumpiste a franchi un cran en fustigeant " le racisme anti-français" sorti tout droit  du racisme anti-blanc  au cœur des discours préparés par Patrick Buisson pour Nicolas Sarkozy. Il n'y a pas à dire Fillon dérape, dérape, dérape vers une extrême droite dont Marine Le Pen, elle ne se reconnait pas et dont elle s'est éloignée à grands pas...depuis des années.

En regrettant de ne pas être un justiciable comme un autre François Fillon tire un "pique", car à Paris écrit une avocate dans le N.Obs "des peines de prison ferme sont prononcées toutes les vingt minutes à l'encontre des "justiciables ordinaires" sur la base d'un seul rapport de police". Oups ! Encore une mauvaise pioche il aurait mieux fait de se taire.

En faisant siffler les juges et les journalistes lors de discours dans lesquels  son ancien mentor Philippe Seguin  se retournerait d'indignation dans sa tombe, François Fillon, comme on le constate tire de très mauvaises cartes sans gêner outre-mesure les électeurs ni le président polynésien qui espèrent toujours le mettre le mettre sur le trône doré de l'Elysée.... où tout est gratuit !

 

 NB :Faire la  cour à Hollande tout en soutenant Fillon, Fritch est un as de l'équilibre.

 

Signature à l’Elysée de l’Accord pour le développement de la Polynésie française

 Le Président de la République et le Président de la Polynésie française se réjouissent de la signature, ce jour, de l’Accord pour le développement de la Polynésie française (Te avei’a o te fenua). (ndlr : Hollande ne risque plus rien il signe ce qu'on veut à la veille de son départ)

 Cet Accord consacre la relation de confiance qui prévaut entre l’Etat et la Polynésie française. Il acte des ambitions partagées pour le développement économique, social, culturel et environnemental de la Polynésie française.

 Dans le respect de l’autonomie de la Polynésie française et des compétences de l’Etat, l’Accord :

- prévoit un accompagnement des investissements publics structurants, en particulier ceux qui concourent au désenclavement du territoire ;

- réaffirme l’importance du rôle des communes ;

- fixe les orientations d’un développement économique porteur d’emplois pour la jeunesse polynésienne ;

- confirme l’appui de l’Etat au développement social et à l’épanouissement culturel de la population polynésienne ;

- réaffirme une volonté commune de favoriser l’insertion de la Polynésie française dans son environnement régional.

 Il est le fruit d’une écoute, une compréhension et un respect mutuels ainsi que d’une concertation étroite entre le gouvernement de la Polynésie et de l'ensemble des ministères concernés. Olé !

NB Quand on a vu que les promesses de Hollande ont mis près de deux ans à se réaliser... On peut retourner le sablier.

 

 Marine Lepen ayant appris que la représentante Tahoeraa Sandra Manutahi Lévy-Agami était à Paris, l’a reçue à sa permanence du Faubourg Saint-Honoré le mardi 7 mars pour la remercier de son parrainage..

Gaston Flosse dément avoir pris une décision concernant Marine Le Pen même si dans les faits on ne peut en douter. Il attend la décision du grand conseil de mardi pour annoncer publiquement celle qui sera prise.

 

Le ministre en charge de l'Environnement, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a participé vendredi, à Suva, à Fidji, à la réunion de haut niveau des Dirigeants du Pacifique pour la préparation de la Conférence des Nations Unies sur les Océans à New York en juin proch

 

Contrairement à ce que nous avions annoncé en créditant Tahiti Infos de l'annonce de l'augmentation du prix du tabac, c'est en effet TNTV qui  dès le mois de novembre a pris tous ses confrères de court. Voici le lien qui corrobore ce rectificatif. C'est avec plaisir que nous rendons à César......la paternité de cette information.

http://www.tntv.pf/Le-tabac-va-augmenter-de-387-en-2017-_a15154.html  

 

 C'est la plus grande donation de terres privées de l'histoire

 Le gouvernement chilien a reçu jeudi 407.625 hectares de la veuve de Douglas Tompkins, millionnaire écologiste américain controversé. Douglas Tompkins, cofondateur de la marque de vêtements The North Face et ardent défenseur de l'environnement, est mort fin 2015 à l'âge de 72 ans dans un accident de kayak au coeur de la Patagonie chilienne. C'est Kristine McDavitt, sa veuve, qui a cédé ces terres à l'État chilien lors d'une cérémonie dans le parc Pumalin, afin que ce dernier prenne en charge leur entretien et que le public puisse y accéder.

«Après des mois de travail en commun, nous concrétisons ce qui est une bonne nouvelle pour notre pays et nous honorons la générosité et l'amour de la nature de Douglas Tompkins», a déclaré la présidente chilienne Michelle Bachelet en signant le protocole d'accord pour la donation de 407.625 hectares, qui doit encore être officialisée par un décret présidentiel. «C'est l'effort le plus important de l'histoire et j'espère que cela servira de modèle pour d'autres pays», a déclaré de son côté Kristine McDavitt.

Le don de ses terres va permettre la création de trois nouveaux parcs nationaux sur ces terres de la Patagonie chilienne: Pumalin, Melimoyu et Patagonia. De son côté, le gouvernement chilien va faire don de 949.000 hectares pour la création de ces parcs selon la BBC.

 

Guyane : Ségolène Royal violemment prise à partie par le "collectif des 500 frères" en pleine conférence internationale


site 20 minutes

Vêtus de noir et cagoulés, le "collectif des 500 frères" a violemment interrompu la conférence internationale de la Convention de Carthagène qui se tenait en Guyane. Les manifestants ont demandé à Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie, d'agir pour "arrêter la violence".


Entre quarante et cinquante hommes vêtus de noir ont pénétré dans l'enceinte de la CTG, Collectivité Territoriale de Guyane, ce vendredi
17 mars, alors que se tenait la conférence internationale sur la convention de Carthagène en présence de Ségolène Royal. La ministre de l'Ecologie devait défendre la protection du milieu marin de la région des Caraïbes, en présence des représentants de pays de la zone, tels que les Etats-Unis, les Bahamas, la République dominicaine ou encore le Guyana.

T-shirts noirs et cagoules

La conférence initialement prévue a été interrompue dans la matinée par l'irruption de plusieurs dizaines d'hommes vêtus de T-shirts noirs et cagoulés dans l'enceinte de la CTG.
"Nous ne sommes pas des méchants. Vous êtes en sécurité avec nous, ce n'est pas la peine d'appeler des renforts", ont-il assuré le visage dissimulé à la ministre de l'Ecologie, qui les écoutait aux cotés du président de la CTG, Rodolphe Alexandre. Regardez les images de Guyane 1ere.


Le collectif a profité de la visite de la ministre dans le département pour lui demander d'agir pour "arrêter la violence". Depuis l'aube, les membres du collectif ont bloqué plusieurs consulats dont celui du Suriname et du Brésil. Ils exigent de ces pays voisins qu'ils "reprennent leurs délinquants".

Un incident diplomatique ?

Après cet incident plusieurs délégations sont parties sur le champ, refusant de participer à la suite des échanges de la convention de Carthagène. Choqués et craignant pour leur sécurité, plusieurs membres des délégations dont celle des Etats-Unis ont demandé à écourter leur séjour en Guyane.

Selon Rodolphe Alexandre, les conséquences de cette action seront graves. "Je ne sais pas comment on pourra rattraper cette image, a déclaré le président de la collectivité territoriale sur Guyane 1ère.
Les gens ont pensé que c'était un mouvement terroriste à cause des cagoules. Autant je suis ému, autant des délégations sont totalement touchées".


Inauguration du pont de l'Oyapock reportée ?

Ségolène Royal devait assister ce samedi 18 mars à l'inauguration du Pont de l'Oyapock qui relie la Guyane et le Brésil. Elle a annoncé qu'elle ne s'y rendrait pas, son homologue brésilien n'ayant pas prévu d'y être présent. Elle n'a pas établi de lien entre cette annulation et les événements de ce vendredi.
 

 

 La1ere.fr avec AFP

La Cité des Outre-mer, attendue depuis de nombreuses années, sera lancée symboliquement vendredi à La Villette à Paris, pour honorer la promesse de campagne de François Hollande, qui figurait déjà dans le programme de... Lionel Jospin en 2002. (ndlr:  plus c'est long, plus c'est bon !)

François Hollande assistera lui-même vendredi au lancement symbolique de ce lieu destiné à promouvoir et valoriser les cultures, les arts, les traditions et coutumes des territoires ultramarins, en présence notamment de la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts et de nombreux élus ultramarins.

Les travaux débuteront "dans quelques mois"

Une vidéo de présentation du projet devrait notamment être diffusée, le "graff" d'un artiste ultramarin dévoilé. Les travaux eux débuteront dans quelques mois, précise-t-on au ministère des Outre-mer. Le ministère des Outre-mer a prévu dans son budget 2017 un financement de
10 millions d'euros pour cette Cité.

Un serpent de mer vieux de 15 ans

"Je créerai une cité des Outre-mer en Ile-de-France pour mettre en valeur l'histoire, la mémoire, la culture des outre-mers", affirmait François Hollande dans ses engagements de campagne de 2012. Il avait repris à son compte cette proposition de l'ex-Premier ministre Lionel
Jospin: la création d'un "cité de l'outre-mer" à Paris, dont l'idée avait été lancée par l'ex-candidat lors de sa campagne malheureuse pour l'Élysée en 2002. "C'était un projet du gouvernement de Lionel Jospin qui était attendu. Ensuite, il a été relégué, abandonné", avait alors expliqué François Hollande.



Un long processus

En 2015, un accord pour le financement avait été trouvé entre la ministre des Outre-mer de l'époque George Pau-Langevin, l'ancien président de la Région Ile-de-France Jean-Paul Huchon et la maire de Paris Anne Hidalgo. Pendant sa campagne des régionales, Valérie Pécresse, nouvelle présidente de région, avait dit son soutien à la création d'une telle structure. Mais la recherche d'un lieu adéquat a pris beaucoup de temps. Le choix du parc de La Villette a finalement été acté en 2016.


"Mettre en valeur les cultures"

Même avant sa campagne de 2002, Lionel Jospin, alors Premier ministre, avait lancé en 2001 "une mission de préfiguration" pour cette cité des Outre-mer. "Cet établissement aura pour vocation de mettre en valeur les cultures et les savoir-faire de tous les outre-mers français. Il offrira aux associations animées par des originaires de l'outre-mer un centre de ressources", avait-il expliqué.

L'Ile-de-France concentre 600.000 originaires d'outre-mer sur le million estimé dans l'Hexagone, selon des chiffres de 2013.


 

Jeudi 16 mars 2017

Le président Obama en vacances à Tahiti pour écrire ses mémoires.

 

 

 

Campagne présidentielle :

Editorial

 Quand François Fillon radote en meeting et poursuit sa victimisation. En clair il atteint sa cote d'alerte !

 «Je suis comme ces combattants balafrés»...

 Faire des meetings, c'est se répéter, souvent. Mais là, on a comme l'impression que le disque de François Fillon est un peu rayé, écrit le site 20 minutes . On est d'accord.  Et si on avait le temps on pourrait relever dans les discours de nos propres hommes politiques localement, les mêmes répétitions.

En meeting à Pertuis dans le Vaucluse mercredi, au lendemain de sa mise en examen, le candidat Les Républicains à la présidentielle  a lancé au public : « Je reviens de loin. Je suis comme ces combattants balafrés qui n’ont pas appris la vie dans les livres ». Et cette phrase fait tilt dans l'auditoire, c'est normal, le député de Paris a déjà prononcé cette phrase, au mot près, dans deux précédents meetings, à Nîmes et à Besançon à quelques jours d'intervalles.

 Une stratégie de communication basée sur la répétition. à l'identique de celle d' Emmanuel Macron. Sauf que ce dernier nous en met pendant près de trois heures à chaque meeting et qu'à la fin, on a oublié  ce qu'il a dit au commencement. Mais, revenons  dans le roman Macron pour mieux comprendre le personnage et surtout savoir ce qui se passe dans ce jeu de poker menteur. Fillon n'ayant plus rien à prouver.

 Le 28 octobre 2014, le tout nouveau ministre de l'Economie, Emmanuel Macron autorisait le rachat de SFR par Patrick Drahi, baron millionnaire de la presse, contre l’avis de son prédécesseur Arnaud Montebourg. Dans les 6 mois qui ont suivi cette décision, la valeur du groupe de Drahi a plus que doublé et a fait gagner plus de 14 milliards d’euros à ses actionnaires. Bonne pioche !

Pour remercier Macron,  Drahi, car tout à un prix, a mis son groupe de médias à disposition de sa campagne et a organisé un matraquage médiatique sans précédent en faveur de Macron. Ce soutien s’organise d’ailleurs de manière tout à fait évidente. Un proche de Patrick Drahi, patron du pôle médias du groupe Altice, Bernard Mourad, rejoint Macron pour organiser son mouvement « En Marche » en Octobre 2016. Bernard Mourad, ancien banquier de Patrick Drahi, s’était plus particulièrement occupé, en 2014, de l’opération de rachat de SFR. Depuis février 2015 il est le patron de la branche média du groupe Altice, c’est-à-dire la personne qui dirige l’Express, Libération, BFM TV et RMC. Vous voyez déjà le portrait robot qui se dessine.

 En autorisant le rachat de SFR, Macron, en effet, fait d’une pierre deux coups. Cette opération se révèle fort juteuse pour son clan , puisque la banque d’affaires qui se charge de cette vente n’est autre que la banque Lazard. La banque Lazard est dirigée en France par Mathieu Pigasse, propriétaire du journal Le Monde et soutien essentiel de la campagne d’Emmanuel Macron. Les banques d’affaires toucheront de l’ordre de 260 million d’euro de commissions sur ce deal. Tout s'enchaine à la perfection pour celui auquel on donne le bon dieu sans confession avec sa mine d'angelot gentillet, plus blanc que blanc mais déjà doté d'un redoutable sens de la magouille financière et de l'apparence. D'où sa réserve sur le cas Fillongate.

Or, si l’on veut moraliser la vie politique et éviter les conflits d’intérêts, est-il normal que le patron d’une banque qui est aussi patron de presse soutienne un candidat dont la décision lui a rapporté autant d’argent ? Le 22 février Bayrou se ralliait à Macron sous quatre conditions. Macron acceptait avec un cynisme écœurant la condition suivante : « Je demande expressément que le programme du candidat comporte en priorité une loi de moralisation de la vie publique, en particulier de lutte contre les conflits d’intérêt. Je refuse, comme je l’ai refusé toute ma vie que des intérêts privés, de grands intérêts industriels ou financiers, prennent la vie publique en otage. Je ne cèderai rien sur la séparation nécessaire de la politique et de l’argent." Naïf Bayrou !

 Mais en vérité ce n'est pas qu'un simple coup de balai qu'il faudrait donner à la France, risée du monde, mais un grand nettoyage au karcher. Tenez, l'une des plus belles performances de la République aura été de laisser  cumuler pendant des années, attendez je reprends mon souffle, les très lourdes fonctions de Anne Hidalgo en tant que  premier adjoint au maire de Paris en charge de l'urbanisme, de conseiller régional de l'Ile de France, de secrétaire nationale du PS tout en travaillant à temps complet à...l'inspection du travail avant de devenir elle même maire de Paris ! En étant, bien sûr, rémunérée dans chacune de ces fonctions. Une perte pour l'Etat, beaucoup plus importante que celle occasionnée par la rémunération certes excessive de Pénélope Fillon.

 

 


Natacha Polony, extrait de son analyse qui rejoint la nôtre sur son site l'Imprécateur.

L’affaire Fillon dépasse largement la personne même de l’ancien Premier ministre. C’est vous qui êtes pris à la gorge et qui devenez l’otage d’un pouvoir occulte, dont vous pressentez l’existence, mais que vous ne savez pas identifier, que nous appelons « le Système ».
Le Système est informel et anonyme. Ceux qui le manipulent pour leur plus grand enrichissement sont des gens discrets. Apprenez à les connaître. Ils ne sont pas de droite, ni de gauche, mais ils savent se servir de la Droite et de la Gauche pour s’enrichir toujours plus.
 La Gauche au gouvernement taxe plus les citoyens et emprunte beaucoup plus aux banques internationales que le fait la Droite. Ils préfèrent donc la Gauche et soutiennent financièrement celle qui leur rapportera le plus de dividendes. La France va en mourir ? Quelle importance ? Ils sont socialement mondialistes et financièrement internationalistes.
La presse française est tenue par l’Elysée qui la subventionne et lui envoie des « éléments de langage » et des milliardaires. Il faut s’en souvenir, chaque fois que vous ouvrez Le Monde, Libération, L’Express, l’Obs… ou que vous écoutez BFMTV, Canal +…
> Ils ont des noms : Banque Lazard, Banque Rothschild, Pierre Bergé, Parick Drahi. Vous croyez qu’ils ont des convictions de droite ou de gauche ? Mais non, leur seul croyance, c’est la Finance !
> Vous croyez qu’il financent les médias par souci de la démocratie ou de la liberté de la presse ?
> Mais non, ils perdent tous de l’argent avec la presse, mais elle leur permet de placer au pouvoir, jusqu’au sommet, leurs candidats, ceux qu’ils ont choisi parce qu’ils feront voter les lois et les mesures de finances internationales qui leur permettront de faire des profits énormes sur le marché mondial. Plus que les quelques millions que leur coûtent en France le financement des medias, les sondages biaisés et la rémunération défiscalisée des journalistes.
> D’autant qu’ils réussissent à vous en faire payer le plus gros par la redevance télé et la part de vos impôts (pas ceux des politiciens qui en paient moitié moins que vous ou des journalistes qui, pour la plupart n’en paient pas) qui abreuve les milliards des subventions !
Les élus de la Droite s’énervent et demandent à leur chef de se retirer. Le chef est là pour leur faire partager la victoire, non pour les conduire à la défaite. Il faut gagner demain ! Et demain, leur répètent les sondages du moment, est incertain.

 

Cérémonie d’ouverture du Digital Festival Tahiti

Le ministre en charge du Numérique, Jean-Christophe Bouissou, et le Vice-président, Teva Rohfritsch, étaient présents, jeudi matin, à la Chambre de Commerce, d’Industrie, et des Services et des Métiers (CCISM), à Papeete, afin d’assister à la cérémonie d’ouverture de la première édition du Digital Festival tahiti.

Le Digital Festival Tahiti, qui se tiendra du 16 au 18 mars, a pour double objectif de sensibiliser le grand public au nouvel écosystème digital mondial, ainsi que d’en poser les bases en Polynésie française. Quatre univers seront présentés à travers plusieurs ateliers et conférences : IoT & Vie connectée (domotique, objets connectés et réalité augmentée), IA & Robotique (humanoïdes, exosquelettes, et drones), Arts Numériques (espace 3d, jeux vidéo et autres arts numériques) et enfin Digital Business (magasins connectés, vision client 360°, m-paiement sans contact).

A cette occasion, une vingtaine de leaders mondiaux de leur secteur et des start-up de la FrenchTech partageront leur expérience avec le grand public, les professionnels et porteurs de projets. Parmi eux, SoftBank Robotics (le leader mondial en robotique), Ubisoft Montréal (un important studio de développement de jeux vidéo), Tink&Go NFC, et IBM Montréal, seront présents durant ce festival.

Lors de son intervention, Jean-Christophe Bouissou, a indiqué à l’occasion de ce grand évènement du numérique dans le Pacifique insulaire, co-organisé par le Pays, l’Office des Postes et Télécommunications (OPT), et la CCISM, que le gouvernement avait la volonté d’accompagner la transition numérique, avec notamment la mise en place du Schéma directeur d'aménagement du numérique de la Polynésie française (SDAN-PF).

Le ministre a également souligné les opportunités commerciales que le numérique pouvait représenter pour les entreprises polynésiennes. Il a ainsi évoqué la mise en place du concours d’innovation numérique visant à encourager et soutenir la création, le développement et la mise sur le marché de projets numériques innovants ou d'intégration originale au contexte de la Polynésie française. Ce concours a pour objectif de développer de nouveaux produits ou services novateurs par leur contenu, leur procédé de réalisation, leur modèle économique ou leur expérience proposée.

Enfin, le ministre a exprimé son souhait de voir le Digital Festival être pérennisé, avec d’autres éditions de l’événement dans les années à venir. A l’ouverture de cette première édition, 1600 tickets d’entrée électroniques ont déjà été comptabilisés.


 

La 4G chez Vini  et des Smartphones à moins de 15.000 Frs

Les premiers a  lancer la 4G après Vodafone,  premier à l'annoncer, a lancé en souriant Yannick Teriierooterai, directeur général de Vini. Mais tout ne se fait pas à coups

 d'annonces médiatiques. Vini a donc été dans l'obligation de moderniser ses antiennes relais. 25 sites ont en conséquence été modifiés sur la zone urbaine dans un "coeur de chaîne" fourni par Nokia et de nouveaux relais radio fournis par Ericsson a précisé le directeur général de Vini dans sa conférence de presse. A retenir que les nouveaux "Smartphones" sont en vente à moins de 15.000 Frs dans les boutiques Vini.Une aubaine !



 

Mercredi 15 mars 2017

 

Alex Duprel après Louis Francius s'en est allé. Se sont-ils retrouvés ? Personne ne peut l'assurer. Il était insupportable et si agressif envers sa bête noire Gaston Flosse, mélangeant le vrai et le faux dans des tirades politiques qui réjouissaient les adversaires du président de l'époque, fustigeant la justice qui ne tenait pas compte de ses vérités, que nous ne pouvions pas nous retrouver sur le terrain politique sans argumenter sur des thèses totalement opposées. Puis finalement nous embrasser pour nous dire "A plus". Il aimait profondément la Polynésie, ses rumeurs, ses bruissements son frisottis sur le lagon de Moorea. Il a eu le mérite de faire son magazine Tahiti Pacifique, tout seul, un pari, a connu des heures de gloire et de déprime sous les cocotiers de son jardin, mais bon, il a su sortir de l'anonymat et se faire redouter. Paix à son âme, malgré un dernier pied de nez avec la publicité de Marine Le Pen placée sous ces quelques lignes. Zut ! Quand on se retrouvera, on va encore se disputer...

 

Editorial

Emmanuel Macron longtemps épargné va devoir enfiler des costards gratuits jusqu'à l'élection présidentielle pour sa belle gueule, sa jeunesse, ses prestations  et depuis quelques jours la ruée des éléphants du PS qui ne marchent pas mais galopent vers lui pour sauver leurs  carcasses. Reste à savoir : est-il vraiment ce jeune homme au-dessus de tout soupçon, prêchant un sermon appris par cœur, tels les prédicateurs américains et savamment récité ?

Et bien non Macron n'est pas cette image d'Epinal. En temps normal on pourrait même dire qu'il est superbement bien conseillé et doué. Est-il anti-système comme il veut le faire croire ? Pas du tout, il y est même en plein centre. Cette campagne est féroce a bien des égards mais tout de même avant de voter encore faut-il savoir pour qui on vote. Etre riche ou très aisé n'est pas un délit mais se faire passer pour " presque pauvre" en est un . Qui est-il vraiment ce Macron ? Et si dans la vie courante les relations que l'on peut avoir avec les puissants est un atout, pendant une campagne électorale de cette importance,

 il convient de savoir tout de même qui  soutient qui. Et surtout pour qui on vote. Sur les trois personnalités intéressantes à la veille de la présidentielle, on sait désormais pratiquement tout sur François Fillon y compris la couleur de ses chaussettes, quant à Marine Le Pen les médias se sont chargés de décortiquer la " reine de sabbat", restait Emmanuel Macron, l'angelot doué. Mais voilà ,ceux qui cherchent, trouvent. et ont fait passer à Tahiti Today un CV éloquent, quasi glorieux mais prouvant qu'Emmanuel est intelligent certes, mais bien formaté par le système qu'il dénonce !

 Macron est énarque. A l’ENA, il a côtoyé Boris Vallaud (mari de Najat Vallaud-Belkacem) qui fut plus tard directeur de cabinet au ministère de l’Economie.

Macron est un Young leaders.(de la "French American Foundation France** (FAF)". ) Cette "association" réunit dans un même objectif auquel ils ont promis de travailler ensemble des gens de gauche comme de droite, de la presse, de la politique ou des affaires, quelle que soit leur couleur politique affichée.

Macron est un ancien banquier de chez Rothschild.

Macron est millionnaire. Nous le savons grâce au redressement fiscal que le fisc lui a infligé au sujet de sa maison du Touquet estimée à 1,4 millions d’euros.

 Macron est soutenu par des dizaines de caciques de la politique (anciens ou actuels ministres, secrétaires d’Etat, députés, sénateurs, présidents de région ou de département, maires...) : François Patriat (PS), Bernard Kouchner (ancien ministre de gauche et de droite), Renaud Dutreil (UMP et créateur du RSI), Jean-Claude Boulard (PS), Jean-Pierre Sueur (PS), Corinne Lepage (qui a papillonné dans de nombreux partis), Nicole Brick (PS), Jean-Michel Baylet (radical de gauche, PDG du groupe La Dépêche), Gérard Collomb (PS), Jean-Paul Huchon (PS, condamné pour prise illégale d’intérêt), Dominique Strauss Kahn, Daniel Cohn-Bendit...

 Macron est soutenu par des financiers et des patrons : Alain Minc (financier, conseiller politique), Pierre Gattaz (patron du MEDEF), Claude Bébéar (milliardaire, fondateur d’AXA), Vincent Bolloré (milliardaire, propriétaire de l’institut de sondage CSA, actionnaire de Vivendi, Canal+...), Pierre Berger (milliardaire, mécène historique du PS, copropriétaire de L’Observateur et Le Monde), Bernard Arnaud (milliardaire, fondateur de LVMH, propriétaire de Radio Classique, Le Parisien et Les Echos), Alexandre Bompard (millionnaire, patron de la FNAC et de Darty), Françoise Holder (millionnaire, fondatrice de Boulangerie Paul)...

 Macron est aussi soutenu par deux patrons emblématiques des télécommunications : Xavier Niel (patron de Free, copropriétaire de L’Observateur, Le Monde, Publications de La Vie Catholique, Télérama...) et Patrick Drahi (patron d’Altice qui est la holding luxembourgeoise de SFR-Numéricable, propriétaire de L’Express, Libération, News Co, BFM TV, BFM Business, RMC...).

Patrick Drahi habite en Suisse, possède un compte bancaire dans le paradis fiscal de Guernesey et a logé sa société à la Bourse d’Amsterdam. Lorsque Macron était secrétaire général adjoint de l’Elysée, Bouygues était en concurrence avec Numéricable pour racheter SFR. C’est Macron qui a permis à Patrick Drahi d’avaler SFR. Et Drahi a depuis renvoyé l’ascenseur. Le banquier Bernard Mourad (Morgan Stanley), ami proche de Drahi, est aujourd’hui conseiller spécial du mouvement “En Marche” de Macron et s’occupe activement de sa campagne électorale.

 Dans l’équipe de campagne de Macron, on trouve une flopée de diplômés de Sciences Po ou de HEC, cadres supérieurs dans de grands groupes, comme par exemple la société américaine de conseil McKinsey. 

En 2016, Emanuel Macron a été la personnalité qui a bénéficié du plus grand nombre de couvertures de magazines. Macron est un grand ami de Yves de Kerdrel (patron de Valeurs Actuelles et dont le carnet d’adresses est copieusement garni de représentants de l’élite sociale). Macron organise depuis des années des diners mondains dans lesquels il invite la crème de l’establishment politico-médiatique.

 Macron est-il honnête ? Pas vraiment...

Il laisse entendre qu’il est issu de Normale Sup. Faux : Macron a échoué deux fois au concours d’entrée de l’Ecole Normale Supérieure. Par contre, il était élève du lycée élitiste Henry-IV. Mais ce n’était pas un étudiant brillant. Un de ses anciens camarades a indiqué à Marianne que Macron “arrivait à utiliser suffisamment de mots savants pour donner le change” à l’oral.(même méthode quand il fait un meeting seul sur scène)

Macron fait croire qu’il est docteur en philosophie. Le problème est que l’on n’a jamais retrouvé sa thèse. Il prétend alors qu’il n’a produit qu’un mémoire. Mais lorsque les journalistes de Challenges interrogent son supposé directeur de mémoire, le professeur de philosophie Etienne Balibar, celui-ci répond “ne pas avoir de souvenir ni de trace de cet épisode”.

 Le 6 avril 2016, Macron lance son mouvement “En Marche” par un clip vidéo mettant en scène la diversité et les talents de la population française. Mais le lendemain, Yann Barthès,présentateur du Petit journal, révèle la supercherie : le clip de Macron n’est qu’un copier-coller de vidéos étrangères, notamment américaines. Par exemple, une supposée Française est en réalité une Américaine figurant dans un clip de campagne des primaires démocrates de Bernie Sanders. !!!!!!!!!

 Le 10 avril 2016, au JT de France 2, Macron affirme que son parti En Marche a dépassé les 13000 adhérents. Baliverne! Le Canard Enchaîné révèlera le 12 avril qu’en réalité il ne s’agissait que de 13000 visites d’internautes sur le site de Macron.

 En juin 2016, le ministre Macron ouvre le capital de l’aéroport de Toulouse. Macron affirme qu’il ne s’agit pas d’une privatisation car les investisseurs chinois n’acquerront que 49,9% du capital. L’Etat garde 10% et les collectivités locales possèdent le reste. Mais Médiapart révèlera l’existence d’un pacte secret d’actionnaire liant l’Etat, non pas aux collectivités publiques, mais aux Chinois et qui leurs donne les pleins pouvoirs.

 Le 11 août 2016, dans une interview à Paris Match, Macron prétend qu’il dialogue régulièrement avec l’intellectuel tunisien Abdelwahab Meddeb au sujet de la religion et de la place de l’islam en France. Les journaliste de Match (trop occupés à faire la promotion de Macron ?) ne vérifient pas. Heureusement pour la vérité, le rédacteur en chef de TV5, Xavier Marquet, éventera le mensonge : Meddeb est décédé depuis deux ans !

 Selon le livre Dans l’enfer de Bercy, Macron aurait utilisé 120.000 euros d’argent publique pour financer sa campagne électorale.

 Macron a-t-il l’étoffe d’un homme d’Etat ?

Laissons répondre Jacques Attali (qui fut pourtant un de ses premiers supporters en 2012) :

Jacques Attali (dans Challenges du 13 mai 2016) : “Macron n’incarne que le vide”. Reste qu'on nous dit qu'il vient de le rejoindre. Vrai ou faux ?

 

CONCLUSION :

On le constate, Macron est un pur produit du système. D’autre part, il est trop beau et trop parfait pour être vrai. On se demande si Macron n’est pas pas un leurre, un masque, un avatar ? Un concept markéting de l’oligarchie politico-médiatico-financière dont nous parlerons dans notre prochaine édition, un faux candidat antisystème façonné comme un acteur peut l'être pour capter les voix des électeurs écœurés par les politiciens traditionnels et avides de nouveauté ?

 

 

 "Oui , j'ai piqué un peu partout, mes costards étaient offerts, je le valais bien ! Pénélope est mon double.  J'ai fait rembourser par ma fille les dépenses engendrées par son mariage .Mieux encore, mes fils m'ont remboursé l'argent de poche que le Sénat leur donnait.

 On hallucine !" Et alors. oui j'ai un comportement de goujat , mais...je vous emmerde !" Voilà ce que pense FF.

 

 Les liens troubles entre François Fillon et un puissant milliardaire libanais

20 minutes

C’est une affaire qui pourrait se révéler très embarrassante pour le candidat de la droite, déjà mis en examen pour détournement de fonds et abus de biens sociaux dans le cadre du PenelopeGate. D’après Mediapart, un puissant homme d’affaires libanais figure parmi les clients de la très lucrative entreprise de François Fillon, la société 2F Conseil.

Un contrat aurait été signé début 2016 avec Fouad Makhzoumi qui dirige le groupe FPI (l’un des leaders mondiaux de la fourniture de pipelines), alors même que le député de la Sarthe était déjà en course pour la primaire de la droite. « Il était déjà candidat LR à la présidentielle », précise le site. L’information aurait été confirmée par Myriam Lévy, la conseillère en communication de François Fillon.

Des relations de longue date

Le nom de Fouad Makhzoumi n’avait jusqu’à aujourd’hui jamais été cité par François Fillon, qui en revanche, n’avait pas hésité à communiquer le nom d’autres de ses clients, comme l’assureur Axa, Fimalac ou la banque Oddo, lors d’une conférence de presse organisée début février.

D’après Mediapart, l’homme d’affaires et le candidat à la présidentielle entretiendraient des relations de longue date. « Le Libanais avait d’ailleurs offert un banquet en l’honneur de son « ami » Fillon à Beyrouth en décembre 2014 », précise le site.



Le nom du milliardaire est également connu en Grande-Bretagne. La famille Makhzoumi aurait soutenu le parti conservateur britannique par de nombreux dons. Un ministre britannique a même été contrait à démissionner en 1995 car il avait omis de déclarer ses liens avec le milliardaire. Mediapart s’interroge donc aujourd’hui sur la nature des liens entre les deux hommes et cherche à savoir si François Fillon « a empoché des fonds de la part de FPI sur la base du contrat signé au début de l’année 2016 ? Et à quelle hauteur ? ».

(ndlr)La boite de Pandore des candidats est ouverte !
 

 

 

"En Marche, c'est la succursale du parti socialiste" entendu sur LCI. Un proche du Président de la République : " D'ailleurs François Hollande jouera un rôle important si Macron est élu président de la République à son tour." Ah bon ? On va donc retrouver Fanfan ? Et dire que le Tapura soutient Fillon! !

 

Natacha Polony : "Le mensonge et la trahison sont l'ADN des socialistes"

Vous n’avez pas encore compris ? écrit Natacha Polony dans un commentaire politique dans L'imprécateur, elle dit en substance :
 ...c’est tout l’électorat de droite, 65% des Français que l’on veut faire taire, que l’on veut détruire Et quand j’écris « droite », j’y inclus aussi l’électorat du Front National, car c’est lui qui est visé au premier chef, mais peut-être n’en a-t-il pas (ou pas encore) conscience.

 

Tahiti Infos, le journal gratuit proche du gouvernement, en met pourtant une couche tous les jours, ou presque, pour dénoncer le nombre très important de SDF (près de 500 dans toute l'île) et un peu plus de 300 à Tahiti sans qu'Edouard Fritch le président du Pays et le maire de Papeete ne soient sensibilisés. Le journal précise même que Michel Buillard, par services  communaux interposés, menace de jeter leurs biens aux encombrants.

 En fait les "encombrants"  pour les autorités ce sont tous ces malheureux là dont le Pays ne sait plus quoi faire sinon aller tendre la main, encore et toujours, à Paris. .


 

« Tendances conjoncturelles du quatrième trimestre 2016 » site IEOM 

 

Consolidation de l’activité au quatrième trimestre 2016

À l’exception du BTP, l’ensemble des secteurs perçoit une conjoncture favorable au quatrième trimestre 2016, qui s’accompagne de prévisions d’investissement et d’embauche toujours bien orientées. L’optimisme affiché par les professionnels est toutefois moins marqué pour les trois premiers mois 2017.

L’indicateur de climat des affaires (ICA), qui a connu une progression significative sur l’année 2016,  s’infléchit très légèrement sur les trois derniers mois de l’année, mais reste bien au-dessus de sa moyenne de longue période.

Nouvelle amélioration du marché du travail

L’indice de l’emploi salarié marchand s’affiche toujours en hausse (+0,9 %, CVS). La majorité des secteurs est concernée, en particulier la construction (+4,8 %), le commerce (+1,8 %) et l’hôtellerie-restauration (+1,4 %).

Progression de la consommation des ménages

L’ensemble des indicateurs fait apparaître une hausse de la consommation des ménages : les  importations de biens destinés aux ménages progressent sur le trimestre et sur l’année, tout comme les immatriculations de véhicules neufs (+36,9 %, CVS) qui ont été fortement dynamisées par le dispositif d’aide à l’acquisition. Les commerçants sondés pour l’enquête de conjoncture de l’IEOM se disent satisfaits de leur activité au quatrième trimestre.

Investissement en hausse pour les entreprises et les ménages

L’investissement des entreprises reste bien orienté : les importations de biens destinés aux entreprises sont en hausse, tout comme la production de crédits (+28,1 % sur un an) et les immatriculations de véhicules utilitaires (+21,3 % sur le trimestre, CVS). Les prévisions d’investissement à un an des entreprises demeurent favorables dans l’ensemble des secteurs à l’exception du BTP ; elles sont cependant moins unanimes dans le commerce et le tourisme.

L’investissement des ménages poursuit également sa progression, comme le reflète la hausse des encours de crédits à l’habitat (+1,2 % sur le trimestre).

Bons résultats à l’export

Les exportations progressent de 4,8 % (CVS) en valeur au quatrième trimestre 2016, portées par les perles brutes (+3,9 %, CVS). Les autres produits locaux affichent aussi de bons résultats sur le trimestre : en CVS, +22,1 % pour le monoï, +12,9 % pour les produits agroalimentaires, +3,1 % pour le poisson et +90,8 % pour la vanille. Seul le nono fait exception à la tendance.

 


 

Mardi 14 mars 2017

 

24h en avance les juges ont mis en examen François Fillon, le candidat de la droite des Républicains qui se maintient dans la course comme un canard auquel on coupe la tête et qui tourne en rond est stupéfiant.

Editorial

Pendant que le Tapura local utilise ses dernières cartouches avec le président de la République sortant pour passer des accords  probablement voués à l'échec dont le projet d'accord de Papeete, tout en soutenant publiquement, quel paradoxe et sans vergogne, François Fillon, le Tahoeraa lui, fait une campagne pudiquement larvée jusqu'à mardi prochain, date de la réunion du Grand conseil dont Gaston Flosse a précisé dans son interview il y a quelques jours, que  seul le Grand conseil pouvait décider  de son soutien ou non à la candidature de Marine Le Pen.  Nous avons réussi à nous procurer cette lettre de quasi engagement de la candidate favorite des sondages (près de 34%)  que nous publions ci-dessous.

Dans cette lettre d'engagement personnel, la candidate Marine, alors que Flosse a envoyé sa profession de foi à tous les candidats, en espérant avoir leur avis, elle seule donc à ce jour, a eu la finesse de répondre qu'elle approuvait les orientations de ce parti. Elle va même jusqu'à s'engager, une fois élue, à ce que ces orientations constituent pour la Polynésie française, les objectifs du gouvernement qu'elle aura nommé et donc chargé de les mettre en œuvre. De quoi réjouir comme un enfant gâté "le grand timonier" du Tahoeraa.

Mais entre ces excellents manœuvriers politiques que sont Gaston Flosse et Marine Le Pen, on trouve un homme clé, Eric Minardi qui a su rapprocher ces deux personnalités fortes en étant une courroie de transmission efficace, toujours en faveur de la Polynésie. Par exemple, la candidate du Front National dans cette lettre promet qu'elle prendra en compte le contexte particulier des essais nucléaires à la Polynésie française en s'engageant "solennellement" à remettre en application la consécration par l'Etat des moyens nécessaires à la réparation de ces conséquences  "de toute nature." pour ceux qui en ont souffert. Entendez  les 18 milliards qui avaient été pérennisés par Jacques Chirac mais dont les gouvernement successifs n'avaient pas tenu vraiment compte et les conséquences sur les Polynésiens.

 Elle semble être séduite également par le statut de large autonomie lancé par l'ancien président de " Pays associés" à condition qu'il suppose par référendum l'accord des Polynésiens. Vrai rempart contre l'indépendance. Car avoir tous les pouvoirs  ou presque, sans les régaliens bien sûr, plus l'aide financière de la France seraient un sacré atout qui préserveraient la Polynésie de l'aventure indépendantiste. Statut sur lequel lorgnerait actuellement certains élus de Nouvelle Calédonie.

Pendant ce temps là, le candidat d'Edouard Fritch et de son gouvernement est en très mauvaise posture. François Fillon est mis en examen, par trois juges d'instruction, "pour détournement de fonds publics", "complicité et recel de détournement de fonds publics", "complicité et recel d'abus de bien sociaux", sans compter "manquement aux obligations de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique". Vlan... La totale ! Rien ne manque ! Comment peut-on briguer le poste de premier magistrat de France ( 67 millions de Français) avec un tel palmarès ? Mystère. Même si cette mise en examen pour un maximum de délits ne veut pas dire culpabilité, le blason d'un président de la République, avant l'heure, peut-il être entaché de cette manière ? La presse étrangère n'en revient pas et suit le feuilleton français, véritable série policière avec intérêt, d'autant  que l'ancien  premier ministre de Nicolas Sarkozy avait de nouveau déploré un « calendrier » judiciaire « indexé sur le calendrier politique » et qu'il a affirmé, à plusieurs reprises, ces dernières semaines, qu’il maintiendrait sa candidature à l’élection présidentielle, même mis en examen. C'est dit. C'est fait.

Mais on touche le fond et c'est un comble quand on apprend que les enfants Fillon ont déclaré en plus aux enquêteurs qu'ils avaient reversé une partie de leurs salaires à leur "papa" !!!!! S'habiller gratis chez les meilleurs couturiers de Paris, faire bosser sans la faire bosser moyennant finance sa femme, piquer l'argent du travail ou pas de ses fils, c'est tout de même exceptionnel pour celui qui se veut être le président de tous les Français! Son rapport à l'argent à ce point là, et son acharnement à se maintenir, n'a pas de limite et relèvent désormais de l'avis général, de la psychiatrie . 

 

 

 Voici la lettre que Marine Le Pen vient de faire parvenir au président du Tahoeraa en réponse à l'examen de sa profession de foi.

 

Anticor saisit la haute autorité pour la transparence concernant le patrimoine de Macron pour lui demander de vérifier le caractère exhaustif, exact et sincère de sa déclaration de patrimoine dont il doute.

 Dans sa déclaration d'intérêts du 24 octobre 2014, Emmanuel Macron indique  avoir perçu comme banquier à la banque Rothschild, puis comme secrétaire général adjoint à la présidence de la République 3,3 millions d'euros de revenus avant impôts, de 2009 jusqu'à son entrée au gouvernement comme ministre de l'Economie en aout 2014, selon un communiqué d'Anticor.

Il a touché notamment pour ses activités dans la banque d'affaires 2,8 millions d'euros entre 2009 et 2012.

L'association anti-corruption souligne un "manque de cohérence entre les revenus et le patrimoine déclarés" relevé par certains médias notamment les décodeurs du monde le 17 février 2017 et par Médiapart le 5 mars 2017.

 Les nuages commencent à arriver en escadrilles sur la tête de Macron qui a osé dire " je ne gagnais plus assez pour payer mes impôts !!!!!!!" compte tenu d'un endettement de un million d'euros. Le pôôôvre !

 

Nous apprenons d'une source proche de l'Université  que Florent Vaneyre en désaccord avec les autres membres de l'Autorité de la concurrence sur le rachat des Taporo par le groupe Martin a démissionné de l'Autorité polynésienne de la concurrence, ce qui n'empêchera pas les navires de naviguer et la Haute Autorité de travailler. Ohé !

 

Nouvelle clinique à Punaauia

Selon Polynésie Première Une nouvelle clinique a Punaauia, le projet pourrait bien avancer.  Il sera implanté sur le terrain situé à l’arrière de la mairie de Punaauia. Problème, cette zone est classée rouge  et est inscrite dans le PPR, le plan de prévention des risques de la commune. Transformé en  zone constructible par la mairie, le terrain est a présent aménageable, le tavana de Punaauia Rony Tumahai assure répondre  ainsi à un souhait émanant des nombreux riverains. La nouvelle clinique est soumise a des normes draconiennes en matière sanitaire et de sécurité.

Le maire assure que des mesures de prévention ont été mises en place.

De plus, la construction de la clinique va générer 450 emplois pendant 3 ans et demi

 

Téléphonie mobile: Free lance le roaming illimité dans 35 pays

 20 minutes

 La voici donc, cette nouvelle offre « qui ne [devait] pas plaire aux concurrents » selon les mots de Xavier Niel. Free a annoncé ce mardi matin une amélioration de son forfait à l’international : le roaming, c’est-à-dire le la possibilité d’utiliser un autre opérateur à l’

étranger, sera désormais inclus dans ses forfaits, gratuitement et en illimité, dans 35 pays pour les appels et les SMS.

 La zone couverte par cette nouvelle offre est vaste : elle concerne l ’Europe ainsi que les Etats-Unis, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud. Concernant la connexion à l’Internet mobile, Free proposera 5 Go par mois à l’international.

L’offre s’appliquera automatiquement sans surcoût aux détenteurs de forfaits à 15,99 euros ou 19,99 euros.

 

Lundi 13 mars 2017

La Une de Marianne :: Juppéistes et Sarkozistes crient au fou ! Fillon vu par les psys.

"En marche" à Moorea", non pas pour Macron mais pour la violence des hommes qui ne respectent pas les femmes.

Conférence de presse sur le lancement de la 4G par VINI, mercredi 15 mars 2017, à 9h00, dans la salle du conseil d'administration de la présidence de l'OPT, à Fare Ute.
 

Lancement de la 4G par VINI, mercredi 15 mars 2017, à 9h00, dans la salle du conseil d'administration de la présidence de l'OPT, à Fare Ute.

 

 

Lucette Taero ancien ministre du Travail et présidente de l'Assemblée que l'on a vu hier soir sur Première avait eu son heure de célébrité lorsqu'elle était au perchoir de l'Assemblée de 2001 à 2004. Femme de tête, le président Flosse a l'époque avait dit en parlant d'elle " : c'est une femme qui en a" . Bien évident le rigolo de l'Assemblée, un accident de l'Histoire, Loïc Brigato ricanait sur cette réflexion. Lucette Taero du haut de son perchoir à plusieurs reprises lui demandait  d'arrêter de faire le clown en séance ( belle recrue pour Macron dont il veut être le représentant en Polynésie) mais celui-ci continuait de plus belle. Enervée, mais posément, la présidente de l'Assemblée s'est finalement levée, a quitté le perchoir et s'est dirigée vers celui qui faisait ricaner ses voisins. Arrivée près de lui, elle n'a pas dit un mot, mais lui a balancé une claque, célèbre depuis lors, entendue jusque dans les couloirs !

 

 Editorial ( source le JDD)

François Fillon, une nouvelle affaire sur le dos !

 

Les derniers sondages  IFOF et IPSOS (du 9 mars 2017)

Marine Le Pen poursuit une forte progression dans l'opinion, Fillon malgré toutes ses casseroles progressent d'un point, Macron stagne, Mélenchon et Hamon font eux aussi du sur place.

 

A voir ce tableau on se rend compte que même un âne s'il était à droite accroché à Fillon serait plébiscité.

Décidément, "monsieur la rigueur" a "bien profité du système sur la bête".

La dernière est bien bonne. Le candidat Fillon à la présidentielle aurait reçu pour près de 48.500 Frs ( plus de 5 millions cfp) de costumes d'une célèbre maison de couture Armys, spécialisée dans le sur mesure et ce depuis cinq ans, tous payés intégralement en espèces.

Une péripétie de plus dans cette campagne présidentielle de la droite d'autant que depuis le 20 février, révèle le Journal de Dimanche, , deux autres costumes ont, cette fois-ci, été payés par chèque par un "ami" anonyme, toujours à la demande du candidat LR à la présidentielle. C'est tout de même à vous dégoûter de ce glorieux profiteur ! Rassurez-vous il n'a pas honte, en réponse aux média qui font leurs choux gras de cette nouvelle affaire il répond " oui, et alors ?!"  Alors ... Comme tous les députés, François Fillon a l'obligation de déclarer au déontologue de l'Assemblée nationale tout cadeau reçu en lien avec son mandat, si la valeur de celui-ci dépasse 150 euros. Et il en est à plus de 45.000 euros sans déclaration !

En septembre dernier, le candidat à la présidentielle a notamment passé commande de trois costumes et d'une veste pourquoi se gêner quand c'est gratuit : un premier ensemble et la veste, ont été réglés en liquide, pour un total de 11.450 euros, précise encore l'hebdomadaire. Les fonds sont généralement apportés au magasin par une émissaire.

Des chèques signés par un "ami" anonyme. Les 9 et 10 février derniers, deux semaines après les révélations du Canard Enchaîné sur le "PenelopeGate", deux costumes sur mesure ont été retirés chez Arnys, pour un total de 13.000 euros. La somme a cette fois-ci été réglée par chèque le 20 février, au moyen d'un porteur : "J'ai payé à la demande de François Fillon", confirme le signataire du chèque au JDD, qui souhaite rester anonyme. "Et sans avoir le moindre remerciement depuis", souligne-t-il par ailleurs. Comme le président du Tahoeraa qui avait fait voter pour lui lors de la primaire sans avoir un "merci"pour avoir tripler son score ! L'ego de cet homme est tel qu'il considère que tout lui est dû.

L'entourage de François Fillon assure de son côté que cela n'a "rien de répréhensible".  Par ailleurs ce rapport à l'argent que cultive François Fillon, très loin d'être pauvre, est incompatible avec le poste qu'il souhaite de toutes ses forces occuper à l'Elysée.

C'est mercredi qu'il devra s'expliquer devant la justice concernant les emplois donnés à ses proches sans retour, mais fort bien rémunérés. Il n'aura pas encore à s'expliquer sur les sources de financement de ses costumes : 48.500 euros étant une très grosse somme. Pas encore mais viendra le moment où le magistrat sera saisi de ce volet vestimentaire. Heureusement qu'il ne reçoit pas des barquettes de beignets au poulet   du Fouquet's pour ses déjeuners . Après tout, il n'y a pas de petites économies et s'il s'habille à l'œil, il peut tout aussi bien se faire nourrir gratuitement aussi .

Mais ce n'est pas tout, dirait une humoriste connue. Voila-t-y pas que le groupe UMP  au Sénat de 2002 à 2014 selon une enquête en cours avait mis sur pied un système d'emplois fictifs permettant à des dizaines de sénateurs de récupérer une partie des salaires. Gérard Larcher, ben voyons, affirme " ne pas être au courant". L'enquête cite un autre nom : Bruno Retailleau.

Gaston Flosse à côté de tout ce qui se trame à Paris est un enfant de chœur avec ces nouvelles affaires d'emplois fictifs, costumes gratuits et autres, selon un système occulte monté de toutes pièces par de vénérables sénateurs.  Des emplois fictifs de parlementaires qui permettaient in fine aux sénateurs concernés, révèle Reuters de récupérer une partie des salaires ! "Ils se gavaient sur la bête", pour reprendre une phrase de Marine Le Pen.

 Le juge René Cross soupçonneux sur des mouvements de fonds entre le groupe UMP (à l'époque) et une association, l'Union des républicains est en train de mettre à jour tout un système de financement frauduleux. En décembre dernier ce même juge avait mis en examen le sénateur Henri de Raincourt.

 Après une perquisition au Palais du Luxembourg, ce magistrat a bel et bien découvert une comptabilité clandestine au sein du groupe  de droite. Cette comptabilité, sous forme de tableaux remplis de noms et de chiffres, a longtemps été tenue par Jocelyne S., ancienne collaboratrice du questeur Roger Romani, puis de Josselin de Rohan, le patron du groupe. Une dizaine de sénateurs rémunéraient ainsi sur leur quota d’assistants  des collaborateurs qu’ils mettaient en réalité à la disposition du groupe parlementaire. Puis l’UMP reversait en sous-main à ces sénateurs une partie des salaires de leurs collaborateurs détachés! Fichtre, plus on en a, plus on en veut, mais à quelques jours de la présidentielle, ces révélations donnent raison à une candidate qui n'a de cesse de fustiger... les édiles qui s'engraissent et s'habillent sur... le système. La presse étrangère ricane mais n'en revient pas !  La France est montrée du doigt... par le monde entier qui suit la campagne avec grand intérêt et va de stupéfaction en stupéfaction.

 

 

Plus c'est gros, plus ça passe !

FIGAROVOX/CHRONIQUE - Après le « Penelopegate », une nouvelle polémique a vu le jour : celle des costumes de François Fillon. Pour Maxime Tandonnet, cette campagne sinistrée par les scandales « donne le sentiment de s'éloigner toujours plus du destin de la France. »

  La nullité de la campagne des présidentielles en cours atteint un niveau qui dépasse toute imagination. Sans doute faut-il voir dans cette honteuse comédie le signe d'une vertigineuse déconnexion du monde politico-médiatique par rapport à celui de la réalité des Français.

 Pendant plus d'un mois, la campagne a été sinistrée par le «Penelopegate». Aujourd'hui, une nouvelle polémique a pris le relais, enivre les médias et une partie de la presse: les costumes offerts à M. Fillon pour un montant de 48500 euros... Si cette révélation est fausse, le candidat des Républicains aurait tout intérêt à porter plainte en diffamation. Mais si elle est authentique, l'image personnelle de celui qui s'habille avec l'argent des autres n'en sortira pas grandie. Cette misérable histoire n'est d'ailleurs que le reflet de petites habitudes malsaines d'un milieu coupé de la vie quotidienne et privé des repères du bon sens. En tout cas, de psychodrame minable en scandale sordide, la campagne donne le sentiment de s'éloigner toujours plus du destin de la France.

 Chacun peut proférer absolument n'importe quoi, les pires contradictions, les plus évidentes débilités, sans soulever la moindre réaction.

 Et puis, jusqu'où peut-on aller dans le mépris des gens? «Plus c'est gros, plus ça passe» affirmait Jacques Chirac. À cet égard, M. Macron pulvérise les records en promettant «un gouvernement de gauche, de droite et du centre», assorti, au Parlement, d'une «majorité cohérente». Bien sûr… Raymond Devos n'aurait pas fait mieux. «Tout est dans tout et réciproquement» apprend-on dans les grandes écoles. Les mots, les phrases, n'ont plus aucun sens. L'absurdité envahit le discours politique. Tout est possible. Chacun peut proférer absolument n'importe quoi, les pires contradictions, les plus évidentes débilités, sans soulever la moindre réaction. Mais de qui se moque-t-on?

  

Quant René Dosière entre dans la bagarre et taille un costard gratuit à Fillon.

"Qui imagine le général De Gaulle se faire offrir des costumes ?"

 René Dosière intraitable sur la nouvelle affaire Fillon écrit à son tour Marianne.


François Fillon avait-il le droit de se faire offrir pour 48.500 euros de costumes depuis 2012 ? Selon le député René Dosière, spécialiste du financement de la vie publique, cette affaire révélée par le "JDD" ce dimanche 12 mars dénote d'un cadre légal insuffisant autant que d'une dérive personnelle.

François Fillon a décidément un train de vie qui sort de l'ordinaire.
Ainsi, le Journal du dimanche a révélé ce 12 mars que le candidat de Les Républicains (LR) à l'élection présidentielle s'est fait offrir pour près de 48.500 euros de costumes depuis 2012, dont 13.000 euros rien qu'en février dernier. Le tout émanant d'un "ami" dont le député de Paris refuse de révéler l'identité. Dans Les Echos de ce lundi, il balaye le sujet d'un "Et alors ?" et s'offusque d'une atteinte répétée à sa "vie privée".

Ce cadeau somptuaire pose pourtant quelques questions : en tant que représentants du peuple et de l'intérêt général, les députés ne sont-ils pas censés refuser de tels présents ? Quelles sont les règles prévues par l'Assemblée nationale pour prévenir les conflits d'intérêts ? Éléments de réponses avec René Dosière, député PS et spécialiste du financement de la vie publique.

Marianne : Interrogé dans Les Echos sur les 48.500 euros de costumes qu'il s'est fait offrir, François Fillon a répondu "et alors ?".
S'agit-il vraiment d'un non-sujet ?

René Dosière : Il y a au contraire matière à s'interroger. Comme tous les députés, François Fillon a l'obligation de déclarer au déontologue de l'Assemblée nationale tout cadeau reçu en lien avec son mandat, si la valeur de celui-ci dépasse 150 euros. Et ce, afin de prévenir d'éventuels conflits d'intérêts entre son bienfaiteur et sa mission de législateur.

Les costumes correspondent-il à des cadeaux en lien avec le mandat ?

Dans le cas des costumes, il peut y avoir plusieurs interprétations.
Mon collègue Charles de Courson (UDI) considère par exemple que l'habillement relève de la vie privée. Ce n'est pas mon opinion. A partir du moment où on est photographié, filmé, le costume est un élément de représentation, à plus forte raison pour un candidat à la présidence de la République. De nombreux députés, dont je suis, financent d'ailleurs l'achat de costumes avec leur indemnité représentative de frais de mandat (IRFM). La contrepartie logique est de signaler au déontologue tout cadeau concernant ce poste de dépense.

 
Au-delà du conflit d'intérêts potentiel, on découvre avec cette affaire le train de vie fastueux de certains élus...

Dans le cas de François Fillon, il y a un vrai problème de rapport à l'argent. Cette affaire dénote un train de vie inacceptable dans la période actuelle de la part de responsables publics. Qui imagine le général De Gaulle se faire offrir 48.500 ou 13.000 euros de costumes ?
Ce comportement est un héritage de la tradition monarchique qui imprègne encore certains élus. Cela me rappelle Roland Dumas qui se faisait offrir des chaussures Berluti à 13.000 francs dans les années 1990. Pour ma part, j'ai toujours plaidé et je plaide encore pour plus de modestie dans les comportements des représentants de la nation.
C'est une condition indispensable pour rétablir la confiance entre les citoyens et leurs élus.

NB Un juge demandera-t-il une peine de prison pour François Fillon ?

 


 

Le Régime des assurances maladies calédoniennes, le RUAMM, est à bout de souffle.

 2017 pourrait bien être l'année du crash annoncé en Calédonie. Les réformes attendues depuis longtemps sont toujours à l'état de réflexion et pourtant il y a urgence. La Nouvelle-Calédonie possède un régime de santé des plus généreux. Il assure aujourd’hui l’accès aux soins pour 261 000 personnes financé par 129 000 cotisants et une rallonge publique. Mais ces soins, de plus en plus performants, coûtent de plus en plus cher. Chaque année, les dépenses augmentent inexorablement avec une nette accélération depuis 2014 et des prévisions toujours à la hausse. En effet, depuis 2010 les déficits s’accumulent pour devenir abyssaux. Au total, . 20 milliards...

NB Cela vous rappelle quelque chose ?

 

 

Le roman de Secosud  et de Tevarua Nui terminé.

Par une requête enregistrée le 28 février 2017 et des mémoires enregistrés les 8 et 10 mars 2017, présentés par Me Pindozzi, avocat, la société par actions simplifiée (SAS) Tevarua Nui demande au juge des référés, dans le dernier état de ses écritures :

1°) de suspendre l’exécution de la délibération du 23 février 2017 par laquelle le comité syndical du syndicat pour l’électrification des communes du Sud de Tahiti (SECOSUD) a approuvé le choix de la société anonyme (SA) EDT-Engie comme délégataire du service public de distribution d’électricité sur le territoire du SECOSUD, a approuvé le contrat de délégation de service public, et a autorisé son président à le signer ;


2°) de suspendre l’exécution du contrat conclu avec la SA EDT-Engie ;


3°) de mettre à la charge du SECOSUD une somme de 226 000 F CFP au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.


La société requérante soutient qu'en ce qui concerne l’urgence :
- elle est vouée à une disparition certaine dès lors qu’elle a été constituée spécialement pour présenter une offre qui a été rejetée ; le rejet de son offre porte atteinte à l’intérêt des usagers dont la plupart vivent en-dessous du seuil de pauvreté et qui ne pourront pas bénéficier des tarifs avantageux qu’elle proposait ;
En ce qui concerne l’existence d’un doute sérieux sur la légalité des actes attaqués :
- la présentation des offres dans les rapports du président du SECOSUD des 10 janvier et 23 février 2017 à l’assemblée délibérante comportait des renseignements erronés destinés à minimiser l’attractivité de son offre, ce qui caractérise une rupture d’égalité entre les candidats ;
- les candidats ne pouvaient être comparés sur leur capacité de règlement du droit d’entrée sans méconnaître le principe d’égalité ;
- le choix de la SA EDT-Engie a été retenu à la suite de pressions et de manoeuvres permettant de retourner la majorité des délégués ;
- la composition de l’assemblée délibérante du SECOSUD était irrégulière dès lors que le président était intéressé à l’affaire et que l’élection de M. Doom en qualité de délégué suppléant n’a jamais été proclamée.


Par un mémoire enregistré le 9 mars 2017, présenté par la SELARL Jurispol, société d’avocats, la SA EDT-Engie conclut au rejet de la requête et demande au juge des référés de mettre à la charge de la SAS Tevarua Nui une somme de 150 000 F CFP au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.
Elle soutient que :
- la requête dirigée contre les actes détachables du contrat est irrecevable ;
- à titre subsidiaire : la condition d’urgence n’est pas satisfaite et les moyens relatifs à la légalité du contrat ne sont pas fondés.
Par un mémoire enregistré le 9 mars 2017, présenté par la SCP UCJ, société d’avocats,le SECOSUD conclut au rejet de la requête et demande au juge des référés de mettre à la charge de la SAS Tevarua Nui une somme de 500 000 F CFP au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.
Il soutient que :
- la délibération du 23 février 2017 a été exécutée, de sorte que les conclusions tendant à la suspension de son exécution sont sans objet ; la SAS Tevarua Nui n’a pas d’intérêt légitime à agir ; le recours est irrecevable car la SAS Tevarua Nui n’avait aucune chance d’obtenir le contrat ;
- à titre subsidiaire : la condition d’urgence n’est pas satisfaite et les moyens relatifs à la légalité du contrat ne sont pas fondés.
Vu :
- les autres pièces du dossier ;
- la décision par laquelle le président du tribunal a désigné Mme Meyer, première conseillère, pour statuer sur les demandes de référé.

La clôture de l’instruction a été prononcée à l’issue de l’audience à 10 h 45.
Sur la demande de suspension de l’exécution de la délibération du 23 février 2017 :N°1700103 3

Le tribunal administratif ordonne :

Article 1er : Il n’y a pas lieu de statuer sur les conclusions à fin de suspension de l’exécution de la délibération du comité syndical du SECOSUD du 23 février 2017.
Article 2 : Le surplus des conclusions de la requête est rejeté.
Article 3 : Les conclusions présentées par le SECOSUD et par la SA EDT-Engie au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.
Article 4 : La présente ordonnance sera notifiée à la SAS Tevarua Nui, au SECOSUD et à la SA EDT-Engie.
Fait à Papeete, le 10 mars 2017.

 

 

Samedi 11 mars 2017

 

La relève du Tahoeraa Huiraatira

Gaston Flosse,  une vie de victoires, d'échecs, de travail et de cruautés diverses. Un bâtisseur auquel les Polynésiens doivent leur éveil dans la modernité après sa victoire sur Francis Sanford. Il aurait pu à la grande époque de sa présidence rebaptiser son parti " On bouge"!  Car lui et ceux qu'il avait choisis pour compagnons ont bougé plus que marché, encore que ses choix de parcours ont parfois laissé rêveur.

 Il était un bloc sans failles et sans aspérités et puis voilà que les procès que lui ont fait ses adversaires et certains justiciers, relayés par les foudres des gardiens de la morale politique ont fissuré ce personnage, jalousé, hors du commun pour la Polynésie. Fissuré mais pas abattu.

 Malgré un âge avancé, jamais malade ou fatigué. Il se fait opérer d'un  problème délicat de cervicales à Los Angeles il y a quelques années. Les médecins  lui mettent une minerve et ordonnent le repos total. Impossible.  Il saute de son lit avant l'heure, s'habille et va prendre l'avion pour revenir à Tahiti au grand dam des médecins. C'est Flosse. Le Tahoeraa c'est sa tribu. Elle est sacrée. Et lui est son totem.

Donc pas de problème, il est toujours sur la brèche. Il entend faire gagner ses candidats aux législatives et  attend avant de prendre position pour l'un des candidats à la présidentielle avec tout de même un faible pour une Marine Le Pen aussi acharnée que lui dans son parcours. Doté d'une mémoire phénoménale, ne croyez surtout pas que vous pouvez lui faire avaler n'importe quoi, il se souvient de tout, à une virgule près. Et encore il sait où se situe la virgule.

