Accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avez-vous le goût de rêver ?

 


            Ayez un autre regard sur l'actualité que celui qu'on vous donne ailleurs !

La politique, c'est ici .

 

 

 

Dominique Monti offre sur l'Echo du Frioul des nouvelles de la belle capitale phocéenne Marseille et de son rocher abondamment peuplé aujourd'hui, le Frioul, s banlieue. De tendance plutôt de gauche,  pour le pluralisme politique, les marseillais de Polynésie seront heureux de retrouver les coups de gueule de Monti et les saveurs du midi sur son journal. Cliquez sur le lien.  

www.echodufrioul.eu 7 jours sur 7

Tahiti today: http//tahititoday.com/confidences.htm

 

 

 

 

 

Dimanche 28 août 2016

Infos d'ici et d'ailleurs.

 

Un de nos lecteurs sans doute gros fumeur s'est inquiété de ne pas voir dans notre retransmission vendredi dernier du JO PF du 1er août que les voyageurs pouvaient apporter dans leurs valises...les cigarettes ! Que ce fumeur se rassure, le J0  mentionne bien la possibilité de rapporter avec soi : 400 cigarettes soit 2 cartouches . Ce personnage excessif dans ses conclusions ne voyant pas mentionné "le poison autorisé" nous a écrit que tout ce qui est écrit dans le JO est archi faux !!!!!! Dont acte !C'est la douane qui va être contente !

 

Polynésie première avait annoncé la nomination de Georges Puchon à la direction du Port autonome peut-être un peu trop tôt. Information reprise évidemment par toute la presse. Mais tiens, c'est tout de même curieux, cette nomination tant attendue n'a pas fait partie des annonces du conseil des ministres. A-t-elle été actée ?

 

Le tract polémique a été émis à 80.000 exemplaires par l’opposition LR de Grenoble. La droite iséroise attaque nommément 25 élus de gauche, sur une affichette qui les accuse d’avoir « ruiné Grenoble ». Surmonté d’un gros « Wanted » (recherchés), le tract reprend les codes des avis de recherche des criminels placardés dans le far-west.

 

Selon un sondage commandé par le parti socialiste à l'institut Ipsos, Arnaud Montebourg arriverait devant François Hollande au second tour de la primaire de la gauche.
Le sondage n'a pas été rendu public. Début juillet, le parti socialiste a commandé à l'institut Ipsos une enquête d'opinion sur la primaire de la gauche, révèle Le Point.

 

Depuis son entrée officielle dans la campagne de la primaire de la droite, lundi 22 août, Nicolas Sarkozy a occupé tout l'espace médiatique face à ses rivaux. Mais à en croire un sondage publié ce samedi, ce retour en grande pompe n'a pas tout à fait convaincu. La presse avait un chouchou en 2012 : François Hollande. En 2016, elle a choisi Juppé. Attention... elle ne porte pas toujours le bonheur attendu.

 

Sylvain Perry, ancien maire de Taiarapu Est et ancien conseiller territorial Tahoeraa à l’Assemblée, est décédé  vendredi. Il a été maire délégué de Afaahiti-Taravao puis maire de la commune de Taiarapu Est de 2001 à2008 et conseiller territorial à l’Assemblée de 2001 à 2004. Il n'a jamais changé de parti politique.

Il est le père de Vaiata Perry Friedmann, deuxième vice-présidente de l’Assemblée à laquelle nous présentons nos condoléances attristées ainsi qu'à toute sa famille.

 

Le ministre en charge du Tourisme, Jean Christophe Bouissou, accompagné de Paul Sloan, Directeur Général de Tahiti Tourisme, a rencontré, vendredi, John Kidd, le nouveau représentant régional de la société chinoise Hainan.

 

C'est une petite phrase qui risque de faire jaser. Dans Le Journal du dimanche , Emmanuelle Cosse, ministre du Logement, revient sur la crise des migrants. Pour faire face à « un phénomène migratoire sans précédent », avec, dit-elle, ces derniers jours « 70 migrants arrivant à Paris » quotidiennement, elle propose une « mobilisation générale ».
« Le défi, pour assurer un accueil digne, c'est d'ouvrir encore plus de places. Mais tout le monde doit jouer le jeu. L'État fait face et certaines collectivités aussi. Mais d'autres ne prennent pas leur part », assure la ministre, qui a proposé cet été « un dispositif de soutien aux particuliers qui accueillent des migrants ». Puis elle brandit une menace : « Au besoin, je n'hésiterais pas à réquisitionner des lieux publics. » De quoi créer la polémique quand on connaît la réticence de certains sur ce sujet.

 

Dans le JDD, la ministre écologiste prend position aussi sur le burkini qui secoue la classe politique. « Je suis choquée de l'ampleur prise par ce débat ! Une question dérisoire s'est transformée en débat national obsessionnel », regrette Emmanuelle Cosse. « En tant que femme, bien sûr, j'ai d'abord été dérangée par le burkini. [...] Mais en tant que femme politique, je suis choquée, dans le contexte de grande fébrilité lié aux attentats de juillet, des raisons pour lesquelles certains élus se sont lancés dans ces interdictions, pour des questions purement électoralistes... » fait-elle valoir, convaincue que « quelque chose de dangereux est en train de se passer ».

 

Un incident qui survient dans un climat tendu à Nice, depuis l'attentat de la promenade des Anglais. Un avion a survolé la ville samedi à très basse altitude. Ce qui a causé une belle frayeur aux habitants, d’autant que l’appareil émettait un bruit assourdissant, en raison de ses réacteurs, relate Nice Matin.
Il a raté son approche. Selon plusieurs sources, ce Boeing de la Turkish Airlines en provenance d’Istanbul aurait en fait raté son approche de l’aéroport et aurait remis les gaz, avant d’atterrir finalement un quart d’heure plus tard à l’aéroport de Nice.

 


 

Samedi 27 août 2016

Info d'ici et d'ailleurs

Albert Solia et son conseiller juridique Kretly se sont envolés pour Paris. Rendez-vous à la "Caisse des dépôts et consignations".

 

"Edouard Pince- sans- rire" accompagné du "Roi Fainéant "Manuel Terai" partent ce soir pour Hawaii où doit avoir lieu la conférence sur la plus grande réserve maritime des USA. La Polynésie n'est pas concernée mais Edouard Fritch ne veut pas louper la présence de Barak Obama et fera tout pour lui serrer la main en se faisant tout petit à côté du géant américain espérant être immortalisé sur une photo bien sûr. Humilité !

 

Christian Vernaudon, représentant la Polynésie française au sein du groupe de l’Outre-mer au Conseil économique social et environnemental (Cése), préconise une «  union sacrée » entre « le gouvernement, l’assemblée, les parlementaires, les représentants de la société civile et l’Etat » pour « établir le juste diagnostic de la situation et définir ensemble où on veut aller dans les 10-20 ans ».

 

                          Deux naufragés sauvés d'une île déserte après avoir écrit SOS sur le sable


Digne d’un scénario de film. Un couple de naufragés sur une île déserte du Pacifique a été sauvé vendredi 26 août par l’US Navy après avoir signalé sa présence avec un SOS dans le sable, rapporte NBC. Les deux rescapés sont restés une semaine sur ce bout de sable situé dans l’Etat de Chuuk, en Micronésie.

Pas d’équipement de survie

Les deux malheureux sont partis le 17 août de l’île de Weno dans leur bateau long de 5,50 m. Ils devaient atteindre le lendemain l’île de Tamatam mais n’y sont jamais arrivés. Les garde-côtes américains postés à Guam ont alors commencé les recherches et mercredi, un navire a remarqué des lumières près d’une île.

Et enfin vendredi, les naufragés ont été repérés près de leur signe SOS par un avion de surveillance P-8 (semblable au Boeing 737). Ils ont été, dans la foulée, secourus par voie maritime. Il était temps car les deux infortunés n’avaient que très peu de vivres et aucun équipement de survie. Les garde-côtes ont tout de même cherché le couple dans une zone de plus de 25.000 km2.

En avril, l’US NAvy avait également secouru trois naufragés sur une île déserte qui avaient formé le mot « HELP » avec des feuilles de palmier.
 

Errare

Hier j'ai fait une terrible erreur...Assaillie de coups de téléphone dès le matin je me suis emmêlée les pédales et j'ai publié un premier jet d'édito au lieu du définitif toutes mes excuses aux puristes orthographiques et à mon lecteur-correcteur à Paris. J'ai rectifié le tir bien sûr tardivement ne me doutant pas de cette interversion. Moralité: je ne réponds plus au téléphone avant 9h. sauf urgence.

Aussi, aujourd'hui je vais me contenter de faire "une burkini show" en images puisque cela préoccupe tant notre élite parisienne et que là, au moins, je ne risque pas de me tromper de texte, puisqu'il n'y en a pas !!!! Enjoy the week end.

 

             

 

    

 

(Merci à Pierre qui fidèlement depuis des mois me fait passer ces dessins de presse)

 

Vendredi 26 août 2016

Editorial

Edouard Pince-Sans-Rire, se "gétérise", "Oscar le Menteur" empoisonne les Corses.

 

Un coup d'œil dans le rétroviseur ne fait pas de mal. Tout d'abord relevons la phrase que colporte dans le monde Oscar Temaru : "l'Etat nous a pris pour des animaux." il  est devenu au fil du temps le champion incontestable dans la filmothèque mondiale des déclarations et injures politiques outrancières. Pour lui, les Français sont des virus, ce qui n'empêche pas "François-le- Temporisateur" de le serrer dans ses bras. Le problème c'est que sous des dehors patelins et bonhommes, on peut avoir pitié de lui. Les indépendantistes corses et d'autres, prennent toutes ces vomissures pour argent comptant. La majorité des Polynésiens l'ont toujours su et ont prouvé par leur vote qu'ils n'étaient pas de ce côté-là du fossé. Vive la démocratie française non truquée..

Mais revenons à notre Edouard et laissons patauger dans le marigot celui qui ne joue pas franc jeu et utilise le mensonge, la ruse et l'anathème pour arriver à ses fins. Ce n'est pas digne d'un vrai politique.

Alors pourquoi titrons-nous sur Edouard "gétérisé" ? Simplement parce qu'il nous rappelle que, comme Gaston Tong Sang à son époque, en arrivant au pouvoir, ce dernier avait tout pour lui, une forte majorité , des parlementaires et le soutien de Paris jusqu'au moment où Marie Luce Penchard, on se souvient à peine de ce ministre de l'Outre Mer, ne veuille plus lui adresser la parole et que Sarkozy ferme les robinets. Abandonné par Paris, GTS s'est cassé les dents sur une majorité devenue ingouvernable qui divisée par leurs ambitions devant sa faiblesse, sa gentillesse aussi, a entraîné par voie de conséquence une incapacité à décider avec fermeté, donc à gouverner.

Edouard a savouré chaque seconde de sa présidence toute neuve comme si le temps enfin avait suspendu son vol. Il avait la durée, la combativité, et Paris dans sa manche. Or le scénario auquel nous assistons aujourd'hui ressemble fort à celui du ToTatou Ai'a.

Fritch, en effet, tient dans sa menotte une majorité, certes construite sur les transfuges du Tahoeraa (comme GTS et bien d'autres), des parlementaires: députés et sénateurs et un tapis rose à Paris...Sauf que ce tapis bien élimé à force d'être usé par des quémandeurs, risque

 fort de faire faire un vol plané au président polynésien. Pas "d'Accords de Papeete",  de moins en moins d'argent, pas d'oncologues, pas d'amendement à la loi Maurin tant que Paris ne voit pas arriver la réforme de la PSG qui conditionne la poursuite de l'aide de l'Etat au RST. Bref aucune promesse de François, tenue pour l'instant si....

Mais Paris s'éveille et s'énerve devant une situation qui se disloque avec le mercato ministériel en préparation, les divisions internes par ailleurs déjà évoquées, la colère de maires bien réelle en dépit de l'habillage de la présidence à l'aide de nouvelles subventions pour montrer sa bonne volonté. Sans compter le mécontentement croissant des chefs d'entreprise et des commerçants, le judiciaire avec les perquisitions, les gardes à vue, passées et à venir... Un état des lieux dont Paris secoué par la primaire des Républicains, des discours de campagne présidentielle, et de son propre délabrement dans un monde en folie meurtrière, se passerait bien.

Et le président, Pince-Sans Rire d'un jour,  nous renvoie une image presque dépressionnaire, lasse parfois ou faussement guillerette. Les observateurs ont l'impression qu'il n'appartient plus à "la légende des siècles", il se dépatouille mal et s'embrouille, comme on l'a entendu à sa sortie de la DSP. En un mot comme en cent, il donne l'impression d'en avoir marre sous des dehors légers qui ne donnent pas le change. Au contraire. !

Dans cette ambiance morose et délétère la véritable instabilité réside dans l'absence de visibilité des entreprises et des investisseurs. Au fait ça existe des investisseurs ? Ils balancent, avant de venir mettre leur argent en Polynésie, entre la béatitude du gouvernement et l'anxiété rancunière du président quant à cette multitude du problèmes non réglés. Tout cela fragilise aussi la cohésion politique qui a besoin d'un bon barreur pour faire avancer la pirogue.

Alors sans être une Cassandre, voyons la situation d'un point de vue pragmatique non partisan: Edouard dispose d'une majorité de 31 élus. C'est beau. Pourquoi dans ces conditions, les réformes urgentes dans les tuyaux depuis plus d'un an, bouchent-elles lesdits tuyaux ? PSG et fiscalité sont, en apparence, au point mort alors que l'on nous disait attendre une majorité pour les adopter ? C'est un constat.

Dans trois jours le 29 août le président va devoir investir trois candidats du Tapura pour défendre son drapeau aux législatives de juin 2017. Un autre casse-tête car les prétendants sont nombreux. Ils sont huit. Mais il n'en faut que trois. Ce qui veut dire : cinq sur le carreaux. Aïe! " Si j'avais su, j' serais pas venu" pense-t-il par moment ! Lesquels choisir: Maina Sage, Nicole Sanquer, Patrick Howell, Teva Rohfritch, Heimana Garbet, René Temeharo, Luc Fatau et Tepuaraurii Teriitahi ?

 Personne ne se targue d'être un spécialiste du potin ironique, nous n'aimerions pas être à sa place car en politique, la cohésion qui soude une une majorité c'est comme un fruit. Il doit mûrir, puis une fois mûr, il faut le cueillir, c'est à dire agir. Sinon, il pourrit sur la branche et tombe. You see what I mean ?!

En attendant, le grand argentier Nuihau Laurey, lui, peaufine dans une grande tranquillité, le budget 2017. Il est à l'abri des tentations, des vengeances, mais pas des urgences. Prépare-t-il un budget de campagne pour préserver la majorité dans cette année électorale à venir ? Sans doute car il est loin d'avoir le surnom que les Romains avaient donné au consul Fabius Verrucosus, célèbre pour son indécision chronique "Fabius-le- Cunctator". Tout le monde sait que ce n'est pas son genre !

 

 



I
nfos d'ici et d'ailleurs

Quand on n'est pas d'accord avec son parti en Polynésie, c'est simple on change de parti ! Ayant été jugé peu efficace par le Pdent du Tahoeraa, ce dernier a remplacé Jordan qui n'avait, selon lui, pas été averti, au sein de la fédération de Bora Bora. La méthode n'a pas plu à Jordan qui n'a fait ni une ni deux en s'inscrivant au Tapura. Problème réglé !!!

 

Arrêtés «anti-burkini»: Malgré la suspension du Conseil d'Etat, certains maires persistent

 La suspension de l’article 4.3 de l’arrêté dit « anti-burkini » de Villeneuve-Loubet a été prononcée ce vendredi par le Conseil d’Etat, plus haute juridiction administrative française. Cette décision ne s’applique qu’à la commune des Alpes-Maritimes dirigée par Lionnel Luca (LR), mais elle pourra faire jurisprudence si d’autres arrêtés similaires sont contestés devant la justice. Toutefois, parmi les 31 édiles ayant pris des arrêtés « anti- burkini », certains ont d’ores et déjà annoncé ce vendredi qu’ils maintiendraient l’interdiction de ce costume de bain intégral sur leurs plages.

 

La France divisée  Le Conseil d’Etat s’est prononcé, vendredi 26 août, contre l’arrêté « anti-burkini » de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes). Un collège de trois juges examinait les requêtes déposées par la Ligue des droits de l’homme (LDH) et le Comité contre l’islamophobie en France (CCIF) contre une ordonnance en référé rendue le 22 août par des juges du tribunal administratif de Nice. Elle validait l’arrêté de la municipalité, donnant tort aux deux associations qui réclamaient son annulation en urgence. 

Selon l’ordonnance du Conseil d’Etat du 26 août 2016, l’ordonnance du tribunal administratif de Nice est annulée et l’exécution de l’arrêté de Villeneuve-Loubet est suspendue.  Dans cette commune, porter des vêtements religieux à la plage n’est donc plus interdit.

 

La croisière de luxe dans l'Arctique qui fait grincer des dents

L'Arctique, l'un des derniers endroits préservés de la Terre, est désormais accessible.
Changement climatique oblige, il devient possible de naviguer entre le Pacifique et l'Atlantique par le passage du Nord-Ouest. Une croisière de 1.700 personnes pendant un mois suscite les vives critiques des organisations environnementales.

C'était un voyage encore impossible il y a quelques années. Le Crystal Serenity a embarqué près de 1.700 personnes, dont un millier de passagers, pour une croisière sans précédent entre le Pacifique et l'Atlantique, s'aventurant là où autrefois la banquise ne fondait jamais.

C'est la première fois qu'un bateau de croisière de cette taille s'engage dans le mythique passage du Nord-Ouest, voie maritime d'environ 1.500 km rendue navigable avec la hausse des températures et la fonte des glaces .

 

Vence : une baigneuse expulsée de la piscine municipale   Une baigneuse a été expulsée de la piscine municipale de Vence parce qu’elle se baignait en pareo . Interrogé, Loïc Dombreval le maire de cette commune de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, considère que le paréo, même en lycra, "n'est pas un vêtement de bain traditionnel", comme l'exige le règlement intérieur de l'équipement sportif et de loisirs, la tenue de bain devant "être adéquate et décente". (On ne fait pas en France ce que l'on fait à Tahiti en période de burkini !!!)

 

Le Président Edouard Fritch et le ministre du Logement, Tearii Alpha, ont visité, vendredi matin, à Faa’a et dans d’autres communes de Tahiti, plusieurs chantiers de construction de résidences sociales.

 

Non Jacky Bryant, l'écolo, ne soutient pas Tauhiti Nena et son Tau Hotu Rau.


Un diacre soupçonné d'attouchements sexuels sur des personnes handicapées mentales  réfute ces accusations en disant qu'il était habitué à faire le bien. Pour qui au fait ?

 

En sa qualité de rapporteur à la section « Aménagement durable des territoires » du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Christian Vernaudon-

 a présenté ce matin aux membres du CESC les grandes lignes de l’avis rendu par l’institution nationale sur l’égalité réelle Outre-mer.

 

Journal officiel de la Polynésie française du Ier août 2016 concernant les marchandises transportées dans les bagages des voyageurs.

Ces marchandises ne doivent traduire, par leur nature ou leur quantité aucune intention d'ordre commercial

.
Art. LP. 37.- I.- La franchise applicable aux marchandises contenues dans les bagages personnels des voyageurs est fixée par arrêté pl:is en conseil des ministres selon la nature des marchandises transportées- Cette franchise ne peut excéder les quantités et les valeurs fixées aux II et III du présent article.


II.- Pour les tabacs, produits du tabac et boissons alcooliques, la franchise ne peut excéder :


400 cigarettes soit deux cartouches
200 cigarillos I
100 cigares ;
500 grammes de tabac à fumer ;
4 litres de boissons alcooliques relevant des numéros 2203 à 2206 et 2208 de la nomenclature du tarif des douanes et 4 litres de vin relevant du numéro 2204 de la nomenclature du tarif des douanes.


III.- Pour les autres marchandises, la franchise est fixée en valeur et ne peut excéder 50 000 F CFP par voyageur âgé de plus de quinze ans et de 25 000 F CFP pour les voyageurs de moins de 15 ans.


Lorsque la valeur globale de plusieurs marchandises dépasse, par voyageur, les montants précités, la franchise est accordée jusqu'à concurrence de ces montants pour celles de ces marchandises qui, importées séparément, auraient pu bénéficier de ladite franchise, étant entendu que la valeur
d'une marchandise ne peut être fractionnée

 

 

Jeudi 25 août 2016

 

 

Terrible séisme meurtrier en Italie plus de 200 morts et de nombreux blessés encore sous les décombres.

Editorial

L'extinction des lions

Le roi des animaux, le lion, chassé de son royaume. En écrivant cette magnifique berceuse " le lion est mort ce soir" Henri Salvador ne se doutait pas qu'il écrivait un terrible requiem pour le plus royal des hôtes de la jungle. Après l'éléphant, le rhinocéros, le chimpanzé pygmée , le gorille et beaucoup d'autres, c'est au tour de Simba le lion d'être victime de la folie meurtrière des hommes. Mais il n'est pas le seul. D'autres prédateurs font vraiment tout ce qu'ils peuvent pour s'anéantir mutuellement.

 Le lion comme les hommes ne possèdent ni corne supposée faire bander les vieux Chinois, ni ivoire recherché par les Japonais. Non, ce félin comme les hommes, paie pour sa réputation. Le pouvoir sur la jungle. Le pouvoir sur les hommes. Regardez la Syrie et surtout regardez Alep. On dirait Dresde en Allemagne pulvérisée par des tonnes de bombes à fragmentation incendiaire du 13 au 15 février 1945, par les Américains et les Anglais .  Alep n'est plus qu'un champ de ruines, comme Berlin, Breslau et une bonne partie de la Syrie que bombardent encore tour à tour, les Américains, les Russes et le dictateur syrien, retranché dans un palais que l'on dit imprenable . Détruire le fief de Daesh, on applaudit, la Turquie vient de lancer ses escadrilles dans le combat, mais éliminer tout ce qui vit autour, alors qu'avec les satellites aujourd'hui on sait exactement où se trouve l'ennemi du monde démocratique, c'est plus que désolant, c'est tragique.

Bien sûr en Polynésie nous sommes loin du remue-ménage d'un monde  qui n'est pas le nôtre et certains lecteurs vont se demander "mais qu'est-ce-qui arrive à TTD" puisque nous avons fort à faire à aérer, dépoussiérer nos placards, avec pour seul horizon d'éditos, les divisions byzantines de chacun et les chamailleries incurables des uns et des autres qui affectionnent l'auto-destruction, c'est répétitif et lassant.

Mais, partir du lion pour arriver à la cacophonie des jalousies polynésiennes si intenses et si nombreuses, avouez que ce n'est pas banal !!!

 

 

Infos d'ici et d'ailleurs

Pèlerinage à la Mecque : 2 millions de pèlerins, venus du monde entier.
Braderie de Lille ( en 2015, édition 2016 annulée) : 2,5 millions de badauds.
Fête de la bière à Munich (Oktoberfest) : 6 millions de visiteurs, qui n’ont pas été abstinents.
A chacun son prophète !

 

Une jeune handicapée a supporté des mois et des mois de sévices, de coups avec engagement de pronostic vital, sur le visage et le corps et ce depuis son plus jeune âge avec perte d'un œil. Placée dans une famille d'accueil aimante tout allait bien jusqu'au jour où on l'a arraché à

cette famille sans doute trop aimante pour la remettre dans les bras de sa mère qui a recommencé, sans pitié à la frapper sur le corps et le visage en la faisant dormir dans la niche du chien. Et le service social ? La mère est aujourd'hui devant ses juges.

 

La Délégation de la Polynésie française participe à Campus Outre-mer

Pour la deuxième année consécutive, la Délégation de la Polynésie française à Paris participera à l’évènement Campus Outre-mer, destiné à informer et accompagner les étudiants ultramarins, primo-arrivants ou déjà installés en métropole. La manifestation organisée samedi 3 septembre, dans les jardins du ministère des Outre-mer, et qui se tiendra en présence de la ministre, George Pau-Langevin, réunira de nombreux acteurs publics et privés œuvrant en faveur de la réussite des étudiants.

 

Un lecteur demande " A quand un crematorium à Tahiti ? Les cimetières sont archi pleins, on ne sait plus où enterrer nos défunts. Tous les pays civilisés voire religieux ont adopté les crématorium. Une façon propre de partir vers un autre voyage, adoptée par les grandes civilisations. Tahiti qui se prétend un modèle de modernité en est encore à chercher un lopin de terre pour enterrer son être cher tout ça parce que des religions archaïques s'y opposent. Mais de quoi se mêlent-elles ? Ce n'est plus leur problème, c'est celui des familles et aujourd'hui seules les familles les plus fortunées peuvent envoyer leurs parents à Hawaii, en Australie ou en Nouvelle-Zélande à grands frais. ces pays les plus proches où le nombre de crématorium est important  C'est au gouvernement à se pencher sur ce grave problème. Faudra-t-il attendre un nouveau changement dans les hommes et les mentalités ? C.G

 

Plus de 200 musulmans de La Réunion vont accomplir le grand voyage vers la Mecque. Les catholiques vont à Rome, les musulmans à la Mecque

 

Selon la CTC les citoyens de Pirae doivent 1,321 milliard de Fcfp  à la commune . Aïe !

 

Jacqui Drollet est parti à l'attaque avec des munitions et son intelligence. C'est un fin limier. Dauphin Domingo, face à "Drollet le redoutable" est tel l'agneau qui sera sacrifié. Il est foutu d'avance !

 

Les journalistes météorologiques de Première nous surprennent. Ils ont de l'aisance, des sourires, une lecture impeccable de la carte météo et  la vahine nous annonce les perturbations avec des gestes de  " starlette" et un rythme de mots qui n'appartient qu'à elle. Plus personne ne loupe la météo sur Première.

 

En 2012, Hollande a été élu «grâce à un islam politique», estime Ciotti. Le président de la République François Hollande a été élu en 2012 « grâce à un islam politique », ce qui expliquerait les « lâchetés permanentes » de l’exécutif face au « communautarisme », a estimé ce jeudi le député (Les Républicains) Eric Ciotti, soutien de Nicolas Sarkozy, en pleine polémique sur le burkini.

 Le député était interrogé sur RTL au sujet de la verbalisation d’une mère de famille le 16 août sur une plage de Cannes, alors qu’elle était vêtue d’un legging et d’une tunique.

 Ciotti déplore un manque de réaction de Cazeneuve « C’est sa parole et moi, je soutiens les policiers, leur parole et leur action », « il faut les défendre lorsqu’ils font respecter les lois de la République », a répliqué le député des Alpes-Maritimes.

 « Il y a des tensions, des réactions. A Cannes, lorsque cette personne a refusé d’obtempérer à l’invitation d’une policière municipale, il y a eu des réactions sur la plage », a-t-il fait valoir.

 « Je m’étonne de ne pas avoir entendu le ministre de l’Intérieur protester contre le président du collectif contre l’islamophobie de France, qui est aujourd’hui un organisme communautarisé, a parlé de la police de la honte ; lorsque la secrétaire générale des Musulmans du Sud a parlé de Gestapo, qu’il n’y ait pas de réaction », a poursuivi le député

 

Sarkozy hier soir sur TF1 excellente intervention sur les choix qu'il propose . Il a dit en réponse à une question" si j'ai perdu en 2012, c'est parce que Hollande a menti ! "C'est vrai...

 

Vers une taxe sur les billets d’avion pour financer le CDG express ?

   Le gouvernement Hollande « songe » à introduire, dès 2017, une taxe sur tous les billets d’avion partant ou arrivant à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle pour financer la construction de la future liaison ferroviaire CDG express, affirment Les Echos dans leur édition du jeudi 25 août.

 Le quotidien rappelle que l’hypothèse de cette contribution avait été lancée « il y a quelques années », quand des études préliminaires avaient montré qu’un prix du ticket fixé à 24 euros ne pouvait suffire à garantir son financement.

 Lire aussi en édition abonnées : Le projet CDG express entre Paris et l’aéroport Charles-de-Gaulle est relancé

 Le coût de construction de la future ligne qui devrait relier, à partir de 2023, la gare de l’Est à l’aéroport en vingt minutes, avec un départ tous les quarts d’heure, est évalué à 1,4 milliard d’euros auxquels s’ajouteront 280 millions pour le matériel roulant.

 

Mercredi 24 août 2016

Editorial

Edouard pince-sans-rire

L'emballement médiatique de ces dernières 48h. va s'éteindre. Un coup chasse l'autre. Mais les bleus à l'âme pour ceux qui subissent l'étreinte de la garde à vue restera encore longtemps dans leur mémoire. Ce qui est perturbant tout de même c'est d'entendre le président Fritch prendre ses concitoyens pour des imbéciles. Il ne sait pas être simple en trois mots. "Oui j'ai été entendu par la DSP dans le cadre de son enquête sur le TNAD. C'est normal et je serai sans doute encore convoqué rapidement." Point. Mais non. Il a préféré, à sa sortie du commissariat de police, délayer, expliquer qu'il était venu papoter avec les enquêteurs de "sujets divers" (sic). Tiens donc, ces fonctionnaires auraient du temps à perdre " Monsieur le président, 17h.00 c'est l'heure du thé, vous en prendrez bien une petite tasse  !" auraient-ils pu lui dire si l'on veut aller à la limite de la loufoquerie. Car à l'écouter, nous sommes en plein vaudeville : " je ne vais pas à la police que pour être entendu. J'y vais aussi pour organiser des rendez-vous, (sic!) des réunions !(re-sic !) je pense que la prochaine fois ( ah bon?) ,ce sera rapidement je serai à nouveau invité à me présenter". Retour au bercail présidentiel à 19h.00 en attendant "l'autre rendez-vous".

 Le principal défaut  du chevalier  Fritch c'est qu'il ne sait pas être simple et direct, deux qualités impératives pourtant pour être compris de ses concitoyens qui ne sont pas tous des benêts. Nos hommes politiques ne peuvent plus noyer le poisson comme avant et dire que les enquêteurs, après les longues auditions subies par les seconds couteaux, ont simplement voulu organiser " des réunions" avec le président, avouez que c'est loufoque,( compte rendu de la Dépêche.)

N'aurait-il pas mieux fait de dire comme Albert Solia, un laconique " "Pas de commentaire" et laisser les médias sur leur faim jusqu'à la prochaine fois. Puisque il a dit lui-même qu'il y aurait une prochaine fois. Pour d'autres" rendez-vous" et "d'autres réunions" sans doute !

Et pour revenir sur des choses plus hilarantes, parlons un peu de Rudolf Jordan - le dernier transfuge qui n'a rien d'un champion de basket ball . Edouard Fritch a-t-il voulu consolider sa majorité à 31 en cas de remaniement ministériel susceptible de s'accompagner de quelques "va et vient" entre le gouvernement et l'assemblée ? Sans doute car si d'aventure il fait remonter Frédéric Riveta et René Temeharo au gouvernement pour calmer leur colère de " cocus politiques", comme nous l'avons expliqué dans un précédent éditorial, pourquoi les deux hommes ne joueraient pas leur va-tout, en menaçant de quitter le Tapura ce qui obligerait le président de faire remonter à leur place dans l'hémicycle  Evans Haumani, maire de Moorea et Ferdinand Tahiata, maire de Tubuai. Tous deux bien orange. Cruel dilemme !

 Dans cette présidence tumultueuse depuis l'arrivée aux affaires d'Edouard Fritch comptons  sur Jacqui Graffe, le maire de Paea qui reste ferme et menaçant sur la candidature de sa préférée aux législatives. Il a fait savoir, en effet, à qui de droit qu’il quitterait le Tapura sans aucune hésitation s’il n’était pas suivi. 

En réalité de nombreux élus du RMA se sentent mal à l’aise au Tapura. Ils n’ont pas trouvé leur place depuis la création du nouveau parti. Certains seraient d’ailleurs déjà revenus au Tahoera’a, mais ils savent que leur bascule était un aller simple sans retour. Gaston Flosse leur avait bien fait savoir : réfléchissez avant car il n’y aura pas de retour possible. Bonne ou mauvaise stratégie, après tant de trahisons ...

Les déboires judiciaires de l'équipe Solia  ne viennent pas ajouter de la sérénité à ce climat délétère alors que la crise s’enfonce, que commerçants et chefs d’entreprises tirent la sonnette d’alarme. Ce n’est d’ailleurs pas anodin si à l’initiative de Charles Fong Loi chargé par Edouard Fritch de retourner le maximum d’élus orange, le Tapura a réuni les commerçants de Papeete pour un diner socio-pro la semaine dernière. Un dîner-débat qui n’a pas fait le plein, loin s’en faut, mais qui relevait, de l’avis même d’une participante, d’une "opération pompier," car le feu couve chez les commerçants de Papeete qui n’en peuvent plus des difficultés rencontrées.

 Les commerces ferment les uns après les autres, les taxes pleuvent et la ville est si sale, nous n'avons eu de cesse de le faire remarquer, que la clientèle déserte,( lire ce constat également sur Tahiti infos). L’impatience gronde aussi chez les chefs d’entreprises dont le président du Medef, Olivier Kressmann est sorti de sa légendaire réserve la semaine dernière pour dire au gouvernement qu’il est grand temps d'agir. (sic!)

Bref, dans l'Histoire d'Angleterre, il y a eu dans les années 1250  " Edouard 1er les longues jambes",  puis dans la nôtre, rappelez vous dans les années 2008/2010, " "Flosse forever" et aujourd'hui,2016, "Edouard 1er pince-sans rire ".

 

 

Au conseil des ministres nous avons sélectionné :

Exploitation aquacole à Hao : concessions maritimes accordées à Tahiti Nui Ocean Foods 

Après avoir obtenu des autorisations du Pays pour l’occupation de divers emplacements du domaine public maritime à Hao, pour la phase chantier, la société TNOF a sollicité une emprise du domaine public océanique pour une superficie de 400 mètres carrés sur une longueur de 400 mètres pour le rejet, par un émissaire, des eaux usées de la station d’épuration et de la saumure issues de la station d’osmoseurs. La nouvelle autorisation porte sur le rejet, dans cet émissaire, des eaux issues de l’écloserie et des bassins extérieurs d’élevage, ainsi que le rejet des eaux issues de l’usine de fabrication d’aliments, de l’usine de conditionnement du poisson, du centre de recherche et des autres bâtiments techniques présents sur le site, qui doivent être traitées préalablement dans la station d’épuration.

Parallèlement à cette autorisation du Conseil des ministres, le ministre en charge de l’Economie bleue va accorder également une concession maritime de 840 m² pour le captage d’eau de mer pour les besoins de l’exploitation aquacole de TNOF. Une zone de sécurité sera envisagée autour des émissaires de rejet et de captage d’eau de mer, en concertation entre les services compétents, la population et la commune, afin de prévenir tout risque d’accident. Une campagne d’information sur la réglementation applicable dans cette zone, complétée par des panneaux de signalisation implantés à terre, proches des émissaires, sera également mise en place.

 

 Aides du Pays en faveur des municipalités : 148 millions Fcfp attribués à 10 communes

 Le Conseil des ministres a accordé l’attribution de subventions à hauteur de 148,3 millions Fcfp à 10 communes répartis sur quatre archipels. Elles ont présenté 13 projets d’investissement, dont trois relèvent du Contrat de projets et dix de la DDC (Délégation pour le développement des communes).

 Le montant cumulé des investissements s’élève à 305 millions Fcfp. Les communes concernées sont deux communes de Tahiti, Papara et Taiarapu Ouest, deux communes des îles Sous-le-Vent, Tumaraa et Taputapuatea, cinq communes des Tuamotu, Reao, Manihi, Pukapuka, Arutua et Fakarava, et une commune des Marquises, Fatu Hiva.

 

Maintien du prix des hydrocarbures au 1er septembre

 Les cours internationaux ont enregistré des baisses lors du chargement des différents hydrocarbures à l’exception du fuel EDT.  L’appréciation de la devise américaine (+ 2 %) à la date de chargement des hydrocarbures a ainsi modéré les baisses des prix des hydrocarbures arrivés quai Papeete. Les baisses s’échelonnent entre 3 % pour le pétrole, le gazole, à 9 % pour l’essence sans plomb. Les prix du fuel EDT et du gaz butane ont, en revanche, augmenté respectivement de 9 % et 2 % Le Conseil des ministres a décidé de maintenir les prix des hydrocarbures pour le mois de septembre.

 

 Fusion du service d’accueil et de sécurité et du service du protocole

 Dans un souci de rationalisation et de simplification de l’organisation de l’administration, le Conseil des ministres a approuvé la création du « service d’accueil et de sécurité » (SAS), par fusion du service d’assistance et de sécurité et du service du protocole.

Le service d’assistance et de sécurité a été créé en 1988 avec pour principales missions « d’apporter aux personnes, usagers d’un service public, l’accueil et l’orientation qui leur est nécessaire » et « d’établir une surveillance des locaux dont ils ont la charge ».

Créé en 1999, le service du protocole est chargé pour sa part « des questions d’étiquette et de préséance à l’occasion des cérémonies officielles et réceptions organisées par la présidence », « de l’organisation, de l’accueil et du séjour des personnalités, hôtes de la Polynésie française » et de « veiller au déroulement des interventions publiques du président et des membres du gouvernement ».

Dans les faits, ces deux services œuvrent de concert. La surveillance des bâtiments et de certains sites reste de la seule compétence du service d’assistance et de sécurité, mais  les autres missions d’accueil et d’orientation des personnes, d’organisation logistique

 

Infos d'ici et d'ailleurs.

 

Que les Américains s'occupent de Trump plutôt que de nos affaires .

Après Cannes, Mandelieu-La-Napoule et Villeneuve Louvet, six autres communes de la Côte d’Azur ont décidé d’interdire le port du burkini sur leur plage, cette tenue de bain recouvrant tout le corps portée par certaines femmes musulmanes. Une décision soutenue par le premier ministre Manuel Valls mais qui suscite un tollé dans la presse américaine.

Le New York Times a réagi le premier samedi 13 août avec un titre railleur en « Une » de son édition internationale : « La France identifie la dernière menace en date pour sa sécurité : le burkini ». « Cannes ferme ses plages au maillot de bain intégral, stigmatisant les musulmans ». Le site Slate se montre plus sévère: « les interdictions du burkini en France sont irresponsables, islamophobes et terribles pour les femmes » .

 

Christiane Taubira à Manuel Valls : "Je peux devenir méchante"

Via le Canard Enchaîné, Christiane Taubira lance un nouvel avertissement à Manuel Valls qui a critiqué la politique pénitentiaire de l'ex-garde des sceaux. "Il ne faut pas me chercher (...) Je peux devenir méchante" relève outre-mer première.

Larvée jusqu'à présent, la guerre entre Manuel Valls et Christiane Taubira semble cette fois déclarée. En témoignent les propos de l'ex-ministre de la Justice rapportés par le Canard Enchaîné de ce mercredi 24 août. Revenant sur les critiques de Manuel Valls début août à propos de son action concernant les prisons lorsqu'elle était au ministère de la Justice, Christiane Taubira prévient :

Il ne faut pas me chercher (...)Avant que le budget de la Justice ait été voté, les annonces ne sont que carton-pâte et bla-bla-bla (...) Il ne faut pas que ces deux-là (NDLR: Valls et Urvoas) jouent à me faire la guerre (...) Je peux devenir méchante."

Voilà Manuel Valls averti, s'il ne l'était déjà. Ce message lancé à travers le Canard Enchaîné est le signe que Christiane Taubira reste très attentive et n'est pas en retrait de la vie politique, même si elle a observé ces dernières semaines une cure de silence médiatique.
C'est aussi le cas sur les réseaux sociaux, où elle est d'ordinaire plus assidue.

Elle ne s'est pas exprimé sur l'annonce de la candidature de Nicolas Sarkozy. Pas un mot non plus sur les déclarations de candidature, à gauche, de Benoît Hamon et Arnaud Montebourg, alors qu'elle était considérée comme proche des ex-frondeurs du gouvernement.

Nul doute qu'à l'approche des échéances politiques (primaires à droite et à gauche, présidentielle 2017), elle sortira de son silence pour faire entendre sa voix. Une parole qui pèsera forcément dans le débat.
 

 

L’ancien ministre Georges Tron souhaite que Nicolas Sarkozy gagne la primaire de la droite. Dans un mail envoyé mardi soir aux militants de l’Essonne, le maire de Draveil annonce son intention de créer un comité de soutien pour l’ex-chef de l’Etat.

 «Rassemblons-nous dès aujourd’hui et retrouvons nous dans les premiers jours de septembre pour entamer une campagne respectueuse de chaque concurrent mais une campagne pugnace développée à partir de convictions affirmées, de l’expérience irremplaçable et de l’énergie inégalable qui sont la force de Nicolas Sarkozy», écrit Georges Tron dans ce message consulté par Le Figaro.

 

Pierre de Coubertin, raciste, misogyne, ouvertement nazi et admirateur de Hitler....(le fondateur des Jeux Olympiques !)

Fervent partisan de la colonisation — « dès les premiers jours, j'étais un colonial fanatique »[— il voit dans le sport, à l'instar de nombreuses élites de la IIIe République, un instrument utile de « disciplinisation des indigènes »[. Pour certains, Coubertin est, de surcroît, clairement raciste : « Les races sont de valeur différente et à la race blanche, d'essence supérieure, toutes les autres doivent faire allégeance »[24]. Ce qui ne l'empêche pas, à propos des « journées anthropologiques », compétitions réservées « aux représentants des tribus sauvages et non civilisées » organisées lors des Jeux de Saint-Louis, de s’opposer à ce qu’il appelle une « mascarade outrageante », qui, ajoute-t-il, « se dépouillera naturellement de ses oripeaux lorsque ces Noirs, ces Rouges, ces Jaunes apprendront à courir, à sauter, à lancer et laisseront les Blancs derrière eux »[, fidèle en cela à une vision inclusive des indigènes ayant l'apanage d'une certaine force physique, dont l'homme occidental lui apprend à se servir[. Cette vision du monde ne se limite d'ailleurs pas aux seuls domaines colonial et ethnique ; elle frise parfois l'eugénisme. Pour lui, toute société est divisée entre forts et faibles. « Il y a deux races distinctes] : celle au regard franc, aux muscles forts, à la démarche assurée et celle des maladifs, à la mine résignée et humble, à l'air vaincu. Eh ! bien, c'est dans les collèges comme dans le monde : les faibles sont écartés, le bénéfice de cette éducation n'est appréciable qu'aux forts ».

D'autres s'appuient sur son hostilité à la participation des femmes aux Jeux olympiques pour le qualifier de misogyne : « Une petite Olympiade femelle à côté de la grande Olympiade mâle. Où serait l’intérêt ?

 

Nicolas Sarkozy déroule une série de mesures 100 % droite décomplexée. Il ne tourne pas autour du pot.

  «Ce livre est le point de départ», écrit Nicolas Sarkozy dans Tout pour la France. Et pour un premier jet, le désormais candidat à la primaire de la droite ne fait pas dans la dentelle. Dans son opus de 250 pages, qui viennent  de sortir chez Plon, tous ses thèmes de prédilection, gages d’une campagne musclée, y sont. De l’«autorité» à «l’identité de la France», qu’il érige en «premier combat», mais aussi la compétitivité, la liberté. Et la vérité : l’ancien président de la République entend désormais «tout dire avant, pour pouvoir tout faire après» .Nous voilà prévenus.

 Temps de travail. «Chaque entreprise aura désormais le droit de déterminer librement le temps de travail de ses salariés et donc le moment où l’on passera des heures normales aux heures supplémentaires.» «Il n’y aura plus une durée unique du travail hebdomadaire»,conclut-il.

 Démocratie sociale. Sarkozy veut «privilégier systématiquement l’accord d’entreprise de préférence à tout autre niveau de discussion» . «Cela ne signifie pas qu’il n’y aura plus d’accords de branche, mais que ceux-ci demeureront l’exception.»

 Chômage. «Au bout de douze mois d’indemnisations, celles-ci diminueront de 20 %. Au bout de 18 mois, elles diminueront de nouveau de 20 %,détaille l’ancien chef de l’Etat. Refuser par deux fois un emploi ou une formation qualifiante sans raison sérieuse doit avoir pour conséquence [leur] suspension.»

 Cotisations patronales. Que les syndicats se préparent : «Toute notre politique économique devra désormais être focalisée pour et sur les entreprises.» Dès lors, «ce qui est bon pour elles devra être systématiquement privilégié». A commencer par les cotisations patronales, qui seront à nouveau abaissées, sur les bas salaires, de

34 milliards d’euros.

 Fiscalité. Suppression de l’ISF, baisse de 10 % de toutes les tranches de l’impôt sur le revenu, abattement de 400 000 euros pour les successions en ligne directe (contre 100 000 aujourd’hui), exonération à 85 % des transmissions d’entreprise, voire 100 % dans certains cas, et revenus du capital (hors foncier) imposés à un taux forfaitaire, sur option et tout compris (CSG, IR…), de 26 %.

 Immigration. «Il nous faudra réduire drastiquement le nombre d’étrangers que nous aurons à accueillir chaque année […] Je veux proposer un nouveau pacte d’assimilation.» «La condition de résidence pour devenir français est aujourd’hui de cinq ans […] le délai sera porté à dix.» Seront aussi restreintes les conditions du regroupement familial.

 Schengen. «La France devra dès le début de la prochaine alternance proposer un Schengen II qui réaffirmera le principe de la libre circulation dans l’Union des ressortissants communautaires, mais pas des extracommunautaires.»

 Laïcité. «A l’école, à l’université, dans son administration, sur son lieu de travail même, on ne doit pouvoir arborer aucun signe extérieur d’appartenance religieuse.» Sarkozy réaffirme également son intention de supprimer les menus de substitutions dans les cantines scolaires.

 Islam. «La formation des imams devra être très strictement encadrée afin que tous s’expriment en français et possèdent la connaissance des grandes règles de notre République.»

 Autorité. Outre l’abaissement de la majorité pénale à 16 ans, Nicolas Sarkozy propose un service militaire obligatoire pour les décrocheurs de 18 à 25 ans. Il y ajoute l’ouverture de postes de police, uniquement la nuit, «dans chacun des quartiers de non droit». «Toute occupation illicite de place sera immédiatement empêchée, et les zadistes renvoyés chez eux»,avertit-il. «En cas de dégâts sur la voie publique à la suite d’une manifestation à laquelle ils auraient appelé, les syndicalistes devront régler les dommages sur leurs propres deniers.»

 Terrorisme. «La première des priorités sera de placer dans un centre de rétention fermé, ou d’assigner à résidence sous surveillance électronique, tous les individus français fichés et susceptibles de constituer une menace pour la sécurité nationale.» «Quant aux personnes suspectées qui ne seraient pas françaises, je veux leur expulsion immédiate.» Et de proposer la pérennisation des possibilités de perquisitions administratives de jour et de nuit.

 

Mardi 23 août 2016

Editorial

Entre girouette et balance : Le scandale de l'année 2016

L’élu Tahoeraa, Rudolph Jordan, a fait parvenir un communiqué en août 2015 aux médias  pour réaffirmer son attachement au parti ainsi qu'au groupe Tahoeraa à l’assemblée. Il affirmait à ce moment là avoir été « sollicité » mais réfutait avec force tout changement de bord politique. Voici ce qu'il écrivait dans un communiqué :
« Depuis quelques jours, la rumeur court que je pourrais rejoindre le groupe Tapura et quitter le Tahoera’aHuiraatira. Je tiens à démentir cette rumeur de la manière la plus énergique. Tahoera’a je suis, Tahoera’a je reste. Je n’ai pas l’intention de répondre aux diverses sollicitations dont je fais effectivement l’objet, et ainsi de trahir la population qui m’a fait confiance." Et blabla et blabla. La population un an plus tard exactement est effectivement trahi mais le Jordan en question fait  sourire le Tahoeraa car le Tapura ou RMA n'a vraiment pas besoin de l'élu ex orange de Bora Bora avec ses trente voix . Ce n'est qu'un non évènement dont le Tahoeraa espère faire un évènement, lui, en 2018.

 

Infos Tahiti Today ci-dessous, confirmées.

 

 Tahiti Today dernière heure:

 

Albert Solia, "ouf," doit-il se dire,  est sorti sain et sauf de  la DSP en  fin d' après-midi, en revanche le président Fritch a pris sa place comme simple témoin sur la sellette où il est interrogé  par les limiers de la DSP qui a horreur du vide en ce moment !

Albert Solia, le ministre de l'Equipement, entendu à 11h.30 par la  DSP après la confession de ses proches pour confirmation ou infirmation des révélations de ses collaborateurs. A 15h.45, il était toujours entendu,  tandis que son conseiller Renaud Kretly ayant fait un malaise dans la matinée, le médecin a ordonné sa sortie.

Les limiers de la DSP étaient branchés depuis près d'un an sur quelques personnalités touchant le ministère de l'Equipement qui auraient trafiqué la passation de certains marchés et notamment de juteux contrats de prestation de service dans le cadre de la procédure du Mahana beach.

Cette enquête amorcée par une note des Renseignements généraux a donc débuté comme nous l'écrivions il y a quelques mois en laissant le système de trafic d'influence version haute densité s'amplifier autour du ministère de l'Equipement dans le dos d'Albert Solia semble-t-il . Un phénomène que l'on dit courant dans l'univers du BTP.

 Les enquêteurs ont également dans le collimateur un avocat dont, parait-il, il faut être bien vu pour décrocher des marchés. Le conseiller du ministre de l'Equipement, Renaud Kretly avant d'être nommé au ministère de l'Equipement était d'ailleurs associé avec cet avocat Mourad Mikou au sein du cabinet " KBM Lawyers". C'est par voie de conséquence, une pure coïncidence n'est-ce-pas, si Hogan Lawyers, le cabinet qui a décroché cet excellent contrat pour assister le TNAD, dans le cadre du projet Mahana Beach s'est attaché les services de cet avocat qui crawl dans les entreprises "amies". Ce n'est pas illégal, juste surprenant. Mais le dindon de la farce pourrait bien être Albert Solia qui a laissé à ses proches collaborateurs le champ libre par excès de confiance.

Bref tout est passé à la moulinette, entendez "à la question" par les enquêteurs, que cela plaise ou non à un certain avocat autre que celui cité. Ce séisme local, jugé désastreux par la CTC il y a quelque temps dénoncerait des achats jugés inutiles comme celui de l'hôtel de la Baie de Cook ou encore celui de l'Hôtel Royal Papeete ou d'avoir contourné la commission d'évaluation foncière.

Pour sortir de ce guêpier où d'ailleurs son nom n'est pas cité, Albert Solia depuis la fin de la matinée à la DSP fait le forcing auprès du président Fritch pour avoir le contrôle des Grands travaux dans une cellule qui ne serait pas liée au ministère qu'il entend bien quitter . On peut se poser la question : Quel avenir pour le TNAD?

Pour l'instant, dans tous les cas et contrairement à ce qui est écrit dans un quotidien,  le directeur de cabinet et le conseiller juridique du ministère ont fait dodo dans la cellule odorante de la garde à vue, mieux surveillée que le TNAD. Les malheureux y sont encore à l'heure où nous écrivons et selon nos infos ils vont  en reprendre une louchée pour le deuxième jour consécutif. Ils ont sans doute trop tiré sur la corde...

 

 

Infos d'ici et d'ailleurs

Arrêt des recherches du chasseur apnéiste disparu à Maupiti

Après d’ultimes investigations coordonnées ce matin par le MRCC, malheureusement sans
résultat, les recherches du jeune homme disparu hier à Maupiti ont cessé ce matin, à 10 heures. Mourir à 16ans sous les yeux de son père, c'est dramatique.

 

Le lundi 22 août à 17h50 le MRCC Papeete est avisé de la disparition au cours d’une plongée en apnée d’un jeune homme de 16 ans pratiquant la chasse sous-marine à l’extérieur du lagon de Maupiti. Le jeune homme aurait été victime d’un malaise après sa remontée à la surface en milieu d’après-midi et aurait coulé malgré la tentative de sauvetage de son père qui l’accompagnait avec son bateau. Les recherches n'ont rien donné hier elles ont repris dès ce matin.

Nicolas Sarkozy va devoir convaincre. D'abord son camp de le choisir comme le candidat de la droite pour la présidentielle de 2017, mais surtout l'ensemble des Français. Sarkozy préféré à Juppé chez les sympathisants LR,

La priorité de l'Allemagne

Dans le cadre de l'adoption d'un plan de défense civile, le premier depuis la fin de la Guerre froide, l'Allemagne va appeler la population à faire des réserves de nourriture et d'eau pour plusieurs jours, afin de préparer ses citoyens à des scénarios extrêmes.

D'après le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, FAZ, qui a sorti l'information hier dimanche, le plan, qui souligne la priorité du soutien des troupes par les civils, insiste sur la nécessité de renforcer les capacités de prise en charge du système de santé et la solidité des bâtiments. Il doit être adopté mercredi par le gouvernement.

 

 



Chaîne de solidarité pour le bébé otarie de Raivavae trop mignon

  Un bébé otarie a été recueilli par la population et le dispensaire de l’île de Raivavae samedi dernier. Une chaîne de solidarité a été mise en place pour organiser la sauvegarde de cet animal sauvage.

 L’otarie étant un mammifère marin protégé par le code de l’environnement, la Direction de l’environnement (DIREN) a organisé son rapatriement sur Tahiti afin de lui prodiguer les soins nécessaires. Le service a confié le suivi vétérinaire à une équipe de professionnels de Tahiti.

 La jeune otarie n’est pas encore sevrée et se nourrit uniquement de lait. Le bilan de santé sera effectué dans la journée et apportera plus d’informations sur l’animal recueilli.

 Pour le bien-être de cet animal et dans le but de préserver ses instincts naturels, il est nécessaire d’éviter autant que possible le contact avec l’homme. Toute personne recueillant un animal sauvage protégé est priée de contacter la Direction de l’environnement dès que possible. 

Le Ministère en charge de l’environnement et la Direction de l’environnement tiennent à remercier toutes les personnes ayant participé à ce sauvetage, notamment la gendarmerie, l’équipe du dispensaire et la population de Raivavae, la compagnie aérienne ayant transporté l’animal, l’association Mata Tohora et l’équipe vétérinaire de Tahiti.

 

Savez-vous que :
> > > >
> > > > 1) Une partie des taxes sur le tabac, destinée à la Sécu, n'est pas
> > reversée: 7,8 milliards.
> > > >
> > > > 2) Une partie des taxes sur l'alcool, destinée à la Sécu, n'est pas
> > reversée: 3,5 milliards.
> > > >
> > > > 3) Une partie des primes d'assurances automobiles, destinées à la
> > Sécu, n'est pas reversée 1,6 milliard.
> >
> >
> > 4) La taxe sur les industries polluantes, destinée à la Sécu,
> > n'est pas reversée: 1,2 milliard.
> > > >
> >
> > 5) La part de TVA, destinée à la Sécu, n'est pas reversée : 2
> > milliards.
> > > >
> > > > 6) Retard de paiement à la Sécu pour les contrats aidés : 2,1
> > milliards.
> > > >
> > > > 7) Retard de paiement par les entreprises : 1,9 milliard.
> > > >
> > > > En faisant une bête addition, on arrive au chiffre de :**20,1
> > milliards d'Euros.**

> > > > Si les pouvoirs publics, qui nous harcèlent au quotidien de
> > messages publicitaires afin de consommer des fruits et légumes, étaient
> > vraiment convaincus qu'il nous faut consommer 5 fruits et légumes par
> > jour pour sauver notre santé et donc l'assurance maladie, ils
> > supprimeraient la TVA sur ces produits !
> > > >
> > > > Cordialement.
> > > >
> > > > Evelyne DUBIN
> > > > Secrétaire Générale Adjointe auDirecteur Général  Institut National du Développement Local

 

 

Pas d'éditorial aujourd'hui lundi 22 août :  révision et nettoyage du site.

 Juste une info qui vient de nous parvenir :

Heifara GARBET et Renaud KRETLY  conseiller au ministère de l'Equipement sont en garde à vue depuis ce matin 9h. concernant l"affaire du TNAD, pour favoritisme. Une enquête qui prend des proportions terrifiantes ! Mais la rumeur concernant la garde à vue d' Albert Solia est infondée.

L’ancien directeur, Jean-Claude PRESTI (un ancien d’INTEROUTE .), a préféré quitter le territoire pour la Nouvelle Zélande après avoir empoché une grosse enveloppe versée par TNAD comme la loi l'y autorisait à savoir : six mois de salaire. Et celui-ci devait être consistant.

Heifara Garbet avait été condamné à payer 6 millions à TNAD par une décision de justice, ce qu'il a fait  selon les échos obtenus.

 

Dimanche 21 août 2016

 

 

 

Petites infos passées et à venir

L’attaque à la bombe qui a visé un mariage samedi soir à Gaziantep, dans le sud-est de la Turquie, et qui a fait au moins 51 morts selon un bilan provisoire revu à la hausse ce dimanche matin, aurait été commise par un kamikaze âgé de 12 à 14 ans.

C’est du moins ce qu’affirme ce dimanche après-midi le président Recep Tayyip Erdogan. réaffirmant que ses soupçons se portaient sur le groupe Etat islamique après l'attentat le plus meurtrier en un an dans un mariage auquel assistaient de nombreux Kurdes

D’après l’agence de presse Dogan, ce kamikaze-enfant s’est mêlé aux invités --dont un grand nombre de femmes et d’enfants-- avant d’actionner sa charge. Les forces de sécurité sont désormais à la recherche de deux personnes qui l’accompagnaient et qui se sont enfuies après l’attaque.


 

Nicolas Sarkozy va entrer en campagne cette semaine, avant jeudi, assure un sarkozyste. Si le futur candidat entretient le secret sur son équipe, il entend frapper fort sur le fond. Hé! hé! il remonte vite dans les sondages.

 

L’ex-ministre de la Culture Fleur Pellerin, évincée du gouvernement Hollande en février, va créer une société privée pour accompagner les investissements coréens en France, après avoir démissionné de la fonction publique, a révélé le Journal du Dimanche, ce que son entourage a confirmé à l’AFP.

 

L'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg officialise sa candidature à la présidentielle ce dimanche et dévoile les premiers détails de son programme intitulé "projet France".
Rompre avec la social-démocratie de François Hollande. C'est l'un des messages forts que compte adresser l'ancien ministre dans un corpus de 25 propositions regroupées en quatre châpitres

 

Tauhiti Nena se veut être  « la troisième voie » avec un « projet de société différent ». Il devrait faire attention car les 3° voix ont toutes disparu au bout de quelques mois.« L’offre actuelle n’est pas satisfaisante. » a expliqué Nena, heureusement qu'il est là ! Just in time...Et comme il a de l'ambition il a appelé son parti indépendantiste, mais pas tout à fait (!) "La nouvelle ère"  Tau Hotu Rau.

 

Pauvre Hollande, qui en a séduit au moins un Edouard Fritch, le président polynésien.

Il a loupé sa gouvernance et les langues se délient, vindicatives ou humoristiques, les courriers pleuvent dans les rédactions parisiennes. Celui-ci publié par le Figaro hier est dans le genre " j'écris les choses avec humour !".

 Cher Président qu'a pas d'bol,

 Tous les médias et les méchants de droite ne font rien qu'à se moquer de toi depuis deux jours, mais moi, je te soutiens. Pourtant, c'est pas faute de leur avoir expliqué que «le monde, il n'est pas gentil», que «c'est pas facile» d'être président de la République, même quand on se donne un mal fou pour être normal et qu'on a une belle boîte à outils nickel chrome pour faire redémarrer la croissance et inverser cette satanée courbe du chômage.

 La moindre de tes apparitions publiques déchaîna une pluie battante.Puis les sifflets des électeurs abattus. Puis les deux.

 Déjà, à peine t'avait-on intronisé à l'Élysée que ton avion s'était mangé la foudre sur l'aile gauche quand tu t'étais rendu à Berlin pour recevoir les directives de madame Merkel. Si ça, c'est pas un signe!

Ensuite, la moindre de tes apparitions publiques déchaîna une pluie battante. Puis les sifflets des électeurs abattus. Puis les deux.

Avoue que t'as un peu abusé: le mantra du «ça va mieux», c'était pas une bonne idée. Tu devais bien te douter que l'alignement des planètes- une sacrée aubaine, pour le coup - n'allait pas durer indéfiniment ni te rapporter bézef.

Faut les comprendre aussi, les sans-dents. Vivre avec moins de 1000 euros par mois, t'imagines? Dix fois moins que ton coiffeur! Et ils sont 15% comme ça. Alors forcément, ils s'impatientent. Comme les 6 millions de chômeurs que tu devais sortir de la panade. La moitié touche que dalle, l'autre perçoit 1100 euros bruts en moyenne. Quand tu penses qu'il y a maintenant 1,2 million de chômeurs de longue durée (enfin, si on s'en tient à ceux qui sont toujours inscrits) et qu'ils ont au mieux une chance sur trois de retrouver un job! Et je te parle même pas des séniors. Ceux-là, dès 45 balais, ils sont bons à jeter.

 Je conçois que tu aies grugé un chouia pour déjouer ta poisse. Malin comme tu es, tu t'es dit que t'allais faire passer les chômeurs de la catégorie A vers la catégorie D, celle regroupant les inscrits en formation ou en stage.

 Ton copain Macron aux vains plans s'est un peu vautré avec sa loi «pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques».

Déjà, l'intitulé est pompeux, mais passons. Son impact est évalué à 0,05% d'apport au PIB et, pour l'instant, les résultats se font attendre, sauf du côté des autocars, qui ont créé… 1500 emplois. Avec les socialistes, fallait pas s'attendre à du supersonique non plus.

Cela dit, t'as vu, Macron prétend maintenant qu'il n'est pas socialiste. Quel scoop! Ça te rappelle pas la bourde de Jospin quand il avait sorti: «Mon projet n'est pas socialiste»? On peut pas dire que la formule lui ait refilé la baraka. Tu as vu le rapport du Sénat, qui révèle que le CICE a surtout permis de maintenir 125 000 postes et d'éviter des défaillances de PME-TPE? Claquer 20 milliards d'euros par an pour ça, admets que c'est pas donné.

 Du coup, je conçois qu'en désespoir de cause, tu aies grugé un chouia pour déjouer ta poisse. Malin comme tu es, tu t'es dit que t'allais faire passer les chômeurs de la catégorie A vers la catégorie D, celle regroupant les inscrits en formation ou en stage, qui sont ainsi zappés des statistiques. Du pur génie! Le problème, c'est qu'à pôle Emploi, en plus d'être incompétents et de nous coûter les yeux de la tête, ils sont pas très discrets: ils ont laissé traîner des instructions confidentielles de leur direction exigeant qu'un million de chômeurs (500 000 de plus que d'habitude) soient catapultés en formation d'ici à la fin de l'année! Tu penses que le Canard Enchaîné leur est tombé dessus et a cuisiné les conseillers dans la foulée:

«L'an dernier, au bout de six mois, on disait non à presque tout le monde, il n'y avait plus un rond pour financer les formations qui coûtent souvent cher. Maintenant, c'est tapis rouge, on dit oui à tout et sans trop de précautions, la scrupuleuse procédure de validation des stages est abandonnée», nous murmure-t-on. Ça la fout mal. Montant de l'addition: un milliard d'euros. Mais l'inversion de courbe artificielle n'a pas de prix. Avec les radiations à la pelle pour des motifs bizarroïdes ou pour «défaut d'actualisation», et tes 500 000 contrats aidés estimés à deux milliards d'euros, le subterfuge devrait opérer.

 Les attentats et les grèves à répétition, c'était pas de bol non plus: ces galères-là ont le don de te plomber illico une croissance.

 Dommage, juste au moment où nous avions failli être convaincus que la reprise était enfin de retour, avec +0,7% au premier trimestre 2016 - même si, entre nous, on sait bien qu'elle est due à la consommation d'énergie des ménages durant l'hiver et aux achats de matériel électronique compatible avec le nouveau standard de diffusion TV. Et voilà que les islamo-terroristes, les Nuit Debout et les casseurs «en marge» des manifestations cégétistes nous font fuir à toutes jambes les badauds et les touristes. Caramba, encore raté! Croissance nulle au deuxième trimestre. Pas étonnant que tu aies rechigné pendant un an à déclarer l'état d'urgence, c'est très mauvais pour le business.

