Accueil
Confidences

 

 

 

 

 

Avez-vous le goût de rêver ?

 

 Ayez un autre regard sur l'actualité que celui qu'on vous donne ailleurs !

 

Lisez votre éditorial quotidien sur le journal de Tahiti Today.

 

Débat Marine Le Pen/Emmanuel Macron pour le second tour des élections présidentielles, le 3 mai 2017 sur France 2 et TF1. Un moment fort en perspective.

 

 

 

Vendredi 28 avril 2017

Editorial

Une toile d'araignée d'animadversion

On me permettra de remarquer une chose qui saute aux yeux. On ne voit plus sur les télévisions métropolitaines que du Marine Le Pen. Non pas pour l'encenser, oh non, plutôt pour la crucifier d'oser... Est-ce à dire qu'Emmanuel Macron est le parfait candidat, aucune faute pour ternir son blason ? Même pas  pour faire une petite balance ?

 La trombe d'opinions positives à laquelle on assiste actuellement en faveur de l'ambitieux, ravigote les socialistes, la droite fourbue et les sans partis qui  bordent avec tant d'empressement le lit du candidat pendant que celui-ci, pour faire mentir Marine Le Pen qui lui reprochait de ne pas être proche du peuple, s'en va faire, en costume cravate quelques passes de foot avec un jeune black dans un quartier défavorisé. Qui veut-il tromper ? Mais, s'il vous plait, filmé bien sûr par son équipe de communication qui occupe l'espace de face book. Cela suffit-il pour être proche des laissés pour compte de son système ? Trois passes de ballon,un shoot et puis s'en va enlever la poussière et cirer ses chaussures pointues dernière mode Watson. Heureux et content d'avoir prouver à Marine qu'il était aussi proche du peuple qu'elle. Au passage sachez aussi que "madame Macron" est "gracieusement" habillée par les couturiers  du groupe qui soutient financièrement son mari. Il n'y a pas que Fillon qui est sapé à l'oeil.

Bref, la baby-sitter de son chérubin sera non seulement la première dame si celui-ci saute dans le fauteuil tant convoité, de son " royal mari" mais aussi, pour disposer de ses judicieux conseils, jour et nuit bien sûr, il lui a préparé une fonction présidentielle à l'Elysée, ce qu'aucun président de la République n'a jamais osé faire. Or nous n'avons entendu aucun commentaire désobligeant sur l'annonce qui en a été faite tout à fait normalement, par Macron lui-même. C'est de la Trumpisation élyséenne.

Imaginez, un instant, un tout petit instant que Marine ait annoncé que son compagnon  devienne le premier chambellan ou le Secrétaire général de l'Elysée... Vous entendez d'ici les hurlements des harpies médiatiques déchaînées à vous rendre sourd à jamais.

 Questionnée à ce sujet d'ailleurs,  au cas où le tour de force de cette amazone deviendrait réalité, au contraire de son adversaire, son compagnon n'aurait aucunement sa place à l'Elysée. Lui-même l'a confirmé en précisant non seulement qu'il n'y vivrait pas mais qu'il se consacrerait à la conquête de la mairie de Perpignan. Encore une différence de taille.

Alors, à chaque fois, je me demande comment une femme, véritablement écrasée par le poids du passé de son père dont elle n'est aucunement responsable,  peut-elle  se sortir de cette toile d'araignée et avoir sur les lèvres un sourire qui n'est pas factice ? Une animadversion (aversion agressive) dans laquelle se confondent le pilonnage acharné de Macron lui-même, des "forces" de l'argent et celles de tout le système poussant désormais, la souriante "candidate du peuple" comme elle le précise, dans un égarement de basse époque jusqu'à la comparer à l'OAS.

Macron a dépassé là, les bornes de la décence. Perdrait-il les pédales ? Sans doute, quand on voit ses coups de colère, ses gestes et le ton des anciens dictateurs européens dont nous tairons les noms,sa gesticulation tranchante, ses mains qui frappent le pupitre tel un champion des arts martiaux asiatiques qui vous cassent une brique d'un seul coup, d'un seul. et qui hurle  :  "vive la France" pour qu'on l'entende sans doute jusque chez Trump en conclusion de ses discours enflammés. Et  cette autorité filtrante d'un autre âge, si dangereuse, croyez-vous qu'il la laissera à la porte de l'Elysée ? Le ton paisible et doucereux n'est réservé qu'aux  rencontres médiatiques.

Nous le disions peu naturel, coléreux et formaté par son équipe. Cela malheureusement se confirme. Macron président, gare à vous...car l'orgueil de puissance est père de tous les défauts des dirigeants à la plus haute fonction. Je ne  retrouve pas ce défaut extrêmement dangereux chez Marine Le Pen qui en a certainement d'autres, mais pas celui-là, que certains veulent lui faire pourtant endosser . En résumé la campagne devient fétide !

En conclusion, je dirais que le plaisir d'espérer peut s'appuyer sur l'illusion mais le bonheur, comme dirait Chamfort, repose, lui, sur la réalité.

 

 

 

Achetons français ?

 "Achetons français"! Quand Montebourg le disait, toute la presse applaudissait. Quand Marine le dit, on l'assassine en prédisant un suicide français et pourtant...Un protectionnisme intelligent pour les entreprises françaises par le biais d'une taxe imposée à la production étrangère, certes c'est du Trump, mais ça marche. Alors d'un côté il faut bien faire quelque chose et de l'autre on crie "au loup !"

A cela Marine Le Pen répond: «3 % sur l'importation, c'est totalement indolore». En effet, les grandeurs économiques comme le PIB, ne ressentirons que très peu l'effet immédiat de cette taxation. En revanche les mesures de rétorsion contre la France, qui suivront, auront peut-être un impact bien plus conséquent…Mais faut-il toujours avoir peur des autres et de se protéger économiquement ? Ou oser ?

 

«Le Ia Mana de Jacqui Drollet qui a toujours combattu " les puissances d'argent", les grands groupes   etc... prônent à son tour l'abstention.

 

Même les justiciers ne sont pas parfaits. Yves Conroy vient de se voir condamner pour abus de biens sociaux à 18 mois de prison ferme et un million d'amende. Fichtre !

 

Les limiers ont du flair. Dans l'affaire de trafic de stupéfiants en bande organisée une quatrième personne vient d'être mise en examen et écrouée. Attention la DSP cartonne !

 

         .

Jeudi 27 avril 2017

 

 

 

 

 

 

Editorial

Si ma tante en avait...

Quelle chance nous avons d'avoir Oscar Temaru pour rompre le sérieux de cette élection présidentielle à rebondissements. Son charme aujourd'hui aère notre univers et rafraîchit l'actuelle ambiance. Certes, ce champion de l'opinion nous a souvent fait sourire, mais il bat en ce moment tous les records de  l'amuseur public en caracolant dans l'éther prospectif d'un logiciel ayant des ratés pour notre plus grand plaisir.

Rappelez-vous ses tirades qui l'ont rendu célèbre " Dans le monde entier on connaît Oscar Temaru" avait-il lancé un jour pétri de certitudes. Au diable l'avarice ! Vous aviez parié qu'il n'aurait pas ses 500 signatures, alors qu'il affirmait en avoir 1000 ? Vous avez gagné, il n'en a reçu qu'une petite centaine ce qui n'est déjà pas mal. N'ayant pas pu s'envoler vers les cimes élyséennes, il a donc prôné l'abstention, que voulez-vous qu'il fit d'autres ? Cette élection qui conditionnera notre avenir, pourtant si importante pour le devenir des Polynésiens comme celui des métropolitains, n'a aucun intérêt pour lui et les siens. Il nous régale avec son " si j'avais été candidat j'aurais eu 50.000 voix" ! Pourquoi pas 100.000 ?  Il est bien connu, mais peut-être pas à Faa'a, que " si ma tante en avait, on l'appellerait mon oncle !"

La France avait besoin de Georges Marchais pour en rire non sur son message mais sur la manière qu'il avait de le faire passer et nous avons besoin d'Oscar Temaru pour nous changer du sérieux et de la complexité de cette campagne. Que ferions-nous sans lui, je vous le demande? Ah...j'oubliais la meilleure, " Gaston Flosse a fait voter Marine Le Pen pour  sauver sa tête". Elle est encore très bonne celle-là et elle va plaire et cascader .

 Fillon sait, lui, que la Justice ne souffre aucune intervention politique dans son action. Même si une demande de grâce est formulée. Donc, elle suivra son cours en Polynésie comme elle le fait en Métropole. Mais les gogos  vont ingurgiter la nouvelle à s'en faire péter la sous ventrière. Quant au statut de "pays associés" et à la révision constitutionnelle, s'empresse d'ajouter Moetai Brotherson,le précieux conseiller d'Oscar, ce n'est pas pour demain . "Comme l'indépendance", pourrait-on ajouter. Score : un à un.

Macron en Algérie a réchauffé le coeur qui s'étiolait d'Oscar en lui donnant un regain de plaisir, quand il a lancé avec assurance, comme toujours,  que la colonisation était "un crime contre l'humanité". Douces paroles pour notre trublion qui retrouve son propre message avec ce jeune homme qui brigue la présidence de la République, Dans le sérail, en sous main, il croit fermement que "Macron, c'est le bon" en adoptant le slogan de Rohfritsch alors ministre de la pêche "le thon c'est bon". et forcément, c'est Macron qui permettra à la Polynésie de se  déchausser et de se débarrasser de la botte tricolore qui lui donne des ampoules, dont il ne veut plus depuis longtemps. Il aurait pu, pourtant, s'il avait vraiment très mal aux pieds, lorsqu'il était président. Le statut lui donnait le droit, de demander à l'Etat d'organiser un référendum sur l'autodétermination, condition sine qua non pour qu'un président de la République s'y intéresse. Mais,il n'a pas profité de son amicale séduction pour l'obtenir.

Pendant que les plaisanteries narcissiques  de notre souverainiste distraient le pékin, la campagne de l'élection présidentielle se poursuit en France, et d'une façon moins visible dans cette Polynésie nombriliste, que rien n'intéresse en dehors d'elle-même et de l'argent qu'elle peut soutirer à la France.

 Et pendant ce temps là, il faut savoir, c'est une loi de la nature, que lorsqu'on se croit haut, mais qu'on est blette sans s'en douter,on est voué à tomber.

 

Emmanuel le lui a promis ; elle aura un rôle officiel à jouer à l'Elysée, une première  au sein de la République française. Et ce n'est qu'un début !

 

 Réunion de l’observatoire du tourisme

La ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, a présidé la réunion de l'observatoire du tourisme qui s'est tenue jeudi à la Présidence. Créé par un arrêté du 10 août 2016, l'observatoire est un outil collégial de co-pilotage du développement touristique, préconisé par la Stratégie de développement du tourisme de la Polynésie française 2015-2020.

Plateforme d'échange et de concertation, cet observatoire est composé principalement de professionnels des différents secteurs touristiques (transports, hébergements, agences maritimes et de voyages, activités nautiques, subaquatiques et culturelles), mais aussi de l'ISPF, l'IEOM, d'Aéroport de Tahiti, de Tahiti Tourisme, et du service du Tourisme qui est en charge de son animation.

Au cours de cette séance, ont été présentés le bilan statistique de la fréquentation touristique 2016, ainsi qu'un point des premiers mois de l'année 2017, l'état d'avancement des révisions de la règlementation, un état des actions mises en œuvre dans le cadre de la stratégie de développement du tourisme et enfin un point sur les différents financements publics liés au tourisme

 

Courrier :

Les 56 milliards , repris en boucle par tous les syndicalistes concernant la "dette nucléaire" de l'état ; à quoi correspondent-ils ?
Cette somme astronomique résulte d'une simple équation sorti des ordinateurs de la CPS.
De 1966 à 2017, vous entrez deux mots clés dans l'ordi : cancer et coût !
Effectivement on arrive à des dizaines de milliards, mais un brin d'honnêteté ou de conscience scientifique, amène la question suivante : combien de cancer sont dus à Moruroa ?
Bien malin, celui qui répondra à cette question.
Juste pour compliquer l'équation : il y a plus de cancer de la thyroïde en Nouvelle-Calédonie, qu'en Polynésie ... alors que c'est le cancer le plus radio-induit, aucun scientifique ne peut l'expliquer, à ce jour ! P.V (médecin)


 


Le SDAN à l'Assemblée

 Dossier visant à acter la participation financière de l’Etat et de la caisse de dépôts et consignations (CDC) dans le cadre de la production d’un document stratégique d’aménagement numérique : le SDAN qui sera soumis pour avis à la sanction de notre assemblée sous peu.
Pour mémoire, sachez que le Pays a rencontré la directrice de la CDC en juillet dernier lors d’une mission qu’elle a effectuée en Polynésie française afin de déterminer quels investissements pourraient y être réalisés.

A cette occasion, le Pays a sollicité l’aide de la CDC pour accompagner la Polynésie française dans sa volonté de mettre en place des infrastructures pour réduire la fracture numérique entre nos différents archipels qui, il faut bien le dire, ne bénéficient pas tous du même débit. Et c’est ainsi que nous sommes aujourd’hui amenés à approuver ce projet de délibération relatif à cette convention tripartite entre le Pays, la CDC et aussi l’Etat pour le financement d’une étude dont le coût total est estimé à un peu plus de 14 millions de francs.

L’appel d’offres a donc pu être enclenché avec des cabinets de consultants spécialisés dans le domaine du numérique et aujourd’hui le SDAN est prêt. Il est déjà passé par la case CESC et devrait arriver à l’examen de notre assemblée pour avis d’ici une quinzaine de jours.

 

 

Le ministre de la Culture, de l’environnement, de l’artisanat, de l’énergie et des mines, en charge de la promotion des langues et de la communication, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a rencontré, jeudi après-midi, Sylvie Goyet, directrice en charge des dossiers « changement climatique et durabilité environnementale » au sein de la Communauté du Pacifique, à Nouméa.

 

Le Président reçoit le PDG de Météo France

Le pdg de Météo-France, Jean-Marc Lacave, a été reçu, jeudi, par le président Edouard Fritch. Pour sa première venue en Polynésie française, il séjournera près d’une dizaine de jours.

Météo-France est en train d’élaborer son plan à cinq ans, intitulé C.O.P. (Contrat Objectifs Performance). La particularité des outre-mer, et en particulier celle de la Polynésie, est celle d’un éclatement géographique. Ceci constitue un défi pour les techniciens de la météorologie qui cherchent à établir des prévisions les plus pertinentes.

Outre les prévisions météorologiques, le pdg de Météo-France souhaite également mieux connaître les phénomènes de submersion.



Quand Edouard se réveille, ça étincelle !

Et bien, il en aura fallu du temps, une vie, pour que l'immeuble Van Bastolaer en pleine ville intéresse un président ( la Dépêche page 16) Et l'intérêt que Fritch porte à cet immeuble, squatté depuis une trentaine d'années est louable puisqu'il a décidé d'en faire des studios plus cafetera pour étudiants. Le béton est bon et les architectes sont à l'ouvrage pour réhabiliter l'endormi. La ministre de l'Education parle également d'un projet d'extension du centre d'hébergement d'Outumaoro qui offrirait 83 places supplémentaires aux étudiants. Elle est pas belle soudain la vie et l'espoir pour nos adolescents studieux. Après tout il n'y a pas de raison que les voyous bénéficient d'une prison grande classe alors que les jeunes gens et jeunes filles qui bûchent et sont sérieux,  se logent comme ils peuvent de bric et de broc. Fritch se serait-il réveillé ?Il semble bien que oui et c'est tant mieux.


Remerciements du TH.


LE CHOIX D’UNE POLYNÉSIE FORTE DANS UNE FRANCE FORTE

Le Tahoera’a Huiraatira remercie tous les électeurs qui ont voté, nombreux, pour Marine le Pen au premier tour. Avec 32,53% la Polynésie a apporté à Marine Le Pen l’un de ses meilleurs scores Outremer, et 24.599 Polynésiens lui ont témoigné leur confiance. Le Tahoera’a Huiraatira appelle les Polynésiens à se mobiliser massivement pour le second tour pour faire de Marine Le Pen la prochaine présidente de la République. Le choix de Marine Le Pen s’impose comme le meilleur choix pour la Polynésie française.

Si le Tahoera’a Huiraatira lui a apporté son soutien, c’est parce qu’elle a un programme pour la Polynésie française, et que c’est le meilleur pour notre pays. Elle s’est engagée personnellement et solennellement sur les objectifs du Tahoera’a Huiraatira. Elle veut fonder un réel partenariat, équitable et respectueux, alors qu’Emmanuel Macron n’a pas de programme pour la Polynésie française.


Marine Le Pen fait l’objet d’une campagne mensongère qui cherche à la discréditer. En dépit de cela, un nombre important de français lui ont fait confiance. Malgré ces attaques quotidiennes et indignes, un nombre croissant de français a compris qu’elle était une candidate sincère et porteuse d’une réelle ambition pour la France et les Outremers où elle a obtenu des scores historiques.

Ceux qui se moquent des électeurs qui soutiennent Marine Le Pen, devraient être moins méprisants et plus respectueux d’un choix qui s’exprime démocratiquement. Si Marine Le Pen connaît aujourd’hui un tel succès, elle le doit d’abord à son programme, à la pertinence de ses idées, à son écoute, à son charisme, à son courage aussi. Elle le doit également au champ de ruines laissé par les gouvernements précédents qui sont responsables de sa progression, et que les électeurs ont d’ailleurs sanctionnés, comme ils sanctionneront demain l’échec du Tapura.

Quant au candidat malheureux du Tavini Huiraatira qui appelait à se mobiliser autour de lui et qui appelle aujourd’hui à l’abstention, il n’est plus à une contradiction prêt. Son comportement est pathétique et n’a d’égal que sa perte de vitesse. Les intox à deux balles dont il est coutumier pour tenter de faire diversion traduisent sa panique. S’il existe un programme réactionnaire et dangereux que les Polynésiens doivent combattre, c’est bien celui d’Oscar Temaru et non celui de Marine Le Pen.

Emmanuel Macron est devenu le candidat des loosers. S’il est élu, il le sera par défaut et non par conviction. On ne construit pas une France forte sur un vote par dépit. Son programme n’est que du vent, il est inexistant pour l’Outremer et la Polynésie française. Voter Emmanuel Macron c’est poursuivre la politique désastreuse de François Hollande dont il est le candidat et la continuation.

Pour le Tahoera’a Huiraatira, le choix de Marine Le Pen s’impose désormais comme le seul choix qui mérite d’être soutenu par les Polynésiens, pour une Polynésie forte dans une France forte.


A l'Assemblée ce matin  il a été question de la régularisation au profit des personnels aides opératoires et aides instrumentalistes ( Jules ienfa)

...
Cette mesure dérogatoire, qui aurait dû être réalisée dans les 6 ans suivant l’adoption de la loi du pays ci-dessus, permettra à ces personnels aides-opératoires et aides-instrumentistes non infirmiers exerçant dans les établissements privés d’hospitalisations de continuer d’exercer légalement leur profession et donc d’être maintenus dans leur emploi sous réserve de remplir 3 conditions. 

La 1ère condition tient à l’ancienneté dans la profession qui doit être égale ou supérieure à 6 ans.

 La 2ème condition est la réussite aux épreuves de vérification de leurs connaissances avant le 31 décembre 2018 et qui leur ouvrira le droit à la 3ème condition.

 Cette troisième condition consiste à suivre une formation de 6 mois dans les 2 ans suivant l’adoption de notre projet de loi de pays. Il s’agit d’une formation continue intégrée dans le temps de travail, organisée par l’employeur et à la charge de celui-ci.

 S’agissant de la condition d’ancienneté, elle est largement remplie par les 9 professionnels de santé concernés qui totalisent entre 12 et 25 ans de métier.

Pour ce qui concerne les 2 conditions suivantes, la Direction de la santé a missionné expressément une de ses cadres de santé, de surcroit polynésienne, pour finaliser ce dossier, en coordination avec notre Institut de Formation aux Professions de Santé (IFPS) et les employeurs, et le mener à terme.

 C’est ainsi qu’elle prévoit le passage des épreuves de vérification des connaissances dès le mois de septembre prochain, avec si nécessaire une deuxième session dans les 4 semaines pour les recalés ou ceux qui n’auront pas pu participer à la première session.

 La formation continue de 6 mois qui constitue la 3ème condition comportera 3 modules portant sur :

·         1/  l’hygiène hospitalière et la prévention des infections nosocomiales, c'est-à-dire contractées pendant l’hospitalisation

·         2/ la règlementation liée à leur activité

·         3/ la prévention des risques liés encore une fois à leur activité.

 A l’issue de ces 6 mois, l’IFPS qui assure la formation délivre une attestation certifiant que l’aide-opératoire ou l’aide-instrumentiste a suivi l’ensemble des enseignements, lui garantissant alors de rester en poste.

 A défaut d’obtention de cette attestation dans le délai imparti, c'est-à-dire dans un délai de 2 ans à compter de la date des épreuves de vérification des connaissances, l’aide-opératoire ou l’aide-instrumentiste ne pourra pas être maintenu dans sa fonction.  

 

Analyse du SDIRAF

Avec des SI, la CPS serait l’organisme de gestion du social le plus riche du monde.

Oui, le territoire a une dette envers la CPS de plus de 18 milliards selon les chiffres du Président. Cette somme étant à répartir entre le RGS, le RSPF et le RNS.

Oui, la France a une dette envers la CPS qui a pris en charge depuis des années, les frais de maladies radio induites suite aux essais nucléaires, dans notre pays, de 1966 à 1996. A combien se montent les frais supportés par la CPS : 20 milliards  ou 56 milliards ou plus encore. Il se trouve que l’accord de l’Elysée signé par les Présidents de la République et de la Polynésie française en parle et les spécialistes vont se mettre autour de la table pour déterminer ce montant. Il ne sert à rien de parler de 56 milliards puisque ce chiffre n’a pas encore été validé par les 2 parties. Par ailleurs, même si l’Etat versait ces 56 milliards, c’est sûr que cela donnerait de l’air. Mais c’est encore insuffisant pour garantir leur retraite aux polynésiens qui ne manqueront pas, tôt ou tard, de demander à bénéficier de leur pension de retraite, pension qu’ils auront eux mêmes financée par leurs cotisations.

Par contre, ce qui est sûr, depuis fin 2014 et l’arrivée d’Edouard Fritch au pouvoir, c’est qu’il y urgence à réformer la PSG, donc la maladie et la retraite.

Début 2015, Edouard Fritch a mis en place une commission, encore une, pour répéter ce qui se dit depuis tant d’années, sur les mesures à prendre pour sauver ce qui peut l’être. A l’époque, c’était très urgent et dès septembre 2015, les réformes allaient commencer à être présentées, adoptées, mises en application. Et puis, rien.

Et le 8 mars 2017, c’est vrai en l’absence des syndicalistes à l’exception de A TIA I MUA, les responsables, missionnés par le gouvernement, présentaient aux partenaires sociaux présents, toute une série de tableaux retraçant la situation de la retraite du RGS de la CPS. Ces tableaux sont édifiants et ne laissent planer aucun doute. OUI, la tranche A ne compte plus de réserves liquides. OUI, la tranche A est en difficulté parce que les recettes ne suffisent plus à couvrir les dépenses. Pour payer les pensions, la CPS est en train de siphonner les branches encore excédentaires. Et une fois que ces branches seront siphonnées, la CPS prendra où l’argent ? C’est vraiment une vision à très court terme des problèmes de la retraite.

Ce qui serait intéressant, c’est que ceux qui nous traitent de menteur, indique publiquement combien d’argent il reste dans la tranche A de la CPS. En plus, pour nous rassurer, ce serait intéressant aussi de produire, publiquement, la lettre indiquant que l’Etat est prêt à payer les milliards dus à la CPS. Ce serait intéressant aussi d’avoir un document du Président Edouard Fritch qui indique qu’il va rembourser entièrement et en un coup les sommes dues par le territoire à la CPS.

Pour ma part, je peux produire les tableaux dont je parle. J’en ai d’ailleurs informé les adhérents du SDIRAF lors de notre AG de samedi 22 avril 2017.

Evidemment, on peut aussi dire que les chiffres donnés officiellement par le gouvernement le 8 mars dernier à la présidence sont des faux, auquel cas cela signifierait que les autorités et la CPS sont en train de mentir et de tromper la population. Et ce serait très grave.

En tout état de cause, cela ne peut qu’inciter le SDIRAF de manifester son mécontentement devant l’absence de réformes de la retraite. Personne ne peut prendre le risque de couler la CPS.

Le SDIRAF n’est pas menteur.

 Emile Vernier

 

Mercredi 26 avril 2017

Editorial

La séduction factice du novice.

Le maire de Nice demande l’exclusion des membres de LR qui refusent d’appeler à voter Macron. Un bon, vrai démocrate en fin de compte que cet Estrosi, si inquiet pourtant en ce moment pour le troisième tour : les législatives.

« Il est important que nous soyons très clairs pendant la présidentielle pour que des retraits républicains puissent s’opérer  lors des législatives", dit le président de la région Provence - Alpes - Côte d’Azur en ajoutant péremptoire « Tous ceux qui ne feront pas le choix très clair de faire voter pour ne pas faire barrage à Marine Le Pen doivent être exclus », a indiqué dans un certain charabia mardi 25 avril au Monde Christian Estrosi, président Les Républicains de la région Provence - Alpes - Côte d’Azur.Le message du maire de Nice   s’adresse également à Eric Ciotti, député LR de Nice et président du conseil départemental des Alpes-Maritimes, qui n’a pas appelé à voter pour Emmanuel Macron et refuse « "d’entrer dans des combinaisons partisanes ». Le trouble s'installe !
 

 Marine a su faire évoluer son parti, les mentalités, son programme et son excellente dialectique, le tout pèse dans la balance, et fait fi du harcèlement méticuleux, vétilleux, pointilleux que ses adversaires lui réservent. Certains vieux   Républicains  piétinent dans un passé révolu, autoritaire quasiment totalitaire dans des disciplines obsolètes . Nous avons écouté la candidate, seule, face  à deux journalistes sur TF1 hier soir. Une prestation exemplaire,réponses imparables  toujours avec le sourire, mais  des réponses irréfutables sur lesquelles les deux journalistes ne pouvaient pas rebondir. Elle est sortie gagnante une fois encore dans l'opinion mais le journal Le Monde fortement ancré à gauche  a démonté ses réponses. En résumé, il ne s'est pas embarrassé et a tenté de prouver que tout, mais tout ce qu'elle dit  " est faux". Voilà on fait un package des réponses et on démonte le tout pour bétonner la route à Macron. Mais ça ne prend pas.

 Malgré tout étant loin d'être un imbécile, Macron tente de s'imposer en adoptant un ton ferme,  tranchant comme un couteau mexicain. Pourtant le champion de la droite-socialiste qui crapahute dans les tranchées de "son futur pouvoir" peuplé de faux frères, sent  le vent du boulet siffler à ses oreilles ( il s'est fait copieusement siffler lors de sa visite d'une usine hier) en sachant que rien n'était gagné, au point de se demander s'il n'était pas parti un peu trop tôt faire la fête avec son prof et ses amis à la Rotonde. Son Fouquet's.

Madame Boutin a dit qu’elle soutiendrait Marine Le Pen, qu’en est-il du Parti chrétien-démocrate qui appartient à la famille des Républicains ? se demandent interloqués les militants des LR.  Et bien  ce parti finalement moins sectaire qu'on ne le dit, regarde,  observe, écoute, pense et décide que Marine  est un moindre mal par rapport  au manque de maturité présidentielle, au manque de culture, au programme et aux soutiens financiers des grands groupes médiatiques d'Emmanuel Macron. A chacun ses choix.

 En conclusion, la séduction factice d'un novice va-t-il naufrager la seule femme, véritable amazone, dont le programme n'a rien à voir avec les traits de l'archaïque et ruineux programme socialiste dont la foule scandait il y a peu  "Du hollandisme ? Plus jamais ça" ?

 

 

Des magistrats français avaient demandé au Parlement européen de lever l'immunité de l'eurodéputée dans l'enquête sur les assistants parlementaires du Front national.

Le Parlement européen (PE) a entamé mercredi le processus devant aboutir à la levée de l'immunité parlementaire de Marine Le Pen, pour l'utilisation présumée frauduleuse de fonds européens qui lui est reprochée, a annoncé mercredi le président de l'assemblée.

 

Au conseil des ministres: (Extrait)

Schéma directeur d’aménagement du numérique de la Polynésie française

Dans sa séance du 21 mars dernier, le Conseil économique social et culturel de la Polynésie française a émis un avis favorable au projet de délibération portant approbation du Schéma directeur d’aménagement du numérique (SDAN) de la Polynésie française.

Ce document construit par l’ensemble des parties prenantes, dans un esprit d’écoute et d’intégration, avec l’appui du haut-commissariat de la République en Polynésie française et de la Caisse des dépôts, est un document stratégique de long terme. Il fixe les ambitions numériques pour la Polynésie française, autour des quatre axes : un territoire connecté et doté d’un socle et d’une gouvernance de transformation digitale, un territoire plus solidaire pour ses habitants et ses entreprises, la réussite de la modernisation de l’administration et des services publics locaux et un territoire plus fort économiquement et plus innovant.
 

Attribution d’aides financières pour les entreprises

Afin d’accompagner trois sociétés sollicitant l’une de ces deux aides, le Conseil des ministres a autorisé l’attribution d’aides financières pour un montant s’élevant à 2 234 000 Fcfp.
Depuis le début de l’année,
- 48 070 590 Fcfp ont été attribués à 40 entreprises au titre de l’AEPE et
- 50 093 500 Fcfp ont été attribués à 35 entreprises au titre de l’ACPR
Soit un montant global de 98 164 090 Fcfp attribués au profit de 75 entreprises.


Ouverture de quotas spécifiques d’importation de fleurs coupées pour la Fête des mères 2017

Les membres de la commission des fleurs coupées, lors de la réunion du 14 mars dernier, ont pris connaissance des prévisions de production de fleurs locales. Il a été constaté en particulier une offre insuffisante de roses (200 douzaines), et une baisse significative des récoltes d’alpinia ou « opuhi » (15 000 tiges au lieu de 19 000 tiges en 2016) et d’orchidées (13 400 tiges contre 19 000 tiges en 2016), selon les chiffres établis par le service du développement rural.

 

Mise en place d’hélistations pour les hôpitaux de Taravao et Moorea

 Afin de mener à bien la réalisation d’hélistations sur les hôpitaux périphériques de Taravao et Moorea, la Polynésie française a décidé de confier par voie conventionnelle le 3 novembre dernier, à l’établissement public Tahiti Nui Aménagement et Développement (TNAD), la réalisation d’ études jusqu’à la consultation et aux choix des entreprises.

La phase d’études touchant à sa fin, il convient de poursuivre l’opération en confiant à TNAD la seconde partie du projet correspondant aux études d’exécution, l’attribution des marchés de travaux et le suivi de l’exécution des travaux jusqu’à la réception des hélistations. L’enveloppe financière globale de l’opération de mise en place d’hélistations sur les hôpitaux de Taravao et Moorea s’élève à 70 millions Fcfp. Le maître d’ouvrage délégué (TNAD) pourrait démarrer les travaux dès le mois de mai.

 

Au CESC : Projet de « loi du pays » portant réglementation de la profession de médiateur foncier ( extrait) ci-dessous

 

On vote à main levée au CESC. Les conseillers jouent la transparence

 

 Deux autres projets ont été étudiés celui sur la réglementation de l'activité d'agent de transcription et accord pour le développement de la Polynésie française.

Depuis quelques années, le ministère en charge des affaires foncières et la direction des affaires foncières sont engagés dans un processus de réglementation de l’ensemble des activités afférentes à la matière foncière et ce, aux motifs principaux de professionnalisation de ces métiers et de protection des usagers contre les éventuels abus.
Ainsi en 2014, au travers de la « loi de pays » n° 2014-16 du 25 juin 2014, ce sont les professions de géomètre-expert foncier et de géomètre-topographe qui ont été encadrées et organisées. De même, la « loi du pays » n° 2016-12 réglemente l’activité de généalogie en Polynésie française.
Selon les auteurs du projet de texte, ces mesures visent notamment à accompagner l’installation prochaine du tribunal foncier créé par l’article 23 de la loi nationale n° 2015-177 du 16 février 2015 relative à la modernisation et à la simplification du droit et des procédures dans les domaines de la justice et des affaires intérieures, loi pour laquelle il a été relevé que l’article 24 prévoit l’arrêt des activités et donc la suppression de la Commission de Conciliation Obligatoire en Matière Foncière (CCOMF) à compter de la date d’installation effective du tribunal foncier.



 

Yves Laugrost a cédé sa place à un président pour la CPS issu des employeurs. La tournante, cela a parfois du bon.

Ronald Blaise a donc été élu président du conseil d'administration de la CPS avec un consensus assez exceptionnel  sur son nom. " Il est temps de passer au travail sur la PSG" a-t-il déclaré. Ah..Pourquoi, personne ne travaille depuis le temps sur ce dossier ?

 

Législatives

Qu'en est-il en Polynésie au plan des  législatives? On sait que la personnalité des candidats sur le terrain est très importante mais que les patrons des petits bataillons qui vont au charbon, l'est plus encore. Edouard Fritch, par exemple, n'a pas le temps. Que voulez-vous il gouverne. Mais il a envoyé  sur les barricades du Tahoeraa son sénateur Nuihau Laurey afin de soutenir l'ancien ministre de la Santé Patrick Howell  dans la troisième circonscription  !Edouard a fait table rase : GTS exit because cumul impossible,Bouissou prié de se consacrer à sa tâche de ministre, Howell devra donc affronter  Me Vincent Dubois, orateur hors pair. Howell élu, pourra-t-il présenter des dossiers du haut du perchoir de l'Assemblée nationale sans dire " donc" tous les trois mots ? Ce qui ferait pour le moins sourire dans l'hémicycle. Cela se travaille !

 

 

Le Front national (et Poisson,président du PCD) montent au créneau

Le soutien de l'UOIF( les Musulmans de France) à Emmanuel Macron a suscité une véritable levée de boucliers, tant de la part de responsables frontistes que de certains représentants de la droite.

 David Rachline, sénateur-maire FN de Fréjus, n'a pas hésité à publier le 26 avril un message incendiaire sur Twitter déclarant : «Emmanuel Macron a choisi l'oligarchie. Et l'oligarchie l'a choisi : PS, UMP, Medef, UOIF, Commission européenne, Merkel...»

La veille, David Rachline avait également déclaré : «On devrait dissoudre l'UOIF et mettre hors d'état de nuire ceux qui propagent le message de haine à l'égard de notre pays.»

«Les islamistes avec Macron», a également ironisé le 26 avril la députée FN du Vaucluse, Marion Maréchal-Le Pen. «L'UOIF vote Macron. Normal, Marine veut terrasser l'islamisme radical», avait par ailleurs réagi Florian Philippot le 25 avril après la parution de l'appel de l'UOIF à voter en faveur du candidat d'En Marche!
Plus surprenant, Jean-Frédéric Poisson, président du Parti démocrate chrétien (PCD) qui avait participé à la primaire de la droite, s'est également joint le 26 avril aux critiques frontistes. «Si l'UOIF apporte son soutien à Macron ça veut dire qu'ils ne voient pas en lui un ennemi, ça m'inquiète», a-t-il réagi.

 

 Affiche des Musulmans de France

 

La justice demande à des journaux d'Eure-et-Loir des preuves du travail de Penelope Fillon
Par FB avec AFP


"Nous avons reçu cette lettre du pôle financier de Paris aujourd'hui", a indiqué, ce mardi 26 avril, Samuel Quignon, rédacteur en chef du Petit Courrier-L'Echo de la Vallée du Loir, qui appartient à Publihebdos.

Le courrier, envoyé par le cabinet du juge Serge Tournaire, chargé de l'instruction au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris, a été envoyé à cinq hebdomadaires de la Sarthe, de l'Orne et de
l'Eure-et-Loir: L'Action Républicaine, Le Perche, Les Nouvelles de Sablé, L'Orne Hebdo et Le Petit Courrier-L'Echo de la Vallée du Loir.

Penelope Fillon, présente sur le terrain sarthois ?

La justice demande aux journaux de lui fournir "tout article publié évoquant Mme Penelope Fillon et notamment tout article relatant sa participation à des événements locaux (inaugurations, cérémonies officielles, visites d'hôpitaux, de maisons de retraite, vernissages, concours divers, etc) publié entre 1998 et 2016", a indiqué M.Quignon.

Penelope Fillon a été mise en examen le 28 mars pour "complicité et recel de détournement de fonds publics", "complicité et recel d'abus de biens sociaux" et "recel d'escroquerie aggravée". Elle est soupçonnée d'avoir bénéficié avec deux de ses enfants d'emplois fictifs à l'Assemblée nationale dans une période s'étalant de 1986 à 2013, notamment pour assister son mari, rémunérés par de l'argent public.

Les juges cherchent à présent à savoir si des archives de journaux peuvent prouver sa présence sur le terrain sarthois, dans la circonscription de son mari puis de Marc Joulaud, l'ex-suppléant de François Fillon à l'Assemblée nationale, également mis en examen pour détournement de fonds publics.
François Fillon a été mis en examen le 14 mars pour "détournement de fonds publics", "recel et complicité d'abus de biens sociaux" et "manquement aux obligations déclaratives à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique".

 

 

Mardi 25 avril 2017

Le conseil d'Etat a rejeté définitivement la requête de Gaston Flosse sur les emplois fictifs  comme révélé  par Polynésie Ière ce matin. Cette affaire était pendante aux arrêts définitifs de la cour des comptes du 22 septembre dernier. Dans les dossiers au nombre de 14 l'ancien président du pays et 21 personnes ayant été rémunérées devront solidairement rembourser 231.509.642 Frs au pays sans compter les peines d'amende pour un montant total de 18,4 millions dont 11 millions pour Gaston Flosse. Le représentant de l'Etat à l'époque qui avait autorisé ces emplois et le TPG qui les avait réglés aux bénéficiaires, sont hors de cause.

Me Quinquis ira devant la cour européenne des droits de l'homme. Car a-t-il confié à la Dépêche, il est quand même curieux qu'un juge il y a deux ans a dit qu'il n'y avait aucun détournement d'argent public et donc aucune infraction pénale, pour qu'une autre juridiction dise le contraire alors, a-t-il ajouté que l'on ne peut soumettre une affaire à deux juridictions d'ordres differents cela constitue une violation de la règle appelée "non bis item" ( pas deux fois la même chose)

. 

 

 

 

 

Editorial

Assez de saloperies...

Si Gaston Flosse "renie Jacques Chirac" son idole politique en votant Marine selon Fritch, lui, a renié son père politico-spirituel Gaston Flosse dès que celui-ci l'a fait élire. Et dès la première minute. Pas de quoi s'en glorifier car si Fritch jouit de la vie rêvée d'un président, à qui le doit-il, lui, le dauphin de toujours ? Alors, avant de chercher à blesser celui qui l'a nourri,choyé, protégé, il convient de faire son examen de conscience .S'il y en a une. Car tirer des flèches dans le dos de son "papa", avouez que ce n'est pas très chrétien pour un catholique aussi fervent.

 Je vais vous dire, même si je n'avais aucune sympathie pour Marine, je militerais en sa faveur car ce qu'elle affronte aujourd'hui est indigne d'une démocratie Que lui reproche-t-on?   Elle aime la France, elle souhaite que les frontières ne soient plus des passoires, elle veut sortir de l'union européenne comme de nombreux candidats y compris Jean Luc Mélenchon, Dupont-Aignan, Asselineau et d'autres auxquels on s'est bien gardé de reprocher quoique ce soit dans leur programme. L'euro ? Mais elle se garde bien de le mettre à la poubelle, elle demandera aux Français dans un référendum ce qu'ils veulent en faire. Qu' y a-t-il de fasciste là-dedans ? Elle a dit que la rafle du Vel d'hiv, ce n'était pas la France. Elle a raison.  La France, la vraie  était à Londres. Notre France était-elle la France pétainiste, celle de la trahison, de l'infamie ? En voulant relever l'honneur de son pays de l'ignominie, les médias en ont profité pour l'accuser de retrouver ses vieux démons!  Allons, allons quand on veut tuer son chien on dit qu'il a la rage car ils ne sont tout de même pas tous stupides dans ce milieu.

 Du coup Marine et sa remontée historique inquiète tellement les pantouflards politiques, et le p'tit jeune qui dès le premier tour s'est conduit comme s'il était élu président, en traînant sa femme sur l'estrade du vainqueur, bisous en plus, puis en allant fêter "son élection" dans un resto branché, qu'ils s'unissent, tous, pour l'abattre par des moyens indignes . Soyons clairs, quand on pose la question à un anti Marine à la télévision nationale : "Qu'est ce qui vous fait peur dans le programme de Marine Le Pen ?" Il bafouille, éternue, s'emmêle les pinceaux, mais ne trouve rien de percutant à dire. Il pourrait dire " son père" car il est là le problème. Et la meute aboie, féroce, pour la courser, la coincer et la déchiqueter. Et ça ne vous choque pas, vous les démocrates bien pensants ?

Bien sûr et c'est facile, on  parle de son père que je n'aurais pas soutenu d'un doigt ou d'une main et dont elle a su se séparer. Alors dites-moi donc, combien sont-ils  ces Français  qui ont eu un père collaborateur pendant la guerre alors que la moitié de la France collaborait. La police française était plus redoutée que la gestapo. Ils avaient des enfants qui aujourd'hui font partie de la curée. Doit-on le leur reprocher tant il est vrai qu'on n'est pas responsable de sa famille et que les Français coupables, cachent la vilenie du passé soigneusement. Qui va aller fouiller dans les archives de cette triste époque ou des milliers de  Français ont vendu d'autres Français stupéfiants les Allemands eux-mêmes ?

Marine a eu le courage de refouler son père avec lequel elle n'était pas d'accord et on vient aujourd'hui le lui jeter dans les pattes pour la faire trébucher sur sa lancée jusqu'à le sortir de la naphtaline pour lui demander son avis sur sa fille etc.. sachant pertinemment que leurs chemins sont divergents. Tout est bon pour mettre des mines dans un parcours qui sera "historique".

 Et moi,  dont une partie de la famille  a disparu dans les  convois vers les camps "de travail", ou assassinée atrocement par la gestapo, vendue par de bons collabos, bien de chez nous,  dans les années40/45, baignée dans ma petite enfance dans une atmosphère de révolte, je crie, non, assez de saloperies !  Assez de lapidation ! Sauvons Marine qui n'a rien fait, ni rien dit de mal, sauf d'être la fille de son père.

 

NB Nous apprenons qu'elle a confié la direction de son parti dont elle a démissionné le temps de la campagne du second tour, à

Jean-François Jalkh . Une personnalité controversée pas très nette . Sans doute une erreur. Tant il lui faut être irréprochable.

 

Légende inutile, regardez leurs mains...

Quant à Baroin, le faux cul a la voix si grave il aurait été ministre avec Fillon...il le sera avec Macron...sans état d'âme et avec la bénédiction de son patron, Sarkozy. Quel gogo peut croire que Macron s'est fait en un an ???Quant aux syndicats qui ont milité contre la loi sur le travail dont Macron est le père, ils l'auront dans le...baba et nous avec  !

 

Troisième tour, les législatives

Et celui-là en Polynésie est déjà "en marche" depuis quelques mois, du moins du côté du Tahoeraa. Flosse met le paquet, la nuit, le jour pour faire élire ses candidats ( en espérant que contrairement aux précédents Maina Sage et Jean Paul Tuaiva, une fois élus, ils ne vont pas se précipiter dans les bras du président) Bref, sans bâton de pèlerin, il repart à la bataille. C'est un guerrier. il est présent partout  y compris dans toutes les îles sans accuser la moindre fatigue à 85 ans. On ne peut pas le souligner ? " Ah bon, il faut critiquer Flosse comme Marine encore et toujours." Que faire ? Et bien écrire toujours ce que l'on pense et surtout fuir la neutralité qui n'intéresse personne en dehors d'une certaine lâcheté médiatique ou faire du journal officiel. Il n'y a pas de presse neutre en métropole ou ailleurs dans le monde. Surtout celui d'aujourd'hui. Les journalistes de télévision notamment des télévisions d'Etat ou territoriale, sont tenus eux à la neutralité de principe, puisqu'ils rentrent dans tous les foyers. Les télés privées ont le loisir de choisir la politique et les candidats qu'ils vont promouvoir et ceux qu'ils enterrent.

Sur trois circonscriptions en Polynésie, on remarquera que dans la 1ere et la 3e, les candidats "orange" par rapport à ceux du Tapura ont toute leur chance d'être élus . Bien sûr Flosse travaille pour en avoir trois mais soyons raisonnable, deux seraient déja un excellent score.

La direction opérationnelle de la campagne  des législatives  à Paris serait confiée à Christian Jacob, président des députés LR, sa direction politique (ou coordination) à François Baroin, président des maires de France, selon plusieurs sources

 Après une réunion du bureau politique du parti, il avait été confié lundi «une mission» à M. Jacob «pour établir, en lien avec l’UDI, une équipe de direction de campagne pour les prochaines élections législatives».

 Laurent Wauquiez, vice-président de LR, deviendrait le leader du parti, en attendant l’élection par le congrès d’un nouveau président, prévue à l’automne. «En cas de cohabitation», si la droite et le centre réunis devenaient majoritaires à l’Assemblée en juin, M. Baroin aurait vocation à devenir Premier ministre, selon plusieurs élus sarkozystes. Le sénateur-maire de Troyes était déjà pressenti comme chef de gouvernement de M. Fillon. Voilà comment on fqit de la politique. On se partage des dépouilles.

  Au cours du petit-déjeuner, une altercation s’est produite entre les députés Georges Fenech et Luc Chatel Le premier, qui refuse de voter Macron «même si c’est la consigne», a reproché au second d’appeler à voter pour le candidat d’En Marche! et de faire ainsi «courir un risque mortel à (leur) famille politique». C'est pas la joie !

 

Un de nos lecteurs nous fait remarquer  q'u au croisement de la rue du chef Vairaatoa et de la rue des remparts, il manque un feu ! Allons nous devoir attendre les prochaines territoriales, demande-t-il, pour remédier à cet oubli potentiellement dangereux ?

 

Josept Castano nous fait un cours d'histoire

 

        Le dimanche 1er juillet 1962, l’Algérie exsangue, privée de la majorité de ses Européens, vota sur la question de savoir si elle devait devenir un état indépendant. En répondant « Oui » à cette question, chaque électeur annulait pour sa part l’existence de l’Algérie française et ce fut la somme de ces « Oui » qui réduisit à néant cette Algérie-là dont l’existence avait commencé le 5 juillet 1830 lorsque les troupes du général de Bourmont, après avoir débarqué à Sidi-Ferruch, occupèrent la capitale des deys. Le gouvernement français, tel Ponce-Pilate se lavait les mains et tournait la page.

Si l’enfantement de la nouvelle République algérienne entraîna l’hystérie collective, amalgame de réjouissances, de meurtres et de pillages tels le génocide dont furent victimes les Musulmans fidèles à la France et les assassinats d’Européens du 5 juillet 1962 à Oran, les Algériens ivres d’indépendance allaient, très vite, danser une tout autre danse en tournant en rond devant un buffet vide… C’est ainsi qu’après la mise à sac du pays en 1962, après la frénésie sanguinaire et destructrice des premiers mois de l’indépendance, après l’incurie des chefs du FLN désormais aux commandes de l’Etat, après les premières années de chaos forcené, il ne restait plus rien de l’équipement technique du pays. Les immeubles tombaient en ruine, l’agriculture était moribonde, les rouages précieux mis en place par la France rouillaient au soleil de midi et les ingénieurs venus de l’Est dès la proclamation de l’indépendance levaient les bras au ciel en contemplant d’un œil désespéré l’ampleur des dégâts. C’est alors que craignant la colère du peuple que l’on avait savamment gavé durant huit ans de promesses démagogiques et fallacieuses, le gouvernement algérien, incapable de fournir du travail à sa population, exigea « la libre circulation des personnes » avec la France et « leur libre résidence de Dunkerque à Marseille » en menaçant de Gaulle d’une rupture qui eût contrarié sa « grande politique » arabe. Aussitôt, sur l’injonction formelle du « Guide », satisfaction sera donnée aux nouveaux maîtres de l’Algérie et la décision d’ouvrir, pratiquement sans contrôle, nos frontières à l’immigration algérienne fut appliquée.

            Durant l’épisode sanglant de ce conflit, le leitmotiv constant des responsables du FLN était que la rébellion se justifiait par le besoin de plus de justice, de bonheur et de liberté pour la « malheureuse » population musulmane… L’indépendance n’a pas permis à cette dernière d’atteindre le bonheur escompté et encore moins de sortir de la violence. Elle a plongé l’Algérie, dévorée par la prévarication, dans un désastre économique que la manne pétro gazière (détournée au profit d’apparatchiks) n’a jamais pu endiguer… Le pouvoir n’a pas été rendu au peuple mais a été accaparé par un groupe initialement choisi par la France pour protéger ses intérêts. Pour se maintenir, ce groupe n’a pas hésité à manipuler des islamistes et à plonger le pays dans un nouveau cycle de violence. Dans un ouvrage documenté, « La colonie française en Algérie. 200 ans d’inavouable », Lounis Aggoun dénonce un système élaboré par des Algériens avec le soutien de la France, puis des Etats-Unis, au détriment de tout un peuple.

            Ainsi, minée par la corruption, l’islamisme, les rivalités au sommet du pouvoir et de la hiérarchie militaire, les séquelles de la guerre civile des années 1990 dont les causes jamais éradiquées fomentent en coulisse de nouveaux troubles, la société algérienne se décompose inexorablement…

            Alors, afin de s’exonérer de ses responsabilités et de celles du FLN -parti au pouvoir depuis l’indépendance- et couvrir par là même leur incompétence notoire, le président Bouteflika, impotent –voire, moribond- qui ne sert plus que de prête-nom à la nomenklatura du FLN, véritable marionnette entre les mains des apparatchiks, a trouvé en la France le bouc émissaire idéal : un pays qui se complaît dans l’auto-flagellation, le masochisme et la repentance.

C’est ainsi qu’en avril 2006, il déclarait sans gêne aucune que la France était « responsable d’un génocide de l’identité, de l’histoire, de la langue et des traditions algériennes »… en parfaite contradiction avec celle d’Aït Ahmed, leader historique du FLN : « Du temps de la France, l’Algérie c’était le paradis ! », déclaration faite en juin 2005 à la revue « ENSEMBLE », organe de l’Association Culturelle d’Education Populaire (ACEP).

... Et Slimane BENTOUCHA journaliste en Algérie, de renchérir : « La colonisation nous a laissé  un patrimoine inestimable que nous n’avons malheureusement pas su garder soit par ignorance, soit par indiscipline, soit par bêtise ».


 

 

 

Le Centre Bruat racheté et remis à neuf

 La société de promotion immobilière, Imagine Promotion, de Franck Zermati et Jean-Claude André, vient de racheter le Centre Bruat situé au bas de l’avenue Pouvanaa nous apprend radio 1 La société entreprend de gros travaux de rénovation pour créer le « PK One Center » et notamment transformer l’actuel parking sauvage en espace piéton. Zut alors un parking de moins, c'est pas la joie. Mais la loi ne dit-elle pas que pour toute nouvelle construction d'importance commerciale, un parking est obligatoire ?

 Les travaux de rénovation de l’ancien Centre Bruat ont démarré depuis quelques jours relèvent la radio la mieux informée de Papeete. A l’origine de cette transformation de l’immeuble construit en 1977 et abritant les ruines de l’historique Be Angel, le récent rachat de l’immeuble par la société de promotion immobilière de Franck Zermati et Jean-Claude André, Imagine Promotion. Si la société a déjà réalisé plusieurs projets de logements collectifs au fenua, c’est son premier projet immobilier pour les professionnels en Polynésie. La société entend remettre le bâtiment à neuf pour relancer l’activité du centre commercial rebaptisé : « PK one Center ». Un programme de rénovation de façade total est prévu, avant une végétalisation sur tout l’angle de la rue qui sert aujourd’hui de « parking sauvage », comme l’explique le directeur financier d’Imagine Promotion, Yan Jambet.

 

 

Lundi 24 avril 2017

 

 

"Comment tu t'appelles ?" Tu es au Tahoeraa ? " Ben oui et toi ?"

Editorial

Fillon,candidat du Tapura disparaît. Sa batterie de cuisine l'a perdu.

Avec 2064 voix de différence, l’écart entre Emmanuel Macron et Marine le Pen reste serré. Cet écart n’est pas représentatif du score final, d’autant que le taux d’abstention atteint le chiffre record de 61% en Polynésie française alors que 70% de la population, métropolitaine a fait son devoir.  La Polynésie n'est intéressée que par les subventions qu'elle peut obtenir de Paris.

 François Fillon obtient 35,28% des voix polynésiennes et Marine Le Pen le talonne à 32,54%. Emmanuel Macron n'arrive qu'à 14,70, c'est que les Polynésiens zappent les longs meetings d'un one man show auquel ils ne comprennent pas grand chose. Le grand perdant des socialistes demeure Benoît Hamon avec 2,91% des suffrages. Mais le favori du Tapura disparaît de la scène présidentielle. Exit.

 

Marine le Pen fait un bon score, ce qui montre que la consigne de vote du Tahoeraa a été plutôt bien suivie. On savait au sein du parti orange que ce choix n’était pas facile à faire accepter par tout le monde. Mais la campagne du Tahoeraa et celle, intense, d'Eric Minardi le représentant de Marine Le Pen en Polynésie a payé.

 
Bien des électeurs qui ont voté François Fillon ne voteront pas  Tapura à des élections locales. C’est le cas de certains électeurs du Tahoeraa qui ont préféré Fillon à Marine le Pen ou de ceux déçus du Centre et du PS qui ne soutiennent pas nécessairement Emmanuel Macron.
 Il faut donc être prudent car si ce score permet effectivement de donner une certaine photographie des forces en présence, il ne s'agit pas  d'une élection territoriale.

Le score du parti d'Edouard Fritch d'ailleurs reste reste faible malgré la campagne menée par le "derviche tourneur" En vérité, il n'a pas cessé de  tourner et de distribuer des aides et des logements  sous le couvert des calamités qui ont frappé le Pays. Pour une majorité au pouvoir, avec les moyens dont elle dispose, le score de samedi, il convient de le relever, est plutôt faible.

Le résultat  toutefois est intéressant pour les législatives. C’est vrai que sur trois circonscriptions, Fillon arrive entête dans deux d’entre-elles ,dans la 1ere et la 3e, mais avec une avance réduite et une faible participation qui ne préjuge pas de ce que sera le vrai résultat des législatives. La comparaison a ses limites. Ce qui est sûr toutefois, c’est que la candidate soutenue par le Tahoeraa Huiraatira  se maintient  bien au second tour, tandis que le candidat du Tapura est éliminé. Exit Fillon.

 Edouard Fritch va devoir soutenir un candidat socialiste, héritier de François Hollande. Ce sera un vote par défaut. Ce second tour ne sera pas facile. Nombreux électeurs de droite comme d'ailleurs ceux de Mélenchon  ont déjà dit qu'ils voteraient Marine au second tour, par dépit et peut-être pas, pas par choix .

Reste qu'elle demeure un atout pour la Polynésie. Emmanuel Macron n’a aucun programme pour les Polynésiens  du coup, on risque d'assister à la poursuite de la politique hollandiste d'autant plus que le chef de l'Etat vient d'entrer sur la scène politique de la campagne en appelant bien sûr à voter...Macron, son bébé auquel il a appris à grandir, héritier de son programme.

Marine le Pen semble porter une réelle ambition pour l’outremer et notamment pour la Polynésie française  à laquelle elle consacre un programme particulier et spécifique avec  une université de la Mer et d'autres innovations. Dans cette période historique pour la France et par ricochet pour la Polynésie française, ce deuxième tour devient une chance pour les Polynésiens. Ce n'est pas Macron s'il est élu qui tressautera de joie pour nous faire plaisir. D'ailleurs sait-il où se trouve la Polynésie. Dans l'océan Indien peut-être ?  La seule candidate  qui a eu une attention particulière pour la Polynésie  doublé d' un remerciement pour l’outremer hier soir publiquement, en direct de son QG de campagne, c'est Marine Le Pen.

 Certains vieux de la vieille comme Oscar Temaru pensent encore qu'il peut peser sur le choix du monde, de l'ONU et de la France (67 millions de Français) Erreur votre honneur. Electoralement la Polynésie n'a de poids que pour elle-même. Nos richesses économiques sous-marines sont à 3000 mètres sous l'eau. Elles risquent d'y rester encore longtemps.

 Nous sommes un microcosme où tout se voit, se compare et se sait. Si Macron est élu président, Fritch  foncera à Paris plus vite que Speedy Gonzalez pour faire allégeance au nouveau souverain. Après avoir milité et fait voter pour Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et François Fillon , il ira, les clés à la main, offrir au nouveau roi soleil, notre propre soleil : la Polynésie.

 

         Au plan national

 On assiste à une recomposition du paysage politique avec l’élimination des deux grands partis traditionnels que sont le PS et les Républicains. C’est une sanction historique. Quant au PS, il n'est plus un grand parti de gouvernement comme Mitterrand l'avait rêvé. Existe-t-il encore d'ailleurs ?  C'est l'héritage de François Hollande. Mais c'est aussi malheureusement  l’effondrement de la droite et du centre qui n’ont pas réussi l’alternance promise en s'enlisant et en étant plombée par  les affaires. Ce qui pose la responsabilité personnelle de François Fillon dans cet échec. Ses amis n'ont pas perdu de temps pour l'immoler. Mais la nature ayant horreur du vide,ce sont les outsiders qui s’imposent, Le Pen et Macron comme nous l'analysions hier pendant le vote.

 On voit avec l’élimination des grands partis traditionnels et l’échec des primaires, puisque aucun candidat des primaires n’est au second tour, que la donne politique change. Il n’est donc pas certains que les consignes de vote données par les grands partis soient  suivies. Ces consignes sont d'un autre siècle.

 Reste que le barrage médiatique se met en route et s'installe contre Marine le Pen.

 Emmanuel Macron qui est déja président de la République dans sa tête, a répondu  très vertement - c'est nouveau - à un passant qui lui demandait avec ironie, si la Rotonde était  son Fouqet's. Malheur à lui ! Macron l'a renvoyé sèchement dans son périmètre. Il avait invité plus de 200 personnes au restaurant La Rotonde Montparnasse en lui disant " vous n'avez rien compris à ces invitations"

Bref, laissons les Français se positionner, car rien n’est encore joué, même si ce sera difficile pour la candidate du FN, seule contre tous, avec une lapidation permanente et quotidienne.  Les Français ont montré qu’ils voulaient sortir des systèmes existants. Macron en est un pur produit pourtant. Sauront-ils brûler les images nauséabondes collées sur Marine Le Pen ? Pour se battre et faire face,dans un combat où elle est David et Macron Goliath. On connaît la suite, mais pour battre Goliath il faut du courage et une volonté farouche. Celle qui pousse les athlètes et les politiques à gagner !

 

---

Les remerciements d'Eric Minardi

Mes chers ami(e)s patriotes,
Tout d’abord je tiens à vous féliciter pour votre implication importante et votre dévouement dans la campagne présidentielle de Marine Le Pen qui s’est terminée hier par la qualification de notre candidate
grâce à vos efforts et à votre militantisme exemplaire notre Présidente, Marine Le Pen, est arrivée en tète dans le résultat général de l’ensemble des départements d’outre-mer.
Un grand bravo et merci à tous.

Pour la première fois les départements d’outre-mer réalisent un meilleur score (21,9 %) que la métropole (21,5 %) 32,54 % en PF,
C’est un honneur pour nous et en particulier pour moi, Secrétaire régional de la Polynésie française, que d’apporter à notre Présidente notre contribution électorale indispensable

Nous devons tout faire pour que Marine devienne, dans 2 semaines, notre prochaine Présidente de la République Française.
Encore un effort et nous pouvons, grâce à vous, y arriver.

Amitiés patriotiques.

 

 

Hollande sort de sa réserve pour soutenir Macron

Ce qui est choquant c'est de voir le président de la République sur le départ sortir de sa réserve pourtant obligatoire  pour appeler  à voter pour son héritier Emmanuel Macron au deuxième tour de l'élection présidentielle. En vérité, il lui tire une balle dans le pied. Et grand nombre d'électeurs n'auront plus aucun doute sur la parenté politique des deux hommes.

Si Marine Le Pen représente un si grand danger ou un parti fasciste , il est dans les cordes de Hollande tant qu'il est président de la République de l'interdire de candidature, voire plus.( c'est d'ailleurs ce qu'à fait remarquer à juste titre Gaston Flosse lors du débat sur TNTV). Mais ce n'est pas le cas. Alors pourquoi un tel soutien public soudain, comme si tout d'un coup Marine Le Pen sur laquelle il n'était pas intervenu au premier tour, menaçait son poulain ? A croire qu'il n'est pas tranquille. Pourtant Emmanuel Macron est déja dans sa tête président de la République quand on le voit parader avec sa femme en lui faisant des bisous les bras en V en signe de victoire alors qu'il n'est qu'à mi-parcours. Le ton est devenu pète sec, autoritaire, avec la presse et les passants qui l'énervent...Il n'a pas fini de nous en faire voir celui-là !

Par ailleurs les Français craignent que Marine le Pen ne change de monnaie et réinstalle le franc. Mais elle a dit et écrit à l'encre rouge, à l'encre noir et à l'encre bleue, que sur la sortie de l'euro et de l'union européenne elle organiserait un grand référendum pour consulter les Français. Ce sont eux qui décideront. Que demande le peuple sinon d'avoir la parole? En quoi est-ce- diabolique ?

On a tout compris !

 

 

Le candidat défait, François Fillon, jette l'éponge

Le candidat défait de la droite à la présidentielle François Fillon a dit ce lundi devant le bureau politique des Républicains n’avoir « plus la légitimité pour mener » le « combat » des législatives et vouloir « redevenir un militant de cœur », selon une déclaration transmise à la presse.

« Ce combat (des élections législatives), il est désormais entre vos mains. Je n’ai plus la légitimité pour le livrer avec vous. Je vais redevenir un militant de cœur parmi les autres. Je vais devoir penser ma vie autrement, panser aussi les plaies de ma famille », a déclaré l’ancien Premier ministre et actuel député de Paris, mis en examen notamment pour détournement de fonds publics concernant le possible emploi fictif de sa femme, Penelope.

 

 

Le MEDEF appelle à vivre ensemble sans doute après avoir vu les convulsions de certains lors du débat sur TNTV ! Ceux-là ne changeront jamais...

L’esprit d’entreprendre n’est pas une mode. Les hommes politiques avisés, les responsables syndicaux responsables, les chefs d’entreprise aguerris, les entrepreneurs audacieux ont tous compris la source de la culture entrepreneuriale nécessaire au renouvellement économique, à l’élaboration d’une société plus équilibrée, à la richesse d’une réponse devant l’inquiétude des nouvelles générations.

L’enjeu est si important que l’esprit d’entreprendre est une reconnaissance universelle, porté même au rang de culte dans certains états. Et la notion d’entreprendre ne concerne pas exclusivement un individu isolé créant une entreprise mais peut émaner de plusieurs personnes s’associant pour l’occasion d’affaires ou la justesse d’une idée. C’est d’ailleurs souvent le cas lors de la création d’entreprises innovantes.

Ainsi en est-il de la réunion des compétences, des apports financiers ou en nature, de la répartition des tâches de direction et des activités entrepreneuriales, du partage de l’effort et des responsabilités, du leadership, de la confrontation des points de vue, des interactions cognitives pour la construction d’une vision stratégique devant devenir progrès.


C’est bien cela qui est devant nous et pour lequel il faut juste que les composantes de notre société polynésienne soient capables de se réinventer et ne plus se perdre dans des comportements attentistes ou excessivement politiciens. En cette période électorale qui ne fait (hélas) que commencer, le MEDEF Polynésie souhaite modestement rappeler que la seule route est le VIVRE ENSEMBLE, dans le respect de tous, l’effort, le DEVELOPPEMENT pour construire une société plus juste et offrir aux jeunes et futures générations une Polynésie, un fenua qui soit porteur d’avenir culturellement, socialement, économiquement.

Le Président

Olivier KRESSMANN


Le gouvernement a signé vendredi un accord à 3 milliards d’euros pour que cessent les manifestations en Guyane.

Le gouvernement a signé vendredi un accord avec les élus locaux et le collectif de manifestants « Pou Lagwiyann Dékolé » (Pour que la Guyane
décolle) afin de lever les barrages qui bloquent le pays depuis cinq semaines. En plus d’un plan immédiat de 1,1 milliard d’euros, une rallonge de 2 milliards d’euros a été accordée. Une somme qui devra être assumée par le prochain exécutif. En Guyane, où les subventions par habitant sont les plus élevées des départements d’Outre-mer, certains réclament désormais 7 milliards d’euros.

Vendredi, le très sérieux Institut des politiques publiques (IPP), centre de recherche rattaché à l’École d’économie de Paris et au CREST, a publié une note sur le bilan fiscal de François Hollande. Ses chercheurs estiment que les piètres résultats du quinquennat en matière de redressement des finances publiques sont dus pour moitié à une croissance plus faible que prévu et pour moitié « du fait de mesures insuffisantes ou d’une volonté délibérée de maintenir un certain niveau de déficit ».

 

 

Débat révélateur sur TNTV

TNTV nous a offert hier soir un débat révélateur dans un panel de débilité affligeante pour certains, une méconnaissance historique grave, un Gaston Flosse fidèle à lui-même, sans une ride, accroché à son statut de pays associés , un Jackie Bryant de plus en plus haineux et un Eric Minardi, qui a  progressé d'une manière fulgurante depuis 2012 avec des réparties précises et irritantes pour ceux qu'elles atteignent au point d'avoir presque fait faire des convulsions au représentant de Benoit Hamon, Jacky Bryant qui ne représente plus que lui-même. Ce dont ne se sont pas privés de lui faire remarquer Flosse et Minardi. " "Vous n'êtes pas représentant à l'Assemblée" a éructé furieux, le visage crispé le représentant de Benoît Hamon. " Non " lui a répondu Flosse  " mais moi je suis le président du plus grand parti de la Polynésie qui siège à l'Assemblée" Et toc !

Un débat qui devait se tenir sur les résultats  de la présidentielle dont les participants étaient les représentants des candidats ,n'a pas  manqué de dévier de sa route pour notre plus grand plaisir. D'entrée comme de nombreux téléspectateurs, Gaston Flosse s'est interrogé sur la présence du conseiller d'Oscar Temaru, Moetai Brotherson dont le leader avait  prôné l'abstention.

 Débat, présidé par les deux rédacteurs en chef de TNTV( français et tahitien) a permis encore une fois a Eric Minardi, toujours  très maitre de lui,  sous les attaques nerveuses de Jacky Bryant, de prouver que non seulement il connaissait bien son sujet mais aussi l'histoire de son parti. Il est devenu un homme politique redoutable pour ses adversaires en clouant le bec calmement mais sûrement et avec ironie  aux détracteurs de Marine Le Pen. Un dérapage contrôlé entre Moetai Brotherson du Tavini et Eric Minardi sur la naissance du FN en 1974 a cloué le bec   du conseiller d'Oscar Temaru qui a généralement la partie belle. Pif, paf la claque .

 Gaston Flosse, toujours aussi pimpant malgré des nuits sans sommeil s'est montré un combattant qui a de la suite dans les idées. Pourquoi a-t-il fait voter pour Marine le Pen ? "Mais c'est parce qu'elle est d'accord sur mon statut de pays associé alors que les autres candidats ne m'ont pas répondu et qu'elle a un bon programme pour la Polynésie que n'ont pas les autres candidats"

 Mais le spectacle vient toujours de Jacky Bryant lorsqu'il doit ferrailler  entre Minardi et Flosse. Il ne pouvait pas  gagner et c'est sur les chapeaux de roue de l'énervement qu'il a failli jaillir à plusieurs  reprises de son siège. On lui conseille de prendre du  "seropram" avant un débat. Toutefois, ce débat serait beaucoup moins pimenté pour les téléspectateurs.

 

Dimanche 23 avril 2017

 

 

Editorial

Fillon vainqueur en Polynésie, battu à plates coutures en métropole. La tradition est respectée.

Comme d'habitude la Polynésie a traîné des pieds pour faire son devoir électoral. Hier était un samedi comme un autre avec le soleil en plus. Peu de monde dans les lieux réservés aux électeurs. La présidentielle cela ne la regarde pas. L'encouragement d'Oscar Temaru à ne pas voter pour un président qui n'est pas Polynésien, n'a pas tellement joué, c'est l'indifférence qui a gagné.

 Comme d'habitude, la Polynésie a voté à l'envers de la métropole.  Evidemment puisque cela est devenu la tradition. Nous avons donc assisté exactement à une situation contraire en France où près de 80% des Français se sont massivement rendus dans les lieux de vote d'une part et où ils ont voté contre Fillon d'autre part, qui n'a raflé que 19,5% des suffrages. Il faut dire aussi qu'il a commis une grosse erreur stratégique en se rapprochant de  "Sens commun"et ses grenouilles de bénitiers. Erreur fatale qui a poussé aussi contre lui tous les homosexuels, et cela fait du monde.

 Alors que la Polynésie du Tapura, elle, a porté 35,28% de ses voix  sur Fillon, leur candidat n'ayant enregistré que 19,5% des suffrages, il est donc hors course avec en filigrane un avenir judicaire dangereux. Edouard Fritch et le Tapura ont peut-être gagné le duel de quelques voix en faveur de Fillon dans cette petite Polynésie par rapport au Tahoeraa, mais molle victoire, celui-ci disparaît de la scène politique présidentielle.

 Et voilà notre Edouard qui devra choisir, encore, un autre candidat à soutenir. Mais il n'est pas à cela près. Nous avions pourtant prévenu que le soutien de Fritch ne portait pas bonheur, Sarkozy, Juppé, Fillon, tous dans les choux ! Macron attention....

Le Tahoeraa au plan local talonne le Tapura sans bénéficier de ses moyens, avec 32,53% des voix pour sa candidate Marine Le Pen. C'est honorable.

