Accueil

Votre site préféré d'information politique, opinion, actualités, scoops

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Départementales 2015 :

Jean-Marc Ayrault, tient sa revanche :

Près d'un an après son départ de Matignon, l'ex-Premier ministre s'est dit "heureux que la Loire-Atlantique reste à gauche en évitant la bascule".
 

 

 

revanche aussi !

 

Lundi 30 mars 2015

 

Edito

Conseil politique important jeudi prochain: ordre du jour l'éventuelle exclusion du Tahoeraa de Nuihau Laurey.

 

Une vague bleue impressionnante ( 36 élus à gauche 111 à L'UMP/UDI)

Tout a été décortiqué par les commentateurs politiques nationaux sur cette élection des départementales. Personne ne peut nier la magnifique grande marée bleue qui vient de changer le visage de la France des départements. Sarkozy en est le champion qu'on le veuille ou non et tous les prédicateurs qui l'enterraient joyeusement lors de tous les débats de ces derniers mois ont fait la preuve de leur méconnaissance politique.

 Il va petit à petit désormais, affirmer sa stratégie à venir. Les sondeurs se sont eux aussi planté sur le tsunami FN qui n'a pas eu lieu au second tour quant à la déroute de la gauche elle était prévisible pour tous sauf pour François Hollandes et ses proches qui s'empêtrent dans leurs certitudes mortifères. Reste à savoir si le président de la République va remanier son gouvernement.
Près de 70 départements ont fait une volte-face spectaculaire en passant à droite. Un résultat qui mérite d'être admiré. La reconnaissance des UMPistes se porte tout naturellement sur Nicolas Sarkozy qui tel Lazare est sorti brillamment de" son no man's land" malgré les tenailles de la presse et de la justice en sachant rassembler l'UDI sur son nom et ses propres frondeurs. En vérité dimanche il a repris en un tour de main tout ce qu'on lui avait pris depuis sa chute de l'Elysée, en le laissant genoux à terre "foutu".

 "Cette victoire, a-t-il dit dans son allocution , est d'abord le résultat de la campagne menée pendant des mois par nos candidats [...], mais ce résultat dépasse de très loin les considérations locales, les Français ont massivement rejeté la politique de François Hollande et de son gouvernement, le désaveu à l'égard du pouvoir est absolument sans appel."

Le terrible résultat  de la gauche dans son ensemble sonne le glas terrifiant de la défaite. Un PS laminé parce que buté sur ses croyances et ses certitudes erronées, ses divisions, ses frondeurs et ses ambitieux ont fait tomber les principales places fortes du PS , une à une. Les fiefs de Hollande, de Valls, de Martine Aubry, l'Essonne balayé, la Corrèze, la Lozère seule bascule à gauche.  Bien d'autres, glissent  dans le giron UMP/UDI etc...etc...

"Jouez hautbois résonnez musettes", en piste pour les régionales !
 

Cela dit, revenons à la politique locale qui fait exactement le contraire de ses amis à Paris en se divisant un peu plus, jour après jour. Ce n'est pas faute de leur crier en italien et avec l'accent " méééfi", ou comme Sarko face au FN " réfléchissez" !

Aucun parti politique ne peut accepter la dissidence. Elle serait fatale à la cohésion du parti et plus largement à celle  de la majorité. Récemment, lors du vote du 49-3 le PS a clairement menacé d'exclusion tous les députés frondeurs qui ne voteraient pas la confiance. Pas fous, ils se sont vite rangés comme un seul homme derrière Valls pour la lui offrir.

L'exclu le plus connu du PS est le député Dosière. Député sortant en 2007, renommé pour son regard scrupuleux sur la gestion des finances publiques, les militants lui préfèrent cependant d'une voix Fawaz Karimet, conseiller municipal de Laon, vice-président du Conseil général. Mais René Dosière se maintient, ce qui conduit le bureau national du PS à l'exclure.

 Au premier tour, il devance largement Fawaz Karimet. Il est réélu député au deuxième tour, le 17 juin 2007, en battant facilement Gaëdic Blanchard-Douchain (UMP), adjointe au maire de Laon, avec 56,28 % des suffrages. Dosière rejoint alors le groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche à l'Assemblée. Pourquoi parlons-nous de Dosière qui n'est pas notre tasse de thé et encore moins notre "Jack Daniel's "? Simplement car c'est précisément le cas qui se présente aujourd'hui au Tahoera'a. La décision ne sera pas facile à prendre. Les intéressés savent à quoi ils s'exposent, sinon on retombe dans la politique des girouettes, une fois ici, une fois là, une fois pour, une fois contre. Un parti ne peut pas fonctionner sans discipline et il se doit de la faire respecter. On est dedans et avec, ou en est contre et dehors, mais les deux ce n'est pas possible. Edouard Fritch le sait bien mais il en prend le risque en mettant tous les atouts de son côté et ils ont été nombreux pendant tout le mois. C'est de bonne guerre et c'est facile. Si les candidats du Tahoeraa Flosse gagnent ces sénatoriales et retrouvent leur poste au palais du Luxembourg, on pourra dire que Flosse à nouveau aura mérité sa réputation de "gagneur" tant en face la distribution des sucettes aux maires ne faiblit pas. Par ailleurs être sénateur si Nuihau Laurey est élu mais conserver également son poste de vice président alors qu'il sera plus souvent à Paris qu'à Papeete est curieux. C'est sans doute pour ne pas avoir à se le faire souffler par celui qui attend avec les dents qui rayent le parquet et le sourire "jaune" du renard sous l'arbre présidentiel...où Edouard tient le fromage ! Lui ou un autre...Reste que Teva pourra récupérer un portefeuille à la hauteur de ses serments d'allégeance.

Tereori à l'eau, non pas Edouard, la tortue immortalisée  de son prénom tahitien !

Edouard Fritch met le paquet ce n'est pas Noël mais pourtant les maires sont gâtées et puis c'est un président qui circule, certes, ça ne relance pas l'emploi ni les investissements, mais il fait la campagne des sénatoriales pour son équipe avec ses proches ministres et représentants, de Tahaa à Moorea où il s'est même payé un coup de soleil, d'où le chapeau rock and roll, en lâchant la tortue à laquelle il a donné le même prénom que lui : Tereori, sans compter les communes des IDV, SLV et hop il est partout. Il inaugure, fait des discours, cajole les uns et les autres. Il dépasse même en cela son père adoptif, sauf que celui-ci rattrapait le temps passé  sur le terrain jusque tard dans lanuit !

 

Lettre adressée au candidat Nuihau Laurey.

Cette exclusion et celle de Lana Tetuanui, contrairement à ce que nous pensions est prise à titre "conservatoire" c'est à dire qu'elle devra être validée par le conseil politique de jeudi.

 

 Le Président,
Papeete, le 30 mars 2015
N° 25.03.15/PR/hm


Objet : Notification d’une sanction : EXCLUSION (à titre conservatoire)



Cher Monsieur,

Hier soir, dimanche 29 mars 2015, vous étiez l’Invité du Journal Télévisé de Polynésie 1ère.

Au cours de votre interview, vous avez confirmé expressément et officiellement votre candidature aux élections sénatoriales qui se dérouleront le 03 mai 2015,et ce aux côtés de Mme Lana TETUANUI, qui a également confirmé sa candidature au cours du Journal en Tahitien d’hier soir.

Ainsi, et comme j’avais pu vous l’indiquer dans mon précédent courrier, votre candidature méconnaît ouvertement la décision prise par le Grand Conseil du TAHOERA’A HUIRAATIRA, qui avait, lors de sa séance du Mardi 10 février 2015, officiellement désigné les candidats de notre mouvement pour les élections sénatoriales du dimanche 03 mai 2015, en l’occurrence Mme Teura IRITI et M. Vincent DUBOIS, lesquels sont les seuls à pouvoir représenter le TAHOERA’A HUIRAATIRA aux prochaines élections sénatoriales.

L’article 38 de nos Statuts dispose que des sanctions doivent être envisagées en cas d’infraction « aux décisions des instances du TAHOERA’A HUIRAATIRA ».

De plus, vous avez prétendu privilégier l’unité et la stabilité, alors que votre comportement constitue clairement un acte volontaire de division, tout en manquant de respect aux instances du parti, et notamment aux membres du Grand Conseil, ainsi qu’à nos nombreux militants.

Par conséquent, compte tenu de l’urgence et de la gravité de votre comportement qui vise à remettre en cause une décision du Grand Conseil et qui porte atteinte sciemment
aux intérêts du parti, je me vois contraint de prononcer à votre encontre votre EXCLUSION du parti TAHOERA’A HUIRAATIRA, et ce à titre conservatoire.

En application du dernier alinéa de l’article 38 des Statuts, je vous informe
que je soumettrai cette décision au prochain Conseil politique, afin qu’il décide ou non de votre exclusion définitive du parti.


Gaston FLOSSE

Monsieur Nuihau LAUREY

 

Même lettre  adressée à Lana Tetuanui qui a choisi son camp malgré tous "les cadeaux politiques" reçus de Gaston Flosse président
 


Teva Rohfritch soutiendra son copain Nuihau dans sa campagne pour les sénatoriales. Son copain, qui n'a pas toujours été son copain, puisque le leader de A'Tia Porinetia le traitait de " petit vizir" quand Nuihau était le ministre et VP du président Flosse. Souvent homme politique varie selon le vent... Non il ne brigue pas le poste de VP, d'autres au sein du gouvernement sont dans les starting blocks, mais un beau portefeuille .

                

 Sur Polynésie Première hier soir après Tahiti Today, Nuihau Laurey a confirmé qu'il était bien candidat aux sénatoriales partielles du 4 mai 2015 et qu'il était soutenu à fond par le président Fritch. Il faut être autiste pour ne pas l'avoir compris depuis belle lurette devant la campagne intensive des promesses de la présidence auprès des maires. Il y aura donc bien rupture. Et voilà comment démarre la machine à perdre pour les uns ou les autres. Pire qu'un match de rugby dans lequel excelle Vincent Dubois.

 

 

 

Visite de courtoisie du directeur des établissements pénitentiaires de la Polynésie française
 

 


Vendredi 27 mars 2015, le président de l’assemblée Marcel TUIHANI a reçu la visite de courtoisie de M. Yannick MASSARD, directeur des établissements pénitentiaires de la Polynésie française (EPPF) depuis le 1er mars 2015.

Les établissements pénitentiaires de Polynésie française sont au nombre de trois.
Les EPPF comprennent le centre pénitentiaire de Faa’a Nuutania, qui est le principal établissement, le centre pénitentiaire de Uturoa sur l’île de Raiatea, et le centre pénitentiaire de Taiohae aux îles Marquises.

M. MASSARD arrive de métropole où il était précédemment directeur du centre pénitentiaire de Nancy. Lors de cet entretien avec M. Marcel TUIHANI, les deux hommes se sont entretenus sur les différents EPPF et le fonctionnement et l’organisation de la prochaine prison de Papeari.


 

 

Dimanche 29 mars 2015

A 17h. heure de Paris plus de 41% des électeurs ont voté.

Dernière heure :

Défaite cinglante du PS , victoire de l'UMP, Bons résultats du FN

 

8h30 heure locale :A la suite du début des résultats du second tour, les français ont marqué leur défiance, leur colère, leur rejet de l'autisme de la politique du PS dont François Hollande a dit "Nous ne changerons rien à notre ligne politique".  Nicolas Sarkozy, salue la large victoire du collectif sans triomphalisme : " sans l'unité rien n'est possible" a-t-il dit. Il annonce par ailleurs un projet nouveau et martèle que l'alternance est en marche. Le FN se concentre sur l'intérêt du peuple mais  n'a pas réussi le score espéré Il est devenu tout de même la deuxième force du pays si le PS persiste dans la division. Depuis 2012 la gauche enregistre une quatrième défaite mais persiste à ne rien changer.

 Exception : la Lozère toujours à droite est passée à gauche.

 Le 2e tour des élections départementales 2015 a lieu en ce moment. Après les premiers résultats des départementales, qui ont placé l'UMP et l'UDI en tête devant le FN et le PS dimanche dernier, une nouvelle vague de chiffres est attendue. Les départementales 2015 sont l'un des derniers scrutins avant la présidentielle de 2017 et un ultime test pour les partis politiques. Alors que la gauche détient la majorité de la centaine de conseils généraux aujourd'hui, elle semble se diriger vers une défaite plus cinglante encore que lors des dernières municipales et européennes.

 A la suite du début des résultats du second tour, les français ont marqué leur défiance, leur colère, leur rejet de la politique du PS dont François Hollande a dit "Nous ne changerons rien à notre ligne politique".  Nicolas Sarkozy, salue la victoire du collectif " sans l'unité rien n'est possible" a-t-il dit. Il annonce par ailleurs un projet nouveau et martèle que l'alternance est en marche. Le FN se concentre sur l'intérêt du peuple. Exception : la Lozère toujours à droite est passée à gauche.

 

Présidentielle 2017 : Jacques Chirac apporte son soutien à Alain Juppé (Le Parisien)

 Jacques Chirac soutient Alain Juppé en vue de la présidentielle de 2017 . Il considère depuis toujours que Nicolas sarkozy a purgé son parti des chiraquiens.


| AFP/Jean-Pierre Muller

 L'ancien président de la République Jacques Chirac exprime son soutien à son ex-Premier ministre Alain Juppé en vue de la présidentielle de 2017, dans une confidence au Figaro à paraître dans le quotidien daté de jeudi.

«J'ai toujours su qu'Alain Juppé serait au rendez-vous de son destin et de celui de la France. Peu de choses pouvaient me faire plus plaisir, pour moi-même, pour lui et surtout pour notre pays», déclare M. Chirac, qui a toujours considéré le maire de Bordeaux comme «le meilleur d'entre nous».


Le soutien de Chirac à son ancien Premier ministre tranche clairement avec le point de vue de son épouse Bernadette, qui confiait il y a deux jours qu' «Alain Juppé n'attirait pas les gens», affichant sa préférence pour Nicolas Sarkozy.

Alain Juppé a récemment annoncé qu'il serait candidat à la primaire ouverte UMP de 2016 pour désigner le candidat de la droite pour la présidentielle de 2017.LeParisien.fr

 

 

Samedi  28 mars 2015

 

 

 

Départementales : J-1

 

 

Edito

Attention, virage dangereux dans le noir...

Pour comprendre le Tahoeraa il faut se reporter au RPR de Jacques Chirac. Gaston Flosse en est un adepte de la première heure puisqu'il a participé avec un quarteron d'autres califes à la naissance du bébé. De loin Flosse peut impressionner, il a été élevé au biberon du parti gaulliste dont il a beaucoup appris et retenu. Chirac est son modèle, son icône . Le RPR comme le parti communiste sont des partis monolithiques où le respect du statut est la qualité première de tout adepte. Il faut déjà comprendre  ce qu'est un "soutier" politique pour se faire une idée vraie. Alors pour Flosse déroger au statut, ne pas se présenter au Grand conseil quand il donne une date de réunion importante, c'est insupportable.  Fritch le connaît trop bien pour ne pas le savoir. Puis coup de poignard mortel dont se doutait bien le président du parti quand Fritch lui a demandé de reporter le grand conseil afin d'avoir le temps d' organiser une autre candidature que celle décidée, est devenu une nouvelle blessure à son autorité. Vincent Dubois a été un bon sénateur auquel les maires doivent le report de leur mise aux normes concernant l'eau etc... Nuihau Laurey le sera aussi si il est élu  ayant une connaissance approfondie de tous les rouages du système.

Mais tout de même l'UMP issue du RPR a connu aussi ses dissidents. Sarkozy en est le fleuron. Aujourd'hui se dresse devant lui Alain Juppé qui la joue beaucoup plus finement qu'Édouard Fritch et auquel ne peut lui être reprochée l'affection d'une partie de l'opinion. Ce qui doit bien agacer Nicolas Sarkozy. Mais les deux hommes font bonne figure devant les Français et prennent bien garde de ne pas laisser voir leurs divisions. L'un comme l'autre. Les "blogs" politiques et les quotidiens parisiens glosent mais n'affirment rien. Ils supputent et se font renvoyer dans leurs périmètres à la moindre question oiseuse.

Bref pour en revenir à nos moutons (sic!), pour un Flosse, déroger aux instances du statut est quasiment criminel. Or, contrairement à ce que nous avons tous écrit, la presse proche du pouvoir et les sites politiques, nous avons devancé le calendrier comme le prouve la lettre qu'il a fait porter à Nuihau Laurey lui demandant simplement, si oui ou non il était candidat avec Lana Tetuanui, il suffit donc au vice président de lui envoyer une missive avec un seul mot " OUI". Il y a dans la vie des virgules où il convient de montrer qui on est. Ce n'est qu'à ce moment-là que le président du Tahoeraa réunira à nouveau le "Grand conseil pour faire accepter ou non cette nouvelle candidature hors grand conseil . Si c'est "OUI" bien évidemment peut-être,  l'exclusion de Nuihau Laurey sera-t-elle débattue. Pour l'instant, si nous comprenons bien les termes de la lettre que nous publions ci-dessous, il n'en est pas encore question.

Son ennemi juré José Thorel, grand inquisiteur du palais de justice, tente depuis son arrivée et quelques phrases lapidaires reproduites dans le Monde, de terrasser ce qui n'est pas déracinable mais en l'humiliant de tous les côtés pour bien lui montrer qu'il n'est plus rien qu'une m....à ses yeux. Soutenu par Christiane Taubira , ministre d'une Justice dans laquelle ne se reconnaissent plus les citoyens français mais dont on connaît le talent oratoire, ils veulent à tout prix faire tomber le totem.  Son avocat Me Quinquis, la star du barreau, veille au grain avec un grand professionnalisme. La Justice n'a pas bonne presse quand elle en fait trop. Nous aurons l'occasion d'en reparler concernant des affaires vitales, voire familiales pour certains, où la touche de l'inquisiteur fait pencher la balance dans un sens ou dans l'autre. Tahiti Today ne s'est jamais mêlé des affaires politico-financières du président Flosse, notre site n'a été depuis des années qu' un observateur politique, resté politique et non judiciaire. Nous n'avons jamais critiqué  la hargne du "grand maître" de cette secte qu'est devenue la justice locale depuis l'arrivée de celui qui a pris la précaution d'éliminer tous les magistrats n'étant pas dans son camp, mais il est temps aujourd'hui de s'en préoccuper car tous les citoyens peuvent en faire les frais, à un moment ou à un autre de leur vie, sans que cela ne soit toujours "politique".

En attendant, l'ensemble du Tahoeraa reste anxieux sur la suite des évènements sachant  que division et scission ne pourront provoquer qu'une chose "nuire" au plus grand parti polynésien. Dont on dira alors " il fut le plus grand..." Hélas....

 

Voici la lettre envoyée à Nuihau Laurey par le président du Tahoeraa Gaston Flosse

Objet : Votre candidature annoncée aux élections sénatoriales du dimanche 03 mai 2015


Cher Monsieur,

Depuis plusieurs semaines, la presse et les médias se font l’écho de votre candidature aux élections sénatoriales qui se dérouleront le 03 mai 2015, et ce aux côtés de Mme Lana TETUANUI. Les suppléants annoncés étant Mme Teapehu TEAHE vous concernant, et M. Michel BUILLARD pour Mme Lana TETUANUI.

Cette information a également été confirmée explicitement par Monsieur Edouard FRITCH, qui a ainsi déclaré que vous étiez candidats aux élections sénatoriales, et qu’il vous soutiendrait dans cette démarche.

Je vous rappelle que le Grand Conseil de notre mouvement, réuni lors de sa séance du Mardi 10 février 2015, a officiellement désigné les candidats de notre mouvement pour les élections sénatoriales du dimanche 03 mai 2015, en l’occurrence Mme Teura IRITI et M. Vincent DUBOIS.

Je vous rappelle que ces deux candidats sont les seuls à pouvoir représenter le TAHOERA’A HUIRAATIRA aux prochaines élections sénatoriales.

Aucun autre candidat n’est autorisé à se réclamer d’une quelconque investiture du parti TAHOERA’A HUIRAATIRA, une telle attitude étant en effet contraire aux Statuts de notre mouvement, et donc susceptible de sanction(s) disciplinaire(s), conformément au Titre XV – DISCIPLINE de nos Statuts.

Par conséquent, je vous remercie de bien vouloir me confirmer si vous êtes ou non candidat aux prochaines élections sénatoriales, et ce par retour écrit de votre part par tout moyen (courrier, mail ou fax).

Je vous précise qu’à défaut de réponse expresse de votre part dans un délai de 48h, courant à compter de la réception de la présente lettre, je considérerai que votre silence vaut confirmation de votre candidature, et j’en tirerai alors les conséquences qui s’imposent.

Gaston FLOSSE

Monsieur Nuihau LAUREY

 

Alors celle-là elle est plus que bonne !!!! Et ce n'est pas une blague

Interrogé sur RMC et BFMTV dans l'émission de Bourdin , Didier Migaud est visiblement surpris par la simple question de maths qui lui est posée : Combien font 7 x 9 ?
 
 Après avoir marqué un petit instant de silence, le président de la Cour des comptes éclate de rire et lance :
 Vous avez.... je vous répondrai juste après, 9 x 7 = 76, mais...c'est important de bien savoir compter


 La question lui est posée une seconde fois, ce à quoi il répond :


« Je vous l'ai dit : 76. A mon sens...». (même pas le niveau du certificat d’études primaires)
 Une fois que le bon résultat - qui est 63 - lui est finalement communiqué, il s'exclame alors :
 « 63, pardon. Ça arrive, je suis troublé ou pas suffisamment réveillé ».

 Didier Migaud !!!! Vous savez, le socialiste, président de la cour des comptes! Ca ne s'invente pas !

 Vous comprenez pourquoi on est dans la merde avec ces éléphants roses ? On peut supposer que pour compter sa paie de fin de mois, sa femme ou ses enfants l’aident un peu ou cas où il y aurait une erreur ! …

 


"Voilà, fallait bien que ça arrive. Mon VTT s'est converti à l'islam. Ce matin j'ai trouvé ses deux roues voilées."

 

Au fait que devient notre barbu à nous ? Silence total...

