Accueil
Confidences

 

          personnes ont visité ce site

 

 

 

 

www.echodufrioul.eu

 

 

      

 


 

Miel de Huahine,  mqm@mail.pf

 

 

 

Votre site préféré d'information politique, opinion, actualités, scoops

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

Pour sauver des vies

https://www.youtube.com/watch?v=wR6q6B46DWo

         

 

 

 

 

 

 

« Tout au long de l’Histoire, l’immense expansion musulmane s’est effectuée par la guerre sainte, les massacres, l’intolérance, la volonté de conquérir, de diriger, de s’imposer, par la colonisation… » (Jean-Paul Roux, historien français spécialiste du monde turc)

 

 

 

"Elles sont mignonnes vos  petites filles !"

Jeudi 29 Janvier 2015

Dernier sondage paru dans la presse parisienne ce matin Marine le Pen arrive en tête à la présidentielle devant NicolasSarkozy et François Hollande assez loin derrière. Cerains journalistes n'ont pas encore compris que plus ils la diabolisaient, plus elle avançait !

Edito

Charlie aurait été trahi par son propre camp !

Paf, douane, gendarmes sur le pied de guerre à Tahiti. Cela peut sembler étrange si loin de la métropole que dans ce "paradis" mythique, la vigilance anti-terroriste soit accrue à ce point-là. Après tout qu'est-ce-qui empêchent certains de ces criminels de se réfugier sur cette terre lointaine où personne pensent- ils ne viendra les chercher ?

 Nous avons déjà un salafiste connu ayant tenté de s'implanter à Papeete mais la population, plus que les autorités très réservées à l'époque, a veillé au grain en se mobilisant pour lui  manifester son opposition. Les événements lui ont donné raison. Lionel Beffre, le haut-commissaire, ne prend pas de risques et articule désormais pour la sécurité des passagers , des touristes et du pays tout entier, la machine de surveillance de l'État. Tant mieux. On ne sait jamais et mieux vaut prévoir...

Pourquoi d'ailleurs faut-il toujours que la vigilance soit poussée, "après" les drames et pas "avant"?  Du coup la terreur islamiste à Paris  a eu tout le temps de s'armer, de se préparer au nez et à la barbe des  responsables  des services secrets.

 Il convient de souligner le point commun entre les terroristes Chérif Kouachi ' (12victims), Amedy Coulibaly( 6 victimes), Mehdi Nemmouche (4 victimes) Mohamed Merah (6 victimes). Tous des criminels multirécidivistes qui ont bénéficié il faut bien le dire, outre leur parcours islamiste, de la bienveillance des lois, du laxisme et des failles de la justice pénale, car selon la presse spécialisée, tous les quatre auraient dû être en prison au moment de leurs attentats et les dessinateurs humoristes de Charlie Hebdo devraient être toujours vivants. L'un d'entre-eux, Laurent léger, rescapé du carnage  a laissé échapper son dégoût le 11 janvier, jour de la grande marche " C'est le bal des faux-culs. Je n'y suis pas allé car je n'avais pas envie de serrer la main des ministres. Je n'en veux pas à Pelloux mais moi, je ne l'aurais pas embrassé Hollande."

De plus en plus les échos  recueillis notamment par les témoignages de Laurent Léger font mouche dans l'opinion. Il est dit en effet que Charlie a été trahi par son propre camp,par l'entourage de François Hollande, et livré à la vindicte musulmane donc au sabre islamiste. L'année dernière  selon le journaliste, un courrier émanant de l'Élysée charge des médias du Maghreb de publier " Chienlit Hebdo :le pompier Pyromane de la maghrébophobie" Ce qui est fait. Un brûlot qui dénonce les prétendus " islamophobes et "racisme" de Charlie Hebdo, le désormais tristement célèbre journal satirique français catalogué ultra-gauche et qui se moque aussi bien de Taubira, que du Pape ou de Mahomet (le coran n'a jamais dit qu'on ne pouvait pas représenter le prophète d'ailleurs) . Le mal est fait. Les sabres algériens s'aiguisent.

Certes, on peut admettre que Charlie poussait le cochonnet un peu loin parfois  mais était-ce bien nécessaire de la part des conseillers de Hollande  de se livrer  à une véritable incitation à la haine, voire pire, quand on connaît l'islam radical ? La suite, on l'a connait...Et dire que ce carnage finalement ne serait qu'une histoire de basse vengeance de conseiller trop zélé.

Économie matin.fr  a résumé avec force détails la dite vengeance de l'Élysée après que le journaliste d'investigation Laurent Léger du magazine satirique a publié " Les gros caprices du conseiller de Hollande" une enquête sur Faouzi Lamdaoui, l’éminence grise du chef de l'État dont on dit qu'il est " son couteau suisse et que sans lui, rien ne se fait". On a assisté au pire un peu plus tard...Charlie n'était donc pas une cible pour cause de blasphème islamique mais pour s'être moqué du président de la République. Attention aux éminences grises, celles qui font monter la tension jusqu'à faire péter le schmilblick.

 

 

 Deuxième réunion du comité de coordination du Service civique et signature d'une convention entre l'Etat, le Pays, le RSMA et l'Université de la Polynésie

 

Mesures antiterroristes : nouveau tour de vis dans les aéroports

Le Point

L'aviation civile met progressivement en place de nouvelles fouilles manuelles des bagages. Embouteillage à prévoir à l'embarquement !

Les audits réalisés dans les aéroports étrangers ont montré que les mesures strictes prises en France n'étaient pas forcément mises en oeuvre à l'autre bout de la ligne. © Thomas Coex / AFP

Par

La vigilance étant déjà au niveau maximal dans les aéroports au moment des attentats de janvier, un renforcement n'a pas été possible. En revanche, plus que les drames parisiens, les menaces d'attentat répétées des organisations terroristes incitent les autorités françaises à mettre en place de nouvelles normes de contrôle. En effet, si le détournement d'avion est devenu difficile avec les portes de cockpit blindées, l'explosion - kamikaze ou non - de l'avion est particulièrement redoutée.

Actuellement, les postes inspection filtrage (PIF) des aéroports où sont contrôlés les passagers et leurs bagages de cabine sont équipés (ou en cours d'équipement) de dispositifs de détection d'explosifs. Dès le mois de mars, les détecteurs de traces d'explosifs vont être multipliés. Ces machines savent identifier les explosifs classiques et référencés. En revanche, les compositions artisanales qui sont bricolées et inventées à partir de composants trouvés dans le commerce sont plus difficiles à détecter par des scanners.

Des fouilles manuelles aléatoires

Aussi des fouilles manuelles aléatoires des bagages vont-elles être introduites lors du passage au PIF. Paul Schwach, directeur du transport aérien à la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), a évoqué ces nouvelles mesures devant le BAR France (Board of Airline Representatives), l'association qui regroupe 76 compagnies aériennes françaises et étrangères. Ces dernières vont devoir se préparer à l'allongement des files d'attente. Les contrôles aléatoires seront mis progressivement en service d'ici au mois de septembre, car une formation complémentaire des agents de sûreté est nécessaire et touchera les aéroports de plus de 500 000 passagers. Autre conséquence, la redevance de sûreté associée au billet d'avion ne manquera pas d'augmenter. Elle dépasse déjà 800 millions d'euros par an en France.

Des aéroports passoires

Beaucoup plus délicate est la deuxième vague de mesures préconisée par la Direction générale de l'aviation civile française. Il s'agit de mettre en place à l'étranger des contrôles avant embarquement selon les normes françaises et par du personnel agréé DGAC. En clair, les contrôles locaux sont souvent réalisés avec des scanners en panne ou mal réglés et mis en oeuvre par du personnel sensible à la corruption. Les autorités françaises ont également pris conscience (enfin) que les mesures de sûreté mises en place depuis 2001 fonctionnaient souvent à sens unique. Le contrôle est sévère au départ de Paris (comme des autres aéroports français), mais peut être laxiste en bout de ligne. Un liquide, par exemple, interdit en bagage de cabine à Paris est autorisé ailleurs, comme une bouteille d'huile d'argan au départ de Marrakech, ce qui a créé de nombreux quiproquos.

Des audits de la DGAC ont montré que certains aéroports dans le monde, notamment en Afrique, étaient de véritables passoires. Aussi les autorités françaises vont-elles lier les droits de trafic avec la France à la possibilité d'effectuer sur un territoire étranger des contrôles de sûreté. Les vols seront suspendus tant que les autorisations ne seront pas accordées.

Cas pratique récent, la desserte de Nouakchott, en Mauritanie, a été stoppée le temps de négocier - difficilement -- avec les autorités locales la possibilité par une société agréée par la France de fouiller les bagages et les passagers au pied de l'avion d'Air France. Des problèmes diplomatiques sont à attendre, sans parler d'éventuelles demandes de réciprocité. Notons que c'est déjà le cas en France pour les vols vers les États-Unis et Israël où un dernier contrôle avant de monter à bord de l'avion est effectué par du personnel agréé par les ambassades étrangères.

Le PNR européen inefficace

Enfin, la mise en place d'un PNR européen - transparente pour le passager -- reste une mesure censée rassurer l'opinion publique mais qui n'est guère efficace, contrairement au PNR américain. Il suffira à un djihadiste d'éviter de prendre l'avion pour sortir ou entrer en Europe et d'utiliser un des nombreux moyens de transport alternatifs moins contrôlés pour gagner l'Irak ou la Syrie. Rappelons, par ailleurs, que, pour circuler en avion à l'intérieur de l'Europe Schengen, il n'y a plus de contrôle d'identité, à ne pas confondre avec présentation d'une pièce d'identité pour vérifier, par exemple, qu'une personne remplit les conditions d'une réduction tarifaire.

 

 

 

 Nicolas Sarkozy président... du comité des outre-mer

Nicolas Sarkozy a choisi de présider lui-même le comité des Outre-mer à l'UMP. Une décision qui satisfait Daniel Gibbs. Le député de St-Martin et St-Barthélémy a lui été nommé secrétaire général. "En prenant la présidence du comité, Nicolas Sarkozy montre son implication dans ces Outre-mer, commente Daniel Gibbs. Tout le monde apportera ensuite sa pierre à l’édifice. Les enjeux sur les territoires sont différents, et nous devons en tenir compte."

 

 

  Pour une  veste rouge, vingt braves enturbannés l'ont massacrée……

.La video est difficile à supporter nous ne la publions pas. Mais nous la tenons à la disposition des âmes moins sensibles... La malheureuse ne devait porter que du noir.

On  rabâche sans cesse, que ce n’est pas ça L'ISLAM ….. mais c’est quoi alors cette RELIGION de PAIX, d'AMOUR et de TOLERANCE ? Si c’était le contraire qu’est-ce que ce serait ?? !!  Dites-le nous, vous les Musulmans "MODERES", ou continuez a êtres "muets"…….. nous risquons "ENCORE " de faire un "amalgame"…..

 

Rénovation du CAPD : installation d’une commission professionnelle consultative

  La ministre de l’Education, Nicole Sanquer-Fareata, a procédé, mercredi après-midi, dans l’amphithéâtre du centre de formation de la Direction générale de l’éducation et des enseignements (DGEE), à Pirae, à l’installation d’une commission professionnelle consultative dans le cadre de la rénovation du diplôme actuel du Certificat d’aptitudes professionnelles au développement (CAPD).

 Les élèves scolarisés dans les Centres d’éducation aux technologies adaptées au développement (CETAD) préparent un CAPD dans différentes filières. Ce diplôme, qui a été créé en 1983, n’a jamais été rénové depuis.

Pour que le CAPD obtienne une reconnaissance de l’Etat, une rénovation adaptée à la Polynésie française, il est nécessaire et indispensable de s’appuyer sur le monde économique pour définir les orientations d’écriture du Référentiel des Activités Professionnelles (RAP). Ce document constituera donc le cahier des charges pour la certification par l’Etat, avec une échéance fixée à juin 2015. 

Créés en 1980, les Centres d’Education aux technologies Appropriées au Développement ou C.E.T.A.D. restent encore aujourd’hui des structures éducatives expérimentales.

En juillet 2011, les représentants à l’Assemblée de la Polynésie française ont voté à l’unanimité la Charte de l’éducation. L’éducation devient alors la priorité de la Polynésie française. Elle a pour finalité d’élever l’enfant pour qu’il devienne une personne responsable et respectueuse d’elle-même, des autres et de l’environnement. La Polynésie française fait donc de son système éducatif l’instrument qui garantit à sa société sa cohésion sociale, son bien-être et son développement durable, dans le respect de son identité, de ses langues, de sa culture et de son histoire.

 La Charte de l’éducation ainsi réactualisée dispose que pour assurer à tous une qualification de base, il convient de lutter contre le décrochage scolaire et de mettre en place des dispositifs diversifiés permettant à tous les élèves d’atteindre au moins une certification de niveau 5 (CAP). C’est pourquoi les CETAD sont actuellement en cours de rénovation, de manière à faciliter des passerelles au cours de la scolarité ou à la sortie du CETAD.

 

 

Mercredi 28 janvier 2015

Edito

Bouissou :" Halte là !"

Jean Christophe Bouissou incontestablement est le ministre le plus médiatique du gouvernement, encore qu'il distribue avec parcimonie les précisions dont la presse est gourmande. Il sait  doser ses révélations ou ses objectifs. Il nous a pourtant annoncé une bonne nouvelle qui ne pourra que se confirmer avec le beau temps revenu. La Polynésie sous la pluie et le vent, ce n'est pas la Polynésie. Mais l'optimisme est de retour d'autant qu'en ce qui concerne le tourisme, selon le ministre, les voyants ne sont plus au rouge. JCB a confirmé les progrès du tourisme de croisière qui emporte les palmes de la réussite et même celles du tourisme terrestre. Ce que le PDG d'ATN avait confirmé lors d'une interview récemment.

Depuis sa nomination par le président Fritch en tant que ministre du tourisme et de la relance économique, les deux faisant la paire, il a programmé et travaillé en se rendant aux Etats Unis voir les gens qui comptent dans ce domaine sur l'arrivée d'un nouveau bateau de croisière. Ses relations américaines  sont importantes, d'autant plus qu'il sait faire crépiter l'image et les valeurs de la Polynésie française. Il ne s'embarrasse d'aucun code ou rituel. Il rompt avec la distance, n'est pas toujours guindé, et n'impose pas des protocoles désuets et passéistes. Bref dans le courant du mois de février " le travail", comme il le répète, lèvera le rideau sur la nouvelle pièce qu'il met en scène depuis trois mois avec l'onction du président Fritch.

Un bémol tout de même. Il entend ici et là l'impatience de la population et des chefs d'entreprise lesquels, pour l'instant, voit mal le gouvernement avancer, la majorité des ministres souhaitant rester loin de la presse dont ils se méfient, se cantonne dans le secret. Mais ce qui mine cette nouvelle mandature incontestablement c'est le désamour apparu au grand jour entre deux hommes, Flosse et Fritch. Il suffirait que l'un ( le plus jeune ayant bénéficié de la volonté de l'autre à le faire roi) frappe à la porte de celui qui tient fermement les rênes de son parti, pour que tout s'arrange. Mais l'orgueil et les entourages des deux bords freinent la norme diplomatique. En vérité il n'est pas bon, et JCB l'a fait remarquer, de n'épiloguer ou gloser que sur le coup d'éclat permanent ne pouvant qu'ébranler le régime actuel et plomber la réputation de la Polynésie  jugée instable à l'extérieur (auprès des investisseurs). Alors "halte là",  s'écrie Jean Christophe Bouissou qui ne veut pas être gêné aux entournures de son costume de ministre, ni dans optimisme fragile de la réussite. Time will tell...

L'éclat solennel le 27 janvier, 70° anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz, sous l'exil des télévisions du monde entier, n'est pas  dû à la manie habituelle des commémorations tous azimuts. Dans un monde en proie au terrorisme religieux fanatique où l'antisémitisme renaît en permanence de ses cendres, écouter la voix des rescapés de l'horreur nazie prouve la résistance des hommes, des femmes et des enfants aussi, à l'abomination de la folie sadique des bourreaux qui se rendaient tous les matins à la messe dans la chapelle du camp.

 Les acteurs de la "solution finale" n'ont jamais nié l'ampleur des crimes et des expériences commis à Auschwitz comme dans tous les autres camps de la mort. La stupéfaction et l'horreur des soldats alliés quand ils ont ouvert les grandes portes et découverts des montagnes de cadavres squelettiques et les rescapés moribonds incapables de bouger, allongés  sur les plaques de bois superposés faisant office de lit dans les "baraquements-dortoirs" puis l'odeur et les corps pas tout à fait calcinés des fours crématoires encore fumants, ont marqué à jamais leur coeur, leur esprit. Et le nôtre....même si nous n'avons pas vécu cette période noire de l'histoire de l'homme.

 

 

 Les élus et présidents de fédérations Tahoeraa sont en séminaire toute la journée

 

Relevé au conseil des ministres

Fortes pluies et dépression Niko : état de calamité naturelle pour 5 communes

 Le ministre de l’Equipement a informé le Conseil des ministres des dégâts causés aux infrastructures routières et fluviales du Pays par les pluies exceptionnelles qui se sont abattues le 17 janvier dernier sur les communes de Papeete, de Pirae et de Arue, ainsi que par la tempête tropicale Niko du 21 janvier dernier, sur les communes de Hitiaa O Te Ra et de Taiarapu Est.

 Ces deux évènements exceptionnels ont en effet provoqué des crues, des inondations et des éboulements des ouvrages de protection du littoral dans les communes précitées. Les services de météorologie ont enregistré des précipitations qui ont atteint 120 mm, de 5h à 7h, le samedi 17 janvier, ainsi qu’une forte houle sur la côte Est de l’île de Tahiti le mercredi 21 janvier. Le montant total des dégâts est estimé, par la direction de l’équipement, à 52 millions Fcfp.

 Un arrêté du Président de la Polynésie française constatant l’état de calamité naturelle des sinistres occasionnés par les fortes pluies du 17 janvier 2015 et par la tempête tropicale Niko du 21 janvier 2015 dans les communes précitées a par conséquent été pris en Conseil des ministres.

  

Formation en soins infirmiers : quota de places ouvertes au concours d’entrée 

La direction de la santé, organise chaque année, au travers de l’Institut de formation des professions de santé Mathilde Frébault, le concours d’entrée à la formation infirmier(ère). L’épreuve d’admissibilité à ce concours pour la session 2015 se déroulera le mercredi 1er avril 2015.

Le quota de places mises à concours pour l’année 2015 a été arrêté à 30. Ce quota sera réparti de la manière suivante :

-   22 places mises au concours d’entrée ;

-     5 places réservées aux lauréats du concours d’entrée de la session 2014 ayant

            bénéficié d’un report de scolarité ;

-     3 places réservées aux lauréats du concours d’entrée de la session 2013 ayant

            bénéficié d’un report de scolarité.

La rentrée scolaire s’effectuera le mardi 1er septembre 2015.

 

 Logement social : aides financières pour un logement individuel en habitat dispersé ou l’amélioration de l’habitat individuel

 Afin de poursuivre le processus de simplification des procédures administratives en faveur des aides au logement qui a été initié avec la récente modification de l’arrêté 184 CM du 3 février 2012, le gouvernement a souhaité renforcer et optimiser les dispositifs actuels d’aide à l’habitat social en Polynésie française pour répondre aux besoins des familles polynésiennes.

Pour ce faire et mettre en cohérence l’ensemble des textes composant cette réglementation, les arrêtés d’application n°185 CM du 3 février 2012 relatif aux attributions des aides en habitat dispersé (Fare) ainsi que l’arrêté n°1610 CM du 2 novembre 2012 relatif aux aides à l’amélioration de l’habitat individuel (AAHI) sont fusionnés au sein d’un même arrêté.

 L’arrêté qui a été adopté en Conseil des ministres a également vocation à préciser le dispositif des aides en nature (Fare ou AAHI) qui seront accordées en urgence aux sinistrés par le Pays en cas de circonstances exceptionnelles. Ces aides bénéficieront d’une procédure accélérée qui permettra de ne pas attendre la décision de la commission d’attribution ad hoc.

 

 

 

 

 

LE CLIMAT DES AFFAIRES vu par l'IEOM fin 2014  et 2015

L’indicateur du climat des affaires (ICA) fléchit de nouveau au quatrième trimestre 2014 (-4 points), mais demeure établi au dessus de sa moyenne de longue période (+4 points), comme il l’a été tout au long de l’année.

Ce repli de l’indicateur s’explique principalement par l’appréciation moins favorable portée par les chefs d’entreprise sur le niveau d’activité et de trésorerie en fin d’année.

En revanche, les professionnels interrogés restent optimistes pour le trimestre à venir. Ils anticipent en particulier une amélioration de leur trésorerie, en dépit d’une activité attendue en baisse.

Dans ce contexte encore favorable, les intentions d’investir à un an restent bien orientées, confirmant le maintien de la confiance des entrepreneurs sur le moyen terme.

PREMIERS RÉSULTATS DE L’ENQUÊTE

Selon les premiers résultats de l’enquête de conjoncture, l’activité continue de progresser au quatrième trimestre, mais à un rythme moins soutenu, conformément aux anticipations formulées par les chefs d’entreprise en septembre 2014. Cette progression s’accompagne d’une nette réduction des charges d’exploitation et du maintien des délais de paiement.

Pour le premier trimestre 2015, les chefs d’entreprise interrogés anticipent en revanche une dégradation mesurée de leur activité, pour la première fois depuis le printemps 2013. La trésorerie et les charges d’exploitation devraient toutefois s’améliorer, et les prévisions de recrutement restent orientées à la hausse.

 

 

Deux dossiers d'indemnisation des essais ont été examinés hier par le tribunal administratif. Quatre dossiers sur une quarantaine ont eu droit à indemnisation. selon Moruroa Tatou. Le rapporteur public a émis un avis défavorable pour l'un et favorable pour le second. Délibéré dans deux semaines.

 


C'était écrit en 2008 !!!

Ce qui suit est la copie d'un article écrit par l'écrivain espagnol Sebastián Rodríguez Vilar et publiée dans un journal espagnol le 15 Jan. 2008. Il ne faut pas beaucoup d'imagination pour extrapoler le message au reste de l'Europe - et éventuellement, au reste du monde. Ce n'est guère de la propagande, les faits parlent d'eux-mêmes. A méditer .......!!!

Je marchais dans la rue à Barcelone, et soudain je découvrais une terrible vérité - L'Europe est morte à Auschwitz... Nous avons tué six millions de Juifs et nous les avons remplacés par 20 millions de musulmans.

À Auschwitz, nous avons brûlé une culture, la pensée, la créativité, le talent. Nous avons détruit le peuple élu, véritablement choisi, car ils ont produit des gens formidables et merveilleux qui ont changé le monde.

La contribution de ce peuple se fait sentir dans tous les domaines de la vie : science, art, commerce international, et surtout, co
mme la conscience du monde. Ce sont les gens que nous avons brûlés.

Sous prétexte de tolérance et parce que nous voulions prouver à nous-mêmes que nous avons été guéris de la maladie du racisme, nous avons ouvert nos portes à 20 millions de musulmans qui nous ont apporté la stupidité et l'ignorance, l'extrémisme religieux et le manque de tolérance, la criminalité et la pauvreté, due à un manque de volonté de travailler et de soutenir leurs familles avec fierté.

Ils ont fait sauter nos trains et ont transformé nos belles villes espagnoles dans le tiers monde, noyé tout dans la crasse et la criminalité.

Enfermés dans les appartements qu'ils reçoivent gratuitement du gouvernement, ils planifient d'assassiner et de détruire leurs hôtes naïfs.

Ainsi, dans notre misère, nous avons échangé la culture pour de la haine fanatique; le savoir-faire créatif pour des compétences destructrices; l'intelligence pour le retour en arrière et la superstition.
Nous avons échangé la poursuite de la paix des Juifs d'Europe et leur talent pour un avenir meilleur pour leurs enfants, leur détermination a s'accrocher à la vie, car la vie est sacrée pour ceux qui poursuivent la mort, pour des personnes consommées par le désir de mort pour eux et les autres, pour nos enfants et les leurs.

Quelle terrible erreur a été faite par la misérable Europe.. .


 

Mardi 27 janvier 2015

                                      Rassemblement œcuménique "politique" à Faa'a pour les 50 ans de la commune

 

 

Edito

" Pourvu que ça dure" !

"Pourvu que ça dure" disait " mamanLætitia " la mère de Napoléon Bonaparte. Et nous pouvons à notre tour lancer, nous aussi, ce fameux " pourvu que ça dure" en assistant à cet œcuménisme historique à Faa'a,  où les méchants pendant longtemps, en politique, sont devenus, peut-être l'espace d'une journée, peut-être un peu plus, les gentils. Tout ce que compte de personnalités influentes  Papeete ( sauf évidemment l'ancien président, Gaston Flosse,  rien ne manquait au rendez-vous pas même un long discours en tahitien. L'invité d'honneur, le Ht Commissaire Lionel Beffre ayant la chance de représenter un gouvernement parisien ami, devait être dans ses petits souliers d'autant qu'il était une exception.

Toutefois quand il a été question de faire cadeau de l'aéroport à Faa'a, le président du pays ne s'est pas montré hostile ni même le représentant de l'Etat. alors que tous les présidents autonomistes se sont eux aussi, battus à Paris pour en avoir la propriété...et les revenus. Les temps changent. Les regards aussi tant qu'il y va de leurs intérêts politiques. Mais après tout que demande le peuple sinon la paix sociale ? Du pain, ça oui et cela devrait aller avec les "jeux" qui ne manqueront pas de se dérouler toute la semaine.

 La route de ceinture sera baptisée " Nelson Mandela" en l'honneur de cet homme qui a tant souffert du racisme et de l'apartheid, deux sinistres ruminants d'une histoire maquillée de noir prônés pourtant fut un temps ici aussi par le maire de Faa'a et ses amis. Nous avons encore certains slogans en mémoire.

 Le message d'Oscar Temaru à la jeunesse a changé. Il ne leur dit plus " cultivez, plantez et pêchez" mais l'important c'est la " culture", sans précision sur ce mot si vaste. Peut-être  croit-il qu'elle apaisera leur faim. À moins qu'il ne parle de la " culture du paka" à laquelle il s'est toujours montré favorable et qui rapporte davantage que "la culture" intellectuelle !

"Tout baigne" comme dirait Chirac entre le président Fritch et le président de l'UPLD. Résultat d'une bonne mandature en tant que président de l'Assemblée quand "le président était président...de l'Assemblée".

Bref, la tête de repoussoir d'Oscar, celle des mauvais jours, la trogne, les pognes, les rognes du mauvais "facho indépendantiste" de bande dessinée avait été reléguée aux oubliettes. Et c'était tout de même beaucoup plus agréable. Osons espérer que durant trois ans la dérision acide et le pidgin on line ne prennent pas le pas sur la bonne humeur et les sourires. N'oublions pas dans l’euphorie générale quand même, que rien n'est gratuit en politique. Encore moins les fleurs et les sourires.

La nouvelle Polynésie se cherche et se tortille. Elle peut tout de même commencer par se dire qu'elle ne veut pas devenir le bunker du désespoir. Chassons ce cauchemar et relevons que l'invité d'honneur d'Oscar Temaru est la reine des Cook, seul pays associé ( à la Nouvelle Zélande) de la région avec passeport néo-zélandais en prime.  Un clin d'œil à Gaston ? Pas sûr !!!!!

  

 

Comme diraient les Belges, une fois, pas question pour l'Etat de laisser l'aéroport en cadeau à la commune de Faa'a ! Le seul cadeau qu'Oscar pourra obtenir viendra de son copain Edouard Fritch, président du pays et grand argentier ayant la maitrise de la fiscalité . Celui-ci pourra donc mettre une taxe en route  qu'il reversera avec ses compliments au maire de Faa'a pour compenser les nuisances dues à l'aéroport En espérant que cette taxe ne fera pas la révolution en étant à la charge des passagers comme ce fut le cas dans le passé ! Le gouvernement à l'époque avait été obligé de la retirer !!!!! Mais les temps ont changé...les hommes aussi. En partie.

 

Le contrôle judiciaire de Gaston Flosse bien allégé ce matin par le magistrat de la Chambre de l'instruction . Il a donc le droit dorénavant de circuler dans toute la Polynésie sans avoir a demander l'autorisation au juge et il peut à nouveau fouler " les pas perdus "de la présidence et de l'Assemblée, mais n'a toujours pas le droit d'y occuper son bureau!!!!! Jusqu'à présent il avait obtenu la possibilité de rencontrer les deux présidents, aujourd'hui il peut se rendre sur place.

 

 

Lutte contre l’absentéisme scolaire : le ministre de l’Education reçoit le commissaire de Police

 La ministre de l’Education, Nicole Sanquer-Fareata, a reçu, mardi matin, à son ministère, le directeur de la Sécurité Publique de la Polynésie française, le commissaire divisionnaire François Perrault.

 La politique éducative engagée par la ministre de l’Education en matière de lutte contre l’illettrisme et le décrochage scolaire s’inscrit dans une dynamique de prévention partenariale. A ce titre, le décrochage scolaire est souvent la conséquence d’un absentéisme trop important des élèves. Les services de vie scolaire des établissements gérent ces situations en prenant l’attache des parents, notamment pour les élèves de moins de 16 ans.

 Les fonctionnaires de Police patrouillant sur la voie publique sont, eux aussi, amenés à être en contact avec des élèves déscolarisés ou en absence injustifiée. Afin de mieux lutter contre l’absentéisme scolaire, parfois à l’origine de comportements délinquants, une fiche d’action va être élaborée, à l’attention des fonctionnaires de Police, en concertation avec le ministère de l’Education. Cette fiche d’action va définir les procédures à mettre en œuvre lorqu’un élève de moins de 16 ans se trouve sur la voie publique alors qu’il devrait être en cours dans un établissement.

 

Le ministre des Sports fait le point sur les équipements sportifs gérés par l’IJSPF


Le ministre en charge des Sports, René Temeharo, a poursuivi, mardi matin, sa visite des installations sportives gérées par l’IJSPF sur la côte Est, en complément de la visite gouvernementale effectuée vendredi dernier à Taiarapu Est, où certains complexes sportifs de l’Institut de la jeunesse et des sports (ISJPF) avaient fait l’objet d’une visite visant à identifier les possibilités de reconstruction ou de rénovation.

Lors des visites de la côte Est, le ministre s’est rendu sur le terrain de football et le plateau sportif de Hitiaa, mais aussi à la maison du surf sise à l’embouchure de la Papenoo. Il a notamment visité l’aire de Jeux d’Atima, à Mahina, ainsi que l’aire de jeux et le terrain de beach volley de Vaipoopoo à Arue.

Le ministre s’est attaché à faire un point de situation sur la gestion et la maintenance des équipements, sur leur usage, ainsi que sur les travaux réalisés ou à réaliser. Ils ont fait ou feront l’objet d’opérations de rénovation plus ou moins importantes en fonction des situations.

Pour René Temeharo, cet état des lieux était nécessaire pour constater la vétusté de certains équipements et ainsi arrêter la nature des travaux à réaliser selon les préconisations de l’IJSPF. De même que la maintenance et l’entretien de ces équipements qui sont une vraie préoccupation au vu des dégradations constatées.

Le parc géré par l’IJSPF sur l’ensemble de la Polynésie française représente un patrimoine bâti de 2,5 milliards Fcfp. Une grande partie de ce parc devant être requalifiée, un programme important de remise à niveau est nécessaire afin de faire des équipements sportifs des équipements adaptés aux pratiques sportives actuelles et répondant mieux aux besoins d’usagers de plus en plus exigeants.

Par ailleurs, ce programme vise également à positionner la Polynésie française comme un lieu attractif d’organisation de compétitions sportives internationales et d’accueil des Jeux du Pacifique en 2023. En raison de l’ampleur des travaux à réaliser et des contraintes budgétaires, ce programme de rénovation doit démarrer dès maintenant pour s’étaler sur plusieurs années.

Un futur Contrat de Projets devrait permettre de conforter ce programme de reconstruction ou de rénovation des équipements sportifs gérés par l’IJSPF. Il serait établi en concertation avec les fédérations sportives et les communes d’implantation et serait focalisé sur les complexes de Pater et de Fautaua pour les 6 années qui viennent.

René Temeharo poursuivra sa visite des équipements sportifs de l’IJSPF pendant les prochaines semaines et veillera à remobiliser les équipes techniques de cet établissement public important pour les mouvements sportifs et de jeunesse.

 

Stratégie de développement économique. Le CESC reçoit Mme Valérie Georgeault

 

Mardi 27 janvier 2015. Le Vice-président du Conseil économique, social et culturel (CESC), M. Makalio FOLITUU a reçu hier après-midi Mme Valérie GEORGEAULT, consultante au sein du cabinet Khan & Associés.

Le 14 janvier dernier, le gouvernement de la Polynésie française a pris la décision d’engager les réformes structurelles visant à soutenir le développement économique du Pays pour les cinq prochaines années. Suite à un appel à candidature, le cabinet Khan & Associés a été retenu pour élaborer une stratégie de développement avec l’appui du ministère en charge de la relance économique.

Le plan stratégique de développement se déclinera en trois parties :

§  - plan de dynamisation à court terme à l’horizon 2016 ;

§  - plan stratégique de développement économique à l’horizon 2020 ;

§  - plan de développement touristique.

Un comité de pilotage formé des principaux acteurs du Pays s’est réuni le 20 janvier dernier sous l’égide du ministre Jean-Christophe BOUISSOU. Le CESC ne siège pas au sein de ce comité, mais sera associé aux séminaires de travail qui se tiendront aux mois de février/mars prochains.

Cette rencontre avec le cabinet Khan & Associés s’inscrit dans le cadre de la consultation des acteurs majeurs du Pays. L’objectif est d’amener l’ensemble des acteurs essentiels à engager un mouvement dans l’élaboration de ce plan stratégique en se fixant des objectifs opérationnels selon un plan d’action et un calendrier à définir.

Le CESC considère que le Pays a la capacité et les atouts pour réussir sa relance économique. Le pouvoir exécutif devra cependant avoir le courage de ses ambitions tout en conservant une vision de l’intérêt général. L’application des textes en vigueur ne doit pas souffrir d’un manque de rigueur et l’obligation de résultats doit être une réalité à tous les niveaux de la strate politique et administrative.

En octobre dernier, le Président Edouard FRITCH et les membres de son gouvernement étaient venus exposer les priorités de chaque ministère à l’occasion d’une séance solennelle. Signe d’un climat de confiance qui s’établit, la présentation du budget du Pays aux membres du CESC a été un moment historique et unique dans l’existence de la quatrième institution.

Au mois d’avril-juin, une conférence économique se tiendra pour valider le plan d’action à court terme.

                                                                  

Cette année, pour la première fois en Europe comme en France, le nombre de décès de femme dus au cancer du poumon devrait dépasser ceux qui sont liés au cancer du sein.

C'est la chronique d'un désastre annoncé: le taux de mortalité liée au cancer du poumon pour les Européennes devrait pour la première fois cette année dépasser le taux de mortalité lié au cancer du sein. C'est ce que souligne des travaux publiés dans la revue Annals of Oncology.

Dans toute l'Union européenne, ce sont les Britanniques et les Polonaises qui sont les plus concernées par le cancer du poumon avec des taux respectivement de 21 et 17 pour 100.000. Les femmes au Royaueme-Uni ont commencé à fumer durant la seconde guerre mondiale alors que dans la plupart des autres pays de l'UE, les femmes ont commencé après 1968 explique l'étude.

 

Le chigungunya est loin d'être éradiqué. Les nouveaux malades sont nombreux et les anciens peinent à s'en remettre. Une vraie saloperie ce moustique. Tipearui est toujours envahi et les habitants qui surplombent le terrain vague infesté de larves, de rats et de moustiques, ne peuvent même plus se reposer sur leurs terrasses. Mais que font les autorités sanitaires se demandent-ils sans espoir ?

 

Que veut dire le mot " apartheid" en France utilisé par le premier ministre


APARTHEID, veut dire :


1. Caisse d'Allocations Familiales,
2. Agence Nationale de l’Habitat (ANAH),
3. Allocations caractère social,
4. Aide garde enfants parents isolés,
5. Subvention sociale pour endettement,
6. Chèques vacances et loisirs pour famille en difficultés,
7. Prêts à l'intégration professionnelle,
8. Assistance sociale pour gérer son endettement,
9. RSA,
10. Allocation de solidarité,
11. Allocation transitoire de solidarité,
12. CMU,
13. CMU complémentaire,
14. Aide à la complémentaire santé,
15. Aide juridictionnelle,
16. Allocation rentrée scolaire,
17. Allocation soutien familial,
18. Complément familial,
19. Carte famille nombreuse,
20. Aide à l'hospitalisation d'étrangers,
21. Aides aux prisonniers sortants,
22. Aucune taxe d'habitation
23. Aucune redevance TV
24. etc., etc.

Bienvenue dans l'horrible APARTHEID français.

 

 

ça n'a pas trainé !!!!!

Lundi 26 janvier 2015

Edito

Les ténèbres du paléolithique inférieur.

Vous, bonnes gens, comme moi, avez dû vous rendre compte comment les hommes et les femmes une fois arrivés à "leur fin politique", en gagnant des campagnes et en se faisant élire, peuvent changer de comportement. ou encore tourner le dos à ceux qui les ont fait élire. Encore que cela soi courant en Polynésie mais se retrouve beaucoup moins en métropole où les élus ne peuvent pas être des girouettes sans se faire sévèrement moucher par la presse.

Finis les sourires, les courbettes, les bisous, la politesse vraie ou fausse, surtout quand on ne leur sert pas la soupe. Les plus malins d'entre ces élus, continuent d'être pour le moins "polis". Ils ont raison. Ceux-là, personne n'aura envie de les égratigner dans un bouche-à-oreille sévère. Mais les autres... Être un homme disait Malraux, "c'est transformer une petite expérience en conscience." Pire pour les femmes dont l'orgueil soudain se décuple au point d'oublier que la courtoisie, lorsqu'on occupe une fonction, qu'elle soit législative ou exécutive, c'est d'abord de respecter les citoyens au lieu de montrer un mufle ahuri à la Dolly, la brebis clonée. Celle-ci à au moins l'excuse de ne pas avoir reçu une éducation !

Mais il est vrai aussi que l'on peut profiter de cette prouesse de la maîtresse branche de la biologie humaine, la génétique, pour réaliser à quel point, sous l'empire de l'orgueil qui se croit tout permis, y compris la grossièreté, on ne sort pas des ténèbres du paléolithique inférieur.

Ne pas avoir l'intelligence de craindre le retour de bâton selon la grossièreté dont font preuve certains élus polynésiens côté palais Bourbon, résulte d'une stupidité sans nom. Être polynésien ou polynésienne ne  donne pas automatiquement l'absolution lorsque la politesse la plus élémentaire fait défaut. On récolte toujours ce que l'on a semé. Et se croire dans l'Olympe en se permettant d'humilier avec un mépris hautain ses interlocuteurs, est une preuve de bêtise toujours à la Dolly qui elle, n'y est pour rien. Il y a bien carence d'éducation, civique et politique. Pardonnable ? Non. Pas quand on est représentatif de la nation qu'on vous a soi-disant  appris à vivre  en société et encore plus impardonnable, quand on est députée et qu’on évolue dans un milieu ou la courtoisie superficielle, hypocrite ou réelle est une…obligation. Et qu'en plus...on a voté pour vous. Et ça se dit....

 

 

Deux gendarmes blessés en Nouvelle- Calédonie

Gendarmes mobiles de l'escadron de Drancy (93), ces deux militaires ont essuyé jeudi des tirs à Canala (côte Est). Le premier a été touché au cuir chevelu, le second au cou. "Ce genre de faits plutôt rare ces dernières années est devenu plus régulier depuis mars 2014", rappelle, aujourd'hui, le quotidien de Nouméa, Les Nouvelles. Ainsi, le 21 décembre 2014 à Houaïlou (côte Est), aux alentours de minuit, un militaire était blessé à l’abdomen alors qu’il circulait dans l’enceinte de la brigade.

 

Décès d’Avril Taputu : message de condoléances du Président Fritch

  « J’ai appris avec beaucoup de tristesse le décès de notre amie Avril Taputu. Son dévouement à la population de Rurutu, son amour pour l’art et en particulier pour la chanson, ont fait de cette dame animée d’une générosité sans limite, une personnalité qui nous manquera et qui manquera à l’île de Rurutu.

 J’adresse à sa famille et à ses proches, en mon nom et au nom du gouvernement, mes condoléances les plus sincères et les plus attristées. Nos prières l’accompagneront dans son chemin vers le Seigneur ».

 

 Le caricaturiste algérien Ali Dilem "souhaite bon courage" à la France !

Le Point -

 

Le dessinateur qui aime brocarder le régime a été condamné à mort par les islamistes radicaux. Depuis, il vit reclus et s'inquiète pour la France.

Ali Dilem est un dessinateur qui inspire la loi : en 2001, le Code pénal algérien s'est enrichi d'une disposition surnommée "amendement Dilem", une disposition législative qui prévoit jusqu'à un an de prison pour offense au président de la République ou aux corps de l'État. Ce texte, taillé sur mesure pour le dessinateur du journal Liberté, aurait dû lui faire passer l'habitude de caricaturer les généraux du régime algérien.

Mais cela n'a pas marché. Selon ses dires, il aime toujours les croquer : "Gros, moustachus, un peu moches et avec des mouches qui leur tournoient autour de la tête." Jusqu'ici, il a toujours échappé à la prison. Son humour grinçant l'a conduit plus de 50 fois devant les juges, à l'occasion de procès intentés par le pouvoir. Les islamistes radicaux ont eu moins d'égards. Ils n'ont pas eu besoin de procès pour le condamner à mort. Pourtant, Ali Dilem n'a jamais caricaturé de prophète. Tout juste a-t-il dessiné, un jour, une main sortant d'un nuage. Cette suggestion lui vaut des haines tenaces qui le poursuivent encore aujourd'hui sous la forme de menaces répétées.

