Accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toujours prêt à satisfaire sa clientèle :

Tel : 87 72 31 15

 

 

 

 

 

 

Avez-vous le goût de rêver  ?

 

 

 

       . 

 

 Ayez un autre regard sur l'actualité que celui qu'on vous donne ailleurs !

La politique, c'est ici

 

 

Dimanche 5 décembre 2016

Le camp du candidat du parti d’extrême droite (FPÖ) Nobert Hofer a reconnu sa défaite dimanche soir, battu par Alexander Van der Bellen au second tour.

Victoire d'une «Autriche pro-européenne».
Pour ses premiers mots de vainqueur, l'écologise s'est réjoui de la victoire d'une «Autriche pro-européenne».

«
Depuis le début, je me suis battu et j'ai plaidé pour une Autriche pro-européenne», a déclaré à la télévision publique l'ancien patron des Verts autrichiens, âgé de 72 ans, qui veut aussi défendre les «valeurs d'égalité, de liberté, de solidarité».

 

Eric Minardi a accueilli le vice-président du FN Louis Aliot qui arrivait de Nlle Calédonie

Le compagnon de Marine le Pen issu d'une famille engagée à la défense des "Pieds-Noirs" auxquels il est lié par sa naissance a su grimper dans l'organigramme du FN. Il est élu député européen en devançant largement le candidat de la liste UMP de l'époque, en mai 2014. Il gagne de nombreuses élections locales, ne tressaute pas sur le sable comme un poisson sorti de l'eau, s'agite en sachant ce qu'il veut, milite, laboure le Languedoc-Midi- Pyrénées et devient incontournable au sein de son parti. C'est toute la représentation politique actuelle de la France qui n'est plus en phase avec la réalité du terrain martèle le FN et son porte parole Louis Aliot qui  est arrivé vendredi soir de Nouvelle-Calédonie, Il a été accueilli, cela va de soi, par le représentant du Front national à Tahiti, Eric Minardi.
 

Mais les temps vont être durs pour le FN qui voit se dresser devant lui un François Fillon obstiné, secret, doté d'une immense puissance de travail qui a su rassembler pour battre Alain Juppé près de 4,5 millions de Français lors de la primaire de la droite et du centre. Un record quasi historique. La difficulté pour le FN sera donc de ne pas laisser perdre son capital organisationnel, générationnel, et de maintenir son avance dans les sondages. Fillon aussi tranchant qu'une lame bien affûtée, ne lui fera aucun cadeau. De belles joutes en perspective.

Louis Aliot s'est montré également en total désaccord avec Gilbert Collard qui avait estimé qu’à l’avenir le FN ne pourrait « s’affranchir » d’une primaire pour l’élection présidentielle.« Gilbert a certainement été impressionné ou séduit par le tintamarre médiatique autour de cette primaire , a laissé tomber Louis Aliot. Selon lui, « le président du parti est le candidat à la présidentielle », estimant que la primaire du FN : « c’est le congrès ».Rien que de très normal finalement car il n'y a pas de frondeurs ambitieux au FN-Marine . Ils n'y restent pas longtemps.

 Le vice président  de ce parti a des choses à dire. Il les dira aux chefs d'entreprises qu'il doit rencontrer avant sa  conférence de presse, lundi à l'hôtel Manava.

Les signatures : le Graal !

Très Nombreuses sont les personnalités qui ont fait part de leur intention d'être candidat à la présidentielle et qui ont finalement très peu de chance d'en faire la course. Même être sur la ligne de départ semble compromis pour ces candidats sans parti ni réseau d'élus. Car l'envie ne suffit pas. Se qualifier signifie avoir obtenu les fameuses 500 signatures de maires et d'élus locaux. Et ça, ce n'est pas gagné!

 

Royal a Cuba

Mais plus rien ne peut plus nous étonner quand on entend Ségolène Royal à Cuba défendre le terrible bilan de Fidel Castro en matière de droits de l'Homme et des milliers de Cubains qui pourrissent toujours dans les prisons cubaines sans compter tous ceux qui se sont exilés à Miami . " Un monument de l'Histoire" a-t-elle dit. Tout dépend de quelle histoire .

 

Violence faites aux femmes : un film

Dans la continuité des actions menées contre les violences faites aux femmes le 25 novembre dernier, Vahine Orama Tahiti Nui organise le Mercredi 7 décembre 2016 de 18h30 à 20h à l'Hotel Tahiti Pearl Beach Resort la projection du film “L’emprise” dont la thématique est la maltraitance faite aux femmes.
Nous serions honorées de vous compter parmi nous pour cette projection gratuite ainsi que pour le débat qui suivra avec le producteur métropolitain.
Contact: Sandra 87721478
 

 

Samedi 3 décembre 2016

Fin de la grève à ATN . Le préavis de " Union pour l'avenir d'Air Tahiti Nui" a été rondement mené aussi bien par ATN que par le syndicat. Tut rentre dans l'ordre sans dommages pour les clients de la compagnie aérienne locale.

A la suite du dépôt de préavis de grève par le syndicat Union pour l'Avenir d'Air Tahiti Nui le mercredi 30 novembre 2016 et à l'issue de la réunion de négociation qui s'est tenue ce jour, Air Tahiti Nui informe qu'un protocole d'accord a pu être signé, mettant ainsi fin au préavis.

 Ce protocole rappelle la volonté de la compagnie de préserver les acquis sociaux de l'entreprise et son engagement à ne pas créer de disparité de traitement dans une même corporation exerçant ses activités dans des conditions similaires.

 Par ailleurs, la Direction Générale informe que la reprise des négociations avec le SNMSAC-UNSA-PF est prévue dès le lundi 5 décembre 2016 avec pour objectif de sortir de la grève qui touche son personnel de la direction Technique depuis le vendredi 1er décembre 2016.

 La compagnie confirme par alleurs le maintien de son programme de vol et n'anticipe à ce jour aucune perturbation.

 Air Tahiti Nui adresse ses plus sincères excuses pour les désagréments causés par ce mouvement social et espère pouvoir revenir rapidement à une situation

 

 

Le Téléthon, 30 ans d'âge, la cuvée 2016 a bien démarré. Hier les compteurs affichaient déjà 1.825.240 Frs.

 Qu'est-ce-que le Téléthon pour ceux qui ne le savent pas encore ? C'est voir plus loin que le bout de son nez, vital pour ceux qui souffrent de maladies rares car c'est avec l'argent récolté de la générosité des personnes en bonne santé, que le  combat des chercheurs pour trouver des thérapies futures va pouvoir se poursuivre afin d'éradiquer un jour les maladies génétiques rares. En 2015 le comité local avait récolté 12 205 531 Frs et vendu 7000 tee-shirts. Et c'était la crise économique. Si on en croit le gouvernement tout va beaucoup mieux aujourd'hui alors dépassez cette somme cette année, soyez généreux pour sauver des vies. Et qui sait peut-être la vôtre un jour. De 100 Frs à un million et plus, le comité accepte tout !!!!

 

 Monsieur Le Président, la démission c'est maintenant


Pétition adressée à Monsieur François Hollande,
Président de la République.


Monsieur le Président,

Vous avez été élu il y a quatre an et demi. Le chômage a augmenté fortement, et les petites baisses de ces derniers mois ne nous font pas oublier les 600000 chômeurs de plus depuis votre élection.

Vous avez été élu
en nous signifiant que la crise mondiale n'a pas existée, on peut d'ailleurs encore le lire sur votre Twitter ! Mais depuis que vous l'êtes, vous nous parlez de la crise. Sauf que personne, dans le monde entier n'en parle plus !

Vous avez été élu pour redonner de l'espoir au français : jamais, le nombre de pauvres n'aura été aussi important et le taux d'échec dans les écoles, les universités ne laisse pas envisager un avenir meilleur « grâce à votre mandat ».

Vous avez été élu
pour résorber la dette : + 236 milliards (entre juin 2012 et juin 2015). La encore, il n'est pas nécessaire d'épiloguer, le constat ne peut être que celui de l'échec.

Vous avez attaqué les familles (baisse des APL, baisse des retraites, augmentation des impôts en masse) et avez même réussi à diviser les français sur une institution : le mariage.

Monsieur le Président, le 1er décembre 2016 au soir, vous avez décidé de ne pas vous représenter à l'élection présidentielle dont le premier tour doit se tenir le 23 avril 2017.

Plutôt que de laisser 6 mois de plus
à une gouvernance qui tangue, qui vacille, qui en définitive n'est plus, nous vous demandons de démissionner pour que les élections aient lieu au plus vite et cela pour le bien de notre Nation et de l'ensemble des Français.
 

Pétition "UNI" à signer . Elle circule sur tous les réseaux sociaux

 

Temps nuageux aussi, ou encore, à ATN qui enregistre un nouveau préavis de grève, celui du personnel au sol et puis pour faire bon poids Air Archipel s'est dit aussi " pourquoi pas nous !" Jingle bells !

 

 


L'ancien président de France Télévisions Rémy Pflimlin est décédé samedi à l'âge de 62 ans à Paris «après une longue maladie», a-t-on appris auprès de son entourage et du groupe audiovisuel public.
«La présidente de France Télévisions [Delphine Ernotte, ndlr], la direction et les salariés [du groupe] sont bouleversés d'apprendre la disparition de Rémy Pflimlin», selon un communiqué transmis à l'AFP.


 

Le parti de Tauhiti Nena a annoncé vendredi matin qu’il  avait demandé  l’investiture officielle des Républicains. On  se bouscule au portillon de François Fillon. Un quatrième candidat Jérôme Poullet-Osier mandataire de Bruno Le Maire qui avait apporté son soutien à François Fillon a lui aussi prévenu qu’il serait candidat aux législatives s’il obtenait l’investiture des Républicains

 

Douze nouvelles traditions font leur entrée au patrimoine de l'humanité, nous avons cherché là encore si la Polynésie était présente entre le carnaval d'El Callao, le geetgawai, chants populaires en bhojpuri de la République de Maurice , la Charrería, tradition équestre au Mexique ,le Festival international de la culture et de la pêche d'Argungu au Nigéria, la tradition et la culture du palov en Ouzbékistan  etc...etc. Rien ! On a pourtant la culture du paka entre-autres

 !

 

Devant la richesse du palais et du musée du Vatican, un lecteur fait un rappel sans filet relevé sur Wikipedia :

Le vœu de pauvreté est une promesse solennelle et publique faite à Dieu de renonciation à la possession de biens matériels, en vue de se livrer plus entièrement à la recherche de Dieu et des biens spirituels qu’il peut accorder. Il est fortement lié au désir profond de mise en commun des biens économiques et culturels de la terre, entre tous les hommes et femmes. Dans la tradition chrétienne il prend la forme de se mettre à la suite du Christ (la sequela Christi) qui par choix personnel vécut dans le dénuement. À partir du IVe siècle, avec les vœux de chasteté et d’obéissance, le vœu de pauvreté vint progressivement à caractériser l’engagement personnel et vital dans un institut de vie religieuse tel que reconnu et approuvé par l’Église. Aujourd'hui, il fait partie des trois vœux principaux que prononce un homme ou une femme qui, à la suite d'une période de probation (le noviciat), est admis dans un Ordre ou Congrégation religieuses1.

 

 

Vendredi 2 décembre 2016

Editorial

La vraie-fausse surprise de Hollande

Pouvait-il encore tenir longtemps sous les jets d'une lapidation qui dure depuis son arrivée au pouvoir en allant en s'accélérant ? Finalement non. C'est certainement avec un grand soulagement qu'il a tenu à faire cette déclaration digne, émouvante, selon le PS, mais unique en son genre de la part d'un président de la République qui annonce avant l'échéance avec lucidité sur le désamour des Français, ne pas se représenter en 2017.

Après avoir shaké le landerneau politico-médiatique par ce renoncement  hors norme à sa propre succession, il fait pousser un ouf de soulagement  à un bon nombre de ses amis politiques qui ont les dents qui rayent le parquet. Déjà les candidats se pressent au portillon de la présidentielle, Christiane Taubira entre-autres, outre ceux qui ne veulent pas passer sous les fourches caudines de la primaire : Macron, Mélanchon, l'éternel rigolard Philippe Poutou,  tous les extra-gauchistes, altermondialistes de tous poils. Les socialistes eux, ne sont  plus que sept, décidés à affronter la primaire de la gauche comme  Montebourg, Hamon, de Rugy, Filoche etc..Victorin Lurel, ancien ministre des Outre-mer, ancien président de la Région Guadeloupe et aujourd'hui Secrétaire national aux Outre-mer du parti socialiste laisse entendre qu'il envisage à son tour d'être candidat à la primaire.

Sans oublier bien évidemment Valls qui ne s'est pas encore déclaré à l'heure où nous écrivons, mais cela ne saurait tarder.

François Hollande a donc fait la Une de tous les journaux français qui jusqu'à hier le trucidaient d'anathèmes cruels, Il part sans gloire mais avec honneur et pour une fois, sous des commentaires élogieux quant à sa décision - digne, courageuse, lucide - d'abandonner le pouvoir. Un quasi "ouf" général. Mais gentil....

La Polynésie française n'a pas à se plaindre, elle, des promesses du président de la République qui a tenu parole à peu de choses près. Edouard Fritch n'a pas manqué de le souligner. Et il a bien fait de montrer sa reconnaissance. Il perd donc un bon soutien à sa politique et aura beaucoup plus de fil à retordre avec le prochain président si François Fillon l'emporte en avril 2017. Ce ne seront pas deux colliers, quelques bises et un tamure qui pourront l'adoucir  sur des sujets fondamentaux relevant de l'Etat. Le président polynésien ayant choisi de faire voter Alain Juppé en Polynésie part donc dans sa campagne de conquête du gagnant de la primaire de la droite avec un handicap mais sans doute aussi avec une giclée d'eau bénite pour se faire pardonner, ce qui ne fera même pas sourire François Fillon.

Cela dit, le vote du budget 2017 en moins de 4 heures a fait rugir Edouard Fritch de frustration pour ce vote ultra rapide qu'il a pris pour un désintérêt des représentants.

 Dans son discours - il n'y a rien à faire -  il n'a pas manqué encore et encore d'égratigner son prédécesseur ou par des allusions, les représentants Tahoeraa, sans jamais les nommer " venant de ceux etc..."Il devrait bien, ou ceux qui rédigent, prendre modèle sur des discours  présidentiels, une fois pour toute, en oubliant une rancœur permanente et inutile à l'heure d'aujourd'hui, puisque ses flèches ne sont même pas perçues par le grand public. En récusant et fustigeant ceux qui osent critiquer ses propos ou son action, il devient  un adepte de la pensée unique, la sienne.

Toutefois, bien sûr, tout le monde sait bien que seul, le pouvoir d'embaucher, revient aux entreprises, si elles sont florissantes bien entendu et pour enfoncer le clou, voilà notre président "Tahoeraa un jour, Tahoeraa toujours", de citer les recommandations de  son ancien parti lors de la campagne de  2013. Et  la litanie des accusations recommence  " la propagande mensongère ne résistera pas aux faits " ou encore " chaque soir vous êtes en train d'exploiter la misère sociale en faisant croire que vous êtes les seuls à pouvoir y mettre un terme" et encore " vous n'avez rien fait pour relancer la construction de logements sociaux" etc... etc...etc.." Des perpétuels règlements de compte lassants et sans portée.

 Nuihau Laurey, ministre des Finances et du Budget, vient de sabrer son aura de sérieux qui prend un coup mortel avec sa double taxation sur les produits sucrés quand il fait passer à la hausse la taxe existante, on est tous d'accord, mais quand il fait un jumping de 5 à 40% pour la taxe sur les messages publicitaires liés aux produits sucrés et au tabac il provoque un casse tête sans nom aux médias notamment qui en font la publicité. Dans ce cas là il devrait appliquer  ce qui avait été fait en France il y a quelques années, plus aucune publicité sur le tabac et le sucre. Oui mais cela ne l'arrange pas.

Teura iriti  ricane sur le terme choisi par le Tapura pour qualifier son budget, " un budget de combat ". "Avec quelle arme ?" se moque-t-elle en relevant les cadeaux fiscaux qui se montent à 20 milliards pour le patronat.

Sandra Levy Agami est montée au créneau comme d'habitude et a dénoncé une "fiscalité comportementale" en rétorquant : "En somme en surtaxant le tabac et les produits sucrés le comportement des consommateurs va changer " Ce qui nous trouble c’est qu’au final, pour l’initiateur de cette fiscalité à dimension humaine les effets escomptés risquent de ne pas être au rendez-vous.

Elle le cite : « … les vices ont la peau dure, et c'est vrai qu'on a fait le choix d'une augmentation ». Il y a eu une baisse … lorsque la taxation du tabac a été considérablement durcie, mais finalement, on oublie ces choses-là, et la consommation reprend ».Et enfonce le clou :

On comprend à la lumière de ces déclarations que le gouvernement sous couvert de fiscalité comportementale pour endormir les polynésiens. Il s’agit bien d’un alourdissement de la fiscalité ! Nous ne sommes pas dupes ces faits confirment que le gouvernement veut seulement remplir les caisses grâce à une fiscalité accrue. Si tel n’était pas le cas, ces taxes seraient affectées sur des fonds de prévention et d’intervention. "

Comment, par ailleurs, ne pas remarquer le" populisme" ( un mot à la mode) du très sérieux Nuihau Laurey, l'homme qui promet et qui oublie ses promesses dès qu'il a le dos tourné. Il n'est pas encore sans dents mais déjà plutôt sans paroles . Or ces diverses  dispositions fiscales avec cette série d’exonérations prévues à moins d’un an et demi des élections territoriales comme l’exonération portant sur les équipements sportifs, les vêtements etc… fait ricaner l'opposition qui n'est pas dupe. C'est son rôle.

 Bref, budget 2017 adopté avec une voix Tahoeraa comme d'habitude celle de Thomas Moutame et avec la voix  du St esprit de l'UPLD Minarii Galenon ! On se doute bien que ces deux voix là attendent quelque chose d'Edouard Fritch. C'est comme ça que cela marche depuis tant d'années ! Ici comme ailleurs.

 

 

Il n'est pas étonnant d'apprendre par la Dépêche que le Dr Laudon, directeur de la Santé, était poursuivi par le Conseil  de l'ordre des médecins devant la chambre disciplinaire, les propos qu'il avait tenus il y a quelques mois, étaient injustes et indignes d'un homme chargé d'autorité, contre deux médecins qui ne méritaient pas ce traitement diffamant. Le Dr Henri Pierre Mallet faisait un travail de communication sur Première remarquable. Il était en charge du bureau de veille sanitaire. Nous avions vivement critiqué à l'époque le Dr Laudon et son ministre béat et ami.

 

 

Interrogé par Tahiti Today, Michel Monvoisin , le PDG d'ATN , nous a précisé que sa porte était ouverte et qu'au-delà  des habituelles revendications qui apparaissent sur un préavis de grève (salaires, primes, etc.), son équipe et lui- même avaient décelé une attente et une inquiétude des personnels par rapport à l’évolution des métiers ; surtout dans la perspective de l’arrivée d’avions de nouvelle génération. Nous avions alors proposé de travailler sur une nouvelle grille des métiers avec des perspectives d’évolution (et avec des rémunérations en adéquation bien entendu).

Notre regret est de ne pas avoir pu se mettre d’accord avant l’échéance du préavis car nous avions la conviction de pouvoir apporter de véritables avancées sur les métiers de la Direction Technique. Nous n’avons pas été entendu. C’est regrettable.

La table des discussions reste toujours ouverte, mais notre priorité ce sont les passagers. Nous avons donc pris toutes les mesures nécessaires pour que les vols puissent se faire normalement." Dont acte.

 

Médiapart révèle que: Cristiano Ronaldo, la superstar du Real Madrid, a dissimulé 150 millions d’euros dans les paradis fiscaux, grâce à des montages offshore passant par la Suisse et les Iles vierges britanniques.

 

Encore une petite fille violée en série à 10 ans !Les juges doivent être dégoûtés. On  ne sait plus quoi dire !!!

 

Mme Glenda Mélix  a été nommée  directrice de la santé par intérim

 

Bernard Accoyer le nouveau secrétaire général des Républicains  assumera sa mission pour redresser la France


À la demande de François Fillon, j'ai accepté de devenir le Secrétaire général des Républicains, la première formation politique de France.

J'assumerai cette mission en y consacrant toute l'énergie nécessaire pour répondre à l'immense désir d'alternance manifesté dans les urnes à l'occasion de la Primaire de la droite et du centre.

Les électeurs se sont mobilisés massivement et la majorité d'entre eux se sont retrouvés dans le programme de réformes majeures proposé par François Fillon, dans son analyse de la situation de notre pays, dans l'ambition qui est la sienne pour redresser la France, sur le plan intérieur comme à l'international. Ils adhérent aux valeurs portées dans son projet : le travail, les libertés individuelles, la solidarité, le respect de l'autorité de l'État, le patriotisme...

Rassembler

Notre mobilisation devra être totale. J’y veillerai personnellement avec la nouvelle équipe dirigeante .Je tiens à remercier tous ceux qui ont œuvré à la direction du mouvement jusqu’ici. Je pense particulièrement à Nicolas Sarkozy qui a relancé efficacement notre mouvement en 2014 avec son équipe composée de Laurent Wauquiez, Éric Woerth, Christian Estrosi et bien d’autres, ainsi qu’à Alain Juppé, qui en a été le fondateur à la demande de Jacques Chirac en 2002.

Objectif : élection présidentielle

Le temps de la campagne présidentielle s'est ouvert dès lundi matin. Notre candidat est à nouveau sur le terrain pour détailler son programme, pour en faire la pédagogie et pour l'enrichir dans les innombrables échanges qu'il va continuer à avoir partout en France.

Le succès de cette primaire n’est qu’une étape. Le chemin pour obtenir la victoire à la présidentielle est encore long. Notre parti va décupler l'action de notre candidat, grâce à vous, grâce à nos permanents, à travers nos 108 fédérations, nos centaines de cadres, nos centaines de milliers de militants et nos millions de sympathisants. Charge à nous de convaincre encore et encore.

Les Français attendent désormais un engagement sans faille de notre part pour permettre cette alternance et le redressement de notre pays.

Je mettrai tout ce que j'ai appris dans ma vie personnelle, professionnelle et politique, toute ma force de travail, au service de notre candidat, François Fillon, de son projet et de notre ambition commune pour la France.

Avec mon amical dévouement,

Bernard Accoyer,
Secrétaire Général des Républicains

 

Ouvrir le droit au mariage et à l'adoption pour les couples homosexuels, mesure phare du quinquennat

C'est LA grande réforme sociétale du quinquennat. Même s'il n'a jamais semblé passionné par ce sujet, le chef de l'Etat peut se prévaloir d'avoir tenu bon malgré l'opposition véhémente d'une frange de la société française derrière le mouvement de la Manif pour tous. La loi, promulguée le 17 mai 2013, n'ouvre cependant pas le droit à la procréation médicalement assistée (PMA), que l'équipe du candidat Hollande avait pourtant évoquée pendant la campagne.

 

Gaston Flosse en tournée dans les chaumières aux Australes

Sans relâche, sans fatigue apparente, le moteur de Gaston Flosse tourne à plein rendement quand il sent qu'il est aimé par les Polynésiens. Lors d'une visite dans une famille, la "maman" l'a entrainé loin des autres dans son petit salon. Là, Flosse lui a demandé ce qu'il pouvait faire pour elle, s'attendant à des doléances de sa part ,quand la mère de famille de 70 ans lui a fait une déclaration d'amour : " Non je ne te demande rien, je ne veux rien, que te voir, te toucher et te serrer dans mes bras !" Si c'est pas de l'amour ça....Du coup, Gastounet a poursuivi sa tournée des popotes comme un jeune homme !

 

Prestation de serment entre la mère et le fils

Hier matin, à la Cour d’appel de Papeete, était officialisée une Société civile professionnelle de notaires entre Maître Dominique  Dubouch bien connue sur le territoire et son fils aîné Maître Ariitu Guichenu ainsi que sa belle-fille Maître Taiana Mou-Hing, épouse de son fils cadet. Une famille entière consacrée au notariat depuis 1929.

 C'est dire que quand on aime, le nombre des années ne compte pas. Le grand-père de Maître Dubouch, Maître Gabriel Dubouch, en effet, avait été notaire de 1929 à 1949, puis ce fut sa tante  Maître Andrée Dubouch  notaire, elle aussi de 1960 à 1990 et enfin Maître Dominique Dubouch de 1990 à ce jour. Une belle régularité dans la famille puisque Dominique a choisi également comme époux un homme qui excelle dans le notariat, Michel Guichenu.  Et voilà que non contents d'être à la tête d'une généalogie de notaires, les Dubouch-Guichenu fils, reprend le flambeau dans une société civile professionnelle familiale consacrée par la Cour d'appel hier matin. Un serment proche des larmes d'émotion de Dominique et la fierté de Michel devant leur fils Ariitu et son épouse Taiana, lesquels après de longues et difficiles études en France, ont vu hier leurs  efforts récompensés.

C’est aujourd’hui une Société civile professionnelle familiale qui prend la suite, avec de nouveaux associés, enfants du pays, tout aussi aimables, dévoués et réactifs que leurs parents. Félicitations, ça mérite bien une coupe de champagne ! Que dis-je une bouteille !

Dominique, Ariitu et Taiana...et pas un look du fameux "notaire de province"

 

 

 La Direction Générale d'Air Tahiti Nui et le SNMSAC-UNSA-PF, syndicat majoritaire chez ses employés mécaniciens, ont tenu des réunions de négociation ces deux dernières semaines relatives aux salaires, primes et congés.

A cette heure, la direction regrette que les négociations n’ont pas abouti, malgré les propositions avancées. La compagnie anticipe donc que suite au préavis déposé vendredi dernier, la grève serait effective ce soir à 00h01. 

La compagnie confirme le maintien de son programme de vol des prochains jours et n'anticipe aucune perturbation.

 Air Tahiti Nui adresse ses plus sincères excuses pour les désagréments causés par ce mouvement social et invite ses passagers à consulter son site internet www.airtahitinui.pf pour toute information sur ses vols.

La Direction Commerciale

 

Le CESC mandature Winiki Sage n'est plus une chambre d'enregistrement !

Le Président Winiki SAGE a convoqué les membres du Conseil économique, social et culturel (CESC) en assemblée plénière ce matin, pour rendre un avis sur un projet de « loi du pays » portant harmonisation de la prise en charge de la longue maladie pour les régimes de protection social polynésiens.


D’après l’exposé des motifs, le projet de loi du pays proposé « est le premier d'une longue série de mesures destinées à réformer la protection sociale généralisée de la Polynésie française ».
Pour ce faire, parmi les orientations retenues par le Gouvernement figurent certaines actions réalisées et des dispositions qui restent à mettre en chantier, dont :

• la réforme de la gouvernance et la réorganisation de l’offre de soins qui a déjà fait l’objet des délibérations n° 2016-11 APF et 2016-12 APF du 16 février 2016 portant respectivement approbation des orientations stratégiques 2016-2025 de la politique de santé et approbation du schéma d'organisation sanitaire 2016-2021.
• Une « fiscalité comportementale » pouvant influer sur la prévalence de certaines maladies liées au mode de vie et aux habitudes alimentaires ;
• Une meilleure définition du rôle du médecin référent, pivot du parcours de santé, spécifiquement sur les affections de longue durée ;
• La création d’une branche unifiée d'assurance maladie.

Dans le cadre de ces grands chantiers, le projet de « loi du pays » soumis à la consultation du CESC a pour objectif d’harmoniser la prise en charge de la longue maladie entre l'ensemble des ressortissants des trois régimes de protections sociale polynésiens, dans l'attente d'une réglementation du Pays relative au médecin traitant et au parcours coordonnés de soins, dont les travaux ont été initiés dès 2010 (projet des partenaires sociaux et du ministère en charge de la solidarité et de la santé, remis au Gouvernement en 2011).

 

Parmi les observations du CESC, on peut notamment retenir que :


 Il ressort de l’exposé des motifs que le rôle du médecin référent dans le parcours de la longue maladie. Le CESC observe que le projet de texte ne précise pas si le médecin référent doit être un médecin généraliste ou spécialiste. Il n’apporte pas plus de précision sur le fait qu’il soit conventionné ou pas.


 En matière de longue maladie, les textes applicables de la CPS impliquent une inégalité de traitement de prise en charge entre les différents régimes de protection sociale polynésiens. Il résulte des auditions menées par le CESC qu’aucune concertation n’est intervenue entre le corps médical, le conseil de l’ordre des médecins de Polynésie française, la CPS et le Gouvernement pour l’établissement de la nouvelle liste des pathologies. Le CESC recommande que la nouvelle liste résulte de la concertation la plus large possible et tienne effectivement compte de la prévalence des pathologies récurrentes en Polynésie française et éligibles à la longue maladie notamment l’hypertension artérielle sévère, le diabète de type 2 compliqué, et les différents cas de tumeurs malignes. Celle-ci ne peut résulter d’un simple « copier-coller » de la liste des affections longue durée prévue en métropole. Le CESC préconise par ailleurs qu’une durée de prise en charge par type de pathologie soit établie et que les conditions de sortie de la longue maladie soient également prises en compte.


Le CESC observe que le projet de texte ne s’inscrit pas dans une stratégie (une ligne de conduite) et une planification, lesquelles ne transparaissent pas (ne sont pas évidentes) dans sa rédaction.
Le Conseil économique, social et culturel adhère à l’harmonisation de la prise en charge des prestations en nature des malades bénéficiant de la longue maladie au sein des trois régimes sociaux de la Polynésie française. Elle constitue en effet la réponse à l’inégalité de traitement de Polynésiens touchés par les affections liées à la longue maladie.


Néanmoins, cette harmonisation telle qu’elle est proposée par le présent projet de « loi du pays » manque de fondements et nécessite que soient abordées et réglées au préalable les conditions de sa réussite telles que : la clarification des règles relatives aux différentes sources de financement, la résorption du passif de chaque régime, l’établissement des parcours et des paniers de soins, etc.
Ces préalables constituent les fondations de la future branche unifiée de l’assurance maladie dans laquelle s’inscrit la longue maladie.


Tel que présenté, sous le couvert d’une harmonisation, le projet de texte s’apparente beaucoup plus à une refonte du régime de la longue maladie.Compte tenu des observations et recommandations qui précèdent, le Conseil économique, social et culturel émet un avis défavorable au projet de « loi du pays » présenté en l’état.
Présenté par Mme Lucie TIFFENAT et M. Jean-François WIART, l’avis défavorable a été adopté par 29 votes pour, 3 votes contre, et 5 abstentions.

 

 

Jeudi 1er décembre 2016

 

: «J'ai décidé de ne pas être candidat à l'élection présidentielle»

 François Hollande renonce à être candidat. C'est inédit pour un président de la cinquième république.

 «Aujourd'hui je suis conscient des risques que feraient courir une démarche qui ne rassemblerait pas autour de moi. Aussi, j'ai décidé de ne pas être candidat au renouvellement de mon mandat», a-t-il annoncé. Il laisse la place à Valls !

 

Budget 2017 ou Speedy Gonzalez ? Ce budget de combat requalifié par l'opposition  "budget de combat électoraliste" a été le voté  par 33 voix et qualifié par le président lui même, comme ayant connu le vote le  plus rapide de l'histoire budgétaire de la Polynésie. Roulé, pesé, adopté. Fin de l'histoire.

 

Editorial

Entre une île flottante à Tahiti et un président qui tient son premier ministre par les couilles à Paris, il y a de quoi écrire.

Il n'y a pas de recensement véritable concernant le  nombre d'enfants en Polynésie française de moins de 18 ans. On sait qu'il y en a beaucoup. Et que les commandes pour avoir un petit frère ou une petit sœur sont nombreuses. Si nombreuses que cette démographie va dans moins de dix ans poser un grave problème à la Polynésie qui ne pourra pas au niveau des infrastructures, des logements, des écoles, de l'emploi etc... offrir à sa jeune population de quoi s'éduquer, travailler, et vivre décemment.

Déjà le logement pour les étudiants de Tahiti est devenu un véritable casse-tête de plus en plus lourd à gérer. Toutes les résidences universitaires affichent " complet". On assiste bien à un sursaut de raison au niveau du gouvernement qui ne sait plus où loger tous ces étudiants mais ce n'est pas suffisant. Certes des constructions sont prévues au deuxième trimestre de 2017, les rénovations d'immeubles laissés à l'abandon sont également prévues, mais tout cela est bien tardif et prend du temps. Et le temps, les lycéens, les étudiants n'en ont pas. Tout d'un coup le gouvernement panique et secoue sa léthargie. Les étudiants boursiers auront des facilités pour payer leurs loyers et les logements privés vacants seront sans doute réquisitionnés. Edouard Fritch se réveille un peu tard lorsqu'il lance " un élève mal logé ne peut pas réussir et nous n'avons pas le droit d'échouer". Il est vrai aussi qu'il met le turbo car 2018, c'est demain. Date fatidique.

D'où sans doute le énième nouveau projet, celui là est original puisqu'il s'agit d'une le flottante. Projet apporté par la société américaine " the Seasteading institute" qui n'a pas encore eu le temps de rassembler des opposants. Nous n'aurons pas le Tahiti Mahana Beach grandeur nature ou autre, but the "flotting island" pour y construire, why not, des logements sociaux avec vue paradisiaque, une petite pirogue ancrée à son ponton. le rêve quoi. Et rien n'empêche de construire des dizaines d'îles flottantes dans le lagon après tout. On comprend mieux pourquoi, le président du gouvernement et ses ministres sur les grandes photos en couleurs de la Dépêche, le quotidien proche du gouvernement, sourient avec une grande conviction sans qu'on leur demande de dire " cheese" !!! Ils viennent de résoudre le manque de terrains !

Et puis ce n'est pas nouveau  de la part de notre élite qui affectionne le dicton : "charité bien ordonnée commence par soi-même". Radio 1 nous donne une information croustillante : Elu il y a tout juste un an, le nouveau tavana de Papara, Puta’i Taae, n’est pas très partageur quand il s’agit d’attribuer les subventions aux associations sur sa commune. La totalité du budget des subventions aux associations de Papara en 2016 a été attribuée à l’unique association culturelle « Taatiraa ia ora Papara ». Une association dont le président d’honneur n’est autre que Puta’i Taae lui-même, le président, l’un de ses adjoints, et le vice-président l’un de ses conseillers municipaux…" Youpi !

Mais ne croyez pas  le spectacle moins délirant  à Paris ! Il est tout aussi croustillant et relève parfois de Guignol ou de Tartarin quand on sait comment "Valls s'est fait retourner par Hollande".

"Culbuto nous tient par les couilles", a lancé Valls !

 L'histoire qui régale les journalistes depuis une semaine est simple.
Décidé à démissionner de Matignon pour se lancer dans la course à l'Elysée, Manuel Valls n'en a finalement rien fait. Le président lui a en effet laissé entendre que lui-même ne serait "peut-être pas" candidat. En résumé Valls comptait quitter Matignon pour se présenter...mais Hollande est parvenu à lui faire changer ses plans.

 Tout était décidé, tout était prêt. Manuel Valls avait organisé son évasion. Il était  à deux doigts d'enregistrer son départ  en plein état d'urgence et alerte terroriste maximale. La Polynésie a la chance  d'être bien loin de ce climat mortifère permanent. Selon nos informations, le locataire de Matignon était bel et bien déterminé à annoncer sa démission à François Hollande lundi dernier, le 28 novembre, à la mi-journée. Mais voilà ce que nous raconte Marianne...

A 12h30, Valls passe donc la Seine pour se rendre chez son supérieur. Il retrouve d'abord Hollande pour un bref tête-à-tête d'un quart d'heure dans son bureau, au premier étage du Château. L'accueil est frisquet.«Je ne me présenterai pas contre toi à la primaire», l'assure Valls.«Ce n'est pas ce que j'avais compris en lisant ton interview», réplique Hollande. La veille, dans le JDD, Valls semblait bien décidé à agiter sous le nez de son patron le chiffon rouge de sa candidature.

François Hollande qui est sous un air pataud, un fin limier, a compris depuis quelques jours, que son premier ministre avait l'intention de démissionner pour pouvoir aller, la tête haute à la primaire de la gauche. Le président l'invite donc à un déjeuner amical qui se soldera par la démission mort née du projet de Valls qui rentrera, tel un bon petit garçon, dans le rang.

Serein, apaisé, le madré président laisse clairement entendre à son hôte qu'il ne sera pas candidat à la présidentielle. Certes Hollande ne le promet pas explicitement, ce n'est pas son genre. Mais il énumère avec tant de force tous les obstacles, nombreux, divers, insurmontables, qui se dressent sur sa route que son retrait apparaît comme une issue logique. Il conclut d'ailleurs en glissant à Valls que s'il n'y va pas, ce sera son tour, «évidemment». Le Premier ministre est saisi. Il ne s'attendait pas à un tel aveu de faiblesse. François Hollande a-t-il bluffé ? C'est possible. Manuel Valls n'est pas dupe. Il connaît l'animal, tout en silences et en allusions. Mais il remballe sa démission pour choisir de lui faire confiance.

Quand le premier ministre réapparaît à Matignon sur le coup de 14h45, il est rouge, tout rouge. De fureur... envers lui-même. Son plan savamment pensé s'est écroulé : il n'a pas pu présenter sa démission. Fatalitas !

 Devant ses collaborateurs, Manuel Valls ne cache pas sa rage. «"Culbuto" nous tient par les couilles !» vitupère-t-il. «Culbuto» ? Le surnom aimablement attribué depuis des années par le PS au président pour sa faculté à basculer, à presque toucher terre et à toujours réussir à se redresser est donc toujours d'actualité et sans doute plus que jamais..

( lire : La madone et le culbuto" de Marie Eves Malouines et Carl Meeus

-----------------

 

Très long discours du président Fritch lors de la séance budgétaire de ce matin à l'Assemblée sur laquelle nous reviendrons. Court extrait

Mesdames et messieurs les représentants, le budget que nous vous présentons, je l’ai dit, est un budget de combat. Un combat sur tous les fronts : de l’économie, du social, de l’emploi et de la santé.

Au-delà de la politique politicienne qui nous fait parfois dériver des véritables urgences, je pense que nous devons tous nous rassembler sur les objectifs et les moyens que nous vous présentons pour appréhender l’avenir avec optimisme.

Nous ne sommes pas des faiseurs de miracles, nous ne sommes des faiseurs de rêves. Nous tenons un discours de vérité fondé sur la transparence et l’honnêteté intellectuelle.

Nous cherchons à construire la confiance entre les acteurs économiques et les pouvoirs publics, entre la population et ses dirigeants, entre les acteurs communaux et le Pays.

Je sais que le rôle de l’opposition est généralement de formuler des critiques avec plus ou moins de bonne foi. Mais sincèrement, je pense qu’il n’y a pas d’alternative sérieuse à ce que vous présente notre gouvernement pour poursuivre le redressement de notre Pays.


 

 

Plusieurs ministres, dont le locataire de la place Beauvau, Bernard Cazeneuve, pourraient arrêter la politique après l'élection présidentielle de 2017.

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, devrait se retirer de la politique après mai 2017.

Ambiance de fin de règne au sommet de l'Etat. Selon l'Opinion, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, pourrait arrêter la politique après mai 2017. Le journal affirme que le locataire de la place Beauvau a prévu de redevenir avocat parisien dans le cabinet August et Debouzy, dans lequel il avait déjà officié entre 2005 et 2007. La date de dépôt limite de candidature pour les législatives est en tout cas dépassée au PS mais la circonscription de Bernard Cazeneuve a été gelée en attendant sa décision. "Il n'a pas la tête à ça. Il est trop occupé par les affaires nationales et notamment la lutte contre le terrorisme", expliquait fin novembre l'entourage du ministre à France Bleu.


 

Surprise, surprise

François Hollande s'exprimera en direct à 20h00 depuis l'Elysée

Se présentera-t-il à la primaire ? Se présentera-t-il à la présidentielle sans en passer par la primaire ?
 s'interroge le site 20 minutes.

François Hollande pourrait prendre tout le monde de court ce jeudi soir - premier jour des dépôts de candidature de la primaire à gauche  et se déclarer candidat, alors que des proches du président ont indiqué à l'AFP qu'il s'exprimera depuis l'Elysée à 20 h.

 

La session plénière vient de démarrer ; elle sera suivie d’une présentation du rapport sur les « Ressources minérales profondes en Polynésie française » par M. Marc TAQUET, directeur de l’IRD.

 

 

 


 

Lionel Stoléru est mort mercredi 30 novembre à Paris, à l’âge de 79 ans, d’un arrêt cardiaque. Il avait été secrétaire d’Etat dans le gouvernement Chirac sous Valéry Giscard d’Estaing, puis dans le gouvernement de Raymond Barre. Douze ans plus tard, sous François Mitterrand, il avait retrouvé un poste de secrétaire d’Etat lorsque Michel Rocard était à Matignon. Dans le paysage politique français des années 1970 à 2000, Lionel Stoléru aura fait figure de discret homme-orchestre au registre varié et aux conseils avisés qu’il aura prodigués d’un bord à l’autre de l’échiquier politique, sans se départir d’un centrisme tempéré.

Né le 22 novembre 1937 à Nantes, dans une famille d’origine roumaine, l’élève brillant et dilettante possède une carte de visite élogieuse :
Polytechnique (promotion 1956), Ecole des mines, docteur ès sciences économiques de l’université Stanford, où il suit en parallèle le cursus « direction d’orchestre ». La « voie royale ». Technocrate réservé à la silhouette comme à la voix timide, « La Paluche », c’est son surnom, qui se décrit volontiers comme un « rêveur », aime avant tout jouer du piano.



 

Mercredi 30 novembre 2016

 

 

 

Quelques extraits de dossiers du Conseil des ministres

Rencontre avec les maires de Polynésie française le 9 décembre

 Tous les maires de Polynésie française sont conviés pour une journée d’échanges, le vendredi 9 décembre, sous le chapiteau de la Présidence. Cette journée sera ponctuée de présentations par des services du Pays et certains maires, sur des sujets d’actualité intéressant les communes et leurs administrés, l’organisation de l’événement étant confiée à la DDC (Délégation pour le développement des communes). 

(...)Cette journée comprendra également une présentation des projets en cours, avec des enjeux majeurs pour les communes : régime de solidarité de la Polynésie française, schéma directeur des transports interinsulaires, partenariats "Education, jeunesse et sports" avec les communes, habitat social, aide à la sortie de l’indivision, aliénation des remblais, ou encore stratégie touristique.

 

 Signature d’un protocole d’entente entre la Polynésie française et The Seasteading Institute

 Le Conseil des ministres a donné mandat au président de la Polynésie française pour signer un protocole d’entente entre la Polynésie française et The Seasteading Institute.

 The Seasteading Institute est une association à but non lucratif, domiciliée en Californie. Fondé dans la Silicon Valley en 2008, c’est un « think tank » regroupant des experts et des financiers, ayant pour objectif de développer une cité flottante en eaux protégées en s’appuyant sur des technologies très innovantes et respectueuses de l’environnement.

 Après plusieurs années d’études et de nombreux choix de sites potentiels, l’équipe de Randolph Hencken, Directeur exécutif de l’Institut, a retenu la Polynésie française en premier choix pour lancer leur projet.

 Le 16 septembre dernier, The Seasteading Institute a présenté son projet d’île flottante en Polynésie française. Cette rencontre a permis au gouvernement de prendre connaissance de leur projet pilote et des motivations qui les animent. A la suite de cette rencontre et de l’intérêt porté par The Seasteading Institute à la Polynésie française, le gouvernement et l’institut ont décidé de poursuivre la collaboration pour faire aboutir le projet d’Ile Flottante, en signant très prochainement un protocole d’entente sur le sujet.

 

Cession de plants fruitiers à la commune de Faa’a

 Sur proposition du Président de la Polynésie française, le Conseil des ministres a autorisé la cession de plants au profit de la commune de Faa’a. Ce sont donc 60 plants de manguier et 60 plants de uru qui seront cédés à titre gratuit, à la demande de son maire, par le SDR (Service du développement rural) à des fins d’embellissement de la commune.

  

Avis du Conseil des ministres sur le projet de décret fixant la quote-part du budget du Pays destinée à alimenter le FIP : 13.672.250.000 Frs aux communes !

 Le Vice-président a présenté au Conseil des ministres le projet de décret fixant pour les années 2014 et 2016 la quote-part des ressources du budget de la Polynésie française destinée à alimenter le fonds intercommunal de péréquation (FIP).

Le Conseil des ministres a rendu un avis favorable à ce projet de décret qui propose un taux de prélèvement de 17 % conformément aux dispositions de l’article 52 de la loi organique portant statut de la Polynésie française, qui précisent que « cette quote-part ne peut être inférieure à 15 % ».

Ainsi, pour 2014, le montant calculé sur les recettes constatées au compte administratif s’établit à 13 153 109 229 Fcfp. Pour 2016, le montant calculé sur les recettes prévues au budget primitif 2016 s’établit à 13 672 250 000 Fcfp, soit une progression très significative de près de 520 millions Fcfp, au profit des communes.

  

Rationalisation des dépenses d’impression dans l’administration

 Afin de contribuer à une maîtrise des finances publiques, des pistes de rationalisation des moyens sont recherchées. Ainsi, le ministre en charge de la modernisation a présenté au Conseil des ministres une piste concrète d’action avec l'optimisation des impressions, une rationalisation du parc des matériels correspondants et des usages. Il s’agit d’une politique de rigueur nécessaire, générant des économies substantielles, mais également raisonnée, car respectant les besoins des services).