 

              
Vendredi 27 mars 2015

 

 

Edito

Le Moloch est sorti

Exclusion...Exclusion, l'arme ultime politique. Est-ce que cela changera quelque chose au schmilblick ? Bien sûr que oui. Car si Nuihau Laurey est exclu, cela entraînera du côté du président Fritch et des 13 rebelles du Tahoeraa un durcissement des positions.

 Peut-il y avoir plusieurs courants dans un parti ? Oui. Nous sommes au XXI° siècle que diable ! Pourquoi ne pas avoir accepté le report du Grand conseil demandé par Fritch ? Un Grand conseil qui devait décider des candidats aux sénatoriales à adouber si le président du Tahoeraa était sûr, après tout, que les siens, Vincent Dubois et sa co-listière Teura iriti seraient élus. Et ils devaient l'être.
Le procureur de la République pensait lui avoir fait fermer le clapet, il rugit encore plus fort dans "l'obscénité démocratique" de son pouvoir comme disait François Mitterrand. Flosse aurait-il le pompon du Moloch. Qu'est-ce-que le Moloch ?Le Moloch est dans la tradition biblique le nom du dieu auquel les Ammonites, une ethnie cananéenne, sacrifiaient leurs premiers-nés en les jetant dans un brasier ...Sympa comme coutume ! Nuihau Laurey considère qu'il est, en ce qui concerne cette exclusion, proche de cette définition puisqu'il a été l'un des premiers à rejoindre Gaston Flosse en 2013 pour lui apporter son soutien. Certes il était à l'époque parfaitement inconnu du grand public, mais il a construit très vite une borne emblématique au sein de l'équipe Flossiste, puis du gouvernement 2013.
Flosse est d'une époque ou l'on tranchait facilement les têtes désobéissantes. Il étonne ou détonne toujours, c'est le propre des hommes politiques célèbres. Reste que dans cette décision vaguement monarchique et jacobine dont nous n'avions pas eu connaissance hier, il trimballe la possibilité de tomber la veste, la toge, les oripeaux et tutti quanti.
Nuihau Laurey  très maître de lui, serein (en apparence toujours) de son ton paisible nous a précisé :

Aujourd’hui, tous les partis politiques démocratiques acceptent qu’en leur sein s’élèvent des voix, des courants, des alternatives qui peuvent diverger de la ligne « officielle ». C’est de notre point de vue ce qui fait la richesse de la vie démocratique. A contrario, lorsque face à ces voix qui expriment des sensibilités différentes il est opposé l"’exclusion", alors il faut, me semble-t-il s’interroger sur les dangers de la pensée unique.

À notre avis sur ce coup-là, Gaston Flosse tranche lui-même dans le vif et au lieu d'attendre que la responsabilité de l'éclatement soit du côté de Fritch, il prend le risque de la verser au dossier de l'Histoire, en mettant le pied sur la mine. À moins qu'il doute de la victoire de son équipe combattante vu le labourage intense d'Edouard Fritch et compte tenu de la versatilité des élus communaux qui vont toujours "là ou l'herbe est plus verte" comme l'avait dit l'un d'entre-eux.
Bref sur ce divorce que toute l'élite élue du Tahoeraa commente selon ses intérêts et non pas selon son opinion, nous ne savons toujours pas grand-chose. Mais nous savons depuis des mois, ce qui fut non pas caché, mais montré au fil des jours. De ce long déchirement, opéré à chaud auquel l'ancien président risque de mettre un point final les Polynésiens diront : "tournez la page et pensez à nous et non plus à vous".



Le costard du sénateur !

Nuihau Laurey a bien voulu nous préciser en exclusivité concernant son " exclusion" reçu ce matin par huissier,( une nouveauté) ce qu'il pensait :

Concernant une  exclusion qui vient d'être signifiée par huissier à notre encontre, Lana et moi, je trouve que cela ne donne pas une image très ouverte et tolérante de notre parti, le Tahoeraa.

Nous souhaitons pourtant mettre toutes les chances du côté de notre pays pour réussir les défis qui se présentent à nous. Pour ma part, cela me permettrait de renforcer mes fonctions de vice-président et ma capacité à mieux défendre nos dossiers financiers à Paris. J’y suis d’ailleurs présent très régulièrement pour consolider notre redressement financiers et nos relations avec tous nos partenaires politiques, économiques et financiers.

Pour Lana, qui est maire d’une commune  associée, cela lui permettrait de mieux faire entendre la voix de tous les maires de Polynésie au sein du Sénat.

Nous avons la conviction que c’est maintenant que nous devons nous mobiliser pour faire entendre la voix du gouvernement et des communes à Paris.

 

Le Tahoeraa : Sénatoriales : Il est temps que chacun assume ses responsabilités

 La Dépêche, qui une fois de plus n’a pas jugé bon de recouper ses informations, annonce ce matin que le Tahoera’a Huiraatira aurait donné un ultimatum aux candidats dissidents des sénatoriales pour qu’ils retirent leur candidature. Cette information est inexacte et incomplète. Si le Tahoera’a Huiraatira a en effet adressé un courrier à Nuihau Laurey et à Lana Tetuanui, ainsi qu’à leurs deux suppléants respectifs, Teapehu Teahe et Michel Buillard, ce n’est pas pour leur demander de retirer leur candidature, contrairement à ce qu’écrit le journal, mais pour leur demander de confirmer ou de démentir leur candidature. Tout le monde a noté, qu’hormis le président Edouard Fritch qui a multiplié les déclarations dans la presse pour affirmer que Lana Tetuanui et Nuihau Laurey étaient candidats, les intéressés n’ont à ce jour ni confirmé ni démenti ces déclarations, et qu’ils refusent toujours de répondre aux journalistes.  

A trois semaines de la date limite du dépôt des candidatures, fixée au 17 avril prochain, il est temps que le jeu politique se clarifie et que les personnes concernées se déclarent. Le Tahoera’a Huiraatira a déjà fait savoir par voie de communiqué que les seuls candidats ayant reçu l’investiture du parti lors du grand conseil du 10 février 2015, sont les deux sénateurs sortants, Teura Iriti et Vincent Dubois, et qu’aucun autre candidat ne peut se réclamer du soutien du Tahoera’a Huiraatira, contrairement à ce que certains candidats dissidents affirment sur le terrain.

 Le Tahoera’a Huiraatira, comme les grands électeurs, attendent à présent que les intéressés prennent leur responsabilité vis à vis de leur parti politique auquel ils appartiennent, et qu’ils confirment ou démentent la candidature que leur prête le président Edouard Fritch depuis plusieurs semaines maintenant.

 

NB : Nuihau Laurey a répondu à cette question dans ses précisions  à Tahiti today : Oui il est bien candidat avecLana Tetuanui. Il n'est donc pas question d'exclusion du Tahoeraa, mais de confirmation ou d'infirmation de candidture si l'on comprend bien le communiqué ? Nuihau Laurey pourtant nous confirme que cette demande a été signifiée ce matin par huissier. Erreur d'interprétation ? On y perd son maohi !!!

 

 Le ministre de la Culture peut commencer à couper des rubans

                                                   

                     

Ouverture du 17ème salon du Tifaifai à l’assemblée 

Vendredi 27 mars 2015, s’est ouvert dans le hall de l’assemblée, le salon du Tifaifai organisé par l’association Te apa nui o te tifaifai.

 De nombreuses personnalités étaient présentes pour la célébration d’ouverture de cette 17ème édition du salon du tifaifai qui se tenait pour la première fois à l’assemblée.

 

 

Courrier d'un ex Tahoeraa

Ton édito du jour, remarquable pour ton étonnement sur le mot « exclusion » (sic!) il est vrai décidée,  sans  convocation du « GRAND CONSEIL », pourtant   « organe suprême » du parti, (peut être juste quand on veut se réfugier derrière une excuse !!!) Cela appelle quand même quelques réflexions :

1.        Adhérer au TAHOERAA veut  dire donc :  vote pour les ordres du grand chef, et il est interdit d’avoir des idées….

2.       Le grand conseil  (ceux qui étaient présents le 10 janvier pour désigner les candidats au Sénat) a juste dit… AMENà la   volonté du président du parti….. pour 2 candidats imposés !

3.       Trop de compétences nuit……. A  QUI ???

Liberté de penser, liberté de paroles,  liberté tout court   où est – tu ? Comme tu le dis si bien dans les gros caractères  de TTD,  "PROFITEZ PENDANT QUE C’EST ENCORE LEGAL"….

 J’ai démissionné du parti en mars 2009 ; donc aussi du grand conseil puisque j’y ai assisté plusieurs fois. 

Même sur nos bateaux de pêche, nous n’utilisons pas de girouettes…..

Voilà quelques réflexions, et je constate quand même ton étonnement pour cette décision

Bonne journée Claude.

 

La commission des finances de l'Assemblée vient d'être convoquée en urgence à 14h.00 cet après -midi : ordre du jour de cette réunion le RST mais aussi la grève de la CPS de plus en plus contestée. Le projet sur le RST sera débattu jeudi prochain en séance plénière à l'ADP.

 

 

CANADA La mise en vente du Cirque du Soleil, icône mondiale des arts vivants, suscite une vive émotion au canada où la classe politique veut éviter que l'un deses fleurons culturels n passe aux mains d'intérêts étrangers


Présent sur tous les continents au gré des nombreuses tournées de ses 1.300 artistes ou de ses scènes permanentes principalement à Las Vegas, le Cirque du Soleil a sonné la renaissance de ce type de spectacle depuis trois décennies sous la houlette de son fondateur et propriétaire, le Québécois Guy Laliberté.

Mais à mesure d'un succès grandissant, le Cirque du Soleil est devenu une entreprise à part entière avec les risques inhérents des affaires: avoir des recettes suffisantes pour assurer les charges de ses 4.000 salariés et le fonctionnement des chapiteaux.

"En juin dernier, Guy Laliberté a annoncé son intention de trouver un partenaire stratégique.
Ce processus est en cours en ce moment et est très long", avait indiqué mercredi Renée-Claude Ménard sans vouloir confirmer que les offres de rachat devaient être déposées la semaine prochaine.

Le capital de la société de spectacle est détenu à 90% par M. Laliberté qui a fondé cette célèbre troupe en 1984 évaluée à deux milliards de dollars, le solde étant aux mains de deux fonds d'investissement immobilier de Dubaï.

Guy Laliberté aurait signifié aux acheteurs potentiels son intention de garder uniquement 10% de sa participation actuelle, soulevant des réactions dans tous les rangs de la classe politique qui demandent le maintien de l'entreprise dans le giron de la province francophone canadienne.

Jeudi, le Premier ministre du Québec Philippe Couillard a fait part de son intention de dire à M. Laliberté
"que pour les Québécois, pour le gouvernement et pour l'ensemble des partis politiques (...), il est très important que non seulement le siège social demeure à Montréal, mais que les activités clés, dont les activités créatives, restent à Montréal également".

 

La saga du Haut conseil

A l'origine et l'idée était bonne, le haut conseil a été créé pour que le gouvernement et l'Assemblée de Polynésie ne fassent pas d'erreurs dans les projets de lois etc.. Mais cette nouvelle disposition pour le bien de ceux qui gouvernent n'a pas fait l'unanimité des partis politiques, évidemment. Cela serait trop beau en Polynésie !

Nous ne voulions pas nous mêlez de l'histoire à rebondissements du Haut conseil. Mais... il y a des outrances médiatiques qui méritent de se faire botter le C...dans cette histoire. Le tribunal administratif et c'était évidemment prévisible, a suivi l'analyse du Conseil d'Etat, celui qui avait donné son absolution à Diemert  pour prendre ce poste. Et oui... Bref, le TA a donc validé deux dispositions très contestées par le représentant de l'Etat et de manière plus confuse par Oscar Temaru:

- l'obligation de faire présider le HC par un magistrat de l'ordre administratif en détachement

-le caractère matériellement réglementaire du régime indemnitaire de ses membres.

- et écarte comme" dépourvu de sérieux" un autre moyen d'arriver à ses fins des juristes  de Temaru.

Conclusion la délibértion du 27 mars 2014 selon les juristes interrogés est donc intégralement validée.

Le TA relève également que les dispositions correspondantes antérieures de l’arrêté de 2013 devront être abrogées « dans un délai raisonnable » et, dans l’attente, demeurer inutilisées  : il en résulte que le HCPF ne dispose plus,  désormais,  de compétences consultatives obligatoires (mais il conserve évidemment toutes ses compétences facultatives, et notamment celle qui prévoit la possibilité de le saisir sur toute question de droit).

On notera que le TA n’a pas suivi son rapporteur public qui demandait pas très clairement qu’une injonction formelle soit adressée au Gouvernement de la Polynésie afin de  réécrire l’arrêté de 2013.

il reviendra donc au Gouvernement de la Polynésie de décider de la manière de combler  le vide ainsi  créé par cette annulation et de réécrire l’article relatif aux cas de saisine obligatoire ; une solution (d’ailleurs suggérée par l’avis du Conseil d’Etat du 10 mars dernier) pourrait consister dans le maintien d’une saisine du  HCPF sur ces même textes sauf si le Président de la Polynésie décidait, au cas par cas,  de ne pas procéder à la saisine en question.

Ce n'est qu'un début dans les argumentations...

 

Prédictions

VERS UNE 3ème GUERRE MONDIALE ?


Sans vouloir céder au pessimisme, cette communication d’un prof de Fac, économiste
reconnu, interpelle quelque peu.
Cette thèse est écrite par l'économiste Jean-Hervé LORENZI.


Jean-Hervé LORENZI, né le 24 juillet 1947, est professeur à l’université Paris-Dauphine
depuis 1992 (Master 218 Assurance et gestion du risque), président du Cercle des
économistes, conseiller du directoire de la Compagnie Financière Edmond de Rothschild...
On sait également que son coeur est plutôt à gauche..... Pessimiste ou réaliste, à vous de juger.

"Comme l’éthologie humaine le démontre, l’état de paix ne correspond pas à la nature
humaine. L’agressivité intra spécifique est la règle dans notre espèce. L’idéal kantien ou
chrétien moderne de la paix perpétuelle, n’a jamais fonctionné. L’histoire humaine est
véritablement structurée par la guerre. L’état de paix n’est qu’une transition passagère entre
deux états de guerre. La guerre est très ambiguë, ambivalente plutôt, comme la fameuse
innovation destructrice de Schumpeter. Elle est à la fois un facteur de destruction et
d’évolution. Contrairement à une idée reçue, depuis la fin du néolithique les guerres n’ont
représenté qu’une cause marginale de la mortalité. Vouloir éliminer la guerre (idéologie
pacifiste), c’est aussi stupide que de vouloir éliminer la sexuation (idéologie du genre), la
religion et l’économie privée (idéologie marxiste) ou le sentiment d’appartenance et d’identité
ethniques (idéologie cosmopolite).


Le problème n’est pas d’éliminer les guerres, c’est de les gagner ; et le plus rapidement
possible, pour que les effets positifs de la victoire l’emportent sur les effets négatifs de l’effort
guerrier trop prolongé. L’auteur de cette vision de la guerre n’est ni Sun-Tzu ni Clausewitz,
c’est un certain Jules César.
Pourquoi parler de guerre mondiale ? Depuis 1945, on s’imagine qu’il n’y aura plus jamais de
guerre mondiale, mais seulement des guerres locales et régionales, et que l’ONU parviendra à
éviter une Troisième guerre mondiale. On avait commis la même grave erreur après 14-18
qu’on appelait d’ailleurs la Der des Ders et la création de la SDN. Or, dans un environnement
mondialisé, ce qui est le cas, en gros, depuis 1880, il est inévitable qu’éclatent des guerres
mondiales. Dire il n’y aura plus jamais de guerre mondiale, c’est comme dire je ne mourrai
jamais ou l’été durera éternellement.


Étudions maintenant le scénario de la future Troisième guerre mondiale, la TGM.(publication demain intéressant)

 

Jeudi 26 mars 2015

Edito

" Réagissez quand c'est encore légal"

Le commissaire de police, un homme compétent et sympathique au demeurant, ne devrait pas parler comme un président de la République lorsqu'il dit " je ne veux pas que l'on mette en accusation les services de police". Qu'il le veuille ou pas, il ne peut pas empêcher les citoyens de penser ce qu'ils pensent et comme ailleurs, sauf aux États Unis où la police est respectée pour sa diligence et sa répression ( sauf par les blacks qui subissent un excès de zèle mortifère) la police peut, et est critiquée d'autant que les Américains votent pour tel ou tel homme qu'ils souhaitent voir commander leur police.. En Polynésie comme en France, ne pas oublier non plus que la hiérarchie dont il dépend directement, c'est le parquet, donc le procureur de la République connu pour ses sympathies et le zèle de ses antipathies, qui fait classer sans suite les plaintes de ceux qu'il n'apprécie pas, le plus souvent quand ils sont du côté d'un Flosse qui serait depuis longtemps dans les oubliettes d'un donjon du temps de Fouché. Il faut relire le comte de Mont Cristo.

 Bref, on peut comprendre la lassitude du père Christophe devant les exactions commises et comme c'est un homme avant d'être un curé, il a le droit d'en avoir marre. De même que le commissaire a le devoir de défendre ses troupes sans exagération.

Mais on ne peut s'empêcher de constater aussi les carences de la justice. D'un côté on veut la mort d'un Flosse trop remuant, de l'autre on condamne en métropole un pédophile mateur d'images pornographiques d'enfants, à six mois avec sursis. le comble c'est de le voir se retrouver directeur d'une école après cette condamnation. Le juge l'a laissé à son métier en toute connaissance de cause, sans lui interdire la peine complémentaire d'interdiction de travailler avec des enfants.  Comment croire en cette justice qui n'est qu'humaine avec ses qualités, ses revanches, ses haines et ses défauts ? Ce magistrat a dit sans aucun bon sens : " il aurait été injuste de le priver de son emploi simplement, oui simplement, parce qu'il aurait des goûts suspects ! Ben voyons... Et en conséquence le passage à l'acte, carrément autorisé, de cet individu dans une école a été extrêmement facile. Les magistrats ont tous les droits même les plus insensés, comme de vouloir embastiller l'ancien président Flosse pour avoir fait prendre en photo monsieur Du Prel, adversaire acharné de celui-ci . Ou avoir rémunéré les agents assermentés venus de métropole pour créer ce service. On vous prend en photo ? Et alors youpi si vous n'avez rien à vous reprocher !

En revanche, le directeur de l'IEOM visiblement est un homme compatissant en ce qui concerne les malheureux  dont le statut social change du jour au lendemain pour cause de récession économique. La commission de surendettement des ménages est utile. Elle existe depuis 35 ans en métropole et depuis 2012 en Polynésie. Pierre Yves Lebihan hier soir avec beaucoup de coeur, a très bien expliqué la situation actuelle qui n'a pas l'air d'évoluer.

Et enfin pour clore cet édito, relevons que rien ne va plus au sein de Polynésie première. Dysfonctionnement interne, tracts, menaces de suicide ( et quand on sait qu'il y  a déjà eu deux ou trois suicides à France télévision) le personnel s'inquiète quand l'un d'entre eux menace de passer à l'acte. Bref, situation tendue...Dans le miroir que nous tendent certains au sein de cette "maison", le personnel se trouve très, très mauvaise mine. Pour les plus sensibles, ils perdent leur boussole puis leur gouvernail. Et là ce n’est pas bon du tout.

 


 


L'Institut pour la Justice est une association loi 1901 en faveur d'une Justice plus protectrice des citoyens et plus équitable vis-à-vis des victimes.

Saviez-vous que le directeur d’école arrêté pour le viol de plusieurs enfants avait été condamné en 2008 pour détention d’images pédopornographiques ?

Pour ce grave délit, il avait écopé de 6 mois avec sursis.

Vous vous demandez sans doute comment il a pu se retrouver directeur d’une école après cette condamnation : peut-être a-t-il changé d’identité, s’est-il inscrit sous un faux nom ?

Non : le juge l’a laissé retourner à l’école en toute connaissance de cause. Il a décidé de ne pas lui imposer la peine complémentaire d’interdiction de travailler avec des enfants.

Pour la justice, la réinsertion de ce délinquant sexuel était la priorité absolue. Le juge a trouvé injuste de le priver de son emploi simplement parce qu’il aurait des goûts suspects (on parle de son goût pour des images sexuelles impliquant des petits enfants !!!).

Et le juge l’a laissé retourner dans une école où le passage à l’acte était extrêmement facile !

 

L'Assemblée a fait peau neuve !

Achèvement des travaux de rénovation de l’hémicycle de l’assemblée.
Jeudi matin, l’assemblée de la Polynésie française tenait sa deuxième séance extraordinaire dans l’hémicycle récemment rénové, puisque cette salle était en travaux d’embellissement et de rénovation depuis janvier 2015 jusqu'à la semaine dernière.

Ces travaux dans l’hémicycle étaient devenus nécessaires, et il a fallu attendre une période assez longue entre deux sessions pour pouvoir les effectuer. Il a donc été décidé de les réaliser entre la session budgétaire qui s’est achevée en décembre dernier, et la session administrative qui doit débuter début avril. Ces travaux importants ont consisté à réparer, poncer, traiter et enduire le plancher de l’hémicycle, mais aussi tous les pupitres des élus et des membres du gouvernement, ainsi que le perchoir. En outre, les câblages électriques ont été changés de façon à être conformes aux normes de sécurité électrique.

Enfin, il est à noter que des nouveaux aménagements ont été apportés, tel que l’installation d’un logo de la Polynésie française, en bois, rétroéclairé, au dessus du perchoir, ainsi que la confection d’un podium et d’un pupitre de discours en bois situé au pied du perchoir, qui sont notamment dédiés aux interventions des rapporteurs en séances qui se déroulent dans cette salle Vetea BAMBRIDGE.

Cette rénovation a été rendue possible grâce à la collaboration de quatre artisans de la place, en continuité avec les aménagements engagés par les précédents présidents, qui avaient fait d’ores et déjà un toilettage de la salle, une réfection des murs et des plafonds.

L’intégralité de ces travaux a coûté 13 841 000 F CFP.




