Accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avez-vous le goût de rêver  ?

 

 

 Ayez un autre regard sur l'actualité que celui qu'on vous donne ailleurs !

 

Tel le "IzziStone", légendaire franc-tireur du journalisme américain, Tahiti Today dresse tous les jours, sauf le dimanche, un état des lieux accablant, malicieux et passionnant du gouvernement ainsi que celui de divers hommes politiques polynésiens et représentant de l'Etat.

 

 

 

C'est sans doute lui qui le fera le premier ! Ne jamais sous estimer un tel adversaire!

 

 

Vendredi 20 janvier 2017 : Le 20 janvier 2017, le peuple est devenu le dirigeant de cette nation."

 

Commentaire

Trump président : "Nous allons construire un nouveau monde !"

Discours révolutionnaire pour les uns, populiste pour les autres , patriotique pour les Américains . Il a incarné la cause du peuple. Des promesses, en ligne directe avec celles de sa campagne et on le croit : protéger l'Amérique, protéger ses frontières, protéger ses emplois : " Je vais lutter pour vous et jamais je ne vous abandonnerai, je ramènerai notre richesse, nos rêves et nous allons construire un nouveau monde" Ovation ! Comment ne pas toucher le cœur des Américains quand il scande ses propos la main sur la poitrine ou le poing levé en affirmant  "le même sang coule dans les veines de notre peuple, nous sommes tous Américains".

Les Européens n'ont rien de commun avec cet homme là, ni avec l'Amérique d'ailleurs, François Hollande pourrait-il galvaniser les foules avec son langage policé, feutré et des promesses qu'il ne peut pas tenir. Tandis que je suis persuadée que Trump qui n'a pas attendu de prêter serment a commencé les délocalisations des grandes entreprises qui s'étaient installées à l'étranger pour les rapatrier aux Etats Unis moyennant quelques avantages. Elles sont revenues dare-dare et ont déjà embauché des milliers de personnes!

 "Yes, he will !" Il tiendra tout et plus encore ce qu'il a dit quand il regarde l'Amérique dans les yeux en martelant  "nous allons construire un nouveau monde "! Puis encore " une nation ne vit que lorsqu'elle se développe". Et pour cela "nous transfèrerons le pouvoir de Washington à vous. Le 20 janvier 2017, le peuple est devenu le dirigeant de cette nation."

Comment résister ? Surtout quand il ajoute sous les applaudissements : " Nous avons enrichi beaucoup d'autres pays, c'est le passé. L'Amérique d'abord" en ajoutant " Nous allons faire ce qu'il y a à faire, l'Amérique "great again".

Les Américains vénèrent la réussite, pas forcément l'argent, qui vient après, presque tous les milliardaires américains sont partis de rien. Il faut  un shaker et se concocter un cocktail d'imagination, de courage, de travail, de patience, surmonter les revers, aller de l'avant et ne pas attendre que la manne vous tombe du ciel.

 Qui aurait dit  que ce business man multi milliardaire, si excessif dans sa campagne deviendrait le 45° président des Américains adepte d'un consensus étonnant ? Certainement pas les commentateurs parisiens ni les journalistes féminines sur LCI qui ont dénigré l'homme et son discours contrairement à leurs confrères masculins et notamment l'excellent Vincent Hervouët, chef du service étranger. Avant de lancer comme une revanche, que le nouveau président ne réussira pas à accomplir ce qu'il promet, laissons-lui le temps de s'y atteler.

 A une toute petite échelle c'est ce que nous avons fait pour notre petit président mais malheureusement trois ans plus tard, l'espoir n'est pas au rendez-vous. Des paroles, oui, mais pas d'actes., pas de grands projets réalisés ( Hao n'est pas de son fait), même pas de projets du tout. Nous n'avons que des "manches à air" qui se gonflent avec les vents dominants, puis retombent, flasques !

 

 

Ce matin, après la brillante et fastueuse investiture du 45°président des Etats Unis qui a fait serment sur la bible de Lincoln et celle de sa grand-mère sans aucune fausse note et  beaucoup d'émotion, Donald Trump a tenu un discours sans prompteur et sans papier  qui  a enflammé une foule immense d'Américains venus l'écouter. Hilary et Bill Clinton étaient là comme Barak Obama et Nicole avec tous les anciens présidents pendant que les jeunes et moins jeunes démocrates  manifestaient  sans modération à Washington, ceux sans doute qui n'apprécient pas qu'on leur dise de se mettre au boulot. On en connait !

 Les partisans de Trump , les motards ont dit calmement et sans vociférer comme les excités anti Trump : "Nous formerons un mur de viande s'il le faut". Question : "Qu'est-ce-que c'est un mur de viande ?" C'est nous, mains serrées, coude à coude, qui formeront ce mur."

Puis après le sacre est venue la grande revue américaine. Impressionnante.

Le commentateur français n'avait sans doute jamais vu une Cadillac grand modèle car il a répété 27 fois "l'énorme Cadillac" de Donald Trump... certes de plusieurs tonnes compte tenu de son blindage résistant même aux rockets mais qui ne changeait rien à sa dimension  identique à celle de Gaston Flosse par exemple et à des milliers d'Américains.

 

Des discours sentencieux en Polynésie, de la morale, des condamnations sévères, rien n'y  fait malgré des débats multiples. Les obèses mangent toujours autant, les Polynésiens boivent toujours autant, les viols sont toujours aussi nombreux, les scooters roulent toujours dans tous les sens, le respect des autres, l'éducation, n'existent toujours pas, les inondations font toujours les mêmes dégâts et les femmes sont toujours les souffre-douleur après les beuveries souvent communes .L'un deux a fracassé le crâne de sa femme contre un mur. C'est d'un banal émouvant ! Mais une autre , par jalousie, a menacé son homme d'un cutter. La violence se généralise d'un sexe à un autre ! On n'est pas sorti de l'auberge familiale...

 

 

 

Et comme  le week end qui s'annonce devrait être toujours pluvieux, nous publions dans son intégralité les mesures phares programmées pour 2017 annoncées ce matin par Edouard Fritch dont les Polynésiens intéressés pourrons s'imprégner. S'ils ne le sont déja !

Soutien aux investissements

 

Pour renforcer l’accompagnement et le soutien aux investisseurs, qu’ils soient locaux ou étrangers, une délégation aux investissements sera mise en place pour l’accueil et la coordination des porteurs de projets.

 Nous allons également modifier la loi relative aux investissements étrangers afin de disposer d’un cadre plus simple et plus attractif, de même que nous allons revoir la loi sur « les grands projets » de manière à échelonner les mesures d’accompagnement en fonction de la taille des projets. C’est-à-dire que l’on viendra au soutien de projets de moindre importance que ceux qui étaient concernés par la loi.

 Soutien à l’économie

 En ce qui concerne les mesures de soutien à l’économie et en faveur de la consommation, nous avons vu les effets positifs des mesures prises en 2016. C’est ainsi que nous reconduisons l’opération véhicules propres ainsi que l’aide à l’investissement des ménages pour la construction et les aides à l’aménagement et la rénovation des commerces et des restaurants.

 Le vice-président a également entamé les travaux sur la réforme de la liste des PPN et de la TDL

 Pour ce qui concerne l’économie bleue, dès ce 1er trimestre, nous verrons le lancement du chantier de la ferme aquacole de Hao puisque l’investisseur a programmé le début des travaux après le nouvel an chinois. Nous engagerons par ailleurs la création de la zone bio-marine de Faratea, futur centre d’excellence en aquaculture.

 A la fin février se déroulera la troisième conférence économique qui, l’année dernière, nous avait permis de dégager un certain nombre de mesures correspondant aux attentes des milieux économiques.

 Dans le même temps, nous présenterons les objectifs sur l’évolution de notre fiscalité qui fera l’objet de la présentation de nouveaux textes à l’assemblée au cours de la session administrative. Le ministre des finances pourra vous en dire plus si vous le souhaitez, mais je peux d’ores et déjà vous annoncer, parmi ces mesures, que nous irons une nouvelle fois vers des allègements de droits et taxes pour lutter contre la vie chère.

 Dans la cadre de la transition énergétique, le ministre fera le 14 février prochain, à l’occasion du comité de suivi, le bilan d’exécution de son plan de transition et présentera les nouvelles mesures en matière énergétique qui sont prévues pour la période 2017-2018. D’ores et déjà, je pense que nous donnerons un nouvel élan pour le soutien au photovoltaïque, que ce soit pour l’équipement des particuliers ou des entreprises.

 

Soutien au logement

 Le logement est un levier puissant du programme de relance économique du gouvernement. Notre politique dans ce domaine poursuit, depuis le début de notre mandature, deux objectifs.

Le premier objectif est social. Il s’agit de combler le retard important enregistré en matière de construction de logements sociaux et de permettre ainsi aux familles polynésiennes les moins favorisées de disposer d’un logement décent. Nous avons mobilisé tous les outils disponibles, qu’il s’agisse de notre opérateur public historique, l’OPH, ou des opérateurs privés agréés (OLS). Nous avons déjà bien avancé : rien qu’en 2016, plus de 360 logements sociaux ont été livrés, dont 260 fare OPH et un millier de ménages ont bénéficié d’une aide à l’amélioration de l’habitat individuel. Mais il reste beaucoup à faire et je fais confiance à notre nouveau ministre en charge du logement pour poursuivre, voire amplifier cette dynamique.

Compte tenu des chantiers déjà engagés, nous sommes déjà sûrs, en 2017, de livrer leur logement à près de 800 familles, dont 400 seront des fare OPH, en habitat dispersé. Près de 140 logements collectifs seront aussi achevés, sur le domaine Labbé et sur Teroma à Faa’a, et 150 seront livrés par les opérateurs privés. Nous prévoyons également de distribuer plus de 1500 aides à l’amélioration de l’habitat et la réhabilitation de plus de 200 logements du parc ancien de l’OPH est programmée. C’est un minimum que nous nous efforcerons de dépasser afin d’atteindre le millier de logements livrés dans l’année 2018.

Le second objectif est économique.  Déjà, nous avons multiplié par 4, entre 2013 et 2016, la commande publique dans le domaine du logement. Alors qu’en 2013, le carnet de commande ne s’élevait qu’à 3 milliards, c’est 12,8 milliards de chantiers qui ont été lancés en 2016 et le logement social a permis de verser, en un an, 5 milliards de F CFP aux entreprises du BTP. Pour comparaison, ces versements n’étaient que de 300 millions en 2013.

En 2017, notre ambition est d’engager pour 15,6 milliards de travaux nouveaux et d’injecter dans l’économie, en paiement des entreprises du BTP, 9 milliards de F CFP.

Au-delà du logement social, j’ai demandé au ministre en charge de l’urbanisme d’alléger et d’accélérer les procédures d’instruction des permis de construire afin de faciliter la mise en œuvre de chantiers privés.

Soutien à l’économie numérique

Le développement du numérique constitue un enjeu majeur pour le Pays et de sa structuration dépend notre économie de demain. Il est temps de faire entrer la Polynésie française dans le 21ème siècle ! J’ai mené, en partenariat avec la Caisse des Dépôts et Consignation et le ministère de l’économie numérique, la construction d’un schéma directeur d’aménagement numérique. Il s’agit d’orientations visant à faire de la Polynésie française un territoire connecté, doté d’un socle et d’une gouvernance de transformation digitale. Les travaux sont arrivés à leur terme et un plan stratégique opérationnel sera, dans les jours qui viennent, soumis à l’examen du CESC et de l’Assemblée de la Polynésie française.

Parallèlement, le ministre en charge de l’économie numérique élabore, en partenariat avec les acteurs privés de l’Observatoire de l’économie numérique, un plan « Smart Polynesia 2025 » qui servira de feuille de route du gouvernement pour construire une Polynésie dynamique, connectée et innovante et favoriser l’émergence de nouvelles activités et la création d’emplois.

Enfin, dans le courant du premier semestre nous lancerons l’appel d’offres du projet de câble de sécurisation de Honotua, (projet Samoa, Niue, Cook, Tahiti)  et à la fin de ce semestre, nous devrons signer le contrat pour la construction du câble domestique. Et en matière de téléphonie mobile nous commencerons le déploiement de la 4G sur le grand Papeete, Morea et Bora.

 

Soutien au développement du secteur primaire

Pour ce qui concerne le développement du secteur primaire, nous allons mettre en place des dispositifs règlementaires pour permettre le désenclavement des vallées, de réaliser des servitudes de développement, des pistes de pénétration afin de permettre le développement de projets économiques tels que le développement de la sylviculture, et en corolaire le développement de la filière bois, ou la valorisation du foncier pour de nouveaux projets agricoles.

De plus, les outils modernes comme le SIG (système d’information géographique) seront des appuis à la politique de développement des ressources primaires. Les zones domaniales, les propriétés privées disponibles consacrées à l’agriculture, l’aquaculture, la perliculture… par les PGA seront identifiées, analysées puis traitées.

En second lieu, il convient de renforcer et de garantir les actions permettant la maîtrise des circuits de production, de collecte, de transformation et de distribution des produits issus du terroir à destination des cantines scolaires, des restaurants « publics » notamment de type (grandes entreprises, les services de l’armée, les centres pénitenciers).

Ce soutien au secteur primaire, devra permettre d’aboutir à des débouchés en terme de formation et d’emploi.

Pour ce qui concerne notre agriculture en milieu tropical, notre biodiversité constitue un atout majeur pour exploiter de nouvelles filières, non seulement alimentaire mais également dans les domaines thérapeutiques et cosmétiques à visée d’export et de devises.

 

 Secteur des ressources marines :

-                    L’objectif affiché à 5 ans pour la pêche hauturière est de doubler la production, soit de passer de 6 000 à 12 000 tonnes de poisson. Cet objectif ne peut être atteint que par le renouvellement d’une flottille vieillissante et coûteuse en exploitation, l’extension des moyens à terre et l’exploration de nouvelles opportunités (pêche surgélée, espadon dans le Sud…etc).

-                    La défiscalisation locale soutiendra le secteur, avec un taux de crédit d’impôt pouvant atteindre 70%, afin d’inciter à la construction de nouvelles unités de pêche et soutenir l’activité des chantiers navals locaux.

-                    Pour valoriser les marchés à l’export, la pêcherie polynésienne est inscrite dans une démarche d’obtention d’ici un an, de l’éco-label MSC (Marine Stewardship Council) de pêche certifiée durable.

-                    En matière de pêche côtière, le Pays accompagne les professionnels en leur mettant à disposition des équipements : plus de 617 DCP ont été financés par le Pays ces 35 dernières années, 83 sont encore en place et un programme de pose de 40 nouveaux DCP dans les 5 archipels est prévu en 2017. Par ailleurs, des budgets seront alloués aux équipements frigorifiques et aux installations de panneaux photovoltaïques des coopératives de pêche sur l’ensemble de la Polynésie française

 

Soutien au développement touristique

Le ministère du Tourisme et des transports aériens internationaux sera mobilisé à poursuivre le déploiement de la stratégie de développement touristique 2015-2020 portée et validée l’année dernière par le Gouvernement, l’Assemblée de Polynésie, le CESC et par les acteurs du tourisme polynésien.  Pour mémoire, sur les 134 actions prévues sur la période 2015-2020, 64 ont déjà été mises en œuvre et 28 sont d’ores et déjà achevées.

Quatre grands axes et priorités prévus dans cette stratégie seront déclinés sur les mois à venir :

 Premièrement, la gouvernance et les règlementations avec notamment; l’actualisation et la généralisation du classement des hébergements touristiques.


Deuxièmement, 
les infrastructures et les équipements : je pense aux aménagements pour le tourisme de croisière à Fakarava, aux aménagements de Vaitupa ou aux chemins de randonnée pédestre.

Troisièmement à la promotion et la commercialisation, avec la mise en place d’une plateforme web pour les pensions de famille et la poursuite de la campagne de sensibilisation de la population.

Enfin, la dynamisation du tourisme vert, du tourisme bleu et du tourisme durable avec l’adoption de la charte pour le tourisme durable ou à la mise en place de sentiers marins à Tahiti, Bora-Bora ou Rangiroa,
 

Par ailleurs, nous avons le projet de reprendre l'hôtel Pearl Beach de mahini pour en faire un hôtel d’application en liaison avec l’école hôtelière.

 

Aménagements structurants

Pour ce qui concerne les aménagements structurants, la direction de l’Equipement dispose d’un budget de plus de 20 milliards pour ses investissements qui permettra notamment de réaliser la deuxième tranche de l’aménagement du front de mer de Papeete, la modernisation de l’éclairage de la RDO, un programme de bétonnage de routes aux Marquises et aux Tuamotu.

En 2017 nous lancerons également la première phase de la route du Sud entre Punaauia et Taravao. C’est un chantier qui s’étalera sur une dizaine d’années. Le premier tronçon à réaliser se fera sur le contournement de Papara puisque nous disposons du foncier

Le Port autonome a prévu de son côté l’aménagement de la place Chirac, avec notamment les aménagements pour l’accueil des plaisanciers et des restaurants, le lancement du chantier du terminal de croisières place Vaiete, la troisième voie sur le pont de Motu Uta ou les aménagements de la marina Taina. Ce sont plus de 3 milliards d’investissements pour le Port.

 

Amélioration du cadre scolaire

En matière d’éducation, la ministre s’attachera bien sûr à la poursuite de la politique éducative impulsée depuis 2014.

L’effort sera mis aussi sur les infrastructures scolaires pour l’amélioration du cadre de vie des élèves et des étudiants avec le démarrage des travaux de rénovation des internats de HAO, RANGIROA et RURUTU (près de 600 millions F CFP d'investissements en partenariat avec l'Etat  - dotation globale d'investissements) ; des travaux de construction des internats de la cité scolaire de FAA'A, du collège d'ATUONA et d'extension de l'internat du lycée de Mahina (près de 1,6 milliard F CFP en partenariat avec l'Agence Nationale de Rénovation Urbaine - ANRU).

 Nous lancerons cette année les études pour la construction du lycée de Moorea

 Nous allons également lancer la réhabilitation de l'immeuble Van Bastolaer pour augmenter enfin les capacités d’hébergement des étudiants sur Tahiti. Cette verrue va enfin trouver d’ici la fin de l’année une destination avec 64 chambres.

 De même nous lancerons l’extension des logements étudiants d’Outumaoro avec 87 nouvelles unités.

 

Sur le plan des infrastructures sportives, le développement de l’accès au « sport pour tous » par la mise en œuvre d’une politique de réhabilitation et de rénovation des équipements sportifs du pays : amélioration des infrastructures sportives ;  construction de nouvelles infrastructures ; et soutien aux grandes manifestations sportives du Pays, avec notamment le début des travaux d’aménagement de l’esplanade d’Aorai Tini Hau.

 

Lancement de la PSG 2

 Cette année 2017 sera aussi, comme annoncée, le lancement de la réforme de la PSG 2. Beaucoup en doute, mais c’est bien pour accélerer la réalisation de cette réforme que j’ai souhaité regrouper la santé et la solidarité sous un même portefeuille ministériel, ces deux secteurs étant imbriqués dans la PSG.

 Les premiers textes seront prochainement soumis au conseil des ministres, puis transmis à l’assemblée.

 Nous lancerons également les opérations pour la création du pôle de santé privée, qui il est vrai a pris un peu de retard.

 

Soutien à la famille

 2017 verra également la mise en œuvre de certaines dispositions prévues dans le plan stratégique pour la famille qui a été adopté par l’Assemblée fin 2016. Je pense notamment, à l’amélioration des conditions de vie des personnes âgées, à l’augmentation des indemnités des familles d’accueil, à la mise en place d’une allocation pour les familles monoparentales ou à l’augmentation de la contribution aux épiceries solidaires.

 

Soutien à la prévention

 Dans le cadre de la réforme de la PSG nous accentuerons également les actions de prévention par la signature de convention avec les chaînes de télé pour des émissions spécifiques, ou par la diffusion d’une mallette pédagogique contre les violences dans les jeunes couples.

Le ministère de la jeunesse et des sports restera aussi actif sur ce terrain de la prévention par la promotion de l’activité physique.

 

Par ailleurs, nous ouvrirons bientôt la maison médicale de garde au sein du CHPF qui viendra désengorger les urgences. En effet, sur les 45 000 patients que reçoivent annuellement les urgences, 15 000 viennent pour de la « bobologie », provoquant ainsi des délais d'attente très longs. Les urgences ne seront réservées que pour les "urgences" avérées et les autres seront réorientées vers le médecin généraliste de cette maison médicale.

 

En matière de culture

LLe dossier de l’inscription de Taputapuatea au patrimoine mondial de l’UNESCO en tant que paysage culturel sera présenté par la France en juillet 2017.

La programmation du pôle Médiathèque du centre culturel de la Polynésie française a été finalisée. Un concours d’architecture sera lancé le 23 janvier et le projet lauréat sera connu fin avril 2017. Cet équipement culturel sera achevé en 2019, pour un coût global d’investissement de 3 milliards de francs Pacifique.

La convention cadre Culture avec l’Etat sera signée d’ici mars 2017. Elle a pour objet de fixer le cadre général de l’assistance technique et financière en matière d’ingénierie culturelle et d’investissement, pour contribuer notamment à la réalisation d’infrastructures dédiées au rayonnement de la culture polynésienne.

LLa rédaction du code de la propriété intellectuelle de la Polynésie française vient d’être achevée et sera présentée d’ici le premier semestre à l’Assemblée de la Polynésie Française.

Par ailleurs plusieurs publications devraient intervenir dans le courant de l’année 

 

En matière d’environnement

Le renouvellement du label UNESCO « réserve de biosphère » de la commune de Fakarava devrait aboutir en avril 2017. Ce label obtenu en 2006 a permis de multiplier la fréquentation touristique par 7.

Le classement de la zone économique exclusive de la Polynésie française en aire marine gérée affiche notre volonté de consolider et renforcer la protection de notre environnement marin, riche d’une biodiversité exceptionnelle. Le projet de classement sera présenté en conseil des ministres en février 2017 avant de recueillir l’avis de l’Assemblée de la Polynésie française.

Après la mise en place de la station d’épuration de Papeete inaugurée en septembre 2016, de l’émissaire en mer et du réseau principal sur 6 kilomètres, le Pays réalisera en 2017 et 2018 les tronçons restants du centre-ville et l'extension du réseau de collecte des eaux usées de Papeete vers l'est de la commune jusqu’à Paofai, pour une enveloppe de plus de 2 milliards de francs Pacifique. Le « grand Papeete » doit devenir une ville moderne et respectueuse de l’environnement.

Afin de diminuer la pollution des milieux naturels et les impacts sur la biodiversité, un texte interdisant l’utilisation de sacs fins en matières plastiques à usage uunique, non compostables, destinés à l’emballage de marchandises. Sera présenté à l’assemblée de Polynésie française en fin d’année 2017.

Enfin, la décharge historique de Faa’a est une question environnementale mais également de santé et de sécurité publiques, que nous avons tous trop longtemps laissée de côté. Afin d’accompagner la commune de Faa’a dans sa volonté de régulariser cette situation et d’inscrire la gestion de ses déchets ménagers dans une démarche plus vertueuse, une étude de réhabilitation de la décharge de Faa’a sera menée en 2017 par la direction de l’environnement afin de définir les mesures de résorption et de gestion adaptée.

 

 

***

 

Jeudi 19 janvier 2017

 

Malgré les inondations et les caniveaux jamais débarrassés des branchages, les puisards qui débordent dans certains lotissements, les éboulements, les perturbations habituelles de la pluie qui ne cesse pas depuis trois jours, Edouard Fritch et son 3ème gouvernement avec un optimisme sans failles, donnera vendredi matin une conférence de presse téméraire sur les« Perspectives de l’action du gouvernement pour 2017 », à 10h, à la Présidence. On pourra toujours les lui rappeler en 2018 si ce n'est pas tenu. Moi, président, je ferai...

 

 

Dans deux jours...certains vont valser...


Mercredi 18 janvier 2017


Le pot au noir, d'un noir d'encre...

Nous pourrions oser dire que jamais une telle vilenie n'était arrivée, mais ce n'est malheureusement pas le cas. Toutefois, violeur, matraqueur, incendiaire, ce criminel qui nage dans le pot au noir a fait la totale à sa victime.Il n'a aucune excuse. Voilà un personnage  avec lequel nous aurions peur de nous trouver face à face. Se défendre?  Oui, mais blessez- le avec un teaser, un couteau ou le pistolet de Clint Eastwood et c'est vous qui le plus souvent, vous retrouverez incarcéré. Alors quoi ? Se laisser faire ? Et voir sa vie être détruite physiquement et matériellement  face à la "force" ? Se coucher en serrant dans sa main une arme ? Pourquoi ce record de noirceur à Tahiti ? L'oisiveté ? Peut-être. Le manque d'argent ? Peut-être. Le viol ? Toujours. Et pour cacher le larcin, le crime, l'incendie du délit : Assassinat ? Meurtre ? Quelle différence ? Pour en avoir le cœur net je suis allée sur internet  :

Le meurtre et l'assassinat sont deux notions juridiques souvent confondues. Mais meurtrier n'est pas synonyme d'assassin d'un strict point de vue pénal. Si ces deux infractions sont bien des crimes constitués par un homicide intentionnel (l'auteur de l'acte a l'intention de tuer la victime dans les deux cas), l'assassinat est considéré comme plus grave que le meurtre car il est commis avec une circonstance aggravante : la préméditation

Cette distinction est particulièrement importante au regard des peines encourues par l'auteur du crime : si le meurtre est en principe passible de 30 ans de prison, l'assassinat est passible de la réclusion criminelle à perpétuité. C'est la même juridiction qui est néanmoins compétente pour juger ces deux crimes : la cour d'assises. 

Ce criminel a donc peu de chances d'échapper à la perpétuité car il a choisi la maison et la victime. Le hasard du choix est exclu, celui de la sentence probable aussi.

 

Les contradictions de René Bidal

Face à la presse sélectionnée pour son comportement sans insolence frondeuse, une tare peu admissible sous la mandature de "Bidal Ier" et probable dernier du genre, celui-ci a fracturé des portes ouvertes entre croissants et petits pains au chocolat, lors de son déjeuner de presse, avec une  virtuosité qui, il en est persuadé, lui tient lieu de génie. Cela lui permet de croire qu'il vient de sortir de sa besace une vérité ! Hélas... Tous avant lui, ici et là-bas, ont fait le même constat, la démission des parents qui n'ont de "parents " que le nom. Quelle aubaine d'avoir un représentant de l'Etat dont on peut reprendre les propos. Cela n'a jamais été le cas avec Lionel Beffre.La critique nous manquait car nous ne pouvions en dire que du bien !

Sentencieux, écoutez bien, René Bidal a prévenu au cours de ce petit déjeuner de presse, qu'il était très important de rappeler aux "parents" qu'un enfant de 13 ans ne peut pas vadrouiller la nuit sur la route. On est bien d'accord mais - et c'est là l'inquiétant, il a ajouté , "sauf s'il n'est pas équipé correctement lorsqu'il prend son scooter !" Donc nous avons tous compris, sans faire de mauvaise esprit, qu'à pied, la nuit, à 13 ans, il ne peut pas se promener en regardant les étoiles, mais à scooter, la nuit, il peut sillonner les routes en risquant sa vie, malgré le casque ! C'est la meilleure du début d'année...Il en fallait une. Il l'a faite ! Sommes-nous surpris ? Non pas vraiment !

Quant aux "Accords de Papeete", faudrait tout de même faire fissa, l'élection présidentielle c'est pour bientôt et comme le document est toujours vierge, le prochain président n'est pas censé dire "amen" à tout ce que François Hollande voulait faire, mais n'a pas fait " parce que c'est long" a laissé tomber le préfet-gouverneur-haut commissaire. Quant à la loi Morin, idem : c'est long ! Et mauvaise nouvelle, qui a fait tiquer les combattants de l'anti-nucléaire ( Tiens où est donc passé le curé de l'association 193 ?), Bidal a souligné "je ne crois pas que la notion de risque négligeable disparaisse du texte final qui sera adopté " Vlan ! D'un seul coup, d'un seul, il a balayé  l'espoir des associations. Cela c'est du Bidal, on le sait, il ne fait pas dans la nuance. Un chat, c'est un chat qu'on se le dise !

( Fritch confirme dans un communiqué jeudi: pas de changement dans la loi Morin)


 

 

 

Lire ci-dessous : Royal sur la sellette inquiète l'Elysée

 

 Retard des vols TN 101 et TN 102 du 18 et 19 janvier 2017.


Air Tahiti Nui informe ses clients du retard des vols TN101 Papeete-Auckland, TN102 Auckland-Papeete, TN102 Papeete-Los Angeles et TN111 Los Angeles-Papeete pour raison technique.


Originellement prévu au départ de Papeete le 18 janvier à 07h55, le vol TN101 Papeete-Auckland est finalement parti à 12h30 ce même jour. Son arrivée à Auckland est programmée à 17h20 heure locale le 19 janvier.Le vol TN102 Auckland-Papeete, prévu initialement au départ d’Auckland le 19 janvier à 17h10,décollera à 19h20 le même jour. Son arrivée à Papeete est prévue à 01h20 le 19 janvier (dans la nuit
de mercredi à jeudi) au lieu de 23h10 le 18 janvier.


En conséquence, le vol TN102 Papeete – Los Angeles est également retardé. Originellement prévuau départ de Papeete ce mercredi 18 janvier à 23h59, ce vol partira à 03h20 le 19 janvier (dans la nuitde mercredi à jeudi pour arriver à Los Angeles à 13h30 heure locale le 19 janvier au lieu de 10h10.


Et le vol TN111 Los Angeles-Papeete, prévu initialement au départ de Los Angeles le 18 janvier à22h40, partira à 23h59 ce même jour pour arriver à Papeete le 19 janvier à 06h25 au lieu 05h05.
Le reste du programme est inchangé.


Air Tahiti Nui adresse ses plus sincères excuses pour les désagréments causés par ces retards etinvite ses clients à consulter son site internet www.airtahitinui.com ou à contacter l'Aéroport de Tahitiau 40 86 60 61 pour toute information sur ses horaires

.
La Direction Commerciale
AIR TAHITI NUI

 

 

Service de la communication de l'OPT

Les îles coupées du monde

L’OPT informe ses clients qu’en raison de la forte intensité des précipitations survenant sur Papenoo, le réseau de transmission satellitaire est perturbé.
Ces dysfonctionnements dus à la dégradation des conditions météorologiques impactent l’ensemble des îles couvertes par le réseau satellitaire.
En conséquence, ces îles ne sont plus en mesure d’accéder aux services de : téléphonie fixe, téléphonie mobile, connexion ADSL.
Cet épisode de fortes pluies sur Papenoo affecte également la transmission du signal TNS.

L’OPT remercie ses clients pour leur compréhension.

 

Royal sur la sellette

 La ministre de l'Ecologie, ancienne présidente de Poitou-Charentes, dont la gestion est actuellement examinée par la chambre régionale, fait l'objet d'un livre réquisitoire.

C’est le livre qui préoccupe Ségolène Royal. Un ouvrage pas vraiment tendre avec la ministre de l’Ecologie. "La Princesse Royal", de Patrick Guilloton, qui sort cette semaine aux éditions du Cherche Midi, est un réquisitoire en règle contre les méthodes de gouvernance de l’ancienne présidente de la région Poitou-Charentes.

L’auteur raconte avec la minutie d’un greffier la gestion de l’ancienne candidate à la présidence de la République à la tête du conseil régional, ses dépenses pharaoniques, sa "légèreté" qui a conduit à des dérives désormais entre les mains des magistrats de la chambre régionale des comptes.

Accusée de mauvaise gestion en Poitou-Charentes, Royal crie à la diffamation

Le socialiste Alain Rousset, président de la grande région Nouvelle-Aquitaine, qui gère désormais le Poitou-Charentes, a découvert avec effarement des factures impayées de 132 millions d’euros ainsi que des emprunts "potentiellement toxiques", avoisinant les 130 millions d’euros.

Normalement, les juges doivent rendre leur rapport avant la fin de l’année. "S’ils estiment que les comptes sont insincères, raconte un connaisseur du dossier, Ségolène Royal pourrait être poursuivie devant une juridiction pénale."


Dans l’entourage de la ministre, on minimise l’affaire, mais, à l’Elysée, ce dossier, malgré la sérénité affichée, donne des sueurs froides. François Hollande pourrait bien, en janvier, se retrouver avec une affaire "Ségolène" à gérer, si la Cour des Comptes renvoie "Gabegie la magnifique", selon la formule de Dominique Bussereau, devant une juridiction pénale.


 

Extrait du compte rendu du conseil des ministres

Subventions aux communes de Taputapuatea, Uturoa et Taiarapu Est

 Le Conseil des ministres a validé l'attribution de subventions aux communes de Taputapuatea, Uturoa et Taiarapu Est. Pour Taputapuatea, il s'agit d'une subvention de 11,7 millions Fcfp (soit 60% du montant des travaux), pour un projet de rénovation des bâtiments techniques de la commune. En ce qui concerne Uturoa, il s'agit d'une subvention de 6,7 millions Fcfp (soit 60% du montant des travaux) pour l'aménagement routier de Vaihoroe. Et pour Taiarapu Est, il s'agit d'une subvention de 6,5 millions Fcfp (soit 80% du montant total), pour la réalisation d'études relatives à la réfection du réseau d'assainissement pluvial et de la voirie communale du centre de Afaahiti. En outre, le Conseil des ministres a autorisé la prorogation d'une subvention en faveur de la commune de Moorea pour l'aménagement des vestiaires du stade de Pihaena.

  

Prise en charge du fret des produits transformés pour la Compagnie agricole polynésienne

 En 2009, la Polynésie française a instauré un dispositif de prise en charge du fret des produits transformés dans les îles vers Tahiti.  Un arrêté d’application de novembre 2009 en précise les modalités (produits, conditions d’éligibilité, etc.) et la liste des bénéficiaires.

 Le Conseil des ministres a validé l’inscription de la SARL Compagnie Agricole Polynésienne et de l’agriculteur patenté Jeannot Chung (Nanitai Taro Rurutu) sur la liste des bénéficiaires de la prise en charge du fret pour leurs fruits et légumes transformés. Cette prise en charge sera effective dès la parution des modifications au Journal officiel de la Polynésie française.

 

Au travers de la prise en charge du fret des produits transformés, le Pays participe au soutien de la croissance économique agricole dans les îles éloignées en lui permettant d’élargir ses débouchés sur l’île de Tahiti.

 

  

La menace : "Si Fillon donne sa circo à NKM, ce sera la guerre"

 Le nouvel obs le 18/1/2017

 Unifier son camp après la primaire. C'était l'un des premiers défis à relever pour François Fillon, au lendemain de sa victoire. C'est peu dire que la tâche est plus compliquée que prévue. Empêtré dans les polémiques sur son projet de réforme de la Sécurité sociale, l'ancien Premier ministre voit les sujets de divisions se multiplier en interne. Après la fronde des sarkozystes, François Fillon va devoir calmer la colère de Rachida Dati, qui vient de voir l'investiture qu'elle convoitait lui échapper.

 C'est finalement Nathalie Kosciusko-Morizet qui a été investie dans la circonscription parisienne de François Fillon. Un siège acquis à la droite depuis des décennies, et que lorgnait également l'ancienne ministre de la Justice ! Un choix dicté par François Fillon mais que celui-ci pourrait payer cher, à en croire les propos rapportés cette semaine par "le Canard enchaîné". Furibarde, la maire du 7e arrondissement de Paris aurait en effet lâché devant la Commission d'investiture, pour l'impressionner :

 "Si Fillon donne sa circo à NKM, ce sera la guerre, et, faites gaffe, j'ai des munitions... Je vais lui pourrir sa campagne."

 

 

 

Les clandestins ont de la chance, ils vont pouvoir traverser à pied

 !

 

Terminé depuis près de 6 ans, le pont sur l'Oyapock pourrait être ouvert ces jours prochains. Les autorités françaises et brésiliennes ont procédé le 16 janvier à des exercices en présence du gouverneur de l'Amapa Waldes Goes, du préfet de la Guyane, Martin Jaeger et le président de la Collectivité Territoriale de Guyane, Rodolphe Alexandre.

Il s'agissait de vérifier la conformité de l'ouvrage d'art et du dispositif administratif et de police qui accompagne le franchissement d'une frontière. Les services de douanes sont opérationnels des deux côtés, même si le bâtiment de la douane est encore en travaux du côté brésilien. Tout devrait être terminé pour le mois de juillet.

Dans les communes, les habitants sont plutôt satisfaits, ils attendent depuis des années la mise en service de ce pont dont on attend des retombées économiques particulièrement dans le tourisme.

Les brésiliens devront cependant régler la situation des piroguiers qui assurent le transport entre les deux rives et qui vont se retrouver au chômage.

La date d'ouverture sera fixée prochainement entre Brasilia et Paris.

 

Selon un baromètre Odoxa publié ce mardi, le leader d’En Marche est la personnalité politique suscitant le plus d’adhésion (40% notamment de la gauche). Il devance François Fillon (32%, +1).



 

 

 

Mardi 17 janvier 2017

 

Première interview de Gaston Flosse président du Tahoera'a Huiraatira

 

Gaston Flosse est certainement l'homme politique polynésien qui aura, et travaille toujours, le plus dans sa vie. C'est son carburant, celui qui fait tourner le moteur. Encore aujourd'hui, rien ne lui échappe, une phrase mal dite, une information tronquée, il vous reprend et la meilleure, c'est que c'est lui qui a raison ! La séduction de cet homme, loin d'être factice, a toujours séduit  novices ou pas, mais en naufrageant, par ruse, les prélats de la politique.

Il n'a pas besoin de primaire, elles sont implicites au quotidien. Il invite les néophytes dans ses nocturnes, à rejoindre son parti, le seul, pour lui et d'autres, ayant  un avenir, convaincu que pour finir, il n'en sortira que renforcé malgré certains pronostics. Il ne s'avouera jamais vaincu. Et si jamais il l'est un jour, il travaillera trois fois plus pour revenir plus fort encore. Verrouillé au Tahoeraa,  il ne veut même plus penser à des successions de sérail, claniques, endogènes, "antonines" disait Pompidou, par référence au mode de succession d'une séquence d'empereur romain. Mais si un jaloux ou un traitre lui jette une pierre, un conseil, qu'il se méfie, un jour ou l'autre il lui jettera une fleur mais n'oubliera pas le pot avec !

Moins fougueux, c'est sans doute le privilège de l'âge, on verra dans ses réponses qu'il est devenu beaucoup plus prudent que dans le passé. Il sait aujourd'hui que le lion dans la savane marche seul alors que le mouton se déplace en troupeau. Il n'oublie jamais rien. Même si parfois il lui arrive de pardonner. Encore faut-il le mériter...

 

A Paris avec son député favori Jonas son épouse et la compagne de Gaston Flosse Pascale

 l1/ Merci, monsieur le président, de bien vouloir donner à Tahiti Today votre première interview de l’année 2017. D’ailleurs comment l’envisagez-vous cette nouvelle année qui va voir se multiplier les élections, les problèmes politiques et probablement des batailles rangées au sein de l’hémicycle comme l'a souligné récemment Marcel Tuihani, le président de l'Assemblée ?

Gaston Flosse : Je suis très confiant. Ce n’est pas une confiance béate, c’est une confiance acquise sur le terrain à la rencontre de nos populations, ici à Tahiti et dans les îles. Les gens aspirent au changement, ils veulent retrouver confiance en l'avenir. Il reste beaucoup de travail et, vous le savez, en politique rien n’est jamais acquis d’avance, il faut donc travailler dur jusqu’au dernier instant. Il faut expliquer, convaincre, écouter et ne pas faire semblant d'avoir compris.

 

Je suis sceptique car je connais bien les nouveaux ministres !

 

2/ Edouard Fritch vient de présenter son nouveau gouvernement; Que vous inspire sa composition ?

Pas grand chose pour tout vous dire. Je m’attendais à mieux. Il n’y a aucune tête nouvelle à croire qu’il n’y a pas de jeunes ,compétents ,dans notre pays. Ce n’est pas tout de parler de nouvelle gouvernance, de changement, de relève, encore faut-il être capable de le faire. Croyez-vous que ce gouvernement incarne le renouveau ? Ils sont tous issus peu ou prou du Tahoera’a Huiraatira. Je les connais donc bien. je ne veux pas porter de jugement sur les personnes, mais parce que je les connais bien, vous me permettrez d’être sceptique. Comme je le disais à vos confrères, ce sont les vieux chevaux qui sont de retour ! Est-ce un attelage gagnant ? Je n’en suis pas convaincu.

 

3/ Edouard Fritch a présenté son gouvernement comme un gouvernement de combat avec des gens opérationnels ! Vous n’êtes pas convaincu ?

De quel combat parle-t-il ? Celui qu'il démontre tous les jours par son action ? Son combat, c'est de rester président de la Polynésie en 2018. C’est son obsession : gagner les prochaines élections ! Le reste, ce n'est pas son problème ! Ne lui parlez pas d'économie, de croissance, de PIB : ces mots là, il ne sait pas ce qu'ils veulent dire! Pour lui, ce qui compte, c'est gagner les élections, quant au reste, débrouillez vous! Regardez la PSG : Depuis le temps qu'il nous a promis "dans 6 mois vous aurez la PSG.".. et nous ne l'aurons pas avant les élections 2018! Alors quel autre combat peut-il mener si ce n'est ce combat électoral et utiliser tous les moyens à cet effet ?

 

François Fillon est-il votre candidat à la présidentielle ?

 

4/ Pour qui lors de l'élection du futur président de la République, allez-vous faire voter le Tahoeraa ? Les favoris François Fillon ou Marine Le Pen celle que l’on donne présente au 2° tour de l’élection présidentielle ? Au fait, avez-vous reçu l’investiture à l’Assemblée nationale des Républicains ?

Nous soutenons François Fillon. L'engagement du Tahoera’a Huiraatira lui a permis de passer de 696 voix au premier tour de la primaire à 6399, soit dix fois plus. C’est un signe très fort qui ne trompe pas, comme vous l’aviez déjà analysé en son temps. Nous avons officiellement sollicité l’investiture des Républicains auprès de Monsieur Fillon, afin de confirmer les engagements pris par Laurent Wauquiez et Nicolas Sarkozy dès le mois d’octobre dernier. Nous attendons à présent la confirmation de ces investitures. Je note qu’au dernier conseil national des Républicains les investitures pour la Polynésie ont été réservées. Nous attendons.
Concernant votre question sur Marine le Pen…Je trouve qu'elle fait un parcours sans faute. Elle occupe le terrain, évite les polémiques inutiles. Elle laisse les autres étaler leurs divisions. C’est vrai qu’elle est bien placée si l’on en croit les récents sondages, et il y’a de fortes chances qu’elle soit au second tour…. 

 

5/ Le programme de François Fillon qui est pressenti comme prochain président de la République ne fait pas l’unanimité. Il a au moins le mérite d'annoncer son programme afin que les électeurs sachent pour qui et pour quoi ils votent avec les risques que cela entraine.  Sur quoi butez-vous vous-même ?

Je comprends la nécessité de réformer et de réaliser des économies. Nous l'avions nous-mêmes fait en revenant au pouvoir en 2013, c’était la condition du redressement. Ce sont des décisions dures à prendre, et difficiles à faire accepter surtout en France. Le plan de réduction des fonctionnaires, chiffré à 500.000 postes sur cinq ans passe mal. Ce plan sera difficile à réaliser et il ne faut pas que cela mette en péril la sécurité des français et la qualité des services publics, dans l’éducation et la santé en particulier. Je note que le programme de François Fillon fait parfois sursauter, il devra probablement reconsidérer certains objectifs.

 

6/ Quel est ,à votre avis, le futur gagnant de la primaire de la gauche ? Valls, Montebourg, Hamon ?

Difficile à dire. Il faut s’attendre à des surprises comme pour la primaire à droite. Monsieur Valls à ses chances, Monsieur Hamon est bien placé également. La candidature hors primaires de Macron et celle de Mélenchon constituent des handicaps sérieux pour la gauche et vont diviser ses chances.

 

 

 

7/ Puis, ce sera pour la Polynésie les législatives. Vous espérez toujours avoir trois députés ? Vos candidats ne vous tourneront pas le dos dès leur élection comme l’ont fait les précédents. Les Polynésiens en politique n’ont honte de rien .Se faire élire par le Tahoeraa comme on l’a vu puis lui tourner le dos et se rendre chez le voisin, c’est tout de même surprenant  comme attitude ou remerciements ?

Je suis confiant pour les législatives. Nous avons trois bons candidats qui se complètent bien et qui sont dotés de réelles qualités et compétences, je vous rappelle que dans la 1ere circonscription nous avons : Moana Greig et la mairesse de Uturoa Syviane Terooatea qui est revenue au Tahoeraa ce dont je me réjouis. Dans la 2e circonscription : Teura Iriti  et le maire de Tubuai Fernand Tahiata et dans la 3e circonscription : Vincent Dubois et le maire de Moorea Evans Haumani.
En ce qui concerne la loyauté, c’est toujours un pari. Je n’oublie pas que la politique n’est pas exempte d’ambitions personnelles, mais elles ne doivent pas prendre le dessus sur l’intérêt général, ni sur la fidélité au parti et aux électeurs qui vous ont choisi, précisément parce que vous êtes sur une liste portée par un parti et une ambition collective qui s’incarne dans un programme. C’est en ce sens que nous avons qualifié les changements intervenus ces derniers mois de trahison. Nous ne sommes jamais certains de rien. Bien malin et imprudent celui qui peut s’aventurer à affirmer qu’il n’y aura plus de trahisons. Il faut faire confiance. Et j’ai confiance.

 

Mais où sont donc les investisseurs locaux promis pour faire un "petit Mahana Beach" ?

 

8/  Etes-vous déçu d’avoir vu sombrer le TAHITI Mahana Beach ? Et de constater que "le petit Mahana Beach" ne sort pas la tête de l’eau ?Peut-être pour favoriser le nouveau dada d’Edouard Fritch une île ou une ville flottante made in San Francisco ?

Oui je suis déçu car ce grand projet était le seul capable de booster l’économie et de relancer les emplois en nombre suffisant. Cela a été largement souligné depuis des années. Nous avons besoin de ce grand projet pour doper nos entreprises et repositionner notre tourisme sur la carte touristique mondiale, car il végète toujours, même si le nombre de touristes augmente, mais nous sommes toujours sous la barre des 200.000 touristes, loin, très loin derrière d’autres destinations de la région ou de l’océan indien qui nous sont passées devant depuis longtemps. Edouard et Bouissou notamment ont beaucoup dénigré ce projet le qualifiant de trop ambitieux, de pharaonique même. Et aujourd’hui on voit qu’ils soutiennent un projet assez ahurissant comme ce projet de ville flottante. Ils ne sont déjà pas capables de construire des hôtels sur la terre ferme, et ils veulent accompagner un projet qui consiste à construire une ville qui flotte sur l’océan ? Vous ne trouvez pas que c’est vraiment n’importe quoi ? De plus, ce projet, s’il se fait, se fera clef en main, c’est-à-dire qu’il sera construit ailleurs et qu’il ne profitera pas en terme d’emplois au Pays. Notre projet du Mahana Beach avait pour ambition de donner du travail à notre population et de relancer nos entreprises. Le Tahiti Mahana Beach, ce n’est ni du vent, ni du rêve, ni des idées qui flottent en l’air ou sur l’eau, c’est du possible et du réalisable. Encore faut-il le vouloir. Là est la question. Edouard a raté le coche de ce projet.

 

9/Les investisseurs locaux qui devaient se bousculer pour une reprise du projet Mahana ont l’air de faire la sourde oreille, cela vous préoccupe ?

Un tel projet a besoin d’être porté par une réelle volonté politique; or on ne la sent pas cette volonté. Au contraire, chaque fois que le président et le gouvernement parlent de ce projet ils sont frileux, ils émettent des réserves, quand ils ne le critiquent pas carrément. Que voulez-vous, ce n’est pas comme ça que l’on donne confiance aux investisseurs ! Gouverner c’est savoir donner confiance. Cela n’est pas la qualité première d’Edouard. Nous avons perdu des années précieuses qui repoussent d’autant la véritable relance de notre économie. Une certaine forme de reprise est là, mais elle reste fragile, nous sommes sur un circuit économique court.  Nous ne sommes pas à l’abri d’une nouvelle crise économique mondiale comme en 2008. Les tensions internationales et les conflits en cours risquent de peser sur les matières premières et notamment sur les cours du pétrole qui risquent de repartir à la hausse.

 

10/ Vous avez toujours attaché une attention particulière à la PSG avez-vous de ses nouvelles ?

C’était une priorité de notre programme. On n’en parle plus. Plus rien depuis que Edouard est au gouvernement, sauf dans les discours. Mais rien de concret. Le temps passe et la situation de la PSG ne s’améliore pas, puisque la reprise économique et la création d’emplois ne sont pas au rendez-vous. Ce ne sont pas les quelques emplois créés ici et là qui vont venir alimenter la PSG. On nous parle de Jacques Raynal qui serait chargé d'y travailler. Mais avant une élection c'est sans doute dangereux car selon le ministre des Finances, les Polynésiens devront mettre la main à la poche...

 

11/ Avez-vous l’impression qu’avec Edouard Fritch les pauvres sont moins pauvres comme il l’avait promis ?  Marcel Tuihani doute de la reprise économique dont se gargarise le gouvernement et vous ?

Marcel à raison d’en douter et nous en doutons tous. La réalité que je vois dans les quartiers et les vallées n’est pas celle des statistiques. La précarité progresse, la misère a gagné beaucoup de terrain, c’est une réalité incontestable. Faire croire que ça va mieux, c’est mentir. Cette forme de reprise a surtout profité à la grande distribution et à certains commerçants. Cela relève des besoins élémentaires à satisfaire, cela relève de la consommation courante des ménages. Ce n’est pas ça qui va créer des emplois. D’ailleurs ces entreprises qui ont bénéficié de cette forme de reprise sont principalement celles qui ont bénéficié des commandes publiques. Pour autant ,on sait que ces entreprises n’ont pas embauché, qu’elles ont eues recours aux heures supplémentaires ou à des intérimaires ou des patentés.  On n’a pas même pas créé 300 emplois en 2016. Il sont environ 1500 à 2000 jeunes à arriver sur le marché de l’emploi chaque année. Et je ne vous parle pas des milliers d’emplois détruits durant la décennie du taui, on parle de 15.000 emplois perdus. Faites le compte et vous verrez que nous en sommes très loin.

Notre statut a montré ses limites

12/ Etes-vous favorable à une évolution statutaire et avez-vous toujours derrière la tête le statut de pays associés ?

Oui, je crois qu'après trente ans, l’Autonomie a bien vécu, et doit évoluer. Notre statut a montré ses limites. Mais encore une fois, faire évoluer l’autonomie ce n’est pas sortir de la République, ce n’est pas rompre avec la France. Le statut de pays associé avec la République me semble être la prochaine étape qui clarifiera les relations et les compétences respectives de l’Etat et de la Polynésie française. Ce n'est pas un "toilettage". Il en ressortira un meilleur équilibre, un meilleur respect.

 

13/ Que pensez-vous du bras de fer entre Michel Leboucher et Nicole Sanquer qui le traite de menteur ?

Michel Leboucher à raison de s’inquiéter. Nous voyons bien que la ministre de l‘éducation est totalement sous la coupe du vice-recteur. L’Etat est entrain de reprendre progressivement cette compétence de l‘éducation qui nous a été transférée avec son financement assuré par l’Etat. Mais ces financements ne justifient pas que l’Etat reprenne la compétence. Assurément Nicole Sanquer est un ventre mou, elle fragilise notre autonomie, et j’ai toujours pensé qu’elle n’était pas dimensionnée pour cette responsabilité.

 

14/ Donald Trump sera dans quelques jours le président de la plus grande puissance mondiale. Il subit actuellement une violence extraordinaire dans les attaques de ses opposants à la limite de la décence. Pourtant ses idées économiques sont reprises même en France et donnent déjà leurs fruits aux Etats Unis. Les grosses firmes d'automobiles ont rapatrié leurs usines de Chine aux Etats Unis et offrent des centaines d'emplois aux Américains. Croyez-vous qu’il sera un bon président ?

