Accueil
Confidences
Allocutions
Courrier

 

 

 

 

 

 

Avez-vous le goût de rêver ?

 

 Ayez un autre regard sur l'actualité que celui qu'on vous donne ailleurs !

 

Tel le "IzziStone", légendaire franc-tireur du journalisme américain, Tahiti Today dresse tous les jours, sauf le dimanche, un état des lieux accablant, malicieux et passionnant du gouvernement ainsi que celui de divers hommes politiques polynésiens sans oublier parfois le représentant de l'Etat.

 

 

Vendredi 24 Février 2017

L'avance de 100 millions pour la SAGEP, qui devait être remboursée avant le 5 janvier 2017. Or la SAGEP  se retrouve en liquidation judiciaire cette semaine . Une question : où sont passés les 100 millions ?
 

Le conseil des ministres en ayant délibéré dans sa séance du 5 janvier 2015,arrête :


Article 1er.— Est approuvée l'attribution au profit de la
SAGEP d'une avance en compte courant d'un montant de cent
millions de francs CFP (100 000 000 F CFP) remboursable au
taux annuel de 4.18 %. Le versement interviendra après
signature de la convention jointe en annexe au présent arrêté,
sous réserve des disponibilités des fonds.


Art. 2.— La dépense est imputable au budget général de
la Polynésie française au chapitre 916, AP 378-2014, A E 472-
2014, article 267.


Art. 3.— L a SAGEP remboursera à la Polynésie française
le principal de l'avance au plus tard à la date limite des 2 ans
suivant le déblocage des fonds par la paierie de la Polynésie

 

 

Les hommes politiques on devrait les faire souffler dans le ballon pour savoir s'ils ont le droit de conduire la France au désastre.(Coluche)

 

 

 

 Présidentielle: En février, Le Pen et Macron en tête, Hamon à la traîne .

Dernière minute

 Fillon  sur la sellette avec l'ouverture d'une information judiciaire pour détournement de fonds publics par le parquet financier information en boucle sur LCI .Un enterrement de première ! Aïe !L'instance précise que cette décision a été prise "en raison de l'ancienneté d'une partie des faits concernés et de l'exigence de la mise en oeuvre de l'action publique".

 Le PNF ajoute que cette information concerne d'éventuels faits de "détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, complicité et recel de ces délits, trafic d'influence et manquements aux obligations de déclaration à la Haute autorité sur la transparence de la vie publique".

Une enquête préliminaire du parquet financier

Cette procédure judiciaire mène à la saisie de juges d'instruction qui ont le pouvoir de procéder à des perquisitions, des auditions et surtout, de décider d'une éventuelle mise en examen de François Fillon ou de membres de son entourage. D'ores et déja on sait qu'il poursuivra sa campagne même s'il était mis en examen.
 

(fin de l'édito le plus petit de l'année, place au commentaire ci-dessous)

 

Qui sont les mal aimés en métropole surtout, en dehors des politiques ?: Les journalistes, la police, les magistrats SM.

 

 Extrait du site ATLANTICO

 Samedi, place de la République, c’était comme d’hab. Des manifestants, 2 000 environ, remontés contre la police. Des débordements comme d’hab. Mobilier urbain saccagé, flics caillassés. Comme d’hab. Des organisations et des associations comparses récurrentes de ce type de manifestation : SOS Racisme, le CRAN, la LDH, le MRAP. Comme d’hab.

Rien que de très banal somme toute. Ce qui l’était moins, c’était la présence de magistrats conviés à cette grande fête fraternelle par le Syndicat de la magistrature (SM).

Les membres du SM (merci de ne pas confondre avec sadomasochisme quoi que…) ont le droit, comme tous les autres magistrats et comme tous les autres citoyens, de manifester contre qui ils veulent et de voter pour qui ils veulent.

Mais il se trouve que ceux du SM, contrairement aux autres syndicats de magistrats, ont une conception frénétiquement militante de leur engagement. Il y a certainement des juges de droite, voire d’extrême droite. Les a-t-on vus manifester avec les policiers en colère quand ceux-ci protestaient contre une attaque au cocktail molotov qui a failli coûter la vie à l’un des leurs ?

La présence de membres du SM place de la République laisse perplexe et un peu inquiet. Supposons qu’ils aient à juger un des émeutiers arrêtés ce soir-là… Supposons également qu’ils aient à juger un policier accusé de violences par un des manifestants de samedi… De quel côté feront-ils pencher la balance de la justice ? Et sur qui s’abattra, avec le plus de sévérité, le glaive qu’ils tiennent entre leurs mains ?

Supposons encore que, accusé d’un délit, vous voyez fortuné. Supposons que vous ayez choisi – car vous en avez les moyens – d’habiter le XVIème, le VIIème ou les beaux quartiers de Toulouse et de Lyon plutôt que La Courneuve, Stains, ou Saint-Denis. Supposons encore que vous portiez, arrogant bourge, un costume trois pièces de chez Cerutti plutôt qu’un survêtement Nike ou Adidas. Comment imaginer un seul instant que le magistrat, membre du SM, qui aura à statuer sur votre cas, ne ressente pas cela comme une insupportable agression ?

Revenons à la manifestation de samedi et interrogeons-nous sur notre liberté de choix. Il y avait le CRAN : nul ne nous oblige à faire des dons à cette association… Il y avait le MRAP : nous ne sommes pas tenus d’y adhérer… Il y avait aussi Mélenchon : nous sommes libres de ne pas voter pour lui… Mais il y avait aussi le SM ! Or nous ne sommes pas libres de choisir nos juges. Le droit français met en avant la présomption d’innocence. Mais pour les juges du Syndicat de la magistrature, c’est une autre présomption qui s’impose : celle de la partialité.

 Et maintenant les journalistes :

 Un Para se promène au zoo de Vincennes, lorsque tout à coup il aperçoit une petite fille qui est un peu trop proche de la cage du gros lion d'Afrique. Soudain le lion attrape la robe de la petite et la ramène vers lui afin d'en faire une bouchée… tout ceci sous les yeux des parents qui hurlent de désespoir

Le Para sans hésiter une seconde se rue sur le lion et lui assène un terrible coup de poing sur le museau, le lion recule en lâchant prise et se frotte le museau en grognant, pendant que le Para revient avec la petite vers ses parents qui pleurent de joie et n'arrêtent pas de le remercier

Un reporter a tout vu et s'approche du Para : "Monsieur vous venez d’avoir un geste extrêmement courageux, je n'ai jamais vu un homme faire un tel geste depuis 40 ans que je fais ce métier

Le Para répond " Mais Monsieur je n'ai rien fait d'extraordinaire !... Le lion était en cage, et j'ai vu le danger que courrait la petite.

Le reporter répond : 'Monsieur je vous garantis que ceci ne passera pas inaperçu, je suis journaliste, et demain vous serez en première page.... dites-moi de quelle région êtes-vous originaire, êtes-vous PS ou UMP ?

Le Para répond, je suis fils de Pieds Noirs et j'ai voté Le Pen. Le journaliste s'en va...

Le lendemain le Para achète Le Monde afin de lire la première page et voir si son geste de la veille y est mentionné... il lit alors :

UN PIED NOIR DU FRONT NATIONAL ATTAQUE UN IMMIGRANT AFRICAIN ET LUI VOLE SON REPAS ....

Et c'est comme ça que les médias vous transmettent les nouvelles aujourd'hui....


 

 Oseriez-vous ?

Assistants parlementaires : Marine Le Pen refuse d'être entendue

Son avocat a annoncé que sa cliente "répondra à toute convocation après l'élection" présidentielle. La patronne du FN était convoquée ce mercredi

 "Comme pendant les régionales, je ne répondrai pas pendant la campagne électorale. Cette période ne permettant ni la neutralité ni la sérénité nécessaires au fonctionnement correct de la justice", affirme la présidente du Front national

 

 Ah j'avais oublié les syndicats

La semaine dernière, les syndicats n’avaient pas apprécié l’invitation à participer aux ateliers du comité de pilotage de la réforme de la PSG. Et les "chochotes" l’ont fait comprendre en boudant les rencontres de jeudi. .Pour autant, le ministre de la Santé, Jacques Raynal, s’est montré diplomate en prenant leur défense et en évoquant un souci au niveau du secrétariat du ministère relève radio 1.

 Ils font la loi décide, boycott, retarde. Le ministre est tout de même revenu sur les demandes des syndicats.  « J’ai bien entendu les préoccupations de certains syndicalistes et leur démarche s’entend », a indiqué Jacques Raynal avant d’ajouter que « les premières mesures qui seront prises seront presque surement sur la maladie ».

 

 

 

Le gagnant de Secosud Engie/EDT au grand dam des opposants avec sept voix pour et une abstention, rafle le renouvellement de la délégation de service public de Secosud non sans grincements de dents.

Le changement de camp du maire de Taiarapu-Ouest qui a fait gagner Engie/EDT n'est que dans l'ordre des habitudes polynésiennes. Rien de surprenant . On est habitué ! Les perdants hurlent à la lune sauf quand  c'est de leur côté que l'on trouve, ce qu'on appelle "les girouettes" en politique comme dans les affaires. La société concurrente offrait des tarifs moins chers peut-être, mais c'est pourtant de cette manière qu'a été créée le Tapura. Et personne n'a trouvé à y redire !
 

Une nouvelle identité pour le nouveau concessionnaire ( communiqué)

 Le nouveau contrat qui lie SECOSUD et EDT ENGIE stipule qu’une société dédiée doit être créée pour gérer la concession de distribution d’énergie.

Cette exigence du concédant SECOSUD est motivée par deux points essentiels :

è La localisation de cette société à la presqu’ile,

è La mise en place d’une comptabilité dédiée, soumise aux obligations de transparence et contrôlée par un commissaire aux comptes

Conformément à la demande du concédant,  EDT ENGIE a donc créé la société Tahiti Sud Energie.

 Les liens d’EDT ENGIE et Tahiti Sud Energie

La concession de distribution actuelle viendra à terme le 28 février 2017 à minuit. A cette date, une facture d’arrêté de compte sera adressée aux clients. Dès le lendemain, le 1er mars, le nouveau concessionnaire Tahiti Sud Energie prendra le relais de la fourniture et de la distribution d’électricité.

Ce changement de concessionnaire n’affectera pas la continuité du service public.

Les contrats d’abonnement existants seront simplement transférés vers Tahiti Sud Energie, sans nécessiter de nouvelles formalités. Seul un nouveau numéro de contrat sera attribué aux clients, qui recevront aussi les nouvelles conditions générales du service.

 Une nouvelle identité visuelle

SECOSUD  a souhaité que la nouvelle société porte la couleur emblématique de la Presqu’île de Tahiti, le vert. Les tenues du personnel, les voitures et l’agence de Taravao porteront à terme cette nouvelle identité verte.

 

Le Président s’entretient avec le nouveau bureau de l’association 193 

 Le nouveau bureau de l’association 193, présidé par Jerry Gooding et par le Frère Maxime, a été reçu, vendredi, à la Présidence, par le président Edouard Fritch, lequel était assisté du délégué au suivi des conséquences des essais nucléaires, Bruno Barrillot.

 Cette rencontre a été l’occasion pour l’association de présenter ses projets et en particulier le projet Carven d’assistance aux victimes des essais nucléaires. A cet égard, l’association sollicite des moyens financiers et humains auprès du Pays pour pouvoir aider les personnes à constituer leur dossier d’indemnisation.  

 Le président a rappelé la nécessité d’agir en concertation et en coordination avec les autres associations de lutte contre les conséquences des essais nucléaires et les instances du Pays. L’association 193 a de nouveau évoqué l’importance, pour elle, de l’organisation d’un référendum sur le sujet.

 Le président Edouard Fritch a souligné le fait que le nucléaire est un sujet extrêmement sensible en Polynésie et qu’il ne sera pas celui qui cherchera à diviser le peuple polynésien sur ce thème. Il cherchera, au contraire, à rassembler les Polynésiens pour que justice et juste réparation soient faites aux victimes des essais, et notamment à ceux qui ont servi l’Etat sur les sites nucléaires polynésiens.

 

  Air France :Plusieurs syndicats d’Air France ont rapporté jeudi 23 février que la rémunération des membres du comité exécutif d’Air France avait augmenté de 41 % en 2016, selon des chiffres communiqués lors d’un comité central d’entreprise aux représentants du personnel.

Le salaire du président-directeur général du groupe Air France Alexandre de Juniac, parti en juillet 2016, avait augmenté de 65 % grâce à une part variable principalement indexée sur les résultats financiers.

 

 

 

  

Jeudi 23 février 2017

Ericka est bien gentille mais le cadeau de solidarité à la Polynésie est maigrichon compte tenu du coût des intempéries et des dommages : 350 millions cfp ! Pas de quoi pavoiser quand les dégâts se chiffrent en milliards.

Editorial

On s'accuse puis on s'embrasse...à Paris !

François Bayrou n'avait pas de mots assez durs ni de comparaisons assez ironiques contre Emmanuel Macron  avant de décider de se lancer dans une campagne présidentielle, toujours onéreuse. Du coup, il a choisi la meilleure solution, compte tenu de l'engouement que suscite Macron dans l'opinion, même s'il subit des hauts et des bas, en lui proposant de l'accompagner. Il ne s'agit pas "d'une alliance" mais "d'une entente" entre deux hommes dont l'un est l'une des figures les plus respectables du paysage politique français , juste au moment où les déclarations du jeune candidat à l'Elysée subissent un retour de flammes dans l'opinion, suivi d'une chute dans les sondages liée à ses déclarations maladroites sur la colonisation et le mariage homosexuel.

Mais le leader du Modem qui l'accusait il y a encore quelques jours  d'être le candidat des "forces de l'argent", "de la grande finance", rallie en fait ce qu'il a toujours dénoncé. Comme quoi...

Bayrou qui dit lui même n'être candidat à rien, n'a eu qu'une seule exigence pour rejoindre Macron, la promesse d'une "loi de moralisation de la vie publique", au cas où  ce dernier accède à la plus haute marche du podium et d'instaurer de facto "la proportionnelle et la socialisation du programme  Macron" afin de limiter le danger, celui de Marine Le Pen.

Sur François Fillon dont il ne prononce pas le nom, le Robespierre de la République, impitoyable, n'a pas de mots assez durs pour le condamner : " le dévoiement des affaires révèle non seulement l'existence de privilèges et de dérives mais ce qui est plus choquant encore, l'acceptation tacite et presque unanime de ces abus". Sous-entendu, il n'a pas honte de lui-même et poursuit une campagne auprès des Français qui, le premier choc passé, semblent accepter les dévoiements dénoncés.

En face on retrouve  un Front national Marine qui caracole toujours à la première place avec 28% d'opinions favorables, loin devant les autres. Il faut dire que si Macron ne dévoile toujours pas son programme , Marine Le Pen, elle, ne perd pas de temps et distribue, par militants interposés le fascicule de ses 144 engagements pour la France. On y trouve des promesses intéressantes comme celle de permettre la représentation de tous les Français par le scrutin proportionnel. Ce que souhaite également le Modem. D'autres qui le sont moins. Mais chose plus importante et qui fait tilt dans l'opinion, elle propose d'abaisser le nombre de députés à 300 contre 577 aujourd'hui et le nombre de sénateurs à 200 contre 348 aujourd'hui...Etc...Sans compter qu'elle est la seule candidate. à présenter un programme pour les Outre-mers aussi. Bref, elle est devenue pour tous les candidats: "Marine la menace". Ce qui n'est pas pour lui déplaire...

 

 

Chacun a droit aux bananes dans cette campagne :

 François Hollande

François Hollande devrait rembourser les dépenses de ses frasques de potache et être mis en examen : Ni marié, ni pacsé, il n’a fait l’objet d’aucune attaque d’aucun journal ni de parquet financier et pourtant :

-      l’Élysée avait consacré un budget à Valérie Trierweiler, une de ses copines. La Cour des Comptes en dévoile le montant dans un chapitre de son rapport sur les dépenses de la présidence de la République pour l'ensemble de l'année 2013. On apprend ainsi que la
rémunération brute annuelle des cinq collaborateurs directs de la copine de l’homme au scooter s’élevait à 396.900 euros, soit une moyenne de 33.075 euros par mois. Valérie, qui a découvert un jour que son mari la trompait avec Julie Gayet, a cassé des bibelots du Château pour une valeur de 3 millions d’€ ! Son propriétaire a-t-il réparé cette bavure ? Sinon, sera-t-il mis en examen par le parquet financier ?

-      
Julie Gayet, une autre copine bénéficie d’une protection policière de coût 400.000 euros par an.

-     
Le salaire du coiffeur du président est de 8000 €/mois ! Plus que n’importe quel attaché parlementaire !

-      La fille de François Hollande et de Ségolène Royal,
Flora, a eu droit à un véhicule et à un logement de la sous-préfecture de Calvi pour ses vacances de juillet. Elle venait assister au festival Calvin on the rocks. La jeune femme de 24 ans et ses amies ont été photographiées par le magazine, y compris une photo où on la voit embarquer dans un véhicule officiel pendant le festival….
Et l’on pourrait allonger ainsi la liste des abus de notre président.
 

 

Benoît Hamon, représentant d'une gauche extrême vit dans l'opulence


La femme de Benoît Hamon s'appelle Gabrielle Guallar, et elle occupe un poste à la direction de LVMH, le géant français du luxe, en tant que responsable des affaires publiques. Elle occupe son poste à la direction de LVHM depuis juillet 2014, alors que son mari venait d'être nommé ministre de l'Education nationale. Quoi qu'il en soit, le poste de sa femme pourrait ternir l'image de candidat de la gauche de la gauche que Benoît Hamon a incarné à la primaire socialiste. Sa femme gagne désormais 350 000 euros par an
Hamon annonce qu’elle n'a jamais voulu jouer un rôle public en politique. Cependant elle a été récemment auditionnée par une commission spéciale du Sénat sur la loi Macron. Une loi pour "la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques" dont elle dira le plus grand bien. Gabrielle Guallar intervenait en tant que chargée de mission pour le secrétaire général, Marc-Antoine Jamet, auprès de la rapporteure du texte au Sénat, Catherine Deroche. Et elle intervenait à dessein dans ce dossier : le magasin Sephora des Champs-Élysées, filiale de LVMH, avait été condamné en 2013 à fermer ses portes à 21 heures par cour d'appel de Paris alors qu'il disait réaliser 20% de son chiffre d'affaires après cette heure. 
 
-     
Benoit Hamon, en qualité de député, gagne 12 870 € x 12 soit 154 440 € annuels. Avec sa concubine, on peut donc estimer qu’ils forment
un couple disposant d’environ 500 000 €  de revenus annuels, soit largement plus que 99,98% des Français

 

La ministre du Tourisme polynésien, Nicole Bouteau, a reçu, mardi, le Conseil des Professionnels de l’Hôtellerie (CPH) représenté par ses coprésidents Nicolas Gautier, Thierry Brovelli, Didier Lamoot et Christophe Guardia.

 

Le ministre des Solidarités, le docteur Jacques Raynal, accompagné du docteur Jean-Marc Segalin, responsable du bureau des pathologies infectieuses, de son assistante, l’infirmière Evelyne Lecalvez et de la chef de projet, Hautia Prokop, a présenté, ce jeudi, à la Direction de la santé, le lancement de la campagne POD (Prise Observée Directe) 2017, qui aura lieu du 1er mars au 30 avril 2017, et qui concernera les îles Sous-le-Vent et les Marquises Sud.

Dans le cadre de la mise en œuvre du schéma d'organisation sanitaire et de l’évolution de la Protection sociale généralisée, le ministre de la Santé, en charge de la réforme de la protection sociale généralisée, a organisé ce jeudi, sept ateliers portant sur des point relevant de ces thématiques.

 

Le ministre du Développement des ressources primaires, des Affaires foncières et de la Valorisation du domaine, Tearii Alpha, a rencontré, jeudi matin à Paris, le président de l’Ifremer, François Jacq. Les discussions ont porté sur le développement en Polynésie française, de la recherche et des pistes d’exploitation dédiées aux ressources marines.

 

 

Secosud choisit Edt-Engie pour son électricité.

Le comité syndical du Secosud a voté en faveur de la proposition d’Edt-Engie, personne n'en doutait. Le comité syndical a voté pour la sécurité. Sur place à Taravao, plusieurs opposants ont manifesté devant le siège du syndicat. Anthony Jamet devrait s'expliquer à 16 heures, lors d’une conférence de presse ...

Le député Tahoeraa/LR Jonas Tahuaitu, élu  de la commune de Teva i Uta a annoncé le dépôt d'un recours en justice, dans la journée pour contester la régularité de ce vote.

 

Qui va tenir le flambeau de Secosud

C'est ce matin que doit être choisi le délégataire du service public par le comité syndical de Secosud. Lourde tâche que celle d'assurer la fourniture d'électricité dans les communes du Sud jusqu'en...2034. Et la bataille devrait ferrailler entre EDFT/ENGIE et Teva Rua Nui avec tous les dessous combinards  politiciens qui se jouent dans ce genre de compétition. L'UPLD et son amazone aiguisent leurs armes quand Engie conserve un calme olympien.

   

Soirée de gala de bienfaisance du Rotary Club de Papeete-Tahiti

Le Rotary Club de Papeete -Tahiti, présent par ses actions en Polynésie française depuis 1959, fête l’anniversaire de la remise de sa charte et les 100 ans de la Fondation Rotary lors d’une grande soirée « gala de bienfaisance ».

La soirée annuelle de gala du Rotary-club de Papeete-Tahiti sera organisée le samedi 25 février 2017 dans les salons de l’hôtel Intercontinental

 

 

Mercredi 22 février 2017

Editorial

Décidément l'année 2017 commence d'une manière atypique pour la politique et cruelle pour la vie de nos concitoyens, malheureusement ceux des plus défavorisés par la vie.

En fait, dans ces péripéties d'une campagne déplumée qui voit s'effacer l'ordre et la rigueur " des neiges d'antan", son clivage idéologique, ses valeurs et ses pronostiques si évolutifs, on constate que l'ambition tenaille de plus en plus fortement les hommes politiques. Tenez, prenez François Fillon. Après un épisode de mort cérébrale où tous les observateurs, commentateurs, débateurs le croyaient perdu à jamais, il s'est relevé de son lit mortuaire et a repris sa campagne, là où il l'avait laissée, en lui donnant même une élasticité nouvelle, avec des améliorations quant à son programme, grâce à ses excellents docteurs de la PNF. Il faut sauver le seul candidat de la droite. Aucun autre chez les Républicains n'est donc en position de champion. Comme c'est triste un tel aveu de faiblesse.

Et voilà qu'arrive tel Duguesclin dans la bataille du pouvoir, l'increvable François Bayrou avec une proposition " longuement réfléchie" a-t-il souligné : une alliance avec le jeune Macron qu'il vomissait il y a peu.

 Pan ! Boum! Hue! Il dit avoir été frappé par la gravité de la situation. Il a mis son heaume et son armure, a sauté sur son cheval préféré et le voilà aux côtés d'un autre champion, Macron, après plusieurs tentatives loupées de sauts d'obstacles à partir de 2002. Ainsi va la vie...Les différences d'âge, de style, de fumigènes vont pouvoir faire ricaner la grande presse parisienne.

Mais...mais comment devenir un orateur professionnel envoûtant comme Macron. Le naturel n'y a pas sa part contrairement à ce qu'on nous laisse voir et prouve que l'amateurisme n'a plus sa place ni les vieilles habitudes, ni les vieilles lunes. Bien sûr qu'il existait déjà des professionnels de la formation des débats et de la parole politique auxquels aucun de nos hommes politiques, en Polynésie comme à Paris,( sauf peut-être Sarkozy) qui piétinent  comme en 40, n'ont jugé utile  d'apprendre quelques ficelles. Macron, en est un pur produit, même les mots changent. On trouve " la team ambiance", les ambianceurs, le développeur etc...

Voilà comment on fait pour l'ambiance d'abord :

Les membres de « Team ambiance » sont des sortes de trolls de la bonne humeur. Macron fait salle comble, la foule est en liesse, c'est le résultat d'un scénario savamment et numériquement élaboré. Le 4 février dernier, à Lyon, Emmanuel Macron est sur la scène du palais des sports de Gerland. En coulisse, la Team Ambiance se dissémine dans la foule encore tiède. Il va falloir faire grimper la température avant l'entrée en scène du candidat. Connectés à leurs smartphones, les ambianceurs reçoivent des injonctions d'exaltation en temps réel.

Qui est le candidat préféré de la jeunesse française?
Les « Lâchez des "bravos", des "il a raison", du spontané! » « Je veux du "Macron Président!" et du "On va gagner!" » ajoutés a des plans caméras serrés sur les sympathisants les plus essoufflés par l'allégresse, sont des « artifices utilisés habituellement lors des émissions de divertissement », et dans le contexte de la présidentielle, « les répercussions sont toutes autres », commente Christophe Geoffroy, contacté par Sputnik.
« Je trouve ces pratiques discutables, car cette utilisation à outrance de la manipulation par l'image fausse le jugement des spectateurs, mais également des journalistes qui relatent un enthousiasme et une adhésion qui s'avère être factice. »

Le développeur de 38 ans ne cache pas son penchant pour le candidat opposé, Jean-Luc Mélenchon, mais réfute l'idée selon laquelle il aurait voulu faire un croche-pied au candidat « En marche! »

« Les électeurs doivent faire un choix qui va impacter l'avenir du pays sur les cinq prochaines années ainsi que notre position sur l'Europe et dans la scène internationale. Ce n'est pas un choix qui doit se faire à la légère et encore moins en se basant simplement sur un spectacle. »

Un spectacle, certes, mais tout le monde utilise des chauffeurs de salle. Les pratiques sont courantes en meetings politiques, mais redoutablement développées par Emmanuel Macron, adepte du digital, estime Antoine Lefebure, historien des médias et expert des technologies de la communication:
« C'est comme pour un film: on va filmer ceux qui s'agitent le plus, ceux qui ne s'agitent pas restent dans l'ombre. Si au montage on coupe ceux qui ne s'agitent pas, on dit "c'est de la manipulation". C'est du montage! Il y a une intention de donner une image positive de ces meetings, ce n'est pas une manipulation, c'est une intention. Les partis politiques, Macron comme les autres, ont des intentions, et tout ce qu'ils peuvent faire pour donner une image positive d'eux-mêmes (utiliser des gens pour chauffer la salle, utiliser des moyens électroniques, utiliser du marketing), ils l'utilisent. »

Une stratégie digitale bien rôdée

Derrière la sémantique de ses discours, se cache aussi une stratégie digitale bien rodée. Le côté start-up dans son mode opératoire est clairement assumé. Il s'adresse à l'électeur comme au consommateur de politique, preuve en est avec le fameux « diagnostic » de la France. Macron a désormais un atout maître en main, puisqu'il dispose une vaste banque de données, amassées lors de la première étape de sa quête du pouvoir. Des milliers de marcheurs ont collecté environ 100 000 témoignages de français. Une « start-up en stratégie électorale », a recueilli le verbatim des interrogés, et c'est une PME spécialisée dans « le traitement automatisé du langage », et qui n'avait jamais travaillé pour des politiques avant, qui en a extrait l'essence sémantique qui fournit à Emmanuel Macron les éléments de langages adaptés à son auditoire, en fonction des préoccupations de certaines catégories socioprofessionnelles identifiées par exemple.

Macron dans le viseur du Kremlin? Sputnik s’attire les foudres de la presse française
Les retours des consommateurs « politiques » doivent aussi permettre d'adapter le produit final, c'est-à-dire le programme, encore manquant à deux mois du scrutin. Des méthodes qui s'inspirent de la stratégie électorale digitale adoptée par Barack Obama en 2012, idéal pour charmer les indécis ou abstentionnistes, selon Antoine Lefebure

« C'est le seul homme politique en France qui a compris que les outils du marketing, les outils qui servent aux entreprises, avec beaucoup de succès, à vendre tous les jours des yaourts ou autre chose, peuvent être mis au service d'une cause politique. Ça ne veut pas dire que la cause politique est nulle et ça ne veut pas dire que c'est honteux de faire ça, simplement il est un peu en avance, comme ce qui se fait aux États-Unis. Aux États-Unis, il y a des activités de communication autour des candidats qui sont incroyablement sophistiquées en termes de marketing, qui utilisent tous les modèles de la communication de produit, et qui prennent les électeurs pour des consommateurs de politique. Macron est le premier à faire ça en France. »

Une technique aussi pour que le candidat ne s'évente pas et garde toute saveur, « Gardez les "Macron Président" au bon moment », comme dirait la Team Ambiance. Manipulation ou bonne intention? Innovateur ou imposteur?

« Si on pense sur le fond que ses meetings sont intéressants, eh bien tous les moyens sont bons pour mettre de la bonne ambiance. Si on pense que ses meetings sont toxiques, on va dire que c'est discutable », conclut Antoine Lefebure.

https://fr.sputniknews.com/france/201702161030124341-france-macron/

 

 

 

 

 

Extrait du conseil des ministres.

Approbation du budget prévisionnel de l’OPT pour l’année 2017

L
’année 2017 s’inscrit dans la continuité de la mise en œuvre du plan d’actions des orientations stratégiques « Ambition 2020 », déclinées en sept grands chantiers et approuvées par le conseil d’administration du 27 octobre 2015.

Un plan de communication sera arrêté au 1er trimestre 2017 ayant pour objectif de mettre en œuvre la réorganisation du groupe OPT (Office des postes et télécommunications) marquée par la création de l’opérateur Télécoms intégré et l’opérateur postal, confirmant ainsi la cible organisationnelle 2018.

Le montant total des produits s’élèvera en 2017 à 17,334 milliards Fcfp et le total des charges s’établira à 16,304 milliards Fcfp. Il en résulte un excédent prévisionnel net de un milliard Fcfp.

Le programme des investissements 2017 s’élèvera à 10,788 milliards Fcfp. L'étalement de la réalisation de ce programme se traduit, en 2017, par l'inscription de crédits à hauteur de 6,823 milliards Fcfp dont :

- 780 millions Fcfp au titre de la poursuite des opérations d'investissement,
- 305 millions Fcfp concernant des mesures de renouvellement,
- 5,738 milliards Fcfp pour les mesures nouvelles, dont 4,5 milliards Fcfp pour le câble domestique Natitua reliant Tahiti aux Marquises et aux Tuamotu.
-
Le financement des investissements est assuré partiellement par :

- l'autofinancement à hauteur de 3,136 milliards Fcfp
- les subventions du FEI (Fonds exceptionnel d’investissement) au titre de Natitua pour 525 millions Fcfp
- l’aliénation d’immobilisations pour 69 millions Fcfp.

En conséquence, le fonds de roulement sera en contraction de 3,245 milliards Fcfp hors financement de l’Etat pour le câble sous-marin Natitua.


Outre 62 millions versés à certaines communes, nous avons relevé :

Projet de loi du Pays portant fractionnement de la CST sur les traitements, salaires, pensions, rentes viagères et indemnités diverses

Le gouvernement a été saisi d’une demande d’atténuation de la CST (contribution de solidarité territoriale) applicable aux indemnités de départ volontaire versées aux agents de l’Assemblée de la Polynésie française sur le fondement de la loi du Pays du 30 janvier 2017.

Pour rappel, la CST s’applique mensuellement aux traitements, salaires, pensions, rentes viagères et indemnités diverses selon un système de tranches progressives. Ainsi, plus le revenu imposable est important et plus il active les tranches d’imposition élevées.

Toutefois, lorsque l’indemnité versée présente un caractère différé ou complémentaire à des salaires précédemment versé, elle est fractionnée puis rapportée à chaque mois auquel chaque fraction est rattachée. L’employeur ou débiteur de revenus doit ensuite calculer la CST complémentaire théorique propre à chaque mois considéré puis totalise la somme de CST à reverser. Ce système de fractionnement permet en quelque sorte de diluer l’indem
nité sur plusieurs mois et ainsi d’éviter la progressivité dans les tranches d’imposition.

La mesure proposée au travers du projet de loi du Pays a pour objet de transposer ce dispositif de fractionnement bénéficiant aux revenus différés ou complémentaires aux indemnités de départ volontaire des agents de l’Assemblée de la Polynésie française, de manière à limiter l’imposition jusqu’à un taux maximum de 7%, au lieu de 25% dans les conditions normales. Une telle mesure donnera tout son sens à la loi du Pays précitée en rendant les départs volontaires véritablement incitatifs.

 

Présidentielle: Malgré ses engagements, François de  Rugy et François Bayrou choisissent de soutenir Emmanuel Macron

J'« accepte l’alliance proposée par François Bayrou », a dit Emmanuel Macron à l’AFP, soulignant que cette offre marquait « un tournant de la campagne présidentielle », mais aussi « de la vie politique ».

« L’alliance proposée par François Bayrou porte sur les valeurs et les idées » et « s’inscrit pleinement dans la démarche de renouvellement et de rassemblement qui, depuis le début, est la nôtre. C’est pourquoi je l’accepte », a souligné l’ancien ministre de l’Économie, qui rencontrera « dès jeudi » le maire de Pau.

Une « solution inédite »

Quelques heures plus tôt, François Bayrou a fait une « offre d’alliance » à Emmanuel Macron, réfutant tout « ralliement » ou « ticket » avec le candidat d’En marche !.

« J’ai décidé de faire à Emmanuel Macron une offre d’alliance », a déclaré le président du Mouvement démocrate (MoDem) lors d’une conférence de presse au siège du parti à Paris, évoquant une « solution inédite » et « un geste d’abnégation ».
 




PSG : "L’aveu d’échec" écrit le Tahoeraa


La Ministre des Outremer, Ericka Bareigts, propose à Edouard Fritch une mission de l’IGAS pour aider à la réforme de la PSG. L’Etat fait implicitement le constat d’échec d’Edouard Fritch sur ce dossier essentiel. Edouard Fritch se retrouve ainsi désavoué par l’Etat, comme l’a été en son temps Gaston Tong Sang. Après la première mission de l’IGAS imposée au président Tong Sang et le rapport d’Anne Bolliet, le Pays s’était engagé à mettre en oeuvre rapidement cette réforme de la PSG. Il s’était aussi engagé à prendre un certain nombre de mesures urgentes lors de la signature de la convention qui devait consacrer le retour de l’Etat au financement du RST. Il avait même recruté Luc Tapeta comme conseiller spécial pour mettre en oeuvre ces réformes. Qu’a-t-il fait durant deux ans et demi ? Aujourd’hui il fait appel au Docteur Jacques Raynal pour faire avancer ce dossier.

Après avoir laissé le président Fritch à la manœuvre, l’Etat est aujourd’hui obligé de constater son incapacité à engager les réformes prévues dans la convention, ce qui l’oblige à reprendre la main. La Ministre des Outremer a clairement déclaré mercredi soir que le retard de versement de l’Etat au financement du RSPF était lié aux engagements du pays pour réformer la PSG. L’échec de ce dossier résonne comme un aveu d’incompétence.

A cette époque, le Tahoera’a Huiraatira avait mis en garde le président Fritch, non seulement sur l’urgence de cette réforme de la PSG, qui était un engagement majeur de son programme électoral, mais aussi sur la portée des conditionnalités liées au retour concomitant de l’Etat au RST et pour lesquelles Edouard Fritch s’était engagé seul à Paris, en verrouillant les engagements du pays. Mais à écouter le président Fritch, plus courageux que tous les autres avant lui, nous allions voir ce que nous allions voir. Deux ans et demi plus tard, c’est tout vu : les effets d’annonce ont laissé place à l’enlisement ! La PSG connaît le même sort que le projet aquacole de Hao et celui du Tahiti Mahana Beach.

A force de « donner du temps au temps », comme il le disait lundi soir dans l’émission - Sans Tabu - sur le plateau de Polynésie Première, notre pays va dans le mur. Sous couvert de « concertation » et de « dialogue », le président Fritch masque en réalité son incapacité à décider. Les propos lénifiants sur le partenariat Etat/Pays et les autosatisfactions prononcées comme des incantations hier soir à la présidence ne trompent plus personne ; elles apparaissent pour ce qu’elles sont : des écrans de fumée qui ne parviennent plus à faire illusion.

 

Opinion

Mes chers amis : je ne vous étonnerais guère si je vous dis que je suis pour la suppression du parasitisme politique en général et celui du Sénat en particulier.
Beaucoup en parlent, beaucoup y pensent, mais personne n’agit. Je rêve d’un référendum en la matière seul moyen possible d’avoir une réponse citoyenne..... Mais ??
Avec toutes les techniques modernes de connaissance du peuple et de ses aspirations, tout autant que ses difficultés diverses, on n’a vraiment plus besoin des sénateurs et d’un nombre pléthorique de députés (577 actuellement) qui justifient leur fonction par le soit-disant “relais d’opinion qu’ils jouent pour le pouvoir central” (c’est bien cher payé !!!). Je pense que 15 députés par Région (il y en a 13) + 1 par DOM et 1 par chacune des autres collectivités d’outre-mer serait amplement suffisant . Et tant pis pour la Polynésie française qui a le record de représentation avec 3 députés + 2 sénateurs pour la très modeste population de 275.000 habitants.

Pour la Cour des comptes, la France va devoir se serrer (gravement) la ceinture .....................

La Cour des comptes appelle à redoubler d’effort face au gâchis d’argent public . Pour moi, aujourd’hui, et comme je l’écris souvent, il n’y a plus de dépense publique mais un “véritable gaspillage des deniers publics”. Sylvain.



 

Au tour de Marine Le Pen d'être dans le collimateur

L’enquête s’accélère. Thierry Légier et Catherine Griset, le garde du corps et la cheffe de cabinet de Marine Le Pen ont été placés en garde à vue ce mercredi matin par les policiers de l’Office anticorruption (Oclciff), dans le cadre de l’enquête ouverte par le parquet de Paris sur des soupçons d’emploi fictif qui pèsent sur le FN au Parlement européen.

 Les auditions de ces deux proches de la présidente du FN, confirmées par une source frontiste, ont lieu dans le cadre de l’enquête confiée par le parquet de Paris à des juges d’instruction depuis décembre. Ces auditions interviennent deux jours après une perquisition au siège du Front National à Nanterre. (AFP)

 

Une mission de l'Igas pour s'occuper de la PSG. Une réforme dont n'arrive pas à s'occuper les responsables du Pays depuis des années. Une claque !

Ericka Bareights a rejoint la froidure de Paris en promettant à la Polynésie un cadeau de soutien de l'Etat pour les ravages des pluies à la Polynésie : 350 millionsCFP . Espérons que cette somme prendra une décision à grande vitesse pour arriver jusqu'ici, au contraire des 900 millions pour le service d'oncologie promis par François Hollande il y a des mois. Et comme l'avait dit le haut commissaire à son premier déjeuner de presse avec une grande lucidité : " vous savez c'est long pour signer un décret "!!!!"

 Puis,  avant son départ, la ministre a déclaré que le retard du versement de l’Etat au financement du RSPF était lié aux engagements du Pays pour réformer la PSG. La ministre a également annoncé que l’Etat avait proposé une « mission de l’IGAS » au Pays pour l’accompagner dans ses réformes. Oups, une claque !

L’information a été lâchée mardi soir par la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, lors de la conférence de presse concluant sa visite officielle de cinq jours en Polynésie a expliqué Radio1. Le versement tardif du financement de l’Etat au régime de solidarité de la Polynésie française (RSPF) pour 2016 est encore conditionné à l’engagement de réformes du Pays pour sa protection sociale généralisée (PSG). « C’est l’engagement (du Pays) », a rappelé la ministre qui a assuré que cette somme était néanmoins « disponible et inscrite au budget ». Une somme rondelette qui représente encore 350 millions de Frs au titre de l’année 2016 et qui représentera encore 1,4 milliard de Fcfp en 2017.

A ce propos, la ministre a annoncé avoir proposé au Pays une « mission de l’Igas pour accompagner le Pays pour rentrer dans les réformes » de sa PSG. Un apport « technique » proposé « tout récemment » au Pays qui n’a pas encore accepté.
 

 


Quand le tribunal administratif et son président Le Tallec  "se pose sur la pose" des compteurs de Arutua, Apataki et Kaukura, il décide
selon le droit que ce marché est annulé avec la société Electro-service classée en troisième et dernière position au vu de la concurrence, considérant par ailleurs que la lettre d'observation du maire de la commune d'Arutua n'apporte pas de motifs suffisants pour modifier la position du président du tribunal administratif sur un marché  entaché d'illégalité, le tribunal administratif l'a  annulé. Vlan ! Et d'une...

 

Et de deux :  La SAS SPEED  

 

Par une requête enregistrée le 21 juin 2016 et un mémoire enregistré le 5 octobre 2016, présentés par la SELARL Mikou, société d’avocats, la société par actions simplifiée polynésienne de l’eau, de l’électricité et des déchets (SAS SPEED) demande au tribunal, dans le dernier état de ses écritures :

1°) à titre principal, d’annuler le marché conclu entre la commune de Moorea-Maiao et le groupement EGIS Eau - Pae Tai Pae Uta (PTPU) pour l’actualisation du schéma directeur d’assainissement des eaux usées de la commune, et à titre subsidiaire de le résilier ;

2°) de condamner la commune de Moorea-Maiao à lui verser une indemnité de 6 127 436 majorée des intérêts au taux légal à compter du 16 septembre 2016 ;

3°) de mettre à la charge de la commune de Moorea-Maiao une somme de 500 000 F CFP  au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.

     La requête de la SAS SPEED est rejetée.

 Article 2 : Les conclusions présentées par la commune de Moorea-Maiao au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

 Article 3 : Le présent jugement sera notifié à la SAS polynésienne de l’eau, de l’électricité et des déchets, à la commune de Moorea-Maiao et au groupement EGIS Eau - Pae Tai Pae Uta.

Et  le tribunal administratif poursuit sans discontinuer sur les affaires apportées à son jugement, affaires multiples, variées, parfois contestées mais toujours jugées dans les règles du droit. Un avantage du juge administratif où l'émotionnel n'a pas lieu d'être. Le droit, rien que le droit. Et de trois :

MIRI: l'impossible parcours

Comme nous l'écrivions plus haut l'émotionnel n'a pas de prise sur le tribunal administratif.

Dossier épineux que celui du lotissement MIRI dont le tribunal administratif vient de valider le rejet des permis de construire. Et là le droit n'est pas compris par tous de la même façon sur la propriété réelle. Hier le président Le Tallec estimait au contraire que lorsqu'un particulier déposait un permis de construire alors que le droit de propriété était remis en cause, il ne pouvait pas, bien évidemment, l'obtenir. Il apparait que les propriétaires  de ce lotissement ont acquis leur terrain de personnes n'étant pas elles-mêmes propriétaires. Triste affaire.

 

 

 

 

Mardi 21 février 2017

 

Suite à la démission de Nuihau Laurey du gouvernement Fritch, l'ancien ministre redescend à l'Assemblée, cela étant il pousse Maina Sage dehors. Elle ne sera plus représentante Tapura et si elle n'est pas élue députée compte tenu de la campagne des candidats du Tahoeraa entrainés sur le terrain par "le vieux lion" tous les soirs, elle n'aura plus rien. Sauf a être récupéré dans le staff de JC Bouissou.

Lire ci-dessous, Mario Banner nommé patron de la DSP et François Perrault à l'ambassade de France au Brésil.

 

Editorial

La Polynésie est-elle en état de " casse social" avec les intempéries ?

Les commentateurs s'insurgent contre Trump qui ne fait pourtant qu'appliquer ses promesses de campagne, le tournent en dérision, le rabaissent au rang d'imbécile chronique ne sachant pas gouverner, glosent sur ses décrets, mais  ne disent pas un mot ou si peu, sur les exactions du président syrien Bachar el Assad , ni de la dictature fascisante qui s'installe doucement en Turquie avec Erdogan et  ses excès dont près d'un millier de personnes emprisonnées après le coup d'Etat manqué  pourrissent dans de sinistres cachots . Non, bien sûr, Trump c'est plus rigolo et beaucoup moins dangereux : imprévisible, incompétent, versatile etc...N'en jetez plus la cour est pleine. Et les autres? Ils peuvent assassiner tranquillement leurs opposants, les emprisonner à vie, ce qui est pire que la mort dans ces lieux où la torture est monnaie courante, où l'on vous scalpe de la tête aux pieds dans des souterrains putrides, où l'on vous pend par package de dix, ça va plus vite. Pas une seule manifestation dans le monde. Pourquoi se gêneraient-ils ?

Les Polynésiens, eux, ne font pas face à des dictateurs mais à la loi frimeuse et sans pitié de la nature quand elle se fâche. Les dictateurs, on peut encore s'en débarrasser, parfois, mais la nature, elle, est implacable quand elle se déchaîne. Elle déploie la rouge tunique du malheur avec la pluie, la boue quand ce n'est pas le vent. Les malheureux qui en font les frais ne sont pas de taille à lui tenir tête et comme pour s'excuser du malheur qu'elle a lâché comme autant de fumigène, elle fait à nouveau briller le soleil et sécher les pleurs quelques heures plus tard quand elle est redevenue de bonne humeur.

 La ministre des Outre-mer l'a fort bien dit en substance lors de son interview télévisuelle " Cette visite m'a permis de voir de près la souffrance des Polynésiens et les dégâts de la pluie et de la boue" Ce sera peut-être plus facile pour elle de plaider auprès de ses pairs pour obtenir une aide financière de l'Etat afin que ceux qui ont tout perdu puissent se construire une nouvelle vie, loin des rivières...

Ericka Bareights, haute comme trois pommes, mais une volonté qui transparait dans sa façon de s'exprimer, sait bien qu'elle ne sera plus à son poste d'ici quelques semaines. Toutefois, elle entend bien, ce temps, le mettre au service de la Polynésie cruellement touchée par les intempéries et ce, dès son retour en métropole. Prudente, elle s'est bien gardée de tomber dans la politique politicienne en donnant son avis sur la bourde de Emmanuel Macron, en déviant la question posée d'un sourire.  Remarquons aussi au passage qu'elle a ignoré royalement le pot pourri de la technocratie Fillon et le bruit de ses casseroles. Sur ces deux cas, où d'autres ce seraient engouffrés, elle a dit "je passe". Bien joué Ericka !

Du grand Macron : "Je veux être président par ce que je vous aime !"

Et voilà qu'au fur et à mesure de ses discours, mon opinion évolue. Le discours de Toulon que je viens d'écouter a duré plus de 2h. Cet homme a du talent. Il sait tenir la foule qu'il n'a plus à séduire, car elle est sous le charme des mots et de ce qu'il prévoit, un peu comme un amoureux qui promet à sa dulcinée de l'emmener vers des pays inconnus.

Il la tient en haleine cette foule pleinement acquise, dose son rythme et son intonation, développe son programme mine de rien sur la sécurité, égratigne au passe Fillon et consort, enterre le FN, demande pardon sans faire trembler ses mots et tient en haleine jusqu'au bout du bout de son allocution ces milliers de "fans" enthousiastes, qui l'interrompent pour applaudir frénétiquement et auxquels, impassible, il ne dira d'ailleurs jamais "merci". Comme si cela allait de soi !

 C'est un grand acteur  qui sait poser un regard acéré sur la foule attentive, doué d'une mémoire colossale, d'un savoir parler insoupçonné. Il ne lasse pas, ne lit pas et n'a pas de prompteur. Du moins nous n'en voyons pas . Il soutient la police, les magistrats et la justice auxquels il donnera les moyens de leur action, de leur mission.. Leur envoie les messages qu'ils veulent entendre comme le font tous les politiciens habiles. Il explique sa tolérance zéro et dans la foulée ressort même la phrase célèbre du plus grand menteur de la République Cahuzac, en disant " je vais vous dire, les yeux dans les yeux, que ceux qui veulent la haine de la justice, la haine de l'autre, que je ne prendrai pas la même autoroute, la mienne est celle de l'exigence, de l'efficacité dans la réconciliation.."

II a contré Fillon et Sakozy sous les applaudissements  en pulvérisant l'abaissement à 16 ans la responsabilité pénale des jeunes. Il a fait huer le FN . N'a pas dit un seul mot sur les programmes de Hamon et Melenchon et pour cause, et a su expliquer son repentir pour avoir blessé en Algérie ceux qu'il ne voulait pas blesser en stigmatisant  les marchand de haine". Ila valorisé la magistrature, la police et les gendarmes. Et puis grandiloquent il a terminé en martelant : " "Je veux être président par ce que je vous aime" sous un tonnerre d'applaudissements.

Il le sera sans doute, faute de lièvre, mais mérite  d'être président, juste pour voir s'il  peut apporter la preuve que ce que l'on a entendu n'était pas que le rôle du moment, mais une vérité. Celle qui a fracassé d'émotion les militants et les convertis, et qu'il se chargera d'appliquer, si on lui prête vie, du haut de l'Elysée. Why not  ou what else ! Il a tout de même perdu 5 points.

 

Mario Banner nommé patron de la DSP, François Perrault à l'ambassade de France du Brésil

Et dans la foulée des chaises musicales, comme nous le titrons, le directeur commissaire divisionnaire François Perrault qui occupait ce poste de directeur de la DSP ira couler des jours heureux  à l'ambassade de France du...Brésil ! Une nomination au mérite. Il va faire des envieux et pas qu'un peu...

Mais voilà notre Mario à la tête de ce grand service qu'est la DSP ou se mêlent tragédie et politique. Rappelons qu'il est le premier Polynésien a avoir raflé le diplôme de commissaire de police et avoir intégré un service aussi pointu  dont il est aujourd'hui avec fierté totalement en charge... Les changements de postes en fin de mandat du président de la République vont bon train en France comme en Outre-mer et sa nomination pour occuper le fauteuil du directeur Perrault est pour lui et ses proches une grande satisfaction, ce n'est pas par hasard. Preuve qu'il a accompli à son poste un excellent travail.

 Cet épicurien, qu'on ne s'y trompe pas, n'est pas un homme facile sous une apparence bonhomme. Il va donc aussi loin qu'il peut dans ses investigations, celles d'un catéchisme policier rigoureux mais avec un point d'équilibre cependant, pour préserver la cohésion avec ses collaborateurs. Bref, il trace son chemin avec bonheur et balaye tous les obstacles qui pourraient se dresser sur son chemin. Y-en-a-t-il d'ailleurs ? On ne le pense pas. Cette nomination de chef de la DSP, engendre la poursuite d' un parcours sans faute sur les valeurs qu'il a la charge de défendre ou d'en percer les secrets. En moins de deux ans, de directeur du port autonome, le voilà patron de la DSP. Garde à vous !

 

 

 

Nouvelle vie pour Sarkozy : Les politiques retombent toujours sur leurs pattes !

L’ancien président de la République semble avoir définitivement tourné la page de la politique. Nicolas Sarkozy a rejoint le conseil d’administration de l’hôtelier AccorHotels, a-t-on appris ce mardi par voie de communiqué.

 L’ex-chef de l’Etat, éliminé le 20 novembre au premier tour de la primaire de la droite et du centre, a été coopté en tant qu’administrateur indépendant et va présider un comité de « stratégie internationale » afin d'« accompagner la vision internationale » du groupe a précisé AccorHotels.

 

Le Président du SECOSUD sort de sa réserve avant l'heure

 Pourquoi ? C’est que le climat de suspicion artificiellement créé par des publications répétées ne lui permet plus de travailler sereinement a-t-il souligné dans une conférence de presse.

Il a tenu a rappeler en conséquence certains points essentiels propres à rassurer la population qui compte sur Secosud pour faire le meilleur choix pour notre service public de la distribution d’électricité.  Voici ses remarques :

1. Je tiens tout d’abord à rappeler que pendant toute la procédure d’appel d’offres et de négociations, il est interdit de communiquer les éléments des offres des candidats pour éviter de vicier la procédure de mise en concurrence.

L’article II.3 du règlement de la consultation annexé au dossier de consultation des entreprises remis aux candidats le 19 août 2016, prévoit entre autres :

« Le respect du secret des affaires : l’Autorité concédante ne peut notamment pas révéler aux autres candidats des solutions proposées ou des informations confidentielles communiquées par un candidat sans l’accord de ce dernier » …

« Les candidats s’engagent à ne pas divulguer à des tiers le contenu de leur offre, durant ou après leur élaboration, jusqu’à la signature du contrat. L’Autorité concédante se réserve la possibilité de prononcer Syndicat pour l’Electrification des Communes du SUD de TAHITI – Immeuble CHONEL, local n°12 à Taravao, route de Tautira BP 7013 – 98719 TARAVAO – Tél. / Fax : (689) 40.57.08.28 – Email : secosudsecret@mail.pf 2 l’élimination de tout candidat en cas de non-respect de cette disposition. »

2. La procédure d’attribution du nouveau contrat de délégation de service public est en cours depuis plusieurs mois et j’ai veillé à respecter scrupuleusement la loi, aidé en cela par nos experts (juridiques, financiers – comptables et techniques) qui nous assistent depuis le début de la procédure. Vous comprendrez que l’historique du SECOSUD que vous connaissez pour avoir suivi de près le feuilleton, ne nous donne aucune envie de sortir des lignes fixées par la loi et les règlements. Nous sommes déterminés à aller au bout de la procédure d’appel d’offres dans le respect de la légalité et avec pour objectif le meilleur service public pour nos administrés.

Et comme le prévoit la loi, nous avons mené des négociations suivant des critères de jugement des offres prévus dans le règlement de la consultation, et au terme de ces négociations, nos experts ont rédigé des rapports d’analyse des offres objectifs et précis.

C’est à la lecture de ces rapports que j’ai fait un choix comme le prévoit la loi, et convoquer le Comité Syndical du SECOSUD pour le faire valider. Il n’y a donc aucun favoritisme car les négociations ont été menées en toute transparence, avec des élus du SECOSUD qui ont été associés à toute la phase de négociation du nouveau contrat de délégation de service public.

Et si mon choix est validé par le Comité Syndical le 23 février prochain, je communiquerai alors les éléments permettant d’informer et de rassurer la population des 4 communes du SECOSUD sur le choix que nous aurons fait.

3. Contrairement à ce que l’opinion public pourrait croire, influencée en cela par des communications médiatiques, les candidats ne fixent pas la grille tarifaire, mais sont tenus de présenter une offre de prestation globale annuelle que l’on appelle le Revenu Autorisé (RA). Sur cette base, le SECOSUD fixera ensuite les tarifs d’électricité.

L’offre financière : L’élément financier engageant les candidats s’appelle le Revenu Autorisé. C’est donc l’élément essentiel qui permet de comparer les offres des candidats.

 Le Revenu Autorisé est le chiffre d’affaire annuel auquel le concessionnaire peut prétendre.

 Le Revenu Autorisé le plus bas est un des critères de choix des plus importants en plus des garanties financières que les candidats doivent apporter. D’autres paramètres comme le montant des investissements d’extension et d’entretien des réseaux électriques rentrent également en ligne de compte. En effet, il convient de laisser à la génération future des installations en parfait état de marche.

Selon l’article 37 du cahier des charges de la concession, les tarifs sont fixés par l’Autorité concédante. Seul le SECOSUD décidera de la grille tarifaire en vigueur à compter du 1er mars. La grille tarifaire proposée par les candidats dans leur offre n’est donc qu’indicative…et présentée partiellement comme on a pu le voir ces derniers temps dans les médias, elle ne reflète pas la réalité du travail sur les tarifs qui, je le rappelle, incombe au SECOSUD. Notre responsabilité est de fixer les tarifs permettant d’atteindre le Revenu Autorisé qui, je le rappelle, est dû au concessionnaire.

 La grille tarifaire, pour faire simple, comprend 3 catégories : Les usagers domestiques, les usagers professionnels et l’éclairage public. Sur ce point, vous comprendrez aisément que toute baisse de tarif pour une catégorie d’usagers entrainera une hausse de tarif pour les autres catégories afin de conserver l’équilibre des recettes. Hélas, SECOSUD ne dispose pas d’autres recettes ou de subventions.

4. Ma responsabilité est aussi de retenir une offre qui soit légalement valable, ce qui implique qu’elle ait remplie toutes les conditions objectives requises par le Règlement Particulier de l’Appel public à Candidatures et par le Règlement du Dossier de Consultation des Entreprises. Faute de respecter ces conditions, l’offre retenue serait annulée par le juge. Et en ma qualité de Président, je me dois de respecter la procédure jusqu’à son terme, à l’opposé des personnes qui n’ont pas assisté aux négociations, qui ne connaissent rien du dossier et qui prétendent par voie de presse détenir des vérités. A la place, je dirai plutôt qu’elles détiennent l’art de la broderie médiatique pour continuer à exister sur le plan politique.

5. Rendez-vous le 23 février prochain, pour vous présenter mon choix (conformément à l’article LP 12 de la Loi du Pays n° 2009-22,) qui sera le meilleur pour la collectivité et les habitants des communes du SECOSUD.

Le candidat retenu pour les 17 prochaines années sera le candidat qui a présenté la meilleure offre sur l’ensemble des critères financiers, techniques et commerciaux.

 

 

Après la pluie, le beau temps et le sourire d'une bonne blague !

 La fable du bénévole.

Un jour, un fleuriste se rendit chez le coiffeur pour se faire couper les cheveux. Après sa coupe, il demanda combien il devait.
Le coiffeur répondit: "c'est gratuit, je fais du bénévolat cette semaine".
Le fleuriste s'en alla tout content.

Le lendemain, en ouvrant sa boutique, le coiffeur trouva à sa porte
une carte de remerciements et une douzaine de roses.

Plus tard, c'est le boulanger qui se présenta pour se faire couper les cheveux. Quand il demanda à payer, le coiffeur lui dit :

"
Je ne peux accepter d'argent, cette semaine, je fais du bénévolat".
Heureux, le boulanger s'en alla tout content.

Le lendemain, il déposa à la porte du coiffeur une demi-douzaine de croissants, avec un mot de remerciements.

Puis, ce fut le député du coin qui se présenta.
Lorsqu'il voulut payer, le coiffeur lui répondit :
"Mais non, cette semaine c'est gratuit, je fais mon bénévolat !"
Très heureux de cette aubaine, le député quitta la boutiqu
e.
L
e lendemain, quand le coiffeur arriva pour ouvrir,
une douzaine de députés et de sénateurs attendaient
en ligne pour se faire couper les cheveux gratuitement ...

Voilà, la différence fondamentale entre les citoyens de ce pays et les politiciens qui nous gouvernent.
Et il paraît que dans la file, il y avait même des chauves !!! ... Si, si !!!!



Tahiti Today partage cette analyse sans réserves.

Macron et l'Histoire

Les colonisations successives sont intrinsèques de l'histoire des peuples. L'homo sapiens a colonisé l'homme de Néandertal. Des empires se sont créés, ont parfois connu un âge d'or puis se sont délités.

Comment jauger une colonisation ? Par comparaison et au vu des critères de l'époque ? A-t-elle respecté les autochtones qui la précédaient ainsi que leurs valeurs ? A-t-elle instauré une civilisation qui a fait progresser l'Humanité ? L'historien peut donner des éléments objectifs d'appréciation mais le jugement global relève de la morale et non de l'histoire, morale qui évolue et qui est conditionnée elle-même par son passé.

 Au XIX ième siècle, il y avait encore des "hommes blancs" d'une haute valeur éthique qui s'interrogeaient pour savoir si "l'homme noir" avait une âme !
La pax romana a-t-elle eu un effet stabilisateur pour le bassin méditerranéen ? Les "invasions" arabes ont-elles engendré un âge d'or bénéfique pour une partie du susdit bassin et bien au-delà ? L'essai de colonisation de l'Europe par l'Allemagne nazie a-t-il offert un éclairage utile sur le cœur de l'homme ? La colonisation de l'Europe de l'Est par le régime stalinien – cautionnée par une bonne partie de l'intelligentsia et de la classe ouvrière françaises – a-t-elle offert un peu plus de bonheur aux peuples concernés ?

Critiquer la colonisation française est une lubie de la gauche bobo. Vouloir instrumentaliser, comme le fait Emmanuel Macron, ce marqueur à des fins électoralistes me semble une grave erreur de jugement. Est-ce de l'inconscience, une méconnaissance totale de la réalité historique ou du cynisme à l'état pur ?

J'ai déjà dit que le cas de l'Algérie devait être traité avec beaucoup de tact et de prudence. Il est vrai que l'alphabétisation et la mise en responsabilité des plus pauvres était plus qu'insuffisante et le fait que cette émancipation n'était pas souhaitée par la caste évoluée ne saurait être une excuse. Par contre, au lendemain de l'indépendance, tout fonctionnait parfaitement en Algérie : c'est donc dire que l'élite était bien formée et que de Gaulle avait su préserver, voire même construire, une économie saine ; la comparaison avec ce qui s'est passé en Irak est édifiante.

 De même, quelques années après l'indépendance, les coopérants français étaient chaleureusement accueillis : absolument rien à voir avec le rejet du "boche" après la "dernière guerre". Il a fallu le retour au pouvoir de de Gaulle pour commencer à lutter contre cette répulsion. Selon moi, l'attitude provocatrice, voire malsaine, de Macron évoquée plus haut est anti-gaullienne par essence.

Enfin, peut-on commencer à échanger sainement sur la colonisation française en Algérie ? NON. Car l'historien n'a pas encore pu effectuer le déchiffrage de base : il reste beaucoup trop de non-dits. Je n'en citerai que trois, parmi d'autres. Le génocide des harkis après l'indépendance. Le bilan de l'action du gouvernement algérien durant le demi-siècle qui a suivi l'indépendance. Le rôle déterminant de François Mitterrand dans l'utilisation de la torture durant la guerre d'Algérie ; la torture ne fait pas partie de l'ADN de l'armée française : Paul Aussaresses était méprisé par ses pairs. De même que les SS étaient détestés par les hauts responsables de l'armée allemande.

Par contre, la réhabilitation d'Abd el-Kader est une première étape que je cautionne sans réserve.

Vincent Sévigné.

Vincent Sévigné est un observateur indépendant. Enseignant-chercheur à la retraite, il a créé le blog neuro.over-blog.com et il est l'auteur de EXIGEZ La Réforme paru chez Edilivre.

 

 

 

Encore un courrier sous forme de lettre ouverte. Ce sera le dernier sur la colonisation qui n'en finit pas de faire des vagues on voit combien le sujet est toujours sensible.

Monsieur Macron,

      Lors de votre récent voyage en Algérie, vous avez accordé un entretien à la télévision algérienne. Quelques bribes de cet entretien ont été retransmises par les télévisions françaises.

Quand vous vous êtes lancés dans la bataille présidentielle, j’avoue avoir pensé : « Tiens ! voilà un homme qui semble sortir du lot. Il est nouveau, il n’est pas comme les autres. Cela peut-être intéressant et prometteur». Merde ! Quelle déception ! En fait vous êtes comme les autres politiciens qui flattent les électeurs potentiels d’origine maghrébine pour obtenir des suffrages.