En métropole c'est donc le poulain de François Hollande qui a raflé 23% du vote des Français au Ier tour. Ces mêmes Français qui crachaient à qui mieux mieux sur la gauche puis qui vont voter comme des moutons pour celui que leur a mis, savamment,dans les pattes enduites de vaseline, pour faire passer la glissade, François Hollande.  Finalement un François Hollande pas si "nunuche" que cela et sans doute même, aussi habile peut-être, que son père politique François Mitterrand. Alors ? Hollande se désiste, Fillon disparaît, Que reste-t-il de nos amours ? Ben voyons, Macron ! Dans les "starting blocks" roses du second tour.

Jean Luc Mélenchon mérite aussi un coup de chapeau pour un rétablissement spectaculaire qui lui a donné la vigueur d'une possible victoire en faisant le même score que la droite avec son candidat Fillon : 19%.Il n'a pas caché sa déception car devant le succès de ses meetings il s'est mis à y croire.

Mais on ne m'empêchera pas de dire " Bravo" à Marine Le Pen. Elle a réussi, contre vents et marées, contre invectives et manipulations en tous genres (y compris en interrogeant  sur le résultat de sa fille, Jean Marie Le Pen sur LCI, sachant qu'il est un repoussoir pour les Français) , a talonner son adversaire soutenu par tous les médias appartenant aux différents grands groupes financiers  dont il est lui même issu  alors que le traitement d'une  Marine déterminée et courageuse a su affronter, quoiqu'on en dise, critiques, invectives, crachats et doutes.

On peut lui souhaiter beaucoup de courage et de force pour affronter ce deuxième tour qui rassemble pratiquement tous les  disparus revanchards,  tentés de faire un "mur" à la Trump pour empêcher cette femme d'atteindre son but. Seule contre tous. Une fonction, la présidence de la République, que les électeurs, peut-être, préfèrent placer entre les mains d'un jeune homme ayant tant de lacunes historiques,culturelles, géographiques et gouvernementales, avec tous les pouvoirs de la V° République. Il n'y croit pas lui, il y est déjà et agit comme tel.

Les Républicains et le PS, nous l'écrivions dans notre édito d'hier, "ne seront peut-être pas présents au second tour". Nous avions vu juste, ils ne le sont plus. Le second tour est réservé à Macron et Marine le Pen  ce qui est désormais inédit et préfigure désormais d'une recomposition du paysage politique

 Macron aura été la plus grande victoire du quinquennat de François Hollande. Et il sera peut-être la plus grande désillusion de ses supporters et des électeurs ou leur petit génie. Time will tell....

 

 

Nous avons retenu trois petites phrases . Celle de Laurence Haïm, journaliste, soutien de Macron, laquelle, la bouche tordue de haine, après un lourd réquisitoire contre Marine Le Pen a laissé tomber : " Soyez comme nous dans la bienveillance !" Non ? Sans rire !

 

Et celle de Me Gilbert Collard qui a le chic de la formule qui tue : " Il faut une autre gouvernance qui laisse tomber tous ces moins que rien qui nagent dans le formol"

 

Et celle de Marine Le Pen dans une belle allocution, la seule à avoir remercié les Polynésiens qui ont voté pour elle.

 

La droite règle déjà ses comptes avec François Fillon
 
À peine la défaite actée, la droite s'en prend à celui qui l'a représentée à l'élection présidentielle selon le Figaro. «Ce n'est pas la droite qui a perdu, c'est Fillon», a ainsi lâché l'ancien ministre Eric Woerth, interrogé par Europe 1. Cet ancien proche de Nicolas Sarkozy était pourtant l'un des soutiens inconditionnels de François Fillon pendant la campagne. «Cette élection, on aurait dû la gagner», a ajouté le député de l'Oise. «Ce sont les affaires qui ont plombé sa campagne», a poursuivi le parlementaire.

Sur France 2, l'ancienne garde des Sceaux Rachida Dati a dénoncé «une défaite morale, historique de la droite». «La France de droite existe, la France de gauche existe, aujourd'hui simplement ceux qui représentent ces deux tendances» se sont «mal comportés», notamment «dans les méthodes pour faire campagne», a-t-elle lâché dans une critique voilée visant notamment François Fillon. «La campagne des législatives, je ne veux pas qu'on la mène avec les mêmes équipes», a complété l'eurodéputée.

Le député Georges Fenech, qui avait été très sévère avec François Fillon tout au long de la campagne, n'a pas caché son «immense amertume de n'avoir pu convaincre les dirigeants des Républicains de retirer, quand il était encore temps, leur confiance à un candidat gravement empêché par une procédure judiciaire en cours». Dans un communiqué, le parlementaire a jugé que «l'obstination de François Fillon et de tous ceux qui lui ont apporté un soutien aveugle ouvre une période d'incertitude pour le pays».

«Un fiasco lamentable»

Quant à l'ancien ministre Pierre Lellouche, il a rappelé dans un communiqué que «le 1er mars, (il) avait publiquement appelé au retrait de François Fillon en même temps qu'à l'application de l'article 7 de la Constitution dans le but d'obtenir le report de l'élection présidentielle, afin de donner le temps nécessaire aux formations de la droite et du centre pour désigner un autre candidat». «Je n'ai pas été suivi. Ni par le candidat lui-même, qui a souhaité se maintenir à toute force, ni par mes collègues», s'est-il désolé. «Comme François Fillon lui-même l'avait dit, on ne peut pas être poursuivi par la justice et être candidat à la magistrature suprême», a ironisé l'ancien sarkozyste.

Quant à Jean-François Copé, il a, sur France 2, fait le deuil d'un «combat réputé imperdable pour la droite et qui se termine en fiasco lamentable».
 

 

 

Samedi 22 avril 2017

Editorial

Faites vot'choix m'sieur-dames !

A l'heure où la Polynésie se rend aux urnes, ne craignons pas de dire, une nouvelle fois, que nous sommes en présence d'une élection totalement inédite et atypique. Les Polynésiens loin du tumulte de la métropole ne s'en rendent pas vraiment compte tant la vie insulaire, ponctuée par par une presse politique laconique ne donne pas dans leurs journaux, radios, ou télés, l'ambiance survoltée qui règne actuellement jusque dans le plus petit village français où l'on se dispute sur les candidats à la manière de don Camillo. A Tahiti, débats médiocres quasi inexistants. Le mot d'ordre : Surtout pas de vagues en Polynésie.

Pour la première fois, le chef de la majorité sortante, le président de la République est récusé pour conduire sa majorité à l’élection. Exit François Hollande ;

- récusé aussi son premier ministre Emmanuel Valls qui n’a pas réussi à franchir honorablement les primaires de la gauche et dont plus personne n'entend parler.

 - A droite l’ancien président de la République et président des Républicains, Nicolas Sarkozy a lui aussi été récusé ;

- comme son ancien premier ministre le plus emblématique, Alain Juppé, rejeté lors de la primaire alors qu’il était le grand  favori des sondages et qu'Edouard Fritch localement le propulsait chez ses partisans comme le futur président tirant déja des plans sur la comète. Patatras...

 Tout cela pour arriver à la conclusion qui saute aux yeux, que ce sont finalement aujourd'hui les seconds couteaux qui sont sortis des deux primaires, à droite  François Fillon à gauche l'idéaliste Benoît Hamon. Des candidats  sur lesquels personne n’aurait parié un dollar et qu’aucun sondage n’a réellement vu venir.

 Mais cette élection nous a réservé d’autres surprises, puisque le choix des primaires se retrouve relégué au second plan par des outsiders. C’est Marine Le Pen à droite, et Emmanuel Macron à gauche qui font une fulgurante arrivée dans l'arène en ayant  la préférence des Français si l’on en croit, encore eux, les dits sondages dont nous avons tous appris à nous méfier, surtout depuis l'élection surprise de Donald Trump aux Etats Unis alors qu Hilary Clinton était donnée grande gagnante.

Si ce choix se confirme dans les urnes, pour la première fois les deux principaux partis politiques qui animent la politique française, les Républicains et le PS, ne seront peut-être pas présents au second tour, réservé à Macron et Marine le Pen par les sondeurs, ce qui serait inédit et préfigurerait une recomposition du paysage politique . Mais n’allons pas trop vite dans une élection qui n’a probablement pas fini de nous réserver des surprises. 

 Au plan local, les observateurs attentifs regarderont comment les consignes de vote ont été suivies, notamment le score de Marine le Pen soutenue par le Tahoera’a Huiraatira de Gaston Flosse ; et le score de François Fillon soutenu par le Tapura d’Edouard Fritch. Mais ces deux résultats devront être nuancés bien sûr,car ni l'un, ni l'autre ne feront  à eux seuls, le score du Tahoeraa et du Tapura pour les mêmes raisons que nombre de citoyens ne font pas partie de ces mouvements politiques et qu'ils voteront en leur âme et conscience pour le candidat ayant leur préférence.

 Néanmoins ces résultats au plan local donneront déjà une tendance appréciable des forces politiques en présence et de la capacité des partis politiques locaux à mobiliser leurs troupes. Il sera également intéressant de les comparer par circonscription législatives. 

 Quant à la gauche que représente Benoit Hamon,, privée de son soutien historique qu’est le Tavini Huiraatira d’Oscar Temaru, on verra ce qu’elle représente effectivement en Polynésie puisque ce sera la première fois que le PS va à une élection nationale sans être soutenue par son allié naturel, le Tavini. Il sera aussi intéressant de comparer les taux d’abstentions afin de savoir si la consigne du Tavini a été suivie.

 

 

Pas de bulletins blancs dans les salles de l'école de la mairie de Papeete jour du vote samedi en Polynésie française .


«Un vote blanc, pour moi, en tant que photographe,
c'est dire noir sur blanc le refus d'être coincé par des choix imposés.
Il est indispensable que l'on mette à la disposition des électeurs
des bulletins de vote blanc et essentiel que ces votes soient comptabilisés et non amalgamés aux votes nuls.
Où en est-on avec la démocratie ?
Je souhaite que l'on explique pour quelles raisons l'idée du vote blanc est impraticable. »


Le Monde,1995.
Henri Cartier-Bresson


 

Entretien avec Zuojun Jiang, vice-président exécutif du Comité central du parti Zhi Gong Dang

Le Président Edouard Fritch a reçu, vendredi, Zuojun Jiang, secrétaire général adjoint de l’Assemblée consultative politique du Peuple chinois, Vice-président exécutif du Comité central du parti Zhi Gong Dang en Chine, et une délégation composée de cinq membres de ce même parti. Le consul de la République populaire de Chine, en Polynésie française, Ling Long, était également présent.

Monsieur Jiang, en visite pour trois jours en Polynésie française, est venu à la rencontre des chinois d’outre-mer. Son but est de développer des relations d’amitiés, de coopération économiques, culturelles et sociales avec les pays situés sur la route terrestre et maritime de la soie.


 

Vendredi 21 avril 2017

Proverbe paysan

 

 

Editorial

24h. chrono... ( pour la Polynésie)

Et l'incertitude pèse toujours sur le premier tour. Marine Le Pen ne bouge pas du peloton de tête sur cette piste cyclable où elle pédale aux côtés d'un nouveau sportif de scène,Emmanuel Macron surgi des mains de Hollande. Le tandem. Marine et Emmanuel se haïssent mais ils devront faire bonne figure face au crépuscule non pas des dieux,mais d'un rose quinquennat catastrophique. Et puis n'oublions pas la tragédie en toile de fond de cette campagne. Tragédie jamais maîtrisée d'un terrorisme qui vient encore de coûter la vie à un policier en blessant deux autres gravement, le tout enrobé dans la peur des responsables, d'une campagne pouvant mal tourner à tout moment. La pire de toutes. Les affaires, la violence,  la morgue de certains qui ne rêvent que de revanche,  la percée  surprenante du dernier des communistes trotskistes et  la bérézina de Benoît Hamon  auquel on a ôté cruellement son gilet de sauvetage, sans compter les patates chaudes jetées par pelletées sous les pieds de Marine Le Pen.

Hamon a pourtant crié "Au secours"  à ne plus avoir de voix, vers ses amis socialistes. Mais ils ont détourné les regards et le dos. Avec  lui c'est le PS qui s'est noyé dans les profondeurs de l'indifférence électorale en regardant Macron avec les yeux de Chimène.

Mais non, on ne se fait pas traiter de tous les noms quand on stigmatise Marine Le Pen, bien au contraire c'est elle qui en prend plein son sac à dos sans que le sac ne lui fasse plier les épaules. Le combat la stimule et malheureusement les faits lui donnent raison. Elle n'a jamais  frôlé d'aussi près la pancarte  "arrivée", l'actualité et l'adrénaline sont là pour la porter.

Macron, rafle les socialistes et le tout-venant au détriment du candidat PS  avec la bénédiction de François Hollande qui l'a sorti du néant. Normal, c'est son clone inspiré et c'est la pêche à la traîne. Celle qui gobe tout, petits et gros poissons. Ce sont des bancs argentés et frétillants qui attirés, fascinés, s'engouffrent dans son filet .Entre-nous, il aurait tort de les rejeter à l'eau.

Cette élection imprévisible dans une ambiance de violence, de manipulation, de "fakes", d'articles bidons, incontrôlés et incontrôlables du genre :" François Fillon blanchi par la justice" un fake de taille. Mais il y en a des centaines. Si vous réagissez, vous amplifiez. Si vous ne réagissez pas, vous cautionnez, prévient un spécialiste reconnu, Nicolas Vanderbiest .

Et par dessus cette campagne suivie comme jamais par les journalistes étrangers en France et hors de France, nos confrères, c'est rien de le dire, font soudain de la France, le nouveau nombril du monde en se passionnant comme  jamais pour cette élection . Ils écrivent que Macron c'est en quelque sorte le retour à la politique de Tony Blair, que Fillon peut être comparé à Margaret Thatcher  et puis il y a la vieille gauche dépoussiérée par Jean Luc Mélenchon, nouveau tribun,  soutenu par le microscopique parti communiste et de très nombreux Français. Quant à Marine Le Pen, elle est celle que les Américains connaissent le mieux et qu'ils comparent à Donald Trump pour son autorité et sa volonté à faire de la France, un pays "great again" et à combattre le terrorisme islamique. 24h. chrono et le gagnant du premier tour sera...? Les paris se chiffrent en millions !

 

 

                         François Hollande : Vive Macron le PS est sauvé, je ne m'étais pas trompé pour une fois !

 

Le ministre en charge du Numérique, Jean-Christophe Bouissou, a rencontré, vendredi, des représentants de la CCISM, du MEDEF ainsi que de l’association des professionnels du numérique (OPEN) à l’occasion d’une réunion de travail.

 

Déménagement du dispensaire des Tuamotu/Gambier

En raison de la fermeture provisoire du Bâtiment « C15 » situé au Centre Hospitalier de la Polynésie française de Taaone, la Direction de la santé informe la population que la Subdivision de santé et le dispensaire des Tuamotu-Gambier ont déménagé.

En effet, depuis le mercredi 12 avril,  la Subdivision de santé et le dispensaire des Tuamotu-Gambier sont situés dans le bâtiment dit « Toriri » où se trouve le Centre d’Hygiène et de Salubrité Publique, près de l’ancien Hôpital Mamao, 156 Avenue Georges Clemenceau, Papeete.

 Les patients des Tuamotu- Gambier pourront être reçus au rez-de chaussée du bâtiment dit « Toriri », pour leurs arrivées en Evasan sur Papeete et pour leurs retours dans leurs atolls respectifs.

 

Pour le public, les heures de réception sont uniquement sur RENDEZ-VOUS :

  • Du lundi au jeudi : de 7h00 à 15h30
  • Le vendredi : de 7h00 à 14h30

Le numéro de téléphone est le 40 46 07 00.

Pour tout renseignement supplémentaire, contacter la Subdivision de santé/le dispensaire des Tuamotu-Gambier, au 40 46 07 00

 

 

Les membres du Conseil économique, social et culturel se réuniront en séance plénière le mercredi 26 avril 2017 à 8h30 pour rendre un avis sur :


l’Accord pour le développement de la Polynésie française (dit « Accord de l’Élysée »). Le projet d’avis sera présenté par messieurs Patrick GALENON et Tepuanui SNOW en leur qualité de rapporteurs.
• le projet de « loi du pays » portant réglementation de l’activité d’agent de transcription en Polynésie française. Le projet d’avis sera présenté par madame Mélinda BODIN et monsieur Teiki PORLIER en leur qualité de rapporteurs.
• le projet de « loi du pays » portant réglementation de la profession de médiateur foncier. Le projet d’avis sera présenté par madame Florienne PANAI et monsieur Patrick YIENG KOW en leur qualité de rapporteurs.

 

 

Réception en l’honneur de Régis Chang qui rejoint la Socredo


Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et des membres de son gouvernement, ont reçu, jeudi soir, à la Présidence, Régis Chang.

Après huit années passées à la direction de la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS), Régis Chang cessera ses fonctions de directeur à la fin de ce mois et réintègrera le milieu bancaire. Régis Chang a notamment collaboré avec le gouvernement Fritch sur le dossier de la Protection Sociale Généralisée (PSG). Il a également mené de grands chantiers concernant la modernisation de la CPS, en conduisant une démarche novatrice en gestion de projet.

Le président a salué le mode de gouvernance de Régis Chang, grâce auquel le management de la Caisse de Prévoyance Sociale est passé au mode de gestion d’entreprise.

Régis Chang reviendra dès le mois prochain à la Socredo, où il était précédemment en fonction, et reprendra le poste de directeur adjoint, laissé vacant après la nomination de Matahi Brothers en tant que directeur général de cet établissement bancaire, dont le Pays est l’actionnaire principal.

Le Président Fritch a félicité Régis Chang pour ses nouvelles fonctions et l’a remercié pour son travail dans l’intérêt du Pays, au travers des différentes responsabilités qu’il est amené à exercer.


 

Remise de brevets de la PMM Bougainville

Demain samedi à 1345 se tient sur la base navale la cérémonie de remise des brevets de la PMM Bougainville promotion CDT JEANPIERRE. Cette cérémonie est présidée par le COMSUP.
Pour mémoire cette promotion est la première dans le cadre du programme Choisis ton cap.

Cette cérémonie est ouverte aux familles et aux partenaires du programme choisis ton cap (dans la limite des règles imposées par la période de réserve électorale).
 

 

Vous avez dit : démocratie ?

Exit le Tahoeraa des commissions législatives de l'Assemblée, cela s'appelle la démocratie fritchienne. On prend tout et on laisse rien. Même pas une toute petite commission ! Quant le Tahoeraa reprendra le pouvoir en 2018, croyez vous vraiment qu'il ne sera pas rancunier ?Rancune, revanche et puis revanche, rancune...Les mentalités ne changent pas en Polynésie française depuis un demi siècle. Toujours les mêmes petits combats mesquins en bombant le torse quand on a le pouvoir. Ricanements en plus.

 

Et toujours l'électricité qui bzzz à l'Assemblée.

Cette histoire d'électricité n'en finit pas. La commission d'enquête ayant rendu son rapport, hier le courant de l'Assemblée a disjoncté à plusieurs reprises dans les rangs de l'opposition qui n'a pas participé au vote des quinze mesures préconisées par le Tapura dont l'entrée au capital d'Engie/EDT afin de donner un droit de regard sur ses comptes par  l'Assemblée. L'UPLD a fait remarquer que dans le cadre de la concession de distribution d'électricité , c'est le Pays qui est l'autorité concédante et qu'il a donc toute autorité pour le contrôler, sans rentrer dans son capital. Tina Cross, en équilibre sur une ligne à haute tension  s'est écriée : "Cette société continue à pratiquer des tarifs abusifs avec un gouvernement complice". Antonio Perez lui a rétorqué qu'en moins d'un an le Pays fera baisser les prix... Youpi !

 

Blocage, pas blocage, manoeuvres

Quant à l'Etat sous la houlette du préfet Bidal on va voir s'il va freiner la détermination du leader indépendantiste de faire dérailler la tenue de l'élection présidentielle par des manoeuvres interdites par la loi pour se faire entendre, sur des revendications qui durent depuis longtemps.

Quant Vetea Heller, chef de service de la commune de Faa'a interroge : " Devons-nous être des magiciens aujourd'hui et faire tout avec rien ? " on peut lui répondre avec un brin d'ironie : " Entraînez-vous à la magie pour les années d'indépendance . Car là, vous n'aurez plus rien du tout."

 

 

Jeudi 20 avril 2017

Fusillade sur les Champs Elysées. La police était visée. Un policier tué, deux autres blessés plus une touriste. La tension monte au même rythme que la colère des citoyens. Le chef de l'Etat aura une fin de mandat  particulièrement difficile. Il a rendu hommage aux forces de l'ordre, gravité et tristesse dans la voix.

Tous les candidats ont ajourné leur meeting ou presque. .

 

 

 

Editorial

Fillon : Avec Edouard Fritch nous partageons la même vision" titre la Dépêche à la suite de l'interview du candidat des Républicains..

 Voilà qui va faire plaisir aux médias parisiens qui dénoncent aujourd'hui dans leurs colonnes un Fillon plein de morgue et d'insolence, voulant imposer les questions aux journalistes du Monde  et autres médias  " C'est moi qui choisis comment j'organise ma campagne, ce n'est pas le Monde, je réponds aux questions et aux thèmes que je choisis". A mettre dans sa poche et son mouchoir par-dessus ! Les journalistes du Monde n'ont pas accepté ce diktat bien sûr et ont renvoyé le candidat de la droite dans son périmètre en lui disant même  "merde à toi" dans la salle de rédaction! Les ponts sont coupés Etrange interprétation de la démocratie.

Le ton change. Il n'implore plus le pardon pour ses péchés. Il ne dit plus " aidez-moi". C'est que dans sa tête, il est déjà président de la République et des péchés ou des erreurs, il n'en a jamais fait. Il décide et impose à la presse sa propre loi. Il a également refusé une interview proposée par Jean-Jacques Bourdin qui l'a aussitôt accusé haut et fort de se dérober.

 Fillon président, les juges auront à se faire du mouron. Ses deux bêtes noires auxquelles il veut faire payer "le prix de ses affaires" cela se dessine, seront les médias et les magistrats. Il a une revanche à prendre et sûr de sa puissante certitude à s'asseoir dans le fauteuil présidentiel, il n'attend pas, tant son impatience est grande, de toucher au but. Peu lui importe de se mettre à dos la presse parisienne dont il n'aura que faire une fois élu. Il aura le journal local, loin à Tahiti, La Dépêche qui titre aujourd'hui : " Fillon : Avec Edouard Fritch nous partageons la même vision", la réponse des citoyens ne se fait pas attendre " Fillon,c'est le pognon".( courrier des lecteurs)

Dans l'interview donnée à la Dépêche, Edouard Fritch, oh, pardon, François Fillon,  souhaite que l'Etat reprenne toute sa place en outre-mer. Tiens, tiens que veut-il dire par là ? Que l'Etat ne tiendrait pas son rôle ? Mais que fait donc  le Haut commissaire  ? Ses valises peut-être ! Alors attention électeurs, électrices, sachez, car il ne cache pas son jeu, sauf ses affaires,qu'il interdit aux journalistes d'évoquer,ses erreurs,  " autorité et liberté"...à la façon du président Turc sans aucun doute.

Au fait, Fillon a aussi effacé de son horizon politique à 48h. du scrutin, que  Jean Luc Mélenchon, après l'avoir dépassé fait le même score que lui, 18,5 à 19% et que tous deux n'arrivent qu'en troisième position, après Marine Le Pen et Emmanuel Macron . La honte pour le héros des Républicains!

Le vrai combat électoral se situera probablement sans lui au deuxième tour. Selon les sondeurs,aucun n'y envisage  sa présence . Le duel se jouera entre Marine Le Pen pour l'autorité et première femme a brigué la présidence de la République ( ce serait le vrai changement) et Emmanuel Macron pour le bla bla et l'assurance de sa supériorité.

Cette campagne, a dit François Hollande, sent mauvais. La haine et la violence se sont imposées au risque même de mettre les compétiteurs en surveillance rapprochée pour éviter les attentats sur leurs personnes. Oui, cette élection d'un nouveau président de la République marquera d'une croix rouge coco l'année 2017.

 Des élections qui risquent aussi d'être perturbées à Tahiti, moins gravement cependant, par un Oscar Temaru, leader indépendantiste, qui est apparu fatigué hier soir sur Polynésie première. Dans la journée de mercredi, il n'a pas hésité  à prendre les automobilistes en otage pour se venger de l'Etat qui ne respecte pas sa parole malgré la grande amitié qui le lie à François Hollande. Il est vrai qu'Oscar Temaru attend depuis des années la cote part promise : une taxe aéroportuaire. Ce n'est que justice, l'aéroport étant situé dans sa commune Par ailleurs, le maire de Faa'a profite du moment pour revendiquer plus d'argent du FIP et dénonce dans la foulée l'irresponsabilité de l'Etat dans l'application, du code général des collectivités territoriales. Mais c'est devant la présidence qu'il faut aller et non pas barrer les routes. Les citoyens n'y sont pour rien !

Bref, ça sent mauvais !

 

 

 

A l'heure des commentaires très "autorisés" de certains "spécialistes" sur les plateaux télévisés , une petite mise au point sur la célèbre Kalachnikov, s'impose.

Connue mondialement sous l'appellation AK-47 (Avtomat Kalachnikova, modèle 47), depuis 70 ans, vous imaginez bien que de multiples variations ont été déclinées depuis.

Peu de chance que l'arme utilisée jeudi soir sur les Champs-élysées, soit un modèle d'origine !

Quant à la cadence : 600 coups par minute, cela reste tout à fait théorique puisque le chargeur standard contient 30 balles.

Même si les capacités de cette arme, rustique, robuste et bon marché, se sont améliorées, il reste tout à fait improbable, qu'un seul individu tire des centaines de balles, maintenant que les policiers et militaires sont en capacité de riposter plus rapidement du fait de la révision de la notion de légitime défense. P.Z

Ndlr :Une seule balle suffit !

 


shoot !

Un policier atteint mortellement et trois blessés suite à une fusillade sur les Champs Elysées.

Un policier a été tué et deux autres blessés jeudi 20 avril au soir lors d'une fusillade sur l'avenue des Champs-Elysées à Paris.
L'agresseur a été "abattu", a indiqué le ministère de l'Intérieur. Le Premier ministre Bernard Cazeneuve rejoint en urgence le président François Hollande à l'Élysée.

BFMTV explique que l'attaque s'est déroulée aux abords du 104 de l'avenue des Champs-Elysées, vers 21 heures. "L'agresseur est arrivé en voiture, est sorti. Il a ouvert le feu sur le car de police à l'arme automatique, a tué l'un des policiers et à essayé de s'en prendre aux autres en courant", a rapporté une source policière.

La Brigade de recherche et d'intervention a été appelée en renfort,un hélicoptère survolerait même la zone. Les stations George V, Franklin Roosevelt et Champs-Elysees-Clemenceau ont été fermées par mesure de sécurité.

De leurs côtés, l'agence Reuters et France Télévision, par la voix de David Pujadas évoque un "braquage qui aurait mal tourné". Une version en totale contradiction avec celle du ministère de l'Intérieur qui insiste sur le fait que les policiers "ont été délibérément pris pour cible." Dans le même temps, la section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête.

Sur les réseaux sociaux, les internautes ont eux-aussi évoqué des coups de feu et des scènes de paniques. L'animateur de télévision Julien Courbet décrit ces scènes sur son compte Twitter.

La Préfecture de Police conseille la population a "éviter le secteur des Champs Élysées.

Quelques minutes après les événements, le président américain a présenté les condoléances du peuple américain aux Français. "Cela ressemble à une autre attaque terroriste. Qu'est-ce que vous voulez que je dise? Cela ne se termine jamais." Le président américain est intervenu avant même le discours du chef de l'Etat

Cette fusillade survient à trois jours du premier tour de l'élection présidentielle, alors que la France, sous état d'urgence, a été confrontée depuis 2015 à une vague d'attentats jihadistes sans précédent ayant fait 238 morts.

 

 

Les Rafale de Hollande étaient des mirages....

Voilà vengé l'affront que le président Hollande avait fait au président Poutine en annulant la commande de ces deux porte-hélicoptères Mistral qui auront, en fin de compte, coûté à la France quelques milliards d'euros.

L’Inde souveraine a décidé d'annuler l'achat de 126 Rafale.

Silence total des communicants élyséens si bruyants alors ! 18 milliards d'euros qui tombent à l'eau.

Et quel est l'heureux élu : Vladimir Poutine, l'ennemi juré de notre mal-aimé Président qui sera très heureux de livrer 128 avions de combat made in Russia.

Faut-il voir dans son annulation la main mystérieuse du Kremlin ? Notre ami Manuel Gomez avait déjà évoqué la possibilité de ce désastre politico-économique.

Politique, car c'est bien entendu la politique désastreuse du Quai d'Orsay et le non-sens de la politique ukrainienne de François Hollande qui est en cause.

Économique, car en dehors du contrat du siècle, comme l'avait dénommé Dassault, de la perte financière subie par l'avionneur et les 500 entreprises qui auraient travaillé sur ces avions de combat, la politique absurde anti-russe de Hollande, ce sont des centaines de millions d'euros que les agriculteurs français ne toucheront jamais à cause de l'embargo imposé par l'Élysée.

Ainsi ces Rafale devenus mirages ne font que creuser un peu plus le puits sans fond des bêtises gouvernementales. Une incompétence qui entraîne la France dans ce puits qu'il faudra des décennies pour boucher.


Car :
*
que ce soit l'islam, dont on voit tous les jours les problèmes qu'il pose (cette immigration exponentielle mortifère),
* que ce soit l'incroyable déstabilisation de notre justice qu'il faudra bien un jour balayer de toutes ses « taubir-âneries »,
* que ce soit les chiffres du chômage qui atteignent des sommets, cette politique sociale et économique qui nous enterre, cette dette qui, tous les jours, s'aggrave de 460 millions d'euros et nous mène inexorablement à la faillite façon grecque, et j'en passe, le Président par intérim et par défaut n'aura agi que contre les intérêts supérieurs de la France, compromettant gravement l'avenir de nos enfants.

Hollande et son gouvernement n'auront été, somme toute, qu'un gigantesque mirage. Le temps d'une trop longue rafale.

Floris de Bonneville
Journaliste

Ancien directeur des rédactions de l'Agence Gamma



 

Marine Le Pen sur l'indépendance ( TNTV le 8 avril 2017) :

Les indépendantistes ont eu plusieurs fois le pouvoir durant neuf années entre 2004 et 2013, ils n'ont jamais fait de référendum à ce sujet car ils en connaissent d'avance le résultat. Vouloir se servir de l'ONU pour accéder à la souveraineté sans passer par l'avis du peuple polynésien est une faute. Ce n'est pas démocratique. (ndlr mais Temaru n'a jamais été un démocrate !)

 

Macron félicité et soutenu par par l'organisation Al-Qaïda( AOPA)  dans le numéro 41 de sa revue Al-Masra pour ses propos anti-français. Propos qu'il avait tenus en accusant la France de " crimes contre l'humanité" et  avoir commis" des actes de barbarie" lorsqu'il visitait l'Algérie le 14 février dernier sur la chaîne de télévision Echorouk News. Un président soutenu par la pire organisation terroriste surtout en ce moment, ça craint, tout de même.

 

 

Ce matin à l'Assemblée pluie de nominations :

- A la commission permanente

- Au sein des commissions chargées du budget

-  Au sein de la commission budgétaire

Election des représentants au sein des commissions extérieures

- Examen de rapports et de la commission d'enquête

 

« Les défaillances d’entreprises en Polynésie française »

par l'IEOM (extrait)

L’Institut d’émission d’outre-mer vient de publier une étude sur les défaillances d’entreprises, disponible sur son site Internet http://www.ieom.fr/polynesie-francaise/publications/les-notes-expresses/les-notes-expresseseclairage/ne-220-les-defaillances-d-entreprises-en-polynesie-francaise.html
Cette étude s’attache à analyser l’évolution des défaillances d’entreprises sur la période 2009-2016, au regard d’un contexte économique dégradé à compter de 2009. En effet, la récession économique qu’a subie la Polynésie française à partir de 2009, a eu pour conséquence la détérioration de la situation financière de nombreuses entreprises, conduisant certaines d’entre elles à la cessation de paiement. Ce sont ainsi plus de 1 800 jugements, concernant 961 entreprises défaillantes, qui ont été prononcés par le tribunal compétent.

 Pour la majorité d’entre elles, la procédure collective se termine par la liquidation judiciaire, traduisant ainsi un taux de survie faible des entreprises. Cette situation résulte d’une part, de la méconnaissance des chefs d’entreprises, notamment des entrepreneurs individuels, des procédures offertes par le droit, et d’autre part, de la saisie trop tardive du tribunal pour les entreprise qui y recourent : le tribunal ne peut que constater la situation irréversible de l’entreprise.

 

 

Courrier :

 

Alors là chapeau pour le titre de la Dépêche c'est presque "avec Fillon c'est le pognon" C'est bien ce que veut sans cesse de l'Etat la Polynésie française.

Oscar devrait bien nous dire comment il ferait vivre les Polynésiens en étant indépendant ? En tendant la main à la Chine peut-être... Il peut y croire mais serait bien déçu. Ils n'ont rien tenu de leurs promesses miraculeuses après de multiples et onéreux voyages à Pékin et dans toute la Chine aux frais de la princesse. V.T

 

Fillon/Macron il y a une sévère concurrence. Macron bat tout le monde à plates coutures et c'est lui qui risque de gagner; Triste France c'est à pleurer ! Y.

 

Fillon et Fritch même vision... le pognon ! B.

 

Fillon et Fritch un dénominateur commun, l'argent. Rappelez-vous quand Fritch est allé rouge de colère demander une augmentation aux représentants à l'Assemblée... Elle est bonne celle-là et ce n'était pas un Ier avril. Pistache.

 

 

Loi du Pays portant modification du livres Ier du code des assurances

L’Assemblée de la Polynésie française a examiné le projet de loi du Pays portant modification du livre Ier du code des assurances applicable en Polynésie française.


Ce projet de loi du Pays est destiné à renforcer les droits des consommateurs en matière d’information sur les clauses du contrat d’assurance en systématisant le recours à la notice d’informations accompagnant chaque contrat d’assurance.


Le projet de loi du Pays consacre un droit de renonciation du consommateur en cas de multi-assurance, c'est-à-dire lorsque le contrat nouvellement souscrit couvre des risques déjà pris en charge par une autre couverture assurantielle.


Le droit de résiliation est aménagé pour l’ensemble des contrats d’assurances et pour les contrats garantissant le remboursement d’un prêt. La résiliation par l’assuré est ouverte dans le délai de douze mois suivant la signature de l’offre de prêt, en notifiant à l’assureur au plus tard quinze jours avant l’échéance des douze mois, la décision du prêteur, et la date d’effet du contrat d’assurance est accepté en substitution par le prêteur.


Dans ce dernier cas, l’assuré a seul le droit de résilier le contrat et l’assureur ne peut résilier le contrat même en cas d’aggravation du risque, sauf dans les cas prévus par arrêté pris en Conseil des ministres.
En outre, le projet de loi du Pays impose, pour les contrats à tacite reconduction, le rappel, par la compagnie d’assurance, de la date limite de dénonciation du contrat dans chaque avis d’échéance annuelle.
Pour l’assuré, cet avis d’échéance annuelle de prime ou de cotisation lui est adressé trois mois avant la date d’échéance du contrat.


Si cet avis n’est pas adressé à l’assuré, ce dernier peut résilier le contrat à tout moment sans pénalité, passé la date de reconduction du contrat, et par lettre recommandée avec accusé de réception.


 

 

 

Mercredi 19 avril 2017

 

 

Ouvrez, Lisez, vous comprendrez comment et pourquoi F.Hollande a préparé Macron.  Passionnant.

                  https://networkpointzero.wordpress.com/2017/03/24/2017-le-coup-detat/

 

Rappel de la règlementation pour la circulation sur la RDO

Le ministre de l’Equipement et des transports intérieurs, Luc Faatau, rappelle la règlementation pour la circulation sur la RDO des véhicules de transport en commun ou de transport de marchandises, suite au barrage sur la RT1 à Faa’a.

 Pour des raisons impérieuses de sécurité et de solidité du réseau routier et des ouvrages d’art, la circulation des véhicules de transport en commun de personnes et de marchandises, sur la RDO, est strictement réglementée, et le non-respect des dispositions en vigueur exposent les contrevenants à des sanctions pénales et administratives. 

Seules les demandes dûment justifiées peuvent faire l’objet d’une dérogation exceptionnelle et individuelle délivrée par le ministère chargé des transports intérieurs.

  

 

 

Qui est Nicolas Dupont-Aignan ?

Sympathique, déterminé, cultivé, père de 3 enfants, il baigne dans la politique gaulliste depuis son plus jeune âge. A 13 ans,et à l'heure où les garçons lisent les BD à la mode, il fait, lui, de la politique son  livre de chevet. Il admire Chaban Delmas puis Philippe Seguin. Gaulliste dans l'âme et le coeur, comme ses parents, il est profondément attaché à la France. Ce n'est pas de la frime et il n'est pas un élément rapporté formaté, comme Manuel Macron.( le lien ci-dessus est instructif)

 Cet énarque, haut fonctionnaire connaît bien les rouages de la République. C'est un euro sceptique qui a approché Jean Luc Mélenchon pour mieux connaître ses fondamentaux et Marine Le Pen par ce qu'elle a su s'éloigner et se débarrasser d'une arrière boutique qui sent le soufre. Lors de la précédente élection présidentielle, s'il gagnait la partie, il avait d'ailleurs confié qu'elle pourrait être son premier ministre.

De par l'héritage gaulliste qu'il revendique, Nicolas Dupont-Aignan se montre naturellement très attaché aux institutions de la Ve République, mais aussi aux pratiques et principes politiques du général de Gaulle. Ainsi," Debout la France" est un fervent défenseur du référendum : il propose même de le rendre obligatoire pour les questions relevant selon lui de la souveraineté nationale, notamment concernant la ratification de « tout nouveau traité européen » la ratification de « toute nouvelle modification de la constitution »voire de « toute nouvelle privatisation ou cession importante d'actifs nationaux"  En outre, il désire encourager le référendum d'initiative populaire en « abaissant le seuil à 2 millions de signatures ». L'une des promesses de candidature de Dupont-Aignan à l'élection présidentielle de 2012 fut également celle de faire cinq référendums devant porter sur la sortie de l'Euro, une réforme de la Justice en matière de politique pénale, la réforme territoriale, la réforme de l'Éducation nationale et la reprise en main du contrôle des frontières et de la régulation de l'immigration. On voit qu'il existe de nombreux points communs avec le programme de Marine Le Pen. Comme Cheminade ou Asselineau, sur l'Europe notamment.

Ce candidat à la présidentielle prévoit une reconnaissance du vote blanc couplée au vote obligatoire. Si le vote blanc est majoritaire, il propose que le scrutin soit reporté et que les candidats battus ne puissent pas se représenter. Cependant, il refuse avec bon sens d'accorder le droit de vote aux étrangers. Et puis quoi encore ?! Pas un seul pays au monde n'accepterait de faire entrer dans son coeur électoral des personnes d'une nationalité autres que celles du pays où il vit pour fausser les élections. Un autre bon point pour cet homme qui mérite mieux que son score passé ou celui des sondages. Il a par ailleurs une autre qualité que nous apprécions, il défend la cause animale. Les autres candidats n'ont même pas le temps d'y penser.... Tel est Nicolas Dupont-Aignan....Profondément humain, naturel, auto-formaté par sa carrière dans les ministères mais aussi ses croyances politiques, tout le contraire, en somme d'un Macron.




 

I

 

Sa mesure la plus clivante

Abandonner l'euro et restaurer le franc. Le candidat souverainiste estime que la monnaie unique européenne "asphyxie" les entreprises françaises. Il veut donc l'abandonner et la réduire au titre de simple monnaie de réserve. Il veut placer la Banque de France sous tutelle politique et lui permettre de monétiser la dette tricolore, c'est-à-dire émettre de la monnaie pour rembourser la dette. Nicolas Dupont-Aignan des points communs avec le programme de Marine Le Pen

 

 

Scoop : François Fillon devrait faire un aller/retour à Jérusalem avant la présidentielle 

 

François Fillon et Alain Juppé annulent leur visite à l’école 42, l’école de code informatique de Xavier Niel, dans le 17e arrondissement de Paris.

La raison de cette défection ? Les blagues des élèves. D’après nos confrères de RTL, ceux-ci n’étaient pas ravis de la visite du candidat Les Républicains dans les locaux de leur école. Pourtant, elle était annoncée en grande pompe hier sur les réseaux sociaux (et ils avaient l’air contents).

Des photos de Pénélope

Sur un groupe Facebook interne, les étudiants avaient prévu un accueil qui n’aurait pas plu à François Fillon, dans la dernière ligne droite de sa campagne. Certains avaient par exemple imaginé remplacer le message de bienvenue « Bonjour François » en «Rends l’argent, François ! » sur les portiques d’accueil de l’école.

D’autres avaient pensé à mettre une photo de Pénélope Fillon en fond d’écran des Mac de l’école. Un autre encore a demandé : « Qui pour balancer la farine ? ».

Devant tant de complications, les deux hommes ont préféré annuler leur visite et remanier leur opération de com'. A la place, ils se rendront dans les locaux de l’entreprise de streaming musical Deezer.(site 20 minutes)

 

 

Nuihau Laurey s'explique

 

Le tribunal correctionnel de Papeete a condamné ce mardi 18 avril 2017 M. Yannick Jehanno et M. Pierre Marchesini, en qualité d'ancien directeur de publication du quotidien '' La Dépêche de Tahiti '' pour diffamation à mon encontre.

C'est pour moi un jugement important. A l'ère de l'anonymat et des réseaux sociaux qui donnent aux pleutres le courage qui leur manque, cette décision signifie que l'on ne peut pas impunément insulter et traîner dans la boue les personnes investies de mandats publics.

Au delà de ce fait important que les juges ont rappelé, ces deux affaires sont pour moi de deux ordres différents.

Le premier protagoniste, compte tenu de ses antécédents et de sa quête de reconnaissance médiatique, a davantage besoin d'un soutien psychologique que d'une condamnation qu'il ne comprendra probablement pas.

Pour le second, condamné pour avoir diffusé dans le quotidien ' La dépêche de Tahiti' un torchon écrit par le premier, cela pose à mon sens le problème de l' indépendance et de la déontologie des médias en Polynésie française.

Notre pays est tout petit et certains intérêts financiers sont déjà omniprésents. Une presse véritablement indépendante doit constituer en cela un puissant rempart contre ces intérêts aux ramifications multiples.

Comme chacun le sait, les principaux médias écrits de notre pays appartiennent à des hommes d'affaires connus. Ne seront-ils jamais tentés d'utiliser leur pouvoir médiatique acquis pour défendre subtilement leurs intérêts bien compris et salir à bon compte les décideurs publics à l'échine récalcitrante ?

Cette condamnation exceptionnelle en est pour moi l'illustration la plus cinglante.

Pour ce qui est de savoir s'il reste encore une déontologie journalistique à ' La dépêche de Tahiti', il suffira simplement de vérifier si ce jugement de condamnation fera ou non l'objet d'une publication dans ses propres pages. C'est un mérite rare que celui de reconnaître ses erreurs.

 Nuihau Laurey.

 

Conseil des ministres

 

Accord intergouvernemental pour la construction du câble Manatua

En janvier 2016, le conseil d’administration de l’OPT a autorisé son opérateur public à mener toute étude portant prioritairement sur la sécurisation du système de communication Honotua.

Un accord de coopération non engageant a été signé en février 2016 entre Niue, Cook, Samoa, Tokelau et la Polynésie française, sous l’impulsion du ministère des Affaires étrangères de Nouvelle-Zélande, dans le but d’améliorer la connectivité internationale des îles du Pacifique. Les études de faisabilité ont défini un projet reliant Samoa et Tahiti avec des branches sur les îles de Niue, Rarotonga, Aitutaki et Bora Bora (pour la sécurisation du câble domestique Honotua).

La Polynésie française et l’OPT ont confirmé leur intérêt à participer au projet de câble Polynesia Connectivity Project. Plusieurs options de coopération ont été proposées parmi lesquelles l’accord international de coopération initié par la Polynésie française et l’OPT et celui-ci a été retenu par l’ensemble des parties concernées.

(...)
Le processus de signature de l’accord intergouvernemental concernant la conception, la construction, l’exploitation et la maintenance du système de câble lié au projet Manatua de connectivité de Polynésie s’est achevé le 3 avril 2017. L’accord doit être soumis à la délibération de l’Assemblée de la Polynésie française.

Cet accord intergouvernemental traduit la volonté d’une coopération régionale forte de la Polynésie française au sein de la communauté du Pacifique, dans l’un des secteurs d’activité, celui des communications électroniques, sept mois après son admission comme membre à part entière du Forum des îles du Pacifique.


Maintien du prix des hydrocarbures au 1er mai

Aux dates de chargements des produits hydrocarbures liquides, les prix CAF ont diminué en raison de la baisse des cotations sur le marché de Singapour. Ainsi, l’essence sans plomb et le pétrole ont baissé de 6 %, et le gazole et le fioul EDT ont baissé de 5 %. La valeur CAF du gaz butane a augmenté de 12 % par rapport à la précédente livraison sous l’effet des augmentations du prix FOB et du dollar à la date de chargement.
Le Conseil des ministres a donc décidé de maintenir stables les prix de vente des hydrocarbures pour le mois de mai 2017, et garde une vigilance sur les prix d’approvisionnement en hydrocarbures sur les marchés internationaux dont l’évolution reste très instable.



Indice des prix à la consommation, du Bâtiment et des travaux publics et index de la sûreté et des véhicules légers

Au mois de mars, l'indice des prix à la consommation est en augmentation de 0,5 % et s'établit à 108,02. Cette évolution est essentiellement liée à la hausse des prix des produits alimentaires (+ 1,2 % soit 0,3 point d'indice) et à celle des prix des Transports (1,3 % soit 0,2 point d'indice). L’indice ouvrier progresse de 0,4 % en mars 2017. Il augmente de 1% depuis janvier. Hors transport aérien international, l'indice général augmente de 0,3 % en mars 2017 (+ 0,9 % sur douze mois).



Soutien à la création audiovisuelle et numérique

La commission consultative SCAN (soutien à la création audiovisuelle et numérique), chargée d’émettre un avis sur les demandes d’aide à l’audiovisuel et le numérique s’est réunie le mardi 21 mars. En tout, 27 projets, issus des filières audiovisuelle et numérique ont été examinés, et 20 d’entre eux ont reçu un avis favorable de la commission ad hoc.



Tahiti infestée par le Banana Bunchy top virus

Le Banana Bunchy Top Virus (BBTV) est une maladie qui se transmet de plante en plante par un puceron et se propage en utilisant du matériel végétal infecté (boutures, rejets, bulbes, prélevés sur des plants malades). Il a été observé pour la première fois à Tahiti en novembre 2016, à la suite du signalement par les horticulteurs des dégâts observés dans leurs parcelles.

Présent dans de très nombreux pays voisins de la Polynésie française, le"Bunchy top" est la maladie virale la plus grave pour les bananiers et les plantains, mais également pour d’autres plantes d’intérêt économique comme les opuhi, les anthurium, le gingembre ou le curcuma. Il n’existe aucune variété résistante ni de traitement pour lutter efficacement contre ce virus.

Aussi, pour éviter la propagation du virus dans les îles encore indemnes, le Conseil des ministres a pris un arrêté déclarant Tahiti infestée par le "Bunchy top"et interdisant le transport des plantes-hôtes vers toutes les autres îles de Polynésie. Cette restriction réglementaire, qui vient compléter une campagne d’information et de sensibilisation du public, sera appliquée très strictement par le service en charge de la biosécurité.



Réforme de la retraite du régime des salariés

Le ministre des Solidarités, en charge de la protection sociale, a présenté une communication sur les mesures à envisager pour garantir une retraite aux générations futures. Afin de préserver un taux de remplacement de 70%, des adaptations paramétriques portant sur l’âge de départ, la durée de cotisation et la retraite anticipée sont nécessaires. Pour sa part, le Pays augmentera sa participation dans la prise en charge de l’Allocation complémentaire de retraite au titre de la solidarité.



Projet de loi du Pays relatif à l’exercice de la plongée subaquatique de loisir


Ce projet de loi du Pays a un triple objet : définir un nouveau cadre et abroger la délibération de 1992, répondre aux demandes relatives aux emplois locaux en permettant à la jeunesse polynésienne d’avoir un accès direct à la formation et aux métiers de la plongée et répondre aux attentes exprimées par les opérateurs touristiques pour faire face en toute sécurité aux flux et niveaux d’aptitudes des plongeurs internationaux visitant la Polynésie française.

Le premier impératif concerne donc notamment la prise en compte de la plongée aux mélanges autres que l’air (nitrox et trimix) et la prise en compte de la plongée recycleur. Ces pratiques, en fort développement en Polynésie française, sont utilisées aujourd’hui par plus de 50% des centres. Il convient de les règlementer, et de s’aligner sur les standards internationaux. Par ailleurs, les normes internationales de la plongée reposent sur un ensemble d’aptitudes et qualifications, acquises au sein de différentes structures qui délivrent leurs propres certifications. Elles ont été prises en compte et intégrées dans le nouveau texte.


 

 

 

Mardi 18 avril 2017

Attention il a enlevé les roues d'équilibre ! François énervé de l'entendre dire : ni à gauche ni à droite !

 

Nicolas Sarkozy aujourd'hui et Alain Juppé demain appellent à voter François Fillon.

 

A l'heure où le CHPF est malade ( contrat de l'oncologue non renouvelé par la CME, le seul médecin vasculaire mis à pied 2 ans par le conseil de discipline, un autre praticien condamné dans un trafic d'ice), une petite chapelle est en cours d'élaboration pour la modique somme de 110 millions de CP !
Aux grands maux, les grands remèdes ..... On voit que cela ne sort pas de leur poche !
 

 

 

 

Deux français avaient prévu de faire un attentat sur un candidat à la présidentielle lors d'un meeting !

Editorial

Marine le Pen : " Le burkini ce n'est pas l'islam c'est de la provocation"!

Dans moins de cinq jours, ce sera le jour où les Français d'ici et de là, iront voter. Ou n'iront pas voter, ou choisiront un bulletin blanc. Les candidats fourbissent leurs armes, mettent les bouchées doubles et musclent leurs discours. Emmanuel Macron parait essoufflé,oppressé, comme angoissé en s'arrêtant entre chaque phrase presque entre chaque mot en attendant un tonnerre d'applaudissement qui ne vient pas toujours à l'instant prévu, c'est bizarre, lui qui a rempli Bercy et qui croit en son karma au point de reprendre toutes les critiques pour les critiquer à son tour.

François Fillon met ses dernières cartouches en répétant " je suis le seul. à..." , les bras en V à la manière de de Gaulle. Il rassemble les candidats du " Sens commun" et les intrigues de "House of cards". On lui reconnaît une grande et forte détermination mais peut-être pas au point de gagner cette élection Qui sait?! .

 Marine Le Pen plus fougueuse que jamais devant un zénith  galvanisé a renoué avec ses fondamentaux. Elle s'écrie :  "vous savez quelle sera ma première mesure si je suis élue ?" "Non" crie la foule conquise, "  fermer les frontières et faire un moratoire de l'immigration légale". "Haaaaa ! Un râle de plaisir et soudain le slogan favori jaillit d'une même gorge  "on est chez nous" scandé par la foule enthousiaste en agitant les drapeaux  frénétiquement, avant d'entamer spontanément la Marseillaise à la surprise de Marine le Pen qui a, c'est vrai ,un bon programme pour les fichés S, les mosquées salafistes et la lapidation des femmes. "A tous si je suis élue  "bien le bonjour chez vous" aurait-elle pu dire comme dans une célèbre série ou bien à la Trump "Tous, back home" . Une dernière flèche vers le candidat favorable au "burkini", le jeune homme qui, de la marche a fait battre les coeurs !

Jean Luc Mélenchon,lui, "le dernier des communistes" peut finir comme le dernier des Mohicans, mais il aura fait une belle campagne sans pour autant que nous y adhérions.

 Quant au dernier trotskiste  dit "Poupou" il se prend désormais pour une vraie star grâce à quelques bonnes réparties en agitant son tee shirt blanc sur lequel les médias se sont jetés affamés, et en scandant " interdiction de licencier, 32h.de travail, supprimer le 14 juillet, plus d'armée". La tête dans le moteur des Ford que sa boite vend à ceux qu'il excrète , il ne sait pas que tous les pays dans le monde travaillent dix fois plus qu'avant, et que nous frôlons tous, une troisième guerre mondiale.

 Le berger Lasalle est le plus authentique et le candidat le plus sincère mais comme les nouveaux  souverainistes, qui le sont certainement moins, il n'a aucune chance. Dupont Aignan, je l'aime bien. Il est favorable à un service national obligatoire de trois mois. Il faut bien apprendre à manier un fusil par les temps qui courent. Quant aux jeunes ayant l'esprit militaire ils pourront choisir l'option d'un an.

Pauvre Benoît, il a cru "benoîtement" qu'il serait un jour président et que le PS serait derrière lui, le rebelle. Hélas...Que lui reste-t-il ? Mais pour celui qui prône la légalisation du cannabis.... à se rouler un pétard bien sûr !

 

Il tient désormais la vie des Turcs entre ses mains.

 

Nuihau Laurey gagne son procès en diffamation contre Jehanno et Marchesini  reconnus coupables de diffamation.

 Ils ont été condamnés - à 100 000 xpf d'amende chacun et à- à 100 000 xpf de dommages et intérêts chacun soit 200 000 xpf - à 80 000 xpf chacun au titre des frais de l'article 475-1 du code de procédure pénale.
Les moyens de nullité de Me BENOUAR ont été écartés.


Courrier :

 Sarkozy soutient Fillon comme la corde soutient le pendu. IL a tout juste fait une video mais prend bien garde de ne pas se déplacer...il ne faut pas rêver...G.

 

Humour de presse

Dans une récente enquête, la question suivante a été posée au peuple français :

Trouvez-vous qu'il y a trop d'immigrés dans votre pays ?

 43% ont répondu : Oui
5% ont répondu :   Non
 
52% ont répondu : أقولالقرف  ji ti di merde

 

 
Le Pen et Macron creusent l'écart, Fillon repasse devant Mélenchon


Les
deux premières places que n'arrivent pas à intégrer François Fillon et Jean-Luc Mélenchon. Malgré de fortes intentions de vote, le candidat Les Républicains et de la France insoumise stagnent en troisième et quatrième place. Mais la dynamique pourrait bien être du côté du vainqueur de la primaire de la droite et du centre. L'ancien premier ministre, qui gagne 1,5 point (18,5%), devance de peu dorénavant Jean-Luc Mélenchon (18%). présents dans cinq villes de France grâce à la technique des hologrammes.


En fin de campagne présidentielle, Marine Le Pen met un coup de barre à droite

Derrière, Benoît Hamon continue sa chute et obtient seulement 8% des intentions de vote alors qu'il atteignait les 16% début mars. Chez les "petits" candidats, Nicolas Dupont-Aignan est celui qui tire son épingle du jeu avec 4%, devant Philippe Poutou (2%).

 

Sarkozy et Juppé le soutiennent. Fillon exaucé !

 

Les chercheurs de Nice Sophioa Antipolis, le sens des mots
 

Un même mot, deux sens

« Le second est un algorithme d’apprentissage qui permet d’identifier les discours des uns et des autres selon les mots utilisés, un peu comme le système de reconnaissance d’images », détaille le scientifique. Cet outil permet de déterminer si un candidat emprunte les thèmes d’un autre. Au début de la campagne de Benoît Hamon, l’algorithme avait beaucoup de mal à identifier son discours sur un terrain qui était déjà occupé depuis longtemps par Jean-Luc Mélenchon ou Emmanuel Macron.

Le même mot peut, dans la bouche de deux candidats, avoir un sens complètement différent. Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon se disputent, par exemple, le mot peuple. Si la candidate du Front national a gagné la bataille en termes de fréquence, le mot a, chez eux, une signification très différente. Pour le leader de la gauche radicale, le peuple est associé à « l’insoumission contre les injustices » alors que pour l’élue d’extrême droite, le peuple renvoie à la « souveraineté nationale ». Le chercheur, expert du verbe en politique, a accepté de décrypter les discours des cinq principaux candidats.



 
Le tribunal administratif a décidé de l'annulation de l'arrêté approuvant la révision du plan de prévention des risques naturels de la commune de Punaauia

Le tribunal administratif a rendu jeudi sa décision concernant la révision du plan de prévention des risques naturels de Punaauia :
l’arrêté n° 643 CM du 20 mai 2016 qui approuvait le PPRN est annulé.


Une habitante de la commune avait dénoncé cette révision précise Tahiti Infos.. Le 8 mars 2017, l'avocate de l'habitante de Punaauia avait exposé les raisons de sa requête devant le tribunal administratif. Ainsi, elle avait déclaré, "les faits sont graves et établis. La sécurité des biens et des personnes dépendent de ce PPR. Mais ce PPR a été organisé à la demande d'un promoteur privé, et ça fonctionne! Le PPR n'a pas pour objet d'organiser le développement d'une commune. Ainsi dans les arguments avancés, les modifications des zones qui permettent à certains endroits de devenir constructibles sont incohérentes. Elles exposent des "milliers de personnes à un risque". Le jour de l'audience, l'avocate avait par ailleurs ajouté : "Cette révision a été faite à la carte, en fonction des clients."

Le tribunal estime que "la révision du PPRN de la commune de Punaauia a été engagée en raison d’une accumulation de demandes de pétitionnaires publics ou privés porteurs d’importants projets de constructions sur des terrains partiellement classés en zone rouge inconstructible d’aléa fort de mouvement de terrain". Par ailleurs, "considérant que la révision approuvée par l’arrêté attaqué a pour objet de permettre, par des aménagements destinés à réduire le risque, de rendre constructibles, à la demande des porteurs de projets, des terrains qui ne le sont pas en raison du risque d’aléa fort auquel ils sont partiellement exposés ; que la création de la zone rouge clair ne repose pas sur une évolution de la connaissance de la nature et de l’intensité du risque ayant conduit à retenir le classement initial".


Ainsi, le tribunal administratif de Papeete a décidé d'annulé l'arrêté n° 643 CM du 20 mai 2016 approuvant la révision du plan de prévention des risques naturels de la commune de Punaauia.

 

 

Dimanche 16 avril 2017

 

La légion d'honneur promotion Pâques

Sylvana Puhetini, représentante à l'Assemblée de Polynésie.

Jean-Christophe Shigetomi, directeur de l'aviation civile de la Polynésie française. Félicitations

 

L'UOIFchange de nom et s'appelle désormais les «Musulmans de France»

20 Minutes avec AFP

C’est un nouveau départ qu’a acté, ce samedi, Amar Lasfar, président del’Union des organisations islamiques de France (UOIF). « A partir de maintenant, nous n ’utiliserons plus UOIF, mais Musulmans de France », a déclaré Amar Lasfar à la tribune de la 34e Rencontre annuelle des musulmans de France (RAMF), qui se tient jusqu’à lundi au parc des expositions du Bourget (Seine-Saint-Denis).

« Ce qui est mis en avant » avec ce nouveau nom, c’est « le côté citoyen », a ajouté Amar Lasfar. Avec le nom « Musulmans de France », nous parlons de personnes physiques et non pas de structure ». Ce nouveau nom, adopté en février, suit les « différentes étapes par lesquelles est passée la communauté musulmane de France », a-t-il dit, alors que certains observateurs voient plutôt dans ce processus un moyen de redorer l’image de l’UOIF ternie par ses liens supposés avecl’islam politique des Frères musulmans.

Les trois étapes de l’islam en France
La phase des années 70, d’abord. Celle, où « les musulmans étaient sans mosquée, sans école, sans halal, sans revendication. Célibataires pour la plupart d ’entre eux. Ils essayaient de vivre un peu leur religion ». Viennent ensuite les années 80 et l ’étape de « l’islam en France », a poursuivi le président de l’ex-UOIF. Un « islam bricolé, un islam des étrangers, un islam des caves, qui ne s’affichait pas, qui n’avait pas pignon sur rue ». Puis, troisième phase, celle de « l’islam de France ».

L’UOIF a suivi ces étapes d'« intégration », de « sédentarisation dans ce pays », a assuré son président, en notant que son organisation appelé Union des organisations islamiques en France à sa création en 1983, avait déjà changé son nom en 1992, en devenant l ’Union des organisations musulmanes de France.

Reste que le choix de l’appellation « Musulmans de France » hérisse dans les instances de l’islam. « L’UOIF n’a pas le monopole des musulmans des France (4 à 5 millions de fidèles, NDLR) », a dit à l’AFP avant l’ ouverture de cette réunion annuelle Abdallah Zekri, le secrétaire général du Conseil français du culte musulman (CFCM), l ’instance représentative de l’islam auprès des pouvoirs publics.
Abdallah Zekri a accusé ses responsables « d’entretenir la confusion ».
 

 

 

Samedi 15 avril 2017 :

Lors de l'ouverture de la session administrative jeudi 13 avril 2017  il fait attention à sa ligne....de conduite, contrairement à d'autres.

 

La phrase du colonel de gendarmerie à retenir :

Ce qui couve ici, c'est l'échec de la jeune génération, celle qui fera l'avenir de la Polynésie. Ce n'est pas du catastrophisme que de pronostiquer une dégradation sensible et déjà perceptible à travers ces quelques symptômes bien marqués .

 

 

 Ouverture de la session administrative 2017

 

Marcel tire le premier, Edouard ricane et réinstalle le Bingo.

Il y a celui qui porte l'estocade en premier et celui qui se protège d'un bouclier ou de bons mots, puis cible, en retour, son adversaire. Hier, lors de l'ouverture de la session administrative un brin théâtrale au départ, ce fut Marcel Tuihani, le président de l'Assemblée, descendu comme il se doit de son perchoir, qui a tiré les premières salves vers le gouvernement, en face du sénateur Nuihau Laurey, pour la première fois assis dans les rangs des représentants au lieu de celui du gouvernement.

 Dans un discours bien rôdé et assez concentré pour être audible, Marcel Tuihani a fait remarquer qu'au titre de la solidarité l'Assemblée a prélevé 100 millions sur ses réserves afin d'aider les familles effondrées par les intempéries. "Malheureusement le pays n'est pas pressé d'intégrer notre contribution dans le budget du pays qui n'est toujours pas déposé. "Oui je persiste, a-t-il martelé "notre pays va mal". ( sourires ironiques du côté du gouvernement)

 Puis il a fait un résumé de l'action de son auguste maison :  en 2016: examen de 183 textes au cours de 26 séances soit 207 heures et 30 minutes de travaux et donné un coup de chapeau à la jeunesse qui regarde son  pays avec détermination et de manière active " nous sommes fiers d'eux". Certes mais il y a  " les chats sauvages" qui, tous les soirs se battent dans des combats de rue  mobilisant quatre à cinq voitures de police et des agents costauds comme hier soir du côté d'Arue pour séparer les forcenés. Et cette jeunesse là, violente, sans repères, sans éducation, sans travail, affamée et alcoolisée, souvent droguée, grossit en nombre, de jours en jours, dangereusement. Mais ce n'est pas à lui de s'occuper de ces jeunes là mais au gouvernement.

Et pour confirmer ses dires,le président de l'Assemblée en évoquant la situation des familles a cité à plusieurs reprises le colonel de gendarmerie en écho à son plaidoyer pour la jeunesse il y a quelques semaines. C''est à juste titre que Marcel Tuihani  a précisé que si " nous devons rechercher les remèdes encore faut-il que nous partagions d'abord le même diagnostic". Et bien évidemment c'est loin d'être le cas. Les deux hommes ne sont pas prêts de s'entendre, ni sur le constat ni sur les remèdes. Leur vision est opposée et ce n'est pas une vue de l'esprit. Quand l'un dit " ça ne va pas du tout", l'autre répond " tout va très bien". Et pourtant !

 Edouard Fritch , à son tour, n'a pas manqué de  répéter sur une trentaine de pages, dans un discours laudatif que plus personne n'écoutait,  tant la litanie des mots concernant les actions du gouvernement, entrecoupée des quelques mimiques habituelles de "l'acteur- président," laissaient la place aux conversations à mi-voix ou aux pensées intérieures des dévots. D'un côté ou de l'autre les politiques pensent que plus c'est long, plus c'est bon et se refusent à synthétiser un bilan pouvant être retenu.... parfois, mais trop souvent noyé. Marcel Tuihani a réussi  à réduire son allocution à 9 pages ! Un record.

Cela dit, l'assistance a sans doute retenu que la vision du pays diffère selon que l'on est dans l'opposition ou dans le gouvernement qui ne peut pas, lui, se tirer une balle dans le pied,en confirmant que tout va mal !Mais il n'y croit pas, ne le voit pas, ne le sent pas. Bien au contraire il a expliqué, en citant des organismes comme l'IEOM, que l'économie repartait la fleur au fusil  et comme d'habitude et que "tout le monde il est beau et tout le monde il est content !" Allez donc le demander aux Polynésiens de la rue et aux commerçants. Vous pouvez reprendre son discours de 2016, c'est le même, toujours aussi satisfait.

Les grands chantiers " colonne vertébrale du monde du travail et de l'imaginaire" s'est transformé en " petits chantiers".On jacte, on se fait plaisir, on se bombarde de titre ronflant, on grossit, mais le pays lui ne grossit pas, il mincit au contraire. Le Tahiti Mahana Beach que tous les acteurs économiques et touristiques avaient salué avec enthousiasme malgré le prix a payer  ce qui aurait pu être fait en plusieurs tranches a évolué vers  un" Village tahitien". "Le vocable en soi est déja réducteur au-delà du " rikiki beach" " a pu dire avec une certaine nostalgie ironique Marcel Tuihani,

Bref, on l'aura compris, le passé ronge toujours le président du gouvernement qui tourne résolument le dos à la vision de son prédécesseur pour une relance économique à long terme  et à la création d'emplois durables. Affirmant que les touristes préféraient redécouvrir une Polynésie authentique, on se demande alors pourquoi, nos visiteurs préfèrent remplir les grands hôtels de luxe qui n'ont rien de très polynésien et n'en sortent pas vraiment ! Ou qu'ils sont fans de  croisières luxueuses et coûteuses qui nous arrangent bien puisqu'elles ont connu 100% de croissance entre 2012 et 2016.

 Les mesurettes à court terme ne sont pas suffisantes d'autant qu'un habitant sur 5 vit sous le seuil de pauvreté avec moins de 30.000 Frs par mois. Bref manque de chantiers d'envergure, un tourisme qui s'effrite et voilà la Polynésie française en plan et rantanplan, dépassée  par la Nouvelle Calédonie qui s'active et améliore non seulement son environnement mais ses multiples prestations .

Une bonne nouvelle cependant que nous espérons réelle une aide directe du FED de 3,6 milliards XPF sur quatre ans versée directement au pays pour le développement touristique.

 Puis au fil des heures le président a longuement égrené l'action du gouvernement dans les projets, les constructions de lycées, l'aquaculture, la pêche, l'agriculture etc... Aider, structurer, aménager "sans esprit partisan", en veillant à l'intérêt général, en intégrant  les préoccupations des communes, en abordant les sujets essentiels de développement avec l'Etat. Ah...chères communes, les chouchous du président lors des élections...

 Enfin, alors qu'une fois de plus certains représentants papotaient avec son voisin ou regardaient internet et que les ministres soit somnolaient, soit se grattait le nez en pensant visiblement à autre chose   Edouard Fritch a lancé d'une voix forte, en réveillant en sursaut quelques élus : " Demain quel que soit le président qui sera élu à la tête de la République, "l'Accord de l'Elysée" (et non plus " Les accords de Papeete" originels) sera le document de référence d'un nouveau partenariat entre la Polynésie française et l'Etat.

 Pas certain toutefois que le prochain président souhaite mettre ses pieds dans les petits souliers de François Hollande ! Alors qu'à notre petite échelle, Fritch ne les met pas dans ceux de Flosse !!!!!!!

 

En 2010, ils faisaient du sport ,en 2017 ils jouent au Bingo !

 

Extrait du discours du président de l'Assemblée Marcel Tuihani

Chaque année en cette période, nous nous retrouvons à l’ouverture de la session administrative. C’est l’occasion de faire le bilan de l’année écoulée sur le plan législatif, économique et social.

Pour ce qui me concerne, je n’ai jamais voulu faire de ce rendez-vous un instant banal. Il l’est d’autant moins que nous ne saurions faire abstraction du contexte électoral dans lequel nous nous trouvons et qui mobilise toute la classe politique en vue des échéances présidentielles, législatives et très bientôt, les territoriales.

Nier que cette réalité conditionne nos décisions, nos attitudes et nos propos serait mentir. Les récentes décisions prises par le gouvernement et sa majorité le prouvent. Nous avons tous compris dans quel contexte nous nous trouvons. Nous pourrons le vérifier à l’occasion de la répartition des commissions législatives dès la semaine prochaine.

Lors de l’ouverture de la session budgétaire 2016, j’ai parlé de caisse de résonance lorsque j’évoquais la situation sociale. Chers collègues, prêtons attention à cette caisse de résonance pour mieux comprendre ce qui se passe dans notre Fenua.

En ce début d’année, certains ont été fortement touchés par les intempéries.

Les premières estimations évoquaient des dégâts à plus de 2 milliards de francs pacifique. Fin mars, le Gouvernement recensait au moins 800 fare détruits. Aujourd’hui où en sommes-nous ?

Les dégâts constatés ont-ils tous été réparés ? Je pense notamment au pont de la Matatia. Les sinistrés des intempéries de l’année dernière ont-ils tous été traités ?

Notre assemblée a par ailleurs rapidement contribué à la solidarité en prélevant 100 millions F sur ses réserves. C’est ensemble que nous avons pris cette décision urgente au regard des dégâts constatés, afin d’aider les familles frappées par le sinistre pour renouveler les équipements essentiels qu’ils ont perdu pour assurer les besoins du quotidien (achat de réfrigérateurs, fours, à titre d’exemple).