 Déjà que la France n'avait pas une super bonne image depuis ton arrivée, avec toutes ces guérillas urbaines de-ci, de-là: saccage du Trocadéro par des racailles, brasier insurrectionnel par les gens du voyages à Moirans, mutinerie au centre de détention à Aiton, règlements de comptes entre bandes rivales démolissant la gare de Montargis, nuisances apocalyptiques des migrants à Calais ou ailleurs… Ça n'arrête pas. Non seulement tu n'arrives pas à juguler l'insécurité galopante ni à faire enfermer les djihadistes fichés S qui pullulent dans les cités, mais quand tu décides de faire preuve de mansuétude en graciant partiellement une femme battue qui a tué son mari, la justice refuse sa libération conditionnelle. Dans le genre traqué par la scoumoune, tu te poses là.

 Dans le genre traqué par la scoumoune, tu te poses là. T'as pas de bol et, en prime, tu portes la guigne à la France.

 C'est pour ça qu'il vaudrait mieux que tu ne te représentes pas en 2017. T'as pas de bol et, en prime, tu portes la guigne à la France.

Cinq ans de malheur, c'est amplement suffisant, surtout pour les précaires. Et les classes populaires. Et les classes moyennes. Et les chefs d'entreprise. En fait, pour tout le monde. Sauf peut-être les communautaristes et les fonctionnaires. Si tu renonçais à rempiler, ça ne manquerait pas de panache ; tu aurais la classe. Pense au plaisir que tu ferais aux Français et à Manuel Valls. Finies, les cotes de popularité calamiteuses. Comme Chirac, tu redeviendrais une coqueluche hexagonale en un rien de temps après avoir été vilipendé tout au long de ton mandat. Tu pourrais passer des heures chez ton coiffeur à te faire une petite coupe. Au bol.

 

Courrier

Au cas où vous n'auriez pas acheté le dernier numéro de Valeurs Actuelles, je vous conseille de lire deux articles rédigés par des gens qui sont qualifiés et dont on ne peut soupçonner le parti-pris. C'est à lire attentivement car à un moment où ceux qui nous gouvernent minimisent le danger et où beaucoup d'autres s'en foutent, il faut savoir que la reconquête du monde, arrêtée par Charles Martel à Poitiers, puis stoppée avec la chute du califat ottoman qui a duré trois siècles depuis le XVIIème, a repris. L'islam a pour mission de conquérir le monde et avec des moyens adaptés à notre époque il a repris la guerre.

 Trois méthodes lui servent :

- l'affrontement belliqueux à l'étranger comme avec Daesh au Moyen Orient et au Nigeria

- la guerilla en France sur des points qui servent de symboles : repas hallal à la cantine, prières en entreprise, port du voile, encadrement voilé des sorties d'école, heures de piscine réservées, publicité autour du ramadan, refus des médecins hommes, écoles coraniques, etc

- l'intrusion rampante en France par l'engagement en politique de musulmans détenteurs de la nationalité française et du droit de vote. Avec le droit du sol non contrôlé les électeurs musulmans l'emporteront par le nombre. Car en France avec le suffrage universel c'est le nombre qui l'emporte. Merci Houellebecq de nous avoir avertis. JC

 

 

 

Samedi 20 août 2016

 



Edouard et François même combat, gardez confiance !


 

Editorial

Les affres d'un président

Pas facile du tout de gérer la Polynésie. Près de trois ans après son élection à la tête du Pays par l'Assemblée, l'énergie réformatrice et créatrice d'Edouard Fritch devient presque maussade, les soupirs se font plus lourds au sein du gouvernement, quant à la population, elle grommelle, de plus en plus fataliste et enlève le cran de sûreté .Elle parle.

 Le résultat des réformes profuses sont peu perceptibles par l'opinion. Si en dehors de quelques ministres performants du  gouvernement Fritch que l'on compte sur les doigts d'une main ( suis bien obligée de nommer Albert Solia, Heremoana , Nuihau Laurey et JC Bouissou) chacun dans leur domaine, Edouard Fritch pourrait se consacrer à ses réformes, à l'économie, à l'international, à l'Etat, à ses relations avec le Pacifique. Ce n'est malheureusement pas le cas.

 Le problème c'est que l'on ne voit pas de renouvellement de la classe politique. Ce sont ceux qui sont déjà en place qui se battent pour  garder la place au chaud. Cela met sur le billard un mutant privé de carapace, un corps hybride et vulnérable à cause de ceux choisis en début de mandat. A son chevet les citoyens se sentent orphelins, égarés en attendant que les dossiers difficiles certes, soient réglés, avant la ruine d'un modèle social périmé, ne fut-ce que par le seul allongement des vies et le nombre de chômeurs. Tant pour les retraites que pour la CPS menacée de faillite.

 Et pourtant, le soleil brille sur l'écrin de la Polynésie, ce qui fait d'elle un pays où il fait malgré tout, bon vivre. Pensons aux ruines d'un pays dévasté, bombardé jours et nuits par son propre président et ses alliés. Le génocide syrien, oui c'est un vrai "crime contre l'humanité". A vomir.

Infos passées et à venir

Jean Christophe Bouissou a rejoint chaque étape du peloton, des favoris, aux moyennement favoris et aux plus du tout favoris,au gouvernail du Port Autonome!  Croix de bois, croix de fer, si je mens je vais en enfer, fin du suspens au prochain conseil des ministres!

 

Et Tahiti Today a tenu parole. Je n'ai pas dévoilé avant l'heure le nom du futur directeur du Port autonome qui risque maintenant de  sauter, tant Albert Solia est furieux de voir le choix du DG du Port autonome tenu secret, fuiter... " d'en haut".

 

 Le "Bougainville" nouveau navire à-tout-faire de la marine qui sera affecté en Polynésie, vient de recevoir son  équipage avec son premier tomana le capitaine de corvette Fajon.
D'après la presse bretonne le sister-ship du D'Entrecasteaux arrivé lui ,à Nouméa le mois dernier, ralliera Tahiti, si tout va bien d'ici là, le 16 décembre...

 

Petit rappel

Le président Fritch a dit :

Il a été très maladroit en indiquant aux journalistes à l’aéroport ,lors du départ du président de la République; qui demandaient au président Fritch, qui il soutiendra, de Sarkozy ou de Juppé ? Il a répondu en se voulant sans doute sarcastique: « Sarkozy ou Juppé, c’est complètement secondaire », Une manière de dire qu’il n’y a aucune différence entre les deux !  

Je pense que Juppé et Sarko comme Hollande ont du apprécier ce grand écart !

Edouard Fritch plein de fougue et d'espoir, a dit  lors de ses vœux à la population fin décembre 2015,( mais on ne fait pas toujours ce que l'on veut quand on est aux commandes) :

"Je veux vous vous dire à toutes et tous, gardez confiance en l'avenir."

"Après ces dix années de crise, les indicateurs repassent au vert. Nous sommes sur la bonne voie. Je vous l'assure. Cette année 2016 verra la concrétisation de deux grands chantiers : la ferme aquacole de Hao et le Tahiti Mahana Beach. Ce sont des milliers d'emplois qui verront le jour. Patatras !!!

Sur la PSG :"Nous présenterons bientôt la réforme tant attendue de la Protection sociale généralisée afin d'assurer le paiement des retraites et  garantir les soins et la solidarité pour tous. Nous avons pris le bon cap." (ndlr oui mais la route est longue de la coupe aux lèvres !!!)

 

A l'aube de 2016 le président Fritch a répondu aux journalistes  :

 "Regardez la métropole, en matière de création d’emplois. Ce n’est pas facile. Le monde est en
crise. Je n’ai jamais eu la prétention de recréer une Polynésie joyeuse et heureuse en l’espace de 18 mois. Si la Polynésie a vécu ses heures de gloire et de bonheur, c’est en grande partie dû au soutien de la métropole. L’Etat n’a plus les mêmes moyens qu’hier.

Aujourd’hui, j’ai envie de voir Hao se conclure le plus vite possible. Les investisseurs n’ont pas à cette heure-ci déposé leur étude d’impact… Je veux bien aller vite ; mais je ne peux pas enfreindre la réglementation et me retrouver demain au tribunal Mais je vous assure que 2016 sera une bonne année. Nous allons lancer des chantiers pour le logement social. Ce sera le premier gros effort que le Pays fera dans ce domaine depuis 10 ans. (…) Je pense que des emplois viendront avec la relance de la construction en matière de logements. (…) Je veux bien répondre aux préoccupations exprimées par le patronat, mais je suis obligé de tenir compte de l’intérêt général. Et c’est ce que nous faisons :avec plus ou moins d’argent."

En Polynésie, 20.000 personnes au début de l'année étaient sans emploi. Il en a été créé 400 parait-il. Edouard Fritch de par sa fonction est devenu le réceptacle des déceptions locales car on espère tout, d'un nouveau président et c'est sans aucun doute cela qui est difficile à tenir surtout sans une équipe performante.

 

Teva Rohfritch va devoir encore longtemps s'user les quenottes :

Le non-cumul des mandats oui, mais pas tout de suite. Après la droite sénatoriale, c'est au tour de la gauche de réclamer un délai pour appliquer cette loi qui interdira, à partir de 2017, à un parlementaire d'être également chef ou adjoint d'un exécutif local (mairie, région, département, gouvernement). Dans une proposition de loi déposée le 8 août 2016 et repérée par Le Point, onze sénateurs demandent que l'on autorise les maires, les présidents de conseil départementaux ou régionaux élus depuis le vote de la loi (en 2014) à terminer leurs mandats. Une manière de repousser cette mesure plébiscitée par l'opinion publique à 2020 ou 2021. Fichtre, Teva aura des cheveux blancs...

 

Le président Fritch rencontre le PDG de Carnival

Monsieur Arnold W. Donald, pdg de la société Carnival Corporation et sa famille, ont été reçus, vendredi, par le président Edouard Fritch à la présidence de la Polynésie française. Le responsable de Carnival Corporation a effectué une escale de 24 heures à Tahiti avant de s’envoler vers la Nouvelle-Zélande.

Carnival Corporation possède au total 102 navires répartis sur 10 marques de croisières dont Carnival Cruises, Princess Cuises, Cunard, Costa, P&O, ou encore Seabourn. Carnival Corporation emploie 120 000 personnes à travers le monde et a 11 millions de clients annuellement. C’est la première entreprise mondiale de croisières.

Pour la Polynésie française, en une année, près de 80 navires gérés par Carnival font escale dans nos îles.

 

Le "Bougainville" nouveau navire à-tout-faire de la marine qui sera affecté en Polynésie, vient de recevoir son  équipage avec son premier tomana le capitaine de corvette Fajon.
D'après la presse bretonne le sister-ship du D'Entrecasteaux arrivé lui à Nouméa le mois dernier, ralliera Tahiti, si tout va bien d'ici là, le 16 décembre...



Réfléchissez :Italie : un imam fait le parallèle entre burkini et habit de religieuse

Un imam italien – qui a posté vendredi sur son profil Facebook la photo d'un groupe de religieuses en habit et voilées sur une plage – a essuyé une vague de critiques et vu sa page bloquée pendant quelques heures par ce réseau social. En plein cœur de la polémique en France sur le port du burkini qui a gagné l'Italie, Izzedin Ezir, imam de Florence, a diffusé, sans y ajouter de commentaires, la photo de huit religieuses voilées jouant dans les vagues sur une plage. La photo, partagée plus de 2 000 fois, a été inondée de commentaires avant que la page de profil de l'imam ne soit provisoirement bloquée par Facebook, interpellé par des internautes.

 En mettant cette photo des religieuses voilées à la mer, l'imam de Florence (qui a retrouvé peu après l'accès à son compte) dit avoir voulu « répondre à ceux qui disent que nos valeurs occidentales sont différentes dans la manière de s'habiller et de se couvrir le corps ».

« J'ai voulu dire qu'une partie des valeurs occidentales vient du christianisme [...] et qu'on voit que les racines chrétiennes sont aussi faites de personnes qui se couvrent quasi totalement », a poursuivi Izzedin Elzir, interrogé par la chaîne de télévision Sky Tg24. Pas faux !!!!!!

 

Miss Nlle Calédonie 2016    Andréa Lux, 18 ans et bouraillaise

Un spectacle au décor féérique et marin réalisé par les élèves de l'ETFPA.
Quatre jeunes femmes ont remporté le concours de beauté 2016 : Lola Kojfer, Miss Province Sud, Romane Bichot, 21 ans, 1m73, 2ème dauphine, Camille Sirot, 20 ans, 1m76, 1ère dauphine. Et Andréa Lux est devenue ce soir Miss Nouvelle-Calédonie 2016. Une très belle femme.


Le sacre d'Andréa
Andréa Lux, fière de son pays, souhaite représenter son pays à l'élection Miss France 2016. Le goût de l'aventure et l'envie d'acquérir de l'expérience l'ont mené à tenter sa chance.

La soirée comportait les tableaux traditionnels : passage en maillot de bain et tenue de soirée et pour la deuxième fois un tableau réservé aux créations locales et originales sur le thème de l'allégorie marine.
Le jury avait au préalable juger de la tenue la plus belle et la plus originale. C'est la robe nautile brodé de cristaux de Swarovski de Boris Brésil qui a gagné la majorité des suffrages.


 

Chine: Le pont en verre le plus long du monde a ouvert au public

Touristes sujets au vertige, s’abstenir. Le pont piéton en verre le plus long et haut du monde a ouvert au public samedi dans les spectaculaires montagnes de Zhangjiajie (centre de la Chine), réputées avoir inspiré le film américain Avatar.

Long de 430 m et perché à 300 m au-dessus du sol, l’ouvrage est construit entre deux sommets de ce parc naturel de la province du Hunan. Le pont, d’une largeur de six mètres et constitué de 99 plaques de verre transparentes, peut accueillir 800 personnes simultanément, selon un responsable de la zone touristique de Zhangjiajie, cité par l’agence Chine nouvelle.

Outre marcher sur la structure et profiter de la vue sur les pitons rocheux alentours, les touristes pourront également y sauter à l’élastique ou emprunter une tyrolienne. « Je voulais venir ressentir le côté grandiose de cet ouvrage. Mais je n’ai pas peur, il semble sûr ! », a expliqué à l’AFP samedi Wang Min, une mère de famille accompagnée par son mari et ses enfants.

 

 Jérôme Monod, ancien patron de la Lyonnaise des Eaux, conseiller et ami de Jacques Chirac, est mort jeudi 18 août à Lourmarin dans le Vaucluse, entouré de sa famille. Il avait 85 ans.


Il fut de tous les combats de Jacques Chirac. Jérôme Monod, ancien patron de Suez-Lyonnaise des Eaux, s'est éteint ce jeudi à l'âge de 85 ans dans sa propriété de Lourmarin (Vaucluse). Sa veuve, Françoise Monod, vient de le confirmer, ce samedi, précisant que le défunt sera "inhumé dans la plus stricte intimité dimanche 20 août, dans le caveau familial à Lourmarin".

Chiraquien de bout en bout

Né le 7 septembre 1930 à Paris, ce capitaine d'industrie a grandi au sein d'une grande famille protestante. Parmi ses cousins les plus illustres, Jacques Monod, prix Nobel de biologie, et le naturaliste Théodore Monod.

A l'âge de 29 ans, diplômé de Sciences-Po et de l'ENA, Jérôme Monod devient collaborateur de Michel Debré, avant de prendre les rênes de la Délégation à l'aménagement du territoire (Datar), où il avait auparavant travaillé avec Olivier Guichard. Il a ensuite dirigé le cabinet de son ami Jacques Chirac à Matignon, avant de l'accompagner, en 1976, dans la création du RPR, dont il devient le premier secrétaire général.

Patron de la Lyonnaise des Eaux

L'énarque s'éloigne un temps de la politique pour devenir, en 1980, PDG de la Lyonnaise des Eaux, et œuvre au développement de l'entreprise à l'international. En 1996, il s'investit dans le rapprochement avec Suez, puis devient président du conseil de surveillance de Suez Lyonnaise des Eaux. Sa présidence fut marquée par une affaire de corruption au cours de laquelle le maire de Grenoble Alain Carignon fut accusé d'avoir reçu 21 millions de francs de la part de la Lyonnaise en l'échange de la concession des eaux de la ville.

En 2000, pendant la cohabitation, il intègre l'Élysée, et devient l'un des conseillers politiques les plus influents auprès de Jacques Chirac. Il était notamment chargé de coordonner l'union de la droite et du centre en vue de la présidentielle de 2002. Union qui donnera naissance à l'UMP.
 

 

 Vendredi 19 août 2016 

Editorial

Les dindons, les cocus, et les autres...

Voici la suite du feuilleton de l'été, nos jeux olympiques sur les bisbilles et diverses ambitions des ministres au sein du gouvernement.

 C'est que le président Fritch avait précisé dans un premier temps, que son remaniement ministériel se ferait avant l'arrivée du président de la République, puis il a expliqué que ce remaniement se ferait après et enfin lors de sa dernière conférence de presse, il a souri en disant qu'il n'y en aurait pas, alors que toute la classe politique et médiatique s'y attend pour septembre avant le budget . Du coup notre souci a été de mesurer le comportement de la "noblesse" politique polynésienne à la veille d'un possible changement de "piroguiers" sachant toutefois qu'Édouard pense avoir éteint le feu qui brûlait dans le cœur des maires depuis l'annonce de la " résolution" par le président du SPC. Un feu de broussailles rien à voir avec le feu ravageur californien.

Un jour on oubliera la crise et le tumulte larvé au sein de ce gouvernement puisque selon les radios " tout va bien". Et l'Histoire polynésienne retiendra quoi donc, en ce dernier trimestre 2016 ?

Et bien que  René Temeharo ait beau loucher sur le ministère de l'Équipement, on lui a fait comprendre au château que c'était un morceau trop gros pour lui. On parle bien sûr aussi de Patrick Howell,qui serait de plus en plus contesté dans le milieu médical. Son SOS est loin de faire l'unanimité. Mais il faut bien se recaser, il y a longtemps qu'il n'a plus arraché de dents, il serait prêt, dit-on dans le milieu autorisé, à quitter le ministère pour rejoindre la direction de la santé laissée vacante par la démission récente de Charles Marty - ne souriez pas - le jour même où il a été nommé. La confiance n'était pas au rendez-vous sans doute.

 Mais Patrick Howell a du cœur. Il irait jusqu'à céder sa place à  Armelle Merceron, la jaune pâlissante, dont l'impatience est visible au point de ne pouvoir cacher  une certaine crispation défensive ou un ressentiment offensif, celui de la laissée pour compte. Elle sait Tea Frogier fatiguée par son ministère de la Solidarité et celui du Travail. Les frêles épaules de cette ministre sympathique se courbent d'épuisement. Heureusement, que voilà Armelle, qui ne demande qu'à prendre la relève. Elle n'a pas de préférence, pourvu qu'elle soit ministre !

Autre impatiente : Nicole Bouteau, la jaune bouton d'or. Elle ne sait plus comment se faire remarquer au point de fuguer vers les ISLV en prenant la précaution de faire jouer les tambourins pour conduire "une mission" - un mot fourre tout bien utile- de la commission du Tourisme de l'Assemblée en y associant le ministère et le GIE, histoire de faire la démonstration qu'elle prend les choses en mains. Ce qu'elle n'a pas fait alors qu'elle était en charge du tourisme à la mairie de Papeete, à part faire visiter cette magnifique ville de Papeete en mini bus aux touristes étonnés de n'y voir aucun monument, mais beaucoup de poubelles ! Un vaudeville ! D'autant qu'elle ne guette qu'une chose, que Jean Christophe Bouissou las de tout  ce mercato, raccroche investisseurs Chinois et touristes au même portemanteau. "Ce que tu te goures fillette, fillette, ce que tu te goures !"

Le nom du ministre de la Culture et de l'Environnement Heremoana Maamaatuaiahutapu serait aussi dans la balance, mais celui-ci prudent, ayant toujours revendiqué une certaine liberté d'esprit, n'apprécie pas l'ambiance actuelle et préfèrerait retourner au "Fare Tauhiti Nui" où, paraît-il, il est également mieux rémunéré. Qui peut le blâmer ? Il est pas mal cet homme-là.

Reste le ministre de l'Économie Teva Rohfritsch, un jaune citron, dont le bilan négatif ne plaide pas en sa faveur " Rentre en toi-même Octave et cesse de te plaindre", pourrait lui dire Édouard. Quant à nous dans un "De profundis" sincère nous pourrions le prévenir en citant Jean-Edern Hallier, phrase reprise par  Maurice Clavel "Comme un boxeur sonné, il colle au corps, il ne tombera pas, il glissera." Surtout s'il court à un énième échec lors des prochaines élections.

 Mais face aux railleurs et aux sermonneurs Édouard Fritch tient bon et ne révèle à personne sa pensée profonde. . Rohfritsch dont les quenottes s'usent à force de rayer  le parquet depuis longtemps se console en se voyant  vice président quand Nuihau Laurey laissera son siège vacant.

Reste le ministère de l'Éducation si Nicole Sanquer candidate soutenue ostensiblement par le président du Pays dans sa campagne pour les législatives devient députée . Elle pourra cultiver  sa différence et des fleurs plus discrètes sur son balcon parlementaire A qui reviendra ce lourd ministère où finalement Nicole Sanquer, malgré quelques couacs, ne s'est pas si mal débrouillée avec l'aide de son tuteur ?

Reste les sacrifiés d'Édouard, René Temeharo et Frédéric Riveta. Les Marseillais devant un pastis s'exclameraient " Peuchère"!

Ils s'étaient portés " volontaires" pour faire une majorité présidentielle naissante à Tarahoi. "Un simple aller-retour pour assurer le vote du budget", leur avait glissé sournoisement dans l'oreille Édouard en les prenant dans ses bras. Hélas, les deux hommes ont eu le sentiment amer, plus tard, d'être les dindons de la farce, car l'aller-retour s'est transformé en vraie punition avec le slogan du Tapura  "chez nous le provisoire est durable" Que vont-ils faire, à part la gueule et le montrer ?

René Temeharo, adjoint au maire de Papeete, chercherait compensation en devenant l'un des candidats officiels du Tapura aux législatives dans la première circonscription, en attendant de pouvoir faire main basse sur la mairie de Papeete. Non,là, ce n'est pas de la fiction !!!

Frédéric Riveta ferait presque la grève de la faim dans son île de Rurutu, lui qui a si bon appétit,  tellement, "il en a gros sur la patate". Pourquoi me direz-vous ne pas les renommer au gouvernement ? C'est que le président est coincé par les revendications des maires des îles , les derniers transfuges, qui  affirment comme Rohfritsch que c'est grâce à eux si la majorité a pu se constituer et revendiquent de droit ces deux portefeuilles. Aïe ! Aïe ! Aïe !

Mais la fronde récente a été conduite par Jacqui Graffe. Elle est partie de la mairie de Paea où il a réuni à plusieurs reprises les maires des îles. Et voilà que le volontaire et teigneux Jacqui Graffe pèse de tout son poids sur notre malheureux président pour imposer dans la seconde circonscription sa favorite aux législatives, son adjointe Teriitahi Tepuaraurii. Comme quoi, la résolution du congrès des maires a sonné tel un coup de tonnerre pour rappeler à Fritch qu'en politique, tout ralliement a un prix à payer.

 A ce propos l'élue ex UPLD à l'Assemblée, Joëlle Frébault, attend toujours sa récompense pour avoir rejoint le Tapura au nez et à la barbe d'Oscar Temaru. Rappelez-vous c'est son mari Louis Frébault qui devait entrer au gouvernement à la tête d'un tout nouveau ministère, même pas mort-né puisque jamais créé :  " le ministère des archipels". Ce devait être un beau cadeau du président à Louis Frébault, en récompense à son épouse fidèle, pour lui avoir offert  la 29° voix tant désirée qui a concrétisé une majorité. Comme sœur Anne dans les contes de Perrault, Joëlle ne voit rien, que "le soleil qui poudroie et l'herbe qui verdoie " ...

Sacrifiés, dindons de la farce ou cocus, la basse-cour présidentielle est pleine. On comprend qu'Édouard Fritch puisse avoir une overdose de petites manœuvres. Mais, vous l'avez compris, tout cela bien sûr, n'est que de la politique-fiction comportementale à la veille du week end !

 

 

 

 

Le Kazakhstan a un régime présidentiel  autoritaire. mais ça ne gêne pas Oscar Temaru qui irait en enfer chercher ses signatures !

 Selon Amnesty International, les brutalités policières seraient monnaie courante au Kazakhstan La torture serait généralisée au sein du système judiciaire, et ce dans la plus grande impunité.

 Reporters sans frontières considère la liberté de la presse dans une « situation difficile » au Kazakhstan. Fin 2012, les principaux médias d'oppositions sont interdits de publication .

 

 

Edouard Fritch interrogé récemment par Polynésie Première sur son intention d'aller aussi à l'ONU a répondu :

 «mon objectif n’est pas de désinscrire, je ne suis pas dans un rapport de force dans cette affaire avec le leader indépendantiste, M. Oscar Temaru, ma mission est de mieux informer le comité des 24 sur ce qu’est l’autonomie aujourd’hui en Polynésie française : ce que sont les compétences des élus de Polynésie française et le rôle que joue la France dans le partage de ces compétences puisqu’effectivement, aujourd’hui, l’Etat a encore certaines compétences en Polynésie mais le statut prévoit le cas échéant un partage des compétences de l’Etat. Donc, je vais aller leur dire ce qui se passe chez nous.

Nous publierons demain samedi le verbatim de cette interview dont les réponses aux questions sont intéressantes, parfois contestables aussi !

 

Infos d'ici et d'ailleurs.

 

 

Combien de fois -à votre avis- une femme peut-elle jouir de suite?
Ovidie, ex-actrice de X, s’est amusée à participer au dernier Masturbe-a-thon, dans l’espoir de dépasser le record du monde. En 2006, ce record s’élevait à 49 orgasmes de suite. En 2008, il a été pulvérisé. En 2009?
Le petit documentaire tourné par Ovidie sur le marathon de la masturbation est en ligne depuis quelques jours sur le site frenchlover.tv.

 

 Le gouvernement britannique souhaite déterminer si certains tribunaux islamiques cherchent à légitimer les mariages forcés et rendent des décisions de divorce défavorables aux femmes.
"[Cela] nous aidera à comprendre si la charia est dévoyée ou instrumentalisée, et si oui dans quelle mesure", a expliqué Mona Siddi qui, professeure à l'Université d'Edimbourg (Ecosse) et spécialiste des études islamiques, chargée de diriger les investigations.

Environ une trentaine de tribunaux islamiques fonctionnent en Grande-Bretagne, essentiellement pour arbitrer des conflits familiaux, sans toutefois posséder de reconnaissance légale.
 

 « Ce n'est pas tant le pouvoir que la politique qui m'a toujours passionné. » Cette confidence récente de François Hollande faite à nos confrères du Monde dans l'avion de retour de Rio trouve son plein écho à l'occasion de la sortie du livre qui va défrayer la chronique politique de cette rentrée : Conversations privées avec le président*, de Karim Rissouli et Antonin André dont le Point publie de larges extraits.

 

Plusieurs grandes entreprises australiennes proposent aux salariées qui le souhaitent un uniforme doté d’un hidjab. Un choix qui crée la polémique dans ce pays pourtant très ouvert au multiculturalisme. Et inventeur du burkini.

 

Le visage ensanglanté, le corps recouvert de poussières de la tête aux pieds, un garçon attend dans l’ambulance. Il a 5 ans, s'appelle Omrane Daqneesh, et regarde autour de lui le regard absent. Autour, des sauveteurs tentent d'extirper d'un bâtiment en ruine les victimes d'un bombardement. Mercredi, son appartement situé dans les faubourgs d'Alep-Est a été frappé par l'aviation syrienne et russe.

 

Emoi à Villefranche-sur- Saone : Une auto-école en partie réservée aux femmes crée la polémique le lieu n’a pas encore ouvert mais il est déjà au cœur d’une grosse polémique. Elle doit voir le jour le 22 août, va être la première en France à proposer deux salles : une ouverte à tous, et l’autre pouvant être réservée aux femmes. ( On y vient, on y vient...)

 

Le président Edouard Fritch a reçu, jeudi, à la Présidence, le maire des Gambier, Vai Gooding et quelques maires. pour remettre les pendules à l'heure. Cela aurait fonctionné !. Sur la question épineuse de la loi anti-fraudeurs au RSPF, Edouard Fritch ne veut pas d’abrogation mais a proposé une concertation avec les élus communaux pour amender le texte. Les sujets d'actualité discutés : loi anti fraudeurs au RSPF, révision du statut et pour faire oublier les critiques communales, partage des compétences du pays  avec les communes.

 

Le Centre culturel de la Polynésie française est en route. la première réunion du comité de suivi s'est tenue hier.Elle était  présidée par le ministre de la Culture Heremoana Maamaatuaihutapu. Ce comité de suivi est composé des différents ministères en charge de la culture : l'Equipement, le Tourisme, le Haut commissariat, la commune de Papeete. Un cabinet de programmation parisien spécialisé dans les équipement culturels a été mandaté. Il rencontrera les acteurs du projet du 24 au 30 août.

 

La villa Stencer ressemble sur les croquis aux longs immeubles que l'on trouve à l'entrée de Pékin !Pas terrible !

 

Des bourses majorées son offertes à des étudiants du deuxième cycle universitaire.

 

C'est encore un peu flou mais la direction de l'OPT a donné son accord pour indemniser les abonnés des îles privés d'internet trop souvent.

 

L'association pour le droit à l'initiative économique a du souffle.  3000 Polynésiens grâce à l'aide de l'Adie ont ainsi pu créer leur propre entreprise. Tourisme, agriculture, horticulture, hydrocurage des canalisations, plomberie, cuisine, bref c'est une affaire qui marche y compris et surtout dans les îles grâce à l'Etat partenaire incontournable.

 

 

 

Jeudi 18 août 2016

Editorial

Les ambitieux déjantés

J'ai tourné autour de ces thèmes, remaniement ministériel et mercato politique comme un maître-chien mis en présence d'un colis piégé. Difficile de les aborder de front  sans penser qu'ils peuvent  vous exploser à la figure. Il y a péril de mort médiatique. C'est pourtant l'interrogation capitale du moment et le temps de faire de la politique fiction. Pas si fiction que cela !

Moi, que voulez-vous j'ai de la peine pour Edouard Fritch, confronté à tant de problèmes. Avec les maires, avec sa majorité,  avec son gouvernement. De plus, il marche sur des œufs avec Paris impatient de le voir marquer sa préférence politique pour la présidentielle. On comprend bien sûr, qu'il ne veuille pas fâcher le président François Hollande puisque le chef de l'Etat lui a déroulé un tapis rouge et qu'il est venu en personne le conforter à Papeete en lui promettant la lune avec la signature des "Accords de Papeete" et la promesse de régler le différend des essais nucléaires au mieux..

Hélas,le président Fritch confronté aux déchirements prévisibles des ambitieux de sa majorité recomposée, la manœuvre du changement de "piroguiers" risquerait fort de créer plus de mécontents que de satisfaits. Déjà des voix s'élèvent discrètement pour dénoncer en interne l'ambiance rendue délétère par un flicage, vrai ou faux, mais la crainte est là, ce qui fait dire à une élue transfuge " c'est pire qu'avant, tout est surveillé, ce qu'on dit,  qui on voit par les "kapos" du président." Tiens, tiens, mais certains de ces élus ou élues, auraient--ils une culture contemporaine pour utiliser ce sinistre mot là ?  Sans doute !

Bref, ce sentiment se retrouve également dans les déclarations des pétitionnaires de la DGAE, une première, qui demandent au président "un audit du management" de ce service, cornaqué par William Vanizette et même TNTV, pourtant la voix de son maitre par obligation de survie,  révèle sur son site : " Nombre de témoignages confirment que le climat est loin d'être serein. Tous disent préférer l'anonymat par peur des représailles." Sans compter certaines confidences de commerçants mécontents de la situation actuelle mais qui n'osent pas ruer dans les brancards de peur d'être écartés de l'aide accordée à la rénovation des commerces ou pire de subir un contrôle fiscal par le redouté ministre des Finances.

Mais pour l'heure Edouard Fritch s'occupe à déminer son propre gouvernement. Les divisions byzantines  le privent d'un courant unifié. Celui-là même qui navigue dans les nuées avec pour horizon un bilan dégradé  que va devoir porter le Tapura durant les deux prochaines années électorales qui arrivent à grands pas  2017 et 2018. Sauf miracle.

Pour vous donner un avant goût du prochain éditorial consacré à la transhumance ministérielle, on peut dire sans se tromper beaucoup qu'Albert Solia souhaiterait reprendre le TNAD et le suivi des grands travaux mais en tant que conseiller auprès du président et non plus en tant que ministre de l'Equipement Il n'y a plus rien à bitumer ! Wait and see. Il faut dire que son portefeuille est lorgné au plus près par Gaston Tang Sang, ancien président et ingénieur de l'Equipement qui a d'ailleurs occupé ce poste dans le gouvernement de Gaston Flosse. Le malheureux maire de Bora Bora en a assez d'attendre. Il trépigne de ses petits pieds dans l'hémicycle de Tarahoi !

 Maintenant que je vous ai mis l'eau à la bouche il faudra attendre demain pour connaitre les rêves des autres, ceux de Temeharo qui auraient fait flop, de Patrick Howell, d'Armelle Merceron, de Nicole Bouteau, de Tea Frogier dont le portefeuille de la Solidarité pèse lourdement sur les épaules et même de Jean Christophe Bouissou, las de ces chamailleries incurables, silencieux, mais qui se verrait bien au Port autonome. Nous aussi.

Sans compter les candidats  "tropophages" aux législatives, et les dindons de la face, car il y en a , etc...

Ah, j'oubliais mon préféré, Nuihau Laurey. Le sénateur devra choisir entre son mandat au Sénat et son portefeuille ministériel guetté par " Œil de lynx" Teva Rohfritsch, qui salive en attendant sa juste récompense puisqu'il n'a de cesse de dire que c'est grâce à lui qu'Edouard a pu créer sa majorité. Bref, Nuihau Laurey a déjà fait savoir qu'li laissera sa place et qu'il optera  pour le Sénat bien plus gratifiant et beaucoup moins exposé. En vérité dans sa tête de  matheux, il a déjà choisi les honneurs des lambris dorés et du tapis rouge, plutôt que d'assumer la future débandade des ambitieux déjantés. A demain...

 

 

Avis de décès

Hier, mercredi 17 août, Marc Dacol chirurgien hospitalier à la retraite a été enlevé  à sa compagne, à ses enfants, à ses amis et à sa famille lointaine après quelques jours d'agonie due à une insuffisance respiratoire. A l'époque où il officiait à l'hôpital du Taaone, il a réparé bien des corps et sauvé bien  des vies avec un dévouement pour ses patients et son métier dignes d'éloges, malheureusement posthumes. C'est toujours quand on est mort que l'on reconnait vos mérites.

La veillée, aujourd'hui jeudi 18 août, se tiendra chez Min Chu de 18h.à 21h. La levée du corps aura lieu de chez Min Chu vendredi matin à 9h30 pour son dernier voyage vers le cimetière de la  Pointe des  Pécheurs, en toute simplicité, comme il l'a voulu.

A sa compagne le Dr Obadia, à ses enfants, à sa famille nous présentons nos plus sincères et plus  tristes condoléances.

 

Courrier :

 Christine !

Je crois bien que tu as mis en plein dans le mille avec ce papier centré sur Bruno Barillot.
Quelle faculté, quel organisme scientifique de haut niveau pourra nous dire de façon incontestable que nous avons là un expert digne de ce nom ?
Qui nous montrera ses titres universitaires et la liste de ses travaux ? Qui nous communiquera le recensement de ses communications devant des commissions internationales hautement spécialisées en matière nucléaire ? Quelles sont les institutions auxquelles il a apporté sa précieuse collaboration ?
M. Barillot est un "expert indépendant".
Est il également compétent ? J.P

ndlr : c'est le plus mauvais relais de transmission entre la présidence et le ministère de la Défense ! Mauvaise pioche.

 

C'est comme ça que cela fonctionne :

J'ai dit à mon fils « Tu vas te marier avec la femme que je t'ai choisie ! »
Mon fils m'a répondu « Non !»
Je lui ai dit « C'est la fille de Bill Gates »
Il a répondu « OK ! »
J'ai appelé Bill Gates et lui ai dit « Je veux que ta fille épouse mon fils ! »
Il a répondu « Non ! »
J'ai dit à Bill Gates « Mon fils sera le DG de la Banque mondiale ! »
Il a répondu « OK ! »
J'ai appelé le Directeur de la Banque mondiale pour lui demander de nommer mon fils Directeur de la Banque Mondiale.
Il a répondu « Non ! »
Je lui ai dit : « Mon fils est le gendre de Bill Gates »
Il a dit « OK ! »
C'est exactement comme ça que fonctionnent les politiques et les arrivistes ! ( Les enfoirés)
 

 

 Infos d'ici et d'ailleurs

 

Le président Edouard Fritch, a reçu, mardi, en audience, le nouvel administrateur d’Etat pour les îles du Vent et les îles Sous-le-Vent, Raymond Yeddou.

 

Le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a présidé ce jeudi matin, à la Présidence, la première réunion du Comité de suivi du Centre Culturel de la Polynésie Française avec notamment pour objectif d’informer les différents partenaires sur le programme des études en cours

 

Les États fédérés de Micronésie adoptent une approche intégrant gestion des risques de catastrophe et action climatique

Weno, États fédérés de Micronésie – Un sommet sur l’environnement doublé d’une plateforme pour la gestion des risques de catastrophe se tient cette semaine (du 15 au 19 août) à Weno, dans l’État de Chuuk. L’objectif de cette réunion est d’examiner les enjeux liés aux impacts des catastrophes dans l’ensemble des États fédérés de Micronésie
 

Un imam marocain dénonce la nudité obscène

L'un des plus hauts dignitaires musulmans du Maroc a dénoncé la "nudité obscène" qui aurait envahi "été comme hiver" les villes marocaines selon lui, dans un message sur les réseaux sociaux repris par de nombreux médias locaux. "La nudité n'est plus affaire de saison, elle est étalée sous nos yeux, hiver comme été", a estimé Omar al-Kazabri, imam de la mosquée Hassan II de Casablanca, la plus grande mosquée du pays.

"Regardez nos rues. Cela brise le coeur de voir la situation dans laquelle nous nous trouvons, la nudité obscène, l'étrange audace contre les commandements de Dieu, un défi et un outrage à la population", accuse-t-il dans ce message publié sur sa page Facebook. "Des femmes jeunes, dénudées, fumant des cigarettes. Où sont leurs tuteurs? Des filles dénudées, des garçons perdus, tombés dans les filets de la séduction. Ils sont tous victimes d'un complot contre cette nation, un complot dont les responsables ont voulu tuer la pudeur, les valeurs, les prin
cipes", affirme l'imam Kazabri.


 

L'Etat aurait versé 15 000 euros en trop à Farouk Ben Abbes, islamiste radical, pour une détention provisoire injustifiée.
Intime des frères Clain, et mis en examen en 2010 pour un projet d'attentat au Bataclan, Farouk Ben Abbes a perçu plus de 20 000 euros par l'Etat en réparation d'une détention provisoire injustifiée. Il ne lui devait que 6000 euros.

 

François Hollande : "Si je perds la présidentielle, j'arrête la politique"

 François Hollande semble avoir beaucoup réfléchi à la marque qu'il laissera dans l'histoire : "Ce qui est terrible, c'est de faire un mandat présidentiel dont il ne reste rien. Sauf une bonne image, dans le meilleur des cas. Ce serait terrible. Se dire : 'J'étais là, j'ai occupé la fonction. Mais qu'est -ce-que l'Histoire retiendra?'" Le président estime avoir évité cet écueil : "Moi, j'ai réglé cette question, le Mali, la réponse aux attentats de janvier, le mariage pour tous,la loi Macron..."

 

 François Hollande à propos de sa non-inversion de la courbe du chômage: "Je n'ai pas eu de bol !"

 

L'Etat investit :: 62 milliards dans le système  éducatif polynésien.



C’est un petit tract qui veut répondre aux critiques. Le Parti socialiste (PS) distribue depuis début juin un dépliant intitulé « Révélations sur le quinquennat Hollande » qui présente l’action gouvernementale depuis 2012 sous un jour favorable, vantant la gauche qui « redresse le pays ».

 

Le marché pour la réalisation de l’étude préalable à la réalisation du Contrat de site sur l’atoll de Hao a été attribué le 1er juin 2016 à la société d’études environnementales Pae Tai Pae Uta (SARL PTPU) et notifié le 14 juin dernier.
Le planning de l’étude prévoit 2 phases :
1) une mission sur l'atoll (qui a eu lieu du 31 juillet au 14 août 2016) suivi d’un premier séminaire diagnostic à Papeete avant la rédaction d'un rapport intermédiaire attendu pour septembre 2016 ;
2) la tenue d'un second séminaire en octobre 2016 en vue d'élaborer des fiches d’actions et d'estimer les moyens financiers nécessaires à la réalisation du Contrat de site.


Peut-on imaginer une éducation sans notes ? L'idée revient avec insistance dans la réflexion sur la lutte contre les inégalités scolaires. Vendredi 12 décembre, à Paris, s'est achevée une conférence nationale de 2 jours organisée par le ministère de l'Education pour tenter de trouver un consensus.

 Mais en voulant protéger les élèves en difficulté, ne risque-t-on pas de retirer aux éléments les plus brillants une source de motivation ?

 

Oscar Temaru est parti pour Paris récolter des promesses de signatures.  S’il arrive à obtenir 500 signatures, Oscar Temaru pourrait se présenter à l’élection présidentielle de 2017.Il dit en avoir 217 !

 

Les maires de Polynésie ont demandé au gouvernement d’abroger la loi dite « anti-fraudeurs » au régime de solidarité (RSPF) mise en place depuis janvier 2016, pour revenir à l’ancien système. Les élus estiment que cette loi met de nombreuses familles en difficultés et les services communaux jugent la constitution des dossiers trop « technocrates et trop complexes ».

 

Je t'aime, moi non plus ! Les bons sentiments des patrons pour le gouvernement Fritch se mêlent d'impatience et ils ne sont plus d'humeur à faire des cadeaux aux Pays. Et c'est dans ce contexte que la cour administrative d’appel de Paris a jugé illégal le versement des "centimes additionnels" des patentés au bénéfice de la Chambre de Commerce, d'Industrie, des Services et des Métiers (CCISM)…

 

Le procès en comparution immédiate de cinq hommes, jugés pour leur implication présumée dans la violente rixe dans une crique de Sisco (Haute-Corse), a été reporté au 15 septembre. La décision a été prise juste après l'ouverture du procès devant le tribunal correctionnel de Bastia, jeudi 18 août. 

Les cinq hommes – deux habitants de Sisco et trois frères vivant à Furiani, au sud de Bastia, et "d'origine maghrébine" selon le parquet – sont entrés dans le box des prévenus vers 15 heures. Les avocats des trois frères, Anaïs Colombani et Jean-Pierre Ribaut-Pasqualini, avaient auparavant indiqué à la presse qu'ils allaient demander le report du procès pour un meilleur examen des dossiers de leurs clients. Ce qui leur a été accordé par le tribunal, devant lequel plusieurs dizaines de personnes, tendues, étaient massées, comme le rapporte l'envoyé spécial de francetv info, Gaël Cogné.

 

OPINION

C’EST QUOI LA RETRAITE EN 2016 ?
Créé en avril 1968, le régime de retraite de la CPS a atteint sa maturité en 2003, avec 35 ans d’existence. A partir de sa création, tous les salariés (hors fonctionnaires d’Etat et marins) étaient tenus de cotiser à la CPS et leurs cotisations servaient à payer les pensions de retraite de leurs aînés à la retraite. C’est ce qui s’appelle un régime par répartition.
Pendant des années, les cotisations sont restées faibles. Le nombre de retraités aussi. En plus, la plupart de ces premiers retraités ne comptaient pas suffisamment d’années cotisées et leurs pensions étaient faibles.
A partir de 2003, avec 35 années d’existence du régime, les pensions ont commencé à devenir de plus en plus importantes. Les cotisations, elles, sont restées insuffisantes et les résultats ont commencé à diminuer. Pire, à partir de 2009, avec la crise économique et les pertes d’emplois et de masse salariale, les résultats annuels sont devenus négatifs, de plusieurs milliards par an.

OÙ EN SONT LES RESERVES DE LA RETRAITE ?
Au maximum, les réserves de la retraite CPS sont monté à un peu plus de 64 milliards. En 2006, la mise en place de Te Autaeaeraa a entraîné des déficits importants pour le régime maladie (environ 16 milliards). Ces déficits ont été compensés par des ponctions dans les réserves de la retraite. A partir de 2009 et à cause des cotisations insuffisantes, la CPS a dû piocher dans les réserves pour maintenir les pensions de retraite à niveau. Aujourd’hui, si le régime a encore des réserves, beaucoup sont immobilisées : bâtiments, terrains… En terme de réserves en liquidités, celles-ci diminuent de manière drastique. Fin 2017 ou début 2018, si rien n’était fait, il n’y aura plus de réserves liquides et la CPS n’aura plus que les cotisations pour payer les pensions. Les cotisations étant insuffisantes, la CPS ne pourra que diminuer les pensions des retraités actuels, mais aussi celles des futurs retraités.

LES RÈGLES QU’ON A TARDÉ À FAIRE ÉVOLUER
Savez-vous qu’après avoir cotisé pendant 35 ans, le retraité va toucher une pension de retraite telle qu’il va récupérer ses cotisations en seulement 4 ans. Pour le reste de sa vie, ce sont les salariés qui par leurs cot
isations, lui paieront sa pension entièrement . Est ce bien juste !
Savez-vous que pour la tranche B, mise en place en 1996, avec une validation gratuite des services antérieurs à 1996, plus de la moitié en valeur, soit 51%, des pensions versées, sont payées au retraité bénéficiaire par les salariés. C’est comme si un retraité achetait une voiture et qu’il la faisait payer par les autres. Est ce bien juste !
Savez vous qu’entre 1968 et 2014, l’espérance de vie a augmenté de près de 20 ans. Les polynésiens vivent de plus en plus vieux. En 2025, il y aura 1 polynésien sur 6 qui aura 60 ans et plus, soit plus de 55000 personnes. Ça fait peur, car il faudra financer de plus en plus de pensions de retraite, qui seront pour beaucoup, de plus en plus importantes.
Savez-vous qu’en 1995, on comptait plus de 5 salariés pour financer 1 retraité, qu’en 2014, on en compte encore 2 pour 1, et qu’en 2025, on en comptera 1 pour 1. Le système sera-t-il encore viable ?

LA POSITION DU GOUVERNEMENT
C’est avec satisfaction que nous avons appris la dernière position du gouvernement sur la PSG : « Notre réforme de la PSG et en particulier de la branche retraite devient aujourd’hui une condition sine qua non au recadrage pour le futur de notre PSG. » Enfin, notre gouvernement semble avoir pris conscience des enjeux. La population exige que tout soit fait pour sauver cette PSG. Les mots, c’est bien. Les actions, c’est mieux. Alors que le dernier trimestre de 2016 va commencer, on attend que le Président annonce rapidement quelles mesures concrètes il compte prendre pour protéger la PSG et la retraite en particulier pour assurer aux retraités actuels, mais aussi aux futurs retraités, le respect du contrat signé avec la CPS.
Si le régime de retraite tel qu’il est pouvait supporter des règles plus que favorables avec l’argent de la bombe, force est de constater qu’aujourd’hui, sans réformes, le système actuel va à sa perte et les retraités avec.

Emile Vernier

 

 

 

Mercredi 17 août 2016

Editorial

 

Un Haut-commissaire qui ne pratique pas la langue de bois

L'actualité en Polynésie n'était pas aussi riche qu'en métropole ou dans le monde ces jours-ci, nous avons donc décidé de revenir, de temps en temps sur le passé. Hier nous avons évoqué l'action intransigeante et cruelle de François Mitterrand dans la guerre d'Algérie, aujourd'hui plus proche de nous, Tahiti Today, a décidé de revenir sur le communiqué ( que nous n'avons d'ailleurs jamais reçu) du Haut-commissaire René Bidal à la suite de la déclaration de l'Eglise maohi ayant, provoqué un vrai tsunami jusqu'à Paris concernant son projet de déposer plainte contre l'État pour...restez assis, " crime contre l'humanité" !

Bien sûr, il y a belle lurette que nous savons que  l'histoire contemporaine autre que celle d'une guerre de clochers en Polynésie, n'intéresse pas grand monde en dehors des Polynésiens, les moins grognards et les plus courageux qui y ont joué un rôle. Ce n'est pas le cas de nos leaders politiques et religieux. Ce fichu manque d'intérêt pour ce qui se passe ailleurs que dans leur mouchoir est grave. Du coup, le poids des mots comme " crime contre l'humanité" n'a pas vraiment de sens pour eux. Ça sonne bien. Et Oscar Temaru  avait lancé l'anathème  publiquement  quelques semaines avant eux.

L'Église protestante, les responsables protestants s'en sont séparés pour avoir les coudées franches, Dieu , n'aurait pas autorisé à ses disciples une telle hérésie, mais en tant qu'Eglise protestante maohi, tout est permis et possible. La preuve.

Et puis voilà qu' un homme que nous connaissons peu, en dehors d'un petit-déjeuner raté, le Haut-commissaire René Bidal a montré qu'il ne s'accommodait pas de cette grave ineptie due à l'ignorance des mots et des faits. Dans un communiqué sanction il a tenté de faire comprendre aux responsables politiques et religieux le poids des mots (sans malheureusement le choc des photos qu'aurait pu montrer Polynésie première). Pas un seul mot d'excuses quant à l'outrance des mots employés.

 Mais ce qui est grave surtout, c'est l'ignorance et la brutalité "de la gravité injuste" de l'accusation. Les crimes de guerre, les génocides, les crimes contre l'humanité sont le reflet permanent d'un monde en guerre. Les responsables religieux devraient bien quitter leurs nids douillets et paisibles pour aller en Syrie, en Asie, en Turquie ou ailleurs voir ce qu'est réellement "un crime contre l'humanité". À leur retour, ils pourraient parler en toute connaissance de cause.

Tout cela pour dire que René Bidal dans son fameux communiqué adressé au pasteur Maraea a eu raison de lui rappeler que l'outrance des mots qui tombent dans des oreilles chastes et ignorantes est toujours une semence mauvaise. Ces mots " crime contre l'humanité", ne sont que des mots .  Ils ne peuvent même pas en imaginer la cruauté.

 René Bidal  a rappelé aux responsables de cette église la définition du " crime contre l'humanité" mais là encore les mots ne peuvent avoir une résonance que si le choc des photos, des films, des vidéos est vu en parallèle. Toutefois, il fallait le souligner, il l'a dit. Ce haut-commissaire qui jusqu'alors nous laissait froide de tout sentiment à son égard, a ébranlé notre indifférence en expliquant :

 La définition du « crime contre l’humanité » a été formulée dans les accords de Londres, le  8 août 1945, portant statut du Tribunal militaire international de Nuremberg : « l’assassinat, l’extermination, la réduction en esclavage, la déportation et tout autre acte inhumain commis contre toutes populations civiles avant ou pendant la guerre ou bien les persécutions pour des motifs politiques, raciaux ou religieux…».

Enfournés des hommes, des femmes et des enfants vivants, dans des fours dont la fumée noire et âcre ne cessait jamais, nuit et jour, d'obscurcir le ciel peut-il se comparer aux conséquences des tirs nucléaires aériens  Que les malheureux touchés doivent être indemnisés, tout le monde est d'accord et c'est bien ce qu'ont promis tous les gouvernements métropolitains successifs. Mais...

".Dans le prolongement de cette reconnaissance, le décret d’application de la « loi Morin » va être modifié dans un sens nettement plus favorable à l’indemnisation des malades. Parallèlement, l’État a proposé il y a quelques jours au gouvernement central une convention cadre (travaillée en collaboration étroite avec le ministère local de la santé et l’hôpital de Papeete), en vue de permettre, dès 2017, le financement de nouveaux équipements pour les services de radiographie, de radiologie et de traitement contre les cancers de l’hôpital « Taaone ». "

Alors, encore un peu de patience, la fin du combat est proche, il convient d'arrêter de dire n’importe quoi, sans compter que la France  matraquée par le tam-tam lancinant des essais nucléaires en Polynésie, n'entend plus rien, à force d'en avoir trop entendu.

 Le monde est en feu et toutes les dérives de l'antique charité n'auront plus d'autres ressources que de se fondre dans des promesses dont certaines viendront bien, peut-être, à devenir réalité sur un humanisme utopique exacerbé, sur ces manipulateurs infiltrés, ces ligues, ces sociétés, ces associations, ces pétitionnaires, ces médias correctement consensuels et tous ces gens dits "intelligents" qui jour après jour inoculent avec une sorte d'impatience une substance aigre dans l'organisme encore sain de la Polynésie française.

 Pourquoi les "moi je ferai..." des candidats présidentiels nombreux en cette période, n'ont-ils pas commencé par endiguer un combat qui au fil du temps devient obsolète ? Attendez 2017...vous y êtes presque.

 

 

 

 

 . Nazisme: A 105 ans, l'ancienne secrétaire de Goebbels sort du silence


 

« Je sais que personne ne nous croit aujourd’hui. Tout le monde pense que nous savions tout : nous ne savions rien, tout était bien gardé secret. »

Pour la première fois, Brunhilde Pomsel, ancienne secrétaire de Joseph Goebbels, l’un des personnages clés du régime nazi, a accordé au Guardian une interview de 30 heures filmée et présentée dans le documentaire A German Life. Aujourd’hui âgée de 105 ans, elle se confie sur sa vie, son parcours professionnel et sa relation avec les dignitaires nazis qu’elle a été amenée à rencontrer.

Se soulever contre les nazis ? « La plupart ne l’auraient pas fait »

En 1942, à 31 ans, elle commence à travailler aux côtés de Goebbels, ministre de la Propagande, après un passage en tant que secrétaire au sein de la radio d’Etat. Sans regrets, elle indique avoir agi comme plusieurs citoyens allemands à l’époque. « Je crois que les gens qui aujourd’hui disent qu’ils se seraient soulevés contre les nazis sont sincères, mais croyez-moi, la plupart ne l’auraient pas fait », assure-t-elle.

Brunhilde Pomsel se souvient notamment d’avoir eu entre les mains le dossier de Sophie Scholl, une activiste anti-nazi exécutée en 1943 à l’âge de 21 ans. « L’un des conseillers de Goebbels m’a dit de le mettre dans le coffre-fort et de ne pas le regarder. Je ne l’ai pas fait et j’ai été plutôt contente de moi qu’il me fasse confiance, et que mon souci d’honorer cette confiance soit plus fort que ma curiosité d’ouvrir ce dossier », raconte-t-elle.(site 20 minutes)

 

Corse : L’imam est expulsé de l’Ile-Rousse manu militari

De nationalité marocaine, l’imam de l’Ile-Rousse qui prêchait dans le lieu de culte de la cité paoline a fait l’objet d’un arrêté d’expulsion qui aurait été aussitôt mis à exécution. Selon nos informations, l’homme se trouvait en situation irrégulière sur le sol français depuis 2013.

Une nouvelle fois on reparle du lieu de culte de l’Ile-Rousse, salle de prière de l’Union des Marocains de l’Ile-Rousse-Balagne, mais, cette fois ce n’est pas pour des actes de profanation, inscriptions ou coups de feu comme ce fut le cas à nombreuses reprises par le passé.
Cette fois, c’est l’Imam qui a été interpellé, avant de faire l’objet d’un arrêté préfectoral d’expulsion du territoire.Selon nos informations l’homme de nationalité marocaine n’avait pas de titre de séjour sur le territoire français.
Il devait être conduit jusqu’au port de commerce où il devait embarquer à bord d’un ferry à destination de Marseille puis du Maroc.

(ndlr : j'adore les Corses aussi " Speedy Gonzalez" ne fait pas le poids !! )


 

 Infos d'ici et d'ailleurs

 

Huit heures de tahitien par semaine, c'est une folie. Qui a laissé faire ça? Et le français, les maths et l'anglais sont en option peut-être? Je ne suis qu'à moitié surpris de la part de la ministre-cuisinière de l'éducation. Et puis cela justifiera la poursuite de l'étude du tahitien à l'université et par conséquent une issue pour la multitude de professeur de cette langue qui était déjà trop nombreux et donc le maintien des crédits pour cet enseignement. Pour ce qui est de l'avenir de ces jeunes...c'est une autre question et je suis Polynésien G.

 

Annoncé depuis octobre dernier par Edouard Fritch, le remaniement ministériel refait parler de lui. Outre les portefeuilles de l’Agriculture et de la Jeunesse et Sports à pourvoir ou à répartir, le ministre de l’Equipement, Albert Solia, est annoncé sur le départ tandis que l’incertitude plane sur le ministre de la Santé, Patrick Howell. Les deux hommes assurent pourtant qu’ils ne « démissionneront pas » mais qu’ils laisseront « le président décider ».

 

Albert Solia en quittant le ministère de l'Equipement rêve de devenir le conseiller spécial pour les Grands Travaux auprès du président. Il a raison, c'est mieux payé !

 

Janaillac choisi pour diriger Air France   Depuis le début, il est le favori dans la course pour la direction d’Air France. Jean-Marc Janaillac, 63 ans, PDG du spécialiste des transports Transdev, a toujours été en tête de la liste des prétendants pour succéder au PDG Alexandre de Juniac qui a annoncé sa démission début avril et qui quittera son poste cet été.

 Selon nos informations, son nom sera présenté mardi au conseil d’administration d’Air France-KLM comme le premier choix du comité des nominations. Une réunion s’est tenue vendredi matin au cours de laquelle le choix de Jean-Marc Janaillac a été approuvé.

 

Etats-Unis : le port d'arme est désormais autorisé sur les campus du Texas

  Il est désormais autorisé de porter une arme sur les campus universitaires du Texas. En vertu de la nouvelle législation, chaque université publique de cet Etat américain doit permettre le port dissimulé d'une arme à feu, à compter du lundi 1er août, mais elle peut toutefois limiter les lieux où cela s'applique. Les universités privées, en revanche, ne sont pas concernées par ce texte.

 

 Montpellier: elle brûle les parties génitales de son mari, il est entre la vie et la mort

 La quinquagénaire a été interpellée après avoir drogué et émasculé son conjoint, expliquant qu'elle souhaitait se venger après des années de violences conjugales.

 Ce samedi à Montpellier, une femme âgée de 51 ans a tenté de tuer son ex-mari avec qui elle continuait de cohabiter. Elle l'a drogué avec de l'insuline et du Xanax, avant d'enflammer son entrejambe avec une bombe aérosol, rapporte France Bleu Hérault. L'homme, âgé de 43 ans, est toujours dans le coma et selon ses médecins, son pronostic vital  est engagé

 

 L'OCDE peaufine sa liste noire des paradis fiscaux. Liste dévoilée en 2017

 

le maire LR de Leucate Michel Py va à son tour interdire le burkini, tenue de plage couvrant le corps et la tête des femmes, afin « d’assurer le bon ordre, la sécurité et la salubrité publics », a-t-on appris mardi auprès de la mairie.
Cet arrêté doit être signé mardi soir ou mercredi matin et sera en vigueur jusqu’au 31 août. Il concerne les stations de la commune languedocienne, soit Leucate-plage et La Franqui.

 

L'ancien conseiller de Myriam El Khomri, Pierre ­Jacquemain, raconte son expérience gouvernementale dans un livre à paraître le 29 août.François Hollande y est décrit en "imposteur".

Ex-conseiller de Myriam El Khomri, Pierre ­Jacquemain a claqué la porte au moment de la loi Travail. Quelques jours plus tard, il étrillait le projet de loi dans une interview à L'Humanité : "Au départ, je pensais que je serai utile [...] J’ai peu à peu compris que nous perdions la bataille. En réalité, la politique du ministère du Travail se décide ailleurs, à Matignon." "Quand on se dit de gauche, quand on s’estime progressiste, je ne vois pas comment on peut soutenir un tel texte", avait-il encore lâché.


 

Tatouage  pire que le danger du nucléaire: des médecins alertent sur les risques cancérigènes  Un dragon aux lignes légères sur l'épaule du nageur Camille Lacourt, de mystérieuses arabesques accrochées au flanc de Florent Manaudou, un oiseau de paradis au bras de la basketteuse américaine Brittney Griner… Depuis dix jours aux jeux de Rio, les athlètes du monde entier exhibent leurs peaux tatouées. Ils arborent de petits signes noirs mais aussi d'immenses toiles colorées qui colonisent tout le dos ou les membres.


 

 

Mardi 16 août 2016

Editorial

Bye bye Bruno, hello Barillot...

Spécialiste ? Oui mais de quoi ? Ce n'est pas un scientifique, ce n'est pas un chef de guerre, c'est parait-il "un expert indépendant des armements", pas même auprès d'un gouvernement ,mais il s'est auto bombardé "expert en nucléaire !" C'est un peu comme si je me targuais d'être une experte en cuisine ! Certes depuis des années, il a bien dû enrichir son palmarès nucléaire mais pour les vrais spécialistes de l'Etat et les militaires de la Défense, il ne vaut pas un pet de lapin. Il en est resté au char T34 mais n'a aucune connaissance du dernier char de combat américain le "M1 Abraham" qui n'arrive pas à la cheville du char russe le plus puissant du monde le "T14 Armata".

Pourquoi Edouard Fritch a-t-il embauché Barillot,  alors qu'une flopée d'associations en savent plus que lui  et se battent depuis si longtemps en creusant leur connaissance du nucléaire. Est-ce juste pour coûter au Pays 40 millions cfp annuel ? Juste pour montrer le patriarche  à la télévision, le cheveu blanc, le regard doux et le visage du gentil trop longtemps torturé, à la place du curé de "l'association 193 ?" Alors qu'il n'y a eu que 4 tirs en atmosphère par rapport à plus d'une centaine de tirs aériens américains et encore davantage en Russie ? Et le vent tourne aussi dans ces pays là !!!

 Les autres essais français ont eu lieu dans le basalte sous marin "inshore", puis "out shore" .Pas d'effet sur la population. La France, par ailleurs, n'a pas expérimenté sciemment les effets de sa bombe sur les habitants  comme l'ont fait les Américains à Bikini, mais, la France n'étant pas maitre de Eole, celui-ci  ayant tourné lors d'un essai, les nuages radioactifs par le biais de la pluie et du vent ont touché les îles polynésiennes. C'est vrai et désolant. Aujourd'hui tout le monde est d'accord. Mais à quoi donc va-t-il servir ce brave homme de Barillot, sinon à arrondir sa retraite ? Il n'a aucun impact, bien au contraire sur le gouvernement français si j'en crois les échos du ministère de la Défense. Bref, Il aurait été bien fou, il est vrai, de ne pas accepter l'offre du gouvernement polynésien car ne vous méprenez pas, à Paris, il sent le soufre !

A ce propos dans la Babel polynésienne ambulante, on croise des clercs studieux, des rappeurs, des curetons déjantés, et de vrais-faux experts sur le retour. Mais tous évidemment de bonne volonté.  On se sert de Barillot comme la France s'est servi de José Bové, gauchiste de série, déguisé en redresseur de torts pour bouter hors de Gaule, le maïs transgénique et les hamburgers de l'empire américain. Qu'est-ce qui rassemble ce caravansérail ? La morne nostalgie d'une époque révolue depuis 50 ans ? Une manière d'exister ? Barbe à papa sortie de la naphtaline ? incohérence flapie entre les mots et les actes ?

 Un de nos lecteurs nous livre sa pensée :

"Mais quel est ce Gouvernement qui reçoit avec faste et enthousiasme le  Président de la République et  un candidat important des Républicains (Alain Juppé), montrant ainsi son respect et attachement à la  France, (à ses subsides aussi peut être) et nommant peu après un Mr Barillot qui accuse ouvertement cette même France de crime contre l humanité !!!

Mais quel est ce Gouvernement qui nomme un Mr Barillot qui s empresse de dire combien  le cancer en Polynésie est une préoccupation majeure et que le Pays n a toujours pas réceptionné dans son unité d oncologie les 3 médecins  promis par le Président de la République en février de cette année, à notre connaissance ! Duplicité? Incompétence? Absence de réflexion ? Manque de temps ? A chacun de juger mais quelle que soit la raison , ça donne à réfléchir sur cette gestion plutôt incohérente."