     Dire que la colonisation est un crime contre l’humanité, une barbarie. Il faudrait s’en excuser auprès des algériens. Vous n’étiez pas encore né pendant cette période, alors qu’en savez-vous ? Moi si, et je peux vous en parler, ne serait-ce que pour que vous sachiez et que vous ne mourriez pas idiot. Pour que vous ne racontiez plus de conneries aussi grosses que vous.

     Je suis obligé de vous parler d’histoire afin de vous rappeler les faits. En 1830, l’expédition française, approuvée par tous les pays occidentaux de l’époque, y compris par nos ennemis héréditaires, les anglais, a été mise sur pied, justement, pour mettre un terme à la « barbarie » des barbaresques de l’époque qui écumaient, alors impunément, la Méditerranée en razziant les bateaux européens et américains et en mettant en esclavage les équipages et les passagers. Dans ce sens, je vous rappelle que des tentatives espagnoles, anglaises, hollandaises, voire américaines n’ont pas été couronnées de succès.

     Quel crime contre l’humanité a-t-il été commis ? Quel crime tout court, d’ailleurs ? Quand les français ont débarqué a Sidi-Ferruch, il y avait 1.800.000 indigènes sur cette terre, quand ils en sont repartis, il y avait 10 millions d’algériens. Est-ce un crime d’avoir soignés ces gens et de les avoir fait prospérer ? (A l’opposé de ce qu’ont fait les américains envers les indiens et les anglais envers les aborigènes en Australie et les maoris en Nouvelle-Zélande).

     Quand à la colonisation, j’ai la faiblesse de croire au contraire, M. Macron, qu’elle a été un bienfait. Et tant pis si j’en choque certains. Car enfin, qu’était ce pays en 1830 ? D’abord cela ne s’appelait pas l’Algérie, ce sont les français qui lui ont donné ce nom en mettant en place un gouvernement centralisé. Parce que l’Algérie de l’époque était constituées, de régions tribales, indépendantes les unes des autres, même si c’est la Turquie qui exerçait alors sont autorité. C’était, avant tout des marécages insalubres. La France y a construit des villes, des chemins de fer et des routes pour les relier. Elle a bâti des hôpitaux pour y soigner tout le monde, européens comme indigènes. Elle a édifié des établissements scolaires pour y éduquer tous les enfants, quels qu’ils soient. Elle a assaini tous les terrains. Voilà, M. Macron, l’œuvre de la colonisation. Pensez-vous vraiment que sans la France, l’Algérie serait un pays moderne actuellement ?A.L

 

 

Les patrons de l'OPT et de Vini font découvrir la TNT à la Ministre Ericka Bareights

 

Lundi 20 février 2017,profitant d'un rayon de soleil, la Ministre des Outre-mer Ericka BAREIGTS a effectué une première visite du site de Tahiti Nui Telecom sur les hauteurs de Papenoo, en compagnie  des représentants de l'Etat, du vice-président du gouvernement Teva Rohfritsch  de la députée Maina SAGE, et du président du CESC .

 La délégation a été accueillie et guidée par le président-directeur général de l’OPT Jean-François MARTIN, le président de VINI Yannick TERIIEROOITERAI, le président de TNT Paul DUGUE, le directeur des télécommunications de l’OPT Tehina THURET.

 Les cadres dirigeants de l’OPT se sont succédés afin de présenter les différentes structures visitées par la Ministre, à savoir la salle technique du câble Honotua où arrive le câble sous-marin, le Centre de transmission satellite qui fournit aux archipels éloignés tous les services de télécommunication, et la station Galileo qui l’un des sites stratégiques du programme spatial européen.

 À chaque étape Erika BAREIGTS n’a pas masqué son appréciation des moyens techniques et financiers déployés par le groupe OPT afin de fournir à la population polynésienne des moyens de télécommunications aussi importants, et ce en dépit des nombreuses contraintes géographiques liées à l’éparpillement des îles de la Polynésie française sur 5 millions de kilomètres carrés.

 La Ministre des Outre-mer a assuré ses hôtes du soutien de l’État à leurs efforts de développement de l’accès au numérique en faveur des Polynésiens, notamment pour ce qui concerne le financement du second câble sous-marin domestique qui desservira les Tuamotu et les Marquises.

 Le groupe OPT remercie la Ministre Ericka BAREIGTS pour sa visite et pour le message de soutien apporté par l’État à ses actions menées au service de la population polynésienne, aujourd’hui et demain.  

 

 

Tiens nous en parlions récemment et nous recevons ce dessin aujourd'hui !!

 







 

Dimanche 19 février 2017

On nous prévient que nous allons avoir à nouveau de fortes pluies et que l'aéroport est fermé. Faites très attention si vous êtes sur la route.

 

Précisions du Tahoera’a Huiraatira


Il n’y a à ce jour aucun rapprochement entre le Tahoera’a Huiraatira et le Front National.
Il est exact que le président du Tahoera’a Huiraatira a rencontré Monsieur Louis Aliot, vice-président du Front National, lors de son passage à Papeete. A cette occasion, il a également rencontré et échangé avec Monsieur Eric Minardi, représentant du Front National en Polynésie française. Ces échanges de point de vue font partie du débat démocratique et républicain. Pour autant, ils ne préfigurent pas un rapprochement.

Le président par intérim des Républicains, Monsieur Laurent Wauquiez, s’était engagé à transmettre au Tahoera’a Huiraatira un projet de protocole d’association qui prévoyait d’accorder à notre formation la représentation exclusive des Républicains en Polynésie française. Monsieur François Fillon, que le Tahoera’a Huiraatira a soutenu pour le second tour de la primaire de la Droite et du Centre, n’a pas souhaité donner suite à ces engagements et il a rejeté le Tahoera’a Huiraatira pour s’allier avec le Tapura qui avait fait campagne contre lui. Ce faisant, le candidat à l’élection présidentielle des Républicains a redonné sa liberté au Tahoera’a Huiraatira, qui est en réflexion.

Malgré cela, le Tahoera’a Huiraatira a transmis la profession de foi de ses candidats aux élections législatives, aux deux candidats de la Droite en course pour l’élection présidentielle : Monsieur François Fillon, candidat des Républicains, et Madame Marine Le Pen, candidate du FN. Il attend à présent d’eux qu’ils se prononcent sur le programme et les ambitions que le Tahoera’a Huiraatira porte pour le redressement et l’avenir de la Polynésie française. En tout état de cause, ce seront les instances dirigeantes du parti qui prendront la décision le moment venu.



 

 

 

Lettre ouverte à Emmanuel Macron de Bernard Debré

Monsieur le Ministre – ou devrais-je plutôt vous appeler « Monsieur le Conseiller de François Hollande », tellement vous avez été proche de lui, étant même l’inspirateur de sa politique économique qui a mis la France parterre. Peu importe ! –,

Il n’est interdit à personne de reconnaître ses erreurs. Etes-vous à droite, au centre ou à gauche ? Personne ne le sait. Vous tentez de garder votre secret, même si quelques indices percent et vous placent totalement à gauche de l’échiquier politique, cette gauche libertaire, « bobo » et inconstante.

Vos dernières déclarations sont incroyables. La France a donc, à vos yeux, commis un crime contre l’humanité lors de la colonisation. Repentance, condamnation ! Avez-vous pesé vos mots ? Non bien sûr et c’est impardonnable de votre part. Alors que vous voulez représenter la France au plus haut niveau, voici que vous la condamnez. Bravo ! Je vous rappelle qu’un crime contre l’humanité est imprescriptible. Vous demandez donc que notre pays soit jugé par le Cour pénale internationale. Beau début de campagne !


Mais vous n’en êtes pas à votre première bourde.

Vous avez, il y a quelques jours, déclaré qu’il n’y avait pas de culture française, niant Victor Hugo, Céline Druon, pour ne citer que ces écrivains alors qu’il y en a des centaines et des centaines qui ont façonné la culture française. Vous oubliez le Siècle des Lumières. Vous oubliez le rayonnement de la France par sa culture propre et enviée dans le monde entier. Désolant !

Même en France, vous méprisez les femmes et les hommes qui travaillent : « l’alcoolisme et le tabagisme se sont peu à peu installés dans le bassin minier », avez-vous dit à Hénin-Beaumont. Sans oublier que vous avez traité d’ « illettrés » les travailleurs de l’entreprise Gad de Bretagne.

Les Français n’accepteront pas d’être méprisés par vos propos irresponsables.


Vous voulez apparaitre comme un télé-évangéliste : « Saint Macron ». Ce serait plutôt « Saint Maclou » tant vos arguments sont au ras des tapis. Vous êtes un illusionniste médiatique sans programme, sans idée ou alors des idées qui varient dangereusement d’un jour à l’autre.

Il est temps que les Français s’aperçoivent de la vacuité de votre esprit uniquement tourné vers la propagande, vers les mots dangereux et trop souvent creux.

« Je vous aime furieusement », avez-vous dit à une foule qui était venue vous écouter. Monsieur le Ministre, une chose est certaine : vous n’êtes pas apte à devenir un Président de la République respecté et respectable.

Bernard Debré
Ancien ministre

Député de Paris

 

 Ericka Bareigts a eu un programme chargé avec notamment une cellule de crise suite aux fortes pluies et au vent violent qui ont fait rage sur Tahiti, et une grande partie des Tuamotu. Ce samedi, la journée est plus tranquille.

La ministre des Outre-mer se rendra à 14h40, à Moorea, où elle sera accueillie à son arrivée à Vaiare par le maire Evans Haumani. Suivra un dépôt de gerbe au Monument aux morts à la mairie de Moorea, et une rencontre avec les membres du conseil municipal.

Dans ce programme, Ericka Bareigts prendra la temps pour une visite privée à Tema'e. Elle y retrouvera son père, Jacques Couderc, qui vit en Polynésie française depuis 17 ans.(Pour en savoir plus voir la Dépêche)

 

 

Et comme il ne pleut plus, sourions à cette petite histoire  que nous venons de recevoir :

LE SOCIALISME

Joseph et Louis sont tous deux agriculteurs.
Tout le village sait que Louis est socialiste.
Un jour, ils se croisent dans les champs et engagent ensemble une petite conversation sur la météo, les cultures et les bêtes….
Tout à coup, Joseph dit à Louis : - J'peux tposer une question ? T'es socialiste, mais qu'est-ça peut ben vouloir dire être socialiste ?
- Je vais t'expliquer ça en vitesse répond Louis. Les socialistes sont pour une redistribution équitable.
- Redistribution équitable, qu'est-ce que tu me racontes là ? demande alors Joseph.
- Eh bien, je vais te donner un exemple, répond Louis. Tu possèdes deux ânes, je le sais. Moi, je n' en ai pas. Le socialisme suggère que tu me donnes un de tes deux ânes. Ainsi, nous en aurons un chacun. Ça c'est de la redistribution et ce serait donc mieux pour tout le monde. Qu' en penses-tu ?... Rejoins-nous.
- Eh bien, en voilà une théorie ! dit Joseph, il faut que j' y réfléchisse.
Sur ce, il retourne à la maison pour prendre son repas de midi.
A table, il dit alors à sa femme : - Germaine, j'ai parlé ce matin avec Louis. J'pense que j'vais aussi devenir socialiste
- Socialiste ? demande Germaine, qu' est ce que c' est ?
- Ben, c' est quand on a deux ânes et que Louis n' en a point. Si j' lui en donne un, eh bin, on en a un chacun.
C'est ça la r'distribution équitable et c'est bon pour tout le monde, répond Joseph.
- Bouh, c' est ben compliqué tout ça, lui répond Germaine, j' vais y réfléchir.
Après quelques minutes, Germaine reprend : - Dis, Joseph, notre Louis…, il a ben 2 vaches. Et nous, on n' en a point. Si on lui donne un âne, y peut bien nous donner une vache. Qu' est-ce t' en penses… ?
- Nom de Dieu, c'est bin vrai ça !.. lui répond Joseph.
Et il s' en retourne voir Louis.
- Dis, Louis, j' ai die. On veut ben devenir socialiste, mais elle dit qu't'as deux vaches. Si on t'donne un de nos ânes, tu nous donnerais bien une de tes vaches ?
Louis le regarde quelque peu surpris et lui répond : - Joseph, ou bien je n' ai pas bien expliqué, ou bien tu ne m'as pas bien compris, mais le socialisme ça ne marche qu’ avec les ânes !!!..........

 



 

 

 

 

 

 Samedi 18 février 2017

 

Le leader des députés frondeurs Georges Fenech : " Fillon s'en remet aux électeurs et bien nous serons tous éliminés d'une manière cinglante par le corps électoral"

La ministre veut faire un package des "Outre-mer"

Mais qui a bien pu laisser dire une telle absurdité à la gentille  Ericka Bareigts en mission de quatre jours en Polynésie française,  sous la pluie et dans la boue de surcroit ? Elle aurait pu dire aussi bien  " j'ai fait un rêve celui de voir tous les Outre-mer regroupés dans une vision commune et un combat commun". Cela pouvait passer !

Mais elle n'a pas rêvé. Elle l'a dit. Cela vient certainement d'un bon sentiment mais répété  d'une manière abrupte, c'est tout simplement utopique, voire simplet, car elle ne définit pas les choses, reste dans une généralité aberrante tant  collectivités et départements sont tous différents les uns des autres, de même que leurs aspirations politiques, leurs cultures, leurs langues maternelles, leurs religions, leur vision de la vie, de leur vie. On ne peut pas dans une loi, regrouper dans un même élan de générosité peut-être, des êtres humains n'ayant de commun que leur humanité et les rudesses de la vie. C'est la gauche idyllique qui parle. C'est comme si un bon samaritain mettait les juifs, les musulmans, les chrétiens dans un shaker et shakez comme la pub d'Orangina. Il faudra bien qu'avant son départ elle nous donne la recette de ce regroupement antinomique et inédit !

Tenez, dans un autre domaine mais concernant les femmes, on peut remarquer qu'il n'y a pas vraiment de différence de culture  concernant les femmes, entre juifs et musulmans. Le catalogue IKEA (sic!) pour plaire au juifs orthodoxes ne montre aucune femme ! A croire que nous sommes les créatures du diable ! Enfin pas toujours...

Certains juifs orthodoxes observent une ségrégation entre les sexes et les images de femmes et de filles sont supprimées des publicités qui leur sont adressées. Par ailleurs, les établissements scolaires orthodoxes refusent  d'enseigner les matières "laïques" comme les maths ou la géographie, ils ont aussi bénéficié de la mise à disposition de bus par la compagnie nationale et publique dans lesquels les hommes sont assis à l'avant et les femmes à l'arrière sous peine de représailles orales et parfois physiques.

 Une ségrégation choquante à l'heure d'aujourd'hui semblable à celle des musulmans radicaux. obligeant sous peine de coups les femmes orthodoxes à se soumettre aux ordres des rabbins. Divers incidents de refus ont fait dernièrement les titres des journaux, des comités de soutien ont vu le jour, sur les réseaux sociaux, permettant de diffuser plus largement la dénonciation d'exactions perpétrées au nom de la religion.

 Une image d'Israël peu flatteuse, bafouant les droits des femmes, a commencé à faire surface d'autant que l'exclusion de la gente féminine ne se limite pas aux places d'autobus. Des rabbins militaires interdisent même aux femmes- soldats de chanter car la Thora définit la voix de la femme comme une nudité. Et allez donc ! Vive les religions...

Fort heureusement la loi du silence, la soumission  et l'obéissance sont ébranlées. La lutte contre les religieux extrémistes en Israël aussi se durcit...

 

 

 

 

 

 

 

 Rencontre protocolaire au CESC: le Président Winiki SAGE s’est entretenu avec la Ministre des sujets suivants :

§  La relance économique, et notamment la problématique de l'emploi des jeunes : Le taux de chômage des jeunes de moins de 25 ans en Polynésie française est supérieur à celui de la métropole. La majorité des jeunes polynésiens diplômés qui arrivent sur le marché du travail n'ont pas, ou très peu d'expérience professionnelle. Le Président du Conseil a  suggéré de combler cette lacune en mettant en place un dispositif permettant aux jeunes polynésiens d'intégrer des cycles de formation en alternance dans les grands groupes métropolitains,  à l’image  de ce que met en œuvre le groupe EDT-Engie. Ces réflexions trouvent également leurs résonnances dans les axes énoncés sur l'égalité réelle, notamment en adaptant les dispositifs d'aides aux jeunes métropolitains aux spécificités des jeunes ultramarins, et cela quelque soit le statut de leur territoire.

§  L'après-nucléaire : Il est fondamental pour le Pays de construire avec la France de nouvelles relations. Le Président du CESC souhaiterait que la Polynésie française devienne le centre d'expérimentation de nouvelles technologies pour développer des solutions modernes et innovantes adaptées aux îles et accessibles à tous les pays du Pacifique. La Polynésie française pourrait ainsi devenir une vitrine technologique au service de tous les pays insulaires, en accueillant par exemple des grands centres de recherches et une université de la mer.

§  Le changement climatique : Le Président Winiki SAGE souhaiterait que des travaux concrets soient initiés dans l’archipel des Tuamotu notamment car ce sont les îles les plus vulnérables de la Polynésie française au même titre que Kiribati et Tuvalu. Des scénarios de prospectives pourraient être appréhendés afin d'anticiper les conséquences dus au changement climatique. Ces modèles pourraient être partagés avec tous les états insulaires du bassin océanique.

§  Le président du CESC a également évoqué avec la Ministre sa volonté d’entreprendre une réflexion sur des sujets sociaux préoccupants tels que la montée de la délinquance, les violences familiales, et les violences à l’égard des femmes dans les Outre-mer.

Après cette rencontre qui a captivé toute son attention, la Ministre a donné rendez-vous au Président Winiki SAGE à Paris lors de sa prochaine mission prévue au mois de mars. Il tient à lui adresser toute sa sympathie et toute sa gratitude pour l’écoute attentive qu’elle lui a accordée.

 

 

Celle-là, c'est la meilleure de la journée qui circule sur les réseaux sociaux et que Eve Plénel dément !!!

Edwy Plenel trouve « détestable et calomnieux » qu’on dénonce l’emploi fictif de sa fille Eve (elle a été pistonnée par son père à un emploi à mi-temps, payé 3 000 euros par mois à la mairie de Paris alors qu’elle vit à Berlin !), mais il trouve parfaitement normal qu’on accuse d’emplois fictifs les enfants de François Fillon…

 Depuis quelques jours, une info circule sur Twitter :

« Eve Plenel, fille du patron de Médiapart, 3.000 € par mois pour un emploi à mi-temps à la mairie de Paris tout en vivant à … Berlin ! »

 

 

 Nous avons attendu confirmation, car nous pensions Plenel au-dessus de tous soupçons, lui qui dénonce les magouilles et la corruption à tour de bras. Il est finalement aussi corrompu que ceux qu’il attaque, rien de très original en fait pour un trotskiste, mais il se croit à l’abri par la complicité des journalistes qui évidemment ne s’attaqueront jamais à lui. Sauf...
La source qui dénonce l’emploi fictif ? Libération du 23 juin 2016 !

Un député à Plenel : Quand on a le cul dans le sable, on oublie qu'on a le cul à l'air !"


 

Qui est le ministre de l'OPT ? Qui est responsable de l'OPT ?

Dans certains logements sociaux comme à Pater la facture de l'OPH s'élève pour le loyer  dont on nous a donné la facture, et que cette femme paye depuis près de 19 ans : 35.000 Frs par mois en espérant être un jour propriétaire...un jour... Plus 8000 Frs pour les charges, soit 43.000 Frs. Enorme.. Mais pour 8000 Frs ce lotissement social devrait être impeccable. Or il n'est pas nettoyé régulièrement et avec les pluies, la boue dans le parking s'accumule formant une couche épaisse que certains locataires déblaient comme la neige sur le parvis des maisons !!! Sauf que ce n'est pas de la neige qui peut fondre au soleil mais de la boue qui durcit au contraire et que ce n'est pas aux locataires de  faire cet entretien surtout  pour le prix demandé, plus que dans les lotissements résidentiels.

 

 

Vendredi 17 février 2017

Suite aux différentes modifications intervenues ce jour dans le programme de sa visite, l’entretien de la ministre de l’Outre-mer, Ericka Bareigts, avec le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, prévu ce vendredi après-midi, à la Présidence, est reporté.

 

 

Editorial

 Entre agneau et louve

Cibler de remarques acides le parquet financier n'est certainement pas la bonne méthode pour Fillon qui s'empêtre dans les révélations médiatiques, jour après jour, au point d'aller chercher  conseils chez Sarko-Corleone qu'il avait fustigé méchamment quand il se croyait fort. Et à vrai dire, il le fut, fort ! D'où une si grande déception du corps électoral et de certains ex amis.

Fillon karchérisé, Fillon atomisé, Fillon rabaissé, bouge encore en espérant que le verdict du peuple demeure en sa faveur. Il se trompe. Une partie des députés, les nouveaux frondeurs, craignent d'être éliminés par leurs électeurs s'ils soutiennent trop visiblement un candidat qui n'a plus aucune chance d'être président, même si lui croit le contraire. Comment les Français pourraient-ils élire un homme à ce point laminé pour ses gains et ceux de sa femme comme le fait remarquer Libération dans son édition du jour, eux les gagne-petit qui rament le ventre creux ? Mais comment peuvent-ils comprendre les revirements de promesses de cet homme là qui lâche : " si je suis mis en examen j'abandonne" et quelques jours plus tard affirme avec aplomb " j'irai jusqu'au bout" sous entendu quoiqu'il arrive judiciairement parlant. Procès en correctionnelle et autre douceur judiciaire ! Et bien s'asseoir comme cela sur un futur procès en correctionnelle à tout le moins quand on brigue la magistrature suprême, n'est pas anodin.

Il n'est que le troisième homme après tout avec 17% d'opinion favorable dans la course à l'Elysée, honneur perdue. Marine Le Pen caracole à 27/28%, Emmanuel Macon à 18%. Il sera bien difficile à François Fillon malgré les couacs et les bulles d'Emmanuel Macron de  pousser ce dernier hors du podium pour prendre sa place de second d'autant que la presse ne le lâche pas . Plus il s'accroche, plus elle mord.

 Le vrai duel devrait donc se faire entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. La louve et l'agneau !  L'acte de chasse est inné chez le loup et comme cet animal rusé et intelligent, Marine le Pen mémorise les défauts de sa proie, s'en approche le plus près possible sans que cette dernière ne la craigne puisqu'elle se croit à l'abri. La louve, ne se précipite pas. Elle attend le moment idéal pour sortir du bois après avoir bien étudié le comportement de sa future victime, puis passe à l'attaque. Et elle gagne en dévorant une chair tendre, pas encore durcie. Quel débat en perspective vont nous offrir ces deux là. A se lécher les babines.

Voilà, il pleut, il tonne et j'ai tenté de faire ma BA du jour avec ce petit édito. J'adore les loups...dans une forêt enneigée !

 

 

Courrier intéressant Fillon ne manque pas de culot. Il traite la magistrature par-dessus la jambe en prévenant qu'il s'assoit dessus.. Il oublie un détail : en tant que Président de la République il présidera le Conseil supérieur de la magistrature.. ça commence bien. Belle entrée en matière... M.G

 

Condoléances du président Edouard Fritch

Le président de la Polynésie française tient à exprimer sa plus profonde compassion après le décès tragique ce vendredi matin de Titanui Teriitehau.

 Ce pompier de la commune de Faa’a a péri dans l’exercice de ses fonctions alors qu’il  s’était mis au service de la collectivité et évacuait des déchets qui obstruaient un émissaire.

 Le président et l’ensemble du gouvernement présentent leurs plus sincères condoléances à la famille de ce jeune homme et l’accompagnent de leurs prières dans ces moments douloureux.

  

Marcel Tuihani, de Paris, adresse ses condoléances  à la famille de Pitanui Teriitehau


C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès de Pitanui Teriitehau, dit Pita, agent communal de la commune de Faa’a. Monsieur Territehau est décédé dans des conditions dramatiques, dans l’exercice de ses fonctions, happé par la force du courant alors qu’il tentait de libérer un émissaire obstrué.

A cet instant mes pensées vont vers sa famille et ses proches subitement frappés par sa disparition. En mon nom personnel, et au nom de tous les Représentants de l’Assemblée de la Polynésie française, j’adresse à sa famille, à ses parents et à ses proches nos plus sincères condoléances. Notre compassion et nos prières les accompagnent dans cette épreuve.

Nos pensées vont également vers ses collègues et vers la mairie de Faa’a et son maire, notre collègue représentant Oscar Temaru, tous frappés par cette disparition. Cette mort tragique nous rappelle que le dévouement se paie parfois au prix fort.




 

 

Marine Le Pen est favorable au statut de Pays associés notamment au plan économique, elle écrit :

"De manière générale, la Polynésie française doit pouvoir contribuer elle-même et sans entraves à son devenir économique : les investisseurs étrangers y compris chinois y sont donc les bienvenus. (ndlr : sauf que l'on n'en voit pas beaucoup)

Cette évolution statutaire donnerait notamment à la collectivité la compétence pour délivrer les visas touristiques et économiques spécifiques."

 

L'un des journalistes qui anime les débats sur LCI a déclaré que Macron serait probablement le prochain président de la République ! Il faudrait à ce dernier quand même, un peu plus de bouteille et une meilleure connaissance des mots qu'il emploie !

 

 

Le candidat d'En Marche ! a provoqué un tollé en qualifiant la colonisation française de "crime contre l'humanité".

 par ATLANTICO

Colonisation : Emmanuel Macron tente d'éteindre la polémique en multipliant les explications

C'est la polémique qui a agité l'actualité politique ces dernières heures.  En marge de son déplacement en Algérie, Emmanuel Macron a donné une interview jeudi à la chaîne privée algérienne Echourouk News. Au cours de cet entretien, le candidat à l'élection présidentielle a qualifié la colonisation française de "crime contre l'humanité".

Devant le tollé (François Fillon a notamment évoqué une "repentance permanente indigne d'un candidat à la présidence de la République") et lui n'est-il pas "indigne", l'ancien patron de Bercy a tenu à s'expliquer. D'abord dans une vidéo publiée sur son site Internet.

Puis devant les médias français. "J'ai tenu un propos équilibré qui consiste à dire que des crimes ont été commis, des barbaries, dans le cadre de la colonisation, en particulier dans des temps de guerre, et qu'en même temps, une modernité par effraction s'est faite dans le cadre de cette colonisation" a t-il soutenu au micro de RTL.

Puis dans un entretien au Figaro, il renchérit : "Cette polémique dit beaucoup de l'état dans lequel la France s'enferme: une espèce de passion mauvaise pour l'Histoire, qui consiste à n'en voir qu'une partie. Je ne suis ni dans la repentance, ni dans le refoulé", juge-t-il. (...)Interrogé sur une possible division des Français provoquée par ces propos, il rétorque: "Au contraire, c'est la seule manière de réconcilier! On ne peut pas expulser ce qui nous dérange."

Longue est la liste des crimes, des massacres commis par le FLN ! Macron n'en a pas entendu parler... J-P P

 Extrait du discours de Dakar de Nicolas Sarkozy :

-       JJe ne suis pas venu nier les fautes ni les crimes car il y a eu des fautes et il y a eu des crimes. -    Mais nul ne peut demander aux générations d’aujourd’hui d’expier ce crime perpétré par les générations passées. Nul ne peut demander aux fils de se repentir des fautes de leurs pères.

 

TT Theo est sorti de l'hôpital.

Le Le jeune Theo, 22 ans, selon le compte rendu des quatre policiers  publié dans le Point est le seul coupable pour avoir refusé l'interpellation des policiers en se débattant violemment. Mais aucun ne dit comment ou par quel miracle, la matraque télescopique qui lui frappait les jambes selon le policier est arrivé à fendre son pantalon et le sodomiser sur 10cms...Fichtre !

 ?

SSSolidarité polynésienne et métropolitaine

Quatre semaines après son appel à la collecte de vêtements en faveur des sinistrés des intempéries de janvier à Moorea et Tahiti, la Déléguée de la Polynésie française à Paris, Caroline Tang, a annoncé, vendredi, que le poids total des dons s’élevait à 11 461 kg, répartis dans 544 cartons en provenance de la France entière. Veuillez trouver, en pièce-jointe, un communiqué sur le sujet.

 

 Innovation - Coopération entre la Polynésie française et la SA ICP- Texinfine dans le domaine des biotechnologies


Le ministre du Développement des ressources primaires, des affaires foncières et de la valorisation du domaine, Tearii Alpha, a entériné, jeudi, une collaboration importante entre la Polynésie française et le docteur Gilles Guttierez, pdg de la société ICP-Texinfine SA, dont le siège est situé sur l’île de Malte, et qui est présente en Polynésie française avec sa filiale Texinfine Tahiti SAS basée à Moorea.


L’objectif de cette coopération est de développer un laboratoire de recherches pour la fabrication, l’utilisation et l’exportation de produits pharmacologiques élaborés à partir de végétaux terrestres et marins de Polynésie française. Ainsi, cinq conventions ont été signées dans les domaines de la perliculture et de l’aquaculture ainsi que pour la valorisation de principes actifs végétaux locaux dans le domaine de la santé et du « bien être » humain.


ICP-Texinfine est un laboratoire de recherche, spécialisé dans le domaine des biotechnologies, dont les travaux consistent à mettre en exergue les propriétés biologiques de certaines espèces végétales terrestres ou marines de notre environnement afin d’améliorer le bien-être des personnes, mais aussi celui de populations animales en élevage.


De par les publications scientifiques envisagées, ces projets donneront un éclairage nouveau sur la Polynésie française en matière de recherche appliquée et donc d’innovation en biotechnologie, ce qui pourra intéresser des chercheurs et investisseurs potentiels.


Les extraits naturels produits en Polynésie française seront commercialisés localement mais également à l’export, ce qui créera à terme des emplois dans le secteur de la production primaire (agriculture, pêche, aquaculture), de la transformation et de l’innovation.

 

 

La ministre des Outre-mer est arrivée sous une pluie battante en Polynésie

Qu'a-t-elle à dire de plus que dans les interviews données avant son arrivée, ce qui dans un autre temps ne se faisait pas. Les ministres en visite évitaient bien de donner des réponses écrites aux questions envoyées au ministère par les quotidiens en se gardant jalousement les précisions sur les grands sujets qu'ils comptaient révéler.

 Donc aujourd'hui nous savons tout, tout, tout  ce que la ministre des Outre-mer pense  sur les sujets importants comme l'Egalité réelle, le nucléaire, la suppression du risque négligeable et la création d'une commission d'indemnisation d'ici quelques mois, probablement après la présidentielle. Nous savons qu'elle n'était pas favorable à la suppression de la bande AM qui tient la population informée lors des grosses pluies; le changement climatique, le désenclavement, l'économie du Pays et même sur les accords mystérieux de Papeete. Tout est dit et écrit dans Tahiti Infos et la Dépêche. Sauf concernant les 900.000 Frs promis au servie d'oncologie du CHT du Taaone par François Hollande.

 Un minois exotique de jeune fille, elle est réunionnaise, un sourire chaleureux, un papa à Moorea, non, on n'a pas envie de lui chercher des noises d'autant qu'elle se rendra dans la boue et les bidonvilles inondés de la Polynésie où tant de Polynésiens tentent de survivre.

 

Réponse d'Emile Vernier à la position de l’intersyndicale sur la PSG. sur les retraites.

Après des dizaines d’années d’immobilisme, enfin, notre gouvernement a voulu prendre le taureau de la PSG par les cornes. Il était temps ! Il était même presque trop tard pour les retraites gérées par la CPS.


Il me faut ici rappeler que de février à août 2015, le gouvernement d’Edouard Fritch a mis en place des commissions de travail auxquelles l’ensemble des partenaires sociaux avait été invité. Les syndicats de salariés, à l’exception de A TIA I MUA ont préféré agir comme des enfants gâtés. Ils ont exigé d’un ministre élu par le peuple(!!)qu’il choisisse de travailler d’abord sur la maladie, ensuite sur la retraite. Le Ministre a tenu bon et n’a pas cédé à leurs exigences. Ils ont donc pratiqué la politique de la chaise vide.


La semaine dernière, le Ministre en charge de la PSG a annoncé vouloir mettre en place un comité de pilotage qui ferait la synthèse des réflexions d’ateliers thématiques dont un sur la retraite et un sur la maladie. Le Ministre a aussi donné un calendrier : le comité de pilotage devait remettre ses conclusions avant la fin mars. Il annonce aussi, enfin, les premières mesures pour la retraite en 2017.


Et puis ce jeudi 17 février 2017, voilà que les syndicats, unis comme ils le sont déjà au CA du RGS de la CPS, montent au créneau pour annoncer qu’ils ne veulent pas toucher à la maladie. Ils recommencent donc leur cinéma, oubliant que plus de 35 000 polynésiens attendent de savoir si leur retraite peut être sauvée.


Et ils agissent partout puisque même au CESC, j’ai présenté un projet d’auto saisine dont l’intitulé est « les conséquences pour les retraités actuels et futurs d’une absence de réformes de la PSG ». Car sans réforme prise rapidement, il n’y aura plus de réserves liquides et des milliers de polynésiens ont besoin de savoir sir la CPS va diminuer leur pension de 15, 20, 30, 40% ou plus encore. Ce projet, où il n’était pas question de reprendre les propositions de réformes, a été accepté par le 3è collège par 5 voix pour et 5 abstentions. Par contre, le bureau du CESC a pris la décision de ne pas présenter ce projet à l’étude. Manifestement, même le CESC a peur de la réaction des syndicats lors de la plénière, alors même qu’on ne parlait pas des réformes possibles.

Le représentant du SDIRAF au CESC a pris ses responsabilités en présentant cette auto saisine, le CESC a pris les siennes et on verra bien ce qui va se passer dès cette année.
Le pire, c’est que ce sont ces mêmes syndicats qui ont laissé notre CPS aller directement dans le trou. Comment ont-ils pu laisser perdre plus de 20 milliards de réserves ?
Et ils remettent cela. Sans doute certains ont-ils des visées politiques et ne voient pas d’un bon œil le gouvernement vouloir enfin faire évoluer cette PSG dans le bon sens.


J’encourage fortement le Président de la Polynésie française et le Ministre en charge de la PSG à continuer le travail et surtout à respecter le calendrier annoncé. Oui, nous voulons voir les premières mesures pour la retraite dès cette année 2017.

 Emile Vernier

 

Opinion d'un métropolitain sur le couac de Macron reçu par mail


Tout a donc été mis en œuvre par des hommes admirables dans une région où en 1830 de multiples groupes ethniques survivaient dans des plaines marécageuses, insalubres, sur des hauts plateaux arides, ou dans des zones désertiques.

C’est la France qui a développé les techniques de dry-farming reprises plus tard par bien des pays dont les Etats-Unis.

C’est la France qui a sélectionné les variétés végétales ou races animales les mieux adaptées à ces régions, c’est la France qui a développé les vergers d’agrumes, d’oliviers, le vignoble, les cultures maraichères, normalisé l’élevage du mouton.

C’est la France qui a développé sur toute l’Afrique nord-saharienne et le Sahel une lutte antiacridienne particulièrement efficace, mais abandonnée depuis, les cultures étant régulièrement envahies et détruites par des nuées de criquets.

C’est la France qui a inventé en Algérie le digesteur pour la méthanisation des fumiers et autres déchets, procédé que nous sommes incapables d’utiliser chez nous pour la production de cette énergie qui pose tant de problèmes.

Il ne reste rien de tout cela.
Les rendements en céréales, alimentation de base étaient de 15 quintaux/ha au moment de l’indépendance, ils sont retombés à 5quintaux/ha depuis.
Les importants vergers d’agrumes de la Mitidja ont été arrachés.
L’Algérie, autosuffisante au moment de l’indépendance importe la plus grande partie des produits alimentaires de base.

Ils sont donc de plus en plus nombreux, ces malheureux migrants, qui ne s’adapteront jamais, qui viennent chercher chez nous, ce que nous finissions de mettre en place chez eux lorsque nous avons été foutus dehors, pour selon vous crime contre l’humanité.

Permettez-moi de terminer sur une citation :

« Chasser les pieds-noirs a été plus qu’un crime, une faute car notre chère patrie a perdu son identité sociale. N’oublions pas que les religions, les cultures juives et chrétiennes se trouvaient en Afrique bien avant les arabo-musulmans, eux aussi colonisateurs, aujourd’hui hégémonistes. Avec les pieds-noirs et leur dynamisme, l’Algérie serait aujourd’hui une grande puissance africaine méditerranéenne. Hélas ! Je reconnais que nous avons commis des erreurs politiques et stratégiques. Il y a eu envers les pieds-noirs des fautes inadmissibles, des crimes de guerre envers des civils innocents et dont l’Algérie devra répondre au même titre que la Turquie envers les Arméniens.
Du temps de la France, l’Algérie, c’était le paradis ! ».

Ce n’est pas de moi, mais de Hocine Aït Ahmed un des chefs historiques du FLN dans la revue « Ensemble », numéro de juin 2005.

Voilà donc que le petit juge Macron plus FLN que le FLN, entend condamner la France pour crime contre l’humanité commis en plein paradis !

Je vous prie d’agréer Monsieur le candidat à l’élection présidentielle, l’expression de mes sentiments les plus choisis.JPC


 

 

Jeudi 16 février 2017

Deux évènements importants demain vendredi :

-          A 9h, signature de la convention cadre entre l’Office des Postes et Télécommunications (OPT) et le ministère de l’Education, au sujet de l’internet scolaire, en présence de la ministre de l’Education, Nicole Sanquer-Fareata, dans la salle du conseil d’administration de l’OPT au rond-point de Fare Ute.

 -  A 14h, à la Présidence, entretien entre la ministre de l’Outre-mer, Ericka Bareigts, et le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch.

 


 

 

EDT ENGIE tient à informer ses clients que suite à un défaut sur le réseau de distribution de Taiarapu Ouest vers 12H40, les postes sources de Taravao et Atimaono ont été affectés, ce qui a entraîné une coupure d'alimentation de l'électricité pour les clients de la zone SUD (hors Hitiaa O Tera).
Tout le réseau Sud est réalimenté depuis 13h40, à l’exception d’une partie en travaux à Vairao
EDT ENGIE tient à s’excuser auprès de la clientèle des désagréments causés lors de cette interruption involontaire de distribution d’énergie

 

 

Fillon est allé à Canossa prendre conseil de son chef !

(Aller à Canossa, c’est aller demander pardon à son ennemi, s’humilier, admettre la supériorité de son adversaire). 

Editorial

Qui est le vrai Fillon ?

"Peut-on avoir deux langages" interroge le chef des parlementaires rebelles le député Républicain Georges Fenech, ancien premier juge d'instruction puis  vice-procureur près le TGI de Bobigny qui dénonce "le bal des hypocrites" ?

François Fillon n'avait-il pas promis d'arrêter sa campagne s'il était mis en examen ?Désormais il assure qu'il ne  tiendra aucun compte de la décision du parquet financier et  poursuivra son but "jusqu'au bout". Cela laisse dubitatif pour un futur président de la République dont l'orgueil et les ambitions sont hors du commun. "Rien ne se fera sans moi", "Le plan B, c'est moi" " J'irai jusqu'au bout" " etc...etc...sous entendu quelle que soit la décision du juge du parquet financier. Au moins, cela a le mérite d'être clair et de faire voir sous un jour insoupçonné le caractère de celui en lequel la droite croyait dur comme fer pour mener la France sur une autre voie que celle menée par la gauche.

 Mais le PNF ( Parquet national financier), lui non plus ne baisse pas les bras et dans un communiqué diffusé hier il indique pour couper court au suppositions multiples et variées, qu'il ne classera pas l'affaire Pénélopegate sans suite sur le détournement de fonds publics et abus de biens sociaux. La procureure du parquet national financier est une femme, Eliane Houlette. Juges ou procureures, les femmes sont souvent plus redoutables et plus tenaces que les hommes dans bien des domaines y compris dans celui de la justice. L'importance de cette affaire surréaliste où se joue peut-être l'avenir de la France dans une campagne présidentielle atypique et des revirements de Fillon " si je suis mis en examen je renoncerai à me présenter", pour marteler quelques jours plus tard: "j'irai jusqu'au bout" , ne doit pas plaire aux magistrats.

Ses avocats ergotent que le PNF n'est pas compétent pour enquêter sur des faits impliquant un parlementaire au regard de la séparation des pouvoirs. Tiens donc, parmi leurs avantages multiples, y compris financiers, ces hommes là seraient donc au-dessus des lois? Nombreux sont ceux qui ont été condamnés pour les même chefs d'accusation y compris en Polynésie. Lourdement. François Fillon, en tant que candidat à la présidentielle devrait, lui, bénéficier de la double peine !

Signant elle-même ce communiqué, Eliane Houlette a tenu à répondre directement aux critiques, ce qui n'est pas habituel. « La seule mission du parquet national financier est d’appliquer la loi, fondement du pacte démocratique », conclut-elle dans le document. Clap de fin de la première partie de la série politique ( les scénaristes sont déjà en train de l'écrire !)

 

Une île "test", zone franche, en plein lagon ?

Parlons d'un autre sujet sur lequel notre opinion bascule après avoir rencontré le coordinateur du projet il y a quelques jours. Tout d'abord, on ne sait pas trop comment  la qualification de " ville flottante"  est arrivée dans la presse car pour l'instant il ne s'agirait que d'un projet  pour une plateforme de recherches scientifiques qui mettrait à l'abri du fisc américain les promoteurs  en question ( on nous dit que ce n'est pas ce que les chercheurs recherchent car les montants seraient très modestes) en prévision de la montée des eaux. Ils sont  tous issus de la Silicon Valley. La crème de la crème des scientifiques. Comme l'a dit avec insistance Marc Collins hier soir sur Première, il s'agit d'un projet privé scellé dans un protocole - non pas d'accord - mais d'entente entre le pays, les investisseurs que l'on appelle les "libertariens" tout droit sortis d'un film de sciences fiction et ces chercheurs. Ce protocole d'entente, a précisé Marc Collins, pouvant être dénoncé par une partie ou l'autre. Pour le moment l'investissement de plusieurs dizaines de millions de dollars ne sortirait que de la poche de la société  "The Seasteading Institute, association à but non-lucratif, basée en Californie et fondée en 2008 . Pour le moment l'investissement ne concerne que des études préalables  avec des grands noms de scientifiques américains enthousiastes .

Pourquoi avoir choisi la Polynésie ? Lagon calme, stabilité du gouvernement, un câble (Honotua). Ils sont dans l'attente du cadre juridique que met au point actuellement le gouvernement local. D'autres îles sont demandeurs. Si cela ne marche pas avec la Polynésie, " no swet" ils iront ailleurs. Inutile de préciser que tout est prévu aussi pour protéger l'environnement des nuisances de la centaine de personnes qui travaillera sur site . Station d'épuration sans rejet, petite usine de dessalement d'eau  salée etc...

Bref les explications données par Marc Collins sont arrivées à nous convaincre, après tout, que la Polynésie ne risque rien d'essayer outre le fait que le monde entier aura les yeux braqués sur ce projet un peu fouen Polynésie qui défie l'océan . Plus facile à mettre en route que le rêve  d'aller sur Mars ! Des rêves, oui, mais qui font  avancer le monde des humains. Wait and see.

 

Ils sont gonflés ces parlementaires en plein scandale Fillon...

C’est un amendement passé (presque) inaperçu. Le Parlement a définitivement adopté jeudi la proposition de loi doublant les délais de prescription pour les crimes (20 ans) et délits (6 ans). Mais un amendement, ajouté en octobre au texte initial, plafonne la prescription pour les infractions dites « occultes » ou « dissimulées » (abus de bien sociaux, corruption, détournement de fonds publics, etc).

Voilà « un beau cadeau octroyé au monde des affaires », assurait mercredi, Le Canard Enchaîné , citant un haut-magistrat : « C’est une auto-amnistie absolument incroyable dans le contexte actuel », en référence aux affaires pesant sur François Fillon. Qu’en est-il réellement ? 20 Minutes fait le point.


Que dit la nouvelle loi ?

Elle prévoit le report du point de départ des délais de prescription pour les infractions dites « occultes » ou « dissimulées ». Dans ces dossiers, la prescription ne courra pas à partir de la commission des faits mais à compter du moment où « l’infraction est apparue et a pu être constatée ». Sauf que les parlementaires ont également introduit une date butoir de 12 ans (après la commission de l’infraction) pour les délits.
(le site 20 minutes)

 

Christian Estrosi répond à Emmanuel Macron

"Les propos d’Emmanuel Macron sur l’Algérie sont une faute majeure ! Nous n’avons pas le droit de renier notre Histoire !

La barbarie, ce n’est pas la colonisation. La barbarie, elle est à Charlie Hebdo, elle est au Bataclan, elle est sur la promenade des Anglais le 14 juillet. La barbarie, ça a été le nazisme, ça a été le stalinisme. La barbarie, c’est l’islamo-fachisme !

Nous comparer à tout ça est une faute. Ce n’est pas ça un crime contre l’humanité. Si l’Algérie est un grand pays aujourd’hui, c’est aussi parce que des Français sont allés y construire des routes, des boulevards, des avenues, des universités. De grands architectes ont dessiné l’urbanisme d’Oran, d’Alger et d’autres grandes cités algériennes. 

Le 19 mars, jour choisi pour les commémorations de la fin de la guerre d’Algérie par le gouvernement socialiste, est une date honteuse parce que les accords d’Evian n’ont pas été respectés et des milliers de Harkis ont été massacrés bien après cette date. Je refuse de la célébrer et je ne peux pas laisser dire que les fils de harkis et de pieds noirs sont des enfants et petits-enfants de criminels alors qu’ils ont payé l’impôt du sang."

 

 Le hic !

Oscar Temaru estime que son combat pour l'indépendance de la Polynésie est comparable à celui du Front National. La Polynésie aux Polynésiens ! Tiens on croyait que c'était le cas ! Les instituions ne sont-elles pas dirigées par des Polynésiens?
 

Oscar Temaru a de la chance de vivre dans un pays démocratique. il peut ainsi y aller de son refrain plus ou moins corsé selon les jours ou les personnes auxquelles il s'adresse sur " sa souveraineté" sans jamais expliquer comment il ferait vivre le pays et ses instituions. C'est sans doute secondaire, le principal étant d'arriver à cette indépendance en laquelle il croit et s'accroche. Il y a 40 ans il ne restait que ce créneau  politique " l'indépendance", pour survivre au autres partis. Et depuis, il s'y est installé confortablement mais sans arriver à convaincre la majorité de la population qui reste autonomiste. Le hic !

 

Mini Guide du parlementaire avec une pincée de rire ou de larmes:

« Je suis nouvellement élu. Pouvez-vous m’expliquer ce
qu’est l’IRFM ? »

C’est un peu surprenant au départ, mais l’indemnité
représentative de frais de mandat vient en sus des frais
déjà pris en charge par les assemblées parlementaires
(collaborateurs, voyages, téléphones, affranchissements,
bureau sur Paris…). Elle est versée aux députés et
sénateurs à titre d'allocation spéciale pour frais.
L’enveloppe se monte à environ 6000 euros mensuels !
Deux instructions du bureau de l’Assemblée nationale et
du Sénat ont précisé les conditions d’utilisation en 2015

 

« J’ai acheté dans un élan de sentimentalité des bijoux à
mon conjoint pour la Saint-Valentin avec l’IRFM. Puis-je
être inquiété ? »
Très bonne question, bien que naïve. Les parlementaires
restent les seuls responsables de l’usage de l’IRFM.
Avant le 31 janvier suivant chaque année civile de mandat,
vous aurez simplement une déclaration attestant sur
l’honneur que vous avez utilisé l’IRFM, au cours de ladite
année, conformément aux règles définies par le Bureau.
Rassurez-vous, les assemblées ont toujours su protéger
leurs élus : il n’y a aucun contrôle, ni aucune sanction. Si
vous avez un problème, prétextez une phobie
administrative !

 

La commission en question suite à l'amendement de la loi. Pas de quoi faire cocorico !

Amendement du gouvernement

III. – Une commission composée pour moitié de parlementaires et pour moitié de personnalités qualifiées propose, dans un délai de douze mois à compter de la promulgation de la présente loi, les mesures destinées à réserver l’indemnisation aux personnes dont la maladie est causée par les essais nucléaires.
Nous resterons très vigilants sur l’amendement du gouvernement
Qui crée une nouvelle commission pour s'assurer que les indemnités vont bien aux malades des essais nucléaires !!!!

« Pour Tamarii Moruroa c’est une autre virgule rajouter  au texte". Yannick Lowgreen

 

La sénatrice du Nord DEMLESSINE , ancien ministre  resteras très vigilante comme Tamarii Moruroa sur le décret d'application de la loi et sur la mise en place d'une commission visant « à réserver l'indemnisation aux personnes dont la maladie est causée par les essais nucléaires. »

Sur le chemin de la reconnaissance des victimes des essais nucléaires


Dans le cadre de l’examen du projet de loi pour l'égalité réelle des Outre-mer, le Sénat a entériné définitivement, hier soir, une grande avancée pour la reconnaissance des victimes des essais nucléaires français au Sahara Occidental dans les années 60 et dans le Pacifique à la fin des années 60 et 90.

En effet, la notion de risque négligeable figurant jusqu’alors dans la loi Morin du 5 janvier 2010 signifiait concrètement un véritable chemin de croix pour que les victimes puissent prouver le lien entre les essais nucléaires et des maladies graves, comme la leucémie ou des cancers.

Cette aberration scientifique et législative a créé nombre d’injustices flagrantes et insupportables si bien que beaucoup de nos compatriotes, militaires métropolitains ou civils polynésiens, nous ont quittés sans que la France ne reconnaisse sa lourde responsabilité par des essais nucléaires qui leur ont coûtés la vie.

En tant que membre pour le Sénat de la commission de suivi des conséquences des essais nucléaires qui se bat depuis des années pour qu’au contraire prévale une présomption de lien entre les essais nucléaires et des maladies graves, je tiens à saluer vivement cette victoire qui est avant tout celles des associations de victimes.
Nous semblons, enfin, être sur le chemin de la reconnaissance pleine et entière de l'impact sanitaire, humain et environnemental des essais nucléaires.
Néanmoins, je resterai très vigilante sur le décret d’application de la loi et sur la mise en place d’une commission visant « à réserver l’indemnisation aux personnes dont la maladie est causée par les essais nucléaires. » Les parlementaires, les associations de défense de victimes et toutes les parties prenantes devront y être présentes et pleinement respectées pour que toutes les victimes obtiennent enfin justice !



Viti a revu le 1er février 2017 ses offres internet fibre (basées sur le réseau en fibre optique déployé par l’OPT) de sorte qu’elles soient au niveau du prix de l’ADSL (offres 8 Mega).

Sur le marché grand public, Viti baisse le prix de son offre Ora la fibre (internet illimité 10 Méga en réception et 2 Méga en envoi) à 11 900 F/mois au lieu de 13 900 F/mois.
Par rapport à l’offre fibre directement concurrente qui comprend des chaînes de TV en plus, elle convient parfaitement à ceux qui veulent avant tout de l’internet haut débit illimité à prix raisonnable et n’ont pas besoin pour 8 000 F de plus par mois de TF1 et M6 dont beaucoup de programmes sont disponibles sur leurs sites de replay ou sur TNTV.
A noter que ce prix de 11 900 F/mois est un tarif PERMANENT et non promotionnel. Les clients Ora la fibre paieront ce prix maintenant et dans 12 mois. De plus les clients Ora la fibre existants en bénéficient aussi tout de suite automatiquement et sans condition ni réengagement.


 

Malgré les grèves et les attentats, Air France améliore sa rentabilité

Air France a amélioré sa rentabilité

(le Figaro)

Le groupe profite de la baisse du prix du pétrole mais souffre du recul des recettes unitaires en raison d'une baisse des prix des billets sous la pression de la concurrence.

Air France-KLM n'a encore pas retrouvé le chemin de la croissance. Le groupe publie ce jeudi un chiffre d'affaires de 24,84 milliards d'euros pour l'année 2016, en baisse de 3,3% par rapport à l'année précédente alors qu'en parallèle, il a transporté 4% de plus de passagers, soit 93 millions. Le groupe, comme tous ses concurrents européens, doit faire face à une baisse de ses recettes unitaires en raison d'une baisse des prix des billets sous la pression de la concurrence et d'une offre de sièges supérieure à la demande.

Mais Air France-KLM parvient à améliorer sa rentabilité avec un résultat d'exploitation de 1,049 milliard d'euros, en hausse de 269 millions d'euros par rapport à 2015 (558 millions d'euros hors change). L'action gagne d'ailleurs près de 7% ce jeudi matin à la Bourse de Paris. Le résultat net est passé à 792 millions d'euros, en hausse de 674 millions d'euros par rapport à 2015. Pourtant en 2016, le groupe a dû faire face à deux mouvements de grève chez Air France. Les pilotes en juin, puis les hôtesses et les stewards en juillet. Au total, la perte liée aux mouvements sociaux a atteint 130 millions d'euros. Air France à également subi une baisse de fréquentation en raison des attentats dans l'Hexagone.

KLM dégage les deux tiers du résultat d'exploitation

La principale source d'amélioration du résultat d'exploitation est conjoncturelle: la facture carburant s'est établie à 4,59 milliards d'euros, ce qui représente une baisse de 25,7% par rapport à l'année précédente. Le groupe a aussi réduit ses coûts. La réduction des effectifs en 2016 de 1850 postes (équivalent temps plein), soit 1400 chez Air France et 450 chez KLM, s'est mécaniquement traduite par une hausse de la productivité.

 

 Extrait du courrier d'un lecteur outré ( pas le seul)

"S'il est  un dossier complexe c'est bien celui de la colonisation française en Algérie car je le connais bien et pas simplement dans les livres. J'y ai vécu sept années entre 9 et 16 ans (mais je ne suis pas pied noir ) et j'ai aussi écrit une thèse de doctorat d'Etat sur " Le Consulat de France à Alger de 1578 à 1830 ".

Résumer la colonisation française en Algérie à des "crimes contre l'humanité" est abject, absurde au regard des faits sur une période de 132 ans et un mensonge historique de grande envergure. 

Puisque Macron ressort une incrimination qui a été créée pour juger les crimes abominables des nazis au Tribunal de Nuremberg, alors parlons en :  6 millions de Juifs massacrés, reconnus par Eichmann, y compris les femmes et les enfants, 20 millions de Soviétiques liquidés et des millions de Polonais , Tchèques , Slovaques ,Hongrois, Serbes, Français et tous les autres peuples d'Europe tués par les SS, la Gestapo, la Whermacht et les Einsatzgrupen en Ukraine.......Le tout dans le cadre d'un réseau de plus de 800 camps de concentration et d'extermination : mon père fut ainsi déporté pendant 16 mois à Mauthausen , Melk et Ebensee en Autriche.

Comment ce petit bonhomme sorti de nulle part, jamais élu par le peuple, banquier chez Rothschild coupé du monde réel, a-t-il osé comparer les crimes de la machine de guerre nazie avec l'oeuvre de la France en Algérie pendant 132 ans ? Ce n'est pas innocent de sa part car il a fait de hautes études en philosophie avant d'entrer à l'ENA et il connaît le sens et le poids des mots.

 En fait, il est allé "lécher les babouches" des autorités algériennes qui sont vomies par le peuple algérien , lequel préfère émigrer vers la France, pays de l'ancien colonisateur soit disant honni, car des millions d'Algériens et autres maghrébins sont installés en France pour survivre alors qu'ils crèveraient de faim dans leur propre pays. Fidèle  à la politique de François Hollande et du PS ( Lire le livre  la "préférence immigrée" ) il veut capter les millions de voix des Français de fraîche date , entre 3 et 5 millions de voix , comme la repentance envers l'esclavage visait l'électorat noir et antillais.

Donc Macron n'en est pas à un mensonge près et puisqu'il aime les incriminations de la période nazie , je citerai le Dr Goebbels qui disait : " Plus un mensonge est gros, mieux il passe" , surtout à une époque où l'enseignement de l'Histoire de France depuis 1968 a fait des élèves français des jeunes sans repère et sans mémoire historique, surtout sur la colonisation qui est présentée désormais comme un ensemble de crimes contre l'humanité. Comparer Lyautey, tous les hommes politiques de  la Troisiéme République , en particulier Jules Ferry le plus grand colonisateur, à Hitler , Heydrich, Himmler , Goebbels, Eichmann et autres , il fallait le faire." (B.G universitaire)


 

Mercredi 15 février 2017

 

Il y a injustice sociale entre ceux qui travaillent dur pour peu et ceux qui ne travaillent pas et reçoivent de l'argent public" dixit François Fillon en novembre dernier !

Il y a un problème d'abaissement de la morale publique ; il y a un problème d'abaissement du niveau d'éthique dans la vie politique… et si on veut rétablir l'autorité dans le pays, je dis qu'il faut des responsables politiques honnêtes, irréprochables. Fr.Fillon.( France Info début septembre.)

Il ne mérite donc pas d'accéder à la magistrature suprême puisqu'il est loin d'être irréprochable. Cet acharnement a vouloir rester dans la course est indécent. R.

 

 Vrai ou faux ? Aucun pugilat à la présidence entre Nuihau Laurey et Tearii Alpha comme nous l'avions écrit,  sinon des "humeurs" entre les deux hommes qui n'en sont pas venus au mains, selon la présidence.

 

Editorial

Lana,, Gaston, Oscar...et Fillon

Il y a des jours où l'actualité locale n'inspire pas le romantisme. Bien sûr il y a le mari de la tonitruante sénatrice épinglé par la justice qui fait tâche mais n'enlève pas le sourire de Lana Tetuanui et de ses pairs, tant elle est atypique pour une parlementaire qui a su s'attirer les sympathies.  Elle travaille. Elle apprend et montre une volonté dont on était loin de se douter  par rapport à d'autres, alors on peut bien lui pardonner sa voix cassée, son ton de femme en colère même quand elle ne l'est pas, et son regard acéré sur les lois chocs qui intéressent son pays.

Oscar Temaru, le souverainiste acharné n'a toujours pas ses 500 parrainages. Il est loin du compte avec  seulement 150 signatures, le chemin va être très long et il reste peu de temps. Mais finalement qu'importe, parrainage ou pas, les sites polémistes nationaux sont preneurs d'autant plus qu'il clame que son but, bien sûr, n'est pas d'être élu président de la République, il n'est pas stupide, il s'offre simplement une belle tribune pour marteler son objectif et faire valoir, comme l'écrit Médiapart " le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes".

 Or il suffit au gouvernement local de le demander par voie de référendum ce droit des peuples, pour obtenir un droit inaliénable.  Jusqu'à présent aucun n'a joué à pile ou face, puisque la majorité qui l'emporte largement toujours lors des élections, c'est l'autonomie. Une autonomie " toilettée" pour être au goût des années qui passent et qui grignote de plus en plus sur les compétences de l'Etat.

Si Oscar et Gaston s'entendaient toujours, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui à la suite d'une brouille, ce n'est pas la première ni la dernière, concernant le parrainage et les législatives, le statut de "Pays associés" devait convenir aux deux hommes, tant il se rapproche de cette souveraineté tant désirée par Temaru. Et si Edouard Fritch était un peu plus malin et oubliait sa rancœur, il joindrait sa voix a celles des deux lascars dont les amours vont et viennent,  pour en profiter, peut-être, un jour. Car finalement ce statut  de "Pays associés" pourrait être présenté au vote de la population par voie de référendum et l'emporter, l'indépendance n'ayant  aucune chance d'être choisie. Les Polynésiens ne se nourrissent plus d'un amoncellement de leurres et de promesses, ils veulent du solide et ne sont pas favorables  à un programme de casse sociale concoctée par des apprentis sorciers qui depuis 40 ans cherchent à nous le vendre.

Par ailleurs et pour en revenir à François Fillon qui n'a peur, ni de la justice qui prend son temps, ni des huées de la population, ni du concert de casseroles qui l'accueillent dans bien des départements, se rend-t-il compte de l'impact sur les Français qu'a pu avoir son déplacement à la Réunion, quand ils l'ont vu s'offrir des images surréalistes du candidat pique-niquant, dansant, dégustant du rhum ?! Cela suffit il pour faire oublier aux smigards et aux chômeurs français combien Fillon  a finalement dupé les malheureux financièrement avec  sa Pénélope, alors que la vie est si dure pour les "trimards"..

Fillon a lancé qu'il voulait " casser la baraque", c'est lui qui risque le "jour J" d'être cassé par le peuple qui ne se laisse pas prendre par un aplomb et un orgueil "c'est moi ou rien" ! Il est le seul à droite peut-être et encore pas sûr, mais tous les Français, même à droite, ne lui sont plus favorables. Peut-on imaginer Fillon marqué à la culotte pour favoritisme, prise illégale d'intérêts etc... président de la République ? Mais alors tous les citoyens lambda qui trainent les mêmes déboires ne comprendront pas pourquoi, eux sont punis, et pas le candidat Fillon. N'a-t-il pas dit :" Pour être président de la République, il faut être soi-même irréprochable" !!!

.

 

 

Conseil des ministres.


15ème Edition du Forum Pays et Territoire d’outre-mer - Union européenne

La Commission européenne, en coopération avec le président de l'Association des Pays et Territoires d'outre-mer (OCTA), indique que la 15ème édition du Forum Pays et Territoires d’outre-mer (PTOM) – Union européenne (UE) aura lieu à Oranjestad (Aruba) du 20 au 24 février prochains.

Le Forum PTOM-UE est l’instance de dialogue politique à haut niveau réunissant les autorités des Pays et Territoires d'outre-mer (PTOM), les représentants des Etats membres dont ils relèvent, la Commission européenne, les membres du Parlement européen, les représentants de la Banque Européenne d'Investissement et les représentants des régions ultrapériphériques.

Le Forum sera précédé le 20 février d’un atelier sur le programme BEST (Biodiversty and Ecosystem Services in Territories of European Overseas) et par les 21 et 22 février par les réunions trilatérales rassemblant les Ordonnateurs territoriaux et régionaux des PTOM, les représentants des Etats membres dont relèvent les PTOM et la Commission européenne. Ces réunions porteront sur la programmation et la mise en œuvre des allocations régionales et territoriales du Fonds européen pour le Développement (FED). Le 23 février, se tiendra la Conférence de l’OCTA et enfin, le 24 février, le Forum PTOM-UE sera présidé par le Premier ministre d’Aruba, Mike E. Eman.