L'IEOM (extrait de la conférence de presse)

136 dossiers traités en 2014:

Très grande majorité de dossiers recevables (2% d’irrecevables)
Dossiers orientés en moins de 2 mois
Forte proportion de « faillite personnelle » (60 % de PRP)

9 dossiers sur 10 concernent du surendettement passif, c.a.d une dégradation de la situation financière subie par les débiteurs (baisse des ressources)


 

L’ouverture de l’antenne archipels de l’OPH, structure d’accueil des habitants des îles, sise rue des Remparts, à Papeete, (ex-locaux du FEI et du FDA), aura lieu jeudi 26 mars à 11 h, en présence du Président, ministre de l'OPT Edouard Fritch, et du ministre du Logement, Tearii Alpha.


ATN est sortie de l'adolescence !

 

Le Président réaffirme le soutien du Pays à Air Tahiti Nui

A l’occasion de la signature, ce mercredi, d’un accord entre Air Tahiti Nui et la société Air Lease Corporation pour la fourniture de deux Boeing 787, le Président Edouard Fritch a souhaité rassembler le personnel de la compagnie aérienne, à la Présidence, pour témoigner du soutien du Pays à Air Tahiti Nui.

Cette signature est un « moment important dans l’histoire du développement de notre compagnie », a souligné le Président, en présence du pdg d’Air Tahiti Nui, Michel Monvoisin, et du pdg d’Air Lease Corporation, Steven Udvar-Hazy. Le Président a rappelé que le pdg d’Air Lease Corporation était déjà présent au lancement de la compagnie, il y a plus de 15 années, puisqu’il avait fourni le premier Airbus de la compagnie, le Bora Bora.

« Durant ces 15 années, malgré les difficultés financières, nous avons ensemble, le Pays et vous, tenu bon. L’actionnaire principal que je représente aujourd’hui, a toujours suivi les augmentations de capital, pour plus de 13 milliards Fcfp cumulés, afin de maintenir l’outil de travail », a indiqué le Président.

La compagnie aérienne passe désormais à une autre étape de son développement, a poursuivi le Président. Rappelant qu’Air Tahiti Nui avait été à plusieurs reprises récompensée par des prix d’excellence, il a souhaité que la compagnie puisse rapidement retrouver son « rang de numéro 1 au moins du Pacifique, voire mieux et au-delà ». « Il faut à nouveau allumer cette flamme qui fera briller le tiare sous tous les cieux des marchés à conquérir. Oui, aujourd’hui, je voudrais vous amener à nouveau à être fiers de votre compagnie, de notre compagnie », a déclaré le Président en soulignant que le gouvernement avait par conséquent décidé de soutenir la compagnie en la dotant de nouveaux moyens. Le choix du « challenge futuriste et séduisant », avec des Boeing 787 Dreamliner, a finalement été retenu.


« Il a fallu beaucoup de réunions de concertation au cours desquelles tous les arguments positifs et négatifs sur chacun des deux choix ont été mis sur la table en toute transparence. Et parmi ces éléments qui entrent notamment dans la décision, il y a le facteur humain. Est-ce que les 750 agents d’Air Tahiti Nui seront capables de s’engager avec enthousiasme sur le choix futuriste ? A cet égard, nous avons fait le pari de vous faire confiance et de faire confiance en votre volonté de vous propulser vers un nouvel avenir, plus motivant et mobilisateur », a déclaré le Président.

Air Tahiti Nui fera donc l’acquisition de 4 appareils. Les premiers appareils devraient être livrés en 2018 par la société Air Lease et les deux autres par le constructeur lui-même en 2019. Ces appareils seront de nature à augmenter la satisfaction de la clientèle. Pour être prêts et opérationnels en 2018, les actions de formation et d’adaptation devront démarrer dans les mois à venir, notamment pour le personnel navigant, commercial ou technique.

« Air Tahiti Nui est bien sorti de l’adolescence pour franchir l’âge adulte. Je compte sur la responsabilité de chacune et chacun d’entre vous pour nous amener vers la réussite. Je compte sur la fierté de chacune et chacun d’entre vous pour porter haut et digne, les couleurs turquoises de notre compagnie et de notre drapeau polynésien », a conclu le Président.

 

 

Mercredi 25 mars 2015

Edito

"Souriez, vous êtes filmés !"

La première constatation qui saute aux yeux c'est qu'il devait y avoir une foule de plaignants auxquels on avait oublié de dire sans doute " souriez vous êtes filmés" et la seconde c'est que le sieur Du Prel est bien isolé dans le prétoire. Il ne demande qu'un franc de dommage et intérêt car après tout lui, qui jusqu'à peu, avait des boutons dès qu'il était question d'argent ayant touché quelques millions d'Albert Moux pour le rachat de son magazine tout en ayant la chance de continuer à y écrire, moyennant un excellent salaire, ne fait là qu'accomplir un interminable crépuscule orange dont le procureur de la République ne souhaite pas voir l'aurore. Une belle constance de ces deux hommes.

La presse se targue, enfin cette presse-là, de légiférer à la place du législateur, de monter des complots à la place des vrais comploteurs et se pique en plus de philosopher à la place des philosophes. La nature a horreur du vide et l'éditorialiste, factotum des temps modernes est toujours volontaire pour parler de ceux qu'il n'apprécie pas. Nous n'échappons pas à la règle surtout quand certaines outrances sont patentes.
Bref pour gonfler les voiles de l'audace M. Du Prel qui n'a rien à se reprocher aurait dû avoir un sentiment d'importance de se voir ainsi pister et revêtir le maillot jaune du mec célèbre, mais sa modestie ne le lui a pas permis.

Alors qu'il revient à la presse d'exposer en haut ce que le "bas" ressent et de révéler au "bas" ce que le haut prépare, les médias disent aux uns ce qu'ils doivent penser et aux autres ce qu'ils devraient faire. Le pouvoir cependant a bien besoin de cette confrontation, même si elle parasite plus ou moins son action. Mais sous l'étendard "fritchien" et malgré des tirades sur la liberté d'opinion, manipulé par un quarteron de collaborateurs, le pouvoir tente toujours d'étouffer le salutaire profanateur. Ainsi va la vie politique et judiciaire dans le microcosme polynésien comme ailleurs, mais ailleurs, cela se voit beaucoup moins..

 

 

 

 Sur cette vidéo, on voit Manuel Valls, en pleine furie contre Marion Maréchal Le Pen. Il hurle et vitupère. Mais le plus important n'est pas là. Regardez sa main gauche. Le Premier ministre avait-il bu trop de café ? Ou de boisson énergisante type Red Bull ? Ou, plus grave, est-il sous l'effet de substances illicites ? Ou souffre-t-il d'une maladie neurologique ?

 http://www.egaliteetreconciliation.fr/La-main-gauche-de-Manuel-Valls-31601.html

 

Bonne nouvelle aussi pour Air Tahiti Nui qui a signé aujourd’hui avec le loueur ALC les 2 premiers 787. La Présidence a organisé un petit cocktail avec le personnel.  Allez on trinque ATN est en super forme !

 

 

 

En voilà une nouvelle qu'elle est bonne au conseil des ministres !

Point sur le prix des hydrocarbures

Le dernier chargement de produits hydrocarbures qui a eu lieu en Corée a fait état d’une hausse de la valeur CAF de l’essence sans plomb de l’ordre du 11,13 %.

Sur ce chargement, le cours moyen du dollar américain s’est fixé à 105,805 Fcfp/US $ contre 99,90 Fcfp/US $ pour le chargement précédent, soit une hausse de 5,91%.

Les variations de valeur CAF exprimées en Fcfp associées à une appréciation notable de la devise américaine conduit à une hausse de l’essence sans plomb de 17 %, du pétrole de 12 % et du gazole de 2 %.

Le solde toujours positif du fonds de régulation du prix des hydrocarbures (FRPH) permet toutefois au gouvernement de ne pas augmenter le prix des hydrocarbures proportionnellement à la hausse constatée.

En outre, compte tenu des spécificités et des difficultés du secteur pêche, le gouvernement a acté une baisse de 5 Fcfp du gazole pêcheur vendu en gros et au détail.

Partenariat pour l’élection de Miss France 2016

Fin février 2015, le comité du concours de beauté Miss France s’est rapproché du GIE Tahiti Tourisme et d’Air Tahiti Nui afin de leur présenter une proposition de partenariat pour l’édition « Miss France 2016 ».

Le concours de beauté Miss France est très populaire. Il regroupe les 33 candidates, élues « Miss régionales », choisies pour représenter les régions de France métropolitaine et d’outre-mer. La finale se tient au cours d’une cérémonie nationale, diffusée en direct en soirée, à une heure de grande écoute, à la télévision. Auparavant, lors des dernières éditions, dans le cadre de leur préparation pour la grande soirée d’élection, les candidates effectuent un déplacement hors de métropole.

 

Convention Socredo-Epic Vanille afin de favoriser l’installation de nouvelles ombrières

Le ministre chargé du Développement du secteur primaire, Frédéric Riveta, a présenté au conseil des ministres un projet de convention de partenariat entre la Socredo et l’Etablissement Vanille de Tahiti destinée au financement des projets d’installation de nouvelles structures d’ombrières.
C’est ainsi que la Banque Socredo proposera des dispositifs avantageux pour les futurs porteurs de projets en accordant, en particulier, un taux d’intérêt préférentiel et un différé du remboursement des échéances.

La Vanille de Tahiti bénéficie d’un programme de relance de la production depuis fin 2013 qui a commencé par la régénération de tuteurs existants complété aujourd’hui par l’attribution de ces nouvelles ombrières.

Ainsi, l’établissement prévoit d’implanter, pour 2015, 42 nouvelles ombrières soit une superficie de 2,4 hectares aux îles Sous-le-Vent et aux îles Du Vent. Ces ombrières entreront en production à partir de 2018.
Le budget total de ce plan de relance s’élève à 120 millions Fcfp, l’établissement Vanille de Tahiti intervenant à hauteur de 50% et la Socredo apportant le complément du financement.



Liste des substances actives de pesticides autorisées en Polynésie française

La liste des substances actives de pesticides autorisées en Polynésie française évolue constamment au gré des demandes des professionnels et des connaissances acquises sur l’efficacité et la dangerosité des produits.
Ainsi, lors de la réunion de la commission des pesticides du 12 février 2015, la commission a émis un avis favorable pour le retrait de l’herbicide paraquat de l’annexe 1, et pour l’ajout du fongicide mandipropamide à l’annexe 5 et de l’insecticide flupyradifurone à l’annexe 4.
Bien que très toxique, pour son faible coût et sa facilité d'utilisation, le paraquat de la famille des Pyridines-bipyridiliums sert en agriculture, floriculture et dans certains boisements à désherber ou préparer le sol. Il vise à protéger les semis contre la concurrence d'un large éventail de plantes pluriannuelles dites nuisibles ou mauvaises herbes.
Le paraquat est dangereux par sa forte toxicité aiguë par ingestion, même à faible dose : atteinte digestive caustique, avec diarrhée pouvant conduire à des risques de déshydratation en cas d’ingestion importante, atteinte rénale de type insuffisance rénale fonctionnelle. Au surplus et, notamment, dans le cas d’une intoxication par ingestion, il n’existe aucun antidote connu à ce jour.


 

 Le Président du CESC reçoit le nouveau Vice-recteur


 Le Président du Conseil économique, social et culturel Angélo Frebault a reçu dans
l'après-midi de mardi le nouveau Vice-recteur Jean-Louis Baglan au cours d'une visite de courtoisie.
Le deuxième Vice-président du CESC Makalio Folituu a été associé à cette rencontre.
Ensemble ils ont évoqué les travaux en cours au CESC. Le Vice-recteur a porté un intérêt particulier
notamment à l'étude en cours d'un projet de "loi du Pays" portant institution d'un régime d'exonération de
cotisations sociales des contributions patronales au financement de régimes de retraite et de prévoyance
complémentaires des travailleurs salariés.
Avant de se quitter, le Président du CESC a remis à son hôte le rapport d'autosaisine intitulé "L'emploi des
jeunes en Polynésie française. Quelle adéquation entre les formations diplômantes et les besoins réels du
marché de l'emploi polynésien ?"

 


L'argent, toujours l'argent !

 François Hollande: son astuce illégale pour toucher une retraite dorée

Affaire Hollande. Selon les révélations de l’hebdomadaire Marianne, l’actuel chef de l’Etat utilise une astuce illégale pour s’assurer une retraite dorée. Montant brut estimé une fois à la retraite: 35700 euros par mois, sur le dos des contribuables. Explications
Le Haut Fonctionnaire Hollande travaille toujours officiellement pour la Cour des Comptes

Ce sont des révélations pour le moins étonnantes que publie l’hebdomadaire Marianne. Le haut fonctionnaire François Hollande, qui a travaillé pour la Cour des comptes, ne s’est pas mis en indisponibilité mais … en détachement, pour exercer ses fonctions politiques. Ce petit détail peut paraître anodin. Simplement, en restant en détachement, François Hollande continue à faire tourner son compteur retraite. Selon les calculs de Marianne, sa retraite atteindra… 35 700 euros par mois.

La loi interdit pourtant de faire ce qu’a fait Hollande
Comble de l’ironie, François Hollande est en illégalité avec ses propres lois. Le président qui a prôné la transparence devrait savoir, comme le rappelle Marianne, que depuis la loi sur la transparence de la vie politique, les fonctionnaires et membres du gouvernement doivent se mettre non pas en détachement mais en disponibilité de leurs précédentes fonctions pour exercer des responsabilités gouvernementales. Pour être ministre, Fleur Pellerin et Emmanuel Macron l’ont fait. C’est la loi. Une loi a laquelle a dérogé… le chef de l’Etat lui-même.
 La Cour des comptes explique à Marianne que la situation du président «n’est expressément prévue par aucun texte. C’est donc le droit commun qui s’applique». Déclarations surprenantes, surtout lorsqu’on se souvient qu’en juin 2013, le ministre chargé des Relations avec le Parlement Alain Vidalies, aujourd'hui aux Transports, avait assuré que François Hollande «se mettra en disponibilité». Un oubli, sans doute…

 
Malgré son absentéisme à la Cour des comptes, François Hollande profite du système

Plus de 35 000 euros par mois, avec l’argent de l’Etat.
Pas sûr que les Français apprécient.
vu sur :


http://www.valeursactuelles.com/politique/francois-hollande-son-astuce-illegale-pour-toucher-une-retraite-doree-49524

 

Lettre ouverte de Gaston Flosse qui donne des précisions à Mme George Pau-Lanvin sur le statut

 

Madame la Ministre,

A l’occasion d’une interview que vous avez accordée à Radio One et diffusée dans son édition du vendredi 20 mars 2015, évoquant le projet de Pays associé vous avez déclaré :
« Un pays associé, c’est un pays indépendant ». Vous vous méprenez totalement sur la nature exacte de ce projet en le confondant avec celui d’Etat associé. Je vous rassure, contrairement à ce que vous sous-entendez, je ne suis pas devenu indépendantiste, comme votre allié politique, le Tavini Huiraatira, avec lequel le Parti Socialiste a signé une convention de partenariat et entretient des liens étroits. Ce n’est pas le statut qui fait l’indépendance.
Ce choix reviendra aux Polynésiens le jour où la question leur sera posée par référendum.

A maintes reprises, j’ai eu l’occasion d’expliquer aux différents médias polynésiens auprès desquels vous auriez pu trouver des précisions utiles, que le projet sur lequel nous travaillons n’a rien à voir avec celui d’un Etat associé. Ce dernier suppose d’être d’abord indépendant, puis dans un second temps, de s’associer librement avec une autre Nation. Le projet de Pays associé au sein de la République, puisque tel est précisément son appellation, est radicalement différent. Comme l’indique son nom, il ne s’agit pas de sortir de la République, donc d’être indépendant, mais bien au contraire de clarifier, toujours au sein de la Nation française, les relations entre l’Etat et la Polynésie française afin que celles-ci sortent du rapport de force qui vient régulièrement les polluer.


En 1984, le statut d’Autonomie que je venais de négocier avec le Président de la République François Mitterrand et son ministre des Outre-mer, Monsieur Georges Lemoine, était déjà présenté par ses détracteurs, héritiers d’un jacobinisme dépassé, comme l’antichambre de l’indépendance. Je veux croire que vos propos traduisent un malentendu et que vous ne vous réclamez pas de cet héritage jacobin qui a fait tant de mal à l’Outre-mer.

Je crois qu’il faut sortir de ces faux semblants, de ce manichéisme démagogique. Les cadres institutionnels existants enferment les Régions, et plus particulièrement les collectivités d’Outre-mer, dans un modèle qui n’est plus satisfaisant, et qui représente le plus souvent un frein à leur développement. Car le statut, est bien plus qu’un cadre juridique qui organise les relations entre l’Etat et la Polynésie française, il est avant tout un outil au service du développement et de l’épanouissement des Polynésiens au sein de la République.

Il nous appartient d’être imaginatif. La relation entre la Polynésie française et la France ne saurait se résumer à choisir entre la départementalisation d’un côté, et l’indépendance de l’autre, que la plus grande majorité des Polynésiens refuse. D’ailleurs, le rejet de l’indépendance constitue la pierre angulaire du combat que mène le Tahoera’a Huiraatira depuis sa création en 1977. Mais, entre ces deux extrêmes, le champ des possibles est vaste.

Monsieur Jean-Jacques Urvoas, président de la commission des lois, interrogé à ce sujet, déclarait : « Le statut de pays associé n’existe pas dans la constitution ».
L’Autonomie n’existait pas non plus dans la Constitution à l’époque de sa création,
et la Polynésie avait déjà fait preuve d’innovation. Si trente ans plus tard, l’Autonomie,
à son tour, a montré ses limites, ce nouveau modèle statutaire reste à inventer sans pour autant constituer une rupture. Bien au contraire, la relation au sein de la République peut se fonder sur de nouvelles bases et elle peut encore se décliner de diverses manières.
C’est le projet de Pays associé au sein de la République.
Dans mon discours d’investiture devant l’Assemblée de la Polynésie française,
le 14 septembre 1984, je rappelais déjà ce qu’était pour nous l’Autonomie que nous venions de conquérir : « Que renaisse ainsi la dignité de notre peuple, peuple jamais asservi
mais toujours désireux de perpétuer librement son association avec le peuple français
au sein de la nation française». Vous-même qui êtes originaire des Antilles où l’histoire
du peuplement de ces îles fut cruelle, ces propos devraient éveiller en vous un écho favorable. Cet état d’esprit est conforme à la lettre du préambule de la Constitution française
qui affirme : « En vertu de ces principes et de celui de la libre détermination des peuples,
la République offre aux territoires d'outre-mer qui manifestent la volonté́ d'y adhérer
des institutions nouvelles fondées sur l'idéal commun de liberté́, d'égalité́ et de fraternité́ et conçues en vue de leur évolution démocratique. »
Dès le début de notre histoire commune la relation des Polynésiens avec la France s’est construite sur une volonté libre, et chaque évolution statutaire est une manière de renouveler cette libre association avec la France en y apportant des aménagements et des améliorations. C’est pourquoi je disais en ouverture du colloque sur les 30 ans de l’Autonomie le 27 juin 2014 : « Au-delà des indispensables corrections à apporter au statut, nous pourrons certainement aller plus loin dans l’autonomie en fonction de notre capacité à nous prendre en charge. Faut-il parler de lien fédéral, de pays associé – j’ai bien dit de « pays » et non pas d’Etat - ? Ce pas, celui de pays associé, associé à la France bien sur, sera à mon avis,
le futur statut de notre Tahiti Nui ». En conclusion, et pour que ma pensée ne soit pas trahie, je terminais mon intervention en disant ceci : « Permettez en tout cas à un vieil homme politique qui n’a pas d’illusion sur la durée de gouvernance qu’il peut attendre de la vie, de laisser un message simple à son peuple : quelle que soit la forme du statut, ne coupez pas
le cordon qui nous relie à la France ». Il n’y a donc aucune ambiguïté dans le projet de Pays associé au sein de la République. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Ne me prêtez pas des intentions que je n’ai pas.

Comme cela vous a été dit à Papeete, nous menons une réflexion sur cette question,
car il s’agit ici de clarifier le rôle de l’Etat et le rôle de la Polynésie française, chacun dans ses compétences propres, sous le sceau de la Constitution et naturellement au sein de la République. Le moment venu, nous présenterons ce projet au peuple Polynésien sous la forme d’un référendum, puis à l’Assemblée de la Polynésie française, et nous demanderons à l’Etat son examen au Parlement.

Lorsque le statut sera prêt, nous demanderons à l’Etat, une révision de la Constitution,
car ce statut doit évidemment être protégé par la Constitution, tout comme c’est notre volonté que les Polynésiens puissent se prononcer sur cette évolution qui ne fait pas sortir
la Polynésie française de la République. Nous sommes loin de l’indépendance que
vous évoquez. Je crois même que ce projet, s’il était regardé pour ce qu’il est, pourrait représenter une alternative consensuelle à la Nouvelle Calédonie qui se déchire
sur son avenir. Il pourrait même devenir le futur statut des collectivités françaises
du Pacifique.

Mais là n’est pas notre priorité. La priorité, vous le savez, c’est l’emploi, grâce au décollage de notre économie et aux grands travaux que nous attendons toujours.

Je vous prie d’agréer, Madame la Ministre des Outre-mer, l’expression de ma considération distinguée.

Gaston FLOSSE



Elle est trop bonne !
 

Une femme est en train d'aider son mari à installer son nouvel ordinateur. 
Une fois l'installation complétée, elle dit à
son mari qu'il doit choisir un mot de passe.
Un mot dont il se souviendra car il en aura besoin pour démarrer sa prochaine session.
 
L'homme, un peu macho... voulant passer
un message à sa femme, choisit son mot de passe et est impatient de voir sa réaction.
 

Alors quand l'ordinateur lui demande son mot de passe... 

Il regarde sa femme d'un air séducteur et tape:   « PENIS ».

Quand son mari tape sur la touche ENTER pour valider sa frappe,  sa femme se met à se rouler par terre, morte de rire, car l'ordinateur a répondu à son mari : Trop court...Accès refusé!

                                       

 

 

Mardi 24 mars 2015

 

 

REPORT DE L'EXERCICE PLAN DE SECOURS DE TAHITI FAA'A PRÉVU CE MADI 24 MARS 2015

Suite au dramatique accident de l'avion de la compagnie Germanwings survenu cette nuit en métropole, le Haut-Commissariat de la République a décidé de reporter l'exercice plan de secours programmé ce jour sur l'aéroport de Faa'a, à une date ultérieure.