En vérité aujourd'hui la question qui est posée c'est pourquoi d'un côté le gouvernement local fait un triomphe à François Hollande, puis un autre à son adversaire Alain Juppé, pour prendre derechef à ses côtés un homme qui accuse la France "de crime contre l'humanité" ! Avouez que c'est sibyllin dans un raisonnement, que la raison ne connait pas.! Un peu comme les kamikazes qui se font exploser alors qu'en explosant ils ne pourront plus se servir auprès des 72 vierges de leur virilité, boum, plus rien !!! CQFD

 

 

 

 

 

 

Infos d'ici et d'ailleurs

Le Président Edouard Fritch, a rencontré ce mardi matin, à la Présidence, le directeur régional de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) pour la zone Pacifique occidental, le Dr Shin Young-Soo, actuellement en mission en de Polynésie française.

 

Quant l'Histoire se rappelle :

Le Point.fr : Face au problème algérien, François Mitterrand est-il un humaniste, un pragmatique ou un arriviste ?

François Malye : Les trois. Quand l'insurrection algérienne éclate à partir du 1er novembre 1954, il est plutôt pragmatique. En tant que ministre de l'Intérieur, il tente d'écraser la rébellion et de rétablir l'ordre. Mais il se montre également un humaniste. La torture le heurte. En 1955, il a l'intention de réformer la police en Algérie afin de la rendre plus respectueuse des populations musulmanes. Son projet consiste à muter en métropole les éléments les plus durs de la police locale et à nommer en Algérie des policiers de la métropole, plus vertueux. Un projet qui n'aboutira pas, car le gouvernement Mendès-France, dont il est membre, tombe le 5 février 1955 après huit mois d'exercice du pouvoir.

 Comment va-t-il en arriver à faire couper des têtes ?

 

Le virage est pris lorsqu'il devient ministre de la Justice du gouvernement de Guy Mollet, le 2 janvier 1956. Le président du Conseil revient d'Alger où il a été conspué. Cette fois, il est bien décidé à écraser le FLN. La politique va se durcir. Garde des Sceaux, Mitterrand est alors le numéro trois du gouvernement. Au rythme où ceux-ci tombent, c'est bientôt son tour de diriger les affaires du pays, se dit-il. Mais pour rester dans la course, il ne faut pas faire partie des "mous". Il va alors se déclarer favorable, dans la grande majorité des cas, à l'exécution des condamnés à mort qui attendent dans les geôles d'Algérie, contrairement à ses compagnons Pierre Mendès France, Alain Savary ou Gaston Defferre. Le seul autre à approuver les exécutions est Maurice Bourgès-Maunoury, ministre des Armées, en compétition avec Mitterrand pour le poste de président du Conseil.

 Au bout du compte, combien de demandes de grâce a-t-il refusées ?

On compte 45 guillotinés tandis qu'il occupe les fonctions de garde des Sceaux. Il refusera trente-deux demandes de grâce, en acceptera huit. Cinq avis ne sont pas connus. Retenons que dans 80 % des cas connus, François Mitterrand a refusé la grâce. (Fichtre !)

 

Air Tahiti NUI  clôture l'année 2015 avec un record de bénéfice jamais vu : 4,8 milliards plus 139%. Elle espère faire encore mieux en 2016, ce qui lui permettra selon le vœu de ses clients de baisser ses tarifs !

 

Bruno Faatoa, élu de Takume, dénonce les conditions de déplacement pour se rendre à Makemo. "Ils veulent nous faire prendre un vieux bateau pourri et qui n'a même pas eu l'autorisation de navigation de la DPAM", précise-t-il. Propos démentis par le maire de Makemo, Félix Tokoragi : "Tous nos speed boats ont leur immatriculations"

 

Pour l'heure, tout est gardé secret. "Même à moi, il n'a rien dit", affirme dans Le Parisien Brice Hortefeux, à propos de la candidature de Nicolas Sarkozy. Elle devrait intervenir aux alentours du 22 août.

Et l'ancien Président a passé son été à se préparer, recevant beaucoup de personnes dans sa villa du Cap Nègre (Var). "C'est son été le plus studieux depuis 2011", assure l'un de ses conseillers dans le quotidien.

 

 Plus de sept Français sur dix (73%) ne souhaitent "en aucun cas" que François Hollande soit réélu lors de la présidentielle de 2017, et 66% ne veulent pas non plus voir Nicolas Sarkozy réélu, selon un sondage Ifop pour Atlantico publié aujourd'hui.

                                               

 Nous ne voulons plus pleurer en vain. Nous voulons nous battre dixit Bruno Lemaire

"Ils auront tout violé, tout blessé, tout tué.Notre fête nationale et le recueillement d’une église, un prêtre et des enfants, le foyer de deux policiers et une salle de concert, un supermarché casher et une salle de rédaction, une promenade un jour de liesse."

 

A force de parler de la menace russe et du chaos moyen-oriental, n'a-t-on pas tendance à oublier l'Asie?

 Après qu'en juillet la Cour Permanente d'Arbitrage de La Haye a donné tort à la Chine, la crise en Mer de Chine méridionale risque-t-elle de s'envenimer?


Nous sommes aujourd'hui confrontés à des guerres de basse intensité. La guerre que nous fait l'Etat islamique est même une guerre de très basse intensité. La moyenne des pertes françaises, lissées sur quatre ans, pendant la Première Guerre mondiale, est de 1000 morts par jour. Au plus fort de la bataille de la Marne en 1914, c'est 20 000 morts en une seule journée.

(...)En revanche, en Asie, l'expansionnisme maritime chinois est extrêmement préoccupant. Il peut déboucher sur une guerre d'un type que nous ne connaissions plus, c'est-à-dire une guerre totale à haute intensité. Il y a un mépris chinois évident pour tout droit international et pour toute négociation multilatérale sur ce dossier. Le mépris chinois pour la décision du Tribunal arbitral de La Haye est l'événement qui m'a le plus inquiété géopolitiquement au cours de cette année 2016.(Renaud Girard le Figaro Vox)
 

 

Un démocrate pour Oscar Temaru qui part en quête de ses signatures, il en faut 500, pour se présenter à l'élection présidentielle( il ne doute de rien !) c'est celui qui justement ne fera pas d'histoire et lui en fera la promesse. Mais comme bourrage de crâne, il n'y a pas mieux. Les gogos sont bien servis, "si... il est élu, où, quoi, comment, la Polynésie sera souveraine" ce qui voudrait dire qu'une majorité des 66 millions de Français voterait pour le leader du Tavini. Là, cela mérite au moins une visite médicale. Pas vraiment car le 'leader maximo' sait très bien qu'il est en train d'enfumer ses partisans dont l'ignorance sur ces questions ne fait aucun, mais aucun doute. Et eux, ne doutent pas ! Cela en est  pathétique et presque émouvant mais ne vaut que quelques lignes car, comme le homard qui abandonne sa carapace pendant la mue, Temaru à son retour, même la besace vide ou presque, chantera victoire.

 

Fritch revient de Fidji  Au cours de  son entretien entretien avec le ministre fidjien des affaires étrangères, celui-ci a confirméau président polynésien  l’avis favorable de l’ensemble des ministres des Affaires étrangères des pays membres du Forum de voir la Polynésie accéder au statut de membre à part entière, avec le soutien confirmé de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande.

 

 Limiter drastiquement les cabinets ministériels en France, quelle bonne idée !
Trop de conseillers, trop de chauffeurs, de cuisiniers et autres intendants... Si l'on veut transformer l'action publique, commençons par réformer la tête ! Nous sommes toujours dans la royauté.
 

 Corse Les autorités peinent encore à faire toute la lumière sur l'origine des heurts qui ont fait cinq blessés sur la petite plage du Cap Corse, 48 heures après la « violente rixe », selon les mots du ministère de l'Intérieur, qui a éclaté samedi aux environs de 17 h 30, dans une crique à la sortie de Sisco, une petite station balnéaire située à une quinzaine de kilomètres au nord de Bastia.

À l'origine des heurts, selon plusieurs témoignages concordants, un « accrochage » entre trois familles musulmanes et des touristes qui profitaient de leur passage dans la marine de Sisco pour photographier la crique dite de « Scalu Vechju », très fréquentée par les locaux. « Se sentant visées par l'objectif, les personnes d'origine maghrébine ont accusé les vacanciers de prendre en photo leurs femmes, voilées, qui se baignaient en djellaba et en burkini, et ont caillassé les touristes », raconte un témoin. Échanges d'invectives, provocations, menaces : le ton monte rapidement entre les deux groupes.

 

 

 

 

Samedi 13 et dimanche 14 août 2016

 

Tiens on avait oublié ces armes là !!!

 

Infos d'ici et d'ailleurs

 

 

Jean-Vincent Placé, opportun secrétaire d’État chargé de la réforme de l’État, arriviste, ,doit être nommé au grade de colonel de la réserve citoyenne au 13ème Régiment de Dragons Parachutistes. A sa demande, tant sur la fonction que sur l’affectation. Rien que cela...

 

Un problème de burkini à l’origine de la rixe qui a fait quatre blessés sur une plage de Corse

 Les « motifs » et les « circonstances » devront être déterminés « avec précision » a demandé Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur. « Un différend a éclaté entre les membres de trois familles, d’origine maghrébine, et des jeunes de la région de Sisco qui ont reçu le renfort de proches », a indiqué dimanche en fin d’après-midi le parquet de Bastia dans un communiqué. Une enquête en flagrance a été ouverte « pour violence en réunion », pour en établir l’origine, a-t-il indiqué à l’AFP. Mais selon une jeune fille, témoin de la scène, c’est en raison d’un problème de burkini qu’une violente rixe a éclaté, samedi sur la plage de Sisco en Corse, faisant quatre blessés dont les jours ne sont pas en danger

 

La vie est belle quand on est la fille de François Hollande...

 Quand Flora, la fille cadette de François Hollande et Ségolène Royal débarque en Corse avec des amies pour le festival Calvi on the rocks, elle peut compter sur la compagnie de la sous-préfète, de sa voiture avec chauffeur et d'une chambre vue mer à la sous-préfecture.

 Quand on s'appelle Hollande, les vacances c'est simple comme un coup de fil à la sous-préfète. Comme de nombreux festivaliers, Flora Hollande (la fille de François Hollande et Ségolène Royal) assistait au festival Calvin On the Rocks en Haute Corse, mais à la différence de nombreux jeunes présents sur place en plein cœur de l'été, la fille du président n'a pas eu besoin d'aller sur Airbnb ou Booking pour trouver une chambre.

 

Selon deux ONG,la «jungle» de Calais, dans le nord de la France, accueille aujourd’hui 9106 personnes, soit 2000 de plus qu’en juillet. Ce sont deux ONG, Auberge des Migrants et Help Refugees, actives dans le bidonville, qui avancent ce chiffre. Elles ont précisé vendredi que parmi ces migrants se trouvaient 865 mineurs, dont 676 non accompagnés.

 

 En quête de ses cinq cents signatures le leader indépendantiste a programmé un voyage en France et en Corse bien sûr ! mais il a profité de son passage à la télévision pour enfoncer son clou préféré.

« Ce pays n’a pas de président. Ce pays a besoin d’un président"a-t-il lancé samedi soir sur TNTV . Le leader indépendantiste appuie sa déclaration en expliquant que ce pays est aujourd’hui une collectivité d’État comme le sont les communes et que par voie de conséquence, Édouard Fritch est le président d’une collectivité. Oui et alors ?

 Pour lui il ne fait aucun doute que sa candidature à la présidentielle de 2017 est « le moyen, la stratégie pour accéder rapidement à l’autodétermination » Il se met le doigt dans l'œil jusqu'au coude comme d'habitude  Le leader indépendantiste martèle que New York est prévenu de cette stratégie : « Nous avons posé la question aux membres de l’ONU et certains pays sont prêts à nous soutenir. »  Toujours les mêmes, des micros Etats qui n'ont pas beaucoup de poids !

 

L’association 193 ira donc à l’ONU pour assister à la réunion de la Quatrième commission qui doit avoir lieu au mois d’octobre à New York .Qui paye voyage et séjour ? L'Eglise catholique ? Que nenni l'association elle-même dit-il, sans doute de généreux donateurs .« Notre déplacement sera entièrement pris en charge par l’association et notre temps de parole sera axé sur le référendum que l’on souhaite mettre en place », a précisé le très catholique, président de 193 sans savoir que ce n'est certainement pas l'ONU qui peut organiser un référendum sur un territoire français !!! Encore un voyage d'agrément qui ne rapportera rien à ses organisateurs. Mais voyager c'est toujours sympa.

 

Les sénateurs vivent sur une autre planète !"Les sénateurs ont discrètement autorisé Gérard Larcher à attaquer en diffamation Yvan Stefanovitch, auteur d'un livre contre leurs privilèges. Une première.

Le 23 juin 2016, les sénateurs autorisaient par vote leur président Gérard Larcher à déposer une plainte en diffamation au nom du Sénat contre Yvan Stefanovitch, auteur du livre "Le Sénat. Un paradis fiscal" pour des parlementaires fantômes (paru le 2 juin aux éditions du Rocher). C'est la première fois qu'une institution de la République poursuit un journaliste en justice pour avoir publié un livre. Son auteur y dénonce les privilèges légaux, mais « scandaleux », des sénateurs. Et surtout, il déplore que le fonctionnement de l'institution reste trop opaque. Raison de plus pour s'insurger des conditions non transparentes, selon lui, du vote qui a validé la plainte, et de « l'omerta » qui règne aujourd'hui sur cette  "Le Sénat, 4 ou 5 jours par mois pour... 11 350 euros net mensuel" (Hugo Domenach)

 

Un jour le sénat va disparaitre. A long terme, c'est sûr. Mais  les sénateurs restent sur une autre planète, vissés à leurs privilèges fiscaux et attachés à leur temps de travail peu absorbant avec un minimum de 4 à 5 jours de présence par mois et un système d'excuses discrétionnaires. Même les sénateurs anti-système, style Front national ou écologistes, n'ont jamais dénoncé leurs privilèges fiscaux. Ils en croquent, silencieusement. Tout est légal, bien sûr. Ce genre de comportement irresponsable fait qu'un jour le Sénat français va disparaître. C'est ce qui vient d'arriver à son petit frère italie
 

 

Philippe Lafleur  est depuis 25 ans exactement directeur général du Port Autonome de Noumea or,  pour la même période a Tahiti nous avons épuisé pas moins de 8 directeurs généraux (sic!) il devrait´prendre sa retraite courant 2016 a 63 ans. Mais laissez-moi vous dire pourquoi ça marche en Nouvelle Calédonie et pas chez nous, où les ego sont surdimensionnés.

 Le 07 juin 2016 depuis 2 mois donc, un nouveau DG a été nomme par le Gouvernement de Nelle-Caledonie Monsieur Daniel HOUMBOUY,  jeune ingenieur kanak de 41 ans, issu de la formation de la Loi des 400 cadres qui a occupé d'autres fonctions auparavant. La différence vient du fait que le gouvernement avait  décidé de le nommer 6 mois avant la fin de mandat de Philippe Lafleur, de manière a ce que ce dernier puisse l'accompagner dans ses nouvelles fonctions. Youpi ! Mais il y a mieux...L'ancien directeur général Lafleur a même accepté de se transformer en simple chargé de mission pendant cette période pour mieux accompagner le nouveau directeur. Aucun couac. Aucun chop-suey. Aucune offensive de plombage, aucune crispation défensive. Tout roule....pendant que nous on bute, on bifurque, on conjure !

En Polynésie, le cinéma permanent entre Solia qui la joue à sa façon et Fritch qui ne décide pas, rien ne se passe et le gros navire sans timonier tangue...tangue...tangue. La rumeur du moment dit que Jean Christophe Bouissou qui a été directeur du Port autonome serait partant pour mettre un terme aux luttes intestines entre les favoris des uns et des autres.

 

Ma foi ce ne serait pas si mal...

JC Bouissou dès1985 a plongé dans le Port en  devenant d'abord chef du service informatique de celui-ci, puis il a occupé plusieurs postes de directeur adjoint, puis directeur général. En voilà un bon candidat ! Wait and see...

 

Ah, la Suède...un autre monde !

Elle était l'espoir du parti social-démocrate suédois. Une ministre de 29 ans, Aida Hadzialic, a annoncé samedi 13 août sa démission après avoir été prise en flagrant délit de conduite en état d'ivresse. Aida Hadzialic, ministre de l'Enseignement secondaire et de la formation des adultes, a révélé elle-même ce samedi qu'elle avait été contrôlée par la police de Malmö avec 0,2 g d'alcool par litre de sang, soit juste le niveau nécessaire pour constituer le délit en Suède.

"La plus grande erreur de ma vie"

"Ça a été la plus grande erreur de ma vie [...] J'assumerai mes responsabilités. J'ai fait part de mon intention de démissionner de mon poste de ministre", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse au siège du gouvernement à Stockholm, visiblement émue."Je comprends que beaucoup de monde soit déçu de moi. Et je suis en colère contre moi-même, et surtout je regrette profondément", a-t-elle ajouté.


 

Débat sur le port du birkini, un grave problème!! ! En déplacement samedi à Lourdes (Hautes-Pyrénées), pour le pèlerinage du week-end de l'Assomption, Bernard Cazeneuve a inspecté le dispositif de sécurité exceptionnel mis en place face à la menace terroriste. Le ministre de l'Intérieur a exprimé sa solidarité avec les catholiques et il a interdit le burkini, au nom de quoi ?

 

La justice tranche en défaveur du burkini. Le tribunal administratif de Nice a rejeté samedi la demande de suspension, en référé-liberté, de l’arrêté municipal pris le 28 juillet par la mairie de Cannes pour interdire la baignade en burkini sur ses plages, indiquent les services de cette collectivité, confirmant une information de Nice-Matin.

Me Sefen Guez Guez, avocat du CCIF, a fait part de son intention, au nom de son client, de faire appel de cette ordonnance devant le Conseil d'Etat, expliquant que «cette décision ouvre la porte à l'interdiction de tout signe religieux dans l'espace public». Il s'étonne également, n'ayant eu connaissance «que le 11 août» de cet arrêté du 28 juillet, que le caractère d'urgence n'ait pas été retenu, et que «pour une décision aussi importante, aucune audience publique permettant un débat contradictoire» n'ait été envisagée.


Le plateau technique du CHUM (Centre Hospitalier Universitaire de Martinique) dont la phase de construction a duré trois ans est un ouvrage conçu entre l'hôpital du quartier la Meynard et la MFME (Maison de la Femme de la Mère et de l'Enfant), à Fort-de-France, sur un espace de 29 000 mètres carrés. "Il répond à des normes de résistances parasismiques extrêmes", précisent les constructeurs.
Un plateau qui se veut confortable et sécurisant. Il se compose notamment de "13 blocs d'opération et d'un plateau technique performant", assure la direction. Coût total : 169 millions d'euros.
Le bâtiment est livré depuis quelques semaines (juillet 2016) et sera fonctionnel en janvier 2017, confirme la direction de l'établissement.

 

Enième plan d'actions pour la famille . Ce plan d'actions est passé devant le CESC et en commission  de l’assemblée. Il doit bientôt être étudié en séance plénière par les représentants. Tous ces plans et ces comités de réflexions dont se régalent les fonctionnaires, spécialistes divers et élus, n'ont jamais servis à grand chose. Peuvent-ils exiger le port du préservatif pour éviter le MST ? Peuvent-ils interdire aux parents, père et mère de picoler joyeusement, de distribuer des taloches et des coups de pieds aux enfants désobéissants ? De hurler pour parler et dont le seul résultat est de transformer les adolescents, soit en délinquants soit les clochardiser. Sombre tableau bien rôdé depuis une cinquantaine d'années au cours desquels tous les gouvernements ont tenté d'améliorer la situation dans les quartiers défavorisés mais en vain...

 

la Fédération Tahitienne de SURF prévoit dès la fin de la compétition, une remise des prix pour les 3 meilleurs scores de la journée, et la présentation officielle des 8 qualifiés pour les Air Tahiti Nui Billabong Teahupoo Trials 2016, elle sera fera très certainement aux alentours de 15h ! Le sport peut encore sauver ces enfants.


 

Vendredi 12 août 2016

Editorial

 

 

Le coupe-coupe : le roi

Quelqu'un me disait récemment, répondant à mon pessimisme concernant l'humanité " mais l'homme est bon, voyons !" ! Ah oui ?

Or, d'un historique changement du monde, les guerres furent le catalyseur sur terre et sur mer. De tous les temps, de la préhistoire à nos jours, l'homme se bat. Il se battait pour survivre, pour se nourrir, pour avoir le pouvoir, pour Dieu, que sais-je, il se battait... et les batailles firent rage, des sauvages Vikings, aux pirates, des Templiers pour l'or et pour Dieu, de la soif de conquête  des prestigieux Romains, à nos jours, la guerre, la folie du pouvoir à tout prix, la violence qui s'est perfectionnée au fil du temps, font partie de l'être humain. Les scientifiques vous diront  que cela  fait partie intégrante de son patrimoine génétique, comme la jalousie, la haine et l'amour. Au fond, ni les siècles passés ni les discours d'aujourd'hui ne changeront cette trilogie. L'homme se bat toujours.

La gendarmerie nous a montré son butin. 198 armes à feu et 12 431 munitions et pistolets. C'est autant de dangers écartés. Mais dès l'âge de bronze les hommes se sont battus avec des épées et des lames d'au-moins trente centimètres. Le glaive du légionnaire  a contribué à la supériorité militaire des Romains mais l'épée est restée pendant des siècles l'arme des grandes invasions. En Polynésie c'est le coupe-coupe qui a la préférence. L'épée était une arme de prestige, le coupe coupe, la hache sont utilisés pour  travailler mais sont toujours à portée de main et ont prouvé être des armes redoutables. Or, en Polynésie, épargnée encore par le grand banditisme, mais où la violence, souvent due à l'alcool est devenue le souci primeur des forces de l'ordre le week end, c'est le coupe coupe qui est roi. Il est roi aussi en Afrique où ses ravages entre tribus, des enfants aux adultes, font des blessures terribles, en Papouasie, en Chine, au Japon, au Bauchiman dans tout le bassin du Pacifique jusque dans les latitudes glacées. Alors, l'homme est-il si bon que ça ?

 

Infos d'ici et d'ailleurs.

 

Il voulait couper en morceaux les gendarmes: huit mois de prison. Qu'est-ce-que je vous disais !!!

 

Le vice-recteur de la Polynésie française, Jean-Louis Baglan, était l’invité du journal de Radio 1 jeudi midi. Il est revenu sur la rentrée 2016 avec la réforme du collège, mais aussi sur les problèmes de niveau et de décrochage scolaire en Polynésie.

 Pour le vice-recteur, le « coeur » de la réforme du collège, grand changement de cette rentrée 2016, est « la continuité entre l’école et le collège » avec la mise en place du fameux « cycle 3 » qui englobe le CM1, CM2 et 6ème dans un même cycle scolaire. Autres nouveautés, l’arrivée de la deuxième langue vivante dès la 5e. « C’est constat que les Français de manière générale ne pratiquent pas très bien les langues », explique Jean-Louis Baglan. A ce propos, cette année, l’enseignement du reo maohi sera possible en 6ème pour poursuivre celui dispensé à l’école primaire et le raccrocher à la LV2 en 5ème.

 

La réponse du berger à la bergère : 20 demandes de subventions municipales ont été suspendues, elles seront étudiées une par une par les maires concernés et le président Fritch dès son retour de Fidji. Ah, c'est la guerre !

 

HNA Group envisage aussi l'ouverture de lignes aériennes régulières entre Pékin et Papeete depuis plus d'un an.Les touristes chinois ne représentant que 5 202 des 129 746 touristes ayant séjourné en hébergement terrestre marchand en Polynésie française en 2015 soit 4%. Il va leur falloir remplir les hôtels prestigieux qu'ils ont racheté au groupe Wan à Bora Bora.

 

Calais : La justice refuse de fermer les commerces de la «jungle»

Vendredi, le tribunal administratif de Lille a rendu sa décision suite au référé déposé par la préfecture du Pas-de-Calais qui demandait la fermeture des commerces illégaux installés dans la « jungle » de Calais. Selon le texte de la décision communiqué à la presse, le tribunal a débouté la préfecture.

Pas de « conditions d’urgence »

Dans son ordonnance, le juge estime que « les préoccupations exprimées par le préfet du Pas-de-Calais sont tout à fait compréhensibles » mais que « les conditions d’urgence et d’utilité requises » par la loi « ne sont pas remplies pour faire droit » à sa demande « que soient expulsés les gérants des 72 structures de vente illégales recensées » sur le site.

 

Des pétroglyphes vieux de 400 ans découverts à Hawaï

 Sur une plage hawaïenne, des touristes texans ont retrouvé des symboles qui ont été gravés dans la pierre il y a plus de quatre siècles.

 Voilà bien une découverte inattendue. Deux touristes venus du Texas sont tombés sur des pétroglyphes vieux de 400 ans sur une plage se situant à l'ouest de l'île hawaïenne d'Oahu. «C'était un véritable coup de chance», affirme Lonnie Watson au site américain Live Science.

La voyageuse explique qu'elle a vu ce vieux symbole gravé dans la pierre grâce à la lumière du soleil qui se réfléchissait sur le roc.


 

Commentaire à référence nazie posté sur Facebook par un délégué Les Républicains de Meurthe-et-Moselle sous la photo d'une femme voilée sur une plage.

 «Nacht und nebel pour le sac poubelle.» Le commentaire posté mercredi sur Facebook par le délégué LR de Meurthe-et-Moselle Jean-Pierre Arbey sous la photo d'une femme voilée sur une plage est peu équivoque et fait une référence explicite à la procédure de déportation nazie, que le régime hitlérien avait résumée sous le nom de code «Nacht und Nebel», «nuit et brouillard» en français. C'est également le titre du célèbre documentaire d'Alain Resnais sorti en 1956 et traitant de la déportation.

 

 Changer de tenue ou quitter la plage

Signes religieux à la plage », a indiqué Thierry Migoule, directeur général des services de la ville de Cannes, « mais les tenues ostentatoires qui font référence à une allégeance à des mouvements terroristes qui nous font la guerre », des tenues que l'on commence à observer à Cannes depuis l'an dernier, selon lui. Thierry Migoule a précisé qu'aucun burkini n'a été observé sur les plages de Cannes depuis la prise de cet arrêté et que lorsque ce sera le cas, les personnes seront d'abord invitées à changer de tenue ou à quitter la plage sans être immédiatement verbalisées.

 

Ce requin qui peut vivre quatre siècles

C’EST le plus gros poisson de l’Arctique et le seul squale capable de vivre en permanence dans les eaux glaciales de la région la plus septentrionale du globe. Et pourtant, malgré sa taille imposante qui ne le fait pas passer inaperçu, le requin du Groenland est un mal connu de la zoologie. Certes on sait que ces animaux mangent un peu tout et n’importe quoi, y compris les charognes qu’ils trouvent dans la mer, mais un élément important de leur vie n’avait jusqu’à présent pu être déterminé, à savoir leur longévité. Comme les adultes sont capables de dépasser les 5 mètres et que leur croissance est extrêmement lente, de l’ordre du centimètre par an voire moins, certains chercheurs supputaient que le requin du Groenland pouvait être le vertébré à la longévité la plus importante, battant en cela un autre costaud des mers, la baleine boréale, et ses 211 ans.

 



 

I

 

Jeudi 11 août 2016

 

Editorial

Une pirogue déséquilibrée

Education

Vous avez remarqué comme moi que la ministre de l'Éducation fait ce qu'elle peut pour apparaître sympathique après avoir accueilli si fraîchement les nouveaux enseignants. Vous avez noté aussi, qu'elle a diminué de moitié la largeur de la fleur chatouilleuse qu'elle porte à l'oreille, comme les chevaliers portaient leur épée, marquant leur appartenance ( espérons qu'à Paris il y a mieux pour se faire remarquer). Qu'elle a réussi son ravalement de maquillage grâce à la talentueuse Joyce de Polynésie première. Et qu'elle veut, en un mot comme en cent, faire de sa virile féminité, un atout. Dès lors son sourire prenait tout l'écran hier soir pour nous parler de la réforme qui n'a pas l'air de séduire les enseignants !

 Alors oui, le reo maohi obligatoire en 6° c'est pas mal, tant pis pour les petits métros qui débarquent, oui l'anglais à la maternelle et à partir de la 5°, c'est super. On gagne un an. Mais cette réforme, comme celle de son homologue en Métropole, ne réjouit pas les professeurs déjà échaudés par le ton et les menaces annoncées par cette fausse "douce des tropiques" et son garde du corps, le vice-recteur. À croire, dans tout ce chalala, que les petits Polynésiens font partie d'une race à part et que ces jeunes enseignants voient soudain blackbouler ce qu'on leur a appris du métier. De l'émotion en rafales sur la guimauve psychologique de la pression qui guette et du  mental qui doute, pour les nouveaux venus, mais heureusement le "sea and sun" ( le "sex" sera pour plus tard) est là pour adoucir leurs inquiétudes. La réalité, c'est pour plus tard aussi, mais quoiqu'il se passe, ils en seront tenus responsables. C'est la vie Lily en Polynésie !

Politique

Cela dit, revenons à nos moutons préférés, ceux de la "real politik". Et bien en voilà un qui n'a peur de rien, pas question de séduction factice du novice qui aurait naufragé les prélats, Cyril Tetuanui persiste, signe, confirme et insiste  sur les reproches des maires inscrits dans le marbre de la résolution de fin de congrès : pas de concertation, pas de débat, pas d'association d'idées. Du coup, la réponse du berger à la bergère communale ne se fait pas attendre et  Édouard Fritch qui avait prévenu en conférence de presse a tenu parole en sortant son martinet , la vingtaine de dossiers déposés par les maires que je devais faire passer mercredi ( hier), je les verrai un par un. Promesse tenue. Ils ont été  retirés du conseil des ministres pour décorticage supplémentaire. Hum !

Mais tout de même, faudra bien un jour ou l'autre  changer de braquet et ne pas prendre les "journaleux" que nous sommes pour des idiots et roucouler sans cesse que "tout va bien" dans le gouvernement, quand même le clochard du coin sait que "tout va... mais pas très bien". Ce n'est pas honteux  de l'avouer.

 Les baby-sitters, pelotonnés au-dessus du berceau d'Édouard Fritch, réfléchissent trop pour donner une image apaisée de leur protégé. Il vaut mieux appeler, un chat un chat. C'est ce que fait d'ailleurs Cyril Tetuanui  au nom du SPC . Nous ne sommes pas à confesse et vouloir apparaître gentil- gentil ne se fait pas quand on entend : " je garde confiance dans le président du SPC." alors que la  réponse de celui-ci claque comme un coup de fouet :" Tout ce qui est écrit dans la résolution est vrai." Vlan !

Je sais bien que chez les catholiques quand on vous frappe sur la joue droite, vous tendez la joue gauche, question d'équilibre sans doute, mais en politique, distraire le pékin de cette façon n'est pas viable longtemps. Il dévalue un gouvernement dont tout le monde sait que les personnalités ne s'entendent pas, se jalousent, chacun voulant  asseoir sa suprématie. Le  "galérien" sur la dunette ne scande plus la manœuvre et les rames ne plongent plus dans l'eau au même rythme. Attention danger de déséquilibre !

 

Infos d'ici et d'ailleurs

 

Selon certains échos non confirmés,

 aucun des trois pressentis pour prendre le poste de directeur général du Port autonome ne serait choisi. Pour couper court aux supputations et aux prévisions, Edouard Fritch mettrait au gouvernail son propre  champion après accord, bien sûr, d'Albert Solia. Incontournable.

 

Le Tapura a porté le premier l'estocade dans un communiqué assez peu charitable concernant le procès dit del a vaisselle sur une  plainte déposée par la présidence contre Gaston Flosse .

En voici un extrait :

Mais tel Caliméro, le président déchu ne cesse de pleurnicher : « c’est vraiment trop injuste ». C’est toujours la faute des autres, le juge d’instruction, le Parquet, le président de la République, les méchants qui lui veulent du mal alors que « tout est faux ».

Ce que nous avions pressenti se produit la réponse du Tahoeraa ne s'est pas faite attendre et comme pour le Tapura nous n'en publions qu'un extrait et conseillons aux hommes politiques de ne pas régler leurs comptes par presse interposée. Tahiti Today ne se prêtera pas au jeu des uns comme des autres.

voici l'extrait du Tahoeraa

:Fritch et son Tapura se réjouissent des malheurs des autres, mais cela ne fait pas de Gaston Flosse un « Calimero ». Ce personnage sied en revanche très bien au président Fritch qui n’est jamais responsable de rien et qui ne comprend pas que personne ne l’aime comme il le mérite, lui meilleur que tout le monde, comme en atteste sa pathétique conférence de presse pour réagir au congrès des maires. Calimero Fritch ! "

 

Attentat à la bombe en Thaïlande. Deux engins ont explosé dans la station balnéaire de Hua Hin au sud de Bangkok. D’après un premier, une femme serait morte et au moins dix personnes blessées, dont des touristesd’après un journaliste de la BBC cité par Reuters.

 

L'Arabie saoudite en vogue

  Nicolas Sarkozy a rendu visite la semaine dernière au roi d'Arabie saoudite, Salmane Abdelaziz Al Saoud. Une visite qui ne devait pas être rendue publique...

Une simple visite de courtoisie... ou pas. Le Huffpost Maghreb, relayé par le site Marianne ce soir, le révèle : l'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, a rendu visite mercredi 3 août dernier au roi saoudien Salmane Abdelaziz Al Saoud. Les deux hommes d'état se sont rencontrés à Tanger, au Maroc. Selon les informations du magazine Marianne, l'entretien aurait duré plus de deux heures.

L'objectif pour Nicolas Sarkozy ? Resserer ses liens avec le nouveau roi saoudien : en effet, ses relations avec l'ancien roi Abdallah, (qu'on disait très proche de Jacques Chirac pendant qu'il était en
fonction) étaient plus que froides. Nicolas Sarkozy a donc déployé mille effets pour amadouer le roi, vantant les bienfaits de "l'amitié France Arabie-saoudite" , et lui promettant qu'il soutiendrait les positions de l'Arabie saoudite sur la Syrie.

 

Terrorisme: Sarkozy estime que «les barbares nous attaquent» car ils «croient que nous sommes faibles»

  Nicolas Sarkozy a durci le ton, à quelques jours de la date probable de l’annonce de sa candidature à la primaire de la droite et du centre, dans la revue Valeurs Actuelles. Son interview intitulée « Dernières confidences avant la bataille » est publiée dans le numéro à paraître ce jeudi. Le chef de file de l’opposition y évoque la menace terroriste, l’identité, la République, la laïcité et le Front national, au fil d’un entretien aux airs de programme.

 

. Incendies près de Marseille: Trois blessés dont un grave parmi la population

 

Emmanuel et Brigitte Macron, vacances en amoureux avant l'offensive

 Avant que s'ouvre la bataille de la primaire, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron est parti avec sa femme reprendre des forces au pays basque.

 « Les seules pensées valables viennent en marchant… » Philosophe de formation, Emmanuel Macron a retenu l’adage de Nietzsche. Pour lui et pour Brigitte, vacances ne riment pas avec insouciance. Le couple a prévu un été studieux à Biarritz, une retraite océanique pour lire, écrire et préparer la rentrée. Deux ans après sa nomination à Bercy, le jeune ministre de 38 ans est devenu l’un des hommes politiques les plus populaires, et son épouse, qui s’est mise en disponibilité de l’Education nationale, passe désormais tout son temps à ses côtés. Les prochains mois seront ceux des grandes décisions.

Emmanuel Macron sera-t-il candidat à la primaire ? Pour l’instant, Brigitte est la seule à pouvoir sonder son coeur.Ils étaient 3000 à l'applaudir à la Mutualité en juillet... et, sur la plage, les Français continuent de le saluer. Cet été, Emmanuel Macron découvre la notoriété, Brigitte aussi. Fini l'anonymat, ensemble ils forment un vrai duo politique, soudés en coulisses comme sur le devant de la scène.

 

 

 

Mercredi 10 août 2016

Editorial

 "Merci président, boum !"

Non,  il ne comprend pas et nous non plus d'ailleurs pourquoi ce coup dans l'estomac et tant de rancœurs  des maires. Édouard Fritch est en train de vivre le même désamour que Gaston Flosse a connu lorsqu'il a été trahi par ceux qu'il avait promus et aidés mais qui sont allés dare dare brouter une herbe  plus verte La trahison est érigée en sacerdoce en Polynésie.

L'amertume est désormais dans le cœur des deux chefs. l'ancien et le nouveau. Mais si le cuir de Gaston Flosse est tanné par les revers et les procès, certains peut-être justifiés mais d'autres "outranciers" et sans véritable "fondement" à part une volonté de mise à mort selon ses avocats, Édouard Fritch, lui, est en train de vivre sa première grande et cruelle désillusion sur une générosité qui - il le pensait - lui assurait la reconnaissance infaillible des maires. Hélas ! Trois fois hélas...C'est bien mal connaître la nature humaine polynésienne.

Et pourtant il est vrai que dès son arrivée aux affaires en tant que président, il leur  a tendu une main secourable, ouvert les cordons de la bourse, apporté  des milliards de subventions ,fait débloquer pas moins de 160 projets pour soutenir 4,6 milliards d'investissement et récemment encore pour le second semestre de 2016, a-t-il lancé avec amertume, j'ai consacré pour le développement des communes ( DDC) près de 900 millions cfp."  Résultat, au lieu d'un joyeux "merci président",il a reçu un choc comparable à un glissement de plaques tectoniques, dont il se remet difficilement.

"On est toujours trahi que par les siens", le président, bien sûr, connaît le dicton populaire, mais ne l'avait jamais testé . Oui ça fait mal. Très mal même, car en reconnaissant que Cyril Tetuanui le président du SPC qu'il a mis en place, a confirmé  encore une fois les doléances de la trentaine de maires à son égard, alors que dans son entretien avec la presse il venait de lui renouveler sa confiance (sic!)  c'est, pour Fritch, plus qu'un épiphénomène, une quasi-mine anti personnelle qu'il lui a glissé sous les pieds.

 Agacé, touché, meurtri, stupéfait, Fritch a lancé , "mais nous sommes en concertation permanente. Je leur faisais confiance" Ils veulent plus de compétences. En ont-ils les moyens? Nous-mêmes avons souhaité davantage de liberté dans la gestion de nos affaires, mais l'État n'a pas transféré les moyens qui devaient aller avec et du coup, la machine gouvernementale locale  pataude parfois, irritante, parce que lente et en énervent quelques-uns. Mais cela fonctionne mieux qu'on ne l'admet, a répété Édouard Fritch qui soupçonne derrière cette attaque en règle certaines ambitions cachées, voire une manipulation  pour le déstabiliser et à laquelle il n'était pas préparé.  " J'ai une vingtaine de maires dont les projets devraient passer au conseil des ministres faut-il que je les interroge un à un ? Chacun doit rester à sa place je dialoguerai avec le SPC mais je ne peux pas céder à toutes leurs demandes. "

 Il soupçonne, en fait, la fronde d'avoir démarré à Paris quand les maires voulaient être reçus en bataillon de quémandeurs dans le bureau de la ministre des Outre-mer, alors qu'il n'y est entré que seul. L'amour-propre très pointilleux des  Polynésiens avait été écorné. Mais Paris n'est pas Papeete.

Pourtant et alors que Cyril Tetuanui persiste et signe, Fritch garde confiance  dans le président du Syndicat pour la promotion des communes (SPC) et avale finalement une belle et grosse couleuvre dont il gardera le souvenir cuisant. Cet homme qui ressemble "au géant vert de la publicité" ou comme nous l'écrivions à un "docker en rupture de ban" n'a pas l'air  de se laisser manipuler par des " scribouilleurs." Nous risquons peut-être d'aller de surprise en surprise dans cette histoire.

Et voilà arrivé, non pas le 49/3 mais le 43/2. L'article du projet de réforme statutaire devant instaurer une clause générale de compétence justement en faveur des maires . Mais...car il y a toujours un mais, ce projet de réforme de la loi organique dont le Sénat devrait s'occuper à la fin de l'année, ne concerne pas seulement la Polynésie,  retenez votre souffle, il concerne toutes les autres collectivités de la République elles sont au nombre de six et non des moindres ! Nuihau Laurey est sénateur et à ce titre il a bien l'intention de proposer pour accélérer le mouvement de réduire la cinquantaine d'articles à une dizaine dans un amendement déposé en commission des lois au Sénat. Il fait le job d'où l'utilité des parlementaires.

Le vice président  est venu à la rescousse de son président en précisant , j'ai rencontré de nombreux maires mais à aucun moment ils n'ont fait le reproche au président de jouer tout seul dans sa cour en ce qui les concerne." Et  le maire de Teva I Uta, présent lors de cette mise au point présidentielle s'est empressé de lancer à la presse :  écrivez-le, je n'ai pas signé cette résolution. Dont acte. Ne pas oublier qu'il est aussi ministre et qu'il tient à le rester.

Enfin  Édouard Fritch  d'un quasi-revers de main a balayé l'idée même que  ses ministres puissent ne pas s'entendre en écartant d'une chiquenaude un possible remaniement en période électorale des uns et des autres. Un jour, la presse apprend qu'ils se regardent de travers et ils le font  fuiter, le lendemain, par le même canal, ils s'embrassent. Aucun finalement ne se risque à démonter la clé de voûte d'une mandature qui les a faits ministres. Ou ministricules pour certains.

Quant aux propos de l'Église protestante maohi qui ne se rend  peut-être pas compte de la portée des mots utilisés dans son vertige fusionnel avec le leader indépendantiste  puisque Oscar Temaru a lui même essayé de faire porter à la Polynésie française la lourde tare de crime contre l'humanité, ils feront "pschitt" ou "plouf". Fritch a laissé tomber, le visage fermé " c'est une accusation très grave !"

Bref en résumé, oui Édouard Fritch mettra un mouchoir sur son humiliation et reverra sa méthode de travail avec les maires. Non, il ne prendra pas ses instructions du SPC et non, il n'acceptera aucun ultimatum, de qui que ce soit. Dont acte !  

 

 

 

Au conseil des ministres nous avons sélectionné le bouclage du réseau électrique : vers plus de renouvelables et de sécurité et le comité de pilotage pour le développement du tourisme

Dans le cadre de la transition énergétique, il est nécessaire d’augmenter la capacité d’évacuation de l’énergie hydroélectrique de la vallée de Papenoo depuis la côte Est vers la zone urbaine de Papeete dans l’objectif non seulement d’augmenter la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique, mais également d’améliorer la sécurité d’approvisionnement de l’électricité.

La vallée de la Papenoo est en effet la principale vallée hydraulique de l’île de Tahiti. Sa production est évacuée en partie vers le réseau côtier situé à l’Est de l’agglomération de Papeete par une liaison unique. La puissance disponible actuellement sur ce tronçon est limitée, et non redondée, ce qui oblige à un débouclage du réseau dans cette vallée. Ceci amène des contraintes sur le niveau de production renouvelable injectée dans le mix énergétique et compromet la sureté d’alimentation de l’agglomération principale de l’ile en cas d’incident sur le réseau Ouest.

De ce fait, compte tenu de l’intérêt stratégique de cet investissement pour le Pays, l’Etat octroie à la Polynésie française un financement, au travers du Fonds Exceptionnel d’Investissement (F.E.I) 2015, pour le projet de renforcement des capacités de transit électrique de la vallée de la Papenoo porté par la société d’économie mixte locale « Société de Transport d’Energie électrique en Polynésie » (SEML TEP), concessionnaire du réseau de transport d’électricité.

Le projet consiste à doubler la liaison existante avec la fourniture de fourreaux, chambres de jonctions, fibres optiques ainsi que la modification des postes existants et l’ajout d’un transformateur à l’un des postes existants. Le coût des travaux est estimé par la SEML TEP à 434 913 484 Fcfp HT, et le financement obtenu au travers du Fonds Exceptionnel d’Investissement est de 2 000 000 €, soit 238 663 484 Fcfp. La différence de 196 250 000 Fcfp HT sera à la charge de la TEP. Elle s’acquittera également de la totalité de la TVA imputable à l’opération.


Création d’un comité de pilotage de la stratégie de développement touristique

Le gouvernement de la Polynésie française a placé le secteur du tourisme au rang de ses priorités et a proposé une stratégie de développement touristique 2015-2020 qui a été approuvée par le Conseil économique social et culturel et l’Assemblée de la Polynésie française.
Par ailleurs, la Polynésie française a souhaité, d’une part, concentrer le 11ème Fonds européen de développement (FED) sur l’appui à sa stratégie de développement touristique et d’autre part, au travers du Contrat de projets n° 2 en partenariat avec l’Etat. Une gestion plus efficiente du développement du tourisme en Polynésie française passe par une restructuration importante de sa gouvernance, c'est-à-dire par une meilleure identification et une meilleure coordination des différents acteurs opérant sur le champ du tourisme.
Une forte coordination s’avère donc nécessaire pour favoriser la communication entre les différents acteurs publics et privés, et garantir une mise en œuvre des actions du schéma stratégique. A cet effet, il a donc été décidé de créer un comité de pilotage de la stratégie de développement touristique 2015-2020 « COPIL de la stratégie du tourisme » et un observatoire du tourisme.

 

 

 Infos d'ici et d'ailleurs

 

Nuku’alofa (Tonga) Une régulation indépendante et transparente de l’énergie est cruciale si l’on veut créer un environnement propice à la transition énergétique pour une économie plus verte, en particulier au vu des cibles ambitieuses que les pays insulaires océaniens se sont fixées en matière d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique, au titre de l’Accord de Paris, et compte tenu de l’Objectif de développement durable numéro 7 des Nations Unies, dit ODD 7, qui vise à garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable.

 C’est là l’un des principaux messages qui se dégagent de la formation d’une semaine qui était destinée aux régulateurs de l’énergie et qui s’est achevée, aujourd’hui, à Nuku’alofa (Tonga).

 Cette formation est le fruit d’une collaboration nouée entre la Communauté du Pacifique (CPS), la Commission de l’électricité des Tonga et le ministère de la Météorologie, de l’Énergie, de l’Information, de la Gestion des catastrophes, de l’Environnement, du Changement climatique et de la Communication, dans le cadre de la coopération Sud-Sud établie entre la CPS et la Nouvelle-Zélande au profit du renforcement des capacités de la région océanienne.

 

 Nadi, FidjiTreize professionnels de santé venus de huit États et Territoires insulaires océaniens sont actuellement aux Fidji pour suivre le troisième et dernier module du cours sur la recherche opérationnelle dans le Pacifique.

 La formation est organisée conjointement par la Communauté du Pacifique (CPS) et l’Union internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires (UICTM).

 Le module de formation, d’une durée de sept jours, a pour principal objectif d’aider les participants à analyser et à interpréter les résultats de leurs travaux de recherche et à les présenter sous la forme d’un article scientifique qu’ils pourront ensuite soumettre au comité de lecture d’une revue scientifique nationale ou internationale pour publication.

 

Des feux très préoccupants. L’incendie touchant les communes de Rognac, Vitrolles et les Pennes Mirabeau, au nord de Marseille, est « hors de contrôle », ont déclaré mercredi soir les pompiers des Bouches-du-Rhône dans un communiqué. « Situation hors de contrôle, feu extrêmement puissant, rapide, explosif qui continue à brûler tout sur son passage, même des maisons »

 L’incendie dans la forêt de Vitrolles a parcouru 4,5 km et ravagé 3,5km2 de terrain. Devant la propagation des flammes, trois quartiers sont en cours d’évacuation. Le vieux village ainsi que les Pinchinades et la Ferme de Croze.

 

Nagazaki se souvient de la deuxième bombe atomique, les Américains torturés par des japs, cruels, alliés des nazis  pratiquant une surenchère dans la torture, dans la jungle du Pacifique, s'en souviennent aussi. Ceux qui ont survécu disent "merci" à leur pays d'avoir arrêté la deuxième guerre mondiale et de les avoir sauvés de la poursuite des pires atrocités commises par leurs bourreaux.

 

 Edouard Fritch considère que la résolution des maires critiquant sa méthode de travail a été téléguidée et écrite de façon à « manipuler le président du SPC ." C'est plus facile pour faire ami-ami.

Non, la protection sociale généralisée n'est pas au point mort comme j'ai pu le lire dans la presse, a déclaré Edouatd Fritch. Hier justement ( lundi) nous en avons parlé toute la journée. On va prendre des décisions, bien sûr ça prend du temps avant d'annoncer la couleur, faut être sûr de son coup." La devise d'Edouard Fritch "Aller prudemment, lentement ,mais sûrement"

 

Délégation à Paris : Un simple oral pour intégrer la fonction publique. Pourquoi ne pas les intégrer d'office ?

 

On sait tout mais on ne change rien : Julie Gayet

 Maîtresse du Président, même du temps de la Valérie - soutien officiel de Anne Hidalgo (autre ex maîtresse) dans la campagne des municipales. Sa société de production a été retenue par la Mairie de Paris pour créer un "cinéma du futur".

 Elle est associée à son frère Erwan Gayet et à sa belle sœur , tous 2 architectes.  Elle utilise la salle de projection de l’Élysée pour assurer le montage de ses “films”.

 

Muriel Mayette  Épouse de Gérard Holtz et pote de Valls virée de la Comédie Française sera nommée à la tête de la villa Médicis, une planque royale.

 

  Martin Hirsch  Ex félon, Haut commissaire nommé par Sarko.  Nommé Directeur général de l’ Assistance publique – Hôpitaux de Paris, mais incapable de gérer les problèmes de personnels de ces hôpitaux.

 

   Manuel Flam   Ex directeur de cabinet de Cécile Cantat née Duflot  Nommé Directeur général du groupe SNI et Président du directoire du Grand Paris Habitat.

 

  Jean-Pierre Bel  Ex président socialiste du Sénat Nommé “envoyé personnel” du Président pour l’Amérique latine et les Caraïbes. Vacances dans les iles !

 

 Jack Lang le socialo parachuté battu à St Dié  Nommé Directeur de l’Institut du monde arabe . . .. 9000 EUR / mois + table ouverte aux frais de l’État pour plusieurs milliers de repas par an, pour lui, sa femme et ses copains )

 

  Aquilino Morelle  cireur ( et ciré) de pompes Viré et aussitôt recasé  Inspecteur général des Affaires sociales

 Etc... Les gouvernements polynésiens n'ont pas de leçons de moralité à recevoir des socialistes...ou des autres.

 

Les familles des disparus dans le crash d'un Twin Otter d'Air Moorea commencent par l'avoir mauvaise tant le chagrin est toujours présent comme l'attente à leurs interrogations. Dix ans déjà et la justice n'a pas encore tranché alors qu'elle a toutes les pièces en mains, nous a-t-on dit.

 

 Le président philippin, coutumier des grossièretés, a fait une nouvelle sortie très remarquée.  Rodrigo Duterte a provoqué une nouvelle polémique et semé l’incompréhension à Washington en qualifiant l’ambassadeur des Etats-Unis d'« homosexuel » et de « fils de pute ». (Faut oser tout de même !!!)

 

  La presse dévoile une série de documents accablants faisant état d'agressions, de sévices sexuels et de souffrances morales terribles dont auraient été victimes les migrants, parqués sur le minuscule îlot du Pacifique, au large des côtes australiennes. Parmi les victimes, la moitié sont des enfants.

 

 Une association musulmane implantée en Guyane depuis 9 ans donne des cours de Coran et d'arabe. Ce sont des imams qui font office de professeurs, et ils adaptent leurs cours à leurs élèves, qu’ils soient musulmans ou non. Une manière douce de faire du prosélytisme.

 

 Patrick Brun est vert de rage. Gérant du restaurant Le Phénix à La Garde, près de Toulon (Var), il vient d'écoper d'une « pénalité d'infraction de 10 euros par mètre carré et par tranche de cinq minutes, facturée mensuellement », soit une amende de 186 624 euros compte tenu de la surface de son établissement (144 mètres carrés). Motif de la faramineuse sanction : avoir osé baisser le rideau le 14 juillet dans une zone ouverte au public en ce jour férié.

   

Juste pour situer le degré de paranoïa des plus virulents détracteurs du véhicule diesel, il faut leur révéler les données de l’industrie maritime qui a démontré qu’en considérant la taille des moteurs et la qualité du carburant utilisé, les15 plus gros navires-cargos du monde polluent autant que l’ensemble du milliard (en 2010) d’automobiles de la planète. Vous savez ces jolis porte-conteneurs qui nous alimentent en produits que l’on fabriquait dans nos usines délocalisées aujourd’hui, ils brûlent chacun 10.000 tonnes de carburant pour un aller et retour entre l’Asie et l’Europe. Ces malheureux 15 navires font partie d’une flottille de 3.500, auxquels il faut ajouter les 17.500 tankers qui composent l’ensemble des 100.000 navires qui sillonnent les mers.

Pour ne pas quitter le domaine maritime, rappelons que la flotte de plaisance française est d’environ 500.000 unités, dont 5.000 yachts de plus de 60 mètres, et que le plus moyen de ceux-ci brûle environ 900 litres de fuel en seulement une heure; alors que les 24 % de foyers français qui se chauffent au fioul ont du mal à remplir leur cuve pour l’hiver.
 Pour continuer sur le chemin de la schizophrénie paranoïde, prenons en compte toute
la flottille de pêche et les 4,7 millions de poids lourds en transit à travers la France.

Les milliers d’avions qui sillonnent le ciel et dont la consommation par passager et par km parcouru est 3 fois plus nocive pour le climat que l’automobile.

Pour compléter cette petite fable, n’oublions pas l’indispensable domaine agricole où la consommation moyenne d’énergie est de 101 litres de fuel par hectare.

 

Mardi 9 août 2016

La lettre de ce Polynésien qui sait ce dont il parle, il était en responsabilité à cette époque, étant tellement plus explicite qu'un éditorial, je me fais un grand plaisir de la publier en lieu et place de notre éditorial.

Dans ce courrier ou des profondeurs du passé, d'un passé pris en stop depuis quelques années seulement, montent des aspirations confuses, des questions enfouies puis resurgies  selon la nature des hommes happés dans une compétition d'où dégringolent des mots a double sens, des postures et des clips embrumés par des élans et des promesses avortés, d'un côté... comme de l'autre au-delà des mers.. laissant la surenchère, peu vertueuse, s'installer dans un maelström de doléances compétitives.

Voilà ce qui s'est réellement et historiquement passé et qui devrait remettre les hommes, politiques et religieux,  à leur vraie place en arrêtant les simulacres.

 

Le cri du passé et de la vérité, enfin !

Je voudrais  seulement rappeler quelques faits historiques concernant les essais nucléaires. 

 En 1962/63, plusieurs personnes, et non des moindres –John TEARIKI, Henri BOUVIER, Pierre HUNTER, Henri DAVIO, les pasteurs Henri VERNIER et Jean ADNET, François et Ida BORDES, George MARE et tant d’autres…se sont dressés  CONTRE  ce projet de la France et du «grand charles» (c’est exprès que je mets en minuscule).  Des manifestations ont été organisées, des défiles de protestations, etc….

Un appel aux congrégations religieuses PROTESTANTE et CATHOLIQUE avait été lancé par John TEARIKI pour venir manifester .  Jamais les responsables d’alors n’ont bougé, ni répondu à ces appels. NI LES RESPONSABLES  PROTESTANTS(le Pasteur KORINGO et John DOOM) , NI LES RESPONSABLES CATHOLIQUES…

 Bien au contraire, les pasteurs Henri VERNIER et Jean ADNET par la suite, ont été renvoyés en France sur demande du responsable protestant.

ET le plus triste de l’histoire, les pasteurs et diacres encourageaient leurs paroissiens à aller travailler à MORUROA en («pupu») groupe et une grosse partie de leurs salaires a servi à construire les maisons paroissiales dans tous les districts et même des Eglises (à Huahine par exemple avec le pasteur TERITO) John DOOM peut le ….confirmer, s’il n’a pas perdu…… la mémoire !!!!

 Les cathos d’en face sont restés bouche cousue,    Il ne fallait pas aller contre l’ETAT !

 Et, aujourd’hui, on voit une association (193) qui soit disant a récolté « 46000 signatures », mais qui ne sont qu’une trentaine pour manifester, et L’Eglise Protestante MAOHI qui veut poursuivre la France, et 2 leaders politiques qui ne vont pas manquer de se servir de cette résolution pour arriver à leurs fins…politiques et le plus comiques, c’est que ces 2 leaders politiques n’aiment pas les protestants, et pour nous, PROTESTANTS de toujours cela nous désole profondément.

 La direction de l’ « Eglise protestante maohi » est en train de se fourvoyer et ne remplit même plus son rôle, surtout quand on entend les interviews de son vice président entre autre….

Que dire de plus !!!! c’est tellement triste d’avoir de tels bergers….. !!!! Claude.

 

Une vaisselle qui aura fait parler d'elle au tribunal en première instance cet après midi. Le nouveau procureur de la République, encore plus sévère et plus dur que José Thorel ,a requis pour marquer les esprits, un an de prison ferme plus une peine d'amende contre Gaston Flosse. Pour maitre François Quinquis "on assiste à un acharnement démesuré" Cette vaisselle dont certains sponsors ont fait don au président en poste à l'époque aurait dû cependant être homologuée à la présidence. Elle ne l'a pas été , par conséquent elle reviendrait  aux donateurs. Et voilà la présidence Fritch qui avait porté l'estocade, obligée d'aller acheter de la vaisselle chez  "Cuisine plus" en porcelaine blanche, signe de pureté et de simplicité "parce qu'il le vaut bien !"

 

 

Bruno Le Maire cet inconnu des Polynésiens (parti des Républicains) fait connaissance avec la Polynésie par l'intermédiaire de son référent maître Poullet- Osier .

Son "comité Polynésien pour le Renouveau" est né il y a peu mais déjà les médias s'y intéressent. Il faut dire que Bruno Le Maire sans taches et sans reproches est bien placé pour la primaire.  Il n'est pas tourneboulé par un carrousel d'idées flottantes. Jeune, parfois mordant, ambitieux, il a 47 ans, une tête bien faite et fait l'unanimité autour de lui pour incarner ce renouveau politique, une nouvelle génération d'homme politique  du style Cameron, Renzzi, Trudeau... Accessible, pas prétentieux pour deux sous il n'est pas embrumé par des élans avortés, sait ce qu'il veut pour la France dont il veut faire une nation modifiée. Pour le meilleur bien sûr.

Tahiti Today vous propose de faire connaissance avec cet homme dont ne tarit pas d'éloges Jérôme Poullet-Osier qui, lui, n'est pas un inconnu,12 ans de Barreau. Il a par ailleurs travaillé sur la réforme de la TVA dont il a fait son doctorat d'Etat et dit lui même " J'ai eu la chance de travailler avec Patrick Peaucellier, homme intelligent, intègre et très rigoureux qui m'a transmis des valeurs importantes qui se sont renforcées avec le temps." Il annonce que le comité de soutien dont  la conférence de presse pour l'officialisation du  Comité Polynésien pour le Renouveau avec BLM a été fixée au mercredi 24 août à 10h00. Ce comité de soutien est composé à 90% de jeunes Polynésiens avec une parité parfaite (5 et 5) qui aiment ce Pays et qui ont choisi avec BLM le renouveau politique pour construire avec ambition, son avenir.

La Présidente du Comité  Cindy GELAS,est une brillante jeune polynésienne , ancienne présidente de la jeune chambre économique en 2015 qui a occupé des fonctions de PDG de SEM pendant plus de 5 années.

 Son alter ego pour la Nouvelle Calédonie Cynthia LIGEART, est l' ancienne présidente du gouvernement et actuellement ministre du gouvernement GERMAIN.

Voici le message que  Bruno Le Maire adresse à son référent.

 

 

 

Edouard Fritch a tenu ce matin à remettre les pendules à l'heure, déréglées à la suite de l'onde de "choc" provoquée par Cyril Tetuanui, au nom des maires  ! Nous vous livrons l'intégralité de ses propos que nous commenterons demain dans notre éditorial à la suite des questions posées et des réponses du président.

 Edouard Fritch était entouré du vice président, du ministre de l'Environnement, du ministre de l'Equipement et du seul maire présent, le maire de Teva i Uta et ministre de l'OPT qui a précisé qu'il n'avait pas signé cette résolution.  Bien entendu le président du pays ayant chouchouté presque tous les maires polynésiens depuis 2014 a pris langue avec quelques uns . Ceux-ci lui ont juré la main sur le cœur - est-ce étonnant ?- qu'ils n'étaient pas au courant de cette résolution non plus!

Et voilà, le président du SPC, Cyril Tetuanui, rendu seul responsable de ce coup de Jarnac ! L'est-il ? Cela nous semble improbable, à moins d'être complètement stupide, qu'il puisse avoir pris un tel risque en étant, de plus, un proche d'Edouard Fritch. A qui faire confiance ? Je vous le demande mon bon prince !

 

RESOLUTION DU CONGRES DES COMMUNES

 Réponse du président Fritch

 

La résolution du 27ème congrès des communes m’a laissé un sentiment amer. Mais j’ai préféré ne pas réagir à chaud pour prendre du recul, de la hauteur et mieux analyser ce texte. Mon amertume est d’autant plus forte que depuis que j’ai pris mes fonctions à la tête du Pays, j’ai multiplié les initiatives en faveur des communes.

Je l’ai rappelé devant les maires dans mon discours, notre gouvernement a mis le turbo en faveur des communes en commençant par doubler le rythme de remboursement des arriérés du FIP à hauteur de 1 milliard de francs par an sur 4 ans au lieu de 500 millions sur 8 ans pour oxygéner la trésorerie des communes.

Je me suis battu pour mettre en place un Contrat de projets dédié aux communes. C’est une innovation. Ce sont annuellement plus de 1,2 milliard de francs de subventions octroyées à part égale par le pays et l’Etat.

 Là où mes prédécesseurs avaient gelé toutes les subventions de la DDC, j’ai fait débloquer depuis septembre 2014, 160 projets et 2,350 milliards de subvention pour soutenir 4,6 milliards d’investissements communaux. Pour le second semestre de 2016, ce seront près de 900 millions de francs qui devraient consacrés par la DDC aux demandes des communes.

 Alors maintenant on vient me dire que ces milliards au profit des communes, c’est de l’opportunisme ou encore de l’électoralisme. Et on vient me dire que les communes ne sont pas associées à la décision.

 Les dossiers financés par le FIP, la DDC ou le contrat de projet, ce sont les dossiers des communes. On ne vient pas consulter le président du Pays pour avoir son avis sur ces projets. On me consulte d’autant moins qu’en 2010 j’ai fait voter une loi de Pays pour que les financements de la DDC ne se fassent que sur des critères techniques et en toute transparence. Est-ce qu’il faut revenir à ce qui se passait avant où les maires étaient obligés d’aller faire allégeance au président pour obtenir une subvention ?

 La résolution vient me dire que les maires apprennent les projets du Pays par la presse. J’ai l’impression que ceux qui ont écrit ça vivent dans un autre monde. Oui, quand Gaston Flosse a lancé le projet Mahana Beach il n’a pas consulté la commune de Punaauia ; oui, quand il a fait la gare maritime de Uturoa il n’a pas consulté le maire de l’époque.

 Depuis que j’ai pris mes fonctions, la commune de Punaauia a été associée au comité de pilotage de Mahana Beach, la commune de Taiarapu Est a été associée aux projets sur Faratea, la commune de Hao a été associée au projet de ferme aquacole.

 Je vais plus loin : pour le projet de réforme statutaire, nous avons consulté le SPC ; pour la modification des conditions d’accès au RSPF, nous avons consulté le SPC. Et j’en passe.

 Nous sommes dans la concertation permanente, à telle enseigne que le SPC n’arrive plus à suivre et demande des délais supplémentaires pour donner ses avis et faire des propositions, ce que je comprends.

 Il lui a fallu trois mois pour finaliser la rédaction de l’article 43-2 ? Cette finalisation dépend également du gouvernement central qui doit porter le projet de loi modifiant certaines dispositions de notre statut. J’ai à plusieurs reprises affirmé mon accord sur le principe de la compétence générale, mais vous remarquerez qu’on ne le dit pas. Je comprends le souci des maires puisque je suis l’un des leurs !!! Mais la question essentielle, c’est, à quelles conditions ? Avec quels moyens ?

En matière de transfert de compétences, dois-je rappeler que j’ai été celui qui a porté, à l’Assemblée, la création de la communauté des communes des Marquises en 2010, tout en étant parfaitement conscient que cette création aboutira, à un moment donné, à des délégations de compétences du pays en faveur de la communauté des communes ? De même pour la communauté des communes Havai des Iles sous le vent. Pourquoi me reprocher aujourd’hui de ne pas vouloir transférer les compétences aux communes alors que j’ai initié un processus dès 2010.