Visiblement, le gouvernement ne semble pas être pressé d’intégrer la contribution de notre institution à l’effort de reconstruction dans le budget du Pays, puisqu’à ce jour, le collectif budgétaire n’est pas encore déposé à l’assemblée, du moins pas à ce jour.

Mais revenons à la situation sociale des familles polynésiennes que beaucoup de personnes commentent. Dans de précédentes interventions, j’ai souligné « que le pays va mal ». Je persiste à dire que le pays va mal.

Le constat dressé le 27 janvier dernier par le Colonel de la gendarmerie a fait écho à mon plaidoyer pour la jeunesse.

Il disait, sous la forme d’un avertissement, je le cite : « Qu'un processus d'auto-défense se mette en place au profit des enfants du Fenua, contre les dangers des drogues, de l'alcool et de la violence. Sans un tel sursaut, la Polynésie ne sera pas en mesure de relever les défis de l'avenir ».

Il ajoutait : « Ce qui couve ici, c'est l'échec de la jeune génération, celle qui fera l'avenir de la Polynésie. Ce n'est pas du catastrophisme que de pronostiquer une dégradation sensible et déjà perceptible à travers ces quelques symptômes bien marqués ».

Je ne pouvais pas laisser cette déclaration se diluer dans le flux médiatique sans lui donner plus de relief.

Si nous devons rechercher ensemble des remèdes, encore faut-il que nous partagions d’abord le même diagnostic. Réagissons maintenant avant de glisser vers la pente dans laquelle la Guyane semble s’enliser.

Les associations et les confessions religieuses jouent un rôle déterminant dans le maintien de la cohésion sociale. Mais avec une telle pression quotidienne, leur rôle atteindra rapidement ses limites.

Dans un petit pays comme le nôtre le plus grand défi est de préserver les équilibres économiques et sociaux. Il nous faut aussi agir pour permettre à notre jeunesse de demeurer au pays, sans être obligée de s’exiler pour pouvoir mieux vivre.

Nous constatons que de plus en plus de jeunes partent pour leurs études, mais ne reviennent pas, car ils ne trouvent pas de travail à leur retour.

J’ai découvert que de plus en plus de jeunes familles polynésiennes s’installent en France pour obtenir les minima sociaux et les aides en matière de logement.

La fracture sociale se creuse et la précarité gagne du terrain, comme indiqué dans les premières conclusions de la dernière enquête sur le budget des familles présentée par l’ISPF en février 2017 ici même devant quelques représentants de l’assemblée.

Selon l’IEOM, la Polynésie française compte, en moyenne, 1.300 nouveaux actifs entrant chaque année sur le marché du travail. Le taux de chômage, qui était de 21,8% au recensement de la Population de 2012, peut être estimé à 24% en 2015. Aujourd’hui, quel est ce taux ? Serait-il erroné de considérer qu’il avoisine les 26%, voir plus ?

Cette précarité qui frappe un nombre croissant de familles ou de jeunes couples est de plus en plus visible.

Elle s’accompagne de son cortège de violences, avec une augmentation de la délinquance, de la drogue, de l’illettrisme, du décrochage scolaire, des violences intrafamiliales.

Je suis intimement convaincu que l’emploi est le remède aux nombreux maux qui rongent notre société.

Pour le Fenua, plus d’emploi signifierait moins de dérives et de violences, moins d’assistanat, moins de moyens mobilisés pour la solidarité et qui sont financés par ceux qui ont un travail.

L’emploi doit véritablement être la priorité des priorités. De lui dépend tout le reste : l’équilibre des comptes sociaux de notre Protection Sociale Généralisée, des caisses de retraite, et l’équilibre du budget du pays par les taxes sur la consommation qui l’alimentent.

Donner du travail à nos familles, à nos jeunes, voilà quelle doit être notre principale préoccupation, hors de nos querelles.

Le lancement des grands chantiers demeure la colonne vertébrale de cette
ambition.

Nous apprenons que le « Tahiti Mahana Beach » évolue aujourd’hui vers le « Village Tahitien». Le vocable « village » résume bien la philosophie réductrice de ce nouveau projet, qui va au-delà du « Rikiki Beach » en prenant le contre-pied du complexe touristique qu’était le « Tahiti Mahana Beach ».

Je rappelle que l’objectif était de créer des emplois en grand nombre, doper notre tourisme et repositionner la Polynésie française sur la carte touristique mondiale, mieux que ne saurait le faire le mirage d’une ville flottante !

A présent, le gouvernement renvoie l’épure du « Village Tahitien» à la Caisse des Dépôts et Consignations. J’apprends par la presse qu’une convention a été signée fin 2016 entre le Pays et la Caisse pour une mission d’audit. La Caisse des Dépôts et Consignations devra nous expliquer ce que nous devons faire, comment nous devrons le faire et avec qui nous devrons le faire.

Je persiste à penser qu’avoir donné un coup d’arrêt aux grands projets, c’est tourner le dos à une véritable relance économique de long terme, à la création d’emplois durables. C’est le cas également du projet aquacole, à HAO, dont on n’entend plus parler.

Les mesures à court terme qui ont permis d’amorcer la reprise, ne sont pas suffisantes, nous le savons tous. Chacun le voit bien en dépit des efforts déployés, la fracture sociale s’accroît.

Je relève que 20% de notre population, soit un habitant sur cinq, vit sous le seuil de pauvreté, c’est-à-dire avec moins de 30.000 F CFP par mois, si l’on en croit la récente enquête sur le budget des familles.

La reprise actuelle se nourrit de la conjonction des moyens mis à disposition par l’Etat et ceux du Pays, notamment par le plan d’investissement exceptionnel qui a permis de soutenir la commande publique, et généré à l’autre bout de la chaîne une légère amélioration de la consommation des ménages.

Dans sa note expresse du 6 avril, l’IEOM considère que « les signes d’amélioration observés depuis deux ans se sont consolidés en 2016 en raison d’une reprise de l’économie polynésienne plus marquée, d’un investissement des agents économiques plus dynamique et d’un marché du travail plus vigoureux, qui dope la consommation des ménages ».
Pour autant, l’IEOM met l’accent sur « l’essoufflement du BTP » en considérant, je cite, « qu’après la construction du centre pénitentiaire de Papeari (Tahiti), achevée en fin d’année, le manque de chantiers d’envergure entrave un franc redémarrage des travaux publics ». Tout est dit et ne peut faire l’objet de contestation.


Je ne terminerai pas ce bilan des travaux, sans évoquer ceux réalisés par notre Assemblée junior. Je suis particulièrement fier et honoré d’avoir rencontré ces jeunes élèvent de CM2.


 

 

Extraits du discours du président Fritch:

  PSG

(...) je souhaite faire un point sur la réforme de la PSG. Plusieurs textes réglementaires importants seront prochainement soumis à l’avis des différentes instances et partenaires concernés, notamment :

 

-         La généralisation du système du médecin « référent » (déjà en place dans le cadre de la longue maladie), pour en faire le passage obligé et le coordonnateur des soins, dans le but d’une meilleure prise en charge du patient avec des coûts maîtrisés.

-         La reconnaissance de la télémédecine, outil indispensable à une meilleure prise en charge des populations isolées et au soutien aux personnels de santé dans ces îles.

-         Une action sur les prix des médicaments : nous attendons les résultats de la saisine de l’Autorité de la concurrence, prévus pour mai.

-         Le développement d’une « fiscalité responsable » avec la sortie du sucre de la liste des produits de première nécessité (PPN) et l’instauration d’une fiscalité sur les produits sucrés, couplée à des mesures incitatives à la diminution progressive du taux de sucre dans ces produits.

Je dois également attirer votre attention sur le fait que la réussite de la réforme de la PSG nous impose de résorber les déficits à hauteur de 18, 858 milliards de francs pour l’ensemble des branches de la maladie.

Au titre du régime des salariés le déficit à combler s’élève à 14,4 milliards de francs dont 9,269 milliards pour le FADES. Au titre du régime des non salariés, le déficit à combler est de 1,051 milliards de francs. Pour le régime de solidarité, le déficit à combler s’élève à 3,411 milliards de francs.

Ce sont des déficits accumulés depuis plus de 10 ans dont nous avons hérité, en même temps qu’il faut réformer notre système de protection sociale. La mise en place d’un plan sérieux de résorption de ce déficit est un préalable à la réforme de notre PSG.

Ce lourd héritage est collectif. J’espère que l’ensemble de notre assemblée saura également faire preuve de courage et de responsabilité pour soutenir les réformes incontournables qu’il faudra mener.

 Energie

Dans le secteur de l’énergie, un stockage d’énergie, financé par le Pays à hauteur de 500 millions et porté par la TEP, opérationnel dès le début 2018, permettra de continuer à développer la filière photovoltaïque sans déstabiliser le réseau. C’est un investissement très attendu par les professionnels du secteur qui pose la première pierre d’une évolution vers un réseau intelligent à horizon 2025-2030.

 

En matière d’équipement des particuliers, une subvention pour les installations photovoltaïques  allant jusqu’à 250 000 F par installation permettra notamment d’équiper les habitations qui ne sont reliées à aucun réseau électrique.

 

Par ailleurs, de nombreuses communes gèrent leur service public de l’électricité en régie et ne bénéficient pas de la péréquation tarifaire pratiquée par EDT dans ses concessions. Nous allons présenter à l’assemblée un projet de « fonds de péréquation », géré par le Pays, et qui permettra d’étendre la solidarité à toutes les communes de Polynésie.

 

Enfin, pour assurer toujours plus de transparence, un Observatoire des énergies sera mis en place mi-2017 pour offrir aux professionnels et au grand public la visibilité sur les chiffres du secteur, de même que sera mis en place un comité de suivi de l’approvisionnement de la Polynésie française en hydrocarbures. Quant à la continuité des audits sur le secteur électrique, elle sera désormais annuelle.

 

Numérique

Avec l’ensemble de nos partenaires, dont les actions sont déterminantes pour la réussite de notre dessein, nous allons mettre en place le Schéma Directeur d’Aménagement Numérique, le SDAN.


Dès son adoption par votre assemblée, le ministère en charge du numérique engagera un plan d’action pragmatique, volontaire et chiffré sur la base du SDAN et des travaux de l'Observatoire de l’économie numérique et de l’Organisation des professionnels de l’économie numérique  qui regroupe l’ensemble des acteurs du digital polynésien.


Sans attendre, dans les prochaines semaines, nous vous proposerons une réforme du dispositif d'Aide à la connexion des entreprises en étendant son éligibilité à l’ensemble des entreprises et aux particuliers, et en augmentant son plafond de 100 à 200 000 francs Pacifique.


Face à une demande réelle, nous cherchons à renforcer l’offre de codeurs polynésiens, en lançant un programme de formation et en introduisant 30 bourses majorées dites «Numérique».

 L’amélioration de la connectivité est également liée aux câbles sous-marins. Concernant le câble Manatua, la phase d’études a permis d’aboutir à un projet commun de câble sous-marin à fibre optique reliant l’île de Samoa et Tahiti avec des branches sur Niue, Rarotonga et Aitutaki aux Iles Cook et Bora-Bora pour la sécurisation du câble domestique Honotua.

Un accord de coopération international a été signé par la Polynésie française, puis par les gouvernements des îles Cook, Samoa et Niue le 3 avril 2017. Il encadre les relations entre les pays signataires mais également les relations de l’Office des postes et télécommunications avec les trois autres opérateurs représentant leur Etat respectif.

Ainsi, les 4 opérateurs de télécommunications désignés constitueront prochainement un consortium non doté de la personnalité juridique pour réaliser et exploiter le câble Manatua. L’appel d’offre international pourra être lancé au cours de ce trimestre et la mise en service du câble est prévue au 4eme trimestre 2018.

Le câble domestique NATITUA, reliera 19 îles des Tuamotu et Marquises par câble sous-marin à fibre optique et par réseaux de faisceaux hertziens.

Les résultats de l’appel d’offre international seront présentés au conseil d’administration de l’OPT au mois de juin prochain. Celui-ci pourra alors désigner le fournisseur constructeur du câble domestique dont la mise en service est prévue en novembre 2018.

***

La volonté de résorber significativement le chômage et de favoriser le redressement économique a placé les politiques de l’emploi, de la formation professionnelle et du travail au rang des priorités.

Dans le cadre de cette politique publique, le Gouvernement a initié dès 2015 une réforme des mesures d’aides à l’emploi de type « contrat aidé », qui a conduit à la création de l’Aide au Contrat de Travail (ACT) et l’Aide au Contrat de Travail Professionnel (ACT PRO).

En contrepartie d’une embauche en contrat à durée indéterminée, l’employeur bénéficie d’une aide financière sur deux ans de 864.000 francs CFP pour une ACT et de 1.320.000 francs CFP pour une ACT PRO.

En novembre 2016, on constatait 300 contrats aidés en ACT et 18 en ACT PRO, auxquels il convient d’ajouter 370 aides au Contrat d’Emploi Durable (CED), basé également sur le versement d’aide en contrepartie d’une embauche en CDI.

Ainsi en 2016 ce sont près de 688 aides qui ont été octroyées par le Pays pour une embauche en contrat à durée indéterminée.

La réforme des mesures du même type se poursuit grâce à des modifications des dispositifs ACT et ACT PRO visant à ouvrir ces dispositifs, tant aux demandeurs d’emploi qu’aux anciens salariés, et à les rendre plus attractifs aux employeurs.

Par ailleurs, l’année 2017 doit voir la mise en œuvre d’une nouvelle mesure baptisée Aide au Contrat de Travail au primo salarié (ACT PRIM) à l’adresse des employeurs qui embauchent leur premier salarié.

Dans ce cadre, en contrepartie de la conclusion d’un CDI, l’employeur bénéficiera durant deux ans d’une aide s’élevant à 1.104.000 FCFP.

Ainsi, ce sont près de 480 ACT, de 100 ACT PRO et de 120 ACT PRIM, soit 700 aides du Pays en contrepartie d’une embauche durable, qui ont été prévues au budget de l’année 2017. Ces aides se rajoutent à celles initiées en 2016, ce seront près de 1 388 emplois durables qui sont soutenus par le Pays.

Le Gouvernement entend également encourager le développement de la création de petites entreprises en renforçant l’attractivité et en assouplissant les conditions d’octroi du dispositif d’Insertion par la Création ou la Reprise d’Activité (I.C.R.A).

En 2017, il est prévu d’apporter le soutien du Pays à près de 120 projets de création d’entreprises auxquels il convient de rajouter 70 ICRA de l’année 2016. Ainsi, ce sont près de 190 projets de création d’entreprises qui recevront le soutien du Pays.

La garantie d’une employabilité durable passe obligatoirement par un renforcement des dispositifs de formation et d’insertion professionnelles, notamment les dispositifs ayant trait à la formation en alternance.

Ainsi, en matière de dispositifs de formation professionnelle, près de 2 000 demandeurs d’emploi ont bénéficié de formations par le biais du SEFI, du CFPA et du Centre des métiers de la mer, allant de la remise à niveau à des formations qualifiantes.

En 2017, le programme des formations de ces différentes entités concernera près de 2 600 demandeurs d’emploi.

En matière de dispositifs de stage d’insertion professionnelle, en 2016 près de 2 540 demandeurs d’emploi ont bénéficié d’un Stage d’Insertion en Entreprise, d’un Stage d’Expérience Professionnelle, d’un Stage d’Insertion pour Travailleur Handicapé ou d’un Contrat d’Accès à l’Emploi, ce dernier représentant 80% des demandes.

En matière de formation en alternance, les dispositifs d’apprentissage et le CAE rénové avec un volet formation ont été renforcés.  Le nombre de contrats d’apprentissage en 2017 est de 150, contre 120 en 2016.

Concernant le CAE rénové, en 2016, ce sont près de 400 stagiaires, contre 93 en 2015, qui bénéficient d’une formation théorique et pratique, par le biais du dispositif.

Grâce aux partenariats la mise en œuvre du CAE Rénové s’étend également dans les archipels des Iles-sous-le-vent (Huahine, Tahaa et Raiatea), des Marquises (Hiva-Oa et Ua-Huka), des Australes (Tubuai, Rurutu et Rimatara) et des Tuamotu (Hao).

Pour l’année 2017, le bénéfice des différents dispositifs de stage d’insertion professionnelle sera octroyé à près de 3 600 demandeurs d’emploi, auxquels il convient de rajouter le nombre de mesures initiées en 2016. Ainsi, ce sont près de 6 140 mesures d’aides à l’insertion professionnelle qui seront octroyées en 2017.

 

 

Présidentielle

Fillon et les costumes, encore et toujours dans le collimateur

Selon Mediapart, Fillon n'a pas rendu les bons costumes et le JDD enchaîne...

 Alors qu'il affirmait les avoir rendus, François Fillon n'aurait pas retourné les costumes offerts par Robert Bourgi, selon le site Mediapart.

 François Fillon est soupçonné de ne pas avoir rendus les bons costumes, offerts en février. (Reuters)

 Une polémique de plus pour François Fillon. Cette fois-ci, le candidat LR est soupçonné de ne pas avoir rendus les costumes offerts par l'avocat Robert Bourgi, comme l'indique vendredi Mediapart. Plus précisément, le site d'information rapporte que deux costumes rapportés par l'ancien Premier ministre ne seraient pas ceux qui ont créé la polémique en mars, quand le JDD a révélé qu'il s'était fait offrir deux costumes mi-février, pour une valeur de 13.000 euros.

 "M. Fillon a fait rapporter chez Robert Bourgi un ensemble de chez Arnys (pantalon et blazer) offert en 2014, ainsi que deux costumes, sans marque aucune, indique à Mediapart l'avocat de Robert Bourgi, Eric Moutet. Un troisième costume, offert par Arnys pour le prix des deux premiers, a été conservé par M. Fillon. Quant aux deux costumes rendus, je ne peux pas dire si ce sont ceux de chez Arnys offerts par Robert Bourgi ou d'autres costumes, puisqu'il n'y avait aucune marque dessus ou griffe de créateur."

 Doutes sur la griffe des costumes

 Le fait que la griffe de la maison parisienne soit absente des costumes porte le soupçon sur François Fillon : d'après des spécialistes de la marque contactés par le site d'information, chaque pièce Arnys comporte une griffe visible et deux étiquette siglées. De son côté, l'équipe du candidat n'a pas souhaité faire de commentaires sur ces révélations, alors que l'entourage du candidat LR affirme qu'il a "évidemment" rendus les bons costumes.

 Mi-mars, interrogé sur la question de ces costumes sur France 2, François Fillon s'était expliqué sur cet épisode, une "erreur" selon lui : "J'ai fait une erreur de jugement. Ces costumes, je les ai rendus." Vendredi, Robert Bourgi a indiqué dans un entretien qu'il avait été contraint de mentir par François Fillon sur le donateur des costumes qui lui avait été offerts.

 

 

 

Jeudi 13 avril 2017

Ouverture de la session administrative de l'Assemblée ce matin. Commentaires demain matin

 

Editorial

Mélenchon, franc mac ?

Marine le Pen, contre vents et marées, malgré toutes les attaques, critiques, peaux de bananes ensemencées à la démocratie,QG incendié, est la femme à abattre. " She is the first one". Et plus on la combattra, plus elle se renforcera. Ils n'ont pas compris cela ses détracteurs qui se déchaînent en ce moment au lieu de laisser les électeurs faire leur choix. Mais voilà que les francs maçons eux -mêmes entrent dans l'arène,  sans capuches, sans masques, sans crânes aux yeux vides sur leurs bureaux. La tradition.

 Figurez-vous que Mélenchon est le seul "franc mac" des candidats déclarés, appartenant aux frères du Grand Orient, la grande loge socialiste en plein branle-bas de combat pour un soutien sans failles au trublion, mais l'un des leurs. "Eyes wide shut" sur ce que le " frère" propose cependant. Et là, branle-bas de combat, la mort de son cher Castro,  la rondelle de citron dans la mexicaine, le vote utile qui s'inverse et qui de bleu devient rouge,Chavez etc.. bref tout s'embrouille, dérape, se dilue, sauf pour qui ? Non il n'est pour rien dans l'incendie du QG du FN, de la froidure d'un mois d'avril, des foucades électorales, les forces occultes roulent pour Méluche.

Et pendant ce temps là, les journalistes polynésiens qui ne se mouillent surtout pas, même quand il fait chaud, d'ailleurs pourquoi le feraient-ils, se battent, eux, pour plus d'indépendance et de protection par la loi.. Concrètement, il s’agit d'avoir la capacité de refuser un ordre de l'employeur lorsque celui-ci apparaît contraire à la déontologie (une clause de conscience) ou de refuser la nouvelle orientation éditoriale d’un média lorsque celui-ci change de propriétaire (une clause de cession). Dans les deux cas, si un licenciement devait intervenir, un régime indemnitaire sévère devrait être prévu au bénéfice de l'employé, alors que la seule issue laissée aujourd'hui encore au journaliste réfractaire est la démission. C'est par expérience que cette revendication existe depuis le rachat par un groupe proche du gouvernement a licencié à tour de bras en arrivant dans la place. Les anciens propriétaires auraient pu, par bonté d'âme ou par charité, faire mettre une clause protégeant les journalistes. Mais business is business. La piétaille n'a pas la parole. Et bien, faut que ça change.

 Et que fait le gouvernement, il se défausse et s'empresse de passer le bébé et l'eau du bain aux représentants à l'Assemblée. A eux de décider.

Pendant ce temps, tenez prenons celle-là parmi d'autres, la societé "Tahiti Hélicoptèrers" meurt à petit feu, la cause :  l'absence de touristes auxquels elle faisait découvrir la Polynésie merveilleuse par le ciel ou répondre aux évasans difficiles. Ses appels à l'aide "ponctuels" sont restés lettres mortes. Seul le redressement judiciaire peut sauver cette entreprise, l'entretien des hélicos, et  leur personnel. Rien que de très banal pour le gouvernement qui n'a de cesse de marteler encore aujourd'hui à l'Assemblée que tout, mais tout va très bien et que nous vivons dans un monde merveilleux.

 Entendez la voix du Président, "allez soyez courageux créez vos entreprises" et quand c'est fait, le ton change c'est  "débouillez-vous". Vous dites " tourisme" ? Non, non, ne vous étouffez pas, c'est quoi ce mot là ?

 

 

Il est entré dans la franc maçonnerie en 1983

Dans Mélenchon le plébéien, une biographie fouillée, écrite par les journalistes Lilian Alemagna (Libération) et Stéphane Alliès (Mediapart), Jean-Luc Mélenchon parle pour la première fois de son appartenance au Grand Orient de France.

"J'y suis entré en 1983", affirme-t-il, après "le tournant de la rigueur" qui l'a mis "K.O. debout". "Quand tout s'est cassé la figure, que reste-t-il? La République. Donc, in fine, la liberté et l'égalité", souligne l'ex-trotskiste, dont le père était également maçon. "Je comprends non pas la vision trotskyenne de la franc-maçonnerie, c'est-à-dire une machine à corrompre la classe ouvrière, mais je vois l'inverse: le lieu où se conserve le fil d'or. Où traverse notre histoire. Les temps profonds", dit-il.


 

Le groupe Martin présidé par l’homme d’affaire Jean-Pierre Fourcade a renoncé  au projet de rachat des navires Taporo suite à la décision de l’autorité polynésienne de la concurrence. (Une information Polynésie première).

Jean Pierre Fourcade mène avec brio et une grande discrétion une multitude d'affaires. Pragmatique, excellent gestionnaire, efficace, comment un magistrat de l'Autorité de la concurrence peut-elle remettre en cause la "viabilité économique" du projet de rachat des Taporo ? Avant de se lancer, il est bien évident  qu'il a analysé avec soin ce projet coûteux Il en a étudié les problèmes éventuels et les profits .Il n'a jamais investi à perte et ce n'est pas aujourd'hui qu'il aurait commencé.

 Du coup, n'étant pas accroché à un futur profit, il n'a fait ni une ni deux et a jeté l'éponge en laissant place nette à un nouvel acteur favorisé par l'Autorité de la concurrence. Mais si le groupe Martin avait pensé mettre en place un nouveau ferry pour desservir les Raromataï, la décision du magistrat de la Haute, a plombé son projet. Il n'est pas un querelleur, et comme il est poli ,il a simplement haussé les épaules et tourné le dos à l'inquisiteur mis en place par Edouard Fritch qui se tord les mains de cette bavure. Ce qui est fait et fait et JP Fourcade  cogite déjà sur de nouveaux investissements, pas forcément en Polynésie !

 

 

 Mercredi 12 avril 2017

 

Mercredi 12 avril 2017, le président de l’assemblée a reçu la visite de courtoisie de M. Frédéric GUIN, secrétaire général de l’Education nationale, actuellement en mission en Polynésie française ».
Une rencontre cordiale s’est déroulée dans le bureau du président, durant laquelle les deux hommes ont pu s’entretenir des politiques éducatives appliquées en Polynésie française.

Le ministre de l’Equipement et des transports intérieurs, Luc Faatau, entouré de plusieurs personnes, notamment de collaborateurs de son cabinet et du ministère de l’Education, a tenu, ce mercredi matin, une séance de travail collective sous forme de visio-conférence avec le groupement Systra/Espelia/Egis.

 

Six subventions attribuées à des communes : soutien de près de 400 millions Fcfp du Pays
Le Conseil des ministres a poursuivi ses travaux d’examen et de validation des demandes de financements des communes pour les opérations d’investissement programmées en 2016. Six octrois de subvention ont été validés traduisant un soutien financier du Pays de près de 400 millions Fcfp, pour un investissement total de 589 millions Fcfp, soit un taux de participation du Pays de 68 %.

 

Editorial

 Fillon devrait s'appeler Lazare...

François Fillon, devrait s'appeler Lazare. On le croyait mort, mais pas encore enterré, il n'est ni l'un ni l'autre. On a beau lui trouver de nouvelles échardes pour le plomber, rien n'y fait. Stoïque, fidèle à lui même, victime du pouvoir et de son cabinet noir,des médias et des juges, soutenu par un carré qui devient le triangle des Bermudes, il croit en lui, en ses coups de coeur et sa manière simpliste de balancer l'encensoir. " Je suis le meilleur", " "je suis le seul a avoir un projet pour sortir la France du fossé creusé par Hollande" ( mais il n'est pas le seul tous ont le même refrain et notamment Macron superman).FF raffole d'un sphinx, sa femme Pénélope, spécialiste muette de sa carrière, fantôme de l'opéra, non pardon, de l'Assemblée nationale, il possède cette immense qualité, celle de croire en lui avec un plus, le couronnement d'un intellectuel que j'adore, Jean d'Ormesson et dont je ne partage pas, paix à mon âme, le même point de vue. Il n'est pas vibrionnant comme Emmanuel Macron, qui, en ce moment s'essoufle, mais il possède une force de caractère impressionnante. On est presque persuadé qu'il peut, avec la même application faire le jardin, la cuisine ou la conversation.

Mais il a des failles. Vous me direz tout le monde en a. Certes. Certains plus que d'autres. Cette campagne, jusqu'à aujourd'hui obscure quant à sa conclusion ou si vous voulez, à sa confusion, traitée de tous les qualificatifs par une presse déboussolée par tant de variations dans les sondages (qui devraient être interdits),voit une extrême gauche et une extrême droite représentant aujourd'hui la moitié  du corps électoral s'opposer et se déchirer contrairement au dicton :  "les extrêmes s'attirent"!

Selon ces professionnels, un Français sur 3, vote Le Pen et un Français sur 6 vote Mélenchon. Statistiques reprises par le Figaro récemment. Reste que ces deux extrêmes sont très puissants et leur montée soudaine dans l'opinion déboussole les plus cartésiens. La droite Filloniste résistera-t-elle aux ravages des tsunamis ? Il faudrait pour cela avoir un sacré tour de reins que Fillon n'a plus, pour remonter sur la montagne et sauver sa vie. C'est ainsi que cette vérité, à force d'équivoques, ne cesse de s'obscurcir pour déjouer les chroniqueurs qui ne devraient pas résumer mais raconter ce nouveau et imprévisible polar..

Fillon ne peut pas promettre pour la Polynésie autre chose que ce qui existe déjà mais sous un autre nom. "Le pacte de développement et de stabilité" à la place des "Accords de Papeete" avec un dénominateur commun, le soutien déterminé de l'Etat. Facile de le marteler. Et des pactes, la Polynésie en a connus. Vous aurez beau touiller, shaker, le jus sera le même avec un zeste de libre gouvernance qu'il n'est plus possible de rogner sauf renforcer, et qui s'appelle : l'autonomie.

Cet anti-Flosse primaire tape du pied et se met en colère quand on lui parle d'un nouveau statut pour la Polynésie, celui de "Pays associé", tant l'Etat souhaite garder tout son pouvoir et Fritch un semblant de légitimité. Une faute de goût pour les deux.

A la différence de goût  pourtant, Flosse, lui, achetait ses costumes chez Lanvin de sa poche avec ses indemnités de Secrétaire d'Etat dans le gouvernement Chirac et  Fillon, lui,déjà, se les faisait offrir . Et bien il vous l'a avoué sans honte, il ne sait pas faire d'économies. Ce n'est pourtant pas Pénélope, femme au foyer, qui lui coûte cher. Les smigards médusés ne reviennent pas de tant d'arrogance naturelle et spontanée sans même qu'il ne se rende compte de l'énormité de ce qu'il a osé dire.

Du coup, Il ne souffre pas la comparaison et se refuse ab-so-lu-ment à faire évoluer le statut de 2004, modifié, toiletté, douché au fil des années, tant le risque de voir l'an prochain, le Tahoeraa arriver au pouvoir, lui donne des boutons. Fritch étant contagieux, le pauvre Fillon avec sa ténacité à se maintenir en vie, sera peut-être dans les oubliettes de l'Histoire,croqué par sa bête noire, son astronome Mélenchon,dans moins d'une quinzaine de jours. Adieu costards, cravates, chaussettes. Faudra payer...Et ce jour là, tel le petit canard malheureux, il dira " pourtant je le valais bien !"

 

Est-on responsable de sa famille ?

Reproche-t-on sans fin à des enfants, adolescents puis adultes d'avoir eu un père de gauche quand on est de droite ? Ou bien un père violeur et meurtrier  ? Non on se tait pudiquement. Reproche -ton à certains d'avoir eu un père collabo ou kapo ? Non ils l'ignorent probablement encore. Et c'est tant mieux. Heureusement. Alors, va-t-on reprocher encore longtemps à Marine Le Pen d'avoir un père dont elle a su se séparer d'abord et gommer les tares ensuite pour créer un mouvement politique qu'elle a fait " fréquentable". Ce qui ne représente pas une douce promenade. Il y a des moments où il faut savoir s'arrêter dans les nuisances tout de même !

 

Subventions pouvant être allouées aux organisations syndicales

La ministre du Travail a présenté au Conseil des ministres une communication relative aux subventions susceptibles d’être allouées aux organisations syndicales de salariés au titre de l’exercice 2017. En application du Code du travail, toute organisation syndicale de salariés, dont la représentativité au niveau de la Polynésie française est reconnue, peut en effet se voir attribuer des subventions pour son fonctionnement interne, dans la limite des crédits budgétaires ouverts à cet effet.
Le critère retenu est celui du nombre d’élus au cours des deux dernières années (délégués du personnel et membres du comité d’entreprise, titulaires et suppléants). Ce mode de calcul diffère donc de celui utilisé pour l’arrêté de représentativité basé sur le nombre de voix obtenues lors des seules élections de délégués du personnel.
Pour l’année 2017, le budget de la Polynésie française prévoit un montant global de subventions de 19 000 000 Fcfp.
Le montant de la subvention susceptible d’être allouée à chaque syndicat, compte tenu du résultat des élections, se répartit comme suit :
CSTP-FO : 7 523 247 Fcfp
A TI’A I MUA : 4 018 674 Fcfp
CSIP : 3 446 646 Fcfp
O OE TO OE RIMA : 2 230 183 Fcfp
OTAHI : 1 781 250 Fcfp
Les projets d’arrêtés attributifs de subvention ne pourront être produits que sur présentation, par chaque syndicat, des pièces obligatoires au traitement des demandes de subvention.

 

Le scoop de Polynésie Première fait des vagues à la présidence.

James Heaux sur Polynésie Première vendredi dernier pouvait avoir le sourire du journaliste comblé. Il avait un beau scoop. Celui de la saisie record de 3000 plantes interdites à l'importation grâce aux soupçons d'un douanier sur la déclaration en douane d' un agent phytosanitaire. Et les soupçons se sont avérés payants :  3500 plants de fleurs importés de Paris dont pas moins de 3000 en infraction et confisqués vite fait.

Mais l'affaire ne s'arrête pas là. Elle se corse compte tenu de la profession des deux horticultrices. Les importatrices  Myrna Raoulx la compagne du conseiller chargé de l'agriculture auprès du président Edouard Fritch  et la deuxième Patricia Hoata, présidente de la Fédération horticole Hei Tini Rau. Vous connaissez certainement c'est cette fédération qui organise de belles Floralies. Quant à Jean Claude Tang le conseiller du président, il a dirigé le SDR service du développement rural pendant de nombreuses années. Tous donc de bons professionnels auxquels la nocivité potentiel des plants importés ne pouvait être ignorée sachant  qu'en étant interdits, ils auraient pu faire des ravages dans l'horticulture locale tout en rapportant, évidemment...très gros. En attendant ce sont ceux qui sont compromis, qui risquent gros !

Ce n'est pas la première fois que des proches du président sont mis en cause dans des affaires. En fait si Fritch faisait moins de voyages dans les îles  pour faire campagne pour ses candidats aux législatives ou ailleurs et qu'il était un peu plus vigilant ,sur ce qui se passe au sein de sa présidence, il pourrait détecter un peu plus les brebis gourmandes et galeuses avant qu'elles ne fassent "bling bling".aux oreilles de la presse !

Moi ? Mais qu'est ce que vous voulez que j'y fasse ?

 

Le ministre en charge de la Santé visite le département psychiatrie du CHPf

 Au moment où les travaux du futur pôle de santé mentale viennent de débuter, à côté du CHPf (Centre hospitalier de Polynésie française), à Pirae, le ministre des Solidarités, le Dr. Jacques Raynal, accompagné de la directrice de la Santé, Laurence Bonnac-Théron, et des directeurs du CHPf, René Caillet, et de l’hôpital d’Uturoa, Henri Panego-Martinez, a souhaité mardi après-midi, se rendre compte des conditions de prise en charge des patients ayant besoin de soins au sein du département psychiatrie du Centre hospitalier.

 Le ministre a notamment rencontré les médecins et cadres du département afin d’échanger avec eux sur la préparation d’un schéma global de la santé mentale en Polynésie française. Ce document permettra de planifier un développement progressif de la prise en charge des patients, en particulier extrahospitalière, qui fait actuellement cruellement défaut.

 ndlr : Le ministre de la Santé n'en est pas à sa première visite du département psychiatrique du CHPF et par voie de conséquence de prendre le pouls des médecins qui y travaillent. Et pas que les médecins car dans un centre psychiatrique les infirmières et aides soignantes sont sans cesse sollicitées et sur le qui vive. Mais est-ce pour se donner bonne conscience ? Et y fait-il des améliorations ? Lesquelles ?

 

Le viking de l'aérien fait peur

Le secteur aérien craint de perdre 16.000 emplois d'ici 2022. A titre d'exemple, 3 compagnies aériennes françaises dénoncent le dumping social pratiqué par Norwegian. La compagnie low-cost venue du froid menacerait les emplois des personnels navigants et la desserte aérienne des Antilles françaises.

Les compagnies aériennes françaises craignent 16.000 pertes d'emplois au cours du prochain quinquennat si aucune mesure n'est prise pour réduire les charges et simplifier la réglementation afin de lutter à armes égales contre les transporteurs d'autres pays, prévient un rapport de la profession présenté mercredi par Alain Battisti, Président de la fédération nationale de l'aviation marchande (FNAM).

Résister au "viking" de l'aérien

Le secteur aérien a déjà perdu 11.000 emplois, subissant de plein fouet la concurrence des compagnies à bas coûts européennes comme easyJet et Ryanair, et surtout par la dérèglementation sociale jugée outrancière pratiquée par Norwegian, souligne la Fédération nationale de l'aviation marchande (Fnam). La concurrence déloyale de la "low-cost norvégienne venue du froid" pourrait menacer le pavillon tricolore et les compagnies aériennes françaises qui desservent la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et La Réunion au départ de Paris.
Et qui assurent aussi la desserte de Mayotte.

 

 Essais nucléaires: 8 vétérans irradiés obtiennent le droit à être indemnisés

 tahiti infos

- Huit vétérans irradiés lors des essais nucléaires français en Polynésie française dans les années 1960-90 ont obtenu mercredi le droit d'être indemnisés par l'État, a-t-on appris auprès de la cour administrative d'appel de Nantes.

Dans ces huit cas, les juges nantais ont suivi l'avis favorable du rapporteur public. Ils ont en revanche débouté cinq autres vétérans.
"Dans ces huit cas le rapporteur public avait émis l'avis que le ministère de la Défense ne rapportait pas la preuve qu'il existait un risque négligeable, donc qu'il devait indemniser les victimes des conséquences de leur exposition aux rayonnements", a déclaré à l'AFP l'avocate des vétérans Cécile Labrunie.

Dans les cinq autres cas, "le rapporteur public avait tenu compte d'un changement de législation qui assouplit les règles d'indemnisation", a précisé l'avocate.

"Malheureusement, la cour n'a pas suivi l'avis du rapporteur dans ces cinq cas et a statué sur le fondement de l'ancienne loi, a déploré Me Labrunie. C'est un regret de devoir annoncer à ces cinq victimes, qui se battent depuis 2010-2011, qu'elles doivent prolonger leur combat, alors que le législateur a prévu une voie d'indemnisation plus facile".

L'audience s'était déroulée le 28 mars. Sur les 13 cas, 10 étaient des appels de jugements prononcés le 31 décembre 2015 par le tribunal administratif de Rennes, dont 9 étaient favorables en première instance aux victimes. Deux étaient des appels de jugements prononcés par le tribunal administratif de Caen le 24 mars 2016, tous deux favorables au ministère de la Défense. Le dernier était un appel d'un jugement rendu par le tribunal administratif de Rennes le 16 juin 2016, favorable à la victime.

Mi-mars, la juridiction nantaise avait déjà ordonné l'indemnisation des préjudices subis par douze vétérans.

Le Parlement a définitivement adopté à la mi-février une disposition destinée à favoriser l'indemnisation des victimes d'essais nucléaires, inscrite dans la loi Égalité réelle Outre-mer, publiée le 1er mars au Journal officiel.

Malgré la loi Morin de 2010 sur l'indemnisation des vétérans irradiés, seuls une vingtaine, soit environ 2% des demandeurs, ont obtenu gain de cause. Quantité de dossiers ont été rejetés, notamment au motif que le risque attribuable aux essais nucléaires dans la survenue de maladies était "négligeable", une notion qui a été supprimée par le Parlement.

 

 

 

 

Mardi 11 avril 2017

 

Le Président Edouard Fritch et plusieurs de ses ministres ont participé, lundi, à Raiatea, à une réunion avec l'ensemble des maires des îles Sous-le-Vent afin de discuter de la problématique des transports inters insulaires. Le Président a également par la suite visité l’hôpital d’Uturoa.

L'OPH :400 millions de Frs cfp d'impayés. Une grosse somme. Au chômage, sans aucun revenu les locataires ne peuvent plus payer leur loyer ou leur mensualité, les adolescents en sont réduits à fouiller dans les poubelles pour trouver à manger (vu hier) à moins de s'adonner à des tâches illicites qui rapportent, prostitution, drogue etc...

Le Vice-Président Teva Rohfritsch s’est rendu, lundi, à Raiatea, afin d’aller à la rencontre de divers porteurs de projets. Dès son arrivée à l’aéroport, il s’est entretenu avec Cathy Ho, porteuse d’un projet de création d’un commerce à but touristique dans l’enceinte de l’aérogare. Elle est également à la tête de l’association « Maohi Culture », spécialisée dans la création de bijoux locaux.

Le Vice-Président a ensuite rencontré Claude Tarati, l’un des plus gros apiculteurs de l’île,. Ces porteurs de projets voient-ils leurs projets se concrétiser ?

  

 

Editorial

" Brûlez-là"

Revenons sur la déclaration de Marine le Pen qui a sans doute voulu rendre à la France ses lettres de noblesse avec  " le Vel d'hiv ce n'était pas la France"  Cette affirmation a donné lieu à de nombreux commentaires et réactions, un peu pavloviennes s’agissant du nom Le Pen associé à la 2nde Guerre mondiale. On a dit « Marine Le Pen tombe le masque et apparaît révisionniste, ». Mais en réalité il n’en est rien. Bien au contraire. Et cela prouve encore une fois que l'on condamne vite en France  !Et n'importe comment.

 Marine Le Pen n’a fait que défendre une thèse encore soutenue par beaucoup de monde à droite et à gauche jusqu’au tournant des années 2000. Une thèse qui était d’ailleurs officielle (sous Mitterrand compris) jusqu’en juillet 1995, date du magnifique discours de Jacques Chirac au Vel d‘hiv. Cette thèse prétendait avec justesse et force que la France, entre juin 40 et août 45 , était à Londres ou dans le maquis et que le gouvernement de Vichy n’était pas la France, mais une forfaiture, le simple bras armé de l’occupant. Cette théorie a été établie par le Général de Gaulle pour asseoir sa légitimité. Toutes les lois de Vichy ont été déclarées nulles et non avenues en vertu de cette idée, l’histoire officielle faisait alors du régime de Pétain une parenthèse d’illégalité.

 Il est vrai aussi que cette France là, ignominieuse,a existé. On ne peut oublier les milliers de lettres de dénonciation des Français à l'époque, retrouvées dans les archives allemandes. Qui, dénonçait son coiffeur, qui, sa belle mère, qui son voisin. Pour la délation lors de "la collaboration", certains Français se sont montrés des champions en pulvérisant tous les records, au point de stupéfier les Allemands eux-mêmes. Mais  c'est de cette France d'une époque maudite dont a voulu parler Marine Le Pen, en disant "la France du Vel d'hiv, non ce n'était pas la France". La France, la vraie, pas celle de la collaboration mais la résistante était à Londres. Et tous ses adversaires de se transformer en meute hurlante contre la prétendue hérétique. Brûlez-là ! Auraient-ils pu crier...comme au meilleur temps du Moyen Age. Tant les condamnations outrancières, sans aucune réflexion, sont rapides pour ceux qui combattent dans la même arène, mais en frappant n'importe comment juste pour faire mal ou encore et c'est plus grave, par ignorance.

 

 

 

Présidentielle: Jean-Luc Mélenchon confiant quant à sa présence au second tour

20 Minutes avec AFP

L
es récents sondages lui donnent des ailes. Jean-Luc Mélenchon a affirmé ce mardi qu’il se qualifierait pour le deuxième tour de l’élection présidentielle, disant croire à un « paysage entièrement nouveau » dans lequel, après avoir dépassé François Fillon, l’argument du « vote utile » en faveur d’Emmanuel Macron va « s’effondre (r) ».

Qualifié pour le second tour, « je le serai », a martelé le candidat de la France insoumise sur RTL.

« S’ assurer que la prise est bien faite »

Jean-Luc Mélenchon s’était fixé l’ objectif de ravir la troisième place à François Fillon dans les sondages, ce qui est le cas, pour un point (18 % contre 17 %), dans la livraison Kantar-Sofres-OnePoint diffusée dimanche, derrière Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

A présent, a-t-il dit, son objectif est « d’abord de m’assurer que la prise est bien faite. Et vous voyez bien qu’un paysage entièrement nouveau se dessinerait tout aussitôt car si je suis devant François Fillon, alors tout l’argument d’après lequel le vote utile serait Emmanuel Macron pour éviter Fillon-Le Pen s’effondre ».

Emmanuel Macron, « je lui disputerai le terrain le moment venu », a poursuivi le député européen, évoquant l'« agrégat assez fragile de gens qui le soutiennent ». « Les gens l’identifient : c’est un centriste, un libéral », dit-il. « Ce que je lui demande (…) c’est de garder à nos échanges la tenue qu’ils doivent avoir car l’un d’entre nous parmi les quatre que vous avez cités sera le président de la République dans un mois », a-t-il dit, après qu’Emmanuel Macron a notamment dénoncé sa « fascination » pour Vladimir Poutine

 

 

La crainte d’un duel Le Pen-Mélenchon au second tour devient un facteur de préoccupation pour les investisseurs. Le coût de la dette française a commencé à augmenter et l’écart se creuse avec l’Allemagne.

À deux semaines du scrutin, l’incertitude qui prévaut sur le résultat du premier tour de l’élection présidentielle, a un impact direct sur les marchés financiers. L’ascension de Jean-Luc Mélenchon dans les sondages et la crainte d’un duel Le Pen-Mélenchon au second tour, devient un facteur de préoccupation pour les investisseurs.

À la Bourse de Paris, cette inquiétude affecte surtout le cours des banques, comme Société générale ou BNP Paribas qui s’affichent en repli depuis lundi matin, avec une sous-performence très nette par rapport à la moyenne du secteur financier en Europe. Mais le point le plus visible est le creusement de l’écart de rendement entre les emprunts d’État à dix ans français et allemands, de nouveau supérieur à 70 points de base.

Le rendement à dix ans français est remonté à plus de 0,95% ce matin tandis que l’allemand est proche des plus bas de cinq semaines à 0,215%. Le plus haut de l’année à 1,13%, atteint début février sur le taux de l’emprunt d’État français à 10 ans, n’a pas encore été touché, mais la détérioration de l’appréciation de la dette de la France est manifeste.

Toute la question est de savoir si après le risque Marine Le Pen, la menace de voir Jean-Luc Melenchon arriver au pouvoir est désormais intégrée dans les cours. «Le marché se concentre un peu trop sur les probabilités extrêmes mais je suppose qu’à si peu de temps de l’élection, une certaine nervosité est inévitable», a confié à l’AFP Christian Lenk, responsable de stratégie de DZ Bank. Dans ces conditions toute nouvelle information allant dans le sens d’un renforcement des extrêmes en France ne peut que penser sur le coût de la dette française.

Les récents commentaires du président du Medef, Pierre Gattaz, qui met les électeurs français en garde contre l’éventualité d’un second tour à l’élection présidentielle entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, menant selon à la «catastrophe absolue», ont été entendus par les marchés.

 

 

Le nouveau visage  du Parlement

 Pas moins de 235 députés (sur 577) et 160 sénateurs (sur 348) vont devoir faire un choix entre leur mandat parlementaire et une fonction exécutive locale. La présidentielle n'est pas terminée que déjà les chefs de partis en lice  préparent les législatives. Il est vrai que celles-ci conduiront sans aucun doute à un profond renouvellement, notamment par le nombre d'élus qui vont devoir faire un choix entre mandat parlementaire et fonction exécutive locale. Une fois de plus, compte tenu de l'affaiblissement des partis traditionnels l'émergence en tête de Marine le Pen et d'Emmanuel Macron qui s'épuise, vont modifier spectaculairement le visage du Parlement français. Nombreux sont ceux toutefois qui ont privilégié leur ancrage local. Ce n'est pas le cas de notre sénateur Nuihau Laurey qui a choisi lui, la sinécure du Sénat au détriment de son poste de ministre dans le gouvernement Fritch où les jalousies, les petites réflexions méchantes finissaient par l'exaspérer. Introverti, cet homme ne laisse percer que rarement ses vrais sentiments. Mais quand trop c'est trop, il jette l'éponge et peut vivre désormais tranquille loin des petites mesquineries, bisbilles politiques au milieu "des petits messieurs en complet trois pièces" comme le disait en souriant Pierre Mauroy. Ceux-là n'existent plus aujourd'hui. Ils ne sont qu'en deux pièces !

 

Papeete.- Conseil d’administration de TNAD


Le conseil d’administration de l’établissement public Tahiti Nui Aménagement et Développement (TNAD), s’est tenu, mardi après-midi, à partir de 15 h, sous la présidence de Teva Rohfritsch, Vice-président, en charge des grands projets d’investissement.

Le conseil d’administration s’est notamment prononcé sur la tarification d’occupation temporaire du site de Mamao et la modification de l’Etat Prévisionnel des Recettes et Dépenses de l’exercice 2017. Le conseil d’administration a également été informé de la situation des projets en cours menés par l’établissement.

 


La vie de Pomare IV portée à l’écran


Le président Edouard Fritch a reçu, mardi après-midi, le réalisateur Francis Bianconi et le producteur Matthieu Pédelahore qui sont actuellement à Tahiti en mission de repérage pour le tournage d’un film historique sur Pomare IV, « La reine du Pacifique ».

Francis Bianconi a déjà réalisé de nombreux reportages, documentaires et docu-fictions pour les télévisions françaises et étrangères. Son nouveau projet, tourné pour la télévision en Français et en Anglais, retracera la vie de la reine et sera tourné entre mars et avril 2018 en Polynésie française.

Le réalisateur et son producteur souhaitent que l’essentiel de l’équipe qui sera appelée à collaborer à ce film soit des Tahitiens. « Il faut que ce soit leur film », a ainsi expliqué Francis Bianconi au président. Le Pays l’a d’ores et déjà assuré de sa totale collaboration pour que ce film soit mené à bien.

ndlr : Le Pays paye-t-il quelque chose pour la réalisation de ce film ?



I
nauguration de deux navires à Arutua

Le maire de Arutua, Reupena Samuel Taputuarai, a procédé, samedi dernier, à l’inauguration de deux navires de type chaland et transport de passagers de la commune de Arutua, aux Tuamotu, en présence de représentants du Pays, Eliane Soufet, Tavana Hau des Tuamotu-Gambier, Mme Catherine Rocheteau, directrice des affaires maritimes polynésiennes (DPAM), Alain Atfa Tching Fouk Aon, adjoint à la directrice de la Délégation au développement des Communes. Le maire de Manihi, Mireille Haoatai, et les membres de son conseil municipal ont également participé à cette cérémonie.

L’acquisition du navire de charge, de type barge-chaland mixte de transport de passagers et de fret, répondant aux normes de sécurité en vigueur, permettra à la commune d’assurer au quotidien et en toute sécurité, le transport maritime des personnes et des biens d’une part entre l’aérodrome et le village de Rautini, distants de 13 km, et d’autre part entre les secteurs et le quai du village. Cette embarcation permettra également à la commune de déplacer ses agents et ses engins pour réaliser les travaux d’entretien de voirie ou de protection du littoral de l’atoll.

 






 

 

Randonnée funeste

Dix neuf joyeux randonneurs piégés dans la vallée de la Papenoo alors que le but était de faire du sport et de découvrir la nature entre amis. Mais voilà la nature a parfois des soubresauts cruels. C'est une grosse vague qui brusquement a dévalé entraînant avec elle huit marcheurs. Deux ont été retrouvés noyés le troisième a disparu. Comment prévoir ce drame ? Impossible. Gendarmes, sapeurs-pompiers tous sont sur le pied de guerre pour retrouver l'homme manquant . En ces temps de perturbation atmosphérique, il vaudrait mieux  éviter les escalades dans la montagne et marcher dans des zones sûres. C'est triste !

 

 

Lundi 10 avril 2017

 

 

 

" A vous, je peux le dire franchement, je milite pour un changement véritable  de la politique en France après un quinquennat socialiste lamentable car Marine Le Pen a toute mon admiration pour avoir su faire du FN un parti comme tous les autres partis, autrement dit, vous m'avez compris tout à fait fréquentable, avec un programme séduisant notamment pour la Polynésie française. Les Français et les Polynésiens, en grande partie, l'ont compris aussi."

Cet aveu lâché un jour et repris depuis plus de cent jours, est la consécration de sa vie politique. Sa nouvelle vie de "laboureur d'idées". Il n'a plus le temps de se prélasser devant un whisky avec un gros cigare, ou de faire la cour au jupon qui virevolte devant lui,  Il est devenu pour faire gagner celle qu'il admire et qu'il soutient avec passion, un "combattant". Il s'est révélé au fur et à mesure des plateaux de télévision avec des adversaires dont il ne fait qu'une bouchée avec un air  gentil et des réparties mordantes ou apaisantes qui énervent. C'est le but.

Nous avions pensé tout d'abord faire un portrait de cet homme  qui se donne à fond en politique au détriment de ses propres affaires en se dotant d'un gilet à l'épreuve des sarcasmes politiciens qui colorent le FN . Mais évidemment l'interview a bifurqué sur sa Jeanne d'Arc qui veut changer la France en planant déjà sur les cimes de la faveur populaire. La fidélité et la loyauté ne sont pas des qualités que l'on retrouve beaucoup en politique mais elles lui sont chevillées au corps. J'en témoigne ici.

Nous laissons à nos confrères les questions techniques pour le jour où ils feront leur interview, mais il connaît à fond  les priorités de sa candidate pour l'Outre Mer et notamment plus particulièrement pour la Polynésie dont il a, avec elle, concocté le programme. Oublions le quinquennat et les fausses promesses de François Hollande. C'est du passé. Ce que nous retenons, c'est que Marine Le Pen souhaite créer un grand ministère de la mer. Normal, mais jusqu'ici oublié, avec 5 millions de kilomètres carrés, non pas pour faire bien dans le paysage mais doté de vrais moyens en parallèle avec une Université de la mer. Pour faire le rétablissement final cependant elle devra élargir son électorat en nouant une ou des alliances si affinités.

Parler du tourisme est inutile, voilà plus de trente ans qu'il stagne. Alexandre Léontieff parlait de 500.000 touristes, Flosse d'un million avant que le Tapura ne gomme le grand Mahana Beach. Or,nous touchons à peine la barre des 200.000. Et ce n'est pas parce que les restaurants auront plus de salades locales que les touristes se prosterneront devant la Polynésie. Les méthodes diffèrent. Le résultat reste le même. Un bon point et nous n'en donnons pas souvent à la mairie de Papeete qui va se lancer dans l'amélioration et la transformation de Papeete. Il était temps de devenir une vraie capitale.

Mais....difficile pour Eric Minardi de répondre  à la question qui nous a poussé à l'interroger : Marine excuse-t-elle Bachar-Al Assad dans ce bombardement aux armes chimiques? Il n'a pas vraiment répondu. Mais a murmuré " Il faut être sûr avant de fusiller, d'où vient la frappe. Marine demandera une enquête approfondie avant de condamner" Bien. Mais le plus grand danger dans le monde où nous vivons est de penser qu'il n'y en a pas ou que les criminels sont des saints.

 

 

  • Et voilà ! Eric Minardi,vous êtes en tant que Te Nati Marine la courroie de transmission entre Marine Le Pen et la Polynésie française sur la dernière ligne droite avant les poteaux d’arrivée. 

  • Va-t-elle doubler dans une foulée «  féline » ses concurrents aux poteaux ? Lequel craint-elle plus qu’elle devra affronter au second tour ?

  •  

  • Il est difficile de savoir aujourd’hui si ce sera Emmanuel Macron, François Fillon ou Jean-Luc Mélanchon, mais, quel que soit le candidat, ils sont tous issus du système. François Fillon a été 5 ans 1er ministre du gouvernement de Nicolas Sarkozy, Emmanuel Macron est resté 2 ans Ministre de François Hollande, c’est une pure émanation du système mis en place par l’UMPS depuis près de 40 ans, E. Macron étant le fils spirituel de F. Hollande quant à JL. Mélanchon n’oublions pas qu’il était ministre dans le gouvernement Jospin et qu’il a accepté toutes les lois et réglementations européennes sans jamais critiquer, il a beau jeu aujourd’hui qu’il n’est plus au parti socialiste de hurler après l’Europe.

 

  • Cette campagne n’a pas été de tout repos. Elle a même laissé parfois des traces sur son visage malgré son dynamisme, le manque de sommeil se fait sentir. Comment analysez-vous cet engouement des électeurs pour Marine Le Pen, pour ne pas dire parfois «  cette ferveur » malgré les qualificatifs déplaisants dont on coiffe le FN encore aujourd’hui ?

  •  

  • Marine Le Pen est une battante et les électeurs ont compris qu’elle était la seule à pouvoir sortir la France du marasme. Malheureusement Marine ne sait pas dire non et elle accepte toutes invitations ou tous déplacements afin d’aller à la rencontre du peuple et cela est épuisant, de plus les attaques permanentes à faire barrage à Marine Le Pen et au Front national lui prennent beaucoup d’énergie.

  •  

  •  

  • Avez-vous trouvé que les journalistes localement traitaient Marine Le Pen correctement?

  •  

  • Malheureusement les journalistes travaillant sur le territoire sont souvent métropolitains et de gauche, ils combattent le Front National et Marine Le Pen d’une façon qui n’est pas équitable, mis à part tahiti Today, les médias de la presse papier, particulièrement le Tahiti Infos, ne couvrent pas la campagne présidentielle en Polynésie Française. C'est bien dommage!!   

  •  

Marine incarne une politique nouvelle pour la France

 

  • Les idées de Marine Le Pen et le visage nouveau qu’elle a réussi à donner au FN sont un véritable tour de force. À votre avis cela est-il dû à sa personnalité, aux refus des outrances, à ses collaborateurs triés sur le volet et dont vous faites partie aussi ?

  •  

  • Je pense que Marine Le Pen incarne le visage d’une politique moderne, elle a su s’entourer de collaborateurs venant de tous horizons : politique, économique, scientifique et plus le temps passe et plus nous sommes rejoints par des personnalités hautement qualifiées.

  •  

  •  

  • Elle semble avoir de l’estime pour le président du Tahoeraa avec lequel elle a signé une alliance après de grandes hésitations de la part de Gaston Flosse, mais le projet que vous lui avez soumis pour la Polynésie correspond aux attentes des Polynésiens à part quelques ajustements. Lesquels d’ailleurs ?

  •  

  • Le Président du Tahoeraa Huiraatira est le seul homme politique à avoir eu une attitude républicaine envers Marine Le Pen, son compagnon Louis Aliot et moi-même lors de la visite de Marine Le Pen en Polynésie Française en mars 2013 et plus récemment lors de la visite de Louis Aliot en décembre 2016 lorsqu'il nous a reçus a sa résidence. Le projet que j’ai proposé à Marine Le Pen en janvier 2017 et qui a été validé par elle et le bureau politique est un projet que nous avions déjà élaboré bien avant cette élection, mais à l’époque nous n’étions pas audibles et ne l’oublions pas le Tahoeraa Huiraatira avait choisi de soutenir N.Sarkozy qui est un farouche opposant à Marine Le Pen. Concernant les ajustements, n’étant pas juriste de formation je laisserai les spécialistes établir ce projet avec les juristes territoriaux.

  •  

  • Marine Le Pen lui a écrit être d’accord avec le statut de pays associés, lequel selon Gaston Flosse serait un frein à l’indépendance en donnant aux élus un maximum de pouvoir. Genre autonomie élargie sous le drapeau tricolore.

  •  

  • En effet ce statut renforcé serait précédé tout d’abord par un référendum d’initiative populaire qui permettrait à la population de se positionner et de rester dans le giron de la France qui garderait ses prérogatives régaliennes, mais qui laisserait plus d’autonomie au gouvernement territorial.

  •  

     _   Certaines voix au sein du Tahoeraa ne sont pas d’accord avec cette alliance. Fort peu. L’une d’entre-elle qui peut être élue à l’Assemblée nationale y est farouchement opposée. Avez-vous rencontré Vincent Dubois ? Le président de l’Assemblée est lui aussi assez tiède bien qu’il ait voté le soutien demandé par le président du Tahoeraa.

  • Je connais Vincent Dubois que j'ai connu avec son pere (joueur de rugby) en 1993, j’étais à l’époque président de l’ASLVP, club de rugby de Tahiti, Vincent avait environ 12 ans et je suis assez admiratif de son parcours, je n’ai pas rencontré V.Dubois,après la réunion du grand conseil, mais nous avons eu une longue conversation téléphonique, il m’a dit que j’avais balayé toutes ses réserves et ses objections. Pour le reste je retiens que le vote du grand conseil s’est fait à l’unanimité et que parmi ceux qui ont pris la parole, certains ont dit que de toute façon ils auraient voté pour Marine Le Pen, les électeurs du Tahoeraa Huiraatira ne sont pas des moutons comme voudraient le faire penser certains médias de la place.

  •  

 On a envie de voter pour elle et son programme

      –  Pensez-vous que les électeurs font la différence entre des accords ponctuels et un soutien au FN    ?

       Avant même des accords ponctuels, je pense que la personnalité de Marine Le Pen, son courage et sa connaissance des dossiers donnent envie aux électeurs de Polynésie Française de voter pour elle.

 

  • Pourriez-vous jouer un rôle à Paris si Marine Le Pen est élue  comme conseiller pour la Polynésie à la rue Oudinot par exemple ?

  •  

  • Lors d’une discussion à Lyon avec Nicolas Bay, vice-président et secrétaire général du FNRBM, il a été évoqué la possibilité que je sois rattaché au grand ministère de l’Outre-Mer prévu dans le projet de Marine Le Pen, je serai heureux d’être nommé conseiller spécial pour la Polynésie Française.

  •  

     – Gaston Flosse vous a-t-il proposé de vous mettre sur sa liste aux prochaines territoriales ?

  • Non Gaston Flosse ne m’a pas proposé de poste aux prochaines territoriales, mais de toute façon je refuserai, car je suis le Président du Te Nati Front National Polynésien et aux territoriales comme aux législatives nous présenterons des candidats qui seront adversaires du Tahoeraa Huiraatira. Le soutien du Tahoeraa Huiraatira à Marine Le Pen pour cette élection présidentielle ne veut pas dire alliance ou association, on ne demande pas au parti communiste pourquoi il soutient JL. Mélenchon, aux écologistes pourquoi ils soutiennent B.Hamon et à l’UDI pourquoi ils soutiennent F.Fillon. Il n’y a aucune raison que le Tahoeraa Huiraatira ne soutienne pas la candidature de Marine.

 

    –  Marine Le Pen va-t-elle comme François Hollande se faire coiffer par le coiffeur « hors de prix » de l’Élysée ? Il lui faudra toujours être impeccable, c'est la fonction.

       Cette question est surprenante, car pour bien connaître Marine Le Pen et son entourage, elle vit très simplement sans signe ostentatoire de richesse, je peux vous donner un exemple, lorsque je me rends au Siège du FNRBM à Nanterre, nous allons déjeuner le midi, Marine, Louis et les responsables de l’outre-mer chez un petit routier, dont le propriétaire est Portugais où le menu est à 15 euros, et les gens qui fréquentent cet établissement sont tous des ouvriers ou des employés. Cela se reproduit systématiquement en Province et même à Paris.  Mais ne vous inquiétez pas, elle représentera dignement la France 

 

 

  • Les Accords de Papeete sont concrétisés tardivement les uns après les autres. La dotation globale par exemple reviendra-t-elle à 18 milliards telle que Chirac l’avait pérennisée ? En général ce qui est signé par un président est tabou pour le suivant. Cela n’a pas été le cas pour François Hollande ce qui permettra peut-être à la nouvelle présidente d’y mettre une touche Marine ? Surtout au niveau de la Santé.

  •  

  • Je vous renvoie à notre programme électoral validé par Marine qui sanctuarisera cette dotation globale de 18 milliards et qui en plus l’indexera sur le coût de la vie. Concernant le RST nous le rétablirons à hauteur de 3,5 milliards XPF comme il était avant l’élection de N.Sarkozy, nous rétablirons aussi la dotation des 1,8 milliards supprimée elle-même par N.Sarkozy qui était allouée aux écoles et aux collèges qui sont actuellement majoritairement dans des états lamentables.

     

     –   Le suivi des indemnisations du nucléaire sera-t-il vraiment suivi  si l’on sait que les membres du CIVEN vont démissionner ? N’est-ce pas un serpent qui se mord la queue ?

      Je pense que la seule candidate qui propose aujourd’hui de régler le problème "du fait nucléaire" c’est Marine Le Pen en indemnisant toutes les victimes et en remboursant la CPS des frais engagés à ce jour, la démission de 7 membres du Civen sur 8 pose la question du choix des nouveaux membres de cette commission, avec les accords de Papeete il a été supprimé le risque négligeable, la nouvelle loi devra tenir compte que seuls les Polynésiens peuvent être indemnisés des maladies dues aux retombées nucléaires. Je m’explique, dans l’état actuel des choses suite à la suppression du terme "risque négligeable" un touriste ayant séjourné en Polynésie de la période 1966 à 1998 pourrait engager une procédure d’indemnisation contre l’état français. 

 

Le système de défiscalisation sera amélioré

 

     –  Souhaitez-vous conserver le système de défiscalisation actuel ou en créer d’autres, plus facilement contrôlables ?

      Le système de défiscalisation doit être conservé, mais dans le projet de Marine Le Pen nous souhaitons qu’un agrément local puisse être mis en place pour des projets immobiliers et industriels de moins de 20 millions d’euros (2,4 milliards XPF) comme cela se fait déjà dans des départements d’outre-mer.

D’autres systèmes plus directs et plus facilement contrôlables peuvent également être mis à l’étude pour certains secteurs d’activités.

 

      –Il semble que le projet d’une île flottante qui a fait du bruit il y a quelque temps et qui avait obtenu du gouvernement l’autorisation de s’installer dans un lagon Polynésien ne payait aucune redevance à la Polynésie. Est-ce normal ?

      C’est un projet intéressant et Marine Le Pen est pour encourager l’innovation et le progrès, cependant avant d’accepter une telle expérience il est important de traiter le volet financier de ce projet, le "Seasteading Institute" ne doit pas pouvoir s’installer dans nos eaux polynésiennes sans contribuer comme n’importe quelle entreprise à l’économie du Territoire 

 

       – Les compétences de l’État sont inscrites dans le marbre du statut actuel. La nouvelle présidente pourra les renforcer peut-être, mais il ne sera pas évident d’en supprimer de but en blanc ?

      Les fonctions régaliennes de l’état ne seront aucunement supprimées, mais nous devons avoir un autre type de partenariat plus mature entre l’état et le territoire.

 

  • Le haut-commissaire va rejoindre ses pénates et deviendra sans doute préfet hors cadre en métropole. L’homme qu’elle choisira devra avoir des qualités que n’ont pas toujours ces hauts commis de l’Etat, personnage parfois excessif et versatile, ou d’autres ayant des qualités humaines et professionnelles remarquables.

  •  

  • C’est votre avis et nous pensons que Marine Le Pen choisira pour la Polynésie française quelqu'un qui connaît le pays et ses spécificités locales. ( cen'est pas la question!)

  •  

      – La réinscription sur la liste des pays non autonomes chère à Oscar Temaru. Kézako ? Ne sommes-nous pas «  autonomes » ? N’avons-nous pas un Exécutif,un législatif et un CESC en prime ? Sommes-nous autonomes ou pas ? La Polynésie n’a-t-elle pas besoin plutôt d’avoir des emplois, un tourisme qui marche, des élus compétents ?

      Comme je l’ai dit à plusieurs reprises, les indépendantistes ont gouverné le pays de 2004 à 2013, à aucun moment ils n’ont mis en place un référendum d’initiative populaire, car ils savaient que le peuple polynésien souhaitait rester dans l’autonomie et non pas aller vers une indépendance aléatoire. La Polynésie française a en effet plus besoin des moyens que la France nous apporte et avec Marine Le Pen nous allons re dynamiser l’économie du territoire, il est inadmissible que 50 000 personnes soient sans emplois,en PF, dont 20 000 jeunes.

 

         – On a même assisté au désengagement de l’armée en Polynésie !

       Il faudra remettre en cause le désengagement de l’armée en Polynésie française poursuivi depuis plusieurs années. Outre, la défense et la surveillance du territoire maritime, faire que les attributions de l’armée Française soient à dimensions humanitaires. Tels que le secours aux populations en cas de catastrophes naturelles et pour des actions humanitaires locales.

 

  • Quelle est à votre avis, vous qui connaissez bien Marine Le Pen, sa qualité première ?

  •  

  • 3 qualités primes chez elle, sa combativité, sa connaissance des dossiers et son amour de la France et des outres-mers.

 

     –Est-elle patiente ? Car, il lui faudra travailler avec les élus au pouvoir jusqu’en 2018 et elle n’aura pas toujours à faire à des foudres de guerre ?

      Comme elle l’a souvent dit, lorsque l’on est en charge de la Présidence de la République, il faut apprendre à travailler avec tous les représentants des pays de ce monde. Concernant la Polynésie je serai entouré de gens compétents et connaissant bien le pays afin de travailler au mieux pour la Polynésie Française.  

 

  • Vous avez joué un rôle majeur dans le rapprochement du président du Tahoeraa et de Marine Le Pen. Vous êtes, selon tous les gens qui vous connaissent un homme de parole, intègre et aimant sincèrement la Polynésie, pouvez-vous nous confirmer ce que vous a dit Edouard Fritch devant témoins paraît-il que s’il avait Sarkozy en face de lui, il voterait Marine Le Pen ? Attention, il ne porte pas vraiment bonheur… Sarko éliminé. Juppé éliminé, Fillon « presque éliminé, croisez les doigts !    

  •  

  • Je confirme que lors d’une réunion dans le bureau du Président Edouard Fritch, celui-ci m’a affirmé qu'en cas de victoire de N.Sarkozy aux primaires de la droite il appellerait à voter Marine Le Pen.  

 

     Pourquoi Marine Le Pen inquiète les journalistes ?

      Malheureusement les écoles de journalisme ont souvent des idées politiques de gauche et formatent les journalistes issus de ces écoles à rejeter Marine Le Pen et le Front National, d’autre part l’État Français verse à l’ensemble des médias métropolitains 2,5 milliards d’euros de subventions par an (300 milliards XPF), de plus les journalistes métropolitains bénéficient d’abattements fiscaux de l’ordre de 7000 euros (740 000 XPF), ce qui pour Marine Le Pen est injuste par rapport aux autres professions, ne vous étonnez pas si les journalistes en général ne nous aiment pas et ne souhaitent pas voir arriver Marine Le Pen à la présidence de la République, car celle-ci remettrait de l’ordre dans ce landerneau médiatico-politique aux ordres du système. 

 

    Quel candidat Marine aimerait avoir face à elle ?

    Je pense qu’elle est capable de battre n’importe quel candidat au 2e tour, mais un 2e tour Le Pen/Mélenchon aurait l’avantage de faire exploser ce système antidémocratique droite/gauche (UMPS) qui fait semblant de s’affronter, mais qui se rejoint lorsqu’il s’agit de faire barrage au Front National. De plus les deux étant anti européens, cela permettrait à la France de retrouver son indépendance nationale.  