 Même s'il vit reclus et caché, il refuse qu'on le présente comme "le dessinateur algérien menacé". Venu à Paris pour enterrer ses amis de Charlie Hebdo, le caricaturiste a accepté d'évoquer sa vie quasi clandestine à Alger. Il préférerait ne pas avoir à la raconter. "J'ai longtemps considéré que cela revient à jouer le jeu des islamistes", nous explique-t-il. Il n'empêche. Il . Il décrit avec pudeur la peur, qu'il a appris à maîtriser, cette hantise qu'il conjure en dessinant tant qu'il peut.

 

 A propos de la langue

 

Les Corses, eux, n'ont pas peur de perdre leur langue. Elle est bien vivante alors que tous les efforts scolaires sont tout de même axés sur cette langue dérivée de l'italien et surtout sur le français qui leur permettra de s'élever dans l'échelle sociale, d'obtenir un emploi dans l'administration, d'être commerçant et d'avoir la possibilité de rejoindre "le continent" de faire des études supérieures, etc.... Pourquoi faut-il tant de bla-bla des vrais faux linguistes pour la Polynésie de 270.000 habitants. Ceux-là, ont-ils appris le reo maohi pendant des heures à l'école ? Pourquoi parlent-ils si bien français ?  Non seulement ces "linguistes" polynésiens, mais toute notre élite politique, pendant que l'Académie tahitienne se gargarise et se congratule d'avoir inventé de nouveaux mots dont aucun polynésien ne se servira flatte les Polynésiens de base, pendant que la caste des demis rafle le pouvoir... 

En revanche, Oscar Temaru qui vient de fêter dignement les 50 ans de sa commune de Faa'a, avait raison. Les petits Polynésiens pourraient être trilingues avec un enseignement de l'anglais dès la maternelle. Étant appelés à évoluer dans un monde anglo-saxon, ils ont tout intérêt à posséder ces trois langues essentielles. Plus le chinois plus tard. Ils ne sont pas sortis de l'auberge de la survie...

 

Le Haut-Commissaire, M. Lionel Beffre assistera à la cérémonie d'ouverture des festivités du cinquantenaire de la commune de Faa'a.

Il sera accompagné de sa Directrice de cabinet, Mme Marie Baville, et du Tavana Hau des Iles du Vent, M. Christophe Lotigié.

La visite aux services d'Etat en charge de la sécurité aéroportuaire prévue ce lundi matin est reportée à une date ultérieure.

 

Info pratique

Depuis le 1er janvier 2014, les cartes d'identité sont désormais valables pour une durée de 15 ans au lieu de 10 ans, pour les personnes de plus de 18 ans. Une modification bienvenue, néanmoins il est important de vérifier si votre carte d'identité fait partie de celles concernées par la mesure, et que votre future destination ait bien accepté ce document a priori périmé comme valide.

Les cartes d'identité concernées par l'extension

- les nouvelles cartes d'identité qui ont été délivrées à partir du 1er janvier 2014 aux personnes majeures sont évidemment concernées par cette mesure ; - la validité des cartes d'identité délivrées entre le 2 janvier 2004 et le 31 décembre 2013 à des personnes majeures est automatiquement prolongée de 5 années supplémentaires. Vous n'avez pas besoin de vous déplacer en mairie ou d'entreprendre une démarche.
Attention : cela ne concerne pas les mineurs dont les cartes d'identité continueront d'être valables pendant 10 ans.

 

 

 

Dimanche 25 janvier 2015

Michel Samissoff ancien compère de Jean Roucas sur Europe 1 :  Un sacré brûlot !                                                         
 
Liberté d'expression dans un sens ( Charlie Hebdo) comme dans un autre, pour partager les opinions de chacun par temps de pluie.


Des erreurs, on en fait tous.                                                          
> >
Moi, ma dernière, c'est d'écrire cet article.                                                          
> >
Avant se fut de mettre une vidéo sur les massacres des chrétiens partout dans
le monde sur Facebook (vidéo prise d'ailleurs sur un autre « mur »).                                                           

Cette vidéo suscite plusieurs commentaires, mais aucun ne passe.                                                         
> >
Censure...!                                                          
> >
Alors, comme toute cette hypocrisie ambiante me semble de plus en plus insupportable, je vais vous faire part de mes réflexions.
> > Je vais vous parler des Arabes et des noirs... Deux erreurs fatales !
                                                          
> >
Dans notre monde "politiquement correct " (c'est-à-dire complètement faux cul), il ne faut pas dire "Arabe", ou "noir": ce sont des gros mots, des mots interdits qui sont pourtant dans le dictionnaire.  

Mais on préfère "black", ou "beur", ou "maghrébin".                                                          
> > 
Attention à " reubeu", Florent Pagny s'en souvient... Bref : on ne doit pas appeler un chat un chat, c'est tabou, même si on ne sait pas trop pourquoi.                                                          
> >
Il n'y a pas que dans ce sujet que l'imbécillité brille.                                                          
> >
Vous savez bien, Coluche nous a fait rire en disant les choses.. On ne dit pas une "caissière", mais une hôtesse de caisse ! On ne dit pas un infirme, mais un handicapé (ensuite on est passé à "personne à mobilité réduite") et il ajoutait: " On ne va plus dire un con, on va dire un non-comprenant".
> > Cela dit, il y a des musulmans intégrés, c'est vrai, et je les respecte. Mais ils ne sont pas nombreux car la plupart ne le veulent pas. J'ai vécu dans beaucoup d'endroits. J'ai recompté : j'ai fait 4
3 déménagements dans des villes de France et dans quelques autres pays.                                                          

 
Je suis né au Maroc, j'ai grandi un peu en Afrique, j'étais en Algérie pendant la "guerre" (enfant), à Djibouti, à La Réunion, à Miami, bref...! j'ai pas mal bougé et je crois avoir quelques notions de géopolitique. Pour rester dans la France "intra-muros", j'ai habité le nord (Lens, Hénin-Liétard devenu Hénin-Beaumont) où j'ai vu l'immigration polonaise, russe, slave en général.                                                          
> >
Ces populations se sont parfaitement intégrées en une demi-génération.                                                          
> >
Au sud, j'ai habité Saint-Raphaël et Marseille, j'y ai vécu l'immigration des espagnols, des portugais, des italiens...!                                                          
> >
Parfaitement intégrés, fiers d'être français et reconnaissants envers leur pays d'accueil.                                                          
> >
Les "Noirs" s'intègrent, mais plus difficilement.                                                          
> >
Mais où veux-je en venir...?                                                          
> >
A la phrase qui tue : les musulmans ne s'intègrent pas. On peut hurler, vitupérer, critiquer, me traiter de ce que vous voudrez mais voilà : les musulmans, donc grosso merdo les arabes ne s'intègrent pas.                                                          
(...)Pour tout vous dire, je pense que nous allons vers la fin de notre civilisation. L'histoire du monde est un balancier : à toi, à moi.

 

 

Samedi 24 janvier 2015Repérer un AVC peut vous sauver la vie :> www.avast.com

Edito

La tragédie du favori !

Nous avons évoqué hier et félicité Charlie Hebdo, comme l'ont fait de nombreux  confrères métropolitains sur cette fameuse lettre au président du culte musulman. Mais...mais... l'auteur réel de cette talentueuse missive devant l'avalanche de félicitations reçues  au journal humoristique a du rectifier les faits, de même que les journalistes de Charlie Hebdo. Voilà ce qu'écrit dans la presse métropolitaine 'l'auteur en question au maire qui a été abusé:

"J’apprends avec surprise et avec un certain amusement que vous avez lu l’un de mes articles datant du 3 novembre 2011 à vos concitoyens en guise d’hommage au dramatique attentat contre les rédacteurs de Charlie Hebdo, pensant cet article né de la plume d’une journaliste dudit journal.

Le 2 novembre 2011 les locaux de Charlie Hebdo étaient la cible d’un cocktail Molotov après la parution d’un numéro baptisé « Charia Hebdo ». Suite à cet acte inqualifiable, le président du CFCM, Mohammed Moussaoui avait jugé « inacceptable » qu’en France on se permette de caricaturer son prophète. Je m’étais alors attelée, dès le lendemain, à un article pour lui rappeler que le dessin caricatural faisait partie de nos traditions et qu’il ferait mieux de s’y habituer car il n’était pas question d’instaurer dans notre pays un quelconque délit de blasphème.

Cette lettre ouverte à M. Moussaoui a aussitôt été reprise par un internaute qui, allez savoir pour quelle obscure raison, l’a attribuée à Charlie Hebdo. Ce fut un mal pour un bien car si j’ai tout d’abord été fort ennuyée de ce malentendu, j’ai fini avec le temps par m’en amuser. Cette « lettre à Moussaoui » connaissait un succès qu’elle n’aurait certainement pas eu si cet internaute distrait ne l’avait pas faussement légendée.

A ma grande stupeur, cette lettre a suscité une adhésion assez conséquente, à tel point que la rédaction de Charlie Hebdo, très agacée, se voyait contrainte de démentir la paternité de ces écrits dont ils recevaient de toutes parts des félicitations appuyées !

Il était fort cocasse de constater que tout le monde adhérait au contenu dès lors qu’il était estampillé « Charlie Hebdo » alors que ce même contenu, au mot près, estampillé « Riposte Laïque » aurait été jeté au rebut avec une pince sur le nez."

En attendant et pour revenir à nos propres moutons, la question du jour est : Sandra Levy Agami a-t-elle rejoint le Tahoeraa ? Question-réponse donnée dans la Dépêche ce qui est pour l'heure le dernier chic puisqu'il faut bien que tournent les manèges, les sondages, les rotatives et le patin-couffin !

Intéressant aussi d'apprendre que la DGSI ( direction générale de la sécurité intérieure) a vivement conseillé aux associations catholiques de Nantes de reporter leur projet de projection débat privée autour du film " l'Apôtre" prévu le 23 janvier devant les risques d'attentats. Mais la meilleure est sans aucun doute l'excuse donnée par  la DGSI et relayée par l'organisateur :

"Cette projection pouvant être perçue comme une provocation par la communauté musulmane. Devant ce cas de force majeure, nous sommes contraints d'annuler cette soirée"

Qui gagne ? Autrement dit " fermez vos gueules où on vous tue "!!!!!

Quel est le danger pour les musulmans ultras ? Voilà, voilà...

L'Apôtre, sorti en octobre 2014, est l'oeuvre d'une fervente catholique, Cheyenne Carron. Il narre l'histoire d'Akim, un aspirant imam qui décide de se tourner vers le catholicisme, après l'assassinat de la soeur d'un prêtre par un voisin. Le prêtre décide de ne pas s'éloigner de la famille de l'assassin.

Akim fréquente assidûment la mosquée avec son frère et se prépare à prendre la suite de son oncle imam, mais il est troublé par le message évangélique et la mystérieuse bonté du prêtre, qui a choisi de continuer à habiter à côté des parents de l'assassin « parce que cela les aide à vivre». Peu à peu, son chemin l'entraîne sur les pas du Christ. " Et c'est là que ça se corse !!!!!!

http://ripostelaique.com/voeux-le-maire-veut-rendre-hommage-a-charlie-et-lit-un-de-mes-textes-de-rl/

 https://charliehebdo.wordpress.com/2012/01/09/marine-le-pen-et-riposte-laique-vs-charlie-hebdo/

 

 

Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, a reçu, vendredi après-midi, pour une visite de courtoisie, Lelei TuiSamoa LeLaulu, consultant originaire de Samoa, spécialisé sur les enjeux du développement durable, du changement climatique et de la gouvernance dans la région Pacifique auprès de grandes institutions internationales ou régionales comme l’ONU, la Banque Mondiale, la Banque Asiatique de Développement ou le Forum des Iles du Pacifique.

 

Les Polynésiens s'interrogent

Voilà une toute petite information qui va valoir toutes les campagnes promotionnelles possibles du fenua.

Il n'est pas normal que les services sanitaires de l'Etat n'aient pas pris la mesure de la situation.

Que je sache le chikunmachin n'est pas endémique, il a bel et bien été importé parce que le travail a l'aéroport n'a pas été fait correctement pour décontaminer les avions ou vérifier les l'état de santé des passagers.

 Maintenant, à moins de bombarder le fenua au DDT, c'est mort.

Tout comme le tourisme, principale source de revenus. Il faudrait être fou pour venir passer une semaine de congés à un prix faramineux pour repartir Ko sur plusieurs semaines. YZ

http://madame.lefigaro.fr/celebrites/un-moustique-a-pique-lindsay-230115-93938

 

La blagounette du samedi

Les aléas du marketing...

Un commercial de Coca-Cola revient du Moyen-Orient remonté à bloc.

Il y était parti pour développer la marque là-bas.

Son ami lui demande alors : « Pourquoi n’as-tu pas réussi avec les Arabes ? »

Il lui répond : « Quand j’ai été envoyé au Moyen-Orient, j’étais très confiant de pouvoir faire

de bonnes ventes car Coca-Cola n’est pas connu là-bas.

Mais le problème était que je ne parlais pas arabe. J’ai donc fait passer le message à travers 3

images….

la 1ère image présentait un homme allongé dans le sable chaud du désert, totalement faible et

épuisé…

la 2ème présentait un homme buvant du Coca….

la 3ème photo montrait notre homme totalement rafraîchi….. »

Et ces panneaux furent publiés dans toute la ville……

« Ben ça aurait du bien marcher ? » lui répond son ami….

« Putain de connerie !!!! » lui répond le commercial…… « Je ne savais pas que les arabes

lisaient de droite à gauche »…….

 

Vendredi 23 janvier 2015

Edito

Moussaoui :"La France, une République malade et satanisée"

Charlie Hebdo vient de claquer le beignet avec talent à Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du Culte musulman à la suite de son article dans le Monde dans lequel ce dernier affirme ne pas avoir de lien entre les élections en Tunisie et en Lybie et l'outrage caricatural rappelant ce qu'est la charia. Les caricatures même osées et "Allah et Dieu" savent qu'elles le sont, est désormais une tradition française qui fait des émules dans le monde. Aucun sujet n'y échappe et surtout pas quand il est d'actualité. Or, la charia sur un sol resté longtemps laïque poursuit Charlie Hebdo est un sujet suffisamment grave et inquiétant pour ne pas faillir à la règle.

La charia, c'est quoi ? C'est la condamnation ultime pour les femmes dans un système fondé il y a quatorze siècles " odieux, sexiste, rétrograde, cruel, discriminant". On se demande pourquoi les dessinateurs de Charlie ne pourraient pas dénoncer par la caricature un procédé dont ils veulent montrer toute l'abjection. Or - ajoute Charlie à Mohammed Moussaoui - "dénoncer la Charia est un acte de salubrité publique nécessaire à la démocratie dont vous profitez puisque c'est en France que vous vivez en toute liberté."

Alors tout est là en vérité. Se faire accepter par les Français, c'est d'abord se fondre dans la masse, ce qu'ont fait les Italiens et les Espagnols quand ils ont fortement émigré en s’installant sur le sol national. Ils n'ont pas autorisé la polygamie comme le président du conseil français du culte musulman l'autorise en considérant que la femme est inférieure à l'homme, en l'enfermant dans des linceuls noirs y compris en France et en refusant de la laisser épouser l'homme de son choix pour lui faire épouser celui choisi pour elle par sa famille. Nous sommes toujours en France - Mais inacceptable aussi le conseil européen de la recherche de la fatwa ayant pour vocation d'être appliquée sur le sol français.

Savent ils, tous ces musulmans, ces frères ennemis, que la fête de l'Aïd-el-Adha qu'ils vont fêter dans quelques jours n'est rien qu'un vibrant hommage à Abraham, un juif ! ?

Pour cet éminent personnage patron du culte musulman, qui donne une impression de bonhomie et de tolérance, la France, a-t-il écrit dans un article relaté sur le site de CFCMTV, la France donc, est qualifiée de " République malade et satanisée". Mais pourquoi dans ces conditions restent-ils tous sur notre sol puisqu'ils n'y sont pas heureux ? Les pays musulmans ne sont-ils pas prêts à accueillir en leur sein tous ces martyrs dans l'obligation de se plier à la démocratie ? Une hérésie bien sûr...

En Polynésie, nous n'avons pas la charia, pas encore, mais nous avons des échanges épistolaires gratinés via Facebook, l'exutoire du mal-être des uns et des autres pour régler leurs comptes et où chacun se croit investi d'une mission consacrée à "la liberté d'expression" en donnant son avis comme si les politiques qui ne lisent rien pouvaient en tenir compte ! Un leurre. Un permis d'exister ... Alors quoi, avons-nous à faire à des postures de solitude, de préférence sulpicienne, de fausse modestie rapprochant le "pékin" qui attend d'être entendu avant de l'agonir, le choyer, l'assister ou le plaindre? C'est ainsi que Sandra Levy Agami entretient des relations musclées en renvoyant les skuds que lui balancent les collaborateurs dévoués du président Fritch dans une sorte de " blitzkrieg" poussé par un vent venu du froid ! Les politiques et leurs hommes liges ont beau se prendre pour le vent, ils n'en sont jamais que la girouette. Parfois grinçante et méchante, c'est vrai .

 

Quand les dessinateurs australiens s'en mêlent, ça donne ça...

 

 

Exemple pour les non adeptes de Face book

La bataille des mots et des convictions se poursuit sur FB. Extraits. Une fois n'est pas coutume .

Réponse à un post

Sandra : Nous soutenons le Président , la preuve c'est que nous avons voté à l'unanimité Faarii Matanitaataroa Pai le budget 2015 sans amendements. Nous lui avons ainsi prouvé tout notre soutien en lui donnant les moyens de gouverner et en donnant à ses Ministres la capacité d'intervenir pour aider notre population. C'est l'acte le plus important de notre travail d'élu. D'où notre étonnement quand on lit la presse et qu'on écoute la télé, d'entendre le président dire qu'on ne lui fait pas confiance...... Donc on a décidé de calmer tout ça et de revenir à l'essentiel. Mais notre soutien est toujours là.


o Jerome Jannot Sandra, ta mauvaise foi va finir par t'étouffer. Edouard n'a jamais transmis le dossier de son indemnité avec un caractère d'urgence. L'assemblée était libre de ses délais d'instruction. C'est la présidente de la commission des finances qui l'a inscrit immédiatement. C'est ensuite l'assemblée, donc toi, qui l'a inscrit dans la délégation à la commission permanente quand il n'y avait aucune obligation. C'est enfin la présidente de la commission permanente qui l'a inscrit à la séance de mardi. Le président n'a pas demandé l'urgence, elle a été organisée par vous, les élus du TH (dont tu fais bien partie), avant que vous ne votiez contre votre propre ordre du jour! Ne vient pas mettre Edouard dans la boucle de vos turpitudes. Et écoute un
peu la population plutôt que de rester perchée sur tes pompes. ça suffit vos chalala
 

 

 

Non ce n'est pas parole d'évangile

 Certains pouvaient croire naïvement que ce que la presse disait était parole d'évangile. Bien sûr nous pouvons tous nous tromper. Néanmoins en ce qui concerne l'exemption de visa pour les Chinoisil y a un doute . Voici ce qu'en pense le PDG d'ATN :

-          L’exemption de visa : ce serait (enfin !) opérationnel depuis lundi dernier aux dernières nouvelles reçues. S’il est vrai que l’arrêté est sorti en juillet, la mise en place de la fameuse listes des « agences agréées » a été un vrai parcours du combattant !!!! Mais avec la PAF je ne peux pas affirmer aujourd’hui si c’est bien appliqué à l’entrée du territoire. Cela l'est en Chine.

-          Les Charters : ATN en a signé un pour le mois de février 2015 et un 2ème est actuellement en discussion

-          Le nombre de touristes chinois qui ne décollerait pas : ATN en a transporté 1700 en 2013 et presque 4000 en 2014. Ça ne fait effectivement que 135% de croissance…

 

 

 

Jeudi 22 janvier 2015

Edito

Du terrorisme de porcelaine

Il y a des choses que nous ne comprenons pas bien dans le fonctionnement de la justice. Pourquoi Marcel Tuihani a-t-il été obligé de prendre une avocate qu'il ne connaissait pas, alors que son avocat jusqu'à présent était  Me Quinquis pour l'affaire dite " de la vaisselle"?

 Hier, comme le révèle la Dépêche, Édouard Fritch a été entendu pendant une heure par le juge Stelmach, d'abord seul, puis en compagnie de son avocat… Me Quinquis ! Tiens donc… Pourquoi Quinquis est-il accepté par le juge  pour l'un et pas pour l'autre ? Surtout pour une affaire banale de vaisselle en comparaison de ce qui se passe en ce moment ailleurs. C'est Clochemerle. Fallait-il aussi entendre les petits secrets du  président sans témoins donc sans son avocat ? Est-ce vraiment une affaire d'État ? Une affaire "top secret" du "terrorisme de porcelaine" peut-être qui monopolise les servies de police et judiciaire ? Nous sommes donc dans un film, un "nanar" des années soixante dans une démocratie de pacotille ?

Nous ne sommes plus dans le politique mais dans le divertissement, comme on dit à la télévision, pour parler de certaines émissions défouloirs de mauvais goût. Info intéressante, il y a peu de chance que les affaires contre les abus de l'UPLD au pouvoir soient poursuivies, Édouard Fritch devant la tornade d'amitié des élus du parti d'Oscar Temaru ne peut logiquement pas mettre la corde au cou de ses nouveaux amis dans ces dossiers en se portant toujours partie civile comme l'avait fait l'ancien président. Ces dossiers en léthargie concernant népotisme, emplois de cabinet à la présidence Temaru (41) et contrats d'accueil signés Chantal Tahiata ! Le président d'aujourd'hui préfère laisser du temps au temps sur ces affaires...probablement enterrées sans suite !

 

Et pour sourire ce matin, après tout, nous avons évité le pire avec un Niko qui n'a pas osé affronter en face Tahiti (pauvres Tuamotu, pauvres Australes des îles qui vont supporter sa colère ), parlons d'un événement qui s'est déroulé le 16 février 1899 et qui apporte une fois encore la preuve, que le cœur des hommes doit être solide, quand ils se font faire des gâteries.

 Tout ça pour dire que le président Félix Faure a succombé à une fellation au palais de l'Elysée comme chacun sait. Madame Marguerite Steinheil est entrée dans l'histoire de ce côté-là (sic !). Mais surtout, pour  avoir mis trop de cœur à l'ouvrage. Il est vrai qu'elle avait du répondant ayant la réputation de changer d'amants comme de chapeau à l'époque. Nous conseillons à ces messieurs une certaine prudence dans leurs ébats répétitifs.

Faute de scooter  en 1899, c'est la jeune femme qui se rend à l'Elysée et faute de viagra, le président avale un excitant. Il est prêt à la recevoir. Ayant de l'éducation, Marguerite ne parle jamais la bouche pleine, elle ne s'interrompt pas au bout d'un moment d'intense activité et ne  réalise pas que la main qui se crispe sur sa tête n'est pas une réaction de plaisir mais d'un manque d'air !

 Le président étouffe. Consciencieuse elle poursuit sa tâche. Le président Félix Faure claquera un peu plus tard d'une congestion cérébrale. On peut dire en épectase. Heureusement les journalistes de "Closer" n'étaient pas là !!!!

 Ce n’est pas mieux que la vaisselle ça ? ! "Mort pour avoir trop sacrifié à Vénus" titrait " le Journal du peuple". Ca ne s'invente pas…

NB Cette brave femme dévouée aux plaisirs masculins avait été baptisée à l’époque  ‘’La pompe funèbre’’ Cela non plus ne s’invente pas…. !

--------

 

Un nouveau président au palais de justice de Papeete

Comme nous l'écrivions il y a quelques jours c'est bien Dominique Pannetier qui prend le relais du juge Thibault-Laurent mis à la retraite pour présider les appels correctionnels. Il aura la charge délicate de revoir au mois d'avril l'affaire Haddad-Flosse révoquée parle juge précédent.

Le juge Pannetier était en charge de la cour d'appel de Rennes et avait été juge au tribunal de première instance de Nouméa puis président du tribunal de grande instance de Cayenne.

 

Décès du roi Abdallah d'Arabie Saoudite ( reuters)

Le roi Abdallah d'Arabie saoudite est mort, annonce vendredi 23 janvier la télévision publique saoudienne. Son frère le prince héritier Salmane lui succède à la tête du royaume. Un communiqué attribué au prince Salmane précise que le nouveau souverain a convoqué le Conseil d'allégeance et a désigné le prince Moukrine comme son héritier et prince de la couronne.

"Son altesse Salman ben Abdelaziz Al Saoud et tous les membres de la famille et toute la nation pleurent le Gardien des deux saintes mosquées, le roi Abdallah ben Abdelaziz, qui est décédé à 1 heure [23 heures, heure de Paris] exactement ce matin", annonce le communiqué.

Le roi Salmane désigne Moukrine comme héritier au trône

De santé fragile, le roi Abdallah, âgé de 91 ans, était hospitalisé à Riyad depuis le mois de décembre en raison d'une pneumonie. Il était monté sur le trône en 2005 après la mort de son demi-frère Fahd. En réalité à son accession au trône, il gouvernait de fait le royaume en raison de la mauvaise santé de Fahd victime d'un infarctus.

Le roi Salmane, qui serait âgé de 79 ans, était prince héritier et ministre de la Défense depuis 2012. Il avait été gouverneur de la province de Ryad pendant un demi-siècle auparavant. En désignant immédiatement Moukrine comme héritier au trône, Salmane coupe court à toutes les spéculations sur son accession à la tête du premier pays exportateur de pétrole. La désignation de Moukrine doit maintenant être approuvée par le Conseil d'allégeance composé des membres de la famille royale.

 

Nous publions l'appel au secours pathétique d'un apiculteur atteint du virus du chigunkunya et qui ne peut plus soigner ses abeilles...

Au secours Docteur

 Je suis passé du 24 décembre

·          Du Dolipran au

·         Codolipran à

·         L’efferalgan à

·         L’efferalgan Vitaminé au

·         Chlorure de Magnésium à

·         L’Ixprim au

·         Valium à

·         L’opium à

 ·         La morphine que j’ai arrêté hier soir car sans effet , juste 30 minutes de soulagement et re pendant toute la nuit !!!!

 Les douleurs articulaires de la 1ére de la maladie sont toujours là , mais supportables, avec pieds et mains enflées

Par contre les douleurs qui arrivent dans la nuit parce que je bouge plus les mains sont effroyables !!

C’est comme si on mets ses doigts dans la porte d’un coffre-fort et qu’on ferme la porte et en répétition

Ou comme si je me verse sur les mains de l’acide ou que je me découpe les doigts avec des ciseaux !!!

 Docteur dois-je fumer un joint alors ? 

Te Viru

 

 

Précisions du sérail  concernant la visite du président chez le juge Stelmach hier.

-          La vaisselle : Quinquis ne pouvait pas être dans le bureau en même temps que le président puisqu’il est l’avocat de Flosse dans cette affaire ; Me Quinquis étant en défense, il aura accès aux déclarations du président devant le juge.

-    Me Quinquis est rentré dans le bureau du juge quand ils ont parlé des emplois fictifs d’Oscar puisque sur ce dossier c’est lui qui est l’avocat du pays ; de même qu’il l’est pour la plainte contre la décharge de Faa’a qui a également été évoquée.

-    L’affaire contre les emplois d’Oscar est consécutive à une plainte portée par Teura Iriti et René Temeharo. Le pays n’est que partie civile. Donc il y a peu de chance qu’elle soient enterrées en raison de la position du Pays. (A suivre)

 

 

 

  

Air Tahiti Nui s’associe au programme d’affiliation de BOOKING.com afin d’étendre son offre d’hébergements

 ATN se porte beaucoup mieux qu'Air France . La direction commerciale de la compagnie communique :

  Air Tahiti Nui annonce la signature d’un nouveau partenariat avec le programme d’affiliation BOOKING.com, leader mondial de la réservation d’hébergements en ligne. Cet accord permettra à la compagnie de proposer plus de 585 000 propriétés dans 202 pays et 41 langues.

 Ce partenariat permet à Air Tahiti Nui d’étendre ses offres d’hébergement associées à l’ensemble de ses points de vente en ligne, notamment sur ses principaux marchés aux Etats-Unis, en France, au Japon, en Nouvelle Zélande et en Australie.

 Le marché polynésien n’est pas en reste et pourra également bénéficier des meilleures offres en ligne, de la gratuité des annulations pour la plupart des propriétés, du soutien client 24h/24h et 7 jours sur 7 ainsi que le gain de 50 miles Club Tiare par tranche de 5000 XPF payés.

 Afin de célébrer en beauté ce nouveau partenariat, Air Tahiti Nui offre à ses membres Club Tiare le doublement de leurs miles pour tout séjour effectué entre le 1er février et le 30 avril 2015. Réservation sur son site internet www.airtahitinui.pf et son onglet spécial hébergement.

 

 

Air France entre à nouveau dans une zone de turbulences (Fr Info AFP).

Huit cents postes sont visés par "un nouveau plan de départs volontaires" excluant les pilotes, ont annoncé la direction et les syndicats, jeudi 22 janvier. Dans le détail, ce plan concerne 500 postes de personnels au sol et 300 pour les hôtesses et stewards, indiquent des sources syndicales à France 3.

Objectif de ce plan annoncé à l'occasion du Comité central d'entreprise (CCE) : réduire le sureffectif de la compagnie aérienne, selon les syndicats. Depuis 2012, les précédents plans de départs volontaires ont conduit à la suppression d'environ 8 000 postes dans le seul groupe Air France, qui comptait quelque 65 000 salariés à la fin 2013. Francetvinfo vous explique pourquoi la compagnie aérienne a du plomb dans l'aile.

Parce que le groupe fait face à une concurrence accrue

A l'occasion du CCE, la direction devrait détailler les écarts de compétitivité entre le groupe Air France (la compagnie classique et ses filiales Hop! et Transavia France) et ses concurrents, principalement les low cost et les compagnies du Golfe. Selon les comparaisons établies par la direction, citées par Le Monde, Air France accuse "des écarts de coûts de 40 à 50%" par rapport à ses concurrents.

Une situation problématique au moment où le secteur aérien est confronté à des surcapacités dans certaines zones, en particulier sur l'Asie et l'Amérique du Nord. Les compagnies ne peuvent pas se permettre d'augmenter le prix de leurs billets. La "recette unitaire" d'Air France est donc en baisse, explique Le Monde, d'autant que l'entreprise doit aussi diminuer ses prix pour répercuter, au moins partiellement, la baisse du prix des carburants.

Parce que la grève des pilotes a laissé des traces

La note est salée pour Air France, confrontée en septembre à une longue grève de ses pilotes français. Le conflit social a duré 14 jours, ce qui n'a pas été sans conséquence sur les activités du groupe : la moitié des avions de la compagnie française ont été cloués au sol lors de la grève, entraînant une chute du trafic de 15,9% pour les passagers et de 17,7% pour le cargo pour le seul mois de septembre.

Selon les estimations d'Air France, le chiffre d'affaires a été réduit de 416 millions d'euros par la grève. Depuis, la compagnie est partie à la reconquête de ses clients perdus, ce qui a un coût, raconte Le Figaro. Les premiers passagers à revenir ont été récompensés, avec du surclassement, un accès aux salons d'Air France ou encore la prolongation de validité de leurs cartes de fidélité, détaille le journal. A cela s'ajoutent, pour les particuliers, des promotions sur les court et moyen-courriers.

"L'objectif reste un retour à l'équilibre opérationnel [en 2014], déclarait en mai le patron d'Air France, Frédéric Gagey. Si on était en pertes, on serait plus dos au mur, ce qui changerait les termes du dialogue social."

 

 

Mercredi 21 janvier 2015

 

Edito

Le songe d'une nuit d'été...

Ha ! Ha ! Il y avait longtemps que nous n'avions pas entendu la "Mélanchon" ex-orange, ex-rouge, ex-bleu et désormais jaune, Armelle Merceron regrettant avec force trémolos hargneux que la commission permanente n'ait pas étudié les textes prévus. Vous vous rendez compte, quelle honte,  les élus n'ont pas eu le temps de donner leur avis sur "des accords nationaux", déja en vigueur en France...d'ailleurs!

Dans cette politique de bistrot, ce qui met le feu aux poudres, c'est l'unité des élus Tahoeraa a remiser la demande de la présidence concernant la réévaluation de l'indemnité présidentielle. Le Tahoeraa avec ce vote a donc choisi son camp . L'UPLD et l'ATP aussi. C'est étrange tout de même comme situation. Il y avait longtemps aussi que nous n'avions pas vu la douce élue UPLD des Australes, Chantal Tahiata, aussi vindicative et agressive pour défendre l'augmentation de l'indemnité d'un président qui ne fait pas partie de " sa famille" politique.

Les représentants Tahoeraa ont pris leur responsabilité. Ceux qui siègent à la commission permanente n'ont pas dit "niet" à cette augmentation de la rémunération d'Édouard Fritch, ils ont simplement décidé de la reporter dans une atmosphère plus sereine et sans avoir le couteau sur la gorge. C’est du moins ce que l'un de ces élus nous a confié en rapportant les propos d'Edouard lors de sa première colère sur le sujet: " Tous ceux qui font de l'obstruction, le paieront cher".

La colère est mauvaise conseillère et cette petite phrase lancée dans un moment de déception qui ne veut pas dire grand-chose, a marqué les esprits orange. Du coup, ces derniers, veulent montrer qu'ils ne toléreront aucune pression de la présidence et qu'ils restent maîtres du jeu. On voit toutefois qu'un bras de fer s'est installé au sein de la confrérie des "frères ennemis". Ce n'est certainement pas ce que la population attendait quand Édouard Fritch a été sacré à la plus haute fonction du pays. Si d'ici 2 018 les nuages perdurent, la campagne des territoriales risque de donner le spectacle du grand lavoir avec en prime des lavandières musclées au turbin, les uns et les autres guettés par ceux qui ne disent mots, mais qui attendent l'heure H.

Bref, il apparaît désormais aux yeux des observateurs que le président Fritch est bel et bien soutenu par l'UPLD d'un côté et l'amoureux transi, chef de file de l'ATP de l'autre. Ce qui n'est pas fait pour adoucir la situation côté Tahoeraa. Dans ces conditions et si un jour "pax" il y a avec le parti de Gaston Flosse, Fritch pourra se vanter d'avoir réuni sous sa bannière tous les camps politiques du pays dans une plus large majorité. Du jamais vu ! Mais ça, c'est peut-être dans le songe d'une nuit d'été sans pluie... "après" !

Désormais, suite à ce nouveau coup porté à l'autorité du président il serait plus prudent de débattre du sexe des anges, des mille vierges de l'islam ou des racines chrétiennes de la région encore épargnées par les salafistes.

 

---------

 

Courrier

Pollueurs-payeurs ??

 

Y'a du boulot, et notamment sur sa commune, le Président devrait passer de la parole aux actes et intensifier son action répressive.

Je monte plusieurs fois par semaine sur cette "encore" belle route du Belvédère et, force est de constater que ces derniers mois les dépôts d'ordure sauvages s'intensifient. Les pollueurs s'en donnent à coeur joie en toute impunité: gravats en tout genre, clim, chauffe-eau, sacs poubelle etc. etc., il y en a partout c'est la route du Petit Poucet version Gros Dégueulasse.

La Polynésie écolo, c'est même pas pour après-demain !

On n'est pas rendu... Cld

       Déchets rassemblés par les riverains

 

"Cocktail dinatoire" pour la presse à la présidence

 

 

 

Édouard Fritch est arrivé sur la terrasse de la présidence où se tenait un cocktail dînatoire qui réunissait une vingtaine de journalistes triée sur le volet, de la presse écrite et parlée, sans son habituel et sympathique sourire. En vérité se faire bouter en touche une seconde fois par le Tahoeraa de la commission permanente hier ne lui a pas plu. Mais nous ne sommes que le thermomètre et peu responsables "des errances politiques" grandiloquentes de cette fin d'année 2014 (et début 2015) qui n'aura été une bonne année pour personne finalement.

Toutefois, contrairement à ce qu'il nous laisse penser dans son allocution, ce n'est pas nous qui sapons le moral des troupes et la nécessaire confiance que doivent avoir les Polynésiens, les chefs d’entreprise, les investisseurs, dans l’avenir de notre pays, car nous ne faisons que relater et analyser les actes des politiques. Soyez bon, monsieur le président et nous le serons aussi par voie de conséquence.

Ce n'est pas pour le plaisir qu'il nous arrive de montrer du doigt "les trains qui n'arrivent pas à l'heure" et en commenter les horaires, mais bien souvent, justement, pour mettre en garde ceux qui nous gouvernent de ne pas accumuler les erreurs voire les fautes avec notre œil extérieur. Heureux qui comme nous, n'avons pas connaissance de toutes les turpitudes qui peuvent se faire les hommes en interne. Et si le chef du pays chausse les bottes d'un grand président pour annoncer un jour de l'année 2015 que les larmes et la crise sont derrière nous, nous le couvrirons de lauriers et nous serons là pour le faire entrer dans l'Histoire. En oubliant "l’effet Chikungunya. Ou encore "l'effet loupe". Encore que dans ce cas-là, "l'effet loupe" sera certainement bienvenu !

Monsieur le président, vous pouvez nous parler librement. Il suffit simplement de nous dire "là c'est off the record" et nous tenons parole, ne prenez pas le prétexte des polémiques inutiles dont vous semblez nous rendre responsables pour limiter votre communication. Nous ne sommes là que pour les commenter. C'est vous, vous les politiques qui générez les événements, négatifs ou positifs. Pas nous. Il convient de ne pas renverser les rôles car vous le savez, on vous aime bien et plus encore puisque Tahiti Today ne cache pas son affection fidèle à tous les oranges et leur président, depuis tant d'années. Aussi nous vous souhaitons une fulgurante année 2015, la concrétisation des projets si attendus, la santé pour aller de l'avant sans faiblir ( et sans trop de bons repas qui bedonnent l'estomac) ainsi qu'à tout votre gouvernement.

 

Vœux du président Edouard Fritch à la presse

 

  Mesdames et messieurs les responsables de rédactions,

Mesdames et messieurs les journalistes,

Chers amis.

 C’est avec plaisir que je vous reçois à la présidence aujourd’hui pour vous souhaiter, en mon nom et au nom du gouvernement, une très bonne et heureuse année 2015.

 En tant qu’observateurs attentifs de la vie économique, sociale et politique, vous avez remarqué, voire largement commenté, une actualité assez riche en évènements en cette fin d’année 2014.

 Je souhaite que vous ayez le même entrain en 2015 qui, à mon sens, devrait également vous donner matière à rendre compte à vos lecteurs et à vos auditeurs et téléspectateurs.

 2015, je l’ai dit lors de la conférence de presse sur les 100 jours du gouvernement, mais je l’ai encore dit devant les partenaires sociaux, verra la concrétisation d’un certain nombre de projets qui sont de nature à relancer l’activité économique du pays, et donc à redonner de l’emploi.

 Cela reste la priorité du gouvernement et tous les ministres se concentrent sur cet objectif.

 C’est la priorité également de l’ensemble des Polynésiens qui sont, je le crois sincèrement, plus que déroutés par les errances politiques que nous pouvons constater à nouveau.

 Je suis parfaitement à l’écoute de ce que disent nos compatriotes et vos médias, notamment par le biais des réseaux sociaux que vous animez. Ils donnent la mesure de la lassitude générale.

Il faut se garder, à mon sens, de donner trop d’ampleur à des agitations politico-médiatiques qui viennent saper la nécessaire confiance que doivent avoir les Polynésiens, les chefs d’entreprises, les investisseurs, dans l’avenir de notre pays.

 Je ne vous blâme pas de rendre compte de faits objectifs, de rendre compte de la réalité. Je sais bien aussi que cette réalité est parfois exacerbée à l’extrême, comme nous avons pu encore en juger hier  par la décision de la commission permanente de rejeter son ordre du jour.

 Je reste toutefois persuadé qu’il faut se garder d’un effet loupe.

 Il faut se garder de l’impact des effets loupes à l’extérieur de nos petites frontières et garder en tête que des informations montées en épingle peuvent avoir des effets négatifs sur

Je pense là plus particulièrement à l’effet Chickungunya. Je ne vous reproche pas, bien sûr, d’avoir fait vos gros titres sur cette épidémie qui est une réalité qui s’estompe aujourd’hui. Nous avons d’ailleurs toujours donné les informations souhaitées, sans jamais rien chercher à cacher. Mais gardons-nous de toute recherche du sensationnel, les moyens de communication moderne peuvent entraîner des effets disproportionnés par rapport à la réalité effective.

 ****

 Vous le savez, j’ai toujours été ouvert à vos sollicitations, mais en certaines circonstances, je pense aussi que la parole doit être plus rare pour ne pas entretenir de polémiques inutiles qui n’intéressent pas nos compatriotes.

 Il reste toutefois évident que je sais aussi répondre à des attaques quand elles concernent l’action du gouvernement ou ma vie personnelle.

 Le gouvernement travaille, malgré tout. Et c’est ce qui m’importe.

 Vous le savez, nous allons lancer dès le début de cette année de gros chantiers, et notamment celui de la réforme de la PSG qui est à bout de souffle.

 J’en ai fixé le calendrier avec les partenaires sociaux et nous devrons faire preuve d’une grande pédagogie et de communication sur ce dossier qui engage l’avenir de tous les Polynésiens.

 C’est un dossier de fond et je souhaite que vous le preniez comme tel pour ne pas en donner qu’un traitement factuel, voir polémique, car il est évident que la polémique s’invitera dans le débat à un moment donné.

 Il en va de même pour un autre chantier que nous aurons à traiter et qui concerne la révision du code du travail qui est en discussions entre les partenaires sociaux.