Chacun doit avoir sa chance. Il a été plébiscité par les grands électeurs américains, contre toute attente c’est vrai. Mais il est désormais le président de la première puissance économique et militaire au monde. Il fera sans doute bouger les lignes. Fera-t-il un bon président ? Il est trop tôt pour le dire, laissons-le d’abord agir et nous verrons bien. Ce qui est sûr, c’est qu’il ne sera pas forcément pire que certains de ses prédécesseurs. En tant qu’homme d’affaires qui a réussi, il a au moins une certaine expérience que d’autres avant lui n’avaient pas. Quand je l’ai rencontré à New York, j’ai eu à faire à un homme posé, attentif et pragmatique. Je reste sur cette impression. Après j’entends certaines de ses déclarations récentes, sur l’Europe, sur l’Otan, sur le réarmement nucléaire, etc. qui ne sont pas forcément rassurantes. Attendons de voir.

 

Avez-vous un héritier ?

15/ Parlons un peu de vous monsieur le président, l’âge n’a pas de prise sur vous. Vous êtes sur le terrain la nuit et à votre bureau à partir de 5h. du matin. Comment faites-vous pour tenir le coup car même un homme dans la force de l’âge serait pour le moins fatigué ?

C’est ma nature. C’est ma vie. J’essaye d’abord de maintenir une bonne hygiène de vie et je fais du sport tous les jours pour rester en pleine forme. Je crois ensuite que c’est ma passion et mon amour pour mon pays qui gonflent mes voiles. Quand je vois la souffrance autour de moi, quand je vois que mon pays recule au lieu d’avancer, je ne peux pas rester inactif. J’ai donné ma vie entière à mon pays et je continuerai tant que Dieu m’en donnera la force, et tant que les Polynésiens décideront de me faire confiance.

 

16/ Avez-vous un héritier ?Le mot est peut-être banni car celui que vous avez soutenu et propulsé pendant des années a-t-il échaudé le lion que vous étiez et que vous êtes toujours au plan de votre héritage ? A votre avis est-il réellement un « héritier » ?

Vous savez, j’ai retenu les leçons de ce qui s’est passé avec Edouard Fritch. Je l’ai désigné comme mon successeur et mon héritier en quelque sorte,je l'ai promu pendant des années dans tous mes discours en attendant le moment de la concrétisation. Je suis resté fidèle à ma parole et à mes engagements vis à vis de lui, en dépit des mises en garde que j’ai reçues de la part de certaines personnes avant de lui transmettre le flambeau. On m’a dit, “Tu es sûr de ton choix ? Tu sais, Edouard a changé”, etc. La suite chacun la connaît, il m’a trahi, il a trahi la confiance que j’ai placée en lui. J’en ai assez souffert et j’ai à présent tourné la page, car c’est l’avenir qui m’intéresse et non le passé. Le moment venu, je ferai un choix, je proposerai quelqu’un et le parti se prononcera. Pour l’heure, je suis candidat pour conduire la liste aux prochaines élections territoriales, et je reste le président du Tahoera’a Huiraatira. L’heure de ma succession n’est pas encore venue, et pour répondre à votre question : non, je n’ai pas de successeur désigné à ce jour.

"En voilà une réponse qu'elle est claire"  dirait Coluche !

Trahi

 

Ah si Hollande n'était pas là pour payer, la Polynésie serait dans la...mouise !!!!!

Balance des paiements 2015 de la Polynésie française selon le  Rapport  annuel 2015 de la Balance des paiements de la Polynésie française ' l'IEOM)

Dans un contexte économique plus favorable, l’excédent des revenus (salaires et investissements) s’élève à 58,7 milliards de F CFP en 2015, soit +0,8 milliard de F CFP par rapport à 2014. Il est structurellement excédentaire du fait d’importants versements de salaires de l’État vers la Polynésie française.


Le tourisme génère 42 % des recettes de biens et services du Pays. Le solde des échanges de services s’inscrit en hausse de 7,4 milliards de F CFP en 2015, pour s’établir à 61,1 milliards de F CFP, principalement grâce aux bonnes performances des services de voyage et au renforcement des dépenses d’investissement des forces armées dans le cadre du projet TELSITE, enregistrées en exportations de services des administrations publiques.


Les recettes touristiques s’élèvent à 50,1 milliards de F CFP en 2015, en hausse de 9,3 % sur un an et de 37 % en cinq ans. Le tourisme conforte ainsi son rôle de première ressource à l’exportation de la Polynésie française, générant 42 % des recettes de biens et services du territoire en 2015.


En revanche, le déficit de la balance des biens se creuse de 5,3 milliards de F CFP en 2015, à 147 milliards de F CFP. Les exportations reculent (-1,2 milliard de F CFP), grevées par la forte baisse des recettes liées au secteur perlicole, alors que les importations progressent (+
4 milliards de F CFP) en raison d’importants achats de biens d’équipement.


Poids important des versements de l’État


Les versements publics nets de l’État (solde des services des administrations publiques, des rémunérations des salariés du secteur public et des transferts courants du secteur des administrations publiques) atteignent 134 milliards de F CFP en 2015, ce qui représente 51 % du total des crédits du compte de transactions courantes. En termes nets, ils pèsent 24 % de la richesse créée en Polynésie française en 2015.


Les transferts courants des administrations publiques, 75,1 milliards de F CFP en 2015, représentent 28 % des recettes du compte de transactions courantes : en recul de 3,4 % en 2014, ils progressent de 6,1 %. S’y ajoutent d’autres versements, sous forme de salaires, de dépenses de fonctionnement et d’investissement, de pensions.


Des investissements nets entrants toujours très limités


Les investissements directs (IDE) se soldent par des entrées nettes très faibles, 0,3 milliard de F CFP en 2015, après 2,8 milliards de F CFP en 2014. Cette diminution est liée à une nette réduction des apports de trésorerie de sociétés mères vers leurs filiales en Polynésie française. En revanche, les achats de biens immobiliers en Polynésie française, effectués à 78 % par des métropolitains, s’inscrivent en légère hausse en 2015 (+0,3 milliard de F CFP), pour s’établir à 1,2 milliard de F CFP.
 

 

 

Selon un sondage d'une centaine de personnes sur 1000 effectué sur radio 1, Edouard Fritch serait l'homme de l'année !!!!Mais avec un tel score difficile de gagner des élections  même en étant "nominé avec un minimum de personnes"!

Conférence de presse, communiqué sur le projet d'île ou ville flottante par le gouvernement.

Photos à l'appui, signature avec les instigateurs d'un projet qu'ils n'ont pas réussi à implanter ailleurs. Déplacement à San Francisco. Etc...Peter Rhiel millionnaire ayant participé au financement et à la création du "Seastanding institute",lucide, explique  que ces îles flottantes ne sont pas réalisables d'un point de vue technique. Mais alors pourquoi nous annoncer avec trompettes médiatiques, déplacement à San Francisco, signature d'un protocole d'accord que notre gouvernement a trouvé un nouveau dada qui ne verra probablement jamais le jour. Est-ce pour faire oublier que les investisseurs locaux ont jeté l'éponge sur un mini Mahana Beach ? Sans doute ! Un écran de fumée...

Mais le comble c'est que cette ONG précise qu'avec le niveau de l'eau qui monte dans le Pacifique, on pourra toujours se réfugier sur l'île en question !!!! Bonne chance !

 

Jean Pierre Viatge sur Tahiti infos explique très clairement les "dessous du renouvellement de la concession Secosud." Dallas pour l'électrification des communes du Sud de Tahiti, cela change du pétrole !Mais les ambitions et les intérêts sont aussi forts à notre échelle bien sûr .

 

Lundi 16 janvier 2017

 

Editorial

Avec un petit coup de goupillon, plus qu'un an pour les miracles

Dociles à leur plan média, suite à leur nomination sur la photo du nouveau gouvernement, les mains croisées sur la braguette de leur pantalon alors que les ministres de tous les gouvernements les font généralement pendre sagement de chaque côté du corps , rengorgé de satisfaction à peine contenue  Teva Rofrischt, vice-président est prêt à exploser de bonheur. Toujours sur la photo de la Dépêche de samedi, regard hautain pour Tearii Alpha  mais tout sourire  pour Heremoana Maamaatuaiahutapu, sérieux pour Nuihau Lauray, joyeux pour Nicole Bouteau qui se murmure tous les matins en se levant , "enfin", surpris pour Luc Faatau et rigolard pour Nicole Sanquer qui conserve le sport alors qu'elle  voulait passer le relais, Jacques Raynal enfin a le même sourire satisfait qu'Edouard Fritch, le revoilà face à ses pairs. On verra combien de temps il le garde.

Bref, ils sont tous contents. Mais les Polynésiens le sont un peu moins car ils attendent les grands projets promis depuis deux ans, la baisse du chômage comme celle de Hollande est un leurre , la relance microscopique, alors qu'ils croyaient finalement dans un grand, fructueux et compétent remaniement pour des "demain" qui chantent. Or ce dernier a fait pschitt.

Quand aux projets, Soeur Anne ne voit venir qu'une île flottante et peut-être un jour dérivante, mais dont les promoteurs ne savent même pas si elle ne coulera pas, n'en ayant jamais construit une, avant ! Nos champions politiques ne circulent plus que dans un flux d'images de bonheur de leur fonction nouvelle ou ancienne, de leur quant à soi, où s'épancheront leur ego. Notre œil s'est très vite accommodé au changement de leur physionomie. Quant à la Chambre de commerce, puisque son président Sébastien Bouzard est très content du travail de relance économique de sa seigneurie Teva Rohfritsch à ce poste, pourquoi être plus pessimiste que le roi ! Les grands projets ne décollent pas, la relance de l'Economie se fait via une baisse des prix des tee-shirts, une idée géniale en vérité fallait oser et la vice présidence n'étant qu'un gadget honorifique, on peut dire, en effet, " youpi " tout est sous contrôle !

Cette mini-tempête dans un verre d eau ne peut même pas dissiper les brumes des mensonges et satisfécits dont s'entourent nos sommets ni même éveiller une maturité publique, seuls les résultats des législatives mettront à bas les bastilles des corporations médiatiques qui cadenassent le pays quant aux patrons de presse, leurs états d'âme ne peuvent être que laudatifs, ne pouvant pas déplaire au gouvernement dont ils ont besoin pour leurs affaires.

Edouard Fritch mènera-t-il tambour battant campagne pour l'élu de la primaire de la gauche ? Nous ne le croyons pas. A la victoire de Fillon, il a laissé tomber la gauche ! La reconnaissance n'est pas son fort, il laisse choir comme une vieille chaussette le gouvernement qui l'a aidé. Par ailleurs, il serait osé qu'il réclame l'investiture de celui qu'il a combattu lors de la primaire de la droite François Fillon, au profit de son propre candidat Alain Juppé dont il a rempli les pages de journaux, toutes à la gloire du maire de Bordeaux.

 Nuihau Laurey est allé un peu loin en disant presque que les messagers d'Edouard à Paris prennent leur café tous les matins avec Fillon. Même ses proches ont des difficultés pour le rencontrer. Bref, l'exigence morale du président polynésien n'est pas sa principale qualité malgré l'abondance de ses bondieuseries. Il n'est pas d'une originale densité.

 Par ailleurs Fillon calcule, car lui, ne peut pas faire l'impasse sur le plus grand parti de Polynésie le Tahoeraa pour un minuscule Tapura, loin de satisfaire la population contrairement aux dires de l'ex vice président Nuihau Laurey, la voix de son maître. Pas un seul bémol ! Fritch devrait le faire passer plus souvent à la télévision. Et comme d'habitude, Olivier Kressmann patron du Medef, peu  critique contrairement à son homologue parisien, est lui aussi très très content de l'immobilité économique de Rohfritsch. Du coup la messe du très expérimenté  Edouard Fritch dans le domaine religieux, est bien dite . Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ! On a trois cracks en plus dans le gouvernement. Sans compter les anciens. Adieu le passé, bonjour le présent, et vive l'avenir...Plus qu'un an pour les miracles.

 

 

Les comptes de l'OPT 2015 ont été présentés ce jour aux représentants. Pas de chiffres sur cette communication !

 

Dernière heure selon Outre-mer 360 : L'Investiture des Républicains pour les législatives toujours réservée pour la Polynésie française, Saint-Pierre et Miquelon, Wallis et Futuna et la Nouvelle Calédonie. Faudra attendre...

 

Les promoteurs qui viennent expérimenter leur projet d'île flottante en Polynésie sont bien conscients que cette expérience qu'ils n'ont pas tenté ailleurs, peut susciter des craintes mais ils insistent pour dire que celui-ci  s'inscrit dans le respect de la culture polynésienne. Tiens donc ! Revoilà, Marc Collins !!!

 

La bataille de Secosud : un nœud d'embrouilles et d'ambitions.

Grégoire de Chillaz, le patron de ENGIE/EDT, ne savait pas dans quel nid de guêpes l'avait envoyé sa maison mère. Depuis qu'il se retrouve en poste dans ce pays idyllique, il a du se faire tailler une armure pour amortir les coups d'une bataille technique et politique dont il est le centre bien malgré lui. De rebondissement en rebondissement  la distribution  d'électricité de Secosud devient un psychodrame à son tour avec un nouveau concurrent Teva Rua Nui regroupant des investisseurs locaux. Ce dernier bouscule l'ordre du jour du conseil syndical, change la date de la réunion qui devait se tenir mardi et a l'intention de faire voter la poursuite ou pas des négociations entre les candidats alors qu'il était prévu une procédure de "négociation directe" avec un seul candidat. Quel est l'enjeu ?

Le marché de Secosud dont l'appel d'offre dure depuis 2013 a projeté dans l'arène deux gladiateurs : ENGIE/EDT délégataire du marché de la distribution électrique et  Teva Rua Nui. Quand le syndicat des communes de Tahiti autrement dit Secosud regroupant Hitiaa o te Ra, Taiarapu Est et Teva i Uta devait attribuer le marché pour une duré de 17ans à l'un des deux candidats. On peut imaginer la bataille que vont se livrer ces deux groupements dont la préférence du président de Secosud Antony Jamet est favorable à ENGIE/EDT basée sur la compétence de cette société d'une part et jugeant d'autre part que Teva Rua Nui n'est pas valable juridiquement, 97% de ses actions étant détenues par des candidats écartés selon une note de Secosud relevée par Tahiti pacifique.

Reste que toute cette cuisine n'est pas vraiment digeste pour tous. Trop pimentée, trop exotique, trop clochemerdesque à notre goût. Voici ce qu'écrivent nos confrères de radio one plus aguerris sur le sujet :

S’il est maître de l’ordre du jour et dispose d’une voix prépondérante en cas de vote partagé, le président du Secosud et membre du Tapura, Anthony Jamet, est aujourd’hui minoritaire au conseil syndical. Selon plusieurs sources concordantes, le tavana a pu compter mardi dernier sur les deux élus Tapura de Teva i uta, Alain Sangues et Tearii Alpha. Tandis que l’autre camp s’est composé du maire UPLD de Hitiaa, Jacqui Drollet, de l’élu de la nouvelle majorité Flohr-Drollet à Hitiaa o te ra, Abel Tehotu, du tavana Tahoeraa de Teahupoo, Gérard Parker, de la maire de Pueu réputée proche de Tauhiti Nena, Annabella Teraitetia, et enfin du maire de Taiarapu Ouest, Wilfried Tavaearii. « Jacqui Drollet a réussi le même tour de force qu’à Hitiaa o te ra », analyse une source proche du dossier. « Sur sa commune, il a mis le tavana en minorité. Et au Secosud, il a mis le président en minorité. » Le conseil syndical du Secosud de mardi s’annonce donc une nouvelle fois électrisant !

 

 

On est tous bien Français la preuve !

En déplacement au Mali pour le sommet Afrique-France, François Hollande a confié qu'il ressentait "un goût d'inachevé qui aurait dû finalement justifier d'autres prétentions". Une allusion à peine voilée à son départ de l'Elysée. Début décembre, le président sortant a annoncé qu'il ne briguerait pas de second mandat pour ne pas aggraver la division de la gauche.

 S'il a des regrets, une question demeure : le chef de l'Etat va-t-il prendre parti pour l'un des candidats à la présidentielle ? Au hasard, Emmanuel Macron ? L'un de ses très proches a fait une déclaration qui anime la campagne, dimanche 15 janvier.

 Acte 1. Un proche de Hollande fait une confidence

 Dans un entretien  au Journal du dimanche, l'avocat Dominique Villemot, intime du chef de l'Etat depuis leur illustre promotion Voltaire de l'ENA, et soutien revendiqué d'Emmanuel Macron, laisse entendre que François Hollande pourrait soutenir son ancien ministre de l'Economie.

 "Pour l'heure, le président (...) ne soutient personne dans cette primaire" de la gauche, souligne Dominique Villemot. Et cela ne serait pas près de changer. Il l'assure : "François Hollande va probablement soutenir Macron." Et il insiste : "Je ne vois pas quel autre candidat il pourrait soutenir." Il donne même le timing de cette annonce : le président sortant "se prononcera fin février ou début mars".

 Acte 2. L'Elysée dément et attaque Villemot

 Vite contactée par Le Lab d'Europe 1, la présidence de la République désavoue Dominique Villemot. "Il ne parle pas avec l'aval de l'Élysée, il n'est pas le porte-parole de la présidence et nous ne sommes pas en contact avec lui", lâche l'Elysée. Le proche du chef de l'Etat "est seul responsable de ses propos". Il "n'est mandaté par personne pour s'exprimer, il tente de faire croire le contraire." Et donc, il "raconte n'importe quoi".

 Acte 3. Villemot se défend et accuse "Le JDD"

 Dans la foulée, l'avocat prend sa propre défense et fait savoir à Europe 1 que "contrairement à ce que laisse entendre Le JDD, le président ne [lui] a jamais dit qu'il soutiendrait Emmanuel Macron".

Dominique Villemot accuse l'hebdomadaire d'avoir déformé ses propos.

"Je démens donc formellement ce qui y est écrit", déclare-t-il.

 "Dans le texte que j'avais relu, il était écrit : 'Je pense qu'il n'est pas exclu qu'il [François Hollande] soutienne Macron' et non 'Mais François Hollande va probablement soutenir Macron'", plaide l'avocat, cette fois à L'Express. L'interview "n'engage que [lui] et personne d'autre, et surtout pas le président", fait savoir Dominique Villemot.

 Acte 4. "Le JDD" réplique et maintient les citations

 Aussitôt, Le Journal du dimanche publie deux nouveaux articles afin de contester la version de Dominique Villemot. Au passage, il expose les coulisses de cette interview.

 Le JDD a transmis le verbatim de l'entretien à Dominique Villemot pour qu'il puisse le relire. L'avocat a souhaité apporter quelques modifications. La formule "pourrait tout à fait soutenir Macron" s'est transformée en "Je pense qu’il n’est pas exclu qu’il soutienne Macron". Le JDD et son interviewé sont tombés d'accord sur une autre formulation, indique le journal : "Le président va probablement soutenir Macron." La phrase "Je ne vois pas quel autre candidat il pourrait soutenir" est conservée.

 Le JDD révèle un détail :  Dominique Villemot a envoyé un SMS dimanche matin à la rédaction. "Le président me demande de faire un démenti", y est-il écrit, selon le journal. François Hollande aurait donc demandé à son ami de rectifier ses propos.

 

Samedi 14 janvier 2017

Editorial

12 et 15 ans plus tard, sans portefeuilles, ils sont toujours opérationnels !

Inutile de revenir sur le gouvernement 3ème du nom d'Edouard Fritch, un par an en quelque sorte, sinon qu'ils sont tous bien replets si l'on en croit la photo d'un quotidien ( le nouveau ministre de l'Equipement ne peut même plus fermer sa veste de costume). Déjà ! (Mais nous sortons du lot Nuihau Laurey, Nicole Sanquer et Tea Frogier).On verra dans un an en ce qui concerne Jacques Raynal. Par ailleurs, le président a puisé des hommes, parait-il "opérationnels immédiatement, il y a tellement de choses à faire", alors qu'ils étaient ministres de Gaston Flosse il y a près de douze ans !! Rien n'aurait donc changé depuis, si l'on en croit le président.

Quant à Nicole Bouteau, elle est restée, elle, pendant 15 ans sans portefeuille de ministre. Décidément Edouard Fritch devrait réfléchir avant de parler car pour des ministres toujours opérationnels après 12 et 15 ans de retrait de la vie d'un gouvernement, c'est "fortiche", comme disent les adolescents. A moins que la Polynésie ne soit figée dans le temps. C'est bien possible après tout et elle ne verrait pas que le monde bouge autour d'elle.

Et pourtant, pas de doute, Fritch investit. Il a demandé à son ex ministre du tourisme de signer le mémorandum d'accord à San Francisco pour la construction d' une "île flottante" en espérant que nous n'aurons pas de cyclones, dont le coût pour le pays serait de l'ordre de 50 millions de dollars, voire plus. Nos îles ne suffisent plus. Ni les bungalows sur l'eau. Que voulez-vous c'est le progrès .A croire que les Etats Unis n'ont pas assez d'eau, ni de lacs pour tenter l'expérience.

Mais hier Hervé Leroy, le procureur de la République lors de la rentrée solennelle du palais, n'a pas hésité à relever la délation qui sévit dans le territoire concernant les dénonciations anonymes " laissant penser" a-t-il dit " que les décideurs publics se servent de leurs fonctions dans leurs intérêts particuliers au détriment de l'intérêt général." Reste à savoir qui sont les décideurs publics concernés aujourd'hui (sic!) et s'il a ouvert une enquête  ! Haaaaa... on les croyait tous irréprochables, honnêtes, dévoués à la cause etc.. Intéressante aussi l'intervention du "premier président de la cour d'Appel sur Première et du procureur général François Badie, spécialisé dans un parcours professionnel dans la lutte contre la corruption, notamment dans la fonction publique justement.

Ce rendez-vous traditionnel de la magistrature  permet de prendre la température de l'activité générale de la juridiction en Polynésie française, et plus particulièrement de la mesure de la délinquance, en gants blancs ou sans gants .Est-elle en hausse, est-elle en baisse ? Le discours du procureur de la République est plutôt rassurant si l'on comprend que "le bilan général est  stable, voire très légèrement en baisse en 2016 par rapport à 2015". Malheureusement, l'activité sexuelle de certains Polynésiens ne baisse pas elle, puisque le procureur relève qu'elle présente des postes négatifs voire inquiétants s'agissant des violences sexuelles." Les viols, agressions sexuelles et violences intrafamiliales restent un fléau souvent dénoncé, mais en vain.. Les femmes représentent toujours  près de 31% des victimes de violences et les violences sur concubin dont on parle beaucoup moins ont augmenté de 7,2%, passant de 775 à 831 faits constatés en 2016. La révolte des jupons !

 Après une baisse remarquable en 2015, les violences sur majeurs et mineurs, toutes qualifications juridiques confondues, repartent en hausse de 22,1% avec 2 686 procédures enregistrées contre 2 199. S'agissant des viols et agressions sexuelles, 257 procédures ont été ouvertes en 2016 contre 248 en 2015. 

Si le parquet a été amené à enregistrer moins d'affaires nouvelles l'année dernière, traduisant une stagnation de la délinquance Hervé Leroy a appelé à "nuancer" cette analyse "selon la nature des faits constatés". Le nombre de cambriolages, par exemple, est en augmentation de 5,36%. Le nombre de mis en cause est lui aussi en légère hausse. Stable chez les majeurs -7 492 contre 7 478 en 2015- il grimpe en revanche de plus de 10 % chez les mineurs passant de 1 202 en 2015 à 1 325 en 2016. 

Au chapitre des meurtres et assassinats, huit crimes ont été commis l'année écoulée, comme en 2015, "même s'il faut déplorer une espèce de loi des séries au 4e trimestre avec trois affaires criminelles réparties comme suit", a relevé le procureur : "L'affaire de Moorea avec une victime âgée de 13 ans et un auteur du même âge, l'affaire de cette fin d'année à Punaauia dans laquelle un jeune homme de 21 ans a perdu la vie mortellement blessé par un couteau de cuisine par un auteur âgé de 54 ans, et un vol avec violences ayant entraîné la mort d'un homme de 83 ans à Pirae". 

Après  la BA des magistrats qui laisse tout de même perplexe sur les bilans, compte tenu du nombre restreint de la population, nous avons appris par le procureur général François Badie sur Première, que l'ancien président ne pourrait pas se représenter en 2018 contrairement à l'avis de son avocat, mais si ce n'est lui, ce sera un fidèle de la parole "orange" et du parti dont il est président  qu'il gère avec affection et rigueur. (A lire prochainement la première interview de Gaston Flosse, président du Tahoeraa sur Tahiti Today)

Bon week end.

 


 

 

                                                   Projet d’île flottante :  signature d’un accord avec le Seasteading Institute pour des études

 Le ministre Jean-Christophe Bouissou, représentant la Polynésie française, a signé, vendredi, à San Francisco, aux Etats-Unis, un protocole d’accord avec le Seasteading Institute portant sur un projet innovant d’île flottante.

Les études porteront sur les aspects juridiques, fiscaux, techniques et environnementaux.  La géographie de la Polynésie française, notamment, est un atout  qui a conduit le Seasteading Institute à choisir nos îles pour son projet. Un test ! Une expérience !

 L’institut signataire du protocole est particulièrement à la pointe pour ce concept d’île flottante, en passe de devenir une réalité, dans un futur proche, au fur et à mesure que la recherche et les technologies progressent. La Polynésie entend ainsi accompagner une telle démarche, dans une vision dynamique et innovante, susceptible de générer des retombées économiques importantes. Il ne dit pas lesquelles. Dommage !

 

 

Non JC Bouissou n'est pas puni. Il écoute religieusement le représentant de l'institut signataire: ville, village ou juste une île flottante ?

 

La tournée religieuse d'Edouard Fritch : agenda :

Pour le :
Lundi 16 janvier 2017

9h : Pré-Conseil des Ministres.
o Présidence de la Polynésie française, Avenue Pouvanaa a Oopa.


Mardi 17 janvier 2017

18h30 :
Vœux pour la nouvelle année - Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, sera présent à la messe des Sanito.
o Temple de Tarona - Fare-Ute.



Mercredi 18 janvier 2017

 9h : Conseil des Ministres.
o
Présidence de la Polynésie française, Avenue Pouvanaa a Oopa.

 18h45
:
Vœux pour la nouvelle année - Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, sera présent à la messe des Adventistes.
o Eglise Adventiste de Arue.


Jeudi 19 janvier 2017

6h : Déplacement du Président de la Polynésie française, Edouard Fritch avec le Haut-commissaire, René Bidal, dans le cadre d’une visite officielle à Rimatara.
o Rimatara – Archipel des Australes.


 18h :
Vœux pour la nouvelle année - Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, sera présent à la messe de
l’Eglise des saints des derniers jours. (les Mormons)
o Fariipiti – Face Hyper Brico.


Etc...

 

Vendredi  13 janvier 2017

Editorial

On s'attendait à beaucoup mieux !

Ça caille en politique à Tahiti aussi ! Et ce n’est pas parti pour s’améliorer. Sortez les moufles et les bottes fourrées (voire la combi de ski !), les températures vont chuter dès ce matin, annonçant une nouvelle vague de froid qui va déferler sur la Polynésie . Ce vendredi, Météo France a placé en "vigilance orange" le nouveau gouvernement local si les futurs promus annoncés sont justes. On ne peut que s'incliner très bas devant le président Fritch qui aurait choisi les anciens des anciens d'un gouvernement de Gaston Flosse, président du pays qui ricane en observant les erreurs de personnes.

 Hélas, trois fois hélas, on pensait qu'il allait nous sortir de sa manche ou de son chapeau au choix, des jeunes Polynésiens dans le style Macron et bien il faut croire qu'il n'en existe pas. C'est donc dans les vieilles soupières qu'il va nous faire sa soupe. Comment ne pas ricaner à ce manque d'imagination politique ? En vérité cette année 2017 voit la  bascule vers l'an 2018 avec de curieuses embardées. Fritch ballotté entre son goût du vieux et son désir de neuf, strié de fractures qu'il s'évertue à nier mais dont le pays a besoin pour se renouveler. Alors place aux anciens. Les jeunes vous devrez encore piaffer d'impatience jusqu'en 2018.

Enfin, Teva Rohfritsch se rapproche petit à petit de son rêve et grimpe les marches du pouvoir avec patience. Il parait qu'il sera nommé vice président du gouvernement en conservant des ministères dans lequel il avoue avec pudeur " exceller" et en plus avec la Socredo dans sa poche puisque Matahi Brother qu'il a fait nommer, sera là pour l'aider, question financement, Rohfritsch étant  chargé des grands projets. Un domaine où il faudra investir beaucoup d'argent .

Je vais finir par croire aux forces de l'esprit ! Et moins à celles de la politique locale. Il aura fallu des jours et des jours pour plancher sur ce troisième gouvernement. Nuihau Laurey, le solitaire, le pointilleux, l'homme qui ne sourit jamais, garde ses ministères, sauf la vice présidence, jusqu'au jour où il devra choisir si la loi sur le

 cumul est votée. Pas sûr qu'elle le soit.

 Et puis coucou le revoilà, Jacques Raynal. Peut-être la plus grosse erreur d'Edouard Fritch car Flosse avait compris que l'on ne peut pas nommer, ministre de la Santé, un médecin, sans provoquer des remous dans la confrérie et  quelques jalousies ou sévères critiques comme dans le passé où celui-ci n'avait pas  été un foudre de guerre.

Luc Faatau pas vraiment net avec un procès Spacem qu'il traine derrière lui et son échec aux dernières législatives prendrait la place d'Albert Solia à l'Equipement. Un homme pourtant difficile à remplacer car il a tenu sa feuille de route haut la main avec une grande efficacité .Espérons que Fritch lui confiera des tâches à la hauteur de ses compétences.

 Christophe Bouissou avait su relancer le tourisme, on peut douter de Nicole Bouteau qui n'a pas brillé dans ce secteur lorsqu'elle était en charge de ce poste à la mairie de Papeete. Tiens au passage relevons que Marcel Tuihani travaille activement aujourd'hui pour remplacer Michel Buillard en tant que maire de Papeete, il sera peut-être plus efficace que ce dernier, très fatigué à ne rien faire, qui fait juste travailler ses pouces. Une mission moins reposante pour Marcel Tuihani que celle du perchoir à l'Assemblée où il lui faudra mouiller sa chemise et parcourir les chemins caillouteux pour aller au-devant d'une population laissée pour compte...des façades lépreuses et des trottoirs défoncés. Mais un travail de rénovation  intéressant.

 Jean Christophe Bouissou pourrait prendre le Logement , un portefeuille qu'il connait bien pour en avoir été le développeur. Et Tearii Alpha pourrait ensemencer les pâturages défunts de l'Agriculture et des agriculteurs. Nicole Sanquer abandonne son portefeuille du sport, garde l'Education et espère battre le candidat du Tahoeraa pour être une députée fleurie ! Mais là, elle rêve...sans stilnox !

 

 

 

Nos pronostics étaient justes dans notre édito de ce matin !

Mini remaniement avec trois nouveaux et redéploiement de compétences pas de quoi casser trois pattes à un canard, pas de jeunes promus, Fritch a pris dans l'ancien vivier de Gaston Flosse, ceux dont l'ancien président était le moins satisfait !!! Quant aux punis qui devaient revenir à l'Assemblée ou dans un ministère Temearo et Riveta, les sacrifiés pour une majorité, ils l'ont...passez- moi l'expression populaire, dans le baba !

 

 GOUVERNEMENT FRITCH

M. Edouard Fritch
Président,en charge de l’emploi, des collectivités et des postes et télécommunications


M. Teva Rohfritsch,
vice-président,ministre de l’économie, en charge des grands projets d’investissement et des réformes économiques


M. Jean-Christophe Bouissou,
ministre du logement, de l’aménagement et de l’urbanisme, en charge du numérique,porte-parole du gouvernement


M. Nuihau Laurey,
ministre des finances, de l’énergie et des mines


M. Tearii Alpha,
ministre du développement des ressources primaires, des affaires foncières et de la valorisation du domaine


Mme Nicole Bouteau,
ministre du tourisme, des transports internationaux, en charge des relations avec les institutions


M. Jacques Raynal,
ministre des solidarités et de la santé, en charge de la réforme de la protection sociale généralisée, de la prévention et de la famille


M. Luc Faatau,
ministre de l’équipement et des transports intérieurs


Mme Tea Frogier,
ministre du travail et de la formation professionnelle, en charge de la fonction publique et de la recherche


Mme Nicole Sanquer-Fareata,
ministre de l’éducation, de la jeunesse et des sports, en charge de l’enseignement supérieur


M. Heremoana Maamaatuaiahutapu,
ministre de la culture, de l’environnement et de l’artisanat,
en charge de la promotion des langues et de la communication


 

 

Michel Leboucher : Pan sur le bec de la donzelle

 Documents à l'appui destinés à éclaircir le sujet des CETAD, et du CAPD en guise de droit de réponse, Michel Leboucher contre-attaque et il semble bien que la force soit avec lui si l'on en croit les documents cités ci-dessous.

 Lors de sa conférence de presse, relève Michel Leboucher, Nicole Sanquer met en cause mes propos  et ceux du Tahoeraa, (ce n'est pas la 1e fois mais tout le monde connait son arrogance qui n'effraie personne, mais qui cache, finalement, une grande incompétence), en nous traitant de menteurs, elle n'a peur de rien, ni même des tribunaux, notamment sur le CAPD  déjà reconnu comme diplôme national et ce depuis 1983 et 1988 alors qu'aucun texte n'a abrogé ces arrêtés.

Il est vrai dit  encore en ricananant Michel Leboucher "que je n'ai pas le même diplôme qu'elle (professeur de ménage), donc je ne comprends rien, le Tahoeraa ne comprend rien, en fait personne ne comprend rien, elle nous prend tous pour des demeurés. Cette agressivité de sa part révèle à nouveau son ignorance et son incroyable incompétence." Il poursuit :

 Voici 3 documents que chacun peut consulter facilement, sur le site du Vice Rectorat et Légifrance, qui prouvent s'il en était besoin la véracité de nos propos :

le 1e : Arrêté du VR n°13718-2016-VRDEC du-12-octobre-2016, mettant en place le registres d'inscriptions aux différents CAPD en PF pour la session 2017, preuve que c'est bien un diplôme national. Figurent dans les attendus de cet arrêté deux arrêtés de l'Education Nationale créant les CAPD, celui de 1983 et 1988. Le 2è et 3è : les deux arrêtés créant les CAPD, celui du 17 mars 1983 et du 24 mars 1988 au niveau national et certifiant des diplômes de niveau V.

Qui peut douter ou croire qu'un diplôme national ne soit pas reconnu localement  s'interroge l'ancien ministre de l'Education qui ajoute : "assurer le contraire serait d'un ridicule consternant."

 Force est de croire que toute cette mascarade mise en œuvre par Nicole Sanquer depuis de longs mois s'appuie sur des mensonges ou de l'ignorance pour justifier uniquement l'application des nouvelles mesures nationales sur les collèges et notamment le palier d'orientation fin de 5è?  Qui ment  ? Pif, paf, la claque !

 

José Thorel, Robespierre ? Pitbull ? Chasseur de primes ?

Pourquoi poursuivre avec de la prison ferme alors que la juridiction de première instance a relaxé Bruno Marty qui avait confondu sa carte de crédit avec celle de sa société des laboratoires des travaux publics ?

 Sur ce point , Marty avait remboursé jusqu'au dernier centime les dépenses litigieuses à l'époque. Albert Solia président de la SEM  à ce moment là, n'avait pas jugé utile de porter plainte et aujourd'hui pour compenser cette erreur de la SEM, Bruno Marty jouit d'une indemnité mensuelle forfaitaire de 120.000 Frs. Sur ce dossier encore comme dans d'autres, pourquoi un tel acharnement de la part de l'avocat général. le goût du sang et de la peur qu'il veut inspirer ? Sans doute. Nous n'avons aucun lien avec Bruno Marty mais tout de même, il y a un moment où les procédures inquisitives n'ont plus lieu d'être quand de vrais escrocs se baladent librement entre Papeete et Paris. Heureusement que Papeete n'est pas Ajaccio !!!!

 

 

Jeudi 12 janvier 2017

Editorial

Nicole Sanquer prise en stop par l'Etat.

 Il est vrai qu'elle a les capacités que demande un ministre de l'Education n'est-ce-pas puisqu'elle a appris au lycée hôtelier dont elle est issue comment faire un lit et enlever la poussière. Forte de ses compétences ménagères ( elle exerce, de 1997 à 1998, au lycée hôtelier de Tahiti en qualité de maître auxiliaire en hôtellerie restauration.), elle a donc décidé de faire le lit de Michel Leboucher, ex directeur de l'enseignement catholique de 1993 à 2014 avec les diplômes conséquents en lui renvoyant un hautain " il n'a rien compris"  en réponse  au recours en annulation déposé sur le bureau du tribunal administratif par l'ex ministre de l'Education aujourd'hui représentant,  co-signé par la représentante  Gilda Vaiaho tous deux appartenant au groupe Tahoeraa à l'Assemblée depuis 2013. Les deux représentants contestent les termes de la convention signée par le Pays et l'Etat sur l'Education . Il est vrai aussi,  que Nicole Sanquer outrepasse la réforme des collèges en faisant passer l'orientation des élèves non plus après la 5° comme le prévoit la réforme, ou alors les réformes sont inutiles, mais après la 3°. Bref la transfuge Tahoeraa a changé la couleur de son hibiscus en passant dans le camp de son ami Edouard Fritch et qu'on la traite "d'amateur" ne lui a pas plu.

Reste qu'au CESC le Snetaa-FO s'inquiète également des nouvelles dispositions qui doivent être appliquées dans le système éducatif polynésien. Au cœur de leur mécontentement : le "redoublement exceptionnel" et le "palier d'orientation en 3e". . Le syndicat n'a pas loupé le coche et a fait part de son "opposition concernant certaines dispositions nouvelles pour le système éducatif polynésien". Dans le collimateur du syndicat : "la création du palier d'orientation 3e", "l'apprentissage sous statut scolaire" et la "mise en place du redoublement exceptionnel", explique Yann Lucas, secrétaire territorial du Snetaa-FO Polynésie. Comme Michel Leboucher, le syndicat regrette que des élèves ne puissent pas être "orientés après la 5e vers des CJA et des Cetad pour suivre un enseignement professionnel adapté et de proximité". "Le redoublement est aussi source d'inquiétude pour le syndicat enseignant. "Il ne doit pas être assimilé à une sanction mais comme la possibilité pour l'élève de se remettre en cause et de mieux se préparer à ses choix d'orientation", a souligné Yann Lucas.

En tentant d'ébranler les colonnes du temple de son ancien parti en accusant Leboucher de faire de la politique, elle ne se rend pas compte, que si quelqu'un fait de la politique dans cette histoire c'est bien elle puisqu'elle est candidate,  dans la deuxième circonscription aux législatives par la volonté présidentielle. Vers Paris s'envolent les colibris de "l'intelligentsia" locale sans doute lassée  des trottoirs dangereux de Papeete, ville du siècle dernier, pour Paris la lumineuse. Toutefois penser, ne serait-ce qu'un instant, qu'elle pourrait être élue députée, c'est lui faire beaucoup d'honneur, compte tenu de la campagne intensive de Flosse et ses poulains à la députation. Sans bruit, un peu comme Marine Le Pen, le président du Tahoeraa engrange, ensemence, laboure et a bien l'intention de procéder dans quelques mois à la récolte. L'âge n'a pas rouillé le T 39 aux couleurs vivaces de l'orange, non pas californienne mais polynésienne . Du coup Nicolette Sanquer devrait bien éviter de se camper dans la dignité de la ministre outragée. Il faut dire que son mentor le vice recteur, veille au grain et lui trace un chemin pour lui éviter les faux pas pour la conférence de presse qu'elle doit tenir ce matin. Autrement dit, elle est prise en stop par l'Etat !

 

 

 

L'Allemagne championne européenne

L'économie allemande, la première d'Europe, se porte bien. Elle a atteint 1,9 % en 2016, sa meilleure performance en cinq ans. Cerise sur le gâteau, l'État fédéral allemand a dégagé l'année dernière un excédent budgétaire de 6,2 milliards d'euros. Des recettes fiscales plus importantes que prévu grâce notamment au dynamisme de la consommation privée, des dépenses publiques moins importantes que ce qui était annoncé et, surtout, la faiblesse des taux ont permis à Berlin de ne pas alourdir sa dette.

 Ce joli pactole est toutefois inférieur à celui de l'exercice précédent qui avait atteint près de 12,1 milliards d'euros, soit 0,7 % du produit intérieur brut (PIB) allemand, mais il représente tout de même une performance qui peut faire des envieux dans le reste de l'Europe. Pour mémoire, la France a affiché en 2015 un… déficit public de 77,4 milliards d'euros. Certains chiffres valent mieux qu'un long discours.

 

 

Le président du CESC Winiki Sage et Mme  Baville, ancienne directrice de cabinet du HTC Lionel Beffre

 Dans le cadre d’une visite de courtoisie, madame Marie BAVILLE, secrétaire générale adjointe du Haut-commissariat et responsable de la subdivision administrative des îles Australes a été reçue hier après-midi par monsieur Winiki SAGE, Président du Conseil économique, social et culturel (CESC).

Après avoir travaillé plus de deux ans en qualité de directrice de cabinet du Haut-commissaire en Polynésie française, madame BAVILLE aspire à de nouveaux défis.

L’accompagnement et l’assistance technique et administrative que Mme BAVILLE assurera auprès des communes des îles Australes lui permettront d’être au plus près des élus et des habitants pour répondre à leurs besoins et à leurs attentes.

Dans cette perspective, celle-ci entreprendra très prochainement de visiter :

·         Tubuai, notamment son Centre d’Enfouissement Technique (CET), puis celui de l’île de Rapa ;

·         Rimatara où aura lieu la pose de la première pierre de la bibliothèque scolaire et la création d’un centre de secours.

Le président Winiki SAGE a présenté les missions de l’institution et les projets pour la nouvelle année, notamment la célébration de l’anniversaire des 40 ans d’existence du CESC en juillet prochain.

L'entrevue s'est déroulée en toute simplicité et dans un esprit d'ouverture.

 

Que contient cette nouvelle convention et quelles sont les différences essentielles, quelles sont les incidences sur les usagers, élèves, familles et enseignants ?Lisez vous comprendrez...


1. Les enseignants font partie aujourd’hui des premières victimes de cette nouvelle convention : l’application stricto sensu des programmes nationaux dans les premier et second degrés, pratiquement sans préparation alors que la Nouvelle Calédonie par exemple bénéficiera de 2 années de préparation et d’adaptation, met en difficulté l’ensemble des personnels d’éducation.
« Dans le 1er degré, nous n’avons plus le temps de consacrer le temps nécessaire aux préparations, les outils d’évaluation du socle commune de connaissance, de compétence et de culture sont trop lourds, pas numérisés comme c’est le cas en France métropolitaine ». La précipitation engendre la pression sur les enseignants et à fortiori l'inefficacité, mais vous comprenez il faut faire bonne figure aux yeux de l’Etat.


Art 1er : De la compétence générale de la Polynésie française extrait :


« ……….La Polynésie française choisit de mettre en œuvre les programmes arrêtés par le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche……Elle peut, cependant, conformément à sa compétence générale, apporter à ces derniers les adaptations qui lui semblent nécessaires. »
Voici ce qui était écrit dans la convention 2007 « dans le second degré pour garantir la valeur nationale des diplômes, la Polynésie française décide d’appliquer les programmes nationaux, sous réserve d’aménagements qui seront soumis à l’accord de l’état » ce qui est normal !!
Les programmes nationaux seront donc appliqués systématiquement sans l’obligation des adaptations nécessaires prévues par la loi statutaire et cela y compris dans le 1er degré ce qui est contraire au statut d’autonomie, notre Pays perd sa compétence essentielle. Dans le 2nd degré si des nouveaux programmes nationaux sont promulgués, il faudra désormais les appliquer immédiatement avec éventuellement des adaptations, nous pensons bien sûr aux programmes d’hist-géo, aux programmes de sciences de la vie et de la terre, aux enseignements des langues polynésiennes.


2. La convention aurait dû prévoir les dispositions statutaires, liées aux fonctions d’enseignants dans le 1er ou 2nd degré non étendues par voie de décret (ISOE, ISAE, NBI, IMP, IF2R pour les proviseurs, Indemnités REP+, Primes de sujétion). La ministre et le vice recteur ont répondu en commission législative et en assemblée plénière, qu’ils ont fait mieux puisque ces mesures ont été intégrées dans le « toilettage de la loi statutaire » qui est en cours d’élaboration. Ben voyons, pourquoi proposer cette convention avant l’adoption de ce nouveau toilettage de la loi organique ? Convention qui semble du coup incomplète, on met “la charrue avant les bœufs”, d’autant que ce toilettage nous le savons aujourd’hui est reporté aux calendes grecques…
Il faut rappeler que ce régime indemnitaire est aujourd’hui très fragile puisqu'il repose sur des arrêtés vice-rectoraux (REP+) ou bien ne sont tout simplement pas rémunérés (NBI) ou encore les ISAE « offertes » aux enseignants du 1er degré sans cadre réglementaire fiable et stable, la nouvelle convention aurait pu le permettre. Les enseignants et les OS sont menés en bateau.


3. Concernant les incidences sur les élèves et les familles : la convention 2017 s’appuie sur la Charte 2016 qui est elle aussi aujourd’hui contestée au TA. Car elle s’appuie en réalité sur l’annexe de la Loi de Pays appelée Actualisation de la Charte de l’Education, laquelle introduit dans son corps des éléments de la réforme de l’éducation nationale, les cycles scolaires, le nouveau socle commun, la réforme du collège avec l’interdiction du redoublement (subtil et manipulateur). Les conséquences immédiates sont la disparition du palier d’orientation en fin de 5ème, la disparition des CETAD.
La contestation au TA de la Charte nouvelle mouture adoptée par l’APF dans la délibération de juillet 2016 a eu pour effet que la ministre propose aujourd’hui une LP intitulée “Charte de l’éducation 2016” abrogeant cette même délibération de juillet 2016. Mais alors la ministre est-elle en train de couper la branche sur laquelle elle est assise puisque le texte abroge la délibération, certes mais aussi la précédente Charte de 2011 qui fait partie des attendus de la Convention ? Cherchez l’erreur !


Ce projet de loi de pays a pour finalité de rendre " applicable " ou de tenter de rendre " applicable " au sein de l’ordonnancement juridique polynésien les dispositions de la loi PEILLON du 8 juillet 2013, dont certaines ont été étendues en 2014, et de ses décrets d’application (non étendus en Pf du fait des compétences transférées en matière d’éducation) : organisation cyclée de la scolarité, conseil école-collège et réforme du collège ; caractère exceptionnel du redoublement, scolarité précoce, etc. Par ailleurs, l’annexe " fourre-tout " permet également de définir le palier d’orientation en 3è empêchant par conséquent les orientations post 5ème en CETAD pour préparer le CAPD (diplôme d’Etat en vigueur).


Plusieurs cas récents viennent contredire les propos de la ministre et du vice recteur qui persistent à dire que les CETAD sont non seulement maintenus mais valorisés par les nouvelles mesures : la situation des CETAD Taha’a, de Tubuai, de Taiohae et dans l’enseignement privé du CED de Makemo financé sur fonds du Pays et de l’Etat (CdP abri par cyclonique 2008). Cette structure n’accueille plus aucun élève. C’est une catastrophe car ces sections permettaient, avec selon les lieux, une efficacité réelle, la prise en compte des élèves décrocheurs une adaptation à leur environnement socioculturel et économique. Contrairement à ce qui a été annoncé, les CAPD sont toujours en vigueur et reconnus par l’Etat puisque les textes fondateurs n’ont jamais été abrogés. En revanche, les nouveaux diplômes de la ministre et du gouvernement ne sont toujours pas certifiés par l’éducation nationale ni au RNCP , il serait intéressant de savoir sur quelle base juridique sont rémunérés les professeurs qui enseignent dans ces nouvelles classes ouvertes en 2016 ?


4. Les congés administratifs sont tout bonnement supprimés.


5. Les dispositifs d’apprentissage et la validation des acquis de l’expérience sont eux aussi abandonnés, au profit certainement d’une récupération directe par les services du vice rectorat.

 

La guerre des tarifs aériens

La compagnie islandaise propose, sur une période limitée, des vols entre les Etats-Unis et l'Europe, à partir de 69 dollars. Une offre qui s'inscrit dans une véritable guerre des prix entre les compagnies low-cost selon le Figaro.

Aller à San Francisco ou à Los Angeles depuis le Royaume-Uni pour le prix d'un billet de train Paris-Nantes? C'est le défi que s'est lancé Wow Air. Du 15 janvier au 5 avril, la compagnie aérienne low-cost islandaise propose en effet des vols entre les États-Unis et l'Europe à partir de 69,99 dollars, soit près de 65 euros, relève Business Insider.

Dans le détail, cette offre concerne uniquement des aller simples liant Los Angeles et San Francisco à quatre villes européennes:
Stockholm, Bristol, Copenhague et Edimbourg. Wow Air a également annoncé le lancement de vols Etats-Unis-Islande, à partir de 99 dollars. «[Notre] objectif est de permettre à chacun de voyager en offrant les tarifs les plus bas sur le marché», soutient Skúli Mogensen, fondateur et PDG de la compagnie, dans un communiqué.
«[Cela] va permettre à des milliers de personnes de voyager, ce qu'il ne pouvait se permettre jusqu'ici».

Une guerre des prix acharnée

Avec des tarifs aussi bas, faut-il s'attendre à un service moindre?
Pas question de lésiner sur la qualité, répond le PDG. Comme pour tous les low-cost néanmoins, les voyageurs devront sans doute payer des frais supplémentaires pour pouvoir se restaurer, ou encore pour emporter un bagage en soute. A titre indicatif, ce dernier est facturé plus de 50 euros.

Cette politique tarifaire s'inscrit dans une véritable guerre des prix entre les compagnies low-cost sur les vols long-courrier entre les Etats-Unis et l'Europe, depuis plusieurs mois. En février 2016, c'était Norwegian qui défrayait la chronique avec ses vols directs à 179 euros

 

Courrier :

Les producteurs en serres ou sous abris réclament une action en ce sens depuis plus de 2 ans afin de lutter contre la mouche blanche ayant entrainé des pertes considérables sur la tomate en particulier avec l'apparition du virus TYLC provocant des ruptures commerciales. Il aura fallu 2 ans aux décideurs pour modifier les textes qui permettront seulement de faire des essais. Quelle réactivité!! les producteurs peuvent encore attendre une paire d'années pour espérer faire régresser ce parasite.MP



Mission d’études pour le musée Gauguin et le jardin botanique

Le ministre du Tourisme et des transports aériens internationaux, Jean-Christophe Bouissou, a reçu, mercredi après-midi, Jean-Paul Vacher, ingénieur culturel et muséographe, Jean-Michel Puydebat, expert en exploitation d’équipements culturels et touristiques et Olivier Le Bihan, professeur de l’histoire de l’art contemporain et ancien directeur de musées.

Cette visite s’inscrit dans une mission exploratoire sur les conditions de réouverture de l’ancien musée Gauguin et le développement touristique de l’ensemble du domaine Harrison Smith, géré par l’EGAT, selon une programmation culturelle et touristique à définir.

Ces consultants ont d’ores et déjà rencontré différents acteurs du secteur du tourisme et de la culture. Ils ont entendu les explications du ministre sur les objectifs et les orientations souhaités par le gouvernement pour le développement d’équipements et d’aménagements renforçant l’attractivité touristique de l’île de Tahiti, tout en répondant aux attentes des Polynésiens.

Le développement d’un équipement pouvant accueillir des œuvres issues de fonds privés, et en particulier la collection de toiles de maître de Paul Yeou Chichong, a été également abordé et fera l’objet d’un volet spécifique de l’étude de définition. Les conclusions des études sont attendues aux mois d’avril 2017 et feront l’objet au préalable d’une présentation des scénarios possibles au gouvernement de la Polynésie française.


 

 

Relevé dans le compte rendu du conseil des ministres qui eux, ne passent pas de concours !

En 2016, six concours pour 253 postes ont été organisés. Pour 2017, le gouvernement prévoit dix concours pour 238 postes. Et enfin en 2018, six concours pour 101 postes à pourvoir.
Une lettre-circulaire a été adressée aux 59 services et établissements  concernées (45 services et 14 établissements publics administratifs) ayant abouti à une proposition de programmation des concours à mettre en œuvre sur la période 2016-2018, donnant la priorité aux postes d’encadrement (catégories A et B) qui ont représenté la majorité des besoins exprimés (environ 74% des postes sollicités à concours).

 

Et toujours le nucléaire à l'Assemblée nationale !

Question dans le cadre de la semaine de contrôle


Mme la présidente. La parole est à M. Jean-Paul Tuaiva.


