Accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avez-vous le goût de rêver ?

 


            Ayez un autre regard sur l'actualité que celui qu'on vous donne ailleurs !

La politique, c'est ici .

 

 

 

Dominique Monti offre sur l'Echo du Frioul des nouvelles de la belle capitale phocéenne Marseille et de son rocher abondamment peuplé aujourd'hui, le Frioul, s banlieue. De tendance plutôt de gauche,  pour le pluralisme politique, les marseillais de Polynésie seront heureux de retrouver les coups de gueule de Monti et les saveurs du midi sur son journal. Cliquez sur le lien.  

www.echodufrioul.eu 7 jours sur 7

 

Fritch est content, son candidat est bien arrivé hé! hé!

 

Dimanche 24 juillet 2016

 

                              N'oublions pas que Juppé a fait construire à Bordeaux la plus grande mosquée de France !

 

 

Courrier reçu hier soir : pif, paf, la claque  !

Bonjour Christine,
Intéressant ton article sur JUJU …(Alain Juppé).


Il vient pour les « primaires de LR. Marrant !!! Car, à mon avis il va, comme les autres candidats aux primaire, se fait blouser par Sarko ! A ton avis ???
Mais, s’il est choisi, est ce que ce sera bon pour nous ???
Le dilemme qui se posera pour nous à la présidentielle sera : Pour qui voter ???
Une chose est sûre, nous avons déjà voté pour « le « plus » pire des candidats (Sarkozy, on ne pourra faire pire), mais alors : allons- nous voter pour le plus mauvais , ou, pour le moins bon pour nous ????

Un peu d’histoire : 1914/1918 les Poilus tahitiens…
: 1939/1945 les tamariis volontaires ( mes oncles et cousins y étaient, et certains sont tombés au champ d’honneur, pour la mère patrie…
: 1961, premiers travaux…..MORUROA etc….. et on connaît les conséquences !
Au fait, où donc étaient les responsables Cathos et John Doom et  chef de l’époque le pasteur Koringo….
A part Jacques Chirac qui a eu une pensée pour ses frères Polynésiens, tous les dirigeants de la DROITE qui ont gouverné la France nous ont toujours ignorés, mieux même, je dirais que nous sommes les « laissés pour compte de la République » ou si tu veux, des Français entièrement à part. Si je me rappelle bien , le Juppé il n’était pas d’accord avec Chirac pour la dotation de 18 MDS à la Polynésie, n’est ce pas ?
Quand Sarko nous a démontés, le Juppé, qui était dans la majorité UMP et dans la catégorie des décideurs, est resté étrangement silencieux !!!

Et !!! Il est chez nous, ce soir. Zorro est arrivé. Il va enfumer avec un discours à sa façon ceux qui croient en lui, et surtout, tu vois qui ? ( il fait parti de cette nouvelle race - en latin : Homos politicus girouettus- qui, sans scrupules changent de veste au gré du vent (politique)-- et qui croient que nous sommes toujours des moutons !!!!

Si, par hasard, il est élu par LR candidat et qu’il est élu en 2017 :
• Il nous oubliera, et nommera encore un ministre Outre mer qui va nous massacrer, (parce que le gouvernement actuel a fait copain-copain avec Flambi et les socialistes)
• Le Candidat socialiste, s’il est élu, gardera rancune contre la PF qui aura encore une fois voté à Droite

Mais, un petit rappel aussi qu’il ne faut pas perdre de vue : Malgré le vote à droite de la PF, ce sont les Socialistes qui ont facilité et voté pour notre statut actuel sous l’ère MITTERAND/JOSPIN . Ce sont les socialistes avec Flambi, qui ont participé au sauvetage de la PSG,

Et, nous, nous serons toujours là pour dire « Vive la France » (qui ne nous fait pas de cadeaux) et continuerons à nous plaindre !!!!

NB : Si la France paie toujours près de 178 MDS, chez nous, c’est bien peu, par rapport à ce qu’elle paie pour les pays et Etats qui l’ont virée de chez eux, tu vois quels pays !!!

Bonne soirée
Claude

 

États-Unis : Trump promet un «contrôle extrême» aux frontières pour les Français. Les commentateurs  n'ont pas cessé de le minimiser.

- Lors d'une interview télévisée, Donald Trump, a déclaré que la France et l'Allemagne étaient deux pays «infectés» par le terrorisme et veut installer des contrôles «extrêmes» pour se protéger du terrorisme.

Les Français devront-ils subir un contrôle plus important quand ils se rendront aux États-Unis? C'est en tout cas la volonté du candidat républicain à la présidentielle américain, Donald Trump. Lors d'une interview télévisée dans l'émission Meet the press, repérée par Le Monde, il a déclaré que s'il était élu président en novembre, les citoyens français devraient subir «un contrôle extrême» aux frontières afin de protéger les États-Unis.

L'adversaire d'Hillary Clinton s'est justifié en expliquant: «Je ne vois pas pourquoi nous devrions nous suicider en laissant entrer chez nous des ressortissants de pays infectés par le terrorisme», faisant notamment référence au récent attentat de la Promenade des Anglais à Nice et de la fusillade à Munich.

«La France et l'Allemagne sont infectés par le terrorisme. Et vous savez quoi? C'est de leur faute. Parce qu'ils ont laissé des personnes entrer sur leur territoire», a-t-il précisé. «Nous devons être intelligents et nous devons être vigilants et nous devons être forts», a-t-il insisté. Des propos qui font écho aux précédentes sulfureuses déclarations qu'il avait pu tenir, notamment après les attentats du 13 novembre dernier à Paris.

Lors de son discours à Cleveland, en marge de la convention républicaine, Donald Trump avait déclaré que les États-Unis «devaient suspendre immédiatement l'immigration de toute nation exposée au terrorisme jusqu'à ce que des mécanismes de contrôle efficaces aient été mis en place».

 

France 3 Corse  : Des salafistes prédicateurs en Corse se font jeter

Une prière de rue, ou plutôt une prière de plage, a tourné court mercredi 20 juillet à Bodri, une plage située sur la commune de Corbara près d’Ile-Rousse en Haute-Corse.

Six prédicateurs, qui depuis plusieurs années viennent en Corse prêcher auprès des jeunes musulmans notamment, ont tenté de faire une prière sur le sable.

Des personnes présentes leur ont demandé de quitter les lieux, les responsables de la mosquée d’Ile-Rousse n’ont a priori pas souhaité mettre à leur disposition le lieu de culte de la commune.

Plus tard ces religieux venus du continent ont retrouvé leur camionnette avec les pneus crevés. Ils ont depuis quitté la Corse mais n’ont pas déposé plainte.

 

Méfiance du Conseil Régional du Culte Musulman 


Ces prédicateurs sont présentés comme des salafistes piétistes, une tendance qui pense qu'il est nécessaire de revenir aux fondamentaux de l'islam mais ne prône pas la violence.

Leurs visites en Corse font toujours l’objet d’un contrôle discret des services de sécurité, ces prédicateurs se signalent d’ailleurs au commissariat de Bastia à chaque arrivée.

Ils font ensuite le tour des principaux lieux de culte insulaires pour porter leur vision de l’islam.

Une vision, ou une manière de faire, qui ne semble pas être du goût des imams locaux.

Un représentant du Conseil régional du culte musulman basé en Corse-du-Sud nous confiait «cela fait bien longtemps que nous leur avons fermé la porte de nos mosquées, nous discutons avec eux mais nous ne les laissons pas prêcher dans nos lieux de culte. Le responsable d'Ile Rousse qui a la même vision que nous a dû faire pareil».

Même si les circonstances précises sont encore floues, c’est a priori ce qui a pu se passer à l’Ile-Rousse conduisant les prédicateurs - privés de lieu de culte - à tenter une prière sur la plage.

La réaction de Gilles Simeoni 

Dans la journée de samedi, le président du Conseil exécutif de l'Assemblée de Corse, Gilles Simeoni, réagissait sur son compte Twitter en rappelant la tradition corse de liberté de culte mais en signifiant aussi son refus de l'intégrisme et du communautarisme. 

La Corse est, depuis Paoli, une terre de liberté de culte. Mais elle n'acceptera ni communautarisme, ni intégrisme.


Jean-Guy Talamoni, le président de l'Assemblée de Corse, a quant à lui signifié son refus du salafisme "inconciliable" avec les valeurs corses. 

 

 

Qu'est-ce que la fiche S ?

La fiche S est un document des sécurités intérieures qui comprend l'identité, l'adresse et éventuellement une photo d'un individu. Elle est surtout destinée à attirer l'attention des forces de sécurité si l'un des fichés est contrôlé ou interpellé. Elles doivent alors en référer aussitôt aux services de renseignement.

 "Ces fiches S ont 16 degrés. Le degré de dangerosité le plus élevé est le numéro 1. Par exemple, Mohammed Merah était en degré 5 avant la tuerie de mars 2012 à Toulouse. La fiche S n'autorise pas à interpeller l'individu. Ça ne sert qu'à le signaler aux services compétents" explique Raphael Valet, de l'Alternative CFDT Police.

 Les fiches S, outre les antécédents judiciaires, sont alimentées par les services de renseignement français et étrangers. En France, "il y a plus de 10 000 personnes qui sont sous cette fiche S", a rappelé ce week-end le Premier ministre Manuel Valls. Parmi elles, plus de la moitié sont fichées comme étant des islamistes radicaux ou des individus pouvant avoir un lien avec la mouvance terroriste.

 

La grève pourrait "compromettre le redressement" d'Air France

avec AFP

 Le personnel navigant a annoncé une grève à partir de mercredi. Ce mouvement pourrait nuire à la bonne santé retrouvée de la compagnie, annonce son PDG (ndlr :Ce sont toujours les plus "gras" qui veulent remplir davantage leurs assiettes !. )

Une grève en pleines vacances d'été. Air France pourrait être paralysée à partir de mercredi. Le PDG de la compagnie, Frédéric Gagey, appelle les syndicats de l'entreprise à « revenir au dialogue et prendre en compte sérieusement les enjeux pour l'entreprise » de cette grève du personnel navigant (PNC, hôtesses et stewards) en plein chassé-croisé juillet-août, affirme-t-il dans un entretien au Parisien publié dimanche.

  « On ne se met pas en grève dans une telle période, au risque de compromettre le redressement d'Air France », juge-t-il. « Il ne faut pas oublier que 2015 a été la première année depuis six ans où nous avons affiché un résultat positif », poursuit le PDG d'Air France. « Il y a de quoi être fiers, car c'est le fruit d'un travail collectif.

Ce serait vraiment dommage que l'entreprise perde à nouveau de l'argent », estime Frédéric Gagey. Malgré des discussions marathon entre la direction et les syndicats d'hôtesses et de stewards, soutenus par les pilotes, une grève du personnel navigant (PNC) de la compagnie aérienne se profile du 27 juillet au 2 août.

 Cette grève ? « Une véritable aberration »

 Le SNPNC-FO et l'Unsa-PNC (46 % des voix à eux deux), en désaccord sur le texte du nouvel accord d'entreprise négocié depuis mi-avril, maintiennent leur préavis de grève, déposé début juin, « la direction ne proposant que des mesurettes et continuant à s'arc-bouter sur la durée de l'accord », a affirmé vendredi Sophie Gorins du SNPNC-FO.

L'accord actuel, fixant les règles de travail, de rémunération et d'avancement, arrive à échéance fin octobre. Pour éviter une grève, Air France a proposé une reconduction quasi à l'identique de cet accord, mais pour une durée de 17 mois, jugée insuffisante par les syndicats qui réclamaient une durée de trois à cinq ans.

 Pour Frédéric Gagey, la direction a proposé « des améliorations » à cet accord d'entreprise : « Des droits de congés, des rémunérations consécutifs à des modifications de programme ont ainsi été revus à la hausse. » Il voit dans cette grève « une véritable aberration, d'autant qu'il n'y a actuellement aucun couperet, aucune pression sur les partenaires sociaux ». Si les vols longs-courriers seront « les plus préservés », déclare au journal le PDG d'Air France, les « courts et moyens-courriers risquent d'être les plus impactés ». Les premières prévisions de vols seront connues lundi, a précisé une porte-parole de la compagnie.

 

 

 

Samedi 23 juillet 2016

Avis de décès :

Les familles PUTOA, PIHATARIOE-MICHELI, TUHOE, GRAND, GUENIN, DURAND, TEMATUA et alliés ont la douleur de vous faire part du décès de leur mère, grand-mère, arrière-grand-mère, sœur et tante en la personne de Madame PIHATARIOE- MICHELI veuve PUTOA Emma-Lorraine dans sa 87ème année. Deux veillées se tiendront samedi et dimanche soir à 18h au domicile de sa petite-fille Mahine, quartier PUTOA à Papara, PK 33,9 côté montagne (bord de route). La levée du corps aura lieu lundi à 9h45, suivie d'une messe à l'Eglise St Michel de Papara à 10h, et de l'inhumation au cimetière catholique de St Michel. (Tel 87 74 21 48-Orava ou 87 79 11 97-Patricia

 

Le gouvernement parisien en séminaire pour préparer la rentrée

"Il n'y a pas d'ordre du jour formel, c'est un moment d'échange, de réflexion, pour définir les priorités de la rentrée", mais ce n'est pas "décisionnel", a-t-on indiqué de même source, rappelant qu'il y a encore "deux conseils des ministres" à l'agenda avant la pause estivale.(Extrait du POINT. 23/07/16)

Ma chère Christine,

J'ai peur de comprendre ce que signifie cette allusion à "la pause estivale".

Nos décideurs, au plus haut niveau gouvernemental et institutionnel se prépareraient-ils à quelques séances de bronzette ? 

J'espère me tromper car ce serait de la désertion !

Je ne comprendrais pas, en effet, que ceux là même qui nous affirment que "nous sommes en guerre" et que nous devons nous attendre à de nouvelles attaques, s'en aillent faire du camping. 

La situation étant ce qu'elle est, la France à besoin de chacun au poste de combat.

Jean-Paul

ndlr : Bien dit !

 

Savez-vous que les associations "anti nucléaire" anciennes ou " api", comme "bébé 193", sont prises en charge  par l'Etat ?

Voyages payés en classe affaire, on en connait le coût, lors des déplacements (Ex :pour la commission consultative de suivi) ainsi que leur hôtel et pas des plus moches. "Le père bombinette" vit sur un cumulus nimbus (sic!) depuis qu'il s'occupe du nucléaire. A la Une des journaux, des télévisions, voyages et hôtels payés. Fichtre.. . Mais il manque encore quelque chose. Comment, comment, le restaurant n'est pas pris en compte? Or, même l'Etat connait le bon coup de fourchette des polynésiens. Alors, encore un effort !

 

  A  Yannick Lowgreen "Tamarii Tahiti"

Comme convenu à l'issue de la réunion du 6 juillet de la commission de suivi des conséquences des essais nucléaires, je vous transmets le projet de décret relatif aux modalités d'instruction des demandes d'indemnisation par le comité d’indemnisation des victimes d’essais nucléaires.

Pouvez-vous, le cas échéant, nous transmettre vos remarques avant la fin du mois de juillet?

Bien à vous,

Diane Margerit
Secrétariat de la Commission de suivi des conséquences des essais nucléaires

 

   

Article 1er

            L’article 13 du décret du 15 septembre 2014 susvisé est ainsi modifié :

             1° Après le premier alinéa sont insérés deux alinéas ainsi rédigés :

             « Le risque que l'une des maladies radio-induites susmentionnées soit attribuable aux essais nucléaires peut être considéré comme négligeable lorsque, au regard de la nature de la maladie et des conditions de l’exposition du demandeur, la probabilité d’une imputabilité de cette maladie aux essais nucléaires, appréciée par le comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires dans les conditions prévues au présent article est inférieur à 0,3 %.  

             « En cas d'absence ou d'insuffisance de données dosimétriques individuelles, collectives, ou relevées chez d'autres personnes placées dans une situation similaire, le risque attribuable aux essais nucléaires ne peut être regardé comme négligeable lorsque, au regard des conditions concrètes d’exposition de la victime, des mesures de surveillance auraient été nécessaires. » ;

 

            2° L’avant-dernier alinéa est complété par une phrase ainsi rédigée : « Le comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires peut prendre en considération tout autre élément de nature à ouvrir le droit à une indemnisation, notamment l’incertitude liée à la sensibilité de chaque individu aux radiations et à la qualité des relevés dosimétriques. » ;

 

            3° Le dernier alinéa est remplacé par les dispositions suivantes :

             « La documentation relative aux méthodes retenues par le comité d'indemnisation, y compris pour l’appréciation du critère de risque négligeable, est tenue à la disposition des demandeurs et rendue publique sur le site internet du comité. »

Article 2

Le dernier alinéa de l’article 11 est remplacé par les dispositions suivantes :

 « Sur sa demande formulée par écrit auprès du comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires, le demandeur peut s’exprimer lui-même devant le comité pour défendre son dossier, y compris par un moyen de communication audiovisuelle lorsque les contraintes géographiques le justifient. Le demandeur peut également se faire représenter par une personne qu’il désigne. »

 

                         Article 3

            Sous réserve que la première décision de rejet prononcée par le comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires antérieurement à l’entrée en vigueur du présent décret n'ait pas donné lieu à une décision juridictionnelle irrévocable dans le cadre des procédures mentionnées à l’article R. 312-14-2 du code de justice administrative, les demandeurs dont le dossier a fait l’objet d’une décision de rejet par le comité avant l’entrée en vigueur du présent décret disposent d’un délai de six mois à compter de cette date pour présenter une nouvelle demande d’indemnisation lorsque l’entrée en vigueur du présent décret est susceptible de justifier l’abrogation de la précédente décision.

Article 4

            Le ministre des affaires étrangères et du développement international, le ministre des finances et des comptes publics, le ministre de la défense, la ministre des affaires sociales et de la santé, la ministre de la décentralisation et de la fonction publique et la ministre des outre-mer sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

 Le Premier ministre

 

 

 

La France est dans la merde, mais qu'importe !

Air France : grève en vue, en plein été (AFP)

 La grève des personnels navigants (PNC) du groupe Air France est de plus en plus probable et aurait lieu en plein chassé-croisé juillet/août. Malgré des discussions marathon entre la direction et les deux syndicats d'hôtesses et stewards qui appellent à la grève du 27 juillet au 2 août, et qui ont reçu le soutien de syndicats de pilotes, aucun accord n'a encore été trouvé, a-t-on appris ce vendredi de sources syndicales. Le SNPNC-FO et l'Unsa-PNC (46 % des voix à eux deux), en désaccord sur le texte du nouvel accord d'entreprise négocié depuis mi-avril, entendent maintenir le préavis de grève qu'ils ont déposé au début du mois dernier, « la direction ne proposant que des mesurettes et continuant à s'arc-bouter sur la durée de l'accord », d'après Sophie Gorins du SNPNC-FO. Près de « sept heures » de discussions marathon jeudi « avec le DRH de la compagnie, Gilles Gateau, et le PDG d'Air France, Frédéric Gagey, n'ont pas permis de faire avancer les choses », a précisé cette responsable syndicale.

 « Manque de volonté total à négocier »

 L'accord actuel, fixant les règles de travail, de rémunération et d'avancement, arrive à échéance fin octobre. Pour éviter une grève en plein été, période cruciale pour la compagnie, Air France a proposé une reconduction quasi à l'identique de cet accord d'entreprise, mais pour une durée de dix-sept mois, jugée insuffisante par les syndicats qui réclamaient un nouvel accord d'une durée de trois à cinq ans. « Nous avons fait un pas en avant en proposant un accord à durée indéterminée, qui peut être dénoncé et renégocié dans un délai total de quinze mois qui est plus protecteur, mais la direction continue de refuser », a expliqué Mme Gorins à l'AFP. Selon elle, la direction devait remettre vendredi aux syndicats « un nouveau protocole d'accord » qui s'est soldé par « une simple lettre d'intention faite de mesurettes, sans aucune annonce concrète ni garantie », a-t-elle déploré. « La pesée n'y est absolument pas, sur aucune de nos revendications. On navigue à vue sans aucun plan stratégique », a-t-elle conclu tandis que Marc Lamure, de l'Unsa, a dénoncé « un manque de volonté total à négocier » de la part de la nouvelle direction « qui n'a pas compris l'enjeu ».

 Les deux syndicats d'hôtesses et de stewards ont reçu vendredi le soutien de trois syndicats de pilotes d'Air France, le SNPL, le SPAF et Alter, qui dénoncent dans un tract transmis à l'AFP « les méthodes » de la direction qui sont restées « les mêmes » et provoquent « la même réponse ». Ils mettent en garde contre un « mouvement » de grève qui risque de provoquer « de fortes perturbations et [de] générer des situations inhabituelles ». Interrogée par l'AFP, la direction d'Air France a simplement confirmé que « des discussions étaient en cours » avec les deux syndicats de PNC.

 

 

 Ce que les Algériens pensent de la France. Lire l'extrait du journal " Algérie 360"

 Les services algériens craignent une extension des réseaux terroristes de la France vers le Maghreb, ils sont même prêts à les infiltrer sur notre territoire, ce qui est un comble.

Nous serions incapables d'assurer totalement nos missions et de recouper nos renseignements, il faudrait donc compter sur nos voisins pour le faire.Tout cela, n'est pas dit dans notre grande presse .

Il est à noter que l'Algérie a vécu ses années noires avec les intégristes islamistes, elle s'en est sortie au prix fort et en y mettant les moyens. La France se limite actuellement aux déclarations orales, aux larmes et aux "marches blanches" (ce qui fait rire les terroristes) sur lesquels elle a systématiquement un temps de retard. 

A chacun d'en tirer des enseignements.

 

Extrait du journal "Algérie 360"

 > “Un homme, tout seul, réussit a foncer sur une centaine de personnes en promenant son camion le plus normalement possible sans qu’aucun agent de la sécurité ne puisse l’arrêter, c’est tout de même incroyable ! Même nous durant la guerre civile des années 1990-2000, nous n’avions jamais été confrontés à de telles attaques !”, confie sur un ton franc un ex-officier du DRS (services algériens) qui a conservé le contact avec les responsables de son ancienne institution. Selon notre interlocuteur, ses collègues dans l’actuelle centrale du renseignement algérien ont alerté leurs décideurs: les défaillances sécuritaires françaises pourraient avoir de sérieux impacts sur la sécurité de l’Algérie.”En clair, poursuit notre source, les services algériens considèrent leurs interlocuteurs français comme de moins en moins fiables. Ils sont estomaqués par leur manque de coordination et leur passivité face a de nombreux profils suspects appartenant à des cellules terroristes dormantes”.


> Menaces sur la coopération franco-algérienne :


> Aux yeux du général-major Tartag, le chef militaire qui a succédé au général Toufik à la tête d’un DRS remanié, il se passe en France de troublants dysfonctionnements qui peuvent mettre en péril l’efficacité de la coopération sécuritaire entre les deux pays.


> “Les différents services français sont clairement divisés, notent nos interlocuteurs, et leur travail d’infiltration est de moins en moins efficace”. Selon eux, des cellules de Daech se composent rapidement et passent à l’action. “Les divers dispositifs français peinent à les contrer et ces groupes terroristes peuvent ensuite prospérer et développer leurs activités sans que personne ne puissent les arrêter”, analyse un autre officier du DRS qui demeure, lui, toujours en poste et n’hésite pas a railler “l’amateurisme” des actuels responsables des services français

.
 Des services français discrédités :


> “Au DRS, nous avons prouvé que des personnes dangereuses établies en France qui ont fait des voyages réguliers en Syrie et en Irak n’ont jamais été fichées par les services français. Certains éléments dangereux ont été même relâchés et pas du tout inquiétés en dépit de nos mises en garde. Les Français ne maîtrisent pas les tenants et aboutissants du processus de radicalisation dont font l’objet les potentiels terroristes. Et en plus, il y un maillon faible qui compromet la coopération entre les services de renseignement et les services de sécurité. C’est ce qui explique que des actions aussi incroyables et éclatantes comme celles de Nice peuvent survenir sans que personne ne puisse s’en rendre compte”, révèle le même officier sous le couvert de l’anonymat.


> La DGSE aurait perdu la main sur les réseaux dont elle disposait en Syrie et en Irak. Les jeunes recrues des quartiers difficiles échapperaient au travail de l’infiltration des services français. “Les services français ont commis les mêmes erreurs que nous avons commises durant les années 80 : ils ont laissé partir en Syrie de nombreux éléments radicaux sans vérifier la possibilité de les quadriller une fois de retour au pays. La conséquence est lourde a payer : des combattants aguerris reviennent avec la ferme intention de faire la guerre sainte”, analyse un des officiers chargés de la lutte anti-terroriste au sein du département de Tartag.


> Discrets coups de sonde :
> Nos trois sources sont unanimes : si les attentats continuent en France, l’Algérie sera touchée car les réseaux français voudront se replier au Maghreb. En ce moment, les chefs du DRS pensent même multiplier les opérations d’infiltration dans certaines zones en France. “Il est devenu vraiment urgent de renforcer nos missions de renseignement car le pire peut venir de la France dans les jours a venir. Et au regard de nos relations historiques et cruciales avec ce pays, on ne peut observer l’actuelle situation et dormir sur nos lauriers”, conclut enfin l’une de nos sources au sein du DRS."

Algerie360.com - Information et Actualité sur l'Algérie

 

Le code de sécurité intérieure modifié: «Un dispositif pire que la NSA»?

 Site 20 minutes

Ce sont quelques mots ajoutés à un passage de la loi relative à la prorogation de l’état d’urgence pour six mois, adoptée jeudi par le Parlement. La veille, le mercredi 20 juillet, lors de l’étude du projet de loi en session extraordinaire au Sénat, sur proposition du sénateur UDI et ancien garde des Sceaux Michel Mercier, l’article L.851-2 du code de la sécurité intérieure a été modifié (voir à l’article 11 dans le lien). D’« une personne présentant une menace » à « l’entourage d’une personne susceptible d’être en lien avec une menace »

 Il y a un an, en juillet 2015, lors de la création de cet article 851-2 par la déjà controversée loi Renseignement, le texte donnait une définition simple quoique déjà nébuleuse des individus dont les communications et navigations sur internet pouvaient être surveillées, ainsi que leur position géographique (par un système de bornage des télécommunications moins coûteux qu’un traceur). Elle se limitait à « une personne préalablement identifiée comme présentant une menace ».

 Michel Mercier assure que la réécriture du texte ne comporte que des changements à la marge : « D’après ce que j’ai compris c’est une technique de renseignement tout à fait intrusive, clairement, mais il n’y a pas de changement de fond par rapport à la loi initiale. Ce sont des modifications purement techniques pour permettre à des mesures d’être mises en œuvre alors qu’elles ne pouvaient pas l’être jusqu’à présent. »

 

 

Vendredi 22 juillet 2016

Editorial

Tends l'autre joue mon fils...