Ce A 320  avait embarqué 150 personnes. Il s'est écrasé dans les Alpes de Ht Provence. Aucun survivant !

 

Edito

Le carillon des alarmes

Le danger à trop rabâcher les nuisances de la société qui pourrissent la vie des citoyens, c'est que les pouvoirs publics n'y font plus véritablement attention. Nous avons relayé de nombreuses fois la complainte du père Christophe devant les murs de la cathédrale violés par des tags, des dessins obscènes, nous les avons montrés, nous avons dénoncé les violences des bandes d'ivrognes de 15 à 25 ans toujours devant un lieu sacré qu'ils ne respectent pas. Comment voulez-vous que ceux-là respectent leurs propres compagnes et l'on se plaint des violences faites aux femmes, des viols, de l'inceste, des passants battus douloureusement pour prendre un portable ou les dévaliser ?

 L'inconsistance des politiques  qui n'osent pas réprimer en se réfugiant derrière la sacro sainte excuse :ce n'est pas à nous à faire régner l'ordre,et du premier magistrat de la ville passif , la bonne excuse au coin des lèvres en assistant au déferlement des bagarres de plus en plus violentes, on assiste à une sorte de décomposition de la société comme dans la banlieue de France qui décourage toute lucidité collective. Voilà des années que l'opinion s'habitue, se mithridatise à la jungle sociale des voyouteries qu'édulcore le vocable " incivilités". Un pays qui refuse de voir la sanction tandis que les doléances publiques, les grèves, le chantage même, gagnent peu à peu la société, que la Justice déraille devant le raz de marée des infractions, de querelles de clans et de bandes adverses. Et que, pour résister à toute cette pétaudière, loin d'inciter au courage et à la responsabilité personnelle du maire, le pouvoir fait de l'assistance , du tourisme (sic!) et des loisirs, les vaches sacrées de la modernité, parait-il.
Où mène cette pente ? Après tout Emile Vernaudon en son temps, maire de Mahina avait bien raison, la prison étant pleine, déjà, d'habiller les délinquants de sa commune en treillis rayé et les envoyer sur la route nettoyer les caniveaux afin que tous les passants ricanent en applaudissant. A l'époque la "honte" faisait encore partie de l'individu.

 La pêche médiatisée de l'électeur à l'aube d'une élection importante craint la lumière de la vérité exprimée .Le carillon des alarmes ne réveille que ceux qui veulent l'entendre et notre bon maire dans son lit douillet dort très bien, la conscience tranquille. Tant pis pour le père Christophe et sa cathédrale. Tant pis pour les fidèles offusqués, tant pis pour le passant attardé qui risque sa vie. Tant pis pour la mort qui rôde. Dénoncer son ras-le-bol est excessif et condamnable, " et manque de sobriété au même titre que les personnes interpellées". Celle-là, c'est la meilleure de la journée de la part d'un responsable de la sécurité publique auquel le père Christophe ne reproche pas d'intervenir mais de ne pa réprimer....
 

 

Courrier :

Je me permets d'intervenir sur les propos concernant les dégradations mais surtout sur les jeunes imbibés d'alcool auxquels on demande après leur avoir fait souffler dans le ballon de rentrer chez eux au volant puisque c'est arrivé à mon propre fils. Je n'en revenais pas" je lui ai dit " Ils ne t'ont pas demandé de rentrer à pied" Et non...le père Christophe ne ment pas . Cela arrive vraiment. A.G

 

Comment se fait-il que le sieur Cyrille Le gayic, après moult condamnations,  est-il encore à la tête de son syndicat, alors que  J.-Marie Yan Tu a été mis de côté.?

Ce fouteur de bordel se permet encore de faire le fanfaron devant les caméras de la télé. Avec son collègue Galenon, ils ne cachent pas leur jouissance, affichant un sourire radieux, à l’annonce d’une grève qui va encore prendre la population en otage. 

Tous les téléspectateurs ont bien entendu de la bouche du père de Régis Chang que le seul but recherché par tous les syndicalistes à l’exception d’Yves Laugrost, est le remplacement de celui-là par Pierre Frébaud syndicaliste et ancien ministre tavini du Travail. On est en droit de s’interroger sur la loyauté de ces syndicalistes à redresser les comptes de la caisse.Ils n’en ont rien à cirer du l’avenir de CPS ni de nous. G.V

 

Édouard Fritch poursuit sa compagne pour les sénatoriales dans les mairies.

 Ici à Hitia O te Ra

 

Le maire a tenu à mettre l’accent sur le projet de rénovation et d’extension du réseau d’adduction en eau potable qui est évalué à près d’1,7 milliard Fcfp. Pour le président, c’est un projet qui est typiquement éligible au Contrat de projets Etat-Pays-communes, moyennant une programmation sur quatre ou cinq ans, ce qui soulagera considérablement le montant de l’investissement pour la commune. Pour Edouard Fritch, « c’est un problème pratiquement réglé ».Ben voyons !!!! "Demandez, vous serez servi !"

 

Tiens, tiens un nouveau !

Le Président Fritch reçoit un investisseur chinois. A première vue ils sont tous intéressés et puis on attend.... les concrétisations qui ont du mal à arriver jusqu'à nous. Welcome to the new one...



 


Le président Edouard Fritch a reçu, lundi en fin de journée, une délégation menée par Wong Chun Yam, et ce en présence de Robert Wan.

Monsieur Wong est un homme d’affaires chinois qui a montré, au cours de l’entretien, un fort désir d’investir en Polynésie française. Venant pour la première fois en Polynésie, il vient étudier des opportunités d’investir dans les domaines hôteliers ou perlicoles.

A cet égard, Robert Wan l’emmènera à Nengo Nengo pour lui montrer les potentialités de cet atoll. Cet investisseur s’est également montré intéressé par le projet Mahana Beach.



 

COMMUNIQUE DE PRESSE SUR LE DECES SURVENU LE 23 MARS 2015


Un homme de 31 ans a été découvert décédé à domicile par sa famille hier, 23 mars 2015 à 12h00. Il s’agit d’un militaire revenu à Tahiti le 7 mars 2015, en permission, après un séjour de 2 mois en République Centre Africaine.
Le médecin libéral, appelé au domicile par le centre 15 (SAMU), réalise le certificat de décès vers 12h30. Compte tenu de la notion de séjour en Afrique, en concertation avec le SAMU, il n’est pas délivré de certificat de non contagiosité et un obstacle médico-légal à l’inhumation est fait, avec demande d’autopsie.
Le Bureau de veille sanitaire de la Direction de la santé, contacté à 13h50 par le Centre Régulateur 15, demande à ce que le corps ne soit pas manipulé, ni emmené. L’investigation réalisée avec le concours du Service de santé des armées et de la Direction de la défense et de la protection civile confirme avec certitude l’absence de séjour de la personne dans les pays actuellement en épidémie d’Ebola (Guinée, Sierra Leone, Libéria).

Cette confirmation est obtenue vers 17h00, après renseignements pris auprès des instances militaires en métropole. Ainsi, en référence aux définitions admises à ce jour par les autorités sanitaires nationales et internationales, ce décès ne peut pas être considéré comme suspect d’infection à virus EBOLA.
Cependant, une cause infectieuse du décès semble probable d’après le tableau clinique, peut-être d’origine importée. Dans ces conditions, il est décidé de traiter le corps comme potentiellement contagieux et une prise en charge à domicile en cercueil scellé est réalisée.
Le corps a été emmené au service de la morgue du CHPF. Une autopsie devrait être réalisée afin de déterminer précisément la cause de décès.

Le directeur de la santé
Docteur François LAUDON
 

 

 

Tahiti Tourisme partenaire de la 8ème édition Tahiti Festival Guitare

Du 26 au 28 février 2015 s’est déroulé à l’hôtel Le Méridien de Tahiti, la 8è édition du Tahiti Festival Guitare, et comme chaque année, des célébrités musicales telles qu’Amandine Bourgeois, le groupe Such a noise, Oldelaf ou encore Fränk ont été invitées à se produire sur la scène polynésienne.

En tant que partenaire officiel de grands événements à rayonnement international, Tahiti Tourisme a contribué à l’organisation de la venue du directeur de Radio Bretagne Ouest qui a couvert l’événement dans la région Ouest France.
 

 

L’assemblée de la Polynésie française se réunira pour la deuxième séance de la session extraordinaire le jeudi 26 mars 2015, à 9 h.


Rapports susceptibles d’être examinés :


1) Relatif à un projet de délibération portant approbation du projet d’avenant à la convention n° 050.14 du 21 mars 2014 relative à l’attribution d’une subvention de l’État au titre de la 1ère tranche du projet « Fiber To the Home ».

Par délibération n° 2014-23 du 25 février 2014, l’assemblée de la Polynésie française a approuvé le projet de convention relative à l'attribution d’une subvention de l'État au titre de la 1ère tranche du projet « Fiber To The Home » (FTTH), relatif au déploiement du réseau d’accès en fibre optique sur le grand Papeete.
Par convention signée le 21 mars 2014 entre l’État et la Polynésie française, le périmètre du déploiement du réseau a été fixé à environ 42 000 abonnés.
Toutefois, les objectifs de lignes raccordées par tranche ont été réévalués, afin de prendre en compte la totalité du nombre de lignes raccordables de l’année 2015. Il est proposé de raccorder 18 599 lignes au lieu de 8 198 lignes initialement prévues.
En conséquence et conformément à la loi organique statutaire, le présent projet de délibération soumet à l’approbation préalable de l’assemblée le projet d’avenant à la convention n° 050.14 du 21 mars 2014, relative à l’attribution d’une subvention de l’État au titre de la 1ère tranche du projet « Fiber To the Home ».


2) Relatif à un projet de délibération portant attribution d’une aide en nature au profit de la population du Vanuatu suite au passage du cyclone PAM.

Dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 mars 2015, un cyclone tropical de force 5 dénommé « Pam » a dévasté l’archipel du Vanuatu. L’état d’urgence a été décrété par le président de l’archipel, qui a lancé un appel à l’aide internationale.
La semaine dernière, le Président de la Polynésie française a lancé l’opération « Solidarité Vanuatu » pour venir en aide aux victimes du cyclone Pam et a annoncé la mise en place d’une collecte, auprès de la population, de produits alimentaires non périssables et de vêtements.
Le présent projet de délibération prévoit l’octroi d’une aide en nature au profit de la population du Vanuatu et l’affectation d’un budget de 10 000 000 F CFP, pour permettre l’acquisition et le transport de tronçonneuses, groupes électrogènes, bâches mais aussi d’eau destinée à la consommation.



 

 

Fawzia Zouari : Il y a des jours où je regrette d’être née arabe !


Fawzia Zouari, écrivain et journaliste tunisienne, docteur en littérature française et comparée de la Sorbonne. a publié dans « Jeune Afrique » du 02 mai 2014 cet article remarquable que je me dois de diffuser le plus largement possible :
« Il y a des jours où je regrette d’être née arabe. »
Les jours où je me réveille devant le spectacle de gueules hirsutes prêtes à massacrer au nom d’Allah et où je m’endors avec le bruit des explosions diffusées sur fond de versets coraniques.


Les jours où je regarde les cadavres joncher les rues de Bagdad ou de Beyrouth par la faute des kamikazes; où des cheikhs machots et aveugles s’arrogent le droit d’émettre des fatwas parce qu’ils sont pleins comme des outres de haine et de sang; où je vois des petites filles, les unes courir protéger de leur corps leur mère qu’on lapide, et les autres revêtir la robe de mariée à l’âge de 9 ans.
Et puis ces jours où j’entends des mamans chrétiennes confier en sanglotant que leur progéniture convertie à l’islam refuse de les toucher sous prétexte qu’elles sont impures.


Quand j’entends pleurer ce père musulman parce qu’il ne sait pas pourquoi son garçon est allé se faire tuer en Syrie. À l’heure où celui-ci parade dans les faubourgs d’Alep, kalachnikov en bandoulière, en attendant de se repaître d’une gamine venue de la banlieue de Tunis ou de Londres, à qui l’on a fait croire que le viol est un laissez-passer pour le paradis.
Ces jours où je vois les Bill Gates dépenser leur argent pour les petits Africains et les François Pinault pour les artistes de leur continent, tandis que les cheikhs du Golfe dilapident leur fortune dans les casinos et les maisons de charme et qu’il ne vient pas à l’idée des nababs du Maghreb de penser au chômeur qui crève la faim, au poète qui vit en clandestin, à l’artiste qui n’a pas de quoi s’acheter un pinceau.
Et tous ces croyants qui se prennent pour les inventeurs de la poudre alors qu’ils ne savent pas nouer une cravate, et je ne parle pas de leur incapacité à fabriquer une tablette ou une voiture.


Les mêmes qui dénombrent les miracles de la science dans le Coran et sont dénués du plus petit savoir capable de faire reculer les maladies.
Non ! L’Occident, ces prêcheurs pleins d’arrogance le vomissent, bien qu’ils ne puissent se passer de ses portables, de ses médicaments, de ses progrès en tous genres.
Et la cacophonie de ces « révolutions » qui tombent entre des mains obscurantistes comme le fruit de l’arbre.
Ces islamistes qui parlent de démocratie et n’en croient pas un mot, qui clament le respect des femmes et les traitent en esclaves.
Et ces gourdes qui se voilent et se courbent au lieu de flairer le piège, qui revendiquent le statut de coépouse, de complémentaire, de moins que rien !
Et ces « niqabées » qui, en Europe, prennent un malin plaisir à choquer le bon Gaulois ou le bon Belge comme si c’était une prouesse de sortir en scaphandrier ! Comme si c’était une manière de grandir l’islam que de le présenter dans ses atours les plus rétrogrades.
Ces jours, enfin, où je cherche le salut et ne le trouve nulle part, même pas auprès d’une élite intellectuelle arabe qui sévit sur les antennes et ignore le terrain, qui vitupère le jour et finit dans les bars la nuit, qui parle principes et se vend pour une poignée de dollars, qui fait du bruit et qui ne sert à rien !
Voilà, c’était mon quart d’heure de colère contre les miens. Ouf !

Fawzia Zouari,
docteur en littérature française, écrivain et journaliste.


 

 

 

Lundi 23 mars 2015

 

 

 

 

es syndicats de l'OPT auraient déposé un préavis de grève pour non respect des accords signés précédemment. Décidément entre la CPS et l'OPT sans compter à Polynésie première où suite aux différents tracts D'OTAHI ayant dénoncé des abus le Directeur Régional de POLYNESIE 1ère ,par le biais du directeur des Moyens, a contacté le tribunal du travail, afin d'obtenir du délégué syndical un "DÉMENTI".Démenti sur la précision des faits rapportés par OTAHI, lors du jugement rendu le 11 février 2015,une première, c'est le cas de le dire.Plus la scission du Tahoeraa qui se profile, on n'est pas sorti de l'auberge. La machine à perdre est enclenchée pour tous.

Edito

Droite unie derrière Sarko, Gauche désunie derrière Hollande, FN Marine score historique

Et bien voilà. La première étape est passée. La surprise est venue de l'UMP/UDI (force d'appoint) avec le score qu'aucun sondage ne donnait à Nicolas Sarkozy il atteint 32,5% et augmente à  36% des voix si l'on comptabilise les divers droite. Le parti socialiste et le PRG aidés par les divers gauche sauvent les meubles et arrivent ensemble à 28,5%, le PS seul fait à peu près le même score que le FN . Le Front National de Marine Le Pen sur son seul nom pulvérise son score des Européennes avec 26% des voix. Score historique de son histoire politique. Quant à la participation des électeurs elle est plus forte que ce qu'avaient prévu les sondeurs qui se sont tous plus ou moins plantés dans leurs pronostics.

Hollande perd son fief de Corrèze au profit de l'UMP, le FN s'enracine et gagne des gros départements comme le Vaucluse quant au PS il a organisé sa déroute avec une division suicidaire.  (Ça nous fait penser au Tahoeraa) il n'a plus que 36 élus pour 111 à l'UMP. Bref que dire sinon que ni Manuel Valls qui s'est sans doute trop engagé dans cette campagne, ni François Hollande ne comprennent le message des électeurs en martelant qu'ils ne changeront rien à leur politique que récuse l'ensemble des Français. Les commentateurs ne se sont d'ailleurs pas gênés pour parler de la " déroute" du PS et de son suicide politique  avec ce premier grand test national qui n'étonnera personne. " Rassembler" est désormais sur toutes les lèvres de gauche

La surprise vient bien de l'UMP épaulée par l'UDI qui retrouve avec fierté mais sans triomphalisme avant le second tour, son titre de "premier parti" en étant largement en tête, le FN frôlant le score de celui qu'on appelait, il y a quelques années, le plus grand parti de France, le PS ce qui est déjà une belle victoire. On a pu remarquer que tous les débats ne tournaient qu'autour du FN après l'annonce des différents scores, les politiques comme les journalistes, apportant ainsi à Marine Le Pen une vraie consécration. Les candidats ministres sont recalés ou en ballottage et l'UMP n'a de cesse de scander que " l'alternance" est en marche mais qu'il convient de transformer l'essai du premier tour au deuxième dimanche prochain. Cette remontée de l'UMP alors que les assauts assassins des commentateurs et les moqueries anti Sarko n'ont jamais cessé  de même que le plantage des sociétés de sondage prouve que la petite musique qu'ils nous ont serinée depuis des mois a terriblement lassé les Français. Le pouvoir de la presse politique n'est plus ce qu'elle était nous en avons eu la preuve tant pour l'UMP que pour le FN.

 Alors dimanche, attendons les confirmations et voyons si véritablement l'alternance est en marche avec un chef d'orchestre qui n'a pas loupé une mesure après une sévère traversée du désert. Comme quoi, un homme politique n'est jamais fini !

 

 

La participation au second tour sera-t-elle aussi bonne ?

Le FN entre-autre bastion a conquis le  Saint-Tropez de la jet set....

 

 Le discours de Nicolas Sarkozy à l'annonce de sa victoire au Ier tour :pas de triomphalisme

 

Ils ont réfléchi !

 

Mes chers compatriotes,

Je souhaite remercier les Français qui ont fait preuve de civisme en allant voter, alors que tant de conditions étaient réunies pour les détourner des urnes, avec un nouveau découpage électoral qui a désorienté de très nombreux électeurs et surtout, fait unique dans l’histoire de la République, un vote organisé sans même avoir clarifié au préalable les compétences des futurs conseils départementaux.

Ce premier tour montre la profonde aspiration à un changement clair, qui commence par les
départements.

Si nos compatriotes se sont massivement détournés de la gauche, c’est parce qu’ils ont le sentiment que depuis 3 ans, on ne cesse de leur mentir, sur le chômage, sur les impôts, sur les charges, sur la sécurité, sur l’éducation nationale et sur tant d’autres sujets.

Dans un grand nombre de départements ce soir, les conditions d’un basculement massif en faveur de la droite républicaine et du centre sont réunies.
J’appelle tous les Français qui veulent ce changement à se mobiliser pour le second tour, afin de conforter la dynamique enregistrée ce soir.

Je veux dire à tous ceux qui ont fait le choix de voter pour le Front National que nous entendons leur exaspération, mais que ce parti, qui a le même programme économique que l’extrême-gauche, qui s’est félicité de l’élection du nouveau Gouvernement grec, d’extrême gauche, n’apportera aucune réponse à leurs difficultés, au contraire il les aggravera.

Je confirme qu’il n’y aura aucun accord, local ou national, avec les dirigeants de ce parti.
Voter dimanche prochain pour les candidats du rassemblement de la droite républicaine et du centre est donc la seule façon de préparer l’alternance.

C’est le seul choix qui permettra de mettre un terme aux augmentations d’impôts dans vos départements, mes chers compatriotes, d’arrêter les dépenses inutiles, d’exiger que les bénéficiaires de minimas sociaux travaillent, parce qu’il ne peut y avoir de droits sans contreparties.

Là où ils seront présents au second tour, les candidats de la droite républicaine et du centre ont vocation à rassembler tous les Français.

Dans les cantons dans lesquels nos candidats ne seront pas présents au second tour, cas peu fréquents, l’UMP n’appellera à voter ni pour le Front national, avec lequel nous n’avons rien en commun, ni pour les candidats de gauche, dont nous combattons la politique.

Je tiens à remercier nos candidats pour leur engagement formidable sur le terrain.

J’ai conscience de la responsabilité qui pèse désormais sur notre famille politique. Il nous faut entendre le désarroi de nos compatriotes et y apporter des réponses claires, précises et rapides.

C’est dans cet esprit que je continuerai à faire de l’unité et du rassemblement de notre famille politique ma priorité, parce que cette unité est la condition préalable pour incarner, aux yeux des Français, l’alternative républicaine qu’ils attendent avec impatience. L’UMP, tous ses dirigeants sans exception, tous ses membres, vont consacrer toute leur énergie à renforcer la mobilisation pour le 2nd tour de dimanche prochain.

Mes chers compatriotes, l’alternance est en marche.
Rien ne l’arrêtera.

 


Projet de création de la grande aire marine protégée des Marquises Te Tai Nui a Hau


Après la tenue en octobre 2014 du comité de pilotage lançant le processus de création de la grande aire marine protégée (AMP) des Marquises Te Tai Nui a Hau, l’élaboration du diagnostic partagé (patrimoine naturel, patrimoine culturel et enjeux socio-économiques) sera finalisée en avril 2015. Cette première étape aura rassemblé nombre d’experts et de professionnels.

Dès le mois de mai, commencera une première discussion sur les enjeux liés à ce territoire, au sein des six comités de gestion des Marquises pour affiner les objectifs de la future aire marine protégée.

Ce projet de création d’une AMP s’appuie sur un vaste processus de concertation de l’ensemble des parties prenantes publiques et privées et surtout d’implication des populations locales. Cette démarche avait, par ailleurs, été saluée lors du congrès mondial des parcs de Sydney.

La Polynésie française a choisi de construire le projet d’AMP des Marquises sur les enjeux de cet espace maritime en élaborant une vision intégrant le point de vue des usagers.