      

      Il regarde l'avenir...en bleu marine

 

Fillon dépassé, Mélenchon ovationné, la droite cassée ?

Fillon malgré une campagne acharnée arrivera-t-il à l'Elysée ? Si oui la droite est sauvée et les "illuminati" casés. Si non la honte est déja là avec un Mélenchon, candidat d'Extrême gauche, qui passe avec fierté devant lui en faisant craquer la droite.

Dans ce contexte où les principes sont chamboulés, les refoulés de la primaire Nicolas Sarkozy et Alain Juppé se sont décidés à intervenir, mais attention,dans un service minimum sans véritable enthousiasme. Par devoir. Et parfois même selon les mots utilisés par cruauté car après tout c'est Fillon et lui seul qui a décidé de se maintenir. Or dans ces conditions ses pairs  l'accuseront d'être le responsable de la chute de l'aigle : la droite. Impardonnable. Fin pour Fillon.

  




Excellent !

 Le Monde :

Mélenchon n’avait-il pas fait une percée similaire en 2012 ?

 Il est exact qu’à la même époque, en 2012, M. Mélenchon avait connu une percée similaire dans les sondages. Il était monté à 17 % d’intentions de vote et certains instituts le donnaient à la troisième place devant Marine Le Pen. Mais sa fin de campagne a été difficile, il a fait des erreurs et a surtout été rattrapé par le vote utile en faveur de François Hollande face à une remontée de Nicolas Sarkozy dans les sondages. Il a fini avec 11,1 % des voix, un beau score pourtant jugé décevant.

 Les conditions, cette année, sont différentes. Comme le rappelle son entourage, le paysage est beaucoup moins bipolarisé qu’il y a cinq ans. M. Mélenchon, qui est apparu pendant le quinquennat de Hollande comme l’opposition de gauche, est parti tôt en campagne, a labouré le terrain et est crédité pour sa constance et sa cohérence. Il a aussi travaillé sur son image pour gommer les traits les plus clivants de sa personnalité. Il ne cherche plus à apparaître comme le « bruit et la fureur » mais comme un candidat qui « rassure ».

 

Nouvelle erreur de Macron celle de vouloir un Outre-mer sans différences géographiques. Elles sont incontournables. Les Calédoniens ne sont pas des Polynésiens et les Polynésiens ne sont pas des Antillais. Les différences géographiques sont aussi ethniques, culturelles et coutumières.  Mais il y  a une différence inamovible :  tout l'outre mer est attaché au même biberon : l'argent de la métropole. Le reste n'est bon que pour les etho-sociologues de salon.

 

 

 

Dimanche 9 avril 2017

L'Egypte copte en deuil...

A 10 h, une première bombe a explosé dans l’église de Saint-Georges à Tanta, dans le delta du Nil, et fait 27 morts et 78 blessés.
Une deuxième bombe a visé une église d’Alexandrie, avec pour bilan provisoire 16 morts et 41 blessés.
L’Etat Islamique a revendiqué les deux attentats via son agence de propagande Amaq.

Selon l'AFP, qui cite le ministère de la Santé égyptien, le bilan des victimes s'est alourdi. Il est désormais de 27 morts et 78 blessés à Tanta, et de 16 morts et 41 blessés à Alexandrie. Le pape copte orthodoxe Tawadros II, qui se trouvait dans l'église d'Alexandrie, n'a pas été atteint par l'explosion.

Ces attentats interviennent 19 jours avant une visite du pape François prévue les 28 et 29 avril en Egypte. «J'exprime mes profondes condoléances à mon cher frère, sa sainteté le pape Tawadros II, à l'Eglise copte et à toute la chère nation égyptienne. Je prie pour les défunts et les blessés», a réagi le pontife argentin.

« Le président de la République a appris avec consternation l’attentat odieux qui a frappé, ce dimanche matin, lors de la messe des Rameaux, l’église de Saint-Georges à Tanta dans le Delta du Nil, et qui a fait de nombreuses victimes, indique l’Élysée dans un communiqué. Une nouvelle fois l’Égypte est frappée par les terroristes qui veulent détruire son unité et sa diversité. La France est pleinement solidaire de l’Égypte dans cette terrible épreuve et mobilise toutes ses forces en lien avec les autorités égyptiennes pour la lutte contre le terrorisme. »

ndlr :Le "prophète" a les mains ensanglantées...
 

 

 

Eclairage électoral

Neuf électeurs de Marine Le Pen sur dix (89 %) et 79 % de ceux de François Fillon se disent sûrs de leur choix. Ce n'est le cas que de 63 % de ceux d'Emmanuel Macron, 59 % de ceux de Jean-Luc Mélenchon et 43 % de ceux de Benoît Hamon. Près de quatre personnes prévoyant de voter au 1er tour sur dix (38 %) n'expriment pas d'intentions de vote ou peuvent encore changer d'avis.

Jean-Luc Mélenchon continue sa progression. Selon un sondage BVA-Salesforce diffusé samedi 8 avril, il est encore en forte hausse et se retrouve désormais au coude-à-coude avec François Fillon. Les deux hommes affichent 19 % d'intentions de vote au 1er tour de l'élection présidentielle, et réduisent l'écart avec Emmanuel Macron et Marine Le Pen,. Avec 19 % d'intentions de vote, le candidat de La France insoumise gagne 4 points en une semaine et rejoint celui de la droite (19 %)=), qui ne parvient pas à se relancer.

Emmanuel Macron (23 %, - 2) voit quant à lui son avance s'effriter et se retrouve face à la stabilité de Marine Le Pen (23/24%) 

 


 

                             

                                                         Hamon dans les choux, Mélenchon le chouchou

 

Samedi 8 avril 2017

Editorial

Fillon se compare à Vercingétorix

Dans la série des confidences on ne parle que de quelques ténors politiques nationaux dont on a révélé les turpitudes.

Emmanuel Macron, notre futur berger si l'on en croit une rumeur persistante, a été condamné à un redressement fiscal sur trois ans pour ne pas avoir régularisé son ISF en minorant son patrimoine quand il était ministre de l'Economie et des Finances. Mais grand seigneur,  grâce à sa fonction, il aurait écrasé la dette de Médiapart et du Canard Enchaîné de plusieurs millions d'euros de TVA non payées, avant d'être le candidat " blanc de blanc" de l'élection présidentielle. Tous ont un talon d'Achille.

Quant aux affaires de François Fillon, elles pèsent dans les meetings. Tout homme devrait être fatigué et intérieurement stressé entre le labourage de la France, du Nord au Sud et de l'Est à l'Ouest, les attaques quotidiennes et le judiciaire au basque.

Du coup, on peut lui pardonner des déclarations étranges comme celle récente où il s'est comparé, ne mégotons pas, à Vercingétorix, le chef des rebelles gaulois  qui infligea il y a quelques siècles une défaite magistrale à  Jules César " pourtant le favori des sondages" a-t-il lancé en faisant rire les 3000 personnes venus l'écouter vendredi 7 avril lors d'un meeting à Clermont-Ferrand .

« Jamais » depuis le début de sa campagne, il ne s’est senti « abandonné ou découragé, malgré la série noire de coups bas » contre lui, a-t-il affirmé, se montrant assuré, à seize jours du premier tour, d’être « sur la ligne droite de l’alternance ». Sans espoir, il n'y a pas de vie !

Il faut bien lui reconnaître  une force presque surnaturelle a encaisser les coups. Rien ne l'abat. Mystique dans l'âme, romantique dans le coeur, rêveur d'une France qu'il façonnera à sa manière, ne pas oublier - il le répète assez - qu'il a pondu le meilleur programme,« Parmi mes concurrents, je suis le seul à vouloir un changement profond », a-t-il martelé. « Je suis venu vous apporter la liberté, mes concurrents font dans l’archaïque ou le faux moderne ».

Il tacle dans une certitude fanfaronne l'ancien ministre de l'Economie qui dit-il " fait beaucoup d'efforts pour paraître nouveau. Mais quelle est la différence entre M. Macron et M. Hollande… à part l’apparence ? IIs sont socialistes, ils ont gouverné ensemble, ils ont tous deux le goût des synthèses plastiques. On ne peut lui donner tort en écoutant le "programme" du favori. Y aura-t-il un vrai choc économique pour booster la croissance, la réforme du marché du travail, pour faire baisser le chômage, pour réduire le déficit et la dette, pour faire reculer la délinquance ? Pas vraiment. Mais au moins il est clair le petit Macron avec Hamon, en approuvant le coup de semonce du président américain à Bachar Al Assad, en  pulvérisant  la base syrienne ( au préalable évacuée) d'où sont parties les attaques chimiques.

Ses autres concurrents, Fillon ne les épargne pas non plus  et notamment  Jean Luc Mélenchon qui le talonne  : " son projet est évalué à 173 milliards. Qui dit mieux ? " a-t-il ironisé.

Alors la question est : Les électeurs porteront-ils François Fillon à l'Elysée ? Lui en est persuadé.



 


Les indépendantistes corses ont chahuté le meeting de  Marine

La salle où Marine Le Pen devait donner un meeting ce samedi après-midi à Ajaccio a été évacuée après que des manifestants en ont été exclus, entraînant des échanges de coups et l'usage de gaz lacrymogène.

 Le service d'ordre du FN a tenté de faire sortir une quinzaine de manifestants, dont un a crié «a Francia fora» (la France dehors). Des coups ont été échangés et du gaz lacrymogène répandu, avant que la salle ne soit finalement évacuée.

 

Fong Loi a la mémoire qui flanche !

Ce que Charles Fong Loi président du Taatiraa No te Hau a sans doute oublié, c'est que son parti a été un fervent allié du Tahoeraa Huiraatira pendant de longues années et que Gaston Flosse lors des élections de 2013 l'avait mis sur sa liste en position éligible pour être représentant Tahoeraa ce qu'il s'est bien gardé de refuser pour sièger à l'Assemblée de Polynésie. Il a bien sûr tourné casaque une fois élu pour rejoindre le président dissident après avoir juré "qu'il n'y avait que Flosse de fort"!

 

Les Marquisiens veulent développer la pêche. Il n'est jamais trop tard pour bien faire! Mais en plus en proposant du poisson frais pour  "qualité sashimi" avec label marquisien. En voilà une idée qu'elle est bonne



Vendredi 7 avril 2017

Attaque terroriste au camion à Stockholm

 

Editorial

Trump redore le blason américain. L'Amérique is back !

Le "rigolo", "l'incohérent", l'incompétent" enfin tous les noms d'oiseaux dont on affabulait le président américain sont remisés au vestiaire de l'histoire par sa frappe ciblée sur la base syrienne d'où fut tirée plus d'une cinquantaine de missiles contenant des produits chimiques mortels  ayant envoyé plus de 80 civils dans l'horreur d'une mort atroce sans compter une trentaine d'enfants.

 Finies les condamnations "livresques" des grands de ce monde. Trump a fait ce qu'Obama promettait mais n'a jamais osé faire. Assad, l'assassin, n'a plus qu'à bien se tenir, Trump sera intraitable . Par ailleurs le président américain n'a pas baissé sa garde envers la Russie et Nikkie Haley l'ambassadrice américaine à l'ONU n'y est pas allée par quatre chemins : "Après la Crimée et l'Ukraine, les Russes essaient de couvrir Bachar Al Assad et ce sont des choses que nous n'allons pas laisser passer." C'est clair. Finis les discours larmoyants, les menaces jamais mises à exécution. Après avoir avertis ses alliés et les Russes, Trump a ciblé et frappé. Le président syrien sait dorénavant à quoi s'en tenir.

Les photos insoutenables des 32 enfants et 87 morts dans ce bombardement barbare contre la ville syrienne de Khan Cheikhjoum a ému le président américain et le monde occidental qui n'a jamais caché sa répulsion pour Assad sans jamais rien faire pour y remédier : " Nous sommes obligés d'agir" a laissé tomber Trump déterminé. Peut-être lui, arrivera-t-il de balancer un gros pruneau enrobé de souffre sur la forteresse retranché de ce tyran, par surprise, comme Obama l'a fait avec les forces spéciales pour capturer et tuer le responsable des 3000 morts des tours jumelles Ben Laden. Opération secrète bien pensée et réussie.

La diplomate américaine, en regardant l'ambassadeur russe dans les yeux, dans l'hémicycle onusien lui a même précisé au cas où ses homologues des pays occidentaux n'auraient pas saisi :  "Quand les Nations unies échouent constamment dans leur mission d’agir collectivement, il y a des moments dans la vie des Etats où nous sommes obligés d’agir nous-mêmes ». Le président américain a fait appel également à ses alliés du monde libre pour le rejoindre dans ce combat. Le moins qu'on puisse dire c'est qu'ils ne se précipitent pas. Se réunir pour dénoncer et s'apitoyer en bla-bla qui durent depuis des années concernant ces actes odieux,oui, mais ce n'est plus suffisant.

Le Conseil de sécurité était réuni en urgence, mercredi, dans l’espoir de voter une résolution proposée par Paris, Londres et Washington condamnant une fois de plus, les attaques chimiques, soutenant une enquête de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) et appelant la Syrie à fournir les plans de vol ainsi que toute information sur des opérations militaires au moment de l’attaque. Ben voyons ! Mais le vote a dû être repoussé sine die faute d’accord avec la partie russe. Le représentant adjoint de Moscou, Vladimir Safronkov, a d’emblée jugé toute résolution « inutile » et dénoncé l’attitude « biaisée » et « l’obsession du Conseil de sécurité pour un changement de régime » en Syrie.

Les symptômes rapportés par les personnes sur place et visibles sur les images de l’attaque ne sont pas caractéristiques du chlore mais laissent penser à l’emploi d’une substance bien plus agressive », a insisté François Delattre, le représentant français, qualifiant « d’acte de barbarie » ce bombardement. Ce n'est pas le premier et on le sait, les mots ne remplacent pas toujours le canon.

A la Maison blanche, Trump est inflexible, manifestement frappé par les images de ce drame ayant touché des femmes, des enfants et" même de beaux petits  bébés",et laisse entendre que cette frappe, ce coup de semonce n'est qu'une mise en garde à Bachar Al Assad et aux Russes, "je n'ai rien vu de pire",a-t-il insisté.

La Russie semble tout de même embarrassée. Après avoir publiquement récusé toute idée de résolution, les Russes seraient plus enclins à négocier, selon une source qui estime qu’ils se sentent dans un « mauvais cas moral » et « utilisés par le régime de Damas », ce qui pourrait les convaincre d’aboutir à un texte de compromis condamnant ces attaques chimiques. Ce serait la première grande victoire du président Trump.

Reste que les soutiens à Marine Le Pen dans le combat de gladiateurs qui se joue en France pour la présidentielle sont extrêmement déçus par la position de la candidate FN qui ne condamne pas Bachar-Al-Assad au point, pour beaucoup,et nous mêmes, de revoir leur vote, à moins d'une condamnation ferme  et précise de sa part, du président syrien.

 

 

Nous avons choisi les images regardables

 

Courrier sur la frappe américaine qui a pulvérisé la base de Bachar Al Assad d'où est partie l'attaque aux armes chimiques contre son propre peuple.

-Bravo Trump !  En avant..CR

- ..." Et encore Trump a pris la précaution d'avertir les Russes pour qu'ils retirent leurs effectifs de la cible américaine. Voyez-vous des réactions négatives de la part des Russes, des Chinois, des Japonais et même de l'Europe ? Non. Ahhh, il a pris la décision en tant que président américain en redorant le blason assez décoloré de l'Amérique, comme vous l'écrivez justement. Pas si imprévisible que cela puisqu'il avait pris la précaution d'avertir ses alliés y compris François Hollande mais ce sont encore les faux procès des médias français. C'est fini le " chalala" !!! G.

 

" Allez, une giclée de chlore sur cet échalas pervers d'Assad, juste pour lui faire voir ce que ça fait ! Faut bien essayer avant d'utiliser et il ne l'a pas fait. Trump peut y remédier." C.Verdun

 

- Si Marine ne veut pas perdre trop de plumes elle a intérêt à changer son discours sur le plus implacable assassin depuis la seconde guerre mondiale. Et le Tahoeraa doit faire dix pas en arrière. C'est peut-être trop tard d'ailleurs. RT

 

Un lecteur a accusé JRH de donner de fausses informations . Voici ce que JRH  dont nous savons qu'il a les informations correctes, lui répond .Riposte Imparable !

Petit éclaircissement de cette information que votre contact déclare être une "fake news":

Extrait de l'article de l'Opinion (source http://www.lopinion.fr/edition/politique/clips-campagne-objet-hautement-reglemente-123571 )

"Sauf qu’avec le début de la campagne officielle, la liberté de création va drastiquement se réduire. Le CSA a en effet donné aux différentes parties un document de onze pages fixant le cadre de production, programmation et diffusion de ces clips de campagne. Au total, 49 articles expliquent par le menu le bon fonctionnement de la période à venir. Le gendarme de l’audiovisuel s’y montre particulièrement pointilleux, au point même de réglementer le nombre de personnes pouvant accompagner le candidat en studio d’enregistrement ou en salle de montage.

Mais ce qui a surpris l’ensemble des équipes de campagne se situe dans l’article 9 : interdiction de « faire apparaître tout emblème national ou européen ». Pas de drapeau donc dans ces vidéos. Ni français, ni étranger et pas plus d’hymne national. Une disposition jugée « incroyable » par Gautier Guignard, qui s’occupe des vidéos de François Fillon, obligé de « jeter un certain nombre d’images que nous avions sélectionnées ».

Si la consigne existait en fait lors des scrutins précédents, le régulateur avait choisi de jouer la carte de la mansuétude. Une période visiblement révolue. La cause de ce changement de pied est la crainte que certaines campagnes ne « misent sur un nationalisme délirant », confie un bon connaisseur du dossier, rappelant qu’en 2012 un clip de Nicolas Sarkozy avait créé la polémique en montrant un panneau « douane » écrit en arabe. En proscrivant l’utilisation de tous les drapeaux, le CSA veut également se prémunir de la possibilité que certains puissent être « maltraités ou utilisés de manière négative »."

 Quand à l'allusion de votre contact relatif à cette tentative de loi allemande, qu'il semble fort apprécier, en effet, le gouvernement allemand veut faire passer une loi sanctionnant jusqu'à 50 millions d'euros les médias en ligne diffusant des "fausses informations". Ce qui amène actuellement une levée de boucliers outre-Rhin, étant donné que toute information contradictoire à celle officiellement donnée, vrai comme orientée, pourra ainsi être déclarée fausse, plus le fait que cela obligerait tous les médias à censurer le moindre commentaire pour se protéger comme de diffuser exclusivement l'information dite officielle. En gros, la Pravda a parlé, il faut parler comme la Pravda.

L'Allemagne d'ailleurs qui n'est pas vraiment un exemple dans le domaine de l'expression contradictoire, où le service à l'enfance Jugendamt enlève tout enfant de famille dont les parents clament officiellement, en public ou ne serait-ce que via les sites sociaux, ou même reportées par les enfants à l'école, des idées "racistes", "xénophobes" ou "trop engagées contre le régime" afin de les placer dans d'autres familles où ils sont éduqués "dans le bon sens". Cette méthode existait sous le IIIème Reich, en RDA, puis l'arrivée de Mme Merkel a relancé cette charmante tradition. 

Petit article suisse sur le sujet: http://lesobservateurs.ch/2015/09/28/allemagne-parent-raciste-ne-pourra-plus-voir-enfant/

 

 

Réponse d'un lecteur  : Cà ne vient même pas des instances du FN puisque c'est le loi depuis 1988 pour la TV et depuis 1946 pour les affiches électorales.... Encore une fake news.

Dans la foulée, je suis certain que la lettre publiée ensuite est aussi une "fake news" et mérite donc vérification

Vivement que comme en Allemagne la Loi sanctionne la diffusion de ce type de message non vérifiés de sanction financières. ( pas de nom ni d'initiales)

 

 Dans la foulée, vient de tomber du CSA la consigne ferme: pour empêcher toute montée du nationalisme, est strictement interdit dans toute vidéo de candidat de faire apparaître tout emblème national ou européen ainsi que d'utiliser la Marseillaire en illustration sonore.
C'est moi ou nous sommes passés sous dictature ??? JRH

 

Incroyable et gravissime

 C’est du délire !
Nouveaux Français : pour avoir le droit de vote en 2017 ?
Alors que le délai habituel pour demander la nationalité française est au minimum de 5 ans, et qu’il faut montrer pattes blanches, avoir un travail, etc...
Le Gouvernement, par un décret envoyé aux Préfets autorise la naturalisation de tous les étrangers vivant en France, du moment que la langue officielle de leur pays est le français !!!
(Maghreb, Mali, Sénégal, Burkina, Rwanda, Côte d’Ivoire, Comores, Cameroun, Congo, etc..., etc...!!!)

Par ce même décret, le Gouvernement autorise aussi tous les réfugiés même les gars de Daesch camouflés en réfugiés à devenir Français sans délai !!!
Et aussi, si vous êtes Algérien né avant 1962, (membre du FLN, etc...), vous pouvez aussi devenir Français immédiatement.
Par contre, si vous êtes Britannique, , Suisse, Allemand, Italien, etc..., travaillant et résidant en France, vous devez attendre 5 ans !!!
Plus vicieux que ça, tu meurs !!!
Aucun média n’en parle !!! Léon

 

Que peut-on leur faire de plus ?

 Hier Macron :

«Dupe de rien» sur les ralliements de dernière minute («il y a un an, ça riait, j’ai été la bulle, le traître, maintenant l’héritier»), Macron dit ne pas vouloir gouverner avec ceux qui l’ont déjà fait.

Mais se réserve une ou deux exceptions - de quoi faire de la place à Jean-Yves Le Drian.

 S’il échoue, il ne briguera pas de mandat de député, et restera président d’En Marche.

Les sondages maison sont flatteurs - c’est la première fois qu’un invité passe la barre des 50%. Macron ne laisse rien paraître, se rappelant peut-être d’un baromètre tout aussi optimiste qui avait un jour mouillé les yeux d’Alain Juppé à la fin d’un exercice similaire.
Avec le résultat que l’on connaît.

3,6 millions. C’est le nombre de téléspectateurs qui ont regardé L’Emission politique jeudi soir, offrant 16,7 % de part d’audience à France 2 . Il s’agit du record de l’émission en nombre de téléspectateurs, le numéro avec Marine Le Pen ayant affiché une part d’audience supérieure à la chaîne en février (16,7 %).

  Juste derrière TF1

 TF1 était, quant à elle, en tête des audiences avec la suite de la saison 11 de sa série française Section de recherches . Les deux premiers épisodes de la soirée – qui en comptait quatre — ont réuni 5,1 millions de personnes en moyenne. La part de marché atteint 22 % sur les individus de quatre ans et plus.*

 

 

Le Président présente l’Accord Etat-Pays pour le développement de la Polynésie française au CESC

  Le Président Edouard Fritch a présenté, vendredi matin, à la commission de l’Economie du Conseil Economique Social et Culturel (CESC), en présence du président de l’institution, Winiki Sage, le contenu de l’Accord Etat-Pays pour le développement de la Polynésie française.


 Le Président de la Polynésie a tout d’abord rappelé que cet Accord, signé en mars dernier, à l’Elysée, avec le Président de la République, François Hollande, s’inscrivait dans la continuité de la volonté de ce dernier suite à sa visite officielle en Polynésie en février 2016. Il a également insisté sur le travail de concertation des deux exécutifs, le gouvernement de la République et le gouvernement de la Polynésie française, auquel notamment les parlementaires et les représentants communaux ont été associés.

 
Cet Accord s’inscrit dans la continuité de la loi sur l’égalité réelle, adoptée à l’unanimité par le Parlement, et les plans de convergences qui devront être négociés avec l’Etat. Il se structure autour de trois ambitions prioritaires pour la Polynésie française et l’Etat, d’ici 2030 :
 -          Refonder le pacte républicain entre l’Etat et la Polynésie française, en dépassant le « fait nucléaire » et en consacrant l’autonomie de la Polynésie française au sein de la République,
-          Accompagner le développement économique de la Polynésie française, en poursuivant l’aménagement et le développement du territoire polynésien, en consolidant un environnement économique porteur d’activité et d’emploi et en œuvrant en faveur du désenclavement des archipels de la Polynésie française,
-          Offrir des conditions de vie toujours plus favorables aux Polynésiens, en poursuivant la construction d’un système de santé performant et protecteur, en offrant à tous les conditions d’une insertion professionnelle et sociale réussie et en garantissant aux Polynésiens un cadre de vie agréable et respectueux de leurs traditions et de leur culture.  

 

 

Six gros dossiers seront étudiés par la commission permanente aujourd'hui


La Dépêche :
Cinq élus de Paea ne suivront pas les consignes de leur tavana et vont se ranger derrière le Tapura pour les législatives. oh la la !

 

Lire encore dans la Dépêche  courrier des lecteurs comment Nicole Sanquer manie le gourdin ! Le Tapura perd de son ramage !

 

Bonne nouvelle de l'IEOM

Les créations d'emploi selon l'IEOM s'accélèrent dans les secteurs du BTP et du Tourisme. Les signes d'amélioration se consolident. Mais ces résultats ne sont pas permanents. Le secteur du BTP marchent bien entre les constructions de logements et les reconstructions de nouveaux bâtiments  Dans le Tourisme, on ne voit pas beaucoup d'amélioration. Il piétine.

 

 Révélé  par Radio 1, la candidature de Yolande Vernaudon a bien été retenue pour remplacer Bruno Barrillot à la tête de la DSCEN. L’ancienne responsable de l’Iga a été nommée officiellement mercredi en conseil des ministres. Elle prendra ses fonctions le 10 avril.

Yolande Vernaudon est officiellement la nouvelle déléguée au suivi des conséquences des essais nucléaires (DSCEN). Le poste était vacant depuis le décès de Bruno Barrillot le 25 mars dernier. Dès son discours en hommage à l’ancien délégué, le président Edouard Fritch avait annoncé que la question de la « relève » à la tête de la délégation était « réglée ». L’ancienne responsable de l’Inspection générale de l’administration (Iga) a été nommée mercredi en conseil des ministres. Elle prendra ses nouvelles fonctions le 10 avril prochain. Une nomination qui devrait faire grincer quelques dents. En effet, le profil de Yolande Vernaudon était loin de faire l’unanimité ces derniers jours, notamment au sein du tissu associatif anti-nucléaire.


 

 

 

Mercredi 5 avril 2017

Editorial

Pas d'exclusion pour Marcel Tuihani

Nuihau Laurey a démissionné le 28 février dernier de son poste de ministre du budget. Il est donc parfaitement en règle au regard de la loi sur le non-cumul et heureux comme un poisson dans l'eau car ce couperet aurait dû  trancher sa tête de ministre après les élections sénatoriales de septembre si...

Il est donc bien installé  dans l'un des plus beaux palais de la République, le palais du Luxembourg  tout en étant, puisque la loi le permet, représentant à l'Assemblée de Polynésie . Cela dit, le Sénat étant une sinécure paisible et une table réputée, il n'y a qu'à voir son président Gérard Larcher pour s'en convaincre, il peut consacrer ses loisirs à aider son ami Patrick Howell, l'ancien ministre de la santé, à devenir député  sous le panache du Tapura. Reste que la compétition sera dure avec, dans sa circonscription, le candidat du Tahoeraa, l'avocat, Vincent Dubois, cornaqué par le président du parti orange lui-même.

En revanche le Tapura a enregistré la mise en congé du maire de Paea, l'impétueux Jacqui Graffe qui, de guerre lasse  s'est placé en rupture de ban avec le mouvement d'Edouard Fritch, tant le Tapura  refusait d'oindre la tête de sa candidate au profit de sa propre élue. Ni une, ni deux, le vieux loup a jeté l'éponge et décidé de faire cavalier seul. C'était pour le Tapura méconnaître la ténacité de Jacqui Graffe dans cette affaire comme dans d'autres d'ailleurs.

Mais voilà que dans les propos tenus samedi dans l'interview de Tahiti Today puis lundi dans celle de radio 1, Marcel Tuihani, le président de l'Assemblée de Polynésie a desserré les vis de son engagement. Avec imprudence ? Pas du tout, pour le moment, mais fleurant bon entre les lignes tout de même, un début de rébellion notamment en avouant son souhait d'être un jour ( 2018 ?) président du pays à la place du calife. Il verrouille mais Flosse se détourne et le déphasage entre le président du Tahoeraa et le vice président commence. Sans pour autant comme les mauvaises langues le susurrent une possible exclusion. " Pas question" a répondu Gaston Flosse à notre interrogation.

Marcel Tuihani est sur un nuage. Il a balancé  à la presse, ce qu'il avait sur le coeur depuis longtemps et se sent " soulagé". Pour lui, mais aussi pour Flosse, les choses sont plus claires. Il aura fallu une fois de plus que la presse serve à quelque chose, et soit l'alibi à la confession. Mais...mais, savoir, c'est pouvoir. Et si Flosse se doutait du rêve de celui qu'il avait placé au perchoir de l'Assemblée depuis quelque temps, sans rien laissé paraître, aujourd'hui, il sait.

 On dit parfois que l'ignorance vraie vaut mieux que le savoir affecté, en politique du moins. Rocard en avait fait la triste expérience le jour de son "appel de Conflans" lorsqu'il a annoncé sa candidature à la présidence de la République.  "Faites ce que vous voulez" lui avait dit énigmatique et goguenard Mitterrand. "C'est votre affaire." Puis il avait ajouté " Pour ma part, je parlerai bientôt" C'est presque mot pour mot ce que m'a dit le président du Tahoeraa au lendemain de l'interview. Il y a du Mitterrand dans Flosse.

 Malheureusement la candidature de Rocard a explosé avant le décollage. François Mitterrand n'appréciait pas la concurrence dans son entourage. Souhaitons à Marcel Tuihani une fin plus heureuse. Reste à savoir si l'unité du parti est en danger. Marcel Tuihani pourra peut être dire comme Rocard : " "Aujourd'hui comme demain, à la place qu'il me reconnaît, je suis au service du Tahoeraa et des Polynésiens." Belle sortie !

 

   

        Le président de l'AT a appris a être très prudent.Ci-dessus avec le Garde des Sceaux

 

Conseil des ministres (Extraits)

Soutien aux municipalités : subventions de la DDC à 7 communes

Avenant à la convention du contrat de Projets Etat - Polynésie française (2015-2020) relatif au financement de projets relevant des compétences du Pays

La convention annuelle du 03 août 2016 modifiée relative au Contrat de Projet Etat-Pays arrêtait une liste de 22 opérations d’investissement programmées au titre de l’exercice 2016.

 

Attribution d’aides financières pour les entreprises

Dans le cadre de son plan de relance de l’économie, le Pays a instauré deux dispositifs d’aides. La première porte sur une aide à l’équipement des petites entreprises (AEPE) afin de les accompagner dans leur projet de création ou de développement d’activité.

La seconde instaure une aide pour la revitalisation des commerces de proximité et des restaurants (ACPR) afin de les accompagner dans leur projet d’amélioration de l’attractivité de leurs points de vente ou de restauration en Polynésie française.

Afin d’accompagner huit sociétés sollicitant l’une de ces deux aides, le Conseil des ministres a autorisé l’attribution d’aides financières pour un montant s’élevant à 6.228.000 Fcfp.

 

Subvention à l’Association Digital Festival Tahiti pour l’organisation du Digital Festival Tahiti 2017

L’Association Digital Festival Tahiti a organisé les 16, 17 et 18 mars dernier, le 1er « Digital Festival Tahiti » dans les locaux de la CCISM. L’évènement a remporté un succès incontestable et a été plébiscité par l’ensemble des acteurs du secteur du numérique du fenua, mais également par un nombre impressionnant de jeunes passionnés avides de découvertes des derniers progrès technologiques dans le domaine de la robotique et de la création de contenus.

 

Agrément en qualité d’organisme privé de logement social de la société Pape Ora Immo

Créée en décembre 2016, la société Pape Ora Immo a pour objet la construction et l’aménagement sur tous terrains d’immeubles collectifs à usage d’habitation dans le cadre des dispositions fiscales incitatives à la construction de logements, telles qu’elles résultent du Code des impôts de Polynésie française et des lois et règlements de défiscalisation de France métropolitaine pour les investissements outre-mer.

La société Papa Ora Immo, qui a pour gérant Jean-Jacques Teiefitu, a sollicité un agrément en qualité d’organisme privé de logement social conformément à la réglementation. L’intéressé a déjà réalisé et a assuré le suivi de la construction de trois opérations de promotion immobilière en Polynésie française, représentant un total de 207 logements (résidence Kekaa Nui à Punaauia, en 2006, résidence Kaoha Nui à Papeete, en 2009, et résidence Kaupe Nui en 2015, à Papeete), pour des logements de standing ou des logements intermédiaires.

 

Enquête sur les dépenses touristiques

L’Institut de la statistique de Polynésie française (ISPF) vient de publier les résultats de l’enquête sur les dépenses touristiques 2015, permettant de mieux appréhender l’impact économique du tourisme international sur l’ensemble de l’économie polynésienne.

Cette dernière évolue depuis les années 1990 en se réorganisant peu à peu, principalement, autour du secteur du tourisme qui est devenu la branche la plus importante du commerce extérieur polynésien et représente 80 % des ressources propres du Pays. La balance entre les dépenses des touristes étrangers en Polynésie française et celles des résidents à l'étranger dégage un solde positif de 35 milliards Fcfp. Il y aussi 2.800 entreprises liées au tourisme (transport, hôtellerie, bar, restauration) qui déclarent un chiffre d’affaires global de 125 milliards Fcfp et qui emploient 10.300 salariés.

 

Octroi du bénéfice du régime d’exonération de droits et taxes à l’importation en faveur des établissements hôteliers classés

Le Conseil des ministres a fixé la liste des établissements hôteliers classés admis au bénéfice du régime d’exonération de droits et taxes ainsi que le plafond d’exonération pour 2017.

L’un des objectifs visés par le régime d’exonération est d’encourager une rénovation permanente des établissements afin de maintenir la qualité des hébergements touristique en Polynésie française. Les établissements éligibles sont les établissements hôteliers classés à jour du paiement de la redevance de promotion touristique (R.P.T.).

L’exonération accordée par établissement est plafonnée par année civile à un multiple du nombre de chambres fixé actuellement à 150 000 Fcfp par chambre. Sur un parc de 45 hôtels, 30 établissements ont sollicité formellement l’octroi de ce dispositif pour l’année 2017 ce qui représente un plafond de 337,950 millions Fcfp pour l’année 2017.

Pour l’année 2016, le plafond d’exonération de droits et taxes à l’importation était fixé à 360,750 millions Fcfp et le montant réellement accordé d’exonérations douanières s’est élevé à 44,663 millions Fcfp. Ce sont 25 établissements hôteliers sur les 32 éligibles qui ont pu bénéficier de ce dispositif.

 

Sensibilisation de la population au tourisme

Dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie de développement touristique 2015-2020, le Pays a souhaité favoriser, concevoir et mettre en œuvre une stratégie de communication visant à sensibiliser la population aux enjeux et intérêts du développement du secteur touristique.

C’est ainsi qu’un Comité pour la sensibilisation au tourisme (CST) a été créé pour initier et favoriser l’esprit de cohésion et de travail interministériel notamment. Aujourd’hui, le comité regroupe des ministères (Education - Culture & Environnement - Economie - Travail - Tourisme), la commission du Tourisme de l’Assemblée de Polynésie française, plus les professionnels du tourisme. Vient d’être associé à ce groupe de travail le Syndicat pour la Promotion des Communes (SPCPF), ces dernières devant également être au cœur du développement du tourisme.

 

Lutte contre le travail illégal dans le secteur de la sécurité privée

Le Conseil des ministres a pris acte d’une communication se rapportant à la lutte contre le travail illégal dans le secteur de la sécurité privée présentée par la ministre en charge du travail.

Lors de la concertation globale tripartite du 31 janvier dernier, les représentants du secteur du gardiennage ont en effet présenté à la ministre en charge du travail une « charte de bonnes pratiques en matière d’achats de sécurité privée en Polynésie française ».

Issue de réflexions menées sous l’égide de la commission paritaire de l’emploi et de la formation professionnelle de la convention collective du secteur « gardiennage – entreprises de prévention et de sécurité », cette charte de recommandation a principalement pour objet :

  • d’une part, de rappeler à l’ensemble des parties les obligations légales et réglementaires applicables au secteur de la sécurité privée ;
  • d’autre part, de sensibiliser les clients indélicats et les prestataires défaillants à l’étendue de leurs responsabilités pour le respect de ces obligations.

 

Garantie d’une employabilité durable : partenariat avec le Syndicat mixte en charge du contrat de ville de l’agglomération de Papeete

La signature en juin 2015 du contrat de ville 2015-2020 de l’agglomération de Papeete, par la Polynésie française, l’Etat, les représentants des 9 communes concernées et la Présidente du Syndicat mixte en charge du contrat de ville de l’agglomération de Papeete, traduisait la volonté ferme et commune de chacun des partenaires de soutenir les initiatives et proposer des projets d’accompagnement en faveur de l’amélioration des conditions de vie de près de 60 000 habitants situés dans les 76 quartiers identifiés prioritaires, répartis dans les communes de Arue, Faa’a, Mahina, Paea, Papara, Papeete, Pirae, Punaauia et Moorea.

Le contrat de ville 2015-2020 de l’agglomération de Papeete repose sur 3 piliers majeurs d’intervention:

  • l’emploi et le développement économique ;
  • le cadre de vie et le renouvellement urbain ;
  • la cohésion sociale.

 

Matinée de sensibilisation « spéciale administration » sur le thème de l’élaboration du Plan de prévention

Le Conseil des ministres a pris acte d’une communication présentée par la ministre du travail relative à l’organisation d’une matinée de sensibilisation « spéciale administration » sur le thème de l’élaboration du Plan de prévention.

Lors de la présentation des vœux pour l’année 2017, le Président de la Polynésie française avait indiqué aux responsables des structures publiques du Pays qu’il souhaitait la mise en œuvre d’actions pour favoriser le bien-être au travail. Il exigeait par ailleurs de ses chefs de service que les obligations règlementaires en matière de santé et sécurité au travail soient respectées par tous.

 

Les Jardins de Paofai vont accueillir les championnats du monde scolaires de beach volley

Les IVème Championnats du monde scolaire de Beach Volley se dérouleront du 27 mai au 3 juin dans les Jardins de Paofai ainsi que sur l’esplanade basse de Toata dans la ville de Papeete. Quinze nations seront représentées et pas moins de 250 joueurs dont 30 de Polynésie française vont s’affronter durant une semaine. L’accueil, l’hébergement et la restauration seront assurés au Lycée Hôtelier de Punaauia et au lycée Gauguin de Papeete. L’organisation de l’événement est assurée par l’USSP (Union du sport scolaire polynésien).

Un comité d’organisation a été créé en associant des professeurs, des professeurs des écoles, l’USEP, la CSSU, la DGEE et la Fédération Tahitienne de Volleyball. Environ 300 jeunes et adultes seront mobilisés à l’occasion de cet événement. Les soutiens logistique et financier du ministère de l’Education, de la jeunesse et des sports, en charge de l’enseignement supérieur, de la Présidence et du SMG, de l’IJSPF, de la DGEE, de la fédération tahitienne de volleyball et de la mairie de Papeete offrent au comité organisateur des garanties pour la réussite de cet événement.

Une forte ferveur populaire, notamment auprès de la jeunesse, est attendue pour cet événement qui va réunir des représentants des pays et territoires suivants : Etats-Unis, Chine, Brésil, Chili, Vanuatu, France, Nouvelle-Calédonie, Allemagne, Italie, Serbie, Lettonie, Slovénie, Pologne, Israel et Inde.

 

Le développement de l’activité physique et sportive : un enjeu majeur pour la Polynésie

Près de 70 000 licences sont établies ou renouvelées chaque année. Pour encourager le plus grand nombre à pratiquer une activité physique et sportive, un maximum de freins doit être levé.

Jusqu’ici, un certificat médical de non contre-indication sportive devait être renouvelé chaque année afin d’obtenir le renouvèlement d’une licence sportive. Cette obligation constituait une contrainte forte pour les sportifs ou les parents, notamment à l’occasion de la rentrée scolaire ou autour du 1er janvier, et une charge de gestion non négligeable pour les clubs.

La ministre de l’Education, de la Jeunesse et des Sports, a souhaité simplifier les règles dans l’intérêt de tous et a proposé au Conseil des ministres de saisir le CESC sur un projet de loi du Pays portant modification de la délibération du 14 octobre 1999, modifiée, relative à l’organisation et à la promotion des activités physiques et sportives en Polynésie française. 

 

Subvention accordée à l’association Colibris Tahiti pour le financement d’Eco-Quiz

Suite à la demande formulée par l’association Colibris Tahiti auprès du ministère de l’Education, le Conseil des ministres a attribué une subvention de fonctionnement à cette association pour le financement de l’Eco-Quiz.

L’association Colibris Tahiti a été créée en 2016. Elle est une plate-forme d’échanges et de développement pour la promotion, la réalisation et le soutien d’actions et d’initiatives à caractères écologique, économique solidaire, social et culturel, s’inscrivant dans le cadre d’un développement durable en Polynésie française. La demande d’aide a porté notamment sur la participation aux déplacements des élèves invités à la journée des « finalistes de l’Eco-Quiz ». Ce programme a pour but aussi d’inciter d’autres établissements à se lancer dans une démarche d’éducation au développement durable.

 

Participation à la réunion régionale de préparation de la conférence des Nations Unies sur les océans programmée du 5 au 9 juin à New York

A la demande du Président, le ministre en charge de l’Environnement a participé à Suva, du 13 au 17 mars, à la réunion sur la politique régionale de préparation de la conférence des Nations unies sur les Océans.

Ce sommet, appelé « Conférence sur les océans », co-présidée par Fidji et la Suède, aura lieu au siège des Nations Unies à New York du 5 au 9 juin 2017. Organisée dans le cadre de l’agenda des objectifs de développement durable 2015-2030, elle aura pour objectif d’appuyer la mise en œuvre et de faciliter le mode opératoire de l’objectif de développement durable 14 portant sur la protection et la gestion durable de la mer et des ressources marines.

-

----------

 

Les trois lauréats gagnants des concours 2016 du prix " spécial gouvernement"création et développement économique des entreprises", ont  reçu leurs certificats et touché, leur récompense d'une valeur de  1,5 million .

 

Le président Fritch et la ministre Nicole Sanquer ont assisté mercredi matin au début des travaux de déconstruction de la salle Aorai Tini Hau à Pirae et à la présentation des futurs aménagements qui seront réalisés sur ce site qui a connu son heure de gloire ludique et politique dans le passé.

 

Le bras de fer se poursuit en Guyane. L'Etat ne peut pas aller plus loin que le le milliard d'euros offert pour remettre la Guyane sur les rails. Refus du collectif guyanais. On en est là.

 "Nous ne souhaitons pas engager l'Etat sur des mesures qui n'auraient pas demain de réalité." Sur le perron de l'Elysée à la sortie du Conseil des ministres mercredi, la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, a expliqué, en substance, que l'Etat n'irait pas au-delà de l'enveloppe d'un milliard d'euros promise à la Guyane le week-end dernier pour tenter d'enrayer le conflit social qui paralyse le territoire depuis deux semaines. La ministre a traduit les propos tenus un peu plus tôt par François Hollande. Le chef de l'Etat a ainsi rappelé que le gouvernement devait faire preuve de "responsabilité". Un milliard on peut, plus on ne peut pas !

 

Le grand débat :

Philippe Poutou , la star de la soirée sur les réseaux sociaux d'entrée de jeu a refusé d'être sur la photo de groupe d'un débat qui s'est annoncé"historique" et loin d'être ennuyeux par les commentateurs.

 Jean Luc Mélenchon a tancé Marine Le Pen sur la laïcité en lui coupant la parole et en la fustigeant sur ses positions " Fichez nous la paix avec la religion 60% des Français n'ont pas de religion".

François Fillon a menacé d'un procès un Poutou n'ayant aucune limite dans les attaques, les critiques, les mots.

François Asselineau a mouché Emmanuel Macron " d'accord avec tout le monde" La pique a fait rire le public et les candidats.

Quand François Fillon s'est lancé dans une anaphore sur le président exemplaire pour contrer les attaques sur sa mise en examen, il a fait sourire aussi.

 

 

 Air Tahiti Nui se positionne de plus en plus dans le réseau des meilleurs compagnies aériennes.

Cela on le savait mais voilà que la compagnie au tiare vient en plus de rafler la médaille du meilleur site internet des Travel d'Or 2017. Et ce n'est pas rien !

Ce concours organisé par Eventiz récompense depuis 2009 les entreprises les plus performantes de France qui se démarquent des autres sur le web. Et quand on dit que cette récompense n'est pas rien, c'est que la concurrence était grande.  320 sites, en effet,  se bousculaient pour gagner la palme du meilleur .Près de 200.000 internautes ont pu voter pour désigner les meilleurs sites réparties dans le secteur touristique hôtels compris. Et qui a gagné ? Celui d'Air Tahiti Nui entièrement modernisé  pour offrir une navigation plus simple, plus claire et compatible avec les mobiles, dès novembre 2016 .Le 30 mars, ATN a été récompensé devant plus de 600 personnes du monde touristique au Lido à Paris et très applaudi.

 

Le Mahana Beach s'est refait une beauté titre la Dépêche aujourd'hui. Il le mérite. Sable blanc, accès à la mer, table de pique nique sur le sable devant le lagon a été installée. Néanmoins il manque quelque chose pas loin de la table. Quoi ? Une poubelle si on en croit la photo. Elément indispensable au maintien de la propreté lors des déjeuners.

 

Tiens, tiens une nouveauté dans le paysage judiciaire. On avait à la mode, les emplois fictifs surtout en métropole mais aujourd'hui il semble que la Polynésie remporte le cocotier des " soins dentaires fictifs" !!

 

Le Rotary Club Papeete TAHITI va procéder Mercredi 5 Avril 2017 à 11h dans les locaux de POLYBOIS Tipaerui Papeete TAHITI (Derrière le Magasin MCM) à la remise officielle d’un chèque de 1 600 000 Xpf à 4 Familles de Tahiti sinistrées lors des dernières inondations afin de les aider à reconstruire leurs Fare.

 Cette cérémonie se fera en présence des responsables des sevices sociaux du Territoire, des 4 Familles sinistrées, des 4 Entreprises (ACE, POLYBOIS, SOCIMAT et GUILLOUX), du représentant du Rotary Club de Caen FRANCE et des membres du Rotary Club Papeete TAHITI.

 

International

  Mise en garde de Trump à la Chine sur la Corée du Nord

Dans une interview à la une du Financial Times, le président américain se dit prêt à agir contre le régime de Pyongyang, avec ou sans l’aide de Pékin. Le président chinois Xi Jinping, attendu jeudi 6 avril aux États-Unis, est prévenu. “Si la Chine ne règle pas la Corée du Nord, nous le ferons” : l’avertissement de Donald Trump est à la une du Financial Times ce 3 avril, à quelques jours de la visite de Xi Jinping en Floride, dans la propriété du président Trump, à partir de jeudi 6 avril.

Dans une interview exclusive au quotidien britannique, le leader américain fait savoir que son pays est prêt à prendre des mesures unilatérales pour bloquer le programme nucléaire nord-coréen, si Pékin n’augmente pas la pression sur son voisin.

“La Chine a une grande influence sur la Corée du Nord. Et soit elle décidera de nous aider sur la Corée du Nord, soit non, déclare Trump. Si elle le fait, ce sera très bon pour la Chine, et si elle ne le fait pas, ce ne sera bon pour personne.”

“Un grand respect”

Le président américain affirme qu’il est “totalement” possible pour les États-Unis de traiter la question nord-coréenne sans la Chine. D’après le journal, la Maison-Blanche considère le programme nucléaire de Pyongyang comme la menace la plus imminente pour le pays.

Cependant, Donald Trump, souvent critique envers la Chine, semble tendre la main à Xi Jinping avant leur rencontre, en assurant :J’ai un grand respect pour lui. J’ai un grand respect pour la Chine. Je ne serais pas du tout surpris si nous accomplissions quelque chose de très spectaculaire et de très bon pour nos deux pays, et c’est ce que j’espère.”

 




 

Mardi 4 avril 2017

Editorial

"Une campagne folle, qui tourne autour de l'argent et de la corruption. Une campagne jamais vue, pathétique, affligeante" Voilà les qualificatifs qui tournent en boucle dont la presse étrangère sans exception nous affuble, à juste titre. Mais pas seulement, l'opinion française aussi. Les correspondants étrangers, enfin certains, ont peur de la victoire de Marine Le Pen. Après tout, peur pour peur, les Français craignaient bien celle de Trump. Or, rien d'extraordinaire ne vient révolutionner la planète depuis son élection et sa consécration en dehors de quelques foucades provocantes lesquelles, aussitôt dites ou signées, aussitôt remisées aux oubliettes. Bref, c'est avec intérêt et presque gourmandise que les envoyés spéciaux du monde entier, des grands pays aux plus petits, se pourlèchent les babines médiatiques, perplexes sur les résultats  de cette campagne qui se termine dans quelques jours.

On trouve donc les boursouflés du système, puis ceux qui y vont en sachant qu'ils ne pourront pas gagner et ceux encore qui espèrent provoquer la surprise. Certains sont au sommet de leur art en saupoudrant sur un public béat des trémolos et des colères  bien apprises. Mais ça marche, "En marche".

 Celle que l'on craint, Marine Le Pen, à cause d'un possible "frexit" sur l'Europe,  a pourtant le même programme sur la question que les candidats  Cheminade, Asselineau, Dupont Aignan. Pourquoi ces candidats là qui soujhaitent se séparer de l'Europe ne flanquent-t-ils pas la frousse aux médias qui se gardent bien de faire un rapprochement ? Tiens donc !

Quant à Macron, ficelle et amusé, porté par un vent médiatique incroyable et une quasi passion des électeurs juste parce qu'il est jeune, que ça changerait des vieux croûtons, et qu'il parle pendant des heures dans des shows bien rôdés en captant les bonnes phrases des anciens, il est donné gagnant par les plus farouches à éliminer ce qui gêne, malgré un programme dont personne n' arrive à capter quelques bribes. Aaaah ! La nouveauté aura été le moteur de cette élection à la française qui vit avec Macron un bonheur neuf et ludique. Un grand écrivain a pourtant avancé : " grattez, grattez, vous verrez qu'il y a un épais maquillage sur ce rôle de composition". D'où cette liesse quand il arrive sur scène, son texte bien en tête et ses colères plaisantes et hurlantes.  Un excellent show. Hamon est cent fois plus naturel, c'est peut-être la raison de son sur place.

En attendant, Marine Le Pen ne bouge pas dans les sondages, Jean Luc Mélenchon s'assagit et adopte une posture présidentielle en laissant tomber les oripeaux des vindictes ultra gauchistes dans un costard presque maoiste par sa simplicité.

Et vous, Polynésiens, vous semblez aussi loin de cette élection que les 20.000 kms qui nous séparent de Paris.

Il nous reste pour sourire de choses tristes la manière de rédiger de "F.C"dans la Dépêche  qui écrit aujourd'hui à propos du  viol sordide d'une jeune fille dans une île qui fait rêver les touristes : ... le prévenu a introduit sa main dans le short de la victime et "caressé" son sexe lui provoquant des lésions, ce qui lui a valu 90 jours d'incapacité totale de travail".... Une sacrée caresse à un endroit si délicat ! 90 jours d'incapacité totale...Fichtre quel doigté !

------

 

Gaston Flosse dément le bruit qui court selon lequel Marcel Tuihani serait exclu du Tahoeraa à la suite de son interview sur Tahiti Today.

Le président du Tahoeraa précise qu'on ne peut pas exclure facilement un élu  et de plus le vice- président de ce mouvement et qu'il ne lui revient pas de le faire de son propre chef, "ce qui n'a jamais été dans son intention". La période est propice aux ragots mais dit-il avec un brin d'ironie  " on ne peut pas se passer d'un homme si compétent et si sincère dans ses propos, c'est rare !"

 

Le Président de l’Assemblée a reçu Monsieur Alain Christnacht, Président du CIVEN

Le président de l’Assemblée, Marcel Tuihani a reçu lundi 3 avril Monsieur Alain Christnacht, président du Comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires (CIVEN). Monsieur Alain Christnacht est actuellement en Polynésie française jusqu’au 6 avril, pour mener une mission afin de rencontrer les institutions, les parlementaires, les églises, les associations de défense des victimes des essais nucléaires, ainsi que les directeurs de la CPS et du Centre hospitalier du Taaone.

Marcel Tuihani a remercié le président du CIVEN qui est le premier président de cette autorité administrative indépendante à se déplacer en Polynésie, et il a tenu à lui exprimer qu’il prône une démarche consensuelle pour apaiser, et rassembler toutes les parties prenantes.

Monsieur Alain Christnacht a formulé plusieurs constats quant au traitement des demandes d’indemnisations des victimes du nucléaire, et notamment, a reconnu la lenteur et la complexité des procédures de traitement des dossiers. Il préconise de privilégier des procédures simplifiées et accélérées. Il a, par ailleurs, insisté sur le fait que la loi Morin devait faire prévaloir la « probabilité de causalité », notion à laquelle il est recouru fréquemment en matière d’indemnisation médicale.

Depuis la modification votée par le Parlement, le CIVEN continue de traiter les demandes d’indemnisation, et récemment, cinq personnes ont été indemnisées. Le président du CIVEN a affirmé son intention d’avancer et de traiter beaucoup de dossiers. Il rappelle, que l’article 1er de la loi Morin permet aujourd’hui encore de réparer les préjudices subis par les personnes atteintes d’une maladie due aux rayonnements ionisants. Durant les douze mois qui précèderont la réunion de la commission chargé d’émettre des préconisations au gouvernement central, le CIVEN examinera les dossiers anciens qui avaient fait l’objet d’un rejet sur le motif du « risque négligeable » inférieur à 1%, ainsi que les dossiers nouveaux.

C’est dans cet esprit, que le CIVEN devra trouver un moyen d’expliquer intelligemment la loi, selon Alain Christnacht. Il est envisagé de soumettre tous les cas à la commission, afin de dégager des critères cohérents, permettant d’examiner au mieux les demandes d’indemnisations, et ces critères seront validés par la commission. C’est, en effet, la commission qui vérifiera de quelle manière le CIVEN applique la loi.

Marcel Tuihani a conclu l’entretien en rappelant qu’il considérait que la présence de Monsieur Alain Christnacht en Polynésie témoigne du respect à l’égard des Polynésiens, et que sa démarche de proximité et d’ouverture au dialogue s’inscrit véritablement dans une dynamique d’accompagnement qui ne pourra qu’être fructueuse.

 

Le couperet est tombé :

La loi sur le non cumul des mandats de 2014 est officiellement entrée en vigueur vendredi comme nous l'a signalé Nuihau Laurey. Sénateur -ministre, c'est fini tout comme sénateur-maire ou député-maire. L'élu n'a pas le choix et devra conserver le mandat le plus récent. Ce sera pour Nuihau Laurey qui avait pris la précaution de démissionner de son poste de ministre : sénateur ! On le comprend...

-o-o-o-

 

Radio 1 : Commentaire sur l'interview de Marcel Tuihani samedi. Bien vu :

Les surprenantes déclarations d’ambitions politiques de Marcel Tuihani sur Tahiti Today ce weekend cachent un malaise désormais bien palpable entre le président délégué du Tahoeraa, Marcel Tuihani, et son président, Gaston Flosse. Le président orange de l’assemblée se sent aujourd’hui mis sur la touche, mais dit vouloir rester fidèle au Tahoeraa et à Gaston Flosse « dans la limite du raisonnable ». « J’ai ouvert les yeux », affirme Marcel Tuihani qui se trace « une trajectoire politique » en visant la mairie de Papeete en 2020.

Le malaise est désormais palpable entre le président délégué du Tahoeraa, Marcel Tuihani, et son président, Gaston Flosse. Les relations entre les deux hommes ne sont plus les mêmes depuis les deux gardes à vue du président de l’assemblée en décembre 2014 dans l’affaire de la vaisselle et en septembre 2016 dans l’affaire des chargés d’études de l’assemblée. « Nous avons des relations de travail entre un président et un président délégué », explique aujourd’hui Marcel Tuihani. « J’ai ouvert les yeux », lâche le président de l’assemblée qui ne se dit plus prêt à suivre son président « les yeux fermés ». « J’ose dire aujourd’hui que, de tous ceux qui ont quitté, j’ai le plus de raisons de partir du Tahoeraa et je reste fidèle au Tahoeraa parce que je crois en ses valeurs. (…) Celui qui doit fauter doit assumer ses propres erreurs et je ne suis pas là pour assumer les erreurs des autres ».
 

 

Guyane : c'est la guerre.

Après le refus du gouvernement de revoir à la hausse ses engagements, des milliers de manifestants ont marché mardi sur le Centre Spatial de Kourou. Dans la soirée, une délégation d'une trentaine de personnes a décidé de rester à l'intérieur du site d'où décollent les fusées Ariane. 

La fusée Ariane 5 «restera au sol tant que la Guyane ne décollera pas», a affirmé Mickaël Mansé, porte-parole des «500 frères». Une manifestation massive a commencé ce mardi à 9 heures (14 heures à

Paris à Kourou, près du site de lancement des fusées. Symbole d'une situation qui ne s'améliore pas, l'annulation du vol direct, Air France, de lundi de Paris pour la Guyane et de celui de ce mardi. Des problèmes d'avitaillement en carburant à Cayenne empêchent la compagnie d'assurer ces vols. En revanche, le vol Paris-Orly-Guyane prévu mercredi est maintenu, pour le moment, selon la compagnie.

 En milieu de journée à Kourou, plusieurs milliers de manifestants ont commencé par se rassembler pour entonner des chants et célébrer le mouvement social, tandis qu'une statue représentant un poing levé était dévoilée. Peu après, le cortège s'est mis en marche vers le Centre Spatial Guyanais (CSG), avec à sa tête les collectifs des «500 frères» et «Pou La Gwiyann dékolé» . En début de soirée, la trentaine de délégués de la manifestation reçue à l'intérieur du site pour y présenter ses revendications au directeur, Didier Faivre, a décidé d'occuper les lieux. «Nous ne bougerons pas d'ici. La situation est figée, la Guyane est bloquée. Vous êtes bloqués. Nous voulons les milliards que nous avons demandés», a affirmé Manuel Jean-Baptiste, membre de «Pou La Gwiyann dékolé», s'adressant Didier Faivre. «Vous nous dites que le CSG est un bien de la République. Nous sommes la République. Votre bien est notre bien», a-t-il ajouté. «Aucune fusée ne pourra décoller sans que nous ayons une réponse à nos revendications», a tonné Youri Antoinette, un autre membre du collectif. «Ca paraît gros un milliard, mais par rapport au retard que nous avons, ce n'est rien», a-t-il estimé.

 

Bonnes feuilles du best-seller " BIENVENUE PLACE BEAUVAU"

Olivia Recasen, Didier Hassoux, Christophe Labbé

 

 Pour orchestrer les affaires judiciaires il existe une mécanique complexe aussi efficace que redoutable. Hollande a su en tirer profit. D'abord il y a Tracfin, le service de renseignement financier de Bercy, le ministère piloté durant tout le quinquennat par Michel Sapin, un ami de quarante ans du Président. La plupart des affaires judiciaires qui ont empoisonné Sarko et les siens ont trouvé leurs racines ici, dans cet immeuble ultra-sécurisé du 9e arrondissement de Paris, entièrement classé secret-défense. Là, cent vingt fonctionnaires sont habilités à fourrer leur nez dans les comptes en banque de n'importe qui. Chaque semaine, le patron de Tracfin prend le chemin de l'Élysée pour assister, avec les directeurs des six autres services secrets, à la réunion organisée par le coordinateur du renseignement. Ce poste, occupé un temps par Didier Le Bret, compagnon de Mazarine, la fille de François Mitterrand, est désormais assumé par Yann Jounot. Ce préfet socialiste, spécialiste du renseignement, exerçait précédemment ses talents à la tête des Hauts-de-Seine, le berceau de la Sarkozie, une place ô combien stratégique permettant de surveiller la droite. Afin d'allumer la mèche d'une affaire politico-financière, il suffit que Tracfin pêche au bon endroit, remonte dans ses filets une infraction, et la transmette officiellement à la justice.

Ou officieusement à un service enquêteur qui se chargera de mener « une enquête d'initiative » avant qu'un magistrat ne la reprenne à son compte. Une fois la machine lancée, le dossier emprunte un alambic judiciaire, sous le regard d'un autre ami du Président, le directeur des affaires criminelles et des grâces, Robert Gelli, qui a partagé la même chambrée que François Hollande et Michel Sapin lors de leur service militaire. Après l'élection de 2012, cet ancien conseiller de Jospin à Matignon est tout de suite promu chef du parquet de Nanterre, dans les Hauts-de-Seine. D'où il dégoupille quelques grenades contre Patrick Balkany, le copain d'enfance de Nicolas Sarkozy. Lorsqu'il dirigeait l'association des procureurs, Gelli en avait fait l'arme de guerre des « petits pois9 » contre Sarkozy, déclenchant même une pétition chez les parquetiers – une jacquerie sans précédent. Il avait à cette époque comme adjoint au sein de l'association Bruno Dalles, l'actuel patron de Tracfin.

Une armée magistrale Depuis la Direction des affaires criminelles et des grâces (DACG), véritable tour de contrôle de la Place Vendôme, Gelli peut suivre en temps réel l'avancement de tous les dossiers politicofinanciers. « La DACG n'est pas seulement l'œil de la Chancellerie, c'est aussi un moyen de piloter discrètement les dossiers politiquement sensibles », allègue un parquetier. Une pratique assumée par la Chancellerie

 Un livre à lire absolument passionnant sur les dessous de la politique à vous couper le souffle ou le sifflet !

 

Lundi 3 avril 2017

 

 

 

 

 

Shell Va'a double vainqueur du marathon Polynésie 1ère

 

Editorial

Macron pète les plombs à Marseille et marche sur l'eau !

Le candidat Macron, veut-il prendre modèle sur Jean Luc Mélenchon ? Celui qui tranche et coupe sans états d'âme . Alors que Benoît Hamon, trahi par les siens, est sans doute le seul à faire une campagne normale et en parlant d'amour en plus ! Ce n'est pas payant.

Et voilà notre acteur, celui dont on parle tant, si mignon et si velouté, dans une nouvelle posture mais toujours théâtrale,  alliant soudain les gestes secs à une parole tranchante,captée ailleurs,qui révèle sa vraie nature. Même sa voix mue et  se casse comme dans un de ses premiers discours où ses collaborateurs lui  avaient demandé de se calmer.  Mais on ne change pas de caractère comme on change de chemise. Se voyant malmené, il a repris le dessus, au point de dire n'importe quoi, tout et son contraire notamment à Marseille, en hurlant :  " je ne suis l'héritier de rien, je suis l'héritier de vous, je suis l'héritier de notre avenir" Fichtre !

 Mais, moralité douteuse car il prend en plus à son compte des phrases historiques de Charles de Gaulle et même les meilleures de François Hollande en vibrionnant dans des envolées qui vous scotchent sur votre siège. "Une bulle" a dit Jean d'Ormesson, terme repris hier par des commentateurs politiques.

 Et pourtant, fin août, ce n'est pas loin, rappelez-vous les commentaires acerbes des hollandistes, lorsqu'il a rendu son portefeuille à François Hollande. Le traître, l'ingrat . Ce coup de pied de l'âne incroyable à celui auquel il devait tout ! Et la piétaille socialiste y a cru comme celle de droite et nous même aussi d'ailleurs,  tous, de près ou de loin, regardaient avec stupéfaction ce jeune homme sans idées, sans convictions sans projets, trahir son mentor. Quelle erreur commettions-nous ! Car  ce n'était qu' un coup de stratégie politique entre les deux hommes . Mitterrand peut être fier de ses héritiers. le "drame" était rôdé depuis un moment et finement joué. Tous y ont cru on le voit aujourd'hui.  Méfiez-vous des apparences surtout en politique !

 Désormais, des envolées lyriques aux citations du maître dans ses discours, sans le nommer, et en prenant  "l'acssent" à Marseille, il a cependant commis une nouvelle erreur en allant à la pêche des poissons de la rive droite et en ferrant Christian Estrosi, prise facile, pour atténuer les couleurs roses de son blason. La Hollandouillerie se réjouit et applaudit.

Le FN Marine jubile car l'orchestration de cette rencontre ne dupe pas. Macron ne doute pas d'être élu président de la République,  il se prépare  pour gouverner à former une majorité de bric et de broc à l'Assemblée nationale et en appelle à la gauche certes mais désormais aussi à la droite.Il tente d'engranger des deux côtés. Et du coup, va droit vers le maillon faible des Républicains.

 Et puis, il y a l'increvable François Fillon qui s'est auto persuadé de son innocence. Ce qui est incontestable c'est qu'il a permis à Pénélope, sa femme, de toucher des indemnités exceptionnelles sans mettre un pied à l'Assemblée Nationale. Sans honte, il en appelle au peuple pour l'élire sur son programme d'austérité  afin de sortir la France  du fossé- ah comme elle a bon dos - admettons. Lui sera, s'il est élu, automatiquement sorti de ses affaires judiciaires grâce à sa nouvelle immunité présidentielle, mais la première dame, elle,ne bénéficiant d'aucune immunité, restera dans les bras des juges. Drôle de tableau élyséen.

Quant à Marine Le Pen, elle poursuit son chemin avec pugnacité, malgré les sempiternelles et vieilles injures de ses adversaires " "xénophobie, racisme, fascisme" avec au passage un coup de griffe à la presse, relais de ceux qui ne l'aiment pas. Elle explique, pourfend, accuse et ses arguments font mouche .Mais elle décrypte son programme avec clarté. Non, elle ne décidera pas toute seule de la sortie de l'euro.  Ce sont bien les Français, un, qui l'éliront, puis 2,qui dans un référendum de confirmation donneront le feu vert ou  feront passer le feu  au rouge sur la fin de l'euro, après qu'elle aura fait un état des lieux. Ensuite, on verra !

La candidate Marine détaille son projet. Elle abolira une bonne partie des privilèges des  députés et sénateurs et en réduira le nombre ( de bonnes économies), elle mettra en place un contrôle du travail des attachés parlementaires etc... Qui peut être contre, après ce qui vient de se passer ?

 Elle compte faire de l'école un " asile inviolable où les querelles des hommes n'entrent pas." Elle rétablira l'autorité et le respect du maître, instaurera le port de l'uniforme comme l'avait fait en son temps Tauhiti Nena, revalisera les bourses et passera d'une sélection par l'échec à une sélection par le mérite.... Elle réformera le conseil supérieur de l'audiovisuel et créera un contrat sportif de haut niveau d'une durée de trois ans, renouvelable. En voilà une idée qu'elle est bonne !

Quant à JL Mélenchon, il a impressionné au début par son charisme laissant passer au fil des discours  un extrémisme autoritaire pour montrer sa force et son verbe parfois au ras des pâquerettes lequel, pour de bon, peut effrayer ou ravir. Vous le voyez à l'Elysée?  Poutine à côté est un enfant de choeur et Trump un mauvais clone. 19 jours...et deux candidats.

 

 

 

 

Le ministre du Logement JC Bouissou procèdera à plusieurs remises d'aides au logement.

 A 13h30 à la mairie de Papeete pour une remise de bons AAHi à 11 familles attributaires. A 16h. il sera à la mairie de Pirae pour une remise de bons à 38 familles. Enfin à 17h. il sera à Mahina pour une remise de bons à 13 familles ainsi que pour une remise de clé de fare OPH.

 

Saint-Petersbourg : il s'agit bien d'un attentat terroriste dans le métro qui a fait des morts et des centaines de blessés. Ce n'était pas un accident comme les autorités l'ont pensé hier.

 

 

Guyane : Cazeneuve rejette la demande «irréaliste» d'un plan d'aide de 2,5 milliards d'euros

  Avec une grande honnêteté il a laissé tomber :« Il serait (…) aisé de céder à la facilité et de promettre des mesures et des aides financières d’un montant irréaliste puis d’en laisser la charge et la responsabilité à un autre gouvernement. Ce n’est pas la conception que nous avons de la responsabilité dans la République », a déclaré le Premier ministre à Matignon, à l’issue d’une réunion rassemblant 12 membres du gouvernement face au "nous exigeons" du collectif !

 

 

  Interrogé sur le plateau de BFMTV et RMC sur son aptitude à « mettre de l’argent de côté », le candidat mis en examen notamment pour détournement de fonds publics a répondu : « non ».


Quant à ses propositions pour améliorer la transparence de la vie publique, François Fillon s’est dit opposé à la fin de l’immunité parlementaire ou à celle du président de la République, pour respecter le principe de la séparation des pouvoirs.

Souhaitant que « le premier président de la Cour des comptes, le vice-président du Conseil d’État et le procureur auprès de la Cour de cassation fassent une série de propositions sur la transparence », il a évoqué notamment une « diminution du nombre de parlementaires » ou la fusion des frais de représentation dans le salaire des parlementaires, « soumis à impôt ».

« Et il faudrait aller au-delà, puisqu’on parle de transparence, il faut de la transparence pour tout le monde », a-t-il dit, citant « ceux qui, dans la presse, se sont érigés en procureur ».

« Mon épouse ne sera pas condamnée »

« À partir du moment où la presse désormais juge les hommes politiques, les condamne, sans d’ailleurs souvent leur donner la possibilité de se défendre, il faudrait parfois savoir les conditions dans lesquelles vivent ceux qui les condamnent », a-t-il précisé.

François Fillon a également affirmé ce lundi que son épouse, mise en examen dans l’affaire de ses possibles emplois fictifs notamment comme assistante parlementaire, « ne sera pas condamnée », assurant que « le dossier est vide ».

« Mon épouse ne sera pas condamnée. Depuis le début je vous le dis, cette affaire a été montée de toutes pièces », a déclaré le candidat de la droite à la présidentielle sur BFMTV et RMC. Il a dénoncé « une calomnie dans Le Canard enchaîné », ou encore « une enquête d’enfer pendant trois semaines, qui ne débouche sur rien ».