 

 

Il léchait le sexe de son enfant de un an. Deux ans de sursis. Vivement l'hôpital psychiatrique pour ces grands malades sexuels. La mauvaise hôtellerie et la saleté, les enfants brutalisés dont on se fiche à l'entrée de l'école auxquels on propose de la drogue ( où sont les agents municipaux ?), les maladies sexuellement transmissibles et le sida en hausse, les grèves de Noël, les chiens martyrisés, les bagarres entre clans, les cambriolages, les SDF de plus en plus nombreux, un maire aux abonnés absents et des "observatoires" en veux-tu en voilà où chacun donne son avis mais qui ne résolvent rien et le gouvernement qui poursuit son train-train tranquille. Tout cela est bien triste quand même !

' (Lire sur Tahiti info ce qu'un adolescent lycéen de 14 ans, dénonce !)

 

Le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a reçu Ken Watada, actuellement en visite en Polynésie pour assister au Tahiti Ori Nui Competition qui s’est déroulé ce week-end, et à la finale du Hura Tapairu qui se déroulera le samedi 3 décembre.

 

 Louis Aliot, vice-président du Front National et député européen, convie les journalistes à une conférence de presse le lundi 5 décembre à 14h30 à l'hôtel Manava de Punaauia. Le Bureau Du Te Nati FNP

 

Logement étudiants : signature de convention entre l'Agence immobilière sociale de la Polynésie française et le gouvernement
 

Le Président de la Polynésie française, Édouard Fritch, le ministre du logement, Tearii Alpha, et la présidente de l'Agence immobilière sociale de la Polynésie française (A.I.S.P.F), Antonina Bambridge, ont signé, mercredi, à la Présidence, une convention relative au logement des étudiants.

La signature a notamment eu lieu en présence de la ministre du Travail, Tea Frogier, de la ministre de l’Education, Nicole Sanquer-Fareata, du président de l'Université de Polynésie française, Eric Conte, et des représentants des associations d’étudiants.

Cette convention a pour objet de répondre rapidement aux difficultés que rencontrent les étudiants, l'Université de Polynésie française n'étant actuellement plus en mesure de répondre favorablement aux nombreuses demandes de logements en résidence universitaire. Elle vise à offrir aux étudiants polynésiens des conditions optimales dans le cadre de leurs études, afin d’assurer leur réussite.

À cet effet, une subvention de 150 000 000 Fcfp a été attribuée à l’A.I.S.P.F afin de reloger, dans le parc privé, des étudiants ainsi que des ménages en difficulté financières et sociales.

Conscient des difficultés récurrentes que rencontrent les étudiants polynésiens à chaque rentrée universitaire en ce qui concerne leur logement, le Président a annoncé le démarrage de la construction de l’extension des logements étudiants à Outuamoro dès le début du 2ème trimestre 2017. Une enveloppe d’un montant de 840 millions Fcfp permettant la réalisation de cette opération sera proposée prochainement au comité de pilotage du Contrat de projet n°2. Cette extension prévoit une capacité de 83 logements permettant d’accueillir 160 étudiants.

De même, afin de garantir l’offre de logements à tous les étudiants polynésiens, des travaux de réhabilitation de l’immeuble Van Bastolaer, situé à Papeete, seront engagés dès le début d’année 2017.


 

Fafaru et Tamure n'intéressent pas l'UNESCO !

La culture de la bière en Belgique et la rumba cubaine sont entrées, mercredi 30 novembre, au "patrimoine culturel immatériel" de l'humanité. La décision a été entérinée par le comité ad hoc de l'Unesco réuni à Addis-Abeba, en Ethiopie. Le carnaval de Granville (Manche) a, lui aussi, eu le droit à son inscription.
Le Comité de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l'humanité, qui siège depuis lundi et jusqu'au vendredi 2 décembre, examine les dossiers de 37 candidats à l'inscription sur sa liste "représentative" des différents types de patrimoine vivant (danse, musique, gastronomie, fêtes ou festivals...). On pourrait croire que la Polynésie dont nous sommes si fiers au plan culturel fasse partie de ces dossiers ? Et bien non.

La rumba, "mélange festif de musiques et de danses"

Avec près de 1 500 types de bière différents, "la fabrication et l'appréciation" de cette boisson "font partie du patrimoine vivant de plusieurs communautés réparties dans l'ensemble de la Belgique", avait argumenté Bruxelles. "Cette culture joue un rôle dans leur vie quotidienne et lors des événements festifs", est-il souligné dans le communiqué de l'Unesco.

Cuba, de son côté, avait défendu l'inscription de la rumba, "mélange festif de musiques et de danses", "symbole d'une société marginalisée à Cuba". "La rumba à Cuba, avec ses chants, ses mouvements, ses gestes et sa musique, est une expression de résistance et d'estime de soi qui évoque également la grâce, la sensualité et la joie de rapprocher les individus", résume le communiqué de l'Unesco.

Granville à la fête
Le célèbre carnaval de Granville fait également son entrée au patrimoine immatériel de l'Unesco. Cité par France 3 Normandie, le président du conseil départemental de la Manche, Philippe Bas, s'est réjoui de ce succès pour cet "événement exceptionnel, coloré et plein d'humour qui, en plein hiver, réussit l'exploit de drainer chaque année plusieurs milliers de visiteurs dans les rues de la cité portuaire".
Le carnaval de Granville, dont la 143e édition aura lieu en février 2017, devient le quinzième élément français inscrit sur les listes de l'Unesco. La prochaine candidature défendue par la France sera le dossier des "savoir-faire liés au parfum en pays de Grasse".

Mais aussi...
La célébration du Nouvel An le 21 mars par 12 pays (Afghanistan, Azerbaïdjan, Inde, Iran, Iraq, Kazakhstan, Kirghizistan, Ouzbékistan, Pakistan, Tadjikistan, Turkménistan et Turquie), connue notamment sous le nom de "Nowruz" en Inde et Iran, s'ajoute à cette liste de nouveaux entrants . Un autre événement festif (Mangal Shobhajatra) créé par des étudiants au Bangladesh, ainsi que les anciennes 24 périodes solaires chinoises, précieuses pour les agriculteurs, complètent la liste.

 Mais on ne voit nulle part la Polynésie française son "fafaru"et son "tamure". De quoi sortir son mouchoir de tristesse...

 

Fillon et Estrosi, c'est fini !

" il faut bien constater qu’il y a de grosses difficultés relationnelles entre les deux hommes. François Fillon n’en a jamais voulu dans son gouvernement mais c’est Nicolas Sarkozy qui l’avait imposé d’abord comme secrétaire d’Etat chargé de l’outre-mer (c’est du temps de l’avion à 138.000 euros), puis comme ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi, avant d’être remplacé par Eric Besson.

Mais il y a pire pour le nouveau leader : Christian Estrosi ne l’a pas soutenu entre les deux tours des primaires et a même essayé de le déglinguer en affirmant qu’il se prendrait une fessée s’il se présentait à Nice. Il a même rajouté « François Fillon arrive premier à Nice, mais il est second dans ma circonscription. Il y a une exception Estrosi. » Puis : « Si je me présentais contre François Fillon ici, je le battrais à plates coutures. Aux régionales, dans ma circonscription, j’ai recueilli 64 % des suffrages et à la législative partielle de mai dernier 64 %. Il faut relativiser les résultats de la primaire qui, je le rappelle, concernent uniquement la droite. Dans mon conseil municipal (Le sien pas celui du maire…), toutes les sensibilités sont représentées, mais tous sont derrière moi. »

C’est clair François Fillon a un opposant dans son parti : « Je ne vais pas maintenant devenir un filloniste forcené comme l’ont fait certains dès le soir du premier tour ! […] J’entends prendre le temps de la méditation et de la réflexion. Je serai derrière celui qui sera désigné par ma famille, après avoir débattu du fond sur la sécurité, l’économie, la croissance, l’innovation, le numérique… Je ne vais pas cette semaine où personne ne doute de la victoire de François Fillon – même si le score final sera serré – me rallier à un projet que je n’ai pas soutenu. »

Christian Estrosi n’est donc plus à la tête de la commission nationale d’investiture de Les républicains. Et Eric Ciotti l’ex futur ministre de l’intérieur ? Ils avaient l’air tellement heureux et confiants sur la photo l’autre jour…

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

 

Sondage : Fillon distance le FN, Hollande hors course
 (Reuters)
 

François Fillon sortirait largement vainqueur face à Marine Le Pen au second tour de la présidentielle et François Hollande comme Manuel Valls seraient hors course, selon un sondage Kantar Sofres Onepoint diffusé mardi.

Selon cette enquête réalisée pour RTL, Le Figaro et LCI, le candidat investi par la primaire de la droite et du centre, crédité de 28% à 31%, devance systématiquement au premier tour la présidente du Front national (23% à 25%).

Au second tour, François Fillon sortirait vainqueur avec 66% des voix contre 34% pour Marine Le Pen.
Cette nouvelle étude constitue un nouveau signal d'alarme pour le président sortant.
Dans les deux hypothèses où il se trouve confronté au premier tour à Emmanuel Macron, il est crédité de moitié moins d'intentions de vote: entre 7,5% et 8,5%, contre 15% à 17% pour l'ancien ministre de l'Economie.

François Hollande fait moins bien que son Premier ministre, qui bénéficie d'un léger rebond avec 9,5% à 11% des suffrages.

Mais l'un comme l'autre échouent en cinquième position de ces mesures d'intention de vote, derrière Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, crédité de 11,5 à 13% des intentions de vote.

François Hollande atteint toutefois 14% dans l'unique scénario où ni son ancien ministre de l'Economie, ni le centriste François Bayrou ne sont candidats. François Fillon aurait alors 34% au premier tour et Marine Le Pen 26%.

Pendant ce temps le Huffpost affirme que François Fillon prépare "un coup d'État social" pour Jean-Luc Mélenchon.   

 Les mots sont durs, le ton péremptoire: Jean-Luc Mélenchon a descendu François Fillon et son programme lors d'un meeting à Bordeaux mardi 29 novembre. Le candidat à l'élection présidentielle pour La "France insoumise" a dénoncé une "guerre sociale éclair" voulue par celui qui représentera Les Républicains en 2017.

 En verve, Jean-Luc Mélenchon s'est exprimé devant une salle comble:plus de 1100 personnes dans le théâtre, plus 600 personnes assistant au discours sur le trottoir devant le bâtiment. Le cofondateur du Parti de Gauche a concentré son attaque sur le programme du vainqueur de la primaire de la droite, tenant, selon lui, à la fois "du libéralisme économique le plus absolu et du conservatisme intellectuel et moral le plus total". Il est certain qu'aujourd'hui François Fillon est l'homme à abattre tant il est devenu un gros risque pour les autres compétiteurs. 

Il s'est attardé sur la "Blitzkrieg" ("guerre-éclair"), via ordonnances, vote bloqué, 49.3, pour changer le "climat de l'économie, le climat du travail" qu'a promis François Fillon pour ses premiers mois s'il est élu président, lors d'une rencontre en mars avec des patrons, au cercle de réflexion libéral Fondation Concorde.

 François Fillon comme seul adversaire

 "Contre qui compte-t-il faire une guerre-éclair? Puisqu'il compte faire la guerre? C'est une guerre sociale qu'il prépare et il l'a dit!", a lancé Jean-Luc Mélenchon. Fin de la durée légale du travail, réforme de l'assurance-chômage, de la couverture santé, fin du CDI...le dirigeant de "La France insoumise' a passé en revue les mesures de François Fillon. Jean-Luc Mélenchon a déjà choisi son adversaire. Tiens...tiens... Ce n'est plus Marine Le Pen ! La droite réformiste lui fait peur plus que l'Extrême droite....


(C
e sondage a été effectué le 28 novembre auprès d'un échantillon de
1.011 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
(Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

 

 

Hollande et Valls se sont réconciliés ! Hollande lance le patrimoine universel

 Un patrimoine universel : l'idée choc du quasi-candidat Hollande Revenu universel : après Hamon, NKM se jette à l'eau 2016, l'année du revenu universel (même Valls y pense) "Le revenu universel nous libérera des liens de subordination"

 François Hollande entend proposer un capital universel, plutôt qu'un revenu, accordé à tout citoyen arrivant à la majorité. Une idée qui remonte à Thomas Paine.

  La surenchère a commencé. Manuel Valls, candidat putatif, caresse-t-il l'idée d'une fusion des allocations minimum packagée en "revenu universel" ? François Hollande, selon nos informations, entend monter la barre plus haut avec un "patrimoine universel" : une somme d'argent à laquelle on aurait droit, à l'arrivée à l'âge adulte. 

2016, l'année du revenu universel (même Valls y pense)

 Voici ce qu'il a confié :

 "Plutôt que de dire qu'on va verser à tout le monde un revenu qui suscitera sarcasme ou ironie, je défends l'idée qu'on doit tous avoir un patrimoine de départ. Chacun doit avoir droit à un prêt initial garanti par l'Etat, pas un don. Chacun l'utilisera comme il veut. Ce prêt, qui permettra d'acquérir un logement ou autre chose, sera pour beaucoup la condition pour s'en sortir."

  L'emploi du mot "prêt" devra être précisé. S'il ne s'agit que d'un simple prêt bancaire garanti par l'Etat, la révolution proposée par le chef de l'Etat sera mince. Ce type de prêt existe déjà, jusqu'à 15 000 euros, pour les étudiants français ou européens âgés de 18 à 28 ans.

 Paine et l'héritage pour tous

 L'idée n'est pas nouvelle. En réalité, elle est plus ancienne que celle du revenu universel, si l'on considère, comme on le fait habituellement, que Thomas Paine est à l'origine de tous ces débats.

Car le philosophe britannico-franco-américain n'a pas suggéré un revenu pour tous, mais bien un capital pour tous.

 Marxiste, libéral, social, chrétien : l'ADN complexe du revenu de base

 Dans "la Justice agraire" (publié en 1797), où il dessine une forme de communisme, il explique que la charité ne suffira jamais à chasser la misère. Elle peut "satisfaire sa conscience, mais pas son cœur". Il faut organiser  la civilisation comme un "système de poulies", afin que "tout le poids de la misère" disparaisse. Paine propose une sorte d'héritage pour tous, permettant de démarrer dans la vie :

 "Quand un jeune couple commence dans le monde, la différence est extrêmement grande s'ils commencent avec rien ou avec 15 livres chacun. Avec cette aide ils pourraient acheter une vache, et des instruments pour cultiver quelques acres de terre ; et au lieu de devenir des fardeaux pour la société, ce qui est toujours le cas quand les enfants sont produits plus rapidement qu'ils peuvent être nourris, ils seraient mis en position de devenir des citoyens utiles et profitables. Les domaines nationaux se vendraient aussi mieux si des aides pécuniaires étaient fournies pour les cultiver en petits lots."

 Il propose donc d'accorder une somme d'argent à tout citoyen arrivant à l'âge de vingt-et-un ans. Le principe qui sous-tend l'idée est libéral : c'est celle de l'égalité des chances. Mieux vaut distribuer une fois pour toute une canne à pêche, plutôt qu'un poisson par jour.

 Atkinson, nouveau héraut de l'idée

 Aujourd'hui, l'idée est reprise par l'économiste anglais Anthony Atkinson, qui a suggéré de répartir le fruit de l'impôt sur les successions entre tous les citoyens. Il l'expliquait ainsi dans un entretien récent à "Libération" : "Tout le monde ou presque est favorable à l’égalité des chances. Si c’est le cas, cela suppose une relative égalité face à l’héritage et les transmissions de patrimoine réalisé de son vivant. C’est pourquoi, je me prononce pour une dotation en capital. En soi, c’est une vieille idée. John Stuart Mill estimait en 1861 que l’Etat doit favoriser la répartition des richesses plutôt que leur concentration. Je propose que les recettes, issues de la taxation des héritages et de tous transferts de richesses, soient affectées à un fonds pour financer un héritage minimum universel, distribué à tous, à l’âge de 18 ans.L’héritage minimum permettrait de promouvoir l’égalité des chances."

 L'idée de capital universel est-elle très différente de celle du revenu universel ? Pas tant que cela. Il suffit de placer le capital reçu à sa majorité pour en dégager des intérêts mensuels : un revenu.

Et ce qui fait l'originalité du revenu universel, son inconditionnalité (pas de critères, pas de contreparties, pas de contrôle...) peut très bien s'appliquer à la distribution d'un capital de départ.

 

 

"Charlie Hebdo, le journal qui détend"... aussi en Allemagne.
L'emblématique hebdomadaire satirique lance sa version allemande. Et qui d'autre qu'Angela Merkel pour occuper la Une de ce tout premier numéro outre-Rhin.

 

Pour ce baptême du feu, Charlie Hebdo a choisi de mettre en couverture, une caricature de la chancelière allemande assise sur les toilettes et tenant un exemplaire du journal. La Une du Charlie qu'elle tient reprend un dessin de Charb, paru il y a plusieurs années. L'occasion pour l'actuel directeur de la publication Riss de rendre hommage à son prédécesseur tué dans l'attentat jihadiste qui a coûté la vie à 12 personnes dans les locaux du journal en 2015.

 

Les Rafales de Hollande étaient des mirages....

Voilà vengé l'affront que le président Hollande avait fait au président Poutine en annulant la commande de ces deux porte-hélicoptères Mistral qui auront, en fin de compte, coûté à la France quelques milliards d'euros.

L’ 'Inde souveraine a décidé d'annuler l'achat de 126 Rafale.

Silence total des communicants élyséens si bruyants alors ! 18 milliards d'euros qui tombent à l'eau.

Et quel est l'heureux élu : Vladimir Poutine, l'ennemi juré de notre mal-aimé Président qui sera très heureux de livrer 128 avions de combat made in Russia.

Faut-il voir dans son annulation la main mystérieuse du Kremlin ? Notre ami Manuel Gomez avait déjà évoqué la possibilité de ce désastre politico-économique.

Politique, car c'est bien entendu la politique désastreuse du Quai d'Orsay et le non-sens de la politique ukrainienne de François Hollande qui est en cause.

Économique, car en dehors du contrat du siècle, comme l'avait dénommé Dassault, de la perte financière subie par l'avionneur et les 500 entreprises qui auraient travaillé sur ces avions de combat, la politique absurde anti-russe de Hollande, ce sont des centaines de millions d'euros que les agriculteurs français ne toucheront jamais à cause de l'embargo imposé par l'Élysée.

Ainsi ces Rafale devenus mirages ne font que creuser un peu plus le puits sans fond des bêtises gouvernementales. Une incompétence qui entraîne la France dans ce puits qu'il faudra des décennies pour boucher. Car

* que ce soit l'islam, dont on voit tous les jours les problèmes qu'il pose (cette immigration exponentielle mortifère),

* que ce soit l'incroyable déstabilisation de notre justice qu'il faudra bien un jour balayer de toutes ses « taubir-âneries »,

* que ce soit les chiffres du chômage qui atteignent des sommets,

cette politique sociale et économique qui nous enterre, cette dette qui, tous les jours, s'aggrave de 460 millions d'euros et nous mène inexorablement à la faillite façon grecque, et j'en passe, le Président par intérim et par défaut n'aura agi que contre les intérêts supérieurs de la France, compromettant gravement l'avenir de nos enfants.

Hollande et son gouvernement n'auront été, somme toute, qu'un gigantesque mirage. Le temps d'une trop longue rafale.

Floris de Bonneville
Journaliste
Ancien directeur des rédactions de l'Agence Gamma


 

Mardi 29 novembre 2016

 

Nouveau Secrétaire Général des Républicains, Bernard Accoyer. Fillon a encore fait un sans fautes en plaçant dans l'organigramme des républicains ceux qui s'en étaient éloignés ou lieutenants de Nicolas Sarkozy.

Fillon comme Trump lâche du lest sur son programme. C'était prévu !

 

Editorial

Le ravage sexuel

Pendant que la Polynésie fait face à sa triste décadence sanitaire avec les maladies sexuellement transmissibles qui ne font, généralement au XXI° siècle, que des génocides dans les pays très miséreux du tiers monde, la Polynésie, depuis un an ou deux, est entrée dans l'ère du "ravage sexuel". Le problème est simple, les campagnes de communication sur les tares dénoncées : violence, alcool, santé, obésité,  non-protection des organes génitaux, n'a pas d'impact ou très très peu, sauf sur les plus évolués des Polynésiens et espérons-le sur les étudiants et lycéens.

Comme dans les pays pauvres, l'activité sexuelle, à voile et à vapeur, est intense. Un plaisir immédiat,  qui ne coûte rien sur le moment, mais qui devient très cher quelques mois plus tard. Le plus grave c'est que les symptômes des MST peuvent passer inaperçus et même ne pas se manifester du tout. C'est sans doute, pour celui ou celle, qui est atteint de la syphilis, la période la plus dangereuse. La "bête" est là, silencieuse, se transformant au fil du temps, guettant le moment propice pour se développer en ulcérant les tissus fragiles du sexe ( homme ou femme) telle une hydre. C'est la maladie de la misère, de la pauvreté, de la transmission assurée, qu'elle soit en recrudescence en Polynésie c'est le signal d'un grand danger pour l'homme, la femme et l'enfant.

Politique ::Cela dit, sachant que nous pissons dans un violon en souhaitant aux Polynésiens une grande prudence dans ce domaine des maladies sexuellement transmissibles, ce qui pour nous, femmes, est une acrobatie impossible, revenons plus prosaïquement à notre héros du jour, "François Fillon le réformateur".

Des réformes spectaculaires oui nous en aurons. Non, il ne veut pas abolir la loi sur l'avortement. Oui, le mariage pour tous ne bougera pas, quant aux mesures économiques et sociales, il lui faudra une bonne dose de charisme, lâcher du lest pour s'élever et s'expliquer face aux syndicats qui piétinent déjà, pour convaincre les fonctionnaires qu'il ne dresse pas une guillotine devant leur avenir.

Il lui faudra obligatoirement sortir  de l'hôtel républicain et élargir grandement son électorat s'il veut devenir le président de tous les Français et pas seulement ceux de droite.  C'est là que nous verrons si le grand homme en lequel plus de 4,5 millions d'électeurs a cru est à la hauteur de la tâche.  Dans ce paysage dévasté et une population désabusée, il  vient de gagner ses galons, lui cet inconnu... fera-t-il mieux que Hollande ? Cela semble facile. Il peut shaker une dosette de souverainisme, une dosette de libéralisme, une dosette de catholicisme et une grosse dose de pragmatisme ! Bref, la cure de désintox  à laquelle Fillon veut soumettre la France et notamment les administrations publiques est indispensable, mais comme dans toute cure de ce type, le malade va se débattre.

Toute l'Europe a les yeux braqués sur la France, que l'on se plait à dire : " in réformable" et  qui s'abîme peu à peu dans le chômage et la misère sociale pendant que la gauche au pouvoir  dans une croisade d'ambitions, court à sa perte dans un tourbillon infernal aux yeux des chefs d'Etat européens, médusés par tant d'inconsistance où l'on voit un président de la République se mesurer dans une probable primaire avec son premier ministre en exercice. Du jamais vu !

Oui, en vérité les Français ont besoin d'un homme fort, froid et tenace qui ne gouvernera pas pour se faire "aimer" mais pour donner une meilleure vie à chacun. Ils espèrent un face à face Fillon/Marine le Pen tous les deux ayant une ligne pro-russe. Un régal en perspective !

 

 

 

Plusieurs événements  Mercredi 30 Novembre 2016 :

    à 9h : Ouverture de la journée du handicap, à la Pointe Vénus, Mahina

·         à 9h : Ouverture de l’exposition sur Makatea sous le chapiteau de la Présidence

·         à 11h : Signature de convention avec l’Agence Immobilière et Sociale de la Polynésie française, pour les logements des étudiants, en présence du Président Edouard Fritch, à la Présidence

·         à 14h : Remise des prix des trois concours de création et Développement économique des entreprises dans le domaine du numérique, de l’agroalimentaire et l’économie circulaire pour l’année 2016, en présence du Président Edouard Fritch, et du ministre Teva Rohfritsch, au Salon d’honneur de la Présidence

·         à 14h : Le Ministre de la Santé, Patrick Howell, donnera une conférence de presse sur les infections sexuellement transmissibles (IST) à la Direction de la Santé

 

Primaire à gauche: «Tu nous emmerdes !», lâche Martine Aubry à Claude Bartolone

« C’est une vraie connerie ! » Martine Aubry, qui organisait ce week-end le « Carrefour des gauches et de l’écologie » à Bondy (Seine-Saint-Denis), a sèchement réprimandé Claude Bartolone qui venait de déclarer à la presse qu’il souhaitait que Manuel Valls et François Hollande se présentent à la primaire de la gauche, l’un contre l’autre.

Dans l’émission Quotidien diffusé ce lundi soir sur TMC, on entend la maire de Lille engueuler le président de l’Assemblée nationale. « C’est une vraie connerie », lance d’abord Martine Aubry. Puis quelques minutes plus tard, alors qu’ils étaient assis tous les deux côte à côte, les reproches fusent au sujet « de [sa] phrase à la con ».

« Ah oui ta phrase à la con là »

L’ancienne ministre Marylise Lebranchu, assise derrière eux, condamne également ses propos : « Ah oui ta phrase à la con là »… La maire de Lille en rajoute alors une couche : « C’est pas l’objet d’aujourd’hui.
Tu nous emmerdes Bartolone ! ».

 

Les candidats à la présidentielle

Pour être présent au premier tour, le 23 avril, il leur faudra obtenir500 parrainages d'élus.

 

 



Les rigolos et les sérieux. le tableau est incomplet. Valls probablement candidat aussi !

 


"Non la France n’est pas coupable d’avoir voulu faire partager sa culture aux peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Nord"



Economie, défiscalisation, environnement, agriculture...ce que dit Fillon

Sur le plan économique, François Fillon défend l'idée d'un "Small Business Act" pour les Outre-mer en adaptant le code des marchés publics. Orientation de l’épargne nationale vers le financement des PME des régions d’outre-mer.

François Fillon veut également une simplification de la défiscalisation pour relancer l’investissement dans le secteur privé.
Le candidat de droite milite pour que les agréments fiscaux soient attribués localement en deçà d’un seuil de 5 à 10M€ décidés sur la base de règles claires, simples et transparentes. Ses agréments seront communiqués aux porteurs de projets dans un délai maximal de 6 mois et pré-financés par la BPI pour le crédit d’impôt.


Sur l'environnement, François Fillon estime que dans les océans de la zone économique exclusive française "sont enfouies des ressources et des richesses énergétiques qui pourraient être décisives au XXIème siècle". Il veut développer un plan simple et ambitieux permettant d’atteindre un nouveau cap de politique énergétique "0" charbon et "0"
fuel en 2025. Pour y parvenir, François Fillon propose la conversion des centrales à charbon actuelles et celle des centrales à fuel en accélérant le développement des énergies renouvelables et en modernisant les projets de traitement et de valorisation des déchets ménagers.

En matière d’agriculture ultramarine, François Fillon propose d’"encourager l’exploitation raisonnée de la forêt guyanaise sous le contrôle strict de l’ONF", d’accompagner le développement à l’exportation de la filière sucre-rhum ou encore de relancer un plan de développement de la production de bananes.


 

I


 



 La sénatrice Lana Tetuanui a réclamé en commission des lois une mission sénatoriale sur le "fonctionnement de la justice outre-mer".

Polynésie Info

"Certains magistrats se considèrent manifestement comme les patrons de la collectivité", a-t-elle reproché.

La commission des lois s'est réunie mercredi dernier dans le cadre de l'examen du projet de loi de finances 2017. Dans le cadre de la partie consacrée à l'outre-mer, Lana Tetuanui a souligné qu'il "serait bon que les parlementaires métropolitains s'y rendent pour l'observer, car on hallucine parfois en constatant l'écart entre ce qui se passe à Paris et ce qui se passe sous nos cocotiers, au point de se demander - je pense ici à la Polynésie française - si nous n'avons pas une justice à deux vitesses". La sénatrice poursuit : "Certains magistrats se considèrent manifestement comme les patrons de la collectivité.
Monsieur le président, une mission sénatoriale sur le fonctionnement de la justice outre-mer serait opportune."

Philippe Bas, président de la commission des lois, lui a alors répondu qu'un déplacement d'une délégation sénatoriale en Polynésie française était prévu en 2017. "La délégation de notre commission sera composée de trois sénateurs, et accordera une attention particulière au fonctionnement de la justice", a-t-il souligné.

 

Le ministre des affaires étrangères de Pologne Witold Waszczykowski a dit :


Avec les centaines de milliers de jeunes syriens venant en Europe on peut créer une armée.
L'idée de cette armée de migrants est logique car la Pologne peut difficilement envoyer ses troupes au Moyen Orient.

 

 


 

 L'amour n'a pas de barrière politique !

Virginie Calmels et Jérôme Chartier vivent une belle histoire d'amour depuis plus d'un an, mais ne veulent pas que leur vie privée soit mise en scène.

Politiquement, tout les oppose, mais visiblement, d'autres choses rapprochent Virginie Calmels et Jérôme Chartier. D'un côté, on a l'ancienne patronne d'Endemol France qui est un soutien indéfectible d'Alain Juppé, et de l'autre, le porte-parole de François Fillon, pourtant les deux s'aiment depuis mai 2015. Même si leur histoire d'amour fait parler, ils se défendent auprès de nos confrères du Parisien, "On ne veut pas mettre en scène notre vie privée".

Dans une interview accordée à Sud Ouest, Virginie Calmels évoquait pourtant il y a peu la convergence politique qu'elle a avec son homme.
"Cette situation ne pose aucun problème. Nous défendons chacun notre candidat," lançait-elle.

Virginie Calmels décontenancée par son homme

Entre elle et Jérôme Chartier, c'était une belle histoire annoncée.
Une amie du couple s'est d'ailleurs souvenue dans le Parisien, "Ils étaient tous deux redevenus célibataires. Leur histoire était une évidence, ils avaient trouvé l'âme-sœur." Cette même amie qui en dit tant sur la romance de Virginie Calmels et Jérôme Chartier s'est rappelée d'un soir du 13 novembre 2015 ou l'ancienne patronne d'Endemols France parlait devant son "âme-sœur". "Jérôme était assis au premier rang, Virginie était décontenancée. Elle a d'ailleurs prononcé son plus mauvais discours de la campagne..."

Les réactions d'Alain Juppé et François Fillon

Comment Alain Juppé et François Fillon ont réagi quand ils ont appris que leurs proches vivaient une belle histoire ? Un colistier a confié au Parisien, "Ils sont chacun allés voir Juppé et Fillon pour leur annoncer cette relation. Ça s'est bien passé. Ils étaient soulagés d'avoir crevé l'abcès. Ce qui ne les a pas empêchés de rester très discrets..." Une discrétion qui fait aujourd'hui beaucoup parler.

 

Les petits Français mauvais en math

Les résultats de l'étude internationale TIMSS (Trends in mathematics and science study) sont tombés ce mardi et ils sont sans appel. Les petits Français sont mauvais en mathématiques, au point qu'ils affichent les pires résultats de l'Union européenne.

Ils excèdent souvent les cinq heures de mathématiques hebdomadaires préconisées et pourtant, les résultats ne sont pas là. Selon l'étude TIMSS, menée en France pour la première fois depuis 1995 sur des élèves de CM1, les jeunes élèves Français sont mauvais en maths.

 

Courrier

Ils ont voté en toute connaissance de cause pour Fillon et placé Juppé dans la case retour à Bordeaux où il excelle. Fillon a réussi et voilà qu'il déchaîne des commentaires apeurés du genre " touche pas à mes privilèges". C'est bien français. Et voilà que celui qui gouverne ce petit pays Edouard Fritch, le Brutus de Flosse ( à chacun le sien) commence à dire, faut que j'aille à Paris taper du pied ou que j'envoie un des miens pour lui faire modifier son programme . Mais quel toupet tout de même ! Quelle humiliation si c'est lui Edouard qui reste devant une porte close ! Patience, son programme va certainement être allégé pour toucher un maximum d'électeurs pendant la campagne pour les présidentielles. Sa victoire était une belle victoire de la droite celle dans laquelle il se lance, c'est pour la victoire de la France E.S

 

 

J'ai voté Fillon et je ne le regrette pas. C'est un réformiste mais un vrai. Pas une petite marionnette qui tire quelque ficelle et qui s'arrête. Il dit ce qu'il fait et fait ce qu'il dit. Cependant pour élargir son électorat dans une campagne présidentielle, il lui faudra mettre de l'eau dans son vin. Je ne suis pas sûr que les Français soient prêts à se serrer la ceinture en espérant des jours meilleurs. Les syndicats raclent déjà les planches, les fonctionnaires tremblent et le gouvernement de Polynésie, par revanche, pense que les siens seront touchés. Le malheureux Edouard qui se prend comme beaucoup le nombril du monde n'a pas compris que c'est le vivier français qui compte et non les quelques privilégiés locaux. Pas la peine d'aller dépenser l'argent de nos impôts une fois encore à Paris. A moins pour faire ses achats de Noël bien sûr... Victor F.

 

ÉLECTION DE FRANÇOIS FILLON : 

 Si on écoute, les grands manitous du système politico-médiatique F.Fillon est déjà notre futur président de la République !! 

Alors que les primaires LR ont rassemblé 4 millions d’électeurs sur les 43 millions inscrits, on nous annonce en longueur d’onde qu’avec ses 2,5 millions d’électeurs de droite et du centre ayant voté pour lui, F.Fillon sera président en 2017 !! 

 Européiste, immigrationiste et porteur d’un projet de casse sociale sans précédent !! François Fillon, au cours de cette campagne des primaires, a été suffisamment habile pour cultiver une image de nouveauté et de sérieux pourtant très éloigné de la réalité de sa carrière politique.

Déjà député en 1981, il a depuis occupé à peu près tous les mandats et toutes les fonctions qu’un politicien carriériste est en droit d’espérer : député, sénateur, maire, président de conseil général, président de conseil régional, ministre des gouvernements Balladur, Juppé et Raffarin, seul et unique Premier ministre de Nicolas Sarkozy 

 François Fillon n’a absolument rien de l’homme neuf sous les traits duquel certains voudraient le représenter. Il en est de même de l’image d’homme austère et rigoureux qu’il tente de développer en tant que candidat, alors que son bilan de Premier ministre « collaborateur » de Nicolas Sarkozy est accablant. Surtout pour la Polynésie française dont les transferts sont passés à partir de 2008 de 180 milliards à 150 milliards suite à l’antagonisme qui régnait entre N.Sarkozy et Gaston Flosse. 

 De même, en 2010, il fut le premier Premier ministre à inaugurer une mosquée (en l’espèce la mosquée « cathédrale » d’Argenteuil : plus de 4000 m2 avec dôme et minaret). Ce n’est pas ce président que Te Nati FNP souhaite à la France et à la Polynésie française.

 LA POLYNÉSIE NE PEUT PLUS SE PERMETTRE DE MAUVAIS CHOIX, CAR MARINE SERA PRÉSIDENTE DE LA REPUBLIQUE EN 2017.

ERIC MINARDI

 

Lundi 28 novembre 2016

 

 

 

L’écrasante victoire de François Fillon, ce dimanche à la primaire de droite, a fait réagir beaucoup. En France, mais aussi à l’étranger. Selon le site 20 minutes les médias russes ont salué ce lundi le triomphe du conservateur François Fillon, considéré comme le candidat le plus pro-russe en politique internationale.

 Et de deux. Il va bien s'entendre aussi avec Trump. Mais en Allemagne, c’est un tout autre son de cloche que celui de Moscou.  La « russophilie » du candidat conservateur en ferait un allié inconfortable pour Angela Merkel. « Dans le domaine diplomatique, cela risque de poser problème entre Fillon et Berlin avec en premier lieu la politique envisagée envers la Russie », estime Barbara Kunz, chercheuse au Comité d’études des relations franco-allemandes (Cerfa).

 

 Préavis de grève à Air Tahiti Nui qui prendra effet vendredi prochain si aucun accord avec le personnel technique n'est trouvé. Bientôt Noël, jingle bells !


 

Abraham Lincoln 1860:


Vous ne pouvez pas créer la prospérité en décourageant l'épargne.
Vous ne pouvez pas donner la force au faible en affaiblissant le fort.
 Vous ne pouvez pas aider le salarié en anéantissant l'employeur
Vous ne pouvez pas encourager la fraternité humaine en encourageant la lutte des classes.
Vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche.
Vous ne pouvez pas éviter les ennuis en dépensant plus que vous gagnez.
Vous ne pouvez pas forcer le caractère et le courage en décourageant l'initiative et l'indépendance.
Vous ne pouvez pas aider les hommes continuellement en faisant à leur place ce qu'ils devraient faire eux-mêmes.
    
>
Comment Abraham Lincoln a pu, en 1860, savoir qu'on allait avoir François Hollande pour Président en 2012
 Quel visionnaire….!!!!


 

 

Editorial

L'effet Fillon, l'effet billard.

Que dire ? Tant les éditorialistes se sont déchainés après la formidable victoire de François Fillon à la primaire de la droite et du centre des Républicains. Heureusement, cette élection n'aura causé que de brutales morts politiques parfois inattendues, il est vrai : Nicolas Sarkozy au premier tour. Alain Juppé au second. Le premier fut noyé sous une déferlante de critiques et le second porté sur un petit nuage, le favori s'est écroulé en trois semaines. Déception encore plus terrible, quand tous les sondages vous donnent gagnant et que la presse vous couvre de lauriers. Pauvre réconfort, il a gagné en Polynésie française.

Nous voilà donc avec un François Fillon dont on dit déjà qu'il est un Sarkozy sans Sarkozy, sans Gaulois et sans frites, mais avec Dieu dans la poche. Ce dont on est sûr cependant, c'est que Fillon est un homme de droite avec un programme courageux de grandes réformes, doublé d'une qualité remarquable, celle d'avoir galvanisé la droite française dans une ferveur étonnante autour de lui. La France vient de prouver que la tiédeur ne lui sied plus, de même que  la nervosité fiévreuse non plus. Elle a choisi un homme froid, déterminé, un réformateur aux convictions sans équivoque, pour donner un grand coup de pied dans la fourmilière passéiste et transformer la France en un pays du XXI° siècle à l'aide de valeurs oubliées mais traditionnelles.

En vérité, personne n'y croyait vraiment et les électeurs de dimanche ont eu la stupéfaction de voir qu'il avait, sans bouger un cil, éliminer d'un coup le candidat qui n'enthousiasmait pas dans un sprint inattendu de sa part et avec la dureté qui marquera son quinquennat.

Il s'est donc passé quelque chose en profondeur dans l'électorat français que les spécialistes vont devoir analyser. Ce quelque chose n'a rien à voir avec le Brexit ou la victoire de Trump et va au-delà des sondages, des pronostics et des passions. On remarquera sans difficulté que sa personnalité est à l'opposé de celle de Trump aussi sobre et froide que l'autre est imprévisible et chaleureux. Comment ou par quel miracle la France a-t-elle voté pour ce programme ultra libéral, réformateur, difficile, accepté par les bourgeois comme par les chômeurs, catholiques, athées, citadins et provinciaux ? Mystère. Alain Juppé s'y est cassé les dents.

Alors oui plus de 4,5 millions de Français de droite et du centre ont voté massivement pour François Fillon en toute connaissance de cause. Son programme à peu de choses près identique à celui d'Alain Juppé, c'est la personnalité froide, posée, déterminée qui en a imposé en faisant même oublier qu'il avait été le Ier ministre de Nicolas Sarkozy pendant cinq ans et qu'il liquidera 500.000 fonctionnaires au cours de ses cinq ans ( Alain Juppé plus modeste c'était 300.000 ).

Bref, ce dont on est sûr, c'est qu'il mettra son programme en marche dès qu'il en aura la possibilité. Chaque promesse sera tenue. Il lui faudra cependant agrandir son périmètre électoral pour se projeter à l'Elysée. Là où tout commencera vraiment. La route sera longue jusqu'en mai prochain et les louveteaux ( Macron, Valls, Marine et d'autres) sortiront les crocs. Cette primaire a d'ailleurs provoqué quelques remous au sein de l'extrême droite bousculée dans ses repères tant elle croyait son actif inoxydable.

Par ailleurs, les remous de la vague de dimanche vont très vite atteindre la gauche défaillante, épuisée, divisée au point de voir un premier ministre ambitieux, loyal mais pas au point de se noyer, contrer le président de la République en fonction du jamais vu. Deux Brutus pour François Hollande. Pas de chance ! (Flosse n'en a eu qu'un )

Ce sera l'effet billard de la déferlante Fillon: avoir ressoudé des droites qui ne pensent pas la même chose et avoir, du même coup, fait voler en éclat des gauches moins irréconciliables qu'on ne le croit.

 En Polynésie française, encore une fois à contre-courant de la France métropolitaine, elle ne changera jamais, Edouard Fritch qui a tant milité pour son candidat Alain Juppé se dit inquiet sur le programme de François Fillon à peu de choses près pourtant, le même que celui de Juppé .

Mais ce qu'il n'a pas encore bien assimilé, c'est que l'homme qu'il va avoir en face de lui n'est pas malléable. Ce ne sera ni un ami, ni un copain comme l'aurait été Juppé. Les grands sourires et les appels à l'aide n'auront que peu d'impacts sur le président d'un pays contre lequel il a mis toute sa force de persuasion à le faire perdre au profit d'un autre. Qu'il y aille lui-même ou qu'il envoie un sous-fifre pour  faire modifier le programme de "Fillon le roc", c'est qu'il n'a pas encore fait la différence avec ses interlocuteurs passés.

 D'ores et déjà Fritch commence par laisser entendre qu'il est inquiet sur le programme Fillon, et qu'il lui faudra le modifier en ce qui concerne la Polynésie française. Ben voyons, "c'est moi que voilà, ajoutez ça ici et enlevez ça là  ! Le dire à la télévision, c'est déjà une erreur. Ce fervent admirateur de François Hollande, adepte du grand écart, d'un côté à droite, de l'autre à gauche, n'a pas les valeurs idéologiques, sincères, dont est empreint François Fillon. Sourires hypocrites et caresses dans le sens du poil, ne lui suffiront plus. Se réjouir des bons chiffres de Juppé en Polynésie, avoir foulé aux pieds l'ami de Fillon, Sarkozy, hier et avant hier, pour, le jour même de la victoire de l'adversaire de son propre candidat largement vaincu, plier le genou devant le gagnant et mendier un regard, et une modification de son programme, c'est  friser le ridicule.

 

 

      Le manoir de Beaucé fief de François Fillon

 D'après les calculs, l'homme politique-entrepreneur pèserait près de 245 millions d'euros selon les experts financiers. Outre ses gains professionnels il devrait son immense fortune à de judicieux placements boursiers, un patrimoine immobilier conséquent et le très lucratif contrat publicitaire avec les cosmétiques CoverGirl. Il possèderait également plusieurs restaurants à Paris (dont la chaîne « Chez l'gros François »), un club de Football au Mans, et serait également impliqué dans la mode adolescente avec une ligne de vêtements « Fillon Séduction » ainsi qu'un parfum « L'eau de François », autant de succès financiers.

En 2014 la carrière de l'homme politique semblait au point mort. Le retour au sommet en est d'autant plus spectaculaire. Selon le magazine économique américain People With Money et sa très attendue liste des « homme politiques les mieux payés du monde » publiée dimanche (27 novembre), Fillon aurait amassé entre les mois d'octobre 2015 et octobre 2016 la prodigieuse somme de 82 millions d'euros, sonnants et trébuchants. Une hausse de quasiment 50 millions par rapport à l'année précédente, de quoi lui remonter le moral.

 À combien s'élève la fortune de François Fillon? Pour établir son classement, le magazine People With Money tient compte des gains directs mais également des revenus issus des partenariats publicitaires, des royalties et tout autre investissement.

 

 

 Des chiffres intéressants en Polynésie;

 

L’écart entre les deux candidats n’est pas si élevé en Polynésie, puisque 1 167 voix seulement séparent les deux hommes. La remontée de François Fillon, soutenu par le Tahoeraa et le Tau Hoturau  prouve que rien n'est gagné pour le Tapura à l'avenir.

 

Lundi 28 novembre 2016 en fin de matinée, les présidents des trois groupes politiques constitués à l’assemblée étaient conviés en conférence des présidents, par M. Marcel TUIHANI pour l’examen du projet d’ordre du jour de la huitième séance de la session budgétaire de l’assemblée.

Parmi les dossiers inscrits au projet d’ordre du jour de ce jeudi 1er décembre figure le budget de la Polynésie française pour l’exercice 2017.

 

 

Ce matin, le Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESC) Winiki SAGE a reçu dans son bureau Mr. Gérald PRUFER, le Directeur Régional de Polynésie 1ère, qui vient récemment de prendre ses fonctions en Polynésie Française.

Lors de cet entretien, ils ont pu échanger sur un thème qui tient beaucoup à cœur au Président du CESC : l’environnement. En effet, la deuxième édition des « Assises de l’environnement des Etudiants » ont eu lieu vendredi dernier à la Présidence de la Polynésie Française et au CESC. Très attendue des étudiants qui se satisfont d’avoir une écoute sur leur devenir, cet événement majeur pour la société civile organisée, est désormais bien ancré dans les manifestations officielles du Pays.

Mr. Gérald PRUFER a fait part au Président du CESC de ses futurs projets destinés à développer la production locale de la station de Pamatai, ceci afin de conquérir davantage les cœurs de nos auditeurs et téléspectateurs.

 

 

Sur 78 compagnies aériennes, c'est Qatar qui enlève la palme

Sur les 78 compagnies passées au crible, Air help donne la meilleure note à Qatar Airways. Avec un score total de 8,7 la compagnie du Golfe confirme sa réputation d'excellence. Elle obtient 10/10 pour la qualité et le service, 8,2/10 pour la ponctualité et 7,8/10 pour l'indemnisation des retards.