M. Jean-Paul Tuaiva. Madame la présidente, monsieur le secrétaire d’État, mes chers collègues, avant de poser ma question, je souhaiterais remercier mes collègues Leroy, Viala et Gille, et tous ceux qui, de près comme de loin, apportent leur contribution à l’interminable traitement de ce dossier de l’indemnisation des victimes des essais nucléaires en Polynésie.
En février dernier, lors d’un déplacement à Papeete, le Président de la République a
admis que les essais nucléaires menés en Polynésie française avaient eu un impact
environnemental et des conséquences sanitaires, et a annoncé une modification du décret d’application de la loi du 5 janvier 2010 relative à la reconnaissance et à l’indemnisation des victimes des essais nucléaires français. Ce projet transmis au président de la Polynésie française en novembre dernier a pour objectif d’abaisser le seuil de probabilité au-delà duquel le risque ne peut être considéré comme négligeable de 1 à 0,3 % afin de permettre au CIVEN __ le Comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires français __ d’indemniser un plus grand nombre de victimes.
Le conseil des ministres de la Polynésie française a estimé que, bien que comportant certaines avancées, le texte ne procédait pas à une modification significative du
processus d’indemnisation. Par ailleurs, une étude démontre l’inefficacité de la mesure d’abaissement du seuil de probabilité.

Monsieur le secrétaire d’État, le Gouvernement envisage-t-il de modifier le décret afin de prendre en compte les remarques des associations et des élus polynésiens ? Le
gouvernement de la Polynésie française a en effet proposé de supprimer la notion de risque négligeable et de porter une plus grande attention aux difficultés rencontrées par les victimes pour entamer une démarche d’indemnisation.
Par ailleurs, il semblerait que les dossiers ayant fait l’objet d’une décision de rejet prononcée par le CIVEN et ayant donné lieu à une décision juridictionnelle ne puissent être représentés. Il conviendrait que ces dossiers d’indemnisation initialement refusés soient réexaminés sur la base de nouveaux critères d’éligibilité. C’est pourquoi je vous demande de bien vouloir m’indiquer vos intentions à ce sujet. En outre, quels moyens supplémentaires l’État prévoit-il de mettre en .uvre pour accompagner et informer les victimes ? Comment leur permettre de prétendre à l’attribution d’une reconnaissance honorifique pour avoir participé à la grandeur de la France ?
Pour conclure, je souhaiterais rendre hommage à une grande figure locale, John Doom, qui a mené de nombreux combats contre le nucléaire en Polynésie.


Mme la présidente. La parole est à M. le secrétaire d’État.
M. Christophe Sirugue, secrétaire d’État. Monsieur le député, je vous remercie de votre question, qui va me permettre de faire le point sur la mise en .uvre des engagements pris par le Président de la République lors de son déplacement en Polynésie française en février dernier, déplacement que vous avez mentionné.
À cette occasion, le Président de la République a souhaité que le régime d’indemnisation des victimes des essais nucléaires mis en place par la loi Morin soit
modifié. Vous le savez, tel qu’il fonctionne depuis 2010, le dispositif n’est pas pleinement satisfaisant, les indemnisations étant inférieures à ce qui pourrait être attendu. Le contenu de la réforme a été présenté par la ministre de la santé aux associations de victimes lors d’une réunion organisée le 6 juillet dernier à Paris. Une concertation a été menée à la fois avec ces associations, le Haut-Commissaire de la République en Polynésie française et les parlementaires afin que la réforme soit la plus utile et la plus juste possible.
Permettez-moi d’en rappeler les contours. Tout d’abord, le seuil du risque négligeable sera abaissé à 0,3 %, ce qui correspond à une division par trois par rapport à la pratique actuelle. Ensuite, la jurisprudence protectrice du Conseil d’Étatsera reprise si les mesures s’avèrent insuffisantes ; voilà un élément de réponse à votre question. Enfin, un effort particulier sera réalisé en direction des victimes. Leur accès au Comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires sera facilité et la méthodologie utilisée par cette autorité administrative indépendante sera rendue plus lisible.


Ces avancées sont importantes pour les victimes, et vous avez raison de vous faire ici leur porte-parole, monsieur le député. C’est d’ailleurs l’ensemble de la France qui,comme vous, se sent concernée. Concrètement, ces avancées permettront à un plus
grand nombre de victimes de demander et d’obtenir une indemnisation en raison despathologies qui les touchent. L’engagement du Président de la République sera donctenu, et ce, très prochainement, puisque la réforme du dispositif devrait intervenir dans les toutes prochaines semaines.
 


 

Mercredi 11 janvier 2017

 

"La substantielle" moelle !"

Moruroa, Pitcairn, Tromelin, ne dit-on pas que tout ce qui est petit est mignon ? Un dicton vrai aussi en politique car plus c'est petit, plus ces îlots provoquent la convoitise des grandes puissances. Nous vous présentons ci-dessus Tromelin, cet îlot minuscule de l'océan Indien qui déchaine aujourd'hui les passions politiques après qu'une tribune libre du Figaro alimentée par l député Philippe Folliot et de l'écrivain Irène Frain ait annoncé que l'île Maurice revendiquait cette île depuis 1976. Ce petit caillou isolé de 1km2 ,Tromelin est une île française sur laquelle devait être scellé un accord de cogestion économique scientifique gouvernementale avec Maurice le 18 janvier prochain..

Mais voilà, vous l'avez compris, ce n'est pas ce lambeau de terre qui attise les convoitises mais bien les eaux territoriales qui l'entourent incluant bien sûr des zones de pêche ou...ou une zone potentiellement riche en pétrole. C'est Jacques Chirac le premier, alors président de la République, qui a évoqué  l'idée d'une cogestion sur Tromelin avec Maurice. Comme d'habitude, il faudra des années avant que ce projet n'aboutisse et c'est finalement Nicolas Sarkozy en juin 2010 qui signe l'accord cadre entre la France et Maurice. Ce ne sera que deux ans plus tard que l'accord sera ratifié . Le Sénat ratifiera le texte sans difficulté mais le passage devant les députés suscite alors une première levée de bouclier menée par le député UDI Folliot. Pourquoi ? Tout simplement par ce qu'il estime qu'il s'agit d'un détricotage de la France, de son intégrité et de sa puissance maritime. Ah bon ?!

 A l'époque, en avril 2013, pour tenter de faire taire les critiques, l'un des" bons" ministres des Outre-mer, Victorin Lurel, se rend sur Tromelin pour expliquer cet accord-cadre et réaffirmer que l'îlot est et restera un territoire français en des termes qui ne laisse pas place à l'interprétation : "C'est un accord de cogestion, pas un partage de souveraineté !"rapporte Outre-mer première dans son reportage.

Toutefois,devant la grogne parlementaire, téméraire mais pas courageux, le gouvernement Hollande choisit finalement de retirer le projet de loi de l'ordre du jour de l'Assemblée nationale. Aujourd'hui, début 2017, c'est ce même texte qui ressurgit et qui doit à nouveau être examiné par l'Assemblée nationale le 18 janvier 2017, alors que le quinquennat de François Hollande s'achève au mois de mai et, je vous le donne en mille, qui donc remonte sur les barricades ? Le même Philipe Folliot dans la tribune libre du Figaro hier dans laquelle il dénonce toujours avec Irène Frain auteur d'un livre qui fait connaitre la terrible histoire des "Naufragés de l'île de Tromelin" ce vieil os à ronger, on ne sait jamais on pourrait y trouver de la moelle aux odeurs de pétrole pour la France bien sûr.

 

Quoi ? Le Tahoeraa oserait-il encore mettre les points sur les i !

Pourquoi des élus du TH font-t-ils un recours contre la nouvelle Convention 2017 – 2027 ?

Cette convention est contraire à la loi organique portant statut de la Polynésie française. En effet un grand nombre de compétences sont aujourd’hui transférées à l’Etat ou “partagées” avec l’Etat. Michel Leboucher, l'ancien ministre de l'Education ne parle pas beaucoup mais quand il parle il sait ce qu'il doit dire Et il le dit haut et fort :.“Tout transfert de compétences validé par la nouvelle convention au profit de l’Etat pourra être contesté devant les juridictions administratives car contraire à la loi organique qui attribue à la Polynésie en matière d’éducation une compétence globale et à l’Etat une compétence d’exception”. Vlan !

Ce matin lors d'une conférence de presse il a précisé :La convention de 2007 arrive à son terme le 4 avril 2017. Nous ne comprenons pas la précipitation avec laquelle la ministre voulait faire passer ce texte ô combien important pour notre éducation puisqu'il va engager voire hypothéquer les actions éducatives pendant les 10 prochaines années.
Les élus à l’APF que nous sommes, estimons que des réunions de travail préalables auraient été nécessaires afin de décider en conscience des enjeux nouveaux contenus dans cette nouvelle convention. D’autant que cette convention est étudiée depuis plus d’une année, avec qui et par qui
?

 
Michel L eboucher a également constaté que les acteurs de l’éducation ont été consultés de façon précipitée. Il fallait en effet  selon lui, une consultation plus large de l’ensemble des ces acteurs dans le cadre notamment du Haut Comité de l'Éducation consulté après la présentation à l’APF et notamment en commission. Le compte rendu du HCE est édifiant à ce sujet.


Tel une fourmi laborieuse et pointilleuse, l'ancien ministre trouve dans ce nouveau texte qu'il cache dans son contenu des éléments fondamentaux non explicites, et des contradictions si l’on se réfère à la délibération n° 2016-59 APF du 7 juillet 2016 portant actualisation de la Charte de l'Éducation. Dans son préambule et dans les attendus la référence à la Charte de 2011 y figure, mais pas celle de la Charte actualisée de 2016 et de citer pour preuve  :
« A ce titre, la Polynésie française, qui a inscrit ses orientations et objectifs dans la Charte de l’éducation adoptée le 29 août 2011 se donne comme ambition de mettre en place une école pour tous, une école performante, une école ouverte »


Or la délibération n° 2016-59 APF du 7 juillet 2016 portant approbation de la charte de l'éducation actualisée a bien eu pour effet d’abroger la loi du pays n° 2011-22 du 29 août 2011 portant approbation de la charte de l'éducation, la loi du pays de 2011 étant parfaitement indissociable de sa charte.
Article LP 4 : La charte de l’éducation annexée à la présente loi du pays énonce les finalités de l’éducation en Polynésie française, fixe ses objectifs et ses principes généraux et détermine les orientations nécessaires au pilotage de l’école.

Du coup, piquée au vif, l'actuelle ministre de l'Education Nicole Sanquer tiendra une conférence de presse demain à 11h !

 

Extrait du compte rendu du conseil des ministres

Modification des conditions zoosanitaires de l’importation des insectes auxiliaires de culture

Les conditions zoosanitaires applicables à l’importation des insectes auxiliaires des cultures ont été modifiées par le Conseil des ministres afin que le SDR (Service du développement rural) puisse réaliser des essais dans le cadre de la lutte contre la mouche blanche Bemisia tabaci.

Il s’agit de l’un des ravageurs les plus importants des cultures maraîchères (tomates, concombres, choux, haricots) et l’unique vecteur de la maladie qui touche les tomates depuis deux ans, le virus des feuilles jaunes en cuillère ou TYLC. Cette modification permettra l’importation d’Australie de la micro-guêpe Eretmocerus hayati pour participer à la lutte biologique contre ce virus.


Attribution de lots agricoles à Moorea et Raiatea

La location de lots agricoles, dans le lotissement d’Opunohu, rive gauche à Moorea, et de Faaroa, à Raiatea, a également été autorisée. Ces parcelles seront louées, dans les conditions fixées par le cahier des charges relatif aux lotissements, pour une durée de neuf années à compter de la date de signature du bail.


Mesures d’application de la loi du Pays sur les Fondations

Le Vice-président a présenté en août 2016 une loi du Pays instituant le statut juridique et fiscal des Fondations propre à la Polynésie française. L’objectif était de doter la Polynésie française, compétente en la matière, d’un statut propre de « Fondations polynésiennes » de sorte que ces dernières puissent ainsi drainer des fonds privés conséquents pour financer des œuvres d’intérêt général ainsi que des missions sociales, culturelles, éducatives, environnementales ou collectives et ainsi venir au relais de l’action publique.
A cet égard, on notera que l’IEOM (Institut d’émission d’outre-mer) relève que les comptes à vue dans les banques de la place se sont établis à fin 2015 à quelques 176 milliards Fcfp, ce qui représente ainsi une source certaine susceptible d’être mobilisée en faveur des futures fondations polynésiennes. Emprunté à la fois aux fondations et aux fonds de dotation en métropole, ce statut a été conçu en privilégiant autant que possible la simplicité et l’efficacité.
Ainsi, s’agissant du contrôle administratif de la fondation, la DGAE (Direction générale des affaires économiques) joue un rôle majeur que ce soit dans la constitution ou dans l’activité de la fondation. A ce titre, il est important de préciser ses missions. La DAF (Direction des affaires foncières) et la DICP (Direction des impôts et des contributions publiques) interviennent, quant à elles, pour quantifier et gérer les avantages fiscaux dont pourront bénéficier les donateurs qui ont une position fiscale à l’impôt sur les transactions ou à l’impôt sur les sociétés. Il est important, là aussi, de définir les conditions dans lesquelles ces services interviendront.


 

Yes We did !

Obama et ses larmes. (extrait de son discours d'adieu)

 

Si je vous avais dit il y a huit ans que nous sortirions d'une grande récession, relancerions l'industrie automobile, générerions d'importantes créations d'emplois, (...) et offririons une couverture santé à 20 millions de personnes supplémentaires, vous auriez dit que la barre était trop haute. Mais nous l'avons fait. Vous l'avez fait", a-t-il déclaré.

Et pourtant... "Huit ans après la crise financière, le chômage est à 5%, les déficits baissent, le PIB augmente. Pourquoi tant d'électeurs s'estiment laissés-pour-compte?" Dans une analyse prémonitoire du bilan économique des deux mandats Obama, le New York Times a planté le décor dès le mois d'avril. Alors qu'est-ce qui cloche dans le bilan d'Obama alors que tous les indicateurs semblent au vert?

Car il est clair que les Américains n'y ont pas trouvé leur compte. Ce n'est pas un hasard si Donald Trump a gagné le 8 novembre grâce aux Etats traditionnellement démocrates de la région des Grands Lacs. Le candidat républicain a trouvé les mots pour séduire les laissés pour compte de l'industrie automobile.

Cela n'a pourtant rien d'intuitif. Entre la prise de fonction d'Obama en janvier 2009 et fin 2016, le chômage a baissé de 8,3% à 4,9%, après un pic à presque 10% en 2010. Depuis la récession de 2009, la croissance du PIB oscille entre 1,6 et 2,6%. C'est beaucoup moins que dans les années 90 et 80, mais un François Hollande rêverait de pouvoir en dire autant.

Pour le président qui a hérité des Etats-Unis juste après la chute de Lehmann Brothers, il y a de quoi avoir le sentiment du devoir accompli. Surtout si l'on considère "que les choses auraient pu être bien, bien pire", comme il l'a confié au NYT.

Mais derrière ce panorama réconfortant,  les électeurs de gauche ont lâché Hillary Clinton et le parti démocrate.

 

 

 

 Le versement des 358 millions de Fcfp manquants interviendra dans quelques semaines.

 Dans un communiqué diffusé mardi, le haut commissariat  a réagi au retard de financement du RSPF pour l’année 2016. « Une lettre est actuellement dans le circuit de signature au Ministère des Outre-mer et elle sera très prochainement adressée au Président de la Polynésie française. Ce courrier précisera les conditions permettant le versement de l’enveloppe complémentaire de 358 millions de Fcfp qui pourrait intervenir d’ici quelques semaines. »

 Par ailleurs, comme d'habitude, le chatouilleux haut commissaire auquel juste le mot  Tahoeraa donne des boutons, fustige dans un communiqué comme au bon vieux temps des gouverneurs, le président de l'Assemblée en ces termes  « Je saisis toutefois l’occasion que me fournit ce communiqué pour rappeler que sur ce sujet, comme sur d’autres, quel qu’en soit le prétexte, je ne laisserai pas instrumentaliser l’État dans des débats de politique locale à l’orée de la période électorale qui va s’ouvrir et qui durera jusqu’en 2018. »

Alors monsieur Marcel Tuihani président de l'Assemblée territoriale, vous avez compris : fermez là !

 

Quand  on électrise le débat...

Le tribunal administratif ne chôme pas. Il s'est penché hier sur un dossier électrique concernant l'énergie renouvelable à Tahiti hors hydroélectricité. Deux syndicats le SPER et "Tahiti solaire" se sont portés partie civile contre les accords entre le gouvernement et Engie/EDT sur les tarifs et la redevance du photovoltaïque. Ces syndicats ont demandé au tribunal d'annuler purement et simplement l'arrêté du conseil des ministres fixant les redevances annuelles de l'électricité d'origine solaire injectée sur le réseau public de distribution. qui selon eux pénalisent les investissements des petit producteurs d'électricité. Le rapporteur public a rejeté l'ensemble des requêtes estimant pour certaines que "la multitude des moyens nuisaient à leur qualité" et qu'il était difficile pour le juge de les estimer.".Affaires en délibéré.

 

 

Air France fait sa pub en fauteuil

La délégation Air France en Polynésie Française est fière de vous annoncer son événement « BEST ».
Nous allons exposer les jeudi 12, vendredi 13 et samedi 14 Janvier les nouveaux sièges Economy et Business des cabines BEST à la plazza haute du centre Vaima.
Ces nouvelles cabines desserviront la Polynésie Française à compter du 14 Mars 2017.
Cette occasion unique vous permettra de tester les sièges en avant-première le jeudi et vendredi de 08h00 à 18h00 et le samedi 09h à 16h en libre accès.
Nous déplacerons exceptionnellement notre agence sur la plazza haute du centre Vaima, elle sera ouverte le jeudi et vendredi de 08h00 à 18h00 et le samedi de 09h00 à 14h00.
Nous vous invitons à venir nombreux découvrir l’art du voyage à la française durant ses trois jours, où vous pourrez tenter votre chance à notre jeu Jackpot Best où pleins de surprises seront à gagner le jeudi et vendredi 10h00 à 17h00 et le samedi

 

Mardi 10 janvier2017

Editorial

De quoi, de quoi, on m'oblige d'assister aux séances du sénat ?!

La France est le plus gros consommateur d'antidépresseurs. Aucun peuple ne peut supporter longtemps un tel pot au noir. Comme vous allez le constater, voici ci-dessous ce que les Français doivent payer. Le bouc émissaire du pessimisme national c'est  ce qu'ils doivent  sortir de leur poche pour vivre. On mesure aujourd'hui une hausse vertigineuse de la défiance politique qui mine l'autorité de tout le système français. On la perçoit dans l'isolement frondeuse de ces différents corps et notamment celui de Bercy, du ministère des Finances et dans ces combats de coqs "gauche-gauche et gauche droite" dont on repait l'opinion dans l'acide d'une dérision maniaque que déversent à grandes louches amuseurs, humoristes et polémistes.

Et puis, au-dessus du panier qui prend l'eau il y a les autres. Ceux qui osent se plaindre comme le sénateur- maire socialiste de Lyon. Pourquoi ? Mais parce qu'il a vu  ses indemnités parlementaires baisser en raison de son absentéisme. De quoi ? De quoi ? s'est-il insurgé contre ceux qui ont pondu le nouveau règlement intérieur du Sénat. Il craint également que ce système ne crée une assemblée composée «d'apparatchiks». Alors il peste contre un texte qui oblige depuis quelques mois les sénateurs à assister aux travaux en commission, aux votes solennels et aux séances de questions d'actualité, quelle audace en vérité, pour toucher la totalité de leurs indemnités parlementaires.

Cette mesure, mise en place en octobre 2015, a été appliquée pour la première fois en mai 2016, touchant 14 sénateurs, parmi lesquels Gérard Collomb. Un dispositif qui fait enrager l'édile socialiste favorable au cumul des mandats, et qui a vu ses revenus baisser à cause de son absentéisme. Alors il pleure :  «Mes revenus sont plafonnés, je ne touche donc rien en tant que maire de Lyon et président de la métropole, je suis donc tombé à 4000 euros par mois». ( certains vivent à Paris avec moins de 300 euros)

Une baisse de revenu qui, d'après Gérard Collomb, ressemble à «un vrai cauchemar». Pourtant les indemnités d'un sénateur s'élèvent à 12.416 euros plus enveloppes pour payer 3 assistantes de 7548 euros et 6037 euros en frais de matériel et ils conservent leurs indemnités A VIE s'ils ne sont pas réélus . Une telle disparité entre le haut et le bas de l'échelle est à l'image de ce qui a poussé le peuple a se révolter contre les nobles ( notre élite) en 1789.

En Polynésie, c'est Michel Leboucher l'ancien ministre de l'Education dans le gouvernement Flosse qui rue dans les brancards. Il s'élève contre la suppression prochaine  du CETAD des CJA, du CED et autres dispositifs éducatifs qui donnent une chance aux élèves moins doués pour l'école traditionnelle à apprendre un métier. Par ailleurs il a déposé un recours sur le bureau du tribunal administratif pour faire annuler la délibération qu'il juge "illégale", le processus démocratique n'ayant pas été respecté selon lui.

Et enfin, qu'importe pour le citoyen lambda, il y a fort peu de chance que la réforme du statut polynésien se fasse avant l'élection présidentielle, la fin des travaux parlementaires étant le 27 février alors que les accords de Papeete ne sont même pas signés. La Polynésie française est loin, très loin, et elle va finalement attendre encore longtemps aussi les 350  à 400 millions qui manquent à l'appel  au titre de l’année 2016 de la dotation annuelle globale  (près de 715 millions pour Polynésie première).

Comme promis ci-dessus estimons nous heureux, voici ce que doivent payer les citoyens français en métropole:

1 Impôt sur le revenu (IR)

2 Impôt de solidarité sur la fortune (ISF)

3 Impôt sur les sociétés (IS)

4 Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB)

5 Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB)

6 Taxe d’habitation (TH)

7 Cotisation foncière des entreprises (CFE)

8 Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE)

9 Contribution sur les revenus locatifs (CRL)

10 Taxe sur les surfaces commerciales (TASCOM)

11 Taxe spéciale d’équipement (désormais remplacée par la taxe d’aménagement)

12 Taxe additionnelle à la TFPNB

13 Taxe sur l’enlèvement des ordures ménagères (TEOM)

14 Taxe destinée au financement des conseils d’architecture,
d’urbanisme et de l’environnement (CAUE)

15 Redevance départementale sur l’aménagement des espaces naturels et sensibles (TDENS)

16 Taxe de balayage

17 Taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE)

18 Impositions perçues au profit des communautés urbaines

19 Contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie

20 Prélèvement sur les bénéfices tirés de la construction immobilière

21 Taxe hydraulique au profit des voies navigables de France

22 Taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP)

23 Contribution additionnelle à l’impôt sur les sociétés

24 Taxe sur la consommation de charbon

25 Taxes générales sur les activités polluantes (TGAP)

26 CRDS (Contribution pour le remboursement de la dette sociale)

27 CSG (Contribution sociale généralisée)

28 Taxe forfaitaire sur les métaux précieux

29 Contribution à l’AGS (Association pour la gestion du régime de garantie des créances des salariés)

30 Redevances pour droit de construire EPAD (Établissement public d’aménagement et de développement)

31 Droit sur les cessions de fonds de commerce et opérations assimilées

32 Droits sur les ventes d’immeubles

33 Droit sur les cessions de droits sociaux

34 Droits de succession et de donation

35 Prélèvement non libératoire forfaitaire sur les dividendes et distributions assimilées

36 Droit du permis de chasse

37 Droit de validation du permis de chasse

38 Taxe sur la musique (SACEM – SPRE)

39 Taxe sur les plus-values immobilières autres que terrains à bâtir

40 Impôt sur les plus-values immobilières

41 Cotisation additionnelle versée par les organismes HLM et les SEM

42 Cotisation versée par les organismes HLM et les SEM

43 Redevances perçues à l’occasion de l’introduction des familles étrangères en France

44 Taxe sur les spectacles perçue au profit de l’Association pour le soutien des théâtres privés

45 Taxe sur les transactions financières

46 Taxe annuelle sur les produits cosmétiques

47 Taxe additionnelle à la taxe sur les installations nucléaires de base dite « de stockage »

48 Surtaxe sur les eaux minérales

49 Taxe communale additionnelle à certains droits d’enregistrement

50 Redevances proportionnelles sur l’énergie hydraulique

51 Taxe communale sur les remontées mécaniques

52 Taxe communale sur la consommation finale d’électricité

53 Redevance d’enlèvement d’ordures ménagères (REOM)

54 Taxe sur les cartes grises

55 Redevances communale et départementale des mines

56 Imposition forfaitaire annuelle sur les pylônes

57 Taxes de trottoir et de pavage

58 Prélèvement progressif sur le produit des jeux dans les casinos au profit des communes

59 Taxe sur les activités commerciales non salariées à durée saisonnière

60 Taxe forfaitaire sur la cession à titre onéreux des terrains nus qui ont été rendus constructibles du fait de leur classement

61 Taxes sur les friches commerciales

62 Taxe sur le ski de fond (!)

63 Taxe sur les éoliennes maritimes

64 Taxe sur les déchets réceptionnés dans une installation de stockages ou un incinérateur de déchets ménagers

65 Taxe pour non-raccordement à l’égout

66 Taxes dans le domaine funéraire

67 Taxe pour obstacle sur les cours d’eau, taxe pour stockage d’eau en période d’étiage et taxe pour la protection des milieux aquatiques, redevances pour pollution diffuses

68 Redevances pour pollution de l’eau et pour modernisation des réseaux de collecte

69 Taxe départementale des espaces naturels sensibles

70 Taxe sur les nuisances sonores aériennes

71 Taxe spéciale sur la publicité télévisée

72 Octroi de mer

73 TGAP (taxe générale sur les activités polluantes) lubrifiants, huiles et préparations lubrifiantes

74 TGAP lessives

75 TGAP matériaux d’extraction

76 TGAP imprimés

77 TGAP installations classées

78 TGAP déchets

79 TGAP émissions polluantes

80 Redevances spéciales d’enlèvement des déchets non ménagers

81 Taxe sur les produits, déchets et résidus d’hydrocarbures

82 Taxe sur la publicité foncière

83 Taxe sur la valeur vénale des biens immobiliers des entités juridiques

84 Cotisation spéciale sur les boissons alcoolisées

85 Droit de circulation sur les vins, cidres, poirés et hydromels

86 Droit de consommation sur les produits intermédiaires

87 Droits de consommation sur les alcools

88 Droit sur les bières et les boissons non alcoolisées

89 Taxe sur les prémix

90 Prélèvement de 2 % sur les revenus du patrimoine et les produits de placement et contribution additionnelle

91 Contribution sociale de solidarité des sociétés

92 Contribution due par les laboratoires et les grossistes répartiteurs sur les ventes en gros aux officines pharmaceutiques

93 Contribution à la charge des laboratoires pharmaceutiques non conventionnés avec le comité économique des produits de santé

94 Contribution due par les laboratoires sur leurs dépenses de publicité

95 Prélèvement sur les ressources de différents régimes de prestations familiales

96 Redevance due par les titulaires de titres d’exploitation de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux

97 Droits de plaidoirie

98 Contribution due par les entreprises exploitant des médicaments bénéficiant d’une AMM (autorisation de mise sur le marché)

99 Contribution due par les entreprises fabriquant ou exploitant des dispositifs médicaux sur leurs dépenses de publicité

100 Participation des employeurs occupant 10 salariés ou plus au développement de la formation professionnelle continue

101 Participation des employeurs occupant moins de 10 salariés au développement de la formation professionnelle continue

102 Participation des employeurs occupant 10 salariés ou plus au financement du congé individuel de formation des salariés (0,2 % des
rémunérations)

103 Taxe de séjour

104 Financement des congés individuels de formation des salariés sous contrats à durée déterminée CIF-CDD (1 % des salaires versés, ou moins en cas d’accord de branche)

105 Participation au financement de la formation des professions non salariées (à l’exception des artisans et des exploitants agricoles) correspondant à 0,15 % du montant annuel du plafond de la Sécurité sociale

106 Taxe d’apprentissage – versements aux centres de formation d’apprentis et aux établissements publics ou privés d’enseignement technologique et professionnel

107 Taxe départementale sur les remontées mécaniques

108 Taxe d’apprentissage – versements au titre de la péréquation

109 Contribution au développement de l’apprentissage

110 Taxe d’apprentissage

111 Contribution pour le financement des contrats et périodes de professionnalisation et du droit individuel à la formation à 0,15 % et
0,5 %

112 Taxe destinée à financer le développement des actions de formation professionnelle dans les transports routiers

113 Taxe pour le développement de la formation professionnelle dans les métiers de la réparation de l’automobile, du cycle et du motocycle

114 Taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties, pour frais de chambres d’agriculture

115 Taxe spécifique pour la Chambre nationale de la batellerie artisanale

116 Taxe pour frais de chambres des métiers et de l’artisanat

117 Taxe pour frais de chambres de commerce et d’industrie

118 Taxe spéciale d’équipement

119 Participation des employeurs à l’effort de construction (1 % logement)

120 Cotisation des employeurs (FNAL, Fonds national d’aide au logement)

121 Taxe annuelle sur les logements vacants


1
22 Versement de transport dû par les entreprises de plus de 9 salariés implantées en province

123 Taxe sur les titulaires d’ouvrages de prise d’eau, rejet d’eau ou autres ouvrages hydrauliques destinés à prélever ou à évacuer des volumes d’eau

124 Taxe d’aéroport

125 Contributions additionnelles aux primes ou cotisations afférentes à certaines conventions d’assurance

126 Taxes de protection des obtentions végétales

127 Taxe d’abattage (remplacée par une majoration de la CVO des éleveurs)

128 Taxe sur les céréales

129 Taxe au profit de France Agri Mer (anciennement affectée à l’Ofimer)

130 Redevances perçues à l’occasion des procédures et formalités en matière de propriété industrielle ainsi que de registre du commerce et des sociétés, établies par divers textes

131 Majoration de 10 % du montant maximum du droit fixe de la taxe pour frais de chambres de métiers

132 Contribution annuelle des distributeurs d’énergie électrique en basse tension

133 Taxe pour le développement des industries de l’ameublement ainsi que des industries du bois

134 Taxe pour le développement des industries du cuir, de la maroquinerie, de la ganterie et de la chaussure

135 Taxe pour le développement des industries de l’horlogerie, bijouterie, joaillerie, orfèvrerie et arts de la table

136 Taxe pour le développement des industries de la mécanique et de la construction métallique, des matériels et consommables de soudage et produits du décolletage, de construction métallique et des matériels aérauliques et thermiques

137 Taxe pour le développement des industries des matériaux de construction regroupant les industries du béton, de la terre cuite et des roches ornementales et de construction

138 Taxe pour le développement de l’industrie de la conservation des produits agricoles

139 Taxe pour le comité professionnel des stocks stratégiques pétroliers

140 Droit annuel de francisation et de navigation en Corse ; droit de passeport en Corse

141 Redevance due par les employeurs de main-d’œuvre étrangère permanente et saisonnière

142 Taxe applicable lors du Renouvellement des autorisations de travail aux travailleurs étrangers

143 Droits gradués des greffiers des tribunaux de commerce (inscription des privilèges et sûretés)

144 Contribution spéciale versée par les employeurs des étrangers sans autorisation de travail

145 Taxe perçue à l’occasion de la délivrance du premier titre de séjour

146 Taxes sur les primes d’assurance

147 Contribution au fonds national de gestion des risques en agriculture

148 TVA brute sur les produits pharmaceutiques (commerce de gros)

149 TVA brute sur les tabacs

150 Contribution additionnelle à la contribution sociale de solidarité des sociétés

151 Droits de consommation sur les tabacs (cigares)

152 Taxe annuelle sur les locaux à usage de bureaux, les locaux commerciaux, les locaux de stockage et les surfaces de stationnement annexées à ces catégories de locaux perçue dans la région Île-de-France

153 Taxe sur les salaires

154 Taxes sur les nuisances sonores aéroportuaires

155 Taxes sur les primes d’assurance automobile

156 Contribution de solidarité sur les billets d’avion

157 Taxe affectée au Centre technique interprofessionnel des fruits et légumes

158 Taxe perçue lors de la mise sur le marché de médicaments vétérinaires, ainsi qu’une taxe annuelle pour certaines autorisations ou enregistrements

159 Taxe pour l’évaluation et le contrôle de la mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques et à leurs adjuvants mentionnés à l’article L. 253-1 du code rural et de la pêche maritime et aux matières fertilisantes et supports de culture

160 Taxe applicable aux demandes de validation d’une attestation d’accueil

161 Versement de transport dû par les entreprises de plus de 9 salariés implantées en Île-de-France

162 Contribution sociale sur les bénéfices

163 Contribution pour frais de contrôle

164 Droits de timbre sur les passeports sécurisés

165 Taxe spéciale sur les huiles végétales, fluides ou concrètes, destinées à l’alimentation humaine

166 Cotisations (normale et supplémentaire) des entreprises cinématographiques

167 Taxe sur les spectacles

168 Taxe sur les spectacles de variétés

169 Taxe sur l’édition des ouvrages de librairie

170 Taxe sur les appareils de reproduction ou d’impression

171 Redevance d’archéologie préventive

172 Taxe additionnelle aux droits d’enregistrement et à la taxe de publicité foncière perçus au profit des départements

173 Redevances pour pollution de l’eau, modernisation des réseaux de collecte, pollutions diffuses, prélèvement sur la ressource en eau, stockage d’eau en période d’étiage, obstacle sur les cours d’eau et protection du milieu aquatique

174 Taxe sur les passagers maritimes embarqués à destination d’espaces naturels protégés

175 Droit de francisation et de navigation

176 Taxe sur les boues d’épuration urbaines ou industrielles

177 Redevances biocides


178 Taxe sur les voitures particulières les plus polluantes

179 Taxe intérieure sur les consommations de gaz naturel

180 Taxe intérieure de consommation sur les houilles, lignites et cokes

181 Octroi de mer

182 Contribution sur la cession à un service de télévision des droits de diffusion

de manifestations ou de compétitions sportives

183 Taxe due par les concessionnaires d’autoroutes

184 Droit de sécurité

185 Cotisation pêche et milieux aquatiques

186 Redevances cynégétiques


187 Prélèvement sur le produit des primes ou cotisations additionnelles relatives à la garantie contre le risque de catastrophes naturelles

188 Taxe sur les installations nucléaires de base

189 Contribution perçue au profit de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES)

190 Taxe sur les résidences secondaires

191 Taxe spéciale d’équipement pour la région Île-de-France

192 Taxe additionnelle à la taxe sur les installations nucléaires de base – Recherche

193 Taxe additionnelle à la taxe sur les installations nucléaires de base – Accompagnement

194 Taxe additionnelle à la taxe sur les installations nucléaires de base – Diffusion technologique

195 Produits des jeux exploités par la Française des Jeux


1
96 Taxe annuelle d’habitation sur les résidences mobiles terrestres

197 Droit de licence sur la rémunération des débitants de tabacs

198 Contribution sociale sur les bénéfices

199 TVA brute collectée sur les producteurs de boissons alcoolisées

200 Taxe sur les appareils automatiques

201 Droit sur les produits bénéficiant d’une appellation d’origine ou d’une indication géographique protégée

202 Taxe annuelle sur les médicaments et les produits bénéficiaires d’une autorisation de mise sur le marché

203 Taxe annuelle relative aux dispositifs médicaux mis sur le marché français

204 Droit progressif sur les demandes d’autorisation de mise sur le marché de médicaments

205 Taxe annuelle due par tout laboratoire public ou privé d’analyses de biologie médicale (CNQ)

206 Taxe sur les demandes d’autorisation de recherche biomédicale (taxe essais cliniques)

207 Taxe additionnelle à la taxe sur les demandes d’autorisation de recherche biomédicale

208 Taxe sur les demandes de visa ou de renouvèlement de visa de publicité et sur les dépôts de publicité pharmaceutique

209 Droit sur les inspections menées en vue de la délivrance du certificat de conformité mentionné à l’article L. 5138-4 du code de la santé publique

210 Contribution forfaitaire due par les employeurs de main-d’œuvre permanente

211 Droits fixes des greffiers des tribunaux de commerce

212 Contribution de solidarité en faveur des travailleurs privés d’emploi

213 Taxe de Renouvellement (et fourniture de duplicatas) du titre de séjour

214 Taxe applicable aux documents de circulation pour étrangers mineurs

215 Taxe due par les employeurs de main-d’œuvre étrangère permanente

216 Taxe due par les employeurs de main-d’œuvre étrangère temporaire

217 Taxe due par les employeurs de main-d’œuvre étrangère saisonnière

218 Taxe sur le prix des entrées aux séances organisées dans les établissements de spectacles cinématographiques

219 Taxe sur les services de télévision

220 Taxe sur les ventes et les locations de vidéogrammes destinés à l’usage privé du public (taxe vidéo et VOD)

221 Taxe et prélèvements spéciaux au titre des films pornographiques ou d’incitation à la violence

222 Taxe sur les contributions patronales au financement de la prévoyance complémentaire

223 Contribution des organismes de protection sociale complémentaire à la couverture universelle complémentaire du risque maladie

224 Contribution solidarité autonomie


Ce qui précède engendre cela !

 

 

Spécialiste des sondages, Jérôme Fourquet dirige le département «Opinion & stratégies d'entreprise» de l'Ifop. Son essai Accueil ou submersion? Regards européens sur la crise des migrants est paru le 6 octobre aux éditions de l'Aube. Il publie un nouveau sondage sur les intentions de vote à l'élection présidentielle. Pour la première fois depuis l'intronisation à droite de François Fillon, Marine Le Pen prend la tête du classement. Est-ce un sévère avertissement pour le candidat de la droite?

 

 

Les membres de la commission de contrôle budgétaire et financier ont tenu une réunion mardi 10 janvier 2017 pour examiner plusieurs projets d’arrêté présentés par le gouvernement.

Il a été question de deux projets d’arrêté approuvant l’attribution de concours financier en faveur de deux communes, un projet d’arrêté approuvant l’attribution d’une aide financière, un projet d’arrêté portant adhésion de la Polynésie française au capital de la société Agence France Locale, maison mère du Groupe Agence France Locale (AFL) , trois projets d’arrêté approuvant l’attribution d’une subvention d’investissement et un projet d’arrête autorisant la cession à titre onéreux d’une parcelle sise à Huahine.

A notamment participé à cette réunion : Mme Lisa JUVENTIN-LISSANT, déléguée au développement des communes.

 

 

Une étonnante absence de preuves

Que penser de accusations américaines et des mesures qui ont été prises par la Maison-Blanche tant les affirmations de l’administration Obama sont véhémentes mais aussi confuses ?

Concernant le supposé hacking des ordinateurs du Parti démocrate, pour le moment, personne n’a pu avoir accès aux informations réunies par la CIA qui « prouveraient » l’implication russe dans cette affaire. En conséquence, il est probable que des renseignements parcellaires aient été extrapolés pour conclure au hacking des ordinateurs du Parti démocrate. Mais ce ne sont pas là des preuves. Pourtant, dès le 7 octobre, un communiqué commun du DHS et du DNI affirmait « avoir la conviction que cette opération venait de Russie et ne pouvait avoir été lancée qu’avec l’accord des plus hautes autorités1 ».

D’ailleurs, au sein même de la communauté américaine du renseignement, les accusations font débat : une partie de la CIA n’est pas d’accord avec l’interprétation donnée et la majorité du FBI – même si certains de ses dirigeants ont fait une étonnante volte-face le 29 décembre – considère qu’il n’y a que des ragots dans le dossier mais en aucun cas des éléments judiciaires à charge. Sans exclure la « piste russe », les membres du Bureau se montrent beaucoup plus prudents que Langley sur le sujet, affirmant tirer des « conclusions très différentes de celles de la CIA ». (Extrait de l'édito de Eric Denécé du Centre français du renseignement).

 

 

Le Maroc bannit le niqab

bullet Par Lisa Hanoun

Le gouvernement marocain a interdit la fabrication et la commercialisation du voile intégral musulman qui couvre les femmes de la tête aux pieds. Cette décision ne passe pas inaperçue auprès des mouvements salafistes radicaux.

«Nous avons pris la mesure d'interdire totalement l'importation, la fabrication et la commercialisation de ce vêtement dans toutes les villes et localités du royaume», a indiqué lundi un «responsable de haut rang au ministère de l'Intérieur» au site marocain Le360.

Les tissus servant à la fabrication du voile intégral ont également été interdits à la vente, a ajouté cette même source.

La semaine dernière, une circulaire avait été envoyée aux commerçants par le ministère de l'Intérieur. Il ordonne aux fabricants de liquider ou transformer leurs stocks dans les 48 heures «sous peine de voir la marchandise saisie», ont rapporté les médias locaux.

Pour le moment, aucune confirmation officielle n'a été faite par les autorités marocaines

À Taroudant (sud-ouest), le pacha (haut fonctionnaire administratif) a donné l'ordre aux fabricants de stopper la confection du voile intégral, montre un document qui circule sur les réseaux sociaux. À Casablanca, un caïd (agent d'autorité) a également «fait le tour des fabricants de niqabs pour les sommer de cesser leur activité», relate la presse locale.

Pour le moment, aucune confirmation officielle n'a été faite par les autorités marocaines. Selon les commerçants interrogés par Le360, cette décision est motivée par «des raisons sécuritaires, des malfrats ayant à maintes reprises utilisé ce vêtement pour perpétrer leurs crimes».

Les salafistes protestent

Revêtu en Arabie saoudite, le niqab est étranger aux traditions religieuses du royaume où Mohammed VI prône, en sa qualité de Commandeur des croyants, un islam du «juste milieu»

Ce bannissement intervient dans un contexte politique marqué par l'influence grandissante des mouvements salafistes radicaux au Maroc. Revêtu en Arabie saoudite, le niqab est étranger aux traditions religieuses du royaume où Mohammed VI prône, en sa qualité de Commandeur des croyants, un islam du «juste milieu». Son port est actuellement marginal dans les villes du pays et inexistant dans les campagnes.

Des activistes salafistes ont réagi à l'interdiction qu'ils qualifient «de discriminatoire et d'illégale», rapporte le site marocain Atlasinfo. «Ma femme en porte et j'estime que c'est une atteinte à sa liberté», a dénoncé le militant salafiste Abdellah Hamzaoui au site marocain Telquel.ma. «Cette décision est affligeante (…), je n'ai jamais vu les autorités interdire la vente ou la fabrication de minijupes, une invention occidentale, contrairement au niqab qui fait partie de notre culture et qui a été porté par nos grands-mères».

Parmi ces salafistes figure notamment l'ultra-conservateur et antisémite Hammad Kabbaj. Ce dernier avait été candidat du Parti justice et développement (PJD) aux élections législatives du 7 octobre 2016 à la circonscription de Marrakech mais sa candidature avait été invalidée à cause de «propos et déclarations contraires aux principes démocratiques» selon l'administration marocaine qui avait qualifié ses idées d'«extrémistes» et «d'incitation à la haine et à la violence».

 

 

Lundi 9 janvier 2017

Petites réflexions :

 Après le Mahana Beach (il ne flottait pas c'est sans doute, pourquoi il a coulé)...maintenant le Floating Island Project :  De projets pharaoniques en projets pharaoniques dans un pays incapable de boucher les nids de poule, de réparer ses trottoirs, d'enjoliver la ville, de repeindre les façades grisâtres ou de gérer ses déchets, il y a de quoi douter de l'état mental de ses dirigeants...Flosse avait sans doute de grands projets quand il était président mais il allait jusqu'au bout, ne serait-ce, rappelez-vous, que le front de mer, la place Toata etc.. au moins il a laissé sa marque. La marque d'un  bâtisseur!  Quel marque laissera Edouard Fritch? Les bouées de la Floating island ?!

 

Tahiti Infos était bien naïf de croire que les autres publications allaient répondre, le doigt sur la couture de leur pantalon à la demande de publication de leur tirage respectif. Quelle importance cela a-t-il pour Tahiti infos? Seuls les annonceurs des autres publications peuvent-être intéressés et s' ils ne le sont pas, cela ne regardent qu'eux. Allez Nathalie, calmos ! On s'en fiche de savoir à combien la Dépêche ou d'autres tirent de numéros. Le principal serait plutôt de savoir combien ils en vendent. Mais après tout ce n'est le problème de personne, sauf du propriétaire.

 

 

 



L’Office des postes et télécommunications informe qu’il sera amené à effectuer des travaux de sécurisation de ses équipements satellitaires le mardi 10 janvier 2017, de 9h00 à 10h00.

Pendant ce délai, ces interventions de sécurité seront susceptibles d’occasionner une interruption momentanée du service d’accès à Internet dans les archipels suivants :

• Marquises

• Tuamotu-Gambier

• Australes


Les services de téléphonie fixe et téléphonie mobile resteront entièrement opérationnels sur toute la durée de ces travaux.

L’OPT remercie par avance ses clients pour leur compréhension.


Le service communication de l’OPT

 

 

Hollande, Gayet, Ayrault... Les confidences d'Aquilino Morelle sur un homme malheureux. Mieux qu'un éditorial.

 

François Hollande, pensif

 

L'abdication :

 François Hollande aura inspiré nos confrères dans des livres à charge et à décharge ( sans jeu de mots). Ces bonnes feuilles sélectionnées par le JDD. d'un livre  qui va encore semer le trouble parmi les socialistes ne manquent pas d'intérêt. Dans "L'Abdication", Aquilino Morelle, ancien conseiller politique de François Hollande et témoin privilégié du quinquennat, raconte comment une somme de renoncements a conduit à la renonciation.

Promesses, "mensonge" et "trahison"

 Pendant deux ans et demi, le Président a fait semblant de conduire la politique pour laquelle il avait été élu, celle présentée et détaillée dans le discours du Bourget. Il a singé le volontarisme, mimé le patriotisme, simulé une politique de lutte contre la finance spéculative jamais engagée, proclamé à répétition une réorientation de l'Europe sans cesse repoussée. Toute une chorégraphie politique destinée à donner le change. En vain. Intelligent, très intelligent, le peuple français possède une longue et riche culture politique, ancrée dans l'histoire tumultueuse de la plus vieille nation d'Europe ; et, s'il est désabusé, il est déniaisé de longue date : il a rapidement compris, au bout de six mois, que toute cette mise en scène n'offrait qu'un seul spectacle - pas seulement celui de l'impuissance, mais celui de l'impuissance voulue et consentie, cette impuissance singulière qui porte le nom d'abdication.

 A son monarque républicain, comme à ses prédécesseurs, le peuple français aurait été prêt à pardonner bien des choses : son manque de charisme, ses palinodies, son irrésolution, ses doutes, sa malchance météorologique, ses frasques amoureuses. Mais pas son abdication. On ne se choisit pas un souverain démocratique, on ne convoque pas quelque 45 millions de Français afin qu'ils élisent un roi, pour voir ensuite celui-ci déposer, paisiblement, benoîtement, au bout de seulement quelques mois, sans explication et avec le sourire, le pouvoir qu'on vient de lui confier.

 

«Dès septembre 2012, les citoyens ont saisi que de changement, il n'y aurait pas ; ni maintenant, ni après»

 

Une abdication, dissimulée - maladroitement - derrière un simulacre de changement : voilà ce que les Français ne peuvent pardonner à François Hollande, voilà la cause profonde et irrémédiable de leur rupture avec lui, une rupture consommée très vite. […] "Le changement, c'est maintenant" : tel avait été l'engagement. Or, dès septembre 2012, les citoyens ont saisi que de changement, il n'y aurait pas ; ni maintenant, ni après, ni aujourd'hui, ni demain, ni jamais. Puis, au fil des mois, compris que l'homme choisi par eux avait d'autres intentions, qu'il leur avait cachées ; qu'il était en mouvement vers une destination qui n'était pas celle qu'il leur avait indiquée. […]

 Plus que d'une trahison, il s'agissait là d'un mensonge, un triste et banal mensonge. Pas un mensonge nécessaire, utile, un mensonge rendu inévitable par le cours de l'Histoire, conçu pour le bien du peuple, le mensonge que peut être amené à endosser un grand politique, face à la nudité de l'événement, pour sauver ce qui doit l'être, tel le général de Gaulle à Alger, levant les bras au ciel pour assener un "Je vous ai compris!" que chacun pouvait comprendre à sa guise. […] Pas un mensonge nécessaire mais un mensonge utilitaire, un mensonge pour se protéger soi-même, un mensonge pour continuer à mentir, un mensonge pour seulement gagner, un mensonge pour berner le peuple et non pour le sauver. Pas un mensonge politique, un mensonge politicien. Un mensonge désormais éventé.

 

Florange, "la journée de dupes"

 

[Fin 2012, après avoir affronté en tête-à-tête le PDG d'ArcelorMittal, François Hollande prend le parti de Jean-Marc Ayrault dans le bras de fer qui l'oppose à Arnaud Montebourg, partisan de la nationalisation des hauts-fourneaux de Florange.]

 Certes, le Président se montre tranchant dans le ton ; mais face au mur de glace, lisse et froid, qu'oppose Mittal, il n'a pas prise.

Surtout, à aucun moment il n'ose franchir le pas et évoquer la solution préconisée publiquement par son ministre. Emmanuel Macron, alors soutien - au moins en apparence… - de la nationalisation provisoire, nous commentera l'attitude du Président, le soir même, dans le langage fleuri qu'il affectionne en privé : "A aucun moment, Hollande n'a évoqué la nationalisation devant Mittal. Pas une seule fois. Ce soir-là, il a baissé son bénard." La réunion dure un peu plus d'une heure. Mittal n'a cédé sur rien. […] [Montebourg, fou de rage, veut démissionner. Ayrault l'appelle]

 

«Violent, très violent. Il n'a pas laissé Ayrault en placer une et l'a exécuté»

 - Oui, Jean-Marc. Je sors du bureau du Président. Non, je n'ai pas encore pris de décision. Mais une chose est sûre. Ce que tu as fait est inadmissible. Tu t'es couché devant Mittal et tu as enterré la promesse de Hollande. C'est lamentable. Ah, tu fais un beau général!

Non seulement tu laisses tes soldats monter seuls au front, mais tu envoies ta propre aviation nous mitrailler dans le dos! Tu es tout juste bon à présider le conseil municipal de Nantes… Et encore! Quand je pense que toi qui n'es même pas capable de te dépêtrer de ton histoire d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, tu t'es permis de débiner Serin [le repreneur qu'envisageait Montebourg] ! Alors qu'il allait mettre 400 millions d'euros pour reprendre Florange! Mais c'est un vrai patriote, lui, pas comme toi!

Assis sur un canapé, Emmanuel Macron est plongé dans la contemplation studieuse de la tapisserie qui lui fait face ; quant à Christian Gravel [alors conseiller en communication du Président], il scrute avec une attention soutenue le tapis de sol qui étale ses franges à ses pieds.

- Ce que je vais faire? Je ne le sais pas encore. Je vais voir. Tu le sauras en regardant le journal télévisé ce soir.

Il raccroche et se tourne vers nous.

- Comme ça, vous pourrez dire que vous y étiez… Allez, j'y vais.

Aquilino, on se parle tout à l'heure?

Il s'en va, nous laissant interloqués. Je me dirige vers le bureau présidentiel.

- Alors, comment ça s'est passé? me demande Hollande en levant un regard inquiet vers moi.

- Mal. Très, très, très, très mal.

- C'est-à-dire?

- Violent, très violent. Il n'a pas laissé Ayrault en placer une et l'a exécuté.

- Il est parti?

- Oui, à l'instant.

- Tu sais ce qu'il a en tête?

- Non, il n'a pas encore décidé.

- Garde le contact avec lui. Je vais l'appeler après le déjeuner et voir d'ici là ce qu'on peut faire.

 

Dans l'après-midi, à la demande du Président, le Premier ministre fera diffuser un communiqué rendant hommage au ministre du Redressement productif et saluant le travail par lui accompli. Quelques lignes qui n'abuseront personne, en guise de réparation symbolique. Le soir, interrogé par Claire Chazal, Arnaud Montebourg annoncerait, combatif, qu'il ne démissionnerait pas. Le troisième homme de la primaire est ainsi demeuré au gouvernement, et moi dans le bureau à côté de celui du Président. Mais les choses ne seraient plus jamais ce qu'elles étaient auparavant. Ni pour le Président, ni pour lui, ni pour moi.