L’un des principaux objectifs de ce Forum concerne la réflexion sur un partenariat futur entre l’UE et les PTOM, car le financement du FED pour les PTOM arrive à échéance en 2020. Il est urgent que tous les gouvernements des PTOM aient une réflexion commune sur cette échéance de financement et mettent notamment en exergue la valeur ajoutée que les PTOM offrent à l’Union Européenne. L’OCTA sera chargée de soumettre à chacun des gouvernements une stratégie commune de financement des Etats membres, de la Commission Européenne et du parlement européen.

Pendant la conférence ministérielle de l’OCTA, le renouvellement du bureau de l’OCTA sera également à l’ordre du jour. La délégation de la Polynésie française sera menée par la ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu.



Extrait du rapport sur le développement numérique

Le développement numérique impacte toutes les politiques publiques de manière transversale afin d’impulser une transformation de notre société et de notre économie. Dénominateur commun des initiatives publiques et privées en faveur d’un déploiement numérique harmonieux, le SDAN-PF a pour but de garantir une action cohérente, pérenne et efficace en vue d’un aménagement équilibré de l’ensemble du Pays et de lutter contre la fracture numérique du « haut débit » et du « très haut débit » entre les différents archipels de la Polynésie française.

 Il s’agit d’un document stratégique de long terme, d’une feuille de route gouvernementale qui fixe les ambitions numériques pour la Polynésie française. Sa mise en œuvre appelle aujourd’hui la mobilisation de tous, autour des quatre axes majeurs retenus et déclinés en douze propositions hiérarchisées selon leur temporalité (court et moyen/long terme).

Indice des prix à la consommation : baisse de 0,9% en janvier

En janvier, l'indice des prix à la consommation est en baisse de 0,9 % et s'établit à 107,05. Cette diminution est liée à une baisse des prix de 5,6 % dans la division Transports.

Sur douze mois, l'indice général est en repli de 0,6 %. Les prix des produits alimentaires et boissons non alcoolisées augmentent de 0,3 %. Les prix de la division Transports diminuent de 2,8 % et ceux de la division Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles, de 1,1%.

Par ailleurs, l’indice ouvrier baisse de 0,2 % en janvier. Il diminue de 0,7 % sur l’année. Hors transport aérien international, l'indice général est stable en janvier (- 0,5 % sur douze mois).


Index des travaux du Bâtiment et des Travaux Publics : baisse de 0,5% sur douze mois

En janvier, l'index du Bâtiment et des Travaux Publics (BTP) croît de 0,1 %. Cette évolution est essentiellement liée aux augmentations de prix des matériaux électriques et des minéraux. L’index du Bâtiment reste stable et celui des Travaux publics progresse de 0,2 %.

Dans le Bâtiment, l'index du Gros Œuvre augmente de 0,1 %, celui du Second Œuvre baisse de 0,2 %. Dans les Travaux Publics, l'index du Génie Civil augmente de 0,3 % alors que l'index des Travaux Spécialisés baisse de 0,1 %.

Sur douze mois, l'index général du BTP baisse de 0,5 %, l'index des Travaux Publics diminue de 1,7 % et celui du Bâtiment augmente de 0,5 %.

En janvier, par ailleurs,, les index du Gardiennage et de la Sûreté augmentent de + 0,3 %. Les index des Véhicules Légers et des Véhicules de Chantier restent stables.


L’ISPF présente les résultats de l’Etude sur le budget des Familles de 2015

L’Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF), a présenté, au Conseil des ministres, les premiers résultats de « l’Etude Budget de Familles 2015 ». Ces résultats sont l’aboutissement d’un processus statistique de grande envergure et techniquement complexe qui a nécessité huit mois de préparation, un an de collecte des informations et un an de traitement des fichiers de données. La dernière enquête de ce type réalisée sur l’ensemble des archipels polynésiens remonte à l’année 2000.

Parmi les résultats majeurs présentés, on note que les familles de Polynésie française ont dépensé près de 250 milliards Fcfp en 2015. La structure des dépenses monétaires des ménages a évolué. Après l’alimentation, le transport devient le deuxième poste de dépenses devant le logement. Le nombre d’usagers des transports publics est en forte baisse, au profit des voitures particulières, les dépenses dans ce secteur pesant sur le budget des familles.

Les inégalités entre familles riches et pauvres se sont accentuées depuis 2000, mais tendent à se stabiliser entre 2009 et 2015. La crise socio-économique a amplifié le phénomène de regroupement où cohabitent plusieurs générations et noyaux familiaux.
La convergence économique des archipels éloignés se poursuit, en particulier avec une monétisation de leur économie. Ces territoires voient leurs dépenses comme leurs revenus progresser en 15 ans.

On peut toutefois regretter, qu’à ce stade, les premiers résultats ne prennent pas en compte la valorisation des échanges non monétaires, notamment l’autoconsommation. L’ISPF annonce que des résultats sur ces thèmes seront progressivement publiés dans les prochains mois.


Commission de recensement des sinistres et de répartition des secours : modification du champ d’intervention

Le Vice-président de la Polynésie française a proposé de modifier le champ d’intervention de la commission de recensement des sinistres et de répartition des secours afin de lui permettre de valider l’inventaire des sinistres sur les véhicules liés aux catastrophes naturelles.

Cette validation permettra aux propriétaires de véhicule déclaré en perte totale de bénéficier du dispositif d’aide mis en œuvre par la délibération du 8 juillet 2016 instaurant une aide au soutien économique du secteur automobile, et qui est en cours de modifications.


Aides du Pays suite aux intempéries : virement de plus de 90 millions Fcfp de crédits

Le 25 janvier dernier, suite aux intempéries, le Conseil des ministres a procédé à un premier virement de crédits, à partir du chapitre « dépenses imprévues », de 46,8 millions Fcfp, pour permettre la prise en charge des premiers secours et des premières remises en état.

Le ministre des Finances a proposé lors du Conseil des ministres de ce jour de procéder à deux nouveaux arrêtés de virements de crédits pour un montant total de 91,65 millions Fcfp, dont principalement 50,755 millions Fcfp pour les aides à l’équipement des ménages sinistrés, 30 millions Fcfp pour la prise en charge par l’AISPF des loyers de certaines personnes sinistrées relogées dans le parc locatif privé et 10 millions Fcfp pour les réparations sur le site touristique des trois cascades.


TNAD : tarifs d’occupation des sites, modifications de l’EPRD 2016, et EPRD 2017

L’établissement TNAD (Tahiti Nui Aménagement et Développement) est propriétaire et affectataire d’emprises foncières destinées au développement de projets pour le compte du Pays.
Dans l’attente de réalisation de ces projets et pour couvrir les dépenses liées à la gestion de ces sites (entretien, gardiennage), ces fonciers font l’objet de mise à disposition ponctuelle, précaire et révocable au profit d’activités commerciales, culturelles et sportives.
Ces tarifs tiennent compte d’une dégressivité en fonction de la durée d’occupation du site mis à disposition et d’une réfaction de 50% du tarif pendant les périodes d’installations et replis des aménagements nécessaires au déroulement des activités sur une durée maximum de sept jours pour le montage et sept jours pour le démontage.
L
Le Conseil des ministres a en outre approuvé le projet de l’état prévisionnel des recettes et dépenses pour l’exercice 2017 de l’établissement public TNAD, qui est arrêté en recettes et en dépenses nets à la somme de 5,105 milliards Fcfp.
L’Etat Prévisionnel des Recettes et Dépenses 2017, voté en équilibre, a pour objet d’inscrire les crédits nécessaires au fonctionnement courant et à la gestion des actifs commerciaux propres et affectés à TNAD et de valider le programme d’investissement des opérations à mener en maîtrise d’ouvrage déléguée et en maîtrise d’ouvrage propre.


Bilan de la 18ème édition du Salon du Tourisme

La 18ème édition du Salon du Tourisme - Tere ‘ai’a s’est tenue du vendredi 3 au dimanche 5 février derniers. Le succès a été une nouvelle fois au rendez-vous.

Créé en 2007, cet évènement est organisé deux fois par an, les premiers week-ends de février et de septembre. Le salon regroupe en un seul lieu, les professionnels du tourisme venus des 5 archipels de la Polynésie française. Il a été créé notamment pour dynamiser le tourisme intérieur. Il permet à un grand nombre d’acteurs d’obtenir un flux réguliers de touristes et contribue fortement à maintenir et conforter leur activité, même dans des îles les moins accessibles et les moins connues. Cet apport et cet intérêt économiques sont considérables à l’échelle des îles de la Polynésie française.

Cette année, le Salon a accueilli environ 180 stands sur un site de 8000 m2 et 217 exposants dont 29 hôtels, 102 pensions de familles/maisons d’hôtes et 53 prestataires d’activités. Durant 3 jours, le Salon a accueilli plus de 15.000 visiteurs.

Pour la petite hôtellerie familiale le bilan est plutôt satisfaisant, en particulier pour les îles de la Société. L’hôtellerie internationale déclare également enregistrer une hausse des ventes. Au niveau de l’aérien, durant l’édition de septembre 2016, la compagnie Air Tahiti avait émis 3 163 billets. Cette fois-ci, le nombre de dossiers de réservation constitués sur son stand a été en augmentation de 7%, et ce dans l’attente des chiffres définitifs.


COPIL Famille : travail avec les forces vives du Pays pour l’élaboration d’un projet de société

Au mois de janvier 2016, suite à différents évènements qui ont bouleversé l’opinion publique, le Président de la Polynésie française a annoncé le lancement de travaux liés à la réalisation d’un plan d’orientation stratégique pour la mise en œuvre d’une politique publique de la famille. Ce travail a alors été confié à un comité de pilotage ad hoc, composé de personnalités reconnues pour leur implication quotidienne en faveur des familles polynésiennes. Après plusieurs mois de travaux, ce plan d’orientation stratégique a été approuvé par l’Assemblée de Polynésie française, par le biais de la délibération du 27 octobre 2016.

Les mesures proposées dans le plan étaient, cependant, destinées à répondre aux besoins les plus criants. Or, il convient non seulement d’assurer la mise en œuvre des actions préconisées, mais également de proposer d’autres mesures, allant bien au-delà, qui constitueraient un véritable projet de société. Aussi, il reviendra dorénavant à ce comité de pilotage de travailler avec l’ensemble des forces vives du Pays pour l’élaboration de ce projet de société.


Réhabilitation de l’immeuble Van Bastolaer

Les capacités actuelles d’hébergement des étudiants sont insuffisantes au regard du nombre de places offertes par les structures existantes et appartenant au Pays. Ce déficit de chambres n’est pas compensé par l’offre émanant du secteur privé.

Le ministère de l’Education, de la jeunesse et des sports en charge de l’enseignement supérieur, souhaite par conséquent augmenter la capacité d’hébergement actuelle en procédant à la réhabilitation d’un bâtiment existant, apparten
 

 

Marcel Tuihani au Sénat

Le président de l’Assemblée, Marcel Tuihani, effectue une visite à Paris, au Sénat et à l’Assemblée nationale. Le président est accompagné de Madame Jeanne Santini, secrétaire générale de l’Assemblée de la Polynésie française, et de Madame Béatrice Ly Sao, chef du service des commissions de l’Assemblée de la Polynésie française. L’objet de la mission est de bénéficier du soutien des deux Chambres pour la mise en œuvre de la commission du suivi des politiques publiques adoptée par l’Assemblée de la Polynésie française à la fin de la session budgétaire en décembre 2016 et portée par le président Tuihani.

Marcel Tuihani a souhaité bénéficier des conseils et du savoir faire des deux Chambres du Parlement français dans le cadre des conventions qui les lient à l’Assemblée de la Polynésie française. C’est ainsi que la délégation polynésienne participe à des séances plénières et à des commissions, ainsi qu’à de nombreuses réunions de travail avec les responsables des commissions et des personnes chargées de l’organisation, du suivi et des comptes rendus de séance. Outre la mise en œuvre de la commission du suivi des politiques publiques, le président de l’Assemblée souhaite améliorer les travaux du service chargé du suivi des commissions et de la restitution des séances. L’agenda est très chargé, et ce ne sont pas moins de dix réunions de travail qui attendent la délégation polynésienne au Sénat, sans compter un agenda tout aussi chargé à l’Assemblée nationale.


A l’invitation du président du Sénat, Gérard Larcher, Marcel Tuihani a profité de sa présence au Sénat pour assister mardi 14 février à la séance consacrée au débat sur la loi pour l’égalité réelle et au vote des modifications apportées à la loi Morin avec la suppression du risque négligeable, qui a été adoptée à l’unanimité par la Haute Assemblée. Il était ainsi venu apporter son soutien aux sénateurs polynésiens, et notamment à la sénatrice Lana Tetuanui, rapporteur du texte et par ailleurs première vice-présidente de l’Assemblée de la Polynésie française. A cette occasion, la présidente de séance a salué la présence de Marcel Tuihani et a rappelé la conclusion entre le Sénat et l'Assemblée de la Polynésie française d'une convention de partenariat destinée notamment à développer une meilleure connaissance mutuelle et à partager les expériences en matière de fonctionnement institutionnel.

Marcel Tuihani a également rencontré Monsieur Marc Vizy, Conseiller Outre-mer du Président de la République, avant son déplacement à Papeete où il accompagnera la Ministre des Outre-mer, Madame Ericka Bareigts. Le président Marcel Tuihani qui sera de retour lundi 20 février, recevra le lendemain mardi 21 février à 16h, à l’Assemblée de la Polynésie française, la délégation conduite par la Ministre des Outre-mer et le Conseiller du Président de la République.

 

 

Cahuzac continue de toucher ses indemnités de ministre

Et le « Canard déchainé » ne le savait pas ??

L'ancien ministre du Budget, mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale, perçoit chaque mois 9 443 euros bruts de la part de l'État.

Le 4 avril, Jean-Marc Ayrault demande à Jérôme Cahuzac de renoncer à ses indemnités de ministre, qui lui sont légalement dues pendant six mois à compter de son départ de Bercy. Plus de deux mois après sa démission, l'ancien membre du gouvernement, mis en examen pour blanchiment de fraude fiscal, n'a pas signifié qu'il acceptait d'y renoncer et les perçoit donc toujours, révèle RMC.
Chaque mois, l'ex-ministre du Budget touche donc 9.443 euros bruts de la part de l'Etat. C'est parfaitement légal et rien, sauf une question d'éthique, ne peut contraindre Jérôme Cahuzac à abandonner son droit.

Un "bras d'honneur à la France"
L'attitude de l'ancien ministre choque dans le milieu politique, notamment son ancien camarade socialiste Eduardo Rihan Cypel, député de Seine-et-Marne interrogé par la radio : "Jérôme Cahuzac devrait avoir un peu d'esprit, de dignité et surtout beaucoup d'éthique. Il devrait comprendre qu'avec cette attitude il fait un grand bras d'honneur à la France entière. Maintenant, il a le droit de se ressaisir. Il est toujours temps de rendre cet argent. Je ne veux pas croire que Jérôme Cahuzac aime trop l'argent pour ne pas le rendre."

Pour le député communiste du Nord Jean-Jacques Candelier, Jérôme Cahuzac "touche un parachute doré. Il aurait pu, vu sa fortune, s'abstenir de toucher cette indemnité. Il ne donne pas une bonne image de l'élu, il doit être dans un autre monde. Qu'il ne revienne pas en politique car il n'a plus rien à y faire."

 


ça commence, la macronade !

Bien qu'il appelle à ne «pas balayer tout ce passé», le leader d'En Marche! estime toutefois que la France doit présenter ses «excuses à l'égard de celles et ceux vers lesquels (elle a) commis ces gestes» de «barbarie».

Voilà une sortie qui pourrait faire couler beaucoup d'encre. En marge de son déplacement en Algérie, Emmanuel Macron a accordé une interview au média local Echorouk News. L'occasion pour lui de revenir sur un sujet encore brûlant entre les deux pays: la colonisation. «C'est un crime. C'est un crime contre l'humanité. C'est une vraie barbarie, et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l'égard de celles et ceux vers lesquels nous avons commis ces gestes», dénonce-t-il. Des mots très forts, maisqui ne traduisent pasune condamnation sans réserve pour autant. En effet, le leader d'En marche! a tempéré ses propos dans la foulée, empruntant ce qu'il a lui-même appelé un «chemin de crête».

«En même temps, il ne faut pas balayer tout ce passé, et je ne regrette pas cela parce qu'il y a une jolie formule qui vaut pour l'Algérie: “La France a installé les Droits de l'Homme en Algérie, simplement elle a oublié de les lire”. C'est une jolie formule pour expliquer ce qu'est cette période, c'est-à-dire qu'il y a eu des crimes terribles, il y a eu de la torture, il y a eu de la barbarie - parce que la colonisation est un acte de domination et de non-reconnaissance de l'autonomie d'un peuple. Mais en même temps, je ne veux pas qu'on tombe, tout en reconnaissant ce crime, dans la culture de la culpabilisation sur laquelle on ne construit rien», a-t-il exhorté, dans une sorte de synthèse.

La seule voix qui lui manquera pour qu'il entre à l'Elysée sera donc bien la mienne ! J-P

NB et à la suite de cette retransmission de nombreux lecteurs ont enchainé sur la phrase de J-P

 

 Yannick Lowgreen a bien vu le piège d'une commission qui ne prendrait effet que dans un an. Il s'adresse à la député Tapura. Certes" le risque négligeable" est supprimé mais... le gouvernement retarde encore les indemnisations.

« Quand on veut enterrer un problème on crée une commission » 

En effet nous considérons que justice a été rendue à toutes les victimes des essais nucléaires qui se sont déroulés en Algérie et en Polynésie Française. L'Assemblée Nationale a pris le 9 février dernier une décision historique qui restera dans la Mémoire des associations ainsi que des Vétérans et Malades et, « nous ne pouvons que remercier les 31 députés ayant voté ce jour » mais nous nous demandons où sont passés les 546 autres Députés n’ayant pas pris part à ce rendez-vous Importants pour tous ceux qui sont touchés dans leur chair et ayant œuvré à la grandeur de la Nation Française.

Pour nous l’avancée vient que la Nation Française ainsi que les Parlementaires de tous bords  reconnaissent le fait nucléaire, les victimes,  la contamination, donc le risque encouru et reconnu. C’est vrai que c’est une avancée historique dans ce dossier. Nous en jugerons sur pièce le moment venu quand cette fameuse commission sera composée et commencera à exercer ses prérogatives et pouvoirs, et que nous constaterons l’avancée , le vrai changement arrivera quand les premiers dossiers seront enfin traités sans contraintes, sans petites tracasseries sorties de dernières minutes et que personne n’aurait  vu arriver. Et surtout, et enfin que les premières indemnisations seront versées pour que nous puissions tous dire que justice a été rendue .

Il reste encore à mener un dernier combat celui de l’honneur et de la reconnaissance. Il arrive souvent d’entendre au sujet de vétérans .. oui ! vous auriez pris des risques… ? sans doute ? mais personne ne vous à forcé d’aller sur les sites. C’est vrai, en voilà une vérité qui est bonne à dire et qui nous fait bien plaisir. Cela veut bien dire en vérité, que malgré les risque les Vétérans sont allés volontairement pour servir la nation et pour défendre ses intérêts et son indépendance ? Mais alors ! où est la reconnaissance ? Nous ne pouvons pas non plus passer sous silence les dommages humains, les dommages collatéraux, ceux qui blessent le cœur et bafouent la dignité de l’être humain. Car nous ne le savons que trop bien. Tout n’a pas été si idyllique que ça dans les familles des vétérans loin de chez eux . que de drames conjugaux, de séparations , d’adolescents sans repères et model  paternel,. Après  des années passées sur les sites l’intégration pour certains a été laborieuse, personne ne s’en souciait, ce n’était pas un problème pour l’Etat ? Mais où est la reconnaissance ? Peut-être que nous étions et sommes toujours considérés comme du négligeable.

Vous ne pouvez  plus éviter la reconnaissance honorifique des  Vétérans ayant œuvré à la Grandeur de la Nation Française par le titre de reconnaissance de la nation qui s’impose d’elle-même et- que nous demandons également depuis 2009.

A quand le dépôt d’un amendement modifiant les textes d’attribution  de la T.R.N ?

 Le Député Dominique Dor  avait déjà déposé une demande sur le bureau de l’ A.N. en ce sens qui est restée sans suite car nous comptons beaucoup sur nos parlementaires Polynésiens, des outremers et métropolitains afin de faire avancer ce dossier et çà ne sera justice."

 

 

 

Mardi 14 février 2017

 

i

 

Oscar n'est pas un "canard" mais un "renard".

Oscar Temaru adore choquer et faire parler de lui avec son sourire malicieux. Il n'a que ce créneau pour se faire entendre et pour ne pas ressembler aux politiciens locaux dont les interventions sont bien souvent trop longues et lénifiantes. Le moment est propice. La polémique bat son plein en France lui, ne fait jamais de longs discours. Il assène quelques bons mots ici, une ou deux injures par là et cela vaut un discours. Tout le monde ne peut pas se le permettre !

Oscar est certainement le plus malin de nos hommes politiques.  Mieux il est rusé et madré comme un vieux paysan auvergnat. Il n'aura probablement pas ses 500 signatures mais il aura l'écoute de journalistes friands de polémiques car n'ayant peur de rien, il est un mets de choix  comme Edwin Plénel, le patron de Médiapart, les aime.

 Il va donc se régaler avec Oscar, un "canard" qui peut être déchainé même quand il se croit enchainé  tout en profitant le plus intensément possible...  de ses chaînes. Que dire d'ailleurs s'il n'en avait plus. Et comme il n'a cure du passé au plan mondial, seul celui de la Polynésie lui importe, du coup, les mots les plus cruels et les plus injurieux passent comme une lettre à la poste ! Lui, peut tout dire...Il ne reçoit qu'une réaction amusée des médias et aucune du monde politique ou judiciaire. C'est le plus fort...

 

 

Le Dr Levy hier soir a très bien expliqué pourquoi les 900 millions promis il y a un an par François Hollande lors de sa visite, mais jamais arrivés , manquent terriblement au service d'oncologie pour soigner les patients atteint de cancers, à l'aide d'un matériel très couteux que le CHT ne peut pas se permettre de commander. Le Pays ne peut-il faire preuve d'une bonne action compte tenu des milliards dépensés... dont on ne voit que peu les retombées et mettre la main à la poche pour mieux soigner ceux qui souffrent ?

 

Quand le canard canarde, il est ... déchainé !

 Et vlan un autre dans la nasse, celui que l'on voit tous les jours dans la presse, le porte flingue de Fillon.

"Solère dans la nasse fiscale»: Le porte-parole de la campagne de Fillon accusé de fraude fiscale par le «Canard enchaîné» relève 20 minutes.

  Le Canard enchaîné annonce de nouvelles révélations pour son édition à paraître mercredi. L’hebdomadaire satirique a laissé entendre dans un tweet que la prochaine personnalité politique à laquelle il s’est intéressé est  Thierry Solère, le « monsieur primaire » des Républicains et porte-parole de François Fillon.

 « Thierry Solère, le porte-parole de Fillon dans la nasse fiscale », a simplement tweeté le volatile.

 L’organisateur des primaires de la droite et du centre, n’a pas réglé une partie de ses impôts sur le revenu de 2010 à 2013, ainsi que la taxe foncière de l’année dernière. Une source judiciaire citée par le volatile compare cette affaire à « un Thévenoud en puissance », du nom de l’ancien ministre socialiste démissionné suite aux révélations sur sa « phobie administrative ».

 En septembre dernier, déjà, Mediapart révèlait qu’une plainte avait été déposée par l’administration fiscale française pour fraude fiscale contre le député Les Républicains. La plainte émanait de la direction générale des finances publiques et était parvenue au parquet de Nanterre au début du mois de juillet, selon la source judiciaire interrogée par Mediapart.

 Le député des Hauts-de-Seine avait répondu à ces affirmations par un communiqué, se disant « stupéfait » et affirmant n’avoir « commis aucun délit fiscal ». « La volonté est manifeste de me nuire et d’entacher le bon déroulement de la primaire de la droite et du centre. Je suis la victime du cabinet noir de l’Élysée. La primaire est sa cible », avait-il accusé.

 

Vous voyez, gauche ou droite, bonnet blanc et blanc bonnet, Ils sont tous les mêmes dès que leurs attributions le leur permet. Le Canard a du pain sur la planche. Il ne sera jamais devant une page blanche !



Les différences d'appréciation chez les journalistes. Un mot fait parfois la différence. Clin d'œil !

Tahiti Infos titre d'une manière apaisante le communiqué de l'IEOM que nous avons publié hier :" Le climat des affaires se maintient"

Dans la Dépêche : IEOM: "Le climat des affaires se maintient tout juste"

Ce dernier ressemble le mieux au communiqué en question qui stipule   "au début 2017 les professionnels apparaissent moins enthousiastes"

 

Le candidat à la présidentielle a laissé fuiter son patrimoine et ses revenus

Le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron joue la transparence. Le Journal du dimanche révèle ses revenus et son patrimoine repris par de nombreux quotidiens dont celui au plus gros tirage  "Ouest France."

Opération transparence pour Emmanuel Macron. "Il aura des problèmes, il a manié trop d’argent", prophétisait  récemment un François Fillon empêtré dans le "Penelopegate" devant quelques journalistes. Pour couper court aux attaques, Macron, déjà cible d'une polémique sur ses frais de représentation à Bercy, laisse fuiter dimanche 12 février dans le Journal du dimanche l'étendue de ses revenus et de son patrimoine.

Et c'est précis. Ses revenus, d'abord. Le candidat à la présidentielle gagnait environ 400 000 euros brut annuels chez Rothschild, où il a travaillé entre 2008 et 2012. Il a aussi bouclé un gros deal, le rachat de la division "nutrition infantile de Nestlé par Pfizer". Ce qui lui a permis d'empocher quelques 2,8 millions d'euros. 

Des droits d'auteur évalués à 250 000 euros

A l'Elysée, comme secrétaire général adjoint où il est arrivé en mai 2012, ses revenus étaient de 12 000  euros par mois. Comme ministre de l'Economie, poste qu'il a occupé de août 2014 à août 2016, il gagnait 9940 euros. Et aujourd'hui ? Uniquement les droits d'auteurs issus de son livre Révolution, que la JDD évalue à 250 000 euros au final. Son épouse, Brigitte, bénéficie d'une retraite d'enseignante, de 2150 euros mensuels. 

Le patrimoine d'Emmanuel Macron, ensuite. Assujetti à l'ISF entre 2013 et 2015, il ne possède aujourd'hui ni maison, ni voiture, ni oeuvre d'art. Cela n'a pas toujours été le cas. En 2007, alors inspecteur des finances, il avait acheté un appartement de 83 m2 à Paris, pour 950 000 euros alors qu'à l'époque, son salaire était de 40 000 euros annuels.
 

Un appartement revendu pour 980 000 euros

Il avait obtenu un prêt de 350 000 euros au Crédit mutuel et un autre de 550 000 euros contracté auprès de son mentor, l'homme d'affaires Henry Hermand, décédé en novembre dernier. "Devant notaire et entièrement remboursé", affirme l'entourage de Macron au JDD. L'appartement a été revendu pour 980 000 euros.
 
Enfin, Emmanuel Macron possède aussi des placements financiers pour un total de 227 772 euros. Il doit encore 252 750 euros au Crédit agricole. Somme qu'il avait empruntée pour rénover la maison de son épouse au Touquet. Il loue avec elle un appartement dans le 7e arrondissement de Paris. 

 

 

 Communiqué de presse d’Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer

L’égalité devient réelle pour les Ultramarins

Mardi 14 février 2017

Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer, se réjouit de l’adoption à l’unanimité de la loi « Egalité réelle Outre-mer ». Cette loi s’inscrit dans la continuité du travail mené depuis 2012 par le Président de la République et les gouvernements pour redonner aux Ultramarins la fierté d’appartenir pleinement à la République.

La ministre s’est attachée à poursuivre une démarche collective tout au long de l’élaboration de la loi. Le rapport de Victorin Lurel, député de la Guadeloupe, la consultation publique, un dialogue constant avec les parlementaire et l’engagement du gouvernement ont permis au texte d’être très largement enrichi.

La loi « Egalité Réelle Outre-mer » traduit un véritable changement de vision des Outre-mer. Pour la première fois, la diversité des territoires ultramarins est reconnue par les politiques publiques. Chaque territoire aura ainsi la liberté, en lien avec l’Etat, choisir son modèle de développement social, économique et culturel, en valorisant ses atouts, son identité et ses spécificités. La coopération régionale et l’intégration des territoires dans leur environnement sont également renforcées.

La loi porte d’importantes dispositions pour combler les inégalités inacceptables qui subsistent encore entre l’Hexagone et les territoires ultramarins. En matière d’égalité sociale, avec notamment, l’adaptation du complément familial, l’alignement progressif de l’assurance vieillesse pour les parents au foyer ou la suppression de la condition préalable imposée aux travailleurs indépendants de justifier du paiement des cotisations sociales pour accéder aux prestations familiales.

Plusieurs mesures essentielles visent à assurer aux Ultramarins des conditions de logement dignes, à faciliter les parcours résidentiels et à favoriser l’accession à la propriété des ménages les plus modestes. La loi organise de nouvelles mobilités pour les jeunes ultramarins, en créant les conditions de leur retour sur le territoire. Plusieurs dispositifs de soutien aux TPE/PME ainsi qu’à l’emploi et au développement économiques sont également prévues.

Une attention particulière a été apportée à Mayotte, avec des mesures ambitieuses pour combler les écarts, criants, qui existent avec l’Hexagone ou les autres départements d’Outre-mer dont les écarts avec l’Hexagone sont les plus criants.

Enfin, pour avancer vers une mémoire collective apaisée, la loi marque une étape historique dans la reconnaissance des victimes des essais nucléaires en Polynésie

 

L'ONG Bloom dénonce la transformation de 90 % de poissons comestibles en farine
20 Minutes avec agences

Sardines, anchois, sprats, krill et et autres « poissons fourrage »… Ces animaux situés au bas de la chaîne alimentaire servent trop souvent à alimenter des poissons d’élevage (saumon, cabillaud, daurade, etc.), des porcs ou des poulets, menaçant la sécurité alimentaire de populations qui s’en nourrissent.

Dans un rapport intitulé Le côté obscur de l’aquaculture, l’ONG Bloom dénonce cette industrie intensive, alors qu’entre « 1950 et 2013, 25 % des captures de poissons dans le monde (…) ont été réduites en farine et en huile ». Soit 20 % des captures mondiales.

Contraire au Code de conduite pour une pêche responsable

Pourtant, « 90 % des espèces ciblées pour être réduites en farines sont comestibles, c’est ça l’aspect le plus scandaleux et problématique » de la pêche minotière, souligne Claire Nouvian, présidente de Bloom. D’autant qu'« il faut quatre kilos de poisson sauvage pour faire un kilo de poisson d’élevage ».

Les volumes pêchés sont donc « absolument phénoménaux » pour alimenter une aquaculture qui fournit désormais près de 50 % du poisson consommé dans le monde (9,8 kg par an et par habitant en 2012).

Un Code qui stipule notamment que « la transformation en farine et huile de petits poissons pélagiques de qualité alimentaire doit être limitée aux espèces non consommables ».

De quoi méditer sur  l'énorme ferme aquacole de Hao !

 

 

Lundi 13 février 2017

La vérité est si obscure en ces temps et le mensonge si établi , qu' à moins d'aimer la vérité on ne saurait la reconnaître ( Pascal )

 

 14° Fifo :Le grand prix pour "The opposition".

"Alors on danse" Prix du public.

 

 

·         A 9h, au ministère des Solidarités demain, signature d’une charte d’engagement relative au dispositif « Entreprise active pour la santé de ses salariés », entre le ministre, le Dr. Jacques Raynal, et quatre nouvelles entreprises qui rejoignent le programme (Newrest, Intercontinental Bora Bora, SIPAC, et Interoute). 

 

ve Vendredi 17 février 2017 à 9h00, dans la salle du conseil d'administration du groupe OPT à Fare Ute, signature de la convention-cadre relative au partenariat entre le groupe OPT, son directeur général Jean François Martin  et les établissements scolaires de la Polynésie française

Ce partenariat réussi consiste pour le groupe OPT à accorder depuis 2007 aux établissements d’enseignement du premier et du second degré un accès à Internet gratuit (sur support ADSL, RTC ou RNIS selon éligibilité), et à leur appliquer des tarifs réduits pour tout accès ADSL supplémentaire souscrit, depuis 2009.

NB Ils en ont de la chance les enfants d'aujourd'hui.

 

Editorial

Fritch : " Banco pour Fillon"

Décidément, Edouard Fritch n'en perd pas une. "Première" nous a rapporté son propos concernant sa visite à François Fillon " Banco pour Fillon, c'est l'essentiel" a-t-il dit avec fierté.

 Le peuple français n'a pas l'air de chanter le même refrain. Ce ne sont pas les Républicains qui tentent de faire corps avec le malheureux ex-futur président qui va même danser le guilledou à la Réunion pour prouver sa bonne conscience et s'empiffrer de cuisine régionale, sous les yeux rébarbatifs des Français, qui vont, espère-t-il, lui faire gagner cette élection capitale. Le président Fritch aurait du être plus mesuré dans son engagement . François Fillon ne peut plus être président de la République. Trop de Français le récusent et les célèbres" sans dents", les "gagne-petit" n'ont pas accepté les sommes si importantes distribuées à sa famille. A la limite, que Pénélope ne travaille pas n'est pas la cause de leur rancœur, c'est de savoir combien elle était payée... pour ne pas travailler.

Que se passe-t-il au plan judiciaire ? Un classement sans suite de plus en plus improbable selon les éditorialistes D'abord parce que c'est le timing qu'il a lui-même fixé aux parlementaires "Les Républicains". Rappelez-vous, juste après que Le Canard enchaîné a révélé l'affaire, il les avait réunis à son QG et leur avait demandé de tenir "quinze jours". Nous y voilà. Il espérait secrètement que le Parquet national financier (PNF) qui a ouvert une enquête pour détournement de fonds publics et abus de biens sociaux la classe sans suite, selon les révélations du site Huffington Post.

 C'est aujourd'hui l'hypothèse la moins probable et la conférence de presse de ses avocats jeudi prouve qu'il prend la menace au sérieux.Les soutiens au sein de son parti sont de plus en plus divisés. Mais ce qu'il ne sait pas, le malheureux François Fillon, c'est que son nouveau soutien  le président polynésien lui même, ne porte pas chance. Il a porté la poisse à tous ceux sans exception, comme nous l'avons écrit dimanche, auxquels il a tendu une main secourable, Sarkozy, Hollande, Valls, Juppé sont devenus nos chers disparus.

Si, par ailleurs, nous sommes souvent d'accord avec Marine Le Pen, nous ne pouvons pas l'être en ce qui concerne "l'affaire Théo, ce jeune "black" "bien sous tous rapports" qui s'est trouvé là  au mauvais moment. Il faut arrêter de dire et répéter qu'il s'agit d'un dérapage !!! Un dérapage aussi profond ne provoque pas une blessure anale de 10 cms de long qui ne peut être faite que par un coup puissant et rageur. Un simple dérapage de comportement n'est pas crédible. Certes les policiers  risquent leur vie tous les jours à Paris, ils manquent de moyens humains et matériel et doivent affronter des hordes  sauvages tous les jours, c'est vrai, mais  le policier qui a osé avoir un geste aussi redoutable en provoquant une invalidité durable au jeune Théo, sans parler de sa souffrance, ne peut pas  trouver grâce. L'opinion publique est émue. Ce policier est une brebis galeuse dans le corps méritant des policiers. Et Marine Le Pen, elle non plus ne devrait pas déraper.

 

 

Le député Georges Fenech invite les Républicains a changer de stratégie envers Fillon.

Il appelle son parti à réunir un conseil national en urgence pour trouver un autre candidat pour la présidentielle que François Fillon, empêtré dans les affaires ce qui n'a pas l'air de le gêner puisqu'on voit le danser à la Réunion..murmurent les députés qui suivent Georges Feneck  en pensant à leur réélection lors des législatives du mois de juin compte tenu des réactions négatives de leurs électeurs sur François Fillon.

Le député LR Georges Fenech, chef de file des rebelles Républicains n'en démord pas: la cascade des affaires révélées au sujet de François Fillon discrédite le candidat désigné par la primaire LR. «Je constate que sur le terrain nous ne sommes plus audibles sur le projet et bien entendu que ça trouble notre électorat», a affirmé jeudi matin  invité sur RTL. Une intervention décidée alors qu'une tribune paraît ce jeudi dans le Figaro, signée de 17 parlementaires de droite, en soutien au candidat. «Je ne partage pas leur avis. On peut être solidaire d'un ami, sans aller vers une défaite annoncée. Il faut mettre de côté les intérêts personnels et penser à ceux du pays», assène l'élu du Rhône, qui déplore «un déni de réalité totale» et le désaccord de son parti  par plus de 70% de la population.

 

Des réponses affluent à la suite du communiqué du procureur général

  Nous avons sélectionné deux courriers mesurés dans les propos de citoyens attentifs au communique du procureur général. Celui-ci a  entrainé de nombreux commentaires dont certains très excessifs que nous ne publions pas.

(...) J’ai lu et relu avec toute l’attention qu’il mérite le communiqué diffusé par le Parquet Général.

Il confirme que les magistrats supportent toujours aussi mal les critiques qu’ils suscitent. C’est d’autant plus regrettable qu’ils  remplissent une mission éminemment publique et que  fonctionnaires, ils sont rémunérés par les contribuables.

Je ne suis pas juriste, mais j’ai retenu que la Justice est rendue au nom du peuple Français. C’est dire que nous avons le droit, mais aussi le devoir, d’interpeller ceux et celles qui sont en charge de l’administration de la Justice lorsque nous ne nous reconnaissons pas dans certaines de leurs décisions, arrêts et jugements.

C’est ainsi depuis la disparition de l’absolutisme et des lettres de cachet.

Je laisse au Conseil de l’Ordre des Avocats le soin, s’il l’estime nécessaire, de rappeler ce que sont les droits de la défense avec, au tout premier plan, la liberté d’exprimer une opinion.

Paul A.

 

(...) *François Badie a beau se disculper, les polynésiens ne sont pas des gogos pour avaler les différences de sentences suivant si c’est Flosse ou Oscar, qui, rappelons-le a, ruiné le pays, vidé la présidence, acheté cet hôtel pourri en NZ,  tenu des propos anti-français, etc, etc. C’est donné une bien piètre image de la justice. . G.V

 


Note expresse de l'EOM :moins d'optimisme des entreprises pour 2017

Révisé à la hausse au troisième trimestre, de 114,5 à 115,0, l’indicateur de climat des affaires (ICA) aura connu une progression significative sur l’année 2016. Il s’infléchit très légèrement sur les trois derniers mois de l’année (114,2), tout en restant bien au-dessus de sa moyenne de longue période.

L’optimisme affiché par les professionnels est circonscrit au dernier trimestre de l’année écoulée, leurs anticipations sur le début de 2017 apparaissant moins enthousiastes.

Le tassement de l’ICA provient des moindres perspectives d’embauches au premier trimestre 2017 ; il est toutefois tempéré par les opinions positives des chefs d’entreprises sur les délais de paiement.

Les intentions d’investissement à un an des chefs d’entreprises, encore globalement bien orientées, sont moins affirmées qu’au trimestre précédent.


 

 

Dimanche 12 février 2017

 

Avertissement du procureur général de la République François Badie  aux avocats et d'une manière subliminale à la presse qui rapporte leurs propos. Voici son communiqué :

 

 

 

François Fillon lâché par les sympathisants LR pour la première fois dans un sondage

 
Le HuffPost avec AFP

POLITIQUE - Voilà qui n'arrange pas les affaires du candidat de la droite. Après un premier sondage alarmant pour François Fillon, voici que sept Français sur dix et une majorité de sympathisants de droite pensent désormais que l'ancien premier ministre, empêtré dans une affaire d'emplois présumés fictifs, devrait renoncer à l'élection présidentielle, selon un sondage Odoxa publié ce vendredi 10 février par France info.

Et pour cause, 79% des personnes interrogées n'ont pas été convaincues par les explications fournies par le candidat des Républicains, qui a reconnu avoir commis une "erreur" lors d'une conférence de presse lundi et a publié une "lettre aux Français". Plus grave pour François Fillon, cette opinion est partagée par 61% des sympathisants de droite.

En conséquence, 70% des Français et 53% des proches de la droite estiment que le candidat devrait renoncer à se présenter.

"Mauvaise opinion"

Les trois quarts des personnes interrogées (74%, 53% des sympathisants de droite) disent avoir désormais une "mauvaise opinion" de François Fillon, relégué en 3ème position dans les sondages depuis l'ouverture d'une enquête sur les soupçons d'emplois fictifs dont aurait bénéficié son épouse.


Seulement 25% conservent une "bonne opinion" de lui, alors qu'elles étaient 38% selon un précédent sondage publié le 27 janvier.

Si François Fillon décidait finalement de renoncer, 50% des personnes interrogées pensent qu'Alain Juppé, battu à la primaire de la droite, serait le meilleur candidat, loin devant François Baroin (15%) et Xavier Bertrand (13%).

NB : Heureusement que François Fillon a au moins le soutien du gouvernement Fritch, président en tête ! Mais si jamais Juppé prend sa place ????? Ils passeront pour des girouettes !

 


 

Samedi 11 février 2017

Hé! hé! Même à la présidence on plane..

Edouard Fritch lors de sa visite au ministre de la justice Jean-Jacques Urvoas a souhaité qu'une réflexion commune soit menée entre l'Etat et le pays pour faire face à l'augmentation sensible des faits de délinquance( y compris au sein même d'un service rattaché à la présidence où un amateur d'ice et une enseignante, selon la presse se faisaient livrer des colis postaux contenant de... l'ice!)

Le procureur général François Badie dans un communiqué que nous n'avons pas reçu (mais où Tahiti Today serait particulièrement visé  à la suite de son édito "obsession)) met en garde la presse contre des allusions d'acharnement judiciaire vis à vis d'hommes politiques. Il rappelle que les accusations d'acharnement ou d'obsession sont analysées comme une tentative de désinformation de l'opinion publique, voire de pression sur la justice. Il relève également que le rôle du ministère public son "cœur de métier" est de poursuivre les infractions de la loi pénale dans le respect du principe d'impartialité auquel il est tenu ( article 31 du code de procédure pénale) . Dont acte.

NB : Qu'on se le dise, et attention aux  propos des avocats recueillis à la sortie des audiences.

 

 

 

 

 

Editorial

Kaput !

A voir la mine réjouie du président polynésien avec François Fillon certainement heureux d'avoir dans le marasme des soutiens, un tel allié et des poignées de mains chaleureuses et sincères, doublées de " bravo François accroche-toi", on ne peut s'empêcher d'avoir une tendre pensée pour l'ex-futur candidat, car sait-il, ce brave homme qui n'a "rien fait d'illégal" que le bon Edouard porte la poisse ? Ce n'est pas une blague ! Regardez : il a soutenu avec force Nicolas Sarkozy...patatras kaput ! Puis François Hollande...patatras kaput ! Puis Manuel Valls...patatras kaput ! Puis Alain Juppé...patatras kaput ! Et aujourd'hui François Fillon...patatras déja kaput !

Fillon s'accroche tant à sa candidature malgré  les reproches de conflits d'intérêts, d'emplois fictifs chers payés et autre avatars que cela en est indécent. Pourrait-il se maintenir alors que pour des délits mineurs, parfois même ridicules dans les pays nordiques, les politiques incriminés sont poussés à la démission ? Certainement pas. On donne d'ailleurs un exemple récent (26 janvier) avec la démission volontaire du socialiste belge Paul Furlini à la suite de quelques emplois fictifs  dont on lui faisait le reproche !

Le Huffington Post relève :Au cours des derniers jours, de nombreux journalistes et éditorialistes étrangers ont d'ailleurs exprimé leur étonnement de ne pas voir François Fillon renoncer à sa candidature. "Je suis surpris qu'il continue. Dans les pays scandinaves, il aurait arrêté il y a plus d'une semaine, à cause de la pression médiatique et de celle de son propre parti politique", a déclaré au Courrier international le journaliste suédois Corentin."

 

 

 

  

Programme pour l'outre-mer de Marine Le Pen que les spécialistes voient de plus en plus au second tour de la présidentielle, face à Emmanuel Macron.

Grand ministère de l’outre-mer :

Le programme comprend la restauration d’un « vrai » ministère de l’outre-mer doté d’attributions effectives et de moyens correspondants, bien placé dans la hiérarchie gouvernementale, chargé en outre de la politique de la mer dans son champ géographique.

Faire de ce Grand ministère que l’outre-mer redevienne le vecteur de la politique culturelle et économique de la France dans leurs zones géographiques (ainsi, que la Polynésie française redevienne le centre de la politique culturelle et économique de la France dans le Pacifique Sud, et que la Nouvelle-Calédonie le redevienne en Mélanésie).

Réparation des conséquences des essais nucléaires :

Il est scandaleux que l’État n’assume pas ses responsabilités civiles afin de réparer les conséquences de toute nature des essais (santé, environnement), alors même que les Polynésiens loyalistes ont toujours demandé cette réparation avec modération et sans critiquer la France.

Il faut donc en revenir au strict respect des engagements pris par Jacques CHIRAC : ces engagements doivent être sanctuarisés dans la loi organique avec le rétablissement de la Dotation globale pour le développement économique et sanctuarisée à 18 milliards Fcfp et gérée par les autorités de la Polynésie française.

L’arbitrage de la nouvelle structure d’indemnisation sera transféré du ministère de la Défense vers le Grand Ministère de l’outre-mer.

Système de santé :

Il est scandaleux que les Polynésiens reçoivent de la France, par personne, une contribution à leur santé inférieure à celle des étrangers en situation irrégulière ! L’inscription de la préférence nationale dans la Constitution devrait permettre de réorienter des sommes retirées de la contribution à la santé des étrangers vers celle des Polynésiens.

L’État reprendra sa place dans le financement du régime de solidarité territorial, auquel il contribuait à hauteur de 3,5 milliards Fcfp afin de contribuer à l’équilibre du système local de santé dans des conditions décentes et évidemment avec les contrôles nécessaires.

Électricité :

La Polynésie française, par les avancées qu’elle a permises en matière de recherche sur le nucléaire, pourra bénéficier, elle aussi, des fruits de cette recherche, et donc d’une électricité à un prix abordable. En plus de la mise en place d’une Contribution au service public de l’électricité (CSPE), la Polynésie française devra bénéficier des avantages des dernières technologies en énergies renouvelables, et de ce fait, favoriser par de la défiscalisation, l’implantation en Polynésie française de sociétés françaises en recherche et développement.

Éducation :

Aux côtés de la Polynésie, l’État doit reprendre sa place dans le financement de la construction des établissements scolaires. Pour ce faire, rétablir la dotation à 1,8 milliard Fcfp par an afin que la jeunesse de Polynésie française puisse pouvoir étudier dans des conditions matérielles similaires à celles des autres Français du territoire national.


Vu la particularité insulaire de la Polynésie française, l’installation en Polynésie française d’une Université Internationale de la Mer.

Agriculture :

Considérée pendant longtemps comme un comptoir d’importations, la Polynésie française n’a d’autres choix aujourd’hui que de développer ses ressources propres. L’agriculture polynésienne ne couvre actuellement plus que 34 % des besoins alimentaires de la population, le reste des produits de la terre provenant des importations. Inverser cette tendance est essentiel, et le Grand ministère de l’outre-mer accompagnera cette politique locale, particulièrement en la construction de desserte de terrains à vocation agricole.

Fonctionnement de la justice :

Dans le cadre d’une remise en ordre générale de l’institution judiciaire, qui se traduira par sa dépolitisation et le renforcement de l’exigence d’impartialité pesant sur les magistrats, la justice polynésienne sera invitée à traiter convenablement et également tous les justiciables. L’acharnement sur tel ou tel pour des motifs politiques et médiatiques doit cesser ; les droits de la défense seront renforcés.

Défense de nos zones maritimes — Moyens de l’armée.

Dans le cadre d’une politique fondée sur la défense, la promotion et la valorisation des zones maritimes françaises, la Polynésie française occupe évidemment une place essentielle.
Dans le cadre d’une redéfinition de nos moyens de défense, il faudra remettre en cause le désengagement de l’armée en Polynésie française poursuivi depuis déjà plusieurs années.

Outre la défense et la surveillance du territoire maritime, faire que les attributions de l’armée française soient à dimension humanitaire, tel que le secours aux populations en cas de catastrophes naturelles et/ou pour des actions humanitaires locales.

Il faudra aussi
se doter des moyens militaires de transport adaptés pour permettre de rejoindre rapidement la Polynésie française depuis la métropole en cas de crise. Il conviendra de maintenir les missions de service public assumées par la Marine nationale à un niveau convenable.




 

Toujours à propos du "risque négligeable" dont les élus aveugles se félicitent un peu trop vite, le président Yannick Lowgreen a soulevé un nouveau lièvre.

Nous venons d’avoir confirmation de ce que nous pensions ; l'interruption de séance à l’assemblée Nationale lors du vote de suppression du risque négligeable a été animée et houleuse.

« La ministre refusait la suppression du risque négligeable. »

« C'est pour sauver l'honneur du gouvernement »Que les 31 députés ont accepté l'amendement n°3 dont on ne mesure pas bien la portée.
.
Pour nous l'essentiel est de supprimer le risque négligeable complètement de la loi et non la remplacer par une autre virgule : cette commission dont nous ne savons pas quelle est sa composition et quelle sera son utilité ?

En vérité l’état nous prend pour des niais. Ils essaient encore, encore et encore de gagner du temps.
Nous ne comprenons pas l’attitude de nos politiques qui se complaisent dans l’auto satisfaction, alors que rien n’est réglé.

Nous avons entendu la ministre de l’outre-mer à la télé, Ha !! les belles paroles quine sont que  du bla bla, de la langue de bois. Pour nous il n’y a rien de concret tant que nous ne saurons pas les conditions et les motivations de la création de cette commission ni même sa composition. Quel rôle jouera maintenant le CIVEN ?

Notre seule vraie crainte, c’est que les travaux du CIVEN soient suspendus en attendant l'avis de la nouvelle commission, ce serait dramatique pour les victimes. C'est à ce niveau qu'il faut que nous soyons vigilants.
Pour nous l’avancée  se trouve dans la reconnaissance du fait nucléaire, des victimes, de la contamination, donc du risque encouru et reconnu. Ils ne peuvent donc plus éviter la reconnaissance honorifique marqué par le titre de "reconnaissance de la nation" car elle s’impose d’elle-même.

Nous verrons les premières conclusions de la commission mise en place.

Le combat continue et la méfiance doit rester de mise sans courbettes.


Yannick LOWGREEN
Président TAMARII MORUROA

 

Vendredi 10 février 2017

En voilà une pub en France qu'elle est bonne !:(authentique)

 "Les plats chauds pour une soupe chaude au rayon frais" !

 

 

 

Fillon ne peut plus parler de son programme et Macron ne parle jamais du sien

 

Scoop sur le statut réservé à la Polynésie française par Marine Le Pen.

"L'autonomie doit être renforcée et étendue, pour autant que l'Etat conserve ses attributions fondamentales (ordre public, défense, justice); dans ces conditions, la notion de "pays associé" au sein de la France avec un statut qui serait adopté conjointement par les Polynésiens et l'Etat, n'est pas un tabou. Dans la mesure où un tel statut pourrait être celui de la Nouvelle-Calédonie après que ses électeurs auront décidé de demeurer français, la Polynésie française pourrait sans difficulté le revendiquer.

De manière générale, la Polynésie française doit pouvoir contribuer elle-même et sans entraves à son développement économique : les investisseurs étrangers y compris chinois y sont donc les bienvenus.

Cette évolution statutaire donnerait notamment à la collectivité la compétence pour délivrer des visas touristiques et économiques spécifiques."

 

Editorial

L'obsession ou la folie du pharaon

Deux duellistes : L'avocat général José Thorel que l'on peut comparer dans cette affaire à Richelieu et l'ancien président Gaston Flosse commandant des mousquetaires au panache "orange" se livrent un duel incessant.

 Un duel répétitif par avocats interposés qui ne s'est pas arrêté au premier sang car c'est un duel à mort. Le premier voulant à tout prix effacer l'autre.  Dans cette rumination mentale et judiciaire l'avocat général doit se dire tous les matins en se rasant comme dans la pub de la MAAF " je l'aurai, celui là, je l'aurai !"Car l'opinion générale ne s'y trompe pas cette promesse faite il y a des années à Nicolas Sarkozy par José Thorel d'envoyer Gaston Flosse " dans les choux" n'est pas si facile qu'il le pensait. Des années plus tard les deux duellistes combattent toujours. Mais c'est Nicolas qui est dans les choux. Aucun ne cède.

Tenez, il y a moins d'un an, José Thorel avait demandé dans cette histoire rocambolesque de vaisselle qui n'a pas coûté un kopek au Pays  trois ans d'inéligibilité. Un an plus tard, pour quelle raison ,puisque les faits sont les mêmes, aucun changement, il en réclame cinq et pourquoi pas l'année prochaine dix ! Ce rite conjuratoire d'élimination, imprégné d'une pensée orgueilleuse, "j'aurai sa peau", devient obsessionnelle, rigide C'est la folie du pharaon dans Moïse qui, pour ne pas avoir tort, sacrifie son armée !

Pourquoi, sachant que tout cadeau fait à un président en charge demeure la propriété du pays Gaston Flosse et sa compagne Pascale ayant récupéré aux yeux de tous, et non comme des voleurs cette vaisselle, croyaient dur comme fer qu'ils la mettaient à l'abri. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'en arrivant au pouvoir en 2013, Flosse, nouveau président, avait trouvé la présidence  vidée de fond en comble de son suc vital, c'est à dire de tout son matériel, jusqu'au papier toilette.

Il avait lui aussi porté plainte contre cette razzia. Mais sa plainte avait du finir dans les poubelles du palais de justice, aucune suite ou poursuite pour récupérer au moins les ordinateurs ..et la vaisselle de l'époque bien payée, elle, par le Pays (sic!). D'où le geste généreux des donateurs à l'arrivée du Tahoeraa au pouvoir. Bref, on verra le 23 mars prochain la suite qui sera donnée à ce feuilleton de série B par les magistrats.

Nucléaire :  Décidément la République française n'est pas une République comme les autres. L'Assemblée nationale, gardienne du temple, a parfois le chic pour accorder ce qu'on lui demande au bout d'un temps certain, mais en se débrouillant à freiner la manœuvre quand cela l'arrange.

 C'est bien ce qui se passe avec le vote de la loi sur la suppression du fameux " risque négligeable", comme nous l'avons fait remarquer dans notre édito d'hier. Le seul à être assez méfiant  sur ce qui risque de se passer est le président Yannick Lowgreen de l'association anti -nucléaire Tamarii Moruroa. Voici  son communiqué qui prouve sa vigilance et  son inquiétude connaissant bien les arcanes de la politique nucléaire nationale qui fera traîner les indemnisations en longueur via une nouvelle commission qui ne verra le jour que dans un an. Puis qui discutera sinon pourquoi créer une commission" Cheese"! disent les Anglais. Rien d'historique répond Lowgreen !

L'Assemblée nationale a voté à l'unanimité le projet de loi sur la suppression du risque négligeable concernant l'indemnisation des victimes « C’est bien c’est ce que nous attendons depuis plusieurs années 

Mais nous ne comprenons rien à la manipulation de l'amendement n° 3 voté ce matin à la sauvette avec la complicité de tous les députés présents (31)

La ministre n'a pas expliqué le but du texte, pas un mot et aucun député n'a posé la moindre question. En 5 minutes l'affaire était pliée. C'est louche.

On nous met une nouvelle commission pour s'assurer que les indemnités vont bien aux malades des essais nucléaires !!!! Et  c'est cette commission qui serait chargé, un an après la promulgation de la loi, de veiller à ce que l’indemnisation soit réservée aux personnes dont la maladie est causée par les essais.

Quelle fumisterie on nous prend encore pour des demeurés, on supprime le risque négligeable et on rajoute une commission pour faire quoi !!!

Nous ne comprenons rien « c’est encore une virgule rajoutée à ce texte » Yannick Lowgreen Tamarii Moruroa

Fillon n'a plus la bénédiction des Français et peine à convaincre si l'on en croit ce dernier sondage d'Odoxa publié aujourd'hui qui donne un pourcentage très important de Français peu convaincus par les explications fournies par le candidat à la présidentielle : 79%. Un refus très net de le voir arriver à l'Elysée.

 Ses enfants qui ne sont plus de "jeunes enfants" sont des hommes et des femmes de 32 à 34 ans ( sur les cinq) entendus pendant sept heures par le parquet financier hier. Ils sont aujourd'hui avocats et ne sont plus des enfants de chœur. Mais écrire et évoquer "les enfants" sans cesse, sans dire leur âge, faisait pitié  !!! Rien n'est jamais innocent en politique.

 

 

Marine Le Pen bat le record d'audience de "L'Emission politique" (AFP)

 En plus d'avoir convaincu plus de téléspectateurs que ses concurrents, la candidate du Front national fait un carton d'audience sur France 2. 

 Ça ressemble à un sans faute pour la candidate de la droite nationale.

Marine Le Pen a réuni 3,5 millions de téléspectateurs devant "L'Emission politique" jeudi 9 février. Celle qui est désormais la favorite incontestable du premier tour, réalise le meilleur score de l'émission avec 16.7% d'audience, soit le double de Benoît Hamon (8%) début décembre.

 La présidente du Front national devance largement François Fillon qui avait réuni 9,4% des téléspectateurs ou encore Alain Juppé qui, avec 13,2%, tenait jusque là le record d'audience. "Il s'agit d'un record en audience et en part d'audience depuis la présidentielle de 2012 pour le rendez-vous politique du jeudi soir de France 2", note la chaîne dans un communiqué. Marine Le Pen a donc de quoi se réjouir.

 D'autant que des trois candidats à la présidentielle qui ont déjà participé à "L'Emission politique" sur France 2, la présidente du Front national est celle qui a convaincu le plus de téléspectateurs.

 La différence est certes minime avec Benoît Hamon et François Fillon (41% contre 40 et 38) mais ses détracteurs qui espéraient la voir chuter avec ce premier grand oral de campagne en sont pour leurs frais.

 La leader d'extrême droite a bien endossé ce costume de qualifiable pour le second tour. C'est d'ailleurs ce que pensent 80% des personnes qui ont regardé l'émission.

 Pour autant, la comparaison avec Benoît Hamon et François Fillon a ses limites. Les candidats PS et LR participaient dans le cadre d'une primaire (impliquant de nombreux rendez-vous télévisuels) et non une fois investis par leurs formations politiques.

 

Le président Edouard Fritch, en compagnie de la sénatrice Lana Tetuanui et de la députée Maina Sage, a été reçu vendredi, à Paris, par le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas

 

Adhésion de la Polynésie française au Groupe Agence France Locale

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, accompagné du ministre des Finances, de l’Energie et de Mines, Nuihau Laurey, a finalisé, vendredi, avec les représentants de l’Agence France Locale – société territoriale et du directoire de l’Agence France Locale, l’adhésion de la collectivité au Groupe Agence France Locale.

Etaient ainsi présents Rollon Mouchel Blaisot, président du Conseil d’administration de l’AFL-ST, signataire du nouveau protocole, Olivier Landel, directeur général de l’AFL-ST, signataire de l’acte d’adhésion, et Yves Millardet, président du directoire de l’AFL, signataire de l’acte d’adhésion.

Depuis le protocole d’adhésion conclu entre la Polynésie française et le Groupe Agence France Locale le 13 avril 2016, deux événements marquants ont renforcé les liens de la Polynésie française et du Groupe Agence France Locale :

 -          les dispositions de la loi du 5 décembre 2016 relative à l’action extérieure des collectivités territoriales et à la coopération des outre-mer dans leur environnement régional aux termes desquelles la Polynésie française est désormais en mesure de devenir membre du Groupe Agence France Locale (article 21) ;

-          les modifications statutaires aux termes desquelles la société territoriale a modifié profondément les modalités de paiement et de versement des parts sociales de ses actionnaires (« apport en capital initial » - ACI).

 L’évolution des dispositions statutaires de la société territoriale intervenue suite au constat conjoint des actionnaires du Groupe et de différents prospects de premier ordre, dont la Polynésie française, a permis à ces prospects de réaliser leur adhésion concomitamment à leur désendettement.

 La Polynésie française peut désormais bénéficier des offres de l’établissement de crédit spécialisé du groupe crée et détenu par les collectivités locales françaises.

 Cet établissement lève des financements sur le marché obligataire et les redistribue à ses membres sous forme de prêts bancaires pour le financement de leurs investissements.

 

 Exclusif

 Y aurait-il une idylle "politique" entre Gaston Flosse et Marine le Pen ?

Peut-être, si l'on en croit ces courriers échangés pour les vœux de 2017. Ce premier courrier adressé à Gaston Flosse est particulièrement intéressant car dans le dernier paragraphe Marine le Pen lui annonce que si elle devient présidente, elle créera un grand ministère de la Mer rattaché directement à la présidence de la République ! De quoi faire rêver...Quant à son programme pour la Polynésie concocté avec son représentant en Polynésie Eric Minardi il met, parai-il,  l'eau à la bouche.

 

 

Et la réponse de Gaston Flosse qui ne cache pas sa satisfaction.

 

 

 

Jeudi 9 février2017

Editorial

Fillon, responsable mais pas coupable !

Un mot encore aujourd'hui sur le candidat à la présidence des Républicains toujours sous le feu des révélations sur les emplois fictifs doublés d'indemnités ahurissantes pour sa femme. Il poursuit avec une ténacité rare sa campagne en recevant sans sourciller les quolibets et les injures qui fusent sur son passage et le grand désarroi de la droite.

Pour la presse étrangère, François Fillon est coupable  mais surtout ce qu'ils ne comprennent pas, c'est l'acharnement incroyable  à se maintenir coûte que coûte et poursuivre  un but, celui de gagner l'Elysée, le saint des saints, comme si de rien n'était, paré d'un gilet pare-injures ! Nous en resterons là, ce sera aux Français  de décider lors du vote dans quelques semaines.