 Il vous appartient aussi de donner toutes les clés des enjeux de ces réformes sociétales  à vos lecteurs et auditeurs qui sont concernés au premier chef. Ne restez pas sur l’écume des choses et faites, vous aussi, œuvre de pédagogie. Sans vouloir vous apprendre votre métier, il me semble que ne sera pas sortir de votre rôle.

 Je crois aussi qu’il vous faudra bien informer le public sur d’autres grands enjeux économiques que sont, notamment, les investissements étrangers, mais aussi la mise en œuvre du plan stratégique de développement économique qui vous a été présenté hier.

 Dans tous ces domaines, le gouvernement et moi-même souhaitons agir dans la plus grande transparence. Transparence vis-à-vis de vous qui êtes les relais d’opinion, transparence vis-à-vis du public.

 Nous nous tenons bien sûr à votre disposition pour répondre en temps et en heure à vos interrogations. Mais parfois, c’est vrai, nous ne sommes pas toujours disponibles. Le temps médiatique ne correspond pas nécessairement avec nos agendas respectifs, vous le comprendrez aisément.

 Aussi, je compte bien sûr sur le service de communication de la présidence, sur son responsable Thibault Marais et sur ses collaborateurs, pour faire preuve de la plus grande ouverture d’esprit et faciliter votre tâche, dans la recherche d’information ou d’interlocuteurs.

Vous pouvez compter aussi sur mon conseiller, Jérôme Jannot, que vous connaissez suffisamment bien, pour vous apporter les éléments nécessaires à votre information.

 Plus globalement, je souhaite que nos relations s’inscrivent dans un climat de confiance et de respect mutuel, de loyauté aussi. Je ne suis pas du genre à intervenir de manière intempestive parce qu’un papier ne va pas forcément dans le sens que j’aurai souhaité.

 Vous êtes libres, bien évidemment, d’apporter votre éclairage, votre point de vue. Ce qui m’importe, c’est que l’information de base reste, si ce n’est totalement objective – nous n’atteindrons jamais la perfection en la matière -, du moins qu’elle ne soit pas emprunte d’impartialité, où qu’elle vienne servir des intérêts particuliers.

 Restons, je le répète, dans ce climat de confiance mutuelle qui nous anime tous et qui ne peut que faciliter nos relations au profit de la bonne information de nos concitoyens.

 Pour conclure mon propos, je voudrai vous communiquer mon optimisme et celui du gouvernement. Nous sommes confiants dans l’avenir du pays et nous devons aller de l’avant.

 Accompagnez-nous dans cet optimisme, montrez aussi ce qui va bien. Je crois aussi que les Polynésiens ont besoin d’une presse qui ne parle pas que de ce qui ne va pas mais qui sache aussi mettre en valeur tous nos atouts, qui sache mettre en valeur les hommes et les femmes qui continuent de s’investir pour notre Pays.

 Voilà, je ne souhaitais pas être trop long car vous êtes venus aussi pour partager une rencontre amicale ce midi. J’espère que vous aurez pris mes propos à leur juste valeur.

Maintenant je vous invite à partager le buffet qui nous a été préparé. J’ai souhaité que cela soit un instant convivial où chacun pourra partager plus facilement plutôt que d’être tous assis autour d’une table ce qui limite toujours les échanges.

 Encore une fois, tous mes vœux pour cette nouvelle année, et qu’elle apporte la prospérité à vos organes de presse dont la bonne santé est aussi liée à celle de l’économie générale.

 

Au conseil des ministres :

Défiscalisation locale pour trois projets de rénovation hôtelière et deux projets d’acquisition de navires

 Le Conseil des ministres a accordé, en vertu des dispositions relatives au régime des investissements indirects, la défiscalisation locale pour la réalisation de trois projets de rénovation hôtelière (hôtels Hilton de Bora Bora et Moorea et le Moorea Pearl Resort) et deux projets d’acquisition de navires destinés à la navigation charter ou à la croisière (Archipel croisières et Tradewinds Tahiti).

 Le montant total des crédits d’impôts accordés, qui s’élève à un peu plus d’1 milliard Fcfp permet d’accompagner la réalisation de 3,5 milliards Fcfp d’investissements par les entreprises bénéficiaires, participant ainsi à l’amélioration de la qualité de l’offre touristique de la Polynésie.

 

 

 

                                                                                         

Les militaires ont parfois de bonnes réponses aux questions des journalistes

il a été demandé au Général Schwartzkopf alors qu'il était commandant en chef de l'opération "Tempête du Désert" en Irak.

" Le pardon est-il envisageable pour ceux qui ont aidé les terroristes ayant perpétré l'attaque contre les USA le 11 Septembre 2001 ? "

 Réponse :
" Je crois que c'est le rôle de Dieu de leur pardonner... Notre boulot, c'est d'organiser la rencontre »


 

Jean Christophe Bouissou, porte parole du gouvernement sur l'approche participative du gouvernement dans une réflexion stratégique.

Sur cette question pas de dissension la majorité adhère à cette réflexion concernant l'avenir économique du pays. Le ministre de la relance économique ne cache pas qu'il serait préférable de travailler en bonne intelligence avec l'ensemble du Tahoeraa et ses deux leaders. Le comité des réformes stratégiques mis en place par Gaston Flosse vit sa vie au ralenti mais JCB assure qu'il est consulté " de temps en temps" sur certains sujets dont notamment le toilettage du droit du travail.

L'approche participative prônée par le ministre et le président freine certainement la rapidité d'action du gouvernement. Faire participer tous les acteurs privés et publics à l'élaboration d'un plan, alors que finalement ces personnalités ont été élues ou nommées pour gouverner et prendre des décisions, est certainement louable mais dans un contexte de crise dont il est difficile de sortir, la responsabilité des plans mis en place relève de ceux qui ont le pouvoir. C'est encore une chance qu'on ne demande pas leur avis aux différentes religions de ce pays sur cette réflexion stratégique 

 

Fritch avait raison mais...

Quand nous avions demandé au président Fritch s'il avait l'intention de pénaliser les pollueurs des plages et lagon puisque nous sommes , parait-il, un pays touristique, il avait répondu que ceux qui polluaient le plus n'étaient pas sur les plages mais dans les vallées, à jeter dans la rivière poubelles, frigidaires, matériel divers, Nous en avons confirmation aujourd'hui avec en plus les troncs d'arbre et branchages qui viennent s'y ajouter. Toutefois une question s'impose : pourquoi attendre les dépressions ou les grosses pluies avant de curer et déblayer les lits des rivières en pénalisant aussi les riverains pour le pourrissement de leur environnement.

 

Le représentant d'Atia I Mua Yves Laugrost

Celui-ci a montré le visage et la conception d'un syndicalisme calme, serein et de bon sens sur la grande majorité de ses réponses aux questions posées par Polynésie première. Il est évident que nous ne partageons pas la totalité de ses positions mais cela change avec le jusque boutisme des leaders syndicaux qui, soit bafouillent lèvres serrées leurs anathèmes, soit ne sont là que pour détruire et prendre la population en otage.

 

Question de l'avocat Me Collard  à un imam:

Choisirez-vous de suivre Allah qui vous ordonne de me tuer afin d'obtenir le paradis, ou le Christ qui m'incite à vous aimer afin que j'accède, moi aussi au paradis, parce qu'il veut que j'y sois en votre compagnie ? » l'Imam est demeuré silencieux.

 

Aujourd'hui le grand Charles irait peut-être en prison !

 

Mardi 20 janvier 2015

 

La nouvelle "Une" de Charlie hebdo

Edito

C'est la troisième option dont nous faisons état dans notre édito qui vient d'être retenue par la commission permanente. L'un des élus nous a précisé  vouloir calmer le jeu et refuser la pression de la présidence. La commission  souhaite prendre son temps pour  débattre de cette proposition. L'ordre du jour n'a donc pas été validé et le débat n'a pas pu se tenir.

 

Les élus Tahoeraa vont-ils succomber au sourire ou à la colère du président ?

Jadis les empereurs romains organisaient les jeux de cirque pour occuper le bon peuple. La Polynésie française, elle aussi, a adopté des jeux, ceux du cirque politique.

Ce matin, on attend de voir ce qui va se passer dans l'arène de la commission permanente avec, tiens la revoilà, c'est qu'il y tient notre président, la réévaluation de son indemnité. Les six élus Tahoeraa vont-t-ils lever le pouce ou le baisser ? Est-il à ce point dépendant de quelques milliers de francs supplémentaires , quand tant de gens boivent toujours un  bouillon amer ? N'a-t-il pas la possibilité d'attendre un peu que l'embellie économique revienne, ce qui, à ce moment là ne choquera personne, bien au contraire. Attendre, n'est d'ailleurs pas un luxe donné à tout le monde. N'a-t- il pas  de  revenus parallèles qui le mettent lui et sa famille à l'abri du besoin, ce que bon nombre de personnes ne peuvent même pas espérer.

En vérité, ce que l'on a du mal à comprendre, c'est que ce geste fort de l'ancien président, victorieux en juin 2013, celui de réduire dans un souci de solidarité toutes les indemnités des élus et du gouvernement ainsi que la sienne, avait été bien accueilli par la population, moins par le gouvernement évidemment qui en plus travaillait beaucoup. Flosse bénéficiait de son indemnité de sénateur, comme Fritch celles de revenus annexes.

 Or aujourd'hui, la situation sociale n'a pas évolué d'un iota, et cette demande de réévaluation lancée comme un cheveu sur la soupe trois mois après sa propre nomination à la tête du pays, mais refusée, ce qui avait entraîné une très grosse colère d'un président que l'on a toujours connu  calme et souriant, perturbe toujours l'intéressé.

On a dit et répété que le président Flosse touchait ses indemnités de sénateur, oui, mais quels sont, dans ces conditions, les revenus annexes d'Edouard Fritch, personnels et professionnels ? Cette hâte est étrange. Est-il à ce point aux abois, alors que tant de gens bataillent pour juste survivre. On pourrait comprendre la demande en question si le pays enregistrait une embellie économique heureuse. Est-ce le cas ? Si oui nous applaudissons et soutenons cette demande de réévaluation qui ne serait que justice. En attendant, ce n'est pas ce que les entreprises laissent filtrer de leurs problèmes en catimini. (Par ailleurs, les indemnités des élus calédoniens dont le pays est beaucoup plus riche que le nôtre ne peuvent pas être comparées à celles des élus polynésiens). Comparons ce qui est comparable. Combien gagne un journaliste de presse et un journaliste de Polynésie première ? Ce type de comparaison ne vous fait-il pas sourire ? Idem avec les indemnités des élus calédoniens et polynésiens.

Bref, les neuf élus de la commission permanente dont 6 Tahoeraa vont donc avoir a trancher entre trois options possibles ce matin : 1/ ils votent pour - 2/ Pas d'accord pour discuter du dossier, il est retiré. 3/ la commission se réunit, l'ordre du jour n'est pas validé, la réunion de la commission ne peut pas se tenir."

 C'est ce qui s'appelle jouer la montre. Conclusion à 9h. ce matin.

Michel Monvoisin le PDG d'ATN (et son équipe) prouve depuis qu'il a été nommé à la tête de la compagnie que ce choix était le bon. Forte croissance des touristes nord américains et européens grâce à des campagnes de promotion alléchantes et bien faites compensent la défection japonaise et celle du marché asiatique en règle générale. De ce côté-là et malgré la mauvaise conjoncture actuelle qui va peser dans les mois à venir notamment sur la France menacée gravement, les touristes français et européens vont plutôt se calfeutrer chez eux. Reste qu'ils peuvent aussi aller vers des cieux plus sécurisants. Le PDG d'ATN reste serein et le ministre du Tourisme optimiste.

L'État et l'armée ont une fois de plus prouvé que sans eux, les navigateurs sont en grand danger même quand ils viennent de prier au sein de l'Église de Jésus Christ des saints des derniers jours, et ils le sont davantage quand ils n'ont pas le matériel qui peut leur sauver la vie comme les balises de détresse. Pas même de radio sur ce bateau. Un matériel cher ( qui risque d'être plus ou moins détaxé) mais qui peut leur sauver la vie et éviter un investissement humain très lourd de la part des pilotes qui n'ont cessé de patrouiller pendant 48 heures pour sauver des vies humaines.

 

 

Comite de pilotage

 

Plan stratégique de développement économique :    première réunion du comité de pilotage

 Le Conseil des ministres a décidé, le 14 janvier dernier, de doter la Polynésie française d’un plan stratégique de développement économique à l’horizon de 2020, d’un plan de dynamisation pour 2016 ainsi que d’une stratégie sectorielle pour le tourisme.

 Un comité de pilotage a été créé à cet effet et, celui-ci, s’est réuni, pour la première fois, mardi matin, à la Présidence. Le comité, présidé par le ministre de la Relance économique, Jean-Christophe Bouissou, est aussi composé du Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, du Haut-commissaire de la République, Lionel Beffre, ou de son représentant, ainsi que du Vice-Président, du ministre en charge de la Culture, du ministre de l’Equipement, mais aussi du Président de l’Assemblée de Polynésie française, du président pour le Syndicat pour la promotion des communes et du délégué aux Affaires internationales, européennes et du Pacifique.

 En partenariat avec la société civile, une phase de consultation et d’écoute est prévue sur les mois de janvier et février 2015. Suivront ensuite une phase de proposition et de co-construction, en février et mars, et une phase de validation en mars-avril de cette année. Deux séminaires gouvernementaux sont par ailleurs prévus. Le premier d’entre eux, prévu en février, va permettre de valider les propositions relatives à la stratégie sectorielle du tourisme. Le second, début mars, va permettre d’arrêter les choix relatifs au plan stratégique de développement à moyen terme (2020) et au plan de dynamisation à court terme (2016), sur la base des consultations et concertations menées en janvier et février.

 Les représentants des forces vives du Pays, des institutions locales, de l’Etat et du gouvernement, doivent en outre être réunis à l’occasion d’une conférence économique, en avril prochain, au cours de laquelle sera signé un accord global de développement économique engageant les parties pour les cinq prochaines années. Le comité de pilotage, qui associe les représentants des principales parties prenantes institutionnelles, est, pour sa part, chargé d’assurer le suivi et la validation des différentes étapes de la construction de la stratégie.

 

 

  Qu'est-ce-qu'un "nègre" en matière d'écriture :  c'est celui qui écrit à la place d'un autre . Un de nos lecteurs nous précise que ce mot peut-être mal compris. Il est vrai qu'il faudrait tout changer dans notre vocabulaire pour ne pas heurter la susceptibilité des plus ignorants.  Il faudra peut-être un jour changer ce mot ayant une connotation négative ( combien y en-a-t-il dans notre langue) et lui substituer celui de'"larbin de l'écriture" !!! On ne dit plus les aveugles mais les "mal voyants" etc...Les linguistes n'ont pas encore trouvé par quel mot remplacer celui de " con" !

 

 

Voilà ce que l'Etat paye à ses anciens présidents, Sarko ou tous les autres...ici l'exemple pour le dernier en date. Pourquoi d'ailleurs s'en priverait-il ?

Depuis un peu plus de deux ans et demi, Nicolas Sarkozy bénéficie, comme tous les anciens chefs d'Etat depuis 1985, de moyens importants accordés par l'Etat. Outre la gratuité dans tous les transports publics en première classe, et un service de sécurité, il reçoit aussi des financements qui lui permettent de travailler. Jusqu'ici, la distribution de cet argent était opaque. Le site www.echodufrioul.eu a publié, vendredi 16 janvier, les pièces officielles "qu'un militant de la transparence, Raymond Avrillier, a obtenues du gouvernement, après quatre mois d'attente et de recours".  "Les largesses [accordées par la République] sont estimées entre 1,5 et 2 millions d'euros annuels" pour Nicolas Sarkozy, Valéry Giscard d'Estaing et Jacques Chirac. A lui seul, l'aménagement des nouveaux bureaux de Nicolas Sarkozy, rue de Miromesnil, "dépasse les 570 000 euros".  communication. "Pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïtés", l'organisation a été "doublée" (un directeur de cabinet de chaque côté, deux secrétariats, etc.).NB

 

                    

Lundi 19 janvier 2015

La "Une de Charlie hebdo 1976" Qui est épargné ? Personne mais tout de même cela peut être pris au premier degré par des malades... 

 

C'est demain matin que la commission permanente doit statuer sur l'augmentation des indemnités du président du pays.

Les trois personnes portées disparues lors d'une traversée entreprise samedi entre Makemo et Taenga ont été retrouvées par le gardian après 48h. de recherches. 

Edito

Le consensus bien fissuré

En France, si l'on cherche une différence entre les pays européens  quant au traitement de l'immigration, on peut dire, chez nous, que la parole était verrouillée. Le blasphème journalistique était d'oser une réflexion négative sur un phénomène de société inquiétant qui n'aurait pas du échapper à l'esprit critique gaulois. Hélas ! Même le célèbre " Ya bon cacao" a été rebaptisé. Ce slogan était parait-il "humiliant". Tout devenait donc un problème racial avant d'être religieux."Si la vérité vous choque, faites en sorte qu'elle devienne acceptable, mais ne bâillonnez pas celui qui en dénonce l'absurdité, l'injustice ou l'horreur." dans un changement de braquet  le choc des premières décapitations au sabre et les chrétiens pourchassés au nom d'Allah, le Djihad , l'islam, la Syrie et tous ces jeunes qui sont des proies faciles pour devenir des kamikazes sans compter les vrais voyous endoctrinés dans les prisons ont réveillé brutalement les Français. Un de nos lecteurs écrit ce matin :

Valls : « la menace est aussi intérieure »…. Ah, c’est seulement maintenant qu’il découvre cela ? Et que pense le non-exécutif de l’aveuglement idéologique dramatique de Mama Taubira, et de ses instructions données aux 40 procureurs généraux et aux 160 procureurs de France chargés de l’application de la politique pénale du gouvernement qui consiste à « aligner le régime des récidivistes sur celui des non-récidivistes en matière de réductions supplémentaires de peines (RSP) » ? Énorme faute en pleine semaine des attentats (JPL)

 Les politiques devraient prendre modèle sur cette forme de prosélytisme pour engranger des voix car visiblement, elle remporte un franc succès notamment dans les établissements carcéraux en attirant dans leurs filets kamikazes " des compagnons" même les plus doux d'hier qu'ils transforment en quelques mois en féroces combattants. Pourtant il est curieux de constater que ni en Croatie, ni en Serbie, ni même en Corse, a pu relever Caldwell, où 10% de la population est musulmane, les islamistes n'inquiètent les chrétiens.

Bref cela dit, "le consensus" politique est déja bien fissuré. Il faut dire que la récupération  du " je suis Charlie" est grandiose. Or, ne nous berçons pas d'illusions, l'islam est une culture politico-religieuse dont le but est de structurer notre société, et toutes celles des occidentaux .C'est une guerre de conquête. Une guerre de religion, une guerre de pouvoir entre les diverses formations islamistes, que les plus avisés et les plus talentueux des journalistes, peu nombreux il est vrai, ont dénoncé dans leurs articles et analyses à plusieurs reprises sans être entendus.

Les fanatiques choqués par une culture blasphématoire dans une foi qui ôte tout raisonnementen gouvernant leur esprit, se veulent être des " croisés". Pas d'armure, pas d'épée mais au XXI° siècle, des kalachnikovs.

Reste que l'état de grâce politique auquel se réfère les journalistes donne lieu à des réactions épidermiques loin  d'épargner la gauche, c'est ainsi qu'on peut lire dans ce réquisitoire politico-médiatique dont nous ne publions qu'un extrait :

Si 29 % de Français ont besoin de 17 morts pour qu’ils estiment que "l'incapable" de L’Élysée est « un bon président de la République » cela en dit long sur l’état d’esprit dans notre pays.

 Le fait d’abreuver, de matraquer comme une téléréalité, les chaînes d’informations en continu, de saturer les médias, de se revendiquer à tout va  "être Charlie », de laisser entrer volontairement les caméras là où elles n’auraient jamais dû être afin de le valoriser, de le mettre en scène comme « chef de guerre », sur une photo inspirée de la WAR ROOM américaine, postée par l’Élysée…dans la promotion du "moi Je" bien orchestrée, est insupportable. La gauche, c’est le déni des réalités, un conglomérat d’utopistes. Elle s’est toujours voilé la face et aujourd’hui elle se prend la réalité de ce qu’est le monde en plein visage. La gauche n’est pas mentalement armée pour lutter contre ces fous qui se revendiquent de l’islam. Le monde n’est pas rose. 

Bref, Valls s'est fait remonter les bretelles aussi par les journalistes étrangers en s'écriant, emporté par sa fougue, que la manifestation grandiose et historique de la marche du 11 janvier a fait la démonstration de la " grandeur de la France" " Faux" ont répondu d'une seule voix nos confrères italiens, anglais et autres " il n'est pas question là dans cette énorme manifestation, de la grandeur de la France mais de notre sécurité à tous." Comme quoi il faut savoir modérer son élan parfois....

-----------

 

Un lecteur, énarque parisien, nous explique non sans humour et en quelques mots le Ponia que nous ne connaissons pas, mais que lui a bien connu !

Ma chère Christine

Ce n’est pas de Ponia mais d’un « nègre ». Les nègres ont souvent du talent… Je ne suis pas même certain que Ponia ait lu ce qu’il a signé. Mais il n’a pas désavoué le texte et celui-ci reflétait sa « pensée ». C’était au temps où on avait encore le droit de l’exprimer. Il le faisait, au reste, avec une franchise parfois intempestive quand le whisky l’y incitait. Un de mes amis, Philippe Reinhard (qui a été stagiaire de l’ENA ici) jeune alors, membre d’un cabinet (celui de Duhamel, à la Culture) , l’ayant entendu prononcer à la tribune du Sénat un propos fortement alcoolisé, s’était permis, dans les couloirs, de lancer : « Il est temps de mettre le Polonais à la Diète »… Eclats de rires dans le Landerneau politico-médiatique et méga engueulade du « coupable » par son patron.

Bien à toi, JJD

 

Le Président rencontre les organisations patronales: L'emploi.


 


Après avoir échangé jeudi dernier avec les syndicats de salariés, le Président Edouard Fritch et les membres de son Gouvernement ont reçu, lundi matin, les représentants des principales organisations patronales de Polynésie française (MEDEF, CGPME).

Comme lors de sa rencontre avec les syndicats de salariés, le Président a de nouveau insisté sur l’importance de l’emploi. Le maintien et la création sont essentiels pour la cohésion de la société polynésienne et, dans cette optique, le Pays, mais également les entrepreneurs, ont un rôle capital à jouer.

Le Pays agit d’abord au niveau de la commande publique. Pour le Pays, sur 2015, c’est ainsi 37,5 milliards Fcfp de crédits de paiement qui seront alloués aux opérations d’investissement, avec un objectif minimal de réalisation de 25 milliards Fcfp.

En outre, les grands projets (Mahana Beach à Punaauia, projet hôtelier à Hainan, projet aquacole sur l’atoll de Hao), initiés par le Pays et portés par d’importants investisseurs étrangers, vont eux aussi permettre de très prochainement créer des emplois durables. Et ce sans oublier les projets portés par des investisseurs locaux, lesquels vont également favoriser la croissance économique et la création d’emplois.

Dans ce contexte, le Président a une nouvelle fois encouragé les partenaires sociaux à se pencher sur une évolution du code du travail, permettant de déverrouiller des blocages qui paralysent la société et sont de véritables freins à la création d’emplois supplémentaires.

Avant de répondre aux nombreuses questions des entrepreneurs présents, le Président et le Gouvernement ont également évoqué les grands dossiers que sont l’avenir de la Protection Sociale Généralisée et les travaux sur le schéma d’organisation sanitaire. Les partenaires sociaux seront sollicités sur le thème de la PSG avant la fin du mois de février et une concertation sur la question du régime unique d’assurance maladie, sous forme d’ateliers de réflexion, pourra démarrer début mars. Toutes ces réformes seront menées dans une démarche d

 

 

 

L'’ancien ministre giscardien, Michel Poniatowski, écrivait dans son livre-testament une conclusion dont on ne voit pas quelle ligne on pourrait changer 21 ans plus tard.   A lire...

  "Son âme, la France est en train de la perdre, non seulement à cause de la mondialisation, mais aussi, et surtout, à cause de la société à la fois pluri-ethnique et pluri-culturelle que l'’on s'’acharne avec de fausses idées et de vrais mensonges, à lui imposer.  Si cet essai a permis à quelques-uns de mesurer devant quels périls nous nous trouvons placés, il aura déjà atteint son but. (…) 

Ces pages peuvent apparaître cruelles. Mais elles correspondent à un sentiment très profond. Le moment est venu de traiter énergiquement le problème de l'’immigration africaine et notamment musulmane. Si tel n'’est pas le cas, la France aura deux visages : celui du «cher et vieux pays»  et celui du campement avancé du tiers monde africain.   Si nous désirons voir les choses dégénérer ainsi, il suffit de leur laisser suivre leur cours. Le campement africain toujours plus grand, plus vaste, plus illégal, grignotera d’abord, puis rongera, avant de faire disparaître tout entier le cher vieux pays, dont la défaite sera annoncée du haut des minarets de nos nombreuses mosquées.

   Nos temps sont assez graves pour ne pas faire appel à de médiocres facilités politiciennes. Nous allons vers des Saint-Barthélemy si l'’immigration africaine n’est pas strictement contrôlée, limitée, réduite et expurgée de ses éléments négatifs et dangereux, si un effort d'’intégration ne vient pas aussi compléter cette nécessaire répression.  Les mesures à prendre sont sévères et il ne faudra pas que le vieux pays frémisse de réprobation chaque fois qu'’un charter rapatriera des envahisseurs illégaux. Il faut donc ainsi que ce cher vieux pays restitue à l’état sa place normale. Les libéraux l’'ont affaibli, les socialistes l'’ont détruit. "Où sont les grandes tâches dévolues à l'’État ? La Justice, l’'Armée, l'’Éducation nationale, la Sécurité, la Police, notre place en Europe ? En miettes. La France est à l'’abandon, et en décomposition à travers le monde. Sa recomposition est dans un retour énergique à l'’unité et à la cohérence, et de la Nation et de l'’État."

 

NOUVEL ACCORD DE PARTAGE DE CODES ENTRE AIRCALIN ET AIR TAHITI NUI

 


Aircalin et Air Tahiti Nui ont déposé une demande d’autorisation de partage de codes auprès du Département des Transports américain. Si elle est approuvée, elle annoncera le début d’un nouveau partenariat entre les deux compagnies aériennes internationales françaises du Pacifique qui facilitera les déplacements entre la Nouvelle-Calédonie et les Etats-Unis. Cet accord permettra à chacune des 2 compagnies de poser son code sur des vols opérés par l’autre transporteur et sera ainsi capable d’offrir à ses clients une nouvelle liaison Nouméa-Papeete-Los Angeles.

« Nous sommes fiers d’avoir effectué ce premier pas de la mise en œuvre d’un projet de coopération qui nous permet de resserrer des liens plus étroits de partenariat avec Air Tahiti Nui. Ce rapprochement prend tout son sens quand on regarde la complémentarité de nos réseaux et répond à une demande attendue en Nouvelle- Calédonie d’avoir un meilleur accès au marché américain », indique Didier Tappero, Directeur Général d’Aircalin. »

Michel Monvoisin, PDG d’Air Tahiti Nui ajoute : « Des liens anciens et profonds lient les Polynésiens à nos cousins Calédoniens. La signature de ce partage de code entre Aircalin et Air Tahiti Nui, compagnies symboles de ces deux pays d’outre-mer, scellent encore plus fortement notre attachement mutuel. C’est également une joie et une fierté d’offrir à nos concitoyens de ces deux territoires de nouvelles opportunités de voyage en additionnant nos réseaux complémentaires. »

En attendant cette approbation réglementaire, le partage de codes prendra une forme concrète dès les prochaines semaines sur la route Nouméa-Papeete. Les vols, qu’ils soient directs ou via Auckland seront en effet bi-désignés Aircalin et Air Tahiti Nui ce qui permettra à chacune d’elle de proposer à ses clients 3 vols hebdomadaires entre la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie Française.


À propos d’Aircalin
AIRCALIN (Air Calédonie International) est une compagnie aérienne internationale à service complet basée en Nouvelle-Calédonie. Exploitant une flotte moderne d’Airbus A330 et A320 , la compagnie propose des vols vers le Japon , l'Australie, la Nouvelle-Zélande et les principales îles du Pacifique Sud . AIRCALIN offre le calendrier le plus complet pour ceux qui veulent voyager vers ou depuis la Nouvelle-Calédonie.
Plus de détails sur www.aircalin.com

À propos d’Air Tahiti Nui
Air Tahiti Nui (ATN) est une compagnie aérienne française basée en Polynésie française . Créée en 1996 , la société opère à partir de sa plate-forme basée à l'aéroport international de Tahiti Faa'a une flotte d'Airbus A340 vers des destinations dans l'océan Pacifique, y compris Los Angeles .
Plus de détails sur www.airtahitinui.com
 

 

Les membres du Conseil économique, social et culturel se réuniront en session plénière le mercredi 21 janvier 2015 à 08h30, au siège de l’institution, sis Avenue Pouvana’a a O’opa, bâtiment Te Raumaire, pour procéder à l’examen de l’ordre du jour suivant :
 Étude et adoption du projet d’avis sur le projet de « loi du pays » portant modification de la délibération n° 20014-34 APF du 12 février 2004 portant composition et administration du domaine public en Polynésie française, présenté par mesdames Terainui HAMBLIN-ELLACOTT et Stéphanie TUOHE en leur qualité de rapporteures ;
 Étude et adoption du projet de rapport d’autosaisine intitulée « L’avenir de la Polynésie française face à une gouvernance durable de son patrimoine marin », présenté par messieurs Patrick GALENON et Winiki SAGE en leur qualité de rapporteurs.


 

   La CCISM organise une cérémonie de remise de diplômes pour les personnes qui ont suivi un programme de formation sous le dispositif de l’apprentissage et ayant certifié leur formation en 2014, soit les :  -        BTS Négociation Relation Client,-        Attachés Commerciaux,    et BP coiffure le  JEUDI 22 JANVIER 2015 à 16 h 30 dans le hall de la CCISM, rue du Dr. Cassiau, à Papeete.

           Pour toute information complémentaire, contacter Dorina REICHART au tél. 40 47 27 66 ou dorina@ccism.pf.

 

Hier soir sur "première" le président de l'Assemblée Marcel Tuihani dit le "Sphinx" a répondu aux questions de la journaliste, prouvant une fois de plus, qu'il maitrisait à la perfection les différents sujets sur lesquels il était interrogé. Toujours les mêmes, le Tahoeraa, la vaisselle, le statut. A ce propos on peut relever que déjà quand Gaston Flosse avait obtenu le statut qui régit la Polynésie encore aujourd'hui, Sémir Al Wardi avait déclaré sentencieux " nous sommes là, à la porte de l'indépendance". Il a redit la même chose pour "le pays associé à la France en ce qui concerne le Tahoeraa, (ce qui n'est peut-être pas le même  avis que peut avoir l'UPD) dont on reparle aujourd'hui, mais dans ce cas là Al Wardi a raison. Bref, Marcel Tuihani ne se démonte jamais. Il pourrait être un excellent acteur, ne laisse apparaitre aucun sentiment sur son visage et à réponse sensée à tout. Il ne lui manque juste qu'un peu d'humour ! Mais ça viendra...

 

Il y a journalisme et journalistes on l'a vu avec le délire de Fox News la télé des républicains américains. La chaîne s'est  peut-être excusée mais l'info donnée reste. Comme l'a fait remarquer le " Petit journal" sur canal +, grâce auquel on a vu les journalistes délirer, deux millions d'Américains ont entendu pendant plusieurs jours les élucubrations journalistiques que Paris c'était Bagdad et pire encore avec des zones de non droits.

 

 Courrier

Je me permets de vous écrire car l’interview de Gaston Tong Sang de cette semaine m’a, encore une fois me direz vous, bien contrariée.
Gaston TONG SANG EST IL VRAIMENT CHARLIE ?
Mr Tong Sang voudrait nous faire croire qu’il est « Charlie » et favorable a la liberté d’expression. Pour cela il a fait mettre les drapeaux en berne et respecter 1 minute de silence dans les locaux de la Mairie.

Très bien me direz vous, mais quand est il de la liberté de mettre devant son établissement 2 Tikis décoratifs et être persécuté par les services communaux: envoi fréquents de la police municipale pour intimider les propriétaires et exiger le retrait des TIKIS qui comme vous pouvez le constater sur la photo sont pourtant asexués.

Les propriétaires de l’établissement ont demandé par écrit une autorisation d’ouverture tardive exceptionnelle pour l’anniversaire de l’établissement, : REFUSEE !
Il leur a été répondu : Si u n’enlèves pas les tikis tu n’auras jamais aucune faveur de la Mairie.


Pourtant lon sait très bien que pour les clubs et les boites de nuit, devoir fermer à Minuit c’est l’équivalent d’une mort économique

Un autre établissement de nuit sur l’île a été ainsi contraint de retirer les 2 tikis danseurs posés devant son établissement.

Et ceci alors que ’importe quelle association ou comité qui veut organiser des fêtes ou autres spectacles obtient sa dérogation pour prolonger l’évènement jusqu’à 3h ou 4h du matin.

Les choses sont faites de manière très subtile : aucune réponse par écrit et pas de rendez vous possible avec le Maire pour en parler. Aucun arrêté municipal dans ce sens n’a jamais été pris car il serait attaqué devant les tribunaux pour atteinte à la liberté.
Les services du Haut commissariat, alertés sur les faits disent qu’ils ne peuvent pas intervenir.
Ne peuvent pas OU ne veulent pas ? Dans les deux cas on en tremble déjà.
Car soit il s’agit effectivement d’une impuissance avouée et à l’heure où déjà certaines mairies sont aux mains des extrémistes et qu’il est fort à parier que dans un avenir proche, les communes seront accaparées par tous les fronts (Front national, Front islamique, Front de libération etc.…), cette incapacité à faire respecter un Etat de droit et laïque est inquiétante.

Soit il s’agit d’un Laisser-faire, de tolérer l’intolérance et cette abdication signe le début de la fin de la démocratie dans une Republique qui pourtant se revendique comme laïque
Naïvement je pensais que les Tikis étaient un symbole de la culture Polynésienne mais on m’a expliqué que les églises n’aimaient pas ce symbole de temps païens.

Donc par conviction religieuse personnelle, le Maire, 1er représentant de l’Etat Français laïque et 1er magistrat de la Commune, dans laquelle résident de 9000 habitants de confessions diverses, empêche les commerçants de mettre en décoration des symboles de la culture Polynésienne ?
Pourtant il n’interdit pas aux artisans d’en vendre dans le Fare Artisanal appartenant à la Commune.

Ou est la liberté de culte et d’expression dans ces procédés ?
C’est manquer de respect a ceux qui sont morts et porter atteinte à ceux qui se battent chaque jour dans le monde pour que les valeurs de liberté soient respectées, que de parler en leur nom alors qu’on agit a l’encontre des principes de liberté qu’ils ont toujours défendus.
Et penser qu’on puisse être « CHARLIE » en agissant de cette manière c’est les faire mourir une deuxième fois.

Marie Thérèse Gillet Roussanaly




 

 


Dimanche 18 janvier 2015

Quelle est celle qui vous met le plus en colère ?

Le Soir 3 s'interroge sur les limites de l'humour après la nouvelle caricature de Mahomet par Charlie Hebdo

"Dans le cas présent, ce que certains musulmans reprochent à Charlie Hebdo c'est un blasphème. Or c'est un délit qui n'existe plus dans le code pénal français", explique Clément Weill-Raynal, spécialiste justice de France 3. "

 

Six cas de leptospirose en deux  semaines. Un record


Conférence de presse de présentation du Dixit 2015 le mardi 20 janvier à 10 h.
dans  les locaux de l’agence reprint (quartier du Commerce au dessus du snack Miri Miri).

 
Pour marquer ses 30 ans d'existence, le Dixit présentera une rétrospective : 1984 à 2014

 

L'ami

Ce matin, est-ce le temps, j'avais envie d'être sentimentale dans ce monde absurde et cruel. Quoi de plus normal en y réfléchissant que de se dire " j'ai un ou une amie". Mais qu'est-ce qu'un ami ?

Tout le monde, certes,  peut avoir des tas d’amis, des relations, des amitiés, des attirances, mais sur notre chemin, notre parcours, nous n'avons souvent qu' un seul véritable ami. Et encore si on a de la chance. Quelqu'un sur qui on peut compter, quelqu'un à qui vous ne demandez rien mais qui comprend tout et qui se révèle brusquement quand la vie vous donne un coup de pied au cœur.

"Un ami ou une amie", c'est quelqu'un sur qui on peut  s'appuyer sans rien lui devoir parce que pour lui ou elle, c'est naturel. Sans qu'il ne nous demande jamais rien en échange, qui saura nous orienter, nous aider à retrouver un équilibre défaillant. C'est quelqu'un qui vous prend en mains au moment où votre boussole s'affole, où vous avez le vertige du précipice qui soudain, et sans prévenir, s'ouvre sous vos pieds pour vous engloutir.

Un "ami ou une amie" c'est quelqu’un qui souvent, soit passe beaucoup de temps avec vous, soit prendra rapidement et sans tourner autour du pot, la décision qui  sauve et ouvre des perspectives où se glissera un petit rayon de soleil dans un univers grisâtre.

 Un "ami ou une amie",c'est quelqu'un qui ne pense pas forcément comme vous, mais qui ne vous fera  aucun reproche sur tel ou tel écrit, telle ou telle critique,  telle ou telle  analyse, mais ne vous dira rien pour ne pas aggraver votre mal-être.

 Un "ami ou une amie", en vérité, c'est rare. Très rare. Il ou elle prêtera toujours une oreille compatissante et silencieuse aux causes de votre tristesse et ce doit être réciproque. Il ou elle  fera le nécessaire pour que la bienveillance et la confiance, sans que rien ne soit demandé en échange, fassent à nouveau briller vos yeux en étouffant d'un regard, d'un coup de téléphone à une relation, cette tristesse enveloppante.

"Un ami", c'est plus grand que l'amitié, c'est quelque chose de spécial, de rare, d'exceptionnel. "Un ami ou une amie", c'est à ne jamais décevoir, à ne jamais trahir, car la blessure, comme l'amour bafoué, humilié, serait mortelle.

"Un ou une amie" c'est à garder précieusement, sans partage, rien que pour soi. Et si vous en avez un ou une qui vous accepte tel que vous êtes et vous donne le goût disparu de l'espoir sans lequel nul ne peut vivre, alors, alors..c'est que vous avez beaucoup de chance.

 

 Celle du dimanche est excellente !


C'est leur premier vol ensemble.
> Un silence de plomb règne dans la cabine de pilotage.
> L'harmonie n'est pas au rendez-vous.
> Une fois la vitesse de croisière atteinte, le pilote actionne le pilote automatique, s'enfonce dans son fauteuil et murmure :
> « Les Chinois me font chier ... »
> Le copilote :
> « Vous, pas aimer Chinois. Pourquoi ? »
> Le pilote :
> « Ils ont bombardé Pearl Harbour »
> Le copilote :
> « Non. Chinois pas bombardé Pearl Harbour, mais Japonais ! »
> Le pilote :
> « Japonais, Chinois, Viets. Qu'est-ce que ça peut bien faire ? vous êtes tous pareils ... »
> Un autre lourd silence s'abat encore dans la cabine.
> Le copilote :
> « Moi, pas aimer Juifs »
> Le pilote :
> « Ah oui, et pourquoi donc ? »
> Le copilote :
> « Juifs, couler Titanic ».
> Le pilote :
> « Non, mais faut être malade, les Juifs n'ont jamais coulé le Titanic ! » dit le pilote, c'est un iceberg qui l'a coulé ! »
> Le copilote :


> « Iceberg, Goldberg, Rosenberg, Steinberg ... tous pareils !!! »


Dernier sondage

Alors que le dernier numéro de Charlie Hebdo est imprimé à 7 millions d'exemplaires, plus de quatre Français interrogés sur dix (42%) estiment qu'il faut éviter de publier des caricatures du prophète Mahomet, selon un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche, dimanche 18 janvier. Alors que la question de l'enquête rappelle que "certains musulmans se sentent blessés ou agressés par la publication de caricatures du prophète Mahomet", une majorité de sondés (57%) pensent au contraire qu'il "ne pas tenir compte de ces réactions et continuer de publier ce type de caricatures"

Selon un sondage Ifop pour le JDD, à paraître dimanche, les Français sont favorables aux sanctions contre les djihadistes présumés. Mais l’idée d’aller frapper les pays suspectés d’aider les terroristes est largement refusée.

 

Pourquoi les Français sont-ils si nuls dans le maniement des langues étrangères. Nos politiques qui baragouinent l'anglais nous font honte quand on entend ceux des autres pays s'exprimer presque  sans accent. ( dernier exemple John Kerry )

 

Suite aux fortes précipitations du Samedi 17 janvier 2015, des salles, les ateliers et des espaces du Lycée Polyvalent du Taaone ont été inondés. Grâce à la mobilisation des personnels de l’établissement aidés par ceux du Collège du Taaone et du Lycée Aorai, et à l’intervention de la Mairie de Pirae, tous les locaux ont été nettoyés afin de permettre l’accueil de tous les élèves demain, Lundi 19 janvier 2015.
Madame le Ministre tient à souligner l’engagement et le travail des personnels des établissements qui sont intervenus et remercie vivement la Mairie de Pirae et son personnel pour l’aide apportée.
 

 

Samedi 17 janvier 2015

Vive le Dixit 2015

 

 

Dans un numéro spécial, cette revue économique, sociale et culturelle, le Dixit, créé par Dominique Morvan une ancienne journaliste de la "Dépêche Hersant" a travaillé sur la rétrospective de ces trente dernières années et par voie de conséquence sur les diverses et nombreuses répercussions des événements et des décisions politiques, sur la société polynésienne. Un très gros travail de fourmi laborieuse.