 

L'inéluctable limogeage d'Ayrault

 En cet automne 2013, changer de Premier ministre était devenu une priorité […]. Gauche et droite confondues cette fois, la colère des Français se voyait alimentée quotidiennement par le spectacle d'un gouvernement approximatif et à la peine. Chaque jour apportait son lot de cafouillages, de confusions, de cacophonie, aboutissant à une forme de crise gouvernementale larvée. L'impression donnée était celle de l'inexpérience politique, du flottement dans la ligne suivie, de l'impréparation des décisions, de la maladresse en termes de communication, de la désinvolture personnelle, du manque de solidarité collective. Bref, de l'amateurisme.

 Alors que sa vocation était de rassurer, le gouvernement inquiétait.

Alors que sa responsabilité était d'en diriger l'action, le Premier ministre hystérisait le gouvernement.

 Conséquence de ce grand gâchis gouvernemental, le président de la République se trouvait de plus en plus directement exposé. Pour la première fois dans l'histoire de la Ve République, le chef de l'Etat était ainsi devenu le bouclier de son Premier ministre. Renversement politique contre nature, qui ne pouvait persister ni rester sans conséquence. Des entretiens réguliers avec les divers responsables d'instituts d'opinion qui nourrissaient ma réflexion, et dont je faisais part scrupuleusement au Président, un même constat émergeait :

à l'automne 2013, avoir franchi de tels seuils d'impopularité au bout seulement de dix-huit mois d'exercice du pouvoir condamnait presque certainement toute perspective de rétablissement. Tout était dans le presque, bien entendu. De fait, les choses paraissaient irrémédiablement compromises, à moins… A moins d'un changement politique et symbolique très fort. Qui ne pouvait être, au moins dans un premier temps, que le départ du Premier ministre, même si l'échec politique était partagé. […]

 

Pour Matignon, "tu laisses en blanc"

 [Au lendemain du désastre des municipales de mars 2014, François Hollande tergiverse quant au nom du successeur de Jean-Marc Ayrault]

 Le lundi 31 mars, nous nous retrouvâmes de très bonne heure.

Il me passa commande du texte de l'allocution qu'il prononcerait le soir même, à 20 heures, afin d'annoncer aux Français les enseignements et les actes que lui avait inspirés la correction politique que ces derniers venaient de nous infliger. Après avoir discuté du fond du message et du ton à utiliser, je lui posai la seule question qui valait :

- Et qui dois-je indiquer comme Premier ministre?

- Personne. Tu laisses en blanc, lâcha-t-il de façon ostensiblement détachée.

- En blanc?

- Oui, en blanc.

- Très bien, lui répondis-je en souriant, et aussi tranquillement qu'il m'avait donné son indication sibylline.

Tôt dans la matinée, le Président reçut d'abord Manuel Valls.

Immanquablement, leur entrevue débuta par la formule rituelle : "Dans l'hypothèse où…", et se termina sans qu'une décision explicite fût annoncée à l'impétrant. Celui qui était encore ministre de l'Intérieur pour quelques heures vint ensuite, entre amusement et agacement, partager sa perplexité avec moi.

- Alors?

- Alors, je ne suis pas sûr. Il est tout de même incroyable. Il m'a demandé de réfléchir à un nouveau gouvernement et de me tenir prêt "au cas où", mais il ne m'a pas dit : "Je vais te nommer à Matignon." Il est vraiment curieux.

 Arriva un peu plus tard l'échéance tant redoutée par le Président, le moment du face-à-face avec Jean-Marc Ayrault. De fait, le Premier ministre ne vint pas lui remettre sa démission, loin de là. Il trouva même des arguments tirés de la déroute que nous venions de vivre pour justifier, selon lui, son maintien à Matignon, faisant montre par là d'une forme d'impavidité et de ténacité qui, sans aller jusqu'à forcer l'admiration, témoignaient néanmoins d'un certain caractère. De son côté, le Président ne lui fit pas part de ses intentions réelles – peut-être parce qu'il n'en avait pas encore.

 Après le déjeuner, nous nous remîmes au travail. Vers 17 heures, le texte était prêt. Mais ne comportait toujours pas le nom du nouveau Premier ministre. Respectant la consigne jupitérienne, j'avais laissé libre un espace, là où le nom du bienheureux élu devait figurer. La salle des Fêtes était prête, l'équipe de techniciens aussi, il était temps d'enregistrer l'allocution. J'en informai le Président qui me demanda de lui remettre la dernière version, à laquelle il apporta quelques ultimes amendements ; puis, après avoir relevé la tête et planté ses yeux dans les miens durant plusieurs secondes, de sa petite écriture et à l'encre bleue, il inscrivit les mots "Manuel Valls" dans l'espace laissé vide à cette fin et me tendit les quatre feuilles en me disant : "Voilà, c'est fait."

 

 Le "choc des photos" de Closer

 Le lundi 6 janvier 2014, vers midi, je reçus l'appel d'un journaliste important ; il m'informait que l'hebdomadaire Closer publierait, dans son édition du vendredi suivant, des photographies qui ne laisseraient plus de doute sur l'existence de la liaison du Président. Catégorique, il me précisa même qu'il tenait cette information de l'entourage de Nicolas Sarkozy qui, selon lui, "s'en pourléchait d'avance les babines". Rentré de déjeuner, un second coup de téléphone d'un de ses confrères confirma la teneur de cette première révélation. […] Il fallait prévenir le Président. Nous le fîmes immédiatement.

 Le coup était rude ; il l'encaissa presque sans sourciller, étonnamment calme, reculant son fauteuil vers la cheminée pour nous lancer un regard un peu triste, où se lisait une certaine résignation.

Que faire? Rien. Ou si peu. […] Le Président continuait à travailler, à écrire, à recevoir, à présider - le Conseil des ministres, des réunions avec ses collaborateurs. Il donnait parfaitement le change, en dépit de la rumeur qui enflait ; il se préparait intérieurement à ce "choc" qui ne serait pas que rhétorique cette fois - le "choc des photos". Arriva le jour fatidique, le jeudi 9 janvier. […] Vers 20 heures, le Président convoqua une réunion en comité restreint, afin d'envisager la réaction à adopter et les éventuelles suites judiciaires à donner à une publication désormais imminente. Nous étions là pour l'entourer autant que pour le conseiller. Toujours maître de lui, d'apparence tranquille, on avait peine à croire qu'il savait devoir affronter, dans quelques heures, quelques minutes, à la fois une tornade politique et médiatique et un séisme intime.

 

«Quand le brouhaha de la conversation lui accorda un court instant de répit et qu'il releva les yeux sur moi, la tristesse de son regard était insondable»

 […] Fatigué d'attendre et d'entendre le secrétaire général répéter la même rengaine depuis le début de la soirée - "avec la disparition des Renseignements généraux, il n'y a plus moyen de disposer des journaux avant leur parution" -, j'informai le Président de mon intention de joindre le ministre de l'Intérieur. Notre entretien fut bref et sa conclusion nette et précise : le préfet de police de Paris allait m'appeler incessamment. Ce fut chose faite quelques minutes après ; il allait "se débrouiller", l'exemplaire me serait porté à l'Élysée et remis en main propre par son chauffeur personnel dès qu'il aurait "mis la main dessus".

 Une vingtaine de minutes plus tard, la voiture que je guettais depuis le vestibule du premier étage pénétra dans la cour du palais et s'immobilisa devant le perron. L'enveloppe me fut remise ; je vérifiai son contenu ; elle comportait bien l'exemplaire fatal accompagné d'une carte renseignée de la main du préfet de police. Je retrouvai le cénacle réuni autour de la petite table ronde du bureau du Président ; je lui remis le magazine ; il le prit en main, donna l'impression de le soupeser, l'examina avec une sorte de soulagement, l'ouvrit, le parcourut, le commenta avec un détachement qui me laissa pantois - il semblait qu'il s'agît d'un autre, qu'il connaissait bien certes, mais un autre. Par moments, son appréciation se faisait presque technique :

la qualité des images, le contenu des commentaires, l'impression générale dégagée par le reportage. Le spécialiste de la presse décortiquait avec précision le travail de ceux qui l'avaient piégé.

Mais quand le brouhaha de la conversation lui accorda un court instant de répit et qu'il releva les yeux sur moi, qui me tenais debout à son côté, la tristesse de son regard était insondable, celle d'un homme seul et conscient du gâchis qu'il avait causé comme de l'épreuve qui l'attendait. […]

 Tous, nous laissâmes le Président seul, passer les appels téléphoniques personnels que la situation imposait. Il était plus de 1 heure du matin quand il poussa la porte de mon bureau et s'assit pour échanger quelques phrases, "poser son sac", comme il le faisait souvent - il était bien lourd, cette fois. Puis, avec un soupir, il se leva et sortit par la porte qui donnait sur la charmante petite pièce d'où l'on accédait à son appartement privé ; je l'accompagnai. Là, il se retourna et m'embrassa pour prendre congé. Ce n'était pas le chef de l'État qui m'étreignit alors, mais un homme pour qui l'heure était venue d'affronter sa responsabilité et d'aller dire la vérité à la femme qui l'aimait et qui partageait sa vie. Un homme que je n'ai jamais autant que cette fois-là, dans la nuit et le calme trompeur de l'Elysée, cru être mon ami.

 

Le président à l'isolement

 «Tu rentres dîner en famille… Quelle chance tu as. Si tu savais comme je t'envie…»

 A la solitude du chef de l'Etat, François Hollande ajoutait la sienne propre, celle de l'homme, liée à ses choix de vie ou aux actes posés par d'autres ; solitude plus terrible encore, car l'exercice du pouvoir, pour froid et dur qu'il puisse être, grandit celui qui l'exerce dans le même temps qu'il répond à son appel intérieur. Une première fois, au mois de septembre 2012, la vision de ce qu'était devenue sa vie m'emplit de tristesse. Il était tard, un vendredi, et je m'apprêtais à rentrer chez moi où j'étais attendu. Comme chaque soir, j'allai le saluer et le trouvai presque dans la pénombre, le vaste salon doré tout juste éclairé des deux lampes de travail posées sur son bureau. Quand je lui annonçai mon départ, en me lançant un regard désolé il ne put s'empêcher de soupirer : "Tu rentres dîner en famille… Quelle chance tu as. Si tu savais comme je t'envie…"

 Bien souvent, plus tard, c'est encore seul que je le verrais, attablé devant le journal télévisé d'une chaîne d'information continue ou bien un match de football, n'ayant pas même pris le temps ou la peine de rejoindre son appartement privé ; spectacle affligeant que celui de ces mets fins, de ces crus de qualité choisis dans de bons millésimes, servis sur un plateau d'argent, dans la porcelaine de Sèvres et le cristal, synonymes d'amitié, de conversation, d'échange, de gaieté et de rire, mais réservés à un seul convive. Celui-là qui n'a personne avec qui partager son repas peut bien être président, il n'est qu'un malheureux.

 

 

 

Samedi 7 Janvier 2017

 

Certains de nos concitoyens en métropole ont un bel humour dont voici un exemple

Allah est grand !!!
Accusée d'avoir expédié les funérailles de Ben Laden sans aucun respect pour le culte Musulman, l'armée Américaine a assuré que le corps avait été jeté à la mer, en direction de la Mecque.
Une courte prière à Allah a même été prononcée par les Marines (tout à fait, j'étais là), Ils ont dit texto :
- Allah une....
- Allah deux....
- Allah trois....et plouf!!!...... Allah mer !!!
Et en tombant, Ben Laden a dit:
"Oussama fait mal !"
Et les requins sont arrivés et ont dit : Allah soupe !!!!!


ALLAH LUMIÈRE DE CES ÉVÈNEMENTS,
NOUS POUVONS DIRE QUE TOUT A ÉTÉ FAIT ALLAH VA VITE !!!!
Allah prochaine

 


 

 



 

Le gouvernement a-t-il des talents cachés ?

La neige étend sa capeline ouatée sur toute l'Europe tandis qu'en Polynésie, la mer est tiède, les piscines chaudes et les plantes assoiffées. Les deux extrêmes. Loin du bruit des drames, de la violence terroriste, du malheur. En dehors de sa propre violence, familiale elle, dont l'abus d'alcool est généralement responsable.

Le destin collectif des citoyens  atomise un vertige qui existe ailleurs mais pas en Polynésie, sur la nature du pouvoir, sur les postures haletantes dans quelques mois des candidats à la présidentielle, dans les commentaires  verbaux des journalistes, bien ou mal pensants, mais ceux-là peu nombreux, pour ne pas dire pratiquement inexistants de peur d'être la cible du tir aux pigeons . Au fait, Oscar Temaru a-t-il obtenu le Graal des 500 signatures pour être candidat à la présidentielle ? Silence radio.

Avec une patience qui rejoint la passivité, les Polynésiens attendent en espérant toujours découvrir les talents du gouvernement à gouverner autrement qu'en innovant dans des projets loufoques, coûteux et inutiles à l'heure d'aujourd'hui où les priorités sont d'un autre psychodrame. Ce n'est pas le moment d'aller flotter sur l'eau du lagon quand les innovations du président du pays se trouvent embrumés par des élans avortés, tourneboulés par un carrousel d'idées  flottantes, elles gratuitement, depuis des mois, des années et des recours à l'emprunt dont le ministre des Finances abusent tout comme Valls le 49.3. Alors oui, le gouvernement travaille. Mais il travaille pour plaire à des électorats sectoriels : comme offrir la prime écolo pour soutenir les concessionnaires automobiles, les primes pour les petits commerces, les associations etc... Avec de temps en temps certaines exonérations bien venues comme les droits d'enregistrement et celle de l'impôt foncier pour le premier logement. Mais quid de la masse des Polynésiens ?

 Les grandes familles locales engraissent, vendent, achètent, revendent, le tourisme marche sans efforts, les grands projets patinent ( la Dépêche), la PSG piétine, le dialogue social stagne au point mort. Pourtant, convenons que les propositions pour la PSG ne sont pas inintéressantes pour les salariés : retraite à 62 ans avec retraite complémentaire à l'horizon 2025 modèle Fillon. Et Fritch ayant horreur de fâcher les entreprises qu'il n'a de cesse de flatter a gommé d'un seul trait leur ardoise sur les avantages en nature. Quant au CESC, vigilant gardien depuis l'arrivée au perchoir de son président Winiki Sage , il dit " non" quand il juge que le gouvernement n'a pas de stratégie globale notamment pour la PSG ou autres gros dossiers. C'est nouveau.

Ah, encore un mot, sans tambours ni trompettes et sans bruit, Marine Le Pen trace son sillon dans l'électorat polynésien séduit par son programme, et ses interventions télévisées au grand Jury LCI/Le Monde,  si l'on en croit les courriers reçus.

Bon week end à tous nos lecteurs.

 

 

Vendredi 6 janvier 2017

 

 

Le 45e président des Etats-Unis a été

 consacré par le congrès

 américain. en avant  première.

 Donald Trump pourra donc savourer sa victoire définitive . Il est bel et bien le 45° président américain.

 

La cession des terrains militaires par l'Etat à la Polynéie française représente la coquette somme globale de près de 5 milliards cfp !

 

Exit le Mahana Beach, vive the Floating island.....

Les idées, les convictions, les pavés sur ce qui ne va pas, oui c'est vrai, pour la flatterie je ne suis pas douée, d'autres s'en chargent. Pour les rapts dans les filets des hommes politiques, pour ceux dont les images sont frimeuses et brouillonnes, pour ceux qui vivent de la violence,  pour les défaillances des uns et des autres, pour les accusations injustifiées, pour le nationalisme protectionniste, pour les pissenlits là où croissaient des arbres fruitiers, pour les couperets des scrutins à venir, pour les espérances laminées, pour une évolution des esprits qui se fait attendre,, pour constater que le plan de prévention contre la violence ne fonctionne pas, pour chanter comme la chauve souris de la fable : je suis oiseau voyez mes ailes, je suis souris vivent les rats, pour les protégés de la presse que l'on nomme par initiales dans le compte rendu de certains procès , pour l'espérance d'une réforme de la vie au paradis , pour le malheur des chômeurs, des SDF et de tout ce qui ne va pas dans le Landerneau local, pour avoir échangé le Mahana Beach contre une "Floating island "entre 30 et 50 millions de dollars (!) qui tomberont dans une poche américaine et flatteront  les gogos en oubliant les pauvres qui n'ont pas un lit pour dormir ou une bouée pour aller y squatter, oui, pardon  pour la fausse-vraie page blanche d'aujourd'hui, mille excuses, au secours père Christophe je n'ai plus la foi .

 Rien ne change...A moins que ne devienne plus fort le Tahoeraa avec une autre manière de gouverner, sans distribution ou saupoudrage de milliards, sans rêves pharaoniques avant que tous les Polynésiens ne soient à l'abri de la misère et en utilisant la matière grise de ceux qui croient encore dans leur pays avant de se lancer dans une cité flottante dont le promoteur vante les qualités avec pour corollaire l'arrivée des investisseurs, l'amélioration de l'éducation (sic!) etc... Bien sûr.

 Un voyage de plus, en attendant, aux frais de la princesse pour le président Fritch, à San Francisco siège de la société . Départ prévu la semaine prochaine selon Tahiti Info.

Fritch dirait plutôt : " Pourvu que ça dure" !

Extrait d'un article du Figaro

La dissuasion nucléaire, «socle de notre indépendance»

«La Nation doit elle-même faire un effort pour sa défense. Parce que rien n'est gratuit, et rien ne peut être assuré sans la participation citoyenne, cela veut dire aussi financière, du pays», a souligné le président de la République, qui n'a pas manqué de se féliciter de ses initiatives pour préserver les moyens de la défense, décidées après les attentats terroristes de janvier 2015. Avant ces événements, le gouvernement socialiste avait poursuivi un mouvement déflationniste qui prévoyait la suppression de 80 000 postes sur dix ans dans la Défense.

Concernant la dissuasion nucléaire, «socle de notre indépendance», le chef de l'État a rappelé la pertinence des deux composantes, océanique et aéroportée, et estimé que «ceux qui cherchent des économies ne devraient pas ici aller plus loin». Évalués à 3,9 milliards en 2017, les dépenses liées à la modernisation de la dissuasion vont augmenter progressivement pour atteindre 6 milliards à l'horizon 2025.

«La France ne peut pas vivre repliée, recroquevillée»

La France ne peut pas vivre repliée, recroquevillée (...), a encore dit le chef de l'État. Ce repli serait dangereux. La stabilité et la sécurité de régions entières nous concernent et peuvent mettre en péril notre propre sécurité», a-t-il affirmé, rappelant que les actes terroristes qui ont frappé la France ces dernières années «ont été préparés de l'extérieur, pas simplement encouragés, mais organisés». «Donc nous avons à nous préoccuper du monde, parce que sinon le monde pourra éventuellement menacer notre sécurité», a averti le chef des armées, en rappelant les Opex (opérations extérieures) décidées sous son mandat, au Sahel, en Centrafrique et au Levant.

François Hollande a annoncé que la première pierre d'un monument dédié aux 600 soldats français morts en opération extérieure depuis cinquante ans sera posée, le 23 mars, à Paris.

 

 

 

Jeudi 5 janvier 2017

Les nacres de Raroia transférées dans le lagon de Takume fin septembre 2016ne présentent aucun risque

. Les analyses effectués par les scientifiques de la DRMM (Direction des ressources marines et minières) ont révélé que les lots d’huîtres perlières collectés ne présentent aucun agent pathogène susceptible de provoquer des mortalités importantes ou de contaminer les autres cheptels de l’atoll de Takume.

 

 

 

Editorial.

En 2017 un nouveau tyran est né. Pas encore de barbe mais grosse moustache...

 En 2017, oui et on le prouve, tout peut arriver, même la demande du président polynésien de faire gommer dans le texte, les trois mots qui sentent le souffre inscrit, mine de rien, dans le  document de la loi Morin sur le nucléaire " le risque négligeable".

 Il aura donc fallu trois ans à Edouard Fritch qui n'a pas la détente facile dans son éphémère magistère électoral pour demander timidement à Paris ce que toutes les associations anti-nucléaires s'époumonent à  demander dans une belle unité depuis des années. Et vous allez voir que pour lui faire plaisir, l'Etat d'un coup de trait, va barrer ce qui fait débat. Fritch ne fera pas voter pour autant pour les socialistes dans quelques mois, son choix se porterait, chuchote-t-on dans les sérails, sur François Fillon ou Emmanuel Macron. Son cœur balance. Fillon donnera-t-il l'investiture à celui qui a fait une campagne forte pour faire élire à la primaire Alain Juppé ? Comme on le disait plus haut " tout peut arriver" !

Et puis passons au moustachu le plus célèbre de France et de Navarre, non ce n'est pas Staline, mais vous brûlez. Car le patron de la CGT a décidé de bloquer toute velléité de réformes après la présidentielle. Histoire de faire un pied de nez à François Fillon  et critiquer les programmes de Manuel Valls ou Emmanuel Macron. En clair, au cas où vous n'auriez pas bien saisi la soumission démagogique aux syndicats, la CGT se moque du choix des Français lors de la présidentielle et s'arroge le droit d'annuler la volonté, démocratiquement exprimée, des électeurs.

 Le nouveau monarque absolu, le tyran français, le potentat de 2017 vient de se déclarer, il s'appelle "Philippe Martinez" médaillé CGT. Pourquoi voter pour un homme et un programme dans ces conditions. Plaçons tout de suite Martinez à l'Elysée. La nation est prise en stop par ce moustachu dans notre hérédité tricolore où quand le peuple a parlé, c'est à dire voté, jusqu'à présent on se pliait à sa décision. Vox populi, vox dei c'est fini ! Désormais le slogan devrait être " Vox Martinez, vox guerrière" tant il risque d'entrainer les citoyens dans un glacis marxisant.

Pendant que Martinez roucoule sa promesse de générer un beau bordel, à deux semaines de la primaire de la gauche, Manuel Valls fait largement la course en tête Tandis que Benoît Hamon fait un bond de 11 points. Comme tout sondage sur la primaire, il faut le prendre avec précaution puisque nous sommes encore à deux semaines du vote et comme l'écrit le JDD, les débats télévisés entre les candidats n'ont pas encore eu lieu et on ne connaît pas le nombre de personnes qui comptent réellement aller voter à cette primaire, sans compter que l'échantillon des gens sûrs de se déplacer, est très réduit. Néanmoins, ce sondage montre une nette évolution des rapports de force, notamment avec la poussée de Benoît Hamon qui a réussi le début de sa campagne et l'échec pour le moment de celle de Vincent Peillon qui plafonne en dessous des 10%.

Revenons à la Polynésie, la gâtée de l'Outre-mer français. L'Etat vient de lui faire un royal cadeau pour un tout petit euro symbolique, histoire de montrer que ce qui vaut des centaines de millions au mieux quelques milliards, ne va rien lui coûter, en autorisant par décret du 3 janvier  la cession  d'une fraction d'un ensemble immobilier domanial dénommé « Caserne Broche », reconnue inutile par le ministère de la Défense, à Arue . Puis d'un ensemble immobilier domanial dénommé "Fort de Taravao" toujours reconnu inutile par le ministère de la défense à Taiarapu-Est.  L'ensemble immobilier de la "Station ionosphérique" encore à Taiarapu-Est qui ne sert plus au ministère de la Défense. Et  toujours pour un euro le " centre d'instruction nautique" dans cette même commune. Enfin l'ensemble immobilier domanial " Résidence Grand" à Pirae dont l'Etat n'a plus l'utilité de même que l'ensemble immobilier domanial "Résidence Mariani" encore à Taiarapu-Est.(Tous ces décrets à l'appui dans JOPF du 5 janvier 2017))

Tenez, chers amis exotiques, reprenez donc tout ça, on n'en veut plus !



  
   

   
      
        D'autres ont moins de chance avec la solidarité !       
        

 

Dépassée par la CFDT

Comme en 2016, la CGT se veut donc «offensive» cette année. Reste que 2017 pourrait être l'année où elle sera détrônée par la CFDT comme premier syndicat dans le privé. Philippe Martinez admet ce risque. Mais il l'explique, non par le discours de plus en plus radical de la CGT que rejettent les salariés, mais par sa moindre implantation que sa rivale dans les entreprises françaises. Présente dans davantage de sociétés, la CFDT aurait ainsi 400.000 électeurs potentiels de plus, selon les dires du patron de la CGT qui va donc lancer prochainement une campagne pour accroître sa présence. Mais cela ne portera ses fruits que lors du prochain cycle d'élections, achevé en 2021.

Ce que pense un lecteur du leader de la CGT :

Philippe « Peppone » Martinez est le type même du syndicaliste arriéré, borné et dangereux. Avec lui, retour au 19ème siècle, et ses slogans « patrons, tous exploiteurs », Bref, pas plus loin que le bout du nez. Faute de lui installer un logiciel de la raison et de l’intelligence dans le cerveau, il poursuivra son entreprise de sabotage des réformes. On pourrait peut être demander à l’Espagne qu’elle nous le reprenne.
Pour l’anecdote, à la grande époque où la CGT était un pilier du parti coco, les zélés syndicalistes et syndiqués CGT étaient surnommés les « cosaques », autrement dit "les épais du bocal."
TS=

 

Ce matin, le Conseil Économique Social et Culturel (CESC) a reçu la visite d’un groupe de 10 stagiaires du centre de formation « Api Formation » dans le cadre d’une visite à caractère pédagogique.

Accompagnés de leur formatrice madame Agnès CADART, ces demandeurs d’emploi âgés de 26 à 52 ans poursuivent une formation de Préparation à l’insertion par l’apprentissage et la maîtrise des savoirs de base (PIAMS) financée par le SEFI.  D’une durée de 3 mois, cette formation vise à favoriser l'insertion professionnelle des demandeurs d'emploi en difficulté d'insertion. Deux stages en entreprise de deux semaines chacun leur permettent de se mettre en immersion totale et de vérifier si leurs aspirations sont en adéquation avec leurs capacités.

Parmi eux, un jeune polynésien sans abri depuis 10 ans a particulièrement attiré l’attention de l’équipe du CESC par sa motivation et sa détermination à vouloir s’en sortir pour quitter la rue. Cet exemple force le respect. Le CESC n’a pas manqué de le féliciter et de l’encourager à poursuivre sa démarche.

Dans le cadre du module de découverte des institutions, le choix de la formatrice s’est porté sur le CESC. La présentation faite par la cellule communication du Conseil a notamment porté sur l’histoire de ce vieil édifice construit par l’armée française en 1859, ainsi que les prérogatives statutaires qui incombent à l’institution.

Les stagiaires étaient ravis d’apprendre le rôle essentiel que joue la quatrième institution de la Polynésie française dans le processus d’élaboration des lois du pays à caractère économique, social ou culturel.

Le CESC les a congratulés pour leur démarche active, et les a encouragés à persévérer dans tout ce qu’ils entreprendront. Le Conseil économique, social et culturel leur a adressé tous ses vœux de réussite et de succès pour 2017.( communiqué du CESC)

 

 

Comme tous les ans depuis 11 ans maintenant, l’Université de la Polynésie française organise le Forum Etudiants-Entreprises.

 Ce forum permet de mettre en relation nos 3 500 étudiants ou des jeunes déjà diplômés avec les entreprises locales. Il s’agit là d’un vrai coup de pouce pour l'insertion professionnelle des jeunes polynésiens et l’Université de la Polynésie française entend pleinement jouer son rôle de coordonnateur. Ce forum est aussi un moyen pour les chefs d'entreprises d’entrer en contact avec ces jeunes parmi lesquels se trouvent peut-être de futurs collaborateurs.

Divers ateliers et simulations à l’entretien d’embauche seront organisés. Le Forum permettra à tous de se rencontrer dans une atmosphère conviviale.

Je n’ignore pas que la participation à cette manifestation est un effort pour votre société. Pourtant, je compte sur votre bienveillance envers ces jeunes et sur votre participation en tenant un stand ou en animant un atelier à cette rencontre avec les étudiants qui aura lieu le jeudi 16 mars 2017 de 8h00 à 13h00 sur le campus d’Outumaoro.

Pour participer ou obtenir des informations complémentaires, vous pouvez prendre contact avec le service de la communication de l'université par mail communication@upf.pf ou par téléphone au 40 80 38 88. Une réponse avant le mercredi 18 janvier 2017 nous serait agréable.

Le Forum Etudiants-Entreprises, le rendez-vous incontournable de l’insertion professionnelle !

 

 
La France a un incroyable talent, sur TNTV - Tous les samedis à 19h25  à partir du 7 janvier 2017

 

 

Mercredi 4 janvier 2017

 

Editorial

Que vous le vouliez au non, c'est comme ça !

Les religions y voient la main de Dieu, d'autres, les scientifiques analysent les phénomène chimiques qui combinés en molécules après avoir été des atomes devinrent des organismes il y a  près de 4 milliards d'années. Et oui nous ne sommes rien d'autres qu'un phénomène chimique dont on ne parle que depuis 500 ans en devenant une des trois espèces qui naquirent  dont la nôtre les "Homo sapiens" ( lire le fabuleux livre "Sapiens" de Yuval Noah Harari) un succès mondial.

Ces Sapiens là, n'étaient pas très différents des autres espèces animales dans lesquelles on retrouvait : le jeu, l'amitié et les disputes pour le rang et le pouvoir. Mais ces hommes ont longtemps cru qu'ils étaient différents et notamment qu'ils étaient  à part des autres animaux. Or, qu'on le veuille ou non, nous sommes membres d'une grande famille particulièrement tapageuse : celle des grands singes. Les plus proches de nous sont les chimpanzés. Il y a six millions d'années une même femelle eut deux filles : l'une qui est l'ancêtre de tous les chimpanzés, l'autre qui est notre grand-mère. Aïe !

On voit d'ici la mine horrifiée de certains en 2017 et pourtant le sens réel du mot "humain" est "animal appartenant au genre humain". Ils se sont adaptés physiquement  peu à peu au climat de l'ère glaciaire puis disparurent, alors que d'autres qui survécurent plus longtemps, devinrent 'l'homo erectus" ou "homme dressé" en devenant l'espèce humaine la plus durable qui ait jamais vécu. Et l'évolution fit son chemin. Les réseaux neuronaux de l'homme aussi, toutefois, aucun scientifique ne peut expliquer la formidable évolution du cerveau humain à nos jours, avec ses bons et ses côtés sauvages. Sans oublier le langage.

Par ailleurs qu'on nous permette une comparaison : nous pouvons parler de choses qui n'existent pas vraiment et croire aux choses impossibles. Mais jamais vous ne convaincrez un singe de vous donner sa banane en lui promettant qu'elle lui sera rendue au centuple au ciel des singes !

Bref maintenant que j'ai semé le doute dans certains esprits, je leur conseille de lire le livre cité plus haut, véritable phénomène d'édition, audacieux, érudit et provocateur remettant en cause tout ce que nous pensions savoir sur l'humanité dont on a vu ce qu'elle valait  dans les camps de la mort, à Alep, en Afrique, en Bolivie et hier dans une prison brésilienne où les "hommes" transformés en bêtes féroces firent un massacre sanglant tel que les corps ne pouvaient même pas être identifiés, découpés en morceaux, décapités. Ils n'avaient pour motif qu'une vengeance entre gangs rivaux. Le malheur pour nous, c'est que ces hommes "évolués" au cours de millions d'années sont restés des primitifs. Il y en a beaucoup à travers le monde, aussi barbares que celui qui a torturé monstrueusement un chat à Tahiti, juste pour se faire plaisir.

 L'espèce que l'on appelle : "bêtes sauvages" ne se livrent jamais à de tels exercices. Ils se battent et tuent dans la nature juste pour se nourrir. Notre point commun :  assurer leur suprématie de chef.

 

 

 

Si vous allez dans un supermarché proche de la clinique Paofai vous serez reçu comme un chien dans un jeu de quilles par des employés visiblement très mécontents de travailler, autrement dit  :" ils font la gueule" à la clientèle. Exemple : Ils laissent les grands chariots boucher les passages pour que vous ne puissiez pas accéder  à certains rayons comme l'eau en bouteilles, les boissons fraiches etc..., ne répondent pas quand on leur demande poliment de bien vouloir dégager le peu de couloir restant etc...C'est déprimant ! Seules les caissières ont toujours le sourire et un mot gentil. Une Polynésienne qui tentait de se frayer un passage hier matin nous a dit : " visiblement on les gêne :" Un comble...

 

Le ministre de la Santé Patrick Howell suspend la commercialisation de l'Uvesterol Dr suite au décès, en métropole, d’un nouveau-né de 10 jours.

 

 Par mesure de précaution, il est demandé aux parents qui détiendrait de l’Uvestérol D® de ne plus l’administrer à leurs enfants, et de se rapprocher de leur professionnel de santé, qui leur proposera de la vitamine D sous une autre forme.

 

Conseil des ministres

Les chômeurs ne s'en rendent peut-être pas compte mais il parait, selon toujours l'Institut de la Statistique cornaqué par le ministre de l'Economie Teva Rohfritsch, que nous assistons à une nouvelle hausse de l'emploi ( 300 emplois supplémentaires) !

 

Attribution d’aides financière dans le cadre du dispositif d’aide à l’équipement des petites entreprises

Dans le cadre de son plan de relance de l’économie, le Pays a instauré une aide à l’équipement des petites entreprises afin de les accompagner dans leur projet de création ou de développement d’activité.

A ce titre, le Conseil des ministres a accordé une aide financière à l’EURL Symbios et à l’EURL Magasin chez Flo.


Revalorisation des prix des prestations de services rendues dans le cadre des magasins et aires de dédouanement ou d’exportation

Conformément aux dispositions du code des douanes applicables en Polynésie française, toutes les marchandises importées ou exportées doivent faire l’objet d’une déclaration en détail au bureau des douanes dans les délais réglementaires (fixés à trois jours francs pour le Port de Papeete).

Si les marchandises ne peuvent pas être déclarées dans les délais précités, elles sont obligatoirement placées en magasins et aires de dédouanement ou d’exportation (MAD/MAE). Elles sont alors en régime suspensif de droits et taxes pour une durée maximale autorisée de 45 jours pour les marchandises transportées par mer, contre 15 jours par voie aérienne.

Les tarifs de ces prestations de service n’ayant pas été modifiés depuis 1993, le Conseil des ministres a décidé de les revaloriser. Ainsi, les nouveaux prix forfaitaires maximum sont les suivants :

- Marchandises présentées en conteneur d’un volume équivalent à 20 pieds : 2 000 Fcfp l’unité (au lieu de 1 800 Fcfp), soit une augmentation de 200 Fcfp ;
- Marchandises autrement conditionnées : 70 Fcfp l’unité payante de fret (au lieu de 60 Fcfp), soit une augmentation de 10 Fcfp.

 

Le Président de la Polynésie française a présenté une communication destinée à informer les membres du Conseil des ministres de la participation de la Polynésie française au prochain salon international de l’agriculture, sur le thème de « L’agriculture : une passion, des ambitions ».

 Cette 54ème édition aura lieu, au Parc des Expositions de Paris, du 25 février au 5 mars 2017, et constitue l’occasion pour l’agriculture polynésienne d’être actrice du rayonnement de la diversité et la richesse de la France, en présentant ses activités et ses produits auprès des 1 945 journalistes, dont 250 internationaux, qui seront présents. C’est aussi une tribune d’expression pour notre collectivité auprès des personnalités politiques et des nombreuses délégations étrangères reçues en visite officielle. 

Ce salon ouvre également la voie aux professionnels vers des débouchés novateurs à l’exportation afin d’explorer de nouveaux créneaux de distribution, notamment dans la transformation des produits du terroir.

 La participation de la Polynésie française à cette opération de promotion à l’exportation est une nécessité qui s’inscrit dans l’un des axes majeurs de la politique agricole à savoir : l’organisation de la commercialisation des produits agricoles du Fenua. Elle se traduira par la tenue d’un stand institutionnel et professionnel, opéré par les services de l’agriculture et des professionnels de l’industrie agro-alimentaire. La renommée même de cet événement doit profiter à l’ensemble des produits locaux susceptibles d’être exportés comme les produits frais ou transformés avec une valeur ajoutée.

 

 

Nos programmes de télé vont mal

Tous les Polynésiens peuvent constater que nous payons chèrement des programmes "made in France" diffusés et rediffusés mille fois notamment les films et les séries. On en arrive à en savoir par cœur les répliques des acteurs !!! Bravo !  Pour Noël et le jour de l'an pas un seul bon film que nous n'ayons déjà vu même pas sur Canal +. C'est à pleurer !

 

Marianne va mal.

En difficultés financières, l’hebdo s’est déclaré en cessation de paiement et devrait être placé en redressement judiciaire pendant six mois avec poursuite de l’activité, le temps de redresser ses comptes. « Cette cessation de paiement a été décidée pour sauver Marianne et assurer son avenir, explique son PDG Yves de Chaisemartin.

Le redressement judiciaire nous permettra de préserver notre trésorerie et d’investir, notamment pour développer le site. »

  Des pertes dans les années 2012-2013

 En 2015, Marianne, plutôt marqué à gauche, s’était vendu à 157.000 exemplaires en moyenne, en hausse de 0,64 %. Une progression rare dans la presse. Mais sur les neuf premiers mois de 2016, ses ventes ont chuté de 8,3 %, à 143.500 exemplaires en moyenne, surtout à cause d’une chute de 18 % de ses ventes en kiosque'20 minutes).

 

 La Voix du Nord,. Le quotidien fait face à une baisse de son chiffre d'affaires.

  Le grand quotidien régional du Nord compterait se séparer de 178 personnes. Le journal fait face à une baisse de diffusion et de chiffre d'affaires.

 Le quotidien La Voix du Nord va subir un plan social douloureux. "Un comité d'entreprise extraordinaire est convoqué le 10 janvier avec l'annonce d'un PSE. Le chiffre du nombre de suppressions de postes est de 178 pour l'ensemble de l'entreprise sur un total de 710 et 72 pour la rédaction sur un total de 343 journalistes", a indiqué ce mercredi une source proche du dossier, confirmant une information du journal Les Echos.

 Le PDG de La Voix du Nord, Michel Nozière, a seulement confirmé la convocation d'un comité d'entreprise. "Il y a bien un CE extraordinaire le 10 janvier mais la loi prévoit qu'on ne puisse pas communiquer dans l'attente et le respect d'une communication prioritaire aux salariés parce que sinon il y a un délit d'entrave", a-t-il dit. (le Point)

 

 

 

Mardi 3 janvier 2017

" Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir et l'envie furieuse d'en réaliser quelques uns. Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer et d'oublier ce qu'il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil et des rires d'enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l'aventure, à la vie, à l'amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d'être vous, fier de l'être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable."

 Jacques BREL(1er janvier 1968 sur Europe 1)     

 

  

 

 

Editorial

On nous manipule !

L'année 2017 n'a pas vraiment commencé que déjà, les convictions, les vérités étouffées, les vices et les vertus de ceux dont nous nous régalons, surtout lorsqu'ils sont morts et qu'ils ont toutes les qualités, battent leur plein. Défauts et défaillances gommés. En fait, dans cette péripétie de la vie, la vérité aura vu comme jamais le glissement de certains  dans un lâcher de leurres et autres fumigènes afin de mieux mettre en exergue ce qu'ils défendent. Histoire de cacher l'inavouable inspiration d'une vérité valable seulement pour le commun des mortels ou les politiques parfois, mais surtout pas pour tous. Pas touche.
"La Polynésie  a pleuré un metua, un de plus, en faisant mine d'oublier les ombres qui s'étirent sur certaines de ses activités et ses missions opportunes en Suisse.
Il est mort ! N'en parlons plus dira-t-on dans les chaumières protestantes"
nous écrit un lecteur.

On n'écrit pas tout ce que l'on sait et comme dit le dicton : " Toute vérité n'est pas bonne à dire". Il est vrai qu'il vaut mieux se taire plutôt que de manipuler les lecteurs avec de fausses informations. On laisse cela à d'autres qui excellent dans le domaine.  Lors de l''émission d'Arte surprise, surprise !

 Les journalistes changent les noms des violeurs d'origine arabe en noms français pour ne pas accroitre le désamour envers ces gens là et l'avouent.

Bruno Le Roux le nouveau ministre de l'Intérieur dans son communiqué du jour de l'An assure :« Cette année encore, le bilan des véhicules brûlés démontre qu’aussi intolérable soit-il, le phénomène est contenu par rapport à 2016 Sur les cinq dernières années, le nombre de véhicules brûlés a diminué de 20 %. »

 Pourquoi c’est trompeur ? interroge Le Monde : On peut déjà noter que, selon les chiffres donnés par le ministre, les « mises à feu directes » ont augmenté de 8 % par rapport à la précédente nuit du Nouvel An, ce qui ne peut pas forcément être qualifié de « phénomène contenu ».

 Mais surtout, M. Le Roux évoque donc les « mises à feu directes », c’est-à-dire les départs de feu, et non pas le nombre de véhicules brûlés – qui comprend ceux qui se sont enflammés par propagation. Or, depuis 2013, MM. Valls et Cazeneuve s’intéressaient, eux, au nombre total de véhicules brûlés . C'est donc juste sans l'être. C'est du perfectionnisme dans la manipulation !

A Tahiti,  Edouard Fritch élu président en 2013 par la volonté des représentants Tahoeraa qui obéissaient au mot d'ordre de Gaston Flosse "votez pour Edouard, mon héritier" n'a pourtant jamais cessé de se faire passer pour une victime. Une victime dorée à l'or fin du pouvoir. Mais si Gaston Flosse a raison de dire que de plus en plus de Polynésiens espèrent le retour du Tahoeraa et que les ans n'empêchent ni sa vigueur légendaire ni une lucidité et une mémoire exceptionnelles, Fritch aura beau nous donner une indigestion de milliards, nombreux sont ceux qui n'y croient plus tant leur situation demeure statique et même périlleuse.

 Quant au "haut commissaire" qui enrobe tous ses mots d'un miel si sucré dans ses vœux pour les Polynésiens, qu'il ne trompe personne. Excessif d'un côté, excessif de l'autre. Question de tempérament sans doute. Quant à Michel Buillard le maire de Papeete il a rendu le Noël et le 31 décembre 2016 dans la capitale si triste pour les citoyens mais si heureux pour le bonheur des chiens et de leurs maitres, que les Polynésiens réservent leurs feux d'artifice pour son départ.

Bref dans ce voile d'ombre, saluons le travail de la gendarmerie et de la police commandées par deux hommes de valeur, qui ne faiblissent pas et à tous ceux qui passent les fêtes sur les routes et en ville pour protéger automobilistes et citoyens qui ont tout de même appris à être prudents.  Cela n'a pas empêché la mort tragique d'un enfant de 5 ans par un chauffard. Ni celle d'un scootériste en 2017. Déjà !

Souhaitons aussi une lourde très lourde peine à celui ou ceux qui ont torturé d'une manière barbare, indigne, épouvantable un chat avec un plaisir sadique impitoyable à la souffrance. Un ou des psychopathes qui ne mériteraient que le même sort. Juste pour voir si la souffrance n'est qu'animale. La loi du Talion a du bon. Puissent ceux dont nous vantons les mérites plus haut, le retrouver et que la justice à laquelle nous présentons nos vœux, soit d'une sévérité exemplaire envers le ou les tortionnaires.

Tout cela c'était "avant". Aujourd'hui tout change. Cette mauvaise année 2016  est passée à la trappe. Vive donc 2017 ! Et même si nous adressons nos meilleurs vœux à tous nos amis et lecteurs, sans oublier bien sûr le père Christophe, que ces souhaits, ne soient pas des vœux pieux !
 

 

 

 

Mais où est donc le Mahana Beach 2 ?

Alors parlons d'autre chose. Tenez, le gouvernement en avait plein la bouche du Mahana Beach 2. Un protocole d'accord devait sceller la volonté des investisseurs de mettre la main à la poche. Ah oui ? Sauf que l'on a rien vu venir au mois de juin, ni en juillet ni en décembre. P'être bien en janvier 2017 . Du coup, Edouard Fritch avait bien été forcé d'annoncer " la défaillance" du groupe Recals Global. Mais ne perdez pas espoir, mes amis, rien n'est perdu, nous a-t-on seriné, vous allez voir ce que vous allez voir, promettait JC Bouissou optimiste, la reprise du projet est entre les mains désormais des  investisseurs locaux, non plus pour 3000 chambres, mais entre 1000 et 2000. Plus une centaine de condominiums. "Frère Edouard ne vois-tu rien à l'horizon ?" Réponse : "Gardez la foi , ça va venir !"

 Dominique Auroy interrogé par nos soins nous avait  confirmé il y a deux mois : "Pas de souci c'est en marche". Ok alorrrrs, si c'est du Macron et si on a la foi... tout va bien ! Quelques saints prieront bien pour nous....

Mais où sont donc passés nos Russes ? Ceux que Tearii Alpha et Dominique Auroy nous promettaient en 2016 ?

Cure d'amaigrissement à Hao

Et si la ferme aquacole de Hao avance elle aussi à petits pas, elle a tout de même subi une cure d'amaigrissement importante en passant de 150 milliards à 80. Que voulez-vous les temps sont durs même pour les investisseurs chinois. Heureusement il nous reste quand même Edouard et son "plan massif d'investissement public/privé de 60 milliards ", sur deux ans soit 30 milliards par an. Les promesses sont importantes pour le moral. On vit avec avec complaisance,  celles de François Hollande lorsqu'il est venu goûter au poisson mariné. Malheureusement, il a bien dégusté le poisson mais aucune de ses promesses n'a été concrétisée.

En 2017, oui, gardons toujours espoir, ça fait vivre. Mais saluons tout de même l'humanité de François Hollande qui a gracié une femme battue toute sa vie ( pendant 47 ans), elle et ses enfants dont le père abusait, jusqu'à ce que dans un sursaut de survie, elle tue ce mari violent et mette fin à leur calvaire pour en aborder un autre avec la justice des hommes.. Elle avait écopé de 10 ans de prison. Pas de légitime défense. La justice sans compassion, refusait la mise en liberté. Le président de la République après avis du ministre de la Justice JP Urvoas l'a lui a rendue.

Rares sont les fois où nous vous aurons dit "bravo" monsieur le président et dans le cas de Jacqueline Sauvage, nous saluons votre sens de l'humain, de la souffrance, de la révolte et de la pitié.

 

 

Bon début d'année 2017 pour le gouvernement !

Le gouvernement a décidé de faire payer plus que les autres années EDT-Engie sur le transport de l'énergie électrique afin que la TEP puisse poursuivre son programme structurant. Mais 41% d'augmentation d'un coup fichtre, il n'y  va pas de main morte. Que lui importe que l'usager, encore lui, en fasse les frais. L'EDT  est-elle une pompe à fric ? La formule tarifaire du prix de l'électricité est établie par l'avenant 17 et révisée tous les ans. Le Fonds de régulation des prix des hydrocarbures le FRPH ,n'existe pratiquement plus et du coup chaque augmentation décidée par le gouvernement est répercutée sur l'usager. C'est donc grâce au gouvernement qui vient encore d'augmenter les charges de l'EDT sur le transport de l'énergie par la TEP que les usagers verront leur facture augmenter sans compter le coût le plus lourd, celui du carburant utilisé pour la production énergétique.

Il peut se lancer dans un remaniement. On a besoin de lumière en 2017 !

 La Magie de Noël à la CCISM !


Pour ce Noël 2016, la CCISM a décidé de mettre en place deux jeux, « La Hotte du Père Noël » et le « Jeu Noera i Taravao », ainsi qu’un concours « Les plus belles vitrines de Noël ».Une remise des prix et des lots, à laquelle vous êtes invités, aura lieu :JEUDI 5 JANVIER 2017 à 10h00 Dans le Hall de la CCISM,41 rue du Dr. Cassiau, Papeete « La Hotte du Père Noël » avec la participation d’Air New Zealand, Synergie, la Pacifique des Jeux, Five Shop, Chic, Beauty Succes, Vodafone, Sofa Casa et Varua Crewz.

 Ce jeu a été un succès puisque 3 063 personnes se sont rendus sur notre page Facebook pour y jouer. Les participants avaient jusqu’au 25 décembre pour répondre aux deux questions de « La Hotte du Père Noël ». Parmi les participants, 1 928 personnes ont répondu correctement pour tenter de gagner de superbes lots tels que : 1 billet d’avion Papeete/Auckland/Papeete, 1 Iphone 6s, des pochettes de jeu à gratter, des sacs de marques, des vêtements et d’autres cadeaux. Au total, 50 lots seront distribués lors de la remise des prix.

 « Jeu Noera i Taravao » avec la participation des commerces de Taravao. À Taravao, du 19 au 24 décembre, tout le monde était invité à participer au Grand Jeu "Noera I Taravao" pour tenter de gagner de superbes cadeaux tels qu’un week-end au Punatea Village et de nombreux lots offerts par les commerçants. Le principe était simple puisqu’il suffisait de remplir un bulletin et le déposer dans l'urne d’un des commerçants participants au "Noera i Taravao". Le tirage au sort aura lieu aujourd’hui, à la CCISM, et 20 lots seront distribués lors de la remise des prix.

 « Les plus belles vitrines de Noël »
Un concours des plus belles vitrines de Noël s’est terminé le 24 décembre dernier. Au total, 26 commerces ont joué le jeu. Un jury a eu la lourde tâche de les départager pour n’en choisir que 3 avec deux critères d’évaluation : le respect de l’esprit de Noël et l’originalité de la création. Les prix offerts aux commerçants seront de 100 000 Fcfp pour le 1er prix, 75 000 Fcfp pour le 2e prix et 50 000 Fcfp pour le 3e prix.

 

La Guyane, le département de France le plus violent.

le Figaro livre une carte des crimes et délits en France. La Guyane est le département le plus touché par la violence selon les données de l'Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales.Guadeloupe, Martinique et Réunion sont aussi dans le TOP 10.

 Près de 3,7 millions de crimes et délits ont été enregistrés en France en 2016 par la police et la gendarmerie. Quels sont les départements les plus touchés ? Le Figaro livre, ce mardi 3 janvier, une carte des violences et des cambriolages, département par département.


 

 Les Etats-Unis demandent désormais aux touristes de montrer leur compte Facebook (Les Echos...)


Cette requête, facultative, a été ajoutée au formulaire en ligne demandé aux ressortissants des pays exemptés de visa, dont fait partie la France.

Un compte Facebook à déclarer ? Depuis le 20 décembre, les personnes souhaitant se rendre aux Etats-Unis sont invitées à fournir leurs noms d'utilisateurs sur les réseaux sociaux, rapporte Politico .


Cette requête « facultative » vise à « recueillir des informations liées à la présence en ligne », a confirmé auprès du site d'information un responsable gouvernemental. Les Etats-Unis cherchent à « identifier des menaces potentielles », à repérer les individus ayant des liens avec des groupes terroristes comme l'Etat islamique.

Les voyageurs concernés sont ceux arrivant dans le pays par le programme d'exemption de visa , qui permet aux citoyens de 38 pays (dont la France) de voyager aux Etats-Unis pour une période de 90 jours. Malgré cette exemption, une demande dans le système électronique d'autorisation de voyage (ESTA) est toujours requise :
c'est dans ce formulaire qu'a été ajoutée la nouvelle requête.

Le nom d'utilisateur de Facebook, Twitter et Instagram demandé

Intitulée « Informations des médias sociaux », la demande comprend un menu déroulant qui répertorie les plateformes en ligne comme Facebook,
Google+, Instagram, LinkedIn, Twitter, Youtube. Seul le nom d'utilisateur associé est demandé, et pas le mot de passe, ce qui laisse penser que seules les informations rendues publiques seront accessibles à la douane.

 

Présidentielle 2017: «Le Parisien» abandonne les sondages politiques

20 Minutes avec AFP

« C’est une réflexion qu’on a menée depuis quelque temps déjà, notamment après le Brexit et l’élection de Donald Trump », annonce Stéphane Albouy, directeur des rédactions du Parisien/Aujourd’hui en France. Comme il l’a révélé lundi matin au micro de France Inter, le quotidien ne commandera plus de sondages politiques pendant la campagne présidentielle, « une pause pour se concentrer sur le journalisme de terrain ».

>> Primaire à droite : Pourquoi les sondages n’ont pas anticipé la
>> volatilité des électeurs (et l’écrasante avance de Fillon)

« Se concentrer sur le fond, sur les programmes »

« Ce n’est pas une question de défiance envers les sondeurs mais une façon de travailler différemment que nous voulons tester pour la suite de la campagne », explique Stéphane Albouy. L’idée est d’éviter « le côté course de petits chevaux où on se focalise sur qui prend la première position » afin de « se concentrer sur le fond, sur les programmes ». En revanche, il ne s’interdit pas toutefois de commenter les sondages commandés par d’autres médias.