Le transfert de compétences est un acte de responsabilité de la part de ceux qui reçoivent de nouvelles responsabilités. Dans l’intérêt des communes, je veux être sûr que la commune ou le groupement qui demande une nouvelle compétence puisse l’assumer à la fois sur le plan financier, technique et humain.

Une fois transférée à la commune, le pays n’interviendra plus sur cette compétence. Prenons l’exemple du statut de 2004, nous avons demandé un maximum de compétences. Douze ans après l’avoir obtenu, nous sommes encore incapables de les exercer toutes. Un statut, des compétences ne sont que des outils au service d’un projet. Je tente de faire prendre conscience aux communes qu’il faut d’abord préciser et détailler leur projet et ensuite procéder au transfert des compétences adaptées au projet défini. Il ne faut pas faire l’inverse, à savoir transférer d’abord des compétences et ensuite définir le projet.

Maintenant, est-ce que cette résolution traduit vraiment le sentiment de la majorité des maires, ou bien est-ce qu’elle n’est que la traduction des ambitions de ses rédacteurs qui sont une petite poignée de personnes qui ne sont pas dénués d’arrière-pensées politiques et qui ont réussi à manipuler le président du SPC pour lui faire endosser ce texte ?

J’ai eu le jour même de la clôture du congrès les retours des principaux maires de tous les archipels qui ne partagent pas les conclusions de cette résolution

Tous d’une manière unanime disent n’avoir rien à reprocher au gouvernement et au président. Certains ont précisé que dans les ateliers, ils ont juste réaffirmé leur souhait de renforcer la concertation, dès lors qu’il y a un projet, entre le pays et la commune concernée. Mais qu’en aucun cas, il ne s’agissait d’envoyer un ultimatum au gouvernement. Certains m’ont dit que la manière précipitée, sans lecture validée en atelier du projet de résolution et présentée subitement en plénière, était scandaleuse.

Je fais le constat que la grande majorité des maires de Polynésie ne se reconnait pas dans cet ultimatum. Certains ont reconnu avoir signé la résolution sur sa dernière page sans pour autant adhérer aux propos de défiance à l’égard du gouvernement.

Je veux dialoguer et me concerter avec le SPC, mais je n’entends pas prendre mes instructions auprès du SPC. Chacun doit rester à sa place. Les principes démocratiques sont clairs à ce sujet. Les institutions et le rôle de chacun sont également clairs.

J’ai dit que je veux établir un vrai partenariat avec les communes. Partenariat ne signifie pas céder à tout ce que les maires souhaitent. Un partenariat s’établit sur des relations de responsabilité et de respect, entre les personnes et entre les institutions.

Alors cette résolution pose un ultimatum. J’aurais à me plier aux désirs des rédacteurs de la résolution dans un délai de 3 mois.

Moi, j’ai une autre conception du partenariat. J’ai toujours travaillé en confiance avec les communes. Oui de confiance, car je ne vais pas à chaque projet déposé par mes pairs à la DDC leur demander de venir justifier ou soutenir l’intérêt communal ou général de ces projets ou exiger qu’il y ait une concertation pour chacun de ces projets avec moi-même ! Au nom du grand débat !!

 Me poser un ultimatum, c’est dire qu’on est en guerre, que je ne suis pas un partenaire de confiance. Je ne suis pas en guerre avec les communes, mais visiblement, il y a des gens qui voudraient ouvrir une guerre avec moi sans en avouer les véritables raisons, qui sont d’ailleurs étrangères au développement des communes.

Pour moi, cet ultimatum est irrecevable. Je n’entends pas m’y plier.

J’accepte les reproches lorsqu’ils ont un fondement et qu’ils sont justifiés. Me faire des reproches sur des contre-vérités, n’est pas recevable.

On me donne trois mois ! Je n’aurai pas besoin de ce délai pour revoir ma méthode de travail avec le SPC, ni pour reformater mon propre logiciel.

 

Infos d'ici et d'ailleurs.

 

Le Président s’entretient avec le Président de l’Assemblée territoriale de Wallis-et-Futuna

 Le Président Edouard Fritch et le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu, ont reçu, mardi, le président de l’Assemblée territoriale de Wallis-et-Futuna, Mikaele Kulimoetoke, ainsi que la déléguée de Wallis-et-Futuna en Polynésie française, Malia Gaveau.

 Arrivé lundi soir en Polynésie française, Mikaele Kulimoetoke est venu pour signer des accords de coopération avec les assemblées de Nouvelle-Calédonie et de Polynésie française.

 Le président Kulimoetoke a expliqué que ces accords permettront de mieux comprendre et de mieux partager le rôle des différentes institutions des collectivités du Pacifique. Il souhaite en outre une évolution des institutions wallisiennes  pour un meilleur fonctionnement entre le législatif et l’exécutif.

 

 

Marcel Tuihani, président de l'Assemblée de Polynésie( extrait de son discours) sute à la signature de l'avenant à la convention de partenariat entre l'Assemblée de polynésie, le Conf=grès de la Nouvelle Calédonie et l'assemblée territoriale de Wallis et Futuna

Les institutions que nous représentons sont, en tant que créatrices de la loi, l’expression de la volonté générale, les piliers de notre société démocratique.
Dans son discours préliminaire sur le projet de Code Civil, Jean-Etienne-Marie Portalis rappelait que « les lois ne sont pas de purs actes de puissance ; ce sont des actes de sagesse, de justice et de raison. Le législateur exerce moins une autorité qu’un sacerdoce. Il ne doit point perdre de vue que les lois sont faites pour les hommes, et non les hommes pour les lois ; qu’elles doivent être adaptées au caractère, aux habitudes, à la situation du peuple pour lequel elles sont faites. »
En tant que présidents des institutions normatives de nos territoires respectifs, nous avons la responsabilité d’une législation adaptée, claire et efficace, et au-delà de nos différences institutionnelles, c’est ce sacerdoce qui nous unit.


 

Qui sera l'élu ? Réponse peut-être ce matin

Le fameux ministre de l'Equipement, le vrai de vrai vice président n'est pas en peine de faire prendre à la population des vessies pour des lanternes. Non bien sûr. Avec un art consommé des turpitudes politiques, il a pris grand soin de ne pas apparaitre dans la composition d'un jury, sélectionné par qui ?

 On devrait donc connaitre le nom du futur directeur du Port autonome demain mercredi, lors du conseil des ministres, ou peut-être même ce matin lors de la conférence de presse à la présidence, qui devait se tenir hier sur le rapport des maires. Qui de Hina Tuheiava, Georges Puchon et Jean-Paul Le Caill le favori du ministre, issu de la confrérie de l'Equipement. aura la difficile tâche de remplacer Mario Banner. Wait and see...

 

L'Etat de grâce ne dure que cent jours après une élection. Elle est finie depuis longtemps ( 2014) pour le président Frtch

Depuis le début de sa mandature il a du souquer ferme pour faire une majorité, puis son propre parti politique issu en majorité des " tourniquets" du Tahoeraa, puis affronter un gouvernement peu performant se jalousant entre ministres, puis des chefs d'entreprise tour à tour heureux et malheureux, puis le jet d'éponge des Chinois concernant la construction du Mahana Beach, un uppercut inattendu, puis un chômage qui piétine (240 emplois sauvés seulement depuis 2014), puis les grincements de la PSG 2 en stand bye à l'heure où nous écrivons, puis la page qui devait être tournée par le vent de la réussite est repartie, mais à l'envers, etc...etc...enfin Edouard Fritch bute jour après jour contre des épreuves de gouvernance difficiles sans être aidé vraiment, sans prendre de décision ferme pour ne pas heurter des ministres auxquels il a accordé beaucoup trop de pouvoir et en ouvrant un pare- soleil dont les trous lui ont occasionnés des brûlures douloureuses. Pendant ce temps Gaston Flosse, le président du Tahoeraa, sans tambour ni trompette, n'apparait plus mais travaille intensément sur la pile de dossiers qui ornent son bureau et le soir laboure les quartiers pour faire gagner ses candidats aux législatives...That's life !

 

Viser plus haut sans se casser la figure

Le vice-président, Nuihau Laurey, était l’invité du journal de Radio 1 lundi midi. Le grand argentier du Pays a évoqué les bons chiffres de l’économie locale, mais concède que « la croissance de l’emploi est encore insuffisante » et mise sur le plan d’action économique annoncé par Edouard Fritch en avril dernier pour relancer l’économie par l’investissement public. "On doit toujours viser plus haut" a-t-il déclaré sans sourciller. Surtout quand on est en bas !

 

Le vice recteur ne manque pas d'air :  comment sait-il, lui qui reste dans son bureau toute la journée, que le système éducatif et ses élèves sont" merveilleux" ???? Sauf que l'échec scolaire est reconnu par delà nos frontières et que la violence des ados existe aussi en Polynésie ! Ce n'est pas rendre service aux nouveaux professeurs qui risquent de déchanter un jour ou l'autre que de leur dorer la pilule en les menaçant d'entrée de jeux de faire des retraits sur salaire sils ne marchent pas droit !!!. C'est sur le sien qu'il devrait y en avoir.

 

Nicolas Sarkozy « devrait prendre acte " que pour lui « c'est fini ".
Jean-Louis Debré, l'ancien président du Conseil constitutionnel, tient des propos très durs envers l'ex-chef de l'Etat dans une interview au Point parue ce jeudi. (Il vend peut-être la peau de l'ours un peu trop vite !)

 

Demande en mariage inattendue

Alors que l'équipe d'Australie féminine de rugby à 7 venait de remporter le titre olympique face à la Nouvelle-Zélande dans la nuit de lundi à mardi (24-17) un événement inattendu a ému l'assistance.
Une membre de l'organisation des Jeux a demandé en mariage sa compagne, joueuse pour l'équipe de Brésil.


 


 

 

Lundi 8 août 2016

 

 

Editorial

Paroles d'Evangile

C'est drôle tout de même de voir au fil des siècles et au fil du temps en Polynésie que les Églises protestante, catholique ou musulmane  croient toutes être dépositaires d'une vérité supérieure : la seule, la leur. Que de crimes commis en son nom ailleurs. Que de batailles sanglantes pour imposer leur façon de penser.  Que de morts au nom de Dieu, de Mahomet etc... Tous se croient courageux dans leur sainte bataille. On est pétrifié en entendant hier soir sur Première la pauvreté du discours du vice-président de l'Église évangélique et des jeunes dont les pasteurs emplissent la tête de bondieuserie. Le problème c'est qu'ils n'ont pas les moyens de penser par eux-mêmes et avalent tous les oukazes  que les pasteurs racontent : "mon prophète"- a dit l'un de ces jeunes avec fierté -  Parole d'évangile.

Les musulmans, fanatiques ou pas, ont le même raisonnement. Ils cherchent à imposer leur point de vue. Un point de vue inspiré bien sûr par Dieu lui-même donc le seul juste : la France a commis un crime contre l'humanité en Polynésie avec les essais nucléaires. On devrait faire un package de toutes les nations qui ont expérimenté la force de dissuasion pour maintenir la paix. Et oui, il faut bien ça!

Mais derrière le caractère religieux des causes moins spirituelles, la religion se met au service d'intérêts politiques en utilisant les slogans saints et sacrés. En fait, ils ont tous fait la même chose à travers les siècles, mobiliser et manipuler le peuple pour assouvir leurs propres buts à l'aide d'un prétexte mobilisateur pour l'opinion. Ils peuvent le trouver dans le racisme, le nationalisme, la religion et aujourd'hui le nucléaire. On a bien vu hier le sourire victorieux d'Oscar Temaru le leader catholique indépendantiste qui a trouvé là de nouveaux guerriers pour "la cause": trainer la France pour " crime contre l'humanité" devant le tribunal pénal international de la Haye ! Aucune chance.

 Pas un mot de compassion pour les victimes d attentats qui endeuillent le monde et la France en particulier. En vérité Moïse, le Christ, Mahomet, et les autres ne sont que des relais divins. La Polynésie, une société laïque ? Que nenni. Pétris de religion qui masque le vrai combat politique, les enfants répètent sans connaître la portée des mots qu'ils profèrent, ce qu'on leur met dans la tête, dans les églises, les temples, les mosquées et synagogues. Que font donc de différents les musulmans extrémistes dans les mosquées ? Idem.

Les défenseurs de la laïcité se doivent de défendre la liberté religieuse bien sûr, à condition qu'elle ne dérape pas et qu'elle ne se préoccupe que de religion. Ils se doivent aussi de défendre la liberté de conscience qui inclut la liberté de non-religion noyée dans le discours ambiant, loin d'être innocent.

La preuve hier les responsables maohi de l'Église protestante indépendante n'ont pas caché que nous vivions dans l'avidité  des sociétés étrangères qui arrivent en Polynésie par vagues incessantes sans passer par des sociétés locales. Le crime, car c'est bien un crime, c'est de ne pas faire pleuvoir dollars, yens, ou euros sur la tête ou dans les bourses de ces malheureux Polynésiens !

Hélas, là encore, tout est faux. Les sociétés étrangères évitent la Polynésie comme la peste. Ils évitent les longueurs des décisions, ils évitent les problèmes, les difficultés d'investissement  et se replient sur des bases plus accueillantes. Exemple type : le Mahana beach. Car, à part  de rares investisseurs Chinois courageux qui ont "tenté" le coup, qui d'autres arrivent par vagues incessantes et gourmandes pour prendre le pain des Polynésiens ? Des vagues qui se transforment en vaguelettes puis disparaissent, absorbées par le sable.

Que de mensonges au nom de la foi à faire honte aux pasteurs lesquels, comme les musulmans, sont pétries à la fois de religion et de politique pour asseoir  leur propre vision de la société. Ils ont tous le même but : le pouvoir. 

 

 

 

 ndlr : Quoique l'Etat dise ou fasse, on ne peut pas enlever un os à ronger aux "politiques et aux religieux" de la même tendance ,ils n'auraient plus qu'à militer ouvertement pour l'indépendance de la Polynésie, ce qu'ils font d'une manière hypocrite.  Cela dit, il est naturel que les " victimes" des essais nucléaires aériens, car les essais sous-terrains n'ont blessé personne, soient indemnisés. Ce que tous les responsables politiques promettent mais difficile à concrétiser apparemment.

 

Communiqué du Haut-Commissaire de la République suite aux déclarations faites lors du synode de l’église protestante maohi à l’encontre de l’Etat

 

En conclusion de son synode, l’église protestante maohi a décidé de rendre publique une intention surprenante, celle de déposer plainte contre l’Etat pour « crime contre l’humanité », devant la Cour pénale internationale de La Haye, compétente pour connaitre des crimes contre l’humanité, des génocides et des crimes de guerre.

 Évacuant toute idée de polémique avec l’église protestante que je respecte particulièrement comme j’ai pu le dire, le 30 juin, au Pasteur Taaroanui Maraea, en lui rendant visite, il convient toutefois de rappeler que l’outrance est toujours mauvaise conseillère. En effet, certaines notions et certains mots, surtout lorsqu’ils qualifient les crimes les plus ignobles, comme les atrocités commises par les nazis contre les juifs, doivent être respectés tant pour ce qu’ils signifient pénalement que pour ce qu’ils appellent en souvenirs atroces et douloureux chez ceux qui en furent les victimes ou ceux qui en ont été proches.

 La définition du « crime contre l’humanité » a été formulée dans les accords de Londres, le    8 août 1945, portant statut du Tribunal militaire international de Nuremberg : « l’assassinat, l’extermination, la réduction en esclavage, la déportation et tout autre acte inhumain commis contre toutes populations civiles avant ou pendant la guerre ou bien les persécutions pour des motifs politiques, raciaux ou religieux…».

 Les tirs d’essais nucléaires en Polynésie française ne correspondent évidemment pas à cette définition et une plainte contre l’Etat français pour « crime contre l’humanité » manquerait de fondement.

 Par ailleurs, l’État est loin d’être indifférent aux conséquences sanitaires et environnementales des essais nucléaires, lesquelles ont été récemment reconnues par le Chef de l’Etat dans des paroles fortes qui étaient attendues, en Polynésie, depuis de nombreuses années. 

Dans le prolongement de cette reconnaissance, le décret d’application de la « loi Morin » va être modifié dans un sens nettement plus favorable à l’indemnisation des malades. Parallèlement, l’État a proposé il y a quelques jours au gouvernement central une convention cadre (travaillée en collaboration étroite avec le ministère local de la santé et l’hôpital de Papeete), en vue de permettre, dès 2017, le financement de nouveaux équipements pour les services de radiographie, de radiologie et de traitement contre les cancers de l’hôpital « Taaone ».

 Le sujet des essais nucléaires en Polynésie est donc trop sensible pour ne pas inciter ceux qui en parlent à mesurer le choix des mots. Je souhaitais le rappeler dans un souci d’objectivité et d’apaisement.                                                                                                         

René BIDAL

 

Infos d'ici et d'ailleurs

La définition du « crime contre l’humanité » a été formulée dans les accords de Londres, écrit dans son communiqué René Bidal, le  8 août 1945, portant statut du Tribunal militaire international de Nuremberg : « l’assassinat, l’extermination, la réduction en esclavage, la déportation et tout autre acte inhumain ( comme faire des abat- jours avec la peau des petits enfants juifs dans les camps) commis contre toutes populations civiles avant ou pendant la guerre ou bien les persécutions pour des motifs politiques, raciaux ou religieux…».

 Les essais nucléaires n'entrent pas dans les crimes perpétrés lors de la 2° guerre mondiale énoncés dans les accords de Londres, mais qu'en savent-ils ? Cela sonne bien aux oreilles de certains Polynésiens.

 

Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, entouré de membres du gouvernement, a reçu, lundi matin, à la Présidence, le président du Congrès de Nouvelle-Calédonie, Thierry Santa, accompagné de son 3ème Vice-président, Yoann Lecourieux.

 

Les familles PUTOA, et alliés tiennent a remercier chaleureusement toutes les personnes, parents, amis, chorales et groupes de prière qui, de près ou de loin, leur ont témoigné soutien, affection et réconfort, lors du décès de leur mère, grand-mère et arrière grand-mère, Emma-Lorraine, veuve de Jojo PUTOA

 

Conférence de presse à la présidence sur le rapport des maires, reportée

 

                                     Les Egyptiennes contre l'Allemagne au beach-volley, c'est LA photo qui fait le tour du monde( 20minutes)

 

Cest une belle photo qui rappelle que les JO, parfois, ne sont pas juste une question de médailles qui n’arrivent pas assez vite les premiers jours. A gauche, l’Egyptienne Doaa El-Ghobashi, à droite l’Allemande Kira Walkenhorst.

 Le contraste des tenues, entre le traditionnel bikini de la seconde et le survêtement accompagné du hijab pour la première, parle de lui-même. La lutte pour smasher ce ballon pile entre les deux filles est le trait d’union parfait. Les réseaux sociaux ont aimé, évidemment. C’est la première fois que l’Egypte envoie deux représentantes dans cette discipline aux JO. Elle se sont plutôt bien défendues, d’ailleurs, en perdant sur un score honorable (21-15,21-12)

 

On ne peut pas être toujours d'accord

L'ONU, ce "machin" même si elle n'en tient pas compte doit entendre un autre pont de vue que celui des indépendantistes minoritaires dans le pays. Le leader du Tahoeraa pense lui que c'est inutile et que Fritch ne fera montrer que nos divisions. Mais bien sûr que l'on est divisé sur cette question d'indépendance.

 

Les Brésiliennes championnes de la douche

Fesses bombées, teint doré, ongles et cheveux parfaits. Si les Brésiliennes ont la réputation d’être les plus belles femmes du monde, c’est sans doute parce qu’elles s’occupent de leur plastique comme peu de femmes dans le monde. Soins en institut trois à quatre fois par mois, manucure hebdomadaire, et chouchoutage quotidien à la maison, le culte du corps et de la beauté est à l’instar du foot un sport national. A l’occasion des JO de Rio, on vous livre les secrets de beauté des Cariocas, ce lundi, le banho, le moment de la douche, un véritable rituel au Brésil.

Les Brésiliens, les champions de la douche

La baignoire est un objet rare au pays de la samba, mais la douche est répandue, le plus souvent sous la forme d’un chuveiro électrique. Le banho est bien plus qu’une simple douche. Il s’agit d’une philosophie en soi de prendre soin de son corps, qui fait écho au banho sacré et aux croyances et traditions afro-brésiliennes du nord-est du pays selon lesquelles l’eau purifie et les plantes aromatiques ont d’immenses vertus.

« Les Brésiliens prennent deux à trois douches par jour qu’il fait très chaud et humide là-bas », lance d’emblée Christine Pinheiro, chargée de communication de Natura Brasil, leader sur le marché des cosmétiques au pays de la samba. 19,8 aspersions par semaine contre
7,7 pour les Français, selon une étude parue en 2013 dans la Folha de São Paulo.

 

 le vendredi 12 août à 14h00 au village de Teahupoo  cérémonie d'ouverture de l a Bilpro 16



Before I die"

Les passagers passant par la gare de Lyon à Paris ont certainement eu une surprise, très légèrement anxiogène. La SNCF a placé dans l'enceinte de la garde de très grands panneaux noirs portant l'inscription : "Before I die..." (Avant de mourir...). Une initiative assez particulière que de demander à des passagers ce qu'ils voudraient faire avant de mourir. Mais juste avant de prendre le train? Et dans le contexte actuel? On peut se demander ce qui est passé par la tête des communicants de l'entreprise de transport.

 

Tourisme en vogue à Saint Hélène

Cette année de bicentenaire de la défaite de Waterloo coïncide avec la fin de la remise en état du domaine de 16 hectares de l'île de Ste hélène. Le 15 octobre, l’aile des généraux a été inaugurée. Elle a été restaurée grâce à une souscription internationale lancée notamment à l’initiative de la Fondation Napoléon. Quelque 1,5 million d’euros auxquels se sont ajoutés 700 000 euros du ministère des affaires étrangères. Après trois années de travaux, les bâtiments, qui avaient beaucoup souffert, ont retrouvé leur aspect dorigine.

Une rénovation qui rend Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon, optimiste sur une hausse de la fréquentation générée par la future desserte aérienne. « Le domaine accueillait jusqu’à présent environ 6 000 visiteurs par an. Parfois 600 à 800 par jour, essentiellement de la clientèle de bateaux de croisières. A Sainte-Hélène, le tourisme napoléonien a de beaux jours devant lui, au moins jusqu’en 2021, pour le bicentenaire de la mort de l'Empereur.

 

 
 

                           Grâce à son aéroport, Sainte-Hélène sort de l’exil ce rocher aride reçoit presque autant de touristes que la Polynésie

 

L'image avait fait le tour du monde.

En octobre dernier, le directeur des ressources humaines d'Air France avait été exfiltré par des agents de sécurité, la chemise arrachée, alors qu'il était bousculé par des employés mécontents après l'annonce d'un plan de licenciement. Après cet épisode très médiatisé, dit de la chemise arrachée, un salarié-délégué CGT de la compagnie avait été renvoyé. La ministre du Travail Myriam El Khomri vient de valider ce licenciement, jugé injustifié en janvier par l'inspection du Travail, a annoncé lundi son ministère dans un communiqué.

 

 

Dimanche 7 août 2016

 

Infos d'ici et d'ailleurs.

Tihoti Tapare, un visage de Mohican, un cœur généreux a abandonné la terre de ses ancêtres le 2 août 2916.

Il a longtemps fait partie de ces jeunes Polynésiens, beaux gosses, aimant la vie et les plaisirs, sans négliger pour autant leur famille, leur travail et la marche de leurs entreprises. Tihoti faisait partie de ceux-là . Peu à peu, au fil du temps, cette espèce d'hommes disparait. Ceux qui ont pris leur place n'ont pas cette magie fascinante qui faisait leur succès dans les années 80/90/. La société est différente, la population plus nombreuse et on ne vit plus de la même manière. Tout a une fin et ce dont on est sûr...la vie aussi.

A son épouse et sa famille, Tahiti Today adresse ses plus sincères et ses plus vives condoléances. Son départ définitif doit avoir lieu lundi au cimetière de l'Uranie.

 

Accueil de M. Mikaele KULIMOETOKE, président de l'Assemblée de Wallis-et-Futuna au salon d'honneur de l'aéroport de Tahiti-Faa'a : lundi 8 août à 17h50 ;

- accueil à l’assemblée de la Polynésie française et rencontre avec le président de l’assemblée suivie d’une visite de l’institution le mardi 9 août à 8h30 (au lieu du lundi 8 août à 10h30 comme initialement prévu);

- signature de l’avenant à la convention de partenariat entre l’Assemblée de la Polynésie française et le Congrès de la Nouvelle-Calédonie suivie d’une conférence de presse et d’un cocktail, le mardi 9 août à 10 h dans la salle John French Teariki de l’assemblée.

 

Conférence de presse du Président Edouard Fritch, lundi à 14h30, à la Présidence, sur le thème de la résolution des maires au 27ème Congrès des communes. Aïe,aïe...le boomerang !

 

Le Conseil représentatif des associations noires (CRAN) est en colère contre France 2. Pour eux c'est le prisme colonial, (en Polynésie c'est le prisme nucléaire). Il y a toujours un prisme quelque part !!!

 Dans un communiqué daté du 6 août, il dénonce le "prisme colonial" de la chaîne publique, qui aurait "donné lieu à un véritable festival d'erreurs, d'inepties et de propos colonialistes"lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques (JO), le 5 août.

 Le CRAN vise en particulier les deux présentateurs Daniel Bilalian et Alexandre Boyon, et donne à lire un "bêtisier non-exhaustif" de leurs commentaires. Pour "ces fautes, qui témoignent une fois de plus d'un mépris affiché", le CRAN entend bien saisir le CSA.

ndlr : faut dire qu'ils ont accumulé les erreurs ! 

 

 Les salariés de France Télévisions ne doivent pas être sereins… L’entreprise prévoit de supprimer 500 postes dans le but d’économiser 50 millions d’euros d’ici 2020 sur la masse salariale. Le plan d’économie s’élève au total à 70 millions d’euros. 
  
Il s’agit selon France Télévisions du "non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux", soit 500 non-remplacements sur 1000 départs prévus. 
! LES REUNIONNAIS DEMANDENT DE COMMENCER PAR REUNION 1ERE !!

 

Paul Jorion" Je lance une alarme" :

Anthropologue et sociologue, fin connaisseur du monde de la finance, il avait été un des rares à anticiper la crise des sub primes de 2008. Dans son dernier ouvrage, « Le dernier qui s’en va éteint la lumière », il prévoit la fin possible de l’humanité si nous ne répondons pas rapidement aux défis économiques et environnementaux.

  Extrait de son dernier entretien avec un journaliste Jan Michel Lahire

Cette course aveugle au profit a toujours existé…

Keynes disait : « Un jour, on éteindra le soleil et les étoiles car ils ne rapportent pas de dividendes ». Nous sacrifions sans arrêt le présent à l’image d’un futur hypothétique. Chaque génération transmet un système dégradé à la suivante. À Bure, on veut enterrer des déchets radioactifs en supposant que nos descendants trouveront la solution technique à ces problèmes. Nous ne faisons que déplacer le problème, nous ne les résolvons pas. Et maintenant, nous avons inventé ces ordinateurs extraordinaires : nous leur confions la gestion de nos affaires, nous nommons une base de données au conseil d’administration d’une entreprise, et nous leur confions aussi la décision de lancer des missiles nucléaires…

Vous ne voyez donc aucune raison d’espérer ?

Je lance une alarme. Le paradoxe de mon livre est qu’il réussit, si sa prévision est inexacte. Il y a deux possibilités : ou bien ce que nous disons aujourd’hui fait son chemin, ou rien n’est fait et nous courons droit à la catastrophe. Il doit y avoir une prise de conscience des citoyens, mais aussi de ceux qui ont accès à l’argent ou au pouvoir. Et là, je suis un peu optimiste : il y a un frémissement chez certains d’entre eux. Il y a des Donald Trump, évidemment, mais aussi des gens comme George Soros ou Warren Buffet qui sont convaincus qu’il faut changer les choses.

 

Deux Français sur trois estiment que François Hollande et le gouvernement de Manuel Valls "ne mettent pas en œuvre tous les moyens nécessaires à la lutte contre la menace terroriste", selon un sondage Elabe pour Atlantico.

 Les Français de plus en plus critiques sur l'action du gouvernement quant à la lutte contre le terrorisme. Quelque 65% des sondés jugent que François Hollande et Manuel Valls Valls "ne mettent pas en œuvre tous les moyens nécessaires à la lutte contre la menace terroriste", selon un sondage Elabe pour Atlantico. Un chiffre en hausse de 19 points par rapport au précédent sondage, effectué les 4 et 5 janvier, soit un peu moins de deux mois après les attentats du 13 novembre.

L'institut Elabe note que ces résultats "marquent un tournant dans l'opinion publique".

 

 

 

Samedi 6 août 2016

La phrase qui fait tilt :

" Des boulets, il y en a partout, c'est les canons qui se font rares "

 

Info d'ici et d'ailleurs

Celle-là c'est "une" des  meilleures de l'année

Attentats du 13 novembre : Salah Abdeslam avait touché 19 000 euros d'aides sociales

(Reuters)

Les enquêteurs sur les attentats de Paris et de Bruxelles se sont penchés sur les sources de financement des terroristes. L'essentiel de leurs revenus provenait du chômage et des minimas sociaux. Tous étaient citoyens de pays européens.

S'il n'a pas servi directement à financer les attaques, l'argent de l'Etat perçu par les terroristes leur a tout de même permis de subvenir à leurs besoins. Et même dans certains cas, une partie de ces sommes a été reversée sur des cartes à débit différé utilisées lors des attaques.

Salah Abdeslam, le dernier auteur présumé, vivant, des attentats de Paris, a même touché des aides de façon indue puisqu'il était co-gérant du bar Les béguines dans le quartier de Molenbeek, et en tirait un revenu. Il n'aurait donc pas dû toucher les 19 000 euros d'allocations que l'assurance chômage belge lui a pourtant versés.

Selon une enquête du Wall Street Journal, les terroristes impliqués dans les attentats de Paris et de Bruxelles auraient ainsi bénéficié d'un total de 50 000 euros d'aides sociales. Pour le président de la Cellule de traitement des informations financière belge (CTIF) Philippe de Koster, il faudrait une meilleure coordination entre les services de renseignement et les services sociaux afin de ne pas verser d'argent à des «personnes suspectées de terrorisme ou suspectées de financer des activités terroristes».

Des lois inadaptées et un Etat-providence vulnérable

Une recommandation qui semble découler du bon sens mais les lois des pays de l'Union européenne ne permettent pas, à l'heure actuelle, de priver de ses allocations un personne suspectée de terrorisme. Le processus de radicalisation, par définition, précède le passage à l'acte, et à ce moment-là, l'individu n'est coupable de rien aux yeux de la loi.

Selon le Centre des études sur la sécurité et la criminalité financière de Londres, «l'Etat providence est vulnérable et susceptible de fournir des moyens financiers aux terroristes».

Les experts estiment par ailleurs, que l'organisation et la réalisation des attentats de Paris ont coûté environ 30 000 euros, soit dix fois plus que les attentats de Bruxelles, dont le coût estimé n'est que de 3 000 euros.

 

L'horreur de la drogue aux Philippines

Une jeune femme en sanglots serre le corps sans vie de son compagnon contre elle. La scène se déroule en pleine rue, dans la nuit du 15 juillet 2016. L'homme vient d'être abattu par des motards non identifiés, qui se sont ensuite perdu dans les dédales de la capitale des Philippines, Manille

.
Michael Siaron a été abattu en pleine rue à Manille (Noel Celis/AFP publié Obs).

A côté de lui, ses tueurs ont laissé une pancarte. "Pusher Ako", "Je suis un dealer", est écrit dessus. Impossible de savoir si Michael Siaron l'était réellement - si tant est que cela change quelque chose.
Jennilyn Olayres, qui le tient dans ses bras, a en tout cas balayé cette idée, à l'instar de la famille du jeune homme qui a toutefois reconnu sa toxicomanie.

A voir le domicile qu'il partageait avec Jennilyn, un taudis de bric et de broc en équilibre au-dessus d'un égout à ciel ouvert, rien ne laisse en effet présager que le conducteur de cyclopousse de 30 ans avait un second emploi. Comme 16 millions de Philippins, Michael Siaron avait voté pour Rodrigo Duterte.


 


 

Les drogués des Philippines: ça vous tente ?

 

Le bizutage aux nouveaux profs par ceux qui sont persuadés être supérieurs.

Les nouveaux arrivants, non pas des migrants mais presque, les enseignants, sont enchantés, pour le moment ,d'avoir réussi à réaliser leur rêve. Alors bien sûr la Polynésie n'est pas comparable aux écoles et collèges de certains départements de la métropole, mais l'échec scolaire et la violence y sont presque à égalité. Fait gravissime cet échec est bien de la responsabilité de ceux qui s'acharnent à prouver  que sans reo maohi, le cursus des Polynésiens est voué à l'échec. Ce sont toujours les mêmes pontifiants personnages, persuadés qu'ils détiennent la vérité et qu'ils sont bien évidemment supérieurs à ceux qui les écoutent. Hélas...

Tenez, "le béni oui-oui" de l'intellectuelle (sic) du ministère de l'Education et cette dernière, s'adressent tous les ans aux nouveaux professeurs sévèrement en leur promettant moult châtiments comme s'ils parlaient à de mauvais élèves auxquels il convient de faire la leçon "attention pan pan" ! Pas de couronnes de fleurs de bienvenue mais promesses "de fessées", de piquet et  retrait sur salaire (s'ils attrapent la grippe, la dengue ou le zika pourquoi pas, sans se plier à la paperasse sans retard ). Au fait c'est bien légal le retrait sur salaire ? C'est le bizutage des nouveaux arrivants au "paradis "!!! Et comme dirait l'autre, il parait que la stupidité, ça se cultive. J'n connais un bon paquet qui ont la main verte !

 

Tonga, porteur du drapeau

 

 

Si vous dormiez ou si vous n’étiez pas à Rio vendredi à l’occasion de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques 2016, sachez que vous avez raté un grand moment. Outre le défilé de Gisele Bündchen, les huées contre le président par intérim brésilien, les larmes de Gustavo Kuerten et l’euphorie de nos athlètes Français, le monde entier a pu découvrir en direct Pita Taufatofua.

Son nom ne vous dit probablement rie, et on peut difficilement vous blâmer. Qualifié pour l’épreuve de taekwondo, le porte-drapeau des Tonga est apparu torse nu, huilé en abondance et revêtu d’un simple pagne traditionnel. Actif sur les réseaux sociaux, le sportif aux sourcils parfaitement épilés avait prévenu sur son compte Instagram :« Nous avons une petite surprise, ne clignez pas des yeux, vous pourriez la louper », a écrit Pita Taufatofua.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la « surprise » a plu.
Immédiatement après son apparition, l’éphèbe a généré des centaines de messages sur Twitter ; drôles et intrigués. Si la majorité des Français a découvert le Tongien ce samedi matin, les Américains, qui ont pu suivre la cérémonie en direct ont été les plus nombreux à réagir, un mot-clé "#TongaFlagBearer" ("#Tongaporteurdedrapeau") a même ét
é créé pour l’occasion.(site 20 minutes)
 

 

 Vendredi 5 août 2016

Editorial

Une femme jette l'éponge, une autre la ramassera...peut-être!

La saga du Port autonome n'est pas finie. Depuis le départ de Banner qui tenait le gouvernail d'une main ferme, le "bateau ivre" dérive. Nous relations hier dans une ambiance qui commence à sentir le roussi, même chez les maires pourtant chouchoutés par Édouard Fritch, la bataille des parrains. Entendez ceux qui ont quelqu'un à placer. Mais voilà que le ras-le-bol se poursuit au sein même de l'équipage. MN, la chef de service de " Sûreté et Sécurité" du gros paquebot " Port de Papeete" , jeune ingénieure d'une grande efficacité professionnelle vient à son tour de jeter l'éponge et a démissionné  mercredi soir. Fatalitas.

Or elle était en charge d'un poste particulier dont la  responsabilité pénale était très importante. Elle l'assumait avec une grande compétence, selon les échos obtenus, sachant que ces activités sensibles mais surtout hyper réglementées du Port  sont contrôlées directement par les services du Haut-commissaire, donc par l'État.

Pourquoi cette ingénieure qualifiée a-t-elle décidé d'abandonner un poste aussi important ? C'est simple. Personne ne voulant prendre ses responsabilités, elle a préféré partir  du "bateau ivre" pour ne pas se retrouver un jour responsable des carences de la direction. Car à Papeete, "le ministre Bitume" a vite fait de vous faire passer à la trappe pour cacher ses propres turpitudes.

Mais...mais, tout arrive et il semble aujourd'hui, qu'Édouard Fritch en a assez de se faire mener par le bout du nez par des ministres autoritaires et capricieux. Il aurait pris la décision pour éviter les tirs de kalash entre les deux ministres Bouissou et Solia et ramener la paix (sic!) au sein de son gouvernement, de mettre enfin à la direction du Port, une femme. Et oui !

Après tout il y en a bien une qui postule pour devenir Présidente des États Unis et une autre qui avait tenu la Grande Bretagne dans une main de fer, alors pourquoi pas une directrice du Port autonome ? Ce serait, une pierre deux coups:  stopper la guirlande de démissions pénalisantes, et la guerre de tranchée entre ministres, qui laissera automatiquement des cicatrices.

Nous ne connaissons pas H.T mais on nous assure qu'elle fait merveille à son poste actuel  "Contrôleuse des Dépenses Engagées".  Alors, cette jeune femme ne mettrait-elle pas tout le monde d'accord, n'étant ni Neandertal ni Sapiens, juste une femme moderne et compétente ?

La rébellion des maires.

Nouveau coup dur pour Édouard mais assez surprenant tant il a bichonné depuis son arrivée au pouvoir tous les maires de la Polynésie. Aurait-il trop promis et pas assez tenu ? La réalité le rattraperait-elle ?Son système de gouvernance des maires serait-il à bout de souffle ?

En vérité, les maires ne font pas de cette ruade une question d'argent mais de respect ,un partage des compétences et les moyens pour les assumer bien sûr. Ils ne veulent plus être des pions cajolés sans obtenir d'échanges concrets. Ce 27° congrès des communes s'est donc terminé sur un camouflet reçu de plein fouet sur la joue du ministre du développement économique qui n'a rien trouvé de mieux à dire  qu'il était "stupéfait !" Il y a de quoi lorsqu'on se croit tout permis et qu'on prend les élus communaux pour des guignolos obéissants.   Seulement voilà, à la grande surprise du gouvernement, ils pensent ! Oui ils osent penser ! Et du coup, ils réclament un partenariat équilibré, puis encore   "l'égalité pour tous" quelque soit  l'archipel ou la couleur politique. Ils font fort !

En fait, ils en ont assez d'être dépendants du pouvoir en place, des grands mots que le ministre de la relance économique leur balance doctement comme : "concertation". Certes un joli mot mais qui ne débouche que sur du pas grand-chose. Et comme au Port autonome, ils en ont " ASSEZ". Relevons par ailleurs l'excellente conclusion du président du syndicat des communes Cyril Tetuanui qui commence à nous plaire, sous son air de docker impassible : Pourquoi serions-nous réduits au seul rôle d'aiguilleur et de guichetier" ? Oui, en vérité, pourquoi ?!

Édouard Fritch doit se rende compte aujourd'hui que gouverner c'est bien quand on s'embrasse, qu'on serre des menottes, qu'on foule des tapis rouges mais que c'est aussi une forte série d'em........! Son copain à l'Elysée en sait quelque chose, il vient d'être bombardé " le président le plus haï des Français".

  

 

 

On a l'impression que le président du Pays" a décidé de ne pas décider", comme d'habitude.

Voila l'énorme  différence avec Flosse qui des son arrivée sur Terre a tout de suite chopé le premier Larousse a  portée de main pour aller directement a la page définissant le mot " D E C I D E R " ! 

Même Oscar quoiqu'on en dise  savait décider tout seul.... D'accord ou pas avec lui, mais il ne laissait à personne le soin de décider à sa place, quand il le fallait.  A moins que le président ne soit sous l'emprise du "seigneur Bitume" et pas de "lèche béton" pour plagier  la chanson de Renaud.

 

 

NB : Il n'a quand même pas osé se bombarder président du jury  ! On verra bien celui qui sera nommé DG du Port Autonome !

 

Communiqué du Tahoeraa

Congrès des maires : le retour de râteau !

 La résolution du congrès des maires révèle au grand jour la déception des maires de notre pays à l’égard d’Edouard Fritch. Le président n’a eu de cesse de cajoler les communes pour tenter d’asseoir sa légitimité et faire élire dès le premier tour ses deux sénateurs. Il leur a promis une autre gouvernance, qu’ils seront associés à tout ; il a promis plus de moyens. Les maires sont en colère car ils ont compris qu’ils sont les dindons de la farce, car la réalité dément les discours enjôleurs du président. Leur résolution résonne comme une accusation.

 Ils ne supportent plus la politique électoraliste du président. Ils demandent « plus de compétences » et « un transfert des moyens financiers » pour les assumer. Après avoir fait un constat sévère de la situation économique et sociale, ils veulent désormais être considérés comme « des partenaires  à part entière ». Ils dénoncent pêle-mêle « l’opportunisme du pays », « les transferts de compétences au compte-goutte », le fait de « découvrir les projets par la presse », d’être faussement consultés en étant « associés in extrémis aux grands débats de notre avenir »,  le « manque de considération », et d’être « réduits aux rôles d’aiguilleurs et de guichets ». Dur dur !

A quelques mois des législatives et avant les primaires, les maires « fiu » accompagnent leur constat d’un ultimatum : ils donnent trois mois au président pour satisfaire leurs exigences. La menace du divorce est même brandie si l’appel des cinq archipels n’était pas entendu. C’est ce qu’on appelle un retour de râteau !

Le ras le bol des maires prouve surtout qu’ils ont fait le constat de l’incompétence du président à sortir le pays de la crise et du manquement à ses engagements. Les communes veulent pallier à ses carences, et demandent au pays de leur transférer les compétences économiques et sociales, avec les moyens qui vont avec. Ils réclament un vrai « projet de société » et de pouvoir « participer » à une « vision partagée de l’avenir à bâtir »

Le Tahoera’a Huiraatira entend la position des maires, car ils sont en première ligne. Ce sont eux les premiers qui sont confrontés aux difficultés croissantes de la population pour trouver un emploi, réclamer une aide ou régler un problème social.  

Le Tahoera’a Huiraatira attend à présent de connaître la position du président. Leur accordera-t-il ce qu’ils demandent ? Y aura-t-il un partage des pouvoirs pour le développement et la solidarité ? Aurons-nous deux politiques économiques et sociales, une de proximité opérée par les communes, une autre plus globale gérée par le pays ? Ou n’aurons-nous rien du tout, ni l’une, ni l’autre ?  

Quoiqu’il en soit cette résolution des maires résonne comme un constat d’échec. La déception des maires est la résultante des promesses non tenues. L’Etat assiste aujourd’hui à la dispute entre le Pays et les communes, alors qu’il a sa part de responsabilité, à torts partagés, puisqu’il détient la tutelle sur les communes.

ndlr : Et vlan au passage sur l'Etat qui ne peut pas intervenir sur la manière de gouverner du président si l'on en croit les reproches de l'ensemble des maires ! René Bidal pourrait-il rencontrer Edouard Fritch et lui dire :" Monsieur le président je vous conseille d'avoir un peu plus de considération pour les maires" ou encore " Associez -les aux grands débats statutaires ou celui de la PSG " ou encore " Monsieur le président les maires souhaitent savoir quel est votre projet de société,ils sont perplexes !

"

 

 

 Infos d'ici et d'ailleurs.

Mais quand est ce que ça va finir ? C'est le serpent qui se mord la queue !

Le président Edouard Fritch, entouré des ministres Jean-Christophe Bouissou, Tea Frogier, Tearii Alpha et Heremoana Maamaatuaiahutapu, a reçu vendredi matin les représentants de l’association 193.

 

Chaque député non réélu coûtera aux Français 417.180 euros sur 5 ans grâce à Jean Louis Debré qui a fait voter une loi quand il était député. Soit plus de 600.000 cfp juste parce qu'il aura loupé son élection ! Charité bien ordonnée commence par soi-même !

 

La Fédération Tahitienne de Surf félicite M Niuhiti BUILLARD pour son titre de Champion du Monde obtenu à Hawaii pour la course Molokai to Oahu en Stand Up Race dans la catégorie Open 14’.

Il témoignait ce matin qu’il «  est fier pour la Polynésie et tous ceux qui pratiquent cette discipline à Tahiti. Il aurait pu faire mieux malgré la pluie, houle de 3m, mais surtout dû au choix du cap qui l’a positionné au classement scratch avec la catégorie des 17’ à une belle 10ème place ». Bien entendu, il devrait défendre ce titre au prochain RDV pour le Fenua…

ENCORE BRAVO A NIUHITI BUILLARD NOTRE NOUVEAU CHAMPION DU MONDE EN SUP RACE A HAWAII EN SUP.

Mauruuru maitai. Lionel Teihotu

 

 Deux voies de la route de déviation ouest (RDO) seront fermées de part et d’autre du terre-plein central à compter de 20h jusqu’à 2h du matin, du lundi 8 au jeudi 11 août afin de permettre au Service des Parcs et Jardins et de la Propreté d’entretenir les plantations du terre-plein central.

Il est recommandé aux automobilistes la plus grande prudence et le respect des consignes de sécurité aux abords du chantier.

 

« Tau Hotu Rau », le nouveau parti de Tauhiti Nena se veut à mi-chemin entre l'idéologie indépendantiste et l'autonomie. En fait, il suit les pas de Gaston Flosse avec son statut de Pays associés ! Ha!ha! Qui l'eut cru !


Législatives : le Tapura reporte  le choix de ses candidats pour les législatives qui devaient être confirmés le 9 août prochain. Le parti d'Édouard Fritch avait enregistré huit candidats à cette élection très courue et le 9 août le comité directeur de ce parti devait sélectionner les trois finalistes sur les huit . Rien ne presse nous dit-on...C'est vrai sauf que les candidats orange ont une sacré avance dans le landerneau  qu'ils labourent tous les soirs, l'incroyable Hulk-Flosse en tête.

 

La cérémonie de prise de fonctions du contre-amiral Denis BERTRAND, en tant que commandant supérieur des forces armées en Polynésie française, aura lieu lundi 08 août à 10h30 à Faa’a sur le site du groupement aéronautique militaire (GAM).
Cette cérémonie militaire débutera par les honneurs au Drapeau en présence des autorités civiles et militaires. Elle sera suivie d’une revue des troupes puis de la lecture d’un ordre du jour.
 

 

Une mosquée de Lorraine a reçu ce jeudi une enveloppe pleine de poudre, a-t-on appris auprès des pompiers et de la police, une semaine après que des lardons ont été déposés dans sa boîte aux lettres.

L’enveloppe ne contenait « ni matériel bactériologique, ni nucléaire, et personne n’a présenté de symptômes » pour l’instant, a indiqué la police, ajoutant qu’un périmètre de sécurité était toujours installé autour de la mosquée de Tomblaine, en banlieue de Nancy.

 

La Polynésie sauvée de la faim :

Oubliez le lait de vache, le lait de soja ou le lait d’amande. Une nouvelle boisson débarque et pourrait s’imposer dans nos verres. Au premier abord, son nom ne fait pas rêver. Pourtant, elle renfermerait de multiples atouts. De quoi s'agit-il ? Du "lait de cafard", tout simplement. Un nom peu ragoûtant pour un aliment qui a pourtant tout pour vous séduire.

C'est à ce nouveau super-aliment que s’est intéressé une équipe de chercheurs indiens de l’Institute for Stem Cell Biology and Regenerative Medicine. Cette substance provient du diploptera punctata, une espèce de cafard, découverte par un scientifique américain, qui donne naissance à des petits qui ne sortent pas sous la forme d’un œuf. La progéniture se nourrit d’une substance composée de cristaux. C’est ces derniers que les chercheurs indiens ont analysés.


Corsair propose, depuis le 2 août, un service de paiement en trois fois. Jusqu'au 15 août, il sera sans frais. Passé cette date, un taux de 1,4 % sera appliqué.

On payait en plusieurs fois l'électroménager, le mobilier, les objets high-tech... Et maintenant on peut le faire avec les billets d'avion.
Mercredi, Corsair a lancé un nouveau service : le paiement en trois fois de votre billet d'avion. « L'ADN de la compagnie est d'offrir un rapport qualité-prix très intéressant pour l'usager, vante Antoine Huet, directeur commercial de Corsair. Nous voulions aller plus loin pour ouvrir nos avions à tout le monde. L'aérien ne doit pas devenir un transport de luxe. » (ndlr, ça dépend des goûts et des moyens !)

 

Italie Un avion cargo est sorti de piste lors de sa phase d'atterrissage à l'aéroport de Bergame Orio al Serio (Milan) vers 4h00 du matin vendredi. Les trois membres de l'équipage sont tous sortis indemnes de l'accident. De nombreux vols, depuis et vers Milan Bergame, sont par conséquent annulés, rapportent plusieurs médias italiens vendredi matin sur base d'informations de l'autorité italienne pour l'aviation civile


Pour le juge Marc Trévidic, "l'année à venir va être épouvantable pour la France"

  Dans une interview accordée à la télévision belge RTBF, au cours de laquelle il s'est exprimé sur Adel Kermiche, l'un des assassins du père Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray, le juge Marc Trévidic a livré son inquiétude quant à la poursuite des attentats en France. "Mon espérance à moyen terme, c’est l’essoufflement suite au degré d’horreur. Mais cela peut durer dix ans. Ce n’est pas exclu." 

Pour l'ancien vice-président chargé de l'instruction au pôle antiterroriste du tribunal de grande instance de Paris, il faut craindre le pire. Neuf jours après l'attaque de Saint-Etienne-du-Rouvray, le juge Marc Trévidic s'est exprimé pour la première fois à la télévision belge au sujet d'Adel Kermiche. Il n'a pas dissimulé, par ailleurs, son inquiétude concernant la poursuite d’attentats en France, pays touché par le groupe Etat islamique, tout comme la Belgique.

 

La maire de Lille, la socialiste Martine Aubry, a annoncé vendredi 5 août lors d’une conférence de presse que la braderie de Lille, événement le plus populaire de la ville, était annulée cette année pour des raisons de sécurité.

Bien que les conditions de sécurité aient été « revues à la hausse » avant l’attentat de Nice dans la soirée du 14 juillet qui a fait 85 morts, la municipalité, en accord avec les services de l’Etat, a estimé que le risque était trop important dans ce contexte d’état d’urgence.

 


L'annonce vendredi
de l'annulation de la grande braderie de Lille intervient après une séries d'annulations d'événements festifs en France après l'attentat du 14 juillet. Toutefois, de grands événements populaires, à l'instar des fêtes de Bayonne et de Dax, ont été maintenus.

 

 

 Donnez leur du pain et des jeux. Depuis quelques jours, et ça monte en puissance en ce jour d’ouverture, les médias se concentrent sur les Jeux olympiques, les sportifs français, sans oublier les interdits de jeux russes pour dopage, la destitution de la présidente brésilienne Dilma Rousseff, la présence de François Hollande à la cérémonie d’ouverture, et sans oublier… le succès planétaire de Pokémon Go. 

Ils ne seront pas nombreux d’ailleurs, les chefs d’État occidentaux à Rio ce 5 août 2016, sans doute le président français veut-il faire bonne figure pour que Paris soit ville olympique en 2014 ! Le peuple brésilien exsangue ne peut se satisfaire de ces milliards dépensés pour les installations sportives, les hôtels et bâtiments destinés aux visiteurs nantis de notre planète. Toutes ces dépenses faites au détriment du logement, de l’éducation, des transports…

 

 

Jeudi 4 août 2016

(Faites un test et demandez à vos enfants en âge de répondre à quoi correspond le 4 août 1789 ?)

 

Editorial

Pauvre Edouard, entre loups et coyotes.

Quand et comment notre chère espèce a-t-elle fait son apparition ? Grâce à la génétique, les scientifiques viennent d'établir qu'il y a quelque chose en nous de Neandertal. Un épisode clé dans une passionnante odyssée dont on sait que les paléo-généticiens sont les voyeurs. Voyeurs aussi Tahiti Today devant la grande cavalerie au sein du gouvernement pour la nomination du futur DG du Port Autonome, un an après le départ "forcé" de Mario Banner, remplacé par son adjoint pendant quelques mois, mais ayant  jeté l'éponge il y a  peu. Or, si nous triturons les fossiles, on s'aperçoit en effet que du Neandertal et du Sapiens certains en sont pétris dans le gouvernement.

Édouard Fritch va devoir choisir parmi 17 candidats ayant postulé à la direction du Port Autonome dont cinq candidatures de métropole. Oui mais voilà : les Sapiens et les Neandertal s'entredéchirent à belles dents pour placer leur propre candidat. Dans le lot on trouve l'actuel directeur de l'Équipement Jean-Paul Le Caille ( un ancien de la SMPP), le candidat dont le ministre de tutelle Solia, défend mordicus la candidature. Entre potes du BTP, on se soutient que diable ! Mais... car il y a toujours un mais dans toutes les histoires de pouvoir, c'est encore Albert Solia, selon nos informations, qui présiderait le jury. Selon certains juristes, il y aurait un os de taille. N'est-ce-pas là, en effet, encore une prise illégale d'intérêt si son candidat était retenu? C'est d'ailleurs ce qui se murmure déjà parmi les futurs recalés qui auraient même l'intention de déposer un recours auprès du tribunal au cas où.

Ce n'est pas tout et c'est pourquoi nous titrons cet édito " Pauvre Édouard", car au sein du conseil des ministres, c'est la guerre de tranchées une fois de plus. On trouve en effet , la candidature ,en bonne position de Georges Puchon soutenu tout aussi mordicus par son ami de toujours Jean Christophe Bouissou . Ce dernier fait un gros forcing lui aussi, auprès du président du Pays, tout comme Albert Solia évidemment, auquel il ne manque à la couronne, que celle du Port. Or voir un DG nommé hors confrérie, serait une atteinte impardonnable à son autorité.

Bref, le président devra trancher pour que cesse ou s'atténue l'intifada entre ministres, Sapiens et Neandertal  possédant, parait-il, le même génome, tant ces guéguerres au sein du gouvernement ressemblent à des affrontements de pouvoir pathétiques.

 C'est pourquoi, bonnes gens, plaignez notre pauvre Édouard qui doit faire face à deux espèces métissées, un peu comme loups et coyotes, sans avoir la paix pour autant au sein de son gouvernement.

 

 NB "Neandertal serait le bon sauvage, Homo sapiens" le prédateur. On vous laisse étiqueter les parrains des candidats.

 

 

Infos d'ici et d'ailleurs

La claque des maires au gouvernement. Ils demandent des compétences partagées, certaines transférées et ne pas être tenus pour quantité négligeable. Stupéfaction de la part du gouvernement qui pensait peut-être que seuls les mots et les promesses pouvaient les satisfaire. Loupé !

 

 Loi travail : le Conseil constitutionnel censure en partie le texte (AFP)

 C'est un revers pour Myriam El-Khomri ( et manuel Valls). Le Conseil constitutionnel a censuré cinq mesures secondaires de la loi travail : deux sur le fond, consacrées au dialogue social dans les entreprises franchisées et aux locaux syndicaux, et trois sur la forme, a-t-il annoncé jeudi. Les Sages ont précisé ne pas avoir examiné les autres articles de ce texte très décrié notamment à gauche, qui pourront "faire l'objet de questions prioritaires de constitutionnalité".

 

Attentat de Nice: Le bilan s'alourdit et passe à 85 personnes tuées

 L’attentat du 14-juillet à Nice continue de faire des victimes. Ce jeudi, c’est Pierre Hattermann, âgé de 56 ans, qui est décédé des suites de ses blessures à l’hôpital Pasteur à Nice, portant le nombre de personnes tuées à 85. Rapportée par Nice Matin, l’information a été confirmée dans la soirée par Christian Estrosi, premier adjoint à la mairie de Nice.

 D’après les informations du quotidien régional, la famille Hattermann a été particulièrement meurtrie par l’attaque perpétrée par Mohamed Lahouaiej-Bouhlel puisque l’épouse de Pierre, Françoise, et leur fils Elouan, âgé de 13 ans, ont également trouvé la mort dans l’attentat.

 Leur fille, Léane, âgée de 14 ans, est toujours hospitalisée mais ses jours ne sont plus en danger. La famille, originaire de Passy (Haute-Savoie), était venue passer des vacances sur la Côte d’Azur.

Pierre Hattermann exerçait la profession de psychologue à Sallanches, également en Haute-Savoie.

 

Dans le cadre du développement de la ferme aquacole sur l’atoll de Hao par la société « Tahiti Nui Ocean Foods », les ministères en charge de l’Economie bleue et du Travail lancent un appel à candidatures pour le recrutement de dix personnes appelées à exercer en qualité de technicien aquacole.

 

 "ZAD" - Occupée depuis des mois par des activistes d'extrême droite, l'évacuation musclée de l'église Sainte-Rita a choqué ceux qui, d'habitude, sont les premiers à défendre les forces de l'ordre.Florian Philippot (FN) en a profité pour créer le concept de "mosquée terroriste".

 

Deux responsables d’Amnesty International et de Human Rights Watch

(HRW) ont réussi à passer douze jours en juillet à Nauru, un îlot du Pacifique de 21 km2, l’un des plus petits Etats du monde. C’est aussi l’un des plus secrets : le visa est rarement accordé aux journalistes et coûte 8 000 dollars (7 200 euros). Seuls deux médias ont pu se rendre sur cette île depuis janvier 2014. Amnesty avait demandé des visas à six reprises par le passé, sans succès. Les représentants des deux organisations de défense des droits de l’homme ont donc décidé d’entrer sur l’île incognito, sans dévoiler leur fonction.

 Certains tentent de s’ouvrir les veines avec un couteau en plastique ou d’en finir en avalant une bouteille de shampoing, a constaté Mme Neistat, qui ajoute : « Ces gens sont poussés à un niveau de désespoir tel qu’ils considèrent que l’auto-mutilation est le seul levier pour se faire entendre et le suicide la seule issue. » Une adolescente de 15 ans lui a confié « être fatiguée de sa vie » et avoir commis deux tentatives de suicide.

 

 Et voilà comment peu à peu on perd la partie !

-Une association a réservé un centre aquatique pour une journée, en septembre, afin que des femmes puissent se baigner en «burkini et en jilbeb». Plusieurs politiques marseillais ont vivement réagi. «Chacun doit pouvoir pratiquer son culte comme il l'entend», répond le collectif à l'origine de l'initiative.

 L'initiative d'une association marseillaise, Smile 13, ne plaît pas à tout le monde. Le collectif, qui a pour but «d'encourager les femmes à s'engager dans des actions communes et à contribuer à leur épanouissement», a décidé de privatiser un centre aquatique à proximité de la cité phocéenne, le Speed Water Park, le 10 septembre prochain.

 

On vous l'a dit dans un récent édito, Juppé n'a plus la cote. Les grandes signatures de la presse parisienne lui reprochent son voyage en Polynésie française, trop occupé à parader avec les uns et les autres alors qu'il n'a pas été réactif à l'annonce de l'assassinat cruel du père Hamel. Ses propositions pour la sécurité des français en cas d'élection sont jugées insuffisantes et inopérantes. "Ouille" ça ne plane plus autant pour lui aujourd'hui. La Polynésie risque de lui couter cher...

 

Des centaines de téléphones volés, avec habileté de la part des voleurs, avec violence parfois. Mais désormais et en accord avec les opérateurs Vini et Vodafone, la police et les gendarmes vont pouvoir bloquer à distance l'utilisation des téléphones qui ne seront plus d'aucune utilité aux voleurs.

 

 

Mercredi 3 août 2016

Editorial

Des réformes suicidaires

Najat Vallaud-Belkacem n'est pas la bienvenue sur le territoire si l'on en croit les critiques acerbes relevées sur le compte facebook de TNTV. Non pas, par ce que ses réformes ne valent pas un kopeck, mais son origine marocaine est devenue aujourd'hui un handicap, bien que le roi du Maroc ne s'en laisse pas conter en combattant fermement le terrorisme.

Il faut dire que les réformes de l'Éducation  mises en route ne sont pas populaires. Elles sont pires que ce que nous avons entendu comme rejets jusqu'à présent et du coup sont fort contestées. Il n'y a qu'à voir la réforme du collège qui arrive en Polynésie et qui affecte dans la foulée l'école primaire par le biais de plusieurs cycles se voulant innovants.

 A l'école maternelle comme l'avait suggéré Oscar Temaru président du pays, et nous avions applaudi l'initiative, il convenait de commencer l'apprentissage de l'anglais puisque nous évoluons dans une zone anglo-saxonne ( Nouvelle-Zélande, Australie, États Unis) y compris tous les petits pays qui entourent la Polynésie et dont "les colonisateurs" furent nos grands voisins. Mais la ministre "à l'hibiscus plus grand que son visage", voit l'évolution de l'éducation avec un prisme différent beaucoup plus restrictif, avec la bénédiction des béni-oui-oui métropolitains du ministère de l'éducation parisien et du vice-rectorat local qui craignent pour leur carrière.

Nicole Sanquer que nous n'avons d'ailleurs jamais entendu parler tahitien ne fait pas dans le modernisme des langues et si l'introduction des langues polynésiennes ( notez bien le pluriel) se fait au cours du cycle 2, peut-être après tout lors du cycle 1 lancera-t-elle l'anglais, comme le préconisait Temaru car le flou de cette réforme prouve que les carottes sont cuites. Pourquoi ne pas annoncer la couleur et rester dans le vague ?

 Plus précisément tout de même sachez, sans trembler, que les mathématiques vont être enseignées dans les langues polynésiennes. Entendez en Paumotu, en Australéen, en reo mahoi etc... Bon courage ! On en reste pantelant d'émotion ! Nous pourrons à notre tour faire notre éducation et profiter de ce nouveau système engendré par de brillants Einstein.

 C'est ainsi que les enfants apprendront également" la France d'avant la France"(sic !), puis "le temps des rois" et en CM2, ils  se lanceront dans " l'âge industriel". À dix ans, il en restera bien quelque chose n'est-ce pas ? D'autant que Nicole Sanquer via Belkacem a eu la brillante idée de modeler leur cerveau avec l'enseignement des deux guerres mondiales et...non, non, ce n'est pas fini, il leur faudra ingurgiter aussi la construction européenne. Tout ce programme pour des CM2....Sans commentaires. Silence sépulcral sur l'incurie des gouvernances qu'il faudra, pour ces enfants, affronter dans leur âge d'homme.

Mais ce n'est pas tout, pour comprendre le monde actuel dans le cycle 4, on leur apprendra à connaître leur passé pour une meilleure adaptation au  monde actuel  C'est un peu comme si on demandait aux enfants des 6° en métropole à bien connaître le comportement de la police française en phase avec les envahisseurs allemands, celui d'un pape qui organisait les filières d'évasion des nazis vers l'Argentine , et de la terrible délation française quand les Américains à la fin de la guerre trouvèrent avec stupéfaction dans les archives allemandes des milliers et des milliers de lettres dénonçant voisins, juifs, résistants etc... triste époque. Le tout bien sûr pour comprendre la mentalité actuelle. Cela va  de soi.

 Assurément il subsistera ce qu'on appelle en ethnologie "des isolats", de puissantes minorités qui parleront encore un peu notre langue ou l'anglais et qui prendront le pouvoir. Comme aujourd'hui d'ailleurs. Et les laissés pour compte seront comme des bernard-l’ermite vivants dans des coquilles abandonnées par des érudits d'une espèce disparue, l'espèce française.

Bref, de réformes en réformes, de l'orthographe, aux mathématiques les différents ministres de l'Éducation en métropole ont sacrifié pendant plus de 50 ans, toute une génération d'enfants et par contre coup en Polynésie française. N'ayez crainte, ça va continuer...et même s'accélérer avec Najat Belkacem qui adore faire des réformes comme d'autres adorent faire des "babas".

Les enseignants du second degré ont tout de suite compris les pièges de cette énième réforme mortifère et anxiogène. Une de plus.

 

 

 Au conseil des ministres en grande partie consacrée au ministre du budget. Quelques extraits

Modification de la réglementation budgétaire

 Le Vice-Président en charge du budget et des finances a présenté en Conseil des ministres un projet de « loi du Pays » modifiant, en plusieurs points, les dispositions de la délibération du 23 novembre 1995 portant réglementation budgétaire, comptable et financière de la Polynésie française et de ses établissements publics.