Il est presque amusant d'entendre celui qui fut le premier ministre du gouvernement de Jacques Chirac lors de la dernière campagne des essais nucléaire en 1995 se faire le chantre aujourd'hui des problèmes causés par les expériences nucléaires notamment aériennes. Mais, voilà une fois encore la preuve, que les hommes politiques ont le don de vous convaincre d'une chose, puis de son contraire sans jamais rougir et Alain Juppé en est la parfaite illustration car au poste qu'il occupait, il savait tout, tout, tout..

C'est un nerveux qui se retient et donne le change. Son calme est légendaire et d'un mot il tranche ce qui ne lui plait pas en adoucissant, parfois le propos avec un " vous verrez" prometteur. On verra quoi ? On ne sait pas, mais cela fait bien dans le tableau.  Vous n'avez pas intérêt à insister , il vous tourne le dos et après vous avoir jeté un regard plein de mépris, ayant l'air de dire : " vous n'avez rien compris" il vaque à ses occupations politiques bien sûr. N'imaginez surtout pas "le meilleur d'entre-nous" un balai à la main, sauf pour pousser sous le tapis ses amis gênants.

Mais voyez-vous, le "père Auguste" a dû "bénir" Gaston Flosse, si le politique qu'il se veut être, n'a pas détrôné complètement le curé . Le président du Tahoeraa et son parti tout entier (25.000 voix) viennent de se faire berner par Alain Juppé qui n'est pas à son coup d'essai, alors même que sa position sur le terrorisme islamique  prête à faire gloser les journalistes en métropole. Mais croix de bois, croix de fer, s'il émerge de la primaire en candidat pour la présidentielle à laquelle le Tahoeraa ne participera pas, oui, Flosse fera voter pour lui et entend bien en faire le tremplin du come back politique de Juppé pour s'asseoir dans le fauteuil de l'Élysée. "Amaaaaazing !" diraient les Républicains qui viennent de faire un triomphe à Donald Trump contrairement aux commentaires négatifs des commentateurs français bien imprudents.

Bref, condescendant de nature, pensez à ce que pourrait être cette renaissance politique d'Alain Juppé. Son évolution  en zigzag, faite de hauts et de bas est à l'image complexe du personnage. Il vient de démontrer que son ami d'antan n'était pas pour lui "persona grata" en ne lui montrant aucune attention. Il se veut "d'jeune" avec les jeunes, dans des mises en scène ridicules pour son âge, le pouce dans sa veste qu'il met sur une épaule, le col ouvert et la démarche hésitante après s'être envoyé quelques dizaines de bières dans un café pour montrer à ces "d'jeunes" qui l'avaient défié qu'il en était capable. Jusqu'où peuvent-ils aller ces politiques pour gravir en dribblant le mont Palatin du pouvoir ?

Nous avons posé cinq questions à Gaston Flosse à la veille de l'arrivée de celui qui lui a préféré le plus " tordu" des girouettes politiques de ces dernières années, Tearii Alpha. Les réponses sont étonnantes. Mais pas tant que cela compte tenu de sa rancune envers Nicolas Sarkozy. On peut le comprendre !

 

                          c

 1/ La presse fait état d’un communiqué pris sur le site du Tahoeraa dans lequel vous laissiez entendre qu’Alain Juppé «  vous boudait » ? Ou est-ce une interprétation journalistique ?

 Nous ne boudons pas Alain Juppé. Nous avons été les premiers à lui manifester notre soutien. Je lui ai personnellement demandé de choisir le président délégué Marcel Tuihani pour le représenter en Polynésie française. C'est à ce moment là que nous avons appris qu'il avait déjà mandaté Tearii Alpha. Depuis, ce dernier n'a pas une seule fois pris contact avec le Tahoera'a Huiraatira. Nous n'avons pas été associé à l'organisation de son déplacement, ni à celles des primaires. Nous avons appris le programme par la presse une fois celui-ci déjà bouclé. J'en ai déduit que le comité de soutien n'avait pas besoin du Tahoera'a Huiraatira. Nous avons donc décidé de ne pas nous mêler de l'organisation de son voyage, ni de participer aux primaires. En plus nous aurions du demander 500 FCFP de participation par militants ce qui est cher pour certaines familles. Nous avons donc décidé de ne pas participer aux primaires. 

 

2/  Pensez-vous que Tearii Alpha pourra compenser les voix perdues du Tahoeraa à la candidature à la primaire des républicains d’Alain Juppé ?

 Non il ne le pourra pas, d'autant que nous comptions apporter à Alain Juppé lors des primaires au moins 25.000 voix du Tahoera'a Huiraatira. Jamais il ne pourra compenser cela. 

 

3/ Si vous ne faites pas voter pour Alain Juppé, avez-vous un candidat ayant la chance de plaire au parti que vous présidez ?!

 Soyons clairs. Ne pas participer aux primaires ne veut pas dire se détourner d'Alain Juppé. Nous nous sommes prononcés en faveur d'Alain Juppé et nous ne changerons pas. Si Alain Juppé franchit le cap des primaires et qu'il se présente à l'élection présidentielle, nous voterons pour lui, ce sera notre candidat. Nous l'avons dit et nous tiendrons parole, malgré le fait qu'il ne veut pas me rencontrer, semble-t-il. Nous ne lui tournons donc pas le dos, contrairement à ce que je lis ici ou là, oui c'est de l'interprétation.

 

 4/ Voyez-vous en Juppé un président de la République solide pouvant sécuriser les Français ?

 Oui Alain Juppé fera un bon président. Nous avons confiance en lui et en ses capacités.

 

5/ Il a réussi en tant que maire de Bordeaux mais présider la France est une autre affaire et déjà au plan de la sécurité, ses conseils sont flous et fumeux se bornant à critiquer le gouvernement en place ce qui est le plus facile.Et en plus il vient de vous donner un coup de pied de l'âne

 

Parmi tous les autres prétendants, aucun candidat n'a apporté à ce jour de solutions concrètes. Tout le monde critique le gouvernement, et ils ont raison, mais personne ne propose de réelles solutions. Sarkozy lui-même a supprimé des milliers de postes dans la police et dissout les renseignements généraux. Certains disent que cela nous a fragilisé.(ndlr : l'époque était tranquille !) Ce qui est certain, c'est qu’Alain Juppé fera surement mieux que François Hollande. La question sécuritaire pèsera lourdement sur la campagne présidentielle, au point qu'elle risque de masquer d'autres problèmes économiques et sociaux. Quelle sera la place des outremers au milieu de ces enjeux majeurs ? Nous avons confiance en Alain Juppé il n'oubliera pas l'outremer, et la Polynésie française en particulier, tout comme il saura trouver le juste équilibre pour répondre à la menace terroriste de manière adaptée, efficace et ferme. 

_____________

 L'Assemblée a validé le dispositif d'aide à l'équipement

Lors de sa séance plénière de ce jour, les représentants de l’Assemblée de la Polynésie française ont validé le dispositif d’aide à l’équipement des petites entreprises proposé par le gouvernement dans le cadre du plan de relance et de dynamisation de l’économie locale.

 Cette mesure a pour but d’accompagner les entreprises dans l’aménagement des locaux et l’acquisition d’équipements neufs, spécifiquement dédiés à leur activité.

 En mettant en place ce dispositif, le Pays souhaite :

 -          soutenir la création d’activité dans les domaines de l’artisanat (sculpture, couture, gravure, fabrication de bijoux…), de la transformation (industrie manufacturière, agroalimentaire…), de l’apiculture, des prestations de services, notamment par les personnes sans emploi disposant des connaissances techniques et d’un savoir-faire qui pourraient être valorisés ;

-          encourager la création d’activités innovantes dans les secteurs de l’économie numérique, de l’économie circulaire et de l’agroalimentaire durable, qui sont générateurs de métiers d’avenir ;

-          soutenir les entreprises existantes dans leur projet de développement ou de renouvellement de leurs équipements de travail ;

-          compléter les mesures existantes en faveur de la création et du développement d’entreprises.

 Le montant de l’aide sera plafonné à 50 % du montant total des dépenses éligibles hors TVA dans la limite de 3 millions Fcfp.

  

       L’Assemblée valide à la majorité des votes exprimés le dispositif d’aide  pour la revitalisation des commerces de proximité et des restaurants

 Lors de sa séance plénière de ce jour, les représentants de l’Assemblée de la Polynésie française ont validé le dispositif d’aide pour la revitalisation des commerces de proximité et des restaurants proposé par le gouvernement dans le cadre du plan de relance et de dynamisation de l’économie locale. Cette mesure a pour but d’accompagner les commerçants et les restaurateurs dans leur projet de rénovation, d’aménagement et d’amélioration de l’attractivité des points de vente ou de restauration en Polynésie française.

 Le Pays souhaite soutenir et encourager les initiatives privées qui contribuent à améliorer la compétivité des commerces et des restaurants et leur attractvité et ainsi promouvoir et accompagner la reprise de la consommation locale.

 Les dépenses éligibles porteront sur les travaux d’aménagement et de rénovation du local ayant une superficie totale d’accueil de la clientèle inférieure à 150 m², exploité par l’entreprise dans le cadre de son activité.

Le montant de l’aide sera plafonné à 70 % du montant total des dépenses éligibles hors TVA dans la limite de 5 millions Fcfp.  

 

 Application OTIA : première utilisation des données cadastrales par les communes

La Polynésie française dispose, depuis juillet 2014, d’une nouvelle application informatique du cadastre, appelée OTIA, qui permet la consultation des informations et données cadastrales sur le territoire de la Polynésie française. Ouverte dans un premier temps aux services et établissements publics du Pays, le gouvernement a souhaité que l’application puisse également être ouverte aux communes.

Ainsi, au préalable au cours des mois d’avril, mai, juin et juillet derniers, la formation de certains agents municipaux aux fonctionnalités de cet outil SIG a été dispensée par la Direction des affaires foncières. Les sessions de formation devraient se poursuivre au cours des prochains mois.
 

 

Coup de tonnerre fiscal pour le Pays et la CCISM (Relevé sur radio 1)

  Vent de panique au gouvernement et à la CCISM ! Le 8 juillet dernier, la cour administrative d’appel de Paris a déclaré illégal le versement des « centimes additionnels » des patentés polynésiens au profit de la Chambre de commerce. Une manne financière de plus de 400 millions de Fcfp par an pour la CCISM. Ironie de l’histoire, c’est un recours de la société de l’élue Tapura et présidente de la commission de l’Economie à l’assemblée, Virginie Bruant, qui est à l’origine de cette décision de justice…

 C’est un véritable séisme juridique et fiscal qui vient de toucher le gouvernement et la Chambre de commerce, d’industrie, des services et des métiers (CCISM)… Il y a deux semaines, la justice administrative a pris une décision qui remet en cause la légalité du versement des « centimes additionnels » versés pour la CCISM par l’ensemble des patentés polynésiens depuis plus de 30 ans. Une manne financière de « plus de 400 millions de Fcfp » reversée chaque année par le Pays à la CCISM, indique-t-on à la chambre de commerce. Dans le détail, le 8 juillet dernier la cour administrative d’appel de Paris a déchargé une société polynésienne des « centimes additionnels à la contribution des patentes » reversés pour la CCISM. La justice a estimé que le texte de

1983 qui instaurait ce prélèvement fiscal sur les patentés polynésiens était « dépourvu de base légale ». Plus précisément, la commission permanente qui avait voté cette délibération en 1983 n’avait pas la « compétence » pour prendre ce texte. Et l’avocat de la société en question, Me Arcus Usang, explique que cette décision s’applique à tous les patentés de Polynésie française…

  L’ironie de l’histoire pour le gouvernement d’Edouard Fritch, c’est que la société qui a obtenu cette décision de justice n’est autre que « DB Tahiti », la société de la représentante Tapura à l’assemblée et présidente de la commission de l’Economie, Virginie Bruant. Même s’il faut bien préciser que le recours initial daté de 2012 était antérieur à l’élection de la représentante à Tarahoi.

NDLR : il est vrai que Virginie Bruant était Tahoeraa à l'époque ! Boomerang encore !

 

Le maire Les Républicains de Marseille, Jean-Claude Gaudin, a écrit aujourd'hui au premier ministre Manuel Valls pour lui demander des moyens supplémentaires après des menaces proférées dans une vidéo de l'Etat islamique contre la ville.

Dans cette vidéo postée hier, deux djihadistes francophones menacent directement d'attaques Paris, Nice, où 84 personnes ont trouvé la mort dans l'attaque au camion du 14 juillet dernier, et, pour la première fois, Marseille. "Les déclarations particulièrement menaçantes de l'Etat islamique à l'égard de Marseille ont profondément ému et inquiété l'ensemble de mes concitoyens. Je partage leur préoccupation face au danger terroriste qui vise directement notre ville", écrit Jean-Claude Gaudin.

"Après le drame qui a frappé Nice, la semaine dernière, et les évènements tragiques qui touchent la France depuis plusieurs mois, je vous invite avec force à considérer la menace dont la deuxième ville de France est aujourd'hui la cible", poursuit-il. "Maire de Marseille, je vous demande avec la plus grande insistance une mobilisation accrue et significative de tous les moyens humains et matériels nécessaires à la protection des Marseillais, ainsi que des milliers de visiteurs et de touristes qui viennent ici désormais", conclut Jean-Claude Gaudin, qui ajoute que "le gouvernement se doit d'anticiper les risques sérieux qui pèsent sur mes concitoyens".
 

 

Arbitrage Tapie: La Cour de cassation valide le renvoi en procès de Christine Lagarde (AFP)

La décision est tombée. Le pourvoi de Christine Lagarde a été rejeté.
La Cour de cassation a validé ce vendredi le renvoi en procès de la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) qui devra être jugée dans l’affaire de l’arbitrage Tapie pour le délit de négligence, ayant permis un détournement de fonds publics.

404 millions d’euros alloués à Bernard Tapie

La Cour de cassation a rejeté le pourvoi de l’ancienne ministre de l’Économie, qui avait été renvoyée en décembre en procès devant la Cour de justice de la République (CJR), l’instance habilitée pour juger les délits commis par des membres de gouvernement dans l’exercice de leurs fonctions.


En 2008, cet arbitrage, une sentence privée, avait alloué 404 millions d’euros à Bernard Tapie pour mettre fin au litige de l’homme d’affaires avec l’ancienne banque publique Crédit lyonnais, sur la vente d’Adidas en 1994

 

Plusieurs personnes ont été victimes de tirs lors d'une fusillade dans un centre commercial à Munich, en Allemagne.

Des policiers près du centre commercial munichois. (Reuters)

Un tireur isolé a fait au moins six morts vendredi après-midi dans un centre commercial près du stade olympique de Munich (sud de l'Allemagne). Personne n'était pour l'heure en mesure de donner des détails sur les causes de cette fusillade.

La police ignore où est le tireur

Selon le quotidien Bild, l'auteur de la fusillade a couru dans le centre commercial et fait feu sur plusieurs personnes, avant de s'enfuir en direction d'une station de métro. Plusieurs équipes d'intervention de la police allemande sont sur les lieux et sont à la recherche du tireur, selon le journal, qui cite des témoins.

La police de Munich avait annoncé sur son compte Twitter qu'elle procédait à "une intervention policière importante dans un centre commercial", invitant à ne pas se rendre "dans le secteur".

Elle a ensuite indiqué ne pas savoir exactement où était le tireur et demande sur Twitter aux habitants de rester chez eux.
 

 

 

Jeudi 21 juillet 2016

A savoir :

Le conseil des ministres a validé mercredi les subventions de fonctionnement pour les centrales syndicales représentatives.
En plus des 112 millions de Fcfp annuels de décharges d’activités syndicales, le gouvernement a accordé 19 millions de Fcfp de subventions réparties en fonction de la représentativité des syndicats.
Chouette tout de même, d'être payé pour foutre le bordel,c'est super sympa.
 

"L’Outre-Mer, l’antidote de la petite France", expliquait l'ancien premier ministre en Guadeloupe. "Les Ultramarins sont toujours très sensibles au fait que vous veniez les voir", justifiait pour sa part les juppéiste  Mais derrière ces voyages à l'autre bout du monde, très chronophages et très coûteux (Nicolas Sarkozy ne veut pas aller en Polynésie pour ne pas être accusé de faire campagne avec l'argent du parti) se cachent aussi des raisonnements très politiques.

 

Le Premier ministre Manuel Valls a jugé jeudi "insupportable la remise en cause permanente de la parole de l'Etat, du préfet, des policiers". M. Valls, qui réagissait, lors d'un déplacement en Savoie, à la polémique sur la présence de la police nationale lors de l'attentat du 14 juillet à Nice, a indiqué que "dans ces moments-là, il faut que la vérité soit faite mais qu'on respecte l'Etat et sa parole publique".

 

Proche de Marine Le Pen, le député Gilbert Collard a accusé jeudi François Hollande de ne pas prendre toutes les mesures pour lutter contre le terrorisme. L'élu du Gard défend particulièrement le retour de la double peine, permettant l'expulsion des étrangers condamnés. «Ce qu'il faut qu'on sache, c'est que le musulman qui vit en France, s'il est là, c'est qu'il a mérité d'être en France, parce que ceux qui ne méritent pas d'y être on les a expulsés», a lancé Gilbert Collard sur BFM TV et RMC. Il souhaite que les étrangers qui commettent un acte de violence, «quel qu'il soit», soient expulsés du territoire national.

 

 

 

Editorial

Sa majesté salue ses ouailles

 

Athanase , le dernier roi des Polynésiens !

Vous connaissez bien Athanase Teiri. Non ? Mais oui voyons, tous les quotidiens ne parlent que de lui en cette période de vacances, pour les plus chanceux. Athanase, oui, oui, n'est autre que le roi Pakumotu. Du coup, bombardé seigneur et dernier roi du Pacifique, il finit par y croire aussi et conserve précieusement les articles et titres qui le sacrent.

 Un désir d'avenir ne garantit pas l'avenir rêvé, mais le désir tout court. C'est beaucoup, encore plus quand la presse dépoussière sa toge royale. Il est heureux de cette reconnaissance médiatique et va donc poursuivre avec bonheur cette utopie qui relève, sait-on jamais, de la psychiatrie .

Estimons-nous heureux qu'il ne se prenne pas pour  "l'Empereur" beaucoup moins pacifique, celui venu d'une petite île aussi . Mais incontestablement il est persuadé incarner  le nouveau prophète, le vrai, le bon, la caution intellectuelle de l'intuition qui le pousse en avant avec une hardiesse répétitive. Pris entre la foi en son propre futur et le scepticisme des autorités, il se sait soutenu par son groupe de fidèles, les gardiens de sa royale majesté. Il est souverain dans l'ordre du symbolique, entre cocotiers et lagon. Mais attention sa petite armée est bien organisée et obéissante. Elle travaille dans l'ombre du soleil d'hiver pour convaincre que sans son souverain, la Polynésie est foutue. Pas fou du tout, notre Athanase  n'a pas choisi dans sa royale vision devenir l'abbé Pierre mais plutôt, tiens, pourquoi pas " Pomare VI". Prions pour qu'Oscar ne finisse pas comme lui, à force de croire dans son destin de souverain.

Ce Heiva Tahiti 2016 a été le plus dense, le plus spectaculaire, le plus talentueux, le plus.... nous n'en finirions pas de choisir les qualificatifs qui conviennent. On peut tenter de le résumer en un mot : ma-gni-fique spectacle. Mêlant avec bonheur les gestes d'antan et ceux plus modernes d'aujourd'hui, passé et avenir, confondus, ce Heiva a été brillant, nouveau, exceptionnel par le talent et le travail des hommes et des femmes, des danseurs, danseuses que l'on ne se lasse pas d'admirer, jusqu' aux petites mains, aux costumes, aux coiffes, aux musiciens, aux chanteurs. Mais qui a osé blasphémer en disant que notre culture se mourrait?  Le Heiva Tahiti 2016 a fait la démonstration incontestable de sa vie et de l'ampleur du bonheur transmis aux spectateurs. Pour nous, il n'y a ni premier ni dernier, ils ont tous mérité être sur le podium. Bravo !

 

     Le Président reçoit le représentant régional de la société Hainan

 Le président Edouard Fritch a reçu, jeudi matin, John Kidd, le nouveau représentant régional de la société chinoise Hainan, laquelle possède désormais deux hôtels en Polynésie française, le Hilton Moorea et le St Regis de Bora Bora.

 Monsieur Kidd est chargé par le groupe Hainan d’étudier toutes les stratégies et opportunités de développement d’entreprises touristiques en Polynésie française. Ces projets peuvent concerner toute la palette des activités touristiques imaginables, allant du transport aérien aux croisières, en passant, par exemple, par les parcs aquatiques.

 La société Hainan, qui possède 2 000 hôtels à travers le monde, souhaite faire de la Polynésie un nouveau pôle d’intérêt et d’investissements.

NDLR : Youpi ! Elle n'est pas la première ! Souhaitons qu'elle soit la dernière..."des straws promises"!  (promesses de paille)

 

INFO LE FIGARO - Une réquisition judiciaire urgente a été envoyée au centre de supervision urbain de Nice mercredi 20 juillet. Le parquet de Paris évoque un souci «d'éviter la diffusion non contrôlée de ces images»

.
Panique et incompréhension à la mairie de Nice. Mercredi à 11 heures, la sous-direction antiterroriste (SDAT) a envoyé aux agents qui gèrent la vidéosurveillance de la ville une réquisition citant les articles 53 et L706-24 du code de procédure pénale et de l'article R642-1 du Code pénal leur demandant l'effacement «complet» de 24 heures d'images provenant de six caméras nommées et numérotées, mais aussi de toutes les scènes depuis le début de l'attentat ayant eu lieu sur la promenade des Anglais, dans la nuit du 14 juillet.
«C'est la première fois que l'on nous demande de détruire des preuves.»


De quoi mettre en état de sidération les agents du centre de supervision urbain de Nice. «C'est la première fois que l'on nous demande de détruire des preuves, précise une source proche du dossier. Le centre de vidéosurveillance et la ville de Nice pourraient être poursuivis pour cela et d'ailleurs les agents en charge du dispositif n'ont pas compétence pour se livrer à de telles opérations».


La demande paraît d'autant plus étonnante que la SDAT a envoyé depuis vendredi dernier des serveurs afin de récupérer les 30.000 heures de vidéosurveillance liées aux événements. Une opération de sauvegarde qui va s'étendre encore sur plusieurs jours. «Nous ne savons pas si donner un ordre de destruction alors que nous sommes en pleine sauvegarde ne va pas mettre en rideau tout le système», s'inquiète-t-on dans l'entourage du dossier.
«Cela a été fait dans ce cas précis pour éviter la diffusion non contrôlée et non maîtrisée de ces images.»


Le parquet de Paris.
Contacté par Le Figaro, le parquet de Paris a confirmé l'information et précisé: «cela a été fait dans ce cas précis pour éviter la diffusion non contrôlée et non maîtrisée de ces images». Du côté de la police nationale, on rappelle que «sur les mille caméras installées à Nice, 140 présentaient des éléments d'enquête intéressants. La police judiciaire a récupéré 100% des vidéos de ces dernières. La PJ et le parquet ont donc demandé d'effacer les images de ces 140 caméras afin d'éviter l'utilisation malveillante de ces dernières par souci de la dignité des victimes et pour éviter la reprise de ces images par les sites internet djihadistes à des fins de propagande». Enfin, à la chancellerie, on précise que la demande d'un effacement «complet» s'explique par l'impossibilité de procéder à des destructions partielles sur ce type de matériel.


Images partagées par plusieurs services
Le lendemain du drame tragique de la promenade des Anglais, des officiers de police judiciaire étaient venus faire une première recension des caméras en prise directe avec l'événement. Cela a donné lieu à un premier rapport envoyé au ministère de l'Intérieur. Étrangement, ce serait ces mêmes caméras qui sont visées par la réquisition de la SDAT.


Dès samedi, l'Élysée avait demandé copie des images de l'attentat. Une autorisation accordée par le parquet de Paris. «Ce n'est pas choquant que le président de la République ait voulu visionner l'attentat. Faudra-t-il demander à l'Élysée de restituer le CD qui lui est parvenu?», s'interroge un bon connaisseur du dossier. En tout état de cause, ces vidéos sont partagées par plusieurs services concomitamment à savoir ceux de la Police et de la gendarmerie nationales, de la police judiciaire et des pompiers.
 

NDLR tout devient obscur que ce soit judicaire ou politique.

 

 

Passation de commandement au régiment d’infanterie de marine du Pacifique-Polynésie.

  Le lundi 25 juillet 2016 à 11h00 se déroulera la passation de commandement du régiment d’infanterie de marine du Pacifique-Polynésie (RIMaP-P) dans les jardins de la mairie d’Arue.

 Après deux années passées à sa tête, le colonel Hubert BEAUDOIN est appelé à d’autres responsabilités. Il cède ses fonctions au lieutenant-colonel Nicolas Bomont.

 Cette cérémonie sera présidée par le contre-amiral Bernard-Antoine Morio de l’Isle, commandant supérieur des forces armées en Polynésie française.

 Le RIMAP-P est fier et fort de son enracinement au sein du Fenua pour lequel il a œuvré avec abnégation et fidélité, il conserve intacte sa volonté de maintenir les liens qui l’unissent aux Polynésiens qui auront vu tant des leurs servir, et parfois donner leur vie sous les plis de son drapeau.

 Les médias sont conviés à cette cérémonie d’investiture, événement marquant tant dans la carrière d’un officier supérieur que dans l’historique du régiment qui voit un nouveau chef s’inscrire dans la lignée des successeurs du lieutenant-colonel BROCHE et de ses glorieux Tamarii Volontaires.

 

 

Mercredi 20 juillet 2016

La tuerie de Nice a fait « 84 morts, 331 blessés », dont «15 encore entre la vie et la mort » selon le dernier bilan de François Hollande. Surprise, surprise il n'a pas agi seul et sa préparation a duré de longs mois.

Donald Trump brillamment nominé par le mouvement républicain lors de la convention Plus rien ne l'arrête dans le dernier sprint pour la Maison Blanche selon CNN

Le ministère de la Défense a annoncé mercredi matin la mort de trois militaires français lors d'une opération spéciale en Libye. François Hollande a évoqué un accident d'hélicoptère au cours d'une des "opérations périlleuses de renseignement".

 A la suite de l’attentat survenu à Nice le 14 juillet 2016, les services de l’Etat restent extrêmement vigilants dans le cadre du plan Vigipirate. Néanmoins, le niveau VIGIPIRATE est maintenu en « vigilance renforcée ». Les forces de l’ordre ont été destinataires d’une instruction rappelant le niveau de vigilance à  maintenir par les patrouilles, notamment sur le site de l’aéroport international de Tahiti Faa’a. Les règles de surveillance de l’aéroport ont également été renforcées en matière de protection périphérique, de surveillance des zones publiques et de contrôles d’accès aux zones de sûreté. Le haut-commissaire a signé mardi l’arrêté portant organisation de la surveillance sur l’aéroport de Tahiti Faa’a.

 

Editorial

Trop mou !