 En Iran, ils dorment dans les tombes

Huffngton post


Des photos publiées par les médias iraniens montrent une cinquantaine de pauvres et de toxicomanes dormant dans des tombes du cimetière de Shahriyar, à l'ouest de Téhéran.


Le célèbre cinéaste Asghar Farhadi a immédiatement écrit au président Hassan Rohani pour exprimer sa "honte" alors que les photos des tombes ont été largement publiées sur les réseaux sociaux et que des sportifs et d'autres artistes ont également exprimé leur colère.

"J'ai vu le rapport sur la vie d'hommes, de femmes et d'enfants dans des tombes d'un cimetière des environs de Téhéran et tout mon être est rempli de honte et de sanglots", a écrit Farhadi dans une lettre diffusée mardi via les réseaux sociaux. "Je veux partager cette honte avec tous ceux qui ont eu des responsabilités" ces dernières décennies dans le pays, a-t-il ajouté.

Le quotidien Shahrvand avait publié mardi un reportage illustré sur ces personnes dormant dans des tombes vides, creusées à l'avance.

"Est-ce que nous ne sommes pas des êtres humains? Est-ce que nous sommes des étrangers? Ne sommes nous pas des Iraniens?", disait un sans-abris interrogé par le quotidien.

Mercredi lors d'un discours télévisé, le président Rohani a réagi à la lettre de Farhadi en affirmant que personne ne peut "accepter dans un grand pays comme l'Iran des gens se réfugient dans des tombes".

"J'avais entendu parler de sans abris dormant sous les ponts, ou dans le métros dans les pays étrangers, mais j'avais moins entendu parler de gens dormant dans des tombes" (Hassan Rohani)


Le préfet local a été chargé de régler le problème.

Selon le quotidien Shahrvand, la cinquantaine d'hommes et de femmes qui occupaient les tombes, dont certains depuis des années, ont été évacués manu militari du cimetière dès lundi après-midi.
 

 

 

Allemagne: La réédition de «Mein Kampf» d'Hitler, un véritable carton en librairie

20 Minutes avec AFP Publié le 03.01.2017

 

C’est un succès de librairie qui fait un peu froid dans le dos.

L’édition commentée de Mein Kampf d’Adolf Hitler, ouvrage publié en Allemagne en janvier 2016 pour la première fois depuis 1945, a rencontré un très grand succès avec près de 85.000 exemplaires écoulés.

 L’Institut d’histoire contemporaine (IfZ) de Munich, qui avait tiré tout d’abord 4.000 exemplaires, en est à sa sixième édition en un an.

 Les lecteurs, principalement des passionnés d’histoire

 Le texte original d’Hitler a été assorti de 3.500 notes historiques explicatives afin d’éviter son utilisation à des fins de propagande nazie, mais des critiques s’inquiétaient néanmoins de la sortie de ce livre en deux tomes totalisant quelque 2.000 pages. « Il s’avère que la peur que cette publication permette la promotion de l’idéologie d’Hitler s’est avérée infondée », s’est félicité dans un communiqué le directeur de l’IfZ, Andreas Wirsching.

 


 

 

Dimanche 25 décembre 2017

 

 

 

 

Compte rendu du conseil des ministres de mercredi 23décembre 2016

Agrément de cinq projets d’investissement dans les secteurs du tourisme, de l’agriculture et de l’industrie au régime des investissements indirects

 Le Conseil des ministres soutient le développement du tourisme et la relance de l’économie, notamment dans les secteurs de l’agriculture et de l’industrie. Cinq projets d’investissement, pour un montant total estimé à 3,37 milliards Fcfp, ont ainsi été agréés au régime des investissements indirects.

 Dans le secteur du tourisme, et plus particulièrement le charter nautique, la société Private Charter Tahiti poursuit un programme d’investissement consistant en l’acquisition de 3 catamarans à voile. Ces navires viendront accroître la flotte actuelle de la société composée de 5 navires. Pour sa part, la société Dream Yacht Tahiti renouvelle et accroit sa flotte composée de 18 navires. Elle acquiert 7 navires à voile qui viendront notamment remplacer 5 unités mises en exploitation en 2009.

 Concernant l’hôtellerie, la société Tahiti Beachcomber réalise des travaux de rénovation et d’extension dans l’hôtel Intercontinental Bora Bora Resort & Thalasso Spa.

 Dans le secteur agricole, le projet d’investissement de la société Verdeen consiste en la construction d’une ferme aquaponique sur le plateau de Taravao. Le fonctionnement de cette ferme repose sur un procédé qui combine une production aquacole et une culture hydroponique, permettant d’intégrer des nutriments provenant des poissons élevés dans le processus des cultures végétales.

 Le Conseil des ministres a également agréé le projet d’investissement de la société Polyouate dans le secteur de l’industrie. Ce projet consiste en l’acquisition d’équipements industriels destinés à la fabrication de produits à base de ouate (essuie-main, papier hygiénique)

 

News : 

Candidat à la primaire de la gauche, Vincent Peillon a dévoilé son équipe de campagne, mercredi 21 décembre. Une équipe très fournie dans laquelle se trouve George Pau-Langevin, ancienne ministre des Outre-mer du gouvernement Valls.

 

John Doom est décédé ce dimanche 25 décembre 2016 en début de soirée des suites d'une longue maladie à l'âge de 80 ans.

 Ancien secrétaire général de l'Eglise protestante maòhi de 1971 à 1988, il était le coordinateur national de l'Association des anciens travailleurs des sites nucléaires de Mururoa (Moruroa e Tatou). En 1989, il est devenu secrétaire exécutif du COE pour le Pacifique, poste qu'il a occupé jusqu'en 2000. Il a été membre de la Commission des Eglises pour les affaires internationales de 1983 à 1989 et du Comité central de 1976 à 1983. M. Doom a été directeur de l'Ecole théologique Hermon à Tahiti de 1972 à 1977. Il a été membre du Comité exécutif de la Conférence des Eglises du Pacifique de 1966 à 1989. Il est devenu diacre de son Eglise en 1962.

 

 

 Tahiti Nui Télévision Ce mercredi, le Conseil des ministres a approuvé, préalablement à sa transmission à l’assemblée de la Polynésie française, un projet de loi du Pays visant à modifier ou compléter différentes parties du code du travail. Parmi les dispositions figure le projet concernant le statut des journalistes en Polynésie. Un projet "visant notamment à introduire des clauses protectrices du journaliste en cas de rupture de son contrat de travail, telles que la clause de cession et la clause de conscience (article Lp. 7311-8), dans le but d’assurer l’indépendance du journaliste dans l’exercice de sa profession et de garantir les principes constitutionnels de pluralisme de l’information et de la libre communication des pensées et des opinions."

 

  Reportage diffusé dans le journal de David Pujadas sur la ségrégation sexuelle qui règne dans certains quartiers de France. Il n'est jamais trop tard pour voir le triste état de la France. Dans mon premier livre Allah est grand, la République aussi, j’avais dénoncé cette réalité dans une description sans fards, ni détours, de la terrifiante évolution d’une ville populaire où le communautarisme islamique met petit-à-petit fin au vivre-ensemble. J'avais rapporté l'anecdote de ma tante qui arrivant d'Algérie pour un court séjour nous avez déclaré, taquine et désolée :"Je n'ai pas fait deux heures d'avion pour me retrouver à Bab-el-Oued!

À Roubaix, à Sevran, à Villeurbanne... le communautarisme va toujours de pair avec l’islamisme qui diffuse dans les esprits un machisme honteux qui piétine des années de lutte pour l’égalité entre les femmes et les hommes, en rendant, entre autres, l’accès aux cafés et terrasses inaccessible aux femmes. Défier cette règle tacite de non-mixité c’est s’exposer au harcèlement, aux brimades, et parfois à la violence physique. Finalement, dans ces quartiers, une femme n’est tolérée dans l’espace public que dans le cadre exclusif de l’accomplissement de ses tâches domestiques : faire les courses, aller chercher les enfants, promener les enfants, les emmener chez le médecin… Le tout dans une tenue « décente », à savoir tête couverte pour ne pas heurter la sensibilité exacerbée de ces hommes qui semblent avoir développé un certain fétichisme pour la chevelure. 

"Défier cette règle tacite de non-mixité c’est s’exposer au harcèlement"

 

 Ségolène Royal chercherait-elle déjà à se recaser ? La ministre de l’Environnement a laissé entendre ce jeudi qu’elle pourrait briguer la direction du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), l’un des postes les plus influents dans le système de l’ONU. ( Si elle obtient gain de cause Oscar Temaru aura une fidèle amie à l'ONU)

  

Deux tiers de Français voient la gauche disparaître, Manuel Valls reste le candidat préféré des Français pour représenter la gauche à la présidentielle.

 Emmanuel Macron prend la tête du classement des personnalités politiques tandis que Manuel Valls est le candidat à la primaire socialiste "préféré" des Français pour représenter la gauche à la présidentielle de 2017, selon un sondage Odoxa publié mardi.

 

Comment le journaliste du Monde voit les Miss France

J’adore Miss France. Toutes ces infirmières, étudiantes en marketing et éducatrices pour enfants qui plaident pour la paix dans le monde en arborant leur peau de pêche cirée au savon d’Alep. Cheveux ondulés, sourires éclatants, elles se déhanchent langoureusement devant un Jean-Pierre Foucault qui se retient, chaque année, de casser la gueule au stagiaire qui fait les fiches.

 On les dévisage. On les envisage. Nous les-pas-terrible, on est au top. On critique là un bourrelet, ici une dent de travers, une inculture générale (« la meuf, elle sait même pas qui est Bruno Le Roux ! ! ! »). Certains critiquent « un concours où on choisit des femmes comme on fait ses courses ». Sauf qu’on n’achète pas un poulet pour son 95 D. Il est également rare que ma serial-noceuse de voisine passe un test de QI avant qu’un homme n’ose l’entreprendre en boîte de nuit : « Tu t’appelles comment ? Et sinon, t’as eu combien au bac ? »

Levinas et Kurosawa: Plutôt que leur plastique, on devrait mettre leurs talents en compétition, dit-on. Car ce qui compte, c’est la beau-té in-té-rieure.

Et qu’est-ce que des nymphettes qui se baignent en talons peuvent bien avoir à l’intérieur ? Du sable ? De la laque Elnett ? Un poster de Sylvie Tellier ? Si ça se trouve elles adorent Levinas et Kurosawa. On ne sait pas. Ce qui est certain, c’est que Miss France est un tremplin. Et pour celles qui ne sont jamais sorties de leur patelin, ça permet de serrer des mains bienveillantes et de prendre souvent l’avion. Même si, en contrepartie, il faut se farcir du boudin. Et passer pour une andouille. Sois belle, tais-toi et profite. Un an, ça passe vite.

 

 

 

Mardi 20 décembre 2016

Le Grand Marché de Noël 2016 aura finalement lieu ce jeudi 22 (17h à 23h) et vendredi 23 décembre de 9h à 17h.

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

Lundi 19 décembre 2016

 

Nouvelle attaque terroriste à Berlin il y a quelques heures, actuellement neuf morts et plus d'une cinquante de blessés suivant les pompiers

Méthode du camion lancé dans la foule, là en le marché de Noël de la place de l'église du Souvenir.
Les autorités demandent à la population de ne pas sortir de chez elle, l'alerte terroriste est déclenchée.

Selon un porte-parole de la police, interrogé par la chaîne NQ24, il y avait deux personnes à bord du camion. Une personne a été interpellée dans la soirée, la police la soupçonne d'être le chauffeur du camion.

L'autre personne est décédée. "Le passager du camion est mort sur place", écrit ainsi la police allemande sur Twitter.

 La police allemande s'oriente vers la piste d'un attentat d'après les premiers éléments recueillis sur place. Elle a demandé aux Berlinois de "rester chez eux", de ne surtout pas venir sur les lieux du drame et de ne pas diffuser ou relayer des rumeurs. Elle a également appelé à ne pas diffuser des vidéos tournées sur place.

 http://www.bild.de/regional/berlin/weihnachtsmarkt/lkw-rast-in-menschenmenge-49397292.bild.html.
 

 

Pas de fêtes de fin d'année pour l'ambassadeur russe

 

L'ambassadeur et son meurtrier

 

 

Un homme a ouvert le feu sur le diplomate alors qu’il visitait une exposition d’art dans la capitale turque. « Pendant que l’ambassadeur faisait un discours, un homme grand, portant un costume, a tiré d’abord en l’air puis a visé l’ambassadeur », a raconté à l’Agence France-Presse Hasim Kiliç, correspondant du quotidien Hurriyet à Ankara. Il aurait ensuite demandé aux personnes présentes de quitter la salle. Des commandos des forces spéciales arrivées sur place un peu plus tard ont tué l’assaillant, selon les médias turcs.

Selon la presse turque, l’homme avait réussi à franchir les contrôles en exhibant une « carte de policier ». Il aurait prétendu être le garde du corps du diplomate. « L’assaillant est de la police », a annoncé sur son compte Twitter le maire d’Ankara, Melih Gökçek. Cette information a été confirmée par le ministre de l’intérieur turc, Suleyman Soylu.

Le site Russia Today a diffusé cette photo de l’ambassadeur, en poste en Turquie depuis 2013, juste avant l’attaque :

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, on peut voir le tireur abattre l’ambassadeur dans le dos puis déclarer en arabe des paroles de chant djihadiste : « Nous sommes ceux qui ont voué allégeance à Mohamed pour le djihad jusqu’à notre dernière heure. » Avant de menacer, en turc : « N’oubliez pas la Syrie, n’oubliez pas Alep. Tant que les habitants n’y seront pas en sécurité, vous ne le serez pas non plus. »

Hollande condamne « avec force » cette attaque

Le président russe, Vladimir Poutine, va rencontrer en urgence son ministre des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et les chefs des services de sécurité russes. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a appelé dans la soirée son homologue russe « pour lui donner des informations sur l’attaque », a fait savoir le porte-parole du chef d’Etat turc, Ibrahim Kalin.

« Nous ne laisserons pas cette attaque jeter une ombre sur l’amitié entre la Turquie et la Russie », a affirmé dans un communiqué le ministère des affaires étrangères turc. Le ministre de l’intérieur turc, M. Soylu, a pour sa part dénoncé « un attentat contre les relations turco-russes ».

Les Etats-Unis « condamnent » l’attaque contre M. Karlov, a tout de suite annoncé le département d’Etat. De son côté, le président de la République, François Hollande, a condamné « avec force » cet assassinat. Dans un communiqué, le ministère des affaires étrangères syrien a qualifié l’attaque de « crime abominable ».

Cet événement intervient alors que les ministres des affaires étrangères de Russie, de Turquie et d’Iran doivent se rencontrer, mardi 20 décembre à Moscou, pour parler de la situation à Alep et de la Syrie.
 

 

 

Marine Le Pen dénonce l'immigration massive en Guyane
La1ère.fr
(
avec AFP)

En visite en Guyane, la présidente du Front-National, Marine Le Pen a dénoncé l'immigration massive dans le département. Elle s'est notamment rendue à Saint-Laurent du Maroni.

La présidente du Front-National, Marine Le Pen, a achevé, dimanche 19 décembre, une visite de trois jours en Guyane en constatant que "la situation s'est dégradée depuis une dizaine d'années (faute) de résoudre les problèmes de l'immigration clandestine massive".

"Ce qui j'ai vu n'est pas rassurant car la situation s'est dégradée depuis une dizaine d'années. Je ressors avec de l'espérance et en même temps un sentiment de gâchis", a déclaré Marine Le Pen lors d'une conférence de presse à Cayenne.

Visite à Saint-Laurent du Maroni


Quelque peu chahutée à son arrivée, la candidate FN à l'élection présidentielle aura connu un séjour plutôt paisible sur ce territoire qu'elle a foulé pour la seconde fois en dix ans. Si la Guyane dispose de nombreuses richesses que sont ses ressources naturelles et sa jeunesse, Marine Le Pen estime que "ce potentiel considérable ne pourra être exploité que si l'on est capable de résoudre les problèmes de l'immigration clandestine massive et de l'insécurité très grave qui en est la conséquence".

"
De la folie furieuse"

La candidate s'est rendue à Saint-Laurent sur le Maroni, fleuve frontière avec le Suriname. Le maire Léon Bertrand (LR) a d'ailleurs été le seul élu à la recevoir.

"Les chiffres que l'on m'a communiqués à Saint-Laurent sont de la folie furieuse. Cette commune de 45.000 habitants compte quarante écoles primaires et les services publics sont submergés". Si elle est élue, Marine Le Pen promet de mettre fin à ce qu'elle appelle "les pompes aspirantes irrépressibles", ce qui se traduirait pour les étrangers en situation irrégulière par l'arrêt du droit du sol, de la régularisation, la naturalisation, l'aide médicale d'Etat, les logements sociaux et d'urgence, la scolarisation gratuite et les allocations familiales.


Renforts gendarmerie, police et armée

La présidente du FN compte également renforcer les moyens de la gendarmerie, de la police et de l'armée afin que la loi soit respectée "sur l'ensemble du territoire, Guyane comprise". Interrogée sur l'économie, Marine Le Pen prône la libération d'une partie du foncier dont 90% appartient à l'Etat afin de permettre la construction de routes et le développement économique de la région.

 


 

 

Marine Giard est la nouvelle responsable du bureau de veille sanitaire. Médecin de santé publique, épidémiologiste elle succède au Dr Henri Pierre Mallet. En poste depuis le 1er novembre, elle récupère un bureau de veille sanitaire qui a tourné sans chef pendant près de quatre mois.(Tahiti Info)

 

La réduction du temps de travail (RTT) n'est pas à l'ordre du jour de l'élection présidentielle. L'air du temps est bien plutôt à repousser l'âge de la retraite et à allonger le temps de travail hebdomadaire.

Nos enfants ne connaîtront pas ce progrès social destiné à vivre un temps pour soi, un temps non subordonné à un employeur et, plus généralement, au marché. Le droit à la paresse que revendiquait Paul Lafargue est en train d'être perdu, alors qu'il est l'un des droits les plus fondamentaux des êtres humains.

 À droite, aujourd'hui comme hier, il n'est pas question de RTT, car le travail, avec la famille, est traditionnellement garant de l'ordre social, et plus la droite est proche des milieux patronaux ou religieux, plus le travail représente le seul moyen de gagner sa place dans la société. C'est bien pourquoi ceux qui n'ont pas d'emploi sont suspectés de ne pas en faire assez pour en trouver : il faut donc réduire les allocations qui ont tendance à nourrir la paresse des chômeurs. C'est aussi pourquoi certaines professions sont accusées de ne pas être assez efficaces, les enseignants par exemple. Et les salariés dans leur ensemble sont suspectés de ne pas en faire assez et doivent donc être incités à travailler davantage. D'où viennent l'allongement de l'âge de départ à la retraite, les facilités de licenciement et la réduction des protections sociales.

 À gauche, la RTT a longtemps été synonyme de progrès social. En attendant le Grand Soir, il s'agissait de permettre aux salariés de se réaliser en dehors du travail aliéné par le système capitaliste : ce furent la semaine de 40 heures et 2 semaines de congés payés en 1936, les 39 heures et la retraite à 60 ans en 1982, et les 35 heures en 2002. Depuis lors, peu nombreux sont encore ceux qui préconisent la RTT : des écologistes et, parmi eux, les « décroissants » qui cherchent à casser le cycle infernal travailler-plus-pour-consommer-plus, ou Nouvelle Donne qui vise à partager le travail pour réduire le chômage. Le Front de gauche, quant à lui, réclame le « rétablissement » des 35 heures, détricotées et assouplies par les gouvernements successifs. Nous sommes bien loin des2 à 3 heures par jour du Droit à la paresse.

 Le Droit à la paresse de Lafargue

 Paru pour la première fois en 1880, Le Droit à la paresse était un cri de révolte contre les pratiques patronales de l'époque. Selon Lafargue, c'est avec l'aide de l'Église que les industriels ont tendu un piège dans lequel sont tombés les ouvriers : le Travail. Par l'effort de tous, un monde meilleur était promis : l'abondance de biens, l'enrichissement des nations et de leurs populations. Pour accélérer l'entrée dans ce paradis économique, il fallait mettre tout le monde au travail, de plus en plus longtemps, et de manière de plus en plus efficace. C'est ainsi qu'au moment où paraît le pamphlet de Lafargue, les personnes travaillent 6 jours sur 7, de 10 à 16 heures par jour (la journée de 8 heures sera adoptée en 1919). La plupart d'entre elles n'ont aucune protection sociale et sont condamnées au travail de leur naissance à leur mort, à moins que la charité chrétienne ou le paternalisme patronal ne leur assurent une « retraite » paisible.(extrait u Point)

 

 

 

Dimanche 18 Décembre 2016

 

Vaea Ferrand, miss Tahiti, 2ème dauphine

Marcel Tuihani félicite Vaea Ferrand

Notre miss Tahiti est à nouveau sur le podium de Miss France. Vaea Ferrand a été élue deuxième dauphine d'Alicia Aylies, Miss Guyane et nouvelle miss France 2017.

Le président de l’Assemblée, Marcel Tuihani, en son nom propre et au nom de l’ensemble des Représentants de l’Assemblée de la Polynésie française, tient à féliciter Vaea Ferrand pour ce parcours sans faute qui fait honneur à notre pays. Jusqu’au bout Vaea Ferrand aura porté haut l’ambition de décrocher le titre suprême dans cette élection prestigieuse, sans jamais faillir, jusqu’à finir dans le cercle très fermé des cinq finalistes.

Tout au long de ce parcours et durant les longues semaines de préparation, Vaea Ferrand aura donné le meilleur d’elle-même. Elle aura ainsi promue la meilleure image de la Polynésie, par sa beauté, sa rigueur et son exigence, tout en demeurant authentique et polynésienne. Qu’elle en soit sincèrement remerciée.

 

Miss Guyane, miss France 2017 l'émotion l'emporte...

 

Jamais une représentante de la Guyane n’avait autant attiré l’attention dans l’histoire du concours Miss France. Du haut de ses 18 ans, la charismatique Alicia Aylies est allée jusqu’au bout de son rêve.

 À 18 ans, la native de Fort de France, en Martinique, avait le potentiel pour succéder à Iris Mittenaere: une beauté très singulière qui ne passe pas inaperçue, qu’elle arbore une volumineuse «tignasse sauvage» - comme elle aime la qualifier - ou qu’elle lisse ses cheveux, ses yeux verts tranchent à merveille sur sa peau métissée.

Grande (1,78 m), elle pratique les défilés de mode depuis plus de deux ans et adopte la bonne posture pour s’illustrer sur scène.

  Son baccalauréat scientifique en poche, cette passionnée d’escrime s’était lancée dans une première année de droit à l’université de Guyane pour s’orienter à terme vers une carrière de juriste. «C’est mon objectif aujourd’hui mais si de belles opportunités se présentent dans le milieu de la mode, je les accepterai» précisait-elle, des rêves plein la tête. Si elle faisait partie des plus jeunes de la promotion, Alicia Aylies n’en restait pas moins particulièrement mature.

 « Ma devise : viser plus haut pour aller le plus loin possible »

 

le site 20 minutes remarque :

Miss Guyane a gagné, mais elles étaient même trois Miss DOM-TOM en finale, avec également Miss Tahiti et Miss Guadeloupe. Mieux encore, Miss Languedoc-Roussillon est d’origine réunionnaise et Miss Lorraine d’origine guadeloupéenne par sa mère et guinéenne par son père. Soit un top five 100 % brunes et de métisses. Du jamais vu, et du bien vu, pour le vieux concours de beauté.

Des tweets et des débats enflammés sur les questions du colonialisme et du racisme sont nés de ces réactions. De très nombreux internautes ont été choqués de voir resurgir de pareils débats sur la place de la Guyane en France et ont préféré lancer des messages de tolérance et d'ouverture ou tout simplement se sont contentés de féliciter la nouvelle Miss France pour son incontestable beauté.

 

 

 

Vous pensez que les bourgeois ont plus de chance de réussir ? Et bien non, on vous le prouve :

Les origines de nos politiciens, troublant...


Origine des leaders de DROITE : Ils ont du mérite !


 Sarkozy : né dans le 17ème ardt de Paris.
 Mère avocate qui élève seule ses 3 enfants après avoir été abandonnée par son mari.
 Guaino : n'a pas connu son père.
 Élevé par sa mère, femme de ménage.
Boursier à l'école.
Guéant : père petit employé.
Élève boursier.
 Juppé : père agriculteur, titulaire du certificat d'étude.
 Boursier.
 Lagarde : père universitaire (meurt quand elle a 17 ans).
 Étudiante boursière
 Dati : père maçon, famille de 12 enfants, HLM, bourses.
 Amara : père ouvrier du bâtiment. HLM, bourses.
 Bougrab : père ouvrier métallurgiste, HLM, bourses.
 Yade : mère professeur, élève seule ses enfants, HLM, bourses.
 Morano : père chauffeur poids lourds, mère standardiste.

 
Bertrand : parents employés de banque.
Jacob : agriculteur
Bera : père tirailleur algérien, famille de 11 enfants


 Origine des leaders de GAUCHE :  surprise, surprise !


 Aubry : « fille de Jacques DELORS » - née dans le 17ème à Paris, études au lycée Notre-Dame des Oiseaux, père à la Banque de France, président de la Commission européenne.
 Époux bâtonnier, issu de la grande bourgeoisie du Nord
 Montebourg : , père fonctionnaire des impôts, mère universitaire, marié à Hortense de La briffe, collaboratrice de Balladur et fille d'un Comte propriétaire d'un château dans les Yvelines! Divorcé, vivait jusqu'à peu avec Audrey Pulvar, journaliste connue fort bien rémunérée.

 Hollande : père médecin ORL.
 Enfance en pension catholique puis Lycée Pasteur de Neuilly.
Royal : père militaire, bourgeoisie catholique.
 Scolarisation dans écoles privées catholiques.
Guigou : née à Marakech, père industriel (agro-alimentaire), grande famille bourgeoise.
 
 Lang : Très riche famille de Nancy.
 Père directeur commercial de l'entreprise familiale.
 Moscovici : père directeur du laboratoire européen de psychologie sociale et mère psychanalyste.
 Fabius : père célèbre et richissime antiquaire (Rappelons nous que lorsqu'il était premier Ministre, Monsieur Fabius a fait voter une loi sur les plusvalues en prenant bien soin que les 1}2uvres d'Art en soient exclues...).
 Mère américaine, issue dune famille de bijoutiers de Francfort.
 Delanoë : né à Tunis. Père géomètre et grand père, capitaine du port de Tunis.
 Peillon : père banquier et mère chercheuse.
 Valls : père artiste peintre, grand-père rédacteur en chef d'un journal espagnol catholique.
 Hamon : père ingénieur, directeur des constructions navales de Brest.
 A vécu à Dakar.
 Éducation chez les Pères maristes.
 Cambadélis : né à Neuilly, études dans le 16ème à Paris.
Père diamantaire (mais lui-même d'abord trotskiste lambertiste)
 DSK : très riche - né à Neuilly, père avocat, conseiller juridique et fiscal du grand Orient de France. A vécu au Maroc et à Monaco.
 Épouse née à New York, milliardaire, héritière d'une fortune en tableaux de maîtres (principalement des Picasso)


Pas beaucoup d'enfants d'ouvriers qui rêvaient du grand soir chez ces gens de gauche !
> 1) autant on s'attend à trouver à droite des gens issus de la bourgeoisie, autant il est tout à fait surprenant d'y trouver considérablement plus de gens d'origine modeste qu'au PS !
 2) C'est également au PS qu'on trouve non seulement les origines les plus bourgeoises, mais aussi les FORTUNES les plus considérables !
> > > > > > > > >
 

Dernier sondage pour la présidentielle

Plus d’un Français sur deux (55 %) pense que François Fillon va l’emporter en mai prochain. Quelque 82 % chez les sympathisants de LR,50 % de ceux de la gauche et 45 % des sympathisants FN pensent qu’il gagnera. Sondage IFOP pour le JDD

   

Samedi 17 décembre 2016

 

J' accuse, disait il y a quelques années Sardou
J' accuse les hommes de salir les torrents
De névroser l' âme des pauvres gens
De se repaître de sexe et de sang
Pour oublier qu' ils sont impuissants
J' accuse les hommes des crimes sans pardon au nom d' une religion
J' accuse les hommes de se croire des surhommes , je veux qu' on les condamne au maximum, qu' on arrache leur âme et qu' on la jette aux rats et aux cochons , pour voir , eux , comment ils s' en serviront .
 

 

Les sept candidats à la primaire de la gauche : Jean-Luc Bennahmias, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, François de Rugy et Manuel Valls. - Joel Saget et Thomas Samson / AFP

 Ils ont dit « non » à la primaire

Six personnalités ont refusé de participer à la primaire pour se lancer directement à la présidentielle. Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière), Yannick Jadot (EELV), Emmanuel Macron (En marche !), Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise, soutenu par le Parti communiste français), et Philippe Poutou (Nouveau Parti anticapitaliste). Marie-Noëlle Lienemann a décidé de retirer sa candidature.
 

 

A lire sur Tahiti Info, un gratin de Noël en quelque sorte !

- Le site internet www.tataabeachtahiti.com mis en ligne depuis 15 jours pour promouvoir un projet touristique sur l’ancien site du Tahiti Mahana Beach a été brusquement mis en maintenance vendredi après-midi alors que nous enquêtions auprès des partenaires de la société Tata’a Beach Tahiti, de Teiva Raffin.( lire la suite sur Tahiti info un vrai feuilleton.

 

Nouméa, capitale de l’ivresse ?


C’est un pavé lancé dans la mare ! Selon Jean-Jacques Urvoas en déplacement en Nouvelle-Calédonie, Nouméa « détient à elle seule , 20% d'ivresse publique de la totalité du territoire national ».relève les Nouvelles calédoniennes

La consommation d’alcool en Calédonie est un fléau. Et le Garde des Sceaux nous a décerné un carton rouge, mais en grossissant le trait.
Une particularité qu'il a mis en exergue lors de sa visite au tribunal de Nouméa ce vendredi 16 décembre.

En fait, Jean Jacques Urvoas comparaient les bilans de la police nationale française, hors zone de gendarmerie et préfecture de police de Paris avec la ville de Nouméa.
Le nombre d’ivresses publiques et manifestes (IPM) relevées à Nouméa est impressionnant : 4500 placements en cellule de dégrisement.
Ramené aux 62 676 cas métropolitains, cela ne fait "que" 14% du total.
Triste record quand même.
Rapportée à une population de 10 000 habitants, la moyenne française de ces IPM est de 14,6 contre 22,6 pour la Réunion qui occupe la première place de ce classement ne prenant en compte que l'Hexagone et les départements d'outremer. Un ratio qui culmine à 225 pour Nouméa, soit 10 fois plus.

L’alcool est responsable de 51% des accidents de la route.
80% des affaires jugées en correctionnelle regardent des conduites en état d’ébriété.
Un fléau que toutes les préventions, taxes et autres restrictions de vente n’arrivent pas à endiguer.
 

L'Autorité polynésienne de la concurrence (APC) a autorisé mardi le rachat du Méridien Bora Bora appartenant au groupe EDT par le groupe Wane. Info Radio1

 

Alep

 

Vendredi 16 décembre 2016

Editorial

Une dizaine de voyous envoyée à Erima espérait tabasser le personnel de Gaston Flosse.

Puisque la Dépêche a choisi de lever le voile sur un combat intime de gros sous, récapitulons les évènements.

En 2005 Tonita Mao Flosse verse 30 millions pour acheter la propriété d'Erima. Il lui reste à payer avec les intérêts 92 millions ! Elle n'en a pas les moyens. Cette propriété appartient de plus à Reginald Flosse. Tant qu'un enfant était mineur, personne ne pouvait y toucher , mais aujourd'hui en 2016, l'enfant d'alors est devenu majeur. Reginald Flosse peut donc poursuivre en justice. Le référé lui donne raison et l'acte de vente est résolu, c'est à dire annulé. Mme Flosse n'est pas, si elle l'a jamais été, propriétaire d'Erima.

Or, dans son enthousiasme, l'huissier ne fait aucun cas de ce référé et s'en tient à la non conciliation du divorce en oubliant un peu vite que la maison, ses dépendances et le terrain appartiennent à Reginald Flosse et non à Gaston Flosse. Le référé précise bien que la vente est résolue pour non paiement. Les parties vont se retrouver devant le tribunal civil le 25 janvier prochain après un évènement rocambolesque qui a fini en queue de poisson avec un camion de déménagement venu pour débarquer, mais un peu trop vite, les affaires de l'ex président. Plus grave cependant, les occupants illégaux de Erima, selon Flosse, auraient fait monter une dizaine de gros bras patibulaires pour bastonner les employés fidèles de l'ex président.

Pour le moment la balle est dans le camp de Reginald Flosse qui a toujours soutenu son père et qui, n'en déplaise à la tumultueuse Tonita à laquelle on donne le bon dieu sans confession, est le vrai propriétaire du domaine, confirmé par jugement en référé dernièrement.

Il est bien triste d'avoir donné cette affaire privée en pâture au public en omettant de raconter les folies passées de Mme Flosse, ses accès de colère qui avaient laissé dormir à la belle étoile le président de l'époque qui s'était retrouvé devant des portes closes. Si l'on fait du Voici, il faut aller jusqu'au bout, monsieur le journaliste politique de la Dépêche car il y en aurait des choses croustillantes à raconter sur une première dame qui n'en était pas réellement une, fêtarde et brouillonne !

Par ailleurs, Flosse affirme que ces deux derniers enfants ne sont pas de lui et que l'un d'eux lui a même avoué le nom de son père biologique. Du coup, il demande au juge des Affaires familiales de faire procéder à un test de paternité.

Mais quoi ? Même Cécilia et Nicolas Sarkozy ont divorcé sans révéler aux Français leurs soucis conjugaux quand le couple se désintégrait. il fallait sauver les apparences. Et les journalistes des grands quotidiens à l'époque avaient joué le jeu. Ce n'est pas le cas, ici on adore les remous politiques ou amoureux. On s'en délecte en privé, mais désormais la Dépêche a ouvert largement la porte à tous les excès.

 

 

 

 

La confiance ne règne plus entre la CTC, la Haute Autorité et le gouvernement.

La chambre territoriale des comptes (CTC) a examiné la gestion de l'Institut de la statistique de la Polynésie française de 2006 à aujourd'hui. Les magistrats de la CTC ont émis sept recommandations principales dont l a première est d'inscrire dans le droit polynésien le principe d’’indépendance professionnelle de l’ISPF, "indispensable à la crédibilité des statistiques produites"

 Et pour cause, la confiance ne règne plus entre les parties. La CTC précise avec justesse que : "L’indépendance professionnelle de l’ISPF n’étant pas garantie par la loi, le positionnement de l’établissement vis-à-vis du ministère de tutelle s’est avéré parfois délicat durant la période examinée" "L’ISPF, tente d’observer le principe d’indépendance professionnelle à travers ses méthodes certes, mais cette indépendance professionnelle s’est vue parfois fragilisée par certaines pressions exercées par le ministère de l’Economie." Cela n'est pas étonnant, un ministre fait ce qu'il veut en Polynésie. Et la  CTC qui a force de loi remarque dans son rapport que "Les tentatives d’intervention, plus marquées à certaines périodes, ont porté essentiellement sur la diffusion de certaines publications, pour laquelle l’aval préalable du ministère a été imposé, entraînant notamment des retards de diffusion."

Pour renforcer l'indépendance professionnelle de l'Institut qui ne peut agir en toute indépendance,, la CTC suggère de confier "la présidence du conseil d’administration de l’ISPF à une personnalité de la société civile". Car c'est Teva Rohfritsch, ministre en charge de la Relance économique, qui est président du conseil d'administration. !!! Oups !

Mais bien sûr Edouard Fritch fait de la résistance car il n'aura plus les coudées franches. Il répond à la CTC : "cela n'emporte pas mon adhésion !" et ajoute : il est impératif que le ministre de l'Economie puisse impulser les orientations stratégiques décidées par le gouvernement " Ben voyons !

 

 

 

Jeudi 15 décembre 2016

 

 

 

 

Dans un rapport accablant sur la situation à la prison de Fresnes, la contrôleuse générale, dénonce l'usage du créole entre les surveillants pénitentiaires. Le ministre de la justice a répondu en affirmant que le Français était de rigueur.

Ouverture ce matin, à la Présidence, de la réunion du comité de suivi du rapport annuel d’exécution de la coopération entre l’Union Européenne et la Polynésie française.

 

 Editorial

Entre bain de sang à Alep , favoritisme au Sénat et a Tahiti et suppression du 49,3 à Paris...

Pourquoi les tyrans vivent-ils toujours plus longtemps que leur population ? Par ce que ce sont des tyrans ! Bachar El Assad sera probablement jugé après la guerre, responsable de ces  dizaines de milliers de morts, de tortures sur les prisonniers,  pour crime contre l'humanité. Mais en attendant, tous les jours hommes, femmes et enfants, des civils, sont écrasés sous ses bombes  et celles de la Russie. devant le monde entier qui ne fait que compter les jours et les morts de cette guerre, pire peut-être que celle que nous avons connue dans le passé. Les mercenaires sanguinaires d'Assad tuent les blessés d'une balle dans la tête adultes et enfants compris, pas de prisonniers, les Russes bombardent les hôpitaux, lieux sacrés dans toutes les guerres, une première .

 Poutine qui fait pourtant attention à garder sa réputation de saint homme pilonne ce qui reste d'Alep Est et les convois des malheureux qui fuient la mort. On se tait sur les viols et les tortures des émissaires sanguinaires du président syrien. Qui peut encore croire dans l'humanité quand on voit tous les jours de quoi sont capables les hommes ? L'ambassadrice des Etats Unis à l'ONU n'a pas mâché ses mots lorsqu'elle s'est adressée à son homologue russe " shame on you" et celui-ci de répondre " vous vous prenez pour soeur Thérésa". Les Russes ne sont pas accessibles à la pitié.

 

 En Polynésie, nous sommes loin de ce bain de sang, nous ne pouvons que pleurer sur le sort des malheureux qui voulaient vivre libres. Nous avons nos propres soucis et nos drapeaux partisans dans des gué-guerres de personnes ridicules à la Clochemerle. Surtout par rapport à ce qui se passe dans le monde d'aujourd'hui, certes, pas de bombardiers mais des lâchers de leurres et autres fumigènes, histoire de cacher un inavouable appétit de pouvoir.

Du coup, la Justice en cette fin d'année pour boucler ses dossiers met les bouchées doubles. C'est ainsi que le fameux Jean Paul Pistolet l’ancien « conseiller spécial » de l’OPT, malgré toutes les mises en garde auprès des ministres successifs et du président du conseil d'administration à l'époque, a été condamné définitivement à un an de prison avec sursis pour « complicité de favoritisme » dans « l’affaire Sofrecom » du marché de l’informatisation de l’OPT en 2004. Mais bien d'autres affaires ont fait le tour du Landerneau et il n'est pas le seul coupable. Et le favoritisme toujours, avec Cyril Tetunui, Emile Vernaudon et bien d'autres.

La stupéfaction vient du Sénat. Que dire quand la deuxième institution de la France, soupçonne de détournements de fonds Henri de Raincourt au profit d'élus de son parti. Il est entendu au pôle financier de Paris par le juge d'instruction aujourd'hui .

Les investigations qui avaient démarré en juillet 2012, portaient sur des sommes remises à des sénateurs, en plus de leur traitement, ( plus ils en ont, plus ils en veulent ) sur deux comptes du groupe UMP à la chambre haute, et par le biais de deux associations, l’Union républicaine du Sénat (URS) et le Crespi, elles-mêmes alimentées par des fonds du groupe sénatorial.  

Henri de Raincourt avait admis avoir perçu des sommes versées depuis un compte au nom de son groupe politique au Sénat, y compris lorsqu’il était ministre de la Coopération et des Relations avec le Parlement  révèle le site 20 minutes pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Il avait alors évoqué « des aides et des soutiens pour une activité parlementaire », expliquant que les sommes reçues lorsqu’il était ministre, de 2010 à 2012, correspondaient à une activité antérieure.

 A Tahiti, les magistrats ont de quoi faire aussi. Les pions tombent les uns après les autres. Et enfin pour cacher des malversations financières rien de mieux que mettre le feu à la société comme l'a fait la secrétaire de Poly-goudronnage pour détruire les traces d'un vol de 6 millions fcfp.  Vol plus incendie. Cette femme risque gros.

Pendant ce temps là, "la real politik" poursuit son cours à Paris avec les candidats à la primaire de la gauche qui souhaitent tous la réforme du PS. Les "éléphants" se font la guerre à grand  coups de trompe. Mais Manuel Valls vient de barrir plus fort que les autres  en demandant la suppression du célèbre 49.3 après l'avoir utilisé par deux fois pour les lois Macron et El Khomeni. Il va encore plus loin dans ses promesses en jurant par ailleurs, de réviser la Constitution s'il est élu. Une manière de  racheter ce que ses pairs lui reprochent.

 S'il est élu, Manuel Valls promet en effet de «réformer la Constitution» dès «la rentrée 2017», et supprimer le fameux article dont il se dit «conscient des effets pervers» et juge même après s'en être bien servi, l'utilisation «dépassée et brutale». «C'est mon engagement ce matin», a-t-il affirmé sur France Inter, disant vouloir engager cette révision «très vite». en expédiant un "décochez-moi ça", à l'autorité du parti. Hop! hop ! Roulez carrosse...

J

 

JPJ

                                                                                          Même sous les bombes, les enfants restent des enfants !
Jean-Pierre Cottanceau nommé archevêque de

 Papeete début décembre 2016, membre de la congrégation des Sacrés Cœurs

Andrew Jacob reçu par le président de l'Assemblée ce matin

Jeudi 15 décembre 2016, le président de l’assemblée a reçu la visite de courtoisie de M. Andrew JACOBS ambassadeur de l’Union Européenne du Pacifique, accompagné de M. Stratos PEGIDIS, chef du bureau de la Commission européenne pour les PTOM, et de MM. Manuel TERAI et Charles GARNIER de la Délégation des affaires internationales et européennes.

Cette rencontre, qui s’est déroulée dans l’hémicycle, a été l’occasion d’évoquer les programmes de financement de l’Union Européenne dans le Pacifique et principalement pour la Polynésie française. On se demande si l'égorgement du peuple d'Alep a été évoqué !

 Torturé, brûlé, on a pudiquement recouvert le haut de son visage qu'il n'a plus.

 

Tahiti Tourisme, accompagné de, Air Tahiti Nui, Le Méridien Tahiti & Bora Bora, Paul Gauguin Cruises, Hilton French Polynesia et Intercontinental French Polynesia, ont participé cette année au salon IMEX qui s’est tenu du 18 au 20 octobre à Las Vegas.


Ce salon professionnel est l’un des plus prisés des agences incentives et acheteurs d’Amérique du Nord, qui a généré cette année 2 698 visiteurs dont 93 qui se sont rendus sur le stand de Tahiti Et Ses Îles et 30 prises de rendez-vous pris en amont de l’événement.

Un événement qui a remporté cette année encore un franc succès du fait de la qualité des rendez-vous programmés et spontanés.

 

 

 

 

Mercredi 14 décembre 2016

Editorial ( A la manière de ...)

 

Moi, ministre.

Quoi ? Comment ? Qu'est-ce ? Le président d'une petite Autorité de la concurrence ose m'apostropher, moi, ministre de la Relance économique, futur président du pays ? Il n'y a donc plus de respect de la part des "expatriés" pour les dignitaires d'un gouvernement dans ce pays ? Comme l'avait dit un jour Maco Tevane :" les Polynésiens font ce qu'ils veulent où ils veulent et quand ils veulent".

 Moi, ministre, j'ai tous les droits, y compris celui de le renvoyer dans ses pénates tout président de "l'autorité de la concurrence" qu'il est et dont il abuse. Vous voyez bien qu'on ne se gêne pas pour le faire. On est pire que Robespierre au "château". Il ne sait donc pas ce qui lui pend au nez, ce monsieur Mérot qui nous accuse d'être sous la coupe des lobbies de la perle !

 Moi ministre j'ai du nerf, du jarret, de l'estomac et même du mérite frotté d'ail et de tiare.

Moi, ministre je redonne honneur à cette fonction et je ne me laisserai pas malmener par un homme qui n'a pas planté les choux avec nous, Polynésiens. Qu'est ce qu'il y connait lui, à la perle? Au commerce ? Assis et rassis dans son bureau ?

Moi ministre, je ne danse pas comme lui sur un volcan. Je n'ai pas d'épée dans les reins, hypothèse funeste pour le pays, le gouvernement a besoin de moi. Sans moi, l'économie s'écroule !

Moi, ministre, oui je suis irrité que ce président nommé par nous, je le rappelle au passage, soit sorti de ses prérogatives pour  montrer sa supériorité et nous faire plier le genou pour nous humilier, nous Polynésiens et ministre de surcroit .

C'est encore un coup foireux de Nuihau Laurey qui a monté de toute pièce cette Autorité de la concurrence à laquelle nous devons nous soumettre comme le premier manant venu .

Vous allez voir comment Matahi Brothers, mon fidèle ami, va  serrer les boulons de ce cumulard de Laurey. Il pourra mordre de colère ses petites lèvres et mettre son masque des mauvais jours, moi, j'ai la pêche ,et même l'arbre fruitier, le pouvoir, la banque et  personne ne viendra me donner de leçons en citant Chirac. Au fait, qui est-ce celui-là pour qu'on en parle encore avec des mots qu'on ne comprend pas ? Encore une humiliation sans doute !

 

Le groupe chinois HNA a investi dans les hôtels de luxe de Louis Wan en lui rachetant le Hilton de Moorea et le Saint Régis de Bora Bora il y a quelques mois. Mais par rapport à ses investissements extérieurs et les voyages du gouvernement, c'est un privé qui en profite. Pas le Pays.

.

 

 

 

Au conseil des ministres

Modalités des demandes d’indemnisation par le CIVEN : avis du gouvernement sur le projet de décret

Le Conseil des ministres a émis des réserves sur le projet de décret relatif aux modalités d’instruction des demandes d’indemnisation par le comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires (CIVEN). Il a surtout émis le vœu que soit modifiée la loi Morin, du 5 janvier 2010, afin que soit supprimée la notion de « risque négligeable » inscrite à l’article 4.V.

Le Conseil des ministres a noté l’abaissement du seuil du « risque négligeable » de 1 % à 0,3 %, mais, en l’absence d’étude d’impact de cette mesure annoncée comme devant augmenter le nombre des indemnisations, il n’est pas convaincu du résultat envisagé. Le Conseil des ministres a, en outre, émis le souhait que l’Etat aille plus loin dans le sens d’un rapprochement du comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires avec les victimes polynésiennes, à l’instar d’autres services de l’Etat, grâce à un bureau déconcentré accessible à Papeete.


Subventions à la commune de Faa’a pour des travaux de voirie

Le Conseil des ministres a accordé deux subventions à la commune de Faa’a d’un montant global de 50,293 millions Fcfp. Ces subventions du Pays attribuées par la Délégation pour le développement des communes (DDC) vont contribuer au financement de travaux en faveur des voiries de la commune de Faa’a, d’un montant de 70,162 millions Fcfp, soit un taux d’aide de 71 %.


Attribution d’une aide financière à l’investissement en équipements agricoles

Le Conseil des ministres a approuvé le versement d’une subvention, dans le cadre du dispositif d’aide à la relance de l’agriculture (ARA), pour l’acquisition de matériels et équipements pour l’extension d’une exploitation agro-touristique sur Raiatea (centrale photovoltaïque, cuve à eau verticale, pompe hydraulique, broyeur, matériels de construction pour un hangar et une chambre froide) au profit de la SARL Vaihuti Fresh.

Cette société a été créée en août 2013 avec pour objet de mettre en œuvre tous les moyens visant à développer les activités agricoles, et partculièrement dans la filière d’agriculture biologique.


Subvention pour l’Espace info énergie

Dans le cadre du partenariat établit entre l’ADEME et la Polynésie française pour l’accompagnement de la transition énergétique du Pays, la Polynésie française a montré sa volonté de mobiliser l’ensemble des acteurs sur des actions de maîtrise de l’énergie, en instaurant et en cofinançant le fonctionnement de l’Espace Info Energie (EIE).

A cet effet, l’EIE a réouvert ses portes sous la tutelle de la Fédération des Œuvres Laïques de la Polynésie française depuis mars 2015. Elle a ainsi pu reprendre les actions courantes de sensibilisation et d’information du grand public sur la maîtrise de l’énergie et la réduction des consommations énergétiques.




Démarrage des premiers travaux d’aménagement de la zone biomarine de Faratea

Dans le cadre de son plan d’actions économiques 2016, le Gouvernement prévoit la création d’une zone « Biomarine », de près de 33 Ha, destinée à accueillir des projets de développement de l’aquaculture et des activités de valorisation des biotechnologies, sur le site de Faratea, commune de Taiarapu Est. Cette réserve foncière sera mise à disposition des investisseurs pour le développement d’activités relatives à la production et à la valorisation de produits d’origine marine ou aquacole.

A cet effet, l’identification des projets potentiels est actuellement en cours et, à terme, une grande partie de la zone sera aménagée pour ensuite être proposée en location à ces entreprises. En parallèle à ce recensement, il est prévu des travaux d’assainissement de la zone et de destruction des anciennes installations de l’écoloserie polyvalente de Taravao. Ce site comprenant des bâtiments vétustes, un diagnostic amiante devra être réalisé en préalable à la démolition des installations.

Dans cette perspective, le Conseil des ministres a autorisé le ministre de tutelle de la Direction des Ressources Marines et Minières, maître d’ouvrage de ces travaux en qualité d’affectataire temporaire des parcelles correspondantes, à engager une convention de maîtrise d’ouvrage déléguée avec l’établissement TNAD pour un montant de près de 57 000 000 Fcfp.


Indice des prix à la consommation : baisse de 0,5% en novembre

En novembre, l'indice des prix à la consommation diminue de 0,5 % et s'établit à 106,71 essentiellement en raison de la baisse des prix des Produits alimentaires et boissons non alcoolisées (- 2,0 %).

Sur douze mois, l'indice général est en repli de 0,4 %. La baisse des prix sur la dernière année dans les divisions Transports et Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles a été atténuée par la hausse des prix des Produits alimentaires.

L'indice ouvrier diminue de 0,6 % en novembre. Il est en repli de 0,4 % sur douze mois. Hors transport aérien international, l'indice général baisse de 0,6 % en novembre. Il est en repli de 0,3 % sur douze mois.


Stabilité de l’index du bâtiment et des travaux publics, lègère baisse des index du gardiennage, véhicules légers et de chantiers


En novembre, l'index du Bâtiment et des Travaux Publics (BTP) demeure stable. Cette stabilité touche à la fois l'index du Bâtiment et celui des Travaux Publics. Dans le Bâtiment, les index du Gros Œuvre et du Second Œuvre sont stables.

Dans les Travaux Publics, la situation est comparable et les index du Génie Civil et celui des Travaux Spécialisés sont également inchangés. Sur douze mois, l'index général du BTP est en repli de 2,1 % (l'index des Travaux Publics diminue de 5,1 %, celui du Bâtiment augmente de 0,4 %).

En novembre, les index du Gardiennage, des Véhicules Légers et des Véhicules de chantier restent stables. L’index de la sûreté est en léger repli de 0,1 %.


Soutien au secteur de la pêche


Le dispositif d’aide et de soutien à la pêche (DASP) prévoit un accompagnement, au bénéfice des mareyeurs, sur le fret aérien, pour encourager l’exportation des produits bruts ou transformés de la pêche hauturière, vers les Etats-Unis ou l’Europe. Par ailleurs, les détenteurs d’une licence de pêche professionnelle bénéficient d’une réduction fixée à 3 Fcfp par kilogramme, sur la redevance de fourniture de glace auprès de la SEML Port de Pêche de Papeete.

Le Conseil des ministres a octroyé une aide globale d’un montant de 136 000 000 Fcfp, pour les dépenses réalisées au cours de l’année 2016, répartie comme suit :

• Par nature d’aide :
Aide sur le fret : 112 000 000 Fcfp
Aide à la glace : 24 000 000 Fcfp



Périodes de soldes pour l’année 2017

Sur proposition de la CCISM (Chambre de commerce, d’industrie, des services et des métiers), le Conseil des ministres a fixé les périodes de soldes pour l’année 2017 comme suit :

- du mercredi 25 janvier à 0 heure au dimanche 12 février à minuit ;
- du mercredi 27 septembre à 0 heure au dimanche 15 octobre à minuit.