 Cette campagne aura été sans aucun doute la plus folle que les Français aient connue. Reste que le doute s'est installé parmi la droite sur l'éventuelle victoire de François Fillon, puis dans la foulée les législatives. Ce que les Républicains murmurent, ce n'est pas leur respect mais  une opportunité "avec lui on a une chance de gagner, sans lui on a la certitude de perdre." Si l'on comprend bien, François Fillon a pris la droite en otage, autrement dit " c'est moi ou rien!" Ce candidat, a laissé tomber un autre François, François Bayrou son ex ami, est sous l'influence des puissances d'argent" sous-entendant les rémunérations perçues de l'assureur AXA. Des jours difficiles à gérer son programme social, en cas de  victoire " d'un  mec plombé" qui entre par des portes dérobées, change de voiture pour ne pas être reconnu. Une présidentielle écartelée jamais vue où il est difficile de s'y retrouver très loin d'une République irréprochable !

Nucléaire :L'Assemblée nationale a voté à l'unanimité le projet de loi sur la suppression du risque négligeable concernant l'indemnisation des victimes. C'est bien et tout le monde se réjouit .Youpi ! Oui mais... C'est qu'il y a toujours un mais... Les députés se sont donc congratulés  sur ce "compromis" en déposant dans la foulée un amendement. Voyons, vous pensiez que ce serait "in the pocket" ? Vous aviez tort. Ces vénérables personnalités législatives ont immédiatement créé une commission composée de parlementaires et de personnes qualifiées dans ce domaine spécifique. La naissance est prévue dans un délai de un an après la promulgation de la loi. Cette commission s'occupera des mesures relatives aux indemnisations si la maladie, bien sûr, a été provoquée par les retombées  des essais nucléaires. Et voilà les antis requinqués devant ce futur fumigène. Tous les hommes politiques savent bien ce que la création d'une " commission "porte en son sein : les blabla des uns contre les blabla des autres. Il leur faudra  attendre un an pour sabler le champagne à la "création" de cette commission, puis des mois pour avoir des résultat, mais à ce moment là, bien des choses auront changé, n'est-ce-pas ?

 Nouméa : Et pendant que les députés tentent de travailler pour ne pas être accusés de d'élus " fictifs"( dorénavant un mot correspondant à une injure) chez nos voisins mélanésiens de Nouméa, le feu couve à l'approche du référendum  d'autodétermination l'année prochaine . Accords de Matignon en 1988 puis accord de Nouméa en 1998 pour aboutir à ce référendum en 2018. Entre temps, la jeunesse Kanak s'est largement marginalisée, shootée et alcoolisée créant un climat instable dénoncé par Sonia Backès chef du groupe les républicains au Congrès et du représentant de l'Etat qui craint le pire compte tenu des échauffourées actuelles avec les forces de l'ordre.

Captation des terres palestiniennes. Mais il n'y a pas qu'en Nouvelle Calédonie que les clignotants deviennent fous. La loi israélienne qui permet à Israël de chasser les Palestiniens de leurs terres pour y construire à la place des maisons pour leurs ressortissants sur des centaines d'hectares  risque d'embraser ce Pays. Cette loi inique est d'ailleurs contestée par la Cour Suprême et l'opinion internationale sans que le gouvernement de Netanyahou ne bouge un cil. La paix n'est donc pas pour demain.

En France remettons le flash sur ce qu'on appelle dorénavant " l'affaire Théo". Un policier sadique, devant deux de ses collègues qui ont laissé faire, a sali gravement l'image de la police en violant un jeune black en lui enfonçant une matraque dans l'anus, causant des dégradations anales importantes sans compter la souffrance que cela a du être. Qui peut croire à un dérapage de la matraque comme avancé ? Un dérapage qui aurait provoquer d'importantes lésions anales ? Allons, on veut bien défendre la police quand elle le mérite, ce qui n'empêche pas de la critiquer quand elle, elle dérape !

 Généreux, le malheureux  pour ne pas provoquer l'embrasement de son quartier tient  un discours apaisant sur son lit d'hôpital. On semble dire aujourd'hui dans la police nationale qu'il ne s'agit pas d'un viol. Mais de quoi est-ce qualifié, quand il y a pénétration violente ( sans vaseline) pour provoquer une lésion sur 10 cms si ce n'est un viol ?

 

Courrier :

Il y avait encore un journaliste que j'aimais bien Yves Calvi et voilà que ça ne le choque pas de dire que c'était peut-être un dérapage pour le viol de Théo. C'est grave tout de même de faire prendre aux gens des vessies pour des lanternes. Un viol c'est une pénétration, naturelle ou avec un objet. Et dans le cas présent l'objet c'est la matraque ! Pauvre Théo ! MR

 

Juppé revient sur son "pas question" d'être le plan B

Le maire de Bordeaux s'est entretenu samedi avec le candidat de la droite et du centre. Un autre contact entre les deux hommes est prévu prochainement.
Rien ne se fera sans l'accord de François Fillon. C'est, en substance, ce qu'Alain Juppé répond à tous ceux qui le pressent de remplacer le candidat de la droite, chez les Républicains mais aussi à l'UDI. Le maire de Bordeaux a eu beau exclure «clairement et définitivement» le 27 janvier de se «lancer dans une opération de repêchage», il se considère désormais comme le seul capable de sauver sa famille politique du désastre. Il l'a confié à quelques proches triés sur le volet, en précisant que rien n'était fait, puisque le principal intéressé n'envisageait pas pour l'instant de renoncer.
Alain Juppé et François Fillon, qui se sont contactés au téléphone samedi, devraient se reparler bientôt. «Ça finira par arriver», confirme, pince-sans-rire, Gilles Boyer, ex-directeur de campagne d'Alain Juppé, devenu trésorier de la campagne de François Fillon.

(Extrait du Figaro)

 

Le ministre de l’Equipement local s’entretient avec les armateurs de Polynésie française

L’ensemble des armateurs de la Polynésie française (CAP, confédération des armateurs de Polynésie, ainsi que les armateurs non affiliés à cette confédération) ont reçu, à leur demande, le ministre de l’Equipement et des transports intérieurs, Luc Faatau, jeudi, dans leurs locaux à Fare Ute.

Durant cet entretien très cordial, ils ont fait part au ministre de leurs interrogations sur les projets de réforme en cours. Le ministre a tenu à leur rappeler l’importance et les buts de ces réformes en matière de desserte maritime interinsulaire, lesquels ne peuvent être atteints sans la participation et l’adhésion de l’ensemble des membres de la profession.

Des réunions de travail sont prévues très prochainement afin d’approfondir les thématiques abordées.


 

Air Tahiti Nui  prend les déplacements de la M.A.A.T à sa charge.

La ministre de l’Education, de la Jeunesse et des sports, Nicole Sanquer-Fareata, l’administrateur d’Etat des îles du Vent et Sous le Vent, Raymond Yeddou, et le pdg de la compagnie aérienne Air Tahiti Nui, Michel Monvoisin, ont renouvelé, jeudi, leur collaboration pour la formation des cadres des fédérations sportives par la signature d’une convention.

La Mission d’aide et d’assistance technique (M.A.A.T), entité créée par convention entre l’Etat et la Polynésie française, apporte un soutien technique et pédagogique au mouvement sportif polynésien.

 Elle intervient à la fois sur des compétences d’Etat (formation et certification), et sur des compétences dévolues à la Polynésie française. En étroite collaboration avec la Direction de la jeunesse et des sports, elle met en œuvre et contrôle la formation continue des treize cadres techniques fédéraux, recrutés par les fédérations sportives polynésiennes.


C’est dans le cadre de ces missions, et avec le soutien du ministère de la Jeunesse et des Sports et de sa politique sportive, que la M.A.A.T a sollicité la compagnie aérienne Air Tahiti Nui, afin que cette dernière puisse aider les cadres techniques fédéraux de Polynésie française dans leurs déplacements et la réalisation de leur plan de formation professionnelle continue. La formation de la jeunesse polynésienne et l’amélioration de l’encadrement technique des activités sportives de Polynésie française étant également souhaités par la compagnie aérienne Air Tahiti Nui, celle-ci a décidé d’y répondre favorablement.


Les cadres techniques sont engagés dans un processus d’accompagnement qu’ils doivent suivre. Ils bénéficient d’une formation continue à la carte, opérée, selon les thématiques et les ressources disponibles, soit au plan local, soit au plan national, grâce au réseau « jeunesse et sports » mobilisé par la MAAT.

 

Critiques de la Cour des comptes sur les chirurgiens-dentistes.

Dans le rapport de la Cour des comptes on relève cette savoureuse partie concernant les chirurgiens-dentistes. " Dérives dans la gestion", indemnités indues", contrôle insuffisant : la Cour étrille l'ordre national des chirurgiens-dentistes dont les cotisations annuelles s'élèvent à 20 millions d'euros. "Au moyen des cotisations, l'ordre a acheté en faveur de ses conseillers et des membres de leur famille, des bijoux, des accessoires de haute couture, des soins en thalassothérapie et des grands vins."

 

 

Ouverture du 16ème salon de la « Bijouterie d’art polynésien »


Le ministre de la Culture et de l’artisanat, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a officiellement ouvert le 16ème salon de la « Bijouterie d’art polynésien », jeudi matin, dans le hall de l’Assemblée de la Polynésie française


Pour cette 16ème édition, une vingtaine de créateurs ont fait le déplacement afin d’exposer leurs œuvres, des pièces uniques sur le thème des fonds marins.

Lors de cet évènement, un concours de la plus belle création à porter au cou, dans quatre catégories spécifiques (nacre, coquillages, mixte et monde), sera organisé. La remise des prix de ce concours aura lieu vendredi, après la présentation de chaque pièce lors d’un défilé orchestré par Alberto V.

A l’occasion de l’ouverture du salon, le ministre de la Culture et de l’artisanat, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a tenu à saluer l’action de l’association qui contribue, chaque année, à la promotion des créateurs et de leurs créations auprès du public.

 

L'IEOM : observatoire de la vie économique locale

l’IEOM a pour mission la gestion des dispositifs de surendettement, de droit au compte et de médiation des entreprises en difficultés. Il travaille actuellement en étroite collaboration avec le Pays sur des aménagements réglementaires, qui permettront d’accélérer les procédures et de renforcer les droits du débiteur dans le traitement des situations de surendettement des particuliers.

L’institut se positionne également comme un observatoire privilégié de la vie économique et financière de sa zone d’émission. Ainsi, l’IEOM est régulièrement invité à présenter des points de conjoncture économique et financière du Pays en collaboration avec l’Institut de la statistique (ISPF), comme par exemple lors de la conférence économique qui s’est déroulée en octobre dernier.

Teva Rohfritsch et les directeurs de l’IEOM ont évoqué les réformes envisagées et la situation macroéconomique de la Polynésie française. Dans ses publications récentes, l’IEOM note que l’amélioration du climat des affaires se poursuit, avec un niveau au troisième trimestre 2016 qui n’avait plus été atteint depuis le début des années 2000. Cette évolution s’explique notamment par l’optimisme des chefs d’entreprise pour leur activité au cours des prochains mois qui devrait les amener à embaucher.

Les prévisions d’investissement contribuent également à la progression de l’indice du climat des affaires. Le ministre de l'Economie en charge des grands projets d’investissement, a  fait un tour d’horizon des projets majeurs. Des mesures d’accompagnement et de soutien aux investisseurs locaux et étrangers, de  simplification des procédures et d’attractivité des investissements étrangers, sont actuellement à l’étude afin de favoriser ces investissements.  Dont acte                          

NB Si les prévisions d'investissement que l'on donne depuis des mois suffisent à réjouir les entreprises selon le gouvernement alors tout le monde est content. Quant aux statistiques, elles ne peuvent être qu'excellentes puisqu'elles sont entre les mains du ministre de l'Economie sans oublier les investissements locaux et étrangers dont on nous serine les oreilles depuis l'année dernière sans jamais voir venir le moindre petit investissement, un conseil : "restez optimiste" comme dirait une certaine Natacha !

 

Autorité de la concurrence : Paris renforce son pouvoir d'enquête

C'est par une ordonnance prise lors du conseil des ministres à Paris hier que Jacques Mérot a appris que ses pouvoirs d'investigation étaient renforcés auprès des entreprises , des services de l'Etat et du Pays.

Avec cette ordonnance en effet l'Autorité polynésienne de la concurrence  gagne un pouvoir conséquent qui lui permet d'avoir un droit de regard sur toutes les informations transmises aussi bien par les entreprises que par  l'Etat ou la Polynésie y compris la justice. Concentration, fusion, abus de position dominante auront droit à une pénalité de 5% du chiffre d'affaires a précisé Jacques Mérot . Jusqu'ici, l'Autorité a autorisé une dizaine d'opérations de concentration parfois sous condition. Il semble que cela ne sera plus possible.

Le recours au secret professionnel ne marche pas non plus, mais l'Autorité assure que celui-ci sera bien protégé. Par ailleurs, dès le mois de juin, date de l'entrée en vigueur des nouvelles dispositions, les responsables de l'Autorité de la concurrence pourront mener des opérations de  visite et de saisie en présence d'officiers de police judiciaire avec autorisation du juge après transmission d'éléments convaincants.

 Oups, qu'on se le dise...On ne rigole plus et les râleurs ont intérêt à ne pas montrer leur mauvaise humeur ! Pif, paf, la claque !

 

Interview intéressante du nouveau ( ex ancien) ministre de la Santé Jacques Raynal dans Tahiti infos :PSG, retraites, obésité, cliniques privées. A lire.

 

Mercredi 8 février 2017

La phrase :" A force de descendre dans les sondages, Fillon va trouver du pétrole"

 

Seuls 26 % des Français assurent avoir été convaincus par l'intervention de l'ancien Premier ministre, selon un sondage Harris Interactive pour RMC et Atlantico.

65% d'entre eux n'ont, au contraire, pas été convaincus . Ces chiffres sentent le roussi.

 

Editorial

" François, pitié tais-toi !"

Comment, François Fillon, même avec son acharnement à vouloir rester en lice, peut-il s'en sortir lorsque tous les jours une nouvelle affaire est apportée en pâture à l'opinion ? Il découvre l'immense volonté des journalistes enquêteurs d'aller au bout de leur métier tant ils ont été choqués par les accusations du Fillongate sur la presse et le parquet financier. Alors...c'est la guerre !

François Fillon déclare avoir conseillé Axa. Il relance ainsi les soupçons de conflit d'intérêts, révèle à son tour 20 minutes, qui enchaîne sur l'information diffusée par BFM Business sur la mission effectuée par François Fillon pour AXA, rémunérée 200.000 euros. Il n'y a pas de petits profits !

  Son  « opération transparence »  soulève de nouvelles questions. Et encore une fois on a envie de lui dire : "tais-toi François"! A chaque conférence de presse il donne le bâton pour se faire battre. C'est à se demander si ses conseils ne veulent pas le pousser petit à petit dans le marigot de l'opprobe.

Il a dévoilé lundi lors d’une conférence de presse quelques-uns des clients de sa société 2F Conseil. « J’ai donné des conférences dans de nombreux pays et j’ai conseillé des entreprises. Parmi elles, il y a l’assureur AXA, la société Fimalac et la banque ODDO. J’ai fait partie du conseil de surveillance du cabinet Ricol et Lasteyrie, puis j’y ai exercé en tant que senior adviser ».

 Vlan ! Cet aveu a relancé les accusations de conflit d’intérêts autour des activités de conseil du candidat LR à la présidentielle, trois de ces entreprises ayant pour point commun d’être ou d’avoir été dirigées par des personnalités proches du candidat . Plus rien ne passe dans les mailles d' un filet tendu à l'athlète dans son exercice de voltige.  La moindre information devrait être décortiquée avant d'être balancée aux journalistes qui ne laissent rien passer. Ce n'est plus vivable pour le candidat de la droite.

A l’époque où François Fillon a travaillé pour Axa, le PDG de l’assureur était Henri de Castries, un ami qui a officiellement affiché son soutien au candidat le 17 janvier dernier. Quant c'est la guerre...politique, tous les arguments jetés sur la place publique peuvent faire mouche. Pain béni pour Marine Le Pen, le candidat écologiste Yannick Jadot et les journalistes puisque c'est François Fillon lui même qui se tire tous les jours une balle dans le pied.

Cette information a d'ailleurs fait réagir Yannick Jadot et Marine Le Pen ce mardi. « Quand on travaille pour la société Axa et qu’on commence sa campagne en disant » on va dérembourser une partie des soins « là aussi, je considère qu’il y a des conflits d’intérêts », a dénoncé le candidat écologiste sur Europe 1, qui demandait déjà à François Fillon de dévoiler les clients de sa société en décembre dernier. « On ne peut pas intervenir en même temps comme lobby pour un intérêt privé et en même temps comme législateur censé défendre l’intérêt général », a-t-il ajouté.

« On peut lâcher des mots qui font mal comme le fait Yannick Jadot, et profiter de la situation politique. Mais quand on parle de conflits d’intérêt, il faut caractériser les choses, et pas seulement balancer des boules puantes. François Fillon était à l’époque député, je ne vois pas où il y a conflit d’intérêt », répond le député LR Benoist Apparu.

La candidate du Front national, elle, a souligné que « le programme de M.
Fillon comme par hasard va exactement au bénéfice des grandes compagnies d’assurances puisqu’il s’ agit en réalité de permettre aux mutuelles de prendre la place de la Sécurité sociale
». Et elle fait mouche dans l'opinion car le programme de François Fillon pour la primaire prévoyait en effet que l’Assurance-maladie soit recentrée sur les « gros risques », c’est-à-dire sur les « affections graves ou de longue durée » et que « l’assurance privée » prenne en charge « le reste », soit les « petits risques ».

Ce projet, lui avait déjà valu d’être surnommé « le candidat des assureurs contre la Sécurité sociale » par Jean-Luc Mélenchon, le 7 décembre dernier . La ministre des Familles, de l’ Enfance et des droits des femmes Laurence Rossignol avait estimé le 1' décembre sur LCP François Fillon «  proche du milieu des assurances, incontestablement, or il y a des intérêts"  Feu de tous côtés !

Conclusion, comme nous l'écrivions ces derniers jours, l'ex futur président devrait arrêter de se tirer une balle dans le pied qui relance tous les matins le débat avant de se retrouver aux soins intensifs le soir!

 

 

Eric Minardi en campagne pour Marine le Pen

"Suite à mon retour sur le territoire, hier, je vous informe que le comité de soutien à Marine Le Pen a prévu une réunion d’information demain jeudi à 17 h 30 à la mairie de Taravao.
Cette réunion est ouverte à tous les adhérents et sympathisants du Te Nati Front National Polynésien.

Nous pourrons à cette occasion discuter de :

– De mes diverses rencontres avec Marine Le Pen, Louis Aliot, ainsi que les représentants de l’outre-mer à Paris, Nanterre et à la convention des assises de Lyon du 5 et 6 février.

– Organisation des comités de soutien à Marine Le Pen 2017 en Polynésie française

– Information sur le programme présidentiel et ses spécificités polynésiennes

– Parrainage des maires et des conseillers territoriaux

– Information sur les adhésions au Te Nati FNP

– Information sur les assesseurs lors des élections présidentielles et législatives (des personnes responsables de la bonne marche des bureaux de vote lors des élections)"

– Questions diverses

La mairie de Taravao nous prêtant gracieusement cette salle, notre responsable de la presqu’île nous précise qu’il faudra la libérer à 20 h.
D’autres réunions sont prévues par d’autres comités de soutien.

Amitiés patriotiques,

Eric Minardi

 



 

Dans sa lettre aux Français, François Fillon oublie...

... Rien n’ébranlera ma volonté. Rien ne me détournera des vrais enjeux de cette campagne présidentielle : le redressement de la France et le rassemblement des Français. Si moi, je suis président de la République !



 Ce qui est vrai un jour est faux le lendemain !

Marine Le Pen arrive en tête des intentions de vote au premier tour de l'élection présidentielle, avec 25,5% à 26%, devant Emmanuel Macron (22% à 23,5%) qui la battrait nettement au second tour, selon un sondage Elabe pour BFMTV et L'Express diffusé mercredi.

François Fillon (Les Républicains) est à la troisième place (17% à 18%), devant le socialiste Benoît Hamon (15% à 15,5%) et le candidat de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon (12% à 13%).
Ces résultats sont calculés avec une candidature de François Bayrou pour le premier chiffre et sans pour le second chiffre. Le centriste recueille 5% des intentions de vote.


Au second tour, Emmanuel Macron (En marche !) battrait Marine Le Pen (Front national) avec 63% des voix contre 37%. François Fillon la battrait avec 56% contre 44%.
Cette enquête a été réalisée les 7 et 8 février, soit après la conférence de presse de François Fillon, auprès d'un échantillon de 961 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d'un échantillon de 1.050 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Dans un autre sondage réalisé cette fois par Ifop-Fiducial et diffusé également mercredi, François Fillon perd trois points en une semaine à 18% et ne parviendrait pas à se qualifier pour le second tour, devancé par Marine Le Pen avec 26% (en hausse de 2 points) et Emmanuel Macron à 21% (+1 point).


Après une forte poussée au lendemain de sa victoire à la primaire organisée par le PS, Benoît Hamon recule de 3,5 points, à 14,5%.
Jean-Luc Mélenchon repart parallèlement à la hausse avec 10,5% d'intentions de vote (+1,5).
François Bayrou est crédité de 5,5%, le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan de 2% et l'écologiste Yannick Jadot de 1,5%.
Cette enquête Ifop-Fiducial a été réalisée en ligne du 5 au 8 février auprès de 1.409 personnes inscrites sur les listes électorales, selon la méthode des quotas.

 


La ministre du Tourisme, des transports internationaux, Nicole Bouteau, poursuit ses rencontres avec les acteurs du tourisme. Elle a ainsi reçu mardi après-midi le délégué régional d’Air France en Polynésie française, Alex Hervet.

L'agence polynésienne dispose de 110 personnels partagés entre l'agence de Papeete et le personnel navigant. Air France propose depuis Paris trois vols hebdomadaires vers Papeete via Los Angeles et un quatrième en code-share avec Air Tahiti Nui.

Cette rencontre a été l'occasion d'échanger sur les projets de la compagnie qui recevra le 15 mars prochain un appareil doté de nouveaux sièges, avec également une augmentation du nombre de sièges en classe affaires, pour répondre à la demande du marché nord-américain notamment.

Les perspectives que peut offrir le partenariat solide que constitue la joint-venture conclue il y a dix ans entre Air France et Delta Airlines ont également été au centre des échanges. Ce partenariat constitue aujourd'hui le modèle le plus avancé de coopération entre compagnies aériennes. Elle permet aussi de participer à développer une meilleure visibilité de la destination à travers ce réseau.

 

Le président de l'association Tamarii Moruroa nous fait parvenir les courriers de deux députés sur le "risque négligeable" deux mots qui pourraient sauter dans la loi :

Laconique :

Vous avez bien sûr tout le soutien de Madame Duflot sur le sujet
Bien à vous

Marine Tondelier
Collaboratrice Parlementaire de Cécile Duflot
Députée de la 6ème circonscription de Paris

Plus convivial, le député Patrick Gille

je suis de près la situation suite à ce coup de théâtre bienvenu en CMP
lors de la réunion du groupe PS hier .
je suis intervenu pour indiquer notre satisfaction et demander au gouvernement de ne pas tenter  de revenir en arrière
c'est la position qui a été adopté par le groupe et que nous avons rappelée au gouvernement lors de la réunion organisée sur le sujet l'après midi même par O FAURE notre pdt de groupe.
Nous restons vigilants
Bien à vous

Jean-Patrick GILLE
Député d'Indre-et-Loire


 

L'Etat généreux

Les compléments de salaire des fonctionnaires civils en poste outre-mer coûtent près de 1,2 milliard d'euros par an, pas entièrement justifiés par le coût de la vie et reposant sur un "inextricable maquis" de textes réglementaires 

Nous n'avons pas la chance de faire partie du gratin des 2258 personnes qui bénéficient de primes en métropole. En Polynésie, le secret est souvent bien gardé.

SOURCES : Canard enchainé et Journal du Net

Voici les budgets-primes accordés aux Ministres du Gouvernement :

VALLS 5 850 000 € Effectif Total : 456 soit 12 829€/pers
1 091 082 € Effectif Total : 150 soit 7 274 €/pers


CAZENEUVE 1 0547 452 € Effectif Total : 252 Soit 6 141 €/pers
983 000 € Effectif Total : 169 soit 5 817 €/pers
Jean Yves Le Drian 967 238 € Effectif Total : 158 soit 6 122 €/pers
Delphine Batho 900 720 € Effectif Total : 173 soit 5 206 €/pers
Marisol Touraine 878 408 € Effectif Total : 64 soit 13 725 €/pers
730 304 € Effectif Total : 67 soit 10 900 €/pers
679 058 € Effectif Total : 57 soit 11 913 €/pers
642 710 € Effectif Total : 91 soit 7 063€/pers
616 000 € Effectif Total : 61 soit 10 098 €/pers
580 950 € Effectif Total : 57 soit 10 192 €/pers
Geneviève Fioraso 564 000 € Effectif Total : 58 soit 9 724 €/pers
Victorin Lurel 552 347 € Effectif Total : 63 soit 8 767 €/pers
Najat Belkacem 552 001 € Effectif Total : 47 soit 11 745€/pers
543 636 € Effectif Total : 55 soit 9 884 €/pers
Valérie Fourneyron 541 770 € Effectif Total : 53 soit 10 222 €/pers
Michel Sapin 500 291 € Effectif Total : 75 soit 6 671 €/pers
Sylvia Pinel 466 268 € Effectif Total : 39 soit 11 956 €/pers
Nicole Bricq 454 052 € Effectif Total : 38 soit 11 949 €/pers
Stéphane Le Foll 370 457 € Effectif Total : 75 soit 4 939 €/pers

Soit 2258 personnes qui ont passé un excellent "Réveillon" !!!

Source JDN (Journal du Net)
 

 

Justice: Fraude à la défiscalisation

 Yves Conroy,le justicier local risque d'être condamné à 18 mois de prison ferme, 2 millions d’amende, la confiscation des biens saisis et 5 ans d’interdiction d’exercer une profession commerciale ou industrielle comme requis par le procureur. A l’encontre de Yannick Conroy, son fils, il a requis 12 mois de prison  avec sursis, 2 millions d’amende, la confiscation des biens saisis et l’interdiction pendant 5 ans d’exercer une profession commerciale ou industrielle en punition «d' abus de biens sociaux » et « escroquerie » dans une affaire de fraude à la défiscalisation concernant des panneaux solaires dont s’était occupé  Ralph Salmon, du cabinet de défiscalisation « Pacific Investissement"  qui risque d' écoper de 6 mois de prison avec sursis et 1 million d’amende. Me Jean Dominique Des Arcis, défenseur de Yannick Conroy, affirme que « personne n’est coupable, ils n’ont retiré aucun profit » dans ce dossier. Il a demandé la relaxe pour son client .Délibéré  rendu le 27 avril prochain.

 

Un scoop de radio one

Le tribunal administratif de Papeete a jugé mardi que le marché de la « mise aux normes et de la modernisation de l’éclairage du front de mer et de l’avenue Pouvanaa » passé en 2015 avec la Spres avait été mal attribué. Le tribunal a condamné la Polynésie à indemniser la société perdante, ECI, à hauteur de 3,8 millions de Fcfp.

Radio 1 révélait les détails de cette surprenante affaire le 27 janvier dernier. Le tribunal administratif de Papeete a condamné mardi la Polynésie française à indemniser la société Enrobage, concassage et infrastructure (ECI) à hauteur de 3,8 millions de Fcfp pour avoir mal attribué le marché de la « mise aux normes et de la modernisation de l’éclairage du front de mer et de l’avenue Pouvanaa » à la Société Spres en 2015. En effet, selon le jugement du tribunal, la Spres était à l’époque en redressement judiciaire et ne pouvait soumissionner à ce marché public que si elle apportait les garanties de continuité de son activité durant les 9 mois de la durée du chantier.


Or dans ce marché : « La société Spres a produit une attestation du juge commissaire qui l’habilitait à poursuivre son activité jusqu’au 9 février 2015″ alors que « le délai d’exécution des travaux était fixé à 9 mois à compter de la date de démarrage des travaux qui devait intervenir en janvier 2015 ». Pour le juge, « la société Spres ne pouvait être admise à soumissionner au marché en cause, et sa candidature était irrecevable ». Néanmoins, pour des raisons d’intérêt général, le tribunal n’a pas voulu annuler le marché attribué par la Polynésie à la Spres et a seulement condamné le Pays à indemniser la société perdante, ECI, à hauteur de 3 759 242 Fcfp.
 

 

Courrier d'un lecteur parisien :

 Bande FM ou non ; Nous en Métropole nous payons une lourde taxe lorsque nous sommes possesseurs d'une télé. Les polynésiens pourraient, pour une fois, mettre la main à la poche pour installer des antennes AM...En clair nous payons une taxe pour un programme télévisuel dont nous ne bénéficions pas ( Télé Polynésie par exemple).....Ils faut qu'ils comprennent que la métropole n'est plus une vache à lait pour exotique exigeant...MP

 

Le président Fritch s'est-il rendu à Paris uniquement pour remercier la ministre de l'Education ? Pas d'autres infos sur son déplacement !Peut-être est-il allé  soutenir François Fillon .

Madame Najat Vallaud-Belkacem et ses services ont particulièrement été attentifs et bienveillants en participant au financement et en appuyant les dossiers pour la construction et l’extension des trois internats de la cité scolaire de Faaa, du collège d’Atuona aux Marquises et du lycée professionnel de Mahina. Ces trois projets peuvent ainsi bénéficier d’une participation financière de l’Etat à hauteur de 50% du montant des travaux, soit environ 660 millions Fcfp (5,5 millions d’euros). Les trois conventions, adoptées par l’Assemblée de la Polynésie française, seront signées ce mois-ci.

La ministre a par ailleurs confirmé la dotation globale d’investissement (DGI) à hauteur de 300 millions Fcfp (2,5 millions d’euros), permettant l’engagement des opérations de restructuration du lycée professionnel d’Uturoa de Raiatea et du collège d’Afareaitu de Moorea, de réhabilitation de l’internat du collège de Rurutu et du collège de Taravao, et de rénovation du collège Maco Tevane de Papeete.

La dotation globale de fonctionnement (DGF) à hauteur de 1,750 milliards Fcfp (14 622 194 euros) a également été maintenue pour l’exercice 2017, et ce toujours malgré la baisse démographique que subit la Polynésie française. De même, à l’intérieur de la DGF, la dotation relative aux « fonds sociaux » des établissements scolaires du 2nd degré est maintenue à hauteur de 71,6 millions Fcfp (600 000 euros) pour l’exercice 2017.

Malgré une baisse démographique toujours importante dans les 1er et 2nd degrés, l’ensemble des moyens en termes d’emplois dédiés au système éducatif de la Polynésie française sont maintenus pour l’exercice 2017, soit 1845 emplois de professeurs des écoles pour le 1er degré, 1843 emplois pour les postes de chefs d’établissement et adjoints, d’administratifs en établissements scolaires, et de professeurs de collège et de lycée pour le 2nd degré, 511 emplois pour les postes d’infirmières, d’assistantes sociales, de conseiller principaux d’éducation, de conseiller d’orientation psychologue, et d’ATRF, et 46 emplois administratifs pour la direction générale de l’éducation et des enseignement.

Par ailleurs, le collège de Faa’a est inscrit dans le dispositif des « collèges numériques », avec une participation financière à hauteur de 5,5 millions Fcfp (46 000 euros), de même que les collèges Maco Tevane, de Taaone, de Papara, de Teva i Uta et de Ua Pou ont été retenus pour l’exercice 2017.

La ministre de l’Education nationale a tenu à s’informer sur l’après inondation, et en particulier des conséquences sur les structures scolaires. En outre, le dossier de notre éligibilité au Fonds Très Haut Débit avance avec le soutien de la ministre de l’Education nationale qui en a parlé au Premier Ministre. Le dossier du pôle de recherche de l’Université de la Polynésie française a également été évoqué au cours de cette rencontre avec le président polynésien..

 

 

 

 

Mardi 7 février 2017

 

Editorial

" Je demande pardon aux Français !"... Et le Canard lui en remet une couche!

Mais François Fillon est si accroc à la fonction de président de la République, qu'il est prêt à dire n'importe quoi, soutenu par les ténors du parti Républicain. Il s'enfonce, s'enlise dans les mensonges d'argent jusqu'à ne plus pouvoir bouger un cil, si l'on en croit la Une, ci-dessus, du Canard Enchainé et celle du Parisien arrivé aussi à la même conclusion aujourd'hui. La meilleure, c'est qu'après  une enquête minutieuse, les enquêteurs n'ont trouvé aucune trace du travail de Penelope Fillon à l'Assemblée, en dehors de ses récentes indemnités de licenciement pour la bagatelle de 45.000 euros !!! Alors que personne ne l'a jamais vu œuvrer ou même assister à une séance, dans ce vénérable lieu de la démocratie.

Le plus drôle pour la petite histoire : c'est que le prénom Pénélope viendrait du mot grec qui signifie "canard sauvage" !!! Car on raconte que Nauplios, pour venger la mort de son fils Palamède tué par Ulysse, fit croire à Pénélope à la mort de son mari .La malheureuse, de désespoir, se serait jetée à l'eau mais elle aurait été sauvée par qui.. je vous le donne en mille... par des canards ! C'est encore un canard qui aujourd'hui fait ce qu'il faut pour la noyer !

Bref, non, les Français ne  pardonneront pas à leur champion de les avoir dupés .Ce vainqueur de la primaire de la droite, tombe aujourd'hui dans l'excès en demandant "pardon" et en avouant avoir commis une "erreur". Oui mais les erreurs se suivent et se poursuivent. Certes, les Républicains forment un "carré" de survie autour de lui, juste pour ne pas sombrer avec leur candidat. C'est pourtant bien ce qui risque d'arriver dans quelques semaines. Car plus il tentera de se disculper avec son épouse aussi silencieuse que le Sphinx, plus la presse détricotera ses vérités. Il n'y a pour s'en convaincre qu'à lire les nouvelles révélations du Canard et du Parisien.

 A ce point, on a envie de lui dire " tais-toi" tu t'enfonces dans tes bobards et tes "mea culpa" François.

 En cherchant des excuses devant 300 journalistes, François Fillon a tenté de déminer le terrain de ce qui s'est transformé en "Fillongate" notamment en s'adressant à ceux "d'Envoyé spécial," coupables, selon lui, d'avoir diffusé jeudi dernier une interview datant de 2007 de Penelope affirmant : «Je n’ai jamais été son assistante ou quoi que ce soit de ce genre. Je n’ai jamais géré sa communication.» Phrase confirmée  notamment par la journaliste anglaise qui avait interviewé Penelope Fillon.

Bref, plus l'ex premier ministre cherchera à innocenter sa femme , plus le fil de Pénélope s'enroulera autour de lui et l'immobilisera. Les Français lui en veulent tellement de modifier ce qu'ils pensaient de lui : sa droiture, sa probité, qu'il a été violemment chahuté lors d'un déplacement dans les Ardennes car croyez-le ou pas, il est reparti en campagne comme si rien ne s'était passé. Sauf que les injures fusent de la part d'un maximum de Français et que les portes de l'Elysée resteront peut-être fermées à double tour pour le candidat Républicain.

Dans la foulée des enquêtes de "Mr Propre" voilà que le juge Serge Tournaire a ordonné le renvoi en procès de Nicolas Sarkozy et de treize autres protagonistes dans l’enquête sur ses dépenses de campagne lors de la présidentielle de 2012 et les fausses factures de la société Bygmalion.

Mais Nicolas Sarkozy n’est pas mis en cause pour avoir eu connaissance de cette fraude aux fausses factures. Il est soupçonné d’avoir engagé des dépenses supplémentaires en réclamant de nouveaux meetings, alors qu’il ne pouvait ignorer que son budget allait franchir la ligne rouge. Le candidat avait été destinataire de notes des experts-comptables l’alertant sur ce risque. L’ancien président a toujours contesté un dérapage de ses dépenses.

 Ce n'est pas tout, plus personne n'est épargné dans le milieu politique et ce grand déballage de choses choquantes, c'est ainsi que l'on apprend que Benoit Hamon, lui, "si sincère", n’a jamais vraiment  travaillé…
Il a préféré grenouiller au Parti  socialiste et monter les échelons à force de militantisme, d’idées et de  postures toujours plus généreuses à son profit avec l’argent des  autres. On comprend mieux pourquoi il défend avec autant de fougue son Revenu Universel !

Le site Wikipédia nous apprend qu’il  s’engage en politique à 19 ans lors des manifestations étudiantes contre la loi  Devaquet et qu’il milite à la section de Brest du Parti Socialiste.
Il est diplômé d’une licence d’histoire,  après être devenu membre de l’UNEF et président du MJS (Mouvement des Jeunes  Socialistes).
Cette simple licence d’Histoire (soit BAC  + 3) suffira pour lui procurer d’octobre 2008 à septembre 2009, la qualité  de  membre du conseil  d’administration de l’université  Paris-VIII (héritière du Centre universitaire expérimental de  Vincennes, où se sont investies des personnalités    comme   Deleuze ou Foucault), en tant que personnalité extérieure, puis de professeur des universités  associé ou assurait, parait-il un enseignement concernant les organisations  internationales et les processus décisionnels dans l’UE à l’Institut  d’études européennes de l’université Paris-VIII.

 Hamon, c'est  le roi de la pirouette et du parler vrai, puisqu'il retombe toujours sur ses pattes ! Décidément ....

 

 

 

 

Le 1er Vice-Président de la CCISM, Clet WONG accompagné du Trésorier-Adjoint Patrick YIENG KOW a accueilli mardi matin, le consul général d’Australie, Paul WILSON, basé à Nouméa, qui est actuellement en visite en Polynésie française.

Paul WILSON était également accompagné du consul honoraire d’Australie en Polynésie française, Marc SIU. Le consul général a abordé plusieurs sujets liés aux affaires économiques, à savoir la balance commerciale qui est restée stable et l’idée de favoriser l’export des produits du Fenua vers l’Australie.

Plusieurs domaines relatifs aux échanges commerciaux ont donc été évoqués :

- la connaissance des différentes barrières douanières et phytosanitaires australiennes pour faciliter l’export
- et un centre de renseignements pour les entreprises polynésiennes qui recherchent des fournisseurs australiens.

Légende de la photo en pièce jointe : de gauche à droite, Patrick YIENG KOW Trésorier-Adjoint de la CCISM, Clet WONG 1er Vice-Président de la CCISM, Paul WILSON Consul général d’Australie, et Marc SIU Consul honoraire d’Australie en Polynésie française.
Nous vous demandons de bien vouloir diffuser cette information au public.
 

 

 En Polynésie " le risque négligeable" l'épine dans le pied des parlementaires et associations anti-nucléaires à Tahiti serait susceptible d'être gommé dans la loi de 2010 sile projet d'amendement était adopté jeudi par l'Assemblée Nationale. Ces trois mots n'étaient là que pour freiner les indemnisations. Une fois disparus à la gloire de la sénatrice Lana Tetuanui qui a donné de la voix et quand elle donne de la voix, chacun sait qu' elle fait trembler les murs du Sénat ou de l'Assemblée de Polynésie, on verra si les indemnisations s'accélèrent en cette fin de mandat de François Hollande et du ministre de la défense le Drian. Les associations espèrent que toutes les demandes rejetées vont pouvoir être réexaminées.

 " Qu'est-ce-que tu te goures" chantait Juliette Greco. Tamarii Moruroa et Moruroa tatou attendent avant de faire cocorico.

 

Mise en garde de Yannick Lowgreen

Suite aux observations du Conseil d'Etat à propos du projet de décret visant à abaisser le seuil de probabilité du lien de cause à effet, le Gouvernement est contraint d'utiliser la loi de programmation sur l'Egalité Réelle dans les Outre-Mer (EROM) pour faire passer la mesure. Une commission mixte paritaire s'est réunie hier lundi ; elle a décidé d'annuler la notion de risque négligeable qui porte préjudice aux victimes.
Le texte sera examiné ce jeudi 9 février par l'Assemblée nationale. Tamarii Moruroa vient d'alerter bon nombre de Parlementaires de tous bords politiques (courrier joint).

Ce jeudi, une étape importante se jouera à l'Assemblée nationale car un rejet ruinerait nos espoirs pour plusieurs mois voire années. Ce combat, doit être gagné en reconnaissance à tous ceux qui ont servi la France et ont souffert des conséquences des essais nucléaires.
Nous serons vigilants au moment du vote et n'hésiterons pas à avoir un peu de mémoire en prévision des prochaines élections législatives.
Je vous souhaite une bonne soirée.


Yannick LOWGREEN
Président Tamarii Moruroa
BP 4580 - 98713
Papeete-Tahiti
Polynésie Française

Tel 87773550
 

 

Voici la lettre que Yannick Lowgreen président de l'association " Tamarii Moruroa" a envoyé aux députés :

Mesdames et Messieurs les Députés,
Hier, lundi 6 février, la Commission Mixte Paritaire a modifié l’article 34 nonies de la loi EROM pour supprimer la notion de risque négligeable porté à l’article 4 alinéa 5 de la loi 2010-2 du 5 janvier 2010 sur la reconnaissance et l’indemnisation des victimes des essais nucléaires (loi Morin) C’est enfin un geste de justice envers toutes les victimes vétérans, veuves et orphelins.
En effet depuis l’automne 2009, l’ANVVEN a été la première et longtemps la seule association à
dénoncer cette disposition qui vide la loi de son contenu puis suivi par TAMARII MORUROA.


Nous tenons à remercier la Sénatrice polynésienne Lana TETUANUI pour le dépôt de son amendement. Elle  s’est battue pour obtenir cette grande victoire que nous attendions depuis longtemps qui a été votée par la majorité des membres de la CMP que nous remercions également.
Il vous revient maintenant de sceller dans le marbre de la loi, cette avancée très importante pour que justice soit enfin rendue à toutes les victimes qui remplissent les 3 conditions fixées par la loi Morin à savoir : pathologie reconnue parmi les 21 cancers radio-induits, secteur géographique d’affectation et période de présence sur zone. Ces conditions sont à la fois nécessaires et suffisantes pour ouvrir droit à indemnisation. Nul besoin d’inventer un processus basé sur un vague calcul de probabilité avec fixation d’un seuil sans aucune référence scientifique.


Le jeudi 9 février 2017, vous aurez la possibilité de voter pour un acte de justice dû à tous ceux qui, directement ou indirectement ont servi la France, et depuis des années, souffrent et meurent des suites des essais nucléaires. Leurs regards seront tournés vers l’Assemblée nationale et ils seront attentifs au déroulement des débats.

La prochaine étape Mesdames et Messieurs les Parlementaires sera ce dernier geste que la nation ne peut oublier de faire. C’est la reconnaissance honorifique des vétérans, en modifiant, le décret tel que défini par le code des pensions militaires, sur l’attribution du titre de reconnaissance de la nation en rajoutant un paragraphe afin que celle-ci puisse être attribuée aux vétérans civils et militaires ayant participé aux essais nucléaires en Algérie et en Polynésie Française.
Car de par ses très hautes traditions, la République Française a toujours su, à maintes reprises, à toutes époques  modifier et adapter les textes et décrets au regard des situations nouvelles.
Mesdames et Messieurs les Députés, pensez à leur souffrance et ne décevez pas leur attente.


Je vous prie de croire, Mesdames et Messieurs les Députés, à l’assurance de ma considération
distinguée.


Yannick LOWGREEN

Président Association Tamarii Moruoa

 

Des bons d'aides en matériaux

Le ministre du Logement, Jean-Christophe Bouissou, effectuera plusieurs visites sur le terrain, ce mardi après-midi, à partir de 15 h afin de remettre des bons d’aides en matériaux à des familles sinistrées suite aux intempéries des 21 et 22 janvier derniers.

Les différents rendez-vous fixés sont : à la mairie de Punaauia, à 15 h, puis à la mairie de Papeete, de 15h45 à 16h, à la mairie de Arue, de 16 h à 16h15, puis à la mairie de Mahina, de 16h45 à 17 h, et enfin à la mairie de Papenoo, à partir de 18 h.
Les bons remis ce jour vont concerner au total 33 familles.
 

 

Courrier

Hier soir sur “ FRANCE 0 “ il y avait un reportage sur “TETIAROA” au cours duquel il a été précisé que le lagon de TETIAROA était de compétence TERRITORIALE.

Donc TEQUI PAMBRUN pouvait rester dans le lagon a moins qu'Edouard n'ai souhaité le virer pour plaire aux propriétaires du Brando . Avez vous quelques précisions sur le sujet .
D’avance merci . L.

NB: Pas du tout mais Edouard Fritch pourra peut-être vous répondre par l'intermédiaire de sa communication...s'il le souhaite bien sûr !

 

Lundi 6 février 2017

 

 

   La phrase :"Macron s'adressant à ses sympathisants samedi :

                                " Vous pourrez dire : " j'étais là"!

Fichtre, il ne manque pas de culot, voilà qu'il se prend pour Jésus sur le Mont des oliviers.

 

Le Président Edouard Fritch, accompagné de deux ministres a assisté, dimanche, à la Journée culturelle organisée au temple Kanti, à Papeete, à l’occasion des festivités du Nouvel an chinois toujours très populaire.

 

 

 

François Fillon aux barons Républicains : " Si je sombre, vous sombrez avec moi !". Encore un qui a une haute idée de lui-même!

Que fait la justice pour trancher et lever les  doutes ? Répond un Républicain perplexe.

 

Editorial

La force fragile et prétentieuse

Avec cette petite phrase aux électeurs et curieux, venus l'écouter à Lyon, Emmanuel Macron a lancé tel Napoléon, avec aplomb " vous pourrez dire: j'étais là" .  Il  en a même fait  sursauter la journaliste de LCI  en démontrant à la fois, qu'il était un grand acteur doublé d'un orgueil exacerbé pour plaire au plus grand nombre. En utilisant une ficelle usée : "je vous aime"  il en a ajouté une louchée pour faire du Macron : "je vous aime "farouchement". Trop c'est trop comme le disent aujourd'hui certains éditorialistes. Au lieu de nous aimer qu'il donne son programme comme tous les autres candidats. A moins qu'il ne craigne de le rendre public et de perdre un peu de sa popularité.

 Macron, est fleuri dit-on. Il est la bulle d'une gauche caviar qui cache précieusement, les noms de ses sponsors et de son  financement qui viendraient.. murmure-t-on de l'étranger. C'est, dit encore un candidat à la présidentielle sur France 24, : "l'art de la duplicité, et le prince de la dissimulation". Oui, les Français viennent écouter en nombre l'acteur, mais ils repartent en grande partie déçus de ne pas savoir à quelle sauce ils seraient mangés au cas où l'intrépide arriverait à pousser Marine Le Pen  hors de la première marche du podium. Quand vous l'entendez  affirmer avec force que les autres candidats et candidate ne se battent pas pour les Français mais pour eux-mêmes, pour qui croyez-vous qu'il se bat, sinon pour lui et son ardent désir d'être président de la République ? Pour qui ? Pour lui ou pour vous, alors qu'on ne connait rien à son programme ?

Marine Le Pen caracole toujours en tête des sondages avec son patriotisme économique et son slogan : " je suis la candidate du peuple". Elle a fait samedi une campagne très professionnelle avec les arguments qu'elle martèle depuis toujours "plus d'euros, plus d'Europe" en appelant tous les patriotes à la rejoindre. Mais au-moins elle détaille son programme et ses 144 propositions pour une nouvelle France. Aux 44 millions d'électeurs de choisir. Elle, au moins, ne cache rien.

Benoit Hamon inspire la sincérité. Il fait et dit ce qu'il faut pour rassembler les socialistes afin de faire vivre le cœur de la France. Mais alors que le budget national est déficitaire de plus de 70 milliards d'euros, son programme coûterait aux Français la somme astronomique de près de 400 milliards de dépenses en plus, sans compter des impôts supplémentaires. Pas vivable. Toutefois c'est avec beaucoup de talent qu'il a détaillé pendant deux heures lors de la convention d'investiture comment il voyait la France. Pourquoi son revenu universel se ferait par étape. La France, la sienne il l'explique, sans être "du par cœur", avec sa conviction et on peut s'y laisser prendre ! Contrairement à Macron, on le sent "vrai", même si Tahiti Today ne partage pas son programme..

 

J.L Mélenchon  affronte et innove en mettant son hologramme à la mode politique . A la fois à Lyon avec ses trois concurrents et à Paris il a eu cette phrase percutante :" Cette campagne présidentielle ressemble à l'émission Top Chef, tant il y a de casseroles". Le candidat de "la France insoumise" a taclé à la foi Macron et Marine le Pen en épargnant Hamon.

 

  François Fillon ,le grand perdant, après avoir été si près du but : celui de s'installer à l'Elysée, est aujourd'hui sur la dernière marche du podium, empêtré dans le rouleau compresseur médiatique dont il ne peut plus s'extraire. Dernier sondage LCI : 68% des Français souhaitent qu'il retire sa candidature. 72% le trouvent peu honnête. Mais il persiste et s'accroche en refusant de se désister au risque d'entrainer la droite républicaine dans l'enfer de la déroute. Qu'il soit déclaré innocent par la justice, ou pas, son aura est partie en fumée seul, un petit noyau dur, y croit encore.

 Et voilà que Médiapart qui n'a pas apprécié de s'être fait doubler au poteau par le Canard avec son redoutable et mortifère "coin-coin", vient lui aussi de lui envoyer un "pan-pan" retentissant en publiant  des chèques «secrètement» encaissés par François Fillon entre 2005 et 2007 qui seraient la preuve d'un détournement de fonds publics. Il ne va jamais s'en sortir !

 

 

L’un est libellé au nom de « Monsieur François FILLON », l’autre adressé simplement à « FILLON

 ». Mediapart publie samedi les reproductions d’un chèque et du talon d’un second, pour des montants respectifs de plus de 3.000 euros. Des documents qui seraient les traces d’un « vaste système de détournement de fonds publics » dont aurait bénéficié le vainqueur de la primaire à droite à l’époque où il siégeait au Sénat, avaient révélé la semaine dernière le site d’informations et le JDD.

 De nouvelles accusations qui tombent mal pour le candidat à la présidentielle, dont 68 % des Français souhaitent le retrait de la course à l’Elysée à la lumière du « Penelope Gate ».

 Ces chèques, non datés, seraient deux spécimens parmi les versements reçus secrètement entre 2005 et 2007 par celui qui n’était pas encore Premier ministre, pour un total n’ayant « sans doute pas dépassé les 25.000 euros », selon Mediapart.

 Une pratique baptisée pudiquement « la ristourne »

 L’argent, écrit le site, correspond à « des commissions occultes ponctionnées sur l’enveloppe » mise à la disposition de l'ancien sénateur. La pratique baptisée pudiquement « la ristourne », et généralisée au sein du groupe UMP du palais du Luxembourg, affirme Mediapart, aurait perduré de 2003 à 2014, date de son interruption par la justice. Elle consistait à récupérer les sommes non utilisées sur les quelque 7.500 euros que perçoit mensuellement chaque sénateur pour la rémunération d’assistants.

 L’argent non « consommé » doit en théorie rester dans les caisses du Sénat. Mais pendant 11 ans, le système – légal – permettant aux sénateurs de transférer cet argent à leur groupe politique aurait été « perverti » côté UMP, selon Mediapart. Le site affirme que des élus de la chambre haute du Parlement récupéraient ensuite ces sommes « en douce ».

 Plusieurs sénateurs UMP mis en examen

 Depuis novembre 2013, deux juges d’instruction financiers enquêtent sur des soupçons de détournement de fonds publics via des caisses occultes au profit de sénateurs ou anciens sénateurs de l’UMP, devenue Les Républicains, pour la période 2009-2014. L’enquête s’est accélérée ces dernières semaines avec plusieurs mises en examen, dont celles des sénateurs Jean-Claude Carle, ex-trésorier du groupe UMP sénatorial, et Henri de Raincourt, ex-président du groupe et ancien ministre.

 Contacté par l’Agence France Presse après les premières révélations de Mediapart, l’entourage de François Fillon a fait savoir qu’il ne faisait « aucun commentaire sur une affaire judiciaire en cours ».

Le décorticage se poursuit ave le journal "le Monde"

Les journalistes du Monde ne s’arrêtent pas là. D’après le quotidien, les policiers en savent plus sur les embauches des deux enfants du candidat.

 



Marie Fillon aurait été salariée afin de l’aider sur des « questions constitutionnelles » mais surtout pour écrire son livre La France peut supporter la vérité, paru en octobre 2006 (Albin Michel). « Elle a fourni un gros travail documentaire », aurait-il affirmé. Un job a priori peu en rapport avec le poste de sénateur de la Sarthe de l’intéressé à l’époque, même si la pratique ne serait pas exceptionnelle au Parlement.
Son fils Charles aurait, lui, aidé son père à travailler… sur la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. « Il m’a aidé en travaillant au programme du candidat à l’élection présidentielle sur des sujets institutionnels », aurait déclaré François Fillon aux policiers.

Si les faits étaient confirmés, outre ceux de « détournement de fonds publics », ils nourriraient les soupçons de « financement illicite de campagne électorale », écrit le Monde


 
La justice s’intéresserait à la décoration du propriétaire de la Revue des deux mondes

C’est le Monde qui le sort ce lundi. D’après le quotidien, les enquêteurs suspectent un éventuel « trafic d’influence » lié à l’attribution de la légion d’honneur à Marc Ladreit de Lacharrière, propriétaire de la Revue des deux mondes, qui a employé Pénélope Fillon. Marc Ladreit de Lacharrière avait été élevé à la dignité de grand-croix en 2010, grâce à François Fillon. « L’embauche de Penelope Fillon aurait-elle constitué la contrepartie de cette décoration ? », s’interroge Le Monde.

 


Le joker Macron : 3,6 millions d’euros de revenus, patrimoine négatif ! Ou un compte caché à l'étranger ? Les limiers cherchent...

Aujourd'hui, Fillon a rassemblé son camp en laissant entendre qu'il était le meilleur (sic) tant pis pour les autres et qu'il repartait en campagne la fleur au fusil. Si, compte tenu des désillusions persistantes dans l'électorat de droite, sa campagne est un bide et qu'il n'est pas élu ?  C'est la France qui en pâtira et Macron qui gagnera... Le joker s'en frotte déjà les mains ! Marine Le Pen engrange !

Les Républicains ont mis leur déception en veilleuse en confessant "sans Fillon on perd avec Fillon on gagne" ! Pas sûr !

 

Compte rendu du conseil des ministres de ce jour :

Adoption de l’amendement Tetuanui pour la suppression du risque négligeable

Le Conseil des ministres a pris connaissance avec satisfaction de l’adoption, par la commission mixte paritaire du Parlement qui se tenait ce jour, de l’amendement déposé par la sénatrice Lana Tetuanui au projet de loi sur l’égalité réelle Outre-mer.

L’amendement adopté à l’unanimité vient modifier la Loi Morin en supprimant la notion de risque négligeable pour l’indemnisation des victimes.

Le Président et son gouvernement se réjouissent de cette avancée conforme à la position du Conseil des ministres ainsi qu’à celle des associations et des élus de l’Assemblée de la Polynésie française.


Etat de calamité naturelle pour les fortes pluies du 3 février à Taiarapu-Est et Teva I Uta

De fortes intempéries se sont abattues sur les communes de Taiarapu-Est et Teva I Uta (Faaone et Papeari) dans la nuit du jeudi au vendredi 3 février 2017.
Ce phénomène météorologique exceptionnel a provoqué des crues, des inondations et des dégâts causés aux habitations.
Le Conseil des ministres a donc pris un arrêté constatant l'état de calamité naturelle des sinistres occasionnés par les fortes pluies du vendredi 3 février 2017 dans les communes de Taiarapu-Est et Teva I Uta (Faaone et Papeari).


Période des soldes prolongée à la demande des commerçants

Dans le cadre des rencontres du Vice-Président avec les représentations patronales, afin de faire le point des recensements des entreprises sinistrées et d’envisager les mesures de soutien pour un retour rapide à une situation d’activité normale, l’une des propositions retenues par les participants consiste à prolonger la période des soldes en cours, fortement perturbée par les intempéries du 21 et 22 janvier derniers.
Dans sa séance de ce jour, le Conseil des ministres a validé la prolongation de la période des soldes, qui s’achèvera donc le 19 février prochain, conformément à la demande exprimés par les commerçants.

I
nstallation du consulat de Chine sur une parcelle domaniale située à Papeete

La Polynésie française souhaite développer durablement ses relations avec les Pays susceptibles de contribuer de manière active par des investissements ambitieux et structurants à son développement économique. Cette démarche s’inscrit dans une volonté de favoriser la création d’emplois, tout en envisageant l’ouverture à des nouveaux marchés des produits locaux pour la relance de notre économie.

Parmi les partenaires privilégiés, la République populaire de Chine a manifesté au cours de ces dernières années, son intérêt pour notre pays et ses potentialités de développement notamment dans les secteurs aquacole et touristique.
Les prémices de ce nouveau partenariat ont permis la conclusion d’un accord avec les autorités de l’aviation civile chinoise en vue d’assurer la desserte aérienne régulière entre la Chine et la Polynésie française par les compagnies chinoises.
Par ailleurs, un ambitieux chantier de développement doit prochainement démarrer sur l’île de Hao. La formation des futurs cadres polynésiens a d’ores et déjà été lancée, ces derniers étant accueillis à Shanghai.

Les permis de construire afférents à cette opération ont également été délivrés en 2016.
Les autorités consulaires chinoises sont le relais localement des investisseurs et des autorités administratives de la République populaire de Chine.

Le Pays souhaite donc développer ses relations avec la Chine et proposer de donner à bail, une parcelle domaniale située dans le quartier de Paofai, boulevard Pomare, d’une superficie de 2.412 m², en vue de l’implantation du nouveau consulat.
Le Pays entend ainsi envoyer un signe fort aux autorités chinoises et s’inscrire dans une démarche de partenariat durable.


Situation de la desserte aérienne de Maupiti

Depuis le 1er janvier 2017, les missions d’entretien et de maintien à niveau des infrastructures aéroportuaires portées par la subdivision des aérodromes territoriaux de la Direction de l’équipement ont été transférées à la direction de l’Aviation civile.

A cette date, un inventaire des infrastructures aéroportuaires a été engagé par le nouveau département Infrastructures de la Direction de l’Aviation civile, créé et dédié pour répondre à ces missions.

Ce chantier a permis de déceler des problèmes de nature à affecter la sécurité des passagers et des usagers de transport aérien dans l’aérogare de Maupiti.
 

 

 Courrier :

On veut nous faire croire que durant des années, Pénélope Fillon aurait perçu plus de 5000 euros par mois en ignorant qu'elle travaillait pour son mari... dans n'importe quel pays démocratique, Fiillon aurait démissionné dans la minute. Il était pathétique, il devient grotesque. Quand va-ton nous débarrasser de tous ces magouilleurs et profiteurs...on dirait qu'ils travaillent tous pour Marine Le Pen. G

 Question : si Fillon est innocent de ce qu'on lui reproche pourquoi passe-t-il son temps en excuses; On ne s'excuse que de fautes non commises !! M.

 

Ma chère Christine, à propos du service...

On connaît la chansonnette dont on nous saoule depuis des décennies : « Le tourisme c’est notre affaire à tous » .
Le refrain devient une obsession. Les discours qu’il inspire ne sont rien d’autre que des formules creuses et des incantations entonnées en boucles.
Curieuse façon d’attirer les touristes sous les cieux polynésiens !
J’ai même tenté, l’autre matin, de m’offrir deux œufs au bacon au restaurant de l’aéroport pourtant international de Tahiti-Faaa, Folle ambition ! La spécialité n’existe pas dans la liste des prestations proposées. C’est même la deuxième fois que l’on m’oppose ce rejet !
Le breakfast fait partie des habitudes alimentaires de centaines de millions d’individus répandus sur la planète. Nous avons la prétention d’en attirer quelques uns mais il ne faudrait pas qu’ils soient trop exigeants.
J’ai donc quitté l’aéroport « internationaaal » de Tahiti Faaa et je suis retourné à la maison.
Je m’y suis fait cuire deux œufs…

 

 

Nicole Bouteau a répondu comme il se doit hier soir sur Première aux questions posées sur le tourisme. Juste un bémol concernant le "petit Mahana Beach" que les investisseurs locaux devaient mettre sur pied, dès la chute dans les limbes du plus grand. Rappelez-vous les paroles apaisantes de jean Christophe Bouissou qui assurait que les investisseurs locaux prendraient la relève. Et depuis les réponses se succèdent : " "on y travaille"!!!!

On a parait-il des investisseurs locaux, des plans et on attend quoi la fin de la saison des pluies et après ? Voilà des années que l'on se plaint de ne pas avoir assez de chambres et cela avait été la raison pour l'ancien président Flosse de lancer le Mahana Beach qui remportait l'unanimité. Et puis, absent du pouvoir, le projet a fait un gros pschitt ! Le petit projet risque de faire la même chose...

 

 Emile Vernier, président du SDIRAF tiendra une conférence de presse dans les jardins de Paofai ce matin à 9h.00.Sujets importants dont une proposition de financement de la retraite.

 

 Le secteur de la grande distribution à dominante alimentaire présente un degré de concentration « très élevé » en Polynésie, selon le premier Observatoire des concentrations, publié le 1er février dernier par l’autorité polynésienne de la concurrence.

 

Pour les étudiants qui veulent poursuivre leurs études à Paris

Bourses d’études du musée du quai Branly - Jacques Chirac

Le musée du quai Branly – Jacques Chirac propose chaque année des bourses doctorales et postdoctorales destinées à aider des doctorants et de jeunes docteurs à mener à bien des projets de recherche originaux et innovants.

Les disciplines concernées sont : l’anthropologie, l’ethnomusicologie, l’histoire de l’art, l’histoire, l’archéologie (à partir du néolithique), la sociologie, les arts du spectacle.

Les domaines de recherche privilégiés sont : les arts occidentaux et extra-occidentaux, les patrimoines matériels et immatériels, les institutions muséales et leurs collections, la performance rituelle, la technologie et la culture matérielle.

Les projets particulièrement susceptibles de tirer parti de l’environnement du musée du quai Branly – Jacques Chirac seront examinés avec la plus grande attention.

Au cours de l’année, les candidats sélectionnés présenteront un article destiné à être soumis à publication scientifique dans le cadre du séminaire interne du département de la Recherche et de l’Enseignement du musée du quai Branly – Jacques Chirac. Ils devront fournir au département de la Recherche et de l’Enseignement un rapport d’activité détaillé de leurs recherches au terme de la bourse.


Les bourses doctorales

Trois bourses doctorales sont destinées à soutenir des doctorants en fin de thèse inscrits au moins en troisième année pour l’année universitaire 2017-2018 (dans une université française ou étrangère). Ces bourses sont une aide à la rédaction et excluent les recherches de terrain et d’archive. Elles concernent uniquement des thèses portant sur des sociétés extra-européennes.