"Le frère de Jacques Chirac" et "le meilleur d'entre eux" se font la grimace. Mais il n'y a pas que ceux-là. Le torchon brûle pour Alain Juppé qui se retrouve petit à petit à dégringoler de son piédestal sur lequel il s'est maintenu grâce à la presse laudative au début de la campagne. Ses interventions mollassonnes lors des attentats et notamment le dernier en date à Nice, creusent l'écart entre Sarkozy et lui. Car aujourd'hui les Français ne veulent plus avoir de responsables politiques en demi-teinte. Son " vouloir vivre ensemble" dans la promesse d'un progrès garanti dans une nation verticale autour d'un principe jacobin et laïque a pris un sacré coup dans l'aile. Coulé, notre vieux logiciel des idées, des cultures, saccagé le droit de l'homme remplacé par le droit de vivre et de se défendre dans un pathétique voyage ponctué du sang des innocents.

Du coup, Alain Juppé, attaqué jusqu'au sein des républicains pour avoir estimé que l'attentat de Nice aurait pu être évité, persiste à croire qu'il est effectivement "le meilleur" en laissant tomber avec sa suffisance habituelle : "on peut faire plus, on peut faire mieux".

 "Faire mieux", oui on pouvait peut-être, ce n'est pas sûr, et c'est ce que reproche Christian Estrosi au préfet Colrat qui n'a jamais brillé pour son savoir-faire en Polynésie de l'avis général des Polynésiens.

«Ce n'est pas raisonnable de dire que si on avait fait ceci ou cela, l'attentat n'aurait pas eu lieu». Si elle ne comporte aucun nom, la petite phrase lâchée par Nicolas Sarkozy lors du Bureau politique exceptionnel des républicains lundi soir visait clairement son concurrent pour la primaire, Alain Juppé. À droite comme à gauche, le maire de Bordeaux est sous le feu des critiques pour avoir estimé au lendemain des attentats de Nice que «toutes les mesures n'avaient pas été prises» pour empêcher le drame. «Le risque zéro n'existe pas. Ceux qui disent le contraire, ceux qui prétendent qu'on aurait pu éviter l'attentat mentent aux Français», a brocardé hier mardi Jean-Marie Le Guen sur iTélé.Et pour une fois nous sommes d'accord. Avant, il aurait fallu une boule de cristal, mais après, les interventions n'ont pas été à la hauteur pour stopper le camion fou.

 Invité sur BFM et “droit dans ses bottes”, Alain Juppé a persisté et s'est interrogé sur la virulence des réactions qui le visent. Manque-t-il de lucidité dans sa tour d'ivoire  où croit-il tellement qu'il est meilleur que les autres, qu'il ne se rend plus compte d'un baromètre ayant mis la petite aiguille sur " nuageux" .

Le désarroi est général. Alain Juppé enfermé dans la certitude de son ego condescendant , trop patiné, regardant de haut tous les petits hommes s'agiter persiste dans l'évidence qu'il pouvait faire mieux que tous les autres et plus . Ben voyons ! Il n'hésite même pas à dire que " Si tous les moyens avaient été pris, le drame n'aurait pas eu lieu !" Attention Alain tu es dans les sables mouvants  tandis que Sarko fait du deltaplane pour ne pas s'enliser en se gardant bien de dire " moi je !"

En vérité, la cote de Juppé baisse au même rythme que monte celle de Sarkozy dans laquelle on ne croyait plus. En Polynésie Tearii Alpha, le mandataire de Juppé est marqué par son introduction des Russes dont deux sont suivis pour blanchiment d'argent par l'organisme national adéquat.

 Bref, quand on nous dit sur tous les tons que nous sommes en guerre et nous le sommes sur le territoire métropolitain, se frapper la poitrine pour marteler comme un gorille à dos d'argent, qu'on est le meilleur, qu'on aurait tout prévu, fait sourire. Il est vrai que le gouvernement n'a pas utilisé jusqu'ici les moyens qu'il fallait et il le paye cher. Georges Fenech, ancien juge et député républicain vient de lancer un pavé dans la mare des bien pensants en proposant sur Valeurs actuelles« Un Guantánamo à la française serait la solution la plus simple. Un établissement dédié à des individus radicalisés serait effectivement une solution », déclare Georges Fenech dans un entretien à ce journal .La prison de Guantánamo a été créée par les États-Unis sur leur base navale située à Cuba dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001 pour détenir, sans procès et souvent même sans mise en examen, des « combattants ennemis .Ma foi l'idée risque de faire son chemin.

 Barack Obama a promis de la fermer depuis son élection à la présidence américaine fin 2008, mais se heurte à l'opposition du parti Républicain.  Et si Donald Trump sur sa rampe de lancement vers la Maison Blanche réussit son pari, on peut parier que Guantánamo n'est pas près de fermer ses portes et devenir l'Alcatraz de Cuba.

 

La Une de l'Express

 

Au conseil des ministres nous avons sélectionné les aides financières accordées à des chaines hôtelières richissimes notamment à Starwood hotels §resorts avec  le Méridien; et SA Bora Bora nui. Combien mettent de leurs poches les propriétaires de ces hôtels ?

Agrément fiscal en faveur de l’hôtellerie internationale 

Le Conseil des ministres a décidé de soutenir la relance de l’économie locale, notamment dans le secteur de l’hôtellerie internationale, par l’agrément de deux projets d’investissement ayant sollicité le dispositif de défiscalisation locale : 

1/ Agrément accordé au projet présenté par la SA Société des Nouveaux Hôtels – régime des investissements indirects - secteur du tourisme – agrandissement et rénovation d’hôtel et résidence de tourisme international  

Le projet porte sur des travaux de rénovation et d’extension de l’hôtel Le Méridien Bora Bora, comprenant la réalisation d’un spa, la réalisation d’un restaurant sur le motu Nord, la construction de nouvelles unités d’hébergement et l’extension des surfaces des unités existantes, la réalisation d’aménagements généraux et l’acquisition de 4 navires destinés au transport des clients de l’hôtel.  

La rénovation de l’établissement permettra de répondre à la demande de la clientèle étrangère de plus en plus exigeante et au standard haut de gamme de la chaîne hôtelière.  

Près de 97 emplois équivalents temps plein seront nécessaires pour la réalisation de ces travaux. La création de prestations de service complémentaires permettra de créer 10 emplois directs.

 2/ Modification de l’agrément accordé au projet présenté par la SA Bora Bora Nui – régime des investissements indirects - secteur du tourisme - rénovation d’hôtel et résidence de tourisme international.

 Par arrêté n°62/CM du 22 janvier 2015, le programme de rénovation hôtelière présenté par la SA Bora Bora Nui a été agréé au titre du régime des investissements indirects prévu au titre Ier de la troisième partie du code des impôts.

 Suite à une modification de son projet d’investissement, la société a sollicité une modification de l’agrément qui lui a été accordé. Son projet porte désormais sur la rénovation complète des unités d’hébergement, de la réception, de la zone piscine, de la zone de restauration, des parties communes et des voiries, la création de restaurants japonais et chinois, d’un club enfants, la transformation du bâtiment « chambres » avec la création de chambres « day use », l’aménagement d’un spa et d’une salle de fitness et l’installation d’un système de vidéo à la demande. L’établissement sera transformé en profondeur pour qu’il respecte les exigences très haut de gamme fixées par le cahier des charges d’une nouvelle enseigne commerciale à terme.

La rénovation de l’établissement lui permettra de retrouver un positionnement 5 étoiles correspondant aux nouvelles prestations haut de gamme qui seront proposées, d’attirer une clientèle aisée, de répondre aux exigences de la clientèle étrangère, notamment sur les marchés émergents à très fort potentiel où la notoriété est un atout majeur. Elle permettra de maintenir les 177 emplois actuels et de créer 30 emplois.

 

 

 Thierry Lepaon va être recasé par Matignon. © SIPA/ WITT


Le gouvernement n'oublie pas Thierry Lepaon, ancien secrétaire général de la CGT débarqué du syndicat après le scandale de la rénovation de son bureau pour plus de 60 000 euros, puis de son appartement de fonction pour plus de 100 000 euros. Matignon lui aurait trouvé une mission officielle et peut-être rémunérée affirme Les Échos : travailler, jusqu'à l'automne, sur la future Agence de la langue française pour la cohésion sociale annoncée en avril. L'ancien syndicaliste lorgnerait également sur la présidence. Une fonction qui pourrait, elle aussi, être payée.


« Thierry Lepaon avait égratigné Manuel Valls »


Thierry Lepaon avait égratigné Manuel Valls dans un ouvrage paru en septembre 2015. Il l'avait accusé d'avoir mis de l'huile sur le feu après les révélations sur son train de vie. Mais le Premier ministre n'est pas rancunier puisque Matignon cherche depuis plusieurs mois une solution pour le recaser. Le très décrié Conseil économique, social et environnemental, via une nomination gouvernementale, avait été envisagé dans un premier temps rapporte Les Échos. Mais Philippe Martinez y aurait mis son veto.
« Un salaire supérieur à celui de ses prédécesseurs »

 

 

 

 

 

 

Mardi 19 juillet 2016

Editorial

Des "bouchers" en Europe, un "Zénith" à Papeete.

" Prenez un couteau et tuez, roulez sur des infidèles, écrasez, tuez, entrez chez les infidèles et tuez-les tous, pas besoin de logistique, etc..." Voici une brève partie des conseils donnés par l'Etat islamique à ses assassins. Obéissants, connus, inconnus, fichés ou pas, les "soldats" de l'ombre, les anonymes passent à l'attaque. Après Merah, Charlie, le Bataclan, Nice et bien d'autres. Armé d'une hache et d'un couteau l'un d'eux a fait un carnage, dans un train en Allemagne. "Une boucherie" a dit un rescapé, "et du sang, du sang partout" Plusieurs personnes sont déjà dans un état très grave. Quatorze autres sont dans un état de choc psychologique . On le serait à moins.

En vérité, ces radicaux ne sont pas des combattants mais des bouchers qui gambadent "dans nos rues et nos campagnes" pour accomplir, anonymes vampires, la destruction d'un monde et d'une culture qu'ils haïssent. Ils aiment le sang et la puissance que leur apporte la peur de ceux qui sont visés au petit bonheur ou plutôt au grand malheur . Celui qui a découpé à la hache et au couteau bras et jambes dans ce train allemand n'avait que 17 ans .« Lors de la fouille de la chambre où il vivait un drapeau de l’EI fabriqué artisanalement a été retrouvé », a déclaré le responsable conservateur à la chaîne de télévision publique ZDF, évoquant aussi un témoin affirmant que le jeune agresseur, qui a été tué par la police, a crié « Allah Akbar » (Dieu est grand). Les salafistes appliquent la politique nazie, celle qui endoctrinait des enfants très jeunes à dénoncer parents, grands parents, voisins, juifs et pire encore.

La Polynésie est  épargnée. Mais pour combien de temps ?

Pendant que la mort rôde en Europe, que nos mirifiques projets meurent avant d'être conçus, que le Mahana Beach fait bel et bien glouglou, notre ministre du tourisme annonce vouloir faire un "Zénith", une grande salle de spectacle couverte.  Grandiose idée. Mais moment mal choisi pour investir sur les fonds du pays quelques milliards.

Tant pis pour les centaines de clodos à l'affût, en bataillon serré, dès la sortie des poubelles des grandes surfaces,le soir. Des mendiants et des adolescents battus par leurs parents alcoolisés dans les favelas, fuyant les coups pour la rue, transforment ainsi Papeete en cour des miracles . Qui n'a pas été abordé en sortant d'un magasin en vous disant " tu peux m'aider ? Ou "tu n'as pas mille frs", oui, les tarifs ont augmenté comme le coût de la vie sans doute. Ce n'est pas grâce au gouvernement mais aux humanitaires ( père Christophe et civils), heureusement qu'ils sont là, pour donner à manger à ces malheureux comme au refuge de Tiperui.

Mais voyons... il faut bien compenser la perte du Mahana Beach et "ses bâtisseurs" locaux qui tardent à s'investir alors, on va faire un "Zénith" . Et l'argent va couler à flots dans les bourses, surtout dans les bourses des concepteurs tandis que celles du pays vont se vider. Tout comme les fonds perdus des études pour la construction du Mahana Beach. Combien, le Pays a-t-il perdu ? "Après tout, Flosse a bien fait Toata," m'a-t-on fait remarquer. Oui mais la Polynésie était opulente à l'époque. Il n'y avait pas une armée de mendiants derrière la fête .

 À force de tout voir on finit par tout supporter à force de tout supporter on finit par tout tolérer, à force de tout tolérer on finit par tout accepter et à force de tout accepter on finit par tout approuver ! Mais pas nous... CQFD

-------

 

 

L'ambassadeur de Chine à Paris

 signe le livre d'or de l'Assemblée de Polynésie

 

 

 

Courrier :Juste trois petites informations en passant:

- Le Sénat a rejeté il y a quelques heures le projet de loi travail, passé en 49-3 à l'Assemblée, pour raison d'un texte sans débat dans l'hémicycle à l'occasion de sa nouvelle lecture, et n'ayant été entendu ni par le gouvernement ni par l'Assemblée, fermez le ban. (entre les huées de la foule à Nice et ça, il reste encore en poste M. Valls ?! Allez, il faut s'attendre encore à un nouveau 49-3.


- Dans la nuit de dimanche à lundi à Boissy-Saint-Léger, dans le Val-de-Marne, La Police a arrêté un individu pour une infraction routière. Le résultat: non-seulement se résout une affaire de cambriolages mais les autorités viennent d'arrêter un fidèle du Califat ayant planifié une attaque terroriste à l'explosif.


- Ce matin dans un village de vacances à Lagrand, dans les Hautes-Alpes, une femme et ses trois filles ont été grièvement poignardées durant leur déjeuner -nécessitant l'héliportation de deux d'entre-elles- par un voisin, marocain
résidant en France. Pourquoi ? Pour être trop légèrement vêtues. Insulte à l'islam.

Douce France, cher pays de mon enfance [...] JRH

 


 

 Tourisme

 Rencontre, mardi, à Paris, entre le ministre du Tourisme, Jean-Christophe Bouissou, et Manfredi Lefebvre D’Ovidio, président de la compagnie de croisière de luxe, Silversea.

La réunion, à laquelle a également participé le président du conseil d’administration de Tahiti Tourisme et d’Air Tahiti Nui, Michel Monvoisin, avait pour objet le développement des activités de cette société en Polynésie française.

 

------

  LE THEATRE CHEIKH KHALIFA ZAHED AL NAHYAN !

  Savez-vous où se trouve le Théâtre Cheikh Khalifa bin Zahed al-Nahyan ?

 
A Alger ? A Tunis ? A Ryad ?
En vérité, dans aucune de ces villes car il s’'agit de l’'ancien théâtre Napoléon situé à Fontainebleau.

Directement inspiré du petit Théâtre de la reine Marie-Antoinette à Versailles, ce bâtiment est connu pour ses salons et ses aménagements qui en font un conservatoire de l’'art théâtral français unique en son genre.
 
Et pourtant, vous avez bien lu l'ancien théâtre Napoléon porte depuis peu, le nom de l’émir d'Abou Dabi, le cheikh Khalifa bin Zahed al-Nahyan.



Après l'’achat de clubs de football et de grands hôtels parisiens, les émirs du Golfe se découvrent maintenant une passion pour notre patrimoine . Soit. Ils sont les bienvenus pour l'admirer, et éventuellement pour s’en inspirer chez eux. Mais pas pour l'acheter ou le détruire !
En France TOUT est à vendre ..! Même les hommes politiques !

 

 Rions tant qu'on le peut avant la fin des vacances que n'a pas pris Tahiti Today

une histoire de belle-mère...
 Un prisonnier d'un pénitencier très dur discute avec un nouveau:
 - Moi, j'ai pris 10 ans pour escroquerie, et toi?
 - 20 ans pour secourisme.
 - Arrête, tu déconnes, personne n'a jamais pris 20 ans pour secourisme, même pas un an !
 - Si, si : ma belle-mère saignait du nez, alors je lui ai fait un garrot autour du cou pour arrêter l'hémorragie.
 

Dentiste
 
Juste au moment où le dentiste se penche vers une patiente pour la soigner, il sursaute.
- Excusez-moi, madame, mais ce sont mes testicules que vous tenez.
 - Je sais, répond la patiente... Nous allons tous les deux faire bien attention de ne pas faire mal à l'autre. D'accord ?


Dans une caserne de Gendarmerie, le Capitaine croise un jeune élève gendarme fraîchement débarqué de l'école de gendarmerie.
> - Comment vous appelez-vous, mon garçon ?
> - Yves, et vous ?
> Le capitaine, furieux, s'écrie :
> - Mon petit bonhomme, je ne sais pas d'où vous arrivez, mais sachez que je suis le Capitaine et que je m'appelle Mon CAPITAINE. De même, dans ma compagnie, j'appelle les gens par leur nom de famille. Si vous vous appelez Yves Tartempion, je vous appellerai Tartempion, mais pas Yves. Me suis-je bien fait comprendre ?
> - Oui, mon capitaine. »
> > - Alors, c'est quoi votre nom de famille ?
> - Montcherry.
> - Très bien, Yves, au travail.


 

 

Le clin d'oeil du 18 juillet 2016

On les croyait bons amis à la mode de chez nous, mais Oscar ne lui fait pas confiance !

Nouveau retard du vol TN07 Paris dû à une urgence médicale-

Air Tahiti Nui informe ses clients d’un retard plus important du vol TN07 Paris - Los Angeles – Papeete de ce lundi 18 juillet.

Ce vol originellement reprogrammé pour une arrivée sur Tahiti cette nuit à 02h00 arrivera finalement avec au moins deux heures supplémentaires de retard.

L’horaire définitif ne pouvant pour l’instant pas être confirmé, nous invitions le public à contacter l'Aéroport de Tahiti au 40 86 60 61 à partir de 20h00 ce soir afin de connaitre l’horaire précis d’arrivée du vol.

Air Tahiti Nui adresse ses plus sincères excuses pour les désagréments causés par ce retard.

La Direction Commerciale

AIR TAHITI NUI
 

 

Retard du vol TN07 Paris - Papeete du lundi 18 juillet.

Air Tahiti Nui informe ses clients du retard du vol TN07 Paris - Los Angeles - Papeete. Originellement prévu au départ de Paris ce lundi 18 juillet à 11h30, le vol est finalement parti à 16h00 le même jour. Son arrivée sur Los Angeles se fera à 18h50 heure locale d’où il repartira à 20h40. Son arrivée à Papeete est prévue à 02h00 le mardi 19 juillet (dans la nuit de lundi à mardi).

Le retard de ce vol est dû à l’arrivée tardive sur Paris du vol précédent TN08 Papeete - Paris qui a effectué une escale imprévue sur l’aéroport de Winnipeg au Canada, un passager ayant nécessité une évacuation d’urgence pour raison médicale.

Air Tahiti Nui adresse ses plus sincères excuses pour les désagréments causés par ce retard et invite ses clients à consulter son site internet www.airtahitinui.pf ou à contacter l'Aéroport de Tahiti au 40 86 60 61 pour toute information sur ses horaires.

 

 

Dans son allocution sur TF1 Nicolas Sarkozy a trouvé "un peu effrayant" que le président François Hollande "annonce aux Français" dans son allocution du 14 juillet, à la mi-journée "que les choses vont tellement bien que l'état d'urgence est supprimé, pour rétablir l'état d'urgence à minuit".

Il a par ailleurs dit douter de la "radicalisation rapide" de l'auteur de l'attentat de Nice. "Il m'étonnerait beaucoup qu'un individu totalement isolé puisse louer un véhicule de dix-neuf tonnes, on a vu que c'était très préparé, l'enquête le dira", a-t-il noté, en soulignant que le terroriste avait agi "selon un mode opératoire qui a été très précisément recommandé par Daech".

"Nous sommes en guerre, une guerre totale. Nos ennemis n'ont pas de tabous, pas de frontières, pas de principes. Donc, je vais employer des mots forts: ça sera eux ou nous", a-t-il déclaré, ajoutant qu'une "autre politique est possible".

 

La minute de silence a été respectée par les milliers de personnes rassemblées sur la Promenade des Anglais, à Nice. Mais la présence de Manuel Valls, elle, n'a pas été appréciée par tous. Des huées ont accompagné l'arrivée et le départ du cortège de responsables politiques dans lequel figurait le Premier ministre.

 

Des milliers de personnes sont venues rendre hommage aux victimes de la promenade des Anglais

 

Nombreux sont les Polynésiens et métropolitains qui se sont déplacés pour cette minute de silence programmée devant le Haut commissariat à midi pour rendre hommage aux victimes de Nice. Mais le Ht commissaire, sans doute pressé ou fatigué de répéter tout le temps la même chose, en deux mots jetés à la va vite et une minute, a levé ce recueillement qui n'a jamais été aussi rapide.  Tous les participants se sont regardés, un rien estomaqués.
 


 

 

Lundi 18 juillet 2016

 

 

Editorial

Moetai meilleur qu'Oscar

Notre petite politique polynésienne à l'heure où le monde tremble d'avoir à faire face à des massacres sauvages, à l'heure où toutes les nations civilisées condamnent le fanatisme, à l'heure où l'on pleure les morts, à l'heure où l'éloignement n'est plus notre sauvegarde, ne change pas. Oscar Temaru a mis l'accent sur le restaurateur de la Promenade des Anglais, un ami qu'il connait bien et dont il a même donné le nom avec un sourire satisfait, quant aux victime du terrorisme et du fanatisme quelques mots brefs  pour exprimer maladroitement et en lisant, son sentiment, contrairement à Moetai Brotherson dont on a senti la sincérité de l'émotion  à l'évocation de l'horreur du drame de Nice, sur Polynésie première.

 Poursuivre ses mêmes vieilles chimères et s'ériger en "sentinelle" sur les ressources minières polynésiennes  est la priorité du président du Tavini. Les résolutions du comité de décolonisation sont à ses yeux bien plus importantes que tout ce qui se passe...ailleurs, hormis à New York. Non, non pas question de Trump ou d'Hillary, mais concernant les projets de deux nouvelles résolutions onusiennes. ( nucléaire et minerais)

 Les grands mots qui ne veulent rien dire. Tout comme d'ailleurs les 42.000 signatures de "l'association 193" dont aucun huissier n'a vérifié l'authenticité La pétition du Tavini sera, il est vrai, autrement plus sérieuse. Pour celle du prêtre politisé, imaginez  le ministre du Tourisme martelant tous les jours, que la Polynésie reçoit un million de touristes annuellement !  Mais qu’importe. Tous les gogos avalent sans jamais régurgiter la soupe qu'on leur sert. Idem lorsque Oscar enfonce un clou rouillé dans les ressources minières dont la France dit-il, veut s'emparer avant la Russie, la Chine et l'Inde.

 Notre pauvre France a bien d'autres choses, beaucoup plus vitales à s'occuper. Et là encore tous les responsables du gouvernement de son ami Hollande, les juristes locaux et métropolitains, les gens raisonnables ont beau dire sur tous les tons que ces ressources sont la propriété de la Polynésie, qu'elles sont  inscrites dans le marbre du statut, rien n'y fait. On nous volera un jour. Un point c'est tout. C'est Oscar qui vous le dit. Donc c'est vrai. Ce qui est vrai cependant c'est que les minerais en question bien que les gisements ne soient pas aussi importants qu'on pouvait le croire, s'ils sont "stratégiques", deviendront peut-être, un jour lointain, une priorité pour la France. C'est ce que condamne le Tavini et la nouvelle résolution de l'ONU qui stipule la pleine souveraineté du "peuple" polynésien sur ces ressources sous marines :L’Assemblée générale exhorte la puissance administrante de garantir la souveraineté permanente du peuple de la Polynésie française sur ses ressources naturelles, y compris les ressources marines et les minéraux sous-marins » ".Allez hop! Passez muscade, plus question de "minerais stratégiques" ! Même si le souhait du Tavini est normal en tant que parti politique, il convient de savoir que ce n'est pas l'ONU qui dictera à la France "souveraine" justement, comment se comporter en Polynésie, tant que celle-ci restera française.

 Le Tavini, c'est un peu comme les imams avec leurs ouailles , en plus paisible et légèrement moins crédule sur certains points, tout de même. Reste que ce leur dit Oscar Temaru est parole d'Evangile. De même que rien ni personne ne  fera comprendre aux fanatiques musulmans que le coup des 77 vierges au paradis, c'est du pipeau. Leurs gourous promettent. Leurs paroles font foi. Persuadés, fanatisés, ils se font sauter en lançant un vibrant "Allah Akbar"... "Dieu est grand" peut-être, mais " si cruel". Ils pourraient crier tous les slogans qu'ils veulent sans nous gêner si le problème  n'était pas l'élimination sauvage de ceux qui préfèrent trouver les "vierges" sur terre. Les Polynésiens sont nombreux dans ce cas, les vierges, il est vrai, le sont moins.

Au commencement de la vie, vous le savez, étaient les procaryotes. C’est-à-dire des cellules qui n'avaient pas éprouvé le besoin d'enfermer leur ADN dans un noyau protecteur. Une erreur. Un beau jour la vie bricola, par symbiose de deux organismes primitifs, une cellule qui devint la base de tous les organismes vivants.  "Le grand timonier" a donc permis que cette richesse minière dont se gargarise un grand nombre de politiques et de citoyens, soient enfouies depuis des millénaires si profondément dans leur noyau protecteur qu'est l'océan, qu'il faudra bien faire appel à ce second organisme, "une grande nation" possédant le matériel nécessaire, pour en extraire la " substantielle moelle" . Du coup Moetai Brotherson n'y va pas de main morte et annonce qu'il faudra peut-être non seulement changer de statut mais aussi de Constitution pour protéger ce trésor maohi contre les pique-assiettes.

Bref tout cela permet aux grands voyageurs, du parti indépendantiste de se ressourcer en passant quelques jours agréables et sympathiques aux États Unis  ne serait-ce que pour se changer les idées, faire provision de vitamines et permettre ainsi aux journalistes de rapporter fidèlement ce qu'on leur raconte.

Car il faut savoir, qu'adoptée ou pas, cette énième résolution ne changera pas d'un iota la position de la France dans ce combat qui dure depuis près d'un demi-siècle. Elle a vécu la guerre de cent ans, elle est rodée. Reste à savoir si Oscar et ses mousquetaires vivront aussi vieux ! Quant à l'ONU qui se nourrit de recommandations, incapable de résoudre les problèmes vitaux du monde, elle reste un machin comme l'appelait un certain visionnaire , Charles de Gaulle. Espérons juste pour notre renommée, qu'Édouard Fritch,le président polynésien, saura pour la première fois, porter plus haut que le Tavini, le flambeau  à la flamme vivace de la majorité du peuple polynésien. Juste pour montrer " au machin", après tout, qu'on existe aussi. 




l
 

Véridique !!!

Entendu au tribunal de Grande Instance de Lille le Mardi 24 Mai 2016

 (Le prévenu est poursuivi pour violence)

 - Avec toutes les preuves réunies contre vous, vous êtes présumé coupable.

- Pardon M le président, mon client n'est pas encore jugé et tant que les recours en appel ne sont pas épuisés, il est présumé innocent.