 Elle y précise que 2001 avec le drame du 11 septembre a marqué le commencement de notre récession économique, "comme 2004" écrit-elle, a marqué celui d'une instabilité politique chronique" qui, selon  cette observatrice avisée, ne s'est toujours pas arrêtée. Les plus investis dans les événements plus ou moins dramatiques du passé polynésien auront peut-être " les yeux qui piquent", les autres analyseront sans doute différemment qu'en l'instant, ce qu'ils ont vécu.

Cet ouvrage est donc à lire puisqu'il contient une source d'information quasi inépuisable faisant référence tant au plan économique qu'institutionnel, environnemental et sociétal à l'heure d'hier et d'aujourd'hui, de même qu'il décortique les rouages et les personnalités de l'État et du pays grâce à ses collaborateurs connus ou moins connus mais toujours talentueux. Nous aurons de multiples occasions d'en reparler et d'en analyser les commentaires.

Inutile d'en dire plus. Lisez-le, compulsez ses pages, papier glacé, photos couleurs et découvrez ce que vous ignorez peut-être, sachant que Dominique Morvan  nous prédit une année 2015 meilleure sur tous les plans que celle catastrophique qui vient de s'achever.

Dominique Morvan

Rectification

"Je n’ai pas créé le Dixit, c’est la jeune Chambre de Tahiti qui a lancé le magazine en 1984. Entre 1984 et 1992, la JCE a sorti 3 éditions et a souhaité passer le relai à un éditeur pour le pérenniser. Ayant participé à l’édition de 1992 en tant que membre de la JCE, j’ai relevé le défi. Avec une équipe très soudée et des “plumes” reconnues pour leurs compétences, nous avons fait évoluer le contenu pour en faire le reflet de notre société. DM"

 

Ce que nous n'avons pas voulu voir

Alors que Georges Clémenceau était à l'article de la mort, son ancien disciple Georges Mandel décida de lui rendre visite. À la gouvernante qui lui annonçait son arrivée, le Tigre répondit avec son sens de la formule qui tue : " déjà les vers !" Formule désormais célèbre.

Le nouvel univers dans lequel nous vivons et dont nous avons pris conscience à la suite de la tuerie de Charlie hebdo suivie de celle des juifs dans ce magasin casher c'est que les vers s'attaquent désormais à nous de notre vivant. C'est ce qui donne cette dimension shakespearienne à ce qui attend la France, et l'Europe dans la foulée. Nous n'avons pas voulu tenir compte que l'immigration produisait toujours des conflits économiques, sociaux, culturels et religieux quand elle devient trop importante et refuse de s'intégrer dans le moule en conservant des coutumes souvent barbares que la majorité des Français ne comprennent pas et réprouvent.  Christopher Caldwell l'écrit dans son livre " Une révolution sous nos yeux" : La diversité n'est pas une richesse comme le proclament certains politiques de gauche comme de droite lorsqu'elle est subie."

Par ailleurs, il convient de faire remarquer que les immigrés du siècle dernier qu'ils soient Espagnol, Italiens comme aussi les Mexicains aux États Unis ou les blacks n'ont pas posé de problème culturel comme avec l'immigration musulmane car ce sont des judéo-chrétiens, nous aussi, et ils se fondent dans la masse. Le problème aux États Unis vient du racisme et n'a rien de religieux. Or l'islam est une vraie culture religieuse qui se bat pour le pouvoir en structurant la ou les sociétés où il s'implante  dans une compétition de pouvoir. C'est une guerre où l'homme a tous les droits sur la femme considérée comme un outil dont on se sert pour le plaisir ou le travail. La conception arabo-musulmane de la femme n'est pas la nôtre. Reste à savoir, mais Caldwell en doute, la France aura-t-elle la capacité à réagir face à ce drame à venir programmé ?

 

 Excellente :

 Une petite pour le week end
Celle là elle vaut son pesant d'or.

Un ambassadeur iranien membre des Nations Unies vient de terminer un discours et se dirige vers le hall du Centre où se tient le congrès ; là il est présenté à un général de la marine américaine.
> > Au cours de la conversation l’iranien dit :
> > - J’aurais une question à poser au sujet de ce que j’ai vu aux États Unis.
> > Le général répond :
> > - Allez-y, si je peux répondre, je le ferai.
> > L’Iranien dit alors :
> > - Mon fils regarde cette série appelée Star-Trek, jouée par Kirk qui est canadien, Chekhov qui est russe, Scotty qui est écossais, Uhura qui est noir et Salu qui est japonais. Mais il n’y a aucun musulman.
> > Mon fils est vraiment contrarié et ne comprends pas pourquoi il n’y a pas d’Iranien, d’Afghan, d’Égyptien, de Palestinien, de Saoudien, de Syrien ni de Pakistanais dans Star-Trek ?
> > Le général se penche vers l’ambassadeur iranien et lui murmure à l’oreille :
"C'est parce que ça se passe dans le futur !!!!!!"

 

 

Vendredi 16 janvier 2015

Le juge Stelmach lui même n'a pas attendu la chambre d'accusation pour lever le contrôle judiciaire de Gaston Flosse ce matin qui pourra donc rencontrer le président du pays Edouard Fritch et le président de l'Assemblée Marcel Tuihani venu à sa rencontre. Peut-être le juge souhaite-t-il l'apaisement des relations entre le père et le fils ( spirituel) en leur permettant de se retrouver. Alléluia ! (plutôt que "Allah Akbar"!)

Edito

Le ciment du Tahoeraa effrité

Jusqu'à présent, les souffrances de Gaston Flosse et d'Edouard Fritch se cachaient plus ou moins sous des arguties et des défausses étonnantes.. L'ancien président a décidé de jeter le gant au début de la semaine et de lancer la charge lors du conseil politique du Tahoeraa, cuisson Flosse. Vlan !

 Edouard Fritch cloué au piloris ( il y a longtemps qu'il ne participe plus aux conseils politiques) ne pouvait pas lever les bras en l'air et dire " assez je me rends"  Il a donc répondu aux questions de la Dépêche qui ne nous apprennent rien de nouveau, sinon que Fritch zappe tout de même sa responsabilité et la connaissance de la lettre de dénonciation concernant la fameuse vaisselle, écrite en octobre ( et qui a mis le feu aux poudres) donc bien avant les petites humiliations de la résolution, puis du refus de l'augmentation de l'indemnité présidentielle par la majorité Tahoeraa, contrairement à l'analyse faussée de "Polynésie première" qui mélange le vrai et le faux avec une aisance déconcertante notamment sur le statut de "pays associés" aussi, ainsi que sur la lettre écrite par le directeur de cabinet concernant la vaisselle datée du 29 octobre donc bien avant les affaires rejetées par le Tahoeraa. Triste problème en vérité, par rapport à celui qui secoue la France en ce moment. Hum ! Comme quoi tout est relatif selon le monde dans lequel on vit..

A vrai dire ce remplissage journalistique ne nous apprend rien. A part d'un Fritch qui se pose en victime expiatoire de son ex beau père plus qu'en combattant énergique décidé à crever l'abcès qui pourrit son mandat. Si, comme les humoristes assassinés pour en avoir trop fait, il avait les c.... pour dire à son ex mentor :" ça suffit, on va s'expliquer" sans trémolo de télévision ou de figure pathétique du fils martyrisé par le père, mais juste montrer qu'être un homme  n'est pas faire des coups dans l'ombre et des sourires par devant. Au moins on ne peut pas reprocher à Flosse d'être un combinard tortueux et caché. Un Mazarin. Il y a quelque chose de Sarkozy dans cet homme là. il n'hésite pas à taper sur la table quand il en a assez et  jeter sa vérité en pâture à la face de ses adversaires. C'est un constat.

Toutefois, de la vertigineuse croissance du malaise désormais sur la place publique, il faut bien que nous sortions. Et malgré les deux pages dans la Dépêche nous ne savons pas comment Edouard Fritch, le plus jeune des deux et qui n'est à  cette place de  " chef du pays"  que par la volonté de son père spirituel et politique, va manœuvrer pour se sortir d'une ornière où l'une des roues du Tahoeraa s'est enlisée profondément.

Multiplier les combats du coté de Flosse comme du côté de Fritch n'est pas une stratégie payante. Bien au contraire, elle est mortifère et ne peut qu'entretenir un dramatique raté dont l'effet collatéral sur le Tahoeraa lui-même ne peut être que dévastateur. Flosse a réagi à sa manière, brutale, face à ce drame programmé depuis longtemps car personne n'ignore  qu'Edouard manquait à l'appel depuis des années. Il lui fallait s'éloigner pour conserver sa virginité judiciaire. Aujourd'hui la parole est verrouillée et demeure floue. Est-ce le côté du refus de négocier qui a l'avantage ? Ce qui est sûr cependant c'est que le patriotisme et le bien public ne sont plus le ciment du Tahoeraa. C'est jouissif pour le renard de l'UPLD. Réfléchissez...car c'est celui qui cèdera le premier en tapant les trois coups à la porte orange qui gagnera la partie. Que les conseillers comme JC Bouissou généralement plein de bon sens ou de Nuihau Laurey qui n'en est pas dépourvu non plus, lui montrent le chemin de la raison, si "non" de l'affection... Denrée rare en politique encore plus que le parler vrai !

 

Le Président en visite dans la commune de Paea

 

                               Le président Fritch, le président Tuihani, le maire de Paea J. Graffe

Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, accompagné de plusieurs ministres, s’est rendu vendredi matin, à Paea, pour une visite officielle au cours de laquelle les différents projets de la commune ont été évoqués. Il a été reçu par le maire de Paea, Jacquie Graffe, et les élus municipaux, notamment Marcel Tuihani et Tony Géros.

Le Président a pu faire l’état des lieux des différents projets que la commune souhaiterait mettre en place dès 2015, qu’il s’agisse de promotion touristique, de la modernisation et de la réhabilitation de certaines de ses infrastructures, ainsi que d’aménagements communaux dans différents quartiers.

La visite a démarré aux grottes de Mara’a, site touristique très fréquenté, où la commune souhaiterait mettre en place un local artisanal afin d’attirer davantage de visiteurs et de promouvoir la culture polynésienne, au travers des différents produits mis en vente par les artisans. Les travaux consisteront à créer un local d’environ 50 m2, en utilisant des matériaux traditionnels, afin de ne pas dénaturer le site et conserver une homogénéité avec les locaux existants. La commune a demandé une aide du Pays pour la mise en place de ce local.

Dans le cadre de sa politique de développement social et urbain des quartiers, la commune de Paea souhaiterait également moderniser ses infrastructures sportives, afin d’accueillir les administrés dans de meilleures conditions, notamment à Vaipuarii. Le Pays et l’Etat ont été sollicités pour un soutien financier à ce projet.

D’autres projets (aménagement du port de pêche et réhabilitation du motu mara’a, extension du cimetière communal, tribunes métalliques pour le stade Manu Ura) ont également été évoqués lors de cette visite, ce qui a permis au Président de mieux les appréhender, d’évaluer le coût et l’utilité de ces infrastructures, et ce dans l’optique de répondre au mieux aux besoins de la commune et de ses administrés.

Tous les dossiers de financement étant déjà bouclés, le Président a fait savoir au maire qu’il était prêt à soutenir les projets en cours.


 

 

Communiqué du Tahoeraa

Le juge Philippe STELMACH par ordonnance de ce jour, anticipant la décision à intervenir de la Chambre d’instruction la semaine prochaine, a modifié le contrôle judiciaire de Gaston FLOSSE, en ce sens que le Président du Tahoeraa Huiraatira est désormais autorisé à rencontrer le Président de la Polynésie française, Edouard FRITCH et le Président de l’Assemblée de la Polynésie française, Marcel TUIHANI.

 

 

Agenda du Haut commissariat

Lundi 19 janvier 2015

11h00 Entretien avec M. Joseph ABHISSIRA, Président de l’association cultuelle des israélites et sympathisants de Polynésie
– Haut-Commissariat –


Mardi 20 janvier 2015

8h30 Comité de pilotage relatif à l’élaboration de stratégies de développement économique 2020, du plan de dynamisation de l’économie 2016 et de la politique sectorielle du tourisme
– Présidence de la Polynésie française –

9h30 Remise de l’insigne de Chevalier dans l’ordre du mérite agricole à M. Abel IORSS
– Plateau « Maraeapai » à Afaahiti - Ferme de M. Abel Iorss –


Mercredi 21 janvier 2015

11h30 Intervention au séminaire des commandants de Brigade et d’unités spécialisées de la gendarmerie Nationale, au lycée hôtelier, à Punaauia


Vendredi 23 janvier 2015

10h00 Célébration de la Sainte Geneviève, sainte patronne de la Gendarmerie nationale
- Eglise du Sacré cœur d’Arue -




Madagascar mise sur le nickel !

C’est le projet d’investissement le plus important de l’histoire de Madagascar : 5,5 milliards de dollars pour la grande usine hydrométallurgique Ambatovy-nickel, située sur la côte est de "l’île rouge".

 

 

 

Le Président rencontre les représentants des syndicats de salariés




Le Président Edouard Fritch et les membres de son Gouvernement ont reçu, ce jeudi, à la Présidence, les représentants des principaux syndicats de salariés (CSTP/FO, A Tia I Mua, OTAHI, CSIP, O Oe to Oe Rima). En cette période de vœux pour la nouvelle année, le Président a souhaité ainsi échanger avec les organisations syndicales sur les défis qui devront être relevés au cours des mois à venir.

L’emploi demeure la première des préoccupations. « Il nous faut créer les conditions du développement économique afin que par la création de richesses, nous soyons en mesure de redonner de l’espoir à tous ceux qui sont en recherche d’un emploi », a déclaré le Président. Cela passera notamment par le levier de la commande publique, dans un effort conjoint Pays, communes et Etat. Pour le Pays, sur 2015, c’est 37,5 milliards Fcfp de crédits de paiement qui seront alloués aux opérations d’investissement avec un objectif minimal de réalisation de 25 milliards Fcfp, a rappelé le Président.

La commande privée devra également jouer un rôle important, avec les grands projets (Mahana Beach, Atimaono, aquaculture à Hao), mais également de nombreux projets portés par des investisseurs locaux. Par ailleurs, dans le cadre du renforcement du dialogue avec l’Etat, la finalisation prochaine de deux Contrats de projets couvrant la période 2015-2019, d’un montant global de 49,2 milliards Fcfp, va également contribuer à la relance économique.

La formation est également importante pour des emplois durables. Le ministère en charge de l’emploi va ainsi s’atteler à une dynamisation des offres, à mettre en place une politique de formation plus performante avec, en outre, une évolution du code du travail afin de faciliter et inciter la création d’emploi. Syndicats de salariés et représentants d’employeurs sont ainsi invités à dialoguer sur ce sujet.

L’avenir de la PSG, (Protection Sociale Généralisée), mise en place en 1995, est aussi l’une des préoccupations majeures du Président et du Gouvernement. La réforme est incontournable pour sauver notre système de solidarité, a indiqué le Président, qui souhaite ainsi que les travaux sur ce sujet, notamment les prestations vieillesse et les prestations santé, démarrent au plus vite.

Concernant les régimes de retraite, il convient de redresser l’équilibre financier des différents régimes. Les partenaires sociaux seront sollicités avant la fin du mois de février sur ce dossier pour une restitution des livrables avant le démarrage du processus budgétaire de juillet de cette année.

Un autre chantier sera ouvert prochainement : celui de la santé. La restitution des travaux sur le schéma d’organisation sanitaire est prévue pour la fin mai et la réflexion autour du régime unique Assurance Maladie pourra démarrer début mars. Les questions de la gouvernance et du financement de ce régime unique seront abordés au cours d’ateliers de réflexion et de propositions animés par une équipe placée sous la responsabilité de Luc Tapeta, conseiller PSG du Président. La restitution des travaux se fera sous forme de table ronde. Un comité de pilotage dont le rôle sera de donner les directives des travaux à mener, de suivre l’avancée des travaux, d’arbitrer le choix des orientations et de valider les propositions rédactionnelles du comité de rédaction complètera ce dispositif.

« De grands défis s’imposent à nous. Nous devons parvenir à les relever tous ensemble. Il y va de la cohésion de notre pays. Face à ces défis, il n’y a pas, à mes yeux, de place pour des querelles ou des sous-entendus politiciens. Je souhaite que nous abordions les sujets de l’emploi et de la protection sociale avec une attitude de gestionnaire responsable et soucieux de l’intérêt général », a souligné le Président.
 

 

 

Concernant le terrorisme islamiste des experts parlent :sans renseignements vous ne pouvez pas gagner (Extrait du site JForum))

Il est temps de ne plus tourner autour du pot et de dire les choses telles qu'elles sont en regardant la vérité en face et non seulement en la regardant mais en la disant. Les évènements auront peut-être permis cela.

"Les Européens ont quatre problèmes", a déclaré Amidror un haut gradé israélite. "Trois d’entre eux portent sur des fondamentaux, le troisième est technique.


Le premier problème c’est une question de définition. Il faut appeler un chat un chat. La terreur à laquelle ils doivent faire face actuellement n’est pas idéologique. Il ne s’agit ni des Brigades Rouges [Italie] ni de la Bande à Bader [allemande], et n’est même pas une terreur d’origine criminelle. Cette terreur est alimentée par une forte idéologie religieuse. Certes, il est difficile pour les Européens de se l’avouer, mais le fait est que, bien que tous les musulmans ne soient pas des terroristes, tous les terroristes à notre époque sont musulmans. Vous ne pouvez pas gagner la guerre sans une identification précise de l’ennemi ".

"Le deuxième problème," a ajouté Amidror, "c’est le renseignement. Il faut avoir une bonne connaissance du terrain et du milieu dans lequel gravitent les terroristes, pour obtenir des renseignements. Après tout, il est clair que ces terroristes ne se trouvent pas parmi la population calviniste Suisse. Il n’y a pas d’autre moyen que d’utiliser des méthodes de renseignement agressives. La formule éprouvée et qui a fait ses preuves, c’est que si vous ne les mettez pas sur écoute, vous ne saurez rien. Oui, les populations civiles, aussi. Et oui, vos propres citoyens. Parce que ce sont vos citoyens aussi, qu’ils se fondent parmi eux, ont étudié dans votre système scolaire et c’est pourquoi vous n’avez pas le choix. Vous devez recourir aux écoutes électroniques, les prendre en filature, parce que sans cela il n’y a pas de renseignements et sans renseignements, vous ne pouvez pas gagner la guerre. C’est ce que la France a appris à ses dépends la semaine dernière ".


"Le troisième problème", a déclaré Amidror, "c’est l’utilisation des renseignements. Dans le milieu de criminalité qui relève du pénal, si les malfaiteurs sont sur écoute électronique et que vous les entendez planifier de braquer une banque, vous ne pouvez pas faire grand chose, sauf continuer à avoir l’œil sur eux. Vous ne pouvez pas poursuivre les gens pour leurs intentions. Mais quand il s’agit de terrorisme, où tant de vies humaines sont en jeu, vous n’avez pas d’autre choix que de prendre des mesures préventives, au moins d’avoir recours à des détentions administratives ".


Le quatrième problème,toujours selon Amidror, est d’ordre technique.

"L’Europe est composée de 28 états et 28 forces de police. Il n’y a pas de système fédéral qui intègre toutes les informations. Vous pouvez voyager du Portugal à la Lituanie sans être contrôlé, même une seule fois en chemin. Dans ce contexte, vous pouvez faire un attentat quelque part puis disparaître, sans que personne ne soit en mesure de vous traquer. Vous ne pouvez pas lutter contre le terrorisme de cette façon ", a-t-il dit.


Igra a été encore plus cinglant. "La seule façon dont les services de sécurité européens peuvent faire face à la menace terroriste musulmane c’est en prenant en compte cette réalité et en ciblant la population musulmane pour la collecte de renseignements et surtout il ne faut pas les lâcher", a-t-il dit. "Il n’y a pas d’autre alternative que d’en venir là ; sinon, il n’y a aucune chance de parvenir à des résultats vu la constellation terroriste de l’époque contemporaine. Il faut couvrir toute la population cible sur l’ensemble du territoire. Cette méthode est employée par le Shin Bet israélien et nécessite que des agents fassent de la collecte de renseignements en étant infiltrés dans la population des quartiers sous leur responsabilité.  Ces agents surveillent les éléments potentiellement suspects qui pourraient devenir des menaces terroristes. Dès qu’un agent de collecte de renseignements identifie un civil qui éveille ses soupçons, l’agent mettra des moyens supplémentaires pour le surveiller, humains ou technologiques, pour éliminer la menace ".

 

 

 

L’indispensable guide de l’habitat FARE vient de paraître : grâce à son sommaire par mots-clefs et à son carnet d’adresses enrichi de nouvelles rubriques, trouvez facilement ce dont vous avez besoin, ainsi que tous les professionnels du fenua.
Découvrez toutes les nouveautés et astuces, du sol au plafond, à l’intérieur comme à l’extérieur (rubrique jardin) : votre guide de l’habitat, c'est FARE 2015 ! 200 pages 100 % utiles.

Les tendances, des exemples …
Des textes complets et accessibles, agrémentés de belles photos et schémas, pour une lecture aisée. Découvrez les nouvelles tendances déco en images ! Cuisine colorée, salle de bains au naturel, scénarisation de la chambre, relooking grâce à la peinture, deck autour de la piscine, etc.

 

Courrier

Ma chère Christine,

Je viens de feuilleter le numéro "historique" de CHARLIE HEBDO scanné par un ami.
 Je ne sais si je suis encore ravagé par la chikungunia ou désespérément et incurablement pisse-froid, mais à aucune page, à aucun moment, je n'ai eu envie de rire... Autant dire que si j'avais acheté ce canard comme j'en avais l'intention, j'aurais la désagréable conviction de m'être fait plumer.

Après cette lecture, je suis plus que jamais persuadé que le droit au blasphème, la liberté d'expression, sont des concepts à géométrie variable revus, corrigés, triturés, modifiés, déformés puis remodelés et exploités selon les circonstances, les émotions plus ou moins vives et passagères qui font marcher  - au propre comme au figuré - celui que l'on appelle "le peuple souverain".JP

 

lI sera naturalisé français et l'a bien mérité

Arrivé clandestinement en France, Lassana Bathily s'est comporté en héros en sauvant des otages porte de Vincennes vendredi dernier. Une pétition était en ligne pour demander sa naturalisation.

[Mis à jour le 15 janvier 2015 à 15h42] Il a failli être expulsé en 2009, Lassana Bathily est aujourd'hui considéré comme un héros. A tel point qu'une mobilisation de citoyens français a pris ces derniers jours des proportions assez inédites afin que l'Etat lui accorde la nationalité française pour "acte de bravoure". Et les prières républicaines ont été entendues : le jeune homme de 24 ans sera naturalisé mardi prochain, a annoncé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

 

 

 

Jeudi 15 janvier 2015

Ouille !!!!!

 

Dieudonné sera jugé en correctionnelle pour apologie du terrorisme et ce n'est que justice.

Le polémiste Dieudonné sera jugé en correctionnelle pour apologie du terrorisme pour avoir écrit sur Facebook qu’il se sentait «Charlie Coulibaly», en référence à l’un des auteurs des attentats meurtriers de Paris, a appris l’AFP mercredi de source judiciaire.

La justice semble déterminée à se montrer intransigeante. Des peines de prison ferme ont été prononcées et depuis l’attentat contre Charlie Hebdo la semaine dernière, 54 procédures ont été ouvertes pour ce délit d’apologie du terrorisme ainsi que pour «menaces d’actions terroristes», a annoncé la Chancellerie.

Edito

Les Polynésiens sont "les muets" des jeux de dupes politiques locaux. Pendant que la France se débat dans un terrorisme islamo-fasciste carnassier, notre pays, lui, se débat dans des histoires de vaisselle. "C'est à moi, non c'est à moi" . La presse est suspendue aux basques des magistrats du palais de justice qui justifie ainsi leurs salaires d'un côté et les recommandations de la Garde des sceaux de l'autre qui ne trouve rien de mieux que de regrouper tous les voyous musulmans dans les prisons. Ils pourront ainsi préparer tranquillement leurs futurs attentats d'autant qu'ils ne sont regroupés que le soir. Promenades, jeux, sport, tous sont mélangés.

 Bref, avouons quand même que ce doux ronron des affaires autour de l'ancien président et du président de l'Assemblée est moins perturbant pour le rythme lascif polynésien que le bruit des kalachnikovs à Paris dont les stocks semblent inépuisables.

La faim, on la savait peu à peu réduite par le progrès humain à des confins désertiques  resurgit dans l'entassement géant des grandes métropoles. En Polynésie, il y a la mer et les poissons, les fruits qui tombent sur la route des arbres trop chargés, la générosité de ses habitants, pas d'hiver glacial mais la chaleur et la soif. Les maigres y sont rares. La bombe de demain dont nul ne se préoccupe sera la  croissance démographique qui n'est pas encore vertigineuse mais presque et l'aspiration des jeunes, perturbés par l'alcool et le paka, à croire que parce qu'ils sont jeunes, ils n'ont aucun devoir, que le pays leur doit tout, le mot de passe étant "On veut ou on exige". La civilité publique c'est.... la morale plus tard...qu'en savent-ils d'ailleurs de la morale ? On ne leur a rien appris ou presque et ce qu'ils entendent fuite immédiatement.

Le procureur vient de nous le dire, la délinquance est en hausse, les ventres creux et les cerveaux enfumés salivent sur le banquet des riches. Mais finalement, ces jeunes là sont moins perturbés que leurs frères ainés au loin dans cette France malmenée mais où le premier ministre a montré dans son discours à l'Assemblée nationale qu'il avait les pieds sur terre.

Ce qui n'empêche pas la prolifération des groupes de Rapp, de vrais loubards, pire même si l'on comprend les paroles des chansons...

 Petit exemple des  paroles des rappeurs du "groupe 113" :

J' crie tout haut : " J'baise votre nation "

On remballe et on leur pète leur fion.

Faut pas qu'y ait une bavure ou dans la ville ça va péter,

Du commissaire au stagiaire: tous détestés !

A la moindre occasion, dès qu' tu l' peux, faut les baiser.

Bats les couilles les porcs qui représentent l'ordre en France.

 

Ou encore celles du groupe "sniper"

Extraits de leur chanson "La France" :

Pour mission exterminer les ministres et les fachos

La France est une garce et on s'est fait trahir

On nique la France sous une tendance de musique populaire

Les frères sont armés jusqu'aux dents, tous prêts à faire la guerre

Faudrait changer les lois et pouvoir voir Bientôt à l'Élysée des arabes

et des noirs au pouvoir. Faut que ça pète !

Frère, je lance un appel, on est là pour tous niquer

La France aux français, tant qu' j'y serai, ça serait impossible.

Leur laisser des traces et des séquelles avant de crever. Faut leur en

faire baver la seule chose qu'ils ont méritée.

T'façon j'ai plus rien à perdre, j'aimerais les faire pendre. Mon seul

souhait désormais est de nous voir les envahir. Ils canalisent la révolte

pour éviter la guerre civile.

 

Et puis il y a le groupe Salif

Allez-y, lâchez les pitts, cassez les vitres,

quoi Rien à foutre, d' façon en face c'est des flics

C'est U.N.I.T.Y., renoi, rebeu, babtou, tway

Mais si on veut contrôler Paris, tu sais que ça sera tous ensemble.

Ca y est les pitts sont lâchés, les villes sont à chier, les vitres

sont cassées,

Les keufs sont lynchés, enfin, ça soulage, Faut que Paris crame.

On redémarre la guillotine, pire qu'à Djibouti. La France pète,

J'espère que t'as capté le concept.

Et tous les autres....Ils sont nombreux ces courageux chanteurs très demandés dans les radios et télévisions de France et de Navarre On est loin du" Nique ta mère" à l'eau de rose de Joey Starr, devenu une vraie star par son travail,  qui avait, à l'époque et ce n'est pas si vieux, offusqué la France. De ce côté là, rien à dire les progrès ont été fulgurants. Après tout n'est-ce-pas, ils ont bien le droit de s'exprimer aussi ces djeunes plein de haine... et ils ne s'en privent pas !

 

Opinion libre :

Un pamphlet digne de Victor Hugo on comprendra à qui il s'adresse...Le drame que nous avons vécu a libéré la liberté d'expression tant réclamée...Et nous sommes tellement d'accord avec ce Michel....

Objet : Non, vous n’êtes pas Charlie mais des Charlots !!!

Vous, la meute tirant à vue depuis des années sur tous ceux qui vous dérangent, vous vous émouvez maintenant que la mitraille retentit contre votre camp ?
 
Maintenant que les cadavres ont refroidi, passons aux choses sérieuses. Le choc et le recueillement s’estompant, il est déjà temps, avant qu’il ne soit trop tard, de sortir les plumes des fourreaux, de dégainer les idées brûlantes, enfin, de battre le fer tant qu’il est chaud.
 
« Je suis Charlie », dites-vous d’une seule et même voix. « Je suis Charlie », annoncent les pancartes que vous brandissez dans les rédactions. « Je suis Charlie  scandent vos avatars et vos hashtags sur les réseaux sociaux. Et vous avez bien raison.
Seulement…
 
Vous êtes Charlie aujourd’hui, mais vous n’étiez pas Éric Zemmour hier, quand il s’est fait virer d’i Télé pour raisons politiques. Pire encore : vous pétitionniez à tour de bras pour l’évincer du service public.
 
Vous êtes Charlie, mais vous n’étiez pas Robert Redeker en 2006, quand un papier critiquant l’islam dans Le Figaro lui valut une tornade de haine : graves menaces de mort qui le gardent encore aujourd’hui sous protection policière, désaveu et silence de la classe intellectuelle et journalistique, lynchage dans les règles de l’art sur le plateau d’« ONPC ».

Vous êtes Charlie, mais vous n’étiez pas Clément Weill-Raynal, mis à pied de France 3 pour avoir révélé l’affaire du « mur des cons » dont il fut le plus triste fusillé.
 
Vous êtes Charlie, mais vous n’étiez pas Robert Ménard à son licenciement, Michel Houellebecq, Renaud Camus ou Christine Tassin à leurs procès respectifs pour avoir critiqué l’islam.
 
Vous êtes Charlie, mais vous trouvez normal que le FN soit exclu de la manifestation hommage de ce dimanche à laquelle tous les partis seront conviés, et alors même que vous défendez l’union nationale, dont notre pays a, en effet, plus que jamais besoin.

Vous êtes Charlie, mais vous soutenez toutes les lois mémorielles qui empêchent les intellectuels de faire leur travail, pour le bien de l’Histoire et de la vérité.

Vous êtes Charlie, mais vous n’êtes pas Richard Millet face à la meute d’Annie Ernaud et d’une centaine d’écrivains délateurs et complices, vous n’êtes pas Alain Finkielkraut ni Dieudonné, ou encore Ivan Rioufol, brillant d’intransigeance mais déchiqueté comme un gigot jeté aux lions sur le plateau d’« On refait le monde » ce jeudi 8 janvier.
 
Vous êtes Charlie, mais vous n’êtes rien de ce qui sentirait trop le soufre, vous êtes les dénonciateurs de tous ceux qu’on abat sur l’autel du politiquement correct, vous êtes ceux qui tenez le fusil, les bourreaux objectifs de tous les indésirables de la liberté, de votre liberté à vous et à vous seuls.
 
Pourtant, la liberté n’a qu’un seul visage. C’est la liberté pour les sains d’esprit, la liberté pour les fous, la liberté pour les noirs, la liberté pour les jaunes, la liberté pour les blancs, la liberté pour ceux qu’on désapprouve peut-être mais qui font la diversité et la santé intellectuelle d’un pays.
 
Vous n’étiez pas ces gens, et aujourd’hui vous êtes Charlie ? Vous vous mentez, vous nous mentez. Vous êtes ce qui vous arrange, quand cela vous arrange. Vous n’êtes pas Charlie, vous êtes Charlot. Et tant que vous ne défendrez pas les principes que vous dites avoir au cœur jusqu’au bout, vous le resterez.
 
Ah une chose encore, le summum de la connerie a été atteint par Jean-Michel Ribes, qui s’est livré sur BFM TV à un amalgame entre les intégristes musulmans et les intégristes catholiques qui, comme chacun le sait, trouvent dans l’Évangile la justification des actes terroristes qu’ils commettent chaque jour.
C’est vrai que c’est courant de voir aux actualités des catholiques intégristes, couper des têtes, crucifier des hommes, violer des femmes, tuer des enfants juifs, tirer au lance-roquette dans un journal ... !
Les mots manquent pour dénoncer une telle débilité intellectuelle dans des propos.....

Allez, surtout ne donnons pas raison à Zemmour !
 
Comme quoi la preuve est faite, à chaque drame, que les gens dits intelligents sont souvent beaucoup plus cons que le commun des mortels. Mais nous le savions déjà…

Michel.

 

Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, se rendra demain, vendredi 16 janvier, dès 8h00, à Paea. Il effectuera plusieurs visites au sein de la commune et outre quelques ministres, il sera accompagné du maire Jacqui Graffe.

 

C'est un maire de gauche  qui parle, le maire de Montfermeil :"La République est réellement en danger !"

"Dans 20 au 30 ans, hélas il ne restera plus comme solution qu'à réinventer l'apartheid!!

(Avec l'argent du Qatar qui coule à flots dans les banlieues, les futurs "MERAH" vont se sentir pousser des ailes!!)

 

Le bourreau du malheureux "blanc blanc" martyrisé et tué a été condamné.

L'homme  a été condamné à 15 000 Fcfp d'amende, à l'interdiction définitive de détenir un animal, à 50 000 de dommages et intérêts à la Fondation Brigitte Bardot et à 1 Fcfp symbolique en faveur de l'association Ia Maita'i Te 'Animara. 
Cette décision de justice fera jurisprudence puisque c'est la première fois que la cruauté sur un animal est condamné. Que les bourreaux se le disent

 

Lancement du site du SCAN consacré à l’audiovisuel polynésien : www.audiovisuel.pf

Le site Internet www.audiovisuel.pf consacré à l’audiovisuel polynésien et au SCAN (Soutien à la création audiovisuelle et numérique) est mis en ligne par la DGEN (Direction générale de l’économie numérique) à partir du 15 janvier 2015.

Pour faire suite à l’adoption par le conseil des ministres de l’arrêté d’application du dispositif SCAN, la direction générale de l’économie numérique (DGEN) a souhaité consacrer un site Internet entièrement consacré au secteur de l’audiovisuel polynésien. Le site Internet sera accessible ce jeudi 15 janvier 2015.

Qu’est-ce que le SCAN ?


Avec le soutien à la création audiovisuelle et numérique, le Pays souhaite favoriser le développement de sa filière de production audiovisuelle et les solutions innovantes s’appuyant sur les capacités créatives et de développement des entreprises du secteur des services numériques.
 

Que peut-on trouver sur le site audiovisuel.pf

 Ce nouveau site au design “long scrolling” (page longue à scroller) a été construit pour répondre aux nouveaux standards de navigation imposés par l’Internet mobile et en particuliers au “surf tactile” à partir de tablettes.

 Le site propose de nombreuses rubriques et fonctionnalités qui permettent à la fois aux professionnels et au grand public de trouver toutes les informations pratiques sur le dispositif d’aide SCAN mis en place par le gouvernement :

 La production audiovisuelle polynésienne pourra ainsi être découverte au travers d’une médiathèque où seront présentés des clips vidéo et des bandes annonces de courts métrages et de documentaires. D’autres catégories seront ouvertes au fur et à mesures des productions collectées par la DGEN auprès des professionnels.

 En outre,  les professionnels pourront télécharger les formulaires de demande d’aide afin de préparer leurs dossiers qu’ils devront déposer au plus tard le 12 février 2015 pour que celui-ci  soit examiné lors de la commission qui aura lieu le 12 mars prochain.

 

Mercredi 14 janvier 2015

 

                    

Evasan aux marquises

 

 

Premier jour du nouveau Charlie : rupture de stock dans toute la France

Christopher Paiman ancien patron de l'OPT débarqué du conseil d'administration en juin 2013 par le président de l'époque avait eu en charge plusieurs grands services  du pays comme la SEP. Il avait émigré vers la Nouvelle Calédonie. Il s'est donné la mort à Nouméa. L'OPT est en deuil. Nous présentons nos condoléances attristées à sa famille et ses amis.

Essais nucléaires neuf vétérans irradiés seront indemnisés dont un Polynésien

 

Nouvelle victoire de Me Quinquis

Avant  de commencer cette journée faisons état du sourire éclatant de Maitre Quinquis hier quand il a eu confirmation, après avoir consulté un spécialiste de droit pénal à l'université de Assas à Paris, que la cour d'appel ne pouvait en aucun cas être saisi deux fois sur des mêmes faits, en l'occurrence l'affaire Haddad/Flosse. Cette affaire tombe donc à l'eau définitivement et le fait d'avoir changé la composition de la cour d'appel n'y change rien. Dommage collatéral, le président Thibault Laurent aura fait les frais des querelles internes du palais quant à sa décision d'annuler la procédure, ses déboires personnels n'étant pas motivés non plus. L'ambiance au palais de justice est toujours délétère depuis des années. De nombreux magistrats en ont fait les frais.

Edito

Qui est l'instigateur de la machination ?

Il convient d'arrêter définitivement l'hypocrisie ambiante dans cet encore paradis polynésien que l'éloignement des grandes nations protège de la furie du terrorisme islamique.

 Pour arrêter la réclusion de ne rien comprendre à cette parodie de "c'est pas moi, c'est lui", aux sourires de "mais non, mais non tout va bien madame la marquise", Gaston Flosse lundi soir a frappé un grand coup dans la fourmilière politique de son parti. Il a d'entrée miné l'action du gouvernement Fritch en faisant état de certains propos plus que maladroits de ce dernier à la Dépêche  " Je ne me sens pas capable de relancer l'économie de ce pays"... De ces déclarations poussives, Flosse avenant et carnassier en a fait "ses choux gras" en devenant le haut-parleur du mécontentement qui commence à poindre en surface .

Ses mises à l'écart l'étoffe plus qu'elles ne le pénalisent, Erima étant devenu le poumon du Tahoeraa. Et la presse toujours gourmande sur des situations qui intéressent l'opinion peut s'en donner à cœur joie. Reste à savoir quel est l'informaticien de génie qui a réussi à capter des informations envoyées par mail sur ce conseil politique à Polynésie première.

Bref, Gaston Flosse a donc sans ménagement cette fois-ci gratter les "tags"d'Edouard et des boutades suicidaires. En fait, l'opinion se lasse de ce microsillon rayé, de ces projets qui peinent à voir le jour, de cette économie qui ne décolle pas vraiment et de cette bataille intestine entre le père et le fils. Le père sentant le fagot pour le fils, ce dernier, par son entourage interposé tentant de le pousser dans les pissenlits. D'ores et déja on verra ci-dessous que l'affaire de la vaisselle était connue du président Fritch, si l'on en croit la dénonciation dans la lettre écrite par le directeur de cabinet qui n'aurait pas pris le risque de l'écrire sans l'accord de son patron de président et ce, dès le mois d'octobre ! Cette lettre que le procureur de la République a cherché à l'Assemblée mais que Marcel Tuihani n'a jamais reçue. La "résolution sur le nucléaire" étant arrivée bien après, de même que l'augmentation des indemnités du président et autres arguties  n'ont certainement pas motivé la dénonciation en question qui date d'octobre comme on peut le voir ci-dessous.

Le mieux étant l'ennemi du bien comme chacun sait , les collaborateurs du président Fritch à trop vouloir défendre leur patron font du zèle et l'entraine dans des règlements de compte suicidaires pour l'un et l'autre des protagonistes en lassant l'opinion. Par ailleurs, les instituions polynésiennes sont des passoires . Tout se sait, tous les petits mots assassins arrivent sur les bureaux des familles ennemies en décuplant des sentiments de vengeance." Les failles" en Polynésie sont plus nombreuses qu'à Paris et moins meurtrières quand même mais néanmoins blessantes.

Bien évidemment, Flosse meurtri une fois de plus par les accusations concernant le "quasi vol de la vaisselle" a montré au conseil politique les factures des sponsors où les noms des sociétés donatrices apparaissent. Ce qui n'était qu'un problème d'intendance est donc devenu une affaire politico-judiciaire ayant défrayé la chronique locale et... parisienne bien sûr. Flosse demande donc " qui est l'instigateur de cette machination". A l'occasion des auditions, il a découvert la fameuse lettre du 29 octobre d'Edouard Fritch a en tête de la présidence signée de son directeur de cabinet Sylvestre Bodin qui commence en ces termes " A ma prise de fonction, le service de restauration de la présidence a appelé mon attention etc..."

 Du coup quand Edouard dit n'avoir jamais écrit cette lettre, soit il ment, soit son dircab a pris un sacré risque en se faisant passer pour lui. Malheureusement, la fiche courrier qui provient du système informatique interne "mata ara" est limpide. Cette lettre signée par le directeur de cabinet du président a été visée par le président lui même et enregistrée comme courrier arrivé à la présidence et renvoyé avec la souche à Thierry Nun Fat puis classé au secrétariat présidence le 31 octobre pour être finalement passé  au procureur de la République le 5 décembre dernier. Hop, courrier parti au palais ,nouvelle affaire bouclée par la présidence !

 Bref, cette lettre n'a jamais été reçue par Marcel Tuihani. Un vrai coup tordu. De quoi faire un bon film politique de tout cela. Or, si Edouard Fritch veut terminer son mandat non pas dans de perpétuelles turbulences mais en étant un président responsable comme l'image qu'il a donnée le jour de sa conférence de presse des cent jours, il devra, lui et d'autres, mettre le pied sur le frein et avoir, enfin, une conversation sérieuse avec son ex mentor Gaston Flosse dans un duel verbal et à huis clos où chacun prouvera sa sincérité.  Edouard devrait savoir que Flosse ne laisse rien passer et que ses humiliations, ô combien nombreuses, le rendent plus combatif et plus dangereux que jamais.