L'impétueux Flosse des années passées, l'âge et l'expérience des moments difficiles aidant, a laissé la place à un homme modéré, prudent, madré, tenace et parfois rancunier, même s'il considère les drames auxquels il est confronté injustes. Il me pardonnera de dire qu'il y a du Fillon dans cet homme là, dans sa pugnacité à survivre quoiqu'il arrive mais toujours porté par l'amour et le soutien que lui porte Pascale, son égérie de tous les moments. Même les plus difficiles et à laquelle il rend un bel hommage dans cette interview.

 

Un lion vigilant mais apaisé comme on pourra le voir dans cet entretien.

 

On Je vous dirai, comme je l'ai fait lors de mon entretien avec Nuihau Laurey, que l'on ne peut pas commencer cette interview monsieur le président sans évoquer le cas Fillon. Car c’est un cas. Du jamais vu. Un acharnement extraordinairement volontaire à se maintenir dans la candidature pour la présidentielle faisant fi du bourbier dans lequel il aura plongé cette campagne. Bien sûr il est légal que les députés embauchent leurs proches, ce qui l’est moins c’est de ne pas pouvoir prouver qu’ils travaillent véritablement, si l’on en croit sa probable mise en examen le 15 mars et le montant exceptionnel des rémunérations à sa famille. Qu’est-ce que tout cela vous inspire ?

 C’est effectivement une campagne inédite. Tous les ténors de la vie politique, de droite comme de gauche ont été éliminés dès la primaire. Et au second tour de cette présidentielle on risque de voir les deux plus grands partis politique de la France, le PS et LR ne pas être présents, si l’option d’un second tour entre Macron et Le Pen se confirme comme le prédisent les sondages. Nous aurons bien un duel droite-gauche, mais sans les grands partis. Ce serait totalement inédit, et cela amorcerait je crois une recomposition majeure du paysage politique français. En ce qui concerne François Fillon, propulsé par l’élection primaire, je dois lui reconnaître un certain courage, car ce qu’il vit est dur, et croyez-moi je sais ce que c’est. Devait-il abandonner ? Vous savez je crois en une chose essentielle dans la justice : la présomption d’innocence.

 

Le Tahoeraa s'était-il engagé lors de cette primaire de la droite ou n'était-il qu'un observateur ?

Au second  tour de l’élection primaire seul le Tahoera’a Huiraatira l’a reconnu et a fait voter pour lui. François Fillon est passé de 653 voix au premier tour à 6399 voix au second tour, alors que le Tapura faisait voter pour Juppé. Nous avons multiplié les voix de François Fillon par dix ! Dès le lundi j’ai envoyé une lettre à François Fillon pour le féliciter et lui rappeler les engagements pris par Laurent Wauquiez président des LR, après que Jonas Tahuaitu ait démissionné de l’UDI pour s’inscrire chez les Républicains à l’Assemblée nationale. Je n’ai reçu aucun merci, aucune indication sur les engagements de Wauquiez, même pas un accusé-réception. Avec cette manière de faire et de traiter les gens qui votent pour vous je ne suis pas étonné de ce qui lui arrive !

 

 

Vous avez été accusé d'utiliser des emplois dits "fictifs"

 

·      Vous-même avez été accusé lorsque vous étiez aux affaires d’avoir usé d’emplois dits fictifs pour des Polynésiens ? Ou est la différence, s’il y en a une ? Qui étaient-ils ?

 Dans mon cas, il ne s’agissait pas de proches ou de membres de ma famille, mais pour la plupart d’élus et de maires-adjoints, comme à Papeete où il fallait reprendre la situation en main après l’incendie qui avait détruit toute la ville. Toutes ces personnes ont réellement travaillé et il n’y a pas eu d’enrichissement personnel. J’ai apporté la preuve de tout cela, mais la justice n’en a pas tenu compte. A l’époque le statut ne m’autorisait pas à recruter ce genre de personnel, mais depuis 2004, le président du pays peut le faire. Cela veut dire que si cette situation devait être jugée aujourd’hui il n’y aurait aucune poursuite possible contre moi. D’où ma question : pourquoi ce qui est normal aujourd’hui est aussi lourdement sanctionné simplement parce que ce sont des faits plus anciens ? Tandis que pour François Fillon, il semblerait d’après les déclarations recueillies et rapportées par la presse que sa femme et ses enfants n’aient pas effectués de véritable travail et que le cas d’emploi fictif serait avéré. Il lui appartiendra de démontrer la réalité effective du travail réalisé.

 

·  Que pensez-vous du rôle que joue Nicolas Sarkozy auprès de François Fillon et des barons de ce mouvement politique les Républicains. ?

 Nicolas Sarkozy continu de jouer un rôle central au sein des Républicains. C’est un homme avisé et il pèse encore beaucoup au sein du mouvement. Si François Fillon veut rassembler, ce qu’il doit faire, il doit composer avec tous les courants qui existent au sein des Républicains. Je constate que François Baroin est entré dans l’organisation de la campagne avec  un rôle important. Le choix de François Baroin est un très bon choix et naturellement François Fillon doit tenir compte des conseils de Nicolas Sarkozy.

 

· N’est-ce-pas risible de les voir soutenir leur candidat un jour, fuir le lendemain, pour revenir dare-dare après une réunion au sommet  sans compter les invectives de François Fillon lors de leur fuite?

 Vous savez en politique rien n’est simple. Mais parfois pour exister il faut savoir composer, savoir se faire oublier et se rappeler  à l’existence des autres au bon moment.

- Ce n'est pas ce que je veux dire.

 

             "Alain Juppé au lieu de rassembler a divisé sa famille politique"

 

·      Alain Juppé a fait preuve de raison en acceptant de ne pas être la rustine des Républicains mais il n’a pas épargné dans son discours François Fillon. On voit qu’il y a une vraie scission dans ce parti. Etes-vous toujours au sein du mouvement «Les   Républicains » ?

 Alain Juppé a été battu et bien battu à la primaire. Ce n’est pas un rassembleur, il commet des erreurs. Prenez l’exemple de ce qui s’est passé lorsqu’il est venu en Polynésie française. Au lieu de rassembler il a divisé la famille politique qui s’est mobilisée pour l’élection primaire, et du coup il a fait un triste score .. Etre un plan B après avoir été battu à la primaire, aurait rendu sa campagne très difficile. Il ne pouvait plus être le rassembleur. Il en a tiré les conséquences. S’il avait accepté et s’il avait conduit les LR à la défaite, qui plus est à une défaite cuisante, il aurait été accusé d’être responsable de cette défaite par ambition personnelle.  C’est un gros risque. Il a donc été bien inspiré de le refuser, d’autant que François Fillon a fait savoir qu’il se maintenait. Dans une telle configuration, Alain Juppé aurait en plus été accusé de fracturer le mouvement.

 

·    Edouard Fritch réservait sa réponse quant à son soutien à François Fillon on vient juste d'apprendre qu'il a fait son choix.

 Edouard et le Tapura ont en effet renouvelé leur soutien à François Fillon à l’issue de leur bureau exécutif début de semaine. C’est difficile pour eux de faire marche arrière à présent, car il y a aussi en jeu les investitures pour les législatives. Ne plus soutenir Fillon, c’est rompre l’accord passé entre les LR et le Tapura pour les investitures. Le Tapura d’Edouard Fritch a choisi Fillon, il a failli flancher et faire marche arrière avant de lui maintenir son soutien. Il s'est ravisé

 

Fillon a continué dans le mensonge et le déni : son erreur

 

.Si vous étiez à la place  de François Fillon  que feriez-vous ? Resteriez-vous malgré le désaveu de l'opinion ?

 Oui je me serais maintenu, comme lui. Il a été largement investi lors de la primaire. Il est présumé innocent tant qu’il n’est pas condamné. Après, il a commis quelques maladresses de communication et en s’enferrant à nier certaines situations. A mon sens l’erreur de Fillon c’était de ne pas reconnaître ses torts et de continuer dans le mensonge et le déni. Moi j’ai maintenu ma candidature en 2013 car j’avais la population avec moi. Nous venions de remporter les législatives de 2012 avec les trois députés. La population était largement au courant de mes condamnations infligées en février 2013 deux mois avant les élections et en pleine campagne électorale. D’ailleurs mes adversaires ne se privaient pas de m’attaquer sur ça. Or, en mai 2013, 62.000 polynésiens ont votés pour moi et le Tahoera’a Huiraatira, ce qui ne s’était jamais vu à une élection territoriale. Ce n’est donc pas comparable.

 

 

·   Vous êtes le président du plus grand parti polynésien pour quelle personnalité allez-vous faire voter ?

 En refusant à deux reprises notre soutien, les Républicains ont redonné sa liberté au Tahoera’a Huiraatira. Juppé, puis Fillon ont fait le choix d’Edouard Fritch et du Tapura. En ce qui concerne le Tahoera’a Huiraatira, aucune décision n’est encore prise. C’est le grand conseil du Tahoera’a Huiraatira qui décidera le moment venu. Nous sommes un parti de droite. Nous ne voterons pas pour un candidat de gauche. J’ai fait parvenir à François Fillon et à Marine Le Pen la profession de foi du Tahoera’a Huiraatira pour les législatives. J’attends leurs réponses.

 

 Marine Le Pen  favorite des Français

 

·     Que pensez-vous de Marine Le Pen à laquelle plusieurs de vos représentants ont donné leur parrainage et qui piaffe en tête des sondages ? 

Si elle est la favorite des Français, c’est parce qu’elle connaît parfaitement la situation de crise dans laquelle se trouve la France et qu’elle apporte des solutions qui répondent aux attentes d’une grande partie des Français. Dans les difficultés que traverse la France, Marine Le Pen incarne un retour aux sources, et l’idée d’une France forte. C’est cela qui plait. C’est aussi la seule candidate en lice pour l’élection présidentielle qui a fait le déplacement en Polynésie française pour venir à la rencontre des Polynésiens. Et c'est la seule qui a un excellent programme pour la Polynésie. C'est un constat.

 

Emmanuel Macron fait de jolis discours mais...

 

·      Que pensez-vous de Emmanuel Macron ? Le voyez-vous président de la République lui qui est soutenu par toutes les grandes puissances d’argent du Pays,  les grands groupes de presse  et qui voit arriver ses amis du PS ?

 J’imagine mal Emmanuel Macron président, mais à l’époque, j’imaginais tout aussi mal Hollande président. On a d’ailleurs vu où est allée la France ! Macron n’a pas l’étoffe d’un président au sens gaullien du terme. Il plait aux médias,aux jeunes sans expérience politique, il est sympathique, il fait de jolis discours, mais il n’a pas de véritable programme. C'est en quelque sorte un robot bien formaté. La France a besoin d’une ambition forte et Macron ne l’incarne pas. Macron n’a aucun programme pour l’outremer, sauf peut-être celui de François Hollande.

 

 Mais alors qui ? Avez-vous lu les propositions de Marine Le Pen pour la Polynésie et ses propositions pour la France ?

Comme je vous le disais, je note que son programme pour l’outremer est plus consistant que les autres. Des points importants  du programme du Tahoera’a Huiraatira trouvent écho, c’est tout de même un aspect important. J’attends à présent sa réponse sur la profession de foi que je lui ai envoyé. En revanche, je ne partage pas tout son programme au plan national, notamment la sortie de l’Euro, ou encore la remise en cause de l’indexation des fonctionnaires.

 

 Croyez-vous que la sortie de l’euro soit facile, y compris en Polynésie ?

 Pour nous, il ne s’agit pas uniquement de la monnaie. Il s’agit de rentrer dans la zone Euro avec tous ses effets. Dans ce cas, des questions se posent : conserverons-nous notre souveraineté fiscale comme aujourd’hui ? Ou alors, l’Union Européenne va-t-elle nous imposer sa fiscalité ? Personne ne peut aujourd’hui nous donner une réponse précise. Dans cette situation là, je préfère garder notre Franc pacifique et ne pas prendre le risque de se voir infliger la fiscalité européenne.

 

            Revenir à la monnaie nationale serait un vrai retour en arrière

 

Vous savez, je pense vraiment que l'’Euro est une excellente chose en soi. Mais il faut sans doute améliorer ce système, lui apporter plus d’équité. Ce qui s’est passé en Grèce a montré les déséquilibres importants au sein de la zone Euro. Et les grecs en payent le prix fort. Revenir aux monnaies nationales serait un vrai retour en arrière. L’idéal européen est passé au second plan, cédant la place à une Europe administrative et règlementaire. On a confondu unité européenne et uniformité européenne. Si l’Europe n’est pas encore un système idéal, c’est le moins mauvais qu’on ait trouvé à ce jour et l’Europe a assuré aux européens des décennies de paix et de croissance. En fragilisant l’Europe, on sait ce qu’on va perdre, mais on ne mesure pas forcément ce qu’on va gagner en retour. Veillons à ce que le remède ne soit pas pire que le mal. Quant à Bruxelles, c'est autre chose..

 

·   J'ai appris que la candidate du Front National vous a téléphoné . C'était pour la Saint Valentin peut-être ?

(rire) Mais non voyons Madame Bourne ! Elle m’a téléphoné pour me dire qu’elle avait bien reçu notre profession de foi , que ses techniciens l’étudiaient et qu’elle allait me répondre.

 

C'est tout ?

Mais oui, vous êtes déçue ?!

 

·    Non, mais j'espérais un scoop !!! Si  la candidate Marine est à 27/ 28% dans les sondages, c'est que l'opinion des Français a évolué et qu'ils la trouvent  "fréquentable" contrairement aux propos injurieux du représentant du candidat Macron. Et vous, la trouvez-vous "fréquentable" ou "infréquentable" pour reprendre le qualificatif de l'envoyé du parti "En marche" qui n'a pas si bien "marché en Polynésie ?

 Oui naturellement qu’elle est fréquentable. Le FN qu’elle incarne aujourd’hui n’a plus rien à voir avec le FN de son père. Elle a fait évoluer son parti. En tous les cas, je n’ai ni vu, ni entendu de sa part, une parole, un geste ou un fait qui serait contraire aux valeurs du Tahoera’a Huiraatira. J’ai lu et relu l’article 2 de nos statuts, je n’ai rien trouvé de contraire à nos convictions, bien au contraire.

 

 Je veux faire gagner mes candidats aux législatives !

 

·     Le Tapura entre en campagne pour les législatives alors que vous l’êtes depuis plus d’un an. Sans aucun repos vous labourez tous les archipels son relâche, y compris Tahiti, quel accueil vous  réservent vos compatriotes dans vos réunions ?

 Un accueil positif et chaleureux. Les gens souhaitent le retour du Tahoera’a au pouvoir car ils disent qu’avec Edouard Fritch il ne se passe rien. Ils veulent que ça change. Il n'est pas difficile de constater qu'il n’apporte aucune solution aux problèmes les plus criants. On voit des SDF, il parait qu'ils sont aujourd'hui plus de 500 à tous les coins de rue, à la sortie des supermarchés, là encore c'est un constat. Mais un triste constat .

 

  Vous avez trois candidats à la députation, rappelez-nous leurs noms ?

 Nos trois candidats sont officiellement déclarés depuis le mois d’avril de l’année dernière. Il s’agit de Moana Greig dans la première circonscription, de Teura Iriti dans la seconde circonscription et Vincent Dubois dans la troisième circonscription. Ce sont de bons candidats, qui connaissent leurs dossiers et qui sont motivés. Ils travaillent beaucoup avec moi, même si on n'entend pas parler d'eux dans les médias. Ils feront de très bons députés.

 

 

·   Feront-ils comme ceux que vous avez fait élire, notamment Maina Sage pour laquelle vous vous étiez "défoncé" carrément, et JP Tuaiva, lesquels,  dès leur élection, sont passés du côté des adversaires du Tahoeraa qui avait voté pour eux? Cela ne vous a pas refroidi puisque vous recommencez la même tonifiante campagne ? En vérité, vous n’êtes pas dégouté de certaines mentalités "locales" et de la politique qui vous a causé tant de revers ?

 

 Je ne fais pas de la politique pour les candidats, je me bats pour mon pays et pour notre population, pour les Polynésiens. Je m’entoure de gens en qui j’ai confiance et parfois on est déçu, et souvent on est trahi. Ce n’est jamais un moment agréable, on y survit. Ce qui m’anime avant toute autre considération, c’est le mieux vivre des Polynésiens, la volonté de servir mon pays. Le pays, en lui-même, ne m’a jamais déçu. 

 

·     Que pensez-vous de l’absence de grands ou petits chantiers ? De l’absence de PSG rectifiée ? De la misère qui s’est installée dans le pays ?

 Edouard Fritch n’apporte aucune solution aux problèmes les plus critiques que nous connaissons : le chômage, la misère, la délinquance. Bien au contraire, les riches sont toujours plus riches et les pauvres sont toujours plus pauvres. Chacun voit bien que la situation ne s’améliore pas. La dernière enquête sur les familles a révélé que la fracture sociale se creuse et que les polynésiens sont de plus en plus nombreux à vivre sous le seuil de pauvreté. Ce n’est pas moi qui le dit, mais pour la première fois une enquête confirme ce que nous disons et ce que nous voyons sur le terrain. On m’accuse de noircir le tableau ! Non, pas du tout, c’est le gouvernement actuel qui veut nous cacher cette vérité car elle est le résultat de son échec.

 

 La nouvelle mouture de la PSG risque d'être difficile à digérer non ?

J’ai lu dans la récente interview que vous avez faite avec Nuihau Laurey qu’il critiquait le fait que nous n’avions pas engagé la réforme de la PSG dès mai 2013 parce que la ministre n’était pas au fait de ce dossier. Il faut lui rappeler que la réforme fiscale était un grand chantier, qu’il a mené, mais il fallait aussi que la population accepte cette pression fiscale supplémentaire. Je ne crois pas que l’on aurait pu lancer en même temps la réforme de la PSG, une réforme d’une telle ampleur, dès mai 2013. Il n’aurait pas été possible d’organiser les réunions avec les syndicats dans un délai aussi court, alors que le gouvernement actuel qui est en place depuis près de trois ans, n’a pas encore réussi à mettre autour de la table tous les syndicats, et surtout trouver avec eux un consensus.

 

 Les mentalités ont-elles évolués dans le pays ?

 Oui, les gens ne gobent plus n’importe quoi. Les citoyens sont informés et on ne peut plus leur raconter n’importe quoi. Ils veulent du concret, ils veulent des résultats. Les Polynésiens sont patients, parfois résignés, mais pour combien de temps encore ? Le colonel Caudrelier de la gendarmerie a tiré la sonnette d’alarme récemment. Il a raison de dire la vérité qui nous était cachée jusqu’à ce jour.

 

·      Oscar Temaru est-il le père d’une souveraineté "mort née" ? Ne devrait-il pas prendre en marche votre statut de pays associés ?

 Il ne veut pas du statut de pays associé car c’est l’antidote contre l’indépendance.

 

 

 Ce sont les Polynésiens qui décideront si ils veulent de moi

 

·      A quoi est dû votre endurance morale et physique ? L’hygiène de vie ? La religion ? Ou tout simplement ce que vous avez toujours été depuis que je vous connais : un battant au grand cœur, sensible à la misère de vos concitoyens et toujours prêt à leur venir en aide.

 Pour avancer en politique, il faut voir grand, il faut voir loin, et il faut avoir un objectif qui nous dépasse. Il faut aussi avoir la foi. La foi en l’homme d’abord, ce qui permet de dépasser les trahisons, et en ce qui me concerne, la foi en Dieu. Je prie chaque jour, mais je sais aussi qu’entrer en politique, c’est faire voeu de travailler au service du bien commun. Ce que j’ai toujours fait. C’est ce qui m’a toujours animé. On commet parfois des erreurs, et je reconnais que j’en ai commises, mais je crois aussi que j'ai su tirer les leçons de mes erreurs. Si je me bats encore aujourd’hui, c’est parce que j’ai la conviction que je peux encore être utile à mon pays, et cela d’autant plus lorsque je vois la situation dans laquelle notre pays s’enlise, lorsque je vois toute cette misère qui progresse  avec pour corollaire la violence. C'est ce que me dit chaque soir la population que je rencontre dans nos réunions publiques. Après avoir consacré plus d’un demi siècle à la politique, et fort de mon expérience, je ne peux pas me résoudre à voir  ce pays et "ma population" souffrir à ce point. Ce sont les Polynésiens qui décideront le moment venu s’ils veulent encore de moi.

 

Cela veut-il dire que vous serez encore dans l'arène en 2018 ?

Qu'est-ce-que vous croyez ?!

 

·      Quand les Polynésiens disent «  c’était mieux avec Flosse » est-ce-que cela vous donne  encore plus de courage et d’énergie pour continuer à vous battre pour  votre population, surtout celle qui souffre ?

 C’est en tout cas la reconnaissance  de notre travail et  de nos nombreuses  réalisations. Cela veut dire aussi que la population est lucide sur ce qui se passe autour d’elle, qu’elle voit, qu’elle entend, qu’elle compare. Sur 300 dossiers d'aides aux petits commerces pour ne prendre que ceux-là, seule une vingtaine ont été aidés Sincèrement, je crois en effet qu’aucun autre gouvernement n’a autant fait et réalisé que nous. Il ne suffit pas de dire, comme on l’entend aujourd’hui : nous aussi on sait faire, nous, ,nous disons on peut  toujours faire mieux ! C’est au pied du mur qu’on voit le maçon, et le maçon actuel n’a encore rien construit pour le pays.

 

Pascale est mon bonheur

 

·      Etre le meilleur  d’entre les meilleurs selon certains,  malgré les procès, les problèmes, les critiques, enfin…la politique, cela vous rend heureux en vous permettant de carburer encore mieux ? !

 J’ai toujours trouvé la force dans l’adversité. J’ai fait mien cet adage qui dit que l’essentiel n’est pas de tomber, mais de savoir se relever. J’ai connu des moments difficiles dans ma vie, j’ai vécu des traversées du désert et des moments de grande solitude où les amis se comptent sur les doigts d’une main. J’ai connu des instants de joie parmi lesquels des moments inoubliables à la rencontre de la population. C’est l’accueil que me réserve les Polynésiens qui me procure le plus de bonheur. La vie est ainsi faite, avec ses hauts et ses bas, comme tout un chacun. C’est l’objectif qui procure de l’énergie pour permettre au moteur d' avancer. Et mon objectif c’est d’améliorer le sort des Polynésiens. Ce que je fais, je ne le fais pas pour moi. Pour l’essentiel, ma vie est déjà derrière moi, mais je le fais pour les Polynésiens, car il faut avoir de l’audace et du courage, de la force et une grande capacité de travail pour sortir notre pays de l’ornière. Dans tout ça, j’ai la chance d’être bien entouré, et ma plus grande chance c’est d’avoir à mes côtés ma chère Pascale. Je ne sais pas ce que je serais devenu sans elle. Elle est présente dans les moments de joie comme dans les moments de peine, nous partageons tout. Elle est mon bonheur.

 

 

 

Vendredi 10 mars 2017

Editorial

Avoir été, c'est mieux qu'être !

François Hollande va bientôt faire ses valises à moins qu'elles ne soient déjà faites. Et avec ses valises, comme tous les présidents de la République sur le départ, il peaufine sa retraite. Charité bien ordonnée commence par soi-même et ces messieurs, l'élite n'est-ce-pas, ne fonctionne pas au mérite, qu'ils aient réussi leur mission, ou lamentablement foiré, ils se concoctent des retraites dorées. Donc, sur le rapport du premier ministre, notre président de la République décrète que pendant les cinq années qui suivent la fin de sa fonction, il est mis à sa disposition :

- sept collaborateurs permanents, dont un directeur de cabinet catégorie A supérieure et trois collaborateurs catégorie A ainsi que deux agents de service rémunérés par l'Etat sur contrat. (Allons, ne soyons pas mesquins !)

- Mais nous sommes encore loin du compte. Les Français peuvent continuer leur vie de galériens, Charles de Gaulle qui achetait ses yaourts peut, lui aussi continuer à frissonner de dégoût dans sa tombe,

 – Il est mis à disposition des anciens Présidents de la République, en adéquation avec les personnels mis à leur disposition, des locaux meublés et équipés, dont le loyer, les charges et les frais généraux sont pris en charge par l’Etat. (N'ayant rien dépensé de leur salaire mis à gauche (sic!) à l'Elysée, ils pourraient quand même se loger à leurs frais. Aucune ressemblance avec les tentes des SDF)

  – Les anciens Présidents de la République bénéficient, pour leurs activités liées à leurs fonctions d’anciens chefs de l’Etat, de la prise en charge des frais de réception ainsi que des frais de déplacement, pour eux- mêmes et un collaborateur. ( Il pourra encore faire la fête avec Macron)

 – La gestion du dispositif de soutien, matériel et  personnel, apportée aux anciens Présidents de la République est assurée par les services du Premier ministre, à l’exception de leurs véhicules et de leurs conducteurs qui sont mis en place par le ministère de l’intérieur dans le cadre de la protection dont ils bénéficient. (Ben voyons, vous ne voudriez pas qu'ils conduisent leur propre voiture, ce serait tomber bien bas !)

  – Pour les anciens Présidents de la République investis avant le 15 mai 2012, le délai de cinq années mentionné à l’article 1er court à compter de la date d’entrée en vigueur du présent décret.

  – Le Premier ministre, le ministre de l’économie et des finances et le ministre de l’intérieur sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Ainsi va la République comme aux meilleurs temps de nos monarques. Crise ou pas crise. (On s'étonne si Marine Le Pen a du succès dans l'opinion).

Pendant que François Hollande prépare sa retraite, en Polynésie, le gouvernement après avoir tergiversé, se basant sur le petit rassemblement du Trocadéro de 30.000 personnes organisé par François Fillon est désormais assuré que son dernier poulain François Fillon, peu importe ce qui va sans doute lui devoir une mise en examen, c'est le candidat qu'il faut à la Polynésie.. Entre Emmanuel Macron le socialiste et Marine Le Pen, pour la souveraineté, ils ont choisi. A ce propos Oscar Temaru devrait apporter tout son soutien à la guerrière du FN dont le combat se rapproche pas mal du sien.

 Et voilà qu'au plan touristique après avoir réfléchi longuement pendant des mois ( comme Hollande) Fritch et ses supers spécialistes tirent un trait sur le Tahiti Mahana Beach pour enfin nous pondre un triomphant " Tahiti Village" . Un nom déjà bien utilisé dans les années passées. Comme on le voit une nouvelle fois, l'imagination fait défaut à ce gouvernement qui va puiser dans ses archives pour baptiser un nouveau concept qui n'est pas encore né.

 Le gouvernement Fritch cogite aussi sur "l'accord de Papeete" qui sera balancé à la poubelle  si Fillon devient président, le connaissant, il ne prendra certainement pas les restes de Hollande ! Et voilà à quoi on arrive,  continuez à vous cramponner à vos accoudoirs, car il aura fallu plus d'un an aux collaborateurs de Hollande avec Edouard Fritch pour définir l'organigramme de cet accord, revu au singulier . Lisez bien surtout :

: « Renouveler le pacte républicain entre l’Etat et la Polynésie française »  Tiens donc on ne savait pas qu'il fallait renouveler ces engagements !

« Accompagner le développement économique et social » Ah bien oui, ça au moins c'est  du neuf !

et « Offrir des conditions de vie toujours plus favorables aux Polynésiens ». Alors là on en reste  baba...pour ne pas dire " astap" !!!!!

Après cette merveilleuse démonstration de bonne volonté cogitée pendant des mois, nous pouvons sans conteste hurler de toutes nos forces : "Vive la gauche recasée chez Macron qui nous aime"

 

 

 

Internet scolaire : partenariat réussi et renouvelé du Pays avec l’OPT et VINI

Depuis 2007, l’OPT et VINI accompagnent le Ministère de l’Éducation dans le développement du numérique dans les établissements scolaires. Ainsi, l’OPT permet à chacun d’eux de disposer gratuitement d’un accès Internet allant jusqu’à 2 Mb/s, et ce, afin de faciliter la découverte et la maîtrise du numérique par les élèves.

La réussite de cette collaboration est incontestable puisque 259 établissements scolaires bénéficient aujourd’hui de cette mesure accordée par l’OPT et valorisée à près de 23 millions de FCFP HT par an.

Fort de ce succès, afin de répondre à l’évolution des usages d’Internet et à l’ambition du Ministère de l’Éducation de développer l’École numérique, l’OPT a décidé, sous réserve de l’éligibilité technique de l’établissement, d’augmenter le débit maximal de l’accès Internet offert à 4 Mb/s.

Parmi les 259 établissements, près de 70 établissements peuvent ainsi bénéficier gratuitement d’un accès Internet allant jusqu’à 4 Mb/s. Ceci devrait permettre de réduire la fracture numérique existante.

Une deuxième mesure a été prise par l’OPT, toujours dans le but de favoriser l’usage de l’Internet par les élèves des écoles polynésiennes : les établissements scolaires souhaitant souscrire à des accès Internet supplémentaires bénéficieront de tarifs réduits.
Ces nouvelles offres ViniADSL EDU sont disponibles à compter du 1er février 2017 :

Nom de l’offre Débit descendant Débit ascendant Volume de téléchargement Tarif mensuel
en FCFP HT

Tarif mensuel en FCFP TTC


ViniADSL EDU
4 Mb/s Jusqu’à
4 Mb/s Jusqu’à
512 Kb/s Illimité 4 160 4 700


ViniADSL EDU
8 Mb/s Jusqu’à
8 Mb/s Jusqu’à
512 Kb/s Illimité 6 160 6 960
(1) Tenant compte du taux de TVA à 13%.

Ces dispositions font l’objet de la signature d’une nouvelle convention cadre relative à l’Internet scolaire entre le Président de la Polynésie française M. Edouard FRITCH, le Ministre de l’Éducation Mme. Nicole SANQUER et le président-directeur général de l’OPT M. Jean-François MARTIN.


 

Notre retraite CPS est en danger, clame Emile Vernier dans le vent :

Un travail laborieux et précis d'Emile Vernier certes un peu long mais intéressant qui devrait nous mettre la puce à l'oreille.


La retraite CPS a été mise en place le 1er avril 1968. Le départ anticipé était fixé à 55 ans, les abattements à 3% par an entre 55 et 60 ans et il s’agissait alors d’un régime par capitalisation.
En 1987, le régime de la retraite a été changé. C’est à cette occasion que le départ anticipé a été fixé à 50 ans, que les abattements ont été fixés à 1% par an entre 50 et 60 ans et surtout, le régime est passé de la capitalisation à la répartition.


Ces décisions de 1987 allaient avoir des conséquences catastrophiques après 2000.
Une autre décision prise par les décideurs, administrateurs syndicats de salariés et d’employeurs, date de août 1995. A cette époque, ils cherchaient à mettre en place une retraite complémentaire. Cette année là, le Président de l’ARRCO était de passage chez nous. Il en a profité pour rencontrer des administrateurs,. Lors de cette rencontre, à plusieurs reprises, le Président de l’ARRCO a eu l’occasion d’alerter les « locaux » qu’un régime local ne pouvait pas être viable, étant donné les conditions, surtout pas assez de cotisants. Pourtant, la retraite tranche B a été créée le 1er janvier 1996, avec des paramètres très favorables aux salariés, mais catastrophiques pour le régime.
C’est donc en toute connaissance de cause et pour la deuxième fois, que les « décideurs » ont créé un régime non viable à moyen terme.

Ces mêmes « décideurs » ont eu ensuite, à partir de 2000 et au delà, de nombreuses nouvelles occasions de pouvoir changer les donnes. D’abord, plusieurs rapports et audits ont été commandés par le CA du RGS de la CPS, notamment à partir de 2000. Tous les rapports et audits commandés, payés cher, arrivaient à la conclusion que si on laissait les régimes en l’état, ils allaient connaître des difficultés rapidement.


La pyramide des âges permet de déterminer que :

-         en 2016, 21 000 personnes ont entre 50 et 55 ans, c’est à dire que ces personnes, dans 5 ans, pourraient demander à partir en retraite.

-         en 2016, 12 000 personnes ont entre 55 et 60 ans, cela signifie que ces milliers de personnes peuvent d’ores et déjà demander à bénéficier de leur retraite, en particulier ceux et celles qui auraient leurs 60 ans d’âge en 2016.

-         en 2016, il y a 8 000 personnes qui ont leurs 60 ans et qui peuvent prendre leur retraite au moment qu’elles choisiront.

Cela signifie aussi que le pire, pour la retraite de la CPS est devant nous, quand toutes ces personnes pourront prendre leur retraite.

Manifestement, cette pyramide n’a pas trop inquiété les administrateurs.

A partir de 2000, les résultats n’étaient pas très bons,  l’excédent ne dépassait pas le milliard. Cela veut dire que bien sûr, il y avait des réserves, mais insuffisamment alimentées d’une année sur l’autre. Pire, à partir de 2009, les résultats sont devenus carrément négatifs de plusieurs milliards chaque année. N’importe quel amateur, en voyant une telle masse de rouge, aurait sûrement eu un réflexe de se dire : il faut arrêter cette hémorragie. Mais non, pas eux, pas nos « décideurs » du CA qui devaient certainement avoir d’autres chats à fouetter plutôt que de prendre les mesures urgentes et nécessaires, recommandées par tous les audits. Mais ces gens qui décident pour nous, n’ont pas voulu faire ce qu’il fallait pour sauver notre PSG. Et ce sont toujours les mêmes qui continuent à vouloir « décider de ne rien faire », n’hésitant pas à exiger du ministre qu’il s’occupe d’abord de la maladie, alors que l’urgence est à la retraite. C’est sans doute plus facile de s’occuper de la maladie que de la retraite.

Tout le monde doit savoir que devant cette incapacité à voir ce qui se passe, j’ai demandé un siège au CA du RGS de la CPS pour le SDIRAF puisque le mandat des « décideurs » depuis tant d’années est arrivé à expiration.

Il ne faut plus laisser la PSG entre les mains de ces amateurs, surtout d’ailleurs les représentants syndicaux de salariés qui trustent les places depuis tant d’années. L’avenir de la retraite actuelle, mais surtout celle des retraités à venir, mérite mieux que cet amateurisme.

Il y a encore bien des choses à dire sur la retraite tranche A. Il y aussi la tranche B, qui n’a pas été traitée avec beaucoup de professionnalisme.

J’aurai l’occasion d’y revenir rapidement, car il faut que la population de salariés et de retraités sachent ce qui va leur arriver si on s’occupe d’abord de la maladie et pas de la retraite.

Pour la tranche A, c’est très très inquiétant. Combien reste-tt-il de réserves liquides ? Dans combien de temps la CPS devra-t-elle diminuer les pensions actuelles, mais aussi les futures : 20, 30, 40% ou plus encore. La survie de milliers de familles polynésiennes dépend de la rapidité avec laquelle le gouvernement va prendre les mesures attendues. Et je ne pense pas que la vente des biens immobiliers soit une solution. Car on ne peut vendre un bien qu’une fois.

Pour terminer ce propos, je lance un appel aux avocats en leur demandant un coup de main pour préparer un dossier de plainte, car il me paraît que ces courbes ne pouvaient pas laisser les administrateurs indifférents et sans réponse et que leur responsabilité me semble engagée dans leur absence de décisions. Emile Vernier

 

 

Et si Macron chantonne des trémolos dans la voix : "je vous aime," Un père de famille en Polynésie ne ressent pas la même chose puisqu'il s'est déchaîné sur son fils de 6 ans. Pourquoi tant de violence envers les plus faibles dans ce pays, les femmes ou les enfants ?

La Dépêche relate les faits qui font trembler de consternation les " vrais parents". Pour un regard, l'enfant à vélo voit son père se ruer sur lui, le faire tomber, pour le relever par les cheveux avant de le jeter à terre. Puis il saisit l'enfant par les deux bras, puis par le cou et le frappe encore en le laissant retomber sur le sol où il se fait taper dessus deux fois a deux reprises (ndlr les mains tatoués de l'homme sont des battoirs). On imagine la peur et la douleur apportée par les coups à ce petit garçon de 6 ans pris pour un punching ball sans  raison alors que son géniteur n'était pas en état d'ivresse. Donc lucide. Et si cet homme est coutumier du "black out" alors enfermez- le. Epargnez les enfants.

 

 

La Chine ( à son tour) veut muscler sa marine de guerre

Par Cyrille Pluyette

Engagé dans la modernisation de son armée, le géant asiatique cherche à accélérer le développement d'une unité d'élite navale de façon à tenir tête à Donald Trump en Mer de Chine.
Correspondant à Pékin
La course à l'armement passe à la vitesse supérieure en Mer de Chine. Face à l'imprévisible président américain, qui a mis la Chine sous pression dans la région et a promis de muscler ses forces navales, Pékin veut se donner les moyens de défendre ses revendications de souveraineté. Alors que le géant asiatique a déjà fortement accru sa présence navale ces dernières années, les autorités chinoises, engagées dans la modernisation de l'Armée populaire de libération (APL), accélèrent le développement d'une unité d'élite de la marine en l'équipant de destroyers et de frégates supplémentaires. Son objectif: multiplier les patrouilles maritimes et aériennes, a indiqué Wang Weiming, chef d'état-major adjoint de la marine.


«Nous intercepterons tout avion intrus et suivrons tous les navires de guerre dans les zones sous notre responsabilité», a expliqué l'officier à l'agence officielle Xinhua, avant d'ajouter que ses marins «devront se montrer vigilants pour pouvoir répondre à tout moment à une situation d'urgence». L'Administration Trump a en effet menacé la Chine de l'empêcher de contrôler certains îlots disputés dans des eaux «internationales», en Mer de Chine méridionale. Par ailleurs, alors que le président américain avait remis en cause le statut de Taïwan avant de se plier à la ligne de Pékin, la République populaire de Chine, qui suspecte Taïpeh de velléités d'indépendance, surveillera avec méfiance les agissements de Donald Trump vis-à-vis de l'île.


Un budget militaire en augmentation continue Wang Weiming a par ailleurs assuré que la construction du premier porte-avions conçu par les Chinois était bien «avancée». Les spécialistes estiment qu'il devrait entrer en service en 2020, s'ajoutant au Liaoning - un modèle d'occasion fabriqué par l'ex-URSS - , seul porte-avions chinois face à la dizaine que comptent les États-Unis. «Une marine de première classe doit être équipée d'armements de première classe», a résumé Li Yanming, un autre haut gradé.
« La supériorité technologique militaire de l'Occident, qui était considérée comme acquise, est de plus en plus contestée »


 

Jeudi 9 mars 2017

A midi Marine Le Pen comptabilisait une quarantaine de parrainages polynésiens en bonne et due forme. Le score le plus important de l'Outre-mer.

Editorial

Le joueur de flûte....

Tel le joueur de flûte qui entrainait les rats dans la rivière, Emmanuel Macron fait sortir tous les vieux caciques PS de leur trous et les éléphants d'une savane aride.

 Communistes d'antan comme Robert Hue et vieux socialiste comme Bertrand Delanoë ainsi que les éléphants du PS comme Claude Bartelone , JM Le Guen etc..,ainsi que le conseiller de François Mitterrand Jacques Attali, le socialiste réaliste, n'ayant plus d'autres possibilités politiques pour se faire entendre, tout ce petit monde en panne délaisse ses propres candidats, le couple divorcé Hamon/Mélenchon et rejoint  celui qui a le vent en poupe, le socialiste libéral Macron soutenu par les grands groupes financiers. C'est certainement avec une joie non dissimulée qu'il siphonne allègrement le PS. Du coup, il gagne un à deux points dans les sondages en passant  de 22/23% à 25%.

 Décidément entre un François Fillon qui s'arcboute défiant toutes les lois de la nature et la justice, et une Marine le Pen toujours stable entre 27 et 28% des intentions de vote, cette campagne présidentielle, véritable psychodrame, tient le reste du monde en haleine en volant la vedette à Donald Trump.

Au moins dès aujourd'hui, les électeurs qui voteront pour "le marcheur" savent qu'ils voteront pour un PS relooké, une suite en quelque sorte du hollandisme nouvelle mouture, dans un courant qui se veut moderniste. Son envoyé spécial en Polynésie n'avait pourtant pas l'air d'un bon marcheur, moderne et sportif.

 Delanoë  rejoint donc sa famille "rajeunie" avec tous les vieux de la vieille. Le PS, soyons réaliste, tressautait sur le sable tel un poisson hors de l'eau, d'une pichenette Macron l'a remis dans l'eau de son bocal. En fait c'est toute la représentation politique que Macron s'acharnait à nous faire gober qui en prend un coup si l'on considère qu'il est, de facto, beaucoup plus de gauche que de droite à partir du moment où aucune aucune" star" de droite ne l'a rejoint compte tenu de son programme.

Reste à savoir si la gauche recomposée, avec les mêmes hommes que celle d'hier n'ayant jamais été capable dans un passé récent d'affronter et de résoudre les grands problèmes politico-économiques, comme sécuritaires, pourra faire front à ceux d'un monde tourmenté en guerre et en compétition permanente.

Bref, pour résumé, le "ni-ni" n'est plus en vogue. Et voilà François Hollande se frottant les mains de plaisir dans les salons de l'Elysée désertés, murmurant  " Ah, ce petit , j'avais raison de lui faire confiance !"

 

 

 

 

 Fillon en troisième position

 Le candidat de la droite François Fillon, dont la campagne est plombée depuis plus d'un mois par des soupçons d'emplois fictifs de son épouse et de deux de ses enfants, reste en troisième position avec 20% des intentions de vote, en retrait d'un point.

François Fillon, selon l'analyse du site 20 minutes, a été abandonné par une partie de ses fidèles. Le candidat de la droite à la présidentielle a remonté une nouvelle équipe de campagne très sarkosyste dévoilée ce jeudi. Le sarkozyste François Baroin aura fort à faire puisqu’il est chargé du « rassemblement politique ».

 Le président des députés LR, le sarkozyste Christian Jacob, devient « coordinateur de la campagne » et Luc Chatel remplace Thierry Solère comme « porte- parole et président des comités de soutien  », selon un communiqué de l’équipe du candidat.

 De nouvelles désignations à venir .François Baroin, qui avait formé un ticket avec Nicolas Sarkozy, était jusque-là « conseiller politique ». Baroin, Chatel et Jacob étaient tous les trois présents au rassemblement du Trocadéro dimanche, qui a conforté le candidat dans la décision de maintenir sa candidature.

  « D’ autres désignations auront lieu la semaine prochaine  », a précisé le candidat de la droite à la présidentielle, dans son communiqué. Depuis plus d’une semaine, François Fillon a enregistré de nombreuses défections notamment son directeur de campagne, Patrick Stefanini, ou encore son porte-parole Thierry Solère ainsi que les partisans de Bruno Le Maire et d’Alain Juppé.

 

 

Johny marqué par la maladie, les cigarettes et l'alcool.

 

Dur, dur !

Le directeur du Laboratoire des travaux publics, Bruno Marty, a été condamné ce matin en appel pour avoir utilisé à des fins personnelles la carte bancaire de sa société. un peu plus de deux millions, qu'il avait remboursés. Relaxé en première instance, la cour d'appel a requalifié les faits de détournement de fonds publics, en abus de confiance.

 Il est condamné à un million de Frs cfp d'amende et un an d'interdiction de gérer le Laboratoire des travaux publics  et toute société privée. Autrement dit la Justice lui interdit de travailler.. Son avocat, Me Mourad  a  annoncé son pourvoi en cassation. La peine est donc suspendue jusqu’à la décision de la haute juridiction parisienne. Pendant ce temps, il reste  à la tête du Laboratoire des travaux publics, sauf décision contraire du Pays. Ouf !

 

Jacques Raynal, ministre de la santé et sa baguette magique de prestidigitateur annonce :

Dès le courant du mois de mai, "vous devriez voir apparaitre des textes sur le médecin référent"

Tiens on croyait qu'en mai on voyait " apparaitre le muguet "

Yves Laugrost (Atia I Mua) a bien raison d'être gêner par la baisse des remboursements pour les patients c'est inacceptable a-t-il dit. Transférer les charges aux mutuelles, c'est transférer des charges aux assurés. Au final c'est une baisse du pouvoir d'achat."(Tahiti Infos)

 

Demain, vendredi 10 mars 2017 à 9h00, dans la salle du conseil d'administration du groupe OPT à Fare Ute, signature de la convention entre le groupe OPT et les établissements scolaires.


Ce partenariat réussi consiste pour le groupe OPT à accorder depuis 2007 aux établissements d’enseignement du premier et du second degré un accès à Internet gratuit (sur support ADSL, RTC ou RNIS selon éligibilité), et à leur appliquer des tarifs réduits pour tout accès ADSL supplémentaire souscrit, depuis 2009.

À l'occasion de cette conférence de presse, la Ministre de l'Éducation Nicole SANQUER-FAREATA signera la convention cadre renouvelée avec le président-directeur général de l'OPT Jean-François MARTIN.
 

 

Révélations de radio1

Les deux tiers de l’aide publique destinée aux partis et groupements politiques en Poynésie, 18 des 25 millions de Fcfp, sont alloués au No oe e te nunaa de Nicole Bouteau, loin devant le Tahoeraa Huiraatira de Gaston Flosse avec un peu plus de 5,5 millions de Fcfp. Pourquoi ?
Parce que l’ancien parti de Nicole Bouteau héberge officiellement les parlementaires du Tapura qui, lui, ne peut prétendre aux subventions.

Le décret concernant la répartition de l’aide publique aux partis et groupements politiques pour 2017 a été pris le 27 février dernier pour répartir 25 millions de Fcfp entre cinq formations politiques en Polynésie. Cette aide est fractionnée en deux parties. La première est dispensée en fonction du nombre de suffrages obtenus lors du dernier renouvellement de l’Assemblée nationale, avec des pénalités pour les partis n’ayant pas respectés la parité. La seconde fraction est destinée au financement des partis politiques ayant des parlementaires.

Et de façon très surprenante, c’est le parti No oe e te nunaa de Nicole Bouteau qui va toucher plus de 18 millions Fcfp, alors que le parti est officiellement en sommeil et que Nicole Bouteau appartient aujourd’hui au Tapura ! La raison de cette surprenante attribution de subventions, c’est que le No oe e te nunaa est officiellement le parti d’appartenance des quatre parlementaires Tapura (Maina Sage, Lana Tetuanui, Nuihau Laurey et Jean-Paul Tuaiva, NDLR) justement pour ces questions de subventions aux partis politiques. En effet, la loi prévoit que seuls les partis politiques ayant participé aux dernières élections peuvent prétendre aux subventions nationales. Le Tapura n’étant pas officiellement constitué lors des dernières élections, il ne lui était pas possible de prétendre aux subventions. Le parti a donc fait le choix de déclarer ses candidats sous le No oe e te nunaa qui pouvait, lui, prétendre aux subventions.

Le deuxième parti politique à recevoir un peu plus de 5,5 millions de Fcfp est le Tahoeraa de Gaston Flosse. Vient ensuite le Front de libération de la Polynésie – Tavini huiraatira (FLP) avec un peu plus de 800 000 Fcfp, et enfin l’UPLD et le Ia hau Noa de Bruno Sandras avec un peu plus de 400 000 Fcfp.
 

 

Mercredi 8 mars 2017

La Polynésie française, de tous les DOM/TOm, a enregistré au conseil constitutionnel le plus de parrainages pour Marine le Pen. Hier il y en avait sept , aujourd'hui il y en a trente et d'autres à venir!!! Chapeau. Relevons aussi que son représentant Eric Minardi met le paquet dans sa campagne!

Johny Hallyday a annoncé se faire traiter pour un cancer ses jours ne seraient pas en danger.

Et pour cette journée des femmes, relevons qu'en français, le masculin prime sur le féminin. Tous des machos je vous le dis en vérité, même dans l'orthographe !

Editorial

Fillon : "Ma vérité, c'est la vérité"

Les Allemands et bien d'autres n'en croient pas leurs yeux. Dans ce pays vertueux où l'on ne badine pas avec la morale en politique, François Fillon aurait dû démissionner depuis longtemps. Il est vrai que, face aux soupçons qui pèsent sur le candidat de la droite à l'élection présidentielle, les accusations qui ont valu à certains hommes politiques allemands de quitter leur poste ne sont que des broutilles vues de France, écrit le Point.

 On citera pour conforter cette analyse, l'ancien président Christian Wulff contraint de quitter le château de Bellevue pour avoir accepté l'invitation d'un ami de longue date à la Fête de la bière de Munich. Coût total de la facture pour la chambre d'hôtel, la baby-sitter et les chopes de bière : 745 euros. En retour, Christian Wulff était soupçonné d'avoir fait usage de ses bons contacts auprès du groupe Siemens pour donner un coup de pouce à un producteur de cinéma à la recherche d'un financement pour un film.

L'ancien président a depuis été réhabilité, mais l'affaire hanta pendant des mois l'Allemagne si probe. Et ruina la carrière de Christian Wulff. Les sommes évoquées dans l'affaire Fillon sont donc hallucinantes pour les Allemands.

Mais la presse étrangère  a tous les ingrédients pour  se scandaliser sur ce qui se passe en France et qui marquera l'Histoire. Désormais, l'opinion française majoritairement trouve que François Fillon  n'est qu'un pervers narcissique  buté, obstiné au-delà du normal. Fillon est tellement persuadé qu'il deviendra le prochain président de la République et ses amis du Tapura en Polynésie aussi qu'il ne craint  même pas le possible coup de grâce des juges dans quelques jours avec : un, sa mise en examen, deux un procès. Il peut donc s'en prendre à la presse, aux juges, à ses amis qu'il considère comme des " chapeaux à plume" mais qui le couvrent de compliments, avec une indécence certaine,  sur son énergie, son courage, sa force de caractère et bla-bla .On remarquera avec effarement qu'ils sont vite revenus dans le rang, un pas en arrière, deux en avant, si l'on en croit l'annonceur public, président du Sénat qui en postillonnait de plaisir en lisant le texte de retour au bercail.

 Le Point enfonce cependant "le forcené" trop chargé de testostérone en publiant l'éditorial du Der Spiegel.  Julia Amalia Heyer, l'une des correspondantes à Paris de l'hebdomadaire allemand  lance dans le dernier numéro une attaque violente contre François Fillon. Celui-ci  semble, selon elle, avoir totalement perdu le sens de la réalité.  "L'image qu'il donne de lui-même ressemble à l'hallucination d'un homme en plein délire. « Ma vérité, c'est la vérité," dit François Fillon. Au plus tard, à ce moment-là, on commence vraiment à avoir la chair de poule.

 L'éditorialiste allemande avec lucidité ajoute : « Personne en ce moment n'incarne davantage que François Fillon tout ce qui exaspère les Français. Et l'arrogance avec laquelle il se dépeint comme une victime est inégalée, même dans un pays comme la France et même si ce type d'homme politique convaincu que les poursuites judiciaires ne s'appliquent qu'au peuple a une longue tradition dans ce pays – de François Mitterrand à Nicolas Sarkozy, en passant par Jacques Chirac." Et vlan tout le monde dans le même panier.

Médusés par le culot de la classe politique française, François Fillon en tête, les Allemands sont inquiets pour l'avenir de la France. Les Français qui ne font plus confiance à ceux qui les gouvernent vont- ils se jeter dans les bras de Marine Le Pen ? Après la surprise du Brexit et celle de la victoire de Donald Trump, plus personne à Berlin n'ose écarter l'hypothèse d'une victoire du FN le 7 mai, "mais avec quelles conséquences" s'interrogent les pessimistes.

Il est vrai que Marine Le Pen  flotte dans une dynamique électorale non pas favorable au FN mais à sa personnalité. 33% des Français ont revu leur position sur la candidate en considérant que son parti profondément modifié est identique à une droite normale. Pour la première fois, elle a été reçue par le MEDEF, elle s'est fait applaudir par tous les chefs d'entreprise présents auxquels elle a expliqué son programme économique.  Du coup on en oublie le spectacle quotidien de Macron. Le protégé des grands patrons de presse. Celui qui se joue à guichet fermé et qui lui vole la vedette, c'est celui de Fillon d'abord, car les Français attendent le tombé de rideau et la progression ou stagnation de Marine ensuite, qui a cependant commis la même erreur que Fillon en critiquant les magistrats.

En conclusion, la droite est décrédibilisée, sa famille éclatée, sa vertu atomisée avec ses revirements multiples, pathétiques. Mais Fillon est toujours droit dans ses bottes et les commentateurs commencent à le remettre, en selle ! Elle négocie dur cette droite pour faire entrer le valeureux Borloo à ses côtés. Faut bien remplacer Bayrou ! La gauche, elle, est inaudible y compris celle de EM, qui surfaite, plane sur du vide et une écuyère qui  caracole avec fierté sur son cheval blanc ou noir selon l'opinion que lui porte les électeurs. Mais elle caracole.

 

E

Exécution au Texas

L'Etat américain du Texas a exécuté mardi soir un homme qui avait accepté de tuer une femme contre la somme de 2.000 dollars, après le rejet par la Cour suprême d'ultimes recours lancés par les avocats du prisonnier.

Rolando Ruiz, 44 ans, a reçu une injection létale dans sa prison de Huntsville et a été déclaré décédé à 23H06 locales (05H06 GMT mercredi), ont indiqué les autorités pénitentiaires du grand Etat du Sud américain.
"Les mots ne peuvent exprimer combien je suis désolé par la peine que je vous ai causée à vous et à votre famille. Que cela (mon exécution, NDLR) vous amène la paix et le pardon. Je m'excuse", a déclaré le condamné juste avant de mourir, en s'adressant aux proches de sa victime.
"A ma famille, merci pour tout votre amour et tout votre soutien. Je suis en paix. Jésus-Christ est le Sauveur. je vous aime tous", a-t-il ajouté.

En juillet 1992, Mark Rodriguez était entré en contact avec Rolando Ruiz et lui avait demandé s'il accepterait de tuer sa belle-soeur, Theresa Rodriguez, contre rétribution.
Ruiz avait accepté le marché et le meurtre avait été planifié pour se produire lorsque la femme se rendrait dans un restaurant de la ville de San Antonio.

En arrivant sur place, le tueur avait toutefois renoncé à agir, en apercevant un garde de sécurité.
De nouvelles dispositions avaient été prises pour commettre l'assassinat quelques jours plus tard à un cinéma, où se rendaient Mark Rodriguez, son frère Michael -l'autre commanditaire du meurtre- et la femme de celui-ci, Theresa.

Rolando Ruiz s'était posté devant le bâtiment et avait suivi la voiture du couple jusqu'à leur domicile. A l'instant où Theresa sortait du véhicule, il lui avait tiré une balle fatale dans la tête. Il avait terminé la soirée en jouant au basket-ball.Les enquêteurs n'avaient pas mis longtemps à confondre les trois hommes, d'autant que le mari de Theresa venait de souscrire une importante assurance-vie au nom de sa femme, et s'était porté bénéficiaire.

Ruiz avait été condamné à mort, Mark et Michael Rodriguez à la réclusion criminelle à perpétuité.
Le second frère a toutefois été exécuté en 2008, après avoir été condamné à la peine capitale pour une évasion de prison qui s'était soldée par la mort d'un policier.
Rolando Ruiz a passé 25 ans dans le couloir de la mort. Ses avocats ont saisi la Cour suprême pour demander un sursis à son exécution, mais la haute cour a rejeté mardi soir ces démarches de dernière minute. Au Texas, on ne plaisante pas ....
 

Quelle peine la France va-t-elle infliger aux meurtriers qui ont sauvagement assassiné père, mère et enfants ( fille et garçon), la famille Troadec dans sa totalité, dont les corps n'ont pas encore été retrouvés. Mais quelle horreur cela a dû être... et tout ça pour un héritage. Ils auront le temps d'y penser dans une prison que l'on espère la plus pourrie de l'Hexagone.

 

Célébration de la Journée internationale des femmes

 Le Président Edouard Fritch, accompagné du ministre des Solidarités, Jacques Raynal, a participé à la journée d’information et d’exposition, organisée mercredi matin, par le Conseil des femmes de Polynésie, dans le hall de l’Assemblée de la Polynésie française (APF), lors de la Journée internationale des femmes, sur le thème cette année « Soyons audacieuses : Osons le changement ».

 A cette occasion, les différentes associations du Conseil des femmes ont présenté des stands d’informations et de ventes d’objets réalisés par les membres eux-mêmes. Le Conseil des femmes est en effet une organisation non gouvernementale qui regroupe les associations s’occupant de la condition et des droits des femmes, des enfants et des familles en Polynésie française.

 « Le combat d’une femme n’est pas celui d’une personne, de sa condition, mais un combat pour la communauté dans son ensemble », a indiqué le Président du Pays. Le Président a mis en exergue la contribution des femmes quant à la valorisation et la construction d’une société souhaitée juste, équitable, et égalitaire.

 « C’est le sens que j’ai voulu donner à la Conférence de la famille qui a débouché sur un plan d’orientation stratégique pour la mise en œuvre d’une politique publique de la famille qui a été adopté l’année dernière par nos représentants à l’Assemblée et qui énonce 130 actions regroupées en 7 objectifs », a rappelé Edouard Fritch. Cette politique publique devrait notamment permettre à chaque famille d’assumer ses responsabilités et de réaliser un projet de vie dans des conditions optimales.

En outre, toujours dans le cadre de la célébration de la Journée internationale des femmes, le Président entouré de l’ensemble du gouvernement, a reçu, à déjeuner, à la Présidence, une trentaine de femmes œuvrant pour les droits des femmes polynésiennes.

 

 Attribution des sièges aux organisations syndicales au sein du Conseil supérieur de la fonction publique

Le Conseil des ministres a procédé à la nomination des représentants du personnel au conseil supérieur de la fonction publique. En effet, le mandat des membres en exercice arrivant à son terme et, suite au scrutin du 30 novembre 2016 visant le renouvellement des représentants du personnel aux commissions administratives paritaires, il convenait de procéder à une nouvelle répartition des sièges au sein du conseil supérieur de la fonction publique.
Ainsi, la répartition des six sièges réservés à la représentation du personnel au sein dudit organisme consultatif s’effectue entre les trois organisations syndicales suivantes :
- la confédération A Tia I Mua, à raison de deux sièges ;
- la confédération des syndicats des travailleurs de Polynésie – Force ouvrière (CSTP-FO), à raison de trois sièges ;
- et le syndicat de la fonction publique, à raison d’un siège.


Célébration de la Journée internationale des femmes

Le Président Edouard Fritch, accompagné du ministre des Solidarités, Jacques Raynal, a participé à la journée d’information et d’exposition, organisée mercredi matin, par le Conseil des femmes de Polynésie, dans le hall de l’Assemblée de la Polynésie française (APF), lors de la Journée internationale des femmes, sur le thème cette année « Soyons audacieuses : Osons le changement ».
A cette occasion, les différentes associations du Conseil des femmes ont présenté des stands d’informations et de ventes d’objets réalisés par les membres eux-mêmes. Le Conseil des femmes est en effet une organisation non gouvernementale qui regroupe les associations s’occupant de la condition et des droits des femmes, des enfants et des familles en Polynésie française.

« Le combat d’une femme n’est pas celui d’une personne, de sa condition, mais un combat pour la communauté dans son ensemble », a indiqué le Président du Pays. Le Président a mis en exergue la contribution des femmes quant à la valorisation et la construction d’une société souhaitée juste, équitable, et égalitaire.

« C’est le sens que j’ai voulu donner à la Conférence de la famille qui a débouché sur un plan d’orientation stratégique pour la mise en œuvre d’une politique publique de la famille qui a été adopté l’année dernière par nos représentants à l’Assemblée et qui énonce 130 actions regroupées en 7 objectifs », a rappelé Edouard Fritch. Cette politique publique devrait notamment permettre à chaque famille d’assumer ses responsabilités et de réaliser un projet de vie dans des conditions optimales.

En outre, toujours dans le cadre de la célébration de la Journée internationale des femmes, le Président entouré de l’ensemble du gouvernement, a reçu, à déjeuner, à la Présidence, une trentaine de femmes œuvrant pour les droits des femmes polynésiennes.




Communiqué :

Nous vous invitons à regarder le journal de TNTV le jeudi 9 mars (en Tahitien à 18 h et en Français à 18 h 30).

Holly et Eric seront les invités plateau à cette occasion ils exposeront notre programme et répondrons à Max Dubois du mouvement « En Marche »

Il sera possible de regarder le « replay » ultérieurement sur le site internet de TNTV pour ceux qui n’auraient pas la possibilité d’être devant leurs téléviseurs à l’heure dite.

Amitiés patriotiques
Le Secrétariat du Te Nati Front National Polynésien

 

Vernissage à ne pas manquer de Myriam Stroker vendredi 10 mars à la Galerie des tropiques

 

   
 

 Bon scoop pour la journée des femmes, elles resteront dans la crasse de Nuutania une fois incarcérées. Punition supplémentaire, elles n'auront pas droit à la prison modèle de Papeari, style hôtel 3 étoiles réservé aux violeurs, voleurs, assassins. Et dire que pas un fonctionnaire de l'Etat au-travers de multiples réunions n'a soulevé ce manquement inique ! Pas important sans doute.

 

Qui fait payer un abonnement en plus aux clients de SECOSUD ?

EDT vous informe que dans le cadre de la fin de la concession du SECOSUD, il est adressé à l'ensemble des abonnés en plus de la facture normale de consommation (généralement du 15 au 15 du mois, variable selon les contrats), une facture de solde qui prend en compte les derniers jours de février 2017.
La société Tahiti Sud Energie, qui a pris le relais de la concession électrique à partir du 1er Mars, adressera une première facture de consommation à la fin mars.

En aucun cas il n'est demandé au client de « repayer un abonnement ou une avance sur consommation » ou tout autre surcoût, comme certains témoignages sur les réseaux sociaux et les répondeurs peuvent le suggérer.
Nous invitons les clients ayant une incompréhension sur leurs factures à prendre contact avec notre service client au 40 86 77 86.
 

 

 Les journalistes de la Dépêche et leurs syndicats ont su préserver leur quotidien et leurs lecteurs pendant une période fluctuante de préavis de grève qui ne prendrait effet que le 9 mars prochain. On remarquera que Pierre Marquesini a disparu de l'Ours du journal et qu'il est remplacé par Patrick Seurot à la direction de la publication. Yan Roy se maintient à son poste de rédacteur en chef. Les négociations ont l'air de se tenir dans un climat serein. Les prévisions astrales de la Dépêche le confirment ! Il suffit d'y croire.

 

 Radio 1 :

L’imprimerie Juventin va quitter l’immeuble « Juventin » et devrait être indemnisée à hauteur de 50 millions de Fcfp par le Pays à ce titre.

 Un arrêté a été pris en conseil des ministres le 1er mars dernier pour  le versement d’une indemnité d’un montant de 50 millions Fcfp au profit de l’imprimerie Juventin pour le préjudice de rupture du bail de réinstallation. Une indemnité qui devrait être versée dans les trois mois après la libération de la portion située au rez-de chaussée de l’immeuble dit « Juventin » et occupée actuellement par l’imprimerie éponyme. Selon un proche du dossier, pour des raisons de sécurité, il a été demandé aux locataires de quitter les lieux. Le désamiantage est prévu pour le 1er semestre, puis s’en suivra la déconstruction du bâtiment. Selon nos informations, le Pays compte y construire un bâtiment administratif : « nous sommes à plus de 300 millions par an de location et ce pour loger nos services administratifs (…) c’est une stratégie de gestion que le Pays mène actuellement », explique-t-on du côté du Pays.(ndlr ben voyons !)

 

 

 

Mardi 7 mars 2017

Editorial

Macron l'acteur, Fillon le filou et Tina la rabâcheuse

Et bien non, on ne sent pas le désir monter avec l'envoyé colonialiste de Macron, un certain Max Dubois qui, tel Zeus, pointe d'un doigt crochu celle à qui on ne doit pas parler, ni voir, ni écouter, Marine et celui bien sûr que l'on doit désirer Macron. Ce que tous ces gens là n'ont pas compris c'est que plus ils stigmatiseront Marine le Pen  plus elle engrangera de partisans d'autant qu'une nouvelle affaire marque un peu plus à la culotte François Fillon ce matin.. Il faut quand même bien dire que Max Dubois avec son " j'aime les Polynésiens"  côtoyés pendant deux jours et demi n'a trompé personne. Si Macron avait envoyé un fringant militant de son premier cercle, il aurait pu avoir une chance de plaire, mais un vieux cheval de labour trop bien nourri à l'avoine politique, ça ne pouvait pas marcher. Macron n'est qu'un François Hollande mieux formaté, la main dans la main avec les grands groupes de presse qui font de lui le nouveau messie discourant pendant des heures avec des mots appris par cœur. Un bon élève en vérité et un excellent acteur  auquel ses professeurs ont fait la leçon pour doser les intentions de sa voix, ses gestes, ses regards. Rien en lui n'est aujourd'hui naturel. En vérité c'est un Hollande certes plus dynamique, qui pourra dire un de ces jours peut-être : "moi président je.."