- Ah oui, pardon maître, j'avais oublié.

- ??!!

 
 

Un avion d'Hawaiian Airlines a été contraint de se poser en urgence à Tokyo lundi, et ses pneus ont éclaté à l'atterrissage, mais personne n'a été blessé, a rapporté la presse locale. Le vol HA 458 était parti de l'aéroport Haneda de Tokyo aux environs de minuit à destination de Honolulu.

 Mais des indicateurs se sont allumés pour signaler une anomalie dans les systèmes hydrauliques de l'Airbus 330 qui a rebroussé chemin, selon plusieurs médias, dont la chaîne nationale NHK.

 Quatorze vols intérieurs annulés

 L'avion s'est posé en urgence sur Haneda vers 1h30 (16H30 GMT dimanche). Huit des dix pneus de l'appareil ont éclaté à l'atterrissage tandis que du carburant s'est répandu à terre, selon le journal Asahi Shimbun. Aucun des 293 passagers et membres de l'équipage n'a été blessé.

 La piste devait rester fermée au trafic pendant plusieurs heures. Au moins 14 vols intérieurs ont été annulés tandis que d'autres sont retardés.

 Le ministère des Transports et la compagnie aérienne n'étaient pas joignables dans l'immédiat.

 


AIR FRANCE au tableau d'honneur des meilleures grandes compagnies aériennes.

L'organisme britannique a dévoilé la listes des 100 entreprises d'après les résultats effectués auprès de 19 millions de clients. La France en fait partie.

Une quatrième coupe pour Emirates. Lors d'une cérémonie au Salon aéronautique de Farnborough, au Royaume-Uni, la société Skytrax a annoncé, mardi, ses World Airline Awards 2016*, le palmarès des 100 meilleures compagnies aériennes dans le monde.

Emirates remporte pour la quatrième fois la première place (elle l'avait obtenue en 2001, 2002 et 2013). Elle était cinquième en 2015 et détrône Qatar Airways, tandis que Singapore Airlines se retrouve relégué sur la troisième marche du podium.

«Nous sommes honorés d'être reconnus par les prestigieux prix Skytrax. Emirates a toujours mis nos clients au cœur de ce que nous faisons, et nous travaillons dur pour offrir la meilleure expérience possible, à chaque point de contact, chaque jour, partout dans le monde», a déclaré Sir Tim Clark, président de l'entreprise des Émirats arabes unis.

Air France récompensée pour sa gastronomie

Air France s'octroie, quant à elle, la 14e place (en progression d'une place par rapport à 2015). La société française hérite également du prix dans les catégories «Meilleure restauration au monde dans un salon de première classe» pour la troisième année consécutive pour le restaurant du salon La Première et sa carte signée par le chef Alain Ducasse à Paris-Charles de Gaulle et «Meilleurs accessoires de confort de première classe» pour sa trousse cosmétique Givenchy et la tenue de confort fournies dans les cabines La Première.

Elle arrive par ailleurs troisième dans le classement des meilleures compagnies en Europe (Turkish Airlines et Lufthansa la devancent) et deuxième dans la catégorie meilleure compagnie dans l'ouest de l'Europe.

 

A propos des éoliennes endormies

  La vie continue, les ambitions, les règlements de compte, les haines et les passions ont aussi la vie dure en Polynésie française. Dominique Auroy nous a prié de bien vouloir publier son droit de réponse ou lettre ouverte au choix à la suite de la conférence de presse du ministre de l'Energie mercredi dernier. N'ayant pas publié la globalité des explications du ministre sur les éoliennes  endormies de Makemo, nous publions ci-dessous les propos de Nuihau Laurey ministre de l'Enegie et la lettre ouverte de ceux qui se sont sentis sur la touche :

1.      Te Mau Ito Api

Le plus fantastique fiasco depuis Tamara’a Nui. Cela doit rappeler à certains des souvenirs.

Fiasco technologique, toutes les éoliennes à terre.

Fiasco énergétique, groupes diesel qui tombent en panne régulièrement

Fiasco juridique, conventions d’affermage illégales

Fiasco financier, argent public dépensé en pure perte, double défiscalisation, emprunts, subventions publiques, avances (près de 300 M FCFP provenant du Pays et de l’Etat).

Tous les ministres de l’énergie depuis 2006 ont traîné ce boulet.

Les actionnaires privés, dont la SEDEP de M. AUROY sont les seuls à considérer que tout va bien, et que la solution d’une clarté évidente, que le pays et la commune paient et continuent à payer.

Nous avons décidé de mettre un terme à ce fiasco, et sollicité la mise en redressement judiciaire de la société compte tenu de sa situation financière et de l’impossibilité de couvrir le passif exigible par l’actif disponible.

Nous souhaitons que la poursuite ou non de l’activité se décide devant le TMC, et que si des responsabilités pénales devaient être engagées, elles le soient en toute transparence.

 Voici ce qu'en pense Dominique Auroy et les actionnaires de la SAEM te Mau Ito Api

Les actionnaires privés de la SAEM TE MAU ITO API (TMIA) constatent que le Ministre LAUREY a fort peu de mémoire, méconnaît son dossier, ou a d’autres objectifs que la vérité !

- Qui a fondé la société TMIA en 2006 : des actionnaires privés, avec leur propre argent, car ils croyaient en l’avenir des centrales hybrides éolien – fuel, dans certaines îles notamment des Tuamotu ;

- Qui a souhaité entrer au capital de cette société privée, la transformant alors en SAEM, quelques mois après sa création : le Pays, avec à sa tête M.TEMARU, que personne n’est allé chercher, mais qui voyait en cette centrale hybride “laboratoire”, une possible solution pour favoriser l’indépendance énergétique de certains atolls ;

- Qui a rédigé la convention d’affermage que le Ministre dit “nulle” et dont la Commune de Makemo, le Pays, ainsi que la SAEM sont signataires : les juristes du Pays ;

- Qui a écrit “noir sur blanc”, dans cette convention, que le Pays reprenait contractuellement la compétence en matière de production et de distribution d’électricité sur Makemo : les juristes du Pays ;

- Qui a, par la suite, toujours refusé cette compétence, qu’il s’était lui-même attribuée dans son contrat, pour ne pas avoir à en assumer les conséquences (en tant qu’autorité délégante le Pays aurait dû agir contre le Maire, fixer des tarifs, assurer l’équilibre économique du contrat, etc …) : le Pays ;

- Qui a approuvé, par un Arrêté n°1036 CM du 20 septembre, cette convention d’affermage que le ministre prétend aujourd’hui être nulle : le Conseil des Ministres du Pays ;

- Qui, du 1er janvier 2008 au 31 janvier 2009 (1 an et 1 mois !), a privé la SAEM TE MAU ITO API de tout Chiffre d’affaires, en conservant les redevances électriques payées par les usagers et celles de ses propres installations, tout en recevant l’électricité produite par la SAEM : la Commune de Makemo ;

- Qui, sur cette même période, est demeuré totalement silencieux, face à ce “hold up” par la Commune, alors qu’il s’était, par sa convention d’affermage, attribué la compétence électrique quelque mois avant : le Pays ;

- Qui a finalement décidé d’intervenir, envoyant même la force publique, pour faire cesser ce “hold up” : le Pays ? NON ! le Haut-Commissaire ;

- Qui a régulièrement pratiqué la politique de la « chaise vide », tant au Conseil d’administration qu’aux assemblées générales, alors qu’il est majoritaire dans ces deux organes, ne permettant pas au quorum d’être assuré (on relèvera qu’ils ont une grande habitude de cette fâcheuse pratique, même à l’assemblée territoriale), retardant ainsi des décisions importantes pour la SAEM TMIA : les Ministres représentant le Pays au sein de la SAEM et cela continue, en ce moment, notamment sous l’impulsion de M.LAUREY !

- Qui, préfère donner aux journalistes ses positions d’administrateur, quant à une prétendue situation justifiant un redressement judiciaire de la SAEM, plutôt que d’en débattre avec tous les autres administrateurs publics ou privés, ce qu’il ne peut pas faire puisqu’il boycotte les conseils d’administration, au motif que l’ordre du jour n’est pas fixé suivant son bon vouloir : M.LAUREY !

- Qui feint d’oublier que la procédure d’alerte, qui n’a rien d’exceptionnel dans les sociétés du Fenua (mais qu’en connaît-il ?) a surtout pour origine cette politique de la « chaise vide », qui en impactant défavorablement le fonctionnement de la SAEM TMIA à ainsi généré des incertitudes chez les Commissaires aux comptes et donc, selon la Loi, cette procédure d’alerte : M.LAUREY !

- Qui, alors qu’ils sont majoritaires au Conseil d’administration de la SAEM, a différé, pendant plus de 6 ans, le lancement d’une procédure judiciaire contre la Commune de Makemo, pour obtenir remboursement des sommes captées par son “hold up” et indemnisation de ses conséquences : les Ministres représentant le Pays au sein de la SAEM ;

- Qui a porté atteinte à l’équilibre économique de la SAEM TMIA, en retardant systématiquement le versement de la subvention “énergie renouvelable”, pourtant inscrite dans la convention d’affermage qu’il avait lui-même rédigée : le Pays ;

- Qui n’a jamais fixé un prix du kilowatt/heure permettant à la SAEM TMIA d’équilibrer ses comptes (ce qui est la base de toute convention d’affermage : l’autorité concédante a l’obligation d’assurer l’équilibre économique du fermier et la juste rémunération de ses investissements … ce qui, par contre, est fait au-delà du raisonnable au bénéfice des concessions EDT) et d’assurer l’entretien et le renouvellement de ses installations : la Commune ou le Pays, selon qui est l’autorité délégante (on comprend mieux pourquoi ils se renvoient la balle sur ce sujet depuis 10 ans) ;

- Qui prive la SAEM TMIA du bénéfice de la péréquation, réservée à EDT (ce qui lui permet, en dépit du tarif appliqué aux usagers des Iles éloignées, d’équilibrer son exploitation dans ces atolls, malgré des surcoûts de production liés à leur éloignement et au faible nombre d’usagers) et supportée par la majorité des usagers des Iles du vent : le Pays qui n’a pas étendu le bénéfice de cette péréquation à tous les producteurs-distributeurs d’électricité dans les îles, dont la SAEM TMIA fait partie ;

- Qui a privé la SAEM TMIA des ressources financière nécessaires à l’entretien et l’adaptation de son parc d’éoliennes, conduisant à des pannes répétées en 2010 et leur arrêt total en 2012 : La Commune de Makemo et le Pays, pour les raisons ci-dessus exposées ;

- A l’inverse, qui est parvenu pendant 2,5 ans à produire 40% de l’énergie électrique dans toute l’île, prouvant ainsi le bien fondé de cette filière ainsi que sa performance : les éoliennes de la SAEM TMIA;

Elles ont prouvé pendant ces 2,5 ans, durant lesquels la maintenance de base (nécessairement limitée sur des matériels encore neufs) a pu être financièrement supportée, en dépit de la pénurie de ressources ; ci-dessus exposée, que le procédé était fiable.

Il semble bien que cette vérité était gênante et qu’il fallait tout faire pour que l’expérience ne puisse se poursuivre.

- Et qui a été obligé de soutenir financièrement la SAEM TMIA, sur leur propre argent au lieu et place du Pays, actionnaire majoritaire, quand elle était privée de toute ressource et permis aux habitants de Makemo de continuer à recevoir de l’électricité : les actionnaires privés ;

Ainsi quand M. LAUREY chiffre le budget de l’opération globale en faisant croire que c’est le Pays qui l’a financé, alors que ce sont les actionnaires privés qui en ont assumé la charge à plus de 50%, ils ne peuvent qu’être surpris, voire déçu par l’expression d’un tel mépris vis à vis de leur investissement !

Le ministre LAUREY serait donc plus avisé de reconnaître que le Pays et la Commune sont à l’origine de la situation actuelle de la SAEM TMIA, et de chercher à rattraper ses manquements et ceux de ses prédécesseurs, plutôt que de laisser croire qu’il serait victime des actionnaires privés.

Curieuse façon de promouvoir et d’inciter les privés à participer au développement du Pays.

Mais on comprend mieux le fait que M.LAUREYsoit systématiquement contre la SAEM TE MAU ITO API et accessoirement ses actionnaires privés, en relisant le N°3 de sa revue “GREEN ECONOMIE MAGAZINE” (janvier 2012) dont il était gérant, directeur de la publication, rédacteur en chef et journaliste, dans lequel il exprimait déjà son opposition à la ferme éolienne de Makemo.

Et encore mieux, lorsque l’on constate que le principal annonceur publicitaire de cette revue n’était autre que l’EDT, dont l’objectif a toujours été de contrôler toutes les concessions de production et distribution d’électricité de Polynésie.

On pourrait s’étonner, à écouter M.LAUREY, que les actionnaires privés aient proposé directement au Ministre de reprendre la société à 100%, d’en poursuivre l’exploitation et de remettre les éoliennes en service à leur frais, sans qu’il en coûte 1 XPF au Pays.

NDLR :

Cette affaire sera certainement tranchée par le tribunal de commerce mais en attendant les deux parties ayant donné leur point de vue, et l'une beaucoup plus longuement que la première, les lecteurs  pourront  départager les belligérants.

 Quant à Nuihau Laurey,  c'est avec le sourire ( et c'est là que ses adversaires doivent se méfier car il dispose de tous les moyens dus à ses diverses fonctions au cas où la moutarde lui monterait trop fort au nez) qu' il balance une dernière flèche à l'homme d'affaires qui devrait être beaucoup plus prudent et moins sûr de lui, en rétorquant :" Entre la réputation de Dominique Auroy et la mienne que chacun se fasse son opinion."

Aaaah, c'est la guerre !

 

 



Dimanche 17 juillet 2016

Cérémonie de la journée nationale à la mémoire des victimes de crimes racistes et antisémites de l’Etat français et d’hommage aux « Justes » de France

M. Frédéric POISOT, Directeur de cabinet du Haut-Commissaire, représentant le Haut-
Commissaire de la République, a présidé ce matin la cérémonie à l’occasion de la journée
nationale à la mémoire des victimes de crimes racistes et antisémites de l’Etat français et
d'hommage aux "Justes" de France, au Monument aux Morts de Papeete, avenue Pouvana'a a
Oopa.
En préambule, une minute de silence a été observée à la mémoire de toutes les victimes de
Nice, le 14 juillet 2016.
 

 

Samedi 16 juillet 2016

Le quai des yachts comme titre la Dépêche est vraiment un succès international.

Rendons à Mario Banner, l'ancien directeur du port autonome, non seulement l'idée de faire un quai pour les yatchs, mais  d'entreprendre sa réalisation en le faisant construire et payer, rubis sur l'ongle, 700 millions, sans avoir recours à l'emprunt. Résultat, on l'a viré  quelque temps plus tard.

Ce projet avait été validé en juillet 2012 par Oscar Temaru puis Gaston Flosse, lui aussi avait donné son aval. Il y en a qui ne savent faire que  des ronds de jambe et couper les rubans devant une caméra..

 

M. Frédéric POISOT, directeur de cabinet du HtC succède à Mme Marie BAVILLE, affectée comme chargée de mission auprès du Haut-Commissaire de la République en Polynésie française.

 

M. Raymond YEDDOU, succède à M. Christophe LOTIGIE, affecté à Saverne, en qualité de Sous-préfet.

 

"En Israël, on a décidé d’ériger la vie en valeur suprême et de la placer au-dessus de certaines libertés individuelles." ( un général israélien)

 

Les Républicains :

"Notre Nation a encore une fois été touchée par la barbarie terroriste. Suite à cette terrible tragédie qui endeuille tout notre pays, notre Président, Nicolas Sarkozy sera,  dimanche soir l'invité du journal de 20H de TF1."

 

Attentat islamiste de Nice: un journal tunisien dévoile tout sur le jihadiste auteur de l’attentat. L'auteur écrit ce que les médias français ne savent pas ou ne souhaitent pas dire, peut être pour ne pas gêner l'enquête ?!

Dans cet article exceptionnel on découvre l’identité du tunisien auteur de l’attentat jihadiste qui a fait plus de 84 morts dans la nuit du 14 au 15 juillet 2016 à Nice. 

Il s’appelle Mohamed Lahouaiej Bouhlel, originaire de Mseken et fils d’un membre du parti islamiste Ennahda connu pour son extrémisme. Il n’est donc pas franco-tunisien mais tunisien vivant en France depuis huit ans avec une carte de séjour, des aides sociales et autres avantages offerts aux étrangers. Ce citoyen tunisien vient de prendre la vie à 84 innocents.

Le terroriste qui conduisait le camion qui a écrasé 84 victimes à Nice n’est pas franco-tunisien comme cela a été annoncé par les médias français mais un émigré tunisien âgé de 31 ans, qui vivait en France depuis 2008 et qui a obtenu le séjour à la suite de son mariage avec une franco-tunisienne, sa propre cousine (elle s’appelle Hajer) qui est installée à Nice et dont il a eu trois enfants.

Il s’appellait Mohamed Lahouaiej Bouhlel et il est originaire de la ville sahélienne de Mseken (Gouvernorat de Sousse) où il est né le 3 janvier 1985. Selon nos sources policières en Tunisie, sa mère s’appelle Cherifa et son père est membre du parti islamiste Ennahda et il est connu à Mseken comme étant un extrémiste violent que la police de Ben Ali surveillait de près et qui est devenu après janvier 2011 l’un des leaders locaux d’Ennahda à Mseken. Le criminel de Nice ne s’est donc pas improvisé terroriste, mais il né et a baigné dans un milieu familiale favorable à la violence et au radicalisme. Il en va de même de sa belle famille.

Le permis de conduire du terroriste et sa carte de séjour ont été retrouvés dans le camion qu’il a utilisé comme une arme de guerre avant de se faire descendre par des agents municipaux qui étaient heureusement armés, contrairement à d’autres régions qui refusent le port d’armes à la police municipale. Non satisfait d’avoir tué autant de personnes innocentes, le terroriste tunisien voulait finir son parcours criminel sur un manège pour enfants. 

Selon certaines sources, cette crapule terroriste était mariée et père de 3 enfants. Son voisinage interrogé le décrit comme « pas très religieux, (qui) ne fait pas la prière, aime les filles et la salsa ». Des propos habituels qui montrent combien un intégriste daéchien peut dissimuler son vrai visage avant de passer à l’action. Et des criminels pareils, il y en a des centaines et des milliers en France. Pour nous, ce terroriste est né dans un milieu intégriste et il était « culturellement » prédisposé à devenir un terroriste. Les services de police devrait d’ailleurs s’inquiéter du fait que l’un de ses proches travaille à l’aéroport de Nice !

L’ayant identifié grâce aux documents retrouvés dans le camion et à l’analyse de ses empruntes digitales, les autorités policières ont pu retrouver rapidement son adresse. Une perquisition a eu lieu à son domicile aujourd’hui vers 09H30 en présence de membres du Raid lourdement armés. Vers 11H00, des membres de la police technique et scientifique étaient toujours présents dans l’appartement situé dans un petit immeuble d’un quartier populaire de l’est de la ville.

Mohamed Lahouaiej Bouhlel n’était pas connu des services de renseignement français pour radicalisation et ne disposait pas d’une fiche S de sûreté pour lien avec le terrorisme. Il était par contre bien connu des services de police pour des faits de droit commun, principalement des violences avec arme, violences conjugales, menaces et vol. 

Après analyse et enquête, le corps de cette crapule sera expédié en Tunisie, où sa famille, ses amis, ses voisins l’enterreront probablement en « martyr » (à la palestinienne), comme tous les criminels que ce pays autrefois civilisé et moderne a produit depuis la « révolution » dite du jasmin qu’on avait fait faire à la populace tunisienne et que l’ensemble des politiciens et journalistes Français avaient à l’époque salué, acclamé et exalté.

Il y a à peine un mois, la France de Monsieur Hollande recevait en grande pompe le chef des Frères musulmans tunisiens, Rached Ghannouchi. Parmi les objectifs non avoués à l’égard d’un tel doctrinaire de l’islamo-terrorisme, encadrer, contenir et empêcher la jeunesse française de confession musulmane de basculer dans le radicalisme !

Pour demander des comptes aux agents de la Confrérie des Frères Musulmans en France, voici leur adresse:
http://www.uoif-online.com/contact/

Nebil Ben Yahmed

Ndlr : Nous avons laissé le texte en français tel quel.

Sans légende

                                                                     Les drapeaux  sont en berne en Polynésie française

 

Vendredi 15 juillet 2016

 

 

 

La détresse ...

EDITORIAL

La France meurtrie une nouvelle fois sauvagement.

La promenade des anglais le soir du 14 juillet 2016 a changé son calicot tricolore en un long voile, rouge de sang. Une image que l'on ne pouvait imaginer et à laquelle personne n'avait pensé avec près de 85 morts et des centaines de blessés

 Pourquoi ? Pourquoi, alors que la promenade des Anglais était interdite à la circulation, ce camion lentement, très lentement comme un animal qui s'approche à pas feutrés de sa proie, n'a pas été stoppé quand il en était temps ne serait ce que pour lui interdire d'aller plus loin ? Pourquoi?

 Et puis, toujours comme un fauve qui prend son élan, le camion a bondi, vitesse maximale, en écrasant tout sur son passage dans les cris d'épouvante et la débandade des badauds affolés. Des enfants, des mamans, des amoureux furent fauchés à l'aube de leur vie, des centaines d'autres resteront estropiés pour toujours. Le bonheur tranquille d'un 14 juillet heureux s'est transformé en une lame de fond sanglante. Reste devant la plage et la mer bleue, la violence, la peur, les larmes, la mort.

 

Avons-nous consciences que cette guerre a éclaté à l'échelle planétaire ? De l'Egypte au Pakistan, du Niger aux Philippines des Philippines à l'Europe. On sait maintenant que nous allons assister à un déchainement sans pitié d'un islam voulant faire payer à la civilisation les quelques siècles où elle a régna sur la planète. Cette haine du chrétien, de l'infidèle dépasse le problème de la foi. Cette guerre veut anéantir la civilisation occidentale, la démocratie, la parité homme-femme, les droits de l'homme, le progrès, le bonheur. On est loin des chars de Varsovie car cette guerre sans merci est sournoise, fulgurante, mortelle, fanatique. On vient encore d'en avoir la preuve hier le jour de notre fête nationale à Nice, cité des fleurs. Aujourd'hui cité de la désolation.

NDLR : Et pourquoi ne pas tirer dans les pneus ? Il n'aurait pas fait 2 Kms en écrasant des innocents et aurait été forcément ralenti. Les forces de l'ordre ont elles besoin toujours d'avoir des ordres, en France, pour stopper les barbares comme au Bataclan ? En fait on l'a laissé poursuivre sa mortelle randonnée. Une manière à la française de faire la guerre !

 

 

Vague d'indignation internationale

Paris (AFP) – L’attentat commis jeudi soir à Nice, dans le sud-est de la France, a fait au moins 84 morts, dont des enfants, a provoqué une vague d’indignation au sein des dirigeants et responsables politiques dans le monde. Voici des réactions.

– Le président des Etats-Unis Barack Obama a fermement condamné jeudi soir « ce qui semble être une horrible attaque terroriste » à Nice. « Nous sommes solidaires de la France, notre plus vieil allié, au moment où elle fait face à cette attaque », a déclaré M. Obama dans un communiqué.

« En ce 14 juillet (fête nationale marquant la Révolution française de 1789), nous nous rappelons (…) des valeurs démocratiques qui ont fait de la France une inspiration pour le monde entier », poursuit-il.

– Le secrétaire d’Etat américain John Kerry, qui avait assisté au défilé du 14 juillet à Paris plus tôt dans la journée, a fustigé une « attaque affreuse (…) contre des personnes innocentes durant un jour qui célèbre la liberté, l’égalité et la fraternité ».

– Le Premier ministre canadien Justin Trudeau sur son compte Twitter: « Les Canadiens sont bouleversés ».

– La nouvelle Première ministre britannique Theresa May est tenue informée du « terrible incident » à Nice, selon Downing Street qui s’est dit « très choqué et inquiet ».

– Le président brésilien par intérim Michel Temer a condamné « cette abjecte et outrageante action » perpétrée « contre des innocents qui célébraient les valeurs universelles les plus élevées, la liberté des peuples, l’égalité entre les citoyens et la fraternité ».

– Le président sénégalais Macky Sall: « Les attentats inqualifiables tuant lâchement autant de victimes innocentes ce soir à Nice m’attristent profondément ».

-Le maire de New York Bill de Blasio s’est dit « écoeuré » par l’attentat « insensé » de Nice sur son compte Twitter.

--------

La rubrique '"Insolite" de la Dépêche relate le geste d'une entreprise indienne qui offre 6000 sachets de thé à Trump pour "purifier son âme" . Cette entreprise se trompe de cible et devrait bien les offrir aux islamistes radicaux qui tuent des centaines et des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants sans pitié . Trump jusqu'à preuve du contraire n'a tué personne !

 

 

              Ces fleurs étaient-elles destinées aux retrouvailles à Papeete avec les légionnaires toujours aussi impressionnants à moins qu'elles soient offertes aux valeureux pompiers ?

 

Un peu d'Histoire

Il est bien évident que le procureur de la République José Thorel a gagné ses galons dans une entreprise de purification en Polynésie( excellente interview dans la Dépêche). Le résultat aujourd'hui c'est que la délinquance en col blanc est devenue rare même si certains traînent encore de gros boulets. Quant aux hommes politiques du pays en règle générale, notamment ceux qui sont aux affaires, ils font beaucoup plus attention afin de ne pas avoir à affronter" Thorel le terrible" . Ce dernier a donc effectivement contribué à changer des  mentalités laissées en jachère pendant longtemps par la République. Reste que la succession des procès faits à Gaston Flosse sur ordre de l'ancienne ministre de la Justice, Mme Taubira, peut laisser penser à  la volonté marquée d'un "effacement" pur et simple de l'ancien "homme fort du Pacifique" . Ce dernier malgré ses 85 ans fait de la résistance, certes passive, mais toujours vigoureuse.

Tenez, prenons l'exemple d'une fausse croyance, la société EDT ayant provoqué des remous à l'Assemblé  sur des prolongations de concessions lui ayant bénéficié. La première ne date pas d'hier. Elle a été décidée en 1990. La concession moyennant des charges nouvelles, a donc été prolongée de 20 ans par le président Alexandre Léontieff alors que Gaston Flosse se rendait souvent à Paris, et comptait acheter une résidence parisienne. Après d'âpres négociations, il avait racheté à SUEZ son hôtel du Ranelagh avec le tour de force de l'avoir pour moins cher que ce que ne l'avait payé la Lyonnaise des eaux.!

Hélas, ses adversaires politiques se sont chargés de colporter les soupçons de collusion avec la société mère d'EDT et toute la Polynésie a crié avec les loups alors que n'étant pas au pouvoir il ne pouvait pas y en avoir avec la société vendeuse, EDT et Flosse. Mais ainsi se font et se défont les réputations.