 

 Les Japonais ont la cruauté dans le sang !

  Japon: Un parc d'attractions qui proposait de patiner sur des poissons morts provoque des réactions glaciales

20 minutes

Une initiative qui s’est terminée en queue de poisson. Un parc d’attractions japonais pensait tenir une bonne idée avec sa petite dernière : une patinoire permettant aux visiteurs de s’élancer et glisser au-dessus de 5.000 poissons prisonniers des glaces.
Abondamment partagée sur les réseaux sociaux par le Space World de Kita-Kyushu (dans le sud du pays), l’idée s’y est pourtant heurtée aux réactions choquées des internautes, au point que l’attraction a finalement dû fermer dimanche.

Qualifiée de « bizarre », « cruelle », « irrespectueuse » ou « immorale » sur Twitter et Facebook, cette patinoire atypique ouverte le 12 novembre concentrait d’immenses bancs de balaous du Japon ou de chinchards, soigneusement disposés par le personnel pour former des mots ou des flèches indiquant le sens de circulation aux patineurs.

Les poissons figés dans la patinoire d'un parc d'attractions japonais ont provoqué un scandale sur internet. - Space World via Netlab

Mais rien n’y a fait, la population n’étant décidément pas à l’aise avec l’idée de glisser au-dessus de toutes ces bêtes mortes. Les posts sur les réseaux sociaux ont été effacés, les responsables ont présenté leurs excuses et la glace va désormais être fondue, une opération qui pourrait prendre une semaine. Après cela, se tiendra une cérémonie d’hommage aux poissons en présence d’un prêtre shintoïste… déjà planifiée avant le scandale, assure le responsable de l’opération.

 

 

 

 

 

Dimanche 27 novembre 2016

 

François Fillon largement élu à la primaire de la droite avec 66,05% contre 33,05% pour Alain Juppé carbonisé, montre son émotion.

 Fillon est désormais dans les starting blocks de la campagne présidentielle.

 

Après avoir été le favori des sondages et des journalistes, Juppé reçoit avec amertume en pleine figure, le rejet de plus de 4 millions de Français. Une défaite d'autant plus amère qu'il croyait à la victoire. Il a salué celle quasi historique de Fillon, en précisant qu'il allait se consacrer à sa ville Bordeaux, mais qu'il apporterait son soutien à la campagne de "François"  pour la présidentielle.

François Fillon heureux a esquissé un sourire pour remercier les électeurs unis " "dans une vague qui a brisé tous les scénarii écrits d'avance." Enfin, quelqu'un de bien, face à l'hallali perfide que montrent les commentateurs  contre Nicolas Sarkozy lorsqu'il a dit " j'ai une pensée particulière pour Nicolas Sarkozy auquel j'adresse un message d'amitié" et à Alain Juppé" cet homme d'Etat" auquel j' apporte mon amitié et mon respect."

Il a poursuivi en lançant : la gauche c'est l'échec ,l'Extrême- droite c'est la faillite". Je vais relever le défi de la vérité, le bonheur c'est une conquête ."

Le vin est tiré il va falloir le boire si les Français veulent voir revenir au premier rang une France aujourd'hui déchue. Fillon aurait pu dire comme Churchill " je vous promets des larmes"(on enlève le sang), mais ce n'est pas porteur et pourtant il vient d'être plébiscité en toute connaissance de cause. Chaque programme ayant été commenté. Après avoir été pendant cinq ans le premier ministre, avaleur de couleuvres de Nicolas Sarkozy,  sa discrétion le fait apparaitre comme un homme neuf qu'on ne connait pas. Et c'est bien le cas, alors qu'il est aussi en campagne  "doucettement" mais " sûrement" depuis trois ans.

 

Les deux hommes ont terminé le combat de la primaire en se serrant la main.

 

Reste à savoir si Edouard Fritch maintient sa petite phrase qui a tourné en boucle dans la presse et les réseaux sociaux il y a quelques jours : " Si Juppé est battu je voterai Front national". Il n'a pas démenti. Qui ne dit mot consent. Après tout  "Why not" ! Le vote de la Polynésie n'a que peu d'impact sur les millions d'électeurs métropolitains. On vient de le voir ! C'est un peu comme si Alain Juppé disait " j'ai été battu platement pour la présidentielle, je ne voterai pas Fillon, je voterai FN" Est-ce concevable ? Certainement pas.

Et si c'était une boutade mal venue, encore fallait-il le dire. Fritch a laissé planer le doute !

 

Nicolas Sarkozy lorsqu'il était président et avait installé François Fillon à Matignon avait émis des réserves sur son premier ministre : " Un type bien, compétent, travailleur, mais je me demande s'il a un moteur ou même quelque chose d'autre sous le capot." Et bien aujourd'hui il sait !

 

 

Gaston Flosse aura l'écoute du futur président de la République.

           Juppé a globalement gagné en Polynésie le second tour de la primaire  mais Tahiti et Moorea ont été raflés par le Tahoeraa pour François Fillon.

Juppé 7581 voix, Fillon, cet inconnu, 6359 : 1182 voix d'écart seulement et un vote en progression au second tour de cette primaire des Républicains de 6,81% des inscrits. Les Polynésiens ont bravé une fois de plus le soleil, la foule et l'attente. Ils ont été13.980 à s'exprimer

 

La campagne sur le terrain que fait le général en chef du Tahoeraa, cet homme qui a dépassé la barre fatidique des 80 ans, est exceptionnelle et porte ses fruits en fragilisant de plus en plus le gouvernement Fritch.

Si  Juppé dépasse de 1200 voix son adversaire François Fillon notamment dans les îles, fiefs préférés du labourage Fritch auprès des maires, Tahiti et Moorea ont voté "Fillon". C'est un grand  succès dû à la croisade sans relâche de Flosse et ses guerriers dans ces deux grandes communes. Pourquoi est-ce si important ? Parce que si Fillon a battu Juppé alors que les Polynésiens ne le connaissent pas, c'est grâce à l'action intensive de grignotage du parti orange et le sérieux des débats qui ont opposé les deux hommes dans l'arène qui ont fait la difference.Du coup,il convient de ne pas perdre des yeux que la prime majoritaire lors des territoriales se portera sur Tahiti. Dans ce tourbillon infernal de la politique underground, on peut dire effectivement que le peuple suit l'homme d'Etat, alors que le politicien ne reste qu'à son petit niveau.

 

 Flosse au ministre de la Santé lui aussi en orange :  je t'assure Patrick, je suis beaucoup plus jeune et dynamique que toi ! J'ai la pêche moi et pas de bottes, il fait trop chaud,  je les laisse à Juppé !!!!"

 

Voilà ce que Fillon, s'il est président élu va changer. Notons qu'à 9h15 il est déjà largement en tête du second tour de l a primaire avec 69,5% de suffrages contre 30% Juppé ! Alain Juppé quoiqu'il arrive ne peut plus battre François Fillon !!!


À l'émission sur RMC de J.J. BOURDIN, interview de Mme Marisol TOURAINE, Ministre de la santé - Au début de l'interview ..... bla bla bla...bla bla bla....
Puis question de Jean-Jacques BOURDIN : "Le Président Algérien est à nouveau hospitalisé au Val de Grâce... qui va payer ?
Touraine :... silence...

Bourdin :"Pouvez-vous me dire combien l'état algérien doit à la Sécu française pour les algériens se faisant soigner en France ?"
Touraine :... silence ...

Bourdin : "Eh bien, Madame la Ministre je vais vous le dire :
L'Algérie doit 6 milliards d'EUROS à notre pays, (oui, 6.000.000.000 ?), c'est bien de notre argent qu'il s'agit ? "
Touraine : .. silence ...puis : Oui on étudie cette question (il serait temps !!!)

Cette interview est facilement vérifiable. Il vous suffit d'aller sur RMC, puis "J.J. BOURDIN replay"...

SIX MILLIARDS EUR - 6.000.000000 ? que l'on n'ose pas réclamer, (ou que l'on ne peut pas ou que l'on ne veut pas) mais on racle partout pour x millions d'économies sur notre dos (100 millions par ci, 250 millions par là) dans notre poche.

Six Milliards qui représentent pour 2013 la moitié du déficit de la Sécurité Sociale !!!
 

 

Samedi 26 novembre 2016

Après un duel sans concessions où Fillon comme Juppé se sont expliqués sur leurs valeurs et leurs programmes en évitant tout  procès en sorcellerie, c'est Fillon qui est sorti gagnant selon les observateurs médiatiques de ce débat des deux champions de la droite classique. Fillon a été plébiscité à 71% par les Français. Fichtre...Pourvu que les sondeurs ne se soient pas trompés !

Quant à Donald Trump, le président élu, les électeurs américains s'aperçoivent qu'il n'est pas si mauvais et aujourd'hui, 58% des Américains jugent  qu'il sera un bon président. Comme quoi, rien n'est figé en politique

.

L’attente forte des jeunes étudiants est indubitablement d’éviter le chômage et l’exil des cerveaux

 Les Assises de l’environnement se sont tenues hier matin à la Présidence, et hier après-midi au CESC en présence des ministres en charge de l’éducation.

 

 

Fidel Castro, l’intransigeant père de la révolution cubaine, meurt à 90 ans après cinq décennies de pouvoir absolu   Il avait un avis définitif sur presque tout et aimait tenter de l’imposer aux autres. Le "Lider Maximo" avait cédé le pouvoir à son frère Raul à partir de 2006 après une hémorragie intestinale.

 

Amusante opération budgétaire jeudi à l’assemblée lors du vote du troisième collectif budgétaire de l’année relevée par radio1. Parmi les nouvelles recettes, le Pays a acté l’inscription de 2,5 milliards de Fcfp de dividendes provenant de l’OPT pour les utiliser pour payer les 3 milliards de Fcfp qu’il devait rembourser… à l’OPT !

 

 

 

 

Ta’u, dans l’océan Pacifique. - SolarCity

 Dans la petite île polynésienne de Ta'u, SolarCity et Tesla, désormais fusionnées, ont installé la vitrine de leurs capacités en matière d’énergie propre. Un coup de pub viable à long terme ?

 La petite île de Ta'u, perdue au milieu du Pacifique , était jusqu'ici connue pour être le berceau du peuple polynésien, tout comme les autres îles des Samoa américaines. Ce petit territoire volcanique est maintenant sous le feu des projecteurs de Tesla et SolarCity, qui l'ont choisie il y a plusieurs mois pour y mener un projet commun :rendre l'île quasiment autonome grâce aux énergies renouvelables.

 Le mariage entre la société d'Elon Musk et le producteur d'énergie solaire à peine officialisé, les deux entreprises ont voulu frapper fort en dévoilant cette semaine le résultat de leur ambitieux projet dans une vidéo promotionnelle . Dans un décor paradisiaque, entre soleil couchant disparaissant dans les vagues et forêt luxuriante, on voit ainsi se dresser les 5.238 panneaux solaires installés sur l'île par SolarCity et les 60 Powerpacks signés Tesla.

 Pour cette île isolée, située à plus de 6.400 kilomètres au large de la côte ouest des Etats-Unis, cette installation est la garantie de ne plus se retrouver en panne de fuel. « Je me souviens d'une fois où ils n'ont pas été en mesure de nous envoyer un seul bateau pendant deux mois », raconte Keith Ahsoon, un habitant cité dans le communiqué de SolarCity .

 

 

 

Voici la lettre que Yannick Lowgreen vient d'adresser à la ministre de la Santé Marisol Touraine concernant le projet de décret sur l'application de la loi Morin.  L' association "Tamarii Moruroa" n'en a pas été destinataire contrairement à l'usage. Un combat sans fin. Mais tenace.

 

Madame Marisol Touraine

Ministre des Affaires sociales et de la Santé Présidente de la commission consultative de suivi  des conséquences des essais nucléaires français

Objet : essais nucléaires, projet de décret concernant l’application de la loi Morin

Référence : articles de presse à Tahiti

 

Madame la Présidente,

La presse de Tahiti a tout récemment indiqué qu’un projet de décret concernant la mise en oeuvre de la loi Morin, avait été remis officiellement à Monsieur Edouard FRITCH, Président du Territoire Polynésien par Monsieur le Haut-Commissaire représentant de l’Etat en Polynésie Française. Les associations représentatives des victimes des essais nucléaires français sont plus que concernées et n’ont pas été destinataire de ce document alors qu’au titre de l’article 7 de la loi Morin, elles devraient recevoir le nouveau texte afin d’en prendre connaissance et de faire des observations dans un délai de trente jours.

Nous vous demandons de réunir la commission consultative de suivi des conséquences des essais nucléaires français avant la fin de cette année 2016 afin de débattre ensemble de ce projet qui est très important pour nos associations

Nous ne souhaitons pas d’être mis devant le fait accompli avec un décret qui ne prend pas en compte nos revendications (TRN, aide juridictionnelle automatique, frais de déplacement et honoraires pour se rendre devant le CIVEN…)

Nous vous serions très reconnaissants de bien vouloir nous adresser une copie du nouveau projet de décret et nous comptons sur votre compréhension afin de nous réunir très rapidement sur ce sujet.

Veuillez agréer, Madame la Présidente, l’expression de notre haute considération.

 

M. Yannick LOWGREEN Pierre MARHIC

Président TAMARII MORUROA Président de L’ANVVEN

 

Hauts-de-Seine: Près de mille manifestants contre la fermeture d'une mosquée à Clichy


 

 

Vendredi 25 novembre 2016

Editorial

Une mentalité tenace !

On aura beau se lancer dans des tables rondes, des commissions spécialisées, rien n'y fait. Un seul acte comme celui de l' agression par deux voyous dont l'un deux était mineur, d'une touriste de 67 ans alors qu'elle se promenait tranquillement sur les trottoirs défoncés de la ville et le travail du Tahiti tourisme est anéanti. La malheureuse dont le sac a été arraché a perdu 300 dollars en liquide, mais surtout ses cartes de crédit, permis de conduire, etc...et avec cet acte de délinquant, elle passera du temps pour refaire faire ses papiers et maudira Tahiti. Il faudrait presque se promener avec de l'argent dans son soutien gorge et sans papiers. Papeete devient le petit Chicago ou le quartier de la Chapelle à Paris. Y a-t-il un maire dans cette ville ?.

On a aussi des médecins qui se battent avant d'opérer une malade, de l'eau chocolatée au robinet avec tous les risques sanitaires qu'elle comporte, des violences sur les femmes qui ne diminuent pas, des enfants martyrs, des chiots morts de faim et de déshydratation, repas gastronomiques des mouches et des carcasses de chiens, totalement desséchées par un soleil saharien en bord de route, jamais ramassées, sans compter des cartons plein d'animaux, chiens et chats morts, à côté de poubelles. Quel beau petit paradis que Tahiti et Moorea vantés sur les prospectus touristiques, en vérité. Ce qui est le plus affligeant, c'est que depuis un demi-siècle les autorités de tous bords tentent, mais en vain, de rectifier les mauvaises tendances. L'Afrique progresse, la Papouasie devient un lieu presque mythique, et la Polynésie, elle, recule chaque jour davantage. Seuls les hauts-lieux du tourisme, celui  que les touristes préfèrent en restant dans les hôtels de luxe qui ont pris l'habitude de fournir la plus grande sécurité possible et les meilleures prestations  à leurs clients, ont encore la cote. Ce que l'on peut dire sans crainte de se tromper c'est que la mentalité des Polynésiens ne supporte aucune dérégulation. C'est une dure à cuire. Tenez, on mange à s'en faire péter la sous-ventrière et puis on va faire une heure de gym pour avoir la conscience tranquille. Obèse toujours !

 Mais à Paris, pendant que les deux vedettes policées de la primaire des Républicains s'affrontent gentiment, sans coups de théâtre, les livres réquisitoires sur les gens qui gouvernent la France ou qui sont des stars de la politique, fleurissent sur les étals des librairies. C'est ainsi qu'un livre  vient de sortir sur Ségolène Royal qui, bien évidemment, préoccupe la ministre de l'Ecologie mais aussi le gouvernement. Un ouvrage pas vraiment tendre  écrit par Patrick Guilloton. Un réquisitoire en règle, certainement pas pas nouveau, contre les méthodes de gouvernement de l'ancienne présidente de la région Poitou-Charentes. Le livre a pour titre : " La princesse Royal".

"L’auteur raconte avec la minutie d’un greffier la gestion de l’ancienne candidate à la présidence de la République à la tête du conseil régional, ses dépenses pharaoniques, sa "légèreté" qui a conduit à des dérives désormais entre les mains des magistrats de la chambre régionale des comptes. Accusée de mauvaise gestion en Poitou-Charentes, Royal crie à la diffamation.

 Le socialiste Alain Rousset, président de la grande région Nouvelle-Aquitaine, qui gère désormais le Poitou-Charentes, a découvert avec effarement des factures impayées de 132 millions d’euros ainsi que des emprunts "potentiellement toxiques", avoisinant les 130 millions d’euros. "Gabegie la magnifique".
 Normalement, les juges doivent rendre leur rapport avant la fin de l’année. "S’ils estiment que les comptes sont insincères, raconte un connaisseur du dossier, Ségolène Royal pourrait être poursuivie devant une juridiction pénale."
Dans l’entourage de la ministre, on minimise l’affaire, mais, à l’Elysée, ce
dossier, malgré la sérénité affichée, donne des sueurs froides. François Hollande pourrait bien, en janvier, au début de sa potentielle campagne pour la primaire de la gauche, se retrouver avec une affaire "Ségolène" à gérer, si la Cour des Comptes renvoie "Gabegie la magnifique", selon la formule de Dominique Bussereau, devant une juridiction pénale."

 


Petites infos

 Jérôme Chartier porte parole de Fillon est le compagnon de Virginie Calmels, porte parole  de Juppé (et première ajointe de la mairie de Bordeaux)... Hier, même costume sombre et cravate rouge pour Juppé et Fillon...Nous n'avons pas vu les chaussettes !

 

Les artisans des Tuamotu et des Gambier, à l’occasion de leur 5ème exposition vente, présenteront leurs œuvres du 28 novembre au 11 décembre dans le hall de l’Assemblée de la Polynésie française.

 

* 5ème directeur du CHT, René Caillet, 59 ans, un bon look et ce qui ne gâte rien un professionnel des hôpitaux, est à la tête du CHT du Taaone depuis le 2 novembre, nous apprend TNTV. Il connait les conflits sociaux et le passé tumultueux de cet hôpital qu'il rêvait de diriger. Il est conscient du défi et des difficultés. On ne peut que lui souhaiter bonne chance non seulement dans la gestion du CHT mais aussi des relations avec son ministre. Le plus difficile sera sans doute de gérer ce dernier car imprévisible et à l'amour propre à fleur de peau, on l'a vu dans le passé, il se sait investi du droit de vie et de mort sur les pros...La revanche du dentiste sans doute, il mord. Même si cela doit coûter des millions à la collectivités. Ce n'est pas lui qui paye !

 

*L'OPT a lancé son appel d’offre pour le câble Tahiti-Marquises

 

*A 14 h au jourd'hui, au fare potee de la Direction de la Santé, le ministre de la Santé, Patrick Howell, remettra des attestions de réussite dans le cadre de la cérémonie de fin de première session du diplôme universitaire d’infirmier diplômé d’Etat soins de santé primaire insulaire

 

* L’Etat offre 115 millions aux sinistrés de la côte Est .

 

* 52 dossiers ont été examinés pour un montant global d’investissement hors taxes de 208 millions Fcfp par la première commission consultative de l'aide à l'Equipement

 

*Le parti indépendantiste, Tavini Huiraatira, organisera son congrès en février prochain: présidentielle et législatives au programme. Selon radio 1, Moetai Brotherson et Richard Tuheiava sont pressentis respectivement sur la troisième et la première circonscription

 

• États-Unis: Déploiement de multiples campagnes publicitaires payantes sur le mois d'octobre. Tahiti Tourisme notamment pu enregistrer un pic de consultation du site nord-américain le 13 octobre qui s'explique majoritairement par un partenariat avec TravelSpike, représentant 75% de l'ensemble du trafic.


• Japon: La campagne digitale Embrace by Mana qui a débuté le 30 septembre 2016 porte ses fruits. Tahiti Tourisme constate une remarquable augmentation de plus de 36% par rapport à octobre 2015.
 

*Norwegian, la low cost aux avions blanc et rouge profite de son avance. La compagnie d'Oslo est l'une de premières européennes a avoir parié, dès mai 2013, sur les vols à bas coût de longue distance. Le calcul pouvait paraître risqué lorsque le prix du carburant était au plus haut. Aujourd'hui Bjorn Kjos, le PDG de la compagnie norvégienne, s'en réjouit.

À Paris, le dirigeant est venu annoncer jeudi son intention d'ouvrir une «base de pilotes» à l'aéroport Roissy Charles de Gaulle au printemps prochain. Concrètement cela signifie que la compagnie à bas coût va recruter des pilotes sous contrats de travail français pour effectuer les vols entre Paris et les États-Unis ce qui n'était pas le cas auparavant. Jusqu'à présent les pilotes des vols long-courriers étaient basés à Gatwick près de Londres ou bien à Bangkok.

 

 

 

Jeudi 24 novembre 2016

 

 

Petites infos

Un boeing 787 d’American Airlines reliant Los Angeles et Auckland a été dérouté jeudi matin sur Tahiti pour une urgence médicale. Selon nos informations, c’est un passager de l’avion qui a dû être pris en charge à l’hôpital de Taaone suite à un accident vasculaire cérébral en plein vol. Info radio 1

 

Le Président Edouard Fritch, en présence du Secrétaire permanent pour le Pacifique, l’Ambassadeur Christian Lechervy, a participé, ce matin, à l’ouverture de la seconde édition du colloque intitulé « l’Océanie convoitée », qui se tient à l’Université de Polynésie française.



Un débat survolé sur LCI entre les deux candidats de la primaire des Républicains. Tous les deux sont des personnalités de haut niveau qui méritent le respect ayant clairement et d'une manière très urbaine exprimé leurs actions sur toutes les facettes de la vie économique, politique et sociale de la France. Deux projets, deux hommes de droite qualifiés et une nouvelle France. Faites vo'tre choix m'sieur dame !

 

 

Editorial

Du "Game of thrones"...

 "Game of Thrones",  n'est pas qu'une série au top de la popularité, c'est aussi exactement ce qui se passe en ce moment dans la France du XXI° siècle où l'on voit un Juppé, véritable cannibale, promettre à ses électeurs un missionnaire pour le dîner.

 Ce n'est pas pour faire bien, que dans une tribune, 215 députés et sénateurs de la droite et du centre, appellent à un débat respectueux entre les deux finalistes. Quel est l'homme que ces parlementaires pointent du doigt ? Alain Juppé bien sûr. Celui-ci, décidément, se révèle être sous une apparente sérénité, un pitbull pour son adversaire devenu un quasi ennemi. L'après primaire sera rude.

 Fillon, du coup, s'envole dans les sondages et prend de plus en plus de hauteur.  Je ne sais plus qui disait : " Quand la colère enflamme  trop l'esprit, elle enflamme moins le coeur." Pour être simple Juppé fait l'unanimité contre lui. Sa jalousie envers  celui qui lui a raflé une victoire promise par la presse et donc attendue la semaine dernière, le fait sortir de gonds bien huilés jusqu'à présent. Résultat contre toute attente : de la droite au centre les parlementaires dénoncent les invectives injustes de Juppé  dans une tribune du Figaro Vox dans laquelle ils déplorent les attaques ignominieuses, mensongères contre François Fillon. Ces attaques incroyables de la part d'un homme comme le maire de Bordeaux  révulsent en fait  l'ensemble de la classe politique et de l'opinion. Mauvais calcul de la part de l'entourage de Juppé car elles se retournent contre leur auteur qui verse aussi dans une caricature religieuse absurde.

Ces 215 parlementaires, ce n'est pas rien, écrivent : "Est-ce 'ultralibéral' que de vouloir faire passer la dépense publique de 57 à 50 % du PIB comme le propose François Fillon ? Est-ce 'brutal' que de vouloir augmenter le temps de travail dans la fonction publique en échange d'une négociation salariale et de meilleures perspectives de carrière ? Est-ce 'réactionnaire' que de rappeler qu'un enfant a le droit de connaître son père et sa mère comme l'affirme la convention des Nations unies sur les droits de l'enfant ?"

Les signataires de la tribune, intitulée "Primaire : ensemble élevons le débat !", appellent à "un débat franc mais respectueux des uns et des autres". Et plus loin  : " Ces dérapages renforcent cette incapacité à mettre les mots justes sur les maux dont souffre notre pays, tout en collant des mots injustes sur ceux qui les dénoncent", déclare encore cette tribune signée notamment par Bruno Retailleau et Christian Jacob, présidents du groupe Les Républicains au Sénat et à l'Assemblée nationale, ainsi que François Zocchetto, président du groupe centriste au Sénat.

 Car, voilà qu'un débat sur les religions s'installent en France. Que reproche Alain Juppé à François Fillon ? D'être catholique ? Devrait-il être juif ou musulman  ? On apprend, c'est nouveau, ça vient de sortir, que le catholicisme devient intégriste au même titre que les musulmans sont  salafistes . La jalousie comme la bêtise grandit quand on l'arrose.

A  écouter ces critiques, on se demande si le vote de la primaire à droite met en jeu la politique ou la religion, car le débat ne tourne plus sur l'économie ou une France à réformer mais grâce à l' inquisiteur, "le Grand Moineau" du Game of Thrones" en lequel s'est transformé Alain Juppé, le bûcher est dressé pour faire brûler  celui qui risque de lui barrer la route de l'Elysée , le château, auquel il rêve de s'installer depuis toujours !

 En vérité, plutôt que d'instaurer une guerre anti catho, rigoriste, Juppé ferait mieux de critiquer la seule fantaisie de Fillon, le choix de ses chaussettes, un festival de couleurs amusantes. Fillon faut-il le faire remarquer n'a jamais recherché la lumière. Toujours d'humeur égale, il a accompli son job de Premier ministre du président Sarkozy, sans jamais se plaindre des sautes d'humeur de ce dernier. Il ne trompe pas sa femme, il ne dit pas de mal des gens, il va à la messe le dimanche. Ah la belle affaire ! Allez crie Juppé," Trop parfait... " au bûcher" à moins qu'il avoue que je suis meilleur que lui !  On a même entendu " Il ne suffit pas d'avoir de gros sourcils pour être Pompidou !"

 Bref, cet homme, François Fillon, jusque là tranquille, ne vous y fiez pas trop, ne se laisse pas embrouiller l'esprit pas ce type de courcicuitage, de mortifications ou de blessures d'amour propre. Il surplombe et réagit calmement. Un surdoué quoi ! Même Poutine ne s'y est pas trompé !

 

 

                                           

 

 

Courrier

Ma chère Christine,
Juppé ne m'est pas plus sympathique qu'il ne l'est à tes yeux !
J'ai tenté seulement de décortiquer les raisons de sa déconfiture. Elles sont multiples et tu viens en deux lignes d'en désigner quelques unes. Son regard sur l'Islam lui a valu un surnom ravageur au moment précis où les Français se sentent envahis, et sont saturés de tous les caprices que l'on prétend leur imposer au nom d'Allah et du "vivre ensemble". Le maire de Bordeaux a avoué lui même avoir eu le tort de négliger le phénomène.
On voit pourquoi, et comment, les Français se sont massivement tournés vers FILLON: un candidat de bonne qualité ne trainant pas l'odeur de souffre que la gôche a entretenu dans le sillage du FN. Lequel, sauf erreur de ma part, va voir une part capitale de ses sympathisants émigrer vers François Fillon.
Nous sommes bien en phase !
J-P


 

 Assemblée nationale : la loi Tetuanui adoptée à l'unanimité

 L’Assemblée nationale vient d'adopter à l’unanimité la proposition de loi de la sénatrice Lana TETUANUI, étudiée à l’occasion de la journée parlementaire du groupe UDI. Défendue par la députée Maina SAGE, cette loi prévoit des avancées importantes pour les élus ainsi que pour le fonctionnement des communes et des communes associées de la Polynésie française.

 Ce texte, qui avait déjà fait l’objet d’un vote unanime en commission, consacre ainsi un premier volet à la modification du mode de scrutin dans les communes associées. Celle-ci doit d’abord permettre de dégager une majorité claire au niveau communal, en garantissant que la liste ayant gagné dans une commune associée puisse désormais disposer d’au moins un élu au sein du nouveau conseil municipal, et de garantir que le maire délégué soit bien issu de la liste sortie majoritaire dans la section. 

 Le second volet propose quant à lui une meilleure prise en compte des contraintes géographiques de la Polynésie dans l’organisation des conseils municipaux et le fonctionnement de certains services publics locaux. Il permet, à titre d’exemple, de tenir les réunions du conseil municipal par téléconférence. La loi permettra aussi de clarifier les dispositions du code des marchés publics et de renforcer le droit à la formation des élus.  

L'obtention du vote conforme permettra la promulgation immédiate de cette loi. Les modifications du mode électoral rentreront en vigueur au prochain renouvellement en 2020.

 

Assemblée de Polynésie présidée par Marcel Tuihani  : 7° séance budgétaire jeudi 25 novembre

De nombreux rapports vont être abordés nous en  avons choisi  quelques uns :

 1)      Relatif à l’avis de l’assemblée de la Polynésie française sur deux projets d’articles du projet de loi de finances pour 2017, portant sur la réforme de la propagande électorale et sur la répartition de la dotation globale de fonctionnement (DGF).

 Les représentants à l’assemblée sont saisis de deux projets d’articles du projet de loi de finances pour 2017, portant sur la réforme de la propagande électorale et sur la répartition de la dotation globale de fonctionnement (DGF).

Le projet d’article relatif à la réforme de la propagande électorale propose de moderniser les dispositions législatives encadrant la transmission de la propagande électorale pour les adapter aux nouveaux modes de communication actuels (Internet) et de s’inscrire dans une démarche respectueuse de l’environnement des finances publiques. Il prévoit la suppression de l’envoi postal de la propagande à chaque électeur, la publication des circulaires et des bulletins de vote des candidats sur un site internet identifié piloté par le ministre de l’intérieur, et la mise à disposition des circulaires en préfecture, sous-préfecture et mairie permettant de réduire les coûts liés à l’impression et à la distribution de la propagande, tout en garantissant le droit à l’information des électeurs.

 Quant au projet de loi de finances pour 2017 proposant de réformer certains aspects de la DGF, il prévoit de procéder à des ajustements importants en matière de dotation forfaitaire et de dotation d’intercommunalité des communautés d’agglomération. Ainsi, la dotation d’aménagement pour les communes de la Polynésie française devrait être majorée de 35%, ce qui permettra aux communes de la Polynésie française de disposer de moyens supplémentaires pour faire face à leurs dépenses.

 

2)      Relatif à un projet de délibération approuvant la convention relative à la coopération entre la Direction des Ressources marines et minières (DRMM), l’Institut français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer (Ifremer), l’Institut des Récifs Coralliens du Pacifique (IRCP) et l’Université de la Polynésie française (UPF) au titre du projet « QUALITE  des milieux de production et SANTÉ des cheptels aquatiques en élevage » Acronyme : QUALI-SANT.

 Dans un contexte de développement de l’aquaculture, notamment la crevetticulture, la pisciculture et la culture du bénitier, la pression sur les lagons exploités va s’accroître, alors même que les surfaces disponibles sont plafonnées. Afin d’assurer le développement d’une aquaculture durable,

la Direction des Ressources marines et minières (DRMM), l’Institut français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer (Ifremer), l’Institut des Récifs Coralliens du Pacifique (IRCP) et l’Université de la Polynésie française (UPF), ont prévu une collaboration afin d’évaluer la qualité des milieux de production et la santé des cheptels aquatiques en élevage.

Plusieurs actions de recherche scientifique sont programmées. Leur financement qui s’élève à hauteur de 34 430 000 F CFP pour la période courant du 1er décembre 2016 au 30 novembre 2019, est prévu par une convention soumise à l’approbation des représentants à l’assemblée.

 

3)      Relatif à un projet de délibération portant approbation de la convention relative à la coopération entre la Direction des Ressources marines et minières (DRMM) et l’Institut français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer (IFREMER) au titre du programme « aquaculture et santé animale » Acronyme : Aqua-sana.

 Depuis 2001, la DRMM a développé un programme de relance de l’aquaculture de crevettes et de la pisciculture de paraha peue, fondé en partie sur une collaboration avec l'Ifremer dans le cadre de travaux de recherche et de développement, mais également d’expertise sur les filières.

Afin que la DRMM puisse développer les filières aquacoles de crevette et de paraha peue en Polynésie française et accompagner l’émergence de nouvelles filières piscicoles (picot), une convention de coopération, prévue pour trois ans, entre l’Ifremer et la DRMM, est soumise à l’approbation des représentants à l’assemblée.

Cette nouvelle collaboration permettra à la DRMM d’accompagner les filières aquacoles en devenir, tout en disposant d’un accès au serveur Ifremer et aux bibliothèques de publications scientifiques dans le domaine de l’aquaculture, mais encore aux installations et équipements de l’Ifremer en matière de recherche en aquaculture, de santé et environnement aquacoles, et de solliciter l’Ifremer au travers d’expertises relatives aux filières aquacoles, aux diagnostics en matière sanitaire et environnementale et aux futurs aménagements des écloseries de production et du Centre Technique Aquacole de VAIA.

 

4)      Relatif à un projet de délibération portant approbation de la convention relative à la coopération entre la Direction des Ressources marines et minières (DRMM) et l’Institut français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer (Ifremer) pour la « Coordination et le développement des actions de recherche tripartite Ifremer-DRMM-privés en matière d’amélioration génétique de l’huître perlière Pinctada margaritifera » Acronyme : TripaGEN.

Dans le cadre de la stratégie d’amélioration de la qualité des perles de culture de Tahiti, plusieurs conventions tripartites de recherche et développement, en matière d’amélioration génétique des huîtres perlières Pinctada margaritifera, sont prévues entre le Pays et l’Ifremer en collaboration avec des partenaires privés.

À ce titre, les représentants à l’assemblée sont saisis pour une nouvelle convention prévue pour une période du 1er décembre 2016 au 30 novembre 2019, qui fixe tous les projets de recherche en matière d’amélioration de la qualité de production par la sélection (pour des perles mieux colorées, plus lustrées, et de taille plus importante) et une plus grande régularité dans la production de perles de bonne qualité, pour un travail zootechnique moindre.

Quant aux actions engagées pour le développement d’outils d’aide à la sélection des huîtres perlières donneuses de greffons et l’étude des relations entre la greffe et la sur-greffe, elles seront également poursuivies. Le montant du financement de ces opérations s’élève à 33 000 000 F CFP

 

 René Dosière s'attaque à "la sur-rémunération des fonctionnaires locaux"

 Le député René Dosière s'est attaqué ce jeudi à "l'importance des dépenses de personnel" des communes en Polynésie française. Celle-ci est liée selon lui "à la sur-rémunération des fonctionnaire locaux." selon une information de Tahiti info

René Dosière, député PS et fin connaisseur de la Polynésie français, a pris la parole dans le cadre de l’examen de la proposition de loi de Lana Tetuanui. Répondant indirectement aux interrogations posées par Lana Tetuanui au Sénat en début de semaine sur les engagements du président de la République : "Conformément à l'engagement pris par le président de la République lors de son déplacement en février dernier, la Dotation globale d'autonomie revient à son montant initial 90.6 millions d'euros. Cette dotation, libre d'emploi, permettra à la Polynésie française de soutenir l'investissement public. La dotation territoriale pour l'investissement des communes est 9.1 millions en 2017. Il permettra d augmenter le Fonds intercommunal de péréquation."

 Il complète : "Les communes de Polynésie française pourront intensifier leurs dépenses d'investissement encore trop modestes je n’ignore pas qu'elles disposent de ressources financières faibles mais comme le rappelle régulièrement la Cour des comptes leur capacité d'investissement est handicapée par l'importance des dépenses de personnel, elles-mêmes liées à la sur-rémunération des fonctionnaire locaux." "Cette sur-rémunération est une décision autonome de la seule Polynésie française qui ne se justifie pas comme les fonctionnaires d'Etat par le dépaysement", a-t-il insisté. "On ne manquera pas de m'opposer (...) le coût de la vie élevé mais on s aperçoit que la majoration des traitements est trois fois supérieure à la majoration du coût de la vie". "Peut-être serait-il souhaitable de ramener le niveau de la sur-rémunération au moins au niveau de la majoration du coût de la vie, ce qui permettrait aux communes de disposer de revenus supplémentaires pour investir."

 

Ce n'est encore pas nous !

La revue National Geographic vient d'élire les îles de Guadeloupe dans la top liste des "Meilleures destinations du monde" pour 2017. Une fenêtre internationale offerte à ce magnifique territoire plébiscité par ce célèbre magazine lu dans 37 pays par 8,5 millions de personnes. La Polynésie française est totalement zappée ! On va devoir faire de sérieux progrès...la Papouasie au lieu de la Polynésie !

Ville et culture aussi

 Pour ceux qui recherchent un lieu de vacances vibrant et survitaminé, c’est la ville coréenne de Séoul qui est conseillée. Avec une population de 25 millions d’habitants, le grand Séoul regorge d’humanité, de palais, de marchés, de gratte-ciel, de restaurants et de fashionistas.

 Et pour sa cuisine sichuanaise unique et légendaire, Chengdu la Chinoise a trouvé sa place dans la catégorie culture. Nommée Ville de gastronomie par l’Unesco, elle est célèbre pour son canard fumé au thé, son ma po tofu, son porc cuit deux fois ou encore son poulet kung pao.

 
 

 

 

Mercredi 23 novembre 2016

Jean Jacques Moux, le père d'Albert s'est éteint hier soir à l'âge de 93 ans. Né en Chine il est arrivé avec ses parents à 4 ans à Tahiti. Adulte il s'est consacré à l'agriculture puis s'est lancé dans le commerce. Il était maintenu en vie par assistance respiratoire car il souhaitait attendre un de ses fils qui vivait aux Etats Unis avant de partir. Ce qu'il a fait.Son fils Albert est très affecté par le décès de son père dont il a pu suivre le calvaire à la fin de sa vie. La veillée se tiendra à 18h. ce soir à son domicile . Nous présentons nos condoléances attristées à Albert, Nina et les enfants.

Monsieur Albert Moux, Lewis, Yvonne, Huguette, Henri, Gilles, Jean-Claude et Marie-Claire, ses enfants
leurs conjoints, ainsi que ses petits-enfants et arrière-petits enfants,
ont la profonde douleur de vous faire part du décès de leur père, grand-père, arrière grand-père,

Monsieur Jean-Jacques Moux
survenu dans la soirée du mardi 22 novembre.

Une veillée se tiendra ce mercredi 23 novembre à partir de 18 heures à son domicile familial à Punaauia ( à côté de l'hyper Carrefour).
La levée du corps aura lieu le jeudi 24 novembre à 9 heures au domicile du défunt.
La cérémonie religieuse aura lieu ce même jour en l'église Saint-Joseph de Faa'a
L'inhumation aura lieu au cimetière du repos éternel à Arue.

Cet avis tient lieu de faire-part

 

 

Editorial

 

Telle la goutte d'eau...

Dans trois jours nous serons fixés sur le nom de l'homme qui sortira des urnes de la primaire des Républicains. D'où l'importance que Tahiti Today accorde à ce nouveau rendez-vous électoral en choisissant pour champion, François Fillon. On sait que le score en Polynésie n'est pas fondamental pour notre avenir et qu'il est à chaque fois, l'opposé de celui de la métropole. Un phénomène curieux  qui s'est toujours confirmé et n'apporte que rarement, une modification  au score national au point que les analystes parisiens en font l'impasse.

Personne en vérité n'avait pronostiqué la victoire de François Fillon, le troisième homme propulsé sur la plus haute marche par des électeurs qui veulent un vrai changement de cap. Avec Fillon, ils ne se sont pas trompés, ils l'ont. Des réformes, il va y en avoir dans un programme musclé.

Alain Juppé a fait connaissance avec les choux  et sa hargne pour celui qui lui a " volé" sa première victoire n'a pas de limite. On peut le comprendre. Porté pendant des mois par les médias comme l'homme du futur, posé, modéré, sûr de son aura et de son pouvoir sur la foule, le voilà brutalement  foulé aux pieds avec un malheureux 28% d'électeurs contre 44% pour François Fillon. Un grand écart qui lui est Intolérable. Inacceptable. Alors il fonce dans la dernière ligne droite avec des arguments indignes contre son adversaire, en l'accusant de tout et son contraire. Juppé se révèle car on ne l'aurait jamais cru capable de bassesse.

 Jugé trop "mou" il veut montrer qu'outre les bottes et la pêche, il en a dans le pantalon. On verra dans quelques jours si les Français veulent découvrir ce qu'il a caché jusqu'alors. Le même scénario s'est joué aux Etats Unis sauf...sauf que Trump lui, a montré dès le départ qu'il en avait, et même un peu trop. Il a été élu et modère grandement aujourd'hui ses promesses excessives de campagne .

Le Tahoeraa suit le dernier message de Nicolas Sarkozy qui a demandé à ses électeurs de reporter leurs voix sur François Fillon. Un report de voix plus important tout de même que ceux de NKM ou Copé pour Juppé.

Par ailleurs, pendant que le Tapura salue une victoire locale de son champion , notons que celui-ci, comme l'a fait remarquer un Flosse en grande forme hier soir sur Première, ne s'est engagé sur rien pour la Polynésie. Il est venu, oui. Il a embrassé beaucoup oui, il a été couronné beaucoup , oui, c'est la coutume, mais n'a absolument rien promis à la Polynésie. Voter Juppé, c'est voter sur rien, pour résumer. Ses premiers mots en Polynésie furent pour persifler sur Flosse, son ami depuis 30 ans, en oubliant que lui même avait été condamné un certain jour à 18 mois de prison avec sursis.

En revanche François Fillon ne simule pas. Il est lui-même. Un roc. Calme, serein, déterminé, profondément croyant, un atout en Polynésie où les valeurs chrétiennes sont importantes et un programme de réformes qui va changer bien des choses. Réformes qu'il entend mener dès sa probable élection en 2017 s'il sort victorieux de la deuxième manche de dimanche en France pour s'élancer dans la campagne de la présidentielle.

Pas de nomadisme du côté du Tahoeraa. Voter Fillon, c'est  s'ancrer davantage encore dans la famille républicaine. Et puis il y a les donneurs de leçon, les "louvoyeurs" du Tapura qui, sans honte, se promènent  d'une majorité à une autre  sans même se rendre compte que l'écart de voix entre Alain Juppé et Nicolas Sarkozy samedi dernier mettait à jour la fragilité du parti d'Edouard Fritch, alors que ces élections, organisées et contrôlées en sa faveur par les communes amies, ne montrait qu'un écart de 790 voix sur toute la Polynésie entre les deux champions. De 10 voix à peine aux IDV. Que dire aussi du grignotage orange quand un parti qu'on disait moribond vient chatouiller les pieds de son adversaire à Tahiti et Moorea. Dans les grosses communes, Sarkozy avait obtenu  3556 voix contre 3566 pour Alain Juppé. Beau score en vérité !

 Le politologue Semir Al Wardi ne s'est pas trompé dans son analyse le soir des élections sur Polynésie première. Or ce retour en force du Tahoeraa que certains avaient enterré un peu trop vite, rendons à César (Flosse) ce qui lui appartient, ce n'est pas de la flagornerie de dire, que tout ne lui tombe pas rôti dans le bec. Il s'agit de la récompense d'un travail inlassable, exceptionnel avec une équipe soudée et courageuse dont fait partie son gendre, l'avocat Vincent Dubois et bien d'autres, de jour comme de nuit. C'est la ténacité  laborieuse d'un homme qui, telle la goutte de pluie tombant avec régularité sur la roche la plus dure, arrive à la creuser, qui a remis le parti orange sur les rails.

Son moteur, c'est la volonté. Mais il a en plus, la tête et le coffre,  du coup, il  promet  aux prochaines législatives, la victoire de ses  trois députés pour les envoyer siéger au sein des Républicains à l'Assemblée nationale. Au diable, l'avarice ce diable d'homme, risque bien de gagner son pari !

 


 

 


Au conseil des ministres, relevons le mainien du pix des hydrocarbures au 1er décembre

 Nous avons sélectionné :

 

Projet de loi du Pays portant création d’un Fonds de garantie pour le développement économique de la Polynésie française

 Le ministre de la Relance économique a présenté en Conseil des ministres une communication relative au projet de loi du Pays portant création d’un fonds de garantie pour le développement économique de la Polynésie française.

En décembre 2015, la Polynésie française, la Banque Publique d’investissement (Bpifrance), l’Agence française de développement (AFD), la SOGEFOM et la SOFIDEP ont signé une convention cadre relative au partenariat portant création du dispositif « Prêt de Développement Polynésie française ».

Cette convention a pour objectif la création d’un outil de financement répondant aux besoins spécifiques des entreprises polynésiennes afin de soutenir le développement de leurs priorités stratégiques. En pratique, la BPI propose une offre de prêt destinée à la couverture des dépenses de développement dont la nature risquée (dépenses immatérielles, besoin en fonds de roulement, petit matériel à faible valeur de gage) est difficilement financée par les établissements financiers classiques sur une longue durée.