 

 Exécution du budget général de la Polynésie française

Le Vice-Président en charge du budget et des finances a présenté en Conseil des ministres les résultats de l’exécution du budget général de la Polynésie française au 31 mai 2016. Ceux-ci semblent notamment confirmer la tendance annoncée lors de la publication des comptes économiques rapides de la Polynésie française pour l’exercice 2015.

En effet, sur les premiers mois de 2016, la consolidation de l’économie polynésienne se concrétise par une progression importante des recettes fiscales de 1,531 milliard Fcfp (qui s’élèvent à 37,147 milliards Fcfp contre 35,617 milliards Fcfp au 31 mai 2015, soit +4,30 %), consécutive à une augmentation des recettes issues de la fiscalité directe comme de la fiscalité indirecte.

Le produit de la fiscalité indirecte s’établit à 26,883 milliards Fcfp contre 26,384 milliards Fcfp en 2015, soit un résultat en augmentation de 500 millions Fcfp (+1,89 %) correspondant principalement à l’augmentation du produit de la TVA à l’importation (+202 millions Fcfp) et aux droits de timbres et d’enregistrements (+386 millions Fcfp). Le produit de la fiscalité directe s’inscrit en hausse de 1,031 milliard Fcfp (+11,17 %), avec un rendement de 10,264 milliards Fcfp en mai 2016, contre 9,233 milliards Fcfp en mai 2015.

Cette augmentation est principalement due aux impôts et taxes sur le revenu qui affichent une recette en augmentation, de 987 millions Fcfp (+ 12,73 %)
 

On note toutefois une baisse de 102 millions Fcfp de l’impôt sur les transactions (-11%). S’y ajoutent l’augmentation du produit des droits intérieurs de consommation sur les véhicules (+ 63 millions Fcfp) et les résultats de la redevance de promotion touristique (+ 53 millions Fcfp). Les projections sur la totalité de l’exercice 2016 des rendements fiscaux sont supérieures aux prévisions budgétaires de 1,744 milliard Fcfp (+2 %).

Les projections pour les recettes non fiscales dépassent de 677 millions Fcfp les prévisions budgétaires dont 477 millions Fcfp pour le rattrapage de la dotation globale d’autonomie (DGA) conformément aux engagements du premier ministre Manuel Valls. Ainsi, les projections des recettes de fonctionnement pour l’exercice 2016, estimées à 110,832 milliards Fcfp, prévoient un rendement supérieur de 2,421 milliards Fcfp (+2,23 %) en comparaison des prévisions budgétaires.


Modification de la réglementation budgétaire

Le Vice-Président en charge du budget et des finances a présenté en Conseil des ministres un projet de « loi du Pays » modifiant, en plusieurs points, les dispositions de la délibération du 23 novembre 1995 portant réglementation budgétaire, comptable et financière de la Polynésie française et de ses établissements publics.

Soutien à la création audiovisuelle et numérique

Le Conseil des ministres a choisi de donner une suite favorable aux deux premières demandes de soutien à la création audiovisuelle et numérique (SCAN) déposées par plusieurs sociétés locales et examinées par la commission consultative SCAN du 20 juin dernier.

Cette commission a rendu 16 avis favorables concernant plusieurs projets de documentaires, fictions de télévision, films d’animation, clips musicaux et plateformes numériques. Deux dossiers dont les montants des aides n’excèdent pas 1,5 million Fcfp ont été soumis à la décision du Conseil des ministres. Les autres projets seront étudiés ultérieurement notamment par la Commission de contrôle budgétaire et financier (CCBF).

Le premier projet aidé, pour un montant de 300 000 Fcfp, est la production d’un clip musical de 5 minutes, intitulé « E Noho nei », portée par la SARL Les Studios Hashtag. Le second projet, aidé à hauteur de 950 000 Fcfp, est le développement d’un documentaire de 52 minutes, intitulé « Taputapuatea, cœur de la civilisation ma’ohi », porté par la SARL Bleu Lagon production.



Accompagnement du Pays aux actions de promotion des perles de culture de Tahiti menées par les professionnels de la filière

La Tahitian Pearl Association of French Polynesia (TPAFP), créée en 2014, est composée des principales organisations professionnelles de la filière perlicole. Elle propose de poursuivre le programme d’actions de promotion de la perle de culture de Tahiti, qu’elle mène depuis déjà deux ans, sur les marchés de la Chine (Hong Kong), du Japon et sur le marché local. Elle propose également, en 2016, d’élargir son champ d’action au marché nord-américain.

 

 

Infos d'ici et d'ailleurs

 

Deux scientifiques de la Division pêche, aquaculture et écosystèmes marins de la Communauté du Pacifique (CPS), Tim Pickering et Élodie Vourey, participeront à une campagne de recherche à bord du navire océanographique Hakuho-Maru, de l’Université de Tokyo. Au cours de la traversée qui reliera Nouméa (Nouvelle-Calédonie) à Pago Pago (Samoa américaines), M. Pickering axera ses travaux de recherche sur les anguilles d’eau douce du Pacifique Sud, qui migrent des cours d’eau vers l’océan durant la saison de reproduction.

 Cette mission scientifique visera notamment à identifier les zones de frai de ces anguilles et à prélever des échantillons génétiques sur des larves, l’objectif ultime étant de mieux comprendre les relations génétiques entre spécimens, ainsi que leur évolution. Il est fondamental de connaître les cycles de reproduction et de vie des poissons pour assurer une gestion scientifique des pêcheries, or, à ce jour, les anguilles du Pacifique Sud n’ont jamais été étudiées de manière systématique.

 

Un  professeur d'anglais(dont nous conservons l'anonymat pour qu'il ne soit pas rétrogradé au rôle de balayeur) dit enfin la vérité sur les idées colportées : l' enseignement du reomaohi n'aide en rien l'apprentissage du français, ce ne sont ni les mêmes constructions de phrases, ni une manière d'enseigner. On ne traduit pas l'anglais en français quand on enseigne l'anglais ou n'importe quel autre langue étrangère. Ce serait hérétique ! Il ne faut même plus penser dans sa langue maternelle. "

 Enfin des propos sensés qui confirment ce que nous disons depuis longtemps. Mais en Polynésie, on gobe tout  même l'impensable quand ça vous arrange !

 


Le mardi 09 août, le contre-amiral Denis BERTRAND, commandant supérieur des forces armées en Polynésie française, reconnaîtra le capitaine de frégate Christophe Le Coz dans ses fonctions de nouveau commandant de la frégate de surveillance Prairial. Il succèdera au capitaine de frégate Alexis Huberdeau.
La cérémonie de passation de commandement débutera à 15h00 à la Base navale.

 

La ministre de l'Education a tenu à exprimer sa fierté à accueillir les personnels stagiaires de l’ESPé, admis à un concours national d’enseignant ou de conseiller principal d’éducation, représentant une étape fondamentale dans leur parcours universitaire.

Nicole Sanquer-Fareata a souligné les progrès réalisés par le système éducatif polynésien, en citant notamment l’harmonisation des parcours avec la suppression du palier 5ème et la réforme du CETAD qui porte le recrutement après la 3ème, mais aussi la reprise des constructions et des rénovations pour améliorer l’accueil des élèves et favoriser les apprentissages.

 

Les photos de Mélania la très belle 'épouse de Donald Trump sorties par miracle dans la presse américaine lorsqu'elle posait nue ne plaisent pas aux bigots américains. En France celles de Carla Bruni  nues dans toutes les poses, ont ravi les Français. Comme quoi...on a moins de faux bigots qu'aux Etats Unis !

 

-Une simple brève sur notre site à propos de la venue possible en Polynésie de la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a déclenché un torrent d'insultes et de raccourcis racistes, qui ont bien sûr été modérés sur notre page Facebook. (TNTV)

 

Présenté ce mercredi en Conseil des ministres, le projet de loi sur l’égalité réelle Outre-mer est livré par George Pau Langevin et Ericka Bareigts, deux ans après la mission confiée par François Hollande, à Victorin Lurel. Une consultation populaire va être lancée dès aujourd’hui.

  

La ministre chargée de l’égalité réelle Ericka Bareigts et la ministre des Outre-mer George Pau Langevin se rendent symboliquement ensemble ce mercredi matin de la rue Oudinot au Palais de l’Elysée. Au ministère des Outre-mer, elles  ont présenté à la presse le projet de loi tant attendu sur l’égalité réelle et la campagne de consultation participative qui sera lancée à l’issue du conseil des ministres.

 

  De Papeete à Saint-Laurent du Maroni, tous les habitants des Outre-mer et les originaires d’Outre-mer vivant dans l’Hexagone sont invités à poster leur contribution sur Internet sur un site dédié, www.égalite-reelle-outre-mer.fr. «Il faudrait essayer de faire remonter les retours et s’assurer que la problématique soit au cœur des citoyens.  C’est une idée de la ministre depuis le début » confie son entourage. Regardez l’interview exclusive de George Pau Langevin, la ministre des Outre-mer.

 La consultation par internet aura lieu jusqu'au 9 septembre et sera suivie d'un "Temps de questions/réponses". Une partie des contributions sera intégrée au projet de loi, qui sera présentée en commission à l’Assemblée Nationale en septembre puis en au mois d’octobre en séance publique.

 

Au 1er janvier 2018, la réforme de la fiscalité en France entrera en vigueur. L'année 2017 sera donc une " année blanche" avec le risque pour l'outre-mer de ne pas avoir de défiscalisation.

 

Un Boeing 777 de la compagnie Emirates en provenance d’Inde a eu ce mercredi un «accident» à l’atterrissage à l’aéroport international de Dubaï. Tous les passagers ont été évacués sains et saufs, selon les autorités locales. Le bureau d’information du gouvernement local a évoque un «accident», ajoutant que tous les 275 personnes à bord avaient été évacuées saines et sauves. L’avion venait d’Inde.

 

 

 

 

Mardi 2 août 2016

 

Editorial

L'Eglise se trompe

Les hauts responsables de l'Église catholique parlent aujourd'hui après l'assassinat du prêtre en pleine messe, Jacques Hamel, de guerre de religion. C'est faux. Certes il est de bon ton parfois d'entendre crier " Allah Akbar" au moment de se faire exploser, mais la grande majorité des terroristes qui obéissent à l'État islamique ne se rendent même pas compte qu'ils sont manipulés par l'ambition de leurs responsables à vouloir couvrir le monde, à commencer par l'Europe, de leur sanglant linceul et imposer leurs lois, leur culture, leurs valeurs spirituelles. C'est cela leur guerre. Le narcissisme des sauvageons qui n'étaient "rien" mais dont ils sont pétris, sert daesh à mettre sur pied  une guerre de pouvoir et non pas une guerre de religion, en écorchant vif tous ceux auxquels nous tenons. Tout ce en quoi nous croyons. De petits malfrats endoctrinés savamment auxquels daesh fait croire qu'ils sont devenus des "hommes" sabre ou kalash en main. Le père Jacques Hamel en est l'exemple type. Ils ne lui ont tranché la gorge que pour marquer l'opinion de leur terrible détermination et prouver ainsi qu'ils peuvent crucifier qui ils veulent où ils veulent et marquer ainsi aux yeux du monde que rien, ni personne ne leur résistera. Ils ont donc fait aux messies lointains le sacrifice de leur vie en assassinant . Le choix de leurs cibles étant leur propre choix.

Il est vrai, comme le disait hier soir un participant à l’émission « C dans l'air », que balancer dans tous les journaux, les télévisions, les réseaux sociaux, les noms, les CV ,le nom de la grand mère, du tonton, de la "tatate" ou des neveux des assassins,  donnent à ces jeunes-là ( vous avez remarqué comme moi qu'il n'y a aucun véritable adulte dans les sacrifiés de daesh ), une gloire posthume. Ce que les spécialistes de cette guerre déconseillent fortement depuis peu. Car finalement c'est vrai, quelle gloire à se sacrifier pour ces jeunes, sinon  rechercher la notoriété. Or, si on ne parle pas d'eux en donnant juste l'info de leur forfait, il n'y a plus de gloire !

Autre phénomène politique que nous ne comprenons pas : pourquoi une majorité d'élus de gauche a voté "contre" une proposition d'amendement visant à renforcer les fermetures administratives de mosquées salafistes ? Pourquoi des experts aussi précieux que le juge Trévidic ont-ils été écartés ? Pourquoi le rapport Fenech est-il mis au placard par nos responsables politiques ?

Pourquoi ?  Pourquoi tout ça et pourquoi ne pouvons-nous pas répliquer à l'attaque en empêchant de nuire dans un "Guantanamo" à la française, avant même que la tuerie ne se produise, les futurs kamikazes, si RG et DST détiennent les preuves de ce qui peut être commis.  Faut-il se laisser égorger dans un sempiternel "droit de l'hommiste désuet", pour mieux se lamenter après ? Vivre aujourd'hui, n'est-ce- pas  prévoir ?

 

 

 

Infos d'ici et d'ailleurs

Le gouvernement de François Hollande a fait très fort !

loi n°2016-274, publiée le 8 mars 2016 au Journal Officiel

 
 Il y a quelques semaines, nous vous annoncions qu'une loi visant à élargir les conditions d'obtention de la nationalité française, par le droit du
sol, allait être votée en catimini. Depuis peu,  c'est officiel !

Dorénavant la loi n°2016-274, publiée le 8 mars 2016 au journal officiel, entre en vigueur.

Quelques points essentiels à retenir sur cette trahison de l'État….

     Cette loi crée une nouvelle forme d'acquisition de la nationalité française : un droit du sol dérivé, indirect, transmis par le lien de fratrie, qui ne nécessite pas d'être né sur le territoire français, mais d'avoir un frère  devenu lui-même français par le droit du sol !..…) mais on laissera n'importe quel étranger devenir français pour se faire soigner.....!!!!!

 De plus, en vertu de l'article 17 de cette loi, les étrangers devront attendre seulement un an, et non plus cinq ans, pour se voir délivrer un titre de séjour de quatre années, au lieu d'une seule précédemment.

Celle-ci passe à 48 heures, une durée bien entendu insuffisante pour organiser le retour d'une personne dans son pays.Inutile de préciser combien cette loi va attirer de migrants économiques, alors que le vase est déjà plein et que la crise migratoire est au centre de toutes les préoccupations.

Pourquoi une telle loi ?

La course aux voies électorales ne semble même plus, à ce niveau-là, être une explication suffisante. Il est clair que le pouvoir en place a bel et bien dans l'optique de finir son quinquennat avec un superbe « bouquet final », venant résumer son parcours en assassinant la France !

 Mais que faisait l'opposition au moment de ce vote de destruction ? Seul un Républicain était présent dans l'hémicycle : scandaleux cet absentéisme de nos élus !!!...

 Autres complices à dénoncer : les médias !

A peine un ou deux quotidiens ont fait état de cette loi. Aucune chaîne de télé…. Monsieur Pernault - entre autres - nous fait volontiers faire le tour des marchés de France, mais pour ce qui est de l'essentiel, nada !

Rien non plus sur les ondes radio… On lamine le pays et personne ne réagit !

 

 Premières frappes américaines contre le fief de l'Etat islamique en Syrie .Elles ont infligé de lourdes pertes aux jihadistes de Syrte et ce, en appui aux forces du gouvernement d'union.

 

Donald Trump, le candidat républicain aurait perdu 6 points face à la candidate représentant les démocrates Hillary Clinton.

 

Tiens, le haut commissaire nous surprend par un discours moins conventionnel lors de l'ouverture du congrès des maires. Petit extrait :

(...)
J’ai pu moi-même juger combien vos administrés, plus encore que les Français de métropole vis-à-vis de leur maire, vous manifestent attachement, respect et reconnaissance. Je vous engage à préserver ce lien privilégié qui, dans l’exercice de votre mandat, sera votre satisfaction la plus tangible et la plus durable.

Comme j’aime bien être taquin, (ndlr: surprise, surprise ) j’ajoute qu’à elle seule cette satisfaction pourrait suffire à votre complet bonheur mais découvrant le thème que vous avez choisi cette année, j’ai subodoré que cette satisfaction ne suffit pas totalement à vous contenter. J’observe d’ailleurs, et c’est une indication intéressante, que la sémantique a changé, l’an dernier le sujet était : « le monde rural à la conquête de nouveaux horizons » c’était un thème un peu littéraire, presque romantique ; le libellé de cette année est plus direct et impérieux : « accompagner le développement économique de la Polynésie Française : quel rôle pour les communes ». Dans l’évolution des mots que vous avez choisis, on ressent comme une petite impatience. Est-elle justifiée ? Les conclusions de vos travaux nous le diront !

 

La prime écolo pour relancer les ventes de voitures. C'est sympa mais il faudra agrandir les routes, ça va bouchonner dur à la rentrée !

 

Un groupe de touristes chinois a été attaqué par «cinq à dix individus» alors qu'ils déposaient leurs bagages dans leur autocar à Gonesse (Val-d'Oise), à proximité de l'aéroport de Roissy. -

Un mauvais souvenir de vacances. Ce mardi matin, vers 8h, un car de touristes chinois a été détroussé par « cinq à dix individus » devant un hôtel de Gonesse (Val-d’Oise), a indiqué la police à l’AFP. Les touristes chargeaient leurs bagages quand l’attaque s’est produite.
Les voleurs ont pris la fuite en emportant « plusieurs bagages et effets personnels ».

Quatre blessés dont deux touristes

Selon les pompiers, 27 Chinois voyageaient avec une compagnie italienne, et le chauffeur du car était italien. Ce dernier a été aspergé de gaz lacrymogène par les assaillants, il n’a pas souhaité être pris en charge. Deux touristes et le traducteur ont été légèrement blessés et transportés à l’hôpital.
 

 

Les difficultés d’Air France  en métropole ( à Papeete tout est rentré dans l'ordre) masquent l’offensive de la demi-douzaine de compagnies à pavillon français qui se cherchent de nouveaux horizons, au-delà des Antilles et de l’océan Indien.

 Quoi de neuf dans le ciel français? Les difficultés d'Air France font presque oublier, en effet, la forme recouvrée de la majorité des compagnies françaises. Corsair et Air Austral sont sorties du rouge. Comme Air Caraïbes et sa nouvelle filiale French Blue, elles ouvrent des lignes, partout dans le monde. Les deux plus petites, XL Airways et La Compagnie, élaborent même pour les semaines à venir de nouvelles alliances. Toutes se préparent à l'arrivée de l'ambitieux Norwegian, qui a fait décoller vendredi son premier vol Paris-New York, avant, hier, un Paris-Los Angeles et le 4 août, un Paris-Miami

 

Une fuite d'essence a causé le retard de l'avion d'Air France . Cette fuite due à une surpression entrainant un écoulement par les trop pleins prévus en bout d'ailes Effectivement  visuellement impressionnant mais les équipages sont habitués a gérer cela, nous a confié le directeur de la compagnie Alex Hervet, d'où retour au parking. Les responsables dela compagnie Air France ont essayé de faire prendre un autre avion à leurs passagers, mais l'immigration a LAX ferme a minuit et pas minuit 5. N'est pas Français qui veut !!!

 

Charles Marty devait prendre ses fonctions aujourd'hui pour une période de 4 mois: c'est ce qu'indique un arrêté du conseil des ministres du 27 juillet, publié au journal officiel du 29 juillet.

Joint par téléphone, l'ancien directeur de l'hôpital de Taravao explique avoir postulé pour être titulaire... mais pas intérimaire :"Soit on me fait confiance, soit c'est inutile!"  s'agace le fonctionnaire.

Le nom de son successeur devrait être publié dans le journal officiel de demain.Depuis le début de l'année c'est le troisième à être nommé provisoirement à ce poste.

 

Avec les récents attentats, le gouvernement cherche à "reconstruire l'islam de France", pour citer Manuel Valls. La question du financement des mosquées est devenue centrale et une idée émerge :instaurer une "taxe halal".

 

"Interdiction du salafisme". Manuel Valls propose notamment de suspendre le financement étranger des mosquées françaises. Hervé Mariton abonde - "Il faut supprimer les financements étrangers" mais regrette le manque d'action concrète : "Le gouvernement en parle, mais je ne vois pas le début d’une initiative sur ce terrain. De la même manière, il y a depuis des semaines un débat sur l’interdiction du salafisme sur notre territoire, et je ne vois pas d'avancée sur ce terrain

 

Voilà de quoi réjouir le gouvernement

Bien orienté sur les trois premiers mois de l’année, l’indicateur du climat des affaires (ICA) affiche une nouvelle hausse au deuxième trimestre 2016 (+1,9 point) pour s’établir à 111,9 points. Cette progression traduit ainsi l’amélioration de l’activité économique ressentie par les professionnels par rapport au trimestre précédent.

Supérieur à sa moyenne de longue période depuis fin 2013, l’ICA, en progression continue depuis le deuxième trimestre 2015, semble indiquer les prémices d’une reprise pour l’économie polynésienne, qui semblait encore hésitante en 2014 et en 2015.

L’appréciation favorable portée par les chefs d’entreprise sur les trois prochains mois, en particulier sur les délais de paiement et la trésorerie, explique la hausse de l’indicateur.

En revanche, les prévisions d’investissement à un an sont moins unanimes au deuxième trimestre 2016, et contribuent à modérer la hausse de l’ICA.


 

 

 

Lundi 1er août 2016

Le congrès des communes démarre aujourd'hui avec un emploi du temps chargé.

Aroma  Salmon, l’homme qu’aucun mur n’arrête. "Moi je dirais " Aroma Salmon, l'homme que toutes les femmes arrêtent !" B

 

Kevin Céran-Jésuralemy l'homme sur lequel se fracasse toutes les fans du Aito 2016 !

 

Editorial

"Ali Juppé"

Nous n'avons pas tressé de lauriers à Alain Juppé lors de son passage en Polynésie, non pas à cause de son méchant coup de pied de l'âne à Gaston Flosse dès sa descente d'avion qui en a estomaqué plus d'un, mais simplement par ce que nous ne portons aucun intérêt au personnage qui se croit si supérieur aux autres, que cela en est indécent. Et il n'est pas président de la République, attendez qu'il le soit ! Si cela devait arriver, nous regretterions vite la bonhomie de François Hollande et ses réparties piquantes, de même que le certain  machisme de Nicolas Sarkozy.

 Sûr de lui, "Ali Juppé" ( comme les journalistes, plus mordants que nos confrères locaux, l'ont surnommé pour avoir construit une grande mosquée à Bordeaux) est intimement persuadé être déjà vainqueur, puisqu'il est "le meilleur" et "supérieur", selon lui, aux autres candidats. La modestie ne l'étouffe pas. Sauf que les chroniqueurs qui n'ont pas arrêté de le gonfler comme une baudruche il y a quelques mois ne supportent plus le personnage et enlèvent la goupille. Et cela fait pschitt doucement mais sûrement, comme on peut le lire dans le JDD et bien d'autres publications.( lire ci-dessous)

 Vincent Dubois interrogé sur Première par James Heaux hier soir a fort bien résumé la situation : pas de déplacement du Tahoeraa pour la primaire des Républicains. Ce serait amusant et consternant pour le candidat Juppé de prendre une belle raclée, tant il ne dissimule pas ses certitudes d'en sortir gagnant . Le Tahoeraa verra ensuite, selon le candidat  qui sortira des urnes. Mais Vincent Dubois a dit encore quelque chose qui aurait dû faire tilt depuis longtemps. Pourquoi, a-t-il expliqué en substance, attendre Juppé président, pour gommer "le risque négligeable" de la loi Morin alors que nous disposons de deux députés et deux sénateurs  dans les deux plus grandes institutions en France qui pourraient se battre pour cela ?

Il a terminé par une ode à Gaston Flosse , sur sa longévité politique en tant que maire, président du pays et ministre dans le gouvernement de Jaques Chirac, ce qui n'est pas près d'arriver à nouveau, à un Polynésien, même si le sentiment d'appartenir à une élite s'est installé dans les lieux de pouvoir !

 Flosse quant à lui se concentre sur la campagne des législatives pour faire élire ses trois candidats. Il ne laissera jamais a des apparatchiks d'être le ou les dépositaires de sa stratégie de  conquête électorale. Alors il va au charbon avec Dubois ( sans jeu de mots) et son " carré de militants" dans une campagne de proximité inégalable.

 Mais comment cet avocat, Vincent Dubois, si discret pendant des années s'est-il investi si totalement en politique malgré la pile de dossiers qui ornent son bureau ? A lui seul il est devenu pour le président du Tahoeraa, dont il est le gendre aussi, une équipe de réflexion et de stratégie, sachant mettre en place mieux qu'un vieux politicard, des tactiques parallèles d'accompagnement . Étant lui-même candidat sous la bannière orange aux législatives et vice-président du comité exécutif de ce parti, il fait avec passion sa campagne nocturne avec l'ancien président, au point de faire de la proximité une vertu politique..Un seul petit conseil à Vincent Dubois : parler moins vite quand il explique sa position à la télévision. Il sera mieux compris des Polynésiens.

 

 

Lu dans la presse parisienne

Le candidat à a la primaire  des Républicains, Alain Juppé n'a certainement pas convaincu les associations qui luttent pour la reconnaissance financière des essais nucléaires. Mais quel bon comédien quand même d'avoir tenté de les enfumer en disant la voix tremblotante selon un journaliste de la Tribune de Genève :

«La France s'est dotée de cette force nucléaire sur la mort des Polynésiens : c'est quelque chose de très lourd à assumer,"

Surtout quand on est soi-même l'artisan de cette mort ! Il a dépassé les limites de la décence.

C'est un peu comme si Bachar el Assad  disait : " j'ai torturé et emprisonné mon peuple dans des cachots pour asseoir mon règne, c'est très lourd à assumer, mais je le dis."

Mais il n'a pas convaincu Paris non plus,  voilà ce que le JDD écrit :

En campagne en Polynésie, Alain Juppé n’a pas su, depuis là-bas, se faire entendre au moment de l’assassinat du père Hamel. Dans une ambiance tendue, le candidat à la primaire de la droite amorce une opération rattrapage depuis son retour à Paris."

 

 Il a de moins en moins la cote avec les journalistes qui l'appellent " Ali Juppé" et Cambadélis : "il est évanescent !" Le JDD dans son édition d'hier dimanche écrit :

Juppé après les attentats : un tour de vis, mais pas plus. En campagne en Polynésie, Alain Juppé n’a pas su, depuis là-bas, se faire entendre au moment de l’assassinat du père Hamel. Dans une ambiance tendue, le candidat à la primaire de la droite amorce une opération rattrapage depuis son retour à Paris.

 Conférence de presse d'Alain Juppé vendredi à Paris. (Maxppp)

Lorsqu'il s'adresse aux journalistes, vendredi, dans la petite salle surchauffée de son QG parisien du boulevard Raspail, Alain Juppé – de retour de Nouvelle-Calédonie et de Polynésie  ( aurait-il zappé la Réunion ?)– a derrière lui trente heures d'avion. Il vient tout juste de retrouver l'Hexagone. Inaudible quand il était à Papeete, même quand il a pris la parole à l'intérieur de la cathédrale lors de l'hommage fervent au père Hamel, il est clairement agacé d'être contraint à chaud à une "opération rattrapage". Pour ne pas être davantage pris en tenailles entre Valls et Sarkozy. Et pour faire taire Jean-Christophe Cambadélis, le patron du PS, qui vient de lancer : "Juppé? Il est évanescent!"

 "Pas d'angélisme, pas de surenchère"

 Le maire de Bordeaux a sèchement récusé le bureau et la chaise qu'on lui avait préparés. Il se tient debout et droit face aux caméras. Il affiche d'emblée ses mots d'ordre juppéo-juppéistes ("intransigeance et sang-froid", "pas d'angélisme, pas de surenchère") et sa référence majeure (le pape François). Il officialise la présence à ses côtés du député européen Arnaud Danjean, qui devient son "Monsieur Antiterrorisme". Puis, dans un style moins diplomatique qu'à l'ordinaire, il lâche ses coups. En n'oubliant aucune cible :gouvernement, droite sarkozyste, extrême droite. Mais en veillant, exercice délicat, à ne pas les confondre.

 À gauche, on continue de lui reprocher violemment sa réaction: indigne.("indigne") après la tragédie de Nice, parce qu'il avait suggéré qu'on n'avait pas "tout fait" pour éviter le drame : un "enfumage", se contente-t-il de répliquer. Pour Juppé, se rassembler aujourd'hui, cela ne saurait vouloir dire "se taire", ni non plus, quoi qu'on prétende, s'abandonner au "fatalisme" : "Devant l'exacerbation de la menace, Il faut changer de braquet." L'État de droit – tant invoqué – prévoit et permet, dit-il, "des mesures exceptionnelles". Et d'énumérer ce qu'il avait esquissé en début d'année dans son livre Pour un État fort : accélérer les délais d'instruction, construire 10.000 places de prison (même si les prisons, en l'état, sont des "incubateurs du djihadisme"), créer une police pénitentiaire et – cela, c'est nouveau – "créer un délit de séjour pour toute personne se trouvant sur un théâtre d'opérations terroristes extérieures, ou tentant d'y accéder".

 (...) Le mot de la fin  :"Il va se passer le 15 août un événement extraordinaire (petit silence)… Nicolas Sarkozy va se décider à être candidat." Cela l'inquiéterait-il? Avec un sourire : "Je suis toujours devant."

(ndlr) Pas sûr et pas pédant pour deux sous !

 

Ouverture de la 27ème édition du Congrès des communes :le rôle des municipalités dans le développement économique

 

 (Extrait)

Le président Edouard Fritch, accompagné de plusieurs membres du gouvernement, s’est rendu à Taravao, lundi après-midi, pour l’ouverture du 27ème Congrès des communes, qui se tiendra du 1er au 4 août, avec comme thématique le rôle des communes dans le développement économique de la Polynésie française.

 Le président a rappelé, qu’entre septembre 2014 et juillet 2016, il avait fait débloquer 2,350 milliards Fcfp de subventions pour soutenir 4,6 milliards Fcfp d’investissements communaux présentés à la DDC (Délégation pour le développement des communes). Cela représente 160 dossiers d’investissements qui ont reçu un soutien financier de la DDC, dont 62 pour des communes des îles du Vent, 41 dossiers pour les îles Sous-le-Vent, 29 dossiers pour les Tuamotu-Gambier, 21 dossiers pour les Marquises et 7 dossiers pour les Australes.

 Le président a aussi rappelé qu’il s’était battu pour mettre en place un Contrat de projets dédié aux communes. Grâce à cette innovation, plus de 1,2 milliard Fcfp de subventions sont octroyées, annuellement, à part égale par le Pays et l’Etat pour financer les 1,5 milliard Fcfp d’investissements sur les projets environnementaux des communes. En outre, pour 2016, la dotation du FIP (Fonds intercommunal de péréquation) est à plus de 14 milliards Fcfp, en augmentation par rapport à 2015 et à 2014.

 Concernant la demande des maires pour un FIP à 25 % au lieu de 17 %, ainsi que l’attribution aux communes de 17 % de la Dotation Globale d’Autonomie au lieu des 6 %, et enfin un impôt foncier, sans diminution équivalente de la dotation du FIP, le Président a toutefois indiqué que ceci était irréaliste en l’état actuel de l’économie et de la situation financière de la Polynésie française.

 

 

Extrait des remarques communes avec l’ANVVEN et TAMARII MORUROA que nous venons d’envoyer au Secrétariat de la Commission de suivi des conséquences des essais nucléaires concernant la modification du décret  d’indemnisation de la loi Morin.

Nous pensons également que la voie onusienne n’apportera qu’une division de la Population Polynésienne par contre unissons-nous tous afin de pouvoir parler à l’état d’une seule voie (Politiques et Associations) ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

Madame Marisol Touraine
Ministre de la Santé
Présidente de la commission consultative de
suivi des conséquences des essais nucléaires

 

 

Madame la Ministre,

En toute fin de séance de la 6è commission consultative de suivi tenue le 6 juillet 2016 en votre ministère, on nous a remis le projet de décret visant à assouplir les conditions d’indemnisation des victimes des essais nucléaires selon les promesses faites à Tahiti par Monsieur le Président de la République en février 2016. Ce texte aurait dû nous parvenir en même temps que la convocation.

Le tour de table fut interminable avec des interventions d’invités Polynésiens de plus en plus nombreux.

La mesure phare consistant à abaisser le seuil de probabilité de 1% à 0,3% ne peut satisfaire ceux qui ont cru en la parole des parlementaires qui ont voté la loi 2010- 2 du 5 janvier 2010.

Trois conditions sont posées pour entrer dans le cadre de l’indemnisation : souffrir d’un des 21 cancers reconnus radio induits, avoir séjourné dans une zone géographique réputée contaminée pendant une période donnée.

Ces 3 conditions sont à la fois nécessaires et suffisantes. Hélas ! est venue polluer le sens de la loi, cette notion détestable et jamais prouvée de risque négligeable qui a vidé la loi de son sens initial.

Les résultats prévisibles sont catastrophiques puisque 98% des demandes sont rejetées en application de ce prétexte. La loi Morin est un fiasco reconnu par tous.

Le 10 décembre 2009, sur le plateau de LCP animé par Céline Bittner, vous avez reproché à votre collègue Philippe Folliot de « reprendre d’une main ce que la loi a accordé de l’autre ».

Rien n’a vraiment changé et les victimes sont contraintes d’engager des recours pénibles, longs et coûteux devant les juridictions administratives sans bénéficier de l’aide juridictionnelle automatique et totale comme devant le TPMI (demande notée par M Bernard Vallet).

Les victimes des essais nucléaires sont pourtant frappées par un fait de guerre en grandeur réelle.

La loi Morin promettait la fin des contentieux or, ils ont constamment augmenté depuis 2010.

On se demande s’il faut encore adresser des dossiers au CIVEN ou bien bouder et stériliser cette autorité administrative indépendante pour refuser de cautionner la méthodologie en place.

Une méthodologie qui n’a rien de scientifique comme l’a déclaré Monsieur Benamouzig scientifique de l’INSERM en commission de suivi le 6 juillet dernier. Lors d’une précédente commission consultative, Madame le Professeur Sancho-Garnier avait émis les mêmes réserves.

Par conséquent, abaisser le seuil de probabilité à 0,4% ou 0,2% ne changera rien sur le fond du dossier : vous maintenez toujours un vague calcul de probabilité basé sur le logiciel américain NIOSH-IREP dont le Président du CIVEN a beaucoup de mal à expliquer la pertinence pour tenter de convaincre l’auditoire.

Ces 3 conditions sont à la fois nécessaires et suffisantes. Hélas ! est venue polluer le sens de la loi, cette notion détestable et jamais prouvée de risque négligeable qui a vidé la loi de son sens initial.

Les résultats prévisibles sont catastrophiques puisque 98% des demandes sont rejetées en application de ce prétexte. La loi Morin est un fiasco reconnu par tous.

Le 10 décembre 2009, sur le plateau de LCP animé par Céline Bittner, vous avez reproché à votre collègue Philippe Folliot de « reprendre d’une main ce que la loi a accordé de l’autre ».

Rien n’a vraiment changé et les victimes sont contraintes d’engager des recours pénibles, longs et coûteux devant les juridictions administratives sans bénéficier de l’aide juridictionnelle automatique et totale comme devant le TPMI (demande notée par M Bernard Vallet).

Les victimes des essais nucléaires sont pourtant frappées par un fait de guerre en grandeur réelle.

La loi Morin promettait la fin des contentieux or, ils ont constamment augmenté depuis 2010.

On se demande s’il faut encore adresser des dossiers au CIVEN ou bien bouder et stériliser cette autorité administrative indépendante pour refuser de cautionner la méthodologie en place.

Une méthodologie qui n’a rien de scientifique comme l’a déclaré Monsieur Benamouzig scientifique de l’INSERM en commission de suivi le 6 juillet dernier. Lors d’une précédente commission consultative, Madame le Professeur Sancho-Garnier avait émis les mêmes réserves.

Par conséquent, abaisser le seuil de probabilité à 0,4% ou 0,2% ne changera rien sur le fond du dossier : vous maintenez toujours un vague calcul de probabilité basé sur le logiciel américain NIOSH-IREP dont le Président du CIVEN a beaucoup de mal à expliquer la pertinence pour tenter de convaincre l’auditoire. Association Nationale des Vétérans TAMARII MORUROA Victimes des Essais Nucléaires ANVVEN

La rédaction du projet de décret, reste floue et imprécise à force de vouloir tout décrire et fixer sur le papier. Par exemple, au second alinéa de l’article premier : « lorsque au regard des conditions concrètes d’exposition de la victime, des mesures de surveillance auraient été nécessaires » Ceci promet contestations et conflits.

Au 2è alinéa « l’incertitude liée à la sensibilité de chaque individu aux radiations » Ceci revient à reconnaître l’inégalité devant la maladie avec pour conséquence logique le bénéfice d’une indemnité significative pour tous les demandeurs qui remplissent les 3 conditions de la loi Morin (pathologie, zone contaminée et période concernée) L’ANVVEN et TAMARII MORUROA contestent l’application du barème de l’ONIAM pour fixer le montant de l’indemnité car nous n’avons pas été victimes du mauvais réglage d’un appareil de radiothérapie ; nous avons participé à des opérations de guerre et un barème spécifique devrait être instauré.

...

René Bidal reste à l'écoute des signaux faibles

  Le haut-commissaire est vigilant : "Je ne pense pas qu'on puisse imaginer qu'il y ait un seul territoire aujourd'hui qui soit épargné par la menace terroriste. Il faut rester à l'écoute des signaux faibles et être réactif dans l'hypothèse où nous aurions une appréciation qui laisse penser que nous sommes dans un parcours de radicalisation. En tout cas, s'agissant des centres de détention de Polynésie française, je n'ai pas de signaux qui sont des signaux d'alerte forts sur un parcours de personnes radicalisées qui prôneraient le terrorisme

 

 

 

                     Oui c'est elle, Brigitte Bardot, Bardot ( sur l'air de la célèbre chanson)...et Florian Philippot

 

infos d'ici et d'ailleurs :

 Brigitte Bardot n'a pas tort.

C'est un tweet qui n'est pas passé inaperçu. Ce vendredi 29 juillet, Brigitte Bardot a publié un message sur le réseau social sur les derniers attentats, dans lequel on pouvait lire : « Attentats : j'ai mal au cœur, à tous mes cœurs. Je vomis ces terroristes islamistes.
Stop à l'Aïd-el-Kebir humain ! » Celle que l'on connaît pour son engagement pour la cause animale a choisi de comparer les tragiques attaques qui ont récemment frappé la France au rituel du sacrifice d'un mouton lors de l'Aïd-el-Kébir (l'une des célébrations les plus importantes pour les musulmans), qu'elle dénonce depuis plusieurs années.


Comme le rappelle Var Matin, il y a trois ans, Brigitte Bardot avait publié une lettre sur son compte Twitter dans laquelle elle accusait le gouvernement « d'imposer aux Français de subir l'immonde sacrifice rituel musulman de l'Aïd-el-Kébir, de contourner la loi par des dérogations abondantes, transformant cette journée en monstrueux abattoir visant à égorger sur le sol de France plus de 200 000 moutons, sacrifiés dans la douleur et l'épouvante d'agonies inhumaines ». Ce vendredi, l'ex-star du cinéma français a donc été plus loin. Cet amalgame très polémique sur la religion musulmane a déclenché à la fois une vague de soutien et d'indignation sur le réseau social.

Une habituée des messages-chocs

Depuis plusieurs années, l'ancienne actrice est une habituée des messages-chocs. En 2011, elle avait par exemple écrit dans une lettre adressée à Nicolas Sarkozy : « Trente ans de régression ont fait de la France une fosse à purin où toute la merde des autres cultures est venue polluer la nôtre ! » Un an avant, c'était contre la religion musulmane qu'elle s'était emportée : « Je m'en fous, le ramadan, je m'assieds dessus », avait-elle déclaré sur Europe 1, dénonçant le fait que la viande hallal avait, selon elle, envahi la France. Elle ne cache pas non plus ses liens étroits avec l'extrême droite, posant même volontiers avec le vice-président du Front national, Florian Philippot.

Alors que les polémiques vont bon train après les deux attaques de Nice et de Saint-Étienne-du-Rouvray, ce nouveau tweet devrait, en tout cas, encore faire beaucoup parler.

 

Une leçon a la ministre de l'Education Najat Belkacem qui a déclaré : "le latin ne sert à rien," c’est pourquoi elle veut sa suppression !

Un professeur du lycée Janson de Sailly a répondu spirituellement aux contempteurs des études classiques.
 Voici son discours prononcé à la distribution solennelle des prix. La conclusion est excellente et pleine de bon sens !

Je regrette de ne pouvoir reprendre l’antique coutume de prononcer le discours en latin .. mais, que voulez-vous, la mode est passée et il n’est personne, à l’heure actuelle, qui aurait le téméraire courage de le ressusciter.

> Primo, comme disait un de mes amis, cela pourrait passer pour un ultimatum aux humanités modernes ….. et ce serait ipso facto un véritable outrage au statuquo que de faire ex cathedra un pareil lapsus.
 
> Secundo, il faut s’exprimer en français, c’est la condition sine qua non pour être persona grata.
 
> Tertio, il ne faut pas ajourner sine die la remise de l’exeat* que vous attendez comme le nec plus ultra, soit dit en a parte.

> Finis les pensums, finis les vetos ; l’heure est aux accessits, aux ex æquo et cætera.

> Dans un instant vous serez récompensés au prorata de vos efforts.
 
> On proclamera orbi et urbi vos résultats, non point grosso modo mais in extenso :Vous emporterez un palmarès à conserver jalousement en duplicata, comme memento .. première ébauche au sein de l’ alma mater** .. alias l’universalité de votre curriculum vitae.

> Vous partirez ad libitum*** les uns par l’omnibus, les autres pedibus cum jambis ou vice et versa.
>
> Aussi ne veux-je plus retarder votre sortie d’un seul alinéa ou d’un seul post-scriptum.
Parvenu à mon terminus, je me contente de vous dire in extremis: chers amis, au revoir et belles vacances …
 

 
Prends-en de la graine Najat, et surtout, n’oublie pas que "Errare humanum est, perseverare diabolicum !!!"

 
 

Afghanistan: Un mollah de plus de 60 ans emprisonné pour s'être marié avec une fille de 6 ans 

20 minutes Publié le 29.07.2016

 Un mollah afghan a été arrêté pour avoir enlevé et épousé une fillette de six ans, ont rapporté vendredi des responsables provinciaux dans une région reculée. Mohammad Karim, âgé d’une soixantaine d’année, a été placé en détention « il y a deux jours » dans la province de Ghor (centre), même s’il affirme que l’enfant lui a été offert par ses parents comme une « offrande religieuse », ont indiqué ces responsables à l’AFP.

Mais selon le bureau du gouverneur, citant la famille, la fillette a été enlevée dans la province de Herat, frontalière de l’Iran, il y a déjà plusieurs semaines pendant le ramadan. La victime a été placée dans un foyer pour femme et ses parents sont en route pour la province, a précisé la responsable des affaires féminines de Ghor, Masoom Anwari, qui ajoute qu’elle est en état de choc.

 

Courrier:

Ma chère Christine

Dès le 23 juillet, "TAHITI TODAY" s'interrogeait sur "la pause estivale" que nos "responsables" (?) gouvernementaux et politiques divers s'apprêtaient à s'offrir. J'ai espéré qu'ils n'oseraient pas, qu'ils renonceraient à la moindre minute de farniente alors que les tueurs sévissent dans nos rues et jusque dans nos églises.
Eh bien oui ! Ils vont oser ...
On nous explique déjà, comme pour se faire pardonner, que des réunions se tiendront tout de même chaque semaine à l'Elysée, que les ministres ne devront pas trop s'éloigner de Paris, et que leurs collaborateurs assureront une permanence dans leurs bureaux...
En langage technocratique cela s'appelle "un habillage". C'est le déguisement qui fait passer la couleuvre.
Je continue cependant à croire, comme ils nous l'ont dit, que "nous sommes en guerre" mais je constate avec inquiétude que nos "chefs" ne sont pas très combatifs...
Voici ce que nous pouvons lire dans "Le Figaro" de ce dimanche 31 juillet

"La période de repos des membres du gouvernement débutera à l'issue du Conseil des ministres mercredi 3 août et se terminera avec le Conseil de rentrée fixé au 22 août.
"C'est donc, pour les ministres aussi, le dernier été du quinquennat. Un été qui vient conclure un annus horribilis marqué notamment par des débats sans fin sur la loi travail et des résultats économiques poussifs qui tardent à produire leurs effets sur l'emploi. Marqué surtout par les attentats, depuis ceux commis à Paris dans la soirée du 13 novembre 2015.
"Autant dire que ce n'est pas avec le cœur léger que les membres du gouvernement vont partir en congés. «L'année a été dure, sombre et violente. Nous sommes tous, je pense, préoccupés par la situation», confie l'un d'eux."

C'est donc avec le plus parfait sang froid qu'ils s'en vont bronzer !
A propos: les égorgeurs partent-il, aussi, en vacances ?

Jean-Paul Péréa

 

 

Dissociation des métiers de producteur et distributeur d'électricité. Rôle central la TEP

Le code de l'Energie prévoit la mise en marche d'un système de solidarité. "Le gouvernement souhaite élargir ce système à toutes les autorités concédantes (et pas seulement à EDT/Engie), les régies communales ou privées afin de s'orienter vers des sources d'énergie renouvelables et aboutir à un pris de l'électricité raisonnable pour tout le monde. C'est le gouvernement qui va reprendre en mains ce dispositif avec une solidarité acquise pour tous les Polynésiens en matière d'électricité" a expliqué le ministre de l'Energie lors du comité de suivi du Plan de transition énergétique en égratignant au passage EDT sans la nommer

.

 

Vendredi 29 juillet 2016

Tahiti Today vous dit à lundi !Bon week end à tous nos lecteurs.

Nuihau Laurey mis gravement en cause dans la lettre adressée au président Fritch par l'homme d'affaires Dominique Auroy devait lui  répondre  d'une manière laconique. Il tient parole et plus laconiquement tranchant que ce qui suit, n'existe pas. Voici sa réponse  :

" Tout ce qui est excessif est dérisoire. A la lecture de ce courrier adressé au président du pays, on hésite seulement entre deux qualificatifs : "grotesque ou ridicule". Merci de l'avoir publié on y découvre les vrais tourments de son auteur. "

Visiblement Edouard Fritch a lui aussi répondu implicitement par la voix de son ministre. L'affaire fait " pschitt !"

Les purges se poursuivent en Turquie, mais aucune nation ne crie "halte".

Et la Turquie voudrait faire partie de l'Union européenne alors que le président islamo-conservateur  Erdogan est  en train de mettre tous les rouages de son pays à sa botte ! Les Européens sont juste "préoccupés", 133 médias dont  journalistes, techniciens etc... sont emprisonnés, la liberté d'expression et la liberté tout court n'existent plus. Les droits de l'homme ? Mais quels droits ont-ils ces malheureux Turcs ? C'est tout le pays et toute l'opposition au pouvoir en place, de la police à l'armée en passant par les enseignants etc... qui pourrissent dans les cachots et les camps, coupables ou pas coupables, écrasés par un tyran  qui modèle son nouveau monde. Mais le comble c'est d'assister à tout cela sans qu'aucun pays ne s'insurge vraiment, ni ne hausse le ton . Une honte d'assister à cette intensification des purges sans que ni l'ONU, ni l'OSCEn ni l'Europe, n'élèvent la moindre protestation. Pauvres gens...

Signature d’un contrat d’emprunt avec la Socredo

Le Vice-Président en charge du budget et des finances, Nuihau Laurey, et le directeur général de la Banque Socredo, James Estall, ont signé, vendredi matin, un contrat d’emprunt, pour un montant total d’1 milliard Fcfp.

Le Vice-Président et le représentant de la Socredo se félicitent de ce retour de la banque locale, pour la deuxième année consécutive, au financement des investissements de la Polynésie française. Comme depuis 2014, les offres de financement sur l’année 2016 couvrent la totalité des besoins du Pays.

Au 1er août 2016, l’encours de la dette totale du Pays s’établira à 89,696 milliards Fcfp, avant de s’établir à 89,1 milliards Fcfp au 31 décembre 2016. La dette déjà contractée auprès de la Banque Socredo, s’établit à 5,311 milliards Fcfp, soit 5,81 % de la dette de la Polynésie française.


 

Il faut savoir

From: Direction de l'information légale et administrative

Sent: Thursday, July 28, 2016 9:21 PM

Subject: Interdiction des sacs plastique à usage unique en caisse à partir de juillet 2016

 Les sacs de caisse à usage unique en plastique d'une épaisseur inférieure à 50 microns, qu'ils soient gratuits ou payants, sont tous interdits à partir de juillet 2016 (y compris les sacs biodégradables).

Un des époux ne peut signer valablement un recommandé à la place de son conjoint s'il n'a pas reçu une procuration de celui-ci, rappelle la Cour de cassation dans une décision du 10  mars  2016. Il ne peut pas non plus obtenir une clé de leur boite postale sans l'accord de l'époux, ni des factures d'électricité si celles-ci son au nom de l'un d'entre eux... Y a du progrès à faire !

 

Passation de commandement du Manini  

Le lundi 1er aout 2016 le contre-amiral Bernard-Antoine Morio de l’Isle, commandant supérieur des forces armées en Polynésie française (FAPF), reconnaîtra le premier–maître Thomas Ramirez comme nouveau commandant du remorqueur Manini. Il succèdera au maître-principal Florence Petit.

La cérémonie de passation de commandement débutera à 07h30 à la base navale de Fare Ute.

Le Manini est un des deux remorqueurs portuaire et côtier (le second se nomme le Maroa) des FAPF. Il participe au remorquage portuaire et hauturier au profit de la marine nationale et joue un rôle essentiel en matière d’assistance et de lutte antipollution. Il est souvent mobilisé dans la récupération de chaînes SAR (search and rescue) destinées au sauvetage en mer et dans l’entraînement à l’hélitreuillage. Il peut également apporter son concours en matière de lutte anti-incendie.

 

 

Les principaux départements où l'on retrouve un maximum de fichés S

En Seine St Denis 160 - Val de marne 136- Val d'Oise 125 -Alpes maritime 151 - Bouches du Rhone 91 - Corse sud 4 - Haute Corse 5 - Côtes d'Armor 28 - Haute Garonne 93, la Réunion 63 etc... tous les département sont concernés. Les métropolitains ne sont pas sortis de l'auberge mais les organismes de renseignement non plus. La Polynésie française n'est pas mentionnée.

 

 

 

Jeudi 28 juillet 2016

 

 

L'Etat vend l'aéroport de Lyon et celui de Nice après celui de Toulouse, il espère en retirer 1,8 milliard d'euros

- A 8h30, demain, le Vice-président, ministre du Budget, des Finances et des Energies procèdera à la signature d’un contrat d'Emprunt avec la banque Socredo, dans les locaux de la Vice-présidence.

 

"L'intouchable" outragé, souhaite  appliquer "la méthode Poutine" à l'imprudent ministre Nuihau Laurey.

Pas d'éditorial aujourd'hui. Mais Tahiti Today s'est procuré la lettre " explosive" assez exceptionnelle de Dominique Auroy qui règle ses comptes, un à un, diabolisant au fil des pages, le ministre de l'Economie vice-président et  mettant très mal à l'aise le président du pays Edouard Fritch, qu'il met en demeure  de prendre la décision de mettre au "chômage technique" son vice président ministre des Finances et de l'Energie Nuihau Laurey. Ce dernier, avait  osé critiquer "l'intouchable" et peut-être même, lui réclamer des impayés depuis plusieurs années.

 Cela dit, voici Edouard Fritch pris entre le marteau et l'enclume ayant son ministre des Finances et de l'Energie en haute estime mais ayant également besoin certainement des investissements de Dominique Auroy. Cruel dilemme !!!

 Interrogé Nuihau Laurey comme à son habitude reste serein et droit dans ses bottes et ne fait aucun commentaire se bornant à dire avec le sourire qu'on lui connait : " C'est encore une première dans le pays quand un patron de presse demande la tête d'un ministre en lui reprochant de faire son boulot ,mais je vous félicite d'avoir un réseau d'informations aussi performant !"

 


Rien dans cette page sinon les PJ.
 

 

lLe point sur le Plan de transition énergétique a été fait, ce  matin, à la Présidence, en présence notamment du Président Edouard Fritch et du Vice-Président, Nuihau Laurey.

Action réalisée / substantiellement avancée Commentaire
Projet de co-développement de la Vallée de VAIIHA Mission GIE Oceanide débutée
Etudes supplémentaires sur la géothermie En cours
Analyser le potentiel hydrolien des 2 passes de Manihi et Takaroa Etudes en cours
Caractériser le potentiel houlomoteur à Fakarava Demande de subvention en cours
Accompagner l'installation de borne de recharge des véhicules électriques Etude sur le VE réceptionnée par le SDE

Objectif première borne installée fin 2016

Mettre en place l’étiquette énergie véhicule (projet d’arrêté) En attente des concessionnaires
Aider à la réalisation de diagnostics énergétiques au sein des communes mais aussi pour les particuliers Fait pour les communes (COE)

Difficile pour les particuliers

Elaborer un programme d’actions de communication éducative en collaboration étroite avec ministère de l’éducation 1er forum des Eco-écoles en avril 2016
Etudier l’ensemble des atolls habités et sélectionner les atolls à équiper Fait pour 2016 : 7 atolls + Rapa
Définir les mécanismes de financement (Fonds PF, FEI, …) Manihi accepté au FEI 2016

 

 

Le ministre de l'Intérieur réfléchirait à l'instauration d'un concordat avec l'islam, sur le modèle de l'Alsace-Moselle, selon Le Canard enchaîné. Une proposition déjà formulée par la droite.


"Tout en gardant mes principes républicains, je m'interroge sur l'usage vis-à-vis de l'islam d'un concordat tel que celui qui est en vigueur en Alsace-Moselle", aurait déclaré Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur (et des Cultes), selon Le Canard Enchaîné daté de ce mercredi 27 juillet. Le but d'une telle réforme serait de permettre à l'Etat d'avoir plus de contrôle sur l'organisation de la religion musulmane, afin de pouvoir surveiller la formation des imams, évincer les prédicateurs les plus radicaux et avoir un œil sur les financements, en particulier ceux venus de l'étranger.

Mais un tel concordat irait de fait à l'encontre de la loi de 1905 sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat, qui indique dans son article 2
: "La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte." Un récent rapport du Sénat préconisait, à l'opposé de l'interrogation de Bernard Cazeneuve, que l'Etat cesse de se mêler de l'organisation de l'islam en France. (Métronews)


 

 

 Remarquable analyse d'un auteur algérien.  Auteur : Karim Akouche est poète, romancier et dramaturge. Né en Kabyle, il vit au Québec.


 
Publié le 11 janvier 2016 à 10:59 / Monde Religion
 
 
>
Après les horreurs du vendredi 13, la France de demain ne sera plus comme avant. Elle ne sera plus la France d’hier.
 
Elle sera semblable, à quelque chose près, à l’Algérie des années 90 : Paris sera Alger. Toulouse, Blida ou Média. Lyon, Ain Defla. La Kabylie, la Bretagne. Ce n’est pas difficile à prédire. C’est même une évidence pour celui qui, comme moi, a vécu la guerre civile algérienne, côtoyé la violence aveugle des fous de Dieu, marché sur des flaques de sang et des morceaux de chair.


Ça a débuté comme ça : en bruit de pantoufles avant que ne retentissent les kalachnikovs et les bombes.
On pensait que c’était un jeu. Comme ces pétards que les enfants faisaient exploser lors de l’aïd et de l’anniversaire de la naissance du Prophète. On riait des qamis et des barbes hirsutes des intégristes. C’étaient nos "pères Noël".
 
Ils n’apportaient pas de cadeaux, ne distribuaient pas de bonbons, mais ils aimaient nous raconter des histoires obscures sur l’enfer et le jugement dernier. On trouvait leur façon de s’habiller exotique. Car, à la fin des années 80, rares étaient ceux qui portaient ces accoutrements importés d’Afghanistan et d’Iran.


 
Puis ça a continué comme ça : par l’intimidation. Avec des mots qui, certes, étaient trop violents pour mes oreilles d’enfant, mais c’était de simples mots. Les islamistes harcelaient les femmes libres, les démocrates et les laïques. Ils traitaient les progressistes de dépravés, de suppôts des croisés. Parfois, ils donnaient des coups de poing, de simples coups de poing.

Puis ça a progressé. Ils utilisaient des objets, de simples objets : des galets, des cordes, des seringues d’acide, des couteaux, des haches…
Ensuite ça a basculé : les islamistes ont embarqué le peuple dans un bateau ivre, pour un long voyage au bout de la nuit…
Sans crier gare, ils ont sorti les armes à feu, les fusils à canon scié, les bonbonnes de gaz et tout leur attirail de guerriers.
 
Ce n’était plus un jeu. C’était sérieux mais c’était la folie...


Les barbus tuaient les poètes, les fonctionnaires, les enseignants, les médecins… puis les gens ordinaires, le « petit » peuple.


>
Les journalistes rasaient les murs, ils étaient devenus des nécrologues. Ils n’écrivaient plus d’articles, ils comptabilisaient les morts. Les cafés et les trottoirs se vidaient, les gens se donnaient rendez-vous aux cimetières et parfois on enterrait à la pelleteuse.


 
Grisé par le sang, l’islamiste a redoublé de violence. On l’a vu éventrer les femmes enceintes, jeter des bébés dans des micro-ondes, égorger des villages entiers : Bentalha, Beni-Messous, Larbaa, Raïs… des toponymes qui donnent encore froid dans le dos.


 
L’islamiste est partout le même. Il carbure à la haine. Son vocabulaire est pauvre.
Il ne maîtrise que quelques verbes, souvent équivalents : tuer, exécuter, massacrer, violer, brûler, détruire…
 
Il ne lit qu’un seul livre, le Coran. Il n’obéit qu’aux seules lois d’Allah et de son Prophète.
>
Il dort avec un seul mot dans la bouche : vengeance. Il ne se réveille qu’avec un seul désir : éliminer un maximum de mécréants.


 
L’islamiste joue au sourd et au muet. Toute tentative de dialogue avec lui est vouée à l’échec. Il p L’islamiste n’a pas d’arguments mais il a des versets. Il n’a pas de cœur. Il ne connaît pas la peur. Si les balles tombent sur lui, il les affrontera avec le sourire. Sa devise : la vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la mort.
 
Pour lui, la mort, c’est l’éternel bonheur : il s’y abreuvera aux rivières de vin (breuvage interdit sur terre !) et à la tendre chair des houris.


 
L’islamiste n’est pas un animal de compagnie. On ne doit pas le caresser dans le sens de la barbe, ni lui faire confiance. Il a le cerveau malade. Les crocs acérés. La gâchette facile. Son entreprise s’appelle la terreur.

 L’islamiste ne réfléchit pas, ne recule pas, il fonce. Il ne rafistole pas, il achève.


 
Son objectif : soumettre l’humanité à la Oumma, la nation islamique mondiale. Son droit chemin lui a été tracé par Allah et Mahomet. Les autres voies lui sont impénétrables. Jouer avec lui, c’est comme badiner avec un serpent. Il glisse. Il mord. On ne peut pas le dompter, il tue. En voulant l’instrumentaliser dans leur stratégie contre leurs démocrates, les dirigeants algériens l’ont payé cher lors de la décennie noire. Le serpent leur a échappé des mains. Bilan : plus de 200 000 morts.
L’islamiste est perfide. Il affectionne la ruse. Il brouille les pistes. Il peut être un loup solitaire, mais il chasse souvent en meute.


 
Il n’aime pas la démocratie, mais il s’en sert. Il déteste la liberté, mais il en abuse pour propager son idéologie.

Il n’aime pas les technologies, mais sait remarquablement s'en servir afin de faire avancer sa cause.


 
L’islamiste a repéré les failles des démocraties occidentales. Il sait qu’il est un bourreau, mais il joue à la victime. S’il brandit le spectre de l’islamophobie, c’est pour culpabiliser le démocrate et le pousser à céder du terrain où il sèmera ses graines.


L’islamiste gagne chaque jour des batailles contre l’Occident. Il a réussi à restreindre la liberté de pensée, à séparer les femmes des hommes dans certaines piscines, à halaliser les menus scolaires et même les rations militaires, à fragiliser la laïcité, à ouvrir des mosquées dans les universités, à gagner des procès contre des États, à verrouiller plusieurs institutions internationales…


 
L’islamiste a deviné le gouffre spirituel dans lequel est plongé l’Occident. Il compte le combler. Il sait que le capitalisme sauvage crée des solitudes et que celles-ci tuent dans les villes.Il a trouvé un remède au stress et à l’ennui : son prosélytisme dynamique et le mirage de sa fraternité.
 
L’Occident est en train de perdre sa guerre contre l’islamisme. Sans courage ni lucidité, il perdra aussi son âme.
 
La France, quant à elle, risque de devenir très vite l’Algérie des années 90.
 

NDLR : depuis cet article la France a connu plus de 200 attentats mortels


 

On ne rigole pas avec les Corses ! On tire d'abord on s'explique après !!!!!

Corse : le FLNC du 22 octobre met en garde les "islamistes radicaux"

Toute attaque de leur part déclencherait "une réponse déterminée, sans aucun état d'âme", prévient le mouvement clandestin nationaliste corse.

Le mouvement clandestin nationaliste corse du FLNC du 22 octobre a averti jeudi dans un communiqué les « islamistes radicaux de Corse » que toute attaque de leur part déclencherait « une réponse déterminée, sans aucun état d'âme ».

Dans ce texte transmis à Corse Matin, le groupe, qui avait annoncé en mai sa « démilitarisation », adresse aussi un « message à l'État français », qui aurait, « si un drame devait se produire chez nous [...], une part importante de responsabilité car il connaît les salafistes en Corse ». Précisant qu'ils « seraient au nombre de huit », le FLNC ajoute savoir « avec certitude que l'un des imams de Corse est un indicateur de police ». Les nationalistes assurent aussi, sans plus de précision, « avoir permis au mois de juin de déjouer un attentat sur notre territoire dans un lieu fréquenté par le public ».

« Nous y sommes préparés »

« La volonté des salafistes est clairement de mettre en place chez nous la politique de Daech, et nous nous y sommes préparés », poursuit le texte. « Votre philosophie moyenâgeuse ne nous effraie pas. L'amalgame n'existe que dans l'esprit des faibles et le peuple corse est fort [...] de choix politiques difficiles qui ne nous ont jamais fait basculer comme vous dans la barbarie », lance le FLNC dit du 22 octobre à l'adresse des radicaux.

Revenant par ailleurs sur un guet-apens tendu à des pompiers en décembre 2015 dans une cité d'Ajaccio – qui avait été suivi de manifestations émaillées d'incidents racistes –, le groupe clandestin affirme qu'il s'agissait d'une « stratégie mise en place plusieurs jours, voire plusieurs semaines auparavant pour tester la réaction du peuple corse ». L'opération, ajoute-t-il, a été « orchestrée par quelques pseudo-penseurs malfaisants aidés de petites crapules sans envergure ».

« Prendre position »

« Sachez que toute attaque contre notre peuple connaîtrait de notre part une réponse déterminée sans aucun état d'âme », ajoute encore le FLNC. S'adressant, plus généralement, « aux musulmans de Corse », le Front les appelle aussi à « prendre position » en dénonçant l'islamisme radical. Il leur demande notamment de signaler « les dérives chez des jeunes désœuvrés tentés par la radicalisation » et de ne pas « afficher de signes religieux ostentatoires ».

« Si l'[organisation] État islamique revendiquait des actions sur notre sol, nous ne pourrons vaincre qu'ensemble », poursuit le FLNC. « Il faudra que la France cesse sa propension à intervenir militairement et à vouloir donner des leçons de démocratie à la terre entière, si elle veut éviter que les conflits qu'elle sème à travers le monde ne reviennent comme un boomerang sur son sol », ajoute encore l'organisation clandestine.

« Vigilance »

Appelant enfin « à la vigilance et au calme face à la barbarie », le FLNC souligne ne pas être « le refuge des frustrés d'une lutte raciale ou xénophobe » et dénonce « les idéologies fascisantes qui alimentent les esprits fragiles et les réseaux sociaux ».

Les présidents nationalistes de l'exécutif de la Collectivité territoriale de Corse et celui de l'Assemblée, Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, doivent soumettre jeudi à l'Assemblée une résolution demandant à l'État de fermer les lieux de culte musulman constituant « des foyers d'influence salafiste », d'expulser les animateurs fondamentalistes de ces lieux et de renforcer la sécurité sur les sites de grande fréquentation.