« Le dossier est vide », a dit François Fillon. « Si j’avais le moindre doute sur ma culpabilité je ne serais pas candidat à l’élection présidentielle », a ajouté le candidat, lui-même mis en examen. Interrogé sur son engagement précédent à se retirer en cas de mise en examen, le candidat LR a dénoncé « une manipulation ».


« Manipulation »

« Je ne pouvais pas imaginer à cet instant être victime d’une manipulation pareille », s’est-il justifié. « J’ai d’ailleurs commis une erreur, d’une certaine façon, en disant cela, parce que j’ai offert au pouvoir le moyen de m’éliminer de la compétition présidentielle, il suffisait de me mettre en examen ».

« Ce que je dis c’est qu’il n’est pas possible que cette affaire n’ait pas été suivie avec la plus grande attention par les plus hautes autorités », a encore affirmé François Fillon, interrogé sur ses accusations contre un supposé « cabinet noir » à l’Élysée. « Je n’ai pas de preuve, je dis simplement qu’il y a un très grand doute à l’égard de ceux qui ont lancé cette opération ».

 

 

A vot' bon coeur m'sieur dame !

(huffington post)

 "Solidarité avec François Fillon, un homme généreux", "De tout cœur, pour celui qui a tant donné à la France", "pour la dignité humaine"... Les commentaires publiés sous la cagnotte organisée ce lundi 3 avril par le site parodique "Le Gorafi" ne manquent pas d'ironie.

En réaction aux déclarations de François Fillon qui a expliqué qu'il n'arrivait pas à mettre de l'argent de côté, le site humoristique a proposé de venir en aide au candidat de la droite. "Parce que nous refusons de rester bras croisés face à la détresse d'autrui et qu'il est de notre devoir d'agir quand cela est nécessaire, nous, 'Le Gorafi', lançons cette opération de la dernière chance, pour permettre à François Fillon et sa famille de vivre dans la dignité et d'espérer un avenir radieux", peut-on lire dans la description de cet appel à la "solidarité".

En début d'après-midi, la cagnotte dépassait les 100 euros de dons et la plupart de ceux effectués par les internautes ne dépassaient pas 1 euro. Ceux qui sont intéressés ont encore 19 jours pour y participer, soit jusqu'à la veille du premier tour à la présidentielle, qui aura lieu le 23 avril.

"Nous avons essayé de joindre le Crédit Agricole de Sablé sur Sarthe"

Contacté par Le HuffPost à propose de cette démarche, "Le Gorafi" a, bien évidemment, répondu par l'humour. "Nous avons essayé de joindre le Crédit Agricole de Sablé sur Sarthe mais cela ne répondait pas, nous voulions faire un virement sur le célèbre unique compte bancaire de M. Fillon", s'amusent-ils, en référence à l'une des défenses hasardeuses du candidat au lendemain du Penelope Gate.

 

 

 

Une quinzaine de personnes verbalisées pour un concert de casseroles contre Fillon (AFP)

 L'amende est arrivée le 1er avril dans les boîtes aux lettres et ce n'était pas une blague. Il s'agirait d'une première.

 «Comme c'était le 1er avril on a cru à une blague», s'exclame Jérôme Baude. Pourtant, ce n'en est pas une. Samedi, une quinzaine de personnes ont découvert dans leur boîte aux lettres une amende de 68 euros pour «émission de bruit portant atteinte à la tranquillité du voisinage ou la santé de l'homme». En cause: leur participation à un concert de casseroles devant une salle d'un meeting de soutien à François Fillon, le 21 mars à Calais.

 Pendant une heure et quart, les musiciens amateurs ont fait sonner les casseroles aux abords du lieu de rendez-vous. «Devant la salle du Minck, arrivés une demi-heure avant Luc Chatel et Xavier Bertrand, nous étions une petite trentaine de citoyens, sans aucune banderole ni revendication partisane», tapant avec des ustensiles de cuisine sur des casseroles, raconte Jérôme Baude, l'un des participant, par ailleurs délégué syndical Sud à la mairie de Calais. Le groupe souhaitait dénoncer les «affaires» dans lesquelles le candidat de la droite et du centre François Fillon est empêtré depuis plusieurs semaines.

  À l'intérieur, entre 300 et 400 personnes, dont la maire de Calais LR Natacha Bouchart, assistent à la réunion publique. «À un moment, on a vu arriver la Brigade anticriminalité (BAC), la police nationale, la police municipale, ils étaient 50, pour nous qui étions 30», poursuit Jérôme Baude. «Ils nous ont demandé nos cartes d'identité et nos adresses.»

 Fillon: «une insulte à la démocratie» " Je les emmerde" !

 «On est encore abasourdis, c'est une manière de mettre la pression et d'empêcher des gens pas militants, qui ne manifestent jamais, de bouger de leur maison», a-t-il dénoncé.

 De son côté, la préfecture du Pas-de-Calais a confirmé indirectement l'existence de ces procès-verbaux, indiquant que les amendes étaient «liées à des infractions du code de la santé publique», tout en soulignant qu'elles n'étaient pas administratives.

 De pareilles scènes se multiplient autour de la campagne de François Fillon et ces verbalisations seraient une première. Les déplacements du candidat sont régulièrement émaillés de manifestation. Dès le 17 février, lors d'une visite chahutée à Tourcoing, l'ancien premier ministre s'était interrogé: «Quand on veut empêcher les gens de faire campagne, ça pose des questions démocratiques.» Le 25 mars, à Biarritz, hué à son arrivée, le candidat avait eu des mots plus

sévères: «Ces manifestants sont une insulte à la démocratie, aux millions de Français qui me soutiennent», avait répondu François Fillon. «Plus ils continuent, plus ils radicaliseront les Français qui sont contre la confiscation de la vie démocratique», avait-il ajouté.

«Je les emmerde», a-t-il assuré selon Le JDD.

 

Explosion dans le métro à Saint-Pétersbourg au moins 10 morts

- Une explosion a eu lieu ce lundi 3 avril dans le métro de Saint-Pétersbourg, la deuxième ville de Russie, rapportent les médias russes. Des images diffusées sur les réseaux sociaux montraient des victimes étendues au sol. Selon les agences russes, le bilan pourrait s'élever à 10 morts.

"Selon les premières informations, 10 personnes ont été tuées et 20 blessées", a indiqué à l'agence Interfax une source au sein du ministère russe des Situations d'urgence. Le gouverneur de Saint-Pétersbourg a ensuite évoqué une cinquantaine de blessés.

Toutes les stations du métro de Saint-Pétersbourg étaient fermées, ont rapporté les agences de presse russes citant le service de presse du métro, "à 15h40 heure locale (14h40 heure française)", comme l'a indiqué le service de presse dans un communiqué, cité par l'agence Interfax.

Citant les secours, Reuters indique que "deux rames différentes ont été touchées dans deux stations du réseau" de métro de Saint-Pétersbourg. "Il n'y a eu qu'une explosion entre (deux stations) quand la rame arrivait à la station Institut de technologie en provenance de la station Sennaïa (Plochtchad)", selon cette source.

Le président Vladimir Poutine, qui se trouvait justement à Saint-Pétersbourg pour participer à une rencontre avec des journalistes russes, a présenté ses condoléances aux victimes lors d'une courte intervention télévisée, peu avant une rencontre avec son homologue bélarusse Alexandre Loukachenko.

Cité par Reuters, Vladimir Poutine a confirmé qu'il y avait eu des morts et des blessés. "Les circonstances ne sont pas claires, c'est trop tôt, a-t-il déclaré. Nous examinons toutes les causes possibles, le terrorisme aussi bien qu'un crime de droit commun", selon le chef d'Etat.

Des enquêteurs se sont rendus sur place pour déterminer les premiers éléments, a annoncé le Parquet de Saint-Pétersbourg dans un communiqué.

Selon une source au sein des forces de l'ordre citée par Ria Novosti, les engins explosifs étaient artisanaux et de faible puissance.
 


 

Jelloul et Vallaud-Belkacem signent une convention sur l’apprentissage de l’arabe en France

Une convention a été signée hier, vendredi 31 Mars, entre la Tunisie et la France portant sur l’apprentissage de la langue arabe à l’école primaire en France, et sur le projet de création d’une école tunisienne à Paris.

La signature de cet accord est intervenue lors d’une rencontre, hier au siège du ministère, entre le ministre de l’Education, Néji Jalloul, et la ministre de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche française, Najat Vallaud-Belkacem.

 


Trafic de stupéfiants en Polynésie

relevé surTahiti Infos

Mercedes Dubaquier, son époux Patrice et sa fille Heiriti Guilloux ont été mis en examen et placés en détention provisoire jeudi soir après avoir été entendus quatre jours sous le régime de la garde à vue . Une instruction a été ouverte pour "trafic de stupéfiants", "association de malfaiteurs" et "blanchiment". Mercedes et Patrice Dubaquier ont été interpellés dimanche à leur domicile après que des perquisitions effectuées sur place aient mené à la découverte d'environ 50 grammes d'ice. Hereiti Guilloux, la fille de Mercredes Dubaquier, a été interpellée lundi à l'aéroport de Tahiti-Faa'a, alors qu'elle arrivait de Miami. Les enquêteurs de la gendarmerie s'intéressent depuis plusieurs semaines à un réseau de trafic d’ice entre les Etats-Unis et la Polynésie française.

 Mercedes Dubaquier ou sa fille sont à la tête de plusieurs sociétés réunies dans la holding Mass Media, une société par actions simplifiée créée en juillet 2016. Ce petit groupe emploie une vingtaine de personnes. Son navire amiral, la Société de communication polynésienne, édite le magazine Tivi dont la sortie du prochain numéro est largement compromise. Plusieurs autres titres sont déclarés au registre du commerce et non encore exploités : Le journal local, Hotu Pacifique, Moripata, Shutter-island et Tane.

 Mercedes Dubaquier est également à la tête de la société civile de participation Azimut, en charge d’opérations financières, mobilières ou immobilières, créée en juillet 2015. La femme d'affaires avait également créé la société d’événementiels Endless Events en juillet 2016. Enfin, trois autres sociétés sont enregistrées au nom de la famille Dubaquier dont l’Eurl Omega Radio et la Sarl Tahiti Rotative Labeur, sans activité connue pour l’heure. Mercedes Dubaquier est également gérante de la SCI Bain Loti. Aujourd’hui, tout ce petit groupe de communication se trouve paralysé après l’incarcération de ses patrons.

Sans compter il y a quelques jours la découverte d'une cargaison importante de cocaïne (plus de 200Kgs) sur un voilier échoué. Les convoyeurs espagnols incarcérés. Mais la Polynésie deviendrait-elle une plaque tournante de la drogue tant les saisies y sont fréquentes ?


 

Dimanche 2 avril 2017

 

En Guyane, le plan du gouvernement rejeté, les négociations suspendues

Le collectif portant la mobilisation sociale réclame notamment un « nouveau statut » pour ce territoire. Faute d’accord, les discussions doivent reprendre à 11 heures. Un fossé d'incompréhension


Au yeux du collectif, le gouvernement n’a pas pris la mesure des retards accumulés par la Guyane depuis des décennies, des dettes de l’Etat français à son égard, des besoins urgents à satisfaire et de la force du mouvement qui soulève et unit la population guyanaise à l’occasion de cette mobilisation historique.

A la suite des annonces du gouvernement, la réaction est amère de la part de Mikaël Mancée, un des leaders le collectif « 500 frères contre la délinquance », en pointe dans le mouvement de grève :

« Le premier sentiment est qu’on n’a pas été écouté. Beaucoup de choses étaient en réalité déjà actées. Sur les grandes annonces que l’on attendait, cité judiciaire, création de commissariats, surveillance 24 heures sur 24 des fleuves, il n’y a rien. »

Même impression de la part d’Olivier Goudet, porte-parole du mouvement Trop violàns :

« La question du désenclavement des territoires est totalement absente. Nous attendions des mesures concrètes, nous ne les avons pas entendues. Concernant la sécurité, les réponses ne sont pas satisfaisantes. »


Au final, c’est donc un refus clair et net qu’ont opposé les représentants du collectif au plan d’urgence présenté par le ministre de l’intérieur, Matthias Fekl, et la ministre des outre-mer, Ericka Bareigts, validé par Matignon. Samedi après-midi en Guyane, à tour de rôle, les délégués des différents pôles et secteurs d’activité ont réaffirmé l’ensemble de leurs revendications – un cahier de 428 revendications au total, qui embrassent parfois des décennies d’histoire, extrêmement détaillées et brassant de multiples registres.




 

 

 

Samedi 1er avril 2017

 ( et ce n'est pas un poisson)

Marcel Tuihani, président de l'Assemblée de Polynésie, vice président du Tahoeraa : " Oui, je suis candidat à la présidence de la Polynésie française " Un jour...a-t-il ajouté sans plus.

 

EXPLOSIF

 Photos Eric Bonamy

Qui est Marcel Tuihani ? Est-il une espèce d'agité, d'impétueux, de révolutionnaire ou d'introverti prudent ? Est-il un de ces soldats alignés sur un seul mot d'ordre ? Non, il n'est rien de tout cela sauf peut-être, qu'il n'est  pas un soldat mais un officier dans la hiérarchie de son parti le Tahoeraa Huiraatira dont il est le vice président, qui sait transmettre les ordres "du patron" comme il dit , sans les prendre toujours à son compte. L'expérience l'a rendu prudent  sur une ligne de conduite hors de laquelle il se refuse de trébucher.  Mais hier et c'est rare il s'est confié à Tahiti Today dans une interview explosive  : Oui je suis candidat à la présidence du pays " Oui, Edouard Fritch a bien monté un cabinet noir !

Finalement, dans l'esprit,il est plus un centriste dans ses positions politiques qu'un va-t-en guerre de droite. Mais il sait par expérience qu'il n'y a jamais de victoire politique sans victoire idéologique. En un mot comme en cent, il est sur une réserve prudente jusqu'au jour où il attend de s'affirmer sans faiblesse. Jusque là, tel le crocodile sur le bord de la rive, il attend son heure sans patiner dans une bagarre qu'il ne souhaite pas.

Marine Le Pen n'est pas sa tasse de thé. Elle ne correspond pas à son caractère mais s'il sait faire la moue, il sait aussi garder cette règle d'airain qui le protége, pas de connivence réelle ni de complicité, mais de l'obéissance. Après tout que demande de plus, le grand commandeur. Sauf que Marine Le Pen n'a jamais dit que si elle était élue elle réduirait l'indice des fonctionnaires. Bien au contraire.

Nous avons fait le tour des questions d'actualité nationales et locales au début de la semaine et ses réponses, on le verra sont  très "politiques" certaines ironiques mais toutes très claires finalement quand on décrypte. C'est à dire en gardant comme un culbuto, pour lui, comme toujours, le fond de sa pensée.. tout en se redressant, ironique mais  souriant, même quand on croit l'avolr poussé dans ses derniers retranchements.

Toutefois, pour quelqu'un qui ne se lâche pas facilement, il nous a confié le scoop du jour :" oui", il ambitionne d'être un jour le président de la Polynésie française. C'est dit ! Mais là, il se dresse devant Gaston Flosse, son mentor.

 

 

 

Le cabinet noir de François Hollande instrument de liquidation des adversaires politiques comme le dit François Fillon, vous y croyez ?

En politique, ma chère Christine, c’est l’art du camouflage, du paraître, du m'as-tu-vu, du comportement exemplaire alors que, ext. Je l’ai découvert à mes dépens dans le cadre des ennuis judiciaires me concernant. Donc, pour certains, c’est un jeu de procéder à une forme de détournement de l’instrument du pouvoir pour procéder à « liquider » des adversaires gênants.

Le pouvoir utilise des moyens pour se protéger ou pour fourbir ses armes contre l’adversaire. Ce qui est troublant dans cette campagne présidentielle 2017, c’est que l’affaire de l’emploi fictif de l’épouse de François Fillon a été révélée par le Canard enchaîné à quelques semaines de l’élection présidentielle dont il est le grand favori après la primaire de la droite. Troublant, ne trouvez vous pas ?

  

Edouard Fritch aurait un cabinet noir

 

Edouard Fritch en a-t-il monté un, à une petite échelle avec ses apparatchiks ?

Tout d’abord, une échelle, reste une échelle, quelle soit petite ou grande. Dès lors ou on l’utilise, c’est juste une question de sommet. A votre question ,ma réponse est claire, OUI.

 

Que pensez-vous du candidat républicain François Fillon aujourd’hui ? A-t-il raison de se maintenir coûte que coûte ? Est-ce courageux ou suicidaire ?

Je dirais simplement courageux et suicidaire en même temps. En politique, il faut être animé de conviction, c’est du moins mon point de vue. François FILLON veut aller jusqu’au bout de sa candidature, fort des résultats des primaires, et en démontrant à l’opinion publique que les affaires qui le visent relèvent de l’instrumentalisation pour le disqualifier. Son maintien, même s’il faut reconnaître un certain courage inhérent à sa personnalité dont on peut souligner sa persévérance et surtout sa résilience, peut précipiter la droite dans une forme de chaos. Comment la droite pourra-t-elle se reconstruire après cet épisode désastreux ?

Ce que j’aurai apprécié, c’est sa position par rapport à une telle organisation qui offre la possibilité aux ELUS de se servir. Nous avons malheureusement plusieurs exemple en France et au Fenua. Personnellement, je crois à la moralisation de la vie publique.

 

Je n'ai pas de souci avec Marine Le Pen

 

Le Tahoeraa par le biais du Grand conseil a décidé de soutenir la candidate qui a la faveur de la majorité des électeurs en France, Marine Le Pen. Vous n’aviez pas l’air très chaud pour soutenir cette candidature. Pourquoi ? Car depuis quelques années ce parti a décollé de son emblème tout ce que » le père » y avait collé de négatif voire révulsif ?

Comme je l’ai évoqué, je reste solidaire du mouvement auquel j’appartiens. Depuis que je me suis engagé en politique, j’ai appris à ne plus philosopher dans l’action « politique » que je mène. Personnellement je n’ai pas de souci avec la candidate soutenue par notre mouvement. Ce qui m’importe, c’est la Polynésie française et ses habitants, rien d’autre. Mon quotidien est rythmé principalement par les travaux de l’Assemblée de la Polynésie française.

A vrai dire, chère Christine, jamais une élection présidentielle n’a été aussi médiocre que celle que nous constatons aujourd’hui. Ce qui me déplait n’est pas la candidate que nous soutenons mais le fait que les médias ne parlent que d’ennuis d’un tel et un tel alors que les problèmes de tous les français, de Polynésie à la Guyane, ne sont pas traités.

 

 

Est-ce désormais un parti comme les autres ? Car Cheminade comme Dupont Aignan et d’autres ont inscrit dans leur mouvement la souveraineté de la France vis-à-vis de l’Europe, la disparition de l’euro au profit du Frs etc.. ?

Est-ce que les autres « petits candidats » ont bien mesuré les effets dévastateurs d’une mesure comme la sortie de l’euro ? La Grande-Bretagne vient d’enclencher le Brexit, et nous allons maintenant pouvoir en mesurer les effets en direct. Je crois, comme c’est le cas pour Donald Trump actuellement aux Etats-Unis, que certains engagements de campagne se trouvent ensuite confrontés à la réalité économique et à l’exercice réel du pouvoir. Trump a déjà fait marche arrière sur la suppression de l’ObamaCare et se trouve englué dans les recours contre son décret sur les immigrés.

 

Qu’est ce qui vous choque le plus dans le programme national de Marine le Pen ? Et dans celui qu’elle propose aux Polynésiens ?

Marine Le Pen est fragilisée sur le volet économique de son programme. Ce que je viens de développer précédemment, c’est surtout la sortie de l’euro qui précipiterait la France dans une aventure hors de contrôle. Ce n’est pas réaliste, me semble-t-il. 

Certains, ici, pensent le contraire, ce n’est pas mon cas, je souhaite pour ma part naviguer à vue et non à l’aveugle.

Dans son programme pour l’outre-mer, elle remet en cause l’indexation des salaires des fonctionnaires, ce qui pourrait déstabiliser les économies ultra-marines si une telle mesure n’est suffisamment pas anticipée, avec une suppression programmée et étalée dans le temps, et des mécanismes de compensation.

 

Il faut se montrer prudent avec les sondages

 

Les sondages donnent toujours Marine Le Pen depuis des mois en pole position assez loin de Macron et Fillon. Est-ce à dire que désormais son mouvement n’a plus rien de révoltant puisque un maximum d’électeurs y adhèrent ?

Il faut se montrer prudent sur les sondages d’opinion. Là encore, je vous renvoie à l’élection de Trump que les sondages n’avaient pas prévue, ou plus près de nous, les résultats des primaires en France.

Si aujourd’hui beaucoup d’électeurs déclarent dans les sondages qu'ils voteront pour Marine Le Pen, il faut bien considérer que c’est pour beaucoup l’expression d’un ras-le-bol, et pour renvoyer dos à dos la gauche et la droite. Marine le Pen apparaît aussi comme la candidate antisystème pour certains français.

Il me semble que nous observons un phénomène de rupture entre les électeurs et les partis politiques.

 

On dit que le score de Marine le Pen en Polynésie va en surprendre plus d’un.

Je me garderai bien de faire des pronostics ! Son score reflètera sûrement le travail de ses soutiens sur le terrain.

 

Si vous deviez changer le nom du FN duquel le baptiseriez-vous ?

Je laisse le soin aux militants du FN de s’atteler à cette tâche. Changer de nom ne veut pas dire changer de politique, restant prudent aux tentatives de camouflage.

 

Que pensez-vous d’Oscar Temaru leader du Tavini qui appelle à l’abstention,  pas même de voter blanc, tout simplement par ce qu’il n’a pas réussi à avoir ses 500 signatures et d’un autre côté demande aux électeurs de voter pour ses candidats aux législatives ?

C’est son choix, et il s’en est expliqué lors du congrès de son parti. Son appel à l’abstention fera écho à certains courant en France qui prônent eux aussi l’abstention, mais pas pour les mêmes raisons.

 

 

Le statut de pays associes répond à l'attente d'une partie des Polynésiens

 

Que pensez-vous du statut de pays associés ? Plus de compétences est-ce- un frein à l’indépendance ? Ou le contraire ?

Le statut de pays associés à la République française répond clairement aujourd’hui aux attentes d’une partie des Polynésiens qui veulent un autre statut que celui d’une collectivité d’outre-mer éloignée de la métropole, et qui ne se distingue pas des autres collectivités d’outre-mer. Il faut acquérir de nouvelles compétences et exercer celles que nous avons déjà avec plus d’autonomie tout en étant accompagnés par l’Etat dans une nouvelle forme de partenariat. Les Polynésiens qui souhaitent s’émanciper veulent aussi quelque chose qui les distinguera des autres collectivités.

Je pense que ce statut de pays associé peut constituer un rempart contre l’indépendance, et répondre à ceux qui veulent s’affranchir de certaines contraintes.

 

Quand on voit tous les milliards investis par le France en Polynésie française on se demande comment la Polynésie pourrait vivre en redevenant le pays misérable qu’elle est toujours dans certaines communes ?

Le statut de pays associé se distingue de l’indépendance qui elle, propose une aventure avec des lendemains qui déchantent, et qui nous rapprocherait du Vanuatu ou d’autres pays insulaires qui jouissent d’une indépendance frappée par la misère.

Le statut de pays associés propose un partenariat nouveau pour une Polynésie associée à la République française. Ce serait un réel facteur d’accroissement de notre développement et certainement pas une régression.

 

Oscar Temaru à un moment donné pensait tendre la main aux Chinois pour aider la Polynésie. Malheureusement pour lui ils n’y ont pas répondu même les investissements dont on nous a bercé pendant des mois, compagnies aériennes, projets touristiques et maritimes n'ont jamais été concrétisés. Les voyages vers Pékin et Shanghai oui. les investisseurs ont acheté deux ou trois hôtels pour faire plaisir à la Polynésie. Et Hao dont on se demande si ce sera d’un grand bénéfice pour le Pays. Qu’en pensez-vous ?

Les chinois sont prudents et sont avant tout des investisseurs avisés en recherche de profit. La Polynésie représente un marché étroit et si petit à l’échelle de la Chine.

Pour ce qui concerne le projet aquacole, il y a eu beaucoup d’annonces de la part du gouvernement Fritch, même trop d’annonces dans le vide. Aujourd’hui, où en sommes-nous réellement, et quelles sont les véritables intentions de M. Wang Cheng ? Je crois que le gouvernement y gagnerait à faire la transparence sur la réalité du projet, et nous dire enfin si l’investisseur réalisera le projet ou s’il souhaite le modifier en profondeur. Sauf que la transparence n’est pas la qualité première de ce gouvernement. Si ce projet se concrétise il aura des réelles retombées pour le Pays, à condition que nous soyons vigilants quant à la protection de nos lagons et de l’environnement.

 

Le phénomène Macron

 

 

Manuel Valls est considéré comme un traitre au PS. Qu'en pensez-vous ?

Manuel Valls a trahi Benoît Hamon et renié ses engagements pris lors de la primaire du PS pour rejoindre Macron. Est-ce que ce melting pot macronite est gage d’une élection ?
Aujourd’hui, la difficulté pour Emmanuel Macron c’est de rester sur la ligne politique qu’il s’est fixée, en se présentant comme le candidat qui peut rallier à lui des hommes de gauche, du centre ou de la droite modérée, pour réformer la France et retrouver une compétitivité.
Les ralliements les plus récents de J Yves Le Drian et de Manuel Valls risquent de lui compliquer la tâche, dans la mesure où il apparaît de plus en plus comme le candidat de la gauche, ou des « deux gauches irréconciliables » pour reprendre l’expression de Valls. Alors, comment gouverner entre les juppéistes qui l’ont déjà rejoint, les anciens de l’UMP pour certains, et les proches de François Hollande dont le social-libéral Manuel Valls ? Je crois que l’opinion publique veut tourner la page du quinquennat Hollande. On ne gagne pas une élection avec une recomposition du personnel politique, ou un recyclage d’idées bien mises en scène par une brillante équipe de communicants.
 

 

Comment voyez-vous Emmanuel Macron ? Le voyez-vous président de la République ?

Depuis la sortie du gouvernement d’Emmanuel Macron et la création de son mouvement En Marche ! on parle du « phénomène Macron ». Jusqu’où ira-t-il ? S’il est élu, la difficulté pour lui sera de s’appuyer sur une majorité qui lui permettra de faire passer ses réformes. Comment parviendra-t-il à faire la synthèse de ses soutiens actuels, entre le chiraquien Philippe Douste-Blazy qui vient de le rejoindre, le centriste François Bayrou, ou encore Jean-Yves Ledrian, actuel ministre de la défense et très proche de François Hollande ?

 

Avouez qu’il est le champion de « l’orero français » ! Il peut parler pendant trois heures sans que vous reteniez un mot de ce qu’il a dit à la fin tant ses paroles deviennent une berceuse douce à l’oreille. Par ailleurs il bénéficie de soutiens énormes au plan médiatique avec les financiers des chaînes de télévision et autres comme le financier multi milliardaire Soro.

Etre un bon orateur est une chose, mais est-ce que son message passe réellement auprès de la population ? Là encore, je ne veux pas me fier aux sondages qui prédisent qu’il remportera l’élection.

 

 

Je suis choqué par le mépris du gouvernement  à l'égard de l'institution que je représente

 

Il lui arrive d'être en colère, mais c'est rare !

Vous venez d’être sorti du CA de la Socredo comme il y a quelque temps de celui d’ATN et ce, sans préavis, sans un petit courrier comme il est d’usage dans les démocraties. Vous êtes choqué de ne même pas savoir pourquoi ce rejet, juste par ce que vous n’êtes pas au Tapura ?

Je suis choqué par le mépris que le gouvernement et sa majorité manifestent à l’égard de l’institution de l’assemblée de la Polynésie française. C’est une attitude puérile qui fragilise le fonctionnement de nos institutions. Leurs explications, ce n'est que du chalala comme disent les jeunes.

 

On dit que vous êtes un bon président de l’Assemblée de Polynésie. Que vous menez les débats sans invectiver et en laissant même parfois trop longtemps la parole à certains qui en profitent. Quels sont les problèmes auxquels vous vous heurtez à ce poste ?

Je gère le temps de parole selon le thème évoqué et le contexte dans lequel l’assemblée se trouve. Bien entendu, je veille malgré tout à ne pas trop dépasser les limites raisonnables.

Laissons chère Christine les problèmes que je rencontre au quotidien de coté, nous risquons de faire réagir l’opinion publique et les adversaires politiques. Mes problèmes, je les gère.

 

L'Assemblée fonctionne, c'est une satisfaction

 

Le président du Tahoeraa fait une campagne époustouflante pour les législatives. Vous n’y prenez pas part ?

Je me concentre sur mes sujets, et j’ai beaucoup à faire. J’ai la satisfaction de constater que l’assemblée de la Polynésie française fonctionne très bien, dans un contexte politique angoissant. J’ai engagé, avec détermination, l’institution que je préside dans une réforme qui consiste à renforcer ses pouvoirs de contrôle. L’évaluation des politiques est un instrument nécessaire pour garantir l’efficacité des décisions que nous adoptons. La situation des administrés doit véritablement être au centre de nos réflexions.

J’ai fait, je fais et je ferais toujours ce qui me semble indispensable pour faire gagner le Tahoeraa.

Le président du mouvement mène une campagne remarquable, il n’est pas de doute que cela paiera dans les semaines/mois avenir, les polynésiens lui font entièrement confiance.

 

La discrétion est-elle dans votre personnalité où est-ce une prudence acquise au sein de votre vie politique ?

La discrétion fait partie de ma personnalité, ceux qui me connaissent m’ont toujours vu ainsi. Ceci étant, ce que j’ai acquis durant ma petite vie politique, c’est de se méfier de certaines personnes. Le rêve peut masquer un cauchemar.

 

Ne pas tomber dans le piège de la légalisation du cannabis

 

/ Etes-vous pour ou contre la légalisation du cannabis ?

Je crois qu’il ne faut surtout pas tomber dans le piège de la légalisation du cannabis. En décembre 2013, l’Uruguay est devenu le premier pays au monde à légaliser la production et la vente de cannabis, mais quelles seront les conséquences sanitaires et économiques sur le long terme ?. En revanche, depuis les années 2000, le Canada et plusieurs autres pays ont commencé à distinguer l’usage médical du cannabis de la possession simple de cette substance. L’usage médical du cannabis permet de traiter, notamment, les effets secondaires de la chimiothérapie anticancéreuse. Cette approche sanitaire est intéressante, et peut susciter un débat de fond dans notre société. Mais avant d’envisager un usage médical du cannabis, il faut, me semble-t-il, bien sensibiliser la population – ou plutôt bien l’éduquer devrais-je dire – pour que chacun sache ce qu’est une drogue, puisse différencier une drogue douce et une drogue dure, et leurs effets quel que soit le produit consommé.

 J’insiste sur l’éducation à la santé, la prévention, l’information que nous devons dispenser à tous, jeunes et moins jeunes. Enfin, n’oublions pas que l’industrie du tabac a toujours nié pendant des décennies la dangerosité de la cigarette, alors que fumer rend dépendant d’un produit cancérigène qui est responsable de nombreux décès. Il faut sensibiliser les jeunes à leurs modes de consommation, dans un contexte où on banalise l’absorption de boissons énergisantes mélangées avec de l’alcool ou d’autres produits stupéfiants. Le mélange de ces produits peut provoquer la mort, ne l’oublions pas !

Il faut mobiliser tous nos moyens pour éviter la prolifération des drogues dures, et je salue au passage le travail de la douane et des forces de police qui ont pu démanteler dernièrement des trafics de substances illicites hautement dangereuses.

 

 

Si vous n’êtes pas réélu à votre poste de président de l’A.P, cela vous manquera ? Et que ferez-vous ?

Si je ne suis pas réélu à l’assemblée, je continuerai dans la politique à l’échelle communale. J’aime les grandes villes.

 

Souhaiteriez-vous être président de la Polynésie ?

 

Est-ce que vous ambitionnez un jour de devenir président de la Polynésie ?

OUI ! ( la réponse fuse !)

 

NDLR :Nous remercions le président de l'Assemblée qui a répondu sans l'aide d'un scribe  à cette interview malgré un planning chargé.

 

Réaction du président Gaston Flosse :

" Vous savez l'appétit vient en mangeant",dit-on, En politique c'est la même chose.

Mais le Tahoeraa est un parti démocratique, vous pouvez être candidat, c'est le Congrès de notre mouvement qui décide. Je sais aussi que Marcel brigue la commune de Papeete. Reste à savoir par lequel il va commencer : la présidence du pays ou être maire de Papeete.?"

 

 

-:-:-:-:-

 

 

'Autorité de la concurrence autorise le rachat du Four Seasons par une société basée à Hong Kong (Tahiti Infos)

 Après examen de la demande, l'Autorisation polynésienne de la concurrence a rendu sa décision relative au rachat de la Société d’Investissement de Polynésie (Four Seasons Hotel & Resort Bora Bora) par Swansea King Limited (fonds d’investissement Gaw Hospitality).

La demande officielle avait été faite le 23 janvier dernier. La société Swansea King Limited souhaite acquérir l'hôtel de Bora Bora qui appartient à la société d'investissement de Polynésie, détenue par Thierry Barbion.

L'Autorité polynésienne de la concurrence a validé le 23 mars dernier le rachat du Four Seasons par la société basée à Hong Kong. La décision n'a été publiée que ce mercredi.

Dans l'exposé des motifs, l'APC explique : "l'opération n’entraîne aucun chevauchement d’activité entre les parties, le fonds d’investissement Gaw Hospitality n’étant pas présent sur les marchés de l’hôtellerie en Polynésie française. L’opération n’est donc pas susceptible de poser des problèmes de concurrence. Au contraire, le rachat de l’hôtel cible par Gaw Hospitality permet à un nouvel acteur d’entrer sur le marché."

Swansea King Limited est une société enregistrée aux Îles Vierges Britanniques dont le siège social est à Hong Kong. Déjà présent dans le secteur hôtelier en Asie, le fonds d’investissement Gaw Hospitality ne l'est en revanche pas en Polynésie française.
 

 

Humour pour nous changer les idées

Une secrétaire fatiguée

J'ai un urgent besoin de quelques jours de congé mais je sais que mon patron ne voudra pas me les donner.
 J'ai alors pensé qu'en agissant comme une "folle", il me les accordera afin que je puisse me reposer.
 Alors, je me suis suspendue au plafond, tête en bas, et j'ai fait de drôles de bruits.
 Ma voisine de bureau (qui est blonde) me demande ce que je suis en train de faire.
 Je lui dis que si je prétends être une ampoule électrique, le patron pensera que je suis folle et me les donnera ces jours de congé.
 Quelques minutes plus tard, mon patron entre dans le bureau et demande :
 "Bon Dieu ! Mais qu'est-ce que tu fais là ?"
 "Je suis une ampoule électrique... "
 Il me dit : "Il est clair que tu souffres d'un stress énorme.
Retourne chez toi et repose-toi quelques jours"
 Je me redresse, prends mes affaires et traverse le bureau en direction de la sortie..
 C'est alors que ma voisine de bureau (toujours la blonde) me suit.
 Le patron lui demande alors : Eh toi ! Où crois-tu aller comme ça ?"
Et elle lui répond : "Je retourne aussi à la maison. Je suis incapable de travailler dans le noir..."

 

 

Vendredi  31 mars 2017

Editorial

A qui donner les trois pouvoirs traditionnels ?

Les sondages se suivent et se ressemblent. Marine Le Pen gagne un point, Macron en perd un, Mélenchon devance Hamon qui frôle la catastrophe avec juste 12% des sondés qui lui sont favorables, 14% pour son adversaire lapidaire. Et Fillon fait du sur place à 17%/18%.

Le président de la République concentre dans ses mains, les trois pouvoirs traditionnels, exécutif, législatif et judiciaire et le pouvoir moderne de l'information. Il gomme les institutions, tire sur toutes les cordes, extrait des textes tout leur jus, peut ainsi créer un régime de fait qui n'a d'équivalent nulle part ailleurs, un régime où la démocratie formelle couvre une marchandise importée de bric à brac des dictatures sans qu'on puisse de bonne fois l'appeler dictature, système ambigu, douceâtre d'apparence mais en vérité implacable dans un tour parfois de monarchie populaire mais si peu populaire comme le dit si bien Franz-0livier Giesberg. Le roi c'est moi, pourrait dire François Fillon qui en rêve. Mais imaginez un roi avec tant de pouvoir alors que son blason est élimé par les affaires à ricochets ? Cela n'existerait que dans le royaume de France !

"Foutriquet ? " Don Juan des lavabos" ( c'est le surnom que Clemenceau avait donné à Paul-Boncour son adversaire), Fillon reçoit des surnoms à la pelle, mais la droite y croit encore car sans lui, il est vrai, à cet instant de la campagne, il n'y aurait plus de droite. Comme il n'y a plus vraiment de gauche. La présidentielle n'est devenue qu'une bataille d'ego entre petits chefs orgueilleux. Ecoutez les chuchotements de prieuré des uns quand ils montent en chaire et où très vite ils perdent leur ton gentillet pour devenir féroces envers celle qui leur fait peur, Marine Le Pen. Non pas pour son programme qu'ont adopté d'autres candidats sur la question européenne, mais simplement par ce qu'elle incarne. Peut-on lui faire grief d'avoir un père aussi conspué? Est-on responsable de sa famille ? Non. Elle a fait de ce parti qui sentait mauvais,c'est vrai, un parti respectable. Tout aussi respectable sinon plus, que les histoires qui émaillent la vie politique de certains autres. Le règne de François Mitterrand est un exemple de tragédies, d'hypocrisie, d'espionnage du peuple et de double vie. Un homme qui a eu toute sa vie besoin de cynisme, de secrets et de mystère. Ou tout au moins d'orgueil. Le candidat de la Force tranquille au verbe assassin. Mais on ne disait rien car il était passé maître dans le baiser de la mort, embrasser pour mieux étouffer. La méthode a payé avec les communistes. Alors qu'on ne vienne pas nous dire que Marine le Pen est le diable. Elle n'est pas le clone de Mitterrand ovationné, de surcroît, toute sa vie. Ou presque.

 

 

 

«Va chier dans ta caisse», un militant de François Fillon insulte une journaliste de C8

 « Va chier dans ta caisse ». Ambiance tendue en coulisses du meeting de François Fillon mardi dernier. La journaliste Laure Daussy de la Nouvelle édition s’ est fait envoyer sur les roses par un militant dans une séquence diffusée en début de semaine.

 La journaliste a le malheur de demander à un participant « pourquoi êtes-vous venu ici ce soir ». L’ interlocuteur, au visage flouté, enchaîne alors, utilisant d ’emblée le tutoiement pour s’adresser à elle : « Qu’est-ce que ça peut te foutre, ça te regarde ? S’occuper des affaires des autres, c’est de l’indiscrétion, les diffuser c’est de la diffamation ». Devant l’agressivité de cet homme, la journaliste tente de se défendre, mais il reprend de plus belle.

 « Tout le monde a le droit à l’information, poursuit-il. Ceux qui en vivent, vivent dans le purin et dans le fumier, je ne fais pas les poubelles », conclut- il tout en ôtant son chapeau devant elle comme pour narguer la reporter de C8. Avant de reprendre, avec un langage bien fleuri :  « Tu vas chier dans ta caisse et maintenant tu t’occupes d’un autre ». Et pour finir, il manque de s’en prendre au cameraman.

 La presse est souvent l ’objet d’attaques de la part du candidat LR.

Depuis le début de l’affaire Penelope Fillon, François Fillon dénonce régulièrement le « tribunal médiatique », évoquant le complot.

 

 

Fillon dans les pas de Hollande

Comme le rapporte le site Internet Outremers360, le candidat Les Républicains à la présidentielle a rencontré les ultramarins de l’Hexagone à son QG de campagne, hier. S’il est élu, François Fillon signera avec la Polynésie française un « pacte de stabilité et de développement », qui rappelle les Accords de Papeete signés il y a quelques jours par Édouard Fritch et François Hollande. Le candidat tacle également le rapprochement entre Gaston Flosse et Marine Le Pen.

 

Enquête pour "détournement de fonds publics" contre Wauquiez après une soirée de soutien à Fillon en Chine

 

 - Laurent Wauquiez interroge le Huffpost a-t-il financé une soirée de soutien à François Fillon à Shanghaï, dans le cadre d'un voyage officiel en Chine, avec de l'argent public? La justice s'interroge sur la question. Selon les informations de Rue89 Lyon et France Info, le parquet de Lyon a ouvert fin février une enquête préliminaire pour "détournement de fonds publics" à l'encontre du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

 En cause, une rencontre de soutien au candidat de la droite à l'élection présidentielle, assortie d'un appel aux dons, organisée à Shanghaï mi-février. Laurent Wauquiez a reconnu y avoir participé tout en assurant via son cabinet que "pas un euro d'argent public n'a été dépensé pour cette rencontre". Ce que contestent plusieurs élus d'opposition, dont l'un a décidé de porter plainte.

  Cité par Le Dauphiné Libéré, l'élu grenoblois Stéphane Gemmani soupçonne que la région Auvergne-Rhône-Alpes ait pu financer la réunion publique, tenue "dans les locaux-mêmes de l'hôtel où il [Laurent Wauquiez, ndlr] était logé avec des deniers publics". A Rue89 Lyon, il dénonce un "mélange des genres entre l'intérêt général de la Région [...] et les intérêts particuliers et partisans de la campagne du candidat Fillon".

 Toujours selon Rue89 Lyon, l'affaire pourrait être classée dans les prochaines semaines. En attendant, Laurent Wauquiez aurait montré "un très grand agacement", notamment après la visite d'officiers de la police judiciaire au Conseil régional afin de récupérer des documents.

"Nous sommes complètement transparents avec les autorités demandeuses et répondons à tout", fait savoir son entourage.

 

AFP

La CFDT détrône la CGT et devient le premier syndicat national dans le privé

   Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, a annoncé que la centrale avait été détrôné par la CFDT dans le privé. La direction générale du travail a convoqué aujourd'hui les cinq principaux syndicats, elle leur a annoncé les résultats de leur représentativité.

 La CGT n'est pas parvenue à rester le premier syndicat au niveau national, la CFDT l'a détrônée. Il y a un an déjà, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, avait évoqué le risque que son organisation ne soit «plus le premier syndicat en 2017». Il accuse aujourd'hui le coup: «Sur le privé, la CGT passe deuxième organisation syndicale avec 24,86% et la CFDT fait 26,38%», a-t-il dit, avant l'annonce des résultats officiels par la direction générale du travail. Toutefois, il a rappelé que son syndicat demeurait la première organisation dans les TPE (moins de 11 salariés) et dans le secteur public. «Quand on prend le public et le privé, la CGT reste la première organisation syndicale», a-t-il dit.

 

Centimes additionnels : le Conseil d'Etat rejette le pourvoi du Pays

LPpolynésie première

Mauvaise nouvelle pour la CCISM. Ce vendredi, le Conseil d'Etat a rejeté son pourvoi contre les centimes additionnels. Ce sont des taxes payées par les patentés à la Chambre de Commerce. Un manque à gagner qui pourrait s'élever à plus de 400 millions de Envoyer

Mauvaise nouvelle pour la CCISM. Aujourd'hui, le Conseil d'Etat a rejeté son pourvoi contre les centimes additionnels.
Ce sont des taxes payées par les patentés à la CCISM. Le 8 juillet dernier, DB Tahiti avait obtenu de la cour administrative d'apple de Paris, une exonération des sommes payées entre 2009 et 2011. Les juges avaient estimé que la Commission Permanente n'était pas compétente pour instaurer cette taxe.Le Pays avait donc demandé au Conseil d'Etat d'annuler cet arrêt.
Mais ce matin, la plus haute juridiction administrative a estimé que les moyens soulevés par le Pays ne permettaient pas d'admettre son pourvoi. Cette décision ne concerne que la société détenue à l'époque par la représentante RMA, Virginie Bruant.Mais, elle pourrait inspirer d'autres patentés pour demander un remboursement.
Et là les compteurs risquent de s'affoler. Il faut savoir que les centimes additionnels rapportent au minimum plus de 400 millions de francs par an à la Chambre de commerce, d’Industrie, des Services et des Métiers.
 

 

Jeudi 30 mars 2017

Guyane :- Moins d'une demi-heure après le début de la rencontre avec les ministres de l'Intérieur et de l'Outre-mer, le collectif de Guyanais est sorti de la préfecture de Cayenne en déclarant que «ça ne pouvait pas se passer comme ça».  la vingtaine de négociateurs issus de la société civile guyanaise sont sortis de la préfecture, où les discussions se tenaient, moins d'une demi-heure à peine après y être entrés.

 

 

 

 

Editorial

De l'anti Polony...

Dire comme Polony que le mensonge et la trahison sont l'ADN des socialistes est injuste et excessif. Les socialistes, et je ne fais pas partie de la confrérie, on le sait, ne sont pas différents des autres mouvements  politiques. Loin de là ! Il y a ceux qui vivent dans l'ombre. Ce sont les plus dangereux et ceux qui chevauchent les évènements. Mais certains ne veulent pas mourir. Vouloir sauver Fillon à tout prix est tout aussi ridicule. Ce n'est pas Hollande qui a fait fuiter l'écheveau sur le travail fictif de Pénélope à l'Assemblée nationale doublé d'un salaire mirobolant pour faire la tambouille de son mari, mais un petit futé de l'auguste Maison ayant des amis dans un certain "canard" sûr de son scoop et pour cause.

 Par ailleurs je ne vois pas comment l'affaire Fillon aurait le pouvoir de faire taire les électeurs de droite. Ce qui est excessif est nul. Quand à la presse française contrairement à ce qu'écrit Natacha Polony, amazone furieuse lancée  sur ses grands chevaux, dans la défense de François Fillon, non elle n'est pas tenue par l'Elysée malgré une défiscalisation de 25% de son salaire et sait garder sa liberté de penser et d'écrire, malgré les grands noms de la Finance qui eux subventionnent largement Emmanuel Macron. J'accorde plus de crédit à mes confrères parisiens qui ont assez de bouteille dans le métier pour ne pas écrire les balivernes que l'on peut leur souffler à l'oreille.

Polony, en vérité se fait plaisir. Elle a de la chance dans ce magma de vérités et de mensonges, dont même Macron supporte les dommages collatéraux, d'aller aussi loin dans ses analyses qui parfois relèvent du roman ou de "l'imprécation". Je l'envie car je me retrouverais vite fait accusée de tous les maux, alors que les "mots" je les pèse et les repèse.

Croyez-vous que  savoir "l'acteur" doué certes, soutenu par Rothschild, Bolloré, Bergé, Drahi, Soro et beaucoup d'autres dont nous avons donné les noms il y a peu, peuvent faire trébucher dans l'électorat le jeune homme bien formaté et largement soutenu par les nombreux sponsors en question ? Pas du tout, l'opinion publique se fiche de savoir comment il est arrivé là, de son immaturité, enlevez-lui ceux qui le cornaquent et sont à la manœuvre, et il redeviendra "monsieur tout le monde  simplement plus jeune que les autres, les anciens du bocal, mais pantin à la solde de la finance dont l'intérêt est de le voir succéder à Hollande. Comme disait Napoléon : "on gagne et on voit."

 Reste que tous les ralliements d'une gauche qui perd son vernis, plombe EM aussi surement qu'une bombe anti-personnelle, tant les électeurs ne veulent plus entendre parler d'un acte II du pouvoir hollandiste moribond. Il le sait. Il le craint et le dernier avatar, Manuel Valls lynché par toute la presse et l'opinion dans les salves au curare du PS, risque fort de faire exploser cette bombe. Trop de ralliements, n'importe comment, tue les ralliements. Le risque est de voir le parti tout neuf de Macron, qui en a conscience, il n'est pas stupide, devenir un ramassis de rats affolés pour se réfugier aux côtés du "maitre des horloges" au point de les dérégler, trop remontées.

Quant à la défense maladroite de François Fillon victime supposée de deux cabinets noirs, le politique et les magistrats, elle ne tient pas quand on sait qu'il n'a pas mis le doigt mais toute la main dans le pot de confiture.  Est-ce- "l'attaque camouflée de l'authenticité d'une démocratie politique" ou le juste boomerang sur la tête d'un homme  au goût  trop prononcé voire maladif de l'argent et du pouvoir. C'est cette furieuse envie qui le pousse en avant droit dans ses beaux costumes ( les anciens). Personne ne pourra le faire se retirer de la compétition. Personne d'ailleurs n'y pense devant l'âpreté qu'il met à faire une campagne qu'aucun élément à charge n'est venu faire capoter tant la certitude qu'il l'emportera le 23 avril et le 7 mai lui est chevillée au corps. Et ce, au point de réfléchir à la manière dont il gouvernera avec ses amis et son opposition dont Manuel Valls, qu'il a toujours apprécié. Un scoop !!!!!

Pourtant, l'avatar, le traitre, aujourd'hui c'est bien l'ex premier ministre. Il n'a pas voulu se retrouver en slip et se noyer en soutenant comme promis, Benoit Hamon, l'ultime prisonnier de la névrose actuelle et a laissé le malheureux sans fronde et sans bouée de sauvetage . L'aurait-elle sauvé cette bouée  d'un dénouement tragique? Pas sûr du tout. Mais tout de même... En revanche, ce qui est sûr c'est que Valls aura sa vie entière et en sautoir, sa médaille de félon autour du cou. Comme d'autres Brutus, ailleurs, avant lui, dans la stratégie du forcené Mélenchon, celle du "casse noix".

Oui en vérité on vit une époque formidable !

 

-

Polynésie :

Le Rotary Club Papeete TAHITI va procéder Mercredi 5 Avril 2017 à 11h dans les locaux de POLYBOIS Tipaerui Papeete TAHITI (Derrière le Magasin MCM) à la remise officielle d’un chèque de 1 600 000 Xpf à 4 Familles de Tahiti sinistrées lors des dernières inondations afin de les aider à reconstruire leurs Fare.

Cette cérémonie se fera en présence des responsables des sevices sociaux du Territoire, des 4 Familles sinistrées, des 4 Entreprises (ACE, POLYBOIS, SOCIMAT et GUILLOUX), du représentant du Rotary Club de Caen FRANCE et des membres du Rotary Club Papeete TAHITI.

Le but de cette action, comme les 3 précédentes actions, est de venir en aide aux sinistrés des dernières inondations en Polynésie.

Un Grand Merci à ACE, POLYBOIS, SOCIMAT et GUILLOUX pour leurs généreuses contributions dans cette action !
Un Grand Merci aussi au Rotary Club de Caen FRANCE pour sa généreuse contribution dans cette action !


V
euillez nous contacter au N° de téléphone ci dessous pour plus d’information.

Merci de nous aider à médiatiser cette action pour le bien de Tous.
Bien Cordialement.

Mr Mehdi M MECHHOURE

Président Rotary Club Papeete Tahiti 2016 - 2017

tel :
Tel : +689 40 42 90 11   Tel : +689 40 56 31 37


 

 

Une prise en charge inéquitable des sinistres au détriment des associations

 

Le Conseil Economique Social et Culturel a rendu ce matin un avis circonstancié au projet de loi du pays instituant un dispositif d’aides à l’équipement des petites entreprises (AEPE) et à la création et à la revitalisation des commerces de proximité et des restaurants (ACPR).

La Fédération des Associations de Parents d’Elèves de l’Enseignement Public (FAPEEP) ne souscrit pas à cet avis et s’y est opposée.

Elle estime en effet que les dispositions spécifiques aux aides versées en cas de sinistres dus à une catastrophe naturelle ne vise qu’une partie des personnes (morales ou physiques) victimes de ces calamités et exclut de ce fait bon nombre de sinistrés et notamment les associations Loi 1901, en l’occurrence les associations de parents d’élèves (APE) exerçant une mission de service public.

Suite aux dernières intempéries, plusieurs de ces associations en charge de la cantine scolaire, bon nombre de coopératives d’écoles ont été confrontées à des dépenses totalement inattendues, pour palier aux conséquences des sinistres : renouvellement de matériels d’école détruits, remplacement d’équipements électriques de cuisine inondés…)

Le montant de ces dépenses supportées par les APE s’élèvent pour plus de 2 millions de francs, dans certaines écoles (ex : APE To’ata). Comment surmonter ces dépenses imprévues, qui ne sont pas prises en charge par les assurances et qui peuvent créer un déficit budgétaire ? Faut-il encore en appeler à la solidarité des parents, alors que leur enfant est inscrit dans une école publique ?

Or, ces associations assument au quotidien une mission de service publique et en tant qu’employeur, répondent aux mêmes obligations sociales que n’importe quelle autre entreprise bénéficiaire de ces nouvelles mesures d’aides.

La fédération considère donc cette loi inéquitable, puisqu’elle ne prend pas en compte la situation de tous les sinistrés, alors que sur le principe, cette loi a la volonté de reconstruire l’outil de travail, participer au réinvestissement du matériel dégradé, suite à des catastrophes naturelles.

La fédération forme donc le vœu qu’une loi distincte et spécifique soit présentée, afin de rendre éligible aux aides l’ensemble des personnes physiques ou morales sinistrées dans le cadre de catastrophes naturelles et qu’elles ne soient pas restrictives aux seules entreprises répondant aux conditions d’accès de la présente loi du Pays.  Tepuanui Snow

 

 

Du 22 au 28 mars derniers, la directrice des affaires sociales, Christiane Ah-Scha, et la conseillère technique en charge de la solidarité, Tumata Helme, toutes deux membres du Copil Famille, se sont rendues aux îles Marquises dans le cadre d’une mission d’identification des problématiques principales des familles de cet archipel.

 Cette mission a fait l’objet d’un compte-rendu, mercredi après-midi, au ministre en charge de la famille, Jacques Raynal, ainsi qu’au Copil Famille.

 La directrice des Affaires sociales et la conseillère du ministre se sont rendues à Hiva Oa, Nuku Hiva et Ua Pou où ont été organisées des réunions avec les services de l’administration territoriale et communale et également avec les associations et confessions religieuses.

 A l’occasion de ces rencontres, les représentantes du ministre ont pu présenter le plan d’orientation stratégique pour la mise en œuvre d’une politique publique de la famille, adopté par l’Assemblée de Polynésie française en octobre 2016, puis animer des débats sur ce sujet.

 Il ressort de ce déplacement que ce plan d’orientation stratégique nécessite une adaptation aux spécificités des archipels, où les préoccupations diffèrent d’île en île. Aussi, il a été question d’identifier au sein de chaque île des référents du comité de pilotage de la famille qui seront de véritables relais pour l’adaptation du plan d’orientation stratégique famille au contexte des îles et à sa mise en œuvre.

 

 Dans le cadre du plan de relance et de dynamisation de l’économie du Gouvernement de la Polynésie française, une commission consultative des dispositifs d’aide à l’équipement des petites entreprises et d’aide aux commerces de proximité et restaurants, entrés en vigueur en septembre dernier, s’est tenue, mercredi après-midi, à la Vice-Présidence.

 

Mercredi 29 mars 2017

 

La Guyane est-elle une île ?  Macron devra revoir aussi sa géographie.

 

 Allez voir cette video sur Macron et comment se plient de rire les autres candidats...

https://m.youtube.com/watch?v=65XaWXbVO80
 

"Cabinet noir" : Hortefeux rappelle que Fillon souhaitait s'en servir contre Sarkozy

Rien ne s'oublie en politique, du coup au lendemain des lourdes accusations lancées par François Fillon à l'adresse de l'Élysée et de son supposé "cabinet noir", Brice Hortefeux, ex-ministre sarkozyste a exhumé une anecdote embarrassante pour le candidat Les Républicains.

Jeudi 23 mars, sur le plateau de L'Émission politique rappelle-t-il, François Fillon a affirmé que François Hollande animait un "cabinet noir" au sein de l'Élysée en instrumentalisant les écoutes téléphoniques émanant des services de
renseignements à des fins politiques. Un système illégal, qualifié par le candidat Les Républicains de "scandale d'État" et dont il aurait été victime dans l'affaire des emplois fictifs de sa femme Penelope. Rien de commun avec l'ampleur des écoutes de François Mitterrand cependant.

À la suite de la déclaration de François Fillon, Brice Hortefeux, proche de Nicolas Sarkozy, aurait lancé ironiquement  : "Fillon est certainement sincère. Il croit tellement à ce cabinet noir qu'il est allé voir Jouyet pour lui demander d'accélérer les procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy", aurait-il ainsi lancé ironiquement comme rapporte le Canard Enchaîné dans son édition de mercredi 29 mars et le Huffington Post. Un "souvenir" qui met encore un peu plus à mal la stratégie du candidat, acculé par sa mise en examen et les défections de son camp.

Le 24 juin 2014, François Fillon, en effet, avait déjeuné avec le secrétaire général de l'Élysée, Jean-Pierre Jouyet qui était le numéro 2 de l'Élysée, pour lui demander d'activer ce cabinet noir. Tous les coups sont permis en politique y compris visiblement ceux de ses amis ! La Polynésie connait cela aussi...

Additif : Valls compromet son avenir politique  en rejoignant Macron qui ne l'accepte que du bout des lèvres. Du côté de sa famille socialiste il apparait comme un traitre à toutes ses promesses et notamment à celle de Benoit Hamon. Côté Macron qui craint d'être apparenté à la gauche avec tout un tas de personnalités du PS venues se mettre à l'abri,  et extrêmement peu de droite, à part de vieux croutons, c'est presque de la consternation qu'apporte Manuel Valls qui va perdre de sa superbe à gauche comme à droite.

 

Macron ne veut plus des ralliements socialistes qui plombent son élection

Les nombreux ralliements des pontifes de la gauche plombent en effet la campagne macroniste car les Français ne souhaitent pas avoir un nouveau un gouvernement Hollande déguisé en Macron .Interrogé pendant ce temps par Europe 1, Emmanuel Macron a remercié M. Valls de son soutien, mais il a insisté sur le « renouvellement des visages », des « méthodes » et sur sa volonté de « tourner la page des cinq dernières années ». Autrement dit : "t'es pas le bienvenu"!

 

 

Tiens, tiens...il savait !

Lors de L’Emission politique du 24 mars consacrée à François Fillon, l’échange entre le candidat des Républicains et la romancière Christine Angot a suscité de nombreuses réactions. Mais selon des informations du Canard enchaîné, paru ce mercredi, la romancière n’était pas tout à fait « une invitée surprise ».

François Fillon aurait aussi « ses services de renseignements »

Visiblement, François Fillon était au courant que l’invité « surprise » serait la romancière Christine Angot, selon ses propres sources : « Je savais qu’elle serait là. Je ne devrais pas le dire, mais quelqu’un m’avait prévenu. Moi aussi, j’ai mes services de renseignement !”
aurait-il ironisé en marge d’un déplacement dans une cidrerie au Pays Basque, le 25 mars dernier.

Une information qui lui aurait permis de faire ses recherches et de répondre à Christine Angot : « On est tous les deux mis en examen, madame […] moi aussi, je dis la vérité », avait-il répliqué à la romancière, mise en examen en avril 2016 pour diffamation.

 

A peine froid Edouard Fritch a annoncé qui remplaçait Bruno Barillot
 

Le président Edouard Fritch a annoncé lundi  dans son discours à l'enterrement du malheureux que la question de la relève de Bruno Barrillot à la tête de la Délégation au suivi des conséquences des essais nucléaires (DSCEN) était « réglée ». En effet, selon Polynésie première, Yolande Vernaudon serait pressentie pour prendre la succession de Bruno Barrillot. Problème, plusieurs voix s’élèvent contre ce choix parmi lesquelles celle du président de Moruroa e Tatou, Roland Oldham, et du membre Conseil d’orientation sur le suivi des conséquences des essais nucléaires (COSCEN), Patrick Galenon.


 

Brigitte Bardot

"Je ne me suis pas battue contre l’Algérie française pour accepter une France algérienne. Je ne touche pas à la culture, à l’identité et aux coutumes des autres. Qu’on ne touche pas aux miennes."

 Brigitte Bardot : extrait de son interview à Valeurs actuelles dans laquelle elle dit préférer Marine le Pen. aux autres candidats avec un petit faible pour Français Fillon.

 

Pauvre Benoit... Il est trahi de tous les côtés. Napoléon avait la main sur l'estomac dont il souffrait et Benoit a la main sur le cœur  qui lui fait mal....

 

 C'est la photo qui fait la Une de la presse britannique ce 29 mars. La Première ministre Theresa May est penchée sur le décret qui déclenche le Brexit. On la retrouve en Une du Times, du Daily Express, du Daily Mirror, Metro, Daily Mail, etc.

 Ce genre de mise en scène est rare dans la vie politique britannique, et tout a été étudié pour en souligner le caractère historique. On doit ce cliché du 28 mars au photographe Christopher Furlong, de l'agence Reuters. Le cadrage initial est moins serré que celui retenu par la presse anglaise.

 La Grande Bretagne entre pour deux ans de négociations avec les 27.

 

 Nuihau Laurey remplace Marcel Tuihani à la Socredo

La CCBF a examiné mardi matin le projet d'arrêté en Conseil des ministres portant désignation des représentants de la Polynésie française de la banque Socredo. La proposition a reçu un avis favorable de la majorité des votes des membres de la commission et sera présentée en Conseil des ministres selon la procédure réglementaire.

Le Gouvernement souhaite toutefois préciser que son choix de remplacer le Président de l'Assemblée de la Polynésie française par le représentant, Nuihau Laurey, s'explique par le fait que, en sa qualité de porteur des parts du Pays depuis l'exercice 2013, Monsieur Laurey connait parfaitement les dossiers et projets portés par la Socredo, pour les avoir constitués et défendus avec la direction de l'établissement devant son conseil d'administration depuis près de 4 ans maintenant. A ce titre, son expérience et sa connaissance des sujets de la banque sont autant d'atouts pour le Gouvernement pour poursuivre et amplifier la stratégie de développement de la société au bénéfice de la Polynésie et des Polynésiens.

Le Gouvernement a donc en toute légitimité fait le choix de la compétence et de la cohérence avec cette décision de nomination.

ndlr : "Et la politesse bordel !" Même pas un petit courrier pour annoncer son remplacement à Marcel Tuihani balayé d'un coup de coude méprisant. Par ailleurs veut-il dire que Marcel Tuihani n'est ni compétent ni cohérent ? Sympa !

 

Le débat local hier soir sur Première portant sur le programme des candidats en dehors de celui de Marine Le Pen et d'Eric Minardi, cela dit sans favoritisme, le mieux documenté,  nous a laissé sur notre faim. Il a surtout été question de l'argent que l'Etat devra payer à la Polynésie. Le rapport à l'argent de la part des Polynésiens est aussi vif que celui de Fillon. Jean Christophe Bouissou, très pontifiant, a insisté sur le fait que les 18 milliards de la Dotation globale était de l'histoire ancienne puisqu'elle a été régularisée. Ah bon ? Et que les projets d'investissement de la Polynésie était à Bercy. Ah bon ? Quant à Jacki Bryant il devrait apprendre à garder son calme depuis le temps et aurait du nous expliquer le programme de  son candidat pour la Polynésie. ..Nada ! J'ai oublié Mara, incohérente mais très contente d'elle ! Et Garber, l'anti- Macron...ah il était là ?  Pour qui allez-vous voter en votre âme et conscience ?

 

Courrier :

Affligeant ce débat sur la Présidentielle hier soir sur Polynésie 1ère et, ce n’est pas de la faute de la chaine, bien au contraire.
Cacophonie monstre, encore une guéguerre d’ego, on a bien cru que les journalistes n’allaient pas pouvoir ramener le calme sur le plateau.

- Jacky Bryant (Hamon) : fidèle à son habitude, tout énervé - comme un Joe Dalton - qu’il en oublie le fond du débat et qui remet sur le tapis ses faits de guerre (1985) comme le héros de la « résistance Maohi ».
- Buissou (Fillon) : égal à lui-même, souple sur les pattes arrières, pontifiant et moralisant comme un père jésuite.
- Minardi (Le Pen) : le moins mauvais qui a au moins le mérite de bien connaître le programme de sa candidate pour la PF.
- Garbet (Macron) : on ne peut pas dire qu’il ait « crevé » le petit écran par son charisme et sa dialectique, grands moments de solitude, réponses à côté de la plaque, voire silences.
- Mara (Mélanchon) : absente, avachie sur la table, réponses incohérentes et à l’emporte pièce, programme zéro, tout et son n’importe quoi. J’espère qu’une bonne âme enverra le replay à Mélenchon, il va être content d’un soutien pareil !!!

Les journalistes de la 1ère ont fait de leur mieux, mais leurs sourires « amusés » aux réponses (ou non) de certains invités laissent un tant soit peu perplexes quant à la crédibilité de ces derniers à soutenir leur candidat et aux citoyens que nous sommes d’aller voter plutôt pour l’un ou l’autre…

Cld


 

Rénovation urbaine : c'est pas du luxe ! 

         Lors de l’élaboration du Contrat de Ville 2016-2020 de l’agglomération de Papeete, une démarche de rénovation urbaine a été initiée par les partenaires du syndicat mixte en charge de la politique de la ville : l’État, le Pays et les communes. Une première mission de l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine, en mars 2015, a mis en avant l’opportunité de telles démarches pour répondre à l’acuité des situations urbaines des quartiers de l’agglomération.

Les projets de rénovation urbaine (PRU) ont en effet pour objectif de répondre aux dysfonctionnements urbains les plus sensibles par la mise en œuvre d’un programme d’actions coordonnées traitant simultanément des questions de cohésion sociale, de développement économique et d’emploi, de cadre de vie et de renouvellement urbain. Ils s’appuient en premier lieu sur un diagnostic partagé et un projet de développement stratégique et durable des sites à moyen - long terme.

ndlr : L'achat d'une brosse et du savon pour nettoyer les escaliers du parking de la mairie de Papeete est sans doute trop lourd pour le budget municipal !

 

A propos des sondages


Sondage du « Financial Time »

Ce journal anglophone qui fait référence dans le monde a titré : « Macron a manqué son moment dans le débat français », ce qui confirme en quelques mots les résultats précédents qui ne le donnent pas dans les premiers

Sondage Filteris. Com

Cet organisme canadien avait prédit l’élection de Trump, le Brexit et l’élection de Fillon un mois avant la primaire. Pour le 22 mars, il donnait :

Le Pen = 25.89 – Macron = 22.77 - Fillon = 22.67 - Mélenchon = 15.31 – Hamon =9.42 (?)

 

L'écart vraiment très important entre les résultats du sondage ELABE et les quatre sourcesindépendantes évoquées ci-dessus amènent à penser qu'il n'y a pas erreur, mais falsification des résultats et que ce sont des résultats falsifiés à dessein par ELABE qui sont colportés par les médias.
Les électeurs sont donc victimes d'une véritable escroquerie en bande organisée par ELABE/BFMTV/Le Monde, au profit du candidat Macron.


Le «système» qui connaît parfaitement les vrais résultats et les limites du candidat Macron,
commence à paniquer et n'aura pas d'autre choix que de réactiver le harcèlement médiatique et judiciaire pour tenter d'éliminer le candidat FILLON avant le 23 avril.

Il est donc fort probable que le Canard Déplumé va donc se déchaîner à nouveau, le PNF va se «saisir» à nouveau en urgence, les médias vont poursuivre le lynchage jusqu'au dernier jour.

 

!!!!!

La ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, a rencontré mardi, Richard Crawford, directeur principal du développement de Marriott International pour la zone Australie, Nouvelle-Zélande et Pacifique Sud ainsi que Harris Chan, vice-président des opérations de Marriott International pour Hawaii et la Polynésie française.Un Marriott à Tahiti ?

 

Extrait du conseil des ministres

Le Conseil des ministres a donc  décidé de nommer le Vice-Président, ministre de l’économie et des finances, en charge des grands projets d’investissement et des réformes économiques, en qualité de représentant titulaire de la Polynésie française au conseil de surveillance de l’Institut de l’émission d’outre-mer. La ministre du Tourisme, des transports internationaux, en charge des relations avec les institutions, est nommée en qualité de représentante suppléante.

ndlr : Où sont les grands projets d'investissement dans un titre si pompeux ?

Par ailleurs on sait bien que c'est le conseil des ministres qui décident des infos données dans le compte rendu du conseil des ministres.

 

Le Conseil des ministres a donc décidé de maintenir stables les prix de vente des hydrocarbures pour le mois d’avril 2017, et garde une vigilance sur les prix d’approvisionnement en hydrocarbures sur les marchés internationaux dont l’évolution reste très instable.

 

Il y a les DHV puis les PADD pour arriver aux PGA afin d'obtenir les PRU!

 

 -Le recul momentané de la croisière freine l'essor continu de l'hébergement terrestre

 Le quatrième trimestre de l’année 2016 a été marqué par une contraction de la fréquentation touristique. 46.652 touristes ont atterri à l’aéroport de Tahiti sur les 3 derniers mois de l’année, soit une fréquentation touristique en baisse de 2 % par rapport à la même période en 2015. Alors que le nombre de touristes en hébergement terrestre progressait de 1,3 %, la fréquentation en hébergement flottant se contractait quant à elle de 16 %. Cette tendance se poursuit en ce début d’année 2017. Le nombre de touristes en hébergement flottant baisse de 30,6 % en janvier, tandis que la fréquentation dans l’hébergement terrestre progresse de 6,2 %.

-2017, une année tendue sous surveillance

 

Nucléaire:

L'annulation du risque négligeable donne au Membres du CIVEN un sentiment d'inutilité. A leurs yeux, à tort ou à raison, une simple cellule administrative suffirait à déterminer le droit à indemnisation (Lieu et maladie) et qu'actuellement :

1- Le CIVEN est maintenu pour liquider les indemnisations décidées selon l’ancienne procédure
2- Pas de traitement de nouveau dossier ni d’anciens jusqu’à nouvel ordre
3- nous constatons le maintien du CIVEN dans la loi et la disparition de sa fonction dans l’abolition de l’article 4
4- ne sont traités par le CIVEN que les demandes d'indemnisations ordonnées par la justice

Donc plus rien jusqu’à 2018 au moins

Nous espérons une réponse rapide de Madame La Ministre de la Santé Présidente de la commission consultative pour fixer la prochaine réunion de la 7è commission de suivi .