Afin de permettre la distribution du « prêt de Développement Polynésie française », il est proposé de mettre en place une loi du Pays spécifique, permettant à la Polynésie française de créer un Fonds de garantie pour le développement économique de la Polynésie française et dont la gestion des ressources pourra être confiée à un établissement de crédit agréé ou une société de financement agréée. Après avoir obtenu, le 3 novembre dernier, l’avis favorable du Conseil économique, social et culturel, le projet de loi du Pays doit désormais être soumis à l’Assemblée de la Polynésie française.

 Extension de la prise en charge de l'Agence Immobilière et Sociale de la Polynésie Française aux étudiants


La politique mise en œuvre par le gouvernement en matière de logement s'efforce de s'adapter aux besoins, aux évolutions, et à la conjoncture économique de la société polynésienne. Partant du constat qu'à chaque rentrée universitaire, de nombreux étudiants, en particulier ceux vivant loin de Papeete, peinent à se loger, le Conseil des ministres a décidé d’étendre le dispositif d’aide de l’AISPF aux étudiants qui rempliront les critères d'éligibilité (éloignement, revenus familiaux).
Cette solution permettra de pallier le manque actuel de logements disponibles en attendant la construction de l’extension de la cité universitaire, dont le lancement est prévu au 1er semestre 2017, et qui comptera 83 logements, ce qui représente une capacité d'accueil de 160 étudiants. Ainsi, dès le mois de décembre 2016, l’AISPF pourra intervenir dans la prise en charge partielle des frais de logement des étudiants polynésiens qui n’ont pas trouvé une solution de relogement adapté afin de mener, dans les conditions optimum, leurs études supérieures ou universitaires.

 

Attribution de subventions de fonctionnement aux associations sportives

 Afin d’aider les associations à mener à bien leurs missions de service public, le Pays et l’Etat leur allouent, notamment, chaque année des aides financières, sous forme de subventions de fonctionnement. Le Conseil des ministres a ainsi examiné 9 dossiers de subventions pour un montant global de plus de 6 millions Fcfp.

 Ont ainsi été octroyés, au titre du financement des activités générales des associations sportives suivantes :

 - 359 800 Fcfp pour l'association Nuuroa pêche;

- 160 000 Fcfp pour l'association Papara Badminton;

- 879 000 Fcfp pour l'association Ecole de voile de Arue;

- 160 000 Fcfp pour l’association Te Moorea club;

- 639 400 Fcfp pour l'association Faa’a Handball;

 Ont été octroyés, au titre de l’organisation de manifestations sportives et de jeunesse:

 - 1 000 000 Fcfp à l'association Tetiaroa royal race, pour l’édition 2016 de la Tetiaroa royal race;

- 2 000 000 Fcfp à l’association Vélo Club de Tahiti pour la ronde tahitienne 2016 ;

- 450 000 Fcfp au comité du tourisme de Rangiroa pour le Farerei haga 2016.

 Une subvention d’investissement a également été attribuée à l’association Team Hivaroa va’a pour l’achat d’une pirogue V6.

 

Cinq questions à Eric Minardi, représentant de Marine Le Pen en Polynésie française .

 

Photo Polynésie première

Pas facile de faire s'exprimer Eric Minardi comme on le voit dans ses réponses courtes et prudentes. Contrairement à lui, je ne pense pas que le second tour soit plus serré pour Fillon, car outre le grand écart qui le sépare de Juppé, il va bénéficier de plus de 25% des voix de Nicolas Sarkozy, plus celles de Bruno le Maire etc... Il est vrai aussi que ce type de "primaire ouverte" où tout le monde peut voter en réalité est une quasi escroquerie intellectuelle. Nous le remercions toutefois d'avoir répondu avec sincérité à ces quelques questions.

 

En tant que représentant du Front national que pensez-vous de François Fillon victorieux de la première partie de la primaire de droite ?

Mon analyse est que le second tour de ces primaires risque d’être plus serré que ce que l’on croit, certains électeurs de gauche ayant peut être voté François Fillon au 1er tour, afin d’éliminer Sarkozi de ces primaires. Juppé étant donné largement vainqueur dans tous les sondages !! Le second tour risque d’être plus complexe pour François Fillon, car une partie de ces voix artificielles risquent de voter pour Juppé qui reste le candidat de droite préféré de la gauche.

Entre Alain Juppé et François Fillon si vous n’étiez pas FN vers lequel pencheriez-vous ?


Je voterai François Fillion, il est le seul à s’être positionné clairement sur les problèmes que pose l’islam en France et en Europe, il souhaite aussi un rapprochement avec Poutine, ce qui me semble raisonnable. Juppé lui se positionnant dans un centre mou droite, gauche qui détruit notre nation.


Marine Le Pen a-t-elle l’intention de venir en Polynésie avant les élections présidentielles ?

Nous aurons l’occasion d’en parler avec Louis Aliot à son arrivée et pourquoi pas Marion Marechal Le Pen si Marine ne pouvait venir avant les élections présidentielles.
 


Pensez-vous vraiment que Marine Le Pen puisse devenir présidente de la République française ?

Je pense qu’il y a en France une volonté de changement profond et que Marine Le Pen peut accéder à la présidence en 2017. N’oublions pas qu’en France il existe aussi un vote caché en faveur du FN RBM.


Q
uel est à votre avis son principal atout ?

Son principal atout, malgré ce qu’en disent nos détracteurs, c’est qu’elle a su s’entourer ces dernières années de personnes compétentes et structurées, prêtes à prendre les commandes et à faire appliquer notre programme avec l’aide de l’administration française qui reste le pilier de notre république.


 

Bernard Debré à Alain Juppé : «As-tu perdu la tête?»

Le député filloniste de Paris a publié une lettre ouverte au maire de Bordeaux. L'élu ne comprend pas le ton offensif du candidat à la primaire de la droite. «Tu es devenu méchant et menteur», écrit-il.

Le ton monte. À quatre jours du second tour de la primaire de la droite et du centre, fillonistes et juppéistes élèvent la voix. Les propos chocs du maire de Bordeaux sur l'avortement ou sur «les soutiens d'extrême droite» qui, estime Juppé, «rejoignent» François Fillon provoquent l'incompréhension dans le camp opposé. «As-tu perdu la tête? Que t'arrive-t-il, toi qui as été, je le rappelle, à l'origine de l'UMP, toi qui as été premier ministre de Jacques Chirac, toi qui as été ministre d'État de Nicolas Sarkozy?», s'interroge le député LR Bernard Debré dans une lettre ouverte publiée mardi soir sur son blog.

L'élu filloniste est particulièrement virulent: «Le premier tour de la primaire a dû être pour toi une grande déception. Si tu avais été digne, tu aurais abandonné la compétition, l'écart entre ton score (28,5%) et celui de François Fillon (44,1%) étant sans appel. Cette décision aurait sans aucun doute réuni notre famille politique, et j'avais pensé que tu y étais favorable, toi qui, depuis si longtemps, a prôné l'unité». «Nous nous attendions à un débat éthique, passionné mais digne. Or, ton attitude est devenue inacceptable», poursuit le parlementaire. Ajoutant: «Tu es agressif, utilisant des arguments falsifiés, mensongers, attaquant l'homme plus que son programme. Certains de nos amis qui te regardent et t'écoutent sont abasourdis.»

«Tu es devenu méchant et menteur»

Sur l'avortement, Bernard Debré dénonce une «affirmation non seulement fausse, mais aussi et surtout nauséabonde». «Comment oser affirmer que François Fillon soit contre l'avortement et veuille en abolir la loi? Dis-toi bien que s'il en avait été ainsi, je ne l'aurais pas soutenu», précise le médecin. «Tu voudrais faire passer François Fillon pour un extrémiste, à la limite fasciste, alors qu'il est tout le contraire et tu le sais», s'emporte Bernard Debré qui dénonce des «accusations monstrueuses et inacceptables».

«Je me suis donc trompé sur toi. Tu es devenu méchant et menteur», assène encore le député, «révolté» à l'endroit d'Alain Juppé. Qui conclut: «Salir ton camp par des mensonges éhontés n'est pas acceptable».

Dans l'entourage d'Alain Juppé on refuse de commenter «car tout ce qui est excessif est insignifiant». «On en plaisante quand même puisque Bernard Debré avait préparé son ralliement peu de temps avant le premier tour», ajoute-t-on.

 

Sondage: Fillon battrait Juppé avec 65% des voix mercredi 23 novembre 2016


PARIS (Reuters) - François Fillon battrait Alain Juppé avec 65% des voix au second tour de la primaire de la droite et du centre dimanche, selon un sondage Ifop-Fiducial pour iTELE, Paris Match et Sud Radio publié mercredi.Arrivé en tête du premier tour avec 44,1%, François Fillon bénéficierait d'un fort report des personnes ayant voté pour Nicolas Sarkozy dimanche dernier
(78%) et du vote d'une nette majorité des personnes âgées de plus de 50 ans (75%).


A l'inverse, le maire de Bordeaux (28,6% au premier tour) obtiendrait 59%des votes des personnes âgées de moins de 35 ans.
Parmi les personnes certaines d'aller voter dimanche, 75% des personnes proches du parti Les Républicains disent qu'elles vont voter pour François Fillon et 84% des personnes proches du Front national. Parallèlement, 83%
des sympathisants de gauche voteraient pour Alain Juppé et 66% des sympathisants MoDem/UDI.


Le sondage a été réalisé en ligne du 21 au 23 novembre auprès d'un échantillon de 619 électeurs se déclarant tout à fait certains de participer au second tour de la primaire, isolé dans un échantillon de 6.901 personnes
représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

NB On verra s'ils sont justes

 

 

 

Courrier from Paris :

‌Juppé "droit dans ses bottes" est en train de perdre pieds et va s'embourber !
Il perd son sang-froid et il perdra...
Chasser le naturel... et il revient au galop ! Bernard

 

Ah, les Primaires ! Ce qui me chagrine, dans ces "primaires", de tous bords confondus, est que ce qui est instauré est des "Primaires ouvertes". Dans le sens où tout un chacun peut aller voter, quelque soit son opinion, malgré un engagement signé de respecter les valeurs du camp faisant sa primaire.

Bien que quelques uns n'iront pas voter à la primaire de l'adversaire, il est plus qu'élémentaire que ces primaires sont le moyen pour chaque mouvement, de pousser -officieusement- ses ouailles à voter pour celui que l'on estime le moins être en mesure de tenir contre notre candidat, tout en, inéluctablement, éjectant celui que l'on estime le plus dangereux pour nous. 

Pur Gaulliste de droite, cela me fait penser à la pensée de De Gaulle concernant les primaires qu'il estimait contre le principe de la Vème République: que cela faisait ressortir de chaque parti, le candidat le plus incolore, inodore et sans saveur.

La question se pose en effet: les mêmes candidats en lice, de la droite et du centre, au premier tour des présidentielles: sans le vote de gauche, qui aurait été réellement en tête et qui aurait été réellement disqualifié ? Bonne question. JRH

 

Louis Aliot, compagnon de Marine le Pen et vice-président du FN sera sur le territoire le 3 décembre après un séjour en Nouvelle Calédonie. Conférence de presse prévue.

 

La ministre de l’Education et de l’enseignement supérieur, de la jeunesse et des sports, Nicole Sanquer-Fareata, et le Vice-recteur de la Polynésie française, Jean-Louis Baglan, ont ouvert, mercredi matin, le séminaire des personnels d’encadrement, à la Direction générale de l’éducation et des enseignements (DGEE).

 

 




Sans aucun doute François Fillon a été porté par trois dynamiques, dimanche dernier, jour du premier tour de la primaire de la droite selon le Monde

les débats télévisés, dont il a été le grand gagnant par « son calme et sa sereine maîtrise du fond », peut-on lire dans la presse écrite ;

l’offensive anti-Sarkozy dont il a récolté quelques fruits ;

 le soutien de la droite catholique qui a fait de lui son candidat

Pour Vladimir Poutine, François Fillon est un "grand professionnel"

 Par LEXPRESS.fr avec AFP

 Les deux hommes ont régulièrement eu l'occasion d'échanger lorsqu'ils étaient tous deux Premier ministre. Depuis le début de la campagne de la primaire à droite, François Fillon plaide pour un rapprochement avec la Russie.

 Et un nouveau message de soutien pour François Fillon. Les louanges sont venues cette fois de Russie, et de son président en personne, Vladimir Poutine. Le chef d'Etat a loué ce mercredi les qualités de celui qui est arrivé largement en tête au premier tour de la primaire de la droite et du centre dimanche dernier, le qualifiant de "grand professionnel", "capable de défendre son point de vue".

 "Un négociateur ardu"

 "Monsieur Fillon, à mon avis, se distingue fortement des hommes politiques de la planète", a déclaré le président selon des images retransmises par la télévision publique russe. François Fillon "au premier abord est fermé, réservé mais, malgré ses manières très européennes, il est capable de défendre son point de vue". C'est un "négociateur ardu", un "grand professionnel".

 Cette déclaration de Poutine ne tombe pas de nulle part. les deux hommes se sont rencontrés lorsqu'ils étaient tous les deux à la tête du gouvernement de leur pays. C'est ce que raconte notamment François Fillon dans son ouvrage intitulé Faire. Il y décrit Vladimir Poutine comme un "grand homme". Il se dit convaincu que la guerre en Syrie ne peut être stoppée sans accroître les relations avec le Kremlin. "Le régime de Vladimir Poutine est évidemment moins démocratique que le nôtre, mais son influence diplomatique ne peut être écartée dès lors que nous ambitionnons sérieusement de travailler à la résolution des conflits qui secouent le monde contemporain et dont l'onde de choc nous frappe directement", écrivait-il.

 

Les sept promesses sur lesquelles Trump est  revenu

 

  Il avait promis d’envoyer Hillary Clinton en prison, de construire un mur à la frontière mexicaine, d’expulser 11 millions de sans-papiers, de démanteler la réforme de la santé d’Obama et l’accord de Paris sur le climat. Mais depuis son élection, il y a deux semaines, Donald Trump a mis beaucoup d’eau dans son vin, comme le prouve son entretien de mardi avec le New York Times.

 Clinton ne sera pas poursuivie sur ses emails ou sa fondation

 « J’aurais plutôt tendance, quel que soit le pouvoir que j’ai en la matière, à dire ''allons de l’avant''. Ce sujet a été examiné depuis trop longtemps, jusqu’à la nausée », a affirmé le milliardaire.

Poursuivre les Clinton « diviserait énormément le pays », a ajouté Trump, le jurant : « Je ne veux pas faire de mal aux Clinton ».

 La torture ne sera sans doute pas rétablie

 Il voulait rétablir la simulation de noyade dans le cadre de la lutte antiterroriste, mais il a changé d’avis après avoir parlé avec le général à la retraite James Mattis, qu’il envisage « très sérieusement » de nommer à la tête du Pentagone. « Il m’a dit ''Je n’ai jamais trouvé ça utile'' », préférant tenter d’obtenir la coopération d’un suspect. « Donnez-moi un paquet de cigarettes et deux bières, et je ferai mieux que ça », a répondu le général, laissant le futur président « très impressionné ».

 Il « aime beaucoup » Barack Obama

 Il l’avait qualifié de « pire président de l’histoire » pendant la campagne mais Donald Trump indique qu’il « aime beaucoup Barack Obama », estimant que le président américain « fait tout ce qui est en son pouvoir pour aider le pays pendant cette transition ».

 Il est « ouvert » sur l’accord de Paris sur le climat

 Il avait qualifié le changement climatique de « hoax inventé par la Chine ». Mardi, il a changé de refrain : « Je pense qu’il y a un lien (entre l’activité humaine et le changement climatique), il y a quelque chose, mais tout dépend dans quelle mesure ». Va-t-il pousser pour que les Etats-Unis se retirent de l’accord de Paris ? « Je regarde ça de très près. Je reste ouvert sur cette question ».

 La réforme de la santé pas totalement démantelée

 Trump va toujours demander au Congrès de faire annuler « Obamacare » mais il ne va pas complètement la « démanteler ». Le point protégeant les assurés sur les conditions préexistantes devrait être conservé, tout comme la limite de 26 ans pour rester sur l’assurance de ses parents.

 Il « désavoue et condamne » un groupe d’extrême-droite

 e président élu a pris ses distances, notamment avec le groupe mené par Richard Spencer, qui a fêté le résultat de l’élection en criant « Hail Trump, Hail our people, hail victory ». « Je les désavoue et je les condamne », a-t-il réagi Trump. Concernant son nouveau haut conseiller à la Maison Blanche, Steve Bannon, ex-patron du site Breitbart News, il précise : « Si je pensais qu’il était raciste, ou de l’alt-right, je ne penserais même pas à l’embaucher ».

 Le mur sera « une clôture » sur certaines portions

 Son « beau et grand mur » à la frontière mexicaine pourrait être plus modeste que prévu. Sur CBS, il avait indiqué le week-end dernier que « sur certaines portions, une clôture sera suffisante ». Il a également revu à la baisse les expulsions de sans-papiers, passant de 11 millions à « deux ou trois millions de criminels ».( 20 minutes)

NB les campagnes sont faites pour gagner, une fois au pouvoir c'est la réalité qui s'impose !

 

Le quotidien régional « La Marseillaise » tendance communiste dépose le bilan

 Le Monde.fr avec AFP 

« La Marseillaise » est le dernier journal français né pendant l’Occupation à continuer de paraître.

 Le quotidien régional La Marseillaise, fondé par des résistants pendant l’Occupation et ancré à gauche, a annoncé, mercredi 23 novembre, déposer le bilan et espérer un placement en redressement judiciaire.

 « Notre journal continue de paraître et le tribunal examinera notre situation dans les jours qui viennent », affirment ses dirigeants dans un message aux lecteurs. Une entreprise est en cessation de paiements lorsque l’argent dont elle dispose, l’actif disponible, ne lui permet pas de régler ses dettes à temps.

 

 Pose de la 1ère pierre du futur Pôle de Santé mentale, prévue à 11h, sur le site de l’ancien hôpital Jean-Prince,

 

Mardi 22 novembre 2016

Editorial

 

Adieu Sarko, je t'aimais bien....

Nombreux sont ceux qui pensaient voir arriver Alain Juppé auréolé de toutes les qualités d'une  jeunesse passée : dynamisme, ambition, passion etc... et voilà qu'il nous a fait un flop retentissant. Ahurissant. Sa victoire en Polynésie française aura beau faire roucouler ses supports comme Tearii Alpha, l'homme qui peut passer d'un président à un autre, pourvu qu'il en retire quelque chose, ça ne compte pas. Nous ne sommes le nombril du monde que chez nous. En dehors de nos frontières, il faut se rendre à l'évidence, la Polynésie n'existe quasiment que sur une carte de géographie et certainement pas pour le talent de ses politiques, même pas pour sa culture pourtant exceptionnelle,  encore moins pour les médias. Seule le nom " Tahiti" a encore un arôme exotique mais lagons et cocotiers, sont nombreux sur la planète terre. Et tous se ressemblent.

Bref, le cadre étant posé, force est de constater que Nicolas Sarkozy a été mitraillé de tous les côtés. Trop fougueux, trop dur, trop sec, trop "impétueux". On a tout entendu pour le déstabiliser. On l'a bardé de procès injustes pour le plomber un peu plus chaque jour. Les  coups étaient toujours saignants mais son intellect restait vif. Il n'a pas été parfait. Qui peut se targuer de l'être ? Après tout Napoléon n'avait-il pas aussi " des lacunes dans le génie"?

Le choc de la défaite à laquelle personne ne s'attendait a été rude. De nombreux électeurs ont souhaité écarter un homme à leurs yeux trop à droite mais allez donc comprendre ce qu'on appelle " la vox populi", ils ont voté en masse pour un homme, qui est le négatif photographique de Sarkozy, beaucoup plus conservateur que l'ancien président ne l'était, mieux tout de même qu'un Juppé. Trop prétentieux, trop sûr de lui. Un "moi je..."

 La presse  n'a de cesse de changer son fusil d'épaule  et  aujourd'hui se plait à transformer le sérieux de Fillon en prêcheur mélancolique ou en "homme de fer" à l'image de Margaret Thatcher qui a pourtant remis l'Angleterre sur les rails. Elle balance sur les mots, dresse des portraits, plus ou moins justes, selon son appartenance politique car les quotidiens en métropole ne sont pas neutres. Ils n'auraient aucun lecteur.

Mais revenons à Nicolas Sarkozy. Ce vaincu de l'amour, vient d'être mis à genoux par son propre camp et ça fait mal. Il aurait du être Américain. Ses audaces, ses amours, ses échecs, ses anciens bling bling qui ont marqué l'homme au fer rouge ne correspondaient pas à la prude mentalité  française qui ne peut afficher son faste qu'au sein même de son château : l'Elysée où la royauté est toujours de mise. Les Français admirent l'élégance féline de Barak Obama, son comportement et sa politique les font rêver mais le paradoxe c'est qu'ils n'en voudraient pas chez eux.. L'argent ne fait pas peur aux Américains bien au contraire. Ils sont fiers de dire " je pèse 20 millions de dollars". Quoi ? Comment ? Embastillez-moi ce vilain ! dirait les "anciens gaulois" cachottiers et si secrets sur leurs avoirs.

Nicolas Sarkozy a toujours eu ce besoin de convaincre le "peuple" de sa sincérité politique. Il voulait marquer la France, comme tout président de la République mais surtout, surtout que sa gestion du pays, ne soit pas considérée comme s'il versait de l'eau sur le sable.  Les jaloux, les vindicatifs, les méchants ont alors sabordé son action politique dans des procès en sorcellerie dans le but de purger leur jalousie et faire tomber cet homme trop nerveux, trop ambitieux, trop impétueux.Trop...quelque chose en fin de compte. Les humoristes, la presse conservatrice, ses adversaires ont alors ouvert la boite de Pandore. Et l'hallali a commencé pour ne finir que dimanche dernier. Pour cet homme à la sensibilité supérieure à la moyenne, le choc a été mortel. Cela me fait penser à Flosse, mais lui a toujours caché par une vitalité fascinante l'amertume des coups.

 Quant à Juppé, il a vite oublié ce qu'il disait de son "ami"  "Depuis 2007 Nicolas Sarkozy a beaucoup fait pour la France et l'Europe. Il a relancé le traité simplifié et sa présidence européenne est saluée par tout le monde. Il tient le bon cap. D'ailleurs si l'Europe n'a pas explosé c'est grâce à lui. Il s'inscrit dans la lignée des grands européens."

Et bien cet homme  si humain avec ses défauts et ses qualités, lâché par les siens mais pas par son électorat sera probablement remplacé par l'homme qui apparait comme la providence de l'Etat, François Fillon. Une main de fer pour résister à l'islam, ce qui a fait la différence avec Alain Juppé jugé trop mollasson dans ce domaine, considéré comme "l'homme des mosquées". Ce nouveau Fillon à la Reagan n'a pas fini de nous surprendre...Mais après tout, c'est sans doute ce qu'il faut à la France dans cette période si troublée, cruellement touchée par les attentats terroristes.

En revanche, ce qui ne fait pas l'ombre d'un doute c'est que Gaston Flosse et le Tahoeraa ont tourné définitivement et sans se retourner la page Sarkozy, pour se concentrer sur celui qui a toutes les chances de devenir le futur président de la République François Fillon, laissant le vaincu du premier tour, Alain Juppé, à son adversaire Edouard Fritch et à son Tapura. Un conseil au gouvernement : Faire provision de kleenex au second tour. On ne sait jamais !

 

Ce montage de libé assez méchant fait le tour du monde !

 

 Nous  reproduisons l'adieu très digne et sincère de Nicolas Sarkozy

Je ne suis pas parvenu à convaincre une majorité d'électeurs. Je respecte la décision de électeurs de choisir pour l'avenir d'autres personnalités que moi-même", a reconnu Nicolas Sarkozy dimanche soir peu après 22h. "J'ai beaucoup d'estime pour Alain Juppé mais les choix politiques de François Fillon me sont plus proches", a-t-il aussi ajouté, sans donner une consigne de vote. "Je suis triste pour la France et pour [les élus qui m'accompagnent] de ne pas leur avoir apporter le succès". Nicolas Sarkozy a demandé à ses électeurs "de ne jamais emprunter la voie des extrêmes". "Il est temps pour moi d'aborder une vie avec plus de passions privées et moins de passions publiques", a-t-il dit, dans un discours en forme d'adieux.
 

 

Les Français dénoncent les accusations irréalistes et grossières d'Alain Juppé contre François Fillon qu'il  accuse de vouloir réformer la loi Veil entre-autres et d'être un ultra conservateur conte le mariage pour tous etc...Ce que dément avec force et une grande  désillusion sur Alain Juppé,  François Fillon qui ne le croyait pas capable de telles contre-vérités, aussi odieuses et mensongères, pour gagner la seconde manche de la primaire.

 

 7ème édition de Monoï Here la semaine du Monoï – Colloques Cosmetopée – Tahiti  Export event

 Communiqué

La 7ème édition de Monoï Here la semaine du Monoï s’est achevée dimanche 20 novembre 2016 sous le signe du dynamisme et de la fierté. 

Dynamisme d’un produit et d’une filière confirmant que le monoï peut allier modernité et racines polynésiennes. Fierté de pouvoir présenter son savoir faire qu’il soit ancestral, traditionnel ou issu des plus récentes technologies. Fierté également de démontrer qu’il est possible en Polynésie, de séduire les acteurs internationaux et les plus grands noms de la cosmétique internationale.

Le Groupement Interprofessionnel du Monoï de Tahiti remercie les partenaires, officiels, visiteurs locaux venus en nombre ainsi que les touristes et professionnels internationaux (distributeurs, laboratoires, marques) venus à la rencontre de ceux qui vivent le monoï toute l’année.

Du 21 au 25 novembre 2016, la filière sera encore mobilisée à l’occasion de colloques sur la Cosmetopée (21 au 24 novembre au Lycée hôtelier) et du Tahiti Export event organisé le vendredi 25 par la CCISM. Toute l’année la filière monoï vous ouvre ses portes à travers La Route du Monoï, route thématique sur les îles de Tahiti et Moorea. 

http://www.monoiaddict.com

 

 

Une journée consacrée à l’export


Le « Tahiti Export Event » offre gratuitement aux entreprises et aux porteurs de projet, en
un lieu et en une journée, la possibilité de rencontrer toutes les parties prenantes,
publiques et privées de la chaîne export.
Durant cet événement, le public pourra participer à des conférences dans l’amphithéâtre de
la CCISM mais également à des ateliers et focus pays qui puissent faciliter leurs démarches à
l’exportation (voir programme).


Dans l’optique de répondre aux attentes des exportateurs, la CCISM accueillera des
intervenants internationaux dont Business France et la FACCI (French Australian Chamber of
Commerce). Les différents bureaux de Business France (Hong Kong, Japon et Amérique du
Nord) interviendront en direct et par visio-conférence pour donner toutes les informations
concernant le potentiel en export de ces marchés. Des experts de la FACCI et de la JCU
(James Cook University) exposeront également les opportunités des marchés australiens et
néozélandais. En outre, des Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF)
animeront un atelier sur l’importance des réseaux à l’international.


Enfin, plusieurs stands d’information se tiendront dans le hall de la CCISM avec toutes les
institutions et acteurs liés à l’export : la DGAE (Direction Générale des Affaires
Économiques), la DGEN (Direction Générale de l’Économie Numérique), Business France,
EEN (Enterprise Europe Network), la Banque de Polynésie, la Sofidep, OPT, ATN, Geodis, les
Douanes, le GIMT (Groupement Interprofessionnel du Monoï de Tahiti), TPFAFP (Tahitian
Pearl Association of French Polynesia) et Maohi Noni Network.

 

 

Pour ceux qui ont envie de voyager

Pour la troisième fois cette année, la plateforme AirHelp publie le classement des meilleures compagnies aériennes. Qualité, service, ponctualité et indemnisation des retards... Qatar Airways reste en première position, devant la compagnie low-cost italienne Air Dolomiti et Austrian Airlines.

 8,7 sur 10. C'est la moyenne de Qatar Airways, premier du classement des meilleures compagnies aériennes, réalisé par la plateforme AirHelp, spécialisée dans l'aide à l'indemnisation des passagers qui s'estiment lésés si leur vol est retardé, voire annulé. Une excellente note en partie due à un score parfait dans la qualité et le service.

Au total, AirHelp a analysé les données de 78 compagnies aériennes.

 Ponctualité, indemnisation des retards, qualité et service... la compagnie low-cost italienne Air Dolomiti et Austrian Airlines arrivent respectivement à la deuxième et troisième place. «Appartenant à Lufthansa, Air Dolomiti est une petite compagnie qui dispose d'une flotte composée d'une dizaine d'avions seulement», explique Jean-François Biart, responsable France de AirHelp, au Figaro. «À la différence des autres compagnies low-cost, elle table sur un service client de qualité et très performant, permettant aux voyageurs d'être indemnisés rapidement en cas de pépin». 

 En queue de peloton, on retrouve notamment Egyptair, Air China et Onur Air, qui obtiennent toutes des moyennes inférieures à 5 sur 10. «Ces compagnies aériennes cumulent à la fois un service client quasi-inexistant et une flotte très vieillissante», explique Jean-François Biart. A ce titre, elles réussissent à peine à obtenir 3 sur 10 au critère de l'indemnisation des retards. A titre de rappel, il existe une réglementation européenne claire: les passagers sont susceptibles de toucher jusqu'à 600 euros, si leur appareil décolle avec plus de trois heures de retard, ou ne décolle pas du tout.

 

 

Lundi 21 novembre 2016

Aucune modestie de la part du perdant Alain Juppé qui dit à la Une de demain du Figaro : ""Je suis le seul à pouvoir rassembler la droite et les centres" comme il était seul à gagner le premier tour !

Mais il y a un autre perdant : La famille Chirac :

Le père qui avait appelé à voté Hollande, la femme qui a appelé à voter Sarko, et la fille qui soutient Juppé !


 Courrier :

Mais Christine vous avez oublié de dire que Bayrou  veut «faire mûrir un projet plus juste et plus social» alors que c'est lui qui est mûr ! Il pensait bien devenir le Ier ministre d'Alain Juppé président, là encore, c'est loupé ! BD

Un séisme de magnitude 7,3 s’est produit mardi matin dans le nord-est du Japon, au large de Fukushima, entraînant un risque de tsunami, selon l’Agence météorologique nationale. Le tremblement de terre, qui a duré près d’une minute, a été ressenti jusqu’à Tokyo.

 

Lundi 21 novembre 2016, les présidents des groupes politiques constitués à l’assemblée se sont réunis avec le président de l’institution, pour établir le projet d’ordre du jour de la septième séance de la session budgétaire prévue le jeudi 24 novembre

 

Editorial

 Le candidat préféré Alain Juppé s'écrase dans les choux ,François Fillon en pol position, Nicolas Sarkozy jette l'éponge.

Trump avait créé la surprise, Fillon  vient de le faire à son tour en France en créant un véritable séisme moins dangereux que celui du Japon mais mortifère pour Alain Juppé. Les sondages et les médias, encore une fois, et ce n'est pas nouveau, gagnent  un zéro pointé. Mais comme nous l'écrivions, à chaque fois qu'une élection importante se joue en Polynésie et en métropole, le score de la patrie est  toujours contraire à celui que choisissent  les Polynésiens. Ce qui vient de se passer une fois de plus pour la primaire des Républicains.

Le 3° homme en effet est devenu le premier. Près de 4 millions d'électeurs sont allés voter en France portant François Fillon, qui n'intéressait pas la presse outre-mesure, au premier rang des candidats avec  plus de 44% des voix au premier tour laissant Alain Juppé loin derrière lui à 28,3% et Nicolas Sarkozy à 20,8%. Les sondages de ces derniers mois faisant caracoler Alain Juppé en tête et parlant déjà de lui en tant que président de la République n'ont pas trompé les électeurs  métropolitains qui ne se laissent plus avoir par l'encensoir médiatique par rapport à leur opinion.

En vérité, cette forte mobilisation  a contré l'assurance des  journalistes qui avait fabriqué de toutes pièces un Juppé" gagnant-gagnant" et pratiquement déjà installé à l'Elysée. Hélas, comme aux Etats Unis où Hillary Clinton était devenu la "chouchou" des médias, ils se sont trompés et pas qu'un peu si l'on regarde de près les scores puisque Juppé ne réunit sur sa personne que 28% de votes favorables par rapport au 44% de François Fillon. Le noyau dur des nombreux fans de Nicolas Sarkozy a très mal a accusé le coup de la défaite de leur candidat qui ne rafle que 20,6%. C'est avec une grande humilité qu'il a tiré sa révérence en quelques mots hier laissant face à face Fillon et Juppé mais en annonçant qu'il voterait pour François Fillon son ancien premier ministre dont une époustouflante remontée, quelques jours seulement avant le scrutin, commençait à faire s'interroger les journalistes chroniqueurs les plus avertis.

 Deux personnalités bien différentes vont à nouveau s'affronter avec  deux programmes également différents qu'Alain Juppé promet déjà d'écorcher. Dimanche prochain, en effet, les électeurs devront carrément choisir leur président de la République, celui qui remplacera François Hollande en 2017. Curieux de constater que l'ancien premier ministre de Sarkozy  devra ferrailler avec  l'ancien premier ministre de Jacques Chirac dans un duel sans merci dont l'enjeu concerne l'avenir de tous les Français et l'alternance d'avec la mandature catastrophique de François Hollande.

Pas de doute, cette primaire de la droite et du centre a largement mobilisé les électeurs, plus de 4 millions de votants, c'est un grand succès . Cette participation record, comme en Polynésie mais à une autre échelle, est une réussite pour le parti des Républicains. A titre de comparaison écrit le Monde le premier tour de la primaire organisée par le PS en 2011 n'avait mobilisé que 2,66 millions d'électeurs.

NKM(2,5%) est arrivée 4° et vient d'annoncer qu'elle soutiendra Alain Jupé, pour Bruno le Maire (2,6%) , ilfera voter pour F.Fillon  n'était pas si mal mais qui n'a jamais accroché. Il se rêvait au moins en troisième homme. Loupé. Quant  à Jean François Copé avec un score aussi faible de 0,3% , il remporte la palme du loser et en a fait fondre ses chocolatines !

Mais tout de même si en Polynésie samedi matin, les électeurs se sont largement manifestés dans des queues impressionnantes, on regrette une organisation aussi tendancieuse pour ne pas dire foireuse qui n'a pas freiné pour autant le mot d'ordre présidentiel local relayé par les maires des archipels. 13 bureaux de vote principalement installés dans les communes Tapura, qui dit mieux ? Nicolas Sarkozy soutenu par le Tahoeraa de Gaston Flosse a fragilisé le parti d'Edouard Fritch avec un score très honorable de 41% contre 48%pour Alain Juppé. A noter   que dans leurs remerciements aucun candidat ni même Nicolas Sarkozy n'ont remercié l'implication de l'Outre-mer en général dans  dans cette primaire.

Le travail inlassable sur le terrain de Gaston Flosse qui a fait obtenir ce score de près de 40% à Nicolas Sarkozy en peu de temps, devrait inquiéter le camp présidentiel local qui assiste à une première secousse depuis son arrivée au pouvoir. Son candidat ne sera pas président de la République et Juppé peut annoncer avec son aplomb coutumier  : " le combat continue". Certes, mais  à moins d'une énorme surprise, , il est perdu d'avance.

Pour certains analystes François Fillon aurait le programme le plus dur mais le plus pragmatique ( 500.000 fonctionnaires licenciés, rapprochement avec la Russie dans l'intérêt de la France et des chrétiens d'orient) et le plus libéral au plan économique de tous les candidats. Certains journalistes l'ont surnommé le Thatcher français, mais peut on être étonné d'entendre  murmurer à droite, qu'Alain Juppé ayant un goût assuré pour le pouvoir pourrait faire des clins d'oeil à Fillon pour entrer dans son gouvernement Le programme de Fillon cependant dont on ne connait que des bribes inquiètent déjà certains électeurs  outre  la suppression de 500.000 postes de fonctionnaires, la suppression de l’ISF, l’augmentation de 3,5 points du taux normal de la TVA ou encore le retour des 39h dans la fonction publique et la fin des 35h dans le privé.

Après avoir fait l'impasse sur l'Elysée au premier tour où sondeurs et journalistes avaient décidé de le propulser, Juppé au second tour, qu'il ne peut pas gagner sauf grand écart, pourrait bien se contenter d'un strapontin. "Vox populi, vox dei", le peuple a repris le pouvoir sur ceux qui pensaient  façonner un gagnant  et en ont fait un quasi perdant.  Mais ne vendons pas la peau de l'ours avant qu'il ne se soit blessé. Alain Juppé en tête au fenua, ne nous apporte que des soucis supplémentaires vis à vis du futur président de la République. Seul Gaston Flosse a les coudées franches avec le départ à la retraite de son candidat et appelle à voter François Fillon. Ce qui vaudra au Tahoeraa quelque reconnaissance du futur président de la République à moins ,d'une autre surprise, la France n'en est pas avare en ce moment, car dans ce remue ménage bien orchestré, on en aurait presque oublié qu'en 2017 Marine le Pen sortira du bois et du silence et qu'elle pourrait bien, elle aussi, créer la surprise en raflant le pompon et mettre les pugilistes  d'accord...contre elle ! Encore qu'elle a peut-être un amoureux transi le président Fritch qui aurait confié au représentant du FN en Polynésie " Si Sarko gagne je voterai FN à la présidentielle". Cela s'appelle avoir des convictions !

 

 

 Le Tahoera’a Huiraatira appelle à voter François Fillon

 Le premier tour de l’élection primaire vient de s’achever. Le Tahoera’a Huiraatira regrette que Nicolas Sarkozy ne franchisse pas le seuil du second tour. Il sort conforté par les résultats du premier tour en Polynésie française qui interviennent en dépit d’une mobilisation tardive du Tahoera’a Huiraatira, et malgré un scrutin mal organisé.

 Il reste convaincu que Nicolas Sarkozy aurait pu apporter à la France et à la Polynésie française un nouveau souffle. Il respecte le choix des électeurs qui se sont prononcés en faveur d’autres candidats des Républicains pour conduire aux destinées de la République. Le Tahoera’a Huiraatira suit la recommandation de Nicolas Sarkozy qui se reconnait dans le programme de François Fillon candidat présent au second tour et arrivé en tête de ce premier tour au plan national.

 En conséquence, pour le second tour de cette élection primaire des Républicains de la Droite et du Centre, le Tahoera’a Huiraatira appelle ses militants et ses sympathisants à se mobiliser pour soutenir la candidature de François Fillon.

Edouard Fritch lui,  s'apprête à faire voter pour Alain Juppé au second tour en martelant " rien n'est joué" ! Mais qu'est-ce qu'il lui faut compte tenu de la très grande différence des scores ( 44% et 28%!) ? Faire voter pour le perdant n'est pas très malin. Fillon est rancunier. Conseil politique du Tapura ces jours-ci.

I

Impressionnante Une de Libé

 

Edouard Fritch appelle a voter Juppé, le perdant !

Samedi prochain, confirmez le vote pour Juppé

 Nous accueillons avec satisfaction la belle participation pour la primaire de la droite et du centre en Polynésie française et remercions tous les électeurs qui se sont présentés aux urnes malgré l’affluence constatée dans les bureaux de vote.

C’est avec la même satisfaction que nous enregistrons le résultat de ce premier tour en Polynésie française qui place Alain Juppé en tête, alors que le Tapura Huiraatira ne s’est positionné que tardivement à son soutien.

Nicolas Sarkozy arrive en deuxième position alors que le Tahoeraa Huiraatira a mis toutes ses forces dans cette primaire, mobilisé tous ses militants, et même fait imprimer 40.000 bulletins supplémentaires au nom de son candidat, au cas où il n’y en aurait pas eu assez !

Au vu des résultats au niveau national, les électeurs auront donc à se prononcer samedi prochain en Polynésie française entre Alain Juppé et François Fillon. Le Tapuraa Huiraatira reste bien sûr conforme à ses opinions et appelle tous ceux qui ont soutenu Alain Juppé à confirmer leur choix au deuxième tour.

Rien n’est joué dans cette élection nationale où nous assisterons la semaine prochaine à la confrontation des programmes des deux candidats qui restent en lice.

Nous restons persuadés qu’Alain Juppé est le candidat qui saura le mieux être à l’écoute des polynésiens dont il connait parfaitement les préoccupations.  Nous appelons donc tous ceux qui ont fait le choix d’un autre candidat au premier tour à se reporter massivement sur lui.

 

 

Primaire à droite: La stupeur et les larmes au QG de   Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy a toujours entretenu un lien passionnel avec une base militante fièrement acquise à sa cause. Sur Twitter, depuis dimanche soir, de nombreux adhérents déchirent leur carte du parti. 20 Minutes les a interrogés

« Je ne ferai jamais campagne pour Fillon, le traître »

C’est le cas de Murielle, 47 ans, fervente sarkoyste depuis 2007. « C’est l’âme de ce parti. Sans lui, le parti n’a plus de sens. On va revenir comme en 2012, à la foire d’empoigne entre les différents candidats », regrette la commerciale lyonnaise.

« Sans lui, la droite n’existe plus. Il est le seul à nous communiquer sa ferveur, cette dynamique, il a remis le parti debout, créé Les Républicains en rassemblant tout le monde. Je suis écœurée par cette primaire ouverte, on nous a volé l’élection ». Pour elle, impossible de soutenir François Fillon ou Alain Juppé. « Fillon est un traître, on l’a vu avec l’affaire Jouyet. Ce ne sera toujours qu’un second couteau. Je ne veux pas de cette droite bourgeoise, ni de ces chiraquiens que je n’ai jamais pu blairer. Je quitte le parti. Je ne ferai jamais campagne pour eux, ils n’auront plus mes sous ».


Même dégoût pour Pimprenelle*. « J’ai adhéré au parti en 2006 pour soutenir Nicolas Sarkozy, j’y suis restée en 2012 pour attendre son retour mais aujourd’hui je n’ai plus d’espoir et plus de raison d’être dans un parti politique. Personne d’autre me donne envie de m’engager en politique ».

« Ce soir, mon cœur saigne », écrit le responsable du site « Fidèles Sarkozystes ». « J’ai été fier d’être sarkozyste au plus profond de l’âme. Toutes ces années, ces jours et ces nuits, ces heures et ces minutes, à militer auprès de vous », regrette-t-il.

« Sarkozy s’est fait piéger avec cette primaire, qui est une fumisterie. Je ne voterai pas en 2017 car je me retrouve ni dans Fillon le traître, ni dans Juppé qui aurait dû se présenter à la primaire de gauche », témoigne Yvonne*, qui a elle aussi coupé sa carte.

 

 La communauté gay inquiète

Ce sont surtout les détracteurs de l’ancien premier ministre qui usent ce lundi de ce hashtag pour émettre leurs craintes à la perspective de voir François Fillon devenir président de la République. La communauté gay paraît particulièrement inquiète des valeurs traditionnelles que prône le candidat, soutenu par le mouvement « Sens commun », l’émanation de la Manif pour tous au sein du parti Les Républicains.
François Fillon veut notamment réserver l’adoption plénière aux couples hétérosexuels et limiter la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples hétérosexuels infertiles.
 Le candidat républicain avait  affirmé que « non, la France n’est pas coupable d’avoir voulu faire partager sa culture aux peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du nord » et « non, la France n’a pas inventé l’esclavage » Ce qui est vrai !.

 

 

Ouverture des 3èmes Assises de l’aide aux victimes et de la prévention de la délinquance

La ministre du Travail, Tea Frogier, a officiellement ouvert, lundi matin,  les 3èmes Assises de l’aide aux victimes et de la prévention de la délinquance, qui se tiendront jusqu’au 25 novembre à l’hôtel Intercontinental.

La ministre a rappelé les différentes actions engagées par le gouvernement pour favoriser les liens familiaux et pour fournir des logements aux plus démunis, en expliquant ainsi que les principaux leviers sur lesquels il pouvait agir, pour lutter contre l’exclusion sociale, avaient été actionnés. La ministre a aussi rappelé que, malheureusement, la Polynésie française affichait le taux de vol sans violence le plus élevé du territoire national et que, chaque jour, plus de trois femmes sont victimes d’un acte violent.

Pour la ministre, ces chiffres ne font que renforcer la pertinence des mesures initiées pour prévenir la délinquance, et l’aide aux victimes doit rester au cœur de l’action publique. Qu’elles passent ou non par le procès pénal, qu’elles s’adressent ou non aux services de police et de gendarmerie, les victimes de violences ont le droit d’être protégées, soutenues et accompagnées. Tea Frogier a cependant précisé que pour relever d’une responsabilité collective, la politique d’aide aux victimes ne peut fonctionner sans une implication totale de tous les acteurs concernés : justice, santé, affaires sociales, élus, experts, associations dédiées, et ce avec une étroite collaboration entre ces acteurs.

Parce que l’aide aux victimes ne saurait se solder au seul traitement judiciaire, et qu’il est aussi essentiel de pouvoir leur assurer un suivi et les accompagner dans les conditions d’un nouveau départ, leur prise en charge doit nécessairement être globale et pluridisciplinaire. Elle doit faire appel à des compétences particulières et son caractère opérationnel, comme son efficience, reposent sur une formation actualisée des personnels - ce qui donne tout son sens à ces assises.

La ministre a donc tenu à saluer la pertinence de cette initiative, portée par l’Association Polyvalente d’Actions Judiciaires (APAJ), et à remercier les multiples acteurs de l’Etat et du Pays impliqués dans le processus d’aide et d’accompagnement des victimes, pour leur travail et leur engagement, et les assurer du soutien du gouvernement dans leurs actions.



Le Décret de modification de la loi Morin présenter au Président de la Polynésie, mais...