Ces bourses doctorales sont attribuées pour une durée de 12 mois non reconductible, du 1er octobre au 30 septembre. Elles seront en 2017 d’un montant mensuel de 1300 euros net.

Elles sont allouées après évaluation et sélection des dossiers par le Comité d’évaluation scientifique du musée du quai Branly – Jacques Chirac. Aucune condition de nationalité n’est exigée.

Les bourses postdoctorales

Le musée du quai Branly – Jacques Chirac propose cinq bourses postdoctorales à de jeunes docteurs pour élaborer collectivement un programme de recherche d’un an sur la thématique « valeur et matérialités ». Chacun de ces termes doit être entendu dans son sens le plus large pour examiner toutes leurs relations possibles, dont la collection muséale est l’une des modalités. Ainsi, les dimensions économique, esthétique, religieuse ou politique de la valeur seront envisagées. Elles seront mises en lien avec différentes formes de matérialité, allant des objets jusqu’aux lieux, en passant par les corps. Les étapes de la valorisation pourront être prises séparément ou ensemble, depuis la création/production, la circulation, l’échange, jusqu’à à l’authentification, la consommation, la conservation ou la mise au rebut. On portera également l’éclairage sur les formes institutionnelles de mise en valeur, comme le marché, le patrimoine, le rituel ou la performance. Au-delà des disciplines concernées par les bourses du musée, on pourra mobiliser des approches juridiques et économiques.

Ces bourses postdoctorales sont attribuées pour une durée de 12 mois non reconductible du 1er octobre au 30 septembre, et seront en 2017 d’un montant mensuel de 2 111,09 € brut (sous forme d’un CDD).

Elles sont allouées après évaluation des dossiers et audition de 10 candidats sélectionnés par le Comité d’évaluation scientifique du musée du quai Branly – Jacques Chirac. Ces auditions auront lieu à la fin du mois de juin (date précisée ultérieurement) au musée du quai Branly ou par visioconférence.

Aucune condition de nationalité n’est exigée. Les candidat(e)s peuvent solliciter cette bourse jusqu’à cinq ans après la soutenance de leur thèse, c’est-à-dire pour des thèses soutenues depuis le 1er janvier 2012. Ils/elles ne pourront prendre leurs fonctions au musée que sur présentation de leur attestation de doctorat, ou le cas échéant, de leur pré-rapport de soutenance.


MODALITÉS D’ENREGISTREMENT DES CANDIDATURES

Les demandes de bourses doctorales ou postdoctorales doivent être établies suivant un formulaire à télécharger, durant la période de l’appel à candidatures.

Les formulaires de candidature peuvent être téléchargés depuis notre site internet (http://www.quaibranly.fr/fr/recherche-scientifique/activites/bourses-et-prix-de-these/bourses-de-recherche/).

Pour être enregistré, le dossier de candidature complet doit obligatoirement faire l’objet d’un double envoi avant le lundi 3 avril 2017 à minuit :


 

Samedi 4 février 2017

 

La phrase : "Quand je vois le monde d'aujourd'hui, j'envie le monde d'hier et je crains pour celui de demain."

 

Editorial

Et quand c'est fini, ça recommence !

La générosité et la solidarité n'ont qu'un temps. L'appât du gain, lui, est constant. Et Tahiti Today qui  travaille  tous les jours y compris le week end sans aucune rémunération ( en dehors de sa retraite et de la fidélité de deux annonceurs) depuis son départ de la Dépêche en 2005 est bien placé pour marquer à la culotte ce désir "humain" sans doute d'en avoir toujours plus. Mais il y a des limites à la gourmandise. Tout le monde sait que trop de sucre est nocif à la santé alors que trop d'argent requinque le moral ! L'évolution de la société dans ce domaine touche surtout les plus grands. Les petits se contentent de ce qu'on leur donne, tapent du pied parfois, mais sont désenchantés de constater que ce désir entouré de fumigènes chez les élus, a glissé, furtivement dans le lit de notre démocratie étatiste.

Les élus du Tapura tempêtent et accusent le président de l'Assemblée de dénoncer certains errements relevés depuis quelques mois. Mais ils jubilent quand eux-mêmes trouvent un petit caillou dans la chaussure de leurs adversaires. Marcel Tuihani ne veut pas d'histoires. Il prend les devants en réformant un style quand d'autres ne souhaitent pas la réforme de leur parti puisque du plus haut au plus petit, ils y trouvent leur compte. Mais l'histoire Fillon fait découvrir combien l'intelligence de la combine s'est développée notamment en Polynésie. Et tour à tour, chacun s'emploie à tordre le cou aux substantielles dérives ou à s'en repaitre.

 Il y a toujours un moyen de contourner la loi et certains "expatriés" tributaires des élites sont là pour  escalader  ces "Everest". Du coup,  c'est l'affolement dans la fourmilière.

En attendant, si nous avons nos "éléphants "le président américain, lui, à ses "faucons". Et quoique le monde entier trouve son image et ses actes frimeux et bravaches, les ondes de choc successives qui partent de la Maison Blanche, le laissent de marbre. Les Américains eux aussi voient que leur vie s'améliore. Il est vrai que les statistiques américaines viennent de rendre public, les 256 nouveau emplois générés par la politique Trump sans compter les milliers d'autres que  le rapatriement des sociétés de construction automobiles sur le sol américain a provoqué. Que les doctes débatteurs parisiens débattent, Trump, lui avance et expédie d'un coup de coude assuré la rouge tunique du passé démocrate. Ca marche ou ça casse...On verra. Pour l'instant c'est un juge fédéral qui contrevient à son décret sur l'immigration qui provoque sa colère.

 

 

Précisions de Marcel Tuihani ,président de l'Assemblée via sa communication, à Mme Sylvana Puhetini groupe Tapura

 


Le président de l’Assemblée n’entend pas polémiquer. Laissons les enquêteurs faire leur travail. La situation de certains collaborateurs de l’Assemblée a fait l’objet d’une information auprès du procureur de la République dans le cadre des dispositions prévues par l’article 40 du code de procédure pénale, qui fait obligation à tout dépositaire de l’autorité publique de signaler des faits susceptibles d’être délictueux, dont il aurait eu connaissance. En tant que garant de l’institution et ordonnateur du budget de l'Assemblée, le président a l’obligation de signaler ces irrégularités au risque d’être considéré comme complice s’il avait connaissance des faits sans les avoir portés à la connaissance du procureur.

En ce qui concerne les médias, le président de l’assemblée n’a fait que répondre à des questions posées par des journalistes. Il avait été sollicité par ceux-ci qui souhaitaient réaliser un reportage suite à l’affaire de Madame Pénélope Fillon qui défraie la chronique en métropole. Il s’agissait pour eux de faire le parallèle avec l’Assemblée de la Polynésie française pour s’assurer que des faits de même nature ne pouvaient pas exister. Au cours de cet entretien, les journalistes ont soulevé la question « de quatre collaborateurs qui pouvaient être dans une situation de double contrat », à la fois auprès d’un élu ou auprès d’un groupe en s’interrogeant sur la légalité de cette situation. Le président de l’Assemblée tient à préciser qu’il na pas braqué le projecteur sur un groupe politique, quel qu’il soit. Il semble toutefois que les journalistes étaient déjà en possession d’informations qu’ils étaient venus corroborer auprès de l’Assemblée.

Le président a tenu à rappeler les éléments précisés dans l’article 75 du règlement intérieur qui prévoit spécifiquement l’embauche des conjoints ou des enfants, mais qui impose le respect d’une condition dans son alinéa 2 : « Lorsque le représentant recrute son enfant, son conjoint ou son concubin, le montant de l’ensemble de leurs salaires et des charges sociales et fiscales y afférentes ne peut excéder la moitié du crédit collaborateur ».

Il n’était donc nullement dans l‘intention du président de l’Assemblée de jeter l’opprobre sur Madame Sylvana Puhetini ou sur n’importe quel autre élu. Si telle avait été son intention, le président n’aurait pas attendu quatre mois pour faire fuiter l’information en sa possession. Si comme Madame Puhetini le prétend, elle a pu faire valoir les éléments dont elle dispose en réponse aux questions posées par les enquêteurs, elle n’a donc aucune raison de s’inquiéter des suites de l’enquête. Par ailleurs des journalistes ont indiqué que la fille de la sénatrice Lana Tetuanui était également concernée. Le président de l’Assemblée précise qu’à sa connaissance elle n’a jamais été concernée par une quelconque procédure et qu’aux regard des règles de l’Assemblée sa situation ne pose pas problème.



Vu de l'étranger la France est corrompue !

 


L'affaire Fillon vue de l'étranger : «Pourquoi la France est-elle si corrompue ?»
Libération

Au moment où la candidature de l'ancien Premier ministre est remise en cause jusque dans son camp, les médias étrangers soulignent la multiplication des affaires dans l'Hexagone et s'étonnent de l'indulgence des électeurs.


L’Orient le Jour (Liban). Pour le quotidien, l’affaire pourrait «finir façon Dominique Strauss-Kahn en 2012 ou façon Lionel Jospin en 2002».
Peu confiant sur l’avenir politique de l’ancien Premier ministre, l’Orient le Jour souligne le climat de défiance dans lequel survient cette affaire. François Fillon s’est distingué de ses adversaires en faisant valoir sa probité. «Son "qui imagine le général de Gaulle mis en examen ?"» avait marqué les esprits et «est resté dans toutes les têtes», écrit le journal, qui ajoute que «sur le plan moral, le PenelopeGate semble difficilement défendable».


T
he Independent (Royaume-Uni). La corruption «is busines as usual» («la routine habituelle») dans la vie politique française. C’est la conclusion que tire The Independent. Le quotidien en ligne britannique rappelle l’affaire des emplois fictifs de Jacques Chirac et s’étonne qu'«Alain Juppé était un candidat extrêmement populaire malgré le fait qu’il ait été condamné». Et de dérouler une liste non exhaustive des politiciens français et d’affaires. «Le fait est que l’enrichissement personnel s’est institutionnalisé», analyse le média. Sans concession.

Le Temps (Suisse). Selon le quotidien genevois, l’affaire révèle le rapport difficile qu’entretient «la droite française avec la justice».
L’affaire Bygmalion ou l’utilisation des fonds secrets par Claude Guéant alors ministre de l’Intérieur en sont des exemples. Le Temps souligne aussi la solitude dans laquelle se retrouve François Fillon.
D’autant que «la plupart des ténors du camp conservateur n’ont pas digéré sa victoire». La tempête médiatique dans laquelle Fillon a «rouvert la foire aux ambitions» à droite.


Foreign Policy (Etats-Unis). «Pourquoi la France est-elle si corrompue ?»
s’interroge Foreign Policy. Pour y répondre, ils remontent aux fondations de la Ve République et imputent ces dérives à notre système qualifié de «République monarchique». Le magazine américain retrace les grandes affaires qui ont émaillé la vie politique française, des diamants de Bokassa aux soupçons de financement libyen illicite de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy. Comme ils le rappellent, «trois quarts des Français croient que les députés sont corrompus», selon un sondage commandé par Transparency International.
Un climat de défiance «qui fait le jeu du Front national». Ils relèvent toutefois la création de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, instiguée par loi Sapin II.

La Libre Belgique. Pour le quotidien, François Bayrou pourrait remplacer François Fillon, «mais pas encore», titre-t-il. La Libre Belgique s’appuie sur l’interview télévisée du président du Modem, où il déclarait vouloir «faire ce qu’il faut pour que la France s’en sorte». Pour le journal belge, «la porte Fillon est fermée», mais il reste «l’hypothèse Emmanuel Macron».


Die Zeit (Allemagne).
L’hebdomadaire allemand relate les déboires du «M. Propre» français. Die Zeit continue en assénant entre autres que «pour beaucoup, Penelope Fillon était déjà vue comme la future première dame : elle apparaissait non pas comme une collaboratrice politique mais comme une épouse sage et traditionnelle, qui s’occupe des enfants et des chevaux, sans rapport avec la politique». Pour ce média, c’est une affaire qui ne tombe pas au très bon moment : «Cette semaine, il voulait briller sur la scène internationale, en rendant visite à la chancelière allemande Angela Merkel à Berlin et en demandant la fin des sanctions contre la Russie. Mais soudainement, on ne lui pose plus que cette unique question : qu’a fabriqué son épouse pendant toutes ces années ?»

The New York Times (Etats-Unis).
Le journal annonce d’entrée la couleur avec son titre : «Le scandale Fillon incrimine avant tout l’ensemble de l’élite politique française»

. Avant d’attaquer : «Le président de l’Assemblée nationale le fait, le président du Sénat le revendique, des douzaines de parlementaires le font également.
Embaucher son épouse, sa sœur ou son enfant au Parlement français est parfaitement légal.» Et de poursuivre en constatant que «beaucoup de politiciens français se demandent donc où est le problème». Selon lui, la réponse qui serait revenue dans un «rugissement populo-médiatique» est tout simplement qu'«ils [les hommes politiques français, ndlr] ne peuvent pas comprendre». De plus, le journaliste considère la volonté de François Fillon de rester en course comme une preuve que «la classe politique française a progressivement été gangrenée et que qu’aucun de ses remplaçants potentiels n’est blanc comme neige».

 

 

La CCISM, guichet unique des aides pour les entreprises sinistrées

Les inondations qui ont touché la Polynésie française, dans la nuit du 21 au 22 janvier dernier, impactent durement de nombreuses entreprises. Après deux semaines de recensement des services du Pays et de la Chambre, plusieurs centaines d’entreprises ont été comptabilisées. Pour les soutenir, différentes aides sont débloquées par le Pays via la DGAE (Direction Générale des Affaires Économiques) et par la CCISM.

Afin d’avoir une vision globale des dégâts, les entreprises concernées auront jusqu’au mardi 28 février prochain pour remplir le formulaire de recensement des professionnels sinistrés. Il est téléchargeable sur le site www.ccism.pf ou disponible au Pôle Entreprises de la CCISM. Attention, ce formulaire de recensement est obligatoire pour permettre aux entreprises de solliciter des aides financières suite aux intempéries du 22 janvier 2017 et qui sont les suivantes :

- ACPR (Aide pour la revitalisation des commerces de proximité et des restaurants), dispositif d’aide du Pays via la DGAE.
- AEPE (Aide à l’équipement des petites entreprises), dispositif d’aide du Pays via la DGAE.
- L’Aideau rachat d'un nouveau véhicule au titre du dispositif - "voiture propre", dispositif du Pays via la DGAE.
- L’Aide exceptionnelle de la CCISM aux entreprises sinistrées d’une enveloppe globale 50 millions de Fcfp.

Pour les accompagner, la CCISM devient le guichet unique des aides aux entreprises sinistrées.

Pour bénéficier des aides de la DGAE, les informations et dossiers sont disponibles sur le site www.dgae.gov.pf. Un accompagnement à leur montage est disponible au Pôle Entreprises de la CCISM, à Papeete. Le dépôt des dossiers se fait à la DGAE ou au guichet unique de la CCISM.

Pour bénéficier de l’aide de la CCISM, les informations et le formulaire d’aide d’urgence de la CCISM sont accessibles sur le site www.ccism.pf ou disponibles au Pôle Entreprises de la CCISM. Le formulaire d’aide d’urgence de la CCISM et les pièces justificatives devront être envoyés par mail à odilet@ccism.pf ou bien déposés directement au Pôle Entreprises.


Pour plus de renseignements, veuillez appeler le standard du Pôle Entreprises 40 47 27 47.
 


Lana Tetuanui boycottera Ericka Bareigts si le « risque négligeable » n’est pas supprimé selon Radio 1


La sénatrice Lana Tetuanui fera tout, lundi prochain lors de la commission mixte paritaire, pour que la notion de « risque négligeable » soit supprimée de la Loi Morin. Si elle n’était pas entendue, elle promet un « accueil spécial » pour la ministre des Outre-mer lors de sa visite en Polynésie en février prochain. Pauvre Ericka, ce n'est pas elle qui décide ! Pourquoi Lana ne fait-elle pas un sitting devant le ministère de la Défense ?

 

Georges Puchon, directeur du port autonome et son équipe ont présenté le projet de réaménagement de l'esplanade Jacques Chirac, sur le front de mer de Papeete. Le projet devrait voir le jour en 2018.

 

Compte renduTahiti infos

"
Ce n'est pas l'annonce d'une idée. Ce que nous présentons aujourd'hui annonce le début des travaux", a lancé en préambule, le directeur du port autonome Georges Puchon. 2017 sera l'année du port autonome.
D'importants travaux et aménagements vont être réalisés pour un coût total de 2 milliards de francs. Georges Puchon et son équipe ainsi que le ministère de l'Équipement ont dévoilé une partie de ces investissements. L'esplanade Jacques Chirac est le premier volet de la série.

"C'est un projet global qui s'inscrit dans la continuité des différents aménagements effectués sur le front de mer", a expliqué l'architecte retenu pour ce projet, Alexis Nguyen-The, qui est aussi à l'origine des jardins de Paofai, du col du Tahara'a ou encore de la passerelle piétonne de Taapuna à Punaauia. Situé entre les jardins de Paofai et la marina de Papeete, l'esplanade Jacques Chirac à l'arrière du rond-point éponyme va changer de visage. Face à la rade de Papeete, des bâtiments destinés à abriter les bureaux des employés du port autonome vont être aménagés. A ses côtés, se trouveront des locaux pour les voyageurs arrivés par bateau : salle de détente, espace internet, sanitaires ou encore buanderie seront à leur disposition.

Du côté de Paofai sera construit un restaurant. Le bâtiment de 300 mètres carré pourra accueillir jusqu'à 300 personnes et sera érigé selon un style traditionnel. Au nord de l'hémicycle, l'architecte a imaginé la création d'un "bistrot de port", aux courbes élancées et épurées. "Ce concept a été conseillé par Olivier de Kersauson, qui est déjà propriétaire de ce type d'établissement en métropole", remarque Alexis Nguyen-The.

Au centre de l'esplanade se trouvera un espace ouvert qui pourra accueillir, entre autres, des spectacles. "Dans cet aménagement, nous voulions ajouter un symbole fort, quelque chose qui représente bien la Polynésie. Nous avons étudié plusieurs pistes et nous en sommes venus à choisir une pirogue à voile. C'est un symbole pour la Polynésie ", explique l'architecte. La partie piétonne qui borde le lagon sera elle aussi revue.

720 millions de francs, c'est l'estimation, à l'heure actuelle, du coût de ce projet. Les travaux pourraient débuter au mois d'août. Pour la concrétisation, il faudra attendre la fin du second semestre 2018.

Bientôt, le port autonome s'attaquera un autre chantier : le terminal de croisière. "Ainsi, nous aurons totalement terminé l'aménagement du front de mer", a conclu Georges Puchon.

TTD : C'est bon de savoir que le Pays a enfin un projet ! Mais il y a loin de la coupe aux lèvres : sept mois !

 

Le comité directeur du Fonds du Pacifique pour 2017 s'est réuni vendredi.

Le Comité directeur, composé de représentants des trois collectivités françaises du Pacifique, mais aussi de représentants du Ministère des affaires étrangères et du développement international, du Ministère des Outre-mer, du Ministère de l’économie et des finances, a décidé l’attribution de subventions pour 44 projets, à hauteur de 1 310 700 euros, soit environ 156 millions Fcfp.

Pour ce qui concerne plus particulièrement les projets déposés en Polynésie française, 10 dossiers ont été retenus pour un montant total de 378 000 €, soit environ 45 millions Fcfp principalement dans les secteurs de la culture, de l’environnement, de l’économie, de la santé, et de la recherche et l’aide d’urgence humanitaire.

Ces projets retenus au titre de l’enveloppe « Polynésie française » sont les suivants :

• Le 13ème Festival International du film documentaire Océanien (FIFO 2017)

• Les rencontres culturelles « PÛTAHI 5 » du Centre des métiers d’arts

• Le 17ème Salon du livre « Lire en Polynésie »

• Un séminaire technique du Polynesian Leaders group sur la gestion des océans

• Les « Pacific business days » 2017 portés par la CGPME

• Le projet « LAVIPAC » de lutte anti vectorielle innovante pour les îles du Pacifique de l’Institut Louis Malardé

• Les 1er championnats du Monde de Va'a - Marathon, Tahiti 2017

• La participation du Tahiti cruise club au « Seatrade Cruise Global 2017 »

• Un programme de formations et échanges régionaux sur la gestion durable de la biodiversité marine, porté par l’IRCP-CRIOBE

• Le projet « R-Zero Pacific » de recherche sur les facteurs de risque pour l'émergence et la récurrence d'épidémies liées au virus Zika dans le Pacifique, de l’Institut Louis Malardé



 

 

Vendredi 3 février 2017

Editorial

La reine du nouveau tourisme

 Nicole Bouteau, ministre du tourisme depuis peu, dans une longue interview à Tahiti Tourisme lors de la cérémonie d'ouverture du 18è Salon du Tourisme à Aorai Tini Hau   promet près de 3 milliards d'investissements  injectés dans son secteur. Elle n'hésite pas à dire : "Nous avons les moyens de nos ambitions" et allez donc ! Voilà plus de 30 ans que l'on entend dire la même chose et la Polynésie française piétine à la queue des pays voisins .Mais on est content. On est toujours content lorsqu'on est ministre ou que l'on occupe un poste d'autorité.

 Les slogans ne varient pas. Tout a été essayé y compris "le mana polynésien" pour tenter les vacanciers en panne de mystère, la mode du tatouage, l'artisanat, la cuisine et ça ne marche pas. Pourquoi ?That is the question. Evidemment la nouvelle ministre du tourisme polynésien a la clé du mystère et elle montrera une Polynésie authentique, vraie, fidèle à elle-même. Elle sait de quoi elle parle elle a été aux commandes du tourisme à la mairie de Papeete ! Or, il est vrai que nous avons une destination à forte valeur ajoutée mais qui nécessite une alimentation constante en images, dynamisme, diversité, propreté. Est-ce le cas ne serait-ce qu'à Papeete où tous les touristes vont faire du shopping ? Dans l'interview donnée par la nouvelle prêtresse  à Tahiti Tourisme, elle développe ses objectifs.

 Il est certain que la population joue un grand rôle dans le développement de ce produit. Or on voit déjà que la préservation de l'environnement n'est pas la priorité  d'une certaine partie de la population quand les bénévoles nettoient les plages et même le lagon dans lequel il n'est pas rare de trouver vieux pneu, frigidaires ou machines à laver. Est-ce une bonne image. Une image attractive ? La motivation de la population fait encore défaut bien souvent, y compris chez les élus qui ne sanctionnent jamais les fautifs de cette détérioration des outils existants. Un gros défaut absent chez nos amis des îles anglo-saxonnes.

Développer le "ya ka, fo con" en se noyant dans des actes futurs et des promesses rarement tenues est le propre de tous ceux ou celles qui ont été au pouvoir. Il n'y a vraiment que dans les petites îles polynésiennes que les touristes peuvent trouver encore l'exotisme qu'ils sont venus chercher.

Pour revenir à Papeete qui devrait être la capitale culturelle et récréative du tourisme et des citadins, il y aura un gros travail à faire pour le prochain maire. Faisons une croix sur celui d'aujourd'hui en ce qui concerne la qualité visuelle et esthétique de l'agglomération de Papeete. Aménagements piétonniers, cyclables, ou pour personne à mobilité réduite, absents. Quant à doter la ville d'un pôle de grande attractivité d'envergure internationale, il ne faut pas y compter avec Michel Buillard. Et dire que nous sommes reliés à Nice, la belle !!!!!

Bref Nicole Bouteau promet 280.000 touristes en 2017/2018. Il est vrai qu'avec le projet d'île flottante, et celui plus ancien du petit Mahana Beach par des investisseurs locaux nous pourrons diriger le flot de touristes au moins vers l'auberge de jeunesse ou la petite hôtellerie. Les grands hôtels entretiennent à la perfection la relation qualité/prix. Bref, peu d'hôtels, pas assez de chambres,  peu de touristes, sécurité absente, heureusement nous avons le blabla de la ministre qui y croit encore. C'est toujours ça !

 

 

 

 

 L'affaire Fillon stimule .Le président de l'Assemblée porte plainte.

Marcel Tuihani aurait relevé des irrégularités au sein de son hémicycle. Des enfants d'élus seraient employés par certains  représentants mais aussi par le groupe politique auxquels ils appartiennent, selon Polynésie première.

 Si en France, l'affaire  "Penelopegate " prend de l'ampleur, à l'Assemblée et à la Présidence des suspicions commencent aussi à émerger. Le président de l'Assemblée de Polynésie française, Marcel Tuihani, soupçonne une irrégularité au sein de l'hémicycle. Des élus emploieraient leurs enfants en tant que collaborateurs, à l'Assemblée, mais aussi en tant que collaborateurs de leur groupe politique ...L'illégalité étant un double emploi. A la présidence, c'est l'épouse du président qui émarge sur les fonds publics  du ministère de la solidarité où cette jeune femme travaille tout en ayant son bureau à la présidence, ce qui prête à confusion, (quand elle n'est pas en congé de maternité.)  Et ne creusez pas trop, on pourrait retrouver des "tontons et des tatas" un peu partout, des fils et des filles, des cousins et des cousines... Solidarité et réciprocité familiale oblige. "je te prends la tienne, tu prends le mien !"

Dans l'affaire Fillon ce qui est choquant n'est pas tant l'emploi fictif seul, que le niveau de rémunération mensuelle de (735.000 euros) qui a été donné à Pénélope pour vaquer à ses occupations personnelles. Les Français au SMIG ou au chômage en ont avalé de travers leur petit déjeuner en lisant le Canard. Puis est venu l'affaire de ses enfants au Sénat ,bien rémunérés également. Et la série de contradictions à propos du travail de Pénélope. Un "embrouillis" embrouillant ! Ce qui est choquant c'est de constater qu'un multi millionnaire puisse en vouloir toujours plus en faisant aussi l'économie d'une permanence politique qu'il a préféré tenir dans son château. Quelle déception ! Ne plus croire les moralistes qui demandent au peuple de se serrer la ceinture, mais sans serrer la leur. Et je ne suis pas de gauche, mais tout de même il y a des bornes à ne pas dépasser.

 

 Enfin de bonnes nouvelles !!!!!!! Les petits ont du boulot

Même si, en France, le chômage des jeunes frappe dur, quelques ns d'entre-eux parviennent à trouver du travail.
Ces jours-ci, le service de communication du Conseil régional de Midi-Pyrénées va s'étoffer.
La Région vient en effet de recruter Jérémie Martin, le fils de l'ex-Ministre de l'écologie Philippe Martin comme chargé de mission.
Il aura pour collaborateur le frère de l'ex-ministre délégué aux Anciens combattants, Kader Arif.

En outre : Salomé PEILLON , fille de l'ex-ministre de l'Éducation Nationale , est embauchée au poste de chargée de mission culturelle  à l'ambassade de France en Israël.

Fin janvier, Thomas Le DRIAN, le fils de Jean-Yves, le ministre de la Défense, a été embauché par la Société nationale immobilière (1,3 milliard d'euros de revenus, 275.000 logements sociaux en gestion) à un poste très élevé pour cet élève moyen d'une école de commerce moyenne.


Clémentine AUBRY, la fille de Martine, est administratrice de l'auditorium du musée du Louvre… C'est normal Mazarine PINGEOT est depuis longtemps administratrice de la Grande bibliothèque.

On ne peut malheureusement rien faire pour les fils de Marisol TOURAINE, Christiane TAUBIRA et de Laurent FABIUS, qui ne sont pas encore sortis de prison….

La France va mieux, Pourquoi s'inquiéter ?...


Communiqué de presse de la direction du service national

La direction du service national (DSN), au travers de ses missions et notamment l’organisation de la « journée défense et citoyenneté » (JDC, ex-JAPD), est impliquée dans la promotion de l’esprit de défense auprès de la jeunesse française. Elle participe concrètement au renforcement du lien Armée-Nation et se met au service d’une politique globale en faveur de la jeunesse.

Depuis le mois d’octobre 1998, la DSN est responsable de l’organisation de la JDC qui constitue, après l’enseignement de défense en collège et lycée puis le recensement en mairie, la dernière étape du parcours de citoyenneté. Centrée sur le développement de l’esprit de défense auprès de la jeunesse, cette journée est complétée par la détection des jeunes en difficulté socio-éducative et, depuis le mois d’avril 2015, par une sensibilisation à la sécurité routière.

Dans ce cadre général, le centre du service national (CSN) de la Polynésie française convoque annuellement 4 500 jeunes filles et garçons, dont 75% sur l’île de Tahiti. Ainsi, environ 130 JDC sont organisées par an dont 110 sur l’île de Tahiti, principalement sur les trois sites militaires de Faa’a (groupement aéronautique militaire), Papeete (base navale) et Arue (caserne lieutenant-colonel Broche).

Exceptionnellement, à l’occasion de la journée de la femme, en liaison avec le Haut-Commissariat de la République en Polynésie française et avec l’appui du Centre d’Information des Droits de la Femme et de la Famille de Polynésie française, 30 jeunes filles effectueront leur JDC à la mairie de PUNAAUIA, en salle du conseil. Cette JDC se déroulera :

Le mercredi 8 mars 2017 sur le thème de la défense des droits des femmes
Cette journée débutera à 7H00 et se terminera autour de 14H45.

A cette occasion, de 7H30 à 8H00, une présentation sera faite par le CIDFF dans le contexte de la journée de la femme, A partir de 9H45, une deuxième intervention par le CIDFF sera programmée avec une visite des autorités civiles et militaires. Miss Tahiti 2016 nous fera l’honneur de sa présence.
 

 

Exaspérés par la vie quotidienne dans la pétaudière hexagonale et socialiste les Français s'enfuient et vont se réfugier à l'étranger.

Ils y sont abondamment remplacés par des parasites et des criminels.
L'auteur de l'attentat commis ce 3 février à Paris est un égyptien arrivé fin janvier.
Selon "Le Figaro", le terroriste est arrivé en France le 26 janvier depuis Dubaï, où il avait formulé une demande de visa de tourisme pour pouvoir entrer dans la zone Schengen. Il a pénétré d'autant plus facilement sur le sol français qu'il semble être un parfait inconnu des services. L'examen du téléphone iPhone 7 retrouvé dans son sac, ainsi qu'un visa, semble indiquer qu'il est né en 1988 en Egypte.
L'une des deux armes retrouvées sur lui serait un gros couteau de type militaire et deu machettes dont il a frappé les militaires venus l'intercepter

. La perquisition rue de Ponthieu a été faite à l'adresse correspondant à celle de son visa. Bravo au trois militaires qui ont stoppé le terroriste- suicidaire.

Et nous avons le culot de conspuer Donald Trump !

 


 

 

 

Jeudi 2 février 2017

 

 

Le ministre de l’Equipement et des transports intérieurs, Luc Faatau, a reçu mercredi, le maire de Maupiti, Woullingson Raufauore, ainsi que le directeur de l’aviation civile, Jean-Christophe Shigetomi, pour évoquer notamment un arrêté de la municipalité relatif à la fermeture de l’aérogare de Maupiti.

 

Editorial

Le Tahoeraa SDF

Si les idées, les convictions, les vices et les vertus volent bas à Paris  comme à Tahiti, le fait d'imposer l'ultimatum d'un déménagement des locaux Tahoeraa par le président Fritch n'est pas à son honneur. Pourquoi ? Mais parce que sa haine viscérale pour son ancien bienfaiteur met au chômage les employés de l'imprimerie Juventin, et le salon de coiffure, installés dans ce bâtiment, outre les bureaux du Tahoeraa au ordinateurs débranchés depuis hier, d'autant plus qu'il ne devrait pas y avoir péril en la demeure puisque Fritch n pas de budget pour la démolition et la reconstruction du bâtiment en question. Juste une question de méchanceté rancunière. Et il ose clamer avec des trémolos dans la voix " le sang qui coule dans mes veines est Tahoeraa ". Il est vrai que Fritch n'a jamais eu peur des mots, ha! ha,ha ! On voit même que l'élite  parisienne qui le dépasse cependant haut la main au plan de l'intelligence, accumule les bêtises  alors que dire de cette plate estime qui auréole certaines actions revanchardes locales, sans doute pour punir Flosse de l'avoir placé sur une marche beaucoup trop haute pour lui. Il le sait et se venge comme il peut.

Le Tahoeraa ne roule pas sur l'or et trouver des locaux proches de l'Assemblée, relève d'une gageure difficile tant les prix de location ont flambé à Papeete. Trop cher, trop loin, bref voilà le Tahoeraa SDF avec les remerciements amers de ses occupants désespérés. Tahoeraa ou pas. Dommages collatéraux cruels, tous à la rue après des mois de recherches infructueuses.

En attendant Marine Le Pen est donnée en hausse de 3 points par rapport à janvier, avec 27% à 28% des intentions de vote, devant Emmanuel Macron, fondateur d'En marche  qui récolterait de 22% à 23% .

 Le dirigeant centriste François Bayrou ne recueillerait, lui, que 4% des voix, contre 8% mesurés en janvier dernier. Quant à Benoît Hamon, vainqueur de la primaire citoyenne organisée par le Parti socialiste, il enregistre un bond de 10 à 11 points par rapport à début janvier, à 16-17%, devançant largement le candidat de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon (10%, en baisse de 3 à 4,5 points).

 Pendant ce temps, le Penelopegate continue avec une poursuite de ce qu'il ne faudrait pas dire mais qui est dit. Exemple : En 2007, Penelope Fillon déclarait n'avoir "jamais été l'assistante" de son mari dans un entretien vidéo  dévoilé jeudi soir dans Envoyé spécial. Voilà encore un nouveau document qui vient compliquer la défense Fillon.

Mais quand les limiers médiatiques ont un os à ronger, ils ne s'arrêtent qu'après avoir avalé l'os et la moelle . Jeudi soir donc, France 2 diffuse un autre entretien vidéo de Penelope Fillon au Sunday Telegraph, le quotidien britannique, datant de mai 2007. Celle-ci s'exprime sur sa vie privée :
: "Je n'ai jamais été son assistante, ou quoi que ce soit de ce genre-là", déclare-t-elle en parlant de son mari au cours de l'interview, qui dure près de 45 minutes. "Je ne me suis pas occupée de sa communication non plus", assure la femme du candidat de la droite. Reste à savoir à partir de quelle date exactement, elle a été l'assistance parlementaire de François Fillon. Tout cela est tout de même assez nébuleux. Et les Républicains préparent en secret le plan B. Quant à Alain Juppé avec sagesse il reste à Bordeaux !



 

 

François Hollande estime que la gauche, unie, peut gagner en mai prochain. «La droite est faible et son candidat est très mal», estime un de ses conseillers pour justifier cet optimisme.

Les nominations "scandaleuses mais habituelles pour cette fin de règne" aux postes de haut-fonctionnaires se succèdent à un bon rythme, comme Bartolone , préfet, ou d'autres inspecteurs généraux de l'Education  ou inspecteurs des affaires sociales comme Mme Voynet....on recase beaucoup ces temps- ci les membres des cabinets ministériels ou de la présidence....On crée beaucoup d'emplois et on lutte contre le chômage.....C'est-y-pas beau ça ?

 

Le magazine Closer s'y met aussi .

Oublié Trump et ses décrets, ce qui fait saliver les Français et le monde médiatique français c'est le "penelopegate" désormais et  Closer s'y met aussi comme on peut le lire ci-dessous .

"Il y a un truc qui cloche" : Penelope Fillon savait-elle qu'elle travaillait pour son mari ?

 Nouveau rebondissement dans le "Penelope Gate". Jeudi 2 février, l'émission Envoyé Spécial sur France 2 diffusera des extraits d'une interview accordée par l'épouse de François Fillon au quotidien britannique Sunday Telegraph en 2007 dans laquelle l'intéressée, soupçonnée d'avoir touchée 900.000 euros avec deux emplois fictifs, affirme n'avoir "jamais été l'assistante" parlementaire de son mari ni s'être "occupée de sa communication". Problème : Le Parisien a publié mercredi soir sur son site internet une copie de son contrat de travail, retrouvé par les enquêteurs lors de leur perquisition à l'Assemblée nationale. Un contrat signé par Penelope Fillon en 1998 et valable jusqu'en 2002, soit bien avant son entretien avec le Sunday Telegrah.

 Alors, une question se pose : Penelope Fillon a-t-elle menti en disant qu'elle n'avait "jamais" travaillé pour son mari ? Possible. Il appartiendra aux enquêteurs de tirer l'affaire au clair. Mais d'autres semblent croire en une autre théorie. A commencer par l'ancienne ministre Cécile Duflot, qui a fait part de ses interrogations sur Twitter : Penelope Fillon savait-elle vraiment qu'elle travaillait pour son mari ? Etait-elle réellement au courant de l'existence d'un tel contrat ? Le mystère reste entier. Une chose est sûre : le "Penelope Gate" n'a pas fini de faire parler...

Quant au nombreuses et importantes indemnités et avantages en tous genres des députés et sénateurs, elles sont encore plus  indécentes.

Photo parue dans le Times. Ils étaient mignons et sans soucis !

 

A l'Assemblée : projet de loi sur un code polynésien des marchés publics

Les membres de la commission en charge de l'équipement, de l'urbanisme, de l'énergie et des transports terrestres et maritimes ont examiné les trois projets de texte suivants, en présence notamment de M. Etienne HOWAN, conseiller technique juridique auprès du Président de la Polynésie française et Mme Vaite CLISSON, juriste au secrétariat général du gouvernement :

 "un projet de loi du pays portant code polynésien des marchés publics, un projet de délibération portant approbation de l'avenant n° 1 à la convention pluriannuelle 2015-2020 pour l'accompagnement de la transition énergétique en Polynésie française entre l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie (ADEME) et la Polynésie française, et un projet de délibération portant approbation des 13 conventions relatives à l'aide allouée à la Polynésie française au titre du fonds de secours pour l'outre-mer suite aux dégâts causés aux infrastructures du territoire par les fortes pluies du 12 décembre 2015."

 

 

Le projet de loi pour l’égalité réelle outre-mer (EROM) sera examiné le lundi 6 février par une commission mixte paritaire (CMP) composée de 7 députés et 7 sénateurs chargés d'harmoniser les deux versions du texte.

En accord avec la sénatrice Tetuanui, membre de la CMP, les députés polynésiens Sage et Tuaiva ont saisi de leur côté la CMP ainsi que leurs collègues députés siégeant dans les quatre commissions en charge des Lois, de la Défense, de la Santé et de l’Environnement, pour demander de soutenir une modification en profondeur de la loi Morin visant à supprimer la notion de risque négligeable et permettre l’indemnisation de toute personne répondant aux critères listés dans la loi (lieu, date et maladies). Rappelant l’historique de cette demande unanime des parties concernées, ils précisent que la rétroactivité du dispositif doit être étendue à tous les dossiers, sans exception. Ils rappellent enfin que la loi prévoit d’ores et déjà un fonds spécifique, aujourd’hui doté de plusieurs millions d’euros qui « dorment ».

En marge de l’article 34 nonies sur la loi Morin, les députés ont demandé le rétablissement de deux études, adoptées à leur initiative par l’Assemblée nationale et malheureusement supprimées par le Sénat. La première porte sur la mise en place de la continuité territoriale intérieure, qui doit permettre un meilleur désenclavement des archipels. La seconde concerne quant à elle les inégalités de traitement que subissent les fonctionnaires d’État ultramarins affectés hors de leur territoire.

Plus globalement sur la loi EROM, ils ont émis une quinzaine d’observations, dont la nécessité de rétablir le caractère contraignant des plans de convergence et de leur déclinaison en contrat ; et par solidarité avec les départements d’outre-mer, de maintenir leur droit à l’expérimentation et de rétablir les mesures d’équité sociale et de soutien à leurs économies, telle que celle du FIP-DOM amélioré.

 

 

Il est intéressant de savoir que malgré l'année du Coq et des cocoricos du gouvernement notamment des responsables de l'Economie et des Finances, le Medef donne au niveau national la liste de leurs propres propositions pour le développement du Pays et ne cache pas ses doléances. Extrait :

" Le territoire manque de vision à long terme pour son développement économique au moment ou le modèle économique social sur lequel il a vécu est clairement à bout de souffle.

 L'ambition des chefs d'entreprise polynésiens est à la fois de proposer et de soutenir les réformes socio-économiques nécessaires au pays mais..et poursuit : " Dans un contexte où le nombre d'agréments de la direction générale des Finances publiques est en baisse occasionnant moins d'investissements et donc moins d'emplois induits, les patrons déplorent une instabilité des critères d'éligibilité dans le traitement par le ministère des Finances des dossiers de défiscalisation alors que ceux-ci sont connus de tous et ont été établis dans la durée. Le Médef marque à la culotte également l'absence d'une instruction objective et rapide  des dossiers de défiscalisation." de même qu'une fiscalité aberrante qui frappe  de 18 points supérieurs à la métropole  les bénéfices et le crédit. Un frein au développement des entreprises.

 

Tahiti infos révèle que le roi Pakumotu et ses gardes du corps ont été condamnés hier pour les violences contre la police venue l'interpeller à son domicile de la Mission en janvier 2014, pour émission de monnaie n'ayant pas cours légal, le fameux Patu ce qui lui vaut 9 mois de prison ferme et deux ans ferme pour le père et le fils qui avaient braqué une arme à feu sur les policiers.! Ne "patu ché" aux policiers ... Ils s'en souviendront !

 

Laurence Théron, la nouvelle directrice de la santé nommé mercredi en conseil des ministres, était médecin-chef au CAMSP (Centre d'Action Médico-Sociale Précoce) à Pirae. Vice-présidente de l'association « Les enfants du fenua et de la croix rouge » elle est l'épouse  du médecin syndicaliste Jean Paul Théron dont les manifestations anti-Flosse étaient retentissantes  il y a quelques années lorsque Gaston Flosse était président. Ce n'est pas un hasard !

 

Directeur général par intérim de Tahiti Nui Aménagement et Développement (TNAD) depuis avril 2015, Claude Drago a été démis de ses fonctions mercredi en conseil des ministres. Steve Fink assurera l’intérim jusqu’à la nomination d’un directeur titulaire. Selon les informations de radio one, la décision a été prise suite au remaniement ministériel de début d’année et au changement de tutelle de l’établissement passé de l’ex-ministre de l’Equipement, Albert Solia, à l’actuel vice-président en charge des grands travaux, Teva Rohfritsch. Oups !

 

Moins de gendarmes en Polynésie

C’est une conséquence de l’Etat d’urgence en métropole mais aussi des violences en Guadeloupe et à Mayotte. Comme l’a révélé le groupe Tahoeraa à l’Assemblée, il y aura 49 gendarmes mobiles en moins au 1er novembre !

Tous les trois mois, ces militaires de métropole viennent prêter main forte à leurs collègues du fenua. Les renforts seront maintenus dans les îles mais à Tahiti ils vont largement baisser.

En un peu plus d’un an, la Polynésie française a perdu l’équivalent d’un escadron de gendarmes mobiles, soit 79 personnes. Partout, en métropole comme en Outre-mer, ces militaires sont spécialisés dans le maintien de l’ordre. En Polynésie comme il y a peu de manifestations, ils complètent les brigades sur le terrain.

Moins de gendarmes mobiles, plus de travail pour les enquêteurs

Moins de gendarmes mobiles sur le territoire, cela signifie beaucoup moins de renforts à Tahiti. Certaines brigades, comme celles de Punaauia ou d'Arue, ne pourront plus compter sur ce personnel en plus.
Concrètement, cela va se traduire par moins de présence sur le terrain avec des patrouilles composées de deux gendarmes au lieu de trois actuellement.

Cette diminution de personnels va alourdir le travail des enquêteurs.
Cela pourrait, à terme, allonger le temps des procédures et donc, également, ralentir l’action de la justice. Polynésie première

 

 

Mercredi 1er février 2017

 

 

Editorial

Fillon atomisé ?

Nous n'avons pas de bons politiques mais nous avons d'excellents humoristes-dessinateurs. " Christian" l'auteur de ce dessin relève la phrase du célébrissime menteur Cahuzac qui avait juré devant ses pairs sans un battement de cils : "je vous le dis, les yeux dans les yeux je n'ai pas de compte en Suisse ni ailleurs". Or il en avait bien un en Suisse et un autre à Singapour ! Il fait partie du Guiness book dans le championnat du mensonge.

François Fillon n'en est pas là mais il a malheureusement un paquet de conseils en communication, des experts parait-il, qui lui font dire bourde sur bourde en l'entrainant dans un fiasco dont il lui sera difficile de sortir vivant et surtout en candidat pour la présidentielle.

Trois personnalités du monde de la communication, a relevé "20 minutes" s’attellent depuis des mois à l’image et à la parole du candidat : Anne Méaux, à la tête de l’ agence Image 7, qui a notamment travaillé pour Eric Woerth durant l ’affaire Bettencourt, Muriel Reus, ancienne présidente d’Euro "RSCG partner corporate" puis de "Publicis events", et Myriam Lévy, ancienne journaliste puis conseillère communication de François Fillon à Matignon. Mais le trio échoue aujourd’hui à circonscrire la polémique « qui est en train de devenir un accident industriel pour la candidature de François Fillon », estime  Arnaud Mercier, professeur en science de l’information et de la communication à l’Université Panthéon-Assas. L’image du prétendant à l’Elysée, qui a bâti sa candidature sur la rigueur et la probité, apparaît en rupture avec celle d’un homme réservant  des privilèges importants financièrement aux siens.

Erreurs et confusion se relaient au fil des interviews qui passent la vie du candidat au peigne fin. Etape indispensable mais zappée ou mal faite par ses conseils en communication car inattendue. Doublée par une déclaration incroyable de "renonciation éventuelle" que le PS ne pouvait même pas imaginer.

Bref, des erreurs semées au fil de ses déclarations comme les cailloux du petit Poucet. Les Républicains attendaient un lacher de skuds de la part de leur candidat, ils ne reçoivent qu'une onde de choc sur un amour propre désenchanté et bien ébranlé tant chaque prise de parole semble attiser le feu avec le feuilletonnage des révélations du Canard. Des grains de riz jetés en pâture et picorés avec gourmandise ou amertume par une opinion curieuse, comme par exemple l'absence de badge de Penelope Fillon à l'Assemblée nationale dévoilée par le Parisien.

 Confusion aussi quand le même jour, l’ancien président UMP de l’Assemblée nationale Bernard Accoyer explique sur France Inter avoir « souvent vu » Penelope Fillon à l’Assemblée nationale, quand la porte-parole Florence Portelli affirme sur France info que « si on n’a pas vu madame Fillon au palais Bourbon, c’est que madame Fillon était dans la Sarthe. » Les vases communicants ne fonctionnent pas. A ce niveau là, de la cacophonie, c'est extrêmement grave et préjudiciable au candidat.

Alors François Fillon est-il atomisé ? Vrai ou faux, reste que son image est désormais, quoiqu'il dise, bien écornée et déjà les Républicains dans le secret du sérail, pensent à le remplacer .Quelques noms de barons circulent. Celui notamment de François Baroin circule d'autant plus favorablement qu'il pourrait tenir la comparaison avec Emmanuel Macron avec un plus, la compétence du pouvoir, ce que n'a pas Macron dont on attend toujours d'ailleurs le programme. Il aurait en outre un atout pour les Polynésiens, il connait le Pays.

 Un pays secoué régulièrement par des affaires qui n'épargnent personne avec plus ou moins de disgrâce judiciaire. C'est ainsi que des emplois dits de "complaisance" pour ne pas dire fictifs avec des hommes ne sachant pas se servir d'un ordinateur mais embauchés par  GTS lorsqu'il était au pouvoir en 2008 pour conforter sa majorité, tout en étant coupable et responsable de ce détournement de fonds publics, échappe, allez donc savoir pourquoi, à l'inéligibilité tout en étant condamné a une très lourde amende.

 

 

 

   Au conseil des ministres : Extrait des dossiers traités

Premier état du recensement des sinistres suite aux intempéries des 21 et 22 janvier

 Dans le cadre des recensements effectués suite aux intempéries des 21 et 22 janvier derniers, des rencontres avec les partenaires économiques et les assureurs se sont tenues en ce début de semaine. Le Vice-Président a présenté le compte-rendu de ces réunions au Conseil des ministres.

Il a établi un premier bilan de l’ampleur des dégâts économiques recensés, et proposé des pistes de mesures de soutien financier, d’accompagnement des entreprises sinistrées, ou encore d’allègement de procédures, qui seront validées avec les partenaires économiques lors d’une réunion programmée le vendredi 3 février.

 

Dispositif d’aide aux victimes des intempéries pour l’achat de kits en équipement électro-ménager et de kits de literie

Sur proposition du ministre des Solidarités et de la santé, le Conseil des ministres a approuvé la création d’un dispositif permettant aux familles victimes des intempéries du 22 janvier, de bénéficier de mesures d’aide en nature portant notamment sur l’achat de kits en équipement électroménager (réfrigérateur, gazinière, lave-linge) et de kits de literie (matelas, drap, serviette).

Ce nouveau dispositif vient en complément des mesures d’aides octroyées par la Caisse de Prévoyance Sociale et par la Direction des Affaires sociales dont les agents sont mobilisés sur le terrain depuis près de 2 semaines.

Pour rappel, les services sociaux de la Direction des Affaires Sociales ont pour l’heure recensé près de 991 personnes touchées.
 

Actions de coopération Union européenne - Polynésie française : plan de communication et de visibilité

 

La Polynésie française bénéficie au travers du 10ème FED territorial d’un programme de communication et de visibilité des actions de coopération entre l’Union européenne et le Pays. L’objectif est d’accroître au sein du public polynésien, la connaissance de l’Union européenne, de ses valeurs et de ses actions, notamment les programmes mis en œuvre localement.

 

Le projet prévoit ainsi la mise en place d’une fête de l’Europe le 14 mai 2017 et d’autres actions de communication accessoires tout au long de l’année.

 

Après avoir pris connaissance des premières esquisses de l’organisation de cet évènement, le Conseil des ministres a validé la composition du comité de pilotage qui se réunira prochainement. Une rencontre avec les principaux partenaires sera également organisée en février pour mener à bien ce projet qui réunit les différents secteurs de coopération comme le tourisme, l’environnement, la recherche et l’innovation, l’éducation et les énergies.

 

 

L’indice de l’emploi croît de 3%

 

Dans sa publication du 26 décembre dernier, l’Institut de la statistique observe que pour le mois d’octobre 2016, l’emploi salarié du secteur marchand augmente dans la construction, le commerce et l’hôtellerie.

 

En effet, avec une nouvelle hausse observée en octobre (+1,0%), l’emploi augmente ainsi dans la construction (+2,4%), le commerce (+1,4%), l'hôtellerie – restauration (+0,7%) et dans les autres services (+1,0%). Il diminue cependant dans le secteur de l'industrie (-0.8%).

 

Sur les douze derniers mois, l'indice de l'emploi progresse de + 3 % alors que la variation moyenne annuelle observée sur la période de 2011 à 2015 s’établit à - 1,1 %.

 

 

Mise à jour du Code des impôts

 

Le Conseil des ministres, sur proposition du ministre des Finances, Nuihau Laurey, a approuvé la mise à jour du Code des impôts.

 

Ainsi, le millésime 2017 du Code des impôts intègre la prise en compte de seize textes réglementaires adoptés depuis le 1er janvier 2016 par l’Assemblée de la Polynésie française, le Conseil des ministres, ainsi que les assemblées délibérantes des communes s’agissant des centimes additionnels et publiés au Journal officiel de la Polynésie française en 2016.

 

La mise à jour intègre également la codification des mesures d’exonération à la contribution des patentes et à la taxe sur la valeur ajoutée en faveur des artistes titulaires d’une carte professionnelle, adoptées par la loi du Pays du 19 mai 2016 portant reconnaissance des professions artistiques et diverses mesures en faveur de l’art en Polynésie française, la rectification des erreurs matérielles ainsi que l’insertion de deux textes règlementaires en annexe du Code des impôts.

 

 

Modèle type pour la déclaration de l’impôt sur les sociétés

 

Parmi les nombreuses dispositions particulièrement incitatives en faveur des entreprises que comprenait la loi du Pays fiscale du 6 décembre 2016 portant diverses mesures fiscales en faveur de la relance de l’économie qu’avait alors présentée Nuihau Laurey, cette dernière a notamment entériné la suppression de la règle de calcul de l’impôt sur les sociétés qui est désormais appréhendé par un taux unique.

 

Ainsi, le taux d’impôt sur les sociétés sera unique pour l’ensemble des entreprises y assujetties. Le 1er taux de référence a été fixé à 29% pour les exercices clos le 31 décembre 2016 et sera ramené progressivement à 25% d’ici à 2020 consacrant ainsi une baisse du taux maximum d’impôt sur les sociétés de près de 38%, qui passera ainsi de 40% en 2013 à 25% en 2020.

 

En conséquence de cette modification, la déclaration d’impôt sur les sociétés doit être actualisée tandis qu’il est dans le même temps profité de cette occasion pour compléter la numérotation de tous les documents ou feuillets composant la liasse fiscale et pour apporter des modifications de forme aux documents non comptables de cette liasse.

 

   

 

Plan d’action pour améliorer la performance du système d’assurance-maladie polynésien

 Depuis sa constitution en septembre 2014, le gouvernement a relevé le défi de la réforme du système de protection sociale, en concentrant ses efforts sur les risques maladie et vieillesse, qui en constituent les deux piliers les plus importants.

S’agissant, en priorité, de l’assurance maladie, les réflexions qui sont intervenues dans le courant de l’année 2015 ont permis d’identifier la nécessité d’harmoniser et d’actualiser les prestations en nature entre les ressortissants, par souci d’équité.

Les régimes de protection sociale ont tous validé le principe, pour l’exercice 2015, d’augmenter sensiblement la part du patient dans la prise en charge des frais liés aux consultations en médecine libérale (ticket modérateur). Cette préconisation n’a pas été suivie par le Conseil des ministres.

Enfin, la réforme du risque maladie géré par la caisse de prévoyance sociale s’est doublée d’une planification sanitaire objective et opposable par le biais du nouveau schéma quinquennal d’organisation sanitaire pour la période 2016 à 2021 (S.O.S.).

Notre système de santé souffre de nombreux dysfonctionnements qui pénalisent toutes les parties prenantes : désorganisation des services aux malades, mécontentement des professions médicales, retards dans l’organisation des soins, évaluation insuffisante de la qualité des soins, coût élevé et déficit récurrent de l’assurance maladie obligatoire, crise du financement du Centre hospitalier de la Polynésie française (C.H.P.F.).

A ce titre, le nouveau S.O.S. polynésien prend en compte le contexte financier contraint, tout en tenant compte de l’évolution de l’état de santé de la population et des besoins nouveaux. Il se veut pragmatique et impulse des évolutions par étape et sous forme d’expérimentations.

La réussite des adaptations que nous impose l’évolution de notre contexte socio-économique exige la compréhension de tous nos concitoyens. Dans ces conditions, pour obtenir un consensus social nécessaire, les réflexions à venir doivent impliquer l’ensemble des professionnels et notamment les partenaires institutionnels et privés.

Il s’agit là d’une réforme de notre système de soins. Sa prise en charge concerne l’intégralité des polynésiens pour les décennies à venir, et peut être plus.

 

 a - Création d’un comité de pilotage

Il constitue un organe décisionnel composé de dix membres (acteurs économiques, professionnels de santé « de terrain », etc). Il a pour rôle, dans une première phase, de proposer des thématiques et de les diffuser vers des « ateliers thématiques » dans le courant du mois de février.

 b – Mise en place d’« ateliers thématiques »

Ces ateliers auront à développer une réflexion sur des thèmes ciblés et seront composés d’un effectif resserré d’une dizaine de personnes dont les travaux seront coordonnés par un animateur neutre. Ils livreront leurs conclusions pour la troisième semaine du mois de mars au comité de pilotage.

2) Restitution des propositions

Le comité de pilotage devra synthétiser, sur une semaine, l’ensemble des propositions d’action pour les officialiser au plus tard début avril.

Le gage de réussite d’une telle, entreprise reste la consultation, la concertation et le consensus.

 

 

 

 

Mardi 31 janvier 2017

Donald Trump persiste, signe et liquide la juge qui voulait adoucir le décret. La Silicon Valley qui emploie un grand nombre d'ingénieurs étrangers s'inquiète et même Goldman Sachs, l'une des plus puissantes banques d'affaires au monde dont certains dirigeants ont été nommés à des postes influents dans l'administration Trump critique le décret présidentiel. Le nouveau président n'en a cure...

 

Editorial

Elle lui a dit de se barrer "gentiment"!

Alors que la Polynésie a bien d'autres chats à fouetter, que près de 500 Polynésiens n'ont plus de domicile, que de nombreux commerçants ont perdu leur outil de travail, que le gouvernement débordé tente de rétablir un semblant de vie après la folie des éboulements, inondations etc... la Dépêche ne peut s'empêcher de nous donner en pâture le feuilleton Tonita/Flosse. "Elle a dit que...il faut que...elle ne paie pas mais... compte tenu que." Le tout, alors que le vrai propriétaire semble bien être le fils aîné de Gaston Flosse Reginald Flosse si l'on en croit un précédent jugement. Alors plutôt que d'essayer de faire comprendre à ses lecteurs, qui ne comprennent rien à cette histoire familiale, laquelle entre-nous ne les regarde pas, la Dépêche devrait bien attendre ce que la justice décidera avant d'en faire un roman-feuilleton.

Tonita ayant coiffé son panache de rupture pour la petite histoire qui fait saliver le nouveau "Voici" truquages et  zizanies, aurait,  demandé à Gaston Flosse " gentiment" selon le journaliste qui n'hésite pas à porter un jugement de valeur, alors qu'il n'était certainement pas présent, de prendre ses cliques et ses claques et de se tirer sans autre forme de procès. A croire  que F.C est partie prenante dans ce triste vaudeville qui ne mérite  que trois lignes pour rendre compte de l'audience suite à la saisine du juge des référés par Gaston Flosse.

Pendant ce temps en Nouvelle Calédonie, les choses s'aggravent le colonel de gendarmerie Emmanuel Miglierina ne cache pas son inquiétude " nous sommes, encore une fois, passés à deux doigts d'un drame" dans la soirée de dimanche à lundi lorsque trois militaires ont été blessés par balles alors même qu'ils étaient à l'intérieur de véhicules blindés, rapporte l'AFP... Drôle de blindage quand même !

Enfin à Paris c'est une autre guerre qui s'installe entre deux louves : NKM et Rachida Dati, celle-ci ayant été écartée par la commission nationale d'investiture des Républicains. Elle promet, la guerre et compte bien  pourrir la campagne de François Fillon alors que NKM portera les couleurs du parti pour les législatives. Ce nouvel épisode ne va rien arranger. Rachida Dati, qui entretient des rapports exécrables avec NKM, aurait décidé de le faire payer à Fillon. « Si Fillon donne sa circo à NKM, ce sera la guerre, et, faites gaffe, j’ai des munitions, je vais lui pourrir sa campagne », aurait-elle déclaré selon Le Canard enchaîné. Encore un clou dans la chaussure du malheureux François, à moins que le clou ne vienne de la même chaussure de marque sur l'histoire du travail parlementaire de Pénélope, pendant que Emmanuel Macron engrange des apparatchiks du PS de même que Marine Le Pen, tant le programme du frondeur -gagnant de la primaire Benoit Hamon est loin de faire l'unanimité .

 

La ministre du Tourisme et des transports internationaux, en charge des relations avec les institutions, Nicole Bouteau, a participé, mardi, à l’hommage solennel rendu par le CESC (Conseil économique, social et culturel) à la mémoire de John Doom.

Le ministre de l’Equipement et des transports intérieurs, Luc Faatau, a reçu, mardi, le président de la chambre syndicale des métiers de génie civil et des travaux publics, Heirangi Nouveau, ainsi que le vice-président de cette chambre syndicale, François Gabella.

 

De feuilleton en feuilleton :

Le conseil municipal de Hitia o te Ra renversé, renforce la position d'EDT/Engie mais atomise l'alliance de Jacqui Drollet au sein de Sécosud avec Henri Flohr. Du coup et à quelques jours de la date limite pour le choix d'un fournisseur, EDT/Engie qui avait perdu l'espoir de gagner cet important marché voit un renversement de situation  mettant cette société qui se bat depuis plus d'un an en position de futur vainqueur pour l'électrification de Sécosud. Et dans ce conseil municipal à rebondissements clochemerdesques, on retrouve truquage, combines et zizanie . Secosud ( électrification des communes du Sud) n'a plus qu'un mois pour choisir son partenaire EDT/Engie ou Teva rua Nui. Et ce pour 17 ans... Jacqui Drollet opposé à Engie avait constitué une majorité de cinq voix sur huit que compte le conseil syndical de sécosud. Oui mais... c'était sans compter "les petits meurtres entre amis". Drollet a perdu et EDT/ Engie a gagné.

 

                     Exposition culturelle et projection de documentaires au CESC


Pour célébrer l’année du Coq de feu, le CESC accueille jusqu’au 10 février prochain une exposition sur l’histoire de la création de la plantation d’Atimaono et l’arrivée des premiers chinois en Polynésie française.


Organisée en partenariat avec Roland SAM de l’association « Varua Tupuna Taina », cette exposition raconte l’histoire durant laquelle plus de 1.000 chinois ont été déplacés de la Chine continentale pour travailler à la « Plantation Steward » sur le domaine Eugénie d’Atimaono pour la « Tahiti Cotton and Coffee Plantation Cy Ltd ».


Grâce à la collaboration de l’association Si Ni Tong et de Louis Shan Sei Fan, les généalogies des descendants de ces travailleurs chinois sont présentées au grand public. Il peut paraître surprenant de savoir que plusieurs personnalités polynésiennes ont des origines chinoises : Pouvanaa A OOPA, Coco Hotahota, Tauhiti Nena, Patrick GALENON, Cyril LE GAYIC, etc.
Avec le partenariat de Nelson LIAO, une série de documentaires sera projetée dans l’hémicycle de l’institution le matin à 10h00 et l’après-midi à 14h00. Un documentaire d’une durée de 14 minutes retrace l’arrivée des premiers chinois en Polynésie française. Il est suivi de quatre interviews de personnalités chinoises ayant marqué la vie économique et sociale du Pays, à savoir : Charles LAUSUN, SOUNAM, Jules WONG et Mélanie TCHONG LEN.
 