 

Hicham El Barkani, ce nom vous dit quelque chose bien sûr ! C'est l'homme qui s'était bombardé imam, salafiste de surcroit, que Tahiti grâce à l'ancien Haut commissaire Lionel Beffre, avait prié de faire ses bagages et aller prêcher ailleurs que chez eux à la suite d'une manifestation de rejet par la population. Bien vu. Cet homme, portant barbe et djellaba était interdit d se rendre aux Etats Unis. Les services de renseignement français ont dû lui coller une fiche S car les Américains n'interdisent leur sol qu'à des ressortissants étrangers ayant commis de très graves délits. Espérons que les services français en tiennent compte et que nous ne sommes pas prêts à revoir le prêcheur en question.

 

Ce qu'ils disent quand ils sont au pouvoir et ce qu'ils disent quand ils n'y sont plus et qu'ils veulent le récupérer !

" Il n'y a pas d'essais propres" !

Alain Juppé, le premier ministre qui a repris les essais nucléaires avec Jacques Chirac en 1995, "assume cette décision", mais reconnaît aussi que l'Etat a menti. S'il est élu Président de la République, il supprimera la notion de risque négligeable dans la Loi Morin pour permettre l'indemnisation des vétérans, a-t-il promis mercredi matin aux associations anti-nucléaires.

 

Bruno Barrillot de retour à la délégation au suivi des essais nucléaires. D'un président à l'autre mais il va être payé et ne servira pas à grand chose.

 

 

 

Mercredi 27 juillet 2016

 

 

Un prêtre de 86 ans égorgé en pleine messe nous rappelle que les bourreaux des moines de Tibérine sont toujours officiellement inconnus.JPP. 

 

Dernière heure voir ci-dessous quand Dominique Auroy demande au président la tête de son vice-président !

Daesh a diffusé mercredi soir ( ce matin pour nous) une vidéo qui pourrait permettre d’en savoir plus sur l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, qui a coûté la vie à un prêtre de 86 ans. Cette vidéo publiée par l’agence Amaq, organe de propagande de Daesh, montre deux jeunes hommes à côté d’une bannière de l’organisation djihadiste, l’un d’eux récitant en arabe avec un fort accent le texte traditionnel d’allégeance à l'« émir des croyants » Abou Bakr al-Baghdadi..Les deux hommes, barbus et se présentant sous les noms de guerre d’Abou Omar et Abou Jalil al-Hanafi, jurent « obéissance » au chef de Daesh en se tenant la main. Il pourrait donc s’agir des deux suspects de l’attaque, à savoir, Adel Kermiche et son probable acolyte Abdel Malik P.

Plus de 10.000 personnes sont sous surveillance électronique en France. L'un des assaillants de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray en faisait partie. Mais le dispositif a été inopérant, Adel Kermiche ayant commis l'attaque durant ses horaires de sortie autorisés

 « Nous sommes face à un groupe Daech [acronyme désignant le groupe djihadiste Etat islamique] qui nous a déclaré la guerre. Nous devons mener cette guerre par tous les moyens », a déclaré François Hollande qui s’est rendu sur les lieux de l’attaque.

Dans l'avion qui le conduisait, mercredi après-midi, à Cracovie, pour les JMJ, le Pape a commenté la mort du «saint prêtre» français en affirmant que «le monde est en guerre» mais que cela n'est pas une «guerre de religions» parce que «les religions veulent la paix». ( Il n'a pas du lire le Coran !)

Ben Laden en février 1998 parlait déjà d'une guerre de " croisés".

Claude Périou vient d’être nommé  directeur de l’Institut d’Emission d’Outre-mer en Polynésie française (IEOM). Ancien directeur général adjoint de la banque Socredo en 1987, il a occupé différentes fonctions au sein de l’Agence française de développement (AFD) avant d’être réaffecté  en Polynésie française

Une douzaine de douaniers mais aussi des agents de change et des personnels navigants d’Air Tahiti Nui ont été condamnés hier  pour "de petits arrangements entre-amis".

Sharon Stone, Catherine Deneuve et Ryan Gosling vendent leurs jeans pour les réfugiés. A quand la vente de leurs culottes ?

Alain Juppé en partant de Polynésie va se rendre à la Réunion où l'un de ses collaborateurs veille à la préparation minutieuse de son arrivée. Et il répètera les mêmes mots, les mêmes promesses, les mêmes conseils, à peu de choses près il fera les mêmes discours. Mais ça marchera probablement puisqu'il est le seul à labourer l'outre-mer.

 

 

Escalade : l'Eglise frappée en plein cœur.

 

 

 

Editorial

La main noire d'Allah

« L'obscurité ne peut pas chasser l'obscurité ; seule la lumière le peut. La haine ne peut pas chasser la haine, seul l'amour le peut. » Martin Luther-King

C'est beau, c'est doux et romantique, mais ça ne marche plus. On ne peut pas dire à ces "féroces barbares" " vous avez assassiné plus de 230 personnes, mais on vous aime". Il faudrait que l'on revoie notre code de moralité chrétienne car il est aujourd'hui, dépassée, obsolète, déséquilibré, dans la souffrance et dans le sang de nos propres nouveaux martyrs .

Nos erreurs du "bien pensant", du "politiquement cotonneux" nous ont fait entrer dans l'ère du chaos, loin du terrorisme classique que symbolisait le meurtre, aujourd'hui effacé, au profit du chiffre et de la barbarie. Daesh s'inspire du nazisme et du "tuez les tous". Et nous dirions seulement devant le couteau qui va  trancher les têtes " on vous pardonne"  afin qu'ils recommencent impunément encore et encore, jusqu'à liquider nos symboles, nos croyances, nos églises, nos temples, nos pères, nos mères et nos enfants ? Nous offrons déjà la protection de nos lois à ceux qui veulent  détruire notre civilisation  et nous devrions pardonner le crime ? La guerre ? Et son cortège d'horreur ? Ah non...

Mais nous faisons peut-être une erreur en donnant à la barbarie la publicité de notre dégoût. C'est ce que veut DAESH afin de créer la peur dans chacun d'entre-nous, alors que le doute d'une mort anonyme chez le kamikaze musulman ne l'effleure même pas. Il sait d'avance  qu'il aura  une mort glorieuse, que la presse en donnera tous les détails ; même les vierges sur leur petit nuage de leur paradis n'arrive qu'après la gloire. Cela s'apparente à une stratégie commerciale pour l'Etat islamique a écrit l'anthropologue Richard Rechtman. Il a raison. Mais comment se taire pour éviter  de murmurer honteusement comme pendant la II° guerre mondiale concernant les atrocités des camps de la mort " on ne savait pas" .

Alors puisque nous sommes en guerre, à la guerre comme à la guerre, flinguons les criminels ( c'est ce qu'est enfin autorisée à faire la police)  afin qu'ils arrêtent définitivement de gambader dans la nature en préparant de nouveaux attentats collectifs. Soyons les mitrailleurs des "Spitfire" . Pas de demi mesure et préparons aussi un réarmement moral et matériel fort pour montrer que la France affronte et combat la déraison criminelle. Même si ce n'est pas dans sa nature !

 Merah, Charlie, Bataclan, Magnanville, Nice et Hamel ont drapé sur notre pays et ses valeurs, des oripeaux sanglants. Ce n'est sans doute pas fini. La Polynésie française pour l'instant est épargnée. Elle ne peut que pleurer en baissant la tête, les symboles écorchés , décapités, écrasés, mitraillés,  en parlant d'amour.

 Bref, ce ne sont pas, pour l'instant, les mesurettes du candidat à la primaire des républicains, Alain Juppé, voire même celles de Nicolas Sarkozy,ce sont les mêmes, que la France évitera à sa population la main noire des  assassins d'Allah.

·         Par Arthur Berdah        Publié 

Quant Dominique Auroy  écrit au président pour avoir la tête de son vice président Nuihau Laurey on pourrait croire que nous sommes en pleine guerre de "croisés".

L'époque est pourtant dramatiquement sombre et pourtant en Polynésie, la politique et les rancœurs ne cessent jamais. Pas de trêve. En fait Dominique Auroy n'a pas digéré d'être accusé de ne pas surveiller de près ce qui était publié dans son journal par Nuihau Laurey, qui avait eu un choc, comme beaucoup de lecteurs d'ailleurs, par la publication  d'un courrier  particulièrement injurieux à son égard.

Dominique Auroy est rancunier mais il a de la mémoire et sait écrire. Il ne s'en prive pas et voilà qu'aujourd'hui, quelques semaines plus tard, dans une lettre fort longue de plusieurs pages adressée au président du pays, il s'est lancé dans la rétrospective de tous ses griefs depuis la conférence de presse du ministre de l'Energie et plus encore. En conclusion il demande sans vergogne au président en lui signalant au préalable, pas fou, le nombre de ses investissements y compris dans le futur Mahana beach, de lui offrir sur un plateau, c'est délirant ,la tête de Laurey en ces termes :

je me vois contraint de vous demander, officiellement, de bien vouloir veiller à ce que M.LAUREY :

- ne siège plus dans aucune commission d'attribution de marchés publics,concernant toute entreprise dans laquelle je détiens directement ou indirectement des participations;

- ne traite plus aucun recours hiérarchique (notamment fiscaux), concernant toute entreprise dans laquelle je détiens directement ou indirectement desparticipations;

- ne siège plus dans aucune commission de recours fiscal ou d'examen de dossiers d'incitation fiscale, concernant toute entreprise dans laquelle je détiens directement ou indirectement des participations;

• ne représente plus le Pays, soit comme administrateur, soit comme représentant le Pays aux assemblées de toute SAEM dans laquelle je détiens directement ou indirectement des participations;

- soit remplacé par tout ministre de votre choix, pour examiner l'ensemble des dossiers, dont la liste est jointe, qui sont manifestement tous bloqués directement ou indirectement, sous l'égide de M.LAUREY.

En effet, vu l'opposition personnelle et violente de M.LAUREY à ma personne et à toute entreprise dans laquelle je détiens directement ou indirectement des participations, chacune de ses décisions les, ou me, concernant sera obligatoirement marquée d'une suspicion majeure de partialité."

 

Nous ne sommes pas sûre que ces injonctions plaisent tellement au président Fritch. Mais comme on le voit, le torchon brûle entre deux hommes aussi pugnaces l'un que l'autre. C'est un bras de fer qui commence et une première quand un patron de presse demande officiellement la tête du numéro 2 du gouvernement . Comme quoi, la "guerre" est partout qu'elle soit religieuse ou pour le pouvoir. Une affaire à suivre...

 

Courrier :

Madame Bourne. 

J’ai lu avec grand intérêt la lettre ouverte du président Flosse à Monsieur Juppé. Je comprends son ressentiment. 

Monsieur Juppé aurait du se comporter plus correctement avec celui qui a tant fait pour la Polynésie comme il le dit lui-même, qui a été ministre de la République dont il a été lui-même  premier ministre. En plus monsieur Juppé n’est pas en mesure de donner des leçons, ayant lui-même été condamné pour une affaire d’emplois fictifs, je crois, comme celle qui vaut à Monsieur Flosse son inéligibilité actuelle. Cette attitude surprend et m’apparaît  peu respectueuse.

Vous avez écrit à juste titre dans un éditorial récent qu’avec de tels amis on n’avait pas besoin d’ennemis.

Je crois que monsieur Juppé a commis une erreur, car en Polynésie on n’aime pas ça, et on ne se comporte pas de cette façon. Monsieur Flosse a raison également de rappeler comment est venue la fracture au sein de son parti politique.J’ai voté pour son retour en 2013 et je n’ai pas voulu ce qui se passe actuellement, parce qu’il ne se passe rien justement !

Par votre intermédiaire, j’adresse à Monsieur Flosse que je ne connais pas personnellement, tout mon soutien, et je vous remercie de nous éclairer chaque jour comme vous le faites. 

Catherine B.

 

L'interview de Nicolas Sarkozy au Monde

Au lendemain de l'assassinat d'un prêtre dans une église, l'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, prône, dans un entretien au Monde, un durcissement des mesures antiterroristes et critique l'exécutif. « Le gouvernement devra répondre à la question : comment des individus fichés, dont l'un sous contrôle judiciaire pour avoir essayé d'aller faire le djihad en Syrie, ont été laissés libres de commettre un tel attentat ? », s'interroge le président du parti Les Républicains.


Quelle est votre réaction après l'assassinat d'un prêtre par deux terroristes ?


-Comme tous les Français, je suis horrifié par ce nouvel acte barbare. En assassinant un prêtre et en blessant gravement des fidèles dans une église, c'est aussi l'âme de la France qui a été touchée. Je veux exprimer ma totale solidarité et mon soutien aux catholiques de France.
Ce nouveau drame montre à quel point nous devons changer de dimension dans notre riposte au terrorisme islamiste. Je ne peux pas accepter l'application de schémas intellectuels du passé à la réalité d'aujourd'hui. Nous sommes entrés en guerre avec les attaques de Charlie Hebdo et de l'Hyper Casher en janvier 2015. Il faut en tirer toutes les conséquences.


Cet attentat survient en pleine polémique après l'attentat de Nice. Demandez-vous la démission du ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve ?


L'urgence, c'est la sécurité des Français. Et cela passe par la vérité. Le gouvernement la doit aux familles des victimes et à tous les Français. A Nice, des versions totalement contradictoires ont été exposées, notamment sur les effectifs présents. Y a-t-il eu mensonge ou pas ? S'il était avéré qu'il y a eu un mensonge d'Etat, notre pays, pas plus qu'aucune démocratie, ne pourrait l'accepter.
De même, à Saint-Etienne-du-Rouvray [Seine-Maritime], toute la lumière devra être faite sur le parcours judiciaire de ces terroristes, sur les moyens de surveillance et sur l'appréciation de la dangerosité de ces individus. Le gouvernement devra répondre à la question : comment des individus fichés, dont l'un est sous contrôle judiciaire pour avoir essayé d'aller faire le djihad en Syrie, ont été laissés libres de commettre un tel attentat ?


Que préconisez-vous ?


C'est précisément à ce type de situations que nous voulons répondre lorsque nous disons depuis des mois que ceux qui sont partis faire le djihad ou ont essayé de s'y rendre doivent aller en prison puis dans un centre de déradicalisation. Et nous proposons également depuis des mois la rétention administrative pour les individus fichés les plus dangereux.

Faire vraiment la guerre, c'est priver de liberté et donc mettre hors d'état de nuire, ceux qui veulent s'en prendre à la France. La gravité des événements de ces dix-huit derniers mois impose à chacun d'entre nous une réserve, une dignité mais aussi une exigence d'action. C'est la seule façon d'être à la hauteur.


Pourtant, selon un sondage Odoxa pour France Info, 80 % des Français ne trouvent pas les politiques à la hauteur. Pourquoi l'opposition ne respecte-t-elle plus la période de deuil et d'unité nationale ?


Les Français ont légitimement une exigence d'efficacité qui se double d'une exigence de dignité. Ces sentiments-là sont au fond de chacun d'entre nous. Le pire serait que les questions ne soient pas posées, que les failles ne soient pas analysées. Poser des questions et proposer des solutions, ce n'est pas chercher la polémique, c'est vouloir améliorer la sécurité des Français.


Alain Juppé a déclaré que l'attentat de Nice aurait pu être évité. Etes-vous d'accord ?

J'ai vécu ce genre de situations comme ministre de l'intérieur et comme président de la République. Je sais que le risque zéro n'existe pas. Ce que je veux, c'est la tolérance zéro.


François Hollande a-t-il pris conscience de la situation ?


Depuis 2015, il y a eu huit attentats qui ont fait 236 victimes. Le pays a parfaitement pris conscience que nous sommes entrés dans un autre monde, un monde en guerre, qui nécessite un autre degré de riposte.

Est-ce que tout a été fait depuis dix-huit mois ? La réponse est clairement non. Par exemple, j'ai demandé, dès janvier 2015 et après chaque attentat, la pénalisation de la consultation de sites djihadistes. Il a fallu attendre juin 2016 pour que soit adoptée par le Parlement une mesure aussi simple. Et le décret d'application n'a toujours pas été pris. Que de temps perdu… Et que dire des centres de déradicalisation qui n'ont toujours pas été créés, des individus fichés « S » qui ne sont pas suffisamment privés de leur liberté d'aller et venir, des étrangers qui représentent une menace et qui ne sont toujours pas expulsés ?

Comment l'expliquez-vous ?


La violence et la barbarie ont sidéré une partie de la gauche française en janvier 2015. Tous ses repères se sont évanouis et elle s'est accrochée à un discours qui ne correspond plus à la réalité. Elle a continué à appliquer le désarmement pénal mis en place par [l'ancienne ministre de la justice] Christiane Taubira, alors même que nous avions besoin de plus de sévérité dans l'application des peines. Tous ces principes se retrouvent balayés par la réalité et la gauche est tétanisée. Et, aujourd'hui, elle se refuse à vraiment faire bouger les lignes de droit pour l'adapter à l'ampleur de la menace.

Dans votre camp, plusieurs élus évoquent une remise en cause de l'Etat de droit pour lutter contre le terrorisme. Etes-vous d'accord ?


Adapter l'Etat de droit ne veut pas dire le remettre en cause. Nous ne pouvons rester dans le cadre actuel face à une situation exceptionnelle qui a vocation à durer. On constate aujourd'hui qu'il y a un lien incontestable entre la délinquance de droit commun et le terrorisme. La plupart des terroristes avaient un passé de délinquant. Et la fourniture d'armes et le soutien logistique se nourrissent de la délinquance de droit commun.
Il est donc indispensable d'expulser immédiatement tout étranger condamné pour terrorisme, ce que la réforme de la double peine en 2003 n'a jamais empêché.
Mais il faut aller plus loin. On voit bien que la situation sécuritaire n'a plus rien à voir. En 2003, les conditions d'application de la double peine avaient été modifiées pour tenir compte des obligations européennes sur la vie familiale. Aujourd'hui, ce sont ces dispositions européennes qui doivent être adaptées car il est indispensable que tout étranger condamné pour un crime ou un délit à une peine de plus de cinq ans d'emprisonnement soit expulsé systématiquement.


Le député du Rhône Georges Fenech, qui appartient à votre parti propose la création d'un « Guantanamo » à la française. Adhérez-vous à cette idée ?


On ne peut pas se contenter d'avoir des individus fichés. Il faut, une fois qu'ils sont fichés, les empêcher de nuire. Sur la base de l'analyse des services de renseignement, je demande l'assignation à résidence avec un bracelet électronique ou, pour les plus dangereux, le placement dans un centre fermé. C'est une procédure comparable à celle qui existe pour les étrangers en situation irrégulière et en matière d'internement psychiatrique.
Il y a 70 000 placements d'office par an en matière psychiatrique, comment expliquer qu'on ne puisse pas appliquer ce dispositif de protection à quelques centaines d'individus potentiellement dangereux, alors qu'il en va de la sécurité des Français ?
Tirons immédiatement les leçons de cette stratégie. Toutes les personnes qui sont aujourd'hui sous contrôle judiciaire pour des faits de terrorisme doivent être placées en détention provisoire et non plus laissées en liberté.


C'est une remise en cause de la présomption d'innocence…


Notre système doit protéger les victimes potentielles plutôt que les auteurs probables d'un futur attentat. Il y a dans cette guerre que nous engageons, les innocents, les coupables et une zone grise, avec ceux qui ne sont pas encore passés à l'acte.
Peut-être qu'ils ne le feront pas, mais nous considérons que c'est déjà un délit d'être en contact régulier avec des milieux djihadistes. Cette évolution intellectuelle vient d'une conviction : si les démocraties ne défendent pas les citoyens, les citoyens se défieront de la démocratie.


Vos adversaires politiques vous reprochent la création, en 2008, de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) – devenue Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), en 2014 –, qui a mis fin aux renseignements généraux, très ancrés localement. Le regrettez-vous ?


Je suis effaré de l'incompétence que traduisent certains des commentaires. J'ai supprimé les renseignements généraux sur la partie politique et syndicale de leur recherche. En aucun cas sur l'information générale et, bien évidemment, pas sur le volet terroriste.
J'ai bouleversé des habitudes nauséabondes qui faisaient des renseignements généraux une source de scandale permanent. C'était une police de renseignement politique et syndicale à laquelle j'ai mis un terme, et j'en suis fier.
Pour autant, il sera nécessaire de restructurer les services dans le cadre d'un grand ministère de la sécurité intérieure que j'appelle de mes vœux. Le rattachement de la pénitentiaire à ce ministère est dorénavant nécessaire. Et dans ce cadre, la création d'un service de renseignement dans les prisons s'impose.


Le premier ministre, Manuel Valls et le ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve, vous ont reproché d'avoir baissé les effectifs de la police et de la gendarmerie lors de votre quinquennat. Etait-ce une erreur ?


Lorsque j'ai quitté les responsabilités, tous les indicateurs de la délinquance étaient à la baisse, aujourd'hui tous sont à la hausse. Ce n'est donc pas simplement une question d'effectifs, mais d'organisation des services et de politique pénale.
Si les effectifs tels que je les ai laissés ne convenaient pas à M. Hollande, pourquoi n'a-t-il pas corrigé cela depuis quatre ans ? Au contraire, et en dépit des annonces, au mois de décembre 2015, ces effectifs avaient baissé de 868 personnes par rapport à décembre 2011, selon la Cour des comptes.


Faudra-t-il revoir les effectifs à la hausse dans le prochain quinquennat ?


Il faudra exonérer toutes les forces de sécurité – policière, militaire et judiciaire – de tout effort d'économies, augmenter les moyens de l'armée et embaucher des analystes pour le renseignement. La question est moins celle de la collecte des renseignements que de leur exploitation et de leur analyse. L'objectif est de savoir mieux utiliser la matière que nous avons. Du côté de la justice, il faudra renforcer les parquets, en particulier les auxiliaires de justice.


 

Mardi  26 juillet 2016

Houhou Alain, tu m'entends, je suis toujours là ?!

 

Le président du Tahoeraa renvoie la balle à son ancien ami et lui écrit tout ce qu'il n'a pas pu lui dire !

 Lettre ouverte du Président du Tahoeraa Huiraatira Gaston Flosse à  Monsieur Alain JUPPMaire de Bordeaux et ancien Premier ministre, Candidat à la primaire psidentielle des Républicains de 2016

  

Monsieur le Premier ministre,

 

 

A la veille de recevoir les associations de défense des travailleurs du nucléaire, je souhaitais vous faire état de nos réflexions et vous remettre la résolution que le Tahoera'a Huiraatira a déposée à l'assemblée sur cette question le 27 novembre 2014, et qui fut bien malgré nous la cause de la division du Tahoera'a Huiraatira. Avec le recul, les déclarations du président Edouard Fritch, que ce soit devant le Comité de Suivi de la Loi Morin, en présence des associations antinucléaires ou lors de la visite officielle du président de la République, montrent qu'il est en parfaite adéquation avec le constat et les préconisations de cette résolution. Ses propos illustrent à postériori combien les divergences mises en avant à l'époque pour justifier la rupture avec son propre parti n'étaient en réalité que des prétextes qui ne trompent plus personne, puisqu'il demande aujourd'hui ce qu'il rejetait hier.

Hormis le fait que cette résolution pouvait constituer une occasion historique pour les Polynésiens de parler d'une même voix, et qu'elle est devenue de fait une occasion manquée, la fracture voulue par Edouard Fritch sur cette question a entraîné le Tahoera'a Huiraatira qui avait brillamment gagné les élections en 2013 et fort d'une majorité de 38 élus, à être marginalisé et cantonné dans l'opposition. Une fois de plus le suffrage universel tel qu'exprimé par les Polynésiens s'est retrouvé confisqué par le petit jeu politique.

En arrivant à Tahiti, vous m'avez injustement rendu responsable de l'instabilité, et je veux croire, il ne peut en être autrement, que vous avez été mal informé, car la rupture n'a pas é de mon fait. Il est évident que le président Edouard Fritch a voulu fonder son propre parti. Cette décision était préméditée, puisqu'elle avait dé é prise lorsqu'il était encore président de l'assemblée en 2013. C'est à ce moment- qu'il avait constitué dans les rangs du Tahoera'a Huiraatira son propre groupe de 13 élus avec lesquels, et le soutien ostensible de ses alliés du groupe A Tia Porinetia de Teva Rohfritsch, il allait engager le bras de fer contre son propre parti. La question nucléaire n'était qu'un prétexte, un faux prétexte.

Quant à l'instabilité, le précédent Haut-commissaire, Lionel Beffre, moin empreint d'une grande acuité au cours de cette période, et après lui le président de la République lui- même, ont reconnu qu'elle n'existait pas, qu'elle était une vue de l'esprit, soulignant que les institutions ont toujours pleinement fonctionné. D'ailleurs tous les textes présentés par le gouvernement, y compris les budgets, les collectifs budgétaires, les lois de pays et les délibérations ont tous été votés par le Tahoera'a Huiraatira, alors même qu'Edouard Fritch ne possédait pas encore la majorité. Pour mieux nous diaboliser et justifier une fracture dont nous n'étions en rien responsables, on nous a engagé un bien mauvais pros.

Croyez-vous d'ailleurs, puisqu'aujourd'hui Monsieur Fritch dispose de la majorité absolue et des pleins pouvoirs, qu'il soit pour autant plus efficace pour sortir la Polynésie française de la crise, pour créer des emplois, pour lancer les grands chantiers, pour régler l'épineuse question de la Protection Sociale Généralisée? Je vous laisse seul juge. Les Polynésiens ont déjà leur avis sur la question.

Vous êtes bien placé pour savoir combien je me suis battu lors de la reprise des essais nucléaires en 1995, pour faire accepter, ici et dans le Pacifique, cette ultime série de tests dont vous aviez besoin pour assurer la souveraineté militaire et énergétique de la France. J'en ai payé le prix fort au plan politique, mais je suis resté fidèle à mes convictions et aux hommes qui les incarnent, dont vous faites partie.

J'ai     cependant     considéré     comme     équitable     d'obtenir      de      l'Etat une compensation économique consécutive à l'arrêt des activités du Centre d'Expérimentation du Pacifique, que j'ai négociée avec et obtenu de mon ami le président de la République Jacques Chirac et que vous avez effectivement signée lorsque vous étiez Premier ministre. Lors de votre passage à la présidence hier, vous avez célébré les vingt ans de cette signature. Je regrette que les circonstances de celle-ci n'aient pas é mieux rappees en rendant tout simplement à chacun le mérite qui lui revient.

De la même manière j'aurais eu plaisir à vous rencontrer, à titre amical et privé. Cette rencontre aurait été normale compte tenu de notre passé politique commun, et cette courtoisie de circonstance n'aurait gê personne. Personne ne serait venu vous la reprocher. Votre passé judiciaire ne vous place pas au-dessus des déboires que je traverse et ils ne font pas de vous pour autant quelqu'un d'infréquentable. Mieux, ils ne vous empêchent pas d'être candidat à la présidence de la République. Pourtant vous avez choisi de m'ignorer, c'est votre choix. Je me suis expliq sur les raisons qui ont conduit le Tahoera'a Huiraatira à ne pas participer aux primaires alors même que nous avons é les premiers à vous manifester notre soutien dès le congrès du Tahoera'a Huiraatira en novembre 2015. Vous conviendrez avec moi que tout ceci aurait pu se passer autrement. Je constate qu'Edouard Fritch se garde bien de s'engager clairement pour vous. Il semble même se dédouaner à l'avance de l'accueil qu'il vous réserve, en prenant soin de dire qu'il recevra tous les candidats de la même manière. De toute évidence, il ménage son ami François Hollande dont il attend encore quelques bonnes grâces dans le cadre des accords de Papeete.

J'en reviens à présent à la question nucléaire qui empoisonne depuis tant d'années les relations entre la France et la Polynésie française. Nous avons trop soufferts de langue de bois et du double langage. Les Polynésiens ont droit à plus de considérations. Ils ont droit à la rité et à la juste réparation des préjudices qu'ils ont subi en acceptant ces essais nucléaires chez eux, dont on nous avait garanti l'innocuité. Il ne s'agit pas ici, vous l'aurez compris d'engager le pros de qui que ce soit, mais simplement de reconnaître les faits, et d'en assumer les responsabilités qui en découlent.

 

Pour y parvenir, dans le sillage de notre élection, le groupe Tahoera'a Huiraatira, majoritaire à l'assemblée, a adopté une résolution relative à la situation des atolls de Moruroa et Fangataufa, considérant qu’elle nest pas réglée à ce jour, pas plus que n’est résolue la question des conséquences sanitaires et environnementales des 193 expérimentations effectuées par la France sur ces atolls entre 1966 et 1996, qu’ils soient atmosphériques ou souterrains.

La résolution n°2014-1 R/APF adoptée à ce sujet par l’Assemblée de la Polynésie française le jeudi 27 novembre 2014, par 36 Représentants sur 57, ainsi que la délibération créant le comité de suivi de la résolution, adoptée par l’Assemblée de la Polynésie française dans sa séance du jeudi 11 décembre 2014, sont restées lettres mortes à ce jour.

J’ai l’honneur de vous adresser ci-joint cette résolution. Elle s’appuie sur le fait que les atolls ne pourront pas être restitués à la Polynésie française, du fait des dommages écologiques irréversibles qu’ils ont subis en raison des expérimentations nucléaires, comme cela était explicitement prévu dans l’acte de cession voté par l’Assemblée de la Polynésie française le 6 février 1964.

Nous souhaitons régler cette question avec lEtat et non pas contre lui, afin précisément que cette situation ne vienne pas alimenter des rancœurs, voire un contentieux qui pourrait être utilisé contre lui dans l’avenir. Un pas a é franchi par le président de la République qui a reconnu à Papeete, la responsabilité de la France dans ce dossier et il s’est engagé à modifier la loi Morin. Mais ce nest pas suffisant.

Alors qu'un dialogue rénové s’est instauré entre l’Etat et la Polynésie française, initié dès notre retour en 2013, pour jeter les bases dun partenariat durable et franc ; ce dernier ne saurait exister sans que soit purgée la question post-nucléaire toujours latente vingt ans après l’arrêt définitif des expérimentations. Parce que vous avez dit ici même dès votre arrie que vous assumiez les choix et les décisions prises à l’époque, et parce que vous êtes le candidat à la présidentielle qui porte cet héritage, nous attendons de vous des réponses claires et concrètes sur cette question à la lumière des attentes que nous avons exprimées dans la présente résolution qui n’a rien perdu de son actualité, bien au contraire, puisqu’elles sont à présent portées par les associations que vous allez rencontrer.



N'ayant aucune occasion d'échanger avec vous sur toutes ces questions, j'ai pris la liberté de vous écrire en vous adressant cette lettre ouverte. Dans l'attente de prendre connaissance par les médias des réponses que vous jugerez ou non utiles d'apporter, je vous prie de croire, Monsieur le Premier ministre, à l'assurance de ma haute considération.

                                                                                                                

 

Actualités d'ici et d'ailleurs

 La contrainte du double mandats 'impose bien sur aux membres du gouvernement également. Mea culpa !

La contrainte du double mandat ne s'impose qu'au président, au vice président, au président de l'assemblée. c'est pourquoi Nuihau Laurey qui est sénateur devra quitter la vice-présidence le moment venu; par contre elle ne s'impose pas au « simple » ministre qui n'a pas à choisir et qui peut cumuler un mandat national avec la fonction ministériel. S'il redescend à l'assemblée il pourra conserver son mandat de député et celui de représentant comme le fait Maina Sage par exemple qui repostule pour un nouveau mandat. Mais comment être ministre et député avec un grand écart de 20.000 Kms? C'est quasiment impossible à moins d'être un excellent gymnaste, et c'est là que l'affaire se corse pour Rony Tumahai le maire de Punaauia si Teva Rohfritsch reprend son siège de représentant car le malheureux devra abandonner une bonne rémunération pour une plus maigre en tant que maire.

L'illétrisme? Mais demandez donc à la ministre de l'Education et à son homme lige le vice recteur pourquoi  ils ne réussissent pas à faire des champions des chiffres et des lettres avec le reo maohi ? Non sa priorité ce n'est pas l'illettrisme mais c'est au contraire l'encourager avec des heures supplémentaires de reo maohi selon ses déclarations pontifiantes à la presse il y a quelques mois au côté du vice recteur, au lieu de les encourager également à faire des efforts pour améliorer leur  français. Français qui pourrait leur ouvrir  d'autres portes que celles de l 'échec scolaire... Faut pas gémir....  On récolte ce que l'on sème.

 Où en est le remaniement ministériel annoncé par Edouard Fritch qui a aussi du fil a retordre avec le choix des candidats aux législatives.

Alors qu’il tentait d’attraper un Pokémon avec son téléphone portable, un jeune automobiliste à Besançon a percuté un muret. Les autorités mettent les joueurs en garde sur les dangers de leur nouvelle passion.

La mort du père Jacques Hamel  aujourd'hui, égorgé dans son église, en fait la 223e victime de l’organisation Etat islamique en France depuis 2015. La France est le pays le plus lourdement touché.

Contrairement à ce que certains  veulent nous faire croire, ces assassins ne sont pas des malades mentaux. Un paranoïaque ne massacrerait jamais des personnes inconnues de lui. Quant aux psychopathes ils agissent dans l'impulsivité et sûrement pas dans la préparation méthodique, des jours à l'avance d'un attentat.


 

Commentaire

Lundi, Edouard Fritch, le président du Pays  a dit : : "Je veux bien accueillir des personnes sur lesquelles j’ai beaucoup tapé il y a quelques années"(ndlr: Tiens donc lesquelles, il ne s'est jamais vraiment mouillé !) "Pourquoi n’irais-je pas accueillir des personnes qui ont rendu de grands services à notre Pays. "

 Cette sortie ressemble à une blague ! Veut-il parler des essais nucléaires, à moins que ce ne soit la réduction de 4 milliards de la DGE (Dotation globale d'Economie),rognée sur les 22 milliards ,cadeau de Jacques Chirac ? Quels services Alain Juppé a-t-il soudain rendu à la Polynésie ? Il s'en est toujours tenu éloigné, trouvant Chirac trop généreux avec elle.

A l'évidence Alain Juppé déjà se montre sectaire. Bien sûr que Nuutania est une terrible verrue sur Tahiti mais il n'a pas dit un mot sur la prison la plus moderne de France en cours de finition à Papeari. Presque un lieu de villégiature. Cadeau de l'Etat à la Polynésie. Ah, mais c'est bien sûr un investissement socialiste. Motus !

Il y a beaucoup de choses à dire sur cette visite et les propos tenus par le candidat républicain qui n'a pas cessé d'enfoncer des portes ouvertes comme l'indice des fonctionnaires que  l'Etat  a promis de maintenir.  François Hollande lors de sa visite ayant déjà prévenu que cet indice ne serait pas bougé.. Le président Hollande aussi est en campagne et il ne prendrait pas le risque de se mettre à dos tous les fonctionnaires outre-mer dans l'état où il se trouve lui-même Donc Juppé a encore fait une bulle. De plus il y a loin de la coupe aux lèvres et il ne risque rien de promettre tout ce qu'on veut aujourd'hui. Le refrain sera différent ,s'il est élu en 2017, croyez-moi.

 Enfin sa sortie sur GF dès son arrivée, à propos de l'instabilité et du judiciaire est en trop. Sur le judiciaire il a enfoncé un mauvais clou de plus dans le cœur de son ex ami, quant à l'instabilité, c'est injuste. Ils étaient deux à batailler.  Avec des amis comme ça, on n'a plus besoin d'ennemis !

 Et si le Tahoeraa comme l'a dit le vice président du parti Marcel Tuihani doit voter pour lui, c'est que vraiment il n'est pas rancunier après la méchante gifle qu'il a balancé gratuitement, dès son arrivée, à  son président.

Nous aurons l'occasion de revenir sur la visite d'Alain Juppé qui est venu comme tous avant lui " pour écouter" !!! On l'a surtout entendu parler. Nous sommes vraiment un vieux pays avec de vieux politiciens sans imagination, et qui tel un gramophone rayé nous fait entendre la même petite musique qu'elle soit de droite ou de gauche à quelques différences près.

En attendant un prêtre a été égorgé dans son église à Saint-Etienne-du Rouvray dont DAESH a revendiqué la mort lors d'une prise d'otage perpétrée par l'Etat islamique. Alain Juppé dit qu'il peut faire mieux pour contrer cet abject terrorisme en faisant monter au créneau de jeunes réservistes. On en a de la chance !

 

 

 

Ce père de 84 ans, le père Hamel a été égorgé par deux dijhadistes, dont l'un avait déjà été arrêté pour terrorisme. Pour Héloïse Lenesley,du Figaro cet événement révèle le poids tragique des lâchetés politiques qui minent la nation.

 Ils ont surgi et l'ont égorgé comme ils égorgent les moutons. Quelle belle proie que ce vieux prêtre aux mains déformées par l'arthrose. Mais les catholiques vont-ils pour autant crucifier un imam ou flinguer des musulmans à la  sortie d'une mosquée ? Non. L'un des deux a été libéré avant l'heure en attendant son procès parait-il ? Pourquoi des experts comme le juge député Fenech et le juge Trévidic sont-ils écartés par des lois idiotes dont nous avons la recette. Pourquoi ce gouvernement a-t-il peur de faire du Trump pour sécuriser sa population ? Pour quel résultat ? Celui-là ! Un de plus : 223 morts. Et on vient nous dire il ne faut plus que les policiers utilisent les "flash balls", rendez-vous compte, ça peut blesser !!!! A ce train là, les Français sont égorgés d'avance.

 

Robert Redeker: «Le terrorisme islamiste s'épanouit grâce à la mauvaise conscience de la France"

Depuis les années 1980, la peur panique de paraître «méchants» a conduit les Français à tout accepter, y compris l'inacceptable, argumente le philosophe.

LE FIGARO. - Que vous inspire l'assassinat du prêtre de Saint-Étienne-du-Rouvray?

Robert REDEKER. - Cet attentat contre une église est un message adressé aux chrétiens par les islamistes. Ils aimeraient voir la France ressembler à la Syrie et à l'Irak, où les chrétiens sont victimes d'un quasi-génocide. Le plus odieux est que l'idéologie islamiste cherche à faire croire que ce sont les musulmans qui sont persécutés partout dans le monde, que ce sont eux les victimes par définition. Mais la réalité géopolitique est bien différente. Cette vérité planétaire atteint maintenant la France aussi. Et pourtant, le déni continue: à chaque fois que c'est possible, le gouvernement et de nombreux médias disculpent l'islamisme de ces attentats en réduisant les terroristes à des catégories psychiatriques (les «déséquilibrés»

Les assassins de masse, les barbares n'ont plus droit aux " droits de l'homme" ! C'est tout. A notre tour, après eux de dire, "tuez les tous". la France n'a pas le choix, ce sont eux ou nous !

 

 

Michel Monvoisin, PDG d'ATN a mis Los Angeles à la portée des Polynésiens

Ce PDG d'Air Tahiti Nui auquel on ne donnait pas un kopeck quand Gaston Flosse l'a nommé à la tête  de la compagnie aérienne en le piquant à la monétique où il excellait, a sauté dans le bain sans faire de vagues et sans tapage médiatique. Il a appris le job très vite, en montrant, malgré les aléas de ce métier, sa redoutable efficacité. Un bilan plus que positif le prouve avec plus de  130.000 passagers transportés en trois ans. Il ne fait pas partie des personnalités qui adorent se montrer dans la presse .Il parle peu, mais quand il le fait d'une manière improvisée ou longuement pensée, c'est pour informer le public, ses clients, de la marche impressionnante d'ATN depuis deux ou trois ans, qu'il considère être le flambeau de la Polynésie française. Il est heureux  d'admirer sur les tarmacs, quand ses avions "se reposent" ou font le plein d'énergie, avant de reprendre leur vol, cette fleur de tiare, l'emblème de sa compagnie.

Il a bien voulu répondre à nos questions et refaire rapidement le bilan de son action dont le succès revient également à ses collaborateurs mais aussi à l'ensemble de son personnel. Car un seul maillon lâche et c'est toute la chaine qui trinque. Ce n'est pas le cas il est expert en "soudure". Il a appris ce métier aussi en retroussant ses manches !

1/ Vous venez de revenir de Paris était-ce un voyage de travail ?

Oui bien sûr. J’ai accompagné le Ministre du Tourisme dans ses RDV, notamment avec le Président des croisières Silver Sea dont la presse s’est récemment fait l’écho.

 

2/ Air Tahiti Nui semble apaisée par rapport à il y a quelques mois, alors qu’Air France subît les contrecoups des revendications parisiennes de sa compagnie, est-ce-que ce ciel bleu va perdurer pour ATN ?

Ce sont deux situations différentes entre AF et ATN.A  ATN, nous sommes dans un cycle de changement ou certains ont du mal à comprendre que la compagnie ne leur appartient pas. Je fais allusion à une minorité de pilotes qui ont été dans une logique de prise de contrôle de la compagnie pour pouvoir mieux servir leur clan et leurs propres intérêts. A leur décharge, ils ont toujours été habitués à obtenir la tête des PDG quand ces derniers n’allaient pas dans leurs sens. Les temps changent, et il faudrait qu’ils s’en rende compte. Pour ma part, j’ai tourné la page et il n’y a pas de règlement de comptes ni de chasse aux pestiférés. Par contre, il y a bien une dynamique générale de la compagnie avec des perspectives pour tous ; et il y aura ceux qui sont dedans et ceux qui sont en dehors. Il n’y aura pas de juste milieu.

Mon travail est de servir l’intérêt général et de les ramener dans les enjeux communs. Je ne désespère pas, mais je reste vigilant. Les épidémies de gastro avant les vols ça se déclenche vite et, bizarrement, toujours en haute saison…

 

3/Le low cost chinois est en pleine extension. Est--il porteur pour la Polynésie ? Qui de Spring Airlines, West air ou Jiuyuan Airlines deviendra le Easy jet chinois ? Par ailleurs personne ne parle de Hainan Air lines  alors que le ministre du tourisme annonce une ligne vers notre destination. En avez-vous entendu parler ? West Air est-elle une compagnie issue de Hainan ?

Je ne crois pas au low cost d’une manière générale pour notre destination. La Polynésie est souvent vue comme un voyage d’une vie, réfléchi et qui se prépare à l’avance. Par ailleurs, nous sommes loin et notre destination n’est pas low cost. Le low cost, en aérien, est surtout présent dans les courts et moyens courriers. Peu dans le long courrier. Pour revenir sur les chinois, Hainan a racheté deux hôtels haut de gamme. Je ne pense pas que ce soit pour y mettre une clientèle low cost. Le ciel polynésien est ouvert et il est toujours possible d’ouvrir une ligne. Hainan aurait effectivement annoncé qu’ils réfléchissaient à ouvrir une ligne directe depuis la Chine. Ils n’ont, par contre, pas communiqué, à ma connaissance, d’échéance. Toutefois, pour une compagnie aérienne, ouvrir une nouvelle route, c’est, à minima, 2 fréquences par semaine pour espérer générer du trafic. Avec un avion de 300 sièges, cela signifie entre 25 000 et 30 000 passagers par an. Nous n’avons pas, aujourd’hui, en Polynésie, le réceptif capable d’accueillir cette clientèle additionnelle. Que ce soit Hainan, ATN ou une autre compagnie, le risque de ne pas atteindre le coefficient d’équilibre sur cette ligne est important du fait du manque de chambres.

 

4/ Vous avez transporté des passagers chinois au départ de los Angeles sont ils exigeants sur le service, et sur les prix ?

Nous en transportons régulièrement, mais surtout au départ de Narita. Nous avons encore 25% de croissance en 2016 sur la marché Chine où nos actions conjointes de promotion, avec le GIE Tahiti Tourisme, portent leurs fruits. Les chinois paient cher leur billet d’avion, mais aussi leur séjour. De ce fait, nous avons plutôt une clientèle haut de gamme. Ne nous leurrons pas, c’est celle qui nous intéresse et le vivier est important. Ce type de clientèle, quelle que soit son origine, est toujours exigeant. Mais la compagnie et son personnel ont su s’adapter à ce type de passagers

 

5/ Vos nouveaux Boeing les Dreamliners sont –ils toujours attendus dans les temps préconisés il y a quelques mois?

Le premier a toujours été prévu pour novembre 2018, à l’occasion des 20 ans de la compagnie. C’est toujours d’actualité.

 

6/ Qu’est-ce qui va changer pour les passagers avec ces avions ? Et pour la compagnie ? Rappelez-nous les avantages qu'ils vont apporter à ATN et à ses clients ?

C’est un appareil de conception moderne qui a été fait pour les longues routes. Il serait assez long de vous citer une liste exhaustive de ses avantages, mais, pour l’essentiel, on peut retenir pour le confort passager:

-        Du fait d’une coque en matériaux composites, une meilleure pressurisation cabine qui gomme l’effet maux de tête et jambes lourdes. Nous sommes à un équivalent 1800m d’altitude contre 3800m actuellement ;

-        Un système de climatisation qui permet un air moins sec et renouvelé plus fréquemment ;

-        Des hublots d’une taille supérieure de 65% à ce qui se pratique couramment et permet un accès à la vue, même pour les passagers assis au milieu ;

-        Des coffres à bagages plus spacieux permettant de ranger jusqu’à 5 valisettes standard.

Pour la compagnie, c’est principalement la consommation de carburant et les coûts d’entretien qui vont être considérablement réduits.

 

7/ Vous disiez il n’y a pas si longtemps : « mon job c’est de faire venir des touristes » combien en transportez-vous et quelle est la progression par rapport à l’année dernière par exemple ?

Et je persiste et signe. En 3 ans, la compagnie a connu une croissance de plus de 50 000 passagers sur son réseau. Nous transportons  environ 70% de la clientèle touristique soit un peu plus de 130 000 l’an dernier.

 

8/Nuihau Laurey a  rappelé avec un sourire goguenard une vieille citation d’un inconnu macho lorsqu'il préparait le budget : les femmes les plus légères sont celles qui pèsent le plus lourdement sur le budget ». Est-ce votre avis ? Combien avez-vous de femmes sur vos avions comme hôtesses?

Je ne connaissais pas cette citation. On en apprend tous les jours… D’une manière générale, nous sommes presque à la parité avec 51% d’hommes et 49% de femmes. Il y a plus d’hôtesses (56%) que de stewards (44%), mais rien à voir avec le coût. Le salaire dépend du grade et de l’ancienneté, pas du sexe.

 

9/ Ou en est le prix du baril de pétrole puisque c’est le fuel qui pèse le plus lourdement dans le montage du prix d’un billet d’avion ? Un Los Angeles/Papeete est à combien aujourd’hui ? Et sur Paris ? Combien de voyageurs transportés pendant la période des vacances ?

Le baril a repris plus de 60% depuis le début de l’année. Comme vous le savez, le tarif du billet est très saisonnier et dépend également des classes de réservation. Les tarifs promotionnels les moins chers nous ont fait vendre un PPT/AKL à 60 300 F.FCP  , un PPT/LAX à 75 200 F.CFP, un PPT/CDG à 159 200 F.CFP

La période des vacances n’est pas le bon baromètre. Malgré les vols supplémentaires, c’est une période où il est difficile de satisfaire la demande ; et de ce fait, ce sont les tarifs les plus élevés de l’année pour l’ensemble des compagnies. Pour faire baisser les tarifs sur cette période, je ne vois guère de solutions, à part, peut-être, changer le calendrier des vacances scolaires et faire comme l’hémisphère sud (Nouvelle-Calédonie, NZ, Australie, etc.).

 

10/ Vous avez eu des fuites lors du dernier conseil d’administration de la compagnie il n’y a pas longtemps. Votre budget est-il toujours en équilibre et vos bénéfices aussi importants ?

C’était plutôt à l’occasion de l’Assemblée Générale des actionnaires. Nos résultats sont parus dans la presse avant même que l’AG se soit tenue et qu’elle ait validé les résultats. Nos comptes sont publics et nous n’avons rien à cacher. J’ai surtout regretté qu’on les rende publics avant que les actionnaires en prenne connaissance. C’était surtout une question de préséance et de respect des actionnaires. Nous avons fait une très belle année 2015 avec un résultat net de 4,8 milliards. Maintenant, il faut rester vigilant et prudent. Les retournements de situation peuvent être très rapide dans l’industrie du transport aérien. Près de 70% de nos charges sont variables ce qui rend toujours compliqué l’exercice budgétaire. Et puis nous avons des avions à payer…

 

11/ Quelles sont vos prévisions pour la fin de l’année et pour 2017

L’exercice 2016 se présente bien. Après un démarrage un peu difficile du à la baisse des croisiéristes et peut-être à l’effet el Nino, nous avons bien redémarré à compter de mars et nous tablons toujours sur une croissance de 3 à 4% pour 2016. Il encore un peu tôt pour faire des prévisions un peu plus précises sur 2017. Notre croissance est toutefois un peu limitée par le potentiel réceptif de la destination. Nous travaillons beaucoup sur la basse saison avec des promotions incitatives en partenariat avec les hôteliers de la place et le marché Asie nous aide bien sur cette période. Nous travaillons également sur les croisiéristes qui sont autant de réservoirs de chambres. Nous incitons les Tours Operators a mieux vendre les îles avec nos produits mono stay et Hidden Paradise quand Bora sature. Nous sommes très présent au côté des pensions de famille qui sont un réservoir de chambres important et un produit alternatif sur certains marchés comme la France, la NZ et le Canada.

 

12/ Je vous laisse le mot de la fin !

Nous avons une très belle destination et un gros potentiel. Nous avons plus un problème d’offre que de demande. Certes, il y a des problèmes à résoudre, mais quelle destination n’en a pas ? Nous avons hérité de la métropole le défaut de toujours voir le verre à moitié vide, de toujours se plaindre, de toujours renvoyer la faute sur les autres et de toujours tout attendre de nos dirigeants. Je suis toujours atterré quand j’entends des soi-disant spécialistes ou économistes nous expliquer ce qu’il faut faire en comparant ce qui n’est pas comparable et en expliquant qu’en divisant les billets d’avions par deux, on croulera sous le nombre de touristes… Prenons les Fidji que les spécialistes de comptoir aiment à citer en exemple. Les Fidji nous envient Bora-Bora et cherchent à avoir l’équivalent chez eux. Les Fidji ont 700 000 touristes avec 10 000 chambres. Nous en avons 183 000 avec 2700 chambres. En ratio, nous sommes donc à peu près équivalents. Par contre, avec 700 000 touristes, les Fidji font à peine plus de 5 milliards de recettes annuelles que nous.

Nous sommes sur la bonne voie avec le travail fourni en collaboration avec Tahiti Tourisme depuis 3 ans et la recherche du « Discerning Explorer », notre client type. Notre dernier Tahiti Business Forum aux USA, a mis en évidence que, sur ce seul marché, nous touchons moins de 1% des clients qui ont les moyens financiers de venir dans nos îles et qui aimeraient venir si on le leur proposait.

Alors retroussons nous les manches et travaillons ! C’est le seul message digne d’intérêt.

 

 

 

 

Attentat de Saint Etienne du Rouvray

 Le Tahoera'a Huiraatira assure l'Eglise de son soutien

 

C'est avec effroi que nous avons appris ce matin le tragique attentat perpétré dans une église, en pleine messe, qui a conduit à l'assassinat d'un prêtre âgé de 84 ans, par deux jeunes terroristes se réclamant de Daech. Nous n'imaginions pas que l'on puisse franchir le seuil de la barbarie, en allant aussi loin : tuer un homme de paix en prière, célébrant l'eucharistie au milieu de ses fidèles dans son église. 

Le Tahoera'a Huiraatira dénonce cet acte abject et assure l'Eglise et les chrétiens de son soutien et de sa compassion, en particulier les proches du prêtre assassiné et les paroissiens blessés.

Après l'attentat de Charlie Hebdo qui visait la liberté de la presse ; après les attentats de novembre au Bataclan, aux terrasses des cafés et devant le Stade de France qui visaient la joie de vivre et l'esprit de fête et de partage à la française ; après l'attentat de Nice qui visait le symbole fort de la fête nationale, les valeurs républicaines et de l'unité qu'elle incarne ; nous franchissons aujourd'hui un pas de plus dans l'horreur et l'atteinte à nos symboles en visant cette fois une église, fondement de l'histoire chrétienne de la France et des valeurs de laïcité que porte la République. 

 Nous partageons le sentiment d'horreur qui étreint les français, car les Polynésiens sont profondément attachés aux valeurs chrétiennes qu'ils partagent dans une grande diversité de confessions qui savent vivre en paix et en harmonie au sein d'une laïcité polynésienne. 

 Ce nouveau drame apporte au Tahoera'a Huiraatira l'occasion de remercier les Eglises de Polynésie française pour leur rôle majeur en faveur de la jeunesse et de la cohésion sociale. Par les valeurs chrétiennes d'Amour, de Partage et de Pardon qu'elles encouragent, elles constituent un socle puissant qui préserve notre jeunesse des dérives les plus graves et sauvegarde notre capacité à vivre ensemble. 

 Le Tahoera'a Huiraatira appelle l'Etat à la vigilance. Il n'oublie pas la mobilisation des Polynésiens pour empêcher l'installation d'une mosquée en Polynésie française par un jeune imam autoproclamé que l'on disait proche de la mouvance salafiste. Inconnu de tous, débarqué de France, cet individu était interdit de séjour aux Etats Unis où il était fiché pour ses activités. Peu après son départ de Tahiti, il était apparu à la télévision comme l'un des voisins du terroriste Abaoud en Seine Saint Denis et se présentait comme "l'imam de Tahiti". Cet épisode doit nous rappeler que même loin, la Polynésie n'est pas à l'abri des idéologies qui servent de terreau à la violence et à la division et dans lesquelles s'égare une partie de la jeunesse en perte de repères. 

 

                               Attentat dans une église près de Rouen :

 compassion et soutien du Président et du Gouvernement

  Le président Edouard Fritch et l’ensemble de son gouvernement ont appris avec effroi le crime abject d’un prêtre dans son église de Saint-Etienne du Rouvray perpétré par deux terroristes se réclamant de Daech.

 Nulle personne sensée ne pourra jamais admettre ces actes barbares, prétendument effectués au nom de Dieu. Les vrais croyants savent que les lieux de culte, quels qu’ils soient, sont des sanctuaires où la haine ne saurait avoir la moindre place.

 Le président et le gouvernement témoignent de leur totale compassion avec la famille du prêtre et l’ensemble de la communauté catholique, et apportent une nouvelle fois leur entier soutien à tous ceux qui sont engagés dans la lutte contre les fanatismes et le terrorisme. Leurs pensées et leurs prières vont également vers le paroissien blessé dans cet attentat.

 

 

                                                                 

Lundi 25 juillet 2016

Entre le début et la fin de la convention républicaine qui l'a officiellement investi, Donald Trump a fait un bond de six points dans un sondage CNN. Un bond inédit dans un sondage post-convention depuis celui de George W. Bush en 2000.

Si l'élection américaine avait lieu aujourd'hui, Donald Trump la remporterait facilement face à Hillary Clinton. (reuters)
 

Editorial

En prélat du Vatican : Votez pour moi !

Celui qui a raison, c'est Roland Oldham. En un seul mot, qui vaut tout long commentaire concernant Alain Juppé, il a laissé tomber :" Il est en campagne."  'Il dira la même chose que les autres". Et il a raison pouvons-nous confirmer sans risques .

Ce qu'il dit à la Polynésie, il l'a dit en Nouvelle Calédonie et ailleurs en adaptant son propos à la coloration de chaque collectivité ou département d'Outre-mer. Il n'y a pas trente-six façons de conquérir un électorat. L'accueil que les Polynésiens lui ont réservé, ce n'est pas de l'amour comme avec Jacques Chirac, non c'est l'accueil réservé par les Polynésiens à tous les politiques, étrangers ou Français de qualité, dont ils espèrent l'amélioration de leur situation . Pas de différence avec les images  que celles qu'on a pu voir lors de la visite de François Hollande, avec larges sourires  à "la Hillary" de notre "élite".  Les promesses on le voit, tardent à se réaliser. Les Polynésiens ne manifestent pas leur approbation en claquant des mains ou en hurlant " Juppé, Juppé" mais en lui faisant déguster à 7h.00 du matin du petit cochon rôti . A chacun ses habitudes. Mais en bon politicien, il sait avaler sans chicaner: " oui c'est très bon !" Après tout n'étant jamais venu en Polynésie, était-ce du dédain, c'est son baptême du ukulélé.

Il y a une dizaine d'années la première chose qu'on faisait visiter à nos augustes visiteurs  était moins odorante que les fleurs, c'était les bidonvilles proprets pour la circonstance. Aujourd'hui c'est le marché. Les favelas, c'est fini dans le tableau. Les mendiants et les SDF aussi. C'est qu'ils font tache dans la vision  idyllique d'un pays doré par le soleil d'hiver.

Voyez-vous de la passion, du bonheur, un certain pétillement dans les yeux froids d'Alain Juppé qui se voit déjà président ? Non juste des postures. Une superbe, déjà royale, et ses façons ecclésiastiques qu'il cherche à corriger lorsqu'il parle à des " d'jeunes". On le voit bien en prélat au Vatican. Force est de constater qu'il  a toujours été un peu des deux à la fois, installé sans discontinuer sur un imaginaire piédestal, même quand la Justice l'a figé pendant un an et qu' il s'est replié au Canada.

Le désamour, ça va, ça vient mais il y a toujours une raison. Il convient de remonter dans le temps. Dans les années fastes de Chirac à l'Élysée, Gaston Flosse évoluait à ses côtés comme un poisson dans l'eau. L'Élysée lui était ouvert en grand. "Secrétaire d'État aux  relations avec les pays du Pacifique", président de la Polynésie française, Jacques Chirac " l'aimait" vraiment. Le protégé virevoltant à son aise dans l'auguste palais, le faisant visiter  aux Polynésiens en déplacement. Il agaçait le sérail. Jalousé par toute la noblesse chiraquienne qui se voyait parfois même enfermée, cloisonnée dans des tiroirs avec étiquette, Flosse ne se rendait pas compte que cette affection de Chirac à son égard était devenue mortifère.

 Juppé, premier ministre, s'était empressé d'ailleurs de réduire de quatre milliards la dotation de 22 milliards offerte par le président Chirac à la Polynésie française pour sa reconversion économique à la suite des essais nucléaires et le départ du CEP.  Il faut croire que pour Juppé cette dotation était trop importante puisqu'il  l'a réduite aussi sec à 18 milliards. Quatre milliards de moins. Et il vient, toujours droit dans ses bottes, sans passion, sans véritable affection mais en s'étant sculpté, un masque de président, grave, réfléchi et infaillible nous dire comme les autres : qu'il aime les Polynésiens " votez pour moi !"

 Aujourd'hui, il vient réclamer le soutien , "d'où qu'il vienne" de la population en oubliant qu'il est pleinement responsable de la période nucléaire, c'est facile de dire "amen" après coup, mais  responsable aussi d'avoir rogné ce "Fonds de reconversion de l'Économie la Polynésie française"(FREPF) en le faisant passer de 22 milliards à 18 milliards...Fonds devenu DGDE - dotation globale de développement économique puis DGA dotation globale d'économie, aujourd'hui réduit à 10 milliards. Quel chemin parcouru !!!!!

Dominique Perben, prend aussi aujourd'hui sa revanche. Dans les années 95/96 Flosse et lui avaient eu un très sérieux accrochage quand Perben avait milité, non pas pour le maintien de Chirac à l'Élysée mais pour faire élire Balladur à sa place. Pour Fosse qui ne compartimentait pas son amitié pour son ami, son totem, c'était inacceptable, un sacrilège. De la pure trahison. D'où une altercation très sévère entre les deux hommes ayant laissé des traces.

À propos de cette dotation réduite par le candidat républicain en tout premier lieu, puis par les socialistes aujourd'hui à 10 milliards, curieux que Juppé n'ait pas promis de la remettre à son juste prix s'il était élu président de la République.

Nous risquons peut-être,  d'avoir sur le trône de l'Elysée, un deuxième Giscard d'Estaing. Certes Juppé a réussi à transformer Bordeaux. Mais Bordeaux n'est pas la France. Lui, président, la condescendance sera au pouvoir et la guillotine à la Erdogan pas loin ! Méfions-nous des faux prélats. Il n'a pas montré de générosité particulière pour la Polynésie française. Bien au contraire ! N'oubliez pas, il est en campagne comme François Hollande !

 

 

Fritch est content, son candidat est bien arrivé hé! hé!

 

Election stratégique et difficile du Tapura de Fritch pour les législatives

 C'est à midi aujourd'hui dernier délai du dépôt des candidatures pour les législatives du 11 et 18 juin 2017.Mais attention la loi sur le cumul des mandats  anime en ce moment sur LCI ou France 24 certains débats  houleux qui va poser le même problème en Polynésie. Les prochains députés tout comme les sénateurs, pourront être représentants à l’assemblée, mais ni maire ni vice président et encore moins président du pays Nuihau Laurey devra lui aussi choisir. On se doute qu'il préfèrera rester au Sénat, on ne laisse pas facilement tomber une cage aussi dorée.

Des noms circulent pour la première circonscription tels René Temeharo et Luc Faatau. Rien de commun avec celui de Maina Sage que nous n'apprécions pas mais dont TTD reconnait le travail de parlementaire.

Ce qui être intéressant va se passer dans la troisième circonscription. Deux ministres du gouvernement Fritch seraient candidats : Teva Rohfritch et Patrick Howell. Mais...mais il y en a un qui ne regarde pas d'un très bon œil la candidature de Teva Rohfritsch qui lui a laissé sa place dans l'hémicycle : Rony Tumahai le maire de Punauuia. Or tout le monde sait bien que les indemnités de maire n'arrivent pas à la cheville de celles de représentants, sa hantise c'est que le ministre de l'Economie redescende dans l'hémicycle ce qui ferait faire à Rony Tumahai un aller. retour rapide au sein de la mairie avec perte de revenus et par voie de conséquence un adversaire pour le Tapura. Patience, on saura tout dans moins de deux heures.

 

 

 

 

Dimanche 24 juillet 2016

 

                              N'oublions pas que Juppé a fait construire à Bordeaux la plus grande mosquée de France !

 

 

Courrier reçu hier soir : pif, paf, la claque  !

Bonjour Christine,
Intéressant ton article sur JUJU …(Alain Juppé).


Il vient pour les « primaires de LR. Marrant !!! Car, à mon avis il va, comme les autres candidats aux primaire, se fait blouser par Sarko ! A ton avis ???
Mais, s’il est choisi, est ce que ce sera bon pour nous ???
Le dilemme qui se posera pour nous à la présidentielle sera : Pour qui voter ???
Une chose est sûre, nous avons déjà voté pour « le « plus » pire des candidats (Sarkozy, on ne pourra faire pire), mais alors : allons- nous voter pour le plus mauvais , ou, pour le moins bon pour nous ????

Un peu d’histoire : 1914/1918 les Poilus tahitiens…
: 1939/1945 les tamariis volontaires ( mes oncles et cousins y étaient, et certains sont tombés au champ d’honneur, pour la mère patrie…
: 1961, premiers travaux…..MORUROA etc….. et on connaît les conséquences !
Au fait, où donc étaient les responsables Cathos et John Doom et  chef de l’époque le pasteur Koringo….
A part Jacques Chirac qui a eu une pensée pour ses frères Polynésiens, tous les dirigeants de la DROITE qui ont gouverné la France nous ont toujours ignorés, mieux même, je dirais que nous sommes les « laissés pour compte de la République » ou si tu veux, des Français entièrement à part. Si je me rappelle bien , le Juppé il n’était pas d’accord avec Chirac pour la dotation de 18 MDS à la Polynésie, n’est ce pas ?
Quand Sarko nous a démontés, le Juppé, qui était dans la majorité UMP et dans la catégorie des décideurs, est resté étrangement silencieux !!!

Et !!! Il est chez nous, ce soir. Zorro est arrivé. Il va enfumer avec un discours à sa façon ceux qui croient en lui, et surtout, tu vois qui ? ( il fait parti de cette nouvelle race - en latin : Homos politicus girouettus- qui, sans scrupules changent de veste au gré du vent (politique)-- et qui croient que nous sommes toujours des moutons !!!!