 L'histoire avec les mauvaises langues se répètent. On essaye aujourd'hui de dire sur tous les tons que le ministre de l'Énergie est de mèche avec EDT/Engie alors que c'est plutôt le contraire puisque Nuihau Laurey a fait baisser le tarif , par deux fois de 10% alors que Pierre Frébault et J.Briant sous la mandature Temaru n'y sont jamais parvenus. Ou qu'EDT certes n'est pas pauvre mais ne fait plus comme dans le temps de supers profits.

La deuxième prolongation a été décidée sous le gouvernement Flosse avec pour contreparties une reprise de stabilisation du fioul à charge de l'EDT,

 Baisse des tarifs ( -5frs sur la 2° tranche domestique et 6 2Frs sur la 3ème) alors que les cours du Brent étaient à la hausse

 et enfin prise en concession de trois nouvelles îles avec l'engagement de prendre en concession tout autre île souhaitée par le pays.

En conclusion : Il n'y a pas d'opacité : Le pays a souhaité obtenir des efforts d'EDT sans augmentation de tarifs et au contraire en les baissant. Mais comment combattre ce que l'on a martelé pendant près d'un demi-siècle dans la population concernant EDT ? Il est vrai que lorsqu'on paye...c'est toujours trop cher, suis bien d'accord !

 

:-         

1  14 juillet 2016

 

TTerrible attentat sur la promenade des anglais

- Un camion lancé dans la foule sur la Promenade des Anglais a fait au moins 78 morts jeudi 14 juillet à Nice. La piste terroriste est privilégiée par la justice. Metronews dresse l'essentiel de ce qu'il faut retenir au petit matin sur cet événement majeur.

Le déroulé exact des faits

Il était environ 22h30 quand un camion a forcé un barrage sur la Promenade des Anglais, noire de monde. Plusieurs milliers de personnes étaient venues observer les feux d'artifice de la ville. Selon plusieurs témoins, le camion est passé à une allure rapide. Selon les premiers éléments, les faits se sont produits entre le Palais de la Méditerranée et le Négresco. Selon plusieurs sources policières contactées par metronews, le chauffeur du camion a été abattu par la police.

Y-a-t-il eu une prise d'otage ?

Non. Nos sources démentent formellement cette rumeur relayée sur les réseaux sociaux en début de soirée. Il n'y a pas eu de prise d'otage.
On sait en revanche que des témoins ont déclaré aux policiers avoir vu le conducteur du camion armé. Mais il est encore trop tôt pour savoir s'il a fait usage de son arme. Ou s'il s'agissait d'une arme factice.
Selon nos informations, la police technique et scientifique (PTS) examine scrupuleusement l'intérieur du camion à la recherche "d'armes ou d'explosifs". Les pneus du camion sont crevés. La porte passager est criblée d'impacts de balles. Selon nos informations, une arme a été saisie. Des grenades factices ont aussi été retrouvées.

Quel est le bilan ?

Il est constamment revu à la hausse. Vers 2h du matin, ce vendredi 15 juillet, une source médicale contactée par metronews a fait état d'au moins 78 morts. Le parquet, de son côté, évoque environ 70 morts. Plus tard, Bernard Cazeneuve a fait état de 80 morts et 18 personnes en urgence absolue. Le plan blanc a été déclenché, ce qui permet un suivi des personnes prises en charge évacuées vers plusieurs hôpitaux de la région, ainsi que la mobilisation de tous les services hospitaliers.



 

Attentat survenu à Nice

 

Un sentiment de dégoût nous étreint devant cet acte abject qui, une fois encore, touche le cœur de la France et plonge des familles dans la douleur d’un deuil traumatisant et inacceptable.

 Hommage aux disparus, victimes innocentes ; des pensées proches et humblement compatissantes pour les blessés et les parents des victimes touchées par cet horrible attentat de Nice.

René Bidal 

                                                       Attentat à Nice :

                le Président et le Gouvernement expriment leur émotion

 

Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et l’ensemble des membres de son gouvernement, tiennent à exprimer leur profonde émotion suite à l’attentat qui a endeuillé, en ce jour de Fête nationale, la ville de Nice et la France dans son ensemble et sa diversité.

 

Le lourd bilan, d’au moins 75 morts, témoigne de la violence abjecte et aveugle dont font preuve les terroristes et vient nous rappeler, une fois de plus, combien la lutte contre ce fanatisme est une priorité absolue. Le Président et le Gouvernement souhaitent, en ces instants tragiques, exprimer leur compassion, leur solidarité et leur volonté de combattre l’obscurantisme, en partageant pleinement les valeurs de la République française.

 

En cette date du 14 juillet si symbolique, le Président et le Gouvernement adressent également, à la ville de Nice jumelée avec Papeete, mais aussi aux autorités de l’Etat et à l’ensemble de la communauté nationale, un message fort de soutien et de détermination à faire face au terrorisme.

 
 

Attentat de Nice

En cet instant de deuil et de souffrance la France n’est qu’Une.

 

Au moment où la Polynésie française célébrait dans la joie le 14 juillet, nous apprenions qu’un attentat affreux endeuillait la ville de Nice, avec laquelle la ville de Papeete est jumelée. Cet attentat dont l’origine criminelle est certaine a fait au moins 73 morts et plus d’une centaine de blessés sur la promenade des anglais, selon un bilan encore provisoire. Il n’y a pas de mots pour décrire l’horreur de cet attentat d’un genre nouveau qui fait franchir à la barbarie et à la bestialité un pas de plus.

 

Le président de l’assemblée de la Polynésie française Marcel Tuihani témoigne de sa profonde émotion et adresse à la population de Nice, aux proches et aux familles des victimes, ainsi qu’au maire de la ville de Nice, toute sa solidarité et sa compassion. Il condamne avec vigueur cet acte d’une violence extrême qui laisse sans voix et qui s’ajoute à tant d’autres.

 

Il adresse également son soutien au Président de la République, car c’est la France et les valeurs universelles qu’elle porte qui sont visées en cette fête nationale du 14 juillet. Il lui témoigne de sa solidarité et l’encourage dans sa détermination à lutter contre toute forme de terrorisme. Le combat s’annonce long et difficile. En ces heures de deuil et de souffrance la France n’est qu’Une.

 

 

LllMacron rappelé à l'ordre par François Hollande dans son discours du 14 juillet dont on peut retenir ce qui suit :

Interrogé d'emblée sur le cas du ministre de l'Economie, en conflit ouvert avec le Premier ministre Manuel Valls, François Hollande a rappelé "les règles" du gouvernement : "la solidarité", "l'esprit d'équipe", "défendre le bilan", "être à plein temps dans sa tâche" et "servir jusqu'au bout". "Respecter ces règles, c'est rester au gouvernement, ne pas respecter ces règles, c'est ne pas y rester", a-t-il-lancé, alors qu'Emmanuel Macron, sans se déclarer ouvertement candidat, a promis à ses soutiens "la victoire" en 2017 lors d'une démonstration de force mardi à la Mutualité. Pour la droite, Nicolas Sarkozy a dénoncé jeudi une "perte d'autorité complète".

L Brexit et l'UE

François Hollande a rappelé la position française pour une sortie rapide du Royaume-Uni de l'Union européenne après le référendum sur le Brexit, alors que Theresa May a succédé jeudi à David Cameron au 10, Downing street. "Plus tôt la Première ministre Theresa May engagera la procédure de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, meilleure sera la relation future entre l'Europe et le Royaume-Uni et meilleure sera notre propre situation", a-t-il souligné. Sur l'évolution future de l'Europe, il effectuera une mini-tournée européenne la semaine prochaine, du Portugal à l'Irlande en passant par l'Autriche, la République tchèque et la Slovaquie. Un "sommet" ou une "rencontre" en Italie a déjà été annoncé pour la "fin août" par l'Elysée entre le président français, la chancelière allemande Angela Merkel et le président du Conseil italien Matteo Renzi.

L'inversion de la courbe du chômage et la loi Travail

Le chef de l'Etat s'est évertué à défendre son bilan intérieur. "Ca va mieux en France", a-t-il répété. Surtout, a-t-il promis, "nous aurons une inversion de la courbe du chômage à la fin de l'année". Mais ce chômage, auquel il a lié son sort élyséen, "reste trop élevé". "Ca veut dire que la politique que j'ai engagée, il va falloir la poursuivre", a-t-il dit, promettant "de nouveau des déficits" et "une perte de compétitivité" si la droite revenait au pouvoir. Il a également défendu la loi travail "conforme à (ses) valeurs". "J'ai toujours été un homme de gauche", a-t-il rétorqué aux opposants qui préparent de nouvelles actions pour la rentrée. Le texte, adopté à deux reprises au moyen du 49-3, repasse mercredi devant l'Assemblée.

Coiffeur de l'Elysée : "On peut me faire tous les reproches, sauf celui-là"

Interrogé sur le salaire, avoisinant les 10.000 euros bruts, du coiffeur de l'Elysée, révélé par le Canard enchaîné, le chef de l'Etat a dit "entendre ce que ça peut représenter". Puis s'est défendu en affirmant avoir "fait diminuer le budget de l’Elysée qui était de 109 millions en 2012 à 100 millions [et] fait supprimer 10% des effectifs de l'Elysée". "Pour les frais de coiffeur comme vous dites, il y avait des prestations extérieures jusqu'à présent, j'ai préféré que ce soit assuré d'ici (de l’Elysée, NDLR)". Avant de répéter : "Le budget de l'Elysée a baissé, les effectifs ont baissé, mon salaire a baissé et on viendrait me chercher sur ce sujet?" "Je suis le premier des responsables politiques, je suis suffisamment conscient pour avoir, dès mon arrivée ici, baissé mon salaire. On peut me faire tous les reproches, sauf celui-là", a-t-il tranché.

 

    

  Mercredi 13 juillet 2016

La Chine investit dans toute la chaîne de l'industrie du voyage en France selon le JDD. Sauf en Polynésie. Celle-ci, finalement, n'intéresse pas beaucoup de gros investisseurs !

 Mieux vaut marcher 10.000 km que lire 10.000 livres." Les Chinois ont deux amours, les proverbes… et les voyages. Chaque année, 120 millions d'entre eux parcourent le monde et leur nombre devrait continuer à croître de 20% par an d'ici à 2020. Les autorités ont décrété le tourisme "secteur stratégique" dans le dernier plan quinquennal.

Aéroports, compagnies aériennes, hôtels, voyagistes et parcs d'attractions : toute la chaîne est dans le viseur des investisseurs chinois, proches d'institutions, telles que Jin Jiang (groupe contrôlé par la mairie de Shanghai) et HNA (province de Hainan), ou cotés en Bourse comme Fosun.

 Leur appétit pour le secteur touristique français semble insatiable.

Selon le spécialiste en immobilier Jones Lang LaSalle, les investissements chinois dans l'hôtellerie française dépasseront 7 milliards de dollars en 2016, soit +40% en un an. Les trois conglomérats sont à la manœuvre : Fosun avec Club Med, HNA chez Pierre & Vacances, entre autres, et Jin Jiang, propriétaire de Louvre Hotels.

Ce dernier est en plein rapprochement avec Accor Hotels – il possède déjà 15 % du capital du français et souhaiterait acheter les 11% des fonds Eurazeo et Colony. Mardi, à l'issue de l'assemblée générale d'AccorHotels, Jin Jiang disposera d'arguments pour revendiquer au moins un poste d'administrateur, qui lui est pour l'instant refusé, alors que le fonds qatarien QIA et le prince saoudien Al-Walid se voient accorder trois sièges avec seulement 16% du capital.

 Une stratégie rampante et prudente

 Depuis des semaines, Sébastien Bazin tient à distance Jin Jiang, estimant qu'il lui faut des garanties sur les intentions réelles de cet encombrant partenaire. "Jin Jiang ne veut pas aller au clash après l'avertissement de François Hollande, qui a souhaité début juin que l'actionnariat d'AccorHotels reste diversifié", analyse un proche du dossier. AccorHotels n'a pas tout à perdre de ces nouveaux partenaires. Il en a besoin pour s'implanter en Chine et rester dans la course face au trio de tête anglo-saxon : Marriott, Hilton et Intercontinental. Les capitaux asiatiques sont aussi bienvenus pour contrer à la fois les voyagistes en ligne (Booking, Tripadvisor…) et les sites collaboratifs (Airbnb, Abritel…).

 Leur appétit n'empêche pas les Chinois d'avancer prudemment. Ils commencent par signer des joint-ventures amicales ou se contentent d'une part au capital. Jin Jiang et Louvre Hotels ont ainsi débuté en 2011 par un accord autour de l'enseigne Campanile. En 2015, Jin Jiang a finalement bouclé l'acquisition de Louvre Hotels pour 1,3 milliard de dollars. Aujourd'hui, c'est la Compagnie des Alpes qui se prépare à un assaut de Fosun. Le chinois a déclaré son intérêt pour le spécialiste des stations de ski et gestionnaire du parc Astérix en affirmant pouvoir se contenter de 10 à 15%. Dans un premier temps… 

Cette stratégie rampante reflète mal le pouvoir financier considérable des Asiatiques, toujours prêts à surenchérir. L'année dernière, Fosun a déboursé près de 1 milliard d'euros pour le Club Med, face à l'italien Bonomi, après l'OPA la plus longue de l'histoire de la place de Paris. Pour l'aéroport de Toulouse-Blagnac, le chèque de 308 millions d'euros mis sur la table par le consortium chinois était impossible à refuser par l'État. "Ils ont une vision de long terme et pas les mêmes attentes que d'autres en matière de retour sur investissement", précise Anne-Marie Idrac, présidente du conseil de surveillance. "Ils sont dans une logique de fuite de capitaux. Tout ce qu'ils veulent, c'est sortir du pays pour échapper au contrôle de l'état", explique un banquier d'affaires.

 (...)Le gouvernement n'a pas de moyens de pression. À la différence de l'armement ou du nucléaire, le tourisme, en France, n'est pas considéré comme stratégique. Contrairement à l'avis des Chinois.

 

 

Un Un journaliste qui lit Tahiti Today à Paris nous a fait passer ce qui suit :

Je Je vous ai mis ci-dessous copie de l’article pour éviter que vous soyez nombreux à me dire que c’est un FAKE, même si l’info date de 9 mois mais elle est passée totalement inaperçue lors de son application. Jacques.

La France approuve l’octroi d’une prime complémentaire pour les retraités Tunisiens
Oct 13, 2015
Par : Di avec TAP

Le député d’Afek Tounès (France Nord), Mohamed Ghannem, a indiqué, mardi, que les autorités françaises ont approuvé, récemment, l’octroi d’une prime complémentaire d’une valeur de 550 euros par mois pour les retraités Tunisiens résidant en France et dont la pension est égale ou inférieure à 6600 euros par an et ce sans les obliger à demeurer six mois au moins sur le territoire français.
Ghannem a souligné, dans une déclaration à l’Agence TAP, qu’environ 35 mille travailleurs d’origine non européenne, dont 90% d’entre eux sont d’origine maghrébine (Tunisie, Algérie, Maroc), bénéficieront de cette prime complémentaire décidée le 8 octobre courant, précisant que le versement de cette somme se fera à partir du 1er janvier 2016.
Il a ajouté que les efforts déployés par plusieurs associations dont en particulier celles concernées par l’amélioration de la situation des retraités vivant dans des conditions sociales difficiles, ont abouti à la prise de cette décision par les autorités françaises.
A rappeler que le nombre de Tunisiens établis à l’étranger a atteint, selon les dernières statistiques publiées par l’Office des Tunisiens à l’étranger (OTE) en 2012, un million 223 mille, dont 84,5% se trouvent en Europe et 54,7 d’entre eux résident en France.
" Suivant une décision du 08/10/2015 et à compter du 1er janvier 2016, la France va verser une prime complémentaire et mensuelle de 650 euros à tous les retraités originaires du Maghreb (Tunisie, Algérie, Maroc) et sans obligation pour eux de vivre plus de six mois en France. "


http://directinfo.webmanagercenter.com/2015/10/13/la-france-approuve-l octroi-dune-prime-complémentaire-pour-les-retraites-tunisiens/


 

 

 

Mardi 12 Juillet 2016

Editorial

 

 Blessé oui, mais droit dans ses bottes de ministre de l'Energie

 Le ministre de l'Energie n'est pas un guerrier, mais que voulez-vous, je l'aime bien malgré nos différences politiques. Ce n'est pas non plus un vieux politicard habitué aux turpitudes du métier. C'est un intellectuel,  un technicien à l'esprit aussi vivace qu'affûté, mais blessé par toutes ces accusations qui ont été pour cet homme, autant de flèches au curare.  Dans le même temps, elles lui ont fait découvrir qu'en politique, il ne suffit pas d'être bon dans sa partie pour être épargné. Il saigne mais il apprend. Et sa pugnacité a vite repris le dessus devant les journalistes. Alors il a dit non. Non à Mme Cross qui l'accuse de s'immiscer dans les affaires de Secosud alors qu'elle n'en est pas membre ne faisant plus partie de Teva I Uta, et non il n'est pas un agent double d'EDT/Engie dans un univers polynésien impitoyable.

 Du coup, point par point, Nuihau Laurey ayant repris du poil de la bête est passé en mode combat et a miné à son tour, dans une longue conférence de presse, toutes les attaques de ses détracteurs. Certaines de ces attaques sous la ceinture, sont gratinées quand Mme Cross par exemple lui conseille bien imprudemment, par courrier du 26 mars dernier d'acheter l'électricité à Marama Nui qui appartient à EDT. Peut-être cette représentante a-t-elle oublié  que Dominique Auroy et Milou Ebb son père ont vendu Marama Nui à EDT il y a fort longtemps. Cela pourrait être une blague, une plaisanterie de potache, un mouvement de menton, mais pas du tout, c'est écrit noir sur blanc !

En vérité les détracteurs de Nuihau Laurey, on se doit de le reconnaitre ne sont pas à la hauteur ,il ne suffit donc pas d'une soufflante injuste et programmée pour l'emporter. La preuve, car tout finit, même les catastrophes. Hier donc, le ministre de l'Energie a rappelé qu'il a fait baisser l'électricité d'une manière consécutive en mars 2015 et en mars 2016 de près de 10% en restituant près de 4 milliards cfp aux usagers. tout en proposant une comptabilité plus claire.

 Mais ce qu'il dénonce avec aigreur c'est que ce sont ceux qui étaient au pouvoir les années passées qui l'attaquent aujourd'hui, ce qu'ils auraient le droit de faire s'ils avaient fait baisser le prix de l'électricité, alors qu'eux-mêmes n'y ont jamais réussi.

Dans le but de rétablir son honneur malmené cruellement , il a sauté dans la machine à remonter le temps, comme dans la célèbre série des " Douze singes"(sic!) pour s'en prendre aux derniers ministres UPLD de l'Energie soutenus par Tina Cross de 2011 à 2013 et qui n'ont, eux, jamais fait baisser quoique ce soit. Mais trop de précisions tuent les précisions et la conférence de presse s'est perdue, certes non sans intérêt, dans le temps.

Nous avons tout de même appris des choses curieuses et jamais vues auparavant avec un conseiller technique à l'Energie à l'époque du gouvernement Temaru en poste au cabinet de Jacqui Brillant, Terii Vallaux " aujourd'hui le rédacteur attitré de Tina Cross ". Celui-ci figurez-vous, et c'est en vérité du jamais vu à la limite de la cocasserie, avait déposé un recours contre un arrêté approuvé par le gouvernement dont il était le conseiller !!!!! Loufoque ! D'où l'intérêt d'avoir une commission d'enquête pour détricoter cet écheveau d'incohérences et d'accusations malfaisantes.

Puis Laurey explique le parcours échevelé de la TEP et la danse macabre de ses responsables mis sur la touche pour placer un manager docile.  Et puis, et puis, où en est le SWAC du CHPF. Un dossier lourd avec des intérêts qui se sont manifestés encore plus lourds mais entre les mains d'un seul opérateur chargé de concevoir et faire fonctionner le procédé et d'en encaisser les retombées financières, quant aux éoliennes "zombies" de Makemo qui vivent  couchées ( sic!) ce n'est rien d'autres  assène Nuihau Laurey que : fiasco technologique, fiasco énergétique, fiasco juridique, fiasco financier. Vlan prenez ça dans les gencives , c'est du lourd.

Quant à la transition énergétique elle est urgente. Dans le calcul du prix de l'électricité le fioul représente 26% de la facture. Plus il y aura d'hydroélectricité, moins la facture  sera sensible au prix du fioul. La Vaiiha est dans la lorgnette mais tout est compliqué en Polynésie et rien ne se fait facilement. Les études sont sans doute nécessaires mais longues et pléthoriques, équipement des îles, audit de six centrales pour les améliorer, mesure de courantologie pour les nouvelles, mesures fiscales  etc... etc...

Enfin pour terminer  cette remise à niveau, Nuihau Laurey a lancé une dernière ruade vers l'alliance Tahoeraa/UPLD  en l'accusant d'avoir  une stratégie politique mensongère indigne d'un grand parti autonomiste. A vous de juger...chaque partie dans le ring s'étant exprimée.

 

 

 

Commission d’enquête sur la fiscalité: L'’assemblée prend acte de la décision du tribunal administratif 

Le tribunal administratif de la Polynésie française a rendu ce matin sa décision contre un recours pour excès de pouvoir déposé par requête le 17 novembre 2015 par le président de la Polynésie française. Il a décidé d’annuler la délibération n°2015-69 APF du 1er octobre 2015 créant la commission d’enquête chargée de recueillir tous les éléments d’information sur la réforme fiscale y compris la fiscalité communale et le financement de la protection sociale généralisée.

 Cette décision est conforme aux conclusions du commissaire du gouvernement présentées et commentées à l’audience du 28 juin 2016. Le président de l’assemblée de la Polynésie française prend acte de cette décision qui vient clore une longue et inédite bataille de procédure. Cette décision fera sans nul doute jurisprudence en ce qui concerne l’application de l’article 132 de la loi organique sur la création des commissions d’enquête.

 

 

 

Les anomalies aux frais des contribuables sont légions dans une France donneuse de leçons. Tenez la dernière révélation en date d'aujourd'hui du Figaro :

le coiffeur de François Hollande est payé 9.800 euros par mois pour gominer les cheveux du président de la République."http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/07/12/97001-20160712FILWWW00254-le-coiffeur-de-hollande-paye-plus-de-9000-euros-par-mois.php

Heureusement qu'Edouard Fritch se coiffe tout seul, comme un grand !

 

Drame en Italie

  Nouvelle catastrophe ferroviaire dans une collision frontale.. Au moins 20 personnes seraient mortes dans une collision de trains dans le sud de l’Italie, a indiqué le président de la province d'Andria sur la chaîne italienne Sky TG24.L'horreur.

 

Le saviez-vous ?

 Les banques en faillite pourront désormais ponctionner les comptes des déposants depuis le 1er janvier 2016.

Seuls les comptes ayant plus de 100.000 euros de dépôts sont concernés, selon une directive européenne transposée en France qui s'appliquera au 1er janvier. Les déposants ne seront toutefois sollicités qu'en troisième recours.

L'information est passée en toute discrétion. À partir du 1er janvier 2016, les comptes clients dotés de plus de 100.000 euros de dépôts pourront être prélevés pour contribuer au sauvetage de leur banque, selon une directive européenne transposée en France cet été. Que dit réellement cette directive? Que doivent faire les déposants? Le Figaro fait le point.

• Qu'est-ce que cette directive?

La directive relative au redressement des banques et à la résolution de leurs défaillances (BRRD) a été transposée par ordonnance à la France le 21 août dernier. Elle met en place une procédure de «bail-in», ou «renflouement interne», en opposition au «bail-out», ou «renflouement externe», par l'Etat. «Elle a notamment pour objet de régir, en application des textes européens, les problèmes de liquidation judiciaire des banques», explique Pierre Descheemaeker, avocat en droit bancaire du cabinet August&Debouzy. La BRRD est une pièce maîtresse de l'union bancaire. «L'objectif est de pouvoir restructurer les banques au bord de la faillite sans que le contribuable doive mettre la main à la poche pour préserver la stabilité financière», expliquait dans un communiqué la Commission européenne.


 

 

 

 

 

Lundi 11 juillet en bref

Conférence de presse du ministre de l'Energie Nuihau Laurey avec" survoltage" ce dont il n'est pas coutumier, notamment concernant les accusations diffamatoires de la représentante UPLD et distribution de claques en veux-tu, en voilà, à tous ces détracteurs. Trois plaintes ont d'ailleurs été déposées par le ministre de l'Energie fléché par des affirmations apocalyptiques autant que ridicules. Il s'est poliment gaussé de "l'inculture de Tina Cross" qui a avoué publiquement ne pas tout comprendre sur les sujets de l'Energie et du tarif d'EDT/Engie dont elle  débat à l'Assemblée. On a même entendu une sacrée galéjade à l'Assemblée concernant tout simplement  " le rachat d'EDT"  !

 Editorial demain et principaux points forts de cette intervention musclée et détaillée du ministre vice-président dans notre édition de mardi 12 juillet 2016

 

 

 

 

Lundi 11 juillet 2016

On a perdu un match dimanche mais pas la guerre. La douleur certes, est vive. La France a perdu la finale de son Euro et le Portugal l'a gagnée. Les bleus se sont  battus jusqu'au bout avec un temps de repos minimal après l'Allemagne pour affronter des Portugais bien reposés, eux, et aussi talentueux et courageux que les nôtres. Un beau match qui nous a fait souffrir presque autant que les joueurs. Le choix des joueurs, l'équipe de Deschamps, était la bonne . Elle a perdu de justesse ! Pas de chance. Cela joue aussi.

Une "Une' injuste et méchante

 

Le service des urgences n'a pas chômé pendant ce week-end. Des jeunes gens alcoolisés jusqu'au dernier degré comme de vieux loubars ont trouvé la mort . Sans amours métaphysiques, traumatismes passionnels, ambitions fulgurantes, sans même de ravageurs fantasmes, ils boivent... Or, les folies mortelles de ce plaisir souvent dénoncées ne freinent pas ce goût immodéré de l'alcool, véritable poison une fois dépassé la dose prescrite .Aimer à en perdre la raison... Aimer à en perdre la vie ...Plaisir funeste. Mektoub ! Est-ce bien le destin ? Non ce serait plutôt, le manque de volonté, le refus d'envisager les dégâts de ce plaisir pervers ,le refus même d'y penser pour mieux plonger dans des vapeurs qui vous font zigzaguer sur une route à grande circulation pour mieux vous pousser sous les roues d'autres monstres qui arrivent à fond la caisse. Quoiqu'on dise, quoiqu'on fasse, ces jeunes ou moins jeunes n'ont aucune tendance à prendre conscience d'un danger dont on leur rabat les oreilles. En vain.