Etats généraux de la production audiovisuelle et cinématographique des Outre-mer : subvention de fonctionnement en faveur de l’association APICA

 



 

Les crimes contre l'humanité veulent -ils dire encore quelque chose alors qu'ils galopent à ALEP martyrisée, broyée, dans une mortelle étreinte entre Bachar et Poutine. Pire que pendant la seconde guerre mondiale." Plus jamais ça" ? Non, il s'agit d'un génocide froid et implacable face au monde libre qui parlotte et grelotte en montrant sa peur de la Russie. Tous les blessés sont achevés. Et l'ONU ? Moins qu'un machin.

 

Nous avons nos SDF mais enfin les nôtres ne meurent pas de froid ni de faim. En France le nombre réel de décès de personnes SDF est estimé à plus de 2.800 , affirme le collectif. En 2012, l’Insee estimait à 141.500 le nombre de sans-abri. Presque la population de la Polynésie.

 

Alors que Marine Le Pen sera en visite dans le département de la Guyane du 15 au 18 décembre, Gabriel Serville craint que les idées du FN trouvent un écho auprès des Guyanais. Un bel exemple de démocratie française. Marine Le Pen est-elle une terroriste ? Le FN Marine est devenu un parti puissant grâce à la gestion de la France par François Hollande. Gabriel Serville craint simplement qu'elle fasse un tabac en Guyane. Qui empêche les autres partis d'être meilleurs, plus  séduisants ? La compétition c'est ça, battre l'autre au poteau. Allez, ne marchez pas, courez ! A ce propos, Nicolas Sarkozy est battu dans la griserie et l'excitation de Macron. Une excitation douloureuse qui faisait penser aux dictateurs d'antan pour obtenir un petit 15% des électeurs lors de son meeting si Valls se présente. Au fait qui l'a financé ?

 

On ne plaisante plus au tribunal avec le copinage

Jugé pour « favoritisme »  dans le dossier du traitement des déchets verts de la commune de Mahina, Emile Vernaudon a été condamné mardi à un an de prison et un million de Fcfp d’amende. Pauvre Emile, c'est dur

 ! Le bénéficiaire du marché, Edwin Teraiharoa, a écopé de la même peine.

 

 Forum Etudiants entreprises

Comme tous les ans depuis 11 ans maintenant, l’Université de la Polynésie française organise le Forum Etudiants-Entreprises. Ce forum permet de mettre en relation nos 3 500 étudiants ou des jeunes déjà diplômés avec les entreprises locales. Il s’agit là d’un vrai coup de pouce pour l'insertion professionnelle des jeunes polynésiens et l’Université de la Polynésie française entend pleinement jouer son rôle de coordonnateur. Ce forum est aussi un moyen pour les chefs d'entreprises d’entrer en contact avec ces jeunes parmi lesquels se trouvent peut-être de futurs collaborateurs.

Divers ateliers et simulations à l’entretien d’embauche seront organisés. Le Forum permettra à tous de se rencontrer dans une atmosphère conviviale.

Je n’ignore pas que la participation à cette manifestation est un effort pour votre société. Pourtant, je compte sur votre bienveillance envers ces jeunes et sur votre participation en tenant un stand ou en animant un atelier à cette rencontre avec les étudiants qui aura lieu le jeudi 16 mars 2017 de 8h00 à 13h00 sur le campus d’Outumaoro.

Pour participer ou obtenir des informations complémentaires, vous pouvez prendre contact avec le service de la communication de l'université par mail communication@upf.pf ou par téléphone au 40 80 38 88.

Le Forum Etudiants-Entreprises, le rendez-vous incontournable de l’insertion professionnelle !

(lettre du président de l"Université

Eric Conte) 

 

Mardi 13 décembre 2016

Editorial

Au-revoir patron !

Rares sont les regrets manifestés par le personnel d'une banque à son patron remercié pour voir une autre tête dans le bureau directorial que celle qui vient de rouler dans le panier. Sauf que l'autre tête est tout aussi connue sinon plus, que celle que le gouvernement a décidé de couper. Non, non ce n'est pas une sanction voyons, mais juste un puissant désir de changement pour donner une impulsion à l'établissement dans ce contexte économique, relève faussement ingénu Nuihau Laurey.Qui est en charge de la reprise économique ? Le bedonnant Teva Rohfritsch bien sûr. Charité bien ordonnée commence par soi-même. Qui succède à James Estall ? Le meilleur ami du ministre Matahi Brothers, autant dire que le ministre en question aura les coudées franches pour disposer des fonds dont il aura besoin...pour le développement économique et le tourisme. Ce sera l'extase territoriale, un mascaret du changement qui renversera les montagnes et réformera le développement du pays dans la liesse sur des projets échevelés.

En vérité, soyons lucides, quand votre binette ne plait plus, que vous résistez à trop ouvrir les cordons de la bourse ou de la banque, ou aux injonctions venues " d'en haut", hop vous sautez et le gouvernement vous remplace par un cadre plus docile. Vous résistez aux  seconds couteaux Laurey et Rohfritsch, hop vous sautez...encore et toujours. Le prix à  payer dans le cas Estall ( une centaine de millions) importe peu, les millions ne sortent pas de leur poche, même pas pour les alléger.

Le personnel de la Socredo pour la première fois depuis que la banque existe a manifesté ses noirs regrets dans une "standing ovation "générale à son patron débarqué, dans un débrayage impressionnant et jamais vu, tant il appréciait la ligne de conduite, la compréhension, la raison, la disponibilité de James Estall. Et cette unanimité, voyez-vous, cela ne se verra jamais quand ce gouvernement sautera.

Dans le même temps, c'est la section régionale du Syndicat de la magistrature de la cour d'appel de Papeete et l'Union régionale de l'Union syndicale des magistrats de la cour d'appel de Papeete qui ont réagi à la diatribe de la sénatrice Lana Tetuani il y a quelques semaines en commission des lois du Sénat. Mauvaise pioche pour elle. Cela n'arrange pas ses affaires ni celles de son époux bien empêtré dans des procédure judiciaires multiples, que de jeter le discrédit sur l'ensemble des magistrats officiant en Polynésie française. Les bancs du Sénat ne sont pas les quais de Marseille ou de Papeete, ni même ceux de l'Assemblée de Polynésie que diable ! Sénatrice ou pas, il faut savoir raison garder.


 

 

Le ministre de la Culture visite plusieurs salles de spectacles parisiennes

Le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu, actuellement en mission à Paris, a effectué, cette semaine, plusieurs visites de salles de spectacles et de médiathèques, dans le cadre du projet de Centre Culturel de la Polynésie française.

Il a ainsi visité la Salle Pleyel, nouvellement rénovée en compagnie de Charlotte Melin, architecte programmiste de l’agence Ida Concept et de Aurélien Binder, directeur général de la salle. La visite a permis au ministre et au directeur de la salle d’échanger sur les équipements et les aménagements de la structure, ainsi que sur la programmation de Pleyel. Cette nouvelle salle, à l’acoustique réputée, peut accueillir 2000 spectateurs.


Dans l’après-midi, le ministre et Charlotte Melin ont visité le complexe Vassarely, à Anthony. Cette structure comprend une salle de spectacle modulable, pouvant accueillir 500 spectateurs, qui peut aussi servir pour des congrès où des expositions. La directrice de la structure, Olivia Rabbione, a détaillé au ministre, les différentes possibilités de cette salle, ouverte il y a deux ans. Ce complexe comprend également une petite salle destinée aux concerts de musiques actuelles, ainsi que quatre studios d’enregistrement destinés aux musiciens amateurs et professionnels.

Le ministre de la Culture poursuivra cette semaine sa visite d’équipements culturels, dont notamment la médiathèque de la Canopée, dans la perspective du lancement imminent du concours d’architecture pour le pôle médiathèque et salles d’expositions à Paofai.

Dans la soirée, le ministre de la Culture s’est rendu à une conférence débat organisée par l’Agence des cultures d’Outre-Mer, et consacrée à la labellisation UNESCO de deux danses ultra marines, la Malaya et le Gwoka. Il a ainsi pu évoquer le dossier de labellisation du Ori Tahiti avec Greg Germain, président de l’agence, Daniel Janicot, président de la Commission nationale française pour l’UNESCO, et Pascal Lievaux, président de la fondation du Patrimoine à la direction générale des Patrimoines du ministère de la Culture.
 

 

François Fillon contre-attaque et s'explique  (Extrait)

Le candidat de la droite et du centre à la présidentielle précise que son programme « ne consiste nullement à privatiser l'Assurance-maladie, mais à sauver son caractère universel en responsabilisant les assurés ».

"Je suis engagé dans le débat présidentiel avec un projet puissant, fondé sur la vérité et un effort responsable pour redresser notre pays. Depuis deux semaines, mes propositions font l'objet d'attaques de la gauche et de l'extrême droite. Elles ne m'impressionnent pas. Ce tir de barrage était prévisible puisque j'engage le fer contre le cortège des conservateurs et des mystificateurs. Mes adversaires s'érigent en défenseurs de notre « modèle social » mais ils en sont, en réalité, ses fossoyeurs. Ils refusent de voir que ce modèle craque de toutes parts, que le chômage, la pauvreté et les injustices se propagent, que les déficits menacent la solidarité nationale.

La Santé

Les critiques se sont récemment concentrées sur la santé. Quel est le diagnostic ? Notre système de soins est menacé et la situation s'est dégradée ces dernières années. Les Français sont inquiets, à juste titre : des heures d'attente éprouvantes aux urgences, plusieurs mois pour obtenir un rendez-vous chez un spécialiste, des déserts médicaux qui s'étendent. Les professionnels de santé sont exaspérés par la bureaucratisation de leur métier. Le gouvernement a opposé l'exercice libéral et le système public au lieu de les faire fonctionner de façon complémentaire. À l'hôpital, les 35 heures ont fait des dégâts. Le trou de la Sécu n'est pas comblé, contrairement à ce que prétend la ministre. La dette se monte à 160 milliards d'euros...
Bref, au lieu de regarder les faits, mes détracteurs me soupçonnent de vouloir « privatiser » l'Assurance-maladie et diminuer les remboursements. C'est évidemment faux ! Au passage, la gauche préfère oublier que le poids des mutuelles et des assurances personnelles n'a cessé d'augmenter depuis des décennies, y compris dans le cadre des réformes qu'elle a elle-même votées.


Les modalités de la « généralisation » des complémentaires santé aux seuls salariés ont conduit, dans de nombreux cas, à diminuer les garanties offertes (frais d'optique, soins dentaires, consultations de spécialistes et opérations chirurgicales moins bien remboursées) et à une augmentation des cotisations. Les assurés ne savent plus à quoi ils ont droit et s'interrogent sur les garanties effectives dont ils disposent. Opacité et manque de transparence sont devenus la règle. Mais de tout cela, la gauche, main sur le cœur, ne veut pas entendre parler. Moi, je dis les choses telles qu'elles sont ! Oui, la situation de notre système de santé est inquiétante et ceux qui prétendent le contraire sont dans le déni et la démagogie. Mon objectif est de sauver notre système de santé qui fut l'un des meilleurs au monde et qui doit le redevenir.

Le pilier de la solidarité


J'entends réaffirmer le principe d'universalité dans l'esprit des ordonnances de 1945. L'Assurance-maladie obligatoire et universelle, pilier de la solidarité, doit rester le pivot dans le parcours de soins dont le médecin généraliste est l'acteur clé. Elle continuera à couvrir les soins comme aujourd'hui et même, mieux rembourser des soins qui sont largement à la charge des assurés, comme les soins optiques et dentaires. Il n'est donc pas question de toucher à l'Assurance-maladie et encore moins de la privatiser.
Je souhaite assurer le meilleur remboursement pour les patients en plaçant l'Assurance-maladie obligatoire et les organismes complémentaires sous le pilotage d'une agence de régulation et de contrôle dans laquelle seront représentés tous les acteurs du système de santé ainsi que les usagers. Il s'agit d'améliorer la gestion de notre système de protection sociale. J'entends faire en sorte que tous les Français puissent bénéficier d'une protection complémentaire appropriée sur la base de contrats homogènes.
(...)  « Ultralibéral », hurle Marine Le Pen. Vieille et risible ficelle pour disqualifier tous ceux qui n'ont pas ses œillères. Je suis simplement pragmatique et je crois que la liberté est le meilleur tremplin des sociétés vivantes.

L'emploi

J'ai la conviction que nous pouvons ramener la France au plein-emploi. Pour cela, nous devons diminuer le coût du travail, simplifier et alléger notre droit du travail, mettre le paquet sur l'alternance, sortir des 35 heures et laisser aux acteurs de terrain le pouvoir de négocier leur organisation, lever la peur de l'embauche qui dissuade les PME de recruter... Ceux qui m'accusent à tort de vouloir casser le droit du travail ont cassé le travail tout court ! Je veux le restaurer, le valoriser, l'ouvrir à tous.
Pour mes adversaires, l'emploi, c'est encore et toujours l'affaire de l'État. Nous sommes l'un des pays au monde les plus réglementés, l'un des plus imposés de l'OCDE, et, avec 5,5 millions d'agents publics, nous sommes l'État d'Europe le plus administré. Mais, pour la gauche et l'extrême droite, cette réalité importe peu. Ils préfèrent crier haro sur ceux qui, avec moi, veulent réduire ce chiffre de 8 % sur 5 ans pour diminuer nos déficits et alléger les contraintes qui pèsent sur les initiatives.
Oui, deux camps s'opposent : le camp de ceux qui pensent que pour redresser la France il faut encore et toujours verrouiller le système ; et celui, dont je suis avec des millions de Français, qui affirme qu'il faut le déverrouiller.


Mes détracteurs croient que notre peuple ne peut pas supporter la vérité. Je crois le contraire ! Ils pensent qu'on peut relancer notre pays sans changements radicaux. Ils mentent ! Les attaques ne me feront pas dévier de ma route. Elles sont la rançon d'un projet exigeant, guidé par l'intérêt national. Avec les Français
, j'aurai le courage de la vérité et de l'action."

 




 

 

Le président du Syndicat pour la promotion des communes (SPC) maire de Tumaraa Cyril Tetuanui, époux de la sénatrice Lana Tetuanui, tous deux appartenant au Tapura , a été condamné ce  matin à 8 mois de prison avec sursis pour favoritisme dans l’affaire des marchés de construction de gymnases dans sa commune.

 

Le groupe chinois HNA ne semble pas intéressé du tout parla Polynésie française.

 Il est de plus en plus présent dans des secteurs divers et variés aux Etats Unis et en Europe. Il vient de renflouer la dotation de "l'Open de golf" de plus de 100% du tournoi qui passe de 3 à 7 millions de dollars.

Air France n'est pas en reste et a cédé en 2016, 49,99% du capital de sa filiale de restauration pour plusieurs centaines de millions au groupe HNA.

Les rachats et investissements chinois sont importants en France comme le Club Med, le Louvre Hotels group, l'aéroport de Toulouse-Blaguard, des châteaux, des domaines viticoles, des terres agricoles dans le Berry, massivement dans le football, la mode etc...la liste est longue mais pas en Polynésie où on nous prédisait de nouvelles lignes aériennes, des investissements multiples etc...rien après de si nombreux voyages...

 

 

Lundi 12 décembre 2016

Tonita Flosse vient de perdre son procès contre Gaston Flosse jugé "hors de cause"

Une défiscalisation sur plus d’un milliard a été accordée par l’Etat à Air Tahiti pour l’acquisition d’un ATR 72-600.

James Estall directeur général de la Socredo, 61 ans, apprécié de tout son personnel qui s'était habillé en noir pour ce jour de deuil, remercié par la présidence qui n'a pas apprécié de voir le DG mettre un frein à ses demandes de financement par  souci de sauvegarde de la banque. La liste s'alourdit des personnes de qualité licenciés sans motif réel. Il faut dire que Teva Rohfritsch est le grand ami de Matahi Brothers qui prendra la relève. James Estall pourrait demander 5 ans de rémunérations pour ses indemnités de départ soit environ une centaine de millions. Joyeux Noël quand même James.
 
 

Editorial

La Dépêche ou "Voici" ?

 Voilà qu'un journaliste en mal de copie vient de s'immiscer dans une histoire de famille à Erima concernant Gaston Flosse et son ex compagne Tonita en prenant pour argent comptant ce que le compagnon actuel de l'ex épouse et cette dernière, pauvres malheureux, lui ont savamment glissé à l'oreille. Après tout n'est-ce-pas, on murmure bien dans l'oreille des chevaux, pourquoi pas dans celle des "ânes" plus à l'aise pour braire dans le cancan des coucheries et des divorces difficiles plus qu'en politique. Mais pour un journaliste qui se dit " politique" échanger le " war room" pour "le bed room" de l'ancien président, c'est descendre l'échelle des valeurs à reculons car bien entendu il n'a de connaissances que ce que lui ont confié les locataires de Erima  sachant bien, que le dit journaliste mâchonne du Flosse, jusque dans ses rêves.

Il n'y a plus qu'à interroger l'ex président sur les foucades gratinées de Tonita et la boucle sera bouclée. Ce que Tahiti Today se gardera bien de faire, même si le tout est bien égrillard. Nous n'avons pas l'intention d'ajouter une pierre à toutes celles qui font tas comme sur un terrain de lapidation. Il y a les journalistes de "Voici" qu'on lit chez le coiffeur, qui vont chercher la couleur de la petite culotte des stars ou l'apollon qu'elles mettent dans leur plumard et les quotidiens sérieux.  Les médias en Polynésie n'étaient jusqu'ici jamais tombés dans ce marigot. Le privé restait privé. La Dépêche vient d'en ouvrir la porte à moitié et à charge bien sûr !( (Pour info complémentaire hors "bed room", le compagnon de  Tonita est associé avec Domique  Auroy ( La Dépêche) dans le projet Tataa Beach sur le Mahana beach.)

Tahiti Today la referme cette porte d'un claquement sec et rouvre celle des arnaqueurs comme Mélenchon, le p'tit pote des pauvres.

Il ne voulait pas qu'Europe 1 publie son patrimoine. Lui le chantre des sans-culottes et des sans-papiers. La Canard Enchainé a donc déchiré le voile en révélant que ce foudre de guerre possédait un petit appartement à Paris dans le 15e qui ne fait que 218m2 évalué entre 1,4 million d'euros et 1,5. Une bagatelle !  D'une chaumière en Dordogne sur un terrain de 1,4 hectare de 9 pièces et dépendances évaluée à 710.000 euros.  D'un studio à Deauville pour aller se faire bronzer avec vue sur mer à 220.000 euros. Une paille ! Ce n'est pas de sa faute quand même s'il n'est qu'un héritier !!! Ah oui j'allais oublier et....seulement de trois voitures !

Voilà, on comprend mieux pourquoi M. Mélenchon ne veut pas dévoiler son patrimoine... Les smicards, les ouvriers, les chômeurs, les pauvres, les RMIstes, les RSA, etc., et la "classe moyenne" apprécieront...
Un grand patron doit publier son patrimoine et M.Mélenchon, homme public qui vit avec l'argent des contribuables, serait-il dispensé ? NON !

En résumé, écrit le Canard : Patrimoine de 2 465 000 euros, plus, comme député européen : 19.105 euros, plus, comme sénateur de l'Essone : 17.000 euros : donc 36 105€ par mois d'argent public + remboursement des frais : avion, taxi, téléphone, poste, SNCF, etc.
Pas mal pour quelqu’un qui se dit anti-capitaliste et qui n’aime pas les riches !

 



 

Gaston Flosse  jugé ce matin a été mis "hors de cause" par la présidente des référés ,Cécile Leingre, dans le procès que lui a fait Tonita Flosse pour récupérer la maison de Erima  . Cette propriété appartient au gérant de la SCI Nahiti, de la société Flick et de la société Flack, Reginald Flosse. La juge déclare en outre que l'action aux fins de suspension de la clause résolutoire est irrecevable. Elle stipule n'y avoir pas lieu à référé et rejette l'ensemble des demandes de la plaignante qui reste à devoir près de 93 millions de frs au gérant des sociétés immobilières.

Nous ne rentrerons pas plus avant dans une histoire privée qui ne concerne qu'une  dispute entre époux séparés sur un tapis de gros sous..

 

Caroline Tang offre un Noël aux jeunes malades polynésiens

La Déléguée de la Polynésie française à Paris, Caroline Tang, s’est rendue, vendredi, à la Fondation Ellen Poidatz située à Saint-Fargeau-Ponthierry en Seine et Marne. Ce centre de réadaptation et de convalescence héberge trois enfants souffrant de handicaps. Accueillie par l’éducatrice spécialisée et les parents, Caroline Tang a remis à chacun des jeunes patients des cadeaux de Noël à l’effigie de Vaiana, l’héroïne polynésienne du dernier Disney.

 Le lendemain, elle s’est rendue à l’hôpital des enfants de Margency dans le Val-d’Oise où l’attendaient cinq autres petits malades. Tous ont aussi reçu leurs cadeaux des mains de la Déléguée lors du goûter. Un moment de partage et de grande émotion au son d’un ukulele.

Ces visites, à l’approche des fêtes de fin d’année, sont destinées à apporter un peu de baume au cœur de ceux qui souffrent si loin de leur famille et du Fenua.
Des distributions de cadeaux de Noël sont prévues, dans les jours à venir, dans autres établissements hospitaliers de la région parisienne, comme Robert Debré ou encore l’hôpital Necker pour enfants malades.

 

 Marine Le Pen interrogée par le Grand jury  RTL/le Monde/LCI, dimanche matin  a bien réussi son examen.

Elle a même et à plusieurs reprises repris et piqué le co-présentateur de l'émission l'éditorialiste Olivier Mazerolle en lui disant tout sourire : " Vous vous trompez Mr Mazerolle", en dénonçant les rumeurs et ragots colportés par ses opposants sur son programme et en expliquant que La famille était l’élément central et fondamental de la société qu'elle devait donc être protégée, valorisée et préservée. "Sa dissolution, sa mise au banc des préoccupations des pouvoirs publics sont les signes avant-coureurs d’une société décadente et égoïste. Une politique familiale volontariste est un des premiers gages de la solidarité nationale et de la préservation de notre identité nationale".

Mais elle n'a pas manqué en réponse aux journalistes qui l'interrogeaient sur le programme de François Fillon de fustiger le projet de l'assurance maladie, l'augmentation selon elle des inégalités entre les pauvres et les riches avec un projet ultra libéral qui lui donnait "la nausée".(Les rôles sont renversés!) Fillon et Macron servent un autre potage et Marine casse la soupière.

 

Etats-Unis. Les médias américains ont révélé le prix des campagnes électorales d’Hillary Clinton et de Donald Trump. La candidate démocrate a battu tous les records avec un montant de 1,2 milliards de dollars.

Dépenser 1,2 milliards pour finalement perdre l’élection présidentielle. Hillary Clinton a réalisé la campagne la plus chère de toute l’histoire américaine, deux fois supérieure à la somme réunie par son concurrent et vainqueur, Donald Trump. Le New York Post précise que ces montants incluent les dons privés non plafonnés (les donateurs sont le plus souvent des milliardaires, des groupes d'intérêts ou des entreprises) et les aides publiques.

 Le candidat républicain, quant à lui, n’a eu besoin que de 600 000 millions de dollars afin de remporter la course à la Maison Blanche.

Et seulement un dixième de cette somme provient des fonds propres du milliardaire, soit 66 millions de dollars. Quelques mois avant l’élection, Donal Trump avait assumé ne pas avoir besoin d’autant de moyens que Hillary Clinton pour réussir sa campagne

 

Trois mesurettes et puis s’en vont ! (Réponse du berger à la bergère )

En réaction au communiqué du Tapura Huiraatira qui ironise sur « mon aveu » hier sur Polynésie 1ère, je rappelle qu’il appartient à chacun de prendre ses responsabilités et de les assumer. Voire un quelconque aveu dans mes propos relève de l’irrationnel. Thomas Moutame a souhaité voter le budget avant tout parce qu’il est maire, afin, chacun l’aura compris, qu’un éventuel vote négatif ne porte pas préjudice aux intérêts de sa commune.

Au lendemain de l’adoption du budget pour 2017, la presse s’est cantonnée à souligner le vote à 33 voix de ce budget. La majorité a surtout fait preuve d’une démonstration de force politique, et il lui incombe maintenant d’en assumer les conséquences.

La majorité a imposé, dés l’ouverture de la séance, une modification de l’ordre du jour lui permettant de voter d’abord le budget puis de renvoyer le vote des lois fiscales en fin de séance. Ces lois fiscales ont donc été votées très tard en fin de soirée, au moment où les journalistes n’étaient plus présents dans l’hémicycle. La manœuvre avait pour but de passer sous silence les conséquences financières qu’elles impliquent pour le budget des consommateurs et les répercussions qu’elles engendreront sur les acteurs économiques concernés. Cette manière de procéder est particulièrement inédite depuis l’autonomie de la Polynésie française et représente une forme de déni de démocratie. Ce n’est pas parce que la majorité est majoritaire qu’elle peut tout faire et s’assoir sur les règles.

Pour autant, les élus de l’opposition et notamment les élus du Tahoera’a Huiraatira, ne manifestent aucunement la volonté de s’associer à cette mascarade politicienne. Les élus, et tous les Polynésiens, attendent la majorité sur des questions plus essentielles, notamment sur la grande réforme de la protection sociale généralisée (PSG), ainsi que sur une véritable consolidation de la relance de l’économie. Nous en sommes loin. On nous présente quelques mesures et rien de plus. Trois mesurettes et puis sen vont ! Ce budget n’est pas à la hauteur des enjeux. Sur ces questions essentielles, la majorité doit répondre de manière efficace et transparente, et faire preuve d’audace vis à vis des contribuables polynésiens.

(...)Que dire du financement de la solidarité, point sur lequel la majorité devra expliquer à la population de quelle manière elle financera 9 milliards F de déficit de la PSG, ainsi que 7 milliards F de fonds de roulement pour mettre en œuvre le régime unique de l’assurance maladie, clé de voute du projet de réforme de la PSG ? Où la majorité va-t-elle trouver 16 milliards F si ce n’est dans la poche des contribuables ? Il faut arrêter de croire au Père Noël !

Que les donneurs de leçons au sein de la majorité se mettent au travail en commençant par traiter les maux les plus urgents : la jeunesse en déshérence, les difficultés scolaires anormalement élevées, l’illettrisme qui frappe la population, l’emploi qui fait cruellement défaut… Le budget 2017 ne répond à aucune de ces préoccupations.

Cette majorité laisse surtout paraître l’embonpoint de certains de ces membres qui contraste avec la misère d’une partie de la population en grande difficulté à laquelle ils témoignent un profond désintérêt.

ndlr :Oups !!!

  

.« L’aveu de Marcel Tuihani »selon le Tapura, qui n'en est pas un !
I
nvité à commenter le vote de Thomas Moutame, représentant Tahoeraa Huiiraatira, en faveur du budget, Marcel Tuihani a estimé sur Polynésie première dimanche soir que l’élu de Taputapuatea avait eu « une attitude responsable ».
Il faut donc en déduire que le vote du Tahoeraa Huiraatira, qui s’est abstenu, est irresponsable !


NB Marcel Tuinani n'a pas tort. Thomas Moutame a eu une attitude "responsable" envers lui-même puisqu'il attend quelque chose du président du Pays !

 

Les gens se demandent pourquoi les Musulmans terroristes cherchent à se suicider ?

Regardons les évidences d'une étude bien documentée :

Pas de Noël

 Pas de télévision

Pas de femmes nues

Pas de football

Pas de côtelettes de porc

Pas de hot-dog

Pas de hamburgers

Pas de bière

Pas de bacon

Des guenilles comme habillement

Des serviettes comme chapeaux

  

Ils ont plus d'une femme.

donc, + de belles-mères

 

LES MUSULMANS NE SONT PAS HEUREUX

Ils ne sont pas heureux à Gaza.

Ils ne sont pas heureux en Égypte.

Ils ne sont pas heureux en Libye.

Ils ne sont pas heureux au Maroc.

Ils ne sont pas heureux en Iran.

Ils ne sont pas heureux en Iraq.

Ils ne sont pas heureux au Yémen.

Ils ne sont pas heureux en Afghanistan.

Ils ne sont pas heureux au Pakistan.

Ils ne sont pas heureux en Syrie.

Ils ne sont pas heureux au Liban.

 

ALORS, OU SONT-ILS DONC HEUREUX ?

Ils sont heureux en Allemagne.

Ils sont heureux en Australie.

Ils sont heureux en Angleterre.

Ils sont heureux en Belgique

Ils sont heureux au Canada.

Ils sont heureux au Danemark.

Ils sont heureux aux États-Unis.

Ils sont heureux en France.

Ils sont heureux en Hollande.

Ils sont heureux en Norvège.

Ils sont heureux en Suède.

Ils sont heureux au Vatican.

....

 

EN FAIT, ILS SONT : 

HEUREUX DANS TOUS LES PAYS QUI NE SONT PAS MUSULMANS

 ET

MALHEUREUX DANS TOUS LES PAYS QUI LE SONT !

 ET QUI BLÂMENT-ILS POUR LEURS MALHEURS ?

Pas l 'Islam.

Pas leurs chefs spirituels.

Pas eux-mêmes

ILS BLÂMENT TOUJOURS LES PAYS OÙ ILS SONT HEUREUX !

 ET ENSUITE, ILS VEULENT CHANGER CES PAYS POUR QU'ILS DEVIENNENT COMME LES PAYS D'OÙ ILS VIENNENT ET OÙ ILS ÉTAIENT MALHEUREUX

 Excusez-moi, mais la question mérite d'être posée:

COMMENT PEUT-ON ÊTRE AUSSI CON ?

 

 

 G-Natty est un reggaeman polynésien qui a grandi entre lagon et montage sur l’île de Tahiti.
Facilement identifiable avec ses dreadlocks blondes, au sein du Collectif Code 9.8, G-Natty a muri et a multiplié les rencontres et les collaborations.

En plus d’avoir collaboré avec Solive pour le titre Sweet et The HandCart meets Tahiti pour le titre Irie Time, il s’est attelé parallèlement à l’écriture et l’auto production de son 1er album.

Pour ce premier album il a rassemblé des musiciens de Tahiti grands amateurs de reggae sous le collectif The Peacemakers. Avec eux, il nous offre une vision du roots reggae rock made in Tahiti.

Le premier single Come back est sorti le 9 décembre sur les plateformes de téléchargement et de streaming. C’est un appel au retour à la sérénité, à la paix et la joie que peut porter l’amour.

Il est le premier single d’une série de 3 en prélude à son 1er album War of Mind dont la sortie est prévue pour avril 2017.




 

Samedi 10 décembre 2016,

Quand l'ex payeur de la Polynésie réclame 678 millions d’indemnités à l'Etat
TNTV


La cour administrative d’appel de Paris a rejeté, le 1er décembre dernier, une requête de l’ex payeur de la Polynésie française qui réclamait la condamnation de l’Etat à lui verser diverses indemnités.
Montant de la note que ce haut-fonctionnaire présentait : un peu plus de 678 millions de francs.


678 169 850 francs exactement. C’est ce à quoi disait avoir droit l’ancien payeur de la Polynésie. Pour ce haut-fonctionnaire d’Etat, détaché auprès de la Polynésie de 2009 à 2013, cette somme conséquente représentait le montant total de diverses indemnités dont il estimait avoir été privé.
Le requérant appuyait sa demande par divers textes réglementaires polynésiens, certains datant du début des années 80.


La cour administrative d’appel a statué jeudi dernier sur le dossier.
Et elle a renvoyé l’ex payeur dans ses cordes. Elle a en effet considéré qu'un fonctionnaire d’Etat ne pouvait « légalement bénéficier d'une indemnité qui n'est pas prévue par une disposition législative ou règlementaire ou par le statut du corps auquel il appartient ».

La cour ajoute que le requérant se « prévaut d'une décision du conseil de gouvernement de la Polynésie française du 16 avril 1982, d'un arrêté du même conseil de gouvernement polynésien du 3 mai 1983 » mais « qu'aucun des textes dont il demande l'application n'a le caractère d'une loi ou d'un décret ou ne peut être regardé comme se rattachant au statut du corps de fonctionnaires de l'Etat auquel » il appartient.


Et la juridiction de conclure : « à supposer qu'il ait entendu se prévaloir d'une rupture d'égalité avec les autres agents du service, il n'était pas, en tout état de cause, en tant que payeur de la Polynésie française, dans une situation analogue à celle des agents de la Trésorerie générale de la Polynésie française ayant perçu les indemnités en cause ». Cinglant.
J-B. C.

 

 

 

Présidentielle: «On est vraiment entré dans la campagne», Macron montre les biceps à Paris"

C’est LE premier grand moment de sa campagne. Emmanuel Macron a tenu ce samedi un grand meeting porte de Versailles à Paris. Pour le candidat à la présidentielle, l’objectif était clair, relève le site 20 minutes: gonfler les biceps quelques jours après l’annonce de candidature de Manuel Valls à la primaire.


Macron show patate

Vers 17 heures, une immense foule est debout et attend au fond de la salle, scrutant des yeux la porte par laquelle l’homme du jour doit arriver. Quand Emmanuel Macron jaillit, c’est l’euphorie. L’ancien ministre de l’Economie s’offre une entrée à la Johnny. Musique assourdissante, haie d’honneur et bras levés. Avec l’aide de ses gardes du corps, le candidat parvient difficilement à se frayer un chemin jusqu’à la scène, sous les « Macron président ! » de ses fans.

Derrière son pupitre, le candidat fait le show, harangue la foule pendant une heure quarante !…. Parfois, cela paraît un peu forcé, comme lors de sa conclusion, très habitée.

Opération biceps réussie

Les partisans d’« En Marche » voulait réussir un « coup de force ». Le pari est plutôt réussi. « Est-ce que nous sommes seuls ? Vous êtes venus des quatre coins de la France ! Nous sommes 15.000 ce soir », a lancé Emmanuel Macron. Difficile de vérifier les chiffres, mais l’immense hall paraissait bien contenir au moins 15.000 personnes.
Soit bien plus que les 3.000 personnes du meeting du PS samedi dernier. En fin de meeting, toutefois, quelques personnes quittent la salle, sans attendre la fin du (long) discours du candidat.
 

 

Vannes (Breizh-info .com)  – Peut-on cracher et uriner sur un véhicule de police sans être poursuivi devant la justice ? A Vannes, grâce au procureur de la République, on sait depuis peu que la réponse est oui. Les policiers sont furieux.

Dans la nuit du 1er au 2 décembre, la police est appelée pour un tapage nocturne dans le village des étudiants. On est un jeudi soir et ces derniers font la fête comme souvent avant le week-end. Et comme il se doit beaucoup sont alcoolisés. Assez pour que l’un d’entre eux profite de l’occasion pour cracher et uriner sur le véhicule des forces de l’ordre où le mot « police » est affiché en grosses lettres. Impossible de se tromper.

Découvert en pleine action par les policiers, le jeune homme sera interpellé après une course poursuite et placé en garde à vue au commissariat de Vannes. Après quelques heures passées dans une cellule de dégrisement, l’étudiant est interrogé par un officier de police judiciaire qui a transmis le PV au parquet. Réponse de ce dernier : il n’y a pas lieu à poursuite et l’affaire est classée.

Cette décision n’a pas manqué de soulever l’indignation des policiers vannetais. Dans un communiqué, le syndicat Unité SGP Police « dénonce, une nouvelle fois, la démonstration de la réponse pénale devant un individu auteur d’un délit grave. Uriner et cracher sur un véhicule de police est inadmissible car c’est non seulement s’attaquer à l’institution policière, mais c’est aussi s’attaquer à l’État. »

Pour Vincent Lucazeau, délégué syndical, « quel message est encore donné ? Si ce même individu avait uriné ou craché sur la porte du palais de justice, je ne suis pas certain que la procédure aurait été classée sans suite » (Ouest-France, 04/12/2016). Dans un contexte particulièrement tendu – les manifestations spontanées des policiers se sont multipliées ces derniers temps –  cette affaire ne va pas faire baisser la tension.

Pour mémoire on se souvient que dans l’affaire d’Arzon le procureur de Vannes avait estimé, à propos de l’agression sexuelle caractérisée dont avait été victime une femme, qu’il s’agissait «de faits pas si graves que cela».

(ndlr il aurait peut-être dit la même chose si c'était arrivé à sa femme !!!)

 

En réponse à une personnalité médiatique qui nous faisait remarquer qu'en cette période d'exode festif les compagnies aériennes n'avaient pas mis d'avion supplémentaire sur les lignes à forte densité et que le fret restait en panne sur place, nous avons demandé à Michel Monvoisin, PDG d'ATN ,le pourquoi du comment. Voici sa réponse :

C'est principalement le PPT/LAX qui est chargé du fait de la croissance touristique. Je suis désolé de me répéter, mais la clientèle locale représente 20% du trafic. Rajouter un vol supplémentaire suppose de récupérer 80% de touristes. Faire voler un avion à un coût, et en l'état du réceptif hôtelier, c'est un risque non négligeable pour la compagnie. Je rappelle qu'un B787 d'American Airlines (capacité similaire au A340) se pose un jeudi de novembre et qu'on fait dormir une bonne partie des passagers sur des lits picot à l'aéroport faute de chambres disponibles.

Pour le fret, c'est un problème récurrent toutes les fins d'années. Nous donnons la priorité au frais pour garnir les tables des réveillons de Noël et jour de l'an. Un vol supplémentaire que pour le fret amènerait des surcoûts que les importateurs ne seraient probablement pas prêts à payer. Dont acte.

 

Projet de câble sous-marin aux Tuamotu et aux Marquises, coût 6 milliards CFP. Appel d'offres lancé par l'OPT. Mise en service fin 2018

 

L’APC met au rebut la réforme du secteur de la perle et pan !

 Dans un avis au vitriol rendu jeudi et publié vendredi, l’autorité polynésienne de la concurrence (APC) tacle sévèrement la réforme de la perliculture engagée par Teva Rohfritsch, relève radio 1 et qui a pourtant fait l’unanimité des professionnels et du CESC. Mais pour l’autorité, la réforme « privilégie » justement les opérateurs en place et freine le développement des petits professionnels.

 L’autorité polynésienne de la concurrence (APC) a porté vendredi un coup assez inattendu à la réforme du secteur de la perliculture engagée par le ministre de l’Economie bleue, Teva Rohfritsch. Ministre au passage lui-même en charge du droit de la concurrence de par son portefeuille de l’Economie. L’autorité entame d’abord le communiqué résumant son avis en regrettant d’avoir été saisie tardivement et de ne pas avoir eu la « complète transmission des textes d’application prêts depuis des mois ». Ambiance… Et avant même d’entrer dans le détail de son analyse, l’APC présente la réforme comme « limitant directement et indirectement le nombre d’opérateurs pouvant agir dans le secteur et étant ainsi susceptible de restreindre la concurrence ».

 

Ca plane pour lui !

Donald Trump complète chaque jour la liste des ministres de son gouvernement. Le dernier en date s’appelle Andrew Pudzer pour le ministère du travail. C’est le patron d’une chaîne de fast-food, et on se rend compte à chaque nouvelle nomination que le président est en train de bâtir une équipe de généraux et de milliardaires.

On avait noté sa propension à se fier à des militaires pour les postes régaliens. C’est donc le cas pour le Pentagone que Donald Trump a confié au général Mattis, pour le poste de Conseiller à la Sécurité nationale avec le général Flynn. Et pour le ministère de la Sécurité, qui aura à gérer à la fois les questions d’anti-terrorisme et de lutte contre l’immigration, avec le général Kelly, un vétéran des Marines, le premier général à avoir perdu un fils au combat, en l’occurrence en Afghanistan.

 Au ministère de la Justice, nous avons Jeff Sessions, sénateur de l’Alabama, très critiqué dans son propre camp pour son racisme, ce qui ne manquera pas de poser problème dans ses relations avec les différentes communautés ethniques, les noirs, les latinos ou les musulmans, dès le prochain incident policier ou judiciaire.

 Montant total de la fortune des ministres déjà nommés : 14 milliards de dollars (ndlr ils n'auront pas besoin de faire comme Cahuzac  qui a planqué sa fortune !)

 Là où Donald Trump joue gros également, c’est avec les ministères économiques et sociaux. Il avait promis qu’il lutterait de toutes ses forces contre Wall Street et il finit par nommer au Trésor Steve Mnuchin, un banquier qui vient de passer 17 ans chez Goldman Sachs. Il veut se rapprocher des pauvres ou des classes moyennes mais il nomme au Travail un patron de l’industrie du fast food qui renâcle à augmenter le SMIC. Pour le ministère des PME, il nomme Linda McMahon, la patronne de l’industrie des combats de catch.

 Au Commerce, il a désigné Wilbur Ross, 78 ans, un racheteur d’entreprises en difficultés dont la fortune est estimée à 3 milliards de dollars. A ce stade, et il reste quatres gros ministères à pourvoir, le montant total de la fortune des ministres déjà nommés est estimée à 14 milliards, 30 fois plus que celle des membres de l’équipe de George Bush.

 Enfin, sur les autres postes sensibles, on a l’impression qu’il joue la provocation. Mais c'est juste le fait qu'il tient ses promesses. Il avait dit qu’il voulait en finir avec la lutte contre le changement climatique, il a nommé à l’Agence de l’environnement, le ministre de la justice de l’Oklahoma qui a dirigé la plainte collective de 28 Etats contre les décrets de Barack Obama pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Au ministère du Logement, il nomme son ami noir ultrareligieux Ben Carson qui s’est fait connaitre par une homophobie débridée en qualifiant le mariage pour tous de "bestialité démoniaque."

 A la Santé, il nomme un chirurgien qui a fait fortune dans le privé et qui s’est juré de démanteler la réforme de l’assurance-santé d’Obama.

A l’Education, il désigne une milliardaire, Betsy Devos, qui milite en faveur de l’école libre. Bref, il compose un gouvernement à son image : excessivement viril, ostensiblement riche et décomplexé sur la guerre culturelle qui divise l’Amérique autour du sexe et de la morale, de la race et de la religion. Les séances de validation au Sénat, où l'opposition démocrate compte bien se faire entendre à partir de la rentrée de janvier, promettent d'êtres intenses.( François Clemenceau - leJDD.fr)

 

 Un été biblique aux Etats Unis

 

 

Un nouveau bateau de croisière en construction ? Non ! La réplique grandeur nature de l'Arche de Noé

L’été promet d’être biblique dans le Kentucky. Non pas que les abords champêtres de la petite ville de Williamstown aient des allures de mont Ararat. Mais c’est là qu’un entrepreneur très chrétien a choisi de poser une réplique « grandeur nature » de l’arche de Noé, dont l’ouverture au public était prévue le 7 juillet. L’œuvre est colossale: longue comme un terrain de foot et demi, haute de sept étages, elle s’appuie sur une charpente de bois qui serait la plus grande jamais construite aux Etats-Unis.(100 millions de dollars)

 Les Amish, réputés pour leur savoir-faire en menuiserie et ébénisterie, ont prêté main-forte aux ambitions de Ken Ham, le promoteur de ce projet 100 % créationniste. Il fallait bien cela pour reconstituer le refuge qui, selon la Bible, sauva la Création du déluge et le monde des péchés. Loin des centaines d’espèces qu’y entassèrent Noé et sa famille, seules trente d’entre elles ont finalement trouvé leur place dans l’arche de M. Ham. Mais au-delà des classiques ours, girafes et moutons, le public pourra admirer un couple de… Tyrannosaurus Rex. Ce qui mérite une explication.« Ici, ce ne sera pas le monde de Disney, où les gens viennent pour s’amuser. Le but est religieux. » Ken Ham, promoteur du projet

Car, pour M. Ham, l’intention est claire : « Ici, ce ne sera pas le monde de Disney ou d’Universal, où les gens viennent pour s’amuser. Le but est religieux », a-t-il récemment détaillé dans le New York Times.
Comme au Musée de la Création, qu’il a fondé il y a neuf ans à quelques dizaines de kilomètres de l’arche, ou dans le matériel pédagogique dont il inonde des centaines d’églises sous le label explicite « Réponses dans la Genèse », il s’agit ici de diffuser le « message chrétien ».

 

 

Prise de commandement de l’Arago

Une cérémonie militaire se déroulera le lundi 12 décembre, à 10h00 Fare Ute à l’occasion de la passation de commandement du patrouilleur Arago.

A l’occasion de cette cérémonie, le Lieutenant de Vaisseau Marco Aurili rendra son commandement et le transmettra au Lieutenant de Vaisseau Benoît Renié.

Cette cérémonie sera présidée par le contre-amiral Denis Bertrand, commandant supérieur des forces armées en Polynésie française.

 

 

Vendredi 9 décembre 2016

( ce matin panne d'ordinateur )

 

La ministre de l’Education, Nicole Sanquer-Fareata,  en appelle au sens des responsabilités du personnel de la compagnie aérienne Air Archipel toujours en grève afin d’assurer le rapatriement des élèves résidant dans les îles, dans leurs foyers, à l’approche des fêtes de fin d’année.

ndlr : un minimum quand même !

 

Dans un pays comme la Polynésie française où l'on ne parle qu'en millions ou en milliards, les Marquises n'ont toujours pas de mammographe et encore moins de radiologue !

 

1,450 milliards pour les communes en 2017

 Les chouchous  du président du pays sont gâtés. Plus de 100 millions en 2017. Il est vrai que quand on aime on ne compte pas ! Avec ces enveloppes, les Marquises n'arrivent même pas à se payer un mammographe !

Le budget de 2017 comprend la reconduction des enveloppes dédiées aux concours financiers de la DDC (Délégation pour le développement des communes), à concurrence de 1,450 milliard Fcfp contre 1,3 milliard au budget primitif de 2016. De même, la dotation de 700 millions Fcfp est maintenue pour les dossiers du Contrat de projets au titre de la programmation de 2017. En outre, une autorisation de programme à hauteur de 500 millions Fcfp a déjà été mise en place en 2016 pour le Contrat de redynamisation des sites de la défense (CRSD).

Le Président Edouard Fritch, entouré de son gouvernement, a donc reçu, vendredi matin, à la Présidence les maires de la Polynésie française pour une journée de rencontre et d’échanges, organisée pour la troisième année consécutive et leur annoncer les bonnes nouvelles.

 

L'ONU enfonce des portes ouvertes

L’assemblée générale de l’ONU a suivi les recommandations de la 4e commission. Dans sa résolution du 6 décembre 2016, l’ONU reconnait que les essais nucléaires ont eu des conséquences environnementales et sanitaires en Polynésie et qu'en conséquence « c’est à la population de la Polynésie française elle-même qu’il appartient de déterminer librement son futur statut politique ». Ouf !Quelle chance que cette vérité de La Palice !!! Autrement dit une lapalissade dont l'ONU est coutumière !

 

Info ou intox ayant déja couru en 2013 :James Estall sur la sellette à la Socredo ?

 Directeur de la banque Socredo depuis une dizaine d’année, James Estall est annoncé sur le départ  Contacté jeudi par Radio 1, l’intéressé affirme ne pas être « au courant », ne pas avoir de velléités de départ et ne pas se « soucier des rumeurs ».

 

Le ministre du Tourisme, Jean-Christophe Bouissou, et la ministre de l’Education, chargée de la Jeunesse et des Sports, Nicole Sanquer-Fareata, ont remis, jeudi en fin de journée, les attestations de réussite aux stagiaires de la formation professionnelle de guide de plongée subaquatique, dans les locaux de l’Institut de la Jeunesse et des Sports de Polynésie française (IJSPF), à Pirae.

 

Le président Edouard Fritch a reçu, jeudi après-midi, à la Présidence, madame Sherry Wang, qui en association avec Robert Wan, souhaite commercialiser la perle de Tahiti en Chine. ( Tiens on croyait que c'était déja fait !!!)

 

Adieu "Mamao", l'hôpital dont on ne dit que le nom de baptême depuis si longtemps a vécu et sur sa pierre tombale on pourra lire cet aveu du président Edouard Fritch  "j'ai beaucoup fréquenté cet hôpital"

 

La seule chose propre et jolie dans le paysage citadin qui pourrait circuler en ville ou sur le front de mer,le petit train rouge et blanc est toujours en attente des autorisations administratives. Pourvu qu'il ne rouille pas de tristesse sur le parking du TNAD. Heureusement que le gouvernement n'a pas a gérer les innovations d'une grande ville. Imaginez ces mêmes hommes de notre gouvernement à Paris, New York ou Los Angeles !!!!!!!

 

Les malheureux squattaient le "motu Ahi", ils ont été expulsés hier. Pas de trêve à Noël !

 

Trump résolument conservateur, ce n'est pas une surprise.  Il a reçu à NY l'ancien vice-président Al Gore, célèbre apôtre de la lutte contre le réchauffement climatique et mercredi l'acteur Leonardo Dicaprio autre ardent défenseur de l'environnement. Celui a tenté dele convaincre qu'investir dans les structures vertes pourraient créer des millions d'emplois aux Etats Unis. Rendez-vous est pris à nouveau pour janvier.

 

OUTRE-MER 1ÈRE :C’est l’hebdomadaire Paris Match qui raconte cette histoire incroyable. En 1989, Donald Trump en escale à Terre-de-Haut a sauvé la vie d’une jeune autiste, fille d’un commerçant des Saintes, Yves Cohen.

Dix-sept ans ont passé et le commerçant ne semble avoir rien oublié.
Dans l’hebdomadaire Paris Match, Yves Cohen, patron d’une boutique de vêtements à Terre-de-Haut en 1989 se souvient de ce jour où il a entendu Donald Trump hurler avec sa fille dans les bras.


Milliardaire en escale

Le commerçant raconte à Paris Match qu’il avait repéré cet homme d’affaires attablé dans un café à Terre-de-Haut. Difficile de ne pas remarquer l’Américain au look improbable en escale. Mais ce jour-là, quand il a vu Donald Trump tout mouillé avec Sina, sa fille de 16 ans dans les bras, il n’a pas tout de suite réalisé ce qui se jouait.

"Je ne comprends pas tout ce qu’il me dit, mais je saisis qu’il me traite de tous les noms. Il est tout rouge et semble sous le choc, comme si un drame venait de se passer. Ce que je ne sais pas encore, c’est qu’il vient de sauver ma fille", raconte Yves Cohen à Paris Match.


Sauvée par le futur président

Par la suite, le commerçant comprendra que sa fille souffrant d’un autisme très fort s’était baignée, profitant de la courte absence de l’aide-soignante qui l’accompagnait. Ne sachant pas nager, Sina a commencé à se noyer. C’est alors que celui qui est désormais le président des Etats-Unis est intervenu.
 

 

Kirk Douglas fête ses 100 ans aujourd'hui : ses cinq chefs-d’œuvre

 

  Kirk Douglas fête ses 100 ans ce vendredi. L’acteur mythique a obtenu trois nominations aux Oscars, mais n’a reçu la statuette qu’en 1996 pour l’ensemble d’une carrière, qui court sur six décennies.

 Du gladiateur Spartacus au génie torturé de Vincent van Gogh, Kirk Douglas, qui fête ses 100 ans vendredi, a joué dans plusieurs films qui ont contribué à bâtir la légende du cinéma. L’acteur mythique a obtenu trois nominations aux Oscars. Mais il n’a reçu la statuette qu’en 1996 pour l’ensemble d’une carrière, qui court sur six décennies. Voici cinq films où il a tenu certains de ses rôles les plus mémorables.

 « Le Champion » (1949) "Les ensorcelés" 1952 ",20.000 Lieues sous lesmers "1954; "La vie passionnée de Vincent Van Gogh" 1956, Spartacus 1960, Les Vickings 1958 " les sentiers de la gloire" etc...

 

Les "roms" sont de retour à Paris

 

 

 

Paris: Petit à petit, le bidonville rom fait son retour Porte de Clignancourt

 20 minutes

 Il est moins visible du boulevard Ney (18e) qui surplombe la petite ceinture. Mais un bidonville se forme de nouveau, petit à petit, le long des rails près de la Porte des Poissonniers, là même où la préfecture de police avait évacué 300 occupants d’un campement de fortune en février dernier.

 Une vingtaine de cabanes

 Le Parisien a compté une vingtaine de cabanes à ce jour sur le site et

60 à 70 personnes qui y ont trouvé refuge. Selon les associations qui interviennent sur ce site, ce village de cahutes pourrait très rapidement s’agrandir après un incendie jeudi dernier qui a accéléré l’évacuation d’un bidonville rom à Pierrefitte (Seine-Saint-Denis).

Jeudi après-midi déjà, plusieurs hommes étaient occupés à construire trois nouvelles cabanes sur le bidonville de la Petite ceinture.

 

 

Jeudi 8 décembre 2016

Air Tahiti Nui informe que la grève du SNMSAC-UNSA-PF entamée le vendredi 2 décembre dernier est levée suite à la signature du protocole d’accord intervenu ce jeudi 08 décembre 2016.