Les associations de Vétérans membres de la commission consultative ne sont même pas consulté ni n’avons reçu officiellement une copie du décret alors même que l’article 7 de la loi Morin stipule que «la commission est consultée sur le suivi de l'application de la présente loi… » On peut regretter que cette consultation, si elle a lieu, se fasse après la mise en place du nouveau décret.

Nous risquons d'être mis devant le fait accompli avec un décret qui ne prend pas en compte nos revendications (TRN, aide juridictionnelle automatique, frais de déplacement et honoraires pour se rendre devant le CIVEN…)

Les rares indemnités sont d'un montant dérisoire (le barème de l'ONIAM n'est pas adapté aux faits de guerre) Tout ceci a été signalé à plusieurs reprises mais jamais de réponse contrairement aux belles paroles

Enfin, il faut soulever le caractère « négligeable » du risque mentionné à l’article 4 de la loi Morin. Comme vous le savez, le CIVEN s’appuie sur le logiciel américain NIOSH-IREP qui, à partir d’éléments fort divers, calcule une probabilité de lien de cause à effet

Contrairement aux principes fondamentaux de la statistique, on va mesurer la probabilité de « causalité » non pas pour une population mais pour un individu précis : alors que devant une réalité (ici un cancer) c’est la loi du tout ou rien qui s’applique »

Et encore ceci : on ne dit pas explicitement que le patient n’est pas atteint d’une maladie radio induite, mais qu’il se situe en dessous du seuil de 1%.

Donc la prise en compte de sa pathologie comme étant radio induite n’est pas possible, donc le lien entre son exposition (bien réelle) et sa maladie pourtant inscrite dans un tableau, n’existe pas ou plus exactement « qu’il est négligeable ». Et enfin : « Par extension et en conformité avec le modèle linéaire, sans seuil qui cesse d’être une précaution et devient un reflet de la réalité, on ne nie plus la survenue des maladies radio induites aux faibles doses (y compris en dessous de 50mSv de dose engagée cumulative) mais on les déclare négligeables »

La seule solution raisonnable est d’amender l’article 4 de la loi pour effacer toute référence à un risque négligeable. Tout le reste n'est que du baratin pour "gagner" du temps. Sinon c’est le serpent qui se mord la queue.

Nous avons le sentiment que ce drame va durer jusqu'à l'extinction naturelle des vétérans et ayants droit.

Les associations ont le devoir moral de se rebeller (boycott) en médiatisant leur colère.

 Yannick LOWGREEN

 Président Tamarii Moruroa

 

 

Dimanche 20 novembre 2016

 

La grande cafouille !

 

 

Contrairement aux pronostics, les Polynésiens n'ont pas boudé leur devoir, bien au contraire.  Je ne suis pas sûre qu'ils aient été, ces votants, tous de droite, mais ne chicanons pas car malgré l'exigüité des bureaux de vote, la chaleur, et un véritable parcours du combattant ils ont suivi les consignes  à Papeete notamment. Il faut attendre pour connaitre la mobilisation dans les archipels et d'autres communes des IDV. Nicolas Sarkozy malgré une intense campagne de l'ex président et ses soutiens ne s'est pas débarrassé dans le mental polynésien d'avoir fait faux bond au pays à une époque qu'ils ont gardée en mémoire. Il semble qu'à Papeete, Alain Juppé soit arrivé en tête. Son déplacement a payé. Il faudra voir les résultats de l'ensemble de la Polynésie et surtout aussi en France. Ne dit-on pas que la Polynésie vote toujours à l'inverse de la France métropolitaine ?

Reste que des communes comme celle de Hao où l' avenir  des habitants est assuré, 50 électeurs seulement se sont déplacés. La mauvaise organisation concernant les bureaux de vote  et des problèmes sur le dépouillement à Papeete et Pirae, font monter la tension d'autant que les consignes de vote du Tapura auraient été bien  relayées par des maires entre les mains généreuses d'Edouard Fritch. Toutefois l'écart entre Juppé et Sakozy n'est pas si important, 48% pour le premier avec l'aide du pouvoir en place contre 41% pour le candidat de l'opposition. Cette primaire des Républicains en Polynésie française alors que tous les électeurs n'ont pas pu se déplacer, des dizaines et des dizaines de kilomètres les séparant des bureaux de vote, n'aura été finalement... qu'une grande cafouille sous un soleil de plomb..

Juppé battu à plate couture par Fillon le libéral à mi-dépouillement

 

 

 

En France, François Fillon qui n'a jamais douté de lui fait consensus dans une fulgurante progression. Il  double largement Alain Juppé dont le score est très faible.  Il se passe quelque chose avec la reculade dans l'opinion en faveur d'Alain Juppé,  fabriqué par les médias, et la tendance victorieuse de Fillon très nette  vis à vis des électeurs de droite, une droite catholique rigoureuse avec plus de 43,9% Très  nette avance pour le moment. Juppé ne fait que 27,8% c'est la bérézina, il ne sera probablement pas président de la République alors qu'il était si droit dans ses bottes et qu'il ne doutait pas de sa victoire .Mais c'est triste pour Sarkozy qui a dû se battre contre tous ses adversaires de la primaire rassemblés contre lui. Il arrive en 3° place mais le score est serré avec celui de Juppé.  Bruno Le Maire vient aussi d'annoncer qu'il votera au second tour pour François Fillon. C'est bien ce que nous disions plus haut et qui confirme  : la France vote toujours contrairement au vote polynésien.

Selon les résultats communiqués par la haute autorité de la primaire sur 2 900 bureaux dépouillés, François Fillon obtient 43,9% des voix, devant Alain Juppé à 27,8 % et Nicolas Sarkozy à 21,7%. Il reste plus de 8 000 bureaux à dépouiller.  Dans un discours plein d'émotion Nicolas Sarkozy vient de tourner la page politique , honneur et respect, et place son pays au-dessus de sa vision personnelle. il a lui aussi promis ses voix au second tours à François Fillon. Reste que dans la bordée de remerciements des uns et des autres aucun n'a remercié les électeurs de l'outre-mer !

En Polynésie les résultats officieux ont donné 653 voix à François Fillon que personne n'attendait !!!!! 5.440 pour Alain Juppé ( dans les choux en métropole  mais qui continue le combat pour le second tour) et 4.644 pour Nicolas Sarkozy qui fait un joli score grâce au Tahoeraa parti en retard en campagne mais qui vient de faire ses adieux à ses électeurs. Voici le tableau provisoire

 

                                              Alain Juppé et Nicolas Sarkozy se talonnent de près  en Polynésie

 

                                              La lionne du Tahoeraa et le vieux lion, le "commandeur"

 

Avec la tristesse de l'échec Nicolas Sarkozy a tiré sa révérence avec élégance

Je ne suis pas parvenu à convaincre une majorité d'électeurs. Je respecte la décision de électeurs de choisir pour l'avenir d'autres personnalités que moi-même", a reconnu Nicolas Sarkozy dimanche soir peu après 22h. "J'ai beaucoup d'estime pour Alain Juppé mais les choix politiques de François Fillon me sont plus proches", a-t-il aussi ajouté, sans donner une consigne de vote. "Je suis triste pour la France et pour [les élus qui m'accompagnent] de ne pas leur avoir apporter le succès". Nicolas Sarkozy a demandé à ses électeurs "de ne jamais emprunter la voie des extrêmes". "Il est temps pour moi d'aborder une vie avec plus de passions privées et moins de passions publiques", a-t-il dit, dans un discours en forme d'adieux.

 

Samedi 19 novembre 2016

 

 

 

Les confidences de l'Etat sont surprenantes sur le nucléaire et notamment la loi Morin, un serpent qui se mord la queue depuis des mois sur l'indemnisation des victimes des essais nucléaires. Transmis au gouvernement local hier ce projet de décret d'application doit être étudié pour avis. Ce qui est comique à la limite c'est de voir, dans ce projet  qui vise à améliorer les conditions de reconnaissance des victimes, que le fameux "risque négligeable" dont toutes les associations ont demandé la suppression à la queue leu leu, est juste, comment dire, misérablement réduit de 1% à 0,3%, qu'elle largesse dans la reconnaissance n'est-ce-pas ? Pourquoi ces 0,3% ? il est écrit plus loin dans ce projet de décret, que ce risque ne peut être... "négligeable" d'où les 0,3% !!!!

 

Voilà qui confirme ce que nous écrivions  ci-dessus:

On nous apprend que la loi dite « Loi Morin » va être modifiée afin de répondre aux attentes des victimes (ou ce qu’il en reste )des radiations consécutives aux essais nucléaires français dans le Pacifique.
« …un abaissement important du seuil du «risque négligeable »…
Rabaisser le « risque négligeable » de 1% à 0,3%, c’est, pour employer un langage « djeun », du flottage de gueule.
On pourrait réduire ce taux à 0,0001% que cela ne changera rien dans l’examen des dossiers.
C’est la notion de « risque négligeable » qu’il faudrait supprimer.
Mais je crains qu’il va falloir encore une fois s’attendre à voir l’adage « on prend les gens pour ce qu’ils sont » se concrétiser sous peu.
CM    


 

 

 

 Les contrats de destination en Nouvelle Calédonie portent leurs fruits. Entre 2014 et 2016, la Nouvelle-Zélande a progressé de 40 %, l’Australie de 34 % et le Japon de 14 %. Seuls les touristes métropolitains et océaniens sont en baisse de 0,5 % sur cette même période . Et nous ?

 

 

Deneuve, Binoche, Biolay… Une soixantaine de personnalités disent "stop au Hollande-bashing"

JDD

EXCLUSIF - Artistes, sportifs et créateurs, penseurs, chercheurs, entrepreneurs et citoyens indépendants se mobilisent contre le procès en illégitimité entrepris à sa droite comme à sa gauche.


"Dès le départ, François Hollande a fait face à un incroyable procès en illégitimité. Ce dénigrement permanent met à mal toutes les institutions de la République et la fonction présidentielle. Il perdure encore aujourd’hui malgré la stature d’homme d’État que François Hollande a parfaitement incarnée, tant dans les crises internationales que lors des épouvantables tragédies que notre pays a traversées.

C’est comme si, en quatre ans, on n’avait jamais entendu parler ni retenu tout ce qui a été accompli, systématiquement effacé par ce Hollande-bashing : les créations de postes dans l’Éducation nationale, l’alignement du traitement des instituteurs sur celui des professeurs, l’augmentation du nombre de policiers et de magistrats, les emplois d’avenir, la garantie jeunes, le soutien à l’apprentissage, le compte personnel de formation, le compte pénibilité, la complémentaire santé pour tous, la généralisation du tiers payant, la prime d’activité, la retraite à 60 ans pour les carrières longues, la refondation de l’école, les droits rechargeables à l’assurance-chômage, le mariage pour tous, la sanctuarisation du budget de la culture, le renforcement de l’égalité professionnelle hommes-femmes, l’extension de la parité dans les conseils départementaux, le remboursement complet de l’IVG et de la contraception, une meilleure protection des femmes contre le harcèlement sexuel, la mise en œuvre concrète de la transition énergétique, le non-cumul des mandats, etc., etc.

«Nous dénonçons cet acharnement indigne qui entraîne le débat politique dans une dérive dangereuse pour la démocratie.»

Ajoutons un déficit public passé de 5,1% en 2011 à 3,5% en 2015, plus de compétitivité, et plus de marges pour les entreprises pour favoriser les embauches, plus de pouvoir d’achat pour les ménages, moins d’impôts et enfin la diminution amorcée du chômage.

Tout cela est ignoré, tout cela est déformé, gommé, remplacé par un procès quotidien, instruit à charge par des injures et des mensonges ignobles. Nous, artistes, sportifs et créateurs, penseurs, chercheurs, entrepreneurs et citoyens indépendants, dénonçons cet acharnement indigne qui entraîne le débat politique dans une dérive dangereuse pour la démocratie.

François Hollande a droit au respect comme tout citoyen, et comme président de notre ­République."

PREMIERS SIGNATAIRES : Agnès B., Catherine Deneuve, Benjamin Biolay, Juliette Binoche, Denis Podalydès, Irène Jacob, Sylvie Testud, Laure Adler, Patrick Chesnais, Gérard Darmon, François Marthouret, Dominique Besnehard, Jean-Michel Ribes, Mazarine Pingeot, Claudine Nougaret et Raymond Depardon, Andrée Zana Murat et Bernard Murat, Michel Rotman, Patrick Pelloux, Laurent Davenas, Gilles Achache, Gabriel Gautier, Marie d’Ouince, Bruno Masure, Dany Dan - Melopheelo - Zoxea, Layla Metssitane, Touria Benzari, Emilie Chesnais Laurent Hébert, Bertrand Van Effenterre, Anna Medvecsky, Gaëlle Bayssière, Fethi Benslama, Pierre Douglas, Rachid Benzine, David Kodsi, Florence Muracciole, Stephane Distinguin, Jean Minondo, Yohann Diniz, Jean-Philippe Derosier, Sakina M’sa, Éric Dussart, Évelyne Schapira, Philippe Lemoine, Nicole Baldet, Anne Baveray, Rachel Khan, Michel Cantal-Dupart, Anne-Carole Denès, Yves Denès, Gerard Cicurel, Gisela Blanc, Mathieu Sapin, Françoise Huguier, Édouard Brézin, Julie Saavedra, Alex Menu, Pierre-Emmanuel Guigo, Jean-Philippe Derosier, Leïla Grison, Alexandre Leroy, Christian Zerbib, C215, Christiane Hessel, Dominique Miller
 

 

Vendredi 18 novembre 2016

Editorial

 

Scandaleux, malhonnête, déni de démocratie...

Gaston Flosse hier n'avait pas de mots assez forts pour dénoncer "la magouille" du gouvernement par le biais de l'Etat, dans l'organisation des primaires." Il n'y a pas de noblesse dans ce gouvernement Fritch" nous a dit en aparté un représentant du Tahoeraa présent à la giclée d'accusations portées par le président du parti orange avec une vivacité que le temps au lieu d'estomper, ne fait visiblement, que renforcer.

 Cette organisation des primaires a concentré la colère du timonier du Tahoeraa. Il a martelé dans sa conférence de presse qu'elle ne favorisait que des communes Tapura en empêchant physiquement la plus grande partie des Polynésiens de participer au scrutin et d'apporter leur soutien au candidat choisi. Pour renforcer cette accusation le président du parti "orange" affirme que les bureaux de vote retenus sont situés dans les communes dont le maire est acquis à la majorité  donc à Alain Juppé actuellement au creux de la vague si l'on en croit les " sondages" et les analystes en métropole. Mais cette accusation est insuffisante et Flosse balance son uppercut.

On ne peut que constater, il est vrai que 13 bureaux de vote pour 48 communes incluant 98 communes associées, laissent de côté 35 communes qui ne participeront pas à ce scrutin. La machine à gagner du Tahoeraa ne fait pas les choses à moitié, elle  n'a pas lésiné sur un travail récapitulatif des manquements aux règles d'équité et d'égalité.

 Ainsi fait remarquer Flosse très en colère " un seul bureau de vote aux Marquises à Nuku Hiva composée de six îles, un seul bureau aux Australes composées de cinq îles, trois pour les Iles Sous le vent qui regroupent  cinq îles et Tahiti où réside 75% de la population est seulement doté de cinq bureaux. Aux Tuamotu c'est pire, insiste Gaston Flosse, l'archipel ne dispose que de deux bureaux de vote pour 41 îles habitées et votants à toutes les élections. Alors je le dis comme je le pense : c'est de la magouille !

C'est donc un constat, les électeurs pour participer au scrutin devront donc prendre l'avion ou le bateau pour aller voter dans une île distante de plusieurs dizaines voire centaines de kilomètres. On aurait voulu dissuader les militants d'aller voter qu'on ne s'y serait pas pris autrement a martelé "Mohammed Ali" alias Flosse qui ajoute et en plus, "il leur faudra payer 200 Frs pour cette organisation communale !!!. "

Conclusion : A notre avis une bonne partie des électeurs polynésiens va résoudre le problème imposé, ils n'iront pas voter tout simplement ce qui risque de favoriser Nicolas Sarkozy car les militants du Tahoeraa respectent les mots d'ordre de leur parti.( La Haute Autorité n'ayant mis que 26.000 bulletins de vote, d'autres  auraient été imprimés.)

Mais une fois sur le ring, Flosse ne peut plus en descendre facilement. Et avec une régularité de métronome, il a pilonné son "Brutus", voilà au moins une chose qu'il a en commun avec François Hollande, pour dénoncer les incohérences de langage de ce dernier disant une chose et un peu plus tard son contraire. Un vrai travail  de démolisseur  sans oublier les expulsions pathétiques : 179 expulsions en dix mois seulement, de Polynésiens  touchés par la crise, le chômage, sans revenus et ne pouvant plus payer leur loyer . Ils se retrouvent avec femmes et enfants très nombreux à la rue, sans recours.

 L'OPH pourrait au moins leur fournir quelques tentes, couleur orange bannie, à moins que le Tahoeraa n'investisse dans les tentes en cadeau de Noël. Et puisque nous avons tendance à copier tout ce qui se fait en France, alors, avant la saison des pluies, prenons modèle sur Paris. A moins de faire "la jungle de Papeete" car on aura beau nous seriner que tout va beaucoup mieux dans ce monde merveilleux, les SDF sont de plus en plus nombreux sur les trottoirs de la capitale qui s'effondrent . Au fait y a-t-il un maire à Papeete ?

Moralité : Dégoût du scrutin pour les primaires. De plus en plus de Polynésiens démunis expulsés vont vivre en mendiant, sans aucun abri, et des tonnes de paroles  du côté du gouvernement et des experts (!) pour dire à la population que tout va bien dans le meilleur des mondes.

 Ce n'est pas ce qu'entend le président du Tahoeraa dans ses réunions de quartiers comme ici à Arue où de plus en plus de gens arrivent avec des tee shirts oranges. Edouard devrait faire attention. L'orange risque de se transformer au fil du temps en une grande récolte comme dans les années passées.

 Largesses du gouvernement pour les maires après leur coup de semonce, vrais poissons pilotes c'est bien, mais ce ne sont pas les seuls dans le bocal. La preuve! 

Arue : 300 personnes venues écouter la bonne parole..."Aux urnes citoyens pour Nicolas Sarkozy" clame le Tahoeraa

 

Nicolas Sarkozy est le seul a avoir évoqué et formulé une proposition concrète sur les Outre-me hier soir lors du dernier débat. L'ancien chef de l'Etat a affirmé que "pour nos territoires d'Outre-mer, je souhaite que eux-mêmes aient un statut particulier car il faut que leur fiscalité demain soit définie non pas par rapport à ce qui se passe en Métropole mais par rapport à leur environnement régional". Aucun des candidats en dehors de celui soutenu par le Tahoeraa n'a évoqué l'Outre mer !!! Aucun intérêt pour la Polynésie française.

 

 

Journée internationale de l’élimination des violences à l’égard des femmes

La ministre du Travail, des solidarités et de la condition féminine, Tea Frogier, et la Délégation à la Famille et à la Condition féminine, ont organisé ce vendredi, une conférence de presse, à la Présidence, en rapport avec la Journée internationale de l’élimination des violences à l’égard des femmes, le 25 novembre.

A cette occasion, la ministre a participé à la présentation des différents supports d’information liés à la prévention des violences conjugales qui seront distribués, à partir du 21 novembre, aux différents partenaires ainsi qu’au public. Un référentiel « Lutter contre les violences au sein du couple et les formes de violences familiales » avec un volet « connaissance partenariale » et un volet « éclairages, bonnes pratiques, et procédures » a ainsi été présenté, ainsi que des cartes « numéros utiles » qui seront distribuées au grand public. Des schémas de procédure victimes et auteurs « je suis violent » et « je suis victime » sous forme de posters traduits en tahitien seront également affichés dans des lieux publics.

Quatre spots de prévention réalisés par la 1ère BAC PRO Com-Visuelle du lycée Saint Joseph de Pirae, en partenariat avec la Délégation à la Famille et à la Condition Féminine, dans le cadre de la campagne « Jeunes et violence », seront également diffusés sur les chaînes de télévision locales. Un débat télévisé sur cette thématique sera également proposé sur TNTV, avec pour objectif de faire un état des lieux des violences intrafamiliales en Polynésie.

La ministre a également, lors de cette conférence de presse, présenté le programme des 3èmes Assises de l’aide aux victimes, organisées par l’Association polyvalente d’actions judiciaires (APAJ), du 21 au 25 novembre. Ces Assises permettront notamment de débattre et de former une centaine de personnes, professionnelles et bénévoles, à l’intervention auprès des victimes et des auteurs d’infractions.


 

 

A l'occasion des 80 ans de la base navale une tombola avait été organisée dont une partie des lots sera remis aux élèves gagnants dans les lycées partenaires du projet " choisi ton cap".

Les billets gagnants  seront remis par les partenaires de l'évènement au lycée de Mahina le 25 novembre et au lycée de Papara  ( date à confirmer)

 

 A l’occasion de la remise du trophée perpétuel d’Hawaiki Nui va’a au siège d’EDT, à Faa’a, vendredi après-midi, le Président Edouard Fritch a élevé l’entraîneur et champion de va’a, Heiarii Mama, au rang de chevalier dans l’Ordre de Tahiti Nui.
La cérémonie s’est déroulée en présence également de la ministre de l’Education, de la Jeunesse et des Sports, Nicole Sanquer-Fareata, et du maire de Bora Bora, Gaston Tong Sang.
 

 

L’audience sur intérêts civils de l’affaire dite des « emplois fictifs » des présidences Flosse, a encore une fois été renvoyée au 4 mai 2017 relève radio 1 en précisant..

Le Pays a largement revu à la baisse le chiffrage de son préjudice dans ses dernières conclusions. Il ne demande plus 1 milliard de Fcfp de remboursement des salaires perçus par les « emplois fictifs », mais521 millions de Fcfp pour correspondre à la période visée exactement par la condamnation au pénal.

 

Le syndicat (FRAAP) des agents de l'administration dénonce sur Tahiti Infos le grand malaise de l'administration à l'heure où le gouvernement au contraire prône sa modernisation.

 Philippe Couraud le Secrétaire général de ce syndicat " Force revendicatrice des agents de l'administration" accuse le manque de dialogue des instances dirigeantes à tous les niveaux. Un gouvernement qui était porteur d'espoir" mais qui s'est avéré n'être qu'une avalanche de belles paroles sans lendemains avec en plus une immixtion du politique dans le fonctionnement des services, intolérables a martelé

 le syndicaliste. Et bien voilà le gouvernement Fritch bien servi.  S'il n'est pas KO avec toutes ces critiques concernant des pans entiers de l'administration dont il est dit qu'elle ne fonctionne plus car les directions de service ne sont plus à la hauteur. Fichtre, ça mitraille de tous les côtés : politique, administratif, social.

 

Courrier :

Pensez-vous que pour chaque région outremer on retrouve les mêmes approches, ou qu’au contraire il faille s’adapter pour chaque territoire à ses spécificités ?

D’abord, c’est moi qui m’adapte, ce n’est pas moi qui vais changer le pays, c’est le pays qui me change. Chaque histoire est différente. Chaque approche est différente. Vous avez des territoires qui sont issus de la colonisation, de l’esclavage, comme la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique ou la Réunion, Mayotte qui sont des terres de conquête coloniale. Et puis vous avez des pays qui ont demandé leur rattachement comme la Polynésie ou Wallis. La Calédonie c’est encore une autre histoire. Dans chacun de ces pays la situation des peuples n’est pas la même, les histoires sont différentes. Ph.P

NB/ Nous allons soutenir le Tahoera demain aux aurores

 

Un jeune homme, lycéen en première

Je vis dans une famille qui a toujours été, du moins je le crois, socialiste. Mais aujourd'hui je suis forcé de constater qu'ils avaient raison quand ils m'ont dit que le vent tournait. Il me manque encore cette expérience. Qui, en effet, voudrait être gouverné par un parti qui s'écroule et qui ne peut plus donner à ses militants un semblant d'unité ? C'est pourquoi je suis Macon de près.

L'ivresse du pouvoir les a gagné à un moment donné, moi c'est ma fièvre socialiste qui m'a quitté ! S.G

 


Jeudi 17 novembre 2016

L’audition des trois meilleurs porteurs de projets relatif au Concours de création et développement économique des entreprises.est désormais programmée pour le vendredi 25 novembre. Bonne chance!

 

Quatre évènements à  signaler pour le vendredi 18 novembre :

 -          A 9h, le ministre en charge de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu, participera à une conférence de presse organisée dans les locaux du service des archives, à Tipaerui, à la présentation des travaux de numérisation de certains ouvrages anciens.  

-          A 14h, la ministre en charge de la Condition féminine, Tea Frogier, donnera une conférence de presse, à la Présidence, dans le cadre des évènements organisés à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Puis

-A partir de 14h, le Président Edouard Fritch sera présent à la remise du trophée perpétuel d’Hawaiki Nui va’a, au siège d’EDT, à Faa’a.

 -A partir de 14h30, cérémonie de clôture de la Semaine de l’innovation publique, à la Présidence de la Polynésie française.

 

 

Editorial

Emmanuel Macron le playboy de la politique française. La classe politique lui dit

"Haut les mains !"


 

 

C’est officiel. Mais ce n'est pas un scoop. Tout le monde s'y attendait. L’ancien ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, le Brutus de Hollande, a annoncé hier à Bobigny sa candidature à la présidentielle mettant fin ainsi à un vrai-faux suspense savamment planifié de plusieurs semaines qui ne surprendra pas non plus François Hollande en déplacement à Marrakech, mais qui voit avec amertume son protégé lui enlever ses babouches pour les chausser à son tour ! On a connu cet épisode aussi en Polynésie !

« Je suis candidat à la présidence de la République parce que je crois plus que tout que nous pouvons réussir ( je), que la France peut réussir », s'est-il rattrapé  face à la presse. A croire, parfois, qu'il se prend pour le messie, sans lui, si l'on comprend bien la France ne pourra pas sortir la tête de l'eau dans laquelle elle se noie tous les jours un peu plus. Certes, il prépare son coup depuis plusieurs mois peut-être même en étant encore à l'Elysée en tant que grouillot de François Hollande d'abord, puis ministre de l'Economie, qui n'a pas flambé, la faute au système ! Ni de gauche, ni de droite ni du centre, mais où est-il donc  cet ambitieux jeune homme de 38 ans dont les dents rayent le paquet.? Prend-il modèle sur Trump pour se lancer dans une attaque en règle du système alors, que comme le président américain, lui aussi en est un pur produit ? La comparaison s'arrête là . Ou est-il simplement le chantre du changement ? Il personnifie aujourd'hui, la jeunesse, le travail, l'organisation au-delà des partis traditionnels et des vieux qui se veulent jeunes, sans donner le change tout en étant parfois ridicules.  Comme Juppé quand il nous  ressort  le vieux slogan" je suis droit dans mes bottes" ou encore "j'ai la pêche" ! C'est drôle, ça ne passe pas ! Le noyau sans doute !

Seulement voilà en heurtant de front l'ensemble de la classe politique Macron se fait deux adversaires qui ne le ménageront pas, sans compter tous les autres : François Hollande et Manuel Valls en mettant l'ensemble de la gauche en péril. Si ce mot a encore un sens.

On reproche à Trump de ne pas avoir l'expérience de gouvernement, mais Macron ne l'a pas non plus et il n'est pas un renard. S'incarner dans le mot espérance est bien présomptueux de sa part car après tout, il n'a pas brillé dans ses différents postes, il n'a rien prouvé en dehors de sa belle gueule, de son ambition, de son assurance et du plaisir de l'aventure. Je l'aimais bien ce jeune homme jusqu'à ce que son amour de lui même me fasse douter de lui. Seuls les jeunes y croient vraiment et se retrouvent dans le personnage  qui ne marche plus mais qui s'entraîne à galoper vers l'Elysée. La route est longue. Les "jeunes intellos" se retrouvent en lui. Il incarne leur ambition, leur témérité, leur  goût du défi. Il n'est pas rassis, pas encore. Méfions-nous cependant à la séduction factice du novice qui souhaite naufrager les prélats en attendant de voir si son programme ne conserve pas les traits de l'archaïque et ruineux programme socialiste. Programme encore mystérieux.

Reste que l'ancien locataire de Bercy risque fort de fragmenter davantage encore la gauche qui le récuse en l'appelant "traitre", la droite rajoute " celui qui a trompé, trompera" et Juppé voit en lui se dresser un adversaire vraiment jeune, sympathique et ambitieux " droit dans ses bottes" qui a la pêche plus que lui avec ses 70 ans, avec ou sans cravate. Oups, ça fait mal ! D'autant que le jeune loup mordille avec plaisir dans l'électorat de droite ce qui fait dire à Alain Juppé : il se prend pour un chevalier blanc" alors qu'il a totalement cautionné la politique économique menée depuis 2012 ».Et vlan prends ça dans les gencives jeune homme.

Mais attention, Macron se sent pousser des ailes et fait l'impasse sur un autre loup de la politique française issu de son camp Manuel Valls dont les crocs sont plus puissants que les siens. Car il a l'expérience, non seulement de batailler, mordre et ferrailler avec la classe politique, mais d'être le pilier du gouvernement .  Or le premier ministre possède sur Macron un avantage de taille. Qui en connait mieux que lui  les ficelles, les arcanes et les duels ? Emmanuel Macron dans ce domaine est un bleu.

Encouragé par la victoire de Donald Trump « Rien n’est jamais écrit à l’avance », a-t-il écrit après la présidentielle américaine. Sauf que Trump a l'habitude de pagayer et louvoyer dans le marigot, Macron lui n'a fait que surfer. Pas suffisant.

Reste que faire l'impasse comme il semble le faire sur Nicolas Sarkozy est une erreur. Celui-ci a gouverné la France et l'a sorti d'une terrible crise économique. Les duels, les coups bas, l'humiliation il en a eu et en a sa dose quotidienne, quand il évite un boulet, un autre arrive qu'il évite encore, sans être déséquilibré. Sarkozy est blindé.  Ils sont tous contre lui pour la primaire ? Youpi  c'est prémonitoire pour un vainqueur. On n'attaque pas les ambulances n'est-ce-pas ?

Et pendant ce temps, à Tahiti,  le grand argentier nous a concocté localement une copie conforme des exonérations d'impôts prévues par son ex-patron à l'époque mais il est vrai qu'il était déjà aux boutons du porte- monnaie, sur des abandons progressifs comme l'impôt sur les sociétés, l'impôt sur les transactions etc... tout en augmentant la TVA qui touche fortement la population sur tous les achats. "Exonération des taxes sur les vêtements" Fallait y penser ( sic!)  pour relancer l'économie ! Ben... et les chaussures alors ? De quoi faire ricaner Trump  dans sa tour d'ivoire ! Et puis les investissements, encore et toujours des "projets", ça fait bien dans le tableau avec la valse des millions. On remarque sans sourire que ce sont toujours les mêmes "projets " qui reviennent sur le tapis. Puis mis sous le tapis et enfin ressortis du tapis en disant comme au casino " tapis". Du coup les centaines de millions dans les projets restent ...au tapis. Plus fort que Trump !

 

 

 

 On connait ça! C'est pas nouveau !

Flosse sur le ring électoral

Ce matin Gaston Flosse s''est transformé en Cassius Clay alias Mohamed Ali. Il n'était pas dans les locaux du Tahoeraa mais sur un ring. Et on le sait, il n'est jamais aussi à l'aise que dans un combat électoral. Organisation de la primaire, choix du candidat porté par le Tahoeraa,  manquements de l'organisation, sondages, situation du pays, expulsions qui se multiplient ( 179 en 2016), rien n'a été oublié, commenté fustigé. Y compris une jeunesse laissé à l'abandon les jours sans école, et une flambée de la démographie inquiétante, compte tenu de tous les problèmes qu'elle engendre et de l'étroitesse du pays qui ne peut pas repousser ses murs dans le lagon...

C'est ainsi que nous avons appris que la Haute autorité avait décidé que le vote ne dépasserait pas le nombre théorique de 650 votants potentiels et qu'en plus de la spécificité géographique de la Polynésie française  celle-ci ne permet pas de respecter strictement les règles fixées par l'article 6, paragraphe 2 de la Charte de la primaire.

Il est expliqué d'autre part par la commission, que la couverture internet ne permet pas d'organiser un scrutin électronique. En conséquence et de manière contradictoire, la Commission nationale d'organisation propose de ramener  72  bureaux de vote à 13 sur les conseils du Comité local contrôlé par Edouard Fritch. Faaa, la commune la plus peuplée en dehors de Papeete par exemple, n'a pas de bureau de vote et cette commune n'est pas la seule. Par ailleurs certains électeurs devront faire des kilomètres par voie terrestre ou maritime pour aller voter puisque il n'y a pas de bureaux de vote dans chaque commune. Que dire dans les îles.

De plus ces électeurs devront s'acquitter d'une somme de 200 Frs pour frais d'organisation. Et ça, cela ne passe pas. Nous entrerons dans les détails de cette conférence de presse demain, sachez que la politique du président 'Edouard Fritch n'a pas été épargnée, de même que ses contradictions lues à haute voix par Gaston Flosse. Par ailleurs, il a fustigé l'organisation des primaires qui a pris le contre-pied de l'éloignement au lieu de favoriser la réciprocité. Et puis sachez que la désignation du représentant de Nicolas Sarkozy pour la Polynésie française à la commission locale d'organisation, n'est autre que Gaston Flosse invité à participer aux réunions de la commission locale auxquelles, depuis sa nomination il n'a jamais été invité.

Tout cela risque d'être un vrai fiasco.

 

 

 Grève à la clinique Paofai , ça piétine !

Les grévistes se sont déplacés devant l'accès menant aux urgences

 Un mois et demi après le début de la grève à la clinique Paofai, relève Tahiti Infos, les grévistes sont toujours en attente de reprendre les négociations avec la direction. Ce mercredi matin, ils se sont dirigés vers l'entrée des urgences, avec leurs panneaux. Selon Tunia Terevaura du syndicat O Oe To Oe Rima, plus question de négocier avec la directrice Geneviève Cazes, ils veulent désormais s'entretenir avec son adjoint, Rami Chakhtoura.

"Il n'y a personne à la direction", nous indiquait-on ce mercredi après-midi du côté du standard de la clinique Paofai. "La directrice Geneviève Cazes est en arrêt maladie, elle reviendra demain".

Les jours passent et les grévistes restent unis face à leur mouvement social, entamé il y a un mois et demi.

Aujourd'hui, ils ont l'impression que personne ne fait attention à eux. "On se sent abandonné", confie Bruno Patu, délégué syndical d'O Oe To Oe Rima. "Les services continuent de tourner mais au ralenti."

 

 

Celles et ceux qui aiment les chats vont admirer celui-là.

                                              Boule de neige

Disparu en Corse, le chat retrouvé en Bretagne

  La belle histoire du jour nous vient de Locmiquélic dans le Morbihan.

Boule de Neige, un chat blanc âgé de deux ans, a été découvert cette semaine par un particulier dans cette petite commune située près de Lorient. L’animal avait quitté au mois d’août le domicile de ses propriétaires, qui habitent le village de Pietrosella près d’Ajaccio en Corse.

 Le chat va prendre l’avion pour retrouver sa famille

 Durant sa fugue de près de quatre mois, Boule de Neige s’est donc offert un voyage de près de 1.600 kilomètres entre l’île de Beauté et la Bretagne, rapporte Le Télégramme. L’histoire ne dit pas en revanche comment le chat a fait pour gagner le continent.

 Quel trajet a emprunté Boule de Neige pour rejoindre la Bretagne ? - Capture d'écran ViaMichelin.

 Remis à la SPA de Lorient, l’animal retrouvera ses propriétaires dimanche en prenant un vol au départ de Nantes, précise le quotidien.

 

 

Mercredi 16 novembre 2016

 

 

Editorial

Flosse prend date comme les autres chefs d'Etat du monde entier.


 

Laissons un instant de côté les objectifs que se fixe notre gouvernement pour l'année à venir, ne parlons pas encore de Macron qui n'a pas  annoncé sa candidature pour la présidentielle( peut-être ce matin) et ne rasons pas les murs pour parler de Donald Trump avec lequel l'ancien président du pays Gaston Flosse avait conversé à New York lorsqu'il était président. Hier, ce dernier a pris date, ses marques et les devants en lui envoyant une lettre de félicitations, en anglais s'il vous plait, pour sa large victoire électorale qui a porté à la Maison Blanche ce président hors du commun qui intrigue et stupéfie le monde entier. Sauf la Polynésie française qui s'en fiche comme de l'an quarante !

Avec élégance, Gaston Flosse effleure dans cette lettre une " campagne difficile". En réalité, elle ne l'a pas été puisque Donald Trump a rassemblé avec aisance les Américains sur les problèmes qui les touchaient dans leur chair, leur famille et leur profession. Mais elle a été souvent cruelle, excessive, de méchante musique, pourrait-on dire., où le n'importe quoi et les foucades les plus arrogantes et les plus stupéfiantes lui ont fait gagner la partie et sur lesquelles, une fois élu, il s'est empressé de revenir.

Ah, ces Américains sont bien différents de nous! Tenez,  même les femmes mal traitées en paroles il y a dix ans dans une video abondamment reprise  ne l'ont pas boudé et ont voté pour lui, certaines avec passion, de même que les Américano-cubains en Floride et bien d'autres. Surréaliste, n'est-ce-pas pour des esprits aussi policés que ceux des occidentaux en général.

 Donald Trump, avec beaucoup d’habileté, a promis de restaurer la grandeur de l'Amérique, de retrouver pour tous, le rêve américain et de faire repartir la machine à créer de la croissance. Et cette promesse-là a été entendue, pas par les médias, pas par les professionnels du politique, même pas par le parti républicain. Cette promesse globale a été entendue par tous ceux qui étaient fragilisés et laissés pour compte de la croissance.

Pour être plus clair encore, il a offert un programme de relance, avec moins d’impôts, moins de cotisations sociales, moins de régulations, plus d’investissements publics, moins d’immigrés, moins d‘importations, etc. Un savant mélange entre un retour sur les valeurs identitaires de l’Amérique profonde, et un repli sur soi .En attendant, le président élu a parié sur un programme de relance d l'activité qui se traduit par une baisse générale des impôts ( le contraire du gouvernement Fritch) , la suppression de l'impôt sur les successions etc.... Son plan économique devrait créer selon les spécialistes 25 millions d'emplois sur dix ans et 4% de croissance par an.

Ce qui, vu de l'extérieur intéresse les médias, c'est son virage protectionniste au centre de sa stratégie, renégociation de certains traités de libre-échange ( que fera-t-il concernant les accords de Paris sur le réchauffement climatique ? Retrait du partenariat trans-pacifique, instauration de droits élevés sur les produits chinois et même mexicains ce qui risque de pénaliser les Américains eux-mêmes. Mais...car il y a toujours un mais, la presse chinoise au lieu de taper du pied encense Donald Trump depuis sa conversation avec Xi Jinping et descend en flammes Obama, le président mexicain idem. De quoi en perdre son latin. De Pékin à Londres en passant par le Grèce, le Canada ,la Corée du Sud , la Chine, la Russie etc... c'est presque l'euphorie. Il est vrai que "  l'éléphant" peut vous casser les reins d'un barrissement  négligent. L'Amérique est vraiment la plus forte. Poutine tient lui aussi sa promesse et bombarde Daesh en Syrie avec une grande régularité,  Trump avait promis que cette organisation terroriste serait anéantie en un mois. On assiste vraiment à un grand bouleversement dans le ronron des "grands".

Pour la Polynésie, si fière et si humble, il fallait rappeler qu'on ne lui tournait pas les talons, Gaston Flosse a pris ses précautions avec beaucoup de diplomatie en bon visionnaire qu'il a toujours été. En le félicitant très vite, c'est ce que l'ancien président pouvait faire de  mieux pour l'avenir de la Polynésie . Il pourra plus tard, nouer des relations bénéfiques au plan touristique et immobilier ( complexe touristique), après tout, les deux hommes n'ont-ils pas déjà tchatché ensemble à New York ? Flosse n'a pas manqué habilement de lui rafraichir la mémoire.

 On ne snobe pas Donald Trump à moins d'être suicidaire, Paul Ryan vient d'être réélu président de la Chambre des Républicains, le Sénat est à majorité républicaine, Trump à tous les leviers pour gouverner comme il l'entend avec   pour le seconder, un premier cercle d'ultras installés pour protéger leur icône mais à la réputation redoutable. La planète n'a pas fini d'en voir de toutes les couleurs. Du jamais vu.

Imaginons que nous sommes un "profiler", que voyons-nous ? Trump, un profil et une stature de César sûr de lui, des yeux moqueurs qui ont l'air de dire " je vous ai bien eu ", une bouche aux lèvres fines et serrées, la moue mussolinienne, impavide et impassible, il se donne le droit non seulement de changer d'avis à tout propos, mais d'être celui devant lequel le monde qui n'est pas revenu de sa surprise tremble en constatant ce mélange de force politique, d'emprise sur les autres et de certitudes intimes.

Voici la lettre de félicitations de Gaston Flosse à Donald Trump. Des retrouvailles en quelque sorte !!

 


 

 

Quelques extraits du conseil des ministres :

Simplification des conditions de prise en charge du déficit cumulé de l’assurance maladie du régime général des salariés (Extrait)

Le Conseil des ministres a examiné, préalablement à sa transmission à l’Assemblée de la Polynésie française, un projet de loi du Pays visant à simplifier les conditions de prise en charge du déficit cumulé de l’assurance maladie du régime général des salariés. Celle-ci est devenue déficitaire dès 2007 suite à la mise en application partielle de l’accord Te Autaeaeraa signé en 2006 entre le Pays et les partenaires sociaux, qui actait une baisse des cotisations en matière d’assurance-maladie. Le financement des dépenses hospitalières (le plus gros poste en matière de dépenses de santé) devait, quant à lui, être assuré par des recettes fiscales. La réforme fiscale envisagée n’ayant jamais été mise en œuvre, l’assurance maladie du RGS présentait, à fin 2010, un déficit estimé à 14 768 671 338 Fcfp, que le Pays s’est engagé à prendre en charge.

Simplification des conditions de prise en charge du déficit cumulé de l’assurance maladie du régime général des salariés

Le Conseil des ministres a examiné, préalablement à sa transmission à l’Assemblée de la Polynésie française, un projet de loi du Pays visant à simplifier les conditions de prise en charge du déficit cumulé de l’assurance maladie du régime général des salariés. Celle-ci est devenue déficitaire dès 2007 suite à la mise en application partielle de l’accord Te Autaeaeraa signé en 2006 entre le Pays et les partenaires sociaux, qui actait une baisse des cotisations en matière d’assurance-maladie. Le financement des dépenses hospitalières (le plus gros poste en matière de dépenses de santé) devait, quant à lui, être assuré par des recettes fiscales. La réforme fiscale envisagée n’ayant jamais été mise en œuvre, l’assurance maladie du RGS présentait, à fin 2010, un déficit estimé à 14 768 671 338 Fcfp, que le Pays s’est engagé à prendre en charge.
 

Inscription du cyflufénamide sur la liste des pesticides autorisés en Polynésie française

Sur proposition de la commission des pesticides, le Conseil des ministres a procédé à la modification de l’annexe 3 de l’arrêté du 25 juillet 2011 fixant la liste des substances actives et préparations commerciales de pesticides autorisées en Polynésie française pour y inscrire le fongicide cyflufénamide de la famille des Amidoximes.

Cette nouvelle molécule est un outil supplémentaire pour les agriculteurs dans la lutte contre l’oïdium, maladie fréquente des cucurbitacées, caractérisée par de petites taches blanches sur les feuilles.

 

Célébration des droits de l'enfant !

Ainsi, le dimanche 20 novembre, seront proposés aux familles dans les locaux du Fare Tama Hau des ateliers pédagogiques, éducatifs et préventifs, mettant en exergue les Droits de l’Enfant. Cet évènement destiné à un public familial constitue un moment de partage, de détente et de convivialité autour de diverses animations gratuites. Les familles seront accueillies de 9h à 17h. Tout au long de la journée, les professionnels proposeront des thèmes de sensibilisation, de prévention et d’information.


Célébration le 25 novembre de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

En 1999, l’Assemblée générale des Nations Unies proclamait le 25 novembre comme étant la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Depuis, la Polynésie française s’est engagée, à l’instar de nombreux pays, à organiser, à l’occasion de cette journée, des actions visant à sensibiliser l’opinion publique aux problèmes induits par ces violences et à inviter chaque personne à se mobiliser pour mettre un terme aux violences faites aux femmes et aux filles à travers le monde afin qu’un changement durable advienne.

En Polynésie française, diverses actions de sensibilisation sont ainsi programmées cette année, à l’initiative du Pays, pour promouvoir ce changement :

- Les Assises de l’aide aux victimes (organisées en partenariat avec l’association polyvalente d’actions judiciaires) ;
- Diffusion du référentiel de prise en charge des violences intrafamiliales actualisé ;
- La distribution d’affiches informatives « auteurs » et « victimes » de violences ;
- La diffusion de cartes numéros utiles actualisés ;

- Diffusion de spots.

 

Dans nos mentalités, notamment polynésiennes, rappelez-vous  Edouard "Fritch le gendre" de Gaston Flosse à l'époque était une qualification  rappelée à chaque fois que son nom était écrit dans la presse avec une jubilation certaine. Mettre les proches à des postes  importants ne se fait pas. Alors, soyons lucides et relevons que dans notre pays, la France si moraliste, on sait que  le chômage des jeunes frappe dur, quelques uns parviennent à trouver du travail.