Tina Cross lors du débat radiodiffusé hier, elle, est tout à fait naturelle dans sa dialectique. Son discours aussi primaire et archi connu que celui de son "papa en politique" n'est pas difficile à retenir tant il est basique : "je suis maohi, cette terre est la nôtre, c'est la France qui nous brime pour avancer  vers notre souveraineté, l'océan est à nous et ce qu'il y a dessous aussi". Un point commun avec le programme de Marine Le Pen " la Polynésie aux Polynésiens" comme " la France aux Français". Point n'est besoin d'un masque et d'un tuba,  pour aller vérifier la montagne d'or qui somnole au fond du Pacifique mais malheureusement plus proche de Hawaii en ce qui concerne les terres rares que de la Polynésie, planquées entre 3000 et  6000 mètres de profondeur. Rien que l'exploration en mer avait été chiffrée à 150.000 euros par jour en 2014 et nous sommes en 2017 !!! ( Dixit 2013/2014 page 150). Or, " maohi ou pas "faîtes le calcul "exploration ne veut pas dire extraction".

 En un mot tout le monde il est beau, tout le monde il sera riche quand la Polynésie sera souveraine, mais souveraine avec qui et avec quoi ? ? Le discours s'arrête là. Personne dans le camp indépendantiste ne dira dans quelle caisse la Polynésie ira chercher les milliards nécessaires aux extractions, les 80 millions par mois pour l'éducation, les centaines de millions pour la santé etc... Ha ! pardon Tina l'a dit, c'est la France qui aidera la Polynésie. Tina comprendra sa douleur si Fillon arrive au pouvoir. Et elle ne sera pas la seule.

Dans ce débat radiophonique ce n'est pas du favoritisme  de dire que Minardi a été le plus pragmatique en faisant remarquer à la "douce et talentueuse égérie d'Oscar" que ce dernier avait été sèchement battu en 2013 alors que sa campagne avait été basée sur l'indépendance "maohi" et qu'à chaque élection , faisant office de référendum le Tavini est renvoyé dans ses pénates. Bref, on rabâche !

Et puis nous avons eu droit à un moment chaud entre Jacky Bryand et Eric Minardi, l'un sortant de son chapeau en substance qu'il était " maohi" et qu'il avait le droit de parler et l'autre lui répondant, "je suis là depuis plus de trente ans et moi j'ai créé 2000 emplois pour les Polynésiens. Et vous ?"

Depuis 40 ans, ce sont les mêmes querelles, on pourrait se mettre dans la peau des uns puis des autres et les réciter par cœur. Le changement ? Quel changement ? Celui dans la continuité, oui.

A Paris au moins le film change tous les jours. 

On a Gérard Larcher, le président du Sénat comme beaucoup d'autres qui a fait un aller/retour vers Fillon., Mais il fut le premier, tel le "tribun de la plèbe" à Rome qui lisait les directives de César dans la rue, à annoncer avec les mêmes intonations et les joues tremblotantes,  le retour des "traitres" vers Fillon. Quel courage en vérité . Hélas... ils sont rentrés dans le rang avant l'heure car voilà encore une autre affaire dévoilée par le Canard qui n'est plus enchaîné du tout comme le révèle le site 20 minutes : Le feuilleton Fillon se poursuit. Dans son édition à paraître ce mercredi, Le Canard enchaîné fait de nouvelles révélations concernant le candidat de la droite à la présidentielle. D ’après l’hebdomadaire satirique, François Fillon aurait obtenu de Marc Ladreit de Lacharrière un prêt de 50.000 euros en 2013, sans intérêts et non déclaré.

 L’élu Les Républicains « n’a pas jugé utile de faire figurer » ces 50.000 euros sur sa déclaration de patrimoine adressée à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.

Bref pour la presse étrangère  “François Fillon ressemble de plus en plus à un candidat posthume. Sa campagne s’évapore, et si le rassemblement de ce week-end se passe mal, ce pourrait être la fin”, indique le commentateur politique britannique Simon Heffer dans le quotidien conservateur The Telegraph.

 Même son de cloche dans les colonnes du journal dominical The Observer : “Les épreuves de François Fillon vont finalement lui être fatales.

Accusé de détournement de fonds publics après avoir employé son épouse, Penelope, et leurs enfants dans des emplois présumés fictifs, le candidat sera formellement mis en examen par les procureurs le 15 mars prochain. Les élus de droite le lâchent. Le personnel clé de la campagne, y compris son principal porte-parole, a démissionné. Un sondage publié vendredi a révélé que 70 % des électeurs croient qu’il a tort de maintenir sa candidature. Sa popularité a fortement baissé.

Et peu importe ses mea culpa. Sa crédibilité est en miettes. En termes électoraux, il est condamné”. Un boulevard pour qui ? Pas pour Macron ! Mais la famille, les Républicains réunie, un jour, fuyante un autre, va-t-elle encore une fois, voir les barons s'enfuir ? Non ne  demandez-pas à celui qui a gâché la campagne de la gauche..... il ne démissionnera pas !

 

Aujourd'hui.

La chapelle de Fillon le catholique

Le Canard enchaîné en rajoute une couche sur François Fillon. Selon l’édition du journal satirique publiée ce mercredi, un bureau du conseil régional des Pays de la Loire était aménagé en salle de prière à l’époque où l’actuel candidat à l’élection présidentielle siégeait dans l’exécutif de la région (1998-2004).

Les socialistes, quand ils ont remporté les élections régionales en
2004 , auraient découvert à l’étage du cabinet du président « un bureau aménagé en chapelle » avec « un crucifix, un prie-Dieu et des images pieuses », selon l’hebdomadaire.

Un bureau surnommé « la chapelle »

François Fillon était alors premier vice-président du conseil régional des Pays de la Loire après en avoir été président de 1998 à 2002, date à laquelle il était entré au gouvernement Raffarin.

Un membre de l’équipe de Jacques Auxiette, président PS du Conseil régional (2004-2015), a confirmé la découverte de ce bureau, « surnommé, depuis, la chapelle », lorsque les socialistes sont arrivés au pouvoir dans la région. Mais il ne sait pas quand cette « chapelle » avait été installée.

François Fillon, et encore davantage l’actuel président du conseil régional Bruno Retailleau, ont les faveurs de la mouvance catholique traditionaliste


 

Conférence sur la sécurité Outre-mer :les problèmes de la Polynésie française très peu évoqués

 

Le président de l’Assemblée, Marcel Tuihani a participé ce lundi 6 mars au ministère des Outre-mer à la conférence nationale sur la sécurité outremer, en présence du Premier ministre Bernard Cazeneuve et de la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts. Il s’agissait de faire le bilan du plan sécurité Outre-mer lancé en juin dernier par l'ancienne ministre des Outre-mer George Pau-Langevin et Bernard Cazeneuve, alors ministre de l'Intérieur. La conférence réunissait les représentants de l'État, les élus ultramarins et des responsables associatifs. Elle devait permettre « d'échanger sur les initiatives qui sont menées dans les territoires ultramarins », selon le communiqué du gouvernement.

Marcel Tuihani se réjouit d’avoir été invité mais regrette que l’organisation de la conférence n’ait pas davantage permis aux représentants des Outre-mer de s’exprimer, ni d’échanger, sur les problématiques qui leur sont propres, en particulier pour dégager des perspectives de solutions.

En ce qui concerne la Polynésie française, les récentes données statistiques ont en particulier mis en avant la forte progression de la délinquance et des violences intrafamiliales. Ces problématiques qui caractérisent l’insécurité en Polynésie française n’ont malheureusement pas pu être abordées. Le président de l’Assemblée rappelle qu’en raison de problèmes sociaux en Guadeloupe et en Martinique, le gouvernement central a décidé, l’année dernière, de retirer un escadron tout entier soit 79 gendarmes mobiles de la Polynésie française. Par ailleurs, lors de la célébration de la Sainte-Geneviève en janvier 2017, le colonel Pierre Caudrelier, lui-même, indiquait que « l’action de la gendarmerie a atteint ses limites, comme en attestent certains indicateurs de l’année 2016 ». Le colonel n’a pas caché son pessimisme pour l’avenir de la Polynésie française.

Compte tenu des enjeux en matière de sécurité Outre-mer notamment en ce qui concerne la délinquance, cette conférence était l’occasion de mettre à plat l’ensemble des moyens qui devront être mis en œuvre par l’ensemble des acteurs locaux et nationaux.

 

RST : le ministère des Outremers confirme bien une mission de l’IGAS

 Cafouillage du Haut commissaire

En ce qui concerne le financement du RST, Marcel Tuihani a tenu à profiter de sa présence Rue Oudinot pour clarifier la récente confusion née des propos tenus par « la ministre des Outre-mer » selon l’Etat et le Pays. La veille de son départ, Madame Ericka Bareigts a indiqué qu’elle avait proposé au président Edouard Fritch, « l’assistance de techniciens de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) afin d’accompagner le Pays pour entrer dans les réformes ».

. Elle précisait également lors de cette conférence de presse, que le versement du reliquat de 2016 de la contribution de l’Etat au financement du Régime de solidarité de la Polynésie française « dépendra de la mise en place des réformes sur lesquelles le Pays s’était engagé ».

 Le Haut-commissariat de la République ayant indiqué qu’il s’agissait en réalité d’une mission de l’ANAP (Agence Nationale d'Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux), Marcel Tuihani a donc posé la question au directeur de cabinet de la ministre des Outre-mer. Monsieur François Ravier a confirmé qu’il s’agit bien d’une mission de l’IGAS, et que celle-ci est demandée par le ministère de l’Economie et des Finances à Bercy. Le Directeur de cabinet a toutefois précisé qu’aucun calendrier n’avait encore été décidé pour la venue de cette mission de l’IGAS en Polynésie française. L’absence de calendrier pourrait être de nature à remettre en cause le versement prochain de la troisième et dernière annuité du triennal prévue en 2017 pour un montant de 1,4 milliard FCFP.

 Pour mémoire, la convention Etat/Pays signée en 2014 prévoit le soutien de l‘Etat sur une période de trois ans, 2015, 2016, 2017 pour une dotation globale de 4,2 milliards. Chaque annuité est versée en deux fois, en juin et en novembre. Le reliquat de la seconde annuité, celle de novembre 2016, d’un montant de 350 millions de FCFP, n’a toujours pas été versé. La ministre avait expliqué avant son départ de Papeete, que son versement et celle de la troisième anuité de 2017 d’un montant de 1,4 milliard FCFP, étaient conditionnés au respect des engagements pris par le pays en 2014.

 

 

La Polynésie de plus en plus pauvre

Ils vivent dans la boue, les cancrelats et les rats, ils font leur besoin dans un trou en pleine nature, n'ont aucune intimité, vivent de la charité (Voir tahiti Infos).

Les SDF ne sont plus 500 mais plus de 600, les jeunes n'ont plus de foyers et vivent de rapines. Que fait Edouard Fritch ? Un SDF qui vendait des mangues m'a dit : " le gouvernement ne fait rien pour nous les pauvres, c'était mieux avec Flosse." Et je ne lui ai rien soufflé !!!!

 

Le ministre du Logement à Paea pour régler le cas d’une famille sinistrée

  ( ndlr Il y en a combien qui attendent ?)

L'état de calamité naturelle des sinistres occasionnés par les fortes pluies des 21 et 22 janvier derniers qui se sont abattues sur les communes des îles de Tahiti et Moorea, a été constaté par l’arrêté du 22 janvier 2017.

 La famille résidant dans le quartier Cadousteau PK 19.5 à Paea, évoqué dernièrement par certains médias, aurait dû, comme les centaines de familles victimes des intempéries sur Tahiti, rentrer dans le périmètre d’action de l’Office Polynésien de l’Habitat. Cependant, les services municipaux de la commune de Paea n’ont manifestement pas fait connaitre cette famille auprès des agents de l’Office Polynésien de l’Habitat (OPH) et de la Direction des Affaires Sociales.

 Le ministre du Logement, Jean-Christophe Bouissou, a donc décidé de se rendre sur place, ce mardi après-midi, accompagné des services du Pays afin qu’un recensement des familles touchées soit effectué et qu’une prise en charge des sinistrés soit enclenchée.

 Le ministre du Logement a également demandé à l’OPH de fournir un logement libre dans son parc afin de redonner une dignité de vie à cette famille. Une enquête interne est en cours pour établir toutes les informations nécessaires en termes de dysfonctionnement dans le processus de recensement des sinistrés.

 

 Les parrainages

On relève sur la tablette du conseil constitutionnel  ce matin que  22 élus de Polynésie ont parrainé différents candidats .Cinq des sept parrainages viennent du Tahoeraa pour la présidentielle. Ils ont choisi Marine Le Pen, les deux autres viennent du Tapura. Oscar Temaru candidat a encore du chemin à faire, il n'obtient pour le moment que 16 parrainages dont des Corses et des Polynésiens dont deux venant du parti autonomiste Tapura (!) Cinq ont parrainé François Fillon normal puisque le Tapura lui apporte son soutien. Courageux !

 

Le président du tribunal administratif J.Y Le Tallec

Par une requête enregistrée le 20 avril 2016 et un mémoire enregistré le 20 décembre 2016, présentés par Me Eftimie-Spitz, avocate, la fédération tahitienne de rugby et le comité olympique de la Polynésie française demandent au tribunal : 

1°) d’annuler les arrêtés n° 1142 MEE du 12 février 2016 et n° 1965 MEE du 10 mars 2016 en tant que la fédération tahitienne de rugby ne figure pas parmi les fédérations bénéficiaires d’une prorogation de leur délégation de service public ; 

2°) de mettre à la charge de la Polynésie française une somme de 150 000 F CFP  au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative

Le président du Tribunal administratif a jugé :

Article 1er : L’arrêté n° 1142 MEE du 12 février 2016 est annulé en tant qu’il retire la prorogation de la délégation de service public de la fédération tahitienne de rugby accordée jusqu’au 15 février 2016.

Article 2 : Le surplus des conclusions de la requête est rejeté.

Article 3 : Le présent jugement sera notifié à la fédération tahitienne de rugby, au comité olympique de la Polynésie française et à la Polynésie française.

Délibéré après l'audience du 21 février 2017, à laquelle siégeaient :M. Tallec, président, Mme Meyer,première conseillère,
Mme Zuccarello, première conseillère.

 

Au bout d'un an

Il aura fallu un an pour que les kitsurfers de Moorea puissent enfin s'adonner à leur sport. Le commune et les pratiquants de ce sport ont enfin trouvé un terrain d'entente ( lire la Dépêche Page 20) . Mon dieu comme c'était difficile ! L'affaire avait pourtant été traduite en justice qui avait annulé l'arrêté du maire de Moorea. Hier matin la zone de Tiahura a donc été officiellement accordée pour le décollage des kitsurfers, une zone tampon en revanche a été interdite aux baigneurs. Un an...

 

Demain la journée des femmes

Les vahine se mobilisent et organisent une journée dédiée aux femmes demain à l'Assemblée avec pour thème " Osons le changement". C'est porteur et à la mode surtout quand ce slogan est décliné sur de nombreux stands, de l'allaitement à la beauté, à la prévention , à la sexualité...à la violence, à l'école des parents entre-autres.

 

Appel à projets « Bouger plus et manger équilibré » (communiqué)

La promotion de la santé et la lutte contre le surpoids se renforcent au travers de l’appel à projets commun « bouger plus & manger équilibré » qui se renouvelle en 2017.
Dans un contexte où 70 % des adultes et 34 % des enfants de 7 à 9 ans sont en surpoids en Polynésie française et que le Pays en a fait une priorité d’action, la Caisse de prévoyance sociale, le contrat de ville et le ministère de la Santé poursuivent le dispositif d’appel à projets « bouger plus & manger équilibré » lancée dans sa première édition en 2016.


La reconduction de cet appel à projets correspond à la volonté partagée de ces 3 partenaires d’avoir une action cohérente autour de la lutte contre le surpoids et de structurer un réseau de porteurs de projets locaux au plus près de la population. Cet appel à projets vise à soutenir des projets mettant en avant une alimentation saine et équilibrée et une pratique d’activité physique régulière. Les porteurs de projets peuvent être des associations, des fédérations sportives mais également des communes.


La 1ère édition de l’appel à projets commun avait été lancée en juin 2016. Sur les 52 projets déposés, 31 avaient pu être sélectionnés selon des critères définis par un comité technique d’experts. De nombreuses associations, fédérations et communes à Tahiti et dans les îles s’étaient mobilisées en proposant des actions variées dans 6 îles de 3 archipels. Les projets retenus avaient ciblé le sport ou la nutrition, mais près de la moitié intégraient les 2 axes. Les projets avaient en outre permis d’atteindre toutes les tranches d’âge : des enfants et adolescents, des adultes mais également des personnes âgées et des femmes enceintes.
Pour l’année 2017, une enveloppe financière globale d’environ 30 millions Fcfp (10 millions du Contrat de ville et 20 millions de la CPS) est dédiée à cet appel à projets sur l’ensemble de la Polynésie française, dont un montant de 20 millions Fcfp pour les actions se déroulant dans le périmètre de l’agglomération de Mahina à Papara et à Moorea. La subvention peut aller jusqu’à 90% du coût total du projet.


Les porteurs de projets peuvent télécharger le dossier de demande de financement sur les sites internet www.cps.pf ou www.contratdeville.pf. Ils doivent renvoyer le dossier complet avant le 18 avril à midi :

- pour les projets dans la zone du contrat de ville, auprès des référents communaux dont les coordonnées sont disponibles dans le règlement

- pour les projets hors zone du contrat de ville, auprès du service prévention des risques professionnels et santé à la CPS

Dates à retenir
• Mise en ligne des dossiers de demande sur les sites internet de la CPS et du Contrat de Ville : 7 mars 2017
• Date limite de dépôt des demandes de projets : 18 avril 2017 à midi
• Validation en Comités : mai 2017
• Mise en œuvre des projets : dès le 1er juin 2017 au 31 décembre 2017

 


 

Lundi 6 mars 2017

Editorial

"Personne ne peut m'empêcher d'être candidat" a scandé notre kamikaze.

François Fillon qui espérait avoir au Trocadéro comme Nicolas Sarkozy en 2012, plus de 100.000 personnes (voir photo) n'en a rassemblé que 35.000 selon les observateurs et divers journalistes de LCI et France 24. Mais finalement en s'appropriant les "Français" et la marée des drapeaux dont usait généralement Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen, François Fillon a affiché une fois encore sa détermination dans un défi orgueilleux à aller "jusqu'au bout' de la campagne présidentielle. Il en a les moyens financiers avec les quelques millions d'euros gagnés à la suite de sa victoire à la primaire de la droite dont il se gargarise, alors qu'il n'était pas brulé par ses affaires à l'époque. Mais 35.000 personnes venues de toute la France,  transportées en cars, c'est très peu et cela ne fait pas une élection. Or, le hic est là, il lui faut des millions d'électeurs. Ceux-là, le suivront-ils ? Rien n'est moins sûr. 

Par ailleurs, il  n'a de cesse de dire sur tous les tons, qu'il ne se bat pas pour lui, mais pour son projet,  le seul, scande-t-il qui peut sauver la France et à l'aide duquel, il promet de restaurer le Pays. D'accord. Mais si vous lui proposez une autre personnalité en  faisant don à celle-ci de son fameux programme de gouvernement, puisque lui, assure-t-il ne compte pas, croyez-vous vraiment qu'il se retirera comme le souhaite une grande partie  de l'opinion et la majorité de ses amis?  Bien sûr que non. Il veut et place, malgré les obstacles, toute sa volonté à  devenir le prochain président de la République. Alain Juppé ne s'y est pas trompé et vient de refuser d'être trimballé comme un ballot. Non, il va laisser Fillon aller au casse pipe des électeurs dans moins de 50 jours.

Son projet, Fillon le brandit  tel un gilet pare-balles. Son orgueil n'a d'égal qu'une farouche détermination qui lui fait encaisser crachats et désertion des siens qui prennent la poudre d'escampette. Ce n'est pas rien tout de même de voir filer 320 personnes en une dizaine de jours, amis, parlementaires ,élus politiques, directeur de campagne, qu'il accuse aujourd'hui de "tripatouillage" mais qui sont, en vérité écœurés, de le voir s'accrocher au radeau d'une droite divisée, éparpillée et dont il aura contribué à fissurer les fondations. "Madre de dios", comme dirait un de mes amis !

Depuis le début de cette affaire, comme il le dit : " je n'ai rien à me reprocher sur le plan légal". C'est vrai. Mais sur le plan moral, ce n'est pas le même refrain. Pénélope ne faisait aucun travail de parlementaire, aucun député ne peut prétendre l'avoir vu travailler à l'Assemblée. En revanche et alors que des millions de Français rament pour survivre, elle touchait des indemnités exorbitantes...sans user son burnous sur le pupitre de son mari. Idem pour ses enfants. C'est cela qui choque et révolte les Français, en dehors de son petit noyau dur par rapport à la masse électorale.

Du coup la droite est dans l'impasse et ne sait pas comment se débarrasser de cet encombrant personnage dont les petites fées ont oublié de saupoudrer le berceau de modestie ! Il croit en lui. Il est persuadé être le meilleur d'entre les meilleurs. Un rôle que Jacques Chirac avait réservé à Alain Juppé sans doute là aussi exagéré, quand on constate ses défaites électorales successives ( sauf pour Bordeaux) Or même si Juppé appliquait, à sa place, le projet Fillon, ce dernier ne lâcherait rien. Ce n'est donc plus une histoire de programme de gouvernement comme il le dit qui le maintient candidat. Mais qu'il se rassure, Juppé n'est pas fou. Il ne veut pas être celui que l'on vient chercher quand le radeau coule. Le bouche trou, le plan B ou la rustine. Il préfère regarder avec une certaine tristesse depuis son fief de Bordeaux, comment François Fillon noie avec application les Républicains et la droite.

Or notre Rambo perd des points tous les jours. Le dernier sondage Sofrès RTL/LCI,Opinion way le fait dégringoler à 17%. Même Juppé et Macron sans compter le score de Marine Le Pen à 27%  l'écrasent. Il est pourtant le seul capable, voyons, de sauver la France. Au passage relevons que les ricanements à l'étranger ont fait place à la stupéfaction de voir que même la justice n'arrive pas à freiner le candidat Fillon dans son désir d'Elysée .

 On devra dorénavant se taire sur les provocations de Trump et contempler plutôt la déraison de l'ambition d'un homme, un Français, capable d'atomiser son propre parti et bien d'autres choses, par ambition personnelle.

 

Courrier :

Ce qui stupéfie la presse étrangère c'est qu'un leader politique épinglé par la justice avec une mise  en examen quasi certaine au-dessus de la tête puisse avoir le culot de solliciter  le vote des français pour  le poste de Président de la République. En admettant qu'il soit élu, quelle considération pourra-t-il attendre de la part de ses propres citoyens ou des pays étrangers? Nous avons assisté à une sinistre farce où un homme à l'ego démesuré est prêt à sacrifier son propre parti pour satisfaire son orgueil. Espérons qu'il soit renvoyer définitivement dans ses pénates...bien confortables au demeurant. GM

 

Dans un discours lucide et amer avec courage  et émotion mais d'une voix lasse Alain Juppé a martelé et répété : je le dis une bonne fois pour toute je ne suis pas candidat à la présidence de la République. C'est trop tard pour moi." Mais le ton désabusé et la force du constat qu'il a fait sont redoutables pour François Fillon.

 

Eric Minardi, président de Te Nati Front National Polynésien, n'a pas l'habitude d'être en colère. Mais il est sorti de ses gonds comme le prouve son communiqué ci-dessous.  Le mépris de Max Dubois, un inconnu, représentant d'Emmanuel Macron de passage en Polynésie sélectionnant les partis politiques, fréquentables et non fréquentables,  montre un visage que le mouvement " En marche" ne laissait pas deviner, encore que la sortie et les excuses de ce dernier sur l'Algérie a fait douter de son bon sens et lui a valu les quolibets amers de ceux qui se sont battus en Algérie et des pieds noirs ayant fait souche en Polynésie.  C'est finalement une bonne chose de savoir à qui les Polynésiens ont à faire d'autant qu'à notre connaissance Emmanuel Macron n'a  même pas de programme pour la Polynésie française contrairement à Marine le Pen. Au fait, combien de mois a-t-il mis pour pondre avec ses hiérarques celui destiné à la France ?

. Voici le communiqué d'Eric Minardi.

Suite au passage éclair en Polynésie française de Max Dubois représentant du mouvement « En Marche », nous déplorons une fois de plus un traitement inéquitable dans la diffusion de l’information :

 En effet, alors que le Te Nati Front National Polynésien a remis à l’ensemble des rédactions et des organisations patronales un programme spécifique à l’Outremer et notamment pour la Polynésie française, nous n’avons à ce jour reçu aucun retour, à l’exception notable de Christine Bourne dans son journal Tahiti Today et de radio Polynésie 1ere et Maruki Dury lors de son émission « l’invité café » du jeudi 2 mars, les deux seuls journalistes en Polynésie a avoir pris la peine de le lire et de poser des questions au sujet du programme du Te Nati Front National pour la Polynésie française.  

Monsieur Max Dubois, lors de son bref passage, dit qu’il ne rencontrera pas le Front National car « non fréquentable » : qui est-il pour nous juger de la sorte ?

Le Front National, n’en déplaise à tous ceux qui nous diabolisent, est le premier parti de France en 2017 et en 2012 lors des élections présidentielles le troisième parti de Polynésie française devant les centristes du Modem.

 Marine Le Pen est la seule présidentiable à s’être déplacée en Polynésie française en 2013, accompagnée de Louis Alliot, vice-président du Front National, député européen, lequel n’a pas hésité à revenir en Polynésie à la mi-décembre 2016 à la rencontre du peuple polynésien.

Monsieur Max Dubois, représentant le mouvement « En marche » d’Emanuel Macron qui a proclamé en Algérie que la colonisation était, je le cite « un crime contre l’humanité » que prévoit-il pour les DOM, les TOM ainsi que la PF s’il était élu à la présidence de la République française ? Considère-t-il que tous ceux vivant en Polynésie française, dont les origines sont européennes, US, Chinoises ou d’ailleurs sont d’affreux criminels qu’il faut juger devant un tribunal international ?

 Nous sommes scandalisés de recevoir des leçons d’un homme, qui n’en doutons pas, larguera les outremers s’il est élu, très représentatif de cette gauche française persuadée que l’outremer et en particulier la Polynésie est un fardeau dont la France doit se débarrasser. 

Ceci devrait intéresser fortement les indépendantistes de Mr Oscar Temaru si celui-ci n’était pas lui-même candidat à l’élection présidentielle.
Mesdames et Messieurs les représentants des médias, au non de la démocratie, de la déontologie et de la charte qui est l’honneur de votre profession, nous vous demandons de bien vouloir diffuser ce communiqué important.

Au Nom du Peuple Polynésien qui ne manque jamais d’apporter sont attachement à la France à l’occasion de chaque élection nationale.

Eric Minardi. Te Nati Front National Polynésien

 

L'envoyé de Macron en Polynésie Max Dubois délégué national du mouvement EM n'est pas très malin, ni très diplomate. Il aimerait bien voir "une association de femmes battues" a-t-il dit à la Dépêche, comme on va voir un bidonville, ou un zoo . C'est maladroit. Il se garde bien par ailleurs de donner son opinion sur l'indépendance ou l'autonomie, " ça ne le regarde pas, ça regarde les Polynésiens." Sympa ! Ni même  donner une bribe de son programme ! Les électeurs vont être contents. Vous repasserez pour la séduction ! Et déjà il sélectionne les hommes politiques qu'il souhaite rencontrer sans se soucier de ce que certains pourraient lui amener. Mauvais point. L'apartheid est en marche...Merci Macron . Mais il est vrai qu'il n'est pas en pol position au plan national ! Allez marche .....

 

Législatives

Pendant que le gouvernement local réfléchit pour savoir s'il doit mettre une rustine sur le bateau gonflable de Fillon, les préparatifs pour les législatives s'intensifient.  Mais relevons que le Tahoeraa d'un Flosse infatigable  est en campagne depuis plus d'un an. Les électrons libres sont recadrés, le labourage des communes du Nord au Sud et de l'Est à l'Ouest sont ensemencés et plus le temps alourdit certaines épaules, plus celui qui rythme la cadence des galériens, Gaston Flosse redouble d'ardeur. Que seraient les candidats sans  ce meneur d'hommes ? On remarquera qu'il travaille non pas pour gagner lui-même mais pour faire gagner son camp, son parti, à l'inverse de Fillon ?  Quant à Jacqui Graffe à Paéa il fait bande à part . On nous a dit en aparté " le maire en a assez d'attendre que Fritch se décide donc il présente sa candidate de toujours Tapura Teriitahi face à celle du Tapura Nicole Sanquer qui fera les frais de la guéguerre.

 

Lancement des travaux pour l’élaboration du schéma directeur  de l’aquaculture en Polynésie française

Le Pays lancera prochainement une consultation pour l’élaboration du schéma directeur de l’aquaculture de Polynésie française dont le coût sera co-financé par l’Agence Française de Développement (AFD). Le schéma devra être mis en place avec le concours de toutes les parties prenantes du secteur aquacole polynésien.

Dans le but de rédiger les termes de référence de l’étude, l’AFD apporte son appui au Pays et a missionné un expert en pêche et en aquaculture qui a effectué un séjour de 15 jours afin de rencontrer un maximum d’acteurs de la filière. Le ministre du Développement des Ressources primaires, des affaires foncières et de la valorisation du domaine, Tearii Alpha, a rencontré, vendredi après-midi, dans l'ancienne salle du gouvernement, le directeur de l’AFD, Thierry Paulais accompagné de l’expert François Henry et de Pauline Baumgartner, pour faire un point sur l’avancement de ce dossier.

 


Le Vice-Président rencontre la CCISM : les projets pour 2017


Le Vice-Président, Teva Rohfritsch, a rencontré vendredi dernier, à la vis-présidence, le Président de la Chambre de commerce, de l’industrie, des services et des métiers (CCISM), Stéphane Chin Loy, le directeur général, André Bihannic, le premier Vice-Président, Clet Wong et la trésorière, Christine Temarii, afin d’évoquer les projets en cours.

Concernant le volet économique, cette réunion a été l’occasion de faire un point sur les entreprises sinistrées suite aux intempéries, recensées auprès du guichet unique qui avait été mis en place à la demande des partenaires économiques. Des rencontres régulières entre le Vice-Président et la CCISM sont par ailleurs prévues tout au long de l’année, notamment dans le cadre d’ateliers, conférences et forum économiques. En effet, la CCISM continue d’occuper un rôle important dans l’accompagnement des porteurs de projet, afin de les guider dans leurs démarches et de les assister au montage de dossiers de financement.

Les travaux de création de la plateforme Initiative Polynésie, menés conjointement par la Vice-Présidence et la CCISM, devraient aboutir à une mise en place effective au premier semestre 2017. Ce nouvel outil d’accompagnement et de financement des entreprises en Polynésie française, s’intégre bien entre les offres de microcrédits proposées par l'Association pour le Droit à l'Initiative Economique (ADIE) et celles destinées aux très petites et moyennes entreprises proposées par la Société de Financement du Développement de la Polynésie française (Sofidep).

Au sujet du volet numérique, le Pays et la CCISM sont partenaires du Tahiti Digital Festival, qui se déroulera du 16 au 18 mars. Cet événement est une première en Polynésie française et dans le Pacifique insulaire, avec la présence de nombreux intervenants extérieurs de grande qualité sur des univers très différents mais tous issus du numérique comme : Intelligence Artificielle (IA), humanoïdes, exosquelettes, drones, big data, objets connectés (IoT), arts numériques, réalité virtuelle, réalité augmentée, maisons et voitures intelligentes, smart cities, boutiques connectées, bornes tactiles, m-paiements sans contact, explosion des usages mobiles, etc.



-
 

 

 

 

Communiqué

La direction du service national (DSN), au travers de ses missions et notamment l’organisation de la « journée défense et citoyenneté » (JDC, ex-JAPD), est impliquée dans la promotion de l’esprit de défense auprès de la jeunesse française. Elle participe concrètement au renforcement du lien Armée-Nation et se met au service d’une politique globale en faveur de la jeunesse.

Depuis le mois d’octobre 1998, la DSN est responsable de l’organisation de la JDC qui constitue, après l’enseignement de défense en collège et lycée puis le recensement en mairie, la dernière étape du parcours de citoyenneté. Centrée sur le développement de l’esprit de défense auprès de la jeunesse, cette journée est complétée par la détection des jeunes en difficulté socio-éducative et, depuis le mois d’avril 2015, par une sensibilisation à la sécurité routière.

Dans ce cadre général, le centre du service national (CSN) de la Polynésie française convoque annuellement 4 500 jeunes filles et garçons, dont 75% sur l’île de Tahiti. Ainsi, environ 130 JDC sont organisées par an dont 110 sur l’île de Tahiti, principalement sur les trois sites militaires de Faa’a (groupement aéronautique militaire), Papeete (base navale) et Arue (caserne lieutenant-colonel Broche).

Exceptionnellement, à l’occasion de la journée de la femme, en liaison avec le Haut-Commissariat de la République en Polynésie française et avec l’appui du Centre d’Information des Droits de la Femme et de la Famille de Polynésie française, 30 jeunes filles effectueront leur JDC à la mairie de PUNAAUIA, en salle du conseil. Cette JDC se déroulera :
Le mercredi 8 mars 2017 sur le thème de la défense des droits des femmes

Cette journée débutera à 7H00 et se terminera autour de 14H45.

 

 

Samedi  4 mars 2017

 

 

Nuihau Laurey, ministre démissionnaire des Finances et du Budget du gouvernement Fritch, en arrivant dans le sérail politique gouvernemental a appris au bout de quelques mois à balancer quelques coups de griffe par- ci par-là sur ceux qui, par jalousie certainement, l'accablaient. D'un naturel cependant  très réservé,  au caractère affirmé, plutôt rancunier, les yeux calmes mais les lèvres serrées, rien ne filtre lorsqu'il s'y refuse. Il ne laisse que rarement percer ce qu'il ressent,  ne s'évade pas facilement du rôle que Gaston Flosse puis Edouard Fritch lui ont confié. Génération libre, ouvertement besogneux, il a tout de suite intéresser les médias et fait parler de lui pour sa compétence et son sérieux, ce qui en a énervé plus d'un. A force d'être bon et pointilleux dans sa mission ministérielle, il a fatigué certains fonctionnaires territoriaux qui en douce laissaient passer leur médiocrité en murmurant " mais quand est-ce qu'il se barre !"

Aujourd'hui c'est fait, ou presque, et alors que tous les médias du pays  souhaitaient savoir pourquoi il avait si brutalement démissionné  c'est à Tahiti Today qu'il s'est confié malgré les quelques flèches que nous lui avons décochées au cours de son mandat.  Nous l'en remercions très vivement. Mais quand il dit que "pour gagner de l'argent il faut être dans les affaires," c'est un pari que font certains c'est vrai, mais que je ne partage pas, car il faut généralement investir son propre  propre argent dans les affaires avec le risque, soit de gagner, soit de tout perdre et parfois même se retrouver devant J.Y Le Tallec, le président du tribunal administratif ! Tandis qu'en politique, vous en gagnez mais sans risque financier  pour vous-mêmes ou vos proches, tant que vous restez dans la légalité..

Cela dit, Nuihau Laurey n'est pas homme à changer de personnalité publique au gré des circonstances. Il a la sienne. D'ailleurs le mot "personnalité" vient du mot latin " persona" qui veut dire "masque". Il se confie peu, et seulement aux gens qu'il apprécie et encore ! Aujourd'hui ayant tronqué le costume sombre des ministres polynésiens contre celui plus brillant de sénateur, il nous a fait le bilan de son action, comment il a réussi à remonter les finances territoriales pour sortir de la crise économique qui sévissait, fait baisser le prix de l'électricité, remis la TEP au boulot à l'aide d'un investissement de 4 milliards, réduit le chômage, supporter en rongeant son frein les attaques de l'opposition UPLD en faisant appel à la justice jusqu'à la préparation du prochain budget et son rôle de sénateur.

Sur le bilan du gouvernement à une année de la fin de la mandature,  les résultats sont au rendez vous dans de nombreux domaines nous a-t-il précisé sans langue de bois, à deux exceptions près, les grands projets, notamment le site de l’ancien Maeva Beach et la réforme de la PSG. Enfin quelqu'un qui dit la vérité : il n'y a pas de véritables grands projets dans les tuyaux.

Au plan de l'actualité politique nationale, il ne mâche pas ses mots et précise que le Front national confirme sa place de premier parti de France depuis les dernières régionales mais remarque sans difficulté que le système politique français est à bout de souffle. A ce propos, François Fillon devrait songer à passer sur le divan et expliquer cet acharnement à se maintenir...

Pour le moment c'est Nuihau Laurey que nous avons installé sur notre divan pour une confession sincère et tout savoir de lui..ou presque. Il s'est prêté au jeu comme nos lecteurs pourront le constater, ce dont nous le remercions.

En milieu confidentiel il ne mâche pas ses mots

 

Le contexte politique des présidentielles est totalement inédit pour ne pas dire rocambolesque, qu’en pensez vous ?

Oui, il se passe quelque chose chaque semaine. Les deux grands partis nationaux de gauche et de droite risquent de ne pas être présents au second tour. Un candidat sans étiquette est donné favori. Le front national est en tête des intentions de vote, confirmant sa place de premier parti de France depuis les dernières régionales. Le système politique français semble à bout de souffle et l’incertitude sur ces prochaines présidentielles et plus encore, sur la majorité parlementaire que le futur président devra trouver est totale. Plus que jamais, notre pays devra disposer de parlementaires unis et capables de faire entendre notre voix.

 

Le Tapura soutiendra-t-il le candidat FILLON ? Edouard Fritch fidèle à lui même n'arrive pas à se décider, p'être ben que oui, p'être ben que non. Il y a du normand dans cet homme là !

Oui, c’est ce qui est prévu. Néanmoins, la question du maintien de sa candidature se pose au sein de la droite et du centre. Nous suivons cela et devrons nous adapter en fonction des décisions des instances nationales.

 

N'est-il pas trop marqué pour gouverner en tant que président de la République alors qu'il n'ose même plus parler de son programme si rigoureux ?

 Si je vous disais qu'il ne l'est pas je mentirai...

 

Vous avez décidé de quitter le gouvernement plus tôt que prévu. Pourquoi cette démission anticipée ?

Ma démission était déjà prévue de longue date compte tenu de l’application prochaine de la loi sur le non cumul de mandats. Son caractère anticipé est lié à la nécessité que le budget, et plus encore le dernier de la mandature soit élaboré et présenté devant l’APF par le même ministre des finances. Il aurait été périlleux que je commence l’élaboration du budget et qu’un autre vienne le défendre devant l’Assemblée.

 

Quelle est l’ambiance au sein du gouvernement ?

Studieuse. Chacun est concentré sur ses propres domaines d’intervention, en sachant que c’est la dernière année avant les élections générales.

 

On dit que vous  ne vous entendez pas du tout avec Tearii Alpha et que les noms d'oiseaux volent bas !

Il n'y a pas que les oiseaux qui volent bas vous savez !

 

Quel bilan tirez vous de votre action pendant près de 4 années en tant que vice-président, ministre des finances et enfin de l’énergie ?

Tout d’abord, une grande satisfaction concernant la situation de nos finances publiques. Je ne vais pas faire étalage de chiffres, mais pour dire les choses simplement, en 2013 notre pays était en cessation de paiement après 9 années d’errements politiques et de récession économique. Aujourd’hui, nos comptes sont équilibrés, notre dette a diminué et nous pouvons financer sereinement nos investissements publics, que cela soit le logement social, les actions touristiques, la construction d’établissements d’enseignement comme le collège-lycée de Bora Bora ou celui de Teva i Uta qui a été inauguré l’année dernière. Nous avons des perspectives à offrir à nos concitoyens. Nous étions à des années lumières de cela en mai 2013 même si nos souvenirs s’estompent.

 

Et en matière d’énergie ?

Le plan de transition énergétique de 45 mesures est en cours d’exécution. Changer de modèle technologique en passant des groupes électrogènes massifs aux systèmes d’énergies renouvelables plus petits, éparpillés, souvent plus coûteux, nécessite de changer de modèle économique. C’est beaucoup plus difficile qu’il n’y paraît et c’est tout le travail qui a commencé à être mené. Il faudra aussi changer notre comportement à l’énergie, pour l’électricité, le transport, l’urbanisme, apprendre à mieux maîtriser notre consommation tout en choisissant en fonction de critères énergétiques et écologiques. Des actions ont été prises dans ce sens.

J’aurais espéré faire avancer plus rapidement les centrales hybrides dans les archipels, avec celle de Manihi en cours et 3 autres en phase d’études, le SWAC de l’hôpital dont les travaux ne commenceront que dans 6 mois.

Malgré tout, le prix de l’électricité a baissé, de même que le prix des hydrocarbures, le FRPH électricité a été supprimé, la TEP s’est remise au travail avec un investissement de près de 4 milliards FCFP destiné à sécuriser notre réseau électrique, son indépendance est en phase d’être renforcée, les réformes préconisées par la CRE sont mises en œuvre.

Mais il est vrai que je ne m’attendais pas à de telles attaques politiques de personnes qui n’y connaissent rien, sont manipulées et l’avouent à demi-mot, par des personnes dans l’ombre qui tirent les ficelles pour continuer à faire leurs petites affaires et d’autres, qui ont tellement brillé par leur inconsistance lorsqu’ils pouvaient agir qu’ils en sont devenus amnésiques.

 

Où en sont vos plaintes contre Tina CROSS, la Dépêche et Yannick JEHANNO ?

Encore un report pour mes plaintes contre Tina CROSS car son avocat serait malade. Pour les deux autres, le jugement devrait être rendu en avril prochain. A cette occasion j’ai constaté que certains de mes détracteurs avaient déjà été condamnés pénalement. C’est quand même un comble non ?

Le suivi des grands chantiers a été confié à Teva Rohfritsch

 

De manière plus générale, on entend de plus en plus de critiques sur l’action du gouvernement. Les grands chantiers sont au point mort, la réforme de la PSG patine. N’avez vous pas peur de la sanction des urnes ?

Il ne faut pas avoir peur des élections, sinon il faut faire autre chose. Sur le bilan du gouvernement à une année de la fin de la mandature, je pense que les résultats sont au rendez vous dans de nombreux domaines, à deux exceptions près, les grands projets, notamment le site de l’ancien Maeva Beach et la réforme de la PSG.

Concernant l’ex Maeva Beach, le projet initialement retenu était une belle œuvre d’architecte, mais qu’aucun investisseur n’aurait financé compte tenu de son coût. Il était  estimé à 200 milliards FCFP pour tout juste 200.000 touristes par an. Lorsque l’on sait que les hôtels existants qui ont coûté 50 à 100 fois moins cher, tout en bénéficiant de la double défiscalisation peinent à équilibrer leurs comptes, je pense qu’il faut revenir sur Terre et arrêter de faire rêver ceux qui gobent naïvement ce que d’autres leur disent.

Le président FRITCH a choisi de diviser ce projet irréaliste en plusieurs projets à notre échelle et surtout, susceptibles d’être financés. Leur suivi a été confiée au vice-président Teva ROHFRITSCH qui a proposé la création d’un cellule dédiée afin d’en faciliter la coordination. Les choses avancent donc, même si beaucoup ne comprennent pas que de tels projets prennent des années à se réaliser. Dire qu’un projet de 200 milliards peut être lancé en moins de deux années, ce qui a été dit par certains, relève simplement de l’escroquerie intellectuelle et politique. Partout dans le monde, les projets de plus d’un milliard de dollars mettent entre 5 et 10 à se réaliser. Chez nous, ce serait deux ou trois ans ? Qui est l’idiot du village qui peut prétendre ou croire cela ? Ayons en mémoire le chantier de l’hôpital de Taaone dont le prix a triplé et le délai de réalisation fut retardé de plusieurs années, sans parler des contentieux qui ne sont toujours pas terminés. Ou encore le Port de Uturoa désert les trois quart du temps. Le port de Faratea dont les seules études ont duré plusieurs décennies. A un moment donné, il faut arrêter de se raconter des histoires.

 

Et pour la PSG ?

Je pense que la réforme de la PSG aurait dû être menée dès juillet 2013, comme cela a été le cas pour la fiscalité et le budget. La réforme fiscale, le collectif budgétaire, la création des comptes spéciaux, les mesures d’assainissement des comptes publics ont été votés à l’APF en juillet 2013. Pourquoi la réforme de la PSG n’a-t-elle pas été engagée de la même manière, au même moment ? Au sortir de 9 années de crise politique et économique, la population savait que les efforts étaient nécessaires et surtout, était prête à accepter des mesures mêmes impopulaires. Tout simplement parce que le ministre en charge de la PSG nommé en mai 2013 n’était pas prêt et ne connaissait malheureusement pas son sujet. C’est cela la réalité. On a loupé le coche. Aujourd’hui, toutes les options et les hypothèses de réforme ont été chiffrées, après plusieurs mois de concertation avec les partenaires sociaux, tant sur la maladie que sur la retraite, et je sais que le ministre de la solidarité Jacques Raynal compte présenter rapidement un premier train de mesures.

 

 Le nucléaire

Le risque négligeable a été enfin supprimé. Près de 10 ans de combats pour rendre la loi MORIN effective. Cela ne vous paraît-il pas excessivement long ?

Oui très long. C’est un dossier qui n’est pas à porter au crédit de l’Etat qui n’a pas su assumer ses responsabilités historiques sur ce dossier du nucléaire et qui a toujours beaucoup de mal à regarder ce passé objectivement et sereinement. Ce résultat tant attendu est à mettre au crédit de tous ceux qui ont mené ce combat depuis de longues années, les associations de victimes telles « Moruroa e tatou » notamment et Moruroa Tamarii. Il a abouti il y a quelques semaines grâce à nos deux parlementaires, Lana TETUANUI et Maina SAGE. Il est dommage que ceux qui se sont investis le plus récemment dans ce combat choisissent aujourd’hui l’invective permanente et la critique systématique. Les convertis les plus récents sont souvent les plus virulents.

 

 Au Sénat avec Lana Tetuanui, nous avons récupéré la part de la DGA sur la dette nucléaire

Le président du gouvernement a indiqué que vous souhaitiez vous investir davantage dans vos fonctions de sénateur. Y-a-t il autant de travail que cela au Sénat ?

Pour ceux qui veulent travailler, oui. Il est vrai que par le passé, certains ont été sénateurs sans trop fréquenter les salles de commission du Sénat. Je crois qu’avec ma collègue Lana TETUANUI, nous avons été plus présents en moins de 2 années que certains de nos anciens collègues pendant toute leur mandature. Ce déficit d’assiduité et cette absence d’implication dans la vie parlementaire a probablement contribué à dégrader l’image de notre collectivité vue de métropole.

En intervenant en commission des finances et en séance lors du vote de la loi de finances, nous avons réussi à récupérer la part de la DGA, la dette du nucléaire, qui nous avait été amputée depuis trois années. Un travail de fond en commission mixte paritaire, au Sénat et à l’Assemblée nationale a permis de supprimer la notion de risque négligeable dans le mécanisme d’indemnisation des victimes du nucléaire. C’est cela le vrai travail de parlementaire.

Pour ma part, j’ai effectué l’année dernière, en plus du travail en commission des finances, un contrôle budgétaire sur l’île de la Réunion, concernant le Fonds Exceptionnel d’Investissement avec mon collègue de Guyane Georges PATIENT afin de préconiser plusieurs améliorations de ce dispositif budgétaire important pour les collectivités.

Cette année, nous effectuerons un contrôle à Périgueux, en Guadeloupe et en Martinique, qui portera sur le service militaire adapté dont l’importance est avérée en Polynésie en matière de formation et d’insertion professionnelle. Je souhaite par ailleurs ouvrir une réflexion et faire des propositions en matière de continuité territoriale et sur le financement des transitions énergétique et numérique. Les sujets sont nombreux effectivement au Sénat et à l’APF où je siègerai dès le mois d’avril.

 

 Les élections législatives approchent à grands pas. On entend parler de candidatures dissidentes, notamment à Paea ?

Les instances du parti ont désigné Maina SAGE, Nicole SANQUER et Patrick HOWELL. Ce sont nos candidats et leur campagne sur le terrain a déjà commencé depuis plusieurs semaines. Pour le reste, chacun assumera ses responsabilités. Je note que nous proposons deux femmes et un homme. En matière de parité ce n’est pas si mal, surtout qu’avec le Tahoeraa nous avions présenté en 2012 trois hommes.:

Pour être efficace, le travail parlementaire nécessite une bonne coordination entre le gouvernement et tous les parlementaires, députés et sénateurs. Envoyer des parlementaires à Paris pour parler d’indépendance est une perte de temps et d’argent. Si les polynésiens veulent l’indépendance, ils le diront ici, en Polynésie et pas à Paris à l’occasion d’élections dont ce n’est pas l’objet. De la même façon, envoyer un député à Paris pour s’opposer systématiquement au gouvernement local serait désolant et surtout contreproductif pour notre population. Ici on se trompe souvent d’élections en mélangeant le local et le national.

 

 Gouverner c'est accepter de déplaire

A vous entendre, le gouvernement d’Edouard FRITCH travaille bien et les résultats sont bons. Donc il faut voter TAPURA. Cela s’apparente à la méthode Coué non ?

L’exercice du pouvoir et les responsabilités qui en découlent créent toujours des déceptions. C’est la règle du jeu. Aucun gouvernement ne fini sa mandature dans la popularité et l’enthousiasme, car gouverner c’est accepter de déplaire. On aimerait tous que les projets sortent de terre comme des champignons, que les impôts baissent et que la protection sociale soit payée par les autres. Nous sommes en démocratie et l’on peut critiquer tous les choix du gouvernement, encore faut-il être capable d’en proposer d’autres qui tiennent la route. Et au risque de me répéter, les deux autres offres politiques sont aujourd’hui, d’une part l’indépendance dont on ne sait rien du tout tant ses partisans évitent de rentrer dans le détail au risque d’effrayer l’électeur, et d’autre part, le système Gaston FLOSSE, le retour . C’est quand même pas très motivant non ? ( ndlr sur le terrain les Polynésiens plébiscitent pourtant le président du Tahoeraa !)

 

Pourquoi est-ce aussi difficile de diriger un territoire aussi petit ? Ne seraient-ce pas nos hommes politiques qui sont finalement peu compétents, l'économie, le commerce, le tourisme piétinent ?

Administrer une collectivité humaine de 270.000 habitants dispersée sur 67 îles ou atolls, qui s’étend sur un territoire océanique de plus de 5 millions de kilomètres carré, aussi vaste que l’Europe est un défi économique, financier et social impossible à relever sans le soutien d’une grande puissance.

 Assurer un service public de santé, d’éducation, offrir des infrastructures routières, portuaires, aéroportuaires avec les contraintes de sécurité qui en découlent, assurer une protection sociale généralisée, un développement économique soutenu, assurer la distribution d’électricité pour quelques centaines de personnes, opérer des lignes de transport aérien et maritime vers chacune de nos petites collectivités humaines de Ua Huka à Rapa coûte bien au delà de nos moyens. C’est une réalité. Pour vous en convaincre, trouvez donc un pays indépendant de moins de trois cent mille habitants de la taille de l’Europe avec notre niveau de développement économique et humain. Vous n’en trouverez pas. Donc oui, gérer un territoire comme la Polynésie française, petit en nombre d’habitants, mais dispersé et gigantesque en superficie océanique est un véritable casse-tête économique.

Pour ce qui est des hommes et des femmes politiques, s’ils sont aussi nuls que cela, il suffit simplement d’en changer lors des élections. Il y en a tous les ans quasiment. Seulement voilà, les plus anciens sont généralement réélus, certains durant plusieurs décennies. Et les plus jeunes qui sont soit disant plébiscités, place aux jeunes dit on, sont généralement battus à toutes les élections au point qu’ils ne s’engagent même plus en politique. Pour ma part, si Gaston Flosse ne m’avait pas poussé de gré ou de force dans cette voie, jamais il ne me serait venu à l’idée de faire de la politique. Il doit d’ailleurs le regretter, comme pour d’autres. Pour gagner de l’argent il faut se lancer dans les affaires, et pour être tranquille être salarié, si possible dans un établissement public tranquille vivant de subsides ou de rentes. Par contre, si vous aimez les insultes, les critiques, les jalousies, mais aussi participer à la construction de votre pays, essayer d’aider vos semblables, faire avancer tant bien que mal les choses, alors la politique est faite pour vous.

 

Nous créons des emplois pour la première fois depuis 2007

 

Un dernier mot ?

Nous avons été élu en mai 2013 avec un programme appelé Tahiti Nui 2025 où nous disions qu’il nous faudrait trois années pour assurer le redressement financier de notre pays qui était en cessation de paiement et nous l’avons fait.  Depuis, nos comptes publics sont repassés au vert et nous inspirons à nouveau confiance.

Nous avions aussi dit que la consolidation économique devrait intervenir durant les deux dernières années de la mandature et se poursuivre durant la mandature suivante et c’est ce qui arrive. La reprise est effective depuis 2015 et elle s’est renforcée en 2016, avec  l’investissement privé et la consommation des ménages qui ont pris le relais de la relance par la commande publique. Depuis fin 2014, nous recommençons à créer des emplois, pour la première fois depuis 2007, même si cela est encore insuffisant. Nous l’avions annoncé dans le programme Tahiti Nui 2025, cette seconde phase de réforme et de consolidation de notre économie nécessitera plusieurs années, probablement toute la prochaine mandature. Refonder une économie durable après la gestion calamiteuse des années Taui est une action de long terme. Les coups politiques à court terme ont détruit notre pays entre 2004 et 2013 et il faut s’en souvenir pour éviter que cela ne se reproduise.

Le gouvernement fera le bilan de son action le moment venu et ce sont les électeurs qui en jugeront. S’ils pensent qu’un autre Taui conduit par un Oscar TEMARU inusable après plus de 40 années de vie politique fera mieux que les précédents et que l’indépendance nous amènera joie et prospérité, alors nous replongerons dans ce qui a détruit la Polynésie de 2004 à 2013, avec les mêmes recettes, les mêmes comportements et les mêmes acteurs qu’hier. S’ils pensent qu’un Gaston FLOSSE inéligible et inusable après près de 60 ans de vie politique est l’homme du renouveau dont la Polynésie a besoin, et qu’après lui ce sera le déluge, alors c’est que notre cas est vraiment incurable. L’expression qui me vient à l’esprit est « entre le marteau et l’enclume ».

 

 

 Nuihau Laurey, l'homme le plus besogneux du gouvernement

 

 

 Affaire Fillon: Le manoir du couple perquisitionné dans la Sarthe


20 minutes AFP

Combien vaut le manoir du couple Fillon ? Quel est le patrimoine immobilier exact de François Fillon ? Vendredi, le manoir de Beaucé du couple Fillon dans la Sarthe a été perquisitionné dans le cadre de l’information judiciaire ouverte sur des soupçons d’emplois fictifs visant le candidat de la droite, a-t-on appris samedi de source proche du dossier.


Perquisition jeudi dans l’appartement parisien du couple

La perquisition au domicile de Beaucé, près de Sablé-sur-Sarthe, « s’est terminée hier soir [vendredi] », a précisé cette source qui confirmait une information du Parisien. Les enquêteurs avaient déjà perquisitionné jeudi au domicile du couple dans le VIIe arrondissement de Paris dans le cadre de l’enquête conduite sous l’autorité des juges d’instruction. La société de conseil 2F de François Fillon, pointée du doigt par ses adversaires politiques qui crient aux « conflits d’intérêts », est domiciliée à la même adresse que l’appartement parisien du couple.



Ces perquisitions ont eu lieu alors que la campagne du candidat de la droite à la présidentielle, plombée depuis le début de l’enquête, est désormais en pleine tourmente. Le parquet national financier a confié la semaine dernière les investigations à trois juges d’instruction, qui ont convoqué les époux Fillon en vue de leur éventuelle mise en examen.

Vrai travail ou emploi fictif

Le candidat sera entendu le 15 mars par les magistrats mais il a exclu de se retirer de la course à l’Elysée, malgré de nombreuses défections à droite et de multiples pressions. Il espère une mobilisation massive de ses partisans dimanche au Trocadéro.


Lors de leurs auditions, les juges peuvent aussi décider de placer François et Penelope Fillon sous le statut intermédiaire de témoin assisté. L’épouse de François Fillon a été rémunérée par le passé comme assistante parlementaire de son mari et de son suppléant à l’Assemblée nationale. Deux des enfants du couple ont également été employés comme assistants parlementaires de leur père lorsque ce dernier était sénateur. Les enquêteurs tentent de déterminer s’il s’agissait dans chaque cas d’un vrai travail ou d’un emploi fictif.
 

Le chant du cygne de Fillon au Trocadéro dimanche très critiqué

Fillon entonne le refrain déjà martelé lors de sa conférence de presse du 1er mars : "Ne vous laissez pas faire. Ne laissez personne vous priver de votre choix. Je vous demande de résister. Et plus encore je vous invite à aller de l’avant avec la résolution des hommes et des femmes libres. Je vous donne rendez-vous dimanche prochain à 15h place du Trocadéro. Avec la force calme et la force assurée de ceux qui respectent nos institutions démocratiques, vous ferez entendre votre voix."

 La garde rapprochée des fillonistes, qui a lancé le pari fou de rassembler des dizaines de milliers de partisans au Trocadéro, compte manifestement sur cette vidéo virale pour battre le rappel. Mais attention, Fillon prend la précaution de se dégager de toute responsabilité en cas de débordement.

 "Je vous attends nombreux, très nombreux, pour montrer, aux yeux de tous, ce qu’est la volonté populaire des militants de la France."

 Les "militants de la France" ? Par cette drôle d’expression, François Fillon signe son intention de récupérer à son profit les "2000 ans d’histoire [qui] nous jugent". Plus grandiloquent que jamais, il tente par la dramatisation de sauver sa campagne. Une chose est sûre : cette vidéo surprise deviendra un objet de curiosité dans les instituts d'études politiques.

 

 

Vendredi 3 mars 2017

L'ancien journaliste de la télévision nationale Louis Francius ayant oeuvré dans les rédactions de différents médias localement est décédé. Deux veillées se tiendront ce jeudi soir et vendredi à 19 heures au domicile familiale de Mataiea. La levée du corps aura lieu samedi à 13 heures. Une messe aura lieu à 14 heures à l'église St Étienne avant l'inhumation. C'est TNTV qui a annoncé cette triste nouvelle. Tahiti Today se joint à la douleur de la famille et des amis de Louis Francius, un homme qui a brulé la vie par les deux bouts mais qui en aimait les plaisirs et en acceptait les contraintes.

 

François Fillon en a appelé au peuple contre les juges: surprenant pour quelqu'un qui veut devenir président de la République, donc garant de l'indépendance de la justice...

 

 

Les républicains...

Editorial

Quand les juges se rebellent

« Coup d’Etat institutionnel », justice « instrumentalisée » : Les magistrats, inquiets, dénoncent un climat délétère qui ne va pas dans le sens d'un apaisement pour François Fillon. Même rythme que pour l'affaire Cahuzac. Les juges n'ont pas d'autres choix que de convoquer François et Pénélope Fillon pour les entendre. Que ne dirait-on pas s'ils ne suivaient pas la procédure. Mais François Fillon persiste et signe dans  sa dernière conférence de presse faisant monter d'un cran une colère larvée chez les juges d'instruction, procureurs ou présidents de tribunaux qui estiment que le candidat républicain franchit jour après jour des mauvais caps dans une atmosphère survoltée inconnue jusqu'ici.

 Bien évidemment les attaques contre les juges ne sont pas une nouveauté mais elles atteignent des sommets jamais vus auparavant faisant monter au créneau la discrète présidente du tribunal de grande instance de Saint-Quentin, secrétaire nationale de l'Union syndicale des magistrats, Sabine Orsel qui explique :  On a franchi un cap avec des théories complotistes véhiculées par ceux qui tendent à exercer les plus hautes responsabilités »

En réalité comme le relativise un juge d'instruction parisien : " Nous sommes habitués et nous essayons de garder la tête froide. En réalité la justice est plus solide que François Fillon et s’en remettra plus vite que le candidat » (Oups !)« En revanche, ce qui m’interpelle, c’est l’appel à manifester dimanche. Quand on commence à faire descendre le peuple dans la rue à la suite d’une décision de justice, ce n’est plus seulement populiste, c’est dangereux », ajoute le juge dans la foulée de la mise en garde télévisée du chef de l'Etat François Hollande.

 Une critique également formulée hier dans une tribune publiée sur le site du Figaro par l’ancien Premier ministre UMP Dominique de Villepin :  "Attaquer les juges - quels que soient les défauts de la justice dans notre pays -, c’est nécessairement fragiliser l’État de droit. En appeler à la rue contre la magistrature, c’est aussi dangereux qu’irresponsable. C’est, en un mot, jouer avec les institutions ». On voit devant cette levée de boucliers des magistrats que le travail de sape actuel les touche plus qu'il n'y parait tant ils craignent un risque de contagion.  Un sentiment partagé  par Serge Portelli, président de chambre à la Cour d'appel de Versailles et membre du syndicat de la magistrature.

Cela dit, François Fillon qui a tout faux depuis le début de son "affaire du Pénélopegate" et à la suite de son annonce  mercredi de ne pas retirer sa candidature à la présidentielle, choque les citoyens dans leur ensemble. Du coup, les réactions des Républicains s’enchaînent.

 Aujourd'hui, l’entourage du candidat perdant  de la primaire de droite et du centre Alain Juppé, a refoulé son humiliation et indiqué qu'il était prêt et "qu'il ne se défilerait pas » si François Fillon décidait finalement de « se retirer ». contrairement à ce qu'il martelait il y a quelques jours : " je ne serai pas un plan B"...

 Bref le pacte moral entre Fillon et la population étant rompu  les désertions se multiplient du côté des juppéistes et même des sarkosistes. Ce jeudi matin, on annonce que le porte-parole du candidat, Thierry Solère, pourrait, lui aussi démissionner. Les deux directeurs adjoints de campagne de François Fillon ont déjà quitté leurs fonctions jeudi.

 Mais il en faut davantage sans doute au gouvernement local qui n'en finit pas de se tâter dans des conciliabules  quotidiens " on  retire ou on ne  retire pas notre soutien à Fillon !". Il leur en faut davantage sans doute pour se décider à franchir un nouveau pas malgré leur soleil explosé qui, comme le joueur de pipeau, entraine ses ouailles dans la rivière et se noient  ! Mais il leur reste Macron...Ni droite, ni gauche, en marche...Ce dernier sait-il à quoi il s'expose avec le Tapura ?....
 

Quant à la presse étrangère, entre sourires et ricanements, elle y va de ses qualificatifs humiliants. L'image même de la France est ternie.

L'Express récapitule :

 En Allemagne, la journaliste du quotidien Welt, Martina Meister, compare ouvertement le Républicain à Donald Trump . "'Assassinat politique': voilà un grand mot pour quelqu'un qui a été mis en difficulté par ses propres erreurs. C'est également une grave accusation à l'encontre du bon fonctionnement de la justice française, ce qui est une tactique de la campagne américaine", juge -t-elle. Si l'issue de l'élection reste floue pour Meister, elle conclut son article d'une façon bien pessimiste. "La démocratie française a déjà été très abîmée."

 La journaliste de la BBC, Lucy Williamson, elle, estime que François Fillon s'est offert une belle tribune, en annulant sa visite au Salon de l'agriculture. "Il savait [...] que cela attirerait l'attention."Pour autant, la journaliste n'est pas certaine que la stratégiefonctionne: "Cela lui donne une belle exposition pour son message, mais le message en lui-même risque d'être difficile à faire avaler à ses électeurs."