Voici la lettre envoyée au procureur Thorel mais pas à Marcel Tuihani !

 

 

 

La requête de me Quinquis concernant l'interdiction pour son client Gaston Flosse d'avoir des contacts avec le président de l'Assemblée et le président du pays  a été reportée au 20 janvier, en revanche Marcel Tuhani a été entendu pendant 3h. par le juge Stelmach sur la fameuse vaisselle dont une partie a été retrouvée à l'Assemblée pour des réceptions officielles. Il s'en est tenu à sa position première. Quant aux travaux dans le bureau de Gaston Flosse il avoue qu'il aurait pu demander l'autorisation au SMG mais il a fait remarquer après tout que ce service travaillait aussi pour le compte de l'Etat, 14juillet ou pour des confessions religieuses.

 

JT de TNTV 13 janvier 2015

Maître Quinquis :: 

« La Présidence a reçu une réquisition de Monsieur Le Procureur de la République demandant la communication  de tous les documents liés à cette histoire de vaisselle et que c’est donc sur le fondement de cette réquisition que la plainte, pas la plainte, la lettre  adressée par le Président du Pays  au Président de l’Assemblée a été adressée à la DSP mais il n’y a pas eu de plainte de la Présidence. »

A notre connaissance iln'y a jamais eu de plainte de la part de la présidence.

 

Au conseil des ministres

L'indice des prix à la consommation progresse de 0,7 % en décembre 2014 et s'établit à 108,52. En 2014, l'indice général baisse de 0,2 %. L'indice ouvrier augmente, quant à lui, de 0,1 %.


L'augmentation saisonnière des prix des transports aériens (+ 18,8 %) explique l'augmentation globale des prix dans la division transport de 4,1 %. En glissement sur 12 mois, les prix des transports aériens diminuent de 3 % dans un contexte international marqué par une forte réduction des prix du pétrole en fin d'année.
La baisse mensuelle de 0,8 % des prix des produits alimentaires et boissons non alcoolisées est principalement liée à celles de 6,1 % des prix des produits de la mer (fruits de mer frais, thon blanc et poissons de lagon) et de 4,7 % des prix des fruits. Sur la même période, les prix des légumes augmentent de 2,1 %. Sur l'année, les prix des produits alimentaires et boissons non alcoolisées sont en hausse de 1,3 %.
En décembre 2014, les prix des tabacs augentent de 3,5 %. Sur l’année 2014, les prix des boissons alcoolisées augmentent de 2,4 % et les tabacs de 7,9%.


Stratégie de développement économique, dynamisation de l’économie : création d’un comité de pilotage

Dans le cadre de l’élaboration du plan stratégique de développement économique 2020, d’un plan de dynamisation de l’économie 2016 et de la politique sectorielle du tourisme, il est créé un comité de pilotage.

La méthode retenue comprend 3 temps forts :

- Une phase de consultation (janvier-février 2015)
- Une phase de propositions et co-construction (février-mars 2015)
- Une phase de validation (mars-avril 2015).
Dans le cadre de cette démarche, le comité de pilotage sera chargé d’assurer le suivi et la validation des différentes étapes de construction de la stratégie. Il sera composé de 9 membres :
- Le Président du Pays,
- Le Haut-commissaire,
- Le Président de l’Assemblée de la Polynésie française,
- Le Vice-président du Pays,
- Le ministre de la Relance économique et du tourisme,
- Le ministre de l’Equipement et des transports,
- Le ministre en charge de la Culture,
- Le Président du syndicat pour la promotion des communes,
- Le délégué aux affaires internationales, européennes et du Pacifique.
La première réunion aura lieu le 20 janvier 2015.


Habitat social : nouvelles dispositions pour faciliter l’instruction de demandes d’aides

Les dernières modifications apportées à la réglementation sur l’habitat social se révélant insuffisantes pour répondre aux objectifs que s’est assigné le gouvernement en matière de construction de logements sociaux, il est apparu opportun de modifier plusieurs dispositions de l’arrêté n° 184 CM du 3 février 2012 actuellement en vigueur. Ces nouvelles dispositions vont faciliter l’instruction des dossiers de demande d’aides en logement et en matériaux et donc faciliter leur attribution.

L’arrêté n° 184 CM modifié qui encadre les programmes de construction en habitat dispersé et en amélioration du logement individuel permettra ainsi aux familles polynésiennes de bénéficier d’une réduction significative de leur participation financière, ce qui augmentera par voie de conséquence le nombre d’attributaires, lequel est par ailleurs en constante augmentation.

Ces mesures qui visent à mettre en cohérence les textes existants avec le niveau de vie et la structure des foyers polynésiens s’inscrit dans un vaste chantier de refonte de la politique du gouvernement en matière de logement social qui est aujourd’hui en gestation au niveau du ministère du Logement.

L’arrêté adopté a ainsi plusieurs objectifs :

1- simplifier la constitution des dossiers et optimiser les procédures d’attribution des aides publiques, notamment par la réduction des délais et l’allègement du nombre de pièces obligatoires (4 au lieu d’une quinzaine);

2- mettre en place une information claire et responsable avec les administrés pendant toute la durée de validité de leur dossier et de leur renouvellement ;

3- mettre en adéquation le montant de la participation financière des ménages avec leurs capacités financières, sachant que 70% des aides dernièrement accordées concernent des ménages dont le revenu mensuel moyen est inférieur ou égal à 1 SMIG et que 47% d’entre eux ont des revenus inférieurs à 87.348 Fcfp. Par conséquent, le montant maximum de la participation financière passe de 55% à 35% du coût du logement (soit actuellement de 4 382 276 Fcfp à 2 788 721 Fcfp pour un fare de type F4), le minimum de participation passant de 5% à 2% du coût du logement (soit de 398 389 Fcfp à 159 356 Fcfp pour un fare de type F4), ce qui constitue un effort substantiel pour les familles les plus démunies.

L’adoption de ce texte constitue enfin le prélude à la modification d’autres dispositions plus spécifiques qui concernent les arrêtés n° 185 et n°1610 CM des 3 février et 2 novembre 2012 relatives aux aides financières au logement accordées directement aux ménages. Ces évolutions seront proposées très prochainement au gouvernement.



Tri des déchets dans l’administration : « Le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas »

 

Une économie tournée vers des activités traditionnelles  relève  l'IEOM dans son bulletin

La vie économique des Marquises demeure tournée vers les activités traditionnelles : la pêche, l’agriculture, en particulier la culture du coprah, et l’artisanat. En l’absence de véritables filières, le secteur primaire peine à se développer et continue de reposer sur des schémas de production orientés vers l’autoconsommation.

L’agriculture marquisienne est dominée par le coprah. Les cocoteraies, avec 1 700 hectares, représentent 6 % des surfaces dédiées à la production de coprah en Polynésie française pour 20 % de la production du Pays en 2013. L’archipel est également caractérisé par un élevage extensif de bovins, de porcins et de caprins qui ne peuvent être vendus dans le circuit officiel, les îles Marquises ne disposant pas d’abattoir aux normes. Au total, selon le recensement agricole de 2012, les Marquises comptent 838 exploitations agricoles. L’agriculture et l’élevage représentent un chiffre d’affaires de 320 millions de F CFP.

La pêche lagonaire, activité de subsistance de l’archipel, et la pêche côtière, pratiquée par 35 navires actifs en 2013, sont limitées. Les quantités pêchées restent faibles et sont écoulées sur le marché local. Ce sont des armements en provenance de Tahiti, équipés d’unités de congélation et de conditionnement, qui effectuent les campagnes de pêche au thon de plus grande ampleur dans les eaux marquisiennes.

L’artisanat traditionnel marquisien, facteur de cohésion sociale et moyen d’expression culturelle, possède une renommée internationale. L’archipel compte 131 associations d’artisanat et 1 594 artisans. Les produits de l’artisanat marquisien sont principalement écoulés pendant les manifestations organisées localement et à Tahiti, à l’occasion les salons de l’artisanat des îles Marquises.

 

          Un tourisme marquisien rythmé par la croisière écrit l'IEOM


Le tourisme occupe une place significative dans l’activité économique marquisienne, grâce à la renommée internationale de l’archipel, façonnée par ses hôtes célèbres. En 2013, 10 831 visiteurs, soit 7 % du total des touristes de Polynésie française, se sont rendus dans l’archipel. Les trois quarts arrivent par la mer, dans le cadre d’une croisière.
Le tourisme terrestre est encore peu développé aux Marquises, avec deux hôtels classés. Cette offre hôtelière réduite est complétée par 32 pensions de famille. Les coefficients de remplissage sont plus faibles aux Marquises-Australes que dans l’ensemble de la Polynésie française : 38 % dans l’hôtellerie internationale (contre 60 % en moyenne) et 19 % dans les pensions de famille (contre 25 %).
L’activité de croisière est assurée en particulier, de manière régulière, par l’Aranui, dont la présence aux Marquises est un succès : le navire a transporté en moyenne 1 804 passagers par an entre 1998 et 2010. Entre 600 et 700 voiliers font d’autre part escale aux Marquises chaque année, notamment dans le cadre de plusieurs régates.
 

 

 

Dispositif de contrôle et audit interne : réunion de sensibilisation des cadres et partenaires sociaux du groupe OPT

 Une réunion de sensibilisation des cadres et partenaires sociaux du groupe OPT (Office des postes et télécommunications) s’est déroulée, mardi après-midi, à l’hôtel Intercontinental, à Faa’a. A cette occasion, le Président Edouard Fritch, qui a également le portefeuille du numérique, s’est adressé aux personnes présentes et a détaillé sa vision de l’OPT et de ses filiales, soulignant au passage l’importance, pour le Pays, de la première entreprise publique polynésienne.

 Mettant en exergue une performance industrielle et commerciale dégradée au fil des dix dernières années, le Président a regretté qu’il y ait eu peu de réactions internes volontaristes et responsables pour tenter de remédier à cette situation. Depuis l’ouverture à la concurrence qui se profilait depuis 2003, de nombreuses études ont pourtant été réalisées par l’OPT, a rappelé le Président.

Les préconisations qui en découlaient ne semblent avoir été suivies que très partiellement. Ce qui donne le sentiment que l’OPT et ses nombreuses filiales restent soit dans l’attentisme, soit dans un processus de réforme et d’organisation inachevé. Cette situation nécessite une véritable volonté de mettre en œuvre une profonde réforme et une évolution des esprits afin que des perspectives positives pour le groupe et ses clients se dessinent et se concrétisent.  

Il est certain que l’économie numérique représente un levier économique pour l’économie de la Polynésie. L’OPT doit ambitionner de jouer le rôle de locomotive du numérique, a indiqué le Président. Il a ainsi fixé trois axes prioritaires :

 -          optimiser la structure du groupe et clarifier les périmètres de chaque filiale et de la maison mère ;

-          améliorer la performance et la productivité pour consolider et augmenter la rentabilité du groupe ;

-          interagir avec les instances de régulation et avec les opérateurs tiers, pour mieux défendre les intérêts du groupe dans un marché régulé.

Le Président a ajouté qu’il comptait sur la motivation des cadres de l’OPT, sur leur capacité de conception et de réflexion stratégique, pour relever les défis qui attendent cet établissement en 2015, et ce en améliorant les performances que ce soit dans le domaine commercial, économique, technique, juridique ou organisationnel.

 

 Le nouveau directeur général de l'OPT Jean François  Martin probablement nommé ce matin en conseil des ministres.

 

Réception à l'Elysée des mères de famille "Françaises" méritantes 

,  

- Fouzia Amezane,  

- Fatima Boularess,  

- Aîcha Hadj-Abderrahmane,  

- Mama Lefdou, 

- Fatima Loubbi  

- A?cha Tasry. 

 - Saadia Ayar n?e Ayar,  

- Saadia Ayar n?e

Jabir,

- Medhia Bargaoui,

 - Fatima Batta,

 - Sa?dia Brouzi,

 - Fatima Et-Tellah,

 - Nac?ra Farsi,

 - Fatima Haddache,

 - Zineb Oussghir,

 

 

Mardi 13 janvier 2015

 

 

 

Elle est d'actualité au Qatar

 

Je laisse la place  de mon propre  édito à un texte fort et qui fera peut-être hérisser le poil de certaines  personnalités, celui du général Lalanne Berdouticq sur "Charlie". Un texte quasi iconoclaste aujourd'hui. Charlie, nouvelle mouture qui va tirer à 4 millions d'exemplaires et qui croule désormais sous les dons, mais dont la nouvelle "Une" ne m'emballe pas, car "Mahomet" ne pardonne pas si l'on en croit ses soldats.

 La liberté d'expression ayant été si massivement soutenue,( est-ce bien la liberté d'expression ou la sécurité des personnes sur une planète qui a peur ?) nous publions le texte du général qui fait entendre une voix différente. A chacun de se faire sa propre idée sur la question et mettons en pratique dès aujourd'hui cette fameuse liberté de s'exprimer même quand on ne partage pas les mêmes idées.

                   

Permettez-moi donc d'attirer votre attention sur certains aspects de cette affaire qui me semble faire perdre la tête à  beaucoup.

-Ces journalistes et particulièrement ces dessinateurs ne respectaient rien, rien sauf ce qu'on leur disait de respecter.  Ainsi, jamais de leur part une caricature ridiculisant la shoah, les Noirs (ou autres races non blanches), la démocratie, les handicapés les homosexuels, etc.

-Leurs attaques, et ce depuis trente ans pour certains (j'ai des souvenirs précis), n'ont porté que contre les « valeurs bourgeoises » qu'en bons trotskistes pour une bonne proportion d'entre eux, ils « combattaient ». Ils n'ont donc cessé d'attaquer l'Eglise catholique, ses prêtres, ses fidèles et plus grave (très récemment encore) ce qu'elle a de plus sacré comme la Nativité. Souvenez-vous aussi du dessin des deux prêtres en train  de se sodomiser à  l'occasion des numéros sur la « manif pour tous» et j'en passe.

-De leur part  en revanche, un silence de mort (au sens propre), des dizaines d'années durant, à  propos des crimes du communisme et de la post décolonisation etc. Pendant des années, de trop nombreuses années, rien contre l'islam, dont le message intrinsèquement violent (lisez certaines sourates comme la 4e, la 5e, la 9e par exemple) était systématiquement occulté.

Je pourrais continuer ainsi longtemps pour vous dire que ces personnages ne sont pas les espèces de saints laïcs que l'on est en train de nous ériger en exemple.

Il est cependant tout aussi évident qu'ils ne méritaient pas d'être lâchement assassinés comme ils le furent ! Il nous faut donc prier pour le repos de leur âme, du moins si l'on croit en Dieu, ce qui n'était pas leur cas mais n'a jamais empêché ce dernier d'exister.                 

L'attaque dont ils ont été la victime est une attaque contre l'Occident en tant que tel et non « en soi» contre la démocratie ou les « valeurs de la République», qu'au demeurant ceux qui en parlent sont incapables de définir sans tomber dans d'insolubles contradictions (nous pourrions en parler longuement).

Comme je l'ai écrit dans un papier qui a eu malgré moi un grand retentissement, il faut se poser la question des amalgames et se demander combien de chrétiens Chaldéens ou Syriaques se sont fait sauter dans des mosquées d'Irak. La réponse est : aucun. Et ce pour une raison simple et irréfragable : aucun chrétien ne peut s'appuyer sur un texte religieux prônant la violence, car il n'y en a pas. C'est le contraire dans l'islam.

Autrement dit (et j'en parlais récemment avec l'aumônier musulman de la 198e session, qui en était fort embarrassé, s'il exista ou s'il existe des chrétiens violents et criminels, ce fut MALGRE les textes sacrés du christianisme. A contrario nous savons qu'il existe des dizaines de millions de musulmans pacifiques, et ce MALGRE une partie des textes sacrés de l'islam, dont les hadiths, qui sont encore plus violents que le Coran.

Tant que cette question n'aura pas été réglée, on sera dans le « choc des civilisations», qui dure depuis 1400 ans mais est nié précisément par tous les amis de « Charlie». Et cette question ne sera pas résolue car seuls les musulmans le pourraient, si elle l'était. Or ils ne la résoudront pas car ils ne le peuvent pas. Rappelons-nous en effet la définition (musulmane) du Coran : (je cite) « Le verbe incréé de Dieu transmis au Prophète Mahomet par l'ange Gabriel». Ceci veut dire que l'on ne peut pas en changer une virgule et, plus outre en islam sunnite (90% des musulmans), la recherche théologique s'est arrêtée au XIe siècle avec ce que l'on appelle « lâiIjtihad ».

Telles sont les données du problème.

Par conséquent tous ceux qui parlent d'un « aggiornamento» de l'Islam ne le connaissent pas ou sont des « idiots utiles», comme le disait Lénine.

                   
Quant à  moi donc, et vous l'aurez compris, pour de multiples raisons je ne serai jamais « Charlie» et pense que cet horrible attentat n'est que le début de la guerre intérieure qui ravagera ce qui reste de notre civilisation. Je suis d'autant plus pessimiste sur la suite des évènements que nos « élites politiques » refusent de voir le problème dans ses racines. Ignorance ou complicité ? Je l'ignore. Bêtise, peut-être, car cette invasion islamique de l'Occident est leur “œuvre consciente depuis cinquante ans.

Terminons sur une petite remarque : Zemmour a subi les foudres des censeurs pour avoir attiré l'attention de nos concitoyens, entre autres sur ce problème. Il a été chassé de chaines de TV et de radio. Je n'ai pas entendu dire que les « défenseurs de la liberté d'expression» de Charlie Hebdo et d'autres « grandes consciences» aient pris sa défense ! Cela montre le degré de leur honnêteté intellectuelle.

Et puis, posons-nous la question : si les tueurs avaient attaqué « Minute» ou  Présent», aurions-nous eu droit à ces déclarations fustigeant « une attaque au coeur de la République» ?

Non, bien sûr, et vous le savez !

J'ai en revanche souvenir de cette voix ministérielle déclarant à  la fin de la semaine dernière : « Zemmour ne dénonce pas un problème, c'est LUI le problème».

Mes amis, ne pensez-vous pas qu'il y a là matière à réflexion ?

Pour le moins ?

  Vous avez, tous, toute mon estime.

Votre « dictateur émérite» (mais fidèle à lui-même) ALB

 

 Tamurt Info: Votre lien avec la Kabylie

Cela se passe au quartier Belouizdad d’Alger


Des Algérois fêtent l’attentat contre le siège de Charlie Hebdo


Cela s’est passé hier soir, devant une mosquée de quartier Belouizdad, à Alger. Des cris de joie, « Allah Ouakbar », « Charlie est mort », « A bat la France et les juifs », …sont autant de slogans qui ont été exprimés à tue-tête par des fidèles, juste après la fin de la prière de soir.

« On était vraiment stupéfait. La plupart des personnes qui fréquentent cette mosquée ont exprimé leur joie et ont salué les deux terroristes qui ont, selon leurs dires, vengé leur prophète Mohammed », nous a déclaré un commerçant d’Alger qui a pris attache avec notre rédaction.

D’autres échos qui émanent d’Alger annonce la même chose dans le quartier Beb El Oued. Au lieu dit « Djemaa Lihoud », des dizaines de jeunes ont même dansé pour fêter l’attaque de Paris contre « les mécréants ». « Il est à signaler que la plupart des Kabyles qui vivent à Alger ont condamné avec fermeté cette attaque », nous a précisé notre interlocuteur. Ce dernier a ajouté que les services de sécurité ne sont pas intervenus pour mettre fin a ces scènes de joie des algérois.

Saïd F.

Hommage de Tamurt info à Charlie Hebdo
Merci Cabu, merci Charb...

Par Lyazid Abid

Nous admirons votre courage et nous embrassons votre amour de la liberté.
Pour notre rédaction, vous êtes des étoiles que nous ne cesserons d’admirer.

 

 

 Du Québec le Huffington post :

 Lettre au monde musulman

 

Cher monde musulman, je suis un de tes fils éloignés qui te regarde du dehors et de loin - de ce pays de France où tant de tes enfants vivent aujourd'hui. Je te regarde avec mes yeux sévères de philosophe nourri depuis son enfance par le taçawwuf (soufisme) et par la pensée occidentale. Je te regarde donc à partir de ma position de barzakh, d'isthme entre les deux mers de l'Orient et de l'Occident!

Et qu'est-ce que je vois ? Qu'est-ce que je vois mieux que d'autres sans doute parce que justement je te regarde de loin, avec le recul de la distance ? Je te vois toi, dans un état de misère et de souffrance qui me rend infiniment triste, mais qui rend encore plus sévère mon jugement de philosophe ! Car je te vois en train d'enfanter un monstre qui prétend se nommer État islamique et auquel certains préfèrent donner un nom de démon : DAESH. Mais le pire est que je te vois te perdre - perdre ton temps et ton honneur - dans le refus de reconnaître que ce monstre est né de toi, de tes errances, de tes contradictions, de ton écartèlement interminable entre passé et présent, de ton incapacité trop durable à trouver ta place dans la civilisation humaine.

Que dis-tu en effet face à ce monstre ? Quel est ton unique discours ? Tu cries « Ce n'est pas moi ! », « Ce n'est pas l'islam ! ». Tu refuses que les crimes de ce monstre soient commis en ton nom (hashtag #NotInMyName). Tu t'indignes devant une telle monstruosité, tu t'insurges aussi que le monstre usurpe ton identité, et bien sûr tu as raison de le faire. Il est indispensable qu'à la face du monde tu proclames ainsi, haut et fort, que l'islam dénonce la barbarie. Mais c'est tout à fait insuffisant ! Car tu te réfugies dans le réflexe de l'autodéfense sans assumer aussi, et surtout, la responsabilité de l'autocritique. Tu te contentes de t'indigner, alors que ce moment historique aurait été une si formidable occasion de te remettre en question ! Et comme d'habitude, tu accuses au lieu de prendre ta propre responsabilité : « Arrêtez, vous les occidentaux, et vous tous les ennemis de l'islam de nous associer à ce monstre ! Le terrorisme, ce n'est pas l'islam, le vrai islam, le bon islam qui ne veut pas dire la guerre, mais la paix! »

J'entends ce cri de révolte qui monte en toi, ô mon cher monde musulman, et je le comprends. Oui tu as raison, comme chacune des autres grandes inspirations sacrées du monde l'islam a créé tout au long de son histoire de la Beauté, de la Justice, du Sens, du Bien, et il a puissamment éclairé l'être humain sur le chemin du mystère de l'existence... Je me bats ici en Occident, dans chacun de mes livres, pour que cette sagesse de l'islam et de toutes les religions ne soit pas oubliée ni méprisée ! Mais de ma position lointaine, je vois aussi autre chose - que tu ne sais pas voir ou que tu ne veux pas voir... Et cela m'inspire une question, LA grande question : pourquoi ce monstre t'a-t-il volé ton visage ? Pourquoi ce monstre ignoble a-t-il choisi ton visage et pas un autre ? Pourquoi a-t-il pris le masque de l'islam et pas un autre masque ? C'est qu'en réalité derrière cette image du monstre se cache un immense problème, que tu ne sembles pas prêt à regarder en face. Il le faut bien pourtant, il faut que tu en aies le courage.

Ce problème est celui des racines du mal. D'où viennent les crimes de ce soi-disant « État islamique » ? Je vais te le dire, mon ami. Et cela ne va pas te faire plaisir, mais c'est mon devoir de philosophe. Les racines de ce mal qui te vole aujourd'hui ton visage sont en toi-même, le monstre est sorti de ton propre ventre, le cancer est dans ton propre corps. Et de ton ventre malade, il sortira dans le futur autant de nouveaux monstres - pires encore que celui-ci - aussi longtemps que tu refuseras de regarder cette vérité en face, aussi longtemps que tu tarderas à l'admettre et à attaquer enfin cette racine du mal !

Même les intellectuels occidentaux, quand je leur dis cela, ont de la difficulté à le voir : pour la plupart, ils ont tellement oublié ce qu'est la puissance de la religion - en bien et en mal, sur la vie et sur la mort - qu'ils me disent « Non le problème du monde musulman n'est pas l'islam, pas la religion, mais la politique, l'histoire, l'économie, etc. ». Ils vivent dans des sociétés si sécularisées qu'ils ne se souviennent plus du tout que la religion peut être le cœur du réacteur d'une civilisation humaine ! Et que l'avenir de l'humanité passera demain non pas seulement par la résolution de la crise financière et économique, mais de façon bien plus essentielle par la résolution de la crise spirituelle sans précédent que traverse notre humanité toute entière ! Saurons-nous tous nous rassembler, à l'échelle de la planète, pour affronter ce défi fondamental ? La nature spirituelle de l'homme a horreur du vide, et si elle ne trouve rien de nouveau pour le remplir elle le fera demain avec des religions toujours plus inadaptées au présent - et qui comme l'islam actuellement se mettront alors à produire des monstres.

Je vois en toi, ô monde musulman, des forces immenses prêtes à se lever pour contribuer à cet effort mondial de trouver une vie spirituelle pour le XXIe siècle ! Il y a en toi en effet, malgré la gravité de ta maladie, malgré l'étendue des ombres d'obscurantisme qui veulent te recouvrir tout entier, une multitude extraordinaire de femmes et d'hommes qui sont prêts à réformer l'islam, à réinventer son génie au-delà de ses formes historiques et à participer ainsi au renouvellement complet du rapport que l'humanité entretenait jusque-là avec ses dieux ! C'est à tous ceux-là, musulmans et non musulmans qui rêvent ensemble de révolution spirituelle, que je me suis adressé dans mes livres ! Pour leur donner, avec mes mots de philosophe, confiance en ce qu'entrevoit leur espérance!

 

Opinion

Les crimes commis contre CHARLIE HEBDO et contre l’épicerie juive m’ont inspiré le plus total dégout, la révolte la plus spontanée.

Amère satisfaction d'avoir eu raison trop tôt, ce qui me surprend c’est que ces crimes n’aient été commis qu’aujourd’hui alors que comme la plupart des pieds noirs je les prévoyais depuis l’indépendance de l’Algérie. Tout simplement parce que nous n’avons jamais véritablement contrôlé nos frontières, parce que nous nous sommes laissés submerger par la lie déferlant de tous les horizons, parce que nous avons tout permis au nom d’un angélisme bêlant, des « DROIDLOME » et d’imbéciles qui ont connu leur heure de gloire avec un slogan empoisonné « Enrichissons nous de nos différences ».

Ainsi avons-nous entendu notre Marseillaise sifflée et insultée par des voyous, et avons-nous vu la photo de notre drapeau utilisé comme papier hygiénique ! Des esthètes, de brillants cerveaux, ont cru pouvoir alors affirmer qu'il ne fallait surtout pas s'arrêter au premier degré de ces espiègleries mais en rechercher pour mieux le comprendre, le sens profond...

La lâcheté, la veulerie, se travestit comme elle le peut !

Je serais curieux de mesurer, dans les motivations qui ont fait marcher les manifestants dimanche, la part du patriotisme, celle de l’esprit de résistance, et celle surtout de la gigantesque et monumentale trouille qui s’est répandue sur l’hexagone à mesure que les tueurs vidaient leurs chargeurs…

La France a trop longtemps choisi les solutions de facilité. Elle a nié les évidences et s’est appliquée à conspuer ceux qui ont osé tenter de la mettre en garde contre ses aveuglements. Les pieds-noirs qui venaient de payer le prix fort, ont été de ceux là et je faisais mes premières armes en journalisme à Marseille dans un quotidien qui pour avoir dénoncé les impostures, les lâchetés et les crimes commis au nom de la « PAIX EN ALGERIE », ne comptait plus les procès qui lui étaient intentés –notamment pas l’Etat – et les ligues pacifistes prétendument vertueuses.

Mais nous étions bien loin, alors, de l’attachement à la liberté d’expression soudainement « très  tendance » aujourd’hui…

A croire que peu de manifestants qui ont marché ce dernier dimanche, se souviennent de ce qu'a dit VOLTAIRE bien avant François Hollande.  

Jean-Paul Péréa

 

Conseil politique du Tahoeraa chaud,chaud hier soir. Nous reviendrons dans notre édito demain matin sur les temps forts de ce conseil politique où Gaston Flosse a mis les points sur les i et les barre sur les T dans un règlement de compte qui n'élude rien et où l'accusé devient accusateur sans l'humour de  Charlie !

 

 

Evacuation médicale aux Marquises pour la flottille 25F.

 Samedi 10 janvier en fin d’après-midi, l’officier de permanence « opérations » des FAPF est sollicité par le centre hospitalier du Taaone pour fournir un moyen aérien militaire en vue d’une évacuation médicale. Il s’agit d’un patient âgé, sur l’île de Nuku Hiva (archipel des Marquises), qui présente tous les signes d’un début d’infarctus.

Le déclenchement de l’opération est initié à 17h11. L’équipage d’alerte « Rescue Alfa » de la 25F prépare le vol et rappelle les équipes techniques chargées de mettre l’avion en configuration pour ce vol afin notamment d’y installer une civière et du matériel médical.

L’avion embarque également une équipe du SAMU, constituée d’un médecin et d’un infirmier. En moins de deux heures, le Gardian n°77 est « airborne », cap sur les Marquises, distantes de 1400km.

L’approche sur Nuku Hiva a lieu peu avant 21h00. Les conditions météo sont bonnes, malgré des sautes de vent en courte finale qui compliquent l’atterrissage de nuit. L’équipage, aguerri à ce type de situation, connaît bien le terrain de Nuku Hiva, aérodrome fréquemment utilisé par les Gardian pour leurs missions de surveillance maritime ou de secours en mer dans la zone des Marquises.

L’ambulance arrive au pied de l’avion. L’équipe médicale prend le temps d’effectuer un bilan médical et le Gardian redécolle à 21h51. A l’arrivée à Papeete, vers 23h45, les jours du patient ne semblent plus en danger; il est pris en charge au pied de l’avion par le SAMU et transféré vers le centre hospitalier du Taaone.

Grâce aux capacités de transport spécifiques dont elles disposent, les Forces armées en Polynésie française contribuent efficacement aux opérations de secours d’urgence, qui font partie de leurs principales missions.

En 2014 plus de 100 opérations ont été menées par les FAPF. Ce sont autant de personnes secourues.

 

 

 

 

La ministre du Travail et du dialogue social visite les entreprises d’acconage


La ministre du Travail et du dialogue social, Tea Frogier, s’est rendue, lundi, sur le Port de Papeete, en compagnie de la directrice du travail, Lovina Joussin, et de l’inspectrice du travail, Julie Elicegui, afin de prendre la pleine mesure des spécificités inhérentes aux métiers de la manutention portuaire.

Cette visite fait suite à diverses rencontres avec les responsables des entreprises d’acconage et leurs personnels, à l’occasion desquelles l’attention de la ministre a été attirée sur les variations importantes auxquelles cette activité est confrontée en raison notamment de l'irrégularité des mouvements des navires, qu’elle soit imputable à l'imprévisibilité des conditions climatiques ou à la nature des cargaisons et au caractère variable de certains trafics.

Les responsables des entreprises d’acconage et leurs personnels ont par ailleurs mis cette visite à profit pour sensibiliser la ministre aux problèmes de sécurité auxquels ils sont confrontés du fait de l’étroitesse de la zone.
 

Un schéma directeur des formations concerté pour assurer la cohérence de l’offre de formations en Polynésie française

 



La ministre de l’Education, Nicole Sanquer-Fareata, a reçu, mardi matin, la ministre du Travail et du dialogue social, Tea Frogier, ainsi que le président de l’Université de la Polynésie française, Eric Conte, et les différents représentants du Vice-rectorat, du MEDEF, de la CGPME et du monde du travail.

Comment assurer la cohérence de l’offre de formations en Polynésie française ? Telle est la question posée à ce comité technique chargé d’élaborer un schéma directeur des formations.

Le système scolaire doit définir et réguler chaque année sa carte des formations pour que les élèves choisissent une orientation en toute connaissance de cause. Cependant, la carte des formations du système scolaire doit être en adéquation constante avec l’enseignement universitaire postBac, avec le monde du travail et de l’emploi, ainsi qu’avec la formation professionnelle. C'est la raison pour laquelle il est nécessaire pour le Pays de définir ses intentions à moyen et à long terme.

Ainsi, le schéma directeur des formations a pour but de donner les orientations stratégiques de manière prospective afin de définir l'articulation de la réalisation des principaux objectifs que se fixe le Pays dans le temps grâce à un tableau de bord.

La réunion du comité technique de ce jour a permis de définir la méthodologie de travail, ainsi que l’échéancier qui permettront d’élaborer un schéma directeur concerté et cohérent.

 

                   

Les écoutes aux domiciles des GIPconcernant la disparition de JPK définitivement annulées mais les charges, elles,ne le sont pas.

Le contrôle judiciaire de Gaston Flosse lui interdisant toute relation avec l'Assemblée et la présidence, doit être examiné ce matin par la chambre de l'instruction.

Le tribunal foncier en bonne voie de réalisation avec, en attendant, deux nouveaux juges pour les affaires de terre . I700 dossiers sonten souffrance et le premier président dela cour d'appel Régis Vouaux-Massel se donne trois ans pour résorber l'accumulation des dossiers en souffrance. Et ajoutons, "ce ne sera pas une partie de plaisir !!!"

Notons également que la délinquance progresse,les faits de violence aussi, selon le procureur de la République José Thorel interrogé pa Polynésie première hie soir.

Mais quand on entend l'animatrice de quartier de Tefaaroa à Arue dire : " Les jeunes réclament un emploi et une maison de jeunesse".Pour la maison de jeunesse, la mairie peut s'en occuper mais "ils réclament " un emploi, le mot est de trop. Il ne suffit pas de réclamer pour obtenir, il faut faire en sorte de s'améliorer et d'apprendre  avec les soutiens proposés. Ils sont nombreux.

Lundi 12 janvier 2015

Edito

Oui mais....

 Mobilisation sans précédent, "la plus grande jamais recensée en France"a eu lieu dimanche à Paris et en province, en hommage aux 17 victimes des attentats de ces derniers jours. La France, mais aussi le monde entier, a été touchée en plein cœur par la tuerie perpétrée dans les locaux de Charlie Hebdo mais aussi par les attentats qui ont suivi, faisant 17 victimes au total en trois jours.   François Hollande certes a prouvé qu'il avait une dimension présidentielle, ses discours étaient bien préparés, les mots justes mais après ? La France aidée des pays européens va-t-elle trouver les commanditaires de ces meurtres et trouver les vrais coupables au-delà de ces trois individus qui ont vidé leurs chargeurs sur la rédaction de Charlie hebdo ? Quel pays arme les terroristes islamiques ? Tout le monde le sait, mais ils ont défilé sans honte, pour la liberté alors que quelques jours auparavant un jeune internaute venait d'être condamné à dix ans de prison et mille coups de fouets pour avoir osé critiquer légèrement le pouvoir. Pendant que les riches Qataris défilaient pour la liberté  il en recevait cent.

 Aucun reproche ne peut être fait à la police, aux gendarmes et sans doute aussi à nos services secrets sinon que suivre des terroristes n'est sans doute pas suffisant. Mais où sont les vrais coupables. Ceux qui n'ont de cesse de dire " qu'il ne faut pas d'amalgame" et que de plus en plus de gentils musulmans basculent dans le fanatisme islamiste en imposant parfois  aux journalistes la modération sur leurs propos de la charia. Ce qui est la fin de la liberté justement. Thierry Desjardins a dit hier " Certes et Dieu merci les six ou sept millions de Musulmans qui vivent en France ne sont pas tous des terroristes mais.... tous les terroristes sont des Musulmans !""Le Djihad, c'est la guerre contre les infidèles et cela fait parie de l'islam" a poursuivi le journaliste.

 Aujourd’hui, toutes nos grandes villes, personne ne dira le contraire, sont cernées par ces zones de non-droit, ces ghettos d’immigrés musulmans où règnent en maitres absolus à la fois des caïds de la drogue et des imams adorateurs et propagateurs d’al Qaïda et de l’Etat islamique.
Nous avons dit et répété, ici-même, comme beaucoup d'annalistes, que ce XXIème siècle dépassant les prévisions de Malraux sera inévitablement marqué par une nouvelle guerre mondiale et qu’à travers la planète toute entière, ces Islamistes revanchards s’apprêtent à déclencher contre l’Occident, le capitalisme, la chrétienté, les infidèles, une vraie guerre de conquête contre nous. D'où d'ailleurs ce rassemblement politique œcuménique dimanche.
 Les vrais coupables du drame d’aujourd’hui et de tous les drames à venir sont ceux qui continuent à nous affirmer que l’Islam est « une religion d’amour et de fraternité », « ouverte à tous les autres » et qui peut parfaitement « s’adapter à la démocratie » dans le cadre d’un Islam « à la française » C’est faux. L’Islam veut dominer le monde, éradiquer les autres religions et les autres cultures et sera sans pitié le jour venu. Ce qui ne nous empêche pas de penser que ceux qui ont manifesté leur douleur dimanche étaient sincères. Mais ce ne sont pas les plus nombreux et il ne suffit pas d'être des millions pour provoquer le chaos, quelques uns suffisent. Tous les Allemands n'étaient pas favorables aux nazis mais...

J'ai moi aussi perdu la volonté de plaire depuis un certain jeudi noir et encore moins à sourire à celui ou à celui qui  manipule l'information ou l'éloge pas cher. Vive la liberté de penser, la loyauté et à bas la trahison.

 

Confirmation :

Plus d'une cinquantaine d'actes antimusulmans en France depuis l'attentat à "Charlie Hebdo"

La communauté musulmane s'inquiète des "amalgames" entre l'islam et les terroristes. 

Plus d'une cinquantaine d'actes antimusulmans ont été dénombrés en France depuis l'attentat à Charlie Hebdo, annonce lundi 12 janvier, le Conseil français du culte musulman (CFCM).

Selon le président de l'Observatoire contre l'islamophobie du CFCM, citant des chiffres du ministère de l'Intérieur, il y a eu 21 actions (tirs, grenades lancées...) et 33 menaces (lettres, insultes, etc.). Ce décompte ne concerne pas Paris et sa petite couronne, et ne comprend pas le début d'incendie survenu dimanche soir sur le site de la mosquée en construction de Poitiers, a précisé le responsable musulman, qui se dit "scandalisé" par ces chiffres, "du jamais-vu" en moins d'une semaine. (FRANCE-TV INFO)

 

 Courrier

Près de 5 heures debout dans une folie totale que tu as du voir à la télévision. Des images admirables mais sur place, je t'avoue qu'à certains moments j'en ai eu les larmes aux yeux...et j'étais épuisé (je n'ai plus 20 ans)

Tu as raison, en écrivnant qu'on a vu défilé des chefs d'état pas très reluisants sur le plan de la liberté de la presse. Il y avait même de véritables canailles. Le casting n'était pas à la hauteur mais le peuple était là. Je suis rentré chez moi, près de Rambouillet, sans difficulté car les transports étaient gratuits.Pas simple quand même.

Il reste une question que beaucoup se posent et ont posé : et maintenant qu'est-ce que l'on fait de cet élan!

Ma crainte est que l'on noie le poisson dans une dialectique à la Hollande : ni oui, ni non, on va réfléchir... comme toujours!

Tu remarqueras que les 4 victimes juives de l'Hyper Cachère seront inhumés en.. Israël, pas en France.

D'après un journal italien, la prochaine cible serait le Vatican!. Le propre du fanatisme est qu'il est...fanatique donc fou et  imprévisible Georges

 

Un nouveau directeur général à l'OPT mardi ou mercredi ?

Grandes manœuvres à l'OPT. Quatre candidats en lice pour le poste de directeur général que Marc Chapman remplaçait depuis que Benjamin Teihotu, l'ancien DG avait été placé, allez disons le, sur une voie de garage en tout bien tout honneur. Ces cinq candidats : Nicolas Weimann, Christophe Berg, Carole Raoux, Mareva Troadec et Jean François Martin sont passés par une pré-sélection . Trois d'entre-eux furent sélectionnés : Christophe Berg, Mareva Troadec et Jean François Martin.  Mais il n'en reste qu'un bien sûr. et c'est Jean François Martin qui semble le favori des favoris pour être nommé DG de l'OPT très prochainement. Il semble rassembler sur son nom les qualités requises pour faire tourner cette énorme boite et décliner les orientations au-travers des différents et nombreux services de l'OPT, que lui donnera le président du Conseil d'administration, En l'occurrence Marc Chapman.

Cette nomination sera-t-elle annoncée lors du séminaire à l'Intercontinental mardi après midi sachant que le président Edouard Fritch sera présent ou lors du conseil des ministres . Mystère ? On ne nous dit pas tout !!!!

 

Demain à 13h30 conférence de presse à l'hôpital du Taaone informe Marc Levy président du syndicat des hospitaliers avec les représentants de toutes les organisations syndicales de l'hôpital.

-          TE RIMA NO TE EA affilié à A TIA I MUA

-          OTAHI

-          SAPH affilié à CSIP

-          SPCHDT affilié à CSTP/FO

-          SPHPF – Praticiens du CHPF

-          IHO TAATA TUMU affilié à O OE TO OE RIMA

 

  Le gouvernement de la Polynésie française a décidé de diminuer le budget du centre hospitalier de la Polynésie française (CHPF) de 600 millions de francs pour l’année 2015.  

 Depuis l’entrée dans le nouvel hôpital du Taaone en 2010, le financement du budget du CHPF par la caisse de prévoyance sociale (CPS) a autant diminué que le nombre de patients hospitalisés a augmenté.

L’augmentation imprévue des dépenses exceptionnelles entrainées par les épidémies des virus Zika en 2013 et Chikungunya en 2014 n’a pas modérée cette politique de restriction budgétaire.  

Le CHPF a dû s’adapter à ces restrictions budgétaires en gelant une partie de ces investissements et en faisant travailler le personnel au-delà des obligations réglementaires.