Ces jours-ci, le service de communication du Conseil régional de Midi-Pyrénées va s’étoffer. La Région vient en effet de recruter Jérémie Martin, le fils de l’ex-Ministre de l’écologie Philippe Martin comme chargé de mission. Il aura pour collaborateur le frère de l’ex-ministre délégué aux Anciens combattants, Kader Arif.

En outre :

Salomé Peillon , fille de l’ex-ministre de l’Éducation Nationale ,est embauchée au poste de chargée de mission culturelle à l’ambassade de France en IsraëL

 Fin janvier,Thomas Le Drian, le fils de Jean-Yves, le ministre de la Défense, a été embauché par la Société nationale immobilière (1,3 milliard d’euros de revenus, 275.000 logements sociaux en gestion) à un poste très élevé pour cet élève moyen d’une école de commerce moyenne.

Clémentine Aubry, la fille de Martine, est administratrice de l’auditorium du musée du Louvre… C’est normal

 Mazarine Pingeaud est depuis longtemps administratrice de la Grande bibliothèque.

 On ne peut malheureusement rien faire pour les fils de Marisol Touraine, Christiane Taubira et de Laurent Fabius, ils ne seraient

 pas encore sortis de prison à notre connaissance….

 

 Tahiti Export Event, 2ème édition à la CCISM

La 2ème édition du Tahiti Export Event (TEV) aura lieu vendredi 25 novembre 2016, de 7h30 à 18h30, et s’adresse aux entreprises polynésiennes existantes mais également celles qui démarrent dans le commerce international.
Le TEV est organisé par et à la CCISM. Durant une journée et sur un seul lieu, les entreprises ou porteurs de projet pourront venir s'informer et avoir toutes les réponses concernant l'export.
Placé sous le signe du numérique, des représentants des bureaux de Business France basés en Amérique du Nord, à Hong Kong et au Japon ainsi que la FACCI (Chambre de Commerce et d'Industrie Franco-Australienne) pour l'Australie et la Nouvelle-Zélande donneront en direct toutes les informations concernant le potentiel en export de ces marchés.
Enfin, les partenaires locaux (la DGAE, la DGEN, la Sofidep, les Douanes, Entreprise Europe Network, le GIMT Institut du Monoï, la Tahitian Perle Association of French Polynesia, la Banque de Polynésie, Air Tahiti Nui, l’OPT, Geodis et Ma’ohi Noni Network) tiendront des stands et/ou animeront également des conférences.


 

Le concours d’accès à Sciences Po délocalisé en Polynésie française

Une convention entre le ministère de l’Education et de l’Enseignement supérieur, le Vice-rectorat et sept Instituts de Sciences Politiques (IEP) a été signée, mercredi, à Paris, à la Délégation de la Polynésie française. L’objectif de la ministre Nicole Sanquer-Fareata est de faciliter l’accès à ce concours d’entrée très sélectif, grâce notamment à sa délocalisation sur le territoire et de réduire ainsi les inégalités de chances liées à l’éloignement géographique.

« Cette convention a pour but de développer les filières d’excellence. Et surtout de donner de l’ambition à nos élèves polynésiens. Elle permettra de mieux les accompagner lors de leur poursuite d’étude en métropole », s’est réjoui la ministre de l’Education et de l’Enseignement supérieur.

Signée avec les sept Instituts de Sciences Politiques du réseau du concours commun (Sciences Po Aix-en-Provence, Sciences Po Saint-Germain-En-Laye, Sciences Po Strasbourg, Sciences Po Lille, Sciences Po Lyon, Sciences Po Rennes et Sciences Po Toulouse) la convention offre désormais la possibilité aux jeunes Polynésiens de préparer et passer, en Polynésie française, les épreuves d’admission au concours d’entrée en 1ère année dans ces différents IEP.

« L’élève polynésien ne viendra plus en métropole pour le passer. En outre, il se verra proposer un choix d’IEP, ainsi qu’un accompagnement », a indiqué Nicole Sanquer-Fareata. En effet, lors de leur inscription, dans la perspective de leur admission sur la liste principale, les candidats, choisis sur critère scolaire et social, devront classer les sept Instituts d’Etudes Politiques en fonction de leurs choix préférentiels.

 

 

 

 

Mardi 15 novembre  2016

 

 

Editorial

C'est rare mais ça existe !

La trombe d'opinions qui vient d'aérer l'Amérique fait caracoler dans l'éther prospectif un Pays dont on commence à décerner les contours avec les nominations des hommes qui vont entourer le président élu. Les Américains récalcitrants n'auront plus qu'à bien se tenir avec Steve Bannon au poste de conseiller et chef de la stratégie, une personnalité de droite + très influente,  dévouée à Trump dont il a dirigé la campagne à partir d'août dernier. Mais peu comparable avec le dictateur en Turquie qui a incarcéré des milliers de journalistes, policiers, magistrats etc.... C'est drôle de se dire que cela n'émeut pas grand monde  à côté du procès d'intention que l'on fait à Trump. Bref...

Le second, Reince Priebus complète le premier. Il est le président des Républicains. On se souvient que les Républicains s'étaient divisés pendant la campagne, effrayés par les propos excessifs tenus par Trump. Aujourd'hui tous deux, deviennent le carré protecteur de Trump, unis derrière lui d'autant que les marchés financiers n'arrêtent pas de montrer leur bonheur par des hausses vertigineuses comme le Dow Jones qui ouvre à la bourse de New York sur un record.

Mais abandonnons les Américains qui vivent déjà dans un monde nouveau en attendant le discours d'Obama qui a fait allégeance au président élu dès sa première rencontre. Quel magnétisme possède ce diable d'homme, Trump ?

Un magnétisme dont la France ( et la Polynésie) manque cruellement. A vrai dire, il y a longtemps que les Français et les Polynésiens ne sont plus hypnotisés par leur prétendu " élite", l'une qui a entrainé la France dans le chaos, l'autre qui se prend pour le nombril du monde alors qu'on a du mal a trouvé le sien.

Mais la rareté, ça existe. Mais oui, mais oui. Tenez, le journaliste Hervé Kempt, 25 ans au compteur sur son site d'information  a d'abord cru à une plaisanterie quand Ségolène Royal lui a proposé la légion d'honneur ! Et la ministre, à son tour n'a pas cru, quand cet ancien journaliste du Monde s'est empressé de la refuser la jugeant « tout à fait incompatible avec l’exercice du métier de journaliste, dont un principe de base est, pour assurer sa liberté, de se tenir à une certaine distance des personnes de pouvoir et d’en refuser les avantages ou distinctions qu’elles voudraient lui prodiguer ». ( A noter que nous avons refusé la médaille de Tahiti Nui à une époque mouvementée quand nous étions éditorialiste à la Dépêche de Tahiti et celle du Mérite national que voulait  épingler l'ancien haut commissaire Michel Jau sur notre élégant blazer blanc. Nous le saluons au passage. Il officie aujourd'hui dans son  bureau de la Cour des Comptes.. (Rien à voir bien sûr avec la médaille du haut commissaire actuel, trouvée dans les immondices de la décharge de St Hilaire) .

Remarquons que la démarche est suffisamment rare pour être soulignée, tant les promotions de la Légion d’honneur regorgent de vedettes journalistiques. Du grand officier Alain Duhamel aux commandeurs Jean-Pierre Elkabbach et Robert Namias, en passant par les chevaliers Jean-Marie Colombani, Anne Sinclair ou Eric Brunet, nombre de grands noms de la profession n’ont pas résisté au prestige du petit ruban rouge. 

Mais Hervé Kempf ne s’en tient pas là. « Ce dont nous avons besoin, ce n’est pas de décorations, mais de la liberté de travailler, et de l’équité », assène-t-il à l’attention du pouvoir en place. Et de pointer les millions d’aides publiques versés chaque année à des journaux comme Le Monde, Le Figaro ou Libération, détenus par de riches actionnaires, alors que son média indépendant ne touche pas un centime ! ( comme Tahiti Today) « Que soient supprimées les subventions à ces titres de milliardaires, et on verra qui recueillera l’attention du public »a-t-il écrit sur son site.
 Quant à Ségolène Royal, Hervé Kempf s’étonne d’autant plus de son empressement à vouloir lui épingler l’insigne napoléonien que lui-même a bataillé un an… pour obtenir une interview de la ministre de l’Ecologie, en vain - comme il le raconte sur Reporters. Si elle comptait se faire pardonner, c’est raté.
 

François Hollande est un énarque !

 

Dans le cadre de la commémoration du 98ème anniversaire de l’Armistice, le CESC accueille dans ses locaux l’exposition « Les Polynésiens dans la France Libre » jusqu’au vendredi 25 novembre prochain.

 

Le JRCC ne chôme pas !

Quatre personnes secourues grâce à leur balise de détresse entre Nuku-Hiva et Ua-Huka (Marquises)


Le JRCC Tahiti a été alerté ce mardi 15 novembre, à 9h, par un membre bénévole de la FEPSM (Fédération d’entraide polynésienne de sauvetage en mer) qui venait d’appareiller pour porter secours à quatre personnes en difficulté à bord d’un poti marara en avarie moteur
et qui dérivait entre Nuku-Hiva et Ua-Huka.

La mer agitée et la distance n’ont pas permis à l’embarcation de la FEPSM de les retrouver.Le JRCC Tahiti a pu établir un contact téléphonique avec le poti marara et lui a demandé de déclencher sa balise de détresse à, 9h30.


La position exacte du poti marara est alors parvenue à 9h35 au JRCC qui a pu guiderl’embarcation de la FEPSM vers le poti marara qui a été pris en remorque et les quatre personnes ramenées saines et sauves, à Nuku-Hiva, à 13h15.

 

Semaine de l'innovation publique : « L’administration polynésienne innove »

 Le Président Edouard Fritch, a procédé mardi matin, à la Présidence, à l’ouverture de la Journée « L’administration polynésienne innove » organisée dans le cadre de la 3ème édition de la semaine de l’innovation publique, afin de présenter ce qui se fait de plus novateur en matière de services publics.

 Orientée une nouvelle fois vers le numérique, cette journée a été marquée par le lancement du portail des services administratifs de la Polynésie française net.pf avec également la thématique de la dématérialisation des actes des autorités administratives illustrée par le lancement de cinq premiers télé-services dédiés à la simplification des démarches.

 « Cette transformation numérique est aussi un des leviers majeurs de la modernisation de notre administration. Elle doit nous permettre de renforcer son efficacité et son efficience », a souligné Edouard Fritch dans son discours d’ouverture.

 Net.pf : le portail internet du service public polynésien

 Destiné aussi bien aux particuliers, aux professionnels qu’aux communes, le portail internet du service public polynésien est le point d’entrée vers toute l’information et toutes les possibilités de démarches en ligne sur ordinateur, tablettes ou smartphones, pour les services de l’administration polynésienne. C’est un outil doté d’un puissant moteur recherche, d'une interface de dialogue et d'une présentation de l'administration résolument orientée vers l’utilisateur.

 « Il m’importe que les Polynésiens des Marquises, des Australes, des Tuamotu, des îles Sous le Vent et des îles du Vent aient le sentiment d’avoir été aidés dans leurs démarches et dans leurs accès aux informations de notre administration », a expliqué le Président.

 Basé sur un travail collaboratif, et avec une approche organisationnelle et technique moderne, ce projet a réuni les compétences, la perspicacité et l’audace d’hommes et de femmes du service public pour identifier les attentes des utilisateurs et y répondre. Net.pf est en outre construit autour d’un moteur de recherche élaboré par des équipes de codeurs 100% polynésiennes. (communiqué présidence)

 

Commission des Finances. Sandra Levy Agami :

A l'ordre du jour, la défiscalisation locale relative au bilan de ces 3 dernières années.

Réponse de la DICP: 

"En 2016, 2,418 milliards de base défiscalisable pour 967 millions de crédits d' impôts agréés", contre "en 2013" sous le gouvernement Flosse,  "9,398 milliards de base défiscalisable pour 5,115 milliards de crédits d impôts agréés". Ce sont des éléments objectifs prouvant le dynamisme économique du précédent gouvernement.

 

Dans quelques jours nous serons fixés sur les primaires à droite et ce qui se dégage ne plaira peut-être, ni à Edouard Fritch ni à Gaston Flosse. Mais, sait-on jamais?

(

 

Hugo Laurent journaliste : ouvrez les yeux et arrêtez de vous faire enfumer. « Souvenez-vous en pour la prochaine fois. Quand vous entendrez un homme ou une femme politique attaquer "le système", "les élites", "la caste" ou "les bien pensants", soyez-en sûrs : il/elle se moque de vous. » !!!

 

La loi Bloche, sur l'indépendance des médias, a été promulguée aujourd'hui.

Ce texte vise, entre autres, à renforcer la liberté et le pluralisme des médias.

 Promulguée, la loi Bloche est de circonstance. Ce texte, surnommé "loi anti-Bolloré", sur l’indépendance des médias répond en effet à l’une des préoccupations des salariés d’iTélé qui entament leur 30e jour de grève, un record dans l’audiovisuel privé.

 Cette loi prévoit que d’ici au 1er juillet 2017, toutes les rédactions doivent se doter d’une charte éthique qui rappelle le droit du public à une information de qualité, complète, libre, indépendante et pluraliste. Les rédactions audiovisuelles devront également mettre en place un comité d’indépendance, supervisé par le CSA. Un point essentiel dans la mesure où la majorité des médias en France ne sont pas possédés par des entreprises de presse mais par des industriels. 

Lutter contre la défiance envers les médias

 "Ce texte vise à renforcer l’indépendance des journalistes à l’égard des intérêts des actionnaires et des annonceurs dans un contexte où les médias font l’objet de défiance grandissante dans la part de nos concitoyens", rappelait en octobre, Patrick Bloche, député PS de Paris à l'origine de la loi. Chez iTélé d'ailleurs, la double casquette de Serge Nedgar, directeur général et directeur de la rédaction, est un point de crispation des grévistes. Lors de leur rencontre avec les ministres du Travail et de la Culture, respectivement Myriam El Khomri et Audrey Azoulay, la direction a proposé de nommer un directeur adjoint avant la fin du mois de novembre pour assurer cette indépendance.

 Tous les journalistes pourront faire valoir leur droit à l’opposition si un acte imposé par la direction heurte leur conviction professionnelle. "Tout journaliste a le droit de refuser toute pression, de refuser de divulguer ses sources et de refuser de signer un article, une émission ou une contribution dont la forme ou le contenu auraient été modifiés à son insu ou contre sa volonté", indique le premier article de la loi. Jusque-là, ce droit était réservé aux seuls journalistes du service public.

 Régulateur de l’audiovisuel, le CSA se voit octroyer le devoir de garantir le pluralisme de l’honnêteté et de l’indépendance de l’information et des programmes en empêchant la censure. Le conseil peut alors sanctionner les chaînes de télé et radio qui ne respecteraient pas ce point.

 

 

 

Dans un livre, les journalistes du Parisien Claire Guédon et Nathalie Perrier décrivent le quotidien des habitants de la ville de Saint-Denis livrée aux trafiquants.

Quarante minutes: c'est le temps qu'il faut aux dealers de cannabis pour remplacer à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis, un guetteur interpellé. Cette rapidité à combler un maillon manquant de ces trafics juteux est rapportée par deux journalistes du Parisien, Claire Guédon et Nathalie Perrier, qui publient ce mois-ci Une ville sous emprise (1). Dans cet ouvrage, elles relatent l'action croisée de la police, de la justice et de la municipalité pour anéantir ce commerce illicite. Au terme de ces 270 pages bien documentées, le constat est terrible. Malgré tous les efforts déployés, Saint-Ouen reste aux mains des délinquants.

Pendant de longs mois, les deux reporters ont ainsi fait une plongée dans cette commune, devenue depuis plusieurs années un véritable supermarché .

 

La première épouse du milliardaire américain a en effet déclaré, ce dimanche dans le New York Post, qu’elle souhaitait devenir ambassadrice des Etats-Unis en République tchèque, pays dont elle est originaire.

Perles noires au cou sont-elles chinoises ou polynésiennes ?

                  « On me connaît sous le nom d’Ivana. Je n’ai même pas vraiment besoin du Trump »

 Dans les colonnes du tabloïd américain, Ivana Trump ne tarit pas d’éloge à son égard. « C’est là d’où je viens et tout le monde me connaît, moi et mon accent. Je suis plutôt connu à travers le monde. (Ah bon ???)

Pas seulement en Amérique. J’ai écrit trois livres, traduits dans 25 langues différentes et présents dans 40 pays. On me connaît sous le nom d’Ivana. Je n’ai même pas vraiment besoin du Trump », déclare-t-elle pour justifier une éventuelle nomination.

 Ivana et Donald Trump sont restés mariés pendant 15 ans et ont eu trois enfants, dont Ivanka, la fille du couple qui s’est beaucoup impliquée dans la campagne de son père.

 Trois des enfants du milliardaire populiste, Donald Trump Jr, Eric Trump et Ivanka Trump, figurent déjà dans l’équipe rapprochée du futur président.

 

L'association Aide à l'Église en Détresse (AED) pointe dans son rapport bisannuel la montée de «l'hyper-extrémisme islamiste» et d'une «nouvelle vague de répression» en Chine notamment, pour expliquer une «nette augmentation de l'intolérance religieuse» dans le monde.
● La situation a empiré dans 14 pays

 


Quand les Allemands se rebellent par  Soeren Kern

Traduction du texte original:  German Streets Descend into Lawlessness


Au cours des six premiers mois de 2016, les migrants ont été impliqués dans 142.500 crimes et délits, a indiqué l'Office fédéral de police criminelle. Cela équivaut à 780 délits par jour, soit une hausse de près de 40% par rapport à 2015. Les données n'incluent bien sûr que les délits ayant donné lieu à l'arrestation d'un suspect.


• Des milliers de migrants entrés comme « demandeurs d'asile » ou « réfugiés » ont disparu des radars. Il s'agit vraisemblablement de migrants économiques entrés en Allemagne sur un faux prétexte. On pense qu'ils se livrent aujourd'hui au vol et la violence criminelle.


• Dans de nombreuses régions, la police locale reconnait qu'elle travaille aux limites de ses capacités et se dit incapable de maintenir la loi et l'ordre.


• « Le trafic de drogue a lieu sous nos yeux. Si nous intervenons, nous sommes menacés, insultés, couverts de crachats. Parfois, quelqu'un dégaine un couteau. Ce sont toujours les mêmes. Ils sont sans pitié, sans peur et n'ont aucun scrupule à voler, même les personnes âgées ». – Un agent de sécurité privée.


• Selon Freddi Lohse du syndicat de la police de Hambourg, de nombreux migrants délinquants considèrent le laxisme du système judiciaire allemand comme un feu vert à la délinquance. « Ils sont habitués à des peines plus sévères dans leur pays d'origine », a-t-il dit. « Ils ont aucun respect pour nous ».


• « Il n'est pas possible que les délinquants continuent de remplir les dossiers de la police, nous blessent physiquement, nous insultent et j'en passe, et que tout cela demeure sans conséquence. De nombreux délits sont classés sans suite et des délinquants sont libérés après avoir été condamné à des peines avec sursis ou quelque chose d'équivalent. Oui, ce qui se passe aujourd'hui dans les tribunaux est une blague. »

 - Tania Kambouri, officier de police.




Lundi 14 Novembre 2016

Ils sont sains et saufs (dernière heure fin d'après midi)

Meherio et son frère Laurent n'ont toujours pas été retrouvés depuis mercredi dernier. Recherches en mer entre Huahine et Maiao abandonnées par le JRCC. Il faut espérer un miracle. La famille garde l'espoir.

Editorial

Pas question de fermer Guantanamo, Obama ne l'a pas fait, Trump non plus.

Donald Trump, lui, dans une récente interview télévisée, se fiche pas mal des jeunes manifestants qui déambulent dans les rues contre son élection. Il attend patiemment le mois de janvier date de l'homologation en tant que président des Etats Unis. Et là, les manifs "pacifiques" risquent de prendre une autre tournure. Entre l'annonce de la nomination de ses hommes forts qui formeront le premier cercle et adoucir certains de ses propos de campagne il a confirmé hier :

« Ce que nous allons faire, c’est prendre les gens qui sont des criminels (entre un et deux millions, triste record) et qui ont des casiers judiciaires, qui appartiennent à des gangs, qui sont des trafiquants de drogue (…),et nous allons les renvoyer du pays, ou nous allons les mettre en prison. Mais nous allons les renvoyer dans leur propre  pays, car ils sont ici illégalement ».

Une promesse difficile à tenir, encore que Barak Obama en a expulsé plus d'un million sans révolutionner le pays, car ces criminels à moins de faire des "packages" selon les charges qui pèsent sur eux, vont peut-être alléger les prisons surpeuplés ou les rues de certaines villes ! 

Toutefois, il est vrai que le président élu a mis de l'eau dans son vin, notamment après son entrevue avec Barak Obama. Dans la ligne de ce qu'il a annoncé sur la réduction des frais militaires américains en faveur d'une aide pour des pays étrangers, il va réduire le financement de l'OTAN dont les 2/3 sont assumés par l'Amérique.

Trump s'engage en revanche  à «pilonner» l'Etat Islamique en Irak - en particulier les puits de pétrole dont ce dernier s'est accaparé - afin de priver l'organisation terroriste de revenus. En Syrie, le président élu affirme qu'il laissera la tâche au gouvernement syrien de lutter contre l'Etat Islamique en l'aidant avec des troupes au sol. Les Etats-Unis refuseraient également d'accueillir des réfugiés syriens (et, du moins de manière temporaire, tous les musulmans, d'où qu'ils viennent). A la place, il propose une zone de sécurité pour les civils à l'intérieur des frontières de la Syrie que Washington aiderait à financer, mais il incomberait à d'autres nations de la construire et de la défendre. Enfin, il maintiendra  aussi la prison américaine de Guantanamo Bay à Cuba . Une promesse non tenue du président sortant. Ce qui démontre qu'entre les annonces tonitruantes de campagne puis la réalité, existent un très grand fossé.

Il a décidé, non pas de gommer le "Obamacare" comme prévu et annoncé pendant la campagne, mais de le modifier pour qu'il soit moins onéreux aux finances du pays, que les Californiens ( démocrates en grande majorité) se rassurent ils pourront se faire soigner. Il garde également la Cop 21 sur le climat, réduit les impôts mais augmente lourdement les droits de douane avec la Chine notamment qui se prépare à faire de même avec les exportations américaines. Le mur à la frontière du Mexique et des Etats-Unis dont une partie existe déjà, construit par ses prédécesseurs, sera pour "aujourd'hui peut-être ou alors demain...et sans doute jamais."

 Il est probable que le caviar Petrossian coûtera moins cher aux Etats Unis, Poutine, lui doit bien ce cadeau là.

Les manifestations des pro-Clinton se poursuivent entrainant parfois des dérapages dans les Etats qui ont voté largement " démocrate" .Est-ce une raison pour renier la légalité de cette élection ? Et du coup, la démocratie ? Non .Que la loi électorale américaine soit ce qu'elle est et prétexte à controverse, soit ,mais elle est pour l'instant tout à fait légale. Trump attend pour réagir son officialisation le 20 janvier pour être sans doute moins pacifique, puis il aura deux ans pour prouver ce qu'il vaut. On verra bien à ce moment là si la greffe a pris.

Pendant ce temps là, à Paris, la dernière ligne droite de la bataille pour les primaires est loin d'être enrobée de cantiques. On se déchire proprement et vigoureusement . Au point qu'un nouveau sondage donne Fillon en seconde position battant Sarkozy au poteau et peut-être aussi Juppé. Ah ces sondages quand même, une quasi dérive monarchique !

A Tahiti, chaque camp Tahoeraa et Tapura à son petit niveau fourbit ses armes de communication afin de compter les voix qui se seront portées sur leurs candidats à la primaire. Un test  qui ne voudra pas dire grand chose car certains métropolitains voteront peut-être Juppé sans être forcément d'accord avec le Tapura d'Edouard Fritch et vice et versa. Mais attendons-nous à ce que les deux camps fassent comme d'habitude "cocorico".

 

 

Le gouverneur de l’Indiana, l'évangéliste Mike Pence, le moine soldat, est resté au côté du milliardaire au plus fort de la bourrasque créée par la diffusion, le 7 octobre, d’une vieille vidéo datant de 2005 sur les femmes, alors que d’aucuns le sommaient de torpiller dans un premier temps le ticket qu’il formait avec le magnat de l’immobilier pour apparaître par la suite comme un recours. Droit dans ses bottes, il est resté fidèle au côté de Donald Trump, protégé sans doute par Dieu (!) selon certains qui ont vu là un signe céleste,  quand le 27 octobre, l’avion qui transportait le candidat à la vice-présidence des Etats-Unis Mike Pence a glissé sur la piste de l’aéroport La Guardia de New York.

 

Mike Pence, le moine soldat, vice président des Etats Unis

 

On pourra toujours gloser sur le triomphe de Donald Trump et se demander comment Hillary Clinton a pu laisser échapper une victoire que tout le monde disait acquise... Ou bien on pourra lire les travaux de ceux qui depuis cinq, voire dix ans, annoncent le désastre. Sans boule de cristal : en écoutant cette Amérique profonde que les élites progressistes ont « oubliée » depuis trente ans. En laissant le vaisseau dériver tranquillement vers une idéologie – le néolibéralisme – destructrice d’emplois et de relations sociales.

 Chris Hedges : « On peut dire aujourd’hui que, sur le plan économique, Obama a passé la plus grande partie de sa présidence à défendre les intérêts des pouvoirs financiers qui ont brutalisé la société américaine depuis Bill Clinton. Huit années dilapidées par les élites démocrates ! Les victimes du système ne leur ont pas pardonné la malhonnêteté d’un parti qui, dans le même temps, courtisait les classes populaires. Elles ont rejoint Trump par colère et frustration. »

Chris Hedges
est de ces observateurs lucides. Correspondant de guerre pour le New York Times pendant quinze ans, honoré par un prix Pulitzer, il s'est tourné depuis 2008 vers l'analyse de la situation politique et sociale américaine et le militantisme, notamment auprès du candidat écologiste Ralph Nader. Après La Mort de l'élite progressiste, en 2012, il publie aujourd'hui La guerre est une force qui nous octroie du sens et... L'Age des démagogues.

 

Tous les présidents de la planète souhaitent rencontrer Donald Trump y compris ceux qui ont été bien égratignés pendant la campagne.

 C'est ainsi que le président chinois XI Jinping et Donald Trump sont convenus dans un entretien téléphonique de se rencontrer afin de discuter des relations bilatérales. Alors que le président américain élu n'a pas épargné la Chine qu'il a l'intention de taxer de 45% sur les importations, la télévision nationale chinoise fait le dos rond et précise que les deux pays ont besoin de coopérer sur beaucoup de choses. Les deux hommes vont donc maintenir des contacts étroits afin de mettre au point ensemble des relations d'intérêt communs qu'ils détailleront lors de leur rencontre. Durant sa campagne Donald Trump avait qualifié la Chine " d'ennemie", elle ne semble pas du tout lui en tenir rigueur !

 

Selon un cadre des Républicains en France, Nicolas Sarkozy multiplie en ce moment les promesses de ministères, y compris à Jean-Frédéric Poisson, son adversaire à la primaire. "Si à 50 ans, Sarkozy ne vous a pas proposé un ministère, vous avez raté votre vie", plaisante ce dirigeant.

 

L’ancien ministre Christian Estrosi a épousé samedi sa compagne Laura Tenoudji à la mairie de Nice.

 

 

Un beau week-end ensoleillé pour l’ancien maire de Nice Christian Estrosi. L’actuel président de la Métropole Nice Côte d'Azur a épousé samedi à la mairie de Nice sa compagne Laura Tenoudji, chroniqueuse à la télévision, nous a confirmé l’un de ses proches collaborateurs. La cérémonie s’est déroulée en petit comité, le jour du marathon Nice-Cannes auquel Christian Estrosi avait pris l’habitude de participer.

 Mais l’amour est aujourd’hui la grande priorité de l’homme politique de 61 ans, divorcé de Dominique Sassone, sénatrice des Alpes-Maritimes avec laquelle il a eu deux filles, Laetitia (née en 1985) et Laura (née en 1988). «C’est le grand bonheur. Il était tout sourire ce matin et a montré son alliance à tout le monde», a ajouté le collaborateur. C'est l'animatrice Denise Fabre, adjointe à la mairie de Nice et amie du couple - elle connaît Laura depuis qu'elle est toute petite - qui a marié les deux amoureux.

 

Bataille sur le droit foncier à l'Assemblée de Polynésie

Si les élus étaient tous dans le même camp il n'y aurait pas d'opposition. Une lapalissade. Cette opposition donc UPLD/Tahoeraa demandent la consultation de l'Assemblée avant transmission à Paris de la modification du Code Civil afin de sortir la Polynésie de l'indivision et le partage judiciaire. La position du Pays est conforme à celle que privilégie le ministre de la Justice l'ami d'Edouard Fritch, Jean Jacques Urvoas. Elle réside dans la création d'un comité de réflexion qui serait en charge de proposer des amendements pouvant être intégrés dans le projet de loi de programmation. Jusqu'à présent, par exemple, le survivant hérite des biens du défunt. Les modifications envisagent que ces biens retournent aux ascendant et collatéraux du défunt avec le risque de laisser le survivant sans rien. Antony Géros monte au créneau en dénonçant la mauvaise excuse du pays qui refuse que ce débat ait lieu "par manque de temps" ! Heureusement qu'ils n'ont pas un pays comme l'Amérique à s'occuper ...

 

 

Dimanche 13 novembre 2016

Une minute de silence émouvante et un concert de Sting pétri de douleur et de souvenirs. Paris se souvient, la France entière aussi !

 

 

 

 

Un séisme de magnitude 7,8 a secoué la Nouvelle-Zélande, a annoncé l'Institut de géologie américain. Un tsunami menace actuellement la côte nord-est de l'île du Sud.

Un puissant tremblement de terre d'une magnitude de 7,8 a frappé le centre de la Nouvelle-Zélande juste après minuit lundi (heure locale) provoquant de nombreux dégâts et déclanchant une alerte au tsunami, a annoncé l'institut américain de veille géologique (USGS).

• De fortes répliques

Le tremblement de terre est survenu lundi à 00h02 locales (dimanche 12h02, heure française) à quelque 90 kilomètres au nord de la ville de Christchurch, sur l'île du Sud, où un séisme de magnitude 6,3 avait fait 185 morts en février 2011. La secousse principale a été suivie par une série de fortes répliques, dont la plus forte avait une magnitude de 6,1.

 


 

Samedi 12 novembre 2016

Ceux qui allaient mourir demain il y a un an sous les balles des terroristes profitaient encore de la vie, de l'amour, de la musique et des plaisirs parisiens.

 

 

Ivanka Trump, sa belle fille, membre éminent du cabinet d'Oscar Trump.

 (ne pas confondre avec Melania,épouse d'Oscar Trump (Ivanka est née de l'union de Trump avec sa précédente femme..).

Avec Trump à sa tête, l’Amérique pourrait se replier sur elle-même et remettre en cause les traités commerciaux actuellement en cours de discussion, notamment le Tafta avec l’Europe, craignent les pessimistes, bien que ses premiers pas n'ont rien à voir avec ceux de la campagne. Son discours de victoire, dans lequel il a promis de "doubler" la croissance des Etats-Unis" et d’avoir "l'économie la plus forte du monde", a pu faire redouter que cela ne se fasse au détriment du reste de la planète. Il appliquera son slogan " Make America stronger". Qui peut le lui reprocher quand François Hollande n'arrive pas à faire de même de la France ? On pourrait avoir " Make France stronger in Europe "...Ne craignez rien cela n'arrivera pas !

Pour quelques mots de soudard  il y a une dizaine d'années, ce prétendu  misogyne sait s'entourer de femmes magnifiques . Les femmes américaines ont d'ailleurs voté en majorité pour lui.

 

 Non ce n'est pas une "James Bond girl" mais il y a une dizaine d'années Mélania  Trump faisait la une des magazines  comme Carla Bruni avant elle.

                                                  James Bond : les diamants sont éternels ( 2° épouse Trump)

Et encore les sondages !

Pour 29% des sondés (+1), la présidente du Front national Marine Le Pen ferait une bonne présidente de la République.

A gauche, l'ancien ministre Emmanuel Macron arrive en tête avec 33% (+3), devant le chef du gouvernement Manuel Valls (27%, +4).François Hollande est en bas du tableau, à 10%, en baisse de deux points par rapport au mois d'octobre.

Le sondage a été réalisé en ligne du 3 au 7 novembre 2016 auprès d'un échantillon de 1002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus
 

Paul Vergès est décédé à 92 ans

 

C’est l’homme qui aura marqué la vie politique réunionnaise de plus d’un demi-siècle qui disparaît.

 Il va fonder le PCR, le Parti Communiste Réunionnais, en 1959. Avec le quotidien « Témoignages » il se lancera dans une campagne pour l’autonomie de La Réunion. Une position qui va dicter sa ligne de conduite dans toutes les campagnes électorales qu’il va entreprendre jusqu’en 1981, et marquer la bipolarisation de la vie politique réunionnaise. Puis il se battra pour l'autonomie de la Réunion.

 

Sébastien Pietrasanta, rapporteur PS de la commission d’enquête sur les attentats de 2015, a estimé ce samedi que l’état d’urgence sera sans doute prolongé en janvier prochain, « au moins jusqu’à la présidentielle ». L’état d’urgence, instauré après les attaques du 13 novembre, qui ont fait 130 morts, a été prolongé de six mois fin juillet.

 

Ce samedi 12 novembre 2016 sur la Base Navale de Papeete, les 46 jeunes volontaires de 16 à 18 ans de la promotion 2016/2017 de la PMM Bougainville vont recevoir de la main du COMSUP leur fanion.

« Aujourd’hui samedi 12 novembre, la nouvelle promotion de la préparation militaire marine Bougainville se voit confier la garde du fanion par l’amiral Denis Bertrand, commandant supérieur des forces armées en Polynésie française.

Elle en assurera la garde jusqu’à la fin du stage prévu en avril 2017.

Marquant le 80ème anniversaire de la base navale de Papeete, cette promotion reçoit le nom du premier commandant de la base navale en 1936, le capitaine de corvette JEANPIERRE.
Ces 45 jeunes, âgés entre 16 et 21 ans, sont issus des établissements scolaires de Tahiti, et pour la moitié d’entre eux sont intégrés dans le partenariat « Choisis ton Cap » qui réunit autour d’un même objectif, le pays, le vice rectorat, l’IHEDN, des industriels et notamment la marine, au travers de la base navale. Des associations, comme le rotary club Papeete Tahiti soutienne cette action.

Tous volontaires pour découvrir la marine pendant leurs périodes de vacances, ils ont déjà passé 6 jours sur la base navale de Papeete, et reçu les bases d’une instruction militaire et maritime.
Hier 11 novembre, ils participaient, aux côtés des troupes d’active des forces armées de Polynésie française, à la cérémonie de commémoration du 11 novembre à Papeete.
C’est avec beaucoup de fierté qu’ils défilent lors de cette cérémonie devant leurs familles, marquant ainsi leur engagement pour les valeurs de la marine nationale et leur patrie »
 

 

http://www.francetvinfo.fr/sports/voile/video-il-explore-le-groenland-avec-sa-poule-et-son-voilier_1870139.html#xtor=EPR-502-[newslettervideo]-20161014-[video1]
 
 
 VIDÉO. Il explore le Groenland avec sa poule et son voilier Les images sont époustouflantes. Une vidéo, mise en ligne mercredi 12 octobre, revient sur le voyage étonnant d'un Breton de 24 ans. Avec sa poule Monique et son voilier, Guirec Soudée a exploré cet été le Groenland. Le réalisateur Jean-Philippe Meriglier a suivi une partie de ce périple, avec son drone. Sur ces images, on voit le navire fendre les dernières glaces, naviguer au milieu des icebergs et des baleines. Le gallinacé et son maître visitent également quelques villages, posés au bord de l'océan, dans des décors de carte postale.

 

 

 

 Vendredi 11 novembre 2016

Demandez aux Polynésiens pourquoi le 11 novembre est férié?

Le 11 novembre commémore l'Armistice 1918, ce traité historique signé entre les forces alliées et l'Allemagne à Rethondes a mis officiellement fin à l'affrontement qui les opposait. La Première Guerre Mondiale a mobilisé 65 millions de soldats et a fait 10 millions de morts. Cela vaut bien un jour férié à condition de savoir pourquoi il est férié !

 L'augmentation probable des salaires de la CPS avec l'argent des cotisants, c'est prendre tous les SDF, les chômeurs et ceux qui tirent le diable par la queue " pour des cons" pour plagier le président de la CPS à contrario.. C'est absolument indécent. Surtout au moment où le gouvernement réserve avec la PSG une pilule qui sera dure à avaler.

Mercredi dernier, les sénateurs ont étudié en commission les crédits prévus pour la mission outre-mer.  "Les moyens budgétaires regroupés dans cette mission représentent 13,9 % des crédits bénéficiant à l'outre-mer, plus de 86 % de ceux-ci passant par différentes politiques sectorielles transversales, comme par la mission « Enseignement scolaire », qui représente à elle seule plus de 32 % des autorisations d'engagement (AE)", a  noté Nuihau Laurey avant de dresser un bilan qu'il juge insuffisant.Puis ce sera le tour des députés à s'exprimer à l'Assemblée nationale...

 


Jeudi 10 novembre 2016

Editorial

Au dernier décompte, Hillary Clinton enregistre 6 millions de voix en moins que lors de l'élection de Barak Obama ( et non de Donald Trump)

 

La campagne c'est fini, le boulot, ça commence et la Trumpland est en marche !

Tenez regardez Trump . Depuis sa fantastique élection il a jeté le masque grimaçant du diable affamé, avide de boulotter du Clinton au féminin. Aujourd'hui, le monde effrayé par cette victoire, n'a plus besoin de se cacher sous le lit, ce n'est plus "Trump le diable", mais  le président des Etats Unis d'Amérique qui, avant même d'être investi, met en place, c'est normal, son cabinet, ses Secrétaires d'Etat, mais aussi ses réformes structurelles qu'il "veut" immédiates. Ceux qui le conspuent aujourd'hui vont vite revenir sur leur amertume de vaincus en se rendant compte que "l'homme d'affaires" place tout de suite et sans  attendre les bœufs devant la charrue. Ce que n'ont jamais su faire les présidents  européens sauf peut-être les Allemands. Quand les Clintoniens déçus vont se rendre compte que leur pays va véritablement changer, mais pas dans six mois, très vite, ils béniront celui qu'ils ont haï.

 Ce peuple de mécontents et d’oubliés, ces petits blancs au chômage, transformés parfois en mendiants, ont cru dans le nouveau messie fustigeant et distribuant des claques aux élites et aux intellectuels, aux partis politiques, au monde de la finance et des médias, aux syndicats et autres corps intermédiaires. En réalité, ce vote ne se résume pas à une contestation contre les élites, les immigrés, les traités de libre-échange il est aussi devenu le refuge pour désabusés de la politique et déboussolés de la mondialisation. Le ralentissement économique depuis 2007, combiné à la montée des inégalités a créé un ressentiment violent contre ceux qui gouvernent. Y compris contre Barak Obama.

L'Amérique en dehors de ce que les touristes vont y voir n'est plus au top, notamment au niveau du coût de la vie, de ses infrastructures, des ponts, des routes, du circuit ferroviaire, des immeubles délabrés, des quartiers abandonnés. Tout a besoin d'un sacré coup de torchon et d'un grand coup d'embauche. Les " petits travaux" dont la minuscule Polynésie se gargarise en les promettant mais en attendant qu'un investisseur les finance donc sans jamais les réaliser est exactement à l'envers de l'énergie de Trump en lequel elle ne croit pas. Comment le peuvent-ils alors qu'ils soutiennent un mou comme Juppé.

Bref, le nouveau "roi" a déjà préparé, l'organisation de ceux, des grands travaux, qu'il va faire démarrer très vite : les plans, les équipes, les embauches, les experts que sais-je encore sont sur le pied de guerre. C'est bien ce que m'avait confié un de ses proches rencontré à l'Intercontinental en novembre dernier lorsque je suis allée faire une étude sur le phénomène dans lequel, aucune des personnes interrogées dans la rue ne croyait, en dehors des rigolades qu'il provoquait, n'étant pas pris au sérieux. Bref, il n'est pas arrivé là où il était et encore moins là où il est aujourd'hui en étant un clown stupide. Il sait qu'il doit faire démarrer la mise en route du lancement de ses plans car ils feront taire les nostalgiques déçus et une jeunesse peureuse, déboussolée par le chômage qu'Hillary Clinton rassurait.

Les grandes capitales aussi s'interrogent. Elles ne savent rien de ce que prépare vraiment au plan international Donald Trump en dehors de sa rencontre prochaine avec Poutine, de sa politique de défense, de ses alliés futurs et actuels et ceux qui ne le sont pas, d'autant que le trumpisme gagne les démocraties. Après le Brexit des Anglais, , la victoire de Donald Trump est un nouveau signal, très puissant des « oubliés de la mondialisation » à leurs élites en échec, face au creusement des inégalités ,au sentiment de perte d’identité, qui touche la classe moyenne américaine L’artisan anglais vote contre le plombier polonais, l’employé français contre la voisine voilée. « C’est une histoire de peur du changement, peur de l’autre, peur de la contamination culturelle », commente Jeremy Shapiro, directeur au European Council on Foreign Relations.

 En attendant, c'est le branle bas de combat aux Etats Unis, la réconciliation et l'union avec les anciens adversaires et même une Hillary Clinton qui intelligemment propose à Trump de travailler avec lui et Obama de réunir sous la bannière du nouveau président, le peuple américain. "America is going to be great again !" La campagne est bien finie !

Quelle différence avec les petits esprits d'un côté comme de l'autre en Polynésie qui ne grandissent pas,  encroûtés dans leurs vieux ressentiments, leurs bisbilles obsolètes, leurs intérêts du moment, leurs bascules, leurs petits mots et leurs grand maux, sans humour et sans vitalité.  Tant qu'ils confondront une banane et une orange, on sera foutu.

Quand le JDD se plantait avec cette "Une"... Et pourtant voilà ce que les experts disaient avec suffisance il y a quelques jours :

Les sondages ne l’ont pas vu venir ! Donald Trump a été élu 45e président des États-Unis, mercredi 9 novembre. Le riche homme d’affaire a battu Hillary Clinton. Et pourtant aucun institut de sondage ne l’avait prédit. Mais, en France, cela ne pourrait pas se produire, selon Gaël Sliman président de l'institut Odoxa invité de France info mercredi 9 novembre.

 Ils se sont pourtant tous trompés y compris dans les débats politiques et continuent pour certains à bêler au danger...en France  bien sûr !

 

Ils vont tous à la gamelle  car ils croient en son succès pour le bien de l'Amérique

Après Barak Obama, Hillary Clinton, Bernie Sanders offre ses services à Donald Trump

 La candidate démocrate s'est exprimée depuis un hôtel de Manhattan. «Déçue», l'ex-secrétaire d'État a appelé les Américains à faire preuve d'«ouverture d'esprit» pour «offrir sa chance» à leur nouveau président. Son ancien rival à la primaire démocrate propose lui aussi son aide à Trump. Idem pour les anciens Républicains qui avaient lâché Trump et dont ils vantent les louanges aujourd'hui. Le ras de marée continue.... Quel changement de ton et de position en 48h.

 

 Outremer Première depuis l'élection de Donald Trump :

Les investisseurs plébiscitent le secteur des matières premières. Les achats sont massifs. Le nickel progresse de 4 % en 48 heures. Un effet Donald Trump.  Le métal vise désormais 12.000 dollars la tonne. Il est en hausse de 33 % sur un an.

  Les valeurs minières et sidérurgiques ont bondi mercredi et jeudi après l'élection de Donald Trump à la Maison-Blanche. Le futur président américain s'est engagé à redynamiser l'industrie manufacturière aux Etats-Unis, à relocaliser les emplois et à moderniser les infrastructures du pays. Le marché des métaux de Londres (LME) anticipe une forte demande en 2017 aux Etats-Unis, si les promesses et les engagements sont tenus...( le Figaro)

 

Ca jacasse ...sur du vent !

Il est curieux de constater qu'en ce moment  le monde journalistique, universitaire ou intellectuel débat sur ce que "pourrait faire" Donald Trump dans le domaine militaire notamment ou diplomatique, sans savoir justement ce qu'il pourrait faire !!! Juste pour le plaisir de l'enfoncer quand ce sont des des démocrates à la française qui sont interrrogés et qui ont "peur" !!!. Sur France 24  un seul Américain , journaliste républicain pour défendre le président élu.

 Exemple  quand les intervenants français accusent Trump d'avoir un discours irrespectueux sur les femmes il y a presque dix ans, il a précisé que cela ne gênait personne d'entendre des rappeurs invités par Obama à la Maison Blanche dont le thème des chansons étaient le viol, la torture ou autre douceurs du genre " nique ta mère". et que personne n'était offusquée.

Autre réflexion : Obama et Trump sont restés plus d'une heure 30 ensemble et l'une des personnes sur le plateau n'a pas hésité à dire : ils se haïssent et la meilleure preuve la rencontre a été rapide." Faux. Obama a d'ailleurs proposé à Trump non seulement de l'aider à découvrir les méandres de la Maison Blanche mais aussi de lui "prêter" ses conseillers !!!!!

Et encore : Pourquoi Trump ne rend-t-il pas public son plan d'attaque pour liquider Daesh ? Oh le vilain !Mais enfin doit on livrer en pâture  son plan d'éradication pour que les ennemis en prennent le contre pied ? Tout ce qu'on entend est hallucinant. Alors que Trump n'est élu que depuis 48h.00 !