 

Les habitants de Bikini demandent l'asile aux Etats Unis

Les habitants de Bikini, un atoll du Pacifique irradié par les essais nucléaires
américains, demandent l'asile aux Etats-Unis pour échapper aux effets dévastateurs du
réchauffement climatique sur les îles où ils ont trouvé refuge. «Nous voulons nous
installer aux Etats-Unis»
, a déclaré le maire de Bikini, Nishma Jamore, dont le millier
d'administrés vit depuis des décennies sur les petites îles de Kili et Ejit, dans l'archipel
des Marshall.


24 essais nucléaires mortels


Les Etats-Unis ont réalisé 24 essais nucléaires sur l'atoll dans les années 1950. Ils y ont
notamment procédé en mars 1954 au tir Castle Bravo, le plus puissant essai nucléaire
américain jamais réalisé et considéré comme mille fois plus puissant que la bombe
atomique lâchée sur Hiroshima. Il avait provoqué des radiations pour les habitants des
îles Marshall et entraîné la mort d'une quinzaine de pêcheurs japonais qui se trouvaient
alors près de l'atoll.
Washington a déjà versé plus de 500 millions de dollars de compensation aux habitants
de ces atolls, dont tous ont connu des problèmes de santé et/ou ont dû abandonner
leur terre natale. Dans l'impossibilité de retourner sur Bikini, les insulaires sont
condamnés à supporter les inondations apportées par les grandes marées et les
tempêtes qui détruisent les récoltes.
 

 

 

 

Dimanche 22 mars 2015

 

Dernières estimations sur les scores des départementales: Victoire de la droite loin devant ses adversaires

Mise à jour le 22 mars 2015 à 22h02] Les résultats placent en tête, sur l'ensemble de la France, l'UMP/UDI (31%) devant le Front national (24,5%) et le PS (19,70%) selon CSA pour BFM TV. Attention ces estimations, communiquées à 20 heures, ne rendent pas compte des diverses réalités locales.

 La division de la gauche devrait coûter l'élimination du PS dans des centaines de cantons.

 Selon Ipsos pour France 2, qui regroupe les forces de droite et de gauche, l'UMP/UDI/DVD est à 36 %, le PS/PRG/DVG est à 28,5 % et le FN à 24,5 %. Le ministère de l'Intérieur donnait quant à lui des résultats plus détaillés : FN 26,27%, Union de la droite : 19,40%, Socialistes (seuls) : 11,83%, Divers droite : 9,03%, DVG : 7,29%, Union de la gauche : 7,82%. A 21h30, voici ce qu'annonçait le ministère de l'Intérieur : UMP-UDI-DVD : 34,24%, PS-DVG-UG : 27,68%, FN : 26,13%, FG : 4,25%

 

 

Le Salon du livre s'achève ce lundi à Paris

 

Dominique Morvan et Teheiura Teahui très sollicité

 

La cuisine était particulièrement à l’honneur avec deux titres qui ont rencontré un franc succès : « Aventure culinaire » de Teheiura Teahui », des éditions Au vent des îles et « La bonne cuisine d’Evy » présenté par Dominique Morvan la directrice d’Univers polynésiens. L’écrivain Flora Devatine présentait le dernier numéro de la revue « Littéramaohi ».

 

Flora Devatine que l'on ne présente plus

 

L'un des hommes politiques le plus remarquable économiquement mais despote éclairé est décédé :Lee Kuan Yew le fondateur du nouveau Singapour l'une des villes asiatiques la plus propre et la plus belle du monde.

 

 Samedi 21 mars 2015

l

Edito

 

Au nom de celui qu'il ne sera jamais

 

Le rédacteur de la réponse à" Reporters sans frontières" était en verve. Fichtre pour quelques lignes qui ont dû faire mouche, du responsable Antoine Héry au président Fritch, ce dernier a fait pondre  quatre pages en refaisant l'histoire du journalisme en Polynésie. Le problème soulevé n'était pas là . Antoine Héry se fiche certainement de savoir comment Hersant a vendu ses quotidiens d'autant que Google est là pour le lui raconter.

 Mais il y a trente-six manières de ligoter la presse indépendante, lui couper les vivres en est une. " Vous pouvez dire ce que vous voulez mais si vous nous critiquez on vous serre le kiki"... Or, ce que nous écrivons ne sont que des constats sur la méthode utilisée pour rafler le pouvoir, se rendre maitre du parti orange, une fois bien laminé. Tahiti Today n'est pas un quotidien assis sur un paquet de billets. Il est gratuit et bénévole. Toutefois, la nature ayant horreur du vide le créneau publicitaire laissé vacant sera bientôt occupé. Tout ce qui arrive aujourd'hui politiquement et médiatiquement fait peser le spectre d'un malaise démocratique profond dont personne ne se serait douté il y a quelques mois. Nous étions tous si contents de le voir arriver à la tête de nos institutions. Certes, on nous avait mis en garde mais nous ne pouvions croire les Cassandres. On nous avait bien dit, en effet, que Fritch n'était qu'une marionnette entre les mains de quelques manipulateurs de son proche entourage mais nous ne voulions pas donner dans ce panneau sans preuves. Or, tout se confirme aujourd'hui. Les ministres à part quelques-uns n'ont le droit de parler que s'ils en demandent l'autorisation. Tout absolument tout doit passer par la présidence souveraine squattée par un quarteron de petits ambitieux ayant piétiné de longues années d'attente. Ce sont eux, ceux du premier cercle avec lesquels il se rend souvent dans les restaurants, les trainant dans son sillage glorieusement qui font la loi et régner la terreur de déplaire. Fritch, nous disait lors de ses vœux " "les journalistes savent bien que je ne suis pas d'un tempérament interventionniste"  c'est bien vrai. Mais sa faiblesse de tempérament justement le met entre les mains de quelques  aigris bien plus dangereux pour lui et pour la démocratie.

C'est ainsi que le destin d'un Édouard Fritch devient une vérité, qui, à force d'équivoques, ne cesse pas de s'obscurcir. En un mot, comment pourrait-il devenir un grand président quand il  se construit sur le pessimisme et pas sur le succès, il va faire imploser le Tahoeraa avec ses candidats aux sénatoriales et peut-être donner la victoire aux candidats UPLD.( son premier cercle n'a jamais été Tahoeraa que leur importe) .Il manque de virtuosité, il n'est pas un frontal, ne dit jamais ce qu'il pense en face à moins de perdre son contrôle. C'est un fuyant, engoncé dans un costard des années 40. il devrait prendre modèle sur Barak Obama, mais là,  vraiment, cela manquerait de naturel. Il ne serait qu'une bien pâle copie ridicule !!!

 

 

 

 

 

 

 

  Celui qui ferme les églises en Algérie, est venu en France inaugurer une mosquée en Saône-et-Loire en aout dernier

 Le Ministre du Culte algérien et député de la communauté algérienne, Bouabdallah Ghlamallah est venu inaugurer la nouvelle mosquée de Torcy, en Bourgogne.
 C’est vendredi en milieu d'après-midi que Bouabdallah Goulamallah a été accueilli par le premier magistrat de Torcy en la personne de Roland Fuchet (PS).

 C’est ce même Bouabdallah Ghlamallah qui avait, l'année dernière, fait fermer 10 églises et s’était justifié au journal L'’Expression par cette phrase : « J'assimile l’évangélisation au terrorisme ».

 La « réciprocité » de la « tolérance » ne semble pas encore d’actualité... là non plus !.

 
 Rendormez-vous mes frères et mes sœurs, ça pénètre en douceur.

 

 

 

Journée de la citoyenneté : gros succès.

 

 


Lionel BEFFRE, Haut-Commissaire de la République, et M. Christophe LOTIGIE, Chef de la subdivision des Iles Sous-le-Vent, ont participé, ce matin, à la journée de la citoyenneté à la Mairie de Punaauia. A cette occasion, les nouveaux inscrits ont reçu leurs cartes électorales ainsi que leurs livrets du citoyen.

 

 


 

Courrier

 

Bougainville écrivait à propos des Papous :

« Il est donc de la constitution de l’homme de naître ennemi de son semblable. »
 

Un plaisir de vs lire encore une fois! Pour Vini c'est dégueulasse. Pour Lang de pute c'est jubilatoire. Il faudrait que le Canard fouille et redevienne Le canard déchaîné de sa gangue socialo écolo tiers mondiste que nous avons connu et non ce canard con plaisant à l'égard du pouvoir.


Pour la francophonie 1 mn sur RFO. Pas grand chose ailleurs. Ce vide est édifiant. Pdt 35 ans j'ai été un petit hussard de notre culture. 3 à 4000"victimes" de ma joie de vivre et de partage du Français notre seul lien avec la laïcité.
Lire le Figaro Natacha Polony "la LAÏCITE OU LA MORT. La relève est assurée!


Enfin,un vœu que la santé de GF lui permette de vivre plus longtemps que ses détracteurs. Je préfère son sourire de vieil homme digne aux dents étrangement blanches et longues des jeunes carnassiers qu'il a nourris. (ED et TR) Pourtant le chien ne mord jamais...Philippe.

 

 

 

Avec tout ce qui se passe l'ONU est tout de même gonflée

 

 

 

Vendredi 20 mars 2015

Edito

Le bal des faux culs.

Comment saisir un homme qui se défile sans arrêt ? Comment appréhender quelqu'un qui, contre toute preuve, affirme qu'il n'y a aucun problème entre lui et le président de son parti? Insaisissable, glissant, surprenant. Erreur de penser que les uns et les autres en sont là pour ce qu'ils pourraient récupérer financièrement parlant de leurs représentants, sachant qu'ils  versent à la gamelle... L'argent dans cette affaire n'est pas le moteur de la discorde, c'est le pouvoir qui est véritablement en jeu.

 Expert en déminage, Flosse généralement désamorce toutes les bombes politiques à retardement ce qui lui a permis de durer. Devant son fils spirituel, il n'a pas de prise puisque par-devant Fritch l'assure sans bégayer que tout roule entre-eux. Autrement dit, il prend tout le monde pour des "crétins". Le mot est à la mode, surtout depuis qu'il fait un bras d'honneur au Grand conseil du Tahoeraa en imposant son tandem Laurey/Tetuanui.

Nuihau Laurey, lui, n'a peur de rien. Il doit venger son amour-propre humilié lors du Grand conseil par une terrible déconfiture le 19 août 2014. Ce jour-là, malgré un discours brillant de candidat aux sénatoriales du 28 septembre le vote à bulletins secrets ( et pas à mains levées) ne lui avait accordé que 25 voix alors que Vincent Dubois et Teura Iriti en raflaient 115. Un écart auquel d'ailleurs personne ne s'attendait et Nuihau Laurey touché dans son amour propre, encore moins que les autres.

Son désir de revanche, l'orgueil aussi, et le soutien d Édouard Fritch, qui, tout le monde le sait, voue une reconnaissance affectueuse sans bornes à Gaston Flosse pour lui avoir remis le trousseau de clés de la présidence et la petite clé du Tahoeraa en le nommant président délégué, font confiance au lobbying du PS . Oui c'est vrai Nuihau Laurey s'est rendu trois ou quatre fois à l'Assemblée pour rencontrer Gaston Flosse et le faire changer d'avis. Impossible bien sûr. Ce qui est voté par le Grand conseil est voté.

Laurey, cet inconnu de 2013 dont nous avons souvent vanté le bon sens et les compétences lorsqu'il était dans le gouvernement Flosse, se plaît à jouer des tours de passe-passe qui malheureusement ne le grandissent pas, que le grand public ignore, mais dont nous venons de faire une fois encore les frais dans le style " j'accepte de répondre à tes questions parce que c'est toi. Je t'invite à déjeuner etc..Hélas, trois fois hélas... pour lui, car Tahiti Today ne recevra jamais les réponses à ses questions alors que notre commentaire s'apprêtait à être plutôt sympathique. Il a loupé le coche sans même oser nous affronter et nous dire en face " j'ai changé d'avis..." C'est un brave ! Et un brave flatteur et méprisant.

Le pouvoir, les flatteries, le succès sont des enzymes qui peuvent venir à bout des natures les meilleures. Il y a dans cet homme du Jekyll et Hyde. On y croit et tout d'un coup on se rend compte qu'il fait un grand écart . Dommage. C'est sans doute ce qui le relie à Édouard Fritch.
Par ailleurs, on nous répète que la Polynésie va bien. On a tendance à le croire quand on voit l'élan extraordinaire qui anime les Polynésiens souvent d'ailleurs les plus pauvres ( on aimerait savoir combien d'élus ont mis la main à la poche ) pour venir en aide au Vanuatu dévasté par Pam. Mais on s'interroge sur ce soudain désir du président de papillonner autour des ballots de linge et des caisses d'eau en bouteille suivi quotidiennement par les télévisions .N'y a-t-il pas  d'autres ministres qui pourraient jouer les contrôleurs, plutôt qu'un président, non ? Son rôle certes était de donner l'impulsion. Il l'a fait et c'est bien, mais ce n'est pas à lui de compter les ballots. Son rôle premier est de gérer la Polynésie et de donner du travail aux Polynésiens.

 Du coup, les observateurs s'étonnent de cette activité débordante autour de la solidarité pour le Vanuatu que chacun, en restant à sa place, encourage, quand l’institut de la statistique   (ISPF) vient de publier les chiffres de l’évolution du commerce extérieur pour le mois de janvier 2015. Des chiffres qui prouvent que contrairement à ce qu'on nous martèle tous les jours les importations sont en baisse (-22%) et c'est pire pour les exportations (-38%).

Tiens au fait que deviennent nos investisseurs chinois ? On nous en parle pendant des mois et tout d'un coup c'est le silence absolu alors qu'ils tombent comme des essaims de sauterelles sur d'autres îles comme Palau.

 

 

Dans un long communiqué bien documenté Emile Vernier fait le procès des responsables syndicaux de la CPS. Nous relevons sa conclusion et son soutien à Régis Chang.


Le SDIRAF demande au gouvernement :

-         de garder M. Régis Chang à la tête de la CPS. Nous avons vraiment quelqu’un qui connaît son sujet.

-         de supprimer la subvention aux syndicats

-         d’ouvrir la représentation au CA du RGS de la CPS aux retraités, mais aussi à des parties de notre société polynésienne non représentée par ces incompétents.

-         de réformer au plus vite les règles du régime de la retraite CPS pour en garantir la pérennité sur le plus long terme, pour les retraités actuels, mais aussi pour les futurs retraités, horizon 2040 ou 2050.


  Réforme de la PSG

Les travaux sur la réforme de la PSG (protection sociale généralisée) se poursuivent au rythme d’une réunion chaque semaine à la Présidence de la Polynésie française.

L’instauration de la PSG en 1994 a conféré au système de protection sociale polynésien sa vocation universelle en instituant le droit à la sécurité sociale pour tous. L’objectif de ces travaux est de continuer à garantir le meilleur système de protection sociale et sanitaire aux Polynésiens tout en maîtrisant son coût.

La vocation universelle de la PSG implique une concertation qui va au-delà du cercle des initiés. Ces ateliers réunissent donc des personnes d’horizons divers.
Les premières séances ont été consacrées à une présentation exhaustive des situations des régimes de retraite tranche A et tranche B et de l’assurance maladie.

Pour ce qui concerne la retraite, il s’agit de prendre connaissance de l’évolution des régimes tranches A et B et de faire des propositions pour assurer leur solidité financière et leur fonctionnement solidaire.

Pour la maladie, la question de fond demeure la garantie de l’accès aux soins et l’égalité des droits de tous en matière de santé et la soutenabilité de son financement.

L’atelier thématique sur les semaines à venir portera sur l’examen de la faisabilité d’un régime unifié de la branche maladie, l’harmonisation des prestations au sein de la branche, son financement et son organisation.
 

 

Fréquentation touristique : croissance pour le tourisme de croisière et pour les structures d’hébergement


La Polynésie française a comptabilisé 180 600 touristes en 2014, soit une progression de 9,8% par rapport en 2013. Si une partie de ce résultat est imputable à la forte croissance du tourisme de croisière (+11 637 croisiéristes), les structures d’hébergement payant ont également bénéficié de cette croissance, avec 4 520 clients supplémentaires (+4%).

Au-delà de cette donnée brute du nombre de touristes, il est utile de rappeler que la durée moyenne du séjour en hébergement payant ayant progressé, en 2014, en passant de 11,5 jours à 12,5 jours, le nombre de nuitées vendues a atteint l’an dernier un niveau équivalent à celui de 2007, en progression de 12,1% par rapport à l’année précédente.

Le revenu moyen par chambre louée est, quant à lui, passé de 29 848 Fcfp en 2013 (46 182 Fcfp aux Iles du Vent) à 31 249 Fcfp en 2014 (48 419 Fcfp aux îles du Vent).

Le coefficient moyen de remplissage des structures d’hébergement a quant à lui gagné trois points pour s’établir à 63% (66% aux Iles du Vent).

Ces informations sont disponibles sur le site de l’ISPF (www.ispf.pf).




BRAVO LES PROFITEURS...

Le Resto du cœur de Jack Lang


Jack Lang, président de l'Institut du monde arabe (IMA) a résilié son contrat avec le traiteur Noura pour «faute grave».

En effet le restaurateur a osé réclamer le paiement des repas pris par Jack Lang, sa femme et leurs invités.
Le président de l'Institut du monde arabe (IMA), et sa femme Monique apprécient la nourriture libanaise. Mais à l'heure de payer la facture, tous les convives désertent la table.

Agacé, le traiteur Noura a décidé de réclamer les 41 000 euros d'impayés équivalant, entre autre, à 74 repas servis à tarif préférentiel pendant deux mois à «Monsieur Lang et ses invités» et à «Madame Lang et ses invités», relate Le Canard enchaîné.
Dès son arrivée à la tête de l'IMA, Jack Lang avait négocié la possibilité de manger dans l'établissement installé sur la terrasse du dernier étage, pour un prix réduit de 25 euros contre 60 euros habituellement facturés.

L'hebdomadaire satirique note que la direction de l'IMA a donc publié un nouvel appel d'offre pour remplacer le traiteur libanais.
Avec pour exigences entre autres :
«le président de l'IMA devra bénéficier gracieusement, et dans la limite de 1000 couverts par an, d'une table ouverte au Zyriab à longueur d'année». A peine croyable

Enfin, «Le délégataire devra également assurer gracieusement un service café, thé, soft dans le bureau du président lorsque celui-ci reçoit des personnalités» Ben voyons ! Là où il y a de la gêne, y a pas de plaisir !

Et dire que tous ces gens là viennent nous donner des leçons de bonne conduite !


 

Communiqué de l'UPF à l'occasion de la journée mondiale de la Francophonie 20 mars 2015

Forte de ses milliers d’adhérents et de ses trente-cinq sections nationales, l’Union de la Presse francophone saisit l’événement de la journée internationale de la francophonie pour rappeler les principes qui guident son action.
Les citoyens des pays francophones ont besoin de médias ouverts et pluriels. Une information libre et sans entrave peut seule permettre un débat équilibré entre les différentes composantes de chaque société.
L’Union internationale de la presse francophone salue les évolutions positives enregistrées dans différents pays en termes de liberté de la presse. C’est le cas notamment au Burkina Faso, qui vient d’adopter une loi de suppression des peines privatives de liberté pour les délits de presse.

Partager, favoriser et défendre les valeurs de la francophonie et particulièrement ceux de la liberté et de l’égalité sont indispensables au développement harmonieux de chaque société, dans le respect des différences culturelles.
Les médias ne sont pas qu’un simple relais des informations, mais de réels acteurs et vecteurs de développement.
Dans le combat actuel contre la violence et l’extrémisme, les médias prennent toute leur place.


L’Union de la Presse Francophone mesure chaque jour cette réalité et milite pour que les médias, particulièrement dans les régions les plus défavorisées, puissent disposer des moyens suffisants pour jouer leur rôle, dans le respect de leur indépendance. Leur présence favorise également le développement économique des nations.
Donner les moyens de leur autonomie aux médias s’avère utile et indispensable. Ils pourront d’autant mieux assurer leur rôle de circulation de l’information, des idées, et agir en faveur des valeurs de paix et de tolérance, contre les haines et les extrémismes de toute nature.

Union Internationale de la presse francophone
Paris le 20 mars 2015

 

 


 

La nouvelle déléguée de la Polynésie française, Caroline Tang est allée, jeudi soir, à la rencontre des éditeurs et auteurs polynésiens présents au Salon du livre de Paris. Cette visite a été l’occasion pour elle, de marquer son soutien aux écrivains du fenua, dont les ouvrages participent à la promotion de la Polynésie. Ici avec le célèbre Teheiura

 

 

 Le gouvernement remercie les donateurs de l’opération « Solidarité Vanuatu »

Le président Edouard Fritch et l’ensemble de son gouvernement remercient chaleureusement les Polynésiens qui ont fait montre de solidarité avec les sinistrés de Vanuatu en faisant des dons en aliments et en vêtement.

Les remerciements vont également vers les maires de Polynésie qui se sont mobilisés pour assurer la collecte de tous ces dons et leur acheminement vers la flottille administrative.

Au-delà, il convient de remercier toutes les associations et confessions religieuses, la Croix-Rouge, pour leur contribution à cet élan, et notamment l’effort financier consenti par l’association Si Ni Tong.

Il convient également de saluer l’implication importante des entreprises locales pour leur gracieuse contribution logistique ou en denrées : Air Tahiti Nui, le groupe Carrefour, la Brasserie de Tahiti, Vaimato, Sat Nui, Cowan, COTADA, l’EDT et l’OPT.

Enfin, le gouvernement tient à remercier les agents de la flottille administrative et du service des moyens généraux de la présidence
pour leur dévouement, ainsi que la direction de la Santé.


 

 Le Groupe EDT GDF SUEZ et ses collaborateurs se mobilisent pour le VANUATU


Après le violent cyclone PAM qui a frappé vendredi 13 mars l’archipel de Vanuatu, le Groupe EDT GDF SUEZ et ses collaborateurs expriment leur solidarité et apportent leur soutien aux populations sinistrées.
Plusieurs actions sont engagées
Le soutien à l’Opération Solidarité Vanuatu lancé par le Pays :
EDT a décidé de dépêcher les moyens humains et matériels sur place afin d’apporter toute l’aide nécessaire à la reconstruction des ouvrages électriques.