Le mot de la fin c'est à Jacqui Drollet que nous le devons non seulement sur la défusion des communes, (4000 personnes y sont favorables et 40 y sont opposés selon le maire de Hitia O Te Ra) c'est le bon sens, mais sur son opinion concernant la culture si vivace et le Heiva qui s'améliore d'année en année avec des danseurs qui ont travaillé l'alignement des bras, des corps, des têtes en évitant le n'importe quoi et des jeunes femmes dont la grâce et l'ondulation des corps sont en symbiose toujours, avec le rythme de la musique et des gestes gracieux nous sommes bien d'accord aussi. Spectacle éblouissant autant pour les yeux polynésiens qu'étrangers dont on ne se lasse pas au fil des ans et qui devrait bien trouver un jour, un mécène pour atteindre ce que tout artiste désire : Paris. Et la consécration.

Courrier

Un confrère à la retraite, de retour de vacances nous écrit, et ce qu'il dit est si juste que nous le publions dans son intégralité

Ma chère Christine,

Deux mois de vadrouille en Autriche et en France m’ont permis de faire des comparaisons qui, je le déplore, ne sont pas à l’avantage de notre hexagone national et socialiste.

La chienlit sur le pavé de Paris alors que nous sommes en état d’urgence, la dictature syndicale, les foucades des princes qui nous gouvernent et celles qu’annoncent les candidats à leur succession, l’invasion organisée par des parasites qui bénéficient de droits, d’allocations et de pécules divers financés par nos impôts et nos taxes, les voyous qui osent lapider à Paris un hôpital pour enfants expliquent amplement l’exode des Français qui choisissent de tenter leur chance à l’étranger faute de pouvoir encore la courir chez eux.

Des capitaux s’investissent ailleurs que dans notre pays parce que la confiance n’y a plus droit de cité. Nos jeunes diplômés s’en vont, las de tourner en rond sans résultat positif et sans une réponse aux nombreuses lettres de candidature adressées à des DRH retranchés dans leur bureau. Pire que celle des capitaux, c’est cette fuite des cerveaux qui constitue notre hémorragie la plus cruelle !

Et j’apprends en rentrant au fenua que les investissements chinois dont nous nous gargarisions depuis si longtemps ne seront pas déversés sous nos cocotiers. Encore une déception…

A dire vrai, je la voyais arriver depuis longtemps. Je n’ai pas la prétention de lire l’avenir dans une boule de cristal, mais j’ai assez longuement parcouru la Chine et le Tibet en prenant le temps d’écouter et d’observer la vie quotidienne jusque dans les plus misérables campagnes. Je savais donc que la Polynésie, son style, ses règles, ses ambitions, rien ne pouvait convenir aux hommes de Pékin. Faute d’avoir trouvé l’itinéraire de contournement de notre style, de nos règles et de nos ambitions, ils replient leur chéquier et éteignent leur calculette.

Mais qu’avons nous à craindre puisque l’un de nos ministres nous assure que nous ne manquons pas de bâtisseurs ?..

Nous avons à craindre, c’est évident, la désertion des financiers.

Sauf erreur ou faute d’inattention, je n’ai pas encore entendu l’une ou l’autre de nos banques locales annoncer l’intention d’intervenir, de participer à la grande aventure de la relance économique si bien symbolisée par le vaste projet fortement menacé aujourd’hui.

Alors, frileuses comme de vieilles dames nos banques ?  Dommage. 

Pouvons nous encore les croire lorsqu’elles prétendent soutenir, « accompagner » la Polynésie dans ses efforts de développement ?

La galéjade ne fait même pas rire.

Bon courage Christine !

Il t’en faut.

Jean-Paul


 

                  Église russe du Quai Branly, un chantier à rebondissements

L'Express (Mars 2016)

Situé à deux pas de la tour Eiffel, le dôme central de la Sainte-Trinité, nouvelle cathédrale orthodoxe de Paris , qui sera inaugurée en octobre prochain, est coiffé ce samedi 19 mars d‘un bulbe doré de neuf tonnes fabriqué en Bretagne. Retour en quatre actes sur un projet soumis à bien des tourments.

Quai Branly, la cathédrale de la Sainte-Trinité sera coiffée ce samedi
19 mars de son dôme central. Un bulbe de 9 tonnes élevé à 37 mètres, hauteur limite autorisée par les règles d'urbanisme. Initié par Vladimir Poutine et Nicolas Sarkozy en 2007, cet édifice a connu bien des vicissitudes. Ce sanctuaire et son centre culturel devraient être finalement achevés et inaugurés solennellement en octobre 2016.

● Acte 1: Un monument pour cimenter les liens Franco-Russes


Le projet est pour la première fois évoqué en 2007. Nicolas Sarkozy, fraîchement élu à la présidence de la République, souhaite resserrer les liens entre la France et la Russie. Il donne son feu vert à la construction d'un grand ensemble culturel et cultuel orthodoxe dans la capitale. Pour concrétiser cet accord, l'État français vend pour 70 millions d'euros à la Fédération de Russie, un terrain constructible à proximité de la Tour Eiffel. La parcelle accueillait auparavant le siège de Météo France, situé à l'angle de l'avenue Rapp et du quai Branly, dans le VIIe arrondissement de Paris.

● Acte 2: Lancement d'un concours international d'architecture

Trois ans plus tard, un concours international d'architecture est lancé, sous l'œil attentif de l'ambassadeur de Russie en France, Alexandre Orlov. Pas moins de 444 architectes répondent à l'appel. Le jury révèle le 17 mars 2011, le projet retenu. Leur choix s'est porté sur le projet de l'architecte espagnol, d'origine russe, Manuel Nunez Yanowsky. L'édifice s'annonce monumental. Il est agrémenté de cinq bulbes dorés dont le plus grand devait s'élever à 27 mètres, sans compter sa croix en surplomb. L'ensemble du bâtiment doit également être recouvert d'une canopée de verre ondulée se transformant en façade photovoltaïque. Un projet qui ne va pas tarder à faire grincer des dents à la Mairie de Paris


Acte 3: L'opposition drastique de la Mairie de Paris

Le maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, ne mâche pas ses mots pour manifester sa «très nette opposition» au projet de l'église orthodoxe. Il affirme alors que «son architecture de pastiche relève d'une ostentation tout à fait inadapté au site». La critique du maire de la capitale est entendue: deux avis défavorables tombent. Ils émanent de l'architecte des bâtiments de France et de la direction régionale des affaires culturelles. Face à ces oppositions, la Fédération de Russie retire sa demande de permis de construire le 26 mars 2013. Mais elle assure que «le bâtiment religieux et culturel sera bien édifié», avant de préciser qu'un nouveau projet serait choisi.

● Acte 4: Jean-Michel Wilmotte entre en «Seine»!

Alors qu'on s'attendait à l'ouverture d'un nouveau concours international, la Fédération de Russie décide de faire appel directement à Jean-Michel Wilmotte. L'architecte français est arrivé deuxième du concours lancé en 2011. Ce dernier est bien connu par le Kremlin, puisqu'il a récemment travaillé sur le Grand Moscou. Son projet diffère quelque peu de celui imaginé par Manuel Nunez Yanowsky.
L'édifice, cette fois, sera paré de pierres blanches de Bourgogne et mieux intégré à son environnement. L'architecte a choisi de conserver les signes canoniques d'une cathédrale, notamment les cinq bulbes.
Néanmoins, ils seront de couleur «or matifié» afin de les rendre moins visibles dans le panorama des bords de Seine. Il faut, selon lui, que ces dômes soient moins éclatants que celui des Invalides. L'église orthodoxe sera plus étalée horizontalement même si elle s'érige tout de même sur 37 mètres de haut. Le centre «spirituel et culturel orthodoxe» abritera en outre une école bilingue franco-russe de 150 élèves, une maison paroissiale, un centre culturel comprenant une librairie, des salles d'exposition et un café.. Wilmotte évoque un ensemble «monolithique et très calme». Un bâtiment qui, pour reprendre les termes de l'ambassadeur russe, Alexandre Orlov, doit «être le symbole de la proximité historique, culturelle et spirituelle» entre Paris et Moscou.

 

Royaume-Uni: Theresa May deviendra Premier ministre dès mercredi


La ministre britannique de l’Intérieur Theresa May prendra les rênes du gouvernement britannique mercredi, a annoncé ce lundi David Cameron.


« Nous aurons un nouveau ministre dans ce bâtiment derrière moi mercredi soir », a déclaré le Premier ministre démissionnaire devant le 10 Downing Street, ajoutant qu’il présenterait sa démission à la reine mercredi après la séance de questions au Parlement. Theresa May est devenue lundi la seule candidate en lice dans la course à la succession du conservateur David Cameron après le retrait de sa rivale, la secrétaire d'Etat britannique à l'Energie Andrea Leadsom.

Une eurosceptique dans l’âme

Elle a annoncé son retrait dans une déclaration à la presse à Londres en soulignant que Theresa May, à qui elle a apporté son soutien, était « la mieux placée » pour diriger le gouvernement.

Restée à l’écart de la guerre intestine qui a secoué le parti conservateur pendant la campagne du référendum sur le Brexit, la très ferme ministre de l’Intérieur fait figure de candidate de consensus dans la succession à David Cameron.

Eurosceptique dans l’âme, Theresa May, 59 ans, avait pourtant choisi en début d’année, contre toute attente, de rester fidèle au Premier ministre et de défendre le maintien dans l’UE. Mais elle a fait le service minimum, défendant même une limitation de l’immigration, thème favori des pro-Brexit.

« Brexit signifie Brexit »

Theresa May, a affirmé ce lundi qu’elle ne tenterait pas de rester dans l’Union européenne, contrairement aux espoirs de certains, soulignant que les Britanniques avaient voté pour sortir de l’Union.


« Je ne saurais être plus claire : il n’y aura pas de tentative pour rester au sein de l’UE », a-t-elle déclaré en lançant sa campagne pour succéder à David Cameron. « Il n’y aura pas de tentative de revenir par la porte dérobée. »

« Brexit signifie Brexit » et « nous en ferons un succès », a martelé Theresa May. (le site 20 minutes)

 

 

Samedi 9 juillet 2016

 

                    !

             Regardez bien ces beaux, ces magnifiques palmiers en  pleine croissance, ceux qui ont été arrachés étaient des Washingtonia, ceux du haut des palmiers à huile, ce sont des survivants !

 

                                  Et voilà ce que des vandales en ont fait dans la nuit de jeudi à vendredi

 

Nous avons reçu cette information et ces photos d'un collaborateur de Gaston Flosse. Averti d'un massacre à la tronçonneuse à la pépnière  du Territoire de Papara par un coup de fil, l'ancien président s'est rendu sur le lieu du massacre " On a envie de pleurer" nous a-t-il dit.  Le constat, en effet, est pénible à regarder même en photos et d'une violence mauvaise, incompréhensible ne pouvant venir que de cerveaux malades. Il y a effectivement un gros problème de violence, de destruction volontaire chez certains Polynésiens, que ce soient sur les hommes, les femmes, les enfants, les animaux, ou même comme ci dessus, la nature.

..
En effet, il y a quelques jours des centaines et des centaines de palmiers de type « TONIA » ont été arrachés, tronçonnés et bien rangés  sur le côté du terrain à perte de vue.
Ces palmiers ont été plantés il y a plus de 20 ans à la demande de Gaston Flosse. Ces magnifiques palmiers étaient notamment destinés à l’embellissement des zones publiques, mais aussi, aux grands projets hôteliers. Précisons que la valeur marchande d’un palmier de cette qualité est estimé à près d’une centaine de mille de francs.
Ce carnage est d’autant plus incompréhensible, qu’à l’emplacement de ces palmiers des pousses de cocotiers ont été plantés !
Furieux, Gaston Flosse s’est rendu  sur place avec un huissier, afin d’établir un constat dans la perspective de déposer une plainte, mais aussi comprendre le pourquoi d’une telle bêtise. !

 

A l'Assemblée

Dans le cadre de la 8ème séance de la session administrative de l'Assemblée de Polynésie française, les élus ont poursuivi leurs travaux ce jour, et vous trouverez ci-joints deux communiqués de presse, relatifs à l'adoption de deux textes.

Le premier concerne une délibération instaurant une aide visant à favoriser l'achat de véhicules propres, et le second est un projet de convention de coopération renouvelée entre la Polynésie française et l'Ifremer pour 5 ans. Ces deux textes ont été adoptés à l'unanimité.

 

A la présidence, conférence de presse " hot" de Nuihau Laurey, lundi 11 juillet à 14h.

 

En métropole ;

Le 26 juillet, la France doit sortir de l’état d’urgence. A moins d’un nouvel attentat sur le territoire national, le gouvernement ne le renouvellera pas, confirme RTL. Mis en place au lendemain des attentats du 13 novembre, ce régime d’exception a été prolongé par les parlementaires le 20 novembre, puis le 20 février dernier et enfin le 19 mai, notamment pour couvrir la période des deux grands événements de ce début d’été: l’Euro de football et le Tour de France.

La fin de l’état d’urgence est-elle synonyme de la fin de la menace terroriste qui pèse sur la France? Rien ne l’indique. Au contraire, au mois de juin, une note des autorités belges a été transmise à Paris indiquant que des terroristes de Daesh avaient été envoyés récemment en Europe pour y commettre des attentats. Fin mai, c'était le patron des renseignements français, Patrick Calvar, qui estimait que la France est "aujourd'hui clairement, le pays le plus menacé". Avec la fin de l'état d'urgence, les Français doivent-il s'attendre à un relâchement de la sécurité?

 

 

                                                                   Dallas ton univers impitoyable....

 

 

Vendredi 8 juillet 2016

Pour avoir osé procéder à un rapprochement, confirmé par les vidéos entre les stratégies d'intimidation des casseurs et de la CGT, le jour de la grande manifestation, FOG a eu droit à des tombereaux d'injures et d'appels au meurtre, déversés sur les réseaux sociaux et notamment Facebook.

Quand les pointes font mouche, les sites en question deviennent les avatars des chiens de Pavlov dont les clabaudages rappellent à bien des égards que les auteurs ne sont que de grands  malades à la dérive  trouvant dans l'injure et la calomnie  sous chapeau d'anonymat bien sûr, une érection de satisfaction totale sans laquelle ils ne sont que des infirmes. Tel est le climat en Métropole comme en Polynésie, celui des passions tristes ou difficiles, des rancœurs avouées, des jalousies féroces réveillées par les réseaux où tout peut se dire, s'écrire sans risques. Sans risques ? Pas sûr !

Les deux agresseurs du vieux monsieur, filmés par un touriste japonais en pleine action (bonjour l'image touristique) sont à Nuutania pour 4 ans, fiers en eux-mêmes,  d'avoir roué de coups de pied l'homme à terre incapable de se défendre et de se protéger. Ce sont les héros polynésiens, les rois du coup de pied, de préférence sur le visage. Ces attaques à répétition vont encourager les citoyens à s'armer un de ces jours pour se défendre devant l'aliénation des individus  sans véritable haine, mais épris de violence bestiale. Les obèses ne veulent pas s'arrêter de manger (selon une femme : riz arrosé de lait condensé sucré !) et les violents ne ressentent pas de pitié. Les deux sont incurables.

Pas de clins d'œil, ni d'édito jusqu'à lundi. pour cause d'essayage d'un gilet pare-balles !!!!!!!!!

 

 

 

                                         Dans ce dessin, on voit la cruauté du désir de pouvoir à grande échelle

 

 

A Dallas au Texas cinq policiers tués, sept autres gravement blessés et revoilà la guerre raciale Blanc/Black qui refait surface. A croire que certains ont vraiment envie de voir Donad Trump au pouvoir et c'est bien ce qui risque d'arriver. Il a promis de" mater" tous ceux qui méritaient de l'être.... et les Américains ont applaudi. En croyant servir leur cause " les tueurs de flics" ont creusé leurs tombes.

 

 

Jeudi 7 juillet 2016

Les perles de François Hollande ou supposé telles:

 "La fièvre typhoïde je sais ce que c'est je l'ai eue, on en meurt ou on en reste idiot"

ndlr : pas possible !

"Il y a ceux qui n'attendent plus rien... je fais en sorte de leur apporter ce qu'ils attendent !"

ndlr :  Et généreux avec ça !

"Je demande aux Français de ne pas aller dans les zones à risques... parce que c'est dangereux"

ndlr : sympa de nous prévenir !

 

 

 

Le 7 juillet 2016,victoire des "bleus" sur l'Allemagne

L'Allemagne,  championne du monde, se fait battre par la France par 2 à zéro. Les "Bleus" affronteront en finale le Portugal. Bravo ! Un très beau match et une victoire méritée !

 

Clins d'œil

 

Quand le représentant RMiste du clan Fritch, René Temeharo, arrêtera de chanter et siffler fort, quand une représentante  de l'opposition interviendra dans l'hémicycle, nous relayerons, peut-être, ses informations. Le respect, une majorité de Polynésiens et d'élus ne savent toujours pas ce que ce mot veut dire.

 

Dans le cadre de la simplification des démarches de demande de passeport, il est désormais possible depuis 1er juillet 2016 pour les usagers d'effectuer une pré-demande de passeport en ligne en Polynésie française. Voir le Ht commissaiat

 

A l'Assemblée nationale, tentative avortée pour la seconde fois de la motion de censure de gauche. Les légitimistes socialistes sont amers et dénoncent les pressions entre "l'enclume des frondeurs et le marteau de Manuel Valls". Dur!dur!

 

Le Brexit a encore fait flancher les places boursières à l'exception de Wall Street mais à l'inverse a propulsé l'or, valeur refuge.

 

La 8ème séance de la session administrative  se tiendra ce matin, jeudi 7 juillet 2016, à partir de 9 h dans l’hémicycle de l’assemblée. " Too bad" c'est à 9h que débute le match France/Allemagne.

Mais c'est ce matin que la "commission d'enquête Laurey"  concernant l'électricité sera votée pour faire toute la lumière sur le combat que livre Tina  Cross à Nuihau Laurey.

 

Le patron de la Dépêche Dominique Auroy en réponse au vice-président Nuihau Laurey sorti de son hibernation  qui a bien l'intention désormais de ne plus laisser dire n'import quoi, lui répond : " les lecteurs sont libres de s'exprimer" Il doit confondre avec la poubelle de "Facebook" !

 

 Un tahitien interrogé sur le préservatif a répondu : " le préservatif ce n'est pas sain, ce n'est pas naturel, c'est chimique. Faut pas le mettre !"

 

De décret en décret  la loi Morin d permettra-t-elle une plus large indemnisation ? Seul Edouard Fritch fait semblant d'y croire d'autant que la notion " de risque négligeable" n'a pas été supprimée.

 

La compagnie Norwegian Air Lines vient d'ouvrir ses ventes sur le tronçon Los Angeles-Paris. Les rotations en vols directs débutent le 29 juillet. A partir de 16800 frcp l'aller simple! Air France et Air Tahiti Nui vont avoir de la concurrence.

 


Une peine d'inéligibilité de cinq ans, deux ans de prison avec sursis et neuf millions d'euros d'amende pour fraude fiscale et blanchiment. C'est ce que le parquet national financier (PNF) a requis contre Serge Dassault . « Décemment », le sénateur Les Républicains de l'Essonne, accusé de blanchiment de fraude fiscale, ne peut pas continuer à siéger à la haute assemblée, où il fait partie de la commission des Finances," souligne le parquet.

 

Le président de la Cour des comptes, Didier Migaud, a critiqué l'organisation du gouvernement en indiquant que la France avait "trop de ministres" par rapport à ses voisins ( 18 ministres et 32 secrétaires d'Etat 67 millions d'abitants). Mais que dire de la Polynésie  avec 10 ministres pour 284.200 habitants contre...16 ministres en Allemagne pour ...77 millions d'habitants

 

 

 Extrait intéressant de l'intervention d'Armelle Merceron à l'Assemblée ce matin sur l'éducation

... En effet au-delà des moyens financiers, matériels et humains consacrés à l’Education, chaque enseignant et pédagogue sait que d’autres variables influent sur la réussite des enfants :

- les représentations que ce font les familles de l’école (une chance ? une opportunité ? ou une contrainte ?). S’il y a contradiction entre ce que pense la famille et ce que dit et fait l’école, l’enfant aura du mal à réussir ;

- la situation familiale : la précarité, la pauvreté, la promiscuité, la violence ont des chances de faire échec aux efforts collectifs pour élever l’enfant. Les comportements des parents peuvent perturber les apprentissages, ou créer des rejets de l’école ;

- les contraintes liées à la géographie : séparation des enfants de leurs familles, longueur des trajets par exemple.

 Prendre conscience que tous ces éléments compte dans la construction et la réussite de l’enfant et de l’adolescent, que l’école ne peut seule le faire réussir est indispensable et il faut apprécier que cela soit rappelé dans le rapport.

ndlr : On le dit et le répète depuis des années et ce n'est pas fini...

 

Escale du d’Entrecasteaux à Papeete du 12 au 17 juillet

Le mardi 12 juillet, le B2M d’Entrecasteaux fera escale à la base navale de Papeete jusqu’au 17 juillet.
Le d’Entrecasteaux sera affecté en Nouvelle-Calédonie. Il s’agit du même navire que le Bougainville qui rejoindra les forces armées en Polynésie française à la fin de l’année.
Le B2M est un bâtiment destiné à assurer de nombreuses missions outre-mer: présence, surveillance et protection des zones économiques exclusives, projection de forces, soutien logistique et sauvegarde et assistance au profit des populations.
Armé par un équipage de 20 marins et pouvant assurer un déplacement d’environ 2300 tonnes en charge, le B2M peut atteindre une vitesse de 13 nœuds. Ce type de bâtiment permettra d’effectuer des missions de 30 jours sans ravitaillement et sera en mesure de naviguer 200 jours par an.
 

 

Mercredi 6 juillet 2016

 

François Hollande au début de son mandat en 2012 a dit :

"Un mandat se juge sur ses résultats, une politique sur sa cohérence, un caractère sur sa constance." ( Pas faux !)

Mais il a dit aussi :

"En fin de mandat, l'impopularité ne révèle pas le courage. L'impopularité révèle la défiance des Français envers ceux qui dirigent" (Pas faux non plus !)

 ( A ce moment là en 2012 Sarkozy était à 28% Hollande aujourd'hui est à 12%)

 

 


Clins d'œil

Parmi les invités russes de Tearii Alpha il y a  quelques semaines, "Trackfin" a relevé deux Russes marqués pour  blanchiment d'argent ( source parisienne)

Le 15 juillet nous apprendrons qui est candidat aux législatives puisque ce sera le dernier jour du dépôt de candidatures. Nous connaissons ceux du Tahoeraa, Vincent Dubois, Teura Iriti et Moana Greig. Mais on évoque aussi les noms de Christian Vernaudon et Teva Rohfritsch. Seront-ils soutenus par le RMA ?

Les chiens en laisse sont désormais autorisés dans les transports publics gratuitement  à Madrid, Espagne.

Dans les 10 prochaines années, les logiciels vont transformer la plupart des industries traditionnelles.


« Uber » est tout simplement un outil logiciel, même s'ils (les dirigeants)  ne possèdent aucune voiture, ils sont devenus « la » plus grosse compagnie de taxi au monde (on ne comptabilise pas la France !!!, vu les galères auxquelles ils ont eu à faire face.


« Airbnb » est en passe de devenir « la » plus grosse chaîne hôtelière au monde, même s'ils ne possèdent aucun établissement hôtelier, ni pension de famille, ni hôtels avec bungalows sur pilotis.


À propos de l’intelligence artificielle : les ordinateurs sont de plus en plus performants, de façon exponentielle, pour comprendre le monde.
Cette année, un ordinateur a battu le meilleur joueur de Go au monde, 10 ans plus tôt qu'on s'y attendait.


Aux Etats-Unis, (oui je sais, encore chez l’oncle Sam, mais 1ère puissance militaire mondiale oblige,) de jeunes avocats ne trouvent déjà plus de travail car l'ordinateur « Watson » de chez IBM est en mesure de donner un avis légal en quelques secondes, pour des causes plus ou moins compliquées, le tout avec 90% de justesse en comparaison de 70% pour un avocat homo sapiens. Donc si vous étudiez en droit, et que vous espérez faire fortune je ne tiens pas à vous décourager mais …. ….  laissez tomber. Dans un proche avenir, il y aura 90% moins d'avocats, et seulement ceux qui seront très très très spécialisés survivront, je ne parle pas évidemment du tribunal de Papeete ou celui de Mogadiscio.


Ce fameux ordinateur Watson aide déjà à diagnostiquer des maladies comme le cancer avec 4 fois avec plus de précision qu’un cancérologue classique, oui, je sais cela coûte encore très très cher, et  ils ne sont qu’au stade expérimental et de tests mais on y arrive.


Facebook a déjà un logiciel de reconnaissance des visages supérieur aux humains.


En 2030 les ordinateurs seront devenus plus intelligents que les humains, même si ce sont ces mêmes humains qui les programment.


Voitures sans conducteurs : En 2018/2020 les gens auront accès aux premiers véhicules sans conducteur.


 

Editorial

Acrobatique gouvernement !

On remarquera que les questions de certains journalistes  radios/télés deviennent un peu plus précises que par le passé. Disons moins lénifiantes et plus incisives parfois sur les erreurs du gouvernement ou ses explications souvent fumeuses. Alors, au bout d'un excellent jeu de jambes concernant études  nombreuses et diverses, le ministre en charge du dossier Mahana Beach a tenté de persuader la population que ce projet était  loin de faire "glouglou" et Jean Christophe Bouissou, quel miracle, a découvert qu'il y avait des bâtisseurs dans le Pays ! Chouette ! La parade est trouvée sur un projet capoté dont le monde du tourisme à l'étranger a fait ses choux gras pendant des mois. Enfin, il n'est jamais trop tard de confier dans l'oreille attentive des Polynésiens que le gouvernement découvre ce projet "comme étant " colossal et compliqué ". Fichtre ! Belle découverte en vérité. Mais France/Allemagne demain a plus de succès que le bide des financiers du Mahana Beach.

 Mais alors puisque le gouvernement se dit si soucieux de ne pas confier ce type de projets à des groupements n'ayant pas les reins assez solides, pourquoi n'ont-ils pas pris les renseignements financiers nécessaires en Chine par le biais des experts financiers mandatés chèrement qui se sont contentés de conseiller au gouvernement , 1/ de signer un petit chèque d'acompte. 2/ de mettre une date butoir le 30 juin pour le lancement des travaux? 3/ pourquoi des millions de subventions au maitre d'ouvrage le TNAD, service en charge du projet. 4/ pourquoi avoir renvoyé sans autres formes de procès l'expert en sinologie auprès des gouvernements locaux dont les relations en Chine sont de première main ? Son crime étant d'avoir travaillé avec Oscar Temaru pour faire venir des investisseurs chinois, mais surtout pour avoir  permis à Gaston Flosse de poursuivre sa conquête de la Chine stoppée net, on sait comment. Deux crimes impardonnables aux yeux de ce gouvernement qui ne sait pas utiliser les compétences qu'il a sous le nez  même ayant servi les précédents patrons de la Polynésie. Ceux-là généralement servent un maitre quel qu'il soit dans l'intérêt général  sans état d'âme. Ils peuvent servir et indiquer avec la même application professionnelle, la cour, la cuisine, la conversation et la meilleure direction ! Les éliminer est une faute, une erreur, un manque de maturité politique.