 "En Espagne, El Mundo qualifie François Fillon de "candidat sans éthique". Dans un éditorial sévère, la rédaction du quotidien s'insurge. "Il est inacceptable qu'un candidat qui a fait de ses convictions son porte-drapeau, qui propose un ajustement drastique dans l'administration, enterre sa crédibilité par son obstination." ndlr : On est bien d'accord !

 Le New York Times juge que "la situation semble de plus en plus défavorable" à François Fillon. "Il est souvent accueilli par des manifestants avec des casseroles, un mot d'argot qui est utilisé en France pour parler des affaires de corruption", s'amuse le journaliste Adam Nossiter.
 
En France, François Fillon arriverait actuellement troisième au premier tour de l'élection présidentielle s'il devait se tenir aujourd'hui, selon un dernier sondage Elable. Derrière Marine Le Pen, première, et Emmanuel Macron deuxième..
 

 

 

Haro sur Sandra Levy Agami dans les poubelles des réseaux sociaux alors qu'elle est absente du Pays. Pourquoi ce déchainement de haine ? Tout simplement par ce qu'elle a annoncé à titre personnel qu'elle appréciait le programme de Marine Le Pen pour la Polynésie et qu'elle parrainait, non pas le FN mais  Marine, et que cela n'engageait qu'elle. En démocratie c'est son droit le plus absolu.  Mais elle n'est pas la seule. Il y en a de nombreux autres à signer avant le 17 mars . Au moins une vingtaine selon nos sources.

 Oscar Temaru qui en attend un millier devrait déjà avoir ceux de ses représentants à l'Assemblée. Or, Il n'en a que deux et de la lointaine Corse. Mais en Corse, une promesse est une promesse. Il semble que ce ne soit pas toujours le cas en Polynésie.

 Sandra Levy Agami est une femme politique courageuse à l'intellect et aux compétences développés qui assume ses choix et ses idées bien plus que bien des hommes. Maco Tevane avait lancé un jour ces paroles mémorables  :" les Polynésiens font ce qu'ils veulent quand ils le veulent" serait fier  de cette Polynésienne engagée, car elle fait ce qu'elle veut quand elle le veut. Point.

 

La ministre du Tourisme reçoit l’ambassadeur de la Nouvelle-Zélande pour le développement du Pacifique (communiqué)

La ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, a reçu, jeudi, la délégation néo-zélandaise menée par Te Matua Shane Jones, ambassadeur de la Nouvelle-Zélande chargé du développement économique du Pacifique. Celui-ci était accompagné de Justin Fepuleai, consul général de la Nouvelle-Zélande, de Graeme Solloway, responsable régional de Trade New Zealand, de Linda Te Puni, responsable des territoires francophones au sein du ministère des Affaires étrangères de Nouvelle-Zélande ainsi que de Marie-Jo Saint-Pierre, assistante consulaire, et d’Eric Malmezac, consul honoraire de Nouvelle-Zélande en Polynésie française.


A cours de cet entretien, l’ambassadeur Jones a réaffirmé sa volonté également exprimée lors de sa rencontre avec le Président Edouard Fritch de développer et renforcer la coopération économique entre la Polynésie française et la Nouvelle-Zélande, notamment dans les domaines du tourisme et de la pêche.

 
Nicole Bouteau a quant à elle souligné l’importance que revêt le marché néo-zélandais, qui est actuellement le 6ème marché émetteur pour Tahiti et ses îles. Au-delà de la fréquentation touristique, il s'agit également d'un lien culturel fort qui unit la Polynésie à Aotearoa. A la question de savoir si la Polynésie était également ouverte aux investisseurs néo-zélandais dans le secteur hôtelier notamment, la ministre a répondu par l'affirmative expliquant à la délégation que tout projet d'investissement s'inscrivant dans la stratégie de développement touristique de la Polynésie serait soutenu et accompagné par le Pays.


Enfin, à une semaine du Salon international de la croisière qui se déroulera du 13 au 17 mars prochains en Floride, Nicole Bouteau a également fait part de son souhait d’avoir une collaboration dans le secteur spécifique de la croisière, la Nouvelle-Zélande comme l'Australie étant un hub dans le Pacifique pour cette industrie touristique.

 

 

 Communiqué de Presse

En Marche Polynésie ainsi que Monsieur Max Dubois Délégué National de EN MARCHE pour l’Outre-Mer organisent une réunion publique d’information ce samedi 4 Mars 2017 entre 16H30 et 18h30 à la Mairie de Papeete ( salle annexe des Mariages 1er étage)

A cette occasion sera librement débattu des objectifs ainsi que du programme de Monsieur Emmanuel Macron dans le cadre des toutes prochaines éléctions Présidentielle.

En Marche Polynésie -
enmarchepolynesie@gmail.com
https://www.facebook.com/enmarchepf/?fref=ts

 



 


 La clinique Paofai  se prend pour un hôtel  quatre étoiles au niveau des tarifs ( 8000 Frs supplémentaire au prix de la journée pour une chambre seule). Mais une chambre exigüe, télé souvent en panne et  vitres tellement sales que les arbres du parking en face en deviennent flous. Pas même un store quand le soleil percute les vitres. Seule la saleté fait écran !!! Les soins et les médecins sont sérieux mais au niveau de l'hygiène, elle devient une honte pour la Polynésie quand des étrangers, des visiteurs et les locaux  s'y font hospitaliser.  Et on ne peut pas mettre ça sur le dos d'AYou Fichter !

Blagounette

À 21 heures, le téléphone sonne au domicile d’un médecin qui décroche
Un confrère lui dit :
- On a besoin d’un quatrième pour un poker !

- J’arrive dans 10 minutes.

- C’est grave ? demande sa femme.

- Oui, il y a déjà trois médecins sur place !

 

 

Outremer La1ere.fr

202 cas de radicalisation dans les DOM

Créé en 2015, le fichier national de traitement des personnes signalées pour radicalisation à caractère terroriste regroupe à ce jour 16.000 individus. Dans les cinq départements d'Outre-mer, on compte 202 signalements pour radicalisation. La Réunion en totalise
142 à elle seule.

C'est le quotidien Le Monde (lien pour abonnés) qui s'est procuré les dernières données du fichier de traitement des signalés pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). Les signalements proviennent de deux sources différentes : les services de l'Etat (police, éducation nationale) et les signalements effectués via le numéro vert mis en place en avril 2014 pour permettre le signalement des personnes radicalisées.

202 cas de radicalisation dans les DOM

Les données recueillies montrent que La Réunion est le département qui compte le plus de cas de radicalisation dans les DOM, avec 142 signalements. Suivent la Guadeloupe (25), la Martinique 517), Mayotte
(13) et la Guyane (5).
Nombre de signalements pour radicalisation pour les départements
d'Outre-mer (mars 2017) Source : fichier de traitement des signalés
 

 

Air France: Les hôtesses et stewards appelés à la grève du 18 au 20 mars

Selon le site 20 minutes deux syndicats représentant près de la moitié des hôtesses et stewards d’Air France ont appelé ce vendredi à trois jours de grève du 18 au 20 mars contre les efforts de productivité demandés aux navigants et le projet de filiale à coûts réduits « Boost ».

Outre le SNPNC-FO et l’Unsa PNC, qui représentent 46 % des voix des navigants, trois autres syndicats non représentatifs ont déposé des préavis de grève d’une durée d’un mois, a précisé un porte-parole du SNPNC. Dans un communiqué, l’intersyndicale dénonce une « cure d’austérité » demandée aux pilotes.

 


 

Jeudi 2 mars 2017

 

 

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, a reçu, jeudi matin, le commandant du « Polar Star », le capitaine Michael Davanzo. Il était accompagné par l’agent consulaire représentant les Etats-Unis en Polynésie française, Christopher Kozely.

 

Le ministre du Développement des ressources primaires, Tearii Alpha, a accompagné, jeudi matin, l’ambassadeur de la Nouvelle-Zélande pour le développement du Pacifique, Te Matua Shane Jones, à l’occasion d’une visite du Port de pêche de Papeete, en présence également de la ministre du Travail, Tea Frogier

 

Oscar Temaru est loin du compte, sur le site internet du Conseil constitutionnel, le maire de Faaa n'enregistre qu'un seul parrainage celui du maire de Poggio di Venaco en Corse ! Attendons le 17 mars pour voir si ceux sur lesquels il espère se confirme.

 

La Une de Libération

Fillon serait-il maso ? Kamikaze ?Suicidaire ? On peut le penser, il ne pourra pas s'en sortir vivant ! !

Dernière heure : Perquisition au domicile de François Fillon à Paris

  L’ Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff) a mené ce jeudi matin une perquisition au domicile des époux Fillon, dans le VIIe arrondissement parisien. La perquisition a eu lieu sur commission des trois juges d’instruction du pôle économique et financier désignés depuis 24 février pour enquêter sur les soupçons de « détournement de fonds publics », « abus de biens sociaux » et «  trafic d ’influence »

 

Le PenelopeGate cache-t-il une autre affaire d’emploi fictif ? interroge 20 minutes. Après Penelope Fillon, un autre assistant parlementaire aurait été employé de manière fictive par François Fillon, révèle ce mercredi BuzzFeed.
Un certain Maël Renouard aurait été déclaré comme assistant du député de la Sarthe jusqu’en 2016 sur la fiche remise à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.
Aucune trace à l’Assemblée

Le standard ne connaît même pas son nom, note BuzzFeed qui a interrogé de nombreuses personnes. Le site a toutefois réussi à retrouver la trace de cet homme, connu notamment pour avoir été l’une des plumes de François Fillon pour son livre Faire !!!!!
 

Editorial

"Je ne céderai pas, je ne me rendrai pas, je ne me retirerai pas ! C'est un assassinat politique"

Pas de doute, François Fillon s'accroche au mât de l'opinion bien dangereusement et la voilure républicaine à laquelle il était agrippé est en train de se désagréger. Bruno Le Maire et l'UDI ont ouvert la porte signalant " Exit". D'autres suivront. Nous écrivions il y a quelque temps que le parti polynésien Tapura ne portait pas chance à ses candidats. Tous ceux, en effet,  soutenus par ce parti polynésien ont disparu de l'échiquier politique, de Sarkozy à Fillon en passant bien sûr par Juppé qui demeure cependant pour beaucoup le plan B. A croire que le soutien d'Edouard Fritch leur porte la scoumoune c'est pourquoi Emmanuel Macron se tient prudemment loin de la Polynésie.

Les sites politiques nationaux ont annoncé la prochaine mise en examen du candidat Fillon empêtré depuis plusieurs semaines dans l’affaire de l’emploi présumé fictif de son épouse. Il a lui même annoncé ce mercredi qu’il serait convoqué « le 15 mars par les juges d’instruction afin d’être mis en examen », une convocation à laquelle il se rendra., mais qui ,ne changera en rien sa détermination à se présenter "blanc de blanc" devant les Français dont une bonne partie ne comprend pas pourquoi il tient autant à entendre le bruit des casseroles qui scande son parcours de campagne.

« Mon avocat a été informé que je serai convoqué le 15 mars par les juges d’instruction afin d’être mis en examen », a-t-il dit en ouverture de sa déclaration à la presse depuis son QG de campagne à Paris en ajoutant " je ne cèderai pas". Les juges non plus. Et dans ce bras de fer, il est loin d'être le plus fort d'autant qu'après avoir répété que mis en examen il arrêterait de se battre, puis  revenant sur sa promesse, il martèle désormais maintenir sa candidature contre vents et justice : Je ne céderai pas, je ne me rendrai pas, je ne me retirerai pas », a-t-il affirmé, persuadé que la population française n'avait qu'un but " l'élire président de la République" puisqu'il se dit la seule personnalité politique valable. Ce que lui conteste aujourd'hui , en dehors de ses fans une bonne partie de l'opinion publique de droite bien déçue.

On pourrait aussi relever toutes ses contradictions notamment lorsqu'il précisait avec force il y a quelques mois dans son discours de Sablé-sur Sarthe en ciblant bien sûr Nicolas Sarkozy : « il ne sert à rien de parler d’autorité quand on n’est pas soi-même irréprochable. Qui imagine un seul instant le général de Gaulle mis en examen ? » Pif, paf, la claque le boomerang lui revient en pleine figure.

Par ailleurs, la Cour de cassation a répondu sèchement à Fillon. Les magistrats, en effet, réagissent aux attaques politiques en  disant avec force et sérénité être au-dessus des "reproches outranciers" dont ils sont la cible en ce moment en suivant leur rythme en toute indépendance, même  accusés d'être, pour une fois, extrêmement rapides dans les procédures.

Bref, on voit une atmosphère survoltée se développer dans le milieu politico-médiatique autour du travail de la justice comme le soulignent les deux plus hauts magistrats de France, Bertrand Louvel et Jean-Claude Marin dans un communiqué commun concluant: "Les magistrats suivent leur rythme en toute indépendance sous le seul contrôle des juridictions supérieures, de même qu'ils ont le devoir de ne pas s'engager publiquement dans le débat électoral".

Mais Fillon n'est pas le seul à dénoncer le travail rapide de la justice .
Dimanche, la candidate du Front national Marine Le Pen, elle aussi visée par une enquête judiciaire, avait appelé les fonctionnaires dont certains sont aux abois à et auxquels, dit-elle, on demande d'utiliser un pouvoir d'Etat pour surveiller les opposants, organiser à leur encontre des coups tordus ou des cabales d'Etat, (à) se garder de participer à de telles dérives".

Il y a parfois plus fort, quand les apparatchiks en font trop. C'est ainsi que la porte parole de François Fillon a balancé face caméra de BFMTV «Un collaborateur parlementaire peut même être payé à tricoter» Aïe, la maladresse, si l'on considère que Pénélope Fillon et ses enfants étaient surpayés et qu'après enquête il a bien été confirmé que personne ne les avait vu , ou aperçu sur les lieux de travail même pas à faire du crochet ou un pull pour l'hiver à François.

 Pour une campagne  rocambolesque comme la France n'en a jamais connue, c'est bien celle de 2017 qui restera dans les annales de l'Histoire. Et dans la foulée de ce que nous écrivions plus haut concernant les déserteurs du camp Fillon, nous apprenons qu'aujourd'hui il y en a trois de plus. Les juppéistes Benoist Apparu, Edouard Philippe et Christophe Béchu se retirent de la campagne, de  sa campagne : « Ne pouvant plus soutenir le candidat, nous nous retirons de sa campagne". C'est la bérézina et le désaveu. Quelle erreur autant d'orgueil et de volontarisme à occuper la première marche du podium au lieu de se retirer avec dignité.

(Benoît Apparu, porte-parole de d’Alain Juppé pendant la campagne de la primaire de la droite et du centre, était ensuite devenu porte-parole du candidat LR.)


 


Vendredi 3 mars Soirée exceptionnelle avec l'artiste Vhils au Musée du street art de Tahiti.

Soirée portes ouvertes au musée.Gratuit mais sur inscription ..
Tous les passionnés de street art seront comblés : l'équipe ONO'U propose vendredi 3 mars de 17h à 19h une occasion unique de rencontrer au fenua l'artiste portugais Vhils, l'une des plus grandes figures mondiales de l'art contemporain urbain.
Le public pourra échanger avec l'artiste et découvrir ses dernières performances au musée du street art.
 


Le Parlement européen
a approuvé, jeudi 2 mars, la levée de l’immunité parlementaire de la dirigeante du FN Marine Le Pen. Cette levée d’immunité était demandée par le parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine), qui a ouvert une information judiciaire à l’encontre de cette dernière pour « diffusion d’images violentes ». Elle avait diffusé des images d’exactions de l’organisation Etat islamique (EI) sur son compte Twitter. (NDLR On a pourtant besoin de connaitre les crimes que commettent les membres de Daesh.)

 

Nous apprenons que la présidente du FN Marine Le Pen a personnellement téléphoné au président Gaston Flosse pour discuter avec lui de son programme pour la Polynésie au cas où... Relevons qu'elle est la seule candidate a avoir développé un programme pour l'Outre-mer en général et un plus particulièrement pour la Polynésie.

A ce propos relevons que le représentant de Marine Le Pen, Eric Minardi accomplit un travail intense de communication en faveur de la candidate sous pression encore pour 50 jours mais qui caracole toujours en tête des sondages en métropole. Te Nati, ce n'est pas une révélation a été créé par Eric Minardi pour soutenir  Marine Le Pen en 2011/2012 par passion pour la candidate qu'il admire. Il  se dépense sans compter en oubliant ses propres affaires pour se consacrer à faire mieux connaitre le programme de Marine Le Pen pour la Polynésie française et ses 144 propositions pour la France en privilégiant les langues régionales dont le reo mahoi. Et ça marche !

 

 

Sandra Levy Agami a déposé hier mercredi 1er mars 2017 auprès du service du Haut commissariat son parrainage en faveur de la candidate Marine Le Pen . Elle précise ne pas avoir d'affinités avec le FN mais porte une grande estime à Marine, une femme volontaire et courageuse, la seule a proposer un programme progressiste pour la Polynésie française.

 

 

Vahine Orama reconnue au plan national, Sandra Levy Agami invitée à Paris

Nous apprenons par ailleurs que la représentante du Tahoeraa Huiraatira Sandra Levy Agami s'envole pour Paris vendredi, invitée par la ministre de l'Outre-mer Ericka Bareigts à participer lundi prochain 6 mars 2017 à la conférence nationale pour la sécurité Outre-mer. Conférence qui se tiendra au ministère des Outre-mer en présence du premier ministre Bernard Caseneuve.

Vahine Orama y sera représentée par Sandra Lévy-Agami, présidente d'honneur et fondatrice de cette ONG qui oeuvre depuis 2003 contre les inégalités et les discriminations sans compter la violence faite aux femmes. Elle acquiert ainsi  une  reconnaissance nationale.

Notez  également que Vahine no Moorea organise à l'occasion de la journée de la femme, le 11 mars prochain une marche blanche à 08h00 au stade de Maharepa pour dénoncer toutes les violences faites aux femmes de Moorea et pour sensibiliser tous les citoyens de l'île sœur sur le fait que ces violences n'épargnent personne; et que nous devons être solidaires en les dénonçant dès que nous en avons connaissance.( Pour plus d'informations, merci de contacter la Présidente Lucie Tiaahu Pereyre 87714825.)

 

 

 

 

L'Anap ou l'Igas : that is the question !

De quoi s'emmêler les pinceaux concernant la PSG encore et toujours. La ministre de l'Outre-mer avait proposé au pays qui traine depuis trop longtemps le boulet de la réforme de la PSG d'envoyer à Edouard Fritch une mission de l'IGAS. Immédiatement le Tahoeraa avait réagi à "l'affront" fait au gouvernant dont même la ministre reconnaissait ainsi les lenteurs "un aveu d'échec" écrivait le Tahoeraa. Aujourd'hui l'Etat et le Pays s'unissent pour accuser la ministre de " cafouillage" en confondant l'ANAP (l’Agence nationale d’appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux avec lequel le pays travaille parait-il)et l'IGAS. Allez donc y comprendre quelque chose surtout que restent en suspens les 358 millions de l'Etat selon l'état d'avancement de la PSG!

 

 

Le Tapura débarque Marcel Tuihani du CA d'ATN

La nouvelle ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, remplace le président de l’assemblée de la Polynésie française, Marcel Tuihani, au sein du conseil d’administration d’Air Tahiti Nui. Déjà débarqué en 2015, le président délégué du Tahoeraa crie une nouvelle fois au scandale…Une info radio 1

La commission de contrôle budgétaire et financier (CCBF) de l’assemblée a voté, hier, l’entrée de la nouvelle ministre du Tourisme au sein du conseil d’administration (CA) d’Air Tahiti Nui (ATN).
Nicole Bouteau prend la place de Marcel Tuihani. Dans un communiqué, le président de l’assemblée dénonce ce choix et y voit une « une attitude purement politicienne et hostile ». Pour lui, le gouvernement et la majorité rompent ainsi « avec un usage constant qui consiste à désigner le président de l’assemblée au sein des conseils d’administration les plus importants ». Une situation liée au fait que, depuis 2013, le président de l’assemblée est élu pour cinq ans et non plus pour un an. Et « l’usage » de nommer le président de l’assemblée au CA d’ATN résiste visiblement assez mal lorsque ce président n’est pas de la même couleur politique que la majorité gouvernementale. Ajoutons que Marcel Tuihani avait déjà été évincé du CA d’ATN en septembre 2015. Il avait été remplacé à l’époque par Teva Rohfritsch. Depuis, en juin 2016, le président de l’assemblée avait repris sa place au sein du CA d’ATN, reprenant le siège de Teura Iriti.
 

COMMUNIQUE DU CDC-AFN :Inculture ou provocation ?
Les propos électoraux récents tenus en Algérie par Monsieur Macron n’excusent pas tout, notamment l’inculture et la provocation d’un candidat à la magistrature suprême. « La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime, c’est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie…. »

Cette déclaration a stupéfait tous ceux qui, en France ou en Algérie, ont vécu le drame algérien et plus largement ceux qui connaissent l’histoire de l’Algérie.
Inculture parce que ce candidat formé dans nos plus prestigieuses écoles et qui a disposé d’un parcours professionnel privilégié a sans doute oublié plusieurs
chapitres de l’histoire de l’Algérie.
Provocation car porter un tel jugement dans un pays étranger dont de nombreux ressortissants vivent sur notre territoire, à un moment où le terrorisme islamique menace la France, relève d'une faute politique indigne d'un candidat à la magistrature suprême.
Les Algériens et les Français ont besoin de paix, de réconciliation, d’une mémoire collective ou chacun assume ses pages sombres pour un avenir meilleur des deux côtés de la Méditerranée. C’est cela qu’un candidat à la présidence de la République française aurait dû privilégier et c’est cela que tous les Algériens qui aiment la France attendent, non une repentance stérile qui n’a jamais forgé un avenir. Raviver les plaies pour des raisons d’opportunité électorale sur un territoireétranger s’avère plus qu’une erreur c’est une faute grave
qui sera ressentie comme telle par tous ceux qui ont vécu le drame algérien.
CERCLE DE DEFENSE DES COMBATTANTS D’AFN

 


 

Mardi 28 février 2017

En partenariat avec la CCISM, la Direction d’Infrastructure de la Défense, convie les chefs d’entreprises du BTP, à une rencontre le Jeudi 02 mars de 16 h à 18 h à l’amphithéâtre de la CCISM, pour une présentation de la programmation des achats pour cette année 2017 (étude et ingénierie, constructions, rénovations, etc…) et de l’information sur les procédures liées.

Précision : Oscar Temaru n'a pas dit qu'il avait 500 ou plus parrainages mais qu'il avait obtenu des " promesses de parrainage"... Ca change tout ! Il a été honnête de le préciser.

Donald Trump a été interrompu à maintes reprises par les membres du Congrès dans des  standing ovations chaleureuses et de longs applaudissements sur son premier discours au Congrès. Un direct retransmis par France 24. Le budget de l'armée tel que l'Amérique ne l'a jamais vu  a -il précisé, a été adopté. "Make América great again" fait toujours un gros succès d'autant que toutes les marques de voitures, toutes, ont relocalisé leurs usines aux Etats Unis procurant du travail à des milliers d'Américains ce qu'il avait promis. Un autre logiciel que celui des Français.

Marine le Pen, une femme sous pression 24h sur 24,  sollicitée de tous côtés tiendra-t-elle physiquement le coup encore pendant 50 jours ?

Mélenchon a lui aussi réussi parfaitement son discours. Ses exemples et ses critiques du système ont fait mouche dans son public.

AVIS DE TRAVAUX SUR LE RÉSEAU SATELLITAIRE

L’OPT informe qu’il sera amené à effectuer des travaux de maintenance sur une partie de son réseau de télécommunications par satellite.

Cette opération de routine aura lieu en deux temps : le lundi 27 février 2017 de 14h00 à 15h00 ; le mardi 28 février 2017 de 8h00 à 9h00.


 

 

 

 

Editorial

Entre pulsions violentes et sexuelles

Quel doux pays que le nôtre. Il n'y a pour s'en convaincre qu'à ouvrir la Dépêche de Tahiti à la page du tribunal correctionnel ou des assises. Et il y a de quoi être effondrée. On dit que les policiers à Paris doivent affronter  de  dangereux voyous, et c'est vrai, mais à Tahiti, ce nom est pourtant porteur de douceur, d'exotisme et de lune de miel, et bien les policiers qui vivent certaines réalités ne pensent peut-être pas la même chose.

Tenez aujourd'hui page 8 : coups de poing et coup de boule sur les muto'i.

Tahiti Infos, ce quotidien relève en page 5 que quatre muto'i ont été violemment agressés à coups de pierres par un commis de cuisine complètement ivre avec sa compagne qui l'était tout autant sur le parking du Flamboyant.

 La Dépêche : neuf mois de prison ferme pour le concubin violent. Un euphémisme quand on sait qu'il n'y est pas allé de main morte : Après des coups de poing et des coups de pied, il lui marche dessus! ( on espère qu'il ne pèse pas 130 Kgs et pourtant c'est le cas !)

Venu de Niau pour témoigner dans une affaire de meurtre ( à la hache), il finit au commissariat pour vol d'un portable. La Dépêche rappelle que durant le procès aux assises, il avait été accusé par son oncle d'avoir volé son carrelage ! ( l'histoire ne dit pas si celui-ci était stocké ou s'il l'avait désossé, le carrelage bien sûr !)

Aux assises d'aujourd'hui " Elle meurt sous les coups de son conjoint"

Samedi dernier, le quotidien évoquait la sordide affaire d'une agression sexuelle sur une jeune fille de 11 ans, placée en famille d'accueil,  violée par le conjoint qui lui a imposé beaucoup plus que "30 nuances de grey" .La maitresse de maison chargée de s'occuper de la petite fille était en voyage à l'étranger. Verdict : 12 ans à Nuutania pour le violeur par ce que ça les vaut bien ! Et une vie sexuelle gâchée pour la petite fille.

Un coup de ukulele en plein visage, cela fait très mal et quand vous tombez parmi les chiens féroces de l'oncle en question, lui même déchaîné  vous subissez des blessures sérieuses, très sérieuses et douloureuses:  30 jours d'ITT.

 La litanie pourrait être longue et donne parfois des échanges comiques ou étranges entre les juges et ceux qu'ils interrogent à la barre. Il faudrait que les magistrats ( ou les journalistes du judiciaire) gardent précieusement les remarques des hommes (et femmes) qu'ils interrogent pour en faire un livre à succès car quelle ne fut leur surprise d'entendre "le violent au ukulele" affirmer droit dans ses bottes  : " Une fois tous les cinq ans on a besoin de se lâcher, de libérez son énergie"

 Prions mes frères et mes sœurs pour que notre route ne croise pas la fin d'un quinquennat ! Enfin nous pourrions continuer longtemps ce palmarès rapide de la violence locale sur un seul jour au palais de justice. Une triste réalité, l'alcool aidant bien sûr. Et l'alcool, on le sait détruit le cerveau...

Quand à la mise en garde publicitaire :" l'abus d'alcool est dangereux", les violents en puissance n'étant pas des normaliens,  ils rejettent tout ce qui peut entraver un plaisir n'ayant rien d'intellectuel, niché dans la chapelle Sixtine d'une culture philosophique même pas obsolescente puisque n'ayant jamais existé, où seul " le plaisir" du moment se dessine en noir et rouge .

 

 

Tahiti Infos nous fait remarquer que nous avons attribué un scoop a Première alors que c'est Tahiti Infos qui a sorti l'affaire de Kaltenbach le sénateur épinglé par la justice . Mais notre informateur soulignait que cette affaire avait été dévoilée par Polynésie Première. Désolée

Conseil des ministres !

Modification de la délibération instaurant une aide au secteur automobile

 Sur proposition du Vice-président de la Polynésie française, le Conseil des ministres a transmis à l’Assemblée de la Polynésie française un projet de délibération modifiant la délibération du 8 juillet 2016 qui a instauré un soutien économique au secteur automobile.

 Il s’agit, d’une part, de permettre aux personnes ayant perdu leur véhicule lors de catastrophe naturelle dûment constatée par le gouvernement de la Polynésie française de bénéficier d’une aide au remplacement du véhicule. 

 Ce dispositif d’urgence est ouvert, dans les mêmes conditions que l’aide au soutien économique du secteur automobile, à toutes les personnes physiques ou morales dont le véhicule a été déclaré « perte totale » et ce, sans condition d’ancienneté du véhicule et pour lequel le contrat d’assurance, souscrit par le propriétaire, ne prévoit pas une garantie valeur d’achat.

 

Projet de loi du Pays relatif à la Charte de l’éducation

 La Polynésie française est compétente pour l’enseignement primaire, l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur non universitaire. Elle fixe les objectifs de l’École et doit en évaluer les résultats.

La Charte de l’éducation, texte annexé à la Loi du Pays du 29 août 2011, fixe les mesures essentielles que la politique éducative doit mettre en œuvre pour progresser. La délibération du 7 juillet 2016 propose une actualisation de la Charte de l’éducation, conséquemment au rapport de performance 2011-2015. Il convient désormais de l’ériger en loi du Pays. En effet, le fait de conférer à la Charte de l’éducation une portée législative est d’autant plus importante qu’elle est reconnue par l’Etat, en particulier sa démarche de performance, dans la convention 22 octobre 2016 relative à l’éducation entre la Polynésie française et l’Etat.

 Le projet de loi du Pays qui a été présenté en Conseil des ministres a été soumis et approuvé à l’unanimité par le Haut comité de l’éducation le 15 décembre 2016. Puis, suite au projet d’avis du CESC adopté en commission plénière le 30 janvier 2017, le ministère en charge de l’Education a modifié le projet de loi du Pays initial et son annexe, prenant en compte de manière substantielle plusieurs recommandations formulées par le CESC pour aboutir au projet présenté en Conseil des ministres.

 La Charte de l’éducation érigée en loi, donnera l’occasion de renforcer les dispositions en matière d’obligation scolaire. De nouveaux articles sont introduits par ailleurs en matière de décrochage et de médiation scolaires.

 

 

Cocasse mais réaliste !!!!

*Heureusement que Jésus n'est pas né au XXIe siècle !*
 
*Les temps changent ...*
 

*Si la naissance de Jésus avait eu lieu en 2016, cela donnerait la «une» suivante dans tous les journaux télévisés ou écrits :*
 *«Hier, le 24 décembre, un nouveau-né a été trouvé dans une étable.*
 
*La police s'est rendue immédiatement sur les lieux et a fait appel au SAMU.*
 
*Un menuisier et une mineure *(vraisemblablement la mère)* ont été placés en garde à vue.*
 
*Ce matin, très tôt, les autorités ont été avisées par un citoyen de la banlieue de Bethléem qu'une jeune famille de S.D.F. s'était installée dans son étable. À son arrivée sur les lieux, la police a découvert un nouveau-né, enveloppé dans des morceaux de tissu et dormant sur une litière de paille.*
 
*Un homme, identifié plus tard, Joseph H., (de Nazareth), s'est opposé à ce que les autorités emmènent l'enfant, afin de le mettre en lieu sûr. Il était aidé de plusieurs bergers, ainsi que de trois étrangers non-identifiés et sans papiers. Les trois étrangers, se présentant comme mages, ont été arrêtés.*
 
*Le Ministère de l'intérieur s'interroge sur l'origine de ces trois hommes, pourtant pas encore arrivés jusqu'à Calais. *
 *Le préfet a confirmé qu'ils n'avaient pas de papiers d'identité, mais qu'ils détenaient de l'or, ainsi que des produits suspects et illicites.
 Ils prétendent que Dieu leur a dit de ne pas répondre aux questions ... Les produits suspects ont été envoyés en laboratoire pour analyse.*
 
*Le lieu où le nouveau-né se trouve actuellement n'a pas été communiqué. *
 
*D'après le service social en charge de l'affaire, le père avoisinerait la cinquantaine, tandis que la mère n'est certainement pas majeure. On vérifie pour le moment la relation entre les deux. Mais à défaut de soupçon de pédophilie, le détournement de mineure est très suspecté.*

*La mère se trouve, pour l'instant, à l'Hôpital universitaire de Bethléem pour des examens médicaux et psychiatriques. Elle prétend être encore vierge et affirme que le bébé vient de Dieu. Si son état mental le permet, elle sera mise en examen pour non-assistance à personne en danger.*
 
*La consommation de stupéfiants, probablement amenés par les trois étrangers, doit sans doute être prise en compte dans cette affaire. Des
 prises de sang ont d'ailleurs été faites, en vue de retrouver les traces d'ADN nécessaires à l'enquête.*
 
*Aux dernières nouvelles, on apprend que les bergers présents sur les lieux affirment avoir vu un grand homme, tout de blanc vêtu, qui leur a ordonné de se rendre à l'étable, avant de s'envoler. L'embarquement à bord d'un OVNI n'est pas à exclure ...*
 
*Les services départementaux de l'hygiène ont emmené à la fourrière les animaux présents dans l'étable pour mise en quarantaine compte tenu des risques épidémiques, et un groupement d'associations fait circuler une pétition, "libérez le boeuf et l'âne" sur les réseaux sociaux pour exiger leur libération et éviter ainsi leur transfert à l'abattoir.*
 
*Sur cette affaire, l'opposition parlementaire critique l'absence de réaction du Président et de son Premier Ministre et réclame leur démission ! *

 *ALLÉLUIA ! ! !*

 

NB : Rudement bien pensé…

 

 

Lundi 27 février 2017

 

Le scoop de Polynésie première

La meilleure de la journée et sans doute du mois, c'est Polynésie première qui nous l'offre avec l'envoi sur le territoire à la demande de la sénatrice Lana Tetuanui, d'une mission sénatoriale composée de trois sénateurs portant sur le fonctionnement de la justice outre-mer. Intéressant certes, sauf que l'un des trois sénateurs a été condamné pour corruption passive en 2015 a deux ans de prison dont un an ferme, cinq ans d'inéligibilité et 20.000 euros d'amende (2,4 millions de francs pacifique). Les juges avaient alors sanctionné des "faits d'une gravité extrême" et "un comportement déplorable d'élus de la République". L'élu, qui avait immédiatement fait appel, devait être rejugé en octobre dernier mais l'affaire a été renvoyée en mai prochain. !

 C'est-y- pas beau ça ?! Philippe Bas président de la commission des lois du Sénat aurait pu en trouver un au palmarès "blanc de blanc". Ce ne doit pas être si facile  mais convenez que c'est du plus haut comique...et à vrai dire les magistrats polynésiens doivent se fendre d'un sourire ironique !

Voici le scoop de Polynésie première :

- Une délégation de trois parlementaires de la commission des lois du Sénat est attendue ce dimanche au fenua pour une mission d'information de 10 jours portant, notamment, sur le "fonctionnement de la justice outre-mer". L'un de ses membres, Philippe Kaltenbach, est englué dans une affaire de corruption.

Le président de la commission des lois du Sénat, Philippe Bas, avait annoncé en novembre dernier depuis Paris le déplacement en 2017 en Polynésie française d'une délégation sénatoriale chargée d'une mission d'évaluation institutionnelle du fonctionnement des services de l'Etat au fenua. Et notamment de ses juridictions. "La délégation de notre commission sera composée de trois sénateurs, et accordera une attention particulière au fonctionnement de la justice", avait-il souligné en réponse à une intervention accusatrice de la sénatrice Lana Tetuanui contre la probité des magistrats en place à Papeete.

Profitant des débats portant sur l'organisation et les moyens de la justice outre-mer à l'occasion de l'examen du projet de loi de finances 2017, Lana Tetuanui avait estimé qu'il "serait bon que les parlementaires métropolitains s'y rendent pour l'observer, car on hallucine parfois en constatant l'écart entre ce qui se passe à Paris et ce qui se passe sous nos cocotiers, au point de se demander si nous n'avons pas une justice à deux vitesses". "Certains magistrats se considèrent manifestement comme les patrons de la collectivité", avait ajouté l'élue sans étayer ses accusations, avant d'estimer "opportune"
le déplacement au fenua d'"une mission sénatoriale sur le fonctionnement de la justice outre-mer".

L'affaire en appel

L'appel de la sénatrice a donc été entendu puisque selon nos informations, la délégation est attendue à Tahiti ce dimanche pour une mission de 10 jours qui s'achèvera le 8 mars. La vice-présidente de la commission des lois et sénatrice du Haut-Rhin Catherine Troendlé conduira cette délégation et sera accompagnée des sénateurs de l'Ardèche Mathieu Darnaud, et des Hauts-de-Seine Philippe Kaltenbach.

Philippe Kaltenbach, ex-maire de Clamart, a été condamné pour corruption passive en octobre 2015 en métropole dans une affaire de pot de vin contre une promesse d'attribution de logement social. Le tribunal correctionnel de Nanterre avait condamné l'élu à deux ans d'emprisonnement, dont un an ferme, cinq ans d'inéligibilité et 20.000 euros d'amende (2,4 millions de francs pacifique). Les juges avaient alors sanctionné des "faits d'une gravité extrême" et "un comportement déplorable d'élus de la République". L'élu, qui avait immédiatement fait appel, devait être rejugé en octobre dernier mais l'affaire a été renvoyée en mai prochain.

Philippe Kaltenbach est soupçonné d'avoir accepté 1000 euros (119 000
francs) en espèces de la part de son ex-adjoint à la sécurité à la mairie de Clamart, Mohammed Abdelouahed, contre une promesse d'attribution de logement social à un tiers.

Dans une vidéo tournée en caméra discrète pendant cet arrangement en
2010 par Mohammed Abdelouahed, et diffusée sur internet en 2012, on voit le maire et son adjoint discuter de ce qui semble être l'attribution d'un logement à un tiers, ainsi que la remise des fonds.
Philippe Kaltenbach s'est lancé dans une bataille d'expertises pour contester l'authenticité du contenu de cette vidéo, affirme que cet argent ne serait que le remboursement d'un prêt qu'il avait antérieurement consenti à son adjoint, que cette affaire n'est qu'un complot ourdi par un maire voisin et adversaire politique de toujours.
Philippe Kaltenbach avait été temporairement suspendu du PS en 2016 par les instances internes du parti en attendant de connaître l'issue de l'affaire en appel.

Depuis Tahiti, deux déléguées régionales du Syndicat de la magistrature et de l'Union syndicale des magistrats s'étaient émues dans un courrier adressé au président de la commission des lois du Sénat des "propos accusatoires" tenus à l'époque par la sénatrice Lana Tetuanui et préalables au déplacement de cette délégation. "Propos qui ne sont étayés par aucun élément et qui jettent néanmoins le discrédit sur l'ensemble des magistrats exerçant leurs fonctions en outre-mer", soulignait la missive, précisant par ailleurs être "tout-à-fait disposer à rencontrer la délégation sénatoriale" et "ouverts à répondre aux questionnements qui pourraient être les leurs".


Les membres de la commission : Outre Philippe Kaltenbach, la mission parlementaire se compose de Catherine Troendlé, sénatrice Les Républicains du Haut-Rhin et Vice-Présidente de la commission des lois et de Mathieu Darnaud, sénateur (Les Républicains) de l'Ardèche.

 

J.Y Tallec : le roi Salomon

Le président du tribunal administratif J.Y Le Tallec, tel le roi Salomon, rejette la requête de la SAS Tevarua Nui et les conclusions de Secosud.

Tevarua Nui demandait d’enjoindre au président du syndicat pour l’électrification des communes du sud de Tahiti (SECOSUD) de différer la signature du contrat de concession de service public portant sur le réseau de distribution électrique sur son périmètre de compétences ; - d’annuler la délibération du SECOSUD ayant approuvé le choix du délégataire ;- de condamner le SECOSUD à lui verser la somme de 280.000 F CFP au titre de l’article L.761-1 du code de justice administrative.  

Puis, considérant qu’il résulte de l’instruction que le contrat de concession de service public de distribution d’électricité contesté par la S.A.S Tevarua Nui a été signé le 23 février 2017 par le président du SECOSUD et la société EDT Engie , et notifié le même jour à cette dernière ; que par suite, les conclusions présentées sur le fondement des dispositions précitées par la société requérante au juge des référés , qui ne peut dans ce cadre être utilement saisi qu’avant la signature du contrat, sont manifestement irrecevables et ne peuvent qu’être rejetées ; que, par voie de conséquence, il y a également lieu de rejeter ses conclusions présentées au titre de l’article L.761-1 du code de justice administrative ; que, dans les circonstances de l’espèce, il n’y a pas lieu de faire droit aux conclusions du SECOSUD présentées sur le même fondement . Pas de jaloux !

 NB La concurrence a du bon la nouvelle grille tarifaire de EDT/Engie montre des prix à la baisse.

            
Affaire Fillon, tournant :

Llibération le 27/2/2017

 L’affaire Fillon entre dans une nouvelle phase. Selon nos informations, Serge Tournaire a été désigné vendredi soir comme premier magistrat instructeur dans l’enquête sur les emplois supposés fictifs dont auraient bénéficié la femme et les enfants du candidat de la droite. La décision a été prise par le président du tribunal de grande instance de Paris, Jean-Michel Hayat, à l’issue du réquisitoire introductif du Parquet national financier (PNF).

 Considéré comme un des juges les plus expérimentés du pôle financier, il passe aussi pour être l’un des plus intransigeants. C’est lui qui vient de décider, contre l’avis de son collègue Renaud Van Ruymbeke, de renvoyer Nicolas Sarkozy en correctionnelle dans l’affaire Bygmalion. En vertu de la collégialité de l’instruction, Serge Tournaire sera épaulé par deux autres magistrats du pôle financier.

Après avoir pris connaissance du dossier, les trois juges d’instruction pourraient rapidement convoquer les différents protagonistes du dossier, à commencer par François Fillon lui-même.

 

Le patrimoine de Macron décortiqué

Dans une campagne présidentielle atypique où François Fillon a brillé et donné le coup d'envoi, trois élus se sont interrogés sur les revenus de Emmanuel Macron. Ils ont détricoté les revenus du candidat " En marche" ci-dessous auprès de la présidente de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. Aucun candidat n'y échappe et aucun n'est...pauvre !

 


                                                                                              

 Madame la Présidente,

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) que vous présidez est une autorité administrative indépendante (AAI) chargée d’une mission de service public : promouvoir la probité et l’exemplarité des responsables publics.

Selon votre site Internet : « Tout citoyen peut adresser à la Haute Autorité des observations sur les déclarations. »

C’est en tant que citoyens que nous avons l’honneur de porter à votre connaissance nos observations quant à la déclaration de revenus et de patrimoine faite par M. Emmanuel MACRON le 24 octobre 2014 (voir PJ), suite à sa nomination comme ministre de l’Économie le 26 août 2014.

Il en ressort que :

1 Ses revenus 2010-2013 ont été de 3 010 996

À savoir :

a/ Des salaires à hauteur de 1 022 583 €

356 095 € de salaires en 2010 (Rothschild)

403 557 € de salaires en 2011 (Rothschild)

100 811 € de rémunération 2012 (présidence de la République)

162 120 € de rémunération 2013 (présidence de la République)

b/ Des « bénéfices industriels et commerciaux » à hauteur de 1 426 831 €

706 310 € de bénéfices industriels et commerciaux en 2011 (Rothschild)

720 521 € de bénéfices industriels et commerciaux en 2012 (Rothschild)

c/ Des revenus de capitaux mobiliers à hauteur de 561 582 €

291 286 € de revenus de capitaux mobiliers en 2011

270 296 € de revenus de capitaux mobiliers en 2012

Total des revenus : 3 010 996

2. Sa fortune déclarée en 2014, lorsqu’il fut nommé ministre, était de 156 160,43 €

À savoir :

a/ Des liquidités à hauteur de 195 097,75 

86 344,84 € pour un contrat d’assurance-vie souscr it le 25/04/2011

53 192,19 € sur son compte courant au Crédit Mutuel, le seul déclaré

52 467,85 € placés dans un PEA

3 092,62 € sur son compte d’associé chez Rothschild

b/ Des investissements à hauteur de + 1 015 330

20,92 € pour 1 action Lagardère

74 309,70 € de valeurs en Bourse et placements divers

935 000 € (valeur estimée pour son appartement acquis en juin 2007 au prix de 890 000 €)

6 000 € (valeur estimée pour sa voiture achetée en 2005)

c / Des dettes à hauteur de – 1 054 267,32 €

– 295 689,79 € restant dû sur prêt du Crédit Mutuel pour travaux résidence secondaire

-–558 577,53 € restant dû sur prêt du Crédit Mutuel pour achat résidence secondaire

Où est la valeur de la résidence secondaire pour laquelle il a emprunté un total égal ou supérieur à 850 000 €, ce montant n’étant que le restant dû sur ces emprunts ?

 

– 200 000 € restant dû sur un prêt particulier sur dix ans obtenu en 2007 (550 000 €) et remboursable (55 000 € / an)

Fortune nette totale : 156 160,43 €  - CURIEUX ?

 

Observations / Questions :

Nous nous interrogeons dès lors sur la sincérité du patrimoine déclaré.

En effet :

a/ Comment peut-il se faire que, avec des revenus supérieurs à 3 000 000 € en 2010-2013, la fortune déclarée par M. Macron en 2014 n’ait été que de 156 160,43 € ?

b/ Comment peut-il se faire que M. Macron n’ait eu en 2014 que 53 192,19 € sur son compte courant alors que plus de 3 000 000 € y avaient été crédités durant les trois années précédentes ?

 Et où est passée la différence, sachant que, sur la période 2010- 2013, M . Macron n’a pas utilisé ses liquidités pour investir substantiellement dans l’immobilier ou en Bourse, ni pour rembourser ses emprunts, à l’exception de son emprunt privé remboursé à hauteur de 220 000 € (4 x 55 000 €) ?

 c/ Enfin, où est passé le portefeuille lui ayant permis de toucher 561 582 € de revenus mobiliers en 2011-2012, car il n’apparaît pas dans sa déclaration de patrimoine ? À noter que, pour pouvoir générer de tels revenus, il se devait d’être au moins de 3 000 000 € (sur la base d’une rentabilité moyenne de 10 %) ?

 Et si son portefeuille a été liquidé en 2012, juste avant que M. Macron n’arrive à l’Élysée, où est alors passé le produit de la vente, puisqu’il n’est manifestement pas arrivé sur son compte courant, le seul déclaré ?

  Il nous serait agréable que vous nous fassiez savoir si nos interrogations sont ou non fondées, sachant qu’« omettre de déclarer une partie substantielle de son patrimoine ou en fournir une évaluation mensongère est un délit pénal ».

 Dans l’attente des réponses que vous voudrez bien apporter à nos interrogations, nous vous prions d’agréer, Madame la Présidente, l’expression de notre profond respect.

 

Paul Mumbach

Candidat des maires en colère à la présidentielle                                            

Maire de Dannemarie  (68), Président des maires ruraux du Haut-Rhin

25 rue de Cernay, 68210 Dannemarie / Mail: paul.mumbach@dannemarie. fr

 Jean-Philippe Allenbach

Président du Mouvement Franche-Comté

3 Place du 8 septembre, 25000 Besançon / Mail: pfed.allen@gmail.com

 Serge Grass

Président de l’Union Civique des Contribuables Citoyens (U3C)

77 Grande rue, 25360 Nancray / Mail: sg44@free.fr

 

 Communiqué de l'agence consulaire américaine

L’agence consulaire des Etats Unis a le plaisir de vous annoncer l’arrivée du brise-glace Polar Star ce matin à 10h. Il devait arriver mercredi 1er mars à 9h mais à cause de problèmes techniques il a du avancer son arrivée. D’où le manque de préavis de ma part.

Si vous êtes intéressé, la presse sera reçue. Je vais demander 14h dès que je les vois. Je n’ai pas encore conformation si des visites du navire seront possibles mais je vous tiendrait au courant.

Comme à chaque visite, afin de promouvoir les échanges entre la population locale et les marins, l’agence consulaire organise un programme nommé Adopt a Sailor. Les marins sont toujours très intéressés de mieux connaitre la population locale et certains sont encore aujourd'hui en contact après les échanges des derniers bateaux.

Ce programme consiste à trouver des volontaires qui seraient intéressés à passer quelques moments avec un marin américain. Ceci peut être sous la forme:
- faire visiter un monument, une curiosité de l'ile ou faire une ballade dans nos montagnes (Mont Aorai ou Marau)
- inviter à connaitre la cuisine locale à midi ou un soir

On n’est pas obligé de parler Anglais…

 

 

La Polynésie fait apprécier ses produits au salon international de l'agriculture qui vient d'ouvrir ses portes avec le succès habituel.

Produit phare outre la vanille et le monoi, le rhum, les liqueurs et les produits cosmétiques. Le public s'est intéressé de très près avec la ministre des Outre-mer à la qualité, aux senteurs et au goût des produits polynésiens. Tous attendaient la visite de François Hollande ....qui n'est jamais venu selon le correspondant de la Dépêche Philippe Binet.

 

Oscar Temaru, maire de Faa'a a assuré hier soir sur Polynésie première avoir 1000 promesses de signatures de parrainage . Son conseiller Moetai Brotherson, plus modeste a assuré sur TNTV  avoir un peu plus de 500 promesses...

Son combat ne varie pas et il compte utiliser l'élection présidentielle s'il obtient le parrainage nécessaire tel un référendum d'auto-détermination. Sauf que ce type de vote n'est valable vraiment que pour les élections locales où les électeurs ont le choix entre les autonomistes et le Tavini. Il sera néanmoins intéressant de voir combien  d'électeurs se portent sur son nom. Jusqu'à présent les élections locales ont toujours été gagnées par Gaston Flosse leader du Tahoeraa Huiraatira. Lors des prochaines territoriales le combat se situera entre Flosse et Fritch, l'actuel président en perte de vitesse si l'on en croit les doléances des Polynésiens.

Quant à utiliser le Vanuatu pour convaincre les Polynésiens, ce n'est pas un très bon exemple tant le pays est pauvre, le Smig ne dépasse pas 25.000 Frs  et nombreux sont les habitants au chômage. "Des bidonvilles se développent autour de la ville, en raison, notamment de l’arrivée de jeunes venus d’autres îles qui tentent de gagner un peu d’argent. Cet exode rural pourrait contribuer à déstabiliser une économie traditionnelle encore fondée sur le troc.  L’utilisation de l’argent liquide est réservée à, à peine, 25 % de la population. De fait, il circule peu dans des îles où l’échange par l’intermédiaire d’un commerçant est considéré comme un renoncement à l’esprit mélanésien."(internet)


En résumé 40 ans de lutte pour l'indépendance comme OscarTemaru le dit et le répète y compris à l'ONU, et n'avoir jamais réussi à séduire la population au cours des différentes élections, devrait lui mettre la puce à l'oreille. Car indépendant le gouvernement aurait à sa charge : l'éducation, la santé, l'hôpital, le tourisme, l'économie etc...etc...

 

 

 

Dimanche 26 février 2017

 

Le Pen et Macron creusent l'écart avec Fillon
. Au dernier sondage Fillon 19%,Macron 25% Le Pen 27%

L'OBS avec AFP

Le récent sursaut de François Fillon dans un sondage n'était-il qu'un dernier soubresaut ? Marine Le Pen et Emmanuel Macron creusent en effet l'écart avec le candidat de la droite et du centre (droit) au premier tour de l'élection présidentielle, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour France 2 publié ce dimanche 26 février.

La présidente du FN arriverait en tête avec 27%, devant le fondateur du mouvement En Marche! (25%), qui bénéficie notamment de son alliance avec François Bayrou.

Quelque 62% des personnes interrogées (76% des sympathisants de
gauche) jugent en effet que l'alliance Macron-Bayrou est une "bonne décision" et 50% (66% des sympathisants de gauche) que le soutien du président du MoDem est un "atout important" pour Emmanuel Macron.

Macron-Bayrou, Hamon-Jadot : deux mariages et un enterrement… du PS

 

 

Manque de vision du gouvernement sur la PSG

La réunion du Sdiraf de demain lundi aura lieu à 18H30 et non à 8H30 dans le fare artisanat de la mairie de Faaa.

Emile Vernier, président du SDIRAF

Cette semaine, le gouvernement a organisé des ateliers thématiques pour lancer les réformes sur la PSG. On le sait, ces réformes sont plus que nécessaires. Elles auraient dû être faites depuis des décennies. Les décideurs politiques comme syndicaux n’ont pas eu le courage de les faire. Et la population risque donc de payer ce manque de courage et de vision, malgré tous les rapports ou audits inquiétants publiés depuis 1980.

En 2017, la chute financière de la maladie a été plus ou moins freinée avec « seulement » un peu plus d’un milliard de déficit par an, quand on a connu près de 8 milliards de déficit par an. Le problème de la maladie, c’est que nous sommes une population qui vieillit et qui augmente chaque année qui passe. Aussi, on peut affirmer que les dépenses maladie ne peuvent pas diminuer, sauf à accepter l’inacceptable : une diminution de la qualité et de l’offre de soins. Pour que les polynésiens aient une espérance de vie située entre 75 et 80 ans selon qu’on soit un homme ou une femme, il faut bien que notre système de santé ait été d’un bon niveau de performance depuis les années 60.

En ce qui concerne la retraite du RGS de la CPS, celle ci a été créée en avril 1968. En 1987, les décideurs ont « décidé » de passer d’un système par points à un système par répartition. Ces décideurs en ont profité aussi pour passer la retraite anticipée possible de 55 à 50 ans et de mettre un abattement de 1% par an, entre 50 et 60 ans sans les 35 ans de cotisations. Et sans le savoir, ces « décisions » ont jeté les bases d’un gigantesque problème dont nous avons tous hérité, sans le savoir finalement.

En 2017, la retraite du RGS de la CPS, c’est entre 4 et 5 milliards de déficit par an. La retraite est en déficit, par milliards, depuis 2009. Pour le moment, mais plus pour longtemps, ce sont les réserves liquides qui permettent à la CPS de payer les pensions à niveau. En effet, on ne voit pas, malgré les difficultés financières, de grosses diminutions de pension, sauf en cas d’augmentation de taux de cotisations ou de CST. Les retraités peuvent donc se dire que tout va bien, que les pensions sont payées, et qu’il n’y a pas le feu dans la demeure CPS.

Et les syndicats de salariés ajoutent encore à cette situation complètement faussée en exigeant du gouvernement de ne pas toucher à la retraite. Après avoir obtenu du ministre de ne pas travailler sur la retraite mais sur la maladie (pourtant plus de 4 milliards contre 1 milliard de déficits), ils ont boycotté les ateliers montrant ainsi leur mépris des salariés qu’ils sont pourtant sensés défendre, sauf A TIA I MUA qui était bien présent. C’est grave quand même.

Bien sûr que nous travaillons pour les retraites d’aujourd’hui, mais nous travaillons aussi pour les retraites de demain, pour que les jeunes, quand ils arriveront à leur tour à la retraite, puissent bénéficier d’une retraite décente.

Il y a plus de 30 000 retraités bénéficiaires de la CPS. Où sont-ils ? Qu’attendent-ils pour se regrouper, pour faire entendre leurs attentes, leurs besoins, leurs souffrances pour beaucoup d’entre eux ?

Ce lundi 27 février 2017, le SDIRAF invite ceux et celles qui le souhaitent à une rencontre d’informations sur la retraite de la CPS. Cette rencontre aura lieu à partir de 8H30, dans le fare artisanat à la mairie de Faaa. Ce sera l’occasion de faire le point sur la retraite et de parler de ce qui attend les actuels et les futurs retraités à très court terme.

 



Englué dans les affaires, François Fillon est lui cantonné à... 19%.Macron 25% et Marine Le Pen 27%

Un écart confirmé par un second sondage, réalisé par Kantar Sofres Onepoint pour LCI et diffusé ce dimanche : Emmanuel Macron (25%, + 4 points par rapport au précédent sondage de l'institut, publié fin
janvier) y talonne aussi Marine Le Pen (27%, +2 points). François Fillon ne récolte lui que 20% des voix (- 2 points).

Hamon et Mélenchon dans un mouchoir de poche

Le socialiste Benoît Hamon est quand à lui crédité de 13% par le sondage Odoxa et de 14% par le sondage Kantar Sofres Onepoint, devant Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France insoumise, à 12% ou 10%. Ces sondage a cependant été réalisé avant l'accord conclu entre Benoît Hamon et l'écologiste Yannick Cuisiner comme un chef chez Carrefour !

"La dynamique en faveur du vainqueur de la primaire semble donc pour l'heure retombée, même si le ralliement de Yannick Jadot pourrait lui permettre de progresser à nouveau", note le Kantar Sofres Onepoint.

Les écolos approuvent à près de 80% le ralliement de Jadot à Hamon

Nicolas Dupont-Aignan (Debout La France) récolterait 2% ou 2,5% des voix, selon le sondage, Philippe Poutou (NPA) 1% ou 0,5%, Nathalie Arthaud (LO) 0% ou 1% et Jacques Cheminade moins de 0,5%.

83% des sondés de l'institut Odoxa qui comptent voter pour Marine Le Pen se disent sûrs de leur choix. 75% des électeurs de François Fillon sont eux aussi sûrs de leur vote, comme 58% de ceux de Emmanuel Macron et de ceux de Benoît Hamon.

 

Colère des policiers

Le syndicat de policiers Alliance a dénoncé aujourd'hui "une provocation", à la veille d'un déplacement du président François Hollande en Eure-et-Loir pour dresser le bilan de la concertation police-gendarmerie.


"Il est inadmissible et insupportable qu'aucune réunion n'ait eu lieu au préalable alors que le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux s'y était engagé", a déclaré le secrétaire général du syndicat majoritaire des gardiens de la paix Jean-Claude Pelage. "Apprendre dans l'Eure-et-Loir par le président de la République le résultat d'une grande concertation est une provocation pour Alliance et pour tous les syndicats de policiers", a-t-il pesté.


Le mouvement de colère des policiers, inédit par son ampleur et hors cadre syndical, avait démarré en octobre dans l'Essonne avant de se propager à travers la France, pour nettement refluer ensuite. Il suivait l'attaque, le 8 octobre, de quatre policiers aux cocktails Molotov près de la cité de la Grande Borne à Vire-Châtillon, dans ce département de la région parisienne.
Le ministre de l'Intérieur de l'époque Bernard Caceneuve avait annoncé une enveloppe de 250 millions d'euros de nouveaux matériels et véhicules. Une loi assouplissant les règles de légitime défense, doublant les peines pour outrage et autorisant l'anonymat des enquêteurs a été adoptée par le Parlement le 16 février. Des dizaines de réunions de concertation débouchant sur des "cahiers de doléances" ont depuis été menées dans chaque département.


"Je me demande s'il y a un pilote dans l'avion au ministère de l'Intérieur et si le dialogue social avec les organisations syndicales a un sens", s'est interrogé Jean-Claude Pelage, "pourtant habitué à un dialogue franc et constructif avec les prédécesseurs" Manuel Halls et Bernard Caverneuse. "Les policiers comprennent difficilement de voir leur ministre de tutelle à la cérémonie des Césars et qu'il n'ait pas le temps de recevoir les syndicats de police pour dresser le bilan de leurs attentes", a-t-il ajouté.


 

Une petite histoire de D.T

Un Monsieur rend visite à son papa âgé de 90 ans, à la maison de retraite où il vient juste d'être installé.
- Comment ça va, papa ? lui demande-t-il.
- Bah, pas trop mal. On s'occupe bien de moi ici.
- Et la nourriture, ça va ?
- Oh excellente, répond le vieillard.
- Et les soins ? On te soigne bien ? Renchérit le fils.
- Ça ne pourrait pas être mieux. Ces jeunes infirmières sont vraiment très gentilles.
- Et pour dormir ? Tu arrives à bien dormir ?
- Aucun problème : je fais mes 9 heures par nuit. Vers dix heures, on m'apporte un bol de tisane et un comprimé de Viagra, et je tombe comme une souche.
Le fils se demande alors s'il a bien compris, et va voir l'infirmière pour en avoir le cœur net.
- Qu'est-ce que mon père me dit ? Vous lui donnez un comprimé de viagra, le soir, avant qu'il ne s'endorme ?
- Mais oui, votre papa vous a dit la vérité. Tous les soirs vers dix heures, on lui apporte une tisane et un comprimé de Viagra.
- Ça marche impeccablement bien : la tisane le fait dormir, et le Viagra l'empêche de rouler sur le côté et de tomber du lit !!

 

 

 

Bayrou disait il y a quelques semaines : "Macron, c'est comme Le Maire, le renouveau mais idée zéro !" Il va sans doute lui en donner.

 

 

Samedi 25 février 2017

Pamphlet

Faut-il avoir le cerveau lessivé à l'eau de Javel pour faire partie de l'intelligentsia locale ? Faut-il avoir le dos bien rond pour éviter les boules puantes des jaloux ? Faut-il accepter l'autorité des uns ou des autres des prétendus intouchables pour un galon sur une frêle épaule, un visage crispé qui devient soudain haineux et tyrannique ? Faut-il toujours rentrer dans le rang des béni-oui-oui pour faire son métier ? Faut-il plaire à tout le monde et avoir ainsi les courbettes des faux culs qui sont légion ? Faut-il avoir une opinion ferme quoiqu'il arrive ou changeante selon les programmes ? Faut-il croire en François Fillon alors que Gaston Flosse pour une misérable histoire de vaisselle et de quelques verres devrait aller pourrir à Nuutania selon le désir de son fils spirituel ? Faut-il pour survivre aller s'asseoir sur la borne du cimetière et sonner du cor pour dire " je suis là" ? Faut-il boire, fumer, avaler et devenir fou pour se libérer du diable ? Faut-il sans cesse et pendant toute sa vie parler du nucléaire et nous de Bayard, le chevalier sans peur et sans reproche sans oublier Charles Martel? Après tout Marine Le Pen peut bien s'accrocher au cheval de Jeanne d'Arc mais elle n'a pas besoin de l'enfourcher puisque ses adversaires politiques ont tous peur de son galop. Faut-il craindre les dictatures et même la démocratie ?Jean d'Ormesson le merveilleux dirait "oui", c'est l'histoire de l'homme.

 

 

D' un ami  B.M journaliste à Paris:

J’ai donné un coup de fil à un ami, et je lui ai demandé ce qu’il faisait.

Il m'a répondu qu’il travaillait sur :

"Le traitement aqua-thermique des céramiques, du verre, de l’aluminium et de l’acier sous un environnement contraint."

J’ai été très impressionné...

Et, pour mieux comprendre, je lui ai demandé des précisions et il m'a déclaré qu’en fait :

"Je lavais la vaisselle à l’eau chaude... sous la surveillance de ma femme."

 Quelle langue magnifique !

 

Vendredi 24 Février 2017

La ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, a reçu, vendredi, dans le cadre de ses rencontres avec les professionnels du secteur touristique et de l'aérien la directrice d'Air New Zealand en Polynésie, Christel Bôle.

 

Une délégation de haut rang de la République populaire de Chine, comprenant notamment Jian Li, directeur adjoint pour l'Administration de l'Aviation civile, et Geng Ruguang, vice-président exécutif du groupe AVIC (Aviation Industry Corporation of China) a été reçue, ce vendredi, à la Présidence

 

L'avance de 100 millions pour la SAGEP, devait être remboursée avant le 5 janvier 2017. Or la SAGEP  se retrouve en liquidation judiciaire cette semaine . Une question : où sont passés les 100 millions ?
 

Le conseil des ministres en ayant délibéré dans sa séance du 5 janvier 2015,arrête :


Article 1er.— Est approuvée l'attribution au profit de la
SAGEP d'une avance en compte courant d'un montant de cent
millions de francs CFP (100 000 000 F CFP) remboursable au
taux annuel de 4.18 %. Le versement interviendra après
signature de la convention jointe en annexe au présent arrêté,
sous réserve des disponibilités des fonds.


Art. 2.— La dépense est imputable au budget général de
la Polynésie française au chapitre 916, AP 378-2014, A E 472-
2014, article 267.


Art. 3.— L a SAGEP remboursera à la Polynésie française
le principal de l'avance au plus tard à la date limite des 2 ans
suivant le déblocage des fonds par la paierie de la Polynésie

 

 

Les hommes politiques on devrait les faire souffler dans le ballon pour savoir s'ils ont le droit de conduire la France au désastre.(Coluche)

 

 

 

 Présidentielle: En février, Le Pen et Macron en tête, Hamon à la traîne .