              

Le président de l'Assemblée réfléchit sur les festivités programmées par le CESC ou sur son thème astral

 

  

Coup de gueule d'un cadre EDF parisien sur le 20h. de TF1
 

« Je serai écolo quand Monsieur Nicolas Hulot cessera de rouler en 4X4 en Bretagne et en Corse. Et d'utiliser les hélicos pour un oui ou pour un non... En me reprochant de ne pas aller en vélo sous la pluie chercher mon pain »

Un illuminé nous a donné une série de leçons sur les économies d'énergie.Nous prenant pour des débiles mentaux profonds ou des séniles précoces, il nous a expliqué qu'en coupant toutes les veilleuses de nos appareils électriques, nous pouvions économiser 15% de notre consommation.

Faux, nous économiserions alors 2 à 3%.

Le même nous a expliqué qu'en remplaçant nos lampes traditionnelles par des lampes à économie d'énergie, nous pouvions économiser 30 à 35% d'énergie.

Faux c'est 4 à 5 % que l'on peut économiser

Il est évident que si la maison est équipée comme celle de l'arrière-grand-père, c'est à dire juste des lampes et pas de frigo, micro onde, lave-linge, lave-vaisselle, sèche-linge et j'en passe, car par rapport à la consommation de tous ces équipements celle des lampes est "peanuts"…., on économise plus

Pour couronner le tout, une brillante journaliste de TF1 (quelle chaîne instructive) a pris le relais et fait le total des économies pouvant être réalisées selon ces critères éclairés : 15 % sur les veilleuses + 35% sur les lampes = 50% d'économie d'énergie !..

Elle n'est pas allé jusqu'à le dire, mais nous qui sommes particulièrement débiles, avons deviné que demain, si nous suivions scrupuleusement ces instructions, on pouvait arrêter la moitié des centrales électriques !...

Nous avons failli mourir idiots, mais pourquoi ne nous a-t-on pas expliqué tout ça avant !

Pour continuer dans la débilité profonde, la TF1 girl's nous a ensuite précisé que pour les 50% restants, on pouvait les alimenter avec des panneaux solaires qui produisent de l'électricité 'verte', en illustrant son propos d'une photo d'une belle maison avec un petit panneau solaire derrière.

Là, j'ai failli chercher une arme, car on n'avait encore jamais vu un niveau de désinformation pareil, une absurdité aussi monumentale.


 

Point de situation des entreprises touchées par les intempéries


Le Vice-Président Teva Rohfritsch a rencontré, lundi, des représentants du Mouvement des entreprises de France (MEDEF), de la Confédération générale des Petites et Moyennes Entreprises (CGPME), de la Chambre de Commerce, d’Industrie, des Services et des Métiers (CCISM), de la Fédération générale du Commerce (FGC), de la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS), de la Société de financement du développement de la Polynésie française (SOFIDEP), et de l’Association Française des Banques (AFB) afin de faire un point de situation des entreprises touchées par les intempéries des 21 et 22 janvier derniers.

Après un premier état des lieux des dégâts des entreprises et de leur impact sur leur activité économique, le Vice-Président a confirmé les mesures de soutien du Pays, afin que les entreprises soient notamment accompagnées dans la réhabilitation de leurs locaux ou le remplacement de leurs équipements professionnels.

Cette rencontre a également permis d’évoquer les mesures d’accompagnements complémentaires exprimées par les représentations patronales. Une seconde rencontre est programmée en fin de semaine afin d’arrêter le train de mesures qui seront par la suite présentées à la commission de recensement des sinistres et de répartition des secours pour validation.

 

Le ministre des Solidarités en visite à la Direction des Affaires Sociales

Le ministre des Solidarités et de la santé, en charge de la protection sociale généralisée, de la prévention et de la famille, le Dr Jacques Raynal, a rendu visite, lundi après-midi, aux agents de la Direction centrale des affaires sociales, afin de constater l’ampleur de leurs tâches ainsi que leurs conditions de travail.
Il a ainsi pu se rendre dans chacune des divisions et rencontrer les agents qui les composent, ces derniers ayant pu lui faire part de leurs principales doléances.
Leur plus grande difficulté étant le manque de moyens humains, le ministre a tenu à féliciter les agents pour le travail accompli et s’est engagé à travailler en priorité sur un projet de réorganisation de la Direction des affaires sociales.
 

NB Et dans les quartiers touchés d'une manière si terrible, il ne s'y est pas rendu en tant que ministre de la santé...?! Il  a dit "merci" au agents pour leur travail..C'est déjà pas mal !




Au Nigeria on se sert même des bébés;

Au Nigeria, un attentat suicide perpétré par une femme portant un bébé sur son dos...


Au Nigeria, un attentat suicide a été perpétré par une femme portant un bébé sur le dos. L'ONU craint que le groupe extrémiste Boko Haram n'ait dissimulé la présence de la bombe grâce au nourrisson. Le 13 janvier, des femmes avaient déclenché des explosifs dont elles étaient équipées à proximité d'un barrage de sécurité, dans un marché de Madagali, dans le nord-est du Nigeria. L'attaque du 13 janvier avait fait au moins deux autres morts et 15 blessés. D'après les médias locaux, l'enquête a révélé que l'une des femmes avait un bébé suspendu à son dos, ce qui lui avait permis de passer les contrôles de sécurité sans être inquiétée. Boko Haram, qui a déjà recouru à des femmes pour commettre des attentats suicide dans la région, est soupç
onné d'être responsable de l'attaque. Doune Porter, porte-parole de l'UNICEF, a condamné le recours d'une telle cruauté à un bébé, affirmant que son organisation était extrêmement préoccupée.

(
Radio Japon international, le 26-01-2017

 

C'est pas possible et pourtant c'est vrai

Courrier d'un lecteur à Paris

Surprise ! Il y a deux jours, lors de la visite d'un joli musée archéologique à St Paul-trois châteaux, très récent, mon attention fut attirée par la définition de la date sur tous les objets présentés..
Désormais les dates ne sont plus "avant JC" ou "après JC" mais exprimée en "n. è." (???!!!)
Lorsque j'en ai fait la remarque à notre guide elle m'a dit tristement que désormais toutes les dates sont désormais
écrites "avant ou après notre ère" = n. è)
Donc plus de mention de Jésus-Christ ni même JC. dans les musées ... c'est interdit .... (il va falloir changer toutes les étiquettes ??!!??)
 Elle m'a répondu : Oui, ...je sais.... (toujours tristement...)

 Ça aurait pu déplaire à certains.... je suppose....
 J'en suis resté baba (comme Ali)... Comment un pays comme la France est devenu si con !!! (excusez le mots mais je crois que c'est celui qui convient)
 
 Tous les jours un espace de liberté est grignoté... (laïcité ou con..rie) ... On est mal, patron, on est mal....
 

 

 

 

Lundi 30 janvier 2017

Attention

Deux voies de la route de déviation ouest (RDO) seront fermées de part et d’autre du terre-plein central, de 20h jusqu’à 2h du matin, du mardi 31 janvier au jeudi 2 février, afin de permettre au Service des Parcs et Jardins et de la Propreté d’entretenir les plantations du terre-plein central.

Il est recommandé aux automobilistes la plus grande prudence et le respect des consignes de sécurité aux abords du chantier.


La ministre du Tourisme et des transports aériens internationaux, en charge des relations avec les institutions, Nicole Bouteau, a reçu, lundi, Michel Monvoisin, président du conseil d’administration d’Air Tahiti Nui, également président du conseil d’administration de Tahiti Tourisme.


Les membres de la commission en charge de l’économie, des finances, du budget et de la fonction publique ont examiné lundi 30 janvier 2017 une proposition de délibération portant modification n° 1 du budget de l’assemblée de la Polynésie française pour l’exercice 2017. Ont également participé à cette réunion, Mme Mireille GARNIER, directrice de cabinet du président de l’assemblée et M. Henri LANOUX, chef du service des finances et de la comptabilité de l’assemblée.

 

 

Editorial

Penelopegate toujours...

 Mais à quoi pensent les conseillers en communication de François Fillon en lui faisant multiplier les boulettes ? Encore une fois à la Villette devant 15.000 personnes venues l'écouter, il aurait mieux fait de tourner sept fois sa langue dans la bouche avant de donner des détails sur ce que personne ne lui demandait. Car après tout les révélations du Canard Enchaîné ne portaient que sur l'emploi d'attachée parlementaire de son épouse et de ses émoluments assez consistants.

Dire, des larmes dans les yeux combien il aimait sa femme était émouvant. Affirmer qu'il n'avait rien à cacher et que le seul compte du couple était au Crédit agricole de Sablé était déroutant puisque les exigences de l'Assemblée nationale font obligation aux députés d'en avoir deux, l'un personnel, l'autre, l'IRFM pour que l'Assemblée nationale puisse y verser les indemnités et prestations diverses. L'IRFM d'un montant de 5.770 euros brut devant obligatoirement être utilisé pour les frais liés à la permanence parlementaire, à l'hébergement, au transport du député et de ses collaborateurs, à la communication, à la formation et aux réceptions. Ce compte ne doit pas être un vase communiquant avec un compte personnel.

Enfin présenter ses enfants comme des collaborateurs rémunérés alors qu'ils étaient encore étudiants et non " avocats" comme il le disait, lorsqu'il était sénateur, est également répréhensible. Ce qu'il y a de choquant finalement, c'est que ses  "spin doctors"(conseiller en communication et marketing politique)  l'ont laissé glisser sur une mauvaise pente où se tiennent toujours en embuscade, dans des affaires politiques croustillantes,  les guetteurs médiatiques. Ils ne  l'ont pas loupé et lui ont, une nouvelle fois, coupé les jarrets en dégoupillant une autre grenade : des soupçons pèseraient sur cinq autres dossiers bien distincts, constituant autant d’épées de Damoclès.

Voilà donc le candidat de la droite en mauvaise posture. A qui profite le crime ?  A la gauche et à l'Extrême droite . Sans compter à Macron. Mais aux dernières informations, le couple Fillon aurait apporté à la justice des éléments probants sur le travail parlementaire de Pénélope Fillon.

 "Toutankamon", le jeu de mot à la mode, se voit sans doute président de la République après sa large victoire sur Manuel Valls. Il a tort. Il a la chance de pouvoir, peut-être, prendre la tête du PS mais son ambition ne pourra pas aller plus loin. En revanche, la virile féminité de Marine le Pen en profitera et de nombreux autres voix iront vers Macron. Celui-ci aussi, se voit déjà président de la République, le poste suprême. Il a les coudées presque franches en faisant oublier qu'il n'a pas les traits de l'archaïque et ruineux programme de Hamon ou celui controversé de Marine et que son principal adversaire François Fillon pour le moment est en très, très mauvaise posture. Ah, l'amour ! Dieu sait où cela peut vous entrainer...

 

 

. SONDAGE - Selon un sondage Kantar Sofres-One Point pour Le Figaro, RTLet LCI, François Fillon et Emmanuel Macron obtiendraient 22 % et 21 % au premier tour de la présidentielle, devancés par Marine Le Pen.

Un grand vent d'incertitude souffle sur la présidentielle. Réalisée les 26 et 27 janvier, notre enquête Kantar Sofres-OnePoint pour Le Figaro, RTL et LCI montre que les accusations d'emplois fictifs lancées contre le couple Fillon ont un impact sur les intentions de vote au premier tour. En effet, notre sondage mesure un resserrement entre François Fillon et Emmanuel Macron désormais au coude-à-coude avec respectivement 22% et 21%, si François Bayrou n'était pas candidat. La qualification de Marine Le Pen au second tour reste l'hypothèse la plus probable à ce stade, avec 25% des suffrages. Mais quel que soit son adversaire final, la présidente du Front national est battue en duel.

 Quant à la candidature de Benoît Hamon, crédité de 15% des intentions de vote, elle inverse la hiérarchie à gauche. Le député des Yvelines devance en effet Jean-Luc Mélenchon, relégué à la cinquième place avec seulement 10 % des intentions de vote.

 

«À trois mois de la présidentielle, on peut parler d'un écart entre Fillon et Macron qui n'est plus que de l'épaisseur du trait», constate Emmanuel Rivière, le directeur général France de Kantar Public. «Dans ce contexte particulier de la révélation de l'affaire des emplois fictifs, la qualification de Fillon au second tour n'est plus garantie», selon Emmanuel Rivière, qui précise que «le décrochage du candidat de la droite et du centre par rapport à sa position dominante au lendemain de sa victoire à la primaire n'est pas entièrement dû à ses ennuis judiciaires, mais à un tassement de sa dynamique de campagne».

Autre signe d'inquiétude pour Fillon: il ne battrait Le Pen qu'à 60 % contre 40 % des suffrages, tandis que Macron, lui, creuserait l'écart à 65 % des voix contre 35 % pour la présidente du Front national.
Emmanuel Rivière estime que ce différentiel «tient autant aux déboires récents de l'ex-premier ministre qu'au positionnement très rigide qu'il a adopté après la primaire à la fois sur les questions sociales et sociétales». «Le choix entre Fillon et Le Pen apparaît compliqué pour un électeur de gauche», résume le directeur général France de Kantar Public.

 

Un savoir polynésien

 La Base navale de Papeete va recevoir deux nouvelles embarcations construites par les chantier NSI. Il s’agit de deux « baleinières ». ce sont des embarcations qui sont nécessaires pour ravitailler les iles qui n’ont ni aérodrome ni passe.

C’est une spécificité et un savoir polynésiens, un métier relativement dangereux que seuls 5 polynésiens assurent aujourd’hui.

Les deux embarcations seront bénies et recevront leur nom jeudi 2 février à 0930 sur la Base navale.

 

Rôle et missions du tribunal administratif

C'est bien la première fois que le tribunal administratif nous donne autant d'informations sur son rôle, celui de l'institution, les affaires dont il a eu s'occuper et ses recours, grâce à la volonté d'ouverture de son président Jean Yves Tallec.

 


Le tribunal administratif juge les litiges dont l’une des parties est une administration ou un organisme gérant un service public, rendant ainsi compatibles les droits et libertés de chacun avec la sauvegarde de l’intérêt général. Il peut annuler une décision de l’administration ou attribuer une indemnité pour réparer le dommage causé à quelqu’un par l’administration.

Dans cette fonction, le tribunal apprécie la légalité de tous les actes administratifs émanant des diverses autorités du territoire (actes du Haut-Commissaire, du Président de la Polynésie française, du Président de l’assemblée de la Polynésie française, des communes ou des établissements publics) à l’exception des « lois du pays » et de certains autres actes qui relèvent directement du Conseil d’Etat. Le contentieux peut concerner des domaines aussi divers que la fiscalité, la fonction publique (pour le fonctionnaire muté, le contentieux est le plus souvent pécuniaire : droit aux indemnités, indexation, retards de paiement), les pensions de l’État, la santé publique, les travaux publics, le domaine, l’urbanisme, les élections…

Le tribunal administratif exerce aussi des missions consultatives, en donnant des avis sur demande des autorités locales. Ses membres sont également appelés à participer et à présider différentes commissions administratives et juridictions spécialisées.

Dans le cadre des procédures d’urgence, instituées par la loi du 30 juin 2000 (articles L. 521-1 et suivants du code de justice administrative), le juge des référés se prononce dans des délais réduits.

Le greffe enregistre les requêtes, communique les mémoires et notifie les jugements aux parties, assurant la responsabilité de l’instruction et la régularité de la procédure.
 

 

Quelques décisions rendues en 2016 par  le tribunal administratif

 

Collectivités territoriales

Par un jugement du 29 mars 2016, le tribunal a rejeté les requêtes dirigées contre la délibération n° 2015-68 APF du 8 septembre 2015 portant suppression du haut conseil de la Polynésie française et l’arrêté du conseil des ministres pris pour son application.

Par un jugement du 12 juillet 2016, le tribunal a annulé la délibération n° 2015-69 APF du 1er octobre 2015 portant création d’une commission d’enquête chargée de recueillir tous les éléments d’information sur la réforme fiscale y compris l’évolution de la fiscalité communale et le financement de la protection sociale généralisée. La juridiction a notamment considéré que la délibération attaquée caractérise une immixtion de l’assemblée dans les compétences du gouvernement et méconnaît le principe constitutionnel de séparation des pouvoirs mis en œuvre par les dispositions de la loi organique portant statut de la Polynésie française.

Par un jugement du 21 juin 2016, le tribunal a rejeté la requête d’une élue de Tubuai contestant la décision du maire rapportant la délégation de fonctions qui lui avait été accordée en qualité de deuxième adjointe au maire. Par un jugement du 25 octobre 2016, il a annulé la décision du maire de Taputapuatea rapportant la délégation consentie à la sixième adjointe. Dans chacune de ces affaires, il a dû apprécier si la mesure contestée avait été non, inspirée par des motifs étrangers à la bonne marche de l'administration communale.

Domaine public

Par un jugement du 13 septembre 2016, le tribunal a annulé une autorisation d’occupation temporaire du domaine public fluvial délivrée par le président de la Polynésie française au profit d’un centre médical implanté à Faa’a. Il a considéré que cette autorisation avait été délivrée pour un usage qui n’était pas compatible avec la destination normale d’une rivière et était de nature à entraîner des risques pour la sécurité publique (réduction du lit de la rivière, curage plus difficile, écoles à proximité).

Expropriation

Par jugements du 21 juin 2016, le tribunal a rejeté les trois requêtes dirigées contre la déclaration d’utilité publique de l’acquisition des terrains nécessaires au projet Tahiti Mahana Beach.

Fonctionnaires et agents publics

En février 2016, le juge des référés a suspendu l’exécution de six décisions prises par le ministre de la justice ayant refusé de prononcer la nomination en qualité d’élèves surveillants de l’administration pénitentiaire de candidats admis au concours. Il a assorti cette mesure de suspension d’une injonction d’admettre provisoirement les intéressés à suivre la formation dispensée par l’Ecole Nationale de l’Administration Pénitentiaire à compter du 29 février 2016. Par jugements du 20 décembre 2016, le tribunal a prononcé l’annulation de ces décisions au motif qu’elles étaient entachées d’une erreur d’appréciation eu égard à la nature et à l’ancienneté des faits reprochés aux intéressés (condamnations effacées du bulletin judiciaire).

Par un jugement du 5 avril 2016, le tribunal a rejeté la requête de M. B tendant à l’annulation de l’arrêté par lequel le président de la Polynésie française a mis fin à ses fonctions de directeur général du Port autonome de Papeete.

Par jugements du 21 juin 2016, le tribunal a donné satisfaction à plusieurs médecins urgentistes de l’hôpital de Taravao dans le litige qui les opposait à la Polynésie française concernant le paiement d’indemnités dues à raison des services de gardes qu’ils avaient effectués.

Par un jugement du 11 octobre 2016 le tribunal a annulé l’arrêté du ministre de la Polynésie française chargé de la fonction publique ayant mis fin par anticipation aux fonctions de directeur du centre hospitalier de la Polynésie française exercées depuis le 18 août 2014 par M. B., directeur d’hôpital hors classe détaché pour une durée de deux ans, pour faute commise dans l’exercice de celles-ci . Le tribunal a indiqué que « la faute n’est pas le véritable motif de la fin anticipée du détachement de M. B. , mais un prétexte élaboré a posteriori afin de soustraire le CHPF à l’application de la loi », en l’occurrence les dispositions de l’article 54 de la loi du 9 janvier 1986 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière qui font obligation à l’administration , dès lors que la fin des fonctions de l’intéressé n’est pas fondée sur une faute, de le rémunérer jusqu’à sa réintégration sur un emploi vacant . Il en a déduit que la décision attaquée était entachée de détournement de pouvoir.

Par un jugement du 11 octobre 2016, le tribunal a condamné la Polynésie française à indemniser M. D, professeur d’hôtellerie et restauration affecté au lycée hôtelier de Tahiti, à raison du préjudice qu’il avait subi du fait de l’illégalité du renouvellement de son séjour décidé par la ministre de l’éducation et de l’enseignement supérieur de la Polynésie française.

Par jugement du 22 novembre 2016, le tribunal a annulé le refus opposé par le président de la Polynésie française à verser au président du haut conseil l’indemnité de frais de représentation qui lui était due et enjoint à la collectivité de verser cette indemnité à l’intéressé. Le même jour, le tribunal a rejeté la demande de ce dernier dirigée contre le refus des autorités locales de lui accorder le bénéfice de la protection fonctionnelle, à la suite d’un article paru dans « Tahiti Pacifique ». Il a notamment considéré qu’en l’espèce aucune diffamation n’était caractérisée.


Marchés et contrats administratifs


Par un jugement du 8 mars 2016, le tribunal a condamné l’assemblée de la Polynésie française à verser à une société ayant conclu avec celle-ci une convention d’édition et de régie publicitaire du bulletin mensuel d’information à réparer le préjudice subi du fait de l’inexécution de cette .convention

Nature et Environnement

Par un jugement du 6 décembre 2016, le tribunal a annulé l’arrêté par lequel le ministre de la Polynésie française chargé de l’environnement a rejeté la demande de d’une société civile agricole d’exploiter un établissement d’élevage de 3 000 poules sur le territoire de la commune de Huahine. Il a considéré qu’aucun des motifs opposés au demandeur n’était légal.

Par deux jugements du 6 décembre 2016, le tribunal a annulé deux arrêtés du ministre de l’équipement de la Polynésie française autorisant l’extraction de matériaux dans la rivière Taharu’u (Papara). Il a considéré que ces décisions, relatives à la mise en œuvre du plan d’aménagement de la rivière auraient dû être précédées de l’accord du conseil des ministres.

Police

Par un jugement du 12 juillet 2016, le tribunal a annulé l’arrêté par lequel le maire de la commune de Moorea-Maiao a interdit la pratique libre de l’activité de glisse aérotractée (kitesurf) dans les zones de Tiahura, Temae et Tahiamanu du 24 juillet 2015 au 31 décembre 2020. Il a relevé, pour les deux premières zones, qu’aucun incident ni aucun risque d’accident n’était caractérisé et retenu ainsi l’absence d’une situation de fait nécessitant une mesure d’interdiction. Il a considéré, pour la troisième zone, que le projet de réglementation initialement retenu par l’autorité communale était de nature à prévenir les risques d’accidents et de troubles à l’ordre public , que l’interdiction de la pratique libre du kitesurf à l’intérieur de la zone ne constituait pas une mesure de police appropriée, et était ainsi entachée d’erreur d’appréciation (n°1500652 Association Moorea Kitesurf ).

Presse

Par un jugement du 8 mars 2016, le tribunal a rejeté la requête de la SARL Fenua Communication tendant à l’annulation de l’arrêté du haut-commissaire n’habilitant pas les journaux Tahiti Info et Fenua
TV à publier des annonces judiciaires et légales

 

Télérecours : les téléprocédures appliquées au contentieux administratif


Télérecours est une application informatique qui permet de gérer la communication dématérialisée des requêtes, des mémoires et des actes de procédure entre les juridictions administratives et les parties.

 Télérecours est ouvert à l'ensemble des juridictions de France métropolitaine et d’outre-mer (à l’exception du tribunal administratif de Nouvelle-Calédonie). Le dispositif est accessible à tous les avocats et à toutes les administrations pour l'ensemble des contentieux, quel que soit leur objet et le type de la procédure. Le site d'information www.telerecours.fr rassemble toutes les informations utiles aux avocats et administrations au sujet de Télérecours

 

 

Dimanche 29 janvier 2017

Pour la première fois une Française a remporté le titre convoité de miss Univers

 

              Miss France 2016 Iris Mittenaere (originaire de Lille) élue miss Univers 2017

 

Commentaire à chaud !

"Le cœur vaillant" de la France pourra se reposer !

On critique le populisme de la campagne de Donald Trump qui lui a donné la victoire mais motus sur celui de Benoit Hamon qui vient de faire passer aux Français de son camp, largement,  la prime à la paresse avec 32h travaillées au lieu de 35,avec prime en bonus pour tous, riches et pauvres .Le nirvana...

 Les jeunes notamment se sont précipités pour voter en faveur de cette gauche merveilleuse qui leur permet de tirer sur un pétard et vibrer en même temps sur Superman à la télévision. Bravo ! Surtout à l'heure où les Américains sont encouragés à transformer leur patrie dans le décor du travail, "to make America greater". La gauche française, elle, vient de voter pour un futur où l'oisiveté sera payée. Ce que Manuel Valls a dénoncé avec vigueur, mais comment pouvait-il lutter contre le " "travaillez moins et gagnez plus" du plus populiste des politiques Français et des jeunes gauchistes séduits et peu courageux !!! Les courageux, les autres, se sont expatriés...

 Heureusement qu'une primaire ne veut pas dire présidentielle. Fillon lui a fait 44% de votants en sa faveur. Hamon en est loin mais ce qui est surprenant et atterrant, c'est que les Français seraient prêts à remettre une gauche "extrême" avec des Filoche, Mélenchon , Hamon etc... au pouvoir en mai prochain. Hollande ne leur a pas suffi. La séduction factice fait naufrager les prélats du bon peuple de gauche, Hidalgo, Peillon etc... Ils en redemandent en pire, malgré les mises en garde du raisonnable Manuel Valls.

 Vive de Gaulle lorsqu'avec sa clairvoyance habituelle il a lancé le célèbre:  "les Français sont des veaux !". Gardons espoir il y a loin de la coupe aux lèvres présidentielles !

 

 

2° tour primaire gauche

58,65% Hamon

41,35% Valls

 

 

Les bonnes phrases du discours du colonel Caudrelier patron de la gendarmerie

"Croissance et banalisation de la consommation de drogues, omniprésence de l'alcool, jeunesse en perte de repères, danger de la corruption des élus et des acteurs socio-économiques, le colonel Caudrelier a livré sa "vision des choses", "pas partagée par tout le monde, par ignorance et aussi parce que cela dérange de regarder les choses en face", "celle d'un observateur de premier ordre des turpitudes polynésiennes qui, se fixant des objectifs en matière de lutte contre la délinquance, discerne de mieux en mieux le visage véritable de ce cancer qui ronge la Polynésie".

 Une jeunesse en danger

 "Une partie de la jeunesse est délaissée par des parents incapables de percevoir leur dangereuse dérive vers la délinquance, il est patent que les mineurs tiennent une place de plus en plus grande dans les statistiques de la délinquance sous toutes ses formes"  dans un constat sans concessions.

"Cette évolution est si nette que le doute n'existe pas". Des mineurs qui sont aussi victimes, notamment de violences sexuelles, et "continuent d'occuper à temps plein la brigade de prévention de la délinquance juvénile avec environ 250 signalements annuels, sorte de record sordide dont la Polynésie ne peut s'enorgueillir de détenir".

 "Qu'un processus d'auto-défense se mette en place au profit des enfants du fenua, contre les dangers des drogues, de l'alcool et de la violence" a tranché le colonel Caudrelier. "Sans un tel sursaut, la Polynésie ne sera pas en mesure de relever les défis de l'avenir (…) Car aujourd'hui, l'action de la gendarmerie atteint ses limites, comme en attestent certains indicateurs de l'année 2016".

Le pakalolo, "considéré comme un produit de subsistance" mais en réalité "un produit d'appel qui génère des fonds souvent réinvestis dans une drogue bien plus dangereuse, l'ice importé des Etats-Unis",

Les quantités importées peuvent être évaluées à plusieurs kilos, voire plusieurs dizaines de kilos par an, quantité considérable à l'échelle d'une population de seulement 260 000 habitants. Ce trafic génère des dividendes considérables à la revente, eux-mêmes réinvestis dans l'économie locale. Le danger d'une déstabilisation de toute la société existe et ne doit pas être négligé. Pourtant, sa diffusion n'est pas confidentielle en Polynésie, elle est un secret de polichinelle dans ce village où tout le monde sait tout sur tout le monde".

 "Le danger de la corruption" qui outre les élus, "affecte déjà des acteurs socio-économiques très divers, qui contribuent souvent passivement, parfois activement, à la captation puis à la dissolution de l'argent sale dans l'économie" : "L'argent que produit le trafic d'ice irrigue le marché de l'automobile, il se blanchit dans les banques locales, il se réinvestit dans l'immobilier et les activités commerciales. Mais il pervertit aussi ceux qui, par appât du gain, par solidarité familiale, parfois par indifférence, tournent la tête là où il faudrait refuser une complicité active ou passive". "Les gains générés sont tels que nous ne pouvons qu'imaginer une aggravation de la situation, quelle que soit l'efficience de nos enquêteurs et quels que soit les efforts de prévention"

 

 

Samedi 28 janvier 2017

Kung Hi Fat choy et que la fête commence aujourd'hui avec un sonore " cocorico"!

 

La fédération Te U'i Tiare Taina, présidée par Pascal Siaou Chin, réunit les membres de la communauté chinoise du Tahoeraa Huiraatira.

Nous organisons un dîner de célébration du Nouvel an chinois placé sous le signe du Coq de feu ce dimanche 29 janvier 2017 à partir de 18h au restaurant Captain Bligh à Punaauia, avec les membres et les sympathisants du Tahoeraa Huiraatira.

Seront présents notre président du Tahoeraa Huiraatira, Gaston Flosse, et nos candidats aux élections législatives Vincent Dubois et Teura Iriti.

La présence des médias est souhaitée.
Bonne année à tous ! Kung Hi Fat Choy !
 

 

 

L'aide d'urgence de l'Etat pour la Polynésie française passe de 24 à 36 millions cfp

 

Une phrase du colonel de gendarmerie Caudrelier frappée au coin du bon sens et de l'observation lors de son discours de la Sainte Geneviève : "Ce qui couve ici c'est l'échec de la jeune génération, celle qui devrait faire l'avenir de la Polynésie. C'est la perversion de l'argent facile et la corruption rampante d'une minorité qui enfle."

 

Patrice Tepelian, directeur général de la banque de Tahiti offre par solidarité, des prêts à taux bonifiés à ses clients sinistrés. Un joli geste.

 

11.500 sinistrés au Pérou, 11 morts, un pays détruit et coupé du monde.

 

La France comme la Polynésie durement touchée par les intempéries.

 

Donald Trump applique à la lettre les promesses de sa campagne. En quatre jours il a signé une avalanche de décrets dont le dernier en date, l'interdiction pour sept pays musulmans dont l'Iran, la Syrie etc... d'entrer aux Etats unis afin de protéger les Américains du terrorisme. Reste qu'aucun terroriste jusqu'à présent n'était Iranien . En conséquence l'Iran va appliquer la réciprocité aux Américains. Panique dans les aéroports où les compagnies aériennes appliquent la décision américaine . De nombreux ressortissants de ces sept pays sont donc bloqués.

 

Pourquoi ce projet d'île flottante crée-t-il la polémique ? (rédaction GEO)

 Parce qu'il pourrait être politique. Il est en effet porté par Peter Thiel, le fondateur de Paypal, et Patri Friedman, petit-fils de l'économiste Milton Friedman et activiste libertarien. Tous deux souhaitent en effet s'affranchir des lois étatiques et fiscales en créant de micro-nations dotées de leurs propres gouvernements. "Bref, un paradis pour militant libéral, une arche de Noé à la sauce Wall Street…" dénonce Alexandre Le Quéré, journaliste radio chez Polynésie 1ère. Enfin, selon Marc Collins, ancien ministre du tourisme polynésien qui s'est confié au quotidien britannique The Guardian, "les Tahitiens en ont assez d'entendre parler de méga-projets qui ne mènent nulle part. Il y a une prédisposition de la population à être prudente." Tiens donc !

 

Le rapporteur public a demandé mardi au tribunal administratif de déclarer illégal le marché de la mise aux normes et de la modernisation de l’éclairage du front de mer et de l’avenue Pouvanaa, attribué en 2015 à la Spres, et d’indemniser la société ECI qui avait perdu ce marché. Le tribunal rendra sa décision dans deux semaines.

 

Teva Rohfritsch rencontre la CGPME : un programme de travail établi pour 2017

 Teva Rohfritsch a rencontré, vendredi, le président de la confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), Sébastien Bouzard, ainsi que son vice-président et son trésorier, afin d’établir leur plan de travail pour l’année 2017. Les organisations patronales, partenaires clé des réformes économiques et des grands projets d’investissement, continueront d’être étroitement associées aux plans d’actions du Gouvernement.

Dans le cadre des suites des intempéries du week-end dernier, une réunion de concertation avec les partenaires économiques sera programmée rapidement, afin de faire un point de la situation avec les professionnels et de confirmer les mesures de soutien du Pays.

Des rencontres régulières sont prévues tout au long de l’année avec les organisations patronales, notamment dans le cadre d’ateliers, de conférences et de forums économiques.

Les membres du bureau confédéral de la CGPME ont souhaité partager des sujets d’intérêt et de préoccupation, tels que la formation professionnelle, les réformes en cours ou encore la défiscalisation métropolitaine.



 

Vendredi27 janvier 2017

 

 

Vols charters du Nouvel an chinois 2017

Demain, samedi 28 janvier 2017, sera célébré partout dans le monde le début de l'année du Coq de Feu. A l’occasion de cette fête très importante pour la communauté chinoise, Tahiti Tourisme et l'industrie du tourisme de Tahiti et ses ÎIes accueilleront pour la 4ème année consécutive les vols charters du Nouvel an chinois, les 29 et 30 janvier.
 

 

Les zozos, les gogos, les idiots et l'ambassadeur !

On avait Hamon, ses 32h. et son revenu universel que touchera aussi par exemple, Mme de Béthencourt multi millionnaire. Mais nous avons aussi :

Marc Collins qui s'est bombardé ambassadeur du projet d'île flottante du Seasteading Institute, un nom pompeux, là aussi pour impressionner les gogos. Pour Collins, l'ambassadeur, qui a essayé tant de choses depuis quelques années sans véritable succès, le but de ce projet qui ne sert à rien qu'à faire jaser sur la Seastanding,  est tout simplement : un aimant "pour les meilleurs et les plus intelligents" d'entre-nous. Les autres allez vous faire voir ailleurs !  Les Polynésiens commencent pourtant à se faire un avis sans l'aide de Collins, sur le monde qui nous entoure, à se forger un jugement sur les évènements dont ils sont témoins. En d'autres termes : ils pensent !

Le problème c'est que même les initiateurs de ce projet ne savant pas, si l'on en croit Collins, comment sera construit et avec quels matériaux, cette super île flottante. Par ailleurs on est sidéré d'entendre que le choix de la Polynésie est simple, rengorgez-vous, c'est grâce au pouvoir de jugement des gouvernants, à la transparence de l'esprit sans doute aussi et l'absence de corruption. A croire que le reste du monde maritime et des îles  gouvernements compris, sont peu fiables et corrompus. Fichtre ! N'en jetez plus la cour et les pages sont pleines. Quelle belle allure que cette île flottante, page 16 de la Dépêche.

Voilà notre ambassadeur pourvoyeur d'emplois et grand communiquant pour les "zozos" en question qui ne recherchent qu'une seule chose, faire parler d'eux et de leur projet -gadget, quasiment inutile. D'ailleurs malgré la publicité donner par les quotidiens locaux, personne dans le monde n'a relevé cet extraordinaire projet. Si Fidji, Hawaii, ( américain) Samoa, Tonga, en veulent, pourquoi Seasteading n'y va pas ? Sont-ils donc tous corrompus ? Pour faire oublier les échecs de leurs grands projets qui font pschitt, le gouvernement s'est rué sur le "mémorandum" en y apposant sa signature. Et vive la zone économique destinée à l'investissement étranger dans la flotte, un véritable aimant parait-il.

 

 



EN RÉSUMÉ ce que touche Mélenchon par mois :

Patrimoine de 2.465.000 euros
et il perçoit CHAQUE MOIS :

DÉPUTÉ EUROPÉEN : 19 105

SÉNATEUR de l'ESSONNE : 17 000

donc 36.105 par mois d'argent public

+ remboursement des frais de: avion, taxi, téléphone, poste, SNCF, etc.

Pas mal pour quelqu'un qui se dit anti-capitaliste et qui n'aime pas les riches !

 

La politique française... c'est bien pire que les "Feux de l'Amour"...Vous avez le "pouvoir", "l'argent", le "sexe" et la "trahison"...


     
C'est du vécu !
     Julie GAYET est une fille "normale, comme les aime HOLLANDE qui a horreur des riches qui sont, comme il l'a dit "ses ennemis"...
     Julie GAYET était en 2005 la maîtresse de Philippe RISOLI, écarté de TF1
     Maman GAYET est une riche antiquaire, Papa GAYET un chirurgien de renommée mondiale, ancien membre du cabinet KOUCHNER qui possède un château à BERRAC dans le Gers. Papa GAYET fût aussi, un temps, l'amant de Macha MERIL.
     Ce château du GERS Papa Gayet l'a soufflé à Martine AUBRY, autre socialiste dans le besoin COMME LA PLUPART..., qui, dans le même temps cherchait à l'acheter !


     Jérôme CAHUZAC, lui, avait trainé les pieds pour mettre en place la taxe à 75%, car son frère Antoine CAHUZAC dissimulait un paquet de virements de gens fortunés transitant vers la SUISSE via la désormais célèbre banque HSBC dont il était le président
     (Source MEDIAPART).
     Personne n'avait intérêt à ce que tous ces pauvres gens soient mis dans la lumière... La pauvreté est discrète: c'est bien connu
     Mais il y a eu une justice "très dure" (!) pour ces gens "normaux" ...


1 ) Jérôme CAHUZAC a été interdit d'exercer la médecine par le Conseil de l'Ordre des Médecins (pendant 3 mois )
     2) Antoine CAHUZAC, le frangin, a du démissionner de son poste à HSBC... Il coule aujourd'hui des jours tranquilles comme Directeur Général d'EDF et de "CIMENTS LAFARGE"...
     Heureusement que l'on a appliqué dans notre Cher Pays la loi et les sanctions "Corruptissima republica plurimae leges" !
    
     Aurélie FILIPETTI, ancienne ministre PS de la culture, et reine de l'intégration des sans-papiers à-tout-va, était la maîtresse de Jérôme CAHUZAC ! (actuellement en couple avec Arnaud Montebourg ) Elle s'était faite larguer par le beau Jérôme pour une pointure de la politique : Ségolène ROYAL.


     Après quelques mois à ruminer cette déconvenue la perfide Aurélie, par vengeance, a tout "balancé" à Madame CAHUZAC, épouse de Jérôme, qui était déjà en pétard contre son mari dont elle venait de divorcer (suite à une liaison de celui-ci avec LOANA)
     Toutes ces aventures croustillantes expliqueraient d'après Médiapart tous les "tirages" et les quelques bruyants "couacs" entre ces deux ministres au début du quinquennat.



     
Histoires d'alcôve... Que ne ferait-on pas pour obtenir un poste en POLITIQUE.
     Najat VALLAUD BELKACEM la BCBG de Babel Oued, toujours d'après Médiapart, il semblerait que son entrée au gouvernement corresponde au moment où elle avait une liaison avec Pierre MOSCOVICI qui en était à ce moment un des piliers.
     On en arrive à se demander avec qui le futur "Colonel des Forces Spéciales", Jean-Vincent Placé a bien pu coucher pour obtenir son maroquin ?

   
    
 Et ce n'est pas fini ...
     L'arrivée d'un 3e personnage vient égayer un peu plus cette farce politico-médiatique. Voilà qu'entre en scène Isabelle COPE, avocate de Patricia CAHUZAC, et sur de Jean-François !
     Maître Isabelle COPE, qui était à cette époque la maîtresse de notre ancien Premier Ministre Jean-Marc AYRAULT, est elle-même soupçonnée d'avoir ouvert plusieurs comptes en SUISSE en 2005. Jean-Marc AYRAULT fut aussi par le passé, rappelons-le, l'amant de Ségolène.
     A cette occasion François et Ségolène se séparèrent pendant un moment, Jean-Marc et François se brouillèrent puis .....tout rentra dans l'ordre...Toujours selon Médiapart...
Etc...Etc;;;

 

   

 

Comme l'île flottante  dont personne, même pas les promoteurs, ne savent comment elle pourrait se faire selon l'interview de Collins dans la Dépêche On peut lui proposer une dizaine dîles inhabitées dans les environs !

 Plus d'un million de dollars pour une pause pipi
Privée de pause pour aller aux toilettes et contrainte d'uriner dans un seau, une lycéenne californienne a perçu 1,25 million de dollars d'indemnités.!!!!!! je vous rssure ce n'et ni sur ATN ni sur Air France !

 

Le Vice-président rencontre les experts travaillant à l’élaboration  du schéma directeur de développement de la pêche hauturière


Le bureau d’étude Fisheries & Maritime Affairs (F&S) a été retenu pour réaliser les travaux de l’élaboration du schéma directeur de développement de la pêche hauturière en Polynésie française. Ceux-ci consistent à évaluer l’ensemble des scénarios de développement possibles et à les hiérarchiser selon des critères définis en concertation entre pouvoirs publics et opérateurs privés.

Le résultat attendu est un document de programmation décliné en actions à mener incluant les efforts techniques et financiers à fournir par l’ensemble des parties prenantes sur une perspective décennale.

Le coût de l’étude est de 21 056 026 Fcfp HT, financé à 50% par le Pays et 50% par l’AFD (Agence Française de développement).

C’est dans ce cadre que le Vice-président, Teva Rohfritsch, a rencontré, vendredi, Yves Boixel (Directeur associé de F&S, spécialiste en affaires maritimes) et Benoit Caillard (halieute) afin de faire un bilan des discussions engagées entre les services du Pays, de l’Etat, ainsi que les professionnels du secteur. Une seconde mission aura lieu la dernière semaine du mois de mars 2017. La livraison du document final définissant la stratégie la mieux adaptée à la pêche hauturière polynésienne est prévue début juin 2017.

Le ministre Tearii Alpha est en charge désormais du suivi technique de l’élaboration du schéma directeur.



 

 

Jeudi 26 janvier 2017

 

Le Robespierre de la politique de droite, le gagnant de la primaire des républicains haut la main,  François Fillon, ne peut être que stupéfait des révélations du Canard Enchainé sur sa femme Pénélope. Surtout à l'aube de la campagne présidentielle où il fait la course en tête, ce qui n'est certainement pas anodin. En aucun cas, sans alimenter grandement le scandale, il ne peut laisser passer un tel affront sur sa probité. Etre la collaboratrice de son mari pour Pénélope Fillon, n'a rien d'illégitime si son travail d'attachée parlementaire n'est pas fictif et que François Fillon, rapports en mains, peut les brandir sous le nez du célèbre Canard qui vient de faire " coin-coin" au mollet de Fillon.

 Reste qu'une épée de Damoclès est bel et bien suspendue au-dessus de sa tête même si le parquet financier, pour asseoir sa légitimité, a agi avec un certain empressement, tant la question des fonds accordés par l'Assemblée nationale aux députés semble complexe.

En effet, ces sommes, ont le ait depuis toujours, sont remises sans que les parlementaires aient à justifier de leur utilisation lors d'un examen serré de l'institution. L'Assemblée nationale a toujours refusé de contrôler l'usage de ces sommes. De plus, si elle se considère comme gestionnaire des contrats passés, elle refuse le rôle d'employeur des personnes aux services des députés. Dès lors, la remise de ces sommes aux parlementaires le serait en pleine propriété, et le qualificatif de détournement de fonds publics ne tient pas vraiment.

Il reste l'opprobre morale. Insupportable pour le candidat de droite à la présidentielle. Cette tâche, se trouve malheureusement renforcée par la saisine du parquet financier, ce dernier pouvant aussi faire évoluer ses qualifications à n'importe quel moment de l'enquête dont il maîtrise seul le calendrier. Reste donc à François Fillon l'outragé, de fournir ce qui peut le dédouaner. Quoiqu'il en soit, c'est un sale coup pour lui, le parti Républicain, ses soutiens et ses électeurs. Il a donc intérêt à faire très vite pour lever toute ambiguïté. Il sera ce soir l'invité du 20H de TF1.

 

 

Spectaculaire saisie de drogue dans nos eaux

Le gratin des responsables de l'Etat : le procureur de la République Hervé Leroy, l'amiral Denis Bertrand commandant supérieur des forces armées en Polynésie française, Richard Marie directeur régional des douanes et le colonel de gendarmerie Pierre Caudrelier n'ont pas manqué de se réjouir de la spectaculaire saisie de 1438 Kgs de drogue, on le serait à moins. Pour la Polynésie cette prise très importante  de cocaïne ainsi que d'autres en 2016 et 2015 de moindre importance certes mais qui contribuent à identifier la Polynésie française, selon le procureur Leroy, comme une "route maritime de transit" vers la Nouvelle Zélande et l'Australie pour les trafiquants de stupéfiants.  Les trafiquants, vont toucher le pompon, celui de la réclusion, jusqu'à 30 ans, et ils devront payer près de 6 milliards d'amende.

 

Ce pamphlet fait le buzz à Paris en ce moment, à sa lecture on comprend pourquoi, c'est un sinistre roman. Vrai...

L'homme qui ruina la France

Un petit rappel du passé et des 14 années de POUVOIR de François MITTERRAND dont on vient de fêter eu grande pompe le vingtième anniversaire de la mort .

Il fut tout d'abord l'homme des "suicides", de De Grossouvre à l'Elysée (qui préparait un livre sur lui) et de son ancien Premier Ministre Pierre Beregovoy.de P.Pelat ? On l’oublie ?

Il a pu tout se permettre. SI la PRESSE parlait, "Elle", elle risquait de gros problèmes et ses journalistes avaient peur (Jean-Edern Hallier n'a-t-il pas été assassiné par une mauvaise chute en vélo sans témoin pour avoir voulu révéler l'existence de Mazarine, laquelle fût entretenue aux frais de la princesse plus de 20 ans durant ?).

C'est du passé, mais qu'on ose encore le citer en exemple !Il ne faut surtout pas non plus oublier qu'il a "demandé" (et obtenu) le changement de l'itinéraire du TGV dans la Drôme afin de protéger la maison à Marsanne de son ami Henri MICHEL, le château La Borie dont un des actionnaires était Roger HANIN son beau frère, ainsi que des truffières appartenant à Mme Danielle MITTERRAND du côté de Suze-la-Rousse.
Ce changement a fait passer le TGV au-dessus du Rhône et a coûté au contribuable la bagatelle de 5 milliards de francs liés aux nouveaux ouvrages d'art (ce montant n'était que le devis initial et ne comprend pas le surcoût, d'au moins 50% )

Ce n'est là qu'une toute petite partie de ce que l'on sait aujourd'hui, et dont la presse aux mains de la gauche ne parle jamais, la partie émergée de l'iceberg oubliée dans la brume du mensonge permanent, et dont voici quelques-uns des faits et méfaits :
- Faux évadé des camps allemands, Mitterrand a été membre de la Cagoule en 1935, antisémite et anti-républicain, ce mouvement est de tendance fasciste.
- Sous-secrétaire d'État aux anciens combattants en 42, il a été décoré, sur sa demande écrite d'avril 42, de la Francisque (l'ordre de la Francisque est une décoration attribuée en tant que marque spéciale d'estime du maréchal Pétain par le gouvernement de Vichy en 1943, (il faut savoir que c'était valorisant, comme la Légion d'Honneur actuellement, et qu'il fallait la demander (contrairement à l'ordre de la Légion d'Honneur), et se faire parrainer. Ceci explique peut-être la protection systématique dont bénéficia Bousquet ancien Secrétaire général de la Police de Vichy. - il en fut le récipiendaire numéro 2202 donc cela implique tout de même une certaine volonté et un certain désir…
- Il était Garde des Sceaux pendant la Bataille d'Alger, et c'est lui qui a organisé les bandes de barbouzes, ce qu'il reniera plus tard. C’est lui
aussi qui a présidé au fonctionnement de la guillotine à cette époque.
- Il a organisé un faux attentat rue de l'Observatoire à Paris pour focaliser sur lui les regards de la presse.
- Il a fait financer le PS par des pratiques frauduleuses (affaires Urba, Graco, et de multiples autres).
- Il a appris qu'il avait un cancer de la prostate métastasé aux vertèbres lombaires quelques semaines avant les élections présidentielles de 1981, et n'a rien dit alors que l'aspiration à la fonction de chef d'État l'y obligeait, tout comme les fausses déclarations de fortune en omettant ses possessions en forêt de Troncay (défiscalisable évidemment).

- Il a fait nationaliser les banques et les industries françaises, obligeant la France à dévaluer sa monnaie 3 fois de suite en quelques mois.
- Il a fortement élevé le nombre des chômeurs en France (moins d'un million en mai 1981 à 3 millions dès 1983).
- Il a protégé un ancien collaborateur des nazis, son ami René Bousquet.
- Il a protégé Bernard Tapie et l'a élevé au rang de ministre, et a plombé chaque contribuable de 2 500 francs sur 5 ans mini.
- Il entretenait sa maîtresse et sa fille adultérine cachées dans un appartement parisien appartenant à l'État, et les week-ends passés dans les palais de la République aux frais de celle-ci.
- Il se rendait chaque Noël sur les bords du Nil aux frais de l'État, et emmenait avec lui une soixantaine de personnes lors de ses déplacements. Il descendait tous les ans à l'Old Cataract (un hôtel somptueux sur le Nil) avec "sa petite famille", dont Françoise Sagan emmenée aussi en Amérique du Sud et qu'il fallut rapatrier d'extrême urgence par avion spécial, victime d'une overdose de cocaïne !

- Il a augmenté la dette de la France de plus de 250 % durant sa mandature. (Raymond barre parti en 1981 en laissant un excédent de 35milliards de FF dans les caisses, soit 5,5 milliards d'EUR)
- Il a fait racheter l'entreprise de son ami Roger-Patrice PELAT (déjà largement mouillé de recel de délit d'initié dans l'affaire Péchiney-Triangle), la société "Vibrachoc", par une société d’État pour 5 fois sa valeur réelle.
- Il a obligé son médecin personnel à publier durant 14 ans de faux certificats sur son état de santé (pauvre médecin, disparu lui aussi).
- Il a couvert ses sbires gendarmes qui ont inventé une histoire de terroristes à Vincennes.
- Il a totalement délaissé un de ses fidèles très proches, François de GROSSOUVRE, qui a fini par se suicider (d'une balle …dans la nuque!!! !) avec un 357 Magnum dans un bureau à l’'Élysée…


- Il a affirmé qu'il ne savait rien sur la destruction à l’explosif d’un bateau de Greenpeace en Nouvelle Zélande, pourtant organisé par les services secrets français et sur son ordre !

- Il a mis sur écoute sans justification plus de 150 Français, dont Carole BOUQUET et Jean EDERN-HALLIER, et il a osé affirmer à la Télévision qu'il n'a jamais commis ce forfait. Curieusement, le capitaine de gendarmerie qui branchait "les fils" s'est lui aussi "suicidé".
- Les associations décomposées tenues par "tatie Danielle", et qui lui survivent, lourdement subventionnées par l’État, ou encore le fric donné aux amis comme Guy LIGIER pour ses charrettes bleues (payées par la Seita et le Loto) : c'est encore "Tonton".
- Il a fait nommer un de ses fils à un poste de conseiller en Afrique, rôle qu'il n'a jamais exercé.
- Il a laissé tomber son ex-Premier ministre Pierre Bérégovoy qui allait tout déballer mais s'est "suicidé" lors d'une promenade un dimanche après-midi, avec l'arme de service de son garde du corps ! Curieux non ....
- Bérégovoy était redevable du copain de Tonton, toujours Roger Patrice Pelat qui a fait un infarctus mortel au moment où on allait lui poser les bonnes questions.
- Son secrétaire ami François De Grossouvre qui allait tout déballer et qui se serait suicidé non sans s’être fracturé l’épaule durant la manœuvre (on l’a un peu aidé)
et ses archives et ses biens disparus, sa veuve les attend toujours.
-
Les 35 heures c'est encore un délire de démagogue pensé par DSK, appliqué par Martine BROCHEN, née DELORS, ex-épouse AUBRY (dont la dépendance à l'alcool ne lui a valu que trois cures de désintoxication, et n'a d'équivalent que l'addiction sexuelle de son mentor).
- Jospin qui perd les élections, très pré visiblement, entre dans le monde du silence, pour ne pas mourir suicidé aussi.
- Aujourd'hui nous payons ses erreurs dont l'entrée de la Grèce dans l'Europe à laquelle il contribua beaucoup.
- C'est ça LA GAUCHE ANGÉLIQUE qui se veut donneuse de leçons, et qui a pourtant bien contribué aux résultats difficiles auxquels nous devons à présent faire face, avec notamment une dette colossale !
Et encore mieux, il a aidé à l'islamisation de la France .
On s'arrête là ?
Remarquez que la relève est assurée avec la bande de Charlots qui a suivi !
Français ... vous avez la mémoire bien courte ! Patientez quelques jours le livre de son amante préférée, mère de sa fille va sortir et devrait vous faire aimer cet amant hors normes !!....




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Installation et première séance de la commission de recensement des sinistres et de répartition des secours

 Le Conseil des ministres a constaté, dimanche dernier, l’état de calamité naturelle des sinistres occasionnés par les fortes pluies, les 21 et 22 janvier, sur les communes de Tahiti et Moorea. Il est précisé que les services du Pays, de l’Etat et des communes sont depuis le dimanche 22 janvier à pied d’œuvre pour gérer les situations d’urgence.

Dans sa séance du mercredi 25 janvier, le Conseil des ministres a décidé d’instituer une commission de recensement des sinistres et de répartition des secours afin de répondre rapidement aux besoins légitimes des populations dans les communes de Tahiti et Moorea touchées par les intempéries, et dont le champ d’intervention va concerner les domaines des affaires sociales, de l’habitat, de l’agriculture et de l’économie.

La commission est constituée des membres suivants :

-          Le vice-président, président ;

-          Le ministre du logement, vice-président ;

-          Le ministre en charge de l’agriculture, membre ;

-          Le ministre des affaires sociales, membre ;

-          Le(s) maire(s) et le cas échéant le(s) maire(s) délégué(s) de la (des) commune(s) concernée(s) par les sinistrés déclarés comme calamité naturelle, membre(s) ;

-          Le président de la commission de la santé, de la solidarité, du travail et de l’emploi, de l'assemblée de la Polynésie française, membre ;

Ses missions consistent à délibérer sur les rapports et pièces communiqués à son Président, par l’ensemble des équipes de recensement et des services d’instruction, dans chacun des domaines susvisés, et notamment :

-          valider l’inventaire des sinistres constatés par les agents chargés de conduire les opérations de recensement ;

-          élaborer et organiser les mesures d’aides à l’égard des personnes privées, des exploitants agricoles, des commerces et restaurants, qui ont été sinistrés durant les intempéries.

Les travaux de la commission sont soumis à la validation finale du Président de la Polynésie française et du Conseil des ministres. L’installation et le démarrage des travaux de la commission ont donc eu lieu jeudi après-midi, sous le haut patronage du Président de la Polynésie et du Haut commissaire de la République. Toutes les communes impactées par les intempéries étaient représentées par leur maire ou un adjoint au maire pour cette première séance de la commission.

Après l’intervention du Président, du Haut-commissaire et des maires, l’ordre du jour de cette première séance comprenait notamment les points suivants : point de situation des opérations d’inventaire dans les domaines des affaires sociales, de l’habitat, de l’agriculture et de l’économie et premières décisions d’intervention, procédure de centralisation des inventaires et calendrier, procédures d’aides en situation d’urgence et organisation du retour à la situation normale (priorités, démarches, calendrier) et les mesures de financement des opérations.

 

 Tahiti infos fait  état d'un montant provisoire des dégâts à plus de deux milliards CFP. Une commission de secours a été créée pour organiser les procédures d'indemnisation. (ci-dessus)

 

Présidence :Le ministre du Logement, Jean-Christophe Bouissou, s’est rendu mercredi après-midi dans plusieurs quartiers de Punaauia pour faire le point sur les cas prioritaires à traiter suite aux intempéries de dimanche dernier.

 

 

Rejet de cinq requêtes contre le prix de l'électricité par le tribunal administratif.

 

Lu sur radio one :L'argent toujours !

Plus question de division à Hitiaa o te ra. Le conseil municipal a voté mercredi matin à l’unanimité des 28 élus présents la délibération fixant à nouveau à 75% le taux des indemnités de fonction à verser aux élus ! Une indemnité baissée à 50% en octobre dernier pour payer les réparations de l’éclairage public de la commune.

Le conseil municipal de Hitiaa o te ra s’est réuni mercredi matin. A l’ordre du jour, l’étude de 19 délibérations parmi lesquelles le plan de financement pour l’acquisition d’un camion plateau, d’un camion benne à ordures, une délibération autorisant le branchement au réseau électrique de l’EDT dans le cadre de l’extension de l’éclairage public de Mahateaho ou encore l’augmentation des indemnités de fonction à verser aux élus à 75% au lieu de 50% ! La commune a économisé pendant trois mois plus d’un million et demi de Fcfp avec cette mesure. Cet argent a ensuite été placé sur la ligne budgétaire ayant trait aux réparations de l’éclairage public. Aujourd’hui, la commune de Hitiaa o te ra étant entièrement éclairée, le tavana de Hitiaa, Jacqui Drollet, a demandé, par courrier datant du mois de janvier dernier, à ce que les indemnités des élus soient revus à la hausse pour revenir à 75% de l’indemnité normale.


La réduction des indemnités des élus à 75% avait été fixée par la CTC dans le but de redresser les finances de la commune, placée sous contrôle de la chambre territoriale des comptes (CTC) depuis 2013.
Selon elle la commune de Hitiaa o te ra devrait retrouver un budget à l’équilibre en 2018. Cette délibération concerne 15 élus, dont les adjoints au maire ou encore les tavana délégués. La plus basse des indemnités se monte à près de 20 000 Fcfp et la plus haute à plus de
300 000 Fcp.

 

Mercredi 25 janvier 2017

Pas d'internet, impossible de publier, photos commentaires et  différents communiqués puisque nous n'avions pas accès non plus à nos mails. Dernier avatar après ceux des trois derniers jours. Mais tout est rentré dans l'ordre. Avec un site rénové en plus.

 

Flosse toujours sur les sites sinistrés, bon pied, bon œil !

Il est le chef de l'opposition, à ce titre, les médias auraient pu tout de même faire remarquer que dès l'aube lundi, il était dans la gadoue pour soutenir les Polynésiens de Pirae à Mahina puis vers les communes de la côte ouest, dans l'anonymat, sans journalistes, télés ou autres, très occupés à suivre d'autres personnalités politiques. Un militant "orange" nous a fait passer dans le bon format  quelques photos que nous publions ci-dessous. Impossible de publier celles de la présidence beaucoup trop lourdes pour notre site.

 N'ayant pas une armée de journalistes et photographes, moi-même coincée à la rédaction de notre page avec les bugs de la pluie et un ordinateur en folie, la responsable Mana, Eianui nous a sauvé du burn out  c'est l'apothéose des trois jours où nous avions en plus subi aussi un effondrement de terrain. Personne pour prendre en photo Tahiti Today dans la boue avec une pelle en mains au lieu d'un ordinateur ! Fatalitas !

( ce commentaire a été rédigé hier)

Le président du Tahoeraa (casquette blanche) a même aidé à déblayer les abords des maisons effondrées.

 

Pendant que la Polynésie panse ses plaies, le soleil étant de retour, que les sinistrés tentent de trouver un toit secourable pour les héberger, que les autorités sont happés par un avenir financier opaque et lancent des promesses apaisantes. Une promesse console, cela ne veut pas dire qu'elle se réalisera. Mais ne soyons pas pessimiste. La Polynésie v-t-elle enfin modifier son habitat, ses habitudes ? Est-elle enfin dégrisée et le gouvernement va-t-il être " sec" sur ce qui doit être fait par tout un chacun une fois que les déblayages des habitations effondrées, des arbres et des branchages qui encombrent les cours, les jardins où ce qui fut des "jardins" ? Le milliard et plus qui sera dépensé pour cette catastrophe ne vaudrait-il pas pour reconstruire loin des zones à risques des fare plus solides en prévision de la prochaine fois ? Car malheureusement il y aura une prochaine fois, peut-être moins intense que celle de la semaine dernière qui a fait tant de ravages. Mais toujours vorace de destruction matérielle.

 Ou sont les GIP qui du temps du président Flosse avec une fougue exceptionnelle venait en aide aux sinistrés avec rapidité sans tenir compte de leur fatigue et des dangers de la montagne qu'ils consolidaient à leurs risques et périls  ( au moment des cyclones notamment). Les mêmes, rappelez-vous, qui avaient reconstruits en moins de deux, toutes les écoles des Tongas ravagées, elles aussi, par un cyclone dans les années 80 .Le roi à l'époque s'était confondu en remerciements pour l'aide envoyée par le président Flosse. Bref, où sont-ils aujourd'hui alors que les sinistrés en auraient bien besoin ? On ne sait pas. Et c'est bien dommage.

Les tennis plein de boue, il écoute les doléances des sinistrés de Pirae

 

 

L'ouragan Trump

Si nos politiques en France prennent leur temps pour mettre en œuvre ce qu'ils ont promis (ne parlons pas d'ici) et les réformes dont ils ont vanté l'urgence pendant leur campagne, Trump, tout de suite après son élection et l'onction présidentielle dans une rapidité d'exécution exceptionnelle à marche forcée, a déjà signé un gros paquet de décrets, réduction d'impôts, lancé la construction d'infrastructures comme un oléoduc qui doit générer 28.000 emplois, rien que ça, et finir le mur de séparation avec l'aide du gouvernement mexicain ( tout un symbole ) etc...etc.... Le contre exemple de nos politiciens.

Du coup si l'establishment à Washington est en embuscade, Trump, lui vient de  de voir arriver un soutien de poids, le chef de tous les syndicats. Ses adversaires avec inquiétude se demandent jusqu'où il va aller. Si le jour de son élection il avait 40% d'Américains favorables à son programme,  en l'espace de quelques jours, 57% des Américains disent  le soutenir. Il a promis de curer le marigot. Et il le fait. C'est un Trump qu'il nous faut par les temps qui courent...

 

  Mardi 24 janvier 2017

   

Editorial

Mais où donc était passé Edouard Fritch prévu au débat sur Première ?

La population a été dramatiquement touchée par cette dépression imprévue, la densité des pluies et les dégâts causés. La nature est redoutable quand la colère la fait rugir  Il faut donc un bouc émissaire, un responsable n'est-ce-pas et comme d'habitude ce sont les malheureux prévisionnistes de la météo qui sont accusés alors  qu'il n'y a jamais de certitudes dans des "prévisions" qui ne sont pas une science exacte. Nous avons été touchés par la pauvreté du débat " Sans tabou" hier sur première. Le ministre de l'Equipement devrait être à la Culture ancestrale,  nous nous abstiendrons d'en dire plus mais c'était pathétique et nous fait regretter davantage encore un Solia. Frédéric Poisot, le directeur de cabinet du haut commissaire, fidèle à sa position de représentant de l'Etat a apporté certaines précisions logistiques sur l'intervention  des 150 militaires, la solidarité infaillible de l'armée, de la cellule de coordination Pays, Etat, Armée, sur les moyens mis en jeu. Ce qui n'est pas exceptionnel lorsque le ciel perd ses eaux. Mais si l'on en croit la Dépêche,(page 9) "ils étaient réjouis de travailler ensemble".Et ça nous réjouit aussi bien sûr ! Manquait plus qu'ils se disputent!!! Il y avait un grand absent, le président du Pays Edouard Fritch qui devait être à la place de son "ministre" ce que les téléspectateurs n'ont pas manqué de remarquer puisqu'il avait été annoncé par Polynésie première.