Par ailleurs Le nouveau Président du CIVEN M. Alain CHRISTNACHT, Conseiller d’Etat, en déplacement en Polynésie nous a fixé une rencontre avec lui le 04 avril 2017 à 09h30 au Haut-Commissariat pour TAMARII MORUROA et devra également rencontrés les autres associations.


Yannick LOWGREEN
Président Tamarii Moruroa

Tel 87773550

 

 

 

Mardi 28 mars 2017

Question

Le Président Edouard Fritch, accompagné de la ministre de l’Education, Nicole Sanquer,  du ministre de l’Equipement, Luc Faatau, et de la sénatrice, Lana Tetuanui, a effectué une tournée gouvernementale à Tubuai, en fin de semaine dernière. Toutes ces tournées à la veille des législatives sur les deniers publics sont-elles légitimes ?

 

 

Fritch a lui aussi son cabinet noir, il apprécie tellement François Hollande !

 

10h35 : Pénélope Fillon, à son tour, vient d'être mis en examen pour recel de détournement de fonds publics et recel d'escroquerie aggravée. Fichtre !

 

 

Au dernier sondage 40% des Français disent voter blanc

Editorial

En Marche, un parti de vieux perdants et retraités de la politique qui espèrent une nouvelle vie !

Grosse erreur de Macron qui manque de culture... géographique. Il aurait au moins pu se renseigner avant de se rendre sur place !

Interrogé dimanche sur la situation en Guyane, alors qu'il quittait La Réunion après deux jours de campagne électorale, Emmanuel Macron a commis une erreur très commentée sur les réseaux sociaux. Voici ce qu'il a dit :

 Ce qu'il se passe en Guyane depuis plusieurs jours est grave. C'est grave en raison des débordements. Mon premier mot est celui d'un appel au calme parce que bloquer les pistes d'un aéroport, bloquer les décollages, et parfois même bloquer le fonctionnement de l'île ne peut être une réponse apportée à la situation."

Le hic c'est que la Guyane n'est pas une île. Elle se situe en Amérique du sud coincée entre le Surinam au nord et le Brésil au sud. Et si jamais il était élu grâce à son panier de crabes, il aurait l'air malin de sortir de telles âneries qui deviendraient à son niveau, des fautes graves et sujet à moquerie internationale. Entre l'art qui, avait-il dit n'existe pas en France et des bourdes aussi lourdes que prendre un continent pour une île,  plus le colonialisme un crime, Macron président, ça donne à réfléchir !

Alors que nous nous réjouissions du deuxième débat ce soir et du troisième le 20 avril, ce dernier, et sans doute le plus important, semble bien  compromis par Jean Luc Mélenchon qui préfère que ce débat ait lieu avant le 20 avril . France 2 ne veut pas passer sous les fourches caudines des candidats à humeur et maintient les dates. Mais voilà que Macron décline aussi ! Quel duo de chochottes tout de même !

Quant aux ralliements de droite à Macron, très peu, ce  ne sont pas des loosers comme Dominique Perben ou Douste Blazy,deux perdants de la politique d'antan, qui vont lui ramener des voix. En fait, si on fait un décompte, En Marche, est un parti de vieux routiers en mal de reconnaissance politique avec un jeune chef assez timoré qui semble vouloir conduire non pas une révolution économique mais la même, dont justement les Français ne veulent plus . CQFD

 

 

François Asselineau/Marine Le Pen même combat au fond avec l'objectif de sortir la France de l'Union européenne.

53% des Français estiment qu'ils devraient être consultés dans le cadre d'un référendum similaire sur le maintien du pays dans l'UE, a-t-on appris d'un sondage paru en février dernier. Plusieurs partis, tant de droite (FN, Debout la France) que de gauche (Front de Gauche), préconisent pour le moins une sortie de la zone euro. Marine Le Pen, elle, va plus loin et prône une sortie complète de l'UE et un référendum.

 

 

Condoléances de l' ASSOCIATION TAMARII MORUROA

 

L’associations Tamarii Moruroa adressons  nos sincères condoléances à la Famille de BRUNO BARILLOT qui va nous manquer car effectivement nous n’étions pas toujours en phase sur certains  sujets traité mais nous nous respectons mutuellement malgré certains accrochage que nous avions eu.

En effet Bruno tu avais réussi à rassembler les associations lors des diverses réunion que tu programmais et animais au sein de la délégation car depuis ton retour à ce poste tu avais change ta méthode de travail en essayant de rester neutre dans ta fonction que tu exerçais.

Tu avais prévu   nous réunir le 02 mars 2017  avec les autres association car tu étais autant inquiet que nous  sur la suppression du « risque négligeable » de la loi Morin qui était notre combat  mais qu’ il reste bien des questions et propositions à faire pour l’application de la nouvelle loi surtout sur l’intrigant amendement déposé par la Ministre de l’outre-mer et que nous devons réagir sans tarder avant que l’état nous impose « sa » solution voilà le sujet que tu nous proposais pour cette rencontre, mais que tu as  reporté à une date ultérieure pour raison de santé et au téléphone tu me disais que ce n’était pas trop grave et que dans 2 semaines tout iras bien ce fut notre dernière conversation.

Avant ton décès  nous avons pris la décision avec les  cinq associations représentées au sein de la commission consultative présidé par Madame Marisol Touraine d’envoyer un courrier de demande de convocation de la 7em commission  aux autres membres  pour qu’ils nous suivent dans cette   démarche afin de recevoir des information et répondre à nos questions soulevé par la mise en place de la nouvelle commission EROM.

Tu es parti trop tôt sans savoir que vas nous réserver cet intrigant amendement…

Pour  des raisons familiales je n’ai pas pu me rendre à tes funérailles pour pouvoir te dire cela  mais nous nous associons  à la douleur de ta famille et de tes amis et tenons à leur exprimer nos sincères condoléances et notre compassion dans cette épreuve.

 Yannick LOWGREEN Président Tamarii Moruroa

 

Rencontre du Vice-président avec un investisseur néo-zélandais


Le Vice-président  a reçu lundi, à la Vice-présidence, Bryan Perring, directeur financier de Tainui Group Holdings et Lelei Lelaulu, conseiller financier et bancaire du groupe à l’international, lesquels étaient accompagnés par Eric Malmezac, consul honoraire de Nouvelle-Zélande en Polynésie française, par Michel Monvoisin, PDG d’Air Tahiti Nui, Manuel Terai de la Délégation aux affaires internationales, européennes et du Pacifique et Marc Collins.

Le groupe souhaite investir dans le tourisme en Polynésie française, dans les îles de Tahiti, Moorea, Bora Bora ou encore Raiatea, notamment dans un but d’établir des échanges sur le long terme avec la Nouvelle-Zélande et de tisser un nouveau lien culturel par le développement économique.

Ce déplacement leur a permis de découvrir les nombreuses possibilités qu’offrent la Polynésie, avec un intérêt majeur pour le site d’Outumaoro, « Le Village Tahitien ».

Cette rencontre avec le Vice-président a permis de présenter les dispositifs de défiscalisation locale permettant la promotion de projets structurants pour le Pays et la nouvelle gouvernance retenue sur le site « Le Village Tahitien. »



Un peu d'humour dans ce monde de fous

Un brave citoyen reçoit un avis d'avoir à payer la redevance télé.

N'ayant pas de téléviseur, il va au centre des impôts pour signaler l'erreur et contester. l'employée lui déclare alors :
- " Certes vous n'avez pas de télé mais nous avons remarqué vos achats d'un smartphone ainsi qu'une tablette, ce sont donc des outils qui pourraient vous permettre de recevoir les images d'où la justification d'une redevance."

- " Fort bien répond le contribuable "donnez-moi alors des allocations familiales."

L'employée :

- " Mais d'après nos dossiers vous n'avez pas d'enfants !"

- " Non, mais j'ai entre les jambes tous les outils qui pourraient me permettre d'en avoir ... "

 

Pas faux n'est-ce-pas ?

 

Lundi 27 mars 2017

Rappelez-vous Tino Rossi chantait et ce fut un succès : Marinella. Sacré Tino,c'était un précurseur, puisque Marine est là !

 

La Guyane dans la panade mais où est donc Christiane Taubira ? ( lire ci-dessous l'intervention du premier ministre Bernard Cazeneuve.)

 

 Editorial

Frustré, il appelle à l'abstention !

Oscar Temaru appelle à l'abstention. Mauvais point pour un homme politique sans doute frustré de n'avoir pas réussi à avoir ses 500 parrainages. Mais il n'est pas gêné d'appeler à voter en revanche pour   ses trois candidats aux législatives. Il est comme Macron et ses 50 nuances de grey. Un coup il est "pour", un autre il est "contre".

 Le plus rigolo c'est la candidature de Tina Cross qui confond, la pauvrette, l'Assemblée de Polynésie, l'ONU et l'Assemblée nationale. Cette dernière  traite des lois "métropolitaines" et non pas de l'indépendance d'un petit Pays jamais cité dans les infos même quand les intempéries le noient sous un torrent de boue et de pluie. Il lui faudrait pour cela disposer d'une caisse de résonnance dans cette auguste hémicycle que le Tavini  n'a pas. Il faut croire que ce parti n'a plus confiance dans l'ONU l'instance reine de son parcours politique pour qu'il y préfère l'Assemblée nationale. Il est vrai que les gâteries financières y sont gouteuses.

La révolution des mentalités devait s'installer dans le pays quand "le machin" avait inscrit la Polynésie dans l'entrefilet d'une inscription des pays non autonomes à décoloniser, à grand tamtam médiatique. Vous allez voir ce que vous allez voir, nous avait-t-on prédit. Et alors ? Dites-nous ce que cela a apporté de plus au Pays ? Les Polynésiens sont-ils plus heureux ? Ont-ils plus d'emplois ?

Cependant, si on reste lucide, force est de constater qu'il nous faudra les champions du Tavini, les deux poids lourds, Moetai Brotherson et Richard Tuheiava pour relever le niveau de l'auguste Assemblée nationale puisque tous deux font avec la même application professionnelle, le ménage électoral, la cuisine politico-électoraliste, la conversation ou les harangues dites et redites sans aucune nouveauté, qui lassent  plutôt que n'intéressent, sauf quand Oscar balance quelques injures croustillantes vis à vis des habitants d'un pays qu'il récuse mais où il envoie ses champions.

Reste le Tahoeraa et son infatigable moteur qui de jour comme de nuit, inlassablement, tourne dans toute la Polynésie, dans une campagne dont il extrait  le jus  pour ses trois candidats  Iriti, Greig et Dubois  depuis des mois en y ajoutant depuis peu le programme de sa candidate pour la Polynésie, Marine Le Pen.

Marine le Pen cette voix laïque où se jouent des accents cléricaux parfois pouvant tour à tour être charme, réticence, suavité et brusquement balafrer d'un coup de griffe ses cibles, entre feutre et rasoir. Elle  se maintient malgré les réticences de ceux qui se refusent à évoluer tout en haut de l'affiche. Un peu plus haut chaque jour.

Et puis n'oublions pas le candidat du Tapura, le plus médiatisé, François Fillon dont on connait le programme : "CDI pour femmes mariées, stages rémunérés pour les enfants, forte ponction sur leurs salaires, costumes haut de gamme, prêts à taux zéros, montres de luxe" le tout assuré d'une couverture médiatique pouvant booster le parti d'Edouard Fritch (sic!)

Le programme de l'ambitieux adolescent Emmanuel Macron lui aussi est intéressant car il apporte chaque jour son lot de nouveautés et de contradictions sur ce qui avait été dit la veille. Pour maintenir l'attention de ses fans sans doute il utilise des concepts inversement proportionnels à ce qu'il a pu dire un jour avec un sourire à la Lecanuet. Mais ce n'est pas gagné. Il le sent. Il s'énerve... Mauvais signe quand la carapace façonnée se fissure.

 

Déclaration de M. Bernard CAZENEUVE , Premier Ministre

Situation en Guyane

Hôtel de Matignon, lundi 27 mars 2017

Seul le prononcé fait foi

La Guyane connaît actuellement une crise sociale d’ampleur. Depuis les premiers jours, je suis personnellement la situation, en lien avec le ministre de l’Intérieur et la ministre des Outre-Mer.

J’ai un attachement profond à ce territoire, que je connais bien et où je me suis rendu à de multiples reprises, y compris comme ministre de l’Intérieur. Je mesure parfaitement les attentes car chaque difficulté que connaît ce territoire de notre République fait l’objet de la plus grande attention du gouvernement que je dirige. Mais mes liens sont suffisamment étroits avec la Guyane et avec les Guyanais et les Guyanaises pour ne pas céder à la démagogie ou à l’électoralisme. Le respect que l’on doit à la Guyane commence par une exigence de vérité et de responsabilité.

Les solutions aux problèmes que connaît la Guyane ne se construiront pas dans le désordre ni hors du cadre républicain. Depuis 2012, les outre-mer n’ont jamais cessé d’être une priorité gouvernementale. Le budget de la mission outre-mer a été augmenté dès 2012 et porté à plus de 2 milliards d’euros par an durant tout le quinquennat. Des lois importantes ont été votée : la loi de régulation économique outre-mer votée en 2012 a permis par exemple une baisse de prix d’environ 12 % sur un panier d’une centaine d’articles de grande consommation. La loi égalité réelle outre-mer portée par Ericka BAREIGTS et publiée le 1er mars dernier, rattrapera les retards pour tendre vers une convergence avec la France Hexagonale.

En matière de sécurité, là aussi, des efforts significatifs ont été faits. Je me suis rendu en Guyane comme ministre de l’Intérieur pour annoncer des renforts importants sur le territoire, notamment la création d’une nouvelle Zone de Sécurité Prioritaire à Saint-Laurent du Maroni. Alors que la précédente majorité avait supprimé plusieurs milliers de postes parmi les forces de sécurité, 563 policiers et 310 gendarmes ont été affectés ou projetés dans les outre-mer en 2016 et 2017. S’agissant plus spécifiquement de la Guyane, 75 gendarmes et policiers supplémentaires y ont été affectés depuis l’année dernière. Depuis 2012, les effectifs y ont augmenté de 12% pour la Gendarmerie et de 10% pour la Police nationale.

Il reste aussi beaucoup à faire pour développer la Guyane. C’était la volonté du Président de la République lorsqu’il a annoncé de conclure un Pacte d’Avenir avec la Guyane. Depuis, Hôtel de Matignon - 57, rue de Varenne 75007 PARIS

l’échange avec les élus guyanais a été constant, et je souhaite pouvoir le signer avec les élus guyanais dans les meilleurs délais.

Face à la crise que nous traversons, mon Gouvernement fait le choix du dialogue et du respect. La ministre des Outre-Mer a dans un premier temps invité l’ensemble des parties à dialoguer avec elle à Paris. Elle a par ailleurs multiplié les contacts avec l’ensemble des acteurs guyanais. Afin d’échanger de manière constructive et apaisée, j’ai décidé d’envoyer en Guyane une mission interministérielle de haut niveau pour enrichir et conclure au plus vite le Pacte pour la Guyane. Cette mission conduite par le préfet Jean-François CORDET, travaille sans relâche. Elle a commencé à rencontrer des personnalités politiques et du monde économique. Une série de réponses concrètes ont déjà pu être préparée : des projets de protocole ont été examinés par la délégation, notamment dans le secteur agricole. Un centre pénitentiaire et un tribunal de grande instance seront construits à Saint-Laurent du Maroni ; un scanner sera déployé à l’aéroport de Cayenne. Le projet de cession du Centre médical de Kourou est suspendu.

Les bases d’une négociation structurée et apaisée doivent être établies avec tous les acteurs du territoire. C’est pourquoi une délégation ministérielle sera sur place avant la fin de la semaine pour conclure ces discussions, si, j’insiste sur ce point, si les conditions du respect et de l’ordre républicain sont réunies. C’est la raison pour laquelle j’appelle une fois encore au dialogue, à la responsabilité et à l’apaisement. Il est crucial que dans ce délai, la mission interministérielle ait pu travailler pour que le déplacement des ministres soit fructueux.

Mesdames et Messieurs, Je le dis aujourd’hui avec force, la Guyane est un territoire de la République française. Et dans la République, chaque citoyen doit pouvoir bénéficier du soutien et de la solidarité de l’Etat. Comme je l’ai fait dans le Pas-de-Calais ou dans la Somme, je veux apporter en Guyane des réponses concrètes et rapides. Aucun des assauts de démagogie que la période électorale favorise, dans un abaissement qui me consterne, ne détournera le gouvernement de sa volonté d’aboutir à des solutions concrètes pour les Guyanaises et les Guyanais. Ces solutions sont aujourd’hui à portée de main : elles supposent de la responsabilité, de la méthode, et un dialogue qui s’intensifie dans les prochains jours, auquel j’appelle l’ensemble des acteurs de ce territoire.

 

  

 

Miss Toulouse 2017 est Polynésienne

Julia Carcassès est une enfant du Pacifique originaire de Polynésie française. La jeune femme vient tout juste de remporter la couronne de Miss Toulouse 2017. La reine de beauté se présentera donc au concours de Miss France 2018, en décembre prochain, aux côtés d'une Polynésienne, la future Miss Tahiti 2017( Polynésie Ière)
La jeune femme est née au fenua en 1998 d'un père tahitien et d'une mère française. A 7 ans, elle déménage en Nouvelle-Calédonie, pour ensuite rejoindre la France quelques années plus tard. C'est à Toulouse qu'elle pose ses valises avec ses parents. Julia obtient un baccalauréat scientifique avant de s'orienter vers des études de médecine. Son ambition : devenir chirurgienne en cardiologie.

 

 

Bruno Barillot est décédé

Cet homme avait des convictions. Il s'est battu sincèrement pour les victimes du nucléaire aussi farouchement qu'il a lutté contre un cancer. Il désirait plus que tout construire un centre de mémoire du nucléaire dans le Pacifique. Un projet qui lui tenait à cœur mais dont il ne verra pas l'aboutissement.  Les gouvernement successifs n'ont pas su concrétiser ce projet. Celui d'aujourd'hui le fera peut-être mais Bruno Barillot ne le verra pas.

C'est une catastrophe", confie le président de Moruroa e tatou, qui avec la mort de John Doom il y a peu, ne cache pas que le décès de Bruno Barrillot est un nouveau un coup dur pour l'association. Bruno Barrillot a souhaité finir ses jours en Polynésie et se faire enterrer au fenua.

 

Oscar Temaru a donné samedi le nom de ses trois candidats aux législatives au cours de son congrès : Moetai Brotherson, Richard Tuheiava et... Tina Cross. Bonne chance !

 

Le clan du bitume contre celui du Pays : chaud, chaud !

Au centre de ce référé que nous a fait parvenir le Tribunal administratif on trouve un clan : Bernard Travaux Polynésie, JL Polynésie, Polynésie goudronnage, Interoute, le tout contre le Pays et l'entreprise Boyer auquel on reproche de ne pas être spécialisée dans le bitumage. Et qui doit trancher ? : le président du TA JY Le Tallec. Il est reproché aux quatre entreprises qui se partagent le marché de ne pas avoir soumissionné dans le liant bitumeux spécifié dans l'appel ( proposé 50-70 alors que le gouvernement demandait du 60-70)donc déja non conforme au souhait du Pays. Bref on passera sur les reproches et les critiques des uns et des autres et le déballage technique, n'étant pas spécialisée dans le goudronnage, nous nous fions à la sagesse et à la compétence du président Le Tallec qui a du se renseigner. Or, celui-ci  a sonné la fin de la partie de bras de fer en tranchant dans les vifs échanges des entreprises d'un coup sec. Et le gagnant est : L'entreprise Boyer.

 Le pays fera donc une économie de 16% sur les prix demandés, Boyer étant le moins disant. Mais ce dernier est dans l'obligation de faire la preuve que son bitumage ne partira pas à la première pluie !

 

 

 


 

Emmanuel Macron, le robot formaté par les puissances d'argent et les grands groupes d'influence prépare son "passage à l'acte" depuis des années. Lisez, c'est confirmé et vous apprendrez quand même que Macron est de tous les hommes politiques et femme politique français, le seul ayant  été pris en mains par les recruteurs , entendez chasseurs de têtes politiques, payés par quelques magnats de l'ombre dont nous avons parlé hier et dont le peuple n'a pas idée de la puissance. Encore moins en Polynésie. Voilà qui peut ouvrir les yeux...

Emmanuel Macron et la French American Foundation
>
 French American Foundation. Il est recruté en tant que Young Leader en 2012  alors que cet organisme cherchait à attirer des membres de la finance.  Emmanuel Macron « est actif au sein de la fondation et recommande des
 candidats comme potentiels Young Leaders ». En septembre 2016, il
 participait à un petit-déjeuner organisé par cet organisme et, lors de
 son voyage à New York en décembre 2016, le candidat d’En Marche  a
 rencontré « une trentaine d’invités de la French American Foundation
 lors d’un petit- déjeuner au Links Club de l’Upper East Side. » Cela semble anodin mais ça ne l'est pas.

 Voici donc les liens qu’a pu tisser Emmanuel Macron et les dirigeants
 de certains médias au sein de de club d’influence :

 • Emmanuel Macron avec Michel Combes, n°1 du groupe SFR (BFM TV, RMC) :
 Cette appartenance à la French American Foundation vient mettre en
 lumière, une nouvelle fois, les liens unissant les dirigeants du
 groupe Alice-SFR (présidé par le milliardaire Patrick Drahi) et
 Emmanuel Macron. En effet, au sein de cette organisation, on y
 retrouve en tant que membre du conseil d’administration, Michel Combes
 (Young Leader depuis 1998), le n°1 de Numericable-SFR et le n°2
 d’Altice (la maison mère de l’opérateur), dont BFMTV et RMC sont les
 fleurons médiatiques.

 • Jean-Luc Allavena, administrateur d’Altice et recruteur de Macron à
 la French American Foundation

 Autre personnalité du groupe SFR que connaît bien Emmanuel Macron,
 l’ancien président de la French American Foundation (2010-2015) et
 actuellement le président d’honneur de cette organisation, Jean-Luc
 Allavena. Car ce recruteur d’Emmanuel Macron, au sein de ce groupe
 d’influence américain fait partie lui aussi, depuis 2014, des sept
 dirigeants d’Altice, en tant qu’administrateur indépendant du groupe.
 Pour l’anecdote, la fiche de présentation de Jean-Luc Allavena
 présente sur le site d’Altice est celle… de la French American Foundation.

 • Yannick Bolloré, le pdg d’Havas, fan de Macron, est à la French
 American Foundation

 Quelques médias ont évoqué la proximité de Yannick Bolloré et
 d’Emmanuel Macron. En effet, le fils de Vincent Bolloré (PDG du groupe
 Bolloré auquel le groupe Canal + appartient), était présent au premier
 meeting du candidat d’En marche ! en juillet 2016 à la Mutualité
 (Paris). « Venu par intérêt personnel » selon Mediapart, le PDG
 d’Havas (le premier groupe publicitaire de France, et le sixième
 mondialement) est lui aussi un habitué de la French American
 Foundation. Il était présent au diner de gala 2016 de ce puissant
 réseau d’influence américain.

 • Arnaud de Puyfontaine, président de la French American Foundation et
 de Vivendi :

 Autre personnalité que côtoie Emmnuel Macron au sein de ce cénacle, le
 président du groupe Vivendi depuis 2014, mastodonte des communications
 internationales, Arnaud de Puyfontainet. Ce proche de Vincent Bolloré
 (actionnaire majoritaire de Vivendi) est désormais le président de la
 French American Foundation depuis 2015.

 • La banque Rothschild

 En 2008, recruté par François Henrot sur recommandation de Jacques
 Attali et de Serge Weinberg, Emmanuel Macron devient banquier
 d’affaires chez Rothschild & Cie. Son recruteur, François Henrot, a la
 double casquette, celle de bras droit de David de Rothschild à la
 banque d’affaires et de membre du conseil d’administration de la
 French-American Foundation. Il s’occupe du poste hautement sensible,
 depuis plusieurs années, de président du jury sélectionnant les 13
 jeunes décideurs français parmi 150 postulants. Même si les
 informations manquent, il est probable que François Henrot a sûrement
 poussé et aidé l’ambitieux Emmanuel Macron a rejoindre la French
 American Foundation.

 En tout cas, la banque Rothschild & Cie est l’une des organisations
 engagées financièrement, et ce depuis plusieurs années, en tant que «
 membres actifs » auprès de la French American Foundation. Le patron de
 la banque, David de Rothschild, lauréat depuis 2008 du « Benjamin
 Franklin Award for Public Diplomacy » du département d’Etat américain,
 assiste quant à lui régulièrement aux cérémonies de la French American
 Foundation.

 

Fillon, l'hallali

Si Edouard Fritch, son gouvernement et son parti le Tapura soutiennent toujours la candidature Fillon, ils se ridiculisent aux yeux de l'opinion.

27.000 euros de montres de luxe. Commençons par les deux montres d’un montant total de 27.000 euros. L’un des généreux donateurs est l’homme d’affaires italo-suisse Pablo Victor Dana. Il est actuellement le gestionnaire d’un fond financier à Dubaï, mais il a auparavant fondé la marque « Instruments et Mesures du Temps (I & MT), liquidé en 2014.

Pour accélérer la notoriété de sa marque, Pablo Dana avait décidé d’en offrir un certain nombre à ses amis et futurs partenaires. Michaël Shumacher et Maradona. C’est l’un des points de défense d’ailleurs de François Fillon à qui on reproche d’avoir accepté ces cadeaux. « Monsieur Dana a offert des montres à plein d’autres personnes que moi », précisait-il vendredi soir à l’AFP.

Le donateur de l’autre montre serait le patron de la marque de luxe suisse Rebellion. Il aurait remis ce cadeau à François Fillon en 2013 en marge d’une rencontre à l’occasion des 24 Heures du Mans, où le patron de Rebellion était présent en tant que dirigeant d’une écurie automobile d’endurance. Un cadeau présenté là encore comme complètement désintéressé.

Une troisième montre ? Les deux montres jusque-là évoquées sont celles que François Fillon a dû mentionner sur sa déclaration de patrimoine, les deux biens ayant une valeur supérieure à 10.000 euros. Mais François Fillon a reçu une troisième montre. Il le précise lui-même sans en déterminer la valeur. Le donateur ? Selon François Fillon, il s’agit d' « Alain Thébault », le navigateur inventeur de l’hydroptère mais aussi des sea bubble, ces voitures volantes qui devraient être expérimentés cet été à Paris.

13.000 euros de costumes. « Un ami m’a offert des costumes en février.
Et alors ? », réagissait François Fillon après les révélations du JDD le 12 mars dernier. L’hebdomadaire révélait que le candidat de la droite s’était vu offert deux costumes de luxe de la boutique Arnys, rue de Sèvres à Paris, pour une valeur totale de 13.000 euros. Ils ont été réglés par chèque les 9 et 10 février dernier, soit moins de quinze jours après la révélation du Penelopegate par Le Canard Enchaîné. Un troisième costume s’ajouterait à la liste mais aurait été réglé en liquide.

Là encore, François Fillon reconnaît les cadeaux, tout en précisant qu’il s’agit d’un cadeau d’un « très vieil ami de plus de vingt ans ».A savoir, l’avocat Robert Bourgi, proche des réseaux de la Françafrique. Là encore, « François Fillon assure qu’il n’y avait pas de contrepartie ».
Mais pour le JDD , les emplettes de François Fillon à la boutique Arnys ne se limiteraient pas à ces deux costumes réglés en février.
Depuis 2012, 35.500 euros de vêtements, sans compter les deux costumes à 13.000 euros, auraient été réglés en liquide pour le compte de François Fillon.

Des vacances chez le PDG de Ferrari. Cette fois-ci, il faut remonter un peu plus loin en arrière. A l’été 2012 et à un accident de scooter sur l’île de Capri qui vaudra à François Fillon, seul sur le deux-roues, une fracture ouverte de la cheville. Le Canard Enchaîné s’était alors penché un peu plus sur les vacances de l’ancien premier ministre en Italie pour découvrir qu’il était l’hôte de Luca Cordero di Montezemolo , le richissime PDG de Ferrari. Ce dernier l’avait invité dans sa maison de vacances, la Villa Caprile, maison pour laquelle Luca di Montezemolo s’est retrouvé au tribunal, en mai 2011, pour y avoir réalisé des travaux illégaux.

 Ndlr : Et patati et patata, cela n'en finit pas !

Au tour de Pénélope

20 minutes

Mardi, à moins d’un changement de dernière minute, Pénélope Fillon se présentera devant les juges d’instruction chargés de statuer sur une éventuelle mise en examen. Comment se justifiera la femme du candidat Les Républicains à la présidentielle? Se contentera-t-elle d’une simple déclaration comme son mari ou utilisera-t-elle le même système de défense que lors de son audition du 30 janvier, dont le JDD se fait l’écho ce dimanche.

Pour rappel, Pénélope Fillon est ciblée par une enquête pour recel de détournement de fonds publics dans le cadre de son emploi présumé fictif d’ assistante parlementaire, recel d ’abus de biens sociaux concernant son travail à la Revue des deux mondes et pour escroquerie aggravée à la suite de la découverte d’un document lors d’une perquisition.

Traitement de courrier

Concernant son emploi d’assistante parlementaire auprès de son mari entre 1998 et 2002, Pénélope Fillon a livré le détail de ses missions.
« Je m’occupais du courrier arrivant à notre domicile, demandes d’administrés, problèmes personnels de gens en difficulté, sollicitations diverses », a-t-elle détaillé. Elle rédigeait aussi des « fiches et des mémos » pour son mari, et le représentait parfois sur le terrain, « notamment dans les événements culturels qui l’intéressaient moins ». Un travail exercé depuis son domicile sarthois, jamais à l’Assemblée nationale. Pour cette fonction, elle recevait un salaire de 3.340 euros par mois.

Elle confirme également avoir travaillé auprès de Marc Joulaud entre
2002 et 2017, le suppléant sarthois de François Fillon. A ses côtés, elle représentait son mari, dont « l'influence » restait « importante » dans la région. A cette époque-là, elle vivait à Paris avec son mari. Quand les enquêteurs lui ont demandé quelles missions elle effectuait pour Marc Joulaud depuis la capitale, Pénélope Fillon ne s'est pas démontée. « Par exemple, j’emmenais le courrier reçu au domicile du week-end pour le traiter à Paris. » Là encore, rappelle le JDD, sans jamais se rendre à l’Assemblée nationale. Et si personne n’a jamais entendu parler de son rôle, c’est à cause de son « souhait de rester dans l ’ombre », notamment « pour des raisons de caractère ».

« Je n’y suis jamais allée »

Deuxième affaire délicate : son emploi à la Revue des deux mondes.
Entre juillet 2012 et novembre 2013, elle est salariée de la Revue à temps plein, pour 3.900 euros net mensuels. Comment justifier ce salaire élevé alors que seules deux notes de lecture ont été publiées, lui demandent les enquêteurs. Pénélope Fillon affirme ne pas avoir eu « de prétentions salariales » et n’avoir jamais abordé la question avec Marc Ladreit de Lacharrière, propriétaire du titre et ami de François Fillon. Elle reconnaît néanmoins avoir « pensé que c’était généreux » lorsqu’elle a appris le montant de son salaire.

Pendant 20 mois, la durée de sa mission, son rôle au sein de la rédaction était de dispenser des conseils « oraux » à Marc Ladreit de Lacharrière. Mais lorsque les enquêteurs lui demandent de décrire les locaux de La revue des deux mondes, Pénélope Fillon en est incapable.
Et pour cause. « Je n’y suis jamais allée », reconnaît-elle. Et de
préciser: « J’ai été déçue de ne pas être plus sollicitée. » En novembre 2013, Pénélope Fillon démissionne de la Revue après avoir rédigé plusieurs notes de lecture dont la majorité n'ont jamais été publiées.

Un brouillon à charge

Le dernier volet de l'enquête visant Pénélope Fillon concerne une déclaration d’heures travaillées trouvée lors de la deuxième perquisition à l’Assemblée nationale en mars 2017. Selon le JDD, au printemps 2012, l’épouse de François Fillon déclarait « 14 heures de travail mensuel » à la Revue des deux mondes, alors qu’elle y exerçait un temps plein. Dans une deuxième fiche, « les enquêteurs ont découvert un brouillon de cette fiche de renseignement dans lequel était inscrit cette fois « 30 heures ». Toutes deux ont été signées de la main de Pénélope Fillon.

A l’issue de son audition de mardi, la femme de François Fillon pourrait être mise en examen, ou être placée sous le statut plus favorable de témoin assisté.



Pendant ce temps la Guyane brûle, les Américains interdisent aux compagnies aériennes de s'en approcher et le ministre de l'Intérieur et des Dom/Tom interviennent dans le message ci-dessous :

Le premier ministre, Bernard Cazeneuve, a réuni ce soir Matthias Fekl, ministre de l’Intérieur et Ericka Bareigts, Ministre des Outre-mer, pour faire le point sur la situation en Guyane et le travail de la mission interministérielle de haut niveau arrivée sur place samedi.

Certains candidats à l'élection présidentielle ou leurs porte-paroles se sont exprimés concernant la crise que connaît la Guyane. L’invective, l’outrance et l’approximation dont ils ont fait preuve contribuent à attiser les désordres qui perturbent la vie de nos concitoyens guyanais. Matthias Fekl et Ericka Bareigts dénoncent fermement une instrumentalisation politique visant à masquer les débats de fond dont la France, les outre-mer en général, et la Guyane en particulier, ont cruellement besoin.

Ces mêmes candidats, qui ne semblent découvrir les outre-mer qu'à l'occasion des campagnes électorales, portent des propositions dangereuses qu'il convient de rappeler comme la modification de la rémunération des fonctionnaires ou de la défiscalisation des aides à l'investissement.

Nous ne saurions tolérer l’instrumentalisation d’une crise sociale, ni à des fins de trouble à l’ordre public, ni à des fins électoralistes.

La mission interministérielle qui travaille en ce moment en Guyane cherche, sous l’autorité du gouvernement, à apporter des réponses utiles aux aspirations des Guyanais. Cette mission de haut niveau dispose d'un mandat de négociation. Elle sera rapidement amenée à annoncer un certain nombre de mesures immédiates répondant à des revendications déjà identifiées. Elle entendra tous ceux qui, dans le cadre de l’Etat de droit et dans un esprit républicain, souhaitent, comme le gouvernement, trouver les meilleures réponses pour la Guyane. Le gouvernement est pleinement à la tâche, mobilisé pour parvenir à l’amélioration rapide de la situation sur le terrain.

Depuis mai 2012, sous l'impulsion du Président de la République, les outre-mer n’ont cessé d’être une priorité gouvernementale. Le budget de la mission outre-mer a été significativement augmenté et dépasse désormais les 2 milliards d’euros par an. Le Gouvernement a également mis en place des leviers de développement économique puissants grâce à la loi sur les nouvelles régulations économiques (loi dite Lurel), puis la loi sur l’égalité réelle outre-mer qui a été publiée au journal officiel le 1er mars dernier.

S'agissant de la sécurité, des efforts inédits et très significatifs ont été réalisés pour lutter contre un niveau de délinquance et de violence supérieur à celui de la France hexagonale. Alors que la précédente majorité avait supprimé plusieurs milliers de postes parmi les forces de sécurité, 563 policiers et 310 gendarmes ont été affectés ou projetés dans les outre-mer en 2016 et 2017. En Guyane, une zone de sécurité prioritaire (ZSP) a été officiellement lancée à Saint-Laurent du Maroni au début du mois de mars et un Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) au second semestre de 2016.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La toile d'araignée Soros, tisse pour Macron.

Révélations.

Voici ce qu'une personnalité du renseignement politique  nous fait parvenir de Paris. Un commentaire révélateur, preuve à l'appui.

 Commentaire pertinent  qui explique le dessous des cartes, celui que l'on cache à l'opinion et qu'on ne le lui livre que bien plus tard. C'est l'Histoire. Mais aujourd'hui nous avons la chance d'en savoir un peu plus.

Il est quasiment certain selon des journalistes enquêteurs que Hollande et Bergé sont très certainement les instigateurs du procès fait à Fillon pour promouvoir leur poulain, ils n'ont pas besoin d'un "cabinet noir" pour cela, ils n'ont besoin que d'un homme, une tête pensante : Soros. Principal financier de la campagne d'Hilary Clinton.

 Qui est ce mystérieux personnage dont ni vous ni moi n'avions entendu parler  ? Car c'est toujours ce qui se passe sous les apparences, que l'on trouve le pourquoi des choses dans le monde du " secret".

Georges Soros est un multi-milliardaire américain, ennemi juré de Trump,  qui organise avec le parrainage bienveillant de la haute finance de son pays, la destruction de l'identité des nations européennes.
 Son but? Créer un grand marché indifférencié où la finance et le commerce de ses amis seront rois.
 
 L'interface avec Emmanuel Macron c'est Pierre Bergé, l'homme lui aussi très riche, même si il l'est moins que Soros qui, lui, poursuit un but,  déchristianiser la France, en commençant par supprimer les fêtes chrétiennes du calendrier et donner des jours fériés aux fêtes musulmanes.


Je connais un peu Soros pour l'avoir conduit en 1994 en Falcon à travers une dizaine de pays de l'ex URSS (mission extrêmement intéressante). Il était reçu comme un véritable chef d'Etat et les objectifs qu'il entendait mettre en place dans ces pays sortant juste du communisme, rejoignaient ceux qui sont décrits ci-dessous : créer un empire mondial qui gomme toutes les différences culturelles au profit des seuls objectifs économiques.

 

 Ce type faisait déjà froid dans le dos il y a 23 ans, sous des apparences sympathiques de grand serviteur du développement économique mondial et son cynisme se lisait sur son visage. Or il est aujourd'hui plus puissant que jamais, et Bergé et Macron ne sont que de méprisables gnomes à la solde de cet être maléfique.
 A bon entendeur, salut ! Voter Macron c'est assassiner la France. Ces propos vous paraissent excessifs comme à moi ? Attendez de lire la suite

.Pierre Bergé donc est un des principaux soutiens de Macron, avec la connivence de Jacques Attali et Macron, le pion que Soros et ses amis, veulent mettre à la tête de la France pour accomplir leur dessein.


 Pour l'immigration Soros ne se contente pas de faire en sorte que les pays européens, avec un alibi humanitaire, accueillent de plus en plus de migrants. Non. Il planifie leur exode, il organise le recrutement des candidats à l'émigration, et paie les passeurs. Vous croyez que tous les migrants ont réellement payé ce que les passeurs exigent pour que la moitié d'entre eux arrivent à Lampedusa sans se noyer ? Soros a des moyens énormes pour financer l'invasion de la France et de l'Europe.
Regardez ce qu'a dit Macron sur les migrants, même s'il tente de mettre la pédale douce sur le sujet en ce moment, il veut plus de migrants. Il est aux ordres de son mentor occulte pour arriver et ses fins et noyer notre pays. Mais il avance masqué.  Comment tous les gogos qui l'acclament  verraient-ils le dessous des cartes qui se jouent en ce moment ? Impossible.

 Pour montrer qu'il n'y a ici aucun délire  dans ce qui précède, voici quatre liens que je vous invite à consulter :

http://www.dreuz.info/2017/ 02/27/la-toile-daraignee- soros/

 http:// resistancerepublicaine.eu/ …/ macron-est-il-lhomme-de…/

 http:// hildegardvonhessenamrhein. over-blog.com/ …/berge-soro…
 
 http://www.croa.fr/article/ les-liaisons-dangereuses- entre-emmanuel-macron-et- georges-soros

 Par ailleurs il est important de ne pas oublier que Macron est le candidat de l'Algérie. Il a présenté des excuses dans ce pays pour le génocide que nous y aurions commis lors de la colonisation, alors qu'en 1830 la France a libéré un peuple d'esclaves asservis aux Turcs et a créé l'Algérie qui n'existait pas avant l'arrivée des Français.

Il a insulté la France, les harkis et les pieds-noirs. Indépendamment du reste, c'est déjà entièrement disqualifiant.

 Quelle que soit votre opinion politique, de Marine le Pen à Jean-luc Mélenchon, en passant par François Fillon et Benoît Hamon, vous avez un éventail de candidats susceptibles de convenir à ce que vous cherchez. Ou bien votez pour un de ces petits candidats sympathiques, qui ont souvent de bonnes idées, aidez-les à obtenir les 5% nécessaires au remboursement de leur campagne. Asselineau, Poutou, Dupont-Aignan.... selon vos convictions Mais de grâce, pour le salut de notre pays, ne votez pas Macron.

 


 

Bonjour Christine.
Je vous confirme me souvenir de déclarations de Soros affirmant il y a des années(de mémoire) qu'il "Pouvait ruiner la France".Il met donc ses actes en accord avec ses vieux desseins francophobes.
bon we
merci pour cet article .P.P
 

 

D'une électrice de la Réunion : On vote pour Macron parce qu'il est jeune et qu'il a un beau sourire !  (Youpi !)

 

Des amis très très sympas !

François Fillon a des amis fantastiques. Outre ses beaux costumes , il s’est fait offrir en 2009, quand il était Premier ministre, une montre de plus de 10.000 euros par un homme d’affaires italo-suisse, Pablo Victor Dana, qui a déclaré vendredi à France info qu’il s’agissait d’un cadeau « absolument désintéressé ».

Le candidat de la droite à la présidentielle a confirmé vendredi soir auprès de l’AFP ce cadeau de la part de l’homme d’affaires en déplorant vivement que la presse fasse état de cadeaux relevant à ses yeux de sa vie privée. « M. Dana a offert des montres à plein d’autres personnes que moi », a assuré M. Fillon, qui a précisé avoir également reçu en cadeau « une montre d’Alain Thébault, inventeur de l’hydroptère ».

Deux montres pour 27.000 euros

Dans la déclaration patrimoniale qu’il a faite cette semaine, comme tout candidat à la présidentielle, à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, M. Fillon indique posséder au 1er janvier 2017, entre autres biens, deux montres estimées respectivement à 15.000 et 12.000 euros, selon son « évaluation personnelle ».

Selon une révélation de franceinfo, l’une des montres lui a été offerte en janvier 2009 par Pablo Victor Dana, un homme d’affaires italo-suisse -qui gère actuellement un fonds financier à Dubai- fondateur de la marque Instruments et Mesures du Temps, liquidée en 2014.

« Jamais intéressé » par la vie politique

« J’ai effectivement offert une de mes montres à M. Fillon. Je lui ai remis la montre personnellement à Matignon lors d’un voyage accompagné de ma femme et de mes enfants à Paris », a-t-il déclaré à franceinfo, en assurant avoir agi de manière « absolument désintéressée », d’autant que « la politique française ne (l)'a jamais intéressé ».

« Nous partageons la passion commune des courses de voitures anciennes, les mêmes valeurs familiales et je l’admire comme politique et comme père de famille (…) François Fillon représentait et représente toujours pour moi un symbole de ce qu’un homme politique doit être », a ajouté Pablo Victor Dana.

L’autre montre a été offerte en 2013 à M. Fillon par le manufacturier suisse Rebellion, précise franceinfo, dans un geste « très amical » selon un membre de Rebellion. « Il n’y avait aucun sous-entendu », a-t-il ajouté, dans ce cadeau effectué à l’occasion des 24 Heures du Mans, où le patron de l’horloger était venu en tant que dirigeant d’une écurie automobile d’endurance. François Fillon est un passionné de course automobile.

 

 

Le loupé de Fillon.

C’est un échange complètement stérile qui a eu lieu entre François Fillon et le personnel soignant d’une maison de retraite. Lors de l’Émission politique diffusée par France 2 jeudi, le candidat Les Républicains a rencontré le personnel de l’Éhpad (l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). de de Bry-sur-Marne (Val-de-Marne). Quand aides-soignantes et infirmières lui ont fait part de leurs conditions de travail difficiles, du manque de personnel et de l’impossibilité physique et psychologique de passer à 39 heures par semaine, François Fillon leur a froidement parlé de la dette nationale…

Après ce dialogue de sourds, L’Obs a interviewé vendredi Marisa, l’une des aides-soignantes ayant tenté de dialoguer avec François Fillon.
Celle-ci n’a pas mâché ses mots à l’égard du candidat. « L’Éhpad, il n’en a rien à foutre, lance-t-elle face caméra. L’épuisement professionnel, parce qu’on n’en peut plus, il s’en fout. Tout ce qui l’importe c’est sa dette […] Il est loin de la réalité. C’est quelqu’un qui est venu nous voir que pour passer un message et faire un show télévisé, c’est tout ».

Les aides-soignante et les infirmières du centre de Bry-sur-Marne, ne sont pas les seules à avoir été agacées l'entrevue. Sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnes travaillant dans le milieu de la santé ont été choquées par les réponses et l’attitude distante de François Fillon.


La prière de rue risque de devenir une habitude pour la communauté musulmane de Clichy.

 Leur prière du « dohr » du vendredi s’est déroulée devant la mairie à 13h. Et ils sont prêts à recommencer le vendredi suivant. Mercredi, des fidèles ont été expulsés par des CRS de leur lieu de prière et d’activités diverses, situé au 15 rue d’Étienne-d’Orves. A cet emplacement, la mairie de Clichy compte installer une médiathèque.

Dans la vidéo postée par la Grande mosquée de Clichy, si des CRS ont un peu forcé la main pour en déloger certains, la contestation reste pacifique et l’expulsion s’est déroulée dans le calme. Pourtant, un litige oppose bel et bien la mairie de Clichy et l’Union des associations musulmanes de Clichy-la-Garenne (UAMC), créée pour gérer la grande mosquée de Clichy.

Un besoin de négociation


La police porte à 1.200 le nombre de personnes à s ’être rassemblées devant l’hôtel de ville de Clichy. Et les organisateurs avancent 2.000 fidèles. Des centaines de musulmans se sont prosternés sur des tapis posés sur les pavés. Ils rêvent de bâtir une mosquée. « Nous sommes
20.000 musulmans à Clichy-la-Garenne. La mairie nous retire notre lieu de culte et nous laisse une autre salle, déjà utilisée, rue des Trois-Pavillons. Mais nous avons besoin d’ espace. Nous avions 1.200m2 dans la salle rue d ’Estienne-d’Orves », explique le président de l ’UAMC, Hamid Kazed.




Polynésie :
En lisant l'interview de Marcel Tuihani dans la Dépêche d'aujourd'hui on voit bien qu'il ne soutient que du bout des lèvres le mot d'ordre de son parti de voter dans moins d'un mois pour Marine Le Pen. Il n'apporte qu'un soutien " par solidarité" a-t-il dit. Entre Vincent Dubois et Marcel Tuihani le courant passe...

 

Selon radio 1 :Hinano Bagnis a été proposée par le président de l’Autorité polynésienne de la concurrence (APC), Jacques Mérot, pour intégrer l’autorité indépendante, suite à la démission de l’économiste Florent Venayre il y a deux semaines. La décision de sa nomination reviendra au conseil des ministres mercredi prochain.

 

Vendredi 24 mars 2017

Ils viennent du même bocal !

Editorial

La République des loups

Nous assistons depuis des semaines à une République inconnue , armée les uns contre les autres, livrée au mépris des nations du monde et où un pathétique roman noir conduit tous les insectes, moustiques, scorpions, critiques, maringoins, envieux, feuillistes, censeurs à déchiqueter et sucer le peu de substance de notre V° République. Et pour poursuivre dans le style de Beaumarchais j'en arrive à être fatiguée d'écrire, ennuyée de tous, dégoutée des autres.  "Me moquant des sots, étonnée des creux, bravant les méchants, souriant de mes certitudes, il vaut mieux rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer."

François Fillon accuse  François Hollande d'être à l'origine des fuites dans la presse concernant ses affaires judiciaires. Il dénonce un scandale d'Etat, s'appuyant sur un livre sorti mercredi. Le président a condamné ces propos et l'un des auteurs dément ces informations, accusant le candidat d'avoir voulu faire un "coup". Dans le bocal aux mensonges, on ne sait plus si l'un est meilleur que l'autre. Il y a les feuilles au vent, la tourmente des menteurs, le tsunami des profits. Les uns ne valent pas mieux que les autres. Alors voter pour qui en vérité ?

Et puis voilà notre Marine qui rencontre Poutine et le chœur des vierges crient au scandale. Cet homme est-il à négliger sur l'échiquier du monde quand on brigue l'Elysée et ses plus hautes fonctions internationales ? Certainement pas. Cette rencontre protocolaire comme le font tous les politiques européens ou des Etats Unis peut être utile, non pas dans l'instant, mais plus tard. S’adressant d'ailleurs à Marine Le Pen, le président russe a souligné : « Il est intéressant d’échanger avec vous sur la façon de développer nos relations bilatérales et la situation en Europe. Je sais que vous représentez un spectre politique européen qui se développe assez rapidement. » De son côté, la candidate a affirmé qu’elle souhaitait « développer les relations avec la Russie dans le cadre de cette longue histoire qui lie les deux pays ». Elle prépare le terrain diplomatique comme Macron a tenté maladroitement de le faire en Algérie.

 Le président de la commission des affaires étrangères de la Douma a précisé aux agences russes que Marine Le Pen se rendait en Russie à son « invitation personnelle ». Sa visite portera notamment sur « la lutte contre le terrorisme et les questions liées à la coopération franco-russe ». Gouverner c'est prévoir. Elle n'y est pas encore mais pose ses jalons . Jeudi, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a affirmé que la présidente du Front national n’était pas une « populiste » mais une « réaliste » ou une « antimondialiste ».

                                                               

 Edouard Fritch a accusé le Tahoeraa de traitrise et d'autres noms d'oiseaux pour avoir osé soutenir Marine Le Pen. Mais alors à traitre, traitre et demi puisque les élus du Tapura eux-mêmes, au nombre de 7, sans compter trois autres qui avaient signé une promesse de parrainage sur l'honneur en faveur de Marine Le Pen mais ont changé de braquet et fait parvenir le leurs  à Oscar Temaru, ont donné leurs parrainages officiels à la candidate ostracisée. Comme quoi l'honneur n'est pas dans le camp du Tapura. En revanche la traitrise, Edouard y est passé maitre depuis 2013, il n'y a qu'à voir le nouveau coup de Jarnac  qu'il vient de faire à Marcel Tuihani !!! (ci-dessous)

 

 

Gestion politicienne et agression politique à l'encontre du président de l'Assemblée débarqué sans avertissement du CA de la Socredo. Qu'on en juge :

Marcel Tuihani n'en revient pas et dans une conférence de presse tenue ce matin il a dénoncé le mépris pour la fonction qu'il occupe. Il a été  débarqué sans tambour ni trompette du Conseil d'administration  de la Socredo comme un malpropre, après l'avoir été du Conseil d'administration de la compagnie aérienne Air Tahiti Nui il y a quelques semaines.

Il a appris cette décision hier soir par l¹arrêté du gouvernement  transmis à la CCBF pour examen prochain. Pas un coup de fil ou un courrier pour le prévenir, rien ! Or, il n'est pas un va-t-en guerre politique, ni un farouche partisan. Il s'occupe de son Assemblée et fait le job. Sans plus. Alors pourquoi un tel manquement, ne serait-ce qu'à la politesse et aux règles du management ?

Personne n'en sait rien en dehors du canonnier. Aucun appel préalable, aucun courrier, silence et la décision tombe au mépris total de l'individu mais aussi de la fonction qu'il occupe,  L'usage a toujours voulu et ce, même pendant la mandature d'Oscar Temaru, que le président de l'Assemblée siège dans les CA des grosses sociétés du Pays, ce qui est normal si l'on considère que ce sont les représentants qui vote le budget de la collectivité .

Le petit et mauvais esprit revanchard qui règne dans le microcosme local comme dans certaines tribus d'Afrique, c'est dire combien l'évolution des habitudes laisse à désirer, fait penser à une punition pour avoir défendu le directeur de la Socredo James Estall et s'être inquiété de la méthode qui avait accompagné cette décision, utilisée aujourd'hui, de la même manière si cavalière pour la seconde fois, contre lui. La fascination du pire pour ce gouvernement qui affectionne les lettres de cachet, dont même certains fonctionnaires et directeurs ont fait les frais. C'est dire : " j'ai le pouvoir, je t'emmerde, va-t-en".

Cette manière d'agir à la Bachar est d'autant plus injuste que Marcel Tuihani a toujours respecté scrupuleusement tous les groupes politiques à l'Assemblée, aucun n'ayant jamais été sanctionné ou privé de quoique ce soit en raison de son appartenance politique. Cela dit, outré par ces manières de malotrus dans lesquelles ce gouvernement semble s'être spécialisé, il n'a pas caché ce qu'il pense depuis des mois sans rien laisser paraitre : "incompétence et mauvaise  gestion politicienne des affaires du pays au détriment d'une véritable gestion économique et sociale."

Voilà encore une fois un acte d'agression gratuit, inutile et mesquin qui prouve la stagnation intellectuelle d'une prétendue élite au logiciel bloqué  qui adore provoquer et diviser.

 

J’invite ceux qui n’ont pas vu le documentaire « La bataille pour l’Europe » passée mardi sur Arte à la voir (ou revoir) à l’adresse suivante :

http://www.arte.tv/guide/fr/069878-000-A/la-bataille-pour-l-europe

Un sujet un peu plus important (nous dit Pierre un de nos lecteurs) et passionnant que les costumes de Fillon ! (depuis la création de l’UE jusqu’au brexit)
 

 

Dommage collatéral

"L’ex-suppléant de François Fillon à l’Assemblée nationale Marc Joulaud, visé par l’enquête sur de possibles emplois fictifs de Penelope Fillon dont il a aussi été l’employeur, est entendu depuis vendredi matin par les juges d’instruction financiers et vient d'être mis en examen à son tour pour détournement de fonds publics.


Actuel maire de Sablé-sur-Sarthe et député européen, Marc Joulaud avait annoncé lui-même sa « convocation en vue d’une mise en examen », sans toutefois en préciser la date et en faisant savoir qu’il répondrait « à toutes les questions des juges ».

 

Au CESC

Les membres du Conseil économique, social et culturel se réuniront en séance plénière le jeudi 30 mars 2017 à 8h30 pour rendre un avis sur le projet de « loi du pays » instituant un dispositif d’aide à l’équipement des petites entreprises et à la création et à la revitalisation des commerces de proximité et des restaurants.


Questions/Réponses avec humour pour les futurs nouveaux députés(extrait)

« Je suis nouvellement élu. Pouvez-vous m’expliquer ce qu’est l’IRFM ? »


C’est un peu surprenant au départ, mais l’indemnité représentative de frais de mandat vient en sus des frais déjà pris en charge par les assemblées parlementaires (collaborateurs, voyages, téléphones, affranchissements, bureau sur Paris…). Elle est versée aux députés et sénateurs à titre d'allocation spéciale pour frais. L’enveloppe se monte à environ 6000 euros mensuels !
Deux instructions du bureau de l’Assemblée nationale et du Sénat ont précisé les conditions d’utilisation en 2015.
 

« Dois-je déclarer aux impôts la part d’IRFM que j’utilise à titre personnel ? »


L'IRFM, bénéficie à la source de l'exonération de l'impôt. Vous n’avez donc rien à déclarer et l’administration fiscale n’a pas droit de regard sur l’usage de votre IRFM. Certains de vos collègues ont proposé de fiscaliser l’IRFM pour s’enrichir de façon plus légale et empêcher les
citoyens de demander des comptes. Cette solution vous aurait été plus favorable mais elle n’a pas été retenue car elle ouvrait la porte aux contrôles du FISC.
 

« La moitié de mes collègues ont acquis un bien immobilier grâce à l’IRFM. Je suis tenté par l’achat d’un loft parisien pour mes enfants. Est-ce encore possible ? »


Bien sûr. Depuis le 1er janvier 2016, vous ne pouvez pas utiliser l'IRFM pour une dépense afférente à l'acquisition d'un bien immobilier. Il suffit donc que ce soit vos enfants qui achètent le loft. Vous pourrez ainsi leur verser un loyer. Rien ne vous oblige ensuite à occuper cette « permanence » fictive. Soyez cependant prudent au vocabulaire employé. Si l’on vous pose une question,
parlez plutôt d’un studio de travail. Vous voilà rassuré. Rien n’a été laissé au hasard et tout a été pensé pour pouvoir être contourné.

 

 

Le terrorisme fait des émules en Polynésie !

25 ans, violent, isolé des autres détenus, il met le feu à sa cellule et hurle qu'il veut tuer gendarmes, policiers, familles et surveillants. Le genre de prisonnier auquel il faudrait mettre une camisole de force. Voilà ce qui arrive lorsque dès la petite enfance on doit supporter les souffrances de la maltraitance. Adopté par un couple de métropolitains il a une brève parenthèse de vie heureuse en métropole jusqu'au jour où son père adoptif décède et où, rejeté, il revient en Polynésie pour y vivre une vie misérable. Prison, évasion et pour projet, annonce au procureur de la république qu'il souhaite retourner en métropole pour y commettre un attentat style kamikaze. Le genre de secret que l'on ne confie pas à  un magistrat ! Résultat, deux ans ferme. Ce qui ne le guérira pas.

 

La chambre territoriale des comptes fait du bon boulot

Didier Migaud peut être heureux de constater que la CTC sous la présidence de Jean Lachkar et du procureur financier Philippe Bellocq  a une réputation solide dans le public polynésien  de par sa compétence dans les rapports " fouillés" dont se servent tous les acteurs de la vie politico-économique du pays .Mais ces magistrats regrettent que celui-ci n'a pas encore retrouvé les niveaux d'autofinancement et d'investissements qui lui seraient nécessaires pour assurer pleinement son développement !
 

 

 

Jeudi 23 mars 2017

 

 

 

Editorial

Flosse : Affaire de la vaisselle  : En appel pas de peine d'inéligibilité ou de prison.

 Fillon a de la chance on ne lui a pas demandé de se déshabiller...et de les rendre au tailleur ami. ha!Ha!

La manipulation

Une constatation, le racisme,  la xénophobie, la vilenie, la manipulation, ces fruits de la civilisation et de l'éducation sont des comportement acquis, spontanés, populaires. Tenez juste un exemple de manipulation journalistique et qu'on ne s'étonne plus, si ce journal La Dépêche, perd des plumes comme les Nouvelles avant lui (et on sait ce qui lui est arrivé) :Voilà le titre à la une en encart : Flosse :"Le Pen est d'accord sur le statut de Pays associés".

 On pourrait penser - et c'est fait pour- que c'est le père de la candidate qui est d'accord, le sulfureux Jean Marie Le Pen, mais non, pas du tout, il s'agit bien de Marine Le Pen et pas même du FN. Et on s'étonnera du rejet des journalistes par l'opinion après cela, un exemple parmi tant d'autres. Même à Paris, des plumes autrement plus talentueuses que celle- là ne sont jamais allés aussi loin pour manipuler leurs lecteurs. On peut critiquer qui on veut, encore faut-il savoir le faire avec "élégance" avait dit d'Ormesson et connaitre son métier. Bref n'étant pas l'écrivain du siècle, il lui reste une place pour devenir le roi du potin, ou faire la cour, la cuisine , la conversation, à ses amis politiques mais là, il faudra encore qu'il s'entraine.

Cela dit, on peut penser que le système de vote " debout" du président du Tahoeraa ne soit pas très orthodoxe , car malheur à celui qui reste assis. Mais après avoir interrogé quelques militants, on se rend compte qu'ils ont apprécié très sincèrement le programme de Marine Le Pen pour la Polynésie française. Le charisme de Gaston Flosse a fait le reste.  Pourtant, la déclaration ambigüe de Vincent Dubois laisse flotter un doute.

Enfin Emmanuel Macron ne pourra plus dire qu'il n'est ni de droite ni de gauche, quand tous ou presque, de ses amis ou ministres du gouvernement Hollande, aux socialistes basiques éprouvent une attirance presque anormale pour ce jeune homme qui cultive le flou, le vide, en recouvrant son "orero" d'une masse cotonneuse plaisante aux oreilles des néophytes. A droite le report se fait toujours sur François Fillon et Marine le Pen. Macron ne peut pas se targuer d'être aussi de droite. D'ailleurs comment pourrait-on être de gauche ET de droite ? Par quel filtre aphrodisiaque ?

En attendant, un homme en Polynésie reste présent et fidèle à son parti mais silencieux et attentif presque loin de la politique. Il fait le job et règne avec sérénité du haut de son perchoir sur l'Assemblée, c'est bien du président Marcel Tuihani dont je parle. Tellement discret qu'on l'aurait presque oublié ! Et travailler sans être importuné notamment par les journalistes le réjouit.

 Il a reçu hier Didier Migaud, Premier président de la Cour des comptes accompagné de Jean Lachkar,  Président de la Chambre territoriale des comptes. Les deux hommes se sont félicités de la volonté de transparence de leur interlocuteur et ont porté une grande attention à l'exposé du président de l'Assemblée concernant les  chantiers importants  sur lesquels il s'est engagé, notamment sur l'évaluation des politiques publiques en mettant l'accent sur les conventions de partenariats avec  l'Assemblée nationale et le Sénat. Didier Migaud, on le sait, est un fervent défenseur  des économies publiques. Il ne regarde pas les politiques  à travers le prisme des moyens mis en œuvre mais de l'efficacité qui en résulte. Ce dont est bien conscient Marcel Tuihani qui se consacre à ne faire aucun loupé.

 

 

L'audience solennelle de la Chambre territoriale des comptes se tiendra aujourd'hui à 15h. au palais de justice dont Didier Migaud sera l'hôte d'honneur.

 

Un petit coup de chapeau à la patience des vahine de la Polynésienne des eaux qui ont supporté sans broncher le coup de colère d'un abonné lequel n'ayant reçu aucun papier l'avertissant d'une surconsommation d'eau s'est retrouvé avec une facture de 100.000 Frs. La, ou les, fuites invisibles s'écoulaient dans le caniveau, en sortant de terre fugacement, a une vingtaine de mètres de son domicile, rien ne pouvait l'avertir du danger. ... sinon la société en question.

 

 

Communiqué de Te Nati Marine

Vous avez été nombreux à apporter votre parrainage à Marine Le Pen pour la présidentielle 2017 : 28 du Tahoeraa Huiraatira et 7 du Tapura Huiraatira.

Le 20/03 lors du grand conseil plus de 300 cadres du Tahoréaa Huiraatira ont voté à l’unanimité le soutien de notre candidate à cette élection présidentielle.

 Ce geste courageux et démocratique en ces temps de chasse aux sorcières politico-médiatique vous honore. Le simple fait d’aimer son pays, son drapeau et ses traditions  est considéré par la gauche française comme une idéologie dangereuse. Dangereuse pour qui

 Grâce à vous la Polynésie a fourni le plus grand nombre de parrainages pour Marine Le Pen, tous territoires de la République confondus. 

Votre décision de la parrainer et d’appeler à voter pour elle montre à la Nation tout entière que la Polynésie française reste attachée aux valeurs de la République et à la démocratie, 

loin de tous les diktats européens, médiatiques et lobbyistes qui souhaitent nous imposer leurs candidats mondialistes, tous issus du système et ne représentant que les intérêts des grandes puissances de ce monde. 

 Grâce à vous, le 22 avril prochain, le peuple polynésien pourra s’exprimer librement et faire entendre sa voix, en votant pour la candidate du premier parti de France dont TE Nati Front National polynésiens est la représentation territoriale.

 Au nom du peuple français, dont les Polynésiens font partie intégrante, au regard des nombreux sacrifices faits pour la France par nos poilus Tahitiens en 1914/18, nos combattants du bataillon du Pacifique en 1940/45 et tous ceux qui se sont battu en Indochine, en Algérie et aujourd’hui encore ceux engagés sur tous les théâtres d’opérations dans lesquels nos armées sont présentes, notre présidente Marine Le Pen me charge de vous exprimer toute sa gratitude et vous remercie de lui faire confiance.

 À titre personnel je m’engage à faire appliquer, dès son accession à la Présidence de la République, les engagements et propositions que nous avons élaborés pour la Polynésie française pendant mon séjour à Paris et Lyon en janvier 2017 avec l’aide des juristes de notre mouvement et l’aval de Marine. Eric Minardi.

 

 Affaires: François Fillon «met en cause» François Hollande et dénonce un «scandale d'Etat»

 20 minutes

On attendait qu’il se défende sur les affaires, François Fillon a préféré attaquer. Invité de « L’Emission politique » sur France 2, le candidat LR est interrogé par David Pujadas sur les différentes affaires entourant sa candidature. Le champion de la primaire à droite a tapé fort. Très fort, sur le président de la République.

« Vous avez aujourd’hui des journaux qui reçoivent des documents, 48 heures après qu’ils ont été saisis dans des perquisitions par exemple dans mon bureau à l’Assemblée nationale. Qui leur donne ces documents ? Des services de l’Etat. Vous pensez qu’ils le font sans être couverts par leur hiérarchie ? », s’interroge le candidat.

« Des politiques ou la justice ? », interroge David Pujadas. « Je vais aller beaucoup plus loin monsieur Pujadas. Je vais mettre en cause le président de la République », répond François Fillon.


«Un scandale d'Etat», dénonce le candidat

Le candidat évoque la sortie d’un livre de journalistes du Canard Enchaîné, «Bienvenue Place Beauvau», dans lequel ils expliquent « comment François Hollande fait remonter toutes les écoutes judiciaires dans son bureau, ce qui est d'une illégalité totale, comment il est branché directement sur Bercy, sur Tracfin, sur les informations qui lui sont apportées en permanence, comment il est au courant des moindres faits, des moindres filatures, y compris concernant son ancien Premier ministre Manuel Valls [...] On cherchait le cabinet noir, on a trouvé le cabinet noir en tout cas à travers ces allégations», dénonce l’ancien Premier ministre.


« Moi ce soir solennellement je demande qu'il y ait une enquête d'ouverte sur les allégations qui sont portées dans ce livre, parce que c'est un scandale d'Etat. Si ce qui est écrit dans ce livre est vrai, je pense que dans l'histoire récente de la Ve République, un chef d'Etat n'est jamais allé aussi loin dans l'illégalité, la prise de pouvoir sur des services sur lesquels il ne devrait pas avoir autorité Je demande qu’il y ait une enquête ouverte sur ce qui est écrit dans le livre. Parce que c’est un scandale d’Etat ».
 

Courrier : Fillon a eu le culot de déclarer sans rire "j'ai rendu les costumes". Il est aux abois et prêt à tout y compris à mettre gravement en cause Hollande et un pseudo "cabinet noir". Il a l'art de se faire passer pour être la victime expiatoire d'un complot alors qu'il se dit innocent à longueur de temps. Je le fous au fond du couloir à droite et je tire la chasse d'eau!!!.G.

 Ce soir, Sur BFMTV, les deux journalistes qui étaient censés (selon
Fillon) avoir écrit le livre faisant allusion à un cabinet noir manipulé par Hollande, démentent formellement les propos de Fillon .Ils n'ont jamais écrit ce à quoi fait allusion Fillon. Il a tout inventé....ce soir Fillon a signé définitivement sa chute...M.

 


 

Le salon Made in Fenua a été inauguré le 23 mars 2017 à 10 h à la Place To’ata, en présence de personnalités de l’Etat, du Pays, de la CCISM, des partenaires et sponsors.

Cette 17 ème édition a pour vocation de mettre en valeur les artisans de notre Fenua, notre richesse.

Vous pouvez y découvrir le savoir-faire de nos entreprises dans différentes catégories : Textile, bijouterie, artisanat, littérature, cosmétique, mobilier, plantes…

Une foule de visiteurs était déjà au rendez-vous dès l’ouverture du salon, avec du soleil et dans la bonne humeur. Nous vous rappelons que ce salon est ouvert jusqu’au 26 mars 2017, avec au programme, de nombreuses animations, défilés de mode, etc…

A noter qu’une garderie est mise en place pour divertir les enfants, ce qui permettra aux parents de profiter de visiter les stands et faire des achats.

Ensemble, soutenons les produits fabriqués localement «  Made in Fenua ! »

 

 

Mercredi 22 mars 2017

Elles l'aiment et ils sont joyeux, leur parti se porte de mieux en mieux.

 

 

Décidément François Fillon nous étonnera toujours :Pour "payer le solde de ses impôts en fin d'année 2016", il emprunte l'argent à sa fille pour un montant de 30.000 euros .

 

 Editorial

"L'orero" de Macron , flambée orange pour bleu marine, requiem final

Il y a cent façons de se débarrasser d'un rival. Ou bien on l'abat disait François Mitterrand, ou bien on l'enjôle pour le neutraliser. A moins,  osons-nous ajouter, que comme le Néron de Britannicus, on ne se décide à l'embrasser pour l'étouffer. Et comme en Polynésie on s'embrasse beaucoup, méfions-nous.

Tout le plaisir de la politique réside dans le changement. Le changement de personnalité. D'où le succès de Emmanuel Macron le Woody woodpeker de la politique aujourd'hui, jeune, intelligent, bien formaté par des communicants talentueux, il pique et repique le bois de la branche sur laquelle il est installé, sans véritablement faire son trou. Les fuyards du PS sont-ils de bonnes prises ? Non pas du tout. Peu d'électeurs voteront pour eux. Ils ont une indigestion des gens de gauche mais ils voient peu à peu que l'élite socialiste, telle les rois maudits se retrouvent dans Macron, l'économiste suicidaire de François Hollande, ne l'oublions pas.  C'est dans la tradition. D'autres beaucoup plus malins savent que sous les mots sont le vide ou que "trop de mots tuent les mots" Et ceux-là se taisent dans les rancunes et les aigreurs.  Il a ses fans qui ne voient que l'homme, jeune, par rapport aux autres, pas mal, sans être un apollon,  déclamant son "orero"  sur une scène de théâtre. C'est nouveau. Ils aiment.

La politique n'est ni une logique ni une morale. Il lui faut juste un responsable. Certes les commentateurs peuvent faire la fine bouche et donner des sondages de second tour qui ne veulent strictement rien dire sinon tenter de faire basculer le pékin dans un autre camp que celui de Marine le Pen dont je ne trouve pas les propos révolutionnaires ou "nausébonds".On peut ne pas être d'accord avec tout son programme,bien sûr.