 

 Par conviction ? Mais non...

Si les leaders américains adversaires de Donald Trump le rejoignent aujourd'hui, ce n'est pas comme Jacqui Graffe ou d'autres, pour faire avancer son pays, mais par pure revanche personnelle, par déception. Il peut être pour Juppé un jour si c'est son intérêt et pour Sarkozy le lendemain. La conviction n'a rien à y voir. C'est un pied de nez à ses anciens amis du Tapura aujourd'hui qui le fait changer de candidat. Et c'est comme ça en Polynésie dans tous les partis. C''est pour cela que la Polynésie piétine lamentablement et que le tournis politique est de moins en moins passionnant. J'aimerais être américaine.

 

Loi sur les médias : le Conseil constitutionnel juge trop contraignante la protection des sources (Le Monde)

 C’était l’une des promesses de campagne de François Hollande. Elle vient d’être, en partie, remise en cause par une décision du Conseil constitutionnel. La haute juridiction a censuré, jeudi 10 novembre, un article controversé de la loi sur la liberté, l’indépendance et le pluralisme des médias, qui modifiait le régime actuel de la protection du secret des sources des journalistes.

Adoptée au début du mois d’octobre, cette loi portée par le député PS Patrick Bloche prévoyait le renforcement de la protection du secret des sources des journalistes. L’article 4, jugé trop laxiste par certains, a finalement été jugé trop contraignant par la haute juridiction.


Sur quoi s’appuie la décision du Conseil ?

Dans sa décision, le Conseil a considéré que « le législateur n’avait pas assuré une conciliation équilibrée entre, d’une part, la liberté d’expression et de communication » et, « d’autre part, plusieurs autres exigences constitutionnelles, en particulier le droit au respect de la vie privée, le secret des correspondances, la sauvegarde des intérêts fondamentaux de la Nation et la recherche des auteurs d’infraction. »

Que contenait l’article censuré ?

L’article 4, censuré jeudi par le Conseil constitutionnel, « interdisait qu’il soit porté atteinte au secret des sources pour la répression d’un délit, quels que soient sa gravité, les circonstances de sa commission, les intérêts protégés ou l’impératif prépondérant d’intérêt public qui s’attache à cette répression », rappelle le Conseil dans sa décision.

Dans le même temps, « l’immunité pénale qu’il instituait était trop largement définie, tant pour les personnes protégées que pour les délits couverts », car « l’ensemble des collaborateurs de la rédaction
(…) étaient protégés par cette immunité », relève la décision.

Lire aussi : Le long chemin du projet de loi sur le secret des sources

Quelle réaction ?

Le Conseil constitutionnel, qui avait été saisi de trois articles par les députés et sénateurs, a déclaré conformes à la Constitution les deux autres articles contestés. Seul un article a donc été censuré, le reste de la loi a été validé sans encombre.

La ministre de la culture, Audrey Azoulay, a toutefois regretté que « les avancées importantes que comportait le texte sur la protection des sources des journalistes, dispositif fondamental pour leurs capacités d’investigation, aient été jugées contraires à la Constitution ».

 

Tea Frogier ministre dela Solidarité demande aux représentants de soutenir le dossier de la PSG qui sera présenté aux représentants dont certaines dispositions ne sont pas populaires. Aïe !!!
 

 

Marcel Tuihani prend le mors aux dents et s'adresse au président Fritch pour protester sur la méthode qui entoure les modifications législatives foncières qui seront prochainement portées par amendements par nos sénateurs.

 


C'est en réaction à la réponse du gouvernement lors d'une question orale posée par Madame Patricia Amaru que le président de l'Assemblée cri au président Fritch.  Tearii Alpha estime que l'assemblée est sollicitée et associée, et en veut pour preuve la présence de l'une ou l'autre personne (membre de cabinet, élus) aux réunions de travail. Ca lui suffit pour considérer que l'assemblée, en tant qu'institution est informée...

Monsieur le Président,

En réponse à la question orale posée par Mme Patricia AMARU en séance du 10 novembre 2016, monsieur le ministre Tearii ALPHA indique que la consultation de l’assemblée de la Polynésie française, sur les modifications envisagées en matière de droit des successions et de partage judiciaire, n’est pas utile.

Il considère en effet que la participation d’un membre de mon cabinet aux réunions du groupe de travail restreint, ma présence à une réunion du groupe élargi, ou tout simplement la circonstance que le groupe élargi comprenne deux représentants, suffit à considérer que l’assemblée est valablement consultée.

Je me dois de rappeler que la consultation de notre institution, pour être régulièrement effectuée, suppose la réunion et le vote des 57 représentants qui la composent. Je sais pertinemment que vous ne l’ignorez pas, monsieur le Président, puisque vous avez occupé les plus hautes fonctions au sein de notre institution. Monsieur le ministre ne peut davantage l’ignorer en sa qualité d’ancien représentant.

La participation d’un personnel de cabinet, du président, d’un ou plusieurs représentants, à des réunions ne saurait suffire à considérer que l’institution a rendu un avis ou validé les orientations retenues par le groupe de travail.

J’ai d’ailleurs expressément rappelé lors de la réunion du groupe élargi du 25 octobre dernier, que je ne saurais engager, seul, l’assemblée sur des réformes d’une telle importance.

Ma conseillère technique a largement insisté, auprès du groupe de travail, sur la nécessité de procéder à une consultation de l’institution.

C’est la raison pour laquelle je me dois de réitérer la demande exprimée par moi puis Mme AMARU.

Les réformes envisagées impacteront les litiges fonciers. Elles ne sauraient donc être proposées au Parlement sans que nos propres élus n’en aient connaissance. Je ne souhaite pas que l’on fasse l’économie d’associer la représentation élue de la collectivité à ce dossier si important et si sensible pour nos concitoyens.

En conséquence, je sollicite à nouveau, l’information et la consultation de l’assemblée sur les modifications législatives envisagées.

Je connais votre souci, ainsi que celui du ministre Tearii ALPHA, d’agir dans la concertation et de contribuer au débat démocratique et je sais que vous serez sensibles tous deux à ma demande.

Dans cette attente, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.


Marcel TUIHANI


 

A l'Assemblée ce matin, il était demandé aux représentants  de se prononcer sur l'adhésion de la République française à une convention dite "Lugano II" visant à faciliter, entre autre, la reconnaissance et l'exécution des décisions en matière civile et commerciale.

 

On peut tout d’abord se poser la question des conséquences juridiques de l’adhésion à cette convention a déclaré Sandra Levy Agami ?

En d’autres termes et pour utiliser le langage profane loin des expertises juridiques exposées, la Polynésie française a 2 options :

. Option 1 : Elle prend pleinement la mesure des compétences qui sont les siennes et propose aux élus de notre assemblée une modification du Code de Procédure Civile polynésien

. Option2 : Elle renonce à ses compétences et accepte de rendre un avis favorable à la convention qui nous est soumise qui permettra les modifications de facto depuis l’Union Européenne via Paris.

La représentante du gouvernement en commission a confirmé que le gouvernement Fritch  optait pour l’option 2, indiquant que les services de Polynésie française disposent des techniciens capables de rédiger un texte modifiant le Code de Procédure Civil.

En clair, demande Sandra Levy Agami, acceptons-nous nous faire imposer des dispositions législatives depuis l’Union Européenne pour des compétences qui sont de notre ressort ?Avouez que c’est hallucinant !(ndlr, c'est brader le statut d'autonomie!)

C’est pourquoi, le groupe Tahoeraa Huiraatira fidèle à sa politique de défense farouche du respect des compétences du Statut d’Autonomie, appelle à voter contre l’avis favorable proposer par les rapporteurs et demande au gouvernement FRITCH de proposer un texte modifiant le Code de Procédure Civile polynésien.

 

L'IEOM toujours très optimiste

L’amélioration du climat des affaires se poursuit. La progression de l’indicateur du climat des affaires (ICA) s’accélère au troisième trimestre 2016 (+3,1 points, après +1,7 point). L’ICA s’établit à 114,5 points, renouant avec un niveau qui n’avait plus été atteint depuis le début des années 2000.

Cette évolution s’explique par le renforcement de l’activité et de la trésorerie des entreprises observée au troisième trimestre 2016.

Elle résulte également de l’optimisme des chefs d’entreprise pour leur activité au cours des prochains mois, qui devrait les amener à embaucher.

Les prévisions d’investissement à un an des chefs d’entreprise s’inscrivent de nouveau en hausse dans l’ensemble des secteurs et contribuent à la progression de l’ICA.
 

 

Courrier

Bonjour Christine,

Entièrement d'accord avec ton édito d'hier. Personne ne l'a vu venir, l'autre, le vulgaire avec ses gros sabots, son côté rustre, ses propos qui dérangent profondément l'establishment et pourtant le voilà président des Etats-Unis! Vox populi, vox dei! L'Amérique "des petits blancs oubliés" s'est exprimée et son vote est sans appel! Après le Brexit, c'est l'imprévisible Trump qui provoque un séisme dans les chasses-gardées des corporatismes bien ancrés des capitales du monde entier! Les dirigeants politiques français ont tout intérêt à entendre les alertes qui prospèrent dans les tréfonds de notre société. Gare à nous s'ils ne le font pas, car autrement, nous serions pas loin de résultats aussi surprenants aux prochaines élections présidentielles !Un lecteur dévoué T.L
 

Mercredi 9 novembre 2016

 

 

Editorial

 

Le choc ! La bombe ! Le Brexit +++

"Trump". Le nom claque tel un coup de fouet qui  fait sursauter l'Amérique . Le rigolo, le fou, le clown, le grossier personnage, le raciste etc..., auquel les médias et les sondeurs ne donnaient pas un dollar s'est payé une victoire historique par son ampleur en balançant une sacrée gifle à tous les experts qui prédisaient sa chute et la victoire de son adversaire Hillary Clinton. Quelle terrible erreur.

À 70 ans, le magnat de l'immobilier new-yorkais a remporté la majorité des 538 grands électeurs qui étaient en jeu. Le candidat républicain deviendra ainsi le 20 janvier 2017, contre toute attente, le 45e président des États-Unis.

 Mais une erreur que la France reproduit d'ailleurs avec Alain Juppé a "l'aura" surfaite, fabriquée de toute pièce par des journalistes partisans, des sondeurs chevronnés, au point de le rendre assuré de la victoire. Il se voit déjà président de la République.

Tous ces gens là devraient être pénalisés pour le drame qu'ils font vivre par des erreurs tenues pendant des mois au perdant en le donnant gagnant. Vox populi, vox dei. Dès l'incroyable ras de marée rouge de Trump, et de ses victoires successives sur des Etats qu'il ne devait pas remporter, comme la Floride, la Pennsylvanie, le Michigan, l'Ohio et tous les autres, la vague rouge peu à peu envahissait hier soir la carte de l'Amérique à la stupéfaction du clan Clinton, des chroniqueurs abasourdis et de tous ceux dont les yeux étaient braqués sur les télévisions.

 A croire que les mots très durs que Trump avait utilisé sciemment pendant une campagne féroce, tout aussi historique que la victoire, avaient galvanisé les citoyens américains de la majeure partie des Etats dits "clés" et tous les autres ou presque, en sa faveur. La surprise. Ne disait-on pas "s'il  gagne la Floride, il est président". Puis "s'il gagne la Pensylvanie", il est élu président...puis l'Ohio, la Caroline du nord et des si... il y en a eu. Mais il a fait passer le conditionnel au présent avec aplomb et certitude dans une performance qui cassait les codes, le système, l'establishment,  la politique traditionnelle, un langage nouveau  transcendant les Américains au lieu de les écraser de peur, dans un vote d'adhésion sans précédent. Le slogan comme sa casquette rouge, était porteur : "Make America great again". Et il fera tout pour cela qu'on se le dise. Branle bas de combat dans les ambassades du monde entier.

Les Français n'aiment pas Trump et Trump ne les aime pas. Il a déclaré avec son assurance coutumière que la France était la contre- valeur de ce qui fait le succès". Cette victoire de Trump fait penser à des sondeurs transformés en poissons sortis de l'eau qui tressautent dans le sable sans comprendre ce qui leur arrive.

 Les quelques phrases qui n'étaient pas un discours policé ou chaque mot  aurait dû être pesé, travaillé, lorsqu'il est devenu le 45° président américain, a souverainement déplu aux chroniqueurs parisiens qui ne comprennent pas comment un "président de la plus grande puissance du monde" peut faire une  courte allocution non préparée "de bonimenteur" pour remercier ses électeurs. Ce qu'ils ne comprennent pas, ces intellos journalistes, c'est que Trump parle la même langue que l'ouvrier du coin, le tourneur, le mécanicien, l'agriculteur. Il peut le faire car lui-même a réussi dans les affaires... Il a esquissé ce qu'il allait faire : "donner du boulot aux Américains, reconstruire l'Amérique entièrement pour que tous aient un travail, vous allez voir !". En bétonnant un creuset fendillé pendant la campagne et en parlant avec son cœur, il a fait hurler une nouvelle fois " USA, USA, USA".

 Les Français ne peuvent pas comprendre cette formidable lame de fond que représente Donald Trump. Ils le craignent. Dans cette Amérique profonde si différente de la mentalité européenne , fort d'une performance électorale qui peut faire bouger des montagnes cet extraordinaire vote d'adhésion à une réforme américaine de grande ampleur politico-économique et sociale n'a pas fini de faire jacasser tous les experts du monde.

 Le buzz des gros mots, c'est fini. Le mur à la frontière du Mexique, c'est fini, place au "transformer".Il va encore surprendre et en faire voir aux Américains, au monde entier aussi qui se remet peu à peu de sa surprise. Il a deux mois pour former son gouvernement. Ce provocateur peut-il décevoir en ayant allumé une telle flamme dans le cœur de ses concitoyens ? Non. Il fera ce qu'il a dit.

Quant à Hillary Clinton qui a félicité pour sa victoire son terrible adversaire la première, il a trouvé les mots qu'il fallait pour la remercier avec élégance, en oubliant qu'il lui avait promis la prison dans une campagne cruelle et puante, c'est vrai.. Elle aussi a tout fait pour gagner, elle s'est donnée à fond avec  une endurance exceptionnelle, elle y a cru grâce aux sondages et aux journalistes qui la voyaient présidente.  Elle ne pouvait pas l'emporter, trop de boulets au pied. "Il ne pouvait y en avoir qu'un". Et c'est Trump. Nous l'avons toujours pensé contre vents et marées.

 

 Donald Trump est envoyé à l'âge de treize ans à l'Académie militaire de New York. Après cinq ans passés à apprendre la discipline, il quitte l'armée (et échappe donc à un enrôlement pour la guerre du Vietnam) et poursuit ses études à l'université de Fordham dans le Bronx puis à la prestigieuse université de Pennsylvanie où il valide un diplôme d'économie en 1968.( L'Internaute)

 

 

 

Les bourses ont compris les premières que ce ne serait pas Hillary Clinton qui serait présidente. Mais elles vont très vite remonter

L'élection de Donald Trump à la Maison-Blanche a provoqué un électrochoc à l'échelle mondiale. Depuis l'ouverture de la bourse de Tokyo, les indices boursiers dévissent les uns après les autres, provoquant des réunions d'urgence de tous les gouvernements du monde entier.

 Le Nikkei a rapidement dévissé dans la nuit, dès les premiers bons résultats de Donald Trump. (Reuters)

 Comme en 2008, l'élection présidentielle américaine aura un impact sur les bourses du monde entier. Mais, si en 2008 l'arrivée de Barack Obama à la Maison-Blanche avait provoqué un élan de croissance, celle de Donald Trump fait l'effet inverse. Une véritable crise financière pourrait même se déclencher dans les heures qui viennent. A la seule annonce de son élection, tous les indices boursiers en cours ont dévissé. A commencer par le CAC40 parisien qui a ouvert directement en baisse à -2,83%.

 Dans une redite du Brexit, les marchés s'affolaient déjà en Asie avant même l'annonce officielle de l'élection. A la Bourse de Tokyo, l'indice vedette Nikkei avait démarré en hausse de 0,64%, faisant le pari d'une victoire de la démocrate Hillary Clinton, mais il a vite changé de cap avant de carrément dévisser : il dégringolait de plus de 6% avant de clôturer (à 7h30 du matin heure française) à 5,36%. Le ministère des Finances et la Banque du Japon (BoJ) se sont aussitôt réunis en urgence. Tout comme à Séoul, Singapour et Shanghaï.

                                         Près de 90% des Américains heureux de la victoire de Trump que confirme les votes.

                                 Formidable pied de nez à  Washington, aux sondeurs, aux médias quand les Etats , les uns après les autres sont tombés  dans son escarcelle au cours de la nuit d'hier.

 

 Petites phrases

Présidentielle américaine: «Ce n’est pas juste un rejet de Clinton, il y a aussi une formidable adhésion à Trump»

Trump : "C'est fini mais tout commence avec vous !"

"Un chroniqueur américain : "Trump fait revivre le rêve américain. Il n'a pas droit à l'erreur. On a vu deux Amériques, deux programmes et un pays qui change"

" Un journaliste américain : Formidable victoire que personne n'attendait .Trump va pouvoir compter sur le Congrès et le Sénat. Il a toutes les cartes en main !"Trump c'est encore l'inconnu. Il a défié les lois de l politique, défié le système et il a gagné !"

 « L’ambassadeur français aux Etats-Unis Gérard Araud sur la victoire de Donald Trump : "le monde s’effondre devant nos yeux" Fichtre, ce n'est pas avec ça que le nouveau président va aimer la France !

Comment ose-t-il ? », a notamment réagi une présentatrice de la chaîne Fox News.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a réagi, ce mercredi matin sur France 2 à l'élection de Donald Trump. « Il va falloir essayer de voir ce que veut faire ce nouveau président, puisque ce qu’il a dit jusqu’à présent provoque bien des inquiétudes […] Que va devenir l’accord de Paris sur le climat ? Que va devenir l’accord sur le nucléaire iranien ? […] C’est un défi pour l’Europe, ce qui vient de se passer dans ce monde d’incertitudes. Il faut surtout que l’Europe ne flanche pas ».

 

La déception de celles et ceux qui ont cru les sondages

 

jeu de mots !

"Ils se sont tous Trumpés ! Clinton pleure et Trump, lui, il a rit !" D.

 

Le candidat républicain comptabilise, selon des résultats encore partiels, mercredi 9 novembre après-midi, 290 grands électeurs. Sa rivale démocrate, Hillary Clinton, en obtient 228. Donald Trump a été porté par près de 70% des électeurs blancs non diplômés sans compter les autres.  La presse a bien tenté de le faire maudire par les femmes, là encore cela n'a pas .marché 58% des électrices ont voté Trump. Pour l'homme d'affaires ce n'est pas un simple vote, c'est un triomphe. Petits blancs, latinos, black, asiatique ont voté Trump. Tous ceux qu'il a égratigné parfois gravement comme les Mexicains se retrouvent derrière lui y compris le président du Mexique qui l'a chaudement félicité. Pour les esprits cartésiens cette élection est un mystère. Quant à BarakObama et Hillary Clinton ils ont demandé au Américains de se rassembler derrière Donald Trump le nouveau président américain. Vous avez déja vu ça en France ou en Polynésie ?.


Si l’on regarde la carte de la participation, on s’aperçoit également que celle-ci a été plutôt au rendez-vous dans les Etats qui ont fait basculer l’élection en faveur de M. Trump : la Floride (64 %), la Pennsylvanie (61,4 %), la Caroline du Nord (63,5 %) et le Wisconsin (68,1 %).

 

Maison de la Polynésie à Saint-Pétersbourg

En avril dernier, lors du jumelage entre les communes de Saint-Pétersbourg et de Teva I Uta, le Président de la Polynésie française a rencontré Fedor Kozlov, président du Centre des affaires internationales et des échanges culturels de Saint-Pétersbourg. A l’issue du voyage de la délégation russe, un projet de partenariat économique, culturel et sportif a été évoqué entre la Polynésie française et la délégation de Russie, ainsi que l’ouverture d’un bureau de promotion du tourisme à Saint-Pétersbourg.

 

Courrier :

Bonjour Christine,

 Et oui, tous nos amis socialistes défendant bec et ongles leur alter-egos démocrates, ressentent depuis quelques heures une certaine douleur localisée où ils pourraient s'asseoir sur un petit-suisse sans l'abimer. Ben oui, l'orientation des médias n'arrive pas tout le temps à orienter le choix des gens.

Mais bon. Outre cela, une seconde nouvelle toute fraîche. Les fêtes de Noël, pardon, de fin d'année, suivant le politiquement correct ne devant pas froisser la minorité visible de la France, vont se dérouler avec la possibilité d'installer, maitenant de manière tout à fait légale, des crèches par une personne publique, tant que cela représente un caractère culturel, artistique ou festif.

Diantre, nos amis barbus et leurs amis qui les couvrent pour avoir leurs votes, viennent subitement de le ressentir passer. Gros réveil aux Etats-Unis, petit sursaut en France...intéressant. JRH

http://www.conseil-etat.fr/Actualites/Communiques/Installation-de-creches-de-Noel-par-les-personnes-publiques

 

Le Comité de soutien de la Polynésie française dont notre élu référent est l'ancien président de la Polynésie française M. Gaston Flosse et le Comité national dont j'ai l'honneur d'être la référente avec M. Moana Greig (délégué local) ont joint ce 8 novembre leurs forces pour soutenir Nicolas SARKOZY dès le 19 novembre a la Primaire de droite . Une élection importante , le candidat élu sera probablement le prochain Président de la République Française #ToutpourlaPolynesiefrancaise #ToutpourlaFrance avec la Polynésie française ! Claudia

 

 



Ce n'est pas nouveau, Edouard Fritch avait déjà dit qu'Alain Juppé était son candidat pour la primaire. Le duel est donc officiel aujourd'hui et on verra quel camp remportera le plus de voix pour son candidat. Celui du Tahoeraa étant Nicolas Sarkozy. Que la bataille commence pour finir le Ier tour le 19 novembre puis final le 26 novembre !

 

 

Le Tapura Huiraatira appelle à voter Juppé

Le Conseil politique du Tapura Huiraatira, réuni ce mardi 8 novembre, a décidé de soutenir la candidature d’Alain Juppé dans le cadre de la primaire de la droite et du centre qui se déroulera les 19 et 26 novembre en Polynésie française.

C’est l’homme d’état, l’homme d’écoute, le rassembleur et le sage, seul à s’être rendu en Polynésie dans le cadre de cette primaire, que le parti soutient.

Oui, « Juppé est le choix de l’évidence ».

Par ailleurs, le Tapura Huiraatira a pris acte du fait que certains partis souhaitaient faire de cette primaire un enjeu de politique locale, pour éventuellement revendiquer une suprématie politique en Polynésie française.

Le Tapura Huiraatira a également constaté que Nicolas Sarkozy était prêt à tous les renoncements moraux et politiques pour recueillir des voix dans nos îles, en commençant par mépriser Gaston Tong Sang qui est le représentant officiel des Républicains en Polynésie française.

Eloigné des petites combines entre anciens ennemis, Alain Juppé incarne la droiture politique et porte une vraie vision pour le redressement de la France.

Si comme nous le pensons Alain Juppé sort en tête de cette primaire, le Tapura Huiraatira sera à ses côtés pour bâtir un programme pour l’avenir de la Polynésie française.

Pour l’ensemble de ces raisons, le Tapura Huiraatira invite tous ses membres et sympathisants mais également l’ensemble des électeurs polynésiens à se rendre dans les bureaux de vote les 19 et 26 novembre et à accorder leur confiance à Alain Juppé.

Le Tapura

 

 

On aura tout vu et la justice est bien capable de l'indemniser !

Henri Haiti, ce marquisien coupable d'un meurtre abject, sauvage à la limite du cannibalisme d'un touriste allemand Stefan Ramin puis de la séquestration et de l'agression sexuelle de sa compagne avait à sa demande été transféré en métropole. Il demande pour les deux ans passés à Nuutania une indemnisation pour les conditions de détention !!!Mais il a tué un globe trotteur qui lui faisait confiance, l'a à moitié boulotté puis brûlé sans compter sa fiancée traumatisée à vie et il ose. Il n'a que le droit  d'attendre la mort à "petit feu" dans une cellule sordide. Il a de la chance de ne pas être Américain !

 

Quelle belle famille !

Les viols défraient la chronique judiciaire mais celui là est particulièrement sordide puisqu'il s'agit de trois individus, des "tontons" de surcroit, qui n'ont pas seulement violé cette petite fille de 6 ans à plusieurs reprises, mais qui, en plus, la battaient comme plâtre.... Les enfants rois en Polynésie ? Non les enfants martyrs !

 

Mardi 8 novembre 2016

Petites infos.

Une délégation de Tahiti Nui Ocean Foods (TNOF) conduite par son vice-président, Zhang Zuliang, et accompagnée des ministres de la Relance économique, Teva Rohfritsch, et de l’Equipement, Albert Solia, s’est rendue dimanche à Hao.

 

« Si dans sa famille, on ne mange pas de porc, le jour où à la cantine, il y a des frites et une tranche de jambon. Et bien, le petit ne prend pas de tranche de jambon et prendra une double ration de frites », a lancé l’ancien président. « C’est la République. La même règle et le même menu pour tout le monde », a conclu Nicolas Sarkozy sous les applaudissements.

 

Les élections américaines fascinent le monde entier. Elles ont commencé et relativisent l'actualité  d'aujourd'hui sur la planète. Trump en deux semaines est revenu au coude à coude avec Hillary Clinton qui a bénéficié du soutien de Barak Obama.

 

L'association Tai Haruru de protection de l'environnement s'oppose au projet d'extension de l'hôtel The Brando à Tetiaroa et dénonce un "manque de transparence" de la part du promoteur. "On est clairs et très constants dans notre démarche. Il s’agit d’un développement complémentaire sur le motu, annoncé depuis le début",  selon  le porte-parole de la société Pacific Beachcomber.

 

Les policiers ne décolèrent pas et maintiennent leur mouvement de revendication.à Paris

 

 

 

A 19h.30, Trump est déjà rendu aux portes de la Maison Blanche.  Il y a de fortes chances pour qu'il pulvérise les pronostics des médias et sondages dans un tsunami rouge époustouflant, mortel pour les démocrates, contrairement à ce qui était attendu, et commenté. Hillary Clinton se voyant déjà, elle, assise dans le bureau ovale. Patatras...

 

 

Ce que l'on peut dire à l'heure où nous écrivons (15h30 Hr.locale ) c'est que cette élection du 45° président des Etats Unis se joue dans un mouchoir de poche entre Clinton et Trump !

Editorial

Le mouvement perpétuel

Charles Peguy disait : " Il y a quelque chose de pire que d'avoir une mauvaise pensée. C'est d'avoir une pensée toute faite (...) Il y a quelque chose de pire que d'avoir une âme perverse. C'est d'avoir une âme habituée."

Et une âme habituée nous l'avons par la force des choses tant elle est  répétitive notamment  dans les compagnies aériennes dont les salariés ne sont jamais contents de leur sort. Ils ont pourtant bien de la chance par rapport à d'autres en cette période de crise économique qui n'en finit pas. Tenez voilà que le personnel navigant commercial de la base de Papeete d'Air France remet le couvert. Et c'est la litanie des lamentations que l'on retrouve dans les compagnies françaises. Bref si aucun accord n'est trouvé, la grève sera effective des mercredi 9 novembre 2016 à minuit pour une durée indéterminée. Et hop, tournez manège, c'est parti !

Mais alors que veulent-ils ces salariés ? Nous avons réussi à nous procurer la liste des motifs de cette future grève au nombre de...25.

Bien entendu en premier lieu, non respect d'accords et règles en vigueur, non respect des conditions de travail qui en découlent ( on ne les savait pas tant brimés), accord collectif distribué par l'entreprise erroné, anomalie sur fiches de paie ( tiens donc!) Différend d'interprétation sur la définition des cotisations CRPN. Puis, vient la demande récurrente identique dans toutes les compagnies aériennes à un moment ou un autre, concernant le : sous effectif/recrutement PNC ( ils sont 80) et validation du temps alterné " hors quota". Enfin arrive la doléance  de tous les conflits en Polynésie : inégalités de traitement entre PNC Polynésiens et Métropolitains ! Refonte de l'allocation spéciale de départ PNC, revalorisation des indemnités ( Aïe!) etc...Au fait y a-t-il égalité de salaire entre hommes et femmes à Air France ?

Bref, si certaines revendications sont normales , d'autres nous semblent excessives. Par ailleurs, comment se douter, quand on voit le directeur régional aussi urbain, qu'il peut manquer de respect au personnel, si l'on en croit les "presque grévistes?", Manquer de respect c'est quoi ? Ne pas dire bonjour, ne pas faire la bise, être méprisant vis à vis de ses salariés, ne tenir aucun compte des doléances ? Rédiger des lettres aussi diffamantes et injurieuses que celle du Ht commissaire à l'égard de TTD, à ses employés? Manquer de respect, c'est quoi encore ? Etre cynique, pincer les fesses de son personnel féminin comme certains ministres de la République ? Oui, cela est un manque de respect mais on ne voit pas le Directeur régional s'abaisser à de tels gestes, alors c'est quoi en vérité ? En résumé, c'est simple et conforme à toutes les revendications : plus de personnel, augmentation des indemnités, augmentation des allocations spéciales, signature des textes approuvés, arrêt de certaines rotations et..et... important dans une négociation de PNC, mise en conformité de l'indemnité de blanchiment. Elle ne le serait donc pas ?

C'est le mouvement perpétuel que peut déclencher un mot de travers auprès de carriéristes  orgueilleux et pourtant fiers de porter le prestigieux uniforme d'Air France, la compagnie nationale, c'est encore le mouvement perpétuel qui fait qu'il est impossible que l'esprit n'éprouve pas quelque surprise à ces grèves souvent capricieuses qui mettent finalement en exergue toute la verroterie de la fierté de faire partie de la grande compagnie nationale mais qui provoque la colère de ses clients. Dommage, cette roue du mouvement perpétuel se met parfois à tourner à l'envers. Malheureusement, elle n'est pas la seule.

 

 

Voici la liste des revendications de l'USAF/UNSA  Air France en exclusivité.

 

 

 

" On a gagné" clame l'association 193 et c'est vrai !

Sachez qu'il  suffit de sortir son goupillon et d'en asperger  les concassés de Hao ou d'ailleurs, pour en faire sortir la radioactivité pire que le virus Ebola. Que les experts ou scientifiques se taisent, on nage en pleine irrationalité où les croyances les plus farfelues font foi . Le maire n'en a pas avalé son dentier mais il a, pauvre homme, stoppé le bitumage de sa route au cas où.... Voilà qui prouve que l'intellect d'une partie de la population en est resté à l'âge des enfumeurs de cerveaux professionnels. les bouffons des mots du XXI° siècle sous les cocotiers. De quoi jeter l'éponge.

 

Une délégation de Shenzhen reçue à la Présidence. Oui et alors ?


Une délégation de Shenzhen, de la République populaire de Chine, a été reçue lundi, à la Présidence, par le Président Edouard Fritch et des membres de son gouvernement.

Cette délégation de treize personnes, composée de plusieurs chefs d’entreprises des secteurs de l’industrie, de la construction ou encore des cosmétiques, est menée par le président de l’APCAE (Association du peuple chinois pour l’amitié à l’étranger) de Shenzhen, Yongzhi Ma, qui est également ministre provincial.

Le groupe est également accompagné lors de son séjour en Polynésie française par les responsables de l’association Chee Kong Tong, avec notamment le président de cette association, Franklin Sui.

Outre les visites protocolaires programmées lundi, la délégation doit notamment se rendre à Moorea au cours de la journée de mardi et doit quitter la Polynésie française dès mercredi.

Lors de la rencontre lundi, le Président et le ministre du Tourisme, Jean-Christophe Bouissou, ont souhaité la bienvenue à cette délégation et leur ont présenté également la Polynésie, avec en toile de fond un renforcement des liens culturels et économiques.

Le Président a évoqué la croissance du nombre de visiteurs en provenance de Chine, dans un contexte d’évolutions possibles de la desserte aérienne et d’investissements récents du groupe Hainan dans des hôtels de Polynésie française, à Moorea et Bora Bora.

Avec environ 12 millions d’habitants, la ville de Shenzhen est située dans une région très dynamique de la Chine. En termes de revenus, elle serait au quatrième rang des villes les plus riches en République populaire de Chine.



 

Lundi 7 novembre 2016

Le ministre en charge de l’Environnement, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a participé lundi matin, à Punaauia, dans la vallée de la Punaru’u, à la pose de la première pierre de la fourrière du Syndicat Intercommunal pour la gestion de la fourrière animale (SIGFA), pour les communes de Punaauia et Paea.

 

Editorial

Je n'aime pas Hilary et le culot de Trump me fascine.

Cette femme au sourire aussi large qu'une porte cochère est tellement surfaite qu'elle en est arrivée au point de se caricaturer elle-même en applaudissant ses propres "speechs". Sauf aujourd'hui à Cleveland ou elle a sorti ses griffes dans son denier combat 2016, d'une manière magistrale notamment sur l'éducation. D'une ténacité redoutable, laborieuse, elle ne part jamais au hasard et n'en est pas à sa première campagne. Elle s'est battue contre la candidature du jeune loup Obama pour ensuite le rejoindre afin de sauver son avenir. C'est une femme politique à l'endurance et à la volonté exceptionnelle et pourtant les Américains la tolèrent mais ne l'aiment pas.

On parle de Trump avec mépris, surtout quand on est Français, et on gomme avec application, les coups bas, les injures stupides, les manquements, les graves erreurs de celle qui  pense pouvoir décerveler ceux qui l'écoutent, un peu  comme les enfants quand ils sont obligés d'avaler une potion contre la toux ayant mauvais goût. Bien sûr, elle a ses fans et surtout ses réseaux. Son noyau dur, aussi dure qu'elle l'est elle-même. Elue, elle fera vite sortir, tel un diable trop longtemps étouffé dans sa boite, son caractère autoritaire, sa fierté et une ambition cultivée sans relâche, récompensée à plusieurs reprises par le pouvoir. Un puissant moteur. Les sourires seront suspendus au vestiaire comme les tabliers d'écolier. Elle promet tout. Les méchants au couvent, à Poutine, un relent de guerre froide, des tsusamis de bêtises accusatrices redondantes et à Trump, c'est simple, de pourrir dans une porcherie.

Donald Trump, lui, a promis de l'envoyer  en prison. C'est excessif mais à son image. Le FBI, comme c'est curieux a décidé de clore, 48h avant le scrutin, le crime fédéral des emails classifiés rendus publiques. Un beau cadeau !

La main sur le cœur, l'œil plissé et la mèche bien lissée, tel un roc Trump a grimpé tous les échelons de la popularité et de la déraison au cours de sa campagne. Même les femmes lui ont pardonné ses foucades graveleuses d'antan. Ne vous y trompez pas. Il est loin d'être un fou ou un clown. Il est parti de rien politiquement, en arrivant, à 24h.d'une élection  attendue dans le monde entier, à ce que les experts n'osent même plus  faire de pronostics.  C'est déjà une victoire.

Atypique, excessif, foudroyant ses adversaires,  cassant l'intelligentzia et les lobbys de la finance depuis des mois, il a fait se tourner vers lui des Américains, rigolards, moqueurs, parfois injurieux, puis fascinés en se disant " pourquoi pas" !?. Tenez, plus aucun commentateur, Français ou Américain, n'ose désormais le comparer à un excentrique milliardaire siphonné. au cas où...Prudence.

 Par la magie du verbe et des attentes américaines dont il a su se servir, et soutenir la cause, celles des millions d'Américains à la peine, il a, haut et fort, telle la lave d'un volcan, fumé ses adversaires en risquant de réunir assez de suffrages pour devenir le président de la plus grande nation au monde. Vous n'y croyiez pas ? Moi non plus. Et pourtant...

L'année 2016 risque de nous réserver bien des surprises aux Etats Unis comme en France avec une primaire à droite où la haine larvée serpente entre les hommes d'un même camp. Nous, en Polynésie, nous avons nos haines, nos  victimes et notre saint. Saint Sébastien patron des victimes.

Enfin, fallait-il que Sanquer aidé de Fritch tente de faire l'impasse sur les fédérations de Tauhiti Nena qui rappelle à qui veut l'entendre, que le comité olympique qu'il préside regroupe 39 fédérations et 70.000 licenciés ? Fichtre !  Nena aurait-il tenté de piquer à l'orgueilleuse donzelle son hibiscus ?  Pourquoi a-t-elle commis une telle erreur politique ?

Nous avons aussi un budget de combat et des guerriers à la casaque orange. Une couleur "qui eut coulé dans le sang d'Edouard" ( à la manière de feu Fernand Raynaud) comme il l'a dit lui même un jour, mais, redevenue au fil des mois, rose bonbon, puis rouge et aujourd'hui d'un  bleu falot, royalement bordelais. Ainsi va la vie...

Mais on a aussi les affabulateurs dans un monde simpliste. Les " gobe-tout" malheureusement , surtout lorsque les pires stupidités viennent d'un prétendu homme d'église qui ne nous dit même pas comment, il a analysé, à l'aide de son goupillon forcément, oui mais lequel, la prétendue radioactivité des gravillons dont même l'expert Barillot a confirmé l'

innocuité !!! Il l'assure, le jure, donc c'est vrai .C'est tout. Les magiciens dans ce pays feraient fortune ! Tac ! Un coup de baguette magique ou de "goupillon" et te voilà atomisé au point de fournir de l'électricité nucléaire à toute la ville gracieusement !

 Mais un curé devrait, au moins avant qu'il ne soit trop tard,  stopper le poison dont il a badigeonné  certains Polynésiens, qui n'hésitent pas à menacer gravement le maire de Rikitea et sa famille. Ce dernier envoie des SOS au président du pays sans aucun retour depuis son dernier communiqué dont se fiche pas mal le cureton en question . Dans la confrérie religieuse on se ménage et on suit les vents dominants en rechignant à sortir de sa forteresse . L'injure graveleuse et la menace sont les armes des faibles dans toutes les couches de la société. Si vous n'êtes pas blindé, elles peuvent tuer aussi surement qu'une balle de fusil.

 Ce n'est pas en bêlant d'amour que l'on changera certains hommes sectaires. C'est au-moins en leur disant leur quatre vérités. "Iconoclaste ou kamikaze", interrogeait Jean Paul II pour faire avancer l'Histoire. Sous les tropiques, on ne connait pas encore d'autre façon de faire avancer les ânes. Encore qu'un âne, un vrai, faussement accusé d'être ..."un âne" ne manque pas d'intelligence, de ténacité, ni de ruse. Alors des ânes chez nous, il n'y en a pas beaucoup....Des fauteurs de trouble pour asseoir leur petit pouvoir sur les gobe-tout, il y en a en revanche beaucoup, au nom de la liberté, au nom d'une terre, au nom de l'atome, au nom de rien. C'est l'Homme.

 

 

                                    C'est pas nouveau mais j'aime bien la réponse du soldat !!!

 

Greve à Air France

Le syndicat majoritaire des Personnels Navigant Commerciaux d’Air France de la base de Papeete a déposé jeudi 3 Novembre un préavis pour une grève illimitée qui pourrait débuter le Mercredi 9 Novembre

Les négociations se poursuivent depuis le vendredi 4 Novembre dans un climat constructif.

Air France invite les passagers qui souhaiteraient modifier leurs dates de voyages à contacter leur agence ou Air France directement.

Air France regrette profondément cette situation et met tout en oeuvre pour limiter les désagréments qu’elle pourrait engendrer.

Elle prie ses passagers de l’excuser pour les inquiétudes et gênes occasionnées.

La direction Air France Polynésie met tout en oeuvre pour éviter des perturbations d’exploitation et espère une issue favorable aux négociations.

La direction.

 

Un devoir de mémoire

La direction du service national (DSN), au travers de ses missions et notamment l’organisation de la « journée défense et citoyenneté » (JDC, ex-JAPD), est impliquée dans la promotion de l’esprit de défense auprès de la jeunesse française. Elle participe concrètement au renforcement du lien Armée-Nation et se met au service d’une politique globale en faveur de la jeunesse.

Depuis le mois d’octobre 1998, la DSN est responsable de l’organisation de la JDC qui constitue, après l’enseignement de défense en collège et lycée puis le recensement en mairie, la dernière étape du parcours de citoyenneté. Centrée sur le développement de l’esprit de défense auprès de la jeunesse, cette journée est complétée par la détection des jeunes en difficulté socio-éducative et, depuis le mois d’avril 2015, par une sensibilisation à la sécurité routière.

Dans ce cadre général, le centre du service national (CSN) de la Polynésie française convoque annuellement 4 500 jeunes filles et garçons, dont 75% sur l’île de Tahiti. Ainsi, environ 130 JDC sont organisées par an dont 110 sur l’île de Tahiti, principalement sur les trois sites militaires de Faa’a (groupement aéronautique militaire), Papeete (base navale) et Arue (caserne lieutenant-colonel Broche).


A l’occasion du 98e anniversaire de la fin de la première guerre mondiale, avec l’appui du Service de l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONAC-VG) en Polynésie française, 30 jeunes filles et garçons effectueront leur JDC au Haut-Commissariat de la République en Polynésie française, en salle « archipels ». Cette JDC se déroulera :
Le vendredi 11 novembre 2016 sur le thème du devoir de mémoire
 

 

Marcel Tuihani reçoit une délégation de Shenzen.

Le président de l’Assemblée Marcel Tuihani, a reçu une délégation de Shenzen composée notamment d’investisseurs, de réalisateurs et de médecins. La délégation a été reçue à l’entrée de l’Assemblée avant de se rendre au sein de l’hémicycle où un salon a été aménagé pour la circonstance.

La fédération des chinois d’outre-mer revenus en Chine, de la province de Shenzen, est venue en nombre. Son président, Monsieur Ma Zhongzhi, a tout d’abord affirmé sa volonté de renforcer les liens culturels, scientifiques et économiques avec la Polynésie française. Il a également rappelé l’attractivité de la destination polynésienne pour les touristes chinois et la générosité des polynésiens. Il souhaite ainsi voir naître rapidement une liaison aérienne directe entre Shenzen qui connaît un essor économique considérable et la Polynésie française, afin de faciliter et de développer les échanges réciproques.

Le président de l’assemblée qui s’était déjà rendu en Chine, et à Shenzen en particulier, a formulé le souhait de voir se consolider l’amitié entre la Polynésie et la Chine, essentielle pour mieux se connaître et pour bâtir sur des bases de confiance un partenariat propice au développement de la Polynésie française. Il a, par ailleurs, souligné les potentialités économiques et la richesse culturelle que le Pays a à offrir, ainsi que les possibilités de développement en matière de recherches scientifiques, ainsi que l’attrait manifeste des polynésiens pour la médecine traditionnelle chinoise.

L’entretien qui s’est déroulé dans une atmosphère très cordiale s’est terminé par une visite des jardins de l’assemblée.

 

Courrier politique

Aucun intérêt à voter Juppé qui est le candidat soutenu par le PS puisqu'il continuera la politique socialiste d'immigration massive, acceptera une présence de l'Islam en France sans contrepartie, laissera les Américains décider de notre politique étrangère, acceptera le TAFTA et j'en passe.....

Bref, affaiblissement économique et social de la France pour faciliter la mondialisation économique voulue par Wall Street. Le candidat des médias vient d'être reçu à cet effet par le célèbre et très secret groupe Bilderberg , temple du Nouvel ordre mondial , de l'économie mondialisée et du libéralisme à outrance !

Si Juppé devait l'emporter, le seul choix vital pour de nombreux Français Républicains serait MLP ! Les juppéïstes rêvent éveillés, si Juppé gagne, il récupérera LR certes mais vidé de ses adhérents. Aucun sarkozyste ne votera pour lui et nombreux sont ceux qui iront voter MLP! Résultat des courses, Juppé sera le vainqueur de l'explosion du parti! Quel gâchis! Ministre des Affaires étrangères ou plutôt étranger aux affaires , c'est Alain Juppé qui sous l'influence d'Hillary Clinton a insisté pour entraîner la France en Libye avec les conséquences terribles qui s'ensuivirent en termes d'immigration et de djihadisme en Europe, et dans une coalition occidentale dont Obama ne voulait pas . Sans parler de son art à rompre des négociations diplomatiques à vitesse grand V , à l'origine de l'assassinat des moines de Thibirine en Algérie ! Alors ça va comme ça , il faut arrêter les dégâts là ! 1er ministre de Chirac , en six mois la France était ingouvernable, alors présider la République jamais , ce serait suicidaire !

Et la goutte qui fait déborder le vase, Omar Djellil , membre de l'UOIF , branche française des Frères Musulmans, déclare faire campagne dans les mosquées pour Alain Juppé ! Alain Juppé se sert des suffrages musulmans pour battre Nicolas SARKOZY comme Hollande en 2012 et courtise les électeurs de Gauche pour s'imposer dans la Primaire, c'est insupportable et très révélateur de son incapacité à mobiliser la Droite ! Voter Juppé c'est signer un chèque en blanc aux frères musulmans , votez Juppé c'est islamiser la France à vitesse grand V ! Donné gagnant, le maire de Bordeaux veut prendre de la hauteur. Il survole les débats et reste très vague sur des questions essentielles. Attention, danger !

Dès le 19 novembre pensez en priorité à la France ! Libérez la des complices islamocollaborationistes !  Cl.

 

 

Le Tahoeraa en formation de combat (comme quoi, il n'y a pas que le budget du président)

Le 2 novembre 2016, fort de la nécessaire écoute des forces vives du Pays pour l'établissement d'un projet de rénovation économique et social, la Fédération des socio-professionnels a procédé à la consolidation de son bureau en présence de M. Gaston FLOSSE

 

                                  Ensemble, pour la croissance et pour l'emploi.