Si, par hasard, il est élu par LR candidat et qu’il est élu en 2017 :
• Il nous oubliera, et nommera encore un ministre Outre mer qui va nous massacrer, (parce que le gouvernement actuel a fait copain-copain avec Flambi et les socialistes)
• Le Candidat socialiste, s’il est élu, gardera rancune contre la PF qui aura encore une fois voté à Droite

Mais, un petit rappel aussi qu’il ne faut pas perdre de vue : Malgré le vote à droite de la PF, ce sont les Socialistes qui ont facilité et voté pour notre statut actuel sous l’ère MITTERAND/JOSPIN . Ce sont les socialistes avec Flambi, qui ont participé au sauvetage de la PSG,

Et, nous, nous serons toujours là pour dire « Vive la France » (qui ne nous fait pas de cadeaux) et continuerons à nous plaindre !!!!

NB : Si la France paie toujours près de 178 MDS, chez nous, c’est bien peu, par rapport à ce qu’elle paie pour les pays et Etats qui l’ont virée de chez eux, tu vois quels pays !!!

Bonne soirée
Claude

 

États-Unis : Trump promet un «contrôle extrême» aux frontières pour les Français. Les commentateurs  n'ont pas cessé de le minimiser.

- Lors d'une interview télévisée, Donald Trump, a déclaré que la France et l'Allemagne étaient deux pays «infectés» par le terrorisme et veut installer des contrôles «extrêmes» pour se protéger du terrorisme.

Les Français devront-ils subir un contrôle plus important quand ils se rendront aux États-Unis? C'est en tout cas la volonté du candidat républicain à la présidentielle américain, Donald Trump. Lors d'une interview télévisée dans l'émission Meet the press, repérée par Le Monde, il a déclaré que s'il était élu président en novembre, les citoyens français devraient subir «un contrôle extrême» aux frontières afin de protéger les États-Unis.

L'adversaire d'Hillary Clinton s'est justifié en expliquant: «Je ne vois pas pourquoi nous devrions nous suicider en laissant entrer chez nous des ressortissants de pays infectés par le terrorisme», faisant notamment référence au récent attentat de la Promenade des Anglais à Nice et de la fusillade à Munich.

«La France et l'Allemagne sont infectés par le terrorisme. Et vous savez quoi? C'est de leur faute. Parce qu'ils ont laissé des personnes entrer sur leur territoire», a-t-il précisé. «Nous devons être intelligents et nous devons être vigilants et nous devons être forts», a-t-il insisté. Des propos qui font écho aux précédentes sulfureuses déclarations qu'il avait pu tenir, notamment après les attentats du 13 novembre dernier à Paris.

Lors de son discours à Cleveland, en marge de la convention républicaine, Donald Trump avait déclaré que les États-Unis «devaient suspendre immédiatement l'immigration de toute nation exposée au terrorisme jusqu'à ce que des mécanismes de contrôle efficaces aient été mis en place».

 

France 3 Corse  : Des salafistes prédicateurs en Corse se font jeter

Une prière de rue, ou plutôt une prière de plage, a tourné court mercredi 20 juillet à Bodri, une plage située sur la commune de Corbara près d’Ile-Rousse en Haute-Corse.

Six prédicateurs, qui depuis plusieurs années viennent en Corse prêcher auprès des jeunes musulmans notamment, ont tenté de faire une prière sur le sable.

Des personnes présentes leur ont demandé de quitter les lieux, les responsables de la mosquée d’Ile-Rousse n’ont a priori pas souhaité mettre à leur disposition le lieu de culte de la commune.

Plus tard ces religieux venus du continent ont retrouvé leur camionnette avec les pneus crevés. Ils ont depuis quitté la Corse mais n’ont pas déposé plainte.

 

Méfiance du Conseil Régional du Culte Musulman 


Ces prédicateurs sont présentés comme des salafistes piétistes, une tendance qui pense qu'il est nécessaire de revenir aux fondamentaux de l'islam mais ne prône pas la violence.

Leurs visites en Corse font toujours l’objet d’un contrôle discret des services de sécurité, ces prédicateurs se signalent d’ailleurs au commissariat de Bastia à chaque arrivée.

Ils font ensuite le tour des principaux lieux de culte insulaires pour porter leur vision de l’islam.

Une vision, ou une manière de faire, qui ne semble pas être du goût des imams locaux.

Un représentant du Conseil régional du culte musulman basé en Corse-du-Sud nous confiait «cela fait bien longtemps que nous leur avons fermé la porte de nos mosquées, nous discutons avec eux mais nous ne les laissons pas prêcher dans nos lieux de culte. Le responsable d'Ile Rousse qui a la même vision que nous a dû faire pareil».

Même si les circonstances précises sont encore floues, c’est a priori ce qui a pu se passer à l’Ile-Rousse conduisant les prédicateurs - privés de lieu de culte - à tenter une prière sur la plage.

La réaction de Gilles Simeoni 

Dans la journée de samedi, le président du Conseil exécutif de l'Assemblée de Corse, Gilles Simeoni, réagissait sur son compte Twitter en rappelant la tradition corse de liberté de culte mais en signifiant aussi son refus de l'intégrisme et du communautarisme. 

La Corse est, depuis Paoli, une terre de liberté de culte. Mais elle n'acceptera ni communautarisme, ni intégrisme.


Jean-Guy Talamoni, le président de l'Assemblée de Corse, a quant à lui signifié son refus du salafisme "inconciliable" avec les valeurs corses. 

 

 

Qu'est-ce que la fiche S ?

La fiche S est un document des sécurités intérieures qui comprend l'identité, l'adresse et éventuellement une photo d'un individu. Elle est surtout destinée à attirer l'attention des forces de sécurité si l'un des fichés est contrôlé ou interpellé. Elles doivent alors en référer aussitôt aux services de renseignement.

 "Ces fiches S ont 16 degrés. Le degré de dangerosité le plus élevé est le numéro 1. Par exemple, Mohammed Merah était en degré 5 avant la tuerie de mars 2012 à Toulouse. La fiche S n'autorise pas à interpeller l'individu. Ça ne sert qu'à le signaler aux services compétents" explique Raphael Valet, de l'Alternative CFDT Police.

 Les fiches S, outre les antécédents judiciaires, sont alimentées par les services de renseignement français et étrangers. En France, "il y a plus de 10 000 personnes qui sont sous cette fiche S", a rappelé ce week-end le Premier ministre Manuel Valls. Parmi elles, plus de la moitié sont fichées comme étant des islamistes radicaux ou des individus pouvant avoir un lien avec la mouvance terroriste.

 

La grève pourrait "compromettre le redressement" d'Air France

avec AFP

 Le personnel navigant a annoncé une grève à partir de mercredi. Ce mouvement pourrait nuire à la bonne santé retrouvée de la compagnie, annonce son PDG (ndlr :Ce sont toujours les plus "gras" qui veulent remplir davantage leurs assiettes !. )

Une grève en pleines vacances d'été. Air France pourrait être paralysée à partir de mercredi. Le PDG de la compagnie, Frédéric Gagey, appelle les syndicats de l'entreprise à « revenir au dialogue et prendre en compte sérieusement les enjeux pour l'entreprise » de cette grève du personnel navigant (PNC, hôtesses et stewards) en plein chassé-croisé juillet-août, affirme-t-il dans un entretien au Parisien publié dimanche.

  « On ne se met pas en grève dans une telle période, au risque de compromettre le redressement d'Air France », juge-t-il. « Il ne faut pas oublier que 2015 a été la première année depuis six ans où nous avons affiché un résultat positif », poursuit le PDG d'Air France. « Il y a de quoi être fiers, car c'est le fruit d'un travail collectif.

Ce serait vraiment dommage que l'entreprise perde à nouveau de l'argent », estime Frédéric Gagey. Malgré des discussions marathon entre la direction et les syndicats d'hôtesses et de stewards, soutenus par les pilotes, une grève du personnel navigant (PNC) de la compagnie aérienne se profile du 27 juillet au 2 août.

 Cette grève ? « Une véritable aberration »

 Le SNPNC-FO et l'Unsa-PNC (46 % des voix à eux deux), en désaccord sur le texte du nouvel accord d'entreprise négocié depuis mi-avril, maintiennent leur préavis de grève, déposé début juin, « la direction ne proposant que des mesurettes et continuant à s'arc-bouter sur la durée de l'accord », a affirmé vendredi Sophie Gorins du SNPNC-FO.

L'accord actuel, fixant les règles de travail, de rémunération et d'avancement, arrive à échéance fin octobre. Pour éviter une grève, Air France a proposé une reconduction quasi à l'identique de cet accord, mais pour une durée de 17 mois, jugée insuffisante par les syndicats qui réclamaient une durée de trois à cinq ans.

 Pour Frédéric Gagey, la direction a proposé « des améliorations » à cet accord d'entreprise : « Des droits de congés, des rémunérations consécutifs à des modifications de programme ont ainsi été revus à la hausse. » Il voit dans cette grève « une véritable aberration, d'autant qu'il n'y a actuellement aucun couperet, aucune pression sur les partenaires sociaux ». Si les vols longs-courriers seront « les plus préservés », déclare au journal le PDG d'Air France, les « courts et moyens-courriers risquent d'être les plus impactés ». Les premières prévisions de vols seront connues lundi, a précisé une porte-parole de la compagnie.

 

 

 

Samedi 23 juillet 2016

Avis de décès :

Les familles PUTOA, PIHATARIOE-MICHELI, TUHOE, GRAND, GUENIN, DURAND, TEMATUA et alliés ont la douleur de vous faire part du décès de leur mère, grand-mère, arrière-grand-mère, sœur et tante en la personne de Madame PIHATARIOE- MICHELI veuve PUTOA Emma-Lorraine dans sa 87ème année. Deux veillées se tiendront samedi et dimanche soir à 18h au domicile de sa petite-fille Mahine, quartier PUTOA à Papara, PK 33,9 côté montagne (bord de route). La levée du corps aura lieu lundi à 9h45, suivie d'une messe à l'Eglise St Michel de Papara à 10h, et de l'inhumation au cimetière catholique de St Michel. (Tel 87 74 21 48-Orava ou 87 79 11 97-Patricia

 

Le gouvernement parisien en séminaire pour préparer la rentrée

"Il n'y a pas d'ordre du jour formel, c'est un moment d'échange, de réflexion, pour définir les priorités de la rentrée", mais ce n'est pas "décisionnel", a-t-on indiqué de même source, rappelant qu'il y a encore "deux conseils des ministres" à l'agenda avant la pause estivale.(Extrait du POINT. 23/07/16)

Ma chère Christine,

J'ai peur de comprendre ce que signifie cette allusion à "la pause estivale".

Nos décideurs, au plus haut niveau gouvernemental et institutionnel se prépareraient-ils à quelques séances de bronzette ? 

J'espère me tromper car ce serait de la désertion !

Je ne comprendrais pas, en effet, que ceux là même qui nous affirment que "nous sommes en guerre" et que nous devons nous attendre à de nouvelles attaques, s'en aillent faire du camping. 

La situation étant ce qu'elle est, la France à besoin de chacun au poste de combat.

Jean-Paul

ndlr : Bien dit !

 

Savez-vous que les associations "anti nucléaire" anciennes ou " api", comme "bébé 193", sont prises en charge  par l'Etat ?

Voyages payés en classe affaire, on en connait le coût, lors des déplacements (Ex :pour la commission consultative de suivi) ainsi que leur hôtel et pas des plus moches. "Le père bombinette" vit sur un cumulus nimbus (sic!) depuis qu'il s'occupe du nucléaire. A la Une des journaux, des télévisions, voyages et hôtels payés. Fichtre.. . Mais il manque encore quelque chose. Comment, comment, le restaurant n'est pas pris en compte? Or, même l'Etat connait le bon coup de fourchette des polynésiens. Alors, encore un effort !

 

  A  Yannick Lowgreen "Tamarii Tahiti"

Comme convenu à l'issue de la réunion du 6 juillet de la commission de suivi des conséquences des essais nucléaires, je vous transmets le projet de décret relatif aux modalités d'instruction des demandes d'indemnisation par le comité d’indemnisation des victimes d’essais nucléaires.

Pouvez-vous, le cas échéant, nous transmettre vos remarques avant la fin du mois de juillet?

Bien à vous,

Diane Margerit
Secrétariat de la Commission de suivi des conséquences des essais nucléaires

 

   

Article 1er

            L’article 13 du décret du 15 septembre 2014 susvisé est ainsi modifié :

             1° Après le premier alinéa sont insérés deux alinéas ainsi rédigés :

             « Le risque que l'une des maladies radio-induites susmentionnées soit attribuable aux essais nucléaires peut être considéré comme négligeable lorsque, au regard de la nature de la maladie et des conditions de l’exposition du demandeur, la probabilité d’une imputabilité de cette maladie aux essais nucléaires, appréciée par le comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires dans les conditions prévues au présent article est inférieur à 0,3 %.  

             « En cas d'absence ou d'insuffisance de données dosimétriques individuelles, collectives, ou relevées chez d'autres personnes placées dans une situation similaire, le risque attribuable aux essais nucléaires ne peut être regardé comme négligeable lorsque, au regard des conditions concrètes d’exposition de la victime, des mesures de surveillance auraient été nécessaires. » ;

 

            2° L’avant-dernier alinéa est complété par une phrase ainsi rédigée : « Le comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires peut prendre en considération tout autre élément de nature à ouvrir le droit à une indemnisation, notamment l’incertitude liée à la sensibilité de chaque individu aux radiations et à la qualité des relevés dosimétriques. » ;

 

            3° Le dernier alinéa est remplacé par les dispositions suivantes :

             « La documentation relative aux méthodes retenues par le comité d'indemnisation, y compris pour l’appréciation du critère de risque négligeable, est tenue à la disposition des demandeurs et rendue publique sur le site internet du comité. »

Article 2

Le dernier alinéa de l’article 11 est remplacé par les dispositions suivantes :

 « Sur sa demande formulée par écrit auprès du comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires, le demandeur peut s’exprimer lui-même devant le comité pour défendre son dossier, y compris par un moyen de communication audiovisuelle lorsque les contraintes géographiques le justifient. Le demandeur peut également se faire représenter par une personne qu’il désigne. »

 

                         Article 3

            Sous réserve que la première décision de rejet prononcée par le comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires antérieurement à l’entrée en vigueur du présent décret n'ait pas donné lieu à une décision juridictionnelle irrévocable dans le cadre des procédures mentionnées à l’article R. 312-14-2 du code de justice administrative, les demandeurs dont le dossier a fait l’objet d’une décision de rejet par le comité avant l’entrée en vigueur du présent décret disposent d’un délai de six mois à compter de cette date pour présenter une nouvelle demande d’indemnisation lorsque l’entrée en vigueur du présent décret est susceptible de justifier l’abrogation de la précédente décision.

Article 4

            Le ministre des affaires étrangères et du développement international, le ministre des finances et des comptes publics, le ministre de la défense, la ministre des affaires sociales et de la santé, la ministre de la décentralisation et de la fonction publique et la ministre des outre-mer sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

 Le Premier ministre

 

 

 

La France est dans la merde, mais qu'importe !

Air France : grève en vue, en plein été (AFP)

 La grève des personnels navigants (PNC) du groupe Air France est de plus en plus probable et aurait lieu en plein chassé-croisé juillet/août. Malgré des discussions marathon entre la direction et les deux syndicats d'hôtesses et stewards qui appellent à la grève du 27 juillet au 2 août, et qui ont reçu le soutien de syndicats de pilotes, aucun accord n'a encore été trouvé, a-t-on appris ce vendredi de sources syndicales. Le SNPNC-FO et l'Unsa-PNC (46 % des voix à eux deux), en désaccord sur le texte du nouvel accord d'entreprise négocié depuis mi-avril, entendent maintenir le préavis de grève qu'ils ont déposé au début du mois dernier, « la direction ne proposant que des mesurettes et continuant à s'arc-bouter sur la durée de l'accord », d'après Sophie Gorins du SNPNC-FO. Près de « sept heures » de discussions marathon jeudi « avec le DRH de la compagnie, Gilles Gateau, et le PDG d'Air France, Frédéric Gagey, n'ont pas permis de faire avancer les choses », a précisé cette responsable syndicale.

 « Manque de volonté total à négocier »

 L'accord actuel, fixant les règles de travail, de rémunération et d'avancement, arrive à échéance fin octobre. Pour éviter une grève en plein été, période cruciale pour la compagnie, Air France a proposé une reconduction quasi à l'identique de cet accord d'entreprise, mais pour une durée de dix-sept mois, jugée insuffisante par les syndicats qui réclamaient un nouvel accord d'une durée de trois à cinq ans. « Nous avons fait un pas en avant en proposant un accord à durée indéterminée, qui peut être dénoncé et renégocié dans un délai total de quinze mois qui est plus protecteur, mais la direction continue de refuser », a expliqué Mme Gorins à l'AFP. Selon elle, la direction devait remettre vendredi aux syndicats « un nouveau protocole d'accord » qui s'est soldé par « une simple lettre d'intention faite de mesurettes, sans aucune annonce concrète ni garantie », a-t-elle déploré. « La pesée n'y est absolument pas, sur aucune de nos revendications. On navigue à vue sans aucun plan stratégique », a-t-elle conclu tandis que Marc Lamure, de l'Unsa, a dénoncé « un manque de volonté total à négocier » de la part de la nouvelle direction « qui n'a pas compris l'enjeu ».

 Les deux syndicats d'hôtesses et de stewards ont reçu vendredi le soutien de trois syndicats de pilotes d'Air France, le SNPL, le SPAF et Alter, qui dénoncent dans un tract transmis à l'AFP « les méthodes » de la direction qui sont restées « les mêmes » et provoquent « la même réponse ». Ils mettent en garde contre un « mouvement » de grève qui risque de provoquer « de fortes perturbations et [de] générer des situations inhabituelles ». Interrogée par l'AFP, la direction d'Air France a simplement confirmé que « des discussions étaient en cours » avec les deux syndicats de PNC.

 

 

 Ce que les Algériens pensent de la France. Lire l'extrait du journal " Algérie 360"

 Les services algériens craignent une extension des réseaux terroristes de la France vers le Maghreb, ils sont même prêts à les infiltrer sur notre territoire, ce qui est un comble.

Nous serions incapables d'assurer totalement nos missions et de recouper nos renseignements, il faudrait donc compter sur nos voisins pour le faire.Tout cela, n'est pas dit dans notre grande presse .

Il est à noter que l'Algérie a vécu ses années noires avec les intégristes islamistes, elle s'en est sortie au prix fort et en y mettant les moyens. La France se limite actuellement aux déclarations orales, aux larmes et aux "marches blanches" (ce qui fait rire les terroristes) sur lesquels elle a systématiquement un temps de retard. 

A chacun d'en tirer des enseignements.

 

Extrait du journal "Algérie 360"

 > “Un homme, tout seul, réussit a foncer sur une centaine de personnes en promenant son camion le plus normalement possible sans qu’aucun agent de la sécurité ne puisse l’arrêter, c’est tout de même incroyable ! Même nous durant la guerre civile des années 1990-2000, nous n’avions jamais été confrontés à de telles attaques !”, confie sur un ton franc un ex-officier du DRS (services algériens) qui a conservé le contact avec les responsables de son ancienne institution. Selon notre interlocuteur, ses collègues dans l’actuelle centrale du renseignement algérien ont alerté leurs décideurs: les défaillances sécuritaires françaises pourraient avoir de sérieux impacts sur la sécurité de l’Algérie.”En clair, poursuit notre source, les services algériens considèrent leurs interlocuteurs français comme de moins en moins fiables. Ils sont estomaqués par leur manque de coordination et leur passivité face a de nombreux profils suspects appartenant à des cellules terroristes dormantes”.


> Menaces sur la coopération franco-algérienne :


> Aux yeux du général-major Tartag, le chef militaire qui a succédé au général Toufik à la tête d’un DRS remanié, il se passe en France de troublants dysfonctionnements qui peuvent mettre en péril l’efficacité de la coopération sécuritaire entre les deux pays.


> “Les différents services français sont clairement divisés, notent nos interlocuteurs, et leur travail d’infiltration est de moins en moins efficace”. Selon eux, des cellules de Daech se composent rapidement et passent à l’action. “Les divers dispositifs français peinent à les contrer et ces groupes terroristes peuvent ensuite prospérer et développer leurs activités sans que personne ne puissent les arrêter”, analyse un autre officier du DRS qui demeure, lui, toujours en poste et n’hésite pas a railler “l’amateurisme” des actuels responsables des services français

.
 Des services français discrédités :


> “Au DRS, nous avons prouvé que des personnes dangereuses établies en France qui ont fait des voyages réguliers en Syrie et en Irak n’ont jamais été fichées par les services français. Certains éléments dangereux ont été même relâchés et pas du tout inquiétés en dépit de nos mises en garde. Les Français ne maîtrisent pas les tenants et aboutissants du processus de radicalisation dont font l’objet les potentiels terroristes. Et en plus, il y un maillon faible qui compromet la coopération entre les services de renseignement et les services de sécurité. C’est ce qui explique que des actions aussi incroyables et éclatantes comme celles de Nice peuvent survenir sans que personne ne puisse s’en rendre compte”, révèle le même officier sous le couvert de l’anonymat.


> La DGSE aurait perdu la main sur les réseaux dont elle disposait en Syrie et en Irak. Les jeunes recrues des quartiers difficiles échapperaient au travail de l’infiltration des services français. “Les services français ont commis les mêmes erreurs que nous avons commises durant les années 80 : ils ont laissé partir en Syrie de nombreux éléments radicaux sans vérifier la possibilité de les quadriller une fois de retour au pays. La conséquence est lourde a payer : des combattants aguerris reviennent avec la ferme intention de faire la guerre sainte”, analyse un des officiers chargés de la lutte anti-terroriste au sein du département de Tartag.


> Discrets coups de sonde :
> Nos trois sources sont unanimes : si les attentats continuent en France, l’Algérie sera touchée car les réseaux français voudront se replier au Maghreb. En ce moment, les chefs du DRS pensent même multiplier les opérations d’infiltration dans certaines zones en France. “Il est devenu vraiment urgent de renforcer nos missions de renseignement car le pire peut venir de la France dans les jours a venir. Et au regard de nos relations historiques et cruciales avec ce pays, on ne peut observer l’actuelle situation et dormir sur nos lauriers”, conclut enfin l’une de nos sources au sein du DRS."

Algerie360.com - Information et Actualité sur l'Algérie

 

Le code de sécurité intérieure modifié: «Un dispositif pire que la NSA»?

 Site 20 minutes

Ce sont quelques mots ajoutés à un passage de la loi relative à la prorogation de l’état d’urgence pour six mois, adoptée jeudi par le Parlement. La veille, le mercredi 20 juillet, lors de l’étude du projet de loi en session extraordinaire au Sénat, sur proposition du sénateur UDI et ancien garde des Sceaux Michel Mercier, l’article L.851-2 du code de la sécurité intérieure a été modifié (voir à l’article 11 dans le lien). D’« une personne présentant une menace » à « l’entourage d’une personne susceptible d’être en lien avec une menace »

 Il y a un an, en juillet 2015, lors de la création de cet article 851-2 par la déjà controversée loi Renseignement, le texte donnait une définition simple quoique déjà nébuleuse des individus dont les communications et navigations sur internet pouvaient être surveillées, ainsi que leur position géographique (par un système de bornage des télécommunications moins coûteux qu’un traceur). Elle se limitait à « une personne préalablement identifiée comme présentant une menace ».

 Michel Mercier assure que la réécriture du texte ne comporte que des changements à la marge : « D’après ce que j’ai compris c’est une technique de renseignement tout à fait intrusive, clairement, mais il n’y a pas de changement de fond par rapport à la loi initiale. Ce sont des modifications purement techniques pour permettre à des mesures d’être mises en œuvre alors qu’elles ne pouvaient pas l’être jusqu’à présent. »

 

 

Vendredi 22 juillet 2016

Editorial

Tends l'autre joue mon fils...

Il est presque amusant d'entendre celui qui fut le premier ministre du gouvernement de Jacques Chirac lors de la dernière campagne des essais nucléaire en 1995 se faire le chantre aujourd'hui des problèmes causés par les expériences nucléaires notamment aériennes. Mais, voilà une fois encore la preuve, que les hommes politiques ont le don de vous convaincre d'une chose, puis de son contraire sans jamais rougir et Alain Juppé en est la parfaite illustration car au poste qu'il occupait, il savait tout, tout, tout..

C'est un nerveux qui se retient et donne le change. Son calme est légendaire et d'un mot il tranche ce qui ne lui plait pas en adoucissant, parfois le propos avec un " vous verrez" prometteur. On verra quoi ? On ne sait pas, mais cela fait bien dans le tableau.  Vous n'avez pas intérêt à insister , il vous tourne le dos et après vous avoir jeté un regard plein de mépris, ayant l'air de dire : " vous n'avez rien compris" il vaque à ses occupations politiques bien sûr. N'imaginez surtout pas "le meilleur d'entre-nous" un balai à la main, sauf pour pousser sous le tapis ses amis gênants.

Mais voyez-vous, le "père Auguste" a dû "bénir" Gaston Flosse, si le politique qu'il se veut être, n'a pas détrôné complètement le curé . Le président du Tahoeraa et son parti tout entier (25.000 voix) viennent de se faire berner par Alain Juppé qui n'est pas à son coup d'essai, alors même que sa position sur le terrorisme islamique  prête à faire gloser les journalistes en métropole. Mais croix de bois, croix de fer, s'il émerge de la primaire en candidat pour la présidentielle à laquelle le Tahoeraa ne participera pas, oui, Flosse fera voter pour lui et entend bien en faire le tremplin du come back politique de Juppé pour s'asseoir dans le fauteuil de l'Élysée. "Amaaaaazing !" diraient les Républicains qui viennent de faire un triomphe à Donald Trump contrairement aux commentaires négatifs des commentateurs français bien imprudents.

Bref, condescendant de nature, pensez à ce que pourrait être cette renaissance politique d'Alain Juppé. Son évolution  en zigzag, faite de hauts et de bas est à l'image complexe du personnage. Il vient de démontrer que son ami d'antan n'était pas pour lui "persona grata" en ne lui montrant aucune attention. Il se veut "d'jeune" avec les jeunes, dans des mises en scène ridicules pour son âge, le pouce dans sa veste qu'il met sur une épaule, le col ouvert et la démarche hésitante après s'être envoyé quelques dizaines de bières dans un café pour montrer à ces "d'jeunes" qui l'avaient défié qu'il en était capable. Jusqu'où peuvent-ils aller ces politiques pour gravir en dribblant le mont Palatin du pouvoir ?

Nous avons posé cinq questions à Gaston Flosse à la veille de l'arrivée de celui qui lui a préféré le plus " tordu" des girouettes politiques de ces dernières années, Tearii Alpha. Les réponses sont étonnantes. Mais pas tant que cela compte tenu de sa rancune envers Nicolas Sarkozy. On peut le comprendre !

 

                          c

 1/ La presse fait état d’un communiqué pris sur le site du Tahoeraa dans lequel vous laissiez entendre qu’Alain Juppé «  vous boudait » ? Ou est-ce une interprétation journalistique ?

 Nous ne boudons pas Alain Juppé. Nous avons été les premiers à lui manifester notre soutien. Je lui ai personnellement demandé de choisir le président délégué Marcel Tuihani pour le représenter en Polynésie française. C'est à ce moment là que nous avons appris qu'il avait déjà mandaté Tearii Alpha. Depuis, ce dernier n'a pas une seule fois pris contact avec le Tahoera'a Huiraatira. Nous n'avons pas été associé à l'organisation de son déplacement, ni à celles des primaires. Nous avons appris le programme par la presse une fois celui-ci déjà bouclé. J'en ai déduit que le comité de soutien n'avait pas besoin du Tahoera'a Huiraatira. Nous avons donc décidé de ne pas nous mêler de l'organisation de son voyage, ni de participer aux primaires. En plus nous aurions du demander 500 FCFP de participation par militants ce qui est cher pour certaines familles. Nous avons donc décidé de ne pas participer aux primaires. 

 

2/  Pensez-vous que Tearii Alpha pourra compenser les voix perdues du Tahoeraa à la candidature à la primaire des républicains d’Alain Juppé ?

 Non il ne le pourra pas, d'autant que nous comptions apporter à Alain Juppé lors des primaires au moins 25.000 voix du Tahoera'a Huiraatira. Jamais il ne pourra compenser cela. 

 

3/ Si vous ne faites pas voter pour Alain Juppé, avez-vous un candidat ayant la chance de plaire au parti que vous présidez ?!

 Soyons clairs. Ne pas participer aux primaires ne veut pas dire se détourner d'Alain Juppé. Nous nous sommes prononcés en faveur d'Alain Juppé et nous ne changerons pas. Si Alain Juppé franchit le cap des primaires et qu'il se présente à l'élection présidentielle, nous voterons pour lui, ce sera notre candidat. Nous l'avons dit et nous tiendrons parole, malgré le fait qu'il ne veut pas me rencontrer, semble-t-il. Nous ne lui tournons donc pas le dos, contrairement à ce que je lis ici ou là, oui c'est de l'interprétation.

 

 4/ Voyez-vous en Juppé un président de la République solide pouvant sécuriser les Français ?

 Oui Alain Juppé fera un bon président. Nous avons confiance en lui et en ses capacités.

 

5/ Il a réussi en tant que maire de Bordeaux mais présider la France est une autre affaire et déjà au plan de la sécurité, ses conseils sont flous et fumeux se bornant à critiquer le gouvernement en place ce qui est le plus facile.Et en plus il vient de vous donner un coup de pied de l'âne

 

Parmi tous les autres prétendants, aucun candidat n'a apporté à ce jour de solutions concrètes. Tout le monde critique le gouvernement, et ils ont raison, mais personne ne propose de réelles solutions. Sarkozy lui-même a supprimé des milliers de postes dans la police et dissout les renseignements généraux. Certains disent que cela nous a fragilisé.(ndlr : l'époque était tranquille !) Ce qui est certain, c'est qu’Alain Juppé fera surement mieux que François Hollande. La question sécuritaire pèsera lourdement sur la campagne présidentielle, au point qu'elle risque de masquer d'autres problèmes économiques et sociaux. Quelle sera la place des outremers au milieu de ces enjeux majeurs ? Nous avons confiance en Alain Juppé il n'oubliera pas l'outremer, et la Polynésie française en particulier, tout comme il saura trouver le juste équilibre pour répondre à la menace terroriste de manière adaptée, efficace et ferme. 

_____________

 L'Assemblée a validé le dispositif d'aide à l'équipement

Lors de sa séance plénière de ce jour, les représentants de l’Assemblée de la Polynésie française ont validé le dispositif d’aide à l’équipement des petites entreprises proposé par le gouvernement dans le cadre du plan de relance et de dynamisation de l’économie locale.

 Cette mesure a pour but d’accompagner les entreprises dans l’aménagement des locaux et l’acquisition d’équipements neufs, spécifiquement dédiés à leur activité.

 En mettant en place ce dispositif, le Pays souhaite :

 -          soutenir la création d’activité dans les domaines de l’artisanat (sculpture, couture, gravure, fabrication de bijoux…), de la transformation (industrie manufacturière, agroalimentaire…), de l’apiculture, des prestations de services, notamment par les personnes sans emploi disposant des connaissances techniques et d’un savoir-faire qui pourraient être valorisés ;

-          encourager la création d’activités innovantes dans les secteurs de l’économie numérique, de l’économie circulaire et de l’agroalimentaire durable, qui sont générateurs de métiers d’avenir ;

-          soutenir les entreprises existantes dans leur projet de développement ou de renouvellement de leurs équipements de travail ;

-          compléter les mesures existantes en faveur de la création et du développement d’entreprises.

 Le montant de l’aide sera plafonné à 50 % du montant total des dépenses éligibles hors TVA dans la limite de 3 millions Fcfp.

  

       L’Assemblée valide à la majorité des votes exprimés le dispositif d’aide  pour la revitalisation des commerces de proximité et des restaurants

 Lors de sa séance plénière de ce jour, les représentants de l’Assemblée de la Polynésie française ont validé le dispositif d’aide pour la revitalisation des commerces de proximité et des restaurants proposé par le gouvernement dans le cadre du plan de relance et de dynamisation de l’économie locale. Cette mesure a pour but d’accompagner les commerçants et les restaurateurs dans leur projet de rénovation, d’aménagement et d’amélioration de l’attractivité des points de vente ou de restauration en Polynésie française.

 Le Pays souhaite soutenir et encourager les initiatives privées qui contribuent à améliorer la compétivité des commerces et des restaurants et leur attractvité et ainsi promouvoir et accompagner la reprise de la consommation locale.

 Les dépenses éligibles porteront sur les travaux d’aménagement et de rénovation du local ayant une superficie totale d’accueil de la clientèle inférieure à 150 m², exploité par l’entreprise dans le cadre de son activité.

Le montant de l’aide sera plafonné à 70 % du montant total des dépenses éligibles hors TVA dans la limite de 5 millions Fcfp.  

 

 Application OTIA : première utilisation des données cadastrales par les communes

La Polynésie française dispose, depuis juillet 2014, d’une nouvelle application informatique du cadastre, appelée OTIA, qui permet la consultation des informations et données cadastrales sur le territoire de la Polynésie française. Ouverte dans un premier temps aux services et établissements publics du Pays, le gouvernement a souhaité que l’application puisse également être ouverte aux communes.

Ainsi, au préalable au cours des mois d’avril, mai, juin et juillet derniers, la formation de certains agents municipaux aux fonctionnalités de cet outil SIG a été dispensée par la Direction des affaires foncières. Les sessions de formation devraient se poursuivre au cours des prochains mois.
 

 

Coup de tonnerre fiscal pour le Pays et la CCISM (Relevé sur radio 1)

  Vent de panique au gouvernement et à la CCISM ! Le 8 juillet dernier, la cour administrative d’appel de Paris a déclaré illégal le versement des « centimes additionnels » des patentés polynésiens au profit de la Chambre de commerce. Une manne financière de plus de 400 millions de Fcfp par an pour la CCISM. Ironie de l’histoire, c’est un recours de la société de l’élue Tapura et présidente de la commission de l’Economie à l’assemblée, Virginie Bruant, qui est à l’origine de cette décision de justice…

 C’est un véritable séisme juridique et fiscal qui vient de toucher le gouvernement et la Chambre de commerce, d’industrie, des services et des métiers (CCISM)… Il y a deux semaines, la justice administrative a pris une décision qui remet en cause la légalité du versement des « centimes additionnels » versés pour la CCISM par l’ensemble des patentés polynésiens depuis plus de 30 ans. Une manne financière de « plus de 400 millions de Fcfp » reversée chaque année par le Pays à la CCISM, indique-t-on à la chambre de commerce. Dans le détail, le 8 juillet dernier la cour administrative d’appel de Paris a déchargé une société polynésienne des « centimes additionnels à la contribution des patentes » reversés pour la CCISM. La justice a estimé que le texte de

1983 qui instaurait ce prélèvement fiscal sur les patentés polynésiens était « dépourvu de base légale ». Plus précisément, la commission permanente qui avait voté cette délibération en 1983 n’avait pas la « compétence » pour prendre ce texte. Et l’avocat de la société en question, Me Arcus Usang, explique que cette décision s’applique à tous les patentés de Polynésie française…

  L’ironie de l’histoire pour le gouvernement d’Edouard Fritch, c’est que la société qui a obtenu cette décision de justice n’est autre que « DB Tahiti », la société de la représentante Tapura à l’assemblée et présidente de la commission de l’Economie, Virginie Bruant. Même s’il faut bien préciser que le recours initial daté de 2012 était antérieur à l’élection de la représentante à Tarahoi.

NDLR : il est vrai que Virginie Bruant était Tahoeraa à l'époque ! Boomerang encore !

 

Le maire Les Républicains de Marseille, Jean-Claude Gaudin, a écrit aujourd'hui au premier ministre Manuel Valls pour lui demander des moyens supplémentaires après des menaces proférées dans une vidéo de l'Etat islamique contre la ville.

Dans cette vidéo postée hier, deux djihadistes francophones menacent directement d'attaques Paris, Nice, où 84 personnes ont trouvé la mort dans l'attaque au camion du 14 juillet dernier, et, pour la première fois, Marseille. "Les déclarations particulièrement menaçantes de l'Etat islamique à l'égard de Marseille ont profondément ému et inquiété l'ensemble de mes concitoyens. Je partage leur préoccupation face au danger terroriste qui vise directement notre ville", écrit Jean-Claude Gaudin.

"Après le drame qui a frappé Nice, la semaine dernière, et les évènements tragiques qui touchent la France depuis plusieurs mois, je vous invite avec force à considérer la menace dont la deuxième ville de France est aujourd'hui la cible", poursuit-il. "Maire de Marseille, je vous demande avec la plus grande insistance une mobilisation accrue et significative de tous les moyens humains et matériels nécessaires à la protection des Marseillais, ainsi que des milliers de visiteurs et de touristes qui viennent ici désormais", conclut Jean-Claude Gaudin, qui ajoute que "le gouvernement se doit d'anticiper les risques sérieux qui pèsent sur mes concitoyens".
 

 

Arbitrage Tapie: La Cour de cassation valide le renvoi en procès de Christine Lagarde (AFP)

La décision est tombée. Le pourvoi de Christine Lagarde a été rejeté.
La Cour de cassation a validé ce vendredi le renvoi en procès de la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) qui devra être jugée dans l’affaire de l’arbitrage Tapie pour le délit de négligence, ayant permis un détournement de fonds publics.

404 millions d’euros alloués à Bernard Tapie

La Cour de cassation a rejeté le pourvoi de l’ancienne ministre de l’Économie, qui avait été renvoyée en décembre en procès devant la Cour de justice de la République (CJR), l’instance habilitée pour juger les délits commis par des membres de gouvernement dans l’exercice de leurs fonctions.


En 2008, cet arbitrage, une sentence privée, avait alloué 404 millions d’euros à Bernard Tapie pour mettre fin au litige de l’homme d’affaires avec l’ancienne banque publique Crédit lyonnais, sur la vente d’Adidas en 1994

 

Plusieurs personnes ont été victimes de tirs lors d'une fusillade dans un centre commercial à Munich, en Allemagne.

Des policiers près du centre commercial munichois. (Reuters)

Un tireur isolé a fait au moins six morts vendredi après-midi dans un centre commercial près du stade olympique de Munich (sud de l'Allemagne). Personne n'était pour l'heure en mesure de donner des détails sur les causes de cette fusillade.

La police ignore où est le tireur

Selon le quotidien Bild, l'auteur de la fusillade a couru dans le centre commercial et fait feu sur plusieurs personnes, avant de s'enfuir en direction d'une station de métro. Plusieurs équipes d'intervention de la police allemande sont sur les lieux et sont à la recherche du tireur, selon le journal, qui cite des témoins.

La police de Munich avait annoncé sur son compte Twitter qu'elle procédait à "une intervention policière importante dans un centre commercial", invitant à ne pas se rendre "dans le secteur".

Elle a ensuite indiqué ne pas savoir exactement où était le tireur et demande sur Twitter aux habitants de rester chez eux.
 

 

 

Jeudi 21 juillet 2016

A savoir :

Le conseil des ministres a validé mercredi les subventions de fonctionnement pour les centrales syndicales représentatives.
En plus des 112 millions de Fcfp annuels de décharges d’activités syndicales, le gouvernement a accordé 19 millions de Fcfp de subventions réparties en fonction de la représentativité des syndicats.
Chouette tout de même, d'être payé pour foutre le bordel,c'est super sympa.
 

"L’Outre-Mer, l’antidote de la petite France", expliquait l'ancien premier ministre en Guadeloupe. "Les Ultramarins sont toujours très sensibles au fait que vous veniez les voir", justifiait pour sa part les juppéiste  Mais derrière ces voyages à l'autre bout du monde, très chronophages et très coûteux (Nicolas Sarkozy ne veut pas aller en Polynésie pour ne pas être accusé de faire campagne avec l'argent du parti) se cachent aussi des raisonnements très politiques.

 

Le Premier ministre Manuel Valls a jugé jeudi "insupportable la remise en cause permanente de la parole de l'Etat, du préfet, des policiers". M. Valls, qui réagissait, lors d'un déplacement en Savoie, à la polémique sur la présence de la police nationale lors de l'attentat du 14 juillet à Nice, a indiqué que "dans ces moments-là, il faut que la vérité soit faite mais qu'on respecte l'Etat et sa parole publique".

 

Proche de Marine Le Pen, le député Gilbert Collard a accusé jeudi François Hollande de ne pas prendre toutes les mesures pour lutter contre le terrorisme. L'élu du Gard défend particulièrement le retour de la double peine, permettant l'expulsion des étrangers condamnés. «Ce qu'il faut qu'on sache, c'est que le musulman qui vit en France, s'il est là, c'est qu'il a mérité d'être en France, parce que ceux qui ne méritent pas d'y être on les a expulsés», a lancé Gilbert Collard sur BFM TV et RMC. Il souhaite que les étrangers qui commettent un acte de violence, «quel qu'il soit», soient expulsés du territoire national.

 

 

 

Editorial

Sa majesté salue ses ouailles

 

Athanase , le dernier roi des Polynésiens !

Vous connaissez bien Athanase Teiri. Non ? Mais oui voyons, tous les quotidiens ne parlent que de lui en cette période de vacances, pour les plus chanceux. Athanase, oui, oui, n'est autre que le roi Pakumotu. Du coup, bombardé seigneur et dernier roi du Pacifique, il finit par y croire aussi et conserve précieusement les articles et titres qui le sacrent.

 Un désir d'avenir ne garantit pas l'avenir rêvé, mais le désir tout court. C'est beaucoup, encore plus quand la presse dépoussière sa toge royale. Il est heureux de cette reconnaissance médiatique et va donc poursuivre avec bonheur cette utopie qui relève, sait-on jamais, de la psychiatrie .

Estimons-nous heureux qu'il ne se prenne pas pour  "l'Empereur" beaucoup moins pacifique, celui venu d'une petite île aussi . Mais incontestablement il est persuadé incarner  le nouveau prophète, le vrai, le bon, la caution intellectuelle de l'intuition qui le pousse en avant avec une hardiesse répétitive. Pris entre la foi en son propre futur et le scepticisme des autorités, il se sait soutenu par son groupe de fidèles, les gardiens de sa royale majesté. Il est souverain dans l'ordre du symbolique, entre cocotiers et lagon. Mais attention sa petite armée est bien organisée et obéissante. Elle travaille dans l'ombre du soleil d'hiver pour convaincre que sans son souverain, la Polynésie est foutue. Pas fou du tout, notre Athanase  n'a pas choisi dans sa royale vision devenir l'abbé Pierre mais plutôt, tiens, pourquoi pas " Pomare VI". Prions pour qu'Oscar ne finisse pas comme lui, à force de croire dans son destin de souverain.

Ce Heiva Tahiti 2016 a été le plus dense, le plus spectaculaire, le plus talentueux, le plus.... nous n'en finirions pas de choisir les qualificatifs qui conviennent. On peut tenter de le résumer en un mot : ma-gni-fique spectacle. Mêlant avec bonheur les gestes d'antan et ceux plus modernes d'aujourd'hui, passé et avenir, confondus, ce Heiva a été brillant, nouveau, exceptionnel par le talent et le travail des hommes et des femmes, des danseurs, danseuses que l'on ne se lasse pas d'admirer, jusqu' aux petites mains, aux costumes, aux coiffes, aux musiciens, aux chanteurs. Mais qui a osé blasphémer en disant que notre culture se mourrait?  Le Heiva Tahiti 2016 a fait la démonstration incontestable de sa vie et de l'ampleur du bonheur transmis aux spectateurs. Pour nous, il n'y a ni premier ni dernier, ils ont tous mérité être sur le podium. Bravo !

 

     Le Président reçoit le représentant régional de la société Hainan

 Le président Edouard Fritch a reçu, jeudi matin, John Kidd, le nouveau représentant régional de la société chinoise Hainan, laquelle possède désormais deux hôtels en Polynésie française, le Hilton Moorea et le St Regis de Bora Bora.

 Monsieur Kidd est chargé par le groupe Hainan d’étudier toutes les stratégies et opportunités de développement d’entreprises touristiques en Polynésie française. Ces projets peuvent concerner toute la palette des activités touristiques imaginables, allant du transport aérien aux croisières, en passant, par exemple, par les parcs aquatiques.

 La société Hainan, qui possède 2 000 hôtels à travers le monde, souhaite faire de la Polynésie un nouveau pôle d’intérêt et d’investissements.

NDLR : Youpi ! Elle n'est pas la première ! Souhaitons qu'elle soit la dernière..."des straws promises"!  (promesses de paille)

 

INFO LE FIGARO - Une réquisition judiciaire urgente a été envoyée au centre de supervision urbain de Nice mercredi 20 juillet. Le parquet de Paris évoque un souci «d'éviter la diffusion non contrôlée de ces images»

.
Panique et incompréhension à la mairie de Nice. Mercredi à 11 heures, la sous-direction antiterroriste (SDAT) a envoyé aux agents qui gèrent la vidéosurveillance de la ville une réquisition citant les articles 53 et L706-24 du code de procédure pénale et de l'article R642-1 du Code pénal leur demandant l'effacement «complet» de 24 heures d'images provenant de six caméras nommées et numérotées, mais aussi de toutes les scènes depuis le début de l'attentat ayant eu lieu sur la promenade des Anglais, dans la nuit du 14 juillet.
«C'est la première fois que l'on nous demande de détruire des preuves.»


De quoi mettre en état de sidération les agents du centre de supervision urbain de Nice. «C'est la première fois que l'on nous demande de détruire des preuves, précise une source proche du dossier. Le centre de vidéosurveillance et la ville de Nice pourraient être poursuivis pour cela et d'ailleurs les agents en charge du dispositif n'ont pas compétence pour se livrer à de telles opérations».


La demande paraît d'autant plus étonnante que la SDAT a envoyé depuis vendredi dernier des serveurs afin de récupérer les 30.000 heures de vidéosurveillance liées aux événements. Une opération de sauvegarde qui va s'étendre encore sur plusieurs jours. «Nous ne savons pas si donner un ordre de destruction alors que nous sommes en pleine sauvegarde ne va pas mettre en rideau tout le système», s'inquiète-t-on dans l'entourage du dossier.
«Cela a été fait dans ce cas précis pour éviter la diffusion non contrôlée et non maîtrisée de ces images.»


Le parquet de Paris.
Contacté par Le Figaro, le parquet de Paris a confirmé l'information et précisé: «cela a été fait dans ce cas précis pour éviter la diffusion non contrôlée et non maîtrisée de ces images». Du côté de la police nationale, on rappelle que «sur les mille caméras installées à Nice, 140 présentaient des éléments d'enquête intéressants. La police judiciaire a récupéré 100% des vidéos de ces dernières. La PJ et le parquet ont donc demandé d'effacer les images de ces 140 caméras afin d'éviter l'utilisation malveillante de ces dernières par souci de la dignité des victimes et pour éviter la reprise de ces images par les sites internet djihadistes à des fins de propagande». Enfin, à la chancellerie, on précise que la demande d'un effacement «complet» s'explique par l'impossibilité de procéder à des destructions partielles sur ce type de matériel.


Images partagées par plusieurs services
Le lendemain du drame tragique de la promenade des Anglais, des officiers de police judiciaire étaient venus faire une première recension des caméras en prise directe avec l'événement. Cela a donné lieu à un premier rapport envoyé au ministère de l'Intérieur. Étrangement, ce serait ces mêmes caméras qui sont visées par la réquisition de la SDAT.


Dès samedi, l'Élysée avait demandé copie des images de l'attentat. Une autorisation accordée par le parquet de Paris. «Ce n'est pas choquant que le président de la République ait voulu visionner l'attentat. Faudra-t-il demander à l'Élysée de restituer le CD qui lui est parvenu?», s'interroge un bon connaisseur du dossier. En tout état de cause, ces vidéos sont partagées par plusieurs services concomitamment à savoir ceux de la Police et de la gendarmerie nationales, de la police judiciaire et des pompiers.
 

NDLR tout devient obscur que ce soit judicaire ou politique.

 

 

Passation de commandement au régiment d’infanterie de marine du Pacifique-Polynésie.

  Le lundi 25 juillet 2016 à 11h00 se déroulera la passation de commandement du régiment d’infanterie de marine du Pacifique-Polynésie (RIMaP-P) dans les jardins de la mairie d’Arue.

 Après deux années passées à sa tête, le colonel Hubert BEAUDOIN est appelé à d’autres responsabilités. Il cède ses fonctions au lieutenant-colonel Nicolas Bomont.

 Cette cérémonie sera présidée par le contre-amiral Bernard-Antoine Morio de l’Isle, commandant supérieur des forces armées en Polynésie française.

 Le RIMAP-P est fier et fort de son enracinement au sein du Fenua pour lequel il a œuvré avec abnégation et fidélité, il conserve intacte sa volonté de maintenir les liens qui l’unissent aux Polynésiens qui auront vu tant des leurs servir, et parfois donner leur vie sous les plis de son drapeau.

 Les médias sont conviés à cette cérémonie d’investiture, événement marquant tant dans la carrière d’un officier supérieur que dans l’historique du régiment qui voit un nouveau chef s’inscrire dans la lignée des successeurs du lieutenant-colonel BROCHE et de ses glorieux Tamarii Volontaires.

 

 

Mercredi 20 juillet 2016

La tuerie de Nice a fait « 84 morts, 331 blessés », dont «15 encore entre la vie et la mort » selon le dernier bilan de François Hollande. Surprise, surprise il n'a pas agi seul et sa préparation a duré de longs mois.

Donald Trump brillamment nominé par le mouvement républicain lors de la convention Plus rien ne l'arrête dans le dernier sprint pour la Maison Blanche selon CNN

Le ministère de la Défense a annoncé mercredi matin la mort de trois militaires français lors d'une opération spéciale en Libye. François Hollande a évoqué un accident d'hélicoptère au cours d'une des "opérations périlleuses de renseignement".

 A la suite de l’attentat survenu à Nice le 14 juillet 2016, les services de l’Etat restent extrêmement vigilants dans le cadre du plan Vigipirate. Néanmoins, le niveau VIGIPIRATE est maintenu en « vigilance renforcée ». Les forces de l’ordre ont été destinataires d’une instruction rappelant le niveau de vigilance à  maintenir par les patrouilles, notamment sur le site de l’aéroport international de Tahiti Faa’a. Les règles de surveillance de l’aéroport ont également été renforcées en matière de protection périphérique, de surveillance des zones publiques et de contrôles d’accès aux zones de sûreté. Le haut-commissaire a signé mardi l’arrêté portant organisation de la surveillance sur l’aéroport de Tahiti Faa’a.

 

Editorial

Trop mou !

"Le frère de Jacques Chirac" et "le meilleur d'entre eux" se font la grimace. Mais il n'y a pas que ceux-là. Le torchon brûle pour Alain Juppé qui se retrouve petit à petit à dégringoler de son piédestal sur lequel il s'est maintenu grâce à la presse laudative au début de la campagne. Ses interventions mollassonnes lors des attentats et notamment le dernier en date à Nice, creusent l'écart entre Sarkozy et lui. Car aujourd'hui les Français ne veulent plus avoir de responsables politiques en demi-teinte. Son " vouloir vivre ensemble" dans la promesse d'un progrès garanti dans une nation verticale autour d'un principe jacobin et laïque a pris un sacré coup dans l'aile. Coulé, notre vieux logiciel des idées, des cultures, saccagé le droit de l'homme remplacé par le droit de vivre et de se défendre dans un pathétique voyage ponctué du sang des innocents.

Du coup, Alain Juppé, attaqué jusqu'au sein des républicains pour avoir estimé que l'attentat de Nice aurait pu être évité, persiste à croire qu'il est effectivement "le meilleur" en laissant tomber avec sa suffisance habituelle : "on peut faire plus, on peut faire mieux".

 "Faire mieux", oui on pouvait peut-être, ce n'est pas sûr, et c'est ce que reproche Christian Estrosi au préfet Colrat qui n'a jamais brillé pour son savoir-faire en Polynésie de l'avis général des Polynésiens.

«Ce n'est pas raisonnable de dire que si on avait fait ceci ou cela, l'attentat n'aurait pas eu lieu». Si elle ne comporte aucun nom, la petite phrase lâchée par Nicolas Sarkozy lors du Bureau politique exceptionnel des républicains lundi soir visait clairement son concurrent pour la primaire, Alain Juppé. À droite comme à gauche, le maire de Bordeaux est sous le feu des critiques pour avoir estimé au lendemain des attentats de Nice que «toutes les mesures n'avaient pas été prises» pour empêcher le drame. «Le risque zéro n'existe pas. Ceux qui disent le contraire, ceux qui prétendent qu'on aurait pu éviter l'attentat mentent aux Français», a brocardé hier mardi Jean-Marie Le Guen sur iTélé.Et pour une fois nous sommes d'accord. Avant, il aurait fallu une boule de cristal, mais après, les interventions n'ont pas été à la hauteur pour stopper le camion fou.

 Invité sur BFM et “droit dans ses bottes”, Alain Juppé a persisté et s'est interrogé sur la virulence des réactions qui le visent. Manque-t-il de lucidité dans sa tour d'ivoire  où croit-il tellement qu'il est meilleur que les autres, qu'il ne se rend plus compte d'un baromètre ayant mis la petite aiguille sur " nuageux" .

Le désarroi est général. Alain Juppé enfermé dans la certitude de son ego condescendant , trop patiné, regardant de haut tous les petits hommes s'agiter persiste dans l'évidence qu'il pouvait faire mieux que tous les autres et plus . Ben voyons ! Il n'hésite même pas à dire que " Si tous les moyens avaient été pris, le drame n'aurait pas eu lieu !" Attention Alain tu es dans les sables mouvants  tandis que Sarko fait du deltaplane pour ne pas s'enliser en se gardant bien de dire " moi je !"

En vérité, la cote de Juppé baisse au même rythme que monte celle de Sarkozy dans laquelle on ne croyait plus. En Polynésie Tearii Alpha, le mandataire de Juppé est marqué par son introduction des Russes dont deux sont suivis pour blanchiment d'argent par l'organisme national adéquat.

 Bref, quand on nous dit sur tous les tons que nous sommes en guerre et nous le sommes sur le territoire métropolitain, se frapper la poitrine pour marteler comme un gorille à dos d'argent, qu'on est le meilleur, qu'on aurait tout prévu, fait sourire. Il est vrai que le gouvernement n'a pas utilisé jusqu'ici les moyens qu'il fallait et il le paye cher. Georges Fenech, ancien juge et député républicain vient de lancer un pavé dans la mare des bien pensants en proposant sur Valeurs actuelles« Un Guantánamo à la française serait la solution la plus simple. Un établissement dédié à des individus radicalisés serait effectivement une solution », déclare Georges Fenech dans un entretien à ce journal .La prison de Guantánamo a été créée par les États-Unis sur leur base navale située à Cuba dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001 pour détenir, sans procès et souvent même sans mise en examen, des « combattants ennemis .Ma foi l'idée risque de faire son chemin.

 Barack Obama a promis de la fermer depuis son élection à la présidence américaine fin 2008, mais se heurte à l'opposition du parti Républicain.  Et si Donald Trump sur sa rampe de lancement vers la Maison Blanche réussit son pari, on peut parier que Guantánamo n'est pas près de fermer ses portes et devenir l'Alcatraz de Cuba.

 

La Une de l'Express

 

Au conseil des ministres nous avons sélectionné les aides financières accordées à des chaines hôtelières richissimes notamment à Starwood hotels §resorts avec  le Méridien; et SA Bora Bora nui. Combien mettent de leurs poches les propriétaires de ces hôtels ?

Agrément fiscal en faveur de l’hôtellerie internationale 

Le Conseil des ministres a décidé de soutenir la relance de l’économie locale, notamment dans le secteur de l’hôtellerie internationale, par l’agrément de deux projets d’investissement ayant sollicité le dispositif de défiscalisation locale : 

1/ Agrément accordé au projet présenté par la SA Société des Nouveaux Hôtels – régime des investissements indirects - secteur du tourisme – agrandissement et rénovation d’hôtel et résidence de tourisme international  

Le projet porte sur des travaux de rénovation et d’extension de l’hôtel Le Méridien Bora Bora, comprenant la réalisation d’un spa, la réalisation d’un restaurant sur le motu Nord, la construction de nouvelles unités d’hébergement et l’extension des surfaces des unités existantes, la réalisation d’aménagements généraux et l’acquisition de 4 navires destinés au transport des clients de l’hôtel.  

La rénovation de l’établissement permettra de répondre à la demande de la clientèle étrangère de plus en plus exigeante et au standard haut de gamme de la chaîne hôtelière.  

Près de 97 emplois équivalents temps plein seront nécessaires pour la réalisation de ces travaux. La création de prestations de service complémentaires permettra de créer 10 emplois directs.

 2/ Modification de l’agrément accordé au projet présenté par la SA Bora Bora Nui – régime des investissements indirects - secteur du tourisme - rénovation d’hôtel et résidence de tourisme international.

 Par arrêté n°62/CM du 22 janvier 2015, le programme de rénovation hôtelière présenté par la SA Bora Bora Nui a été agréé au titre du régime des investissements indirects prévu au titre Ier de la troisième partie du code des impôts.

 Suite à une modification de son projet d’investissement, la société a sollicité une modification de l’agrément qui lui a été accordé. Son projet porte désormais sur la rénovation complète des unités d’hébergement, de la réception, de la zone piscine, de la zone de restauration, des parties communes et des voiries, la création de restaurants japonais et chinois, d’un club enfants, la transformation du bâtiment « chambres » avec la création de chambres « day use », l’aménagement d’un spa et d’une salle de fitness et l’installation d’un système de vidéo à la demande. L’établissement sera transformé en profondeur pour qu’il respecte les exigences très haut de gamme fixées par le cahier des charges d’une nouvelle enseigne commerciale à terme.

La rénovation de l’établissement lui permettra de retrouver un positionnement 5 étoiles correspondant aux nouvelles prestations haut de gamme qui seront proposées, d’attirer une clientèle aisée, de répondre aux exigences de la clientèle étrangère, notamment sur les marchés émergents à très fort potentiel où la notoriété est un atout majeur. Elle permettra de maintenir les 177 emplois actuels et de créer 30 emplois.

 

 

 Thierry Lepaon va être recasé par Matignon. © SIPA/ WITT


Le gouvernement n'oublie pas Thierry Lepaon, ancien secrétaire général de la CGT débarqué du syndicat après le scandale de la rénovation de son bureau pour plus de 60 000 euros, puis de son appartement de fonction pour plus de 100 000 euros. Matignon lui aurait trouvé une mission officielle et peut-être rémunérée affirme Les Échos : travailler, jusqu'à l'automne, sur la future Agence de la langue française pour la cohésion sociale annoncée en avril. L'ancien syndicaliste lorgnerait également sur la présidence. Une fonction qui pourrait, elle aussi, être payée.


« Thierry Lepaon avait égratigné Manuel Valls »


Thierry Lepaon avait égratigné Manuel Valls dans un ouvrage paru en septembre 2015. Il l'avait accusé d'avoir mis de l'huile sur le feu après les révélations sur son train de vie. Mais le Premier ministre n'est pas rancunier puisque Matignon cherche depuis plusieurs mois une solution pour le recaser. Le très décrié Conseil économique, social et environnemental, via une nomination gouvernementale, avait été envisagé dans un premier temps rapporte Les Échos. Mais Philippe Martinez y aurait mis son veto.
« Un salaire supérieur à celui de ses prédécesseurs »

 

 

 

 

 

 

Mardi 19 juillet 2016

Editorial

Des "bouchers" en Europe, un "Zénith" à Papeete.

" Prenez un couteau et tuez, roulez sur des infidèles, écrasez, tuez, entrez chez les infidèles et tuez-les tous, pas besoin de logistique, etc..." Voici une brève partie des conseils donnés par l'Etat islamique à ses assassins. Obéissants, connus, inconnus, fichés ou pas, les "soldats" de l'ombre, les anonymes passent à l'attaque. Après Merah, Charlie, le Bataclan, Nice et bien d'autres. Armé d'une hache et d'un couteau l'un d'eux a fait un carnage, dans un train en Allemagne. "Une boucherie" a dit un rescapé, "et du sang, du sang partout" Plusieurs personnes sont déjà dans un état très grave. Quatorze autres sont dans un état de choc psychologique . On le serait à moins.

En vérité, ces radicaux ne sont pas des combattants mais des bouchers qui gambadent "dans nos rues et nos campagnes" pour accomplir, anonymes vampires, la destruction d'un monde et d'une culture qu'ils haïssent. Ils aiment le sang et la puissance que leur apporte la peur de ceux qui sont visés au petit bonheur ou plutôt au grand malheur . Celui qui a découpé à la hache et au couteau bras et jambes dans ce train allemand n'avait que 17 ans .« Lors de la fouille de la chambre où il vivait un drapeau de l’EI fabriqué artisanalement a été retrouvé », a déclaré le responsable conservateur à la chaîne de télévision publique ZDF, évoquant aussi un témoin affirmant que le jeune agresseur, qui a été tué par la police, a crié « Allah Akbar » (Dieu est grand). Les salafistes appliquent la politique nazie, celle qui endoctrinait des enfants très jeunes à dénoncer parents, grands parents, voisins, juifs et pire encore.

La Polynésie est  épargnée. Mais pour combien de temps ?

Pendant que la mort rôde en Europe, que nos mirifiques projets meurent avant d'être conçus, que le Mahana Beach fait bel et bien glouglou, notre ministre du tourisme annonce vouloir faire un "Zénith", une grande salle de spectacle couverte.  Grandiose idée. Mais moment mal choisi pour investir sur les fonds du pays quelques milliards.

Tant pis pour les centaines de clodos à l'affût, en bataillon serré, dès la sortie des poubelles des grandes surfaces,le soir. Des mendiants et des adolescents battus par leurs parents alcoolisés dans les favelas, fuyant les coups pour la rue, transforment ainsi Papeete en cour des miracles . Qui n'a pas été abordé en sortant d'un magasin en vous disant " tu peux m'aider ? Ou "tu n'as pas mille frs", oui, les tarifs ont augmenté comme le coût de la vie sans doute. Ce n'est pas grâce au gouvernement mais aux humanitaires ( père Christophe et civils), heureusement qu'ils sont là, pour donner à manger à ces malheureux comme au refuge de Tiperui.

Mais voyons... il faut bien compenser la perte du Mahana Beach et "ses bâtisseurs" locaux qui tardent à s'investir alors, on va faire un "Zénith" . Et l'argent va couler à flots dans les bourses, surtout dans les bourses des concepteurs tandis que celles du pays vont se vider. Tout comme les fonds perdus des études pour la construction du Mahana Beach. Combien, le Pays a-t-il perdu ? "Après tout, Flosse a bien fait Toata," m'a-t-on fait remarquer. Oui mais la Polynésie était opulente à l'époque. Il n'y avait pas une armée de mendiants derrière la fête .

 À force de tout voir on finit par tout supporter à force de tout supporter on finit par tout tolérer, à force de tout tolérer on finit par tout accepter et à force de tout accepter on finit par tout approuver ! Mais pas nous... CQFD

-------

 

 

L'ambassadeur de Chine à Paris

 signe le livre d'or de l'Assemblée de Polynésie

 

 

 

Courrier :Juste trois petites informations en passant:

- Le Sénat a rejeté il y a quelques heures le projet de loi travail, passé en 49-3 à l'Assemblée, pour raison d'un texte sans débat dans l'hémicycle à l'occasion de sa nouvelle lecture, et n'ayant été entendu ni par le gouvernement ni par l'Assemblée, fermez le ban. (entre les huées de la foule à Nice et ça, il reste encore en poste M. Valls ?! Allez, il faut s'attendre encore à un nouveau 49-3.


- Dans la nuit de dimanche à lundi à Boissy-Saint-Léger, dans le Val-de-Marne, La Police a arrêté un individu pour une infraction routière. Le résultat: non-seulement se résout une affaire de cambriolages mais les autorités viennent d'arrêter un fidèle du Califat ayant planifié une attaque terroriste à l'explosif.


- Ce matin dans un village de vacances à Lagrand, dans les Hautes-Alpes, une femme et ses trois filles ont été grièvement poignardées durant leur déjeuner -nécessitant l'héliportation de deux d'entre-elles- par un voisin, marocain
résidant en France. Pourquoi ? Pour être trop légèrement vêtues. Insulte à l'islam.

Douce France, cher pays de mon enfance [...] JRH

 


 

 Tourisme

 Rencontre, mardi, à Paris, entre le ministre du Tourisme, Jean-Christophe Bouissou, et Manfredi Lefebvre D’Ovidio, président de la compagnie de croisière de luxe, Silversea.

La réunion, à laquelle a également participé le président du conseil d’administration de Tahiti Tourisme et d’Air Tahiti Nui, Michel Monvoisin, avait pour objet le développement des activités de cette société en Polynésie française.