Dernière minute

 Fillon  sur la sellette avec l'ouverture d'une information judiciaire pour détournement de fonds publics par le parquet financier information en boucle sur LCI .Un enterrement de première ! Aïe !L'instance précise que cette décision a été prise "en raison de l'ancienneté d'une partie des faits concernés et de l'exigence de la mise en oeuvre de l'action publique".

 Le PNF ajoute que cette information concerne d'éventuels faits de "détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, complicité et recel de ces délits, trafic d'influence et manquements aux obligations de déclaration à la Haute autorité sur la transparence de la vie publique".

Une enquête préliminaire du parquet financier

Cette procédure judiciaire mène à la saisie de juges d'instruction qui ont le pouvoir de procéder à des perquisitions, des auditions et surtout, de décider d'une éventuelle mise en examen de François Fillon ou de membres de son entourage. D'ores et déja on sait qu'il poursuivra sa campagne même s'il était mis en examen.
 

(fin de l'édito le plus petit de l'année, place au commentaire ci-dessous)

 

Qui sont les mal aimés en métropole surtout, en dehors des politiques ?: Les journalistes, la police, les magistrats SM.

 

 Extrait du site ATLANTICO

 Samedi, place de la République, c’était comme d’hab. Des manifestants, 2 000 environ, remontés contre la police. Des débordements comme d’hab. Mobilier urbain saccagé, flics caillassés. Comme d’hab. Des organisations et des associations comparses récurrentes de ce type de manifestation : SOS Racisme, le CRAN, la LDH, le MRAP. Comme d’hab.

Rien que de très banal somme toute. Ce qui l’était moins, c’était la présence de magistrats conviés à cette grande fête fraternelle par le Syndicat de la magistrature (SM).

Les membres du SM (merci de ne pas confondre avec sadomasochisme quoi que…) ont le droit, comme tous les autres magistrats et comme tous les autres citoyens, de manifester contre qui ils veulent et de voter pour qui ils veulent.

Mais il se trouve que ceux du SM, contrairement aux autres syndicats de magistrats, ont une conception frénétiquement militante de leur engagement. Il y a certainement des juges de droite, voire d’extrême droite. Les a-t-on vus manifester avec les policiers en colère quand ceux-ci protestaient contre une attaque au cocktail molotov qui a failli coûter la vie à l’un des leurs ?

La présence de membres du SM place de la République laisse perplexe et un peu inquiet. Supposons qu’ils aient à juger un des émeutiers arrêtés ce soir-là… Supposons également qu’ils aient à juger un policier accusé de violences par un des manifestants de samedi… De quel côté feront-ils pencher la balance de la justice ? Et sur qui s’abattra, avec le plus de sévérité, le glaive qu’ils tiennent entre leurs mains ?

Supposons encore que, accusé d’un délit, vous voyez fortuné. Supposons que vous ayez choisi – car vous en avez les moyens – d’habiter le XVIème, le VIIème ou les beaux quartiers de Toulouse et de Lyon plutôt que La Courneuve, Stains, ou Saint-Denis. Supposons encore que vous portiez, arrogant bourge, un costume trois pièces de chez Cerutti plutôt qu’un survêtement Nike ou Adidas. Comment imaginer un seul instant que le magistrat, membre du SM, qui aura à statuer sur votre cas, ne ressente pas cela comme une insupportable agression ?

Revenons à la manifestation de samedi et interrogeons-nous sur notre liberté de choix. Il y avait le CRAN : nul ne nous oblige à faire des dons à cette association… Il y avait le MRAP : nous ne sommes pas tenus d’y adhérer… Il y avait aussi Mélenchon : nous sommes libres de ne pas voter pour lui… Mais il y avait aussi le SM ! Or nous ne sommes pas libres de choisir nos juges. Le droit français met en avant la présomption d’innocence. Mais pour les juges du Syndicat de la magistrature, c’est une autre présomption qui s’impose : celle de la partialité.

 Et maintenant les journalistes :

 Un Para se promène au zoo de Vincennes, lorsque tout à coup il aperçoit une petite fille qui est un peu trop proche de la cage du gros lion d'Afrique. Soudain le lion attrape la robe de la petite et la ramène vers lui afin d'en faire une bouchée… tout ceci sous les yeux des parents qui hurlent de désespoir

Le Para sans hésiter une seconde se rue sur le lion et lui assène un terrible coup de poing sur le museau, le lion recule en lâchant prise et se frotte le museau en grognant, pendant que le Para revient avec la petite vers ses parents qui pleurent de joie et n'arrêtent pas de le remercier

Un reporter a tout vu et s'approche du Para : "Monsieur vous venez d’avoir un geste extrêmement courageux, je n'ai jamais vu un homme faire un tel geste depuis 40 ans que je fais ce métier

Le Para répond " Mais Monsieur je n'ai rien fait d'extraordinaire !... Le lion était en cage, et j'ai vu le danger que courrait la petite.

Le reporter répond : 'Monsieur je vous garantis que ceci ne passera pas inaperçu, je suis journaliste, et demain vous serez en première page.... dites-moi de quelle région êtes-vous originaire, êtes-vous PS ou UMP ?

Le Para répond, je suis fils de Pieds Noirs et j'ai voté Le Pen. Le journaliste s'en va...

Le lendemain le Para achète Le Monde afin de lire la première page et voir si son geste de la veille y est mentionné... il lit alors :

UN PIED NOIR DU FRONT NATIONAL ATTAQUE UN IMMIGRANT AFRICAIN ET LUI VOLE SON REPAS ....

Et c'est comme ça que les médias vous transmettent les nouvelles aujourd'hui....


 

 Oseriez-vous ?

Assistants parlementaires : Marine Le Pen refuse d'être entendue

Son avocat a annoncé que sa cliente "répondra à toute convocation après l'élection" présidentielle. La patronne du FN était convoquée ce mercredi

 "Comme pendant les régionales, je ne répondrai pas pendant la campagne électorale. Cette période ne permettant ni la neutralité ni la sérénité nécessaires au fonctionnement correct de la justice", affirme la présidente du Front national

 

 Ah j'avais oublié les syndicats

La semaine dernière, les syndicats n’avaient pas apprécié l’invitation à participer aux ateliers du comité de pilotage de la réforme de la PSG. Et les "chochotes" l’ont fait comprendre en boudant les rencontres de jeudi. .Pour autant, le ministre de la Santé, Jacques Raynal, s’est montré diplomate en prenant leur défense et en évoquant un souci au niveau du secrétariat du ministère relève radio 1.

 Ils font la loi décide, boycott, retarde. Le ministre est tout de même revenu sur les demandes des syndicats.  « J’ai bien entendu les préoccupations de certains syndicalistes et leur démarche s’entend », a indiqué Jacques Raynal avant d’ajouter que « les premières mesures qui seront prises seront presque surement sur la maladie ».

 

 

 

Le gagnant de Secosud Engie/EDT au grand dam des opposants avec sept voix pour et une abstention, rafle le renouvellement de la délégation de service public de Secosud non sans grincements de dents.

Le changement de camp du maire de Taiarapu-Ouest qui a fait gagner Engie/EDT n'est que dans l'ordre des habitudes polynésiennes. Rien de surprenant . On est habitué ! Les perdants hurlent à la lune sauf quand  c'est de leur côté que l'on trouve, ce qu'on appelle "les girouettes" en politique comme dans les affaires. La société concurrente offrait des tarifs moins chers peut-être, mais c'est pourtant de cette manière qu'a été créée le Tapura. Et personne n'a trouvé à y redire !
 

Une nouvelle identité pour le nouveau concessionnaire ( communiqué)

 Le nouveau contrat qui lie SECOSUD et EDT ENGIE stipule qu’une société dédiée doit être créée pour gérer la concession de distribution d’énergie.

Cette exigence du concédant SECOSUD est motivée par deux points essentiels :

è La localisation de cette société à la presqu’ile,

è La mise en place d’une comptabilité dédiée, soumise aux obligations de transparence et contrôlée par un commissaire aux comptes

Conformément à la demande du concédant,  EDT ENGIE a donc créé la société Tahiti Sud Energie.

 Les liens d’EDT ENGIE et Tahiti Sud Energie

La concession de distribution actuelle viendra à terme le 28 février 2017 à minuit. A cette date, une facture d’arrêté de compte sera adressée aux clients. Dès le lendemain, le 1er mars, le nouveau concessionnaire Tahiti Sud Energie prendra le relais de la fourniture et de la distribution d’électricité.

Ce changement de concessionnaire n’affectera pas la continuité du service public.

Les contrats d’abonnement existants seront simplement transférés vers Tahiti Sud Energie, sans nécessiter de nouvelles formalités. Seul un nouveau numéro de contrat sera attribué aux clients, qui recevront aussi les nouvelles conditions générales du service.

 Une nouvelle identité visuelle

SECOSUD  a souhaité que la nouvelle société porte la couleur emblématique de la Presqu’île de Tahiti, le vert. Les tenues du personnel, les voitures et l’agence de Taravao porteront à terme cette nouvelle identité verte.

 

Le Président s’entretient avec le nouveau bureau de l’association 193 

 Le nouveau bureau de l’association 193, présidé par Jerry Gooding et par le Frère Maxime, a été reçu, vendredi, à la Présidence, par le président Edouard Fritch, lequel était assisté du délégué au suivi des conséquences des essais nucléaires, Bruno Barrillot.

 Cette rencontre a été l’occasion pour l’association de présenter ses projets et en particulier le projet Carven d’assistance aux victimes des essais nucléaires. A cet égard, l’association sollicite des moyens financiers et humains auprès du Pays pour pouvoir aider les personnes à constituer leur dossier d’indemnisation.  

 Le président a rappelé la nécessité d’agir en concertation et en coordination avec les autres associations de lutte contre les conséquences des essais nucléaires et les instances du Pays. L’association 193 a de nouveau évoqué l’importance, pour elle, de l’organisation d’un référendum sur le sujet.

 Le président Edouard Fritch a souligné le fait que le nucléaire est un sujet extrêmement sensible en Polynésie et qu’il ne sera pas celui qui cherchera à diviser le peuple polynésien sur ce thème. Il cherchera, au contraire, à rassembler les Polynésiens pour que justice et juste réparation soient faites aux victimes des essais, et notamment à ceux qui ont servi l’Etat sur les sites nucléaires polynésiens.

 

  Air France :Plusieurs syndicats d’Air France ont rapporté jeudi 23 février que la rémunération des membres du comité exécutif d’Air France avait augmenté de 41 % en 2016, selon des chiffres communiqués lors d’un comité central d’entreprise aux représentants du personnel.

Le salaire du président-directeur général du groupe Air France Alexandre de Juniac, parti en juillet 2016, avait augmenté de 65 % grâce à une part variable principalement indexée sur les résultats financiers.

 

 

 

  

Jeudi 23 février 2017

Ericka est bien gentille mais le cadeau de solidarité à la Polynésie est maigrichon compte tenu du coût des intempéries et des dommages : 350 millions cfp ! Pas de quoi pavoiser quand les dégâts se chiffrent en milliards.

Editorial

On s'accuse puis on s'embrasse...à Paris !

François Bayrou n'avait pas de mots assez durs ni de comparaisons assez ironiques contre Emmanuel Macron  avant de décider de se lancer dans une campagne présidentielle, toujours onéreuse. Du coup, il a choisi la meilleure solution, compte tenu de l'engouement que suscite Macron dans l'opinion, même s'il subit des hauts et des bas, en lui proposant de l'accompagner. Il ne s'agit pas "d'une alliance" mais "d'une entente" entre deux hommes dont l'un est l'une des figures les plus respectables du paysage politique français , juste au moment où les déclarations du jeune candidat à l'Elysée subissent un retour de flammes dans l'opinion, suivi d'une chute dans les sondages liée à ses déclarations maladroites sur la colonisation et le mariage homosexuel.

Mais le leader du Modem qui l'accusait il y a encore quelques jours  d'être le candidat des "forces de l'argent", "de la grande finance", rallie en fait ce qu'il a toujours dénoncé. Comme quoi...

Bayrou qui dit lui même n'être candidat à rien, n'a eu qu'une seule exigence pour rejoindre Macron, la promesse d'une "loi de moralisation de la vie publique", au cas où  ce dernier accède à la plus haute marche du podium et d'instaurer de facto "la proportionnelle et la socialisation du programme  Macron" afin de limiter le danger, celui de Marine Le Pen.

Sur François Fillon dont il ne prononce pas le nom, le Robespierre de la République, impitoyable, n'a pas de mots assez durs pour le condamner : " le dévoiement des affaires révèle non seulement l'existence de privilèges et de dérives mais ce qui est plus choquant encore, l'acceptation tacite et presque unanime de ces abus". Sous-entendu, il n'a pas honte de lui-même et poursuit une campagne auprès des Français qui, le premier choc passé, semblent accepter les dévoiements dénoncés.

En face on retrouve  un Front national Marine qui caracole toujours à la première place avec 28% d'opinions favorables, loin devant les autres. Il faut dire que si Macron ne dévoile toujours pas son programme , Marine Le Pen, elle, ne perd pas de temps et distribue, par militants interposés le fascicule de ses 144 engagements pour la France. On y trouve des promesses intéressantes comme celle de permettre la représentation de tous les Français par le scrutin proportionnel. Ce que souhaite également le Modem. D'autres qui le sont moins. Mais chose plus importante et qui fait tilt dans l'opinion, elle propose d'abaisser le nombre de députés à 300 contre 577 aujourd'hui et le nombre de sénateurs à 200 contre 348 aujourd'hui...Etc...Sans compter qu'elle est la seule candidate. à présenter un programme pour les Outre-mers aussi. Bref, elle est devenue pour tous les candidats: "Marine la menace". Ce qui n'est pas pour lui déplaire...

 

 

Chacun a droit aux bananes dans cette campagne :

 François Hollande

François Hollande devrait rembourser les dépenses de ses frasques de potache et être mis en examen : Ni marié, ni pacsé, il n’a fait l’objet d’aucune attaque d’aucun journal ni de parquet financier et pourtant :

-      l’Élysée avait consacré un budget à Valérie Trierweiler, une de ses copines. La Cour des Comptes en dévoile le montant dans un chapitre de son rapport sur les dépenses de la présidence de la République pour l'ensemble de l'année 2013. On apprend ainsi que la
rémunération brute annuelle des cinq collaborateurs directs de la copine de l’homme au scooter s’élevait à 396.900 euros, soit une moyenne de 33.075 euros par mois. Valérie, qui a découvert un jour que son mari la trompait avec Julie Gayet, a cassé des bibelots du Château pour une valeur de 3 millions d’€ ! Son propriétaire a-t-il réparé cette bavure ? Sinon, sera-t-il mis en examen par le parquet financier ?

-      
Julie Gayet, une autre copine bénéficie d’une protection policière de coût 400.000 euros par an.

-     
Le salaire du coiffeur du président est de 8000 €/mois ! Plus que n’importe quel attaché parlementaire !

-      La fille de François Hollande et de Ségolène Royal,
Flora, a eu droit à un véhicule et à un logement de la sous-préfecture de Calvi pour ses vacances de juillet. Elle venait assister au festival Calvin on the rocks. La jeune femme de 24 ans et ses amies ont été photographiées par le magazine, y compris une photo où on la voit embarquer dans un véhicule officiel pendant le festival….
Et l’on pourrait allonger ainsi la liste des abus de notre président.
 

 

Benoît Hamon, représentant d'une gauche extrême vit dans l'opulence


La femme de Benoît Hamon s'appelle Gabrielle Guallar, et elle occupe un poste à la direction de LVMH, le géant français du luxe, en tant que responsable des affaires publiques. Elle occupe son poste à la direction de LVHM depuis juillet 2014, alors que son mari venait d'être nommé ministre de l'Education nationale. Quoi qu'il en soit, le poste de sa femme pourrait ternir l'image de candidat de la gauche de la gauche que Benoît Hamon a incarné à la primaire socialiste. Sa femme gagne désormais 350 000 euros par an
Hamon annonce qu’elle n'a jamais voulu jouer un rôle public en politique. Cependant elle a été récemment auditionnée par une commission spéciale du Sénat sur la loi Macron. Une loi pour "la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques" dont elle dira le plus grand bien. Gabrielle Guallar intervenait en tant que chargée de mission pour le secrétaire général, Marc-Antoine Jamet, auprès de la rapporteure du texte au Sénat, Catherine Deroche. Et elle intervenait à dessein dans ce dossier : le magasin Sephora des Champs-Élysées, filiale de LVMH, avait été condamné en 2013 à fermer ses portes à 21 heures par cour d'appel de Paris alors qu'il disait réaliser 20% de son chiffre d'affaires après cette heure. 
 
-     
Benoit Hamon, en qualité de député, gagne 12 870 € x 12 soit 154 440 € annuels. Avec sa concubine, on peut donc estimer qu’ils forment
un couple disposant d’environ 500 000 €  de revenus annuels, soit largement plus que 99,98% des Français

 

La ministre du Tourisme polynésien, Nicole Bouteau, a reçu, mardi, le Conseil des Professionnels de l’Hôtellerie (CPH) représenté par ses coprésidents Nicolas Gautier, Thierry Brovelli, Didier Lamoot et Christophe Guardia.

 

Le ministre des Solidarités, le docteur Jacques Raynal, accompagné du docteur Jean-Marc Segalin, responsable du bureau des pathologies infectieuses, de son assistante, l’infirmière Evelyne Lecalvez et de la chef de projet, Hautia Prokop, a présenté, ce jeudi, à la Direction de la santé, le lancement de la campagne POD (Prise Observée Directe) 2017, qui aura lieu du 1er mars au 30 avril 2017, et qui concernera les îles Sous-le-Vent et les Marquises Sud.

Dans le cadre de la mise en œuvre du schéma d'organisation sanitaire et de l’évolution de la Protection sociale généralisée, le ministre de la Santé, en charge de la réforme de la protection sociale généralisée, a organisé ce jeudi, sept ateliers portant sur des point relevant de ces thématiques.

 

Le ministre du Développement des ressources primaires, des Affaires foncières et de la Valorisation du domaine, Tearii Alpha, a rencontré, jeudi matin à Paris, le président de l’Ifremer, François Jacq. Les discussions ont porté sur le développement en Polynésie française, de la recherche et des pistes d’exploitation dédiées aux ressources marines.

 

 

Secosud choisit Edt-Engie pour son électricité.

Le comité syndical du Secosud a voté en faveur de la proposition d’Edt-Engie, personne n'en doutait. Le comité syndical a voté pour la sécurité. Sur place à Taravao, plusieurs opposants ont manifesté devant le siège du syndicat. Anthony Jamet devrait s'expliquer à 16 heures, lors d’une conférence de presse ...

Le député Tahoeraa/LR Jonas Tahuaitu, élu  de la commune de Teva i Uta a annoncé le dépôt d'un recours en justice, dans la journée pour contester la régularité de ce vote.

 

Qui va tenir le flambeau de Secosud

C'est ce matin que doit être choisi le délégataire du service public par le comité syndical de Secosud. Lourde tâche que celle d'assurer la fourniture d'électricité dans les communes du Sud jusqu'en...2034. Et la bataille devrait ferrailler entre EDFT/ENGIE et Teva Rua Nui avec tous les dessous combinards  politiciens qui se jouent dans ce genre de compétition. L'UPLD et son amazone aiguisent leurs armes quand Engie conserve un calme olympien.

   

Soirée de gala de bienfaisance du Rotary Club de Papeete-Tahiti

Le Rotary Club de Papeete -Tahiti, présent par ses actions en Polynésie française depuis 1959, fête l’anniversaire de la remise de sa charte et les 100 ans de la Fondation Rotary lors d’une grande soirée « gala de bienfaisance ».

La soirée annuelle de gala du Rotary-club de Papeete-Tahiti sera organisée le samedi 25 février 2017 dans les salons de l’hôtel Intercontinental

 

 

Mercredi 22 février 2017

Editorial

Décidément l'année 2017 commence d'une manière atypique pour la politique et cruelle pour la vie de nos concitoyens, malheureusement ceux des plus défavorisés par la vie.

En fait, dans ces péripéties d'une campagne déplumée qui voit s'effacer l'ordre et la rigueur " des neiges d'antan", son clivage idéologique, ses valeurs et ses pronostiques si évolutifs, on constate que l'ambition tenaille de plus en plus fortement les hommes politiques. Tenez, prenez François Fillon. Après un épisode de mort cérébrale où tous les observateurs, commentateurs, débateurs le croyaient perdu à jamais, il s'est relevé de son lit mortuaire et a repris sa campagne, là où il l'avait laissée, en lui donnant même une élasticité nouvelle, avec des améliorations quant à son programme, grâce à ses excellents docteurs de la PNF. Il faut sauver le seul candidat de la droite. Aucun autre chez les Républicains n'est donc en position de champion. Comme c'est triste un tel aveu de faiblesse.

Et voilà qu'arrive tel Duguesclin dans la bataille du pouvoir, l'increvable François Bayrou avec une proposition " longuement réfléchie" a-t-il souligné : une alliance avec le jeune Macron qu'il vomissait il y a peu.

 Pan ! Boum! Hue! Il dit avoir été frappé par la gravité de la situation. Il a mis son heaume et son armure, a sauté sur son cheval préféré et le voilà aux côtés d'un autre champion, Macron, après plusieurs tentatives loupées de sauts d'obstacles à partir de 2002. Ainsi va la vie...Les différences d'âge, de style, de fumigènes vont pouvoir faire ricaner la grande presse parisienne.

Mais...mais comment devenir un orateur professionnel envoûtant comme Macron. Le naturel n'y a pas sa part contrairement à ce qu'on nous laisse voir et prouve que l'amateurisme n'a plus sa place ni les vieilles habitudes, ni les vieilles lunes. Bien sûr qu'il existait déjà des professionnels de la formation des débats et de la parole politique auxquels aucun de nos hommes politiques, en Polynésie comme à Paris,( sauf peut-être Sarkozy) qui piétinent  comme en 40, n'ont jugé utile  d'apprendre quelques ficelles. Macron, en est un pur produit, même les mots changent. On trouve " la team ambiance", les ambianceurs, le développeur etc...

Voilà comment on fait pour l'ambiance d'abord :

Les membres de « Team ambiance » sont des sortes de trolls de la bonne humeur. Macron fait salle comble, la foule est en liesse, c'est le résultat d'un scénario savamment et numériquement élaboré. Le 4 février dernier, à Lyon, Emmanuel Macron est sur la scène du palais des sports de Gerland. En coulisse, la Team Ambiance se dissémine dans la foule encore tiède. Il va falloir faire grimper la température avant l'entrée en scène du candidat. Connectés à leurs smartphones, les ambianceurs reçoivent des injonctions d'exaltation en temps réel.

Qui est le candidat préféré de la jeunesse française?
Les « Lâchez des "bravos", des "il a raison", du spontané! » « Je veux du "Macron Président!" et du "On va gagner!" » ajoutés a des plans caméras serrés sur les sympathisants les plus essoufflés par l'allégresse, sont des « artifices utilisés habituellement lors des émissions de divertissement », et dans le contexte de la présidentielle, « les répercussions sont toutes autres », commente Christophe Geoffroy, contacté par Sputnik.
« Je trouve ces pratiques discutables, car cette utilisation à outrance de la manipulation par l'image fausse le jugement des spectateurs, mais également des journalistes qui relatent un enthousiasme et une adhésion qui s'avère être factice. »

Le développeur de 38 ans ne cache pas son penchant pour le candidat opposé, Jean-Luc Mélenchon, mais réfute l'idée selon laquelle il aurait voulu faire un croche-pied au candidat « En marche! »

« Les électeurs doivent faire un choix qui va impacter l'avenir du pays sur les cinq prochaines années ainsi que notre position sur l'Europe et dans la scène internationale. Ce n'est pas un choix qui doit se faire à la légère et encore moins en se basant simplement sur un spectacle. »

Un spectacle, certes, mais tout le monde utilise des chauffeurs de salle. Les pratiques sont courantes en meetings politiques, mais redoutablement développées par Emmanuel Macron, adepte du digital, estime Antoine Lefebure, historien des médias et expert des technologies de la communication:
« C'est comme pour un film: on va filmer ceux qui s'agitent le plus, ceux qui ne s'agitent pas restent dans l'ombre. Si au montage on coupe ceux qui ne s'agitent pas, on dit "c'est de la manipulation". C'est du montage! Il y a une intention de donner une image positive de ces meetings, ce n'est pas une manipulation, c'est une intention. Les partis politiques, Macron comme les autres, ont des intentions, et tout ce qu'ils peuvent faire pour donner une image positive d'eux-mêmes (utiliser des gens pour chauffer la salle, utiliser des moyens électroniques, utiliser du marketing), ils l'utilisent. »

Une stratégie digitale bien rôdée

Derrière la sémantique de ses discours, se cache aussi une stratégie digitale bien rodée. Le côté start-up dans son mode opératoire est clairement assumé. Il s'adresse à l'électeur comme au consommateur de politique, preuve en est avec le fameux « diagnostic » de la France. Macron a désormais un atout maître en main, puisqu'il dispose une vaste banque de données, amassées lors de la première étape de sa quête du pouvoir. Des milliers de marcheurs ont collecté environ 100 000 témoignages de français. Une « start-up en stratégie électorale », a recueilli le verbatim des interrogés, et c'est une PME spécialisée dans « le traitement automatisé du langage », et qui n'avait jamais travaillé pour des politiques avant, qui en a extrait l'essence sémantique qui fournit à Emmanuel Macron les éléments de langages adaptés à son auditoire, en fonction des préoccupations de certaines catégories socioprofessionnelles identifiées par exemple.

Macron dans le viseur du Kremlin? Sputnik s’attire les foudres de la presse française
Les retours des consommateurs « politiques » doivent aussi permettre d'adapter le produit final, c'est-à-dire le programme, encore manquant à deux mois du scrutin. Des méthodes qui s'inspirent de la stratégie électorale digitale adoptée par Barack Obama en 2012, idéal pour charmer les indécis ou abstentionnistes, selon Antoine Lefebure

« C'est le seul homme politique en France qui a compris que les outils du marketing, les outils qui servent aux entreprises, avec beaucoup de succès, à vendre tous les jours des yaourts ou autre chose, peuvent être mis au service d'une cause politique. Ça ne veut pas dire que la cause politique est nulle et ça ne veut pas dire que c'est honteux de faire ça, simplement il est un peu en avance, comme ce qui se fait aux États-Unis. Aux États-Unis, il y a des activités de communication autour des candidats qui sont incroyablement sophistiquées en termes de marketing, qui utilisent tous les modèles de la communication de produit, et qui prennent les électeurs pour des consommateurs de politique. Macron est le premier à faire ça en France. »

Une technique aussi pour que le candidat ne s'évente pas et garde toute saveur, « Gardez les "Macron Président" au bon moment », comme dirait la Team Ambiance. Manipulation ou bonne intention? Innovateur ou imposteur?

« Si on pense sur le fond que ses meetings sont intéressants, eh bien tous les moyens sont bons pour mettre de la bonne ambiance. Si on pense que ses meetings sont toxiques, on va dire que c'est discutable », conclut Antoine Lefebure.

https://fr.sputniknews.com/france/201702161030124341-france-macron/

 

 

 

 

 

Extrait du conseil des ministres.

Approbation du budget prévisionnel de l’OPT pour l’année 2017

L
’année 2017 s’inscrit dans la continuité de la mise en œuvre du plan d’actions des orientations stratégiques « Ambition 2020 », déclinées en sept grands chantiers et approuvées par le conseil d’administration du 27 octobre 2015.

Un plan de communication sera arrêté au 1er trimestre 2017 ayant pour objectif de mettre en œuvre la réorganisation du groupe OPT (Office des postes et télécommunications) marquée par la création de l’opérateur Télécoms intégré et l’opérateur postal, confirmant ainsi la cible organisationnelle 2018.

Le montant total des produits s’élèvera en 2017 à 17,334 milliards Fcfp et le total des charges s’établira à 16,304 milliards Fcfp. Il en résulte un excédent prévisionnel net de un milliard Fcfp.

Le programme des investissements 2017 s’élèvera à 10,788 milliards Fcfp. L'étalement de la réalisation de ce programme se traduit, en 2017, par l'inscription de crédits à hauteur de 6,823 milliards Fcfp dont :

- 780 millions Fcfp au titre de la poursuite des opérations d'investissement,
- 305 millions Fcfp concernant des mesures de renouvellement,
- 5,738 milliards Fcfp pour les mesures nouvelles, dont 4,5 milliards Fcfp pour le câble domestique Natitua reliant Tahiti aux Marquises et aux Tuamotu.
-
Le financement des investissements est assuré partiellement par :

- l'autofinancement à hauteur de 3,136 milliards Fcfp
- les subventions du FEI (Fonds exceptionnel d’investissement) au titre de Natitua pour 525 millions Fcfp
- l’aliénation d’immobilisations pour 69 millions Fcfp.

En conséquence, le fonds de roulement sera en contraction de 3,245 milliards Fcfp hors financement de l’Etat pour le câble sous-marin Natitua.


Outre 62 millions versés à certaines communes, nous avons relevé :

Projet de loi du Pays portant fractionnement de la CST sur les traitements, salaires, pensions, rentes viagères et indemnités diverses

Le gouvernement a été saisi d’une demande d’atténuation de la CST (contribution de solidarité territoriale) applicable aux indemnités de départ volontaire versées aux agents de l’Assemblée de la Polynésie française sur le fondement de la loi du Pays du 30 janvier 2017.

Pour rappel, la CST s’applique mensuellement aux traitements, salaires, pensions, rentes viagères et indemnités diverses selon un système de tranches progressives. Ainsi, plus le revenu imposable est important et plus il active les tranches d’imposition élevées.

Toutefois, lorsque l’indemnité versée présente un caractère différé ou complémentaire à des salaires précédemment versé, elle est fractionnée puis rapportée à chaque mois auquel chaque fraction est rattachée. L’employeur ou débiteur de revenus doit ensuite calculer la CST complémentaire théorique propre à chaque mois considéré puis totalise la somme de CST à reverser. Ce système de fractionnement permet en quelque sorte de diluer l’indem
nité sur plusieurs mois et ainsi d’éviter la progressivité dans les tranches d’imposition.

La mesure proposée au travers du projet de loi du Pays a pour objet de transposer ce dispositif de fractionnement bénéficiant aux revenus différés ou complémentaires aux indemnités de départ volontaire des agents de l’Assemblée de la Polynésie française, de manière à limiter l’imposition jusqu’à un taux maximum de 7%, au lieu de 25% dans les conditions normales. Une telle mesure donnera tout son sens à la loi du Pays précitée en rendant les départs volontaires véritablement incitatifs.

 

Présidentielle: Malgré ses engagements, François de  Rugy et François Bayrou choisissent de soutenir Emmanuel Macron

J'« accepte l’alliance proposée par François Bayrou », a dit Emmanuel Macron à l’AFP, soulignant que cette offre marquait « un tournant de la campagne présidentielle », mais aussi « de la vie politique ».

« L’alliance proposée par François Bayrou porte sur les valeurs et les idées » et « s’inscrit pleinement dans la démarche de renouvellement et de rassemblement qui, depuis le début, est la nôtre. C’est pourquoi je l’accepte », a souligné l’ancien ministre de l’Économie, qui rencontrera « dès jeudi » le maire de Pau.

Une « solution inédite »

Quelques heures plus tôt, François Bayrou a fait une « offre d’alliance » à Emmanuel Macron, réfutant tout « ralliement » ou « ticket » avec le candidat d’En marche !.

« J’ai décidé de faire à Emmanuel Macron une offre d’alliance », a déclaré le président du Mouvement démocrate (MoDem) lors d’une conférence de presse au siège du parti à Paris, évoquant une « solution inédite » et « un geste d’abnégation ».
 




PSG : "L’aveu d’échec" écrit le Tahoeraa


La Ministre des Outremer, Ericka Bareigts, propose à Edouard Fritch une mission de l’IGAS pour aider à la réforme de la PSG. L’Etat fait implicitement le constat d’échec d’Edouard Fritch sur ce dossier essentiel. Edouard Fritch se retrouve ainsi désavoué par l’Etat, comme l’a été en son temps Gaston Tong Sang. Après la première mission de l’IGAS imposée au président Tong Sang et le rapport d’Anne Bolliet, le Pays s’était engagé à mettre en oeuvre rapidement cette réforme de la PSG. Il s’était aussi engagé à prendre un certain nombre de mesures urgentes lors de la signature de la convention qui devait consacrer le retour de l’Etat au financement du RST. Il avait même recruté Luc Tapeta comme conseiller spécial pour mettre en oeuvre ces réformes. Qu’a-t-il fait durant deux ans et demi ? Aujourd’hui il fait appel au Docteur Jacques Raynal pour faire avancer ce dossier.

Après avoir laissé le président Fritch à la manœuvre, l’Etat est aujourd’hui obligé de constater son incapacité à engager les réformes prévues dans la convention, ce qui l’oblige à reprendre la main. La Ministre des Outremer a clairement déclaré mercredi soir que le retard de versement de l’Etat au financement du RSPF était lié aux engagements du pays pour réformer la PSG. L’échec de ce dossier résonne comme un aveu d’incompétence.

A cette époque, le Tahoera’a Huiraatira avait mis en garde le président Fritch, non seulement sur l’urgence de cette réforme de la PSG, qui était un engagement majeur de son programme électoral, mais aussi sur la portée des conditionnalités liées au retour concomitant de l’Etat au RST et pour lesquelles Edouard Fritch s’était engagé seul à Paris, en verrouillant les engagements du pays. Mais à écouter le président Fritch, plus courageux que tous les autres avant lui, nous allions voir ce que nous allions voir. Deux ans et demi plus tard, c’est tout vu : les effets d’annonce ont laissé place à l’enlisement ! La PSG connaît le même sort que le projet aquacole de Hao et celui du Tahiti Mahana Beach.

A force de « donner du temps au temps », comme il le disait lundi soir dans l’émission - Sans Tabu - sur le plateau de Polynésie Première, notre pays va dans le mur. Sous couvert de « concertation » et de « dialogue », le président Fritch masque en réalité son incapacité à décider. Les propos lénifiants sur le partenariat Etat/Pays et les autosatisfactions prononcées comme des incantations hier soir à la présidence ne trompent plus personne ; elles apparaissent pour ce qu’elles sont : des écrans de fumée qui ne parviennent plus à faire illusion.

 

Opinion

Mes chers amis : je ne vous étonnerais guère si je vous dis que je suis pour la suppression du parasitisme politique en général et celui du Sénat en particulier.
Beaucoup en parlent, beaucoup y pensent, mais personne n’agit. Je rêve d’un référendum en la matière seul moyen possible d’avoir une réponse citoyenne..... Mais ??
Avec toutes les techniques modernes de connaissance du peuple et de ses aspirations, tout autant que ses difficultés diverses, on n’a vraiment plus besoin des sénateurs et d’un nombre pléthorique de députés (577 actuellement) qui justifient leur fonction par le soit-disant “relais d’opinion qu’ils jouent pour le pouvoir central” (c’est bien cher payé !!!). Je pense que 15 députés par Région (il y en a 13) + 1 par DOM et 1 par chacune des autres collectivités d’outre-mer serait amplement suffisant . Et tant pis pour la Polynésie française qui a le record de représentation avec 3 députés + 2 sénateurs pour la très modeste population de 275.000 habitants.

Pour la Cour des comptes, la France va devoir se serrer (gravement) la ceinture .....................

La Cour des comptes appelle à redoubler d’effort face au gâchis d’argent public . Pour moi, aujourd’hui, et comme je l’écris souvent, il n’y a plus de dépense publique mais un “véritable gaspillage des deniers publics”. Sylvain.



 

Au tour de Marine Le Pen d'être dans le collimateur

L’enquête s’accélère. Thierry Légier et Catherine Griset, le garde du corps et la cheffe de cabinet de Marine Le Pen ont été placés en garde à vue ce mercredi matin par les policiers de l’Office anticorruption (Oclciff), dans le cadre de l’enquête ouverte par le parquet de Paris sur des soupçons d’emploi fictif qui pèsent sur le FN au Parlement européen.

 Les auditions de ces deux proches de la présidente du FN, confirmées par une source frontiste, ont lieu dans le cadre de l’enquête confiée par le parquet de Paris à des juges d’instruction depuis décembre. Ces auditions interviennent deux jours après une perquisition au siège du Front National à Nanterre. (AFP)

 

Une mission de l'Igas pour s'occuper de la PSG. Une réforme dont n'arrive pas à s'occuper les responsables du Pays depuis des années. Une claque !

Ericka Bareights a rejoint la froidure de Paris en promettant à la Polynésie un cadeau de soutien de l'Etat pour les ravages des pluies à la Polynésie : 350 millionsCFP . Espérons que cette somme prendra une décision à grande vitesse pour arriver jusqu'ici, au contraire des 900 millions pour le service d'oncologie promis par François Hollande il y a des mois. Et comme l'avait dit le haut commissaire à son premier déjeuner de presse avec une grande lucidité : " vous savez c'est long pour signer un décret "!!!!"

 Puis,  avant son départ, la ministre a déclaré que le retard du versement de l’Etat au financement du RSPF était lié aux engagements du Pays pour réformer la PSG. La ministre a également annoncé que l’Etat avait proposé une « mission de l’IGAS » au Pays pour l’accompagner dans ses réformes. Oups, une claque !

L’information a été lâchée mardi soir par la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, lors de la conférence de presse concluant sa visite officielle de cinq jours en Polynésie a expliqué Radio1. Le versement tardif du financement de l’Etat au régime de solidarité de la Polynésie française (RSPF) pour 2016 est encore conditionné à l’engagement de réformes du Pays pour sa protection sociale généralisée (PSG). « C’est l’engagement (du Pays) », a rappelé la ministre qui a assuré que cette somme était néanmoins « disponible et inscrite au budget ». Une somme rondelette qui représente encore 350 millions de Frs au titre de l’année 2016 et qui représentera encore 1,4 milliard de Fcfp en 2017.

A ce propos, la ministre a annoncé avoir proposé au Pays une « mission de l’Igas pour accompagner le Pays pour rentrer dans les réformes » de sa PSG. Un apport « technique » proposé « tout récemment » au Pays qui n’a pas encore accepté.
 

 


Quand le tribunal administratif et son président Le Tallec  "se pose sur la pose" des compteurs de Arutua, Apataki et Kaukura, il décide
selon le droit que ce marché est annulé avec la société Electro-service classée en troisième et dernière position au vu de la concurrence, considérant par ailleurs que la lettre d'observation du maire de la commune d'Arutua n'apporte pas de motifs suffisants pour modifier la position du président du tribunal administratif sur un marché  entaché d'illégalité, le tribunal administratif l'a  annulé. Vlan ! Et d'une...

 

Et de deux :  La SAS SPEED  

 

Par une requête enregistrée le 21 juin 2016 et un mémoire enregistré le 5 octobre 2016, présentés par la SELARL Mikou, société d’avocats, la société par actions simplifiée polynésienne de l’eau, de l’électricité et des déchets (SAS SPEED) demande au tribunal, dans le dernier état de ses écritures :

1°) à titre principal, d’annuler le marché conclu entre la commune de Moorea-Maiao et le groupement EGIS Eau - Pae Tai Pae Uta (PTPU) pour l’actualisation du schéma directeur d’assainissement des eaux usées de la commune, et à titre subsidiaire de le résilier ;

2°) de condamner la commune de Moorea-Maiao à lui verser une indemnité de 6 127 436 majorée des intérêts au taux légal à compter du 16 septembre 2016 ;

3°) de mettre à la charge de la commune de Moorea-Maiao une somme de 500 000 F CFP  au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.

     La requête de la SAS SPEED est rejetée.

 Article 2 : Les conclusions présentées par la commune de Moorea-Maiao au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

 Article 3 : Le présent jugement sera notifié à la SAS polynésienne de l’eau, de l’électricité et des déchets, à la commune de Moorea-Maiao et au groupement EGIS Eau - Pae Tai Pae Uta.

Et  le tribunal administratif poursuit sans discontinuer sur les affaires apportées à son jugement, affaires multiples, variées, parfois contestées mais toujours jugées dans les règles du droit. Un avantage du juge administratif où l'émotionnel n'a pas lieu d'être. Le droit, rien que le droit. Et de trois :

MIRI: l'impossible parcours

Comme nous l'écrivions plus haut l'émotionnel n'a pas de prise sur le tribunal administratif.

Dossier épineux que celui du lotissement MIRI dont le tribunal administratif vient de valider le rejet des permis de construire. Et là le droit n'est pas compris par tous de la même façon sur la propriété réelle. Hier le président Le Tallec estimait au contraire que lorsqu'un particulier déposait un permis de construire alors que le droit de propriété était remis en cause, il ne pouvait pas, bien évidemment, l'obtenir. Il apparait que les propriétaires  de ce lotissement ont acquis leur terrain de personnes n'étant pas elles-mêmes propriétaires. Triste affaire.

 

 

 

 

Mardi 21 février 2017

 

Suite à la démission de Nuihau Laurey du gouvernement Fritch, l'ancien ministre redescend à l'Assemblée, cela étant il pousse Maina Sage dehors. Elle ne sera plus représentante Tapura et si elle n'est pas élue députée compte tenu de la campagne des candidats du Tahoeraa entrainés sur le terrain par "le vieux lion" tous les soirs, elle n'aura plus rien. Sauf a être récupéré dans le staff de JC Bouissou.

Lire ci-dessous, Mario Banner nommé patron de la DSP et François Perrault à l'ambassade de France au Brésil.

 

Editorial

La Polynésie est-elle en état de " casse social" avec les intempéries ?

Les commentateurs s'insurgent contre Trump qui ne fait pourtant qu'appliquer ses promesses de campagne, le tournent en dérision, le rabaissent au rang d'imbécile chronique ne sachant pas gouverner, glosent sur ses décrets, mais  ne disent pas un mot ou si peu, sur les exactions du président syrien Bachar el Assad , ni de la dictature fascisante qui s'installe doucement en Turquie avec Erdogan et  ses excès dont près d'un millier de personnes emprisonnées après le coup d'Etat manqué  pourrissent dans de sinistres cachots . Non, bien sûr, Trump c'est plus rigolo et beaucoup moins dangereux : imprévisible, incompétent, versatile etc...N'en jetez plus la cour est pleine. Et les autres? Ils peuvent assassiner tranquillement leurs opposants, les emprisonner à vie, ce qui est pire que la mort dans ces lieux où la torture est monnaie courante, où l'on vous scalpe de la tête aux pieds dans des souterrains putrides, où l'on vous pend par package de dix, ça va plus vite. Pas une seule manifestation dans le monde. Pourquoi se gêneraient-ils ?

Les Polynésiens, eux, ne font pas face à des dictateurs mais à la loi frimeuse et sans pitié de la nature quand elle se fâche. Les dictateurs, on peut encore s'en débarrasser, parfois, mais la nature, elle, est implacable quand elle se déchaîne. Elle déploie la rouge tunique du malheur avec la pluie, la boue quand ce n'est pas le vent. Les malheureux qui en font les frais ne sont pas de taille à lui tenir tête et comme pour s'excuser du malheur qu'elle a lâché comme autant de fumigène, elle fait à nouveau briller le soleil et sécher les pleurs quelques heures plus tard quand elle est redevenue de bonne humeur.

 La ministre des Outre-mer l'a fort bien dit en substance lors de son interview télévisuelle " Cette visite m'a permis de voir de près la souffrance des Polynésiens et les dégâts de la pluie et de la boue" Ce sera peut-être plus facile pour elle de plaider auprès de ses pairs pour obtenir une aide financière de l'Etat afin que ceux qui ont tout perdu puissent se construire une nouvelle vie, loin des rivières...

Ericka Bareights, haute comme trois pommes, mais une volonté qui transparait dans sa façon de s'exprimer, sait bien qu'elle ne sera plus à son poste d'ici quelques semaines. Toutefois, elle entend bien, ce temps, le mettre au service de la Polynésie cruellement touchée par les intempéries et ce, dès son retour en métropole. Prudente, elle s'est bien gardée de tomber dans la politique politicienne en donnant son avis sur la bourde de Emmanuel Macron, en déviant la question posée d'un sourire.  Remarquons aussi au passage qu'elle a ignoré royalement le pot pourri de la technocratie Fillon et le bruit de ses casseroles. Sur ces deux cas, où d'autres ce seraient engouffrés, elle a dit "je passe". Bien joué Ericka !

Du grand Macron : "Je veux être président par ce que je vous aime !"

Et voilà qu'au fur et à mesure de ses discours, mon opinion évolue. Le discours de Toulon que je viens d'écouter a duré plus de 2h. Cet homme a du talent. Il sait tenir la foule qu'il n'a plus à séduire, car elle est sous le charme des mots et de ce qu'il prévoit, un peu comme un amoureux qui promet à sa dulcinée de l'emmener vers des pays inconnus.

Il la tient en haleine cette foule pleinement acquise, dose son rythme et son intonation, développe son programme mine de rien sur la sécurité, égratigne au passe Fillon et consort, enterre le FN, demande pardon sans faire trembler ses mots et tient en haleine jusqu'au bout du bout de son allocution ces milliers de "fans" enthousiastes, qui l'interrompent pour applaudir frénétiquement et auxquels, impassible, il ne dira d'ailleurs jamais "merci". Comme si cela allait de soi !

 C'est un grand acteur  qui sait poser un regard acéré sur la foule attentive, doué d'une mémoire colossale, d'un savoir parler insoupçonné. Il ne lasse pas, ne lit pas et n'a pas de prompteur. Du moins nous n'en voyons pas . Il soutient la police, les magistrats et la justice auxquels il donnera les moyens de leur action, de leur mission.. Leur envoie les messages qu'ils veulent entendre comme le font tous les politiciens habiles. Il explique sa tolérance zéro et dans la foulée ressort même la phrase célèbre du plus grand menteur de la République Cahuzac, en disant " je vais vous dire, les yeux dans les yeux, que ceux qui veulent la haine de la justice, la haine de l'autre, que je ne prendrai pas la même autoroute, la mienne est celle de l'exigence, de l'efficacité dans la réconciliation.."

II a contré Fillon et Sakozy sous les applaudissements  en pulvérisant l'abaissement à 16 ans la responsabilité pénale des jeunes. Il a fait huer le FN . N'a pas dit un seul mot sur les programmes de Hamon et Melenchon et pour cause, et a su expliquer son repentir pour avoir blessé en Algérie ceux qu'il ne voulait pas blesser en stigmatisant  les marchand de haine". Ila valorisé la magistrature, la police et les gendarmes. Et puis grandiloquent il a terminé en martelant : " "Je veux être président par ce que je vous aime" sous un tonnerre d'applaudissements.

Il le sera sans doute, faute de lièvre, mais mérite  d'être président, juste pour voir s'il  peut apporter la preuve que ce que l'on a entendu n'était pas que le rôle du moment, mais une vérité. Celle qui a fracassé d'émotion les militants et les convertis, et qu'il se chargera d'appliquer, si on lui prête vie, du haut de l'Elysée. Why not  ou what else ! Il a tout de même perdu 5 points.

 

Mario Banner nommé patron de la DSP, François Perrault à l'ambassade de France du Brésil

Et dans la foulée des chaises musicales, comme nous le titrons, le directeur commissaire divisionnaire François Perrault qui occupait ce poste de directeur de la DSP ira couler des jours heureux  à l'ambassade de France du...Brésil ! Une nomination au mérite. Il va faire des envieux et pas qu'un peu...

Mais voilà notre Mario à la tête de ce grand service qu'est la DSP ou se mêlent tragédie et politique. Rappelons qu'il est le premier Polynésien a avoir raflé le diplôme de commissaire de police et avoir intégré un service aussi pointu  dont il est aujourd'hui avec fierté totalement en charge... Les changements de postes en fin de mandat du président de la République vont bon train en France comme en Outre-mer et sa nomination pour occuper le fauteuil du directeur Perrault est pour lui et ses proches une grande satisfaction, ce n'est pas par hasard. Preuve qu'il a accompli à son poste un excellent travail.

 Cet épicurien, qu'on ne s'y trompe pas, n'est pas un homme facile sous une apparence bonhomme. Il va donc aussi loin qu'il peut dans ses investigations, celles d'un catéchisme policier rigoureux mais avec un point d'équilibre cependant, pour préserver la cohésion avec ses collaborateurs. Bref, il trace son chemin avec bonheur et balaye tous les obstacles qui pourraient se dresser sur son chemin. Y-en-a-t-il d'ailleurs ? On ne le pense pas. Cette nomination de chef de la DSP, engendre la poursuite d' un parcours sans faute sur les valeurs qu'il a la charge de défendre ou d'en percer les secrets. En moins de deux ans, de directeur du port autonome, le voilà patron de la DSP. Garde à vous !

 

 

 

Nouvelle vie pour Sarkozy : Les politiques retombent toujours sur leurs pattes !

L’ancien président de la République semble avoir définitivement tourné la page de la politique. Nicolas Sarkozy a rejoint le conseil d’administration de l’hôtelier AccorHotels, a-t-on appris ce mardi par voie de communiqué.

 L’ex-chef de l’Etat, éliminé le 20 novembre au premier tour de la primaire de la droite et du centre, a été coopté en tant qu’administrateur indépendant et va présider un comité de « stratégie internationale » afin d'« accompagner la vision internationale » du groupe a précisé AccorHotels.

 

Le Président du SECOSUD sort de sa réserve avant l'heure

 Pourquoi ? C’est que le climat de suspicion artificiellement créé par des publications répétées ne lui permet plus de travailler sereinement a-t-il souligné dans une conférence de presse.

Il a tenu a rappeler en conséquence certains points essentiels propres à rassurer la population qui compte sur Secosud pour faire le meilleur choix pour notre service public de la distribution d’électricité.  Voici ses remarques :

1. Je tiens tout d’abord à rappeler que pendant toute la procédure d’appel d’offres et de négociations, il est interdit de communiquer les éléments des offres des candidats pour éviter de vicier la procédure de mise en concurrence.

L’article II.3 du règlement de la consultation annexé au dossier de consultation des entreprises remis aux candidats le 19 août 2016, prévoit entre autres :

« Le respect du secret des affaires : l’Autorité concédante ne peut notamment pas révéler aux autres candidats des solutions proposées ou des informations confidentielles communiquées par un candidat sans l’accord de ce dernier » …

« Les candidats s’engagent à ne pas divulguer à des tiers le contenu de leur offre, durant ou après leur élaboration, jusqu’à la signature du contrat. L’Autorité concédante se réserve la possibilité de prononcer Syndicat pour l’Electrification des Communes du SUD de TAHITI – Immeuble CHONEL, local n°12 à Taravao, route de Tautira BP 7013 – 98719 TARAVAO – Tél. / Fax : (689) 40.57.08.28 – Email : secosudsecret@mail.pf 2 l’élimination de tout candidat en cas de non-respect de cette disposition. »

2. La procédure d’attribution du nouveau contrat de délégation de service public est en cours depuis plusieurs mois et j’ai veillé à respecter scrupuleusement la loi, aidé en cela par nos experts (juridiques, financiers – comptables et techniques) qui nous assistent depuis le début de la procédure. Vous comprendrez que l’historique du SECOSUD que vous connaissez pour avoir suivi de près le feuilleton, ne nous donne aucune envie de sortir des lignes fixées par la loi et les règlements. Nous sommes déterminés à aller au bout de la procédure d’appel d’offres dans le respect de la légalité et avec pour objectif le meilleur service public pour nos administrés.

Et comme le prévoit la loi, nous avons mené des négociations suivant des critères de jugement des offres prévus dans le règlement de la consultation, et au terme de ces négociations, nos experts ont rédigé des rapports d’analyse des offres objectifs et précis.

C’est à la lecture de ces rapports que j’ai fait un choix comme le prévoit la loi, et convoquer le Comité Syndical du SECOSUD pour le faire valider. Il n’y a donc aucun favoritisme car les négociations ont été menées en toute transparence, avec des élus du SECOSUD qui ont été associés à toute la phase de négociation du nouveau contrat de délégation de service public.

Et si mon choix est validé par le Comité Syndical le 23 février prochain, je communiquerai alors les éléments permettant d’informer et de rassurer la population des 4 communes du SECOSUD sur le choix que nous aurons fait.

3. Contrairement à ce que l’opinion public pourrait croire, influencée en cela par des communications médiatiques, les candidats ne fixent pas la grille tarifaire, mais sont tenus de présenter une offre de prestation globale annuelle que l’on appelle le Revenu Autorisé (RA). Sur cette base, le SECOSUD fixera ensuite les tarifs d’électricité.

L’offre financière : L’élément financier engageant les candidats s’appelle le Revenu Autorisé. C’est donc l’élément essentiel qui permet de comparer les offres des candidats.

 Le Revenu Autorisé est le chiffre d’affaire annuel auquel le concessionnaire peut prétendre.

 Le Revenu Autorisé le plus bas est un des critères de choix des plus importants en plus des garanties financières que les candidats doivent apporter. D’autres paramètres comme le montant des investissements d’extension et d’entretien des réseaux électriques rentrent également en ligne de compte. En effet, il convient de laisser à la génération future des installations en parfait état de marche.

Selon l’article 37 du cahier des charges de la concession, les tarifs sont fixés par l’Autorité concédante. Seul le SECOSUD décidera de la grille tarifaire en vigueur à compter du 1er mars. La grille tarifaire proposée par les candidats dans leur offre n’est donc qu’indicative…et présentée partiellement comme on a pu le voir ces derniers temps dans les médias, elle ne reflète pas la réalité du travail sur les tarifs qui, je le rappelle, incombe au SECOSUD. Notre responsabilité est de fixer les tarifs permettant d’atteindre le Revenu Autorisé qui, je le rappelle, est dû au concessionnaire.

 La grille tarifaire, pour faire simple, comprend 3 catégories : Les usagers domestiques, les usagers professionnels et l’éclairage public. Sur ce point, vous comprendrez aisément que toute baisse de tarif pour une catégorie d’usagers entrainera une hausse de tarif pour les autres catégories afin de conserver l’équilibre des recettes. Hélas, SECOSUD ne dispose pas d’autres recettes ou de subventions.

4. Ma responsabilité est aussi de retenir une offre qui soit légalement valable, ce qui implique qu’elle ait remplie toutes les conditions objectives requises par le Règlement Particulier de l’Appel public à Candidatures et par le Règlement du Dossier de Consultation des Entreprises. Faute de respecter ces conditions, l’offre retenue serait annulée par le juge. Et en ma qualité de Président, je me dois de respecter la procédure jusqu’à son terme, à l’opposé des personnes qui n’ont pas assisté aux négociations, qui ne connaissent rien du dossier et qui prétendent par voie de presse détenir des vérités. A la place, je dirai plutôt qu’elles détiennent l’art de la broderie médiatique pour continuer à exister sur le plan politique.

5. Rendez-vous le 23 février prochain, pour vous présenter mon choix (conformément à l’article LP 12 de la Loi du Pays n° 2009-22,) qui sera le meilleur pour la collectivité et les habitants des communes du SECOSUD.

Le candidat retenu pour les 17 prochaines années sera le candidat qui a présenté la meilleure offre sur l’ensemble des critères financiers, techniques et commerciaux.

 

 

Après la pluie, le beau temps et le sourire d'une bonne blague !

 La fable du bénévole.

Un jour, un fleuriste se rendit chez le coiffeur pour se faire couper les cheveux. Après sa coupe, il demanda combien il devait.
Le coiffeur répondit: "c'est gratuit, je fais du bénévolat cette semaine".
Le fleuriste s'en alla tout content.

Le lendemain, en ouvrant sa boutique, le coiffeur trouva à sa porte
une carte de remerciements et une douzaine de roses.

Plus tard, c'est le boulanger qui se présenta pour se faire couper les cheveux. Quand il demanda à payer, le coiffeur lui dit :

"
Je ne peux accepter d'argent, cette semaine, je fais du bénévolat".
Heureux, le boulanger s'en alla tout content.

Le lendemain, il déposa à la porte du coiffeur une demi-douzaine de croissants, avec un mot de remerciements.

Puis, ce fut le député du coin qui se présenta.
Lorsqu'il voulut payer, le coiffeur lui répondit :
"Mais non, cette semaine c'est gratuit, je fais mon bénévolat !"
Très heureux de cette aubaine, le député quitta la boutiqu
e.
L
e lendemain, quand le coiffeur arriva pour ouvrir,
une douzaine de députés et de sénateurs attendaient
en ligne pour se faire couper les cheveux gratuitement ...

Voilà, la différence fondamentale entre les citoyens de ce pays et les politiciens qui nous gouvernent.
Et il paraît que dans la file, il y avait même des chauves !!! ... Si, si !!!!



Tahiti Today partage cette analyse sans réserves.

Macron et l'Histoire

Les colonisations successives sont intrinsèques de l'histoire des peuples. L'homo sapiens a colonisé l'homme de Néandertal. Des empires se sont créés, ont parfois connu un âge d'or puis se sont délités.

Comment jauger une colonisation ? Par comparaison et au vu des critères de l'époque ? A-t-elle respecté les autochtones qui la précédaient ainsi que leurs valeurs ? A-t-elle instauré une civilisation qui a fait progresser l'Humanité ? L'historien peut donner des éléments objectifs d'appréciation mais le jugement global relève de la morale et non de l'histoire, morale qui évolue et qui est conditionnée elle-même par son passé.

 Au XIX ième siècle, il y avait encore des "hommes blancs" d'une haute valeur éthique qui s'interrogeaient pour savoir si "l'homme noir" avait une âme !
La pax romana a-t-elle eu un effet stabilisateur pour le bassin méditerranéen ? Les "invasions" arabes ont-elles engendré un âge d'or bénéfique pour une partie du susdit bassin et bien au-delà ? L'essai de colonisation de l'Europe par l'Allemagne nazie a-t-il offert un éclairage utile sur le cœur de l'homme ? La colonisation de l'Europe de l'Est par le régime stalinien – cautionnée par une bonne partie de l'intelligentsia et de la classe ouvrière françaises – a-t-elle offert un peu plus de bonheur aux peuples concernés ?

Critiquer la colonisation française est une lubie de la gauche bobo. Vouloir instrumentaliser, comme le fait Emmanuel Macron, ce marqueur à des fins électoralistes me semble une grave erreur de jugement. Est-ce de l'inconscience, une méconnaissance totale de la réalité historique ou du cynisme à l'état pur ?

J'ai déjà dit que le cas de l'Algérie devait être traité avec beaucoup de tact et de prudence. Il est vrai que l'alphabétisation et la mise en responsabilité des plus pauvres était plus qu'insuffisante et le fait que cette émancipation n'était pas souhaitée par la caste évoluée ne saurait être une excuse. Par contre, au lendemain de l'indépendance, tout fonctionnait parfaitement en Algérie : c'est donc dire que l'élite était bien formée et que de Gaulle avait su préserver, voire même construire, une économie saine ; la comparaison avec ce qui s'est passé en Irak est édifiante.

 De même, quelques années après l'indépendance, les coopérants français étaient chaleureusement accueillis : absolument rien à voir avec le rejet du "boche" après la "dernière guerre". Il a fallu le retour au pouvoir de de Gaulle pour commencer à lutter contre cette répulsion. Selon moi, l'attitude provocatrice, voire malsaine, de Macron évoquée plus haut est anti-gaullienne par essence.

Enfin, peut-on commencer à échanger sainement sur la colonisation française en Algérie ? NON. Car l'historien n'a pas encore pu effectuer le déchiffrage de base : il reste beaucoup trop de non-dits. Je n'en citerai que trois, parmi d'autres. Le génocide des harkis après l'indépendance. Le bilan de l'action du gouvernement algérien durant le demi-siècle qui a suivi l'indépendance. Le rôle déterminant de François Mitterrand dans l'utilisation de la torture durant la guerre d'Algérie ; la torture ne fait pas partie de l'ADN de l'armée française : Paul Aussaresses était méprisé par ses pairs. De même que les SS étaient détestés par les hauts responsables de l'armée allemande.

Par contre, la réhabilitation d'Abd el-Kader est une première étape que je cautionne sans réserve.

Vincent Sévigné.

Vincent Sévigné est un observateur indépendant. Enseignant-chercheur à la retraite, il a créé le blog neuro.over-blog.com et il est l'auteur de EXIGEZ La Réforme paru chez Edilivre.

 

 

 

Encore un courrier sous forme de lettre ouverte. Ce sera le dernier sur la colonisation qui n'en finit pas de faire des vagues on voit combien le sujet est toujours sensible.

Monsieur Macron,

      Lors de votre récent voyage en Algérie, vous avez accordé un entretien à la télévision algérienne. Quelques bribes de cet entretien ont été retransmises par les télévisions françaises.

Quand vous vous êtes lancés dans la bataille présidentielle, j’avoue avoir pensé : « Tiens ! voilà un homme qui semble sortir du lot. Il est nouveau, il n’est pas comme les autres. Cela peut-être intéressant et prometteur». Merde ! Quelle déception ! En fait vous êtes comme les autres politiciens qui flattent les électeurs potentiels d’origine maghrébine pour obtenir des suffrages.

     Dire que la colonisation est un crime contre l’humanité, une barbarie. Il faudrait s’en excuser auprès des algériens. Vous n’étiez pas encore né pendant cette période, alors qu’en savez-vous ? Moi si, et je peux vous en parler, ne serait-ce que pour que vous sachiez et que vous ne mourriez pas idiot. Pour que vous ne racontiez plus de conneries aussi grosses que vous.

     Je suis obligé de vous parler d’histoire afin de vous rappeler les faits. En 1830, l’expédition française, approuvée par tous les pays occidentaux de l’époque, y compris par nos ennemis héréditaires, les anglais, a été mise sur pied, justement, pour mettre un terme à la « barbarie » des barbaresques de l’époque qui écumaient, alors impunément, la Méditerranée en razziant les bateaux européens et américains et en mettant en esclavage les équipages et les passagers. Dans ce sens, je vous rappelle que des tentatives espagnoles, anglaises, hollandaises, voire américaines n’ont pas été couronnées de succès.

     Quel crime contre l’humanité a-t-il été commis ? Quel crime tout court, d’ailleurs ? Quand les français ont débarqué a Sidi-Ferruch, il y avait 1.800.000 indigènes sur cette terre, quand ils en sont repartis, il y avait 10 millions d’algériens. Est-ce un crime d’avoir soignés ces gens et de les avoir fait prospérer ? (A l’opposé de ce qu’ont fait les américains envers les indiens et les anglais envers les aborigènes en Australie et les maoris en Nouvelle-Zélande).

     Quand à la colonisation, j’ai la faiblesse de croire au contraire, M. Macron, qu’elle a été un bienfait. Et tant pis si j’en choque certains. Car enfin, qu’était ce pays en 1830 ? D’abord cela ne s’appelait pas l’Algérie, ce sont les français qui lui ont donné ce nom en mettant en place un gouvernement centralisé. Parce que l’Algérie de l’époque était constituées, de régions tribales, indépendantes les unes des autres, même si c’est la Turquie qui exerçait alors sont autorité. C’était, avant tout des marécages insalubres. La France y a construit des villes, des chemins de fer et des routes pour les relier. Elle a bâti des hôpitaux pour y soigner tout le monde, européens comme indigènes. Elle a édifié des établissements scolaires pour y éduquer tous les enfants, quels qu’ils soient. Elle a assaini tous les terrains. Voilà, M. Macron, l’œuvre de la colonisation. Pensez-vous vraiment que sans la France, l’Algérie serait un pays moderne actuellement ?A.L

 

 

Les patrons de l'OPT et de Vini font découvrir la TNT à la Ministre Ericka Bareights

 

Lundi 20 février 2017,profitant d'un rayon de soleil, la Ministre des Outre-mer Ericka BAREIGTS a effectué une première visite du site de Tahiti Nui Telecom sur les hauteurs de Papenoo, en compagnie  des représentants de l'Etat, du vice-président du gouvernement Teva Rohfritsch  de la députée Maina SAGE, et du président du CESC .

 La délégation a été accueillie et guidée par le président-directeur général de l’OPT Jean-François MARTIN, le président de VINI Yannick TERIIEROOITERAI, le président de TNT Paul DUGUE, le directeur des télécommunications de l’OPT Tehina THURET.