 

Président d’honneur : Michel POPOFF (Fonctionnaire d’Etat retraité)

Présidente : Sandra MANUTAHI LEVY-AGAMI(Représentante APF TH/ Com éco/fin)

1ère VP : Valérie JAN(Dirigeant d’entreprise/ Comptabilité/ MEDEF)

2ème VP : Georges ALEZRAH (Retraité du commerce)

3ème VP : Andréa ROIHAU(Dirigeant d’entreprise/ crêche-garderie/ CGPME)

4ème VP : Sylvie ANDRE (Professeur d’Université)

Secrétaire général : Brice DUMAS(Avocat)

1er adjoint :  Conrad EBB (Dirigeant de société/ Bâtiment)

2ème adjoint :  Patrick JOLY (Cadre du privé/ représentant syndical)

3ème adjoint :Heimata CHAPMAN-ROCHEFORT(Négociateur immobilier)

4ème adjointe : Sylvie MAILION(commerciale automobile)

Trésorier : Edith DAVOUST(Comptable patentée)

Trésorier adjoint :Stéphane PHILLIPONNEAU (Commerçant itinérant)

Assesseurs :

Vincent DUBOIS(Avocat)

Olivier BETTON (Commercial/ restauration/ bar/ évènementiels)

Marcel PICARDI (Dirigeant d’entreprise d’informatique)

 

On n' est pas des sauvages . Vous croyez !?

Des cas de cannibalisme aux Marquises, des mangeurs de chiens aux Tuamotu et aux ISLV, aux IDV alors que nous ne sommes plus au temps de la pénurie de viande, l'horreur d'une civilisation qui piétine dans le passé et n'a pas laissé derrière elle la cruauté des premiers hommes. Cela remonte à loin. Et ne nous fait pas du bien. Les touristes sont civilisés, eux, et c'est avec horreur qu'ils apprennent ce qui se passe dans un si beau pays. Sommes-nous le miroir de l'humanité ? Si la cruauté  humaine fait fi de Dieu, de l'amour que nous portons à nos animaux, de la vilenie ambiante,  de l'argent ,  l'espoir est-il encore possible ?Il y a si longtemps que cela dure... Et rien ne change dans les comportements. RIEN.

On nous dit que nous sommes la richesse du tourisme ? Alors que nous piétinons lamentablement depuis des lustres avec les mêmes mots :" valoriser la Polynésie et son identité culturelle" en essayant le "mana", la gentillesse de la population, la beauté du paysage, rien ne prend vraiment. Certains s'en chargent mais pas dans le sens voulu. La vente et la reproduction des chiens de race volés pour faire du business remplacent le paka dont on parle beaucoup moins sans doute à cause de l'activisme de la gendarmerie. A dire vrai, je préfère qu'ils poursuivent la culture et la vente du paka au moins ils n''abiment qu'eux-mêmes et laissent nos amis, et fidèles compagnons, à notre amour.

 

Courrier :

Alors les frères du goupillon prennent toujours en otage  la population. Le maire crie S.O.S dans le vide. Que fait président ??????????????
 Sont-ils  qualifiés en radio protection  ?
Quoiqu’il en soit si le fameux tas de cailloux est radio actif. la construction de la station de production de poisson a Hao est elle aussi contaminé CQFD .
Heureusement que le ridicule ne tue pas
votre Fidel serviteur Léon

 

Philippe Bachimon enseignant à l'Université de la Polynésie française § Université d'Avignon (UMR Pacte CNRS! Espace IRD) a rédigé une étude remarquable sur les "friches touristiques en Polynésie française". Révélateur d'une crise de la destination développant une forme de résistance au tourisme international disponible sur son site Via@Varia n°12012 mis en ligne le 28 septembre 2012. A lire.


 

Samedi 5 novembre 2016

C'est la meilleure de l'année !

Élire l’Arabie saoudite au conseil des droits de l’homme, c’est comme nommer un pédophile directeur d’école a écrit Bruno Guigue il y a quelques jours. Mais ça y est, c’est fait ,a-t-il poursuivi, ce que nous ne savions pas. On ne nous dit pas tout  "Cette monarchie est esclavagiste et corrompue. Pudibonde et obscène, elle se prosterne devant le dieu-dollar et vomit tout ce qui n’est pas wahhabite. Elle diffuse à l’échelle planétaire une idéologie débile et sectaire. Elle invoque le Créateur à chaque virement bancaire, mais elle décapite comme d’autres font un barbecue. Seulement voilà, elle a beaucoup d’amis. Et ils trouvent qu’elle a un excellent pedigree pour se voir confier la promotion des droits de l’homme. Remarquez, on a échappé au pire. On a failli lui confier les droits de la femme.

Voilà donc l’Arabie saoudite chargée, avec notre bénédiction, de soutenir les droits de l’homme comme la corde soutient le pendu. Car les Occidentaux ont voté comme un seul homme pour la candidature de Riyad. Avec une bienveillance de marchands de canons soucieux de la réputation du client, ils ont arrosé d’eau bénite cette fosse à purin. Vus de Paris, les dix milliards de contrats d’armements valent bien cette petite mascarade dont personne ne parlera plus dans 48 heures. On leur a vendu des armes, distribué des médailles, bradé l’honneur national. Tant qu’on y est, on peut aussi leur permettre de parader au sein de ce conseil qui de toutes façons ne sert à rien. Puisqu’ils y tiennent !

On pourrait craindre, bien sûr, que l’ONU y perde de sa crédibilité. L’organisation internationale s’en remettra-t-elle ? En réalité, aucun risque. L’ONU est une avaleuse de couleuvres professionnelle. Elle n’est pas à un paradoxe près. Elle tente de donner une apparence de réalité à cette fiction qu’est la communauté internationale, mais personne n’est dupe". Nous sommes en Polynésie bien placée pour le savoir." Le conseil des droits de l’homme a des attributions ronflantes, mais ce machin onusien est devenu la bonne-à-tout-faire des ploutocrates. L’arène internationale est un champ de forces où les alliances se font et se défont. Richissime, la monarchie wahhabite a des moyens de persuasion que n’a pas le Burkina Faso."

Tout est là : encore et toujours l'argent.

 

BRUNO GUIGUE
Normalien, énarque, aujourd'hui professeur de philosophie, auteur de plusieurs ouvrages, dont "Aux origines du conflit israélo-arabe, l'invisible remords de l'Occident (L'Harmattan, 2002).
 

 

Vendredi 4 novembre 2016

Grand vainqueur de l'édition Hawaiki Nui Va'a 2016 le team EDT.

 Bien sur, le patron d'Engie/EDT, Grégoire de Chillaz est plus que très fier de cette équipage qui vient de gagner la troisième et la plus difficile des courses, talonné vaillamment par l'OPT .

Un défi de 130kms à la force des bras, de l'endurance et des vagues entre Huahine, Raiatea, Taha'a et enfin Bora Bora. Shell Va'a l'a emporté cinq fois avec brio mais a passé le relais. Dans cette 25° édition, la nouvelle étoile c'est le team EDT. Les Polynésiens ont réaffirmé leur suprématie dans cette disciple où la volonté de battre les autres équipages et être sacrés " les meilleurs" fait oublier la souffrance des muscles et de l'effort mille fois répétés où la pagaie plonge dans l'eau, encore et encore, dans un rythme soutenu et infernal pour gagner.

-------

Le team Va'a OPT, "la chevauchée fantastique des vagues", gagne la deuxième manche, piqué au vif de s'être fait doubler au poteau par les rameurs de EDT lors de la première manche.

Mais la dernière bataille aujourd'hui sera la plus longue. Elle sera rude et sans aucune concession, même si EDT conserve la tête avec 52 petites secondes d'avance. Shell Vaa'a a-t-il trouvé son maître ? Les centaines de bateaux suiveurs  officiels, médias, supporters, plaisanciers et vacanciers... c'est la pagaille sur le lagon et des embûches pour les athlètes qui bataillent et sont gênés avec en plus des surfers au milieu des pirogues.. Pas d'organisation de la discipline sur l'eau. Comme d'habitude !

 

Marcel Tuihani reçoit le Vice-président de la BEI, Ambroise Fayolle.

 

 

 Le président de l’Assemblée Marcel Tuihani, accompagné de la directrice de cabinet Mireille Garnier, a reçu le vice président de la Banque Européenne d’Investissement, Monsieur Ambroise Fayolle. Monsieur Fayolle et les personnes qui l’accompagnent ont été reçus à l’entrée de l’Assemblée avant de se rendre au sein de l’hémicycle où un salon a été aménagé pour la circonstance. Le Vice-président de la BEI a rappelé en quelques mots le rôle de la banque et la nature de ses investissements qui sont assurés à 65% en Europe et à 35% hors de l’Union. Il a rappelé que les investissements sont toujours des co-financements, la BEI n’assurant jamais 100% des crédits nécessaires à la réalisation des projets financés. Il a tenu à souligner la préoccupation de la BEI de donner plus de visibilité à ses actions et sa volonté de rassurer les Etats membres de l’Union et les collectivités sur la présence de la banque. Dans ce sens il a expliqué que le souci de la BEI était de soutenir davantage des projets qui améliorent la vie quotidienne des populations au sein de l’Union. Rappelant les conventions signées dans le passé par la BEI avec la Banque de Tahiti en 2013 et 2014, la Banque Socredo en 2007 et la Société Générale Banque de Polynésie en 2009 notamment, il a indiqué qu’un nouveau prêt était en préparation d’un montant de 4,5 millions d’€. Evoquant les projets soutenus en Polynésie française, il s’est montré très intéressé par les liaisons haut débit et les énergies renouvelables. Il a rappelé que la BEI finance le projet du SWAC de l’hôpital grâce à un crédit de 7,5 millions d’€ à propos duquel il s’inquiète des retards pris dans les opérations.

 De son côté le président de l’Assemblée a fait un point rapide sur le contexte économique du Pays, en réponse aux questions de Monsieur Fayolle. Il a souligné que la mutation énergétique était en cours en Polynésie française, prenant exemple sur le SWAC ou encore sur l’Assemblée elle-même qui s’équipe de panneaux photovoltaïques. Il a souligné, allant dans le sens des observations de Monsieur Fayolle, que la Polynésie avait besoin de développer les liaisons numériques haut débit et pour cela de créer un hub si elle veut en faire un outil de son développement futur. La montée des eaux et les conséquences du réchauffement climatique ont aussi été abordées, car elles nécessitent des infrastructures de protection. Le président de l’assemblée a interrogé le vice-président de la BEI sur les pistes d’échanges et de partenariats qui pourraient exister avec des Etats membres de l’Union qui seraient déjà avancés sur ses questions. La question des terres rares et de leur prospection a également été évoquée. Le vice-président Fayolle a indiqué que la BEI est prête à étudier et à soutenir tous les projets qui vont dans le sens d’un développement durable. L’entretien qui s’est déroulé dans une atmosphère très cordiale s’est terminé par la signature du livre d’or, suivi d’un échange de cadeaux ainsi qu’une visite rapide du salon des Australes en cours dans le hall de l’Assemblée.

 

Remise des Labels "Installateur Gaz Agréé"

www.ccism.pf

Dans l’objectif de valoriser et de structurer l’activité d’installation domestique de gaz en Polynésie française, la CCISM et la société Gaz de Tahiti ont engagé depuis 2006 une action de formation/labellisation. Dans le cadre de la promotion 2016, 16 plombiers se sont vus remettre l’agrément, dont 5 nouveaux labellisés et 11 recyclages (le label étant valables 3 années). Ce qui porte à 45 le nombre de professionnels labellisés à ce jour.

 

Convention de mise à disposition du logiciel Prodige par l’Université de la Polynésie française au Pays

L’Université de la Polynésie française (UPF) et la Polynésie française ont signé, vendredi matin, la convention de mise à disposition, à titre gracieux, du logiciel Prodige au profit de l’administration du Pays.
Prodige est un algorithme de sécurité informatique réalisé par l'Université de la Polynésie française, suite à une sollicitation de la DAF (Direction des Affaires Foncières) et du SI (Service de l’Informatique), pour sécuriser le téléservice Otia qui permettra à toute personne de commander, à distance, les documents cadastraux en toute confiance et en toute sécurité à partir d'un navigateur web.
Le logiciel Prodige répond au problème de sécurité informatique dit Quantity Based Aggregation (QBA). Dans la pratique, l'algorithme implémente trois règles fondamentales :
- les utilisateurs ont l'interdiction de connaître les propriétaires de toutes les parcelles d'une région donnée,
- les utilisateurs ont l'interdiction d'identifier toutes les parcelles appartenant à un même propriétaire et
- la visualisation du propriétaire d'une parcelle ne peut se faire que lors de la commande d'un document cadastral, dans un but de vérification avant paiement de la commande.





Air France, une compagnie qui a du génie !!!!!

'On met déjà des hommes dans des containers, on les a mis dans des wagons plombés, alors pourquoi pas dans la soute des avions à condition de payer en plus...un supplément.

Entendu ce matin la patron d'Air France sur Europe n° 1 a expliqué l'idée de l'utilisation des soutes des avions avec couchettes pour la classe éco..Sans rire. La dernière fois, ce n'est pas la chemise du DRH qu'il fallait arracher... mais sa tête!!!!

  Air France a annoncé le 3 novembre la création dès fin 2017 d'une nouvelle filiale à coûts réduits sur le long courrier. Mais son président Jean-Marc Janaillac n'a pas donné beaucoup plus de détails dans un premier temps...

 Il a fini par se livrer en fin de journée au micro d'Europe 1 avec une annonce qui a de quoi surprendre. Ainsi, Jean-Marc Janaillac veut aussi en faire "le laboratoire des innovations sur lequel on teste beaucoup de choses".

 Pour commencer, il y aura du "digital partout". Soit. Plus original, Air France réfléchit à créer des couchettes en soute pour les classes éco, conçues sur le modèle de celles du personnel. Pas question de dormir au milieu des bagages, elles seront "aménagées". Mais, le PDG le reconnaît lui-même, il ne faudra pas être claustrophobe...

 Faire face à l'

hyper concurrence"

 Nommé PDG d'Air France-KLM en juillet, Jean-Marc Janaillac a annoncé le 3 novembre un plan de reconquête pour "redevenir un leader du secteur aérien mondial" avec pour point d'orgue la création de cette nouvelle compagnie face à l'"hyper-concurrence" des compagnies du Golfe.

 Elle devrait démarrer à l'hiver 2017 sur le moyen-courrier et à l'été

2018 sur le long-courrier. Son but est de lancer des vols à moindres coûts, sans être totalement low cost tient à préciser le groupe. Cette filiale sera positionnée sur des lignes "déficitaires ou fermées au cours des dernières années".

 Selon Jean-Marc Janaillac, président du groupe Air France-KLM, la future compagnie devra à la fois sauver des lignes menacées, rouvrir des lignes fermées et exploiter 30% de nouvelles lignes. Elle disposera pour cela de 10 avions d'ici 2020. A terme, elle assurera 10% des lignes long-courrier.(Huffington .post)

 

Libération  nous apprend que les mosquées ne sont pas les seuls lieux de culte financés par l'étranger ( ci-dessous la mosquée d'Argenteuil)

 

«Si vous commencez à parler de mettre fin à l’argent venu de l’étranger pour les lieux de culte, va se poser la question de la réfection des temples protestants», prévient Bernard Godard. Et le spécialiste de confirmer que le plus gros financement actuellement engagé concerne non pas une mosquée, mais une cathédrale orthodoxe russe. Moscou a en effet, fourni un apport d’environ 100 millions d’euros.

 

 

Les RG de Gaston Flosse, c'était du patronage enfantin !

 A Paris,Ils appartiennent à un cercle très fermé, celui des hauts gradés de la police nationale. Proches de Nicolas Sarkozy, virés par la gauche, ils sont membres, aujourd’hui, d’une confrérie secrète, dissimulée derrière des noms mystérieux, les « Happy few » ou le « club de Quenza », un village de Corse-du-Sud, dînent les uns chez les autres… 

Ils s’appellent Frédéric Péchenard, Michel Gaudin, Claude Guéant, Ange Mancini, Christian Flaesch… Recasés auprès de l’ancien président de la République ou dans le privé, ils forment un réseau informel, très bien renseigné et toujours influent. Ils patientent, priant pour un retour en grâce électorale de leur mentor.

 Parmi ces hommes, il en est un qui fait office de courroie de transmission avec le cœur du réacteur sarkozyste : c’est Bernard Squarcini, l’ancien patron de la Direction centrale du renseignement intérieur – DCRI, devenue Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

 Longtemps, il s’est agité dans l’ombre, après son départ forcé, au printemps 2012, de la DCRI. Mais c’était avant que la justice ne mette au jour ses méthodes peu orthodoxes. Les juges du pôle financier Serge Tournaire et Aude Buresi l’ont mis en examen, le 28 septembre, pour, notamment, « entrave aux investigations », « compromission », « trafic d’influence », « faux en écriture publique », « détournement de fonds publics »…

 Le Monde a eu accès à leur enquête, notamment aux écoutes judiciaires pratiquées en mars et avril 2013 sur le téléphone portable de M.Squarcini. On y découvre l’étendue d’un système...

 

 

La Société Zoologique de Londres (ZSL) a annoncé la réintroduction durant le mois d’octobre de trois espèces d’escargots endémiques à Tahiti, près de trente ans après leur disparition.

 Soigneur au secteur « invertébrés » du zoo de Londres et coordinateur du studbook international des escargots du genre Partula, Don McFarlane veillera sur les précieux gastéropodes durant leur transfert vers l’île polynésienne où les escargots seront relâchés au sein d’une réserve protégée, dans leur habitat forestier d’origine. Des membres du personnel des zoos de Bristol et d’Édimbourg seront aussi du voyage.

 Parmi les trois espèces réintroduites dans leur milieu d’origine figure Partula nodosa, espèce éteinte dans la nature (photo Woodland Park Zoo).

 

« Salut facho ». C’est ainsi que débute le SMS envoyé le 9 septembre2013 par Rachida Dati à Brice Hortefeux. Ce message, qui en dit long sur les relations entre les deux anciens ministres de Nicolas Sarkozy, a été rendu public ce jeudi par Mediapart.

 L’ex ministre de la Justice évoque explicitement plusieurs « affaires » qui concerneraient Brice Hortefeux. Elle menace notamment son ancien collègue du gouvernement de « dénoncer l’argent liquide (qu’il a) perçu pour organiser des rdv auprès de Sarko ».

 « Je vais te donner un dernier avertissement »

 « Salut le facho, je t’ai entendu dire à ton OS [officier de sécurité] que tu allais me faire "sauter" la pseudo-facilité de passage (que je n’ai pas) que j’aurais à l’aéroport ! Je vais te donner un dernier avertissement par ce SMS dont la copie est envoyée à N. Sarkozy […] De plus, je vais dénoncer l’argent liquide que tu as perçu pour organiser des rdv auprès de Sarko lorsqu’il était président, des relations tout aussi liquides que tu as eues avec Takieddine, l’emploi fictif de ton ex […] », écrit notamment Rachida Dati.

ndlr : c'est torride ! En Polynésie, nous sommes des enfants de chœur !

 

 

 Jeudi 3 novembre 2016

D'après la Bible, Jésus est né à Bethléem, en  Palestine, un pays où les gens s'appellent Mohamed, Abdel, Mounir, Aziz, Ahmed, Farid, Omar, Youssouf, Mouloud, etc. ... Et ce mec a quand même réussi à se trouver12 copains qui s'appelaient Jean, Pierre, Paul, Jacques, Thomas, Luc, Matthieu, André, Philippe, Simon, etc. ... et qui buvaient du vin.....! C'est pas un miracle ça ???

 

Hawaiki Nui Va'a : deux jours pour gagner !

 Gagnant de la première course  après une rude bataille le team EDT rafle la victoire à l'OPT. Félicitations.

 

 Editorial:

Les vraies-fausses soutanes ne vivent qu'en faisant parler d'elles.

Ils ont trouvé le biais pour être sous les flashes des photographes : "les graviers atomiques de Hao". J'aime bien aussi le titre de Tahiti infos " les graviers de la discorde" pour reprendre le titre du livre de Steinbeck " Les raisins de la colère". C'était bien trouvé. Cela dit, même Barillot, l'expert, n'est pas de leur côté. Et on voit mal Edouard Fritch tentant d'atomiser la population de Rikitea ! Il y a des mensonges que le prétendu curé et "frère" ne devraient pas dire. A moins de ne pas croire que les mensonges sont considérés par l'Eglise comme des péchés mortels. Dans ces conditions, que fait la hiérarchie de l'Eglise ? Comme d'habitude elle se tait et ne met pas au pas ses brebis galeuses. A moins qu'elle ne fasse siens les "bêtises fraternelles" ! En fait, vous aurez beau prouver par a+b qu'aucun radionucléide ne se retrouve dans la pierre du bâtiment de la base vie des militaires de Hao, vous n'arriverez pas à désorienter les fauteurs de troubles.

 Mais mieux, et on voit bien que toute cette histoire ridicule est de la poudre aux yeux des gogos, les " soutanes" en question qui sont plutôt en jean et en tee-shirt, rejettent la proposition du gouvernement de faire procéder à de nouvelles analyses. Ils s'en contrefichent. Toute cette histoire n'est en fait qu'un leurre bien organisé afin de  mettre un nouveau doute, un nouveau "bordel" dans l'esprit des Polynésiens  sur le nucléaire assassin afin qu'ils se sentent de plus en plus orphelins, égarés. Si bien que cette Polynésie défaite et refaite ne flotte toujours qu'entre deux eaux. Dans ce pathétique voyage  de l'atome avant, pendant et après, la connaissance ne peut être qu'un nécessaire viatique, malheureusement politisée, rejetée loin, très loin des cerveaux  arc-boutés dans leurs nuisances, quoiqu'on prouve, quoiqu'on dise, quoiqu'on explique.

Si Edouard Fritch flanche dans cette polémique stupide de la médiocrité politique mensongère, cette foucade sentira le fagot. Nous lui souhaitons de tenir le coup, de faire la démonstration de la vérité qu'il tient entre ses mains contre le mirage de l'obscurantisme, de l'inquisition des accusations, qui n'existent que sur du sable.

 

 

Deux événements  demain, vendredi 4 novembre :

 ·         A 8h00, le ministre de la Relance économique, Teva Rohfritsch, procèdera à une signature de convention de mise à disposition du logiciel Prodige par l’Université de la Polynésie française (UPF) au Pays. La signature de convention se déroulera au fare potee du ministère de la Relance économique, avenue Dupetit-Thouars, face à la résidence du Haut-commissariat.

 ·         Le ministre du Tourisme, Jean-Christophe Bouissou, recevra Ranjan Goswami - Vice President Los Angeles & Sales - West de la compagnie Delta Air Lines et le Délégué régional d’Air France en Polynésie française, Alex Hervet.

 

Liaisons numériques : vers un accord de coopération internationale entre la Nouvelle-Zélande, les îles Cook, Samoa, Niue et la Polynésie française

 En février 2016, les gouvernements de la Nouvelle-Zélande, des îles Cook, de Niue, de Tokelau et de la Polynésie française se sont rencontrés à Auckland et ont signé un mémoire d’entente portant sur un projet de connectivité internationale dans le Pacifique. Sous la coordination du ministère des affaires étrangères et du commerce de la Nouvelle-Zélande, une approche collective et collaborative a été initiée pour mettre en œuvre la vision partagée par ces gouvernements sur l’accès à un système d’internet à très haut débit, fiable et abordable.

Les représentants des gouvernements concernés ont travaillé ensemble sur les exigences communes et les contributions respectives aux projets de connectivité régionale et ont ainsi pu planifier et concevoir des solutions durables, viables économiquement et techniquement, visant à améliorer les infrastructures de télécommunications internationales des pays insulaires participants pour atteindre les objectifs fixés, dont l’amélioration de la connectivité des pays insulaires dans le Pacifique.

 L’Office des Postes et Télécommunications de la Polynésie française (OPT), en sa qualité d’opérateur de réseau de télécommunications extérieures, ayant déjà mis en œuvre le système de câble sous-marin Honotua reliant Tahiti à Hawaii, et dans le cadre de la délibération du 28 janvier 2016 autorisant le président-directeur général à conduire toute étude portant sur le raccordement de la Polynésie française par un deuxième câble sous-marin afin de sécuriser le système de communication Honotua, a été tout naturellement désigné par le Président du Pays pour représenter la Polynésie française dans les différentes phases d’études de ce projet.

A l’issue de huit mois de travail, les participants sont en mesure de proposer la solution technique répondant aux besoins et aux exigences des gouvernements à l’origine de l’initiative. Afin d’enclencher la phase de mise œuvre du projet, il est donc proposé qu’un accord de coopération international soit signé entre les gouvernements de la Nouvelle-Zélande, des îles Cook, de Samoa, de Niue et de la Polynésie française pour confirmer leur engagement à soutenir un tel projet. Cet accord international encadrerait non seulement les relations entre les différents gouvernements, mais aussi les relations de l’OPT avec les différents opérateurs de télécommunications représentant leur Etat respectif au sein de ce projet. Le Conseil des ministres a donc autorisé le Président de la Polynésie française à engager des négociations multilatérales aux fins de conclure cet accord, et ce dans le respect des engagements internationaux de la République

 

 

On est bien loin des gravats de la colère !

Le WATTWAY : revêtement routier exceptionnel est français !
Cette nouvelle invention française est révolutionnaire : Colas, une filiale du groupe Bouygues, a mis au point un revêtement routier… qui produit de l’énergie solaire !
De quoi fournir suffisamment d’électricité pour tout le pays C’est fou.. mais il semblerait bien que oui . Il a été testé
à trois endroits en France :à Grenoble, à Chambery et à Magny-le-Hameau dans les Yvelines.

A chacun de ces endroits, entre 20 et 40m2 de « Wattway » ont été posées : suffisamment pour produire l’énergie nécessaire à un foyer pendant un an .Ce matériau, qui contient des panneaux photovoltaïques, peut en effet se « coller » sur les revêtements existants ! Des chantiers simples et rapides !

Mais ce n’est pas tout ! Non seulement le « Wattway » est très résistant (il supporte sans souci le passage des gros camions) mais, en plus, il ne nécessite aucun entretien : il se nettoie automatiquement grâce à la pluie, au vent et au passage des véhicules !

 

Le préfet des Alpes maritimes Adolphe Colrat que la Polynésie connait bien ne part pas de Nice avec les honneurs ! Il y a les bons préfets comme Lionel Beffre et quelques autres,puis ceux qui se croient bons et les très mauvais préfets...les orgueilleux imbus de leur personne !

Il aura exercé ses fonctions de préfet pendant trois ans dans les Alpes-Maritimes. Adolphe Colrat quittera son poste le 21 novembre. Son successeur, Georges-François Leclerc, a été nommé en Conseil des ministres ce mercredi.

Depuis 2012, Georges-François Leclerc est préfet de Haute-Savoie.
Enarque, il est également passé par les préfectures du Gard et de l’Aube.

« Des conflits et des tensions »

Dès l’annonce du départ d’Adolphe Colrat, le président de la région Paca Christian Estrosi s’est « réjouit » de ce changement à la tête des services du département. « Le Préfet des Alpes Maritimes sortant aura marqué l’histoire du département en ne cherchant pas le dialogue avec les collectivités territoriales mais il aura été toujours prompt à créer des conflits et des tensions », estime-t-il.

Le président de la région rappelle quelques grands désaccords entre lui et le préfet des Alpes-Maritimes : « Ouverture d’une salle culte financée par l’Arabie Saoudite au mépris des déclarations contraires du Premier ministre et des conclusions du commissaire enquêteur, mensonges sur le dispositif du 14 juillet 2016, conflit avec les pompiers et le président du SDIS, passage en force sur la prison de Nice », énumère-t-il revenant ainsi sur les polémiques sur le dispositif de sécurité mis en place le 14 juillet dernier où 86 personnes ont été tuées pendant l’attaque terroriste.

A lire aussi : La polémique sur la sécurité relancée avec l'audition
 de la patronne de l'IGPN

Autre épisode houleux entre la ville et la préfecture, la mosquée En-Nour, à l’ouest de Nice. le préfet avait signé l’acte d’ouverture à la place du maire de Nice.

 

Le président de l’Assemblée, Monsieur Marcel TUIHANI, recevra demain vendredi 4 novembre 2016 une délégation de la BEI, la Banque Européenne d’Investissement, conduite par son vice-président Monsieur Ambroise FAYOLLE.

La rencontre se tiendra dans l’hémicycle de l’Assemblée.
À cette occasion, le président de l’Assemblée sera accompagné de Madame Mireille GARNIER, directrice de cabinet.
• La délégation sera accueillie sur le perron principal de l'assemblée à 9H45.
• La rencontre se tiendra à huis clos dans l’hémicycle jusqu’à 10H15.
• A l’issue de la rencontre, les journalistes qui le souhaitent pourront faire des images dans l’hémicycle et rencontrer Monsieur FAYOLLE et le président Marcel TUIHANI.
La délégation, qui a un timing serré, devra quitter Taraho’i à 10H30 pour se rendre au haut commissariat.

Monsieur Ambroise FAYOLLE est le vice-président de la BEI en charge notamment des financements dans la Pacifique.
Il est accompagné :
• de Monsieur Grégoire CHAUVIERE LE DRIAN, son conseiller ;
• de Madame Angela MACARINO-PARIS, chef de division des opérations dans la région Pacifique ;
• de Monsieur Adam BRUN, chef du bureau régional du Pacifique ;
- Monsieur Charles GARNIER, chef du bureau des affaires européennes de la présidence sera également présent.




 


Le couperet est tombé. Quatre mosquées de région parisienne soupçonnées de promouvoir l’islamisme radical ont été fermées mercredi par les autorités, a annoncé le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

 Le ministre « a fait procéder ce jour à la fermeture administrative de quatre mosquées », ont informé ses services dans un communiqué. Leur fermeture a été décidée sur « le fondement des dispositions de l’article 8 de la loi sur l’état d’urgence permettant la fermeture des lieux de culte au sein desquels sont tenus des propos constituant une provocation à la haine ou à la violence ou une provocation à la commission d’actes de terrorisme ou faisant l’apologie de tels actes », a-t-on précisé. Une vingtaine de mosquées ont déjà été fermées.

 

Côté pile, le camp humanitaire parisien de la porte de La Chapelle reste désespérément vide dans l’attente d’une ouverture officielle.

Côté face, quelque 3 000 Afghans, Soudanais et Erythréens dorment dehors en plein Paris, dans le quartier de Stalingrad, faute d’hébergement.

 

 Inspecteur des finances, Emmanuel Macron va démissionner de la fonction publique à la fin du mois "par souci de cohérence et d'exemplarité", a-t-il expliqué mercredi soir. Un nouvel indice de sa volonté de se présenter à l'élection présidentielle de 2017?

 "Je suis favorable (...) à une réforme pour la haute fonction publique, en particulier le corps auquel j'appartiens qui n'est pas un corps juridictionnel et ne justifie pas d'avoir des protections tout au long de la vie et un droit au retour permanent", a déclaré Emmanuel Macron lors d'un entretien à Mediapart retransmis sur internet. "Et donc je serai amené à démissionner de la fonction publique", a-t-il ajouté, arguant d'un "souci de cohérence et d'exemplarité".

 

Républicains, les sarkosistes ne chôment pas.

Laurent Wauquiez affirment :

Cela fait 5 ans que les socialistes ont mis la France la tête à l’envers, qu’ils ont assommé les classes moyennes et la France qui travaille, d’impôts et de charges, qu’on a complètement désorganisé toute l’autorité de l’Etat... Ça suffit ! Il est temps de redonner un cap à la France, il est temps qu’on assume à nouveau nos valeurs.

C'est pour cette raison que nous organisons un grand week-end de mobilisation les 5 & 6 novembre, dans toutes vos fédérations.

 

Insolite

La Tokyo Medical University vient de publier un rapport expliquant comment les flatulences d'une patiente avaient mis le feu à une partie de son corps pendant une opération en avril dernier, rapporte le Asahi Shimbun.

 Les chirurgiens étaient en train de diriger un laser près du col de l'utérus de la patiente, qui avait une trentaine d'années, et le contact entre le pet et le laser a déclenché un feu.

 "Lorsque les gaz intestinaux de la patiente se sont introduits dans la chambre d'opération, le contact avec l'irradiation du laser a mis le feu, même les draps chirurgicaux ont pris feu", a expliqué le rapport.

 La patiente a été brûlée sur une grande partie de son corps, y compris ses jambes et sa taille. Un comité d'experts qui a examiné le cas a conclu qu'il n'y avait aucune substance inflammable dans la pièce au moment de l'opération et que l'équipement chirurgical fonctionnait normalement.

 

 

Mercredi 2 novembre  2016

 Quand les soutanes font la loi...

Pour ce qui concerne les agrégats, Albert Solia a rappelé qu’il avait agi en concertation avec le maire de la commune, dans la mesure où il n’est pas possible de trouver de concassé sur place. Bruno Barrillot à quant à lui souligné que les matériaux utilisés pour faire le concassé avaient fait l’objet d’une analyse par l’Institut de radio protection et de sûreté nucléaire (IRSN) en 2011 et qu’il n’avait été détecté aucun radionucléide. Il s’est par ailleurs étonné des déclarations de l’association qui parle de contamination sans en apporter la preuve.

Pour lever toute ambiguïté, Bruno Barrillot a proposé, s’il en était saisi par le maire, qu’il soit procédé à de nouvelles analyses des matériaux déchargés à Rikitea « pour apaiser et arriver à une vérité ».

Une contestation « irrationnelle »

De son côté, Frère Maxime a estimé que la réponse au problème actuel n’était pas technique, la contestation étant irrationnelle, et qu’il ne fallait pas avoir recours à ces graviers en provenance de Hao. « On demande humblement que l’on considère cette demande irraisonnée », a-t-il précisé.

Horst Paeamara, président de l’association 193 à Mangareva a plaidé de son côté pour que le concassé reparte de Rikitea et qu’un concasseur soit mis en place sur l’île pour fabriquer des agrégats.

 

Analyse rationnelle des gravats  et quoique la science pourra dire...
 

Après des mois de conflits sociaux, Frédéric Gagey lâche les manettes d'Air France selon l'AFP. Celui qui a piloté la difficile restructuration de la compagnie aérienne a été remplacé mercredi par un duo chargé de mettre en oeuvre un nouveau plan stratégique. "Les conseils d'administration d'Air France-KLM et d'Air France, réunis ce jour, ont décidé de faire évoluer la gouvernance du groupe", a annoncé le groupe franco-néerlandais dans un communiqué publié la veille de la présentation de ce plan stratégique.

Pour "resserrer la chaîne de décisions", la compagnie française passe sous le contrôle direct de Jean-Marc Janaillac, patron de la maison-mère et désormais également président d'Air France. Arrivé en juillet, il s'appuiera au quotidien sur un pur produit du groupe, Franck Terner, nommé directeur général de la compagnie hexagonale.

Mais ces résultats ont été obtenus au prix de tensions sociales exacerbées, en particulier avec les pilotes, qui avaient déclenché une grève de deux semaines en septembre 2014, la plus longue de l'histoire d'Air France, avec un coût estimé à 425 millions d'euros. Le conflit avait culminé en octobre 2015, avec l'affaire de la "chemise arrachée"
de l'ex-DRH Xavier Broseta, malmené lors d'un comité d'entreprise et dont les images avaient fait le tour du monde.
 

 

Grands gestes et budget...de combat !

Lundi dernier le débat sur l'orientation budgétaire du gouvernement Fritch a joué du "toere" . Le président toujours grandiloquent et se plaisant à faire de la victimisation ou de l'humour, fait sourire son camp mais ne fait toujours pas très sérieux. Ses conseillers en communication devraient tenter de lui faire adopter une posture " présidentielle" ! C'est du boulot !

 La séance plénière du budget prévue la première semaine de décembre avec une opposition qui fourbit ses armes risque fort d'être un vrai guignolo. Quinze jours pour étudier l'épais document budgétaire est juste " contraignant" selon le propre terme du président de l'Assemblée Marcel Tuihani. Allez courage, ça se lit comme une histoire, ou un conte de fée, puisque tout va bien, l'économie ronronne et devient une mutante grâce à Rohfritsch chargé de la relance et à Nuihau Laurey le grand argentier qui a la main pour jouer avec les chiffres comme certains le font à l'aide d'un boulier. Mais le budget reste encore un corps hybride et vulnérable protégé par une majorité sûre de son coup, au chevet des orphelins, des chômeurs et des SDF. La foi c'est d'y croire. Et le gouvernement a la foi, même dans les sables mouvants. Comme Juppé !



 

Et il se veut président !

Dans ses mémoires, Charles Pasqua raconte comment Alain Juppé, l'homme, qui prétend devenir le président de la République, a été impliqué dans la mort des moines de Tibhirine. A l'époque, alors que Pasqua avait chargé Jean-Charles Marchiani (préfet du Var) d'activer un contact avec le GIA à Alger pour trouver un moyen de négocier, Alain Juppé va brutalement désavouer et décrédibiliser Marchiani. Tout ceci parce que Monsieur "Susceptible" n'a pas été mis au courant par Jacques Chirac resté un peu évasif sur la question. On connaît la suite!

Voici un extrait de l'article intitulé : "Pasqua, son testament intime" dans Valeurs Actuelles du 22 septembre 2016 :

"…L'année suivante, en Algérie, se produit l'enlèvement des 7 moines trappistes du monastère de Tibhirine, dans la nuit du 26 au 27 mars 1996. Le responsable de la mouvance islamiste qui affirme les détenir prend langue avec l'ambassade de France à Alger. Marchiani qui est en poste à Toulon, m'informe qu'il dispose d'un contact sur place pour toucher les ravisseurs. Il connaît bien le dossier, lui qui a travaillé sur le GIA durant mon second passage à Beauvau. Comme pour l'affaire des pilotes (…en Bosnie…), j'en parle à Chirac: "Alors, qu'est-ce qu'on fait ? – Ecoute, Charles, faisons comme la dernière fois. Il n'y a qu'à envoyer Marchiani, et qu'il utilise son contact. Mais, surtout, il ne faut pas en parler à Juppé."

Jean-Charles Marchiani se rend donc sur place. Mais sa visite est éventée. Alain Juppé l'apprend et réclame des explications à un Chirac évasif, qui ne dit rien savoir. Juppé prend la mouche (ndlr: encore un !) et déclare à un journaliste qui l'interroge sur cette affaire : "…J'apprends avec étonnement que le préfet du Var est à Alger. Sa place est à son poste, dans le Var. Il n'est chargé d'aucune autre mission."

Les preneurs d'otages rompent le contact. Ils doivent considérer la déclaration du premier ministre comme un refus de négocier, et un désaveu de Marchiani."

On connaît hélas la fin tragique de cette histoire, parce que Monsieur "droit dans ses bottes" ne comprend rien et n'a aucune finesse et encore moins d'intelligence… Et, il voudrait composer avec les islamistes pour nous concocter un avenir radieux.

 

L''inflation des ministères et des conseillers

Le Point

 Bien, mais peut sans doute mieux faire. Le député PS René Dosière, observateur sourcilleux des dépenses de l'État, décerne un satisfecit au gouvernement. L'élu de l'Aisne a épluché le document budgétaire qui recense les effectifs dans les cabinets ministériels pour conclure que, si les rémunérations moyennes sont en baisse, le nombre de conseillers a augmenté entre 2014 et 2016. L'explication est assez simple. Certes, le gouvernement a serré la vis des rémunérations ; mais, dans le même temps, François Hollande a « créé » de toutes pièces de nouveaux ministères, pour des considérations avant tout politiques. C'est le cas, en 2016, du secrétariat d'État à la Biodiversité, confiée à l'écologiste Barbara Pompili, ou du secrétariat d'État à l'Aide aux victimes, attribuée à la « royaliste » Juliette Méadel.

 Dosière a sorti son boulier : le nombre de conseillers ministériels est passé de 450 en 2014 à 551 en 2016, soit une flambée de 22 %, et les effectifs dits de « support » (secrétaires, chauffeurs...) ont crû de 2 222 à 2 341 (+ 5,4 %). Notons que Manuel Valls est bien servi.

Matignon explique une large part de la hausse du nombre de conseillers. Le Premier ministre, qui a succédé à Jean-Marc Ayrault en 2014, a recruté 9 conseillers en plus ces deux années ; ils sont désormais 56 à épauler Manuel Valls. Au total, en additionnant conseillers, cuisiniers, chauffeurs, secrétaires, huissiers, 220 personnes supplémentaires ont rejoint les cabinets ministériels en 2 ans.

 Promesse écornée

 La promesse de François Hollande de limiter à 15 le nombre de conseillers pour les ministres (et 10 pour les secrétaires d'État) est donc largement écornée. Pas loin de la moitié des ministères (40 %exactement) dépasse cet étiage, cependant que 20 % sont en dessous.

 Cette vague d'embauches a bien entendu un impact sur les finances publiques. Selon les calculs de René Dosière, la rémunération brute totale des cabinets ministériels (y compris Matignon) est passée de 35, 5 millions d'euros en 2014 à 40 millions en 2016, soit une hausse de plus de 14 %. Mais ce chiffre est à manier avec précaution : on connaît plus de niveaux de rémunérations en 2016 qu'en 2014, ce qui gonfle le chiffre de cette année. Dosière regrette toutefois que, « hélas, le nombre de ministères augmente », ce qui alourdit le budget de l'État.

 Valls prodigue

 Encore une fois, Manuel Valls est particulièrement prodigue.

L'enveloppe globale des rémunérations versées aux conseillers de Matignon a flambé de 17 % depuis 2014, alors que celle des autres ministères a baissé de 8,2 %. Une tendance à la hausse qui s'explique, là encore, par les recrutements. On voit d'ailleurs qu'en moyenne les rémunérations ont perdu 4,4 % à Matignon, et 9,7 % ailleurs.

 Les primes (indemnités de sujétion particulières) dont bénéficient la plupart des conseillers suivent la même tendance baissière. Leur montant total versé en 2016 s'élève à 22,4 millions d'euros, en baisse de 5,8 % par rapport à 2015.

 Où est-on le mieux payé ? Au sommet de l'échelle, on trouve la Place Beauvau. Un conseiller de Bernard Cazeneuve gagne en moyenne, chaque mois, 9 871 euros brut. Viennent ensuite l'Enseignement supérieur (9

691 euros) et la Défense (9 666 euros). Les moins bien lotis se trouvent au secrétariat d'État aux personnes handicapées (5 620 euros), à la Ville (5 488 euros) et à l'Égalité réelle (4 966 euros).

Un conseiller moyen gagne, selon René Dosière, 7 642 euros. « Il convient d'avoir en tête que (...) l'indemnité brute de base d'un parlementaire s'élève à 5 547 euros », compare le député PS.

 Pour des raisons obscures, les conseillers en poste dans certains ministères ont eu droit à une jolie augmentation : + 25,5 % à l'outre-Mer, + 9 % à la Réforme de l'État et + 5,3 % aux Anciens Combattants... D'autres ont dû limiter un peu leur train de vie : les conseillers du Quai d'Orsay ont subi un tour de vis plutôt sévère :moins 28 % en deux ans !

 Une économie de 27 millions d'euros possible

 Le ministère d'attachement détermine aussi le montant des primes. À Bercy, un conseiller de Michel Sapin touche en moyenne 3 942 euros de primes par mois (qui s'ajoutent aux 7 416 euros de rémunération mensuelle, soit plus de 11 000 euros brut au total) ; au bas de l'échelle, on trouve le ministère des Anciens Combattants, avec une gratification de « seulement » 1 109 euros mensuels. En moyenne, les primes allouées aux conseillers ministériels s'élèvent à 2 340 euros par mois.

 La conclusion de René Dosière est donc plutôt mitigée. Il regrette l'augmentation de 24 % du nombre de conseillers à Matignon, mais relève que, concernant l'ensemble du gouvernement, « tous les indicateurs sont en baisse ». Le député socialiste prévient toutefois

: « Je regrette que les économies ne soient pas plus fortes. Si le gouvernement n'avait pas grossi par rapport à son effectif de 2014, en passant de 31 à 38 ministres, c'est une économie supplémentaire de 27 millions qui aurait été possible. » Dosière relève enfin que, « malgré les efforts entrepris », le « niveau moyen des rémunérations demeure encore trop élevé ». Dans moins d'un an, le futur gouvernement décidera peut-être de modérer la politique salariale des conseillers ministériels...

 

  

Courrier :

Bonjour madame.

Concernant la tas de cailloux déversé par ce fameux bateau pour refaire une route .Je voudrais vous apporter une petite réflexion.

Pourquoi un curé s’énerve –t-il alors qu’il suffit de saisir Mr BARILLOT responsable de la délégation polynésienne pour le suivi des conséquences nucléaires.Il a dans sa poche un dosimètre électronique qui fait bip bip lorsqu’il y a radiation on l’a vue dans sa démonstration lorsqu’il a été en Algérie reportage RFo ( je  crois)

Je ne savais pas en tant que spécialiste en radioprotection qu’avec un goupillon et un bénitier on pouvait détecter des rayons  ionisants,

Pourtant j’ai travaillé avec l’inventeur du dosimètre le médecin Général Chassande Barose ainsi qu’avec son fils PIERRO. Ce curé est donc un magicien.

Cordialement votre fidele lecteur ...Leon.

NDLR : C'est pas faux tout ça !

 

 

Mardi 1er novembre 2016

 

 

 

Il y a des gens qui s'aiment jusque dans la mort ( vu à Marseille)