Les investissements nécessaires au bon fonctionnement du CHPF ne pourront pas être réalisés, ce qui mettra en péril les capacités de prise en charge des patients au CHPF.

 Les organisations syndicales représentatives du personnel du CHPF se mobilisent pour dénoncer cette diminution du budget qui a été imposée sans aucune concertation, et veulent alerter sur les conséquences préjudiciables à la qualité et à l’offre de soins.

La conférence de presse présentera :

- L’évolution du financement du CHPF

- L’évolution du nombre de patients soignés et le développement de nouvelles activités au CHPF

- Les besoins en investissements pour l’équipement médical, technique, et informatique

- Des témoignages des professionnels du CHPF sur les répercussions au quotidien des restrictions budgétaires du CHPF
 

62e Journée Mondiale des Lépreux

Pourquoi et comment continuer à lutter contre le bacille de la lèpre,bombe à dispersion lente et différée ?

Quête nationale de l’Ordre de Malte France les 23,24,25 janvier 2015

 

 

 

Dimanche 11 janvier 2015

 

   Taote Pascal Szym humanitaire en Afrique : "Encore un petit effort et je serai Jason Bourne !"

 

    

 

traduction : La religion c'est comme un pénis.

 C'est bien d'en avoir un, c'est bien d'en être fier, cependant, ne le sortez pas en public, ne le poussez pas sur des enfants, n'écrivez pas des lois avec, ne pensez pas avec.....

 

Elsa Cayat est la seule femme à avoir été tuée dans l'attaque contre la rédaction de «Charlie Hebdo», mercredi. Psychiatre et psychanalyste brillante, elle publiait une chronique dans l'hebdomadaire.
 Elle sondait les âmes et prônait la tolérance et la liberté. Elsa Cayat, psychiatre et psychanalyste de 54 ans, est la seule femme assassinée dans les locaux «Charlie Hebdo». Elle était mariée et avait une fille de 20 ans

 

Minute de silence dans les écoles polynésiennes

En concertation avec le Président du Pays, Edouard Fritch, la ministre de l'Education, Nicole Sanquer-Fareata, invite les écoles et les établissements scolaires de Polynésie française à observer une minute de silence en mémoire des victimes des attentats des derniers jours à Paris ce mercredi 14 janvier à 8h45. La minute de silence sera notamment observée au collège du Taaone, à Pirae, en présence des autorités du Pays.

 

Un rassemblement exemplaire, zéro faute au nivau du déroulement de cette énorme manif historique pour la liberté. Et ce n'est pas rien.

 Le seul bémol relevé par Médiapart c'est "le bal des affreux" :François Hollande a choisi de défiler dimanche au côté d'Ali Bongo, de Viktor Orban, du Premier ministre turc, des ministres russes, algériens, égyptiens ou encore des Émirats arabes unis. Une galerie d’affreux en tous genres, ennemis de la liberté de la presse. ( Nous avions seulement relevé l'émir du Qatar mais Mediapart vient d'habiller François Hollande pour l'hiver !!!)

 

3,3 MILLIONS DE PERSONNES POUR UNE MARCHE HISTORIQUE CONTRE LE TERRORISME ET LE FANATISME ISLAMIQUE. Du jamais vu....

Le Qatar qui arme les terroristes islamistes avait été invité par François Hollande. Il était en tête du cortège, de même que le président turc dont le laxisme avec les fanatiques guerriers n'est pas une légende. Curieux tout de même quand on bombarde le Qatar de "Club Med du terrorisme"  et que le Daily telegraph affirme "que le Qatar dit combattre l'extrémisme en rejoignant t la coalition contre l'Etat islamique alors que, différents rapports sur le terrorisme du département d'Etat américain montrent que des Qataris financent, avec l'aval de l'émirat, le mouvement djihadiste en Irak et en Syrie."

Marseille est Charlie

 

La France n'a pas droit à l'erreur dans cette marche historique qui va rassembler une cinquantaine de grands responsables du monde entier pour la liberté et des centaines de milliers de personnes dans les grandes villes de France dont 700.000 ont déja manifesté leur  solidarité avec les drames vécus par Paris  à Toulon entre le carnage de Charlie hebdo et les otages massacrés toujours par des fanatiques islamistes dans un magasin casher.. Des milliers de policiers en tenue ou en civil, un parcours bien balisé, le gouvernement sait qu'il ne peut commettre aucune faute. Mais tout est toujours possible...même l'impensable

 

iLS L'ONT FAIT, chapeau ! ET NOUS ?

Julia Gillard - Australia

Les musulmans qui veulent vivre sous la charia islamique ont  été

> priés de quitter l'Australie Le gouvernement a ciblé les radicaux dans le but de parer les  attaques terroristes potentielles.

>  Par ailleurs, Mme Gillard a irrité certains musulmans australiens  en

> déclarant mercredi qu'elle soutenait les agences d'espionnage qui surveillent les mosquées présentes sur le sol de la nation.

>  Citation :

>  « LES IMMIGRANTS, DOIVENT S'ADAPTER. C'est à prendre ou à laisser.

> Je suis fatiguée que cette nation s'inquiète de savoir si nous offensons certains individus ou leur culture...

>  Notre Culture, s'est développée depuis plus de deux siècles après tant de luttes, d'épreuves et de victoires par des millions d'hommes et de femmes qui ont recherché la liberté.

> Nous parlons l'anglais et non pas l'espagnol, le libanais, l'arabe, le chinois, le japonais, le russe ou autre langage.

Donc, si vous voulez faire partie de notre société, APPRENEZ NOTRE LANGUE !!

>  La plupart des australiens croient en Dieu. Il n'est pas question ici

> de "droit chrétien" ou d' une quelconque pression politique, c'est un FAIT parce que les chrétiens hommes et femmes, avec leurs principes Chrétiens ont fondé cette nation  Il est parfaitement approprié de les afficher sur les murs de nos écoles !

>  Dieu vous offense? Je vous suggère alors d'envisager une autre partie du monde pour y vivre, car Dieu fait partie de notre culture.

>  Nous acceptons vos croyances sans vous poser de questions.

>  Tout ce que nous vous demandons, c'est de respecter les nôtres, de vivre pacifiquement et en harmonie avec nous.

>  Ceci est NOTRE PAYS, NOTRE TERRE, et NOTRE STYLE DE VIE et nous vous donnons l'occasion d'en profiter. 

> Mais à partir du moment ou vous vous mettez à vous plaindre, à gémir et à ronchonner à propos de notre drapeau, notre engagement, nos croyances chrétiennes ou notre style de vie, je vous encourage fortement à profiter d'une autre grande liberté Australienne :

>  "LE DROIT DE PARTIR "

 

Commentaire :

L’immensité des foules qui dénoncent la haine et les assassins, le nombre des chefs d’Etats et de gouvernements qui ont spontanément rejoint Paris pour se mêler aux braves gens qui ne veulent tout simplement rien de plus que vivre en paix, nous donnent un spectacle sans précédent et réconfortant après les heures de cauchemar que nous avons connues.

La réaction est à la mesure de l’émotion soulevée par les crimes commis et par la démonstration que la France est menacée par un ennemi cagoulé susceptible de frapper à tout instant, n’importe où.

Car la menace subsiste à l’heure même où les manifestants commencent à rentrer chez eux. Cette menace reste gravissime parce que la France et les Français ne durcissent pas autant qu’il le faudrait leurs dispositifs de sécurité, n’élargissent pas leur vigilance, ne font pas respecter leurs lois, n’imposent pas leur volonté.

Comment expliquer que des failles énormes ont été mises en évidence dans la surveillance d’individus connus comme dangereux, alors que nous sommes depuis des années appliqués à la mise en œuvre d’un plan VIGIPIRATE que l’on nous dit trop fréquemment « renforcé » ?... Il a donc tant de faiblesses ?...

Nous avons manifesté massivement, nous avons adopté le style « Charlie Hebdo » pour imaginer des slogans et faire des dessins. Bon.

Que faisons-nous ce lundi, au lendemain de cette euphorie républicaine, démocratique, solidaire et fraternelle ?...

Je ne veux pas être rabat-joie : je suis seulement réaliste, lucide, pragmatique. Donc je ne suis toujours pas confiant en ce gouvernement dont les incapacités restent affligeantes et je doute de la réelle détermination des Français à se réformer pour combattre ceux qui leur ont déclaré la guerre.

Car la guerre est commencée ! Jean-PaulP.

 

Voeu du député JP Tuaiva ( voeu raccourci compte tenu de l'actualité)

Je forme le voeu que l'année 2015 soit propice à une relance économique créatrice de richesse pour chacun.

Place à une Polynésie de l’initiative et responsable !

Place à une Polynésie entreprenante, qui veut donner du travail à ses enfants !

Place à une Polynésie unie et solidaire !

Ceux sont là les voeux simplement exprimés que je vous adresse pour cette nouvelle année.

Ia Ora i te matahiti api.

Mauruuruu.

Jean-Paul TUAIVA  député de la Polynésie française

 

 

 

Samedi 10 janvier2015

Chirac à Hollande : "la République est juste et doit être implacable"

Ce matin en me réveillant ma première pensée a été : « Quelle gueule les assassins de Charlie ont fait lorsqu’ils se sont rendus compte que le coup des mille vierges au paradis, c’est du pipeau ! » JD

 

Edito

L'humour et la dérision ne font pas partie de l'Islam

Les peuples de la planète ont reçu un terrible coup de pied au c.. l avec le carnage de Charlie Hebdo, un peu comme la secousse juste impensable à l'époque du drame américain causé par les kamikazes du World Trade Center en 2001. Au début, pour Charlie, nous avons cru à un spam. Et puis la douloureuse évidence nous a frappés méchamment. Depuis ce triste jour devenu historique, la presse au nom de sa liberté a ouvert ses dithyrambes comme des parapluies multicolores pour les " Charlies". Louanges méritées, talent du coup de crayon plus explicite qu'un long édito, ils avaient des entrelacs aux nœuds subtils et évidents , cruels pour ceux auxquels ils étaient destinés dans un humour incompris. L'humour et la dérision ne font pas partie de l'islam et pas toujours de nos sociétés. Ils ont pris de terribles risques dans un mélange de marivaudage politique et sociologique virevoltant, sans haine. Ils savaient avec brio épingler les défauts d’une religion ou d'une société dans le but d'en faire sourire ou de pénétrer les consciences. Ils en sont morts et d'autres avec eux. Mais nos sociétés, en bloc, d'un bout à l'autre de la terre refusent de se laisser intimider par le crime. Refuse de se laisser ligoter par la peur et l'effet boomerang vient bousculer les bataillons des salafistes, fanatiques assassins. Ils gouvernent l'islam, posent des bombes, décapitent, massacrent ou commettent des crimes " d'honneur" comme celui de Charlie hebdo. Ils prennent aussi parois le contrôle des mosquées. Ils prêchent la lapidation et la pendaison des homosexuels et des victimes des viols !!!!! En vérité,la réalité, brutale et quantifiable est que la majorité pacifique des islamistes est étrangère et se terre. Sauf peut-être aujourd'hui. Et il n'est que temps pour eux de réagir aussi avant que la fin de leur monde ne commence ou ne se poursuive.

Dimanche François Hollande marchera aux côtés de Nicolas Sarkozy, d'Angela Merkel et bien d'autres européens y compris des musulmans. Une réponse extraordinaire imparable, grâce malheureusement à la mort de nos Charlies et à la guerre déclarée aux valeurs de l'occident, dont la liberté d'écrire, de penser, d'analyser, de se moquer et de dessiner. Les secrets et les ombres dévoilés de nos sociétés contrairement à ceux qui font une guerre de religion à la hauteur de celles du Moyen-Âge, n'ont pas à plaire ou déplaire. Nous sommes chez nous en Occident, qu'ils restent chez eux et continuent à martyriser leurs femmes et leurs enfants jusqu'à ce que ces derniers se révoltent aussi. Comme nous l’avons fait en d'autres temps au cours de notre propre histoire. Nos écrits ne sont pas des balles pouvant modifier le comportement  d'une religion d'un autre temps comme au Qatar

Alors enfoncer des portes ouvertes, dénoncer la cruauté n'ont jamais changé les hommes... surtout lorsqu'ils sont fanatisés par ceux qui profitent de leur crédulité.

 

Jacques Chirac ne participera pas, dimanche, à la marche parisienne en hommage aux victimes du terrorisme en raison de son état de santé.

Toutefois, lors d'un entretien jeudi avec François Hollande, l'ancien président a affirmé : "la République est juste mais elle doit être également implacable face aux assassins qui souillent ses valeurs et cherchent à dresser les Français les uns contre les autres."
 

 

Point de vue :

Je vis toujours près de Rambouillet (où je suis très heureux) et demain, avec des amis, nous allons participer au grand rassemblement à Paris. Mais je crains que cela ne serve à rien.vous en parliez souvent et qu'aucune décision radicale sera prise pour protéger des intérêts qui nous dépasse et surtout pour que nous ne puissions pas être accusés de "discrimination"; Hier, porte de Vincennes, il y a avait des badauds femmes musulmanes avec leur foulard sur  la tête et autour du visage. Les foulards ont été violemment arrachés...Cela promet pour l'avenir.

Moi qui suis né à Paris j'ai appris à marcher, tout petit, dans le jardin des Buttes Chaumont...aujourd'hui c'est devenu le quartier général des Djihadistes

Vous avez remarqué, une fois de plus, que les trois terroristes étaient connus des services de renseignements français...personne n'a levé la petit doigt à temps en tous cas.. A pleurer..G...

 

:  "A Tahiti , nous ne sommes pas toujours au top de la démocratie et blanc comme neige ..un  témoignage de plus pour la défense de nos libertés fondamentales n’est pas inutile :  je suis CHARLIE et même CHARLIE –GAULE  car notre Pays , la France , berceau de nos valeurs républicaines et démocratiques ,  est attaquée en premier .  Après le massacre de CHARLIE HEBDO,  en Polynésie  Française ,  des milliers  de nouveaux CHARLIE  viennent de se mobiliser,  spontanément , pour défendre ces valeurs …c’est super bien .

En 1992  déjà , à l’initiative de quelques CHARLIE  ,  une manifestation rassemblait dans les rues de Papeete ,  des centaines de citoyens pour défendre des valeurs républicaines ( marche pour la moralisation de la vie publique)..  l’année suivante , en 1993 , CHARLIE HEBDO , déjà provocateur , apportait ses  encouragements et son  soutien au tout jeune hebdomadaire satirique L’ECHO de TAHITI NUI créé par ces mêmes CHARLIE  de l’année précédente .. toujours au nom de la liberté d’expression … c’était pas mal non plus .

N’en déplaise aux obscurantistes , détracteurs féroces hier de cette presse et soudain plus conciliants ,  CHARLIE HEBDO, après cet attentat,  n’est pas abattu et va rayonner plus que jamais dans les esprits . . De même L’ECHO DE TAHITI NUI, trop dérangeant  a ,  lui aussi , été  attaqué  :  pas de morts , mais de gros dégâts matériels .  Contrainte de fermer après seulement deux ans d’existence , cette  nouvelle presse n’a ,  pas plus que CHARLIE HEBDO ,  disparu : Elle fait partie de notre histoire ..ses éditions sont conservées précieusement aux archives officielles ..Qui a oublié  la révélation de ces dessinateurs surdoués ,  aujourd’hui disparus ?.  Qui a innové avec  ces spectaculaires ventes à la criée , jamais abandonnées depuis ? qui prétend ne plus se souvenir de ces pages rédigées en tahitien ? qui a fait mieux ?  et , quel honnête citoyen a souffert de ses parutions ? "Bernard M.

 

 

Vendredi 9 janvier 2015

 

Les forces de police et de gendarmerie qui subissent de lourdes pertes méritent tout notre  respect pour le travail dangereux qu'ils ont choisi de faire. Ce n'est plus un métier c'est un sacerdoce que la protection des français dans cette période de guerre sur le sol national.

 

 

Edito

ILS SONT MORTS....

"La Terreur ne viendra pas" a écrit le président américain lors de sa visite impromptue à l'ambassade de France à Washington. Menace terroriste qui vise tout l'occident un groupe en Syrie lance le jihad sur les capitales occidentales.. Reste que ce drame commence à poser des questions. Comment ces français d'origine algérienne si bien organisés ont-ils laissé en plan leur voiture avec en plus une carte d'identité de l'un des assassins bien en vue ? Et puis aujourd'hui c'est le cauchemar. l'engrenage des fous et des prises d'otages. Voici ce que nous pouvons dire de cette nouvelle journée sans précédent pendant laquelle les deux frères assassins ont été tués.  mais d'autres malheureux aussi.

 

bulletLes deux preneurs d'otages de Dammartin (Chérif et Saïd Kouachi) ont été tués. Le preneur d'otages de la porte de Vincennes, identifié par nos sources comme Amedy Coulibaly, a aussi été tué. Amedy Coulibaly était également le principal suspect de la fusillade de Montrouge, jeudi matin.
bulletCertains otages ont pu être évacués à la porte de Vincennes mais "plusieurs ont été tués", selon nos sources. On ignore combien. Au moins un membre des forces de l'ordre a été blessé.

Ce que nous ne savons pas encore :

bulletCombien d'otages ont été tués à la porte de Vincennes.
bulletS'il y avait un(e) autre preneur d'otages.
bulletQuel est le sort de l'otage à Dammartin-sur-Goële (77).

Communiqué de presse de Nicolas Sarkozy

Les services de police et de gendarmerie sont parvenus à identifier puis à localiser les auteurs de l’attentat terroriste contre le journal Charlie Hebdo ainsi que le tueur de Montrouge et de la Porte de Vincennes.

La Nation est une nouvelle fois endeuillée par la mort de plusieurs de nos compatriotes. Mes pensées se tournent vers les victimes et les blessés de ces attentats barbares ainsi que leurs familles. Je tiens également à apporter tout mon soutien à la communauté juive de France une nouvelle fois durement éprouvée.

Je forme des voeux pour les fonctionnaires de police et le militaire de la gendarmerie blessés dans l’intervention.

Je tiens à rendre hommage à l’engagement, au professionnalisme et au courage de nos policiers et de nos gendarmes qui font aujourd’hui la fierté et l’honneur de notre pays.

La guerre a été déclarée à la France, à ses institutions, à la République par des barbares qui nient l’idée même de civilisation et les valeurs universelles de l’humanisme.

Cette situation tragique appelle chacun de nous au respect de l’unité nationale que nous devons aux victimes.

La France doit se montrer forte et ferme pour garantir la sécurité de nos compatriotes, le respect de notre mode de vie et notre capacité à assurer à chacun la liberté de dire ce qu’il pense.

Nicolas SARKOZY

Union pour un Mouvement Populaire Service de presse 238, rue de Vaugirard – TSA 41557 – 75901 Paris Cedex 15 – Tél : 01 40 76 61 57 / 01 40 76 60 19 – Mail : servicedepresse@u-m-p.org

 

Le PS a eu tort d'interdire au FN de participer à la grande manifestation républicaine. Une faute politique.

 

Visite aux Australes du gouvernement

SAMEDI 10 JANVIER : TUBUAI

DIMANCHE 11 JANVIER : TUBUAI

Réunion avec le conseil municipal à la mairie de Mataura

-
Quai de Mataura : - point sur l’état d’avancement des travaux de déroctage
- projet de station container de la société Total
- passe à la marina de Mataura

- Projet de construction d’un mur de protection à la mairie de Mataura

Suite des visites

- Ecole maternelle de Mataura (projet de construction d’une nouvelle école maternelle)

- Collège de Mataura (suite des travaux de construction de nouveaux locaux)

- Salle omnisports Frederic Flores


- Visite de la route de l’ancien domaine agricole SDT

- Centre d’enfouissement technique

- Site du CET : point sur l’état d’avancement des travaux
- Site de la scierie Tubuai Bois : point sur le développement de la filière bois


16h05

Départ de la délégation pour Tahiti par le vol VT 921 (escale à Raivavae)




« Réaction des Sénateurs Teura Iriti et Vincent DUBOIS suite à l’attentat de Charlie Hebdo et aux évènements qui ont suivi »

Suite à l’attentat perpétré dans les locaux du Journal Charlie Hebdo, le 7 janvier dernier, nos premières pensées vont vers les familles et proches des victimes, pour leur exprimer tout notre soutien et notre compassion dans l’épreuve terrible qu’elles traversent.
Face à cet attentat ignoble, l’ensemble du peuple polynésien a su montrer sa cohésion et son unité, en condamnant unanimement et fermement cette tragédie, et en affirmant sa solidarité avec les victimes de Charlie Hebdo, ainsi que son attachement indéfectible à la liberté d’expression.
Face à cet acte odieux, c’est l’ensemble de la Nation qui est émue et choquée, et nul ne peut demeurer insensible ni inactif.
Le cœur fondamental de notre Démocratie, la liberté d’expression, a été attaqué par des individus dénués de toute morale et de tout honneur.
Aujourd’hui, face à la terreur, la France entière est Charlie.
Mais nos pensées vont également envers ces policiers et gendarmes, femmes et hommes, qui ont été blessés ou sont décédés dans l’exercice de leurs fonctions, alors qu’ils s’efforçaient de protéger nos concitoyens et de défendre nos libertés.
Nous pensons à leurs conjoints, à leurs enfants, à leurs familles.
Nous souhaitons leur témoigner toute notre reconnaissance pour le travail difficile qu’ils exercent au quotidien, travail souvent dangereux mettant en péril leur intégrité physique, et hélas parfois leur vie…
Les évènements de ces trois derniers jours, notamment avec la tuerie de Montrouge puis la prise d’otages d’une épicerie Casher à la Porte de Vincennes au cours de laquelle quatre autres innocents ont été tués, démontrent la fragilité de nos Libertés, qu’il s’agisse de la Liberté d’expression ou de la Liberté de religion.
Face à cette barbarie, la République unie doit s’ériger, et il nous appartiendra, en tant qu’élus, de renforcer si nécessaire l’arsenal législatif et juridique pour protéger encore davantage nos concitoyens, afin de sauvegarder nos libertés et les valeurs de la République.

Teura IRITI Vincent DUBOIS






A Tahiti la vie  poursuit son rythme. Loin des drames et du tumulte qui ont si profondément touché la population/

 

 

     Amendements sur la nouvelle organisation territoriale de la République :                                        dialogue serein et constructif avec l’Etat

  

Conformément aux engagements pris par le Premier ministre lors de sa rencontre en octobre dernier avec le président Edouard Fritch, Matignon vient de confirmer qu’il donnera un avis favorable aux amendements au projet de loi sur la « nouvelle organisation territoriale de la République ».

 Ces amendements ont été déposés au Sénat par le sénateur Vincent Dubois afin de repousser à 2024 les obligations pour les communes en matière de fourniture d’eau potable, d’assainissement et de traitement des déchets.

 Le président Edouard Fritch se réjouit de la persistance du dialogue serein et constructif entre la Polynésie française et l’Etat qui a conduit à prendre en compte les préoccupations des communes polynésiennes, lesquelles seront ainsi mieux armées pour faire face à leurs obligations environnementales.

 Le texte de loi viendra en discussion au Sénat, à partir du 15 janvier, avant d’être transmis à l’Assemblée nationale.

     

 

 Jeudi 8 janvier 2015

Une traque intense d'une ampleur exceptionnelle se joue en ce moment dans la forêt de l'Aisne.  Les forces spéciales disposent de moyens permettant la recherche de source de chaleur. Cette forêt de 12 hectares est jalonnée de grottes où l'on peut facilement se cacher. Oui mais...

"

 Le journal Charlie Hebdo sortira mercredi prochain et sera tiré à un million d'exemplaires", a déclaré à l'AFP son avocat, Me Richard Malka, contre 60.000 habituellement. 

Comme moi, achetez-le, pour que ce journal puisse continuer à vivre et prouver aux assassins qu'ils n'arriveront pas à tuer nos valeurs.

      Je suis CHARLIE

A la Réunion une lectrice s'insurge contre le journal local :

Ça vous va bien de parler de liberté d' expression !!!!!
Vous avez peur de publier un courrier qui parle de la charia et de l'esclavage des femmes et des petites filles.
N Dubarry

 

 

 A Sydney photo Sylvie Jullien Para (créaprint)

 

Edito

Les "Charlies" se lèvent...

L'Occident révolté, l'Occident blessé, mais l'Occident debout ne se laissera pas abattre par le carnage de chez Charlie Hebdo dont nous avons souvent reproduit les "une" .

Comment ne peut-on pas avoir l'envie de faire payer leur crime aux assassins ? Après tout, nous ne sommes pas des bénédictins, nous sommes tout juste humains avec nos faiblesses et nos défauts et notre épaisse vengeance en toile de fond. Ceux qui ont combattu les crimes odieux des nazis, le savent bien.

Ce n'est pas la liberté de la presse dont les journalistes ont plein la bouche, alors que certains d'entre-eux dénient à d'autres, le droit de penser différemment et surtout d'écrire ce qu'ils pensent. Ce sont aussi ceux-là qui sont les premiers d'ailleurs à s'écrier au viol de la liberté d'expression. Non c'est la liberté de rire, la liberté du "non tabou" et de se moquer des grands de ce monde qui a été assassinée hier. Geste cruel et définitif d'une tranquille sauvagerie que les " fous de dieu" paieront bientôt, "Allah Akbar".

 Crime, lâche, inutile et si cruel puisque  "Charlie vivra", la relève montre déjà le bout de son nez et rend un hommage puissant aux douze morts du journal satirique Le rire et l'humour quoique en dise Mahomet ne mourront pas. Jamais. Ni en France, ni dans le monde. Ces "fous" ont perdu la bataille en voulant ôter la vie à Charlie mais des "Charlies" la France et le monde n'en manquent pas. Ils n'ont pas de vrais passé évidemment comme ceux qui sont partis, mais ils ont un avenir plein de promesses. La relève est plus vivace que jamais et le prouvera aux assassins. C'est déjà fait ! En abattant ceux que nous connaissions bien les Charb, Cabu, Wolinski et Tignous , ils viennent de donner vie à dix autres. Ainsi soit-il...

 

Déclaration solennelle de l’UMP

 

Notre Nation est meurtrie et endeuillée par l'ignoble et sanglant attentat terroriste perpétré dans les locaux du journal Charlie Hebdo.

Il s’agit d’une guerre déclarée non seulement à la République et à la démocratie mais à la civilisation. Nous avons le devoir de nous défendre avec la plus grande détermination.

Nous appelons tous les Français à présenter un front uni face au terrorisme djihadiste.

Il faut que tous ceux qui sont attachés aux valeurs de notre civilisation, quels que soient leurs choix partisans, s'unissent face à la barbarie.

Aucun compromis n’est tolérable sur notre mode de vie, sur nos traditions, sur la liberté d’expression, sur la liberté de la presse, sur la liberté de caricaturer. Aucune justification du terrorisme djihadiste et de son idéologie barbare ne saurait être tolérée.

Face à l’évolution de la menace, notre Nation doit augmenter son niveau de vigilance et faire évoluer le dispositif de protection des Français, vers davantage d’efficacité et de fermeté.

L’UMP soutiendra toutes les initiatives du gouvernement qui iront dans cette direction. Dans ces heures tragiques, l’impératif d'unité nationale s’impose.

Dans cet esprit, l’UMP appelle tous ceux qui se reconnaissent dans ses valeurs à manifester dimanche prochain dans un climat de recueillement et de dignité. Ce rassemblement exprimera la demande de fermeté de tous les Républicains. La France donnera ainsi d’elle-même l’image d’une Nation déterminée et sereine.

 

Le Vice-Président Nuihau Laurey représentait le Pays, ce midi, au Haut-commissariat, lors de la minute de silence en hommage aux victimes de l’attentat contre Charlie hebdo.

 

Au même moment, une minute de silence a aussi été observée ce jour par le personnel de la Présidence. Les drapeaux de la Présidence et des services du Pays sont également en berne.

 

 

Voici quelques "unes"

  

 

 

 

"Ce n’est pas la bataille d’Israël, mais votre bataille, c’est la bataille de la France, parce que c’est la même bataille, s’ils réussissent ici, et si Israël est critiqué et pas les terroristes  et bien si nous ne sommes pas solidaires, cette peste du terrorisme viendra chez vous. C’est une question de temps, elle viendra en France. Si vous n’êtes pas solidaire d’Israël, maintenant, et bien cette tyrannie, ce terrorisme, vous [la France] les connaîtrez aussi."Netanyahou

 

Au canada aussi comme partout dans les démocraties

 

 

 

 

 

Mercredi 7 janvier 2015

 

Dernière heure : Chérif et Said Kouachi, 32 et 34 ans, sont soupçonnés d'avoir attaqué le siège de l'hebdomadaire selon France info.

Deux frères, dont un est un jihadiste connu des services antiterroristes, sont activement recherchés par la police, jeudi 8 janvier. La police a, par ailleurs, placé en garde à vue un troisième homme au lendemain de la tuerie de Charlie Hebdo.

• Un avis de recherche avec photos. La police a diffusé dans la nuit de mercredi à jeudi les photos de Chérif et Said Kouachi, 32 et 34 ans. Chérif Kouachi avait été condamné en 2008 pour avoir participé à une filière d'envoi de combattants en Irak.
• Un homme s'est rendu à la police de Charleville-Mézières (Ardennes). Il s'est rendu "après avoir vu que son nom circulait sur les réseaux sociaux", a expliqué à l'AFP une source proche du dossier. L'agence de presse a a annoncé qu'il s'agissait du plus jeune des trois hommes recherchés.
• Des opérations d'envergure ont été menées mercredi soir à Reims (Marne) et Charleville-Mézières. Elles impliquaient des policiers d'élite du Raid. D'après une source proche du dossier, il s'agissait avant tout de "perquisitions et de vérifications" de lieux rattachés aux suspects.

 

Selon nos informations, les individus recherchés par la police après l'attentat survenu ce mercredi matin dans les locaux de Charlie Hebdo ont été identifiés.

Leurs noms, prénoms et dates de naissance sont aux mains de la police. Ce mercredi soir, quelques heures après la terrible attaque contre le journal Charlie Hebdo, les identités de trois suspects étaient connues des forces de l'ordre. 

Il s'agirait de trois hommes âgés de 18, 32 et 34 ans. Les deux trentenaires, de nationalité française, sont des frères nés dans le 10e arrondissement de Paris. Ils se prénomment Saïd et Chérif K.. La nationalité du plus jeune, Hamyd M., SDF, n'est pas encore connue. 

L'enquête s'oriente vers Reims

Actuellement, des perquisitions sont menées à Reims. Des forces spéciales du RAID ont été envoyées là-bas. Selon la presse locale, le quartier Croix-Rouge a été totalement bouclé et des hélicoptères de la police survolent la zone.

L'un des assaillants présumés, Chérif K., serait déjà bien connu des services de police. Il avait été jugé en 2005 pour avoir fait partie d'une filière d'envoi de djihadistes en Irak, surnommée "la filière irakienne du 19e arrondissement de Paris". Avec une dizaine de comparses, il aurait incité une dizaine de jeunes à partir combattre en Irak entre 2003 et 2005. Il avait été interpellé en 2005, au moment où il s'apprêtait lui-même à partir en Irak. À l'époque, il se justifiait devant la présidente du tribunal en ces termes : "Plus le départ approchait, plus je voulais revenir en arrière. Mais si je me dégonflais, je risquais de passer pour un lâche". Il avait été condamné à trois ans de prison, dont dix-huit mois avec sursis

 

A Papeete

Le Point

Carnage à "Charlie Hebdo"

Les plus grands noms des dessinateurs humoristiques du journal satirique sont morts : Charb, Cabu, Wolinski et Tignous. Mais pas seulement...

Il y a de quoi, encore une fois être révolté par cet acte de guerre ignoble causé par des fondamentalistes islamiques. On a beau nous dire que l'islam est une religion de paix quand on voit ce que l'on voit (décapitations multiples par le sabre), qu'on entend ce que l'on entend (tue celui qui n'est pas de ta religion) et que l'on sait ce que l'on sait, on est persuadé que le côté mauvais des musulmans extrémistes, prend le dessus sur les bonnes paroles. La liberté de la presse est touchée aujourd'hui en plein cœur dans un acte terroriste que François Hollande et ses ministres devront assumer.

Christophe Deloire, directeur général de Reporters sans frontières (RSF), évoque une "atteinte contre la démocratie" et la liberté d'expression. L'attentat de mercredi est le plus meurtrier commis en France depuis 1978. Peu après la fusillade sanglante, le hashtag #Jesuischarlie est apparu sur Twitter. Il est utilisé par des milliers d'internautes qui appellent au rassemblement.

 

 

 

 

Une "Une" prémonitoire de Charlie Hebdo

Le Point

La 179 fusillade à Charlie Hebdo, qui a fait 12 morts, dont 2 policiers, et 8 blessés, dont 4 "en situation d'urgence absolue", a été commise par "trois criminels" a précisé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, tandis que Manuel Valls est arrivé sur place. Selon nos informations, le journaliste et dessinateur Charb, directeur de la publication, ainsi que les dessinateurs Cabu, Wolinski et Tignous ont été tués. Le journaliste Bernard Maris est lui aussi décédé et Philippe Lançon figurerait parmi les blessés graves. 

Le journal a été touché le jour de sa conférence de rédaction hebdomadaire, qui a lieu chaque mercredi matin avec tous les journalistes. À 15 heures, une vingtaine de véhicules de secours étaient toujours présents devant les locaux, ce qui pourrait indiquer que toutes les victimes n'ont pas encore pu être prises en charge. Un appel à témoins a été lancé par la police judiciaire et un numéro vert a été activé : 08.05.02.17.17.

La DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) et la section antiterroriste (SAT) de la préfecture de Paris recherchent activement les auteurs en Seine-Saint-Denis. Les hommes armés ont changé de véhicule place du Colonel-Fabien, non loin du siège de Charlie Hebdo. Les policiers auraient perdu leur trace porte de Pantin (à la sortie de Paris), où ils ont percuté un piéton, selon BFM TV. Une source policière craint qu'ils ne fassent demi-tour et se dirigent vers les Champs-Élysées.

Jointe par téléphone par l'Huma, alors qu'elle était encore sur les lieux de la fusillade, en état de choc, la dessinatrice Corinne Rey dite "Coco" témoigne : "J'étais allée chercher ma fille à la garderie, en arrivant devant la porte de l'immeuble du journal, deux hommes cagoulés et armés nous ont brutalement menacées. Ils voulaient entrer, monter. J'ai tapé le code. Ils ont tiré sur Wolinski, Cabu... Ça a duré cinq minutes... Je m'étais réfugiée sous un bureau... Ils parlaient parfaitement le français... Se revendiquaient d'al-Qaïda." 

>> Lire également "Des corps qui sont à terre, des mares de sang, des blessés très graves" 

"Vers 11 h 30, deux hommes armés d'une kalachnikov et d'un lance-roquettes ont fait irruption au siège de Charlie Hebdo dans le 11e arrondissement de Paris. Un échange de coups de feu a eu lieu avec les forces de l'ordre", a expliqué une source policière à l'Agence France-Presse. Le commando aurait commencé à tirer dans le hall, puis serait monté dans les étages. Selon l'agence Reuters, une trentaine de coups de feu ont été tirés. 

 

Sur France Info, un témoin évoque la présence de "deux hommes qui auraient lancé : On va venger le prophète". Une vidéo laisse clairement entendre le cri "Allah Akbar". François Hollande a évoqué sur place mercredi matin un "attentat terroriste". "Nous punirons les agresseurs", a déclaré le chef de l'État.

>> Lire aussi les réactions politiques à l'attentat

Les locaux du journal satirique, situés derrière le boulevard Richard-Lenoir, faisaient depuis l'objet d'une protection policière. Depuis février 2006 et la première affaire des caricatures de Mahomet,Charlie Hebdo a été à plusieurs reprises la cible de menaces. L'un des deux policiers abattus faisait partie du service de protection du rédacteur en chef de l'hebdo. Le second était rattaché au commissariat du 11e arrondissement. L'un des deux policiers assassiné, âgé de 42 ans, se prénommait Ahmed.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve est rapidement arrivé sur place, ainsi que la maire de Paris, Anne Hidalgo, et le président de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon. Matignon a annoncé le relèvement du plan Vigipirate au niveau "alerte attentats", le niveau le plus élevé, dans toute l'Ile-de-France. "Organes de presse, grands magasins, lieux de culte et transports" ont été placés sous "protection renforcée", précisent les services du Premier ministre. Les sorties scolaires à Paris et les activités en dehors des établissements sont suspendues jusqu'à nouvel ordre, a indiqué mercredi le rectorat. Le Premier ministre Manuel Valls a "activé" mercredi en début d'après-midi la cellule interministérielle de crise du gouvernement.

 

Courrier :

Voilà, c'est la guerre. Et ce n'est que le début. L'horreur chez nous...prendre le métro c'est plonger dans un autre monde...il y a des centaines de types prêts à tuer qui se baladent en France. Que faire?
Ainsi va ce putain de
monde!
Georges

 

Chère Christine,
Malgré la sinistre actualité du jour, laquelle ne porte pas à l’optimisme, je t’adresse d’abord mes meilleurs vœux. Il en est un qui est certes superflu mais que je formule tout de même car il m’est cher : conserve ce beau courage que tu as manifesté dans toute ta carrière, celui de dire vrai ! Nous ne t’en louerons ni ne t’en remercierons jamais trop.
La liberté de penser et d’en faire usage vient de subir une agression atroce. Mais ceux-là même qui pourfendaient courageusement l’extrémisme islamiste donnaient à l’ordinaire dans la bien pensance quant à l’Islam lui-même. Leurs cibles préférées étaient Zemmour et Houellebecq.
Ton édito et ses annexes témoignent que tu ne te laisses pas impressionner par la véritable police des esprits qu’une certaine gauche médiatique, en relai avec nos gouvernants et une certaine justice, est parvenue à imposer aux Français. Aujourd’hui des fanatiques tentent d’assassiner la liberté d’expression mais ce n’est pas d’aujourd’hui qu’on l’étouffe.
C’est contre cette euthanasie que, comme toi, je me révolte. Là est le vrai combat. Il y a une marge entre appeler à la haine et critiquer une religion. L’amalgame auquel se livrent les « institutionnels » est un attentat contre la démocratie véritable et une faute morale qui mérite condamnation.
Ce n’est pas pour rien que Houellebecq a titré son livre « Soumission » car c’est la traduction du mot : « Islam ». Soumission des « Croyants » à la parole d’Allah ? Ou plutôt soumission des Français à un « politiquement correct » qui les châtre et leur ôte jusqu’à la capacité de secréter les anti corps nécessaires à la survie identitaire de la France.
A toi bien affectueusement,

Jean-Jacques ( ce n'est pas le mien mais je l'aime beaucoup !!!)

 

Attentat contre Charlie Hebdo : le Pays condamne un acte odieux

Le président de la Polynésie française et l’ensemble du gouvernement expriment toute leur compassion à l’égard des douze victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo et condamnent cet acte odieux.

Ces meurtres de journalistes et de policiers constituent des attaques au fondement même de la liberté et de la démocratie, comme le sont tous les attentats commis au nom du sectarisme.

Ils doivent nous inciter, tous, à rester vigilants et fermes dans la défense de nos valeurs républicaines.

Le gouvernement de la Polynésie française souscrit pleinement à l’appel d’unité nationale lancé par le président de la République et exprime toute sa solidarité et son soutien à l’Etat dans sa lutte déterminée contre les fanatismes et le terrorisme, sur le territoire national, comme sur la scène internationale.


Minute de silence en hommage aux victimes de l’attentat perpétré à Paris

Le jeudi 8 janvier 2015 sera jour de deuil national afin de rendre hommage aux victimes de l’attentat commis à Paris le 7 janvier 2015, conformément à un décret de ce jour du Président de la République.

Une minute de silence sera organisée demain, jeudi 8 janvier, à midi, dans l’ensemble des services de l’Etat. Et les drapeaux seront en berne dans la République française.


 

Commentaire :

Une fois encore les Ali Badou et compagnie en prennent un coup dans leur virginité religieuse. Si les juifs ou les Chrétiens se gavaient de telles atrocités ce serait l'hallali. Aujourd'hui, la liberté d'expression est morte avec les humoristes fauchés d'un seul coup de kalachnikov par des malades mentaux pétris de haine. Jésus a enseigné l'amour, Mahomet si l'on se base sur le Coran, la haine. Car ce sont des malades comme les prêtres de notre inquisition l'ont été dans une même volonté de cruauté que l'on retrouve chez les nazis, les japonais pendant la guerre et bien d'autres. Les esprits de ces gens là sont pollués gravement et les mots, rien que des mots du gouvernement ne seront pas suffisants pour calmer la presse atteinte en plein cœur. Mais aussi tous les hommes et les femmes qui chérissent une liberté d'expression conquise de haute lutte

L'islam comme l' écrit Arthur Schopenhauer (1788-1860) a ,c'est la polygamie, la séquestration des femmes, l'absence de toute vie publique.

Alexis de Tocqueville "1805- 1859 " J'ai beaucoup étudié le Coran, je vous avoue que je suis sorti de cette étude avec la conviction qu'il y avait eu dans le monde, à tout prendre, peu de religions aussi funestes aux hommes et aux femmes que celle de Mahomet. Elle est à mon sens la principale cause de la décadence aujourd'hui si visible du monde musulman qui n'est pas un progrès.

Alfred de Vigny "1707-1863 " L'islam, cette religion monstrueuse a pour toute raison son ignorance, pour toute persuasion sa violence et sa tyrannie, pour tout miracle ses armes qui font trembler le monde et rétablissent par force l'empire de Satan dans tout l'univers.

Etc...etc... tous les grands esprits des siècles passés et d'aujourd'hui sont unanimes et se rejoignent.