Bref, les dessous de cet échec, tous ces voyages fabuleux  dans" l'Empire du Milieu"  qui devaient, comme les terres rares, nous apporter de riches investissements, des liaisons aériennes pour transporter les milliers de touristes dont nous aurions eu besoin, se sont heurtés à une série de mauvais conseils donnés chèrement à un gouvernement de néophytes. Ce n'est pas quand on met une date limite ou que l'on demande un chèque d'avance de 200 millions sur un projet de plus de 200 milliards que l'on fait cocorico très sérieusement devant l'ensemble de la presse lors d'une signature à la présidence avec le groupe Recas associé à China Railway international et R&F Properties. et les rodomontades  qui s'ensuivent avec un mélange de hâte primesautière et d'improvisation pétulante.  C'est  à la présidence et devant les journalistes toujours invités, pour un oui ou un non, que l'investisseur chinois aurait dû sortir son carnet de chèques et signer cet acompte devant les flashs des photographes. Shame

Mais la meilleure c'est quand même la découverte étonnée de Jean Christophe Bouissou d'apprendre que la Polynésie n'aurait pas dû aller chercher plus loin que ses frontières maritimes, ce qu'il a appelé :" des bâtisseurs locaux" qui vont par-delà les mers, construire et investir dans des projets tout aussi grandioses que le Mahana Beach ! Mais Solia et Bouissou sont restés dans le vague. Aucun nom. Aucune précision. Un vrai flou hamiltonien.

 James Heaux sur Première a bien tenté hier soir de poser les bonnes questions au ministre en charge du dossier mais celui-ci s'est défilé avec un  art consommé en balançant l'encensoir à la "prudence" du gouvernement. Un sacre. Pas tout à fait, grâce au journaliste  dont nous avons retenu les excellentes  questions. En bon professionnel, il a su  rebondir à chaque réponse du sphinx en face de lui par une nouvelle question se rapportant à la réponse en lui faisant perdre pied. Il a fort bien joué son rôle d'informateur auprès de la population.

 

 

 Voici les questions de James Heaux

1/ Que s'est il passé, pourquoi les investisseurs chinois ne sont pas au rendez-vous ?

 2/ Pourtant le gouvernement avait tout mis en œuvre pour éviter justement ce cas de figure, ( expertises par des cabinets internationaux sur la fiabilité économique, technique et financière des investisseurs ) faut-il conclure que vous avez fait le mauvais choix ?

 3/ Le Gouvernement a mis un an avant de choisir l'investisseur qui devait construire le Mahana Beach, que va-t-il se passer maintenant ? Combien de temps faudra-t-il encore attendre avant un premier coup de pioche ? 

 4/ Que dites-vous aux polynésiens et polynésiennes à qui vous avez promis des emplois grâce au Mahana Beach, et qui vous ont fait confiance ?

 5/  Après la ferme aquacole de Hao, c'est au tour du Mahana Beach d'être revu à la baisse, le costume est-il trop grand pour Edouard Fritch comme,l'affirme le Tahoêraa huiraatira ?

 

 

Nucléaire

 Marcel Tuihani participe au Comité de suivi de la Loi Morin

 

 Le comité de suivi de la loi Morin s’est tenu ce jour au ministère de la Santé à Paris. Le président de l’assemblée Marcel Tuihani membre du comité a pris connaissance du projet de décret modifiant les critères d’application de la Loi Morin, conformément aux engagements pris par le Président de la République lors de son passage en Polynésie française. La ministre de la Santé, Madame Marisol Touraine, présidait le comité.

 Madame Touraine a présenté les propositions de modifications qui consistent pour l’essentiel à prendre en compte les récentes décisions de justice et notamment celles du Conseil d’Etat, qui considèrent que lorsque les mesures effectuées pour calculer les rayonnements reçus par chaque individu, c’est à dire les relevés dosimétriques, sont absentes ou insuffisantes, on ne peut pas opposer le risque négligeable, point qui constituait le principal écueil à l’indemnisation des victimes des essais nucléaires.

 Le projet de décret fixe également désormais un seuil de 0,3 % en dessous duquel la maladie est réputée ne pas être imputable aux essais nucléaires. Il appartiendra au comité de l’évaluer pour chaque cas.

Le demandeur aura désormais la possibilité d’exposer sa demande devant le comité sans se déplacer par visioconférence.

Les demandeurs dont le dossier a fait l’objet d’un rejet par le CIVEN ou avant lui par le ministère de la défense ont la possibilité de présenter un nouveau dossier au regard des nouvelles conditions d’indemnisation, dans un délai de 6 mois à compter de l’entrée en vigueur du nouveau décret, sous réserve toutefois qu’ils n’aient pas fait l’objet d’une décision de justice devenue définitive.

Ce nouveau décret constitue à ce stade un projet. Le comité de suivi attend à présent d’éventuelles propositions de modifications qui devront être communiquées avant la fin du mois de juillet.

 Marcel Tuihani souhaite que sur cette question la Polynésie française puisse s’exprimer d’une seule et même voix. Il a particulièrement apprécié la volonté de Madame la ministre de la Santé, Marisol Touraine, de tout mettre en oeuvre pour rendre applicable ce décret modifié et permettre de favoriser dans les meilleures conditions l’indemnisation des victimes des essais nucléaires. Le président de l’assemblé souhaite que le CIVEN, autorité indépendante chargée d’appliquer les dispositions de la loi Morin, et dont le rôle est essentiel, puisse accompagner de manière constructive ces nouvelles dispositions attendues par tous.

 Assistaient également à cette réunion, le président de la Polynésie française Edouard Fritch, la sénatrice Lana Tetuanui, les députés Jonas Tahuaitu et Maina Sage, ainsi que les présidents des trois associations de défense des victimes et anciens travailleurs des essais nucléaires.

 

Au conseil des ministres (Extrait)

Depuis l’année 2015, l’association SPG Bio Fetia occupe, par ailleurs, une place importante dans le programme régional INTEGRE qui lui permet de bénéficier de financement de l’Union Européenne, notamment pour son fonctionnement avec une aide financière de 5.5 millions Fcfp pour l’année 2016.

Pour conforter le partenariat que les pouvoirs publics ont engagé avec l’association SPG Bio Fetia, dans le cadre de la promotion de l’agriculture biologique, le Conseil des ministres a décidé d’accorder à cette association une subvention de fonctionnement de 5.5 millions Fcfp afin de contribuer au financement de son activité.


Reprise d’ancienneté dans les cadres d’emplois des attachés d’administration, des ingénieurs et des techniciens de la fonction publique

Une délibération du 24 mars dernier a modifié les dispositions régissant les statuts particuliers des attachés d’administration, des ingénieurs et des techniciens de la fonction publique de la Polynésie française afin de permettre notamment la reprise d’ancienneté des services effectués dans le secteur privé.
Suite à cela, le Conseil des ministres a déterminé les emplois éligibles au dispositif en tenant compte des compétences associées, et en les comparant avec celles nécessaires pour l’exercice des métiers exercés par les fonctionnaires relevant de ces cadres d’emploi
s.
 

 Projet de délibération sur le retrait des hydrocarbures destinés à la production électrique du FRPH

Dans le cadre de la transition énergétique souhaitée par le Pays supposant moins de carburants fossiles, le plan de transition énergétique 2015-2030 du ministère de l’énergie vise notamment à changer de modèle économique en matière d’énergie en favorisant une plus grande transparence dans les coûts et les prix, une plus grande pluralité d’acteurs et un plus grand choix pour les consommateurs.

Cette évolution du modèle économique devrait permettre de distinguer avec précision l’ensemble des coûts inhérents à chaque filière énergétique, en particulier celles de l’approvisionnement et la distribution d’hydrocarbures.

Elle suppose ainsi que le soutien de la production électrique d’origine thermique au travers du mécanisme du FRPH (Fonds de régulation des prix des hydrocarbures) pour les gazoles et le fuel destinés aux centrales thermiques soit interrompu.

La fonction de lissage des prix de ces hydrocarbures dans le temps, exercée alors par le FRPH, serait dorénavant assurée par la contractualisation d’achats à terme de ces carburants. Cette démarche se traduirait par des opérations de couverture sur les risques de fluctuations des cours mondiaux sur une période définie.

 

Modifications du calendrier scolaire

 -           Début des vacances de novembre : vendredi 28 octobre 2016 (1er degré) ou samedi 29 octobre 2016 (2nd degré) après les cours ;

-           Fin des vacances : dimanche 13 novembre 2016 ;

-           Quatre journées supplémentaires travaillées dans le 1er degré : vendredi 28 octobre 2016 et du mardi 27 au vendredi 30 juin 2017 ;

-           Quatre journées supplémentaires travaillées dans le 2nd degré : du jeudi 22 au mardi 27 juin 2017 ;

-           Deux temps de concertation pédagogique du 1er degré sont décalés :

1.        du vendredi 18 novembre au vendredi 2 décembre 2016,

2.         du lundi 26 juin au vendredi 30 juin 2017 ;

 Allonger d'une semaine les vacances de novembre 2016 et respecter la règle des 36 semaines d'enseignement génère, ainsi, la réduction d'autant des grandes vacances de 2017.

 

 

 

Mardi 5 juillet 2016

Nuihau Laurey porte plainte contre la Dépêche qui a laissé passer un courrier extrêmement diffamant et ordurier contre le vice président. Ce qui généralement ne se fait pas.

 

COMMUNIQUE DU VICE-PRESIDENT DE LA POLYNESIE FRANCAISE

 C’est avec stupéfaction que j’ai pris connaissance des termes diffamants et orduriers tenus à mon encontre dans un « courrier des lecteurs » anonyme (signé Yannick, représentant un comité Facebook sur l’électricité ) et publié dans l’édition du 5 juillet 2016 de « La dépêche de Tahiti ».

Le courrier anonyme me qualifie ainsi de « VRP D’Engie », de « vendu à une multinationale qui pille votre peuple», étant « financièrement lié à EDT », mouillant les élus de la majorité « dans des combines sans aucun scrupule », tout cela pour « protéger le monopole » de cette multinationale.

Ces propos diffamants constituent une atteinte intolérable à ma probité et à mon honneur dans l’exercice du mandat public que j’exerce.

Je porterai donc plainte contre son auteur, dont le caractère insultant et diffamant des propos témoigne manifestement d’un trouble psychologique obsessionnel.

Je m’étonne, mais ne suis pas surpris, qu’un quotidien comme « La Dépêche de Tahiti » puisse diffuser et offrir une tribune publique à des accusations d’une telle gravité.

Il convient aujourd’hui de s’interroger sur « l’indépendance et l’objectivité » qui ne figurent plus, à juste titre, sur la première page de ce quotidien, plus particulièrement depuis qu’il a été acquis par un homme d’affaires qualifié par le président du parti auquel appartient Mme Tina CROSS de « persona non grata » en Polynésie française.

Compte tenu de la responsabilité de diffuseur de ce quotidien dans les propos diffamants tenus à mon encontre, je porterai donc plainte aussi contre la « Dépêche de Tahiti », la rédaction et la direction de ce quotidien ne pouvant ignorer ce à quoi ils s’exposaient en publiant un tel « torchon ».

NDLR Comment en est-on arrivé à un tel degré de haine aveugle ?

 

 

Clins d'œil

Dans un communiqué le Tapura accuse Gaston Flosse d'avoir fait capoter le projet du Mahana Beach, trop onéreux !!! C'est la meilleure de l'année celle-là ! Le ridicule ne tue plus heureusement. Qui a signé avec l'investisseur chinois ? Serait-ce Flosse ? Ce Mahana Beach de toues manières n'était pas aux normes polynésiennes. Tout le monde a cependant applaudi de Flosse à Fritch.

 

Un petit-déjeuner de travail a réuni, mardi matin, à l’Assemblée nationale , le président Edouard Fritch, le député de Guadeloupe et ancien ministre des Outre-mer, Victorin Lurel, la députée Maina Sage et la sénatrice Lana Tetuanui.

 

Tiens donc pourquoi la ministre des Outre mer qui s'était " fritée" avec le sénateur Nuihau Laurey au Sénat sur le remboursement des  480 millions d'euros de la dotation globale d'investissements dus au territoire injustement "piqués", alors qu'elle avait promis de les rendre, ne le sont-ils toujours pas ? Chose promise, chose due ? Vous croyez ?

 

Pour la PSG qui tourne à l'extrême ralenti par rapport à l'électricité qui "zigzag" dans l'air de l'Assemblée, il n'y a finalement qu'une chose à dire: soit on trouve plus d'argent, soit on réduit les dépenses, soit on fait les deux à la fois !

 

Si la concession EDT n'avait pas été prorogée de 2020 à 2030, le pays dans moins de quatre ans aurait pu bénéficier gratuitement de tous les actifs d'EDT. Loupé !

 

Question sans réponse : Pourquoi Milou Ebb quand il était le patron de Marama nui et les actionnaires ont-ils accepté de vendre leurs actions à EDT qui a dit : "oh oui !" à l'époque et auquel on reproche aujourd'hui - les actionnaires - d'avoir eu l'audace d'accepter ! ?

Makemo grand champion de la fourniture "d'électricité" par éolienne .

 

Editorial

Quand j'ai rencontré Michel Rocard...

On se souvient quand même que le Mahana Beach est un projet initié par l'ancien président Gaston Flosse. Une représentante  du Tahoeraa qui suit le dossier nous a donné  la triste information le 24 juin dernier, lors de l'anniversaire de son président de parti que l'investisseur présumé jetterait l'éponge. Nous avons cherché à avoir confirmation, le moment venu, avant de publier qu'à la date prévue du 30 juin, il y aurait bien  un désistement de la part de celui dans lequel le pays mettait tous ses espoirs. Mais une fois encore Tahiti Today n'a pas été crédité de cette information lorsque nous l'avons publiée samedi . Que voulez-vous j'étais journaliste quand la plupart d'entre eux étaient toujours dans les "corones" de leurs pères ! Impardonnable . Au détour d'une réunion politique l'un d'eux m'a d'ailleurs dit " Décidément Christine vous êtes dure à tuer !". Là, j'ai compris !

 C'est ainsi que dans le cadre de mes grands reportages dans la Dépêche j'ai interviewé à Paris tous les candidats à la présidentielle de 1981 : Mitterrand, Rocard, Chirac, Le Pen etc... ( voir les archives de la Dépêche). Michel Rocard à l'époque avait une grosse cote. Georges Dayan, le meilleur ami de Mitterrand, révèle F0-G, lui avait recommandé " laisse tomber tous ses cons, que le PS retourne à ses vomissements et à ses querelles de boutique, ça n' aucune importance;" Mais Mitterrand n'était pas du genre à se délester du pouvoir tant il est plus aisé de le conserver que de le conquérir, n'est-ce-pas? Et c'est à ce moment là que Rocard prend de l'importance et à sa manière se met en position de gagner le PS dont il recherche l'investiture pour la grande bataille de 1981 Il est le contraire de François Mitterrand qui le doublera au poteau à sa manière.

Lors de ma rencontre avec ce personnage qui n'a jamais eu la place qu'il devait avoir, les doigts jaunis par la nicotine, le débit rapide et haché, la voix théâtrale à la Louis Jouvet, j'ai passé le plus dur moment de ma vie de journaliste à comprendre ce qu'il me disait d'autant plus que je le regardais avec inquiétude engloutir café noir sur café noir tout en m'expliquant pourquoi il était candidat à la présidence de la République.

J'étais déjà fortement impressionnée moi, petite journaliste politique de Tahiti où je connaissais par cœur les us et coutumes des politiques locaux, enfermée dans ce bureau enfumé du siège du PS rue de Solferino avec un bataillon d'hommes dont on voyait les noms dans tous les journaux de France et de Navarre et surtout face à un homme torturé que je ne comprenais pas. Mitterrand lui se contentait d'écouter, laissant dire et poser les questions. Le silence comme disait de Gaulle est le silence des forts alors que Rocard était pour moi un agité du bocal. Rien ne lui échappait, il savait tout . Et dans sa tête il avait déjà organisé et préparé  tout ce qu'il ferait s'il était élu. En fait j'étais éblouie et tétanisée à la fois dans  cette lourde odeur de tabagie.  C'est sans aucun doute l'interview dont j'ai eu le plus de mal à relayer les réponses à mes questions de retour à Tahiti. Du coup, les autres candidats ont été pour moi du pain béni.

 

 

Courrier :

Alors il parait que Fritch va faire appel à l'ancien prêtre défroqué Barillot pour reprendre le Coscen ?Quelqu'un lui a-t-il demandé quel cursus a-t-il suivi (et par quel diplôme éventuel ses études ont-elles été sanctionnées) pour se prévaloir d'être l'expert scientifique du nucléaire ? D.

(NB.Entre prêtres défroqués ou pas, on se comprend !) 

 

Le Tahoeraa réagit :

"Si le Tahiti Mahana Beach ne se fait pas on est foutu"

La presse nous apprend que le Projet Tahiti Mahana Beach est sérieusement compromis car le consortium chinois devant s’occuper du financement se serait retiré. Comment ne pas être surpris de cette décision alors que le président nous assurait encore récemment que tout était en bonne voie. Il faut croire que le costume est trop grand pour lui. Ce ne sont pas les explications emberlificotées qu’il donnera dans les jours à venir qui vont nous convaincre du contraire. Depuis le début le président Fritch s’est montré timoré et frileux en ce qui concerne le Tahiti Mahana Beach, montrant que ce projet était trop grand pour lui. C’est d’ailleurs lui qui déclarait à l’Assemblée durant la commission de l’économie le 18 novembre 2015 en parlant des grands projets : « Mais nous ne savons pas faire. Il ne faut pas avoir peur de le dire. Nous ne savons pas faire. »

Pour le projet aquacole de Hao c’était déjà le même cinéma. Il a fallu que le président se rende lui-même en Chine avec les chefs de service pour sauver le projet qui s’est finalement retrouvé amputé de la moitié des investissements prévus. A force de laisser planer le doute et d’attendre, les investisseurs se méfient et n’y croient plus. La réalité c’est qu’à force de tergiverser Edouard Fritch a cassé la dynamique lancée en 2013. Le Tahiti Mahana Beach est pourtant le seul grand chantier qui est capable de sortir le pays de la crise et de créer les milliers d’emplois attendus. Le 5 aout 2014 le président Gaston Flosse évoquait à la présidence les enjeux du projet Tahiti Mahana Beach : « Si nous ne parvenons pas à lancer ce projet Tahiti Mahana Beach et les autres, faute d’investisseurs, nous sommes foutus, c’est pour ça que je me bats et que je me battrai jusqu’au bout. »; la suite, chacun la connait !

Que de temps perdu. Il ne se passera rien avant la fin de la mandature, et nous aurons perdu une mandature de plus en dépit des assurances données par le président qui affirmait encore dans son discours d’ouverture de la session administrative 2016 : "La période 2015-2018 devait être consacrée au lancement des grands chantiers productifs et créateurs d’emplois. Nous sommes dans cette période et notre gouvernement s’inscrit dans ce timing, contrairement aux rumeurs qui sont propagées. » Le retrait du consortium chinois prouve que nous avions raison de nous inquiéter.

Nous attendons toujours l’application des mesures proposées par Teva Rohfritsch. Lors du dernier collectif budgétaire à l’assemblée, le groupe Tahoera’a Huiraatira a constaté qu’aucune des mesures proposée par le ministre de la relance économique n’était dotée des crédits nécessaires à sa réussite. Edouard Fritch voudrait torpiller Teva Rohfritsch qu’il ne s’y prendrait pas autrement. Il aura beau proposer 100 mesures en faveur de la relance, si elles ne sont pas financées, elles ne seront que des voeux pieux.

La réalité c’est qu’Edouard Fritch se moque de la relance et de la création d’emplois. Il est uniquement obsédé par sa réélection en 2018 et il préfère utiliser l’argent pour distribuer des subventions aux maires rouges. Loin d’être le président de tous les maires comme il le déclarait récemment, son soutien sélectif montre qu'il n’est rien de plus que le président du RMA.

Partout il met en place des gens à lui. Ainsi à Tubuai il a désigné la seconde adjointe au maire comme représentante du Tapura. C’est elle qui distribue les CAE, recrute les personnels dans les services du pays. La gouvernance Fritch se résume ainsi : on n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Pendant ce temps la population souffre et la PSG est au point mort. N'est-ce pas le président qui déclarait lors de ses voeux télévisés le 31 décembre 2015 : "Cette année 2016 verra la concrétisation de deux grands chantiers : la ferme aquacole de Hao et le Tahiti Mahana Beach. Ce sont des milliers d'emplois qui verront le jour. Nous présenterons bientôt la réforme tant attendue de la Protection sociale généralisée afin d'assurer le paiement des retraites et pour garantir les soins et la solidarité pour tous. Nous avons pris le bon cap." Faut-il encore le croire ?


-

 

La reprise en mains du Mahana Beach selon le gouvernement qui ne veut pas perdre la face ! On savait..... mais on ne peut pas tout dire aux journalistes !

La défaillance du groupement RECAS

Au cours des derniers mois, le gouvernement a constaté la difficulté pour le groupement RECAS à réunir son tour de table d’investisseurs, et à produire les engagements fermes des investisseurs, mais également à payer la caution de deux millions de dollars, qui étaient les conditions essentielles prévues par le protocole d’accord du 19 décembre 2016 pour aboutir à une signature avant le 30 juin 2016.

Le 25 avril 2016, et après plusieurs échanges avec l’investisseur pressenti, TNAD a mis en demeure le groupement mené par RECAS pour qu’il respecte ses engagements relatifs, notamment, à la constitution de la garantie contractuelle et à la conclusion du pacte d’actionnaires qui définit les engagements fermes de financement du projet par les différents partenaires.

En l’absence de réponse satisfaisante du groupement mené par RECAS qui est resté défaillant, le conseil des ministres extraordinaire du 13 juin a officiellement constaté la défaillance de ce groupement RECAS, et il a été mis un terme aux négociations avec ce groupement par TNAD.

Reprise en main du projet

L’incapacité du groupement RECAS à aboutir dans le financement du projet qu’il a présenté dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt et estimé à 250 milliards XPF, montre toute la difficulté à réaliser ce projet gigantesque, mais aussi conforte le gouvernement dans sa méthode de conduite du projet.

En effet, la rigueur, la méthode et la prudence du gouvernement ont permis d’éviter de conclure un accord définitif avec un investisseur qui s’avère, en réalité, incapable de concevoir, financer, construire et exploiter le projet Tahiti Mahana Beach qu’il s’est engagé à réaliser.

Dès lors, l’échec du groupement RECAS n’est pas l’échec du projet en lui-même, mais une confirmation de ce qu’il s’agit d’un projet colossal et compliqué, et que le gouvernement a bien raison d’être très attentif sur la réelle capacité du ou des investisseurs à le concrétiser.

C’est donc pourquoi, après la décision du conseil d’administration de TNAD de mettre fin à la procédure de dialogue compétitif, le gouvernement entend reprendre la conduite de ce projet différemment.

NB sauf qu'il s'est bien gardé de dire comment !!!!!
 

 

Lundi 4 juillet 2016

Ainsi va la Polynésie française

Editorial

Les Américains peuvent indemniser les habitants de l'atoll de Bikini pour la destruction totale de leur lieu de vie, les habitants ayant été transférés au préalable sur l'atoll de Rongerik.  L'atoll de Bikini avait carrément été totalement irradié de même que les navires qui servaient de test lors de l'opération " Crossroads". Peu à peu la population  s'est réapproprié l'atoll avec des risques  dix mille fois supérieurs aux retombées de " Eole"( le dieu du Vent) sur Moruroa.

Trois intérêts en ce mois de juillet se détachent dans le quotidien des Polynésiens : le Heiva, de plus en plus magnifique, le nucléaire de plus en plus rabâché et le duel électrique Cross/Laurey de plus plus abscons avec une énième conférence de presse de la représentante qui devrait prendre des vacances. Cela ferait du bien à tout le monde. Mais surtout à elle.

La population a tourné la page du nucléaire depuis longtemps, si l'on en croit le micro-trottoir la semaine dernière de TNTV, mais pour les politiques, les religions et les associations laïques, le nucléaire et le prix de l'électricité tiennent le haut du pavé de la presse en cette période de vacances. Le président du pays s'est une fois encore envolé pour Paris où il va tenter de supplier son ami François Hollande de tenir ses promesses d'une part et d'accélérer les indemnisations dont on nous dit ,sans frémir aujourd'hui, que toutes les populations des îles avaient été touchées. Pauvre Hollande !

 Quant aux grands projets du gouvernement, ils font pschitt les uns après les autres quand ce n'est pas "glouglou". Ainsi va la vie en Polynésie mais c'est tout de même mieux qu'aux Fidji où un couple de Russes a été retrouvé démembré (et peut-être boulotté). Des morceaux de corps, ont été retrouvés sur une plage de l’archipel..La police enquête sur ces deux meurtres suivis du démembrement des corps, selon les médias locaux. Les tests ADN confirment l’identité des victimes.

 

 

 

AFP/ La radioactivité dans le Pacifique est quasi normale, cinq ans après Fukushima selon l'AFP. Bonne nouvelle pour les défenseurs de l’environnement, les niveaux de radioactivité à travers l’océan Pacifique sont en train de revenir rapidement à la normale, a révélé une étude publiée ce lundi.

 

Tiens le gouvernement aurai-il trouvé d'autres investisseurs pour le Mahana Beach ? A moins que la présidence ait trouvé la parade en faisant endosser au projet grandiose un gilet de sauvetage pour  éviter la noyade  d'une  facture trop lourde en prolongeant la date du premier règlement?  Réponse demain dans une conférence de presse.

 Le mois de juillet c'est pourtant celui des vacances or, les uns et les autres n'arrêtent pas de réunir les journalistes, à croire qu'ils ne peuvent plus s'en passer !

 

UN RENDEZ-VOUS À NE PAS MANQUER !

Dans la continuité des festivités du Heiva i Tahiti 2016, Tahiti Tourisme organise la 2nde édition du 'Āreareara’a i te Fenua 'Aihere, le samedi 30 juillet 2016.

Après le Tere Nā Uta ou « Le Mana au cœur de l’île » en avril dernier, c’est un nouveau rendez-vous à ne pas manquer que Tahiti Tourisme propose aux amoureux de la bringue locale et aux passionnés de la nature de venir partager une journée dédiée à la découverte ou redécouverte des districts de la côte ouest de Tahiti-nui et Tahiti-iti.

En famille ou entre amis, laissez-vous porter le temps d’une journée par l’atmosphère clame et authentique de la presqu’île.


Au départ de Papeete, trucks traditionnels et trios de musiciens vous transporteront dans une ambiance festive jusqu’à la marina de Teahupoo, avant d’entamer la visite de la luxuriante et authentique Tahiti-iti par la mer. Trois arrêts en bateau sont prévus, dont une excursion sur un site incontournable de la presqu’île, la grotte Vaipoiri.