 Elle n'est pas la seule à vouloir faire cesser le diktat de l'Europe. "Le système" que tout le monde d'ailleurs condamne. Les Anglais sont les premiers à l'avoir compris avant toute l'Europe. Mais Marine traine derrière elle le lourd passé de son père et ce n'est pas juste. Changer le nom du FN est presque devenu une impérieuse nécessité tant il est entaché de xénophobie, de racisme et de tous les adjectifs en "isme" que vous pourrez trouver. Hier soir au Radisson, la majorité du Tahoeraa a opté pour ce bleu là. Ils n'attendent pas d'elle, qu'elle se distingue par le brio de  ses paroles ou ses colères, mais par l'efficacité de son action si elle est élue. Le pouvoir fournit la chance de soumettre les anciennes formules à l'épreuve des faits. Et c'est drôle on la croit plus qu'un autre, selon les sondages. Quelle formidable occasion de voir la réalité trancher enfin un débat jusqu'alors  aussi glauque qu'une mare africaine.

 Nous ne croyons pas en Macron qui parle trop et nous entraine sans bouées dans un vide sidéral, se soustrayant à toute critique, puisque vide mais curieusement pendant le débat abondant dans le sens de ces trois interlocuteurs ! A croire leurs programmes identiques. Nous ne croyons pas dans celui irréalisable par bien des côtés de Hamon qui sombre dans un océan de déficits, celui de Mélenchon a du bon et du moins bon tout en étant  beaucoup plus pragmatique et d'un rouge qui plait,  quant à celui  de Fillon, austère et rigoureux pour le peuple, il a sombré dans les costards d'un homme qui aurait pu être président.

 Et puis il y a une femme. Et qu'elle femme, Marine Le Pen. Son programme au plan national ne nous satisfait pas pleinement comme ceux des autres d'ailleurs. Pour la Polynésie, il est alléchant et réaliste pour la jeunesse notamment sur laquelle elle met l'accent avec une université de la mer et sur les adultes qu'elle croit capables de faire face à un statut de pays associés. C'est presque un projet culturel qui paraît au service du projet politique. Ou dans tous les cas elle mêle, en ce qui concerne celui qu'elle destine à l'Hexagone, une autonomie propre et originale d'improvisations en flagellations ou  réquisitoires, une idéologie qui entre en collision avec la réalité pour mieux la dominer. Et alors ?

Oui le Tahoeraa a opté hier soir pour cette femme là. Celle qui sourit aux sondages n'en déplaise à ses adversaires intellectuellement limités dans la presse locale et connus pour être passés maitre dans des réflexions grossières et surtout stupides. Ils sont inexistants intellectuellement. Et vont surtout à contresens de l'histoire. Le Grand Conseil du Tahoeraa donc, a suivi le conseil politique et Gaston Flosse dont on peut relever, que pour être resté près de quarante ans sur le devant d'une scène minée, il faut être un  dinosaure résistant , riche de talent, un vrai professionnel . Il y en a très peu  en dehors d'Oscar Temaru dans son propre créneau. A Paris Fillon est l'un de ceux-là.

 Hier soir au Radisson où se tenait le Grand conseil, l'instance maitresse de ce parti, nous avons eu la preuve de la confiance que lui portait "son" Tahoeraa. En fait pour suivre les commentaires du "journaliste" de la Dépêche qui écrit " dans sa course effrénée pour continuer à exister et à faire parler de lui malgré les condamnations..." nous pensions qu'il évoquait la candidature écornée de François Fillon ! Quelle erreur pas un mot sur la bérézina parisienne à droite comme à gauche. Les petits esprits se focalisent évidemment sur un périmètre aussi limité que le leur, répètent, s'empêtrent, se dépêtrent, s'étalent sans grand talent, sinon celui de manier la gâchette maladroitement vers le plus proche. La cible facile.

 Etre d'un bord opposé à celui-là  n'est pas une raison pour injurier celui que vous voulez abattre sans grand succès depuis tant de temps Prenez modèle sur le commentaire du journaliste de Radio 1. Mais il est vrai que vous devez apprendre un métier qui vous échappe, qui vous fuit, et qui vous fait adopter la partie la plus facile, la brume de la méchanceté, sans réelle réflexion politique, pour vous servir uniquement de la bêtise et de la confusion qui déforme les jugements. Vive le Tahoeraa, vive Marine Le Pen. Ca vous ennuie ?Tant pis...

 

 

Voici avec quels mots le président du Tahoeraa a convaincu le Grand Conseil de voter en faveur de Marine Le Pen à l'unanimité. Il n'a rien laissé au hasard de la démocratie pure.

 

 

Chers compagnons, mes chers amis

L’évolution de la politique nous contraint une fois de plus à nous adapter.

Il est clair à présent, que rien n’est plus tout à fait comme avant, et pas seulement pour le Tahoera’a Huiraatira.

Ce qui fait la force de notre parti, c’est que nous avons toujours su nous adapter, nous avons toujours anticipé les situations, tout en restant fidèles à nos valeurs et à nos convictions. Nous avons toujours su agir et réagir.

Nous sommes réunis ce soir parce que nous devons prendre une décision importante dans le cadre des élections présidentielles à venir. Cette décision impactera durablement le Tahoera’a Huiraatira. Et comme souvent en politique, c’est un peu un engagement sur l’avenir qui nous est demandé. Il doit être réfléchi et analysé à la lumière de l’intérêt de notre Pays


Nous allons décider ensemble ce soir si nous apportons, oui ou non, notre
soutien à Marine Le Pen, ou à François FILLON, à la Présidence de la République.



* * *
                      
Campagne présidentielle ahurissante

Nous savons que Marine Le Pen n’est pas une candidate comme une autre. Elle est idéologiquement très marquée et son parti, le Front National, est situé à l’extrême droite. Marine le Pen fait tout pour rompre avec cette image passée. Elle a impulsé une nouvelle dynamique. Elle est allé jusqu’à exclure son propre père, Jean Marie Le Pen, afin de donner de son mouvement une dimension plus respectable, moins polémique, plus rassembleuse. Elle est en passe de gagner son pari. Elle est aujourd’hui en tête des sondages pour le premier tour et un nombre important de français lui fait confiance.

Il faut dire que nous sommes confrontés à une campagne présidentielle totalement inédite, pour ne pas dire ahurissante.


Pour la première fois les ténors de la droite comme de la gauche ont été exclus lors des primaires. A gauche le président de la République lui-même François Hollande a été écarté, et son Premier ministre Emmanuel Valls a été mis en minorité à la primaire. A droite l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy et l’ancien Premier ministre Alain Juppé pourtant donnés favoris ont été éliminés.

Nous voyons aussi que ce sont des candidats de second plan qui ont été préférés et qui sont à présent dans la course : François Fillon à droite, sur lequel personne ne pariait à l’époque, ou Benoit Hamon à gauche sur lequel personne ne pariait davantage. Ils sont contre toute attente les gagnants des élections primaires de la droite et de la gauche.

Et puis, il y a deux candidats hors système : Marine Le Pen à droite et Emmanuel Macron à gauche qui sortent du lot. Et nous observons que ce sont ces deux outsiders qui sont aujourd’hui favoris des sondages. Pour la première fois nous risquons d’avoir un second tour sans les ténors et sans les grands partis, que sont les Républicains et le PS. C’est inédit.
* * *
Si je fais ce rappel, c’est parce que c’est dans ce contexte très particulier que se place la décision que nous devons prendre. Celle-ci est née du fait que le parti avec lequel nous avons toujours cheminé depuis près de cinquante ans, le grand parti gaulliste qu’a été le RPR, dont je suis l’un des membres fondateurs, puis l’UMP et à présent les Républicains, a décidé de nous tourner le dos et de préférer le Tapura d’Edouard Fritch. Ca ne date pas d’aujourd’hui. Tout est parti du fait que lorsque Jacques Chirac s’est retiré Nicolas Sarkozy a décidé d’écarter tous les chiraquiens, dont je fais partie.

Les dissensions sont apparues dès février 2008 lorsque j’avais été exclu de l’UMP par Nicolas Sarkozy au motif que nous aurions trahis nos engagements républicains en nous alliant avec Oscar Temaru lors du 7/7/7. L’UMP a parlé à l époque : « d’alliance contre nature ».

On sait que c’est un faux prétexte, puisqu’un peu plus tard, en 2009, cette même UMP a demandé à Gaston Tong Sang de s’allier avec Oscar Temaru pour conserver la majorité et empêcher le retour de Gaston Flosse au pouvoir. En réalité, ils voulaient m écarter tout simplement. Pourtant, et beaucoup ici s’en souviennent encore, nous avions apportés un soutien sans faille à Nicolas Sarkozy et nous lui avions apporté un très beau score puisqu’il avait gagné l’élection en Polynésie française avec 52.825 voix, contre 46.733 à François Hollande. Mais c’est comme si tout cela n’avait jamais compté. Nous nous sommes ensuite inscrits à l’UDI.

Lors de notre grand congrès avec plus de 8000 participants qui s’est tenu à Vaitupa le 28 novembre 2015, nous avons apporté un soutien fort et clair à la future candidature d’Alain Juppé. Jacques Chirac nous avait dit : « C’est lui mon successeur, c’est lui qu’il faut soutenir, c’est le meilleur d’entre nous ».

Et je le connaissais bien, c’était un ami, puisque c’est avec lui, lorsqu’il était Premier ministre, que j’ai signé le Fond de reconversion, les fameux 18 milliards par an de la dette nucléaire.

Curieusement lorsque nous avons décidé de le soutenir, Alain Juppé s’est vraiment fait prier. Tearii Alpha était passé par là entretemps et s’était fait nommer mandataire. Lorsque Juppé est venu ici en visite en juillet 2016, qu’elle ne fut pas notre déception de l’entendre déclarer à sa descente d’avion, qu’il ne voulait pas de nous, qu’il n’avait pas besoin de nous. Voici ce qu’il disait précisément au micro de TNTV à son arrivée : « Je ne m’appuierai pas à l’avenir sur Gaston Flosse, pour mon action politique ici en Polynésie, même si j’ai entretenu des relations d’amitiés et de travail avec lui. Ses initiatives ont contribué à l’instabilité qui a affaibli la Polynésie. Par ailleurs il a ses démêlés judiciaires, donc je pense qu’il eut été de bon sens qu’il les mette en marge de la vie politique active ». Ce sont vraiment des propos inamicaux et maladroits. Ca n’a pas été facile à encaisser! C’est quelqu’un de très orgueilleux, nous connaissons la suite de son histoire.

Parmi les Républicains, des amis, notamment François BAROUIN, nous ont alors proposé de renouer avec Nicolas Sarkozy. Nicolas Sarkozy sait ce que nous représentons. Vous imaginez que cette décision n’a pas été facile à prendre non plus. Mais je me suis dit, il faut savoir tourner la page et ne pas garder rancœur du passé, si tel est l’intérêt de la Polynésie et du Tahoera’a Huiraatira.

J’ai donc rencontré Nicolas Sarkozy en octobre l’année dernière à Paris. Nous avons fait la paix, pour ainsi dire, et il s’est engagé à nos côtés. Il s’est engagé clairement, comme Marine Le Pen d’ailleurs, sur les grands points du programme du Tahoera’a Huiraatira. Nicolas Sarkozy était désireux de corriger certaines de ses décisions prises à l’époque. Il était sincère.

Nous lui avons apporté notre soutien à l’élection primaire. Malheureusement pour nous, il n’est pas passé. Alain Juppé non plus d’ailleurs. Contre toute attente c’est François Fillon qui est arrivé en tête.

Au second tour de la primaire, nous avons décidé de soutenir FILLON. Grâce à la mobilisation du Tahoera’a Huiraatira, nous avons pu multiplier par dix le score de François Fillon entre les deux tours, puisqu’il est passé de 653 voix à 6399 en Polynésie française. On se souvient des conditions mafieuses de vote de ces primaires organisées par le Tapura, dans des communes du Tapura. En dépit de cela aux IDV, nous étions à égalité avec Alain Juppé soutenu par le Tapura. Je me suis dit, c’est bon pour nous, Fillon va peut-être nous regarder autrement. Rien n‘y a fait. Je n’ai reçu aucune réponse à mes demandes de rendez-vous, pas même un accusé de réception à ma lettre que je lui ai envoyée dès le lendemain du second tour de la primaire pour le féliciter. Vous croyez sincèrement que ce sont des manières de faire entre gens qui se respectent ? Entre gens d’une même famille ?

Après un long silence de sa part, nous avons finalement appris dans la presse, que François Fillon avait accordé son soutien à Edouard Fritch et au Tapura lors de leur rencontre à Paris le 10 février dernier, sans que nous ayons été informé de quoi que ce soit.

 



* * *
 

Je ne conçois pas que le Tahoeraa puisse s'abstenir


Vous voyez donc très clairement, que ce n’est pas nous qui avons tourné le dos aux Républicains, mais bien les nouveaux responsables des Républicains qui nous ont tournés le dos. C’est leur choix.

Comme je l’ai déjà dit, en choisissant le Tapura, François Fillon nous a du même coup redonné notre liberté. La question est de savoir comment nous allons utiliser cette liberté ?

Je ne conçois pas que le Tahoera’a Huiraatira puisse s’abstenir, voter blanc ou donner la liberté de vote. Nous n’avons jamais abandonné un combat politique, nous avons toujours cherché à défendre nos convictions et nos valeurs à chaque occasion, même si autour de nous les alliés changeaient. Nous, nous n’avons jamais changé. Nous irons donc à la bataille de l’élection présidentielle et à celle des législatives, défendre avec conviction et panache notre programme.

Nous sommes un parti de droite. Nous avons toujours soutenu des candidats de droite. Il n’est donc pas question pour nous de soutenir un candidat de gauche.

A droite, il reste François Fillon et Marine Le Pen. J’ai donc envoyé le même jour aux deux candidats de droite notre profession de foi en vue des élections législatives, en leur demandant de se prononcer sur nos engagements. Vous voyez, François Fillon nous a tourné le dos, et en dépit de son attitude, je lui ai quand même envoyé notre profession de foi. J’ai tout fait pour maintenir le contact.

Marine le Pen a été la première à nous répondre. Elle m’a d’abord appelé pour me dire qu’elle avait bien reçu notre profession de foi et qu’elle allait nous apporter ses réponses point par point. C’est ce qu’elle a fait. Elle s’est engagée publiquement et par écrit. J’ai reçu sa lettre le lundi 13 mars. Elle soutient tout notre programme. Surtout elle soutient notre projet de statut de : PAYS ASSOCIE A LA REPUBLIQUE.

Puis est arrivée la semaine dernière, jeudi soir, le 16 mars, la réponse de François Fillon. Je ne pensais pas qu’il allait répondre. Sa lettre est évasive.

Il adopte des postures de principe, mais rien de bien précis. Vous en jugerez par vous-même dans un instant.

Je lui ai aussi demandé ce qu’il en est des engagements pris par Monsieur Laurent Wauquiez, lorsqu’il était Président des Républicains.

Lors de notre rencontre à Paris au mois d’octobre 2016, il avait promis de nous envoyer un protocole d’accord accordant au Tahoera’a Huiraatira l’exclusivité de la représentation des Républicains en Polynésie française et l’investiture pour nos candidats aux législatives. Nous n’avons rien reçu depuis. Entre temps, j’ai lu comme vous dans la presse locale, à son retour de Paris, qu’Edouard Fritch a annoncé qu’il avait obtenu les investitures et l’exclusivité de la représentation des Républicains pour le Tapura Huiraatira.

Il est donc important pour nous de savoir si les engagements pris en octobre dernier par Monsieur Laurent Wauquiez sont toujours d’actualité
? Pour l’heure je n’ai pas encore reçu de réponse.

Si nous décidons de soutenir François Fillon malgré tout, sa victoire en Polynésie française sera récupérée par Edouard Fritch qui dira : c’est le score du Tapura ! Et personne ne saura ce que nous représentons, et lui non plus d’ailleurs, alors que nous devrons ensuite affronter les législatives. Pour savoir où nous en sommes, nous devons nous démarquer du Tapura.

Comme d’habitude, Edouard Fritch a choisi un perdant. Il avait choisi Juppé, et nous Fillon à la primaire. Juppé a perdu, Fillon a gagné. Il a ensuite obtenu le soutien de Fillon, mais chacun sait qu’il sera battu lui aussi après toute la polémique judiciaire et sa mise en examen. Comme le disait Nicolas Sarkozy, la semaine dernière : « Fillon est mort de chez mort » ! En tahitien on dirait « Fillon ua pohe roa, Fillon est mort tout à fait »

 

Personne ici n'a envie de finir cocu !



Que reste-t-il ?

Soutenir Macron ? Mais Macron est de gauche. Emmanuel Macron n’a pas de programme pour l’outre-mer. Il n’a rien apporté à la Polynésie, bien au contraire.

De plus, son représentant outremer, Monsieur Max Dubois, n’a pas voulu me rencontrer lors de son passage en Polynésie au début du mois de mars. Lorsque les journalistes lui ont demandé s’il allait me rencontrer, il a répondu au micro de Radio 1 : « Vous n‘avez pas une autre question à me poser ? » C’est méprisant, vous ne trouvez pas ? Ce n’est pas la peine de chercher à s’allier avec des gens qui ne veulent pas de nous. Nous ne voulons pas d’eux non plus.

Et puis, même si Macron s’en défend, parce qu’il veut sans doute ratisser le plus largement possible, à gauche, au centre et à droite, il reste un homme de gauche. Il a été ministre de François Hollande qui a été le pire de tous les Présidents pour la Polynésie française dans un gouvernement socialiste pour mettre en œuvre une politique socialiste! Macron était cependant ministre de l’Economie ; un grand ministère, Macron, je pense qu’il aura vis à vis de nous les mêmes états d’âme qu’un Juppé.

Vous connaissez peut-être Jean d’Ormesson, un fameux académicien de l’Académie française, un grand écrivain qui est aussi journaliste. Voici ce qu’il dit : « Macron c’est le grand flou. Entre l’électeur de gauche et l’électeur de droite qui votent pour Macron, l’un des deux, forcément, sera cocu ! Mais toute l’intelligence de Macron est de faire croire à l’un que ce sera l’autre, et inversement ».

Je crois que tout est dit. Personne ici, j’en suis sûr, n’a envie de finir cocu !

Quant au candidat officiel du PS, Benoit Hamon, ce n’est même pas la peine d’y penser. Ne parlons pas non plus de Jean Luc Mélenchon.

Marine LE PEN est la seule qui veut de nous, elle l’a écrit. Elle nous soutien, en plus, elle s’engage clairement sur notre programme pour la Polynésie française.

Elle n’est pas une candidate de seconde zone, loin de là. Elle est la favorite des sondages, en tout cas du premier tour de la présidentielle. Et puis, il ne faut rien sous estimer : dans ce contexte électoral totalement chamboulé, elle conserve ses chances au second tour car les français veulent réellement du changement.

Après avoir fait l’inventaire des possibilités qui existent, je ne vois pas d’autres solutions. La seule alternative serait de s’abstenir, de voter blanc ou de laisser libre vote à nos militants et sympathisants. Ce serait pire et que ce serait une erreur politique qui bénéficierait à nos adversaires.

Je voudrais d’ailleurs réagir aux propos d’Edouard Fritch sur TNTV dimanche soir. Interrogé sur le soutien que nous apportons à Marine le Pen, il a parlé de trahison. Voici exactement ce qu’il a dit : « Je suis attristé, car pour moi le soutien à Marine Le Pen est une trahison de Jacques Chirac et du Gaullisme ».

Avouez qu’entendre le chef des traîtres nous accuser de traîtrise, ça vaut son pesant d’or. Mais c’est encore pire quand on se souvient des propos qu’il a lui-même tenu dans son bureau de la présidence, lorsqu’il a reçu Eric Minardi et son équipe du « Te Nati » le 15 novembre 2016. Nous étions à quelques jours de primaires et Edouard Fritch n’avait pas encore obtenu le soutien des Républicains. Sarkozy était candidat à la primaire et nous le soutenions. Edouard Fritch a alors déclaré à ce moment là et c’est dans un mail que Eric Minardi a envoyé à ses militants et qu’Edouard Fritch n’a jamais démenti : « le président Edouard Fritch m’a assuré qu’en cas de victoire de Sarkozy aux primaires LR il appellerait à voter Marine Le Pen ».

Et aujourd’hui, ce même homme ose venir nous accuser de traitrise. C’est lui le traître, le HOO AIA au Tahoeraa Huiraatira qui l’a élu. Je suis triste pour lui. Mais c’est Edouard, que voulez vous, capable de dire tout et son contraire.

Je viens de vous rappeler que c’est les LR qui ne veulent plus de nous et non l’inverse.


* * *

Les engagements de Marine Le Pen


Plus sérieusement à présent, je voudrais que l’on s’arrête un instant sur les principaux engagements de Marine le Pen pour la Polynésie.

Mais si je vous propose de voter pour Marine LE PEN c’est surtout parce qu’elle est la seule qui s’engage clairement pour nous, pour notre statut de Pays Associé, pour la Polynésie française.

• Elle s’est engagée à créer un grand ministère de l’Outremer en y rattachant la Mer, afin d’affirmer la vocation maritime de l’outremer. Ce grand ministère de l’Outre-mer et de la Mer sera directement rattaché au Président de la République. Ca ne s’est jamais fait dans le passé.
• Elle s’engage à respecter le statut d'autonomie de la Polynésie française et à faire évoluer nos institutions. Elle est favorable au statut de Pays Associé, sous réserve que les Polynésiens l’approuvent lors d’un référendum, que nous restions français, que l’Etat conserve ses compétences régaliennes. Nous sommes tout à fait en accord avec elle sur tous ces points.
• Elle entend développer une grande politique de la Mer, et développer les moyens de surveillance de l'espace maritime, avec le retour de la marine nationale en Polynésie française puisque c’est chez nous que la France a la plus grande superficie maritime.
• Elle s’engage à assurer l'indemnisation effective des victimes des essais nucléaires pour que nous puissions enfin tourner cette page.
• Elle s’engage à sanctuariser la dotation globale à hauteur de ce que Jacques Chirac nous avait promis, à savoir 18 milliards par an.
• Elle est d’accord pour investir massivement dans les infrastructures de Santé pour rattraper notre retard et les amener à la moyenne nationale.
• Elle est favorable à investir dans le logement social intermédiaire et à nous aider à résorber le manque de logements.
• Elle est d’accord à la création de l’Université de la mer, tournée vers les métiers de la mer qui conforterait la vocation océanique de la Polynésie française.

Pour compléter ces engagements, je voudrais projeter la lettre que Marine Le Pen m’a écrite et qui a été publiée dans la presse. C’est une lettre importante. Si vous en êtes d’accord, je voudrais que nous puissions la lire ensemble.
• * *
Arrêtons-nous un instant à présent sur la réponse de François Fillon.

• Il fait le constat que ça ne va pas.
• Il propose de revoir les relations entre l’Etat et la Polynésie française, et de ramener le niveau d’engagement de l’Etat à ce qu’il était en 2011 avant la fin des conventions, c’est-à-dire : la DGDE à 9.2 Milliards, le RST à 0 francs, la santé-solidarité à 0 francs, les constructions et les grosses rénovations à 0 francs.
• Il parle d’un meilleur accompagnement de l’Etat, notamment dans les secteurs de la santé et de l’éducation et de donner la priorité au développement économique sans autre précision.
• S’agissant de la question statutaire, il propose le maintien de la Loi organique du 27 février 2004 et il ne fait pas du tout référence au projet de statut de Pays Associé. On voit clairement qu’il n’est pas favorable à une évolution statutaire sauf si elle fait consensus. Or, on sait que Fritch n’en veut pas et l’Etat non plus.

Comme pour Marine Le Pen, si vous en êtes d’accord, nous allons lire ensemble la lettre de François Fillon.

• * * *Voilà, vous avez à présent connaissance de tous les éléments d’appréciation. Et vous pouvez comparer les offres. Entre quelques promesses de principe chez l’un, et des engagements clairs et précis, chez l’autre, faut-il hésiter ?

Encore une fois, je peux comprendre votre hésitation, mais regardons notre intérêt, et celui de la Polynésie. Nous faisons un pari sur l’avenir, j’en suis pleinement conscient. Croyez-vous sincèrement que les Républicains veulent encore de nous ? Assurément non.

En ce qui me concerne, le choix est fait.

Je voudrais préciser que soutenir Marine Le Pen ne signifie pas adhérer au Front national. Il s’agit pour l’instant de soutenir Marine Le Pen pour l’élection présidentielle. Son représentant en Polynésie, Eric Minardi, a déjà fait savoir dans la presse, que pour les législatives, son parti « Te Nati », présentera ses propres candidats, et nous les nôtres. Ainsi pour les élections législatives, nous sommes libres de nos engagements.

Marine Le Pen disait elle-même dans la presse nationale le 13 mars : « On est soutenu par un parti politique, mais on n’est pas la candidate du parti politique (…) Je suis présentée par le FN et soutenue par le FN (…) Je suis la candidate de tous les français »

Chers compagnons, nous serons amenés à nous revoir en fonction des résultats des présidentielles, pour les commenter ensemble et prendre de nouvelles décisions, mais surtout en fonction des résultats des législatives.
Mais ce soir, comme d’habitude, c'est-à-dire à la quasi unanimité je vous demande de soutenir la candidature de Marine Le Pen.

Nous pouvons à présent ouvrir le débat. Je vous remercie.

 

 

Au conseil des ministres nous avons sélectionné :

La Polynésie française est désormais invitée à participer à la Conférence des Nations Unies sur les Océans, co-présidée par les Iles Fidji et la Suède, aura lieu au siège des Nations Unies à New York du 5 au 9 juin prochains

 Organisée dans le cadre de l’agenda des objectifs de développement durable 2015-2030, cette conférence aura pour objectif d’appuyer la mise en œuvre et de faciliter le modus operandi de l’objectif de développement durable 14 portant sur la protection et la gestion durable de la mer et des ressources marines.

 La participation de la Polynésie à ce rendez-vous international paraît importante afin de confirmer notre implication régionale en tant que nouveau membre à part entière du Forum des Iles du Pacifique et de participer à l’effort régional et international de conservation des mers et de meilleur usage des ressources marines. La délégation aux affaires internationales, européennes et du Pacifique coordonnera la préparation et l’organisation du Pays à cette manifestation.

 La Polynésie française est désormais invitée à participer à la Conférence des Nations Unies sur les Océans, co-présidée par les Iles Fidji et la Suède, aura lieu au siège des Nations Unies à New York du 5 au 9 juin prochains. Organisée dns le cadre de l’agenda des objectifs de développement durable 2015-2030, cette conférence aura pour objectif d’appuyer la mise en œuvre et de faciliter le modus operandi de l’objectif de développement durable 14 portant sur la protection et la gestion durable de la mer et des ressources marines.


 

Programme des vols internationaux

 

Les compagnies internationales desservant la Polynésie française ont déposé, pour approbation, leurs programmes de vols pour la saison IATA Eté 2017, courant du 25 mars au 28 octobre 2017.

Les programmes de vols, similaires à ceux de la précédente saison Eté, s’articulent comme suit :

-          Air Tahiti Nui opérera 10 à 15 fréquences hebdomadaires à destination de Los Angeles, 3 fréquences hebdomadaires à destination d’Auckland, et 2 fréquences hebdomadaires à destination de Tokyo, au moyen d’un A340 de 296 sièges ;

La compagnie poursuit l’extension de son réseau en développant ses divers partenariats de partage de codes. Ainsi depuis décembre 2016, le partenariat avec American Airlines a été étendu aux escales de Charlotte, Portland, Philadelphia, Seattle et Toronto. Le code d’Air Tahiti Nui est également présent sur certains vols d’Air New Zealand, Air France, Qantas, Korean Air, et Air Calédonie International.

-          3 vols hebdomadaires de la compagnie Air France entre Papeete et Los Angeles au moyen d’un B777-200 de 280 à 312 sièges (suivant les périodes) ;

-          2 à 3 fréquences hebdomadaires d’Air New Zealand à destination d’Auckland au moyen d’un B787-9 de 302 sièges ;

-          1 fréquence hebdomadaire de la compagnie Hawaiian Airlines à destination de Honolulu, au moyen d’un A330-200 de 290 sièges ;

-          1 fréquence hebdomadaire de la compagnie Latam à destination de Santiago du Chili via l’Ile de Pâques, au moyen d’un B787-9 de 279 sièges offerts ;

-          1 à 2 vols hebdomadaires de la compagnie Air Tahiti à destination de Rarotonga, en partenariat avec Air Rarotonga, au moyen d’un ATR 42 de 38 sièges offerts (ou d’un ATR72 en cas de forte demande).

La compagnie Qantas conserve son partenariat avec Air Tahiti Nui et appose son code sur les vols à destination de Los Angeles et Auckland.

 

Répartition des sièges entre les organisations syndicales d’employeurs et de salariés au conseil d’administration de la Caisse de Prévoyance Sociale

 Le Conseil des ministres a approuvé en séance, la répartition des sièges entre les organisations syndicales d'employeurs et de salariés au conseil d'administration de la Caisse de prévoyance sociale (CPS) de la Polynésie française.

 La répartition des sièges en faveur des organisations syndicales d’employeurs est la suivante :

- Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) : un titulaire et un suppléant ;

- Fédération générale du commerce (FGC) : un titulaire et un suppléant ;

- Union patronale de Polynésie française (UPPF) : un titulaire et un suppléant ;

- MEDEF de Polynésie française : un titulaire et un suppléant ;

- Syndicat industriel de Polynésie française (SIPOF) : un titulaire et un suppléant ;

- Conseil des professionnels de l’hôtellerie (CPH) : un titulaire et un suppléant ;

- Chambre syndicale des métiers du génie civil et des travaux publics (CSMGCTP) : un titulaire et un suppléant ;

- Association française des banques / comité de Polynésie française (AFP/CPF) : un titulaire et un suppléant ;

- Association des transporteurs aériens locaux de Polynésie française (ATAL) : un titulaire et un suppléant ;

- Syndicat polynésien des entreprises et prestataires de services (SPEPS) : un  titulaire et un suppléant.

 

La répartition des sièges en faveur des organisations syndicales de salariés est la suivante :

- Confédération des syndicats des travailleurs de Polynésie Force ouvrière (CSTP/FO) : cinq titulaires et cinq suppléants ;

- Confédération A Tia I Mua : trois titulaires et trois suppléants ;

- Confédération des syndicats indépendants de Polynésie (CSIP) : deux titulaires et deux suppléants ;

- Confédération Otahi : deux titulaires et deux suppléants ;

- Confédération O Oe To Oe Rima : deux titulaires et deux suppléants.

 

 Courrier : ‌‌

Marine sera au second! Tous les medias français de gauche (pléonasme !) et les forces maçonniques en rêve, pour que Macron soit élu !
On ne peut pas ne pas voter pour François Fillon dès le 1er tour !
Il faut éliminer définitivement la gauche bo-bo incarnée par ce Macron crypto-ploutocrate adoubé par Soros et les autres requins de la finance internationale et du mondialisme qui veulent, pour prospérer et  renforcer l'hégémonie américaine, entretenir in fine la crise en France et en Europe !
Macron l'a dit lui-même : il est pour la "discrimination positive;"

Si Fillon ne passe pas, ce sera, à terme, la fin de la France !
Ce n'est pas de la politique fiction ! D.

 

Mais Oscar Temaru qui n'a pas eu le parrainage des élus orange ronge son frein. Il assure que le Tahoeraa vote Marine juste pour pour « sauver sa tête » en demandant la grâce présidentielle. C'est trop drôle !

Oscar Temaru a également révélé que le président du Tahoeraa lui avait proposé de le soutenir pour la présidentielle, en échange d’un « retrait aux législatives » du Tavini en faveur des candidats du parti orange. Une offre décliné par Oscar Temaru : « Nous ne sommes pas à vendre ». Là encore on sourit, cela s'appelle une "négociation" "je te donne ça si tu me donnes un poste de ministre ou une commission" C'est ce que font, en ce moment tous les leaders politiques en métropole et qu'Oscar, l'angelot ne nous dise pas qu'il est généreux à ce point de ne jamais rien négocier....!!Notamment pour passer de son côté à l'Assemblée à une époque pas si lointaine. Rappelez-vous le St Esprit....Même si Flosse pousse parfois le cochonnet un peu loin.


‌‌

Deux hommes, un tailleur et de deux !.

 Pierre Moscovici s’est fait offrir des costumes de luxe chez le même tailleur du 7e arrondissement parisien que François Fillon, révèle le Canard Enchaîné mercredi. Le commissaire européen, qui confirme l’information, se dit « pas du tout embarrassé »par cela, dès lors que ce sont de vrais cadeaux par de vrais amis, dans un vrai cadre privé », a répondu l'ancien ministre de l'Economie, assurant, « cela va de soi », que ces dons avaient été faits sans contrepartie.

Dans l’article du Canard enchaîné, le commissaire européen explique s’être fait offrir des costumes par un « vrai ami », négociant en vins fournisseur de l'Elysée et de Matignon. « En quarante ans d’amitié, leur nombre se compte sur les doigts d’une main. Et surtout, il n’y a pas de relation d’intérêt entre nous », affirme-t-il. On y voit comme un air connu avec le cadeau par des amis politiques de la vaisselle à Gaston Flosse !

 

Macron lors du grand débat sur TF1/LCI, OUPS !!!

 

Questions à Philippe Pascot. Auteur de « Pilleurs d’État » et ancien élu de la ville d’Évry (Essonne)

A
vez-vous été surpris par les affaires Fillon puis Le Roux ?

Pas du tout. Et aujourd’hui, on parle des enfants et des épouses, mais il y a aussi les maîtresses, les copains, les enfants des amis…


Ces affaires trouvent un fort écho dans l’opinion, est-ce le début du changement ?

Après l’affaire Fillon, la gauche a finalement peu réagi. Souvenez-vous, quand un enfant s’est fait mordre par un pitbull : dans la semaine, un texte de loi était voté. Pourquoi aucune loi n’a été déposée dans la foulée de l’affaire Fillon, alors qu’il n’y avait rien de plus facile ? C’est bien parce que tout le monde en profite. Mais les gens commencent à reprendre leur citoyenneté. Il faut utiliser le pouvoir du peuple, des médias, des réseaux sociaux, faire pression.


Pensez-vous qu’il faille interdire l’embauche de ses proches à l’Assemblée et au Sénat ?

Non, mais il faut définir le statut d’assistant parlementaire. C’est un boulot qui nécessite 5 ans d’études. Des filles d’élus qui n’ont même pas un BEP n’ont pas à faire ce boulot…


Êtes-vous un adepte du « tous pourris » ?

Je n’ai jamais dit tous pourris. C’est une grosse minorité. Le problème, c’est qu’il y a aussi une grosse majorité qui ferme les yeux. Pourquoi les lois ne sont-elles pas valables pour eux ? Le salarié doit pointer au travail, présenter un casier judiciaire vierge pour travailler… C’est notre argent qui paie les élus, ils sont nos employés.


Faut-il s’attendre à d’autres affaires ?


« Il y en a plein. Au total, j’ai cité 1 400 personnes dans mes livres, j’ai eu une seule plainte à propos d’une erreur que j’ai effectivement commise. J’ai découvert des élus qui ont monté une association avec leur femme pour récupérer leur enveloppe parlementaire, par exemple… Je milite pour une transparence totale de la vie politique.




Attaque à Londres : « Nous exprimons tout notre soutien au peuple britannique »

 



Ce que l'on sait de l'attaque à 19 h 30
 

Le Monde :
Le chef de l'antiterrorisme, Mark Rowley, a communiqué un premier bilan humain : trois personnes ont été tuées dont un policier.L'assaillant est également mort.
M. Rowley a également fait savoir qu'il y avait une vingtaine de blessés. Parmi eux, trois lycéens français originaires de Concarneau (Finistère).
Selon le chef de l'antiterrorisme qui vient de s'exprimer, les deux attaques, celle sur le pont de Westminster et celle à Old Palace Yard, l’entrée principale du Parlement britannique, ont été perpétrées par un seul assaillant, celui qui a été abattu par la police.
La police estime que l'attaque est de nature terroriste.




 

Les bonnes œuvres du Rotary

Le Rotary Papeete Tahiti va procéder Mercredi 22 Mars 2017 à 9h à une grande livraison de divers produits alimentaires aux sinistrés qui sont hébergés au Foyer Thabor à Pirae à côté du Restaurant Tehoa.
Cette livraison sera faite en présence des responsables du foyer, de la DAS et des services sociaux du territoire.
C’est la première des 3 actions programmées par le Rotary Club Papeete Tahiti durant le mois de Mars 2017 pour venir en aide aux sinistrés des dernières inondations.
Veuillez nous contacter au N° de téléphone Tel : +689 40 42 90 11
Tel : +689 40 56 31 37  pour plus d’information.

La volonté d'hommes nantis pour ceux qui le sont beaucoup moins. Merci pour eux..


 

 

 

Mardi 21 mars 2017

 

C'est au Radisson que le Tahoeraa Huiraatira doit tenir son Grand conseil ce soir  afin de connaitre la position sur le soutien à la candidature de Marine Le Pen du parti

Excellent dessin de Munoz (et bulles) dans le Tahiti infos aujourd'hui. Mieux qu'un édito.

 

Après les révélations ( lire ci-dessous) Bruno Le Roux quitte le gouvernement !

 

Une réunion de soutien à Marine Le Pen pour les présidentielles 2017, se tiendra le mercredi 22 mars à partir de 18 h à Paea route de la vallée d’Orofero (coté montagne face snack Bébé, plan en pièce jointe).
Des drapeaux polynésiens et français en bord de route vous en indiqueront l’emplacement exact
 

 

L’ex-ministre et président PS de l’Assemblée nationale Henri Emmanuelli est décédé à l’âge de 71 ans des suites d’une longue maladie, a annoncé ce mardi sa famille à l’AFP.

 Nous l'avions bien connu  lorsqu'il était Secrétaire d'Etat aux Dom/Tom ( devenu un ministère avec Jacques Chirac) et avions des conversations "musclées" intéressantes avec lui. Sous son air bourru c'était un homme sensible et attachant maniant un humour froid redoutable, balançant une dernière pique pour clore la conversation, à laquelle il ne vous laissait pas répondre. Un sourire narquois se dessinait alors sur son visage, l'air de dire : "Allez à la prochaine !"  C'était l'époque où l'on pouvait être de bords opposés, ferrailler dans des sortes d' épizooties bénignes, chacun dans son camp sans tomber dans une tambouille infecte.

Elu pour la première fois député des Landes en 1978, cet homme aux sourcils épais et à la voix rocailleuse, doté d’une très forte personnalité, avait été, entre 1981 et 1986, secrétaire d’Etat aux DOM-TOM puis au Budget du président François Mitterrand.

Trésorier du PS en 1987, il avait présidé l’Assemblée nationale de
1992 à 1993 avant d’être brièvement premier secrétaire du PS entre 1994-1995. Il avait alors été battu par Lionel Jospin pour porter les couleurs socialistes à l’élection présidentielle de 1995. Il était le père spirituel de Benoît Hamon

Rattrapé par les affaires, Henri Emmanuelli avait été condamné en 1997 à deux ans de privation de ses droits civiques dans l’affaire Urba de financement illégal du PS en tant que trésorier du parti avant de retrouver en 2000 ses mandats de député et président du Conseil général des Landes. Encore un départ définitif celui-là.

 

 

Affaire Fillon : L’enquête élargie à « des soupçons d’escroquerie aggravée » et « faux et usage du faux »aujourd'hui.

 

Les observateurs au débat d'hier auraient donné Emmanuel Macron gagnant face aux critiques de Marine Le Pen notamment concernant les grands groupes qui soutiennent le candidat EM. Et vous ?

Mais le grand gagnant du sondage étant pour les Français, Mélenchon Quant à Marine Le Pen, elle a loupé le coche en ne dévoilant pas les financiers  qui soutiennent financièrement et médiatiquement Emmanuel Macron lorsque celui-ci a accusé la candidate du FN de le diffamer.

Les Outre-mer évoqués à la dernière minute par le seul Hamon pour dire "on en a peu parlé". Ils ne sont pas vraiment intéressés, là-bas à Paris. 2° débat attendu.

 

C'est la Polynésie française qui a donné le plus de parrainages à la candidate Marine Le Pen près de 45 pour tout le territoire

 

Courrier : Pour ma part, j'ai trouvé Marine Le Pen assez percutante sauf pour se défendre de faire de la diffamation. Dommage! C'était le moment de coincer le beau parleur. V.

 

Mélenchon me plait. Il est clair, la grandiloquence de Macron  dont au final on ne retient rien. il manie l'ironie et les bons mots sans excès, et je trouve dommage qu'Hamon n'ait pas accepté une alliance avec lui. Fillon ne fait plus le matamore et Marine est dans son créneau S.P

 

Je ne comprends pas pourquoi on dit que les propos de Marine le Pen sont excessifs. Elle est contre le diktat européen et elle a raison. Il est anormal que les lois françaises sont soumises aux lois de l'Europe. On se demande à quoi sert l'assemblée nationale dans ce cas là. J'approuve Marine Le Pen quand elle explique qu'elle demandera la réduction du nombre de députés et de sénateurs qui s'engraissent sur notre dos, avec nos impôts. Un métropolitain en colère.P.

 

Merci à Moetai Brotherson, le mammouth gardien de la parole oscardinne d'avoir dit  avec sa suffisance habituelle sur Polynésie première qu'il fallait être "imbécile ou métropolitain" pour... je ne sais plus quoi. Il veut qu'on le respecte après ça ??????? Quant à la journaliste, qui a reçu l'affront en pleine figure elle n'a même pas sursauté voire ironisé. Mais ils savent bien ces indépendantistes aller à Paris demander l'aide " des imbéciles métros" pour les soutenir à L'ONU. Ils peuvent toujours courir !!! RS

 

RÉFLEXION DU JOUR :

Lorsque Dieu créa le monde, il décida d'octroyer deux vertus à chaque nation afin qu'elle prospère.
Ainsi il fit :
Les Suisses précis et pacifiques,
 Les Espagnols accueillants et festifs,
 Les Anglais flegmatiques et ironiques,
Les Japonais travailleurs et réalistes,
Les Italiens joyeux et mélomanes,
Quant aux Polynésiens, il décida :
 "Les Polynésiens seront intelligents, honnêtes et socialistes."


Lorsque le monde fut achevé, l'ange qui avait été chargé de la répartition des vertus demanda à Dieu :
 "Seigneur, tu as dit que tu octroyais deux vertus à chaque nation, mais les Polynésiens en ont trois... Est-ce pour cela qu'ils se croient toujours au-dessus des autres ?"
Mais Dieu lui répondit :

- En vérité, je te le dis, chaque peuple aura deux vertus, y compris les Polynésiens car chacun d'entre eux ne pourra en posséder que deux à la fois.

Cela signifie que :
si un Polynésien est socialiste et honnête, il ne sera pas intelligent,
s'il est socialiste et intelligent, il ne sera pas honnête,
s'il est intelligent et honnête, il ne peut pas être socialiste...

E
t voilà pourquoi Edouard Fritch soutient François Fillon tout en faisant la cour à François Hollande

 

 

 

Nouveau coup dur pour Fillon.

Une nouvelle affaire embarrassante pour François Fillon?
Dans son édition du mercredi 22 mars, le Canard enchaîné rapporte que l'ancien premier ministre a perçu la somme de 50.000 dollars pour avoir joué les entremetteurs entre Vladimir Poutine, le PDG de Total Patrick Pouyanné et un milliardaire libanais, Fouad Makhzoumi.

C'est en marge d'un déplacement au Liban pour aller rendre visite aux Chrétiens d'Orient, en décembre 2014, que l'ex-premier ministre croise une vieille connaissance, Fouad Makhzoumi, "l'un des leaders mondiaux du pipeline". Selon le palmipède, c'est à ce moment que François Fillon propose à ce dernier de le mettre en relation avec le numéro un du pétrole français et le chef du Kremlin.

Sept mois plus tard, en juin 2015, tout ce petit monde se retrouve à Saint-Petersbourg, au forum économique international. "Simple avant goût d'une plus longue rencontre, qui aura lieu, cette fois, à Paris", détaille le "Canard". C'est via sa société 2F Conseil que François Fillon a facturé cette prestation de "go-between" à la société "Future Pipe Industries". Le palmipède publie
une partie du contrat sur lequel figure la signature du député de Paris.

Interrogé par l'hebdomadaire satirique en février sur les activités de son entreprise, François Fillon avait assuré que celle-ci n'avait jamais conclu un contrat avec Total. Idem concernant la Russie, le candidat de la droite a toujours répété qu'il n'avait jamais touché le moindre dollar provenant "d'une entreprise russe, du gouvernement russe ou d'un organisme russe". En revanche, ce sont bien ses liens privilégiés avec le chef du Kremlin qui lui ont permis de signer ce contrat à 50.000 dollars.

 

Et vlan  voilà un autre petit Brunogate ! Au tour d'un ministre de gauche et non des moindres Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur qui a embauché ses filles, alors mineures, comme assistantes parlementaires

 JDD

 L'émission Quotidien, présentée par Yann Barthès sur TMC, a révélé lundi soir que le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux, lorsqu’il était député, a employé ses deux filles comme collaboratrices parlementaires, alors qu’elles étaient lycéennes puis étudiantes.

 Après l'affaire Fillon, une affaire Le Roux?

 Polémique après l'affaire Théo, soutien à Valls malgré la demande de Cazeneuve de rester neutre... Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur le temps de la campagne présidentielle, est à la peine depuis son arrivée à Place Beauvau. Les révélations de Quotidien, lundi soir sur TMC, risquent de lui compliquer un peu plus la tâche. L'émission de Yann Barthès indique en effet que le ministre, quand il était député, a employé ses deux filles comme collaboratrices parlementaires...alors qu'elles étaient lycéennes puis étudiantes.

 Interrogé par Quotidien, Bruno Le Roux n'a pas démenti : "Bien entendu, j’ai mes filles qui ont travaillé avec moi sur des étés, notamment, ou des périodes de vacances scolaires, mais jamais en permanence." Dans le détail, les filles de Bruno Le Roux, aujourd’hui âgées de 23 et 20 ans, ont, tout au long de leur cursus au lycée et pendant leurs études supérieures, bénéficié de CDD à l’Assemblée nationale comme collaboratrices parlementaires auprès de leur père, alors député PS de Seine-Saint-Denis. Au total, elles ont cumulé chacune 14 et 10 CDD, effectués pendant les vacances scolaires, entre 2009 et 2016.

 Des soupçons d'emplois fictifs?

 Les deux filles ont donc toutes deux commencé à travailler pour leur père quand elles étaient mineures, respectivement à l'âge de 15 et 16 ans. Rien d'illégal toutefois : si l'âge légal minimum pour travailler en France est de 16 ans, il est toutefois possible d'obtenir une dérogation si l'employeur est un parent proche. Sur le plan moral, Bruno Le Roux a par ailleurs rejeté toute accusation de népotisme en pleine affaire Fillon : "On parle d’un boulot d’été auprès d’un parlementaire. Et quand il faut faire du classement, quand il faut faire un certain nombre de tâches parlementaires, je trouve que c’est une bonne école de faire ça."

 Quotidien soulève toutefois un lièvre. Du 10 juin au 9 septembre 2013, la fille aînée de Bruno Le Roux a donc travaillé à l'Assemblée nationale... alors qu'elle effectuait un stage à plein temps pour un magasin Yves Rocher à Tournai, en Belgique. Comment a-t-elle pu assurer les deux postes en même temps? "Chaque contrat faisait l'objet de missions qui ont été honorées […], puisque ces missions ont pu être effectuées en horaires renforcés avant et après le stage, et en travail à distance durant le stage (travail de rédaction, mise à jour de fichiers, recherches, etc) et durant plusieurs jours supplémentaires à l'automne", a répondu à l'émission de TMC le cabinet de Bruno Le Roux.

 Un autre contrat, concernant la fille benjamine cette fois, poserait problème : elle était embauchée pendant un mois à temps plein du 20 avril au 20 mai 2015... alors qu'elle était scolarisée dans le même temps en classe préparatoire d'un lycée parisien. Là encore, le cabinet du ministre apporte une réponse : "La mission a pu être effectuée en horaires renforcés les premières semaines puis s'est poursuivie en plus du temps universitaire les semaines qui ont suivi jusqu'à ce que la mission confiée ait été réalisée."

  "Le Parquet National Financier va se saisir de l'affaire?".  concernant les contrats passés entre Bruno Le Roux et ses filles, embauchées comme collaboratrices parlementaires alors qu'elles étaient encore lycéennes, la droite soupçonnait qu'il y ait "deux poids, deux mesures", au regard du délai qu'il y avait eu entre l'éclatement du "Penelope Gate" et la saisine du parquet national financier (moins de24 heures).

 Si à l'époque plusieurs ténors de la droite dénonçaient la "célérité de la justice", ils sont nombreux aujourd'hui à souhaiter que le PNF se montre tout autant réactif. "Je constate que le PNF ne s'est toujours pas saisi quand il lui a fallu moins de 24 heures lors des révélations du 'Canard'", a déclaré sur BFM TV Hervé Morin.

 Sur Twitter, plusieurs membres du camp Fillon ont réclamé une enquête rapide sur le dossier, dont Thierry Mariani et Lionel Tardy.

 Pour l'heure, Bruno Le Roux a été convoqué par le premier ministre Bernard Cazeneuve pour apporter des explications sur ce dossier, et il n'est pas exclu qu'il soit contraint de démissionner dans la journée.Ce qui devrait arriver après la décision du PNF.

 

 Le PNF ouvre une enquête

 Après avoir "étudié les éléments révélés par la presse", le PNF a décidé d'ouvrir une en "une enquête préliminaire". "Elle a été confiée à l'Office central de luttre contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF)", indiquent les magistrats dans un communiqué (ci-dessous).

 Au-delà de l'aspect moral, il y a plusieurs éléments qui auraient pu expliquer une différence de traitement entre les deux affaires.

D'abord, le préjudice est estimé à 900.000 euros (brut) dans le cas de Fillon alors qu'il s'agit de 50.000 euros (toujours en brut) pour Bruno Le Roux. Ainsi, le caractère fictif de ces emplois n'a pas été pour l'instant dénoncé par Quotidien.

 Enfin, il y avait urgence dans le cas de Fillon puisque si d'aventure il était élu, les procédures auraient dû être mises en pause durant au moins 5 ans. Ce qui n'est pas le cas de Bruno le Roux, qui ne devrait plus être protégé par l'immunité au lendemain de l'élection. Pour autant, le PNF a tout de même décidé d'ouvrir une enquête.

 Au-delà de l'aspect moral, il y a plusieurs éléments qui auraient pu expliquer une différence de traitement entre les deux affaires.

D'abord, le préjudice est estimé à 900.000 euros (brut) dans le cas de Fillon alors qu'il s'agit de 50.000 euros (toujours en brut) pour Bruno Le Roux. Ainsi, le caractère fictif de ces emplois n'a pas été pour l'instant dénoncé par Quotidien.

 Enfin, il y avait urgence dans le cas de Fillon puisque si d'aventure il était élu, les procédures auraient dû être mises en pause durant au moins 5 ans. Ce qui n'est pas le cas de Bruno le Roux, qui ne devrait plus être protégé par l'immunité au lendemain de l'élection. Pour autant, le PNF a tout de même décidé d'ouvrir une enquête.

 

Polynésie

L’homme d’affaires Pierre Chanut, bien connu de la justice locale, souhaiterait implanter une banque « offshore » au Vanuatu : « Vanuatu Utlramarine Bank LTD ».Coucou le revoilà...

 Polynésie première.

 Après des mois de silence, l’homme d’affaires refait aujourd’hui surface. Domicilié au Pic rouge, mais actuellement à l’étranger, Pierre Chanut semble bien décidé à implanter une banque offshore au Vanuatu.

 En effet, il serait déjà à la recherche de partenaires pour assurer les services bancaires aux particuliers, les opérations bancaires d’investissements, et enfin, les activités bancaires marchandes. Le capital nécessaire à la création de cette nouvelle banque serait estimé, selon l’intéressé, à 20 millions de dollars US soit un peu plus de 2 milliards cfp.

 Selon l’intéressé, cet investissement pourrait rapporter un bénéfice net de l’ordre de 6 à 9% dès la quatrième année. D'autant que la fiscalité au Vanuatu est très avantageuse. 

Pierre Chanut aurait même déjà trouvé les locaux de cette future banque : 1500 m², près d’un centre commercial, au centre-ville de la capitale Port-Vila.

Mais voilà, au Vanuatu, on n’aurait pas entendu parler de cette banque, la Vanuatu Utlramarine Bank LTD. De même, aucun dossier de constitution d’une banque offshore n’a été déposé par Pierre Chanut aux dernières nouvelles. En clair, l’homme d’affaires souhaiterait surtout attirer les investisseurs pour créer cette banque.

 Un passé judiciaire

 Pierre Chanut est bien connu sur le territoire, notamment pour ses affaires judiciaires. En mars 2011, il a été mis en examen pour abus de confiance, escroquerie, et blanchiment. Ce qu’on lui reprochait à l’époque : avoir fait miroiter à des investisseurs polynésiens, entre2008 et 2011, de faux placements financiers à forts rendements pour un montant total de 500 millions cfp. Pierre Chanut avait passé près d'un an en détention provisoire.

 En novembre 2015, le tribunal correctionnel qui devait juger le dossier en première instance avait été contraint de renvoyer l'affaire en raison d'une erreur procédurale soulevée par l'avocat de Pierre Chanut, Me Smaïn Bennouar. Le conseil avait en effet soulevé que le greffe du juge d’instruction avait omis de lui transmettre la copie du réquisitoire définitif du parquet. Cette affaire devrait donc être prochainement audiencée.

  Des amis très bien implantés

 En attendant, pour mener à bien l’implantation de la Vanuatu Utlramarine Bank LTD, l’homme d’affaires s’est entouré de personnes bien connues en Polynésie.

Il se serait rapproché de l’agent consulaire des Etats-Unis, Christopher Kozely. C’est lui qui a payé la caution de 5 millions cfp de Pierre Chanut alors qu’il était en détention provisoire en 2011.(!)

Joint par téléphone, Christopher Kozely affirme n’avoir « jamais entendu parler de ce projet. Je ne suis pas du tout au courant. Je n’ai aucune participation dans cette banque ».

 La deuxième personne l’entourant serait un ressortissant français d’origine coréenne, Mr Soo Il Lee. C’est lui qui aurait rédigé les modalités de création de cette banque offshore. Ancien trader en bourse, il a été licencié en 2011 par la SNC BNP Paribas Arbitrage avant de rejoindre la Polynésie française.

 M. Sool Il Lee est arrivé à Bora Bora en novembre 2011. Il serait resté seulement trois mois afin d’échapper aux impositions fiscales sur la fortune. Mais, à son arrivée sur l’île de beauté, l’homme aurait fourni un certificat de résidence irrégulier, basé sur une fausse déclaration.  En effet, l’homme aurait volontairement changé sa date d’arrivée sur Bora Bora afin d’atteindre les 6 mois de résidence requis pour obtenir un certificat. Après une enquête révélant les faits, le maire de Bora Bora, Gaston Tong Sang, a donc annulé en 2012 ce certificat.

 Les autorités judiciaires s'interrogent

 Les autorités judiciaires surveilleraient de près les agissements de Pierre Chanut. D’autant que son nom est déjà apparu par le passé sur la liste des "Panama Papers" divulgué par le consortium international des journalistes d’investigation « The International consortium of investigation journalists ». Il a en effet été actionnaire d’une société offshore basée aux îles Cook.

ndlr : Les escrocs ne meurent jamais !

 

Dans le domaine du foncier dont le ministre de la Justice a dévoilé la plaque il faut rappeler, a précisé Edouard Fritch dans son allocution, que ce projet de tribunal foncier était prévu dans le statut de la Polynésie française mais était resté lettre morte jusqu’à ce que la Ministre qui vous a précédé, Christiane TAUBIRA, ne reprenne le dossier en 2014 et que vous poursuiviez à partir de votre nomination au ministère de la justice début 2016.

 (ndlr le Tapura en remerciement pourrait soutenir le candidat du PS mais point du tout il milite pour François Fillon. La droite dure.)

C’est ainsi, successivement :
- qu’une mission d’experts de la chancellerie a été diligentée en 2014,
- que la loi sur la justice du 16 février 2015 a conféré une organisation au futur tribunal foncier,
- qu’une mission de la commission des lois de l’Assemblée Nationale, que vous conduisiez, a évalué les problématiques foncières polynésiennes,
- qu’un contrat d’objectif a été signé entre la chancellerie et la cour d’appel de Papeete pour la mise en place de moyens supplémentaires destinés à réduire le stock des affaires pendantes en matière de contentieux foncier,
- que la délégation sénatoriale à l’outre-mer a rendu un rapport d’information sur la sécurisation des droits fonciers dans les outre-mer,
- et qu’un groupe de travail présidé par un universitaire a examiné les modifications envisagées du droit des successions.


Pour abriter le tribunal foncier, l’Etat et le Pays ont convenu l’année dernière d’un échange foncier. Cela a permis l’ouverture d’un chantier de réhabilitation d’un bâtiment existant, pour un montant de 1,290 millions d’euros, qui devrait s’achever en octobre prochain.

Pour parfaire ce grand projet, il conviendra encore d’envisager les modifications du droit des successions et de préciser, par un décret à venir, le régime des assesseurs du tribunal foncier.


Edouard Fritch se veut optimiste en espérant que le tribunal foncier sera opérationnel fin 2017.

 


Lundi 20 mars 2017

 

Une réunion de soutien à Marine Le Pen pour les présidentielles 2017, se tiendra le mercredi 22 mars à partir de 18 h à Paea route de la vallée d’Orofero (coté montagne face snack Bébé, plan en pièce jointe).Des drapeaux polynésiens et français en bord de route vous en indiqueront l’emplacement exact. (communiqué)
 

Le ministre des Solidarités, Jacques Raynal, a procédé lundi après-midi, à la signature de deux conventions avec respectivement des représentants de la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) et la Direction des Affaires Sociales, portant sur l’aide à la construction d’un espace senior et sur une subvention aux épiceries solidaires « Fare Hotu ».


Editorial

Le complexe de la tortue

Tahiti Today ne partage pas les programmes des candidats de gauche comme Mélenchon et Hamon mais au moins nous les croyons sincères à l'inverse de Fillon et Macron.

Fillon pour commencer notre semaine avec lui, emberlificoté dans une liste de soupçons incroyables est un grand malade. Certains sont accros au sexe, aux officines de massages érotiques, à l'alcool, à la cigarette, au chocolat, au sucre, que sais-je encore mais Fillon est atteint d'une maladie plus grave dans sa position, l'addiction à l'argent et à tout ce qu'il peut obtenir ou prendre gratuitement. Cette maladie, est-elle reconnue par le corps médical ? Il faudra poser la question à un médecin. Mais imaginez un instant qu'il soit élu contre vents et marées au " château". Ce sont les portes de la caverne d'Ali Baba, entendez de l'Elysée qui s'ouvriraient toutes grandes devant lui. Le Nirvana où tout, tout, est gratuit et où tout peut-être pris même les couverts en argents subrepticement  . De quoi nager dans un bonheur parfait avec en plus "le pouvoir"  doublé d'une immunité totale ! Non, il n'est pas un simple voleur. Mais il est atteint d'une pulsion qu'il ne peut pas réfréner.

Imaginez-vous, vous faire rembourser les frais de mariage d'un de vos enfants, ou leur piquer une bonne partie des salaires qu'ils pouvaient avoir grâce à vous ? Non ? Et bien "Monsieur" Fillon, oui. Et on ne sait pas tout. Mais on a compris au fil de ces dernières semaines que peu lui importe les commentaires de presse, auxquels il répond avec ironie " Et alors..." Il aurait pu ajouter à la tête des journalistes : "Vous êtes jaloux de mes costumes" ? En fait il s'est confectionné au fil du temps un parachute doré en cas d'atterrissage forcé ! Et on y est presque.

 Libération va plus loin encore dans son commentaire sur cet homme que nous découvrons  : "En réalité, peu lui importe que les montants soient petits ou mirobolants, que ce soient des cadeaux ou des abus de pouvoir : ce qui compte pour lui, c’est d’en prendre. De fait, les boulimiques s’empiffrent avec n’importe quoi, les alcooliques peuvent boire du kérosène, les dépendants au sexe coucher avec la première personne qui croise leur chemin.

 Peut-être François Fillon prenait-il des pièces de monnaie dans la tirelire de ses enfants? Ou l’aumône des aveugles qui attendaient devant les églises? Les pourboires que d’autres laissaient sur la table d’un restaurant? L’argent des sacs à main de ses collaboratrices quand, imprudentes, elles se rendaient aux toilettes? C’est difficile à comprendre, bien sûr. On ne traite pas l’addiction à l’argent comme une maladie. On se dit, c’est un voleur, c’est un immoral et plein d’autres épithètes désagréables alors qu’il est victime d’une pulsion morbide qu’il faudrait traiter. On dira que cette maladie est bien répertoriée et l’on parlera de «kleptomanie».

 (...)Il cède à une pulsion momentanée pour quelque chose qu’il voit et qui l’attire. Il ne se fait pas offrir des costumes aux montants extravagants à la seule fin de ne pas débourser cette somme de son compte chèques. Le kleptomane prend directement le costume du magasin et fuit sans se faire repérer. Il faut donc donner un autre nom à la maladie de Monsieur le candidat de Les Républicains. Il souffre du complexe de la tortue ( lire ci-dessous)

 

La proposition ou la réponse est venue de Thaïlande raconte Libération.' Le 6 mars, une tortue verte de 25 ans qui faisait office de mascotte avec ses congénères dans un parc de l’île de Koh-Loy fut opérée d’urgence. Elle avait avalé 915 pièces de monnaie, soit 5 kilos de métal… Le magot provenait des visiteurs superstitieux qui jetaient des pièces dans l’étang des tortues vertes. Ils imaginaient que par ce don, ils allaient vivre plus longtemps que ces animaux, c’est-à-dire environ jusqu’à 80 ans.

 Mais voilà, cette bête curieuse, baptisée depuis Om Sin («tirelire» en thaïlandais), s’est fait un festin de ces pièces, qu’elle mangeait à l’insu des gardiens et de ses congénères. A force, sa carapace fracturée, elle a fini par ne plus pouvoir nager. L’opération dura sept heures. On réussit à la sauver, mais il semblerait qu’elle se soit sentie dépouillée. Le labeur de toute une vie qui consiste à récolter de l’argent sur le dos des superstitieux tomba à l’eau du jour au lendemain. Pour augmenter son déshonneur, on la photographia en train de se reposer après l’intervention chirurgicale, magot sur la tête, comme pour signaler au monde entier son terrible larcin.

 Les juges qui auront affaire à François Fillon devraient peut-être tenir compte de l’histoire d’Om Sin avant de prendre toute décision.

Car François Fillon semble atteint de la même maladie que cette pauvre tortue. On pourrait l’appeler le complexe de la «tirelire» ou celui de la tortue verte qui voulait thésauriser, s’empiffrer d’argent, de n’importe quel argent, pourvu que celui-ci ne lui soit pas honnêtement destiné. Car Om Sin n’était pas honnête non plus. L’argent qu’elle a avalé avait pour but d’exaucer des vœux. Si au lieu de mettre en examen François Fillon les juges demandaient qu’on l’opère, peut-être que l’histoire judiciaire s’arrêterait là. On ne parlerait dorénavant que des trésors incongrus qu’on trouverait dans son estomac."

 

Et Macron ?

A force de marcher, d'arpenter la scène, de réciter son programme, il nous  submerge, nous noie, nous étouffe et nous force à régurgiter tous les mots qu'il nous balance "sans modération" d'autant plus que les zones d'incertitudes quand on peut reprendre son souffle sont importantes pour les électeurs métropolitains comme l'augmentation de la CSG sans contrepartie, la réorientation des provisions constituées par les Caisses de retraite vers les risques d'entreprise sans plus d'explications, la sur-taxation de l'assurance-vie, le blocage des pensions dont les retraités sont les principaux perdants en France. Fort heureusement nous ne dépendons pas de ces mesures car par chance nous  sommes autonomes mais sait-on jamais ?

 

 

 

La pédophilie chez les prêtres

L'enquête a duré un an. Le site Mediapart et l'émission Cash Investigation dévoilent ce lundi sur Internet et demain mardi, sur France 2, une enquête conjointe inédite sur 32 prêtres pédophiles au sein de l'Eglise catholique et la manière dont celle-ci les a couverts.

Une enquête au long cours qui révèle comment, en France, "plusieurs dizaines de prêtres auteurs de violences sexuelles ont été méthodiquement couverts, en connaissance de cause, par 25 évêques, sans que la justice n’en soit jamais informée", écrit le site d'investigation. Une omerta dont ont été victimes 339 personnes.


 

-Take a good way for your life !

Christian Vanizette de " Make Sense" et Jean Romain Micot de "French Tech" ont été excellents lors de leur conférence au Digital Festival Tahiti en ouvrant à tous ceux  ayant la volonté d'aller de l'avant l'accès à tout l'écosystème de Make Sense et French Tech ainsi que leurs hubs internationaux.. Ils ont  par ailleurs annoncé et officialisé le lancement de l'incubateur de Start-up à la CCISM en  enthousiasmant leurs auditeurs. La base du succès est de fédérer tous les gens porteurs d'une vraie volonté de réussite entrepreneuriale par le biais de l'économie numérique.

Les deux conférenciers n'ont pas faits que stimuler les entrepreneurs ils ont aussi annoncé le lancement de PRISM, nom temporaire pour le nouvel incubateur de start-up hébergé par la Chambre de commerce. Deux salariés de la CCISM  suivent déja une formation dans les incubateurs parisiens et américains de Make Sense. Deux gros concurrents à Steeve Hamblin qui jusque là occupait le terrain du "comment réussir."

 

Petite extrait de l'interview par Polynésie première de Moetai Brotherson, le plus futé  et le plus ironique des indépendantistes, conseiller d'Oscar Temaru, président du Tavini.

Journaliste : ...on parle des législatives, est-ce qu’au quotidien, au Tavini, vous profitez de la division des autonomistes ? Vous pouvez jouer sur les deux tableaux : Tapura et Tahoera, est-ce que cela fait vos affaires finalement ?

Moetai Brotherson : On n’est pas opportunistes au Tavini, je pense que les polynésiens regardent eux même la situation politique, regardent les gens qui changent de camp comme ils changent de vestes. Ils ont déjà beaucoup de mal à savoir qui est du Tahoera, Tapura, ils confondent. Ce sont les polynésiens eux même qui sont dans cette confusion et qui regardent à l’opposé le Tavini garder le cap.

Journaliste : Vous défendrez quelle idée, si vous devenez député, par exemple s’agissant du code général des communes dans son application avec tout ce que cela implique, traitement des déchets, le traitements des eaux usées a été reporté en 2025, vous êtes loin d’être prêts à Faa’a comme dans d’autres communes, vous avez encore vous une décharge à ciel ouvert. Est-ce que vous militerez pour reporter encore une nouvelle fois l’application des règles élémentaires, sanitaires, je dirais, faute de répondre aux critères ?

Moetai Brotherson : C’est une bonne question et je vous remercie de me la poser puisque Faa’a était la seule commune à l’époque oû le CGCT a été annoncé à prévenir des dangers du CGCT. A l’époque tout le monde nous avez dit : « mais non ça va être merveilleux, ça va être Disney land » aujourd’hui tout le monde se mord les doigts et donc nous nous avions dit à l’époque et nous n’avons pas changé de position, nous sommes des gens constants, que le CGCT est inadapté ici. Imaginer appliquer un document qui fait 900 pages à la mairie de Takume, mais il faut être fou ou métropolitain (ndlr la journaliste s'est bien gardé de relever l'ironie de l'insulte. Elle aurait pu, étant elle-même métropolitaine lui dire " merci" ! )pour pondre des âneries pareilles ! Nous avons demandé à ce que le code des communes qui existait, qui fonctionnait soit adapté comme ça été fait en nouvelle Calédonie et ça se passe très bien

Journaliste : Vous soutiendrez de nouveau cette idée, votre avis sur l’accord pour le développement de la Polynésie française qui vient d’être signé par Edouard Fritch et François Hollande à Paris

Moetai Brotherson : oui, c’est Kinder sans surprise ! On a fait un amalgame de mesurettes qui existaient déjà, qui avaient déjà été mises en place, la DGA, des conventions de sites et hop on a fait un papier cadeau, une espèce d’opération marketing.

Au début ils ont appelés ça les accords de Papeete maintenant c’est signé à l’Elysée, on ne sait plus trop, faudrait que ça soit signé à Papeete que ça soit les accords de Papeete... pour moi ça n’a pas d’assise parlementaire en France, ce n’est pas un document qui a une valeur devant le Sénat, qui a une valeur devant l’Assemblée nationale, ça n’a aucune valeur.

Pan la claque !
 

 

Dimanche 19 mars 2017

 

 

 

             Editorial en images prises sur le vif

 

 

Le ministre de la justice terminera son dernier voyage en Polynésie, avec rang de ministre,   en prison ! Oups non ! "Par"  la prison de Papeari ultra moderne, chambre individuelle, télé, salle de gym, masseur pour muscles endoloris, enfin tout pour passer un séjour agréable. Sauf pour les femmes qui n'y ont pas droit et pourtant l'Etat n'est pas musulman ! A moins qu'il ne se soit converti, sait-on jamais...

 Relevé sur Polynésie première : Tauhiti Nena a pris la décision de soutenir le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron .

Relevé sur TNTV : Tauhiti Nena devrait recevoir l'onction du parti EM pour les législatives dans la première circonscription.

C'est mardi 21 mars, le jour de l'arrivée du printemps, que le Haut conseil du Tahoeraa annoncera son soutien à l'un des candidats en lice !
 

 

Samedi 18 mars 2017

 

 

 

 

Mélenchon avait des accents gaulliens en faisant son discours " révolutionnaire" pour la 6° République devant 130.000 personnes place de la République ...Impressionnant. Il est certainement l'un des plus sincères des bonimenteurs d'aujourd'hui.

 

Lundi à 16 h 10 sur Radio Polynésie 1ère un débat en français opposera les divers représentants des candidats à la présidentielle.

 

s

 

Des policiers et pompiers sécurisent l'aéroport d'Orly le 18 mars, après qu'un homme a été abattu par les forces de sécurité de l'aéroport.