 

Attentat contre Charlie Hebdo

L’Assemblée de la Polynésie française condamne un acte barbare

Le président de l’Assemblée de la Polynésie française, Marcel Tuihani, et l’ensemble des élus de l’Assemblée expriment leur vive émotion après le lâche attentat dont a été victime le journal Charlie Hebdo. Dans cet attentat, 12 personnes sont mortes, abattues froidement en plein cœur de Paris, journalistes et policiers, et 8 sont blessées dont plusieurs sont entre la vie et la mort.

Absolument rien ne peut justifier une atteinte aussi grave à la liberté d’expression et de pensée qui fonde notre démocratie. L’Assemblée et à travers elle, la Polynésie toute entière, gagnées par l’émotion, condamnent avec la plus grande fermeté cet acte barbare et assurent les familles des victimes et leurs proches de leur compassion.

Le président de l’Assemblée de la Polynésie française apporte son total soutien au Président de la République, garant des libertés républicaines, dont il partage le message d’unité, afin que les services de l’État appréhendent rapidement les auteurs de cet attentat. Il invite également l’opinion publique à ne pas tomber dans le piège des amalgames faciles et dangereux.

 

 

Voeux de Teura IRITI Sénatrice de la Polynésie française

 

Présidente du groupe Tahoeraa Huiraatira à l'Assemblée de la Polynésie française

L'année 2014 vient de s'achever tandis que s'ouvrent les portes de 2015 dont je souhaite qu'elle soit une année pleine de joies où l'amitié, l'amour et la prospérité s'invitent dans vos foyers.

En cette période de voeux, mes pensées les plus chaleureuses s'adressent à ceux qui souffrent ou rencontrent des difficultés au plan de leur santé, de leur famille ou de leur activité professionnelle.

C'est l'attention que nous leur portons, qui marque la solidarité et la fraternité de notre fenua que j'ai l'honneur de défendre comme sénatrice de la Polynésie française à Paris et comme responsable du groupe Tahoeraa Huiraatira au sein de notre Assemblée à Papeete.

Je forme en effet des voeux pour que la confiance retrouvée en 2013 et 2014 de reconstruire ensemble, sous la conduite du président du Tahoeraa, soit renouvelée et décuplée, par notre gouvernement soutenue par l'ensemble de notre majorité, au service du bien commun.

2015 sera l'occasion de poursuivre et d'accélérer les réformes économiques et sociales pour tenir les engagements pris devant la population afin de refonder une Polynésie plus juste, qui protège les plus démunis et améliore la vie des familles, aujourd'hui, tout en préparant l'avenir de nos enfants.

 


Les points précis abordés dans son discours bilan par le président Fritch

Critiquer comme certains, la poursuite de ce qui a été mis en route par le précédent gouvernement, est d'une stupidité sans nom notamment au niveau des grands projets. Edouard Fritch hier a prouvé qu'il ne balayait pas tout ce qui a été fait d'un seul coup de torchon. Qu'il prenait la suite et en conséquen, le taureau par les cornes. Une preuve de bon sens. Il a par ailleurs annoncé et confirmé le séjour du président de la commission des lois de l'Assemblée nationale le 20 février prochain en compagnie d'une délégation d'élus.

Le gouvernement que je préside a été composé le 16 septembre et la fameuse période des 100 jours arrivait donc à échéance le 25 décembre. Pour ne pas vous mobiliser en ce jour de Noël, nous avons préféré passer les fêtes avant de présenter le bilan du gouvernement.
C’est un exercice un peu particulier puisque ces traditionnels « 100 jours » s’inscrivent généralement dans un bilan de début de mandature.
Or, comme vous le savez, moi-même et les ministres qui composent le gouvernement, nous inscrivons dans la continuité des actions du gouvernement précédent présidé par Gaston Flosse.
Dans ce bilan, il y a donc des points qui n’ont fait que trouver leur concrétisation sous le gouvernement actuel alors qu’ils avaient été engagés précédemment. Ce bilan est indissociablement lié aux actions précédentes, même si, bien sûr, il y a quand même beaucoup de choses à porter à notre crédit.
Nous n’avons pas fait que de couper des rubans comme j’ai pu le lire sous une plume acerbe
Il faut aussi noter que ce bilan s’inscrit également dans le cadre des actions présentées dans le programme du Tahoeraa Huiraatira.

***
En préambule, je dirais que le bilan de ce gouvernement, en premier lieu, c’est aussi sa méthode de gouvernance.
Ma méthode de gouvernance, c’est avant tout la transparence dans les actes, le dialogue, la recherche du consensus le plus large.
Alors, c’est vrai, certains pourront me reprocher de ne pas aller assez vite. Mais il ne faut pas confondre vitesse et précipitation ; ne pas confondre précipitation des annonces pour se retrouver bloqué par la suite, parce que les choses ne se sont pas faites dans les formes.
En second lieu, je voudrais évoquer le renforcement du dialogue avec l’Etat. Certes, ce dialogue avait été renoué depuis 2012 avec l’élection de 3 députés du Tahoeraa et il a perduré depuis le changement de majorité en 2013. Mais je pense qu’il a pris de nouvelles formes depuis 3 mois. Au plus haut sommet de l’Etat, je pense qu’il y a une volonté de travailler ensemble, de manière constructive et sans faux-semblant.
En troisième lieu, je dois dire aussi que le gouvernement et moi-même avons dû prendre le temps de nous informer des dossiers laissés par l’ancien gouvernement. Certes, il y avait des dossiers dont nous avions entendu parler à l’Assemblée, mais ce n’est pas pour autant que nous en avions une connaissance précise.
Je pense notamment à tous les dossiers concernant les investisseurs chinois. J’y reviendrais.
Donc, au cours de ces 100 jours, nous nous sommes attelés à imprimer une nouvelle forme de gouvernance, à conforter nos relations avec notre partenaire naturel qu’est l’Etat, mais aussi avec les communes, et à reprendre les dossiers laissés par l’ancien gouvernement.
Mais bien sûr, nous avons eu nos propres actions.
***
Pour cette conférence de presse, j’ai demandé à chaque ministre de me faire son propre bilan d’actions. Et quand tout a été rassemblé, cela représentait près de 100 pages.
Alors rassurez-vous, je ne vais pas demander à chacun des ministres de vous faire état de l’intégralité de son bilan.
Nous allons vous présenter un bilan assez synthétique et par grandes thématiques. Ce n’est pas un bilan exhaustif puisque nous n’avons pas retenu un grand nombre d’actions sectorielles, effectuées par chaque ministère. Mais il fallait bien faire un choix pour rester dans le domaine généraliste et suffisamment court dans la présentation.
Si vous souhaitiez aller plus avant, je pense que chacun des ministres pourra ultérieurement vous présenter le détail de ses actions.
***
Ce qui a principalement guidé le gouvernement dans ses actions, c’est la relance de l’emploi. Je l’ai déjà dit, les mesures telles que le CAE, pour lesquelles nous avons rajouté, 150 millions au dernier collectif budgétaire pour atteindre 3000 contrats, puis 500 millions de plus aux 3,250 milliards affectés à la politique de l’emploi aidé au budget primitif 2015, ne constituent pas une fin en soi et restent des palliatifs pour répondre à une situation d’urgence.
Ce qui nous guide, c’est l’emploi durable. C’est pourquoi la ministre en charge de l’emploi s’est attelée à la dynamisation des offres et à une politique de formation professionnelle plus performante.
Et c’est aussi pour cette raison que nous agissons au travers de la commande publique, qu’elle vienne du Pays, des communes, ou encore de l’Etat, et principalement en ce qui concerne le BTP.
Pour le Pays, 37,5 milliards de crédits de paiement seront ainsi alloués aux opérations d’investissement l’an prochain, avec une perspective plancher de réalisation de 25 milliards de F (taux de liquidation prévisionnel de 65 %) représentant une augmentation de +25 % par rapport à 2014.

Nous agissons aussi au soutien de l’activité privée, et je pense notamment aux grands projets étrangers, mais aussi aux projets portés par nos investisseurs locaux qui restent très nombreux et marquent la confiance dans l’avenir de notre pays.
***








 

Mardi 6 janvier 2015

Fritch et JCB deux complices

Edito

Le bilan Fritch : relance, transparence, dialogue, recherche du consensus, " Mais rien de concret avant la fin de 2015" pour ce qui est des grands projets.

Peut-être qui sait, la crise et ce gouvernement laisseront-t-ils quelques mensonges ou "on dit" sur le carreau. La Polynésie ne sauvera son statut ébranlé et bientôt toiletté qu'en quittant ses illusions. Le pays "mama" comme "l'Etat mama" n'ont que trop endormi la Polynésie par ses berceuses et ses prises en charge en tous genres. Elle quitte aujourd'hui ses illusions sans avoir peur de la vérité sur des compétences transférées...avec les moyens qui vont avec mais en lançant aussi une pause institutionnelle. Vœu pieux !

 Edouard Fritch n'a plus de ciseaux pour couper les rubans Ou plus de ruban à couper ! Et les " 100 jours" de ce gouvernement se sont inscrits dans la continuité des actions du gouvernement précédent présidé par Gaston Flosse a insisté Edouard Fritch en brandissant sa bible, celle des recommandations du Tahoeraa dont les actions aujourd'hui sont, a-t-il dit " indissociablement lié aux actions précédents même si, bien sûr, il y a quand même beaucoup de choses à porter à notre crédit;"

Alors nouvelle forme de gouvernance que semble apprécier par leur silence, les ministres, sauf celui de la relance et du tourisme directement concerné qui s'est exprimé à plusieurs reprises toujours avec une grande prudence. Nouvelles relations avec l'Etat mais aussi avec les communes et plus de suivi de la formation professionnelle afin qu'elle devienne de plus en plus performante sans compter le soutien apporté à l'activité privée, que le vice président souhaite beaucoup plus dynamique afin que le courage, associé à la confiance, fasse place aux lamentations. Du moins en ce qui concerne les grosses entreprises compte tenu de tous les avantages fiscaux qu'ils ont reçus en cadeaux.

Quant aux investissements étrangers, entendez chinois, ils ne se concrétiseront qu'à la fin de l'année 2015/courant 2016. Au moins ni Edouard Fritch ni le ministre du Tourisme n'ont manié la langue de bois. Le gros projet Mahana Beach avance lentement. C'est un  morceau imposant. Le "groupe 70" initiateur du projet retenu cherche également des investisseurs, le groupe Forbase pense sans doute à s'investir aussi dans cette structure du Mahana Beach. Mais tout cela n'est pas pour demain. Et se joue pas à pas. Sacré job tout de même. Seul le projet aquacole à Hao avance bien. On se souvient qu'il était prévu à Makemo au départ. Suite à des dissensions avec le maire c'est vers Hao que le groupe s'est tourné. Aujourd'hui, il concrétise les accords passés avec les entreprises privées locales. Pause de la première pierre fin janvier. Et puis il y a Atimaono et le groupe Hainan et sa desserte aérienne dont les rotations se feront dans le ciel polynésien en 2016. Edouard Fritch a été très clair.

 En revanche il a annoncé que le Royal Papeete qui appartient au pays serait détruit. Quid à la place. peut-être un parking. Le Hilton qui se dégrade gentiment mais sûrement verra la construction d'une nouvelle structure sous forme d'hôtels. JC Bouissou n'en dira pas plus.

Au niveau de l'environnement il semble que ce soit l'Etat chargé de récolter les amendes aux incivilités de ceux qui ne comprennent pas qu'il s'agit de protéger leur propre pays. Mais la vérité c'est que malgré une loi, aucun des responsables des nuisances n'a été à ce jour verbalisé. Y compris ceux qui jettent leurs sacs poubelles et leurs vieux frigidaires dans les rivières pour que ces décorations viennent s'échouer sur les plages. Un vrai pays touristique, quoi ! Quand on pense qu'aux Etats Unis vous voyez des pancartes "10.000 dollars d'amende si vous jetez un papier" On s'étonne que les bourgades et les avenues soient  d'une propreté rigoureuse. Car là-bas on ne plaisante pas. Quand les fenêtres de la Polynésie vont-elles s'ouvrir pour laisser fuir les mauvaises mouches. On a déjà "le moustique tigre" même que celui là, pour la première fois a cloué au lit Gaston Flosse. Pourtant un dur à cuire...qui s'est fait avoir par un...moustique!

 

Déblocage des dossiers dormants des communes par la DDC

Augmentation de la dotation du FIP

Accord de principe avec l'Etat pour repousser les échéances des compétences obligatoires

Accord du pays pour sa participation financière au contrat de ville 2015-2020

 

Lundi 5 janvier 2015

Edito

Et nous ? Et nous ? Et nous ?

Depuis une dizaine d'années, sans doute plus encore, la Chine se développe, non seulement à l'intérieur de ses frontières mais surtout à l'extérieur. Sur tous les continents. Cet énorme marché, porteur de croissance, va généralement assez vite lorsqu'il a choisi d'investir dans tel ou tel pays. On ne compte plus en France les investissements chinois. C'est ainsi que le gouvernement français a céder récemment près de 50% (49,99%) du capital de l'aéroport de Toulouse au consortium chinois "Symbiose" pour 308 millions d'euros. Bien avant cela le fonds souverain chinois " China Investment Corporation" a pris une participation de 30% dans la branche production de GDF Suez pour un montant de 3 milliards de dollars,. 2,3 millions d'euros) Ce qui permet au groupe français de renforcer par la même occasion sa position en Asie ( actuellement le marché du gaz chinois est équivalent à celui du marché allemand).

La société chinoise Dongfeng est également entrée au capital du constructeur automobile PSA Peugeot Citroën beaucoup plus récemment en mars 2014 alors que cette société connaissait de graves difficultés financières.

Des sociétés chinoises rachètent également certains vignobles français en perte de vitesse, visiblement la France demeure un pays attractif. Le secteur hôtelier avec la prochaine acquisition du Club Med également. Alors que le Club doit fêter prochainement ses 65 ans il devrait incessamment passer sous pavillon chinois. L'équipe Bonomi vient de jeter l'éponge, immédiatement ramassée par le conglomérat Fosun.

Et nous dans tout ça ? À part Hao qui devrait continuer à mettre en place ses infrastructures, on peine à se valoriser, c'est que le marché est étroit, les chambres offertes peu nombreuses. Racheter certains hôtels devient une guerre de tranchée, en construire comme à Atimaono ou encore peut-être un jour le Mahana beach si ces investissements se concrétisent comme nous l'assure jean Christophe Bouissou le ministre du Tourisme et de la relance économique, il faudra au moins compter deux ans pour assister à un lancement de la destination. Ainsi le sort immédiat de notre pays se joue-t-il entre, d'un côté les impatiences populaires, la colère des chômeurs et de l'autre une concertation chinoise qui peine à se décider. C'est qu'il y a tant de choses à faire pour transformer Tahiti en pays touristique. La ville d'abord et ses immeubles vétustes, grisâtres, ses trottoirs où les trous et les chevauchements des plaques de ciment sont aussi nombreux que les vides d'un gruyère. La Polynésie, la vraie, n'est pas à Tahiti et encore moins à Papeete, mais dans les îles. C'est à ce carrefour désormais que le gouvernement attendra son développement touristique dans lequel plus personne ne croit vraiment. Le nom de Tahiti fait briller la Polynésie au-dessus de sa condition véritable. Dans le carré fleuri des pays touristiques, Tahiti semble bien écrasée par une dure réalité transmise par Papeete, une ville qui déçoit tous ceux qui y passent. On ne peut pas la qualifier de lumineuse, de mythique, ou stupéfiante de modernité. Elle n'est même pas cosmopolite.

En ce début d'une année nouvelle dont on nous dit sur tous les tons qu'elle sera touristique, nous invitons le maire à faire un effort pour rendre cette ville… au moins agréable. Pour ses habitants, qui voient leur lieu de travail par le petit bout de leur porte-monnaie ou le gros trou de leur épargne et de la circulation presque anarchique et pour les touristes dont elle est la première vision. Reste à savoir si Michel Buillard est capable d'être un bon manager, d'avoir de l'imagination voire même de demander des conseils à son parrain qui ne vient pas souvent le voir le maire de Nice Christian Estrosi qui lui, sait à la perfection comment il faut s'y prendre . Si Buillard avait du talent et un vif désir de prouver sa valeur et son imagination, pourquoi ne serions-nous pas un petit Nice ?...

  

Attention...danger !Un talon dans le trou et la cheville est cassée

La parole à nos lecteurs

Des incidents d'orientation du courrier se multiplient dans la boite aux lettres dont je suis titulaire sur MANA. Mes réclamations n'ont suscité que des explications touffues et des réglages qui n'ont pas mis un terme aux anomalies périodiquement constatées.
La fiabilité de cette messagerie me paraissant pour le moins douteuse, je demande à chacun, à chacune d'entre vous, de bien vouloir abandonner ma première adresse mail que tous mes amis connaissent dès réception du présent message. 

Merci à vous tous de ne retenir désormais pour communiquer avec moi que l’adresse suivante :

 jean-paul.artimon@laposte.net

 

 

 Appel à candidatures pour un stage de 6 mois au sein de l’OCTA en 2015

Depuis 2012, dans la perspective de renforcer au sein des PTOM (Pays et territoires d’outre-mer) la connaissance des politiques et du fonctionnement des institutions européennes, l’OCTA (Acronyme en Anglais de l’association des Pays et Territoires d’Outre-mer) propose d’accueillir pour 6 mois des stagiaires des PTOM à Bruxelles.

Cette année encore, le recrutement de deux stagiaires, un étudiant et un agent de l'administration des РТОМ, est lancé pour la période de mars 2015 à août 2015, soit une période de six mois.

Ce dispositif n’a jusqu’à présent jamais bénéficié à des Polynésiens, compte tenu de ses contraintes.

Les candidats doivent répondre à trois conditions préalables, à savoir :
1. être au moins titulaire d'un diplôme supérieur de type BAC+3 (licence)
a. ou d'une expérience professionnelle équivalente
b. ou avoir la responsabilité directe de dossiers liés aux relations avec l'Union européenne ;
2. avoir une bonne maîtrise de l'anglais ;
3. être soutenu financièrement par le РТОМ qui présentera leur candidature pendant la durée du stage (prise en charge des frais de voyage et d'une assurance maladie ; versement du salaire et des primes éventuelles).

Les PTOM sont invités à présenter jusqu'à deux candidatures d'ici le mardi 20 janvier 2015. Il convient pour l’heure de consulter les services et organismes privés pour identifier les agents susceptibles de participer au programme de stage de l'OCTA et de vérifier notamment les possibilités de soutenir financièrement les candidats ;

Les candidatures devront être recueillies au plus tard d’ici le vendredi 16 janvier 2015, délai impératif, à la Délégation des Affaires Internationales, Européennes et du Pacifique, à la Présidence.


 

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, accompagné de son gouvernement, présentera mardi à 10h, à la Présidence, le bilan des premières semaines d’action du gouvernement.

 

 

 

Le président Fritch tourne dans les îles à l'instar des tournées du haut commissaire, il va écouter les doléances des maires îliens et assurer de son soutien logistique et matériel les îles visitées. La mission du pays se rendra à Tubuai et Rapa du 7 au 12 janvier prochain.

 

 

Samedi 3 janvier 2015

 

 

 

Depuis le 1er janvier, la Caisse de prévoyance sociale (CPS) a augmenté les taux de cotisation ainsi que les planchers et plafonds mensuels pour la retraite de tranche A et B, l’assurance maladie et le Fond Social de Retraite.

 

 

 

 

Juste pour faire savoir à ceux qui ne le savent pas  que l'ancien président du syndicat des médecins libéraux Pascal Szym, grande gueule mais coeur d'or, fait de l'humanitaire dans les camps touchés par le virus Ebola Il mérite notre admiration. Voilà ce qu'il nous en dit avec son humour habituel :

Je retourne à mes premières amours : les missions sur les terrains chauds.

Après les conflits, les épidémies.

Je suis depuis quelques semaines en Afrique dans une région fortement médiatisée ces derniers mois.Après le chalala, Ebola.Mêmes enjeux ; humains, économiques, sanitaires et sociaux.

Idem Chikungunya : les mêmes désastres à une petite nuance près, Ebola est mortel !

Les malades n'attendent plus un arrêt de travail mais un sésame oh combien précieux : des soins.

Même si quelques grands bureaucrates ou médecins de papiers essayent encore de brasser de l'air, les soignants de terrain , espèce en voie de disparition, pratiquent ici la vraie médecine avec un grand M majuscule.

Pas de vaccins ni de traitement disponibles, mais des mesures simples de bon sens et un peu d'eau de Javel suffisent à freiner la Grande Faucheuse.

Education, prévention, soins : tiercé gagnant dans l'ordre.(...)

 

Dr Pascal Szym

Vendredi 2 janvier 2015

Edito

Affronter Flosse pour mesurer sa popularité !

 À plusieurs reprises Édouard Fritch a laissé percer son regret de ne pas avoir été élu par les Polynésiens dans une compétition politique normal. Ce moment viendra plus vite qu'il ne le pense. La campagne des territoriales se joue d'ailleurs maintenant. C'est une longue et sinueuse étape d'une vie sacrifiée à l’attente d’une promesse tenue par le précédent président. Attente dont la constance a même été saluée par Gaston Flosse. Il faut maintenant à Édouard Fritch de devenir le suzerain des autres, de ceux qui ne peuvent pas s'y faire et qui lui reprochent parfois jusqu'à la caricature de son personnage, cette façon bien à lui de sourire, pour montrer qu'après tout il fait partie des gentils. Son visage n'est pas torturé sur le mode de celui d’ Oscar ni ironiquement rusé parfois comme celui de Flosse.

Bref passée l'ivresse d'être enfin au pouvoir, le président va devoir affronter la réalité et les promesses de 2015 où tout doit décoller. Les contradictions, les plaies, les espoirs avec les tourments d'une société qui n'est pas si joyeuse qu'il y paraît et surtout " inverser" la longue litanie des chômeurs désespérés. Incantation volontariste ambigüe qui porte Fritch sur un autre manège loin de celui de la justice. En fait, prévoyant, celui-ci s'est démarqué depuis des années du couperet en s'éloignant de son mentor. On le croyait boudeur, il est, en fait, un tacticien qui a de la suite dans les idées.  Sans aucun doute. Une surprise. Et une surprise aussi d’être un si mauvais communiquant. Nous ne parlons pas des nombreux communiqués mais de la communication présidentielle. Un vrai métier de tisserand.

Il existe une déprime polynésienne qui étonne tous ceux qui bougent mais que le nouveau président devra combattre en prenant des options claires et concrètes. Les promesses en 2015, c'est fini. Les Polynésiens doivent voir leur concrétisation puisque l'on nous promet des lendemains qui chantent dès le mois de janvier. Qu'il ne chasse ni les sorcières ni les fantômes contrairement aux anciennes habitudes, qu'il ne s'adonne ni aux péroraisons, ni aux tergiversations, les Polynésiens n’en veulent plus. Il a pratiquement gagné l'opposition à sa cause, il lui reste à jouer la partie la plus difficile, gagner l’ensemble de son propre camp dont une partie doute de sa sincérité Nous avons un an pour le voir. Et pour mesurer son impact sur le Tahoeraa et sa popularité, va-t-il briguer la présidence du parti fin janvier début février et se placer avec courage face à Gaston Flosse ?  Wait and see

 

 

Voeux de la ministre des "Outre-mer" Georges Pau-Langevin

 

Une année s’achève, une autre va s’ouvrir. Et les mois écoulés auront été, pour chacun d’entre vous, faits de petits bonheurs, de grandes joies, mais aussi et, peut-être, de grandes peines.
2014 aura bien confirmé que les Outre-mer sont au cœur des priorités du président de la République, du Premier ministre et de l’ensemble du gouvernement.
Depuis ma prise de fonctions en avril dernier, je me suis engagée à défendre et à promouvoir partout les intérêts des Outre-mer.
Dans un contexte économique qui demeure difficile et qui nous impose de faire tout à la fois des efforts et des choix, je me réjouis que les moyens consacrés aux Outre-mer aient été confortés de manière importante.
Le budget 2015 du ministère des Outre-mer progresse. Je note qu’il figure parmi les budgets de la Nation en augmentation sensible – plus de 7% - sur les trois prochaines années.
De plus, plusieurs actions viendront conforter l’action budgétaire du gouvernement au profit du développement des Outre-mer. Sans être exhaustive, je veux en citer 4 :

-
Les contrats de plan Etat-Région pour les départements seront signés dans les prochaines semaines et les crédits de l’Etat sont en hausse très significative avec un effort par habitant qui est en moyenne, dans les Outre-mer, le double de celui de l’Hexagone.
- Dans les collectivités d’Outre-mer, les contrats de développement sont préservés.
- Les fonds européens ont été validés par la Commission européenne pour la programmation 2014-2020. Ils progressent nettement de plus de 20 %.
- La nouvelle politique de la ville va se déployer dans les départements avec un effort de près de 450 millions d’euros au titre de la rénovation des quartiers.
Ces moyens accrus pour les Outre-mer, nous continuerons en 2015 à les prioriser sur les politiques publiques qui correspondent aux besoins les plus criants des territoires.
Bien sur, et en premier lieu, il y a l’emploi, car c’est la condition d’une vie meilleure pour nous tous, et notamment les plus jeunes.
Il y a aussi la jeunesse, car c’est l’avenir et nous ne devons laisser personne sur le bord de la route, sans espérance.
Il y a aussi le logement, car de trop nombreuses familles attendent trop longtemps un toit décent.
Et il y a enfin le soutien à l’investissement public, car il manque, ici des salles de classe, là des infrastructures essentielles au développement, et partout il y a la nécessité de mieux aménager le cadre de vie.
J’ai pu mesurer toutes ces attentes en allant sur le terrain durant ces neuf derniers mois. Et j’irai encore à votre rencontre tout au long de cette année pour expliquer l’action courageuse et déterminée que conduisent, depuis mai 2012, le président de la République et le gouvernement.
Même si beaucoup reste à faire, cette action commence à porter ses fruits, comme le montrent les résultats encourageants obtenus Outre-mer en matière de lutte contre le chômage des jeunes, mais également en matière de lutte contre les insécurités.
Il faut donc conserver ce cap malgré les difficultés qui peuvent surgir et nous montrer déterminés, tous ensemble, à faire reculer le chômage et à lutter contre les inégalités.
En 2015, nous accélérerons l’application de notre feuille de route pour l’emploi et la croissance. De nouveaux outils de soutien aux entreprises et aux filières économiques sont désormais à l’oeuvre et vous pouvez compter sur ma détermination et ma vigilance pour que ces mesures produisent davantage d’emplois et permettent d’améliorer la formation professionnelle.
Mais l’humain doit avant tout rester au centre de nos préoccupations. C’est pourquoi je n’oublie pas les champs de l’éducation, de la santé et des politiques de solidarité. Ils touchent votre vie quotidienne et celles de vos enfants. J’y suis très attentive et je prendrai en 2015 des initiatives fortes, pour traduire la priorité que j’entends accorder à ces sujets au cours des mois à venir.
2015, comme vous le savez, sera aussi une année déterminante pour la lutte contre le réchauffement climatique, avec la Conférence de Paris sur le climat. Nos territoires sont exposés de manière concrète aux effets du changement climatique et nous nous sommes emparés depuis bien longtemps de ces sujets. J’aurai à coeur de valoriser notre exemplarité environnementale lors de ce grand rendez-vous.
Mes chers compatriotes,
Tous ces enjeux disent l’importance et la gravité du moment. Mais ils sont surtout une invitation à l’action et à la confiance.

 

 

 

Vœux du président de l'Assemblée de la Polynésie française

 Mesdames, Messieurs, chers concitoyens,

 A l’aube de cette nouvelle année 2015, je souhaite à chacun le meilleur. Que vos vœux les plus chers se réalisent. N’oublions pas que cette nouvelle année sera aussi ce que nous en ferons. Il appartient donc à chacun d’entre nous d’apporter sa contribution pour que 2015 soit meilleure que 2014.

 Il devient urgent de répondre aux attentes de la population qui espère avant tout un travail et un logement. Notre Pays est en guerre : une guerre contre la crise, le chômage, la précarité, les égoïsmes de toute sorte, la solitude. Pour les affronter et les résoudre, nous devons impérativement rester unis. Préserver notre capacité à vivre ensemble doit être notre priorité. Pour cela, changer ce qui doit l’être est un devoir.  

Pour que tout ceci ne reste pas un vœux pieu, nous devons retrouver la fierté d’être nous-mêmes, savoir aimer notre Pays, nous unir derrière ses symboles, notre drapeau, notre hymne, tout ce qui fait que nous sommes nous-mêmes, fiers de notre histoire, de notre culture et de notre identité. Nous ne manquons pas d’atouts, et il fait bon vivre en Polynésie française. Bien des peuples de la Terre nous envient. Il faut donc arrêter de se plaindre et se mobiliser pour construire ensemble notre pays, fort, fier et respecté.

 Je suis conscient de la réalité quotidienne des Polynésiens, de leur joie de vivre et de leur optimisme, de leur souffrance et de leur galère aussi. Je plaide pour que notre société demeure solidaire, car c’est dans la fracture sociale que réside notre plus grand danger. Je n’oublie pas non plus les chefs d’entreprises, les commerçants, les artisans, les agriculteurs, les pêcheurs…, qui ont besoin d’être entendus et d’être encouragés, afin de créer un climat de confiance, car sans eux, point de croissance.

 Notre pays est tel un bateau. Nous devons naviguer ensemble, avoir un cap clair et un bon capitaine. Les élus que nous sommes ne doivent pas oublier qu’ils sont là pour servir et non se servir. C’est là notre responsabilité et notre devoir. En ces temps versatiles et difficiles, ce devoir est d’autant plus impérieux que l’expérience est rare ; elle n’en est donc que plus indispensable et précieuse. Notre Pays a besoin de toutes les énergies pour pouvoir construire un avenir solide dans lequel chacun trouvera sa juste place et conservera la foi en l’avenir, pour lui-même et les générations à venir.

 Bonne et heureuse année 2015.

 Marcel TUIHANI

Président de l’Assemblée de la Polynésie française

 

Voeux du sénateur Vincent Dubois

 

  Chers Polynésiennes, Chers Polynésiens,

C’est un immense honneur de pouvoir vous adresser, pour la première fois en tant qu’élu,
mes voeux de bonne et heureuse année, en espérant que 2015 soit, pour chacun d’entre
vous, synonyme de santé, de bonheur et de réussite.
Cette nouvelle année qui commence implique également de faire le bilan de 2014, et
surtout de mesurer notre responsabilité en tant qu’élu, quant à la situation économique et
sociale de notre Pays, mais surtout sur la situation, hélas toujours fragile, de nombreuses
familles.
Ainsi, mes premières pensées vont d’abord aux familles les plus démunies, et qui
s’efforcent chaque jour d’affronter un quotidien difficile, sans ou avec peu de moyens. Je
souhaite leur assurer qu’elles demeurent au coeur de nos préoccupations, et que nous allons
redoubler d’efforts en 2015, afin de leur permettre de retrouver un emploi, et ainsi une
dignité et un niveau de vie décent.
Mes pensées vont également à celles et ceux qui sont dans la souffrance ou dans la peine,
suite à la perte d’un proche ou suite à un évènement tragique, de même qu’aux personnes
qui luttent contre la maladie. Je leur souhaite que 2015 puisse leur rapporter la paix de
l’esprit, l’espoir et la joie, ainsi qu’une meilleure santé.

L’Année 2015 qui s’ouvre sera décisive pour l’avenir de notre Pays et de notre Population,
et devrait être marquée, après le redressement budgétaire entamé depuis 2 années, par la
relance économique qui passera nécessairement par une reprise de l’emploi.
Certes, la tâche ne sera pas aisée, mais je reste persuadé que notre solidarité dans les
sacrifices, et notre union dans le travail, seront les clés du redressement et de la relance
économiques de notre Fenua.
Pour ma part, avec ma collègue Teura IRITI au Sénat, je continuerai de poursuivre, avec
énergie, détermination et conviction, le travail entamé au service des Communes, des
Maires, des Conseillers municipaux, et de l’ensemble des agents municipaux, auxquels
j’adresse plus particulièrement mes meilleurs voeux pour 2015.
Je suis intimement convaincu que les Communes peuvent jouer un rôle essentiel dans le
redressement de notre Pays, et je sais pouvoir compter sur la volonté et la détermination des
Maires, des élus et de leurs agents pour atteindre, ensemble, nos objectifs.
Être ambitieux dans nos projets, tout en restant humbles, être respectueux envers l’Etat,
tout en demeurant respecté, être solidaires, tout en étant capables de prendre des décisions
difficiles, tels seront mes objectifs pour que l’Année 2015 soit une année réussie, pour
notre belle Polynésie, et toujours dans l’intérêt premier de la population.
Chères Amies, Chers Amis, je vous souhaite à toutes et tous une heureuse année, paisible et
prospère !
Ia ora na ite matahiti api !


VINCENT DUBOIS
Sénateur de la
Polynésie Française

 

Jeudi 1er janvier 2015

 

BONNE ANNEE 2015..

MEILLEUR CRU QUE CELUI QUE LA PLANETE VIENT D'ENTERRER ,HARMONIE SANTE, AMOUR , PASSION , REUSSITE, LES MOTEURS DE LA VIE, A TOUS LES AMIS DE TAHITI TODAY ET CEUX A VENIR.....

 

que les bouchons sautent !

Même si on sait qu'elle ne sera pas un long fleuve tranquille !

 

  

   

 

                                                        

 

 

 

 

Bruno Duluc, couturier en vogue à Los Angeles dans son hobby !!!!! de fin d'année 2014 présente ses meilleurs vœux aux lecteurs de Tahiti Today

 ( pour tous renseignements sur ses créations de vêtements écrire à Tahiti Today)

 

 

Mercredi 31 décembre 2014

Le Français, belle langue animale par Jean d'Ormesson. Un régal...


Myope comme une taupe, rusé comme un renard, serrés comme des sardines : les termes empruntés au monde animal ne se retrouvent pas seulement dans les fables de La Fontaine, ils sont partout.

La preuve, que vous soyez fier comme un coq, fort comme un bœuf, malin comme un singe ou simplement un chaud lapin, vous êtes tous un jour ou l’autre devenu chèvre pour une caille aux yeux de biche.

Vous arrivez à votre premier rendez-vous fier comme un paon et frais comme un gardon et là.... Pas un chat. Vous faites le pied de grue vous demandant si cette bécasse vous a réellement posé un lapin. Il y a anguille sous roche ! Vous êtes prêt à gueuler comme un putois quand finalement la fine mouche arrive. Bon, 10 minutes de retard il n’y a pas de quoi casser trois pattes à un canard.

Sauf que la fameuse souris malgré son cou de cygne et sa crinière de lion est en fait aussi plate qu’une limande, elle souffle comme un phoque, rit comme une baleine. Une vraie peau de vache quoi et vous, vous êtes fait comme un rat.

Vous roulez des yeux de merlan frit. Vous êtes rouge comme une écrevisse et vous restez muet comme une carpe. Elle essaie bien de vous tirer les vers du nez mais vous sautez du coq â l’âne et finissez par noyer le poisson. Vous avez le cafard. L’envie peut vous prendre de pleurer comme un veau (ou de verser des larmes de crocodile c’est selon) vous finissez par prendre le taureau par les cornes et vous inventez une fièvre de cheval qui vous permet de filer comme un lièvre.

Et puis, c’aurait servi à quoi de se regarder comme des chiens de faïence. Après tout, revenons à nos moutons, vous avez maintenant une faim de loup, l’ envie de dormir comme un loir et surtout vous avez d’autres chats à fouetter ....

 Bien vu monsieur Jean D’Ormesson qui avez en plus une mémoire d’éléphant. Longue vie à vous.

 

Vœux de M. Lionel BEFFRE, Haut-Commissaire de la République, à la Polynésie française

 




Chères Polynésiennes et chers Polynésiens,

Je suis particulièrement heureux d’être à vos côtés et de pouvoir vous adresser tous mes vœux de santé, de réussite et de prospérité pour cette année 2015.

En cet instant, je n'oublie pas celles et ceux d’entre vous qui sont dans la peine ou qui vivent dans l’isolement, et je leur adresse mon total soutien. Je pense aussi à ceux qui sont touchés par l’épidémie de chikungunya à laquelle le Pays est confronté. L’action énergique des services de santé de la Polynésie française permet d’en limiter l’impact sur la population.


Je souhaite ce soir vous délivrer, au nom de l’Etat, un message d’optimisme, de confiance et de cohésion, à l’aube de l’année 2015.

Un message d’optimisme, car chacun de vous recèle une partie de la richesse et du dynamisme de ce territoire. Depuis mon arrivée en Polynésie française, il y a 16 mois, je suis allé à votre rencontre, à la rencontre des archipels, des îles, des communes, et de votre culture. Partout, j’ai fait la découverte de personnalités remarquables, de talents exceptionnels. Je salue votre énergie et vous encourage à persévérer dans vos activités et vos projets, en restant résolument engagés.

Un message de confiance, car la Polynésie française évolue dans un monde complexe où les difficultés existent, mais ne doivent jamais conduire à la résignation ou au fatalisme. Au contraire, ces difficultés sont autant de défis que nous devons savoir relever tous ensemble.

Un message de cohésion enfin, en ces temps difficiles. L’unité de toutes les Polynésiennes et de tous les Polynésiens, autant que la stabilité politique et institutionnelle, sont une véritable exigence, une condition nécessaire de la réussite collective, du progrès et de la prospérité.


En 2015, il n’y n’aura pas d’autre bataille à lancer que celle pour la croissance économique et l’emploi.

Je connais la mobilisation du président Edouard FRITCH, de son gouvernement, des représentants de l’Assemblée et de tous les élus du territoire, en particulier des maires, sur ce sujet central, qui reste notre préoccupation première.

Bien entendu, l’Etat continuera, en 2015, à soutenir la Polynésie française.

Afin de consolider les efforts réalisés par la Polynésie française pour le redressement des comptes publics et notamment des comptes sociaux, Madame la Ministre des Outre-mer vient de confirmer l’accompagnement par l’Etat du régime de solidarité territoriale, au titre du principe de la solidarité nationale au sein de la République.

L’Etat va également continuer à œuvrer en faveur du développement économique et de l’emploi, au travers de dispositifs contractuels, qui nous permettent de financer d’importants chantiers de construction, qu’il s’agisse de routes, de ports ou d’aéroports.

Avec le nouveau contrat de projets, nous renouvellerons dans quelques semaines avec le Pays un outil essentiel de partenariat, en y associant, pour la première fois, les communes.

Nous allons disposer grâce à des actions partagées du contrat de projets, de leviers innovants pour réaliser des investissements structurants, en associant tous les acteurs économiques et sociaux, porteurs d’avenir pour la Polynésie française.


Enfin, l’Etat s’attachera à assurer ses missions au service de la protection des populations, en matière de sécurité publique, de sécurité civile et de sécurité routière. L’action des forces de l’ordre dans ce domaine, nous a permis, cette année, de préserver 9 vies par rapport à 2013. C’est autant de familles qui n’ont pas été accablées par le drame de perdre un être cher dans un accident brutal.

Dans tous ces domaines, la mobilisation des services de l’Etat reste intacte, elle est même encore plus déterminée.

A l’aube de cette nouvelle année, je vous renouvelle mes vœux les plus chaleureux de bonheur au sein de vos familles et avec tous vos proches.


Bonne année et Ia ora na ite matahiti api !

 


 

 

Vœux du président Edouard FRITCH

 



Mes chers amis,
L’année qui s’achève aura été une année de transition avec la mise en place d’un nouveau gouvernement. Nous nous sommes inscrits dans la continuité de l’équipe précédente pour redresser les comptes publics et faire des actions de relance.
Les plus démunis, ceux qui sont privés de revenus, restent au cœur de nos préoccupations. Mais beaucoup reste à faire pour donner un nouvel élan à l’économie et à la création d’emplois.
Ces fêtes de fin d’année doivent nous inciter à mettre en œuvre nos valeurs communes de solidarité et de partage. En effet, encore aujourd’hui, un grand nombre reste exclu en raison des souffrances, de la maladie, de l’absence d’emploi ; je leur exprime toute ma compassion.
L’année 2015 qui s’ouvre doit porter nos espoirs. Le Pays, l’Etat et les communes conjuguent actuellement leurs efforts pour que notre Polynésie retrouve la prospérité.
Les autorités du Pays ont leur part et font avec les moyens dont nous disposons auxquels vous contribuez tous. L’Etat est à nos côtés pour nous soutenir, pour faire jouer la solidarité nationale. Nous travaillons dans un esprit de responsabilité, de confiance et de respect mutuel.
Vous l’avez vu, j’ai souhaité également associer les communes et leurs maires dans le développement de notre pays. Je compte énormément sur leur implication.
Mais ni le Pays, ni l’Etat, ni les communes ne peuvent tout faire. Les investisseurs privés se doivent de participer à la construction des richesses de demain.
C’est vrai, pour le développement de notre Pays, nous faisons appel à des investisseurs étrangers. Mais notre richesse première, c’est notre peuple, pacifique et chrétien.
J’ai confiance et je vous demande d’avoir confiance dans l’avenir.
Nous réussirons si nous sommes tous portés par cette même foi et cette même volonté de construire ensemble.
Notre pays doit se rassembler autour de l’essentiel. Ce n’est pas en étant portés par la vision d’un passé révolu, par des esprits corporatistes ou partisans, que nous bâtirons notre maison commune.
Je sais que vous avez le sentiment que nos querelles politiciennes occupent plus de place que les problèmes de la population. Mais, je sais aussi que vous préfèreriez que les politiques soient unis pour résoudre vos problèmes. C’est ma perception.
Je sais que beaucoup d’entre vous ont perdu espoir, qu’ils se sentent marginalisés, oubliés. Comme je sais que dans chaque famille, il y a un enfant, un parent, un proche qui n’a pas d’emploi.
J’ai conscience de cela. Aussi, je mets toute mon ardeur à ce que vos problèmes trouvent une solution. Ne cédez pas au renoncement. Gardez espoir.
Nous devons, tous, être résolument tournés vers l’avenir de notre Pays. Nous devons rejeter tout ce qui pourrait nuire à notre développement harmonieux. Nous devons être déterminés à réussir ensemble. J’ai tant envie de rassembler toutes les énergies positives de notre pays pour que nous apportions ensemble une solution à ceux qui souffrent.
Nous avons traversé tant d’épreuves que nous avons réussi à surmonter. Je suis intimement persuadé que dans la paix, dans l’unité et la solidarité, nous pourrons relever tous les défis.
Alors, soyons rassemblés, engageons nous tous sur la même voie. Croyons en nous. Croyons en notre Pays. Nous réussirons.
Mes chers amis, je vous souhaite à toutes et à tous une bonne année, heureuse, sereine et prospère.