 

Editorial

Place à la droite, la gauche s'est suicidée.

Dans Valeurs Actuelles, le nouveau secrétaire général des Républicains réaffirme que François Fillon  ne modifiera pas son cap face à un gouvernement qui se plaît à faire “la police des fausses idées” depuis la victoire  qui l'opposera probablement à Marine Le Pen.

 

La feuille de route du nouveau patron des Républicains Bernard Accoyer est simple : mettre le mouvement en ordre de marche pour la campagne présidentielle. Pour cela les 108 fédérations et les millions de sympathisants devront être le relais de François Fillon pendant la campagne. Le président du plus grand mouvement politique de France sera secondé par un comité politique costaud, car élargi avec le président du Sénat, Gérard Larcher et  deux vice-présidents Laurent Wauquiez et Isabelle Callennec.

 

Les grands axes de la campagne ont été donnés et acceptés par les millions de citoyens qui ont voté pour François Fillon ce jour là. Reste à ce dernier à bien éclaircir sa position sur des points qui heurtent encore certains électeurs. Ce qu'il fait.

Sa volonté première est de rassembler ses troupes. Elle se manifeste d'abord en les invitant au sein des instances consultatives du parti qui vient d'être créé. Alain Juppé lui-même sera représenté par Virginie Calmels, une proche du maire de Bordeaux et d'autres de l'entourage Juppé vont rejoindre l'équipe dirigeante de Fillon dans une biologie sociale normale dans un même camp.

 

Cela dit, le champion de la primaire de la droite réfute le qualificatif de " conservateur" à vrai dire, quand on se propose de faire de très grandes réformes qui peut  valider ce terme ? C'est tellement drôle que cela en est ridicule. FF devrait-il cacher pudiquement ses racines chrétiennes ? Fait-on ce type de procès à d'autres hommes politiques ? Et pourquoi  renierait-il sa foi d'ailleurs au moment où une guerre de religion larvée s'étend et menace toujours la France ? Ce n'est pas un délit que d'être chrétien tout de même. Les Français sont d'ailleurs très attachés à ces valeurs sans tomber dans la bigoterie ou la tartuferie des farouches cathos ou parpaillots intolérants .

 

La liberté d'accès à l'IVG n'est pas menacée comme la gauche veut le faire croire. Jamais François Fillon ne l'a remise en cause ni n'a remis en cause la liberté des femmes conformément à la loi, ou de l'adapter selon les problèmes qu'elles rencontrent.

Cinq mois pour expliquer, clarifier et peut-être aussi modifier quelque peu le programme. Tenez prenez encore l'assurance maladie cloisonnée dans des zones que survole un essaim d'euphémismes. La gauche enfonce son doigt accusateur sur tous les points fondamentaux du programme des Républicains pouvant inquiéter les Français à la peine, comme  les remboursements de la Sécurité sociale  afin de réveiller une juste réprobation populaire mais mensongère Il s'agit au contraire  de mieux les protéger et durablement comme le font les pays ayant redressé leurs comptes sociaux, pour mieux définir les paniers de soins relevant à la fois de l'assurance maladie obligatoire et de l'assurance complémentaire.

 

Bref, peu à peu, au cours des jours et des quelques mois à venir  le " carré" de François Fillon, lui au centre, va devoir décortiquer tout ce que ne comprennent pas certains électeurs endoctrinés par une opposition prête à tout pour démolir le gagnant. Toutefois, ce qui réjouit l'impassible François, c'est de voir l'UDI faire désormais bloc autour de lui, car la campagne une fois les festivités de la fin de l'année terminées, sera sans aucun doute  particulièrement violente avec une gauche affaiblie, divisée, fracturée mais une gauche toujours, qui bouge et tressaute pour avaler des goulées d'air avec pas loin, un Front national en embuscade depuis plus d'un an qui va parachuter ses "guerriers" sur tous les terrains et c'est déjà fait..

 

Que dire aussi de l'ambitieux Manuel Valls ? Celui qui s'est habilement débarrassé du malheureux François Hollande en l'entrainant dans un programme économique et social inefficace. N'est-il pas comptable de l'échec ? Comment les Français pourraient-ils lui faire confiance alors qu'il est aussi l'artisan du bilan calamiteux du quinquennat ? Dans ce processus énigmatique relevons encore que Valls, a clivé la gauche tant qu'il a pu, pour aujourd'hui vouloir la rassembler en se rendant compte qu'il en a besoin mais en oubliant un peu vite, avoir théorisé l'existence de « deux gauches irréconciliables », et le marteler sur tous les fronts. Calamitas !

 

Malheureusement pour lui " ses frères" d'armes ont de la mémoire.

Or même si l'on compte sur un processus énigmatique d'oubli, sa nervosité, son autorité, ses colères, ses repentirs et son habilité à se débarrasser de Hollande dans un long cheminement de " conseils avisés" ne lui apporteront pas 4,4 millions d'électeurs à la primaire. Place à la droite, la gauche s'est suicidée.

 

 

C'est son contraire qui a pris la relève, Bernard Cazeneuve. Le changement c'est maintenant et déjà en conflit avec les magistrats.!

Suite à l'information ci-dessous concernant l'inquiétude de la Cour de cassation sous le "contrôle direct" possible du gouvernement nous recevons un courrier de lecteur ainsi que la lettre du procureur général de la cour de cassation:

Du gouvernement socialiste nous avons eu les médias orientés à la méthode Pravda (que nous avons encore), où tout avis contraire est classé "fasciste", les unités de rééducation pour les musulmans fondamentalistes (qui si sur le principe de tentative de remédier au fondamentisme est positif, mais la rééducation socialiste n'a jamais été le fort de la Liberté), la dispersion de tous ceux accueillis par le gouvernement qui en retour vont le soutenir suivant la méthode des enclaves rouges de Mao et maintenant...roulement de tambour... la Justice sous le contrôle du gouvernement !

Vous allez me dire: impossible ! Mais impossible n'est pas français. Surtout socialiste.

Juste avant sa démission, M. Valls a fait paraître en toute discrétion, ce lundi 5 décembre le décret 2016-1675 confiant le contrôle de la Cour de cassation à l'Inspection générale des services judiciaires, nouvelle autorité placée sous les ordres du gouvernement.

La méthode socialiste digne des descendants de Staline a déjà fait de la France un pays liberticide où celui qui parle contre la voix socialiste est descendu en flamme, de la réputation à la profession, maintenant nul ne pourra se protéger en Justice s'il ne pense pas pareil.

Voilà ainsi la porte ouverte à tout contrôle, toute élimination de l'adversaire non "bien pensant" et le premier pas vers la prise de pouvoir totale pouvant aller jusqu'au refus légal de résultats électoraux à venir si trop contre leur opinion.Du coup, j'hésite entre Chant des partisans et Ni rouge ni mort. Dans tous les cas, nous sommes dans la m.... JRH

Courrier du  Premier président et Jean-Claude Marin, Procureur général.

 

 

 

Les représentants de l’Assemblée de la Polynésie française ont adopté, jeudi, la création d’un fonds de garantie pour le développement économique de la Polynésie française.

 

Le Président Edouard Fritch a participé, ce matin, aux côtés du maire de Papeete, Michel Buillard, du haut-commissaire, René Bidal, et de la députée, Maina Sage, à l’inauguration de trois structures d’accueil entièrement reconstruites ou réaménagées, dans différents quartiers prioritaires de la commune de Papeete. On se demande si ces augustes personnalités ont marché à pied  et sans se tordre une cheville???

 

 

 Le développement durable au cœur de l’agenda du Directeur-général de la Communauté du Pacifique en Polynésie française


Nouméa, Nouvelle-Calédonie – Le programme de visite en Polynésie française du Directeur-général de la Communauté du Pacifique (CPS), Colin Tukuitonga, la semaine prochaine, donnera l’occasion d’aborder de multiples facettes du développement durable à travers ses rencontres avec les principales institutions du Pays et les différentes visites de terrain.

Durant son séjour de cinq jours en Polynésie française, M Tukuitonga rencontrera notamment le Haut-Commissaire de la République en Polynésie française, le Président du gouvernement et plusieurs de ses ministres (santé, tourisme, économie bleue, travail, etc), le Président de l’Assemblée de Polynésie française, ainsi que le directeur du Centre hospitalier et l’Institut Mallardé.

Ce séjour sera l’opportunité pour le Directeur-général de la CPS d’aborder les thématiques portées par la CPS comme la santé, la condition de la femme, les transports, l’exploitation durable des ressources naturelles, en particulier de la pêche, grâce à une visite de fermes aquacoles et de l’IDREMER à la Presqu’ile de Tahiti.

Cette visite sera également l’occasion de faire un point d’avancement complet avec une visite d’un site pilote (Opunohu à Mooréa) des projets INTEGRE et RESCCUE, mis en œuvre par la CPS en collaboration et partenariat avec les institutions de Polynésie française. Ces projets sont financés respectivement par l’Union européenne, l’Agence Française de Développement et le Fonds Français pour l’Environnement Mondial.

Ces deux projets développent un éventail d’actions dans le cadre d’une approche de gestion intégrée de la zone côtière et dans une perspective de résilience face aux changements climatiques. Les principales thématiques des projets vont de l’agriculture biologique, à la gestion des déchets, au développement touristique ou encore à la gestion durable des ressources naturelles, en favorisant les partages d’expériences et d’expertise entre Pays et Territoire d’Outre-Mer (PTOM) et avec les pays de la région pour développer la coopération et l’intégration régionale des PTOM.

Contacts médias :
Peggy Roudaut, Coordinatrice régional du projet INTEGRE, peggyr@spc.int
Jean-Noël Royer, Chargé de communication, jeannoelr@spc.int, +687 87 70 63
 

 

Le Bougainville arrive à Tahiti

 Le vendredi 16 décembre à 09h00, le B2M (bateau multi-missions) Bougainville arrivera à la Base navale de Papeete après 51 jours de mer et 5 escales.

Il sera accueilli par les militaires des forces armées en Polynésie français, des autorités de l’Etat, du pays et des acteurs civils du monde la mer.

Des tirs au canon de salut (tir à blanc) seront réalisés depuis la Base navale à l’arrivée du bateau. Il s’agit d’une tradition de la marine. Le bruit des canons étant très puissant, ils seront entendus en ville par la population.

Le Bougainville sera affecté en Polynésie française. Il s’agit du même navire que le d’Entrecasteaux qui était venu en escale en juillet dernier.

Le B2M est un bâtiment destiné à assurer de nombreuses missions outre-mer: présence, surveillance et protection des zones économiques exclusives, projection de forces, soutien logistique, action de l’Etat en mer, police des pêches, intervention à la mer, lutte contre les trafics illicites, sauvegarde et assistance au profit des populations (catastrophes naturelles…).

Armé par deux équipages de 23 marins et pouvant assurer un déplacement d’environ 2300 tonnes en charge, le B2M peut atteindre une vitesse de 13 nœuds. Ce type de bâtiment permettra d’effectuer des missions de 30 jours sans ravitaillement et sera en mesure de naviguer 200 jours par an grâce au système de double équipage.

Les plaisanciers qui souhaiteraient assister à l’arrivée du Bougainville devront se conformer à l’arrêté n°1349 HC du 07 décembre 2016.

 

N’oubliez pas de vous munir d’une pièce d’identité pour accéder à la base navale.

 

Un gros problème comportemental chez les Polynésiens.

C'est un triste et tragique constat que de voir défiler au tribunal ces jeunes et ces moins jeunes, coupables de viols, de sodomisations, de tortures anales, d' attouchements ou diverses dépravations sexuelles sur mineurs et adultes. Des faits écœurants, Intolérables et beaucoup trop nombreux pour une petite société comme la nôtre pour ne pas  être inquiètante. La société les ignore pourtant d'un mouvement d'épaule fataliste. Sans compter une violence folle sans garde- fous, sans aucune pitié, qui se libère de tous les tabous, toujours dans la torture et la démesure criminelle. Dernier en date, et ce n'est pas le seul, un homme jeune la quarantaine, costaud, en bonne santé physique, prêt à désosser sa mère comme dans les films d'horreur, puis enfermer les morceaux dans un rituel issu de son cerveau malade avec une détermination effroyable et un  calme redoutable lorsqu'il a été interrogé par le juge d'instruction. Une froideur macabre qui fait peur. Il y a quelque chose qui ne tourne plus rond chez de trop nombreux Polynésiens !

 

Une nouvelle candidate à la présidence de la République !!!!! Mon dieu !

En retrait du parti Les Républicains, Michèle Alliot-Marie  se déclare officiellement ce jeudi candidate à l’élection présidentielle de 2017.

Gaulliste revendiquée, l’ancienne ministre promeut une « vision à long terme » pour le pays et valorise le rôle d’un Etat stratège et protecteur des Français. Regrettant les choix libéraux de François Fillon, Michèle Alliot-Marie assure « ne pas nuire » à la droite avec sa candidature. La députée européenne continuera son tour de France dans les prochaines semaines avant de dévoiler son projet à partir de la fin janvier 2017.

 Comment jugez-vous le succès de la primaire à droite ?

 Les primaires ne sont pas dans l’esprit de nos institutions. Le candidat issu d’un parti ne peut incarner l’unité nationale. Cette primaire [à droite] a été un succès quantitatif, mais je regrette que cela ait davantage porté sur des personnes que sur des projets pour changer la vie quotidienne des Français. Le petit bout de la lorgnette, avec un chiffre par ci, un chiffre par là, ne fait pas une politique. Il faut une vision à long terme, un projet cohérent et à la hauteur des enjeux.

 Comment voyez-vous le vainqueur de cette primaire, François Fillon ?

 Je connais François Fillon depuis très longtemps. Je suis d’accord avec lui sur les domaines régaliens inspirés du gaullisme. Je suis cependant surprise par ses choix libéraux, que certains qualifient d’ultralibéraux. On ne peut marginaliser le rôle de l’Etat au nom d’une théorie libérale. (Site 20 minutes extrait)

 

 En Polynésie nous avons Clochemerle ou le Musée des horreurs, en France ils ont les Pieds nickelés !!!!

L'histoire pourrait s'intituler « Les Pieds nickelés agents secrets ». Il y a plusieurs semaines, après une journée de dur labeur à suivre, écouter, filmer et photographier leurs cibles, six fonctionnaires du renseignement en mission retrouvent leur hôtel d'une chaîne champêtre du nord de la France.
Le plus gradé et deux collègues, dont un officier de gendarmerie, souhaitent aller « se détendre en ville » à la frontière franco-belge, qui offre de nombreux établissements accueillants. Alors qu'il est sous sa douche, le gardien de la paix responsable du « soum » entend toquer. Son supérieur hiérarchique lui réclame les clés du véhicule banalisé truffé de technologies dernier cri utiles pour mettre hors d'état de nuire les terroristes potentiels et autres réseaux dormants. Le trio quitte le deux-étoiles au volant de la voiture. C'est durant leurs agapes que le véhicule fait l'objet d'un cambriolage en règle. Les voleurs ne laissent même pas le gilet pare-balles abandonné par un des policiers durant sa pause. De même, toutes les images et écoutes des cibles se sont également envolées.

Sanctions

À leur retour, les fonctionnaires de police se fendent d'un rapport et prétendent que l'automobile a été dévalisée sur le parking de l'hôtel. Contacté par Le Point, un employé a récusé cette version à laquelle le ministère de l'Intérieur, période Cazeneuve, feint pourtant de croire. « Le règlement intérieur précise de ne pas laisser son équipement de surveillance dans son véhicule au repos », indique la Place Beauvau. C'est pour cette raison que les trois fonctionnaires font l'objet de sanctions. « Il faut vraiment être un bureaucrate pour croire qu'un espion va sortir tous ses gadgets à chaque fois qu'il rentre dormir ! C'est encombrant et peu discret ! » ironise un filocheur.
Les sanctions ont commencé à tomber. L'officier de gendarmerie a écopé de quinze jours de suspension, ses homologues policiers risquent au minimum un blâme. « La procédure est en cours », précise-t-on à l'Intérieur. Entre-temps, les fonctionnaires du renseignement ont déposé une plainte pour cambriolage.
 

Jérôme Cahuzac effondré a pris trois ans de prison ferme (site 20 minutes)

La procureure avait dénoncé « une vie familiale enracinée dans la fraude ». Jérôme Cahuzac a été condamné, ce jeudi, à trois années de prison ferme sans aménagement possible de sa peine et à cinq ans d’inéligibilité par le tribunal correctionnel de Paris pour « fraude fiscale ». Une sanction conforme aux réquisitions du parquet national financier. Vers midi, son avocat, Jean Veil, a indiqué qu'il faisait appel de ce jugement.

 Jugée avec lui pour avoir dissimulé au fisc un patrimoine global estimé à 3,5 millions d’euros, Patricia Cahuzac-Ménard, l’ex-femme de l’ancien ministre du Budget a écopé, de son côté, d’une peine de deux ans de prison ferme.

  A l’origine du scandale le plus retentissant du quinquennat de François Hollande, Jérôme Cahuzac avait nié « en détail et en bloc » avoir possédé un compte bancaire dissimulé à l’étranger alors qu’il était en charge de la lutte contre l’évasion fiscale en sa qualité de ministre du Budget.

 Soumis aux révélations du site d’informations Médiapart, il avait fini par démissionner et reconnaître les faits en avril 2013. « Je ne suis pas un professionnel du mensonge. J’ai été pris dans une histoire terrible, triste, qui m’a complètement dépassé », avait-il confessé lors de son procès en septembre.

 Une « volonté constante et réitérée » de dissimuler les avoirs au fisc

 Peimane Galeh-Marzban, le président de la 32e chambre du tribunal correctionnel de Paris, a lu de longs extraits de son jugement avant de prononcer les peines. Il a notamment expliqué que le tribunal avait pris en considération « la durée de la fraude, son ampleur et son ancrage ».

 Il a ainsi pointé du doigt « la volonté constante et réitérée » des ex-époux Cahuzac de dissimuler leurs avoirs au fisc pendant une vingtaine d’années, expliquant que seule l’ouverture d’une information judiciaire avait amené l’ancien ministre du Budget à « faire face à ses responsabilités ». A l’annonce de ce jugement, Jérôme Cahuzac s’est rassis sur sa chaise, comme sonné.

 

 

La Cour de cassation inquiète d'être sous le "contrôle direct" du gouvernement /JDD

 "En rupture avec la tradition républicaine", un décret publié lundi réformant les services judiciaires place la Cour de cassation "sous le contrôle direct" du gouvernement. C'est en tout cas ce que dénoncent les deux magistrats à la tête de la plus haute juridiction, qui réclament des "explications" au Premier ministre Bernard Cazeneuve.

 Le ton se durcit entre l'exécutif et la plus haute juridiction française. La Cour de cassation, via son premier président Bertrand Louvel et le procureur général Jean-Claude Marin, ont rendu public mercredi un courrier réclamant des "explications" au Premier ministre Bernard Cazeneuve. La lettre dénonce la publication d'un décret qui revient à placer la Cour, selon leurs représentants, "sous le contrôle direct" du gouvernement, "en rupture avec la tradition républicaine", écrivent-ils.

 Le décret en question date de lundi et réforme "l'inspection générale des services judiciaires", en d'autres termes le contrôle par l'exécutif des juridictions judiciaires. Alors qu'auparavant ce contrôle se limitait aux juridictions "du premier et du second degré", en clair les tribunaux de grande instance et les cours d'appel, le décret du 5 décembre supprime cette précision, faisant de facto entrer la Cour de cassation dans le champ. Or jusqu'ici la plus haute juridiction française se contrôle elle-même, faisant une fois par an un rapport sur son fonctionnement à l'occasion de sa rentrée solennelle. Elle peut par ailleurs être auditée par la Cour des comptes, qui veille au bon usage des deniers publics.

 Le ministre de la Justice va recevoir les magistrats

 Un changement qui est donc inacceptable, pour les chefs de la Cour de cassation dont les interpellations visant le pouvoir politique restent rares. Les magistrats demandent donc au nouveau chef de gouvernement d'être reçu. Dans un courrier de réponse obtenu par l'AFP, c'est le garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas qui s'engage à s'entretenir avec les deux hommes "dans les tout prochains jours" pour leur "redire" son "attachement indéfectible à l'indépendance de l'autorité judiciaire".

"Nul n'a jamais soutenu que la réalisation des inspections de fonctionnement dans les juridictions du premier ou du second degré conduisait ces dernières à placer ces dernières sous le contrôle direct ou indirect du gouvernement", observe Jean-Jacques Urvoas, selon qui le décret "a simplement procédé à une mise en cohérence des anciens textes". L'exclusion de la Cour de cassation du champ de compétence de l'inspection générale pour "la seule mission d'inspection traditionnelle, c'est-à-dire la possibilité de réaliser des contrôles de fonctionnement" n'avait selon lui "pas de justification évidente".

 Cet épisode intervient quelques semaines seulement après celui qui a opposé ces deux hauts magistrats à François Hollande. Bertrand Louvel et Jean-Claud Marin avaient reproché au chef de l'Etat des propos sur la "lâcheté" des magistrats, cités dans le livre des journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme.

 

 Les écoutes sur Air France

Le quotidien Le Monde vient de révéler de nouvelles données sur la surveillance orchestrée par les services secrets américains et britanniques. Cela provient de documents récupérés par Edward Snowden, cet ancien consultant de la NSA, l'agence de renseignements américaine.

 Déjà en 2013, cela avait permis de révéler l’espionnage américain pratiqué sur nos données numériques. Ces nouvelles données révèlent que la NSA aurait intercepté des conversations téléphoniques sur des vols commerciaux, notamment sur des vols Air France

 

Dans le compte rendu du conseil des ministres hier, relevons qu'une étude a été confiée à GNS Science Institut pour mieux connaitre les caractéristiques du miel local pour mieux le promouvoir.

 

Mercredi 7 décembre 2016

Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, a reçu, mercredi matin, à la Présidence, le Capitaine Carlos Schnaidt, commandant du navire-école de la marine chilienne Esmeralda, en escale à Tahiti du 7 au 10 décembre.

Editorial

Le résultat du quinquennat Hollande

Gaston Flosse a reçu en compagnie de ses proches le vice-président du Front National Louis Aliot. Ah, la belle affaire ! Politiques, chef d'entreprises, presse, tout le monde s'est rendu aux invitations du compagnon de Marine Le Pen. Qu'y-a-t-il de surprenant à cette rencontre sinon dans l'esprit chagrin ou tordu de certains journalistes en mal de copie ou de bons mots . Flosse n'a pas dit comme Edouard Fritch, même sous forme de boutade, qu'il allait voter FN aux prochaines élections présidentielles. Il a écouté. C'est son rôle. Et il le tient, surtout lorsqu'on sait que les sondages, qu'on y croit ou pas, ont crédité Marine le Pen de 26%. Elle n'est donc pas quelqu'un a négliger. François Fillon lui, la devance de trois points. Il est à 29%.

Manuel Valls, ni aucun autre candidat de gauche, ne sont en mesure à ce stade de se qualifier pour le second tour de la présidentielle alors que François Fillon et Marine Le Pen passeraient le cap du premier tour dans tous les cas de figure (entre 24 et 26%), Les instituts "testeurs" ont par ailleurs étudié le potentiel électoral de l'ex premier ministre Manuel Valls

. Celui-ci n'irait pas plus loin que 21% au premier tour dans l'hypothèse où il remporterait la primaire de la gauche si Macron et Bayrou ne se présentaient pas. Pas de souci donc si l'on croit ces pronostics pour Marine le Pen d'autant que la gauche tri-polarisée ne pourrait pas accéder au second tour. Ce serait donc une faute politique si Gaston Flosse avait refusé d'écouter le porte parole du FN en déplacement en Polynésie. Et des fautes politiques il a appris à ne pas en faire dans sa longue carrière. L'ostracisme n'a jamais été à son goût. Son choix est fait depuis longtemps.

 À droite, François Fillon se qualifierait pour le second tour dans tous les cas de figure imaginés : face à Manuel Valls (24%), Arnaud Montebourg (23%) et face à Manuel Valls, mais sans Emmanuel Macron ni François Bayrou, Fillon obtiendrait (29%).

À mi-distance entre Valls et les frondeurs, coucou  revoilà, l'ancien ministre socialiste de l'Education Vincent Peillon. Il ne va pas loupé  la primaire organisée par le PS en vue de la présidentielle de 2017 . « C’est une candidature qui représente le cœur du Parti socialiste, à équidistance de Manuel Valls et des frondeurs », a déclaré l’un de ses soutiens, le député marseillais Patrick Menucci. Cette candidature de l’eurodéputé à la primaire des 22 et 29 janvier devrait être annoncée à la fin de cette semaine, et ses soutiens pourraient se réunir en début de semaine prochaine, selon un autre député.

La vraie bataille se jouera probablement entre François Fillon et Marine Le Pen dans un genre "d'Antropocène" politique intéressant à tous points de vue. Reste que l'on peut dire que Marine le Pen a réussi son pari de faire oublier la diabolisation de son parti et qu'elle réunit sur son nom une forte quantité d'électeurs laissés pour compte, surtout en métropole, le résultat du quinquennat de François Hollande ! Celui-ci a fait bondir le FN en haut de l'échelle politique.

.

 

Le collectif chômeur qui annonce rassembler 2500 Polynésiens à la recherche d’un emploi a marché jusqu’au Haut-commissariat pour y déposer les curriculum vitae (CV) de ses membres : "ce sont en majorité de jeunes chômeurs polynésiens à la recherche d'une place dans notre société, d'une situation sûre dans son pays natal, d'une meilleure visibilité dans son avenir et pour celle de la génération montante", déclare son manifeste qui plaide pour l’instauration en Polynésie française d’une allocation chômage.  Réponse hautaine du haut commissaire  :" l'Etat ne s'occupe pas du chômage !"Certes !
Autrement dit, "allez donc manifester devant la présidence" !

 

Le Crystal Symphony

 

Sera à Papeete demain jeudi 8 novembre 2016 à 21h00 . 854 passagers et 570 membres d’équipages seront à son bord.
Il arrive en fin de croisière à Tahiti où la moitié des passagers débarqueront pour prendre des vols retour vers leur pays d’origine. D’autres passagers vont embarquer et le navire quittera Tahiti et la Polynésie le vendredi 9 décembre à 18h00 pour les îles Cook, Tonga, Fiji et la Nouvelle Zélande.
Tahiti Tourisme a prévu l’accueil des passagers de ce paquebot en escale, avec distribution de fleurs à la
coupée, chanson, danses.

 

 

Conseil des ministres (Extrait)

Subvention au comité Tahiti I Te Rima Rau pour l’organisation du Salon Te Noera a te Rima’i  

Le Conseil des ministres a octroyé une subvention de 7 500 000 Fcfp pour l’organisation du 10ème Te Noera a te Rima’i, organisé à Aorai Tini Hau, du 9 au 24 décembre prochains.

 Près de 150 artisans, répartis sur 100 stands, font le déplacement, depuis l’ensemble des archipels de la Polynésie française, afin de présenter leur savoir-faire au travers d’œuvres faisant preuve d’originalité et de finesse. Pour cette occasion, des créations uniques relevant de la sculpture, de la bijouterie d’art, de la gravure, de la peinture, de la vannerie, de la couture et de l’art de la table seront mises en vente.

 

Suppression du Groupement Interprofessionnel du Monoï de Tahiti au 1er janvier 2017

 Au 1er janvier 2017, l’arrêté du 16 juillet 1992 portant création et organisation du groupement interprofessionnel du monoï de Tahiti (GIMT) sera abrogé. Deux entités ont été créées à ce jour : le « GIE Monoï de Tahiti » et l’association « Cluster Tahiti Cosmetic ». Ces deux structures poursuivront la promotion du « Monoï de Tahiti », tant sur le marché local que sur le marché international. Le Pays se chargera, dès 2017, de la gestion de la marque « Monoï de Tahiti ».

 

 Proposition d’ouverture d’un bureau annexe d’huissier de justice à Moorea

 L’office d’huissier de justice de Moorea-Maiao, créé en 1991, a été déclaré vacant au 31 juillet 2015, suite à la démission de Maître Patrick Rey. L’appel à candidatures, lancé par la suite, n’a pas permis de pourvoir l’office faute de candidats réunissant les conditions requises.

 Sur proposition du Procureur général et après consultation des magistrats et des huissiers, le Conseil des ministres a validé la suppression de l’office d’huissier de justice de Moorea-Maiao et a décidé de l’ouverture d’un bureau annexe d’huissier de justice à Moorea, afin de répondre aux besoins légitimes des usagers. Un appel à candidatures sera donc lancé à cet effet.

 

Arrêté d’application sur les conditions d’admission au RSPF

 La ministre du Travail a présenté en Conseil des ministres un projet d’arrêté modifiant l’arrêté du Conseil des ministres du 23 décembre 2015 portant application de la loi du Pays du 25 février 2015 relative aux conditions d’admission au RSPF. La loi du Pays du 1er décembre 2016 modifiant la loi du Pays du 25 février 2015 relative aux conditions d’admission au régime de solidarité de Polynésie française (RSPF) poursuit, entre autres, les objectifs suivants :

 1.         simplifier la procédure d’admission au R.S.P.F. des personnes sans domicile fixe en situation de grande précarité manifeste ;

2.         permettre aux personnes ayant perdu leur emploi d’être admis plus rapidement au RSPF;

3.         permettre la délivrance gratuite de certaines pièces exigées pour la constitution des dossiers de demandes ;

 Le projet d’arrêté a pour objet la mise en œuvre de ces nouvelles dispositions.

 1 – S’agissant des personnes sans domicile fixe, le projet d’arrêté prévoit que le dossier d’admission ou de renouvellement ne comprenne qu’une seule pièce : une attestation justifiant du statut de SDF, qui peut être établie par un organisme ou une personne habilités (par arrêté du président) ou par la direction des affaires sociales.

 2 – Pour permettre une admission plus rapide au RSPF des personnes ayant perdu leur emploi : le projet d’arrêté prévoit de ne pas intégrer dans l’évaluation des ressources perçues sur l’année civile précédant la demande une partie de leurs revenus salariaux et de leurs rémunérations ou indemnités versées au titre d’un mandat électif local. Le plafond dit de neutralisation est fixé à deux fois le SMIG tant pour les salariés, les titulaires d’un mandat électoral, que les bénéficiaires d’un dispositif d’aide à l’emploi ou à la formation professionnelle et à l’insertion des personnes reconnues handicapés.

 3 – S’agissant de la délivrance gratuite de certaines pièces : le demandeur, sous réserve qu’il soit muni d’un formulaire de demande d’admission ou de renouvellement dûment renseigné et d’une pièce d’identité, peut désormais bénéficier de la délivrance gratuite des pièces justificatives par les services et établissements publics de la Polynésie française. Cette gratuité n’est permise, au cours d’une année civile, que pour un seul dossier d’admission et un seul dossier de renouvellement.

 

Opération de nettoyage des plages dans les archipels de la Société et des Tuamotu (ndlr:mais aucune pénalité pour les pollueurs)

La Polynésie française offre des paysages exceptionnels qui lui confèrent un caractère unique, avec plus particulièrement ses plages qui créent un continuum entre le domaine terrestre et maritime. Cette image idyllique de carte postale est cependant menacée par les nombreux déchets issus des activités humaines, qui jonchent les plages, les abords de rivière, les vallées, les quartiers ou encore les bords des routes.

En cette fin d’année 2016, la Direction de l'environnement a financé une campagne de nettoyage des plages, des abords de rivière, des quartiers et des bords de route des communes de Papeete, Pirae, Mahina, Faa’a, dénommée « opération Ecowarrior » pilotée par la brigade verte de Ludovic Bardoux, du 14 au 19 novembre derniers. Au total, près de 15 tonnes de déchets divers et encombrants ont été retirées des plages et du littoral. L’opération a mobilisé les associations de quartier, les services des quatre mairies et des bénévoles, soit plus d’une centaine de participants sur la période. L’élimination des déchets ramassés a été confiée à la société TSP (Tahitienne de secteur public).

Cette opération sera étendue à d’autres plages de Tahiti et Moorea et se poursuivra dans une quinzaine d'atolls de l'archipel des Tuamotu entre le dernier trimestre de 2016 et le premier semestre 2017. Les déchets seront collectés par des contractuels locaux choisis en partenariat avec les communes, puis triés avant d'être rapatriés à Tahiti et pris en charge par les sociétés compétentes pour être éliminés. L’opération a pour objectifs principaux de sensibiliser et d'impliquer les populations locales à la gestion des déchets, et d'initier la mise en oeuvre de la politique de rapatriement et de tri des déchets recyclables dans le cadre du schéma directeur du transport interinsulaire.


:depuis que les bénévoles et les adolescents nettoient les cochonneries laissées par des adultes croyez-vous que les pollueurs sont sensibilisés à ce que d'autres nettoient ce qu'ils laissent derrière eux ?

Courrier des lecteurs.

Il était une fois…
Dans un pays lointain, un petit animateur de foire, que l’on appellera Alexandre. Celui-ci  se prenait pour un journaliste, jusqu’à se persuader qu’il pouvait même écrire des éditos !
Ce pseudo journaliste auto-proclamé recevait diverses personnalités, non pas pour les écouter mais pour tenter de leur imposer ses opinions ,qui croyait-il, était les seules acceptables par ses auditeurs (Ah pensée unique quand tu nous tiens !).

Pour imposer ses idées le petit Alexandre s’érigeait en procureur et n’hésitait pas à faire les demandes et les réponses quand celles de ses invités (accusés) ne lui convenaient pas. Allant même jusqu’à fabriquer des preuves à charge quand il en manquait. C’est une manie chez certains de fabriquer des preuves quand ils en manquent.

Mais lorsque face à lui, il se trouve des personnes avec du répondant, il préfère battre en retraite et attendre le lendemain pour faire son réquisitoire dans son édito.


Il faut dire que le petit Alexandre est un coutumier de l’attaque par derrière (n’a-t-il pas été condamné pour avoir frappé un homme par derrière lors d’une soirée au Sofitel Tahiti ).Alors on l’aura compris d’après le procureur Alexandre, tous les personnages non fréquentables : les fachos, les antisémites, les xénophobes, les néo-nazis sont des sympathisants du FN.
Sous-entendu, les autres partis politiques n’ont en leur sein que des personnes au-dessus de tous soupçons.
Quid des pédophiles, collabos, antirépublicains, fachos, antisémites, xénophobes, violeurs, assassins, escrocs et autres qui peuplent et gangrènent les partis politiques soit disant fréquentables.
Quid des extrémistes de gauche qui cassent, brulent, frappent la police sans que notre cher procureur ne s’en émeut.
Il parle de finir la purge et de vider la fosse septique, rien que ça, les électeurs du front apprécieront.

Pour ma part puisqu’il en est rendu à faire allusion à la fosse septique, j’appelle tous les adhérents et tous les sympathisants de Te Nati FNP à boycotter son émission de m….
CH. F

 

La chronique Tallercio aussi redondante que le bonhomme ne plait pas aux auditeurs. Ce personnage qui se prend pour une personnalité est puant d'autosatisfaction, de prétention suante par tous les pores de sa peau. On se tape déjà son prétendu "édito" tous les matins mais il faut en plus qu'il le fasse passer tout au long de la journée au cas où on l'aurait loupé ! Sa logghorée sur le FN ou sur sa propre gastro un jour passé, est tout simplement dégoutante. La direction de radio 1 perd en crédibilité c'est dommage. R.C
 

 

Torturé pendant plus de 60 jours par trois détenus dans une même cellule

Jeune primo-délinquant martyrisé par des vrais bêtes sauvages dans une même cellule pendant plus de deux mois. C'est possible sans que personne ne se rende compte des dégâts ? Malheureusement oui. Violenté physiquement et psychologiquement sans qu'aucun gardien ne se soit douté (sic!) de ce qui se passait malgré une longue liste de violence et de coups jusqu'à aller déféquer dans son gâteau au chocolat, ou enfoncer des objets dans son rectum n'étaient que la punition du petit nouveau auquel il fallait faire comprendre les règles de la co-location, nous apprennent les journalistes séanciers  du palais de justice.

On a l'impression de revivre le film sur "le prisonnier d'Alcatraz "presque en pire.. On a placé ce jeune délinquant avec des fauves d'une cruauté sans nom. Mais ce qui est inadmissible et non tolérable, c'est qu'aucun surveillant, ni la direction de Nuutania ne soient intervenus pour empêcher ce "jeune" d'être torturé de la pire façon qu'il soit . Qu'on ne nous dise pas qu'en trente jours de tortures, personne ne se soit rendu compte de la situation. N'ya-t-il pas de médecin non plus dans cet Alcatraz bis ? Si oui pouvait-il croire que violé, sodomisé, battu, cela ne laisse pas de traces ?Il y a de graves carences dans l'administration pénitentiaire dont l'Etat est responsable. .Pauvre gosse !

 

Au diable l'avarice on prend l'argent là où il y en a !

Forages de la Punaruu :  89 millions demandés à EDT

L'affaire des forages de la Punaruu se poursuit au tribunal administratif de Papeete. Le rapporteur public a demandé qu'EDT paie la somme de 89 millions de Fcfp d'arriérés au Pays pour l'utilisation de son domaine public.  Une somme revue à la baisse selon radio I en raison d'un nouveau calcul du Pays et de la "faute" de la Polynésie qui a laissé faire la situation trop longtemps. Nouveau chapitre de l'affaire des forages d'eau d'EDT à la Punaruu, ça continu... Nous n'en sommes que dans les premiers épisodes.

 

Formule de calcul du prix de l'électricité revu à la baisse:

Entre le Ier mars 2015 et le Ier mars 2016, les tarifs de l'électricité ont baissé de près de 10% en moyenne et de plus de 13% pour les ménages, écrit Grégoire de Chillaz à Yannick Jehanno ou Aritaia Tia'a sur facebook pour "une électricité plus juste".

Yannick Jehanno devrait savoir que faire une grève de la faim sans support médiatique réel autre que facebook, ne sert qu'à abîmer sa santé, sans rien lui rapporter.

 

Daniel Pardon a bien raison de rafraichir la mémoire des Polynésiens sur le bombardement de Pearl Harbour  dans le quotidien Tahiti Infos par 350 avions japonais le 7 décembre 1941 en pleine paix ce qui déclencha l'entrée des Etats Unis dans la II° guerre mondiale. Terrible bilan dans le paradis hawaïen :  quatre cuirassés coulés; quatre endommagés, trois croiseurs et trois destroyers envoyés par le fond,188 avions détruits, 155 endommagés, 2403 corps flottant au milieu des incendies et des navires. Terrible tableau

 La cruauté des Japonais pendant cette guerre aura été parfois pire que celle de leurs alliés allemands. A voir le film remarquable d'Angelina Joli, "Invincible" qui se passe dans un camp de torture japonais sur des prisonniers américains lesquels malgré toutes les brimades et les coups ont eu le courage de tenir bon. Les Japonais ont mérité le châtiment de la riposte sous forme de boomerang atomique, qui a sauvé la vie des centaines de milliers d'hommes et de femmes dans le Pacifique et en Europe en mettant fin à la guerre. Ne dit-on pas que l'on récolte ce qu'on a semé ?

 

 

Mardi 6 décembre 2016

Allemagne: Angela Merkel réélue sans forcer à la tête de la CDU, avec 89,5% des voix ! Qui dit mieux ? Personne en Europe !

Editorial

 

Le père Noël FN promet tout, tout, tout...sauf de la nouveauté.

Pendant que le vice président du Front national, Louis Aliot bien briefé par Eric Minardi donnait en pâture aux Polynésiens tout ce qu'ils voulaient entendre en faisant au passage un lit "king size" à Oscar Temaru du genre : un océan grand comme l'Europe ayant propulsé la France au rang de 2° puissance maritime mondiale, une dotation globale augmentée, indemnisation rapide des Polynésiens ayant été en contact direct avec les essais nucléaires, une protection renforcée de la ZEE," enfin tout ce qu'excrète le leader indépendantiste et que les autres partis  politiques recasent depuis des années au fil de leurs discours, les "tapuriens" ont avoué à Edouard Fritch qu'ils étaient convaincus et souhaitaient  voter Marine le Pen le moment venu. C'est leur droit le plus absolu. Mais le chapelet des bienfaits futurs et connus étant  égrenés par tous les hommes politiques polynésiens, on aurait aimé entendre quelques nouveautés dans les promesses  du Front Marine. Mais il n'y en a pas eu. Sinon un rabâchage archi connu . Enfoncer des portes ouvertes n'est pas ce que les Polynésiens attendaient du messie de Marine Le Pen.

Alors revenons vite à notre Clochemerle local. Beaucoup plus fort que toutes les communes réunies, celle de Taiarapu-Ouest existe ! Il n'y a qu'à Tahiti que l'on peut voir de telles galéjades.

La Ste d'Economie mixte Vavi dont la fonction était d'apporter l'eau potable à la commune de Taiapu Ouest en réalisant des aménagements de production d'hydro- électricité a dépensé 60 millions de frais d'études puis a rangé les documents dans une armoire scellée a double tour pour ne pas avoir à distribuer une seule goutte d'eau à ses ressortissants passifs.

 Ah...j'oubliais le plus beau. Le maire de cette commune à l'époque dans les années 2006 a accompli le tour de force de payer rubis sur l'ongle une turbine pour la modique somme de  38 millions cfp, à une société allemande mais en oubliant tout simplement de la faire livrer, Clochemerle est battu.

 Dans cette histoire rocambolesque, on retrouve toujours les mêmes petits (ou gros) malins : la Sedep de Dominique Auroy à 35%, la commune à 65%. La Chambre des comptes relève d'ailleurs " que que les seules réalisations connues de la SEM, résident dans les études payées  à la SEDEP (60,7 millions) qui ne fait pas crédit, mais la suite...est restée sans suite et les dindons de la farce sont comme d'habitude les habitants !

 Relevons tout de même que  ce n'est pas un gâchis pour tout le monde. Dans la vie, faut être gonflé et sans scrupules pour réussir en laissant une SEM sans aucune activité, payer une turbine sans jamais la livrer et la laisser détruite en octobre 2011, les Allemands n'ayant jamais reçu de réponse à leurs nombreux courriers de livraison. Oui cela pourrait être une série de  télé-réalité ! Sauf que ce n'est pas de la télé ni du cinéma et que c'est l'argent des contribuables qui a été gaspillé par incompétence et négligence.

Par ailleurs, les rouages de la SEM Vavi  se sont enrayés sur le prix de rachat de l’hydroélectricité qui n’avait pas été anticipé dans les coûteuses études de la SEM. En 2007, la société a demandé à EDT et à Secosud de racheter son électricité entre 20 et 26 Fcfp le Kwh, alors même que le prix de rachat du Kwh électrique avait été déterminé depuis 1999 à 12,06 Fcfp le Kwh en conseil des ministres.

 Pour comprendre pourquoi toutes les situations ridicules, ou tragiques par leur stupidité font rire ou s'étonner lire Clochemerle, le célèbre roman de Gabriel Chevallier, qui est un éloge de la truculence et de Ubu roi a fait se tordre de rire toute la planète... depuis 1934. Le scénario nous colle à la peau :

"Tout a commencé quand Barthélemy Piéchut, maire de Clochemerle-en-Beaujolais, dévoila à Ernest Tafardel, l’instituteur, son projet : – Je veux faire construire un urinoir, Tafardel. – Un urinoir ? s’écria l’instituteur, tout saisi, tant la chose aussitôt lui parut d’importance. Le maire se méprit sur le sens de l’exclamation : – Enfin, dit-il, une pissotière ! Cette vespasienne, destinée, bien plus peut-être, à confondre Mme la baronne Alphonsine de Courtebiche, le curé Ponosse, le notaire Girodot et les suppôts de la réaction, qu’à procurer un grand soulagement à la gent virile de Clochemerle, sera édifiée tout près de l’église où Justine Putet, aride demoiselle, exerce une surveillance étroite." Et les réparties les plus  drôles vont s'enchainer.

 Dès sa publication en 1934, Clochemerle, chronique rabelaisienne, a connu un énorme succès qui ne s’est jamais démenti. C’est maintenant un classique de la littérature comique mais pas seulement puisque Clochemerle, devenu le centre du rire et de l'ubuesque, vit toujours joyeusement  en Polynésie dans certaines situations, dont celle que nous venons de relater sur la célèbre turbine payée mais jamais arrivée à Taiarapu ouest, découverte grâce aux décortiqueurs de la vie locale de la CTC .

 

 

Bernard Cazeneuve nommé à Matignon, Bruno Le Roux à l'Intérieur

Le Figaro

l
Un nouveau gouvernement a été annoncé ce mardi matin, avec à sa tête le désormais ex-ministre de l'Intérieur. L'ancien patron du groupe PS à l'Assemblée nationale atterrit place Beauvau.

Pour ce probable dernier remaniement du quinquennat Hollande, tout s'est joué dans un timing très serré dans la matinée. Manuel Valls a rencontré le président de la République entre 8 et 9 heures pour lui présenter solennellement la démission de son gouvernement.

» Bernard Cazeneuve à Matignon

Un communiqué de l'Elysée envoyé à 9h30 a ensuite annoncé la nomination de Bernard Cazeneuve à Matignon. C'est donc l'ancien ministre de l'Intérieur, l'un des moins impopulaires du gouvernement, qui devient le troisième premier ministre du quinquennat Hollande. Le nouveau chef du gouvernement peut d'ores et déjà se féliciter de détenir un record: celui du plus court passage à Matignon, détenu jusqu'ici par Édith Cresson. L'épreuve du feu ne tardera pas puisque le premier ministre est attendu aux affaires dès cet après-midi, même si on le verra pas sur les bancs de l'Assemblée: la séance de questions au gouvernement a été exceptionnellement annulée. Ce devrait être une fin de parcours en apothéose pour l'ancien locataire de la place Beauvau. Bernard Cazeneuve a en effet annoncé, rapporte L'Opinion, qu'il ne souhaitait pas se représenter à la députation en juin prochain, pour se consacrer à une carrière d'avocat.

» Bruno Le Roux à Beauvau

Aussitôt réuni, le nouveau couple exécutif a convenu de quelques changements au sein du gouvernement. C'est Bruno Le Roux, actuel président du groupe PS à l'Assemblée nationale, qui devient ministre de l'Intérieur. André Vallini, qui était secrétaire d'Etat chargé du Développement et de la Francophonie, est nommé aux Relations avec le Parlement. Jean-Marie Le Guen, qui s'occupait des Relations avec le Parlement, reprend l'ancien portefeuille de Vallini.

 

INFO LE FIGARO - Forte hausse sur les frais de tenue de compte bancaire.


Le 1er janvier prochain, la moitié des banques appliqueront une nouvelle grille tarifaire. Les frais de tenue de compte seront en forte hausse.

Les clients des banques vont devoir remettre la main au portefeuille l'année prochaine. Environ la moitié des établissements bancaires appliqueront au 1er janvier de nouveaux tarifs… et la plupart d'entre eux sont résolument orientés à la hausse, selon l'étude réalisée pour Le Figaropar le comparateur meilleurebanque.com, qui a passé au crible 54 banques.

En l'espace de deux ans, «ces frais de tenue de compte sont rentrés dans les mœurs»
Pour compenser les taux extrêmement bas qui laminent leurs marges, les banques se rattrapent sur les frais qu'elles facturent à leurs clients.


Quand un avocat se retrouve accusé

Quatre ans de prison avec sursis et mise à l'épreuve pendant 3 ans, 5 millions de francs d'amende, et interdiction définitive d'exercer la profession d'avocat relève Tahiti info. Le tribunal de Papeete a rendu son délibéré ce matin à l'encontre de Bruno Loyant.

L'avocat de 61 ans, suspendu de ses fonctions depuis plus d'un an par le conseil de l'ordre avait été renvoyé devant le tribunal correctionnel le 21 septembre dernier pour "escroquerie sur personne particulièrement vulnérable". Son avocat Me Piriou "a pris acte de la décision" et "va en faire part à son client" avant d'éventuellement faire appel. Il a dix jours pour le faire.




Communiqué de presse de Jérôme POULLET-OSIER Référent de Bruno Le Maire(Extrait)

 Je souhaiterais en ma qualité de référent et membre du conseil politique de Bruno Le Maire clarifier certains propos et assertions qui ont pu être relayés à la suite de la conférence de presse de TAU HOTURAU ce vendredi 2 décembre 2016.

Contrairement à ce que l'on a pu entendre ou lire, j'ai pris la décision le lundi 28 novembre 2016 de ne pas présenter ma candidature pour les législatives de juin 2017 au sein du parti TAU HOTURAU n'ayant pas adhéré à celui-ci d'abord et ne disposant pas ensuite de légitimité après que son bureau exécutif ait choisi de positionner Albert ROI sur la 3ème circonscription. Pour éviter donc toute confusion et lever toute équivoque sur le sujet, je tiens à affirmer que je ne suis pas candidat au sein du parti TAU HOTURAU dont je respecte le choix des trois candidats retenus et à qui je souhaite sincèrement bonne chance pour la suite.

Je tiens en revanche à préciser que dans le mesure où en ma qualité de directeur régional de campagne de Bruno Le Maire, la commission nationale des investitures (CNI) au sein du parti Les Républicains devait m'accorder sa confiance, je m'en montrerais digne pour porter haut et fort à l'occasion de cette échéance, les grandes réformes du programme de François Fillon pour la France et la Polynésie. Mon ambition et les valeurs qui sont les miennes et que je partage avec les membres du Comité Polynésien pour le Renouveau sont de pouvoir renouer des liens forts avec les Républicains de métropole et des outremers afin de rassembler le plus largement possible toute notre famille politique.  

 

Décès de Yvon Arai : Marcel Tuihani salue la mémoire de l’artiste

 C’est avec tristesse que nous avons appris le décès aujourd’hui de Yvon Arai.  

Artiste, musicien, comédien, animateur, Yvon Arai était connu pour sa bonne humeur, son humour, sa franchise et sa simplicité. Apprécié de tous, il aura marqué durant de nombreuses années le paysage culturel, médiatique et audiovisuel. Il n’hésitait pas à bousculer, il portait sur notre société un regard lucide et parfois caustique qui révélait en réalité un amour profond pour sa culture et son pays dont les mutations l’interpellaient. C’est une figure sympathique et emblématique qui tire sa révérence.

 En mon nom personnel et au nom de tous les représentants de l’Assemblée de la Polynésie française, je salue sa mémoire et j’adresse à ses proches et à ses amis nos plus sincères condoléances.

 

 Décès d’Yvon Arai : message de condoléances du gouvernement


C’est avec regret que le Président et les membres du gouvernement ont appris le décès d’Yvon Arai, homme de culture aux multiples talents. Chanteur, animateur, comédien, sa personnalité et son dynamisme l’avait conduit à se produire aux Etats-Unis. Il avait animé des nombreuses émissions et participé à de nombreux tournages dans divers rôles, où sa verve et son humour étaient toujours présents.

Il a toute sa vie gardé le goût de la scène, en revenant à la chanson aux côtés de Gabilou et Barthélémy notamment, ou en tant qu’humoriste. Homme de spectacle, Yvon Arai était une personnalité haute en couleur, mais aussi un homme entreprenant, chaleureux et simple.

A sa famille, à ses proches, le Gouvernement adresse ses plus sincères condoléances.

 

Tout baigne !

L’IEOM publie demain sur son site Internet son bulletin « Tendances conjoncturelles du troisième trimestre 2016 »


Amélioration de la situation financière des entreprises
Au troisième trimestre 2016, la conjoncture demeure favorable. Le rythme de progression de l’indicateur des affaires (ICA) s’accélère et atteint 114,5 points, un plus haut depuis le début des années 2000. l’investissement se renforce, toujours soutenu par les ménages et aussi, sur ce trimestre, par les entreprises. Le dynamisme de l’activité est notable pour les secteurs de l’industrie, du commerce et des services.


Embellie sur le marché du travail
L’indice de l’emploi salarié marchand s’affiche toujours en hausse, +1,4 % (CVS) au troisième trimestre 2016. Hormis le commerce (-0,3 %), tous les secteurs sont concernés, surtout l’industrie (+2,7 %) et la construction (+2,6 %).