 PARIS - Un homme s'est emparé de l'arme d'un militaire en faction à l'aéroport d'Orly Sud près de Paris, dans le Val-de-Marne, ce samedi

18 mars, selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur interrogé par l'AFP. Il a été abattu par les forces de sécurité de l'aéroport.

 Vers 8h30 samedi dans le hall 1 de l'aéroport d'Orly Sud, "un homme a dérobé une arme à un militaire de Sentinelle puis s'est réfugié dans un commerce de l'aéroport à proximité avant d'être abattu par les forces de sécurité", a raconté à l'AFP le porte-parole du ministère de l'Intérieur Pierre-Henry Brandet. Il n'y a pas eu de blessé ni d'interpellation, a-t-il précisé.

  Les deux terminaux de l'aéroport d'Orly ont été fermés après les coups de feu. Près de 3000 personnes ont été évacuées du terminal Sud, et les passagers qui se trouvaient dans le terminal Ouest ont été confinées. Les autorités appellent à ne pas se rendre à l'aéroport.

 

Parrainages, c'est fini.

Oscar Temaru en a obtenu 55 ou un peu plus Il a perdu son pari, Marine Le Pen fait un bon score en Polynésie avec 35 élus qui lui ont donné leur soutien et François Fillon en obtient malgré tout 23 du Tapura. Alain Juppé n'étant pas candidat n'en a pas sollicité.

 

Courrier d'un lecteur de TTD :

Pseudologia fantastica.

« Pour mentir, il faut de l’imagination qui construit la fable » [sic] (1)
Oscar mythomane ? Pensez-vous !!!
And the looser is ? Le couperet est tombé : 109 parrainages, il en fallait 500…
Que sont-elles devenues ces 500 - voire 1000 - promesses de signatures fièrement annoncées sur la 1ère ??

Oscar pensait faire le buzz national. Pensez-donc, interviewé par le très indépendant Mediapart (le 13/2), quel flop national, « cela m’en touche une sans faire bouger l’autre ! » comme aurait dit Chirac.
Alors, il a remis le couvert au plan local sur Polynésie 1ère (le 26/2) et tout le monde a bien rigolé…
Dans l’émission « C dans l’air » du 9/3 consacrée aux « petits candidats », son nom n’a même pas été cité.

On regarde Oscar à la télé comme on regardait Georges Marchais dans les années 70/80, pas pour son message idéologique mais parce que l’on sait que l’on va passer un bon moment de télévision.
Avec Oscar, en moins théâtral que Georges, on a aussi notre compte de tartarinades, de mensonges éhontés, de formules à l’emporte-pièce, de postulats et de mimiques « syndrome Gilles de la Tourette »…


« Mentir est le talent de ceux qui n’en ont pas » [sic] (2)
Oscar n’est sans doute ni surpris ni déçu, il connaissait le résultat d’avance… Mais qu’importe, il a fait son show en Polynésie, il n’y a que cela qui l’intéressait. Il a roulé encore une fois dans la farine ceux qui croient en lui comme en la parole de Dieu…
Il va falloir qu’il attende pour sa fantasmatique déclaration de souveraineté mais, tel le Perceval des temps modernes, il poursuivra infatigablement et inlassablement sa quête du graal : son rêve indépendantiste.

Ce n’est pas parce que l’on ne croit plus en quelque chose, qu’il ne faut pas continuer à faire croire qu’on y croit encore surtout, quand cela vous rend légitime au regard des autres.
Tout flatteur ne vit-il pas aux dépens de celui qui l’écoute ??

On n’est pas rendu…Claude B
(1) Emmanuel Carrère
(2) Marie-Joseph Chénier (1764-1811)


 

Courrier de la Réunion

 Devant la foule de supporters hypnotisés venus l' applaudir , Macron lance cette phrase  en ouvrant les bras "je vous aime farouchement"
Si l' on en croit les unes déchaînées des médias Macron a le vent en poupe.


Nous assistons à la plus grande campagne de désinformation de tous les temps !
Remplacer F. Hollande par celui qui fut son conseiller économique avant d' en être le ministre , pour le pire fiasco économique qu' ait connu un quinquennat . ! !  Faut le faire. !
Macron est un sous produit qu'on veut nous refourguer comme un article neuf alors qu' il vient du fin fond de la boutique socialiste ; et paradoxalement c' est le candidat de la bourgeoisie branchée pur produit de la caste.

Son programme est un véritable leurre le changement dans la continuité , le même que l' "ex ennemi de la finance" hollande bis repentiras en pire . Des mesures ultra libérales même pas masquées  :
- baisse des dépenses publiques :  soit baisse des dépenses maladies de 42 milliards et baisse de l' assurance chômage de 28 milliards
Moins de fonctionnaires ( comme Fillon)
- réduction des budgets d' état  
- transfert des des pouvoirs à Bruxelles . Il offre sur un plateau les réformes exigées par le oligarques européens . En clair transformer la France en champ de bataille à la grecque . Plus aucune possibilité de décision politique nationale souveraine
- moins de pensions , des cadeaux pour le patronat
Application de la loi El  Khomry dont il est l'auteur
Augmentation de la C S G qui va frappé durement les retraités : c' est la poursuite du pack de responsabilité de hollande par d' autres moyens
- supprimer l' I S F pour pressurer les classes moyennes et supérieures dont les biens immobiliers constituent précisément la plus grande partie de leur richesse : c ' est ce qu'a fait plus vicieusement le moi président pendant cinq ans

Donc nous avons droit à une resucée du hollandisme en pire


En clair
Les jeunes à la mine . Les vieux au dépotoir . Les malades au mouroir . Les services publics réserves à ceux qui ont du pognon pour ne pas en avoir besoin
C' est un cauchemar Orwellien  mitonné à la sauce Huxley
Coluche disait : les hommes politiques , on devrait les faire souffler dans le ballon pour savoir s' ils ont le droit de conduire la France au désastre .
Les français seront ils toujours des veaux couillonnés ?


 Nicole  Dubarry

 

 

 

 

Vendredi 17 mars 2017

 

Marcel Tuihani accueille Jean-Jacques Urvoas


Le président de l’Assemblée, Marcel Tuihani, a reçu  vendredi en fin d’après midi, le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas.

 

Parrainages c'es

.

 

Présidentielle

Editorial

Que vous soyez puissant ou misérable , on vous reconnaitra à vos costards!

Il n'y a pas de fumée sans feu, surtout dans le milieu branché parisien ! C'est bien l’avocat Robert Bourgi  qui a réglé les costumes Arnys de François Fillon. Mais  deux costumes, ce n'était pas suffisant pour le député Fillon qui a aspiré goulument la générosité de l'avocat. Car, en effet, aux deux costumes s'ajouteraient, selon les révélations du tailleur, près de 35.000 euros réglés en liquide depuis 2012. Que voulez-vous ce n'est pas de la faute de l'ex premier ministre s'il doit conserver l'élégance que requiert sa vie politique. Du coup, l'avocat qui avait payé une fois, lâchera plusieurs fois des milliers d'euros pour payer deux vestes forestières, il faut bien penser à la décontraction coquette, de bon ton du week end, un blazer, deux pantalons et deux pulls en "mohair et soie". " Et alors".... a dit en haussant les épaules avec mépris face aux journalistes, ces manants qui l'interrogeaient, qu'il devait  considérer comme des loqueteux.

 Mais les cadeaux de ce montant doivent être déclarés au-delà de 150 euros au bureau de l'Assemblée nationale. On en est loin. Et du coup l'enquête des juges s'élargit à des soupçons de trafic d'influence L'avocat en question ayant bénéficié en 2012 du carnet d'adresses du député de droite, riche de nombreux dignitaires africains... Les charges qui pèsent aujourd'hui sur Fillon  sont lourdes. Très lourdes.

 Ce n'est pas tout.... Dans sa fuite en avant François Fillon devant 4.500 personnes survoltés à Caen, les Français sont impayables, dans un discours très  trumpiste a franchi un cran en fustigeant " le racisme anti-français" sorti tout droit  du racisme anti-blanc  au cœur des discours préparés par Patrick Buisson pour Nicolas Sarkozy. Il n'y a pas à dire Fillon dérape, dérape, dérape vers une extrême droite dont Marine Le Pen, elle ne se reconnait pas et dont elle s'est éloignée à grands pas...depuis des années.

En regrettant de ne pas être un justiciable comme un autre François Fillon tire un "pique", car à Paris écrit une avocate dans le N.Obs "des peines de prison ferme sont prononcées toutes les vingt minutes à l'encontre des "justiciables ordinaires" sur la base d'un seul rapport de police". Oups ! Encore une mauvaise pioche il aurait mieux fait de se taire.

En faisant siffler les juges et les journalistes lors de discours dans lesquels  son ancien mentor Philippe Seguin  se retournerait d'indignation dans sa tombe, François Fillon, comme on le constate tire de très mauvaises cartes sans gêner outre-mesure les électeurs ni le président polynésien qui espèrent toujours le mettre le mettre sur le trône doré de l'Elysée.... où tout est gratuit !

 

 NB :Faire la  cour à Hollande tout en soutenant Fillon, Fritch est un as de l'équilibre.

 

Signature à l’Elysée de l’Accord pour le développement de la Polynésie française

 Le Président de la République et le Président de la Polynésie française se réjouissent de la signature, ce jour, de l’Accord pour le développement de la Polynésie française (Te avei’a o te fenua). (ndlr : Hollande ne risque plus rien il signe ce qu'on veut à la veille de son départ)

 Cet Accord consacre la relation de confiance qui prévaut entre l’Etat et la Polynésie française. Il acte des ambitions partagées pour le développement économique, social, culturel et environnemental de la Polynésie française.

 Dans le respect de l’autonomie de la Polynésie française et des compétences de l’Etat, l’Accord :

- prévoit un accompagnement des investissements publics structurants, en particulier ceux qui concourent au désenclavement du territoire ;

- réaffirme l’importance du rôle des communes ;

- fixe les orientations d’un développement économique porteur d’emplois pour la jeunesse polynésienne ;

- confirme l’appui de l’Etat au développement social et à l’épanouissement culturel de la population polynésienne ;

- réaffirme une volonté commune de favoriser l’insertion de la Polynésie française dans son environnement régional.

 Il est le fruit d’une écoute, une compréhension et un respect mutuels ainsi que d’une concertation étroite entre le gouvernement de la Polynésie et de l'ensemble des ministères concernés. Olé !

NB Quand on a vu que les promesses de Hollande ont mis près de deux ans à se réaliser... On peut retourner le sablier.

 

 Marine Lepen ayant appris que la représentante Tahoeraa Sandra Manutahi Lévy-Agami était à Paris, l’a reçue à sa permanence du Faubourg Saint-Honoré le mardi 7 mars pour la remercier de son parrainage..

Gaston Flosse dément avoir pris une décision concernant Marine Le Pen même si dans les faits on ne peut en douter. Il attend la décision du grand conseil de mardi pour annoncer publiquement celle qui sera prise.

 

Le ministre en charge de l'Environnement, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a participé vendredi, à Suva, à Fidji, à la réunion de haut niveau des Dirigeants du Pacifique pour la préparation de la Conférence des Nations Unies sur les Océans à New York en juin proch

 

Contrairement à ce que nous avions annoncé en créditant Tahiti Infos de l'annonce de l'augmentation du prix du tabac, c'est en effet TNTV qui  dès le mois de novembre a pris tous ses confrères de court. Voici le lien qui corrobore ce rectificatif. C'est avec plaisir que nous rendons à César......la paternité de cette information.

http://www.tntv.pf/Le-tabac-va-augmenter-de-387-en-2017-_a15154.html  

 

 C'est la plus grande donation de terres privées de l'histoire

 Le gouvernement chilien a reçu jeudi 407.625 hectares de la veuve de Douglas Tompkins, millionnaire écologiste américain controversé. Douglas Tompkins, cofondateur de la marque de vêtements The North Face et ardent défenseur de l'environnement, est mort fin 2015 à l'âge de 72 ans dans un accident de kayak au coeur de la Patagonie chilienne. C'est Kristine McDavitt, sa veuve, qui a cédé ces terres à l'État chilien lors d'une cérémonie dans le parc Pumalin, afin que ce dernier prenne en charge leur entretien et que le public puisse y accéder.

«Après des mois de travail en commun, nous concrétisons ce qui est une bonne nouvelle pour notre pays et nous honorons la générosité et l'amour de la nature de Douglas Tompkins», a déclaré la présidente chilienne Michelle Bachelet en signant le protocole d'accord pour la donation de 407.625 hectares, qui doit encore être officialisée par un décret présidentiel. «C'est l'effort le plus important de l'histoire et j'espère que cela servira de modèle pour d'autres pays», a déclaré de son côté Kristine McDavitt.

Le don de ses terres va permettre la création de trois nouveaux parcs nationaux sur ces terres de la Patagonie chilienne: Pumalin, Melimoyu et Patagonia. De son côté, le gouvernement chilien va faire don de 949.000 hectares pour la création de ces parcs selon la BBC.

 

Guyane : Ségolène Royal violemment prise à partie par le "collectif des 500 frères" en pleine conférence internationale


site 20 minutes

Vêtus de noir et cagoulés, le "collectif des 500 frères" a violemment interrompu la conférence internationale de la Convention de Carthagène qui se tenait en Guyane. Les manifestants ont demandé à Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie, d'agir pour "arrêter la violence".


Entre quarante et cinquante hommes vêtus de noir ont pénétré dans l'enceinte de la CTG, Collectivité Territoriale de Guyane, ce vendredi
17 mars, alors que se tenait la conférence internationale sur la convention de Carthagène en présence de Ségolène Royal. La ministre de l'Ecologie devait défendre la protection du milieu marin de la région des Caraïbes, en présence des représentants de pays de la zone, tels que les Etats-Unis, les Bahamas, la République dominicaine ou encore le Guyana.

T-shirts noirs et cagoules

La conférence initialement prévue a été interrompue dans la matinée par l'irruption de plusieurs dizaines d'hommes vêtus de T-shirts noirs et cagoulés dans l'enceinte de la CTG.
"Nous ne sommes pas des méchants. Vous êtes en sécurité avec nous, ce n'est pas la peine d'appeler des renforts", ont-il assuré le visage dissimulé à la ministre de l'Ecologie, qui les écoutait aux cotés du président de la CTG, Rodolphe Alexandre. Regardez les images de Guyane 1ere.


Le collectif a profité de la visite de la ministre dans le département pour lui demander d'agir pour "arrêter la violence". Depuis l'aube, les membres du collectif ont bloqué plusieurs consulats dont celui du Suriname et du Brésil. Ils exigent de ces pays voisins qu'ils "reprennent leurs délinquants".

Un incident diplomatique ?

Après cet incident plusieurs délégations sont parties sur le champ, refusant de participer à la suite des échanges de la convention de Carthagène. Choqués et craignant pour leur sécurité, plusieurs membres des délégations dont celle des Etats-Unis ont demandé à écourter leur séjour en Guyane.

Selon Rodolphe Alexandre, les conséquences de cette action seront graves. "Je ne sais pas comment on pourra rattraper cette image, a déclaré le président de la collectivité territoriale sur Guyane 1ère.
Les gens ont pensé que c'était un mouvement terroriste à cause des cagoules. Autant je suis ému, autant des délégations sont totalement touchées".


Inauguration du pont de l'Oyapock reportée ?

Ségolène Royal devait assister ce samedi 18 mars à l'inauguration du Pont de l'Oyapock qui relie la Guyane et le Brésil. Elle a annoncé qu'elle ne s'y rendrait pas, son homologue brésilien n'ayant pas prévu d'y être présent. Elle n'a pas établi de lien entre cette annulation et les événements de ce vendredi.
 

 

 La1ere.fr avec AFP

La Cité des Outre-mer, attendue depuis de nombreuses années, sera lancée symboliquement vendredi à La Villette à Paris, pour honorer la promesse de campagne de François Hollande, qui figurait déjà dans le programme de... Lionel Jospin en 2002. (ndlr:  plus c'est long, plus c'est bon !)

François Hollande assistera lui-même vendredi au lancement symbolique de ce lieu destiné à promouvoir et valoriser les cultures, les arts, les traditions et coutumes des territoires ultramarins, en présence notamment de la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts et de nombreux élus ultramarins.

Les travaux débuteront "dans quelques mois"

Une vidéo de présentation du projet devrait notamment être diffusée, le "graff" d'un artiste ultramarin dévoilé. Les travaux eux débuteront dans quelques mois, précise-t-on au ministère des Outre-mer. Le ministère des Outre-mer a prévu dans son budget 2017 un financement de
10 millions d'euros pour cette Cité.

Un serpent de mer vieux de 15 ans

"Je créerai une cité des Outre-mer en Ile-de-France pour mettre en valeur l'histoire, la mémoire, la culture des outre-mers", affirmait François Hollande dans ses engagements de campagne de 2012. Il avait repris à son compte cette proposition de l'ex-Premier ministre Lionel
Jospin: la création d'un "cité de l'outre-mer" à Paris, dont l'idée avait été lancée par l'ex-candidat lors de sa campagne malheureuse pour l'Élysée en 2002. "C'était un projet du gouvernement de Lionel Jospin qui était attendu. Ensuite, il a été relégué, abandonné", avait alors expliqué François Hollande.



Un long processus

En 2015, un accord pour le financement avait été trouvé entre la ministre des Outre-mer de l'époque George Pau-Langevin, l'ancien président de la Région Ile-de-France Jean-Paul Huchon et la maire de Paris Anne Hidalgo. Pendant sa campagne des régionales, Valérie Pécresse, nouvelle présidente de région, avait dit son soutien à la création d'une telle structure. Mais la recherche d'un lieu adéquat a pris beaucoup de temps. Le choix du parc de La Villette a finalement été acté en 2016.


"Mettre en valeur les cultures"

Même avant sa campagne de 2002, Lionel Jospin, alors Premier ministre, avait lancé en 2001 "une mission de préfiguration" pour cette cité des Outre-mer. "Cet établissement aura pour vocation de mettre en valeur les cultures et les savoir-faire de tous les outre-mers français. Il offrira aux associations animées par des originaires de l'outre-mer un centre de ressources", avait-il expliqué.

L'Ile-de-France concentre 600.000 originaires d'outre-mer sur le million estimé dans l'Hexagone, selon des chiffres de 2013.


 

Jeudi 16 mars 2017

Le président Obama en vacances à Tahiti pour écrire ses mémoires.

 

 

 

Campagne présidentielle :

Editorial

 Quand François Fillon radote en meeting et poursuit sa victimisation. En clair il atteint sa cote d'alerte !

 «Je suis comme ces combattants balafrés»...

 Faire des meetings, c'est se répéter, souvent. Mais là, on a comme l'impression que le disque de François Fillon est un peu rayé, écrit le site 20 minutes . On est d'accord.  Et si on avait le temps on pourrait relever dans les discours de nos propres hommes politiques localement, les mêmes répétitions.

En meeting à Pertuis dans le Vaucluse mercredi, au lendemain de sa mise en examen, le candidat Les Républicains à la présidentielle  a lancé au public : « Je reviens de loin. Je suis comme ces combattants balafrés qui n’ont pas appris la vie dans les livres ». Et cette phrase fait tilt dans l'auditoire, c'est normal, le député de Paris a déjà prononcé cette phrase, au mot près, dans deux précédents meetings, à Nîmes et à Besançon à quelques jours d'intervalles.

 Une stratégie de communication basée sur la répétition. à l'identique de celle d' Emmanuel Macron. Sauf que ce dernier nous en met pendant près de trois heures à chaque meeting et qu'à la fin, on a oublié  ce qu'il a dit au commencement. Mais, revenons  dans le roman Macron pour mieux comprendre le personnage et surtout savoir ce qui se passe dans ce jeu de poker menteur. Fillon n'ayant plus rien à prouver.

 Le 28 octobre 2014, le tout nouveau ministre de l'Economie, Emmanuel Macron autorisait le rachat de SFR par Patrick Drahi, baron millionnaire de la presse, contre l’avis de son prédécesseur Arnaud Montebourg. Dans les 6 mois qui ont suivi cette décision, la valeur du groupe de Drahi a plus que doublé et a fait gagner plus de 14 milliards d’euros à ses actionnaires. Bonne pioche !

Pour remercier Macron,  Drahi, car tout à un prix, a mis son groupe de médias à disposition de sa campagne et a organisé un matraquage médiatique sans précédent en faveur de Macron. Ce soutien s’organise d’ailleurs de manière tout à fait évidente. Un proche de Patrick Drahi, patron du pôle médias du groupe Altice, Bernard Mourad, rejoint Macron pour organiser son mouvement « En Marche » en Octobre 2016. Bernard Mourad, ancien banquier de Patrick Drahi, s’était plus particulièrement occupé, en 2014, de l’opération de rachat de SFR. Depuis février 2015 il est le patron de la branche média du groupe Altice, c’est-à-dire la personne qui dirige l’Express, Libération, BFM TV et RMC. Vous voyez déjà le portrait robot qui se dessine.

 En autorisant le rachat de SFR, Macron, en effet, fait d’une pierre deux coups. Cette opération se révèle fort juteuse pour son clan , puisque la banque d’affaires qui se charge de cette vente n’est autre que la banque Lazard. La banque Lazard est dirigée en France par Mathieu Pigasse, propriétaire du journal Le Monde et soutien essentiel de la campagne d’Emmanuel Macron. Les banques d’affaires toucheront de l’ordre de 260 million d’euro de commissions sur ce deal. Tout s'enchaine à la perfection pour celui auquel on donne le bon dieu sans confession avec sa mine d'angelot gentillet, plus blanc que blanc mais déjà doté d'un redoutable sens de la magouille financière et de l'apparence. D'où sa réserve sur le cas Fillongate.

Or, si l’on veut moraliser la vie politique et éviter les conflits d’intérêts, est-il normal que le patron d’une banque qui est aussi patron de presse soutienne un candidat dont la décision lui a rapporté autant d’argent ? Le 22 février Bayrou se ralliait à Macron sous quatre conditions. Macron acceptait avec un cynisme écœurant la condition suivante : « Je demande expressément que le programme du candidat comporte en priorité une loi de moralisation de la vie publique, en particulier de lutte contre les conflits d’intérêt. Je refuse, comme je l’ai refusé toute ma vie que des intérêts privés, de grands intérêts industriels ou financiers, prennent la vie publique en otage. Je ne cèderai rien sur la séparation nécessaire de la politique et de l’argent." Naïf Bayrou !

 Mais en vérité ce n'est pas qu'un simple coup de balai qu'il faudrait donner à la France, risée du monde, mais un grand nettoyage au karcher. Tenez, l'une des plus belles performances de la République aura été de laisser  cumuler pendant des années, attendez je reprends mon souffle, les très lourdes fonctions de Anne Hidalgo en tant que  premier adjoint au maire de Paris en charge de l'urbanisme, de conseiller régional de l'Ile de France, de secrétaire nationale du PS tout en travaillant à temps complet à...l'inspection du travail avant de devenir elle même maire de Paris ! En étant, bien sûr, rémunérée dans chacune de ces fonctions. Une perte pour l'Etat, beaucoup plus importante que celle occasionnée par la rémunération certes excessive de Pénélope Fillon.

 

 


Natacha Polony, extrait de son analyse qui rejoint la nôtre sur son site l'Imprécateur.

L’affaire Fillon dépasse largement la personne même de l’ancien Premier ministre. C’est vous qui êtes pris à la gorge et qui devenez l’otage d’un pouvoir occulte, dont vous pressentez l’existence, mais que vous ne savez pas identifier, que nous appelons « le Système ».
Le Système est informel et anonyme. Ceux qui le manipulent pour leur plus grand enrichissement sont des gens discrets. Apprenez à les connaître. Ils ne sont pas de droite, ni de gauche, mais ils savent se servir de la Droite et de la Gauche pour s’enrichir toujours plus.
 La Gauche au gouvernement taxe plus les citoyens et emprunte beaucoup plus aux banques internationales que le fait la Droite. Ils préfèrent donc la Gauche et soutiennent financièrement celle qui leur rapportera le plus de dividendes. La France va en mourir ? Quelle importance ? Ils sont socialement mondialistes et financièrement internationalistes.
La presse française est tenue par l’Elysée qui la subventionne et lui envoie des « éléments de langage » et des milliardaires. Il faut s’en souvenir, chaque fois que vous ouvrez Le Monde, Libération, L’Express, l’Obs… ou que vous écoutez BFMTV, Canal +…
> Ils ont des noms : Banque Lazard, Banque Rothschild, Pierre Bergé, Parick Drahi. Vous croyez qu’ils ont des convictions de droite ou de gauche ? Mais non, leur seul croyance, c’est la Finance !
> Vous croyez qu’il financent les médias par souci de la démocratie ou de la liberté de la presse ?
> Mais non, ils perdent tous de l’argent avec la presse, mais elle leur permet de placer au pouvoir, jusqu’au sommet, leurs candidats, ceux qu’ils ont choisi parce qu’ils feront voter les lois et les mesures de finances internationales qui leur permettront de faire des profits énormes sur le marché mondial. Plus que les quelques millions que leur coûtent en France le financement des medias, les sondages biaisés et la rémunération défiscalisée des journalistes.
> D’autant qu’ils réussissent à vous en faire payer le plus gros par la redevance télé et la part de vos impôts (pas ceux des politiciens qui en paient moitié moins que vous ou des journalistes qui, pour la plupart n’en paient pas) qui abreuve les milliards des subventions !
Les élus de la Droite s’énervent et demandent à leur chef de se retirer. Le chef est là pour leur faire partager la victoire, non pour les conduire à la défaite. Il faut gagner demain ! Et demain, leur répètent les sondages du moment, est incertain.

 

Cérémonie d’ouverture du Digital Festival Tahiti

Le ministre en charge du Numérique, Jean-Christophe Bouissou, et le Vice-président, Teva Rohfritsch, étaient présents, jeudi matin, à la Chambre de Commerce, d’Industrie, et des Services et des Métiers (CCISM), à Papeete, afin d’assister à la cérémonie d’ouverture de la première édition du Digital Festival tahiti.

Le Digital Festival Tahiti, qui se tiendra du 16 au 18 mars, a pour double objectif de sensibiliser le grand public au nouvel écosystème digital mondial, ainsi que d’en poser les bases en Polynésie française. Quatre univers seront présentés à travers plusieurs ateliers et conférences : IoT & Vie connectée (domotique, objets connectés et réalité augmentée), IA & Robotique (humanoïdes, exosquelettes, et drones), Arts Numériques (espace 3d, jeux vidéo et autres arts numériques) et enfin Digital Business (magasins connectés, vision client 360°, m-paiement sans contact).

A cette occasion, une vingtaine de leaders mondiaux de leur secteur et des start-up de la FrenchTech partageront leur expérience avec le grand public, les professionnels et porteurs de projets. Parmi eux, SoftBank Robotics (le leader mondial en robotique), Ubisoft Montréal (un important studio de développement de jeux vidéo), Tink&Go NFC, et IBM Montréal, seront présents durant ce festival.

Lors de son intervention, Jean-Christophe Bouissou, a indiqué à l’occasion de ce grand évènement du numérique dans le Pacifique insulaire, co-organisé par le Pays, l’Office des Postes et Télécommunications (OPT), et la CCISM, que le gouvernement avait la volonté d’accompagner la transition numérique, avec notamment la mise en place du Schéma directeur d'aménagement du numérique de la Polynésie française (SDAN-PF).

Le ministre a également souligné les opportunités commerciales que le numérique pouvait représenter pour les entreprises polynésiennes. Il a ainsi évoqué la mise en place du concours d’innovation numérique visant à encourager et soutenir la création, le développement et la mise sur le marché de projets numériques innovants ou d'intégration originale au contexte de la Polynésie française. Ce concours a pour objectif de développer de nouveaux produits ou services novateurs par leur contenu, leur procédé de réalisation, leur modèle économique ou leur expérience proposée.

Enfin, le ministre a exprimé son souhait de voir le Digital Festival être pérennisé, avec d’autres éditions de l’événement dans les années à venir. A l’ouverture de cette première édition, 1600 tickets d’entrée électroniques ont déjà été comptabilisés.


 

La 4G chez Vini  et des Smartphones à moins de 15.000 Frs

Les premiers a  lancer la 4G après Vodafone,  premier à l'annoncer, a lancé en souriant Yannick Teriierooterai, directeur général de Vini. Mais tout ne se fait pas à coups

 d'annonces médiatiques. Vini a donc été dans l'obligation de moderniser ses antiennes relais. 25 sites ont en conséquence été modifiés sur la zone urbaine dans un "coeur de chaîne" fourni par Nokia et de nouveaux relais radio fournis par Ericsson a précisé le directeur général de Vini dans sa conférence de presse. A retenir que les nouveaux "Smartphones" sont en vente à moins de 15.000 Frs dans les boutiques Vini.Une aubaine !



 

Mercredi 15 mars 2017

 

Alex Duprel après Louis Francius s'en est allé. Se sont-ils retrouvés ? Personne ne peut l'assurer. Il était insupportable et si agressif envers sa bête noire Gaston Flosse, mélangeant le vrai et le faux dans des tirades politiques qui réjouissaient les adversaires du président de l'époque, fustigeant la justice qui ne tenait pas compte de ses vérités, que nous ne pouvions pas nous retrouver sur le terrain politique sans argumenter sur des thèses totalement opposées. Puis finalement nous embrasser pour nous dire "A plus". Il aimait profondément la Polynésie, ses rumeurs, ses bruissements son frisottis sur le lagon de Moorea. Il a eu le mérite de faire son magazine Tahiti Pacifique, tout seul, un pari, a connu des heures de gloire et de déprime sous les cocotiers de son jardin, mais bon, il a su sortir de l'anonymat et se faire redouter. Paix à son âme, malgré un dernier pied de nez avec la publicité de Marine Le Pen placée sous ces quelques lignes. Zut ! Quand on se retrouvera, on va encore se disputer...

 

Editorial

Emmanuel Macron longtemps épargné va devoir enfiler des costards gratuits jusqu'à l'élection présidentielle pour sa belle gueule, sa jeunesse, ses prestations  et depuis quelques jours la ruée des éléphants du PS qui ne marchent pas mais galopent vers lui pour sauver leurs  carcasses. Reste à savoir : est-il vraiment ce jeune homme au-dessus de tout soupçon, prêchant un sermon appris par cœur, tels les prédicateurs américains et savamment récité ?

Et bien non Macron n'est pas cette image d'Epinal. En temps normal on pourrait même dire qu'il est superbement bien conseillé et doué. Est-il anti-système comme il veut le faire croire ? Pas du tout, il y est même en plein centre. Cette campagne est féroce a bien des égards mais tout de même avant de voter encore faut-il savoir pour qui on vote. Etre riche ou très aisé n'est pas un délit mais se faire passer pour " presque pauvre" en est un . Qui est-il vraiment ce Macron ? Et si dans la vie courante les relations que l'on peut avoir avec les puissants est un atout, pendant une campagne électorale de cette importance,

 il convient de savoir tout de même qui  soutient qui. Et surtout pour qui on vote. Sur les trois personnalités intéressantes à la veille de la présidentielle, on sait désormais pratiquement tout sur François Fillon y compris la couleur de ses chaussettes, quant à Marine Le Pen les médias se sont chargés de décortiquer la " reine de sabbat", restait Emmanuel Macron, l'angelot doué. Mais voilà ,ceux qui cherchent, trouvent. et ont fait passer à Tahiti Today un CV éloquent, quasi glorieux mais prouvant qu'Emmanuel est intelligent certes, mais bien formaté par le système qu'il dénonce !

 Macron est énarque. A l’ENA, il a côtoyé Boris Vallaud (mari de Najat Vallaud-Belkacem) qui fut plus tard directeur de cabinet au ministère de l’Economie.

Macron est un Young leaders.(de la "French American Foundation France** (FAF)". ) Cette "association" réunit dans un même objectif auquel ils ont promis de travailler ensemble des gens de gauche comme de droite, de la presse, de la politique ou des affaires, quelle que soit leur couleur politique affichée.

Macron est un ancien banquier de chez Rothschild.

Macron est millionnaire. Nous le savons grâce au redressement fiscal que le fisc lui a infligé au sujet de sa maison du Touquet estimée à 1,4 millions d’euros.

 Macron est soutenu par des dizaines de caciques de la politique (anciens ou actuels ministres, secrétaires d’Etat, députés, sénateurs, présidents de région ou de département, maires...) : François Patriat (PS), Bernard Kouchner (ancien ministre de gauche et de droite), Renaud Dutreil (UMP et créateur du RSI), Jean-Claude Boulard (PS), Jean-Pierre Sueur (PS), Corinne Lepage (qui a papillonné dans de nombreux partis), Nicole Brick (PS), Jean-Michel Baylet (radical de gauche, PDG du groupe La Dépêche), Gérard Collomb (PS), Jean-Paul Huchon (PS, condamné pour prise illégale d’intérêt), Dominique Strauss Kahn, Daniel Cohn-Bendit...

 Macron est soutenu par des financiers et des patrons : Alain Minc (financier, conseiller politique), Pierre Gattaz (patron du MEDEF), Claude Bébéar (milliardaire, fondateur d’AXA), Vincent Bolloré (milliardaire, propriétaire de l’institut de sondage CSA, actionnaire de Vivendi, Canal+...), Pierre Berger (milliardaire, mécène historique du PS, copropriétaire de L’Observateur et Le Monde), Bernard Arnaud (milliardaire, fondateur de LVMH, propriétaire de Radio Classique, Le Parisien et Les Echos), Alexandre Bompard (millionnaire, patron de la FNAC et de Darty), Françoise Holder (millionnaire, fondatrice de Boulangerie Paul)...

 Macron est aussi soutenu par deux patrons emblématiques des télécommunications : Xavier Niel (patron de Free, copropriétaire de L’Observateur, Le Monde, Publications de La Vie Catholique, Télérama...) et Patrick Drahi (patron d’Altice qui est la holding luxembourgeoise de SFR-Numéricable, propriétaire de L’Express, Libération, News Co, BFM TV, BFM Business, RMC...).

Patrick Drahi habite en Suisse, possède un compte bancaire dans le paradis fiscal de Guernesey et a logé sa société à la Bourse d’Amsterdam. Lorsque Macron était secrétaire général adjoint de l’Elysée, Bouygues était en concurrence avec Numéricable pour racheter SFR. C’est Macron qui a permis à Patrick Drahi d’avaler SFR. Et Drahi a depuis renvoyé l’ascenseur. Le banquier Bernard Mourad (Morgan Stanley), ami proche de Drahi, est aujourd’hui conseiller spécial du mouvement “En Marche” de Macron et s’occupe activement de sa campagne électorale.

 Dans l’équipe de campagne de Macron, on trouve une flopée de diplômés de Sciences Po ou de HEC, cadres supérieurs dans de grands groupes, comme par exemple la société américaine de conseil McKinsey. 

En 2016, Emanuel Macron a été la personnalité qui a bénéficié du plus grand nombre de couvertures de magazines. Macron est un grand ami de Yves de Kerdrel (patron de Valeurs Actuelles et dont le carnet d’adresses est copieusement garni de représentants de l’élite sociale). Macron organise depuis des années des diners mondains dans lesquels il invite la crème de l’establishment politico-médiatique.

 Macron est-il honnête ? Pas vraiment...

Il laisse entendre qu’il est issu de Normale Sup. Faux : Macron a échoué deux fois au concours d’entrée de l’Ecole Normale Supérieure. Par contre, il était élève du lycée élitiste Henry-IV. Mais ce n’était pas un étudiant brillant. Un de ses anciens camarades a indiqué à Marianne que Macron “arrivait à utiliser suffisamment de mots savants pour donner le change” à l’oral.(même méthode quand il fait un meeting seul sur scène)

Macron fait croire qu’il est docteur en philosophie. Le problème est que l’on n’a jamais retrouvé sa thèse. Il prétend alors qu’il n’a produit qu’un mémoire. Mais lorsque les journalistes de Challenges interrogent son supposé directeur de mémoire, le professeur de philosophie Etienne Balibar, celui-ci répond “ne pas avoir de souvenir ni de trace de cet épisode”.

 Le 6 avril 2016, Macron lance son mouvement “En Marche” par un clip vidéo mettant en scène la diversité et les talents de la population française. Mais le lendemain, Yann Barthès,présentateur du Petit journal, révèle la supercherie : le clip de Macron n’est qu’un copier-coller de vidéos étrangères, notamment américaines. Par exemple, une supposée Française est en réalité une Américaine figurant dans un clip de campagne des primaires démocrates de Bernie Sanders. !!!!!!!!!

 Le 10 avril 2016, au JT de France 2, Macron affirme que son parti En Marche a dépassé les 13000 adhérents. Baliverne! Le Canard Enchaîné révèlera le 12 avril qu’en réalité il ne s’agissait que de 13000 visites d’internautes sur le site de Macron.

 En juin 2016, le ministre Macron ouvre le capital de l’aéroport de Toulouse. Macron affirme qu’il ne s’agit pas d’une privatisation car les investisseurs chinois n’acquerront que 49,9% du capital. L’Etat garde 10% et les collectivités locales possèdent le reste. Mais Médiapart révèlera l’existence d’un pacte secret d’actionnaire liant l’Etat, non pas aux collectivités publiques, mais aux Chinois et qui leurs donne les pleins pouvoirs.

 Le 11 août 2016, dans une interview à Paris Match, Macron prétend qu’il dialogue régulièrement avec l’intellectuel tunisien Abdelwahab Meddeb au sujet de la religion et de la place de l’islam en France. Les journaliste de Match (trop occupés à faire la promotion de Macron ?) ne vérifient pas. Heureusement pour la vérité, le rédacteur en chef de TV5, Xavier Marquet, éventera le mensonge : Meddeb est décédé depuis deux ans !

 Selon le livre Dans l’enfer de Bercy, Macron aurait utilisé 120.000 euros d’argent publique pour financer sa campagne électorale.

 Macron a-t-il l’étoffe d’un homme d’Etat ?

Laissons répondre Jacques Attali (qui fut pourtant un de ses premiers supporters en 2012) :

Jacques Attali (dans Challenges du 13 mai 2016) : “Macron n’incarne que le vide”. Reste qu'on nous dit qu'il vient de le rejoindre. Vrai ou faux ?

 

CONCLUSION :

On le constate, Macron est un pur produit du système. D’autre part, il est trop beau et trop parfait pour être vrai. On se demande si Macron n’est pas pas un leurre, un masque, un avatar ? Un concept markéting de l’oligarchie politico-médiatico-financière dont nous parlerons dans notre prochaine édition, un faux candidat antisystème façonné comme un acteur peut l'être pour capter les voix des électeurs écœurés par les politiciens traditionnels et avides de nouveauté ?

 

 

 "Oui , j'ai piqué un peu partout, mes costards étaient offerts, je le valais bien ! Pénélope est mon double.  J'ai fait rembourser par ma fille les dépenses engendrées par son mariage .Mieux encore, mes fils m'ont remboursé l'argent de poche que le Sénat leur donnait.

 On hallucine !" Et alors. oui j'ai un comportement de goujat , mais...je vous emmerde !" Voilà ce que pense FF.

 

 Les liens troubles entre François Fillon et un puissant milliardaire libanais

20 minutes

C’est une affaire qui pourrait se révéler très embarrassante pour le candidat de la droite, déjà mis en examen pour détournement de fonds et abus de biens sociaux dans le cadre du PenelopeGate. D’après Mediapart, un puissant homme d’affaires libanais figure parmi les clients de la très lucrative entreprise de François Fillon, la société 2F Conseil.

Un contrat aurait été signé début 2016 avec Fouad Makhzoumi qui dirige le groupe FPI (l’un des leaders mondiaux de la fourniture de pipelines), alors même que le député de la Sarthe était déjà en course pour la primaire de la droite. « Il était déjà candidat LR à la présidentielle », précise le site. L’information aurait été confirmée par Myriam Lévy, la conseillère en communication de François Fillon.

Des relations de longue date

Le nom de Fouad Makhzoumi n’avait jusqu’à aujourd’hui jamais été cité par François Fillon, qui en revanche, n’avait pas hésité à communiquer le nom d’autres de ses clients, comme l’assureur Axa, Fimalac ou la banque Oddo, lors d’une conférence de presse organisée début février.

D’après Mediapart, l’homme d’affaires et le candidat à la présidentielle entretiendraient des relations de longue date. « Le Libanais avait d’ailleurs offert un banquet en l’honneur de son « ami » Fillon à Beyrouth en décembre 2014 », précise le site.



Le nom du milliardaire est également connu en Grande-Bretagne. La famille Makhzoumi aurait soutenu le parti conservateur britannique par de nombreux dons. Un ministre britannique a même été contrait à démissionner en 1995 car il avait omis de déclarer ses liens avec le milliardaire. Mediapart s’interroge donc aujourd’hui sur la nature des liens entre les deux hommes et cherche à savoir si François Fillon « a empoché des fonds de la part de FPI sur la base du contrat signé au début de l’année 2016 ? Et à quelle hauteur ? ».

(ndlr)La boite de Pandore des candidats est ouverte !
 

 

 

"En Marche, c'est la succursale du parti socialiste" entendu sur LCI. Un proche du Président de la République : " D'ailleurs François Hollande jouera un rôle important si Macron est élu président de la République à son tour." Ah bon ? On va donc retrouver Fanfan ? Et dire que le Tapura soutient Fillon! !

 

Natacha Polony : "Le mensonge et la trahison sont l'ADN des socialistes"

Vous n’avez pas encore compris ? écrit Natacha Polony dans un commentaire politique dans L'imprécateur, elle dit en substance :
 ...c’est tout l’électorat de droite, 65% des Français que l’on veut faire taire, que l’on veut détruire Et quand j’écris « droite », j’y inclus aussi l’électorat du Front National, car c’est lui qui est visé au premier chef, mais peut-être n’en a-t-il pas (ou pas encore) conscience.

 

Tahiti Infos, le journal gratuit proche du gouvernement, en met pourtant une couche tous les jours, ou presque, pour dénoncer le nombre très important de SDF (près de 500 dans toute l'île) et un peu plus de 300 à Tahiti sans qu'Edouard Fritch le président du Pays et le maire de Papeete ne soient sensibilisés. Le journal précise même que Michel Buillard, par services  communaux interposés, menace de jeter leurs biens aux encombrants.

 En fait les "encombrants"  pour les autorités ce sont tous ces malheureux là dont le Pays ne sait plus quoi faire sinon aller tendre la main, encore et toujours, à Paris. .


 

« Tendances conjoncturelles du quatrième trimestre 2016 » site IEOM 

 

Consolidation de l’activité au quatrième trimestre 2016

À l’exception du BTP, l’ensemble des secteurs perçoit une conjoncture favorable au quatrième trimestre 2016, qui s’accompagne de prévisions d’investissement et d’embauche toujours bien orientées. L’optimisme affiché par les professionnels est toutefois moins marqué pour les trois premiers mois 2017.

L’indicateur de climat des affaires (ICA), qui a connu une progression significative sur l’année 2016,  s’infléchit très légèrement sur les trois derniers mois de l’année, mais reste bien au-dessus de sa moyenne de longue période.

Nouvelle amélioration du marché du travail

L’indice de l’emploi salarié marchand s’affiche toujours en hausse (+0,9 %, CVS). La majorité des secteurs est concernée, en particulier la construction (+4,8 %), le commerce (+1,8 %) et l’hôtellerie-restauration (+1,4 %).

Progression de la consommation des ménages

L’ensemble des indicateurs fait apparaître une hausse de la consommation des ménages : les  importations de biens destinés aux ménages progressent sur le trimestre et sur l’année, tout comme les immatriculations de véhicules neufs (+36,9 %, CVS) qui ont été fortement dynamisées par le dispositif d’aide à l’acquisition. Les commerçants sondés pour l’enquête de conjoncture de l’IEOM se disent satisfaits de leur activité au quatrième trimestre.

Investissement en hausse pour les entreprises et les ménages

L’investissement des entreprises reste bien orienté : les importations de biens destinés aux entreprises sont en hausse, tout comme la production de crédits (+28,1 % sur un an) et les immatriculations de véhicules utilitaires (+21,3 % sur le trimestre, CVS). Les prévisions d’investissement à un an des entreprises demeurent favorables dans l’ensemble des secteurs à l’exception du BTP ; elles sont cependant moins unanimes dans le commerce et le tourisme.

L’investissement des ménages poursuit également sa progression, comme le reflète la hausse des encours de crédits à l’habitat (+1,2 % sur le trimestre).

Bons résultats à l’export

Les exportations progressent de 4,8 % (CVS) en valeur au quatrième trimestre 2016, portées par les perles brutes (+3,9 %, CVS). Les autres produits locaux affichent aussi de bons résultats sur le trimestre : en CVS, +22,1 % pour le monoï, +12,9 % pour les produits agroalimentaires, +3,1 % pour le poisson et +90,8 % pour la vanille. Seul le nono fait exception à la tendance.

 


 

Mardi 14 mars 2017

 

24h en avance les juges ont mis en examen François Fillon, le candidat de la droite des Républicains qui se maintient dans la course comme un canard auquel on coupe la tête et qui tourne en rond est stupéfiant.

Editorial

Pendant que le Tapura local utilise ses dernières cartouches avec le président de la République sortant pour passer des accords  probablement voués à l'échec dont le projet d'accord de Papeete, tout en soutenant publiquement, quel paradoxe et sans vergogne, François Fillon, le Tahoeraa lui, fait une campagne pudiquement larvée jusqu'à mardi prochain, date de la réunion du Grand conseil dont Gaston Flosse a précisé dans son interview il y a quelques jours, que  seul le Grand conseil pouvait décider  de son soutien ou non à la candidature de Marine Le Pen.  Nous avons réussi à nous procurer cette lettre de quasi engagement de la candidate favorite des sondages (près de 34%)  que nous publions ci-dessous.

Dans cette lettre d'engagement personnel, la candidate Marine, alors que Flosse a envoyé sa profession de foi à tous les candidats, en espérant avoir leur avis, elle seule donc à ce jour, a eu la finesse de répondre qu'elle approuvait les orientations de ce parti. Elle va même jusqu'à s'engager, une fois élue, à ce que ces orientations constituent pour la Polynésie française, les objectifs du gouvernement qu'elle aura nommé et donc chargé de les mettre en œuvre. De quoi réjouir comme un enfant gâté "le grand timonier" du Tahoeraa.

Mais entre ces excellents manœuvriers politiques que sont Gaston Flosse et Marine Le Pen, on trouve un homme clé, Eric Minardi qui a su rapprocher ces deux personnalités fortes en étant une courroie de transmission efficace, toujours en faveur de la Polynésie. Par exemple, la candidate du Front National dans cette lettre promet qu'elle prendra en compte le contexte particulier des essais nucléaires à la Polynésie française en s'engageant "solennellement" à remettre en application la consécration par l'Etat des moyens nécessaires à la réparation de ces conséquences  "de toute nature." pour ceux qui en ont souffert. Entendez  les 18 milliards qui avaient été pérennisés par Jacques Chirac mais dont les gouvernement successifs n'avaient pas tenu vraiment compte et les conséquences sur les Polynésiens.

 Elle semble être séduite également par le statut de large autonomie lancé par l'ancien président de " Pays associés" à condition qu'il suppose par référendum l'accord des Polynésiens. Vrai rempart contre l'indépendance. Car avoir tous les pouvoirs  ou presque, sans les régaliens bien sûr, plus l'aide financière de la France seraient un sacré atout qui préserveraient la Polynésie de l'aventure indépendantiste. Statut sur lequel lorgnerait actuellement certains élus de Nouvelle Calédonie.

Pendant ce temps là, le candidat d'Edouard Fritch et de son gouvernement est en très mauvaise posture. François Fillon est mis en examen, par trois juges d'instruction, "pour détournement de fonds publics", "complicité et recel de détournement de fonds publics", "complicité et recel d'abus de bien sociaux", sans compter "manquement aux obligations de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique". Vlan... La totale ! Rien ne manque ! Comment peut-on briguer le poste de premier magistrat de France ( 67 millions de Français) avec un tel palmarès ? Mystère. Même si cette mise en examen pour un maximum de délits ne veut pas dire culpabilité, le blason d'un président de la République, avant l'heure, peut-il être entaché de cette manière ? La presse étrangère n'en revient pas et suit le feuilleton français, véritable série policière avec intérêt, d'autant  que l'ancien  premier ministre de Nicolas Sarkozy avait de nouveau déploré un « calendrier » judiciaire « indexé sur le calendrier politique » et qu'il a affirmé, à plusieurs reprises, ces dernières semaines, qu’il maintiendrait sa candidature à l’élection présidentielle, même mis en examen. C'est dit. C'est fait.

Mais on touche le fond et c'est un comble quand on apprend que les enfants Fillon ont déclaré en plus aux enquêteurs qu'ils avaient reversé une partie de leurs salaires à leur "papa" !!!!! S'habiller gratis chez les meilleurs couturiers de Paris, faire bosser sans la faire bosser moyennant finance sa femme, piquer l'argent du travail ou pas de ses fils, c'est tout de même exceptionnel pour celui qui se veut être le président de tous les Français! Son rapport à l'argent à ce point là, et son acharnement à se maintenir, n'a pas de limite et relèvent désormais de l'avis général, de la psychiatrie . 

 

 

 Voici la lettre que Marine Le Pen vient de faire parvenir au président du Tahoeraa en réponse à l'examen de sa profession de foi.

 

Anticor saisit la haute autorité pour la transparence concernant le patrimoine de Macron pour lui demander de vérifier le caractère exhaustif, exact et sincère de sa déclaration de patrimoine dont il doute.

 Dans sa déclaration d'intérêts du 24 octobre 2014, Emmanuel Macron indique  avoir perçu comme banquier à la banque Rothschild, puis comme secrétaire général adjoint à la présidence de la République 3,3 millions d'euros de revenus avant impôts, de 2009 jusqu'à son entrée au gouvernement comme ministre de l'Economie en aout 2014, selon un communiqué d'Anticor.

Il a touché notamment pour ses activités dans la banque d'affaires 2,8 millions d'euros entre 2009 et 2012.

L'association anti-corruption souligne un "manque de cohérence entre les revenus et le patrimoine déclarés" relevé par certains médias notamment les décodeurs du monde le 17 février 2017 et par Médiapart le 5 mars 2017.

 Les nuages commencent à arriver en escadrilles sur la tête de Macron qui a osé dire " je ne gagnais plus assez pour payer mes impôts !!!!!!!" compte tenu d'un endettement de un million d'euros. Le pôôôvre !

 

Nous apprenons d'une source proche de l'Université  que Florent Vaneyre en désaccord avec les autres membres de l'Autorité de la concurrence sur le rachat des Taporo par le groupe Martin a démissionné de l'Autorité polynésienne de la concurrence, ce qui n'empêchera pas les navires de naviguer et la Haute Autorité de travailler. Ohé !

 

Nouvelle clinique à Punaauia

Selon Polynésie Première Une nouvelle clinique a Punaauia, le projet pourrait bien avancer.  Il sera implanté sur le terrain situé à l’arrière de la mairie de Punaauia. Problème, cette zone est classée rouge  et est inscrite dans le PPR, le plan de prévention des risques de la commune. Transformé en  zone constructible par la mairie, le terrain est a présent aménageable, le tavana de Punaauia Rony Tumahai assure répondre  ainsi à un souhait émanant des nombreux riverains. La nouvelle clinique est soumise a des normes draconiennes en matière sanitaire et de sécurité.

Le maire assure que des mesures de prévention ont été mises en place.

De plus, la construction de la clinique va générer 450 emplois pendant 3 ans et demi

 

Téléphonie mobile: Free lance le roaming illimité dans 35 pays

 20 minutes

 La voici donc, cette nouvelle offre « qui ne [devait] pas plaire aux concurrents » selon les mots de Xavier Niel. Free a annoncé ce mardi matin une amélioration de son forfait à l’international : le roaming, c’est-à-dire le la possibilité d’utiliser un autre opérateur à l’

étranger, sera désormais inclus dans ses forfaits, gratuitement et en illimité, dans 35 pays pour les appels et les SMS.

 La zone couverte par cette nouvelle offre est vaste : elle concerne l ’Europe ainsi que les Etats-Unis, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud. Concernant la connexion à l’Internet mobile, Free proposera 5 Go par mois à l’international.

L’offre s’appliquera automatiquement sans surcoût aux détenteurs de forfaits à 15,99 euros ou 19,99 euros.

 

Lundi 13 mars 2017

La Une de Marianne :: Juppéistes et Sarkozistes crient au fou ! Fillon vu par les psys.

"En marche" à Moorea", non pas pour Macron mais pour la violence des hommes qui ne respectent pas les femmes.

Conférence de presse sur le lancement de la 4G par VINI, mercredi 15 mars 2017, à 9h00, dans la salle du conseil d'administration de la présidence de l'OPT, à Fare Ute.
 

Lancement de la 4G par VINI, mercredi 15 mars 2017, à 9h00, dans la salle du conseil d'administration de la présidence de l'OPT, à Fare Ute.

 

 

Lucette Taero ancien ministre du Travail et présidente de l'Assemblée que l'on a vu hier soir sur Première avait eu son heure de célébrité lorsqu'elle était au perchoir de l'Assemblée de 2001 à 2004. Femme de tête, le président Flosse a l'époque avait dit en parlant d'elle " : c'est une femme qui en a" . Bien évident le rigolo de l'Assemblée, un accident de l'Histoire, Loïc Brigato ricanait sur cette réflexion. Lucette Taero du haut de son perchoir à plusieurs reprises lui demandait  d'arrêter de faire le clown en séance ( belle recrue pour Macron dont il veut être le représentant en Polynésie) mais celui-ci continuait de plus belle. Enervée, mais posément, la présidente de l'Assemblée s'est finalement levée, a quitté le perchoir et s'est dirigée vers celui qui faisait ricaner ses voisins. Arrivée près de lui, elle n'a pas dit un mot, mais lui a balancé une claque, célèbre depuis lors, entendue jusque dans les couloirs !

 

 Editorial ( source le JDD)

François Fillon, une nouvelle affaire sur le dos !

 

Les derniers sondages  IFOF et IPSOS (du 9 mars 2017)

Marine Le Pen poursuit une forte progression dans l'opinion, Fillon malgré toutes ses casseroles progressent d'un point, Macron stagne, Mélenchon et Hamon font eux aussi du sur place.

 

A voir ce tableau on se rend compte que même un âne s'il était à droite accroché à Fillon serait plébiscité.

Décidément, "monsieur la rigueur" a "bien profité du système sur la bête".

La dernière est bien bonne. Le candidat Fillon à la présidentielle aurait reçu pour près de 48.500 Frs ( plus de 5 millions cfp) de costumes d'une célèbre maison de couture Armys, spécialisée dans le sur mesure et ce depuis cinq ans, tous payés intégralement en espèces.

Une péripétie de plus dans cette campagne présidentielle de la droite d'autant que depuis le 20 février, révèle le Journal de Dimanche, , deux autres costumes ont, cette fois-ci, été payés par chèque par un "ami" anonyme, toujours à la demande du candidat LR à la présidentielle. C'est tout de même à vous dégoûter de ce glorieux profiteur ! Rassurez-vous il n'a pas honte, en réponse aux média qui font leurs choux gras de cette nouvelle affaire il répond " oui, et alors ?!"  Alors ... Comme tous les députés, François Fillon a l'obligation de déclarer au déontologue de l'Assemblée nationale tout cadeau reçu en lien avec son mandat, si la valeur de celui-ci dépasse 150 euros. Et il en est à plus de 45.000 euros sans déclaration !

En septembre dernier, le candidat à la présidentielle a notamment passé commande de trois costumes et d'une veste pourquoi se gêner quand c'est gratuit : un premier ensemble et la veste, ont été réglés en liquide, pour un total de 11.450 euros, précise encore l'hebdomadaire. Les fonds sont généralement apportés au magasin par une émissaire.

Des chèques signés par un "ami" anonyme. Les 9 et 10 février derniers, deux semaines après les révélations du Canard Enchaîné sur le "PenelopeGate", deux costumes sur mesure ont été retirés chez Arnys, pour un total de 13.000 euros. La somme a cette fois-ci été réglée par chèque le 20 février, au moyen d'un porteur : "J'ai payé à la demande de François Fillon", confirme le signataire du chèque au JDD, qui souhaite rester anonyme. "Et sans avoir le moindre remerciement depuis", souligne-t-il par ailleurs. Comme le président du Tahoeraa qui avait fait voter pour lui lors de la primaire sans avoir un "merci"pour avoir tripler son score ! L'ego de cet homme est tel qu'il considère que tout lui est dû.

L'entourage de François Fillon assure de son côté que cela n'a "rien de répréhensible".  Par ailleurs ce rapport à l'argent que cultive François Fillon, très loin d'être pauvre, est incompatible avec le poste qu'il souhaite de toutes ses forces occuper à l'Elysée.

C'est mercredi qu'il devra s'expliquer devant la justice concernant les emplois donnés à ses proches sans retour, mais fort bien rémunérés. Il n'aura pas encore à s'expliquer sur les sources de financement de ses costumes : 48.500 euros étant une très grosse somme. Pas encore mais viendra le moment où le magistrat sera saisi de ce volet vestimentaire. Heureusement qu'il ne reçoit pas des barquettes de beignets au poulet   du Fouquet's pour ses déjeuners . Après tout, il n'y a pas de petites économies et s'il s'habille à l'œil, il peut tout aussi bien se faire nourrir gratuitement aussi .

Mais ce n'est pas tout, dirait une humoriste connue. Voila-t-y pas que le groupe UMP  au Sénat de 2002 à 2014 selon une enquête en cours avait mis sur pied un système d'emplois fictifs permettant à des dizaines de sénateurs de récupérer une partie des salaires. Gérard Larcher, ben voyons, affirme " ne pas être au courant". L'enquête cite un autre nom : Bruno Retailleau.

Gaston Flosse à côté de tout ce qui se trame à Paris est un enfant de chœur avec ces nouvelles affaires d'emplois fictifs, costumes gratuits et autres, selon un système occulte monté de toutes pièces par de vénérables sénateurs.  Des emplois fictifs de parlementaires qui permettaient in fine aux sénateurs concernés, révèle Reuters de récupérer une partie des salaires ! "Ils se gavaient sur la bête", pour reprendre une phrase de Marine Le Pen.

 Le juge René Cross soupçonneux sur des mouvements de fonds entre le groupe UMP (à l'époque) et une association, l'Union des républicains est en train de mettre à jour tout un système de financement frauduleux. En décembre dernier ce même juge avait mis en examen le sénateur Henri de Raincourt.

 Après une perquisition au Palais du Luxembourg, ce magistrat a bel et bien découvert une comptabilité clandestine au sein du groupe  de droite. Cette comptabilité, sous forme de tableaux remplis de noms et de chiffres, a longtemps été tenue par Jocelyne S., ancienne collaboratrice du questeur Roger Romani, puis de Josselin de Rohan, le patron du groupe. Une dizaine de sénateurs rémunéraient ainsi sur leur quota d’assistants  des collaborateurs qu’ils mettaient en réalité à la disposition du groupe parlementaire. Puis l’UMP reversait en sous-main à ces sénateurs une partie des salaires de leurs collaborateurs détachés! Fichtre, plus on en a, plus on en veut, mais à quelques jours de la présidentielle, ces révélations donnent raison à une candidate qui n'a de cesse de fustiger... les édiles qui s'engraissent et s'habillent sur... le système. La presse étrangère ricane mais n'en revient pas !  La France est montrée du doigt... par le monde entier qui suit la campagne avec grand intérêt et va de stupéfaction en stupéfaction.

 

 

Plus c'est gros, plus ça passe !

FIGAROVOX/CHRONIQUE - Après le « Penelopegate », une nouvelle polémique a vu le jour : celle des costumes de François Fillon. Pour Maxime Tandonnet, cette campagne sinistrée par les scandales « donne le sentiment de s'éloigner toujours plus du destin de la France. »

  La nullité de la campagne des présidentielles en cours atteint un niveau qui dépasse toute imagination. Sans doute faut-il voir dans cette honteuse comédie le signe d'une vertigineuse déconnexion du monde politico-médiatique par rapport à celui de la réalité des Français.

 Pendant plus d'un mois, la campagne a été sinistrée par le «Penelopegate». Aujourd'hui, une nouvelle polémique a pris le relais, enivre les médias et une partie de la presse: les costumes offerts à M. Fillon pour un montant de 48500 euros... Si cette révélation est fausse, le candidat des Républicains aurait tout intérêt à porter plainte en diffamation. Mais si elle est authentique, l'image personnelle de celui qui s'habille avec l'argent des autres n'en sortira pas grandie. Cette misérable histoire n'est d'ailleurs que le reflet de petites habitudes malsaines d'un milieu coupé de la vie quotidienne et privé des repères du bon sens. En tout cas, de psychodrame minable en scandale sordide, la campagne donne le sentiment de s'éloigner toujours plus du destin de la France.

 Chacun peut proférer absolument n'importe quoi, les pires contradictions, les plus évidentes débilités, sans soulever la moindre réaction.

 Et puis, jusqu'où peut-on aller dans le mépris des gens? «Plus c'est gros, plus ça passe» affirmait Jacques Chirac. À cet égard, M. Macron pulvérise les records en promettant «un gouvernement de gauche, de droite et du centre», assorti, au Parlement, d'une «majorité cohérente». Bien sûr… Raymond Devos n'aurait pas fait mieux. «Tout est dans tout et réciproquement» apprend-on dans les grandes écoles. Les mots, les phrases, n'ont plus aucun sens. L'absurdité envahit le discours politique. Tout est possible. Chacun peut proférer absolument n'importe quoi, les pires contradictions, les plus évidentes débilités, sans soulever la moindre réaction. Mais de qui se moque-t-on?

  

Quant René Dosière entre dans la bagarre et taille un costard gratuit à Fillon.

"Qui imagine le général De Gaulle se faire offrir des costumes ?"

 René Dosière intraitable sur la nouvelle affaire Fillon écrit à son tour Marianne.


François Fillon avait-il le droit de se faire offrir pour 48.500 euros de costumes depuis 2012 ? Selon le député René Dosière, spécialiste du financement de la vie publique, cette affaire révélée par le "JDD" ce dimanche 12 mars dénote d'un cadre légal insuffisant autant que d'une dérive personnelle.

François Fillon a décidément un train de vie qui sort de l'ordinaire.
Ainsi, le Journal du dimanche a révélé ce 12 mars que le candidat de Les Républicains (LR) à l'élection présidentielle s'est fait offrir pour près de 48.500 euros de costumes depuis 2012, dont 13.000 euros rien qu'en février dernier. Le tout émanant d'un "ami" dont le député de Paris refuse de révéler l'identité. Dans Les Echos de ce lundi, il balaye le sujet d'un "Et alors ?" et s'offusque d'une atteinte répétée à sa "vie privée".

Ce cadeau somptuaire pose pourtant quelques questions : en tant que représentants du peuple et de l'intérêt général, les députés ne sont-ils pas censés refuser de tels présents ? Quelles sont les règles prévues par l'Assemblée nationale pour prévenir les conflits d'intérêts ? Éléments de réponses avec René Dosière, député PS et spécialiste du financement de la vie publique.

Marianne : Interrogé dans Les Echos sur les 48.500 euros de costumes qu'il s'est fait offrir, François Fillon a répondu "et alors ?".
S'agit-il vraiment d'un non-sujet ?

René Dosière : Il y a au contraire matière à s'interroger. Comme tous les députés, François Fillon a l'obligation de déclarer au déontologue de l'Assemblée nationale tout cadeau reçu en lien avec son mandat, si la valeur de celui-ci dépasse 150 euros. Et ce, afin de prévenir d'éventuels conflits d'intérêts entre son bienfaiteur et sa mission de législateur.

Les costumes correspondent-il à des cadeaux en lien avec le mandat ?

Dans le cas des costumes, il peut y avoir plusieurs interprétations.
Mon collègue Charles de Courson (UDI) considère par exemple que l'habillement relève de la vie privée. Ce n'est pas mon opinion. A partir du moment où on est photographié, filmé, le costume est un élément de représentation, à plus forte raison pour un candidat à la présidence de la République. De nombreux députés, dont je suis, financent d'ailleurs l'achat de costumes avec leur indemnité représentative de frais de mandat (IRFM). La contrepartie logique est de signaler au déontologue tout cadeau concernant ce poste de dépense.

 
Au-delà du conflit d'intérêts potentiel, on découvre avec cette affaire le train de vie fastueux de certains élus...

Dans le cas de François Fillon, il y a un vrai problème de rapport à l'argent. Cette affaire dénote un train de vie inacceptable dans la période actuelle de la part de responsables publics. Qui imagine le général De Gaulle se faire offrir 48.500 ou 13.000 euros de costumes ?
Ce comportement est un héritage de la tradition monarchique qui imprègne encore certains élus. Cela me rappelle Roland Dumas qui se faisait offrir des chaussures Berluti à 13.000 francs dans les années 1990. Pour ma part, j'ai toujours plaidé et je plaide encore pour plus de modestie dans les comportements des représentants de la nation.
C'est une condition indispensable pour rétablir la confiance entre les citoyens et leurs élus.

NB Un juge demandera-t-il une peine de prison pour François Fillon ?

 


 

Le Régime des assurances maladies calédoniennes, le RUAMM, est à bout de souffle.

 2017 pourrait bien être l'année du crash annoncé en Calédonie. Les réformes attendues depuis longtemps sont toujours à l'état de réflexion et pourtant il y a urgence. La Nouvelle-Calédonie possède un régime de santé des plus généreux. Il assure aujourd’hui l’accès aux soins pour 261 000 personnes financé par 129 000 cotisants et une rallonge publique. Mais ces soins, de plus en plus performants, coûtent de plus en plus cher. Chaque année, les dépenses augmentent inexorablement avec une nette accélération depuis 2014 et des prévisions toujours à la hausse. En effet, depuis 2010 les déficits s’accumulent pour devenir abyssaux. Au total, . 20 milliards...

NB Cela vous rappelle quelque chose ?

 

 

Le roman de Secosud  et de Tevarua Nui terminé.

Par une requête enregistrée le 28 février 2017 et des mémoires enregistrés les 8 et 10 mars 2017, présentés par Me Pindozzi, avocat, la société par actions simplifiée (SAS) Tevarua Nui demande au juge des référés, dans le dernier état de ses écritures :

1°) de suspendre l’exécution de la délibération du 23 février 2017 par laquelle le comité syndical du syndicat pour l’électrification des communes du Sud de Tahiti (SECOSUD) a approuvé le choix de la société anonyme (SA) EDT-Engie comme délégataire du service public de distribution d’électricité sur le territoire du SECOSUD, a approuvé le contrat de délégation de service public, et a autorisé son président à le signer ;


2°) de suspendre l’exécution du contrat conclu avec la SA EDT-Engie ;


3°) de mettre à la charge du SECOSUD une somme de 226 000 F CFP au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.


La société requérante soutient qu'en ce qui concerne l’urgence :
- elle est vouée à une disparition certaine dès lors qu’elle a été constituée spécialement pour présenter une offre qui a été rejetée ; le rejet de son offre porte atteinte à l’intérêt des usagers dont la plupart vivent en-dessous du seuil de pauvreté et qui ne pourront pas bénéficier des tarifs avantageux qu’elle proposait ;
En ce qui concerne l’existence d’un doute sérieux sur la légalité des actes attaqués :
- la présentation des offres dans les rapports du président du SECOSUD des 10 janvier et 23 février 2017 à l’assemblée délibérante comportait des renseignements erronés destinés à minimiser l’attractivité de son offre, ce qui caractérise une rupture d’égalité entre les candidats ;
- les candidats ne pouvaient être comparés sur leur capacité de règlement du droit d’entrée sans méconnaître le principe d’égalité ;
- le choix de la SA EDT-Engie a été retenu à la suite de pressions et de manoeuvres permettant de retourner la majorité des délégués ;
- la composition de l’assemblée délibérante du SECOSUD était irrégulière dès lors que le président était intéressé à l’affaire et que l’élection de M. Doom en qualité de délégué suppléant n’a jamais été proclamée.


Par un mémoire enregistré le 9 mars 2017, présenté par la SELARL Jurispol, société d’avocats, la SA EDT-Engie conclut au rejet de la requête et demande au juge des référés de mettre à la charge de la SAS Tevarua Nui une somme de 150 000 F CFP au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.
Elle soutient que :
- la requête dirigée contre les actes détachables du contrat est irrecevable ;
- à titre subsidiaire : la condition d’urgence n’est pas satisfaite et les moyens relatifs à la légalité du contrat ne sont pas fondés.
Par un mémoire enregistré le 9 mars 2017, présenté par la SCP UCJ, société d’avocats,le SECOSUD conclut au rejet de la requête et demande au juge des référés de mettre à la charge de la SAS Tevarua Nui une somme de 500 000 F CFP au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.
Il soutient que :
- la délibération du 23 février 2017 a été exécutée, de sorte que les conclusions tendant à la suspension de son exécution sont sans objet ; la SAS Tevarua Nui n’a pas d’intérêt légitime à agir ; le recours est irrecevable car la SAS Tevarua Nui n’avait aucune chance d’obtenir le contrat ;
- à titre subsidiaire : la condition d’urgence n’est pas satisfaite et les moyens relatifs à la légalité du contrat ne sont pas fondés.
Vu :
- les autres pièces du dossier ;
- la décision par laquelle le président du tribunal a désigné Mme Meyer, première conseillère, pour statuer sur les demandes de référé.

La clôture de l’instruction a été prononcée à l’issue de l’audience à 10 h 45.
Sur la demande de suspension de l’exécution de la délibération du 23 février 2017 :N°1700103 3

Le tribunal administratif ordonne :

Article 1er : Il n’y a pas lieu de statuer sur les conclusions à fin de suspension de l’exécution de la délibération du comité syndical du SECOSUD du 23 février 2017.
Article 2 : Le surplus des conclusions de la requête est rejeté.
Article 3 : Les conclusions présentées par le SECOSUD et par la SA EDT-Engie au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.
Article 4 : La présente ordonnance sera notifiée à la SAS Tevarua Nui, au SECOSUD et à la SA EDT-Engie.
Fait à Papeete, le 10 mars 2017.

 

 

Samedi 11 mars 2017