 Les cadres dirigeants de l’OPT se sont succédés afin de présenter les différentes structures visitées par la Ministre, à savoir la salle technique du câble Honotua où arrive le câble sous-marin, le Centre de transmission satellite qui fournit aux archipels éloignés tous les services de télécommunication, et la station Galileo qui l’un des sites stratégiques du programme spatial européen.

 À chaque étape Erika BAREIGTS n’a pas masqué son appréciation des moyens techniques et financiers déployés par le groupe OPT afin de fournir à la population polynésienne des moyens de télécommunications aussi importants, et ce en dépit des nombreuses contraintes géographiques liées à l’éparpillement des îles de la Polynésie française sur 5 millions de kilomètres carrés.

 La Ministre des Outre-mer a assuré ses hôtes du soutien de l’État à leurs efforts de développement de l’accès au numérique en faveur des Polynésiens, notamment pour ce qui concerne le financement du second câble sous-marin domestique qui desservira les Tuamotu et les Marquises.

 Le groupe OPT remercie la Ministre Ericka BAREIGTS pour sa visite et pour le message de soutien apporté par l’État à ses actions menées au service de la population polynésienne, aujourd’hui et demain.  

 

 

Tiens nous en parlions récemment et nous recevons ce dessin aujourd'hui !!

 







 

Dimanche 19 février 2017

On nous prévient que nous allons avoir à nouveau de fortes pluies et que l'aéroport est fermé. Faites très attention si vous êtes sur la route.

 

Précisions du Tahoera’a Huiraatira


Il n’y a à ce jour aucun rapprochement entre le Tahoera’a Huiraatira et le Front National.
Il est exact que le président du Tahoera’a Huiraatira a rencontré Monsieur Louis Aliot, vice-président du Front National, lors de son passage à Papeete. A cette occasion, il a également rencontré et échangé avec Monsieur Eric Minardi, représentant du Front National en Polynésie française. Ces échanges de point de vue font partie du débat démocratique et républicain. Pour autant, ils ne préfigurent pas un rapprochement.

Le président par intérim des Républicains, Monsieur Laurent Wauquiez, s’était engagé à transmettre au Tahoera’a Huiraatira un projet de protocole d’association qui prévoyait d’accorder à notre formation la représentation exclusive des Républicains en Polynésie française. Monsieur François Fillon, que le Tahoera’a Huiraatira a soutenu pour le second tour de la primaire de la Droite et du Centre, n’a pas souhaité donner suite à ces engagements et il a rejeté le Tahoera’a Huiraatira pour s’allier avec le Tapura qui avait fait campagne contre lui. Ce faisant, le candidat à l’élection présidentielle des Républicains a redonné sa liberté au Tahoera’a Huiraatira, qui est en réflexion.

Malgré cela, le Tahoera’a Huiraatira a transmis la profession de foi de ses candidats aux élections législatives, aux deux candidats de la Droite en course pour l’élection présidentielle : Monsieur François Fillon, candidat des Républicains, et Madame Marine Le Pen, candidate du FN. Il attend à présent d’eux qu’ils se prononcent sur le programme et les ambitions que le Tahoera’a Huiraatira porte pour le redressement et l’avenir de la Polynésie française. En tout état de cause, ce seront les instances dirigeantes du parti qui prendront la décision le moment venu.



 

 

 

Lettre ouverte à Emmanuel Macron de Bernard Debré

Monsieur le Ministre – ou devrais-je plutôt vous appeler « Monsieur le Conseiller de François Hollande », tellement vous avez été proche de lui, étant même l’inspirateur de sa politique économique qui a mis la France parterre. Peu importe ! –,

Il n’est interdit à personne de reconnaître ses erreurs. Etes-vous à droite, au centre ou à gauche ? Personne ne le sait. Vous tentez de garder votre secret, même si quelques indices percent et vous placent totalement à gauche de l’échiquier politique, cette gauche libertaire, « bobo » et inconstante.

Vos dernières déclarations sont incroyables. La France a donc, à vos yeux, commis un crime contre l’humanité lors de la colonisation. Repentance, condamnation ! Avez-vous pesé vos mots ? Non bien sûr et c’est impardonnable de votre part. Alors que vous voulez représenter la France au plus haut niveau, voici que vous la condamnez. Bravo ! Je vous rappelle qu’un crime contre l’humanité est imprescriptible. Vous demandez donc que notre pays soit jugé par le Cour pénale internationale. Beau début de campagne !


Mais vous n’en êtes pas à votre première bourde.

Vous avez, il y a quelques jours, déclaré qu’il n’y avait pas de culture française, niant Victor Hugo, Céline Druon, pour ne citer que ces écrivains alors qu’il y en a des centaines et des centaines qui ont façonné la culture française. Vous oubliez le Siècle des Lumières. Vous oubliez le rayonnement de la France par sa culture propre et enviée dans le monde entier. Désolant !

Même en France, vous méprisez les femmes et les hommes qui travaillent : « l’alcoolisme et le tabagisme se sont peu à peu installés dans le bassin minier », avez-vous dit à Hénin-Beaumont. Sans oublier que vous avez traité d’ « illettrés » les travailleurs de l’entreprise Gad de Bretagne.

Les Français n’accepteront pas d’être méprisés par vos propos irresponsables.


Vous voulez apparaitre comme un télé-évangéliste : « Saint Macron ». Ce serait plutôt « Saint Maclou » tant vos arguments sont au ras des tapis. Vous êtes un illusionniste médiatique sans programme, sans idée ou alors des idées qui varient dangereusement d’un jour à l’autre.

Il est temps que les Français s’aperçoivent de la vacuité de votre esprit uniquement tourné vers la propagande, vers les mots dangereux et trop souvent creux.

« Je vous aime furieusement », avez-vous dit à une foule qui était venue vous écouter. Monsieur le Ministre, une chose est certaine : vous n’êtes pas apte à devenir un Président de la République respecté et respectable.

Bernard Debré
Ancien ministre

Député de Paris

 

 Ericka Bareigts a eu un programme chargé avec notamment une cellule de crise suite aux fortes pluies et au vent violent qui ont fait rage sur Tahiti, et une grande partie des Tuamotu. Ce samedi, la journée est plus tranquille.

La ministre des Outre-mer se rendra à 14h40, à Moorea, où elle sera accueillie à son arrivée à Vaiare par le maire Evans Haumani. Suivra un dépôt de gerbe au Monument aux morts à la mairie de Moorea, et une rencontre avec les membres du conseil municipal.

Dans ce programme, Ericka Bareigts prendra la temps pour une visite privée à Tema'e. Elle y retrouvera son père, Jacques Couderc, qui vit en Polynésie française depuis 17 ans.(Pour en savoir plus voir la Dépêche)

 

 

Et comme il ne pleut plus, sourions à cette petite histoire  que nous venons de recevoir :

LE SOCIALISME

Joseph et Louis sont tous deux agriculteurs.
Tout le village sait que Louis est socialiste.
Un jour, ils se croisent dans les champs et engagent ensemble une petite conversation sur la météo, les cultures et les bêtes….
Tout à coup, Joseph dit à Louis : - J'peux tposer une question ? T'es socialiste, mais qu'est-ça peut ben vouloir dire être socialiste ?
- Je vais t'expliquer ça en vitesse répond Louis. Les socialistes sont pour une redistribution équitable.
- Redistribution équitable, qu'est-ce que tu me racontes là ? demande alors Joseph.
- Eh bien, je vais te donner un exemple, répond Louis. Tu possèdes deux ânes, je le sais. Moi, je n' en ai pas. Le socialisme suggère que tu me donnes un de tes deux ânes. Ainsi, nous en aurons un chacun. Ça c'est de la redistribution et ce serait donc mieux pour tout le monde. Qu' en penses-tu ?... Rejoins-nous.
- Eh bien, en voilà une théorie ! dit Joseph, il faut que j' y réfléchisse.
Sur ce, il retourne à la maison pour prendre son repas de midi.
A table, il dit alors à sa femme : - Germaine, j'ai parlé ce matin avec Louis. J'pense que j'vais aussi devenir socialiste
- Socialiste ? demande Germaine, qu' est ce que c' est ?
- Ben, c' est quand on a deux ânes et que Louis n' en a point. Si j' lui en donne un, eh bin, on en a un chacun.
C'est ça la r'distribution équitable et c'est bon pour tout le monde, répond Joseph.
- Bouh, c' est ben compliqué tout ça, lui répond Germaine, j' vais y réfléchir.
Après quelques minutes, Germaine reprend : - Dis, Joseph, notre Louis…, il a ben 2 vaches. Et nous, on n' en a point. Si on lui donne un âne, y peut bien nous donner une vache. Qu' est-ce t' en penses… ?
- Nom de Dieu, c'est bin vrai ça !.. lui répond Joseph.
Et il s' en retourne voir Louis.
- Dis, Louis, j' ai die. On veut ben devenir socialiste, mais elle dit qu't'as deux vaches. Si on t'donne un de nos ânes, tu nous donnerais bien une de tes vaches ?
Louis le regarde quelque peu surpris et lui répond : - Joseph, ou bien je n' ai pas bien expliqué, ou bien tu ne m'as pas bien compris, mais le socialisme ça ne marche qu’ avec les ânes !!!..........

 



 

 

 

 

 

 Samedi 18 février 2017

 

Le leader des députés frondeurs Georges Fenech : " Fillon s'en remet aux électeurs et bien nous serons tous éliminés d'une manière cinglante par le corps électoral"

La ministre veut faire un package des "Outre-mer"

Mais qui a bien pu laisser dire une telle absurdité à la gentille  Ericka Bareigts en mission de quatre jours en Polynésie française,  sous la pluie et dans la boue de surcroit ? Elle aurait pu dire aussi bien  " j'ai fait un rêve celui de voir tous les Outre-mer regroupés dans une vision commune et un combat commun". Cela pouvait passer !

Mais elle n'a pas rêvé. Elle l'a dit. Cela vient certainement d'un bon sentiment mais répété  d'une manière abrupte, c'est tout simplement utopique, voire simplet, car elle ne définit pas les choses, reste dans une généralité aberrante tant  collectivités et départements sont tous différents les uns des autres, de même que leurs aspirations politiques, leurs cultures, leurs langues maternelles, leurs religions, leur vision de la vie, de leur vie. On ne peut pas dans une loi, regrouper dans un même élan de générosité peut-être, des êtres humains n'ayant de commun que leur humanité et les rudesses de la vie. C'est la gauche idyllique qui parle. C'est comme si un bon samaritain mettait les juifs, les musulmans, les chrétiens dans un shaker et shakez comme la pub d'Orangina. Il faudra bien qu'avant son départ elle nous donne la recette de ce regroupement antinomique et inédit !

Tenez, dans un autre domaine mais concernant les femmes, on peut remarquer qu'il n'y a pas vraiment de différence de culture  concernant les femmes, entre juifs et musulmans. Le catalogue IKEA (sic!) pour plaire au juifs orthodoxes ne montre aucune femme ! A croire que nous sommes les créatures du diable ! Enfin pas toujours...

Certains juifs orthodoxes observent une ségrégation entre les sexes et les images de femmes et de filles sont supprimées des publicités qui leur sont adressées. Par ailleurs, les établissements scolaires orthodoxes refusent  d'enseigner les matières "laïques" comme les maths ou la géographie, ils ont aussi bénéficié de la mise à disposition de bus par la compagnie nationale et publique dans lesquels les hommes sont assis à l'avant et les femmes à l'arrière sous peine de représailles orales et parfois physiques.

 Une ségrégation choquante à l'heure d'aujourd'hui semblable à celle des musulmans radicaux. obligeant sous peine de coups les femmes orthodoxes à se soumettre aux ordres des rabbins. Divers incidents de refus ont fait dernièrement les titres des journaux, des comités de soutien ont vu le jour, sur les réseaux sociaux, permettant de diffuser plus largement la dénonciation d'exactions perpétrées au nom de la religion.

 Une image d'Israël peu flatteuse, bafouant les droits des femmes, a commencé à faire surface d'autant que l'exclusion de la gente féminine ne se limite pas aux places d'autobus. Des rabbins militaires interdisent même aux femmes- soldats de chanter car la Thora définit la voix de la femme comme une nudité. Et allez donc ! Vive les religions...

Fort heureusement la loi du silence, la soumission  et l'obéissance sont ébranlées. La lutte contre les religieux extrémistes en Israël aussi se durcit...

 

 

 

 

 

 

 

 Rencontre protocolaire au CESC: le Président Winiki SAGE s’est entretenu avec la Ministre des sujets suivants :

§  La relance économique, et notamment la problématique de l'emploi des jeunes : Le taux de chômage des jeunes de moins de 25 ans en Polynésie française est supérieur à celui de la métropole. La majorité des jeunes polynésiens diplômés qui arrivent sur le marché du travail n'ont pas, ou très peu d'expérience professionnelle. Le Président du Conseil a  suggéré de combler cette lacune en mettant en place un dispositif permettant aux jeunes polynésiens d'intégrer des cycles de formation en alternance dans les grands groupes métropolitains,  à l’image  de ce que met en œuvre le groupe EDT-Engie. Ces réflexions trouvent également leurs résonnances dans les axes énoncés sur l'égalité réelle, notamment en adaptant les dispositifs d'aides aux jeunes métropolitains aux spécificités des jeunes ultramarins, et cela quelque soit le statut de leur territoire.

§  L'après-nucléaire : Il est fondamental pour le Pays de construire avec la France de nouvelles relations. Le Président du CESC souhaiterait que la Polynésie française devienne le centre d'expérimentation de nouvelles technologies pour développer des solutions modernes et innovantes adaptées aux îles et accessibles à tous les pays du Pacifique. La Polynésie française pourrait ainsi devenir une vitrine technologique au service de tous les pays insulaires, en accueillant par exemple des grands centres de recherches et une université de la mer.

§  Le changement climatique : Le Président Winiki SAGE souhaiterait que des travaux concrets soient initiés dans l’archipel des Tuamotu notamment car ce sont les îles les plus vulnérables de la Polynésie française au même titre que Kiribati et Tuvalu. Des scénarios de prospectives pourraient être appréhendés afin d'anticiper les conséquences dus au changement climatique. Ces modèles pourraient être partagés avec tous les états insulaires du bassin océanique.

§  Le président du CESC a également évoqué avec la Ministre sa volonté d’entreprendre une réflexion sur des sujets sociaux préoccupants tels que la montée de la délinquance, les violences familiales, et les violences à l’égard des femmes dans les Outre-mer.

Après cette rencontre qui a captivé toute son attention, la Ministre a donné rendez-vous au Président Winiki SAGE à Paris lors de sa prochaine mission prévue au mois de mars. Il tient à lui adresser toute sa sympathie et toute sa gratitude pour l’écoute attentive qu’elle lui a accordée.

 

 

Celle-là, c'est la meilleure de la journée qui circule sur les réseaux sociaux et que Eve Plénel dément !!!

Edwy Plenel trouve « détestable et calomnieux » qu’on dénonce l’emploi fictif de sa fille Eve (elle a été pistonnée par son père à un emploi à mi-temps, payé 3 000 euros par mois à la mairie de Paris alors qu’elle vit à Berlin !), mais il trouve parfaitement normal qu’on accuse d’emplois fictifs les enfants de François Fillon…

 Depuis quelques jours, une info circule sur Twitter :

« Eve Plenel, fille du patron de Médiapart, 3.000 € par mois pour un emploi à mi-temps à la mairie de Paris tout en vivant à … Berlin ! »

 

 

 Nous avons attendu confirmation, car nous pensions Plenel au-dessus de tous soupçons, lui qui dénonce les magouilles et la corruption à tour de bras. Il est finalement aussi corrompu que ceux qu’il attaque, rien de très original en fait pour un trotskiste, mais il se croit à l’abri par la complicité des journalistes qui évidemment ne s’attaqueront jamais à lui. Sauf...
La source qui dénonce l’emploi fictif ? Libération du 23 juin 2016 !

Un député à Plenel : Quand on a le cul dans le sable, on oublie qu'on a le cul à l'air !"


 

Qui est le ministre de l'OPT ? Qui est responsable de l'OPT ?

Dans certains logements sociaux comme à Pater la facture de l'OPH s'élève pour le loyer  dont on nous a donné la facture, et que cette femme paye depuis près de 19 ans : 35.000 Frs par mois en espérant être un jour propriétaire...un jour... Plus 8000 Frs pour les charges, soit 43.000 Frs. Enorme.. Mais pour 8000 Frs ce lotissement social devrait être impeccable. Or il n'est pas nettoyé régulièrement et avec les pluies, la boue dans le parking s'accumule formant une couche épaisse que certains locataires déblaient comme la neige sur le parvis des maisons !!! Sauf que ce n'est pas de la neige qui peut fondre au soleil mais de la boue qui durcit au contraire et que ce n'est pas aux locataires de  faire cet entretien surtout  pour le prix demandé, plus que dans les lotissements résidentiels.

 

 

Vendredi 17 février 2017

Suite aux différentes modifications intervenues ce jour dans le programme de sa visite, l’entretien de la ministre de l’Outre-mer, Ericka Bareigts, avec le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, prévu ce vendredi après-midi, à la Présidence, est reporté.

 

 

Editorial

 Entre agneau et louve

Cibler de remarques acides le parquet financier n'est certainement pas la bonne méthode pour Fillon qui s'empêtre dans les révélations médiatiques, jour après jour, au point d'aller chercher  conseils chez Sarko-Corleone qu'il avait fustigé méchamment quand il se croyait fort. Et à vrai dire, il le fut, fort ! D'où une si grande déception du corps électoral et de certains ex amis.

Fillon karchérisé, Fillon atomisé, Fillon rabaissé, bouge encore en espérant que le verdict du peuple demeure en sa faveur. Il se trompe. Une partie des députés, les nouveaux frondeurs, craignent d'être éliminés par leurs électeurs s'ils soutiennent trop visiblement un candidat qui n'a plus aucune chance d'être président, même si lui croit le contraire. Comment les Français pourraient-ils élire un homme à ce point laminé pour ses gains et ceux de sa femme comme le fait remarquer Libération dans son édition du jour, eux les gagne-petit qui rament le ventre creux ? Mais comment peuvent-ils comprendre les revirements de promesses de cet homme là qui lâche : " si je suis mis en examen j'abandonne" et quelques jours plus tard affirme avec aplomb " j'irai jusqu'au bout" sous entendu quoiqu'il arrive judiciairement parlant. Procès en correctionnelle et autre douceur judiciaire ! Et bien s'asseoir comme cela sur un futur procès en correctionnelle à tout le moins quand on brigue la magistrature suprême, n'est pas anodin.

Il n'est que le troisième homme après tout avec 17% d'opinion favorable dans la course à l'Elysée, honneur perdue. Marine Le Pen caracole à 27/28%, Emmanuel Macon à 18%. Il sera bien difficile à François Fillon malgré les couacs et les bulles d'Emmanuel Macron de  pousser ce dernier hors du podium pour prendre sa place de second d'autant que la presse ne le lâche pas . Plus il s'accroche, plus elle mord.

 Le vrai duel devrait donc se faire entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. La louve et l'agneau !  L'acte de chasse est inné chez le loup et comme cet animal rusé et intelligent, Marine le Pen mémorise les défauts de sa proie, s'en approche le plus près possible sans que cette dernière ne la craigne puisqu'elle se croit à l'abri. La louve, ne se précipite pas. Elle attend le moment idéal pour sortir du bois après avoir bien étudié le comportement de sa future victime, puis passe à l'attaque. Et elle gagne en dévorant une chair tendre, pas encore durcie. Quel débat en perspective vont nous offrir ces deux là. A se lécher les babines.

Voilà, il pleut, il tonne et j'ai tenté de faire ma BA du jour avec ce petit édito. J'adore les loups...dans une forêt enneigée !

 

 

Courrier intéressant Fillon ne manque pas de culot. Il traite la magistrature par-dessus la jambe en prévenant qu'il s'assoit dessus.. Il oublie un détail : en tant que Président de la République il présidera le Conseil supérieur de la magistrature.. ça commence bien. Belle entrée en matière... M.G

 

Condoléances du président Edouard Fritch

Le président de la Polynésie française tient à exprimer sa plus profonde compassion après le décès tragique ce vendredi matin de Titanui Teriitehau.

 Ce pompier de la commune de Faa’a a péri dans l’exercice de ses fonctions alors qu’il  s’était mis au service de la collectivité et évacuait des déchets qui obstruaient un émissaire.

 Le président et l’ensemble du gouvernement présentent leurs plus sincères condoléances à la famille de ce jeune homme et l’accompagnent de leurs prières dans ces moments douloureux.

  

Marcel Tuihani, de Paris, adresse ses condoléances  à la famille de Pitanui Teriitehau


C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès de Pitanui Teriitehau, dit Pita, agent communal de la commune de Faa’a. Monsieur Territehau est décédé dans des conditions dramatiques, dans l’exercice de ses fonctions, happé par la force du courant alors qu’il tentait de libérer un émissaire obstrué.

A cet instant mes pensées vont vers sa famille et ses proches subitement frappés par sa disparition. En mon nom personnel, et au nom de tous les Représentants de l’Assemblée de la Polynésie française, j’adresse à sa famille, à ses parents et à ses proches nos plus sincères condoléances. Notre compassion et nos prières les accompagnent dans cette épreuve.

Nos pensées vont également vers ses collègues et vers la mairie de Faa’a et son maire, notre collègue représentant Oscar Temaru, tous frappés par cette disparition. Cette mort tragique nous rappelle que le dévouement se paie parfois au prix fort.




 

 

Marine Le Pen est favorable au statut de Pays associés notamment au plan économique, elle écrit :

"De manière générale, la Polynésie française doit pouvoir contribuer elle-même et sans entraves à son devenir économique : les investisseurs étrangers y compris chinois y sont donc les bienvenus. (ndlr : sauf que l'on n'en voit pas beaucoup)

Cette évolution statutaire donnerait notamment à la collectivité la compétence pour délivrer les visas touristiques et économiques spécifiques."

 

L'un des journalistes qui anime les débats sur LCI a déclaré que Macron serait probablement le prochain président de la République ! Il faudrait à ce dernier quand même, un peu plus de bouteille et une meilleure connaissance des mots qu'il emploie !

 

 

Le candidat d'En Marche ! a provoqué un tollé en qualifiant la colonisation française de "crime contre l'humanité".

 par ATLANTICO

Colonisation : Emmanuel Macron tente d'éteindre la polémique en multipliant les explications

C'est la polémique qui a agité l'actualité politique ces dernières heures.  En marge de son déplacement en Algérie, Emmanuel Macron a donné une interview jeudi à la chaîne privée algérienne Echourouk News. Au cours de cet entretien, le candidat à l'élection présidentielle a qualifié la colonisation française de "crime contre l'humanité".

Devant le tollé (François Fillon a notamment évoqué une "repentance permanente indigne d'un candidat à la présidence de la République") et lui n'est-il pas "indigne", l'ancien patron de Bercy a tenu à s'expliquer. D'abord dans une vidéo publiée sur son site Internet.

Puis devant les médias français. "J'ai tenu un propos équilibré qui consiste à dire que des crimes ont été commis, des barbaries, dans le cadre de la colonisation, en particulier dans des temps de guerre, et qu'en même temps, une modernité par effraction s'est faite dans le cadre de cette colonisation" a t-il soutenu au micro de RTL.

Puis dans un entretien au Figaro, il renchérit : "Cette polémique dit beaucoup de l'état dans lequel la France s'enferme: une espèce de passion mauvaise pour l'Histoire, qui consiste à n'en voir qu'une partie. Je ne suis ni dans la repentance, ni dans le refoulé", juge-t-il. (...)Interrogé sur une possible division des Français provoquée par ces propos, il rétorque: "Au contraire, c'est la seule manière de réconcilier! On ne peut pas expulser ce qui nous dérange."

Longue est la liste des crimes, des massacres commis par le FLN ! Macron n'en a pas entendu parler... J-P P

 Extrait du discours de Dakar de Nicolas Sarkozy :

-       JJe ne suis pas venu nier les fautes ni les crimes car il y a eu des fautes et il y a eu des crimes. -    Mais nul ne peut demander aux générations d’aujourd’hui d’expier ce crime perpétré par les générations passées. Nul ne peut demander aux fils de se repentir des fautes de leurs pères.

 

TT Theo est sorti de l'hôpital.

Le Le jeune Theo, 22 ans, selon le compte rendu des quatre policiers  publié dans le Point est le seul coupable pour avoir refusé l'interpellation des policiers en se débattant violemment. Mais aucun ne dit comment ou par quel miracle, la matraque télescopique qui lui frappait les jambes selon le policier est arrivé à fendre son pantalon et le sodomiser sur 10cms...Fichtre !

 ?

SSSolidarité polynésienne et métropolitaine

Quatre semaines après son appel à la collecte de vêtements en faveur des sinistrés des intempéries de janvier à Moorea et Tahiti, la Déléguée de la Polynésie française à Paris, Caroline Tang, a annoncé, vendredi, que le poids total des dons s’élevait à 11 461 kg, répartis dans 544 cartons en provenance de la France entière. Veuillez trouver, en pièce-jointe, un communiqué sur le sujet.

 

 Innovation - Coopération entre la Polynésie française et la SA ICP- Texinfine dans le domaine des biotechnologies


Le ministre du Développement des ressources primaires, des affaires foncières et de la valorisation du domaine, Tearii Alpha, a entériné, jeudi, une collaboration importante entre la Polynésie française et le docteur Gilles Guttierez, pdg de la société ICP-Texinfine SA, dont le siège est situé sur l’île de Malte, et qui est présente en Polynésie française avec sa filiale Texinfine Tahiti SAS basée à Moorea.


L’objectif de cette coopération est de développer un laboratoire de recherches pour la fabrication, l’utilisation et l’exportation de produits pharmacologiques élaborés à partir de végétaux terrestres et marins de Polynésie française. Ainsi, cinq conventions ont été signées dans les domaines de la perliculture et de l’aquaculture ainsi que pour la valorisation de principes actifs végétaux locaux dans le domaine de la santé et du « bien être » humain.


ICP-Texinfine est un laboratoire de recherche, spécialisé dans le domaine des biotechnologies, dont les travaux consistent à mettre en exergue les propriétés biologiques de certaines espèces végétales terrestres ou marines de notre environnement afin d’améliorer le bien-être des personnes, mais aussi celui de populations animales en élevage.


De par les publications scientifiques envisagées, ces projets donneront un éclairage nouveau sur la Polynésie française en matière de recherche appliquée et donc d’innovation en biotechnologie, ce qui pourra intéresser des chercheurs et investisseurs potentiels.


Les extraits naturels produits en Polynésie française seront commercialisés localement mais également à l’export, ce qui créera à terme des emplois dans le secteur de la production primaire (agriculture, pêche, aquaculture), de la transformation et de l’innovation.

 

 

La ministre des Outre-mer est arrivée sous une pluie battante en Polynésie

Qu'a-t-elle à dire de plus que dans les interviews données avant son arrivée, ce qui dans un autre temps ne se faisait pas. Les ministres en visite évitaient bien de donner des réponses écrites aux questions envoyées au ministère par les quotidiens en se gardant jalousement les précisions sur les grands sujets qu'ils comptaient révéler.

 Donc aujourd'hui nous savons tout, tout, tout  ce que la ministre des Outre-mer pense  sur les sujets importants comme l'Egalité réelle, le nucléaire, la suppression du risque négligeable et la création d'une commission d'indemnisation d'ici quelques mois, probablement après la présidentielle. Nous savons qu'elle n'était pas favorable à la suppression de la bande AM qui tient la population informée lors des grosses pluies; le changement climatique, le désenclavement, l'économie du Pays et même sur les accords mystérieux de Papeete. Tout est dit et écrit dans Tahiti Infos et la Dépêche. Sauf concernant les 900.000 Frs promis au servie d'oncologie du CHT du Taaone par François Hollande.

 Un minois exotique de jeune fille, elle est réunionnaise, un sourire chaleureux, un papa à Moorea, non, on n'a pas envie de lui chercher des noises d'autant qu'elle se rendra dans la boue et les bidonvilles inondés de la Polynésie où tant de Polynésiens tentent de survivre.

 

Réponse d'Emile Vernier à la position de l’intersyndicale sur la PSG. sur les retraites.

Après des dizaines d’années d’immobilisme, enfin, notre gouvernement a voulu prendre le taureau de la PSG par les cornes. Il était temps ! Il était même presque trop tard pour les retraites gérées par la CPS.


Il me faut ici rappeler que de février à août 2015, le gouvernement d’Edouard Fritch a mis en place des commissions de travail auxquelles l’ensemble des partenaires sociaux avait été invité. Les syndicats de salariés, à l’exception de A TIA I MUA ont préféré agir comme des enfants gâtés. Ils ont exigé d’un ministre élu par le peuple(!!)qu’il choisisse de travailler d’abord sur la maladie, ensuite sur la retraite. Le Ministre a tenu bon et n’a pas cédé à leurs exigences. Ils ont donc pratiqué la politique de la chaise vide.


La semaine dernière, le Ministre en charge de la PSG a annoncé vouloir mettre en place un comité de pilotage qui ferait la synthèse des réflexions d’ateliers thématiques dont un sur la retraite et un sur la maladie. Le Ministre a aussi donné un calendrier : le comité de pilotage devait remettre ses conclusions avant la fin mars. Il annonce aussi, enfin, les premières mesures pour la retraite en 2017.


Et puis ce jeudi 17 février 2017, voilà que les syndicats, unis comme ils le sont déjà au CA du RGS de la CPS, montent au créneau pour annoncer qu’ils ne veulent pas toucher à la maladie. Ils recommencent donc leur cinéma, oubliant que plus de 35 000 polynésiens attendent de savoir si leur retraite peut être sauvée.


Et ils agissent partout puisque même au CESC, j’ai présenté un projet d’auto saisine dont l’intitulé est « les conséquences pour les retraités actuels et futurs d’une absence de réformes de la PSG ». Car sans réforme prise rapidement, il n’y aura plus de réserves liquides et des milliers de polynésiens ont besoin de savoir sir la CPS va diminuer leur pension de 15, 20, 30, 40% ou plus encore. Ce projet, où il n’était pas question de reprendre les propositions de réformes, a été accepté par le 3è collège par 5 voix pour et 5 abstentions. Par contre, le bureau du CESC a pris la décision de ne pas présenter ce projet à l’étude. Manifestement, même le CESC a peur de la réaction des syndicats lors de la plénière, alors même qu’on ne parlait pas des réformes possibles.

Le représentant du SDIRAF au CESC a pris ses responsabilités en présentant cette auto saisine, le CESC a pris les siennes et on verra bien ce qui va se passer dès cette année.
Le pire, c’est que ce sont ces mêmes syndicats qui ont laissé notre CPS aller directement dans le trou. Comment ont-ils pu laisser perdre plus de 20 milliards de réserves ?
Et ils remettent cela. Sans doute certains ont-ils des visées politiques et ne voient pas d’un bon œil le gouvernement vouloir enfin faire évoluer cette PSG dans le bon sens.


J’encourage fortement le Président de la Polynésie française et le Ministre en charge de la PSG à continuer le travail et surtout à respecter le calendrier annoncé. Oui, nous voulons voir les premières mesures pour la retraite dès cette année 2017.

 Emile Vernier

 

Opinion d'un métropolitain sur le couac de Macron reçu par mail


Tout a donc été mis en œuvre par des hommes admirables dans une région où en 1830 de multiples groupes ethniques survivaient dans des plaines marécageuses, insalubres, sur des hauts plateaux arides, ou dans des zones désertiques.

C’est la France qui a développé les techniques de dry-farming reprises plus tard par bien des pays dont les Etats-Unis.

C’est la France qui a sélectionné les variétés végétales ou races animales les mieux adaptées à ces régions, c’est la France qui a développé les vergers d’agrumes, d’oliviers, le vignoble, les cultures maraichères, normalisé l’élevage du mouton.

C’est la France qui a développé sur toute l’Afrique nord-saharienne et le Sahel une lutte antiacridienne particulièrement efficace, mais abandonnée depuis, les cultures étant régulièrement envahies et détruites par des nuées de criquets.

C’est la France qui a inventé en Algérie le digesteur pour la méthanisation des fumiers et autres déchets, procédé que nous sommes incapables d’utiliser chez nous pour la production de cette énergie qui pose tant de problèmes.

Il ne reste rien de tout cela.
Les rendements en céréales, alimentation de base étaient de 15 quintaux/ha au moment de l’indépendance, ils sont retombés à 5quintaux/ha depuis.
Les importants vergers d’agrumes de la Mitidja ont été arrachés.
L’Algérie, autosuffisante au moment de l’indépendance importe la plus grande partie des produits alimentaires de base.

Ils sont donc de plus en plus nombreux, ces malheureux migrants, qui ne s’adapteront jamais, qui viennent chercher chez nous, ce que nous finissions de mettre en place chez eux lorsque nous avons été foutus dehors, pour selon vous crime contre l’humanité.

Permettez-moi de terminer sur une citation :

« Chasser les pieds-noirs a été plus qu’un crime, une faute car notre chère patrie a perdu son identité sociale. N’oublions pas que les religions, les cultures juives et chrétiennes se trouvaient en Afrique bien avant les arabo-musulmans, eux aussi colonisateurs, aujourd’hui hégémonistes. Avec les pieds-noirs et leur dynamisme, l’Algérie serait aujourd’hui une grande puissance africaine méditerranéenne. Hélas ! Je reconnais que nous avons commis des erreurs politiques et stratégiques. Il y a eu envers les pieds-noirs des fautes inadmissibles, des crimes de guerre envers des civils innocents et dont l’Algérie devra répondre au même titre que la Turquie envers les Arméniens.
Du temps de la France, l’Algérie, c’était le paradis ! ».

Ce n’est pas de moi, mais de Hocine Aït Ahmed un des chefs historiques du FLN dans la revue « Ensemble », numéro de juin 2005.

Voilà donc que le petit juge Macron plus FLN que le FLN, entend condamner la France pour crime contre l’humanité commis en plein paradis !

Je vous prie d’agréer Monsieur le candidat à l’élection présidentielle, l’expression de mes sentiments les plus choisis.JPC


 

 

Jeudi 16 février 2017

Deux évènements importants demain vendredi :

-          A 9h, signature de la convention cadre entre l’Office des Postes et Télécommunications (OPT) et le ministère de l’Education, au sujet de l’internet scolaire, en présence de la ministre de l’Education, Nicole Sanquer-Fareata, dans la salle du conseil d’administration de l’OPT au rond-point de Fare Ute.

 -  A 14h, à la Présidence, entretien entre la ministre de l’Outre-mer, Ericka Bareigts, et le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch.

 


 

 

EDT ENGIE tient à informer ses clients que suite à un défaut sur le réseau de distribution de Taiarapu Ouest vers 12H40, les postes sources de Taravao et Atimaono ont été affectés, ce qui a entraîné une coupure d'alimentation de l'électricité pour les clients de la zone SUD (hors Hitiaa O Tera).
Tout le réseau Sud est réalimenté depuis 13h40, à l’exception d’une partie en travaux à Vairao
EDT ENGIE tient à s’excuser auprès de la clientèle des désagréments causés lors de cette interruption involontaire de distribution d’énergie

 

 

Fillon est allé à Canossa prendre conseil de son chef !

(Aller à Canossa, c’est aller demander pardon à son ennemi, s’humilier, admettre la supériorité de son adversaire). 

Editorial

Qui est le vrai Fillon ?

"Peut-on avoir deux langages" interroge le chef des parlementaires rebelles le député Républicain Georges Fenech, ancien premier juge d'instruction puis  vice-procureur près le TGI de Bobigny qui dénonce "le bal des hypocrites" ?

François Fillon n'avait-il pas promis d'arrêter sa campagne s'il était mis en examen ?Désormais il assure qu'il ne  tiendra aucun compte de la décision du parquet financier et  poursuivra son but "jusqu'au bout". Cela laisse dubitatif pour un futur président de la République dont l'orgueil et les ambitions sont hors du commun. "Rien ne se fera sans moi", "Le plan B, c'est moi" " J'irai jusqu'au bout" " etc...etc...sous entendu quelle que soit la décision du juge du parquet financier. Au moins, cela a le mérite d'être clair et de faire voir sous un jour insoupçonné le caractère de celui en lequel la droite croyait dur comme fer pour mener la France sur une autre voie que celle menée par la gauche.

 Mais le PNF ( Parquet national financier), lui non plus ne baisse pas les bras et dans un communiqué diffusé hier il indique pour couper court au suppositions multiples et variées, qu'il ne classera pas l'affaire Pénélopegate sans suite sur le détournement de fonds publics et abus de biens sociaux. La procureure du parquet national financier est une femme, Eliane Houlette. Juges ou procureures, les femmes sont souvent plus redoutables et plus tenaces que les hommes dans bien des domaines y compris dans celui de la justice. L'importance de cette affaire surréaliste où se joue peut-être l'avenir de la France dans une campagne présidentielle atypique et des revirements de Fillon " si je suis mis en examen je renoncerai à me présenter", pour marteler quelques jours plus tard: "j'irai jusqu'au bout" , ne doit pas plaire aux magistrats.

Ses avocats ergotent que le PNF n'est pas compétent pour enquêter sur des faits impliquant un parlementaire au regard de la séparation des pouvoirs. Tiens donc, parmi leurs avantages multiples, y compris financiers, ces hommes là seraient donc au-dessus des lois? Nombreux sont ceux qui ont été condamnés pour les même chefs d'accusation y compris en Polynésie. Lourdement. François Fillon, en tant que candidat à la présidentielle devrait, lui, bénéficier de la double peine !

Signant elle-même ce communiqué, Eliane Houlette a tenu à répondre directement aux critiques, ce qui n'est pas habituel. « La seule mission du parquet national financier est d’appliquer la loi, fondement du pacte démocratique », conclut-elle dans le document. Clap de fin de la première partie de la série politique ( les scénaristes sont déjà en train de l'écrire !)

 

Une île "test", zone franche, en plein lagon ?

Parlons d'un autre sujet sur lequel notre opinion bascule après avoir rencontré le coordinateur du projet il y a quelques jours. Tout d'abord, on ne sait pas trop comment  la qualification de " ville flottante"  est arrivée dans la presse car pour l'instant il ne s'agirait que d'un projet  pour une plateforme de recherches scientifiques qui mettrait à l'abri du fisc américain les promoteurs  en question ( on nous dit que ce n'est pas ce que les chercheurs recherchent car les montants seraient très modestes) en prévision de la montée des eaux. Ils sont  tous issus de la Silicon Valley. La crème de la crème des scientifiques. Comme l'a dit avec insistance Marc Collins hier soir sur Première, il s'agit d'un projet privé scellé dans un protocole - non pas d'accord - mais d'entente entre le pays, les investisseurs que l'on appelle les "libertariens" tout droit sortis d'un film de sciences fiction et ces chercheurs. Ce protocole d'entente, a précisé Marc Collins, pouvant être dénoncé par une partie ou l'autre. Pour le moment l'investissement de plusieurs dizaines de millions de dollars ne sortirait que de la poche de la société  "The Seasteading Institute, association à but non-lucratif, basée en Californie et fondée en 2008 . Pour le moment l'investissement ne concerne que des études préalables  avec des grands noms de scientifiques américains enthousiastes .

Pourquoi avoir choisi la Polynésie ? Lagon calme, stabilité du gouvernement, un câble (Honotua). Ils sont dans l'attente du cadre juridique que met au point actuellement le gouvernement local. D'autres îles sont demandeurs. Si cela ne marche pas avec la Polynésie, " no swet" ils iront ailleurs. Inutile de préciser que tout est prévu aussi pour protéger l'environnement des nuisances de la centaine de personnes qui travaillera sur site . Station d'épuration sans rejet, petite usine de dessalement d'eau  salée etc...

Bref les explications données par Marc Collins sont arrivées à nous convaincre, après tout, que la Polynésie ne risque rien d'essayer outre le fait que le monde entier aura les yeux braqués sur ce projet un peu fouen Polynésie qui défie l'océan . Plus facile à mettre en route que le rêve  d'aller sur Mars ! Des rêves, oui, mais qui font  avancer le monde des humains. Wait and see.

 

Ils sont gonflés ces parlementaires en plein scandale Fillon...

C’est un amendement passé (presque) inaperçu. Le Parlement a définitivement adopté jeudi la proposition de loi doublant les délais de prescription pour les crimes (20 ans) et délits (6 ans). Mais un amendement, ajouté en octobre au texte initial, plafonne la prescription pour les infractions dites « occultes » ou « dissimulées » (abus de bien sociaux, corruption, détournement de fonds publics, etc).

Voilà « un beau cadeau octroyé au monde des affaires », assurait mercredi, Le Canard Enchaîné , citant un haut-magistrat : « C’est une auto-amnistie absolument incroyable dans le contexte actuel », en référence aux affaires pesant sur François Fillon. Qu’en est-il réellement ? 20 Minutes fait le point.


Que dit la nouvelle loi ?

Elle prévoit le report du point de départ des délais de prescription pour les infractions dites « occultes » ou « dissimulées ». Dans ces dossiers, la prescription ne courra pas à partir de la commission des faits mais à compter du moment où « l’infraction est apparue et a pu être constatée ». Sauf que les parlementaires ont également introduit une date butoir de 12 ans (après la commission de l’infraction) pour les délits.
(le site 20 minutes)

 

Christian Estrosi répond à Emmanuel Macron

"Les propos d’Emmanuel Macron sur l’Algérie sont une faute majeure ! Nous n’avons pas le droit de renier notre Histoire !

La barbarie, ce n’est pas la colonisation. La barbarie, elle est à Charlie Hebdo, elle est au Bataclan, elle est sur la promenade des Anglais le 14 juillet. La barbarie, ça a été le nazisme, ça a été le stalinisme. La barbarie, c’est l’islamo-fachisme !

Nous comparer à tout ça est une faute. Ce n’est pas ça un crime contre l’humanité. Si l’Algérie est un grand pays aujourd’hui, c’est aussi parce que des Français sont allés y construire des routes, des boulevards, des avenues, des universités. De grands architectes ont dessiné l’urbanisme d’Oran, d’Alger et d’autres grandes cités algériennes. 

Le 19 mars, jour choisi pour les commémorations de la fin de la guerre d’Algérie par le gouvernement socialiste, est une date honteuse parce que les accords d’Evian n’ont pas été respectés et des milliers de Harkis ont été massacrés bien après cette date. Je refuse de la célébrer et je ne peux pas laisser dire que les fils de harkis et de pieds noirs sont des enfants et petits-enfants de criminels alors qu’ils ont payé l’impôt du sang."

 

 Le hic !

Oscar Temaru estime que son combat pour l'indépendance de la Polynésie est comparable à celui du Front National. La Polynésie aux Polynésiens ! Tiens on croyait que c'était le cas ! Les instituions ne sont-elles pas dirigées par des Polynésiens?
 

Oscar Temaru a de la chance de vivre dans un pays démocratique. il peut ainsi y aller de son refrain plus ou moins corsé selon les jours ou les personnes auxquelles il s'adresse sur " sa souveraineté" sans jamais expliquer comment il ferait vivre le pays et ses instituions. C'est sans doute secondaire, le principal étant d'arriver à cette indépendance en laquelle il croit et s'accroche. Il y a 40 ans il ne restait que ce créneau  politique " l'indépendance", pour survivre au autres partis. Et depuis, il s'y est installé confortablement mais sans arriver à convaincre la majorité de la population qui reste autonomiste. Le hic !

 

Mini Guide du parlementaire avec une pincée de rire ou de larmes:

« Je suis nouvellement élu. Pouvez-vous m’expliquer ce
qu’est l’IRFM ? »

C’est un peu surprenant au départ, mais l’indemnité
représentative de frais de mandat vient en sus des frais
déjà pris en charge par les assemblées parlementaires
(collaborateurs, voyages, téléphones, affranchissements,
bureau sur Paris…). Elle est versée aux députés et
sénateurs à titre d'allocation spéciale pour frais.
L’enveloppe se monte à environ 6000 euros mensuels !
Deux instructions du bureau de l’Assemblée nationale et
du Sénat ont précisé les conditions d’utilisation en 2015

 

« J’ai acheté dans un élan de sentimentalité des bijoux à
mon conjoint pour la Saint-Valentin avec l’IRFM. Puis-je
être inquiété ? »
Très bonne question, bien que naïve. Les parlementaires
restent les seuls responsables de l’usage de l’IRFM.
Avant le 31 janvier suivant chaque année civile de mandat,
vous aurez simplement une déclaration attestant sur
l’honneur que vous avez utilisé l’IRFM, au cours de ladite
année, conformément aux règles définies par le Bureau.
Rassurez-vous, les assemblées ont toujours su protéger
leurs élus : il n’y a aucun contrôle, ni aucune sanction. Si
vous avez un problème, prétextez une phobie
administrative !

 

La commission en question suite à l'amendement de la loi. Pas de quoi faire cocorico !

Amendement du gouvernement

III. – Une commission composée pour moitié de parlementaires et pour moitié de personnalités qualifiées propose, dans un délai de douze mois à compter de la promulgation de la présente loi, les mesures destinées à réserver l’indemnisation aux personnes dont la maladie est causée par les essais nucléaires.
Nous resterons très vigilants sur l’amendement du gouvernement
Qui crée une nouvelle commission pour s'assurer que les indemnités vont bien aux malades des essais nucléaires !!!!

« Pour Tamarii Moruroa c’est une autre virgule rajouter  au texte". Yannick Lowgreen

 

La sénatrice du Nord DEMLESSINE , ancien ministre  resteras très vigilante comme Tamarii Moruroa sur le décret d'application de la loi et sur la mise en place d'une commission visant « à réserver l'indemnisation aux personnes dont la maladie est causée par les essais nucléaires. »

Sur le chemin de la reconnaissance des victimes des essais nucléaires


Dans le cadre de l’examen du projet de loi pour l'égalité réelle des Outre-mer, le Sénat a entériné définitivement, hier soir, une grande avancée pour la reconnaissance des victimes des essais nucléaires français au Sahara Occidental dans les années 60 et dans le Pacifique à la fin des années 60 et 90.

En effet, la notion de risque négligeable figurant jusqu’alors dans la loi Morin du 5 janvier 2010 signifiait concrètement un véritable chemin de croix pour que les victimes puissent prouver le lien entre les essais nucléaires et des maladies graves, comme la leucémie ou des cancers.

Cette aberration scientifique et législative a créé nombre d’injustices flagrantes et insupportables si bien que beaucoup de nos compatriotes, militaires métropolitains ou civils polynésiens, nous ont quittés sans que la France ne reconnaisse sa lourde responsabilité par des essais nucléaires qui leur ont coûtés la vie.

En tant que membre pour le Sénat de la commission de suivi des conséquences des essais nucléaires qui se bat depuis des années pour qu’au contraire prévale une présomption de lien entre les essais nucléaires et des maladies graves, je tiens à saluer vivement cette victoire qui est avant tout celles des associations de victimes.
Nous semblons, enfin, être sur le chemin de la reconnaissance pleine et entière de l'impact sanitaire, humain et environnemental des essais nucléaires.
Néanmoins, je resterai très vigilante sur le décret d’application de la loi et sur la mise en place d’une commission visant « à réserver l’indemnisation aux personnes dont la maladie est causée par les essais nucléaires. » Les parlementaires, les associations de défense de victimes et toutes les parties prenantes devront y être présentes et pleinement respectées pour que toutes les victimes obtiennent enfin justice !



Viti a revu le 1er février 2017 ses offres internet fibre (basées sur le réseau en fibre optique déployé par l’OPT) de sorte qu’elles soient au niveau du prix de l’ADSL (offres 8 Mega).

Sur le marché grand public, Viti baisse le prix de son offre Ora la fibre (internet illimité 10 Méga en réception et 2 Méga en envoi) à 11 900 F/mois au lieu de 13 900 F/mois.
Par rapport à l’offre fibre directement concurrente qui comprend des chaînes de TV en plus, elle convient parfaitement à ceux qui veulent avant tout de l’internet haut débit illimité à prix raisonnable et n’ont pas besoin pour 8 000 F de plus par mois de TF1 et M6 dont beaucoup de programmes sont disponibles sur leurs sites de replay ou sur TNTV.
A noter que ce prix de 11 900 F/mois est un tarif PERMANENT et non promotionnel. Les clients Ora la fibre paieront ce prix maintenant et dans 12 mois. De plus les clients Ora la fibre existants en bénéficient aussi tout de suite automatiquement et sans condition ni réengagement.


 

Malgré les grèves et les attentats, Air France améliore sa rentabilité

Air France a amélioré sa rentabilité

(le Figaro)

Le groupe profite de la baisse du prix du pétrole mais souffre du recul des recettes unitaires en raison d'une baisse des prix des billets sous la pression de la concurrence.

Air France-KLM n'a encore pas retrouvé le chemin de la croissance. Le groupe publie ce jeudi un chiffre d'affaires de 24,84 milliards d'euros pour l'année 2016, en baisse de 3,3% par rapport à l'année précédente alors qu'en parallèle, il a transporté 4% de plus de passagers, soit 93 millions. Le groupe, comme tous ses concurrents européens, doit faire face à une baisse de ses recettes unitaires en raison d'une baisse des prix des billets sous la pression de la concurrence et d'une offre de sièges supérieure à la demande.

Mais Air France-KLM parvient à améliorer sa rentabilité avec un résultat d'exploitation de 1,049 milliard d'euros, en hausse de 269 millions d'euros par rapport à 2015 (558 millions d'euros hors change). L'action gagne d'ailleurs près de 7% ce jeudi matin à la Bourse de Paris. Le résultat net est passé à 792 millions d'euros, en hausse de 674 millions d'euros par rapport à 2015. Pourtant en 2016, le groupe a dû faire face à deux mouvements de grève chez Air France. Les pilotes en juin, puis les hôtesses et les stewards en juillet. Au total, la perte liée aux mouvements sociaux a atteint 130 millions d'euros. Air France à également subi une baisse de fréquentation en raison des attentats dans l'Hexagone.

KLM dégage les deux tiers du résultat d'exploitation

La principale source d'amélioration du résultat d'exploitation est conjoncturelle: la facture carburant s'est établie à 4,59 milliards d'euros, ce qui représente une baisse de 25,7% par rapport à l'année précédente. Le groupe a aussi réduit ses coûts. La réduction des effectifs en 2016 de 1850 postes (équivalent temps plein), soit 1400 chez Air France et 450 chez KLM, s'est mécaniquement traduite par une hausse de la productivité.

 

 Extrait du courrier d'un lecteur outré ( pas le seul)

"S'il est  un dossier complexe c'est bien celui de la colonisation française en Algérie car je le connais bien et pas simplement dans les livres. J'y ai vécu sept années entre 9 et 16 ans (mais je ne suis pas pied noir ) et j'ai aussi écrit une thèse de doctorat d'Etat sur " Le Consulat de France à Alger de 1578 à 1830 ".

Résumer la colonisation française en Algérie à des "crimes contre l'humanité" est abject, absurde au regard des faits sur une période de 132 ans et un mensonge historique de grande envergure. 

Puisque Macron ressort une incrimination qui a été créée pour juger les crimes abominables des nazis au Tribunal de Nuremberg, alors parlons en :  6 millions de Juifs massacrés, reconnus par Eichmann, y compris les femmes et les enfants, 20 millions de Soviétiques liquidés et des millions de Polonais , Tchèques , Slovaques ,Hongrois, Serbes, Français et tous les autres peuples d'Europe tués par les SS, la Gestapo, la Whermacht et les Einsatzgrupen en Ukraine.......Le tout dans le cadre d'un réseau de plus de 800 camps de concentration et d'extermination : mon père fut ainsi déporté pendant 16 mois à Mauthausen , Melk et Ebensee en Autriche.

Comment ce petit bonhomme sorti de nulle part, jamais élu par le peuple, banquier chez Rothschild coupé du monde réel, a-t-il osé comparer les crimes de la machine de guerre nazie avec l'oeuvre de la France en Algérie pendant 132 ans ? Ce n'est pas innocent de sa part car il a fait de hautes études en philosophie avant d'entrer à l'ENA et il connaît le sens et le poids des mots.

 En fait, il est allé "lécher les babouches" des autorités algériennes qui sont vomies par le peuple algérien , lequel préfère émigrer vers la France, pays de l'ancien colonisateur soit disant honni, car des millions d'Algériens et autres maghrébins sont installés en France pour survivre alors qu'ils crèveraient de faim dans leur propre pays. Fidèle  à la politique de François Hollande et du PS ( Lire le livre  la "préférence immigrée" ) il veut capter les millions de voix des Français de fraîche date , entre 3 et 5 millions de voix , comme la repentance envers l'esclavage visait l'électorat noir et antillais.

Donc Macron n'en est pas à un mensonge près et puisqu'il aime les incriminations de la période nazie , je citerai le Dr Goebbels qui disait : " Plus un mensonge est gros, mieux il passe" , surtout à une époque où l'enseignement de l'Histoire de France depuis 1968 a fait des élèves français des jeunes sans repère et sans mémoire historique, surtout sur la colonisation qui est présentée désormais comme un ensemble de crimes contre l'humanité. Comparer Lyautey, tous les hommes politiques de  la Troisiéme République , en particulier Jules Ferry le plus grand colonisateur, à Hitler , Heydrich, Himmler , Goebbels, Eichmann et autres , il fallait le faire." (B.G universitaire)


 

Mercredi 15 février 2017

 

Il y a injustice sociale entre ceux qui travaillent dur pour peu et ceux qui ne travaillent pas et reçoivent de l'argent public" dixit François Fillon en novembre dernier !

Il y a un problème d'abaissement de la morale publique ; il y a un problème d'abaissement du niveau d'éthique dans la vie politique… et si on veut rétablir l'autorité dans le pays, je dis qu'il faut des responsables politiques honnêtes, irréprochables. Fr.Fillon.( France Info début septembre.)

Il ne mérite donc pas d'accéder à la magistrature suprême puisqu'il est loin d'être irréprochable. Cet acharnement a vouloir rester dans la course est indécent. R.

 

 Vrai ou faux ? Aucun pugilat à la présidence entre Nuihau Laurey et Tearii Alpha comme nous l'avions écrit,  sinon des "humeurs" entre les deux hommes qui n'en sont pas venus au mains, selon la présidence.

 

Editorial

Lana,, Gaston, Oscar...et Fillon

Il y a des jours où l'actualité locale n'inspire pas le romantisme. Bien sûr il y a le mari de la tonitruante sénatrice épinglé par la justice qui fait tâche mais n'enlève pas le sourire de Lana Tetuanui et de ses pairs, tant elle est atypique pour une parlementaire qui a su s'attirer les sympathies.  Elle travaille. Elle apprend et montre une volonté dont on était loin de se douter  par rapport à d'autres, alors on peut bien lui pardonner sa voix cassée, son ton de femme en colère même quand elle ne l'est pas, et son regard acéré sur les lois chocs qui intéressent son pays.

Oscar Temaru, le souverainiste acharné n'a toujours pas ses 500 parrainages. Il est loin du compte avec  seulement 150 signatures, le chemin va être très long et il reste peu de temps. Mais finalement qu'importe, parrainage ou pas, les sites polémistes nationaux sont preneurs d'autant plus qu'il clame que son but, bien sûr, n'est pas d'être élu président de la République, il n'est pas stupide, il s'offre simplement une belle tribune pour marteler son objectif et faire valoir, comme l'écrit Médiapart " le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes".

 Or il suffit au gouvernement local de le demander par voie de référendum ce droit des peuples, pour obtenir un droit inaliénable.  Jusqu'à présent aucun n'a joué à pile ou face, puisque la majorité qui l'emporte largement toujours lors des élections, c'est l'autonomie. Une autonomie " toilettée" pour être au goût des années qui passent et qui grignote de plus en plus sur les compétences de l'Etat.

Si Oscar et Gaston s'entendaient toujours, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui à la suite d'une brouille, ce n'est pas la première ni la dernière, concernant le parrainage et les législatives, le statut de "Pays associés" devait convenir aux deux hommes, tant il se rapproche de cette souveraineté tant désirée par Temaru. Et si Edouard Fritch était un peu plus malin et oubliait sa rancœur, il joindrait sa voix a celles des deux lascars dont les amours vont et viennent,  pour en profiter, peut-être, un jour. Car finalement ce statut  de "Pays associés" pourrait être présenté au vote de la population par voie de référendum et l'emporter, l'indépendance n'ayant  aucune chance d'être choisie. Les Polynésiens ne se nourrissent plus d'un amoncellement de leurres et de promesses, ils veulent du solide et ne sont pas favorables  à un programme de casse sociale concoctée par des apprentis sorciers qui depuis 40 ans cherchent à nous le vendre.

Par ailleurs et pour en revenir à François Fillon qui n'a peur, ni de la justice qui prend son temps, ni des huées de la population, ni du concert de casseroles qui l'accueillent dans bien des départements, se rend-t-il compte de l'impact sur les Français qu'a pu avoir son déplacement à la Réunion, quand ils l'ont vu s'offrir des images surréalistes du candidat pique-niquant, dansant, dégustant du rhum ?! Cela suffit il pour faire oublier aux smigards et aux chômeurs français combien Fillon  a finalement dupé les malheureux financièrement avec  sa Pénélope, alors que la vie est si dure pour les "trimards"..

Fillon a lancé qu'il voulait " casser la baraque", c'est lui qui risque le "jour J" d'être cassé par le peuple qui ne se laisse pas prendre par un aplomb et un orgueil "c'est moi ou rien" ! Il est le seul à droite peut-être et encore pas sûr, mais tous les Français, même à droite, ne lui sont plus favorables. Peut-on imaginer Fillon marqué à la culotte pour favoritisme, prise illégale d'intérêts etc... président de la République ? Mais alors tous les citoyens lambda qui trainent les mêmes déboires ne comprendront pas pourquoi, eux sont punis, et pas le candidat Fillon. N'a-t-il pas dit :" Pour être président de la République, il faut être soi-même irréprochable" !!!

.

 

 

Conseil des ministres.


15ème Edition du Forum Pays et Territoire d’outre-mer - Union européenne

La Commission européenne, en coopération avec le président de l'Association des Pays et Territoires d'outre-mer (OCTA), indique que la 15ème édition du Forum Pays et Territoires d’outre-mer (PTOM) – Union européenne (UE) aura lieu à Oranjestad (Aruba) du 20 au 24 février prochains.

Le Forum PTOM-UE est l’instance de dialogue politique à haut niveau réunissant les autorités des Pays et Territoires d'outre-mer (PTOM), les représentants des Etats membres dont ils relèvent, la Commission européenne, les membres du Parlement européen, les représentants de la Banque Européenne d'Investissement et les représentants des régions ultrapériphériques.

Le Forum sera précédé le 20 février d’un atelier sur le programme BEST (Biodiversty and Ecosystem Services in Territories of European Overseas) et par les 21 et 22 février par les réunions trilatérales rassemblant les Ordonnateurs territoriaux et régionaux des PTOM, les représentants des Etats membres dont relèvent les PTOM et la Commission européenne. Ces réunions porteront sur la programmation et la mise en œuvre des allocations régionales et territoriales du Fonds européen pour le Développement (FED). Le 23 février, se tiendra la Conférence de l’OCTA et enfin, le 24 février, le Forum PTOM-UE sera présidé par le Premier ministre d’Aruba, Mike E. Eman.

L’un des principaux objectifs de ce Forum concerne la réflexion sur un partenariat futur entre l’UE et les PTOM, car le financement du FED pour les PTOM arrive à échéance en 2020. Il est urgent que tous les gouvernements des PTOM aient une réflexion commune sur cette échéance de financement et mettent notamment en exergue la valeur ajoutée que les PTOM offrent à l’Union Européenne. L’OCTA sera chargée de soumettre à chacun des gouvernements une stratégie commune de financement des Etats membres, de la Commission Européenne et du parlement européen.

Pendant la conférence ministérielle de l’OCTA, le renouvellement du bureau de l’OCTA sera également à l’ordre du jour. La délégation de la Polynésie française sera menée par la ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu.



Extrait du rapport sur le développement numérique

Le développement numérique impacte toutes les politiques publiques de manière transversale afin d’impulser une transformation de notre société et de notre économie. Dénominateur commun des initiatives publiques et privées en faveur d’un déploiement numérique harmonieux, le SDAN-PF a pour but de garantir une action cohérente, pérenne et efficace en vue d’un aménagement équilibré de l’ensemble du Pays et de lutter contre la fracture numérique du « haut débit » et du « très haut débit » entre les différents archipels de la Polynésie française.

 Il s’agit d’un document stratégique de long terme, d’une feuille de route gouvernementale qui fixe les ambitions numériques pour la Polynésie française. Sa mise en œuvre appelle aujourd’hui la mobilisation de tous, autour des quatre axes majeurs retenus et déclinés en douze propositions hiérarchisées selon leur temporalité (court et moyen/long terme).

Indice des prix à la consommation : baisse de 0,9% en janvier

En janvier, l'indice des prix à la consommation est en baisse de 0,9 % et s'établit à 107,05. Cette diminution est liée à une baisse des prix de 5,6 % dans la division Transports.

Sur douze mois, l'indice général est en repli de 0,6 %. Les prix des produits alimentaires et boissons non alcoolisées augmentent de 0,3 %. Les prix de la division Transports diminuent de 2,8 % et ceux de la division Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles, de 1,1%.

Par ailleurs, l’indice ouvrier baisse de 0,2 % en janvier. Il diminue de 0,7 % sur l’année. Hors transport aérien international, l'indice général est stable en janvier (- 0,5 % sur douze mois).


Index des travaux du Bâtiment et des Travaux Publics : baisse de 0,5% sur douze mois

En janvier, l'index du Bâtiment et des Travaux Publics (BTP) croît de 0,1 %. Cette évolution est essentiellement liée aux augmentations de prix des matériaux électriques et des minéraux. L’index du Bâtiment reste stable et celui des Travaux publics progresse de 0,2 %.

Dans le Bâtiment, l'index du Gros Œuvre augmente de 0,1 %, celui du Second Œuvre baisse de 0,2 %. Dans les Travaux Publics, l'index du Génie Civil augmente de 0,3 % alors que l'index des Travaux Spécialisés baisse de 0,1 %.

Sur douze mois, l'index général du BTP baisse de 0,5 %, l'index des Travaux Publics diminue de 1,7 % et celui du Bâtiment augmente de 0,5 %.

En janvier, par ailleurs,, les index du Gardiennage et de la Sûreté augmentent de + 0,3 %. Les index des Véhicules Légers et des Véhicules de Chantier restent stables.


L’ISPF présente les résultats de l’Etude sur le budget des Familles de 2015

L’Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF), a présenté, au Conseil des ministres, les premiers résultats de « l’Etude Budget de Familles 2015 ». Ces résultats sont l’aboutissement d’un processus statistique de grande envergure et techniquement complexe qui a nécessité huit mois de préparation, un an de collecte des informations et un an de traitement des fichiers de données. La dernière enquête de ce type réalisée sur l’ensemble des archipels polynésiens remonte à l’année 2000.

Parmi les résultats majeurs présentés, on note que les familles de Polynésie française ont dépensé près de 250 milliards Fcfp en 2015. La structure des dépenses monétaires des ménages a évolué. Après l’alimentation, le transport devient le deuxième poste de dépenses devant le logement. Le nombre d’usagers des transports publics est en forte baisse, au profit des voitures particulières, les dépenses dans ce secteur pesant sur le budget des familles.

Les inégalités entre familles riches et pauvres se sont accentuées depuis 2000, mais tendent à se stabiliser entre 2009 et 2015. La crise socio-économique a amplifié le phénomène de regroupement où cohabitent plusieurs générations et noyaux familiaux.
La convergence économique des archipels éloignés se poursuit, en particulier avec une monétisation de leur économie. Ces territoires voient leurs dépenses comme leurs revenus progresser en 15 ans.

On peut toutefois regretter, qu’à ce stade, les premiers résultats ne prennent pas en compte la valorisation des échanges non monétaires, notamment l’autoconsommation. L’ISPF annonce que des résultats sur ces thèmes seront progressivement publiés dans les prochains mois.


Commission de recensement des sinistres et de répartition des secours : modification du champ d’intervention

Le Vice-président de la Polynésie française a proposé de modifier le champ d’intervention de la commission de recensement des sinistres et de répartition des secours afin de lui permettre de valider l’inventaire des sinistres sur les véhicules liés aux catastrophes naturelles.