 

 

Le Conseil Général devra payer les prêtres

" Good news"

Le tribunal administratif a rendu son verdict dans l’affaire qui oppose l’évêché au Conseil Général sur le salaire des prêtres. Le conseil général devra continuer de rémunérer les prêtres de Guyane.
©C Envoyer
Ainsi le verdict est tombé : Il faudra payer, l’arrêté du 30 avril du président du Conseil général qui mettait fin au versement des salaires de 26 prêtres est donc annulé.
En comptant la mission catholique de Guyane et les requêtes déposées par les 26 prêtres concernés, en une décision, le tribunal administratif donne pour ainsi dire 27 fois raisons à l’évêché dans cette affaire où plusieurs pistes juridiques auront été explorées par le Conseil Général pour justifier l’arrêt des versement de salaire au prêtres.
Pour commencer la nature illégale de l’ordonnance royal du 27 août 1828 qui est en application en Guyane et explique, ce que le département qualifie d’anachronisme, alors que depuis la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation des églises et de l’Etat, les ministres du culte ne sont plus pris en charge sur les deniers publics. Les juges estiment qu’au moment de la départementalisation la loi prévoyait que des décrets d’application viennent transposer le droit appliqué en France métropolitaine et ce avant le 1er janvier 1947. Sauf qu’aucun décret n’a été pris pour la loi de séparation des églises et de l’Etat pour la Guyane, le droit de l’ordonnance est donc celui qui prévaut.
 

 

 


 

Mardi 30 décembre 2014

           

 

Edito

Une société dinosaure à tête d'épingle

Une jeune polynésienne a agressé il y a deux jours, une sexagénaire popa'a, fragile, fluette, sans aucune défense contre la force de la nature d’une jeune polynésienne en furie, drogue et alcool aidant, qui lui a sauté dessus après être passée par une fenêtre de son appartement pour lui voler son sac. Non contente de l’avoir assommée, elle s’est allongée de tout son poids sur sa victime  et en criant " je vais la tuer" a tenté de l'étrangler . Un voisin ayant entendu un bruit inhabituel s’est alors précipité et lui a probablement sauvé la vie. Nous ne sommes pas habitués à voir de la férocité dans les yeux d’une fille et pourtant, elles sont de plus en plus nombreuses à se comporter comme les voyous qu’elles côtoient certainement depuis leur plus tendre enfance. Celle-ci a écopé de 30 mois fermes.

Alors quoi ? La promiscuité, l’alcoolisme, la violence parentale, plus le paka sans compter le chômage, l’oisiveté dont on dit qu’elle est la mère de tous les vices, plus aussi l’échec de l’éducation, n’épanouissent pas l’esprit au bonheur mais au malheur.

Or, l’éducation est le reflet de la société. La dévaluation du principe d’autorité sans lequel il n’y a aucune maîtrise qui vaille dans aucun ordre social commence dans la famille. Mais celle-ci est laissée à l’abandon de la violence intra-familiale avec les rejetons qu’elle génère.

L’éducation républicaine et laïque jadis était le fruit d’une société pénétrée de ses espérances, fortifiée même par ses illusions alors que  nous avons aujourd’hui une société dinosaure à tête d’épingle, une masse de gens analphabètes, incultes douloureux et impotents. Un quasi sable mouvant où s’engloutit l’avenir.

On vient de nous dire qu’il faudrait construire en dix ans 10.000 logements ! Fichtre, mais on ne nous dit pas où. C'est bien sûr  le problème des communes de trouver des terrains.  Reste qu' aucun élu ne mettra en place une politique fondamentale de contrôle des naissances. Cette bombe à retardement la démographie  aucun politique ne s'en préoccupe. Ce n’est pas porteur ! Mais c’est pourtant vital, cette démographie, corsetée dans un séisme qui fissurera de plus en plus le tissu social, augmentera les défaillances parentales dans une déperdition du sens de l’effort et de la construction en société. La pauvreté n'excuse pas tout. On assiste, en conséquence, aux prémices d'un énorme désastre lequel, pire qu’à Mururoa, fissure peu à peu la société telle la goutte d'eau sur la roche, en provoquant son explosion un jour ou l'autre.

Seules les forces de l’ordre, police et gendarmerie, qui côtoient cette marée montante de jeunes loubards "exotiques" que les pouvoirs publics ne tentent même plus de faire entrer dans un moule vermoulu, se rendent compte de ce qui risque d’arriver. Après tout, l’ordre public, ce n’est pas de la compétence du pays qui enfouit dans les cales de la pirogue surpeuplée une égalité au rabais par la force des choses, sans voir que cette pirogue peut rompre les digues. Refuser la vérité au malade, c'est le laisser se décomposer..

                 

 

La vente d'un avion de transport A 400M rapporterait immédiatement 150 millions d’euros à l'Etat.(Le Monde)

Revendre son matériel pour le louer immédiatement. C’est la piste explorée par le ministère de la défense pour trouver rapidement de la trésorerie et tenir les engagements financiers de 2015. Car avant même que l’année ne commence, le budget alloué aux militaires n’est pas au rendez-vous. Il manque 2,2 milliards d’euros sur les 31,4 milliards d’euros prévus. Ce montant devait provenir de recettes exceptionnelles (REX) correspondant à la vente des fréquences hertziennes de 700 MHz. Pour des raisons de procédure, la cession a été repoussée et devrait intervenir à la fin de l’année prochaine.

 

Nouvelle convention entre l'OPH et l'AFD - L'Etat -

L’apport de l’Office Polynésien de l’Habitat (OPH) aux opérations du Contrat de Projets (2008 – 2014) a été financé par une convention de prêt, contractée en mars 2009, auprès de l’Agence Française de Développement (AFD) pour un montant de 11 600 000 euros (env. 1,4 milliard Fcfp).

En présence du ministre du Logement, Tearii Alpha, une nouvelle convention de prêt a été signée, ce lundi, entre l’OPH et l’AFD, pour le financement des deux dernières opérations inscrites au Contrat de Projets (Domaine Labbé, et Teroma extension) ainsi que pour l’opération Vaitupa 2 Paea qui figurait sur une liste complémentaire des opérations à inscrire au Contrat de Projets mais qui sera finalement engagée en 2015.

 

 

Lundi 29 décembre 2014

 


 

 

Edito

Sexe, amour ou vaisselle ? Au choix…

Dans trois jours nous fêterons la mort de l’année 2014 et nous jouirons de son enterrement. L’écloserie des grands chantiers serait donc pour janvier 2015. Fin janvier paraît-il. Atimaono c'est  sur les rails. Le Mahana, JCB l’a confirmé, le gouvernement attend de "choisir" les investisseurs auxquels il donnera l’imprimatur allant de pair avec exonérations diverses (matériaux, impôt sur les sociétés etc...) Tiens, tiens pas de remous ? Alors que du temps de l’ancien précurseur des projets en question, les exonérations promises avaient donné lieu à une levée de boucliers du genre "quoi, comment et nous ! ?…."Autre temps, autres mœurs… Mais il est vrai que même le remblai serait à la charge de nos bienfaiteurs… Dans ces conditions, difficile de refuser une aussi grosse économie.

 Voilà, voilà, tout va se faire, mais patience, nom d’une pipe ! Et à propos de pipe puisque les télévisions nous proposent, en veux-tu en voilà, toutes sortes d’ouvrages sur, non pas le sexe des anges c’est passé de mode mais le sexe des hommes et le plaisir des femmes, on découvre ce qui turlupine les galants dans les alcôves. La grande énigme dont les femmes écrivains expliquent dans mille bouquins, des best sellers, comment les messieurs doivent s’y prendre pour faire hurler de plaisir les dames et découvrir ce mystérieux "point G" qui les fait tous fantasmer au point de balancer par la fenêtre, le bien penser ou si vous préférez le "prêt à penser". Certains sont abonnés au sexe tarifé, car "les artistes féminines" du Kamasoutra en question, payées pour, savent donner de la voix quand il le faut. L’orgueil masculin aidant, les gymnastes sont alors persuadés être  des amants hors normes…Mais l'amour n'a rien à voir avec ce plaisir là.

Depuis le temps qu’on la répète, tout le monde connaît la célèbre formule de Claude Angeli, rédacteur en chef au Canard enchaîné, que d’autres avant lui d’ailleurs avaient sans doute serinée aussi : "Le journalisme s’arrête à la porte de la chambre à coucher". On peut même dire qu’il s’arrête en bas de l’escalier. Chacun sait que selon les ardeurs, certains les montent lentement pour mieux savourer leur plaisir à venir quand d'autres les escaladent quatre à quatre ! Bref, à l’heure où les romancières se déchaînent dans des livres à gros tirages,  pour apprendre aux hommes la meilleure manière de provoquer l’orgasme féminin, on peut s’expliquer la pudeur de l’ensemble de la presse française sur les difficultés sentimentales de François Hollande. Les médias classiques le traite avec  doigté , oserions -nous dire !

Voilà donc une exception française dont il y a tout lieu d’être fier si l’on compare à nos confrères anglo-saxons dont les écrits se ventrouillent dans les caniveaux des plumards. L’amour personne n’y connaît rien Les hommes sont si différents des femmes. Pour certains seuls comptent les plaisirs du sexe, pas d'amour tel que nous le concevons, d’où leur attrait pour "les performances  des professionnelles" qui ont appris à roucouler un plaisir qui ne peut être que feint à la longue, au bout d'une action quasi permanente pour les meilleures d'entre-elles à la fin d'une journée. Ces affaires touchent le monde politique ( le conseiller de Raffarin, premier ministre, a été obligé de démissionner en 2004 à la suite d'une fréquentation assidue d'une jeune prostituée roumaine), sans compter l'affaire Strauss- kahn pour ne citer que ceux-là.  Et à ce propos, on se souvient des péripéties sexuelles avec des " call girls" parisiennes du grand acteur Robert De Niro qui a "ses habitudes" à Paris. Les expertes de Las Vegas étant, selon lui, "usées", "moins douées' et beaucoup, beaucoup moins moins "fraîches" que les Parisiennes. Les goûts et les couleurs ne se discutent pas, n'est-ce-pas ?

On se souvient aussi des malheurs du juge d’instruction Frédéric N’Guyen  à cette époque  . Lequel juge avait osé mettre la star en garde à vue, afin de l’entendre à titre de témoin dans une affaire qualifiée de proxénétisme international. Imprudemment soutenus dans leur croisade par le microcosme artistico-médiatique, l’artiste et ses alliés devaient multiplier les déclarations incendiaires dénonçant la « chasse aux sorcières », le pouvoir « déplorable » accordé aux juges, la « sale besogne » d’un magistrat « narcissique », avide de « publicité ». Au point que, le Syndicat de la magistrature avait fini par demander publiquement à la ministre de la Justice, Élisabeth Guigou à l’époque, d’assurer  une protection au juge Frédéric N’Guyen, « qui fait l’objet, sans pouvoir y répondre, d’attaques personnalisées proprement inacceptables ».

Comme quoi, afin de ne pas parler politique, ni d’amour illicite, mais plus prosaïquement d'histoire d'0 parmi d’autres, la période et les agapes s'y prêtant, les Polynésiens, eux, entendent depuis des jours des assiettes s'entrechoquer. C'est beaucoup moins "gouleyant" et moins dangereux pour le juge d'instruction, mais fait dans tous les cas couler beaucoup…. d'encre dans les médias et de salive de la part du célèbre accusé qui, ayant réuni tous ses présidents de fédération (environ 200 personnes) dans un dîner à Erima leur a expliqué, preuve à l'appui, que cette nouvelle affaire avait pris sa source… à la présidence ! Alors en cette fin d'année 2014 que préfèrent entendre les Polynésiens ? Parfaire leurs connaissances du sexe féminin ou savoir qui a payé la vaisselle en oubliant de s'acquitter des droits de douane ? À votre avis ?

 

 

 

 

Au dernier conseil des ministres de l'année 2014, le gouvernement a décidé de la

Répartition des sièges en faveur des organisations syndicales de salariés au conseil d’administration de la CPS 

Afin de rétablir un fonctionnement normal de la CPS (Caisse de prévoyance sociale) dès le début de l’année 2015, le conseil des ministres a procédé ce jour à la redistribution des quatorze sièges composant le collège des salariés du conseil d’administration de la CPS.

Ces sièges ont été attribués aux cinq centrales syndicales reconnues représentatives en Polynésie française, conformément à la règlementation en vigueur.

Ainsi, le décompte de l’attribution des sièges a été réalisé, conformément à l’interprétation du jugement du tribunal administratif de Papeete rendu en juin dernier, en élargissant au secteur public la représentativité des salariés au sein du conseil d’administration de la CPS.

Les quatorze sièges sont en conséquence répartis comme suit :

- CSTP FO                       5 sièges 

- A TIA I MUA                 3 sièges 

- CSIP                              2 sièges 

- O OE TO OE RIMA        2 sièges 

- OTAHI                           2 sièges

 

 

 

 

 

cid:part1.04080002.05080901@wanadoo.fr

De gauche à droite : Le ministre de la Relance économique, Jean-Christophe Bouissou, le Président de Seabourn et de la Cunard Line, Richard Meadows, et Michel Monvoisin PDG d’Air Tahiti Nui et président du Conseil d’administration de Tahiti Tourisme.

 Comme prévu à l’agenda de son déplacement aux Etats-Unis et comme nous l'écrivions précédemment, le ministre de la Relance Economique et du Tourisme, Jean-Christophe Bouissou, s’est rendu jeudi, à Seattle, dans l’état de Washington, accompagné de Michel Monvoisin, pdg d’Air Tahiti Nui, et de Mathieu Béchonnet, directeur général d’Air Tahiti Nui, pour y tenir une réunion avec les dirigeants des compagnies Seabourn, Holland America, P & O et Cunard Line.

Richard Meadows, président de Seabourn, de P & O et de la Cunard Line (flotte des navires Queen Elizabeth, Queen Mary 2 & Queen Victoria), s’est montré très enthousiasmé par l’attractivité du produit touristique « Tahiti et ses îles » que son groupe (Carnival Cruises) exploite déjà au travers des touchées en Polynésie des navires Princess Cruises, Windstar cruises ou Holland America.

Le ministre de la Relance économique a sollicité Richard Meadows et son équipe pour étudier avec les autorités polynésiennes les conditions d’un renforcement de la présence des paquebots de croisière du 1er groupe mondial dans ce domaine (Carnival Cruises) en Polynésie française.

Dans cette perspective, Richard Meadows se rendra prochainement en Polynésie pour y redécouvrir les atouts d’un pays qu’il connait bien pour l’avoir visité en 2001. Le Président Edouard Fritch recevra à cette occasion le PDG Richard Meadows pour une séance de travail portant sur le renforcement des activités de la croisière maritime dans les eaux polynésiennes au regard de la stratégie que souhaite développer le pays en partenariat avec le groupe de M. Meadows.

 

Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, en charge du numérique, a réuni, jeudi, à la Présidence, les opérateurs de télécommunications afin d’animer le comité consultatif des télécommunications.

 


A propos de la crèche dans les mairies et dans le hall de conseil général de la vendée

 

Jeudi 18 décembre 2014

Edito

"Un passeport talent".

Jean Christophe Bouissou a sonné les trois coups de la relance il y a quelques semaines en Chine et depuis lundi  aux États-Unis. Opération séduction à l'égard de potentiels investisseurs étrangers auxquels il a promis stabilité politique et meilleur accueil dans une Polynésie ouverte au monde, qu'il souhaite avec le GIE Tourisme et Air Tahiti Nui… "attractive".

A l'heure où nous écrivons, il s'apprête à rencontrer, en compagnie  de la direction d'ATN qui a posé hier les jalons du renouvellement de sa flotte, les présidents des compagnies de croisière Holland-America et Seabourn à Seattle, Washington. JCB a pour lui, dans ce domaine, un atout de persuasion puissant : Rick Meadows, le président de la prestigieuse compagnie de croisière Seabourn du groupe Carnival Cruise Corp, n'est rien moins qu'un « copain » d'université du ministre de la relance économique et du tourisme. Les retrouvailles ont donc été chaleureuses et les deux hommes ont pu mesurer le chemin parcouru depuis leurs années d'université. Bref, il semble bien que le ministre ait lancé "le conseil stratégique de l'attractivité" à l'instar de celui de François Hollande. Harmoniser la fiscalité qui taxe les croisiéristes doit également faire partie de la stratégie.

Dès son retour, la mission ministérielle apportera des éléments complémentaires à "ce passeport talent" qu'elle met en route dans un nouveau marché émergent plus flexible et plus compétitif.

JCB est-il en passe avec ses missions à l'étranger de se donner une étoffe internationale ? Sans doute. Il est méthodique et avait planifié tout ce qu’il a entrepris depuis son arrivée. Il nous en avait donné l'organigramme. En fait dans ce nouveau concept de gouvernement, le président du pays impulse des directions et son gouvernement travaille. Reste tout de même que si les anciens ministres étaient restés à la manœuvre, les dossiers en cours auraient pu être finalisés sans rupture tandis qu'en voulant tout changer dans le concept "api", "Flosse c’est Flosse, Fritch c’est Fritch", il aura fallu remettre à zéro le compas économique, "le monstre froid" de tous les pays. Rien de poétique ou de romantisme là-dedans, seule l'efficacité et la rapidité d'action  comptent. C'est bien ce qu'a voulu dire Olivier Kressmann, le patron des patrons, dans son édito qu'il faut entendre comme un cri de désespoir.

Dans la période que nous vivons, les plus sagaces peuvent analyser nos espérances de sortie de crise, non plus comme une poussée anarchique de la démocratie d'opinion, toujours par principe excessive, car celle-ci n'exalte plus que  ceux qui refusent aux autres d'avoir justement une opinion différente de la leur. Nous n'avons dans ce journal jamais critiqué ou condamné l'opinion de citoyens lambda mais nous stigmatisons, seule, la défiance démocratique portée à nos élus qui tiennent, eux, leur pouvoir du peuple. C'est le théorème churchillien.

 

De G à D : Mathieu Béchonnet DG d’ATN, le MRE JC Bouissou, le Président d’ALC Steven Hazy, Michel Monvoisin PDG d’ATN, Marc Baer VP exécutif d’ALC

 

SEFI : signature d’un protocole de fin de conflit et de reprise du travail


Les représentants du personnel du SEFI (Service de l’Emploi, de la Formation et de l’Insertion professionnelles) ont rencontré, ce jeudi, la ministre en charge de l’emploi, Tea Frogier.

A l’issue de cette entrevue, les parties se sont accordées sur les termes d’un protocole de fin de conflit et de reprise du travail actant l’organisation, à court terme, d’un atelier de réflexion visant :

- à dresser un bilan de l’application des dispositifs mis en œuvre par le SEFI au cours des dix années écoulées ;

- à définir les modalités opérationnelles de mise en œuvre de la politique publique de l’emploi qui sera initiée à partir de 2015. Seront notamment étudiées dans ce cadre les mesures internes à promouvoir pour permettre une efficience optimale de l’action du SEFI.

 

Edouard Fritch reçoit le Vice-Président de Starwood Hotels

        
  



Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, a reçu, jeudi, Siddharth Narang, vice-président de Starwood Hotels and Resort Worldwide inc. Ce dernier était accompagné de Nicolas Gautier, directeur du Méridien Tahiti, hôtel de la chaîne Starwood.

Cette visite a permis des échanges intéressants sur les atouts de la destination Tahiti et ses îles. Pour Siddharth Narang, qui connaît la Polynésie française depuis 10 ans, celle-ci dispose d’indéniables richesses naturelles et culturelles susceptibles d’intéresser les visiteurs. Elles ne sont toutefois pas suffisamment mises en valeur et organisées pour permettre un accès facile à la clientèle touristique.

Monsieur Narang, qui est également en charge du développement chez Starwood, s’est renseigné sur le projet Mahana Beach à Punaauia. Il estime que l’appel international à manifestation d’intérêt paraît être une bonne approche.





le président et le directeur du Méridien


A partir de 10h demain vendredi 19 décembre 2014, 
Le ministre de l’Equipement Albert Solia présentera à la Présidence le plan de campagne 2015  de son ministère. Il sera accompagné par le ministre Tearii Alpha qui abordera le volet du logement. La présentation aura lieu en présence des représentants du secteur du BTP et du patronat.

 

 

La situation de l’APRP va se stabiliser

  L’APRP est une entreprise de droit privé bénéficiant de subventions de la Polynésie française via le Fonds pour l’insertion professionnelle des travailleurs handicapés (FIPTH).

 La gestion de ce fonds est assurée par la Direction du travail. Les modalités d’intervention sont définies par le code de travail qui stipule la signature d’une convention d’objectifs entre la société bénéficiaire et le Pays pour l’obtention d’un agrément permettant la prise en charge partielle (80%) du salaire des travailleurs reconnus handicapés.

 Pour diverses raisons internes à l’APRP le règlement des subventions 2014 a enregistré un certain retard.

Cette situation est en voie de résorption et les mandats en cours doivent permettre le règlement de l’intégralité des arriérés de salaires dans les jours à venir.

 Il reste que l’APRP rencontre des difficultés structurelles qu’il lui appartient d’analyser de façon à permettre la mise en œuvre de mesures d’assainissement ayant pour objectif de pérenniser l’activité de l’entreprise.

 

Grève non pas dans les stations services pour le moment mais dans les hydrocarbures.

Si la grève dans les hydrocarbures perdure, les stations services comme  la cie aérienne locale Air Tahiti devront affronter des turbulences. Pour le moment, au huitième jour de grève, elles fonctionnent sur leur stock de carburant qui n'est pas inépuisable. Quant à Air Tahiti Nui, elle craint de devoir affronte, elle aussi bientôt, des problèmes quant à la continuité de ses vols. C'est bien sur cela que compte les meneurs syndicalistes jusqu'aux- boutistes . Est-on réellement un pays touristique quand certains font tout ce qu'ils peuvent pour ruiner la destination ?

 

 Mercredi 17 décembre 2014

Edito

La première claque.

Pendant que Madame George Pau-Langevin, ministre des Outre-mer se lance dans les louanges publiques du président Fritch, qui risque d'être bien déçu concernant l'apport du RSPF, non pas concrétisé par un envoi de fonds mais probablement basé sur des arguties financières, le président du Medef lance, lui, son cri de guerre ou de désespoir : "fiu".

"Fiu des discours dogmatiques"!  Un cri que tout le monde comprend, y compris  l'État,  qui n'a pas besoin d'être traduit. La critique du président du Medef est iconoclaste pour les proches du pouvoir. Certes, Edouard est glamour. Belle gueule et grand sourire, il parade à droite et à gauche. Il reçoit beaucoup. La presse est inondée de rencontres et de discours. Il est devenu en trois mois le champion des chiffres et des lettres de l'argumentaire politique, mais cela ne suffit pas pour s'imposer dans la petite galaxie économique. Le dauphin devenu "the boss" vient de prendre avec la colère du président du Medef sa première claque, celle qui d'un seul coup, espérons-le, le fera redescendre sur terre. Les sourires, les bonnes paroles, les flatteries et les compliments ne suffisent plus aux entreprises exsangues. La posture fringante et "Pont d'Arcole" de son arrivée est désormais ramenée à l'essentiel par Olivier Kressmann, patron des patrons, en quelques lignes mortifères traduisant le ras-le-bol des entreprises, que les conseillers du président ne veulent pas entendre.

Cette cascade de craquements peut en effet asphyxier un sprint pantouflard et imprudent dont les entreprises font les frais. Le ras-le-bol est patent, dramatique et annoncé sans aucun ménagement, très fraichement, par le Medef, au contraire des journalistes qui  s'entraînent à faire des ronds de jambe pour amortir les critiques et donner du temps au temps. Tahiti Today a tenté aussi d'adoucir les siennes. Reste que du temps, les chefs d'entreprise n'en ont plus et le Medef a mis hier les pieds dans le plat d'Edouard comme nous n'aurions jamais osé le faire. Une secousse sismique n'aurait pas fait mieux dans les roucoulades tranquilles d'un pouvoir conforté par l'État, trop heureux de s'être débarrassé de l'ancien président. Cette poussée d'adrénaline met le gouvernement fritchien au pied du mur. La Polynésie est en danger, le message est clair. Il ne se passe rien. Alors certes, on nous dit que l'année 2015 sera celle du renouveau économique et des investisseurs. Celle du défibrillateur qui fait repartir le cœur du malade sur la table d'opération.. Le problème, si on relit bien la lettre d'Olivier Kressmann, c'est que ceux qui font battre le cœur du pays ont les poumons saturés. Ils ne peuvent plus respirer et qu'à force de mourir à petit feu, certains vont mourir pour de bon ou partiront vers d'autres paradis plus cléments. Reste à savoir si cela existe encore !

Edouard à l'aube d'un pouvoir blindé par Flosse mais trompeur pour qui n'a pas acquis  l'envergure nécessaire, n'a pas su donner le coup de reins économique qui s'imposait pour marquer son arrivée. On ne le voit pas travailler, on le voit sourire et couper des rubans. Le secteur de l'entreprise espérait une nouvelle jeunesse dans l'urgente nécessité de faire avancer l'attelage. Il fait du surplace quand il ne recule pas. Du coup, les cavaliers sautent du carrosse. C'est bien ce que nous dit sans prendre de gants, faut-il que cet homme soit en colère, Olivier Kressmann. Nous verrons bien si Edouard Fritch admet la critique ouverte. Pas sûr ! Son premier cercle certainement pas. Il voulait savoir ce que le monde économique pensait de lui. Il sait.

 

Edouard Fritch réforme l'administration de la Polynésie français


La majorité s’est engagée à réformer le service public du Pays. Il s’agit d’un enjeu fondamental pour rétablir les conditions favorables du développement social et économique de la Polynésie française. Forts de ces engagements politiques, validés par une grande majorité d’électeurs, et prenant appui sur de nombreux travaux et consultations de qualité, le Président de la Polynésie française a lancé le processus de modernisation de l’administration et tracé sa feuille de route globale dans son discours à l’adresse des chefs de service du 28 octobre 2014.
Le but est d’avoir un service public de qualité, qui répond aux objectifs de politiques publiques et accessible à tous. L’administration doit être en capacité de vérifier la bonne adéquation des résultats obtenus avec les objectifs recherchés, de déceler les marges d’ajustement, et d’adapter, dans un mouvement permanent, les organisations et les pratiques de telle sorte à satisfaire l’intérêt général avec efficacité et au meilleur coût.
Ce mouvement est complexe d’une part, et il doit s’inscrire dans la durée et devenir permanent, d’autre part. Aussi, pour assurer le portage durable de cette modernisation, il importait de définir l’outil administratif qui en aura la charge au-delà des aléas ministériels et politiques. Telle est la raison pour laquelle l’inspection générale de l’administration (I.G.A) vient d’être érigée en une direction de la modernisation et des réformes de l’administration (D.M.R.A) laquelle sera progressivement dotée de prérogatives étendues et de moyens renforcés.
Les partenaires administratifs privilégiés de la DMRA seront le secrétariat général du gouvernement, la qualité de notre outil réglementaire étant un des piliers de la modernisation, la direction générale de ressources humaines, la modernisation s’appuyant avant tout sur une bonne maîtrise du management des personnels, la direction du budget et des finances, en charge de la mise en œuvre du contrôle de gestion des administrations publiques et le service de l’informatique du Pays, pour un déploiement de l’e-administration.
Les moyens humains, matériels et logistiques de l’IGA sont transférés à la DMRA. Cependant, ils sont devenus largement insuffisants déjà pour remplir les missions mêmes de l’inspection, qui sont reprises par la direction. Il est nécessaire de les renforcer dans les meilleurs délais. Ce renforcement de la DMRA se fera à moyens globalement constants de l’administration par un rééquilibrage de certaines activités actuellement dispersées dans divers services, et notamment le contrôle des établissements publics par les commissaires de gouvernement.

 

Point sur l’épidémie de chikungunya en Polynésie française

La Polynésie française connaît depuis le début du mois d’octobre une épidémie de chikungunya. Dès le 10 octobre, une organisation spécifique de suivi de l’épidémie a été mise en place à l’initiative du ministère en charge de la santé, conduisant à formaliser dès la semaine suivante une cellule de coordination réunissant les parties prenantes principales du Pays et associant le haut-commissariat de la République, conformément aux dispositions du plan de lutte anti vectorielle approuvé en conseil des ministres le 31 juillet dernier.

Depuis lors, l’épidémie a rapidement progressé, avec à ce jour plus de 37 000 Polynésiens qui ont consulté dans les structures de santé, et malheureusement 9 décès. Actuellement, on estime que plus de 8 000 personnes sont touchées chaque semaine par la maladie, ce qui laisse penser que le pic épidémique est très proche, même s’il va falloir probablement pendant encore quelques semaines faire face à un nombre important de malades.

Le système de santé est de ce fait soumis à de fortes tensions, maximales en fin de semaine, au moment où l’offre de soins de ville est nécessairement réduite. Les établissements de santé ont su faire face à l’afflux de patients se présentant dans les services des urgences, notamment ceux du Centre hospitalier de Polynésie française (CHPF) et de l’Hôpital de Taravao. Les cliniques et médecins libéraux ont également vu augmenter leur activité depuis le mois d’octobre, en relation avec cette épidémie.

Dans ce contexte, plusieurs mesures ont déjà été mises en place :

- Une ligne de garde supplémentaire a été instaurée au CHPF durant toute la semaine, avec la déprogrammation de nombreuses interventions, afin de libérer des lits d’hospitalisation nécessaires pour accueillir certains malades à risque ou fragiles ;
- Un renfort médical a également été mis en place le week-end à Taravao ;
- La subdivision des Tuamotu-Gambier, par sa proximité géographique avec le CHPF, a complété l’accueil spécifique des malades atteints de chikungunya lorsque cela a été nécessaire, en réalisant des consultations au sein de ses locaux ;
- Les structures de la Direction de la santé fonctionnent avec une priorité donnée aux activités de soins, au détriment des activités de prévention ;
- Parallèlement à ce dispositif, les gardes de week-ends des médecins libéraux ont été doublées depuis deux semaines dans les zones du grand Papeete et de la presqu’île.

En prévision des vacances de fin d’année qui démarrent, un appel au volontariat a été effectué auprès de l’ensemble des médecins de Tahiti, libéraux et salariés, afin de combler les gardes du CHPF et de Taravao, notamment le week-end et les jours fériés à venir.

Cette situation est suivie attentivement par la cellule de coordination et les dispositions ont été prises afin de garantir la permanence des soins dans les structures hospitalières sur une base volontaire, en évitant au maximum de recourir à des mesures de réquisition. Celles-ci ne seront mises en œuvre, en lien avec le haut-commissariat, que si, en dépit de tous ces efforts, la continuité des lignes de garde hospitalières ne peut pas être assurée. Une attention particulière a été accordée à la situation des îles, qui ont reçu de nombreux enfants en provenance de Tahiti depuis le week-end dernier, augmentant le risque d’une diffusion accrue de l’épidémie au niveau des archipels. La situation des structures de santé est suivie quotidiennement.

De façon complémentaire, il a été rappelé que le chikungunya est une arbovirose, comme la dengue et le zika, et que l’ennemi est le moustique. Contenir l’épidémie est donc l’affaire de tous.
 

 

 

Mission aux Etats-Unis de Jean Christophe Bouissou

Dans le cadre de leur mission aux USA, le Ministre de la relance économique, du tourisme et des transports aériens internationaux ainsi que les dirigeants d’ATN (Michel Monvoisin PDG et Mathieu Béchonnet DG) ont été reçu mardi 16 décembre à 15h00 par le PDG de Air Lease Corporation, M. Steven Udvar-Hazy, en présence de son équipe d’encadrement.

 Cette rencontre a permis d’aborder la question du renouvellement de la flotte d’appareils d’Air Tahiti Nui en conformité avec les directives du gouvernement polynésien et du Conseil d’administration d’ATN.

 La mission du MRE se poursuit dès Mercredi 17 par la visite des personnels & des bureaux d’ATN à Los-Angeles ainsi que ceux de Tahiti tourisme.

Enfin Jean-Christophe Bouissou et l’équipe d’ATN qui l’accompagne seront reçus jeudi 18 décembre à 11h00 aux sièges des compagnies de croisière Holland-America et Seabourn situés à Seattle, Washington, par les deux Présidents Stein Kruze et Rick Meadows. Ce dernier, Président de la prestigieuse compagnie de croisière Seabourn du groupe Carnival Cruise Corp, est une vieille connaissance d’université du MRE

 

Retour de l’Etat au RST

 (Communiqué du Tahoeraa)

Encore des promesses et toujours rien de concret

 Notre député Jean Paul TUAIVA s’est encore inquiété du sort des engagements de l’Etat en ce qui concerne le RST. Il a posé pour la énième fois une question orale au gouvernement hier à l’Assemblée nationale. On croyait, après les multiples assurances données au Président Edouard FRITCH par le Premier ministre Emmanuel VALLS et par le Président de la République François HOLLANDE, à Paris, puis à nouveau par le Président de la République à Nouméa et à Brisbane, que le retour de l’Etat au RST était réglé, et que cette promesse ne serait tout au plus qu’une question de temps. Tout le monde a donc été surpris d’entendre notre député poser une nouvelle question à ce sujet.

 Aujourd’hui le Tahoera’a Huiraatira a la certitude que l’Etat ne versera aucune subvention au RST alors que le déficit cumulé de 2013 et 2014 devrait s’élever à environ 7 milliards de FCFP. Le soutien de l’Etat se réduira tout au plus à la mise en oeuvre de mesurettes qui feront économiser quelques millions au RST, sans commune mesure avec les besoins urgents du régime de solidarité, comme nos sénateurs l’ont récemment expliqué. La question de Jean Paul TUAIVA ne fait que traduire les doutes qui animent à présent nos députés et le Président Edouard FRITCH.

 La réponse de la ministre des Outre-mer Madame Georges PAU LANGEVIN n’est pas de nature à lever ces doutes, bien au contraire. En revenant sur le sempiternel rapport de l’IGAS (l’arlésienne), et en réitérant des assurances et des encouragements au Président Edouard FRITCH, la Ministre ne fait qu’accentuer nos craintes sur les promesses de l’Etat, qui à mesure que le temps passe, n’engagent que ceux qui y croient encore. Nous aussi nous saluons le courage du Président Edouard FRITCH, mais ce n’est pas pour obtenir cette réponse que notre député a posé sa question. Dans sa réponse, Madame PAU LANGEVIN s’est bien gardée de préciser une échéance, et encore moins un montant.

 Voilà bientôt deux ans que le Président Gaston FLOSSE, puis le Président Edouard FRITCH, et nos députés, interrogent l’Etat sur son retour au RST. Faut-il rappeler que rien n’est prévu dans la loi de finances 2015 à ce sujet. Le moment venu, les Polynésiens seront en droit de s’interroger sur l’attitude pour le moins désinvolte de l’Etat sur ce dossier de la solidarité nationale. Le Tahoera’a Huiraatira, une fois n’est pas coutume, souhaite se tromper.

 

 

 

Et pendant ce temps là, oui la population est infectée

Courrier :

Comme une majorité de la population, je suis étonnée que la campagne de pulvérisation soit si discrète. Il ne suffit pas de demander à la population de se protéger, il faut que les pouvoirs publics agissent efficacement et activement en faisant non seulement des pulvérisations mais également du dégitage , quartier par quartier et aussi en mettant du larvicide dans les zones a risque comme les endroits où il y a des eaux stagnantes ou de la brousse.

Les services du pays et des communes ont reçu une formation l'année dernière, des experts de l'Ile de la réunion ont dispensé cette formation, ils savent ce qu'il faut faire.

Qu'est ce qu'on attend, que toute la population de la Polynesie soit infectée?

 

 

 

Et pendant ce temps là, les syndicalistes des stations services en grève vont bloquer les îles et les compagnies aériennes. C'est ce qui tue le pays...et son tourisme.

 

Conseil de surveillance de l’IEOM: baisse des taux en série: réescompte, facilité de prêt, escompte.

Le Conseil de surveillance de l’Institut d’Emission d’Outre-Mer (IEOM) s’est réuni le 16 décembre 2014 à Paris, sous la présidence de Mme Anne LE LORIER, sous-gouverneur de la Banque de France, et en présence de M. Nicolas de SÈZE, directeur général.

Le Conseil a analysé la situation économique et monétaire des trois collectivités d’outre-mer du Pacifique et pris connaissance des résultats préliminaires des balances des paiements 2013 de Polynésie française et de Nouvelle-Calédonie. Il a également examiné l’évolution et les déterminants du coût du crédit aux entreprises et aux particuliers et été informé des accords de concertation sur les tarifs bancaires pour 2015 signés entre les Hauts-commissaires et les banques, le 8 décembre 2014 en Polynésie française et le 15 décembre 2014 en Nouvelle-Calédonie.

A la lumière des éléments conjoncturels présentés, notamment l’évolution de l’inflation et des agrégats monétaires et de crédit dans les COM du Pacifique, le Conseil a décidé de baisser le taux de réescompte de 10 points de base à 0,05 %, de baisser le taux de la facilité de prêt marginal et celui de l’escompte de chèque de 10 points de base à 0,30 %. Le taux de la facilité de dépôt reste inchangé à 0,00 % . Pour mémoire, la dernière baisse des taux de l’IEOM était intervenue en juin 2014 (cf. avis aux établissements de crédit n°02/2014
 

Air Tahiti Nui présente sa nouvelle plateforme internet et lance 5 nouveaux sites régionaux.

 


Après plusieurs mois de développement, Air Tahiti Nui est heureuse de présenter au monde son nouveau visage sur la toile. Cette nouvelle plateforme propose une meilleure ergonomie de navigation, une refonte complète du design, de nouvelles fonctionnalités ainsi qu’un contenu éditorial, photos et vidéos plus riche que dans sa précédente version.

A l’ère où l’importance d’internet pour la distribution de produits et services n’est plus à démontrer, la compagnie aérienne polynésienne souhaite s’appuyer sur ce nouveau système de gestion de contenus, ou CMS, pour développer ses ventes et convaincre toujours plus de visiteurs de choisir Tahiti et ses Iles pour leur prochain voyage.

Lancé sur le marché Nord-Américain en novembre dernier pour sa phase de test, l’outil est aujourd’hui activé au Japon, en Nouvelle-Zélande, en Australie, en France et en Polynésie. A terme, ce n’est pas moins de 11 versions que la compagnie souhaite inaugurer incluant les déclinaisons italienne, espagnole et allemande pour les marchés secondaires européens, mais également la Russie, la Chine ou le Brésil pour les marchés émergents.

Outre l’optimisation de l’administration, des ressources humaines et financières, le principal atout de la plateforme réside dans la gestion dynamique des contenus (Responsive Design) pour une meilleure expérience utilisateur. Les internautes naviguent aujourd’hui au moyen de postes fixes, de portables, de tablettes numériques ou de smartphones. Une organisation en damier associée à une gestion dynamique des contenus constitue donc désormais un standard indispensable.
De nouvelles fonctionnalités sont en cours de développement (incluant la refonte de notre moteur de réservation en ligne) et rentreront progressivement en service. L’objectif de la compagnie est de faciliter le plus possible l’accès aux offres et services indispensables à la concrétisation et la gestion d’un projet de voyage.

Monsieur Michel Monvoisin, PDG d’Air Tahiti Nui, précise : « cette nouvelle plateforme a pour ambition de devenir un guichet unique permettant aux internautes de plus facilement trouver l’offre de voyage qui correspond le mieux à leurs attentes directement auprès de la compagnie ou bien avec ses partenaires tours opérateurs et agents de voyage spécialistes. Les comportements d’achats varient d’un marché à l’autre, d’un segment de client à l’autre, et nos sites doivent pouvoir accommoder toutes les demandes ».

Air Tahiti Nui a choisi la société NIIT technologies pour développer sa nouvelle plateforme. Lalit Dhingra, Président Amériques d’NIIT Technologies ajoute : « le nouveau site responsive d’Air Tahiti Nui a pour objectif d’offrir une expérience utilisateur optimale. Avec cette nouvelle plateforme, les voyageurs pourront trouver toutes les informations utiles sur Air Tahiti Nui où qu’ils soient, quand ils le souhaitent et sur tous types d’appareils. »

Les voyageurs pourront ainsi accéder plus aisément au système de réservation en ligne d’Air Tahiti Nui et rechercher les meilleurs tarifs disponibles. Ils pourront également découvrir les offres promotionnelles du moment ainsi que les forfaits clé-en-main proposés par nos partenaires voyagistes et classés par type d’intérêt. Les autres fonctionnalités telles que la consultation des horaires ou l’accès aux comptes miles Club Tiare, programme de fidélité de la compagnie, sont également présentes.

Afin de célébrer la naissance de sa nouvelle plateforme, Air Tahiti Nui adresse au monde un grand « Ia Orana », formule d’accueil bien connue des visiteurs. Air Tahiti Nui vous invite donc à découvrir et partager son court métrage « Ia Orana, l’esprit Polynésien » associé au lancement des nouveaux sites et célébrant une tradition ancestrale d’accueil !


 

 
 

 

 

                                                                                              

:

 

 

 

 

 

 

u