Mais plus grave que son absence, le président et les représentants du tapura à l'Assemblée ont effacé le Compte d’Aide aux Victimes des Calamités, le CAVC. Ce fond permettait d’indemniser les populations touchées, sans passer par une longue procédure de vote des moyens qui en retarde la mise en œuvre et l’efficacité. Le gouvernement a décidé de supprimer ce compte spécial par décision adoptée à l’assemblée le 1er décembre 2016 par la majorité Tapura, en ne tenant pas compte de l’avis de l’opposition, notamment du Tahoera’a Huiraatira.  ( dixit son communiqué).
 Commerçants et hôteliers ont été très durement touchés par cette catastrophe . Il faudra des mois et des mois et beaucoup d'argent avant que les dégâts ne soient réparés. Ne comptez pas sur les assurances pour voler à votre secours. Ce n'est même plus la peine de s'assurer. Des dégâts matériels à la limite, on peut s'en remettre, même s'ils font mal, fort heureusement il n'y a pas eu de morts, mais quatre blessés. Le haut commissaire n'en manque pas une. Toujours dans la pommade il a dit " si on a échappé au drame humain, ce n'est ps grâce à l'effacitité des services de l'Etat ou du Pays mais grâce aux Polynésiens." Dans ces conditions, comme dirait Oscar "A quoi sert donc l'Etat si on peut se passer de lui !"

 Reste à Edouard Fritch a prouvé qu'il est capable d'assumer cette tâche de reconstruction une bonne fois pour toute, relogement provisoire en attendant, soins, indemnités aux malheureux qui ont tout perdu, puisqu'il en a les moyens financiers ( selon une source extérieure) et que l'Etat mettra certainement encore une fois la main au portefeuille des métropolitains pour venir en aide à tous ces pauvres gens vivant dans des maisons en pinex balayées comme des fétus de paille par le vent, la pluie et les torrents... à chaque grosse colère de la nature. Quant aux routes, on peut douter de leur solidité à chaque  pluie, alors sur ce coup  de grisou là que vient de connaitre Tahiti, de la route, il ne reste que des trous énormes, des fractures, des ponts emportés  comme dans certains pays sous développés asiatiques ou africains.

 

Revenons à l'actualité politique de la primaire à gauche : le zéro heure.

Benoît Hamon sort de cette primaire en champion. On aurait pu s'attendre que face au chômage et à la dette dramatique de la France, il adopte la seule voie possible pour sortir de la crise, celle que le président américain insuffle en ce moment : " Travaillez plus pour que l'Amérique soit forte". Et bien non, la gauche dans son ensemble découvre avec bonheur Benoit Hamon et son ultime utopie : le revenu universel et les 32h. !!! Pauvre France ! Vive Hamon.

Ce revenu universel que dénonce Manuel Valls avec justesse s'adresse, selon Hamon, à tous les Français sans distinction de revenus, riches ou pauvres. Que vous ayez un job ou pas. La possibilité en quelque sorte de vivre sans aucun effort. Sans obligation. La prime au farniente dévastatrice pour la France pourtant en déroute. C'est complètement dingue. Valls a parfaitement raison de marteler que ce revenu universel pour tous est juste dévastateur pour la France, impossible à financer et qu'il n'existe pas ailleurs, sauf à aller chercher au fin fond d'un pays nordique quelque chose qui y ressemble vaguement. Un citoyen avisé conscient de la chute encore plus dramatique qui se profile a lancé : " Plus fort que les 35 heures, plus fort que les 32 heures, le zéro heure."

 

 

Le TAHOERAA HUIRAATIRA dns communiqué marque à la culotte les erreurs de Fritch Gouverner c’est prévoir ! Le Tahoera’a Huiraatira adresse tous ses encouragements à la population durement éprouvée par les intempéries. Des centaines de familles ont tout perdu à la suite des pluies torrentielles qui se sont abattues sur Tahiti. Si la violence de ces épisodes météorologiques n’est pas toujours prévisible, en revanche c’est le rôle des autorités de les prévoir, car c’est leur rôle de se doter des moyens pour y faire face, au nom du vieux principe qui veut que “gouverner c’est prévoir”. C’est pour cette raison que le Tahoera’a Huiraatira s’est opposé au démantèlement du Compte d’Aide aux Victimes des Calamités, le CAVC. Ce fond permettait d’indemniser les populations touchées, sans passer par une longue procédure de vote des moyens qui en retarde la mise en oeuvre et l’efficacité. Le gouvernement a décidé de supprimer ce compte spécial par décision adoptée à l’assemblée le 1er décembre 2016 par la majorité Tapura, en ne tenant pas compte de l’avis de l’opposition, notamment du Tahoera’a Huiraatira. Ce fonds spécial, créé le 1er juin 1992, était un outil efficace permettant au gouvernement d’agir sans attendre et d’actionner les premiers mécanismes de secours et de solidarité. Edouard Fritch a préféré supprimer ce compte et verser la somme d’1 milliard dans le budget général du pays. La situation tragique du CAVC était déjà apparue en janvier 2016 lorsque le pays s’est retrouvé dans l’incapacité de faire face aux secours lors des inondations qui ont affecté la côte est. Plutôt que d’abonder le compte pour pouvoir répondre à l’urgence, Edouard Fritch a préféré le supprimer, privant ainsi la collectivité d’un outil efficace et rapide. Les polynésiens payent au prix fort l’arrogance et le mépris En prévision de la saison cyclonique et pour anticiper des risques connus, le Tahoera’a Huiraatira par la voix de Jean Temauri avait anticipé ce qui vient de se produire. Lors des débats budgétaires en décembre 2015, Jean Temauri avait déposé plusieurs amendements modifiant le chapitre 914 portant sur les réseaux et équipements structurants dont trois concernaient les problèmes sur Tenaho et Nahoata : • L’amendement n°9 proposait de créer une autorisation de programme pour mettre en oeuvre les études et travaux de sécurisation du lotissement Tenaho à Pirae • L'amendement n°10 proposait de créer une autorisation de programme pour mettre en oeuvre le curage de la rivière Nahoata en amont du lotissement Tenaho à Pirae • L’amendement n°12 proposait de créer une autorisation de programme destinée à l’extension du lotissement Tenaho en vue de la décohabitation, c’est-à-dire pour réduire la promiscuité des familles et améliorer la sécurité du lotissement. Les amendements ont tous été rejetés par le Tapura, après que notre représentant Jean Temauri se soit fait railler par le président-maire de Pirae, par Jean Christophe Bouissou et René Temeharo. En réponse à Jean Temauri, le président Edouard Fritch déclarait en séance le 10 décembre : ”Je demande au ministre de l’équipement de ne surtout pas se hasarder à toucher cette partie de la rivière. Complètement en amont ça a été fait, et en aval, en ce moment nous sommes entrain de travailler dessus”. Et Edouard Fritch d’ajouter : “Je remercie le représentant Jean Temauri de penser à ma commune de Pirae, ce qui me touche énormément. J’en suis ému. Mais je sais que vous êtes entrain de chasser sur mon terrain !” Quant à René Temeharo, il raillait encore plus : “Le problème Jean, c’est que tu ne connais pas le fondement de ce dossier sur Tenaho. Tout simplement ! Donc, je trouve regrettable que tu insistes sur quelque chose que tu ne connais pas vraiment, et ça je tiens à le dire !” Le résultat de cette arrogance on vient de le voir ce week-end ! Les Polynésiens de Nahoata payent aujourd’hui au prix fort de ce mépris politique. Cette catastrophe aurait probablement pu être évitée.

 

 

Dimanche 22 janvier 2017

 

Surprise...surprise ! Hamon devance Valls

Une fois encore les pronostics médiatiques ont été déjoués par les électeurs de gauche tout comme Alain Juppé l'a été avec François Fillon. Benoit Hamon dépasse Manuel Valls, donné donné favori tout au long de la campagne des primaires avec 35,21% contre 31,56% et Montebourg assez loin derrière avec Ses 18,7% qui pourront donner la victoir à Benoit Hamon si son électorat reporte ses voix sur le leader du Ier tour.

La deuxième étape : dimanche prochain. Notons également une assez forte participation des électeurs puisqu'ils ont été entre 1,5 et 2 millions à voter

 

Trump ne tient aucun compte des anti-démocrates !

 Les démocrates et les femmes ayant été choquées par des propos tenues par Trump sur les femmes, il y a une quinzaine d'années, peuvent marcher. Ils et elles, ne changeront rien à ce que Trump a décidé. Il signe des décrets, rencontre les responsables de la CIA, démontre la mauvaise foi de la presse américaine etc..

 Anne Toulouse , journaliste franco-américaine a déclaré sur LCI "J'ai entendu bien pire dans les salles de rédaction" !!

 

 

Dégâts exceptionnels, routes bombardées par des tonnes de pluie et qui se sont effondrées  ressemblant aux cratères occasionnés par  un tremblement de terre, ponts écroulés, voitures emportées, habitations sous la boue, poteaux électriques cassés, c'est pire que la bérézina cette année, plongeant des centaines de Polynésiens dans la détresse, le froid, la faim et la peur. Du jamais vu en Polynésie en dehors des dégâts des cyclones. Relevons le travail dangereux des techniciens de l'EDT qui ont assuré dans les zones sinistrées une remise de l'électricité, la solidarité des églises protestantes et catholiques, le service de l'Equipement ,les maires, la gendarmerie bref tous avec leurs moyens respectifs sont venus en aide aux sinistrés parfois terrorisés.

 

- Modification du programme de vol d'Air Tahiti Nui suite à la fermeture de l'aéroport international de Tahiti-Faa'a.

 Air Tahiti Nui informe ses clients des modifications de son programme de vol des prochains jours en raison des intempéries et de la fermeture de l'aéroport international de Tahiti-Faa'a.

 

Le programme de vol est modifié comme suit :

 -le vol TN07 prévu au départ de Los Angeles le dimanche 22 janvier à 16h25 pour une arrivée à Tahiti le même jour à 22h50 est reporté.

Ce vol partira de Los Angeles le lundi 23 janvier à 07h40 et arrivera à Tahiti le même jour à 14h05.

 

-le vol TN101 prévu au départ de Los Angeles le dimanche 22 janvier à 22h40 pour une arrivée à Tahiti le lundi 23 janvier à 05h05 est reporté.

Ce vol partira de Los Angeles le lundi 23 janvier à 09h00 et arrivera à Tahiti le même jour à 15h25.

 

-le vol TN101 prévu au départ de Tahiti le lundi 23 janvier à 07h55 pour une arrivée à Auckland le mardi 24 janvier à 12h45 est reporté.

Ce vol partira de Papeete le lundi 23 janvier à 16h05 et arrivera à Auckland le mardi 24 janvier à 20h55.

 

-le vol TN102 prévu au départ d'Auckland le mardi 24 janvier à 17h10 pour une arrivée à Tahiti le lundi 23 janvier à 23h10 est reporté.

Ce vol partira d'Auckland le mardi 24 janvier à 22h55 et arrivera à Tahiti le mardi 24 janvier à 04h55.

 

-le vol TN78 déjà reprogrammé au départ de Tahiti le lundi 23 janvier à 00h50 pour une arrivée à Tokyo-NRT le mardi 24 janvier à 07h55 est reporté.

Ce vol partira finalement de Tahiti le lundi 23 janvier à 23h55 et arrivera à Tokyo-NRT le mardi 24 janvier à 07h00.

 

-le vol TN77 prévu au départ de Tokyo-NRT le mardi 24 janvier à 12h50 pour une arrivée à Tahiti le même jour à 05h00 est reporté.

Ce vol partira de Tokyo-NRT le mardi 24 janvier à 09h10 et arrivera à Tahiti le même jour à 01h20.

 La Direction Commerciale

AIR TAHITI NUI

 

 

3° communiqué d'EDT/ENGIE

Les fortes pluies et les inondations sur le Nord de l’île de Tahiti ont provoqué de nombreux dégâts sur les réseaux aériens et souterrains. 6000 clients ont été coupés entre minuit et 3H00 du matin.


A 13H00, situation du réseau électrique à Tahiti :


Papeete : 170 clients restent à réalimenter.
150 clients ainsi que l’hôtel Tahiti Nui restent à réalimenter à l’entrée de PRINCE HINOI suite à l’inondation du parking souterrain de l’hôtel où se trouvent les postes de transformation.
Le réseau a été mis hors tension à l’entrée du lotissement MAMAIA au pic vert pour travaux.
Fond de la vallée de TITIORO : remise sous tension en cours pour réalimenter les forages d’eau et 20 clients.
2100 clients ont étés réalimentés depuis 9H00.


Pirae :
200 clients restent à réalimenter au fond de la vallée TEMAHO. En attente du dégagement des accès pour intervention.
1000 clients ont été réalimentés depuis 9H00.


Mahina : 400 clients restent à réalimenter dans les vallées de TUAURU et d’AHONU
2000 clients ont été réalimentés depuis 9H00.
Le centre d'appel dépannage est opérationnel au 40 5.4.3.2.1.0 depuis 7H30 pour recevoir les appels des clients : Câble ou compteurs arrachés, arbres sur les lignes, situation de danger électrique.


A la demande des Services Techniques Municipaux et de l’Equipement, certaines zones pourront être mises hors tension afin de procéder aux opérations de déblaiements ou de mises en sécurité.
Les Equipes d’EDT sont mobilisées afin de rétablir au plus vite l’alimentation électrique dans les zones touchées avec pour première préoccupation la sécurité de tous.


EDT remercie les clients pour leur compréhension, et rappelle aussi ses conseils sur les risques et sur les attitudes à tenir pour se protéger, tant que toutes ses infrastructures ne sont pas rétablies aux normes.
LES RESEAUX ELECTRIQUES PEUVENT ENCORE ETRE SOUMIS A DES CHUTES D’ARBRES, EBOULEMENTS, INONDATIONS QUI PEUVENT PROVOQUER DE NOUVEAUX INCIDENTS.


IMPORTANT : ELOIGNEZ-VOUS DES CABLES ET POTEAUX ELECTRIQUES A TERRE.

 

 

EDT sur le pied de guerre, met en garde


Les fortes pluies et les inondations sur le Nord de l’île de Tahiti ont provoqué de nombreux dégâts sur les réseaux aériens et souterrains. 6000 clients ont été coupés entre minuit et 3H00 du matin.


A 10H30, situation du réseau électrique à Tahiti :


Papeete : 1560 clients restent à réalimenter dans les zones FAREPITI et PRINCE HINOI 700 ont été réalimentés depuis 9H00.
Pirae : 200 clients restent à réalimenter au fond de la vallée TENAHO.
1000 clients ont été réalimentés depuis 9H00.
Mahina : 1000 clients restent à réalimenter dans les zones: TUAURU, vallée d’AHONU et NETI
1400 clients ont été réalimentés depuis 9H00.


Le centre d'appel dépannage est opérationnel au 40 5.4.3.2.1.0 depuis 7H30. Nos équipes sont mobilisées pour recevoir les appels des clients : Câble ou compteurs arrachés, arbres sur les lignes, situation de danger électrique.


Les Equipes d’EDT sont mobilisées afin de rétablir au plus vite l’alimentation électrique dans les zones touchées avec pour première préoccupation la sécurité de tous.


EDT remercie les usagers pour leur compréhension, et rappelle aussi ses conseils sur les risques et sur les attitudes à tenir pour se protéger, tant que toutes ses infrastructures ne sont pas rétablies aux normes.


LES RESEAUX ELECTRIQUES PEUVENT ENCORE ETRE SOUMIS A DES CHUTES D’ARBRES, EBOULEMENTS, INONDATIONS QUI PEUVENT PROVOQUER DE NOUVEAUX INCIDENTS.


IMPORTANT : ELOIGNEZ-VOUS DES CABLES ET POTEAUX ELECTRIQUES A TERRE.

 



 

Le personnel de EDT/ENGIE mobilisé. Direction et techniciens également.

 

Suite aux dégâts provoqués par les fortes pluies dans la nuit de samedi à dimanche, sur l’île de Tahiti, le Président Edouard Fritch s’est rendu, dimanche, auprès de personnes touchées par cet événement météorologique exceptionnel.

 

Mise en place d'une cellule de crise à la présidence

 Le Conseil des ministres a pris un arrêté constatant l’état de calamité naturelle des sinistres occasionnés par des précipitations exceptionnelles survenues les samedi 21 et dimanche 22 janvier 2017 dans les communes des îles de Tahiti et Moorea, dans l’archipel des îles de la Société.

  
La Présidence met à la disposition de l’ensemble de la population une cellule de crise disponible 24h sur 24. Cette cellule est joignable par téléphone au 444 900 pour recueillir toutes les demandes urgentes.

Par ailleurs, le Président a mis en place un comité de secours qui sera chargé de statuer sur les aides à attribuer aux familles qui ont été sinistrées.

Ce comité est présidé par le Vice-président du gouvernement et est composé des ministres en charge du Logement, de la Solidarité et de l’Agriculture, des maires des communes concernées et de la présidente de la commission en charge des affaires sociales de l’Assemblée de Polynésie française. Les équipes de l’OPH (Office polynésien de l’habitat) et du service des affaires sociales sont d’ores et déjà à pied d’oeuvre pour recenser les sinistrés et évaluer leurs besoins.

Fermeture des établissements scolaires à Tahiti et Moorea

Il a en outre été décidé de fermer tous les établissements scolaires du 1er et du 2nd degré, de Tahiti et de Moorea, pour la journée de lundi.

Enfin, dans un souci d’efficacité et de coordination, le gouvernement invite tous les Polynésiens qui ont déjà manifesté leur esprit de solidarité envers les sinistrés à prendre contact avec la Croix-Rouge et à déposer leurs dons à l’antenne de Pirae (ancienne maison des jeunes, route de Erima).

Le Président effectuera par ailleurs une série de visites sur le terrain lundi matin, d’abord à 7 h à Paea, puis à Punaauia et Papeete.


 

Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer, tient à exprimer toute sa solidarité aux habitants de Polynésie française, qui sont touchés par de très fortes intempéries. Celles-ci ont causé d'importants dégâts matériels, et provoqué des coupures de courant et du réseau téléphonique pour de nombreux foyers.La ministre se tient informée, en lien étroit et constant avec le Haut-commissaire, de toutes les évolutions de la situation.
Elle appelle tous les habitants à respecter les consignes de prudence qui ont été diffusées.
Tous les moyens nécessaires, en coordination avec les autorités nationales et locales, sont mis en oeuvre pour que la situation puisse retourner à la normale dans les meilleurs délais.

 

Mais qui ose s'attaquer  au chouchou de la Polynésie : Steeve Hamblin ?

 

Avec des responsables japonais quand il était ministre du Tourisme

 

                   Rappelons que la mère de Steeve Hamblin est Calédonienne et que c'est sans doute cette ascendance qui l'a poussé à retrouver ses racines.

 

Un certain blogueur sur Calédosphère à Nouméa a visiblement Steeve Hamblin  dans le nez ou sur l'estomac en lui réservant une page assassine. Jaloux de sa réussite ? Peut-être. Il n'est pas toujours bon de montrer qu'on est meilleur que d'autres, surtout lorsqu'il s'agit de son propre travail et non pas de copinage .

De la démocratie des profondeurs  dans un pays qui se cherche, montent des aspirations médiatiques à la veille d'élections.  Lorsqu'une industrie pesant plusieurs milliards fait appel à vos services, elle commence, en bon professionnelle, à vérifier si celui qu'elle choisit dispose de toutes les atouts et qualités nécessaires. Si elle ne le fait pas c'est une faute . Or, les qualités de Steeve Hamblin sont non seulement reconnues et vantées par tous, en Polynésie française, mais aussi sans doute parce qu'il est l'un des rares Polynésiens à avoir été appelé non seulement par les institutions polynésiennes mais aussi, selon nos sources par celles de Nouvelle-Calédonie. Et qui donc a recommandé  le trop "sucessfull man" aux politiques  pour ses compétences ? Les privés, les professionnels de l'industrie.

 Dire dans ce pamphlet aux flèches  trempées au curare de l'injure parfois " qu'il a fait fortune en profitant des largesses d'une industrie, le tourisme qui a peine à se développer sur le dos des institutions." C'est méchant et injuste. Le président de l'époque Gaston Tang Song qui en avait fait son ministre du Tourisme n'a eu qu'à se louer de celui qui a su, à cette époque là, innover et développer le tourisme de croisière avec succès et se garder de tout temps de mettre les doigts dans la confiture de la politique.

  Par ailleurs, la Calédosphère relativise les chiffres du tourisme de 2009 à 2010 en Polynésie, prenant appui sur le Nouvel Observateur qui semble bien être son magazine de chevet, c'est son droit, et zappe du coup, la terrible crise qui impactait la France et même les Etats Unis à ce moment là. Nos viviers principaux en avaient pris un coup dans l'aile.

Steeve, s'il était aux Etats Unis, serait félicité pour sa réussite par le président américain Donald Trump.  Heureusement que tous les Calédoniens n'ont pas la même vision  de l'entreprise et de cet homme qui a eu le défaut d'être fier de sa réussite en étant parti de rien.. Il n'aurait donc pas eu le droit non plus de créer aussi sa régie publicitaire Tahiti Pub ? Et d'en faire  un grand succès à Tahiti. Tout le monde sait ici qu'il ne doit rien aux entreprises touristiques sauf sans doute dans les rêves de la stratosphère, oh pardon de la Calédosphère? Non et non en vérité cet homme est bien trop entreprenant, ce n'est pas normal n'est-ce-pas ? Et puis voilà-t-y pas qu'il ouvre une école de commerce la "Business Maker Academy" comme aux Etats unis,  concentrée sur la formation de ceux qui n'ont pas eu accès à des études commerciales. Quel culot toute même !

 Ayant fait des stages à Los Angelès sur les principes de l'éducation financière et comment l'argent fonctionne, ce qui ne s'apprend pas à l'école, il a souhaité en faire profiter ses concitoyens, à Tahiti on l'adule, la Calédosphère et non pas les Calédoniens, l'accuse ! Or, ici, à Tahiti, ces séminaires se tiennent à guichet fermé, tant le succès et l'intérêt des Polynésiens est grand .En comptant plus de 2500 participants en trois ans, jamais il n'a enregistré une plainte de qui que ce soit, mais au contraire les éloges sont nombreux sur les réseaux sociaux et les résultats obtenus par des " élèves" attentifs, le surprennent parfois..

Alors bla-bla...bla-bla... la Calédosphère poursuit son mauvais verbiage contre Steeve Hamblin, sur ses méthodes de travail, sur l'argent ( cela semble la fasciner qu'il en gagne et pire, qu'il le dise pour montrer que ce que lui a réussi, peut être à la portée de ceux qui ont la même volonté). Certes ce n'est pas dans l'esprit " français", mais de là à l'accuser de tous les maux et les mots, y compris lorsqu'il travail pour les institutions, c'est à se demander ce que "notre Steeve" a pu lui faire. Il n'est pourtant pas homme à glisser des peaux de banane sous les pieds, même nickelés de cette Calédosphère, ni même à lui décerner un "zéro pointé !."

 Alors en Polynésie, on touche pas à Steeve Hamblin  même pas en lui mettant un parachute puisque depuis le mois de décembre dernier il a été  dégagé de toutes implications dans les institutions calédoniennes et peut développer, au maximum  ses neurones et logiciels dans les affaires qu'il fera à coup sûr, fructueuses !!  La Calédosphère peut d'ores et déjà sortir son mouchoir.......

 

 

  

(photo d'archives,)  Steeve Hamblin ministre du Tourisme avec un responsable chinois en Chine

 

Un sourire

Pour un dimanche pluvieux (Blague reformatée au local !) pour ceux qui ont la chance d'être chez eux sans dégâts et les faire sourire)

C'est un DRH qui, à la fin d’une négociation serrée avec les syndicats et afin de détendre l'atmosphère, se propose de faire un ultime tour de table sur le thème :

 « Quelles sont vos lectures favorites ? »

 Le 1er, délégué Atia I Mua, répond : « Moi je lis tahiti Today»
 Le DRH : « Bravo, félicitations, vos lectures sont en adéquation avec vos idées !
 
 Le 2ème, le délégué CSTP/FO: « Moi, je lis La Dépêche » Le DRH
 : « Bravo, félicitations, vos lectures sont en adéquation avec vos idées !

 

 Le 3ème, délégué OTAHI : « Moi, je Tahiti Pacifique » 
 Le DRH : « Bravo, félicitations, vos lectures sont en adéquation avec vos idées ! 

 Le 4ème, le délégué CSIP, est interrompu par le DRH : « Vous, je pense que vous lisez l'Humanité , bien sûr ! » 

 Le délégué CSIP: « Non pas du tout, je lis "Mode et Travaux" ! » 
 Le DRH: « Mode et travaux ? Je ne comprends pas… » 
 
 Le délégué CSIP : « Si, si !... Tous les mois, il y a un patron à découper ! » 


 

 

 

Samedi 21 janvier 2017

 

Trump :Le transformer de l'Amérique

 

                         

 

Le discours d'investiture de Donald Trump au peuple Américain

«Juge en Chef Roberts, Président Carter, Président Clinton, Président Bush, Président Obama, mes concitoyens américains et peuples du monde : merci.


Nous, citoyens d'Amérique, sommes maintenant unis dans un grand effort national pour reconstruire notre pays et pour restaurer ses promesses à l'égard de tout notre peuple. Ensemble nous déterminerons la voie pour l'Amérique et pour le monde pour des années.
Nous ferons face à des défis. Nous serons confrontés à des épreuves. Mais nous finirons le travail.


Barack et Michelle Obama ont été magnifiques.

Tous les quatre ans, nous nous rassemblons sur ces marches pour procéder dans l'ordre et la paix à ce transfert de pouvoir et nous sommes reconnaissants au président Obama et à la Première Dame Michelle Obama pour leur aide courtoise pendant la transition. Ils ont été magnifiques.
La cérémonie d'aujourd'hui cependant a une signification très particulière. Parce qu'aujourd'hui non seulement nous transférons le pouvoir d'une administration à une autre ou d'un parti à un autre, mais nous transférons le pouvoir de la capitale Washington et le donnons à nouveau à vous, le peuple Américain.
Pendant trop longtemps, un petit groupe dans notre capitale a récolté les avantages du gouvernement tandis que le peuple en a assumé le coût.
Washington a prospéré mais le peuple n'a pas eu de part de cette richesse.
Les politiciens ont prospéré mais les emplois se sont taris et les usines ont fermé.

L'establishment s'est protégé lui-même mais n'a pas protégé les citoyens de notre pays.
Leurs victoires n'ont pas été les vôtres; leurs triomphes n'ont pas été les vôtres; et pendant qu'ils festoyaient dans la capitale, il n'y avait guère à célébrer pour les familles démunies dans tout le pays. Tout cela va changer, ici et à partir de maintenant parce que ce moment est le vôtre: il vous appartient. Il appartient à tous ceux réunis ici aujourd'hui et à tous ceux qui regardent à travers l'Amérique.
Cette journée vous appartient. C'est votre célébration.
Et cela, les Etats-Unis d'Amérique, c'est votre pays.
Ce qui importe vraiment ce n'est pas quel parti contrôle notre gouvernement mais si notre gouvernement est contrôlé par le peuple.


Le jour où le peuple dirige à nouveau la nation Le 20 janvier
2017 restera dans les mémoires comme le jour où le peuple dirige à nouveau la nation.
Les hommes et femmes oubliés de notre pays ne seront plus oubliés.
Tout le monde vous écoute maintenant.
Vous êtes venus par dizaines de millions faire partie d'un mouvement historique, tel que le monde n'en a jamais vu.Au coeur de ce mouvement, réside une conviction fondamentale: celle qu'une nation existe pour servir ses citoyens.

Les Américains veulent de bonnes écoles pour leurs enfants, des quartiers sûrs pour leurs familles et de bons emplois pour eux-mêmes.
Ce sont des revendications légitimes et raisonnables pour un public juste. Mais pour trop de nos concitoyens, une réalité différente existe: mères et enfants sont piégés dans la pauvreté de nos quartiers défavorisés; des usines délabrées sont essaimées comme des pierres tombales dans le paysage de notre nation; un système éducatif, plein d'argent, mais qui laisse nos jeunes et beaux étudiants privés de savoir; et le crime, les gangs et la drogue qui ont volé tant de vies et spolié notre pays de tant de potentiel non- réalisé.


Ce carnage américain s'arrête ici et maintenant.
Nous sommes une nation et la douleur des autres est la nôtre. Leurs rêves sont nos rêves; et leur succès seront notre succès. Nous partageons un coeur, une patrie et un glorieux destin.
Le serment de fonction que je viens de prononcer est un serment d'allégeance envers tous les Américains.

Nous avons enrichi l'industrie étrangère


Pendant des décennies, nous avons enrichi l'industrie étrangère aux dépens de l'industrie américaine; subventionné les armées d'autres pays tout en permettant le très triste appauvrissement de notre armée; nous avons défendu les frontières d'une autre nation tout en refusant de défendre les nôtres; et dépensé des milliards de milliards de dollars à l'étranger pendant que les infrastructures de l'Amérique se sont délabrées et abimées.
Nous avons rendu d'autres pays riches alors que l'abondance, la force et la confiance de notre pays ont disparu de l'horizon.
Une par une,les usines ont fermé leurs portes et quitté nos rives sans même une pensée pour les millions et millions de travailleurs américains laissés sur le carreau.
La classe moyenne a été privée de son patrimoine qui a été distribué à travers le monde.
Mais cela appartient au passé. Et maintenant, nous ne regardons que l'avenir.
Nous nous sommes retrouvés aujourd'hui et nous décrétons, pour être entendus dans chaque ville, chaque capitale étrangère et dans chaque lieu de pouvoir, qu'à compter d'aujourd'hui une nouvelle vision prévaudra dans notre pays: ce sera l'Amérique d'abord et seulement l'Amérique.

L'Amérique d'abord.


Chaque décision sur le commerce, les impôts, l'immigration, les affaires étrangères sera prise pour le bénéfice des familles et des travailleurs américains.
Nous devons protéger nos frontières des ravages des autres pays fabriquant nos produits, spoliant nos entreprises et détruisant nos emplois. La protection conduira à une grande force et prospérité. Je combattrai pour vous de toutes mes forces et je ne vous laisserai jamais tomber.
L'Amérique va recommencer à gagner, à gagner comme jamais auparavant. Nous ramènerons nos emplois. Nous reconstruirons nos frontières.
Nous regagnerons notre prospérité. Et nous retrouverons nos rêves.
Nous construirons de nouvelles routes, autoroutes, ponts, aéroports, tunnels et voies ferrées à travers notre merveilleux pays.
Nous extrairons notre peuple de l'aide sociale pour le mettre au travail, rebâtissant notre pays avec des bras américains et du labeur américain.


Nous allons suivre deux règles simples: acheter américain et embaucher américain.
Nous rechercherons l'amitié et la bonne volonté des autres nations du monde mais nous le ferons avec l'idée que c'est le droit de tout pays de mettre ses propres intérêts en avant.
Nous ne cherchons pas à imposer notre mode de vie mais plutôt à le rendre éclatant comme un exemple à suivre.

Nous renforcerons nos vieilles alliances et en forgerons de nouvelles et unirons le monde civilisé contre le terrorisme islamique radical, que nous allons éradiquer complètement de la surface de la Terre.

Le fondement de notre politique sera une totale allégeance aux Etats-Unis d'Amérique et grâce à notre loyauté au pays, nous redécouvrirons la loyauté envers les uns les autres.
Quand vous ouvrez votre cœur au patriotisme, il n'y a plus de place pour les préjugés.
La Bible nous le dit "qu'il est bon de vivre quand le peuple de Dieu vit ensemble dans l'unité".
Nous devons nous exprimer franchement, discuter nos désaccords honnêtement mais toujours rechercher la Solidarité.

Quand l'Amérique est unie, on ne peut absolument pas l'arrêter.


On ne doit pas avoir peur, nous sommes protégés, et nous serons toujours protégés.
Nous serons protégés par les grands hommes et femmes de notre armée et de nos forces de sécurité, et surtout, nous sommes protégés par Dieu.
Le temps des paroles creuses est fini. Enfin, nous devons voir grand et rêver encore plus grand.

En Amérique, nous comprenons qu'une nation n'est vivante que dans l'effort.
Nous n'accepterons plus des hommes politiques qui parlent et n'agissent pas, tout le temps en train de se plaindre sans jamais rien faire.


Le temps des paroles creuses est fini . Maintenant, c'est l'heure de l'action. Ne laissez personne vous dire que cela ne peut pas être fait. Aucun défi n'est assez grand pour le coeur, la combativité et l'esprit de l'Amérique.
Nous n'échouerons pas. Notre pays va être florissant et prospérer à nouveau.
Nous sommes à l'orée d'un nouveau millénaire, prêt à dévoiler les mystères de l'espace, à libérer la terre des fléaux et à exploiter les énergies, les industries et technologies de demain.


Une nouvelle fierté nationale va animer nos âmes, élever nos regards et guérir nos divisions. Il est temps de se remémorer ce vieux dicton que nos soldats n'oublieront jamais: que l'on soit noir, métis ou blanc, le même sang patriote court dans nos veines, nous jouissons tous des mêmes libertés et nous saluons tous le même grand drapeau Américain.


Et qu'un enfant soit né dans la banlieue de Detroit ou dans les plaines balayées par les vents du Nebraska, ils regardent tous le même ciel la nuit, leur coeur est plein des mêmes rêves et ils sont habités du même souffle de vie du Créateur tout-puissant.

Ainsi, à tous les Américains, dans chaque ville, qu'elle soit proche ou lointaine, petite ou grande, d'une montagne à l'autre, d'un océan à l'autre, entendez ces mots: vous ne serez plus jamais ignorés.
Votre voix, vos espoirs, et vos rêves vont définir notre destinée américaine. Et vos courage, bienveillance et affection nous guiderons tout au long du chemin.


Ensemble nous allons rendre à l'Amérique sa force. Nous allons rendre à l'Amérique sa prospérité. Nous allons rendre à l'Amérique sa fierté. Nous allons rendre à l'Amérique sa sécurité. Et oui, ensemble, nous allons rendre à l'Amérique sa grandeur.

Merci, Dieu vous bénisse et que Dieu bénisse l'Amérique.»






Hé, hé! Non ce n'est pas un film de sciences fiction, c'est bien réel!

et tant pis pour les manifestantes qui préféraient Hilary Clinton !

 

 

À Paris, le Sénat a adopté hier un amendement  concernant la loi Morin d’indemnisation des victimes des essais nucléaires dans la précipitation.. La sénatrice Lana Tetuanui, le n'a pas manqué de monter au créneau comme le gouvernement polynésien et l'opposition  de voir ce texte devenir, tout d’un coup, facilement modifiable, et déplore, sur le fond, le maintien du “risque négligeable”. L’association Moruroa e tatou parle de “provocation” et d’humiliation”.

 

La vérité est souvent choquante, mais c'est la vérité!

A l'heure où nous voyons en boucle sur toutes les chaînes de TV l'appel de l'Unicef concernant la famine dans la corne de l'Afrique.
Je rappelle à tous que les pays de l'Afrique concernés sont majoritairement musulmans mais que tous ces frères musulmans sont en guerre fratricide et chassent leurs frères, les laissent mourir de faim sans état d'âme. Que font les pays voisins... musulmans de surcroît ?
RIEN.
Et le Croissant Rouge (équivalent de notre Croix-Rouge)...
RIEN.
Mais c'est à nous de donner?
Il manque 3 milliards d'euros...
Peut-être qu'au lieu de construire des hôtels de luxe, d'acheter des 4/4, des yachts de luxe ou de faire des patinoires dans le désert avec l'argent du pétrole, il faudrait que les riches de chaque Émirat ou autres pays musulmans ouvrent leur porte-monnaie au lieu de demander aux ouvriers des méchants pays occidentaux d'ouvrir le leur...
Et si chaque musulman d'Europe et d'ailleurs donnait un euro pour l'Afrique,
voilà un geste qui le conduirait certainement au Paradis !
Voilà des décennies, si ce n'est plus, que ces pays sont dans la misère et régulièrement, on nous matraque avec des images terribles de populations qui sont appelées à disparaître !
Femmes et enfants sont mis en avant afin de nous culpabiliser un peu plus Des femmes musulmanes qui, avec leur croyance, font plein d'enfants alors qu'elles savent pertinemment qu'elles ne pourront les nourrir !
Peu d'hommes dans ces reportages...  pourquoi ? Alors que ces géniteurs engrossent leur harem et des gamines à peine pubères,ne sont-ils pas conscients et responsables de leur folie ?

Deux mille ans de retard et une religion aveugle font de ces peuples des condamnés pour l'éternité.
Croyez vous encore que c'est de notre faute ?

Croyez vous que nous devrions nous sentir responsables de tant de misères ?

Lorsque, dans un pays, il y a plus de balles de fusil que de grains de riz, nul ne saura jamais rien changer malgré toute la bonne volonté et tout l'argent du monde!
C'est triste mais hélas bien réel !

Bonne journée
à tous et MÉDITEZ Bien !

Reçu d'un ami...
 

 

 

Vendredi 20 janvier 2017 : Le 20 janvier 2017, le peuple est devenu le dirigeant de cette nation."

 

Commentaire

Trump président : "Nous allons construire un nouveau monde !"

Discours révolutionnaire pour les uns, populiste pour les autres , patriotique pour les Américains . Il a incarné la cause du peuple. Des promesses, en ligne directe avec celles de sa campagne et on le croit : protéger l'Amérique, protéger ses frontières, protéger ses emplois : " Je vais lutter pour vous et jamais je ne vous abandonnerai, je ramènerai notre richesse, nos rêves et nous allons construire un nouveau monde" Ovation ! Comment ne pas toucher le cœur des Américains quand il scande ses propos la main sur la poitrine ou le poing levé en affirmant  "le même sang coule dans les veines de notre peuple, nous sommes tous Américains".

Les Européens n'ont rien de commun avec cet homme là, ni avec l'Amérique d'ailleurs, François Hollande pourrait-il galvaniser les foules avec son langage policé, feutré et des promesses qu'il ne peut pas tenir. Tandis que je suis persuadée que Trump qui n'a pas attendu de prêter serment a commencé les délocalisations des grandes entreprises qui s'étaient installées à l'étranger pour les rapatrier aux Etats Unis moyennant quelques avantages. Elles sont revenues dare-dare et ont déjà embauché des milliers de personnes!

 "Yes, he will !" Il tiendra tout et plus encore ce qu'il a dit quand il regarde l'Amérique dans les yeux en martelant  "nous allons construire un nouveau monde "! Puis encore " une nation ne vit que lorsqu'elle se développe". Et pour cela "nous transfèrerons le pouvoir de Washington à vous. Le 20 janvier 2017, le peuple est devenu le dirigeant de cette nation."

Comment résister ? Surtout quand il ajoute sous les applaudissements : " Nous avons enrichi beaucoup d'autres pays, c'est le passé. L'Amérique d'abord" en ajoutant " Nous allons faire ce qu'il y a à faire, l'Amérique "great again".

Les Américains vénèrent la réussite, pas forcément l'argent, qui vient après, presque tous les milliardaires américains sont partis de rien. Il faut  un shaker et se concocter un cocktail d'imagination, de courage, de travail, de patience, surmonter les revers, aller de l'avant et ne pas attendre que la manne vous tombe du ciel.

 Qui aurait dit  que ce business man multi milliardaire, si excessif dans sa campagne deviendrait le 45° président des Américains adepte d'un consensus étonnant ? Certainement pas les commentateurs parisiens ni les journalistes féminines sur LCI qui ont dénigré l'homme et son discours contrairement à leurs confrères masculins et notamment l'excellent Vincent Hervouët, chef du service étranger. Elles ont  lancé comme une revanche, que le nouveau président ne réussira pas à accomplir ce qu'il promet, laissons-lui le temps de s'y atteler.

 A une toute petite échelle, c'est ce que nous avons fait pour notre petit président à nous, mais malheureusement trois ans plus tard, l'espoir n'est pas au rendez-vous. Des paroles, oui, mais pas d'actes., pas de grands projets réalisés ( Hao n'est pas de son fait). Nous n'avons que des "manches à air" qui se gonflent avec les vents dominants, puis retombent, flasques !

 

 

Ce matin, après la brillante et fastueuse investiture du 45°président des Etats Unis qui a fait serment sur la bible de Lincoln et celle de sa grand-mère sans aucune fausse note et  beaucoup d'émotion, Donald Trump a tenu un discours sans prompteur et sans papier  qui  a enflammé une foule immense d'Américains venus l'écouter. Hilary et Bill Clinton étaient là comme Barak Obama et Michelle avec tous les anciens présidents pendant que les jeunes et moins jeunes démocrates  manifestaient  sans modération à Washington, ceux sans doute qui n'apprécient pas qu'on leur dise de se mettre au boulot. On en connait !

 Les partisans de Trump , les motards ont dit calmement et sans vociférer comme les excités anti Trump : "Nous formerons un mur de viande s'il le faut". Question : "Qu'est-ce-que c'est un mur de viande ?" C'est nous, mains serrées, coude à coude, qui formeront ce mur."

Puis après le sacre est venue la grande revue américaine. Impressionnante.

Le commentateur français n'avait sans doute jamais vu une Cadillac grand modèle car il a répété 27 fois "l'énorme Cadillac" de Donald Trump... certes de plusieurs tonnes compte tenu de son blindage résistant même aux rockets mais qui ne changeait rien à sa dimension  identique à celle de Gaston Flosse par exemple et à des milliers d'Américains.

 

Des discours sentencieux en Polynésie, de la morale, des condamnations sévères, rien n'y  fait malgré des débats multiples. Les obèses mangent toujours autant, les Polynésiens boivent toujours autant, les viols sont toujours aussi nombreux, les scooters roulent toujours dans tous les sens, le respect des autres, l'éducation, n'existent toujours pas, les inondations font toujours les mêmes dégâts et les femmes sont toujours les souffre-douleur après les beuveries souvent communes .L'un deux a fracassé le crâne de sa femme contre un mur. C'est d'un banal émouvant ! Mais une autre , par jalousie, a menacé son homme d'un cutter. La violence se généralise d'un sexe à un autre ! On n'est pas sorti de l'auberge familiale...

 

 

Et comme  le week end qui s'annonce devrait être toujours pluvieux, nous publions dans son intégralité les mesures phares programmées pour 2017 annoncées ce matin par Edouard Fritch dont les Polynésiens intéressés pourrons s'imprégner. S'ils ne le sont déja !

Soutien aux investissements

 

Pour renforce l’accompagnement et le soutien aux investisseurs, qu’ils soient locaux ou étrangers, une délégation aux investissements sera mise en place pour l’accueil et la coordination des porteurs de projets.

 Nous allons également modifier la loi relative aux investissements étrangers afin de disposer d’un cadre plus simple et plus attractif, de même que nous allons revoir la loi sur « les grands projets » de manière à échelonner les mesures d’accompagnement en fonction de la taille des projets. C’est-à-dire que l’on viendra au soutien de projets de moindre importance que ceux qui étaient concernés par la loi.

 Soutien à l’économie

 En ce qui concerne les mesures de soutien à l’économie et en faveur de la consommation, nous avons vu les effets positifs des mesures prises en 2016. C’est ainsi que nous reconduisons l’opération véhicules propres ainsi que l’aide à l’investissement des ménages pour la construction et les aides à l’aménagement et la rénovation des commerces et des restaurants.

 Le vice-président a également entamé les travaux sur la réforme de la liste des PPN et de la TDL

 Pour ce qui concerne l’économie bleue, dès ce 1er trimestre, nous verrons le lancement du chantier de la ferme aquacole de Hao puisque l’investisseur a programmé le début des travaux après le nouvel an chinois. Nous engagerons par ailleurs la création de la zone bio-marine de Faratea, futur centre d’excellence en aquaculture.

 A la fin février se déroulera la troisième conférence économique qui, l’année dernière, nous avait permis de dégager un certain nombre de mesures correspondant aux attentes des milieux économiques.

 Dans le même temps, nous présenterons les objectifs sur l’évolution de notre fiscalité qui fera l’objet de la présentation de nouveaux textes à l’assemblée au cours de la session administrative. Le ministre des finances pourra vous en dire plus si vous le souhaitez, mais je peux d’ores et déjà vous annoncer, parmi ces mesures, que nous irons une nouvelle fois vers des allègements de droits et taxes pour lutter contre la vie chère.

 Dans la cadre de la transition énergétique, le ministre fera le 14 février prochain, à l’occasion du comité de suivi, le bilan d’exécution de son plan de transition et présentera les nouvelles mesures en matière énergétique qui sont prévues pour la période 2017-2018. D’ores et déjà, je pense que nous donnerons un nouvel élan pour le soutien au photovoltaïque, que ce soit pour l’équipement des particuliers ou des entreprises.

 

Soutien au logement

 Le logement est un levier puissant du programme de relance économique du gouvernement. Notre politique dans ce domaine poursuit, depuis le début de notre mandature, deux objectifs.

Le premier objectif est social. Il s’agit de combler le retard important enregistré en matière de construction de logements sociaux et de permettre ainsi aux familles polynésiennes les moins favorisées de disposer d’un logement décent. Nous avons mobilisé tous les outils disponibles, qu’il s’agisse de notre opérateur public historique, l’OPH, ou des opérateurs privés agréés (OLS). Nous avons déjà bien avancé : rien qu’en 2016, plus de 360 logements sociaux ont été livrés, dont 260 fare OPH et un millier de ménages ont bénéficié d’une aide à l’amélioration de l’habitat individuel. Mais il reste beaucoup à faire et je fais confiance à notre nouveau ministre en charge du logement pour poursuivre, voire amplifier cette dynamique.

Compte tenu des chantiers déjà engagés, nous sommes déjà sûrs, en 2017, de livrer leur logement à près de 800 familles, dont 400 seront des fare OPH, en habitat dispersé. Près de 140 logements collectifs seront aussi achevés, sur le domaine Labbé et sur Teroma à Faa’a, et 150 seront livrés par les opérateurs privés. Nous prévoyons également de distribuer plus de 1500 aides à l’amélioration de l’habitat et la réhabilitation de plus de 200 logements du parc ancien de l’OPH est programmée. C’est un minimum que nous nous efforcerons de dépasser afin d’atteindre le millier de logements livrés dans l’année 2018.

Le second objectif est économique.  Déjà, nous avons multiplié par 4, entre 2013 et 2016, la commande publique dans le domaine du logement. Alors qu’en 2013, le carnet de commande ne s’élevait qu’à 3 milliards, c’est 12,8 milliards de chantiers qui ont été lancés en 2016 et le logement social a permis de verser, en un an, 5 milliards de F CFP aux entreprises du BTP. Pour comparaison, ces versements n’étaient que de 300 millions en 2013.

En 2017, notre ambition est d’engager pour 15,6 milliards de travaux nouveaux et d’injecter dans l’économie, en paiement des entreprises du BTP, 9 milliards de F CFP.

Au-delà du logement social, j’ai demandé au ministre en charge de l’urbanisme d’alléger et d’accélérer les procédures d’instruction des permis de construire afin de faciliter la mise en œuvre de chantiers privés.

Soutien à l’économie numérique

Le développement du numérique constitue un enjeu majeur pour le Pays et de sa structuration dépend notre économie de demain. Il est temps de faire entrer la Polynésie française dans le 21ème siècle ! J’ai mené, en partenariat avec la Caisse des Dépôts et Consignation et le ministère de l’économie numérique, la construction d’un schéma directeur d’aménagement numérique. Il s’agit d’orientations visant à faire de la Polynésie française un territoire connecté, doté d’un socle et d’une gouvernance de transformation digitale. Les travaux sont arrivés à leur terme et un plan stratégique opérationnel sera, dans les jours qui viennent, soumis à l’examen du CESC et de l’Assemblée de la Polynésie française.

Parallèlement, le ministre en charge de l’économie numérique élabore, en partenariat avec les acteurs privés de l’Observatoire de l’économie numérique, un plan « Smart Polynesia 2025 » qui servira de feuille de route du gouvernement pour construire une Polynésie dynamique, connectée et innovante et favoriser l’émergence de nouvelles activités et la création d’emplois.

Enfin, dans le courant du premier semestre nous lancerons l’appel d’offres du projet de câble de sécurisation de Honotua, (projet Samoa, Niue, Cook, Tahiti)  et à la fin de ce semestre, nous devrons signer le contrat pour la construction du câble domestique. Et en matière de téléphonie mobile nous commencerons le déploiement de la 4G sur le grand Papeete, Morea et Bora.

 

Soutien au développement du secteur primaire

Pour ce qui concerne le développement du secteur primaire, nous allons mettre en place des dispositifs règlementaires pour permettre le désenclavement des vallées, de réaliser des servitudes de développement, des pistes de pénétration afin de permettre le développement de projets économiques tels que le développement de la sylviculture, et en corolaire le développement de la filière bois, ou la valorisation du foncier pour de nouveaux projets agricoles.

De plus, les outils modernes comme le SIG (système d’information géographique) seront des appuis à la politique de développement des ressources primaires. Les zones domaniales, les propriétés privées disponibles consacrées à l’agriculture, l’aquaculture, la perliculture… par les PGA seront identifiées, analysées puis traitées.

En second lieu, il convient de renforcer et de garantir les actions permettant la maîtrise des circuits de production, de collecte, de transformation et de distribution des produits issus du terroir à destination des cantines scolaires, des restaurants « publics » notamment de type (grandes entreprises, les services de l’armée, les centres pénitenciers).

Ce soutien au secteur primaire, devra permettre d’aboutir à des débouchés en terme de formation et d’emploi.

Pour ce qui concerne notre agriculture en milieu tropical, notre biodiversité constitue un atout majeur pour exploiter de nouvelles filières, non seulement alimentaire mais également dans les domaines thérapeutiques et cosmétiques à visée d’export et de devises.

 

 Secteur des ressources marines :

-                    L’objectif affiché à 5 ans pour la pêche hauturière est de doubler la production, soit de passer de 6 000 à 12 000 tonnes de poisson. Cet objectif ne peut être atteint que par le renouvellement d’une flottille vieillissante et coûteuse en exploitation, l’extension des moyens à terre et l’exploration de nouvelles opportunités (pêche surgélée, espadon dans le Sud…etc).

-                    La défiscalisation locale soutiendra le secteur, avec un taux de crédit d’impôt pouvant atteindre 70%, afin d’inciter à la construction de nouvelles unités de pêche et soutenir l’activité des chantiers navals locaux.

-                    Pour valoriser les marchés à l’export, la pêcherie polynésienne est inscrite dans une démarche d’obtention d’ici un an, de l’éco-label MSC (Marine Stewardship Council) de pêche certifiée durable.

-                    En matière de pêche côtière, le Pays accompagne les professionnels en leur mettant à disposition des équipements : plus de 617 DCP ont été financés par le Pays ces 35 dernières années, 83 sont encore en place et un programme de pose de 40 nouveaux DCP dans les 5 archipels est prévu en 2017. Par ailleurs, des budgets seront alloués aux équipements frigorifiques et aux installations de panneaux photovoltaïques des coopératives de pêche sur l’ensemble de la Polynésie française

 

Soutien au développement touristique

Le ministère du Tourisme et des transports aériens internationaux sera mobilisé à poursuivre le déploiement de la stratégie de développement touristique 2015-2020 portée et validée l’année dernière par le Gouvernement, l’Assemblée de Polynésie, le CESC et par les acteurs du tourisme polynésien.  Pour mémoire, sur les 134 actions prévues sur la période 2015-2020, 64 ont déjà été mises en œuvre et 28 sont d’ores et déjà achevées.

Quatre grands axes et priorités prévus dans cette stratégie seront déclinés sur les mois à venir :

 Premièrement, la gouvernance et les règlementations avec notamment; l’actualisation et la généralisation du classement des hébergements touristiques.


Deuxièmement, 
les infrastructures et les équipements : je pense aux aménagements pour le tourisme de croisière à Fakarava, aux aménagements de Vaitupa ou aux chemins de randonnée pédestre.

Troisièmement à la promotion et la commercialisation, avec la mise en place d’une plateforme web pour les pensions de famille et la poursuite de la campagne de sensibilisation de la population.

Enfin, la dynamisation du tourisme vert, du tourisme bleu et du tourisme durable avec l’adoption de la charte pour le tourisme durable ou à la mise en place de sentiers marins à Tahiti, Bora-Bora ou Rangiroa,
 

Par ailleurs, nous avons le projet de reprendre l'hôtel Pearl Beach de mahini pour en faire un hôtel d’application en liaison avec l’école hôtelière.

 

Aménagements structurants

Pour ce qui concerne les aménagements structurants, la direction de l’Equipement dispose d’un budget de plus de 20 milliards pour ses investissements qui permettra notamment de réaliser la deuxième tranche de l’aménagement du front de mer de Papeete, la modernisation de l’éclairage de la RDO, un programme de bétonnage de routes aux Marquises et aux Tuamotu.

En 2017 nous lancerons également la première phase de la route du Sud entre Punaauia et Taravao. C’est un chantier qui s’étalera sur une dizaine d’années. Le premier tronçon à réaliser se fera sur le contournement de Papara puisque nous disposons du foncier

Le Port autonome a prévu de son côté l’aménagement de la place Chirac, avec notamment les aménagements pour l’accueil des plaisanciers et des restaurants, le lancement du chantier du terminal de croisières place Vaiete, la troisième voie sur le pont de Motu Uta ou les aménagements de la marina Taina. Ce sont plus de 3 milliards d’investissements pour le Port.

 

Amélioration du cadre scolaire

En matière d’éducation, la ministre s’attachera bien sûr à la poursuite de la politique éducative impulsée depuis 2014.

L’effort sera mis aussi sur les infrastructures scolaires pour l’amélioration du cadre de vie des élèves et des étudiants avec le démarrage des travaux de rénovation des internats de HAO, RANGIROA et RURUTU (près de 600 millions F CFP d'investissements en partenariat avec l'Etat  - dotation globale d'investissements) ; des travaux de construction des internats de la cité scolaire de FAA'A, du collège d'ATUONA et d'extension de l'internat du lycée de Mahina (près de 1,6 milliard F CFP en partenariat avec l'Agence Nationale de Rénovation Urbaine - ANRU).

 Nous lancerons cette année les études pour la construction du lycée de Moorea

 Nous allons également lancer la réhabilitation de l'immeuble Van Bastolaer pour augmenter enfin les capacités d’hébergement des étudiants sur Tahiti. Cette verrue va enfin trouver d’ici la fin de l’année une destination avec 64 chambres.

 De même nous lancerons l’extension des logements étudiants d’Outumaoro avec 87 nouvelles unités.

 

Sur le plan des infrastructures sportives, le développement de l’accès au « sport pour tous » par la mise en œuvre d’une politique de réhabilitation et de rénovation des équipements sportifs du pays : amélioration des infrastructures sportives ;  construction de nouvelles infrastructures ; et soutien aux grandes manifestations sportives du Pays, avec notamment le début des travaux d’aménagement de l’esplanade d’Aorai Tini Hau.

 

Lancement de la PSG 2

 Cette année 2017 sera aussi, comme annoncée, le lancement de la réforme de la PSG 2. Beaucoup en doute, mais c’est bien pour accélerer la réalisation de cette réforme que j’ai souhaité regrouper la santé et la solidarité sous un même portefeuille ministériel, ces deux secteurs étant imbriqués dans la PSG.

 Les premiers textes seront prochainement soumis au conseil des ministres, puis transmis à l’assemblée.

 Nous lancerons également les opérations pour la création du pôle de santé privée, qui il est vrai a pris un peu de retard.

 

Soutien à la famille

 2017 verra également la mise en œuvre de certaines dispositions prévues dans le plan stratégique pour la famille qui a été adopté par l’Assemblée fin 2016. Je pense notamment, à l’amélioration des conditions de vie des personnes âgées, à l’augmentation des indemnités des familles d’accueil, à la mise en place d’une allocation pour les familles monoparentales ou à l’augmentation de la contribution aux épiceries solidaires.

 

Soutien à la prévention

 Dans le cadre de la réforme de la PSG nous accentuerons également les actions de prévention par la signature de convention avec les chaînes de télé pour des émissions spécifiques, ou par la diffusion d’une mallette pédagogique contre les violences dans les jeunes couples.

Le ministère de la jeunesse et des sports restera aussi actif sur ce terrain de la prévention par la promotion de l’activité physique.

 

Par ailleurs, nous ouvrirons bientôt la maison médicale de garde au sein du CHPF qui viendra désengorger les urgences. En effet, sur les 45 000 patients que reçoivent annuellement les urgences, 15 000 viennent pour de la « bobologie », provoquant ainsi des délais d'attente très longs. Les urgences ne seront réservées que pour les "urgences" avérées et les autres seront réorientées vers le médecin généraliste de cette maison médicale.

 

En matière de culture

LLe dossier de l’inscription de Taputapuatea au patrimoine mondial de l’UNESCO en tant que paysage culturel sera présenté par la France en juillet 2017.

La programmation du pôle Médiathèque du centre culturel de la Polynésie française a été finalisée. Un concours d’architecture sera lancé le 23 janvier et le projet lauréat sera connu fin avril 2017. Cet équipement culturel sera achevé en 2019, pour un coût global d’investissement de 3 milliards de francs Pacifique.

La convention cadre Culture avec l’Etat sera signée d’ici mars 2017. Elle a pour objet de fixer le cadre général de l’assistance technique et financière en matière d’ingénierie culturelle et d’investissement, pour contribuer notamment à la réalisation d’infrastructures dédiées au rayonnement de la culture polynésienne.

LLa rédaction du code de la propriété intellectuelle de la Polynésie française vient d’être achevée et sera présentée d’ici le premier semestre à l’Assemblée de la Polynésie Française.

Par ailleurs plusieurs publications devraient intervenir dans le courant de l’année 

 

En matière d’environnement

Le renouvellement du label UNESCO « réserve de biosphère » de la commune de Fakarava devrait aboutir en avril 2017. Ce label obtenu en 2006 a permis de multiplier la fréquentation touristique par 7.

Le classement de la zone économique exclusive de la Polynésie française en aire marine gérée affiche notre volonté de consolider et renforcer la protection de notre environnement marin, riche d’une biodiversité exceptionnelle. Le projet de classement sera présenté en conseil des ministres en février 2017 avant de recueillir l’avis de l’Assemblée de la Polynésie française.

Après la mise en place de la station d’épuration de Papeete inaugurée en septembre 2016, de l’émissaire en mer et du réseau principal sur 6 kilomètres, le Pays réalisera en 2017 et 2018 les tronçons restants du centre-ville et l'extension du réseau de collecte des eaux usées de Papeete vers l'est de la commune jusqu’à Paofai, pour une enveloppe de plus de 2 milliards de francs Pacifique. Le « grand Papeete » doit devenir une ville moderne et respectueuse de l’environnement.

Afin de diminuer la pollution des milieux naturels et les impacts sur la biodiversité, un texte interdisant l’utilisation de sacs fins en matières plastiques à usage uunique, non compostables, destinés à l’emballage de marchandises. Sera présenté à l’assemblée de Polynésie française en fin d’année 2017.

Enfin, la décharge historique de Faa’a est une question environnementale mais également de santé et de sécurité publiques, que nous avons tous trop longtemps laissée de côté. Afin d’accompagner la commune de Faa’a dans sa volonté de régulariser cette situation et d’inscrire la gestion de ses déchets ménagers dans une démarche plus vertueuse, une étude de réhabilitation de la décharge de Faa’a sera menée en 2017 par la direction de l’environnement afin de définir les mesures de résorption et de gestion adaptée.

 

 

***

 

Jeudi 19 janvier 2017

 

Malgré les inondations et les caniveaux jamais débarrassés des branchages, les puisards qui débordent dans certains lotissements, les éboulements, les perturbations habituelles de la pluie qui ne cesse pas depuis trois jours, Edouard Fritch et son 3ème gouvernement avec un optimisme sans failles, donnera vendredi matin une conférence de presse téméraire sur les« Perspectives de l’action du gouvernement pour 2017 », à 10h, à la Présidence. On pourra toujours les lui rappeler en 2018 si ce n'est pas tenu. Moi, président, je ferai...

 

 

Dans deux jours...certains vont valser...


Mercredi 18 janvier 2017


Le pot au noir, d'un noir d'encre...

Nous pourrions oser dire que jamais une telle vilenie n'était arrivée, mais ce n'est malheureusement pas le cas. Toutefois, violeur, matraqueur, incendiaire, ce criminel qui nage dans le pot au noir a fait la totale à sa victime.Il n'a aucune excuse. Voilà un personnage  avec lequel nous aurions peur de nous trouver face à face. Se défendre?  Oui, mais blessez- le avec un teaser, un couteau ou le pistolet de Clint Eastwood et c'est vous qui le plus souvent, vous retrouverez incarcéré. Alors quoi ? Se laisser faire ? Et voir sa vie être détruite physiquement et matériellement  face à la "force" ? Se coucher en serrant dans sa main une arme ? Pourquoi ce record de noirceur à Tahiti ? L'oisiveté ? Peut-être. Le manque d'argent ? Peut-être. Le viol ? Toujours. Et pour cacher le larcin, le crime, l'incendie du délit : Assassinat ? Meurtre ? Quelle différence ? Pour en avoir le cœur net je suis allée sur internet  :

Le meurtre et l'assassinat sont deux notions juridiques souvent confondues. Mais meurtrier n'est pas synonyme d'assassin d'un strict point de vue pénal. Si ces deux infractions sont bien des crimes constitués par un homicide intentionnel (l'auteur de l'acte a l'intention de tuer la victime dans les deux cas), l'assassinat est considéré comme plus grave que le meurtre car il est commis avec une circonstance aggravante : la préméditation

Cette distinction est particulièrement importante au regard des peines encourues par l'auteur du crime : si le meurtre est en principe passible de 30 ans de prison, l'assassinat est passible de la réclusion criminelle à perpétuité. C'est la même juridiction qui est néanmoins compétente pour juger ces deux crimes : la cour d'assises.

Ce criminel a donc peu de chances d'échapper à la perpétuité car il a choisi la maison et la victime. Le hasard du choix est exclu, celui de la sentence probable aussi.