• Sept agents EDT, tous volontaires ont pris le vol AIR CALIN d'hier jeudi 19 mars à 8H00 afin de renforcer les équipes de COFELY Vanuatu et UNELCO GDF SUEZ sur place.


L’équipe EDT :
Nano HOPARA, Chef de la délégation
Teva MAAMAATUAHUTAPU
Iareta TIAIHA
Gérard TRAFTON
Jens TEHURITAUA
Patrick MAO
Teopi MAHAA
 

 

Jeudi 19 mars 2015

 

 

 Carnage au musée du Bardo à Tunis par les "primates" islamistes. Les touristes étrangers étaient visés une vingtaine de morts dont deux français. Non seulement ils détruisent leur propre culture tout en profitant des avantages de la modernité mais le plus grave c'est qu'ils ont un pois chiche à la place du cerveau. L'humoriste dont nous publions le dessin a bien raison de les qualifier de "primates" .

 

 

 

 

 

 

 

Edito

Petit déjeuner secret aussi...mais pas tant que ça !

Depuis un petit déjeuner " secret" à la présidence, il ya quelques semaines entre Edouard Fritch, Nuihau Laurey et Teva Rohfritch le jeu d'échecs s'est mis en place. Le roucouleur de service, qui prouve depuis des mois  sa délirante affection  au nouveau président, sa bouée de sauvetage pour assouvir  ses ambitions, après avoir, à chaque élection, reçu une claque des électeurs est devenu prudent, il n'ose plus affronter le suffrage des Polynésiens. Législative, un bide, communale, courageux, il fuit à l'approche du bide, restait le sénat mais, jamais deux sans trois il a jeté l'éponge et n'a pas souhaité une autre humiliation. Ne vous en faites pas, lui aussi se serait bien vu sénateur. Quelle fierté que de fouler le tapis rouge du palais du Luxembourg et de goûter à la cuisine savoureuse du restaurant le plus coté de Paris. Hélas, trois fois hélas ! Mais c'est peut-être mieux pour lui et surtout pour sa ligne...

"Meglio'na canzone" ,rien ne vaut une chanson disent les Italiens. Et la chanson Teva la connait aussi. Lors de ce petit déjeuner "secret", les trois compères auraient décidé, si jamais Nuihau Laurey était élu, de nommer à sa place, c'est à dire à la vice présidence, un Teva si patient. Comment Edouard Fritch ne pourrait-il pas faire confiance à ce crooner de talent? Tout a été fait pour que l'opération de l'élection sénatoriale soit un succès, que Nuihau gagne la partie et que Rohfritsch soit récompensé en occupant son poste.

 Gaston Flosse ne devrait pas s'humilier une fois encore en tendant une main dont Edouard est persuadé ne plus avoir besoin. Flosse, lui, veut encore croire qu'il pourra sauver le Tahoeraa de  l'implosion. A notre avis c'est cuit. Les choses sont allées trop loin et les commentateurs dans des ritournelles aigres-douces, par goût du kitsch trouveront le moyen de se moquer de celui qui voit, après l'abandon de tous ceux auxquels il a offert des postes importants, les instances de son parti bafouées par l'ambition de ses ex et les plaisirs qu'elle procure.

 Bref, on nous avait prédit qu'on découvrirait un autre Fritch, dès sa "nomination" et c'est vrai ! Tout ayant été minutieusement préparé longtemps... avant. "Le Seigneur" cette fois-ci n'y est pour rien. Ce qui est sûr c'est que le président ne dira jamais, comme certains plus grands que lui, dans un pays européen " Ravi de vous avoir fait plaisir". Ce n'est pas la clé de sa personnalité. L'élève a dépassé le maitre !

Mauvais temps aussi sur la présidence , la grogne se fait plus précise, les reproches pleuvent sur la présidence d'Edouard Fritch. Des reproches acerbes ont été faits aux invités  du président de l'Assemblée conviés à donner leur point de vue sur le RSPF pour s'y être rendus. Aujourd'hui c'est la direction de cette ONG mondiale  "Reporters Sans Frontières" qui a fait passer à tous les journalistes  une lettre adressée au président par cette organisation concernant la conception de la liberté  d'expression des journalistes en Polynésie. Le torchon brûle côté politique et médiatique de tous les côtés !

Reporters sans frontières


Monsieur Édouard Fritch
Présidence de la Polynésie française
Quartier BROCHE
Aroā nui Pouvanaa a Oopa
Papeete
Polynésie française


Paris, le 19 mars 2015


Monsieur le Président,

Reporters sans frontières (RSF), organisation internationale de défense de la liberté de l’information, souhaite vous faire part de ses inquiétudes concernant la situation de la liberté de la presse en Polynésie française. Depuis 2013, les pressions financières auxquelles font face les journaux et les difficultés que rencontrent les journalistes dans leur travail se sont accentuées. Nous espérons donc que vous saurez apporter dans un futur proche des solutions concrètes à un contexte de travail difficile pour les journalistes.
Nous convenons que le manque d'indépendance des médias vis-à-vis des pouvoirs économiques, politiques et religieux est un problème fréquent sur les petits territoires, plus exposés aux problèmes de concentration de la propriété des médias et aux conflits d’intérêt. Pourtant, le Luxembourg, le Liechtenstein ou l’Andorre, se classent respectivement 19ème, 27ème et 32ème au Classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières en 2015. Ces petits territoires sont devant la France, qui arrive en 38ème position.
Les pressions économiques des actionnaires sur les journaux impactent indéniablement leur contenu éditorial, comme cela peut être le cas pour La Dépêche de Tahiti. L’autocensure que s’imposent certains journaux est aussi une conséquence directe des contraintes exercées par leurs propriétaires. Pour pallier ce phénomène, RSF vous demande de tout faire pour maintenir un journalisme libre et indépendant en Polynésie française. En tant que président de la Polynésie française, il est de votre responsabilité de montrer l’exemple en matière de respect de la liberté de l’information et de faire votre possible pour encourager et développer le pluralisme. Un premier pas vers cet objectif passerait par l’octroi des subventions de la puissance publique indépendamment du positionnement éditorial des médias.
La fermeture des Nouvelles de Tahiti a tristement marqué l’anné
e 2014. Ce quotidien, qui se distinguait par ses propos tranchés, y compris à l’égard de son nouveau propriétaire, était une pierre angulaire de la presse libre polynésienne. Il avait participé activement, au cours de ses 57 ans d’existence, à la persistance d’une couverture médiatique pluraliste en Polynésie française. Sa fermeture pour “raisons économiques” fait peser le spectre d’un malaise démocratique profond, où la pensée libre et la parole contradictoire sont mises à mal au profit de la concentration du pouvoir économique et politique.

Journalisme et politique

Nous mentionnions plus haut que les petits territoires étaient plus sujets aux conflits d’intérêt et aux problèmes de concentration. En Polynésie française, les médias sont moins nombreux et les journalistes plus sédentaires qu’en métropole ; un phénomène que l’on retrouve dans le paysage politique. Dans un tel système, les vertus des individus sont parfois plus importantes que celles du système. Dès lors, en tant que responsable politique de premier plan, vous avez une responsabilité tout particulière.
RSF souhaite attirer votre attention sur des propos que vous avez tenus à l’occasion de vos voeux à la presse du 21 janvier 2015. Vous avez affirmé au cours de ce discours : “Il faut se garder, à mon sens, de donner trop d’ampleur à des agitations politico-médiatiques qui viennent saper la nécessaire confiance que doivent avoir les Polynésiens, les chefs d’entreprises, les investisseurs, dans l’avenir de notre pays”, en ajoutant “je pense aussi que la parole doit être plus rare pour ne pas entretenir de polémiques inutiles qui n’intéressent pas nos compatriotes”.
Nous tenons à vous rappeler que, pour que la démocratie fonctionne, il est essentiel que la presse puisse agir indépendamment de toute pression politique. Cela implique aussi que tous les journalistes puissent publier librement des informations d’intérêt public, même si ces dernières sont liées à des “agitations politico-médiatiques”, à des “polémiques” ou si elles ont des “effets négatifs sur l’économie ou le tourisme”.
Nous avons aussi été étonnés de vous voir employer les termes de “respect” et de “loyauté” pour définir vos relations avec la presse. C’est le principe même d’indépendance que vous remettez en question. Il nous paraît important de souligner qu’aucune relation de loyauté ne doit obstruer le journalisme d’investigation. Plus généralement, aucun journaliste, quelque soit son média et son domaine d’expertise, ne se doit d’être loyal vis-à-vis de votre administration.
Nous vous demandons en conséquence de reconsidérer vos propos et, à l’avenir, de prendre en considération l’impact négatif pour la liberté de l’information de ce que vous avez déclaré lors de vos voeux à la presse.
Nous vous appelons également à discuter avec les journalistes du club de la presse nouvellement créé à Tahiti, pour mieux comprendre les démarches qu’il est nécessaire d’entreprendre afin d’améliorer la liberté de la presse en Polynésie française.
Nous espérons que vous saurez assurer aux journalistes polynésiens des conditions de travail favorables à l’expression libre et indépendante, au-delà de toutes interférences du milieu économique et politique.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos sentiments distingués.


Antoine Héry
Responsable du bureau Union européenne et Balkans
Reporters sans frontières

 

Et dire qu'on nous fait un tas de salamalecs pour notre RSPF. Lisez c'est tristement savoureux site www.contribuables.org

  Dans l'hebdomadaire Le Point, on découvre une information aussi hallucinante que révoltante. C'est l'histoire d'un homme qui est allé faire le djihad en Irak. Blessé au combat, il est amputé du bras gauche et perd un œil. Notre apprenti terroriste décide alors de rentrer en France. Une fois de retour, il fait la demande d'une allocation adulte-handicapé. Et vous savez quoi ? Il l'obtient ! Jusqu'à la fin de ses jours, la nation française versera tous les mois à ce triste personnage la somme de 800,45 euros. Les bras nous en tombent... Si la loi ne nous permet pas de lui ôter ce droit, et bien que l'on change la loi !



 

JCB est entré dans son rôle de ministre

Jean-Christophe Bouissou au Salon de la croisière à Miami : Tahiti et les îles du Pacifique sud en vogue (Extrait)


Pour la 7ème année consécutive, les îles de Tahiti ont réalisé un stand et délégué des représentants pour se promouvoir auprès des armateurs internationaux et des professionnels de la croisière à l’occasion du Cruise Shipping Miami, le plus grand salon annuel qui regroupe plus de 900 exposants de 127 pays, pour plus de 10 000 visiteurs pendant 3 jours.

Cohésion, cohérence, constance

Les armateurs sont sensibles à la cohésion large et solide qu’offre la destination. Leurs interlocuteurs principaux, cette année, sont Jean-Christophe Bouissou, le Ministre du tourisme, accompagné de Michel Monvoisin, président du conseil d’administration du Tahiti Tourisme et d’Air Tahiti Nui, Paul Sloan, directeur général du Tahiti Tourisme, Jonathan Reap, directeur de Tahiti Tourisme North America, Olivier Amaru, président du Tahiti Cruise Club, mais également par des représentants de la CCISM, du Port Autonome de Papeete, de Paul Gauguin Cruises, de la quasi-totalité des agents maritimes et réceptifs du Pays, et, au travers de l’équipe du Tahiti Cruise Club, la commune de Papeete, Aéroport de Tahiti, la station de Pilotage Te Ara Tai et l’ensemble de ses membres. Cette synergie de moyens et cette diversité des équipes et des réseaux renforcent considérablement la dynamique polynésienne.

De cette cohésion découle une cohérence sur l’offre globale, qu’elle soit touristique, technique ou opérationnelle, et traduit une volonté gouvernementale de permettre à la croisière d’atteindre de nouveaux seuils de fréquentation dans les toutes prochaines années, tant sur Tahiti que dans les différents archipels.

La constance des efforts que ce soit en infrastructures, en réglementation, en standardisations et structuration — et en création de nouvelles escales — menés de manière croissante à l’échelle de la Polynésie toute entière depuis plusieurs années est également saluée par les armateurs.

Des rendez-vous productifs

Tandis qu’une partie de l’équipe œuvre sur le stand, enchaînant les rendez-vous techniques, la délégation menée par Jean-Christophe Bouissou a rencontré à part les dirigeants des plus grandes compagnies — Seabourn, Carnival, SilverSea, Princess, Windstar, Holland America Line, Regent, Oceania et autres — pour évoquer leurs stratégies pour les années à venir, les infrastructures en projet, et les convaincre concrètement de multiplier les croisières complètes au départ de Tahiti dans les prochaines années. En 4 jours de déplacement sur Miami, ce sont des échanges avec plus de 20 compagnies de croisières internationales — MSC, Hainan, Disney, Ponant, Costa, RCCL, P&O, Star, Lindblad, Norwegian NCL, World of Residensea, Crystal… — et plus de 40 rendez-vous qui se déroulent ainsi tambour battant jusqu’au 19 mars.
 

 


 
Le Bureau de l’association Tamarii Moruroa sera reçu en audience avec M. le Haut-Commissaire le Lundi 23 mars 2015 à 14h00 les personnes présentent seront :

- Edmond TEIEFITU
- Michel CHAMORIN
- Pierre CHINLOY
- Yannick LOWGREEN

Ci-dessous les principaux sujets que nous évoquerons :

- La loi Morin
- La commission consultative préside par Madame Marysol Touraine ministre de la Santé
- La convention de suivi médical des Vétérans ainsi que des Populations en Polynésie
- La convention de remboursement de la CPS
- La visite ainsi que le discours de Madame La Ministre de l’Outremers sur le nucléaire lors de son séjour en Polynésie
- La nomination d’un médecin représentant la Polynésie au sein du CIVEN
- Ainsi que des questions diverses


 J’attends depuis 5 mois une entrevue avec notre Président de la Polynésie et ce malgré plusieurs rappels au sein de son cabinet et l’envoi d’un SMS sur le Portable Présidentiel y a 2 jours et toujours aucune réponse. Y. Lowgreen



 

Courrier :

Très intéressant ton edito sur « LA SOLIDARITE NATIONALE… ». Comme je te le signalais il n’y a pas si longtemps, « nous sommes des français entièrement à part, je peux même ajouter « complètement à part » dans la République…française. Pourtant la POLYNESIE (ou plutôt les Etablissements .. français de l’Océanie à l’époque) a participé à la libération de la France en 1914/1918 et en 1939/1945. Combien de soldats polynésiens sont morts pour la France ???? Mais SARKOZY comme les Socialistes et tous les fonctionnaires de BERCY et autres ministères, RIEN à CIRER !!!!
C’est beau la solidarité à la mode française…. Enfin, elle est venue (la ministre…) elle a fait son plein de cadeau et ciao.. ! Question : après les départementales, qui va la remplacer ??? peut être !!!

Claude D.

Les rendez-vous de Lionel Beffre,H.C:

Vendredi 20 mars 2015 à 12h (au lieu de 10h) - Remise de médaille de Chevalier dans l’ordre du mérite agricole à M. Roger DOOM, Président de la Maison familiale rurale (MFR) de Vairao


Samedi 21 mars 2015 à 9h
- Journée de la citoyenneté : remises de leurs cartes électorales et de leurs livrets du citoyen à de nouveaux inscrits, à la Mairie de Punnauia. 

 

Avertissement aux sénateurs absents

Huffington Post :


[T]out parlementaire qui sera absent, au cours d’un même trimestre, à plus de la moitié des votes solennels, ou des réunions de commission, ou des séances de questions au gouvernement (convoquées une fois toutes les deux semaines), verra son indemnité de fonction amputée de moitié. Soit une perte sèche de 700 euros par mois.
Le Sénat s’est voulu encore plus sévère avec les récidivistes qui « sèchent » purement et simplement tous les travaux de la haute assemblée. Si l’absence d’un parlementaire atteint la moitié des trois catégories citées précédemment, la sanction entraînera la suppression de la totalité de l’indemnité de fonction (1400€/mois) et de 50% de l’Indemnité représentative de frais de mandat (IRFM, soit 3000€/mois).
Résultat des courses: les sénateurs les moins assidus pourraient perdre jusqu’à 4400€ d’avantages financiers par mois[.]
La rémunération d’un sénateur étant de 11 628,90 euros net par mois, une retenue de 4400 euros signifierait qu’un sénateur jamais présent continuerait à toucher 7228,90 euros par mois.
Et pour toucher l’intégralité de leurs indemnité, il leur suffirait de ne pas être absent à la moitié des votes solennels, réunions de commission et séances de questions au gouvernement.
Question rhétorique : dans quelle entreprise serait-il possible à un salarié de ne respecter qu’une grosse moitié de la durée prévue par son contrat de travail et quand même toucher l’intégralité de son salaire ?
***
Si le cas des « sénateurs-fantômes » est minoritaire, il concerne quand même une trentaine d’entre eux, soit près de 10 % :
 


 

Mercredi 18 mars 2015

La séance plénière du CESC initialement prévue demain jeudi 19 mars à 08h30 est reculée à 09h30.

Michael Taputu, le héros des Nouvelles lors de la grande époque anti-Flosse a été embauché  à l'OPT pour  faire en tant que prestataire de service le journal interne de l'OPT et la com..

  Le grand conseil du Tahoeraa, la plus haute instance du parti dont Edouard Fritch ne tient aucun compte a voté en faveur des candidats sortis : Vincent Dubois et Teura Iriti. Imaginez, un instant que Gaston Flosse, un jour ait fait la même chose ? Les commentaires auraient été corrosifs

Edito

La solidarité nationale, les autres et nous...

Etre un poil à gratter fait parfois émerger les intentions cachées d'un gouvernement, d'une société. La politique est un système instable et les "barons" sont souvent sournoisement agressifs. Aucun ne laissera sa place à un autre et ne s'effacera au profit de l'un d'entre-eux. Ils préfèreront mourir ensemble. Les sénatoriales localement vont être explosives pour le parti orange. Pendant que tranquilles, les candidats UPLD mènent leur campagne de proximité des grands électeurs sans tambours ni trompettes. Leurs arguments font mouches.

 Mais notre propos aujourd'hui n'est pas d'évoquer la bataille des sénatoriales mais celle de la solidarité nationale envers ses propres ressortissants. Or on constate comme madame Michu par exemple, combien  l'Etat est pointilleux et complexe pour nous accorder le RSP. Certes nous ne payons pas l'impôt sur le revenu mais la fiscalité polynésienne est la reine des taxes et le prélèvement à la source ( le RST) en est quasiment un. Toutefois, il y a un mais.

 Les Polynésiens ne sont pas " des étrangers" leur passeport est français alors ils s'interrogent quand de nombreuses enquêtes télévisées ou débats viennent prouver que les étrangers en situation irrégulière en métropole bénéficient d'une couverture maladie universelle prise en charge à 100% par l'Etat, ce qui représente quand même environ 314.000 Frs par an et par personne.

En Polynésie et malgré tout l'amour de Mme George Pau-Langevin pour cette collectivité qui fait partie de la République, qui vote pour elle, le soutien accordé par l'Etat au RST ( 1,431 milliards par an durant trois ans) au profit des Polynésiens les plus démunis qui sont de surcroit des citoyens français  qu'elle n'a pas vu lors de son séjour parfumé, représente une allocation moyenne de 17.888 Fcfp par ressortissant du RST et par an !

Moralité, il vaut mieux être un étranger en situation irrégulière en France, que polynésien et citoyen français.

Mais ce n'est pas tout. Qui bénéficie de l'aide médicale de l'Etat ?

Selon les documents en notre possession, l'aide  médicale d’État (AME) est un dispositif de prise en charge des soins des étrangers en situation irrégulière instauré par la loi n°99-641 du 27 juillet 1999 portant création d’une couverture maladie universelle. Il remplace, pour cette population, le dispositif d’aide médicale gratuite (AMG) qui finançait antérieurement les dépenses liées aux soins délivrés aux personnes non affiliées automatiquement à l’assurance maladie, qu’elles soient en situation régulière ou non.

Cette solidarité nationale s’inscrit dans le cadre de la lutte contre les exclusions et répond à un double objectif humanitaire et de santé publique.

Evidemment la question qui  arrive immédiatement et que tous se posent : quelles sont les conditions pour en bénéficier?
Cette couverture maladie universelle est accessibles aux sans papiers gagnant moins de 720€ par mois (pour une personne seule) et pouvant justifier de trois mois de présence sur le sol français. Là encore comment un sans papiers peut-il gagner 720 euros par mois alors que tant de Français sont au chômage ? Certaines entreprises deviennent des "négriers", se servent de cette main d'œuvre malheureuse, en la sous-payant.
Les étrangers majeurs doivent toutefois depuis le 1er mars 2011, s'acquitter d'un droit d'entrée annuel de 30 euros!!!!

L'AME est en revanche attribuée sans condition aux mineurs dont les parents sont en situation irrégulière même lorsque ces derniers n'en bénéficient pas encore ou dépassent le plafond de ressources. Cette aide médicale  donne droit à une prise en charge à 100% des soins médicaux, soins dentaires et d'hospitalisation en cas de maladie ou de maternité dans la limite des tarifs de la sécurité sociale, sans avoir à avancer les frais.


Les médicaments sont également pris en charge à 100% à condition d’accepter les médicaments génériques (sauf si le médecin a indiqué sur l’ordonnance qu'il s'opposait à la substitution d'un médicament par un générique). Humainement on ne peut que se féliciter de cette générosité française pour des gens qui bravent la mort pour quitter leur pays afin d'accéder difficilement à des rivages plus hospitaliers dont fait partie la France. Mais point trop n'en faut surtout dans la période que nous vivons et devant les difficultés que l'on fait à la Polynésie pour avoir un geste de solidarité.

 
Combien tout cela coûte-t-il à l’État ?En 2013, 282.400 personnes ont bénéficié de l’AME, pour un coût global de 744 millions € .

L’État dépense ainsi 314.387 Fcfp en moyenne par personne, pour assurer la couverture maladie universelle de ces populations en situation irrégulière.
Compte tenu de la forte augmentation du nombre de sans papiers (+86,5% sur la période 2007-2013), plusieurs parlementaires craignent que le milliard d’euros soit vite atteint.