PROGRAMME

6 h 45 - 7 h 30 : Petit-déjeuner servi à l'Office du Tourisme
7 h 30 : Départ de l'Office du Tourisme
9 h 15 : Arrivée à la marina de Teahupoo
9 h 45 - 11h15 : Arrêt à la Pension Bonjouir
• Cocktail et fruits frais
• Excursion vers une vasque, un point de vue ou en option une cascade
12 h 00 : Déjeuner « Ma’a Tahiti » au bord de l’eau
14 h 00 - 15 h 45 : Excursion à la grotte de Vaipoiri ou au bout de l’île
18 h 00 : Retour à l'Office du Tourisme



 

Dimanche 3 juillet 2016

 Citations marquantes de Michel Rocard :"La politique est dégueulasse, parce que les hommes qui la font la rendent dégueulasse" ou le fameux " Qui paye contrôle" lancé en Polynésie française.

 

Selon nos informations le Mahana Beach serait tombé à l'eau ! Pour de bon. Fini !
Les Chinois intéressés avaient jusqu'au 30 juin pour signer leur engagement, ils ont préféré ne  rien signer  dans un pays où rien n'est jamais sûr et où tout prend des proportions aussi pharaoniques que le projet lui-même!
Le projet du siècle est donc en train de faire glou-glou-glou !

 

 

Gaston Flosse salue la mémoire et l'action de Michel Rocard action

 C’est avec tristesse que nous apprenons le décès de Michel Rocard à l’âge de 85 ans des suites d’un cancer. Ancien Premier ministre, secrétaire général du parti socialiste, il resta jusqu’au bout un homme déterminé et fidèle à ses idéaux républicains, un homme de conviction porté par un socialisme exigeant et moral et un franc parlé peu commun. Il y a quelques jours à peine je lisais encore sa passionnante interview accordée à l’hebdomadaire Le Point.

Il restera comme le père du RMI et l’homme des accords de Matignon signés le 26 juin 1988 et qui permirent probablement d’éviter le pire en Nouvelle Calédonie. Homme de gauche mais jamais sectaire, social-démocrate, je salue sa mémoire et son action qui ne trouva pas toujours la reconnaissance qu’elle aurait méritée. Il aimait la Polynésie française et y séjournait fréquemment, notamment à Raiatea. La France perd un homme d’Etat et un grand homme politique. A ses proches, à sa famille, à ses enfants et petits-enfants j’adresse mes sincères condoléances. Gaston Flosse

 

 

216 compagnies aériennes interdites de survoler l'Union européenne

La Commission européenne vient de mettre à jour sa liste des transporteurs aériens qui font l’objet d’interdiction totale ou de restrictions au sein de l’UE pour l’année 2016.


Ils ne sont pas les bienvenus en Europe. La Commission européenne a mis à jour le 16 juin 2016 sa liste des transporteurs aériens qui font l’objet d’interdiction totale ou de restrictions au sein de l’Union européenne.
"Afin de renforcer encore la sécurité en Europe, la Commission - en étroite concertation avec les autorités des États membres chargées de la sécurité aérienne - a décidé d'interdire l’exploitation dans l’espace aérien européen des compagnies aériennes qui sont jugées peu sûres ou qui ne sont pas suffisamment contrôlées par leurs autorités nationales", explique la Commission sur son site.
On retrouve dans cette liste deux types de compagnies :
Les premières sont tout simplement interdites dans l’Union européenne :
Afghanistan, Angola (sauf TAAG Angola qui figure à l'annexe B), Bénin, République du Congo, République démocratique du Congo, Djibouti, Érythrée, Guinée équatoriale, Gabon (sauf Afrijet et SN2AG qui figurent à l'annexe B), Indonésie (sauf Garuda Indonesia, Airfast Indonesia, Ekspres Transportasi Antarbenua, Indonesia Air Asia, Citilink, Lion Air et Batik Air), Kazakhstan (sauf Air Astana), Kirghizstan, Liberia, Libye, Mozambique, Népal, Sao Tomé-et-Principe, Sierra Leone et Soudan.
A ces pays s’ajoutent deux autres compagnies aériennes : Blue Wing Airlines (Suriname) et Iraqi Airways (Iraq).
PUBLICITÉ
Les autres compagnies concernées par cette liste noire peuvent être autorisées mais seulement sous certaines conditions :
- TAAG Angola Airlines (Angola) ;
- Air Service Comores (Comores) ;
- Afrijet Business Service (Gabon) ;
- Nouvelle air affaires Gabon - SN2AG (Gabon et Afrique du Sud) ;
- Iran Air (Iran) ;
- Air Koryo (Corée du Nord).
Au total, ce ne sont pas moins de 216 compagnies aériennes qui sont interdites dans l'Union européenne, rapporte le site gouvernemental Service-public.fr.


 

Et dire qu'on parlait des projets "pharaoniques" de Flosse à Faratea qui souhaitait en faire un port" !!!

Sur une superficie de 22 hectares, le pays veut installer des bassins pour permettre à des porteurs de projets de faire de l’aquaculture, de la transformation et du conditionnement de produits d’origine marine ou aquacole, et de la recherche. Antony Jamet, le tavana de Taiarapu Est, Gérard Siu, président du Cluster maritime, Patrick Galenon, un des propriétaires des terrains concernés, des professionnels de l’aquaculture, des chefs d’entreprise et même Wang Chen, le représentant de Tian Rui, sont venus assister à la présentation du projet pour Faratea. .( radio one)

(NDLR)  Pour Teva Rohfritsch il s'agit de faire une base complémentaire pour la ferme aquacole de Hao. Fichtre !

 

En mars, l'assemblée de Polynésie française a adopté une loi du Pays qui prévoit que l'outrage public au drapeau et à l'hymne polynésien soit passible d'une amende de 894 950 Fcfp. Lorsqu'il est commis en réunion, cet outrage est puni de six mois d'emprisonnement et d'une amende de 894 950 Fcfp.( Tahiti Infos)
Pour que ces peines de prison puissent être appliquées en cas d'outrage en réunion, il faut qu'elle soit homologuée par la loi. L'Assemblée nationale vient d'en faire une loi.

 

Courrier

Vous avez dû lire dans la Dépêche d'hier l'avis a candidature pour le poste de DG du Port Autonome de Papeete....

On a beau critiquer Gaston Flosse, mais lui au moins s'il décide de virer un directeur, c'est qu'il a déjà longuement pensé et réfléchi sur le successeur ....et la ca fait 11 mois que le bateau navigue sans capitaine, c'est triste...

C'est la Présidence finalement qui va faire le choix  dit-on avec parait-il un entretien avec chaque prétendant, ce qui n'est pas en soi une mauvaise chose sur le principe. Son ministre a  été battu sèchement,,car il ne voulait pas de cet appel a candidature pour imposer son choix. Le président viendrait-il à la raison ? Il n'est jamais trop tard. Son ministre n'a pas la cote il ne peut pas ne pas le savoir ! T.V ( simple employé au port, mais virable du jour au lendemain)

 

Mais qu'est-ce qui lui prend au gouvernement ? Voilà qu'on casse des tronçons de route qui sont nickels pour les refaire  après avoir cassé les ronds points. C'est pour donner du travail aux employés de l'Equipement  et provoquer des encombrements ? Kyle


 

 

 

News du samedi

Selon que vous soyez catholique, protestant ou musulman les élèves sont traités différemment.

Les oraux de rattrapage du bac rattrapés par la religion

Le Parisien

Faut-il proposer aux élèves d’adapter leurs échéances scolaires en fonction de leurs pratiques religieuses ? La question se pose, pour le plus emblématique des examens : le bac. Cette année, l’épreuve reine de l’enseignement secondaire a non seulement coïncidé avec le mois du Ramadan, mais la fête musulmane de l’Aïd-el-Fitr (dont la date fluctue chaque année) pourrait tomber mercredi 6 juillet, soit le premier jour des épreuves de rattrapage du bac, pour les candidats malheureux aux écrits.

La Maison des examens, un service interacadémique qui gère l’organisation du baccalauréat de toute l’Ile-de-France, a décidé d’anticiper les éventuels problèmes que connaîtraient des candidats musulmans pratiquants convoqués au rattrapage. Elle a envoyé ce jeudi une note aux proviseurs des lycées pour leur demander de « s’assurer de la présence effective » des élèves convoqués le 6 juillet. « Ceux invoquant la fête de l’Aïd el Fitr devront être reconvoqués le lendemain. Vous voudrez bien indiquer le plus rapidement à mes services le nombre de candidats concernés », explique la note, signée du directeur de la Maison des examens, Vincent Goudet.

« Ce genre de notes peut créer une belle pagaille » Elle commence déjà...


Michel Rocard vient de décéder.

Il y a 15 jours, il donnait une interview fleuve au Point. On rédouvrait son sens de l'analyse, sa grande franchise et sa connaissance de l'économie et des évolutions de notre société. Ce samedi 2 juillet, Michel Rocard, premier ministre de François Mitterrand de mai 1988 à mai 1991 est mort subitement. Militant socialiste depuis 1949, il a fondé le PSU et fut son porte-drapeau à la présidentielle de 1969. Cinq ans plus tard il rejoignait le PS où ses désaccords avec Mitterrand furent légions et légendaires. Ministre du plan puis de l'agriculture de 1981 à 1985, il soutint la candidature de son rival en 1988 et fut nommé à Matignon. On lui doit le RMI, la CSG et la rédaction d'un livre blanc sur les retraites qui fait autorité jusqu'à aujourd'hui. Ephémère premier secrétaire du Parti socialiste en 1993 et 1994, il milita jusqu'à bout pour que le PS ouvre les yeux sur les réalités sociales-démocrates, fasse son agiornamento et se réconcilie avec le libéralisme.


Européen convaincu

Longtemps héros de la deuxième gauche, il fut et est resté un européen convaincu souvent impliqué dans les questions de prospective, d'écologie ou de réforme des institutions.

Le 18 mars 2009, Nicolas Sarkozy le nomme ambassadeur de France chargé de la négociation internationale pour les pôles arctique et antarctique. Avec Alain Juppé, il copréside la commission chargée de réfléchir à la mise en œuvre d'un grand emprunt national, installée le
26 août 2009 par Nicolas Sarkozy. Avec l'ancien Premier ministre chiraquien, il prend position le 14 octobre 2009 pour un désarmement nucléaire mondial.Michel Rocard est mort !

L'ancien premier ministre de François Mitterrand de 1988 à 1991 est décédé aujourd'hui à l'âge de 85 ans. Il fut l'inventeur du RMI et d ela CSG.
 

Marcel Tuihani salue un visionnaire et un humaniste

Michel Rocard nous a quitté à l’âge de 85 ans. Jusqu’au bout il sera resté un homme engagé fidèle à ses convictions et qui n’hésitait pas déranger et à bousculer. Il aura eu une longue carrière politique, atypique également. Il s’exprimait toujours avec passion, sans langue de bois, comme un infatigable agitateur d’idées.

Premier ministre, il restera pour notre région, le Pacifique, l’homme des accords de Nouméa grâce auxquels la Nouvelle Calédonie su éviter l’impasse et connaître une nouvelle chance. C’était un visionnaire et un humaniste. La France perd un homme d’Etat qui aura marqué son temps et la Polynésie française un ami.

En mon nom personnel et au nom de l’ensemble des représentants de l’assemblée de la Polynésie française, j’adresse à sa famille et à ses proches nos condoléances attristées.
 

La cote de confiance du chef de l'Etat n'atteint plus que 12%, du jamais vu selon TNS-Sofres. L'autre tête de l'exécutif, Manuel Valls connaît en revanche une légère embellie.
C'est un seuil d'impopularité jamais atteint sous la Ve République.

 

Nouveau retard du vol TN502 Tahiti - Los Angeles du vendredi 1er juillet pour raison technique :

Air Tahiti Nui informe ses passagers que le vol TN502 Papeete - Los Angeles originellement prévu au départ de Papeete le vendredi 1er juillet à 23h00 est à nouveau retardé.

Ce vol est finalement reprogrammé pour le dimanche 3 juillet à 09h30 sous le même numéro de vol pour une arrivée à Los Angeles le même jour à 20h45, heure locale.


Le Tapura Huiraatira  rappelle que s’il s’est opposé en novembre 2014 à la résolution portée par le Tahoeraa Huiraatira, c’est bien parce que les termes qu’elle portait n’était pas de nature à faire consensus selon lui.

Et d'ajouter... Si vraiment le Tahoeraa Huiraatira avait pris conscience que ce combat était impérieux, il aurait présenté sa résolution sous le gouvernement de Gaston Flosse. ( Là cela devient ubuesque ou rigolo, donc tout ce que va présenter désormais le Tahoeraa aurait l'être du temps de Gaston Flosse ?!!!!! Fichtre !)

 

Une délégation du groupe Hainan (HNA), et notamment des branches hôtellerie et transport aérien de ce groupe, accompagnée de Louis Wane a été reçue à la présidence en fin de matinée.

Le groupe HNA vient de racheter deux hôtels du groupe Wane à Bora Bora et Moorea et était dans l’attente de la décision de l’Autorité de la concurrence.
Les représentants de HNA ont renouvelé auprès du président tout l’intérêt qu’ils portent à la Polynésie française et le rachat des deux hôtels n’est qu’une étape de leur présence au fenua. Ils ont également réitéré leur intention d’opérer des liaisons aériennes entre la Chine et la Polynésie française. ( oui, c'est pas nouveau !)
 

Air Tahiti Nui vol supplémentaire retardé

Air Tahiti Nui informe ses passagers que le vol TN502 Papeete - Los Angeles originellement prévu au départ de Papeete le vendredi 1er juillet à 23h00  est retardé  . Ce vol est reprogrammé pour le dimanche 3 juillet  à 00h30 (dans la nuit de Samedi à Dimanche) sous le même numéro de vol pour une arrivée à Los Angeles le dimanche 03 juillet à 11h45, heure locale

 

RDO fermée Dans le cadre de l’intervention mensuelle du Service des Parcs et Jardins et de la Propreté, deux voies de la route de déviation ouest (RDO) seront fermées de part et d’autre du terre-plein central, de 20h jusqu’à 2h du matin, du lundi 04 au jeudi 07 juillet 2016, afin de permettre au Service des Parcs et Jardins et de la Propreté d’entretenir les plantations du terre-plein central.


 
M. Frédéric POISOT, nouveau Directeur de cabinet du Haut-Commissaire est arrivé à son poste

Nommé par arrêté le 13 juin dernier en tant que Directeur de cabinet du Haut-Commissaire de la République,  M. Frédéric POISOT est arrivée en Polynésie française, ce matin, accompagné de son épouse et de ses trois enfants. Il succède à Mme Marie BAVILLE toujours affectée en Polynésie, en qualité de chargée de mission auprès du Haut-Commissaire de la République en Polynésie française.

Il a été chaleureusement accueilli par le Secrétaire général du Haut-commissariat, ses collègues chefs de subdivisions administratives, le Directeur de la Police aux frontières, le Directeur des établissements pénitentiaires de Polynésie française, le Directeur du secrétariat général pour l’administration de la police et enfin ses proches collaborateurs du cabinet du Haut-Commissaire.

 

Autriche : l'élection présidentielle invalidée pour irrégularités

Nouvelle-Zélande: Un petit village submergé par plus de 5.000 demandes d'installation

 Le préfet Colrat a gagné son bras de fer contre le maire de Nice et président de la région PACA.
Il a autorisé la construction d'une grande mosquée contre l'avis d'Estrosi ! Cela n'étonnera personne en Polynésie !

Depuis plusieurs années, la stratégie de surveillance de la ZEE a été profondément repensée et modernisée par l'armée. Elle a été professionnalisée et s’appuie sur de nouveaux outils. Cette stratégie a pour objectif de dissuader les navires étrangers d’y pêcher, elle repose sur différents principes .

Le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a ouvert, jeudi soir, sur la place To’ata, l’édition 2016 du concours de chants et de danses du Heiva I Tahiti.

 

 

 

 

Vendredi 1er juillet 2016

Editorial

"Le Brexit, le Franxit et le Poexit"

Les uns après les autres, les dignitaires catholiques, enfin certains, donnent de la voix sur un combat perdu depuis 50 ans et dans lequel jusqu'à présent ils s'étaient peu investis laissant les protestants monter au créneau pendant des années ( voir les archives de la Dépêche). Il faut donc croire que les spectres du nucléaire continuent de rôder autour de  mausolées, à leurs yeux pétris de boue, de larmes et d'eau croupie d'atomes d'une  propagande aussi vieille et décrépite que la méchante reine et sa pomme dans Blanche Neige

Alors, ne chicanons pas. La Polynésie coûte plus d'une centaine de milliards à la France que cette dernière lui donne ce qu'elle veut. Il faut bien que la Polynésie s'occupe pendant ces mois où l'exode des vacances lui permet de jacter, débattre, et organiser des rétrospectives tardives que ne la mènera à rien d'autres qu'assouvir un plaisir solitaire. Mais...

 Sous le plastron du débat nucléaire qui ne mène à rien, on peut en trouver un autre plus pernicieux que souhaitent depuis si longtemps ceux qui veulent devenir souverains de ces îles "paradisiaques". Ni une, ni deux, faisons "le Poexit" pour nous dégourdir d'un ronron émollient. Celui-ci déchirera la population comme le Brexit le fait actuellement dans feu la Grande Bretagne qui ne sera plus "grande" avec ses consternantes déchirures politiques, économiques, sociales, de l'Angleterre à l'Écosse jusqu'à  l'Irlande. Laissons les " Poexit"  se mettre sous des parapluies inconnus comme celui de la Chine ou autre puissance totalitaire, et regardons de loin ce qui se passera. Après tout, la France s'est noyée dans la guerre de cent ans, nous n'en sommes qu'à la moitié, accélérons le temps.

 Les anti-nucléaires s'en donnent à cœur joie. Ils n'ont pas grand-chose à se mettre sous la dent en dehors de la course à l'échalote de l'indépendance pour se réchauffer et vociférer à qui mieux mieux sur un lointain souvenir dont ils ont largement profité. Que la France leur donne du grain à moudre plutôt que d'être  spectatrice des réjouissances qui occupent : débats, bla-bla mille fois entendus, rétrospectives de photos qui font peur, et au cœur de la tourmente de l'hiver polynésien : l'argent. Les indemnisations que la France fauchée évalue de loin. Qu'elle paye et soudain les meneurs se tairont. Que demandent-ils en résumé : être indemnisés. Sans compter que pour faire pencher la balance d'un soleil qui peine à réchauffer, pauvres humanoïdes que nous sommes, les pros-Poexist peuvent  jouer du tam-tam codé pour la prochaine élection présidentielle  afin de faire débloquer les cordons de la bourse.

Avoir raison trop tôt est toujours un grand tort. Surtout pour nous Français C'est ainsi que Tocqueville, l'une de nos gloires intellectuelles nationales est toujours enseigné du bout des lèvres dans nos lycées. On lui préfère les divagations politiques du bien penser. Il n'est pas bon être trop clairvoyant ou s'enfermer dans un horizon unique où l'histoire apparaît d'autant plus souveraine, que les messies, politiques et religieux radicaux perdront, un jour, l'illusion de la gouverner quand d'autres pays que la France, tiendront le parapluie.

 

Communiqué du Tahoeraa Huiraatira

Nucléaire:  le masque tombe

 Alors que notre pays s’apprête à commémorer le 50e anniversaire du premier essai nucléaire, le président Edouard Fritch, tant à Paris qu’à Papeete, multiplie les déclarations concernant la responsabilité de la France et sa volonté qu’elle assume les conséquences sanitaires et environnementales de ses essais. Il l’a dit à Paris devant le Comité de suivi de la Loi Morin en octobre 2015, il l’a redit à Papeete lors de différentes déclarations et récemment dans sa réponse au Père Auguste et devant une délégation antinucléaire japonaise reçue à la présidence.


Le Tahoera’a Huiraatira ne peut que se réjouir de ces déclarations, même tardives, car elles reprennent le contenu de la résolution sur le nucléaire que le groupe a déposé en novembre 2014 et qu’Edouard Fritch a combattue, fustigeant « un geste inamical » et « inapproprié » à l’égard de l’Etat. Avec le recul et à la lumière de chacune des déclarations du président Fritch, chacun comprend que la résolution sur le nucléaire a été volontairement montée en mayonnaise pour être le prétexte recherché pour rompre avec son parti.


Sur le fond les déclarations d’Edouard Fritch légitiment la résolution déposée à l’époque par le Tahoera’a Huiraatira. « Le président Fritch a reconnu avoir commis des erreurs d’appréciation sur le sujet nucléaire. Nous avons toujours cru les propos rassurants de l’Etat sur l’innocuité des essais », a-t-il expliqué à ses interlocuteurs, si l’on en croit le communiqué de la présidence repris par la presse. Il est cocasse d’entendre le président dire aujourd’hui à l’ancien maire d’Hiroshima : « Désormais, nous voulons travailler sur le sujet du nucléaire avec les associations qui ont eu raison sur ce combat, avec transparence et vérité… ». La résolution sur le nucléaire qu’il a farouchement combattue ne faisait que poser cette responsabilité en exigeant de l’Etat transparence et vérité, l’invitant à ouvrir les discussions sur la question de la réparation.

 
Si cette résolution avait été soutenue, le débat aurait probablement pris une tournure plus concrète à l’occasion des 50 ans du premier essai et lors de la venue du président de la République à Tahiti. Mais en exploitant cette résolution a des fins purement politiciennes et en s’y opposant pour donner des gages à François Hollande, Edouard Fritch a pris ce dossier en otage et a empêché le nécessaire consensus polynésien qui aurait enfin pu se dégager sur cette question historique. Sur ce dossier comme sur tant d’autres, que de temps perdu. A mesure que le temps passe, le masque tombe.


 

 

Teva Shigetomi,  nous offre un extrait de son livre à paraitre "Les Tahitiens dans la guerre d'Indochine et de Corée" . Cet extrait démontre une fois encore la cruauté japonaise. Et le courage de Polynésiens engagés dans la guerre. Un livre qu'il faudra lire.

 Chapitre Ier

Banzai !
(...)
Les japonais redoutant une offensive alliée avec la connivence des troupes françaises d’Indochine vont dans la nuit du 9 mars 1945 désarmer par la force les cantonnements français.(...) A vingt heures, les Japonais passent à l'attaque sur tout le territoire indochinois. Ils investissent rapidement Hanoi, Haiphong, arrêtent les officiers français et regroupent les civils occidentaux. Les garnisons françaises vont résister aux assauts japonais pour tomber l’une après l’autre à court d’hommes et de munitions.

Le lieutenant tahitien Henri Hérault commande un groupe de fusiliers et de mitrailleurs dans la citadelle de Hanoi. La garnison est forte de neuf cent hommes armée de quatre automitrailleuses, de neuf canons de 75, d'une pièce de 25 et d’une cinquantaine d'armes automatiques face à six mille assaillants. Henri Hérault va combattre deux jours durant, repoussant plusieurs tentatives d’infiltrations japonaises sur sa position [1] avant d’être fait prisonnier. La moitié des hommes de la garnison de la citadelle sera tuée ou blessée. Les pertes japonaises ont été estimées à environ deux mille hommes dont environ quatre cent tués.

Les survivants de la citadelle de Hanoi qui se sont rendus vont échapper au sort qui fut réservé à leurs frères d’armes engagés aux frontières faits prisonniers. Les blessés sont achevés et les hommes faits prisonniers sont fusillés par les vainqueurs japonais. A Lang Son, les corps des tués de la forteresse de Brière de l’Isle sont brulés sur un bûcher devant leurs camarades prisonniers. Sur le terre-plein du fort, les soldats français sont séparés de leurs camarades indochinois et africains. Les mains liées dans le dos, ils sont hachés par les salves des fusils mitrailleurs japonais. Les blessés qui ont été amenés sur leurs brancards en haut de la muraille sont précipités dans le vide. Trois hommes ont échappé au carnage [2] malgré les coups de baïonnettes plantées par les japonais dans la masse des suppliciés tombés à terre. Des officiers français sont exécutés par décapitation au sabre devant leurs hommes.

A Dong Dang, le Fort de Van Vollenhoven est investi après trois jours de haute lutte. Les prisonniers sont massacrés au sabre. Seuls trois hommes en réchappent. Les hommes et les unités qui ont échappé à la capture tentent de gagner les frontières chinoises. Ceux qui y parviennent sont désarmés et internés par les forces chinoises. Parmi les hommes qui réussissent à gagner la frontière chinoise, le Tahitien Robert Fougerousse du 1er régiment de tirailleurs tonkinois. "

 

Comment peut-on croire sans dérailler qu'un gouvernement, l'armée ou tous les gens concernés décident du jour au lendemain de faire péter une bombe atomique ?! Faut tout de même raison garder et si l'on commémore seulement la date du premier tir, c'est bien normal. On ne demandait pas à Napoléon d'avertir ses adversaires de ses ruses de guerre quand même. Elles étaient préparées avant la bataille comme d'ailleurs le font tous les seigneurs de la guerre. On commémore Pearl Harbor et non la préparation de l'attaque japonaise. Le débarquement allié s'est minutieusement préparé en grand secret. Le CEA et l'armée ont donc  préparé bien sûr, le premier tir.


 

STRATEGIE DE SURVEILLANCE DE LA ZEE  (Extrait)

Depuis plusieurs années, la stratégie de surveillance de la ZEE a été profondément repensée et modernisée. Elle a été professionnalisée et s’appuie sur de nouveaux outils.

Cette stratégie a pour objectif de dissuader les navires étrangers d’y pêcher, elle repose sur différents principes :

1/ Une analyse quotidienne au sein du Centre Maritime Commun

Au sein du Centre maritime commun de Polynésie française (CMC), la situation maritime fait l’objet d’une analyse quotidienne. Cette analyse repose sur l’exploitation de divers senseurs électroniques :
o données AIS (automatic identification system), reçues notamment par satellite ;
o données VMS (vessel monitoring system) régionales et nationale.


Les flottilles étrangères asiatiques ont en effet l’obligation d’émettre un signal VMS par satellite. Ce signal est analysé par le CMC et lui permet de suivre l’activité de ces navires en transit ou en pêche autour de la ZEE.
Les senseurs électroniques permettent de détecter toute incursion dans la ZEE mais aussi de vérifier que tout navire étranger en transit dans la ZEE adopte une vitesse correspondant à un transit et non à une activité de pêche.
L’étude de ces senseurs permet de détecter des situations inhabituelles :
o importante concentration de navires de pêche aux abords immédiats de la ZEE ;
o présence de senneurs venus d’Amérique latine à proximité de la ZEE de Polynésie française ;
o routes pouvant correspondre à des actions de pêche à l’intérieur de la ZEE ;
o interruption ou émission par intermittence du signal VMS.


L’exploitation des seuls senseurs électroniques est toutefois insuffisante. Ce sont en effet des dispositifs collaboratifs, qui peuvent être éteints par les capitaines des navires. Leur analyse doit donc être complétée par d’autres outils.