 

Les contradictions de René Bidal

Face à la presse sélectionnée pour son comportement sans insolence frondeuse, une tare peu admissible sous la mandature de "Bidal Ier" et probable dernier du genre, celui-ci a fracturé des portes ouvertes entre croissants et petits pains au chocolat, lors de son déjeuner de presse, avec une  virtuosité qui, il en est persuadé, lui tient lieu de génie. Cela lui permet de croire qu'il vient de sortir de sa besace une vérité ! Hélas... Tous avant lui, ici et là-bas, ont fait le même constat, la démission des parents qui n'ont de "parents " que le nom. Quelle aubaine d'avoir un représentant de l'Etat dont on peut reprendre les propos. Cela n'a jamais été le cas avec Lionel Beffre.La critique nous manquait car nous ne pouvions en dire que du bien !

Sentencieux, écoutez bien, René Bidal a prévenu au cours de ce petit déjeuner de presse, qu'il était très important de rappeler aux "parents" qu'un enfant de 13 ans ne peut pas vadrouiller la nuit sur la route. On est bien d'accord mais - et c'est là l'inquiétant, il a ajouté , "sauf s'il n'est pas équipé correctement lorsqu'il prend son scooter !" Donc nous avons tous compris, sans faire de mauvaise esprit, qu'à pied, la nuit, à 13 ans, il ne peut pas se promener en regardant les étoiles, mais à scooter, la nuit, il peut sillonner les routes en risquant sa vie, malgré le casque ! C'est la meilleure du début d'année...Il en fallait une. Il l'a faite ! Sommes-nous surpris ? Non pas vraiment !

Quant aux "Accords de Papeete", faudrait tout de même faire fissa, l'élection présidentielle c'est pour bientôt et comme le document est toujours vierge, le prochain président n'est pas censé dire "amen" à tout ce que François Hollande voulait faire, mais n'a pas fait " parce que c'est long" a laissé tomber le préfet-gouverneur-haut commissaire. Quant à la loi Morin, idem : c'est long ! Et mauvaise nouvelle, qui a fait tiquer les combattants de l'anti-nucléaire ( Tiens où est donc passé le curé de l'association 193 ?), Bidal a souligné "je ne crois pas que la notion de risque négligeable disparaisse du texte final qui sera adopté " Vlan ! D'un seul coup, d'un seul, il a balayé  l'espoir des associations. Cela c'est du Bidal, on le sait, il ne fait pas dans la nuance. Un chat, c'est un chat qu'on se le dise !

( Fritch confirme dans un communiqué jeudi: pas de changement dans la loi Morin)


 

 

 

Lire ci-dessous : Royal sur la sellette inquiète l'Elysée

 

 Retard des vols TN 101 et TN 102 du 18 et 19 janvier 2017.


Air Tahiti Nui informe ses clients du retard des vols TN101 Papeete-Auckland, TN102 Auckland-Papeete, TN102 Papeete-Los Angeles et TN111 Los Angeles-Papeete pour raison technique.


Originellement prévu au départ de Papeete le 18 janvier à 07h55, le vol TN101 Papeete-Auckland est finalement parti à 12h30 ce même jour. Son arrivée à Auckland est programmée à 17h20 heure locale le 19 janvier.Le vol TN102 Auckland-Papeete, prévu initialement au départ d’Auckland le 19 janvier à 17h10,décollera à 19h20 le même jour. Son arrivée à Papeete est prévue à 01h20 le 19 janvier (dans la nuit
de mercredi à jeudi) au lieu de 23h10 le 18 janvier.


En conséquence, le vol TN102 Papeete – Los Angeles est également retardé. Originellement prévuau départ de Papeete ce mercredi 18 janvier à 23h59, ce vol partira à 03h20 le 19 janvier (dans la nuitde mercredi à jeudi pour arriver à Los Angeles à 13h30 heure locale le 19 janvier au lieu de 10h10.


Et le vol TN111 Los Angeles-Papeete, prévu initialement au départ de Los Angeles le 18 janvier à22h40, partira à 23h59 ce même jour pour arriver à Papeete le 19 janvier à 06h25 au lieu 05h05.
Le reste du programme est inchangé.


Air Tahiti Nui adresse ses plus sincères excuses pour les désagréments causés par ces retards etinvite ses clients à consulter son site internet www.airtahitinui.com ou à contacter l'Aéroport de Tahitiau 40 86 60 61 pour toute information sur ses horaires

.
La Direction Commerciale
AIR TAHITI NUI

 

 

Service de la communication de l'OPT

Les îles coupées du monde

L’OPT informe ses clients qu’en raison de la forte intensité des précipitations survenant sur Papenoo, le réseau de transmission satellitaire est perturbé.
Ces dysfonctionnements dus à la dégradation des conditions météorologiques impactent l’ensemble des îles couvertes par le réseau satellitaire.
En conséquence, ces îles ne sont plus en mesure d’accéder aux services de : téléphonie fixe, téléphonie mobile, connexion ADSL.
Cet épisode de fortes pluies sur Papenoo affecte également la transmission du signal TNS.

L’OPT remercie ses clients pour leur compréhension.

 

Royal sur la sellette

 La ministre de l'Ecologie, ancienne présidente de Poitou-Charentes, dont la gestion est actuellement examinée par la chambre régionale, fait l'objet d'un livre réquisitoire.

C’est le livre qui préoccupe Ségolène Royal. Un ouvrage pas vraiment tendre avec la ministre de l’Ecologie. "La Princesse Royal", de Patrick Guilloton, qui sort cette semaine aux éditions du Cherche Midi, est un réquisitoire en règle contre les méthodes de gouvernance de l’ancienne présidente de la région Poitou-Charentes.

L’auteur raconte avec la minutie d’un greffier la gestion de l’ancienne candidate à la présidence de la République à la tête du conseil régional, ses dépenses pharaoniques, sa "légèreté" qui a conduit à des dérives désormais entre les mains des magistrats de la chambre régionale des comptes.

Accusée de mauvaise gestion en Poitou-Charentes, Royal crie à la diffamation

Le socialiste Alain Rousset, président de la grande région Nouvelle-Aquitaine, qui gère désormais le Poitou-Charentes, a découvert avec effarement des factures impayées de 132 millions d’euros ainsi que des emprunts "potentiellement toxiques", avoisinant les 130 millions d’euros.

Normalement, les juges doivent rendre leur rapport avant la fin de l’année. "S’ils estiment que les comptes sont insincères, raconte un connaisseur du dossier, Ségolène Royal pourrait être poursuivie devant une juridiction pénale."


Dans l’entourage de la ministre, on minimise l’affaire, mais, à l’Elysée, ce dossier, malgré la sérénité affichée, donne des sueurs froides. François Hollande pourrait bien, en janvier, se retrouver avec une affaire "Ségolène" à gérer, si la Cour des Comptes renvoie "Gabegie la magnifique", selon la formule de Dominique Bussereau, devant une juridiction pénale.


 

Extrait du compte rendu du conseil des ministres

Subventions aux communes de Taputapuatea, Uturoa et Taiarapu Est

 Le Conseil des ministres a validé l'attribution de subventions aux communes de Taputapuatea, Uturoa et Taiarapu Est. Pour Taputapuatea, il s'agit d'une subvention de 11,7 millions Fcfp (soit 60% du montant des travaux), pour un projet de rénovation des bâtiments techniques de la commune. En ce qui concerne Uturoa, il s'agit d'une subvention de 6,7 millions Fcfp (soit 60% du montant des travaux) pour l'aménagement routier de Vaihoroe. Et pour Taiarapu Est, il s'agit d'une subvention de 6,5 millions Fcfp (soit 80% du montant total), pour la réalisation d'études relatives à la réfection du réseau d'assainissement pluvial et de la voirie communale du centre de Afaahiti. En outre, le Conseil des ministres a autorisé la prorogation d'une subvention en faveur de la commune de Moorea pour l'aménagement des vestiaires du stade de Pihaena.

  

Prise en charge du fret des produits transformés pour la Compagnie agricole polynésienne

 En 2009, la Polynésie française a instauré un dispositif de prise en charge du fret des produits transformés dans les îles vers Tahiti.  Un arrêté d’application de novembre 2009 en précise les modalités (produits, conditions d’éligibilité, etc.) et la liste des bénéficiaires.

 Le Conseil des ministres a validé l’inscription de la SARL Compagnie Agricole Polynésienne et de l’agriculteur patenté Jeannot Chung (Nanitai Taro Rurutu) sur la liste des bénéficiaires de la prise en charge du fret pour leurs fruits et légumes transformés. Cette prise en charge sera effective dès la parution des modifications au Journal officiel de la Polynésie française.

 

Au travers de la prise en charge du fret des produits transformés, le Pays participe au soutien de la croissance économique agricole dans les îles éloignées en lui permettant d’élargir ses débouchés sur l’île de Tahiti.

 

  

La menace : "Si Fillon donne sa circo à NKM, ce sera la guerre"

 Le nouvel obs le 18/1/2017

 Unifier son camp après la primaire. C'était l'un des premiers défis à relever pour François Fillon, au lendemain de sa victoire. C'est peu dire que la tâche est plus compliquée que prévue. Empêtré dans les polémiques sur son projet de réforme de la Sécurité sociale, l'ancien Premier ministre voit les sujets de divisions se multiplier en interne. Après la fronde des sarkozystes, François Fillon va devoir calmer la colère de Rachida Dati, qui vient de voir l'investiture qu'elle convoitait lui échapper.

 C'est finalement Nathalie Kosciusko-Morizet qui a été investie dans la circonscription parisienne de François Fillon. Un siège acquis à la droite depuis des décennies, et que lorgnait également l'ancienne ministre de la Justice ! Un choix dicté par François Fillon mais que celui-ci pourrait payer cher, à en croire les propos rapportés cette semaine par "le Canard enchaîné". Furibarde, la maire du 7e arrondissement de Paris aurait en effet lâché devant la Commission d'investiture, pour l'impressionner :

 "Si Fillon donne sa circo à NKM, ce sera la guerre, et, faites gaffe, j'ai des munitions... Je vais lui pourrir sa campagne."

 

 

 

Les clandestins ont de la chance, ils vont pouvoir traverser à pied

 !

 

Terminé depuis près de 6 ans, le pont sur l'Oyapock pourrait être ouvert ces jours prochains. Les autorités françaises et brésiliennes ont procédé le 16 janvier à des exercices en présence du gouverneur de l'Amapa Waldes Goes, du préfet de la Guyane, Martin Jaeger et le président de la Collectivité Territoriale de Guyane, Rodolphe Alexandre.

Il s'agissait de vérifier la conformité de l'ouvrage d'art et du dispositif administratif et de police qui accompagne le franchissement d'une frontière. Les services de douanes sont opérationnels des deux côtés, même si le bâtiment de la douane est encore en travaux du côté brésilien. Tout devrait être terminé pour le mois de juillet.

Dans les communes, les habitants sont plutôt satisfaits, ils attendent depuis des années la mise en service de ce pont dont on attend des retombées économiques particulièrement dans le tourisme.

Les brésiliens devront cependant régler la situation des piroguiers qui assurent le transport entre les deux rives et qui vont se retrouver au chômage.

La date d'ouverture sera fixée prochainement entre Brasilia et Paris.

 

Selon un baromètre Odoxa publié ce mardi, le leader d’En Marche est la personnalité politique suscitant le plus d’adhésion (40% notamment de la gauche). Il devance François Fillon (32%, +1).



 

 

 

Mardi 17 janvier 2017

 

Première interview de Gaston Flosse président du Tahoera'a Huiraatira

 

Gaston Flosse est certainement l'homme politique polynésien qui aura, et travaille toujours, le plus dans sa vie. C'est son carburant, celui qui fait tourner le moteur. Encore aujourd'hui, rien ne lui échappe, une phrase mal dite, une information tronquée, il vous reprend et la meilleure, c'est que c'est lui qui a raison ! La séduction de cet homme, loin d'être factice, a toujours séduit  novices ou pas, mais en naufrageant, par ruse, les prélats de la politique.

Il n'a pas besoin de primaire, elles sont implicites au quotidien. Il invite les néophytes dans ses nocturnes, à rejoindre son parti, le seul, pour lui et d'autres, ayant  un avenir, convaincu que pour finir, il n'en sortira que renforcé malgré certains pronostics. Il ne s'avouera jamais vaincu. Et si jamais il l'est un jour, il travaillera trois fois plus pour revenir plus fort encore. Verrouillé au Tahoeraa,  il ne veut même plus penser à des successions de sérail, claniques, endogènes, "antonines" disait Pompidou, par référence au mode de succession d'une séquence d'empereur romain. Mais si un jaloux ou un traitre lui jette une pierre, un conseil, qu'il se méfie, un jour ou l'autre il lui jettera une fleur mais n'oubliera pas le pot avec !

Moins fougueux, c'est sans doute le privilège de l'âge, on verra dans ses réponses qu'il est devenu beaucoup plus prudent que dans le passé. Il sait aujourd'hui que le lion dans la savane marche seul alors que le mouton se déplace en troupeau. Il n'oublie jamais rien. Même si parfois il lui arrive de pardonner. Encore faut-il le mériter...

 

A Paris avec son député favori Jonas son épouse et la compagne de Gaston Flosse Pascale

 l1/ Merci, monsieur le président, de bien vouloir donner à Tahiti Today votre première interview de l’année 2017. D’ailleurs comment l’envisagez-vous cette nouvelle année qui va voir se multiplier les élections, les problèmes politiques et probablement des batailles rangées au sein de l’hémicycle comme l'a souligné récemment Marcel Tuihani, le président de l'Assemblée ?

Gaston Flosse : Je suis très confiant. Ce n’est pas une confiance béate, c’est une confiance acquise sur le terrain à la rencontre de nos populations, ici à Tahiti et dans les îles. Les gens aspirent au changement, ils veulent retrouver confiance en l'avenir. Il reste beaucoup de travail et, vous le savez, en politique rien n’est jamais acquis d’avance, il faut donc travailler dur jusqu’au dernier instant. Il faut expliquer, convaincre, écouter et ne pas faire semblant d'avoir compris.

 

Je suis sceptique car je connais bien les nouveaux ministres !

 

2/ Edouard Fritch vient de présenter son nouveau gouvernement; Que vous inspire sa composition ?

Pas grand chose pour tout vous dire. Je m’attendais à mieux. Il n’y a aucune tête nouvelle à croire qu’il n’y a pas de jeunes ,compétents ,dans notre pays. Ce n’est pas tout de parler de nouvelle gouvernance, de changement, de relève, encore faut-il être capable de le faire. Croyez-vous que ce gouvernement incarne le renouveau ? Ils sont tous issus peu ou prou du Tahoera’a Huiraatira. Je les connais donc bien. je ne veux pas porter de jugement sur les personnes, mais parce que je les connais bien, vous me permettrez d’être sceptique. Comme je le disais à vos confrères, ce sont les vieux chevaux qui sont de retour ! Est-ce un attelage gagnant ? Je n’en suis pas convaincu.

 

3/ Edouard Fritch a présenté son gouvernement comme un gouvernement de combat avec des gens opérationnels ! Vous n’êtes pas convaincu ?

De quel combat parle-t-il ? Celui qu'il démontre tous les jours par son action ? Son combat, c'est de rester président de la Polynésie en 2018. C’est son obsession : gagner les prochaines élections ! Le reste, ce n'est pas son problème ! Ne lui parlez pas d'économie, de croissance, de PIB : ces mots là, il ne sait pas ce qu'ils veulent dire! Pour lui, ce qui compte, c'est gagner les élections, quant au reste, débrouillez vous! Regardez la PSG : Depuis le temps qu'il nous a promis "dans 6 mois vous aurez la PSG.".. et nous ne l'aurons pas avant les élections 2018! Alors quel autre combat peut-il mener si ce n'est ce combat électoral et utiliser tous les moyens à cet effet ?

 

François Fillon est-il votre candidat à la présidentielle ?

 

4/ Pour qui lors de l'élection du futur président de la République, allez-vous faire voter le Tahoeraa ? Les favoris François Fillon ou Marine Le Pen celle que l’on donne présente au 2° tour de l’élection présidentielle ? Au fait, avez-vous reçu l’investiture à l’Assemblée nationale des Républicains ?

Nous soutenons François Fillon. L'engagement du Tahoera’a Huiraatira lui a permis de passer de 696 voix au premier tour de la primaire à 6399, soit dix fois plus. C’est un signe très fort qui ne trompe pas, comme vous l’aviez déjà analysé en son temps. Nous avons officiellement sollicité l’investiture des Républicains auprès de Monsieur Fillon, afin de confirmer les engagements pris par Laurent Wauquiez et Nicolas Sarkozy dès le mois d’octobre dernier. Nous attendons à présent la confirmation de ces investitures. Je note qu’au dernier conseil national des Républicains les investitures pour la Polynésie ont été réservées. Nous attendons.
Concernant votre question sur Marine le Pen…Je trouve qu'elle fait un parcours sans faute. Elle occupe le terrain, évite les polémiques inutiles. Elle laisse les autres étaler leurs divisions. C’est vrai qu’elle est bien placée si l’on en croit les récents sondages, et il y’a de fortes chances qu’elle soit au second tour…. 

 

5/ Le programme de François Fillon qui est pressenti comme prochain président de la République ne fait pas l’unanimité. Il a au moins le mérite d'annoncer son programme afin que les électeurs sachent pour qui et pour quoi ils votent avec les risques que cela entraine.  Sur quoi butez-vous vous-même ?

Je comprends la nécessité de réformer et de réaliser des économies. Nous l'avions nous-mêmes fait en revenant au pouvoir en 2013, c’était la condition du redressement. Ce sont des décisions dures à prendre, et difficiles à faire accepter surtout en France. Le plan de réduction des fonctionnaires, chiffré à 500.000 postes sur cinq ans passe mal. Ce plan sera difficile à réaliser et il ne faut pas que cela mette en péril la sécurité des français et la qualité des services publics, dans l’éducation et la santé en particulier. Je note que le programme de François Fillon fait parfois sursauter, il devra probablement reconsidérer certains objectifs.

 

6/ Quel est ,à votre avis, le futur gagnant de la primaire de la gauche ? Valls, Montebourg, Hamon ?

Difficile à dire. Il faut s’attendre à des surprises comme pour la primaire à droite. Monsieur Valls à ses chances, Monsieur Hamon est bien placé également. La candidature hors primaires de Macron et celle de Mélenchon constituent des handicaps sérieux pour la gauche et vont diviser ses chances.

 

 

 

7/ Puis, ce sera pour la Polynésie les législatives. Vous espérez toujours avoir trois députés ? Vos candidats ne vous tourneront pas le dos dès leur élection comme l’ont fait les précédents. Les Polynésiens en politique n’ont honte de rien .Se faire élire par le Tahoeraa comme on l’a vu puis lui tourner le dos et se rendre chez le voisin, c’est tout de même surprenant  comme attitude ou remerciements ?

Je suis confiant pour les législatives. Nous avons trois bons candidats qui se complètent bien et qui sont dotés de réelles qualités et compétences, je vous rappelle que dans la 1ere circonscription nous avons : Moana Greig et la mairesse de Uturoa Syviane Terooatea qui est revenue au Tahoeraa ce dont je me réjouis. Dans la 2e circonscription : Teura Iriti  et le maire de Tubuai Fernand Tahiata et dans la 3e circonscription : Vincent Dubois et le maire de Moorea Evans Haumani.
En ce qui concerne la loyauté, c’est toujours un pari. Je n’oublie pas que la politique n’est pas exempte d’ambitions personnelles, mais elles ne doivent pas prendre le dessus sur l’intérêt général, ni sur la fidélité au parti et aux électeurs qui vous ont choisi, précisément parce que vous êtes sur une liste portée par un parti et une ambition collective qui s’incarne dans un programme. C’est en ce sens que nous avons qualifié les changements intervenus ces derniers mois de trahison. Nous ne sommes jamais certains de rien. Bien malin et imprudent celui qui peut s’aventurer à affirmer qu’il n’y aura plus de trahisons. Il faut faire confiance. Et j’ai confiance.

 

Mais où sont donc les investisseurs locaux promis pour faire un "petit Mahana Beach" ?

 

8/  Etes-vous déçu d’avoir vu sombrer le TAHITI Mahana Beach ? Et de constater que "le petit Mahana Beach" ne sort pas la tête de l’eau ?Peut-être pour favoriser le nouveau dada d’Edouard Fritch une île ou une ville flottante made in San Francisco ?

Oui je suis déçu car ce grand projet était le seul capable de booster l’économie et de relancer les emplois en nombre suffisant. Cela a été largement souligné depuis des années. Nous avons besoin de ce grand projet pour doper nos entreprises et repositionner notre tourisme sur la carte touristique mondiale, car il végète toujours, même si le nombre de touristes augmente, mais nous sommes toujours sous la barre des 200.000 touristes, loin, très loin derrière d’autres destinations de la région ou de l’océan indien qui nous sont passées devant depuis longtemps. Edouard et Bouissou notamment ont beaucoup dénigré ce projet le qualifiant de trop ambitieux, de pharaonique même. Et aujourd’hui on voit qu’ils soutiennent un projet assez ahurissant comme ce projet de ville flottante. Ils ne sont déjà pas capables de construire des hôtels sur la terre ferme, et ils veulent accompagner un projet qui consiste à construire une ville qui flotte sur l’océan ? Vous ne trouvez pas que c’est vraiment n’importe quoi ? De plus, ce projet, s’il se fait, se fera clef en main, c’est-à-dire qu’il sera construit ailleurs et qu’il ne profitera pas en terme d’emplois au Pays. Notre projet du Mahana Beach avait pour ambition de donner du travail à notre population et de relancer nos entreprises. Le Tahiti Mahana Beach, ce n’est ni du vent, ni du rêve, ni des idées qui flottent en l’air ou sur l’eau, c’est du possible et du réalisable. Encore faut-il le vouloir. Là est la question. Edouard a raté le coche de ce projet.

 

9/Les investisseurs locaux qui devaient se bousculer pour une reprise du projet Mahana ont l’air de faire la sourde oreille, cela vous préoccupe ?

Un tel projet a besoin d’être porté par une réelle volonté politique; or on ne la sent pas cette volonté. Au contraire, chaque fois que le président et le gouvernement parlent de ce projet ils sont frileux, ils émettent des réserves, quand ils ne le critiquent pas carrément. Que voulez-vous, ce n’est pas comme ça que l’on donne confiance aux investisseurs ! Gouverner c’est savoir donner confiance. Cela n’est pas la qualité première d’Edouard. Nous avons perdu des années précieuses qui repoussent d’autant la véritable relance de notre économie. Une certaine forme de reprise est là, mais elle reste fragile, nous sommes sur un circuit économique court.  Nous ne sommes pas à l’abri d’une nouvelle crise économique mondiale comme en 2008. Les tensions internationales et les conflits en cours risquent de peser sur les matières premières et notamment sur les cours du pétrole qui risquent de repartir à la hausse.

 

10/ Vous avez toujours attaché une attention particulière à la PSG avez-vous de ses nouvelles ?

C’était une priorité de notre programme. On n’en parle plus. Plus rien depuis que Edouard est au gouvernement, sauf dans les discours. Mais rien de concret. Le temps passe et la situation de la PSG ne s’améliore pas, puisque la reprise économique et la création d’emplois ne sont pas au rendez-vous. Ce ne sont pas les quelques emplois créés ici et là qui vont venir alimenter la PSG. On nous parle de Jacques Raynal qui serait chargé d'y travailler. Mais avant une élection c'est sans doute dangereux car selon le ministre des Finances, les Polynésiens devront mettre la main à la poche...

 

11/ Avez-vous l’impression qu’avec Edouard Fritch les pauvres sont moins pauvres comme il l’avait promis ?  Marcel Tuihani doute de la reprise économique dont se gargarise le gouvernement et vous ?

Marcel à raison d’en douter et nous en doutons tous. La réalité que je vois dans les quartiers et les vallées n’est pas celle des statistiques. La précarité progresse, la misère a gagné beaucoup de terrain, c’est une réalité incontestable. Faire croire que ça va mieux, c’est mentir. Cette forme de reprise a surtout profité à la grande distribution et à certains commerçants. Cela relève des besoins élémentaires à satisfaire, cela relève de la consommation courante des ménages. Ce n’est pas ça qui va créer des emplois. D’ailleurs ces entreprises qui ont bénéficié de cette forme de reprise sont principalement celles qui ont bénéficié des commandes publiques. Pour autant ,on sait que ces entreprises n’ont pas embauché, qu’elles ont eues recours aux heures supplémentaires ou à des intérimaires ou des patentés.  On n’a pas même pas créé 300 emplois en 2016. Il sont environ 1500 à 2000 jeunes à arriver sur le marché de l’emploi chaque année. Et je ne vous parle pas des milliers d’emplois détruits durant la décennie du taui, on parle de 15.000 emplois perdus. Faites le compte et vous verrez que nous en sommes très loin.

Notre statut a montré ses limites

12/ Etes-vous favorable à une évolution statutaire et avez-vous toujours derrière la tête le statut de pays associés ?

Oui, je crois qu'après trente ans, l’Autonomie a bien vécu, et doit évoluer. Notre statut a montré ses limites. Mais encore une fois, faire évoluer l’autonomie ce n’est pas sortir de la République, ce n’est pas rompre avec la France. Le statut de pays associé avec la République me semble être la prochaine étape qui clarifiera les relations et les compétences respectives de l’Etat et de la Polynésie française. Ce n'est pas un "toilettage". Il en ressortira un meilleur équilibre, un meilleur respect.

 

13/ Que pensez-vous du bras de fer entre Michel Leboucher et Nicole Sanquer qui le traite de menteur ?

Michel Leboucher à raison de s’inquiéter. Nous voyons bien que la ministre de l‘éducation est totalement sous la coupe du vice-recteur. L’Etat est entrain de reprendre progressivement cette compétence de l‘éducation qui nous a été transférée avec son financement assuré par l’Etat. Mais ces financements ne justifient pas que l’Etat reprenne la compétence. Assurément Nicole Sanquer est un ventre mou, elle fragilise notre autonomie, et j’ai toujours pensé qu’elle n’était pas dimensionnée pour cette responsabilité.

 

14/ Donald Trump sera dans quelques jours le président de la plus grande puissance mondiale. Il subit actuellement une violence extraordinaire dans les attaques de ses opposants à la limite de la décence. Pourtant ses idées économiques sont reprises même en France et donnent déjà leurs fruits aux Etats Unis. Les grosses firmes d'automobiles ont rapatrié leurs usines de Chine aux Etats Unis et offrent des centaines d'emplois aux Américains. Croyez-vous qu’il sera un bon président ?

Chacun doit avoir sa chance. Il a été plébiscité par les grands électeurs américains, contre toute attente c’est vrai. Mais il est désormais le président de la première puissance économique et militaire au monde. Il fera sans doute bouger les lignes. Fera-t-il un bon président ? Il est trop tôt pour le dire, laissons-le d’abord agir et nous verrons bien. Ce qui est sûr, c’est qu’il ne sera pas forcément pire que certains de ses prédécesseurs. En tant qu’homme d’affaires qui a réussi, il a au moins une certaine expérience que d’autres avant lui n’avaient pas. Quand je l’ai rencontré à New York, j’ai eu à faire à un homme posé, attentif et pragmatique. Je reste sur cette impression. Après j’entends certaines de ses déclarations récentes, sur l’Europe, sur l’Otan, sur le réarmement nucléaire, etc. qui ne sont pas forcément rassurantes. Attendons de voir.

 

Avez-vous un héritier ?

15/ Parlons un peu de vous monsieur le président, l’âge n’a pas de prise sur vous. Vous êtes sur le terrain la nuit et à votre bureau à partir de 5h. du matin. Comment faites-vous pour tenir le coup car même un homme dans la force de l’âge serait pour le moins fatigué ?

C’est ma nature. C’est ma vie. J’essaye d’abord de maintenir une bonne hygiène de vie et je fais du sport tous les jours pour rester en pleine forme. Je crois ensuite que c’est ma passion et mon amour pour mon pays qui gonflent mes voiles. Quand je vois la souffrance autour de moi, quand je vois que mon pays recule au lieu d’avancer, je ne peux pas rester inactif. J’ai donné ma vie entière à mon pays et je continuerai tant que Dieu m’en donnera la force, et tant que les Polynésiens décideront de me faire confiance.

 

16/ Avez-vous un héritier ?Le mot est peut-être banni car celui que vous avez soutenu et propulsé pendant des années a-t-il échaudé le lion que vous étiez et que vous êtes toujours au plan de votre héritage ? A votre avis est-il réellement un « héritier » ?

Vous savez, j’ai retenu les leçons de ce qui s’est passé avec Edouard Fritch. Je l’ai désigné comme mon successeur et mon héritier en quelque sorte,je l'ai promu pendant des années dans tous mes discours en attendant le moment de la concrétisation. Je suis resté fidèle à ma parole et à mes engagements vis à vis de lui, en dépit des mises en garde que j’ai reçues de la part de certaines personnes avant de lui transmettre le flambeau. On m’a dit, “Tu es sûr de ton choix ? Tu sais, Edouard a changé”, etc. La suite chacun la connaît, il m’a trahi, il a trahi la confiance que j’ai placée en lui. J’en ai assez souffert et j’ai à présent tourné la page, car c’est l’avenir qui m’intéresse et non le passé. Le moment venu, je ferai un choix, je proposerai quelqu’un et le parti se prononcera. Pour l’heure, je suis candidat pour conduire la liste aux prochaines élections territoriales, et je reste le président du Tahoera’a Huiraatira. L’heure de ma succession n’est pas encore venue, et pour répondre à votre question : non, je n’ai pas de successeur désigné à ce jour.

"En voilà une réponse qu'elle est claire"  dirait Coluche !

Trahi

 

Ah si Hollande n'était pas là pour payer, la Polynésie serait dans la...mouise !!!!!

Balance des paiements 2015 de la Polynésie française selon le  Rapport  annuel 2015 de la Balance des paiements de la Polynésie française ' l'IEOM)

Dans un contexte économique plus favorable, l’excédent des revenus (salaires et investissements) s’élève à 58,7 milliards de F CFP en 2015, soit +0,8 milliard de F CFP par rapport à 2014. Il est structurellement excédentaire du fait d’importants versements de salaires de l’État vers la Polynésie française.


Le tourisme génère 42 % des recettes de biens et services du Pays. Le solde des échanges de services s’inscrit en hausse de 7,4 milliards de F CFP en 2015, pour s’établir à 61,1 milliards de F CFP, principalement grâce aux bonnes performances des services de voyage et au renforcement des dépenses d’investissement des forces armées dans le cadre du projet TELSITE, enregistrées en exportations de services des administrations publiques.


Les recettes touristiques s’élèvent à 50,1 milliards de F CFP en 2015, en hausse de 9,3 % sur un an et de 37 % en cinq ans. Le tourisme conforte ainsi son rôle de première ressource à l’exportation de la Polynésie française, générant 42 % des recettes de biens et services du territoire en 2015.


En revanche, le déficit de la balance des biens se creuse de 5,3 milliards de F CFP en 2015, à 147 milliards de F CFP. Les exportations reculent (-1,2 milliard de F CFP), grevées par la forte baisse des recettes liées au secteur perlicole, alors que les importations progressent (+
4 milliards de F CFP) en raison d’importants achats de biens d’équipement.


Poids important des versements de l’État


Les versements publics nets de l’État (solde des services des administrations publiques, des rémunérations des salariés du secteur public et des transferts courants du secteur des administrations publiques) atteignent 134 milliards de F CFP en 2015, ce qui représente 51 % du total des crédits du compte de transactions courantes. En termes nets, ils pèsent 24 % de la richesse créée en Polynésie française en 2015.


Les transferts courants des administrations publiques, 75,1 milliards de F CFP en 2015, représentent 28 % des recettes du compte de transactions courantes : en recul de 3,4 % en 2014, ils progressent de 6,1 %. S’y ajoutent d’autres versements, sous forme de salaires, de dépenses de fonctionnement et d’investissement, de pensions.


Des investissements nets entrants toujours très limités


Les investissements directs (IDE) se soldent par des entrées nettes très faibles, 0,3 milliard de F CFP en 2015, après 2,8 milliards de F CFP en 2014. Cette diminution est liée à une nette réduction des apports de trésorerie de sociétés mères vers leurs filiales en Polynésie française. En revanche, les achats de biens immobiliers en Polynésie française, effectués à 78 % par des métropolitains, s’inscrivent en légère hausse en 2015 (+0,3 milliard de F CFP), pour s’établir à 1,2 milliard de F CFP.
 

 

 

Selon un sondage d'une centaine de personnes sur 1000 effectué sur radio 1, Edouard Fritch serait l'homme de l'année !!!!Mais avec un tel score difficile de gagner des élections  même en étant "nominé avec un minimum de personnes"!

Conférence de presse, communiqué sur le projet d'île ou ville flottante par le gouvernement.

Photos à l'appui, signature avec les instigateurs d'un projet qu'ils n'ont pas réussi à implanter ailleurs. Déplacement à San Francisco. Etc...Peter Rhiel millionnaire ayant participé au financement et à la création du "Seastanding institute",lucide, explique  que ces îles flottantes ne sont pas réalisables d'un point de vue technique. Mais alors pourquoi nous annoncer avec trompettes médiatiques, déplacement à San Francisco, signature d'un protocole d'accord que notre gouvernement a trouvé un nouveau dada qui ne verra probablement jamais le jour. Est-ce pour faire oublier que les investisseurs locaux ont jeté l'éponge sur un mini Mahana Beach ? Sans doute ! Un écran de fumée...

Mais le comble c'est que cette ONG précise qu'avec le niveau de l'eau qui monte dans le Pacifique, on pourra toujours se réfugier sur l'île en question !!!! Bonne chance !

 

Jean Pierre Viatge sur Tahiti infos explique très clairement les "dessous du renouvellement de la concession Secosud." Dallas pour l'électrification des communes du Sud de Tahiti, cela change du pétrole !Mais les ambitions et les intérêts sont aussi forts à notre échelle bien sûr .

 

Lundi 16 janvier 2017

 

Editorial

Avec un petit coup de goupillon, plus qu'un an pour les miracles

Dociles à leur plan média, suite à leur nomination sur la photo du nouveau gouvernement, les mains croisées sur la braguette de leur pantalon alors que les ministres de tous les gouvernements les font généralement pendre sagement de chaque côté du corps , rengorgé de satisfaction à peine contenue  Teva Rofrischt, vice-président est prêt à exploser de bonheur. Toujours sur la photo de la Dépêche de samedi, regard hautain pour Tearii Alpha  mais tout sourire  pour Heremoana Maamaatuaiahutapu, sérieux pour Nuihau Lauray, joyeux pour Nicole Bouteau qui se murmure tous les matins en se levant , "enfin", surpris pour Luc Faatau et rigolard pour Nicole Sanquer qui conserve le sport alors qu'elle  voulait passer le relais, Jacques Raynal enfin a le même sourire satisfait qu'Edouard Fritch, le revoilà face à ses pairs. On verra combien de temps il le garde.

Bref, ils sont tous contents. Mais les Polynésiens le sont un peu moins car ils attendent les grands projets promis depuis deux ans, la baisse du chômage comme celle de Hollande est un leurre , la relance microscopique, alors qu'ils croyaient finalement dans un grand, fructueux et compétent remaniement pour des "demain" qui chantent. Or ce dernier a fait pschitt.

Quand aux projets, Soeur Anne ne voit venir qu'une île flottante et peut-être un jour dérivante, mais dont les promoteurs ne savent même pas si elle ne coulera pas, n'en ayant jamais construit une, avant ! Nos champions politiques ne circulent plus que dans un flux d'images de bonheur de leur fonction nouvelle ou ancienne, de leur quant à soi, où s'épancheront leur ego. Notre œil s'est très vite accommodé au changement de leur physionomie. Quant à la Chambre de commerce, puisque son président Sébastien Bouzard est très content du travail de relance économique de sa seigneurie Teva Rohfritsch à ce poste, pourquoi être plus pessimiste que le roi ! Les grands projets ne décollent pas, la relance de l'Economie se fait via une baisse des prix des tee-shirts, une idée géniale en vérité fallait oser et la vice présidence n'étant qu'un gadget honorifique, on peut dire, en effet, " youpi " tout est sous contrôle !

Cette mini-tempête dans un verre d eau ne peut même pas dissiper les brumes des mensonges et satisfécits dont s'entourent nos sommets ni même éveiller une maturité publique, seuls les résultats des législatives mettront à bas les bastilles des corporations médiatiques qui cadenassent le pays quant aux patrons de presse, leurs états d'âme ne peuvent être que laudatifs, ne pouvant pas déplaire au gouvernement dont ils ont besoin pour leurs affaires.

Edouard Fritch mènera-t-il tambour battant campagne pour l'élu de la primaire de la gauche ? Nous ne le croyons pas. A la victoire de Fillon, il a laissé tomber la gauche ! La reconnaissance n'est pas son fort, il laisse choir comme une vieille chaussette le gouvernement qui l'a aidé. Par ailleurs, il serait osé qu'il réclame l'investiture de celui qu'il a combattu lors de la primaire de la droite François Fillon, au profit de son propre candidat Alain Juppé dont il a rempli les pages de journaux, toutes à la gloire du maire de Bordeaux.

 Nuihau Laurey est allé un peu loin en disant presque que les messagers d'Edouard à Paris prennent leur café tous les matins avec Fillon. Même ses proches ont des difficultés pour le rencontrer. Bref, l'exigence morale du président polynésien n'est pas sa principale qualité malgré l'abondance de ses bondieuseries. Il n'est pas d'une originale densité.

 Par ailleurs Fillon calcule, car lui, ne peut pas faire l'impasse sur le plus grand parti de Polynésie le Tahoeraa pour un minuscule Tapura, loin de satisfaire la population contrairement aux dires de l'ex vice président Nuihau Laurey, la voix de son maître. Pas un seul bémol ! Fritch devrait le faire passer plus souvent à la télévision. Et comme d'habitude, Olivier Kressmann patron du Medef, peu  critique contrairement à son homologue parisien, est lui aussi très très content de l'immobilité économique de Rohfritsch. Du coup la messe du très expérimenté  Edouard Fritch dans le domaine religieux, est bien dite . Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ! On a trois cracks en plus dans le gouvernement. Sans compter les anciens. Adieu le passé, bonjour le présent, et vive l'avenir...Plus qu'un an pour les miracles.

 

 

Les comptes de l'OPT 2015 ont été présentés ce jour aux représentants. Pas de chiffres sur cette communication !

 

Dernière heure selon Outre-mer 360 : L'Investiture des Républicains pour les législatives toujours réservée pour la Polynésie française, Saint-Pierre et Miquelon, Wallis et Futuna et la Nouvelle Calédonie. Faudra attendre...

 

Les promoteurs qui viennent expérimenter leur projet d'île flottante en Polynésie sont bien conscients que cette expérience qu'ils n'ont pas tenté ailleurs, peut susciter des craintes mais ils insistent pour dire que celui-ci  s'inscrit dans le respect de la culture polynésienne. Tiens donc ! Revoilà, Marc Collins !!!

 

La bataille de Secosud : un nœud d'embrouilles et d'ambitions.

Grégoire de Chillaz, le patron de ENGIE/EDT, ne savait pas dans quel nid de guêpes l'avait envoyé sa maison mère. Depuis qu'il se retrouve en poste dans ce pays idyllique, il a du se faire tailler une armure pour amortir les coups d'une bataille technique et politique dont il est le centre bien malgré lui. De rebondissement en rebondissement  la distribution  d'électricité de Secosud devient un psychodrame à son tour avec un nouveau concurrent Teva Rua Nui regroupant des investisseurs locaux. Ce dernier bouscule l'ordre du jour du conseil syndical, change la date de la réunion qui devait se tenir mardi et a l'intention de faire voter la poursuite ou pas des négociations entre les candidats alors qu'il était prévu une procédure de "négociation directe" avec un seul candidat. Quel est l'enjeu ?

Le marché de Secosud dont l'appel d'offre dure depuis 2013 a projeté dans l'arène deux gladiateurs : ENGIE/EDT délégataire du marché de la distribution électrique et  Teva Rua Nui. Quand le syndicat des communes de Tahiti autrement dit Secosud regroupant Hitiaa o te Ra, Taiarapu Est et Teva i Uta devait attribuer le marché pour une duré de 17ans à l'un des deux candidats. On peut imaginer la bataille que vont se livrer ces deux groupements dont la préférence du président de Secosud Antony Jamet est favorable à ENGIE/EDT basée sur la compétence de cette société d'une part et jugeant d'autre part que Teva Rua Nui n'est pas valable juridiquement, 97% de ses actions étant détenues par des candidats écartés selon une note de Secosud relevée par Tahiti pacifique.

Reste que toute cette cuisine n'est pas vraiment digeste pour tous. Trop pimentée, trop exotique, trop clochemerdesque à notre goût. Voici ce qu'écrivent nos confrères de radio one plus aguerris sur le sujet :

S’il est maître de l’ordre du jour et dispose d’une voix prépondérante en cas de vote partagé, le président du Secosud et membre du Tapura, Anthony Jamet, est aujourd’hui minoritaire au conseil syndical. Selon plusieurs sources concordantes, le tavana a pu compter mardi dernier sur les deux élus Tapura de Teva i uta, Alain Sangues et Tearii Alpha. Tandis que l’autre camp s’est composé du maire UPLD de Hitiaa, Jacqui Drollet, de l’élu de la nouvelle majorité Flohr-Drollet à Hitiaa o te ra, Abel Tehotu, du tavana Tahoeraa de Teahupoo, Gérard Parker, de la maire de Pueu réputée proche de Tauhiti Nena, Annabella Teraitetia, et enfin du maire de Taiarapu Ouest, Wilfried Tavaearii. « Jacqui Drollet a réussi le même tour de force qu’à Hitiaa o te ra », analyse une source proche du dossier. « Sur sa commune, il a mis le tavana en minorité. Et au Secosud, il a mis le président en minorité. » Le conseil syndical du Secosud de mardi s’annonce donc une nouvelle fois électrisant !

 

 

On est tous bien Français la preuve !

En déplacement au Mali pour le sommet Afrique-France, François Hollande a confié qu'il ressentait "un goût d'inachevé qui aurait dû finalement justifier d'autres prétentions". Une allusion à peine voilée à son départ de l'Elysée. Début décembre, le président sortant a annoncé qu'il ne briguerait pas de second mandat pour ne pas aggraver la division de la gauche.

 S'il a des regrets, une question demeure : le chef de l'Etat va-t-il prendre parti pour l'un des candidats à la présidentielle ? Au hasard, Emmanuel Macron ? L'un de ses très proches a fait une déclaration qui anime la campagne, dimanche 15 janvier.

 Acte 1. Un proche de Hollande fait une confidence

 Dans un entretien  au Journal du dimanche, l'avocat Dominique Villemot, intime du chef de l'Etat depuis leur illustre promotion Voltaire de l'ENA, et soutien revendiqué d'Emmanuel Macron, laisse entendre que François Hollande pourrait soutenir son ancien ministre de l'Economie.

 "Pour l'heure, le président (...) ne soutient personne dans cette primaire" de la gauche, souligne Dominique Villemot. Et cela ne serait pas près de changer. Il l'assure : "François Hollande va probablement soutenir Macron." Et il insiste : "Je ne vois pas quel autre candidat il pourrait soutenir." Il donne même le timing de cette annonce : le président sortant "se prononcera fin février ou début mars".

 Acte 2. L'Elysée dément et attaque Villemot

 Vite contactée par Le Lab d'Europe 1, la présidence de la République désavoue Dominique Villemot. "Il ne parle pas avec l'aval de l'Élysée, il n'est pas le porte-parole de la présidence et nous ne sommes pas en contact avec lui", lâche l'Elysée. Le proche du chef de l'Etat "est seul responsable de ses propos". Il "n'est mandaté par personne pour s'exprimer, il tente de faire croire le contraire." Et donc, il "raconte n'importe quoi".

 Acte 3. Villemot se défend et accuse "Le JDD"

 Dans la foulée, l'avocat prend sa propre défense et fait savoir à Europe 1 que "contrairement à ce que laisse entendre Le JDD, le président ne [lui] a jamais dit qu'il soutiendrait Emmanuel Macron".

Dominique Villemot accuse l'hebdomadaire d'avoir déformé ses propos.

"Je démens donc formellement ce qui y est écrit", déclare-t-il.

 "Dans le texte que j'avais relu, il était écrit : 'Je pense qu'il n'est pas exclu qu'il [François Hollande] soutienne Macron' et non 'Mais François Hollande va probablement soutenir Macron'", plaide l'avocat, cette fois à L'Express. L'interview "n'engage que [lui] et personne d'autre, et surtout pas le président", fait savoir Dominique Villemot.

 Acte 4. "Le JDD" réplique et maintient les citations

 Aussitôt, Le Journal du dimanche publie deux nouveaux articles afin de contester la version de Dominique Villemot. Au passage, il expose les coulisses de cette interview.

 Le JDD a transmis le verbatim de l'entretien à Dominique Villemot pour qu'il puisse le relire. L'avocat a souhaité apporter quelques modifications. La formule "pourrait tout à fait soutenir Macron" s'est transformée en "Je pense qu’il n’est pas exclu qu’il soutienne Macron". Le JDD et son interviewé sont tombés d'accord sur une autre formulation, indique le journal : "Le président va probablement soutenir Macron." La phrase "Je ne vois pas quel autre candidat il pourrait soutenir" est conservée.

 Le JDD révèle un détail :  Dominique Villemot a envoyé un SMS dimanche matin à la rédaction. "Le président me demande de faire un démenti", y est-il écrit, selon le journal. François Hollande aurait donc demandé à son ami de rectifier ses propos.

 

Samedi 14 janvier 2017

Editorial

12 et 15 ans plus tard, sans portefeuilles, ils sont toujours opérationnels !

Inutile de revenir sur le gouvernement 3ème du nom d'Edouard Fritch, un par an en quelque sorte, sinon qu'ils sont tous bien replets si l'on en croit la photo d'un quotidien ( le nouveau ministre de l'Equipement ne peut même plus fermer sa veste de costume). Déjà ! (Mais nous sortons du lot Nuihau Laurey, Nicole Sanquer et Tea Frogier).On verra dans un an en ce qui concerne Jacques Raynal. Par ailleurs, le président a puisé des hommes, parait-il "opérationnels immédiatement, il y a tellement de choses à faire", alors qu'ils étaient ministres de Gaston Flosse il y a près de douze ans !! Rien n'aurait donc changé depuis, si l'on en croit le président.

Quant à Nicole Bouteau, elle est restée, elle, pendant 15 ans sans portefeuille de ministre. Décidément Edouard Fritch devrait réfléchir avant de parler car pour des ministres toujours opérationnels après 12 et 15 ans de retrait de la vie d'un gouvernement, c'est "fortiche", comme disent les adolescents. A moins que la Polynésie ne soit figée dans le temps. C'est bien possible après tout et elle ne verrait pas que le monde bouge autour d'elle.

Et pourtant, pas de doute, Fritch investit. Il a demandé à son ex ministre du tourisme de signer le mémorandum d'accord à San Francisco pour la construction d' une "île flottante" en espérant que nous n'aurons pas de cyclones, dont le coût pour le pays serait de l'ordre de 50 millions de dollars, voire plus. Nos îles ne suffisent plus. Ni les bungalows sur l'eau. Que voulez-vous c'est le progrès .A croire que les Etats Unis n'ont pas assez d'eau, ni de lacs pour tenter l'expérience.

Mais hier Hervé Leroy, le procureur de la République lors de la rentrée solennelle du palais, n'a pas hésité à relever la délation qui sévit dans le territoire concernant les dénonciations anonymes " laissant penser" a-t-il dit " que les décideurs publics se servent de leurs fonctions dans leurs intérêts particuliers au détriment de l'intérêt général." Reste à savoir qui sont les décideurs publics concernés aujourd'hui (sic!) et s'il a ouvert une enquête  ! Haaaaa... on les croyait tous irréprochables, honnêtes, dévoués à la cause etc.. Intéressante aussi l'intervention du "premier président de la cour d'Appel sur Première et du procureur général François Badie, spécialisé dans un parcours professionnel dans la lutte contre la corruption, notamment dans la fonction publique justement.

Ce rendez-vous traditionnel de la magistrature  permet de prendre la température de l'activité générale de la juridiction en Polynésie française, et plus particulièrement de la mesure de la délinquance, en gants blancs ou sans gants .Est-elle en hausse, est-elle en baisse ? Le discours du procureur de la République est plutôt rassurant si l'on comprend que "le bilan général est  stable, voire très légèrement en baisse en 2016 par rapport à 2015". Malheureusement, l'activité sexuelle de certains Polynésiens ne baisse pas elle, puisque le procureur relève qu'elle présente des postes négatifs voire inquiétants s'agissant des violences sexuelles." Les viols, agressions sexuelles et violences intrafamiliales restent un fléau souvent dénoncé, mais en vain.. Les femmes représentent toujours  près de 31% des victimes de violences et les violences sur concubin dont on parle beaucoup moins ont augmenté de 7,2%, passant de 775 à 831 faits constatés en 2016. La révolte des jupons !

 Après une baisse remarquable en 2015, les violences sur majeurs et mineurs, toutes qualifications juridiques confondues, repartent en hausse de 22,1% avec 2 686 procédures enregistrées contre 2 199. S'agissant des viols et agressions sexuelles, 257 procédures ont été ouvertes en 2016 contre 248 en 2015.

Si le parquet a été amené à enregistrer moins d'affaires nouvelles l'année dernière, traduisant une stagnation de la délinquance Hervé Leroy a appelé à "nuancer" cette analyse "selon la nature des faits constatés". Le nombre de cambriolages, par exemple, est en augmentation de 5,36%. Le nombre de mis en cause est lui aussi en légère hausse. Stable chez les majeurs -7 492 contre 7 478 en 2015- il grimpe en revanche de plus de 10 % chez les mineurs passant de 1 202 en 2015 à 1 325 en 2016.

Au chapitre des meurtres et assassinats, huit crimes ont été commis l'année écoulée, comme en 2015, "même s'il faut déplorer une espèce de loi des séries au 4e trimestre avec trois affaires criminelles réparties comme suit", a relevé le procureur : "L'affaire de Moorea avec une victime âgée de 13 ans et un auteur du même âge, l'affaire de cette fin d'année à Punaauia dans laquelle un jeune homme de 21 ans a perdu la vie mortellement blessé par un couteau de cuisine par un auteur âgé de 54 ans, et un vol avec violences ayant entraîné la mort d'un homme de 83 ans à Pirae".

Après  la BA des magistrats qui laisse tout de même perplexe sur les bilans, compte tenu du nombre restreint de la population, nous avons appris par le procureur général François Badie sur Première, que l'ancien président ne pourrait pas se représenter en 2018 contrairement à l'avis de son avocat, mais si ce n'est lui, ce sera un fidèle de la parole "orange" et du parti dont il est président  qu'il gère avec affection et rigueur. (A lire prochainement la première interview de Gaston Flosse, président du Tahoeraa sur Tahiti Today)

Bon week end.

 


 

 

                                                   Projet d’île flottante :  signature d’un accord avec le Seasteading Institute pour des études

 Le ministre Jean-Christophe Bouissou, représentant la Polynésie française, a signé, vendredi, à San Francisco, aux Etats-Unis, un protocole d’accord avec le Seasteading Institute portant sur un projet innovant d’île flottante.

Les études porteront sur les aspects juridiques, fiscaux, techniques et environnementaux.  La géographie de la Polynésie française, notamment, est un atout  qui a conduit le Seasteading Institute à choisir nos îles pour son projet. Un test ! Une expérience !

 L’institut signataire du protocole est particulièrement à la pointe pour ce concept d’île flottante, en passe de devenir une réalité, dans un futur proche, au fur et à mesure que la recherche et les technologies progressent. La Polynésie entend ainsi accompagner une telle démarche, dans une vision dynamique et innovante, susceptible de générer des retombées économiques importantes. Il ne dit pas lesquelles. Dommage !

 

 

Non JC Bouissou n'est pas puni. Il écoute religieusement le représentant de l'institut signataire: ville, village ou juste une île flottante ?

 

La tournée religieuse d'Edouard Fritch : agenda :

Pour le :
Lundi 16 janvier 2017

9h : Pré-Conseil des Ministres.
o Présidence de la Polynésie française, Avenue Pouvanaa a Oopa.


Mardi 17 janvier 2017

18h30 :
Vœux pour la nouvelle année - Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, sera présent à la messe des Sanito.
o Temple de Tarona - Fare-Ute.



Mercredi 18 janvier 2017

 9h : Conseil des Ministres.
o
Présidence de la Polynésie française, Avenue Pouvanaa a Oopa.

 18h45
:
Vœux pour la nouvelle année - Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, sera présent à la messe des Adventistes.
o Eglise Adventiste de Arue.


Jeudi 19 janvier 2017

6h : Déplacement du Président de la Polynésie française, Edouard Fritch avec le Haut-commissaire, René Bidal, dans le cadre d’une visite officielle à Rimatara.
o Rimatara – Archipel des Australes.


 18h :
Vœux pour la nouvelle année - Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, sera présent à la messe de
l’Eglise des saints des derniers jours. (les Mormons)
o Fariipiti – Face Hyper Brico.


Etc...

 

Vendredi  13 janvier 2017

Editorial

On s'attendait à beaucoup mieux !

Ça caille en politique à Tahiti aussi ! Et ce n’est pas parti pour s’améliorer. Sortez les moufles et les bottes fourrées (voire la combi de ski !), les températures vont chuter dès ce matin, annonçant une nouvelle vague de froid qui va déferler sur la Polynésie . Ce vendredi, Météo France a placé en "vigilance orange" le nouveau gouvernement local si les futurs promus annoncés sont justes. On ne peut que s'incliner très bas devant le président Fritch qui aurait choisi les anciens des anciens d'un gouvernement de Gaston Flosse, président du pays qui ricane en observant les erreurs de personnes.

 Hélas, trois fois hélas, on pensait qu'il allait nous sortir de sa manche ou de son chapeau au choix, des jeunes Polynésiens dans le style Macron et bien il faut croire qu'il n'en existe pas. C'est donc dans les vieilles soupières qu'il va nous faire sa soupe. Comment ne pas ricaner à ce manque d'imagination politique ? En vérité cette année 2017 voit la  bascule vers l'an 2018 avec de curieuses embardées. Fritch ballotté entre son goût du vieux et son désir de neuf, strié de fractures qu'il s'évertue à nier mais dont le pays a besoin pour se renouveler. Alors place aux anciens. Les jeunes vous devrez encore piaffer d'impatience jusqu'en 2018.

Enfin, Teva Rohfritsch se rapproche petit à petit de son rêve et grimpe les marches du pouvoir avec patience. Il parait qu'il sera nommé vice président du gouvernement en conservant des ministères dans lequel il avoue avec pudeur " exceller" et en plus avec la Socredo dans sa poche puisque Matahi Brother qu'il a fait nommer, sera là pour l'aider, question financement, Rohfritsch étant  chargé des grands projets. Un domaine où il faudra investir beaucoup d'argent .

Je vais finir par croire aux forces de l'esprit ! Et moins à celles de la politique locale. Il aura fallu des jours et des jours pour plancher sur ce troisième gouvernement. Nuihau Laurey, le solitaire, le pointilleux, l'homme qui ne sourit jamais, garde ses ministères, sauf la vice présidence, jusqu'au jour où il devra choisir si la loi sur le

 cumul est votée. Pas sûr qu'elle le soit.

 Et puis coucou le revoilà, Jacques Raynal. Peut-être la plus grosse erreur d'Edouard Fritch car Flosse avait compris que l'on ne peut pas nommer, ministre de la Santé, un médecin, sans provoquer des remous dans la confrérie et  quelques jalousies ou sévères critiques comme dans le passé où celui-ci n'avait pas  été un foudre de guerre.

Luc Faatau pas vraiment net avec un procès Spacem qu'il traine derrière lui et son échec aux dernières législatives prendrait la place d'Albert Solia à l'Equipement. Un homme pourtant difficile à remplacer car il a tenu sa feuille de route haut la main avec une grande efficacité .Espérons que Fritch lui confiera des tâches à la hauteur de ses compétences.

 Christophe Bouissou avait su relancer le tourisme, on peut douter de Nicole Bouteau qui n'a pas brillé dans ce secteur lorsqu'elle était en charge de ce poste à la mairie de Papeete. Tiens au passage relevons que Marcel Tuihani travaille activement aujourd'hui pour remplacer Michel Buillard en tant que maire de Papeete, il sera peut-être plus efficace que ce dernier, très fatigué à ne rien faire, qui fait juste travailler ses pouces. Une mission moins reposante pour Marcel Tuihani que celle du perchoir à l'Assemblée où il lui faudra mouiller sa chemise et parcourir les chemins caillouteux pour aller au-devant d'une population laissée pour compte...des façades lépreuses et des trottoirs défoncés. Mais un travail de rénovation  intéressant.

 Jean Christophe Bouissou pourrait prendre le Logement , un portefeuille qu'il connait bien pour en avoir été le développeur. Et Tearii Alpha pourrait ensemencer les pâturages défunts de l'Agriculture et des agriculteurs. Nicole Sanquer abandonne son portefeuille du sport, garde l'Education et espère battre le candidat du Tahoeraa pour être une députée fleurie ! Mais là, elle rêve...sans stilnox !

 

 

 

Nos pronostics étaient justes dans notre édito de ce matin !

Mini remaniement avec trois nouveaux et redéploiement de compétences pas de quoi casser trois pattes à un canard, pas de jeunes promus, Fritch a pris dans l'ancien vivier de Gaston Flosse, ceux dont l'ancien président était le moins satisfait !!! Quant aux punis qui devaient revenir à l'Assemblée ou dans un ministère Temearo et Riveta, les sacrifiés pour une majorité, ils l'ont...passez- moi l'expression populaire, dans le baba !

 

 GOUVERNEMENT FRITCH

M. Edouard Fritch
Président,en charge de l’emploi, des collectivités et des postes et télécommunications


M. Teva Rohfritsch,
vice-président,ministre de l’économie, en charge des grands projets d’investissement et des réformes économiques


M. Jean-Christophe Bouissou,
ministre du logement, de l’aménagement et de l’urbanisme, en charge du numérique,porte-parole du gouvernement


M. Nuihau Laurey,
ministre des finances, de l’énergie et des mines


M. Tearii Alpha,
ministre du développement des ressources primaires, des affaires foncières et de la valorisation du domaine


Mme Nicole Bouteau,
ministre du tourisme, des transports internationaux, en charge des relations avec les institutions


M. Jacques Raynal,
ministre des solidarités et de la santé, en charge de la réforme de la protection sociale généralisée, de la prévention et de la famille


M. Luc Faatau,
ministre de l’équipement et des transports intérieurs


Mme Tea Frogier,
ministre du travail et de la formation professionnelle, en charge de la fonction publique et de la recherche


Mme Nicole Sanquer-Fareata,
ministre de l’éducation, de la jeunesse et des sports, en charge de l’enseignement supérieur


M. Heremoana Maamaatuaiahutapu,
ministre de la culture, de l’environnement et de l’artisanat,
en charge de la promotion des langues et de la communication


 

 

Michel Leboucher : Pan sur le bec de la donzelle

 Documents à l'appui destinés à éclaircir le sujet des CETAD, et du CAPD en guise de droit de réponse, Michel Leboucher contre-attaque et il semble bien que la force soit avec lui si l'on en croit les documents cités ci-dessous.

 Lors de sa conférence de presse, relève Michel Leboucher, Nicole Sanquer met en cause mes propos  et ceux du Tahoeraa, (ce n'est pas la 1e fois mais tout le monde connait son arrogance qui n'effraie personne, mais qui cache, finalement, une grande incompétence), en nous traitant de menteurs, elle n'a peur de rien, ni même des tribunaux, notamment sur le CAPD  déjà reconnu comme diplôme national et ce depuis 1983 et 1988 alors qu'aucun texte n'a abrogé ces arrêtés.

Il est vrai dit  encore en ricananant Michel Leboucher "que je n'ai pas le même diplôme qu'elle (professeur de ménage), donc je ne comprends rien, le Tahoeraa ne comprend rien, en fait personne ne comprend rien, elle nous prend tous pour des demeurés. Cette agressivité de sa part révèle à nouveau son ignorance et son incroyable incompétence." Il poursuit :

 Voici 3 documents que chacun peut consulter facilement, sur le site du Vice Rectorat et Légifrance, qui prouvent s'il en était besoin la véracité de nos propos :

le 1e : Arrêté du VR n°13718-2016-VRDEC du-12-octobre-2016, mettant en place le registres d'inscriptions aux différents CAPD en PF pour la session 2017, preuve que c'est bien un diplôme national. Figurent dans les attendus de cet arrêté deux arrêtés de l'Education Nationale créant les CAPD, celui de 1983 et 1988. Le 2è et 3è : les deux arrêtés créant les CAPD, celui du 17 mars 1983 et du 24 mars 1988 au niveau national et certifiant des diplômes de niveau V.

Qui peut douter ou croire qu'un diplôme national ne soit pas reconnu localement  s'interroge l'ancien ministre de l'Education qui ajoute : "assurer le contraire serait d'un ridicule consternant."

 Force est de croire que toute cette mascarade mise en œuvre par Nicole Sanquer depuis de longs mois s'appuie sur des mensonges ou de l'ignorance pour justifier uniquement l'application des nouvelles mesures nationales sur les collèges et notamment le palier d'orientation fin de 5è?  Qui ment  ? Pif, paf, la claque !

 

José Thorel, Robespierre ? Pitbull ? Chasseur de primes ?

Pourquoi poursuivre avec de la prison ferme alors que la juridiction de première instance a relaxé Bruno Marty qui avait confondu sa carte de crédit avec celle de sa société des laboratoires des travaux publics ?

 Sur ce point , Marty avait remboursé jusqu'au dernier centime les dépenses litigieuses à l'époque. Albert Solia président de la SEM  à ce moment là, n'avait pas jugé utile de porter plainte et aujourd'hui pour compenser cette erreur de la SEM, Bruno Marty jouit d'une indemnité mensuelle forfaitaire de 120.000 Frs. Sur ce dossier encore comme dans d'autres, pourquoi un tel acharnement de la part de l'avocat général. le goût du sang et de la peur qu'il veut inspirer ? Sans doute. Nous n'avons aucun lien avec Bruno Marty mais tout de même, il y a un moment où les procédures inquisitives n'ont plus lieu d'être quand de vrais escrocs se baladent librement entre Papeete et Paris. Heureusement que Papeete n'est pas Ajaccio !!!!