 Alors un conseil mes chers concitoyens, surtout ne comparez pas avec ce que vous demande l'Etat par le biais de ses chers hauts fonctionnaires pour vous accorder non pas un brin de muguet mais un brin de solidarité. "C'est ça ou c'est rien" a dit péremptoire la ministre des outre-mer. Si Sarkozy en 2017 gagne la partie qui se joue déjà, que fera-t-il pour les Polynésiens auxquels il avait coupé le "kiki de la solidarité" ? Le remettra-t-il à 3 milliards ? " No lo so...

Communiqué du Tahoeraa

Le masque est tombé : le président Edouard Fritch ne s’en cache plus, il est officiellement en campagne pour promouvoir ses candidats. Chacun de ses déplacements dans les iles, passés et à venir en présence ou non de Nuihau Laurey et de Lana Tetuanui accompagnée de son époux, Cyril Tetuanui, président du SPC n’avaient comme objectif que de faire campagne. Le rédacteur en chef de la Dépêche de ce jour ne s’y est pas trompé, l’objectif est de « séduire les maires », comme hier encore à Mahina, car « les grands électeurs se soignent… à coup de serrage de mains et de promesses électorales ».
Cette débauche de moyens publics (au demeurant interdit) qui a permis le déplacement de toute cette délégation gouvernementale dans les communes et dans les archipels finira par nuire aux candidats : en effet, le président Edouard Fritch a lui-même déclaré et confirmé à la presse dans le cadre de sa visite officielle à Mahina, qu’il était effectivement en campagne et qu’il soutient ses candidats, Nuihau Laurey et Lana Tetuanui.
Personne ne peut plus être dupe de ce qui se passe. Le Tahoeraa Huiraatira s’est toujours interrogé sur les motifs douteux qui ont conduit à l’annulation des élections sénatoriales alors que ses deux sénateurs ont été brillamment élus. En réalité, la campagne électorale a commencé le jour de l’annulation du scrutin. C’est ainsi que toute la visite de Madame Pau Langevin, ministre des Outremers, comme celle de Jean Jacques Urvoas, le président de la Commission des Lois, s’inscrivent en réalité comme des soutiens explicites au président Edouard Fritch, afin que celui-ci puisse mieux légitimer ses candidats dans le cadre des relations qu’il noue avec l’Etat.
Pour finir, et contrairement au titre de La Dépêche, nous conseillons au Président de ne pas persister dans l’erreur tant politique que juridique et de signer la fin des hostilités : sa maison est le Tahoeraa Huiraatira.


 

Au conseil des ministres.

Atoll de Hao : point de situation sur les actions en cours

La déconstruction et la réhabilitation des anciens sites du Centre d’expérimentations du Pacifique de l’atoll de Hao sont engagées depuis 2009. Le comité de pilotage du projet, réunissant la commune, le Haut-commissariat, les Forces armées et le Pays, s’est réuni pour la première fois le 8 décembre dernier, marquant une étape de la démarche et validant les orientations. Le prochain comité de pilotage est envisagé pour septembre 2015.

L’objectif stratégique de reconversion est de faire de Hao un pôle secondaire de développement insulaire durable, ce pôle ayant vocation à rayonner sur les Tuamotu-Est et les Gambier. En amont, doivent s’engager la reconversion économique de l’atoll, notamment au travers de la mise en œuvre du projet aquacole, et la reconstruction humaine de la population.

Un point d’avancement a été présenté au Conseil des ministres et concerne quatre volets : le contrat de site à mettre en place, l’étude sanitaire, le relogement des habitants de l’ancienne base vie et la gestion des pollutions industrielles. Ce dernier point retient particulièrement l’attention car des travaux de terrassement ont été réalisés sur place fin février, sans information préalable de la population, ce qui a suscité un émoi légitime, relayé par les réseaux sociaux et les médias.

Ces travaux concernent le retrait, prévu, de 21 000 tonnes de terres, polluées aux résidus industriels, de la zone d’implantation du projet aquacole, et leur stockage temporaire sur une parcelle louée par le détachement militaire. Ils ont été suspendus, d’autant que les autorisations administratives requises n’étaient pas encore obtenues.

Le gouvernement a rappelé à l’Etat et aux forces armées les engagements pris lors du comité de pilotage en matière de communication et de transparence des actions à mener. Il est rappelé qu’une tierce expertise doit être engagée afin de confirmer ou non l’innocuité durable des méthodes proposées pour la gestion des terres polluées. A défaut, ces terres devront être évacuées hors de l’atoll pour leur traitement.


Fin de l’épidémie de chikungunya (Extrait)

L'épidémie de chikungunya qui a touché l’ensemble des archipels de la Polynésie française depuis le mois d’octobre 2014 est désormais terminée. Depuis trois semaines, le nombre de nouveaux cas de malades observé est inférieur à 5 personnes pour 10 000. Ce critère est admis comme seuil de fin d’épidémie.

Le virus reste toutefois toujours présent en Polynésie française. Aux îles Australes et aux îles Marquises, si l’épidémie tend vers sa fin, des personnes sont encore touchées mais leur nombre est désormais très faible et en diminution rapide.

Le ministère de la Santé rappelle que les mesures de protection individuelle contre les moustiques et la lutte contre les gîtes sont toujours nécessaires et doivent être poursuivies, notamment pour éviter la survenue de nouvelles épidémies véhiculées par les moustiques (comme la dengue en particulier).


Programme de vols des compagnies aériennes

Le Conseil des ministres a approuvé les programmes de vols réguliers des compagnies internationales desservant la Polynésie française pour la saison IATA Eté 2015 courant du 28 mars au 31 octobre 2015. Ces programmes se déclinent comme suit :

- vers Los Angeles : 5 à 7 fréquences hebdomadaires opérées par Air Tahiti Nui,
- vers Auckland : 3 vols hebdomadaires d’Air Tahiti Nui et 2 à 3 vols hebdomadaires d’Air New Zealand,
- vers Tokyo : 2 fréquences hebdomadaires (Air Tahiti Nui),
- vers Honolulu : 1 vol hebdomadaire (Hawaiian Airlines),
- vers Santiago via l’Ile de Pâques : 1 vol hebdomadaire (Lan),
- vers Rarotonga : 1 à 2 vols hebdomadaires (Air Tahiti).

Le Conseil des ministres a également rendu un avis favorable concernant les programmes de cabotage suivants :

- entre Papeete et Paris, via Los Angeles : 5 à 7 vols hebdomadaires d’Air Tahiti Nui et 3 vols hebdomadaires d’Air France


L'Etat est bien majoritaire dans le CA de l'aéroport avec 51% ( 49% la CDC plus 2% l'AFD)

La société Aéroport de Tahiti (ADT), créée en 2010, est détenue à 49% par le groupe Caisse des dépôts et consignations (CDC, dont Egis Project), 49% par la Polynésie française et 2% par l’Agence française de développement (AFD).

 Conformément à ses statuts, le conseil d’administration de la société est composé de 7 membres, dont 3 membres représentant la Polynésie française. Or, jusqu’à ce jour, aucun représentant de la Polynésie n’avait été désigné. Le conseil des ministres a décidé de pallier cette lacune en désignant Messieurs Edouard Fritch, Jean-Christophe Bouissou et Albert Solia pour représenter la Polynésie française au sein d’ADT.

 

 

" Le Chat" humoriste célèbre s'amuse avec les mots :

Un rat ? Des goûts
Un cas ? Des colles
Un pont ? Des râbles
Un flagrant ? Des lits
Une voiture ? Des mares
Un évier ? Des bouchers
Un scout ? Des brouillards
Un bond ? Des buts
Une dent ? Des chaussées
Un air ? Des confits
Un beau ? Des cors
Un mur ? Des crépis
Un vrai ? Des dalles
Un valet ? Des curies
Un drogué ? Des foncés
Une jolie ? Des gaines
Un crâne ? Des garnis
Un frigo ? Des givrés

 

Courrier :

Et maintenant Rey. Au final toute la belle équipe de TNTV de l'époque du Taui aura terminé sa carrière devant les juges. Belle réussite.  G.

 

Un Eden du Pacifique inondé de touristes chinois (AFP)

Appelé Palau en anglais, ce pays, dont l'entière population tiendrait dans un demi-stade de football, voit arriver un afflux brutal et inédit de visiteurs de Chine populaire. Qui bouleversent les équilibres et font grincer les dents --rougies par les chiques de bétel-- des habitants de l'archipel.Les statistiques montrent une forte progression de la proportion de Chinois continentaux parmi les touristes arrivant aux Palaos: de 16% en janvier 2014, ils sont passés à 62% en février 2015.

Femmes en combinaison intégrale pour se protéger du soleil, hommes en short et débardeur, ils prennent d'assaut les buffets en bord de plage et envoient des "selfies" à leurs amis demeurés dans la grisaille des villes chinoises.
Ayant prospéré dans l'informatique, Du Chuang s'est offert le voyage en famille dans le joyau océanique.
Tout sourire, l'homme de 46 ans fait défiler sur son smartphone la vidéo qu'il vient de réaliser depuis un hélicoptère survolant les "70 îles", patrimoine mondial de l'Unesco. Un plaisir pour quatre personnes tarifé 1.400 dollars.

 

M. Du est emblématique de ces Chinois qui partent plus loin en vacances: il s'est d'abord rendu dans l'île tropicale chinoise de Hainan. L'année d'après, en Thaïlande. Puis aux Maldives. Aujourd'hui, aux Palaos.
"Les coraux ici sont bien plus beaux qu'à Sanya", dit-il, en référence à la grande station balnéaire de Hainan, aux hôtels gratte-ciel. Aux Palaos, "c'est petit et splendide".
Même constat de Jia Yixin, Shanghaïenne trentenaire qui, en surfant sur Internet, a sauté sur une offre de six jours aux Palaos pour 1.000 euros. "Cet endroit ressemble au paradis", juge-t-elle. "Tandis qu'à Shanghai, l'air est pollué".
Pourtant, aux Palaos, tout le monde ne se frotte pas les mains face à la manne chinoise. Des professionnels dénoncent un système en "vase clos" --hôtels, restaurants, tours-opérateurs et guides tous chinois-- qui rapatrient les bénéfices chez eux en excluant les entreprises locales.
Rencontrées à Koror, principale ville de l'archipel, Anna Li et sa fille ont ainsi quitté le nord-est de la Chine pour travailler ici comme serveuses, avec un salaire mensuel de 450 dollars.
Les Palaos ont une capacité hôtelière limitée: 1.600 chambres. Or, certains établissements dédiés à la clientèle chinoise affichent complets sur des mois, compliquant le logement des autres visiteurs.

Au "Sea Passion Hotel", propriété d'un Taïwanais, 74 des 75 chambres sont occupées par des Chinois. Les clients ont acheté un "package" incluant vol aller-retour et hébergement.


- Déchets en mer -
Peu sensibilisés à l'écologie, les Chinois sont aussi critiqués pour être bruyants et irrespectueux de l'environnement.
"Ils brisent les coraux, jettent leurs déchets en mer", s'irrite Norman, un chauffeur de taxi. Des reproches entendus chez de nombreux Palaois.
Un tour-opérateur chinois, bizarrement nommé "Yellow skin tour" ("Excursions peau jaune"), a affiché dans un prospectus des photos de touristes brandissant fièrement une tortue prélevée sur un récif corallien...
Officiellement, les autorités affirment que les nouveaux touristes chinois sont les bienvenus. Mais plusieurs responsables rencontrés par l'AFP s'inquiètent d'un surnombre dans l'archipel enchanteur.

 

 

Mardi 17 mars 2015

 LE JT EGALEMENT SUR http://videos.tf1.fr/jt-20h/2015/le-20-heures-du-17-mars-2015-8578372.html

Le Le CESC désapprouve le projet de texte visant à instituer de manière pérenne un prélèvement forfaitaire sur la branche accident du travail/maladies professionnelles

Edito

Le printemps polynésien, quand ?

Ne nous dites pas que vous êtes surpris de l'annonce de cette candidature aux sénatoriales  Laurey/Tetuanui  nous l'avons annoncée dès la semaine dernière et l'avons évoquée à plusieurs reprises.

 Le vice président a tenté par trois fois de faire changer d'avis le président du Tahoeraa qui n'a pas bougé d'un iota, sa position se tient : " C'est au grand conseil qu'Edouard Fritch et son vice président aurait du venir présenter cette candidature . Il y a des règles dans un parti et si on ne les suit pas, il n'y a plus de parti et tout le monde fait ce qu'il veut" affirme avec force Gaston Flosse qui a demandé à Nuihau Laurey de démissionner du Tahoeraa et de se présenter en candidat libre puisqu'il ne peut pas partir sous la bannière orange.

Le forcing qui a été fait sur les maires récemment par ministre et élu de l'Assemblée nationale est tellement voyant qu'il fait la démonstration que sous prétexte de venir voir les charmes de la Polynésie, l'Etat a promis moult merveilles aux communes. Si le résultat est le même que pour la rétrocession des terrains militaires aux dites communes, la déception risque d'être grande à moins que "le président Fritch"le bien aimé" n'arrive à les convaincre que pour gagner les sénatoriales il a besoin d'un cadeau bien réel et annoncé rapidement.

Pour l'instant "les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent". Les citoyens sont adultes ils voient bien que rien ne va plus au Tahoeraa entre "le père et le fils". On saura peut-être un jour pourquoi cette détestation d'Edouard Fritch envers celui qui l'a fait roi, qui lui a tendu la main de la réconciliation en lui promettant de ne pas intervenir dans ses décisions et de rester à sa place c'est à dire président du Tahoeraa mais rien n'y fait. Edouard, c'est Edouard. Le pouvoir donne-t-il tant de plaisir que les hommes et les femmes aussi d'ailleurs, se battent pour l'avoir ou le conserver depuis la nuit des temps.

Edouard est un bloc aux multiples facettes, selon les personnes qu'il rencontre. Il a perdu de sa décontraction et son sourire. Son visage est fermé presque dur comme si le monde entier était soudain contre lui. Il a oublié d'être en public un homme normal gai et séduisant .

Gaston Flosse lui est plus naturel.  Mais il est  déçu et dans certaines réceptions où il est convié on  distingue sur son visage la peine intérieure et la tristesse d'être rejeté par celui dont il a fait son héritier. Il aurait pourtant dû le savoir. Tous ceux qu'il a placés sur le trône du pouvoir l'ont plombé un jour ou l'autre.

Il est vrai aussi qu'en cinq mois le gouvernement d'un pays peut faire la démonstration de son incapacité ainsi que l'avait montré le tandem Chirac/Raffarin en 2002. En revanche il peut difficilement obtenir des résultats décisifs dans la conduite d'une politique de redressement. 2015 est placée sous le signe de l'action pas encore du jugement. Le gouvernement Fritch a un an pour faire ses preuves. Ensuite ce sera, soit des louanges soit haro sur le baudet. On se souvient bien de ce qu'il a martelé pendant les cent jours " l'année 2015 sera l'année des investissements". D'accord, on attend...le printemps polynésien.

 

René Temeharo a  été invité à une compétition d’escrime, organisée par l’escrime tiki club. Le président du club et maître d’armes, Bruno Sanchez, a profité de cette occasion, ainsi que de la présence de tous les acteurs et partenaires de l’escrime en Polynésie française, pour inaugurer deux nouveaux clubs et célébrer la création de la Fédération Tahitienne d’Escrime, présidée par ce dernier.

 Le ministre a assisté à une démonstration de cette discipline encore assez méconnue à Tahiti ainsi qu’à une présentation générale de la pratique de l’escrime en Polynésie française. Cette discipline s’est bien développée dans les écoles ces dernières années, et ce grâce notamment au dévouement des bénévoles et de Bruno Sanchez.

 Après avoir félicité les jeunes champions et remercié le maître d’armes pour son dynamisme, René Temeharo a également tenu à rappeler que les services du Pays allaient accompagner la nouvelle fédération dans sa structuration et son développement en vue de son agrément par les autorités du Pays.

 

 Tahiti tourisme et l'EUROPE


ITALIE : Tahiti Tourisme soutient la 32ème édition de La Nuit de la Glisse

Après la France, la Suisse et la Russie, c’est en Italie qu’a été diffusé le nouveau film de Thierry Donard intitulé Addicted to Life. Sur 90 minutes de film, plus de 20 minutes sont dédiées à Tahiti Et Ses Iles et aux prouesses de nos athlètes locaux tels que Aude Lionet Chanfour au Stand Up Paddle, et Tikanui Smith, Matahi Drollet ou encore Hira Teriinatoofa pour le Surf.

Tahiti Tourisme Italie a invité 8 tour-opérateurs à visionner le film à la projection du 4 février dernier à Milan. Le tour-opérateur Alidays et Air Tahiti Nui ont profité de cette soirée pour présenter au public un package spécial Tahiti Et Ses Iles. Enfin, une grande campagne web média a été mise en place sur les sites Internet du groupe 4Action Media pour promouvoir le film. Perfect Moment Entertainment, organisateur de la Nuit de la Glisse, prévoit quelques 35 000 entrées sur l’ensemble des projections.



FRANCE : Tahiti Et Ses Iles dans la presse française avec Les Ballets de Tahiti Ora

Les magazines Paris Match et VSD ainsi que le site Madame Figaro.fr ont publié ce mois-ci, plusieurs articles sur Les Ballets de Tahiti Ora. Ces articles sont le fruit de trois voyages de presse organisés par Tahiti Tourisme France en novembre dernier, en collaboration avec Air Tahiti Nui et Art FM Production.

D'autres médias ont également mis la danse polynésienne à l'honneur dont le NouvelObs.com. La contre-valeur publicitaire de la douzaine d’articles publiés s’élève à plus de 15 000 000 fcp.

Pour rappel, la troupe de Tumata Robinson, grand vainqueur du Heiva 2014, était en tournée dans toute la France du 27 janvier au 8 février dernier.



ANGLETERRE : Tahiti Tourisme forme une trentaine d'agents de voyage sur la destination

Tahiti Tourisme Angleterre, aux côtés d’autres offices du Tourisme du Pacifique Sud, a formé une trentaine d’agents de voyage sur Tahiti Et Ses Iles, au cours d'une soirée South Pacific Evening organisée par l’agence de voyages Travel Nation, à Brighton, le 3 février dernier.

Ce fut une belle opportunité pour Tahiti Tourisme Angleterre de mettre en avant les atouts de Tahiti Et Ses Iles. Cette initiative, à faible coût, a permis aux agents de Travel Nation de mieux comprendre la destination pour ainsi mieux la vendre.


SUISSE : Fa’afaite dans le prestigieux magazine Yachting Swissboat

Le magazine Yachting Swissboat vient de publier, dans son édition de février 2015, un article de 5 pages sur la pirogue Fa’afaite. Cette publication est le résultat d’un voyage de presse organisé en novembre dernier par Tahiti Tourisme Allemagne en collaboration avec Air Tahiti Nui.

Le journaliste Matt Muencheberg s’est intéressé à l’histoire de Fa’afaite, à la navigation ancestrale mais aussi au peuple et traditions polynésiennes. Une belle promotion pour notre Fenua puisqu’il s’agit du magazine nautique le plus lu en Suisse. Le nombre de tirage est estimé à 30 000 exemplaires et la contre-valeur publicitaire à plus de 6 000 000 fcp.



courrier :

 La Dépêche de ce matin annonce 4 candidats pour deux postes de sénateur a Tahiti .
Sans compter les deux indépendantistes .

Que d’argent dépensé au frais du contribuable alors que certain n’ont rien manger .
Vont-il assister a toutes les représentations j’en doute .
Heureusement qu’ils sont chauffé gratos .L.

 

Lettre ouverte de Marcel Tuihani, président de l'Assemblée de Polynésie en droit de réponse pour rectifier certaines affirmations publiées dans la Dépêche du13 mars.

Sous le titre :

Le RSPF otage du clivage au Tahoera’a »

 

Monsieur le directeur,

Votre quotidien « la dépêche » a publié en page 22 ce vendredi 13 mars 2015 un article sous le titre « Le RSPF otage du clivage au Tahoera’a ». J’ai été directement mis en cause par l’auteur de cet article et je sollicite expressément la publication du présent droit de réponse aux propos accusateurs à mon égard.

En premier lieu, j’observe, en page de couverture et sous le titre « Querelles au Tahoera’a : le RSPF en danger », que l’auteur de l’article reproduit des informations inexactes et écrit que la convention est « bloquée à l’assemblée » en insinuant en page 22 que les réunions menées sous mon égide sont un prétexte et l’« opportunité de saborder le travail du gouvernement ». De surcroît, il considère que « s’emparant du dossier, le président de l’assemblée de la Polynésie française a décidé, d’autorité, de tenir des réunions avec tous les professionnels des secteurs concernés en tenant à l’écart les élus proches de Fritch ».

Ces affirmations sont privées de la neutralité qu’impose la déontologie du métier de journaliste.

Les faits dont s’est distrait l’auteur pour écrire son article ont pour origine le dépôt du projet de texte par le gouvernement. Le règlement intérieur de l’assemblée nous impose de respecter un délai de 4 jours minimum entre la transmission du dossier et l’étude par les membres de la commission.

Or, c’est seulement le 25 février 2015 que le gouvernement a déposé le projet de délibération à l’assemblée de la Polynésie française après l’avoir convoqué en session extraordinaire pour le 3 mars 2015, par courrier du 16 février 2015, sur un ordre du jour comprenant l’examen du projet de délibération dont il est question.

En l’absence du dossier dont, ni mes services, ni moi-même, ne connaissions la teneur, la commission compétente pour examiner tout projet de délibération de nature financière a procédé à la convocation de ses membres le 19 février 2015, pour une réunion le 26 février 2015.

Malgré la diffusion du dossier le jour même, en violation du délai minimum de communication des dossiers aux représentants et au rapporteur, les membres de la commission ont souhaité son maintien à l’ordre du jour pour le discuter.