Cette validation permettra aux propriétaires de véhicule déclaré en perte totale de bénéficier du dispositif d’aide mis en œuvre par la délibération du 8 juillet 2016 instaurant une aide au soutien économique du secteur automobile, et qui est en cours de modifications.


Aides du Pays suite aux intempéries : virement de plus de 90 millions Fcfp de crédits

Le 25 janvier dernier, suite aux intempéries, le Conseil des ministres a procédé à un premier virement de crédits, à partir du chapitre « dépenses imprévues », de 46,8 millions Fcfp, pour permettre la prise en charge des premiers secours et des premières remises en état.

Le ministre des Finances a proposé lors du Conseil des ministres de ce jour de procéder à deux nouveaux arrêtés de virements de crédits pour un montant total de 91,65 millions Fcfp, dont principalement 50,755 millions Fcfp pour les aides à l’équipement des ménages sinistrés, 30 millions Fcfp pour la prise en charge par l’AISPF des loyers de certaines personnes sinistrées relogées dans le parc locatif privé et 10 millions Fcfp pour les réparations sur le site touristique des trois cascades.


TNAD : tarifs d’occupation des sites, modifications de l’EPRD 2016, et EPRD 2017

L’établissement TNAD (Tahiti Nui Aménagement et Développement) est propriétaire et affectataire d’emprises foncières destinées au développement de projets pour le compte du Pays.
Dans l’attente de réalisation de ces projets et pour couvrir les dépenses liées à la gestion de ces sites (entretien, gardiennage), ces fonciers font l’objet de mise à disposition ponctuelle, précaire et révocable au profit d’activités commerciales, culturelles et sportives.
Ces tarifs tiennent compte d’une dégressivité en fonction de la durée d’occupation du site mis à disposition et d’une réfaction de 50% du tarif pendant les périodes d’installations et replis des aménagements nécessaires au déroulement des activités sur une durée maximum de sept jours pour le montage et sept jours pour le démontage.
L
Le Conseil des ministres a en outre approuvé le projet de l’état prévisionnel des recettes et dépenses pour l’exercice 2017 de l’établissement public TNAD, qui est arrêté en recettes et en dépenses nets à la somme de 5,105 milliards Fcfp.
L’Etat Prévisionnel des Recettes et Dépenses 2017, voté en équilibre, a pour objet d’inscrire les crédits nécessaires au fonctionnement courant et à la gestion des actifs commerciaux propres et affectés à TNAD et de valider le programme d’investissement des opérations à mener en maîtrise d’ouvrage déléguée et en maîtrise d’ouvrage propre.


Bilan de la 18ème édition du Salon du Tourisme

La 18ème édition du Salon du Tourisme - Tere ‘ai’a s’est tenue du vendredi 3 au dimanche 5 février derniers. Le succès a été une nouvelle fois au rendez-vous.

Créé en 2007, cet évènement est organisé deux fois par an, les premiers week-ends de février et de septembre. Le salon regroupe en un seul lieu, les professionnels du tourisme venus des 5 archipels de la Polynésie française. Il a été créé notamment pour dynamiser le tourisme intérieur. Il permet à un grand nombre d’acteurs d’obtenir un flux réguliers de touristes et contribue fortement à maintenir et conforter leur activité, même dans des îles les moins accessibles et les moins connues. Cet apport et cet intérêt économiques sont considérables à l’échelle des îles de la Polynésie française.

Cette année, le Salon a accueilli environ 180 stands sur un site de 8000 m2 et 217 exposants dont 29 hôtels, 102 pensions de familles/maisons d’hôtes et 53 prestataires d’activités. Durant 3 jours, le Salon a accueilli plus de 15.000 visiteurs.

Pour la petite hôtellerie familiale le bilan est plutôt satisfaisant, en particulier pour les îles de la Société. L’hôtellerie internationale déclare également enregistrer une hausse des ventes. Au niveau de l’aérien, durant l’édition de septembre 2016, la compagnie Air Tahiti avait émis 3 163 billets. Cette fois-ci, le nombre de dossiers de réservation constitués sur son stand a été en augmentation de 7%, et ce dans l’attente des chiffres définitifs.


COPIL Famille : travail avec les forces vives du Pays pour l’élaboration d’un projet de société

Au mois de janvier 2016, suite à différents évènements qui ont bouleversé l’opinion publique, le Président de la Polynésie française a annoncé le lancement de travaux liés à la réalisation d’un plan d’orientation stratégique pour la mise en œuvre d’une politique publique de la famille. Ce travail a alors été confié à un comité de pilotage ad hoc, composé de personnalités reconnues pour leur implication quotidienne en faveur des familles polynésiennes. Après plusieurs mois de travaux, ce plan d’orientation stratégique a été approuvé par l’Assemblée de Polynésie française, par le biais de la délibération du 27 octobre 2016.

Les mesures proposées dans le plan étaient, cependant, destinées à répondre aux besoins les plus criants. Or, il convient non seulement d’assurer la mise en œuvre des actions préconisées, mais également de proposer d’autres mesures, allant bien au-delà, qui constitueraient un véritable projet de société. Aussi, il reviendra dorénavant à ce comité de pilotage de travailler avec l’ensemble des forces vives du Pays pour l’élaboration de ce projet de société.


Réhabilitation de l’immeuble Van Bastolaer

Les capacités actuelles d’hébergement des étudiants sont insuffisantes au regard du nombre de places offertes par les structures existantes et appartenant au Pays. Ce déficit de chambres n’est pas compensé par l’offre émanant du secteur privé.

Le ministère de l’Education, de la jeunesse et des sports en charge de l’enseignement supérieur, souhaite par conséquent augmenter la capacité d’hébergement actuelle en procédant à la réhabilitation d’un bâtiment existant, apparten
 

 

Marcel Tuihani au Sénat

Le président de l’Assemblée, Marcel Tuihani, effectue une visite à Paris, au Sénat et à l’Assemblée nationale. Le président est accompagné de Madame Jeanne Santini, secrétaire générale de l’Assemblée de la Polynésie française, et de Madame Béatrice Ly Sao, chef du service des commissions de l’Assemblée de la Polynésie française. L’objet de la mission est de bénéficier du soutien des deux Chambres pour la mise en œuvre de la commission du suivi des politiques publiques adoptée par l’Assemblée de la Polynésie française à la fin de la session budgétaire en décembre 2016 et portée par le président Tuihani.

Marcel Tuihani a souhaité bénéficier des conseils et du savoir faire des deux Chambres du Parlement français dans le cadre des conventions qui les lient à l’Assemblée de la Polynésie française. C’est ainsi que la délégation polynésienne participe à des séances plénières et à des commissions, ainsi qu’à de nombreuses réunions de travail avec les responsables des commissions et des personnes chargées de l’organisation, du suivi et des comptes rendus de séance. Outre la mise en œuvre de la commission du suivi des politiques publiques, le président de l’Assemblée souhaite améliorer les travaux du service chargé du suivi des commissions et de la restitution des séances. L’agenda est très chargé, et ce ne sont pas moins de dix réunions de travail qui attendent la délégation polynésienne au Sénat, sans compter un agenda tout aussi chargé à l’Assemblée nationale.


A l’invitation du président du Sénat, Gérard Larcher, Marcel Tuihani a profité de sa présence au Sénat pour assister mardi 14 février à la séance consacrée au débat sur la loi pour l’égalité réelle et au vote des modifications apportées à la loi Morin avec la suppression du risque négligeable, qui a été adoptée à l’unanimité par la Haute Assemblée. Il était ainsi venu apporter son soutien aux sénateurs polynésiens, et notamment à la sénatrice Lana Tetuanui, rapporteur du texte et par ailleurs première vice-présidente de l’Assemblée de la Polynésie française. A cette occasion, la présidente de séance a salué la présence de Marcel Tuihani et a rappelé la conclusion entre le Sénat et l'Assemblée de la Polynésie française d'une convention de partenariat destinée notamment à développer une meilleure connaissance mutuelle et à partager les expériences en matière de fonctionnement institutionnel.

Marcel Tuihani a également rencontré Monsieur Marc Vizy, Conseiller Outre-mer du Président de la République, avant son déplacement à Papeete où il accompagnera la Ministre des Outre-mer, Madame Ericka Bareigts. Le président Marcel Tuihani qui sera de retour lundi 20 février, recevra le lendemain mardi 21 février à 16h, à l’Assemblée de la Polynésie française, la délégation conduite par la Ministre des Outre-mer et le Conseiller du Président de la République.

 

 

Cahuzac continue de toucher ses indemnités de ministre

Et le « Canard déchainé » ne le savait pas ??

L'ancien ministre du Budget, mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale, perçoit chaque mois 9 443 euros bruts de la part de l'État.

Le 4 avril, Jean-Marc Ayrault demande à Jérôme Cahuzac de renoncer à ses indemnités de ministre, qui lui sont légalement dues pendant six mois à compter de son départ de Bercy. Plus de deux mois après sa démission, l'ancien membre du gouvernement, mis en examen pour blanchiment de fraude fiscal, n'a pas signifié qu'il acceptait d'y renoncer et les perçoit donc toujours, révèle RMC.
Chaque mois, l'ex-ministre du Budget touche donc 9.443 euros bruts de la part de l'Etat. C'est parfaitement légal et rien, sauf une question d'éthique, ne peut contraindre Jérôme Cahuzac à abandonner son droit.

Un "bras d'honneur à la France"
L'attitude de l'ancien ministre choque dans le milieu politique, notamment son ancien camarade socialiste Eduardo Rihan Cypel, député de Seine-et-Marne interrogé par la radio : "Jérôme Cahuzac devrait avoir un peu d'esprit, de dignité et surtout beaucoup d'éthique. Il devrait comprendre qu'avec cette attitude il fait un grand bras d'honneur à la France entière. Maintenant, il a le droit de se ressaisir. Il est toujours temps de rendre cet argent. Je ne veux pas croire que Jérôme Cahuzac aime trop l'argent pour ne pas le rendre."

Pour le député communiste du Nord Jean-Jacques Candelier, Jérôme Cahuzac "touche un parachute doré. Il aurait pu, vu sa fortune, s'abstenir de toucher cette indemnité. Il ne donne pas une bonne image de l'élu, il doit être dans un autre monde. Qu'il ne revienne pas en politique car il n'a plus rien à y faire."

 


ça commence, la macronade !

Bien qu'il appelle à ne «pas balayer tout ce passé», le leader d'En Marche! estime toutefois que la France doit présenter ses «excuses à l'égard de celles et ceux vers lesquels (elle a) commis ces gestes» de «barbarie».

Voilà une sortie qui pourrait faire couler beaucoup d'encre. En marge de son déplacement en Algérie, Emmanuel Macron a accordé une interview au média local Echorouk News. L'occasion pour lui de revenir sur un sujet encore brûlant entre les deux pays: la colonisation. «C'est un crime. C'est un crime contre l'humanité. C'est une vraie barbarie, et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l'égard de celles et ceux vers lesquels nous avons commis ces gestes», dénonce-t-il. Des mots très forts, maisqui ne traduisent pasune condamnation sans réserve pour autant. En effet, le leader d'En marche! a tempéré ses propos dans la foulée, empruntant ce qu'il a lui-même appelé un «chemin de crête».

«En même temps, il ne faut pas balayer tout ce passé, et je ne regrette pas cela parce qu'il y a une jolie formule qui vaut pour l'Algérie: “La France a installé les Droits de l'Homme en Algérie, simplement elle a oublié de les lire”. C'est une jolie formule pour expliquer ce qu'est cette période, c'est-à-dire qu'il y a eu des crimes terribles, il y a eu de la torture, il y a eu de la barbarie - parce que la colonisation est un acte de domination et de non-reconnaissance de l'autonomie d'un peuple. Mais en même temps, je ne veux pas qu'on tombe, tout en reconnaissant ce crime, dans la culture de la culpabilisation sur laquelle on ne construit rien», a-t-il exhorté, dans une sorte de synthèse.

La seule voix qui lui manquera pour qu'il entre à l'Elysée sera donc bien la mienne ! J-P

NB et à la suite de cette retransmission de nombreux lecteurs ont enchainé sur la phrase de J-P

 

 Yannick Lowgreen a bien vu le piège d'une commission qui ne prendrait effet que dans un an. Il s'adresse à la député Tapura. Certes" le risque négligeable" est supprimé mais... le gouvernement retarde encore les indemnisations.

« Quand on veut enterrer un problème on crée une commission » 

En effet nous considérons que justice a été rendue à toutes les victimes des essais nucléaires qui se sont déroulés en Algérie et en Polynésie Française. L'Assemblée Nationale a pris le 9 février dernier une décision historique qui restera dans la Mémoire des associations ainsi que des Vétérans et Malades et, « nous ne pouvons que remercier les 31 députés ayant voté ce jour » mais nous nous demandons où sont passés les 546 autres Députés n’ayant pas pris part à ce rendez-vous Importants pour tous ceux qui sont touchés dans leur chair et ayant œuvré à la grandeur de la Nation Française.

Pour nous l’avancée vient que la Nation Française ainsi que les Parlementaires de tous bords  reconnaissent le fait nucléaire, les victimes,  la contamination, donc le risque encouru et reconnu. C’est vrai que c’est une avancée historique dans ce dossier. Nous en jugerons sur pièce le moment venu quand cette fameuse commission sera composée et commencera à exercer ses prérogatives et pouvoirs, et que nous constaterons l’avancée , le vrai changement arrivera quand les premiers dossiers seront enfin traités sans contraintes, sans petites tracasseries sorties de dernières minutes et que personne n’aurait  vu arriver. Et surtout, et enfin que les premières indemnisations seront versées pour que nous puissions tous dire que justice a été rendue .

Il reste encore à mener un dernier combat celui de l’honneur et de la reconnaissance. Il arrive souvent d’entendre au sujet de vétérans .. oui ! vous auriez pris des risques… ? sans doute ? mais personne ne vous à forcé d’aller sur les sites. C’est vrai, en voilà une vérité qui est bonne à dire et qui nous fait bien plaisir. Cela veut bien dire en vérité, que malgré les risque les Vétérans sont allés volontairement pour servir la nation et pour défendre ses intérêts et son indépendance ? Mais alors ! où est la reconnaissance ? Nous ne pouvons pas non plus passer sous silence les dommages humains, les dommages collatéraux, ceux qui blessent le cœur et bafouent la dignité de l’être humain. Car nous ne le savons que trop bien. Tout n’a pas été si idyllique que ça dans les familles des vétérans loin de chez eux . que de drames conjugaux, de séparations , d’adolescents sans repères et model  paternel,. Après  des années passées sur les sites l’intégration pour certains a été laborieuse, personne ne s’en souciait, ce n’était pas un problème pour l’Etat ? Mais où est la reconnaissance ? Peut-être que nous étions et sommes toujours considérés comme du négligeable.

Vous ne pouvez  plus éviter la reconnaissance honorifique des  Vétérans ayant œuvré à la Grandeur de la Nation Française par le titre de reconnaissance de la nation qui s’impose d’elle-même et- que nous demandons également depuis 2009.

A quand le dépôt d’un amendement modifiant les textes d’attribution  de la T.R.N ?

 Le Député Dominique Dor  avait déjà déposé une demande sur le bureau de l’ A.N. en ce sens qui est restée sans suite car nous comptons beaucoup sur nos parlementaires Polynésiens, des outremers et métropolitains afin de faire avancer ce dossier et çà ne sera justice."

 

 

 

Mardi 14 février 2017

 

i

 

Oscar n'est pas un "canard" mais un "renard".

Oscar Temaru adore choquer et faire parler de lui avec son sourire malicieux. Il n'a que ce créneau pour se faire entendre et pour ne pas ressembler aux politiciens locaux dont les interventions sont bien souvent trop longues et lénifiantes. Le moment est propice. La polémique bat son plein en France lui, ne fait jamais de longs discours. Il assène quelques bons mots ici, une ou deux injures par là et cela vaut un discours. Tout le monde ne peut pas se le permettre !

Oscar est certainement le plus malin de nos hommes politiques.  Mieux il est rusé et madré comme un vieux paysan auvergnat. Il n'aura probablement pas ses 500 signatures mais il aura l'écoute de journalistes friands de polémiques car n'ayant peur de rien, il est un mets de choix  comme Edwin Plénel, le patron de Médiapart, les aime.

 Il va donc se régaler avec Oscar, un "canard" qui peut être déchainé même quand il se croit enchainé  tout en profitant le plus intensément possible...  de ses chaînes. Que dire d'ailleurs s'il n'en avait plus. Et comme il n'a cure du passé au plan mondial, seul celui de la Polynésie lui importe, du coup, les mots les plus cruels et les plus injurieux passent comme une lettre à la poste ! Lui, peut tout dire...Il ne reçoit qu'une réaction amusée des médias et aucune du monde politique ou judiciaire. C'est le plus fort...

 

 

Le Dr Levy hier soir a très bien expliqué pourquoi les 900 millions promis il y a un an par François Hollande lors de sa visite, mais jamais arrivés , manquent terriblement au service d'oncologie pour soigner les patients atteint de cancers, à l'aide d'un matériel très couteux que le CHT ne peut pas se permettre de commander. Le Pays ne peut-il faire preuve d'une bonne action compte tenu des milliards dépensés... dont on ne voit que peu les retombées et mettre la main à la poche pour mieux soigner ceux qui souffrent ?

 

Quand le canard canarde, il est ... déchainé !

 Et vlan un autre dans la nasse, celui que l'on voit tous les jours dans la presse, le porte flingue de Fillon.

"Solère dans la nasse fiscale»: Le porte-parole de la campagne de Fillon accusé de fraude fiscale par le «Canard enchaîné» relève 20 minutes.

  Le Canard enchaîné annonce de nouvelles révélations pour son édition à paraître mercredi. L’hebdomadaire satirique a laissé entendre dans un tweet que la prochaine personnalité politique à laquelle il s’est intéressé est  Thierry Solère, le « monsieur primaire » des Républicains et porte-parole de François Fillon.

 « Thierry Solère, le porte-parole de Fillon dans la nasse fiscale », a simplement tweeté le volatile.

 L’organisateur des primaires de la droite et du centre, n’a pas réglé une partie de ses impôts sur le revenu de 2010 à 2013, ainsi que la taxe foncière de l’année dernière. Une source judiciaire citée par le volatile compare cette affaire à « un Thévenoud en puissance », du nom de l’ancien ministre socialiste démissionné suite aux révélations sur sa « phobie administrative ».

 En septembre dernier, déjà, Mediapart révèlait qu’une plainte avait été déposée par l’administration fiscale française pour fraude fiscale contre le député Les Républicains. La plainte émanait de la direction générale des finances publiques et était parvenue au parquet de Nanterre au début du mois de juillet, selon la source judiciaire interrogée par Mediapart.

 Le député des Hauts-de-Seine avait répondu à ces affirmations par un communiqué, se disant « stupéfait » et affirmant n’avoir « commis aucun délit fiscal ». « La volonté est manifeste de me nuire et d’entacher le bon déroulement de la primaire de la droite et du centre. Je suis la victime du cabinet noir de l’Élysée. La primaire est sa cible », avait-il accusé.

 

Vous voyez, gauche ou droite, bonnet blanc et blanc bonnet, Ils sont tous les mêmes dès que leurs attributions le leur permet. Le Canard a du pain sur la planche. Il ne sera jamais devant une page blanche !



Les différences d'appréciation chez les journalistes. Un mot fait parfois la différence. Clin d'œil !

Tahiti Infos titre d'une manière apaisante le communiqué de l'IEOM que nous avons publié hier :" Le climat des affaires se maintient"

Dans la Dépêche : IEOM: "Le climat des affaires se maintient tout juste"

Ce dernier ressemble le mieux au communiqué en question qui stipule   "au début 2017 les professionnels apparaissent moins enthousiastes"

 

Le candidat à la présidentielle a laissé fuiter son patrimoine et ses revenus

Le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron joue la transparence. Le Journal du dimanche révèle ses revenus et son patrimoine repris par de nombreux quotidiens dont celui au plus gros tirage  "Ouest France."

Opération transparence pour Emmanuel Macron. "Il aura des problèmes, il a manié trop d’argent", prophétisait  récemment un François Fillon empêtré dans le "Penelopegate" devant quelques journalistes. Pour couper court aux attaques, Macron, déjà cible d'une polémique sur ses frais de représentation à Bercy, laisse fuiter dimanche 12 février dans le Journal du dimanche l'étendue de ses revenus et de son patrimoine.

Et c'est précis. Ses revenus, d'abord. Le candidat à la présidentielle gagnait environ 400 000 euros brut annuels chez Rothschild, où il a travaillé entre 2008 et 2012. Il a aussi bouclé un gros deal, le rachat de la division "nutrition infantile de Nestlé par Pfizer". Ce qui lui a permis d'empocher quelques 2,8 millions d'euros. 

Des droits d'auteur évalués à 250 000 euros

A l'Elysée, comme secrétaire général adjoint où il est arrivé en mai 2012, ses revenus étaient de 12 000  euros par mois. Comme ministre de l'Economie, poste qu'il a occupé de août 2014 à août 2016, il gagnait 9940 euros. Et aujourd'hui ? Uniquement les droits d'auteurs issus de son livre Révolution, que la JDD évalue à 250 000 euros au final. Son épouse, Brigitte, bénéficie d'une retraite d'enseignante, de 2150 euros mensuels. 

Le patrimoine d'Emmanuel Macron, ensuite. Assujetti à l'ISF entre 2013 et 2015, il ne possède aujourd'hui ni maison, ni voiture, ni oeuvre d'art. Cela n'a pas toujours été le cas. En 2007, alors inspecteur des finances, il avait acheté un appartement de 83 m2 à Paris, pour 950 000 euros alors qu'à l'époque, son salaire était de 40 000 euros annuels.
 

Un appartement revendu pour 980 000 euros

Il avait obtenu un prêt de 350 000 euros au Crédit mutuel et un autre de 550 000 euros contracté auprès de son mentor, l'homme d'affaires Henry Hermand, décédé en novembre dernier. "Devant notaire et entièrement remboursé", affirme l'entourage de Macron au JDD. L'appartement a été revendu pour 980 000 euros.
 
Enfin, Emmanuel Macron possède aussi des placements financiers pour un total de 227 772 euros. Il doit encore 252 750 euros au Crédit agricole. Somme qu'il avait empruntée pour rénover la maison de son épouse au Touquet. Il loue avec elle un appartement dans le 7e arrondissement de Paris. 

 

 

 Communiqué de presse d’Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer

L’égalité devient réelle pour les Ultramarins

Mardi 14 février 2017

Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer, se réjouit de l’adoption à l’unanimité de la loi « Egalité réelle Outre-mer ». Cette loi s’inscrit dans la continuité du travail mené depuis 2012 par le Président de la République et les gouvernements pour redonner aux Ultramarins la fierté d’appartenir pleinement à la République.

La ministre s’est attachée à poursuivre une démarche collective tout au long de l’élaboration de la loi. Le rapport de Victorin Lurel, député de la Guadeloupe, la consultation publique, un dialogue constant avec les parlementaire et l’engagement du gouvernement ont permis au texte d’être très largement enrichi.

La loi « Egalité Réelle Outre-mer » traduit un véritable changement de vision des Outre-mer. Pour la première fois, la diversité des territoires ultramarins est reconnue par les politiques publiques. Chaque territoire aura ainsi la liberté, en lien avec l’Etat, choisir son modèle de développement social, économique et culturel, en valorisant ses atouts, son identité et ses spécificités. La coopération régionale et l’intégration des territoires dans leur environnement sont également renforcées.

La loi porte d’importantes dispositions pour combler les inégalités inacceptables qui subsistent encore entre l’Hexagone et les territoires ultramarins. En matière d’égalité sociale, avec notamment, l’adaptation du complément familial, l’alignement progressif de l’assurance vieillesse pour les parents au foyer ou la suppression de la condition préalable imposée aux travailleurs indépendants de justifier du paiement des cotisations sociales pour accéder aux prestations familiales.

Plusieurs mesures essentielles visent à assurer aux Ultramarins des conditions de logement dignes, à faciliter les parcours résidentiels et à favoriser l’accession à la propriété des ménages les plus modestes. La loi organise de nouvelles mobilités pour les jeunes ultramarins, en créant les conditions de leur retour sur le territoire. Plusieurs dispositifs de soutien aux TPE/PME ainsi qu’à l’emploi et au développement économiques sont également prévues.

Une attention particulière a été apportée à Mayotte, avec des mesures ambitieuses pour combler les écarts, criants, qui existent avec l’Hexagone ou les autres départements d’Outre-mer dont les écarts avec l’Hexagone sont les plus criants.

Enfin, pour avancer vers une mémoire collective apaisée, la loi marque une étape historique dans la reconnaissance des victimes des essais nucléaires en Polynésie

 

L'ONG Bloom dénonce la transformation de 90 % de poissons comestibles en farine
20 Minutes avec agences

Sardines, anchois, sprats, krill et et autres « poissons fourrage »… Ces animaux situés au bas de la chaîne alimentaire servent trop souvent à alimenter des poissons d’élevage (saumon, cabillaud, daurade, etc.), des porcs ou des poulets, menaçant la sécurité alimentaire de populations qui s’en nourrissent.

Dans un rapport intitulé Le côté obscur de l’aquaculture, l’ONG Bloom dénonce cette industrie intensive, alors qu’entre « 1950 et 2013, 25 % des captures de poissons dans le monde (…) ont été réduites en farine et en huile ». Soit 20 % des captures mondiales.

Contraire au Code de conduite pour une pêche responsable

Pourtant, « 90 % des espèces ciblées pour être réduites en farines sont comestibles, c’est ça l’aspect le plus scandaleux et problématique » de la pêche minotière, souligne Claire Nouvian, présidente de Bloom. D’autant qu'« il faut quatre kilos de poisson sauvage pour faire un kilo de poisson d’élevage ».

Les volumes pêchés sont donc « absolument phénoménaux » pour alimenter une aquaculture qui fournit désormais près de 50 % du poisson consommé dans le monde (9,8 kg par an et par habitant en 2012).

Un Code qui stipule notamment que « la transformation en farine et huile de petits poissons pélagiques de qualité alimentaire doit être limitée aux espèces non consommables ».

De quoi méditer sur  l'énorme ferme aquacole de Hao !

 

 

Lundi 13 février 2017

La vérité est si obscure en ces temps et le mensonge si établi , qu' à moins d'aimer la vérité on ne saurait la reconnaître ( Pascal )

 

 14° Fifo :Le grand prix pour "The opposition".

"Alors on danse" Prix du public.

 

 

·         A 9h, au ministère des Solidarités demain, signature d’une charte d’engagement relative au dispositif « Entreprise active pour la santé de ses salariés », entre le ministre, le Dr. Jacques Raynal, et quatre nouvelles entreprises qui rejoignent le programme (Newrest, Intercontinental Bora Bora, SIPAC, et Interoute). 

 

ve Vendredi 17 février 2017 à 9h00, dans la salle du conseil d'administration du groupe OPT à Fare Ute, signature de la convention-cadre relative au partenariat entre le groupe OPT, son directeur général Jean François Martin  et les établissements scolaires de la Polynésie française

Ce partenariat réussi consiste pour le groupe OPT à accorder depuis 2007 aux établissements d’enseignement du premier et du second degré un accès à Internet gratuit (sur support ADSL, RTC ou RNIS selon éligibilité), et à leur appliquer des tarifs réduits pour tout accès ADSL supplémentaire souscrit, depuis 2009.

NB Ils en ont de la chance les enfants d'aujourd'hui.

 

Editorial

Fritch : " Banco pour Fillon"

Décidément, Edouard Fritch n'en perd pas une. "Première" nous a rapporté son propos concernant sa visite à François Fillon " Banco pour Fillon, c'est l'essentiel" a-t-il dit avec fierté.

 Le peuple français n'a pas l'air de chanter le même refrain. Ce ne sont pas les Républicains qui tentent de faire corps avec le malheureux ex-futur président qui va même danser le guilledou à la Réunion pour prouver sa bonne conscience et s'empiffrer de cuisine régionale, sous les yeux rébarbatifs des Français, qui vont, espère-t-il, lui faire gagner cette élection capitale. Le président Fritch aurait du être plus mesuré dans son engagement . François Fillon ne peut plus être président de la République. Trop de Français le récusent et les célèbres" sans dents", les "gagne-petit" n'ont pas accepté les sommes si importantes distribuées à sa famille. A la limite, que Pénélope ne travaille pas n'est pas la cause de leur rancœur, c'est de savoir combien elle était payée... pour ne pas travailler.

Que se passe-t-il au plan judiciaire ? Un classement sans suite de plus en plus improbable selon les éditorialistes D'abord parce que c'est le timing qu'il a lui-même fixé aux parlementaires "Les Républicains". Rappelez-vous, juste après que Le Canard enchaîné a révélé l'affaire, il les avait réunis à son QG et leur avait demandé de tenir "quinze jours". Nous y voilà. Il espérait secrètement que le Parquet national financier (PNF) qui a ouvert une enquête pour détournement de fonds publics et abus de biens sociaux la classe sans suite, selon les révélations du site Huffington Post.

 C'est aujourd'hui l'hypothèse la moins probable et la conférence de presse de ses avocats jeudi prouve qu'il prend la menace au sérieux.Les soutiens au sein de son parti sont de plus en plus divisés. Mais ce qu'il ne sait pas, le malheureux François Fillon, c'est que son nouveau soutien  le président polynésien lui même, ne porte pas chance. Il a porté la poisse à tous ceux sans exception, comme nous l'avons écrit dimanche, auxquels il a tendu une main secourable, Sarkozy, Hollande, Valls, Juppé sont devenus nos chers disparus.

Si, par ailleurs, nous sommes souvent d'accord avec Marine Le Pen, nous ne pouvons pas l'être en ce qui concerne "l'affaire Théo, ce jeune "black" "bien sous tous rapports" qui s'est trouvé là  au mauvais moment. Il faut arrêter de dire et répéter qu'il s'agit d'un dérapage !!! Un dérapage aussi profond ne provoque pas une blessure anale de 10 cms de long qui ne peut être faite que par un coup puissant et rageur. Un simple dérapage de comportement n'est pas crédible. Certes les policiers  risquent leur vie tous les jours à Paris, ils manquent de moyens humains et matériel et doivent affronter des hordes  sauvages tous les jours, c'est vrai, mais  le policier qui a osé avoir un geste aussi redoutable en provoquant une invalidité durable au jeune Théo, sans parler de sa souffrance, ne peut pas  trouver grâce. L'opinion publique est émue. Ce policier est une brebis galeuse dans le corps méritant des policiers. Et Marine Le Pen, elle non plus ne devrait pas déraper.

 

 

Le député Georges Fenech invite les Républicains a changer de stratégie envers Fillon.

Il appelle son parti à réunir un conseil national en urgence pour trouver un autre candidat pour la présidentielle que François Fillon, empêtré dans les affaires ce qui n'a pas l'air de le gêner puisqu'on voit le danser à la Réunion..murmurent les députés qui suivent Georges Feneck  en pensant à leur réélection lors des législatives du mois de juin compte tenu des réactions négatives de leurs électeurs sur François Fillon.

Le député LR Georges Fenech, chef de file des rebelles Républicains n'en démord pas: la cascade des affaires révélées au sujet de François Fillon discrédite le candidat désigné par la primaire LR. «Je constate que sur le terrain nous ne sommes plus audibles sur le projet et bien entendu que ça trouble notre électorat», a affirmé jeudi matin  invité sur RTL. Une intervention décidée alors qu'une tribune paraît ce jeudi dans le Figaro, signée de 17 parlementaires de droite, en soutien au candidat. «Je ne partage pas leur avis. On peut être solidaire d'un ami, sans aller vers une défaite annoncée. Il faut mettre de côté les intérêts personnels et penser à ceux du pays», assène l'élu du Rhône, qui déplore «un déni de réalité totale» et le désaccord de son parti  par plus de 70% de la population.

 

Des réponses affluent à la suite du communiqué du procureur général

  Nous avons sélectionné deux courriers mesurés dans les propos de citoyens attentifs au communique du procureur général. Celui-ci a  entrainé de nombreux commentaires dont certains très excessifs que nous ne publions pas.

(...) J’ai lu et relu avec toute l’attention qu’il mérite le communiqué diffusé par le Parquet Général.

Il confirme que les magistrats supportent toujours aussi mal les critiques qu’ils suscitent. C’est d’autant plus regrettable qu’ils  remplissent une mission éminemment publique et que  fonctionnaires, ils sont rémunérés par les contribuables.

Je ne suis pas juriste, mais j’ai retenu que la Justice est rendue au nom du peuple Français. C’est dire que nous avons le droit, mais aussi le devoir, d’interpeller ceux et celles qui sont en charge de l’administration de la Justice lorsque nous ne nous reconnaissons pas dans certaines de leurs décisions, arrêts et jugements.

C’est ainsi depuis la disparition de l’absolutisme et des lettres de cachet.

Je laisse au Conseil de l’Ordre des Avocats le soin, s’il l’estime nécessaire, de rappeler ce que sont les droits de la défense avec, au tout premier plan, la liberté d’exprimer une opinion.

Paul A.

 

(...) *François Badie a beau se disculper, les polynésiens ne sont pas des gogos pour avaler les différences de sentences suivant si c’est Flosse ou Oscar, qui, rappelons-le a, ruiné le pays, vidé la présidence, acheté cet hôtel pourri en NZ,  tenu des propos anti-français, etc, etc. C’est donné une bien piètre image de la justice. . G.V

 


Note expresse de l'EOM :moins d'optimisme des entreprises pour 2017

Révisé à la hausse au troisième trimestre, de 114,5 à 115,0, l’indicateur de climat des affaires (ICA) aura connu une progression significative sur l’année 2016. Il s’infléchit très légèrement sur les trois derniers mois de l’année (114,2), tout en restant bien au-dessus de sa moyenne de longue période.

L’optimisme affiché par les professionnels est circonscrit au dernier trimestre de l’année écoulée, leurs anticipations sur le début de 2017 apparaissant moins enthousiastes.

Le tassement de l’ICA provient des moindres perspectives d’embauches au premier trimestre 2017 ; il est toutefois tempéré par les opinions positives des chefs d’entreprises sur les délais de paiement.

Les intentions d’investissement à un an des chefs d’entreprises, encore globalement bien orientées, sont moins affirmées qu’au trimestre précédent.


 

 

Dimanche 12 février 2017

 

Avertissement du procureur général de la République François Badie  aux avocats et d'une manière subliminale à la presse qui rapporte leurs propos. Voici son communiqué :

 

 

 

François Fillon lâché par les sympathisants LR pour la première fois dans un sondage

 
Le HuffPost avec AFP

POLITIQUE - Voilà qui n'arrange pas les affaires du candidat de la droite. Après un premier sondage alarmant pour François Fillon, voici que sept Français sur dix et une majorité de sympathisants de droite pensent désormais que l'ancien premier ministre, empêtré dans une affaire d'emplois présumés fictifs, devrait renoncer à l'élection présidentielle, selon un sondage Odoxa publié ce vendredi 10 février par France info.

Et pour cause, 79% des personnes interrogées n'ont pas été convaincues par les explications fournies par le candidat des Républicains, qui a reconnu avoir commis une "erreur" lors d'une conférence de presse lundi et a publié une "lettre aux Français". Plus grave pour François Fillon, cette opinion est partagée par 61% des sympathisants de droite.

En conséquence, 70% des Français et 53% des proches de la droite estiment que le candidat devrait renoncer à se présenter.

"Mauvaise opinion"

Les trois quarts des personnes interrogées (74%, 53% des sympathisants de droite) disent avoir désormais une "mauvaise opinion" de François Fillon, relégué en 3ème position dans les sondages depuis l'ouverture d'une enquête sur les soupçons d'emplois fictifs dont aurait bénéficié son épouse.


Seulement 25% conservent une "bonne opinion" de lui, alors qu'elles étaient 38% selon un précédent sondage publié le 27 janvier.

Si François Fillon décidait finalement de renoncer, 50% des personnes interrogées pensent qu'Alain Juppé, battu à la primaire de la droite, serait le meilleur candidat, loin devant François Baroin (15%) et Xavier Bertrand (13%).

NB : Heureusement que François Fillon a au moins le soutien du gouvernement Fritch, président en tête ! Mais si jamais Juppé prend sa place ????? Ils passeront pour des girouettes !

 


 

Samedi 11 février 2017

Hé! hé! Même à la présidence on plane..

Edouard Fritch lors de sa visite au ministre de la justice Jean-Jacques Urvoas a souhaité qu'une réflexion commune soit menée entre l'Etat et le pays pour faire face à l'augmentation sensible des faits de délinquance( y compris au sein même d'un service rattaché à la présidence où un amateur d'ice et une enseignante, selon la presse se faisaient livrer des colis postaux contenant de... l'ice!)

Le procureur général François Badie dans un communiqué que nous n'avons pas reçu (mais où Tahiti Today serait particulièrement visé  à la suite de son édito "obsession)) met en garde la presse contre des allusions d'acharnement judiciaire vis à vis d'hommes politiques. Il rappelle que les accusations d'acharnement ou d'obsession sont analysées comme une tentative de désinformation de l'opinion publique, voire de pression sur la justice. Il relève également que le rôle du ministère public son "cœur de métier" est de poursuivre les infractions de la loi pénale dans le respect du principe d'impartialité auquel il est tenu ( article 31 du code de procédure pénale) . Dont acte.

NB : Qu'on se le dise, et attention aux  propos des avocats recueillis à la sortie des audiences.

 

 

 

 

 

Editorial

Kaput !

A voir la mine réjouie du président polynésien avec François Fillon certainement heureux d'avoir dans le marasme des soutiens, un tel allié et des poignées de mains chaleureuses et sincères, doublées de " bravo François accroche-toi", on ne peut s'empêcher d'avoir une tendre pensée pour l'ex-futur candidat, car sait-il, ce brave homme qui n'a "rien fait d'illégal" que le bon Edouard porte la poisse ? Ce n'est pas une blague ! Regardez : il a soutenu avec force Nicolas Sarkozy...patatras kaput ! Puis François Hollande...patatras kaput ! Puis Manuel Valls...patatras kaput ! Puis Alain Juppé...patatras kaput ! Et aujourd'hui François Fillon...patatras déja kaput !

Fillon s'accroche tant à sa candidature malgré  les reproches de conflits d'intérêts, d'emplois fictifs chers payés et autre avatars que cela en est indécent. Pourrait-il se maintenir alors que pour des délits mineurs, parfois même ridicules dans les pays nordiques, les politiques incriminés sont poussés à la démission ? Certainement pas. On donne d'ailleurs un exemple récent (26 janvier) avec la démission volontaire du socialiste belge Paul Furlini à la suite de quelques emplois fictifs  dont on lui faisait le reproche !

Le Huffington Post relève :Au cours des derniers jours, de nombreux journalistes et éditorialistes étrangers ont d'ailleurs exprimé leur étonnement de ne pas voir François Fillon renoncer à sa candidature. "Je suis surpris qu'il continue. Dans les pays scandinaves, il aurait arrêté il y a plus d'une semaine, à cause de la pression médiatique et de celle de son propre parti politique", a déclaré au Courrier international le journaliste suédois Corentin."

 

 

 

  

Programme pour l'outre-mer de Marine Le Pen que les spécialistes voient de plus en plus au second tour de la présidentielle, face à Emmanuel Macron.

Grand ministère de l’outre-mer :

Le programme comprend la restauration d’un « vrai » ministère de l’outre-mer doté d’attributions effectives et de moyens correspondants, bien placé dans la hiérarchie gouvernementale, chargé en outre de la politique de la mer dans son champ géographique.

Faire de ce Grand ministère que l’outre-mer redevienne le vecteur de la politique culturelle et économique de la France dans leurs zones géographiques (ainsi, que la Polynésie française redevienne le centre de la politique culturelle et économique de la France dans le Pacifique Sud, et que la Nouvelle-Calédonie le redevienne en Mélanésie).

Réparation des conséquences des essais nucléaires :

Il est scandaleux que l’État n’assume pas ses responsabilités civiles afin de réparer les conséquences de toute nature des essais (santé, environnement), alors même que les Polynésiens loyalistes ont toujours demandé cette réparation avec modération et sans critiquer la France.

Il faut donc en revenir au strict respect des engagements pris par Jacques CHIRAC : ces engagements doivent être sanctuarisés dans la loi organique avec le rétablissement de la Dotation globale pour le développement économique et sanctuarisée à 18 milliards Fcfp et gérée par les autorités de la Polynésie française.

L’arbitrage de la nouvelle structure d’indemnisation sera transféré du ministère de la Défense vers le Grand Ministère de l’outre-mer.

Système de santé :

Il est scandaleux que les Polynésiens reçoivent de la France, par personne, une contribution à leur santé inférieure à celle des étrangers en situation irrégulière ! L’inscription de la préférence nationale dans la Constitution devrait permettre de réorienter des sommes retirées de la contribution à la santé des étrangers vers celle des Polynésiens.

L’État reprendra sa place dans le financement du régime de solidarité territorial, auquel il contribuait à hauteur de 3,5 milliards Fcfp afin de contribuer à l’équilibre du système local de santé dans des conditions décentes et évidemment avec les contrôles nécessaires.

Électricité :

La Polynésie française, par les avancées qu’elle a permises en matière de recherche sur le nucléaire, pourra bénéficier, elle aussi, des fruits de cette recherche, et donc d’une électricité à un prix abordable. En plus de la mise en place d’une Contribution au service public de l’électricité (CSPE), la Polynésie française devra bénéficier des avantages des dernières technologies en énergies renouvelables, et de ce fait, favoriser par de la défiscalisation, l’implantation en Polynésie française de sociétés françaises en recherche et développement.

Éducation :

Aux côtés de la Polynésie, l’État doit reprendre sa place dans le financement de la construction des établissements scolaires. Pour ce faire, rétablir la dotation à 1,8 milliard Fcfp par an afin que la jeunesse de Polynésie française puisse pouvoir étudier dans des conditions matérielles similaires à celles des autres Français du territoire national.


Vu la particularité insulaire de la Polynésie française, l’installation en Polynésie française d’une Université Internationale de la Mer.

Agriculture :

Considérée pendant longtemps comme un comptoir d’importations, la Polynésie française n’a d’autres choix aujourd’hui que de développer ses ressources propres. L’agriculture polynésienne ne couvre actuellement plus que 34 % des besoins alimentaires de la population, le reste des produits de la terre provenant des importations. Inverser cette tendance est essentiel, et le Grand ministère de l’outre-mer accompagnera cette politique locale, particulièrement en la construction de desserte de terrains à vocation agricole.

Fonctionnement de la justice :

Dans le cadre d’une remise en ordre générale de l’institution judiciaire, qui se traduira par sa dépolitisation et le renforcement de l’exigence d’impartialité pesant sur les magistrats, la justice polynésienne sera invitée à traiter convenablement et également tous les justiciables. L’acharnement sur tel ou tel pour des motifs politiques et médiatiques doit cesser ; les droits de la défense seront renforcés.

Défense de nos zones maritimes — Moyens de l’armée.

Dans le cadre d’une politique fondée sur la défense, la promotion et la valorisation des zones maritimes françaises, la Polynésie française occupe évidemment une place essentielle.
Dans le cadre d’une redéfinition de nos moyens de défense, il faudra remettre en cause le désengagement de l’armée en Polynésie française poursuivi depuis déjà plusieurs années.

Outre la défense et la surveillance du territoire maritime, faire que les attributions de l’armée française soient à dimension humanitaire, tel que le secours aux populations en cas de catastrophes naturelles et/ou pour des actions humanitaires locales.

Il faudra aussi
se doter des moyens militaires de transport adaptés pour permettre de rejoindre rapidement la Polynésie française depuis la métropole en cas de crise. Il conviendra de maintenir les missions de service public assumées par la Marine nationale à un niveau convenable.




 

Toujours à propos du "risque négligeable" dont les élus aveugles se félicitent un peu trop vite, le président Yannick Lowgreen a soulevé un nouveau lièvre.

Nous venons d’avoir confirmation de ce que nous pensions ; l'interruption de séance à l’assemblée Nationale lors du vote de suppression du risque négligeable a été animée et houleuse.

« La ministre refusait la suppression du risque négligeable. »

« C'est pour sauver l'honneur du gouvernement »Que les 31 députés ont accepté l'amendement n°3 dont on ne mesure pas bien la portée.
.
Pour nous l'essentiel est de supprimer le risque négligeable complètement de la loi et non la remplacer par une autre virgule : cette commission dont nous ne savons pas quelle est sa composition et quelle sera son utilité ?

En vérité l’état nous prend pour des niais. Ils essaient encore, encore et encore de gagner du temps.
Nous ne comprenons pas l’attitude de nos politiques qui se complaisent dans l’auto satisfaction, alors que rien n’est réglé.

Nous avons entendu la ministre de l’outre-mer à la télé, Ha !! les belles paroles quine sont que  du bla bla, de la langue de bois. Pour nous il n’y a rien de concret tant que nous ne saurons pas les conditions et les motivations de la création de cette commission ni même sa composition. Quel rôle jouera maintenant le CIVEN ?

Notre seule vraie crainte, c’est que les travaux du CIVEN soient suspendus en attendant l'avis de la nouvelle commission, ce serait dramatique pour les victimes. C'est à ce niveau qu'il faut que nous soyons vigilants.
Pour nous l’avancée  se trouve dans la reconnaissance du fait nucléaire, des victimes, de la contamination, donc du risque encouru et reconnu. Ils ne peuvent donc plus éviter la reconnaissance honorifique marqué par le titre de "reconnaissance de la nation" car elle s’impose d’elle-même.

Nous verrons les premières conclusions de la commission mise en place.

Le combat continue et la méfiance doit rester de mise sans courbettes.


Yannick LOWGREEN
Président TAMARII MORUROA

 

Vendredi 10 février 2017

En voilà une pub en France qu'elle est bonne !:(authentique)

 "Les plats chauds pour une soupe chaude au rayon frais" !

 

 

 

Fillon ne peut plus parler de son programme et Macron ne parle jamais du sien

 

Scoop sur le statut réservé à la Polynésie française par Marine Le Pen.

"L'autonomie doit être renforcée et étendue, pour autant que l'Etat conserve ses attributions fondamentales (ordre public, défense, justice); dans ces conditions, la notion de "pays associé" au sein de la France avec un statut qui serait adopté conjointement par les Polynésiens et l'Etat, n'est pas un tabou. Dans la mesure où un tel statut pourrait être celui de la Nouvelle-Calédonie après que ses électeurs auront décidé de demeurer français, la Polynésie française pourrait sans difficulté le revendiquer.

De manière générale, la Polynésie française doit pouvoir contribuer elle-même et sans entraves à son développement économique : les investisseurs étrangers y compris chinois y sont donc les bienvenus.

Cette évolution statutaire donnerait notamment à la collectivité la compétence pour délivrer des visas touristiques et économiques spécifiques."

 

Editorial

L'obsession ou la folie du pharaon

Deux duellistes : L'avocat général José Thorel que l'on peut comparer dans cette affaire à Richelieu et l'ancien président Gaston Flosse commandant des mousquetaires au panache "orange" se livrent un duel incessant.

 Un duel répétitif par avocats interposés qui ne s'est pas arrêté au premier sang car c'est un duel à mort. Le premier voulant à tout prix effacer l'autre.  Dans cette rumination mentale et judiciaire l'avocat général doit se dire tous les matins en se rasant comme dans la pub de la MAAF " je l'aurai, celui là, je l'aurai !"Car l'opinion générale ne s'y trompe pas cette promesse faite il y a des années à Nicolas Sarkozy par José Thorel d'envoyer Gaston Flosse " dans les choux" n'est pas si facile qu'il le pensait. Des années plus tard les deux duellistes combattent toujours. Mais c'est Nicolas qui est dans les choux. Aucun ne cède.

Tenez, il y a moins d'un an, José Thorel avait demandé dans cette histoire rocambolesque de vaisselle qui n'a pas coûté un kopek au Pays  trois ans d'inéligibilité. Un an plus tard, pour quelle raison ,puisque les faits sont les mêmes, aucun changement, il en réclame cinq et pourquoi pas l'année prochaine dix ! Ce rite conjuratoire d'élimination, imprégné d'une pensée orgueilleuse, "j'aurai sa peau", devient obsessionnelle, rigide C'est la folie du pharaon dans Moïse qui, pour ne pas avoir tort, sacrifie son armée !

Pourquoi, sachant que tout cadeau fait à un président en charge demeure la propriété du pays Gaston Flosse et sa compagne Pascale ayant récupéré aux yeux de tous, et non comme des voleurs cette vaisselle, croyaient dur comme fer qu'ils la mettaient à l'abri. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'en arrivant au pouvoir en 2013, Flosse, nouveau président, avait trouvé la présidence  vidée de fond en comble de son suc vital, c'est à dire de tout son matériel, jusqu'au papier toilette.

Il avait lui aussi porté plainte contre cette razzia. Mais sa plainte avait du finir dans les poubelles du palais de justice, aucune suite ou poursuite pour récupérer au moins les ordinateurs ..et la vaisselle de l'époque bien payée, elle, par le Pays (sic!). D'où le geste généreux des donateurs à l'arrivée du Tahoeraa au pouvoir. Bref, on verra le 23 mars prochain la suite qui sera donnée à ce feuilleton de série B par les magistrats.

Nucléaire :  Décidément la République française n'est pas une République comme les autres. L'Assemblée nationale, gardienne du temple, a parfois le chic pour accorder ce qu'on lui demande au bout d'un temps certain, mais en se débrouillant à freiner la manœuvre quand cela l'arrange.

 C'est bien ce qui se passe avec le vote de la loi sur la suppression du fameux " risque négligeable", comme nous l'avons fait remarquer dans notre édito d'hier. Le seul à être assez méfiant  sur ce qui risque de se passer est le président Yannick Lowgreen de l'association anti -nucléaire Tamarii Moruroa. Voici  son communiqué qui prouve sa vigilance et  son inquiétude connaissant bien les arcanes de la politique nucléaire nationale qui fera traîner les indemnisations en longueur via une nouvelle commission qui ne verra le jour que dans un an. Puis qui discutera sinon pourquoi créer une commission" Cheese"! disent les Anglais. Rien d'historique répond Lowgreen !

L'Assemblée nationale a voté à l'unanimité le projet de loi sur la suppression du risque négligeable concernant l'indemnisation des victimes « C’est bien c’est ce que nous attendons depuis plusieurs années 

Mais nous ne comprenons rien à la manipulation de l'amendement n° 3 voté ce matin à la sauvette avec la complicité de tous les députés présents (31)

La ministre n'a pas expliqué le but du texte, pas un mot et aucun député n'a posé la moindre question. En 5 minutes l'affaire était pliée. C'est louche.

On nous met une nouvelle commission pour s'assurer que les indemnités vont bien aux malades des essais nucléaires !!!! Et  c'est cette commission qui serait chargé, un an après la promulgation de la loi, de veiller à ce que l’indemnisation soit réservée aux personnes dont la maladie est causée par les essais.

Quelle fumisterie on nous prend encore pour des demeurés, on supprime le risque négligeable et on rajoute une commission pour faire quoi !!!

Nous ne comprenons rien « c’est encore une virgule rajoutée à ce texte » Yannick Lowgreen Tamarii Moruroa

Fillon n'a plus la bénédiction des Français et peine à convaincre si l'on en croit ce dernier sondage d'Odoxa publié aujourd'hui qui donne un pourcentage très important de Français peu convaincus par les explications fournies par le candidat à la présidentielle : 79%. Un refus très net de le voir arriver à l'Elysée.

 Ses enfants qui ne sont plus de "jeunes enfants" sont des hommes et des femmes de 32 à 34 ans ( sur les cinq) entendus pendant sept heures par le parquet financier hier. Ils sont aujourd'hui avocats et ne sont plus des enfants de chœur. Mais écrire et évoquer "les enfants" sans cesse, sans dire leur âge, faisait pitié  !!! Rien n'est jamais innocent en politique.

 

 

Marine Le Pen bat le record d'audience de "L'Emission politique" (AFP)

 En plus d'avoir convaincu plus de téléspectateurs que ses concurrents, la candidate du Front national fait un carton d'audience sur France 2. 

 Ça ressemble à un sans faute pour la candidate de la droite nationale.

Marine Le Pen a réuni 3,5 millions de téléspectateurs devant "L'Emission politique" jeudi 9 février. Celle qui est désormais la favorite incontestable du premier tour, réalise le meilleur score de l'émission avec 16.7% d'audience, soit le double de Benoît Hamon (8%) début décembre.

 La présidente du Front national devance largement François Fillon qui avait réuni 9,4% des téléspectateurs ou encore Alain Juppé qui, avec 13,2%, tenait jusque là le record d'audience. "Il s'agit d'un record en audience et en part d'audience depuis la présidentielle de 2012 pour le rendez-vous politique du jeudi soir de France 2", note la chaîne dans un communiqué. Marine Le Pen a donc de quoi se réjouir.

 D'autant que des trois candidats à la présidentielle qui ont déjà participé à "L'Emission politique" sur France 2, la présidente du Front national est celle qui a convaincu le plus de téléspectateurs.

 La différence est certes minime avec Benoît Hamon et François Fillon (41% contre 40 et 38) mais ses détracteurs qui espéraient la voir chuter avec ce premier grand oral de campagne en sont pour leurs frais.

 La leader d'extrême droite a bien endossé ce costume de qualifiable pour le second tour. C'est d'ailleurs ce que pensent 80% des personnes qui ont regardé l'émission.

 Pour autant, la comparaison avec Benoît Hamon et François Fillon a ses limites. Les candidats PS et LR participaient dans le cadre d'une primaire (impliquant de nombreux rendez-vous télévisuels) et non une fois investis par leurs formations politiques.

 

Le président Edouard Fritch, en compagnie de la sénatrice Lana Tetuanui et de la députée Maina Sage, a été reçu vendredi, à Paris, par le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas

 

Adhésion de la Polynésie française au Groupe Agence France Locale

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, accompagné du ministre des Finances, de l’Energie et de Mines, Nuihau Laurey, a finalisé, vendredi, avec les représentants de l’Agence France Locale – société territoriale et du directoire de l’Agence France Locale, l’adhésion de la collectivité au Groupe Agence France Locale.

Etaient ainsi présents Rollon Mouchel Blaisot, président du Conseil d’administration de l’AFL-ST, signataire du nouveau protocole, Olivier Landel, directeur général de l’AFL-ST, signataire de l’acte d’adhésion, et Yves Millardet, président du directoire de l’AFL, signataire de l’acte d’adhésion.

Depuis le protocole d’adhésion conclu entre la Polynésie française et le Groupe Agence France Locale le 13 avril 2016, deux événements marquants ont renforcé les liens de la Polynésie française et du Groupe Agence France Locale :

 -          les dispositions de la loi du 5 décembre 2016 relative à l’action extérieure des collectivités territoriales et à la coopération des outre-mer dans leur environnement régional aux termes desquelles la Polynésie française est désormais en mesure de devenir membre du Groupe Agence France Locale (article 21) ;

-          les modifications statutaires aux termes desquelles la société territoriale a modifié profondément les modalités de paiement et de versement des parts sociales de ses actionnaires (« apport en capital initial » - ACI).

 L’évolution des dispositions statutaires de la société territoriale intervenue suite au constat conjoint des actionnaires du Groupe et de différents prospects de premier ordre, dont la Polynésie française, a permis à ces prospects de réaliser leur adhésion concomitamment à leur désendettement.

 La Polynésie française peut désormais bénéficier des offres de l’établissement de crédit spécialisé du groupe crée et détenu par les collectivités locales françaises.

 Cet établissement lève des financements sur le marché obligataire et les redistribue à ses membres sous forme de prêts bancaires pour le financement de leurs investissements.

 

 Exclusif

 Y aurait-il une idylle "politique" entre Gaston Flosse et Marine le Pen ?

Peut-être, si l'on en croit ces courriers échangés pour les vœux de 2017. Ce premier courrier adressé à Gaston Flosse est particulièrement intéressant car dans le dernier paragraphe Marine le Pen lui annonce que si elle devient présidente, elle créera un grand ministère de la Mer rattaché directement à la présidence de la République ! De quoi faire rêver...Quant à son programme pour la Polynésie concocté avec son représentant en Polynésie Eric Minardi il met, parai-il,  l'eau à la bouche.

 

 

Et la réponse de Gaston Flosse qui ne cache pas sa satisfaction.

 

 

 

Jeudi 9 février2017

Editorial

Fillon, responsable mais pas coupable !

Un mot encore aujourd'hui sur le candidat à la présidence des Républicains toujours sous le feu des révélations sur les emplois fictifs doublés d'indemnités ahurissantes pour sa femme. Il poursuit avec une ténacité rare sa campagne en recevant sans sourciller les quolibets et les injures qui fusent sur son passage et le grand désarroi de la droite.

Pour la presse étrangère, François Fillon est coupable  mais surtout ce qu'ils ne comprennent pas, c'est l'acharnement incroyable  à se maintenir coûte que coûte et poursuivre  un but, celui de gagner l'Elysée, le saint des saints, comme si de rien n'était, paré d'un gilet pare-injures ! Nous en resterons là, ce sera aux Français  de décider lors du vote dans quelques semaines.

 Cette campagne aura été sans aucun doute la plus folle que les Français aient connue. Reste que le doute s'est installé parmi la droite sur l'éventuelle victoire de François Fillon, puis dans la foulée les législatives. Ce que les Républicains murmurent, ce n'est pas leur respect mais  une opportunité "avec lui on a une chance de gagner, sans lui on a la certitude de perdre." Si l'on comprend bien, François Fillon a pris la droite en otage, autrement dit " c'est moi ou rien!" Ce candidat, a laissé tomber un autre François, François Bayrou son ex ami, est sous l'influence des puissances d'argent" sous-entendant les rémunérations perçues de l'assureur AXA. Des jours difficiles à gérer son programme social, en cas de  victoire " d'un  mec plombé" qui entre par des portes dérobées, change de voiture pour ne pas être reconnu. Une présidentielle écartelée jamais vue où il est difficile de s'y retrouver très loin d'une République irréprochable !

Nucléaire :L'Assemblée nationale a voté à l'unanimité le projet de loi sur la suppression du risque négligeable concernant l'indemnisation des victimes. C'est bien et tout le monde se réjouit .Youpi ! Oui mais... C'est qu'il y a toujours un mais... Les députés se sont donc congratulés  sur ce "compromis" en déposant dans la foulée un amendement. Voyons, vous pensiez que ce serait "in the pocket" ? Vous aviez tort. Ces vénérables personnalités législatives ont immédiatement créé une commission composée de parlementaires et de personnes qualifiées dans ce domaine spécifique. La naissance est prévue dans un délai de un an après la promulgation de la loi. Cette commission s'occupera des mesures relatives aux indemnisations si la maladie, bien sûr, a été provoquée par les retombées  des essais nucléaires. Et voilà les antis requinqués devant ce futur fumigène. Tous les hommes politiques savent bien ce que la création d'une " commission "porte en son sein : les blabla des uns contre les blabla des autres. Il leur faudra  attendre un an pour sabler le champagne à la "création" de cette commission, puis des mois pour avoir des résultat, mais à ce moment là, bien des choses auront changé, n'est-ce-pas ?

 Nouméa : Et pendant que les députés tentent de travailler pour ne pas être accusés de d'élus " fictifs"( dorénavant un mot correspondant à une injure) chez nos voisins mélanésiens de Nouméa, le feu couve à l'approche du référendum  d'autodétermination l'année prochaine . Accords de Matignon en 1988 puis accord de Nouméa en 1998 pour aboutir à ce référendum en 2018. Entre temps, la jeunesse Kanak s'est largement marginalisée, shootée et alcoolisée créant un climat instable dénoncé par Sonia Backès chef du groupe les républicains au Congrès et du représentant de l'Etat qui craint le pire compte tenu des échauffourées actuelles avec les forces de l'ordre.

Captation des terres palestiniennes. Mais il n'y a pas qu'en Nouvelle Calédonie que les clignotants deviennent fous. La loi israélienne qui permet à Israël de chasser les Palestiniens de leurs terres pour y construire à la place des maisons pour leurs ressortissants sur des centaines d'hectares  risque d'embraser ce Pays. Cette loi inique est d'ailleurs contestée par la Cour Suprême et l'opinion internationale sans que le gouvernement de Netanyahou ne bouge un cil. La paix n'est donc pas pour demain.

En France remettons le flash sur ce qu'on appelle dorénavant " l'affaire Théo". Un policier sadique, devant deux de ses collègues qui ont laissé faire, a sali gravement l'image de la police en violant un jeune black en lui enfonçant une matraque dans l'anus, causant des dégradations anales importantes sans compter la souffrance que cela a du être. Qui peut croire à un dérapage de la matraque comme avancé ? Un dérapage qui aurait provoquer d'importantes lésions anales ? Allons, on veut bien défendre la police quand elle le mérite, ce qui n'empêche pas de la critiquer quand elle, elle dérape !

 Généreux, le malheureux  pour ne pas provoquer l'embrasement de son quartier tient  un discours apaisant sur son lit d'hôpital. On semble dire aujourd'hui dans la police nationale qu'il ne s'agit pas d'un viol. Mais de quoi est-ce qualifié, quand il y a pénétration violente ( sans vaseline) pour provoquer une lésion sur 10 cms si ce n'est un viol ?

 

Courrier :

Il y avait encore un journaliste que j'aimais bien Yves Calvi et voilà que ça ne le choque pas de dire que c'était peut-être un dérapage pour le viol de Théo. C'est grave tout de même de faire prendre aux gens des vessies pour des lanternes. Un viol c'est une pénétration, naturelle ou avec un objet. Et dans le cas présent l'objet c'est la matraque ! Pauvre Théo ! MR

 

Juppé revient sur son "pas question" d'être le plan B

Le maire de Bordeaux s'est entretenu samedi avec le candidat de la droite et du centre. Un autre contact entre les deux hommes est prévu prochainement.
Rien ne se fera sans l'accord de François Fillon. C'est, en substance, ce qu'Alain Juppé répond à tous ceux qui le pressent de remplacer le candidat de la droite, chez les Républicains mais aussi à l'UDI. Le maire de Bordeaux a eu beau exclure «clairement et définitivement» le 27 janvier de se «lancer dans une opération de repêchage», il se considère désormais comme le seul capable de sauver sa famille politique du désastre. Il l'a confié à quelques proches triés sur le volet, en précisant que rien n'était fait, puisque le principal intéressé n'envisageait pas pour l'instant de renoncer.
Alain Juppé et François Fillon, qui se sont contactés au téléphone samedi, devraient se reparler bientôt. «Ça finira par arriver», confirme, pince-sans-rire, Gilles Boyer, ex-directeur de campagne d'Alain Juppé, devenu trésorier de la campagne de François Fillon.

(Extrait du Figaro)

 

Le ministre de l’Equipement local s’entretient avec les armateurs de Polynésie française

L’ensemble des armateurs de la Polynésie française (CAP, confédération des armateurs de Polynésie, ainsi que les armateurs non affiliés à cette confédération) ont reçu, à leur demande, le ministre de l’Equipement et des transports intérieurs, Luc Faatau, jeudi, dans leurs locaux à Fare Ute.

Durant cet entretien très cordial, ils ont fait part au ministre de leurs interrogations sur les projets de réforme en cours. Le ministre a tenu à leur rappeler l’importance et les buts de ces réformes en matière de desserte maritime interinsulaire, lesquels ne peuvent être atteints sans la participation et l’adhésion de l’ensemble des membres de la profession.

Des réunions de travail sont prévues très prochainement afin d’approfondir les thématiques abordées.


 

Air Tahiti Nui  prend les déplacements de la M.A.A.T à sa charge.

La ministre de l’Education, de la Jeunesse et des sports, Nicole Sanquer-Fareata, l’administrateur d’Etat des îles du Vent et Sous le Vent, Raymond Yeddou, et le pdg de la compagnie aérienne Air Tahiti Nui, Michel Monvoisin, ont renouvelé, jeudi, leur collaboration pour la formation des cadres des fédérations sportives par la signature d’une convention.