Baisse des prix à la consommation
L’indice des prix à la consommation (IPC) est en repli de 0,3 % au troisième trimestre 2016. Les plus fortes contributions à la baisse sont les prix des transports (-1,3 %) et des produits alimentaires (-0,4 %).
Dans l’expectative d’une reprise de la consommation des ménages
Les indicateurs de la consommation des ménages demeurent mitigés au troisième trimestre 2016, mais les chefs d’entreprise

 

Lundi 5 décembre 2016

Le Téléthon n'est pas qu'un don. C'est toute une série d'actions de bénévoles au-travers de manifestations sportives, culturelles, ludiques, des plus petits aux plus grands, pour montrer combien les Polynésiens sont sensibles à apporter à la recherche médicale tout le support qu'elle mérite pour aider les chercheurs à trouver les remèdes miracles. La 18° édition polynésienne est susceptible d'être encore meilleure que les autres années.

 

La 10ème édition du salon « Te Noera a te rima’i »se tiendra, du 9 au 24 décembre, sur le site d’Aorai Tini Hau, à Pirae.

 

 

Editorial

Ils le veulent tous ce putain de fauteuil !

Emmanuel, Emmanuel, tu commences à nous lasser. Tu mets le turbo, mais le moteur manque d'essence, on ne sait pas où ta Porche zigzagante doit nous emmener. Aucune indication, aucune direction, aucune suggestion. Tu parades sans honte d'avoir trahi celui qui t'a mis en selle. Tu me diras, ce n'est pas nouveau. D'autres l'ont fait avant toi, sans batailles mouvementées, juste en blessant le cœur du bienfaiteur qu'ils ont  trahi comme toi et sans lequel on ne connaitrait même pas ton nom, cruel Emmanuel. Tu peux marcher et parader mais cela suffit-il pour faire de toi un vrai champion ? Il faut mettre du sens, du sel et du poivre dans la salade. Les mots pour faire bien ne suffisent plus. Tu vas devoir affronter plus fort que toi dans quelques semaines. Tu vois de qui je veux parler ? Oui sans aucun doute. Et face à lui tu es léger comme une plume au vent. Il a renvoyé dans ses pénates le d'jeune des d'jeunes" Alain Juppé qui "se voyait déjà en haut de l'affiche", comme dans la chanson d'Aznavour. Le renouveau politique en marche, âge tendre et tête de bois, se fait attendre. Mais comme la nature a horreur du vide, Fillon t'a doublé au poteau dans un tour de piste électoral époustouflant et l'annonce d'un grand chantier réformiste. Que va-t-il se passer en Polynésie un jour de 2017 puis de 2018 ?

Il est vrai que les Français sont casaniers, ils veulent des réformes mais quand elles sont trop osées, ils font marche arrière toute. Les contre-argumentaires foisonnent sans faire frissonner François Fillon. Il sait où il va, comment il y va, et l'annonce lui, contrairement à toi. Tâche Emmanuel d'en faire autant si tu veux construire le fondement de la nouvelle pensée. Platon était un utopiste, Aristote un réaliste mais ils ont construit le socle de toute la pensée occidentale. Lequel es-tu ? Une légende  vivante ? Un défi politique ? Un logiciel du XXI° siècle, où comme le sexe éternel, le meilleur fruit quand c'est  gratuit ?

En attendant que tu te décides, le Premier ministre Manuel Valls veut à son tour se lancer dans la course à la présidentielle en sauveur. Une candidature qui devrait d'ailleurs entrainer sa démission de Matignon. François Hollande ayant annoncé qu’il renonçait à briguer un deuxième mandat, la voie est libre pour lui...et beaucoup d'autres.
Candidat "légitime" dans ces circonstances, le locataire de Matignon aura-t-il le soutien des élus, et de la population des Outre-mer ? Depuis sa nomination le 31 mars 2014, Manuel Valls s’est rendu dans quatre départements ou territoires des Outre-mer. Il ne s’est pas rendu aux Antilles, en Guyane, à Wallis et Futuna ni en Polynésie avec sa casquette de chef du gouvernement. Des séjours qu’il devra désormais, au moins partiellement, prévoir une fois qu’il aura endossé celle de candidat à la présidentielle. "Allez hop", comme dirait un animateur de radio 1 pour nous faire sortir du lit le matin, le défilé va bientôt commencer.
 


 

Dernière heure :Cette fois, c’est officiel

Manuel Valls est candidat à la primaire socialiste. Après plusieurs jours de rumeurs, le Premier ministre s’est donc lancé. « J’ai appris tellement de mes concitoyens… alors oui, je suis candidat à la présidence de la République ! », a-t-il lancé sous les applaudissements, depuis son fief d’Evry.
Une candidature de « rassemblement » et un slogan« Ma candidature est celle de la conciliation, de la réconciliation », « je veux rassembler » la gauche, a lancé le candidat, derrière un pupitre sur lequel était écrit son tout nouveau slogan : « Faire gagner tout ce qui nous rassemble. »

Manuel Valls passera bien par la primaire PS. Il va donc démissionner de son poste de Ier ministre . Des noms circulent Cazeneuve, le Foll, Touraine, des fidèles, l'un d'entre-eux sera choisi pour accompagner pendant quelques mois encore François Hollande en remplacement de Manuel Valls. Drôle de quinquennat tout de même !

 

Le président Winiki SAGE a reçu vendredi dernier le nouveau directeur de l’Hôpital de Taaone René Caillet. Patrick YIENG KOW a assisté à la rencontre en sa qualité de membre du bureau du CESC.
Après avoir présenté les prérogatives du Conseil, le président du CESC a explicité à son hôte les circonstances dans lesquelles l’institution a dû émettre, la veille en séance plénière, un avis défavorable aux modalités d’harmonisation de la prise en charge de la longue maladie par la CPS, telles qu’envisagées par le gouvernement.

Le président Winiki SAGE a assuré au directeur du CHPF de l’inviter personnellement aux prochaines réunions de la commission « Santé – Société » qui traiteront de sujets liés à son domaine de compétences

NB Ce sera une première sympathique !

.

René Caillet au centre fait connaissance avec le CESC

 

Tous, la main à la  première pierre, pour la chapelle de l'hôpital

 

 

GOTLIB, un dessinateur parmi les plus célèbres de la BD française savoureusement égrillarde  est mort à 82 ans.

 

Appel à Projet Touristique

L’Assemblée de la Polynésie française, le Ministère du tourisme, Air Tahiti Nui, , Tahiti Tourisme, la SOFIDEP, la CCISM et le CAGEST ont lancé en septembre dernier un APPEL A PROJETS TOURISTIQUES (APT) afin d’encourager l’émergence de nouveaux projets touristiques.

L’appel à projets, ouvert du 13 septembre 2016 au 13 décembre 2016, vise à encourager les porteurs de projet touristique à innover afin de consolider l’offre touristique en Polynésie française et développer de nouvelles clientèles.

Il doit permettre de renforcer la politique du Pays menée en faveur de la filière tourisme et favoriser la valorisation touristique du patrimoine naturel et culturel.

Les projets devront idéalement :

- valoriser le patrimoine naturel

- et/ou valoriser le patrimoine culturel

- et/ou créer des activités de loisirs touristiques nouvelles

- et/ou développer des outils TIC contribuant à la mise en valeur du patrimoine touristique : e-tourisme, technologies mobiles, ...

 

Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer, a confirmé aujourd’hui l’augmentation des
crédits destinés à l’accompagnement des actions de l’AFD au profit des collectivités en
Outre-mer lors du colloque « Les Outre-mer en transitions : quelles stratégies pour demain ?


La ministre et Rémy Rioux, directeur général de l’AFD, ont signé une lettre d’intention
détaillant les actions nouvelles qui seront ainsi engagées. En 2017, l’AFD bénéficiera
d’une capacité d’engagement de 45 millions d’euros.


Renforcer l’accompagnement des collectivités


Au-delà des interventions traditionnelles de l’AFD en faveur de l’investissement des
collectivités locales, la ministre a annoncé la mise en place de moyens budgétaires
permettant de réaliser plus de 150 millions d’euros de financement. Ils seront notamment
dédiés à l’accompagnement, et dans certains cas, à la restructuration financière des
collectivités, qui, au travers de la commande publique, jouent en Outre-mer un rôle essentiel
en matière de croissance et d’emploi.


L’AFD mettra également en place un fonds d’accompagnement de 2 millions d’euros pour
améliorer le pilotage des trajectoires financières des collectivités en difficulté et préserver
leur capacité à emprunter pour investir dans les infrastructures et services essentiels.
Lutter contre les conséquences du réchauffement climatique dans le Pacifique


Suite à l’engagement pris par le Président de la République en février dernier, une partie des
crédits issus de l’enveloppe globale de 45 M€ sera affectée à la création d’un « équivalent
fonds vert ». Cet instrument financier innovant a pour objectif de répondre aux
problématiques environnementales qui touchent de manière aiguë la Nouvelle-Calédonie, la
Polynésie française et Wallis et Futuna. Il permettra notamment la mise en place de prêts à
taux zéro pour financer, par effet levier, plus de 70 millions d’euros d’investissements verts.
Permettre la mise en oeuvre des financements européens et renforcer l’action de la
société civile à Mayotte.


A Mayotte, une dotation spécifique d’appui à maîtrise d’ouvrage est mise en place. Cette
assistance technique permettra de soutenir les initiatives de la société civile et de faciliter la
mobilisation des fonds européens pour accompagner des actions et des investissements en
faveur de la biodiversité, de l’eau et de l’assainissement.
 

La grève toujours.

 

Michel Monvoisin PDG d'ATN n'est pas un excité du bocal. Il garde son calme et assure avoir pris des dispositions pour que les vols de sa compagnie ne soient pas perturbés par la grève des mécaniciens au sol de l'aviation civile et faire la démonstration qu'ATN garde la tête haute, dans les cimes. Pourquoi cette grève ? Michel Monvoisin nous a précisé qu'en dehors des revendications financières c'est la peur de la nouveauté avec l'arrivée du Boeing qui traumatise les grévistes d'autant plus que se profilent les élections de janvier sur le renouvellement des membres du comité d'entreprise et des délégués du personnel. Les ambitions se découvrent. Pourtant, les employés d'ATN ont de la chance. Une prime d'intéressement a été versée à chaque employé compte tenu des bons résultats de la compagnie. "Cela en fonction du partage d'une richesse pouvant être éphémère dans notre métier." précise Michel Monvoisin qui enchaine " ce n'est pas en augmentant les salaires sans gérer l'avenir, dont nous sommes tributaires comme l' augmentation du pétrole, les crises économico-touristiques etc...que nous aurons l'image d'une direction responsable." Visibilité à plus de 15 jours. Souhaitons qu'un accord entre les parties, intervienne rapidement.

 

Dimanche 4 décembre 2016

Escale du voilier école chilien «ESMERALDA»

Le magnifique voilier école «ESMERALDA» de la marine chilienne avec à bord 298 personnes, fera une escale officielle à Papeete du mercredi 7 au samedi 10 décembre 2016 dans le cadre de sa 61ème croisière d’instruction.

L’« ESMERALDA » sera au mouillage à Moorea en baie d’Opunohu le mardi 6 décembre à partir de 6h00.

Il sera présent au port de Papeete le mercredi 7 décembre pour un accostage à 08h00 au quai n°1 (épis nord du quai des paquebots) où il sera accueilli par une délégation militaire des forces armées en Polynésie française, une délégation de la Mairie de Papeete, des représentants de l’association « HOLA », et du Consulat du Chili.

L’«ESMERALDA» est commandé par le capitaine de Vaisseau Carlos Schnaidt dont la biographie se trouve en annexe du présent communiqué.

Le capitaine de Vaisseau Carlos Schnaidt, effectuera ses visites officielles au cours de la matinée du mercredi 7 décembre (Haut-commissaire de la République, président de la Polynésie française, maire de la ville de Papeete et commandant supérieur des forces armées en Polynésie française).

 

 

Le camp du candidat du parti d’extrême droite (FPÖ) Nobert Hofer a reconnu sa défaite dimanche soir, battu par Alexander Van der Bellen au second tour.

Victoire d'une «Autriche pro-européenne».
Pour ses premiers mots de vainqueur, l'écologise s'est réjoui de la victoire d'une «Autriche pro-européenne».

«
Depuis le début, je me suis battu et j'ai plaidé pour une Autriche pro-européenne», a déclaré à la télévision publique l'ancien patron des Verts autrichiens, âgé de 72 ans, qui veut aussi défendre les «valeurs d'égalité, de liberté, de solidarité».

 

Eric Minardi a accueilli le vice-président du FN Louis Aliot qui arrivait de Nlle Calédonie

Le compagnon de Marine le Pen issu d'une famille engagée à la défense des "Pieds-Noirs" auxquels il est lié par sa naissance a su grimper dans l'organigramme du FN. Il est élu député européen en devançant largement le candidat de la liste UMP de l'époque, en mai 2014. Il gagne de nombreuses élections locales, ne tressaute pas sur le sable comme un poisson sorti de l'eau, s'agite en sachant ce qu'il veut, milite, laboure le Languedoc-Midi- Pyrénées et devient incontournable au sein de son parti. C'est toute la représentation politique actuelle de la France qui n'est plus en phase avec la réalité du terrain martèle le FN et son porte parole Louis Aliot qui  est arrivé vendredi soir de Nouvelle-Calédonie, Il a été accueilli, cela va de soi, par le représentant du Front national à Tahiti, Eric Minardi.
 

Mais les temps vont être durs pour le FN qui voit se dresser devant lui un François Fillon obstiné, secret, doté d'une immense puissance de travail qui a su rassembler pour battre Alain Juppé près de 4,5 millions de Français lors de la primaire de la droite et du centre. Un record quasi historique. La difficulté pour le FN sera donc de ne pas laisser perdre son capital organisationnel, générationnel, et de maintenir son avance dans les sondages. Fillon aussi tranchant qu'une lame bien affûtée, ne lui fera aucun cadeau. De belles joutes en perspective.

Louis Aliot s'est montré également en total désaccord avec Gilbert Collard qui avait estimé qu’à l’avenir le FN ne pourrait « s’affranchir » d’une primaire pour l’élection présidentielle.« Gilbert a certainement été impressionné ou séduit par le tintamarre médiatique autour de cette primaire , a laissé tomber Louis Aliot. Selon lui, « le président du parti est le candidat à la présidentielle », estimant que la primaire du FN : « c’est le congrès ».Rien que de très normal finalement car il n'y a pas de frondeurs ambitieux au FN-Marine . Ils n'y restent pas longtemps.

 Le vice président  de ce parti a des choses à dire. Il les dira aux chefs d'entreprises qu'il doit rencontrer avant sa  conférence de presse, lundi à l'hôtel Manava.

Les signatures : le Graal !

Très Nombreuses sont les personnalités qui ont fait part de leur intention d'être candidat à la présidentielle et qui ont finalement très peu de chance d'en faire la course. Même être sur la ligne de départ semble compromis pour ces candidats sans parti ni réseau d'élus. Car l'envie ne suffit pas. Se qualifier signifie avoir obtenu les fameuses 500 signatures de maires et d'élus locaux. Et ça, ce n'est pas gagné!

 

Royal a Cuba

Mais plus rien ne peut plus nous étonner quand on entend Ségolène Royal à Cuba défendre le terrible bilan de Fidel Castro en matière de droits de l'Homme et des milliers de Cubains qui pourrissent toujours dans les prisons cubaines sans compter tous ceux qui se sont exilés à Miami . " Un monument de l'Histoire" a-t-elle dit. Tout dépend de quelle histoire .

 

Violence faites aux femmes : un film

Dans la continuité des actions menées contre les violences faites aux femmes le 25 novembre dernier, Vahine Orama Tahiti Nui organise le Mercredi 7 décembre 2016 de 18h30 à 20h à l'Hotel Tahiti Pearl Beach Resort la projection du film “L’emprise” dont la thématique est la maltraitance faite aux femmes.
Nous serions honorées de vous compter parmi nous pour cette projection gratuite ainsi que pour le débat qui suivra avec le producteur métropolitain.
Contact: Sandra 87721478
 

 

Samedi 3 décembre 2016

Fin de la grève à ATN . Le préavis de " Union pour l'avenir d'Air Tahiti Nui" a été rondement mené aussi bien par ATN que par le syndicat. Tut rentre dans l'ordre sans dommages pour les clients de la compagnie aérienne locale.

A la suite du dépôt de préavis de grève par le syndicat Union pour l'Avenir d'Air Tahiti Nui le mercredi 30 novembre 2016 et à l'issue de la réunion de négociation qui s'est tenue ce jour, Air Tahiti Nui informe qu'un protocole d'accord a pu être signé, mettant ainsi fin au préavis.

 Ce protocole rappelle la volonté de la compagnie de préserver les acquis sociaux de l'entreprise et son engagement à ne pas créer de disparité de traitement dans une même corporation exerçant ses activités dans des conditions similaires.

 Par ailleurs, la Direction Générale informe que la reprise des négociations avec le SNMSAC-UNSA-PF est prévue dès le lundi 5 décembre 2016 avec pour objectif de sortir de la grève qui touche son personnel de la direction Technique depuis le vendredi 1er décembre 2016.

 La compagnie confirme par alleurs le maintien de son programme de vol et n'anticipe à ce jour aucune perturbation.

 Air Tahiti Nui adresse ses plus sincères excuses pour les désagréments causés par ce mouvement social et espère pouvoir revenir rapidement à une situation

 

 

Le Téléthon, 30 ans d'âge, la cuvée 2016 a bien démarré. Hier les compteurs affichaient déjà 1.825.240 Frs.

 Qu'est-ce-que le Téléthon pour ceux qui ne le savent pas encore ? C'est voir plus loin que le bout de son nez, vital pour ceux qui souffrent de maladies rares car c'est avec l'argent récolté de la générosité des personnes en bonne santé, que le  combat des chercheurs pour trouver des thérapies futures va pouvoir se poursuivre afin d'éradiquer un jour les maladies génétiques rares. En 2015 le comité local avait récolté 12 205 531 Frs et vendu 7000 tee-shirts. Et c'était la crise économique. Si on en croit le gouvernement tout va beaucoup mieux aujourd'hui alors dépassez cette somme cette année, soyez généreux pour sauver des vies. Et qui sait peut-être la vôtre un jour. De 100 Frs à un million et plus, le comité accepte tout !!!!

 

 Monsieur Le Président, la démission c'est maintenant


Pétition adressée à Monsieur François Hollande,
Président de la République.


Monsieur le Président,

Vous avez été élu il y a quatre an et demi. Le chômage a augmenté fortement, et les petites baisses de ces derniers mois ne nous font pas oublier les 600000 chômeurs de plus depuis votre élection.

Vous avez été élu
en nous signifiant que la crise mondiale n'a pas existée, on peut d'ailleurs encore le lire sur votre Twitter ! Mais depuis que vous l'êtes, vous nous parlez de la crise. Sauf que personne, dans le monde entier n'en parle plus !

Vous avez été élu pour redonner de l'espoir au français : jamais, le nombre de pauvres n'aura été aussi important et le taux d'échec dans les écoles, les universités ne laisse pas envisager un avenir meilleur « grâce à votre mandat ».

Vous avez été élu
pour résorber la dette : + 236 milliards (entre juin 2012 et juin 2015). La encore, il n'est pas nécessaire d'épiloguer, le constat ne peut être que celui de l'échec.

Vous avez attaqué les familles (baisse des APL, baisse des retraites, augmentation des impôts en masse) et avez même réussi à diviser les français sur une institution : le mariage.

Monsieur le Président, le 1er décembre 2016 au soir, vous avez décidé de ne pas vous représenter à l'élection présidentielle dont le premier tour doit se tenir le 23 avril 2017.

Plutôt que de laisser 6 mois de plus
à une gouvernance qui tangue, qui vacille, qui en définitive n'est plus, nous vous demandons de démissionner pour que les élections aient lieu au plus vite et cela pour le bien de notre Nation et de l'ensemble des Français.
 

Pétition "UNI" à signer . Elle circule sur tous les réseaux sociaux

 

Temps nuageux aussi, ou encore, à ATN qui enregistre un nouveau préavis de grève, celui du personnel au sol et puis pour faire bon poids Air Archipel s'est dit aussi " pourquoi pas nous !" Jingle bells !

 

 


L'ancien président de France Télévisions Rémy Pflimlin est décédé samedi à l'âge de 62 ans à Paris «après une longue maladie», a-t-on appris auprès de son entourage et du groupe audiovisuel public.
«La présidente de France Télévisions [Delphine Ernotte, ndlr], la direction et les salariés [du groupe] sont bouleversés d'apprendre la disparition de Rémy Pflimlin», selon un communiqué transmis à l'AFP.


 

Le parti de Tauhiti Nena a annoncé vendredi matin qu’il  avait demandé  l’investiture officielle des Républicains. On  se bouscule au portillon de François Fillon. Un quatrième candidat Jérôme Poullet-Osier mandataire de Bruno Le Maire qui avait apporté son soutien à François Fillon a lui aussi prévenu qu’il serait candidat aux législatives s’il obtenait l’investiture des Républicains

 

Douze nouvelles traditions font leur entrée au patrimoine de l'humanité, nous avons cherché là encore si la Polynésie était présente entre le carnaval d'El Callao, le geetgawai, chants populaires en bhojpuri de la République de Maurice , la Charrería, tradition équestre au Mexique ,le Festival international de la culture et de la pêche d'Argungu au Nigéria, la tradition et la culture du palov en Ouzbékistan  etc...etc. Rien ! On a pourtant la culture du paka entre-autres

 !

 

Devant la richesse du palais et du musée du Vatican, un lecteur fait un rappel sans filet relevé sur Wikipedia :

Le vœu de pauvreté est une promesse solennelle et publique faite à Dieu de renonciation à la possession de biens matériels, en vue de se livrer plus entièrement à la recherche de Dieu et des biens spirituels qu’il peut accorder. Il est fortement lié au désir profond de mise en commun des biens économiques et culturels de la terre, entre tous les hommes et femmes. Dans la tradition chrétienne il prend la forme de se mettre à la suite du Christ (la sequela Christi) qui par choix personnel vécut dans le dénuement. À partir du IVe siècle, avec les vœux de chasteté et d’obéissance, le vœu de pauvreté vint progressivement à caractériser l’engagement personnel et vital dans un institut de vie religieuse tel que reconnu et approuvé par l’Église. Aujourd'hui, il fait partie des trois vœux principaux que prononce un homme ou une femme qui, à la suite d'une période de probation (le noviciat), est admis dans un Ordre ou Congrégation religieuses1.

 

 

Vendredi 2 décembre 2016

Editorial

La vraie-fausse surprise de Hollande

Pouvait-il encore tenir longtemps sous les jets d'une lapidation qui dure depuis son arrivée au pouvoir en allant en s'accélérant ? Finalement non. C'est certainement avec un grand soulagement qu'il a tenu à faire cette déclaration digne, émouvante, selon le PS, mais unique en son genre de la part d'un président de la République qui annonce avant l'échéance avec lucidité sur le désamour des Français, ne pas se représenter en 2017.

Après avoir shaké le landerneau politico-médiatique par ce renoncement  hors norme à sa propre succession, il fait pousser un ouf de soulagement  à un bon nombre de ses amis politiques qui ont les dents qui rayent le parquet. Déjà les candidats se pressent au portillon de la présidentielle, Christiane Taubira entre-autres, outre ceux qui ne veulent pas passer sous les fourches caudines de la primaire : Macron, Mélanchon, l'éternel rigolard Philippe Poutou,  tous les extra-gauchistes, altermondialistes de tous poils. Les socialistes eux, ne sont  plus que sept, décidés à affronter la primaire de la gauche comme  Montebourg, Hamon, de Rugy, Filoche etc..Victorin Lurel, ancien ministre des Outre-mer, ancien président de la Région Guadeloupe et aujourd'hui Secrétaire national aux Outre-mer du parti socialiste laisse entendre qu'il envisage à son tour d'être candidat à la primaire.

Sans oublier bien évidemment Valls qui ne s'est pas encore déclaré à l'heure où nous écrivons, mais cela ne saurait tarder.

François Hollande a donc fait la Une de tous les journaux français qui jusqu'à hier le trucidaient d'anathèmes cruels, Il part sans gloire mais avec honneur et pour une fois, sous des commentaires élogieux quant à sa décision - digne, courageuse, lucide - d'abandonner le pouvoir. Un quasi "ouf" général. Mais gentil....

La Polynésie française n'a pas à se plaindre, elle, des promesses du président de la République qui a tenu parole à peu de choses près. Edouard Fritch n'a pas manqué de le souligner. Et il a bien fait de montrer sa reconnaissance. Il perd donc un bon soutien à sa politique et aura beaucoup plus de fil à retordre avec le prochain président si François Fillon l'emporte en avril 2017. Ce ne seront pas deux colliers, quelques bises et un tamure qui pourront l'adoucir  sur des sujets fondamentaux relevant de l'Etat. Le président polynésien ayant choisi de faire voter Alain Juppé en Polynésie part donc dans sa campagne de conquête du gagnant de la primaire de la droite avec un handicap mais sans doute aussi avec une giclée d'eau bénite pour se faire pardonner, ce qui ne fera même pas sourire François Fillon.

Cela dit, le vote du budget 2017 en moins de 4 heures a fait rugir Edouard Fritch de frustration pour ce vote ultra rapide qu'il a pris pour un désintérêt des représentants.

 Dans son discours - il n'y a rien à faire -  il n'a pas manqué encore et encore d'égratigner son prédécesseur ou par des allusions, les représentants Tahoeraa, sans jamais les nommer " venant de ceux etc..."Il devrait bien, ou ceux qui rédigent, prendre modèle sur des discours  présidentiels, une fois pour toute, en oubliant une rancœur permanente et inutile à l'heure d'aujourd'hui, puisque ses flèches ne sont même pas perçues par le grand public. En récusant et fustigeant ceux qui osent critiquer ses propos ou son action, il devient  un adepte de la pensée unique, la sienne.

Toutefois, bien sûr, tout le monde sait bien que seul, le pouvoir d'embaucher, revient aux entreprises, si elles sont florissantes bien entendu et pour enfoncer le clou, voilà notre président "Tahoeraa un jour, Tahoeraa toujours", de citer les recommandations de  son ancien parti lors de la campagne de  2013. Et  la litanie des accusations recommence  " la propagande mensongère ne résistera pas aux faits " ou encore " chaque soir vous êtes en train d'exploiter la misère sociale en faisant croire que vous êtes les seuls à pouvoir y mettre un terme" et encore " vous n'avez rien fait pour relancer la construction de logements sociaux" etc... etc...etc.." Des perpétuels règlements de compte lassants et sans portée.

 Nuihau Laurey, ministre des Finances et du Budget, vient de sabrer son aura de sérieux qui prend un coup mortel avec sa double taxation sur les produits sucrés quand il fait passer à la hausse la taxe existante, on est tous d'accord, mais quand il fait un jumping de 5 à 40% pour la taxe sur les messages publicitaires liés aux produits sucrés et au tabac il provoque un casse tête sans nom aux médias notamment qui en font la publicité. Dans ce cas là il devrait appliquer  ce qui avait été fait en France il y a quelques années, plus aucune publicité sur le tabac et le sucre. Oui mais cela ne l'arrange pas.

Teura iriti  ricane sur le terme choisi par le Tapura pour qualifier son budget, " un budget de combat ". "Avec quelle arme ?" se moque-t-elle en relevant les cadeaux fiscaux qui se montent à 20 milliards pour le patronat.

Sandra Levy Agami est montée au créneau comme d'habitude et a dénoncé une "fiscalité comportementale" en rétorquant : "En somme en surtaxant le tabac et les produits sucrés le comportement des consommateurs va changer " Ce qui nous trouble c’est qu’au final, pour l’initiateur de cette fiscalité à dimension humaine les effets escomptés risquent de ne pas être au rendez-vous.

Elle le cite : « … les vices ont la peau dure, et c'est vrai qu'on a fait le choix d'une augmentation ». Il y a eu une baisse … lorsque la taxation du tabac a été considérablement durcie, mais finalement, on oublie ces choses-là, et la consommation reprend ».Et enfonce le clou :

On comprend à la lumière de ces déclarations que le gouvernement sous couvert de fiscalité comportementale pour endormir les polynésiens. Il s’agit bien d’un alourdissement de la fiscalité ! Nous ne sommes pas dupes ces faits confirment que le gouvernement veut seulement remplir les caisses grâce à une fiscalité accrue. Si tel n’était pas le cas, ces taxes seraient affectées sur des fonds de prévention et d’intervention. "

Comment, par ailleurs, ne pas remarquer le" populisme" ( un mot à la mode) du très sérieux Nuihau Laurey, l'homme qui promet et qui oublie ses promesses dès qu'il a le dos tourné. Il n'est pas encore sans dents mais déjà plutôt sans paroles . Or ces diverses  dispositions fiscales avec cette série d’exonérations prévues à moins d’un an et demi des élections territoriales comme l’exonération portant sur les équipements sportifs, les vêtements etc… fait ricaner l'opposition qui n'est pas dupe. C'est son rôle.

 Bref, budget 2017 adopté avec une voix Tahoeraa comme d'habitude celle de Thomas Moutame et avec la voix  du St esprit de l'UPLD Minarii Galenon ! On se doute bien que ces deux voix là attendent quelque chose d'Edouard Fritch. C'est comme ça que cela marche depuis tant d'années ! Ici comme ailleurs.

 

 

Il n'est pas étonnant d'apprendre par la Dépêche que le Dr Laudon, directeur de la Santé, était poursuivi par le Conseil  de l'ordre des médecins devant la chambre disciplinaire, les propos qu'il avait tenus il y a quelques mois, étaient injustes et indignes d'un homme chargé d'autorité, contre deux médecins qui ne méritaient pas ce traitement diffamant. Le Dr Henri Pierre Mallet faisait un travail de communication sur Première remarquable. Il était en charge du bureau de veille sanitaire. Nous avions vivement critiqué à l'époque le Dr Laudon et son ministre béat et ami.

 

 

Interrogé par Tahiti Today, Michel Monvoisin , le PDG d'ATN , nous a précisé que sa porte était ouverte et qu'au-delà  des habituelles revendications qui apparaissent sur un préavis de grève (salaires, primes, etc.), son équipe et lui- même avaient décelé une attente et une inquiétude des personnels par rapport à l’évolution des métiers ; surtout dans la perspective de l’arrivée d’avions de nouvelle génération. Nous avions alors proposé de travailler sur une nouvelle grille des métiers avec des perspectives d’évolution (et avec des rémunérations en adéquation bien entendu).

Notre regret est de ne pas avoir pu se mettre d’accord avant l’échéance du préavis car nous avions la conviction de pouvoir apporter de véritables avancées sur les métiers de la Direction Technique. Nous n’avons pas été entendu. C’est regrettable.

La table des discussions reste toujours ouverte, mais notre priorité ce sont les passagers. Nous avons donc pris toutes les mesures nécessaires pour que les vols puissent se faire normalement." Dont acte.

 

Médiapart révèle que: Cristiano Ronaldo, la superstar du Real Madrid, a dissimulé 150 millions d’euros dans les paradis fiscaux, grâce à des montages offshore passant par la Suisse et les Iles vierges britanniques.

 

Encore une petite fille violée en série à 10 ans !Les juges doivent être dégoûtés. On  ne sait plus quoi dire !!!

 

Mme Glenda Mélix  a été nommée  directrice de la santé par intérim

 

Bernard Accoyer le nouveau secrétaire général des Républicains  assumera sa mission pour redresser la France


À la demande de François Fillon, j'ai accepté de devenir le Secrétaire général des Républicains, la première formation politique de France.

J'assumerai cette mission en y consacrant toute l'énergie nécessaire pour répondre à l'immense désir d'alternance manifesté dans les urnes à l'occasion de la Primaire de la droite et du centre.

Les électeurs se sont mobilisés massivement et la majorité d'entre eux se sont retrouvés dans le programme de réformes majeures proposé par François Fillon, dans son analyse de la situation de notre pays, dans l'ambition qui est la sienne pour redresser la France, sur le plan intérieur comme à l'international. Ils adhérent aux valeurs portées dans son projet : le travail, les libertés individuelles, la solidarité, le respect de l'autorité de l'État, le patriotisme...

Rassembler

Notre mobilisation devra être totale. J’y veillerai personnellement avec la nouvelle équipe dirigeante .Je tiens à remercier tous ceux qui ont œuvré à la direction du mouvement jusqu’ici. Je pense particulièrement à Nicolas Sarkozy qui a relancé efficacement notre mouvement en 2014 avec son équipe composée de Laurent Wauquiez, Éric Woerth, Christian Estrosi et bien d’autres, ainsi qu’à Alain Juppé, qui en a été le fondateur à la demande de Jacques Chirac en 2002.

Objectif : élection présidentielle

Le temps de la campagne présidentielle s'est ouvert dès lundi matin. Notre candidat est à nouveau sur le terrain pour détailler son programme, pour en faire la pédagogie et pour l'enrichir dans les innombrables échanges qu'il va continuer à avoir partout en France.

Le succès de cette primaire n’est qu’une étape. Le chemin pour obtenir la victoire à la présidentielle est encore long. Notre parti va décupler l'action de notre candidat, grâce à vous, grâce à nos permanents, à travers nos 108 fédérations, nos centaines de cadres, nos centaines de milliers de militants et nos millions de sympathisants. Charge à nous de convaincre encore et encore.

Les Français attendent désormais un engagement sans faille de notre part pour permettre cette alternance et le redressement de notre pays.

Je mettrai tout ce que j'ai appris dans ma vie personnelle, professionnelle et politique, toute ma force de travail, au service de notre candidat, François Fillon, de son projet et de notre ambition commune pour la France.

Avec mon amical dévouement,

Bernard Accoyer,
Secrétaire Général des Républicains

 

Ouvrir le droit au mariage et à l'adoption pour les couples homosexuels, mesure phare du quinquennat

C'est LA grande réforme sociétale du quinquennat. Même s'il n'a jamais semblé passionné par ce sujet, le chef de l'Etat peut se prévaloir d'avoir tenu bon malgré l'opposition véhémente d'une frange de la société française derrière le mouvement de la Manif pour tous. La loi, promulguée le 17 mai 2013, n'ouvre cependant pas le droit à la procréation médicalement assistée (PMA), que l'équipe du candidat Hollande avait pourtant évoquée pendant la campagne.

 

Gaston Flosse en tournée dans les chaumières aux Australes

Sans relâche, sans fatigue apparente, le moteur de Gaston Flosse tourne à plein rendement quand il sent qu'il est aimé par les Polynésiens. Lors d'une visite dans une famille, la "maman" l'a entrainé loin des autres dans son petit salon. Là, Flosse lui a demandé ce qu'il pouvait faire pour elle, s'attendant à des doléances de sa part ,quand la mère de famille de 70 ans lui a fait une déclaration d'amour : " Non je ne te demande rien, je ne veux rien, que te voir, te toucher et te serrer dans mes bras !" Si c'est pas de l'amour ça....Du coup, Gastounet a poursuivi sa tournée des popotes comme un jeune homme !

 

Prestation de serment entre la mère et le fils

Hier matin, à la Cour d’appel de Papeete, était officialisée une Société civile professionnelle de notaires entre Maître Dominique  Dubouch bien connue sur le territoire et son fils aîné Maître Ariitu Guichenu ainsi que sa belle-fille Maître Taiana Mou-Hing, épouse de son fils cadet. Une famille entière consacrée au notariat depuis 1929.

 C'est dire que quand on aime, le nombre des années ne compte pas. Le grand-père de Maître Dubouch, Maître Gabriel Dubouch, en effet, avait été notaire de 1929 à 1949, puis ce fut sa tante  Maître Andrée Dubouch  notaire, elle aussi de 1960 à 1990 et enfin Maître Dominique Dubouch de 1990 à ce jour. Une belle régularité dans la famille puisque Dominique a choisi également comme époux un homme qui excelle dans le notariat, Michel Guichenu.  Et voilà que non contents d'être à la tête d'une généalogie de notaires, les Dubouch-Guichenu fils, reprend le flambeau dans une société civile professionnelle familiale consacrée par la Cour d'appel hier matin. Un serment proche des larmes d'émotion de Dominique et la fierté de Michel devant leur fils Ariitu et son épouse Taiana, lesquels après de longues et difficiles études en France, ont vu hier leurs  efforts récompensés.

C’est aujourd’hui une Société civile professionnelle familiale qui prend la suite, avec de nouveaux associés, enfants du pays, tout aussi aimables, dévoués et réactifs que leurs parents. Félicitations, ça mérite bien une coupe de champagne ! Que dis-je une bouteille !

Dominique, Ariitu et Taiana...et pas un look du fameux "notaire de province"

 

 

 La Direction Générale d'Air Tahiti Nui et le SNMSAC-UNSA-PF, syndicat majoritaire chez ses employés mécaniciens, ont tenu des réunions de négociation ces deux dernières semaines relatives aux salaires, primes et congés.

A cette heure, la direction regrette que les négociations n’ont pas abouti, malgré les propositions avancées. La compagnie anticipe donc que suite au préavis déposé vendredi dernier, la grève serait effective ce soir à 00h01. 

La compagnie confirme le maintien de son programme de vol des prochains jours et n'anticipe aucune perturbation.

 Air Tahiti Nui adresse ses plus sincères excuses pour les désagréments causés par ce mouvement social et invite ses passagers à consulter son site internet www.airtahitinui.pf pour toute information sur ses vols.

La Direction Commerciale

 

Le CESC mandature Winiki Sage n'est plus une chambre d'enregistrement !

Le Président Winiki SAGE a convoqué les membres du Conseil économique, social et culturel (CESC) en assemblée plénière ce matin, pour rendre un avis sur un projet de « loi du pays » portant harmonisation de la prise en charge de la longue maladie pour les régimes de protection social polynésiens.


D’après l’exposé des motifs, le projet de loi du pays proposé « est le premier d'une longue série de mesures destinées à réformer la protection sociale généralisée de la Polynésie française ».
Pour ce faire, parmi les orientations retenues par le Gouvernement figurent certaines actions réalisées et des dispositions qui restent à mettre en chantier, dont :

• la réforme de la gouvernance et la réorganisation de l’offre de soins qui a déjà fait l’objet des délibérations n° 2016-11 APF et 2016-12 APF du 16 février 2016 portant respectivement approbation des orientations stratégiques 2016-2025 de la politique de santé et approbation du schéma d'organisation sanitaire 2016-2021.
• Une « fiscalité comportementale » pouvant influer sur la prévalence de certaines maladies liées au mode de vie et aux habitudes alimentaires ;
• Une meilleure définition du rôle du médecin référent, pivot du parcours de santé, spécifiquement sur les affections de longue durée ;
• La création d’une branche unifiée d'assurance maladie.

Dans le cadre de ces grands chantiers, le projet de « loi du pays » soumis à la consultation du CESC a pour objectif d’harmoniser la prise en charge de la longue maladie entre l'ensemble des ressortissants des trois régimes de protections sociale polynésiens, dans l'attente d'une réglementation du Pays relative au médecin traitant et au parcours coordonnés de soins, dont les travaux ont été initiés dès 2010 (projet des partenaires sociaux et du ministère en charge de la solidarité et de la santé, remis au Gouvernement en 2011).

 

Parmi les observations du CESC, on peut notamment retenir que :


 Il ressort de l’exposé des motifs que le rôle du médecin référent dans le parcours de la longue maladie. Le CESC observe que le projet de texte ne précise pas si le médecin référent doit être un médecin généraliste ou spécialiste. Il n’apporte pas plus de précision sur le fait qu’il soit conventionné ou pas.


 En matière de longue maladie, les textes applicables de la CPS impliquent une inégalité de traitement de prise en charge entre les différents régimes de protection sociale polynésiens. Il résulte des auditions menées par le CESC qu’aucune concertation n’est intervenue entre le corps médical, le conseil de l’ordre des médecins de Polynésie française, la CPS et le Gouvernement pour l’établissement de la nouvelle liste des pathologies. Le CESC recommande que la nouvelle liste résulte de la concertation la plus large possible et tienne effectivement compte de la prévalence des pathologies récurrentes en Polynésie française et éligibles à la longue maladie notamment l’hypertension artérielle sévère, le diabète de type 2 compliqué, et les différents cas de tumeurs malignes. Celle-ci ne peut résulter d’un simple « copier-coller » de la liste des affections longue durée prévue en métropole. Le CESC préconise par ailleurs qu’une durée de prise en charge par type de pathologie soit établie et que les conditions de sortie de la longue maladie soient également prises en compte.


Le CESC observe que le projet de texte ne s’inscrit pas dans une stratégie (une ligne de conduite) et une planification, lesquelles ne transparaissent pas (ne sont pas évidentes) dans sa rédaction.
Le Conseil économique, social et culturel adhère à l’harmonisation de la prise en charge des prestations en nature des malades bénéficiant de la longue maladie au sein des trois régimes sociaux de la Polynésie française. Elle constitue en effet la réponse à l’inégalité de traitement de Polynésiens touchés par les affections liées à la longue maladie.


Néanmoins, cette harmonisation telle qu’elle est proposée par le présent projet de « loi du pays » manque de fondements et nécessite que soient abordées et réglées au préalable les conditions de sa réussite telles que : la clarification des règles relatives aux différentes sources de financement, la résorption du passif de chaque régime, l’établissement des parcours et des paniers de soins, etc.
Ces préalables constituent les fondations de la future branche unifiée de l’assurance maladie dans laquelle s’inscrit la longue maladie.


Tel que présenté, sous le couvert d’une harmonisation, le projet de texte s’apparente beaucoup plus à une refonte du régime de la longue maladie.Compte tenu des observations et recommandations qui précèdent, le Conseil économique, social et culturel émet un avis défavorable au projet de « loi du pays » présenté en l’état.
Présenté par Mme Lucie TIFFENAT et M. Jean-François WIART, l’avis défavorable a été adopté par 29 votes pour, 3 votes contre, et 5 abstentions.

 

 

Jeudi 1er décembre 2016

 

: «J'ai décidé de ne pas être candidat à l'élection présidentielle»

 François Hollande renonce à être candidat. C'est inédit pour un président de la cinquième république.

 «Aujourd'hui je suis conscient des risques que feraient courir une démarche qui ne rassemblerait pas autour de moi. Aussi, j'ai décidé de ne pas être candidat au renouvellement de mon mandat», a-t-il annoncé. Il laisse la place à Valls !

 

Budget 2017 ou Speedy Gonzalez ? Ce budget de combat requalifié par l'opposition  "budget de combat électoraliste" a été le voté  par 33 voix et qualifié par le président lui même, comme ayant connu le vote le  plus rapide de l'histoire budgétaire de la Polynésie. Roulé, pesé, adopté. Fin de l'histoire.

 

Editorial

Entre une île flottante à Tahiti et un président qui tient son premier ministre par les couilles à Paris, il y a de quoi écrire.

Il n'y a pas de recensement véritable concernant le  nombre d'enfants en Polynésie française de moins de 18 ans. On sait qu'il y en a beaucoup. Et que les commandes pour avoir un petit frère ou une petit sœur sont nombreuses. Si nombreuses que cette démographie va dans moins de dix ans poser un grave problème à la Polynésie qui ne pourra pas au niveau des infrastructures, des logements, des écoles, de l'emploi etc... offrir à sa jeune population de quoi s'éduquer, travailler, et vivre décemment.

Déjà le logement pour les étudiants de Tahiti est devenu un véritable casse-tête de plus en plus lourd à gérer. Toutes les résidences universitaires affichent " complet". On assiste bien à un sursaut de raison au niveau du gouvernement qui ne sait plus où loger tous ces étudiants mais ce n'est pas suffisant. Certes des constructions sont prévues au deuxième trimestre de 2017, les rénovations d'immeubles laissés à l'abandon sont également prévues, mais tout cela est bien tardif et prend du temps. Et le temps, les lycéens, les étudiants n'en ont pas. Tout d'un coup le gouvernement panique et secoue sa léthargie. Les étudiants boursiers auront des facilités pour payer leurs loyers et les logements privés vacants seront sans doute réquisitionnés. Edouard Fritch se réveille un peu tard lorsqu'il lance " un élève mal logé ne peut pas réussir et nous n'avons pas le droit d'échouer". Il est vrai aussi qu'il met le turbo car 2018, c'est demain. Date fatidique.

D'où sans doute le énième nouveau projet, celui là est original puisqu'il s'agit d'une le flottante. Projet apporté par la société américaine " the Seasteading institute" qui n'a pas encore eu le temps de rassembler des opposants. Nous n'aurons pas le Tahiti Mahana Beach grandeur nature ou autre, but the "flotting island" pour y construire, why not, des logements sociaux avec vue paradisiaque, une petite pirogue ancrée à son ponton. le rêve quoi. Et rien n'empêche de construire des dizaines d'îles flottantes dans le lagon après tout. On comprend mieux pourquoi, le président du gouvernement et ses ministres sur les grandes photos en couleurs de la Dépêche, le quotidien proche du gouvernement, sourient avec une grande conviction sans qu'on leur demande de dire " cheese" !!! Ils viennent de résoudre le manque de terrains !

Et puis ce n'est pas nouveau  de la part de notre élite qui affectionne le dicton : "charité bien ordonnée commence par soi-même". Radio 1 nous donne une information croustillante : Elu il y a tout juste un an, le nouveau tavana de Papara, Puta’i Taae, n’est pas très partageur quand il s’agit d’attribuer les subventions aux associations sur sa commune. La totalité du budget des subventions aux associations de Papara en 2016 a été attribuée à l’unique association culturelle « Taatiraa ia ora Papara ». Une association dont le président d’honneur n’est autre que Puta’i Taae lui-même, le président, l’un de ses adjoints, et le vice-président l’un de ses conseillers municipaux…" Youpi !

Mais ne croyez pas  le spectacle moins délirant  à Paris ! Il est tout aussi croustillant et relève parfois de Guignol ou de Tartarin quand on sait comment "Valls s'est fait retourner par Hollande".

"Culbuto nous tient par les couilles", a lancé Valls !

 L'histoire qui régale les journalistes depuis une semaine est simple.
Décidé à démissionner de Matignon pour se lancer dans la course à l'Elysée, Manuel Valls n'en a finalement rien fait. Le président lui a en effet laissé entendre que lui-même ne serait "peut-être pas" candidat. En résumé Valls comptait quitter Matignon pour se présenter...mais Hollande est parvenu à lui faire changer ses plans.

 Tout était décidé, tout était prêt. Manuel Valls avait organisé son évasion. Il était  à deux doigts d'enregistrer son départ  en plein état d'urgence et alerte terroriste maximale. La Polynésie a la chance  d'être bien loin de ce climat mortifère permanent. Selon nos informations, le locataire de Matignon était bel et bien déterminé à annoncer sa démission à François Hollande lundi dernier, le 28 novembre, à la mi-journée. Mais voilà ce que nous raconte Marianne...

A 12h30, Valls passe donc la Seine pour se rendre chez son supérieur. Il retrouve d'abord Hollande pour un bref tête-à-tête d'un quart d'heure dans son bureau, au premier étage du Château. L'accueil est frisquet.«Je ne me présenterai pas contre toi à la primaire», l'assure Valls.«Ce n'est pas ce que j'avais compris en lisant ton interview», réplique Hollande. La veille, dans le JDD, Valls semblait bien décidé à agiter sous le nez de son patron le chiffon rouge de sa candidature.

François Hollande qui est sous un air pataud, un fin limier, a compris depuis quelques jours, que son premier ministre avait l'intention de démissionner pour pouvoir aller, la tête haute à la primaire de la gauche. Le président l'invite donc à un déjeuner amical qui se soldera par la démission mort née du projet de Valls qui rentrera, tel un bon petit garçon, dans le rang.

Serein, apaisé, le madré président laisse clairement entendre à son hôte qu'il ne sera pas candidat à la présidentielle. Certes Hollande ne le promet pas explicitement, ce n'est pas son genre. Mais il énumère avec tant de force tous les obstacles, nombreux, divers, insurmontables, qui se dressent sur sa route que son retrait apparaît comme une issue logique. Il conclut d'ailleurs en glissant à Valls que s'il n'y va pas, ce sera son tour, «évidemment». Le Premier ministre est saisi. Il ne s'attendait pas à un tel aveu de faiblesse. François Hollande a-t-il bluffé ? C'est possible. Manuel Valls n'est pas dupe. Il connaît l'animal, tout en silences et en allusions. Mais il remballe sa démission pour choisir de lui faire confiance.

Quand le premier ministre réapparaît à Matignon sur le coup de 14h45, il est rouge, tout rouge. De fureur... envers lui-même. Son plan savamment pensé s'est écroulé : il n'a pas pu présenter sa démission. Fatalitas !

 Devant ses collaborateurs, Manuel Valls ne cache pas sa rage. «"Culbuto" nous tient par les couilles !» vitupère-t-il. «Culbuto» ? Le surnom aimablement attribué depuis des années par le PS au président pour sa faculté à basculer, à presque toucher terre et à toujours réussir à se redresser est donc toujours d'actualité et sans doute plus que jamais..

( lire : La madone et le culbuto" de Marie Eves Malouines et Carl Meeus

-----------------

 

Très long discours du président Fritch lors de la séance budgétaire de ce matin à l'Assemblée sur laquelle nous reviendrons. Court extrait

Mesdames et messieurs les représentants, le budget que nous vous présentons, je l’ai dit, est un budget de combat. Un combat sur tous les fronts : de l’économie, du social, de l’emploi et de la santé.

Au-delà de la politique politicienne qui nous fait parfois dériver des véritables urgences, je pense que nous devons tous nous rassembler sur les objectifs et les moyens que nous vous présentons pour appréhender l’avenir avec optimisme.

Nous ne sommes pas des faiseurs de miracles, nous ne sommes des faiseurs de rêves. Nous tenons un discours de vérité fondé sur la transparence et l’honnêteté intellectuelle.

Nous cherchons à construire la confiance entre les acteurs économiques et les pouvoirs publics, entre la population et ses dirigeants, entre les acteurs communaux et le Pays.

Je sais que le rôle de l’opposition est généralement de formuler des critiques avec plus ou moins de bonne foi. Mais sincèrement, je pense qu’il n’y a pas d’alternative sérieuse à ce que vous présente notre gouvernement pour poursuivre le redressement de notre Pays.


 

 

Plusieurs ministres, dont le locataire de la place Beauvau, Bernard Cazeneuve, pourraient arrêter la politique après l'élection présidentielle de 2017.

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, devrait se retirer de la politique après mai 2017.

Ambiance de fin de règne au sommet de l'Etat. Selon l'Opinion, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, pourrait arrêter la politique après mai 2017. Le journal affirme que le locataire de la place Beauvau a prévu de redevenir avocat parisien dans le cabinet August et Debouzy, dans lequel il avait déjà officié entre 2005 et 2007. La date de dépôt limite de candidature pour les législatives est en tout cas dépassée au PS mais la circonscription de Bernard Cazeneuve a été gelée en attendant sa décision. "Il n'a pas la tête à ça. Il est trop occupé par les affaires nationales et notamment la lutte contre le terrorisme", expliquait fin novembre l'entourage du ministre à France Bleu.


 

Surprise, surprise

François Hollande s'exprimera en direct à 20h00 depuis l'Elysée

Se présentera-t-il à la primaire ? Se présentera-t-il à la présidentielle sans en passer par la primaire ?
 s'interroge le site 20 minutes.

François Hollande pourrait prendre tout le monde de court ce jeudi soir - premier jour des dépôts de candidature de la primaire à gauche  et se déclarer candidat, alors que des proches du président ont indiqué à l'AFP qu'il s'exprimera depuis l'Elysée à 20 h.

 

La session plénière vient de démarrer ; elle sera suivie d’une présentation du rapport sur les « Ressources minérales profondes en Polynésie française » par M. Marc TAQUET, directeur de l’IRD.

 

 

 


 

Lionel Stoléru est mort mercredi 30 novembre à Paris, à l’âge de 79 ans, d’un arrêt cardiaque. Il avait été secrétaire d’Etat dans le gouvernement Chirac sous Valéry Giscard d’Estaing, puis dans le gouvernement de Raymond Barre. Douze ans plus tard, sous François Mitterrand, il avait retrouvé un poste de secrétaire d’Etat lorsque Michel Rocard était à Matignon. Dans le paysage politique français des années 1970 à 2000, Lionel Stoléru aura fait figure de discret homme-orchestre au registre varié et aux conseils avisés qu’il aura prodigués d’un bord à l’autre de l’échiquier politique, sans se départir d’un centrisme tempéré.

Né le 22 novembre 1937 à Nantes, dans une famille d’origine roumaine, l’élève brillant et dilettante possède une carte de visite élogieuse :
Polytechnique (promotion 1956), Ecole des mines, docteur ès sciences économiques de l’université Stanford, où il suit en parallèle le cursus « direction d’orchestre ». La « voie royale ». Technocrate réservé à la silhouette comme à la voix timide, « La Paluche », c’est son surnom, qui se décrit volontiers comme un « rêveur », aime avant tout jouer du piano.