Le compte rendu de la commission des finances du 26 février 2015 fait bien état de la demande des élus, dont deux élus de l’opposition, de maintenir le dossier à l’ordre du jour et d’en reporter la discussion. Pour autant, cette discussion a été amorcée mais interrompue après 30 minutes, en raison du départ pour le CESC des conseillers techniques du gouvernement venus présenter le dossier. Préalablement à cette discussion, le représentant du gouvernement déclarait : « Sur le retard qu'il y a eu dans la présentation de la convention indiquant le retour de l'Etat au financement du RSPF, je vous mentirais en vous disant que les négociations ont été un long fleuve tranquille. Sur un certain nombre de points, sur un certain nombre de préconisations qui nous ont été faites, qui ont été extraites notamment du dernier rapport de 1’IGAS, nous avons considéré qu'un certain nombre de propositions étaient inappropriées, et donc les discussions, les échanges et les négociations ont été longues, fastidieuses parfois. »

Alors, les réunions que vous m’imputez « tenir d’autorité », sont nées précisément de la discussion entre les membres de la commission le 26 février 2015 qui ont bien mesuré ce jour là l’ampleur des sujets abordés par la convention pour ne pas avoir à la survoler.

A chacune des rencontres que j’ai organisées, tous les représentants, sans exception, ont été informés et conviés comme l’attestent les courriers qui leur ont été adressés. Alors, les prétendues « manipulations » du texte que vous m’imputez dans le but de mettre en difficulté le président du Pays ne relèvent que de la pure désinformation à l’égard de vos lecteurs. Il va sans dire que la liberté d’expression du journaliste ne saurait se confondre avec la calomnie.

Elles dénotent un mode opératoire maintenant bien rôdé qui consiste à me désigner comme le « fauteur de trouble ».

Les réunions de travail avec les organisations professionnelles permettront, au contraire, aux élus de bien comprendre les enjeux et les préconisations formulées par l’Etat pour réformer notre système de protection sociale, en prenant des mesures qui impacteront l’ensemble des polynésiens comme la diminution des allocations familiales, l’augmentation des cotisations des travailleurs indépendants et des salariés etc….

Cependant, lors de sa récente visite, madame PAU-LANGEVIN ministre des outre-mers ainsi que le haut-commissaire ont accepté le principe d’une modification de la convention.

C’est dans cette perspective que, j’agirai en toute responsabilité, avec l’ensemble des élus pour défendre les intérêts de tous les polynésiens.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le directeur, l’expression de ma considération distinguée.

Marcel TUIHANI

Retour de l’État au financement du R.S.T. de la Polynésie française : rencontre avec les représentants du CESC

 

Dans le cadre des consultations engagées par l’assemblée de la Polynésie française, une nouvelle rencontre d’échanges sur le retour de l’État au financement du RST de la Polynésie française s’est tenue ce matin, cette fois en présence des membres du CESC, ravis de pouvoir discuter du contenu de cette convention.

 Le président de l’assemblée Marcel TUIHANI, entouré des membres du bureau de l’assemblée, mais aussi des présidents des commissions législatives et de plusieurs représentants à l’assemblée, issus de la majorité comme de l’opposition, ont reçu M. Angélo FREBAULT, président du CESC, M. Patrick GALENON représentant du CESE, ainsi que de très nombreux membres du CESC représentant les trois collèges.

 Le président de l’assemblée Marcel TUIHANI a rappelé que cette rencontre, comme les précédentes (avec la CCISM et les deux syndicats des pharmaciens et le conseil de l’ordre des pharmaciens), visait à entendre les membres du CESC sur les propositions que le gouvernement a retenu avec l’État dans le cadre de la convention relative au retour de celui-ci au financement du R.S.T. et qu’il appartient à présent aux élus de l’assemblée d’approuver. « Compte tenu de l’importance des sujets, j’ai souhaité une consultation la plus large possible, afin d’éclairer les élus sur les nombreux aspects que couvre ce projet de convention et les aider à se construire une opinion », a déclaré le président de l’assemblée en ouverture de la rencontre.

Il apparait à tous que de nombreuses exigences contenues dans la convention débordent largement du cadre du seul RST pour concerner également la PSG de manière générale, l’organisation sanitaire, ainsi que la fiscalité.

Lundi 16 mars 2015

Edito

Ah Oscar ! Il a réponse à tout...

Les Français adoraient Georges Marchais, juste à la télévision, ses emballements de tribun et son accent les faisaient rire. C’était un excellent acteur.

Les Français adorent de la même façon Mélanchon, juste à la télévision quand il s’en prend aux journalistes. C’est un excellent artiste. Ses colères amusent.

Et nous, nous avons Oscar Temaru. On ne s’en lasse pas.

On adore nous aussi, c’est vrai, voir et entendre Oscar Temaru à la télévision. Pourquoi ? Parce qu’il vous explique, comme les deux noms cités plus haut, qu’il est le meilleur d’entre les hommes politiques de ce pays, que sa décharge est un bien salubre pour ceux qui sont dans les nuages odorants, qu’il est capable d’y faire de grandes choses et que d’ici une quinzaine de jours vous allez voir ce que vous allez voir, " et de quoi Faa’a est capable", qu’il est temps de construire un vrai pays, que les mendiants sont ailleurs qu’en Polynésie et qu’il aurait aimé que les 12 milliards du contrat de projet puissent être tous utilisés à la construction d’un aéroport aux Marquises. On peut presque voir Hawaii, un État américain, soit dit en passant qui refuse l’indépendance, pas fou, avec des jumelles et bien sûr le tandem Tauhiti Nena et Richard Tuheiava vont gagner la partie des élections sénatoriales, d’autant plus que le Tahoeraa a toutes les chances de partir divisé avec quatre au lieu de deux personnalités.

Enfin avec son célèbre petit sourire il a répondu à la journaliste qui lui demandait s’il n’avait pas peur au cas où il serait souverain  face à un cataclysme comme celui qui vient de fracasser le Vanuatu, de se retrouver bien seul.

 " Bien au contraire - lui a-t-il répondu les yeux pétillants de malice" regardez ce qui se passe, l'Australie, la Nouvelle Zélande, l'ONU et même la France viendraient à notre secours. C'est bien ce qui se passe en ce moment , même la Polynésie fait appel aux dons." En pensant très fort : "Ah tu crois m'embêter, ça t'a pas suffit que je te fasse virer de l'antenne un jour, mais tu viens de faire une très mauvaise pioche ou alors tu te rachètes en me donnant la main!!! "

Quant à la réunion secrète avec la ministre des outre-mer qu'il a vu plusieurs fois à Paris, il n'a vraiment pas farouchement répondu, offusqué, que c'était faux...

 

 

- Cyclone Pam : départ pour le Vanuatu d'une équipe de premiers secours et de matériels

 


Les équipes de secours ont décollé de la base aérienne de Tahiti-Faa'a à bord d'un avion CASA des forces armées, ce matin à 7h30, à destination de Nouméa puis de Port Vila. Le trajet de 16 heures comprend trois escales: aux Iles Cook, à Niue et à Fidji. La délégation de sauveteurs est composée d'un officier de la Direction de la défense et de la protection civile du Haut-commissariat, le commandant Frédéric ROBIN, et de 6 représentants de la fédération polynésienne de protection civile et de l’Union nationale des associations de sauveteurs et secouristes (deux associations polynésiennes  de sécurité civiles agréées par le haut-commissariat et impliquées dans la gestion des lots Franz). Près de 2.5 tonnes de matériels de premier secours.

 

 

 

La Polynésie solidaire du Vanuatu blessé par Pam

Le Président Edouard Fritch, et les membres de son gouvernement, ont présenté, lundi matin, l’opération « solidarité Vanuatu » suite au cyclone Pam qui a dévasté, vendredi, cet archipel, et à l’appel à l’aide internationale lancé par le président de la République du Vanuatu, Baldwin Lonsdale.

 En présence du maire de Papeete, Michel Buillard, de représentants des confessions religieuses, de la Croix rouge et de la communauté vanuataise vivant en Polynésie, le Président a souligné que ce cyclone de force 5 avait fait de nombreuses victimes et provoqué des dégâts majeurs et que la solidarité des Polynésiens devait donc s’exprimer pleinement à cette occasion.

 Pour la seule ville de Port-Vila, 23 centres d’accueil ont été mis en place. Dès samedi, le Président a annoncé la mise en place d’une collecte, auprès de la population, pour des produits alimentaires non périssables (riz, sucre, pâtes, lait en poudre, boites de conserve, etc) ou encore des vêtements. Les dons seront regroupés à la flottille administrative à Motu Uta pour être recensés, triés et chargés, dans des conteneurs mis à disposition par les acconiers.

 Pour le transport de ces dons, deux options sont à l’étude, a indiqué le Président. La première consiste à charger les conteneurs sur un bateau qui part vendredi pour Auckland, pour ensuite un transbordement vers le Vanuatu. L’autre option consiste à affréter un avion d’Air Tahiti Nui à destination du Vanuatu et qui pourrait embarquer, samedi, les produits et matériels les plus urgents à acheminer.

 L’avion pourrait également transporter des équipes d’EDT et de l’OPT mobilisées pour aller rétablir le courant et les communications dans l’archipel, ainsi qu’un médecin de la Santé publique. Pour les collectes de dons, un numéro vert, le 444 900, devait être mis en fonction, en fin de matinée. Les grandes surfaces ont également prévu de répondre à cet appel à la solidarité.

 Le Pays a en outre décidé de débloquer une enveloppe de 10 millions Fcfp, cette somme devant servir à acheter de l’outillage, comme par exemple des tronçonneuses, des groupes électrogènes, des bâches, mais aussi de l’eau. L’idée d’un « concert de solidarité » en faveur du Vanuatu a par ailleurs été évoquée.

 

                                                            

Séance plénière demain au CESC

Les membres du Conseil économique, social et culturel se réuniront en session plénière demain mardi 17 mars 2015 à 08h30, au siège de l’institution, sis Avenue Pouvana’a a O’opa, bâtiment Te Raumaire, pour examiner et adopter le projet d’avis sur le projet de « loi du pays » instituant un reversement forfaitaire au régime d’assurance maladie-invalidité des travailleurs salariés au titre des accidents de travail et des maladies professionnelles, présenté par Mme Lucie TIFFENAT et M. Marc ATIU en leur qualité de rapporteurs.

Par ailleurs, une délégation du CESC a été invitée à l’assemblée dans le cadre des consultations relatives à la convention definancement du régime de solidarité territoriale ce matin

 

 

Remise des billets Air Tahiti aux gagnants du salon du tourisme

 A l’occasion du grand jeu du salon du tourisme qui s’est tenu du 6 au 8 février dernier, organisé par Air Tahiti et le GIE Tahiti Tourisme, tous deux partenaires officiels de l’événement, la remise des billets d’avion aux quatre heureux gagnants s’est déroulé le vendredi 13 mars à 14 h, dans les locaux de la compagnie aérienne locale Air Tahiti.

Ainsi, ont été offerts:
- Un aller-retour pour deux personnes aux îles Sous le Vent à Laure Yen Kai Sun ;
- Un aller-retour pour deux personnes aux îles Australes à Dricia Heiana Taeatua ;
- Un aller-retour pour deux personnes aux îles Marquises à Chantal Carpentier ;
- Un aller-retour pour deux personnes aux îles Tuamotu à Louise Teuira.


Pour tout complément d’information, veuillez contacter :
Hinatea REVEL – Responsable Communication (Tel : 40 50 57 46 - Email : hrevel@tahiti-tourisme.pf)

 


L'Ordre de Malte remercie

La quête réalisée à Tahiti et Moorea lors de la 62° Journée mondiale des lépreux des 24 et 25 janvier 2015 a rapporté 2 200 000 FCP ce qui en fait une des meilleures jamais réalisée en Polynésie française en progression de 12 % par rapport à 2014. Ce résultat démontre une fois de plus s’il en était besoin que les Polynésiens sont très généreux.

 

La délégation de Polynésie française de l’Ordre de Malte France au nom de ceux que nous nommons à l’Ordre de Malte « Nos seigneurs les malades » tient à remercier du fond du cœur tous ceux qui ont donné de leur temps, de leur argent et de leur bonne volonté pour la réussite de cette opération.

 

En ce jour du 830° anniversaire de la mort du roi lépreux Baudouin IV de Jérusalem aux côtés duquel combattirent les Hospitaliers de Saint Jean pour la défense de la Terre Sainte, nous vous donnons rendez-vous fin janvier 2016 pour la 63° Journée mondiale des lépreux.

 

 

Dimanche 15 mars 2015

 

                   

 

Objectivement et sans être FN ( pas encore) c'est vrai ou pas ?

 

Communiqué du Haut commissariat

Cyclone Pam au Vanuatu : le Haut-commissaire mobilise des moyens de secours dans le cadre des accords d’assistance internationaux FRANZ (1)

Dès hier, samedi, le Haut-Commissaire de la République a placé en alerte l’ensemble des acteurs des secours d’urgence aux populations sinistrées, suite au passage du cyclone Pam sur l’archipel du Vanuatu.

En conséquence, les forces armées en Polynésie française, en liaison étroite avec la Direction de la défense et de la protection civile du Haut-commissariat, s’apprêtent à acheminer, tôt lundi matin, vers le Vanuatu, les matériels de premiers secours dont l’Etat dispose en Polynésie française dans le cadre des accords internationaux entre la France, l’Australie et la Nouvelle Zélande (FRANZ).
L’envoi réalisé correspond aux besoins prioritaires identifiés sur place et sera constitué :
- de bâches pour construire des abris de fortune destinés à protéger une centaine de familles,
- de matériel d’ouverture d’itinéraire (tronçonneuses, outillages),
- d’outillage pour consolider les abris de fortune déjà installés sur place,
- d’une unité satellitaire de communication,
- d’une unité de soutien logistique pour soutenir le détachement pour 10 jours.

Un officier de la Direction de la défense et de la protection civiles, le commandant Frédéric ROBIN, se rendra sur place pour la mise en œuvre du soutien, accompagné de 6 représentants de la fédération polynésienne de protection civile et de l’Union nationale des associations de sauveteurs et secouristes (deux associations polynésiennes de sécurité civiles agréées par le haut-commissariat et impliquées dans la gestion des lots Franz).

Dans le cadre des accords Franz, le Haut-commissariat dispose, en effet, en permanence d’un stock de lots de matériels opérationnels permettant d’apporter une réponse en urgence à une situation de crise humanitaire sur une zone localisée dans le Pacifique sud.
Dans l’immédiat, les matériels seront transportés par un avion CASA de l’armée de l’air de Tahiti jusqu’à Nouméa où l’aide de la France est coordonnée par le Haut-commissariat de la République en Nouvelle Calédonie en liaison avec les postes diplomatiques concernés. Le CASA restera sur place et sera utilisé pour acheminer les matériels et produits de première nécessité entre la Nouvelle Calédonie et le Vanuatu.

 

 

Pour attendre que la pluie s'arrête sans déprimer

Très intéressant dans la situation économique et sociale actuelle.

 ENTREVUE DANS UNE GRANDE ENTREPRISE POUR UN POSTE DE DIRECTEUR

 
1º) Candidat formé à l'ENA
 Recruteur : - Quelle est la chose la plus rapide du monde ?
 Candidat : - c'est la pensée.
 Recruteur : - Pourquoi ?
 Candidat : - Parce qu'une pensée arrive presque instantanément.


 Recruteur : - Très bien, excellente réponse.

 2º) Candidat formé à Polytechnique
 Recruteur : - Quelle est la chose la plus rapide du monde ?
 Candidat : - Un clin d'œil.
 Recruteur : - Pourquoi ?
 Candidat : - Parce que c'est si rapide que parfois on ne s'en aperçoit même pas.


> > > Recruteur : - Parfait

3°) Candidat formé à l'IUT
Recruteur : - Quelle est la chose la plus rapide du monde ?
 Candidat : - L'électricité.
 Recruteur : - Et pourquoi ?
Candidat : - Voyons, quand on actionne un interrupteur on allume une lampe à 5 km de distance instantanément.


Recruteur : - Excellent.


 4º) Candidat formé dans une école secondaire en région
Recruteur : - Quelle est la chose la plus rapide du monde ?
 Candidat : - Une diarrhée..
 Recruteur : - Comment ça ? Vous plaisantez ? Expliquez-vous...
 Candidat : - Je confirme. Hier soir j'ai eu une diarrhée si forte, qu'avant d'avoir la moindre pensée, en un clin d'œil et avant de réussir à allumer la lumière, j'avais chié dans mon pantalon..

.
Recruteur : - La place est à vous !!!

 
Moralité :"Fondement technique et calcul ne sont pas tout... "
 "Savoir gérer et comprendre quand la merde arrive, c'est ce dont les entreprises ont besoin en ce moment !"


 

Samedi 14 mars 2015

 

 

Merci à la Dépêche de nous donner brut de décoffrage les bonnes phrases d' hommes et de femmes politiques.

Michel Buillard.

Nous relevons bien sûr, puisque la stature d'un homme politique se juge par comparaison, celles magnifiquement inconscientes de Michel Buillard, maire de Papeete qui n'a honte de rien. Il a dit : " Moi, je veux de l'action concrète" Nous aussi. " Pas seulement des mots" Nous aussi."C'est valable en ce qui concerne le discours au sujet de la protection sociale"  Nous aussi car il n'y a aucune protection  a marcher dans les rues de Papeete autrement qu'avec des chaussures de sport pour ne passe se casser une cheville. Ou circuler dans un parking aussi sale. On est loin des parkings américains où l'on pourrait manger par terre. Et on veut faire du tourisme... à la niçoise !!!!

George Pau-Langevin

Méfiez-vous des femmes ministres. Rappelez-vous la phrase de Brigitte Girardin, ministre de l'outre-mer dans le gouvernement Chirac, assez reprise par Oscar Temaru. Elle avait dit en substance  " si les Polynésiens ne font pas un effort la France fermera les robinets" Cette petite phrase avait été un coup de tonnerre dans le ciel polynésien . Celle de George Pau-Langevin est elle aussi sans pitié et toute aussi tranchante concernant la convention du RSPF :  si elle n'est pas votée, sous entendu, en l'état " alors ce sera tant pis pour les Polynésiens"! Robinets fermés autrement dit ! Tant pis pour vous." Ce n'est pas une menace ça après tant de gentillesse et d'efforts de la part de la population ?

Autre loupé sur Polynésie première concernant les terrains militaires. Pas question du franc symbolique  : " il faudra mettre l'argent sur la table"...a-t-elle laissé tomber. or quand on est ministre on n'a pas le droit de s'embrouiller les pédales, cela veut dire qu'on ne connait pas bien le sujet.

Robert Maker ( Faa'a)

Un humoriste qui s'ignore et qui se fiche royalement de ses concitoyens, quand il ose dire :

"Honnêtement, ce n'est que de la fumée, donc de la fumigation gratuite contre les moustiques"

 

 

Le gouvernement polynésien va envoyer de l'aide au Vanuatu

Comment aider l'archipel Vanuatu, durement frappé par Pam, un des cyclones les plus violent de l'histoire ? Vent 300Kms heure ! 44 morts (Home actualités)

C'était l'objet d'une réunion de coordination qui a eu lieu samedi à Nouméa pour anticiper l'envoi de secours au Vanuatu a indiqué le haut-commissariat de la République. «Il s'agissait de faire un état des lieux de nos capacités et des dispositions à prendre pour intervenir, dès lors que le gouvernement du Vanuatu sollicitera officiellement l'aide de la France», a déclaré Paul-Marie Claudon, directeur de cabinet du haut-commissaire. Les forces armées en Nouvelle-Calédonie, la Croix-Rouge ainsi que les consulats d'Australie et de Nouvelle-Zélande ont participé à cette réunion. L'Australie s'est en effet dite prête à participer immédiatement aux secours.

NB La France attend qu'on lui demande de l'aide, l'Australie et la Nouvelle Zélande y sont déja...

 

 


LE CORAN VU PAR UNE FEMME CORSE...!


Après avoir passé leur voyage de noces au bled, Mohamed et sa femme Pauline, une jeune Corse sont de retour à Calvi, Mohamed arrive en toute hâte dans la cuisine, marche vers sa femme et, tout en lui pointant le doigt à la figure, lui dit :
> À partir de maintenant, je veux que tu saches que " JE " suis le maître de la maison et ma parole sera la loi !
Je veux que tu me prépares un repas spécial et quand j'aurai terminé de manger mon repas, je m'attends à un somptueux dessert.
Ensuite, après le souper, tu vas me faire couler un bon bain afin que je puisse me relaxer, et quand j'en aurai terminé avec mon bain, devine un peu qui va me peigner et m'habiller ? ? ?
>
> Et sa femme de répondre :
> " Les pompes funèbres !"




Pour un week end pluvieux,envrac :

Comment les guêpes font-elles l'amour ?
Dard dard

Quel animal court le plus vite ?
Le pou, car il est toujours en tête

Que fait un canard quand il a soif ?
Il se tape une cannette
Savez-vous comment communiquent les abeilles ?
Par e-miel ....

Une poule sort de son poulailler et dit :
"brrr, quel froid de canard."
Un canard qui passe lui répond :
"Ne m'en parlez pas, j'ai la chair de poule."


Pourquoi les coqs ont-ils des ailes et les poules pondent-elles des oeufs ?
Parce que les coqs ont besoin "d'elles" et les poules ont besoin "d'eux"

Deux coccinelles font la course. Au bout d'un moment une s'arrête et dit :
"STOP !!! J'ai un point de côté !!!"

Que se disent deux chats quand ils se voient
"Nous sommes félins pour l'autre"

2 mites se rencontrent dans un pull
l'une dit :
- Ou vas-tu en vacances cette année?
Au bord de la Manche


Un vieux rat rencontre une petite taupe. Curieux, il lui demande:
- Que veux-tu faire plus tard, ma petite?
- Taupe-modèle!

Deux souris voient passer une chauve-souris.... :
- Regarde un ange !!

>Et enfin
Un paysan occupe toute la largeur de la route avec son gros tracteur.
Cela énerve prodigieusement un jeune homme qui le suit dans une superbe voiture de sport et qui, l'occasion se présentant, met les gaz et double le tracteur en trombe en hurlant au paysan, en montrant son capot : "il y a 200 chevaux la -dessous"
Il va si vite qu'il loupe un virage un peu serré et tombe dans un étang.
Quelques minutes plus tard, le paysan arrive à sa hauteur : "Alors, on fait boire ses bêtes ?"






 

 
 

 

 

                                                                                              

 

 

 

 

 

 

 

u