La Mission d’aide et d’assistance technique (M.A.A.T), entité créée par convention entre l’Etat et la Polynésie française, apporte un soutien technique et pédagogique au mouvement sportif polynésien.

 Elle intervient à la fois sur des compétences d’Etat (formation et certification), et sur des compétences dévolues à la Polynésie française. En étroite collaboration avec la Direction de la jeunesse et des sports, elle met en œuvre et contrôle la formation continue des treize cadres techniques fédéraux, recrutés par les fédérations sportives polynésiennes.


C’est dans le cadre de ces missions, et avec le soutien du ministère de la Jeunesse et des Sports et de sa politique sportive, que la M.A.A.T a sollicité la compagnie aérienne Air Tahiti Nui, afin que cette dernière puisse aider les cadres techniques fédéraux de Polynésie française dans leurs déplacements et la réalisation de leur plan de formation professionnelle continue. La formation de la jeunesse polynésienne et l’amélioration de l’encadrement technique des activités sportives de Polynésie française étant également souhaités par la compagnie aérienne Air Tahiti Nui, celle-ci a décidé d’y répondre favorablement.


Les cadres techniques sont engagés dans un processus d’accompagnement qu’ils doivent suivre. Ils bénéficient d’une formation continue à la carte, opérée, selon les thématiques et les ressources disponibles, soit au plan local, soit au plan national, grâce au réseau « jeunesse et sports » mobilisé par la MAAT.

 

Critiques de la Cour des comptes sur les chirurgiens-dentistes.

Dans le rapport de la Cour des comptes on relève cette savoureuse partie concernant les chirurgiens-dentistes. " Dérives dans la gestion", indemnités indues", contrôle insuffisant : la Cour étrille l'ordre national des chirurgiens-dentistes dont les cotisations annuelles s'élèvent à 20 millions d'euros. "Au moyen des cotisations, l'ordre a acheté en faveur de ses conseillers et des membres de leur famille, des bijoux, des accessoires de haute couture, des soins en thalassothérapie et des grands vins."

 

 

Ouverture du 16ème salon de la « Bijouterie d’art polynésien »


Le ministre de la Culture et de l’artisanat, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a officiellement ouvert le 16ème salon de la « Bijouterie d’art polynésien », jeudi matin, dans le hall de l’Assemblée de la Polynésie française


Pour cette 16ème édition, une vingtaine de créateurs ont fait le déplacement afin d’exposer leurs œuvres, des pièces uniques sur le thème des fonds marins.

Lors de cet évènement, un concours de la plus belle création à porter au cou, dans quatre catégories spécifiques (nacre, coquillages, mixte et monde), sera organisé. La remise des prix de ce concours aura lieu vendredi, après la présentation de chaque pièce lors d’un défilé orchestré par Alberto V.

A l’occasion de l’ouverture du salon, le ministre de la Culture et de l’artisanat, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a tenu à saluer l’action de l’association qui contribue, chaque année, à la promotion des créateurs et de leurs créations auprès du public.

 

L'IEOM : observatoire de la vie économique locale

l’IEOM a pour mission la gestion des dispositifs de surendettement, de droit au compte et de médiation des entreprises en difficultés. Il travaille actuellement en étroite collaboration avec le Pays sur des aménagements réglementaires, qui permettront d’accélérer les procédures et de renforcer les droits du débiteur dans le traitement des situations de surendettement des particuliers.

L’institut se positionne également comme un observatoire privilégié de la vie économique et financière de sa zone d’émission. Ainsi, l’IEOM est régulièrement invité à présenter des points de conjoncture économique et financière du Pays en collaboration avec l’Institut de la statistique (ISPF), comme par exemple lors de la conférence économique qui s’est déroulée en octobre dernier.

Teva Rohfritsch et les directeurs de l’IEOM ont évoqué les réformes envisagées et la situation macroéconomique de la Polynésie française. Dans ses publications récentes, l’IEOM note que l’amélioration du climat des affaires se poursuit, avec un niveau au troisième trimestre 2016 qui n’avait plus été atteint depuis le début des années 2000. Cette évolution s’explique notamment par l’optimisme des chefs d’entreprise pour leur activité au cours des prochains mois qui devrait les amener à embaucher.

Les prévisions d’investissement contribuent également à la progression de l’indice du climat des affaires. Le ministre de l'Economie en charge des grands projets d’investissement, a  fait un tour d’horizon des projets majeurs. Des mesures d’accompagnement et de soutien aux investisseurs locaux et étrangers, de  simplification des procédures et d’attractivité des investissements étrangers, sont actuellement à l’étude afin de favoriser ces investissements.  Dont acte                          

NB Si les prévisions d'investissement que l'on donne depuis des mois suffisent à réjouir les entreprises selon le gouvernement alors tout le monde est content. Quant aux statistiques, elles ne peuvent être qu'excellentes puisqu'elles sont entre les mains du ministre de l'Economie sans oublier les investissements locaux et étrangers dont on nous serine les oreilles depuis l'année dernière sans jamais voir venir le moindre petit investissement, un conseil : "restez optimiste" comme dirait une certaine Natacha !

 

Autorité de la concurrence : Paris renforce son pouvoir d'enquête

C'est par une ordonnance prise lors du conseil des ministres à Paris hier que Jacques Mérot a appris que ses pouvoirs d'investigation étaient renforcés auprès des entreprises , des services de l'Etat et du Pays.

Avec cette ordonnance en effet l'Autorité polynésienne de la concurrence  gagne un pouvoir conséquent qui lui permet d'avoir un droit de regard sur toutes les informations transmises aussi bien par les entreprises que par  l'Etat ou la Polynésie y compris la justice. Concentration, fusion, abus de position dominante auront droit à une pénalité de 5% du chiffre d'affaires a précisé Jacques Mérot . Jusqu'ici, l'Autorité a autorisé une dizaine d'opérations de concentration parfois sous condition. Il semble que cela ne sera plus possible.

Le recours au secret professionnel ne marche pas non plus, mais l'Autorité assure que celui-ci sera bien protégé. Par ailleurs, dès le mois de juin, date de l'entrée en vigueur des nouvelles dispositions, les responsables de l'Autorité de la concurrence pourront mener des opérations de  visite et de saisie en présence d'officiers de police judiciaire avec autorisation du juge après transmission d'éléments convaincants.

 Oups, qu'on se le dise...On ne rigole plus et les râleurs ont intérêt à ne pas montrer leur mauvaise humeur ! Pif, paf, la claque !

 

Interview intéressante du nouveau ( ex ancien) ministre de la Santé Jacques Raynal dans Tahiti infos :PSG, retraites, obésité, cliniques privées. A lire.

 

Mercredi 8 février 2017

La phrase :" A force de descendre dans les sondages, Fillon va trouver du pétrole"

 

Seuls 26 % des Français assurent avoir été convaincus par l'intervention de l'ancien Premier ministre, selon un sondage Harris Interactive pour RMC et Atlantico.

65% d'entre eux n'ont, au contraire, pas été convaincus . Ces chiffres sentent le roussi.

 

Editorial

" François, pitié tais-toi !"

Comment, François Fillon, même avec son acharnement à vouloir rester en lice, peut-il s'en sortir lorsque tous les jours une nouvelle affaire est apportée en pâture à l'opinion ? Il découvre l'immense volonté des journalistes enquêteurs d'aller au bout de leur métier tant ils ont été choqués par les accusations du Fillongate sur la presse et le parquet financier. Alors...c'est la guerre !

François Fillon déclare avoir conseillé Axa. Il relance ainsi les soupçons de conflit d'intérêts, révèle à son tour 20 minutes, qui enchaîne sur l'information diffusée par BFM Business sur la mission effectuée par François Fillon pour AXA, rémunérée 200.000 euros. Il n'y a pas de petits profits !

  Son  « opération transparence »  soulève de nouvelles questions. Et encore une fois on a envie de lui dire : "tais-toi François"! A chaque conférence de presse il donne le bâton pour se faire battre. C'est à se demander si ses conseils ne veulent pas le pousser petit à petit dans le marigot de l'opprobe.

Il a dévoilé lundi lors d’une conférence de presse quelques-uns des clients de sa société 2F Conseil. « J’ai donné des conférences dans de nombreux pays et j’ai conseillé des entreprises. Parmi elles, il y a l’assureur AXA, la société Fimalac et la banque ODDO. J’ai fait partie du conseil de surveillance du cabinet Ricol et Lasteyrie, puis j’y ai exercé en tant que senior adviser ».

 Vlan ! Cet aveu a relancé les accusations de conflit d’intérêts autour des activités de conseil du candidat LR à la présidentielle, trois de ces entreprises ayant pour point commun d’être ou d’avoir été dirigées par des personnalités proches du candidat . Plus rien ne passe dans les mailles d' un filet tendu à l'athlète dans son exercice de voltige.  La moindre information devrait être décortiquée avant d'être balancée aux journalistes qui ne laissent rien passer. Ce n'est plus vivable pour le candidat de la droite.

A l’époque où François Fillon a travaillé pour Axa, le PDG de l’assureur était Henri de Castries, un ami qui a officiellement affiché son soutien au candidat le 17 janvier dernier. Quant c'est la guerre...politique, tous les arguments jetés sur la place publique peuvent faire mouche. Pain béni pour Marine Le Pen, le candidat écologiste Yannick Jadot et les journalistes puisque c'est François Fillon lui même qui se tire tous les jours une balle dans le pied.

Cette information a d'ailleurs fait réagir Yannick Jadot et Marine Le Pen ce mardi. « Quand on travaille pour la société Axa et qu’on commence sa campagne en disant » on va dérembourser une partie des soins « là aussi, je considère qu’il y a des conflits d’intérêts », a dénoncé le candidat écologiste sur Europe 1, qui demandait déjà à François Fillon de dévoiler les clients de sa société en décembre dernier. « On ne peut pas intervenir en même temps comme lobby pour un intérêt privé et en même temps comme législateur censé défendre l’intérêt général », a-t-il ajouté.

« On peut lâcher des mots qui font mal comme le fait Yannick Jadot, et profiter de la situation politique. Mais quand on parle de conflits d’intérêt, il faut caractériser les choses, et pas seulement balancer des boules puantes. François Fillon était à l’époque député, je ne vois pas où il y a conflit d’intérêt », répond le député LR Benoist Apparu.

La candidate du Front national, elle, a souligné que « le programme de M.
Fillon comme par hasard va exactement au bénéfice des grandes compagnies d’assurances puisqu’il s’ agit en réalité de permettre aux mutuelles de prendre la place de la Sécurité sociale
». Et elle fait mouche dans l'opinion car le programme de François Fillon pour la primaire prévoyait en effet que l’Assurance-maladie soit recentrée sur les « gros risques », c’est-à-dire sur les « affections graves ou de longue durée » et que « l’assurance privée » prenne en charge « le reste », soit les « petits risques ».

Ce projet, lui avait déjà valu d’être surnommé « le candidat des assureurs contre la Sécurité sociale » par Jean-Luc Mélenchon, le 7 décembre dernier . La ministre des Familles, de l’ Enfance et des droits des femmes Laurence Rossignol avait estimé le 1' décembre sur LCP François Fillon «  proche du milieu des assurances, incontestablement, or il y a des intérêts"  Feu de tous côtés !

Conclusion, comme nous l'écrivions ces derniers jours, l'ex futur président devrait arrêter de se tirer une balle dans le pied qui relance tous les matins le débat avant de se retrouver aux soins intensifs le soir!

 

 

Eric Minardi en campagne pour Marine le Pen

"Suite à mon retour sur le territoire, hier, je vous informe que le comité de soutien à Marine Le Pen a prévu une réunion d’information demain jeudi à 17 h 30 à la mairie de Taravao.
Cette réunion est ouverte à tous les adhérents et sympathisants du Te Nati Front National Polynésien.

Nous pourrons à cette occasion discuter de :

– De mes diverses rencontres avec Marine Le Pen, Louis Aliot, ainsi que les représentants de l’outre-mer à Paris, Nanterre et à la convention des assises de Lyon du 5 et 6 février.

– Organisation des comités de soutien à Marine Le Pen 2017 en Polynésie française

– Information sur le programme présidentiel et ses spécificités polynésiennes

– Parrainage des maires et des conseillers territoriaux

– Information sur les adhésions au Te Nati FNP

– Information sur les assesseurs lors des élections présidentielles et législatives (des personnes responsables de la bonne marche des bureaux de vote lors des élections)"

– Questions diverses

La mairie de Taravao nous prêtant gracieusement cette salle, notre responsable de la presqu’île nous précise qu’il faudra la libérer à 20 h.
D’autres réunions sont prévues par d’autres comités de soutien.

Amitiés patriotiques,

Eric Minardi

 



 

Dans sa lettre aux Français, François Fillon oublie...

... Rien n’ébranlera ma volonté. Rien ne me détournera des vrais enjeux de cette campagne présidentielle : le redressement de la France et le rassemblement des Français. Si moi, je suis président de la République !



 Ce qui est vrai un jour est faux le lendemain !

Marine Le Pen arrive en tête des intentions de vote au premier tour de l'élection présidentielle, avec 25,5% à 26%, devant Emmanuel Macron (22% à 23,5%) qui la battrait nettement au second tour, selon un sondage Elabe pour BFMTV et L'Express diffusé mercredi.

François Fillon (Les Républicains) est à la troisième place (17% à 18%), devant le socialiste Benoît Hamon (15% à 15,5%) et le candidat de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon (12% à 13%).
Ces résultats sont calculés avec une candidature de François Bayrou pour le premier chiffre et sans pour le second chiffre. Le centriste recueille 5% des intentions de vote.


Au second tour, Emmanuel Macron (En marche !) battrait Marine Le Pen (Front national) avec 63% des voix contre 37%. François Fillon la battrait avec 56% contre 44%.
Cette enquête a été réalisée les 7 et 8 février, soit après la conférence de presse de François Fillon, auprès d'un échantillon de 961 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d'un échantillon de 1.050 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Dans un autre sondage réalisé cette fois par Ifop-Fiducial et diffusé également mercredi, François Fillon perd trois points en une semaine à 18% et ne parviendrait pas à se qualifier pour le second tour, devancé par Marine Le Pen avec 26% (en hausse de 2 points) et Emmanuel Macron à 21% (+1 point).


Après une forte poussée au lendemain de sa victoire à la primaire organisée par le PS, Benoît Hamon recule de 3,5 points, à 14,5%.
Jean-Luc Mélenchon repart parallèlement à la hausse avec 10,5% d'intentions de vote (+1,5).
François Bayrou est crédité de 5,5%, le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan de 2% et l'écologiste Yannick Jadot de 1,5%.
Cette enquête Ifop-Fiducial a été réalisée en ligne du 5 au 8 février auprès de 1.409 personnes inscrites sur les listes électorales, selon la méthode des quotas.

 


La ministre du Tourisme, des transports internationaux, Nicole Bouteau, poursuit ses rencontres avec les acteurs du tourisme. Elle a ainsi reçu mardi après-midi le délégué régional d’Air France en Polynésie française, Alex Hervet.

L'agence polynésienne dispose de 110 personnels partagés entre l'agence de Papeete et le personnel navigant. Air France propose depuis Paris trois vols hebdomadaires vers Papeete via Los Angeles et un quatrième en code-share avec Air Tahiti Nui.

Cette rencontre a été l'occasion d'échanger sur les projets de la compagnie qui recevra le 15 mars prochain un appareil doté de nouveaux sièges, avec également une augmentation du nombre de sièges en classe affaires, pour répondre à la demande du marché nord-américain notamment.

Les perspectives que peut offrir le partenariat solide que constitue la joint-venture conclue il y a dix ans entre Air France et Delta Airlines ont également été au centre des échanges. Ce partenariat constitue aujourd'hui le modèle le plus avancé de coopération entre compagnies aériennes. Elle permet aussi de participer à développer une meilleure visibilité de la destination à travers ce réseau.

 

Le président de l'association Tamarii Moruroa nous fait parvenir les courriers de deux députés sur le "risque négligeable" deux mots qui pourraient sauter dans la loi :

Laconique :

Vous avez bien sûr tout le soutien de Madame Duflot sur le sujet
Bien à vous

Marine Tondelier
Collaboratrice Parlementaire de Cécile Duflot
Députée de la 6ème circonscription de Paris

Plus convivial, le député Patrick Gille

je suis de près la situation suite à ce coup de théâtre bienvenu en CMP
lors de la réunion du groupe PS hier .
je suis intervenu pour indiquer notre satisfaction et demander au gouvernement de ne pas tenter  de revenir en arrière
c'est la position qui a été adopté par le groupe et que nous avons rappelée au gouvernement lors de la réunion organisée sur le sujet l'après midi même par O FAURE notre pdt de groupe.
Nous restons vigilants
Bien à vous

Jean-Patrick GILLE
Député d'Indre-et-Loire


 

L'Etat généreux

Les compléments de salaire des fonctionnaires civils en poste outre-mer coûtent près de 1,2 milliard d'euros par an, pas entièrement justifiés par le coût de la vie et reposant sur un "inextricable maquis" de textes réglementaires 

Nous n'avons pas la chance de faire partie du gratin des 2258 personnes qui bénéficient de primes en métropole. En Polynésie, le secret est souvent bien gardé.

SOURCES : Canard enchainé et Journal du Net

Voici les budgets-primes accordés aux Ministres du Gouvernement :

VALLS 5 850 000 € Effectif Total : 456 soit 12 829€/pers
1 091 082 € Effectif Total : 150 soit 7 274 €/pers


CAZENEUVE 1 0547 452 € Effectif Total : 252 Soit 6 141 €/pers
983 000 € Effectif Total : 169 soit 5 817 €/pers
Jean Yves Le Drian 967 238 € Effectif Total : 158 soit 6 122 €/pers
Delphine Batho 900 720 € Effectif Total : 173 soit 5 206 €/pers
Marisol Touraine 878 408 € Effectif Total : 64 soit 13 725 €/pers
730 304 € Effectif Total : 67 soit 10 900 €/pers
679 058 € Effectif Total : 57 soit 11 913 €/pers
642 710 € Effectif Total : 91 soit 7 063€/pers
616 000 € Effectif Total : 61 soit 10 098 €/pers
580 950 € Effectif Total : 57 soit 10 192 €/pers
Geneviève Fioraso 564 000 € Effectif Total : 58 soit 9 724 €/pers
Victorin Lurel 552 347 € Effectif Total : 63 soit 8 767 €/pers
Najat Belkacem 552 001 € Effectif Total : 47 soit 11 745€/pers
543 636 € Effectif Total : 55 soit 9 884 €/pers
Valérie Fourneyron 541 770 € Effectif Total : 53 soit 10 222 €/pers
Michel Sapin 500 291 € Effectif Total : 75 soit 6 671 €/pers
Sylvia Pinel 466 268 € Effectif Total : 39 soit 11 956 €/pers
Nicole Bricq 454 052 € Effectif Total : 38 soit 11 949 €/pers
Stéphane Le Foll 370 457 € Effectif Total : 75 soit 4 939 €/pers

Soit 2258 personnes qui ont passé un excellent "Réveillon" !!!

Source JDN (Journal du Net)
 

 

Justice: Fraude à la défiscalisation

 Yves Conroy,le justicier local risque d'être condamné à 18 mois de prison ferme, 2 millions d’amende, la confiscation des biens saisis et 5 ans d’interdiction d’exercer une profession commerciale ou industrielle comme requis par le procureur. A l’encontre de Yannick Conroy, son fils, il a requis 12 mois de prison  avec sursis, 2 millions d’amende, la confiscation des biens saisis et l’interdiction pendant 5 ans d’exercer une profession commerciale ou industrielle en punition «d' abus de biens sociaux » et « escroquerie » dans une affaire de fraude à la défiscalisation concernant des panneaux solaires dont s’était occupé  Ralph Salmon, du cabinet de défiscalisation « Pacific Investissement"  qui risque d' écoper de 6 mois de prison avec sursis et 1 million d’amende. Me Jean Dominique Des Arcis, défenseur de Yannick Conroy, affirme que « personne n’est coupable, ils n’ont retiré aucun profit » dans ce dossier. Il a demandé la relaxe pour son client .Délibéré  rendu le 27 avril prochain.

 

Un scoop de radio one

Le tribunal administratif de Papeete a jugé mardi que le marché de la « mise aux normes et de la modernisation de l’éclairage du front de mer et de l’avenue Pouvanaa » passé en 2015 avec la Spres avait été mal attribué. Le tribunal a condamné la Polynésie à indemniser la société perdante, ECI, à hauteur de 3,8 millions de Fcfp.

Radio 1 révélait les détails de cette surprenante affaire le 27 janvier dernier. Le tribunal administratif de Papeete a condamné mardi la Polynésie française à indemniser la société Enrobage, concassage et infrastructure (ECI) à hauteur de 3,8 millions de Fcfp pour avoir mal attribué le marché de la « mise aux normes et de la modernisation de l’éclairage du front de mer et de l’avenue Pouvanaa » à la Société Spres en 2015. En effet, selon le jugement du tribunal, la Spres était à l’époque en redressement judiciaire et ne pouvait soumissionner à ce marché public que si elle apportait les garanties de continuité de son activité durant les 9 mois de la durée du chantier.


Or dans ce marché : « La société Spres a produit une attestation du juge commissaire qui l’habilitait à poursuivre son activité jusqu’au 9 février 2015″ alors que « le délai d’exécution des travaux était fixé à 9 mois à compter de la date de démarrage des travaux qui devait intervenir en janvier 2015 ». Pour le juge, « la société Spres ne pouvait être admise à soumissionner au marché en cause, et sa candidature était irrecevable ». Néanmoins, pour des raisons d’intérêt général, le tribunal n’a pas voulu annuler le marché attribué par la Polynésie à la Spres et a seulement condamné le Pays à indemniser la société perdante, ECI, à hauteur de 3 759 242 Fcfp.
 

 

Courrier d'un lecteur parisien :

 Bande FM ou non ; Nous en Métropole nous payons une lourde taxe lorsque nous sommes possesseurs d'une télé. Les polynésiens pourraient, pour une fois, mettre la main à la poche pour installer des antennes AM...En clair nous payons une taxe pour un programme télévisuel dont nous ne bénéficions pas ( Télé Polynésie par exemple).....Ils faut qu'ils comprennent que la métropole n'est plus une vache à lait pour exotique exigeant...MP

 

Le président Fritch s'est-il rendu à Paris uniquement pour remercier la ministre de l'Education ? Pas d'autres infos sur son déplacement !Peut-être est-il allé  soutenir François Fillon .

Madame Najat Vallaud-Belkacem et ses services ont particulièrement été attentifs et bienveillants en participant au financement et en appuyant les dossiers pour la construction et l’extension des trois internats de la cité scolaire de Faaa, du collège d’Atuona aux Marquises et du lycée professionnel de Mahina. Ces trois projets peuvent ainsi bénéficier d’une participation financière de l’Etat à hauteur de 50% du montant des travaux, soit environ 660 millions Fcfp (5,5 millions d’euros). Les trois conventions, adoptées par l’Assemblée de la Polynésie française, seront signées ce mois-ci.

La ministre a par ailleurs confirmé la dotation globale d’investissement (DGI) à hauteur de 300 millions Fcfp (2,5 millions d’euros), permettant l’engagement des opérations de restructuration du lycée professionnel d’Uturoa de Raiatea et du collège d’Afareaitu de Moorea, de réhabilitation de l’internat du collège de Rurutu et du collège de Taravao, et de rénovation du collège Maco Tevane de Papeete.

La dotation globale de fonctionnement (DGF) à hauteur de 1,750 milliards Fcfp (14 622 194 euros) a également été maintenue pour l’exercice 2017, et ce toujours malgré la baisse démographique que subit la Polynésie française. De même, à l’intérieur de la DGF, la dotation relative aux « fonds sociaux » des établissements scolaires du 2nd degré est maintenue à hauteur de 71,6 millions Fcfp (600 000 euros) pour l’exercice 2017.

Malgré une baisse démographique toujours importante dans les 1er et 2nd degrés, l’ensemble des moyens en termes d’emplois dédiés au système éducatif de la Polynésie française sont maintenus pour l’exercice 2017, soit 1845 emplois de professeurs des écoles pour le 1er degré, 1843 emplois pour les postes de chefs d’établissement et adjoints, d’administratifs en établissements scolaires, et de professeurs de collège et de lycée pour le 2nd degré, 511 emplois pour les postes d’infirmières, d’assistantes sociales, de conseiller principaux d’éducation, de conseiller d’orientation psychologue, et d’ATRF, et 46 emplois administratifs pour la direction générale de l’éducation et des enseignement.

Par ailleurs, le collège de Faa’a est inscrit dans le dispositif des « collèges numériques », avec une participation financière à hauteur de 5,5 millions Fcfp (46 000 euros), de même que les collèges Maco Tevane, de Taaone, de Papara, de Teva i Uta et de Ua Pou ont été retenus pour l’exercice 2017.

La ministre de l’Education nationale a tenu à s’informer sur l’après inondation, et en particulier des conséquences sur les structures scolaires. En outre, le dossier de notre éligibilité au Fonds Très Haut Débit avance avec le soutien de la ministre de l’Education nationale qui en a parlé au Premier Ministre. Le dossier du pôle de recherche de l’Université de la Polynésie française a également été évoqué au cours de cette rencontre avec le président polynésien..

 

 

 

 

Mardi 7 février 2017

 

Editorial

" Je demande pardon aux Français !"... Et le Canard lui en remet une couche!

Mais François Fillon est si accroc à la fonction de président de la République, qu'il est prêt à dire n'importe quoi, soutenu par les ténors du parti Républicain. Il s'enfonce, s'enlise dans les mensonges d'argent jusqu'à ne plus pouvoir bouger un cil, si l'on en croit la Une, ci-dessus, du Canard Enchainé et celle du Parisien arrivé aussi à la même conclusion aujourd'hui. La meilleure, c'est qu'après  une enquête minutieuse, les enquêteurs n'ont trouvé aucune trace du travail de Penelope Fillon à l'Assemblée, en dehors de ses récentes indemnités de licenciement pour la bagatelle de 45.000 euros !!! Alors que personne ne l'a jamais vu œuvrer ou même assister à une séance, dans ce vénérable lieu de la démocratie.

Le plus drôle pour la petite histoire : c'est que le prénom Pénélope viendrait du mot grec qui signifie "canard sauvage" !!! Car on raconte que Nauplios, pour venger la mort de son fils Palamède tué par Ulysse, fit croire à Pénélope à la mort de son mari .La malheureuse, de désespoir, se serait jetée à l'eau mais elle aurait été sauvée par qui.. je vous le donne en mille... par des canards ! C'est encore un canard qui aujourd'hui fait ce qu'il faut pour la noyer !

Bref, non, les Français ne  pardonneront pas à leur champion de les avoir dupés .Ce vainqueur de la primaire de la droite, tombe aujourd'hui dans l'excès en demandant "pardon" et en avouant avoir commis une "erreur". Oui mais les erreurs se suivent et se poursuivent. Certes, les Républicains forment un "carré" de survie autour de lui, juste pour ne pas sombrer avec leur candidat. C'est pourtant bien ce qui risque d'arriver dans quelques semaines. Car plus il tentera de se disculper avec son épouse aussi silencieuse que le Sphinx, plus la presse détricotera ses vérités. Il n'y a pour s'en convaincre qu'à lire les nouvelles révélations du Canard et du Parisien.

 A ce point, on a envie de lui dire " tais-toi" tu t'enfonces dans tes bobards et tes "mea culpa" François.

 En cherchant des excuses devant 300 journalistes, François Fillon a tenté de déminer le terrain de ce qui s'est transformé en "Fillongate" notamment en s'adressant à ceux "d'Envoyé spécial," coupables, selon lui, d'avoir diffusé jeudi dernier une interview datant de 2007 de Penelope affirmant : «Je n’ai jamais été son assistante ou quoi que ce soit de ce genre. Je n’ai jamais géré sa communication.» Phrase confirmée  notamment par la journaliste anglaise qui avait interviewé Penelope Fillon.

Bref, plus l'ex premier ministre cherchera à innocenter sa femme , plus le fil de Pénélope s'enroulera autour de lui et l'immobilisera. Les Français lui en veulent tellement de modifier ce qu'ils pensaient de lui : sa droiture, sa probité, qu'il a été violemment chahuté lors d'un déplacement dans les Ardennes car croyez-le ou pas, il est reparti en campagne comme si rien ne s'était passé. Sauf que les injures fusent de la part d'un maximum de Français et que les portes de l'Elysée resteront peut-être fermées à double tour pour le candidat Républicain.

Dans la foulée des enquêtes de "Mr Propre" voilà que le juge Serge Tournaire a ordonné le renvoi en procès de Nicolas Sarkozy et de treize autres protagonistes dans l’enquête sur ses dépenses de campagne lors de la présidentielle de 2012 et les fausses factures de la société Bygmalion.

Mais Nicolas Sarkozy n’est pas mis en cause pour avoir eu connaissance de cette fraude aux fausses factures. Il est soupçonné d’avoir engagé des dépenses supplémentaires en réclamant de nouveaux meetings, alors qu’il ne pouvait ignorer que son budget allait franchir la ligne rouge. Le candidat avait été destinataire de notes des experts-comptables l’alertant sur ce risque. L’ancien président a toujours contesté un dérapage de ses dépenses.

 Ce n'est pas tout, plus personne n'est épargné dans le milieu politique et ce grand déballage de choses choquantes, c'est ainsi que l'on apprend que Benoit Hamon, lui, "si sincère", n’a jamais vraiment  travaillé…
Il a préféré grenouiller au Parti  socialiste et monter les échelons à force de militantisme, d’idées et de  postures toujours plus généreuses à son profit avec l’argent des  autres. On comprend mieux pourquoi il défend avec autant de fougue son Revenu Universel !

Le site Wikipédia nous apprend qu’il  s’engage en politique à 19 ans lors des manifestations étudiantes contre la loi  Devaquet et qu’il milite à la section de Brest du Parti Socialiste.
Il est diplômé d’une licence d’histoire,  après être devenu membre de l’UNEF et président du MJS (Mouvement des Jeunes  Socialistes).
Cette simple licence d’Histoire (soit BAC  + 3) suffira pour lui procurer d’octobre 2008 à septembre 2009, la qualité  de  membre du conseil  d’administration de l’université  Paris-VIII (héritière du Centre universitaire expérimental de  Vincennes, où se sont investies des personnalités    comme   Deleuze ou Foucault), en tant que personnalité extérieure, puis de professeur des universités  associé ou assurait, parait-il un enseignement concernant les organisations  internationales et les processus décisionnels dans l’UE à l’Institut  d’études européennes de l’université Paris-VIII.

 Hamon, c'est  le roi de la pirouette et du parler vrai, puisqu'il retombe toujours sur ses pattes ! Décidément ....

 

 

 

 

Le 1er Vice-Président de la CCISM, Clet WONG accompagné du Trésorier-Adjoint Patrick YIENG KOW a accueilli mardi matin, le consul général d’Australie, Paul WILSON, basé à Nouméa, qui est actuellement en visite en Polynésie française.

Paul WILSON était également accompagné du consul honoraire d’Australie en Polynésie française, Marc SIU. Le consul général a abordé plusieurs sujets liés aux affaires économiques, à savoir la balance commerciale qui est restée stable et l’idée de favoriser l’export des produits du Fenua vers l’Australie.

Plusieurs domaines relatifs aux échanges commerciaux ont donc été évoqués :

- la connaissance des différentes barrières douanières et phytosanitaires australiennes pour faciliter l’export
- et un centre de renseignements pour les entreprises polynésiennes qui recherchent des fournisseurs australiens.

Légende de la photo en pièce jointe : de gauche à droite, Patrick YIENG KOW Trésorier-Adjoint de la CCISM, Clet WONG 1er Vice-Président de la CCISM, Paul WILSON Consul général d’Australie, et Marc SIU Consul honoraire d’Australie en Polynésie française.
Nous vous demandons de bien vouloir diffuser cette information au public.
 

 

 En Polynésie " le risque négligeable" l'épine dans le pied des parlementaires et associations anti-nucléaires à Tahiti serait susceptible d'être gommé dans la loi de 2010 sile projet d'amendement était adopté jeudi par l'Assemblée Nationale. Ces trois mots n'étaient là que pour freiner les indemnisations. Une fois disparus à la gloire de la sénatrice Lana Tetuanui qui a donné de la voix et quand elle donne de la voix, chacun sait qu' elle fait trembler les murs du Sénat ou de l'Assemblée de Polynésie, on verra si les indemnisations s'accélèrent en cette fin de mandat de François Hollande et du ministre de la défense le Drian. Les associations espèrent que toutes les demandes rejetées vont pouvoir être réexaminées.

 " Qu'est-ce-que tu te goures" chantait Juliette Greco. Tamarii Moruroa et Moruroa tatou attendent avant de faire cocorico.

 

Mise en garde de Yannick Lowgreen

Suite aux observations du Conseil d'Etat à propos du projet de décret visant à abaisser le seuil de probabilité du lien de cause à effet, le Gouvernement est contraint d'utiliser la loi de programmation sur l'Egalité Réelle dans les Outre-Mer (EROM) pour faire passer la mesure. Une commission mixte paritaire s'est réunie hier lundi ; elle a décidé d'annuler la notion de risque négligeable qui porte préjudice aux victimes.
Le texte sera examiné ce jeudi 9 février par l'Assemblée nationale. Tamarii Moruroa vient d'alerter bon nombre de Parlementaires de tous bords politiques (courrier joint).

Ce jeudi, une étape importante se jouera à l'Assemblée nationale car un rejet ruinerait nos espoirs pour plusieurs mois voire années. Ce combat, doit être gagné en reconnaissance à tous ceux qui ont servi la France et ont souffert des conséquences des essais nucléaires.
Nous serons vigilants au moment du vote et n'hésiterons pas à avoir un peu de mémoire en prévision des prochaines élections législatives.
Je vous souhaite une bonne soirée.


Yannick LOWGREEN
Président Tamarii Moruroa
BP 4580 - 98713
Papeete-Tahiti
Polynésie Française

Tel 87773550
 

 

Voici la lettre que Yannick Lowgreen président de l'association " Tamarii Moruroa" a envoyé aux députés :

Mesdames et Messieurs les Députés,
Hier, lundi 6 février, la Commission Mixte Paritaire a modifié l’article 34 nonies de la loi EROM pour supprimer la notion de risque négligeable porté à l’article 4 alinéa 5 de la loi 2010-2 du 5 janvier 2010 sur la reconnaissance et l’indemnisation des victimes des essais nucléaires (loi Morin) C’est enfin un geste de justice envers toutes les victimes vétérans, veuves et orphelins.
En effet depuis l’automne 2009, l’ANVVEN a été la première et longtemps la seule association à
dénoncer cette disposition qui vide la loi de son contenu puis suivi par TAMARII MORUROA.


Nous tenons à remercier la Sénatrice polynésienne Lana TETUANUI pour le dépôt de son amendement. Elle  s’est battue pour obtenir cette grande victoire que nous attendions depuis longtemps qui a été votée par la majorité des membres de la CMP que nous remercions également.
Il vous revient maintenant de sceller dans le marbre de la loi, cette avancée très importante pour que justice soit enfin rendue à toutes les victimes qui remplissent les 3 conditions fixées par la loi Morin à savoir : pathologie reconnue parmi les 21 cancers radio-induits, secteur géographique d’affectation et période de présence sur zone. Ces conditions sont à la fois nécessaires et suffisantes pour ouvrir droit à indemnisation. Nul besoin d’inventer un processus basé sur un vague calcul de probabilité avec fixation d’un seuil sans aucune référence scientifique.


Le jeudi 9 février 2017, vous aurez la possibilité de voter pour un acte de justice dû à tous ceux qui, directement ou indirectement ont servi la France, et depuis des années, souffrent et meurent des suites des essais nucléaires. Leurs regards seront tournés vers l’Assemblée nationale et ils seront attentifs au déroulement des débats.

La prochaine étape Mesdames et Messieurs les Parlementaires sera ce dernier geste que la nation ne peut oublier de faire. C’est la reconnaissance honorifique des vétérans, en modifiant, le décret tel que défini par le code des pensions militaires, sur l’attribution du titre de reconnaissance de la nation en rajoutant un paragraphe afin que celle-ci puisse être attribuée aux vétérans civils et militaires ayant participé aux essais nucléaires en Algérie et en Polynésie Française.
Car de par ses très hautes traditions, la République Française a toujours su, à maintes reprises, à toutes époques  modifier et adapter les textes et décrets au regard des situations nouvelles.
Mesdames et Messieurs les Députés, pensez à leur souffrance et ne décevez pas leur attente.


Je vous prie de croire, Mesdames et Messieurs les Députés, à l’assurance de ma considération
distinguée.


Yannick LOWGREEN

Président Association Tamarii Moruoa

 

Des bons d'aides en matériaux

Le ministre du Logement, Jean-Christophe Bouissou, effectuera plusieurs visites sur le terrain, ce mardi après-midi, à partir de 15 h afin de remettre des bons d’aides en matériaux à des familles sinistrées suite aux intempéries des 21 et 22 janvier derniers.

Les différents rendez-vous fixés sont : à la mairie de Punaauia, à 15 h, puis à la mairie de Papeete, de 15h45 à 16h, à la mairie de Arue, de 16 h à 16h15, puis à la mairie de Mahina, de 16h45 à 17 h, et enfin à la mairie de Papenoo, à partir de 18 h.
Les bons remis ce jour vont concerner au total 33 familles.
 

 

Courrier

Hier soir sur “ FRANCE 0 “ il y avait un reportage sur “TETIAROA” au cours duquel il a été précisé que le lagon de TETIAROA était de compétence TERRITORIALE.

Donc TEQUI PAMBRUN pouvait rester dans le lagon a moins qu'Edouard n'ai souhaité le virer pour plaire aux propriétaires du Brando . Avez vous quelques précisions sur le sujet .
D’avance merci . L.

NB: Pas du tout mais Edouard Fritch pourra peut-être vous répondre par l'intermédiaire de sa communication...s'il le souhaite bien sûr !

 

Lundi 6 février 2017

 

 

   La phrase :"Macron s'adressant à ses sympathisants samedi :

                                " Vous pourrez dire : " j'étais là"!

Fichtre, il ne manque pas de culot, voilà qu'il se prend pour Jésus sur le Mont des oliviers.

 

Le Président Edouard Fritch, accompagné de deux ministres a assisté, dimanche, à la Journée culturelle organisée au temple Kanti, à Papeete, à l’occasion des festivités du Nouvel an chinois toujours très populaire.

 

 

 

François Fillon aux barons Républicains : " Si je sombre, vous sombrez avec moi !". Encore un qui a une haute idée de lui-même!

Que fait la justice pour trancher et lever les  doutes ? Répond un Républicain perplexe.

 

Editorial

La force fragile et prétentieuse

Avec cette petite phrase aux électeurs et curieux, venus l'écouter à Lyon, Emmanuel Macron a lancé tel Napoléon, avec aplomb " vous pourrez dire: j'étais là" .  Il  en a même fait  sursauter la journaliste de LCI  en démontrant à la fois, qu'il était un grand acteur doublé d'un orgueil exacerbé pour plaire au plus grand nombre. En utilisant une ficelle usée : "je vous aime"  il en a ajouté une louchée pour faire du Macron : "je vous aime "farouchement". Trop c'est trop comme le disent aujourd'hui certains éditorialistes. Au lieu de nous aimer qu'il donne son programme comme tous les autres candidats. A moins qu'il ne craigne de le rendre public et de perdre un peu de sa popularité.

 Macron, est fleuri dit-on. Il est la bulle d'une gauche caviar qui cache précieusement, les noms de ses sponsors et de son  financement qui viendraient.. murmure-t-on de l'étranger. C'est, dit encore un candidat à la présidentielle sur France 24, : "l'art de la duplicité, et le prince de la dissimulation". Oui, les Français viennent écouter en nombre l'acteur, mais ils repartent en grande partie déçus de ne pas savoir à quelle sauce ils seraient mangés au cas où l'intrépide arriverait à pousser Marine Le Pen  hors de la première marche du podium. Quand vous l'entendez  affirmer avec force que les autres candidats et candidate ne se battent pas pour les Français mais pour eux-mêmes, pour qui croyez-vous qu'il se bat, sinon pour lui et son ardent désir d'être président de la République ? Pour qui ? Pour lui ou pour vous, alors qu'on ne connait rien à son programme ?

Marine Le Pen caracole toujours en tête des sondages avec son patriotisme économique et son slogan : " je suis la candidate du peuple". Elle a fait samedi une campagne très professionnelle avec les arguments qu'elle martèle depuis toujours "plus d'euros, plus d'Europe" en appelant tous les patriotes à la rejoindre. Mais au-moins elle détaille son programme et ses 144 propositions pour une nouvelle France. Aux 44 millions d'électeurs de choisir. Elle, au moins, ne cache rien.

Benoit Hamon inspire la sincérité. Il fait et dit ce qu'il faut pour rassembler les socialistes afin de faire vivre le cœur de la France. Mais alors que le budget national est déficitaire de plus de 70 milliards d'euros, son programme coûterait aux Français la somme astronomique de près de 400 milliards de dépenses en plus, sans compter des impôts supplémentaires. Pas vivable. Toutefois c'est avec beaucoup de talent qu'il a détaillé pendant deux heures lors de la convention d'investiture comment il voyait la France. Pourquoi son revenu universel se ferait par étape. La France, la sienne il l'explique, sans être "du par cœur", avec sa conviction et on peut s'y laisser prendre ! Contrairement à Macron, on le sent "vrai", même si Tahiti Today ne partage pas son programme..

 

J.L Mélenchon  affronte et innove en mettant son hologramme à la mode politique . A la fois à Lyon avec ses trois concurrents et à Paris il a eu cette phrase percutante :" Cette campagne présidentielle ressemble à l'émission Top Chef, tant il y a de casseroles". Le candidat de "la France insoumise" a taclé à la foi Macron et Marine le Pen en épargnant Hamon.

 

  François Fillon ,le grand perdant, après avoir été si près du but : celui de s'installer à l'Elysée, est aujourd'hui sur la dernière marche du podium, empêtré dans le rouleau compresseur médiatique dont il ne peut plus s'extraire. Dernier sondage LCI : 68% des Français souhaitent qu'il retire sa candidature. 72% le trouvent peu honnête. Mais il persiste et s'accroche en refusant de se désister au risque d'entrainer la droite républicaine dans l'enfer de la déroute. Qu'il soit déclaré innocent par la justice, ou pas, son aura est partie en fumée seul, un petit noyau dur, y croit encore.

 Et voilà que Médiapart qui n'a pas apprécié de s'être fait doubler au poteau par le Canard avec son redoutable et mortifère "coin-coin", vient lui aussi de lui envoyer un "pan-pan" retentissant en publiant  des chèques «secrètement» encaissés par François Fillon entre 2005 et 2007 qui seraient la preuve d'un détournement de fonds publics. Il ne va jamais s'en sortir !

 

 

L’un est libellé au nom de « Monsieur François FILLON », l’autre adressé simplement à « FILLON

 ». Mediapart publie samedi les reproductions d’un chèque et du talon d’un second, pour des montants respectifs de plus de 3.000 euros. Des documents qui seraient les traces d’un « vaste système de détournement de fonds publics » dont aurait bénéficié le vainqueur de la primaire à droite à l’époque où il siégeait au Sénat, avaient révélé la semaine dernière le site d’informations et le JDD.

 De nouvelles accusations qui tombent mal pour le candidat à la présidentielle, dont 68 % des Français souhaitent le retrait de la course à l’Elysée à la lumière du « Penelope Gate ».

 Ces chèques, non datés, seraient deux spécimens parmi les versements reçus secrètement entre 2005 et 2007 par celui qui n’était pas encore Premier ministre, pour un total n’ayant « sans doute pas dépassé les 25.000 euros », selon Mediapart.

 Une pratique baptisée pudiquement « la ristourne »

 L’argent, écrit le site, correspond à « des commissions occultes ponctionnées sur l’enveloppe » mise à la disposition de l'ancien sénateur. La pratique baptisée pudiquement « la ristourne », et généralisée au sein du groupe UMP du palais du Luxembourg, affirme Mediapart, aurait perduré de 2003 à 2014, date de son interruption par la justice. Elle consistait à récupérer les sommes non utilisées sur les quelque 7.500 euros que perçoit mensuellement chaque sénateur pour la rémunération d’assistants.

 L’argent non « consommé » doit en théorie rester dans les caisses du Sénat. Mais pendant 11 ans, le système – légal – permettant aux sénateurs de transférer cet argent à leur groupe politique aurait été « perverti » côté UMP, selon Mediapart. Le site affirme que des élus de la chambre haute du Parlement récupéraient ensuite ces sommes « en douce ».

 Plusieurs sénateurs UMP mis en examen

 Depuis novembre 2013, deux juges d’instruction financiers enquêtent sur des soupçons de détournement de fonds publics via des caisses occultes au profit de sénateurs ou anciens sénateurs de l’UMP, devenue Les Républicains, pour la période 2009-2014. L’enquête s’est accélérée ces dernières semaines avec plusieurs mises en examen, dont celles des sénateurs Jean-Claude Carle, ex-trésorier du groupe UMP sénatorial, et Henri de Raincourt, ex-président du groupe et ancien ministre.

 Contacté par l’Agence France Presse après les premières révélations de Mediapart, l’entourage de François Fillon a fait savoir qu’il ne faisait « aucun commentaire sur une affaire judiciaire en cours ».

Le décorticage se poursuit ave le journal "le Monde"

Les journalistes du Monde ne s’arrêtent pas là. D’après le quotidien, les policiers en savent plus sur les embauches des deux enfants du candidat.

 



Marie Fillon aurait été salariée afin de l’aider sur des « questions constitutionnelles » mais surtout pour écrire son livre La France peut supporter la vérité, paru en octobre 2006 (Albin Michel). « Elle a fourni un gros travail documentaire », aurait-il affirmé. Un job a priori peu en rapport avec le poste de sénateur de la Sarthe de l’intéressé à l’époque, même si la pratique ne serait pas exceptionnelle au Parlement.
Son fils Charles aurait, lui, aidé son père à travailler… sur la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. « Il m’a aidé en travaillant au programme du candidat à l’élection présidentielle sur des sujets institutionnels », aurait déclaré François Fillon aux policiers.

Si les faits étaient confirmés, outre ceux de « détournement de fonds publics », ils nourriraient les soupçons de « financement illicite de campagne électorale », écrit le Monde


 
La justice s’intéresserait à la décoration du propriétaire de la Revue des deux mondes

C’est le Monde qui le sort ce lundi. D’après le quotidien, les enquêteurs suspectent un éventuel « trafic d’influence » lié à l’attribution de la légion d’honneur à Marc Ladreit de Lacharrière, propriétaire de la Revue des deux mondes, qui a employé Pénélope Fillon. Marc Ladreit de Lacharrière avait été élevé à la dignité de grand-croix en 2010, grâce à François Fillon. « L’embauche de Penelope Fillon aurait-elle constitué la contrepartie de cette décoration ? », s’interroge Le Monde.

 


Le joker Macron : 3,6 millions d’euros de revenus, patrimoine négatif ! Ou un compte caché à l'étranger ? Les limiers cherchent...

Aujourd'hui, Fillon a rassemblé son camp en laissant entendre qu'il était le meilleur (sic) tant pis pour les autres et qu'il repartait en campagne la fleur au fusil. Si, compte tenu des désillusions persistantes dans l'électorat de droite, sa campagne est un bide et qu'il n'est pas élu ?  C'est la France qui en pâtira et Macron qui gagnera... Le joker s'en frotte déjà les mains ! Marine Le Pen engrange !

Les Républicains ont mis leur déception en veilleuse en confessant "sans Fillon on perd avec Fillon on gagne" ! Pas sûr !

 

Compte rendu du conseil des ministres de ce jour :

Adoption de l’amendement Tetuanui pour la suppression du risque négligeable

Le Conseil des ministres a pris connaissance avec satisfaction de l’adoption, par la commission mixte paritaire du Parlement qui se tenait ce jour, de l’amendement déposé par la sénatrice Lana Tetuanui au projet de loi sur l’égalité réelle Outre-mer.

L’amendement adopté à l’unanimité vient modifier la Loi Morin en supprimant la notion de risque négligeable pour l’indemnisation des victimes.

Le Président et son gouvernement se réjouissent de cette avancée conforme à la position du Conseil des ministres ainsi qu’à celle des associations et des élus de l’Assemblée de la Polynésie française.


Etat de calamité naturelle pour les fortes pluies du 3 février à Taiarapu-Est et Teva I Uta

De fortes intempéries se sont abattues sur les communes de Taiarapu-Est et Teva I Uta (Faaone et Papeari) dans la nuit du jeudi au vendredi 3 février 2017.
Ce phénomène météorologique exceptionnel a provoqué des crues, des inondations et des dégâts causés aux habitations.
Le Conseil des ministres a donc pris un arrêté constatant l'état de calamité naturelle des sinistres occasionnés par les fortes pluies du vendredi 3 février 2017 dans les communes de Taiarapu-Est et Teva I Uta (Faaone et Papeari).


Période des soldes prolongée à la demande des commerçants

Dans le cadre des rencontres du Vice-Président avec les représentations patronales, afin de faire le point des recensements des entreprises sinistrées et d’envisager les mesures de soutien pour un retour rapide à une situation d’activité normale, l’une des propositions retenues par les participants consiste à prolonger la période des soldes en cours, fortement perturbée par les intempéries du 21 et 22 janvier derniers.
Dans sa séance de ce jour, le Conseil des ministres a validé la prolongation de la période des soldes, qui s’achèvera donc le 19 février prochain, conformément à la demande exprimés par les commerçants.

I
nstallation du consulat de Chine sur une parcelle domaniale située à Papeete

La Polynésie française souhaite développer durablement ses relations avec les Pays susceptibles de contribuer de manière active par des investissements ambitieux et structurants à son développement économique. Cette démarche s’inscrit dans une volonté de favoriser la création d’emplois, tout en envisageant l’ouverture à des nouveaux marchés des produits locaux pour la relance de notre économie.

Parmi les partenaires privilégiés, la République populaire de Chine a manifesté au cours de ces dernières années, son intérêt pour notre pays et ses potentialités de développement notamment dans les secteurs aquacole et touristique.
Les prémices de ce nouveau partenariat ont permis la conclusion d’un accord avec les autorités de l’aviation civile chinoise en vue d’assurer la desserte aérienne régulière entre la Chine et la Polynésie française par les compagnies chinoises.
Par ailleurs, un ambitieux chantier de développement doit prochainement démarrer sur l’île de Hao. La formation des futurs cadres polynésiens a d’ores et déjà été lancée, ces derniers étant accueillis à Shanghai.

Les permis de construire afférents à cette opération ont également été délivrés en 2016.
Les autorités consulaires chinoises sont le relais localement des investisseurs et des autorités administratives de la République populaire de Chine.

Le Pays souhaite donc développer ses relations avec la Chine et proposer de donner à bail, une parcelle domaniale située dans le quartier de Paofai, boulevard Pomare, d’une superficie de 2.412 m², en vue de l’implantation du nouveau consulat.
Le Pays entend ainsi envoyer un signe fort aux autorités chinoises et s’inscrire dans une démarche de partenariat durable.


Situation de la desserte aérienne de Maupiti

Depuis le 1er janvier 2017, les missions d’entretien et de maintien à niveau des infrastructures aéroportuaires portées par la subdivision des aérodromes territoriaux de la Direction de l’équipement ont été transférées à la direction de l’Aviation civile.

A cette date, un inventaire des infrastructures aéroportuaires a été engagé par le nouveau département Infrastructures de la Direction de l’Aviation civile, créé et dédié pour répondre à ces missions.

Ce chantier a permis de déceler des problèmes de nature à affecter la sécurité des passagers et des usagers de transport aérien dans l’aérogare de Maupiti.
 

 

 Courrier :

On veut nous faire croire que durant des années, Pénélope Fillon aurait perçu plus de 5000 euros par mois en ignorant qu'elle travaillait pour son mari... dans n'importe quel pays démocratique, Fiillon aurait démissionné dans la minute. Il était pathétique, il devient grotesque. Quand va-ton nous débarrasser de tous ces magouilleurs et profiteurs...on dirait qu'ils travaillent tous pour Marine Le Pen. G

 Question : si Fillon est innocent de ce qu'on lui reproche pourquoi passe-t-il son temps en excuses; On ne s'excuse que de fautes non commises !! M.

 

Ma chère Christine, à propos du service...

On connaît la chansonnette dont on nous saoule depuis des décennies : « Le tourisme c’est notre affaire à tous » .
Le refrain devient une obsession. Les discours qu’il inspire ne sont rien d’autre que des formules creuses et des incantations entonnées en boucles.
Curieuse façon d’attirer les touristes sous les cieux polynésiens !
J’ai même tenté, l’autre matin, de m’offrir deux œufs au bacon au restaurant de l’aéroport pourtant international de Tahiti-Faaa, Folle ambition ! La spécialité n’existe pas dans la liste des prestations proposées. C’est même la deuxième fois que l’on m’oppose ce rejet !
Le breakfast fait partie des habitudes alimentaires de centaines de millions d’individus répandus sur la planète. Nous avons la prétention d’en attirer quelques uns mais il ne faudrait pas qu’ils soient trop exigeants.
J’ai donc quitté l’aéroport « internationaaal » de Tahiti Faaa et je suis retourné à la maison.
Je m’y suis fait cuire deux œufs…

 

 

Nicole Bouteau a répondu comme il se doit hier soir sur Première aux questions posées sur le tourisme. Juste un bémol concernant le "petit Mahana Beach" que les investisseurs locaux devaient mettre sur pied, dès la chute dans les limbes du plus grand. Rappelez-vous les paroles apaisantes de jean Christophe Bouissou qui assurait que les investisseurs locaux prendraient la relève. Et depuis les réponses se succèdent : " "on y travaille"!!!!

On a parait-il des investisseurs locaux, des plans et on attend quoi la fin de la saison des pluies et après ? Voilà des années que l'on se plaint de ne pas avoir assez de chambres et cela avait été la raison pour l'ancien président Flosse de lancer le Mahana Beach qui remportait l'unanimité. Et puis, absent du pouvoir, le projet a fait un gros pschitt ! Le petit projet risque de faire la même chose...

 

 Emile Vernier, président du SDIRAF tiendra une conférence de presse dans les jardins de Paofai ce matin à 9h.00.Sujets importants dont une proposition de financement de la retraite.

 

 Le secteur de la grande distribution à dominante alimentaire présente un degré de concentration « très élevé » en Polynésie, selon le premier Observatoire des concentrations, publié le 1er février dernier par l’autorité polynésienne de la concurrence.

 

Pour les étudiants qui veulent poursuivre leurs études à Paris

Bourses d’études du musée du quai Branly - Jacques Chirac

Le musée du quai Branly – Jacques Chirac propose chaque année des bourses doctorales et postdoctorales destinées à aider des doctorants et de jeunes docteurs à mener à bien des projets de recherche originaux et innovants.

Les disciplines concernées sont : l’anthropologie, l’ethnomusicologie, l’histoire de l’art, l’histoire, l’archéologie (à partir du néolithique), la sociologie, les arts du spectacle.

Les domaines de recherche privilégiés sont : les arts occidentaux et extra-occidentaux, les patrimoines matériels et immatériels, les institutions muséales et leurs collections, la performance rituelle, la technologie et la culture matérielle.

Les projets particulièrement susceptibles de tirer parti de l’environnement du musée du quai Branly – Jacques Chirac seront examinés avec la plus grande attention.

Au cours de l’année, les candidats sélectionnés présenteront un article destiné à être soumis à publication scientifique dans le cadre du séminaire interne du département de la Recherche et de l’Enseignement du musée du quai Branly – Jacques Chirac. Ils devront fournir au département de la Recherche et de l’Enseignement un rapport d’activité détaillé de leurs recherches au terme de la bourse.


Les bourses doctorales

Trois bourses doctorales sont destinées à soutenir des doctorants en fin de thèse inscrits au moins en troisième année pour l’année universitaire 2017-2018 (dans une université française ou étrangère). Ces bourses sont une aide à la rédaction et excluent les recherches de terrain et d’archive. Elles concernent uniquement des thèses portant sur des sociétés extra-européennes.

Ces bourses doctorales sont attribuées pour une durée de 12 mois non reconductible, du 1er octobre au 30 septembre. Elles seront en 2017 d’un montant mensuel de 1300 euros net.

Elles sont allouées après évaluation et sélection des dossiers par le Comité d’évaluation scientifique du musée du quai Branly – Jacques Chirac. Aucune condition de nationalité n’est exigée.

Les bourses postdoctorales

Le musée du quai Branly – Jacques Chirac propose cinq bourses postdoctorales à de jeunes docteurs pour élaborer collectivement un programme de recherche d’un an sur la thématique « valeur et matérialités ». Chacun de ces termes doit être entendu dans son sens le plus large pour examiner toutes leurs relations possibles, dont la collection muséale est l’une des modalités. Ainsi, les dimensions économique, esthétique, religieuse ou politique de la valeur seront envisagées. Elles seront mises en lien avec différentes formes de matérialité, allant des objets jusqu’aux lieux, en passant par les corps. Les étapes de la valorisation pourront être prises séparément ou ensemble, depuis la création/production, la circulation, l’échange, jusqu’à à l’authentification, la consommation, la conservation ou la mise au rebut. On portera également l’éclairage sur les formes institutionnelles de mise en valeur, comme le marché, le patrimoine, le rituel ou la performance. Au-delà des disciplines concernées par les bourses du musée, on pourra mobiliser des approches juridiques et économiques.

Ces bourses postdoctorales sont attribuées pour une durée de 12 mois non reconductible du 1er octobre au 30 septembre, et seront en 2017 d’un montant mensuel de 2 111,09 € brut (sous forme d’un CDD).

Elles sont allouées après évaluation des dossiers et audition de 10 candidats sélectionnés par le Comité d’évaluation scientifique du musée du quai Branly – Jacques Chirac. Ces auditions auront lieu à la fin du mois de juin (date précisée ultérieurement) au musée du quai Branly ou par visioconférence.

Aucune condition de nationalité n’est exigée. Les candidat(e)s peuvent solliciter cette bourse jusqu’à cinq ans après la soutenance de leur thèse, c’est-à-dire pour des thèses soutenues depuis le 1er janvier 2012. Ils/elles ne pourront prendre leurs fonctions au musée que sur présentation de leur attestation de doctorat, ou le cas échéant, de leur pré-rapport de soutenance.


MODALITÉS D’ENREGISTREMENT DES CANDIDATURES

Les demandes de bourses doctorales ou postdoctorales doivent être établies suivant un formulaire à télécharger, durant la période de l’appel à candidatures.

Les formulaires de candidature peuvent être téléchargés depuis notre site internet (http://www.quaibranly.fr/fr/recherche-scientifique/activites/bourses-et-prix-de-these/bourses-de-recherche/).

Pour être enregistré, le dossier de candidature complet doit obligatoirement faire l’objet d’un double envoi avant le lundi 3 avril 2017 à minuit :


 

Samedi 4 février 2017

 

La phrase : "Quand je vois le monde d'aujourd'hui, j'envie le monde d'hier et je crains pour celui de demain."

 

Editorial

Et quand c'est fini, ça recommence !

La générosité et la solidarité n'ont qu'un temps. L'appât du gain, lui, est constant. Et Tahiti Today qui  travaille  tous les jours y compris le week end sans aucune rémunération ( en dehors de sa retraite et de la fidélité de deux annonceurs) depuis son départ de la Dépêche en 2005 est bien placé pour marquer à la culotte ce désir "humain" sans doute d'en avoir toujours plus. Mais il y a des limites à la gourmandise. Tout le monde sait que trop de sucre est nocif à la santé alors que trop d'argent requinque le moral ! L'évolution de la société dans ce domaine touche surtout les plus grands. Les petits se contentent de ce qu'on leur donne, tapent du pied parfois, mais sont désenchantés de constater que ce désir entouré de fumigènes chez les élus, a glissé, furtivement dans le lit de notre démocratie étatiste.

Les élus du Tapura tempêtent et accusent le président de l'Assemblée de dénoncer certains errements relevés depuis quelques mois. Mais ils jubilent quand eux-mêmes trouvent un petit caillou dans la chaussure de leurs adversaires. Marcel Tuihani ne veut pas d'histoires. Il prend les devants en réformant un style quand d'autres ne souhaitent pas la réforme de leur parti puisque du plus haut au plus petit, ils y trouvent leur compte. Mais l'histoire Fillon fait découvrir combien l'intelligence de la combine s'est développée notamment en Polynésie. Et tour à tour, chacun s'emploie à tordre le cou aux substantielles dérives ou à s'en repaitre.

 Il y a toujours un moyen de contourner la loi et certains "expatriés" tributaires des élites sont là pour  escalader  ces "Everest". Du coup,  c'est l'affolement dans la fourmilière.

En attendant, si nous avons nos "éléphants "le président américain, lui, à ses "faucons". Et quoique le monde entier trouve son image et ses actes frimeux et bravaches, les ondes de choc successives qui partent de la Maison Blanche, le laissent de marbre. Les Américains eux aussi voient que leur vie s'améliore. Il est vrai que les statistiques américaines viennent de rendre public, les 256 nouveau emplois générés par la politique Trump sans compter les milliers d'autres que  le rapatriement des sociétés de construction automobiles sur le sol américain a provoqué. Que les doctes débatteurs parisiens débattent, Trump, lui avance et expédie d'un coup de coude assuré la rouge tunique du passé démocrate. Ca marche ou ça casse...On verra. Pour l'instant c'est un juge fédéral qui contrevient à son décret sur l'immigration qui provoque sa colère.

 

 

Précisions de Marcel Tuihani ,président de l'Assemblée via sa communication, à Mme Sylvana Puhetini groupe Tapura

 


Le président de l’Assemblée n’entend pas polémiquer. Laissons les enquêteurs faire leur travail. La situation de certains collaborateurs de l’Assemblée a fait l’objet d’une information auprès du procureur de la République dans le cadre des dispositions prévues par l’article 40 du code de procédure pénale, qui fait obligation à tout dépositaire de l’autorité publique de signaler des faits susceptibles d’être délictueux, dont il aurait eu connaissance. En tant que garant de l’institution et ordonnateur du budget de l'Assemblée, le président a l’obligation de signaler ces irrégularités au risque d’être considéré comme complice s’il avait connaissance des faits sans les avoir portés à la connaissance du procureur.

En ce qui concerne les médias, le président de l’assemblée n’a fait que répondre à des questions posées par des journalistes. Il avait été sollicité par ceux-ci qui souhaitaient réaliser un reportage suite à l’affaire de Madame Pénélope Fillon qui défraie la chronique en métropole. Il s’agissait pour eux de faire le parallèle avec l’Assemblée de la Polynésie française pour s’assurer que des faits de même nature ne pouvaient pas exister. Au cours de cet entretien, les journalistes ont soulevé la question « de quatre collaborateurs qui pouvaient être dans une situation de double contrat », à la fois auprès d’un élu ou auprès d’un groupe en s’interrogeant sur la légalité de cette situation. Le président de l’Assemblée tient à préciser qu’il na pas braqué le projecteur sur un groupe politique, quel qu’il soit. Il semble toutefois que les journalistes étaient déjà en possession d’informations qu’ils étaient venus corroborer auprès de l’Assemblée.

Le président a tenu à rappeler les éléments précisés dans l’article 75 du règlement intérieur qui prévoit spécifiquement l’embauche des conjoints ou des enfants, mais qui impose le respect d’une condition dans son alinéa 2 : « Lorsque le représentant recrute son enfant, son conjoint ou son concubin, le montant de l’ensemble de leurs salaires et des charges sociales et fiscales y afférentes ne peut excéder la moitié du crédit collaborateur ».

Il n’était donc nullement dans l‘intention du président de l’Assemblée de jeter l’opprobre sur Madame Sylvana Puhetini ou sur n’importe quel autre élu. Si telle avait été son intention, le président n’aurait pas attendu quatre mois pour faire fuiter l’information en sa possession. Si comme Madame Puhetini le prétend, elle a pu faire valoir les éléments dont elle dispose en réponse aux questions posées par les enquêteurs, elle n’a donc aucune raison de s’inquiéter des suites de l’enquête. Par ailleurs des journalistes ont indiqué que la fille de la sé