 

------

  LE THEATRE CHEIKH KHALIFA ZAHED AL NAHYAN !

  Savez-vous où se trouve le Théâtre Cheikh Khalifa bin Zahed al-Nahyan ?

 
A Alger ? A Tunis ? A Ryad ?
En vérité, dans aucune de ces villes car il s’'agit de l’'ancien théâtre Napoléon situé à Fontainebleau.

Directement inspiré du petit Théâtre de la reine Marie-Antoinette à Versailles, ce bâtiment est connu pour ses salons et ses aménagements qui en font un conservatoire de l’'art théâtral français unique en son genre.
 
Et pourtant, vous avez bien lu l'ancien théâtre Napoléon porte depuis peu, le nom de l’émir d'Abou Dabi, le cheikh Khalifa bin Zahed al-Nahyan.



Après l'’achat de clubs de football et de grands hôtels parisiens, les émirs du Golfe se découvrent maintenant une passion pour notre patrimoine . Soit. Ils sont les bienvenus pour l'admirer, et éventuellement pour s’en inspirer chez eux. Mais pas pour l'acheter ou le détruire !
En France TOUT est à vendre ..! Même les hommes politiques !

 

 Rions tant qu'on le peut avant la fin des vacances que n'a pas pris Tahiti Today

une histoire de belle-mère...
 Un prisonnier d'un pénitencier très dur discute avec un nouveau:
 - Moi, j'ai pris 10 ans pour escroquerie, et toi?
 - 20 ans pour secourisme.
 - Arrête, tu déconnes, personne n'a jamais pris 20 ans pour secourisme, même pas un an !
 - Si, si : ma belle-mère saignait du nez, alors je lui ai fait un garrot autour du cou pour arrêter l'hémorragie.
 

Dentiste
 
Juste au moment où le dentiste se penche vers une patiente pour la soigner, il sursaute.
- Excusez-moi, madame, mais ce sont mes testicules que vous tenez.
 - Je sais, répond la patiente... Nous allons tous les deux faire bien attention de ne pas faire mal à l'autre. D'accord ?


Dans une caserne de Gendarmerie, le Capitaine croise un jeune élève gendarme fraîchement débarqué de l'école de gendarmerie.
> - Comment vous appelez-vous, mon garçon ?
> - Yves, et vous ?
> Le capitaine, furieux, s'écrie :
> - Mon petit bonhomme, je ne sais pas d'où vous arrivez, mais sachez que je suis le Capitaine et que je m'appelle Mon CAPITAINE. De même, dans ma compagnie, j'appelle les gens par leur nom de famille. Si vous vous appelez Yves Tartempion, je vous appellerai Tartempion, mais pas Yves. Me suis-je bien fait comprendre ?
> - Oui, mon capitaine. »
> > - Alors, c'est quoi votre nom de famille ?
> - Montcherry.
> - Très bien, Yves, au travail.


 

 

Le clin d'oeil du 18 juillet 2016

On les croyait bons amis à la mode de chez nous, mais Oscar ne lui fait pas confiance !

Nouveau retard du vol TN07 Paris dû à une urgence médicale-

Air Tahiti Nui informe ses clients d’un retard plus important du vol TN07 Paris - Los Angeles – Papeete de ce lundi 18 juillet.

Ce vol originellement reprogrammé pour une arrivée sur Tahiti cette nuit à 02h00 arrivera finalement avec au moins deux heures supplémentaires de retard.

L’horaire définitif ne pouvant pour l’instant pas être confirmé, nous invitions le public à contacter l'Aéroport de Tahiti au 40 86 60 61 à partir de 20h00 ce soir afin de connaitre l’horaire précis d’arrivée du vol.

Air Tahiti Nui adresse ses plus sincères excuses pour les désagréments causés par ce retard.

La Direction Commerciale

AIR TAHITI NUI
 

 

Retard du vol TN07 Paris - Papeete du lundi 18 juillet.

Air Tahiti Nui informe ses clients du retard du vol TN07 Paris - Los Angeles - Papeete. Originellement prévu au départ de Paris ce lundi 18 juillet à 11h30, le vol est finalement parti à 16h00 le même jour. Son arrivée sur Los Angeles se fera à 18h50 heure locale d’où il repartira à 20h40. Son arrivée à Papeete est prévue à 02h00 le mardi 19 juillet (dans la nuit de lundi à mardi).

Le retard de ce vol est dû à l’arrivée tardive sur Paris du vol précédent TN08 Papeete - Paris qui a effectué une escale imprévue sur l’aéroport de Winnipeg au Canada, un passager ayant nécessité une évacuation d’urgence pour raison médicale.

Air Tahiti Nui adresse ses plus sincères excuses pour les désagréments causés par ce retard et invite ses clients à consulter son site internet www.airtahitinui.pf ou à contacter l'Aéroport de Tahiti au 40 86 60 61 pour toute information sur ses horaires.

 

 

Dans son allocution sur TF1 Nicolas Sarkozy a trouvé "un peu effrayant" que le président François Hollande "annonce aux Français" dans son allocution du 14 juillet, à la mi-journée "que les choses vont tellement bien que l'état d'urgence est supprimé, pour rétablir l'état d'urgence à minuit".

Il a par ailleurs dit douter de la "radicalisation rapide" de l'auteur de l'attentat de Nice. "Il m'étonnerait beaucoup qu'un individu totalement isolé puisse louer un véhicule de dix-neuf tonnes, on a vu que c'était très préparé, l'enquête le dira", a-t-il noté, en soulignant que le terroriste avait agi "selon un mode opératoire qui a été très précisément recommandé par Daech".

"Nous sommes en guerre, une guerre totale. Nos ennemis n'ont pas de tabous, pas de frontières, pas de principes. Donc, je vais employer des mots forts: ça sera eux ou nous", a-t-il déclaré, ajoutant qu'une "autre politique est possible".

 

La minute de silence a été respectée par les milliers de personnes rassemblées sur la Promenade des Anglais, à Nice. Mais la présence de Manuel Valls, elle, n'a pas été appréciée par tous. Des huées ont accompagné l'arrivée et le départ du cortège de responsables politiques dans lequel figurait le Premier ministre.

 

Des milliers de personnes sont venues rendre hommage aux victimes de la promenade des Anglais

 

Nombreux sont les Polynésiens et métropolitains qui se sont déplacés pour cette minute de silence programmée devant le Haut commissariat à midi pour rendre hommage aux victimes de Nice. Mais le Ht commissaire, sans doute pressé ou fatigué de répéter tout le temps la même chose, en deux mots jetés à la va vite et une minute, a levé ce recueillement qui n'a jamais été aussi rapide.  Tous les participants se sont regardés, un rien estomaqués.
 


 

 

Lundi 18 juillet 2016

 

 

Editorial

Moetai meilleur qu'Oscar

Notre petite politique polynésienne à l'heure où le monde tremble d'avoir à faire face à des massacres sauvages, à l'heure où toutes les nations civilisées condamnent le fanatisme, à l'heure où l'on pleure les morts, à l'heure où l'éloignement n'est plus notre sauvegarde, ne change pas. Oscar Temaru a mis l'accent sur le restaurateur de la Promenade des Anglais, un ami qu'il connait bien et dont il a même donné le nom avec un sourire satisfait, quant aux victime du terrorisme et du fanatisme quelques mots brefs  pour exprimer maladroitement et en lisant, son sentiment, contrairement à Moetai Brotherson dont on a senti la sincérité de l'émotion  à l'évocation de l'horreur du drame de Nice, sur Polynésie première.

 Poursuivre ses mêmes vieilles chimères et s'ériger en "sentinelle" sur les ressources minières polynésiennes  est la priorité du président du Tavini. Les résolutions du comité de décolonisation sont à ses yeux bien plus importantes que tout ce qui se passe...ailleurs, hormis à New York. Non, non pas question de Trump ou d'Hillary, mais concernant les projets de deux nouvelles résolutions onusiennes. ( nucléaire et minerais)

 Les grands mots qui ne veulent rien dire. Tout comme d'ailleurs les 42.000 signatures de "l'association 193" dont aucun huissier n'a vérifié l'authenticité La pétition du Tavini sera, il est vrai, autrement plus sérieuse. Pour celle du prêtre politisé, imaginez  le ministre du Tourisme martelant tous les jours, que la Polynésie reçoit un million de touristes annuellement !  Mais qu’importe. Tous les gogos avalent sans jamais régurgiter la soupe qu'on leur sert. Idem lorsque Oscar enfonce un clou rouillé dans les ressources minières dont la France dit-il, veut s'emparer avant la Russie, la Chine et l'Inde.

 Notre pauvre France a bien d'autres choses, beaucoup plus vitales à s'occuper. Et là encore tous les responsables du gouvernement de son ami Hollande, les juristes locaux et métropolitains, les gens raisonnables ont beau dire sur tous les tons que ces ressources sont la propriété de la Polynésie, qu'elles sont  inscrites dans le marbre du statut, rien n'y fait. On nous volera un jour. Un point c'est tout. C'est Oscar qui vous le dit. Donc c'est vrai. Ce qui est vrai cependant c'est que les minerais en question bien que les gisements ne soient pas aussi importants qu'on pouvait le croire, s'ils sont "stratégiques", deviendront peut-être, un jour lointain, une priorité pour la France. C'est ce que condamne le Tavini et la nouvelle résolution de l'ONU qui stipule la pleine souveraineté du "peuple" polynésien sur ces ressources sous marines :L’Assemblée générale exhorte la puissance administrante de garantir la souveraineté permanente du peuple de la Polynésie française sur ses ressources naturelles, y compris les ressources marines et les minéraux sous-marins » ".Allez hop! Passez muscade, plus question de "minerais stratégiques" ! Même si le souhait du Tavini est normal en tant que parti politique, il convient de savoir que ce n'est pas l'ONU qui dictera à la France "souveraine" justement, comment se comporter en Polynésie, tant que celle-ci restera française.

 Le Tavini, c'est un peu comme les imams avec leurs ouailles , en plus paisible et légèrement moins crédule sur certains points, tout de même. Reste que ce leur dit Oscar Temaru est parole d'Evangile. De même que rien ni personne ne  fera comprendre aux fanatiques musulmans que le coup des 77 vierges au paradis, c'est du pipeau. Leurs gourous promettent. Leurs paroles font foi. Persuadés, fanatisés, ils se font sauter en lançant un vibrant "Allah Akbar"... "Dieu est grand" peut-être, mais " si cruel". Ils pourraient crier tous les slogans qu'ils veulent sans nous gêner si le problème  n'était pas l'élimination sauvage de ceux qui préfèrent trouver les "vierges" sur terre. Les Polynésiens sont nombreux dans ce cas, les vierges, il est vrai, le sont moins.

Au commencement de la vie, vous le savez, étaient les procaryotes. C’est-à-dire des cellules qui n'avaient pas éprouvé le besoin d'enfermer leur ADN dans un noyau protecteur. Une erreur. Un beau jour la vie bricola, par symbiose de deux organismes primitifs, une cellule qui devint la base de tous les organismes vivants.  "Le grand timonier" a donc permis que cette richesse minière dont se gargarise un grand nombre de politiques et de citoyens, soient enfouies depuis des millénaires si profondément dans leur noyau protecteur qu'est l'océan, qu'il faudra bien faire appel à ce second organisme, "une grande nation" possédant le matériel nécessaire, pour en extraire la " substantielle moelle" . Du coup Moetai Brotherson n'y va pas de main morte et annonce qu'il faudra peut-être non seulement changer de statut mais aussi de Constitution pour protéger ce trésor maohi contre les pique-assiettes.

Bref tout cela permet aux grands voyageurs, du parti indépendantiste de se ressourcer en passant quelques jours agréables et sympathiques aux États Unis  ne serait-ce que pour se changer les idées, faire provision de vitamines et permettre ainsi aux journalistes de rapporter fidèlement ce qu'on leur raconte.

Car il faut savoir, qu'adoptée ou pas, cette énième résolution ne changera pas d'un iota la position de la France dans ce combat qui dure depuis près d'un demi-siècle. Elle a vécu la guerre de cent ans, elle est rodée. Reste à savoir si Oscar et ses mousquetaires vivront aussi vieux ! Quant à l'ONU qui se nourrit de recommandations, incapable de résoudre les problèmes vitaux du monde, elle reste un machin comme l'appelait un certain visionnaire , Charles de Gaulle. Espérons juste pour notre renommée, qu'Édouard Fritch,le président polynésien, saura pour la première fois, porter plus haut que le Tavini, le flambeau  à la flamme vivace de la majorité du peuple polynésien. Juste pour montrer " au machin", après tout, qu'on existe aussi. 




l
 

Véridique !!!

Entendu au tribunal de Grande Instance de Lille le Mardi 24 Mai 2016

 (Le prévenu est poursuivi pour violence)

 - Avec toutes les preuves réunies contre vous, vous êtes présumé coupable.

- Pardon M le président, mon client n'est pas encore jugé et tant que les recours en appel ne sont pas épuisés, il est présumé innocent.

- Ah oui, pardon maître, j'avais oublié.

- ??!!

 
 

Un avion d'Hawaiian Airlines a été contraint de se poser en urgence à Tokyo lundi, et ses pneus ont éclaté à l'atterrissage, mais personne n'a été blessé, a rapporté la presse locale. Le vol HA 458 était parti de l'aéroport Haneda de Tokyo aux environs de minuit à destination de Honolulu.

 Mais des indicateurs se sont allumés pour signaler une anomalie dans les systèmes hydrauliques de l'Airbus 330 qui a rebroussé chemin, selon plusieurs médias, dont la chaîne nationale NHK.

 Quatorze vols intérieurs annulés

 L'avion s'est posé en urgence sur Haneda vers 1h30 (16H30 GMT dimanche). Huit des dix pneus de l'appareil ont éclaté à l'atterrissage tandis que du carburant s'est répandu à terre, selon le journal Asahi Shimbun. Aucun des 293 passagers et membres de l'équipage n'a été blessé.

 La piste devait rester fermée au trafic pendant plusieurs heures. Au moins 14 vols intérieurs ont été annulés tandis que d'autres sont retardés.

 Le ministère des Transports et la compagnie aérienne n'étaient pas joignables dans l'immédiat.

 


AIR FRANCE au tableau d'honneur des meilleures grandes compagnies aériennes.

L'organisme britannique a dévoilé la listes des 100 entreprises d'après les résultats effectués auprès de 19 millions de clients. La France en fait partie.

Une quatrième coupe pour Emirates. Lors d'une cérémonie au Salon aéronautique de Farnborough, au Royaume-Uni, la société Skytrax a annoncé, mardi, ses World Airline Awards 2016*, le palmarès des 100 meilleures compagnies aériennes dans le monde.

Emirates remporte pour la quatrième fois la première place (elle l'avait obtenue en 2001, 2002 et 2013). Elle était cinquième en 2015 et détrône Qatar Airways, tandis que Singapore Airlines se retrouve relégué sur la troisième marche du podium.

«Nous sommes honorés d'être reconnus par les prestigieux prix Skytrax. Emirates a toujours mis nos clients au cœur de ce que nous faisons, et nous travaillons dur pour offrir la meilleure expérience possible, à chaque point de contact, chaque jour, partout dans le monde», a déclaré Sir Tim Clark, président de l'entreprise des Émirats arabes unis.

Air France récompensée pour sa gastronomie

Air France s'octroie, quant à elle, la 14e place (en progression d'une place par rapport à 2015). La société française hérite également du prix dans les catégories «Meilleure restauration au monde dans un salon de première classe» pour la troisième année consécutive pour le restaurant du salon La Première et sa carte signée par le chef Alain Ducasse à Paris-Charles de Gaulle et «Meilleurs accessoires de confort de première classe» pour sa trousse cosmétique Givenchy et la tenue de confort fournies dans les cabines La Première.

Elle arrive par ailleurs troisième dans le classement des meilleures compagnies en Europe (Turkish Airlines et Lufthansa la devancent) et deuxième dans la catégorie meilleure compagnie dans l'ouest de l'Europe.

 

A propos des éoliennes endormies

  La vie continue, les ambitions, les règlements de compte, les haines et les passions ont aussi la vie dure en Polynésie française. Dominique Auroy nous a prié de bien vouloir publier son droit de réponse ou lettre ouverte au choix à la suite de la conférence de presse du ministre de l'Energie mercredi dernier. N'ayant pas publié la globalité des explications du ministre sur les éoliennes  endormies de Makemo, nous publions ci-dessous les propos de Nuihau Laurey ministre de l'Enegie et la lettre ouverte de ceux qui se sont sentis sur la touche :

1.      Te Mau Ito Api

Le plus fantastique fiasco depuis Tamara’a Nui. Cela doit rappeler à certains des souvenirs.

Fiasco technologique, toutes les éoliennes à terre.

Fiasco énergétique, groupes diesel qui tombent en panne régulièrement

Fiasco juridique, conventions d’affermage illégales

Fiasco financier, argent public dépensé en pure perte, double défiscalisation, emprunts, subventions publiques, avances (près de 300 M FCFP provenant du Pays et de l’Etat).

Tous les ministres de l’énergie depuis 2006 ont traîné ce boulet.

Les actionnaires privés, dont la SEDEP de M. AUROY sont les seuls à considérer que tout va bien, et que la solution d’une clarté évidente, que le pays et la commune paient et continuent à payer.

Nous avons décidé de mettre un terme à ce fiasco, et sollicité la mise en redressement judiciaire de la société compte tenu de sa situation financière et de l’impossibilité de couvrir le passif exigible par l’actif disponible.

Nous souhaitons que la poursuite ou non de l’activité se décide devant le TMC, et que si des responsabilités pénales devaient être engagées, elles le soient en toute transparence.

 Voici ce qu'en pense Dominique Auroy et les actionnaires de la SAEM te Mau Ito Api

Les actionnaires privés de la SAEM TE MAU ITO API (TMIA) constatent que le Ministre LAUREY a fort peu de mémoire, méconnaît son dossier, ou a d’autres objectifs que la vérité !

- Qui a fondé la société TMIA en 2006 : des actionnaires privés, avec leur propre argent, car ils croyaient en l’avenir des centrales hybrides éolien – fuel, dans certaines îles notamment des Tuamotu ;

- Qui a souhaité entrer au capital de cette société privée, la transformant alors en SAEM, quelques mois après sa création : le Pays, avec à sa tête M.TEMARU, que personne n’est allé chercher, mais qui voyait en cette centrale hybride “laboratoire”, une possible solution pour favoriser l’indépendance énergétique de certains atolls ;

- Qui a rédigé la convention d’affermage que le Ministre dit “nulle” et dont la Commune de Makemo, le Pays, ainsi que la SAEM sont signataires : les juristes du Pays ;

- Qui a écrit “noir sur blanc”, dans cette convention, que le Pays reprenait contractuellement la compétence en matière de production et de distribution d’électricité sur Makemo : les juristes du Pays ;

- Qui a, par la suite, toujours refusé cette compétence, qu’il s’était lui-même attribuée dans son contrat, pour ne pas avoir à en assumer les conséquences (en tant qu’autorité délégante le Pays aurait dû agir contre le Maire, fixer des tarifs, assurer l’équilibre économique du contrat, etc …) : le Pays ;

- Qui a approuvé, par un Arrêté n°1036 CM du 20 septembre, cette convention d’affermage que le ministre prétend aujourd’hui être nulle : le Conseil des Ministres du Pays ;

- Qui, du 1er janvier 2008 au 31 janvier 2009 (1 an et 1 mois !), a privé la SAEM TE MAU ITO API de tout Chiffre d’affaires, en conservant les redevances électriques payées par les usagers et celles de ses propres installations, tout en recevant l’électricité produite par la SAEM : la Commune de Makemo ;

- Qui, sur cette même période, est demeuré totalement silencieux, face à ce “hold up” par la Commune, alors qu’il s’était, par sa convention d’affermage, attribué la compétence électrique quelque mois avant : le Pays ;

- Qui a finalement décidé d’intervenir, envoyant même la force publique, pour faire cesser ce “hold up” : le Pays ? NON ! le Haut-Commissaire ;

- Qui a régulièrement pratiqué la politique de la « chaise vide », tant au Conseil d’administration qu’aux assemblées générales, alors qu’il est majoritaire dans ces deux organes, ne permettant pas au quorum d’être assuré (on relèvera qu’ils ont une grande habitude de cette fâcheuse pratique, même à l’assemblée territoriale), retardant ainsi des décisions importantes pour la SAEM TMIA : les Ministres représentant le Pays au sein de la SAEM et cela continue, en ce moment, notamment sous l’impulsion de M.LAUREY !

- Qui, préfère donner aux journalistes ses positions d’administrateur, quant à une prétendue situation justifiant un redressement judiciaire de la SAEM, plutôt que d’en débattre avec tous les autres administrateurs publics ou privés, ce qu’il ne peut pas faire puisqu’il boycotte les conseils d’administration, au motif que l’ordre du jour n’est pas fixé suivant son bon vouloir : M.LAUREY !

- Qui feint d’oublier que la procédure d’alerte, qui n’a rien d’exceptionnel dans les sociétés du Fenua (mais qu’en connaît-il ?) a surtout pour origine cette politique de la « chaise vide », qui en impactant défavorablement le fonctionnement de la SAEM TMIA à ainsi généré des incertitudes chez les Commissaires aux comptes et donc, selon la Loi, cette procédure d’alerte : M.LAUREY !

- Qui, alors qu’ils sont majoritaires au Conseil d’administration de la SAEM, a différé, pendant plus de 6 ans, le lancement d’une procédure judiciaire contre la Commune de Makemo, pour obtenir remboursement des sommes captées par son “hold up” et indemnisation de ses conséquences : les Ministres représentant le Pays au sein de la SAEM ;

- Qui a porté atteinte à l’équilibre économique de la SAEM TMIA, en retardant systématiquement le versement de la subvention “énergie renouvelable”, pourtant inscrite dans la convention d’affermage qu’il avait lui-même rédigée : le Pays ;

- Qui n’a jamais fixé un prix du kilowatt/heure permettant à la SAEM TMIA d’équilibrer ses comptes (ce qui est la base de toute convention d’affermage : l’autorité concédante a l’obligation d’assurer l’équilibre économique du fermier et la juste rémunération de ses investissements … ce qui, par contre, est fait au-delà du raisonnable au bénéfice des concessions EDT) et d’assurer l’entretien et le renouvellement de ses installations : la Commune ou le Pays, selon qui est l’autorité délégante (on comprend mieux pourquoi ils se renvoient la balle sur ce sujet depuis 10 ans) ;

- Qui prive la SAEM TMIA du bénéfice de la péréquation, réservée à EDT (ce qui lui permet, en dépit du tarif appliqué aux usagers des Iles éloignées, d’équilibrer son exploitation dans ces atolls, malgré des surcoûts de production liés à leur éloignement et au faible nombre d’usagers) et supportée par la majorité des usagers des Iles du vent : le Pays qui n’a pas étendu le bénéfice de cette péréquation à tous les producteurs-distributeurs d’électricité dans les îles, dont la SAEM TMIA fait partie ;

- Qui a privé la SAEM TMIA des ressources financière nécessaires à l’entretien et l’adaptation de son parc d’éoliennes, conduisant à des pannes répétées en 2010 et leur arrêt total en 2012 : La Commune de Makemo et le Pays, pour les raisons ci-dessus exposées ;

- A l’inverse, qui est parvenu pendant 2,5 ans à produire 40% de l’énergie électrique dans toute l’île, prouvant ainsi le bien fondé de cette filière ainsi que sa performance : les éoliennes de la SAEM TMIA;

Elles ont prouvé pendant ces 2,5 ans, durant lesquels la maintenance de base (nécessairement limitée sur des matériels encore neufs) a pu être financièrement supportée, en dépit de la pénurie de ressources ; ci-dessus exposée, que le procédé était fiable.

Il semble bien que cette vérité était gênante et qu’il fallait tout faire pour que l’expérience ne puisse se poursuivre.

- Et qui a été obligé de soutenir financièrement la SAEM TMIA, sur leur propre argent au lieu et place du Pays, actionnaire majoritaire, quand elle était privée de toute ressource et permis aux habitants de Makemo de continuer à recevoir de l’électricité : les actionnaires privés ;

Ainsi quand M. LAUREY chiffre le budget de l’opération globale en faisant croire que c’est le Pays qui l’a financé, alors que ce sont les actionnaires privés qui en ont assumé la charge à plus de 50%, ils ne peuvent qu’être surpris, voire déçu par l’expression d’un tel mépris vis à vis de leur investissement !

Le ministre LAUREY serait donc plus avisé de reconnaître que le Pays et la Commune sont à l’origine de la situation actuelle de la SAEM TMIA, et de chercher à rattraper ses manquements et ceux de ses prédécesseurs, plutôt que de laisser croire qu’il serait victime des actionnaires privés.

Curieuse façon de promouvoir et d’inciter les privés à participer au développement du Pays.

Mais on comprend mieux le fait que M.LAUREYsoit systématiquement contre la SAEM TE MAU ITO API et accessoirement ses actionnaires privés, en relisant le N°3 de sa revue “GREEN ECONOMIE MAGAZINE” (janvier 2012) dont il était gérant, directeur de la publication, rédacteur en chef et journaliste, dans lequel il exprimait déjà son opposition à la ferme éolienne de Makemo.

Et encore mieux, lorsque l’on constate que le principal annonceur publicitaire de cette revue n’était autre que l’EDT, dont l’objectif a toujours été de contrôler toutes les concessions de production et distribution d’électricité de Polynésie.

On pourrait s’étonner, à écouter M.LAUREY, que les actionnaires privés aient proposé directement au Ministre de reprendre la société à 100%, d’en poursuivre l’exploitation et de remettre les éoliennes en service à leur frais, sans qu’il en coûte 1 XPF au Pays.

NDLR :

Cette affaire sera certainement tranchée par le tribunal de commerce mais en attendant les deux parties ayant donné leur point de vue, et l'une beaucoup plus longuement que la première, les lecteurs  pourront  départager les belligérants.

 Quant à Nuihau Laurey,  c'est avec le sourire ( et c'est là que ses adversaires doivent se méfier car il dispose de tous les moyens dus à ses diverses fonctions au cas où la moutarde lui monterait trop fort au nez) qu' il balance une dernière flèche à l'homme d'affaires qui devrait être beaucoup plus prudent et moins sûr de lui, en rétorquant :" Entre la réputation de Dominique Auroy et la mienne que chacun se fasse son opinion."

Aaaah, c'est la guerre !

 

 



Dimanche 17 juillet 2016

Cérémonie de la journée nationale à la mémoire des victimes de crimes racistes et antisémites de l’Etat français et d’hommage aux « Justes » de France

M. Frédéric POISOT, Directeur de cabinet du Haut-Commissaire, représentant le Haut-
Commissaire de la République, a présidé ce matin la cérémonie à l’occasion de la journée
nationale à la mémoire des victimes de crimes racistes et antisémites de l’Etat français et
d'hommage aux "Justes" de France, au Monument aux Morts de Papeete, avenue Pouvana'a a
Oopa.
En préambule, une minute de silence a été observée à la mémoire de toutes les victimes de
Nice, le 14 juillet 2016.
 

 

Samedi 16 juillet 2016

Le quai des yachts comme titre la Dépêche est vraiment un succès international.

Rendons à Mario Banner, l'ancien directeur du port autonome, non seulement l'idée de faire un quai pour les yatchs, mais  d'entreprendre sa réalisation en le faisant construire et payer, rubis sur l'ongle, 700 millions, sans avoir recours à l'emprunt. Résultat, on l'a viré  quelque temps plus tard.

Ce projet avait été validé en juillet 2012 par Oscar Temaru puis Gaston Flosse, lui aussi avait donné son aval. Il y en a qui ne savent faire que  des ronds de jambe et couper les rubans devant une caméra..

 

M. Frédéric POISOT, directeur de cabinet du HtC succède à Mme Marie BAVILLE, affectée comme chargée de mission auprès du Haut-Commissaire de la République en Polynésie française.

 

M. Raymond YEDDOU, succède à M. Christophe LOTIGIE, affecté à Saverne, en qualité de Sous-préfet.

 

"En Israël, on a décidé d’ériger la vie en valeur suprême et de la placer au-dessus de certaines libertés individuelles." ( un général israélien)

 

Les Républicains :

"Notre Nation a encore une fois été touchée par la barbarie terroriste. Suite à cette terrible tragédie qui endeuille tout notre pays, notre Président, Nicolas Sarkozy sera,  dimanche soir l'invité du journal de 20H de TF1."

 

Attentat islamiste de Nice: un journal tunisien dévoile tout sur le jihadiste auteur de l’attentat. L'auteur écrit ce que les médias français ne savent pas ou ne souhaitent pas dire, peut être pour ne pas gêner l'enquête ?!

Dans cet article exceptionnel on découvre l’identité du tunisien auteur de l’attentat jihadiste qui a fait plus de 84 morts dans la nuit du 14 au 15 juillet 2016 à Nice. 

Il s’appelle Mohamed Lahouaiej Bouhlel, originaire de Mseken et fils d’un membre du parti islamiste Ennahda connu pour son extrémisme. Il n’est donc pas franco-tunisien mais tunisien vivant en France depuis huit ans avec une carte de séjour, des aides sociales et autres avantages offerts aux étrangers. Ce citoyen tunisien vient de prendre la vie à 84 innocents.

Le terroriste qui conduisait le camion qui a écrasé 84 victimes à Nice n’est pas franco-tunisien comme cela a été annoncé par les médias français mais un émigré tunisien âgé de 31 ans, qui vivait en France depuis 2008 et qui a obtenu le séjour à la suite de son mariage avec une franco-tunisienne, sa propre cousine (elle s’appelle Hajer) qui est installée à Nice et dont il a eu trois enfants.

Il s’appellait Mohamed Lahouaiej Bouhlel et il est originaire de la ville sahélienne de Mseken (Gouvernorat de Sousse) où il est né le 3 janvier 1985. Selon nos sources policières en Tunisie, sa mère s’appelle Cherifa et son père est membre du parti islamiste Ennahda et il est connu à Mseken comme étant un extrémiste violent que la police de Ben Ali surveillait de près et qui est devenu après janvier 2011 l’un des leaders locaux d’Ennahda à Mseken. Le criminel de Nice ne s’est donc pas improvisé terroriste, mais il né et a baigné dans un milieu familiale favorable à la violence et au radicalisme. Il en va de même de sa belle famille.

Le permis de conduire du terroriste et sa carte de séjour ont été retrouvés dans le camion qu’il a utilisé comme une arme de guerre avant de se faire descendre par des agents municipaux qui étaient heureusement armés, contrairement à d’autres régions qui refusent le port d’armes à la police municipale. Non satisfait d’avoir tué autant de personnes innocentes, le terroriste tunisien voulait finir son parcours criminel sur un manège pour enfants. 

Selon certaines sources, cette crapule terroriste était mariée et père de 3 enfants. Son voisinage interrogé le décrit comme « pas très religieux, (qui) ne fait pas la prière, aime les filles et la salsa ». Des propos habituels qui montrent combien un intégriste daéchien peut dissimuler son vrai visage avant de passer à l’action. Et des criminels pareils, il y en a des centaines et des milliers en France. Pour nous, ce terroriste est né dans un milieu intégriste et il était « culturellement » prédisposé à devenir un terroriste. Les services de police devrait d’ailleurs s’inquiéter du fait que l’un de ses proches travaille à l’aéroport de Nice !

L’ayant identifié grâce aux documents retrouvés dans le camion et à l’analyse de ses empruntes digitales, les autorités policières ont pu retrouver rapidement son adresse. Une perquisition a eu lieu à son domicile aujourd’hui vers 09H30 en présence de membres du Raid lourdement armés. Vers 11H00, des membres de la police technique et scientifique étaient toujours présents dans l’appartement situé dans un petit immeuble d’un quartier populaire de l’est de la ville.

Mohamed Lahouaiej Bouhlel n’était pas connu des services de renseignement français pour radicalisation et ne disposait pas d’une fiche S de sûreté pour lien avec le terrorisme. Il était par contre bien connu des services de police pour des faits de droit commun, principalement des violences avec arme, violences conjugales, menaces et vol. 

Après analyse et enquête, le corps de cette crapule sera expédié en Tunisie, où sa famille, ses amis, ses voisins l’enterreront probablement en « martyr » (à la palestinienne), comme tous les criminels que ce pays autrefois civilisé et moderne a produit depuis la « révolution » dite du jasmin qu’on avait fait faire à la populace tunisienne et que l’ensemble des politiciens et journalistes Français avaient à l’époque salué, acclamé et exalté.

Il y a à peine un mois, la France de Monsieur Hollande recevait en grande pompe le chef des Frères musulmans tunisiens, Rached Ghannouchi. Parmi les objectifs non avoués à l’égard d’un tel doctrinaire de l’islamo-terrorisme, encadrer, contenir et empêcher la jeunesse française de confession musulmane de basculer dans le radicalisme !

Pour demander des comptes aux agents de la Confrérie des Frères Musulmans en France, voici leur adresse:
http://www.uoif-online.com/contact/

Nebil Ben Yahmed

Ndlr : Nous avons laissé le texte en français tel quel.

Sans légende

                                                                     Les drapeaux  sont en berne en Polynésie française

 

Vendredi 15 juillet 2016

 

 

 

La détresse ...

EDITORIAL

La France meurtrie une nouvelle fois sauvagement.

La promenade des anglais le soir du 14 juillet 2016 a changé son calicot tricolore en un long voile, rouge de sang. Une image que l'on ne pouvait imaginer et à laquelle personne n'avait pensé avec près de 85 morts et des centaines de blessés

 Pourquoi ? Pourquoi, alors que la promenade des Anglais était interdite à la circulation, ce camion lentement, très lentement comme un animal qui s'approche à pas feutrés de sa proie, n'a pas été stoppé quand il en était temps ne serait ce que pour lui interdire d'aller plus loin ? Pourquoi?

 Et puis, toujours comme un fauve qui prend son élan, le camion a bondi, vitesse maximale, en écrasant tout sur son passage dans les cris d'épouvante et la débandade des badauds affolés. Des enfants, des mamans, des amoureux furent fauchés à l'aube de leur vie, des centaines d'autres resteront estropiés pour toujours. Le bonheur tranquille d'un 14 juillet heureux s'est transformé en une lame de fond sanglante. Reste devant la plage et la mer bleue, la violence, la peur, les larmes, la mort.

 

Avons-nous consciences que cette guerre a éclaté à l'échelle planétaire ? De l'Egypte au Pakistan, du Niger aux Philippines des Philippines à l'Europe. On sait maintenant que nous allons assister à un déchainement sans pitié d'un islam voulant faire payer à la civilisation les quelques siècles où elle a régna sur la planète. Cette haine du chrétien, de l'infidèle dépasse le problème de la foi. Cette guerre veut anéantir la civilisation occidentale, la démocratie, la parité homme-femme, les droits de l'homme, le progrès, le bonheur. On est loin des chars de Varsovie car cette guerre sans merci est sournoise, fulgurante, mortelle, fanatique. On vient encore d'en avoir la preuve hier le jour de notre fête nationale à Nice, cité des fleurs. Aujourd'hui cité de la désolation.

NDLR : Et pourquoi ne pas tirer dans les pneus ? Il n'aurait pas fait 2 Kms en écrasant des innocents et aurait été forcément ralenti. Les forces de l'ordre ont elles besoin toujours d'avoir des ordres, en France, pour stopper les barbares comme au Bataclan ? En fait on l'a laissé poursuivre sa mortelle randonnée. Une manière à la française de faire la guerre !

 

 

Vague d'indignation internationale

Paris (AFP) – L’attentat commis jeudi soir à Nice, dans le sud-est de la France, a fait au moins 84 morts, dont des enfants, a provoqué une vague d’indignation au sein des dirigeants et responsables politiques dans le monde. Voici des réactions.

– Le président des Etats-Unis Barack Obama a fermement condamné jeudi soir « ce qui semble être une horrible attaque terroriste » à Nice. « Nous sommes solidaires de la France, notre plus vieil allié, au moment où elle fait face à cette attaque », a déclaré M. Obama dans un communiqué.

« En ce 14 juillet (fête nationale marquant la Révolution française de 1789), nous nous rappelons (…) des valeurs démocratiques qui ont fait de la France une inspiration pour le monde entier », poursuit-il.

– Le secrétaire d’Etat américain John Kerry, qui avait assisté au défilé du 14 juillet à Paris plus tôt dans la journée, a fustigé une « attaque affreuse (…) contre des personnes innocentes durant un jour qui célèbre la liberté, l’égalité et la fraternité ».

– Le Premier ministre canadien Justin Trudeau sur son compte Twitter: « Les Canadiens sont bouleversés ».

– La nouvelle Première ministre britannique Theresa May est tenue informée du « terrible incident » à Nice, selon Downing Street qui s’est dit « très choqué et inquiet ».

– Le président brésilien par intérim Michel Temer a condamné « cette abjecte et outrageante action » perpétrée « contre des innocents qui célébraient les valeurs universelles les plus élevées, la liberté des peuples, l’égalité entre les citoyens et la fraternité ».

– Le président sénégalais Macky Sall: « Les attentats inqualifiables tuant lâchement autant de victimes innocentes ce soir à Nice m’attristent profondément ».

-Le maire de New York Bill de Blasio s’est dit « écoeuré » par l’attentat « insensé » de Nice sur son compte Twitter.

--------

La rubrique '"Insolite" de la Dépêche relate le geste d'une entreprise indienne qui offre 6000 sachets de thé à Trump pour "purifier son âme" . Cette entreprise se trompe de cible et devrait bien les offrir aux islamistes radicaux qui tuent des centaines et des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants sans pitié . Trump jusqu'à preuve du contraire n'a tué personne !

 

 

              Ces fleurs étaient-elles destinées aux retrouvailles à Papeete avec les légionnaires toujours aussi impressionnants à moins qu'elles soient offertes aux valeureux pompiers ?

 

Un peu d'Histoire

Il est bien évident que le procureur de la République José Thorel a gagné ses galons dans une entreprise de purification en Polynésie( excellente interview dans la Dépêche). Le résultat aujourd'hui c'est que la délinquance en col blanc est devenue rare même si certains traînent encore de gros boulets. Quant aux hommes politiques du pays en règle générale, notamment ceux qui sont aux affaires, ils font beaucoup plus attention afin de ne pas avoir à affronter" Thorel le terrible" . Ce dernier a donc effectivement contribué à changer des  mentalités laissées en jachère pendant longtemps par la République. Reste que la succession des procès faits à Gaston Flosse sur ordre de l'ancienne ministre de la Justice, Mme Taubira, peut laisser penser à  la volonté marquée d'un "effacement" pur et simple de l'ancien "homme fort du Pacifique" . Ce dernier malgré ses 85 ans fait de la résistance, certes passive, mais toujours vigoureuse.

Tenez, prenons l'exemple d'une fausse croyance, la société EDT ayant provoqué des remous à l'Assemblé  sur des prolongations de concessions lui ayant bénéficié. La première ne date pas d'hier. Elle a été décidée en 1990. La concession moyennant des charges nouvelles, a donc été prolongée de 20 ans par le président Alexandre Léontieff alors que Gaston Flosse se rendait souvent à Paris, et comptait acheter une résidence parisienne. Après d'âpres négociations, il avait racheté à SUEZ son hôtel du Ranelagh avec le tour de force de l'avoir pour moins cher que ce que ne l'avait payé la Lyonnaise des eaux.!

Hélas, ses adversaires politiques se sont chargés de colporter les soupçons de collusion avec la société mère d'EDT et toute la Polynésie a crié avec les loups alors que n'étant pas au pouvoir il ne pouvait pas y en avoir avec la société vendeuse, EDT et Flosse. Mais ainsi se font et se défont les réputations.

 L'histoire avec les mauvaises langues se répètent. On essaye aujourd'hui de dire sur tous les tons que le ministre de l'Énergie est de mèche avec EDT/Engie alors que c'est plutôt le contraire puisque Nuihau Laurey a fait baisser le tarif , par deux fois de 10% alors que Pierre Frébault et J.Briant sous la mandature Temaru n'y sont jamais parvenus. Ou qu'EDT certes n'est pas pauvre mais ne fait plus comme dans le temps de supers profits.

La deuxième prolongation a été décidée sous le gouvernement Flosse avec pour contreparties une reprise de stabilisation du fioul à charge de l'EDT,

 Baisse des tarifs ( -5frs sur la 2° tranche domestique et 6 2Frs sur la 3ème) alors que les cours du Brent étaient à la hausse

 et enfin prise en concession de trois nouvelles îles avec l'engagement de prendre en concession tout autre île souhaitée par le pays.

En conclusion : Il n'y a pas d'opacité : Le pays a souhaité obtenir des efforts d'EDT sans augmentation de tarifs et au contraire en les baissant. Mais comment combattre ce que l'on a martelé pendant près d'un demi-siècle dans la population concernant EDT ? Il est vrai que lorsqu'on paye...c'est toujours trop cher, suis bien d'accord !

 

:-         

1  14 juillet 2016

 

TTerrible attentat sur la promenade des anglais

- Un camion lancé dans la foule sur la Promenade des Anglais a fait au moins 78 morts jeudi 14 juillet à Nice. La piste terroriste est privilégiée par la justice. Metronews dresse l'essentiel de ce qu'il faut retenir au petit matin sur cet événement majeur.

Le déroulé exact des faits

Il était environ 22h30 quand un camion a forcé un barrage sur la Promenade des Anglais, noire de monde. Plusieurs milliers de personnes étaient venues observer les feux d'artifice de la ville. Selon plusieurs témoins, le camion est passé à une allure rapide. Selon les premiers éléments, les faits se sont produits entre le Palais de la Méditerranée et le Négresco. Selon plusieurs sources policières contactées par metronews, le chauffeur du camion a été abattu par la police.

Y-a-t-il eu une prise d'otage ?

Non. Nos sources démentent formellement cette rumeur relayée sur les réseaux sociaux en début de soirée. Il n'y a pas eu de prise d'otage.
On sait en revanche que des témoins ont déclaré aux policiers avoir vu le conducteur du camion armé. Mais il est encore trop tôt pour savoir s'il a fait usage de son arme. Ou s'il s'agissait d'une arme factice.
Selon nos informations, la police technique et scientifique (PTS) examine scrupuleusement l'intérieur du camion à la recherche "d'armes ou d'explosifs". Les pneus du camion sont crevés. La porte passager est criblée d'impacts de balles. Selon nos informations, une arme a été saisie. Des grenades factices ont aussi été retrouvées.

Quel est le bilan ?

Il est constamment revu à la hausse. Vers 2h du matin, ce vendredi 15 juillet, une source médicale contactée par metronews a fait état d'au moins 78 morts. Le parquet, de son côté, évoque environ 70 morts. Plus tard, Bernard Cazeneuve a fait état de 80 morts et 18 personnes en urgence absolue. Le plan blanc a été déclenché, ce qui permet un suivi des personnes prises en charge évacuées vers plusieurs hôpitaux de la région, ainsi que la mobilisation de tous les services hospitaliers.



 

Attentat survenu à Nice

 

Un sentiment de dégoût nous étreint devant cet acte abject qui, une fois encore, touche le cœur de la France et plonge des familles dans la douleur d’un deuil traumatisant et inacceptable.

 Hommage aux disparus, victimes innocentes ; des pensées proches et humblement compatissantes pour les blessés et les parents des victimes touchées par cet horrible attentat de Nice.

René Bidal 

                                                       Attentat à Nice :

                le Président et le Gouvernement expriment leur émotion

 

Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et l’ensemble des membres de son gouvernement, tiennent à exprimer leur profonde émotion suite à l’attentat qui a endeuillé, en ce jour de Fête nationale, la ville de Nice et la France dans son ensemble et sa diversité.

 

Le lourd bilan, d’au moins 75 morts, témoigne de la violence abjecte et aveugle dont font preuve les terroristes et vient nous rappeler, une fois de plus, combien la lutte contre ce fanatisme est une priorité absolue. Le Président et le Gouvernement souhaitent, en ces instants tragiques, exprimer leur compassion, leur solidarité et leur volonté de combattre l’obscurantisme, en partageant pleinement les valeurs de la République française.

 

En cette date du 14 juillet si symbolique, le Président et le Gouvernement adressent également, à la ville de Nice jumelée avec Papeete, mais aussi aux autorités de l’Etat et à l’ensemble de la communauté nationale, un message fort de soutien et de détermination à faire face au terrorisme.

 
 

Attentat de Nice

En cet instant de deuil et de souffrance la France n’est qu’Une.

 

Au moment où la Polynésie française célébrait dans la joie le 14 juillet, nous apprenions qu’un attentat affreux endeuillait la ville de Nice, avec laquelle la ville de Papeete est jumelée. Cet attentat dont l’origine criminelle est certaine a fait au moins 73 morts et plus d’une centaine de blessés sur la promenade des anglais, selon un bilan encore provisoire. Il n’y a pas de mots pour décrire l’horreur de cet attentat d’un genre nouveau qui fait franchir à la barbarie et à la bestialité un pas de plus.

 

Le président de l’assemblée de la Polynésie française Marcel Tuihani témoigne de sa profonde émotion et adresse à la population de Nice, aux proches et aux familles des victimes, ainsi qu’au maire de la ville de Nice, toute sa solidarité et sa compassion. Il condamne avec vigueur cet acte d’une violence extrême qui laisse sans voix et qui s’ajoute à tant d’autres.

 

Il adresse également son soutien au Président de la République, car c’est la France et les valeurs universelles qu’elle porte qui sont visées en cette fête nationale du 14 juillet. Il lui témoigne de sa solidarité et l’encourage dans sa détermination à lutter contre toute forme de terrorisme. Le combat s’annonce long et difficile. En ces heures de deuil et de souffrance la France n’est qu’Une.

 

 

LllMacron rappelé à l'ordre par François Hollande dans son discours du 14 juillet dont on peut retenir ce qui suit :

Interrogé d'emblée sur le cas du ministre de l'Economie, en conflit ouvert avec le Premier ministre Manuel Valls, François Hollande a rappelé "les règles" du gouvernement : "la solidarité", "l'esprit d'équipe", "défendre le bilan", "être à plein temps dans sa tâche" et "servir jusqu'au bout". "Respecter ces règles, c'est rester au gouvernement, ne pas respecter ces règles, c'est ne pas y rester", a-t-il-lancé, alors qu'Emmanuel Macron, sans se déclarer ouvertement candidat, a promis à ses soutiens "la victoire" en 2017 lors d'une démonstration de force mardi à la Mutualité. Pour la droite, Nicolas Sarkozy a dénoncé jeudi une "perte d'autorité complète".

L Brexit et l'UE

François Hollande a rappelé la position française pour une sortie rapide du Royaume-Uni de l'Union européenne après le référendum sur le Brexit, alors que Theresa May a succédé jeudi à David Cameron au 10, Downing street. "Plus tôt la Première ministre Theresa May engagera la procédure de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, meilleure sera la relation future entre l'Europe et le Royaume-Uni et meilleure sera notre propre situation", a-t-il souligné. Sur l'évolution future de l'Europe, il effectuera une mini-tournée européenne la semaine prochaine, du Portugal à l'Irlande en passant par l'Autriche, la République tchèque et la Slovaquie. Un "sommet" ou une "rencontre" en Italie a déjà été annoncé pour la "fin août" par l'Elysée entre le président français, la chancelière allemande Angela Merkel et le président du Conseil italien Matteo Renzi.

L'inversion de la courbe du chômage et la loi Travail

Le chef de l'Etat s'est évertué à défendre son bilan intérieur. "Ca va mieux en France", a-t-il répété. Surtout, a-t-il promis, "nous aurons une inversion de la courbe du chômage à la fin de l'année". Mais ce chômage, auquel il a lié son sort élyséen, "reste trop élevé". "Ca veut dire que la politique que j'ai engagée, il va falloir la poursuivre", a-t-il dit, promettant "de nouveau des déficits" et "une perte de compétitivité" si la droite revenait au pouvoir. Il a également défendu la loi travail "conforme à (ses) valeurs". "J'ai toujours été un homme de gauche", a-t-il rétorqué aux opposants qui préparent de nouvelles actions pour la rentrée. Le texte, adopté à deux reprises au moyen du 49-3, repasse mercredi devant l'Assemblée.

Coiffeur de l'Elysée : "On peut me faire tous les reproches, sauf celui-là"

Interrogé sur le salaire, avoisinant les 10.000 euros bruts, du coiffeur de l'Elysée, révélé par le Canard enchaîné, le chef de l'Etat a dit "entendre ce que ça peut représenter". Puis s'est défendu en affirmant avoir "fait diminuer le budget de l’Elysée qui était de 109 millions en 2012 à 100 millions [et] fait supprimer 10% des effectifs de l'Elysée". "Pour les frais de coiffeur comme vous dites, il y avait des prestations extérieures jusqu'à présent, j'ai préféré que ce soit assuré d'ici (de l’Elysée, NDLR)". Avant de répéter : "Le budget de l'Elysée a baissé, les effectifs ont baissé, mon salaire a baissé et on viendrait me chercher sur ce sujet?" "Je suis le premier des responsables politiques, je suis suffisamment conscient pour avoir, dès mon arrivée ici, baissé mon salaire. On peut me faire tous les reproches, sauf celui-là", a-t-il tranché.

 

    

  Mercredi 13 juillet 2016

La Chine investit dans toute la chaîne de l'industrie du voyage en France selon le JDD. Sauf en Polynésie. Celle-ci, finalement, n'intéresse pas beaucoup de gros investisseurs !

 Mieux vaut marcher 10.000 km que lire 10.000 livres." Les Chinois ont deux amours, les proverbes… et les voyages. Chaque année, 120 millions d'entre eux parcourent le monde et leur nombre devrait continuer à croître de 20% par an d'ici à 2020. Les autorités ont décrété le tourisme "secteur stratégique" dans le dernier plan quinquennal.

Aéroports, compagnies aériennes, hôtels, voyagistes et parcs d'attractions : toute la chaîne est dans le viseur des investisseurs chinois, proches d'institutions, telles que Jin Jiang (groupe contrôlé par la mairie de Shanghai) et HNA (province de Hainan), ou cotés en Bourse comme Fosun.

 Leur appétit pour le secteur touristique français semble insatiable.

Selon le spécialiste en immobilier Jones Lang LaSalle, les investissements chinois dans l'hôtellerie française dépasseront 7 milliards de dollars en 2016, soit +40% en un an. Les trois conglomérats sont à la manœuvre : Fosun avec Club Med, HNA chez Pierre & Vacances, entre autres, et Jin Jiang, propriétaire de Louvre Hotels.

Ce dernier est en plein rapprochement avec Accor Hotels – il possède déjà 15 % du capital du français et souhaiterait acheter les 11% des fonds Eurazeo et Colony. Mardi, à l'issue de l'assemblée générale d'AccorHotels, Jin Jiang disposera d'arguments pour revendiquer au moins un poste d'administrateur, qui lui est pour l'instant refusé, alors que le fonds qatarien QIA et le prince saoudien Al-Walid se voient accorder trois sièges avec seulement 16% du capital.

 Une stratégie rampante et prudente

 Depuis des semaines, Sébastien Bazin tient à distance Jin Jiang, estimant qu'il lui faut des garanties sur les intentions réelles de cet encombrant partenaire. "Jin Jiang ne veut pas aller au clash après l'avertissement de François Hollande, qui a souhaité début juin que l'actionnariat d'AccorHotels reste diversifié", analyse un proche du dossier. AccorHotels n'a pas tout à perdre de ces nouveaux partenaires. Il en a besoin pour s'implanter en Chine et rester dans la course face au trio de tête anglo-saxon : Marriott, Hilton et Intercontinental. Les capitaux asiatiques sont aussi bienvenus pour contrer à la fois les voyagistes en ligne (Booking, Tripadvisor…) et les sites collaboratifs (Airbnb, Abritel…).

 Leur appétit n'empêche pas les Chinois d'avancer prudemment. Ils commencent par signer des joint-ventures amicales ou se contentent d'une part au capital. Jin Jiang et Louvre Hotels ont ainsi débuté en 2011 par un accord autour de l'enseigne Campanile. En 2015, Jin Jiang a finalement bouclé l'acquisition de Louvre Hotels pour 1,3 milliard de dollars. Aujourd'hui, c'est la Compagnie des Alpes qui se prépare à un assaut de Fosun. Le chinois a déclaré son intérêt pour le spécialiste des stations de ski et gestionnaire du parc Astérix en affirmant pouvoir se contenter de 10 à 15%. Dans un premier temps… 

Cette stratégie rampante reflète mal le pouvoir financier considérable des Asiatiques, toujours prêts à surenchérir. L'année dernière, Fosun a déboursé près de 1 milliard d'euros pour le Club Med, face à l'italien Bonomi, après l'OPA la plus longue de l'histoire de la place de Paris. Pour l'aéroport de Toulouse-Blagnac, le chèque de 308 millions d'euros mis sur la table par le consortium chinois était impossible à refuser par l'État. "Ils ont une vision de long terme et pas les mêmes attentes que d'autres en matière de retour sur investissement", précise Anne-Marie Idrac, présidente du conseil de surveillance. "Ils sont dans une logique de fuite de capitaux. Tout ce qu'ils veulent, c'est sortir du pays pour échapper au contrôle de l'état", explique un banquier d'affaires.

 (...)Le gouvernement n'a pas de moyens de pression. À la différence de l'armement ou du nucléaire, le tourisme, en France, n'est pas considéré comme stratégique. Contrairement à l'avis des Chinois.

 

 

Un Un journaliste qui lit Tahiti Today à Paris nous a fait passer ce qui suit :

Je Je vous ai mis ci-dessous copie de l’article pour éviter que vous soyez nombreux à me dire que c’est un FAKE, même si l’info date de 9 mois mais elle est passée totalement inaperçue lors de son application. Jacques.

La France approuve l’octroi d’une prime complémentaire pour les retraités Tunisiens
Oct 13, 2015
Par : Di avec TAP

Le député d’Afek Tounès (France Nord), Mohamed Ghannem, a indiqué, mardi, que les autorités françaises ont approuvé, récemment, l’octroi d’une prime complémentaire d’une valeur de 550 euros par mois pour les retraités Tunisiens résidant en France et dont la pension est égale ou inférieure à 6600 euros par an et ce sans les obliger à demeurer six mois au moins sur le territoire français.
Ghannem a souligné, dans une déclaration à l’Agence TAP, qu’environ 35 mille travailleurs d’origine non européenne, dont 90% d’entre eux sont d’origine maghrébine (Tunisie, Algérie, Maroc), bénéficieront de cette prime complémentaire décidée le 8 octobre courant, précisant que le versement de cette somme se fera à partir du 1er janvier 2016.
Il a ajouté que les efforts déployés par plusieurs associations dont en particulier celles concernées par l’amélioration de la situation des retraités vivant dans des conditions sociales difficiles, ont abouti à la prise de cette décision par les autorités françaises.
A rappeler que le nombre de Tunisiens établis à l’étranger a atteint, selon les dernières statistiques publiées par l’Office des Tunisiens à l’étranger (OTE) en 2012, un million 223 mille, dont 84,5% se trouvent en Europe et 54,7 d’entre eux résident en France.
" Suivant une décision du 08/10/2015 et à compter du 1er janvier 2016, la France va verser une prime complémentaire et mensuelle de 650 euros à tous les retraités originaires du Maghreb (Tunisie, Algérie, Maroc) et sans obligation pour eux de vivre plus de six mois en France. "


http://directinfo.webmanagercenter.com/2015/10/13/la-france-approuve-l octroi-dune-prime-complémentaire-pour-les-retraites-tunisiens/


 

 

 

Mardi 12 Juillet 2016

Editorial

 

 Blessé oui, mais droit dans ses bottes de ministre de l'Energie

 Le ministre de l'Energie n'est pas un guerrier, mais que voulez-vous, je l'aime bien malgré nos différences politiques. Ce n'est pas non plus un vieux politicard habitué aux turpitudes du métier. C'est un intellectuel,  un technicien à l'esprit aussi vivace qu'affûté, mais blessé par toutes ces accusations qui ont été pour cet homme, autant de flèches au curare.  Dans le même temps, elles lui ont fait découvrir qu'en politique, il ne suffit pas d'être bon dans sa partie pour être épargné. Il saigne mais il apprend. Et sa pugnacité a vite repris le dessus devant les journalistes. Alors il a dit non. Non à Mme Cross qui l'accuse de s'immiscer dans les affaires de Secosud alors qu'elle n'en est pas membre ne faisant plus partie de Teva I Uta, et non il n'est pas un agent double d'EDT/Engie dans un univers polynésien impitoyable.

 Du coup, point par point, Nuihau Laurey ayant repris du poil de la bête est passé en mode combat et a miné à son tour, dans une longue conférence de presse, toutes les attaques de ses détracteurs. Certaines de ces attaques sous la ceinture, sont gratinées quand Mme Cross par exemple lui conseille bien imprudemment, par courrier du 26 mars dernier d'acheter l'électricité à Marama Nui qui appartient à EDT. Peut-être cette représentante a-t-elle oublié  que Dominique Auroy et Milou Ebb son père ont vendu Marama Nui à EDT il y a fort longtemps. Cela pourrait être une blague, une plaisanterie de potache, un mouvement de menton, mais pas du tout, c'est écrit noir sur blanc !

En vérité les détracteurs de Nuihau Laurey, on se doit de le reconnaitre ne sont pas à la hauteur ,il ne suffit donc pas d'une soufflante injuste et programmée pour l'emporter. La preuve, car tout finit, même les catastrophes. Hier donc, le ministre de l'Energie a rappelé qu'il a fait baisser l'électricité d'une manière consécutive en mars 2015 et en mars 2016 de près de 10% en restituant près de 4 milliards cfp aux usagers. tout en proposant une comptabilité plus claire.

 Mais ce qu'il dénonce avec aigreur c'est que ce sont ceux qui étaient au pouvoir les années passées qui l'attaquent aujourd'hui, ce qu'ils auraient le droit de faire s'ils avaient fait baisser le prix de l'électricité, alors qu'eux-mêmes n'y ont jamais réussi.

Dans le but de rétablir son honneur malmené cruellement , il a sauté dans la machine à remonter le temps, comme dans la célèbre série des " Douze singes"(sic!) pour s'en prendre aux derniers ministres UPLD de l'Energie soutenus par Tina Cross de 2011 à 2013 et qui n'ont, eux, jamais fait baisser quoique ce soit. Mais trop de précisions tuent les précisions et la conférence de presse s'est perdue, certes non sans intérêt, dans le temps.

Nous avons tout de même appris des choses curieuses et jamais vues auparavant avec un conseiller technique à l'Energie à l'époque du gouvernement Temaru en poste au cabinet de Jacqui Brillant, Terii Vallaux " aujourd'hui le rédacteur attitré de Tina Cross ". Celui-ci figurez-vous, et c'est en vérité du jamais vu à la limite de la cocasserie, avait déposé un recours contre un arrêté approuvé par le gouvernement dont il était le conseiller !!!!! Loufoque ! D'où l'intérêt d'avoir une commission d'enquête pour détricoter cet écheveau d'incohérences et d'accusations malfaisantes.

Puis Laurey explique le parcours échevelé de la TEP et la danse macabre de ses responsables mis sur la touche pour placer un manager docile.  Et puis, et puis, où en est le SWAC du CHPF. Un dossier lourd avec des intérêts qui se sont manifestés encore plus lourds mais entre les mains d'un seul opérateur chargé de concevoir et faire fonctionner le procédé et d'en encaisser les retombées financières, quant aux éoliennes "zombies" de Makemo qui vivent  couchées ( sic!) ce n'est rien d'autres  assène Nuihau Laurey que : fiasco technologique, fiasco énergétique, fiasco juridique, fiasco financier. Vlan prenez ça dans les gencives , c'est du lourd.

Quant à la transition énergétique elle est urgente. Dans le calcul du prix de l'électricité le fioul représente 26% de la facture. Plus il y aura d'hydroélectricité, moins la facture  sera sensible au prix du fioul. La Vaiiha est dans la lorgnette mais tout est compliqué en Polynésie et rien ne se fait facilement. Les études sont sans doute nécessaires mais longues et pléthoriques, équipement des îles, audit de six centrales pour les améliorer, mesure de courantologie pour les nouvelles, mesures fiscales  etc... etc...

Enfin pour terminer  cette remise à niveau, Nuihau Laurey a lancé une dernière ruade vers l'alliance Tahoeraa/UPLD  en l'accusant d'avoir  une stratégie politique mensongère indigne d'un grand parti autonomiste. A vous de juger...chaque partie dans le ring s'étant exprimée.

 

 

 

Commission d’enquête sur la fiscalité: L'’assemblée prend acte de la décision du tribunal administratif 

Le tribunal administratif de la Polynésie française a rendu ce matin sa décision contre un recours pour excès de pouvoir déposé par requête le 17 novembre 2015 par le président de la Polynésie française. Il a décidé d’annuler la délibération n°2015-69 APF du 1er octobre 2015 créant la commission d’enquête chargée de recueillir tous les éléments d’information sur la réforme fiscale y compris la fiscalité communale et le financement de la protection sociale généralisée.

 Cette décision est conforme aux conclusions du commissaire du gouvernement présentées et commentées à l’audience du 28 juin 2016. Le président de l’assemblée de la Polynésie française prend acte de cette décision qui vient clore une longue et inédite bataille de procédure. Cette décision fera sans nul doute jurisprudence en ce qui concerne l’application de l’article 132 de la loi organique sur la création des commissions d’enquête.

 

 

 

Les anomalies aux frais des contribuables sont légions dans une France donneuse de leçons. Tenez la dernière révélation en date d'aujourd'hui du Figaro :

le coiffeur de François Hollande est payé 9.800 euros par mois pour gominer les cheveux du président de la République."http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/07/12/97001-20160712FILWWW00254-le-coiffeur-de-hollande-paye-plus-de-9000-euros-par-mois.php

Heureusement qu'Edouard Fritch se coiffe tout seul, comme un grand !

 

Drame en Italie

  Nouvelle catastrophe ferroviaire dans une collision frontale.. Au moins 20 personnes seraient mortes dans une collision de trains dans le sud de l’Italie, a indiqué le président de la province d'Andria sur la chaîne italienne Sky TG24.L'horreur.

 

Le saviez-vous ?

 Les banques en faillite pourront désormais ponctionner les comptes des déposants depuis le 1er janvier 2016.

Seuls les comptes ayant plus de 100.000 euros de dépôts sont concernés, selon une directive européenne transposée en France qui s'appliquera au 1er janvier. Les déposants ne seront toutefois sollicités qu'en troisième recours.

L'information est passée en toute discrétion. À partir du 1er janvier 2016, les comptes clients dotés de plus de 100.000 euros de dépôts pourront être prélevés pour contribuer au sauvetage de leur banque, selon une directive européenne transposée en France cet été. Que dit réellement cette directive? Que doivent faire les déposants? Le Figaro fait le point.

• Qu'est-ce que cette directive?

La directive relative au redressement des banques et à la résolution de leurs défaillances (BRRD) a été transposée par ordonnance à la France le 21 août dernier. Elle met en place une procédure de «bail-in», ou «renflouement interne», en opposition au «bail-out», ou «renflouement externe», par l'Etat. «Elle a notamment pour objet de régir, en application des textes européens, les problèmes de liquidation judiciaire des banques», explique Pierre Descheemaeker, avocat en droit bancaire du cabinet August&Debouzy. La BRRD est une pièce maîtresse de l'union bancaire. «L'objectif est de pouvoir restructurer les banques au bord de la faillite sans que le contribuable doive mettre la main à la poche pour préserver la stabilité financière», expliquait dans un communiqué la Commission européenne.


 

 

 

 

 

Lundi 11 juillet en bref

Conférence de presse du ministre de l'Energie Nuihau Laurey avec" survoltage" ce dont il n'est pas coutumier, notamment concernant les accusations diffamatoires de la représentante UPLD et distribution de claques en veux-tu, en voilà, à tous ces détracteurs. Trois plaintes ont d'ailleurs été déposées par le ministre de l'Energie fléché par des affirmations apocalyptiques autant que ridicules. Il s'est poliment gaussé de "l'inculture de Tina Cross" qui a avoué publiquement ne pas tout comprendre sur les sujets de l'Energie et du tarif d'EDT/Engie dont elle  débat à l'Assemblée. On a même entendu une sacrée galéjade à l'Assemblée concernant tout simplement  " le rachat d'EDT"  !

 Editorial demain et principaux points forts de cette intervention musclée et détaillée du ministre vice-président dans notre édition de mardi 12 juillet 2016